THERAPEUTIQUE GENERALE

Save this PDF as:
 WORD  PNG  TXT  JPG

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "THERAPEUTIQUE GENERALE"

Transcription

1 THERAPEUTIQUE GENERALE I- Définitions : - Pharmacologie : Etude des médicaments dans l organisme. La pharmacocinétique correspond au devenir du médicament au sein de l organisme et la pharmacodynamie étudie son action. - Thérapeutique : Etude et usage des moyens permettant de traiter une maladie ou un symptôme. ThérapeutiqueMédicamentsPharmacologie La thérapeutique correspond au bon usage des traitements et en particuliers celui des médicaments. Ceci nécessite donc une utilisation harmonieuse des données du patient (tenir compte de toute ses Pathologies éventuelles), des données pharmacologiques, de la relation médecin/malade, du malade ainsi que de la réaction individuelle face à la maladie. - Médicaments : «Toute substance ou composé qui se présente comme possédant des propriétés curatives ou préventives à l égard de la maladie humaine». A cette définition s ajoute «ainsi que tout produit pouvant être administré à l homme en vue d établir un diagnostic, de corriger, restaurer ou modifier leurs fonctions organiques». Ceci permet de classer par exemple les produits de contraste, utilisés en radiographie ou autre examens complémentaires, comme des médicaments. 1 Subjectivité de l acte médicale : Base de la subjectivité de la thérapeutique : Toute pratique de la médecine globale et cohérente devra tenir compte de la subjectivité du malade. Le sujet malade présente une fonction «régressive». Relation médecin/malade : Toute pratique de la médecine est un fait psychologique irréfutable. Aller consulter un médecin, c est avant tout rencontrer une personne. Il peut y avoir cependant des difficultés de rencontre entre le savoir du médecin et le désir du malade. Consulter, c est aussi accepter l établissement d une ordonnance/d une prescription. La rédaction de l ordonnance constitue un temps fort de la consultation. Il s agit d une sorte de conclusion de la visite. Elle correspond à une des attentes du malade. Cependant l ordonnance n est pas que rédiger (possibilité de recommandation orale). Le praticien est autorisé à franchir certains tabous. Le médecin lui-même peut être amené à «se prescrire». Consulter un médecin, c est avoir confiance envers celui que le groupe désigne comme expert. La prise de médicaments crée une relation nouvelle. Tout médicament présente un effet non spécifique au sens pharmacologique. Le médicament reçoit la part de celui qui le prend (projection positive ou négative envers ce médicament). Il existe 30% d effet placebo en plus, quand on donne un médicament. Enquête de l INSERM auprès de généralistes : - 95% des consultations aboutissent à la rédaction d une ordonnance. - + de 50% viennent pour des troubles psychosomatiques ou sociaux et n ont pas besoin d ordonnance. Traiter n est pas (seulement) donner un médicament. 1

2 2 Aspects réglementaires de la prescription : Prescription : L établissement de l ordonnance «est un acte qui engage toujours la responsabilité personnel du médecin». Responsabilité médicale : Le médecin : Est libre de ses prescriptions. Doit se limiter à ce qui est nécessaire. Doit respecter le refus du malade après l avoir informé de ses conséquences. A le droit de refuser ses soins (hors urgence) ; la continuité des soins aux malades doit être cependant assurée. 3 Prescription des médicaments : Maladie ou symptôme à traiter Informations médicales Choix du type et scientifiques de traitement Choix du traitement Contexte Médico- Social Informations réglementaires Modalités de Prescription du traitement Traitement Evaluation de l effet du traitement Les sources d informations peuvent être médicales ou scientifiques. L information réglementaire et officielle est transmise via des ordonnances ministérielles. Il existe un choix des modalités de traitements qui correspond à celui du principe actif. 4 Les sources d informations : Dictionnaire Vidal, «Dorosz». Fiche de transparence. RCP (Résumé Caractéristique du Produit) AMM. Recommandations professionnelles, publications. Formation Médicale Continue. Visite Médicale. Banque de données sur Internet. 2

3 5 L ordonnance : L ordonnance : Constitue le lien entre le prescripteur, le malade et le pharmacien. Permet le remboursement des médicaments. Est nécessaire pour la délivrance de certains médicaments par le pharmacien (notamment les médicaments soumis à prescription). Il existe 4 types d ordonnance : - Ordonnance simple. - Ordonnance sécurisée, pour certains médicaments, elle est bleue sur fond blanc et est constituée d un filigrane. - Ordonnance «bizone», pour les affections de longues durées, divisée en 2 zones. - Ordonnance des médicaments d exceptions (médicaments très rares). Sur l ordonnance doit figurer : - L identification du Médecin : Nom. Prénom. Discipline. Adresse. Numéro de téléphone. Numéro d identification. Numéro du médecin. - L identification de Malade : - Nom, prénom, âge (pour les extrême) et sexe. - Poids pour les enfants - Les médicaments : - Identification : nom de marque et DCI (Dénomination Commune Internationale). - Forme pharmaceutique. - Posologie (par prise et par jour). - Modalités d administrations. - Rythme. - Durée du traitement. - Consignes particulières. - Règles de surveillance. - Modalités d arrêt particulières. 6 Modalités de prescription et délivrances des médicaments : Il existe différents types de prescription : Les prescriptions usuelles pour des médicaments inscrits sur une liste des «substances vénéneuses» ou non. Les prescriptions restreintes. Les autorisations temporaires d utilisation. 3

4 Les prescriptions usuelles : Soit dans le cas de médicaments non inscrits sur la liste des «substance vénéneuses» et qui peuvent être délivrés sans ordonnance. Soit dans le cas de médicaments inscrits sur la liste des «substance vénéneuses». Ce sont pour la plupart des médicaments soumis à restriction, en vente uniquement sur ordonnance. Réglementation des substances vénéneuses : Dans le cas des stupéfiants, on a : - Une ordonnance sécurisé. - La posologie et la durée écrite en toutes lettres. - Une limitation à 7, 14 ou 28 jours. Liste I : Ordonnance non renouvelable. Liste II : Ordonnance renouvelable. Les psychotropes sont soumis à une durée de prescription limitée. Les prescriptions restreintes : Médicaments réservés à l usage hospitalier, prescrits et délivré uniquement à l hôpital. Médicaments à surveillance particulière. Le renouvellement de l ordonnance est subordonné au respect des règles de surveillance. Médicaments à prescription initiale hospitalière. La délivrance du médicament peut être délivré dans n importe quelle pharmacie et l ordonnance de renouvellement peut être rédigée par le médecin traitant. Médicaments réservés aux spécialistes. Autres restrictions : Médicaments d exceptions Autorisation Temporaire d Utilisation (ATU). Références Médicales Opposables (RMO). Ordonnance : Si la prescription est claire, simple et précise, elle est le plus souvent suivie. Par contre si la prescription est complexe et les médicaments nombreux, elle peut être dangereuses car elle sera souvent non respectée. Il peut y avoir un non respect des posologies ou de la durée de traitement. Ceci peut engendrer des effets secondaires importants. 7 L observance : Il s agit du degré de concordance entre le comportement d un malade et la prescription médicale qui lui a été faite (= compliance chez les Rosbifs). L observance moyenne en ambulatoire est de 50 à 60%. Les facteurs de mauvaise observance : - Le malade et son contexte psychologique et socio-économique. - La maladie et ses troubles fonctionnels quelle engendre et si il s agit d une maladie bénigne et/ou chronique. - La thérapeutique elle-même (traitement lourd avec des effets tardifs). - Le médecin et sa prescription. - Le nombre de médicaments et la durée du traitement. 4

5 Les inconvénients d une mauvaise observance peuvent aboutir à : - Une affection non ou mal traitée. - Un syndrome de sevrage avec des effets rebond. - Une accumulation de médicaments à domicile. Il faut systématiquement envisager la qualité de l observance en cas d inefficacité thérapeutique. - Comment améliorer l observance? 3. En écoutant les réticences du patient. 4. Par l énoncé d informations précises et claires (importance de l ordonnance qui doit «résumé» la visite de manière concise). 5. Par la mise en place de schémas thérapeutiques simples. Médicaments à forme de libération prolongée limitant leur prise ou sous forme retard. 6. Par des modalités adaptées à la vie du patient. 7. Par un suivi régulier et un autocontrôle par le patient lui-même. 8. Et enfin par une éducation sanitaire. CONCLUSION sur l observance : Pour avoir une bonne observance d une prescription médicale, il faut admettre des schémas thérapeutiques simples ainsi que des informations claires et à la fois précises aux patients. Par ailleurs l observance est, avec l automédication un excellent baromètre de la relation médecin/malade. 5

Substances vénéneuses à usage pharmaceutique

Substances vénéneuses à usage pharmaceutique Substances vénéneuses à usage pharmaceutique Introduction SV = substances naturelles ou chimiques susceptibles d entrainer des effets dangereux pour la sante Réglementation très stricte qui dépend de leur

Plus en détail

Prescription médicamenteuse par téléphone (ou téléprescription) dans le cadre de la régulation médicale

Prescription médicamenteuse par téléphone (ou téléprescription) dans le cadre de la régulation médicale SYNTHÈSE DES RECOMMANDATIONS DE BONNES PRATIQUES PROFESSIONNELLES Prescription médicamenteuse par téléphone (ou téléprescription) dans le cadre de la régulation médicale Février 2009 MESSAGES CLÉS Ces

Plus en détail

UTILISATION DU TÉLÉCOPIEUR POUR LA TRANSMISSION DES ORDONNANCES

UTILISATION DU TÉLÉCOPIEUR POUR LA TRANSMISSION DES ORDONNANCES UTILISATION DU TÉLÉCOPIEUR POUR LA TRANSMISSION DES ORDONNANCES NORME 2008.01 Direction des services professionnels Présent pour vous NORME 2008.01 Utilisation du télécopieur pour la transmission des ordonnances

Plus en détail

MEDICAMENTS ET PRATIQUES MEDICALES Problèmes actuels

MEDICAMENTS ET PRATIQUES MEDICALES Problèmes actuels Rapport adopté lors de la session du Conseil national de l Ordre des médecins du 30 juin 2000 Dr Daniel GRUNWALD Dr François-Xavier MERCAT MEDICAMENTS ET PRATIQUES MEDICALES Problèmes actuels Résumé Les

Plus en détail

ASSISES DU MEDICAMENT. Contribution de la Fédération des Syndicats Pharmaceutiques de France FSPF

ASSISES DU MEDICAMENT. Contribution de la Fédération des Syndicats Pharmaceutiques de France FSPF ASSISES DU MEDICAMENT Contribution de la Fédération des Syndicats Pharmaceutiques de France FSPF La Fédération des Syndicats Pharmaceutiques de France, syndicat majoritaire des pharmaciens titulaires d

Plus en détail

LIEU PRIVILEGIE LIEU INTIME LIEU DE LA RENCONTRE LIEU DE LA CONFIDENCE LIEU DES SOUVENIRS

LIEU PRIVILEGIE LIEU INTIME LIEU DE LA RENCONTRE LIEU DE LA CONFIDENCE LIEU DES SOUVENIRS LE DOMICILE LIEU PRIVILEGIE LIEU INTIME LIEU DE LA RENCONTRE LIEU DE LA CONFIDENCE LIEU DES SOUVENIRS LEGISLATION LOI DU 4 MARS 2002:définition des réseaux de santé : «Ils ont pour objet de favoriser l

Plus en détail

AIDE-SOIGNANT : METHODOLOGIE APPLIQUEE ENSEIGNEMENT SECONDAIRE SUPERIEUR DE TRANSITION

AIDE-SOIGNANT : METHODOLOGIE APPLIQUEE ENSEIGNEMENT SECONDAIRE SUPERIEUR DE TRANSITION MINISTERE DE LA COMMUNAUTE FRANCAISE ADMINISTRATION GENERALE DE L ENSEIGNEMENT ET DE LA RECHERCHE SCIENTIFIQUE ENSEIGNEMENT DE PROMOTION SOCIALE DE REGIME 1 DOSSIER PEDAGOGIQUE UNITE DE FORMATION AIDE-SOIGNANT

Plus en détail

Annexe II. Conclusions scientifiques et motifs de la suspension des autorisations de mise sur le marché, présentés par l EMA

Annexe II. Conclusions scientifiques et motifs de la suspension des autorisations de mise sur le marché, présentés par l EMA Annexe II Conclusions scientifiques et motifs de la suspension des autorisations de mise sur le marché, présentés par l EMA 5 Conclusions scientifiques Résumé général de l évaluation scientifique des médicaments

Plus en détail

Remerciements aux participants!

Remerciements aux participants! Remerciements aux participants! Enquête sur les pratiques et les relations entre les pharmacies des ETS et les pharmacies d officine auprès des pharmaciens hospitaliers de la région Bretagne 30 ETS répondeurs

Plus en détail

Thèses : Productions 2000/2005

Thèses : Productions 2000/2005 Thèses : Productions 2000/2005 Syndrome d apnées du sommeil : de la clinique au diagnostic polysomnographique Approche de la déontologie médicale par l étude de la liberté thérapeutique Appropriation de

Plus en détail

Laboratoires ZAMBON FRANCE

Laboratoires ZAMBON FRANCE COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS 4 janvier 2012 L avis adopté par la Commission de la transparence le 5 octobre 2010 a fait l objet d une audition le 4 janvier 2012 Examen du dossier de la spécialité

Plus en détail

Le choix de la pharmacie

Le choix de la pharmacie Le choix de la pharmacie Dans la pharmacie et au niveau du sélecteur, vous avez le choix entre la pharmacie publique (mise en œuvre par l'agence nationale de sécurité du médicament et des produits de santé

Plus en détail

EPO, enfin un circuit sécurisé

EPO, enfin un circuit sécurisé PROTOCOLES DE QUALITE EPO, enfin un circuit sécurisé S. FLANGAKIS-BARBE - Pharmacie Médicaments - CHU - 31 - TOULOUSE Ce travail collectif, réalisé au CHU de Toulouse, trouve son origine dans une réflexion

Plus en détail

Coopération Médecin Pharmacien Une nouvelle gouvernance clinique de proximité

Coopération Médecin Pharmacien Une nouvelle gouvernance clinique de proximité Coopération Médecin Pharmacien Une nouvelle gouvernance clinique de proximité EA SIS 4128 V. Siranyan Docteur en pharmacie 1 M. Chanelière Docteur en médecine La relation Médecin- Pharmacien Au quotidien

Plus en détail

Conciliation médicamenteusem Expérience brestoise

Conciliation médicamenteusem Expérience brestoise Conciliation médicamenteusem Expérience brestoise Maud PERENNES interne en pharmacie Axel CARDE pharmacien chef de service Hôpital d Instruction d des Armées de Brest 17 novembre 2011 Centre Hospitalier

Plus en détail

CLASSEMENT DES MEDICAMENTS

CLASSEMENT DES MEDICAMENTS CLASSEMENT DES MEDICAMENTS Médicaments = P.A. + excipient Classement en fonction : de leur P.A. Le P.A. est-il d origine naturelle ou scientifique? Il existe des P.A. qui peuvent induire des réactions.

Plus en détail

AVENEMENT DE LA «TRI-THERAPIE» POUR L HEPATITE C CHRONIQUE GENOTYPE 1 EN JANVIER 2011.

AVENEMENT DE LA «TRI-THERAPIE» POUR L HEPATITE C CHRONIQUE GENOTYPE 1 EN JANVIER 2011. AVENEMENT DE LA «TRI-THERAPIE» POUR L HEPATITE C CHRONIQUE GENOTYPE 1 EN JANVIER 2011. MODE D EMPLOI DE L AUTORISATION TEMPORAIRE D UTILISATION (ATU) DE COHORTE A L ATTENTION DES PERSONNES ATTEINTES D

Plus en détail

LES SERVICES DE CRÉDIT ET D ÉPARGNE SONT-ILS EFFICACES CONTRE LA FAIM ET LA MALNUTRITION? REVUE BIBLIOGRAPHIQUE ET ANALYSE

LES SERVICES DE CRÉDIT ET D ÉPARGNE SONT-ILS EFFICACES CONTRE LA FAIM ET LA MALNUTRITION? REVUE BIBLIOGRAPHIQUE ET ANALYSE LES SERVICES DE CRÉDIT ET D ÉPARGNE SONT-ILS EFFICACES CONTRE LA FAIM ET LA MALNUTRITION? REVUE BIBLIOGRAPHIQUE ET ANALYSE Barbara MkNelly et Christopher Dunford Février 1996 Freedom from Hunger Article

Plus en détail

PROTOCOLE. Demande de dépannage d une contraception orale REQUÊTE SECONDAIRE AOÛT 2011. Avec le soutien du laboratoire

PROTOCOLE. Demande de dépannage d une contraception orale REQUÊTE SECONDAIRE AOÛT 2011. Avec le soutien du laboratoire Demande de dépannage d une contraception orale REQUÊTE SECONDAIRE AOÛT 2011 PROTOCOLE Avec le soutien du laboratoire Préambule Champ d application de la recommandation Cette recommandation s applique à

Plus en détail

Circuit du médicament

Circuit du médicament HOPITAL DE SOULTZ N S.PT.S.028.1 Circuit du médicament SERVICES DESTINATAIRES CLASSEUR 2 : CLASSEUR 3 : CLASSEUR 4 : CLASSEUR 6 : CLASSEUR 7 : CLASSEUR 11 : SERVICE DE SOINS INFIRMIERS QUALITE SERVICE

Plus en détail

Sophie LIABEUF Pharmacologie Amiens

Sophie LIABEUF Pharmacologie Amiens UE 6 INITIATION À LA CONNAISSANCE DU MÉDICAMENT Sophie LIABEUF Pharmacologie Amiens Règles de prescription Informations médicales concernant le patient (ATCD, âge, ) / situation socio-économique / situation

Plus en détail

Un médicament SOIGNE s il est pris correctement MAIS il peut être un POISON s il n est pas pris avec quelques précautions

Un médicament SOIGNE s il est pris correctement MAIS il peut être un POISON s il n est pas pris avec quelques précautions Un médicament SOIGNE s il est pris correctement MAIS il peut être un POISON s il n est pas pris avec quelques précautions CLCV Impasse Jonquet rue du Refuge 34000 Montpellier Tél. : 04 67 60 31 10 fax

Plus en détail

1 ère journée Régionale sur l Analyse Pharmaceutique. Jeudi 27 Novembre 2014

1 ère journée Régionale sur l Analyse Pharmaceutique. Jeudi 27 Novembre 2014 1 ère journée Régionale sur l Analyse Pharmaceutique Jeudi 27 Novembre 2014 Organisation Présentation de la journée Missions de l OMéDIT Observer et promouvoir le bon usage du médicament -Missions centrées

Plus en détail

La iatrogénie médicamenteuse. Damien LANNOY - biopharma.univ-lille2.fr - EPU pharmaciens hospitaliers

La iatrogénie médicamenteuse. Damien LANNOY - biopharma.univ-lille2.fr - EPU pharmaciens hospitaliers La iatrogénie médicamenteuse Définition (OMS, 1969) «Toute réponse néfaste et non recherchée à un médicament survenant à des doses utilisées chez l homme à des fins de prophylaxie, de diagnostic et de

Plus en détail

NOTICE. BISMUTH OLIGOSOL, solution buvable en ampoule Gluconate de bismuth

NOTICE. BISMUTH OLIGOSOL, solution buvable en ampoule Gluconate de bismuth BISMUTH OLIGOSOL Gluconate de bismuth Indications thérapeutiques : Utilisé comme modificateur du terrain en particulier au cours d'états infectieux viraux de la sphère ORL, d états grippaux. AMM N 3400930750629

Plus en détail

STATUT JURIDIQUE DES MEDICAMENTS ET AUTRES PRODUITS DE SANTE.

STATUT JURIDIQUE DES MEDICAMENTS ET AUTRES PRODUITS DE SANTE. STATUT JURIDIQUE DES MEDICAMENTS ET AUTRES PRODUITS DE SANTE. I) Définition du médicament. «On entend par médicament toute substance ou composition présentée comme possédant des propriétés curatives ou

Plus en détail

Relation soignant-soigné au cœur de la psychologie médicale

Relation soignant-soigné au cœur de la psychologie médicale 19 Relation soignant-soigné au cœur de la psychologie médicale RENCONTRE, TRANSFERT ET CONTRE-TRANSFERT La notion de transfert découle des travaux de la psychanalyse (S. Freud) où ont été décrits des mouvements

Plus en détail

STRICTEMENT CONFIDENTIEL

STRICTEMENT CONFIDENTIEL STRICTEMENT CONFIDENTIEL DÉCLARATION DE L ASSURÉ À LA SUITE D UNE RÉCLAMATION 1 Cette déclaration est strictement confidentielle et ne sera transmise qu à l assureur, l avocat ou l expert en sinistre à

Plus en détail

Science qui étudie les propriétés des médicaments.

Science qui étudie les propriétés des médicaments. Bloc 3 Pharmacologie Science qui étudie les propriétés des médicaments. Pharmacothérapie: Partie de la médecine qui a pour objet le traitement des maladies avec les médicaments. Se base sur la pharmacodynamie:

Plus en détail

Docteur Michel Legmann

Docteur Michel Legmann 1 Docteur Michel Legmann Président Mme Nora BERRA Secrétaire d Etat aux Aînés 55 rue Saint Dominique 75007 PARIS Nos références à rappeler sur tout échange de correspondance ML/FJ/np/Exercice professionnel

Plus en détail

Commission Sécurisation du circuit du médicament NOTE DE SYNTHÈSE ANALYSE PHARMACEUTIQUE DES PRESCRIPTIONS

Commission Sécurisation du circuit du médicament NOTE DE SYNTHÈSE ANALYSE PHARMACEUTIQUE DES PRESCRIPTIONS Page 1 sur 6 Contexte La dispensation du Médicament est définie dans le Code la Santé Publique (art. R 4235-48 CSP) comme l acte pharmaceutique associant à la délivrance du médicament : analyse pharmaceutique

Plus en détail

9 ème Colloque inter 3C

9 ème Colloque inter 3C 9 ème Colloque inter 3C L éducation thérapeutique du patient pour qui pourquoi? «Bien gérer sa thérapie orale au quotidien». Programme d éducation thérapeutique inter hospitaliers pour les patients recevant

Plus en détail

Les remontées du terrain. Dr Roland HAIZE Centre hospitalier PICAUVILLE

Les remontées du terrain. Dr Roland HAIZE Centre hospitalier PICAUVILLE Les remontées du terrain Dr Roland HAIZE Centre hospitalier PICAUVILLE Les programmes d Evaluation des Pratiques Professionnelles Pertinence des hospitalisations en HDT HO *Formalisation de certificats

Plus en détail

ASSOCIATION MEDICALE MONDIALE, INC. PRISE DE POSITION DE L AMM SUR LA DEGRADATION DE L ENVIRONNEMENT ET SUR UNE BONNE GESTION DES PRODUITS CHIMIQUES

ASSOCIATION MEDICALE MONDIALE, INC. PRISE DE POSITION DE L AMM SUR LA DEGRADATION DE L ENVIRONNEMENT ET SUR UNE BONNE GESTION DES PRODUITS CHIMIQUES ASSOCIATION MEDICALE MONDIALE, INC. PRISE DE POSITION DE L AMM SUR LA DEGRADATION DE L ENVIRONNEMENT ET SUR UNE BONNE GESTION DES PRODUITS CHIMIQUES Adoptée par l'assemblée générale de l'amm, Vancouver,

Plus en détail

6. Rôle de garde. INTRODUCTIon. SUGgestion de questions

6. Rôle de garde. INTRODUCTIon. SUGgestion de questions 6. Rôle de garde INTRODUCTIon Les médecins généralistes et les pharmaciens doivent prendre toutes les mesures nécessaires pour assurer la continuité des soins. La participation au rôle de garde est donc,

Plus en détail

Baclofène données du SNIIRAM Point de vue de la CNAMTS

Baclofène données du SNIIRAM Point de vue de la CNAMTS Baclofène données du SNIIRAM Point de vue de la CNAMTS Alain Weill 1, Christophe Chaignot 1, Philippe Ricordeau 1, François Alla 2, Hubert Allemand 2 1. Caisse nationale de l assurance maladie Direction

Plus en détail

Pour un bon usage des médicaments chez les personnes âgées : Guide à l intention des patients et des aidants

Pour un bon usage des médicaments chez les personnes âgées : Guide à l intention des patients et des aidants Pour un bon usage des médicaments chez les personnes âgées : Guide à l intention des patients et des aidants Avec le vieillissement de la population, les médicaments occupent une place de plus en plus

Plus en détail

Distribution de médicaments. dans les milieux scolaires

Distribution de médicaments. dans les milieux scolaires Distribution de médicaments dans les milieux scolaires Janvier 2014 Table des matières 1. DISTRIBUTION DE MÉDICAMENTS DANS LES MILIEUX SCOLAIRES... 3 2. DIRECTIVES À SUIVRE... 3 3. DIRECTIVES À SUIVRE

Plus en détail

LE CARNET DE SUIVI CANCER INFO

LE CARNET DE SUIVI CANCER INFO LE CARNET DE SUIVI CANCER INFO Carnet de suivi Carnet de suivi de votre prise en charge Ce carnet de suivi vous est proposé pour vous accompagner au cours de votre prise en charge. Il vous permettra de

Plus en détail

1 Le contexte. Vers quels nouveaux rôles des pharmaciens en France : les leçons des pays étrangers. Sommaire

1 Le contexte. Vers quels nouveaux rôles des pharmaciens en France : les leçons des pays étrangers. Sommaire Vers quels nouveaux rôles des pharmaciens en France : les leçons des pays étrangers. Dr Luc BESANÇON Sommaire 1. Le contexte 2. Les nouveaux champs d activités des pharmaciens 3. Vers de nouveaux métiers

Plus en détail

Amélioration de la qualité et sécurité de la prise en charge médicamenteuse dans les EHPAD

Amélioration de la qualité et sécurité de la prise en charge médicamenteuse dans les EHPAD Amélioration de la qualité et sécurité de la prise en charge médicamenteuse dans les EHPAD Rôle de l OMEDIT Bertrice LOULIERE OMEDIT Aquitaine 1 1. Présentation et missions de l OMEDIT 2 L Observatoire

Plus en détail

INTERVENTION OMAGE. Pr C. PERRET-GUILLAUME. Remerciements au Pr Sylvie LEGRAIN (Paris)

INTERVENTION OMAGE. Pr C. PERRET-GUILLAUME. Remerciements au Pr Sylvie LEGRAIN (Paris) ETP sujets âgés INTERVENTION OMAGE Pr C. PERRET-GUILLAUME Remerciements au Pr Sylvie LEGRAIN (Paris) 1 Méthode de l essai OMAGE Essai randomisé contrôlé avec 800 malades Multi-centrique (6 UGA en Ile de

Plus en détail

Haute Autorité de santé

Haute Autorité de santé Haute Autorité de santé Décision du 4 juin 2008 portant adoption du référentiel de certification par essai de type des logiciels d aide à la prescription en médecine ambulatoire et de la charte de qualité

Plus en détail

Présentation Cadre officiel les établissements d enseignement : l institut supérieur d ostéopathie Paris l exercice professionnel :

Présentation Cadre officiel les établissements d enseignement : l institut supérieur d ostéopathie Paris l exercice professionnel : l'ostéopathie Présentation L ostéopathie est un art de soigner exclusivement manuel, complémentaire de la médecine classique. Elle repose sur l anatomie et la physiologie et s adresse à l individu dans

Plus en détail

VOLUME 2 Aspects cliniques

VOLUME 2 Aspects cliniques VOLUME 2 Aspects cliniques Chapitre 1 Urgences Urgences 154 Urgences C. Melon, D. Van Pee Situation de rupture brutale d équilibre - physique - mental - social Données statistiques - 15% des gens admis

Plus en détail

TABLE RONDE DU 21/11/2001

TABLE RONDE DU 21/11/2001 TABLE RONDE DU 21/11/2001 Devenir parents est une aventure qui se construit au quotidien avec ses enfants. Dans notre société, les modifications récentes de la structure familiale comme les familles monoparentales

Plus en détail

Table des matières. Module 1 : «Apprentissage de l exercice médical» Question 1 I. LA RELATION MÉDECIN-MALADE 13 II. L ANNONCE D UNE MALADIE GRAVE 15

Table des matières. Module 1 : «Apprentissage de l exercice médical» Question 1 I. LA RELATION MÉDECIN-MALADE 13 II. L ANNONCE D UNE MALADIE GRAVE 15 Table des matières CHAPITRE 1: LA RELATION MÉDECIN-MALADE L ANNONCE 13 D UNE MALADIE GRAVE. L INFORMATION DU PATIENT ATTEINT DE MALADIE CHRONIQUE. LA PERSONNALISATION DE LA PRISE EN CHARGE MÉDICALE Module

Plus en détail

Facteurs favorisants. L âge dans les infections urinaires. L infection urinaire: Recommandations 2009

Facteurs favorisants. L âge dans les infections urinaires. L infection urinaire: Recommandations 2009 Le bon usage des antibiotiques dans les infections urinaires du sujet âgé Dr F. LECOMTE CHIC QUIMPER L infection urinaire: Recommandations 2009 Classification IU simples ou non compliquées (AP) Cystite

Plus en détail

Satisfaction du patient

Satisfaction du patient Satisfaction du patient Johan Van der Heyden Institut Scientifique de Santé Publique Direction opérationnelle Santé publique et surveillance Rue J. Wytsman, 14 B - 1050 Bruxelles 02 / 642 57 26 E-mail

Plus en détail

II. Modalités d accueil

II. Modalités d accueil DÉPARTEMENT DU RHÔNE COMMUNE DE LANTIGNIÉ Mairie : 1 rue de l église - 69430 Tél : 04.74.04.84.87 mairie@lantignie.fr Règlement intérieur des temps d activités périscolaires Préambule La commune de Lantignié

Plus en détail

Les Prescriptions Hors AMM

Les Prescriptions Hors AMM Les Prescriptions Hors AMM Dr Bruce Imbert Service Hospitalo-Universitaire d addictologie CHU Sainte Marguerite - Marseille 27.03.2012 L AMM Le respect de l AMM devrait être une règle de base La prescription

Plus en détail

RÉPUBLIQUE FRANÇAISE

RÉPUBLIQUE FRANÇAISE RÉPUBLIQUE FRANÇAISE Avis n 14-A-15 du 9 octobre 2014 relatif à un projet de décret concernant l obligation de certification des logiciels d aide à la prescription médicale et des logiciels d aide à la

Plus en détail

CONDUITE DÉSHONORANTE, INDIGNE ET NON PROFESSIONNELLE LYNN M. KNIGHT Membre # 521252

CONDUITE DÉSHONORANTE, INDIGNE ET NON PROFESSIONNELLE LYNN M. KNIGHT Membre # 521252 Sommaire de la décision du comité de discipline Le présent sommaire de la décision du comité de discipline et de ses raisons est publié conformément à l ordonnance de pénalité rendue par le comité de discipline.

Plus en détail

LA MEDECINE GENERALE FRANÇAISE et les TSO

LA MEDECINE GENERALE FRANÇAISE et les TSO LA MEDECINE GENERALE FRANÇAISE et les TSO Entre militantisme et Indifférence 3 ème Colloque TDO Genève 18 et 19/10/2012 Dr Claude MAGNIN Le sens du Propos Identification d un paradoxe Ombres et Lumières

Plus en détail

CONFIDENTIEL Formulaire 2007, délibération de l AFLD n 37 du 8 mars 2007 1

CONFIDENTIEL Formulaire 2007, délibération de l AFLD n 37 du 8 mars 2007 1 Demande d Autorisation d Usage à des fins Thérapeutiques Abrégée Dernier alinéa de l article L.232-2 du code du sport, Décret du 25 mars 2007 relatif aux modalités de délivrance des autorisations d utilisation

Plus en détail

COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS. 1er février 2012

COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS. 1er février 2012 COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS 1er février 2012 Examen du dossier des spécialités inscrites pour une durée de 5 ans à compter du 4 novembre 2005 (JO du 3 octobre 2007) GABITRIL 5 mg, comprimé pelliculé

Plus en détail

Améliorer la prescription des psychotropes chez les personnes âgées

Améliorer la prescription des psychotropes chez les personnes âgées QUESTIONS - REPONSES Améliorer la prescription des psychotropes chez les personnes âgées CONTEXTE ET OBJECTIFS Quelle est la finalité de ce travail? Il s agit d améliorer les pratiques de prescription

Plus en détail

Orthodontie et enfants malades

Orthodontie et enfants malades Orthodontie et enfants malades Atelier Presse du jeudi 25 septembre 2008 Avec la participation des docteurs Brigitte Vi-Fane et Jean-Baptiste Kerbrat Contact presse : BV CONSEiL Santé Alexandra Dufrien

Plus en détail

ANNEXE IIIB NOTICE : INFORMATION DE L UTILISATEUR

ANNEXE IIIB NOTICE : INFORMATION DE L UTILISATEUR ANNEXE IIIB NOTICE : INFORMATION DE L UTILISATEUR Dénomination du médicament TIBERAL comprimé Ornidazole Veuillez lire attentivement cette notice avant de prendre ce médicament car elle contient des informations

Plus en détail

LA CONTENTION : Présentation assurée par Nadia SAVIGNY-SERIN, infirmière à l EHPAD SAINT JACQUES VERDUN SUR GARONNE

LA CONTENTION : Présentation assurée par Nadia SAVIGNY-SERIN, infirmière à l EHPAD SAINT JACQUES VERDUN SUR GARONNE LA CONTENTION : Présentation assurée par Nadia SAVIGNY-SERIN, infirmière à l EHPAD SAINT JACQUES VERDUN SUR GARONNE I- Définition et généralités : HAS : la contention physique est l utilisation de tous

Plus en détail

Résumé des modifications intervenues :

Résumé des modifications intervenues : Référence : PR /PHA/001-A Page : Page 1 sur 11 Objet : Préciser : - les règles de stockage des substances vénéneuses et des médicaments stupéfiants, - indiquer les modalités de détention, de mise à disposition

Plus en détail

Chapitre 8 Opinion pharmaceutique : expérience de mise en place au sein d une équipe officinale

Chapitre 8 Opinion pharmaceutique : expérience de mise en place au sein d une équipe officinale Chapitre 8 Opinion pharmaceutique : expérience de mise en place au sein d une équipe officinale 1- Pourquoi? Qu est-ce que l opinion pharmaceutique? «L Opinion Pharmaceutique est un avis motivé (*) Dressé

Plus en détail

Prescription, Dispensation et indications hors AMM. François LOCHER UCBL- ISPB HCL-Pharmacie Centrale

Prescription, Dispensation et indications hors AMM. François LOCHER UCBL- ISPB HCL-Pharmacie Centrale Prescription, Dispensation et indications hors AMM François LOCHER UCBL- ISPB HCL-Pharmacie Centrale AMM Autorisation, nationale ou communautaire par laquelle l autoritécompétente donne son aval pour l

Plus en détail

AVIS 17 octobre 2012

AVIS 17 octobre 2012 COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS 17 octobre 2012 EXOCINE 0,3 %, collyre en solution Flacon de 5 ml (CIP : 34009 331 708 0 6) Laboratoire ALLERGAN FRANCE SAS DCI Code ATC (année) Motif de l examen Liste

Plus en détail

N. Thomas a, J. Zitouni b, A. Bocquier c, E. Lewandowski d, S. Finkel e, O. Favier a, F. Champion b, M. Jardin c. Provence-Alpes-Côte d Azur

N. Thomas a, J. Zitouni b, A. Bocquier c, E. Lewandowski d, S. Finkel e, O. Favier a, F. Champion b, M. Jardin c. Provence-Alpes-Côte d Azur Congrès national des Observatoires régionaux de la santé 2008 - Les inégalités de santé Marseille, 16-17 octobre 2008 L3 - Évaluation de la qualité du chaînage des séjours hospitaliers : préalable nécessaire

Plus en détail

COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS. 22 juillet 2009

COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS. 22 juillet 2009 COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS 22 juillet 2009 Examen du dossier de la spécialité inscrite pour une durée de 5 ans à compter du 4 novembre 2004 (JO du 7 février 2007) DEXERYL, crème tube de 250 g (CIP

Plus en détail

Conditions d assurance (CA) Assurance maxi.zero Forme particulière d assurance de l assurance obligatoire des soins

Conditions d assurance (CA) Assurance maxi.zero Forme particulière d assurance de l assurance obligatoire des soins Conditions d assurance (CA) Assurance maxi.zero Forme particulière d assurance de l assurance obligatoire des soins conformément à la loi fédérale sur l assurance-maladie (LAMal) du 18 mars 1994 Table

Plus en détail

Prescription médicamenteuse par téléphone (ou téléprescription) dans le cadre de la régulation médicale

Prescription médicamenteuse par téléphone (ou téléprescription) dans le cadre de la régulation médicale RECOMMANDATIONS PROFESSIONNELLES Prescription médicamenteuse par téléphone (ou téléprescription) dans le cadre de la régulation médicale RECOMMANDATIONS Février 2009 HAS/Service des bonnes pratiques professionnelles

Plus en détail

Indications thérapeutiques : Utilisé comme modificateur du terrain en particulier au cours d atteintes ligamentaires mineures.

Indications thérapeutiques : Utilisé comme modificateur du terrain en particulier au cours d atteintes ligamentaires mineures. Fluorure de sodium Indications thérapeutiques : Utilisé comme modificateur du terrain en particulier au cours d atteintes ligamentaires mineures. AMM N 3400930751459 : Valid 1997, Rév. 08/2011. (Mise sur

Plus en détail

ANNEXE III. Modifications apportées aux rubriques pertinentes du résumé des caractéristiques du produit, de l étiquetage et de la notice

ANNEXE III. Modifications apportées aux rubriques pertinentes du résumé des caractéristiques du produit, de l étiquetage et de la notice ANNEXE III Modifications apportées aux rubriques pertinentes du résumé des caractéristiques du produit, de l étiquetage et de la notice 20 RÉSUMÉ DES CARACTÉRISTIQUES DU PRODUIT Ce médicament fait l objet

Plus en détail

Règles de prescription des médicaments

Règles de prescription des médicaments Règles de prescription des médicaments Dr Bruno Laviolle Laboratoire de Pharmacologie Expérimentale et Clinique - Université de Rennes 1 Service de pharmacologie et Centre d'investigation Clinique INSERM

Plus en détail

Outil d aide à la décision pour l admission des patients en soins de suite et de réadaptation

Outil d aide à la décision pour l admission des patients en soins de suite et de réadaptation Outil d aide à la décision pour l admission des patients en soins de suite et de réadaptation Juillet 2013 Contexte d utilisation Objet de la prise en charge Autre objet de prise en charge Un projet et

Plus en détail

Projet de règlement grand-ducal déterminant les modalités de calcul de la base de remboursement des médicaments substituables

Projet de règlement grand-ducal déterminant les modalités de calcul de la base de remboursement des médicaments substituables Projet de règlement grand-ducal déterminant les modalités de calcul de la base de remboursement des médicaments substituables Vu l article 22bis du Code de la sécurité sociale ; Vu les avis de la Chambre

Plus en détail

LIGNE DIRECTRICE RELATIVE A LA DISTRIBUTION

LIGNE DIRECTRICE RELATIVE A LA DISTRIBUTION LIGNE DIRECTRICE RELATIVE A LA DISTRIBUTION I- PERSONNEL 41 I-1 Le responsable de la distribution 41 I-2 Les autres personnels 42 II- LOCAUX 42 III- DISTRIBUTION 42 III-1 Attribution nominative 43 III-1-1

Plus en détail

Démarche de Soins Infirmiers

Démarche de Soins Infirmiers Démarche de Soins Infirmiers La reconnaissance de l infirmière dans son rôle propre. Sommaire Rappel historique Qui est concerné par la Démarche de Soins Infirmiers? Comment se met-elle en place? Comment

Plus en détail

Étude d évaluation des termes utilisés par les ostéopathes pour caractériser les pathologies de leurs patients

Étude d évaluation des termes utilisés par les ostéopathes pour caractériser les pathologies de leurs patients Étude d évaluation des termes utilisés par les ostéopathes pour caractériser les pathologies de leurs patients 1 L ostéopathie au GIM (Groupe Initiatives Mutuelles) 2005 : décision de prise en charge dans

Plus en détail

PROPOSITION D'UN PROGRAMME D'EDUCATION THERAPEUTIQUE DANS LA PRISE EN CHARGE DU PATIENT TUBERCULEUX : Réseau National des CLAT Créteil 15/11/2012

PROPOSITION D'UN PROGRAMME D'EDUCATION THERAPEUTIQUE DANS LA PRISE EN CHARGE DU PATIENT TUBERCULEUX : Réseau National des CLAT Créteil 15/11/2012 PROPOSITION D'UN PROGRAMME D'EDUCATION THERAPEUTIQUE DANS LA PRISE EN CHARGE DU PATIENT TUBERCULEUX : Réseau National des CLAT Créteil 15/11/2012 1 Les pré requis 1 Contexte (file active/an), argumentaire

Plus en détail

Manuel de Bonnes Pratiques de Prescription Médicamenteuse au CHU de Bordeaux

Manuel de Bonnes Pratiques de Prescription Médicamenteuse au CHU de Bordeaux Manuel de Bonnes Pratiques de Prescription Médicamenteuse au CHU de Bordeaux Edition 2013 PREAMBULE Ce guide est destiné à l ensemble des prescripteurs hospitaliers du CHU et particulièrement aux nouveaux

Plus en détail

GT 28 Médicaments de Prescription Médicale Facultative N 2014-01. Séance du 13 février 2014 de 10h à 13h en salle A013

GT 28 Médicaments de Prescription Médicale Facultative N 2014-01. Séance du 13 février 2014 de 10h à 13h en salle A013 Ordre du jour Numero unique de document : GT282014011 Date document : 10/02/2014 Direction : Evaluation Pôle : Clinique AMM Personnes en charge : Antoine. SAWAYA / L. Badis BENSAAD GT 28 Médicaments de

Plus en détail

Aspect clinique de la dépendance : exemple de l alcool, des drogues et des pharmacodépendances

Aspect clinique de la dépendance : exemple de l alcool, des drogues et des pharmacodépendances Aspect clinique de la dépendance : exemple de l alcool, des drogues et des pharmacodépendances Mickaël NAASSILA UPJ V, directeur du GRAP, INSERM SOMMAIRE I. PRISE AIGUË ET CONSOMMATION CHRONIQUE II. LES

Plus en détail

Caroline QUINTIN. URC Paris Nord - Formation DU 1

Caroline QUINTIN. URC Paris Nord - Formation DU 1 Caroline QUINTIN URC Paris Nord - Formation DU 1 INTRODUCTION Les documents et données relatifs à la recherche constituent les documents essentiels qui composent le dossier permanent de la recherche. Ces

Plus en détail

PRISE EN CHARGE EN VILLE DES PERSONNES DÉPENDANTES AUX OPIACÉS

PRISE EN CHARGE EN VILLE DES PERSONNES DÉPENDANTES AUX OPIACÉS PRISE EN CHARGE EN VILLE DES PERSONNES DÉPENDANTES AUX OPIACÉS Constance Legroux (DCEM3) QUELQUES CHIFFRES 150 000 toxicomanes en France, dont moins de Diminution de la mortalité grâce à la mise sur le

Plus en détail

Dr Buttard Service de cardiologie CH W.Morey Chalon sur saone.

Dr Buttard Service de cardiologie CH W.Morey Chalon sur saone. 1 Dr Buttard Service de cardiologie CH W.Morey Chalon sur saone. PLAN 1. SONDAGE 2. POURQUOI INFORMATISER LE CIRCUIT DU MEDICAMENT 3. EXPERIENCE CHALONNAISE 1. CONTEXTE 2. PRESENTATION DU LOGICIEL 3. UTILISATION

Plus en détail

- un questionnaire destiné aux fibromyalgiques ayant déjà effectué une cure = 127 réponses ;

- un questionnaire destiné aux fibromyalgiques ayant déjà effectué une cure = 127 réponses ; Association reconnue d Intérêt général et agréée au niveau national par le Ministère de la Santé et des Solidarités agrément n N2006AGD43 - Siret : 50880038000026 Association Loi 1901 n W 751190228 site

Plus en détail

STRICTEMENT CONFIDENTIEL

STRICTEMENT CONFIDENTIEL STRICTEMENT CONFIDENTIEL DÉCLARATION DE L ASSURÉ À LA SUITE D UNE RÉCLAMATION 1 Cette déclaration est strictement confidentielle et ne sera transmise qu à l assureur, l avocat ou l expert en sinistre à

Plus en détail

DELIBERATION N 2014-04 DU 4 FEVRIER 2014 DE LA COMMISSION DE CONTROLE DES INFORMATIONS NOMINATIVES PORTANT AVIS FAVORABLE A LA MISE EN ŒUVRE

DELIBERATION N 2014-04 DU 4 FEVRIER 2014 DE LA COMMISSION DE CONTROLE DES INFORMATIONS NOMINATIVES PORTANT AVIS FAVORABLE A LA MISE EN ŒUVRE DELIBERATION N 2014-04 DU 4 FEVRIER 2014 DE LA COMMISSION DE CONTROLE DES INFORMATIONS NOMINATIVES PORTANT AVIS FAVORABLE A LA MISE EN ŒUVRE DU TRAITEMENT AUTOMATISE D INFORMATIONS NOMINATIVES AYANT POUR

Plus en détail

Procé duré dé traitémént dés plaintés dé PREVAL (la Socié té )

Procé duré dé traitémént dés plaintés dé PREVAL (la Socié té ) Procé duré dé traitémént dés plaintés dé PREVAL (la Socié té ) Les relations avec la clientèle privée ou institutionnelle sur la place financière luxembourgeoise exigent des professionnels du secteur financier

Plus en détail

COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS. 27 avril 2011

COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS. 27 avril 2011 COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS 27 avril 2011 JEXT 150 microgrammes, solution injectable en stylo pré-rempli - B/1 stylo pré-rempli de 0,15 ml de solution (CIP : 498 549-3) JEXT 300 microgrammes, solution

Plus en détail

HOPITAL DE SOULTZ N :S.PC.A.001.1 SERVICES DESTINATAIRES SERVICE DE SOINS DE SUITE ET DE READAPTATION SERVICE DE SOINS INFIRMIERS A DOMICILE

HOPITAL DE SOULTZ N :S.PC.A.001.1 SERVICES DESTINATAIRES SERVICE DE SOINS DE SUITE ET DE READAPTATION SERVICE DE SOINS INFIRMIERS A DOMICILE HOPITAL DE SOULTZ N :S.PC.A.001.1 PROCEDURE D ACCUEIL CLASSEUR 1 : CLASSEUR 2 : CLASSEUR 3 : CLASSEUR 4 : CLASSEUR 5 : CLASSEUR 6 : CLASSEUR 7 : CLASSEUR 8 : CLASSEUR 9 : CLASSEUR 10 : CLASSEUR 11 : SERVICES

Plus en détail

COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS. 10 mai 2006

COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS. 10 mai 2006 COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS 10 mai 2006 Suite à la demande du ministre chargé de la Santé et de la Sécurité Sociale, la commission réexamine la spécialité suivante : MEDIATOR 150 mg, comprimé enrobé

Plus en détail

ANNEXE I RÉSUMÉ DES CARACTÉRISTIQUES DU PRODUIT

ANNEXE I RÉSUMÉ DES CARACTÉRISTIQUES DU PRODUIT ANNEXE I RÉSUMÉ DES CARACTÉRISTIQUES DU PRODUIT 1 1. DÉNOMINATION DU MÉDICAMENT VÉTÉRINAIRE INCURIN, comprimé de 1 mg 2. COMPOSITION QUALITATIVE ET QUANTITATIVE Principe actif : estriol 1 mg par comprimé.

Plus en détail

COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS. 12 septembre 2007

COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS. 12 septembre 2007 COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS 12 septembre 2007 INFRACYANINE 25 mg/10 ml, poudre et solvant pour solution injectable Flacon de 25 mg avec 1 ampoule de solvant de 10 ml (CIP : 360 841-7) Laboratoire

Plus en détail

à Mesdames et Messieurs les Directeurs Agents Comptables Médecins Conseils Régionaux Chef de service Pour mise en oeuvre immédiate

à Mesdames et Messieurs les Directeurs Agents Comptables Médecins Conseils Régionaux Chef de service Pour mise en oeuvre immédiate CIRCULAIRE CIR-19/2009 Document consultable dans Médi@m Date : 19/03/2009 Domaine(s) : gestion des prestations en nature à Mesdames et Messieurs les Directeurs Agents Comptables CPAM CRAM URCAM UGECAM

Plus en détail

02/10/2013 INFORMATION ET PUBLICITÉ SUR LES MÉDICAMENTS INFORMATION ET PUBLICITÉ SUR LES MÉDICAMENTS

02/10/2013 INFORMATION ET PUBLICITÉ SUR LES MÉDICAMENTS INFORMATION ET PUBLICITÉ SUR LES MÉDICAMENTS DROIT PHARMACEUTIQUE INFORMATION ET PUBLICITÉ SUR IFSI UE 2-11 : PHARMACOLOGIE ET THÉRAPEUTIQUE Pr. Marine AULOIS-GRIOT 2013 Laboratoire de Droit et Économie Pharmaceutiques Unité INSERM 657 INFORMATION

Plus en détail

Carnet de suivi Lithium. Téralithe cp 250 mg Téralithe LP cp 400 mg

Carnet de suivi Lithium. Téralithe cp 250 mg Téralithe LP cp 400 mg Carnet de suivi Lithium Téralithe cp 250 mg Téralithe LP cp 400 mg Ce carnet est important Si vous le trouvez, merci de le faire parvenir à l adresse ci-dessous Nom Prénom Adresse Téléphone Mobile Date

Plus en détail

Le Plan de Santé Personnalisé [PSP] - Un outil de la décision partagée

Le Plan de Santé Personnalisé [PSP] - Un outil de la décision partagée Le Plan de Santé Personnalisé [PSP] - Un outil de la décision partagée PREAMBULE. La prévalence des maladies chroniques est en progression constante. 15 millions de personnes présenteraient une affection

Plus en détail

La protection du personnel soignant: Contacts cytostatiques - Rayonnements ionisants

La protection du personnel soignant: Contacts cytostatiques - Rayonnements ionisants La protection du personnel soignant: Contacts cytostatiques - Rayonnements ionisants Dr. Lechevin Véronique Médecin du travail Dépt Surveillance médicale S.C.P.P. ULB - Erasme - Bordet A. Introduction

Plus en détail

Les antipsychotiques en médecine générale diagnostic, surveillance et prise en charge du syndrome métabolique. Dr GIGNOUX-FROMENT F.

Les antipsychotiques en médecine générale diagnostic, surveillance et prise en charge du syndrome métabolique. Dr GIGNOUX-FROMENT F. Les antipsychotiques en médecine générale diagnostic, surveillance et prise en charge du syndrome métabolique Dr GIGNOUX-FROMENT F. 10 juin 2010 1 Sommaire Introduction Méthodes Résultats Discussion Conclusion

Plus en détail

Le circuit économique et l évaluation médico-économique du médicament

Le circuit économique et l évaluation médico-économique du médicament Le circuit économique et l évaluation médico-économique du médicament Présenté par Hans-Martin Späth Département pharmaceutique de Santé Publique, ISPB, Université Lyon 1 Plan L Autorisation de Mise sur

Plus en détail

AVIS. Objet : Liège, le 12 février 2001. Réf. : CWEDD/01/AV.264

AVIS. Objet : Liège, le 12 février 2001. Réf. : CWEDD/01/AV.264 AVIS Réf. : CWEDD/01/AV.264 Liège, le 12 février 2001 Objet : Etude des incidences sur l environnement relative au projet d'installation d'incinération de déchets dangereux ou toxiques de la S.A. MEPREC

Plus en détail