UN EXEMPLE D INSTRUMENT ÉCONOMIQUE DE PROTECTION DE L ENVIRONNEMENT :LA RÉDUCTION DES EMISSIONS DE GAZ A EFFET DE SERRE ET LA CRÉATION D UN MARCHÉ

Save this PDF as:

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "UN EXEMPLE D INSTRUMENT ÉCONOMIQUE DE PROTECTION DE L ENVIRONNEMENT :LA RÉDUCTION DES EMISSIONS DE GAZ A EFFET DE SERRE ET LA CRÉATION D UN MARCHÉ"

Transcription

1 UN EXEMPLE D INSTRUMENT ÉCONOMIQUE DE PROTECTION DE L ENVIRONNEMENT :LA RÉDUCTION DES EMISSIONS DE GAZ A EFFET DE SERRE ET LA CRÉATION D UN MARCHÉ Contribution pour les Xes Journées Juridiques franco-chinoises octobre 2006 Peter HERBEL, directeur juridique du Groupe Total Pascale KROMAREK, coordinatrice des questions juridiques d environnement du Groupe Total Introduction : Total et la réduction volontaire des émissions de gaz à effet de serre (GES) Dès 2001, de façon volontaire et unilatérale, le Groupe Total avait pris, pour l ensemble de ses activités dans le monde, la décision de réduire d ici 2005 ses émissions de gaz à effet de serre (GES) : elles devaient diminuer de 30% en valeur relative (c'est-à-dire par tonne de pétrole brut produite) dans le secteur de l exploration-production, de 20% par tonne de brut traitée dans le secteur du raffinage et de 45% en valeur absolue à la chimie. Ces objectifs ont été réalisés et dépassés dès Parallèlement à cette démarche mondiale, deux filiales de Total, les sociétés Total France pour le secteur du raffinage-marketing et et Atofina pour le secteur de la chimie, ont créé en 2002, avec une vingtaine d autres industriels français, une Association des Entreprises pour la Réduction de l Effet de Serre, l AERES. Ces industriels avaient décidé d anticiper la directive communautaire sur les échanges de quotas d émissions en lançant un programme volontaire de réduction d émissions portant sur les six GES et non sur le seul CO 2. Rappelons en effet qu il existe 6 grandes catégories de GES, le gaz carbonique ou dioxyde de carbone (CO2), le protoxyde d azote ou oxyde nitreux (N2O), le méthane (NH4), les hydrofluorocarbures (HFC), les hydrocarbures perfluorés (PFC) et l hexafluorure de soufre ( (SF6), mais que la réglementation européenne dont nous allons parler ne concerne que le CO2. En concertation et coopération avec les pouvoirs publics français, les industriels membres de l AERES ont pris des engagements de réduction de leurs émissions. L AERES est constituée aujourd hui de 34 entreprises représentant 60% des émissions françaises de GES. Ses travaux ont été pris en considération pour l allocation des quotas dans le cadre du Plan National d Affectation des Quotas (PNAQ) de GES français. Cette démarche volontaire du Groupe Total, tant au plan mondial qu aux niveaux européen et français, a facilité son adaptation au système d échange de quotas d émissions de GES, appelé aussi «Emissions Trading Scheme» (ETS) mis en place par la directive européenne du 13 octobre Avant de décrire ce système et son application en droit national, il est utile de retracer le cadre juridique international dans lequel il s inscrit. Puis nous évoquerons la façon dont Total a concrètement mis en place ce système. I. Le régime juridique 1.1. Rappel historique: Le cadre juridique international La CCNUCC La Convention Cadre des Nations Unies sur le Changement Climatique (CCNUCC) fut signée au Sommet de la Terre à Rio en juin 1992 par 162 États. Elle marque la prise de

2 conscience internationale du risque de changement climatique. Son «objectif ultime» est de stabiliser les concentrations de GES dans l atmosphère à «un niveau qui empêche toute perturbation anthropique dangereuse du système climatique». Selon cette Convention, les États se considèrent tous collectivement responsables de la préservation de l équilibre climatique, mais en fonction de «responsabilités différenciées». Ils se partagent donc différemment les obligations prévues par la Convention-cadre. Les 38 pays les plus riches s engagent à stabiliser en 2000 leurs émissions de GES au niveau de Pour ces pays, c est-à-dire ceux de la Communauté européenne, de l OCDE et quelques États dits à économie de transition, une baisse de croissance semblait plus supportable et ils étaient en outre responsables des émissions de gaz à effet de serre les plus importantes. Ils constituent les Parties visées à l annexe I de la Convention-cadre. Les pays de l OCDE prennent, de plus, l engagement de fournir des ressources financières aux États hors annexe. Ces derniers n ont pas d objectifs chiffrés mais s obligent à respecter les obligations de base de la Convention-cadre incombant à toutes les Parties : établir un inventaire des émissions annuelles de GES et un programme national de réduction, encourager les puits de carbone, c'est-à-dire les milieux naturels comme la forêt, capables de puiser et fixer le CO2 présent dans l atmosphère, et anticiper l impact des changements climatiques en préparant des plans d actions appropriés. Les États signataires ont décidé de se réunir une fois par an pour suivre la mise en application de cette Convention-cadre lors des «Conferences of the Parties» (COP) ; celle-ci est entrée en vigueur en 1994, après sa ratification par 175 États Le Protocole de Kyoto a) Engagements quantitatifs de réduction d émissions Lors de la première conférence des Parties de la CCNUCC (COP 1, Berlin 1995), les Etats ont décidé de négocier un protocole contenant des mesures de réduction pour les pays «industrialisés» afin de sérieusement faire face aux changements climatiques. A la suite de longs travaux, le Protocole adopté lors de COP 3, en 1997 à Kyoto, traduit cette volonté en engagements quantitatifs juridiquement contraignants. Les 38 pays de l'annexe 1 de la Convention s obligent à abaisser leurs émissions de GES entre 2008 et 2012 de 5,2 % en moyenne par rapport à ce qu elles étaient en Les pourcentages varient selon les États, selon le niveau de leurs émissions en 1990, et les efforts de réduction qu ils ont consentis depuis cette date. L Union Européenne, elle-même Partie au Protocole de Kyoto, s est vue imposer une réduction globale de 8% et ses 25 États-membres appliqueront des taux différenciés. L entrée en vigueur du Protocole de Kyoto était conditionnée à sa ratification par un minimum de 55 États-Parties à la CCNUCC, représentant au moins 55 % des émissions de C est finalement le 16 février 2005 que le Protocole a pu entrer en vigueur. La Russie, représentant à elle seule près de 18% des émissions de 1990 l avait ratifié en novembre 2004, mais les Etats-Unis qui émettent plus de 30% du total des GES, s y sont refusé. Depuis cette entrée en vigueur, les Parties au Protocole se trouvent dans une phase préparatoire à l application pratique qui débutera en Les 34 pays industrialisés qui ont ratifié le Protocole seront en effet désormais tenus de réduire leurs émissions conformément à leurs engagements : en 2008, ils recevront des «unités», exprimées en tonnes d équivalent CO 2 représentant le maximum des émissions de GES auquel ils auront droit, compte tenu de ces engagements. Les autres pays resteront soumis aux obligations générales de la CCNUCC.

3 b) Les mécanismes de flexibilité Pour permettre aux pays qui prennent des engagements chiffrés de réduction des émissions de GES de réaliser ces objectifs ambitieux, le Protocole prévoit qu ils pourront recourir à des mécanismes dits "de flexibilité" en complément des politiques et mesures qu'ils devront mettre en œuvre au plan national. Ces mécanismes de flexibilité sont au nombre de trois : la Mise en Œuvre Conjointe (MOC), le Mécanisme de Développement Propre (MDP) et les échanges d unités d émissions Les MOC et MDP permettent aux Parties d'atteindre les objectifs de Kyoto en réduisant leurs émissions dans d'autres pays pour un coût moindre que sur leur propre territoire. Le principe de base est que, d'un point de vue environnemental planétaire, le lieu où la réduction des émissions de GES est obtenue est secondaire au regard de la réalité de la réduction. La COP 7 (Marrakech 2001) a fixé les critères d'éligibilité des projets au titre des MOC et des MDP. Il s agit de projets d investissements qui permettent aux États, ainsi qu à des investisseurs privés ou publics, d obtenir des crédits d émissions correspondant aux émissions évitées dans les pays hôtes de ces projets et venant donc en surplus des réductions déjà prévues par les plans d actions nationaux. Il faut par ailleurs que ces projets se traduisent par la réalisation d objectifs de développement durable des pays hôtes, notamment par le transfert de technologies. a) Le MDP permet aux pays de l Annexe I de remplir leurs engagements de réduction de GES à moindre coût, tout en associant les pays en développement (ne figurant pas dans l Annexe 1) à l objectif mondial de réduction des émissions de GES. Sont visés dans cette catégorie de mécanismes : les programmes d amélioration de l efficacité énergétique, les investissements réduisant les rejets de GES dans certains secteurs industriels, les transports, l agriculture et les programmes de «puits de carbone», en particulier par reforestation. Les tonnes d émission évitées donnent lieu à la délivrance «d unités de réduction d émission certifiées» à l auteur du projet. Un Conseil Exécutif MDP, établi auprès de la COP, vérifie et enregistre les projets. Depuis l entrée en vigueur de ce mécanisme en 2005, 200 projets avaient été acceptés en juin b) Les MOC sont des projets du même type que les MDP, réalisés par les pays ou des entités de l'annexe I dans des pays développés, appartenant également à l annexe I. Ce système n entrera en vigueur qu en Une des grandes différences entre le MDP et la MOC est, qu un MDP crée des crédits d émissions, mais qu une MOC permet seulement un transfert de quantités d unités de réduction du pays hôte vers le pays investisseur. c) Le système d échange des unités de montant allouées se mettra en place entre les pays de l Annexe I à partir de Ces unités d émissions permettent d émettre une quantité correspondante de GES, mais elles peuvent également être échangées, vendues ou achetées. Dans le système européen, qui existe, lui, depuis 2005 et dont nous allons parler maintenant, ces unités s appellent des «quotas» Le système européen d échange de quotas (Emissions Trading Scheme, ETS) : La directive 2003/87 et son application en France L Union européenne (l UE) a décidé une mise en application anticipée du Protocole de Kyoto, avant la période La directive européenne 2003/87 du 13 octobre 2003, établit un système d échange de quotas d émission de GES ; elle a été modifiée par la directive 2000/101 du 13 novembre 2004, qui traite plus particulièrement des deux autres systèmes: les MOC et les MDP. La première période d application de la Directive couvre 3 ans ( ) et ne concerne que les émissions de CO 2 provenant d activités limitées à quelques secteurs industriels. Les autres cinq GES, ou seulement quelques-uns, et d autres activités, pourront être concernés pour la seconde période ( ).

4 La directive repose sur quatre éléments : autorisation d émissions, allocation et gestion de quotas, surveillance et déclaration des émissions, fonctionnement d un marché libre, mais dont les mouvements sont enregistrés Autorisations La Directive pose le principe que certaines catégories d installations industrielles doivent obtenir une autorisation spécifique d émettre des gaz à effet de serre, en fonction de leurs capacités de production. Il s agit des installations qui exploitent une activité faisant partie des secteurs industriels suivants : énergie, production et transformation des métaux non ferreux, industrie minérale, production de pâte à papier, de papier et de carton. Les seuils de capacités de production qui entraînent l application du ETS sont déterminés par la Directive ; ainsi, pour les installations de combustion, la puissance calorifique doit être supérieure à 20 MW. Comme toutes les installations industrielles concernées par le ETS étaient déjà en fonctionnement depuis longtemps, et qu elles disposaient d autorisations de fonctionnement en fonction des règles de protection environnementales en vigueur dans les Etats, il ne pouvait pas être question de remettre en jeu ces permis de fonctionnement en exigeant de nouvelles procédures d autorisation. Mais il fallait néanmoins que les autorités administratives compétentes aient la preuve que l exploitant était en mesure de surveiller et déclarer ses émissions de GES. Chaque Etat européen a donc trouvé des moyens d adapter son propre système d autorisations environnementales à l exigence des autorisations d émettre des GES avec un minimum de procédures administratives. Ainsi, la France a modifié son Code de l environnement : Dans le Livre II «Milieux Physiques», le Titre II «air et atmosphère» a été complété par un chapitre spécifique concernant l effet de serre. Les articles L à L prévoient les règles à respecter. Ils transcrivent notamment l obligation d autoriser les émissions de CO2 en précisant que l autorisation de fonctionnement délivrée aux installations classées pour la protection de l environnement «tient lieu» de l autorisation d émettre des CO2. Un décret du 19 août 2004 a précisé les nouvelles dispositions du Code. Comme le lien était fait avec la réglementation spécifique des installations classées pour la protection de l environnement, cette réglementation a elle aussi, été complétée : Allocations de quotas et restitution Allocations de quotas Chaque Etat alloue aux entreprises qui sont situées sur son territoire et qui bénéficient d une autorisation d émettre des GES, un certain nombre de quotas de CO 2 pour une période de trois ans d abord ( ), puis de 5 ans ( ). Ces quotas sont délivrés chaque année, en général par tiers. Chaque quota représente une tonne d équivalent de dioxyde de carbone. Le nombre total de quotas correspond aux tonnes de GES que l installation pourra émettre. Le nombre des quotas a été calculé selon les plans nationaux d allocation de quotas (PNAQ) présentés par chaque Etat à la Commission Européenne ; ces plans ont été établis par les administrations nationales, d une part en fonction d une stratégie générale «climat» établie par chaque Etat, d autre part sur la base des déclarations préalablement effectuées par les exploitants des installations concernées sur leurs émissions passées et les évolutions envisagées pour les procédés industriels et d activités envisagées, et enfin à l issue d une consultation du public. Les PNAQ ne sont devenus définitifs qu après avoir été communiqués aux autres Etats de l Union et à la Commission Européenne et acceptés par celle-ci. La Commission a en effet vérifié chacun des plans nationaux, au fur et à mesure qu ils lui étaient soumis, entre l été 2004 et mars 2005, et a demandé à certains Etats, trop gourmands

5 dans leurs estimations de besoins de quotas, de modifier leurs propositions, en fonction de critères définis par la Directive et par des guides et des lignes directrices préparés par la Commission en Le quota : Le quota n a pas de définition juridique précise ; la directive procède par tautologie : «Quota» : le quota autorisant à émettre une tonne d équivalent-dioxyde de carbone au cours d une période spécifiée, valable uniquement pour respecter les exigences de la présente directive et transférable conformément aux dispositions de la présente directive». L article L du Code français de l environnement précise qu il est «une unité de compte représentative de l émission de l équivalent d une tonne de dioxyde de carbone», et l article L que les «quotas sont des biens meubles, exclusivement matérialisés par une inscription au compte de leur détenteur dans le registre national ; ils sont négociables, transmissibles par virement de compte à compte, confèrent des droits identiques à leurs détenteurs, et sont cessibles.» Pour la première période d application, les quotas sont délivrés à titre gratuit aux exploitants dans tous les Etats; la Directive leur laissait cependant la possibilité d en affecter 5% à titre onéreux, (elle augmente cette possibilité à 10% pour la seconde période). Des commentateurs ont considéré que l attribution gratuite de ces biens par un Etat constituait une subvention et que conformément au droit communautaire, celle-ci devait donc être autorisée par la Commission. Le débat juridique est subtil, et sans doute paradoxal, car s il en était ainsi, l Union européenne instituerait elle-même un système qui risquerait de ne pas être conforme à ses propres règles Devant l incertitude de l analyse juridique et la surcharge de travail qui aurait assailli les fonctionnaires européens, il a été sursis à la question, et le réalisme a prévalu. Restitution de quotas : A la fin de chaque année civile, l exploitant doit «restituer» à l Etat dans lequel il exerce son activité un nombre de quotas égal au total de ses émissions de CO 2. L Etat «annule» alors les quotas ainsi restitués. Si les émissions ont été inférieures au nombre de quotas, l exploitant peut, soit rendre à l Etat les quotas non utilisés et les faire annuler, soit les vendre sur le marché. Sanctions : Si les émissions ont été supérieures au nombre de quotas alloués, l exploitant, sur injonction administrative, doit payer une amende de 40 euros par tonne émise en excès. L amende n étant pas libératoire, l exploitant reste en outre tenu de restituer une quantité de quotas égale au volume des émissions excédentaires, et il paiera les amendes annuelles correspondantes, tant qu il ne se sera pas acquitté de cette obligation. A partir de 2008, l amende sera de 100 euros par tonne excédentaire Déclaration et Vérification Les quotas sont restitués aux Etats sur la base des déclarations annuelles des émissions de chaque exploitant, ces déclarations devant être vérifiées et validées par l administration. En effet, dans le cadre de l ETS, chaque État - Membre est tenu de vérifier que l exploitant applique correctement les lignes directrices de la Commission européenne relatives au décompte, à la déclaration et à la vérification des émissions de CO 2 soumises à délivrance de quotas. Les administrations compétentes doivent «valider» le plan de surveillance élaboré par chaque exploitant détenteur de quotas pour chacun de ses sites ; ce plan doit servir de référentiel à un tiers externe chargé de «vérifier» la déclaration annuelle et la bonne mise en œuvre de ce schéma de surveillance. Si les autorités compétentes

6 n acceptent pas la déclaration d émissions d un exploitant, celui-ci ne pourra plus céder de quotas, tant qu il n aura pas procédé aux rectifications nécessaires. On le devine, l efficacité du système repose donc très largement sur l exactitude des mesures d émissions de GES, des déclarations des exploitants, et des vérifications de ces déclarations. Aussi dans chaque Etat, la surveillance et le reporting des émissions de GES fait-il l objet de prescriptions réglementaires très précises. En France, différents textes réglementaires adoptés entre 2004 et 2005 ont précisé les modalités de calcul des émissions de CO2 et de leurs déclarations, de transmission de ces déclarations à l administration, les modalités d élaboration des plans de surveillance, de vérification des déclarations par les organismes agréés, de certification de ces organismes ; les listes d organismes agréés pour les validations et les listes des entreprises recevant des quotas font également l objet de textes réglementaires. En France, le montant total d émissions des installations participant au système d échange de quotas est de 131 millions de tonnes de CO2 pour l année Ce montant concerne les 1075 installations dont les émissions ont été vérifiées, transmises à l administration et validées par celle ci Le marché de quotas Fonctionnement Le marché des quotas se constitue à partir des quotas cédés soit par les exploitants excédentaires, soit par tout exploitant qui désire se livrer à du trading, et prend le risque d être «court» pour couvrir les émissions de CO 2 découlant de l exploitation de ses installations. Etre «court» signifie qu un exploitant n a pas en permanence la quantité suffisante de quotas correspondant à l estimation de ses émissions. Par ailleurs, toute personne physique ou morale, ressortissante d un des Etats de l UE a accès à ce marché et peut donc acquérir et détenir des quotas, les céder, les restituer à l Etat et les faire annuler. Il existe ainsi deux catégories de détenteurs de quotas: les exploitants qui émettent des GES et reçoivent leurs quotas de l Etat, et toute autre personne, qui se procure des quotas sur le marché, qu il s agisse d une personne physique, d une association environnementale, de compagnies industrielles qui n émettent pas des GES, de banques, et même es Etats Registres nationaux et européen Les mouvements de quotas sont enregistrés dans des registres nationaux qui comptabilisent les quotas délivrés, détenus, transférés et annulés. Chaque personne détenant des quotas doit y ouvrir un compte. C est d ailleurs l inscription de quotas au registre qui, au moins en droit français, est l acte constitutif de propriété de ces quotas. Les registres sont consolidés au niveau européen par le Journal Indépendant des Transactions, qui enregistre en temps direct, chaque mouvement porté dans un registre national. En France, la Caisse des Dépôts et Consignations (CDC) est le «teneur» de ce registre ; l Allemagne a désigné un service de l Agence fédérale de l Environnement, au Royaume-Uni c est un service placé auprès du Ministre en charge de l environnement qui en est responsable. Chaque personne détentrice de quotas, exploitant ou non exploitant, conclut un contrat avec le teneur du registre national et désigne, s il s agit d une personne morale, les deux ou trois seules personnes privées, habilitées à intervenir sur ce registre. II. L application par le Groupe Total Une des priorités du Groupe Total a été d assurer l harmonisation de la gestion des quotas de CO2 entre ses différents établissements faisant partie du système ETS.

7 2.1. L organisation interne Le principe Il a été décidé qu un seul acteur du Groupe Total devait apparaître sur un marché donné pour l exécution de transactions et d opérations sur les quotas délivrés dans le cadre de l ETS. Le Groupe a donc mis en place dès 2004 le schéma d organisation suivant : (voir graphique 1) : Cette organisation comprend : - des comptoirs industriels dans chaque secteur d activités (exploration-production, raffinage et marketing, gaz et électricité, chimie) pour coordonner les installations qui participent au système ETS dans les différents sites industriels du Groupe et permettre d évaluer les marges de manoeuvre en cas d émissions excédentaires ou déficitaires de GES par rapport aux quotas ; - un comptoir de négoce commun à tout le Groupe, Total Gas Power Ltd (TGP), basé à Londres, expert sur les questions de trading, permettant une intervention efficace et coordonnée sur les marchés de quotas ; - un comité de coordination CO 2 se réunissant trimestriellement, qui permet d organiser les actions des comptoirs, d harmoniser les pratiques et de définir une stratégie globale pour le Groupe L exemple du raffinage-marketing (voir graphique 2) Ainsi, par exemple, au sein du secteur raffinage-marketing (RM), la gestion des quotas de gaz à effet de serre concerne 15 installations en Europe. Afin de faciliter l action de trading par TGP et dans le but de centraliser et coordonner la gestion au sein du RM, la société TOTAL FRANCE a été investie d un rôle d interface entre TGP et les diverses sociétés détentrices de quotas. Elle est «Comptoir industriel», agissant auprès de TGP pour ellemême en ce qui concerne les 6 raffineries qu elle opère en France, ainsi que pour les autres sociétés du RM qu elle représente auprès de TGP. Une organisation contractuelle spécifique a donc été mise en place entre ces différentes entités: Elle concerne d une part un contrat de prestations qui organise les relations internes entre TGP et TOTAL FRANCE pour la réalisation des opérations d achat et de vente de quotas. Ce «Service Agreement» s appuie sur un accord connexe, intitulé «Emissions Trading Master Agreement», qui fixe entre TGP et TOTAL FRANCE les conditions générales et les modalités du trading de quotas, que TGP exécute à la demande de TOTAL FRANCE pour elle-même et pour les autres sociétés du RM. Ce Master Agreement lui-même s appuie sur le contrat cadre du International Emission Trading A??????? (IETA). Cette organisation comporte d autre part des contrats de service de TOTAL France avec les autres sociétés du RM qui opèrent les installations hors de France. Au titre de ces contrats, TOTAL FRANCE est mandatée pour apprécier l opportunité d acheter ou de vendre des quotas à un prix reflétant le marché, pour opérer des transactions entre les installations du RM et pour adresser à TGP les demandes d achat et de vente sur le marché, pour le compte des sociétés détentrices. En outre, TOTAL FRANCE effectue le suivi des comptes de quotas inscrits au registre français géré par la Caisse des Dépôts et Consignations (CDC). TOTAL FRANCE assure cette mission pour son compte en ce qui concerne les 6 raffineries qu elle opère en métropole. Dans les autres pays, le suivi des comptes de quotas dans les registres nationaux sont effectués par les sociétés qui opèrent les installations.

8 2.2. L harmonisation de la gestion et des procédures Le Groupe Total a aussi souhaité harmoniser les périmètres et les méthodes de mesure, la fiabilisation, et la vérification du système de reporting des GES. Un document interne, qui tient compte des bonnes pratiques de la profession publiées par l International Petroleum Industry Environmental Conservation Association (Ipieca), définit les périmètres des activités à retenir dans le cadre de la déclaration des émissions : périmètre opéré et périmètre patrimonial, activités directes et indirectes. Chacune des branches a ensuite adapté ce document à ses spécificités. Afin de vérifier la bonne mise en œuvre de ce processus, le Groupe a testé la procédure de vérification des émissions, fin 2004, avec un consultant extérieur. Puis, dans le cadre de l établissement du Rapport Sociétal et Environnemental 2005 du Groupe, et en parallèle avec les contrôles effectués par l administration sur l ensemble de nos sites faisant partie de l ETS, un programme d audit couvrant l ensemble de nos performances environnementales, dont les GES, a été réalisé avec l aide des experts externes sur le périmètre de nos sites opérés. III. L avenir des émissions de CO2 dans le groupe Total Dans une perspective d actions à engager rapidement, deux axes principaux se dégagent. Le Groupe dispose tout d abord d une marge d action de réduction d émissions de GES, qui doit donc constituer une priorité La réduction des émissions de CO2 Cette réduction est aujourd hui axée sur deux moyens principaux : la réduction du torchage dans les activités d exploration production, et des modifications de procédés de production dans le secteur de la chimie. La décision a été prise dès 2002 de ne plus accepter de torchage continu sur les nouveaux champs de production pétrolière. La réduction du torchage sur les champs existants est rendue possible par la valorisation du gaz dans de nouveaux débouchés pour le gaz naturel liquéfié. La réduction des émissions de gaz fluorés et notamment du N 2 O dans le secteur de la chimie est obtenue par des innovations techniques et des modifications de procédés de production Amélioration de l efficacité énergétique L autre volet prioritaire de la réduction des émissions de GES consiste à améliorer l efficacité énergétique. Des économies Il est aussi favorisé par la hausse du prix des combustibles. Nos principales plates-formes industrielles (amont, raffinerie, vapocraqueurs) recèlent en effet un potentiel non négligeable d amélioration de l efficacité énergétique dans des conditions économiquement acceptables ; cela passe par des économies de consommation d énergie et par le développement de procédés plus économes en énergie.

9 3.3. Projet de recherche et CO2 Enfin, le Groupe Total s implique de plus en plus dans les efforts menés en Recherche et Développement pour permettre la mise à disposition des technologies nécessaires, particulièrement dans le domaine du captage et du stockage géologique pérenne du CO2. Ainsi il participe à différents projets internationaux et européens de recherche et de démonstration de ces technologies. Mais en outre, Total s est engagée via sa branche Exploration-Production dans un projet de démonstration de la technologie d oxycombustion sur une chaudière existante, estimé à 50 millions d euros. Le projet prévoit un traitement des fumées, une séparation du CO2, et une injection géologique de ce CO2 dans le sud-ouest de la France. La première injection souterraine de CO2 pourrait avoir lieu dans 3 à 4 ans. Extrêmement novateur sur le plan technique, suscitant de nombreuses études et recherches, ce projet est également un challenge par les questions juridiques qu il suscite. Si l on peut faire des analogies avec certaines règles françaises régissant les stockages souterrains d hydrocarbures, de gaz ou de produits chimiques, aucune réglementation, dans aucun pays, ni à l échelle internationale ou communautaire, ne prend encore en compte les spécificités d un stockage de CO2. L enjeu de la sécurité y est majeur; des problèmes de propriété ainsi que de responsabilité à très long terme devront, entre autres, être résolus, dans un contexte fortement imprégné par le principe de précaution. En conclusion, nous pouvons constater que le système que nous venons de résumer constitue un exemple d intégration juridique : il commence avec des conventions internationales, il est relayé par des réglementations européennes, puis par des règles nationales, et il est enfin décliné au niveau d un groupe industriel. Ce n est pas un système très simple, et les juristes ont été souvent sollicités. Les projets actuels de Total en matière de stockage de CO2 laissent penser que les problèmes juridiques occuperont encore longtemps les esprits.

Le cadre juridique de la mise en œuvre d un Mécanisme pour un Développement Propre

Le cadre juridique de la mise en œuvre d un Mécanisme pour un Développement Propre Le cadre juridique de la mise en œuvre d un Mécanisme pour un Développement Propre Françoise Labrousse Spécialiste en Droit de l Environnement - European Counsel, Jones Day Paris Paris, le 7 mars 2006

Plus en détail

VÉRIFICATION DES CONTRIBUTIONS AU BUREAU CANADIEN DU MÉCANISME POUR UN DÉVELOPPEMENT PROPRE ET DE L APPLICATION CONJOINTE (BUREAU DU MDP ET DE L AC)

VÉRIFICATION DES CONTRIBUTIONS AU BUREAU CANADIEN DU MÉCANISME POUR UN DÉVELOPPEMENT PROPRE ET DE L APPLICATION CONJOINTE (BUREAU DU MDP ET DE L AC) AFFAIRES ÉTRANGÈRES ET COMMERCE INTERNATIONAL BUREAU DE L INSPECTEUR GÉNÉRAL VÉRIFICATION DES CONTRIBUTIONS AU BUREAU CANADIEN DU MÉCANISME POUR UN DÉVELOPPEMENT PROPRE ET DE L APPLICATION CONJOINTE (BUREAU

Plus en détail

Conseil économique et social

Conseil économique et social NATIONS UNIES E Conseil économique et social Distr. GÉNÉRALE ECE/MP.PP/2005/18/Add.30 28 février 2005 FRANÇAIS Original: RUSSE COMMISSION ÉCONOMIQUE POUR L EUROPE Réunion des Parties à la Convention sur

Plus en détail

WP Board No. 972/05. 29 avril 2005 Original : anglais. Projets/Fonds commun. Comité exécutif 258 e réunion 17 19 mai 2005 Londres, Angleterre

WP Board No. 972/05. 29 avril 2005 Original : anglais. Projets/Fonds commun. Comité exécutif 258 e réunion 17 19 mai 2005 Londres, Angleterre WP Board No. 972/05 International Coffee Organization Organización Internacional del Café Organização Internacional do Café Organisation Internationale du Café 29 avril 2005 Original : anglais Projets/Fonds

Plus en détail

éq studio srl Gestion des informations pour un choix- consommation raisonnée - GUIDE EXPLICATIVE

éq studio srl Gestion des informations pour un choix- consommation raisonnée - GUIDE EXPLICATIVE Résumé PREFACE 2 INTRODUCTION 2 1. BUT ET CHAMP D APPLICATION 2 2. REFERENCES DOCUMENTAIRES ET NORMES 3 3. TERMES ET DEFINITIONS 3 4. POLITIQUE POUR UNE CONSOMMATION RAISONNEE (PCC) 3 5. RESPONSABILITE

Plus en détail

La transparence pour les GAEC : reconnaître l activité des femmes et des hommes derrière chaque exploitation

La transparence pour les GAEC : reconnaître l activité des femmes et des hommes derrière chaque exploitation La transparence pour les GAEC : reconnaître l activité des femmes et des hommes derrière chaque exploitation Résumé Les textes européens pour la PAC reconnaissent désormais clairement le principe de transparence

Plus en détail

Audit des contrôles de base pour l Agence de développement économique du Canada pour les régions du Québec

Audit des contrôles de base pour l Agence de développement économique du Canada pour les régions du Québec Audit des contrôles de base pour l Agence de développement économique du Canada pour les régions du Québec Octobre 2013 Bureau du contrôleur général Pourquoi est-ce important? Les Canadiens s attendent

Plus en détail

La transparence pour les GAEC : reconnaître l activité des femmes et des hommes derrière chaque exploitation

La transparence pour les GAEC : reconnaître l activité des femmes et des hommes derrière chaque exploitation La transparence pour les GAEC : reconnaître l activité des femmes et des hommes derrière chaque exploitation Résumé Les textes européens pour la PAC reconnaissent désormais clairement le principe de transparence

Plus en détail

Politique DE CLASSEMENT DES CLIENTS

Politique DE CLASSEMENT DES CLIENTS Politique DE CLASSEMENT DES CLIENTS Principaux textes de référence : La politique de classement des clients mise en place au sein de HMG Finance s appuie sur les articles L533-16, L533-20, D533-11 et D533-12

Plus en détail

Fonds pour l adaptation

Fonds pour l adaptation Fonds pour l adaptation Conseil du Fonds pour l adaptation Deuxième réunion Bonn, 16-19 juin 2008 AFB/B.2/10 22 mai 2008 Point 6h) de l ordre du jour FONCTIONS ET ATTRIBUTIONS DE L ADMINISTRATEUR DU FONDS

Plus en détail

Belgique et Protocole de Kyoto : état des lieux et perspectives

Belgique et Protocole de Kyoto : état des lieux et perspectives Belgique et Protocole de Kyoto : état des lieux et perspectives Février 2008 0. Préambule...2 1. Kyoto : où en est-on aujourd hui en Belgique?...3 2. La Belgique en bonne voie pour remplir ses engagements?...5

Plus en détail

relatif à la comptabilisation des quotas d émission de gaz à effet de serre dans les comptes individuels et consolidés

relatif à la comptabilisation des quotas d émission de gaz à effet de serre dans les comptes individuels et consolidés CONSEIL NATIONAL DE LA COMPTABILITÉ AVIS n 2004-C du 23 mars 2004 du Comité d urgence relatif à la comptabilisation des quotas d émission de gaz à effet de serre dans les comptes individuels et consolidés

Plus en détail

Rapport de certification indépendant. Au conseil d administration et à la direction de La Banque Toronto- Dominion (la «Banque») Notre responsabilité

Rapport de certification indépendant. Au conseil d administration et à la direction de La Banque Toronto- Dominion (la «Banque») Notre responsabilité Rapport de certification indépendant Au conseil d administration et à la direction de La Banque Toronto- Dominion (la «Banque») Notre responsabilité Nous avons planifié et effectué notre mission de certification

Plus en détail

Cadre de travail sur les relations avec les gouvernements et la défense des droits. Société canadienne de la sclérose en plaques

Cadre de travail sur les relations avec les gouvernements et la défense des droits. Société canadienne de la sclérose en plaques Cadre de travail sur les relations avec les gouvernements Société canadienne de la sclérose en plaques Juin 2009 Table des matières Contexte... 3 1.0 Mission de la Société canadienne de la sclérose en

Plus en détail

CHARTE DE BONNES PRATIQUES DE LA SOUS-TRAITANCE

CHARTE DE BONNES PRATIQUES DE LA SOUS-TRAITANCE CHARTE DE BONNES PRATIQUES DE LA SOUS-TRAITANCE Cette charte a vocation à s appliquer lors de travaux effectués par une ou plusieurs entreprises, dites sous-traitantes, à l intérieur de l enceinte et des

Plus en détail

Observations générales

Observations générales Luxembourg, le 9 décembre 2010. Objet: Projet de loi n 6216 portant : transposition, pour le secteur de l assurance, de la directive 2009/49/CE du Parlement européen et du Conseil du 18 juin 2009 modifiant

Plus en détail

4.09 Commission ontarienne des libérations conditionnelles et des mises en liberté méritées

4.09 Commission ontarienne des libérations conditionnelles et des mises en liberté méritées MINISTÈRE DE LA SÉCURITÉ COMMUNAUTAIRE ET DES SERVICES CORRECTIONNELS 4.09 Commission ontarienne des libérations conditionnelles et des mises en liberté méritées (Suivi de la section 3.09 du Rapport annuel

Plus en détail

Politique d Exécution Covéa Finance

Politique d Exécution Covéa Finance Politique d Exécution Covéa Finance 1. Cadre règlementaire et périmètre d application En application de la directive des Marchés d Instruments Financiers (MIF), il est demandé à Covéa Finance de prendre

Plus en détail

Rapports du Corps commun d inspection

Rapports du Corps commun d inspection COMITÉ DU PROGRAMME, DU BUDGET ET DE L ADMINISTRATION DU CONSEIL EXÉCUTIF Vingt et unième réunion Point 3.5 de l ordre du jour provisoire EBPBAC21/6 31 octobre 2014 Rapports du Corps commun d inspection

Plus en détail

CIRCULAIRE AUX INTERMEDIAIRES AGREES N 2007-23 -=-=-=-=-=- Le Gouverneur de la Banque Centrale de Tunisie :

CIRCULAIRE AUX INTERMEDIAIRES AGREES N 2007-23 -=-=-=-=-=- Le Gouverneur de la Banque Centrale de Tunisie : Tunis, le 10 octobre 2007 CIRCULAIRE AUX INTERMEDIAIRES AGREES N 2007-23 -=-=-=-=-=- O B J E T / Participation des résidents au capital de sociétés non résidentes établies en Tunisie. Le Gouverneur de

Plus en détail

AVIS A.1231 SUR LES AVANT- PROJETS DE DÉCRETS CONJOINTS RELATIFS À LA RÉUTILISATION DES INFORMATIONS DU SECTEUR PUBLIC

AVIS A.1231 SUR LES AVANT- PROJETS DE DÉCRETS CONJOINTS RELATIFS À LA RÉUTILISATION DES INFORMATIONS DU SECTEUR PUBLIC AVIS A.1231 SUR LES AVANT- PROJETS DE DÉCRETS CONJOINTS RELATIFS À LA RÉUTILISATION DES INFORMATIONS DU SECTEUR PUBLIC ADOPTÉ PAR LE BUREAU DU CESW LE 7 SEPTEMBRE 2015 2015/A.1231 I. Introduction Le 4

Plus en détail

La dématérialisation des procédures de marchés publics

La dématérialisation des procédures de marchés publics La dématérialisation des procédures de marchés publics Définition La dématérialisation des procédures de marchés publics consiste en l utilisation de la voie électronique pour les échanges d informations

Plus en détail

QMS-QUA-03 Mesures correctives et préventives

QMS-QUA-03 Mesures correctives et préventives 1 Domaine et application 1.1 Objectif QMS-QUA-03 Mesures correctives et préventives Fournir une méthode efficace et uniforme d aborder les problèmes, les plaintes, les suggestions et les anomalies concernant

Plus en détail

BIBLIOTHÈQUE ET ARCHIVES CANADA PLAN D ÉVALUATION 2008-2009

BIBLIOTHÈQUE ET ARCHIVES CANADA PLAN D ÉVALUATION 2008-2009 BIBLIOTHÈQUE ET ARCHIVES CANADA PLAN D ÉVALUATION 2008-2009 Division du rendement et de l information institutionnels Direction générale de la gestion intégrée Présenté au : Comité d évaluation de Bibliothèque

Plus en détail

POLITIQUE DE CLASSEMENT DES CLIENTS DE HMG FINANCE

POLITIQUE DE CLASSEMENT DES CLIENTS DE HMG FINANCE POLITIQUE DE CLASSEMENT DES CLIENTS DE HMG FINANCE ART. 314-4 ET SUIVANTS DU RÈGLEMENT GÉNÉRAL DE L AUTORITÉ DES MARCHÉS FINANCIERS -Actualisée au 12 janvier 2012- I L obligation de classement des clients

Plus en détail

Directive de la Présidence

Directive de la Présidence Directive de la Présidence Date : 5 mars 2004 DIRECTIVE RELATIVE À LA CONSTITUTION DE FONDS D AFFECTATION SPÉCIALE DE LA COUR PÉNALE INTERNATIONALE Section première Dispositions générales 1.1. La présente

Plus en détail

CODE DE CONDUITE DU DISTRIBUTEUR

CODE DE CONDUITE DU DISTRIBUTEUR ALIMENTER L AVENIR CODE DE CONDUITE DU DISTRIBUTEUR 20 mars 2006 / Mise à jour Septembre 2012 TABLE DES MATIÈRES 11 12 13 14 15 16 17 18 19 10 Page Définitions 2 Interprétation 3 Objet 3 Règles de conduite

Plus en détail

3.1 La carte d achat sera émise par une institution financière retenue par le Conseil scolaire au nom de la personne autorisée et du Conseil.

3.1 La carte d achat sera émise par une institution financière retenue par le Conseil scolaire au nom de la personne autorisée et du Conseil. Procédure administrative : Cartes d achat Numéro : PA 4.006 Catégorie : Affaires et finances Pages : 8 Approuvée : le 19 mars 2007 Modifiée : le 1 er octobre 2012 1. Objet et portée La présente procédure

Plus en détail

JORF n 0108 du 11 mai 2013. Texte n 5

JORF n 0108 du 11 mai 2013. Texte n 5 JORF n 0108 du 11 mai 2013 Texte n 5 DECRET Décret n 2013-388 du 10 mai 2013 portant adaptatio n des pouvoirs et missions des autorités de supervision en matière bancaire et financière en raison de la

Plus en détail

Communiqué 21 octobre 2009

Communiqué 21 octobre 2009 Communiqué 21 octobre 2009 Les surcoûts du programme d électricité éolienne et photovoltaïque doivent être compensés par une politique industrielle ambitieuse. La France a consommé en 2008 environ 485

Plus en détail

MARCHE PUBLIC DE SERVICE

MARCHE PUBLIC DE SERVICE MARCHE PUBLIC DE SERVICE CAHIER DES CLAUSES TECHNIQUES PARTICULIERES (C.C.T.P.) POUVOIR ADJUDICATEUR DEPARTEMENT DE LA CHARENTE OBJET DE LA CONSULTATION RÉALISATION D UNE MISSION DE DIAGNOSTIC SUR L ACCESSIBILITÉ

Plus en détail

REGLEMENT INTERIEUR PREVU PAR LES STATUTS DE L ASSOCIATION ANIMATION EMPLOI 14

REGLEMENT INTERIEUR PREVU PAR LES STATUTS DE L ASSOCIATION ANIMATION EMPLOI 14 REGLEMENT INTERIEUR PREVU PAR LES STATUTS DE L ASSOCIATION ANIMATION EMPLOI 14 PREAMBULE L association Animation Emploi 14 propose des actions d accompagnement en direction de ses membres actifs, dans

Plus en détail

Evolution du système d échange de quotas de CO2

Evolution du système d échange de quotas de CO2 Evolution du système d échange de quotas de CO2 DREAL PACA Service Prévention Risques Unité Risques Chroniques et Sanitaires Un système européen (EU ETS) Elément central de la politique européenne climatique

Plus en détail

Auto-évaluation. Section Sujet traité Page. 10000 Résumé.. 10-2. 10100 Guides de travail pour les évaluations.. 10-3

Auto-évaluation. Section Sujet traité Page. 10000 Résumé.. 10-2. 10100 Guides de travail pour les évaluations.. 10-3 Auto-évaluation Chapitre 10 Auto-évaluation Section Sujet traité Page 10000 Résumé.. 10-2 10100 Guides de travail pour les évaluations.. 10-3 10200 Lettre déclarative de responsabilité.. 10-4 10300 Résolution

Plus en détail

Les nouvelles obligations en matière de transparence financière des Comités d Entreprise Loi du 5 mars 2014 :

Les nouvelles obligations en matière de transparence financière des Comités d Entreprise Loi du 5 mars 2014 : Les nouvelles obligations en matière de transparence financière des Comités d Entreprise Loi du 5 mars 2014 : Situation antérieure et obligations prochaines www.semaphores.fr Situation antérieure à la

Plus en détail

Le travail à temps partiel : ce qui change avec la loi de sécurisation de l emploi du 14 juin 2013

Le travail à temps partiel : ce qui change avec la loi de sécurisation de l emploi du 14 juin 2013 Le travail à temps partiel : ce qui change avec la loi de sécurisation de l emploi du 14 juin 2013 1 Obligation de négocier au niveau des branches... 3 2 Durée minimale de travail... 3 2.1 Dérogations...

Plus en détail

Comptabilité publique. Par Mme Rokia BELALAMI

Comptabilité publique. Par Mme Rokia BELALAMI Comptabilité publique Par Mme Rokia BELALAMI Introduction: Selon l article 1du décret royal N 330-66 du 10 Moharrem 1387 (21 avril 1967) portant règlement général de la comptabilité publique, celle-ci

Plus en détail

Les droits syndicaux en matière d environnement

Les droits syndicaux en matière d environnement Les droits syndicaux en matière d environnement 1. Introduction Le CPPT dispose de compétences par rapport à l environnement. Le CE n a, quant à lui, pas de compétence propre par rapport à l environnement

Plus en détail

Le marché européen du carbone

Le marché européen du carbone Le marché européen du carbone 1. Qu est-ce Que Le sceqe? 2. QueLLes sont Les défaillances du sceqe? 3. Les nantis du système d échange de Quotas d émission de co2 4. QueLs sont Les derniers développements

Plus en détail

Mandat d audit confié à l expert-réviseur

Mandat d audit confié à l expert-réviseur Commission de haute surveillance de la prévoyance professionnelle CHS PP Annexe au ch. 2.1.4 des directives de la CHS PP «D 01/2014 Habilitation des gestionnaires de fortune actifs dans la prévoyance professionnelle»

Plus en détail

Rapport annuel sur la Loi sur l accès à l information et la Loi sur la protection des renseignements personnels

Rapport annuel sur la Loi sur l accès à l information et la Loi sur la protection des renseignements personnels Rapport annuel sur la Loi sur l accès à l information et la Loi sur la protection des renseignements personnels 2007-2008 Table des matières Introduction...........................................................

Plus en détail

CHAPITRE 7: QUELS INSTRUMENTS ÉCONOMIQUES POUR LA POLITIQUE CLIMATIQUE?

CHAPITRE 7: QUELS INSTRUMENTS ÉCONOMIQUES POUR LA POLITIQUE CLIMATIQUE? CHAPITRE 7: QUELS INSTRUMENTS ÉCONOMIQUES POUR LA POLITIQUE CLIMATIQUE? Notions essentielles du programme de Première et Terminale - Externalités, biens collectifs, institutions marchandes, droits de propriétés,

Plus en détail

Audit des contrôles de base de Diversification de l économie de l Ouest Canada

Audit des contrôles de base de Diversification de l économie de l Ouest Canada Audit des contrôles de base de Diversification de l économie de l Ouest Canada Octobre 2014 Bureau du contrôleur général du Canada Importance de l audit Aux termes de la Loi sur la gestion des finances

Plus en détail

Banque Canadienne Impériale de Commerce Mandat du conseil d administration 1

Banque Canadienne Impériale de Commerce Mandat du conseil d administration 1 1 1. OBJET (1) Les membres du conseil d administration ont le devoir de surveiller la gestion des affaires tant commerciales qu internes de la Banque CIBC. Le conseil d administration donne, à la fois

Plus en détail

10) Les outils de pilotage des dépenses de l Etat

10) Les outils de pilotage des dépenses de l Etat 1 FIPECO le 07.04.2016 Les fiches de l encyclopédie III) Programmation et pilotage des finances publiques 10) Les outils de pilotage des dépenses de l Etat Les outils de pilotage des dépenses de l Etat

Plus en détail

Commission Développement Durable

Commission Développement Durable Commission Développement Durable Obligation d audit énergétique 1 Origine : Transposition de la directive 2012/27 Article 8 : obligation d audits énergétiques ou de systèmes de management de l énergie

Plus en détail

Fiche thématique n 9 Les infractions au code de la consommation et au droit de la concurrence en 2012

Fiche thématique n 9 Les infractions au code de la consommation et au droit de la concurrence en 2012 Les infractions au code de la consommation et au droit de la concurrence en 2012 Principaux enseignements En 2012, les enquêteurs de la Direction générale de la concurrence, de la consommation et de la

Plus en détail

CHARTE D AUDIT INTERNE

CHARTE D AUDIT INTERNE CHARTE D AUDIT INTERNE adoptée par le Conseil des gouverneurs le 26 mars 2013 Centre de recherches pour le développement international Ottawa, Canada Assurances et conseils afin de soutenir le développement

Plus en détail

LA CLASSIFICATION CLIENTELE SELON MIF

LA CLASSIFICATION CLIENTELE SELON MIF Introduction La «catégorisation» des clients correspond à la qualité de client professionnel, client non professionnel ou contrepartie éligible. Cette terminologie juridique correspond à celle employée

Plus en détail

CHARTE D ENGAGEMENT. Conclue le: Entre: SIG. et: date. Services Industriels de Genève Ch. Château-Bloch 2 1219 Le Lignon (ci-après, SIG)

CHARTE D ENGAGEMENT. Conclue le: Entre: SIG. et: date. Services Industriels de Genève Ch. Château-Bloch 2 1219 Le Lignon (ci-après, SIG) CHARTE D ENGAGEMENT Conclue le: date Entre: SIG Services Industriels de Genève Ch. Château-Bloch 2 1219 Le Lignon (ci-après, SIG) et: Logo de votre entreprise Nom du client Entreprise Rue NPA/Localité

Plus en détail

PROTOCOLE D ENTENTE ENTRE LA COMMISSION CANADIENNE DE SÛRETÉ NUCLÉAIRE. (représentée par le président) LE MINISTÈRE DE LA DÉFENSE NATIONALE

PROTOCOLE D ENTENTE ENTRE LA COMMISSION CANADIENNE DE SÛRETÉ NUCLÉAIRE. (représentée par le président) LE MINISTÈRE DE LA DÉFENSE NATIONALE MDN : 2011010001 CCSN : 3639875 PROTOCOLE D ENTENTE ENTRE LA COMMISSION CANADIENNE DE SÛRETÉ NUCLÉAIRE (représentée par le président) ET LE MINISTÈRE DE LA DÉFENSE NATIONALE (représenté par le sous-ministre

Plus en détail

FICHE N 14 Règles et bonnes pratiques de la sous-traitance dans les marchés publics

FICHE N 14 Règles et bonnes pratiques de la sous-traitance dans les marchés publics FICHE N 14 Règles et bonnes pratiques de la sous-traitance dans les marchés publics I. QU EST-CE QUE LA SOUS-TRAITANCE? 1.- Définition : la loi du 31 décembre 1975 relative à la sous-traitance L article

Plus en détail

Conseil économique et social

Conseil économique et social Nations Unies Conseil économique et social ECE/MP.PP/WG.1/2010/8 Distr. générale 17 mai 2010 Français Original: anglais Commission économique pour l Europe Réunion des Parties à la Convention sur l accès

Plus en détail

Atelier 84 - L approche d audit par les risques

Atelier 84 - L approche d audit par les risques Atelier 84 - L approche d audit par les risques 1 Plan Présentation des NEP 315, 320, 330, 500 et 501 Principales différences par rapport au référentiel de juillet 2003? 2 Présentation NEP 315, 320, 330,

Plus en détail

Position adoptée par le Comité exécutif de la CES lors de sa réunion du 4 mars à Bruxelles

Position adoptée par le Comité exécutif de la CES lors de sa réunion du 4 mars à Bruxelles Position de la Confédération Européenne des Syndicats (CES) sur la proposition de règlement visant à réduire les émissions de CO2 des voitures neuves (COM(2007)856) Position adoptée par le Comité exécutif

Plus en détail

Le reporting annuel pour 2013 ne se distingue que peu de son prédécesseur immédiat.

Le reporting annuel pour 2013 ne se distingue que peu de son prédécesseur immédiat. Luxembourg, le 4 mars 2014 Lettre circulaire 14/4 du Commissariat aux assurances portant modification de la lettre circulaire modifiée 03/2 relative au reporting annuel des entreprises luxembourgeoises

Plus en détail

TEMBEC INC. MANDAT DU CONSEIL D ADMINISTRATION

TEMBEC INC. MANDAT DU CONSEIL D ADMINISTRATION 1 TEMBEC INC. MANDAT DU CONSEIL D ADMINISTRATION I. INTRODUCTION A. Objet et objectifs Le Conseil d administration (le «Conseil») de la société par actions Tembec Inc. (la «Société») est responsable de

Plus en détail

Politique de sélection des intermédiaires/contreparties et d exécution des ordres

Politique de sélection des intermédiaires/contreparties et d exécution des ordres Politique de sélection des intermédiaires/contreparties et d exécution des ordres 1 / 5 Préambule : Principes fondamentaux adoptés par Natixis Asset Management Natixis Asset Management en qualité de professionnel

Plus en détail

Cahier des charges de l appel à contributions. L évolution de la politique Déchets de la Cub

Cahier des charges de l appel à contributions. L évolution de la politique Déchets de la Cub Politique Déchets de la CUB Cahier des charges de l appel à contributions - Vous êtes une association, un collectif ou un organisme partenaire des politiques communautaires; - Vous êtes intéressé par la

Plus en détail

Le gaz naturel fourni par Eni est identique à celui que vous recevez actuellement.

Le gaz naturel fourni par Eni est identique à celui que vous recevez actuellement. FAQ - Thématiques La société Votre projet Le marché de l'énergie La société Qui est Eni? Eni, créée en 1953, exerce ses activités dans 85 pays. Entreprise intégrée de premier plan, elle est présente dans

Plus en détail

LES CONTRIBUTIONS VOLONTAIRES EN NATURE

LES CONTRIBUTIONS VOLONTAIRES EN NATURE LES CONTRIBUTIONS VOLONTAIRES EN NATURE Les contributions volontaires en nature constituent des apports gratuits (en travail, biens, services) spécifiques au secteur associatif. Leur poids économique dans

Plus en détail

Le Protocole de Nagoya sur l accès et le partage des avantages

Le Protocole de Nagoya sur l accès et le partage des avantages Convention sur la diversité biologique : ABS Le Protocole de Nagoya sur l accès et le partage des avantages RESSOURCES GÉNÉTIQUES CONNAISSANCES TRADITIONNELLES FOURNISSEURS UTILISATIONS CONSENTEMENT PRÉALABLE

Plus en détail

RÈGLEMENT LE CONSEIL D ETAT DU CANTON DE VAUD

RÈGLEMENT LE CONSEIL D ETAT DU CANTON DE VAUD RÈGLEMENT fixant les normes relatives à la comptabilité, au contrôle des comptes et à l analyse des établissements médico-sociaux, des lits de type C des hôpitaux et des centres de traitement et de réadaptation,

Plus en détail

ARRETS TEMPORAIRES D ACTIVITE SUITE AUX INNONDATIONS DANS LE SUD DE LA FRANCE EN DECEMBRE 2003 CARTE EUROPENNE D ASSURANCE MALADIE

ARRETS TEMPORAIRES D ACTIVITE SUITE AUX INNONDATIONS DANS LE SUD DE LA FRANCE EN DECEMBRE 2003 CARTE EUROPENNE D ASSURANCE MALADIE SOCIAL N 67 SOCIAL N 25 En ligne sur le site www.fntp.fr / extranet le 11 mai 2004 ARRETS TEMPORAIRES D ACTIVITE SUITE AUX INNONDATIONS DANS LE SUD DE LA FRANCE EN DECEMBRE 2003 CARTE EUROPENNE D ASSURANCE

Plus en détail

Processus d accréditation

Processus d accréditation AGRI-STABILITÉ AGRI-QUÉBEC PLUS AGRI-INVESTISSEMENT AGRI-QUÉBEC Devis du préparateur accrédité de données Processus d accréditation Processus d accréditation, rôle et engagements du préparateur 2015 Avril

Plus en détail

BANQUE DE LA REPUBLIQUE DU BURUNDI SERVICE SUPERVISION DES ETABLISSEMENTS BANCAIRES ET FINANCIERS ET STABILITE FINANCIERE

BANQUE DE LA REPUBLIQUE DU BURUNDI SERVICE SUPERVISION DES ETABLISSEMENTS BANCAIRES ET FINANCIERS ET STABILITE FINANCIERE BANQUE DE LA REPUBLIQUE DU BURUNDI SERVICE SUPERVISION DES ETABLISSEMENTS BANCAIRES ET FINANCIERS ET STABILITE FINANCIERE INSTITUTION : DATE DE CONTROLE : SUPERVISEUR : PERSONNES INTERROGEES : RESUME DES

Plus en détail

Guide Sudoe - Pour l'élaboration et la gestion de projets Version Française Fiche 4.0 Obligations des entités bénéficiaires de projets.

Guide Sudoe - Pour l'élaboration et la gestion de projets Version Française Fiche 4.0 Obligations des entités bénéficiaires de projets. Guide Sudoe - Pour l'élaboration et la gestion de projets Version Française Fiche 4.0 Obligations des entités bénéficiaires de projets. 2 Fiche 4.0 Obligations des entités bénéficiaires de projets. Index

Plus en détail

Audit des contrôles de base du Centre canadien d hygiène et de sécurité au travail

Audit des contrôles de base du Centre canadien d hygiène et de sécurité au travail Audit des contrôles de base du Centre canadien d hygiène et de sécurité au travail Janvier 2015 Bureau du contrôleur général Pourquoi est-ce important Aux termes de la Loi sur la gestion des finances publiques,

Plus en détail

CONDITIONS ET MODALITES DE CONCESSION DES TERRAINS RELEVANT DU DOMAINE PRIVE DE L ETAT DESTINES A LA REALISATION DE PROJETS D INVESTISSEMENT.

CONDITIONS ET MODALITES DE CONCESSION DES TERRAINS RELEVANT DU DOMAINE PRIVE DE L ETAT DESTINES A LA REALISATION DE PROJETS D INVESTISSEMENT. CONDITIONS ET MODALITES DE CONCESSION DES TERRAINS RELEVANT DU DOMAINE PRIVE DE L ETAT DESTINES A LA REALISATION DE PROJETS D INVESTISSEMENT. PREAMBULE La nouvelle ordonnance fixant les conditions et les

Plus en détail

Système de certification. Système officiel ou agréé de certification.

Système de certification. Système officiel ou agréé de certification. DIRECTIVES SUR L ÉLABORATION D ACCORDS D ÉQUIVALENCE RELATIFS AUX SYSTÈMES D INSPECTION ET DE CERTIFICATION DES IMPORTATIONS ET DES EXPORTATIONS ALIMENTAIRES SECTION 1 CHAMP D APPLICATION CAC/GL 34-1999

Plus en détail

TABLEAU COMPARATIF - 53 - Proposition de résolution de la commission

TABLEAU COMPARATIF - 53 - Proposition de résolution de la commission - 53 - TABLEAU COMPARATIF Le Sénat, Vu l article 88-4 de la Constitution ; Le Sénat, Vu l article 88-4 de la Constitution, Vu la proposition de règlement du Conseil confiant à la Banque centrale européenne

Plus en détail

JORF n 0024 du 28 janvier 2012. Texte n 14

JORF n 0024 du 28 janvier 2012. Texte n 14 Le 30 janvier 2012 JORF n 0024 du 28 janvier 2012 Texte n 14 DECRET Décret n 2012-100 du 26 janvier 2012 relatif à l immatriculation des intermédiaires en opérations de banque et en services de paiements,

Plus en détail

GOUVERNEMENT DU YUKON

GOUVERNEMENT DU YUKON GOUVERNEMENT DU YUKON Politique 1.7 MANUEL D ADMINISTRATION GÉNÉRALE VOLUME 1 : POLITIQUES MINISTÉRIELLES GÉNÉRALES TITRE : POLITIQUE SUR LES SERVICES EN FRANÇAIS ENTRÉE EN VIGUEUR: 12 mai 1994 DERNIÈRE

Plus en détail

Descriptif du Programme de Rachat d Actions 2015-2016

Descriptif du Programme de Rachat d Actions 2015-2016 Descriptif du Programme de Rachat d Actions 2015-2016 1. INTRODUCTION Il est rappelé que l Assemblée Générale Mixte du 2 juin 2014, dans sa cinquième (5 ème ) résolution, avait précédemment autorisé le

Plus en détail

RAPPORT ANNUEL DE TRANSPARENCE ANNEE 2013

RAPPORT ANNUEL DE TRANSPARENCE ANNEE 2013 RAPPORT ANNUEL DE TRANSPARENCE ANNEE 2013 Etabli en application de l article R. 823-21 du Code de Commerce SOMMAIRE 1. Présentation du Cabinet 2. Gestion des risques 3. Gouvernance 4. Déclarations - 1

Plus en détail

AVIS DU PERSONNEL DE L ACFM ARRANGEMENTS ENTRE UN REMISIER ET UN COURTIER CHARGÉ DE COMPTES

AVIS DU PERSONNEL DE L ACFM ARRANGEMENTS ENTRE UN REMISIER ET UN COURTIER CHARGÉ DE COMPTES Personne-ressource : Paige Ward Avocate générale et vice-présidente, Politiques Téléphone : 416 943-5838 Courriel : pward@mfda.ca APA-0003 Le 16 mars 2001 (Mis à jour le 4 mars 2013) AVIS DU PERSONNEL

Plus en détail

L ORGANISATION DES VALEURS MOBILIÈRES AU SEIN DES AGENCES BANCAIRES

L ORGANISATION DES VALEURS MOBILIÈRES AU SEIN DES AGENCES BANCAIRES L ORGANISATION DES VALEURS MOBILIÈRES AU SEIN DES AGENCES BANCAIRES Conférence présentée dans le cadre du Séminaire sur les titres d emprunt Projet de renforcement de la COSOB (PRCOSOB) Agence canadienne

Plus en détail

JORF n 0103 du 4 mai 2010. Texte n 18

JORF n 0103 du 4 mai 2010. Texte n 18 Le 26 septembre 2011 JORF n 0103 du 4 mai 2010 Texte n 18 ARRETE Arrêté du 29 avril 2010 fixant les conditions de certification des installateurs de systèmes de vidéosurveillance NOR: IOCD0928681A Le ministre

Plus en détail

La surveillance Sid Noma Murielle Minougou

La surveillance Sid Noma Murielle Minougou La surveillance Sid Noma Murielle Minougou La lutte contre le blanchiment et le financement du terrorisme, objectif phare de la 3 ème Directive de 2005 transposée en 2009, prévoit un certain nombre d obligations

Plus en détail

TABLEAU COMPARATIF - 99 -

TABLEAU COMPARATIF - 99 - - 99 - TABLEAU COMPARATIF Le Sénat, Vu l article 88-4 de la Constitution ; Vu la proposition de règlement du Parlement européen et du Conseil sur les exigences prudentielles applicables aux établissements

Plus en détail

MANAGEMENT ENVIRONNEMENT ISO 14001 PAR ETAPES BILAN CARBONE. Accompagnement groupé laboratoires d analyses médicales

MANAGEMENT ENVIRONNEMENT ISO 14001 PAR ETAPES BILAN CARBONE. Accompagnement groupé laboratoires d analyses médicales MANAGEMENT ENVIRONNEMENT ISO 14001 PAR ETAPES BILAN CARBONE Accompagnement groupé laboratoires d analyses médicales La démarche d analyse et d accompagnement, constituée de 3 étapes telles qu elles sont

Plus en détail

RAPPORT ANNUEL DU COMITE D AUDIT ET DES RISQUES AU CONSEIL D ADMINISTRATION EXERCICE 2012

RAPPORT ANNUEL DU COMITE D AUDIT ET DES RISQUES AU CONSEIL D ADMINISTRATION EXERCICE 2012 RAPPORT ANNUEL DU COMITE D AUDIT ET DES RISQUES AU CONSEIL D ADMINISTRATION EXERCICE 2012 Avril 2013 TABLE DES MATIERES INTRODUCTION.2 AUDIT INTERNE 2 AUDIT EXTERNE.4 GESTION DES RISQUES..5 OPINION GLOBALE

Plus en détail

Tous droits réservés. Règles Du Conseil D administration

Tous droits réservés. Règles Du Conseil D administration Règles Du Conseil D administration Table des Matières I. OBJECTIFS... 3 II. FONCTIONS ET RESPONSABILITÉS DU CONSEIL... 3 A. Stratégie et budget... 3 B. Gouvernance... 3 C. Membres du Conseil et des comités...

Plus en détail

CONSEIL SUPERIEUR DE L ORDRE DES EXPERTS-COMPTABLES LE CONTRÔLE DE QUALITE DES AGC

CONSEIL SUPERIEUR DE L ORDRE DES EXPERTS-COMPTABLES LE CONTRÔLE DE QUALITE DES AGC CONSEIL SUPERIEUR DE L ORDRE DES EXPERTS-COMPTABLES LE CONTRÔLE DE QUALITE DES AGC Guide du contrôlé version 2015 PRESENTATION DES OBJECTIFS ET DES MODALITES DU CONTROLE DE QUALITE Notre profession s est

Plus en détail

CIRCULAIRE CSSF 11/503

CIRCULAIRE CSSF 11/503 COMMISSION de SURVEILLANCE du SECTEUR FINANCIER Luxembourg, le 3 mars 2011 A toutes les entités surveillées du secteur financier, à l exception des établissements de crédit, ainsi qu à leurs réviseurs

Plus en détail

Décision de la Commission instituant l Agence exécutive «Éducation, audiovisuel et culture» (14 janvier 2005)

Décision de la Commission instituant l Agence exécutive «Éducation, audiovisuel et culture» (14 janvier 2005) Décision de la Commission instituant l Agence exécutive «Éducation, audiovisuel et culture» (14 janvier 2005) Légende: Décision de la Commission du 14 janvier 2005 instituant l Agence exécutive «Éducation,

Plus en détail

3. Transparence par rapport à l utilisation des moyens financiers

3. Transparence par rapport à l utilisation des moyens financiers Département fédéral de l'économie DFE Office fédéral de la formation professionnelle et de la technologie OFFT Formation Professionelle Groupe d experts «Fonds en faveur de la formation professionnelle»

Plus en détail

GENERALE MIXTE DU 26 JUIN

GENERALE MIXTE DU 26 JUIN NOTE D INFORMATION ETABLIE SUITE A LA DECISION DU CONSEIL D ADMINISTRATION DE PROCEDER AU LANCEMENT EFFECTIF DU PROGRAMME DE RACHAT DE SES PROPRES ACTIONS AUTORISE PAR l ASSEMBLEE GENERALE MIXTE DU 26

Plus en détail

RECOMMANDATIONS COMMISSION

RECOMMANDATIONS COMMISSION L 120/20 Journal officiel de l Union européenne 7.5.2008 RECOMMANDATIONS COMMISSION RECOMMANDATION DE LA COMMISSION du 6 mai 2008 relative à l assurance qualité externe des contrôleurs légaux des comptes

Plus en détail

Taxe sur la valeur ajoutée

Taxe sur la valeur ajoutée Taxe sur la valeur ajoutée Introduction La taxe sur la valeur ajoutée est une des questions incontournables pour une entreprise, qu elle soit starter ou déjà bien établie. La TVA concerne chaque opération

Plus en détail

PR02 Maîtrise des Dysfonctionnements Version G 160315 Page 1/10

PR02 Maîtrise des Dysfonctionnements Version G 160315 Page 1/10 PR02 Maîtrise des Dysfonctionnements Version G 160315 Page 1/10 Traçabilité des modifications Date Version Objet 13/04/2007 A Création du document. 18/05/2007 B Prise en compte des propositions d améliorations

Plus en détail

Contrats d emploi et autres types de contrats avec des proches parents de fonctionnaires du BIT

Contrats d emploi et autres types de contrats avec des proches parents de fonctionnaires du BIT CIRCULAIRE N O 666 HRD Série: 6 Distribution A 1 04.04.2007 Contrats d emploi et autres types de contrats avec des proches parents de fonctionnaires du BIT 1. La présente circulaire annule et remplace

Plus en détail

L exposé oral et la note de référence ont été préparés conformément à la décision 2011/4 du Conseil d administration.

L exposé oral et la note de référence ont été préparés conformément à la décision 2011/4 du Conseil d administration. 19 décembre 2011 Fonds des Nations Unies pour l enfance Conseil d administration Première session ordinaire de 2012 7-10 février 2012 Point 10 de l ordre du jour provisoire * Compte rendu oral sur les

Plus en détail

Code de conduite Zoomit

Code de conduite Zoomit Code de conduite Zoomit Dans ce document : 1. Objectif 2. Champ d application 3. Qu est-ce que Zoomit et quelles parties sont concernées? 4. Organisation, contrôle et informations complémentaires 5. Sécurité

Plus en détail

Projets de principes sur la répartition des pertes en cas de dommage transfrontière découlant d activités dangereuses 2006

Projets de principes sur la répartition des pertes en cas de dommage transfrontière découlant d activités dangereuses 2006 Projets de principes sur la répartition des pertes en cas de dommage transfrontière découlant d activités dangereuses 2006 Texte adopté par la Commission du droit international à sa cinquante-huitième

Plus en détail

LA NORME ISO 9001:2008

LA NORME ISO 9001:2008 LA NORME ISO 9001:2008 Culture d entreprise (261) 32 11 225 25 culturedentreprise@univers.mg www.univers.mg www.univers.mg LA NORME ISO 9001:2008 Page 1 sur 11 Comprendre la norme ISO 9001 ne peut se faire

Plus en détail

5342 BELGISCH STAATSBLAD 01.02.2006 MONITEUR BELGE

5342 BELGISCH STAATSBLAD 01.02.2006 MONITEUR BELGE 5342 BELGISCH STAATSBLAD 01.02.2006 MONITEUR BELGE MINISTERE DE LA REGION WALLONNE F. 2006 343 [C 2006/27007] 12 JANVIER 2006. Arrêté du Gouvernement wallon relatif à la vérification des déclarations des

Plus en détail

OBLIGATIONS COMPTABLES DES ASSOCIATIONS

OBLIGATIONS COMPTABLES DES ASSOCIATIONS OBLIGATIONS COMPTABLES DES ASSOCIATIONS 1. LE CADRE JURIDIQUE. Le nouveau règlement (n 99-01 adopté le 16 février 1999 par le Comité de la réglementation comptable) relatif au plan comptable des associations,

Plus en détail

L adresse de référence

L adresse de référence Version n : 1 Dernière actualisation : 18-12-2006 1) À quoi sert cette fiche? 2) Qu est-ce qu une adresse de référence? 3) Quels sont les avantages d une adresse de référence? 4) Qui peut s inscrire en

Plus en détail