GUY BÉLANGER CONSEILLER EN DO 1

Save this PDF as:
 WORD  PNG  TXT  JPG

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "GUY BÉLANGER CONSEILLER EN DO 1"

Transcription

1 FICHE D APPRÉCIATION D UNE ACTIVITÉ OU D UNE TÂCHE DÉLÉGUÉE Nom du délégateur (gestionnaire) : Nom du délégataire (collaborateur) : Service : Période d évaluation : GUY NÉLANGER Dernière MAJ : Juillet 2003 GUY BÉLANGER CONSEILLER EN DO 1

2 LA DÉLÉGATION DES TÂCHES : UN INSTRUMENT PUISSANT POUR MOBILISER VOS COLLABORATEURS ET QUI SAIT «La connaissance, c'est partager le savoir qui nous fait grandir.» Psychologue et auteur français Olivier Lockert, Extrait de Hypnose La délégation est un art véritable qui consiste, pour le gestionnaire, à faire faire une tâche ou un mandat défini dans le temps, par un collaborateur qui a la capacité ou le potentiel et l intérêt pour bien s en acquitter. Il s agit encore ici d un art qui consiste à lier une tâche avec une personne spécifique. Les bienfaits reliés à la délégation des tâches ne sont plus à vanter : du côté du gestionnaire, celui-ci peut être plus efficace en utilisant son temps à des tâches plus productives; du côté du collaborateur, la délégation peut contribuer à développer de nouvelles habiletés et finalement du côté de l organisation, on peut relever de nombreux autres avantages : identification de la relève, polyvalence et flexibilité, mobilisation des employés, amélioration de la prise de décision (on rapproche la décision des opérations), amélioration de la performance générale, développement des compétences, etc. UN ART À MAÎTRISER : LA BONNE DÉLÉGATION DES TÂCHES La délégation des tâches est un acte plus complexe qu il apparaît au premier regard. Avant de déléguer une tâche, ou un mandat, il faut prendre en considération plusieurs éléments importants qui sont reliés à la nature de la tâche, aux compétences et aux intérêts des collaborateurs. Il est évident que la nature des tâches doit être attrayante pour la personne et constituer une source de défis ou d apprentissage (pas de «délégation poubelle», où on cherche à se débarrasser des tâches que personne ne désire!). Selon André Robert 1, il faut tenir compte de cinq éléments afin de s assurer que la délégation soit un succès 2 : a. Le sentiment de compétence ou de potentiel. La personne doit avoir l impression qu elle a les compétences pour bien s acquitter de la tâche b. La faisabilité de la tâche. Les conditions reliées à la tâche (le temps, la quantité, les contraintes, etc.) sont raisonnables c. Le sens ou la valeur de la tâche. Il faut que la tâche aie un sens pour la personne, qu elle lui permette de se développer, qu elle soit reliée à la mission de l organisation ou à un objectif du service, etc. d. La perception ou le sens donné par les pairs. Il faut que la tâche soit perçue positivement par les autres employés, qu elle soit vue comme étant un geste ou une activité positive. e. La relation avec le gestionnaire. Les liens, l estime, l état de la relation avec le délégateur : relation de coach ou de mentor, etc. 1 Tiré en partie du document : «La communication comme outil de gestion» page 23 2 Ces conditions ont un lien de parenté très proche de celles reliées au flow! Pour faire d une pierre deux coups, il faudrait ajouter cette condition : que la tâche soit choisie, ou mieux, qu elle soit pensée par la personne en question. On se rappellera que l aspect volontaire ou auto-déterminé est important dans la recherche de l état de flow! GUY BÉLANGER CONSEILLER EN DO 2

3 LES ÉTAPES DE LA DÉLÉGATION DES TÂCHES 3 Il va de soi que la délégation des tâches va de pair avec autonomie, décentralisation et développement des collaborateurs. Elle ne veut pas dire laisser-aller; au contraire, la bonne délégation suit des étapes précises en ce qui concerne la préparation, le suivi et la rétroaction auprès de la personne concernée. Étape 1 : la planification ou la préparation de la délégation Cerner les grandes lignes de la tâche Déterminer les personnes qui sont susceptibles d être intéressées Savoir si vous avez le temps nécessaire pour assurer le succès de la délégation (au départ, ce processus prend plus de temps!) Cerner et préciser le contenu de la tâche avec le délégataire : la tâche comme telle, les objectifs recherchés, le temps disponible, les enjeux, les ressources disponibles, la priorité de la tâche par rapport aux autres, etc. Étape 2 : le suivi ou la supervision Informer le délégataire. Transmettre toute l information nécessaire, s assurer de la compréhension commune, demander quels sont les sujets d inquiétude, etc. Parvenir à une entente. Partager la même vision de la tâche ou du mandat Donner la formation. S assurer que la personne reçoive toute formation ou coaching tout au long du processus Faire des rencontres de suivi, des rencontres ponctuelles. Le gestionnaire doit demeurer disponible pour rencontrer son collaborateur pour évaluer, avec lui, la progression des travaux, les problèmes rencontrés, etc. Étape 3 : l évaluation des résultats Évaluer les résultats avec le collaborateur. Il s agit d évaluer les résultats versus les objectifs déterminés au départ, tenir compte du respect des délais, des obstacles ou problèmes non prévus, etc. Donner une rétroaction positive et constructive, reconnaître aussi le développement ou les progrès accomplis par la personne. Encourager, reconnaître et valoriser. Il faut encourager la personne à poursuivre son développement, donner des conseils pour la suite (prochains mandats), reconnaître les efforts déployés, valoriser son implication dans l organisation. 3 Pour en savoir plus, Voir également le cahier : «Atelier sur la délégation des tâches», disponible au GADG (Groupe d accompagnement et de développement des gestionnaires). Voir également l outil spécialement développé pour préparer, planifier et évaluer une activité ou une tâche déléguée : annexe 2 GUY BÉLANGER CONSEILLER EN DO 3

4 DES EXEMPLES DE TÂCHES OU D ACTIVITÉS OU DE PROJETS POUVANT FAIRE L OBJET D UNE DÉLÉGATION ET COMPORTANT UN FORT POTENTIEL DE MOBILISATION ET DE DÉVELOPPEMENT 1. Faire partie d une équipe de projet. Le projet en question peut très bien être interne au service, ou encore faire partie d un mandat plus général relié à des objectifs organisationnels globaux. Cette participation permettra de vivre une expérience différente des opérations ainsi que de développer des compétences particulières à l activité. De plus, on associe souvent une aura particulière (i.e. prestige, compétence, etc.) à la participation à un projet, surtout si celui-ci a un impact sur l ensemble de l organisation. 2. Élargissement des tâches. Trop souvent notre organisation du travail a eu comme effet délétère de sur spécialiser les emplois avec les effets que nous connaissons bien. Pour contrer cet effet, nous pouvons ajouter à la variété des tâches accomplies en y ajoutant d autres activités compatibles à l emploi (élargissement horizontal). 3. Enrichissement des tâches. Le même principe que ci-dessus mais cette fois-ci on vise à ajouter des responsabilités spécifiques (élargissement vertical). 4. Le parrainage ou le mentorat. Activité qui consiste à accueillir et intégrer les nouveaux employés aux tâches (expertise de contenu) et à la vie sociale de l organisation (expertise relationnelle). Ce type d activité peut être recherchée par les personnes qui désirent aider les autres et qui possèdent des compétences de formateur. 5. Spécialisation dans un domaine d intérêt spécifique. Le collaborateur peut être particulièrement intéressé à un domaine particulier pour lequel il possède des compétences. Dans ce cas, il pourrait devenir «le» spécialiste du service dans une matière déterminée. 6. Étude sur un sujet problématique particulier. Il peut s agir, par exemple, d une étude qui touche un sujet qui représente une problématique commune vécue par les employés d un service et dont la solution profiterait à tous. 7. Conception d outils ou d instruments facilitant la tâche. Des collaborateurs doués (et intéressés) par la bureautique, ou l organisation du travail, pourraient s associer pour créer et deviser de nouveaux outils qui pourraient grandement aider leurs collègues dans leurs tâches de tous les jours. 10.Développement d une compétence chez la personne. On peut rechercher à développer une compétence spécifique (ce peut être une compétence technique reliée à un contenu ou encore, une compétence non technique ou relationnelle) qui servirait la personne dans le cadre de son travail quotidien ou encore, qui lui permettrait d améliorer son employabilité. GUY BÉLANGER CONSEILLER EN DO 4

5 11.Organisation d une activité de reconnaissance. Il peut s agir, par exemple, d une activité plaisante ayant un contenu relié au développement et à la reconnaissance des efforts déployés par les employés. 12.Nomination comme représentant à un comité. La personne est nommée à un comité professionnel portant sur un sujet d intérêt. Elle représente le service ou la direction et fait rapport des résultats obtenus au gestionnaire ainsi qu à ses collègues. 13.Préparation d ateliers d échanges ou de formation. La personne peut préparer et animer un atelier qui porte sur une matière qui la passionne et pour laquelle elle possède une expertise poussée (ou elle désire développer une telle expertise). 14.Formation-animation de groupes de co-développement. Le groupe de codéveloppement rassemble des personnes ayant des compétences ou des expériences complémentaires. Elles peuvent ainsi, à tour de rôle, s entre aider ou se soutenir dans leurs expériences ou défis qu elles ont à relever. 15.Formation-animation de cercles de qualité. Le cercle de qualité regroupe des personnes d un même service ou unité. L objectif visé est l échange d information sur les problèmes vécus dans les opérations, les solutions envisageables ainsi que les différents moyens d améliorer la qualité des produits ou des services. 16.Création, participation au journal de l organisation. La création ou la participation à un journal d organisation peut être également source de flow pour les journalistes, ou les communicateurs en herbe, sans oublier les aspects bénéfiques pour les collaborateurs et l organisation en général (information, reconnaissance et valorisation, etc.) 17.Formation, développement de compétences des collègues. Cette activité peut représenter un défi intéressant pour la personne qui a certaines compétences du côté du contenu (expertise) et du côté de la formation des personnes. 18.Recherche, innovation et créativité. Cette activité peut intéresser particulièrement les personnes qui sont curieuses et animées de compétences reliées à l imagination et la créativité. Ses compétences pourraient être utiles pour revoir les anciennes manières de faire et d en proposer de nouvelles, jusqu ici non expérimentées. Ce ne sont là que quelques exemples qui ont été répertoriées lors de recherches et lectures reliées soit à la délégation des tâches, la gestion de projet, la valorisation, le développement de compétences, ou encore la valorisation au travail. Il est certain qu en cherchant un peu, vous trouverez bien d autres exemples ou expériences qui vous tenteront! GUY BÉLANGER CONSEILLER EN DO 5

6 Finalement, rappelons-nous de quelques règles fondamentales reliées aux activités à fort potentiel de motivation et de développement : 1. l activité est choisie librement par la personne (non imposée) 2. l activité offre un défi au niveau des compétences de la personne 3. la personne a le contrôle sur l activité, ce qui n empêche pas le gestionnaire de superviser le processus (au contraire) 4. l activité offre des objectifs clairs (des résultats à atteindre) 5. la relation que vous avez formé avec la personne : coach, mentor 6. la perception de l activité par les pairs (les collègues) peut avoir un impact sur la «désirabilité» de la délégation ou du mandat en question (influence des pairs) 7. enfin, même si l activité est intrinsèquement valorisante, n oubliez jamais de donner votre appréciation du travail accompli! GUY BÉLANGER CONSEILLER EN DO 6

7 CONSIGNES SUR L UTILISATION DE LA FICHE D APPRÉCIATION La fiche d appréciation constitue un outil utile pour le gestionnaire désirant planifier et suivre une activité reliée à la délégation des tâches ou encore, à l octroi d un mandat ou à la responsabilité d un projet précis. Cet outil permet de bien cerner l activité ou la tâche, en décrivant sa nature, ses enjeux, sa durée ainsi que les objectifs poursuivis. Il sert également d instrument de planification et de suivi de l activité dans le temps (voir notes de supervision). Consignes générales sur la qualité de la délégation des tâches 1. Éviter à tout prix la «délégation-poubelle», i.e. des tâches que personne ne veut, ou ne tient en haute estime 2. Elle doit viser à développer certaines compétences du collaborateur 3. Le collaborateur prend une part active à toutes les étapes du processus, y compris celle décrivant le contenu et les objectifs reliés à la délégation 4. La tâche doit être intéressante pour la personne et comporter des défis suffisants pour la stimuler 5. Il faut déléguer l ensemble de la tâche et non seulement une étape spécifique 6. La délégation doit être accompagnée de pouvoirs, outils et ressources nécessaires à son succès 7. Les objectifs et les attentes doivent être à la fois exigeants et réalistes 8. On doit viser la responsabilisation de la personne, elle doit être en mesure de prendre des décisions et de faire des choix réels 9. Le supérieur immédiat doit être en mesure d appuyer, soutenir et de coacher la personne durant tout le processus 10. La priorité de la tâche déléguée doit être clairement établie par rapport aux autres tâches du collaborateur GUY BÉLANGER CONSEILLER EN DO 7

8 Consignes sur l utilisation de la fiche 1. PARTIE 1 : avec la participation active du collaborateur, décrivez le mandat ou la délégation des tâches. Description générale, les enjeux (importance, impact potentiel sur la qualité des services ou le développement des personnes, etc.), la nature probables des problèmes, les outils et ressources disponibles à la personne, etc. 2. PARTIE 2 : Conjointement avec le collaborateur, évaluez les aspects relatifs au mandat en question; les opportunités de développement, la qualité du soutien, la qualité des rencontres de suivi, etc. Pour ce faire, cochez un chiffre de 1 à 10 sur l échelle prévue à cet effet : «1» signifiant la valeur la plus basse et «10», signifiant la valeur la plus élevée. La partie «commentaires» peut être utilisée pour commenter, imager ou expliquer l évaluation de la personne. Utiliser l endos de la feuille au besoin. 3. PARTIE 3 : Est complétée uniquement par le collaborateur qui évalue globalement le degré de satisfaction, de plaisir et de motivation qu il a ressenti envers la délégation ou le mandat (même échelle que la partie 2 ci-dessus). 4. NOTES SUR LES RENCONTRES DE SUPERVISION : peuvent être utilisées par le supérieur pour retenir des éléments d information importants qui serviront subséquemment au processus d évaluation de la délégation. GUY BÉLANGER CONSEILLER EN DO 8

9 FICHE D APPRÉCIATION D UNE ACTIVITÉ OU D UNE TÂCHE DÉLÉGUÉE ÉTAPE 1 : DESCRIPTION GÉNÉRALE DU MANDAT 1. Description générale de l activité ou de la tâche déléguée : nature, durée dans le temps, les étapes prévisibles, les objectifs à atteindre, enjeux pour le service ou l organisation, etc. 2. Description générale des problématiques reliées à l activité ou au mandat : nature des problèmes prévisibles, ressources, outils, formation, coaching nécessaires, etc. GUY BÉLANGER CONSEILLER EN DO 9

10 ÉTAPE 2 : ÉVALUATION DU PROCESSUS DE DÉLÉGATION ET DES RÉSULTATS OBTENUS 1. Évaluer et décrire les opportunités de développement offerts par l activité : les compétences ou habiletés acquises, les connaissances ou expertises développées, etc. Évaluation du collaborateur : Évaluation du gestionnaire : Évaluation qualitative ou commentaires : 2. Évaluer la qualité du soutien : coaching, conseils, formation, etc. Évaluation du collaborateur : Évaluation du gestionnaire : Évaluation qualitative ou commentaires : GUY BÉLANGER CONSEILLER EN DO 10

11 3. Évaluer la qualité des rencontres de suivi : disponibilité, ouverture, appui, participation, implication etc. Évaluation du collaborateur : Évaluation du gestionnaire : Évaluation qualitative ou commentaires : 4. Évaluer les résultats atteints versus les résultats attendus 4 : tenir compte de la qualité, du respect des délais, des problèmes rencontrés, des ressources disponibles, etc. Décrire l objectif évalué : Évaluation du collaborateur : Évaluation du gestionnaire : Évaluation qualitative ou commentaires : 4 Il peut y avoir plus d un objectif. Utiliser autant de boîtes d évaluation que vous avez d objectifs GUY BÉLANGER CONSEILLER EN DO 11

12 4. Évaluer les résultats atteints versus les résultats attendus 5 : tenir compte de la qualité, du respect des délais, des problèmes rencontrés, des ressources disponibles, etc. Décrire l objectif évalué : Évaluation du collaborateur : Évaluation du gestionnaire : Évaluation qualitative ou commentaires : 5. Évaluer globalement l activité : plaisir, motivation, intérêt, opportunité de développement, atteinte des objectifs, etc. Évaluation du collaborateur : Évaluation du gestionnaire : Évaluation qualitative ou commentaires : 5 Il peut y avoir plus d un objectif. Utiliser autant de boîtes d évaluation que vous avez d objectifs GUY BÉLANGER CONSEILLER EN DO 12

13 6. Recommandations pour l avenir : conseils, points à améliorer, etc. GUY BÉLANGER CONSEILLER EN DO 13

14 PARTIE 3 : APPRÉCIATION SUR L INTÉRÊT, LA MOTIVATION ET LE DÉVELOPPEMENT (collaborateur seulement) ÉNONCÉ 1. L activité m a permis de développer de nouvelles habiletés ou compétences 2. Durant l activité j étais très motivé 3. L activité était très intéressante 4. L activité comportait un niveau de défi attrayant pour moi 5. Durant l activité le temps passait rapidement 6. Cette activité m a procuré beaucoup de plaisir 7. Je ressens beaucoup de satisfaction vis-à-vis les résultats que j ai atteints 8. J ai une idée précise des progrès accomplis 9. Pour moi, les objectifs étaient clairs et précis COMMENTAIRES GÉNÉRAUX (S IL YA LIEU) : GUY BÉLANGER CONSEILLER EN DO 14

15 NOTES SUR LES RENCONTRES DE SUPERVISION RENCONTRE # 1 : Date de la première rencontre : État d avancement de l activité : Difficultés ou problèmes rencontrés : Solution mise de l avant : Commentaires : GUY BÉLANGER CONSEILLER EN DO 15

16 NOTES SUR LES RENCONTRES DE SUPERVISION RENCONTRE # 2 : Date de la rencontre : État d avancement de l activité : Difficultés ou problèmes rencontrés : Solution mise de l avant : Commentaires : GUY BÉLANGER CONSEILLER EN DO 16

17 NOTES SUR LES RENCONTRES DE SUPERVISION RENCONTRE # 3 : Date de la rencontre : État d avancement de l activité : Difficultés ou problèmes rencontrés : Solution mise de l avant : Commentaires : GUY BÉLANGER CONSEILLER EN DO 17

18 NOTES SUR LES RENCONTRES DE SUPERVISION RENCONTRE «AD HOC» (AU BESOIN) Date de la rencontre : État d avancement de l activité : Difficultés ou problèmes rencontrés : Solution mise de l avant : Commentaires : GUY BÉLANGER CONSEILLER EN DO 18

19 NOTES SUR LES RENCONTRES DE SUPERVISION RENCONTRE «AD HOC» (AU BESOIN) Date de la rencontre : État d avancement de l activité : Difficultés ou problèmes rencontrés : Solution mise de l avant : Commentaires : GUY BÉLANGER CONSEILLER EN DO 19

POLITIQUE NUMÉRO 13 POLITIQUE D ÉVALUATION DE LA CONTRIBUTION DU PERSONNEL D ENCADREMENT DU CÉGEP MARIE-VICTORIN

POLITIQUE NUMÉRO 13 POLITIQUE D ÉVALUATION DE LA CONTRIBUTION DU PERSONNEL D ENCADREMENT DU CÉGEP MARIE-VICTORIN COLLÈGE D'ENSEIGNEMENT GÉNÉRAL ET PROFESSIONNEL MARIE-VICTORIN POLITIQUE NUMÉRO 13 POLITIQUE D ÉVALUATION DE LA CONTRIBUTION DU PERSONNEL D ENCADREMENT DU CÉGEP MARIE-VICTORIN Adoptée le 21 juin 1995 CA-95-20-190

Plus en détail

Le guide. pratiques. entreprise. des bonnes. à l intégration en

Le guide. pratiques. entreprise. des bonnes. à l intégration en Le guide des bonnes pratiques à l intégration en entreprise La réussite d intégration dans une entreprise dépend essentiellement de deux acteurs : le nouvel embauché et son attitude pour réussir son intégration,

Plus en détail

GESTION CONTEMPORAINE. Programme de formation. www.umoncton.ca/gestion-contemporaine DÉCOUVREZ CE PROGRAMME DE FORMATION. Octobre 2016 Avril 2017

GESTION CONTEMPORAINE. Programme de formation. www.umoncton.ca/gestion-contemporaine DÉCOUVREZ CE PROGRAMME DE FORMATION. Octobre 2016 Avril 2017 Programme de formation GESTION CONTEMPORAINE Octobre 2016 Avril 2017 Conçu pour les gestionnaires d aujourd hui et de demain www.umoncton.ca/gestion-contemporaine DÉCOUVREZ CE PROGRAMME DE FORMATION GESTION

Plus en détail

Compagnonnage en milieu de travail

Compagnonnage en milieu de travail Programme d apprentissage en milieu de travail Compagnonnage en milieu de travail Outil de référence pour compagne et compagnon Technicien et technicienne de véhicules récréatifs Note Dans le but d alléger

Plus en détail

POL-24 Politique d évaluation du personnel enseignant à la formation continue. Adoptée par le Conseil d administration le 12 décembre 2005.

POL-24 Politique d évaluation du personnel enseignant à la formation continue. Adoptée par le Conseil d administration le 12 décembre 2005. POL-24 Politique d évaluation du personnel enseignant à la formation continue Adoptée par le Conseil d administration le 12 décembre 2005. POLITIQUE D ÉVALUATION DU PERSONNEL ENSEIGNANT À LA FORMATION

Plus en détail

Un allié déterminant pour un service gagnant

Un allié déterminant pour un service gagnant Un allié déterminant pour un service gagnant Un allié déterminant pour un service gagnant impact client, la meilleure façon de favoriser le développement de votre service à la clientèle. Depuis plus de

Plus en détail

Séminaire Webhelp MAROC

Séminaire Webhelp MAROC Séminaire Webhelp MAROC Courbe de montée en compétence Juin-2013 1 Pour démarrer POUR DEMARRER, lancer l audio via le bouton : Animé: Akram BOUGARNE Responsable Support SI & Reporting RH Bienvenue! Réalisé:

Plus en détail

Centre International de Développement et de Recherche

Centre International de Développement et de Recherche Centre International de Développement et de Recherche Principes de management collectif Publication UNGANA 1304 CIDR Tous droits de reproduction réservés SE Séquence 1: Les stades de développement d'une

Plus en détail

Gérer les ressources humaines. Michel Grenier, MBA

Gérer les ressources humaines. Michel Grenier, MBA Gérer les ressources humaines Michel Grenier, MBA Au menu! La gestion des ressources humaines Le quotidien La gestion de la performance La rétention Quelques définitions Gestion des ressources Ensemble

Plus en détail

Formulaire d évaluation de la contribution du personnel-cadre

Formulaire d évaluation de la contribution du personnel-cadre DOCUMENT OFFICIEL (version du 29 juin 2012) Formulaire d évaluation de la contribution du personnel-cadre Date de la rencontre initiale : Date de la rencontre de mi-année : Date de la rencontre d'évaluation

Plus en détail

LA COMPTABILITÉ GÉNÉRALE DE L ÉTAT, DIX ANS APRÈS

LA COMPTABILITÉ GÉNÉRALE DE L ÉTAT, DIX ANS APRÈS FINANCES ET COMPTES PUBLICS LA COMPTABILITÉ GÉNÉRALE DE L ÉTAT, DIX ANS APRÈS Une nouvelle étape à engager Rapport public thématique Synthèse Février 2016 g AVERTISSEMENT Cette synthèse est destinée à

Plus en détail

Mes besoins et mes objectifs Les buts de cet outil sont de vous : Instructions :

Mes besoins et mes objectifs Les buts de cet outil sont de vous : Instructions : Outil Mes besoins et mes objectifs L outil Mes besoins et mes objectifs est un guide de réflexion qui contient une série de pistes et de questions à aborder en vue de préparer le transfert de votre entreprise.

Plus en détail

COACHING. Marc Thiébaud

COACHING. Marc Thiébaud COACHING Marc Thiébaud Le terme de coaching est issu avant tout du sport et renvoie à la notion d aide à l entraînement d'un sportif ou d'une équipe. Il a été repris dans différents domaines avec l'idée

Plus en détail

Mentorat et compétences essentielles

Mentorat et compétences essentielles Les gens Les partenariats Le savoir Compétences et emploi Bureau de l alphabétisation et des compétences essentielles Détachez ici Mentorat et compétences essentielles Le présent document aidera les employeurs

Plus en détail

PROFIL DIRECTION GÉNÉRALE ADJOINTE COMMISSION SCOLAIRE DES PHARES JANVIER 2011

PROFIL DIRECTION GÉNÉRALE ADJOINTE COMMISSION SCOLAIRE DES PHARES JANVIER 2011 H114-8-3 PROFIL DIRECTION GÉNÉRALE ADJOINTE COMMISSION SCOLAIRE DES PHARES JANVIER 2011 Adaptation du document La formation à la gestion d un établissement d enseignement, Les orientations et les compétences

Plus en détail

Formations offertes par. Vision Enfance et Famille

Formations offertes par. Vision Enfance et Famille Formations offertes par Vision Enfance et Famille Formations offertes par Vision Enfance et Famille Vision Enfance et Famille est un organisme qui regroupe des personnes-ressources du milieu des services

Plus en détail

PROJET (propositions du groupe de travail)

PROJET (propositions du groupe de travail) APPUI OPERATIONNEL A L ELABORATION DES OUTILS PRATIQUES DE MISE EN PLACE DES CLASSIFICATIONS AU SEIN DE LA BRANCHE DE LA FORMATION PROFESSIONNELLE PROJET (propositions du groupe de travail) Préambule Pourquoi

Plus en détail

@ Proxima Centauri 2015. Agir sur la rétention des talents. Rétenti. De manière efficace

@ Proxima Centauri 2015. Agir sur la rétention des talents. Rétenti. De manière efficace Agir sur la rétention des talents De manière efficace Rétenti Émilie Trempe Consultante principale! Gestion Stratégies RH Médias sociaux Conférencière et formatrice! Gestion Ressources humaines Médias

Plus en détail

La gestion et le gestionnaire

La gestion et le gestionnaire Chapitre 3 La gestion et le gestionnaire Objectifs pédagogiques Après avoir lu ce chapitre l étudiant doit être capable de : Donner une description de la nature de la gestion. Expliquer le processus de

Plus en détail

Aide-Mémoire. Nouvelles approches de réforme, d innovation et de modernisation des services publics et des institutions de l Etat

Aide-Mémoire. Nouvelles approches de réforme, d innovation et de modernisation des services publics et des institutions de l Etat African Training and Research Centre in Administration for Development المرآز الا فريقي للتدريب و البحث الا داري للا نماء Centre Africain de Formation et de Recherche Administratives pour le Développement

Plus en détail

LE GESTIONNAIRE LEADER : SON RÔLE, SES RESPONSABILITÉS DE GESTION ET SON AUTORITÉ DÉCISIONNELLE

LE GESTIONNAIRE LEADER : SON RÔLE, SES RESPONSABILITÉS DE GESTION ET SON AUTORITÉ DÉCISIONNELLE SON RÔLE, SES RESPONSABILITÉS DE GESTION ET SON AUTORITÉ DÉCISIONNELLE CLARIFIER SA CONTRIBUTION À SON ORGANISATION. SITUER SON RÔLE DANS SON ORGANISATION ET INVENTORIER SES RESPONSABILITÉS DE GESTION.

Plus en détail

Guide pour les mentors et mentore s: Qu est-ce que le mentorat

Guide pour les mentors et mentore s: Qu est-ce que le mentorat Département d administration de la santé Guide pour les mentors et mentore s: Qu est-ce que le mentorat 2015 Programme de mentorat s adressant aux diplômés en administration de la santé de l Université

Plus en détail

Les tableaux de bord prospectifs (balanced scorecards)

Les tableaux de bord prospectifs (balanced scorecards) Les tableaux de bord prospectifs (balanced scorecards) Avant propos sur les tableaux de bord Le tableau de bord est l instrument sans qui tout démarche de progrès est impensable, comment assurer un jugement

Plus en détail

COMPTE RENDU DE CONFERENCE

COMPTE RENDU DE CONFERENCE COMPTE RENDU DE CONFERENCE Maîtrise des effectifs et développement des clubs. Quels enjeux et stratégies motivationnelles? Présentation de Julie Doron et du cadre de son intervention. Elle a la volonté

Plus en détail

Coaching professionnel et life-coaching

Coaching professionnel et life-coaching Coaching professionnel et life-coaching Quelle est l origine de ces termes? Le terme anglais «coach» dérive en fait du mot français «cocher», qui désignait la personne qui conduisait une voiture tirée

Plus en détail

La Communication NonViolente pour les acteurs de la santé et de la Relation d Aide ou d Accompagnement

La Communication NonViolente pour les acteurs de la santé et de la Relation d Aide ou d Accompagnement La Communication NonViolente pour les acteurs de la santé et de la Relation d Aide ou d Accompagnement Formation animée par le Dr Pascale Molho, formatrice certifiée par le Centre pour la Communication

Plus en détail

PREMIÈRE SECTION. Sensibilisation à la démarche d apprentissage. La préparation (1 er temps)

PREMIÈRE SECTION. Sensibilisation à la démarche d apprentissage. La préparation (1 er temps) PREMIÈRE SECTION Sensibilisation à la démarche d apprentissage La préparation (1 er temps) Motivation à l apprentissage Activation des connaissances antérieures Exploration de l objet d apprentissage La

Plus en détail

Développer mon Réseau avec Frédéric M

Développer mon Réseau avec Frédéric M Réseau Frédéric M France Développer mon Réseau avec Frédéric M Missions et Qualités d un Distributeur qui veut réussir dans le Marketing de Réseaux Ce que je dois Savoir Ce que je dois Etre Ce que je dois

Plus en détail

Résultats de l enquête. satisfaction 2009

Résultats de l enquête. satisfaction 2009 Résultats de l enquête satisfaction 2009 80 % de participation, merci de votre collaboration! Votre participation Vous avez été 2 038 à être sollicités et 1 638 à répondre à l enquête Quille Satisf Action.

Plus en détail

Planifier, Organiser, Diriger et Contrôler (PODC) la conception selon les trois modes de management - tableau synthèse

Planifier, Organiser, Diriger et Contrôler (PODC) la conception selon les trois modes de management - tableau synthèse Planifier, Organiser, Diriger et Contrôler (PODC) la conception selon les trois modes de management - tableau synthèse Planification Organisation Direction Programme formel d action. Conçu par les dirigeants.

Plus en détail

Une approche de coaching novatrice et intégr

Une approche de coaching novatrice et intégr Une approche de coaching novatrice et intégr grée (atelier # 3) Présenté par Claude Poitras, CRHA et Lisette Bergeron 8 e colloque en gestion des ressources humaines organisé par : La conférence des CHU

Plus en détail

POLITIQUE D INTÉGRITÉ EN RECHERCHE

POLITIQUE D INTÉGRITÉ EN RECHERCHE POLITIQUE D INTÉGRITÉ EN RECHERCHE Référer à la : SECTION I PRÉAMBULE Préambule 1. La Politique d intégrité en recherche (ci-après appelée la «présente politique») découle de la Politique institutionnelle

Plus en détail

LE COACHING Soirée animée par la Fédération Francophone de Coaching

LE COACHING Soirée animée par la Fédération Francophone de Coaching AFITEP SOIREE MANAGEMENT DE PROJET LE 19 mai 2003 LE COACHING Soirée animée par la Fédération Francophone de Coaching 1 QUELQUES CHIFFRES Aujourd hui en France, on compte environ 2 000 coachs (40 000 dans

Plus en détail

ACQUERIR LES BASES DU MANAGEMENT

ACQUERIR LES BASES DU MANAGEMENT ACQUERIR LES BASES DU MANAGEMENT Clarifier les différents aspects de la fonction d encadrement Diagnostiquer son propre style de management Acquérir les savoirs facilitant la prise de fonction de manager

Plus en détail

Stratégie de recherche axée sur le patient. Cadre de renforcement des capacités

Stratégie de recherche axée sur le patient. Cadre de renforcement des capacités Stratégie de recherche axée sur le patient Cadre de renforcement des capacités 2015 Remerciements Les Instituts de recherche en santé du Canada tiennent à souligner la contribution des experts ayant siégé

Plus en détail

Préface de la première édition

Préface de la première édition Préface de la première édition AU détour d une phrase ou d un mot, un livre choisi sait toujours vous apporter ce que vous attendez, ici et maintenant. La lecture de ce livre n est pas linéaire, elle s

Plus en détail

LE COACHING DE PERFORMANCE + DE QUALITE DE VIE, + DE RESULTATS

LE COACHING DE PERFORMANCE + DE QUALITE DE VIE, + DE RESULTATS LA DEMARCHE COHESION LE COACHING DE PERFORMANCE + DE QUALITE DE VIE, + DE RESULTATS Vous êtes, chef d entreprise, directeur, cadre, manager, ou simplement : > En recherche de principes et d'outils pratiques

Plus en détail

Guide du nouveau mentor. Utilisation réservée aux mentors du groupe de mentors de Brome-Missisquoi Boîte à outils du Réseau M

Guide du nouveau mentor. Utilisation réservée aux mentors du groupe de mentors de Brome-Missisquoi Boîte à outils du Réseau M Guide du nouveau mentor Utilisation réservée aux mentors du groupe de mentors de Brome-Missisquoi Boîte à outils du Réseau M Fondation de l entrepreneurship 7 avril 2010 Table des matières Table des matières...1

Plus en détail

GUIDE DU TUTEUR EN ENTREPRISE

GUIDE DU TUTEUR EN ENTREPRISE GUIDE DU TUTEUR EN ENTREPRISE Pour les employeurs, à partager avec leurs collaborateurs! Le rôle du tuteur dans l entreprise est primordial. Le tuteur est chargé d accueillir, d aider, d informer et de

Plus en détail

Suivi des engagements et des attentes (SENAT)

Suivi des engagements et des attentes (SENAT) Suivi des engagements et des attentes (SENAT) FICHE 9 Plusieurs mois 5 à 10 personnes RESSOURCES NÉCESSAIRES MATÉRIELLES - Feuilles de papier avec tableaux; - Crayons; - Tables; - Chaises; - Salle. RÉSUMÉ

Plus en détail

STAGE EN TECHNOLOGIE ÉDUCATIVE (3 crédits)

STAGE EN TECHNOLOGIE ÉDUCATIVE (3 crédits) Faculté des sciences de l éducation STAGE EN TECHNOLOGIE ÉDUCATIVE (3 crédits) - Présentation - Modalités de réalisation - Modalités d évaluation Table des matières Présentation... 1 Quand puis-je faire

Plus en détail

L évaluation du personnel

L évaluation du personnel Convention sectorielle 2005-2006 Pacte pour une fonction publique locale et provinciale solide et solidaire Formation du personnel des pouvoirs locaux et provinciaux L évaluation du personnel Ann LENAERTS

Plus en détail

POLITIQUE-CADRE SUR LA GESTION DES RESSOURCES HUMAINES DU COLLÈGE GÉRALD-GODIN

POLITIQUE-CADRE SUR LA GESTION DES RESSOURCES HUMAINES DU COLLÈGE GÉRALD-GODIN POLITIQUE-CADRE SUR LA GESTION DES RESSOURCES HUMAINES DU COLLÈGE GÉRALD-GODIN Adoptée par le Conseil d administration Le 28 avril 1998 (résolution no 0099) et modifiée par le Conseil d administration

Plus en détail

La fidélisation des employés : un remède efficace face à la pénurie

La fidélisation des employés : un remède efficace face à la pénurie La fidélisation des employés : un remède efficace face à la pénurie Par Serge Lamarche, vice-président, Service à la clientèle, ADP Canada Dénicher des employés qualifiés dans le secteur du commerce de

Plus en détail

Règles et procédures

Règles et procédures CONFERENCE INTERNATIONALE DES COMMISSAIRES A LA PROTECTION DES DONNEES ET DE LA VIE PRIVEE Item d agenda II: (b) Règles et procédures Comité exécutif 33éme Conférence Internationale des Commissaires à

Plus en détail

2 Au-delà de cette dimension interne, l orientation de la gestion vers les résultats vise à mieux éclairer les décisions de politiques publiques en fournissant des informations pertinentes sur les coûts

Plus en détail

ASSEMBLÉE INTERNATIONALE DISCOURS SAN DIEGO (ÉTATS-UNIS) DU 18 AU 24 JANVIER 2015

ASSEMBLÉE INTERNATIONALE DISCOURS SAN DIEGO (ÉTATS-UNIS) DU 18 AU 24 JANVIER 2015 FR ASSEMBLÉE INTERNATIONALE DISCOURS SAN DIEGO (ÉTATS-UNIS) DU 18 AU 24 JANVIER 2015 Ce que j attends de moi, je l attends aussi de vous K.R. Ravindran Président élu du Rotary Lorsque je me suis adressé

Plus en détail

OFFRE DE SERVICE AU SOUTIEN À

OFFRE DE SERVICE AU SOUTIEN À OFFRE DE SERVICE AU SOUTIEN À L ORGANISATION DES SOINS, DES SERVICES ET DU TRAVAIL La Direction des ressources humaines AQESSS Janvier 2010 Soucieux de s engager dans un exercice de réorganisation du travail

Plus en détail

Guide pour la préparation d une feuille de route pour élaborer la Stratégie Nationale de Développement de la Statistique (SNDS)

Guide pour la préparation d une feuille de route pour élaborer la Stratégie Nationale de Développement de la Statistique (SNDS) Guide pour la préparation d une feuille de route pour élaborer la Stratégie Nationale de Développement de la Statistique (SNDS) Février 2005 1 I. INTRODUCTION La réalisation d une SNDS en général et d

Plus en détail

Projet de service Aide à la Gestion du Budget Familial (AGBF) 2013-2016

Projet de service Aide à la Gestion du Budget Familial (AGBF) 2013-2016 Projet de service Aide à la Gestion du Budget Familial (AGBF) 2013-2016 Projet de service AGBF 1 Préambule L élaboration du présent projet de service est le fruit d un travail collaboratif et de concertation

Plus en détail

Université de Montréal. La supervision pédagogique formelle à la CSDM. par Mathieu Desjardins

Université de Montréal. La supervision pédagogique formelle à la CSDM. par Mathieu Desjardins Université de Montréal La supervision pédagogique formelle à la CSDM par Mathieu Desjardins Département d administration et fondements de l éducation Faculté des sciences de l éducation Travail présenté

Plus en détail

Donner un sens au travail - Promouvoir le bien-être psychologique

Donner un sens au travail - Promouvoir le bien-être psychologique Donner un sens au travail - Promouvoir le bien-être psychologique Estelle M. Morin, psychologue et professeur titulaire Alexandra Lebel, directrice RH, Teknika HBA Le mercredi, 3 novembre 2010 Copyright

Plus en détail

RÉFÉRENTIEL DE COMPÉTENCES Septembre 2009

RÉFÉRENTIEL DE COMPÉTENCES Septembre 2009 RÉFÉRENTIEL DE COMPÉTENCES Septembre 2009 Les informations contenues dans le présent document sont strictement confidentielles. Elles sont la propriété de EMCC et toute reproduction, diffusion ou exploitation

Plus en détail

GÉRER ET PILOTER. TEST MANAGEMENT - RH Quel est votre style de management?

GÉRER ET PILOTER. TEST MANAGEMENT - RH Quel est votre style de management? de management? Voici quatre situations professionnelles : à chaque fois vous avez le choix entre quatre types de comportements. Cochez la case qui, selon vous, correspond le plus au comportement que vous

Plus en détail

Par François H. Rivard, président ainsi que Manon Mercier T.P., conseillère. Service du développement des affaires

Par François H. Rivard, président ainsi que Manon Mercier T.P., conseillère. Service du développement des affaires Par François H. Rivard, président ainsi que Manon Mercier T.P., conseillère Service du développement des affaires Atelier: La planification efficace des échéanciers dans les travaux de rénovation Le marché

Plus en détail

1 P a g e Outil de gestion des connaissances : Visites sur le terrain

1 P a g e Outil de gestion des connaissances : Visites sur le terrain 1 P a g e Outil de gestion des connaissances : Visites sur le terrain DÉFINITION : Une visite sur le terrain survient quand un membre du personnel se rend dans un autre bureau de Plan International pour

Plus en détail

Profil des compétences génériques d un conseiller agricole

Profil des compétences génériques d un conseiller agricole Profil des compétences génériques d un conseiller agricole Réalisé par M. Gaétan Lehouillier, Consultant en ressources humaines Groupe Conseil Progesco inc. 18 avril 2007 Ce projet a été réalisé dans le

Plus en détail

Formation Lean Six Sigma

Formation Lean Six Sigma Athéna Conseil Luxembourg - http://athenaconseillux.com Édition, Numéro 1 Formation Lean Six Sigma Contenu NOTRE AMBITION Contribuer à l efficience et à l efficacité de votre organisation en accompagnant

Plus en détail

Partie I La fonction managériale : connaissance et compréhension du métier Mini-sommaire

Partie I La fonction managériale : connaissance et compréhension du métier Mini-sommaire Partie I La fonction managériale : connaissance et compréhension du métier Mini-sommaire 1 La raison d être du manager face aux évolutions du contexte 2 La complexité de la fonction managériale 3 Les rôles,

Plus en détail

Soumettre une demande

Soumettre une demande Soumettre une demande Table des matières 1. Financement de projets... 2 1.1 Les règles de financement... 3 1.2 Procédure de dépôt et phases d étude des demandes... 4 1.2.1 Volet Sécurité alimentaire...

Plus en détail

LE SERVICE À LA CLIENTÈLE

LE SERVICE À LA CLIENTÈLE Niveau 1 2 2.2 L enseignement du ski est une question de relations humaines. Pour les clients, une expérience mémorable à la montagne repose d abord sur la relation qu ils établiront avec leur moniteur,

Plus en détail

Référentiel d Activités Industrielles et de compétences de l Ingénieur de l Ecole des Mines d Alès

Référentiel d Activités Industrielles et de compétences de l Ingénieur de l Ecole des Mines d Alès Référentiel d Activités Industrielles et de compétences de l Ingénieur de l Ecole des Mines d Alès L ingénieur diplômé de l Ecole des Mines d Alès est un généraliste de haut niveau scientifique. Il est

Plus en détail

Gestion de la santé en entreprise

Gestion de la santé en entreprise business Gestion de la santé en entreprise Notre soutien pour des collaboratrices et collaborateurs en bonne santé Des solutions d assurance sur mesure pour répondre à vos besoins. www.visana-business.ch

Plus en détail

L INRA, la formation et moi. Un guide pour répondre à toutes les questions que vous vous posez sur la formation à l INRA

L INRA, la formation et moi. Un guide pour répondre à toutes les questions que vous vous posez sur la formation à l INRA L INRA, la formation et moi Un guide pour répondre à toutes les questions que vous vous posez sur la formation à l INRA Pourquoi se former? 4 axes stratégiques pour piloter vos formations Promouvoir les

Plus en détail

Travaux pratiques EDU 1072. TECHNIQUE D OBJECTIVATION (T-1) Le journal de bord

Travaux pratiques EDU 1072. TECHNIQUE D OBJECTIVATION (T-1) Le journal de bord Travaux pratiques EDU 1072 TECHNIQUE D OBJECTIVATION (T-1) TECHNIQUE D OBJECTIVATION (T 1) Description D une manière générale, on peut utiliser le journal de bord comme une technique d objectivation qui

Plus en détail

RÉPONSE DU SERVICE CORRECTIONNEL DU CANADA À L ENQUÊTEUR CORRECTIONNEL SUITE À SA CORRESPONDANCE DU 10 JANVIER 2014

RÉPONSE DU SERVICE CORRECTIONNEL DU CANADA À L ENQUÊTEUR CORRECTIONNEL SUITE À SA CORRESPONDANCE DU 10 JANVIER 2014 RÉPONSE DU SERVICE CORRECTIONNEL DU CANADA À L ENQUÊTEUR CORRECTIONNEL SUITE À SA CORRESPONDANCE DU 10 JANVIER 2014 MISE À JOUR DE L ENQUÊTE À L ÉTABLISSEMENT KENT (mars 2014) La gestion des ressources

Plus en détail

Le passeport Orientation et Formation

Le passeport Orientation et Formation Le passeport Orientation et Formation Sommaire Le passeport Orientation et Formation : de quoi s agit-il? Quels sont les avantages à construire son passeport Orientation et Formation? Comment utiliser

Plus en détail

FORMATIONS CON.FO.RE SAMUEL DURAND

FORMATIONS CON.FO.RE SAMUEL DURAND 53 FORMATIONS CON.FO.RE SAMUEL DURAND Depuis 2004 Confore accompagne les entreprises à l aide d actions de Conseil et de Formations visant à développer les compétences, accroître le savoir-faire et poursuivre

Plus en détail

Reconnaître et écouter

Reconnaître et écouter Pour aider son jeune à s orienter Reconnaître et écouter L E R Ô L E D E S P A R E N T S D A N S L O R I E N T A T I O N D E L E U R S J E U N E S! Une conférence offerte par: Diane Fortin, conseillère

Plus en détail

Avoir une vie de qualité

Avoir une vie de qualité Avoir une vie de qualité Qualité de l équilibre travail-vie personnelle Cahier Avoir une vie de qualité Qualité de l équilibre travail-vie personnelle AVERTISSEMENT La présente publication, préparée par

Plus en détail

Cent dixième session. Rome, 19 23 septembre 2005. Rapport d activité sur la mise en œuvre du Plan d action sur les ressources humaines. I.

Cent dixième session. Rome, 19 23 septembre 2005. Rapport d activité sur la mise en œuvre du Plan d action sur les ressources humaines. I. Août 2005 F COMITÉ FINANCIER Cent dixième session Rome, 19 23 septembre 2005 Rapport d activité sur la mise en œuvre du Plan d action sur les ressources humaines I. Résumé 1. Le présent document a pour

Plus en détail

A LA RECHERCHE D'UN NOUVEAU CHALLENGE?

A LA RECHERCHE D'UN NOUVEAU CHALLENGE? A LA RECHERCHE D'UN NOUVEAU CHALLENGE? Prêt pour le changement? Afin de pouvoir vous concentrer sur votre évolution professionnelle je vous accompagne de façon structurée dans l orientation la plus profitable

Plus en détail

Dossier des documents de suivi formatif des stages

Dossier des documents de suivi formatif des stages Filières secondaires Dossier des documents de suivi formatif des stages Haute Ecole Pédagogique Documents à l usage des étudiants et des praticiens formateurs Version: 17.08.2010 Pour désigner les personnes,

Plus en détail

Guide pour la production du plan d action annuel à l égard. handicapées

Guide pour la production du plan d action annuel à l égard. handicapées Guide pour la production du plan d action annuel à l égard des personnes handicapées à l intention des ministères, des organismes publics et des municipalités Document synthèse Édition 2011 RÉDACTION Mike

Plus en détail

Vice-président et Directeur régional, Services fiduciaires, BMO Banque Privée- 1600001386

Vice-président et Directeur régional, Services fiduciaires, BMO Banque Privée- 1600001386 Vice-président et Directeur régional, Services fiduciaires, BMO Banque Privée- 1600001386 Mandat Le directeur régional Services fiduciaires a pour mandat de diriger le secteur des Services fiduciaires

Plus en détail

Entretien professionnel Guide pratique. Salariés. + métiers de l événement. + études + conseil. ingénierie + numérique

Entretien professionnel Guide pratique. Salariés. + métiers de l événement. + études + conseil. ingénierie + numérique Entretien professionnel Guide pratique Salariés ingénierie + numérique + études + conseil + métiers de l événement ingénierie + numérique + études + conseil + métiers de l événement www.fafiec.fr 2/12

Plus en détail

White Paper. Formations linguistiques Conseils préalables pour un ROI optimal

White Paper. Formations linguistiques Conseils préalables pour un ROI optimal White Paper Formations linguistiques Conseils préalables pour un ROI optimal Conseils pour un ROI optimal Année après année les entreprises investissent dans les compétences linguistiques de leurs collaborateurs,

Plus en détail

Programme d accueil et d intégration pour un cadre d établissement

Programme d accueil et d intégration pour un cadre d établissement Programme d accueil et d intégration pour un cadre d établissement 3 MARS 2007 TABLE DES MATIÈRES CONTEXTE... 3 OBJECTIF DU PRESENT GUIDE... 3 LES 8 ÉTAPES INCONTOURNABLES D UN PROGRAMME D ACCUEIL... 4

Plus en détail

Programme de Chaires de leadership en enseignement (CLE)

Programme de Chaires de leadership en enseignement (CLE) POUR L AVANCEMENT ET L INNOVATION EN ENSEIGNEMENT Programme de Chaires de leadership en enseignement (CLE) Information générale et processus de mise en candidature Miser sur l innovation en formation pour

Plus en détail

POLITIQUE D INTÉGRATION ET DE MAINTIEN DES ENFANTS AYANT DES BESOINS PARTICULIERS

POLITIQUE D INTÉGRATION ET DE MAINTIEN DES ENFANTS AYANT DES BESOINS PARTICULIERS POLITIQUE D INTÉGRATION ET DE MAINTIEN DES ENFANTS AYANT DES BESOINS PARTICULIERS Adapter le 2 février, 2015 Préambule Dans l esprit de l article 10 de la Chartre des droits et libertés de la personne

Plus en détail

Treizième rapport annuel au Premier ministre sur la fonction publique du Canada

Treizième rapport annuel au Premier ministre sur la fonction publique du Canada Treizième rapport annuel au Premier ministre sur la fonction publique du Canada Kevin G. Lynch Greffier du Conseil privé et secrétaire du Cabinet Pour l année finissant le 31 mars 2006 Catalogage avant

Plus en détail

Préambule... 3. Attentes exprimées à l égard de la fusion... 4. Mission... 5. Vision et engagements... 6. Valeurs organisationnelles...

Préambule... 3. Attentes exprimées à l égard de la fusion... 4. Mission... 5. Vision et engagements... 6. Valeurs organisationnelles... POSITIONNEMENT STRATÉGIQUE 2010-2015 TABLE DES MATIÈRES Préambule... 3 Attentes exprimées à l égard de la fusion... 4 Mission... 5 Vision et engagements... 6 Valeurs organisationnelles... 7 Principes de

Plus en détail

Renseignements pour les Manitobains handicapés Avertissement légal

Renseignements pour les Manitobains handicapés Avertissement légal Renseignements pour les Manitobains handicapés Avertissement légal Les renseignements contenus dans le présent document sont fournis uniquement à titre d information. Bien que le gouvernement du Manitoba

Plus en détail

formation ou un levier politique au service d un projet?» -3 ème Congrès de l AIFRIS- Avril 2009 Hammamet

formation ou un levier politique au service d un projet?» -3 ème Congrès de l AIFRIS- Avril 2009 Hammamet L explicitation des compétences dans le champ du travail social pour les professionnels, les stagiaires, les «se formant», ou encore les candidats à la validation de acquis de l expérience Eric FURSTOS

Plus en détail

Points de vue. Absence de pratiques d intégration des nouveaux employés? Une approche «sans assistance» est un exercice risqué.

Points de vue. Absence de pratiques d intégration des nouveaux employés? Une approche «sans assistance» est un exercice risqué. Points de vue Absence de pratiques d intégration des nouveaux employés? Une approche «sans assistance» est un exercice risqué. Afin d accélérer leur croissance tout en continuant d opérer dans un contexte

Plus en détail

Balises pour les modifications aux descriptifs de cours

Balises pour les modifications aux descriptifs de cours Balises pour les modifications aux descriptifs de cours Automne 2011 Service des programmes et du développement pédagogique Balises pour les modifications aux descriptifs de cours Contexte Au Cégep Marie

Plus en détail

1.2.2. Accompagnement du salarié dans l atteinte de ses objectifs

1.2.2. Accompagnement du salarié dans l atteinte de ses objectifs LA GESTION DU RENDEMENT Plan Introduction 1.1. Définition 1.2. Gestion du rendement dans une entreprise 1.2.1. Étapes d un processus de gestion du rendement 1.2.2. Accompagnement du salarié dans l atteinte

Plus en détail

Premiers consommateurs d antidépresseurs dans le

Premiers consommateurs d antidépresseurs dans le Chapitre 1 être Premiers consommateurs d antidépresseurs dans le monde, de nombreux salariés français souffrent réellement au sein des entreprises qui les emploient. Ce n est pas juste une question de

Plus en détail

LA Stratégie en 4 étapes pour des chances optimales. Etape n 1 : Guide 2. Tirez le meilleur de notre aide

LA Stratégie en 4 étapes pour des chances optimales. Etape n 1 : Guide 2. Tirez le meilleur de notre aide Association 4BFS LA Stratégie en 4 étapes pour des chances optimales de grossesse Etape n 1 : Guide 2 Aide à la conception 2 INTRODUCTION Nombre de jours pour réaliser ce guide : 1 jour >> Cliquez ICI

Plus en détail

Alphabétisation Contenu de la formation

Alphabétisation Contenu de la formation vers l emploi Contenu de la formation Répartie en cinq modules, la formation comprend : Des ateliers de groupe 25 ateliers (de 3 h chacun) 75 heures 7 ateliers Révision et suivi (de 3 h chacun) 21 heures

Plus en détail

www.caringbe.com Retrouvez nos programmes et dates de formation sur CATALOGUE INTERENTREPRISE 2015 Habilitation FODEFCA 120028.

www.caringbe.com Retrouvez nos programmes et dates de formation sur CATALOGUE INTERENTREPRISE 2015 Habilitation FODEFCA 120028. Habilitation FODEFCA 120028. CATALOGUE INTERENTREPRISE 2015 Adresse : Q. Jéricho, Rue Label Bénin Téléphone 1 : +229 97 56 93 34 Téléphone 2 : +229 95 49 00 72 Email : info@caringbe.com Retrouvez nos programmes

Plus en détail

Les Scouts du district de l Outaouais

Les Scouts du district de l Outaouais Les Scouts du district de l Outaouais PROGRAMME DE NOMINATION ET D ENCADREMENT DES CHEFS DE GROUPE Introduction À travers ce programme, nous visons à mieux définir le rôle du chef de groupe pour le district

Plus en détail

réussite importante. Nous aussi. Votre est lecroyons

réussite importante. Nous aussi. Votre est lecroyons Votre réussite est importante. Nous lecroyons aussi. Plus de 40 ans d expérience acquise en grandes et petites entreprises, en terme de pratiques professionnelles éprouvées, de créativité et de passion

Plus en détail

AUTOÉVALUATION PAR LES MEMBRES DU CA

AUTOÉVALUATION PAR LES MEMBRES DU CA AUTOÉVALUATION PAR LES MEMBRES DU CA AUTOÉVALUATION PAR LES MEMBRES DU CA Questionnaire pour le fonctionnement général du conseil d administration Cette autoévaluation a pour but de faire le point après

Plus en détail

ÉCLAIRER RÉVÉLER INSPIRER SERVICES AUX PARTICULIERS EMPLOYÉS ÉTUDIANTS ENTREPRENEURS

ÉCLAIRER RÉVÉLER INSPIRER SERVICES AUX PARTICULIERS EMPLOYÉS ÉTUDIANTS ENTREPRENEURS ÉCLAIRER RÉVÉLER INSPIRER SERVICES AUX PARTICULIERS EMPLOYÉS ÉTUDIANTS ENTREPRENEURS SOMMAIRE 03 ÉCLAIRER. RÉVÉLER. INSPIRER. 05 SERVICES AUX PARTICULIERS 07 GESTION DE CARRIÈRE 08 STRATÉGIE DE RECHERCHE

Plus en détail

Conférence à haut niveau sur l avenir de la Cour européenne des droits de l homme DECLARATION

Conférence à haut niveau sur l avenir de la Cour européenne des droits de l homme DECLARATION 27/04/2011 Conférence à haut niveau sur l avenir de la Cour européenne des droits de l homme organisée dans le cadre de la présidence turque du Comité des Ministres du Conseil de l'europe IZMIR, Turquie

Plus en détail

Document de collecte de données dans les AREF 1

Document de collecte de données dans les AREF 1 Document de collecte de données dans les AREF Objet Responsables de la collecte Échéance Document de référence Collectes régionales de données concernant la formation des DÉ. Les CRM et CTAREF dans chaque

Plus en détail

Assurer le succès d une collaboration écolefamille lorsque parent en est atteint

Assurer le succès d une collaboration écolefamille lorsque parent en est atteint Assurer le succès d une collaboration écolefamille lorsque parent en est atteint Linda Walker, PCC, ACCG, Bacc. Adm. Coach en TDAH www.tdahadulte.com Objectifs Reconnaître les enjeux et défis que présentent

Plus en détail

TITRE DE DIRIGEANT DES ORGANISATIONS EDUCATIVES SCOLAIRES ET/OU DE FORMATION RÉFÉRENTIEL D ACTIVITÉS ET RÉFÉRENTIEL DE CERTIFICATION

TITRE DE DIRIGEANT DES ORGANISATIONS EDUCATIVES SCOLAIRES ET/OU DE FORMATION RÉFÉRENTIEL D ACTIVITÉS ET RÉFÉRENTIEL DE CERTIFICATION TITRE DE DIRIGEANT DES ORGANISATIONS EDUCATIVES SCOLAIRES ET/OU DE FORMATION RÉFÉRENTIEL D ACTIVITÉS ET RÉFÉRENTIEL DE CERTIFICATION Organisation du Référentiel d Activités et de Compétences Le référentiel

Plus en détail

Coaching, Une méthode scientifique

Coaching, Une méthode scientifique Coaching, Une méthode scientifique ROSELYNE KATTAR Tout le monde parle de coaching sans savoir exactement de quoi il s agit. Afin de clarifier cette approche selon moi, je vous propose de répondre à 3

Plus en détail