Journée de réflexion autour du Flagship Graphène 18 Avril Activités et projets. Spectroscopies optiques Propriétés opto-électroniques

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Journée de réflexion autour du Flagship Graphène 18 Avril 2013. Activités et projets. Spectroscopies optiques Propriétés opto-électroniques"

Transcription

1 Journée de réflexion autour du Flagship Graphène 18 Avril 213 Activités et projets Spectroscopies optiques Propriétés opto-électroniques

2 Les groupes identifiés Bordeaux, Réseau Aquitain sur les Matériaux à base de Graphène, Groupe Nanophotonique du Laboratoire Photonique, Numérique et Nanosciences (LP2N) Responsables du projet: Brahim Lounis et Laurent Cognet Forces impliquées dans le projet Graphène: 4 permanents et 2 non-permanents Montpellier, Axe Graphène, Laboratoire Charles Coulomb (L2C), Responsable du projet: Antoine Tiberj Forces impliquées dans le projet Graphène: 11 permanents et 2 non-permanents Orléans, Equipe : Désordre et Propriétés Optiques Laboratoire Conditions Extrêmes et Matériaux: Haute température et Irradiation (CEMHTI) Responsable du projet: Mohamed Ramzi Ammar Forces impliquées dans le projet Graphène: 5 permanents et 1 non-permanents Strasbourg, Equipe Opto-électronique et Spintronique du Graphène Institut de Physique et Chimie des Matériaux de Strasbourg (IPCMS) Responsable du Projet: Stéphane Berciaud Forces impliquées dans le projet Graphène: 8 permanents et 4 non-permanents.et autres groupes

3 Savoir-faire dans l étude des propriétés optiques des nanostructures carbonées Activités reconnues et souvent originales dans l étude des propriétés optiques et /ou opto-électroniques des nanostructures carbonées: Nanotubes de carbone, en particulier au niveau individuel Graphène Graphite Carbone désordonné Techniques expérimentales Diffusion Raman Diffusion Rayleigh Absorption Imagerie par photo thermie de nano-objets Photoluminescence, y compris résolue en temps Expériences pompe sonde Spectroscopie THz Développement de spectromètres aux performances souvent uniques et de protocoles expérimentaux originaux qui sont complètement adaptés à l étude du graphène Couplage avec la théorie

4 Propriétés Savoir-faire intrinsèques dans l étude des propriétés optiques des nanotubes de carbone Rayleigh Intensity Raman Intensity Les développements en synthèse, spectroscopie optiques et diffusion Raman ont permis l étude des propriétés intrinsèques des nanotubes de carbone par des mesures au niveau du nanotube individuel. Couplage éventuellement à la diffraction électronique Diffusion Rayleigh Energies de transition Diffusion Raman Phonons Laser PL Continuum Laser Broadband Rayleigh Spectroscopy a) Single mode Laser Raman Spectroscopy b) (RBM and G mode) Electron Elastically scattered light Spectrometer Inelastically scattered light Spectrometer Freestanding SWNT S 33 S 44 c) RBM d) G+ G Photon Energy (ev) Raman Shift (cm -1 ) Diffraction d un tube (n,m)

5 Propriétés Savoir-faire intrinsèques dans l étude des propriétés optiques des nanotubes de carbone T/T (x1-4 ) Expertise des équipes sur les études des excitations électroniques par des techniques de spectroscopie optiques. Absorption Photoluminenscence Expériences pompe-sonde Spectroscopie THz Problèmes abordés: Dynamique des Excitons Création et physique Bi exciton absorption induite par un bi exciton tube (9,7) absorption induite par un trion tube (6,5) Wavelength (nm) Trions 9 ps 2 ps 5 ps 12 ps -.1 ps Photon Energy (ev)

6 Savoir-faire Etudes par diffusion des équipes Raman françaises des propriétés du graphène Caractérisation in-situ (y compris de nano dispositifs) Nombre de feuillets mono-, double-, triple- feuillets Désordre entre feuillets Bernal ou autres Désordre intra feuillet Nombre et type de défauts Dopage, déformation et propriétés thermiques Couplage avec des mesures de transmission / réflexion Raman-Reflectivity laser beam objective Photodiode Piezo stage graphene SiC Transmission SiO 2 Gate 1µm Dopage électrostatique, Couplage avec transport électrochimique, transfert de charge forts taux de dopage Contraintes et déformations 1D et 2D Propriétés thermiques G (cm -1 ) Electron concentration (1 13 cm -2 )

7 Projet : 1-Les spectroscopies optiques comme outils de caractérisation Spectroscopie optiques (diffusion Raman en particulier) sont essentielles en tant que techniques dédiées, précises et (souvent) non-invasives dans les projets qui concernent: Synthèse de graphène Contrôle de la qualité et des caractéristiques d échantillons de graphène produits par différents voies (CVD et épitaxie de SiC), Etudes in-situ Chimie du graphène Défauts (type, concentration) Fonctionnalisation Dopage Hybride graphène- métal Oxyde de graphène et oxyde de graphène réduit Questions ouvertes: Beaucoup d effets à discriminer Unification des pratiques et des protocoles (aspect métrologie) De la dénomination de ce qu on appelle graphène à l évaluation précise du type et du taux de défaut, et du niveau des contraintes

8 Projet : 2-Propriétés opto-électroniques intrinsèques du graphène suspendu Mesures combinant spectroscopie optiques - transport - photo transport sur du graphène suspendu, i.e. libre d environnement. Propriétés intrinsèques Dépendance avec l énergie d excitation (approche du point de Dirac) Effet de température Effet de la pression Spectromètre To Spectrometer Raman Filter Laser Effet du dopage Source Drain Effet de l atmosphère V SD SiO 2 Si V BG Questions ouvertes: Comprendre les processus de diffusion, d émission, d absorption Couplage électron-phonon et électron-électron Le couplage avec la théorie est essentiel Fréquence Largeur S. Berciaud et al., Nano Lett. 9, 346 (29)

9 Puissance Laser Projet : 3-Effet de l environnement sur les propriétés du graphène Les propriétés du graphène sont extrêmement sensibles à son environnement La diffusion Raman (et l absorption IR) permettent d étudier en détail ces effets Graphène déposé sur un substrat hydrophile G-shift 2D shift Largeur A 2D /A G Experiment chronology Photo-dopage réversible Dopé n 1.5 mw neutre.5-.6 mw Dopé p mw A. Tiberj et al., soumis (213)

10 Projet : 3-Effet de l environnement sur les propriétés du graphène Constat: Forte implication des effets de l environnement dans les propriétés électroniques dans le transport électronique dans la fonctionnalisation (réactivité) P. Levesque et al., Nano Lett.11, 132 (211) Questions ouvertes pour lesquelles les spectroscopies optiques sont pertinentes Interaction et interface graphène-substrat pour tous modes de fabrication du graphène Epitaxial graphene on SiC Buffer layer on Si face Rôle de l atmosphère chimie de surface

11 Projet : 4-Interactions entre le graphène et des nanoparticules Transfert d énergie et / ou de charges Nanostructures semi conductrices Nanoparticules métalliques V G Grille Drain Quantum Dot Laser Ion gel Source Quartz Graphene V SD E laser graphene QD E lum Graphene Processus de relaxation électronique Z. Chen, S. Berciaud et al. ACS Nano 4, 2964 (21) Expériences de spectroscopies résolues en temps (ultra-rapides) Déclin de luminescence des nanoparticules semi conductrices (boites quantiques) Mesures de transmission différentielle Emission commandée par la grille

12 Spectroscopie THz (1/Ohm) Ondes plasma à RT pour émission et détection THZ Transistors à effet de champ à base de graphène Détecteurs THz très efficaces à RT 4x1 3x1 2x1 1x1 Photoresponse X (V) E E E Monolayer Graphene -1 5µ 3 Monolayer Graphene µ -1m Gate Voltage (V) L. Vacarelli et al., Nature Materials 11, 865 (212) Bio-capteurs Nano oxyde de graphène réduit absorbe dans le proche IR (nano-rgo: 2 nm) Spectroscopie d absorption et utilisation pour le marquage biologique de nano-rgo Dépendance avec leur taille des propriétés optiques des nano-rgo Réflexion autour du Flagship Graphène 18 avril X Axis (mm) 1 Gate Voltage (V) 1m 2.61E-4 7 Y Axis (mm) 5x1 3.E 8 Imagerie THz CNP 9 6x1 CNP Projet : 5-Imagerie à base de graphène

Les nanotubes de carbone : 1. Structure et croissance

Les nanotubes de carbone : 1. Structure et croissance Les nanotubes de carbone : 1. Structure et croissance Les différentes formes de carbone sp 2 Structure des nanotubes mono-feuillets Structure électronique des nanotubes mono-feuillets Modèle de croissance

Plus en détail

PHS 3210 - Spectroscopie Plan de cours Hiver 2015

PHS 3210 - Spectroscopie Plan de cours Hiver 2015 PHS 3210 - Spectroscopie Plan de cours Hiver 2015 Description du cours Professeur : Site web du cours : Nombre de crédits : Heures par semaine : Disponibilité : Cours préalables : Sébastien Francoeur B559.6

Plus en détail

PLASMA / SOLAIRE / NANO. Françoise MASSINES PROMES - CNRS LIA STEP

PLASMA / SOLAIRE / NANO. Françoise MASSINES PROMES - CNRS LIA STEP PLASMA / SOLAIRE / NANO Françoise MASSINES PROMES - CNRS LIA STEP Notre laboratoire : PROMES Procédés Matériaux Energie Solaire Unité propre du CNRS, laboratoire de l INSIS (Institut des Sciences de l

Plus en détail

http://voyager.ppm.u-psud.fr/nanophysics.html

http://voyager.ppm.u-psud.fr/nanophysics.html Axe principal: EMQ Axes secondaires : NPIQ, NC Nanosciences Moléculaires http://voyager.ppm.u-psud.fr/nanophysics.html Laboratoire Institut des Sciences Moléculaires d Orsay (ISMO), Bâtiment 210, Université

Plus en détail

INSTRUMENTS DE MESURE

INSTRUMENTS DE MESURE INSTRUMENTS DE MESURE Diagnostique d impulsions lasers brèves Auto corrélateur à balayage modèle AA-10DD Compact et facile d emploi et de réglage, l auto corrélateur AA-10DD permet de mesurer des durées

Plus en détail

Détection exaltée de molécules fluorescentes avec des structures photoniques : application aux mesures dynamiques en solution

Détection exaltée de molécules fluorescentes avec des structures photoniques : application aux mesures dynamiques en solution Détection exaltée de molécules fluorescentes avec des structures photoniques : application aux mesures dynamiques en solution Jérôme Wenger Institut Fresnel, CNRS, Université Aix-Marseille, Ecole Centrale

Plus en détail

Le nano-raman : exemple de recherche en nano-caractérisation

Le nano-raman : exemple de recherche en nano-caractérisation Le nano-raman : exemple de recherche en nano-caractérisation Razvigor OSSIKOVSKI Laboratoire de Physique des Interfaces et des Couches Minces (LPICM) razvigor.ossikovski@polytechnique.fr Plan 1. Motivation

Plus en détail

Sondes actives à base de nanocristaux individuels de CdSe pour l optique en champ proche

Sondes actives à base de nanocristaux individuels de CdSe pour l optique en champ proche Sondes actives à base de nanocristaux individuels de CdSe pour l optique en champ proche N. Chevalier, M. J. Nasse, Y. Sonnefraud J.F. Motte, J.C. Woehl, S. Huant Laboratoire de Spectrométrie Physique,

Plus en détail

Spectroscopie femtoseconde de nanoparticules bimétalliques

Spectroscopie femtoseconde de nanoparticules bimétalliques Spectroscopie femtoseconde de nanoparticules bimétalliques J. Burgin 1, C. Guillon 1, P. Langot 1 et F. Vallée 1,2 1 - CPMOH, Université Bordeaux 1, 351 cours de la Libération, 33 405 Talence 2 - FNO group,

Plus en détail

Groupe Nanostructures et Systèmes Quantiques http://www.insp.jussieu.fr/-nanostructures-et-systemes-.html

Groupe Nanostructures et Systèmes Quantiques http://www.insp.jussieu.fr/-nanostructures-et-systemes-.html Axe principal: EDS Axes secondaires : Groupe Nanostructures et Systèmes Quantiques http://www.insp.jussieu.fr/-nanostructures-et-systemes-.html Institut des NanoSciences deparis http://www.insp.jussieu.fr/

Plus en détail

THÈSE. présentée à L UNIVERSITÉ BORDEAUX 1. école doctorale des sciences physiques et de l ingénieur. par Stéphane BERCIAUD. pour obtenir le grade de

THÈSE. présentée à L UNIVERSITÉ BORDEAUX 1. école doctorale des sciences physiques et de l ingénieur. par Stéphane BERCIAUD. pour obtenir le grade de N d ordre : 3278 THÈSE présentée à L UNIVERSITÉ BORDEAUX 1 école doctorale des sciences physiques et de l ingénieur par Stéphane BERCIAUD pour obtenir le grade de DOCTEUR spécialité : lasers et matière

Plus en détail

Etat et perspectives de développement de la plateforme laser IXL ATLAS

Etat et perspectives de développement de la plateforme laser IXL ATLAS Etat et perspectives de développement de la plateforme laser IXL ATLAS Vincent POUGET Historique Laser IXL 1988 : banc laser continu (He-Ne) pour l analyse OBIC 1990 : banc laser continu (Argon) pour le

Plus en détail

Spectroscopie d émission: Luminescence. 1. Principe 2. Exemples et applications 3. Lasers (Rubis et YAG)

Spectroscopie d émission: Luminescence. 1. Principe 2. Exemples et applications 3. Lasers (Rubis et YAG) Spectroscopie d émission: Luminescence 1. Principe 2. Exemples et applications 3. Lasers (Rubis et YAG) I. Principe Etat excité instable Photon Retour à l état fondamental??? Conversion interne (non radiatif)

Plus en détail

Chimie des matériaux CHM506

Chimie des matériaux CHM506 Chimie des matériaux CHM506 Yue Zhao Properties of Materials Mary Anne White Qu est-ce qui est dans la chimie des matériaux? Covers solid-state chemistry, both inorganic and organic, and polymer chemistry,

Plus en détail

Voyage dans le nano monde: Observation des atomes par Microscopie à Effet Tunnel Contact: sophie.guezo@univ rennes1.fr

Voyage dans le nano monde: Observation des atomes par Microscopie à Effet Tunnel Contact: sophie.guezo@univ rennes1.fr Observation des atomes par Microscopie à Effet Tunnel Contact: sophie.guezo@univ rennes1.fr Monoxyde de Carbone sur Platine Galerie IBM Institut de Physique de Rennes: présentation Unité Mixte de Recherche

Plus en détail

La révolution des microscopies en champ proche

La révolution des microscopies en champ proche La révolution des microscopies en champ proche Benjamin Grévin CR-CNRS UMR 5819 SPrAM CEA-CNRS-UJF CEA-Grenoble INAC/SPrAM Bactéries 1 à 10 microns Virus 20 à 450nm Rayon des atomes 0.1nm Distances inter-atomiques

Plus en détail

Les appareillages des Spectrométrie optique

Les appareillages des Spectrométrie optique ATELIERS DE BIOPHOTONIQUE Les appareillages des Spectrométrie optique 1. Spectroscopies optiques conventionnelles Spectrophotomètre, Spectrofluorimètre, 2. Analyse Spectrale en Microscopie de fluorescence

Plus en détail

De la micro à la nano-électronique

De la micro à la nano-électronique De la micro à la nano-électronique Christian Ngô ECRIN LT M ngo@ecrin.asso.fr LE PUCE MICR-ELECTRNIQUE AU QUTIDIEN Cafetière électrique 1 puce 10 000 T Pèse personne 1 puce 10 000 T Télévision 10 puces

Plus en détail

Sophie Guézo Alexandra Junay

Sophie Guézo Alexandra Junay Sophie Guézo Alexandra Junay sophie.guezo@univ-rennes1.fr alexandra.junay@univ-rennes1.fr Unité Mixte de Recherche (UMR) Université Rennes I et CNRS Physique moléculaire Matière molle Matériaux Nanosciences

Plus en détail

Laboratoire de Physique de l Etat Condensé UMR CNRS 6087

Laboratoire de Physique de l Etat Condensé UMR CNRS 6087 Institut de Recherche en Ingénierie Moléculaire et Matériaux Fonctionnels Laboratoire de Physique de l Etat Condensé UMR CNRS 6087 Equipe Nanostructuration et Fonctionnalisation (Resp. Alain Gibaud) Techniques

Plus en détail

Détecteur à comptage de photons uniques, ultra-rapide, pour applications bio-photoniques A. Dominjon (1) (1) Institut de Physique Nucléaire de Lyon IN2P3/CNRS - Université de Lyon E. Chabanat (1), P. Depasse

Plus en détail

Date du dépôt Financement : Lot 2: Sujet avec demande de financement institutionnel en cours

Date du dépôt Financement : Lot 2: Sujet avec demande de financement institutionnel en cours Date du dépôt : 3/25/2015 9:58:24 AM Financement : Lot 2: Sujet avec demande de financement institutionnel en cours Date limite de candidature : Conditions restrictives de candidature : Un co-financement

Plus en détail

SPECTROSCOPIE RAMAN I APPLICATIONS

SPECTROSCOPIE RAMAN I APPLICATIONS SPECTROSCOPIE RAMAN La spectroscopie Raman est une technique d analyse non destructive, basée sur la détection des photons diffusés inélastiquement suite à l interaction de l échantillon avec un faisceau

Plus en détail

Ecole d Aquitaine Onde et Matière Introduction

Ecole d Aquitaine Onde et Matière Introduction Ecole d Aquitaine Onde et Matière Introduction Fabrice Vallée FemtoNanoOptics group Lyon, France LASIM - CNRS & University of Lyon Les grands thèmes 2012 Interaction laser - matière - Changement des propriétés

Plus en détail

Emmanuel.rousseau@institutoptique.fr

Emmanuel.rousseau@institutoptique.fr E. Rousseau, J-J Greffet Institut d optique Graduate School S. Volz LIMMS, UMI CNRS University of Tokyo, EM2C A. Siria, J. Chevrier Institut Néel-CNRS Grenoble F. Comin ESRF Grenoble Emmanuel.rousseau@institutoptique.fr

Plus en détail

obs.5 Sources de lumières colorées exercices

obs.5 Sources de lumières colorées exercices obs.5 Sources de lumières colorées exercices Savoir son cours Mots manquants Chaque radiation lumineuse peut être caractérisée par une grandeur appelée longueur d onde dans le vide. Les infrarouges ont

Plus en détail

La microscopie multi-photons Ou microscopie non linéaire. Théorie & applications

La microscopie multi-photons Ou microscopie non linéaire. Théorie & applications La microscopie multi-photons Ou microscopie non linéaire Théorie & applications F. Brau FP CNRS Avril 2009 Absorption multi-photonique Maria Göppert-Mayer Principe E hc 1931 Prédiction théorique Un atome

Plus en détail

Plateforme NanoMonde (état actuel 01-2004)

Plateforme NanoMonde (état actuel 01-2004) Plateforme NanoMonde (état actuel 01-2004) Plateforme commune à l UJF et à l INP Grenoble Mise en place en 2003/04 au CIME Accueil des premiers étudiants depuis début janvier 2004 Porteurs du projet :

Plus en détail

BICNanoCat. Bombardement Ionique pour la Création de Nano Catalyseurs. Denis Busardo Directeur Scientifique, Quertech

BICNanoCat. Bombardement Ionique pour la Création de Nano Catalyseurs. Denis Busardo Directeur Scientifique, Quertech BICNanoCat Bombardement Ionique pour la Création de Nano Catalyseurs Denis Busardo Directeur Scientifique, Quertech ANR BICNanoCat DAS Concerné : Énergie Environnement Appel à projets : réduction des émissions

Plus en détail

La lessive qui lave plus blanc que blanc

La lessive qui lave plus blanc que blanc La lessive qui lave plus blanc que blanc Antoine ÉLOI, antoine.eloi@ens.fr Vendredi 5 Mars 1 Intéraction Matière Rayonnement Le Rayonnement visible : Chaque couleur est caractérisée par une longueur d

Plus en détail

INSTITUT INTERDISCIPLINAIRE D INNOVATION TECHNOLOGIQUE (3IT)

INSTITUT INTERDISCIPLINAIRE D INNOVATION TECHNOLOGIQUE (3IT) INSTITUT INTERDISCIPLINAIRE D INNOVATION TECHNOLOGIQUE (3IT) Conception, intégration et valorisation : des nanotechnologies aux systèmes et à leurs applications NOTRE VISION L INSTITUT INTERDISCIPLINAIRE

Plus en détail

Amplificateur à fibre dopée erbium

Amplificateur à fibre dopée erbium Amplificateur à fibre dopée erbium Laser, Matériaux, Milieux Biologiques Sécurité laser ATTENTION : la diode laser à 980 nm est puissante (100 mw). Pour des raisons de sécurité et de sauvegarde de la santé

Plus en détail

Etude et réalisation de lasers à fibre auto-impulsionnels àbase d absorbants saturables

Etude et réalisation de lasers à fibre auto-impulsionnels àbase d absorbants saturables Etude et réalisation de lasers à fibre auto-impulsionnels àbase d absorbants saturables Jean-Bernard Lecourt To cite this version: Jean-Bernard Lecourt. Etude et réalisation de lasers à fibre auto-impulsionnels

Plus en détail

La microscopie à force atomique (AFM)

La microscopie à force atomique (AFM) NANOFONC 5 mars 2010 Nantes La microscopie à force atomique (AFM) http://www.univ-lemans.fr/~bardeau/labolpec/surfpropspec/indexsurface.html N. DELORME (MC), J.F. BARDEAU (CR) Laboratoire de Physique de

Plus en détail

Nouvelles techniques d imagerie laser

Nouvelles techniques d imagerie laser Nouvelles techniques d imagerie laser Les chimistes utilisent depuis longtemps les interactions avec la lumière pour observer et caractériser les milieux organiques ou inorganiques. La présence, dans la

Plus en détail

5/ Fonctionnement du laser

5/ Fonctionnement du laser 5/ Fonctionnement du laser La longueur d onde du laser est de 532 nanomètres (532x10-9 m) soit dans le vert. Le choix de cette longueur d onde n est pas fait au hasard car la matière va interagir avec

Plus en détail

INTRODUCTION À LA SPECTROSCOPIE

INTRODUCTION À LA SPECTROSCOPIE INTRODUCTION À LA SPECTROSCOPIE Table des matières 1 Introduction : 2 2 Comment obtenir un spectre? : 2 2.1 Étaller la lumière :...................................... 2 2.2 Quelques montages possibles

Plus en détail

De l effet Kondo dans les nanostructures à l électronique de spin quantique. Pascal SIMON

De l effet Kondo dans les nanostructures à l électronique de spin quantique. Pascal SIMON De l effet Kondo dans les nanostructures à l électronique de spin quantique Pascal SIMON Activités de recherche Etude de systèmes d électons fortement corrélés à l'échelle méso-nano Transport dans les

Plus en détail

Microscopie moyen infrarouge de nano-objets individuels

Microscopie moyen infrarouge de nano-objets individuels Microscopie moyen infrarouge de nano-objets individuels L absorption d un nano-objet individuel, par exemple une boîte quantique de semi-conducteurs ou un virus, peut être mesurée sans détection de photons.

Plus en détail

LES NANOMATERIAUX. Groupe 2 PRST2 2012

LES NANOMATERIAUX. Groupe 2 PRST2 2012 LES NANOMATERIAUX Groupe 2 PRST2 16 Février 2012 LE NANOMONDE Des matériaux de l ordre de grandeur de virus Modification des propriétés fondamentales (physiques, chimiques, biologiques ) Nouveaux produits

Plus en détail

Intégration de lentilles métalliques dans des capteurs d'images silicium CMOS

Intégration de lentilles métalliques dans des capteurs d'images silicium CMOS Atelier Plasmonique du 5 février 2015, LAAS-CNRS, Toulouse Intégration de lentilles métalliques dans des capteurs d'images silicium CMOS Thomas Lopez 1, Sébastien Massenot 1, Magali Estribeau 1, Pierre

Plus en détail

Enova 2014. Le technorama de la REE. Jean-Pierre HAUET Rédacteur en Chef REE. Le 11 septembre 20141

Enova 2014. Le technorama de la REE. Jean-Pierre HAUET Rédacteur en Chef REE. Le 11 septembre 20141 Enova 2014 Le technorama de la REE Jean-Pierre HAUET Rédacteur en Chef REE Le 11 septembre 20141 La REE La REE (Revue de l Electricité et de l Electronique) : principale publication de la SEE 5 numéros

Plus en détail

Les Nanotechnologies. un atout majeur pour la Région Rhône-Alpes au 21 ème siècle. Un des Axes :

Les Nanotechnologies. un atout majeur pour la Région Rhône-Alpes au 21 ème siècle. Un des Axes : Les Nanotechnologies un atout majeur pour la Région Rhône-Alpes au 21 ème siècle Un des Axes : Les nanotechnologies, la microélectronique, et les microtechnologies avancées concernent : La fabrication

Plus en détail

*V3 NANOSCIENCES et NANOTECHNOLOGIES

*V3 NANOSCIENCES et NANOTECHNOLOGIES *V3 NANOSCIENCES et NANOTECHNOLOGIES La physique et la chimie ont depuis longtemps étudié et manipulé des objets de taille nanométrique. La nouveauté consiste à contrôler et à organiser directement la

Plus en détail

Étude théorique et expérimentale des lasers solides bi-fréquences dans les domaines GHz à THz,

Étude théorique et expérimentale des lasers solides bi-fréquences dans les domaines GHz à THz, Étude théorique et expérimentale des lasers solides bi-fréquences dans les domaines GHz à THz, en régime continu ou impulsionnel. Applications opto-microondes. NGOC DIEPLAI Laboratoire d Electronique Quantique

Plus en détail

Présentation du projet de Master Physique Paris Saclay

Présentation du projet de Master Physique Paris Saclay Présentation du projet de Master Physique Paris Saclay -> School Basic Sciences ; rattachement secondaire :Engineering Etablissements impliqués Thématiques couvertes, liste des M2,mentions voisines Structure

Plus en détail

Couplage AFM/Raman et spectroscopie Raman exaltée. par effet de pointe de nanostructures

Couplage AFM/Raman et spectroscopie Raman exaltée. par effet de pointe de nanostructures Université Bordeaux 1 Ecole doctorale des Sciences Chimiques Thèse Présentée par Samar NAJJAR Couplage AFM/Raman et spectroscopie Raman exaltée par effet de pointe de nanostructures Soutenue publiquement

Plus en détail

Transferts d énergie macroscopique et microscopique

Transferts d énergie macroscopique et microscopique Transferts d énergie macroscopique et microscopique Première Partie : les microscopes L émergence des nanosciences et des nanotechnologies n est devenue possible que grâce aux progrès spectaculaires des

Plus en détail

Implications environnementales des nanotechnologies: risques et détection

Implications environnementales des nanotechnologies: risques et détection Implications environnementales des nanotechnologies: risques et détection Jean-Yves BOTTERO CEREGE UMR 7330 CNRS-Aix- Marseille Université-IRD-Collège de France Commercialized nanomaterial/nanoproducts

Plus en détail

L PRESENTATION GENERALE SCPIO

L PRESENTATION GENERALE SCPIO L PRESENTATION GENERALE SCPIO Nom : DEPARTEMENT PLATEFORME TECHNOLOGIQUE Sigle: CEA / DRT / LETI / DPTS SILICUIM Etablissement : CEA Grenoble Adresse : 7 rue des Martyrs Site Web : 804 GRENOBLE Cedex 9

Plus en détail

Le monde nano et ses perspectives très prometteuses.

Le monde nano et ses perspectives très prometteuses. Le monde nano et ses perspectives très prometteuses. I/ Présentation du monde nano. Vidéo «Science Suisse : Christian Schönenberger, nano-physicien», 12 min. «Christian Schönenberger conduit le Swiss Nanoscience

Plus en détail

Présentation C(PN)2. Convention technologique LPL Mardi 19 juin

Présentation C(PN)2. Convention technologique LPL Mardi 19 juin Présentation C(PN)2 Convention technologique LPL Mardi 19 juin Opération soutenue par l Etat / fonds national d aménagement et de développement du territoire. Centrale de Proximité en Nanotechnologies

Plus en détail

Les nanomatériaux dans les objets quotidiens

Les nanomatériaux dans les objets quotidiens Les nanomatériaux dans les objets quotidiens Inventaire des produits commerciaux contenant des nanomatériaux Nombre de produits 1000 800 600 400 200 0 2005 2006 2007 2008 2009 Source : http://www.nanotechproject.org/inventories/consumer/

Plus en détail

Fonctionnalisation de surfaces de carbone nanostructuré et son effet sur la réponse électrochimique

Fonctionnalisation de surfaces de carbone nanostructuré et son effet sur la réponse électrochimique Fonctionnalisation de surfaces de carbone nanostructuré et son effet sur la réponse électrochimique Méthodes d analyses chimiques et microbiologiques dites alternatives ou rapides : Biocapteurs Utilisation

Plus en détail

Laboratoire de Photophysique et de Photochimie Supra- et Macromoléculaires (UMR 8531)

Laboratoire de Photophysique et de Photochimie Supra- et Macromoléculaires (UMR 8531) Unité Mixte du CNRS (UMR8531) Institut de Chimie Directeur : Keitaro NAKATANI (PU ENS Cachan) Courrier électronique : nakatani@ppsm.ens-cachan.fr http://www.ppsm.ens-cachan.fr Problématique générale :

Plus en détail

Application de la diffusion Brillouin àla mesure des propriétés élastiques de surface ou d interface : Le cas des multicouches ou des nano-objets

Application de la diffusion Brillouin àla mesure des propriétés élastiques de surface ou d interface : Le cas des multicouches ou des nano-objets Application de la diffusion Brillouin àla mesure des propriétés élastiques de surface ou d interface : Le cas des multicouches ou des nano-objets P. DJEMIA Laboratoire des Propriétés Mécaniques et Thermodynamiques

Plus en détail

Micro/Nanofabrication pour la microfluidique et la biologie

Micro/Nanofabrication pour la microfluidique et la biologie 1 Workshop Dispositifs Médicaux 20 novembre 2012 Micro/Nanofabrication pour la microfluidique et la biologie Anne-Marie HAGHIRI-GOSNET LABORATOIRE DE PHOTONIQUE ET DE NANOSTRUCTURES route de Nozay, 91460

Plus en détail

Alignment Effects and Circular Polarisation uses (soft X ray) on dilute species

Alignment Effects and Circular Polarisation uses (soft X ray) on dilute species Alignment Effects and Circular Polarisation uses (soft X ray) on dilute species Study of dilute species (atoms, molecules, ions, clusters and adsorbates) after soft X ray irradiation beamline proposal

Plus en détail

Spectrophotomètre UV Visible (200 nm 800 nm)

Spectrophotomètre UV Visible (200 nm 800 nm) Spectrophotomètre UV Visible (200 nm 800 nm) Cet appareil est constitué d une fibre optique, d un réseau de diffraction, et d une caméra linéaire (capteur CCD de 2048 pixels de 14 µm x 200 µm). On obtient

Plus en détail

JOURNÉES NATIONALES NANOSCIENCES ET NANOTECHNOLOGIES

JOURNÉES NATIONALES NANOSCIENCES ET NANOTECHNOLOGIES JOURNÉES NATIONALES NANOSCIENCES ET NANOTECHNOLOGIES 7, 8 et 9 novembre 2012 Cité Mondiale du Vin - Bordeaux Plus d informations sur : www.agence-nationale-recherche.fr/colloques/ J3N2012/ Agence Nationale

Plus en détail

Application des plasmas induits par laser à l analyse physico-chimique des liquides

Application des plasmas induits par laser à l analyse physico-chimique des liquides Application des plasmas induits par laser à l analyse physico-chimique des liquides C. Dutouquet B.Faye, T. Amodeo, O. Aguerre-Chariol, P. Delalain, E. Frejafon, N. Gilon-Delepine 1 INERIS / DRC / CARA

Plus en détail

Université de Nice Sophia Antipolis Licence de physique

Université de Nice Sophia Antipolis Licence de physique Université de Nice Sophia Antipolis Licence de physique Projet tutoré en laboratoire : Année 2009/2010 Miradji Faoulat Barnaoui Serine Ben Abdeljellil Wael Encadrant : Mr. Anders Kastberg 1 Remerciement

Plus en détail

Chapitre II. Étude de risques spécifiques. Risques optiques

Chapitre II. Étude de risques spécifiques. Risques optiques Chapitre II Étude de risques spécifiques Risques optiques L exposition maximale permise (E.M.P.) est le niveau maximal auquel l œil peut être exposé sans subir de dommage immédiat ou à long terme. Cette

Plus en détail

Introduction à l optique : approche ondulatoire

Introduction à l optique : approche ondulatoire PCSI1-Lycée Michelet 2015-2016 Introduction à l optique : approche ondulatoire I. Bref historique La nature de la lumière a fait l objet d une controverse dès le XVII eme siècle : Descartes puis Newton

Plus en détail

Chapitre 12 Physique quantique

Chapitre 12 Physique quantique DERNIÈRE IMPRESSION LE 29 août 2013 à 13:52 Chapitre 12 Physique quantique Table des matières 1 Les niveaux d énergie 2 1.1 Une énergie quantifiée.......................... 2 1.2 Énergie de rayonnement

Plus en détail

NOTIONS SUR L INSTRUMENTATION EN SPECTROSCOPIE RAMAN

NOTIONS SUR L INSTRUMENTATION EN SPECTROSCOPIE RAMAN NOTIONS SUR L INSTRUMENTATION EN SPECTROSCOPIE RAMAN J.Dubessy UMR GeoRessources, CNRS-UL-CREGU 1 Points traités INTRODUCTION 1) GENERALITES 2) LES SOURCES D EXCITATION : LES LASERS 3) LA DISPERSION DES

Plus en détail

T Resonant Ionization Laser Ion Source - recent At & Ra RIMS results

T Resonant Ionization Laser Ion Source - recent At & Ra RIMS results Canada s National Laboratory for Particle Canadas and Nuclear National Physics Laboratory for Particle and Nuclear Physics Laboratoire national canadien pour la recherche Laboratoire en physique national

Plus en détail

PROJET NanoMott : Transition résistive induite par pulses électriques dans des isolants de Mott : mécanisme et contrôle à l échelle nanométrique.

PROJET NanoMott : Transition résistive induite par pulses électriques dans des isolants de Mott : mécanisme et contrôle à l échelle nanométrique. PROJET NanoMott : Transition résistive induite par pulses électriques dans des isolants de Mott : mécanisme et contrôle à l échelle nanométrique. L. Cario, 1 E. Janod, 1 B. Corraze, 1 V. Ta Phuoc, 2 M.

Plus en détail

Structures d étude et Techniques de

Structures d étude et Techniques de 2 Structures d étude et Techniques de caractérisation 2.1 Introduction 2.2 Méthodes de fabrication des structures de Si contraint 2.2.1 Structures de Si contraint fabriquées par SOITEC 2.2.2 Structures

Plus en détail

Composants photoniques

Composants photoniques Composants photoniques Chapitre 4 : Lasers 4.2. Lasers à semi-conducteurs LASERS à semiconducteurs 4.2.1 Introduction Qu est-ce qu un laser? LASER = Light Amplification by Stimulated Emission of Radiation

Plus en détail

LASERS ET AMPLIFICATEURS

LASERS ET AMPLIFICATEURS LASERS ET AMPLIFICATEURS Diodes laser de forte puissance de la société DILAS, composants et ensembles complets http://www.dilas.com DILAS, filiale du groupe ROFIN, se distingue par son ingénierie, son

Plus en détail

Jeunes en Apprentissage pour la réalisation de Nanosatellites au sein des Universités et des écoles de l enseignement Supérieur

Jeunes en Apprentissage pour la réalisation de Nanosatellites au sein des Universités et des écoles de l enseignement Supérieur PROJET JANUS Jeunes en Apprentissage pour la réalisation de Nanosatellites au sein des Universités et des écoles de l enseignement Supérieur Contact : alain.gaboriaud@cnes.fr OBJECTIFS Satellites Etudiants

Plus en détail

Utilisation des symboles de dangers sur les fiches des portes

Utilisation des symboles de dangers sur les fiches des portes FACULTE DES SCIENCES DE BASE SERVICE SECURITE ET SANTE AU TRAVAIL EPFL SB-SST Bât CH Station nº 6 CH-1015 Lausanne Site web : http://sb-sst.epfl.ch/ Utilisation des symboles de dangers sur les fiches des

Plus en détail

Antoine BOUBAULT. Postdoctorant CNRS PROMES UPVD

Antoine BOUBAULT. Postdoctorant CNRS PROMES UPVD Antoine BOUBAULT Postdoctorant CNRS PROMES UPVD Introduction Contexte Sortie fluide Récepteur (Matériaux absorbeurs) Entrée fluide Héliostats (Matériaux réflecteurs) Accroissement la durée de vie des matériaux

Plus en détail

Contribution des faisceaux d ions à l élaboration de dispositifs pour l électronique souple

Contribution des faisceaux d ions à l élaboration de dispositifs pour l électronique souple Comité National Français de Radioélectricité Scientifique Section française de l Union Radio Scientifique Internationale Siège social : Académie des Sciences, Quai de Conti Paris Journées scientifiques

Plus en détail

Le stockage de données pérenne dans les verres : Etat de l avancement du projet à Bordeaux.

Le stockage de données pérenne dans les verres : Etat de l avancement du projet à Bordeaux. Le stockage de données pérenne dans les verres : Etat de l avancement du projet à Bordeaux. A. Royon 1,2, Y. Deshayes 2, Y. Petit 1,3, T. Cardinal 3, et L. Canioni 1 1 LOMA-CNRS / Université de Bordeaux,

Plus en détail

Chapitre 2 LE LASER. I- Principe de fonctionnement du LASER

Chapitre 2 LE LASER. I- Principe de fonctionnement du LASER Chapitre 2 LE LASER Objectifs : - Connaître le principe de fonctionnement du LASER - Connaître les différents types de LASER et les précautions liées à son utilisation - Connaître les applications médicales

Plus en détail

sont les enfants de l incertitude

sont les enfants de l incertitude Fluctuations thermiques : quand les grandeurs Quand les grandeurs thermiques thermiques sont les enfants sont les enfants de l incertitude de l incertitude Karl Joulain K. Joulain, Université de Poitiers

Plus en détail

Spectroscopie d émission atomique

Spectroscopie d émission atomique Année Universitaire : 2010 / 2011 Spectroscopie d émission atomique Réalisé par demoiselles: Chadia BOUCHEFRA. Meryem MIMI. 1 PLAN: INTRODUCTION Spectroscopie d émission atomique: Définition. Avantages.

Plus en détail

Rapport de Stage de Master

Rapport de Stage de Master Noël HADDAD Mars-Juin 2005 Rapport de Stage de Master Parcours de «Physique Expérimentale des Atomes et des Molécules» Effet de l application d un champ électrique dans la synthèse de nanotubes de carbone

Plus en détail

Voir dans le nanomonde

Voir dans le nanomonde Voir dans le nanomonde Spectroscopie La lumière visible permettra-t-elle de «voir» les atomes? Fréquence micro onde Infrarouge Visible et UV Rayon X réaction des molécules rotation vibration des liaisons

Plus en détail

a-si:h/c-si heterojunction solar cells: back side assessment and improvement

a-si:h/c-si heterojunction solar cells: back side assessment and improvement a-si:h/c-si heterojunction solar cells: back side assessment and improvement Sílvia Martín de Nicolás Résumé La diminution du coût des cellules photovoltaïques en silicium cristallin (c-si) passe par une

Plus en détail

Les applications pour des impulsions femtosecondes

Les applications pour des impulsions femtosecondes Les applications pour des impulsions femtosecondes Présenté par John Lopez PALA / CELIA, UMR 5107 CNRS Université Bordeaux 1 Plan de l exposé PARTIE I : LES LASERS FEMTOSECONDES Principe de fonctionnement

Plus en détail

CONVERSION DE L ENERGIE SOLAIRE

CONVERSION DE L ENERGIE SOLAIRE UNIVERSITE HASSAN II ECOMEC ECOMAT FACULTE DES SCIENCES AIN CHOCK Bouznika 11 15 Mai 2010 -CASABLANCA LABORATOIRE DE MECANIQUE CONVERSION DE L ENERGIE SOLAIRE A.OUBARRA I Introduction * Energies renouvelables.

Plus en détail

Monitoring de surface de sites de stockage de CO 2 SENTINELLE. (Pilote CO2 de TOTAL Lacq-Rousse, France) Réf. : ANR-07-PCO2-007

Monitoring de surface de sites de stockage de CO 2 SENTINELLE. (Pilote CO2 de TOTAL Lacq-Rousse, France) Réf. : ANR-07-PCO2-007 Monitoring de surface de sites de stockage de CO 2 (Pilote CO2 de TOTAL Lacq-Rousse, France) SENTINELLE Réf. : ANR-07-PCO2-007 Ph. de DONATO (INPL-CNRS) (Coordonnateur) PARTENAIRES Durée : 3 ans + 7 mois

Plus en détail

A. Gheno, S. Vedraine, J. Bouclé, R. Antony, B. Ratier. Equipe OptoPlast, Département MINACOM, Institut XLIM UMR CNRS 7252

A. Gheno, S. Vedraine, J. Bouclé, R. Antony, B. Ratier. Equipe OptoPlast, Département MINACOM, Institut XLIM UMR CNRS 7252 PEROVSKITES IMPRIMEES POUR LE PHOTOVOLTAÏQUE, LES CAPTEURS AUTONOMES, LES DISPOSITIFS DE POSITIONNEMENT ET LES COMMUNICATIONS OPTIQUES SANS FILS A. Gheno, S. Vedraine, J. Bouclé, R. Antony, B. Ratier Equipe

Plus en détail

Le disjoncteur basse tension et l'arc électrique

Le disjoncteur basse tension et l'arc électrique Le disjoncteur basse tension et l'arc électrique J.M. BAUCHIRE, D. HONG, F. GENTILS*, C. FIEVET* Plan de l'exposé Qu'est ce qu'un disjoncteur basse tension? Quel est sont fonctionnement? Pourquoi des recherches

Plus en détail

IL FAUT AUGMENTER LE RENDEMENT DES CELLULES SOLAIRES!

IL FAUT AUGMENTER LE RENDEMENT DES CELLULES SOLAIRES! IL FAUT AUGMENTER LE RENDEMENT DES CELLULES SOLAIRES! Bernard Moine, Antonio Pereira, Amina Bensalah-Ledoux, Christine Martinet. Laboratoire de Physico-Chimie des Matériaux Luminescents UMR 5620 du CNRS,

Plus en détail

Nanotechnologies. Beatrice Negulescu. En cas de physique - 6 novembre 2014

Nanotechnologies. Beatrice Negulescu. En cas de physique - 6 novembre 2014 Nanotechnologies Beatrice Negulescu En cas de physique - 6 novembre 2014 Quelques ordres de grandeur Nanotechnologies = Technologies capables à fabriquer, contrôler et analyser des objets de taille nanométrique

Plus en détail

UNIVERSITÉ D ORLÉANS. Spectroscopie et imagerie Raman de matériaux inhomogènes

UNIVERSITÉ D ORLÉANS. Spectroscopie et imagerie Raman de matériaux inhomogènes UNIVERSITÉ D ORLÉANS ÉCOLE DOCTORALE [ENERGIE, MATERIAUX, SCIENCES DE LA TERRE ET DE L UNIVERS] CEMHTI, UPR3079 CNRS THÈSE présentée par : Olga A. MASLOVA soutenue le : 20 octobre 2014 pour obtenir le

Plus en détail

Optimisation de forme pour une résistance de chauffe dans un microsystème

Optimisation de forme pour une résistance de chauffe dans un microsystème pour une résistance de chauffe dans un microsystème Bertrand Selva Bertrand.selva@bretagne.ens-cachan.fr 1 Plan de la présentation Présentation des microsystèmes Dimensions caractéristiques, technique

Plus en détail

Master Lumière et Mesures Extrêmes Signal et Bruits : travaux pratiques. Détection par effet mirage Mesures photothermiques

Master Lumière et Mesures Extrêmes Signal et Bruits : travaux pratiques. Détection par effet mirage Mesures photothermiques 1 Master Lumière et Mesures Extrêmes Signal et Bruits : travaux pratiques 1 Introduction Détection par effet mirage Mesures photothermiques La méthode de détection par effet mirage fait partie de méthodes

Plus en détail

Nanotechnologies et Chimie. Armand LATTES Professeur Emérite à l Université Paul Sabatier

Nanotechnologies et Chimie. Armand LATTES Professeur Emérite à l Université Paul Sabatier Nanotechnologies et Chimie Armand LATTES Professeur Emérite à l Université Paul Sabatier 1 NANOTECHNOLOGIES NANOMONDE NANOTECHNOLOGIES: conception, manipulation, production contrôlée de substances, de

Plus en détail

POLYMÈRES ET OLIGOMÈRES POUR L OPTOÉLECTRONIQUE ET SES APPLICATIONS

POLYMÈRES ET OLIGOMÈRES POUR L OPTOÉLECTRONIQUE ET SES APPLICATIONS «Vingt-deuxièmes Entretiens» du Centre Jacques Cartier Rhône-Alpes, 28 novembre 2 décembre 2009 POLYMÈRES ET OLIGOMÈRES POUR L OPTOÉLECTRONIQUE ET SES APPLICATIONS Responsables scientifiques : France Robert

Plus en détail

Microrésonateurs actifs ou non-linéaires : applications aux micro-ondes

Microrésonateurs actifs ou non-linéaires : applications aux micro-ondes Microrésonateurs actifs ou non-linéaires : applications aux micro-ondes Yannick Dumeige UMR FOTON ENSSAT / Université de Rennes 1 6 rue de Kerampont, 22300 Lannion Institut des Nanotechnologies de Lyon

Plus en détail

SEDIMOS. F. Calmon, INL, INSA Lyon D. Drouin, 3IT, Univ. de Sherbrooke. Journées Nationales Nanosciences et Nanotechnologies 2012

SEDIMOS. F. Calmon, INL, INSA Lyon D. Drouin, 3IT, Univ. de Sherbrooke. Journées Nationales Nanosciences et Nanotechnologies 2012 SEDIMOS SINGLE ELECTRON DEVICE INTEGRATION ON CMOS TECHNOLOGY INTÉGRATION DE COMPOSANTS MONO-ÉLECTRONIQUES DANS UNE TECHNOLOGIE CMOS F. Calmon, INL, INSA Lyon D. Drouin, 3IT, Univ. de Sherbrooke Journées

Plus en détail

Etude des matériaux polymères et des systèmes autoassemblés à l Institut Charles Sadron. Laure Biniek Strasbourg

Etude des matériaux polymères et des systèmes autoassemblés à l Institut Charles Sadron. Laure Biniek Strasbourg Etude des matériaux polymères et des systèmes autoassemblés à l Institut Charles Sadron. Laure Biniek Strasbourg Institut Charles Sadron Unité propre du CNRS 1947 : Charles Sadron et le CNRS crée le Centre

Plus en détail

Diapo n : 1. Diapo n : 1

Diapo n : 1. Diapo n : 1 Diapo n : 1 Diapo n : 1 1 Qu est-ce que Welience? Votre support à l innovation bourguignon Welience est une marque créée par ub-filiale, structure privée (SAS), filiale de l université de Bourgogne Au

Plus en détail

Sensibilisation à la Sécurité LASER. Aspet, le 26/06/2013

Sensibilisation à la Sécurité LASER. Aspet, le 26/06/2013 Sensibilisation à la Sécurité LASER Aspet, le 26/06/2013 Modes d émission LASER P c P 0 P moy 0 Emission pulsée Salve ou train de N impulsions Emission continue Q i t i t Longueur d onde λ Emission continue

Plus en détail

MP112: Physique du solide

MP112: Physique du solide MP112: Physique du solide Organisation du module Intervenants J.S. Lauret, Emmanuelle Deleporte et Géraud Delport (Laboratoire Aimé Cotton, département de physique de l ENS Cachan) Recherche: Equipe NanoPhot,

Plus en détail