Organisation des Prélèvements multi organes Dr G. Strecker. Réunion Annuelle de Transplantation 22 Septembre 2015

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Organisation des Prélèvements multi organes Dr G. Strecker. Réunion Annuelle de Transplantation 22 Septembre 2015"

Transcription

1 Organisation des Prélèvements multi organes Dr G. Strecker Réunion Annuelle de Transplantation 22 Septembre 2015

2 I. Les orientations stratégiques Un plan greffe national qui se décline en schémas régionaux

3 Le Plan Greffe Les grandes orientations en terme d accroissement de l activité de prélèvement en France s inspire du Plan Greffe lancé officiellement par le ministre de la santé le 7 mars Plan greffe Directive du Ministre de la Santé afin de promouvoir, d amplifier l effort de greffe (et donc de prélèvement): plan greffe Continuité d une politique en faveur de la greffe menée en Premier plan greffe Attribution moyen humain et financier Contexte d évolution législation et réglementation (révision des lois de bioéthique en 2004 et 2011) pour accompagner et développer la greffe

4 Axes Stratégiques Inscrire la greffe dans une filière de soins Développer toutes les possibilités de prélèvements (donneurs décédés en ME, décédés après arrêt circulatoire (DDAC et M3), donneurs vivants) Augmenter le nombre de greffe à partir de donneurs décédés Développer la greffe à partir de donneurs vivants (objectif 20% des greffes rénales en 2016) Augmenter le nombre de greffe de cellules souches hématopoïétiques Améliorer le suivi à long terme des patients greffés et des donneurs vivants prélevés Indicateurs en terme de prélèvement o o o o o o Nombre de greffe: + 20 % en 4 ans Augmentation du recensement de patients en EME Formation (Former les professionnels impliqués dans la chaîne du prélèvement, en particulier les médecins urgentistes, les réanimateurs, les médecins coordonnateurs hospitaliers, les praticiens en charge des unités neuro-vasculaires et les chirurgiens préleveurs) Cristal Action (outil d amélioration du recensement des donneurs potentiels) Diminué le taux de refus (formation des coordinations hospitalière / Information auprès du grand public) Prélèvement sur donneurs décédés à critères élargis

5 II. L Agence de Biomédecine L organisme de tutelle incontournable

6 4 Services de régulation et d appui 7 Zones interrégionales de prélèvement et de répartition

7 III. La Coordination Hospitalière des Prélèvements Les acteurs de terrain

8 Coordination Hospitalière Prélèvement d Organes Organiser au sein de l établissement de santé, le prélèvement d organes sur patients décédés Respect des règles de bonnes pratiques et sanitaires en vigueurs Mission vaste s'étendant du dépistage des morts encéphaliques jusqu au prélèvement des organes au bloc opératoire

9 RNR Contacte services administratifs Restitution tégumentaire Services Judiciaires Dossier de coordination /ABM Evaluation et suivi d activité Examens obligatoires Prélèvement de cornées Accueil et témoignage de la famille Evaluation des greffons Formation et information Diagnostic mort cérébrale Accompagne les familles Mission accomplie Transport des équipes de greffe Courrier Archivage du dossier Maintien de l homéostasie Organisation du prélèvement Recensement des patients

10 Sites autorisés au prélèvement d organes et de tissus sur les sujets en état de mort encéphalique et tissus à cœur arrêté au 01/01/2014 Dunkerque 1.75 ETP CH 0,45 ETP M Calais 1 ETP CH 0.1 ETP M Boulogne sur Mer 1.5 ETP CH Béthune 0.5 ETP P 0.25 ETP M 62 Lens 2.75 ETP CH 0.5 ETP M Armentières 0.25 ETP M 0.5 ETP P Arras 0.5 ETP P 0.25 ETP Roubaix 1.25 ETP CH 0.1 ETP M GHICL Lille 5.5 ETP CH 1 ETP M 59 Douai 1 ETP CH Tourcoing Valenciennes 2.5 ETP CH 0.5 ETP M Cambrai 0.8 ETP CH Maubeuge 2 ETP CH organes/tissus sur PMO tissus cœur arrêté Organes cœur Comité arrêté des Coopérations du 10 mars 2015

11 IV. Un bilan d activité en hausse

12

13

14 REC PRL REC PRL REC PRL Basse Normandie Haute Normandie Nord Pas de Calais Picardie Basse Normandie Haute Normandie Nord Pas de Calais Picardie 50 0 REC PRL REC PRL REC PRL

15 2013

16 ZIPR 1

17 H 56,1 % F 43,9%

18 SRA Nord Est (ZIPR 1 et 2)

19

20 V. Orientations et perspectives Cristal Action Prélèvements sur donneurs décédés à critères étendus DDAC Maastricht III

21 Améliorer le recensement des patients en EME CRISTAL ACTION

22 Cristal Action Un programme national Cristal Action s inscrit dans un programme national Amélioration qualité du recensement EME dans un établissement Cristal Action répond aux exigences de la Commission des Communautés Européennes (plan d actions sur le don et la transplantation) (promotion des coordinations hospitalières, promotion des programmes d amélioration et de qualité) L HAS valorise cette action car elle satisfait tout ou en partie la référence «don d organes et de tissus» de la certification V2013 Cristal Action est une action d amélioration en termes d assurance qualité (certification des coordinations hospitalières)

23 État des lieux Le repérage et la détection des patients en EME sont essentiels pour l activité de prélèvement et de greffe Actuellement le recensement des EME est insuffisant (manque d exhaustivité) L activité de prélèvements est corrélée à l activité de recensement Les obstacles aux dons ne sont pas identifiés avec précision La disponibilité de greffons est un enjeu essentiel Du fait de l augmentation croissante (liste d attente)

24 Cristal Action - Généralités Outil informatique attribué gratuitement par l Agence de la Biomédecine aux établissements qui en font la demande La mise en place, le suivi et le déploiement de Cristal Action a un soutien formalisé et affiché de la part de l établissement : Présentation du projet au directoire et en CME Organisation autours d un comité de pilotage Principes et objectifs: Recueil d informations sur la prise en charge des patients décédés, Restitution des données par Info service (indicateurs, tableaux, requêtes) : Recensement exhaustif des patients en EME Qualité de prise en charge des donneurs potentiels Mise en place de mesures correctives et des formations Augmente le prélèvement d organes et la greffe

25 Évolution du nombre de prélèvements d organes au CHRU depuis 2005

26 En pratique I) Phase initiale: Enquête décès, Analyse rétrospective des décès sur une année de référence Analyse du nombre potentiel de donneurs et notamment ceux n ayant pas donné lieu au prélèvement Enquête CAP (Connaissance Aptitude Pratique) auprès du personnel des services concernés, leurs connaissances de : l activité de prélèvement et ou de greffe pratiquée au CH / en France l existence de la coordination hospitalière et de son rôle la mort encéphalique leur attitude personnelle vis à vis du don Restitution des résultats de ces enquêtes par service Mise en place de mesures d améliorations (procédures, formations)

27 En pratique Services cibles: Réanimations Urgences Chirurgicales Réanimation Neuro-Chirurgicale Réanimation Pédiatrique Unité Neurovasculaire Aigue Soins Intensif Cardiologique Réanimation de Chirurgie Cardiovasculaire II) 2 ème phase: Enquête décès en prospectif Permet de vérifier que la mise en place des mesures correctrices améliore l activité de recensement

28 Enquête CAP Protocole d'appel de la coordination Nbre % existant Oui ,5% Non ,5% Non concerné ,1% Non renseigné 99 7,8% Total ,0% Pense avoir des connaissances suffisantes pour : Oui Non Non concerné Non renseigné Nb re % Nbre % Nb re % Nb re % Identifier un donneur potentiel ## 32,7% ,3% ## 16,2% 23 1,8% Expliquer aux proches la mort encéphalique Aborder le sujet du don d'organes Aborder le sujet du don des tissus Soutenir psychologiquement des proches endeuillés ## 42,9% ,2% ## 13,3% 21 1,7% ## 41,7% ,7% ## 12,1% 20 1,6% ## 23,1% ,0% ## 13,2% 22 1,7% ## 50,0% ,1% ## 8,6% 29 2,3%

29 Non Oui Non renseigné A participé à une formation Nbr Total sur e % Nbre % Nbre % l'identification d'un donneur potentiel ,3% ,7% ,0% 1267 la prise en charge médicale du donneur ,2% ,1% ,7% 1267 la coordination du processus de don/prélèvement à ,0% ,8% ,2% 1267 l'hôpital le soutien psychologique des proches endeuillés ,9% ,4% ,7% 1267 le diagnostic de la mort encéphalique ,0% ,1% 125 9,9% 1267 l'entretien avec les proches ,1% ,3% ,6% 1267 information générale ,6% ,0% ,4% 1267 Oui Non Non renseigné Souhaite une formation sur Nbre % Nbre % Nbre % Total l'identification d'un donneur potentiel ,6% ,8% ,6% 1267 la prise en charge médicale du donneur ,0% ,0% ,0% 1267 la coordination du processus de don/prélèvement à l'hôpital ,0% ,7% ,3% 1267 le soutien psychologique des proches endeuillés ,6% ,7% ,7% 1267 le diagnostic de la mort encéphalique ,9% ,0% ,1% 1267 l'entretien avec les proches ,9% ,6% ,5% 1267 information générale ,5% ,7% ,8% 1267 autres 0 0% 0 0% ,0% 1267 autres 0 0% 0 0% ,0% 1267

30 Analyse CA Infoservice 2014 Décès total 996 Décès de cause non neurologique (I/V) 577 Patients cérébro lésés 419 Anoxie 37% AVC hémorragique 29% TC non AVP 11% AVC ischémique 10% Autres causes neuro 5% TC AVP 5% Tumeurs 2% Méningites 0.5%

31 Patients cérébrolésés 419 Signe de gravité (GCS < 8) 350 GSC > 8 69 GCS < 8 avec CIA 9 GCS < 8 sans CIA 341 (328 I/V) GCS GCS = GCS = 3 avec CIA 5 GCS =3 sans CIA 249 Absence de ME 106 ME 143

32 Patients en ME sans CIA 143 ME consignée 139 ME probable 4 ME consignée et signalée 127 ME consignée non signalée 12 ME consignée signalée confirmée 121 ME consignée signalée non confirmée 6 7 CI secondaire Cristal donneur 114 Opposition 53 PMO 61

33 Prélèvements sur donneurs décédés à critères étendus MACHINE A PRESSION PULSATILE

34 Donneurs «à critères étendus» Définition (UNOS): Donneurs en ME de plus de 60 ans Donneurs de 50 à 59 ans présentant au moins deux des trois critères suivants: Hypertension artérielle, décès secondaire à un accident vasculaire cérébral, créatinémie supérieure à 15 mg/ml 30 à 45 % des prélèvements sur le plan national (Soit 50 à 70 greffons par an pour Lille) Greffe risque d échec augmenté par rapport aux greffons «standards» Rôle essentiel de la durée d ischémie froide +++ Attribution des greffons limites à des receveurs âgés (stratégie old-for-old) 25% des patients en attente >60 ans Espérance de vie supérieure à la dialyse

35 Perfusion à pression pulsatile ou continue par machine Réanimation du greffon «limite» Perfusion par soluté de conservation réfrigéré perfusion du cortex rénal expulsion de microthrombi du cortex rénal diminution de la vasoconstriction intra-rénale maintien du PH intra-cellulaire diminution de l oedème tissulaire apport de substrats métaboliques et l élimination des produits du catabolisme

36 Machines à perfusion Rationnel économique Coût de prise en charge moyen en dialyse pendant un an: Hémodialyse : euros Péritonéale : euros Coût patient greffé dans l année : euros Année de suivi post greffe : euros Sur 10 ans coût de euros Economie sur 10 ans de euros

37 Machines à perfusion Estimation ABM Montée en charge à l horizon Reins sous machine en % 4% 5% 10% 20% 30% 45% Nb de reins sous machine Nb de CHU équipés Nb de machines (3 pour chaque CHU en 2015)

38

39

40

41 Survie DGF

42 Evolution forfaits PA et P5 (ZIPR1) Aout ,6% 47,6% 47% PA P5

43 Prélèvement sur donneurs décédés après arrêt circulatoire DDAC

44 Classification de Maastricht CATÉGORIE I les personnes qui font un arrêt circulatoire en dehors de tout contexte de prise en charge médicalisée, déclarées décédées à la prise en charge CATÉGORIE II les personnes qui font un arrêt circulatoire avec mise en oeuvre d un massage cardiaque et d une ventilation mécanique efficaces, mais sans récupération d une activité circulatoire CATÉGORIE III les personnes pour lesquelles une décision de limitation ou d arrêt programmé des thérapeutiques est prise en raison du pronostic des pathologies ayant amené la prise en charge en réanimation CATÉGORIE IV les personnes décédées en mort encéphalique qui font un arrêt circulatoire irréversible au cours de la prise en charge en réanimation

45 Arrêt cardiaque (Heure connue) < 30 minutes après arrêt cardiaque < 150 minutes après arrêt cardiaque Début de réanimation cardio-pulmonaire de base bien conduite. Réanimation cardio-pulmonaire médicalisée. Constat d un arrêt cardiaque réfractaire après au moins 30 minutes consécutives d absence d efficacité hémodynamique. Vérification des critères d inclusion. Information de la famille. Transfert SMUR sous massage cardiaque externe à l aide d une planche à masser. Admission en réanimation, puis arrêt du massage cardiaque 5 minutes, déclaration du décès, reprise MCE et VA puis mise en conservation des organes par CRN (ou sonde de Gillot). < 180 minutes après Gillot ou < 240minutes après CEC Entretien avec la famille. Appel registre des refus. Prélèvements biologiques et sérologiques. Prélèvement

46 Résultats en France o 16 centres ont signé la convention o Depuis 2006, 895 donneurs recensés o Prédominence masculine: 84% o Cause du DC inconnue dans 30% des cas o Age moyen 42 ans o 414 donneurs prélevés d au moins un organe o Taux d opposition faible o 528 reins ont été greffés chez 522 receveurs (6 bi-greffes) Âge moyen receveur 47,7 ans Non fonction primaire 9,7% Reprise retardée de fonction 72% o 17 greffes hépatiques (65% de survie)

47

48 Prélèvement sur donneurs décédés après arrêt circulatoire MAASTRICHT III

49 Prélèvement d organes sur donneurs décédés après arrêt circulatoire suite à la limitation ou l arrêt thérapeutique

50 Classification de Maastricht CATÉGORIE I les personnes qui font un arrêt circulatoire en dehors de tout contexte de prise en charge médicalisée, déclarées décédées à la prise en charge CATÉGORIE II les personnes qui font un arrêt circulatoire avec mise en oeuvre d un massage cardiaque et d une ventilation mécanique efficaces, mais sans récupération d une activité circulatoire CATÉGORIE III les personnes pour lesquelles une décision de limitation ou d arrêt programmé des thérapeutiques est prise en raison du pronostic des pathologies ayant amené la prise en charge en réanimation CATÉGORIE IV les personnes décédées en mort encéphalique qui font un arrêt circulatoire irréversible au cours de la prise en charge en réanimation

51 Les étapes préalables de la procédure Loi Léonetti du 22 Avril 2005 : Procédure collégiale Décision en accord avec volonté du patient et des proches Question de l obstination déraisonnable, traitements inutiles, disproportionnés, maintien artificiel de la vie Code de santé publique : PMO autorisé sur patients décédés d un arrêt circulatoire et respiratoire persistant

52 Les étapes préalables de la procédure Réflexion éthique: CCNE (comité consultatif national d'éthique) Comité d éthique de SRLF (2011), SFAR (2012) Conseil orientation de l ABM

53 Les étapes préalables de la procédure Audition publique organisée par l OPECST (office parlementaire d évaluation des choix scientifiques et technologiques) Février 2013: Demande par les parlementaires d un protocole définissant les conditions techniques et éthiques de réalisation Présentation du protocole et du calendrier de déploiement le 17 Sept 2014 à J L Touraine

54 Guide pédagogique PMO «M3» Grands principes Décision d arrêt thérapeutique LAT Décision indépendante de possibilité de don (collégialité par équipe de réanimation) Démarche auprès des proches après un délai, décision avec proches de heure et date de la LAT Mise en œuvre de LAT par équipe de réanimation : arrêt des traitements de support Appel de la CH par les équipes de soins après l annonce de la LAT

55 Guide pédagogique PMO «M3» grands principes Donneurs potentiels LAT décidée (gravité du pronostic, selon les recommandations, pas de critères de ME) Âge, ATCD, bilan biologique compatible avec don: > 60 ans états septiques non contrôlés non identifiés pas d étiologie sur la pathologie initiale DMV, cancer, séro +, tuberculose active, rage, CJ Patients pouvant évoluer vers la ME Pas d expression auprès des proches d une opposition, pas d inscription sur le RNR Décès par arrêt cardiaque imminent probable après arrêt des traitements

56 Modalités techniques Protocole unique écrit par ABM Mise en place d un dispositif pour préserver l état des reins et du foie (désilets artériels et veineux) Arrêt circulatoire pendant 5 min = déclaration de décès: RNR Pose de la CRN (20 min)

57

58

59 Organisation des Prélèvements multi organes Dr G. Strecker Réunion Annuelle de Transplantation 22 Septembre 2015

Nouveau plan greffe : Axes stratégiques pour l avenir

Nouveau plan greffe : Axes stratégiques pour l avenir Extrait Communiqué de presse Saint-Denis, le 12 avril 2012 Nouveau plan greffe : Axes stratégiques pour l avenir La dynamique du plan greffe 2000-2003 a généré un essor sans précédent de près de 50 % de

Plus en détail

Don d organes et mort cérébrale. Drs JL Frances & F Hervé Praticiens hospitaliers en réanimation polyvalente Hôpital Laennec, Quimper

Don d organes et mort cérébrale. Drs JL Frances & F Hervé Praticiens hospitaliers en réanimation polyvalente Hôpital Laennec, Quimper Don d organes et mort cérébrale Drs JL Frances & F Hervé Praticiens hospitaliers en réanimation polyvalente Hôpital Laennec, Quimper La mort cérébrale Cessation irréversible de toute fonction cérébrale

Plus en détail

Certification des coordinations hospitalières de prélèvement d organes et de tissus

Certification des coordinations hospitalières de prélèvement d organes et de tissus Certification des coordinations hospitalières de prélèvement d organes et de tissus Dispositif de certification Depuis 2005, l Agence de la biomédecine a initié la procédure de certification des coordinations

Plus en détail

Dr Marie-Pierre CRESTA. Agence de la biomédecine SRA Sud-Est/Océan Indien. Juin 2014

Dr Marie-Pierre CRESTA. Agence de la biomédecine SRA Sud-Est/Océan Indien. Juin 2014 Dr Marie-Pierre CRESTA Agence de la biomédecine SRA Sud-Est/Océan Indien Juin 2014 Que savoir en tant que citoyen? Les LBE La greffe, ça marche Que savoir en tant que professionnel? Pénurie, contexte épidémiologique

Plus en détail

Prélèvements d organes sur donneur décédé en arrêt cardiaque (DDAC), premiers résultats encourageants au CHR Annecy

Prélèvements d organes sur donneur décédé en arrêt cardiaque (DDAC), premiers résultats encourageants au CHR Annecy Prélèvements d organes sur donneur décédé en arrêt cardiaque (DDAC), premiers résultats encourageants au CHR Annecy 1- Analyse globale première année 2- Activité sur les 30 premiers mois D. Dorez, M Muller,

Plus en détail

Ethique, don d organe et Agence de la Biomédecine

Ethique, don d organe et Agence de la Biomédecine Ethique, don d organe et Agence de la Biomédecine Patrick Niaudet Président du Conseil d Orientation de l ABM Servie de Néphrologie Pédiatrique Hôpital Necker-Enfants Malades, Paris Mon intervention ne

Plus en détail

POINT PRESSE MENSUEL DON D ORGANES

POINT PRESSE MENSUEL DON D ORGANES POINT PRESSE MENSUEL DON D ORGANES [ Contact presse ARS : Sarah Izza 03 62 72 86 27 sarah.izza@ars.sante.fr ] 1 Communiqué Campagne régionale d information et de sensibilisation sur le don d organes à

Plus en détail

Etat des lieux du prélèvement et de la greffe d organes, de tissus et de cellules MAROC

Etat des lieux du prélèvement et de la greffe d organes, de tissus et de cellules MAROC 1 Etat des lieux du prélèvement et de la greffe d organes, de tissus et de cellules MAROC Dr A. BOUDAK / Dr M.H Trabelssi Dir Hôpitaux et dessoins Ambulatoires/M. Santé 6ème colloque France Maghreb sur

Plus en détail

LES PETITS DOSSIERS DE L OBSERVATOIRE RÉGIONAL DE LA SANTÉ NORD-PAS-DE-CALAIS 2009 Numéro 22 UNE RÉGION DE DON

LES PETITS DOSSIERS DE L OBSERVATOIRE RÉGIONAL DE LA SANTÉ NORD-PAS-DE-CALAIS 2009 Numéro 22 UNE RÉGION DE DON LES PETITS DOSSIERS DE L OBSERVATOIRE RÉGIONAL DE LA SANTÉ NORD-PAS-DE-CALAIS 29 Numéro 22 UNE RÉGION DE DON Le Premier ministre a fait de l année 29, l année du don. En déclarant «grande cause nationale

Plus en détail

Le financement du prélèvement et de la greffe d organes La région Centre face aux défis de la greffe

Le financement du prélèvement et de la greffe d organes La région Centre face aux défis de la greffe Le financement du prélèvement et de la greffe d organes La région Centre face aux défis de la greffe Abm / direction médicale et scientifique / pôle OFAS 1 2 3 Rôle et place de l Agence de la biomédecine

Plus en détail

Le prélèvement d organes anticipé/prémédité. Ethique et Greffe Journée du 9 octobre 2012 Dr Laurent Martin-Lefèvre Réanimation La Roche-sur-Yon

Le prélèvement d organes anticipé/prémédité. Ethique et Greffe Journée du 9 octobre 2012 Dr Laurent Martin-Lefèvre Réanimation La Roche-sur-Yon Le prélèvement d organes anticipé/prémédité Ethique et Greffe Journée du 9 octobre 2012 Dr Laurent Martin-Lefèvre Réanimation La Roche-sur-Yon Déclaration des conflits d intérêt Médecin de la coordination

Plus en détail

NOUVEAUX FORFAITS CPO ET FAG 2013

NOUVEAUX FORFAITS CPO ET FAG 2013 FINANCEMENT DES MISSIONS DE RECUEIL D INFORMATIONS RELATIVES AUX ACTIVITES DE GREFFE D ORGANES ET DE CSH NOUVEAUX FORFAITS CPO ET FAG 2013 L Agence de la biomédecine (Abm) a pour mission de suivre et d

Plus en détail

MINISTÈRE DES AFFAIRES SOCIALES ET DE LA SANTÉ SANTÉ

MINISTÈRE DES AFFAIRES SOCIALES ET DE LA SANTÉ SANTÉ SANTÉ Établissements de santé MINISTÈRE DES AFFAIRES SOCIALES ET DE LA SANTÉ _ Direction générale de l offre de soins _ Sous-direction de la régulation de l offre de soins _ Bureau plateaux techniques

Plus en détail

MODALITÉS DE FINANCEMENT 2013 DES ACTIVITÉS DE PRELEVEMENT ET DE GREFFE D ORGANES, DE TISSUS ET DE CELLULES SOUCHES HÉMATOPOÏETIQUES

MODALITÉS DE FINANCEMENT 2013 DES ACTIVITÉS DE PRELEVEMENT ET DE GREFFE D ORGANES, DE TISSUS ET DE CELLULES SOUCHES HÉMATOPOÏETIQUES MODALITÉS DE FINANCEMENT 2013 DES ACTIVITÉS DE PRELEVEMENT ET DE GREFFE D ORGANES, DE TISSUS ET DE CELLULES SOUCHES HÉMATOPOÏETIQUES Edito Dans le contexte budgétaire de plus en plus contraint auquel sont

Plus en détail

Le don d organes après arrêt des thérapeu2ques Maastricht 3 Une réalité?...

Le don d organes après arrêt des thérapeu2ques Maastricht 3 Une réalité?... Le don d organes après arrêt des thérapeu2ques Maastricht 3 Une réalité?... François MOUREY Corinne ANTOINE et le COPIL Maastricht 3 Agence de la biomédecine Les jeudis de l urgence: Marseille 9 janvier

Plus en détail

Cristal. L application internet au service du prélèvement et de la greffe d organes

Cristal. L application internet au service du prélèvement et de la greffe d organes Cristal L application internet au service du prélèvement et de la greffe d organes 1 2 Cristal est un outil de travail informatique développé par l Agence de la biomédecine et mis à la disposition de tous

Plus en détail

MODALITES DE FINANCEMENT

MODALITES DE FINANCEMENT MODALITES DE FINANCEMENT 2014 DES ACTIVITES DE PRELEVEMENT ET DE GREFFE D ORGANES, DE TISSUS ET DE CELLULES SOUCHES HEMATOPOÏETIQUES Benoit Rajau pour l Agence de la biomédecine Edito Dans le contexte

Plus en détail

DON ET GREFFE D ORGANES EN TUNISIE. Dr Mylène Ben Hamida Centre National pour la Promotion de la Transplantation d Organes

DON ET GREFFE D ORGANES EN TUNISIE. Dr Mylène Ben Hamida Centre National pour la Promotion de la Transplantation d Organes DON ET GREFFE D ORGANES EN TUNISIE Dr Mylène Ben Hamida Centre National pour la Promotion de la Transplantation d Organes Les besoins sont importants Insuffisance Organique Terminale en Tunisie Rein :

Plus en détail

Conclusions d étape Groupe de travail APHP Prélèvements - Transplantation. R Adam, F. Desgrandchamps, S Cohen

Conclusions d étape Groupe de travail APHP Prélèvements - Transplantation. R Adam, F. Desgrandchamps, S Cohen Conclusions d étape Groupe de travail APHP Prélèvements - Transplantation R Adam, F. Desgrandchamps, S Cohen Etat des lieux : prélèvements et greffes à l AP-HP Forte Activité de l AP-HP au plan national

Plus en détail

admission aux urgences

admission aux urgences Société française de neurologie RÉFÉRENTIEL D AUTO-ÉVALUATION DES PRATIQUES EN NEUROLOGIE Prise en charge hospitalière initiale des personnes ayant fait un accident vasculaire cérébral (AVC) : admission

Plus en détail

Le guide. pour tout comprendre. Agence relevant du ministère de la santé

Le guide. pour tout comprendre. Agence relevant du ministère de la santé DON D ORGANES, IL SUFFIT DE LE DIRE. MAINTENANT. Le guide pour tout comprendre Agence relevant du ministère de la santé La greffe D organes comment s y prendre? des vies La greffe d organes est un acte

Plus en détail

Le guide. Don d organes. Donneur ou pas. Pourquoi et comment je le dis. à mes proches.

Le guide. Don d organes. Donneur ou pas. Pourquoi et comment je le dis. à mes proches. Don d organes. Donneur ou pas à mes proches. Le guide Pourquoi et comment je le dis Don d organes. Pourquoi est-ce si important d en parler? En matière de don et de greffe d organes, la loi française prévoit

Plus en détail

Aspects juridiques de la transplantation hépatique. Pr. Ass. F. Ait boughima Médecin Légiste CHU Ibn Sina, Rabat

Aspects juridiques de la transplantation hépatique. Pr. Ass. F. Ait boughima Médecin Légiste CHU Ibn Sina, Rabat Aspects juridiques de la transplantation hépatique Pr. Ass. F. Ait boughima Médecin Légiste CHU Ibn Sina, Rabat CONTEXTE - La greffe, longtemps image expérimentale, est une thérapeutique éprouvée - Première

Plus en détail

INFORMATION À DESTINATION DES PROFESSIONNELS DE SANTÉ LE DON DU VIVANT

INFORMATION À DESTINATION DES PROFESSIONNELS DE SANTÉ LE DON DU VIVANT INFORMATION À DESTINATION DES PROFESSIONNELS DE SANTÉ LE DON DU VIVANT QUELS RÉSULTATS POUR LE RECEVEUR? QUELS RISQUES POUR LE DONNEUR? DONNER UN REIN DE SON VIVANT PEUT CONCERNER CHACUN /////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////

Plus en détail

Donneur ou pas... Pourquoi et comment je le dis à mes proches.

Donneur ou pas... Pourquoi et comment je le dis à mes proches. L Agence de la biomédecine DON D ORGANES le guide L Agence de la biomédecine, qui a repris les missions de l Etablissement français des Greffes, est un établissement public national de l Etat créé par

Plus en détail

Modalités de coopérations sur le bassin de Valence

Modalités de coopérations sur le bassin de Valence Modalités de coopérations sur le bassin de Valence Séminaire FHF-RA - 24 septembre 2015 - Jean-Pierre BERNARD, Directeur du Centre Hospitalier de Valence - Denis GOSSE, Directeur du Centre Hospitalier

Plus en détail

DU PRELEVEMENT A LA GREFFE : REFLEXIONS LEGALES ET ETHIQUES

DU PRELEVEMENT A LA GREFFE : REFLEXIONS LEGALES ET ETHIQUES DU PRELEVEMENT A LA GREFFE : REFLEXIONS LEGALES ET ETHIQUES Préambule. Ce cours nous présentera le regard d un praticien non éthicien (Benoît AVERLAND) exerçant en «honnête homme» avec un regard relativement

Plus en détail

Le CHU et son Territoire de Santé : Expérience de Lille et de sa Région

Le CHU et son Territoire de Santé : Expérience de Lille et de sa Région Le CHU et son Territoire de Santé : Expérience de Lille et de sa Région benoit.vallet@chru lille.fr 20 septembre 2013 Le CHRU mobilise 14.000 professionnels, en exercice ou en formation 3.053 Lits et places

Plus en détail

LE GUIDE CAR C EST VERS EUX QUE LES MÉDECINS SE TOURNERONT EN CAS DE DÉCÈS, POUR SAVOIR SI VOUS ÉTIEZ OPPOSÉS, OU NON, AU DON D ORGANES.

LE GUIDE CAR C EST VERS EUX QUE LES MÉDECINS SE TOURNERONT EN CAS DE DÉCÈS, POUR SAVOIR SI VOUS ÉTIEZ OPPOSÉS, OU NON, AU DON D ORGANES. CAR C EST VERS EUX QUE LES MÉDECINS SE TOURNERONT EN CAS DE DÉCÈS, POUR SAVOIR SI VOUS ÉTIEZ OPPOSÉS, OU NON, AU DON D ORGANES. LE GUIDE POUR TOUT COMPRENDRE En collaboration avec les hôpitaux et les associations

Plus en détail

MINISTERE DES AFFAIRES SOCIALES ET DE LA SANTE

MINISTERE DES AFFAIRES SOCIALES ET DE LA SANTE MINISTERE DES AFFAIRES SOCIALES ET DE LA SANTE Direction générale de l offre de soins Sous-direction de la régulation de l offre de soins Bureau : Plateaux techniques et prises en charge hospitalières

Plus en détail

le guide DON D ORGANES : DONNEUR OU PAS, je sais pour mes proches, ils savent pour moi L Agence de la biomédecine

le guide DON D ORGANES : DONNEUR OU PAS, je sais pour mes proches, ils savent pour moi L Agence de la biomédecine le guide L Agence de la biomédecine L Agence de la biomédecine est un établissement public national de l État créé par la loi de bioéthique de 2004. Elle exerce ses missions dans les domaines du prélèvement

Plus en détail

en Nouvelle-Calédonie ET SI ON EN PARLAIT? Dossier de presse

en Nouvelle-Calédonie ET SI ON EN PARLAIT? Dossier de presse en Nouvelle-Calédonie ET SI ON EN PARLAIT? Dossier de presse Le don d organes en nouvelle-calédonie Le don de son vivant Depuis une vingtaine d années, des patients souffrant d insuffisance rénale sont

Plus en détail

«Tout ce qui n est pas donné est perdu.» Pr Christian CABROL

«Tout ce qui n est pas donné est perdu.» Pr Christian CABROL Centre Hospitalier Henri-Mondor - Aurillac «Tout ce qui n est pas donné est perdu.» Pr Christian CABROL En 2006 en France, plus de 12 000 patients avaient besoin d une greffe d organe pour vivre ou simplement

Plus en détail

Don d organes. Notre pays a une nouvelle loi sur la transplantation depuis juillet 2007.

Don d organes. Notre pays a une nouvelle loi sur la transplantation depuis juillet 2007. Don d organes Donner ses organes et ses tissus à son décès est un geste généreux qui permet de sauver la vie de plusieurs personnes et d en aider de nombreuses autres à recouvrer la santé. La transplantation

Plus en détail

Dons, prélèvements et greffes

Dons, prélèvements et greffes Dons, prélèvements et greffes Donneur : d une vie à une autre... Chaque année, en France, plus de 10000 malades attendent une greffe afin de continuer à vivre ou d améliorer une existence lourdement handicapée.

Plus en détail

Jean-Christophe Richard Véronique Merle CHU de Rouen

Jean-Christophe Richard Véronique Merle CHU de Rouen Gestion d un cas de portage d entérocoque résistant aux glycopeptides (ERG- ERV) Jean-Christophe Richard Véronique Merle CHU de Rouen IXème Journée régionale de Prévention des infections associées aux

Plus en détail

Evolution des paramètres de la transplantation rénale depuis 10 ans - Illustration à partir du rapport d activité de DIVAT

Evolution des paramètres de la transplantation rénale depuis 10 ans - Illustration à partir du rapport d activité de DIVAT Evolution des paramètres de la transplantation rénale depuis 10 ans - Illustration à partir du rapport d activité de DIVAT Marc Ladrière CHU Nancy Hôpital Brabois Adulte 19 mars 2015 Le rapport d activité

Plus en détail

Le projet stratégique de l Assistance Publique Hôpitaux de Marseille

Le projet stratégique de l Assistance Publique Hôpitaux de Marseille Le projet stratégique de l Assistance Publique Hôpitaux de Marseille 0 L AP-HM un CHU dans son environnement en région PACA 1 3 397 lits et places 2 2 CHU, 33 CH (+ 2 hôpitaux militaires) et 2 centres

Plus en détail

DON D ORGANES Donneur ou pas

DON D ORGANES Donneur ou pas Agence de la biomédecine L Agence de la biomédecine, qui a repris les missions de l Etablissement français des Greffes, est un établissement public national de l Etat créé par la loi de bioéthique du 6

Plus en détail

Le schéma directeur 2012-2016 des systèmes d information

Le schéma directeur 2012-2016 des systèmes d information Le schéma directeur 2012-2016 des systèmes d information de l Agence de la biomédecine Le schéma directeur 2012-2016, approuvé par le conseil d administration de l Agence le 29 novembre 2011, décrit l

Plus en détail

Complications infectieuses de l implantation de stimulateurs cardiaques :

Complications infectieuses de l implantation de stimulateurs cardiaques : SFHH - 5 juin 2003-1 de l implantation de stimulateurs cardiaques : premiers résultats de l étude nationale «PEOPLE» B Grandbastien 1, M Baldé 1,2, D Klug 2, R Chettaoui 2, V Santraine 2, S Kacet 2. pour

Plus en détail

Traitement de l insuffisance rénale chronique terminale: Place de la greffe de donneur vivant

Traitement de l insuffisance rénale chronique terminale: Place de la greffe de donneur vivant Traitement de l insuffisance rénale chronique terminale: Place de la greffe de donneur vivant Pr Maryvonne Hourmant Service de Néphrologie-Immunologie clinique. CHU de Nantes Le constat Coût du traitement

Plus en détail

Coordination Hospitalière de Prélèvements d Organes et de Tissus. Le don d organes et de tissus. Information du public

Coordination Hospitalière de Prélèvements d Organes et de Tissus. Le don d organes et de tissus. Information du public Coordination Hospitalière de Prélèvements d Organes et de Tissus Le don d organes et de tissus Information du public GENERALITES Le don d organes et la greffe représentent une priorité de santé publique.

Plus en détail

Aspects réglementaires du don et de la transplantation des organes. Mohamed Arrayhani - Tarik Sqalli Service de Néphrologie CHU Hassan II - Fès

Aspects réglementaires du don et de la transplantation des organes. Mohamed Arrayhani - Tarik Sqalli Service de Néphrologie CHU Hassan II - Fès Aspects réglementaires du don et de la transplantation des organes Mohamed Arrayhani - Tarik Sqalli Service de Néphrologie CHU Hassan II - Fès Cadre législatif au Maroc Loi 16/98 relative au don, au prélèvement

Plus en détail

Donner ses organes : comment s y prendre?

Donner ses organes : comment s y prendre? 01 Dire son choix sur le don d organes et connaître celui de ses proches, c est se donner toutes les chances de respecter la volonté de chacun. La greffe d organes sauve des vies La greffe d organes est

Plus en détail

Démarrage du prélèvement d organes et de Tissus sur donneurs décédés au Maroc

Démarrage du prélèvement d organes et de Tissus sur donneurs décédés au Maroc Démarrage du prélèvement d organes et de Tissus sur donneurs décédés au Maroc B.Ramdani Président du coneil consultatif de Transplantation d'organes et de tissus humains benyounsramdani@gmail.com 1 INTRODUCTION

Plus en détail

Principales causes de décès selon le groupe d âge. 0 24 25 44 45 64 65 84 85 et plus

Principales causes de décès selon le groupe d âge. 0 24 25 44 45 64 65 84 85 et plus Module 2 Exercice 1: Cellules souches hématopoïétiques 1. Causes de décès en Suisse (2010) La figure suivante montre les causes de décès les plus fréquentes en Suisse en 2010, telles qu elles ont été relevées

Plus en détail

Données brutes des consultations mémoire régionales à partir des données de la Banque Nationale Alzheimer (BNA) en 2010.

Données brutes des consultations mémoire régionales à partir des données de la Banque Nationale Alzheimer (BNA) en 2010. Données brutes des consultations mémoire régionales à partir des données de la Banque Nationale Alzheimer (BNA) en 2010. En 2010, 30 sites de consultations mémoire sont repérés avec 16 labellisations.

Plus en détail

M.S - Direction de la réglementation et du contentieux - BASE DE DONNEES. REFERENCE : B O N 5070 du 2 janvier 2003

M.S - Direction de la réglementation et du contentieux - BASE DE DONNEES. REFERENCE : B O N 5070 du 2 janvier 2003 REFERENCE : B O N 5070 du 2 janvier 2003 Décret n 2-01-1643 du 2 chaabane 1423 9/10/2002 pris pour l'application de la loi n 16-98 relative au don, au prélèvement et à la transplantation d'organes et de

Plus en détail

COMMUNIQUE DE PRESSE

COMMUNIQUE DE PRESSE COMMUNIQUE DE PRESSE Le Centre hospitalier de Valence se classe parmi les meilleurs hôpitaux et cliniques de France selon le Palmarès 2014 du Point. Infarctus du myocarde = 20ème/635 hôpitaux AVC = 28ème/788

Plus en détail

Chef du service de régulation et d appui

Chef du service de régulation et d appui E DITORIAL Nous avons le plaisir de vous présenter le rapport du service de régulation et d appui (SRA) de l Agence de la biomédecine pour l année 2012. Reflet de l activité des établissements de santé

Plus en détail

Visite test de certification V2014 Retour du CHU de Rennes GCS CAPPS Vendredi 12 juin 2015

Visite test de certification V2014 Retour du CHU de Rennes GCS CAPPS Vendredi 12 juin 2015 Visite test de certification V2014 Retour du CHU de Rennes GCS CAPPS Vendredi 12 juin 2015 CENTRE HOSPITALIER UNIVERSITAIRE DE RENNES Le CHU de Rennes Etablissement MCO, SSR, SLD de 1860 lits et places

Plus en détail

dossier de presse nouvelle activité au CHU de Tours p a r t e n a r i a t T o u r s - P o i t i e r s - O r l é a n s

dossier de presse nouvelle activité au CHU de Tours p a r t e n a r i a t T o u r s - P o i t i e r s - O r l é a n s dossier de presse nouvelle activité au CHU de Tours lat ransplantation hépatique p a r t e n a r i a t T o u r s - P o i t i e r s - O r l é a n s Contact presse Anne-Karen Nancey - Direction de la communication

Plus en détail

Innovations thérapeutiques en transplantation

Innovations thérapeutiques en transplantation Innovations thérapeutiques en transplantation 3èmes Assises de transplantation pulmonaire de la région Est Le 16 octobre 2010 Dr Armelle Schuller CHU Strasbourg Etat des lieux en transplantation : 2010

Plus en détail

PROGRAMME DE TRAVAIL 2015

PROGRAMME DE TRAVAIL 2015 PROGRAMME DE TRAVAIL 2015 Date : février 2015 Auteurs : Catherine Pourin, Jean-Luc Quenon et toute l équipe du CCECQA Le programme de travail du CCECQA est décliné selon les axes retenus en 2015 : Indicateurs

Plus en détail

Sommaire. Prologue. Préfaces

Sommaire. Prologue. Préfaces Sommaire Prologue Préfaces I. Prendre en charge les urgences cardiovasculaires 1. Principes de gestion de l'urgence cardiologique par le professionnel de santé au travail Rôle du professionnel de santé

Plus en détail

AMIFORM PRÉLÈVEMENTS D ORGANES ET DE TISSUS. Docteur Renaud Gruat

AMIFORM PRÉLÈVEMENTS D ORGANES ET DE TISSUS. Docteur Renaud Gruat AMIFORM PRÉLÈVEMENTS D ORGANES ET DE TISSUS Docteur Renaud Gruat Activité de greffe en France Origine des greffons Donneur Vivant Organes «doubles» Rein/ Foie/Pm Tissus Résidus op Peau/ os Cellules souches

Plus en détail

Décidezvous. Sinon, vos proches devront le faire pour vous. Informations sur le don d organes, de tissus et de cellules en cas de décès.

Décidezvous. Sinon, vos proches devront le faire pour vous. Informations sur le don d organes, de tissus et de cellules en cas de décès. Informations sur le don d organes, de tissus et de cellules en cas de décès. Décidezvous. Sinon, vos proches devront le faire pour vous. Le court-métrage sur le sujet transplantinfo.ch Vous pouvez être

Plus en détail

LE FINANCEMENT DES HOPITAUX EN BELGIQUE. Prof. G. DURANT

LE FINANCEMENT DES HOPITAUX EN BELGIQUE. Prof. G. DURANT LE FINANCEMENT DES HOPITAUX EN BELGIQUE Prof. G. DURANT La Belgique (11 millions d habitants) est un pays fédéral. Le financement est organisé au niveau national sauf le financement des infrastructures

Plus en détail

admission directe du patient en UNV ou en USINV

admission directe du patient en UNV ou en USINV Société française de neurologie RÉFÉRENTIEL D AUTO-ÉVALUATION DES PRATIQUES EN NEUROLOGIE Prise en charge hospitalière initiale des personnes ayant fait un accident vasculaire cérébral (AVC) : admission

Plus en détail

1 Définition des activités interventionnelles sous imagerie médicale (R.6123-128 du code de la santé publique) :

1 Définition des activités interventionnelles sous imagerie médicale (R.6123-128 du code de la santé publique) : 1 Définition des activités interventionnelles sous imagerie médicale (R.6123-128 du code de la santé publique) : Ces activités comprennent : 1 les actes électrophysiologiques : - de rythmologie interventionnelle

Plus en détail

Etablissement français des Greffes

Etablissement français des Greffes PLAN DE FORMATION de l 2003 à l attention des personnels des Etablissements de Santé, des personnels des Banques de Tissus, des personnels des Unités de Cytaphérèse THEMES Prélèvements et greffes d'organes

Plus en détail

congrès TransplanT Tours CEntRE de CongRèS VinCi Sous la présidence du Professeur Matthias BÜCHLER DOSSIER DE PRESSE le 14 novembre 2014

congrès TransplanT Tours CEntRE de CongRèS VinCi Sous la présidence du Professeur Matthias BÜCHLER DOSSIER DE PRESSE le 14 novembre 2014 DOSSIER DE PRESSE le 14 novembre 2014 25 e congrès ouest TransplanT Tours CEntRE de CongRèS VinCi VEndREdi 28 novembre 2014 Sous la présidence du Professeur Matthias BÜCHLER www.ouest-transplant.org LE

Plus en détail

Osons en parler, parlons en!

Osons en parler, parlons en! Le Don d Organes d et de Tissus : Osons en parler, parlons en! Dr Patrick JAMBOU Médecin coordonnateur des prélèvements CHU de Nice et réseau PACA-Est / Haute-Corse Jocelyne HENSELER Infirmière coordinatrice

Plus en détail

Référentiel d auto-évaluation des coordinations hospitalières de prélèvement d organes et/ou de tissus. Avril 2010

Référentiel d auto-évaluation des coordinations hospitalières de prélèvement d organes et/ou de tissus. Avril 2010 Référentiel d auto-évaluation des coordinations hospitalières de prélèvement d organes et/ou de tissus Avril 2010 Référentiel d auto-évaluation des coordinations hospitalières de prélèvement d organes

Plus en détail

DON DU VIVANT SITUATION(E) AMBIGUE(S)

DON DU VIVANT SITUATION(E) AMBIGUE(S) DON DU VIVANT SITUATION(E) AMBIGUE(S) Société Francophone de Dialyse Université d ÉTÉ BICHAT 19 juin 2015 Chantal RAIMBAULT Psychologue Transplantations Rénales Transplantations cardiaques CHRU de TOURS

Plus en détail

Vous connaissez une personne qui souffre d insuffisance rénale chronique

Vous connaissez une personne qui souffre d insuffisance rénale chronique Vous connaissez une personne qui souffre d insuffisance rénale chronique Donner un rein de son vivant peut concerner chacun. Cela s appelle le don du vivant. LE REIN, un organe indispensable à la vie l

Plus en détail

«VOUS AVEZ DIT FILIERES DE SOINS du SCA»

«VOUS AVEZ DIT FILIERES DE SOINS du SCA» Les Journées Normandes Urgences Cardiologiques 2015 «VOUS AVEZ DIT FILIERES DE SOINS du SCA» RECOMMANDATIONS GACI 2013 René Koning Rouen 2014-2015 Past- Président H. Le Breton Président R. Koning B. LaBuca

Plus en détail

Votre guide des définitions des maladies graves de l Assurance maladies graves express

Votre guide des définitions des maladies graves de l Assurance maladies graves express Votre guide des définitions des maladies graves de l Assurance maladies graves express Votre guide des définitions des maladies graves de l Assurance maladies graves express Ce guide des définitions des

Plus en détail

prise en charge paramédicale dans une unité de soins

prise en charge paramédicale dans une unité de soins Société française de neurologie RÉFÉRENTIEL D AUTO-ÉVALUATION DES PRATIQUES EN NEUROLOGIE Prise en charge hospitalière initiale des personnes ayant fait un accident vasculaire cérébral (AVC) : prise en

Plus en détail

N 482 ASSEMBLÉE NATIONALE

N 482 ASSEMBLÉE NATIONALE Document mis en distribution le 17 décembre 2007 N 482 ASSEMBLÉE NATIONALE CONSTITUTION DU 4 OCTOBRE 1958 TREIZIÈME LÉGISLATURE Enregistré à la Présidence de l Assemblée nationale le 5 décembre 2007. PROPOSITION

Plus en détail

Complément à la circulaire DH/EO 2 n 2000-295 du 30 mai 2000 relative à l'hospitalisation à domicile

Complément à la circulaire DH/EO 2 n 2000-295 du 30 mai 2000 relative à l'hospitalisation à domicile http://www.sante.gouv.fr/adm/dagpb/bo/2001/01-01/a0010017.htm Bulletin Officiel n 2001-1 Direction de l'hospitalisation et de l'organisation des soins Page 1 sur 6 Complément à la circulaire DH/EO 2 n

Plus en détail

PUIS-JE DONNER UN REIN?

PUIS-JE DONNER UN REIN? Registre de donneurs vivants jumelés par échange de bénéficiaires PUIS-JE DONNER UN REIN? Réponses aux questions que se posent les personnes souhaitant faire un don de rein non dirigé UN DON DE REIN DE

Plus en détail

Le contexte. Définition : la greffe. Les besoins en greffons en constante augmentation

Le contexte. Définition : la greffe. Les besoins en greffons en constante augmentation Présentation Le contexte Quels donneurs, quels organes? Le don Pour quels malades? Les étapes d une greffe d organes Faites connaître votre choix! 01/04/2014 Union Nationale des associations de donneurs

Plus en détail

CAHIER DES CHARGES DES UNITES NEURO-VASCULAIRES

CAHIER DES CHARGES DES UNITES NEURO-VASCULAIRES CAHIER DES CHARGES DES UNITES NEURO-VASCULAIRES 1 TEXTES DE REFERENCE 1.1 Cadre juridique Loi n o 2004-806 du 9 août 2004 relative à la politique de santé publique, notamment la mesure 72 de son annexe

Plus en détail

Le don de moelle osseuse :

Le don de moelle osseuse : DON DE MOELLE OSSEUSE Le don de moelle osseuse : se décider aujourd hui, s engager pour longtemps LA MOELLE OSSEUSE ET SA GREFFE La moelle osseuse C est le tissu mou dans le centre du corps des os qui

Plus en détail

Registre de donneurs vivants jumelés par échange de bénéficiaires. Qu est-ce qu une greffe de rein par échange de bénéficiaires?

Registre de donneurs vivants jumelés par échange de bénéficiaires. Qu est-ce qu une greffe de rein par échange de bénéficiaires? Registre de donneurs vivants jumelés par échange de bénéficiaires Qu est-ce qu une greffe de rein par échange de bénéficiaires? Le Registre de donneurs vivants jumelés par échange de bénéficiaires. Notre

Plus en détail

Gestion d une épidémie de KPC : retour d expérience : investigation et gestion de crise

Gestion d une épidémie de KPC : retour d expérience : investigation et gestion de crise Gestion d une épidémie de KPC : retour d expérience : investigation et gestion de crise Dr G. ANTONIOTTI Direction des Risques Coordonnateur Risques Infectieux Générale de Santé, Paris Atelier A5 Société

Plus en détail

COMPTE-RENDU DE CERTIFICATION DU CENTRE HOSPITALIER DE RUMILLY. 23, rue Charles-de-Gaulle 74151 RUMILLY

COMPTE-RENDU DE CERTIFICATION DU CENTRE HOSPITALIER DE RUMILLY. 23, rue Charles-de-Gaulle 74151 RUMILLY COMPTE-RENDU DE CERTIFICATION DU CENTRE HOSPITALIER DE RUMILLY 23, rue Charles-de-Gaulle 74151 RUMILLY FEVRIER 2006 SOMMAIRE COMMENT LIRE LE «COMPTE-RENDU DE CERTIFICATION»... p.3 PARTIE 1 PRÉSENTATION

Plus en détail

Parcours du patient cardiaque

Parcours du patient cardiaque Parcours du patient cardiaque Une analyse HAS à partir de la base QualHAS, des Indicateurs Pour l Amélioration de la Qualité & Sécurité des Soins (IPAQSS)- Infarctus du myocarde Linda Banaei-Bouchareb,

Plus en détail

Traumatismes vertébraux-médullaires. Vigué B, DAR Bicêtre

Traumatismes vertébraux-médullaires. Vigué B, DAR Bicêtre Traumatismes vertébraux-médullaires Vigué B, DAR Bicêtre Traumatismes vertébraux-médullaires 1- Même règles que les traumatismes crâniens Eviter : Hypoxie - Hypotension Importance de l'accueil +++ La prise

Plus en détail

La recherche clinique est elle possible chez le sujet donneur d organes? Michel PINSARD Unité de prélèvement d organes et de Dssus CHU de PoiDers

La recherche clinique est elle possible chez le sujet donneur d organes? Michel PINSARD Unité de prélèvement d organes et de Dssus CHU de PoiDers La recherche clinique est elle possible chez le sujet donneur d organes? Michel PINSARD Unité de prélèvement d organes et de Dssus CHU de PoiDers Aucun conflit d intérêt Les recherches en ce domaine sont

Plus en détail

EDITORIAL. Emmanuelle PRADA BORDENAVE Directrice générale de l Agence de la biomédecine

EDITORIAL. Emmanuelle PRADA BORDENAVE Directrice générale de l Agence de la biomédecine EDITORIAL Les formations proposées par l chaque année aux professionnels exerçant dans les champs d activité dont elle a la charge, se renouvellent et s enrichissent en fonction des besoins et des nouvelles

Plus en détail

Arrêté royal du 27 avril 1998 fixant les normes auxquelles une fonction de soins intensifs doit répondre pour être agréée (M.B. 19.06.

Arrêté royal du 27 avril 1998 fixant les normes auxquelles une fonction de soins intensifs doit répondre pour être agréée (M.B. 19.06. Arrêté royal du 27 avril 1998 fixant les normes auxquelles une fonction de soins intensifs doit répondre pour être agréée (M.B. 19.06.1998) Texte coordonné : dernière mise à jour : 08.08.2014 CHAPITRE

Plus en détail

Les donneurs d organes potentiels ne se retrouvent pas seulement dans les grands centres de traumatologie!

Les donneurs d organes potentiels ne se retrouvent pas seulement dans les grands centres de traumatologie! Les donneurs d organes potentiels ne se retrouvent pas seulement dans les grands centres de traumatologie! Kathy Poulin Infirmière ressource au don d organes et de tissus 1 Taux et nombre de donneurs décédés

Plus en détail

La visite de certification(v2014)

La visite de certification(v2014) La visite de certification(v2014) Journée régionale CAPPS 12 juin 2015 Dr C. BOHEC UNICANCER Groupe des Centres de Lutte Contre le Cancer Le CLCC et la certification Rappel Centre de Lutte contre le cancer

Plus en détail

Diabète de type 1 : le succès durable de la greffe de cellules pancréatiques est confirmé

Diabète de type 1 : le succès durable de la greffe de cellules pancréatiques est confirmé Paris le 3 septembre 2009 Dossier de presse Diabète de type 1 : le succès durable de la greffe de cellules pancréatiques est confirmé En 2004, l équipe de recherche dirigée par François Pattou (Unité Inserm

Plus en détail

Rôle des infirmières. res dans l accompagnementl du patient insuffisant cardiaque

Rôle des infirmières. res dans l accompagnementl du patient insuffisant cardiaque Rôle des infirmières res dans l accompagnementl du patient insuffisant cardiaque Claire Savary: Sandrine Dias: CI IDE JFIC La Baule 15 et 16 sept 2011 Rôle des infirmières res dans l accompagnementl du

Plus en détail

PUIS-JE DONNER UN REIN?

PUIS-JE DONNER UN REIN? Registre de donneurs vivants jumelés par échange de bénéficiaires PUIS-JE DONNER UN REIN? Réponses aux questions que se posent les personnes souhaitant faire un don de rein non dirigé Vous vous posez beaucoup

Plus en détail

ANNEXE 2 : TABLEAUX A TRANSMETTRE * * *

ANNEXE 2 : TABLEAUX A TRANSMETTRE * * * ANNEXE 2 : TABLEAUX A TRANSMETTRE * * * TABLEAU 1 SI 6 SI 4 SI 5 SI 3 SI 2 SI 1 TOTAL Dépenses enregistrées au C.A.A services médico-techniques services hôteliers logististique et gestion générale hors

Plus en détail

LA FIN DE VIE AUX URGENCES: LES LIMITATIONS ET ARRÊTS DES THÉRAPEUTIQUES ACTIVES. Dr Marion DOUPLAT SAMU- Urgences Timone

LA FIN DE VIE AUX URGENCES: LES LIMITATIONS ET ARRÊTS DES THÉRAPEUTIQUES ACTIVES. Dr Marion DOUPLAT SAMU- Urgences Timone LA FIN DE VIE AUX URGENCES: LES LIMITATIONS ET ARRÊTS DES THÉRAPEUTIQUES ACTIVES Dr Marion DOUPLAT SAMU- Urgences Timone SOMMAIRE 1. La mort aux urgences 2. Les Limitations et Arrêts des Thérapeutiques

Plus en détail

UN STATUT SPÉCIFIQUE, FRUIT D UNE HISTOIRE

UN STATUT SPÉCIFIQUE, FRUIT D UNE HISTOIRE UN STATUT SPÉCIFIQUE, FRUIT D UNE HISTOIRE Le Groupe hospitalier Paris Saint-Joseph (GHPSJ) est un hôpital privé à but non lucratif, Etablissement de Santé Privé d'intérêt Collectif (ESPIC). Il est issu

Plus en détail

La preuve par. Principaux enseignements du bilan des PRT et. du recensement des projets télémédecine 2013

La preuve par. Principaux enseignements du bilan des PRT et. du recensement des projets télémédecine 2013 La preuve par Principaux enseignements du bilan des PRT et du recensement des projets télémédecine 2013 Le recensement Télémédecine 2013 01 Synthèse du recensement Télémédecine 2013 02 Répartition et maturité

Plus en détail

5. TARIFS INTERPROVINCIAUX

5. TARIFS INTERPROVINCIAUX Services internes 5.1 TARIFS DES SERVICES Les tarifs interprovinciaux des services internes sont déterminés par le Comité de coordination des ententes interprovinciales en assurance santé (CCEIAS). Le

Plus en détail

TISSUE MICROARRAYS (PUCES TISSULAIRES) Dr Gaëlle Fromont CHU Poitiers

TISSUE MICROARRAYS (PUCES TISSULAIRES) Dr Gaëlle Fromont CHU Poitiers TISSUE MICROARRAYS (PUCES TISSULAIRES) Dr Gaëlle Fromont CHU Poitiers Principe Construction Techniques réalisables sur TMA Analyse des résultats: lecture Interprétation - Intégration des résultats Intérêts

Plus en détail

Dossier de presse Conférence sur le don d'organes

Dossier de presse Conférence sur le don d'organes Dossier de presse Conférence sur le don d'organes 5 septembre 2012 Sommaire 1. Invitation 2. Communiqué de presse 3. Chiffres-clés 4. Document de presse «Transplant» 5. Sondage INVITATION CONFÉRENCE DE

Plus en détail

Vadémécum LA GREFFE D ORGANES. en 7 fiches pratiques. Version

Vadémécum LA GREFFE D ORGANES. en 7 fiches pratiques. Version Vadémécum LA GREFFE D ORGANES en 7 fiches pratiques Version NOVEMBRE 2013 PRÉAMBULE 1/3 PRÉAMBULE Ce vadémécum est destiné aux inspecteurs des agences régionales de santé (ARS), qu ils soient amenés à

Plus en détail

Retour d expérience. Visite de certification V2010

Retour d expérience. Visite de certification V2010 Retour d expérience Visite de certification V2010 www.clinique-lorient.fr PLAN DE L INTERVENTION Organisation de l auto-évaluation Préparation de la visite de certification Programme d action du CLIN répondant

Plus en détail

Au Luxembourg, au 31.12.2007, 10 personnes attendaient un rein, deux reins provenant de donneurs décédés luxembourgeois ont pu être greffés en 2007.

Au Luxembourg, au 31.12.2007, 10 personnes attendaient un rein, deux reins provenant de donneurs décédés luxembourgeois ont pu être greffés en 2007. Communiqué de presse Luxembourg, le 2.02.2008 Campagne Il y a une vie après la mort. D après les statistiques d EUROTRANSPLANT, organisme européen qui gère les échanges d organes entre les pays Luxembourg,

Plus en détail

Bilan d application de la loi de bioéthique du 6 août 2004. Rapport à la Ministre de la santé, de la jeunesse, des sports et de la vie associative

Bilan d application de la loi de bioéthique du 6 août 2004. Rapport à la Ministre de la santé, de la jeunesse, des sports et de la vie associative Bilan d application de la loi de bioéthique du 6 août 2004 Rapport à la Ministre de la santé, de la jeunesse, des sports et de la vie associative Octobre 2008 Bilan d application de la loi de bioéthique

Plus en détail