II/ LES PRINCIPES APPLIQUES AU LYCEE

Save this PDF as:
 WORD  PNG  TXT  JPG

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "II/ LES PRINCIPES APPLIQUES AU LYCEE"

Transcription

1 L Autorité Parentale Information réalisée par le service social et l Officier Juriste. Le 20 septembre 2012 SOMMAIRE INTRODUCTION I/ PRINCIPES GENERAUX II/ LES PRINCIPES APPLIQUÉS AU LYCÉE III/ CAS D UN ENFANT HOSPITALISÉ INTRODUCTION Les évolutions du droit français: Jusqu à la loi du 4 juin 1970, seule l autorité paternelle était reconnue. La loi du 3 janvier 1972 a créé un statut unique pour l enfant légitime et naturel. 1985: le principe d exercice en commun et d égalité des parents au regard de l AP est posé. 1993: principe d autorité parentale conjointe (tant pour les familles légitimes séparées ou divorcées, que dans les familles naturelles: reconnaissance du droit à l AP pour les pères concubins). I/ PRINCIPES GENERAUX DÉFINITION LEGALE: Art du Code Civil «L autorité parentale est un ensemble de droits et de devoirs ayant pour finalité l intérêt de l enfant. Elle appartient aux père et mère jusqu à la majorité ou l émancipation de l enfant pour le protéger dans sa sécurité, sa santé et sa moralité, pour assurer son éducation et permettre son développement, dans le respect dû à sa personne.» LE PRINCIPE D EXERCICE CAS D UNION DES PARENTS L autorité parentale est de principe conjointe. L article du Code Civil permet à un parent de faire seul un acte usuel de l autorité parentale, l accord de l autre étant alors présumé. Lycée Militaire de Saint Cyr Page 1 sur 5

2 Définition de l acte usuel: «tout acte qui ne rompt pas avec le passé ou surtout qui n engage pas l avenir de l enfant». (ex: autorisation de sortie, établissement d un passeport ) Donc, tout acte non usuel requiert l accord des deux parents (ex: dossier d admission en classe de 6, dossier d orientation, redoublemen t ) LA SEPARATION En cas de séparation, l AP reste en principe conjointe. L exercice de l AP ne peut être unilatéral (un seul parent) que sur décision de justice. Dans cette hypothèse, l autre parent conserve tout de même le droit de surveiller l entretien et l éducation (il conserve le droit d être informé et consulté mais ne peut ni décider, ni interdire). LE DROIT DES TIERS Lorsque l enfant est confié à un tiers, cette personne ne peut normalement accomplir que les actes usuels relatifs à sa surveillance et à son éducation Ex des correspondants. Cependant, l AP est toujours exercée par les parents, ce qui peut être problématique en cas d urgence (à cause de la distance ) Il pourrait donc être judicieux de suggérer aux parents de procéder à une délégationpartage de l autorité avec le tiers (plus protecteur des intérêts de l enfant) article du code civil DELEGATION ET RETRAIT DE L AUTORITE PARENTALE La délégation par requête conjointe volontaire des parents auprès du JAF. Elle peut être partielle ou totale. Ex: Demande des parents suite à départ à l étranger de confier l enfant et une partie de l AP à un tiers La délégation peut être aussi forcée: lorsqu un tiers saisit le juge à l encontre des parents Ex: Désintérêt manifeste, impossibilité d exercer l AP. Le retrait quant à lui peut être total ou partiel mais il est forcément prononcé par une autorité judiciaire (pénale ou civile), toujours sur motifs graves. Exemple: condamnation pour crimes ou délits, mauvais traitements, défauts de soins, manque de direction (défaut au devoir de surveillance et de conseils envers l enfant, type abandon ). II/ LES PRINCIPES APPLIQUES AU LYCEE ETAT DES LIEUX Le règlement intérieur «Les élèves dont les parents résident en dehors de la région Ile-de-France et des départements limitrophes, doivent obligatoirement avoir un correspondant résidant en région parisienne capable de les accueillir, même dans le cadre d une décision de mise en demi pension. L attention des parents est attirée sur l absolue nécessité, pour chaque élève ne résidant pas en région parisienne, d avoir un correspondant de proximité disponible et joignable, pouvant : Accueillir provisoirement l élève malade à son domicile, Se substituer à l élève pour aller chercher les médicaments à la pharmacie, Lycée Militaire de Saint Cyr Page 2 sur 5

3 Accompagner l élève à l occasion d une consultation spécialisée ou d une hospitalisation, Récupérer l élève à sa sortie de l hôpital.» «La responsabilité de l établissement n est effective que lorsque l élève a rejoint le lycée.» «Toute sortie de ce dernier est soumise au consentement contractuel des parents.» «Les familles sont responsables en premier lieu de l éducation des enfants confiés au lycée.» L ETENDUE DES RESPONSABILITES Cas concrets La responsabilité du lycée Selon le Code de l Education, le devoir de l école est de garantir le droit à l éducation, en contribuant ainsi à l égalité des chances. Dans la circulaire n du 25 octobre 1996, l institution scolaire assume la responsabilité des élèves qui lui sont confiés. Elle doit veiller à ce que ces derniers ne soient pas exposés à subir des dommages, et n en causent pas à autrui. L obligation de surveillance vaut pour l ensemble des activités prises en charge par l établissement. Exemple: Intrusion d un parent dans le fonctionnement de l établissement. C est du ressort du RI et du Chef d établissement. Ces conditions de surveillance de l élève sont définies dans le Règlement Intérieur qui fixe les limites de responsabilités, signé par les parents. Ex: Absences répétées, abandon d études. Même lorsque l élève est majeur, toute perturbation de la scolarité doit être signalée aux parents. En ce sens il existe une obligation de surveillance des parents. NB: D où l importance pour les compagnies de connaître les conditions d exercice de l AP de chaque élève (Manque de direction). Il est important pour les compagnies de connaître les conditions d exercice de l AP de chaque élève. Les chefs d établissement ont l obligation de faire parvenir systématiquement aux deux parents les résultats scolaires de leur enfant. «Même dans le cas où l un des parents exerce seul l autorité parentale, l autre parent dispose du droit et du devoir de surveiller l éducation de son enfant.» (sauf jugement contraire) Les élèves: Quelques indicateurs clés (2011) Sur 494 élèves du second cycle: 62% résident en IDF Sur 285 élèves en CPGE: 55% d entres eux résident hors IDF (contre 38% en IDF) Ex: Deux parents séparés s opposent pour venir chercher l enfant, seule une ordonnance du JAF statuant sur la garde de ce dernier permettra au LM d intervenir. En cas de désaccord entre les parents eux mêmes ou vis à vis du tiers ayant la charge de l enfant dont l administration aura connaissance, le chef d établissement se référera uniquement aux mesures décidées par le JAF. Lycée Militaire de Saint Cyr Page 3 sur 5

4 Si l enfant cause un dommage à l école, l établissement sera déclaré responsable, si l élève prouve qu il y a eu faute : soit d un membre du personnel, soit dans l organisation de l établissement. Dans ce cas, il y aura partage de responsabilités entres les parents et l établissement (article 1384 du Code Civil). Mais de fait, la présomption de responsabilité des parents s applique toujours. La responsabilité des parents Ex: Refus d aller chercher son enfant dès lors que le LM ne peut le garder (sanction, maladie ). Concernant le devoir de garde: les parents ne peuvent juridiquement s y soustraire (art 203 du Code Civil sur le devoir d entretien et art relatif à la santé, la sécurité et la moralité). Ils peuvent donc s exposer à des sanctions civiles (AEMO, retrait AP), voire pénales pour des situations extrêmes (en cas d abandon ). Ex: Cas de misogynie minimisé voire dénié par les parents. Dans le cadre du RI l enfant s expose à des sanctions. Les parents ont le devoir de veiller au respect par leurs enfants de la loi (obligation d éducation, devoir de moralité), et des dispositions du RI qu ils ont signé (art 42 sur le respect d autrui). Ex: Harcèlement d un élève sur d autres et «minimisme» des parents. La responsabilité des parents (ou du tiers ayant reçu délégation de l AP) est engagée dès lors qu un dommage est causé par le fait des personnes dont ils doivent répondre (article 1384 du code civil) Le droit du mineur sur sa santé La loi n impose plus le consentement de l une des personnes exerçant l AP à une IVG (loi n du 04 juillet 2001). Si la mineure maintient son désir de secret, le médecin est autorisé à agir sans l accord des parents. En revanche, il est exigé que la mineure se fasse accompagner d une personne majeure de son choix (C. santé publ., art. L ). Il en est de même pour la prescription d un contraceptif oral. Second cycle: 1/3 filles et CPGE: 1/5 filles. III/ CAS D UN ENFANT HOSPITALISÉ Trajet aller: 1. Parents/correspondants 2. Ambulance sur ordonnance du médecin 3. Secours En aucun cas un enfant ne peut monter dans une ambulance sans ordonnance ou être accompagné par un membre de l encadrement si l état de santé est en cause. L accompagnement est de la responsabilité des parents et des secours. Rappel: Circulaire du 20 novembre 1963 qui stipule que «le rôle de l école se borne à mettre le médecin en relation directe avec les parents et qu il revient alors au médecin d assumer pleinement ses responsabilités et de prendre les décisions qui s imposent en cas d urgence». Lycée Militaire de Saint Cyr Page 4 sur 5

5 Trajet retour: 1. Parents ou correspondant sauf impossibilité majeure et insurmontable. 2. En cas contraire, la décharge n ayant pas valeur juridique, il est nécessaire d obtenir une attestation des parents «ne pouvant venir chercher l enfant» et autorisant un personnel de l établissement à le récupérer. 3. Les cadres susceptibles d aller chercher le jeune à la sortie de l hôpital doivent être en ordre de mission. CONCLUSION L Autorité Parentale est toujours conjointe, et l accord de l autre parent est présumé, en cas de séparation, en ce qui concerne les actes usuels. Cette présomption tombe en cas de demande expresse de l un des parents d être consulté même pour les actes usuels. Seule une décision de justice (JAF) peut interférer sur l exercice de l AP (délégation, retrait, émancipation). Dans tous les cas, les parents sont les premiers responsables de l enfant même si la responsabilité peut être partagée avec l autorité publique (école, CG, autorité judiciaire ) Lycée Militaire de Saint Cyr Page 5 sur 5

Fiche technique sur les actes usuels et non usuels

Fiche technique sur les actes usuels et non usuels Fiche technique sur les actes usuels et non usuels Introduction Le présent document a vocation dans le cadre de l expérimentation à mieux identifier la place et le rôle de chacun au regard des prérogatives

Plus en détail

N 3116 ASSEMBLÉE NATIONALE LETTRE RECTIFICATIVE

N 3116 ASSEMBLÉE NATIONALE LETTRE RECTIFICATIVE N 3116 ASSEMBLÉE NATIONALE CONSTITUTION DU 4 OCTOBRE 1958 TREIZIÈME LÉGISLATURE Enregistré à la Présidence de l Assemblée nationale le 26 janvier 2011. LETTRE RECTIFICATIVE au projet de loi (n 2494) relatif

Plus en détail

Réseau d Accueil de Jour des Enfants de Rolle & Environs (AJERE)

Réseau d Accueil de Jour des Enfants de Rolle & Environs (AJERE) Réseau d Accueil de Jour des Enfants de Rolle & Environs (AJERE) REGLEMENT DES STRUCTURES D ACCUEIL COLLECTIF - UAPE DU RESEAU AJERE 1.- CADRE GENERAL L Unité d accueil pour écoliers (ci-après UAPE) de

Plus en détail

L école face aux conflits parentaux. Service social en faveur des élèves - DSDEN des Alpes-Maritimes

L école face aux conflits parentaux. Service social en faveur des élèves - DSDEN des Alpes-Maritimes 1 L école face aux conflits parentaux 2 La coéducation : une complémentarité entre l école et les familles En entrant à l école, l enfant devient un élève ; son père et sa mère deviennent des parents d

Plus en détail

BP 80046 59587 Bondues cedex. colloque-deontologie@mjpm-npdc.fr www.mjpm-npdc.fr. Projet de Charte déontologique

BP 80046 59587 Bondues cedex. colloque-deontologie@mjpm-npdc.fr www.mjpm-npdc.fr. Projet de Charte déontologique BP 80046 59587 Bondues cedex colloque-deontologie@mjpm-npdc.fr www.mjpm-npdc.fr Projet de Charte déontologique Charte de Déontologie Préambule Les présentes dispositions s appliquent aux membres de la

Plus en détail

La communication du dossier médical d un patient décédé à son ayant-droit

La communication du dossier médical d un patient décédé à son ayant-droit La communication du dossier médical d un patient décédé à son ayant-droit Article issu de la lettre d information SHAM N 52 Août 2012 L'article L 1110-4 du code de la santé publique prévoit que le secret

Plus en détail

AU NIVEAU DES TEXTES :

AU NIVEAU DES TEXTES : Fiche n 4 ENSEIGNANTS ET JUSTICE Page 1/5 1 : Sur le plan général : AU NIVEAU DES TEXTES : Etat des lieux : Les fonctionnaires bénéficient, à l occasion de l exercice de leurs fonctions, d une protection

Plus en détail

OBLIGATIONS ET DROITS DES FONCTIONNAIRES

OBLIGATIONS ET DROITS DES FONCTIONNAIRES OBLIGATIONS ET DROITS DES FONCTIONNAIRES DE L EDUCATION NATIONALE Les fonctionnaires ont des obligations en contrepartie desquelles ils bénéficient de certains droits fondamentaux. I. QUELS SONT LES TEXTES

Plus en détail

Le recours devant les juridictions administratives

Le recours devant les juridictions administratives LA DISCIPLINE La procédure disciplinaire Le recours devant les juridictions administratives Après la décision du directeur interrégional (ou après que le délai d un mois sans réponse de sa part est passé),

Plus en détail

I - La loi poursuit deux objectifs principaux : renforcer la prévention et améliorer le dispositif d alerte et de signalement

I - La loi poursuit deux objectifs principaux : renforcer la prévention et améliorer le dispositif d alerte et de signalement DOSSIER : LA LOI DU 5 MARS 2007 REFORMANT LA PROTECTION DE L ENFANCE Elaborée au terme d une très large concertation, la loi n 2007-293 du 5 mars 2007 réformant la protection de l enfance poursuit trois

Plus en détail

Le placement familial des personnes handicapées et des personnes âgées.

Le placement familial des personnes handicapées et des personnes âgées. ÉTABLISSEMENTS ET SERVICES D ACCUEIL - 4 - Le placement familial des personnes handicapées et des personnes âgées. Établissements et services d accueil et d accompagnement à tous les âges de la vie 75

Plus en détail

CHARTE DES SORTIES ET VOYAGES

CHARTE DES SORTIES ET VOYAGES CHARTE DES SORTIES ET VOYAGES Cette Charte a pour objectif de définir les principes selon lesquels les voyages et sorties sont élaborés et soumis à l approbation du conseil d administration, elle veut

Plus en détail

COMMISSION OUVERTE DE LA FAMILLE SOUS-COMMISSION MAJEURS VULNÉRABLES II

COMMISSION OUVERTE DE LA FAMILLE SOUS-COMMISSION MAJEURS VULNÉRABLES II TRAVAUX DES COMMISSIONS OUVERTES COMMISSION OUVERTE DE LA FAMILLE SOUS-COMMISSION MAJEURS VULNÉRABLES II Auteur : Marie-Helene Isern-Real Date : mercredi 4 mars 2009 LES NOUVEAUX POUVOIRS DU JUGE DES TUTELLES

Plus en détail

Page1 LE DROIT AU RESPECT DE LA VIE PRIVEE

Page1 LE DROIT AU RESPECT DE LA VIE PRIVEE Page1 LE DROIT AU RESPECT DE LA VIE PRIVEE 0 Page2 Sommaire Le droit au respect de la vie privée des personnes hospitalisées et des personnes prises en charge dans des structures médico-sociales... 3 Qu

Plus en détail

Commentaire. Décision n 2011-200 QPC du 2 décembre 2011. Banque Populaire Côte d Azur. (Pouvoir disciplinaire de la Commission bancaire)

Commentaire. Décision n 2011-200 QPC du 2 décembre 2011. Banque Populaire Côte d Azur. (Pouvoir disciplinaire de la Commission bancaire) Commentaire Décision n 2011-200 QPC du 2 décembre 2011 Banque Populaire Côte d Azur (Pouvoir disciplinaire de la Commission bancaire) Le Conseil constitutionnel a été saisi le 23 septembre 2011 par le

Plus en détail

CITATION DIRECTE DEVANT LA CHAMBRE CORRECTIONNELLE DU TRIBUNAL DE GRANDE INSTANCE D ALBERTVILLE

CITATION DIRECTE DEVANT LA CHAMBRE CORRECTIONNELLE DU TRIBUNAL DE GRANDE INSTANCE D ALBERTVILLE CITATION DIRECTE DEVANT LA CHAMBRE CORRECTIONNELLE DU TRIBUNAL DE GRANDE INSTANCE D ALBERTVILLE L AN DEUX MIL TREIZE et le ONZE FEVRIER A LA REQUETE DE : Monsieur David MOURVILLIER, né le 20 avril 1974

Plus en détail

Lettre d actualité juridique

Lettre d actualité juridique Lettre d actualité juridique Mai - Juin 2009 Tutelle-Curatelle I. Les effets de la curatelle et de la tutelle quant à la protection de la personne Vous trouverez en annexe un tableau traitant des droits

Plus en détail

Actualités en droit du travail

Actualités en droit du travail Actualités en droit du travail 10 juillet 2014 Chloé Alligier August & Debouzy SOMMAIRE I. Loi Formation, Emploi et Démocratie Sociale du 5 mars 2014 II. Actualités jurisprudentielles 1. Représentants

Plus en détail

Gabon. Code de la nationalité

Gabon. Code de la nationalité Code de la nationalité Loi n 37-1998 Art.1.- La présente loi, prise en application des dispositions de l article 47 de la Constitution, porte sur le Code de la nationalité aise. Art.2.- La nationalité

Plus en détail

Annulation plus de 42 jours avant le départ : L acompte versé sera conservé par CIVEL

Annulation plus de 42 jours avant le départ : L acompte versé sera conservé par CIVEL Merci de parapher toute les pages et signer le document CONDITIONS GENERALES Les présentes conditions générales de vente et les éventuelles conditions particulières mentionnées dans le dossier d inscription

Plus en détail

CONTRAT TYPE DE COLLABORATION SALARIEE A DUREE INDETERMINEE Temps plein

CONTRAT TYPE DE COLLABORATION SALARIEE A DUREE INDETERMINEE Temps plein 180, boulevard Haussmann 75389 PARIS CEDEX 08 NE PAS OUBLIER LA DECLARATION PREALABLE A L EMBAUCHE AUPRES DE L URSSAF (article L.1221-10 du code du travail) CONTRAT TYPE DE COLLABORATION SALARIEE A DUREE

Plus en détail

TD N 4 : correction des questions, fichier à imprimer.

TD N 4 : correction des questions, fichier à imprimer. TD N 4 : correction des questions, fichier à imprimer. Chapitre 1 : SITUATION PROFESSIONNELLE Question n 1 : Toute personne dispose de la liberté de choisir son domicile et nul ne peut apporter aux droits

Plus en détail

LES DOCUMENTS DE TRAVAIL DU SÉNAT

LES DOCUMENTS DE TRAVAIL DU SÉNAT LES DOCUMENTS DE TRAVAIL DU SÉNAT Série LÉGISLATION COMPARÉE LE STATUT DU BEAU-PARENT n LC 196 Avril 2009 - 3 - LE STATUT DU BEAU-PARENT Sommaire Pages NOTE DE SYNTHÈSE... 5 DISPOSITIONS NATIONALES Allemagne...

Plus en détail

JORF du 5 mars 2002. Texte n 3. LOI LOI n 2002-305 du 4 mars 2002 relative à l autorité parentale (1) NOR: JUSX0104902L

JORF du 5 mars 2002. Texte n 3. LOI LOI n 2002-305 du 4 mars 2002 relative à l autorité parentale (1) NOR: JUSX0104902L Le 28 avril 2014 JORF du 5 mars 2002 Texte n 3 LOI LOI n 2002-305 du 4 mars 2002 relative à l autorité parentale (1) NOR: JUSX0104902L L Assemblée nationale et le Sénat ont adopté, Le Président de la République

Plus en détail

N o 6103 6 CHAMBRE DES DEPUTES. Session ordinaire 2011-2012 PROJET DE LOI. portant modification des articles 351, 353 et 353-1 du Code pénal * * *

N o 6103 6 CHAMBRE DES DEPUTES. Session ordinaire 2011-2012 PROJET DE LOI. portant modification des articles 351, 353 et 353-1 du Code pénal * * * 30.7.2012 N o 6103 6 CHAMBRE DES DEPUTES Session ordinaire 2011-2012 PROJET DE LOI portant modification des articles 351, 353 et 353-1 du Code pénal SOMMAIRE: page Amendements adoptés par la Commission

Plus en détail

I. Pourquoi le code mondial est-il un outil d excellence pour renforcer l efficacité de l exécution?

I. Pourquoi le code mondial est-il un outil d excellence pour renforcer l efficacité de l exécution? 1 Premier forum mondial sur l exécution : l efficacité des procédures civiles d exécution en Europe Des outils pour renforcer l efficacité de l exécution Les nouveaux outils : le Code mondial de l exécution

Plus en détail

Document approuvé. Mise à jour mai 2012 Ajout du point 6 : Voyage hors Québec et à l étranger. Services éducatifs Mai 2010 (Mise à jour juin 2012)

Document approuvé. Mise à jour mai 2012 Ajout du point 6 : Voyage hors Québec et à l étranger. Services éducatifs Mai 2010 (Mise à jour juin 2012) Document approuvé Mise à jour mai 2012 Ajout du point 6 : Voyage hors Québec et à l étranger Cadre de référence entourant l organisation des sorties éducatives Services éducatifs Mai 2010 (Mise à jour

Plus en détail

MANDAT DE GESTION ET DE REGLEMENT POUR LE COMPTE DU BUREAU CENTRAL FRANÇAIS (Mandataire ) -----------------------------------

MANDAT DE GESTION ET DE REGLEMENT POUR LE COMPTE DU BUREAU CENTRAL FRANÇAIS (Mandataire ) ----------------------------------- 01/07/2006-mandataire MANDAT DE GESTION ET DE REGLEMENT POUR LE COMPTE DU BUREAU CENTRAL FRANÇAIS (Mandataire ) ----------------------------------- Entre le Bureau central français des sociétés d assurances

Plus en détail

Loi du 4 avril 2006 : Renforcement de la prévention et de la répression des violences au sein du couple

Loi du 4 avril 2006 : Renforcement de la prévention et de la répression des violences au sein du couple Loi du 4 avril 2006 : Renforcement de la prévention et de la répression des violences au sein du couple Les principales mesures de la nouvelle loi visent à mieux protéger des violences les femmes, notamment

Plus en détail

Texte adopté par l Assemblée nationale. Texte adopté par le Sénat - 26 - «Art. L. 124-2. L établissement d enseignement est chargé :

Texte adopté par l Assemblée nationale. Texte adopté par le Sénat - 26 - «Art. L. 124-2. L établissement d enseignement est chargé : - 25 - TABLEAU COMPARATIF Proposition de loi tendant au développement, à l encadrement des stages et à l amélioration du statut des stagiaires Article 1 er Proposition de loi tendant au développement,

Plus en détail

des travailleurs handicapés dans la Fonction Publique

des travailleurs handicapés dans la Fonction Publique Fonction Publique n 132 Le point sur... Personnes handicapées dans la Fonction Publique Textes de référence : Loi n 2005-102 du 11-2-2005 pour l égalité des droits et des chances, la participation et la

Plus en détail

LA NOUVELLE LOI SUR LA PROTECTION DE LA JEUNESSE : EN QUOI ÇA NOUS CONCERNE? 1. Processus d intervention en protection de la jeunesse

LA NOUVELLE LOI SUR LA PROTECTION DE LA JEUNESSE : EN QUOI ÇA NOUS CONCERNE? 1. Processus d intervention en protection de la jeunesse LA NOUVELLE LOI SUR LA PROTECTION DE LA JEUNESSE : EN QUOI ÇA NOUS CONCERNE? Jean Labbé, MD, FRCPC Professeur titulaire Département de pédiatrie Université Laval; Consultant pédiatrique en protection de

Plus en détail

TC Aff 4044 Centre hospitalier de Chambéry. Rapp. D. Duval-Arnould. Séance du 14 mars 2016

TC Aff 4044 Centre hospitalier de Chambéry. Rapp. D. Duval-Arnould. Séance du 14 mars 2016 1 TC Aff 4044 Centre hospitalier de Chambéry Rapp. D. Duval-Arnould Séance du 14 mars 2016 La question que vous a renvoyée le Conseil d Etat porte sur l ordre de juridiction compétent pour connaître du

Plus en détail

Mesure de protection judiciaire de la personne et des biens

Mesure de protection judiciaire de la personne et des biens Mesure de protection judiciaire de la personne et des biens Art. 492 et suivants du Code Civil Maître Sandrine Valvekens: Avocat au Barreau de Bruxelles Création d un statut unique pour toutes les personnes

Plus en détail

CONCOURS. AGENT TERRITORIAL SPÉCIALISÉ DE 1 ère CLASSE DES ÉCOLES MATERNELLES FILIERE MEDICO-SOCIALE CATEGORIE C

CONCOURS. AGENT TERRITORIAL SPÉCIALISÉ DE 1 ère CLASSE DES ÉCOLES MATERNELLES FILIERE MEDICO-SOCIALE CATEGORIE C CONCOURS AGENT TERRITORIAL SPÉCIALISÉ DE 1 ère CLASSE DES ÉCOLES MATERNELLES FILIERE MEDICO-SOCIALE CATEGORIE C Concours externe, interne et 3 ème concours Contact : Accueil de la Maison de l Emploi Territorial

Plus en détail

Approche globale de la tranquillité publique LEXIQUE DES TERMES JURIDIQUES

Approche globale de la tranquillité publique LEXIQUE DES TERMES JURIDIQUES Approche globale de la tranquillité publique LEXIQUE DES TERMES JURIDIQUES 1 Action en justice C est la possibilité de réclamer en justice le respect ou la reconnaissance d un droit. Désigne également

Plus en détail

GUIDE DES SORTIES ET VOYAGES SCOLAIRES

GUIDE DES SORTIES ET VOYAGES SCOLAIRES Lycée Professionnel Gaston Barré 79010 NIORT Cedex 05 49 28 05 20 GUIDE DES SORTIES ET VOYAGES SCOLAIRES Les sorties et voyages scolaires sont proposés dans le cadre d un projet et sont considérés comme

Plus en détail

POLITIQUE DE PREMIERS SECOURS ET PREMIERS SOINS ONGLET 18

POLITIQUE DE PREMIERS SECOURS ET PREMIERS SOINS ONGLET 18 POLITIQUE DE PREMIERS SECOURS ET PREMIERS SOINS ONGLET 18 Date Résolution Adoptée 9 mai 1995 CC-4022-95 Réadoptée 18 août 1998 CC-172-98 La Commission scolaire Harricana, consciente de ses responsabilités

Plus en détail

CHIENS DE 1 ère ou 2 ème CATEGORIE Permis de détention

CHIENS DE 1 ère ou 2 ème CATEGORIE Permis de détention CHIENS DE 1 ère ou 2 ème CATEGORIE Permis de détention La loi n 2008-582 du 20 juin 2008 impose à tout propriétaire ou détenteur d un chien de 1 ère ou de 2 ème catégorie l obtention d un permis de détention

Plus en détail

Fiche Pratique - Édition MyAvocat 2016 MON ENFANT À CAUSÉ UN DOMMAGE À AUTRUI : SUIS-JE RESPONSABLE?

Fiche Pratique - Édition MyAvocat 2016 MON ENFANT À CAUSÉ UN DOMMAGE À AUTRUI : SUIS-JE RESPONSABLE? MON ENFANT À CAUSÉ UN DOMMAGE À AUTRUI : SUIS-JE RESPONSABLE? Si un enfant mineur cause des dommages à autrui, la responsabilité du ou des parents chez qui il réside est engagée. En effet, selon l'article

Plus en détail

Le Diplôme d Etudes Supérieures Spécialisées de Droit Notarial de l Université Montesquieu-Bordeaux IV

Le Diplôme d Etudes Supérieures Spécialisées de Droit Notarial de l Université Montesquieu-Bordeaux IV Le Diplôme d Etudes Supérieures Spécialisées de Droit Notarial de l Université Montesquieu-Bordeaux IV sous la direction de M. Philippe DELMAS SAINT-HILAIRE Professeur à l Université Montesquieu - Bordeaux

Plus en détail

Traduction. Article 1 er : Champ d application

Traduction. Article 1 er : Champ d application Loi sur la libre circulation générale des citoyens de l Union (FreizügG/EU), en date du 30 juillet 2004 (publiée au Journal officiel de la République fédérale d Allemagne BGBl. I, p. 1950, 1986), modifiée

Plus en détail

LA PERSONNE DE CONFIANCE

LA PERSONNE DE CONFIANCE Rapport adopté lors de la session du Conseil national de l Ordre des médecins du 8 octobre 2010 Dr Irène KAHN-BENSAUDE LA PERSONNE DE CONFIANCE Introduction L article 1111-6 du code de la santé publique,

Plus en détail

Nouveau règlement fixant les critères d'admission et les modalités d'inscription à la crèche de la commune de Roeser.

Nouveau règlement fixant les critères d'admission et les modalités d'inscription à la crèche de la commune de Roeser. Règlement d inscription au service Maisons relais - Crèche de la Commune de Roeser Nouveau règlement fixant les critères d'admission et les modalités d'inscription à la crèche de la commune de Roeser.

Plus en détail

Avis de la Chambre des Métiers

Avis de la Chambre des Métiers CdM/21/05/2012 12-38 Amendements gouvernementaux au projet de règlement grand-ducal fixant les critères, la procédure d agrément aux fonctions de médiateur judiciaire et familial et le mode de rémunération

Plus en détail

Commentaire. Décision n 2012-261 QPC du 22 juin 2012. M. Thierry B. (Consentement au mariage et opposition à mariage)

Commentaire. Décision n 2012-261 QPC du 22 juin 2012. M. Thierry B. (Consentement au mariage et opposition à mariage) Commentaire Décision n 2012-261 QPC du 22 juin 2012 M. Thierry B. (Consentement au mariage et opposition à mariage) Le Conseil constitutionnel a été saisi le 13 avril 2012 par la première chambre civile

Plus en détail

SOCIETE EN PARTICIPATION

SOCIETE EN PARTICIPATION SOCIETE EN PARTICIPATION 02/03/2015 La société en participation est une société que les associés ont convenu de ne pas immatriculer. Elle n a pas la personnalité morale et n est pas soumise à publicité

Plus en détail

Ministère de la jeunesse et des solidarités actives

Ministère de la jeunesse et des solidarités actives Direction de la jeunesse de l éducation populaire et de la vie associative Sous-direction des politiques de jeunesse Bureau de la protection des mineurs en accueils collectifs et des formations jeunesse

Plus en détail

Chapitre 1. Les aliments : Obligation d entretien, de formation et d éducation des enfants

Chapitre 1. Les aliments : Obligation d entretien, de formation et d éducation des enfants Chroniques notariales vol. 57 Table des matières Chapitre 1. Les aliments : Obligation d entretien, de formation et d éducation des enfants....................................... 19 Section 1. Contenu

Plus en détail

NOR : RDFF1228702C. La ministre de la réforme de l Etat, de la décentralisation et de la fonction publique

NOR : RDFF1228702C. La ministre de la réforme de l Etat, de la décentralisation et de la fonction publique RÉPUBLIQUE FRANÇAISE Ministère de la réforme de l Etat, de la décentralisation et de la fonction publique Circulaire du 26 juillet 2012 relative à la mise en œuvre du dispositif d accès à l emploi titulaire

Plus en détail

L huissier de justice

L huissier de justice La Justice et vous Les acteurs de la Justice Les institutions S informer Justice pratique L huissier de justice auxiliaire de justice et partenaire 1. QUI EST L HUISSIER DE JUSTICE? L huissier de justice

Plus en détail

Cour de cassation. Chambre sociale

Cour de cassation. Chambre sociale Cour de cassation Chambre sociale Audience publique du 12 juin 2014 Pourvoi n 12-29063 Pourvoi n 13-11448 Publié au bulletin Rejet Cour de cassation Chambre sociale Audience publique du 12 juin 2014 N

Plus en détail

L INSOLVABILITE DES ENTREPRISES EN LITUANIE : PROCEDURE DE FAILLITE ET PROCEDURE PREVENTIVE DE RESTRUCTURATION

L INSOLVABILITE DES ENTREPRISES EN LITUANIE : PROCEDURE DE FAILLITE ET PROCEDURE PREVENTIVE DE RESTRUCTURATION L INSOLVABILITE DES ENTREPRISES EN LITUANIE : PROCEDURE DE FAILLITE ET PROCEDURE PREVENTIVE DE RESTRUCTURATION 1 I. L OUVERTURE DES PROCEDURES... 3 A. LES CONDITIONS DE L'OUVERTURE... 3 1. Les conditions

Plus en détail

L autorisation de création, de transformation et d extension

L autorisation de création, de transformation et d extension Mois AAAA Mois mars AAAA 2011 Etablissements et services sociaux et médico-sociaux et lieux de vie et d accueil de création, de transformation et d extension En bref Depuis la loi du 30 juin 1975 relative

Plus en détail

LOI N 2007-023 du 20 août 2007. sur les droits et la protection des enfants. (J.O. n 3 163 du 28/01/08, p. 158)

LOI N 2007-023 du 20 août 2007. sur les droits et la protection des enfants. (J.O. n 3 163 du 28/01/08, p. 158) LOI N 2007-023 du 20 août 2007 sur les droits et la protection des enfants (J.O. n 3 163 du 28/01/08, p. 158) L Assemblée nationale et le Sénat ont adopté en leur séance respective en date du 21 juin 2007

Plus en détail

Loi relative à l exercice et à l organisation de la profession de médecin

Loi relative à l exercice et à l organisation de la profession de médecin République du Cameroun /p.48/ /p.49/ Loi relative à l exercice et à l organisation de la profession de médecin Loi N 90-36 du 10 août 1990 Loi N 90-36 du 10 août 1990 Relative à l exercice et à l organisation

Plus en détail

CONDITIONS GENERALES DE GESTION DE LA SUBROGATION DE PAIEMENT AVEC LES ORGANISMES DE FORMATION

CONDITIONS GENERALES DE GESTION DE LA SUBROGATION DE PAIEMENT AVEC LES ORGANISMES DE FORMATION 1 CONDITIONS GENERALES DE GESTION DE LA SUBROGATION DE PAIEMENT AVEC LES ORGANISMES DE FORMATION Dernière mise à jour : le 21/06/2012 Sommaire Article 1 : Conditions de mise en œuvre... 2 Article 2 : Matérialisation

Plus en détail

SAISIES ADMINISTRATIVES

SAISIES ADMINISTRATIVES SAISIES ADMINISTRATIVES LA SAISIE D ARMES ET DE MUNITIONS POUR DANGER GRAVE (ARTICLES L. 312-7 À L 312-10 DU CODE DE LA SECURITE INTERIEURE ET ARTICLES 62 À 68 DU DÉCRET N 2013-700 DU 30 JUILLET 2013)

Plus en détail

Ordonnance sur les cultes et actes ecclésiastiques accomplis par des personnes non consacrées au ministère pastoral

Ordonnance sur les cultes et actes ecclésiastiques accomplis par des personnes non consacrées au ministère pastoral Ordonnance sur les cultes et actes ecclésiastiques accomplis par des personnes non consacrées au ministère pastoral du 21 juin 2012 Le Conseil synodal, vu les art. 25 al. 2, 34 al. 3, 42 al. 2, 57 al.

Plus en détail

REFERENTIEL DU PLACEMENT A DOMICILE (PAD) DANS LES BOUCHES-DU-RHÔNE

REFERENTIEL DU PLACEMENT A DOMICILE (PAD) DANS LES BOUCHES-DU-RHÔNE Direction Générale Adjointe de la Solidarité Direction Enfance-Famille Service des projets, de la tarification et du contrôle des établissements REFERENTIEL DU PLACEMENT A DOMICILE (PAD) DANS LES BOUCHES-DU-RHÔNE

Plus en détail

CONDITIONS PARTICULIERES DE VENTE

CONDITIONS PARTICULIERES DE VENTE CONDITIONS PARTICULIERES DE VENTE Office de Tourisme de Bayonne Place des basques BP 819 64108 Bayonne Cedex Tél. 0820 42 64 64 / Fax 33 (0) 5 59 59 37 55 resa@bayonne tourisme.com www.bayonne tourisme.com

Plus en détail

LE MANDAT DE PROTECTION FUTURE

LE MANDAT DE PROTECTION FUTURE LE MANDAT DE PROTECTION FUTURE Selon le code civil (art. 1984), le mandat est l acte par lequel une personne, le mandant, donne à une autre, le mandataire, le pouvoir de faire quelque chose en son nom.

Plus en détail

MINISTÈRE DE L'EMPLOI, DE LA COHÉSION SOCIALE ET DU LOGEMENT Direction de la population et des migrations

MINISTÈRE DE L'EMPLOI, DE LA COHÉSION SOCIALE ET DU LOGEMENT Direction de la population et des migrations MINISTÈRE DE L'INTÉRIEUR ET DE L'AMÉNAGEMENT DU TERRITOIRE Direction des libertés publiques et des affaires juridiques Direction des affaires générales MINISTÈRE DE L'EMPLOI, DE LA COHÉSION SOCIALE ET

Plus en détail

ARRÊTÉ ROYAL FIXANT LES RÈGLES DE DÉONTOLOGIE DU PSYCHOLOGUE

ARRÊTÉ ROYAL FIXANT LES RÈGLES DE DÉONTOLOGIE DU PSYCHOLOGUE ARRÊTÉ ROYAL FIXANT LES RÈGLES DE DÉONTOLOGIE DU PSYCHOLOGUE PUBLIÉ AU MONITEUR BELGE LE 16 MAI 2014 EN VIGUEUR A PARTIR DU 26 MAI 2014 Chapitre I er. - Dispositions générales Article 1er. Le présent code

Plus en détail

FICHE PRATIQUE LE REFERE-LIBERTE : FAIRE VALOIR SON DROIT A L ACCES A L HERBEGEMENT D URGENCE

FICHE PRATIQUE LE REFERE-LIBERTE : FAIRE VALOIR SON DROIT A L ACCES A L HERBEGEMENT D URGENCE FICHE PRATIQUE LE REFERE-LIBERTE : FAIRE VALOIR SON DROIT A L ACCES A L HERBEGEMENT D URGENCE Le «référé-liberté» est une procédure administrative d urgence permettant d obtenir, dans un délai très bref

Plus en détail

Décision du Défenseur des droits MDE-2015-273

Décision du Défenseur des droits MDE-2015-273 Paris, le 17 novembre 2015 Décision du Défenseur des droits MDE-2015-273 Le Défenseur des droits, Vu l article 71-1 de la Constitution du 4 octobre 1958 ; Vu la loi organique n 2011-333 du 29 mars 2011

Plus en détail

Loi fédérale sur l interdiction d exercer une activité, l interdiction de contact et l interdiction géographique

Loi fédérale sur l interdiction d exercer une activité, l interdiction de contact et l interdiction géographique Projet de la Commission de rédaction pour le vote final Loi fédérale sur l interdiction d exercer une activité, l interdiction de contact et l interdiction géographique (Modification du code pénal, du

Plus en détail

SANTÉ ETABLISSEMENTS DE SANTÉ. Personnel

SANTÉ ETABLISSEMENTS DE SANTÉ. Personnel SANTÉ ETABLISSEMENTS DE SANTÉ Personnel MINISTÈRE DE LA SANTÉ, DE LA JEUNESSE, DES SPORTS ET DE LA VIE ASSOCIATIVE Direction de l hospitalisation et de l organisation des soins Sous-direction des professions

Plus en détail

Responsabilité du transporteur en commun offrant un service de transport adapté

Responsabilité du transporteur en commun offrant un service de transport adapté Responsabilité du transporteur en commun offrant un service de transport adapté Daniel Maillé, avocat Secrétariat et affaires juridiques Société de transport de Montréal 19 septembre 2008 1 1 Quelles sont

Plus en détail

Document unique de délégations EHPA et EHPAD publics non autonomes

Document unique de délégations EHPA et EHPAD publics non autonomes Direction logistique et prospective / Direction services extérieurs Conseil juridique / Etudes et formation referent.medicosocial@cdg22.fr Document unique de délégations EHPA et EHPAD publics non autonomes

Plus en détail

Outil d aide à la décision pour l admission des patients en soins de suite et de réadaptation

Outil d aide à la décision pour l admission des patients en soins de suite et de réadaptation Outil d aide à la décision pour l admission des patients en soins de suite et de réadaptation Juillet 2013 Contexte d utilisation Objet de la prise en charge Autre objet de prise en charge Un projet et

Plus en détail

AGENT SPECIALISE DE 1 ère CLASSE DES ECOLES MATERNELLES

AGENT SPECIALISE DE 1 ère CLASSE DES ECOLES MATERNELLES LES GUIDES PRATIQUES DES CENTRES DE GESTION DE LA FONCTION PUBLIQUE TERRITORIALE AGENT SPECIALISE DE 1 ère CLASSE DES ECOLES MATERNELLES Filière médico-sociale - Catégorie C 1 La fonction publique territoriale

Plus en détail

L OQTF ne peut être prise en dehors d une décision de refus ou de retrait qu elle accompagne.

L OQTF ne peut être prise en dehors d une décision de refus ou de retrait qu elle accompagne. Que faire après une OQTF? (OQTF = Obligation de quitter le territoire français) Liste des abréviations ANAEM = Agence nationale pour l accueil des étrangers et des migrations APRF= Arrêté préfectoral de

Plus en détail

Décrets, arrêtés, circulaires

Décrets, arrêtés, circulaires Décrets, arrêtés, circulaires TEXTES GÉNÉRAUX MINISTÈRE DE L ÉCONOMIE, DE L INDUSTRIE ET DU NUMÉRIQUE Ordonnance n o 2016-394 du 31 mars 2016 relative aux sociétés constituées pour l exercice en commun

Plus en détail

Education-civique. Chapitre n L enfant

Education-civique. Chapitre n L enfant Education-civique Chapitre n L enfant I) L enfant : une personne mineure Problématiques : Comment est définie l identité de l enfant? Qu est-ce que l autorité parentale? A/ L enfant acquiert une identité

Plus en détail

Le respect de l équilibre entre les parties du procès pénal est, en effet, un des aspects

Le respect de l équilibre entre les parties du procès pénal est, en effet, un des aspects AVIS du 14 octobre 2011 du Contrôleur général des lieux de privation de liberté relatif à l emploi de la visio-conférence à l égard des 1 - Le respect des droits de la défense, au cours d un procès, dans

Plus en détail

CONDITIONS DE VENTE CONGRES TERRAFORMA

CONDITIONS DE VENTE CONGRES TERRAFORMA CONDITIONS DE VENTE CONGRES TERRAFORMA Conditions Générales de Vente Les conditions générales de vente régissant les rapports entre les agences de voyages et leur clientèle, ont été fixées par le décret

Plus en détail

Travail forcé & Traite d êtres humains.

Travail forcé & Traite d êtres humains. Travail forcé & Traite d êtres humains. L approche préventive de Patagonia Introduction condamne sévèrement et interdit toutes formes de travail forcé ou d esclavage dont la traite des êtres humains, le

Plus en détail

Critères de détermination de l Etat responsable

Critères de détermination de l Etat responsable Les grandes lignes du Règlement «Dublin III» Le règlement (UE) n 604/2013 du Parlement européen et du Conseil du 26 juin établit les critères et mécanismes de détermination de l Etat membre responsable

Plus en détail

Règlement intérieur des publics accueillis au CFA de Haute-Corse

Règlement intérieur des publics accueillis au CFA de Haute-Corse 1 Règlement intérieur des publics accueillis au CFA de Haute-Corse PRÉAMBULE Le Centre de Formation des Apprentis de Haute-Corse a pour mission la Formation professionnelle par alternance. L apprenti ou

Plus en détail

AUTORISATION PARENTALE RAPPELS JURIDIQUES

AUTORISATION PARENTALE RAPPELS JURIDIQUES FFVoile Ligue Ile de France Formation Arbitres Régionaux Formalités avant course Autorisation Parentale AUTORISATION PARENTALE RAPPELS JURIDIQUES Le mineur est la personne de moins de dix-huit ans révolus

Plus en détail

INTRODUCTION CONCLUSION PROTECTION JURIDIQUE DU MINEUR EN CONFLIT AVEC LA LOI

INTRODUCTION CONCLUSION PROTECTION JURIDIQUE DU MINEUR EN CONFLIT AVEC LA LOI Protection juridique de l enfant en conflit avec la loi INTRODUCTION I- CADRE JURIDIQUE DE PROTECTION A- NOTION D ENFANT EN CONFLIT AVEC LA LOI B- INSTRUMENTS JURIDIQUES DE PROTECTION II- MESURES DE PROTECTION

Plus en détail

REGLEMENT DES ACTIVITES SPORTS LOISIRS, MULTIMEDIA DE LA COMMUNAUTE DE COMMUNES DU PAYS FLECHOIS ET DU CLUB ADOS DE LA VILLE DE LA FLECHE

REGLEMENT DES ACTIVITES SPORTS LOISIRS, MULTIMEDIA DE LA COMMUNAUTE DE COMMUNES DU PAYS FLECHOIS ET DU CLUB ADOS DE LA VILLE DE LA FLECHE REGLEMENT DES ACTIVITES SPORTS LOISIRS, MULTIMEDIA DE LA COMMUNAUTE DE COMMUNES DU PAYS FLECHOIS ET DU CLUB ADOS DE LA VILLE DE LA FLECHE (Pris par délibération du Conseil Municipal du 13/11/06 et du Conseil

Plus en détail

Une avancée majeure :

Une avancée majeure : d i t o édito Une avancée majeure : Fatima LALEM Adjointe au Maire de Paris en charge de l Égalité femmes hommes La possibilité pour les femmes victimes de violences de demander une ordonnance de protection,

Plus en détail

REPUBLIQUE FRANCAISE AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS. LA COUR DE CASSATION, DEUXIÈME CHAMBRE CIVILE, a rendu l arrêt suivant :

REPUBLIQUE FRANCAISE AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS. LA COUR DE CASSATION, DEUXIÈME CHAMBRE CIVILE, a rendu l arrêt suivant : Cour de cassation chambre civile 2 Audience publique du 23 février 2012 N de pourvoi: 11-10202 Non publié au bulletin Cassation partielle M. Loriferne (président), président SCP Boré et Salve de Bruneton,

Plus en détail

LA DÉCISION DROIT AU SÉJOUR POUR RAISON MÉDICALE LES CINQ CONDITIONS DE LA RÉGULARISATION (ART. L313-11 11 DU CESEDA)

LA DÉCISION DROIT AU SÉJOUR POUR RAISON MÉDICALE LES CINQ CONDITIONS DE LA RÉGULARISATION (ART. L313-11 11 DU CESEDA) L obtention pour raison médicale de la carte de séjour temporaire, mention «vie privée et familiale», est soumise à cinq conditions cumulatives. La décision appartient au préfet après avis du Médecin inspecteur

Plus en détail

ROF 2003_005. Loi. sur la profession d avocat (LAv) Le Grand Conseil du canton de Fribourg. Décrète: du 12 décembre 2002

ROF 2003_005. Loi. sur la profession d avocat (LAv) Le Grand Conseil du canton de Fribourg. Décrète: du 12 décembre 2002 Loi du 12 décembre 2002 Entrée en vigueur :... sur la profession d avocat (LAv) Le Grand Conseil du canton de Fribourg Vu la loi fédérale du 23 juin 2000 sur la libre circulation des avocats (loi sur les

Plus en détail

La procédure concernant une demande d aide

La procédure concernant une demande d aide Version n : 1 Dernière actualisation : 11-12-2006 1) A quoi sert cette fiche? 2) Quand est-ce que je peux demander de l aide au CPAS? 3) Comment obtenir une aide du CPAS? Étape n 1 : l introduction de

Plus en détail

N 1957 ASSEMBLÉE NATIONALE

N 1957 ASSEMBLÉE NATIONALE N 1957 ASSEMBLÉE NATIONALE CONSTITUTION DU 4 OCTOBRE 1958 QUATORZIÈME LÉGISLATURE Enregistré à la Présidence de l Assemblée nationale le 21 mai 2014. TEXTE DE LA COMMISSION DES LOIS CONSTITUTIONNELLES,

Plus en détail

ARRÊTÉ N A-2014-01 DU CONSEIL GÉNÉRAL DU 16 JANVIER 2014. relatif au code de déontologie du personnel de la Banque de France

ARRÊTÉ N A-2014-01 DU CONSEIL GÉNÉRAL DU 16 JANVIER 2014. relatif au code de déontologie du personnel de la Banque de France Date de publication : 25 mars 2014 ARRÊTÉ N A-2014-01 DU CONSEIL GÉNÉRAL DU 16 JANVIER 2014 relatif au code de déontologie du personnel de la Banque de France LE CONSEIL GÉNÉRAL DE LA BANQUE DE FRANCE,

Plus en détail

Scolarité : l obligation scolaire en Belgique francophone

Scolarité : l obligation scolaire en Belgique francophone Scolarité : l obligation scolaire en Belgique francophone Par Shadi FARKHOJASTEH Essentiel, le droit à l éducation est indispensable afin de permettre l exercice de tous les autres droits de l homme. Offrant

Plus en détail

Procédure relative aux conseils de disciplines

Procédure relative aux conseils de disciplines Annexe 5 Procédure relative aux conseils de disciplines I - LES REGLES RELATIVES A LA MISE EN PLACE DU CONSEIL DE DISCIPLINE. C est au chef d établissement qu il revient d apprécier, s il y a lieu, d engager

Plus en détail

«Fonder le droit de la famille sur une éthique de la responsabilité»

«Fonder le droit de la famille sur une éthique de la responsabilité» «Fonder le droit de la famille sur une éthique de la responsabilité» groupe : Nouvelles familles Décembre 2010 Les rapports établis par les groupes de réflexion du Lab sont des contributions libres aux

Plus en détail

CONCOURS D AGENT TERRITORIAL SPECIALISE DES ECOLES MATERNELLES DE 1 ère CLASSE

CONCOURS D AGENT TERRITORIAL SPECIALISE DES ECOLES MATERNELLES DE 1 ère CLASSE FONCTION PUBLIQUE TERRITORIALE CONCOURS D AGENT TERRITORIAL SPECIALISE DES ECOLES MATERNELLES DE 1 ère CLASSE CENTRE DE GESTION DU JURA 5 avenue de la République BP 86 39303 CHAMPAGNOLE CEDEX Tél : 03

Plus en détail

ACCORD. entre le Gouvernement de la République française. et le Gouvernement des Emirats arabes unis. relatif. à la coopération en matière de défense,

ACCORD. entre le Gouvernement de la République française. et le Gouvernement des Emirats arabes unis. relatif. à la coopération en matière de défense, ACCORD entre le Gouvernement de la République française et le Gouvernement des Emirats arabes unis relatif à la coopération en matière de défense, signé à Abou Dabi le 26 mai 2009 3 ACCORD entre le Gouvernement

Plus en détail

ESPACE JEUNES REGLEMENT INTERIEUR. 1. Présentation générale

ESPACE JEUNES REGLEMENT INTERIEUR. 1. Présentation générale ESPACE JEUNES REGLEMENT INTERIEUR 1. Présentation générale L Espace Jeunes de la MJC est un Accueil Collectif de Mineurs (ACM) déclaré auprès de la Direction Départementale de la Cohésion Sociale et de

Plus en détail

Calcul des pensions alimentaires entre époux et après divorce Analyse bisannuelle de décisions de jurisprudence (2012) 907 Nathalie Dandoy

Calcul des pensions alimentaires entre époux et après divorce Analyse bisannuelle de décisions de jurisprudence (2012) 907 Nathalie Dandoy sommaire Chronique de jurisprudence Calcul des pensions alimentaires entre époux et après divorce Analyse bisannuelle de décisions de jurisprudence (2012) 907 Nathalie Dandoy LÉGISLATION 1. Législation

Plus en détail

Règlement d ordre intérieur Contrat d accueil. Maison Relais de la commune de Saeul. (provisoire pour l année scolaire 2013-2014)

Règlement d ordre intérieur Contrat d accueil. Maison Relais de la commune de Saeul. (provisoire pour l année scolaire 2013-2014) Règlement d ordre intérieur Contrat d accueil Maison Relais de la commune de Saeul (provisoire pour l année scolaire 2013-2014) Entre les parties soussignées, à savoir, la commune de Saeul, représentée

Plus en détail

Les démarches administratives

Les démarches administratives Carte nationale d identité sécurisée Renseignements : 01 45 11 65 31 - Fax : 01 45 11 65 30 La demande se fait à la mairie du lieu de résidence. La présence du demandeur est obligatoire. Un mineur doit

Plus en détail

1. La contre-visite médicale, un droit reconnu à l employeur.

1. La contre-visite médicale, un droit reconnu à l employeur. Sommaire : 1. La contre-visite médicale, un droit reconnu à l employeur. Définition. Les fondements. Conditions de recours. Le déroulement de la procédure. 2. La contre-visite médicale, les intérêts pour

Plus en détail