L INSOLVABILITE DES ENTREPRISES EN LITUANIE : PROCEDURE DE FAILLITE ET PROCEDURE PREVENTIVE DE RESTRUCTURATION

Save this PDF as:
 WORD  PNG  TXT  JPG

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "L INSOLVABILITE DES ENTREPRISES EN LITUANIE : PROCEDURE DE FAILLITE ET PROCEDURE PREVENTIVE DE RESTRUCTURATION"

Transcription

1 L INSOLVABILITE DES ENTREPRISES EN LITUANIE : PROCEDURE DE FAILLITE ET PROCEDURE PREVENTIVE DE RESTRUCTURATION 1 I. L OUVERTURE DES PROCEDURES... 3 A. LES CONDITIONS DE L'OUVERTURE Les conditions de fond Les conditions de forme... 5 B. LES EFFETS DE L OUVERTURE Effets non patrimoniaux Effets patrimoniaux... 8 II. LES ISSUES DES PROCEDURES A. LES ISSUES DE LA FAILLITE Le concordat de la faillite La liquidation B. L ISSUE DE LA RESTRUCTURATION Les propositions de plan L approbation du plan par les créanciers et son homologation par le tribunal L exécution du plan La procédure simplifiée... 14

2 En Lituanie, deux textes de 2001 régissent la faillite et la restructuration des entreprises : la loi n IX-216 relative à la faillite 1 et la loi n IX-218 relative à la restructuration 2. Elles ont déjà subi plusieurs modifications, dont la dernière est survenue le 2 novembre Ces lois succèdent à deux autres réglementations, datant de et qui avaient mis en place une procédure de faillite et une procédure dite d «assainissement». L actuelle procédure de faillite peut conduire à la conclusion d un concordat ou à la liquidation du débiteur. Il en existe deux variantes : une procédure à caractère judiciaire et une procédure à caractère extra-judiciaire. La procédure judiciaire peut elle-même être ordinaire ou simplifiée. Quant à la procédure de restructuration, elle a toujours un caractère judiciaire. Comme en matière de faillite, il existe une procédure ordinaire et une procédure simplifiée. La restructuration est une procédure a un caractère préventif. Elle est destinée aux entreprises qui rencontrent des difficultés financières à caractère temporaire et qui souhaitent éviter la faillite. Le législateur lituanien affirme sa volonté d assurer la prépondérance de la restructuration sur la faillite et celle du concordat de la faillite sur la liquidation. Bien qu exprimé clairement par les deux lois, ce vœu ne semble cependant pas avoir trouvé d écho dans la pratique. Ainsi, depuis l entrée en vigueur de la loi en 2001 et jusqu au 1 er juillet 2004, les tribunaux ont ouvert seulement 22 procédures de restructuration, dont quatorze ont abouti. Dans la première moitié de l année 2004, une seule procédure de restructuration a été ouverte, alors que 355 procédures de liquidation l ont été pour la même période. De 1993 à 2004, 3377 procédures collectives ont été ouvertes, parmi lesquelles 2103 ont été conduites à bonne fin. Ces dernières ont abouti à 44 concordats, 12 «assainissements» (l ancienne procédure de réorganisation), 4 restructurations et 2043 liquidations 5. 1 La loi relative à la faillite des entreprises n IX-216 du 20 mars 2001, modifiée par la loi du 2 novembre La loi relative à la restructuration des entreprises n IX-218 du 20 mars 2001, modifiée par la loi du 2 novembre La loi relative à la faillite des entreprises n I-2880 de La loi relative à la faillite des entreprises n VIII Statistics Lithuania. Bankruptcy of Enterprises. 1 st July At p. 7. 2

3 I. L OUVERTURE DES PROCEDURES A. LES CONDITIONS DE L'OUVERTURE 1. Les conditions de fond a. Conditions subjectives La procédure de faillite (art. 1 er, loi relative à la faillite, ci-dessous LF) s applique aux personnes morales commerçante de droit lituanien. Elle concerne également les entreprises publiques. En revanche, elle exclut expressément de son champ d application les personnes physiques, et ce, malgré l avis contraire de la doctrine. Ainsi, de nombreux commentateurs de la loi ont mis en évidence la nécessité d étendre son champ d application aux commerçants individuels, c est à dire aux personnes physiques qui exercent une activité commerciale. Il est également proposé de lege ferenda de généraliser la procédure à toutes les personnes physiques, commerçants ou non, dès lors qu elles ne peuvent plus faire face à leurs dettes. Des règles spécifiques existent en matière d insolvabilité des banques, des «unions de crédit», des sociétés d assurances, des sociétés d investissement, des sociétés de valeurs mobilières et des entreprises agricoles 6. La loi relative à la faillite (art. 1 er, alin. 3) s applique aux entreprises ci-dessus, mais sous réserve des dispositions spéciales. Elle prévoit que si les lois qui régissent ces activités comportent des dispositions relatives à l insolvabilité, ces dispositions spéciales prévalent sur le droit commun de l insolvabilité. Ainsi : - la procédure de faillite extra-judiciaire prévue par la loi relative à la faillite ne s applique pas aux institutions financières 7, ni aux sociétés de valeurs mobilières 8 ; 6 Le règlement du Conseil européen n 1346/2000 relatif aux procédures d insolvabilité exclut de son champ d application le domaine bancaire, les sociétés d assurance et d investissement. 7 Art. 57, alin. 2, loi relative aux institutions financières n IX-1068 de 2002, dernièrement modifiée par une loi du 2 novembre Art. 38, loi relative à l appel public à l épargne n IX-655, dernièrement modifiée par une loi du 27 avril

4 - l ouverture d une procédure de faillite à l égard d une banque 9, d une société de valeurs mobilières ou d une société d assurance 10 ne peut avoir lieu que sur le fondement d une déclaration d insolvabilité émanant de l autorité de contrôle compétente. La règle résulte de la transposition de la directive européenne n 2001/17/EC du Parlement et du Conseil du 19 mars 2001 relative à la réorganisation et à la liquidation des entreprises d assurance. La loi relative aux entreprises agricoles 11 est muette sur le sujet. La procédure de restructuration est elle aussi applicable aux entreprises commerciales. En revanche, à la différence de la loi relative à la faillite, elle ne concerne pas les banques, ni les unions de crédit, ni les assurances, ni les sociétés d investissement, ni les sociétés de valeurs mobilières. b. Conditions objectives Pour pouvoir faire l objet d une procédure de faillite, le débiteur doit être insolvable. L insolvabilité est constituée (art. 2, LF) : - par le non paiement des obligations échues depuis trois mois, lorsqu une date d échéance contractuelle ou légale a été prévue ou ; - par la situation négative du bilan. L insolvabilité est présumée dès lors que le débiteur a annoncé publiquement (ou informé de toute autre façon les créanciers) son incapacité de payer ses dettes. Une procédure de faillite extra-judiciaire peut être engagée seulement si aucune action en recouvrement de créance n a été introduite et si le non paiement ne concerne pas des créances de salaires ou autres obligations légales du débiteur (art. 12-1, LF). L ouverture d une procédure de restructuration peut intervenir lorsque l entreprise rencontre des difficultés financières de caractère temporaire et qu elle souhaite éviter la faillite. Selon la loi, ces difficultés temporaires doivent se 9 Art. 84, loi relative aux banques n IX-2085 de Art. 129, loi relative à l assurance n IX-1737 de 2003 modifiée par une loi du 12 octobre Loi relative aux entreprises agricoles n IX-330, modifiée par une loi du 4 novembre

5 manifester par le non paiement d une ou plusieurs dettes pendant trois mois à compter de la date d échéance ou de la mise en demeure de payer. La loi exige comme conditions supplémentaires que l activité de l entreprise ne se soit pas arrêtée et qu il n existe pas de procédure de faillite déjà ouverte à la date de l introduction de la demande d ouverture de la restructuration (art. 3, L. r.). 2. Les conditions de forme L ouverture d une procédure extra-judiciaire de faillite peut être sollicitée par le débiteur lui-même, par ses actionnaires ou associés, ainsi que par les créanciers détenant les 4/5 èmes du passif de l entreprise. Si cette opportunité n est pas saisie par le débiteur, ou si les créanciers s opposent à l ouverture d une procédure extrajudiciaire, ils peuvent solliciter l ouverture d une procédure judiciaire afin que leurs intérêts soient protégés. La demande d ouverture d une procédure judiciaire de faillite peut être formulée par le débiteur, par ses actionnaires et associés, par tout créancier (y compris les salariés, l Etat ou l organisme d assurance sociale) ainsi que par le liquidateur d une société en liquidation (art. 5 et 7, L.f.). Enfin, le droit de demander l ouverture d une procédure de restructuration est reconnu au représentant de l entreprise débitrice et aux créanciers (art. 5, L.r.). Pour pouvoir saisir le tribunal, les créanciers doivent avoir collectivement pris cette décision, à l occasion d une assemblée réunie à l initiative de l un d entre eux. La loi précise que cette saisine peut intervenir malgré l éventuelle opposition des dirigeants ou des propriétaires de l entreprise débitrice (art. 5, al. 5, L.r.). Une fois la demande d ouverture formulée, l ouverture elle même sera décidée par les créanciers dans la procédure extra-judiciaire et par le tribunal dans les deux procédures judiciaires. Dans la procédure extra-judiciaire de faillite, le débiteur incapable de faire face à ses dettes en informe ses créanciers par écrit, fixant en même temps une date pour la réunion des créanciers. Ce seront eux qui décideront d engager ou non cette procédure. 5

6 Dans la procédure judiciaire de faillite, le tribunal saisi d une demande d ouverture doit statuer dans le mois qui suit son introduction (art. 9, alin. 4, L.f.). Le tribunal est maître de sa décision. Néanmoins, la loi prévoit que, pour déclarer l ouverture de la procédure, le tribunal doit avoir constaté soit que le débiteur ne paye plus ses dettes depuis trois mois minimum, soit qu il connaît une situation négative du bilan, soit qu il a annoncé publiquement ou informé de toute autre façon ses créanciers quant à son incapacité de payer ses dettes. Il en est de même pour la procédure de restructuration : le tribunal déclare l ouverture après avoir vérifié la réunion des conditions d ouverture (art. 7, L.r.). B. LES EFFETS DE L OUVERTURE 1. Effets non patrimoniaux Dans la procédure judiciaire de faillite, le représentant du débiteur, ses associés ou actionnaires ainsi que les créanciers ont le droit de proposer au tribunal qu une personne déterminée soit nommée administrateur. Toutefois, le tribunal reste entièrement libre dans le choix de la personne : il peut notamment rejeter tous les noms qui lui ont été proposés et nommer à ce poste la personne de son choix. En tout état de cause, la loi exige qu il s agisse d une personne autorisée à exercer ces fonctions (art. 1er, alin. 1er). Les liquidateurs sont tenus d un devoir d impartialité. Ainsi, celui qui est personnellement intéressée par une certaine issue de la procédure ne peut être nommé liquidateur (art. 11, alin. 4). Tel est le cas d un créancier, du propriétaire de l entreprise débitrice, de celui qui détient plus de 10% du capital de l entreprise ou de ses dirigeants. Le liquidateur est chargé de (art. 11, alin. 3) : - gérer l activité économique de l entreprise ; - représenter l entreprise face à ses créanciers ainsi qu en justice ; - conclure des contrats au nom de l entreprise, y compris des contrats de location des biens de l entreprise pour de courtes périodes ; 6

7 - collecter et fournir les informations nécessaires aux administrations et aux créanciers ; - vérifier les obligations assumées par l entreprise durant les 36 mois précédant l ouverture ; - introduire des actions en annulation des actes contraires aux intérêts de l entreprise et des créanciers ; - dresser la liste des créances et les vérifier. Le liquidateur peut déléguer certaines de ses fonctions. Les créanciers peuvent demander au tribunal d interdire au liquidateur de conclure certains actes juridiques sans l accord préalable du tribunal. Dans la procédure extra-judiciaire de faillite, un administrateur peut être nommé par l assemblée des créanciers. Dans la procédure de restructuration, le tribunal nomme un administrateur qui exercera ses fonctions à compter de l ouverture de la procédure et jusqu à l approbation du plan de restructuration par le tribunal. L administrateur doit être une personne qualifiée pour exercer ce type de fonctions. Il est soumis aux mêmes types d incompatibilités que l administrateur de la faillite. Il sera chargé de contrôler ou d organiser l élaboration du projet de plan, de recevoir les déclarations de créances et de convoquer l assemblée des créanciers. Sa mission est placée sous le contrôle de l assemblée des créanciers qui propose sa candidature ainsi que le montant de sa rémunération et peut solliciter du tribunal sa révocation. Par ailleurs, le président de l assemblée des créanciers ou du comité des créanciers 12 exerce d importantes fonctions. Il a le pouvoir d inspecter tous les livres et documents de l entreprise débitrice et participe à l élaboration du projet de plan de restructuration (art. 17, L.r.). En principe, il n y aura pas d administrateur dans la procédure simplifiée. 12 Lorsqu on comité des créanciers est instauré, le président de l assemblée des créanciers devient le président du comité art. 22, alin. 1 er, L. r. 7

8 2. Effets patrimoniaux a. Sur l entreprise débitrice Le législateur a autorisé la continuation de l entreprise durant la procédure de faillite (art. 10, alin. 5, 5, L.f.). La continuation peut être décidée par l administrateur lorsqu il apparaît qu elle peut permettre un meilleur remboursement des créanciers. L administrateur va assurer la direction de l entreprise pendant cette période. Lorsque l activité de l entreprise continue, l entreprise contracte de nouvelles dettes. Le législateur n a pas prévu de garanties spéciales pour les créanciers postérieurs. Seules les créances d impôt postérieures à l ouverture sont des créances de premier rang. C est dire que si la continuation de l entreprise est permise dans la procédure de faillite, elle n est pas encouragée. Les contrats de travail sont obligatoirement résiliés. Il reviendra à l assemblée des créanciers de décider du nombre de nouveaux contrats de travail qui seront conclu pour la période de continuation de l activité de l entreprise (art. 19, L.f.). Dans la procédure de réorganisation, la continuation de l activité de l entreprise est la condition préalable de l ouverture de la procédure et sa raison d être. b. Sur le patrimoine La révélation du passif (déclaration et vérification des créances) Les créances sont déclarées auprès de l administrateur de la faillite ou de la restructuration qui est également chargé de les vérifier. La décision qui déclare l ouverture d une procédure de faillite ou de restructuration fait mention du délai de déclaration de créances qui ne peut être inférieur à 30 jours, ni supérieur à 90 jours à compter de l ouverture. Les créances déclarées tardivement peuvent néanmoins être admises si les raisons du retard sont considérées comme légitimes. La liste des créances doit être ensuite approuvée par le tribunal. 8

9 La recomposition de l actif : la période suspecte La loi lituanienne désigne par l expression «d insolvabilité volontaire» les activités que les dirigeants de l entreprise mènent contrairement à son objet ou à ses intérêts. Lorsqu il en est ainsi, l administrateur a le devoir d agir en annulation de tous les contrats conclus par l entreprise débitrice, durant les cinq dernières années précédant l ouverture, et qui sont «contraires à ses intérêts, et/ou qui ont contribué à l instauration de son insolvabilité» (art. 20, L.f.). En pratique, les tribunaux retiennent très rarement l insolvabilité volontaire. 9

10 II. LES ISSUES DES PROCEDURES A. LES ISSUES DE LA FAILLITE En ce qui concerne la procédure extra-judiciaire, la loi prévoit simplement que le comité des créanciers exerce toutes les fonctions qui sont dévolues au tribunal dans une procédure judiciaire. L issue de la procédure sera par conséquent décidée par les créanciers. En pratique, il semblerait que les procédures extra-judiciaires conduisent aux mêmes issues que les procédures judiciaires. La procédure judiciaire de faillite peut prendre fin de trois façons : - les créanciers renoncent à leurs demandes et le tribunal accepte cette renonciation (art. 27, LF) ; - un concordat est conclu ; - l entreprise est liquidée. La loi encourage expressément l issue concordataire (art. 30, L.f.). La conclusion d un concordat doit être recherchée tant que la décision de liquider du tribunal n est pas devenue définitive. De plus, le tribunal n est pas autorisé à prononcer la liquidation avant que trois mois ne se soient écoulées depuis l admission des créances. Le délai de trois mois ne peut être prolongé qu à la demande de l assemblée des créanciers. Ainsi, le législateur encourage la conclusion d un concordat tout en mettant en place des garanties contre d éventuelles procédures dilatoires. 1. Le concordat de la faillite Sont autorisés à proposer un concordat les créanciers, l administrateur et le ou les propriétaires de l entreprise. Le concordat est adopté par le vote favorable des créanciers détenant des créances dont le montant est supérieur à la moitié du montant total du passif déclaré et approuvé. Il doit être signé par tous les créanciers détenant des créances impayées le jour de sa conclusion (art. 24 et 28, L.f.). Le concordat doit comporter quatre types de dispositions : 10

11 - la liste des créances et les concessions faites par les créanciers en faveur de l entreprise ; - la liste des obligations que l entreprise assume envers ses créanciers ; - les moyens et les délais de paiement des créances ; - la responsabilité de l entreprise en cas d inexécution du concordat. Le concordat ainsi conclu doit par la suite être approuvé par le tribunal, dans la procédure judiciaire et par un notaire public, dans la procédure extra-judiciaire (art. 29, alin. 2 et 6, L.f.). Le concordat est soumis à l approbation du tribunal qui est tenu de le rejeter lorsqu il est contraire à la loi ou à des intérêts légitimes (art. 29, alin. 3, L.f.). L administrateur doit en informer chaque créancier individuellement et faire paraître, au journal officiel, une annonce relative à la décision d homologation du concordat. 2. La liquidation En tant qu issue de la procédure de faillite, la liquidation s ouvre en raison d une décision du tribunal, prise au plus tôt trois mois après l ouverture de la procédure de faillite. Lorsque la décision de liquider est prise, l administrateur nommé à l ouverture de la procédure de faillite devient liquidateur. Le liquidateur doit, dans les cinq jours suivant le prononcé de la décision de liquidation, en informer le Registre du commerce, les propriétaires de l entreprise, le représentant de l entreprise d Etat, les établissements bancaires, le fisc et l organisme d assurance maladie, le Ministère des finances (si l entreprise a bénéficié d un prêt de la part de l Etat ou si l Etat s est porté garant pour un prêt qu elle a contracté), le Centre de l emploi et la Commission de valeurs mobilières si l entreprise débitrice relève du domaine de compétence de cette Commission. Les créances sont payées sur les fonds issus de la vente des actifs de l entreprise (art. 33, L.f.). Lorsque les fonds de l entreprise ne suffisent pas pour payer l ensemble des créanciers, ils seront payés, par catégorie de créanciers. Les créanciers de rang inférieur ne seront payés qu après le paiement intégral des créanciers de rang supérieur. Lorsque les fonds sont insuffisants pour payer 11

12 intégralement les créanciers d une catégorie donnée, ils seront payés au prorata du montant de leurs créances. L ordre de paiement des créances est le suivant : - les frais de justice et le coût de l administration de la procédure ; - les créances assorties de sûretés réelles spéciales ; - créances des salariés de l entreprise débitrice ; - créances d impôts et autres créances de l Etat ; - les autres créances. Cet ordre concerne le capital des créances. Les créances d intérêts, qu ils soient légaux, contractuels ou moratoires, sont satisfaites en dernier. B. L ISSUE DE LA RESTRUCTURATION Les lois de 1992 et 1997 régissaient une procédure dite d assainissement qui avait été définie en 1992 comme étant «une combinaison de mesures administratives, économiques et financières, de garanties financières fournies par l Etat et des tierces personnes tendant à la prévention de la liquidation de l entreprise» et en 1997 comme «une combinaison de certaines mesures telles que des changements dans l activité économique de l entreprise, des mesures à caractère technique et économique, la vente des actifs ou des mesures tendant à la réorganisation de la gestion, dans le but de restaurer la solvabilité de l entreprise concernée». Le droit lituanien relatif à la sauvegarde des entreprises en difficultés avait ainsi marqué une évolution vers des dispositions plus élaborées, comportant une énumération détaillée des mesures de réorganisation, ainsi qu une définition plus claire du but de la procédure. En 2001, la loi relative à la restructuration des entreprises a aboli le terme d assainissement et a largement ouvert la procédure à la prévention de la faillite. Pour la première fois, la Lituanie s est doté d un système cohérent et complet de traitement de l insolvabilité. 12

13 La restructuration est destinée aux entreprises qui éprouvent des difficultés financières temporaires, mais qui souhaitent éviter la faillite (art. 1 er, al. 1 er, loi relative à la restructuration). Le but de la loi est d aider ces entreprises à poursuivre leur activité commerciale, tout en payant leurs dettes, en restaurant leur solvabilité et en évitant la faillite. La restructuration de l entreprise s effectue en vertu d un plan soumis à l approbation des créanciers et à l homologation du tribunal. 1. Les propositions de plan Dans la procédure ordinaire de restructuration, le tribunal nomme un administrateur chargé d élaborer le plan. Dans la procédure simplifiée, au moment où le tribunal est saisi de la demande d ouverture, un projet de plan préalablement rédigé et approuvé par les créanciers est joint à la demande. Par conséquent, cette procédure est plus rapide que la procédure ordinaire. Tous les créanciers, y compris l Etat pour ses créances d impôts et les organismes d assurances sociales pour leurs créances de cotisations, sont autorisés et encouragés à accorder des remises de dettes, des délais de paiement ou à accepter la conversion des créances en parts ou actions de la société débitrice (art. 9, 6, L. r.). Le plan doit prévoir les mesures nécessaires pour assurer, à long terme, la solvabilité de l entreprise. Il prévoit, de façon détaillée, les actifs à conserver par l entreprise et ceux dont elle devra se séparer, les contrats nécessaires à la restructuration et ceux auxquels il sera mis fin, les crédits nécessaires et la façon de garantir leur remboursement. Le plan peut également apporter des restrictions à la compétence des organes de direction de l entreprise débitrice (art. 13, L.r. ; ci-dessous 3). La durée d exécution du plan ne peut excéder une période de quatre ans, éventuellement prolongée par le tribunal d une année supplémentaire. 2. L approbation du plan par les créanciers et son homologation par le tribunal Le plan est approuvé par le vote favorable des créanciers détenant les 3/4 du montant total des créances. L assemblée des créanciers peut également décider que l approbation du plan se fera à travers un vote par groupes de créanciers. Il faudra alors que le plan soit accepté par chacun des cinq groupes prévus par loi à une 13

14 majorité de 2/3 du montant total des créances. Les cinq groupes de créanciers sont fixés par la loi : créanciers titulaires de sûretés réelles, créanciers de salaires, créanciers d impôts et de cotisations d assurances sociales, créanciers ayant accordé un prêt à long terme non garanti par une sûreté réelle, autres créanciers. Une fois approuvé par les créanciers, le plan est soumis à l homologation du tribunal, obligatoirement dans les quatre mois qui suivent la date de l ouverture de la procédure. Ce délai ne peut être allongé que d un mois, par décision du tribunal (art. 15, L. r.). 3. L exécution du plan Les dirigeants de l entreprise débitrice sont responsables de la bonne exécution du plan (art. 15, 9, L. r.). Leur activité est placée sous le contrôle du président de l assemblée des créanciers (ou du comité des créanciers). Ce dernier peut demander aux dirigeants de modifier leur mode de gestion afin d assurer l exécution du plan. Lorsqu il n obtient pas satisfaction, il saisit l assemblée des créanciers qui peut prendre la décision de demander au tribunal de suspendre les dirigeants de leurs fonctions et de pourvoir à leur remplacement. (L assemblée des créanciers peut proposer au tribunal des personnes pouvant accomplir ces fonctions - art. 16, 5 à 9, L.r.). Lorsque la procédure de restructuration a été lancée par les créanciers et que la direction de l entreprise débitrice n a pas donné son accord à cette procédure, le ou les créanciers doivent fournir une sûreté réelle garantissant l exécution du plan (art. 13, al. 1 er, 19, L. r.). 4. La procédure simplifiée Une procédure simplifiée est applicable lorsque la demande d ouverture d une procédure de restructuration est accompagnée du plan de restructuration, préalablement approuvé par tous les créanciers et accompagné d un rapport relatif à la faisabilité du plan, établi par un expert indépendant. La rémunération de l expert est à la charge de l entreprise débitrice. Le tribunal se prononce dans un délai de 15 jours sur l ouverture de la procédure et l approbation du plan ainsi proposé (art. 11, L.r.). 14

15 SOMMAIRE 1 I. L OUVERTURE DES PROCEDURES... 3 A. LES CONDITIONS DE L'OUVERTURE Les conditions de fond... 3 a. Conditions subjectives... 3 b. Conditions objectives Les conditions de forme... 5 B. LES EFFETS DE L OUVERTURE Effets non patrimoniaux Effets patrimoniaux... 8 a. Sur l entreprise débitrice... 8 b. Sur le patrimoine... 8 La révélation du passif (déclaration et vérification des créances)... 8 La recomposition de l actif : la période suspecte... 9 II. LES ISSUES DES PROCEDURES A. LES ISSUES DE LA FAILLITE Le concordat de la faillite La liquidation B. L ISSUE DE LA RESTRUCTURATION Les propositions de plan L approbation du plan par les créanciers et son homologation par le tribunal L exécution du plan La procédure simplifiée ANNEXE 1 : Loi lituanienne n IX-216 du 20 mars 2001 relative à la faillite des entreprises ANNEXE 2 : Loi lituanienne n IX-218 du 20 mars 2001 relative à la restructuration des entreprises 15

16 ANNEXE 1 Loi lituanienne n IX-216 du 20 mars 2001 relative à la faillite des entreprises 16

17 ANNEXE 2 Loi lituanienne n IX-218 du 20 mars 2001 relative à la restructuration des entreprises 17

SYNTHESE PROCEDURES COLLECTIVES. Introduction

SYNTHESE PROCEDURES COLLECTIVES. Introduction SYNTHESE PROCEDURES COLLECTIVES Introduction - Objectifs poursuivis par la loi du 26 juillet 2005 entrée en vigueur le 1 er janvier 2006 : Renforcement de la prévention (mandat ad hoc, conciliation), Anticipation

Plus en détail

MODELE DE STATUTS D UN ETABLISSEMENT PUBLIC DE COOPERATION CULTURELLE GERANT UNE ACTIVITE PATRIMONIALE. TITRE Ier - DISPOSITIONS GENERALES

MODELE DE STATUTS D UN ETABLISSEMENT PUBLIC DE COOPERATION CULTURELLE GERANT UNE ACTIVITE PATRIMONIALE. TITRE Ier - DISPOSITIONS GENERALES MODELE DE STATUTS D UN ETABLISSEMENT PUBLIC DE COOPERATION CULTURELLE GERANT UNE ACTIVITE PATRIMONIALE TITRE Ier - DISPOSITIONS GENERALES Article 1 er - Création Il est créé entre : - la (les) collectivité(s)

Plus en détail

Réseau des Arts à Bruxelles RAB Statuts de l association : proposition de modifications (AG 10/03/16)

Réseau des Arts à Bruxelles RAB Statuts de l association : proposition de modifications (AG 10/03/16) Réseau des Arts à Bruxelles RAB Statuts de l association : proposition de modifications (AG 10/03/16) Art. 9. Cotisations Les membres effectifs et adhérents sont tenus de payer une cotisation annuelle

Plus en détail

LA LIQUIDATION JUDICIAIRE

LA LIQUIDATION JUDICIAIRE 1.9 DÉFINITION Procédure destinée à mettre fin à l activité de l entreprise ou à réaliser le patrimoine du débiteur par une cession globale ou séparée de ses droits et de ses biens. JURIDICTION COMPÉTENTE

Plus en détail

Textes de référence : Table des matières

Textes de référence : Table des matières LE TRAITEMENT JUDICIAIRE DES ENTREPRISES EN DIFFICULTE AUX PAYS-BAS Textes de référence :! Loi de 1893 sur la faillite! Loi du 16 mai 1925 sur le concordat! Articles 2-138 et 2-248 du Code civil Table

Plus en détail

Convention des Nations Unies sur la cession de créances dans le commerce international

Convention des Nations Unies sur la cession de créances dans le commerce international Convention des Nations Unies sur la cession de créances dans le commerce international NATIONS UNIES CONVENTION DES NATIONS UNIES SUR LA CESSION DE CRÉANCES DANS LE COMMERCE INTERNATIONAL NATIONS UNIES

Plus en détail

MODELE DE STATUTS D UN ETABLISSEMENT PUBLIC DE COOPERATION CULTURELLE GERANT UNE ACTIVITE DE SPECTACLE VIVANT (*) TITRE Ier - DISPOSITIONS GENERALES

MODELE DE STATUTS D UN ETABLISSEMENT PUBLIC DE COOPERATION CULTURELLE GERANT UNE ACTIVITE DE SPECTACLE VIVANT (*) TITRE Ier - DISPOSITIONS GENERALES MODELE DE STATUTS D UN ETABLISSEMENT PUBLIC DE COOPERATION CULTURELLE GERANT UNE ACTIVITE DE SPECTACLE VIVANT (*) TITRE Ier - DISPOSITIONS GENERALES Article 1 er - Création Il est créé entre : - la (les)

Plus en détail

L INSOLVABILITE DES ENTREPRISES NOTE DE SYNTHESE

L INSOLVABILITE DES ENTREPRISES NOTE DE SYNTHESE L INSOLVABILITE DES ENTREPRISES GRANDS TRAITS DU DROIT DE LA FAILLITE EN ESPAGNE, SUEDE, POLOGNE, HONGRIE, LITUANIE NOTE DE SYNTHESE L étude porte sur cinq pays où des réformes du droit des procédures

Plus en détail

RÈGLEMENT DE l AGIRC

RÈGLEMENT DE l AGIRC REGLEMENT DE L AGIRC Approuvé par la commission paritaire nationale le 22 septembre 2005 Modifié par la commission paritaire nationale le 21 mars 2006 Modifié par la commission paritaire nationale le 10

Plus en détail

Le règlement (CE) N 1896/2006 du parlement européen et du conseil du 12 décembre 2006 instituant une procédure européenne d injonction de payer

Le règlement (CE) N 1896/2006 du parlement européen et du conseil du 12 décembre 2006 instituant une procédure européenne d injonction de payer Le règlement (CE) N 1896/2006 du parlement européen et du conseil du 12 décembre 2006 instituant une procédure européenne d injonction de payer Par Michelle POESS, étudiante en droit et Karl H. BELTZ,

Plus en détail

STATUTS TITRE I DISPOSITIONS GENERALES

STATUTS TITRE I DISPOSITIONS GENERALES Immeuble Axe Etoile 103-105 rue des Trois Fontanot 92000 Nanterre association déclarée régie par la loi du 1 er juillet 1901 GERP enregistré à l ACP sous le n 477 654 743 / GP1 STATUTS TITRE I DISPOSITIONS

Plus en détail

AVANT-PROJET DE LOI DE SAUVEGARDE DES ENTREPRISES. TITRE I er. Dispositions modifiant le livre VI du Code de commerce. Art. 1 er.

AVANT-PROJET DE LOI DE SAUVEGARDE DES ENTREPRISES. TITRE I er. Dispositions modifiant le livre VI du Code de commerce. Art. 1 er. 1 AVANT-PROJET DE LOI DE SAUVEGARDE DES ENTREPRISES TITRE I er Dispositions modifiant le livre VI du Code de commerce Art. 1 er Le Livre VI du code de commerce est modifié conformément aux dispositions

Plus en détail

STATUTS SANTE BTP ROUEN DIEPPE

STATUTS SANTE BTP ROUEN DIEPPE STATUTS SANTE BTP ROUEN DIEPPE Adoptés par l assemblée générale extraordinaire du 9 novembre 2012 TITRE I CONSTITUTION OBJET SIEGE DUREE Article 1 Constitution, dénomination A l initiative des professionnels

Plus en détail

REGLEMENT LA COMMISSION DE DEONTOLOGIE ET DE CONCILIATION DE L AMG

REGLEMENT LA COMMISSION DE DEONTOLOGIE ET DE CONCILIATION DE L AMG ASSOCIATION DES MEDECINS DU CANTON DE GENEVE REGLEMENT de LA COMMISSION DE DEONTOLOGIE ET DE CONCILIATION DE L AMG adopté par son Conseil le septembre 0 et entré en vigueur à cette date AMG Rue Micheli-du-Crest

Plus en détail

Commentaire. Décision n 2014-399 QPC du 6 juin 2014. Société Beverage and Restauration Organisation SA

Commentaire. Décision n 2014-399 QPC du 6 juin 2014. Société Beverage and Restauration Organisation SA Commentaire Décision n 2014-399 QPC du 6 juin 2014 Société Beverage and Restauration Organisation SA (Liquidation judiciaire ou cessation partielle de l activité prononcée d office pendant la période d

Plus en détail

Service de Santé au Travail du Bâtiment. 19 rue de l Apprentissage 42000 Saint-Etienne STATUTS

Service de Santé au Travail du Bâtiment. 19 rue de l Apprentissage 42000 Saint-Etienne STATUTS Service de Santé au Travail du Bâtiment Et des Travaux Publics de la Loire 19 rue de l Apprentissage 42000 Saint-Etienne La Santé au Travail 42 LOIRE STATUTS TITRE I - CONSTITUTION OBJET SIEGE DUREE Article

Plus en détail

STATUTS COMITE D ORGANISATION EVENEMENT DISCIPLINE - DATE LIEU - DEPARTEMENT

STATUTS COMITE D ORGANISATION EVENEMENT DISCIPLINE - DATE LIEU - DEPARTEMENT STATUTS COMITE D ORGANISATION EVENEMENT DISCIPLINE - DATE LIEU - DEPARTEMENT STATUT TYPE C.O. M.I.O. - version initiale Page 1 de 15 SOMMAIRE ARTICLE 1 : FORME... 3 ARTICLE 2 : DENOMINATION... 3 ARTICLE

Plus en détail

Ordre des Experts Comptables de Tunisie

Ordre des Experts Comptables de Tunisie Ordre des Experts Comptables de Tunisie Note d orientation sur les diligences du Commissaire aux Comptes en matière de rémunération des dirigeants (Application de l article 200 II 5 du Code des Sociétés

Plus en détail

STATUTS TITRE I CONSTITUTION OBJET SIEGE DUREE. Article 1 - Constitution, dénomination

STATUTS TITRE I CONSTITUTION OBJET SIEGE DUREE. Article 1 - Constitution, dénomination Services médicaux interentreprises Bâtiment Travaux Publics et activités annexes de l Oise STATUTS TITRE I CONSTITUTION OBJET SIEGE DUREE Article 1 - Constitution, dénomination A l initiative des professionnels

Plus en détail

Règlement Intérieur de fonctionnement

Règlement Intérieur de fonctionnement ENVOL ISERE AUTISME - Reconnue d intérêt général - Association Affiliée Autisme France - B.P. N 60241 Tél :06 60 72 07 58 38305 BOURGOIN-JALLIEU Cedex Correspondant Grenoble/Grésivaudan/Sud Isère 06 70

Plus en détail

CHAPITRE 12 : L ENTREPRISE EN DIFFICULTE

CHAPITRE 12 : L ENTREPRISE EN DIFFICULTE CHAPITRE 12 : L ENTREPRISE EN DIFFICULTE La survie de l entreprise n a pas toujours été au cœur du débat lorsqu elle connaissait des difficultés. Longtemps faire faillite été considéré comme une faute

Plus en détail

LE MANDAT DE PROTECTION FUTURE

LE MANDAT DE PROTECTION FUTURE LE MANDAT DE PROTECTION FUTURE Selon le code civil (art. 1984), le mandat est l acte par lequel une personne, le mandant, donne à une autre, le mandataire, le pouvoir de faire quelque chose en son nom.

Plus en détail

N 1812 ASSEMBLÉE NATIONALE PROPOSITION DE LOI

N 1812 ASSEMBLÉE NATIONALE PROPOSITION DE LOI N 1812 ASSEMBLÉE NATIONALE CONSTITUTION DU 4 OCTOBRE 1958 QUATORZIÈME LÉGISLATURE Enregistré à la Présidence de l Assemblée nationale le 21 février 2014. PROPOSITION DE LOI REJETÉE PAR LE SÉNAT, visant

Plus en détail

La Société de Gestion de Patrimoine Familial (SPF) en droit luxembourgeois

La Société de Gestion de Patrimoine Familial (SPF) en droit luxembourgeois La Société de Gestion de Patrimoine Familial (SPF) en droit luxembourgeois Sommaire: 1. Introduction page 1 2. Constitution de la SPF page 1 3. Surveillance et contrôle de la SPF page 3 4. Activité et

Plus en détail

Exemple de statuts pour la constitution d une association à but non lucratif, régie par la loi du 1er Juillet 1901

Exemple de statuts pour la constitution d une association à but non lucratif, régie par la loi du 1er Juillet 1901 Exemple de statuts pour la constitution d une association à but non lucratif, régie par la loi du 1er Juillet 1901 proposé par la Fédération Française d Airsoft version 1.0 du 14 décembre 2015 Licence

Plus en détail

METTRE EN ŒUVRE UNE MESURE D EXÉCUTION FORCÉE

METTRE EN ŒUVRE UNE MESURE D EXÉCUTION FORCÉE Quelles sont les étapes obligées qu un justiciable doit franchir pour pouvoir contraindre un débiteur au paiement de sa dette? Si chaque État européen doit veiller à ce que tout justiciable bénéficie du

Plus en détail

MINISTERE DE LA JUSTICE LUXEMBOURG ASSOCIATIONS ET FONDATIONS SANS BUT LUCRATIF

MINISTERE DE LA JUSTICE LUXEMBOURG ASSOCIATIONS ET FONDATIONS SANS BUT LUCRATIF MINISTERE DE LA JUSTICE LUXEMBOURG ASSOCIATIONS ET FONDATIONS SANS BUT LUCRATIF 2009 Loi du 21 avril 1928 sur les associations et les fondations sans but lucratif Mém. 1928, 521 et 773 mod. L. 22 février

Plus en détail

CONSEIL DE DISCIPLINE PROCEDURE DISCIPLINAIRE COMMISSION DES RECOURS

CONSEIL DE DISCIPLINE PROCEDURE DISCIPLINAIRE COMMISSION DES RECOURS DOCUMENTATION DISCIPLINE 05 49 44 57 96 http://www.cgtlaborit.fr CONSEIL DE DISCIPLINE PROCEDURE DISCIPLINAIRE COMMISSION DES RECOURS DOCUMENT EDITE PAR LE SYNDICAT CGT DU C.H Henri LABORIT Année 2006

Plus en détail

Règlement concernant les dépôts d actionnaire de Swiss Life

Règlement concernant les dépôts d actionnaire de Swiss Life Règlement concernant les dépôts d actionnaire de Swiss Life Règlement concernant les dépôts d actionnaire de Swiss Life 3 Sommaire 1. Autorisation, valeurs en dépôt 4 2. Ouverture du dépôt 4 3. Mandat

Plus en détail

STATUTS DE L A.C.E.F. SUD-OUEST ASSOCIATION POUR FAVORISER LE CRÉDIT ET L'ÉPARGNE DES FONCTIONNAIRES. et AGENTS DES SERVICES PUBLICS

STATUTS DE L A.C.E.F. SUD-OUEST ASSOCIATION POUR FAVORISER LE CRÉDIT ET L'ÉPARGNE DES FONCTIONNAIRES. et AGENTS DES SERVICES PUBLICS STATUTS DE L A.C.E.F. SUD-OUEST ASSOCIATION POUR FAVORISER LE CRÉDIT ET L'ÉPARGNE DES FONCTIONNAIRES et AGENTS DES SERVICES PUBLICS Les statuts modifiés sont adoptés par l'assemblée Générale Extraordinaire

Plus en détail

RECOUVREMENT DES CREANCES SUR LES ENTREPRISES EN DIFFICULTE DANS LES PAYS DE LA ZONE OHADA

RECOUVREMENT DES CREANCES SUR LES ENTREPRISES EN DIFFICULTE DANS LES PAYS DE LA ZONE OHADA MANUEL PRATIQUE D RECOUVREMENT DES CREANCES SUR LES ENTREPRISES EN DIFFICULTE DANS LES PAYS DE LA ZONE OHADA U Manuel à l usage des créanciers Evelyne MANDESSI BELL Docteur d Etat en droit Avocat - Consultante

Plus en détail

L agent commercial en Allemagne

L agent commercial en Allemagne 1 L agent commercial en Allemagne Introduction Le statut juridique de l agent commercial («Handelsvertreter») est défini dans le Code de commerce allemand («Handelsgesetzbuch»- HGB) aux Articles 84 à 92c.

Plus en détail

Loi belge sur la continuité des entreprises

Loi belge sur la continuité des entreprises Loi belge sur la continuité des entreprises Introduction Loi du 31 janvier 2009 relative à la continuité des entreprises Entrée en vigueur le 1er avril 2009 Remplace la loi du 17 juillet 1997 sur le concordat

Plus en détail

Projet de loi n o 61 (2004, chapitre 32) Loi sur l Agence des partenariats publicprivé

Projet de loi n o 61 (2004, chapitre 32) Loi sur l Agence des partenariats publicprivé PREMIÈRE SESSION TRENTE-SEPTIÈME LÉGISLATURE Projet de loi n o 61 (2004, chapitre 32) Loi sur l Agence des partenariats publicprivé du Québec Présenté le 17 juin 2004 Principe adopté le 1 er décembre 2004

Plus en détail

Loi relative à l exercice et à l organisation de la profession de médecin

Loi relative à l exercice et à l organisation de la profession de médecin République du Cameroun /p.48/ /p.49/ Loi relative à l exercice et à l organisation de la profession de médecin Loi N 90-36 du 10 août 1990 Loi N 90-36 du 10 août 1990 Relative à l exercice et à l organisation

Plus en détail

LE SURENDETTEMENT DES PARTICULIERS. I. Conditions d application de la procédure de traitement des situations de surendettement.

LE SURENDETTEMENT DES PARTICULIERS. I. Conditions d application de la procédure de traitement des situations de surendettement. LE SURENDETTEMENT DES PARTICULIERS Textes applicables : septembre 2003! Loi n 89-1010 du 31 décembre 1989 dite loi Neiertz entrée en vigueur le 1 er mars 1990! Loi n 95-125 du 8 février 1995! Loi n 98-657

Plus en détail

Conférence des Notariats de l Union Européenne LIVRE VERT

Conférence des Notariats de l Union Européenne LIVRE VERT Conférence des Notariats de l Union Européenne LIVRE VERT SUR LA TRANSFORMATION DE LA CONVENTION DE ROME DE 1980 SUR LA LOI APPLICABLE AUX OBLIGATIONS CONTRACTUELLES EN INSTRUMENT COMMUNAUTAIRE AINSI QUE

Plus en détail

CODE DE COMMERCE :Partie législative(source Légifrance)

CODE DE COMMERCE :Partie législative(source Légifrance) CODE DE COMMERCE :Partie législative(source Légifrance) Livre VI - Des difficultés des entreprises Titre Ier - De la prévention des difficultés des entreprises Chapitre Ier - De la prévention des difficultés

Plus en détail

Commentaire. Décision n 2013-368 QPC du 7 mars 2014. Société Nouvelle d exploitation Sthrau hôtel

Commentaire. Décision n 2013-368 QPC du 7 mars 2014. Société Nouvelle d exploitation Sthrau hôtel Commentaire Décision n 2013-368 QPC du 7 mars 2014 Société Nouvelle d exploitation Sthrau hôtel (Saisine d office du tribunal pour l ouverture de la procédure de liquidation judiciaire) Le Conseil constitutionnel

Plus en détail

ASSEMBLÉE NATIONALE 9 mai 2014 AMENDEMENT

ASSEMBLÉE NATIONALE 9 mai 2014 AMENDEMENT ASSEMBLÉE NATIONALE 9 mai 2014 ECONOMIE SOCIALE ET SOLIDAIRE - (N 1891) Commission Gouvernement Adopté AMENDEMENT présenté par le Gouvernement ---------- ARTICLE 34 N o 414 (2ème Rect) Rédiger ainsi cet

Plus en détail

PORTANT CREATION ET ORGANISATION D UN MARCHE FINANCIER

PORTANT CREATION ET ORGANISATION D UN MARCHE FINANCIER REPUBLIQUE DU CAMEROUN PAIX TRAVAIL PATRIE ------------------------------ ----------------------- LOI N 99/015 DU 22 DEC 1999 PORTANT CREATION ET ORGANISATION D UN MARCHE FINANCIER L Assemblée Nationale

Plus en détail

ENTREPRENDRE EN FAMILLE

ENTREPRENDRE EN FAMILLE ENTREPRENDRE EN FAMILLE Lorsqu une personne décide de créer ou de reprendre une entreprise, le futur chef d entreprise est confronté au financement de son projet, mais aussi, à la protection de ses biens

Plus en détail

NEWSLETTER RECODIFICATION N o 6

NEWSLETTER RECODIFICATION N o 6 NEWSLETTER RECODIFICATION N o 6 NEWSLETTER RECODIFICATION NO o 6 / CERTAINS CHANGEMENTS LIES AU NOUVEAU REGIME DES SOCIETES A RESPONSABILITE LIMITEE Mesdames, messieurs, La présente édition de la newsletter

Plus en détail

ETABLISSEMENT PUBLIC DE COOPERATION CULTURELLE «THEATRE DE BOURG-EN-BRESSE» STATUTS

ETABLISSEMENT PUBLIC DE COOPERATION CULTURELLE «THEATRE DE BOURG-EN-BRESSE» STATUTS ETABLISSEMENT PUBLIC DE COOPERATION CULTURELLE «THEATRE DE BOURG-EN-BRESSE» STATUTS EXPOSE DES MOTIFS Le Théâtre de Bourg-en-Bresse constitue aujourd hui un équipement culturel notoire en matière de spectacle

Plus en détail

Procédure d injonction de payer européenne Règlement CE n 1896/2006

Procédure d injonction de payer européenne Règlement CE n 1896/2006 Procédure d injonction de payer européenne Règlement CE n 1896/2006 Note de Synthèse réalisée par le réseau Enterprise Europe Network de la CCI de Lyon Avec le concours de Mademoiselle Camille Brauer Stagiaire

Plus en détail

LES AMIS ET AMIES DE LA BIBLIOTHÈQUE PUBLIQUE DU CANTON DE RUSSELL CONSTITUTION ET RÈGLEMENT

LES AMIS ET AMIES DE LA BIBLIOTHÈQUE PUBLIQUE DU CANTON DE RUSSELL CONSTITUTION ET RÈGLEMENT LES AMIS ET AMIES DE LA BIBLIOTHÈQUE PUBLIQUE DU CANTON DE RUSSELL ARTICLE 1 NOM ET DÉFINITIONS CONSTITUTION ET RÈGLEMENT 1.1 Le groupe sera connu sous le nom de Les Amis et amies de la Bibliothèque publique

Plus en détail

RÈGLEMENTS GÉNÉRAUX COPORATION DE DÉVELOPPEMENT DU PARC INDUSTRIEL DE LANORAIE

RÈGLEMENTS GÉNÉRAUX COPORATION DE DÉVELOPPEMENT DU PARC INDUSTRIEL DE LANORAIE RÈGLEMENTS GÉNÉRAUX COPORATION DE DÉVELOPPEMENT DU PARC INDUSTRIEL DE LANORAIE TABLE DES MATIÈRES DISPOSITIONS GÉNÉRALES Dénomination sociale page 4 Nature page 4 Mission page 4 Objets page 4 Investissements

Plus en détail

ARRÊTÉ N A-2014-01 DU CONSEIL GÉNÉRAL DU 16 JANVIER 2014. relatif au code de déontologie du personnel de la Banque de France

ARRÊTÉ N A-2014-01 DU CONSEIL GÉNÉRAL DU 16 JANVIER 2014. relatif au code de déontologie du personnel de la Banque de France Date de publication : 25 mars 2014 ARRÊTÉ N A-2014-01 DU CONSEIL GÉNÉRAL DU 16 JANVIER 2014 relatif au code de déontologie du personnel de la Banque de France LE CONSEIL GÉNÉRAL DE LA BANQUE DE FRANCE,

Plus en détail

STATUTS DU RÉSEAU LEXICOLOGIE, TERMINOLOGIE, TRADUCTION, AISBL

STATUTS DU RÉSEAU LEXICOLOGIE, TERMINOLOGIE, TRADUCTION, AISBL Statuts du Réseau Lexicologie, Terminologie, Traduction, AISBL : 1 Réseau Lexicologie, terminologie, traduction ASSOCIATION INTERNATIONALE SANS BUT LUCRATIF c/o Centre de recherche en linguistique appliquée

Plus en détail

DBV TECHNOLOGIES Société Anonyme au capital de 882.274,50 Green Square Bâtiment D, 80/84 rue des meuniers Bagneux 441 772 522 R.C.S.

DBV TECHNOLOGIES Société Anonyme au capital de 882.274,50 Green Square Bâtiment D, 80/84 rue des meuniers Bagneux 441 772 522 R.C.S. DBV TECHNOLOGIES Société Anonyme au capital de 882.274,50 Green Square Bâtiment D, 80/84 rue des meuniers Bagneux 441 772 522 R.C.S. Nanterre (la "Société") REGLEMENT INTERIEUR Adopté, sous condition suspensive,

Plus en détail

Statuts Roche Holding SA

Statuts Roche Holding SA Statuts Roche Holding SA 4 mars 2008 I. Raison sociale, but, siège et durée de la société 1 Sous la raison sociale «Roche Holding AG» «Roche Holding SA» «Roche Holding Ltd» existe une société anonyme qui

Plus en détail

Document unique de délégations EHPA et EHPAD publics non autonomes

Document unique de délégations EHPA et EHPAD publics non autonomes Direction logistique et prospective / Direction services extérieurs Conseil juridique / Etudes et formation referent.medicosocial@cdg22.fr Document unique de délégations EHPA et EHPAD publics non autonomes

Plus en détail

Registre des Energiologues de France STATUTS

Registre des Energiologues de France STATUTS Registre des Energiologues de France STATUTS 1. ARTICLE 1 : FORME Suite au dépôt de ces statuts à la Préfecture de la Vienne (Poitiers), il est projeté de former la présente association, à but non lucratif,

Plus en détail

sur la Banque cantonale de Fribourg Le Grand Conseil du canton de Fribourg

sur la Banque cantonale de Fribourg Le Grand Conseil du canton de Fribourg 96. Loi du novembre 988 sur la Banque cantonale de Fribourg Le Grand Conseil du canton de Fribourg Vu le message du Conseil d Etat du mai 988 ; Sur la proposition de cette autorité, Décrète : CHAPITRE

Plus en détail

sia Contrat de sous-mandat N o 1012/4 (Règlement SIA 112 Modèle de prestations) 2001 Concernant le projet: le mandant nom/adresse:

sia Contrat de sous-mandat N o 1012/4 (Règlement SIA 112 Modèle de prestations) 2001 Concernant le projet: le mandant nom/adresse: sia Contrat de sous-mandat N o 1012/4 (Règlement SIA 112 Modèle de prestations) 2001 Concernant le projet: le mandant nom/adresse: confie au mandataire 1 nom/adresse: le mandat décrit dans le présent contrat:

Plus en détail

ont établi, ainsi qu il suit, les statuts d une société par actions simplifiée devant exister entre eux.

ont établi, ainsi qu il suit, les statuts d une société par actions simplifiée devant exister entre eux. Statuts d une SAS [Avertissement : Les présents statuts sont proposés par les auteurs. Ils n ont qu un caractère indicatif. En aucun cas, il ne s agit de statuts types. Les personnes désirant rédiger les

Plus en détail

Décrets, arrêtés, circulaires

Décrets, arrêtés, circulaires Décrets, arrêtés, circulaires TEXTES GÉNÉRAUX MINISTÈRE DE L ÉCONOMIE ET DES FINANCES Décret n o 2013-269 du 29 mars 2013 relatif à la lutte contre les retards de paiement dans les contrats de la commande

Plus en détail

Contrat d agent associé

Contrat d agent associé Contrat d agent associé Entre : L EMPIRE, COMPAGNIE D ASSURANCE-VIE (ci-après nommée «Empire Vie») et (ci-après nommé «agent associé») Adresse civique : Ville ou municipalité : Province : Code postal :

Plus en détail

SOCIÉTÉ DE DÉVELOPPEMENT COMMERCIAL DE SAINTE-ANNE-DE-BELLEVUE RÈGLEMENTS DE RÉGIE INTERNE

SOCIÉTÉ DE DÉVELOPPEMENT COMMERCIAL DE SAINTE-ANNE-DE-BELLEVUE RÈGLEMENTS DE RÉGIE INTERNE SOCIÉTÉ DE DÉVELOPPEMENT COMMERCIAL DE SAINTE-ANNE-DE-BELLEVUE RÈGLEMENTS DE RÉGIE INTERNE TEL QUE DÛMENT ADOPTÉ LE 25 MARS 2015 PAR LE CONSEIL D ADMINISTRATION Page 1 sur 17 S.D.C. DE SAINTE-ANNE-DE-BELLEVUE

Plus en détail

INTÉGRATION DES MARCHÉS DU CRÉDIT HYPOTHÉCAIRE DE L UE. Rapport du groupe de discussion sur le crédit hypothécaire (Forum Group on Mortgage Credit)

INTÉGRATION DES MARCHÉS DU CRÉDIT HYPOTHÉCAIRE DE L UE. Rapport du groupe de discussion sur le crédit hypothécaire (Forum Group on Mortgage Credit) INTÉGRATION DES MARCHÉS DU CRÉDIT HYPOTHÉCAIRE DE L UE Rapport du groupe de discussion sur le crédit hypothécaire (Forum Group on Mortgage Credit) Commission européenne Direction générale du Marché intérieur

Plus en détail

Admission et exclusion de membres Extrait du Règlement OAR de l'asg, 3 partie: Admission et exclusion de membres

Admission et exclusion de membres Extrait du Règlement OAR de l'asg, 3 partie: Admission et exclusion de membres Admission et exclusion de membres Extrait du Règlement OAR de l'asg, 3 partie: Admission et exclusion de membres Admission et exclusion de membres [Traduction, le texte allemand fait foi] I. Conditions

Plus en détail

ACCORD DE GARANTIE N / GP1 () du. entre

ACCORD DE GARANTIE N / GP1 () du. entre entre Compagnie Française d Assurance pour le Commerce Extérieur agissant pour le compte et avec la garantie de l Etat français ci-après «Coface» et ci-après le «Prêteur» conjoints et solidaires au titre

Plus en détail

Autorisation d emprunt pour l acquisition d actions nominatives et au porteur de la Banque cantonale

Autorisation d emprunt pour l acquisition d actions nominatives et au porteur de la Banque cantonale Projet de loi (89) accordant une autorisation d emprunt de 6 00 000 F au Conseil d Etat pour financer l acquisition d actions nominatives et au porteur de la Banque cantonale de Genève et ouvrant un crédit

Plus en détail

MOUVEMENT D ÉDUCATION

MOUVEMENT D ÉDUCATION MOUVEMENT D ÉDUCATION ET DE DÉFENSE DES ACTIONNAIRES RÈGLEMENT INTERNE Approuvé lors de l assemblée annuelle et extraordinaire des membres le 29 mai 2005 Modifié lors de l assemblée annuelle et extraordinaire

Plus en détail

Introduction. Projet EBESM 3

Introduction. Projet EBESM 3 «Nouveau départ et seconde chance pour entreprendre» «L efficience de la loi 1995-34 relative au redressement des entreprises en difficultés économiques» RACHED BARKACHE Date: 12/09/2014 Projet EBESM 2

Plus en détail

ECB-PUBLIC. AVIS DE LA BANQUE CENTRALE EUROPÉENNE du 12 décembre 2012 sur la stabilité bancaire et financière (CON/2012/106)

ECB-PUBLIC. AVIS DE LA BANQUE CENTRALE EUROPÉENNE du 12 décembre 2012 sur la stabilité bancaire et financière (CON/2012/106) FR ECB-PUBLIC AVIS DE LA BANQUE CENTRALE EUROPÉENNE du 12 décembre 2012 sur la stabilité bancaire et financière (CON/2012/106) Introduction et fondement juridique Le 15 novembre 2012, la Banque centrale

Plus en détail

DEINOVE Société Anonyme Au capital social de 2.001.174 Euros Siège Social : 22, rue Léon Jouhaux 75010 Paris 492 272 521 R.C.S.

DEINOVE Société Anonyme Au capital social de 2.001.174 Euros Siège Social : 22, rue Léon Jouhaux 75010 Paris 492 272 521 R.C.S. DEINOVE Société Anonyme Au capital social de 2.001.174 Euros Siège Social : 22, rue Léon Jouhaux 75010 Paris 492 272 521 R.C.S. Paris RAPPORT DU CONSEIL D ADMINISTRATION A L ASSEMBLEE GENERALE MIXTE EN

Plus en détail

ECB-PUBLIC. AVIS DE LA BANQUE CENTRALE EUROPÉENNE du 24 janvier 2012 sur les titres dématérialisés (CON/2012/3)

ECB-PUBLIC. AVIS DE LA BANQUE CENTRALE EUROPÉENNE du 24 janvier 2012 sur les titres dématérialisés (CON/2012/3) FR ECB-PUBLIC AVIS DE LA BANQUE CENTRALE EUROPÉENNE du 24 janvier 2012 sur les titres dématérialisés (CON/2012/3) Introduction et fondement juridique Le 21 novembre 2011, la Banque centrale européenne

Plus en détail

RÈGLEMENT SUR LES CONTRATS D APPROVISIONNEMENT, DE SERVICES ET DE TRAVAUX DE CONSTRUCTION

RÈGLEMENT SUR LES CONTRATS D APPROVISIONNEMENT, DE SERVICES ET DE TRAVAUX DE CONSTRUCTION RÈGLEMENTS POLITIQUES PROCÉDURES RÈGLEMENT SUR LES CONTRATS D APPROVISIONNEMENT, DE SERVICES ET DE TRAVAUX DE CONSTRUCTION Adopté par le conseil d administration le 25 mars 2009 et modifié le 17 juin 2015

Plus en détail

RÈGLEMENT INTÉRIEUR DU CONSEIL D ADMINISTRATION

RÈGLEMENT INTÉRIEUR DU CONSEIL D ADMINISTRATION RÈGLEMENT INTÉRIEUR DU CONSEIL D ADMINISTRATION Mis à jour le 4 mars 2015 PREAMBULE Le conseil d administration d ARKEMA (la «Société») a arrêté le présent règlement intérieur contenant le recueil des

Plus en détail

Numéro du rôle : 4339. Arrêt n 161/2008 du 20 novembre 2008 A R R E T

Numéro du rôle : 4339. Arrêt n 161/2008 du 20 novembre 2008 A R R E T Numéro du rôle : 4339 Arrêt n 161/2008 du 20 novembre 2008 A R R E T En cause : les questions préjudicielles relatives aux dispositions régissant la liquidation des associations sans but lucratif, posées

Plus en détail

Société des amis de l IMA

Société des amis de l IMA Société des amis de l IMA Projet de modification des statuts Article 1 er Constitution et dénomination Il est formé une association qui est régie par la loi 1901, le décret du 16 Août 1901, et toutes dispositions

Plus en détail

REGLEMENT CADRE POUR LES CERTIFICATS ET DIPLOMES DE FORMATION CONTINUE FACULTE D ECONOMIE ET DE MANAGEMENT

REGLEMENT CADRE POUR LES CERTIFICATS ET DIPLOMES DE FORMATION CONTINUE FACULTE D ECONOMIE ET DE MANAGEMENT REGLEMENT CADRE POUR LES CERTIFICATS ET DIPLOMES DE FORMATION CONTINUE FACULTE D ECONOMIE ET DE MANAGEMENT Sous réserve de l approbation par toutes les instances concernées. Le masculin est utilisé au

Plus en détail

ORDONNANCE N 14/080 DU 08 DECEMBRE 2014 PORTANT REGLEMENT D ADMINISTRATION RELATIF AU PERSONNEL DE L INSPECTION GENERALE DU TRAVAIL, IGT EN SIGLE

ORDONNANCE N 14/080 DU 08 DECEMBRE 2014 PORTANT REGLEMENT D ADMINISTRATION RELATIF AU PERSONNEL DE L INSPECTION GENERALE DU TRAVAIL, IGT EN SIGLE ORDONNANCE N 14/080 DU 08 DECEMBRE 2014 PORTANT REGLEMENT D ADMINISTRATION RELATIF AU PERSONNEL DE L INSPECTION GENERALE DU TRAVAIL, IGT EN SIGLE Le Président de la République ; Vu la Constitution, telle

Plus en détail

LOIS. LOI n o 2014-384 du 29 mars 2014 visant à reconquérir l économie réelle (1) NOR : EFIX1322399L. TITRE I er

LOIS. LOI n o 2014-384 du 29 mars 2014 visant à reconquérir l économie réelle (1) NOR : EFIX1322399L. TITRE I er LOIS LOI n o 2014-384 du 29 mars 2014 visant à reconquérir l économie réelle (1) NOR : EFIX1322399L L Assemblée nationale a adopté, L Assemblée nationale et le Sénat ont délibéré, Vu la décision du Conseil

Plus en détail

REFORME DES SUCCESSIONS

REFORME DES SUCCESSIONS REFORME DES SUCCESSIONS Le projet de loi sur les successions a été adopté le 22 février 2006 par l assemblée nationale. Il sera évoqué par le Sénat dans le courant de la semaine prochaine. De manière assez

Plus en détail

Numéro du rôle : 2013. Arrêt n 156/2001 du 4 décembre 2001 A R R E T

Numéro du rôle : 2013. Arrêt n 156/2001 du 4 décembre 2001 A R R E T Numéro du rôle : 2013 Arrêt n 156/2001 du 4 décembre 2001 A R R E T En cause : la question préjudicielle relative à l article 73 de la loi du 8 août 1997 sur les faillites, posée par le Tribunal de commerce

Plus en détail

ASSOCIATION METEO LOR STATUTS

ASSOCIATION METEO LOR STATUTS Page 1 sur 10 ASSOCIATION METEO LOR STATUTS ARTICLE 1er - CONSTITUTION - DUREE. Conformément aux dispositions de la loi du 1er juillet 1901 et du décret du 16 août 1901, il est fondé le 20 avril 2013 une

Plus en détail

Assemblée générale du 24 avril 2014

Assemblée générale du 24 avril 2014 S t a t u t s Assemblée générale du 24 avril 2014 TITRE I CONSTITUTION - FORME DÉNOMINATION - SIÈGE SOCIAL ACTIONNARIAT - OBJET - REPRÉSENTATION CIRCONSCRIPTION - DURÉE Société anonyme coopérative de crédit

Plus en détail

Accord sur le Comité d Entreprise Européen d EADS NV et ses comités dérivés. conclu. entre. European Aeronautic Defence and Space Company EADS N.V.

Accord sur le Comité d Entreprise Européen d EADS NV et ses comités dérivés. conclu. entre. European Aeronautic Defence and Space Company EADS N.V. Accord sur le Comité d Entreprise Européen d EADS NV et ses comités dérivés conclu entre European Aeronautic Defence and Space Company EADS N.V. et ses Représentants du Personnel Préambule Conformément

Plus en détail

GUIDE DE LA CRÉATION D ENTREPRISE EN SERBIE CADRE JURIDIQUE PROCÉDURE. Un partenaire fiable

GUIDE DE LA CRÉATION D ENTREPRISE EN SERBIE CADRE JURIDIQUE PROCÉDURE. Un partenaire fiable GUIDE DE LA CRÉATION D ENTREPRISE EN SERBIE CADRE JURIDIQUE PROCÉDURE Un partenaire fiable GUIDE DE LA CRÉATION D ENTREPRISE EN SERBIE CADRE JURIDIQUE PROCÉDURE BELGRADE 2014 Sommaire 1 2 INFORMATIONS

Plus en détail

TECHNOLOGIES AVANCÉES

TECHNOLOGIES AVANCÉES Le correspondant à la protection des données à caractère personnel : un maillon important de la réforme DOCTRINE F4686 L Allemagne, nation pionnière avec la France en matière de protection de la vie privée,

Plus en détail

NOR : RDFF1228702C. La ministre de la réforme de l Etat, de la décentralisation et de la fonction publique

NOR : RDFF1228702C. La ministre de la réforme de l Etat, de la décentralisation et de la fonction publique RÉPUBLIQUE FRANÇAISE Ministère de la réforme de l Etat, de la décentralisation et de la fonction publique Circulaire du 26 juillet 2012 relative à la mise en œuvre du dispositif d accès à l emploi titulaire

Plus en détail

La Cour de Cassation contraint une direction à payer une expertise CHSCT annulée : retour sur les conditions de démarrage

La Cour de Cassation contraint une direction à payer une expertise CHSCT annulée : retour sur les conditions de démarrage La Cour de Cassation contraint une direction à payer une expertise CHSCT annulée : retour sur les conditions de démarrage Source: www.miroirsocial.com Le 15 mai dernier, la Cour de Cassation a rendu un

Plus en détail

TROISIÈME SECTION AFFAIRE COOPERATIVA DE CREDIT SĂTMĂREANA. (Requête n o 32125/04) ARRÊT STRASBOURG. 11 mars 2014

TROISIÈME SECTION AFFAIRE COOPERATIVA DE CREDIT SĂTMĂREANA. (Requête n o 32125/04) ARRÊT STRASBOURG. 11 mars 2014 TROISIÈME SECTION AFFAIRE COOPERATIVA DE CREDIT SĂTMĂREANA c. ROUMANIE (Requête n o 32125/04) ARRÊT STRASBOURG 11 mars 2014 Cet arrêt deviendra définitif dans les conditions définies à l article 44 2 de

Plus en détail

Deuxième partie Audit externe, budget programme pour l exercice 2012 et documents relatifs

Deuxième partie Audit externe, budget programme pour l exercice 2012 et documents relatifs Deuxième partie Audit externe, budget programme pour l exercice 2012 et documents relatifs A. Introduction 1. L Assemblée des États Parties («l Assemblée») a été saisie du projet de budgetprogramme pour

Plus en détail

954.193 Ordonnance de la Commission fédérale des banques sur les bourses et le commerce des valeurs mobilières

954.193 Ordonnance de la Commission fédérale des banques sur les bourses et le commerce des valeurs mobilières Ordonnance de la Commission fédérale des banques sur les bourses et le commerce des valeurs mobilières (Ordonnance de la CFB sur les bourses, OBVM-CFB) du 25 juin 1997 (Etat le 20 décembre 2005) La Commission

Plus en détail

STATUTS TYPES DES ASSOCIATIONS DE L U.A.I.C.F.

STATUTS TYPES DES ASSOCIATIONS DE L U.A.I.C.F. UNION ARTISTIQUE ET INTELLECTUELLE DES CHEMINOTS FRANÇAIS STATUTS TYPES DES ASSOCIATIONS DE L U.A.I.C.F. TITRE I - CONSTITUTION - OBJET - SIÈGE SOCIAL - DURÉE Article 1 : Constitution et dénomination Il

Plus en détail

Règlement de liquidation partielle de la Caisse fédérale de pensions PUBLICA concernant la caisse de prévoyance de la Confédération

Règlement de liquidation partielle de la Caisse fédérale de pensions PUBLICA concernant la caisse de prévoyance de la Confédération Règlement de liquidation partielle de la Caisse fédérale de pensions PUBLICA concernant la caisse de prévoyance de la Confédération Annexe IV du 15 juin 2007 (Etat le 1 er janvier 2010) Section 1 Objet

Plus en détail

Loi (9524) sur la fondation d'aide aux entreprises (FAE)

Loi (9524) sur la fondation d'aide aux entreprises (FAE) Loi (9524) sur la fondation d'aide aux entreprises (FAE) Le GRAND CONSEIL de la République et canton de Genève, vu la loi en faveur du développement de l économie et de l emploi, du 20 janvier 2000; vu

Plus en détail

4/ Doit-on et/ou peut-on facturer cette indemnité et si oui, doit-on et/ou peut-on relancer la facture en cas de non-paiement?

4/ Doit-on et/ou peut-on facturer cette indemnité et si oui, doit-on et/ou peut-on relancer la facture en cas de non-paiement? Juillet 2013 L INDEMNITÉ FORFAITAIRE POUR RETARD DE PAIEMENT QUESTIONS / RÉPONSES 1/ La mention de l indemnité sur les conditions générales de vente (CGV) et les factures et son versement en cas de retard

Plus en détail

Statuts de l ASP. ASP Fondatrice, Accompagnement, développement en Soins Palliatifs

Statuts de l ASP. ASP Fondatrice, Accompagnement, développement en Soins Palliatifs Statuts de l ASP Création : Dépôt légal 13 décembre 1984 Journal officiel du 2 janvier 1985 Modifications des statuts approuvées par l Assemblée générale des 17 mai 1999, 06 mai 2003, 17 mai 2005 et 22

Plus en détail

Banque européenne d investissement. Code de conduite pour les membres du Conseil d administration

Banque européenne d investissement. Code de conduite pour les membres du Conseil d administration Banque européenne d investissement Code de conduite pour les membres du Conseil d administration Code de conduite pour les membres du Conseil d administration 2011 page 1 / 6 Champ d application du Code

Plus en détail

Diplôme de formation continue (DAS) en Management, Ressources Humaines et Carrières. Règlement d études

Diplôme de formation continue (DAS) en Management, Ressources Humaines et Carrières. Règlement d études Diplôme de formation continue (DAS) en Management, Ressources Humaines et Carrières Règlement d études Le masculin est utilisé au sens générique ; il désigne autant les femmes que les hommes Article 1

Plus en détail

Association X XXX X F-XXXXX Xxx

Association X XXX X F-XXXXX Xxx Siège : X Association X XXX X F-XXXXX Xxx Document Unique de Délégation XXXX Directeur La présente délégation est consentie en application des dispositions de l article L. 315-17 du Code de l Action Sociale

Plus en détail

L Avocat et l Expert-Comptable, pour une convergence de compétences au service de l entreprise en difficultés.

L Avocat et l Expert-Comptable, pour une convergence de compétences au service de l entreprise en difficultés. L Avocat et l Expert-Comptable, pour une convergence de compétences au service de l entreprise en difficultés. Jean-François TOGNACCIOLI Avocat au Barreau de Nice Président de la Commission Droit des Entreprises

Plus en détail

Commentaire. Décision n 2013-372 QPC du 7 mars 2014. M. Marc V.

Commentaire. Décision n 2013-372 QPC du 7 mars 2014. M. Marc V. Commentaire Décision n 2013-372 QPC du 7 mars 2014 M. Marc V. (Saisine d office du tribunal pour la résolution d un plan de sauvegarde ou de redressement judiciaire) Le Conseil constitutionnel a été saisi

Plus en détail

REFORME DU DROIT DES ENTREPRISES EN DIFFICULTES

REFORME DU DROIT DES ENTREPRISES EN DIFFICULTES N 56 - MARCHES n 12 En ligne sur le site www.fntp.fr / extranet le 24 mars 2009 ISSN 1769-4000 REFORME DU DROIT DES ENTREPRISES EN DIFFICULTES L essentiel Tirant le bilan de deux années d application de

Plus en détail

LES MANDATS SUCCESSORAUX

LES MANDATS SUCCESSORAUX Promotion Jacques de Maleville du MASTER II DE DROIT NOTARIAL sous la direction de Philippe Delmas Saint-Hilaire Professeur à l Université Montesquieu Bordeaux IV Bordeaux, janvier 2013 LES MANDATS SUCCESSORAUX

Plus en détail

Plan. I- Cadre juridique. II- Définition de Période d observation. III- Durée du période d observation

Plan. I- Cadre juridique. II- Définition de Période d observation. III- Durée du période d observation Plan I- Cadre juridique II- Définition de Période d observation III- Durée du période d observation IV- Le paiement des créances pendant la période d'observation I- Cadre juridique Loi n 95-34 du 7 avril

Plus en détail