Rappels et compléments, première partie : Nombres complexes et applications à la géométrie

Save this PDF as:

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Rappels et compléments, première partie : Nombres complexes et applications à la géométrie"

Transcription

1 Rappels et compléments, première partie : Nombres complexes et applications à la géométrie 1 Définition des nombres complexes On définit sur les couples de réels une loi d addition comme suit : (x; y) + (x ; y ) = (x + x ; y + y ) (1) Il est immédiat de vérifier que cette addition est commutative et associative, et que (0; 0) est neutre. On définit également la multiplication d un couple de réels (x; y) par un nombre réel λ par : λ.(x; y) = (λx; λy) On note cette multiplication à l aide d un point. Enfin on définit une multiplication entre deux couples de réels par : (a; b)(a ; b ) = (aa bb ; ab + a b) On pose 1 = (1; 0) et i = (0; 1). On appelle nombre complexe z de partie réelle x et de partie imaginaire y le couple : z = (x; y) = x.1 + y.i On note x = Re(z) et y = Im(z). On note C l ensemble des nombres complexes muni de ces lois. En toute rigueur, R n est pas un sousensemble de C. En effet un nombre complexe est un couple de réels, et ne peut donc jamais être égal à un réel. Par exemple le nombre complexe que l on a désigné par 1 n est pas le réel 1. Cependant, les complexes de la forme x.1, ou encore (x; 0) si on les écrit sous forme de couples, ont exactement les mêmes propriétés que les nombres réels : ils s additionnent et se multiplient de la même façon. On se permet donc un abus de langage et d écriture en identifiant le réel x et le complexe x.1. En particulier on ne distinguera plus 1 et 1 et on notera un complexe sous la forme z = a + bi = a + ib. De cette façon, on peut dire que R C. On peut vérifier que : 1. la multiplication des complexes est commutative zz = z z, 2. elle est associative : (zz )z = z(z z ), 3. elle prolonge la multiplication des réels, 4. 1z = z pour tout z C, 5. on a distributivité de la multiplication sur l addition : (z + z )z = zz + z z, 6. i 2 = 1. Exercice 1.1 KK Montrer que si on désire définir une multiplication sur les couples de réels de sorte que : 1. on ait commutativité, 2. on ait associativité, 3. on ait distributivité de la multiplication sur l addition des couples, 4. pour tous x, x, y réels on ait (x; 0)(x ; y ) = (xx ; xy ), 5. on ait (0; 1) 2 = ( 1; 0). alors on doit nécessairement poser (1). 1

2 2 Module et Arguments 2.1 Module Pour tout z C on note z et on appelle module de z le nombre réel z = Re(z) 2 + Im(z) 2. On rappelle les propriétés suivantes : Propriété 2.1 Pour tous complexes z, z on a : 1. z z = z 2 2. zz = z z 3. z = 0 z = 0 4. z + z z + z 5. z z z z De 2.1, 1 on déduit que tout complexe z 0 admet un inverse égal à : Exercice 2.1 Démontrer la propriété 2.1, 5. 1 z = z z 2 Exercice 2.2 K Dans quel cas a-t-on égalité dans la propriété 2.1, 4? 2.2 Exponentielle complexe Dans toute la suite on fixe (O, u, v ) un repère OND du plan. À tout point M du plan de coordonnées (x; y) on associe son affixe z = x + iy. Réciproquement on dit que M est le point image du complexe z. Dans la suite on utilise les notations (pour tout, quel que soit), (il existe) et! (il existe un unique). Définition 2.1 θ R on note e iθ = cos(θ) + i sin(θ). Remarque : En utilisant à la fois la définition de l exponentielle d un nombre réel x et la définition précédente de l exponentielle d un nombre imaginaire pur iy, on peut définir l exponentielle de tout complexe z = x + iy en posant : e z = e x e iy Nous laissons le lecteur vérifier que e z+z = e z e z pour tous nombres complexes z et z. Nous n utiliserons pas cette année l exponentielle d un nombre complexe quelconque, mais son rôle est fondamental en mathématiques. Les formules suivantes sont des rappels de Terminale. Théorème 2.1 On a, pour tous θ, θ R et n Z : e iθ = 1 e iθ = e iθ e i(θ+θ ) = e iθ e iθ e i(θ θ ) = eiθ e iθ (e iθ ) n = e inθ e iθ = e iθ ssi θ θ (2) Remarque : Puisque e iθ = 1, 1/e iθ = e iθ = e iθ. Rappel : la formule θ θ se lit «θ est congru à θ modulo 2π» et signifie qu il existe k Z tel que θ = θ + 2kπ. 2

3 Corollaire 2.2 (Formules de Moivre) θ R, p Z, on a : (cos(θ) + i sin(θ)) p = cos(pθ) + i sin(pθ) (cos(θ) i sin(θ)) p = cos(pθ) i sin(pθ) (3) Exercice 2.3 K Exprimer cos(3θ) et sin(3θ) en fonction de cos(θ) et sin(θ). On aime souvent aller dans l autre sens, c est-à-dire linéariser des expressions polynomiales en cos et sin. Pour cela on peut utiliser les formules d Euler : cos(θ) = eiθ + e iθ, sin(θ) = eiθ e iθ 2 2i Exercice 2.4 K Linéariser cos 3 (θ). (4) 2.3 Représentation polaire Théorème 2.3 z C!ρ R + θ R, z = ρe iθ On dit que θ est un argument de z. Le réel θ est un autre argument de z ssi θ θ.! Quand on note arg(z) on veut dire «un argument quelconque de z». Quand on écrit une formule concernant des arguments, il faut donc toujours des «modulo».! Attention, 0 n a pas d argument. Proposition 2.1 (interprétation géométrique) Soit z C et M le point image de z. Alors arg(z) est une mesure de l angle orienté de vecteurs ( u, OM). Théorème 2.4 On a, pour tous z, z complexes non-nuls, et tout n Z : arg(zz ) arg(z) + arg(z ) arg(z n ) n arg(z) arg(1/z) arg(z) arg( z) arg(z) (5) Ces formules montrent que l on peut interpréter la multiplication par e iθ de façon géométrique. Soit le complexe z de point image M. Alors le point image M de z = e iθ z est l image de M par la rotation de centre O et d angle θ. Il résulte également de ce qui précède la formule suivante : Théorème 2.5 Soient A, B, C trois points distincts d affixes respectives a, b, c. Alors : ( AB, AC) arg( c a b a ) Exercice 2.5 K Soit M d affixe z. Quelle figure forment les points d affixes respectives z, e 2iπ 3 z et e 4iπ 3 z? Exercice 2.6 K Montrer que ABC (direct) est équilatéral ssi c a b a = e iπ 3. Comme on l a vu dans les exercices, on peut utiliser les nombres complexes pour vérifier certaines propriétés géométriques des figures planes. En particulier le théorème suivant est une simple application du théorème 2.5. Théorème 2.6 Soient A, B, C trois points distincts d affixes respectives a, b, c. Alors A, B, C sont alignés ssi c a b a R. 3

4 Plus remarquable est le théorème suivant : Théorème 2.7 Soient A, B, C, D quatre points distincts d affixes respectives a, b, c, d. Alors ces quatres points sont cocycliques ou alignés ssi c a b a : c d b d R Exercice 2.7 KK Démontrer ce théorème. Indication : utiliser le théorème de l arc capable. (Voir la solution en appendice.) 3 Nombres complexes et transformations du plan Principe : soient A d affixe a et B d affixe b. Alors au vecteur AB correspond le complexe b a. On en déduit les expressions complexes des transformations usuelles du plan : transformation notation de l application définition vectorielle définition complexe translation de vecteur u t u (M) = M MM = u z = z + u rotation de centre Ω et d angle θ r Ω,θ (M) = M ΩM = ΩM ( ΩM, ΩM z ω = e iθ (z ω) )=θ homothétie de centre Ω et de rapport λ R h Ω,λ (M) = M ΩM = λ ΩM z ω = λ(z ω) En considérant les deux dernières lignes, on voit que la multiplication par un complexe non-nul écrit sous forme polaire z = λe iθ revient à composer une rotation avec une homothétie de même centre. Une telle transformation s appelle une similitude directe. Ainsi la multiplication par un nombre complexe nonnul s interprète géométriquement comme une similitude directe. Quitte à ajouter π à θ, on peut supposer λ > 0, on l appelle alors «rapport de la similitude» et il est unique, tandis que θ appelé «angle de la similitude» est unique modulo 2π. Remarque : Certains auteurs englobent les translations dans la famille des similitudes directes. Les résultats des trois exercices suivants sont à connaître et à savoir retrouver. Exercice 3.1 K Soient a, b C tels que a 0 et soit f : C C telle que f(z) = az + b. Identifier géométriquement f lorsque a = 1, puis lorsque a 1 (dans ce dernier cas on cherchera les points fixes). On distinguera les cas a R et a = 1. Solution: Si a = 1, il est clair que f est l expression complexe d une translation. Si a 1 alors f(ω) = ω admet pour unique solution ω =. On a donc : b 1 a f(z) f(ω) = f(z) ω = a(z ω) On reconnaît une similitude directe de centre Ω d affixe ω, de rapport a et d angle arg(a). En particulier, si a = 1 il s agit d une rotation, et si a R il s agit d une homothétie. D après l exercice précédent, les applications affines (non-constantes) de C dans lui-même s interprètent géométriquement comme des similitudes directes/translation. Comme réciproquement il est clair par définition que toute similitude directe/translation a une expression complexe de la forme z az + b avec a, b C et a 0, on peut conclure que cette écriture complexe caractérise ce type de transformation du plan. Exercice 3.2 K Montrer qu une similitude/translation F admet toujours une application réciproque G telle que F G = G F = id et que G est aussi une similitude/translation. Solution: Il est clair que la réciproque d une translation de vecteur v est une translation de vecteur v. Dans les autres cas, une similitude directe s = r h est la composé d une rotation r et d une homothétie h de même centre. Or s admet pour réciproque h 1 r 1, qui est également la composée d une homothétie et d une rotation de même centre, mais de rapport inverse, et d angle opposé. D où le résultat. 4

5 Exercice 3.3 K Soient A, B, A, B quatre points tels que A B et A B. Montrez qu il existe une soit unique similitude directe, soit une unique translation, transformant A en A et B en B. Solution: En notant a, b, a, b les affixes respectives de A, B, A, B, il suffit de trouver f : C C de la forme f(z) = αz + β tel que f(a) = a et f(b) = b. Ceci conduit au système suivant : { αa + β = a αb + β = b Ce système a une solution unique car a b. On trouve α = a b a b 0 car a b. On conclut par l exercice précédent. Théorème 3.1 Une transformation du plan est une similitude directe ou une translation ssi elle conserve les angles orientés. Démonstration: Il est clair qu une similitude directe conserve les angles orientés puisque c est le cas pour une homothétie ainsi que pour une rotation. De même, une translation conserve les angles orientés. Il faut montrer la réciproque. Soit F une transformation vérifiant la propriété. Soient O, I et M trois points non-alignés. L image du triangle OIM par F est un triangle O I M qui lui est directement semblable. En particulier on a O I. D après l exercice précédent, il existe une translation/similitude G qui envoie O sur O et I sur I. Notons M l image de M par G. Considérons la transformation H = G F. On a H(O) = O, H(I) = I et H(M) = M. De plus, H conserve les angles orientés car F et G le font. Donc OIM est directement semblable à OIM, et de plus il a un côté commun. Ces deux triangles sont donc égaux, et M = M. Le point M étant quelconque, on voit que H est la transformation identique. Il en résulte que F est la réciproque de G, c est donc une similitude/translation. Exercice 3.4 K Soit h une homothétie de rapport 1 et r une rotation d angle θ 0. Montrer que h r et r h sont deux similitudes de même angle et de même rapport, mais de centres différents. Si on compose une symétrie axiale 1 avec une similitude directe ou une translation, on obtient une transformation du plan qui renverse les angles orientés. Une telle transformation s appelle une similitude indirecte, on peut citer en exemple les symétries axiales et les glissements 2 ). Réciproquement, en composant une transformation du plan s qui renverse les angles orientés avec une symétrie axiale σ (n importe laquelle), on obtient une transformation f qui conserve les angles orientés. Donc f est une similitude directe ou une translation d après le théorème précédent. Or de σ s = f on tire s = σ f puisque σ σ = Id. On peut donc conclure que les transformations du plan qui renversent les angles orientés sont les similitudes indirectes et sont de la forme σ f, où σ est une réflexion et f une similitude directe/translation. Exercice 3.5 K Montrer que l expression complexe d une symétrie axiale ou d un glissement est de la forme : f(z) = e iθ z + b. (Indication : composer avec des rotations et des translations bien choisies pour se ramener au cas où l axe de la symétrie est l axe réel.) Montrer qu il s agit d une symétrie axiale ssi f(b) = 0. Exercice 3.6 K Montrer que l expression complexe d une similitude indirecte est f(z) = a z+b. Identifier les cas particuliers. Proposition 3.1 Les transformations du plan qui conservent les distances (isométries) sont : les rotations, les translations, les symétries axiales (réflexions) et les glissements. Démonstration: La preuve nécessite un lemme dont la démonstration, très simple, est laissée en exercice. Lemme 3.2 Une isométrie qui fixe trois points non-alignés est nécessairement égale à l identité. Soit f une isométrie et soient A, B, C trois points non-alignés et A, B, C leurs images par f. On voit immédiatement qu en composant la translation t de vecteur A A avec une rotation r de centre A 1 Toutes les symétries axiales que nous utilisons sont des symétries orthogonales, c est-à-dire des réflexions. 2 Symétrie axiale composée avec une translation dans la même direction que l axe, également appelée symétrie glissée. 5

6 et d angle ( AB, AB), on amene A sur A et B sur B. Il est alors clair que soit r t(c ) = C, soit r t(c ) est le symétrique de C par rapport à (AB). Dans le premier cas on pose g = r t et dans le second on pose g = s r t, où s est la symétrie orthogonale d axe (AB). Dans les deux cas on a : g(a ) = A, g(b ) = B et g(c ) = C. Donc l application g f, qui est une isométrie en tant que composée d isométries, fixe les points A, B et C. Par lemme, g f = Id, d où f = g 1 = t 1 r 1 ou t 1 r 1 s, suivant les cas. L application f est dans la composée d une translation, d une rotation, et éventuellement d une symétrie axiale. En étudiant les différents cas, on voit facilement qu une telle composée est nécessairement soit une rotation, soit une translation, soit une réflexion, soit un glissement. Nous laissons le lecteur effectuer cette vérification (voir exercice suivant). Exercice 3.7 KK Étudier (géométriquement) la composée de deux réflexions. En utilisant ce résultat, déterminer la nature de la composée d une réflexion et d une rotation, puis d une réflexion et d une translation. En déduire que toute isométrie du plan est la composée d au plus trois réflexions. Solution: (esquisse) Soient s et s les réflexions, et δ et δ leurs axes respectifs. Si δ δ, on trouve une translation dans une direction orthogonale aux axes, et d une longueur égale à deux fois la distance entre eux. Le sens dépend de l ordre dans lequel on compose les réflexions : la translation s s se fait dans le sens allant de δ vers δ. Si δ et δ se coupent en O, et forment un angle θ [0; π], mesuré de δ vers δ dans le sens direct, alors s s est la rotation de centre O et d angle 2θ dans le sens direct. Pour déterminer la composé s r d une réflexion s et d une rotation r, on décompose r en produit de deux réflexion s 1 s 2, de sorte que l axe de s 1 et de s soient confondus : d où s = s 1. On a donc s r = s s s 2 = s 2. Pour t s, où t est une translation, on commence par décomposer t en t 2 t 1, où t 1 est une translation dans une direction orthogonale à l axe de s, et t 2 dans une direction parallèle à l axe de s. On peut alors décomposer t 1 sous la forme t 1 = s s où s est une réflexion par rapport à un axe parallèle à celui de s. Ainsi t s = t 2 s s s = t 2 s : c est un glissement. En utilisant ce qui précède et la proposition 3.1 on déduit immédiatement que toute isométrie du plan se décompose en produit d au plus trois réflexions. Remarque : Le théorème précédent permet de justifier pleinement la terminologie utilisée depuis la Seconde. En effet, deux triangles tels que ABC et A B C sont isométriques, par définition de ce terme, c est-à-dire que leurs côtés sont deux à deux de même longueur. Mais d après la démonstration précédente, ceci est vrai si, et seulement si, il existe une isométrie permettant de passer de l un à l autre, avec deux cas suivant que cette isométrie est directe (on dit alors que c est un déplacement) ou indirecte. Isométries du plan f(z) = e iθ z + b (directe) f(z) = e iθ z + b (indirecte) θ = 0 θ 0 θ qqc θ qqc b = 0 b 0 b qqc f(b) = 0 f(b) 0 Identité translation rotation d angle θ réflexion glissement plan fixe pas de point fixe 1 point fixe droite fixe pas de point fixe Les isométries du plan et leur expression complexe. 4 Équations polynomiales dans C. On connaît une méthode pour résoudre les équations du second degré à coefficients dans R. On peut reprendre la démonstration qui reste valide dans C, à condition de remplacer la racine du discriminant par une solution quelconque de l équation ω 2 =. Ainsi, les solutions de l équation : az 2 + bz + c = 0, a, b, c C, a 0 (6) 6

7 sont : z 1 = b + ω 2a, z 2 = b ω, où ω 2 = = b 2 4ac (7) 2a Ce qu on peut vérifier directement en injectant ces solutions dans (6). Pour trouver ω, on pose ω = X +iy et on obtient deux équations en élevant au carré et en séparant partie réelle et partie imaginaire. On peut ajouter à ces équations X 2 + Y 2 = ω 2 =. D où : X 2 Y 2 = Re( ) 2XY = Im( ) X 2 + Y 2 = On obtient facilement X 2 et Y 2, d où X et Y au signe près. On utilise la deuxième équation pour trouver le signe du produit, d où deux solutions opposées pour ω. Il n existe pas de méthode algébrique pour résoudre les équations générales de degré 5 (résultat de Galois). Néanmoins certaines équations particulières peuvent se résoudre à l aide des fonctions trigonométriques via la représentation polaire. Ainsi, l équation : ω n = 1 (8) pour n N admet n racines distinctes nommées «racines n-ièmes de l unité». Il suffit de remarquer que ω = 1 donc ω = e iθ. L équation (8) est donc équivalente à : d où les solutions : {1; e 2iπ n e inθ = 1 e inθ = e 0 nθ 0 ;... ; e 2ikπ n ;... ; e 2i(n 1)π n }. θ 0 [ 2π n ] (9) Exercice 4.1 K Résoudre les équations z 3 = 1, z 5 = 1, z 6 = 1, z 3 = 2, z 3 = 2i dans C Exercice 4.2 K Soit w = 1 + i. Trouver les racines carrées puis cubiques de w, et placer les points correspondants dans le plan complexe. On admet le théorème suivant, dont la démonstration dépasse le niveau de ce cours. Théorème 4.1 (Théorème de d Alembert-Gauss) Toute équation polynomiale de degré n 1 à coefficients dans C, i.e. a n z n + a n 1 z n a 0 = 0 avec a 0,..., a n C et a n 0, admet au moins une solution dans C. On en déduit très simplement que tout polynôme de degré n à coefficient dans C se décompose de la façon suivante : a n z n a 0 = a n n i=1 k (z z i ) = a n (z z i) mi (10) Les z i sont les racines de P. Dans la seconde égalité on a regroupé les racines égales, et l entier m i est appelé multiplicité de la racine z i. On a m i N tels que m m k = n. En développant l équation (10) on obtient des relations entre les coefficients a 0, a 1,..., a n du polynôme et ses racines. Ces relations sont très importantes et à savoir retrouver rapidemment. On les appelle les formules de Viète. Pour un polynôme de degré 2 on a en particulier : i=1 z 1 + z 2 = a 1 a 2 ; z 1 z 2 = a 0 a 2 7

8 En degré 3 : z 1 + z 2 + z 3 = a 2 a 3 ; z 1 z 2 + z 2 z 3 + z 3 z 1 = a 1 a 3 ; z 1 z 2 z 3 = a 0 a 3 Exercice 4.3 Retrouver ces formules et trouver la formule en degré 4. Le principe se comprend aisément même si la formule générale est lourde à écrire. On remarque que les fonctions des racines z 1, z 2,... qui apparaissent sont symétriques : elles sont invariantes lorsque l on permute les racines. On appelle ces fonctions les polynômes symétriques élémentaires. Exercice 4.4 K Démontrer à l aide de (10) que les fonctions des racines apparaissant dans les formules précédentes sont bien symétriques. Exercice 4.5 Soient deux nombres dont la somme fait 4 et le produit fait 2. Déterminer ces deux nombres. Il est bon de savoir que tout polynôme symétrique en les variables z 1,..., z n peut s écrire commme un polynôme des polynômes symétriques élémentaires 3. Par exemple, on peut vérifier que z 1 z 2 z z 1 z 3 2z 3 + z 3 1z 2 z 3 = e 3 (e 2 1 2e 2 ) où e 3 = z 1 z 2 z 3, e 2 = z 1 z 2 + z 2 z 3 + z 1 z 3 et e 1 = z 1 + z 2 + z 3. Exercice 4.6 K Combien vaut la somme des cubes des racines du polynôme P (z) = z 3 + 2z 2 3z + 5? A Points cocycliques et birapport On commence par rappeler le théorème suivant : Théorème A.1 Soient A, B, C trois points distincts du plan et O le centre du cercle circonscrit au triangle ABC. Alors on a : ( CA, 1 CB) 2 ( OA, OB) [π] C O A B Démonstration: On a : car OCA isocèle en O et : 2( CA, CO) + ( OC, OA) π 2( CO, CB) + ( OB, OC) π car OCB isocèle en O. En faisant la somme et en appliquant la «relation de Chasles pour les angles» on obtient : 2(( CA, CO) + ( CO, CB)) + ( OB, OC) + ( OC, OA) 0 3 La démonstration est une récurrence assez délicate. ( CA, 1 CB) 2 ( OA, OB) [π] 8

9 On en déduit le théorème dit de l arc capable : Théorème A.2 Soit θ R et A, B deux points distincts. Alors le lieu des points M du plan tels que ( MA, MB) θ [π] est : 1. la droite (AB) si θ 0 [π], 2. un cercle passant par A et B sinon. Démonstration: Le cas θ 0 [π] est trivial. Supposons donc θ 0 [π]. Soit un point O sur la médiatrice de [AB] et tel que l on ait ( OA, OB) 2θ : il est facile de voir que O existe et est unique. Alors d après le théorème précédent tout point M du cercle de centre O et de rayon OA vérifie l égalité. Réciproquement, si on a ( MA, MB) θ [π] alors d après le théorème précédent on a ( O A, O B) 2θ où O est le centre du cercle circonscrit au triangle AMB. Donc O = O par unicité du point O vérifiant cette condition angulaire sur la médiatrice de [AB]. Donc finalement M appartient au cercle précédemment défini. Corollaire A.3 Soient A, B, C, D quatre points distincts du plan, alors ces points sont cocycliques ou alignés ssi : ( CA, CB) ( DA, DB) [π] Démonstration: Premier cas : ( CA, CB) 0 [π]. Alors A, B, C sont alignés, et on applique au point D le premier cas du théorème précédent. Second cas : ( CA, CB) 0 [π]. Alors d après le second cas du théorème précédent, D appartient au cercle circonscrit à ABC ssi ( DA, DB) θ [π] ( CA, CB) [π] Il ne reste plus qu à traduire en terme d affixes : ( CA, CB) ( DA, DB) arg( b c a c ) arg( b d a d ) 0 arg( b c a c : b d a d ) 0 b c a c : b d a d R Remarque : On ne trouve pas les lettres dans le même ordre, mais il est évident que ABCD sont cocycliques ou alignés ssi BCAD le sont. En procédant à cette permutation de lettres on arrive au résultat exact du cours. Remarque : Il faut prendre garde à énoncer les points en suivant une orientation fixée, par exemple le sens trigonométrique pour éviter les ennuis avec les angles orientés... [π] [π] [π] 9

Représentation géométrique d un nombre complexe

Représentation géométrique d un nombre complexe CHAPITRE 1 NOMBRES COMPLEXES 1 Représentation géométrique d un nombre complexe 1. Ensemble des nombres complexes Soit i le nombre tel que i = 1 L ensemble des nombres complexes est l ensemble des nombres

Plus en détail

Applications des nombres complexes à la géométrie

Applications des nombres complexes à la géométrie Chapitre 6 Applications des nombres complexes à la géométrie 6.1 Le plan complexe Le corps C des nombres complexes est un espace vectoriel de dimension 2 sur R. Il est donc muni d une structure naturelle

Plus en détail

Module et argument d un nombre complexe. Interprétation géométrique, lignes de niveau associées. Applications

Module et argument d un nombre complexe. Interprétation géométrique, lignes de niveau associées. Applications Module et argument d un nombre complexe. Interprétation géométrique, lignes de niveau associées. Applications Introduction : Cette leçon s inscrit dans la continuité de la précédente. On supposera connu

Plus en détail

Cours de mathématiques. Chapitre 9 : Nombres complexes

Cours de mathématiques. Chapitre 9 : Nombres complexes Cours de mathématiques Terminale S1 Chapitre 9 : Nombres complexes Année scolaire 2008-2009 mise à jour 15 février 2009 Fig. 1 Gerolamo Cardano Médecin et mathématicien italien qui ne redoutait pas les

Plus en détail

Fiche 17 Nombres complexes

Fiche 17 Nombres complexes Fiche 7 Nombres complexes Objectifs : Connaître les différentes définitions Savoir passer d une notation à l autre Savoir simplifier des nombres et effectuer les opérations élémentaires. Définitions On

Plus en détail

Similitudes directes

Similitudes directes Similitudes directes Cours maths Terminale S Similitudes directes : Après de brefs rappels concernant les similitudes en général, on choisit dans ce module de s intéresser exclusivement au cas des similitudes

Plus en détail

Laurent Garcin MPSI Lycée Jean-Baptiste Corot. (a, b) + (c, d) = (a + c, b + d) (a, b) (c, d) = (ac bd, ad + bc) (a, 0) (b, 0) = (ab, 0)

Laurent Garcin MPSI Lycée Jean-Baptiste Corot. (a, b) + (c, d) = (a + c, b + d) (a, b) (c, d) = (ac bd, ad + bc) (a, 0) (b, 0) = (ab, 0) NOMBRES COMPLEXES 1 Corps C des nombres complexes 1.1 Construction de C Construction de C On munit R de deux lois internes + et de la manière suivante. Pour (a, b, c, d) R 4, on pose (a, b) + (c, d) =

Plus en détail

Groupe symétrique. Chapitre II. 1 Définitions et généralités

Groupe symétrique. Chapitre II. 1 Définitions et généralités Chapitre II Groupe symétrique 1 Définitions et généralités Définition. Soient n et X l ensemble 1,..., n. On appelle permutation de X toute application bijective f : X X. On note S n l ensemble des permutations

Plus en détail

UNIVERSITE D ORLEANS SL01MA11, Groupes 1 et 5 Département de Mathématiques 2009-2010. N. El Hage Hassan S EXPRIMER EN MATHÉMATIQUES

UNIVERSITE D ORLEANS SL01MA11, Groupes 1 et 5 Département de Mathématiques 2009-2010. N. El Hage Hassan S EXPRIMER EN MATHÉMATIQUES UNIVERSITE D ORLEANS SL01MA11, Groupes 1 et 5 Département de Mathématiques 2009-2010 N. El Hage Hassan S EXPRIMER EN MATHÉMATIQUES 1 Les énoncés La plupart des phrases que l on rencontre dans un livre

Plus en détail

Angles orientés et trigonométrie

Angles orientés et trigonométrie Chapitre Angles orientés et trigonométrie Ce que dit le programme : CONTENUS CAPACITÉS ATTENDUES COMMENTAIRES Trigonométrie Cercle trigonométrique. Radian. Mesure d un angle orienté, mesure principale.

Plus en détail

CHAPITRE 6 Les vecteurs

CHAPITRE 6 Les vecteurs A/ Vecteurs Cours de Mathématiques Classe de Seconde Chapitre 6 Les Vecteurs CHAPITRE 6 Les vecteurs 1) Définition et exemples a) Définition Soient deux points A et B. On appelle vecteur AB "la flèche"

Plus en détail

1 Notion d espace vectoriel

1 Notion d espace vectoriel Arnaud de Saint Julien - MPSI Lycée La Merci 2014-2015 1 Résumé de cours sur les espaces vectoriels et les applications linéaires Les vecteurs du plan, les nombres réels, et les polynômes à coefficients

Plus en détail

LE PRODUIT SCALAIRE ( En première S )

LE PRODUIT SCALAIRE ( En première S ) LE PRODUIT SCALAIRE ( En première S ) Dernière mise à jour : Jeudi 4 Janvier 007 Vincent OBATON, Enseignant au lycée Stendhal de Grenoble ( Année 006-007 ) 1 Table des matières 1 Grille d autoévaluation

Plus en détail

Vecteurs Géométrie dans le plan Exercices corrigés

Vecteurs Géométrie dans le plan Exercices corrigés Vecteurs Géométrie dans le plan Exercices corrigés Sont abordés dans cette fiche : Exercice 1 : notion de vecteur, transformation de points par translation et vecteurs égaux Exercice 2 : parallélogramme

Plus en détail

Nombres complexes et géométrie euclidienne

Nombres complexes et géométrie euclidienne 19 Nombres complexes et géométrie euclidienne Le corps C des nombres complexes est supposé construit voir le chapitre 7. On rappelle que C est un corps commutatif et un R-espace vectoriel de dimension,

Plus en détail

Calcul matriciel. Définition 1 Une matrice de format (m,n) est un tableau rectangulaire de mn éléments, rangés en m lignes et n colonnes.

Calcul matriciel. Définition 1 Une matrice de format (m,n) est un tableau rectangulaire de mn éléments, rangés en m lignes et n colonnes. 1 Définitions, notations Calcul matriciel Définition 1 Une matrice de format (m,n) est un tableau rectangulaire de mn éléments, rangés en m lignes et n colonnes. On utilise aussi la notation m n pour le

Plus en détail

1 radian. De même, la longueur d un arc de cercle de rayon R et dont l angle au centre a pour mesure α radians est α R. R AB =R.

1 radian. De même, la longueur d un arc de cercle de rayon R et dont l angle au centre a pour mesure α radians est α R. R AB =R. Angles orientés Trigonométrie I. Préliminaires. Le radian Définition B R AB =R C O radian R A Soit C un cercle de centre O. Dire que l angle géométrique AOB a pour mesure radian signifie que la longueur

Plus en détail

2. MATRICES ET APPLICATIONS LINÉAIRES

2. MATRICES ET APPLICATIONS LINÉAIRES 2. MATRICES ET APPLICATIONS LINÉAIRES 2.1 Définition Une matrice n m est un tableau rectangulaire de nombres (réels en général) à n lignes et m colonnes ; n et m sont les dimensions de la matrice. Notation.

Plus en détail

Exercices - Nombres complexes : corrigé. Formes algébriques et trigonométriques, module et argument

Exercices - Nombres complexes : corrigé. Formes algébriques et trigonométriques, module et argument Formes algébriques et trigonométriques, module et argument Exercice - - L/Math Sup - On multiplie le dénominateur par sa quantité conjuguée, et on obtient : Z = 4 i 3 + i 3 i 3 = 4 i 3 + 3 = + i 3. Pour

Plus en détail

Nombres complexes Forme trigonométrique d un complexe Exercices corrigés

Nombres complexes Forme trigonométrique d un complexe Exercices corrigés Nombres complexes Forme trigonométrique d un complexe Exercices corrigés Sont abordés dans cette fiche : Exercice 1 : affixe d un point, représentation d un point-image dans le plan complexe, argument

Plus en détail

Produit scalaire dans l Espace

Produit scalaire dans l Espace Produit scalaire dans l Espace Christophe ROSSIGNOL Année scolaire 014/015 Table des matières 1 Produit scalaire du plan 1.1 Différentes expressions du produit scalaire............................... 1.

Plus en détail

Savoir que AB= CD équivaut à ABDC est un parallélogramme, éventuellement aplati. Connaître les coordonnées (x B x A ; y B y A ) du vecteur AB

Savoir que AB= CD équivaut à ABDC est un parallélogramme, éventuellement aplati. Connaître les coordonnées (x B x A ; y B y A ) du vecteur AB Chapitre 3 La notion de vecteurs CONTENUS CAPACITÉS ATTENDUES COMMENTAIRES Vecteurs Définition de la translation qui transforme un point A du plan en un point B. Vecteur AB associé. Égalité de deux vecteurs

Plus en détail

un repère orthonormé de l espace.

un repère orthonormé de l espace. Terminale S GEOMETRIE Ch 13 DANS L ESPACE. Soit ( O ; i, j, k ) un repère orthonormé de l espace. I) Droites et plans dans l espace : Propriété 1 : Soient A et B deux points de l espace. AB est l ensemble

Plus en détail

Construction d un cercle tangent à deux cercles donnés.

Construction d un cercle tangent à deux cercles donnés. Préparation au CAPES Strasbourg, octobre 2008 Construction d un cercle tangent à deux cercles donnés. Le problème posé : On se donne deux cercles C et C de centres O et O distincts et de rayons R et R

Plus en détail

Leçon 6. Savoir compter

Leçon 6. Savoir compter Leçon 6. Savoir compter Cette leçon est une introduction aux questions de dénombrements. Il s agit, d une part, de compter certains objets mathématiques (éléments, parties, applications,...) et, d autre

Plus en détail

Applications linéaires

Applications linéaires Chapitre IV Applications linéaires Révisions Définition. Soient E, deux espaces vectoriels sur le même corps commutatif est dite linéaire si quels que soient x, y E et λ,. Une application f : E f x y f

Plus en détail

Corrigé du baccalauréat S Pondichéry 12 avril 2007

Corrigé du baccalauréat S Pondichéry 12 avril 2007 Corrigé du baccalauréat S Pondichéry 1 avril 7 EXERCICE 1 Commun à tous les candidats 4 points 1 a Les vecteurs AB et AC ont pour coordonnées AB ; ; ) et AC 1 ; 4 ; 1) Ils ne sont manifestement pas colinéaires

Plus en détail

Démonstration des propriétés géométriques du plan niveau collège

Démonstration des propriétés géométriques du plan niveau collège Démonstration des propriétés géométriques du plan niveau collège Propriété : Si un point est sur un segment et à égale distance de ses extrémités alors ce point est le milieu du segment. Si un point est

Plus en détail

Chapitre IV Bases et dimension d un espace vectoriel

Chapitre IV Bases et dimension d un espace vectoriel Chapitre IV Bases et dimension d un espace vectoriel Objectif : Nous allons voir comment fabriquer des systèmes de coordonnées pour les vecteurs d un espace vectoriel général. Dans ce chapitre désigne

Plus en détail

Espaces vectoriels et applications

Espaces vectoriels et applications Espaces vectoriels et applications linéaires 1 Définitions On parle d espaces vectoriels sur le corps R ou sur le corps C. Les définitions sont les mêmes en substituant R à C ou vice versa. Définition

Plus en détail

Université Paris-Dauphine DUMI2E 1ère année, 2009-2010. Applications

Université Paris-Dauphine DUMI2E 1ère année, 2009-2010. Applications Université Paris-Dauphine DUMI2E 1ère année, 2009-2010 Applications 1 Introduction Une fonction f (plus précisément, une fonction réelle d une variable réelle) est une règle qui associe à tout réel x au

Plus en détail

BJ - RELATIONS BINAIRES

BJ - RELATIONS BINAIRES BJ - RELATIONS BINAIRES Définitions Soit A et B deux ensembles non vides, et G une partie de A B. On dit qu un élément x de A est relié à un élément y de B par une relation binaire de graphe G, si le couple

Plus en détail

Chapitre 5: Opérateurs dans les espaces de Hilbert. Notions d opérateur adjoint

Chapitre 5: Opérateurs dans les espaces de Hilbert. Notions d opérateur adjoint Chapitre 5: Opérateurs dans les espaces de Hilbert. Notions d opérateur adjoint 18 mars 2008 1 Généralités sur les opérateurs 1.1 Définitions Soient H et H deux espaces de Hilbert sur C. Définition 1.1

Plus en détail

Chapitre 1 : Évolution COURS

Chapitre 1 : Évolution COURS Chapitre 1 : Évolution COURS OBJECTIFS DU CHAPITRE Savoir déterminer le taux d évolution, le coefficient multiplicateur et l indice en base d une évolution. Connaître les liens entre ces notions et savoir

Plus en détail

Cahier de vacances - Préparation à la Première S

Cahier de vacances - Préparation à la Première S Cahier de vacances - Préparation à la Première S Ce cahier est destiné à vous permettre d aborder le plus sereinement possible la classe de Première S. Je vous conseille de le travailler pendant les 0

Plus en détail

Corrigé du baccalauréat S Asie 21 juin 2010

Corrigé du baccalauréat S Asie 21 juin 2010 Corrigé du baccalauréat S Asie juin 00 EXERCICE Commun à tous les candidats 4 points. Question : Le triangle GBI est : Réponse a : isocèle. Réponse b : équilatéral. Réponse c : rectangle. On a GB = + =

Plus en détail

Angles orientés et fonctions circulaires ( En première S )

Angles orientés et fonctions circulaires ( En première S ) Angles orientés et fonctions circulaires ( En première S ) Dernière mise à jour : Jeudi 01 Septembre 010 Vincent OBATON, Enseignant au lycée Stendhal de Grenoble (Année 006-007) Lycée Stendhal, Grenoble

Plus en détail

Correction du Baccalauréat S Amérique du Nord mai 2007

Correction du Baccalauréat S Amérique du Nord mai 2007 Correction du Baccalauréat S Amérique du Nord mai 7 EXERCICE points. Le plan (P) a une pour équation cartésienne : x+y z+ =. Les coordonnées de H vérifient cette équation donc H appartient à (P) et A n

Plus en détail

Cours de mathématiques : Equation du second degré

Cours de mathématiques : Equation du second degré Cours de mathématiques : Equation du second degré I ) Formes de l'équation du second degré. L'équation du deuxiéme degré à une inconnue est celle où l'inconnue est élévé à la puissance de 2, sans y etre

Plus en détail

Développement décimal d un réel

Développement décimal d un réel 4 Développement décimal d un réel On rappelle que le corps R des nombres réels est archimédien, ce qui permet d y définir la fonction partie entière. En utilisant cette partie entière on verra dans ce

Plus en détail

Recueil d annales en Mathématiques. Terminale S Enseignement obligatoire. Nombres complexes

Recueil d annales en Mathématiques. Terminale S Enseignement obligatoire. Nombres complexes Recueil d annales en Mathématiques Terminale S Enseignement obligatoire Frédéric Demoulin 1, Olivier Hervé 2 Dernière révision : 22 mai 2008 Document diffusé via le site www.bacamaths.net de Gilles Costantini

Plus en détail

Résumé de cours sur les coniques. Lycée Brizeux - PCSI B. Année 2010-2011

Résumé de cours sur les coniques. Lycée Brizeux - PCSI B. Année 2010-2011 Résumé de cours sur les coniques. Lycée Brizeux - PCSI B. Année 010-011 novembre 010 I Définition d une conique en terme d équation cartésienne On se place dans le repère orthonormé direct (0, i, j ).

Plus en détail

Licence de Sciences et Technologies. Fiche de cours 1 - Nombres réels.

Licence de Sciences et Technologies. Fiche de cours 1 - Nombres réels. Licence de Sciences et Technologies EM21 - Analyse Fiche de cours 1 - Nombres réels. On connaît les ensembles suivants, tous munis d une addition, d une multiplication, et d une relation d ordre compatibles

Plus en détail

Équations du troisième degré

Équations du troisième degré par Z, auctore L objet de cet article est d exposer deux méthodes pour trouver des solutions à une équation du troisième degré : la recherche de racines évidentes d une part, et la formule de Cardan d

Plus en détail

COURS DE MATHÉMATIQUES Seconde

COURS DE MATHÉMATIQUES Seconde OURS DE MTHÉMTIQUES Seconde Valère ONNET (postmaster@mathsaulycee.info) 20 décembre 2006 Lycée PONTUS DE TYRD 13 rue des Gaillardons 71100 HLON SUR SÔNE Tél. : (33) 03 85 46 85 40 Fax : (33) 03 85 46 85

Plus en détail

Correction du baccalauréat S Liban juin 2007

Correction du baccalauréat S Liban juin 2007 Correction du baccalauréat S Liban juin 07 Exercice. a. Signe de lnx lnx) : on fait un tableau de signes : x 0 e + ln x 0 + + lnx + + 0 lnx lnx) 0 + 0 b. On afx) gx) lnx lnx) lnx lnx). On déduit du tableau

Plus en détail

Calcul Matriciel. Chapitre 10. 10.1 Qu est-ce qu une matrice? 10.2 Indexation des coefficients. 10.3 Exemples de matrices carrées.

Calcul Matriciel. Chapitre 10. 10.1 Qu est-ce qu une matrice? 10.2 Indexation des coefficients. 10.3 Exemples de matrices carrées. Chapitre 10 Calcul Matriciel 101 Qu est-ce qu une matrice? Définition : Soit K un ensemble de nombres exemples, K = N, Z, Q, R, C, n, p N On appelle matrice à n lignes et p colonnes la données de np nombres

Plus en détail

Algèbre linéaire avancée I Jeudi 8 Octobre 2015 Prof. A. Abdulle J =

Algèbre linéaire avancée I Jeudi 8 Octobre 2015 Prof. A. Abdulle J = Algèbre linéaire avancée I Jeudi 8 Octobre 205 Prof. A. Abdulle EPFL Série 4 (Corrigé) Exercice Soit J M 2n 2n (R) la matrice définie par J 0 In, I n 0 où I n est la matrice identité de M n n (R) et 0

Plus en détail

(ii) pour tout x X, on a e x = x.

(ii) pour tout x X, on a e x = x. COURS DE LICENCE 2014/15 4 Groupes agissant sur un ensemble Définition 4.1. Soit G un groupe, X un ensemble non vide, S(X) le groupe des bijections de X. Une action de G sur X ou une opération de G sur

Plus en détail

Limites finies en un point

Limites finies en un point 8 Limites finies en un point Pour ce chapitre, sauf précision contraire, I désigne une partie non vide de R et f une fonction définie sur I et à valeurs réelles ou complees. Là encore, les fonctions usuelles,

Plus en détail

AGRÉGATION INTERNE: RÉDUCTION DES ENDOMORPHISMES

AGRÉGATION INTERNE: RÉDUCTION DES ENDOMORPHISMES AGRÉGATION INTERNE: RÉDUCTION DES ENDOMORPHISMES VINCENT GUEDJ 1. Notions fondamentales 1.1. Noyau, Image. On se donne E un K-espace vectoriel de dimension finie (K = R, C principalement) et f L(E) un

Plus en détail

Révisions Maths Terminale S - Cours

Révisions Maths Terminale S - Cours Révisions Maths Terminale S - Cours M. CHATEAU David 24/09/2009 Résumé Les résultats demandés ici sont à connaître parfaitement. Le nombre de réponses attendues est parfois indiqué entre parenthèses. Les

Plus en détail

Partie II. Supplémentaires d un sous-espace donné. Partie I. Partie III. Supplémentaire commun. MPSI B 8 octobre 2015

Partie II. Supplémentaires d un sous-espace donné. Partie I. Partie III. Supplémentaire commun. MPSI B 8 octobre 2015 Énoncé Dans tout le problème, K est un sous-corps de C. On utilisera en particulier que K n est pas un ensemble fini. Tous les espaces vectoriels considérés sont des K espaces vectoriels de dimension finie.

Plus en détail

Les nombres complexes

Les nombres complexes Les nombres complexes 8 novembre 009 Table des matières Définitions Forme algébrique Représentation graphique Opérations sur les nombres complexes Addition et multiplication Inverse d un nombre complexe

Plus en détail

Terminale S Spécialité Cours : DIVISIBILITE ET CONGRUENCES DANS.

Terminale S Spécialité Cours : DIVISIBILITE ET CONGRUENCES DANS. A la fin de ce chapitre vous devez être capable de : connaître différents procédés pour établir une divisibilité : utilisation de la définition, utilisation d identités remarquables, disjonction des cas,

Plus en détail

Thème : Application affines en terminale

Thème : Application affines en terminale 6 ième ASSEMBLEE GENERALE de l Association des Professeurs de Mathématiques de la Région de Sikasso et Sympathisants Thème : Application affines en terminale BOUGOUNI 2010-2011 Présenté par : APROMARS/

Plus en détail

Un tout petit peu d homotopie

Un tout petit peu d homotopie Vincent Beck On note I = [ 0, 1 ]. Un tout petit peu d homotopie 0.1 Homotopie Définition 1 Applications homotopes. Soient X, Y deux espaces topologiques et f, g : X Y deux applications continues. On dit

Plus en détail

Applications linéaires

Applications linéaires Bibliothèque d exercices Énoncés L1 Feuille n 18 Applications linéaires 1 Définition Exercice 1 Déterminer si les applications f i suivantes (de E i dans F i ) sont linéaires : f 1 : (x, y) R (x + y, x

Plus en détail

Le corps R des nombres réels

Le corps R des nombres réels Le corps R des nombres réels. Construction de R à l aide des suites de Cauchy de nombres rationnels On explique brièvement dans ce paragraphe comment construire le corps R des nombres réels à partir du

Plus en détail

Anneaux, algèbres. Chapitre 2. 2.1 Structures

Anneaux, algèbres. Chapitre 2. 2.1 Structures Chapitre 2 Anneaux, algèbres 2.1 Structures Un anneau est un ensemble A muni de deux opérations internes + et et d éléments 0 A et 1 A qui vérifient : associativité de l addition : commutativité de l addition

Plus en détail

Cours de mathématiques.

Cours de mathématiques. Orsay 008-009 IFIPS S Mathématiques (M160). Cours de mathématiques. 1. Equations différentielles linéaires du second ordre. La fonction C : x cos x est indéfiniment dérivable sur R, et C (x) = S(x), avec

Plus en détail

CHAPITRE I TRIGONOMETRIE

CHAPITRE I TRIGONOMETRIE CHAPITRE I TRIGONOMETRIE ) Le cercle trigonométrique Un cercle trigonométrique est un cercle C de rayon qui est orienté, ce qui veut dire qu on a choisi un sens positif (celui des ronds-points) et un sens

Plus en détail

SOMMES ET PRODUITS. 1 Techniques de calcul. 1.1 Le symbole. 1.2 Règles de calcul. Laurent Garcin MPSI Lycée Jean-Baptiste Corot

SOMMES ET PRODUITS. 1 Techniques de calcul. 1.1 Le symbole. 1.2 Règles de calcul. Laurent Garcin MPSI Lycée Jean-Baptiste Corot SOMMES ET PRODUITS 1 Techniques de calcul 1.1 Le symbole Notation 1.1 Soient m et n deux entiers naturels. Alors { a m + a m+1 + + a + a n si m n, a = 0 sinon. On peut aussi noter m n =m a ou encore m,n

Plus en détail

Cours de Mécanique du point matériel

Cours de Mécanique du point matériel Cours de Mécanique du point matériel SMPC1 Module 1 : Mécanique 1 Session : Automne 2014 Prof. M. EL BAZ Cours de Mécanique du Point matériel Chapitre 1 : Complément Mathématique SMPC1 Chapitre 1: Rappels

Plus en détail

Baccalauréat S Antilles-Guyane 11 septembre 2014 Corrigé

Baccalauréat S Antilles-Guyane 11 septembre 2014 Corrigé Baccalauréat S ntilles-guyane 11 septembre 14 Corrigé EXERCICE 1 6 points Commun à tous les candidats Une entreprise de jouets en peluche souhaite commercialiser un nouveau produit et à cette fin, effectue

Plus en détail

Projection orthogonale sur une droite du plan, projection vectorielle associée. Applications (calculs de distances et d angles, optimisation )

Projection orthogonale sur une droite du plan, projection vectorielle associée. Applications (calculs de distances et d angles, optimisation ) Projection orthogonale sur une droite du plan, projection vectorielle associée. Applications (calculs de distances et d angles, optimisation ) Introduction : On se place dans plan affine euclidien muni

Plus en détail

A. Déterminant d une matrice carrée

A. Déterminant d une matrice carrée IUT ORSAY Mesures Physiques Déterminants Initiation à la diagonalisation de matrice Cours du ème Semestre A Déterminant d une matrice carrée A-I Définitions élémentaires Si A est la matrice ( a ) on appelle

Plus en détail

FORMULAIRE DE MATHEMATIQUES CLASSE DE TROISIEME

FORMULAIRE DE MATHEMATIQUES CLASSE DE TROISIEME 2012 FORMULAIRE DE MATHEMATIQUES CLASSE DE TROISIEME NOUS VOUS PRESENTONS ICI UN FORMULAIRE CONTENANT LES DEFINITIONS, PROPRIETES ET THEOREMES VUS EN COURS DE MATHEMATIQUES TOUT AU LONG DE VOTRE SCOLARITE

Plus en détail

Cours de mathématiques (Terminale S)

Cours de mathématiques (Terminale S) Cours de mathématiques (Terminale S) II. Chapitre 00 : La trigonométrie. Les angles orientés A. Les radians DÉFINITION Le radian est une unité de mesure angulaire, notée rad définie par : REMARQUE A partir

Plus en détail

Envoi no. 6 : géométrie

Envoi no. 6 : géométrie Envoi no. 6 : géométrie Exercice 1. Soit un triangle rectangle isocèle en. Soit un point de l arc du cercle de centre passant par et, H son projeté orthogonal sur (). On note I le centre du cercle inscrit

Plus en détail

Primitives Cours maths Terminale S

Primitives Cours maths Terminale S Primitives Cours maths Terminale S Dans ce module est introduite la notion de primitive d une fonction sur un intervalle. On définit cette notion puis on montre qu une fonction admet une infinité de primitives

Plus en détail

1 Fiche méthodologique Passage d un mode de représentation d un sev à l autre

1 Fiche méthodologique Passage d un mode de représentation d un sev à l autre 1 Fiche méthodologique Passage d un mode de représentation d un sev à l autre BCPST Lycée Hoche $\ CC BY: Pelletier Sylvain Les deux modes de représentation des sous-espaces vectoriels Il existe deux modes

Plus en détail

UNIVERSITÉ DE CERGY Année 2012-2013 U.F.R. Économie & Gestion Licence d Économie et Mathématiques MATH104 : Mathématiques

UNIVERSITÉ DE CERGY Année 2012-2013 U.F.R. Économie & Gestion Licence d Économie et Mathématiques MATH104 : Mathématiques 1 UNIVERSITÉ DE CERGY Année 2012-201 U.F.R. Économie & Gestion Licence d Économie et Mathématiques MATH104 : Mathématiques Chapitre III : Polynômes 1 Fonctions polynômes & polynômes Définition 1. Soit

Plus en détail

Université Joseph Fourier MAT231 2008-2009

Université Joseph Fourier MAT231 2008-2009 Université Joseph Fourier MAT231 2008-2009 mat231-exo-03.tex (29 septembre 2008) Feuille d exercices n o 3 Exercice 3.1 Soit K un corps commutatif et soit {P 0, P 1,... P n } une famille de polynômes de

Plus en détail

Cours de Probabilités et de Statistique

Cours de Probabilités et de Statistique Cours de Probabilités et de Statistique Licence 1ère année 2007/2008 Nicolas Prioux Université Paris-Est Cours de Proba-Stat 2 L1.2 Science-Éco Chapitre Notions de théorie des ensembles 1 1.1 Ensembles

Plus en détail

Fragments de géométrie du triangle

Fragments de géométrie du triangle Fragments de géométrie du triangle Pierre Jammes (version préliminaire du 2 août 2013) 1. Dénitions On donne ici les dénitions des principaux objets mis en jeu dans le début du texte. Dans le plan euclidien,

Plus en détail

Chapitre 8 - Trigonométrie

Chapitre 8 - Trigonométrie Chapitre 8 - Trigonométrie A) Rappels et compléments ) Le cercle trigonométrique a) Définitions On appelle cercle trigonométrique le cercle de centre O et de rayon dans un repère orthonormal (O, I, J),

Plus en détail

1 Définition et premières propriétés des congruences

1 Définition et premières propriétés des congruences Université Paris 13, Institut Galilée Département de Mathématiques Licence 2ème année Informatique 2013-2014 Cours de Mathématiques pour l Informatique Des nombres aux structures Sylviane R. Schwer Leçon

Plus en détail

Séquence 6. Ensemble des nombres complexes. Sommaire. Prérequis Définition Forme algébrique Forme trigonométrique Synthèse

Séquence 6. Ensemble des nombres complexes. Sommaire. Prérequis Définition Forme algébrique Forme trigonométrique Synthèse Séquence 6 Ensemble des nombres complexes Sommaire Prérequis Définition Forme algébrique Forme trigonométrique Synthèse Cette séquence est une brève introduction à un nouvel ensemble de nombres, ensemble

Plus en détail

I - PUISSANCE D UN POINT PAR RAPPORT A UN CERCLE CERCLES ORTHOGONAUX POLES ET POLAIRES

I - PUISSANCE D UN POINT PAR RAPPORT A UN CERCLE CERCLES ORTHOGONAUX POLES ET POLAIRES I - PUISSANCE D UN POINT PAR RAPPORT A UN CERCLE CERCLES ORTHOGONAUX POLES ET POLAIRES Théorème - Définition Soit un cercle (O,R) et un point. Une droite passant par coupe le cercle en deux points A et

Plus en détail

Cours3. Applications continues et homéomorphismes. 1 Rappel sur les images réciproques

Cours3. Applications continues et homéomorphismes. 1 Rappel sur les images réciproques Université de Provence Topologie 2 Cours3. Applications continues et homéomorphismes 1 Rappel sur les images réciproques Soit une application f d un ensemble X vers un ensemble Y et soit une partie P de

Plus en détail

Espaces vectoriels 2006-2007. Agrégation interne de Mathématiques Département de Mathématiques Université de La Rochelle F.

Espaces vectoriels 2006-2007. Agrégation interne de Mathématiques Département de Mathématiques Université de La Rochelle F. Agrégation interne de Mathématiques Département de Mathématiques Université de La Rochelle 2006-2007 Espaces vectoriels Convention 1. Dans toute la suite, k désignera un corps quelconque. Définition 2.

Plus en détail

Cours d Analyse. Fonctions de plusieurs variables

Cours d Analyse. Fonctions de plusieurs variables Cours d Analyse Fonctions de plusieurs variables Licence 1ère année 2007/2008 Nicolas Prioux Université de Marne-la-Vallée Table des matières 1 Notions de géométrie dans l espace et fonctions à deux variables........

Plus en détail

www.h-k.fr/publications/objectif-agregation

www.h-k.fr/publications/objectif-agregation «Sur C, tout est connexe!» www.h-k.fr/publications/objectif-agregation L idée de cette note est de montrer que, contrairement à ce qui se passe sur R, «sur C, tout est connexe». Cet abus de langage se

Plus en détail

Fonctions de référence Variation des fonctions associées

Fonctions de référence Variation des fonctions associées DERNIÈRE IMPRESSION LE 9 juin 05 à 8:33 Fonctions de référence Variation des fonctions associées Table des matières Fonction numérique. Définition.................................. Ensemble de définition...........................3

Plus en détail

Fonctions homographiques

Fonctions homographiques Fonctions homographiques On donne ci-dessous deux définitions des fonctions homographiques, et on montre que ces deux définitions sont équivalentes. On décrit la courbe représentative d une fonction homographique.

Plus en détail

NOMBRES COMPLEXES. I Définitions

NOMBRES COMPLEXES. I Définitions NOMBRES COMPLEXES Objectifs Définitions C, nombre complexe, forme algébrique, parties réelles imaginaires, imaginaire pur. Plan complexe, affixe, image, axe imaginaire, axe réel Introduction. Inclusions

Plus en détail

Corrigé du baccalauréat S Polynésie juin 2004

Corrigé du baccalauréat S Polynésie juin 2004 Durée : 4 heures Corrigé du baccalauréat S Polynésie juin 4 EXERCICE Commun à tous les candidats 4 points. X suit la loi de durée de vie sans vieillissement ou encore loi eponentielle de paramètre λ ;

Plus en détail

Mathématiques pour l informatique. - Soutien - 1 Nombres complexes. 2 Suites. Exercice 1. (Nombres complexes) Soit le nombre complexe z = (2 + 2i) 7.

Mathématiques pour l informatique. - Soutien - 1 Nombres complexes. 2 Suites. Exercice 1. (Nombres complexes) Soit le nombre complexe z = (2 + 2i) 7. Mathématiques pour l informatique IMAC première année - Soutien - Nombres complexes Rappels. Un nombre complexe z admet plusieurs représentations : représentation vectorielle z = (a, b) où a, b R représentation

Plus en détail

Première partie. Préliminaires : noyaux itérés. MPSI B 6 juin 2015

Première partie. Préliminaires : noyaux itérés. MPSI B 6 juin 2015 Énoncé Soit V un espace vectoriel réel. L espace vectoriel des endomorphismes de V est désigné par L(V ). Lorsque f L(V ) et k N, on désigne par f 0 = Id V, f k = f k f la composée de f avec lui même k

Plus en détail

Leçon 1: les entiers

Leçon 1: les entiers Leçon 1: les entiers L ensemble N des entiers naturels Compter, dresser des listes, classer et comparer des objets interviennent dans de multiples activités humaines. Les nombres entiers naturels sont

Plus en détail

Si deux droites sont parallèles à une même troisième. alors les deux droites sont parallèles entre elles. alors

Si deux droites sont parallèles à une même troisième. alors les deux droites sont parallèles entre elles. alors N I) Pour démontrer que deux droites (ou segments) sont parallèles (d) // (d ) (d) // (d ) deux droites sont parallèles à une même troisième les deux droites sont parallèles entre elles (d) // (d) deux

Plus en détail

Problèmes de Mathématiques Filtres et ultrafiltres

Problèmes de Mathématiques Filtres et ultrafiltres Énoncé Soit E un ensemble non vide. On dit qu un sous-ensemble F de P(E) est un filtre sur E si (P 0 ) F. (P 1 ) (X, Y ) F 2, X Y F. (P 2 ) X F, Y P(E) : X Y Y F. (P 3 ) / F. Première Partie 1. Que dire

Plus en détail

Introduction aux inégalités

Introduction aux inégalités Introduction aux inégalités -cours- Razvan Barbulescu ENS, 8 février 0 Inégalité des moyennes Faisons d abord la liste des propritétés simples des inégalités: a a et b b a + b a + b ; s 0 et a a sa sa

Plus en détail

Une bien jolie curiosité

Une bien jolie curiosité Une bien jolie curiosité Roland Dassonval et Catherine Combelles Tracez un polygone régulier à n sommets inscrit dans un cercle de rayon 1, puis les cordes qui joignent un sommet donné aux n-1 autres.

Plus en détail

Extrait de cours maths 3e. Multiples et diviseurs

Extrait de cours maths 3e. Multiples et diviseurs Extrait de cours maths 3e I) Multiples et diviseurs Multiples et diviseurs Un multiple d'un nombre est un produit dont un des facteurs est ce nombre. Un diviseur du produit est un facteur de ce produit.

Plus en détail

Cours 3: Inversion des matrices dans la pratique...

Cours 3: Inversion des matrices dans la pratique... Cours 3: Inversion des matrices dans la pratique... Laboratoire de Mathématiques de Toulouse Université Paul Sabatier-IUT GEA Ponsan Module complémentaire de maths, année 2012 1 Rappel de l épisode précédent

Plus en détail

Congruences et théorème chinois des restes

Congruences et théorème chinois des restes Congruences et théorème chinois des restes Michel Van Caneghem Février 2003 Turing : des codes secrets aux machines universelles #2 c 2003 MVC Les congruences Développé au début du 19ème siècle par Carl

Plus en détail

Géométrie dans l Espace

Géométrie dans l Espace Géométrie dans l Espace Année scolaire 006/007 Table des matières 1 Vecteurs de l Espace 1.1 Extension de la notion de vecteur à l Espace............................. 1. Calcul vectoriel dans l Espace......................................

Plus en détail

Applications linéaires

Applications linéaires Applications linéaires I) Applications linéaires - Généralités 1.1) Introduction L'idée d'application linéaire est intimement liée à celle d'espace vectoriel. Elle traduit la stabilité par combinaison

Plus en détail