Dr GALAIS Marie-Pierre CLCC François Baclesse Dr BIGNON-BRETAGNE Anne-Laure CHU de CAEN Vendredi 3 Avril 2015

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Dr GALAIS Marie-Pierre CLCC François Baclesse Dr BIGNON-BRETAGNE Anne-Laure CHU de CAEN Vendredi 3 Avril 2015"

Transcription

1 Dr GALAIS Marie-Pierre CLCC François Baclesse Dr BIGNON-BRETAGNE Anne-Laure CHU de CAEN Vendredi 3 Avril 2015

2 Les thérapies ciblées Cancer colorectal métastatique Anti VEGF Bévacizumab Aflibercept Anti EGFr Cétuximab Panitumumab Multi cible Régorafénib Statut RAS En association à une chimiothérapie, voie veineuse Monothérapie, voie orale

3 Les anti-egfr : le Cetuximab

4 Etude de cohorte : Cetuximab

5 Anti EGFr : Cetuximab associé à la CT

6 Cetuximab et CT : tolérance

7 Anti EGFR : Panitumumab Etude PRIME : 1 ère ligne avec Folfox, analyse de sous groupe SG

8 Anti-EGFR : Panitumumb Etude 2ème ligne avec Folfiri : étude de sous-groupe sur la SG

9 Cas clinique Patient de 78 ans, anémie révélant un adénocarcinome colique droit avec localisations secondaires hépatiques non résécables OMS 1 Bilan hépatique : cholestase anictérique Statut RAS : pas de mutation Choix de chimiothérapie Folfiri- Cetuximab

10 Toxicités Traitement préventif de la toxicité cutanée - explications - hydrater et graisser la peau - Dexeryl 2 fois par jour sur tout le corps - ne pas utiliser de savon agressif - Photoprotection - examen des pieds et pédicure si besoins - Antibiotique avant la première injection : cyclines - éviter traumatisme ( chaussures..) Traitement préventif de l allergie - possible - tout grade allant jusqu au choc - conditions optimales pour injection - dosage IgE

11 Folliculite Molécules responsables: Erbitux (Cetuximab); panitumumab (Vectibix). 50 à 80% des patients. Maximale entre 1 et 4 semaines; dose dépendante. Eruption papulo-pustuleuse aseptique; prurit. Touche surtout le visage et les zones séborrheiques.

12 Folliculite 1. Faible intensité (grade1 ) Visage : préparation à base d erythomycine: erythromycine base 2g + glycérine 5g+ excipial hydrocrème (qsp 50g). Dermocorticoides (classe 2): 1 application unique le soir si prurit ou brûlures. Poursuite des cyclines per os.

13 Folliculite 2. Intensité modérée (grade 2) Cyclines per os Dermocorticoides (classe 2 ou 3): 1 application le soir si absence de surinfection. Si prurit: ajouter un anti-histaminique 2de génération; ex: clarytine 5 mg/j.

14 Folliculite 3.Intensité sévère (grade 3 ): Plus de 30% de la surface corporelle. Peut être surinfectée (prélèvement). Augmentation de la dose de cycline orale. Dermocorticoide (classe 3,4) sauf si surinfection. Arrêt du traitement anti-egfr Si surinfection: Arrêt des cyclines. Antibiothérapie systémique(pénicillinem, macrolides) ou anti-viraux Consultation dermatologique.

15 Fissures Prévention: pain sans savon surgras; cold cream mains pluriquotidien. Curatif: vaseline officinale dans la fissure ou crème cicatrisante : Cicaplast (Roche-Posay); Cicalfate +/- pansement occlusif. cold cream mains Avène pluriquotidien.

16 Inflammation péri-unguéale:paronychies Molécules: Cetuximab (Erbitux); Panitumumab (Vectibix). 10 à 15% des patients. Débute environ 1 à 2 mois après le traitement. Inflammation du pourtour de l ongle avec bourgeons charnus des bords latéraux des ongles. Peut s améliorer mais récidive fréquente. ASEPTIQUE mais risque élevé de surinfection. Prévention: ongle au carré pas trop court ; chaussures larges. Curatif: bain avec bétadine moussante. bétadine solution avec une compresse Corticoides de classe 4: dermoval 1/j jusqu à guérison

17 Conclusions Pas de données dans la littérature sur l utilisation des Anti- EGFr chez les personnes âgées Utilisation possible Prévention et traitement Vigilance sur le retentissement social de cette toxicité cutanée

18 LES THERAPIES CIBLEES LES ANTI-ANGIOGENIQUES

19 Bevacizumab Aflibercept VEGF-B PlGF VEGF-A VEGF-C VEGF-D TKI Régorafénib NRP-1 NRP-2 VEGFR-1 Migration Prolifération Invasion Migration Survival Perméabilité VEGFR-2 Proliferation Apoptose Survival Survie Permeability VEGFR-3 Prolifération Lymphangiogenesis Migration

20 LE BEVACIZUMAB Survie%sans%progression% Sans Progression Survie%globale% Survie Globale 80% des patients avaient 65 ans L Age moyen était > 70 ans % et#al. J Clin Oncol 2005;23(16):

21 Analyse poolée de 4 études prospectives de phase II et III EFFICACITE Survie%sans%progression% Survie%globale% Globale et#al. et#al. J Cancer Res Clin 2010;136(5):

22 J Cancer Res Clin 2010;136(5): Le BEVACIZUMAB: données prospectives Analyse poolée de 4 études prospectives de phase II et III TOLERANCE Analyse poolée (Cassidy et al.) Augmentation : En terme de tolérance -Du nombre d accidents thrombo-emboliques Plus de protéinurie, plus -De d accidents la protéinurie thromboemboliques

23 Le BEVACIZUMAB : Etude de phase III AVEX D.Cunningham et al. ASCO GI 2013; abstract 337

24 Le BEVACIZUMAB : Etude de phase III AVEX Survie sans progression : Amélioration significative D.Cunningham et al. ASCO GI 2013; abstract 337

25 Le BEVACIZUMAB : Etude de phase III AVEX Survie globale: Tendance non significative D.Cunningham et al. ASCO GI 2013; abstract 337

26

27 PRODIGE 20 : caractéristiques des 102 patients CT seule n=51 CT + bevacizumab n=51 Age médian 80 [75-90] 80 [75-88] Chimiothérapie LV5FU2 simplifié FOLFOX4 simplifié FOLFIRI Tumeur primitive réséquée Oui Non 26 (51%) 14 (27%) 11 (22%) 22 (43%) 29 (57%) 27 (53%) 9 (18%) 15 (29%) 25 (49%) 26 (51%) T. Aparicio et al., JFHOD 2015

28 SSP médiane Bev 10,7 mois (IC95% :8,2-13,8) CT 7,8 mois (IC95% : 6,6-10,6) HR (BEV vs CT) : 0,60 (IC95% : 0,4-0,95) Mois 28 CT BEV T. Aparicio et al., JFHOD 2015

29 FOLFIRI-AFLIBERCEPT : Etude de Phase III en 2 ème ligne Survie Globale Survie sans progression Moyenne d âge dans les 2 groupes = 61 ans Difficile de conclure chez les sujets âgés J Clin Oncol 30:

30 PRODIGE 25 FOLFA en cours d ouverture Cancer colo-rectal métastatique - non prétraité - Patient 65 ans - Non opérable - Non résécable - Non ou peu symptomatique R Aflibercept LV5FU2 LV5FU2 Objectif principal : % patients vivants et sans progression dans les 6 mois

31 REGORAFENIB: Etude CORRECT, phase III Survie Globale Survie sans progression R Moyenne d âge dans les 2 groupes : 61 ans 50% des patients sont OMS = 0 Effets secondaires majeurs : Syndrôme main-pied, Asthénie, Diarrhée Lancet 2013;381:

32 EN PRATIQUE Traitement utilisable chez les patients âgés après évaluation onco-gériatrique Risque accru des ATE artériels : Prudence chez les patients ayant un ATCD d ATE Pas de données sur l utilisation de l Aflibercept et du Régorafénib chez les sujets âgés

33 CAS CLINIQUE Patiente de 78 ans, autonome à domicile, vit seule Pas d antécédent Pas de traitement Hospitalisation en Août 2013 pour douleurs abdominales. Au scanner, présence d une lésion sigmoïdienne abcédée avec 3 lésions secondaires hépatiques des segments V, VI et VIII de classe II

34 Chirurgie : Colectomie gauche sous coelioscopie. Histologie: Adénocarcinome lieberkuhnien tubuleux bien à moyennement différencié infiltrant la paroi et les tuniques musculaires pt3 N0 M1. RAS muté Marqueurs : ACE = 15 et CA9-9 = N

35 Chimiothérapie?

36 Bilan avant d initier un traitement? 1- Score G8 2- Evaluation de la fonction rénale (clairance de la créatinine) 3- Evaluation de la fonction hépatique 4- Evaluation de l état nutritionnel (Albumine, Pré-Albumine) 5- Bilan cardiologique

37 Quelle chimiothérapie? FOLFOX-AVASTIN, 4 cures

38 Précautions d emploi du Bévacizumab Début de traitement au moins 28j après chirurgie et après cicatrisation complète d une plaie chirurgicale Arrêt du traitement au moins 4 à 5 semaines avant une intervention chirurgicale, une extraction dentaire ou une polypectomie endoscopique planifiée Risque accru de perforation gastro-intestinale si diverticulite, ulcère gastro-intestinal, tumeur en place, carcinose péritonéale ou antécédent de radiothérapie abdominale ou pelvienne Risque accru d ischémie colique si antécédent de radiothérapie abdominale ou pelvienne Risque accru d accident thrombo-embolique artériel si âge > 65 ans et/ou antécédent d accident thrombo-embolique artériel

39 Complications du traitement par Bévacizumab Hypertension Artérielle Hémorragie Perforation digestive Accidents thromboemboliques artériels Protéinurie

40 Très bonne tolérance avec réponse partielle à l imagerie rendant les lésions hépatiques classe I Normalisation de l ACE

41 Refus par la patiente d une chirurgie hépatique Quelle conduite à tenir?

42 Poursuite de la chimiothérapie par FOLFOX-AVASTIN Apparition de paresthésies grade I et d une HTA avec TA 160/80

43 Surveillance d un traitement par Bévacizumab Surveillance de la pression artérielle Mesure de la pression artérielle en ambulatoire par le médecin traitant et / ou par Auto-Mesure à domicile à S1, S2, S4 puis chaque mois Prise de la PA après au moins 5 minutes de repos 3 prises de la PA le matin au réveil à 5 minutes d intervalle, 3 prises de la PA le soir au coucher à cinq minutes d intervalle, 3 jours de suite

44 Surveillance d un traitement par Bévacizumab Surveillance de la protéinurie Réaliser une Bandelette urinaire à chaque cure de chimiothérapie

45 Surveillance d un traitement par Bévacizumab Conduite à tenir si anticoagulants et/ou thrombose Si traitement à dose préventive = > association possible à l Avastin aspirine < 325mg/j si AVK ou HBPM = prudence avec surveillance par bilan de coagulation avant chaque cure Si accident thrombo-embolique artériel = > arrêt définitif de l Avastin Si accident thrombo-embolique veineux => suspension 2 semaines puis reprise si anti-coagulation stable surveillance coagulation / 2j première semaine, puis 2 fois/ sem, puis si stable au moins avant chaque cure

46 Traitement par Cozaar Stabilité à l issue de 4 nouvelles cures

47 Septembre 2014 : Fracture de l humérus Octobre 2014 : Progression des lésions Reprise de la chimiothérapie par FOLFOX-AVASTIN, 1 ère cure sans Avastin Réponse partielle après 4 cures, lésions toujours résécables mais refus par la patiente de toute chirurgie Patiente actuellement en pause

Impact de la socio-esthétique

Impact de la socio-esthétique Prise en charge des effets secondaires cutanés observés chez des patients ayant reçus des thérapies ciblées pour le traitement de leur cancer. Impact de la socio-esthétique Docteur Marion Deslandres, Oncologue

Plus en détail

Thérapies ciblées et sujets âgés

Thérapies ciblées et sujets âgés Thérapies ciblées et sujets âgés Dr Marie-Paule Sablin Service inter-hospitalier Beaujon-Bichat de cancérologie Le plan Que sont les thérapies ciblées? Leurs indications En pratique chez les sujets agés

Plus en détail

Thérapeutiques ciblées en cancérologie: du criblage à la prescription. Christine Rebischung, oncologie médicale

Thérapeutiques ciblées en cancérologie: du criblage à la prescription. Christine Rebischung, oncologie médicale Thérapeutiques ciblées en cancérologie: du criblage à la prescription Christine Rebischung, oncologie médicale Mécanisme d action de la chimiothérapie -Action sur les mécanismes de division de la cellule

Plus en détail

THERAPEUTIQUES CIBLEES GESTION DES EFFETS SECONDAIRES

THERAPEUTIQUES CIBLEES GESTION DES EFFETS SECONDAIRES THERAPEUTIQUES CIBLEES GESTION DES EFFETS SECONDAIRES Dr Anne-Claire Hardy-Bessard Clinique Armoricaine CHIMIOTHERAPIE Médicament Cellule normale Cellule cancéreuse CHIMIOTHERAPIE : Action dans la totalité

Plus en détail

Angiogénèse et cancers gynécologique

Angiogénèse et cancers gynécologique Angiogénèse et cancers gynécologique Dr Thibault de La Motte Rouge Compréhension de la biologie tumorale : les années 2000 Perte de l apoptose Auto-suffisance en signal de croissance Insensibilité aux

Plus en détail

Les Thérapies ciblées Dix ans après... Evaluation médicale

Les Thérapies ciblées Dix ans après... Evaluation médicale Les Thérapies ciblées Dix ans après... Evaluation médicale Dominique JAUBERT Oncologie-Hématologie Clinique Tivoli BORDEAUX Réseau de cancérologie d Aquitaine La recherche de nouvelles molécules anticancéreuses

Plus en détail

Rôle pronostique de RAS, BRAF, IMS

Rôle pronostique de RAS, BRAF, IMS 4 ème Journée Annuelle Régionale de Cancérologie Digestive 3 Avril 2015 Rôle pronostique de RAS, BRAF, IMS Janick Selves Département d Anatomie Pathologique Facteurs histo-pronostiques Stade ptn (M) Grade

Plus en détail

Association canadienne du cancer colorectal. Le cancer colorectal. Guide de traitement personnalisé à l intention des patients

Association canadienne du cancer colorectal. Le cancer colorectal. Guide de traitement personnalisé à l intention des patients Association canadienne du cancer colorectal Le cancer colorectal Guide de traitement personnalisé à l intention des patients Avastin est une marque déposée de Genentech, Inc., utilisée sous licence. Camptosar

Plus en détail

Liens d intérêt. Aucun

Liens d intérêt. Aucun U961 Traitement des TVP àla phase aiguëen 2012 Stéphane ZUILY MCU-PH Unité de Médecine Vasculaire CHU de Nancy Centre de compétence régional maladies vasculaires rares Université de Lorraine INSERM U961

Plus en détail

Les incontournables 2014 en cancérologie Pneumologie Les thérapies ciblées dans le cadre de l AMM en octobre 2014

Les incontournables 2014 en cancérologie Pneumologie Les thérapies ciblées dans le cadre de l AMM en octobre 2014 Les incontournables 2014 en cancérologie Pneumologie Les thérapies ciblées dans le cadre de l AMM en octobre 2014 Anne-Claire TOFFART EGFR mutés Gefitinib 250 mg x 1/J Cp 250 mg Erlotinib 150 mg x 1/J

Plus en détail

Thérapies ciblées: Prise en charge en soins de support

Thérapies ciblées: Prise en charge en soins de support Thérapies ciblées: Prise en charge en soins de support Dr Stéphanie Träger - CH SENLIS Coordination Soins de Support en Oncologie Principaux effets secondaires Digestifs: Nausées / Vomissements, diarrhées,

Plus en détail

Prise en charge de l embolie pulmonaire

Prise en charge de l embolie pulmonaire Prise en charge de l embolie pulmonaire Dr Serge Motte Liège 06.12.14 - Laack TA et Goyal DG, Emerg Med Clin N Am 2004; 961-983 2 PLAN Diagnostic Prise en charge: Phase aiguë: analyse de gravité Choix

Plus en détail

Plaies et cancer. Dr Isabelle Jaffré. Isabelle Fromentin. Chirurgien Centre René Gauducheau. IDE expert Institut Curie

Plaies et cancer. Dr Isabelle Jaffré. Isabelle Fromentin. Chirurgien Centre René Gauducheau. IDE expert Institut Curie Plaies et cancer Dr Isabelle Jaffré Chirurgien Centre René Gauducheau Isabelle Fromentin IDE expert Institut Curie Plaies tumorales Plaies induites par les traitements Radiodermite, radionécrose, post

Plus en détail

FLASH RAS. J-L. Merlin (A), A. Lièvre (B), P. Laurent-Puig (C), M. Ducreux (D), P. Artru (E), J. Fuchs (F), C. Gicquel (F), J-C.

FLASH RAS. J-L. Merlin (A), A. Lièvre (B), P. Laurent-Puig (C), M. Ducreux (D), P. Artru (E), J. Fuchs (F), C. Gicquel (F), J-C. FLASH RAS Etude observationnelle rétrospective faisant un état des lieux des tests KRAS et NRAS en 2014 chez les patients atteints d un cancer colorectal métastatique (CCRm) J-L. Merlin (A), A. Lièvre

Plus en détail

Applications pratiques des analyses moléculaires à partir de tissus en oncologie : le point de vue du clinicien

Applications pratiques des analyses moléculaires à partir de tissus en oncologie : le point de vue du clinicien Applications pratiques des analyses moléculaires à partir de tissus en oncologie : le point de vue du clinicien BOUSQUET Guilhem Paris, 7 décembre 2011 Analyses moléculaires Diagnostic Facteurs pronostiques

Plus en détail

LA CARCINOMATOSE PERITONEALE : TRAITEMENT PALLIATIF

LA CARCINOMATOSE PERITONEALE : TRAITEMENT PALLIATIF LA CARCINOMATOSE PERITONEALE : TRAITEMENT PALLIATIF La carcinomatose péritonéale : traitement palliatif 1. Introduction - La CP signe souvent une pathologie dépassée à pronostic sombre(6 mois). - Traitement

Plus en détail

H. Mahfouf, K.Bouzid Service Oncologie Médicale E.H.S Centre Pierre & Marie CURIE Alger

H. Mahfouf, K.Bouzid Service Oncologie Médicale E.H.S Centre Pierre & Marie CURIE Alger Adénocarcinomes gastriques métastatiques : quelle chimiothérapie pour quel bénéfice et quelles biothérapies pour quelles indications en 2010? H. Mahfouf, K.Bouzid Service Oncologie Médicale E.H.S Centre

Plus en détail

Endoscopie et traitement anticoagulant ou anti-aggrégant plaquettaire

Endoscopie et traitement anticoagulant ou anti-aggrégant plaquettaire Endoscopie et traitement anticoagulant ou anti-aggrégant plaquettaire Recommandations en 2007 Yann le baleur DES Introduction 1 million de patients sous aspirine 300.000 patients sous anti-vitamine K (AVK)

Plus en détail

Prise en charge chirurgicale et chimiothérapie néoadjuvante des cancers de l ovaire stade III-IV

Prise en charge chirurgicale et chimiothérapie néoadjuvante des cancers de l ovaire stade III-IV Prise en charge chirurgicale et chimiothérapie néoadjuvante des cancers de l ovaire stade III-IV JM. Classe, R. Rouzier, O.Glehen, P.Meeus, L.Gladieff, JM. Bereder, F Lécuru Population concernée par la

Plus en détail

ACE. Association des Cardiologues de l'est

ACE. Association des Cardiologues de l'est ACE Association des Cardiologues de l'est Etude de cas cliniques Vote interactif Cas clinique n 1 T. LECOMPTE J.C. FAVIER P. LELARGE M. PICHENE Questions Quels sont les gestes agressifs qui justifient

Plus en détail

Cas clinique 2. Florence JOLY, Caen François IBORRA, Montpellier

Cas clinique 2. Florence JOLY, Caen François IBORRA, Montpellier Cas clinique 2 Florence JOLY, Caen François IBORRA, Montpellier Cas clinique Patient de 60 ans, ATCD: HTA, IDM en 2007, hypercholestérolémie Juin 2008: Toux, dyspnée (sous 02) et anorexie progressive Bilan

Plus en détail

Essai Inter-groupe : FFCD UNICANCER FRENCH - GERCOR

Essai Inter-groupe : FFCD UNICANCER FRENCH - GERCOR CLIMAT - PRODIGE 30 Etude de phase III randomisée évaluant l Intérêt de la colectomie première chez les patients porteurs d un cancer colique asymptomatique avec métastases hépatiques synchrones non résécables

Plus en détail

Les nouveaux anticoagulants oraux. Kelly MONTHE-SAGAN CCA Anesthésie-Réanimation CHU de Caen Le 10/10/2015

Les nouveaux anticoagulants oraux. Kelly MONTHE-SAGAN CCA Anesthésie-Réanimation CHU de Caen Le 10/10/2015 Les nouveaux anticoagulants oraux Kelly MONTHE-SAGAN CCA Anesthésie-Réanimation CHU de Caen Le 10/10/2015 Je n ai pas de conflit d intérêt à déclarer. Les nouveaux anticoagulants oraux Les anticoagulants

Plus en détail

CENTRE D UROLOGIE PRADO-LOUVAIN. Le Cancer du rein

CENTRE D UROLOGIE PRADO-LOUVAIN. Le Cancer du rein CENTRE D UROLOGIE PRADO-LOUVAIN Le Cancer du rein Le cancer du rein représente 3% des cancers de l adulte. Il s agit du troisième cancer urologique après le cancer de prostate et celui de la vessie. L

Plus en détail

oblitération partielle ou complète d une veine par un caillot

oblitération partielle ou complète d une veine par un caillot Plan du cours Phlébite Définition Rappel anatomique Physiopathologie de la thrombose veineuse Diagnostic Complications des phlébites Embolie pulmonaire Maladie veineuse post-phlébitique Traitement Traitement

Plus en détail

CAS CLINIQUE 2. 2013 (juin) : patiente toujours en cours de traitement par Létrozole

CAS CLINIQUE 2. 2013 (juin) : patiente toujours en cours de traitement par Létrozole 2008 (décembre) : Patiente de 60 ans Tumorectomie plus curage CAS CLINIQUE 2 carcinome canalaire infiltrant de 2.5 cm, grade 2 RH+ (RO + 100% +++, Allred 8, RP + 80 % ++ Allred 7) Her2-, KI 67 à 18 %,

Plus en détail

Prise en charge du patient en chimiothérapie au sein d un service de chirurgie ORL CHENEVIER J. et LOPEZ M., IDE en chirurgie ORL au Centre

Prise en charge du patient en chimiothérapie au sein d un service de chirurgie ORL CHENEVIER J. et LOPEZ M., IDE en chirurgie ORL au Centre Prise en charge du patient en chimiothérapie au sein d un service de chirurgie ORL CHENEVIER J. et LOPEZ M., IDE en chirurgie ORL au Centre hospitalier Lyon-Sud. Service du Pr P. CERUSE 1 Introduction

Plus en détail

Toxicités des thérapies ciblées en cancérologie digestive. Dr Anne-Gaëlle KERVEGANT CHBA 03/02/12

Toxicités des thérapies ciblées en cancérologie digestive. Dr Anne-Gaëlle KERVEGANT CHBA 03/02/12 Toxicités des thérapies ciblées en cancérologie digestive Dr Anne-Gaëlle KERVEGANT CHBA 03/02/12 Le principe des thérapies ciblées en quelques mots Cible des thérapies ciblées : la prolifération tumorale

Plus en détail

Définition et Généralités

Définition et Généralités LE CANCER PRIMITIF DU COLON Docteur Jean-Baptiste Bachet, fédération des pathologies digestives, Hôpital Ambroise Paré, APHP, Boulogne Billancourt & Comité de Rédaction du site web de la Fédération Francophone

Plus en détail

Atelier Prise en Charge Médicamenteuse

Atelier Prise en Charge Médicamenteuse Premières journées communes Lyon Avril 2013 Atelier Prise en Charge Médicamenteuse Traitements anticoagulants De la théorie à la pratique P. Fagnoni-2013 1 Accidents thrombotiques Artériels & Veineux Artériels

Plus en détail

Facteurs prédictifs d efficacité des biothérapies Nouveautés

Facteurs prédictifs d efficacité des biothérapies Nouveautés Facteurs prédictifs d efficacité des biothérapies Nouveautés Astrid Lièvre Département d Oncologie Médicale Institut Curie Hôpital René Huguenin (Saint-Cloud) Université Versailles Saint-Quentin-en-Yvelines

Plus en détail

Dermohypodermite non nécrosante (érysipèle) chez un patient de plus de 70 ans

Dermohypodermite non nécrosante (érysipèle) chez un patient de plus de 70 ans SITUATION 10 Dermohypodermite non nécrosante (érysipèle) chez un patient de plus de 70 ans Centre hospitalier universitaire d Angers, service de maladies infectieuses Objectifs institutionnels Uniformiser

Plus en détail

Prise en charge des effets secondaires des traitements oncologiques

Prise en charge des effets secondaires des traitements oncologiques Prise en charge des effets secondaires des traitements oncologiques Valérie CHEDRU, pharmacien, CHU de Caen Elodie COQUAN, oncologue médicale, Centre F. Baclesse, Caen Généralités Les effets secondaires

Plus en détail

Thérapies moléculaires ciblées en Oncologie en 2015

Thérapies moléculaires ciblées en Oncologie en 2015 Thérapies moléculaires ciblées en Oncologie en 2015 Dr Pierre COMBE, Oncologie médicale HEGP pierre.combe@egp.aphp.fr Introduction: Thérapie moléculaire ciblée Activité sur un mécanisme oncogénique Identification

Plus en détail

Métastases cérébrales: épidémiologie, diagnostic, principes des traitements

Métastases cérébrales: épidémiologie, diagnostic, principes des traitements Métastases cérébrales: épidémiologie, diagnostic, principes des traitements Jean-Sébastien Guillamo Service de neurologie CHU Côte de Nacre CAEN guillamo-js@chu-caen.fr Plan de l exposé Epidémiologie Physiopathologie

Plus en détail

Prescription des IPP en Gériatrie. Journée interrégionale du DESC de Gériatrie 28 mars 2008 Dr SEITE Florent

Prescription des IPP en Gériatrie. Journée interrégionale du DESC de Gériatrie 28 mars 2008 Dr SEITE Florent Prescription des IPP en Gériatrie Journée interrégionale du DESC de Gériatrie 28 mars 2008 Dr SEITE Florent Inhibiteurs de la pompe à protons Mécanisme d action : Inhibition de H+/K+ ATPase diminution

Plus en détail

15 ème Journée Nationale du Sommeil Sommeil et Nutrition

15 ème Journée Nationale du Sommeil Sommeil et Nutrition INFORMATION DES PATIENTS 15 ème Journée Nationale du Sommeil Sommeil et Nutrition Dr Michel AST Patient type Une femme dans 80 % des cas 40 ans 120 kg / 1,66 m soit un imc de 43 Chirurgie de rattrapage

Plus en détail

SYNOPSIS INFORMATIONS GÉNÉRALES

SYNOPSIS INFORMATIONS GÉNÉRALES Evaluation de l utilisation d un anticoagulant anti-xa direct oral, Apixaban, dans la prévention de la maladie thromboembolique veineuse chez les patients traités par IMiDs au cours du myélome : étude

Plus en détail

27 ème JOURNEE SPORT ET MEDECINE Dr Roukos ABI KHALIL Digne Les Bains 23 novembre 2013

27 ème JOURNEE SPORT ET MEDECINE Dr Roukos ABI KHALIL Digne Les Bains 23 novembre 2013 27 ème JOURNEE SPORT ET MEDECINE Dr Roukos ABI KHALIL Digne Les Bains 23 novembre 2013 Les Nouveaux Anticoagulants Oraux (NACO) dans la maladie thrombo embolique veineuse INTRODUCTION Thrombose veineuse

Plus en détail

PAOLA-1. Cancer de l ovaire 1 ère ligne-maintenance

PAOLA-1. Cancer de l ovaire 1 ère ligne-maintenance PAOLA- Cancer de l ovaire ère ligne-maintenance Etude randomisée de phase III, en double aveugle, comparant olaparib vs placebo chez des patientes atteintes de cancer séreux ou endométrioïde de haut grade

Plus en détail

Moi ou mon enfant sous cortisone

Moi ou mon enfant sous cortisone Moi ou mon enfant sous cortisone Quelles conséquences? Isabelle Koné-Paut Pédiatrie Générale, Rhumatologie CHU de Bicêtre 94270 Le Kremlin-Bicêtre La cortisone, une hormone H H Organe 1 Organe 2 H Sang

Plus en détail

Protocoles dans le cancer du sein CancerEst. Joseph Gligorov Stéphane Provent

Protocoles dans le cancer du sein CancerEst. Joseph Gligorov Stéphane Provent Protocoles dans le cancer du sein CancerEst Joseph Gligorov Stéphane Provent Organisation de la recherche en oncologie mammaire à CancerEst Les acteurs Services Médicaux d Oncologie Médicale Tenon, St

Plus en détail

Les anticoagulants. PM Garcia Sam Hamati. sofomec 2008

Les anticoagulants. PM Garcia Sam Hamati. sofomec 2008 Les anticoagulants PM Garcia Sam Hamati sofomec 2008 1 Les anticoagulants sofomec 2008 point de vue HAS AVK = 13% des hospitalisations pour accidents iatrogènes 17 000 hospitalisations / an /France pas

Plus en détail

Nouvelles molécules dans le cancer du sein : Cas clinique XGEVA - AFINITOR

Nouvelles molécules dans le cancer du sein : Cas clinique XGEVA - AFINITOR Nouvelles molécules dans le cancer du sein : Cas clinique XGEVA - AFINITOR Dr. Elsa Curtit CCA Oncologie Médicale, CHU Besançon Cas clinique n 1 Mme D., 69 ans, est suivie depuis 3 ans en oncologie pour

Plus en détail

Médicaments prescrits en Oncologie Cas cliniques et QCM

Médicaments prescrits en Oncologie Cas cliniques et QCM Médicaments prescrits en Oncologie Cas cliniques et QCM Dr Florence BANNIE, Pharmacien Dr Laure Kaluzinski, Oncologue Centre Hospitalier Public du Cotentin ARKM 17éme Rencontre Médicale 29 novembre 2014,

Plus en détail

Les Nouveaux Anticoagulants Oraux

Les Nouveaux Anticoagulants Oraux Les Nouveaux Anticoagulants Oraux EPU AMEDYG 15 mai 2013 Dr Benjamin MANEGLIA 20 Bd Jean PAIN 38000 GRENOBLE bmaneglia@orange.fr Plan * Rappels sur les AVK * Hémostase Cascade de la coagulation * Le rivaroxaban

Plus en détail

COMMISSION DE LA TRANSPARENCE. Avis. 10 mars 2010

COMMISSION DE LA TRANSPARENCE. Avis. 10 mars 2010 COMMISSION DE LA TRANSPARENCE Avis 10 mars 2010 ARIXTRA 1,5 mg/0,3 ml, solution injectable en seringue pré-remplie - Boîte de 2 (CIP : 363 500-6) - Boîte de 7 (CIP : 363 501-2) - Boîte de 10 (CIP : 564

Plus en détail

CANCERS TETE ET COU ASCO 2012 W.GAIS CAC BATNA

CANCERS TETE ET COU ASCO 2012 W.GAIS CAC BATNA CANCERS TETE ET COU ASCO 2012 W.GAIS CAC BATNA I CANCERS ORL: PLAN A/CANCERS ORL LOCALEMENT AVANCÉS ET CHIMIOTHÉRAPIE D INDUCTION A1 Etude DECIDER. A2 Etude PARADIGM. B/ L apport des anti EGFR à la radio

Plus en détail

RADIOTHÉRAPIE DES CANCERS DU SEIN: VERS UNE INDIVIDUALISATION BASÉE SUR LE PHÉNOTYPE TUMORAL? Anthony TURPIN

RADIOTHÉRAPIE DES CANCERS DU SEIN: VERS UNE INDIVIDUALISATION BASÉE SUR LE PHÉNOTYPE TUMORAL? Anthony TURPIN RADIOTHÉRAPIE DES CANCERS DU SEIN: VERS UNE INDIVIDUALISATION BASÉE SUR LE PHÉNOTYPE TUMORAL? Anthony TURPIN INTRODUCTION RECOMMANDATIONS INCA NOV 2008 Schéma standard: o 50 Gy en 25 fractions sur 33 jours

Plus en détail

en oncologie thoracique

en oncologie thoracique Les facteurs de croissance en oncologie thoracique Stéphanie LOZANO 17 10 2008 Toxicité hématologique de la chimiothérapie Toxicité limitante Concerne de nombreux cytotoxiques Touche toutes les lignées

Plus en détail

COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS. 3 septembre 2008

COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS. 3 septembre 2008 COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS 3 septembre 2008 OCTAFIX 100 UI/ml, poudre et solvant pour solution injectable, 500 UI par flacon de 5 ml Boîte de 1 (CIP : 563 414-6) OCTAFIX 100 UI/ml, poudre et solvant

Plus en détail

Les Thérapies Ciblées les plus utilisées dans les Traitements Anti-Cancéreux. Dr William Jacot, Oncologue Médical

Les Thérapies Ciblées les plus utilisées dans les Traitements Anti-Cancéreux. Dr William Jacot, Oncologue Médical Les Thérapies Ciblées les plus utilisées dans les Traitements Anti-Cancéreux Dr William Jacot, Oncologue Médical Thérapies Ciblées Définition Anomalies moléculaires spécifiques des cellules tumorales Molécules

Plus en détail

CANCERS DE L OVAIRE ST PAUL DE VENCE

CANCERS DE L OVAIRE ST PAUL DE VENCE CANCERS DE L OVAIRE ST PAUL DE VENCE Président : E. Pujade-Lauraine Président d honneur : M. Namer Comité de pilotage : G. Freyer, F. Lécuru, I. Ray-Coquard SOMMAIRE Dépistage Groupe de travail : AC. Hardy-Bessard,

Plus en détail

Prévention secondaire de la pathologie cardiaque par les antiagrégants plaquettaires

Prévention secondaire de la pathologie cardiaque par les antiagrégants plaquettaires Prévention secondaire de la pathologie cardiaque par les antiagrégants plaquettaires Dr G. Pacouret Unité de Soins Cardiaques Intensifs Hôpital Trousseau, Tours. 45 ème Journées de Formation Médicale Continue

Plus en détail

TRAITEMENT NEO ADJUVANT DE L ADENOCARCINOME PANCREATIQUE. Laetitia DAHAN CHU Timone Marseille

TRAITEMENT NEO ADJUVANT DE L ADENOCARCINOME PANCREATIQUE. Laetitia DAHAN CHU Timone Marseille TRAITEMENT NEO ADJUVANT DE L ADENOCARCINOME PANCREATIQUE Laetitia DAHAN CHU Timone Marseille Aucun CONFLITS D INTÉRÊT Objectifs pédagogiques Savoir définir un cancer du pancréas localement avancé et border

Plus en détail

GUIDE POUR L ELABORATION D UN CHEMIN CLINIQUE POUR LA CURE DE HERNIES DE L AINE EN AMBULATOIRE

GUIDE POUR L ELABORATION D UN CHEMIN CLINIQUE POUR LA CURE DE HERNIES DE L AINE EN AMBULATOIRE GUIDE POUR L ELABORATION D UN CHEMIN CLINIQUE POUR LA CURE DE HERNIES DE L AINE EN AMBULATOIRE Les recommandations européennes (1) et françaises (2) indiquent que la cure des hernies de l aine doit être

Plus en détail

CURE DE PROLAPSUS GÉNITAL PAR PROMONTOFIXATION COELIOSCOPIQUE

CURE DE PROLAPSUS GÉNITAL PAR PROMONTOFIXATION COELIOSCOPIQUE Cette fiche d information, rédigée par l Association Française d Urologie *, est destinée aux patients ainsi qu aux usagers du système de santé. Remise lors de votre consultation d urologie avant de pratiquer

Plus en détail

Guide d utilisation du bévacizumab (Avastin ) pour le traitement du cancer colorectal métastatique

Guide d utilisation du bévacizumab (Avastin ) pour le traitement du cancer colorectal métastatique Guide d utilisation du bévacizumab (Avastin ) pour le traitement du cancer colorectal métastatique Comité de l évolution des pratiques en oncologie (CÉPO) Janvier 2006 Ce guide constitue un outil d aide

Plus en détail

{ Introduction. Proposition GIHP 05/12/2014

{ Introduction. Proposition GIHP 05/12/2014 Etude descriptive des accidents hémorragiques sous Nouveaux Anticoagulants Oraux au Service d Accueil des Urgences du CHU de Besançon entre janvier 2012 et janvier 2014 { Dr Claire KANY SAMU Besançon KEPKA

Plus en détail

Complications de la stimulation ovarienne

Complications de la stimulation ovarienne Complications de la stimulation ovarienne Effets secondaires des médicaments Le syndromes d hyperstimulation Torsion d annexe Risque de cancer Ménopause précoce P.Piver, DES C2010 Effets secondaires des

Plus en détail

Cancer du sein et Thérapies Moléculaires Ciblées

Cancer du sein et Thérapies Moléculaires Ciblées Cancer du sein et Thérapies Moléculaires Ciblées Stéphane Vignot Service d Oncologie - Radiothérapie Groupe Hospitalier Pitié Salpêtrière Charles Foix- Paris Importance de la prise en charge pluridisciplinaire

Plus en détail

Radiothérapie adjuvante des CCIS

Radiothérapie adjuvante des CCIS Radiothérapie adjuvante des CCIS standard, abstention, ou surimpression? Pr David AZRIA Pôle de Radiothérapie Oncologique INSERM U896 UM1 Montpellier Retour vers le futur. CCIS peut légitimement être traité

Plus en détail

Prise en charge bucco-dentaire en Oncologie

Prise en charge bucco-dentaire en Oncologie Réunion régionale Oncomip Soins Oncologiques de Support Prise en charge bucco-dentaire en Oncologie Dr Emmanuelle Vigarios MCU PH IUCT-O Consultation multidisciplinaire des pathologies de la muqueuse buccale

Plus en détail

journées chalonnaises de la thrombose

journées chalonnaises de la thrombose Nos connaissances certaines et notre pratique journalière : Les Nouveaux Anticoagulants dans la thromboprophylaxie de la chirurgie prothétique du MI Benoit Cots et Jean Marc Royer le 29/11/12-1 Recommandations

Plus en détail

Surveillance d un patient sous thérapie ciblée Adaptation des doses

Surveillance d un patient sous thérapie ciblée Adaptation des doses Surveillance d un patient sous thérapie ciblée Adaptation des doses Jean-Louis Legoux CHR d Orléans, FFCD Alger, 15/12/2011 Thérapies ciblées en cancérologie digestive Anti-angiogéniques Bevacizumab Multicibles

Plus en détail

Voyages en avion et thrombose

Voyages en avion et thrombose Voyages en avion et thrombose Jacqueline Conard Sce Hématologie Biologique Hôtel-Dieu, Paris Questions Le risque de thrombose est-il augmenté en avion? Si oui, l augmentation est-elle importante? Conséquences?

Plus en détail

Orthorisq journée de formation 2013. «Défaillance de la prise en charge d un patient sous anticoagulants ou sous antiagrégant plaquettaire»

Orthorisq journée de formation 2013. «Défaillance de la prise en charge d un patient sous anticoagulants ou sous antiagrégant plaquettaire» Orthorisq journée de formation 2013 «Défaillance de la prise en charge d un patient sous ou sous antiagrégant plaquettaire» Christel Conso Chirurgien orthopédiste Institut Mutualiste Montsouris Olivier

Plus en détail

Accidents hémorragiques des anticoagulants, thrombopénie induite par l héparine

Accidents hémorragiques des anticoagulants, thrombopénie induite par l héparine Accidents hémorragiques des anticoagulants, thrombopénie induite par l héparine Item 326. Prescription et surveillance des classes de médicaments les plus courantes chez l'adulte et chez l'enfant. Connaître

Plus en détail

Réunion de pharmacologiedu CHRU de Lille

Réunion de pharmacologiedu CHRU de Lille L i l l e 2 Université du Droit et de la Santé Réunion de pharmacologiedu CHRU de Lille Institut GERNEZ RIEUX Le 03/10/2013 F BRIGADEAU pôle de cardiologie CHRU de Lille CONFLITS D INTERETS BOEHRINGER

Plus en détail

ET CORTICOTHERAPIE AU LONG COURS. M Maamar, M Aouni, M Adnaoui Service de Médecine Interne

ET CORTICOTHERAPIE AU LONG COURS. M Maamar, M Aouni, M Adnaoui Service de Médecine Interne OSTEOPOROSE ET CORTICOTHERAPIE AU LONG COURS M Maamar, M Aouni, M Adnaoui Service de Médecine Interne CHU Ibn Sina Rabat MAROC INTRODUCTION O 1950, corticoïdes chez une PR sévère éè 1ère cause d ostéoporose

Plus en détail

Cancer du sein métastatique triple négatif

Cancer du sein métastatique triple négatif Cancer du sein métastatique triple négatif Cancer du sein métastatique triplenégatif Mme I., 32 ans, mariée, 1 enfant de 6 mois Nationalité italienne ATCD personnels: aucun ATCD familiaux: aucun Facteur

Plus en détail

PLAN. Transferts du patient

PLAN. Transferts du patient PLAN a) le préopératoire : 1) L accueil et l information 2) Les dossiers du patient 3) Les examens 4) La consultation d anesthésie 5) La préparation cutanée 6) Suivi et mise en route des thérapeutiques

Plus en détail

Le syndrome main-pied (SMP) Hand and Foot Syndrom (HFS)

Le syndrome main-pied (SMP) Hand and Foot Syndrom (HFS) Le syndrome main-pied (SMP) Hand and Foot Syndrom (HFS) Réseau Onco 28 Soirée de formation avril 2012 Dr David Solub, service oncologie CH Louis Pasteur Dr Laetitia Vandame, dermatologue Définition = érythrodysesthésie

Plus en détail

Chimioprévention du cancer du sein en cas de mutation BRCA1/2. Marc Espié Centre des maladies du sein Hôpital Saint Louis

Chimioprévention du cancer du sein en cas de mutation BRCA1/2. Marc Espié Centre des maladies du sein Hôpital Saint Louis Chimioprévention du cancer du sein en cas de mutation BRCA1/2 Marc Espié Centre des maladies du sein Hôpital Saint Louis Chimioprévention Buts: réduire la mortalité par cancer Le problème doit être un

Plus en détail

RECOMMANDATIONS DE BONNE PRATIQUE TRAITEMENT DE L ACNÉ PAR VOIE LOCALE ET GÉNÉRALE RECOMMANDATIONS

RECOMMANDATIONS DE BONNE PRATIQUE TRAITEMENT DE L ACNÉ PAR VOIE LOCALE ET GÉNÉRALE RECOMMANDATIONS RECOMMANDATIONS DE BONNE PRATIQUE TRAITEMENT DE L ACNÉ PAR VOIE LOCALE ET GÉNÉRALE RECOMMANDATIONS Avertissement Le 30 janvier 2013, l'ansm a annoncé qu'elle engageait une procédure de suspension de Diane

Plus en détail

Le PET Scan modifie t il le traitement des métastases des CCR?

Le PET Scan modifie t il le traitement des métastases des CCR? Le PET Scan modifie t il le traitement des métastases des CCR? 7 ième Journée scientifique Annuelle 31/ 05/ 2014 Clinique Atlas Dr ALJ AMINA Médecin Nucléaire IMAGERIE EN CANCEROLOGIE - La place de l imagerie

Plus en détail

Validation clinique des marqueurs prédictifs le point de vue du méthodologiste. Michel Cucherat UMR CNRS 5558 - Lyon

Validation clinique des marqueurs prédictifs le point de vue du méthodologiste. Michel Cucherat UMR CNRS 5558 - Lyon Validation clinique des marqueurs prédictifs le point de vue du méthodologiste Michel Cucherat UMR CNRS 5558 - Lyon Marqueur prédictif - Définition Un marqueur prédictif est un marqueur qui prédit le bénéfice

Plus en détail

Docteur Antoine MONET Centre d Imagerie Fonctionnelle Clinique Saint Augustin - Bordeaux. Jeudi 25 Septembre 2008

Docteur Antoine MONET Centre d Imagerie Fonctionnelle Clinique Saint Augustin - Bordeaux. Jeudi 25 Septembre 2008 Docteur Antoine MONET Centre d Imagerie Fonctionnelle Clinique Saint Augustin - Bordeaux Jeudi 25 Septembre 2008 Indications oncologiques Indications issues des SOR (standards, options et recommandations).

Plus en détail

Prise en charge initiale des patients adultes atteints d accident vasculaire cérébral. - Aspects médicaux -

Prise en charge initiale des patients adultes atteints d accident vasculaire cérébral. - Aspects médicaux - RECOMMANDATIONS POUR LA PRATIQUE CLINIQUE Prise en charge initiale des patients adultes atteints d accident vasculaire cérébral - Aspects médicaux - Synthèse des recommandations SEPTEMBRE 2002 Service

Plus en détail

Adénocarcinome du bas œsophage (et du cardia) Nutrition en attendant le traitement

Adénocarcinome du bas œsophage (et du cardia) Nutrition en attendant le traitement Adénocarcinome du bas œsophage (et du cardia) Nutrition en attendant le traitement Corinne Bouteloup Service de Médecine Digestive et Hépatobiliaire CHU Clermont-Ferrand Conflits d intérêts Nutricia Nutrition

Plus en détail

Vous pouvez les photocopier à loisir ou les télécharger sur le site de la Société Française de Dermatologie (www.sfdermato.net) au format PDF.

Vous pouvez les photocopier à loisir ou les télécharger sur le site de la Société Française de Dermatologie (www.sfdermato.net) au format PDF. PHOTODERMATOL OGIE Cher(e) ami(e), La Société Française de Dermatologie travaille conjointement avec divers groupes et sociétés thématiques pour mettre au point des fiches d information aux patients. Vous

Plus en détail

GROSSESSE ET MALADIE THROMBO-EMBOLIQUE VEINEUSE ( MTEV)

GROSSESSE ET MALADIE THROMBO-EMBOLIQUE VEINEUSE ( MTEV) Communauté Périnatale de l Agglomération Versaillaise Association Loi 1901 n 0784014641 29 rue de Versailles 78150 Le Chesnay http : //www.nat78.com GROSSESSE ET MALADIE THROMBO-EMBOLIQUE VEINEUSE ( MTEV)

Plus en détail

Effets secondaires de la

Effets secondaires de la Effets secondaires de la chimiothérapie Emmanuel BLOT Centre Saint-Yves & CH Bretagne Atlantique décembre 2010 Evidences Hématologiques Digestifs Cutanés Neurosensitifs Métaboliques Toxicités particulières

Plus en détail

Nouveaux anticoagulants oraux : aspects pratiques

Nouveaux anticoagulants oraux : aspects pratiques Nouveaux anticoagulants oraux : aspects pratiques Christelle MARQUIE CHRU de Lille Clinique de Cardiologie L i l l e 2 Université du Droit et de la Santé Les NOAG: QCM 1. ont les mêmes indications que

Plus en détail

La radiothérapie. Définition = utilisation des rayonnements ionisants à des fins thérapeutiques

La radiothérapie. Définition = utilisation des rayonnements ionisants à des fins thérapeutiques La radiothérapie La radiothérapie Définition = utilisation des rayonnements ionisants à des fins thérapeutiques Radiothérapie externe Curiethérapie Radiothérapie métabolique = médecine nucléaire Traitement

Plus en détail

: Thérapies moléculaires ciblées en Oncologie en 2014. Dr Pierre COMBE, CCA Cancérologie médicale HEGP pierre.combe@egp.aphp.fr

: Thérapies moléculaires ciblées en Oncologie en 2014. Dr Pierre COMBE, CCA Cancérologie médicale HEGP pierre.combe@egp.aphp.fr : Thérapies moléculaires ciblées en Oncologie en 2014 Dr Pierre COMBE, CCA Cancérologie médicale HEGP pierre.combe@egp.aphp.fr Introduction: Thérapie moléculaire ciblée Une thérapie ciblée est un traitement

Plus en détail

ANTICORPS MONOCLONAUX : MODE D ACTION ET TOXICITE. Vérités? les anticorps sont des molécules énormes : comment passeraientelles dans le sang?

ANTICORPS MONOCLONAUX : MODE D ACTION ET TOXICITE. Vérités? les anticorps sont des molécules énormes : comment passeraientelles dans le sang? MODE D ACTION ET TOXICITE Vérités? les anticorps sont des molécules énormes : comment passeraientelles dans le sang? MODE D ACTION ET TOXICITE Vérités? les anticorps sont des molécules énormes : comment

Plus en détail

DU SYMPTÔME AU DIAGNOSTIC DE CANCER. Dr Stéphanie Lozano DU Oncogériatrie 14 novembre 2014

DU SYMPTÔME AU DIAGNOSTIC DE CANCER. Dr Stéphanie Lozano DU Oncogériatrie 14 novembre 2014 DU SYMPTÔME AU DIAGNOSTIC DE CANCER Dr Stéphanie Lozano DU Oncogériatrie 14 novembre 2014 Objectifs du diagnostic Que faire devant des signes cliniques évocateurs? Faire le diagnostic le rapidement possible

Plus en détail

Hanche. Des signes cliniques au traitement - Fiche patient. Dr Maxime-Louis Mencière - 26 juin 2015 ARTHROSE DE LA HANCHE - DR MAXIME-LOUIS MENCIÈRE 1

Hanche. Des signes cliniques au traitement - Fiche patient. Dr Maxime-Louis Mencière - 26 juin 2015 ARTHROSE DE LA HANCHE - DR MAXIME-LOUIS MENCIÈRE 1 L arthrose de la Hanche Des signes cliniques au traitement - Fiche patient Dr Maxime-Louis Mencière - 26 juin 2015 ARTHROSE DE LA HANCHE - DR MAXIME-LOUIS MENCIÈRE 1 Définition L arthrose est une maladie

Plus en détail

À PROPOS DU. cancer colorectal. Les choix de traitement du cancer colorectal : guide du patient

À PROPOS DU. cancer colorectal. Les choix de traitement du cancer colorectal : guide du patient À PROPOS DU cancer colorectal Les choix de traitement du cancer colorectal : guide du patient Table des matières Qu est-ce que le cancer colorectal?... 1 Les stades du cancer colorectal... 2 Quels sont

Plus en détail

COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS. 25 mai 2011

COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS. 25 mai 2011 COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS 25 mai 2011 AVASTIN 25 mg/ml Boîte de 1 flacon de 4 ml (CIP : 566 200-7) Boîte de 1 flacon de 16 ml (CIP : 566 201-3) Laboratoires ROCHE Bevacizumab Liste I Réserve hospitalière

Plus en détail

Les essais cliniques en sénologie - Oncologie Médicale -

Les essais cliniques en sénologie - Oncologie Médicale - Les essais cliniques en sénologie - Oncologie Médicale - Institut Claudius Regaud Les essais en cours Essais en adjuvant ICR, étude PHACS Essais ennéoadjuvant étude HORGEN (HT) Essais en métastatique tumeurs

Plus en détail

Fiche médecin traitant Dépistage et prévention des anévrismes de l aorte abdominale

Fiche médecin traitant Dépistage et prévention des anévrismes de l aorte abdominale Recommandation en santé publique Fiche médecin traitant Dépistage et prévention des anévrismes de l aorte abdominale Novembre 2012 Préambule Objectifs de la fiche d information médecins Contexte Description

Plus en détail

Prise en charge des métastases osseuses Approche médicamenteuse

Prise en charge des métastases osseuses Approche médicamenteuse Prise en charge des métastases osseuses Approche médicamenteuse S Lozano Hôpital Larrey 08 Octobre 2010 Les métastases osseuses Fréquentes 3 ème localisation (poumon, foie) 30 à 50% des patients 40% dans

Plus en détail

Référentiel de bon usage - cancers du sein

Référentiel de bon usage - cancers du sein Commission OMéDIT de Basse-Normandie "cancérologie" Référentiel de bon usage - cancers du sein juil.-12 Protocoles de chimiothérapie en adjuvant Intitulé du protocole schéma thérapeutique Stade Schéma

Plus en détail

UTILISATION DES C.C.P DANS LES HEMORRAGIES SOUS AVK ET SOUS NACO : RECOMMANDATIONS DE L HAS COPACAMU 2014

UTILISATION DES C.C.P DANS LES HEMORRAGIES SOUS AVK ET SOUS NACO : RECOMMANDATIONS DE L HAS COPACAMU 2014 UTILISATION DES C.C.P DANS LES HEMORRAGIES SOUS AVK ET SOUS NACO : RECOMMANDATIONS DE L HAS SYMPOSIUM CSL BEHRING COPACAMU 2014 PROFESSEUR François BERTRAND CHU DE NICE CHRONOLOGIE DES RECOMMANDATIONS

Plus en détail

Cancer du rein métastatique Nouvelles approches thérapeutiques. Sophie Abadie-Lacourtoisie 20 mai 2006

Cancer du rein métastatique Nouvelles approches thérapeutiques. Sophie Abadie-Lacourtoisie 20 mai 2006 Cancer du rein métastatique Nouvelles approches thérapeutiques Sophie Abadie-Lacourtoisie 20 mai 2006 Cancer du rein à cellules claires métastatique (CRM) Plus de 30 % des CR deviendront métastatiques

Plus en détail

CANCER DU SEIN DE LA FEMME AGEE : QUELS TRAITEMENTS? A.BARKAT Clin gyn obs. CHU Constantine 7ème Congrès de la SAERM ALGER 14-15/03/09

CANCER DU SEIN DE LA FEMME AGEE : QUELS TRAITEMENTS? A.BARKAT Clin gyn obs. CHU Constantine 7ème Congrès de la SAERM ALGER 14-15/03/09 CANCER DU SEIN DE LA FEMME AGEE : QUELS TRAITEMENTS? A.BARKAT Clin gyn obs. CHU Constantine 7ème Congrès de la SAERM ALGER 14-15/03/09 INTRODUCTION 1 er cancer féminin avec l age age moyen: 48 ans expérience

Plus en détail

MALADIE VEINEUSE THROMBOEMBOLIQUE DU SUJET AGE. Dr I DEFOUILLOY CHU AMIENS

MALADIE VEINEUSE THROMBOEMBOLIQUE DU SUJET AGE. Dr I DEFOUILLOY CHU AMIENS MALADIE VEINEUSE THROMBOEMBOLIQUE DU SUJET AGE Dr I DEFOUILLOY CHU AMIENS DEFINITION FORMATION D UN THROMBUS DANS UNE VEINE DISTALE OU PROXIMALE (FEMORO-POPLITEE OU PELVIENNE) DONT LE RISQUE IMMEDIAT EST

Plus en détail

Information d un patient devant bénéficier de la mise en place d un catheter à Chambre Implantable Percutanée (CIP)

Information d un patient devant bénéficier de la mise en place d un catheter à Chambre Implantable Percutanée (CIP) Information d un patient devant bénéficier de la mise en place d un catheter à Chambre Implantable Percutanée (CIP) «Dr Claude Benedetto» Votre médecin vous propose de vous mettre en place un accès veineux

Plus en détail