Sur l application de la procédure d examen des plaintes, la satisfaction des usagers et le respect de leurs droits

Save this PDF as:
 WORD  PNG  TXT  JPG

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Sur l application de la procédure d examen des plaintes, la satisfaction des usagers et le respect de leurs droits"

Transcription

1 Bilan annuel Sur l application de la procédure d examen des plaintes, la satisfaction des usagers et le respect de leurs droits Période du 1er avril 2014 au 31 mars 2015 Présenté par Yvan Roy - Commissaire local aux plaintes et à la qualité des services

2 TABLE DES MATIÈRES 1. PLAINTES INTERVENTIONS ASSISTANCES TABLEAU COMPARATIF PLAINTES-INTERVENTIONS-ASSISTANCES TABLEAU COMPARATIF APPELS REÇUS-CONSULTATIONS LES FAITS SAILLANTS DU CLPQS

3 1. Bilan des plaintes Sur l application de la procédure d examen des plaintes, la satisfaction des usagers et le respect de leurs droits Une plainte est : Une insatisfaction exprimée ou dirigée auprès du commissaire local aux plaintes et à la qualité des services (CLPQS) par un usager ou son représentant (ainsi que l héritier d une personne décédée), concernant les services que l usager a reçus, aurait dû recevoir, reçoit ou requiert d un établissement ou d une ressource à laquelle l établissement recourt. Plaintes 47 plaintes Délai de traitement Délai de 1 à 15 jours : 32 plaintes Délai de 16 à 45 jours : 12 plaintes Délai de plus de 45 jours : 2 plaintes Origine de la plainte Du représentant légal (père ou mère) : 34 Tiers : 8 Usagers : 5 *Il peut y avoir plus d un auteur par plainte Catégories de motifs de plainte 106 motifs de plainte : Soins et services dispensés (savoir-faire) : 38 Relations interpersonnelles (savoir-être) : 32 Droits particuliers : 25 Accessibilité : 6 Aspect financier : 4 Organisation du milieu et ressources matérielles : 1 *Une plainte peut avoir plus d un motif Recours en 2 e instance 3 plaintes ont fait l objet d un recours en deuxième instance auprès du Protecteur du citoyen. Le délai moyen pour le traitement d une plainte est de 14 jours. N.B. Le délai prévu à la Loi sur les services de santé et services sociaux pour le traitement d une plainte est de 45 jours. 1

4 1.1 Conclusions aux plaintes Type de conclusions à la suite de l examen d une plainte Sans mesure corrective Le traitement de la plainte se termine sans mesure identifiée : les objets de la plainte se sont avérés non fondés, les droits de l usager sont respectés, les services rendus sont conformes à la pratique attendue, respectent les lois, les politiques, les protocoles, les manuels et les guides ainsi que les valeurs de l établissement. 45 plaintes sans mesure Avec mesure corrective Deux plaintes avec mesure Le traitement des plaintes Les 47 plaintes reçues et traitées pour la période se répartissent ainsi : Examen donnant lieu à des conclusions : 18 Abandon par le plaignant : 16 Refus «hors compétence ou autre» : 12 Plainte en traitement : 1 Avec recommandation Une recommandation cible un besoin sur un plan individuel ou sur un plan systémique. Elle est acheminée à l autorité concernée ou à plus d une autorité, qui doit en assurer la réalisation. 2 plaintes avec recommandation Que l existence des paramètres d utilisation des médias sociaux au CJQ-IU soit rappelée (document du comité de direction et de la Direction des communications); Que les intervenants des équipes puissent revoir le contenu de ce document afin de pouvoir se l approprier et intervenir dans le respect des règles et des balises qui y sont précisées. RÉALISÉ Que le CJQ-IU s assure que les intervenants, travaillant avec des situations de violence familiale, détiennent les compétences nécessaires à la meilleure pratique dans ce domaine. Que la directrice de la protection de la jeunesse s assure que les évaluations, à la suite d un signalement retenu, ne soient pas de façon indue influencées par l opinion clinique de la personne à l application des mesures. EN TRAITEMENT Suivi de : Le CLPQS a reçu, du Protecteur du citoyen, la réponse pour deux plaintes qui étaient à l étude pour cette période et elles s avèrent «sans mesure». 2

5 2. Bilan des interventions Catégories de motifs d intervention Une intervention c est : Lorsque le CLPQS intervient de sa propre initiative quand il a des motifs raisonnables de croire que les droits des usagers ne sont pas respectés. Les dispositions de la Loi sur les services de santé et les services sociaux, au chapitre des plaintes, prévoient que le CLPQS peut intervenir : Sur signalement : Lorsque des faits sont portés à sa connaissance par une personne ou un groupe de personnes. De sa propre initiative : Lorsqu il constate un fait ou est témoin d une situation susceptible de léser un droit ou de souscrire à l amélioration des services. Soins et services dispensés : 7 Droits particuliers : 4 Organisation du milieu et ressources matérielles : 3 Relations interpersonnelles : 2 *Une intervention peut avoir plus d un motif Conclusions aux interventions Sans mesure corrective : 8 Avec mesure corrective : 2 Rejetée sur examen sommaire : 1 Intervention du Protecteur du citoyen AUCUNE intervention sur signalement par le Protecteur du citoyen. Interventions Origine 11 interventions (2 interventions d initiative et 9 interventions sur signalement). Du représentant légal mère) : 2 De tiers : 9 (père ou 3

6 2.1 Recommandations à la suite des interventions : Intervention Qu une démarche de réflexion soit faite quant à l état de situation concernant la gestion des salles dédiées aux besoins des usagers pour l ensemble des sites. Évaluer la pertinence d établir des procédures de gestion des locaux, un cadre normatif, mettant à contribution les services des ressources matérielles, des ressources hygiène et salubrité et la Direction des services aux jeunes et à leur famille. Évaluer la pertinence d identifier des répondants porteurs et responsables de l application des normes et des procédures. Envisager la mise à contribution de la Direction des services professionnels dans la recherche des meilleures pratiques ayant pour but de répondre aux besoins des usagers en ce qui a trait à l accès à des salles adaptées, tenant compte des demandes souvent légales et des besoins cliniques de plus en plus diversifiés. RÉALISÉ Intervention Rappeler l importance de l application de la politique relative au dossier unique de l usager au CJQ-IU (juin 2012); Rappeler l importance de saisir tous les suivis activités réalisés dans le cadre de la prestation de services; Rappeler aussi l importance de retrouver, aux suivis d activités, la liste des documents d information remis aux usagers dans le cadre de la prestation de services. RÉALISÉ 4

7 3. Bilan des assistances Assistances L assistance est : Une demande adressée au CLPQS par un usager, son représentant ou un tiers visant à obtenir : Une aide à la formulation d une insatisfaction ou d une plainte. Le CLPQS aide l usager à formuler sa plainte et à cibler ses motifs, ou l oriente vers le comité des usagers ou un service d assistance et d accompagnement, selon sa volonté. Une aide concernant un soin ou un service : Demandes d assistances : 130 Catégories de motifs d assistances Soins et services dispensés : 53 Droits particuliers : 36 Relations interpersonnelles : 19 Aspect financier : 10 Organisation du milieu et ressources matérielles 4 Accessibilité : 2 Aide à la formulation d une plainte L intention de l usager, par sa demande, est d obtenir du CLPQS soit de l information ou de l aide concernant l accès à un soin ou à un service, de dénouer sa situation par le mécanisme interne de traitement des insatisfactions et/ou l accompagnement de l agent de liaison du comité des usagers pour être renseigné et référé. Une assistance peut, par la suite et à l intérieur d un certain délai, être transformée en dossier de plainte. 9 demandes L usager conserve son droit de déposer une plainte. 5

8 Services concernés par les assistances : Les assistances traitées au cours de la période se répartissent de la façon suivante : Direction des services aux jeunes et à leur famille : 51 (42 %) Direction de la protection de la jeunesse : 38 (31 %) Direction associée à la gestion : 10 (8 %) Direction des services de réadaptation en internat et en foyer de groupe : 7 (6 %) Comité des usagers : 8 (7 %) Autres centres jeunesse : 4 (3 %) Autres : 3 (2 %) N.B. : 9 assistances ne sont pas incluses dans le détail ci-haut, car ce sont des assistances pour l aide à la formulation de la plainte 6

9 4- Tableau comparatif des plaintes, interventions et assistances Plaintes Interventions Assistances 7

10 5- Tableau comparatif des appels reçus et des consultations Appels Consultations 8

11 6. Faits saillants du CLPQS Les objets de plainte Bilan annuel Directions concernées par les plaintes Les plaintes traitées au cours de la période se répartissent de la façon suivante : Direction des services aux jeunes et à leur famille : 22 (47 %) Direction de la protection de la jeunesse : 17 (36 %) Direction des services de réadaptation en internat et en foyer de groupe : 4 (8,5 %) Direction associée à la gestion : 4 (8,5 %) Direction des services professionnels et des affaires universitaires : 2 (4 %) Autres centres jeunesse : 2 (4 %) Le savoir-être comme motif de plainte est en augmentation : : : : 12 Le savoir-faire comme motif de plainte est stable : : : : 42 Le respect des droits est en augmentation : : : : 30 Une plainte peut concerner plus d une direction à la fois. 9

12 Les appels reçus au bureau du CLPQS pour une insatisfaction et/ou plainte Un total de 256 appels reçus* pour l année (comparatif de 241 appels en 2014, 216 appels en 2013). *Les appels récurrents du même usager pour les mêmes motifs ne sont pas comptabilisés plus d une fois et ce, s ils ont lieu le même jour ou à l intérieur d un délai de 24 heures. Les appels ont donné lieu à des références dont voici les détails : CLPQS pour traitement, réception de plainte, information : 128 Chefs de service : 108 Comité des usagers : 56 CAAP pour accompagnement et rédaction d une plainte : 18 Accès : 14 Autres centres jeunesse : 14 Centre Ozanam : 3 Centre Justice de proximité-québec pour assistance juridique : 3 RTS pour un signalement : 2 Directeur général : 1 DPJ adjoint : 1 DRH : 1 RRQ : 1 *Lors d un appel, l usager peut demander d être référé à plusieurs instances, par exemple, le chef, l agent de liaison et le CLPQS. C est ce qui explique un nombre de références plus grand que les appels reçus. Lorsqu à sa demande, l usager est référé à une ou plusieurs instances internes de l établissement, il est rappelé et entendu dans un délai de 24 à 48 heures. Les assistances Les appels générant la création de dossiers d assistances sont au nombre : 2015 : : : 130 Une fois que l usager a été écouté, informé des moyens qui lui sont offerts et de ses droits, il opte le plus souvent pour un dénouement à court terme, en conservant son droit de porter plainte. La satisfaction de l usager se fonde sur le choix qu il exerce de pouvoir dénouer sa situation à brève échéance, d expérimenter «un moyen» auquel il peut recourir advenant d autres insatisfactions. Le droit à l accompagnement demeure un élément déterminant pour l usager. Guidé et accompagné par l agent de liaison du comité des usagers, l usager arrive préparé, disposé et confiant à la rencontre de clarification. 10

13 La présence et la collaboration de l usager sont au cœur de la prestation de services. Ce type de rencontre permet de maintenir le lien ou de le rétablir et de responsabiliser l usager quant à ses obligations. La collaboration avec l agent de liaison du comité des usagers est étroite et complémentaire à la fonction du CLPQS. Le Protecteur du citoyen Pour l année, le Protecteur du citoyen a examiné 3 dossiers de plainte en 2 e instance. Ses conclusions sont attendues pour ceux-ci. Participation à la Table des commissaires de l Est du Québec ainsi qu au Comité des commissaires locaux des centres jeunesse à l ACJQ; Participation à la Table des commissaires locaux de l Agence de la Capitale-Nationale; Participation mensuelle au comité d éthique et des valeurs organisationnelles du CJQ-IU; Révision du processus 24 (accueil et traitement des insatisfactions et des plaintes) pour le Conseil québécois d agrément; Présence des outils promotionnels du Régime des plaintes à chacun des points de service (février 2015); Diffusion de l affiche et du dépliant sur «le régime des plaintes»; La promotion et les activités du CLPQS En lien avec la promotion et les activités du CLPQS : Rédaction du rapport annuel; Présentation du bilan semestriel au comité de direction et au comité de vigilance et de la qualité du CJQ-IU; Présentation du rapport annuel au comité des usagers en juin 2014; 23 consultations et 1 avis demandés au CLPQS; 11

14 Diffusion des dépliants informatifs aux employés sur «Le régime, la procédure des plaintes et le rôle du CLPQS et «Vous êtes concerné par l examen d une plainte?»; Promotion et diffusion de la vidéo promotionnelle sur les droits et responsabilités conjointement avec le comité des usagers et les comités de résidents, la Direction des communications, les ressources de type familial; Accès à l information sur le régime d examen des plaintes Documentation disponible : Pochette informative; Site web et intranet CJQ-IU; Appels téléphoniques au CLPQS. Messages périodiques sur la page intranet adressée aux employés concernés par une plainte, rappelant le sens du régime d examen des plaintes et les droits des usagers. CLPQS/YR/mjp/

RAPPORT ANNUEL 2014-2015 Sur l application de la procédure d examen des plaintes, la satisfaction des usagers et le respect de leurs droits

RAPPORT ANNUEL 2014-2015 Sur l application de la procédure d examen des plaintes, la satisfaction des usagers et le respect de leurs droits RAPPORT ANNUEL 2014-2015 Sur l application de la procédure d examen des plaintes, la satisfaction des usagers et le respect de leurs droits Préparé par Gaétan Thibaudeau Commissaire local aux plaintes

Plus en détail

Conférence 2 Le régime d examen des plaintes du réseau de la santé et des services sociaux

Conférence 2 Le régime d examen des plaintes du réseau de la santé et des services sociaux Suivez le Ropphl: Conférence 2 Le régime d examen des plaintes du réseau de la santé et des services sociaux Michel Coutu, commissaire régional aux plaintes Agence de la santé et des services sociaux de

Plus en détail

RAPPORT SUR LES PLAINTES DES USAGERS PÉRIODE 1 AVRIL 2010-31 MARS 2011 HÔPITAL JUIF DE RÉADAPTATION LAVAL

RAPPORT SUR LES PLAINTES DES USAGERS PÉRIODE 1 AVRIL 2010-31 MARS 2011 HÔPITAL JUIF DE RÉADAPTATION LAVAL RAPPORT SUR LES PLAINTES DES USAGERS PÉRIODE 1 AVRIL 2010-31 MARS 2011 HÔPITAL JUIF DE RÉADAPTATION LAVAL Présenté au conseil d'administration 17 mai 2011 par Michael Greenberg, Commissaire aux plaintes

Plus en détail

Note : le masculin inclut le féminin et est utilisé dans le seul but d alléger le texte.

Note : le masculin inclut le féminin et est utilisé dans le seul but d alléger le texte. VERSION OFFICIELLE RÈGLEMENT NO 8-2010 CONCERNANT LE TRAITEMENT DES PLAINTES D ÉLÈVES OU DE PARENTS D ÉLÈVES ET CONCERNANT LE PROTECTEUR DE L ÉLÈVE Adopté le 6 avril 2010 Service du secrétariat général

Plus en détail

Secrétariat à l action communautaire autonome et aux initiatives sociales. Processus de gestion des insatisfactions

Secrétariat à l action communautaire autonome et aux initiatives sociales. Processus de gestion des insatisfactions Secrétariat à l action communautaire autonome et aux initiatives sociales Processus de gestion des insatisfactions Processus de gestion des insatisfactions du Le processus de gestion des insatisfactions

Plus en détail

DESCRIPTION D'EMPLOI

DESCRIPTION D'EMPLOI DESCRIPTION D'EMPLOI Nom de l établissement : CENTRE DE RÉADAPTATION LA MYRIADE Titre de la fonction : Catégorie de fonction : Code de la fonction : 799 à la clientèle, volet professionnel Conseiller cadre

Plus en détail

Nous sommes parmi vous, pour vous

Nous sommes parmi vous, pour vous Droits des usagers Nous sommes parmi vous, pour vous Tél. : 514 890-8191 Téléc. : 514 412-7070 www.cuchum.ca info@cuchum.ca Table des matières Droit à l information... 3 Droit aux services..........................................................

Plus en détail

DÉCLARATION DES INCIDENTS ET ACCIDENTS. Direction de l évaluation et de l assurance de la qualité Comité de direction

DÉCLARATION DES INCIDENTS ET ACCIDENTS. Direction de l évaluation et de l assurance de la qualité Comité de direction REGLE REG-DEAQ-01 DÉCLARATION DES INCIDENTS ET ACCIDENTS ÉMETTEUR : APPROUVÉ PAR : Direction de l évaluation et de l assurance de la qualité Comité de direction DATE D ENTRÉE EN VIGUEUR : 2005/11/10 DATE

Plus en détail

Rapport annuel d activité 2014-2015. Objectifs 2015-2016

Rapport annuel d activité 2014-2015. Objectifs 2015-2016 Rapport annuel d activité 2014-2015 Objectifs 2015-2016 1 er juin 2015 Rapport annuel d activité 2014-2015 Le comité des usagers a le mandat de représenter les différentes clientèles de l Institut de réadaptation

Plus en détail

SÉANCE EXTRAORDINAIRE DU CONSEIL D ADMINISTRATION

SÉANCE EXTRAORDINAIRE DU CONSEIL D ADMINISTRATION XX e séance publique du conseil d administration de l Agence de la santé et des services sociaux de la Mauricie et du Centre-du-Québec date 1563 SÉANCE EXTRAORDINAIRE DU CONSEIL D ADMINISTRATION Avis de

Plus en détail

MANUEL DE GESTION AGRESSION SEXUELLE DIRECTIVE 1. RAISON D ÊTRE DSC-DIR-05-03

MANUEL DE GESTION AGRESSION SEXUELLE DIRECTIVE 1. RAISON D ÊTRE DSC-DIR-05-03 ANNEXE 1 DSC-DIR-05-03 MANUEL DE GESTION TITRE : AGRESSION SEXUELLE TYPE DE DOCUMENT : DIRECTIVE ET PROCÉDURE Expéditeur : Directeur des services à la clientèle Destinataire : Tout le personnel et les

Plus en détail

Traitement et gestion des plaintes

Traitement et gestion des plaintes Traitement et gestion des plaintes 1. But La communauté militaire étant au cœur des préoccupations du Centre de la famille Valcartier (CFV), le but de la présente politique vise à maintenir et développer

Plus en détail

RAPPORT FINAL INTERVENTION À L HÔPITAL RÉGIONAL DE SAINT-JÉROME

RAPPORT FINAL INTERVENTION À L HÔPITAL RÉGIONAL DE SAINT-JÉROME RAPPORT FINAL INTERVENTION À L HÔPITAL RÉGIONAL DE SAINT-JÉROME DU CENTRE DE SANTÉ ET DE SERVICES SOCIAUX DE SAINT-JÉROME Le 30 mars 2012 Avis Le présent rapport a été rédigé au terme d une intervention

Plus en détail

ON A SIGNALÉ LA SITUATION DE VOTRE ENFANT AU DPJ LOI SUR LA PROTECTION DE LA JEUNESSE

ON A SIGNALÉ LA SITUATION DE VOTRE ENFANT AU DPJ LOI SUR LA PROTECTION DE LA JEUNESSE ON A SIGNALÉ LA SITUATION DE VOTRE ENFANT AU DPJ LOI SUR LA PROTECTION DE LA JEUNESSE CETTE BROCHURE A ÉTÉ RÉALISÉE SOUS LA SUPERVISION DU SERVICE DES JEUNES ET DES FAMILLES DU MINISTÈRE DE LA SANTÉ ET

Plus en détail

Le Centre jeunesse Gaspésie/Les Îles

Le Centre jeunesse Gaspésie/Les Îles Règlement sur les modalités d adoption et de révision des plans d intervention des usagers Le Centre jeunesse Gaspésie/Les Îles Règlement N o 11 Adopté le 15.02.2011 Assemblée publique et conseil d administration

Plus en détail

Guide pour la production du plan d action annuel à l égard. handicapées

Guide pour la production du plan d action annuel à l égard. handicapées Guide pour la production du plan d action annuel à l égard des personnes handicapées à l intention des ministères, des organismes publics et des municipalités Document synthèse Édition 2011 RÉDACTION Mike

Plus en détail

RÈGLEMENT 32. Règlement du conseil d administration du Centre hospitalier affilié universitaire de Québec. concernant

RÈGLEMENT 32. Règlement du conseil d administration du Centre hospitalier affilié universitaire de Québec. concernant RÈGLEMENT 32 Règlement du conseil d administration du Centre hospitalier affilié universitaire de Québec concernant La procédure d examen des plaintes des usagers Règlement adopté par le conseil d administration,

Plus en détail

RÔLES ET RESPONSABILITÉS DES DSI, CII ET CIR

RÔLES ET RESPONSABILITÉS DES DSI, CII ET CIR RÔLES ET RESPONSABILITÉS DES DSI, CII ET CIR Présenté par : Geneviève Ménard Directrice-conseil, Direction, Affaires externes, OIIQ Rencontre d information à l intention des DSI, des membres des CECII

Plus en détail

Description de tâches

Description de tâches Identification Description de tâches Titre d emploi : Nom du titulaire du poste : Directeur-adjoint ou directrice-adjointe des installations À engager Nom et titre du gestionnaire : Madame Lise Bergeron,

Plus en détail

Politique de gestion des plaintes et des commentaires

Politique de gestion des plaintes et des commentaires Politique de gestion des plaintes et des commentaires 03.01.0 Page 1 de 6 DATE DE LA MISE À JOUR 2010-11-03 RÉSUMÉ Cette politique vise à encadrer et harmoniser la gestion des plaintes et des commentaires

Plus en détail

CONSEIL DES COMMISSAIRES DE LA COMMISSION SCOLAIRE DE HAUTES-RIVIÈRES RAPPORT ANNUEL DU PROTECTEUR DE L ÉLÈVE ANNÉE 2010-2011

CONSEIL DES COMMISSAIRES DE LA COMMISSION SCOLAIRE DE HAUTES-RIVIÈRES RAPPORT ANNUEL DU PROTECTEUR DE L ÉLÈVE ANNÉE 2010-2011 CONSEIL DES COMMISSAIRES DE LA COMMISSION SCOLAIRE DE HAUTES-RIVIÈRES RAPPORT ANNUEL DU PROTECTEUR DE L ÉLÈVE ANNÉE 2010-2011 PASCALE LEGAULT PROTECTRICE DE L ÉLÈVE 31 OCTOBRE 2011 INTRODUCTION Voici le

Plus en détail

COMITÉ CLSC, Soutien à domicile. Centre de santé et de services sociaux de la Vieille-Capitale RAPPORT ANNUEL D ACTIVITÉS 2011-2012

COMITÉ CLSC, Soutien à domicile. Centre de santé et de services sociaux de la Vieille-Capitale RAPPORT ANNUEL D ACTIVITÉS 2011-2012 COMITÉ CLSC, Soutien à domicile du Centre de santé et de services sociaux de la Vieille-Capitale RAPPORT ANNUEL D ACTIVITÉS 2011-2012 INTRODUCTION. Sur les recommandations du Comité des usagers, le Comité

Plus en détail

Les centres de réadaptation

Les centres de réadaptation Les centres en déficience physique et en déficience intellectuelle ont pour mission d'offrir des services d'adaptation ou de réadaptation et d'intégration sociale à des personnes qui ont des besoins particuliers

Plus en détail

LA NOUVELLE LOI SUR LA PROTECTION DE LA JEUNESSE : EN QUOI ÇA NOUS CONCERNE? 1. Processus d intervention en protection de la jeunesse

LA NOUVELLE LOI SUR LA PROTECTION DE LA JEUNESSE : EN QUOI ÇA NOUS CONCERNE? 1. Processus d intervention en protection de la jeunesse LA NOUVELLE LOI SUR LA PROTECTION DE LA JEUNESSE : EN QUOI ÇA NOUS CONCERNE? Jean Labbé, MD, FRCPC Professeur titulaire Département de pédiatrie Université Laval; Consultant pédiatrique en protection de

Plus en détail

RAPPORT INTERVENTION À LA RÉSIDENCE PARC JARRY

RAPPORT INTERVENTION À LA RÉSIDENCE PARC JARRY RAPPORT INTERVENTION À LA RÉSIDENCE PARC JARRY DU CENTRE DE SANTÉ ET DE SERVICES SOCIAUX DU CŒUR-DE-L ÎLE Le 6 juin 2012 Avis Le présent rapport rend compte d une intervention du Protecteur du citoyen

Plus en détail

COMMISSION SCOLAIRE DE ROUYN-NORANDA POLITIQUE POUR UN MILIEU DE TRAVAIL EXEMPT DE HARCÈLEMENT ET DE VIOLENCE

COMMISSION SCOLAIRE DE ROUYN-NORANDA POLITIQUE POUR UN MILIEU DE TRAVAIL EXEMPT DE HARCÈLEMENT ET DE VIOLENCE COMMISSION SCOLAIRE DE ROUYN-NORANDA Note explicative (s il y a lieu) Code : P - 39 - RH Rés : CC-0999 Date : 19 décembre 2005 Page : 1 de 9 POLITIQUE POUR UN MILIEU DE TRAVAIL EXEMPT DE HARCÈLEMENT ET

Plus en détail

POLITIQUE SUR LA GESTION INTÉGRÉE DE LA PRÉSENCE AU TRAVAIL

POLITIQUE SUR LA GESTION INTÉGRÉE DE LA PRÉSENCE AU TRAVAIL POLITIQUE SUR LA GESTION INTÉGRÉE DE LA PRÉSENCE AU TRAVAIL SERVICE DES RESSOURCES HUMAINES Adoption : Amendement : C.C.-086-030127 \\cssamares.qc.ca\administration\savl001\lorraine\politique - Loi - Règlement\Politiques\Politique

Plus en détail

Plan d organisation 2011 Agence de la santé et des services sociaux du Saguenay Lac-Saint-Jean

Plan d organisation 2011 Agence de la santé et des services sociaux du Saguenay Lac-Saint-Jean Agence de la santé et des services sociaux du Saguenay Lac-Saint-Jean Adopté par le conseil d administration le 27 octobre 2011 Édition produite par L Agence de la santé et des services sociaux du Saguenay

Plus en détail

Activité réservée 3.6.5

Activité réservée 3.6.5 Des compétences professionnelles partagées en santé mentale et en relations humaines : la personne au premier plan Évaluer une personne dans le cadre d une décision du Directeur de la protection de la

Plus en détail

Evaluez la satisfaction des usagers : 1 La démarche d enquête

Evaluez la satisfaction des usagers : 1 La démarche d enquête Evaluez la satisfaction des usagers : 1 La démarche d enquête Evaluer les activités et la qualité des prestations d un établissement ou d un service passe par une évaluation régulière de la satisfaction

Plus en détail

CODE DE CONDUITE. Enquête interne à la suite d une plainte. pour harcèlement au travail

CODE DE CONDUITE. Enquête interne à la suite d une plainte. pour harcèlement au travail CODE DE CONDUITE Enquête interne à la suite d une plainte pour harcèlement au travail Pour encadrer la tenue d une enquête à la suite d une plainte pour harcèlement Il est maintenant reconnu que la meilleure

Plus en détail

POLITIQUE VISANT À CONTRER LE HARCÈLEMENT ET LA VIOLENCE AU TRAVAIL

POLITIQUE VISANT À CONTRER LE HARCÈLEMENT ET LA VIOLENCE AU TRAVAIL POLITIQUE POLITIQUE VISANT À CONTRER LE HARCÈLEMENT ET LA VIOLENCE AU TRAVAIL # 61-03 Adoption le 14 juin 2005 Amendement le Mise en vigueur le 14 juin 2005 Résolution # C.C.-1865-06-05 Autorisation Susan

Plus en détail

Recommandations. de la Commission de la fonction publique de Montréal au Comité exécutif

Recommandations. de la Commission de la fonction publique de Montréal au Comité exécutif Commission de la fonction publique de Montréal s de la Commission de la fonction publique de Montréal au Comité exécutif adoptées à sa séance du 1 er décembre 2005 suite à un sondage d opinion portant

Plus en détail

Service canadien de prescription et d utilisation optimales des médicaments. Comité d experts en examen (CEE)

Service canadien de prescription et d utilisation optimales des médicaments. Comité d experts en examen (CEE) Service canadien de prescription et d utilisation optimales des médicaments Mandat du Comité d experts en examen (CEE) Le Comité d experts en examen (CEE) du Service canadien de prescription et d utilisation

Plus en détail

POLITIQUE MUNICIPALE

POLITIQUE MUNICIPALE POLITIQUE MUNICIPALE POLITIQUE NUMÉRO : OBJET : POLITIQUE DE COMMUNICATION DATE D ENTRÉE EN VIGUEUR : RÉS. N O : DATE DE RÉVISION : RÉS. N O : SERVICE : Communications 1. ORIENTATIONS ET PRINCIPES DE LA

Plus en détail

Rapport d agrément Centre de réadaptation en dépendance Domrémy Mauricie/Centre-du-Québec

Rapport d agrément Centre de réadaptation en dépendance Domrémy Mauricie/Centre-du-Québec Rapport d agrément Centre de réadaptation en dépendance Domrémy Mauricie/Centre-du-Québec 27 juin 2012 Note : Le masculin est utilisé pour alléger la présentation et désigne aussi bien les femmes que les

Plus en détail

RAPPORT ANNUEL sur l application de la procédure d examen des plaintes, la satisfaction des usagers et le respect de leurs droits

RAPPORT ANNUEL sur l application de la procédure d examen des plaintes, la satisfaction des usagers et le respect de leurs droits RAPPORT ANNUEL sur l application de la procédure d examen des plaintes, la satisfaction des usagers et le respect de leurs droits 2013 2014 Préparé par Hélène Béland Commissaire locale aux plaintes et

Plus en détail

Politique en vue d assurer un milieu de travail et d étude exempt de toute forme de harcèlement

Politique en vue d assurer un milieu de travail et d étude exempt de toute forme de harcèlement Politique en vue d assurer un milieu de travail et d étude exempt de toute forme de harcèlement Adoptée : Le 1 er janvier 2005 1. Préambule HEC Montréal reconnaît le droit de tout membre de la communauté

Plus en détail

D PROCESSUS D REPORTING ET COMMUNICATION

D PROCESSUS D REPORTING ET COMMUNICATION PROCESSUS D REPORTING ET SOMMAIRE D PROCESSUS D REPORTING ET Page : 1 PROCESSUS D REPORTING ET SOMMAIRE D PROCESSUS D REPORTING ET... 1 D.1 REGLES ET PRINCIPES APPLICABLES... 3 D.2 ELEMENTS DE REPORTING

Plus en détail

DESCRIPTION DE TÂCHES CONSEILLER EN PROCÉDÉS ADMINISTRATIFS

DESCRIPTION DE TÂCHES CONSEILLER EN PROCÉDÉS ADMINISTRATIFS DESCRIPTION DE TÂCHES CONSEILLER EN PROCÉDÉS ADMINISTRATIFS Direction : Direction générale Effectifs supervisés : Trois personnes Supérieur immédiat : Directrice générale 1. Sommaire de la fonction Sous

Plus en détail

tières Services infirmiers Services médicaux Services aux enfants, aux parents et aux familles Services aux jeunes Services aux aînés

tières Services infirmiers Services médicaux Services aux enfants, aux parents et aux familles Services aux jeunes Services aux aînés Table des matières Services infirmiers 2 Services médicaux 4 Services aux enfants, aux parents et aux familles 5 Services aux jeunes 7 Services aux aînés 9 Services de soutien à domicile 11 Services pour

Plus en détail

Services de télétriage

Services de télétriage Chapitre 4 Section 4.13 Ministère de la Santé et des Soins de longue durée Services de télétriage Suivi des vérifications de l optimisation des ressources, section 3.13 du Rapport annuel 2009 Contexte

Plus en détail

De plus, la politique se veut concordante avec les règlements et les politiques du Collège Shawinigan énumérés ci-dessous :

De plus, la politique se veut concordante avec les règlements et les politiques du Collège Shawinigan énumérés ci-dessous : POLITIQUE NUMÉRO 32 de soutien à l intégration scolaire et d éducation à la citoyenneté Responsable : Direction des études Dernière mise à jour : CA/2004-361.08.4, le 26 mai 2004 Prochaine date de révision

Plus en détail

TABLE DES MATIÈRES. Composition du comité... 3. Tenue des réunions... 3. Participation au conseil d administration et autres comités...

TABLE DES MATIÈRES. Composition du comité... 3. Tenue des réunions... 3. Participation au conseil d administration et autres comités... BILAN DES ACTIVITÉS 2013-2014 Comité des usagers Centre de réadaptation La Maison Mars 2014 TABLE DES MATIÈRES Composition du comité... 3 Tenue des réunions... 3 Participation au conseil d administration

Plus en détail

CAHIER DE GESTION OBJET

CAHIER DE GESTION OBJET CAHIER DE GESTION POLITIQUE DE COMMUNICATION DU COTE 71-01-00.01 OBJET Cette politique propose à toute la communauté collégiale un cadre de référence et des procédures détaillées visant à coordonner et

Plus en détail

RÈGLEMENT SUR LA PROCÉDURE D EXAMEN DES PLAINTES DES USAGERS DU CENTRE HOSPITALIER UNIVERSITAIRE DE QUÉBEC

RÈGLEMENT SUR LA PROCÉDURE D EXAMEN DES PLAINTES DES USAGERS DU CENTRE HOSPITALIER UNIVERSITAIRE DE QUÉBEC RÈGLEMENT SUR LA PROCÉDURE D EXAMEN DES PLAINTES DES USAGERS DU CENTRE HOSPITALIER UNIVERSITAIRE DE QUÉBEC Adopté par le conseil d administration le 11 décembre 2006. Modifié par le conseil d administration

Plus en détail

VISION TRIENNALE. Cour du Québec Vision triennale 2015 2016 2017 1

VISION TRIENNALE. Cour du Québec Vision triennale 2015 2016 2017 1 VISION TRIENNALE 2015 2016 2017 Cour du Québec Vision triennale 2015 2016 2017 1 MESSAGE DE LA JUGE EN CHEF La Cour du Québec prend régulièrement un temps d arrêt pour réfléchir aux actions à poursuivre

Plus en détail

RÈGLEMENT SUR LA PROCÉDURE D EXAMEN

RÈGLEMENT SUR LA PROCÉDURE D EXAMEN RÈGLEMENT SUR LA PROCÉDURE D EXAMEN DES PLAINTES DES USAGERS Adopté par le conseil d administration, le 17 septembre 2002 Document préparé par : Le commissaire local aux plaintes et à la qualité des services

Plus en détail

Normes d accessibilité pour les services à la clientèle Mai 2011

Normes d accessibilité pour les services à la clientèle Mai 2011 Normes pour les services à la clientèle Mai 2011 Commission de révision des paiements effectués aux médecins Secrétariat des conseils de santé Plan de formation Membres (onglet 6) Le présent document doit

Plus en détail

POLITIQUE INSTITUTIONNELLE SUR L INTÉGRITÉ DANS LA RECHERCHE

POLITIQUE INSTITUTIONNELLE SUR L INTÉGRITÉ DANS LA RECHERCHE Direction générale POLITIQUE N O 15 POLITIQUE INSTITUTIONNELLE SUR L INTÉGRITÉ DANS LA RECHERCHE Adoptée le 9 juin 2015 cegepdrummond.ca Adoptée au conseil d administration : 9 juin 2015 (CA-2015-06-09-12)

Plus en détail

CHAPITRE 7 Réunions du conseil et de ses comités

CHAPITRE 7 Réunions du conseil et de ses comités Une gouvernance efficace : guide à l intention des conseils scolaires, de leurs membres, des directions de l éducation et des communautés CHAPITRE 7 Réunions du conseil et de ses comités 70 (Sauf indication

Plus en détail

Le processus de certification GOTS Global organic Textile Standard

Le processus de certification GOTS Global organic Textile Standard Le processus de certification GOTS Global organic Textile Standard Référentiel en vigueur disponible sur http://www.global-standard.org ou transmis sur simple demande. 1 Sommaire 1/ Référentiel GOTS International

Plus en détail

Le recours à la cellule d écoute demeure facultatif et complémentaire des canaux d information des situations de discriminations

Le recours à la cellule d écoute demeure facultatif et complémentaire des canaux d information des situations de discriminations Ministère des affaires sociales et de la santé Ministère du travail, de l'emploi, de la formation professionnelle et du dialogue social Ministère des sports, de la jeunesse, de l'éducation populaire et

Plus en détail

Document pour l auto-évaluation. Section D

Document pour l auto-évaluation. Section D Document pour l auto-évaluation Section D Section D Document pour l auto-évaluation Instructions pour utiliser le Document pour l auto-évaluation... Document pour l auto-évaluation... -D-1- -D-2- Document

Plus en détail

Guide sur la sécurité/qualité à l intention des usagers des CLSC.

Guide sur la sécurité/qualité à l intention des usagers des CLSC. Le Centre de santé et de service sociaux de la Vallée-de-la-Gatineau est heureux de vous offrir des services sociaux et communautaires à partir de ses intallations CLSC. Afin de répondre adéquatement aux

Plus en détail

RAPPORT ANNUEL DES PLAINTES 1 er avril 2012 au 31 mars 2013

RAPPORT ANNUEL DES PLAINTES 1 er avril 2012 au 31 mars 2013 RAPPORT ANNUEL DES PLAINTES 1 er avril 2012 au 31 mars 2013 Présenté au Conseil d administration du Centre de santé et de services sociaux de Thérèse-De Blainville par Dominique Demers Commissaire locale

Plus en détail

Situations interpersonnelles sensibles (harcèlement sexuel, insultes verbales, agression physique)

Situations interpersonnelles sensibles (harcèlement sexuel, insultes verbales, agression physique) POLITIQUE : SITUATIONS INTERPERSONNELLES SENSIBLES (HARCÈLEMENT SEXUEL, INSULTES VERBALES, AGRESSION PHYSIQUE) 1 CODE: HR-10 Origine : Service des ressources humaines Autorité : Résolutions 89-03-29-7.1;

Plus en détail

AEESQ/QASCC. Code de déontologie de l éducation spécialisée

AEESQ/QASCC. Code de déontologie de l éducation spécialisée AEESQ/QASCC Association des éducatrices et éducateurs spécialisés du Québec/ Quebec association of special care counsellors Code de déontologie de l éducation spécialisée 1 Table des matières Introduction

Plus en détail

Politique de gestion des plaintes. La CSST place la satisfaction de sa clientèle au coeur de ses priorités

Politique de gestion des plaintes. La CSST place la satisfaction de sa clientèle au coeur de ses priorités Politique de gestion des plaintes La CSST place la satisfaction de sa clientèle au coeur de ses priorités PRÉAMBULE L administration gouvernementale québécoise place au cœur de ses priorités la qualité

Plus en détail

Services d ambulances terrestres

Services d ambulances terrestres Chapitre 4 Section 4.02 Ministère de la Santé et des Soins de longue durée Services d ambulances terrestres Suivi des vérifications de l optimisation des ressources, section 3.02 du Rapport annuel 2005

Plus en détail

Rapport sous la direction de : Marc-André Dowd, vice protecteur, prévention et innovation Renée Lecours, directrice en santé et services sociaux

Rapport sous la direction de : Marc-André Dowd, vice protecteur, prévention et innovation Renée Lecours, directrice en santé et services sociaux Les difficultés d application de la Loi sur la protection des personnes dont l état mental présente un danger pour elles-mêmes ou pour autrui (L.R.Q., c.p-38.001) Rapport sous la direction de : Marc-André

Plus en détail

Plan de services en français 2014-2015 de la Régie régionale de la santé Cumberland

Plan de services en français 2014-2015 de la Régie régionale de la santé Cumberland Plan de services en français 2014-2015 de la Régie régionale de la santé Cumberland Plan de services en français 2014-2015 1 Table des matières Table des matières... page 2 Message du directeur général...

Plus en détail

Association canadienne pour la santé mentale SECTION D OTTAWA

Association canadienne pour la santé mentale SECTION D OTTAWA DESCRIPTION DU POSTE D INTERVENANT-PIVOT Association canadienne pour la santé mentale SECTION D OTTAWA Titre : Intervenant-pivotRelève du : Gestionnaire du programme Programme : Services de soutien communautaireapprouvé

Plus en détail

La mission et les résultats en chiffres pour 2006-2007 1

La mission et les résultats en chiffres pour 2006-2007 1 La mission et les résultats en chiffres 1 La mission du Protecteur du citoyen Le Protecteur du citoyen a pour mandat, en vertu de la Loi sur le Protecteur du citoyen et, depuis le 1 er avril 2006, en vertu

Plus en détail

Évaluation des impacts de la nouvelle Loi sur la protection de la jeunesse au Québec

Évaluation des impacts de la nouvelle Loi sur la protection de la jeunesse au Québec Évaluation des impacts de la nouvelle Loi sur la protection de la jeunesse au Québec Équipe de recherche Daniel Turcotte, Université Laval Sylvie Drapeau - Université Laval Sonia Hélie - Centre jeunesse

Plus en détail

DIRECTIVE DU COMMISSAIRE

DIRECTIVE DU COMMISSAIRE DIRECTIVE DU COMMISSAIRE SUJET: PROCESSUS INTERNE DE RÈGLEMENT DES DIFFÉRENDS N O: DC-12 DATE DE PUBLICATION: 10 AVRIL 2013 DATE D ENTRÉE EN VIGUEUR : 2 SEPTEMBRE 2013 INTRODUCTION Le gouvernement du Canada

Plus en détail

Rapport d agrément CIUSSS du Centre-Est-de-l Île-de-Montréal CRDITED de Montréal

Rapport d agrément CIUSSS du Centre-Est-de-l Île-de-Montréal CRDITED de Montréal l Rapport d agrément CIUSSS du Centre-Est-de-l Île-de-ontréal CRDITED de ontréal 9 avril 2015 La reproduction, par quelque procédé que ce soit, la traduction ou la diffusion du présent document, même partielles,

Plus en détail

PROJET DE STAGE I et II

PROJET DE STAGE I et II PROJET DE STAGE I et II Le projet de stage demandé dans le cadre du stage de formation pratique I comprend 10 pages et celui du stage de formation pratique II comprend 12 pages. Ce nombre de page inclut

Plus en détail

Justice Équité Respect Impartialité Transparence Rapport d intervention

Justice Équité Respect Impartialité Transparence Rapport d intervention Justice Équité Respect Impartialité Transparence Rapport d intervention Intervention à la résidence privée pour aînés Les Jardins Intérieurs St-Lambert Québec, le 28 juillet 2014 Avis Le présent rapport

Plus en détail

Rapport de la consultation publique sur les conditions de vie des aînés ;Préparons l avenir avec nos aînés,

Rapport de la consultation publique sur les conditions de vie des aînés ;Préparons l avenir avec nos aînés, «Les constats du Protecteur du citoyen font écho à ceux du Vérificateur général, aux résultats de l étude de l Institut canadien d information sur la santé et aux opinions généralement admises par les

Plus en détail

RAPPORT DE VISITE D'ÉVALUATION DE LA QUALITÉ DU MILIEU DE VIE

RAPPORT DE VISITE D'ÉVALUATION DE LA QUALITÉ DU MILIEU DE VIE RAPPORT DE VISITE D'ÉVALUATION DE LA QUALITÉ DU MILIEU DE VIE CENTRE D'HÉBERGEMENT ET DE SOINS DE LONGUE DURÉE (CHSLD) Région : Outaouais Établissement : Centre de santé et de services sociaux de Gatineau

Plus en détail

Commissaire locale aux plaintes et à la qualité des services 2012-2013. Rapport annuel

Commissaire locale aux plaintes et à la qualité des services 2012-2013. Rapport annuel Commissaire locale aux plaintes et à la qualité des services 2012-2013 Rapport annuel Rédaction : Nicole Gagnon Commissaire locale aux plaintes et à la qualité des services Mise en page du document : Guylaine

Plus en détail

La Charte et le Code de la Médiation

La Charte et le Code de la Médiation La Charte et le Code de la Médiation AVERTISSEMENT Le CENTRE NATIONAL DE LA MEDIATION (CNM, 127, rue Notre-Dame des Champs, 75006 Paris), dont la Charte et le Code de la Médiation (déontologie et règles

Plus en détail

Ménard, Martin Avocats. LOI CONCERNANT LES SOINS DE FIN DE VIE (L.Q. 2014, c. 2)

Ménard, Martin Avocats. LOI CONCERNANT LES SOINS DE FIN DE VIE (L.Q. 2014, c. 2) Ménard, Martin Avocats LOI CONCERNANT LES SOINS DE FIN DE VIE (L.Q. 2014, c. 2) Colloque CAAP 28 octobre 2014 par Me Jean-Pierre Ménard, Ad. E. (Tous droits réservés) 1 PLAN DE LA PRÉSENTATION - DÉFINITIONS

Plus en détail

CODE D ÉTHIQUE ET DE DÉONTOLOGIE

CODE D ÉTHIQUE ET DE DÉONTOLOGIE CODE D ÉTHIQUE ET DE DÉONTOLOGIE DES MEMBRES DE L ASSEMBLÉE NATIONALE DU QUÉBEC L R. Q., c. C-23.1 Résumé du Code Août 2012 COMMISSAIRE À L ÉTHIQUE ET À LA DÉONTOLOGIE CODE D ÉTHIQUE ET DE DÉONTOLOGIE

Plus en détail

Label qualité Aide en santé

Label qualité Aide en santé Label qualité Aide en santé La qualité de service rendu aux usagers des dispositifs d aide à distance Octobre 2014 2 Label qualité Aide en santé / octobre 2014 Table des matières PRÉAMBULE... 3 CONTEXTE

Plus en détail

Projet de service Aide à la Gestion du Budget Familial (AGBF) 2013-2016

Projet de service Aide à la Gestion du Budget Familial (AGBF) 2013-2016 Projet de service Aide à la Gestion du Budget Familial (AGBF) 2013-2016 Projet de service AGBF 1 Préambule L élaboration du présent projet de service est le fruit d un travail collaboratif et de concertation

Plus en détail

PLAN D ACTION 2013-2016 À L ÉGARD DES PERSONNES HANDICAPÉES BILAN ANNUEL 2013-2014

PLAN D ACTION 2013-2016 À L ÉGARD DES PERSONNES HANDICAPÉES BILAN ANNUEL 2013-2014 BILAN ANNUEL 2013-2014 Décembre 2014 Table des matières Mise en contexte...3 Plaintes et demandes reçues durant l année de référence...3 Mesures mises de l avant durant l année de référence...3 Orientation

Plus en détail

RAPPORT DE VISITE D'ÉVALUATION DE LA QUALITÉ DU MILIEU DE VIE

RAPPORT DE VISITE D'ÉVALUATION DE LA QUALITÉ DU MILIEU DE VIE RAPPORT DE VISITE D'ÉVALUATION DE LA QUALITÉ DU MILIEU DE VIE CENTRE D'HÉBERGEMENT ET DE SOINS DE LONGUE DURÉE (CHSLD) Région : Chaudière-Appalaches Établissement : Centre de santé et de services sociaux

Plus en détail

TEMBEC INC. CHARTE DU COMITÉ DE VÉRIFICATION

TEMBEC INC. CHARTE DU COMITÉ DE VÉRIFICATION TEMBEC INC. CHARTE DU COMITÉ DE VÉRIFICATION I. RAISON D ÊTRE ET OBJECTIFS GLOBAUX Le Comité de vérification (le «Comité») aide le Conseil d administration (le «Conseil») de la société par actions Tembec

Plus en détail

Bureau du vérificateur général du Canada. Suivi des recommandations formulées dans les audits internes. Avril 2013

Bureau du vérificateur général du Canada. Suivi des recommandations formulées dans les audits internes. Avril 2013 Bureau du vérificateur général du Canada Suivi des recommandations formulées dans les audits internes Avril 2013 Revue des pratiques et audit interne Sa Majesté la Reine du Chef du Canada, représentée

Plus en détail

~'. APAJH ~ Manuel Qualité. APAJH du TARN DU TARN ANN EE 2014. Code 5-105-2 Manuel Qualité. Page 1/14. Version 2

~'. APAJH ~ Manuel Qualité. APAJH du TARN DU TARN ANN EE 2014. Code 5-105-2 Manuel Qualité. Page 1/14. Version 2 -. ~'. APAJH ~ DU TARN Manuel Qualité APAJH du TARN ANN EE 2014 Code 5-105-2 Manuel Qualité Page 1/14 Version 2 DIFF : Siège/Etablissements APAJH du TARN p.1/14 SOMMAIRE AVANT PROPOS... 3 INTRODUCTION......

Plus en détail

COMMISSION SCOLAIRE DE LA BEAUCE-ETCHEMIN Page 1 de 6 POLITIQUE DE COMMUNICATION

COMMISSION SCOLAIRE DE LA BEAUCE-ETCHEMIN Page 1 de 6 POLITIQUE DE COMMUNICATION COMMISSION SCOLAIRE DE LA BEAUCE-ETCHEMIN Page 1 de 6 1.0 PRÉAMBULE La Commission scolaire de la Beauce-Etchemin reconnaît l importance du rôle des communications dans la poursuite de sa mission et dans

Plus en détail

IL EST RÉSOLU D'ADOPTER LE PRÉSENT CODE DE DÉONTOLOGIE: Chapitre I Dispositions générales

IL EST RÉSOLU D'ADOPTER LE PRÉSENT CODE DE DÉONTOLOGIE: Chapitre I Dispositions générales ATTENDU QUE les membres ont adopté lors d une assemblée annuelle tenue le 5 novembre 2013, le présent Code de déontologie abrogeant l ancien Code de déontologie de l Association des massothérapeutes du

Plus en détail

tières Services infirmiers Services médicaux Services aux enfants, aux parents et aux familles Services aux jeunes Services aux aînés

tières Services infirmiers Services médicaux Services aux enfants, aux parents et aux familles Services aux jeunes Services aux aînés Table des matières Services infirmiers 2 Services médicaux 4 Services aux enfants, aux parents et aux familles 5 Services aux jeunes 7 Services aux aînés 8 Services de soutien à domicile 9 Services pour

Plus en détail

Enquête de la Régie de l assurance maladie du Québec sur la clinique médicale Plexo Médiclub. Faits saillants et analyse

Enquête de la Régie de l assurance maladie du Québec sur la clinique médicale Plexo Médiclub. Faits saillants et analyse Enquête de la Régie de l assurance maladie du Québec sur la clinique médicale Plexo Médiclub Faits saillants et analyse Version du 17 janvier 2013 1. Objet de l enquête Pour faire suite à la diffusion

Plus en détail

GUIDE DES PROCÉDURES DES ASSEMBLÉES DU COMITÉ EXÉCUTIF DE LA COMMISSION SCOLAIRE DES AFFLUENTS

GUIDE DES PROCÉDURES DES ASSEMBLÉES DU COMITÉ EXÉCUTIF DE LA COMMISSION SCOLAIRE DES AFFLUENTS GUIDE DES PROCÉDURES DES ASSEMBLÉES DU COMITÉ EXÉCUTIF DE LA COMMISSION SCOLAIRE DES AFFLUENTS Page 1 sur 15 TABLE DES MATIÈRES 1. Introduction... 3 2. Sortes d assemblées... 3 3. Avis de convocation...

Plus en détail

Stratégie pro-parent

Stratégie pro-parent Stratégie pro-parent Objectifs généraux : 1. Amélioration de la communication 1.1. Entre l école et les parents 1.2. Institutionnelle avec l école et les parents 1.3. Entre la Commission scolaire et le

Plus en détail

Évaluation périodique du programme de maîtrise en sciences infirmières (Faculté des sciences infirmières)

Évaluation périodique du programme de maîtrise en sciences infirmières (Faculté des sciences infirmières) Évaluation périodique du programme de maîtrise en sciences infirmières (Faculté des sciences infirmières) Sommaire de l évaluation Plan d action de la doyenne Conseil universitaire du 5 février 2013 2

Plus en détail

117a6 ANNEXE 6. Entre - Nom de l ES (établissement de santé), représenté par. Et - Nom de l EHPAD, représenté par

117a6 ANNEXE 6. Entre - Nom de l ES (établissement de santé), représenté par. Et - Nom de l EHPAD, représenté par ANNEXE 6 CONVENTION TYPE RELATIVE AUX MODALITES DE COOPERATION ENTRE UN ETABLISSEMENT DE SANTE ET UN ETABLISSEMENT D HEBERGEMENT POUR PERSONNES AGEES DEPENDANTES DANS LE CADRE D UNE FILIERE DE SOINS GERIATRIQUES

Plus en détail

POLITIQUE D INTÉGRITÉ EN RECHERCHE

POLITIQUE D INTÉGRITÉ EN RECHERCHE POLITIQUE D INTÉGRITÉ EN RECHERCHE Référer à la : SECTION I PRÉAMBULE Préambule 1. La Politique d intégrité en recherche (ci-après appelée la «présente politique») découle de la Politique institutionnelle

Plus en détail

Les services éducatifs complémentaires en formation générale des adultes et en formation professionnelle. Rendez-vous SARCA novembre 2014

Les services éducatifs complémentaires en formation générale des adultes et en formation professionnelle. Rendez-vous SARCA novembre 2014 Les services éducatifs complémentaires en formation générale des adultes et en formation professionnelle Rendez-vous SARCA novembre 2014 PRÉSENTATION 1. CADRE DE RÉFÉRENCE 2. FINANCEMENT 3. ÉLÈVE AYANT

Plus en détail

Définition de Fonction

Définition de Fonction Définition de Fonction Emploi de référence de la convention collective ( ) Missions principales: DIRECTEUR GENERL D SSOCITION Général (DG)! Bonne exécution des décisions des instances statutaires de l

Plus en détail

1/9. E.H.P.A.D. Château La Valliere http://www.abras-strategie.com/

1/9. E.H.P.A.D. Château La Valliere http://www.abras-strategie.com/ Abrégé du rapport Evaluation des activités et de la qualité des prestations EHPAD Louise de la Vallière 7 rue de la Citadelle 37330 Château la Vallière 1/9 SOMMAIRE Abrégé du Rapport d évaluation... 3

Plus en détail

PROGRAMME RÉPIT-DÉPANNAGE

PROGRAMME RÉPIT-DÉPANNAGE PROGRAMME RÉPIT-DÉPANNAGE Association des parents et amis du malade émotionnel APAME Centre-du-Québec Inc., Drummondville Association des Parents et Amis du Malade Émotionnel du Centre du Québec Inc. Drummondville

Plus en détail

mesures efficaces et nécessaires

mesures efficaces et nécessaires 10 mesures efficaces et nécessaires Association québécoise de prévention du suicide UnE réduction majeure DU SUiciDE EST possible, nécessaire et urgente appel volonté urgence évitable Trois suicides sont

Plus en détail

PROCÉDURE. Procédure de rédaction des documents d encadrement administratifs. Version no 1 Entrée en vigueur : 26 octobre 2015 Révisée le : S.O.

PROCÉDURE. Procédure de rédaction des documents d encadrement administratifs. Version no 1 Entrée en vigueur : 26 octobre 2015 Révisée le : S.O. PROCÉDURE PRO-10-001 Procédure de rédaction des documents d encadrement administratifs Version no 1 Entrée en vigueur : 26 octobre 2015 Révisée le : S.O. Procédure organisationnelle Procédure de gestion

Plus en détail

CONSEIL. Directives administratives n o 1,12. Communications. Approuvées le 30 mai 2009 Entrées en vigueur le 30 mai 2009 Modifiées le.

CONSEIL. Directives administratives n o 1,12. Communications. Approuvées le 30 mai 2009 Entrées en vigueur le 30 mai 2009 Modifiées le. Page 1 de 5 PRÉAMBULE La qualité des communications au sein d une organisation dépend de la volonté de l organisme à mettre en place et à respecter les mécanismes encadrant cette communication. OBJECTIF

Plus en détail

AMÉLIORATION CONTINUE DE LA QUALITÉ. Direction de l évaluation et de l assurance qualité

AMÉLIORATION CONTINUE DE LA QUALITÉ. Direction de l évaluation et de l assurance qualité POLITIQUE POL-DEAQ-04 AMÉLIORATION CONTINUE DE LA QUALITÉ ÉMETTEUR : APPROUVÉ PAR : Direction de l évaluation et de l assurance qualité Conseil d administration DATE D ENTRÉE EN VIGUEUR : 6 octobre 2011

Plus en détail

Plan d action de la direction Vérification des contrôles de base du Tribunal canadien des droits de la personne. SGDDI n 1053640 1

Plan d action de la direction Vérification des contrôles de base du Tribunal canadien des droits de la personne. SGDDI n 1053640 1 Plan d action de la direction Vérification des contrôles de base du Tribunal canadien des droits de la personne Opinion du Tribunal canadien des droits de la personne sur le rapport de vérification J ai

Plus en détail