Chapitre VII ANALYSE THERMODYNAMIQUE DES CYCLES THÉORIQUES. LE CYCLE BEAU DE ROCHAS

Save this PDF as:
 WORD  PNG  TXT  JPG

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Chapitre VII ANALYSE THERMODYNAMIQUE DES CYCLES THÉORIQUES. LE CYCLE BEAU DE ROCHAS"

Transcription

1 Chapitre VII ANALYSE THERMODYNAMIQUE DES CYCLES THÉORIQUES. LE CYCLE BEAU DE ROCHAS Remarque préliminaire sur l analyse thermodynamique du fonctionnement d un moteur Pour aborder l analyse thermodynamique du fonctionnement d un moteur à combustion interne, il est classique, dans une première étape, de considérer des CYCLES IDÉAUX ou THÉORIQUES et par conséquent relativement éloignés des processus qui se déroulent réellement au sein d un moteur ; leur intérêt est de permettre, en première approximation et grâce à des calculs simples, de dégager les lois principales de variations des performances en fonction de certains paramètres de construction ou de réglage du moteur. Une étape ultérieure plus précise et proche de la réalité peut être atteinte par la MODÉLISATION MATHÉMATIQUE du fonctionnement d un moteur. Grâce aux moyens puissants de l informatique actuelle, cette technique permet de tenir compte des divers processus physiques complexes rencontrés au cours des cycles réels. La qualité d une telle simulation repose sur l écriture et la résolution des relations mathématiques qui décrivent les évolutions thermodynamiques et chimiques réelles du fluide moteur. Elle offre en outre, indépendamment des essais, la possibilité d étudier l influence des différents paramètres grâce au découplage artificiel des éléments du moteur et de ses réglages, le plus souvent interdépendants dans la réalité. Le développement important, au cours des dernières décennies, des techniques informatiques, en ce qui concerne aussi bien le matériel que les logiciels, a donné lieu à la mise au point de modèles de calculs perfectionnés et fidèles - modèles mono ou multidimensionnels - qui sont de nos jours largement utilisés à tous les stades de R & D. Ces techniques de simulation ne seront pas abordées dans la suite et on se limitera ici aux premiers stades d analyse très simplifiée. Ces codes de simulation ne constituent cependant qu un outil complémentaire des ESSAIS RÉELS indispensables, à toutes les étapes de cette simulation, pour valider les résultats calculés en les comparant aux mesures sur moteur et affiner leur corrélation. L essai final sur moteur ou véhicule constitue le jugement définitif d optimisation des recherches et mises au point effectuées. VII.. Les cycles théoriques. Le cycle Beau de Rochas. 2 VII... Considérations générales sur les cycles thermodynamiques. Cycle de Carnot. Le fonctionnement d un moteur à combustion interne peut être analysé par similitude avec un cycle thermodynamique 3 en supposant :. que le processus de combustion est assimilable à un transfert de chaleur. que le fluide moteur ne subit pas de modification de composition ; habituellement, le fluide moteur est assimilé à de l air (cycle à air chaud ) ou, de manière encore plus simplifiée, à un gaz

2 de capacité calorifique constante. que les pertes thermiques sont nulles Dans ces conditions, entre le début et la fin du cycle, la variation d énergie interne est évidemment nulle U = 0, et le premier principe de la thermodynamique permet d écrire : W cycle +Q cycle =0 où Wcycle et Qcycle sont respectivement le travail et la chaleur échangés par le système avec l extérieur. Le bilan énergétique est nul lorsque le cycle est achevé. Si l on considère un cycle moteur, suivant les conventions de la thermodynamique, Wcycle est algébriquement négatif ( le système reçoit un travail négatif ce qui signifie que le système fournit à l extérieur un travail We = - Wcycle ) et Qcycle est algébriquement positif ( de la chaleur est apportée au système ). Le second principe de la thermodynamique montre que, lorsqu un système fermé décrit un cycle, au cours duquel il n échange de la chaleur qu avec une seule source, il a nécessairement reçu du travail et fourni de la chaleur à l extérieur : W > 0 et Q < 0 En effet, si T0 est la température de cette source, le second principe peut s écrire suivant l égalité de Jouguet : δqt 0. ds δf =T 0. ds T 0.δ i S = où le terme δf = T0.δiS représentant le travail dissipé du fait des irréversibilités internes au cours de la transformation (travail non compensé) est 0. Il s annule si la transformation est réversible. Sur un cycle, on a par conséquent : Q = T 0. ds δf = δf <0 La production de travail nécessite donc au minimum deux sources de chaleur. 2 Ce chapitre est, en grande partie, basé sur le document : Le cycle Beau de Rochas par Robert Buty (Conférence CLESIA et Cours ENSPM Réf. IFP Septembre 970 ) 3 Un cycle est une transformation fermée subie par un système thermodynamique. Le système, constitué d une quantité de matière (fluide moteur) de masse invariable, repasse périodiquement par les mêmes états et, quelle que soit l évolution suivie, se retrouve en fin de cycle à l état initial. En considérant le cas général d un système échangeant de l énergie chaleur avec différentes sources extérieures, on peut écrire : ' Q cycle =Q + Q avec i i

3 Q : apport de chaleur nécessairement positif en provenance d une zone chaude extérieure, apport de chaleur, qui coûte quelque chose et auquel on rapportera le rendement du cycle (conformément aux définitions données au chapitre IV) qui s écrit : Q cycle ( W cycle ) η= = '' QQ Rappels sur le cycle de Carnot. Ce cycle - décrit par Carnot en est un cycle réversible, défini entre deux sources de chaleur à des températures Tc (source chaude) et Tf (source froide) par deux évolutions isothermes et deux évolutions adiabatiques (donc isentropiques) (Fig. VII.). Fig. VII.. - Représentations du cycle de Carnot en diagrammes (p,v) et (T,S). Les seuls transferts de chaleur ont lieu au cours des évolutions isothermes et le rapport des chaleurs échangées peut s écrire : Q c = T c Q f T f Le fluide constituant le système se retrouve dans son état initial à la fin du cycle, donc, d après le premier principe de la thermodynamique appliqué à un système isolé, on a : U =0 et W cycle +Q cycle =0 Le travail échangé avec l extérieur est donc égal à : W e =Q

4 Q f ou encore : d où la valeur du rendement : c W e =(S S ).(T T f ) 2 c W e T c T f T f η== = Q c T c T c Plus le rapport Tf / Tc est faible, plus le rendement est élevé ; ce qui conduit à fournir au système de l énergie sous forme de chaleur à la température la plus élevée possible et à retirer de la chaleur du système à la température la plus basse possible. Plus généralement, la fraction maximale d une quantité d énergie sous forme de chaleur Qc disponible à la température Tc qui peut être transformée en travail mécanique en présence d un milieu donné constituant une source froide à la température T0 -par exemple, environ 288 K, si cette source est l atmosphère - sera égale à : La quantité : T Q 0 c Tc T 0 Q c. T c =T 0. S (puisque Qc = Tc. S) représente la chaleur non utilisable (qui ne peut être transformée en travail). Le rendement du cycle de Carnot ne peut être atteint par aucun autre cycle mettant en jeu des sources de chaleur à ces mêmes températures limites ; il représente le processus réversible de meilleur rendement de transformation de chaleur en travail mécanique. VII..2. Etude du cycle avec apport de chaleur à volume constant ou, plus communément, cycle à volume constant (ou encore : cycle de Beau de Rochas ou cycle Otto) Considérons un système thermodynamique constitué d une masse M de gaz chimiquement invariable enfermée dans un cylindre calorifugé et fermé à l une de ses extrémités par un piston mobile (Fig. VII.2). Idéalement, nous supposerons que :.- le piston réalise une étanchéité parfaite et est mobile sans frottement, assurant des variations de volume entre deux valeurs extrêmes V et V2, délimitées par des butées fixes.- à chaque position du piston, l équilibre de pression et de température au sein du système est réalisé (système isotrope), ce qui permet de définir une pression p et une température T pour chaque état intermédiaire.- par l intermédiaire du piston, de l énergie sous forme de travail mécanique peut être échangée avec l extérieur ; cependant, le facteur temps n est pas pris en compte et aucune hypothèse n est faite sur les vitesses de déplacement du piston ou sur les liaisons cinématiques entre piston et milieu extérieur.- des apports de chaleur par des sources chaude et froide extérieures sont réalisés en faisant circuler dans un serpentin métallique placé dans l espace mort (de volume V2) des fluides à différentes températures Partant d un état initial, le système est soumis successivement aux étapes suivantes :

5 -2 : compression isentropique (adiabatique réversible) 2-3 : apport de chaleur à volume constant 3-4 : détente isentropique (adiabatique réversible) 4- : retour à l état initial, par refroidissement à volume constant. Fig. VII.2. - Cycle limite avec apport de chaleur à volume constant. Un tel cycle est défini dès que sont fixés les deux paramètres : V 4 ε : rapport volumétrique de compression ε= V = V 2 V 3 ( dans ce cas égal au rapport de détente ) q : énergie spécifique apportée au fluide sous forme de chaleur ( kj chaleur / kg de gaz ) C est un cycle limite en ce sens qu il n y a pas d impossibilité de principe à ce que le système suive exactement les évolutions décrites, la limite relevant de la perfection technologique avec laquelle on s approchera de la machine théorique (c est-à-dire sans fuite de matière ni de chaleur, sans frottements, etc...). Les coordonnées de ce cycle limite peuvent être calculées à partir de données thermodynamiques décrivant les propriétés réelles du gaz constituant le système de masse M. En première approximation, on peut admettre que le fluide est un GAZ PARFAIT de chaleurs spécifiques ( cp, cv ) constantes et r constant, ce qui permet de calculer les coordonnées p, v, T du cycle en fonction

6 des paramètres sans dimensions : v 4 q' ε= v = et λ= v v 2 v 3 ct grâce aux formules classiques décrivant les évolutions réversibles d un gaz parfait. La figure VII.3 donne, pour l unité de masse (kg), les coordonnées des points 2, 3 et 4 du cycle, par référence aux conditions initiales du point. Le symbole v représente ainsi un volume massique exprimé en kg/m 3. Les coordonnées thermodynamiques du point 5, correspondant à la poursuite de la détente isentropique 3-4 jusqu à la pression p, sont également calculées et seront utilisées par la suite. De même, en appliquant le Premier principe de la thermodynamique pour kg du système, évoluant entre A et B, sous la forme : w Aà B + q Aà B = u B u A on peut dresser le tableau donné à la page VII.8. CYCLE AVEC APPORT DE CHALEUR À VOLUME CONSTANT Pour l unité de masse (kg) p v T v 4 q' ε= v = et λ= v v 2 v 3 ct γ p2 = p.ε

7 2 v = v. ε 2 T = T. εγ 2 γ γ ) p = p.ε( +λε 3 3 v 3 = v.ε γ ) T 3 = T.ε γ ( +λε γ ) p = p.( +λε 4 4 v 4 = v γ )

8 T 4 = T. ( +λε p = p 5 γ γ ) 5 v 5 = v. ( +λε T = T. ( +λε γ ) γ 5 Fig. VII.3 - Coordonnées du cycle à volume constant pour un gaz parfait de chaleurs spécifiques constantes. CYCLE AVEC APPORT DE CHALEUR À VOLUME CONSTANT Pour l unité de masse (kg) A B w Aà B + q A à B = u B u A Travail Chaleur à 2 = u 2 u 2 à 2 = c. ( T T ) q= 0 2 v 2 3 w 2 à 3 = 0 q = 2 à 3 = u c 3. ( T u 2 T 2 ) w 3 à 4 = u 4 u 3 v à 4

9 = c. ( T T 3 ) q= 0 4 v 4 w 4 à = 0 q = u u 4 à 4 = c. ( T T 4 ) v Cycle complet : w = c.[( T T 3 )+( T T )] q = c.[( T T 2 )( T T 4 )] v 24 v 3 + Bilans du travail et de la chaleur échangés au cours du cycle. Ce résultat nous permet :. de vérifier que, pour le cycle complet : w + q = 0. de calculer le travail fourni : ( w )= q = c.[( T T 4 ) ( T T )] v 32 γ γ _γ)(ε = T c [( +λε ) (ε )] v =λt c. ε γ) v ( γ ) ( ( w )= q. ' ε On constate que le rendement thermodynamique théorique du cycle Beau de Rochas, qui peut donc s écrire :

10 η= ε γ. est fonction uniquement (Fig. VII.4). du rapport volumétrique ε. du rapport γ des chaleurs spécifiques à pression constante et à volume constant du fluide moteur. est indépendant de q (donc de la charge) ainsi que des conditions initiales du cycle. Fig. VII.4 - Rendement thermodynamique théorique du cycle Beau de Rochas. Pour une masse M (kg) de fluide moteur, le travail fourni par cycle est donc : γ ( W cycle )= q M '. ε ) expression analogue au travail indiqué donné précédemment (Cf. : Chapitre V) : W i = M air.. η th q Pour ce cycle, la PMI s écrit : W i. (

11 PMI == γ q M '. ε ) cyl V V 2 ou, en faisant intervenir les conditions initiales du cycle (point ) : pv = M r T V 2 = V. ε V V 2 = V. ( ε )= MrT. ( ε ) p PMI = q'. p ( ε. γ ) η th = q'. ρ. rt ( ε ) ( ε ) On remarque que le rapport des pressions maximale et initiale du cycle s écrit : p 3 =ε. p c.t v q' +ε γ Pour augmenter Wcycle pour une cylindrée donnée, donc pour augmenter la PMI, on peut : - pour ε donné, donc η th fixé :. augmenter M (ou accroître la masse volumique ρ ) ; pour une température initiale T identique, la pression p ainsi que toutes les pressions du cycle vont s accroître dans le rapport du facteur multiplicateur de M.. augmenter l apport de chaleur q (kj/kg de gaz) par la source chaude ;dans ces

12 conditions, on accroît T2 à 3 et on relève les niveaux des températures T3 et T4. augmenter le rendement η= ε γ. par accroissement de ε ; on augmente alors les pressions et températures maximales du cycle. La pression maximale du cycle augmente presque linéairement, tandis que le rendement tend asymptotiquement vers un maximum (Fig. VII.5).. par accroissement de γ ; dans le cas d un cycle à gaz chaud ; le remplacement du gaz constituant le système par un gaz ayant un γ plus élevé permettrait d atteindre un meilleur rendement (par exemple, choix de l Hélium (He) ou de l Argon (Ar), dont les valeurs de γ, à une température de 25 C, sont respectivement :,67 -,68 au lieu de l air pour lequel γ =,40). Fig. VII.5 - Influence de ε sur la PMI et la pression maximale p3 du cycle à volume constant. (Données numériques : γ =,3 -r = 287 J/kg.K - cp = 237 J/kg.K - cv = 950 J/kg.K q = kj/kg -T = 300 K )

13 Remarque importante Les conclusions précédentes, déduites de calculs purement théoriques, ne doivent pas masquer les limitations réelles des moteurs qui seront examinées par la suite et qui sont surtout imposées par des contraintes de limitations maximales des pressions et des températures et des considérations de tenue des matériaux. VII..3. Autres cycles théoriques classiques : cycle avec apport de chaleur à pression constante (cycle Diesel), cycles mixtes (apports de chaleur à v ct, p cte) ou cycle de Sabaté On peut de la même façon analyser d autres cycles théoriques, qui peuvent, en première approche, être utilisés pour représenter les évolutions cycliques dans les moteurs. Les représentations des plus classiques en coordonnées (p,v) et (T,S) ainsi que les expressions de leur rendement (thermodynamique théorique) sont rappelées ci-après. Cycle à pression constante (avec apport de chaleur à pression constante) ou cycle Diesel. (Fig. VII.6). Fig. VII.6 - Cycle avec apport de chaleur à pression constante. Q c p ( T T 2 ) c ( T T ) WQ 2 3 v 4 η== = QQ c p ( T T 2 ) 3 T 4

14 η=. =.. T 4 T T T γ T 3 T 2 γ T 2 T 3 avec : δ= V T 3 3 = et ε= V 2 T 2 V 2 T V 2 = γ γ γ = ε T V2 T3 V T V 4 3 = T 2 V T3. T2 = V2 T γ T4 4 =. V 3 γ T T3 T2 T =δ γ δ d où : η= ε γ..( δ γ ) Pour un fluide de γ donné, le rendement η dépend :. du rapport volumétrique de compression ε. de la quantité de chaleur Q fournie, qui détermine la température T3 et le rapport δ = T3/T2 Lorsque δ augmente, η diminue, et lorsque δ tend vers, l expression du rendement tend vers l expression du rendement du cycle à volume constant. Cycle mixte (apports de chaleur à volume constant et à pression constante) ou cycle de Sabaté (Fig. VII.7)

15 Fig. VII.7 - Cycle mixte ou de Sabaté (volume constant et pression constante) Si z représente la fraction du combustible brûlée à volume constant et, par conséquent (-z) la fraction brûlée à pression constante, le rendement s écrit : η= z.η ct v +( z).η cte p γ η=. z +( z) δ. ε γ.( δ γ ) Cette expression peut être explicitée en introduisant comme précédemment : outre le rapport volumétrique de compression : ε= V V2 et le rapport de détente à pression constante : δ= V 3 = V 3 V 2 V ' 2 le rapport de la pression de combustion à la pression de compression : ρ= 3 ' 2 p p =

16 pp V V V V V en tenant compte par ailleurs de : =. =ε 3 2 V3 δ 2 2 Les quantités de chaleur fournies et cédée s écrivent : Q = c.( T T 2 )+ c.( T 3 T 2' )= c.[( T T 2 )+γ.( T 3 T 2' )] v 2' pv 2' Q = c.( T T ) 2 v 4 Les températures aux différents points du cycle sont en fonction de la température initiale T : 2T 3T 4T = d où : Q = et :. 2 = V VT. ' 2 3 ' 2 = V VT V VT γ ε γ. = T δρ ε γ... = T γ ( ) ( )[ ] γ δ ργ ρεtcv ' 2 T.2 = T 2 ' 2 p p γ γ ε δδρ ε.... T = γδρ.. T= 2Q = (... γδρ Tcv.. ( = ρε γ.. T ) γ Q δ ρ. 2 η= Q = ε γ.[ρ+ δ ργ )] On retrouve : si δ =, le rendement du cycle à volume constant si ρ =, le rendement du cycle à pression constante. VII..4. Comparaisons des cycles théoriques. Interprétation sur la base des diagrammes entropiques. La formule donnant le rendement du cycle à volume constant peut être établie de manière simple en considérant ce cycle comme une juxtaposition de cycles élémentaires de Carnot fonctionnant chacun entre des températures Tc et Tf qui, pour tous les cycles élémentaires, sont dans le même rapport (Fig. VII.8):

17 γ γ T f V 2 =ε = T c V Fig. VII.8 - Cycle à volume constant et autres cycles envisageables entre deux volumes donnés. Donc tous les cycles de Carnot élémentaires ont le même rendement : η= T f T c et, pour le cycle global : Remarque importante : η= ε γ On prendra garde de ne pas assimiler le cycle à volume constant à un cycle de Carnot fonctionnant entre les températures T3 (température maximale du cycle) et T (température minimale du cycle). De tous les cycles envisageables, pour un capsulisme donnant des variations entre deux volumes V et V2 donnés, c est le cycle avec apport de chaleur à volume constant qui a le meilleur rendement, ceci : si aucune contrainte n est imposée quant aux pressions et températures maximales théoriquement atteintes

18 (voir plus loin). En effet, en considérant une décomposition en cycles élémentaires analogue (Cf. : Fig. VII.8), tout autre cycle -p constante, T constante, mixtes, - comprenant deux isentropiques conduit à des rapports V / V2 plus faibles donc à des valeurs (V2 / V) γ- plus élevées et à des rendements élémentaires : T f plus faibles que : - ε -γ. η= Interprétation et comparaison des cycles théoriques sur la base des diagrammes entropiques. La comparaison des cycles théoriques, en tenant compte de certaines contraintes, est facilitée en complétant la représentation des cycles en diagrammes (p,v) par une représentation en diagramme entropique (T,S). Rappelons que, dans un tel diagramme (T,S) (Fig. VII.9) : Si l on considère une évolution réversible, représentée par une courbe ( C ), la chaleur spécifique du fluide en un point M de cette évolution est représentée par la sous-tangente ab. Les positions respectives d une isochore et d une isobare passant par un même point du plan (T,S) correspondent ainsi à la figure représentée, puisque cp > cv. T c Fig. VII.9 - Représentation des isobares et des isochores dans un diagramme (T,S). T T ds T ab. == = et ds T =δq tgα dt dt.

19 donc : ab δq ds = Pour une isobare : ab dt ab =c p Pour une isochore : = c v. Les transformations isochores et isobares d un fluide homogène dont les chaleurs spécifiques peuvent être considérées comme constantes sont représentées par des exponentielles.. Les isochores et les isobares d un gaz parfait se déduisent les unes des autres par des translations parallèles à l axe des S. Les figures ci-après donnent les comparaisons entre les différents cycles théoriques compte tenu de certaines contraintes.

20 Fig. VII.0 - Comparaison de cycles avec : Rapport volumétrique de compression constant Q thη = = cte Q Q 2 or TS Aires ( )ba23: = TS Aires ( )ba4: < ( )ca'3'22 = Apport de chaleur constant ( )ca'4 < ( )da"23 ( )da"4 maximales) du cycle Beau de Rochas (vol. Ct) sont supérieures à celles des autres cycles. d où : η v ct > η mixte > η p ct Mais les contraintes mécaniques et thermiques (p et T

21 Fig. VII. - Comparaison de cycles avec : Pression maximale constante Apport de chaleur constant Q = cte TS Aires : (a23b)=(a"3"2 d ) Q 2 th = Q or TS Aires : (a4b)>(a"4 d ) d où : η p cte > η mixte > η v ct

22 Fig. VII.2 - Comparaison de cycles avec : Pression maximale constante Travail indiqué constant Wi thη = = ct Q W = W TS Aires Q W = 2+ ( )234 : = Qcte cte 2+ ( )"4"3"2 or : TS Aires ( )da"4 : < ( )ba4 d où : η p cte > η mixte > η v ct

23 Fig. VII.3 - Comparaison de cycles avec : Pression maximale constante maximale constante. Température Q 2 th = η= th Q Q = TS Aire (a4b)= cte 2 cte Or TS Aires : (a23b)<(a"3"2 b) Q d où : η p cte > η mixte > η v ct

24 Fig. VII.4 - Influence du rapport volumétrique de compression sur le rendement du cycle Beau de Rochas. Rapports volumétriques : ε= V V et ε= avec ε<ε ' V V 2 ' 2 ( a23b ) ( a4b ) ( a'3'2 b' )( a'4 b' ) Rendements d après les aires TS : η= et η' = (a23b)(a'3'2 b') En supposant que l apport de chaleur Q est constant TS Aires : (a23b)=(a'3'2 b') or (a4b)>(a' 4 b') donc η <η' La figure VII.5 donne, à titre de comparaison les valeurs des rendements thermodynamiques pour les cycles intermédiaires entre cycle à volume constant et cycle à pression constante ( δ = 4 ) lorsqu on impose des valeurs maximales de pression du cycle.

25 Fig. VII.5 - Comparaison des rendements thermodynamiques pour des pressions maximales de cycle imposées. VII..5. Représentation des cycles théoriques en coordonnées logarithmiques Pour certaines études, comme on le verra par la suite, il peut être intéressant de représenter les cycles en coordonnées logarithmiques (ln p, ln V). Dans ces conditions, en effet, les évolutions - compressions, détentes - isentropiques ou polytropiques réversibles à γ ou n constant, sont représentées par des droites de pente égale à : -γ ou -n (Fig. VII.6). En effet : V p n = cte ln p= nln. V + Cte.

26 Fig. VII.6 - Représentation d un cycle à volume constant en coordonnées logarithmiques. VII.2. Les moteurs à combustion comparés aux cycles théoriques Les conditions de fonctionnement des moteurs réels sont évidemment très éloignées des hypothèses simplificatrices adoptées au VII. pour analyser les cycles théoriques limites précédents. Si l on considère une machine réelle. le fluide moteur, qui était supposé chimiquement invariable, est remplacé par un mélange ( air + carburant ) dont la combustion réalise l apport de chaleur. Ce fluide constituant le système thermodynamique ne peut plus être considéré comme un système fermé. Un moteur fonctionne suivant une transformation ouverte avec une seule source de chaleur : le milieu ambiant. Outre les échanges d énergie (chaleur, travail) il y a des échanges de matières (combustible, air comburant, gaz brûlés, ) avec le milieu extérieur.. le cylindre comporte des parois métalliques et des échanges de chaleur ont lieu entre le fluide moteur et ces parois. Une partie de la chaleur fournie dans la zone chaude du cycle passe directement du système à l extérieur et entraîne une dégradation du rendement (d autant plus

27 importante que cette perte de chaleur a lieu dans la zone de température élevée du cycle, au voisinage du PMH, qui correspond aux conditions d apport de chaleur les plus favorables).. le cycle moteur est décrit dans un temps relativement court imposé par la conception de la machine et ses conditions de fonctionnement (vitesse de rotation pour un moteur classique, nombre de battements par seconde pour une machine à pistons libres). La combustion du mélange frais se développe pendant le mouvement du piston et donc ne s effectue ni à volume constant, ni à pression constante, ni à température constante, - conformément aux hypothèses adoptées pour les cycles théoriques - du fait d une vitesse de combustion finie.. pendant la combustion, on ne peut plus considérer qu il y a équilibre thermodynamique au sein de la masse fluide mais seulement équilibre mécanique dans le cas d une combustion normale. Pour un mélange préalable allumé par étincelle, on admet que le front de flamme sépare à tout instant la chambre de combustion en deux zones : les gaz brûlés et les gaz frais, à même pression mais à des températures évidemment très différentes. A chaque instant, pendant la phase de combustion, la pression qui agit sur le piston n est fonction que du volume occupé par la masse fluide et du degré d avancement de la combustion. Cas limite du moteur à un coup avec combustion à volume constant. Si l on considère une seule charge de fluide moteur subissant une évolution ouverte entre les états et 4, correspondant au volume V (Fig. VII.7), et si l on admet en outre que :. le mélange frais et les gaz brûlés sont assimilables à un gaz parfait de chaleurs spécifiques cp et cv constantes (donc γ constant). la combustion s opère à volume constant et correspond à un apport de chaleur q * (kj/kg de mélange). la compression et la détente sont réalisées adiabatiquement on retrouve les mêmes formules que pour le cycle du moteur à air chaud (Cf. : VII..2) avec : * q λ= où q * représente l énergie calorifique spécifique du mélange. c. T v Le travail indiqué est donné par : W i = M mel. q *. ε γ)

28 Fig. VII.7 - Cas limite du moteur à un coup avec combustion à volume constant Remarque. On a admis que la transformation des gaz frais en gaz brûlés s opérait entre 2 et 3 sans modification de masse (cas d un mélange préalablement carburé). Si on injecte le carburant en fin de compression (cas du Diesel), la masse de gaz participant à la détente dans le cylindre sera légèrement supérieure à celle qui a subi la compression. La quantité injectée régit la charge du moteur en modifiant les pressions et températures des points 3 et 4, mais, si la combustion s effectue entièrement à volume constant, le rendement thermodynamique théorique garde la même valeur : η= ε γ Pour obtenir un fonctionnement cyclique du moteur, il faut, entre les points 4 et du diagramme, remplacer les gaz brûlés par une nouvelle charge de gaz frais. Dans un espace à trois dimensions (p,v,m), où M représente la masse de fluide dans le cylindre, la figure VII.8 schématise les évolutions du système au cours d un cycle Beau de Rochas complet.. d une part à pleine admission (où on suppose que le renouvellement de la charge s effectue à la même pression - la pression atmosphérique). d autre part à une admission réduite (où l admission est réalisée à une pression inférieure à la pression d échappement).

29 Fig. VII.8 - Représentations de cycles de Beau de Rochas à pleine admission (a) et à admission réduite (b) en coordonnées (p,v,m) dans l espace. VII.3. Influence de la phase de transvasement et des gaz résiduels sur le rendement indiqué et les conditions thermodynamiques du cycle Beau de Rochas Notons d emblée que, du point de vue du principe, le cycle du moteur Diesel ne diffère pas du cycle Beau de Rochas que nous pourrons adopter comme cycle limite de référence, aussi bien pour les moteurs à allumage commandé que pour les moteurs Diesel. Ce cycle à volume constant conduit en effet, comme on l a vu, au meilleur rendement thermodynamique théorique pour un moteur de rapport volumétrique de compression donné. La représentation du cycle en coordonnées (p, V), où V représente le volume total déplacé, permet, dans la mesure où la pression enregistrée correspond bien, à chaque instant, à la pression qui agit sur le piston, de calculer le travail indiqué (travail fourni sur la tête du piston pendant son déplacement), même

30 si, pendant ce déplacement, il y a des échanges de matière entre l extérieur et l enceinte soumise à la prise de diagramme (par exemple : phases de transvasement, fuites à la segmentation, injection de combustible directement dans le cylindre, ). L analyse du cycle complet, avec renouvellement de la charge entre 4 et, conduit naturellement à séparer le cycle en deux boucles commençant et se terminant au PMB :. partie à haute pression (HP) de à 4 (phases de compression, combustion et détente). partie à basse pression (BP) de 4 à (phases d échappement et d admission) et la PMI globale peut s écrire : PMI = PMIHP - PMIBP VII.3.. Influence du transvasement sur le rendement indiqué Cycle Beau de Rochas théorique à pleine admission Dans un diagramme (p, V), son tracé est identique à celui du cycle idéal du moteur à air chaud, complété par les courses 5 6 et 0 qui correspondent aux échanges de matière avec l extérieur (renouvellement de la charge pendant lequel la pression d échappement et la pression d admission sont supposées identiques et égales à la pression atmosphérique). Bien que confondus, les points 5 et représentent des états thermodynamiques différents (composition, température, masse éventuellement), mais les courses 5 6 et 0 se compensent du point de vue du travail (Fig. VII.8) Si nous assimilons le fluide évoluant dans le moteur, entre et 4, à une masse M de gaz parfait (avec cp, cv constants), nous savons calculer l aire (-2-3-4) du cycle Beau de Rochas en fonction de l énergie calorifique spécifique q *. Elle est égale à celle du cycle à volume constant que subirait la même masse de fluide emprisonnée dans un moteur à air chaud de même rapport volumétrique de compression. Ces deux aires sont identiques et représentent le même travail effectué sur le piston, bien qu à partir du point 4 les fonctionnements des deux moteurs soient radicalement différents. On passe souvent sous silence cette différence, et on calcule le travail du cycle Beau de Rochas en supposant un refroidissement isochore 4 par échange, avec l extérieur, de la quantité de chaleur : q = c. ( T T 4 ) 4 à v Cette évolution se faisant sans modification du travail indiqué global ( PMIBP = 0 ), la formule théorique du rendement s écrit toujours : η= ε γ Lorsque la variation d énergie interne sensible entre 2 et 3 est la même, l énergie transformée en travail a la même valeur pour le cycle Beau de Rochas et pour le cycle thermodynamique. Conséquence du réglage de la charge par réduction de la pression d admission Le résultat précédent cesse d être valable dès que l on s éloigne du cycle théorique à pleine admission. Si la pression d admission est différente de la pression atmosphérique, le travail indiqué de la boucle BP, correspondant aux deux courses échappement-admission, a une valeur non nulle (Fig. VII.9) Pour un moteur non suralimenté, l aire de la boucle de transvasement ( ) représente un travail négatif et on a : PMI = PMIHP - PMIBP

31 Fig. VII.8 - Cycle théorique Beau de Rochas à pleine admission. Fig. VII.9 - Cycle théorique Beau de Rochas à admission réduite. La boucle négative du cycle (due aux pertes par pompage ), qui correspond à PMIBP, devient d autant plus importante que la charge diminue. En outre, l influence des gaz brûlés résiduels devient, elle aussi, comme on va le voir, de plus en plus importante lorsque le remplissage diminue. VII.3.2. Etude du transvasement. Influence des gaz brûlés résiduels. Pour que le fonctionnement cyclique du moteur puisse se réaliser, après la détente des gaz brûlés dans le

32 cylindre, il est nécessaire remplacer ces derniers par des gaz frais. VII Moteur à allumage commandé à pleine charge et à charge partielle Dans le cycle Beau de Rochas, on peut considérer que l opération s effectue en trois phases successives :.. au PMB ( 4 ) : échappement d une bouffée de gaz brûlés par mise en communication du cylindre avec l atmosphère (ou plus généralement avec le circuit d échappement) ; pendant le quatrième temps ( 5-6 ) : refoulement à l échappement d une cylindrée de gaz brûlés (sous la pression d échappement que l on va, en première analyse, assimiler à la pression atmosphérique) ; il subsiste alors au PMH, dans le volume mort, une certaine quantité de gaz résiduels, sous cette pression d échappement ;.3. pendant le temps d admission ( 6- ) : le mélange frais (d énergie spécifique connue) introduit dans le cylindre va se trouver dilué et mélangé aux gaz résiduels, avec comme conséquences :. une augmentation de la température initiale ( T ) du cycle. une diminution de l énergie spécifique de la masse gazeuse occupant le volume V en fin de course, car les gaz résiduels vont jouer le rôle de gaz inertes. Etude de la bouffée d échappement Lorsque la soupape d échappement s ouvre brusquement au point 4, les gaz brûlés -sous la pression p4 - sont mis en communication avec l atmosphère (en considérant ici que péch. = patm ) et la fraction de ces gaz qui reste dans le cylindre subit une détente adiabatique entre la pression p4 et la pression patm. A la fin de cette première phase de l échappement (bouffée de gaz), la température finale des gaz dans le cylindre atteindra la valeur T5 correspondant à la détente isentropique 3-4 prolongée jusqu à la pression p (Cf. : VII..2 - Fig. VII.3) si l on considère que patm = p. γ γ (.. = T. 5 4 p p 4 = T. + ε λ ) γ γ Pendant la phase ultérieure de refoulement des gaz brûlés, leur température à l intérieur du cylindre restera constamment égale à T5 (évolution isobare et isotherme). A la fin de cette phase, le volume mort V2 sera occupé par des gaz brûlés dans l état 6 identique à l état 5 et défini par : p 6 = p = p v 6 = v 5 atm T 6 = T 5 On remarquera que la bouffée d échappement nécessite un temps non nul pour que la pression dans le cylindre atteigne la pression atmosphérique, si bien que, dans un moteur réel - excepté pour un moteur très lent - le piston commence sa course de refoulement alors qu il règne encore une surpression dans le cylindre (Fig. VII.20). Dans ce cas également, en gardant les mêmes hypothèses, la masse résiduelle dans le cylindre subit une détente isentropique depuis la pression p4 (et même p3 compte tenu des hypothèses

33 du cycle idéal) jusqu à la pression patm, donc la température des gaz résiduels est donnée par la même valeur T5. Fig. VII.20 - Phase de bouffée d échappement Fonctionnement à pleine admission (cas du cycle limite à pleine charge). Pour le cycle limite théorique à pleine charge, la pression d admission p et la pression d échappement p6 sont identiques à la pression atmosphérique p0. La masse résiduelle de gaz brûlés qui occupe l espace mort est en équilibre de pression avec le mélange frais lorsque la soupape d admission s ouvre et met en communication le collecteur d admission et le cylindre. On suppose que la course d admission introduit une cylindrée de gaz frais, dans les conditions amont p0, T0 (pression atmosphérique et température dans le collecteur d admission), et que le Rendement de remplissage Rr (Cf. V.3) est égal à l unité. En effet, si l on pouvait considérer le matelas de gaz résiduels comme étant immobile et isolé des gaz frais, on se trouverait en fin d admission dans le cas d une enceinte en équilibre de pression contenant un fluide - assimilé à un gaz parfait avec cv constant - non en équilibre thermique. L établissement de l équilibre thermodynamique s effectue sans modification de pression. On peut montrer que :. après mélange de la masse résiduelle de gaz brûlés chauds et de la masse de gaz frais, la température T du système en début de compression sera plus élevée que T0 ;. dans ce mélange, les gaz brûlés se comportant comme des gaz inertes d énergie spécifique q * nulle, la valeur de l énergie spécifique q * (kj/kg de mélange) au point sera plus faible que la valeur q * 0 relative au seul mélange frais. Le raisonnement thermodynamique qui permet de calculer les coordonnées du cycle Beau de Rochas à pleine admission, en fonction des paramètres déjà définis : q ε= V et λ 0 = T c 0, 2 v les conditions initiales du mélange frais étant toujours p0, v0, T0, est donné en Annexe VII.. A titre d exemple, les valeurs regroupées sur la figure VII.2 ci-après donnent une comparaison des conditions du système pour :. d une part, le cycle limite théorique du moteur à un coup avec un rapport volumétrique de compression : ε = 0, admettant le mélange frais d énergie spécifique : q * 0 = kj/kg (qui correspond pour un carburant commercial à une richesse voisine de Φ = 0,92 ) à 300 K sous une pression de bar.. d autre part, le cycle limite Beau de Rochas correspondant aux mêmes conditions d admission. 0

34 CYCLE BEAU DE ROCHAS Coordonnées du cycle limite du moteur à un coup et du cycle Beau de Rochas (prenant en compte les gaz résiduels) à pleine admission. Rapport volumétrique de compression : ε = 0 Caractéristiques du gaz : cv = 950 J.kg -.K - cp = 237 J.kg -.K - γ = ;3 Mélange frais : q * 0 = kj/kg de mélange (Richesse : Φ 0,92) λ 0= 9 λ = λ 0 ( ε - ) / ε = 9. 0,9 = 8, θ θ= ε 9 T 0 = = 77, 0 T6 [ε γ + ε λ )]γ ( 95, ) = 266,0 0.( * q = kj/kg de mélange ε 9,, == Fraction de gaz résiduels : x =, = , , Influence des gaz résiduels 0 p0 =,0 bar p = bar v0 = 0,86 m 3 /kg v = 0,93 m 3 /kg T0= 300 K T = 324 K 2 p2 = 9,9 bar 2 p2 = 9,9 bar v2 = 0,086 m 3 /kg v2 = 0,093 m 3 /kg T2= 599 K T2 = 649 K 3 p3 = 0 bar 3 p3 = 0 bar v3 = 0,086 m 3 /kg v3 = 0,093 m 3 /kg T3= K T3 = K 4 p4 = 5,5 bar 4 p4 = 5,06 bar v4 = 0,86 m 3 /kg v4 = 0,93 m 3 /kg T4= 653 K T4 = 638 K

35 5 p5 = bar 6 p6 = bar 5 = 3,20 m 3 /kg v6 = 3,23 m 3 /kg T5= 5 K T6 = 27 K. Augmentation de la température du mélange : T 324 K au lieu de 300 K. Diminution de l énergie calorifique spécifique : T2 à 3 = K au lieu de K Fig. VII.2 - Coordonnées du cycle Beau de Rochas tenant compte des gaz résiduels à pleine admission. Fonctionnement à charge partielle. A charge partielle, la masse de mélange admise par cylindrée est réduite en abaissant la pression d admission (Fig. VII.22). En première approximation, les coordonnées des points, 2, 3, 4 du cycle limite à admission réduite se déduisent de celles des points, 2, 3, 4 (du cycle limite avec p = patm ) par réduction des ordonnées proportionnellement à p / p ; l aire de la partie positive du cycle est affectée de ce même rapport de réduction. Quant à la boucle inférieure du diagramme - dont la valeur est nulle pour le cycle théorique 234 -son importance relative sur le travail indiqué global augmente avec la diminution de p, pour la double raison que l aire de la boucle positive du cycle s amenuise alors que celle de la boucle négative croît. On remarquera qu à charge partielle, le remplissage diminue non seulement parce que l admission se fait à pression réduite, par fermeture du papillon des gaz, mais aussi parce que la pression partielle des gaz brûlés inertes a une importance de plus en plus marquée - en valeur relative - lorsque la pression d admission diminue. En effet, comme dans le cas de la pleine admission, les gaz résiduels en fin de la phase d échappement se trouvent à la pression atmosphérique, mais cette fois, étant à charge partielle, le mouvement de descente du piston ne provoque pas immédiatement l admission de la nouvelle charge. Pendant le fonctionnement à charge partielle d un moteur multicylindre, la pression qui règne dans le volume des conduits d admission compris entre le papillon des gaz et les soupapes, bien que soumise à des fluctuations, est toujours inférieure à la pression atmosphérique. Au moment où s ouvre la soupape d admission, ce sont des gaz résiduels sensiblement à la pression atmosphérique (pression du collecteur d échappement) qui vont avoir tendance à envahir la tubulure d admission et ceci d autant plus facilement que la pression d admission du moteur sera faible.

36 Fig. VII.22 - Cycle beau de Rochas à admission réduite en coordonnées logarithmiques. Le diagramme en coordonnées logarithmiques (Fig. VII.22) permet d analyser plus aisément le 4ème (détente dans le cylindre) et le er (début de la phase d admission) temps du cycle. On peut admettre qu au point 6, la masse de gaz résiduels se détend adiabatiquement de p0 à la pression d admission = a.p0, occupant le volume V7, avant que le mélange frais puisse pénétrer dans le cylindre. La course utile du piston, pendant laquelle des gaz frais pourront entrer dans le cylindre, est ainsi inférieure à la course géométrique. On trouvera en Annexe VII.2 une méthode permettant, comme pour la pleine admission, de calculer les coordonnées du cycle Beau de Rochas aux admissions réduites. Les valeurs numériques, pour le même moteur ( ε = 0 / ) et le même mélange admis ( q * 0 = kj/kg ), à pleine admission (p = bar) et pour plusieurs admissions partielles ( p = 0,6-0,4 bar ), sont réunis sur les figures VII.2. et VII.2.2. Si l on ferme progressivement le papillon des gaz, à partir de la pleine admission, la pression d admission est réduite et corrélativement la pression de début d échappement s abaisse ( p4 < p4 ).Le papillon crée une perte de charge, mais l enthalpie du fluide se conserve, de part et d autre de cet obstacle, et dans le collecteur d admission, en aval du papillon, la température du fluide est toujours T0. La température maximale du cycle T3 ainsi que la température T4 en fin de détente au PMB varient peu. Au moment de l ouverture de la soupape d échappement, la détente des gaz brûlés ne se fait qu entre p4 et la pression atmosphérique ; d où cette conséquence assez paradoxale : la température de fin d échappement ( T5 = T6 ) sera plus élevée à charge partielle qu à pleine charge. Si l on continue à fermer progressivement le papillon des gaz, il arrivera un moment où, à une certaine valeur de la pression d admission p, correspondra une pression p4, en fin de détente, égale à la pression atmosphérique. Il n y aura plus de bouffée d échappement : la température d échappement restera constante pendant tout le refoulement des gaz brûlés et égale à T4, température en fin de détente au PMB. Si la pression d admission tombe en dessous de cette valeur, la pression en fin de détente sera inférieure à la pression extérieure et des gaz venant du collecteur d échappement à la pression atmosphérique vont

37 s écouler vers le cylindre au moment où s ouvre la soupape d échappement. C est le phénomène de back-flow. En fait, lorsqu un moteur multicylindre tourne au ralenti, à vide, il y a égalité entre le travail indiqué et les pertes passives : PMI - PMF = PME = 0 Le diagramme indiqué de chaque cylindre a une aire très faible et la dépression qui règne dans le collecteur d admission est fonction de l épure de distribution - calage des soupapes d admission et d échappement (Cf. V..3) - qui régit le phénomène signalé précédemment. Mais, lorsque, sur une voiture lancée à vitesse élevée, le conducteur lâche l accélérateur, le moteur joue le rôle de frein : c est l inertie du véhicule qui entraîne l attelage vilebrequin - bielle - pistons. Il n y a presque plus de débit de fluide à travers le moteur lui-même ; le fonctionnement du moteur est assimilable à celui d une pompe à vide refoulant à l atmosphère (avec toutefois la différence que la distribution admission - échappement est ici liée cinématiquement au mouvement du piston alors qu une pompe à vide possède généralement des clapets automatiques qui s ouvrent sous l influence d une différence de pression). VII Moteur Diesel. Sur un moteur Diesel classique, la variation de charge se fait en modifiant la quantité de carburant injectée ; il n y a pas d étranglement pour réduire la pression d admission et, quelle que soit la charge, la pression p en début de compression est la pression atmosphérique. Pour une vitesse de rotation donnée, sur un diagramme à pleine charge et des diagrammes à charges partielles, les courbes de compression sont identiques car la pression qui conditionne le remplissage ne varie pas (Fig. VII.23). A vide (charge nulle), le diagramme indiqué se réduit à deux courbes voisines l une de l autre - compression, détente - emprisonnant entre elles une aire très faible représentant le travail dissipé par les frottements internes et l entraînement des auxiliaires. Lorsqu on augmente la quantité de combustible injectée par cycle, le diagramme d épaissit progressivement, la courbe de détente s écartant de plus en plus de la courbe de compression. L injection d une plus grande quantité de carburant allonge la combustion. En adaptant les raisonnements précédents à l analyse du cycle Diesel, on constate que la température du point 4 du cycle augmente avec la charge du moteur.

38 Fig. VII.23 - Cycles Diesel à pleine charge et en marche à vide. A charge partielle, l échappement ne subit pas de perturbations car la pression de début d échappement est toujours supérieure à la pression atmosphérique. L influence des gaz résiduels est bien plus faible que pour le moteur à mélange préalable. Pour un moteur Diesel, l énergie calorifique spécifique q (kj/kg d air) est fonction de la charge du moteur, mais reste toujours inférieure - même à pleine charge - à la valeur correspondante du mélange préalable du moteur à allumage commandé. De plus, le rapport volumétrique de compression (et de détente) est plus élevé, donc le volume de l espace mort comparativement plus faible. Pour ces raisons, la pression p4 et la température T4 du Diesel à pleine charge seront toujours inférieures aux valeurs correspondantes de la pleine charge du moteur à mélange préalable. En conséquence, la masse résiduelle de gaz brûlés au PMH-échappement sera aussi plus faible, ainsi d ailleurs que leur température. Alors que, dans le moteur à allumage commandé, les gaz brûlés résiduels perturbent d autant plus le fonctionnement du moteur que la charge est plus faible, au contraire, leur influence sur le cycle Diesel est pratiquement négligeable : la cylindrée d air frais correspond toujours à la course utile du piston, les gaz brûlés occupant l espace mort n entraînent qu un relèvement de la température T. Le sens de la variation de T avec la charge du moteur est à l inverse de celui que l on a indiqué pour le moteur à allumage commandé : la température T de fin d admission - début de compression - diminue lorsque la charge diminue. ANNEXE VII. : CYCLE BEAU DE ROCHAS. Calcul des coordonnées à pleine admission L état du mélange carburé frais est fixé par les conditions à l admission : p0, v0, T0. Son énergie calorifique spécifique est q * 0 (kj/kg de mélange). On a : p = p0 = p6 =patm. Si tout le volume V était rempli de gaz frais à la température T0, les coordonnées des sommets du cycle seraient données par les formules de la Fig. VII.3, dans lesquelles l indice serait remplacé par l indice 0 et le paramètre λ prendrait la valeur :

39 * λ 0 = q 0 c v T 0 En fait, en fin d admission (point ), le volume V contient un mélange de gaz frais et de gaz brûlés que l on peut, pour faciliter le raisonnement, supposer encore individualisés (Fig. VII.I.). Fig. VII.I. - Conditions du fluide moteur (mélange : gaz frais + gaz brûlés) en. Le volume V0 est occupé par la masse M de gaz frais dans les conditions 0 ( p0, v0, T0 ) : M = ρ 0.V0. Dans le volume mort, les gaz brûlés résiduels se trouvent dans les conditions 6 ( p0, v6, T6 ). ; leur masse volumique est celle des gaz frais ρ 0 multipliée par le rapport T 0 θ= inconnu. T 6 θ La masse totale de gaz qui va participer au cycle est alors : M. + La température moyenne d équilibre de cette masse est donnée par : T == T. θ T 0 M. T 0 +. ε θ ε ε

40 θ 0 ε+ θ M. + ε L énergie spécifique q * de ce mélange (gaz frais + gaz brûlés) sera plus faible que celle du mélange frais, θ puisqu à q * 0 kj correspond une masse non plus de kg, mais de + kg. ε Donc : q = q 0. ** ε ε+ θ Pour le mélange qui remplit le cylindre, la valeur numérique de λ est reliée à λ 0 - valeur qui correspond au mélange frais à la température T0 - par la relation : * ε ε+ θ q * 0 ε λ= = q * 0. T c q.. =.. ε + θε T c 0 T c 0 ε soit : ε λ=λ 0. v vv ε Les formules du VII..2 - Fig. VII.3 donnent les valeurs de T2, T3, T4L expression donnant T5, sachant que T5 est identique à T6 permet d écrire : T 6 = T 5 = ε[.( γ] γ = 0. + ε λ. )ε

41 T 0 T 0 θ ε+ θ d où l on peut déduire θ en fonction des deux paramètres connus : ε, relatif aux dispositions constructives du moteur, λ 0, qui caractérise le mélange frais dans les conditions de l admission θ= ε γ.( [ε+ ε λ )]γ 0, T5 en fonction de T. ce qui permet ainsi de calculer T, puis les coordonnées des points du cycle Beau de Rochas à pleine admission, en fonction des conditions p0, v0, T0 (Cf. Fig. VII.2) ANNEXE VII.2 : CYCLE BEAU DE ROCHAS. Calcul des coordonnées à admission réduite Si l on se base sur le schéma de la figure VII.22 - rappelé ci-dessous - au point 6 (PMH -échappement), les gaz résiduels se trouvent à la pression p0 et à la température T5. On admet qu ils se détendent ensuite isentropiquement de 6 à 7 (entre la pression p0 et la pression d admission a.p0, avec 0 < a < ), avant que le mélange de gaz frais à la pression (a.p0) et à la température T0 puisse entrer dans le cylindre. Au point 6, la masse de gaz résiduels occupait le

42 la charge qui va participer au cycle peut être considérée comme formée de la masse M de charge fraîche à laquelle s ajoute la masse M de gaz brûlés. On peut montrer que : volume mort (V / ε ) sous la pression p0. Après détente, elle occupe le volume : V γ et, au point, sous la pression (a.p0),. a ε

43 γ a T 0 ε M ' = M.. 7' γ a

44 ε T 0 7' = ' θ soit en posant : M γ. θ.' ' a = M γ ε a )

45 θ '. ( γ ε a La masse participant au cycle est la somme (M + M ) soit : M. ε a γ dont l énergie interne sensible (à la température T ) est la somme des énergies internes sensibles des deux fractions : Introdução ao estúdio e aos ensaios dos motores de combustão γ ε a.( θ ') M..T = M T 0 + M '. T 7' γ '. ε a ce qui donne pour valeur de T : ε ' = T0.

46 γ ε a.( θ ') Comme dans le cas de la pleine admission (Annexe VII.), à partir de cette valeur de T, on peut calculer : λ ' =λ 0. ε a ce qui permet d obtenir toutes les valeurs des points du cycle, et en particulier T7 (la seule valeur provisoirement inconnue dans ces formules étant θ ). L expression de T7 permet alors de calculer θ en fonction des seuls paramètres : ε γ adm p ε et a = liés au moteur et à son remplissage p 0 * 0 = q 0 qui caractérise le mélange carburé dans les conditions ambiantes (p0, v0, T0 ).. ct 0 v On trouve : γ ε a θ ' = γ γ ε +λ. ε a γ a γ 0 L énergie spécifique q * du mélange s écrit :

T.P. COMPRESSEUR. T.P. Machines Thermiques : Compresseur / Page : 1/8

T.P. COMPRESSEUR. T.P. Machines Thermiques : Compresseur / Page : 1/8 T.P. COMPRESSEUR T.P. Machines Thermiques : Compresseur / Page : /8 But du T.P. : Tester les performances d un compresseur à piston bi-étagé à refroidissement intermédiaire. Introduction : Les compresseurs

Plus en détail

1. LE MOTEUR THERMIQUE

1. LE MOTEUR THERMIQUE 1. LE MOTEUR THERMIQUE 1.1 Définition Les moteurs thermiques transforment de la chaleur en travail mécanique destiné à équilibrer le travail résistant d un véhicule qui se déplace. Les machines thermiques

Plus en détail

Thermodynamique Chapitre 6 : Les machines thermiques

Thermodynamique Chapitre 6 : Les machines thermiques Lycée François Arago Perpignan M.P.S.I. 2012-2013 Thermodynamique Chapitre 6 : Les machines thermiques Nous arrivons à ce qui a véritablement motivé la fondation de la thermodynamique : l étude des machines

Plus en détail

11 mars 2003 228. 9 Cycles moteurs

11 mars 2003 228. 9 Cycles moteurs 11 mars 2003 228 9 Certains générateurs de puissance comme la centrale thermique à vapeur opèrent effectivement selon un cycle, c.-à-d. que le fluide actif retourne à son état initial après avoir subi

Plus en détail

COMPRESSEUR ALTERNATIF

COMPRESSEUR ALTERNATIF COMPRESSEUR ALTERNATIF 1. DIAGRAMME D'UN COMPRESSEUR A PISTON 1.1. Compresseur à un étage L'évolution théorique d'un fluide dans le cylindre d'un compresseur à piston est présentée sur la figure 1 en coordonnées

Plus en détail

UE 303 - Thermodynamique - 2010/2011

UE 303 - Thermodynamique - 2010/2011 UE 303 - Thermodynamique - 2010/2011 Contrôle Continu du 03/11/2010. Durée: 2h00mn Exercice 1 : On suppose que l atmosphère est un gaz réel en équilibre dans le champ de pesanteur. L équation d état de

Plus en détail

12 Mélanges de gaz. m = m 1 + m 2 +... + m ns = m i. n = n 1 + n 2 +... + n ns = n i. 20 mars 2003 Généralités et mélanges de gaz parfaits 320

12 Mélanges de gaz. m = m 1 + m 2 +... + m ns = m i. n = n 1 + n 2 +... + n ns = n i. 20 mars 2003 Généralités et mélanges de gaz parfaits 320 20 mars 2003 Généralités et mélanges de gaz parfaits 320 12 On s est principalement limité jusqu à présent à l étude des substances pures. Or, bon nombre de problèmes thermodynamiques font intervenir des

Plus en détail

Chapitre 5-Thermodynamique des systèmes ouverts. Application à l écoulement des fluides

Chapitre 5-Thermodynamique des systèmes ouverts. Application à l écoulement des fluides 1 Chapitre 5-Thermodynamique des systèmes ouverts. Application à l écoulement des fluides I Premier principe de la thermodynamique pour un système ouvert Certains systèmes échangent avec l extérieur, outre

Plus en détail

1. Gaz parfait et transformations thermodynamiques

1. Gaz parfait et transformations thermodynamiques 1. Gaz parfait et transformations thermodynamiques Pour l'air : r = R / M = 0,871 kj / (kg.k), avec M masse molaire c p =1,005 kj/kg K, c v = 0,718 kj/kg K = 1.93 kg / m 3 à 0 C et à 1013 mbars Pour un

Plus en détail

Conséquences des deux principes Machines thermiques Potentiels thermodynamiques

Conséquences des deux principes Machines thermiques Potentiels thermodynamiques S3 PMCP 2015/2016 D de thermodynamique n 5 Conséquences des deux principes Machines thermiques Potentiels thermodynamiques 1 Cycle avec une seule source de chaleur. Soit un système pouvant, pendant un

Plus en détail

CHAPITRE IV: ONDES DE CHOCS DROITES

CHAPITRE IV: ONDES DE CHOCS DROITES CHAPITRE IV: ONDES DE CHOCS DROITES Nous avons souligné au chapitre II, ainsi qu au chapitre III, que pour les écoulements à grande vitesse le modèle continu ne permettait pas de décrire la totalité des

Plus en détail

CONCOURS COMMUNS POLYTECHNIQUES

CONCOURS COMMUNS POLYTECHNIQUES CONCOURS COMMUNS POLYTECHNIQUES la liaison étant supposée parfaite. Le rouleau n est entraîné en rotation par un moteur extérieur non figuré, sa vitesse de rotation est ω > constante au cours du temps.

Plus en détail

10 Cycles frigorifiques

10 Cycles frigorifiques 14 mars 2003 Introduction 277 10 10.1 Introduction Dans la section 9.1, on a considéré des machines thermiques constituées de quatre processus distincts, mettant en œuvre soit des dispositifs à circulation

Plus en détail

EPREUVE SPECIFIQUE FILIERE MP PHYSIQUE 1. Durée : 4 heures. Les calculatrices sont autorisées. * * *

EPREUVE SPECIFIQUE FILIERE MP PHYSIQUE 1. Durée : 4 heures. Les calculatrices sont autorisées. * * * SESSION 004 EPREUVE SPECIFIQUE FILIERE MP PYSIQUE Durée : 4 heures Les calculatrices sont autorisées. N : Le candidat attachera la plus grande importance à la clarté, à la précision et à la concision de

Plus en détail

TD 1. On considère une mole de gaz (CO 2 ) qui obéit à l'équation de Van der Waals. (p + a/v 2 ) (v-b) = RT.

TD 1. On considère une mole de gaz (CO 2 ) qui obéit à l'équation de Van der Waals. (p + a/v 2 ) (v-b) = RT. TD 1 1: On considère une mole de gaz (CO 2 ) qui obéit à l'équation de Van der Waals. (p + a/v 2 ) (v-b) = RT. 1) Etablir l'expression du travail reçu par le gaz, au cours d'une compression isotherme réversible

Plus en détail

Étude d une pompe à chaleur

Étude d une pompe à chaleur TP N 15 Étude d une pompe à chaleur - page 89 - - T.P. N 14 - ÉTUDE D'UNE POMPE A CHALEUR 1. FONCTIONNEMENT THÉORIQUE Une pompe à chaleur est une machine thermique dans laquelle le fluide qui subit une

Plus en détail

Thermodynamique. Chapitre 6. Machines thermiques

Thermodynamique. Chapitre 6. Machines thermiques Thermodynamique Chapitre 6 Machines thermiques I Tout ce que nous pouvons dire sans rien savoir (ou presque) Machines thermiques Nous arrivons à ce qui a véritablement motivé la fondation de la thermodynamique

Plus en détail

Thermodynamique de l atmosphère

Thermodynamique de l atmosphère Thermodynamique de l atmosphère 1 Introduction Notion de parcelle d air L atmosphère est composée d un ensemble de molécules. Pour la description de la plupart des phénomènes étudiés, le suivi des comportements

Plus en détail

LES 2 PRINCIPES DE LA THERMODYNAMIQUE

LES 2 PRINCIPES DE LA THERMODYNAMIQUE PSI Brizeux Ch. T1 : Les deux principes de la thermodynamique 1 C H A P I T R E 1 LES 2 PRINCIPES DE LA THERMODYNAMIQUE APPLICATIONS 1. LES FONDEMENTS DE LA THERMODYNAMIQUE 1.1. La variable température

Plus en détail

Par ners. We will be under the same roof. Ingénierie des Procédés- Etudes Générales Audits Energétiques- Cogénération

Par ners. We will be under the same roof. Ingénierie des Procédés- Etudes Générales Audits Energétiques- Cogénération Ingénierie des Procédés- Etudes Générales Audits Energétiques- Cogénération GUIDE DU FROID Date : 01/2008 Rév. : 0 Par : PARTNERS 18, rue Nelson Mandela2045 L Aouina-Tunis Tél. : (00 216) 71 724 032/760

Plus en détail

EPREUVE SPECIFIQUE - FILIERE PC PHYSIQUE 1. Durée : 4 heures ***

EPREUVE SPECIFIQUE - FILIERE PC PHYSIQUE 1. Durée : 4 heures *** SESSION 003 PCP1006 EPREUVE SPECIFIQUE - FILIERE PC PHYSIQUE 1 Durée : 4 heures L'utilisation des calculatrices est autorisée. Les deux problèmes sont indépendants Une feuille de papier millimétré devra

Plus en détail

Lycée Clemenceau. PCSI 1 - Physique. PCSI 1 (O.Granier) Lycée. Clemenceau. Etude des machines thermiques. Olivier GRANIER

Lycée Clemenceau. PCSI 1 - Physique. PCSI 1 (O.Granier) Lycée. Clemenceau. Etude des machines thermiques. Olivier GRANIER PCSI - Physique Lycée Clemenceau PCSI (O.Granier) Etude des machines thermiques PCSI - Physique I Le moteur à explosion à 4 temps (Cycle de eau de Rochas, 86) Simulation java PCSI - Physique PCSI - Physique

Plus en détail

Partie II TEMPERATURES DANS LE REACTEUR

Partie II TEMPERATURES DANS LE REACTEUR Spé y 2001-2002 Devoir n 2 THERMODYNAMIQUE Ce problème étudie quelques aspects des phénomènes intervenants dans une centrale nucléaire de type Réacteur à Eau Pressurisée (ou PWR en anglais) qui est le

Plus en détail

Chapitre 4 : Les machines dynamothermiques (MF et PAC)

Chapitre 4 : Les machines dynamothermiques (MF et PAC) Objectifs Lahrouni, A. hap 4 Thermo 2 FSSM hapitre 4 : Les machines dynamothermiques (MF et PA) La connaissance du principe de fonctionnement des machines frigorifiques à compression et l application des

Plus en détail

C4. La pompe à chaleur

C4. La pompe à chaleur C4. La pompe à chaleur I. BUT DE LA MANIPULATION Se familiariser avec le fonctionnement d'une pompe à chaleur et en déterminer le coefficient de performance sous différentes conditions d'utilisation. II.

Plus en détail

III PRODUCTION DE FROID, POMPE A CHALEUR. Machine à gaz permanent (sans changement de phase) Fonctionne suivant un cycle de Joule inverse

III PRODUCTION DE FROID, POMPE A CHALEUR. Machine à gaz permanent (sans changement de phase) Fonctionne suivant un cycle de Joule inverse III PRODUCION DE FROID, POMPE A CHALEUR Un cycle frigorifique est un système thermodynamique qui permet de transférer de la chaleur d un milieu vers un autre à température plus élevée. D après le second

Plus en détail

LA THERMODYNAMIQUE. La thermodynamique est l étude de l énergie thermique, son transfert, sa transformation, sa dégradation et sa dispersion.

LA THERMODYNAMIQUE. La thermodynamique est l étude de l énergie thermique, son transfert, sa transformation, sa dégradation et sa dispersion. LA THERMODYNAMIQUE La thermodynamique est l étude de l énergie thermique, son transfert, sa transformation, sa dégradation et sa dispersion. La thermodynamique étudie le comportement thermique de la matière.

Plus en détail

Les calculatrices sont interdites.

Les calculatrices sont interdites. Les calculatrices sont interdites. NB. : Le candidat attachera la plus grande importance à la clarté, à la précision et à la concision de la rédaction. Si un candidat est amené à repérer ce qui peut lui

Plus en détail

FONCTIONNEMENT DU MOTEUR

FONCTIONNEMENT DU MOTEUR FONCTIONNEMENT DU MOTEUR 1. Principe de fonctionnement 1.1. Définition du cycle à 4 temps On appelle cycle l ensemble des phases qui se succèdent dans le moteur, dans notre cas le cycle comprend quatre

Plus en détail

mini INTERROS de Prépas & Deug SUP-SPÉ Thermodynamique Roland Bouffanais Collection dirigée par Éric MAURETTE Nassim MOKRANE

mini INTERROS de Prépas & Deug SUP-SPÉ Thermodynamique Roland Bouffanais Collection dirigée par Éric MAURETTE Nassim MOKRANE mini INTERROS de Prépas & Deug MPSI-PCSI-PTSI SUP-SPÉ Thermodynamique MP-MP*-PC-PC*-PT-PT* Roland Bouffanais Collection dirigée par Éric MAURETTE Nassim MOKRANE pages 1. Introduction à la thermodynamique.......................

Plus en détail

Thermodynamique des gaz parfaits

Thermodynamique des gaz parfaits Chapitre 24 Sciences Physiques - BTS Thermodynamique des gaz parfaits 1 Le modèle du gaz parfait 1.1 Définition On appelle gaz parfait un ensemble de molécules sans interaction entre elles en dehors des

Plus en détail

Département Aérospatiale et mécanique.

Département Aérospatiale et mécanique. Département Aérospatiale et mécanique. Laboratoire de Thermodynamique Université de Liège Campus du Sart-Tilman - Bâtiment B49 Parking P33 B-4000 LIEGE (Belgium) tel : +32 (0)4 366 48 00 fax : +32 (0)4

Plus en détail

cours n 4 : Chaleur, travail et énergie interne des gaz parfaits.

cours n 4 : Chaleur, travail et énergie interne des gaz parfaits. 1 er cycle universitaire. BS. C. Haouy, professeur de hysique Appliquée Cours de hermodynamique n 4 : chaleur, travail et énergie interne des gaz parfaits. Mise à jour du 21-02-07. Colonne de gauche =

Plus en détail

INSA de Strasbourg Résumé Génie Mécanique (EI) Master Automotive Product Engineering

INSA de Strasbourg Résumé Génie Mécanique (EI) Master Automotive Product Engineering INSA de Strasbourg Résumé Génie Mécanique (EI) Master Automotive Product Engineering Hoffmann Sébastien Septembre 2012 1. Introduction De nombreuses contraintes sont apparues ces dernières années. Les

Plus en détail

Etudes des moteurs 2 et 4 temps et du système bielle-manivelle

Etudes des moteurs 2 et 4 temps et du système bielle-manivelle Etudes des moteurs et 4 temps et du système bielle-manivelle Présentation du moteur à explosion. La photographie ci-contre représente un moteur à explosion temps de modélisme. Ce moteur comme les moteurs

Plus en détail

PHYSIQUE Durée : 3 heures

PHYSIQUE Durée : 3 heures SESSION 2010 CONCOUS G2E PHYSIQUE Durée : 3 heures Les calculatrices programmables et alphanumériques sont autorisées. L usage de tout ouvrage de référence et de tout document est strictement interdit.

Plus en détail

TD de thermodynamique n o 3 Le premier principe de la thermodynamique Bilans d énergie

TD de thermodynamique n o 3 Le premier principe de la thermodynamique Bilans d énergie Lycée François Arago Perpignan M.P.S.I. 2012-2013 TD de thermodynamique n o 3 Le premier principe de la thermodynamique Bilans d énergie Exercice 1 - Influence du chemin de transformation. Une mole de

Plus en détail

Thermodynamique BTS 1984-2004 Gaz parfaits

Thermodynamique BTS 1984-2004 Gaz parfaits Thermodynamique BTS 1984-2004 Gaz parfaits Gaz parfaits...3 BTS Fluides énergie environnement épreuve de physique 2001...3 BTS Travaux publics 1990...3 BTS Bâtiment 1994...3 BTS Esthétique et Cosmétique

Plus en détail

Énergétique du bâtiment : Ventilation et quelques équipements 2

Énergétique du bâtiment : Ventilation et quelques équipements 2 1 Énergétique du bâtiment : Ventilation et quelques équipements 2 M. Pons CNRS-LIMSI, Rue J. von Neumann, BP133, 91403 Orsay Cedex http://perso.limsi.fr/mpons 1 Organisation Deuxième partie Notions de

Plus en détail

En voiture! I. Détection des chocs frontaux et protection des passagers : l airbag

En voiture! I. Détection des chocs frontaux et protection des passagers : l airbag En voiture! Ce problème propose d étudier plusieurs phénomènes physiques mis en oeuvre dans un véhicule automobile. La première partie étudie la détection de chocs frontaux pour déclencher l ouverture

Plus en détail

Feuille d'exercices : Diusion thermique

Feuille d'exercices : Diusion thermique Feuille d'exercices : Diusion thermique P Colin 2014/2015 1 Diusion thermique dans une barre * On considère une barre cylindrique de longueur l et de section S constituée d un matériau de conductivité

Plus en détail

Table des matières. Partie 1. Approche et découverte de l automobile... 1. Avant-propos... Avant-propos de l inspecteur...

Table des matières. Partie 1. Approche et découverte de l automobile... 1. Avant-propos... Avant-propos de l inspecteur... Table des matières Avant-propos... Avant-propos de l inspecteur... L étude technologique dans la démarche de maintenance... IX XI XII Partie 1 Approche et découverte de l automobile... 1 V Chapitre 1 :

Plus en détail

P.V = n.r.t. P.V = n.r.t Avec: n: quantité de matière (1 mole = 6,02. 10 23 molécules). R : constante des gaz parfaits. R = 8,3 J.K -1.

P.V = n.r.t. P.V = n.r.t Avec: n: quantité de matière (1 mole = 6,02. 10 23 molécules). R : constante des gaz parfaits. R = 8,3 J.K -1. CHALEUR, TRAVAIL & ENERGIE INTERNE DES GAZ PARFAITS LES 4 TRANSFORMATIONS THERMODYNAMIQUES DE BASE EQUATION CARACTERISTIQUE DES GAZ PARFAITS GAZ PARFAITS L'état d'un gaz parfait est décrit par ses trois

Plus en détail

a. Les éléments de base rectangle : représente un élément ou un groupe d éléments du système et son action associée

a. Les éléments de base rectangle : représente un élément ou un groupe d éléments du système et son action associée REGULATION 1/9 I. Présentation 1. Structure d'un système asservi L'objectif d'un système automatisé étant de remplacer l'homme dans une tâche, nous allons pour établir la structure d'un système automatisé

Plus en détail

TD 4 : Systèmes, paramètres d'état et transformations

TD 4 : Systèmes, paramètres d'état et transformations TD 4 : Systèmes, paramètres d'état et transformations Applications de cours Thermodynamique Application 1 : échelles de température Le physicien allemand D.G. Fahrenheit établit en 1724 son échelle de

Plus en détail

I. BUT DE LA MANIPULATION II. INTRODUCTION ET PHENOMENOLOGIE T 2 T 1

I. BUT DE LA MANIPULATION II. INTRODUCTION ET PHENOMENOLOGIE T 2 T 1 C. Cycle de Stirling. BUT DE LA MANPULATON Etude du cycle thermodynamique de Stirling, relevés des cycles. Mesure du rendement d'un moteur à air chaud pour différents régimes de rotation. Etude des rendements

Plus en détail

Les machines thermiques

Les machines thermiques Les machines thermiques II. Les machines thermiques Une machine thermique permet une conversion d'énergie. Pour fonctionner en régime permanent, elles effectuent des cycles. Très souvent, un fluide est

Plus en détail

Le premier principe de la thermodynamique. Marie Paule Bassez http://chemphys.u strasbg.fr/mpb

Le premier principe de la thermodynamique. Marie Paule Bassez http://chemphys.u strasbg.fr/mpb Le premier principe de la thermodynamique Marie Paule Bassez http://chemphys.u strasbg.fr/mpb PLAN 1. Notion de système 2. Réversibilité 3. Travail d'un fluide en dilatation ou en compression 4. Détente

Plus en détail

Epreuve de Physique B - Thermodynamique. Durée 2 h. L usage de calculatrices est interdit.

Epreuve de Physique B - Thermodynamique. Durée 2 h. L usage de calculatrices est interdit. 135 Epreuve de Physique B - Thermodynamique Durée 2 h Si, au cours de l épreuve, un candidat repère ce qui lui semble être une erreur d énoncé, d une part il le signale au chef de salle, d autre part il

Plus en détail

Montage et Démontage d un moteur «Peugeot 403» Objectifs du TP

Montage et Démontage d un moteur «Peugeot 403» Objectifs du TP Montage et Démontage d un moteur «Peugeot 403» Objectifs du TP Rendre l élève capable de : connaître les différentes composantes d un moteur d une voiture. Monter et démonter un moteur d une voiture. Matériel

Plus en détail

PROBLÈME 1 : Étude de l'eau en physique

PROBLÈME 1 : Étude de l'eau en physique Banque «Agro» A - 0304 PHYSIQUE Durée : 3 h 30 L usage d une calculatrice est autorisé pour cette épreuve L usage d abaques et de tables est interdit pour cette épreuve Les trois problèmes sont indépendants

Plus en détail

Doc 3 transferts thermiques

Doc 3 transferts thermiques Activité Documentaire Transferts d énergie entre systèmes macroscopiques Doc 1 Du microscopique au macroscopique La description de la matière peut être faite au niveau microscopique ou au niveau macroscopique.

Plus en détail

Différents diagrammes pour représenter les cycles thermodynamiques

Différents diagrammes pour représenter les cycles thermodynamiques Différents diagrammes pour représenter les cycles thermodynamiques Diagramme de Clapeyron (ou diagramme P-v) P : Pression V : Volume Diagramme entropique (ou diagramme T-S) T : Température S : Entropie

Plus en détail

Thermochimie - TD 2 Corrigé

Thermochimie - TD 2 Corrigé Thermochimie - TD Corrigé Licence 1 «Groupes Concours & Polytech» - 007 / 008 Exercice 1 : combustion La combustion dans une bombe calorimétrique (volume constant) d une pastille de 3,76 g d acide benzoïque

Plus en détail

COURS THERMODYNAMIQUE FILIÈRE : SMIA & SMP SEMESTRE 1 FACULTÉ POLYDISCIPLINAIRE LARACHE ANNÉE UNIVERSITAIRE 2014/2015. Pr.

COURS THERMODYNAMIQUE FILIÈRE : SMIA & SMP SEMESTRE 1 FACULTÉ POLYDISCIPLINAIRE LARACHE ANNÉE UNIVERSITAIRE 2014/2015. Pr. COURS THERMODYNAMIQUE FILIÈRE : SMIA & SMP SEMESTRE 1 FACULTÉ POLYDISCIPLINAIRE LARACHE ANNÉE UNIVERSITAIRE 2014/2015 Pr. Aziz OUADOUD Table des matières 1 Introduction 3 1.1 Définitions générales.......................

Plus en détail

REMARQUES SUR LE SYSTEME FAP motorisation DW12ATED4 applications 406-607

REMARQUES SUR LE SYSTEME FAP motorisation DW12ATED4 applications 406-607 AVANT PROPOS Ce document cite uniquement des évolutions ou des compléments d informations sur le système FAP 1 ere génération (motorisations DW12ATED4 application 406 et 607 uniquement). La brochure «Filtre

Plus en détail

15 Notions sur les turbomachines

15 Notions sur les turbomachines 16 avril 2004 429 15 Au cours des chapitres précédents, on a maintes fois considéré des machines au sein desquelles s opérait un échange de travail avec le milieu extérieur (compresseurs, turbines). Parmi

Plus en détail

G.P. DS 07 6 février 2008

G.P. DS 07 6 février 2008 DS SCIENCES PHYSIQUES MATHSPÉ CONCOURS BLANC calculatrice: autorisée durée: 4 heures Sujet Modulateur optique... 2 I.Interférence à deux ondes...2 II.Étude d une séparatrice...2 III.Interférométre de Mach-Zehnder...

Plus en détail

Un modèle simple de formation d étoiles

Un modèle simple de formation d étoiles Un modèle simple de formation d étoiles [Exercice classique] Un modèle simple d étoile consiste à supposer que celle-ci est constituée d une masse M d atomes d hydrogène, adoptant une configuration sphérique

Plus en détail

Récupération d énergie

Récupération d énergie Récupération d énergie Le sujet propose d étudier deux dispositifs de récupération d énergie soit thermique (problème 1) soit mécanique (problème 2) afin de produire une énergie électrique. Chaque problème

Plus en détail

PRESENTATION PEDAGOGIQUE ALLEGEE DES POMPES A CHALEUR

PRESENTATION PEDAGOGIQUE ALLEGEE DES POMPES A CHALEUR PRESENTATION PEDAGOGIQUE ALLEGEE DES POMPES A CHALEUR L objectif de cette note est d introduire les notions essentielles qu il importe de bien présenter aux élèves pour qu ils puissent comprendre et étudier

Plus en détail

Chapitre 2. Le cycle théorique Beau de Rochas

Chapitre 2. Le cycle théorique Beau de Rochas Chaitre Le cycle théorique Beau de Rochas 1 Les quatre oérations d un moteur thermique Une oération est l ensemble des rocessus hysico-chimiques rerésentant une étae dans le fonctionnement du moteur. Les

Plus en détail

Le freinage 1 DATE : CLASSE : Présentation : 1. Mise en situation : 2. Définition :

Le freinage 1 DATE : CLASSE : Présentation : 1. Mise en situation : 2. Définition : 1 Présentation : 1. Mise en situation : 2. Définition : On entend par système de freinage, l ensemble des éléments permettant de ralentir ou de stopper le véhicule suivant le besoin du conducteur. 3. Fonction

Plus en détail

Introduction au cours de physique (1)

Introduction au cours de physique (1) Introduction au cours de physique () Exercices : Petites variations, valeurs moyennes Calculs de petites variations Méthode De manière générale : il est souvent plus simple de faire une différentiation

Plus en détail

BTS AVA 2009 : sciences physiques

BTS AVA 2009 : sciences physiques BTS AVA 2009 : sciences physiques On souhaite montrer que dans l état actuel des technologies, il n est pas réaliste de concevoir un véhicule électrique ayant la même autonomie qu un véhicule à essence.

Plus en détail

sont alors calculés. Figure 4.2.1

sont alors calculés. Figure 4.2.1 110 Systèmes énergétiques Deux modes de calcul complémentaires peuvent être choisis, selon l'option qui est cochée en bas à droite de l'écran : "Imposer le rendement et calculer la transfo" provoque la

Plus en détail

Introduction à la description des systèmes thermodynamiques

Introduction à la description des systèmes thermodynamiques Introduction à la description des systèmes thermodynamiques 1. Définitions et généralités : La Thermodynamique est l étude des échanges d énergie ou de matière. La thermodynamique ne délimite a priori

Plus en détail

Agitation et Mélange Mesure de l énergie mise en œuvre pendant le pétrissage

Agitation et Mélange Mesure de l énergie mise en œuvre pendant le pétrissage Agitation et Mélange Mesure de l énergie mise en œuvre pendant le pétrissage VMI a entrepris depuis plusieurs années déjà des travaux de recherche sur le contrôle des différents paramètres de conduite

Plus en détail

Le modèle du gaz parfait

Le modèle du gaz parfait Table des matières 1 : énergie interne, équation d état 1.1 Hypothèses........................................... 1. Énergie interne d un GPM................................... 1.3 Équation d état du GPM....................................

Plus en détail

LE DIAGRAMME ENTHALPIQUE

LE DIAGRAMME ENTHALPIQUE LE DIAGRAMME ENTHALPIQUE L expression cycle vient de la thermodynamique. En effet lorsqu une masse de fluide se retrouve après diverses transformations dans le même état (pression, volume, température)

Plus en détail

cours n 2 : Travail et diagrammes P(V).

cours n 2 : Travail et diagrammes P(V). er cycle universitaire. BT. c.haouy@ac-nancy-metz.fr Cours de Thermodynamique n : travail et diagrammes P(). Mise à jour du 5/4/6. Colonne de gauche = discours fait au élèves, pas forcément écrit au tableau

Plus en détail

MAINTENANCE D UNE CHAÎNE DE BAINS DE TRAITEMENT

MAINTENANCE D UNE CHAÎNE DE BAINS DE TRAITEMENT MAINTENANCE D UNE CHAÎNE DE BAINS DE TRAITEMENT Une entreprise est spécialisée dans le traitement de surface par trempage de pièces métalliques de tailles diverses. Un pont roulant permet de faire progresser

Plus en détail

Thermodynamique et gaz parfaits

Thermodynamique et gaz parfaits Université Paris 7 PCEM 1 Cours de Physique Thermodynamique et gaz parfaits Étienne Parizot (APC Université Paris 7) É. Parizot Physique PCEM 1 ère année page 1 Résumé du cours précédent : travail énergie

Plus en détail

PHYSIQUE. Lampe à incandescence et bilans thermiques. Partie I - Lampe à incandescence en régime permanent

PHYSIQUE. Lampe à incandescence et bilans thermiques. Partie I - Lampe à incandescence en régime permanent PHYSIQUE Lampe à incandescence et bilans thermiques Partie I - Lampe à incandescence en régime permanent IA - Détermination de la température du filament Le filament d une ampoule à incandescence est constitué

Plus en détail

LE MOTEUR 4 TEMPS NOTE

LE MOTEUR 4 TEMPS NOTE LE MOTEUR 4 TEMPS NOTE : Ce document est rédigé dans le but de comprendre le principe de fonctionnement d un moteur 4 temps essence à 4 cylindre et plus. En aucun cas il ne s'agit d'un document technique

Plus en détail

MCE-5 VCRi : repousser les limites de la réduction de consommation de carburant

MCE-5 VCRi : repousser les limites de la réduction de consommation de carburant VCRi : repousser les limites de la réduction de consommation de carburant Résultats clés Les résultats ont été mesurés sur les différents prototypes VCRi : moteurs monocylindre, moteurs multicylindre et

Plus en détail

1 Chambre froide : CORRECTION G.I.M. 2. Contrôle de thermodynamique du vendredi 30 janvier 2015

1 Chambre froide : CORRECTION G.I.M. 2. Contrôle de thermodynamique du vendredi 30 janvier 2015 IUT de Saint Denis Module THERM3 CORRECTION G.I.M. Contrôle de thermodynamique du vendredi 30 janvier 015 1 Chambre froide : 1. Les pressions d'évaporation et de condensation sont données par la table

Plus en détail

Thermodynamique : les fondamentaux

Thermodynamique : les fondamentaux Thermodynamique : les fondamentaux Extrait du programme Thermodynamique : fondamentaux Notions et contenus Capacités exigibles Énergie interne U d un système Vocabulaire et définitions : système, état

Plus en détail

CHAPITRE 10 LES GAZ PARFAITS

CHAPITRE 10 LES GAZ PARFAITS 1 CHAPIRE 10 LES GAZ PARFAIS I PROPRIEES HERMODYNAMIQUES DES GAZ PARFAIS 1 Définition Dans un gaz parfait il n'y a aucune interaction entre les molécules. 2 Equation d'état L'équation d'état permet d'écrire

Plus en détail

Volume et température d un gaz

Volume et température d un gaz Volume et température d un gaz Par Pascal Rebetez Janvier 7 Introduction Après avoir étudié expérimentalement la relation entre le volume et la température d un gaz (de l air), nous comparons les données

Plus en détail

BREVET DE TECHNICIEN SUPERIEUR

BREVET DE TECHNICIEN SUPERIEUR BREVET DE TECHNICIEN SUPERIEUR MOTEURS A COMBUSTION INTERNE ETUDE DES MOTEURS - U 52 - Etude & Analyse des moteurs Session 2002 Durée : 3 heures Coefficient : 3 PRESENTATION Ce dossier est composé : De

Plus en détail

Illustrations : Exp du bateau à eau, machine Bollée

Illustrations : Exp du bateau à eau, machine Bollée Thermodynamique 4 Machines thermiques Illustrations : Exp du bateau à eau, machine Bollée Simulation gtulloue // cycles moteur A savoir - Définir une machine thermique - Bilan énergétiques et entropiques

Plus en détail

Performances des turbocompresseurs aux basses vitesses de rotation

Performances des turbocompresseurs aux basses vitesses de rotation DELIGANT/PODEVIN Mardi 23 mars 2010 Performances des turbocompresseurs aux basses vitesses de rotation Michaël DELIGANT : Doctorant Pierre PODEVIN : Ingénieur de recherche CNAM Chaire de Turbomachines

Plus en détail

Devoir Surveillé n 2

Devoir Surveillé n 2 Devoir Surveillé n 2 Les candidat(e)s veilleront à exposer leurs réponses avec clarté et rigueur, rédiger avec soin dans un français correct et reporter dans la marge les numéros des questions traitées.

Plus en détail

Principe de fonctionnement d un véhicule à roues

Principe de fonctionnement d un véhicule à roues Mécanique «Chapitre» 4 Principe de fonctionnement d un véhicule à roues Parties du programme de PCSI à revoir Notions et contenus Lois de Coulomb du frottement de glissement dans le seul cas d un solide

Plus en détail

Équations différentielles en physique

Équations différentielles en physique Fiche Mathématiques pour la Physique - Équations différentielles en physique - MPSI 1 Lycée Chaptal - 2012 Équations différentielles en physique On ne considère en physique en prépa (quasiment) que des

Plus en détail

FLUIDISATION SOLIDE - GAZ

FLUIDISATION SOLIDE - GAZ 1 FLUIDISATION SOLIDE - GAZ I/ MISE EN EVIDENCE DU PHENOMENE DE FLUIDISATION On considère une couche de particules solides sphériques identiques reposant sur une grille poreuse horizontale à l'intérieur

Plus en détail

MECA-FLU V : LES POMPES

MECA-FLU V : LES POMPES MEC-FLU V : LES POMPES I DEFINITION ET DOMINES D PPLICTIONS Les pompes sont des appareils qui génèrent une différence de pression entre les tubulures d entrée et de sortie. Suivant les conditions d utilisation,

Plus en détail

INTRODUCTION DU CFD. La perte de pression (dp) par unité-longueur (dl) est déterminée par la formule :

INTRODUCTION DU CFD. La perte de pression (dp) par unité-longueur (dl) est déterminée par la formule : INTRODUCTION DU CFD Introduction A l inverse des calculs de force de construction, au moyen du software de Ansys ou Pro/E par exemple, les calculs de courant ne sont pas très connus. Ceci est une introduction

Plus en détail

COMPRESSEURS FRIGORIFIQUES. Suivant la technologie mise en œuvre et les puissances on trouve les types suivants:

COMPRESSEURS FRIGORIFIQUES. Suivant la technologie mise en œuvre et les puissances on trouve les types suivants: I. CLASSIFICATION DES COMPRESSEURS Suivant la technologie mise en œuvre et les puissances on trouve les types suivants: * les compresseurs volumétriques : compresseurs à spirales (appelés spiro-orbitaux

Plus en détail

ACIER. Dr. Adamah MESSAN. École Supérieure Polytechnique de Kaya (ESPK) 25/05/2010

ACIER. Dr. Adamah MESSAN. École Supérieure Polytechnique de Kaya (ESPK) 25/05/2010 ACIER Dr. Adamah MESSAN École Supérieure Polytechnique de Kaya (ESPK) Les aciers 1. Propriétés 2. Traitement des aciers 3. Produits et utilisations LES ACIERS 1. Propriétés 1.1 Propriétés physique *Massevolumique:

Plus en détail

Table des matières. Gestion moteur 2 L injection directe

Table des matières. Gestion moteur 2 L injection directe L injection directe Table des matières 1 Introduction.... 3 2 Nomenclature... 3 3 Fonctionnement.... 3 4 Avantages... 4 4.1 Très large plage de fonctionnement.... 4 4.2 Diminution des pertes par renouvellement

Plus en détail

Etude Technique. L injection directe essence

Etude Technique. L injection directe essence Etude Technique Injection directe essence 1/7 L injection directe essence I Le circuit basse pression carburant Le circuit basse pression de ce système peut être conçu de manière très différente selon

Plus en détail

SESSION 2013 SECOND CONCOURS ÉCOLE NORMALE SUPÉRIEURE PHYSIQUE CHIMIE. Durée : 4 heures

SESSION 2013 SECOND CONCOURS ÉCOLE NORMALE SUPÉRIEURE PHYSIQUE CHIMIE. Durée : 4 heures SESSION 2013 SECOND CONCOURS ÉCOLE NORMALE SUPÉRIEURE PHYSIQUE CHIMIE Durée : 4 heures L usage des calculatrices électroniques de poche à alimentation autonome, sans imprimante et sans document d accompagnement,

Plus en détail

Etude d un cycle frigorifique avec compresseur

Etude d un cycle frigorifique avec compresseur Etude d un cycle frigorifique avec compresseur Cycle frigorifique Le principe de la pompe à chaleur est ancien (Thomson 1852), mais il a fallu attendre 1927 pour voir da première pompe à chaleur fonctionner

Plus en détail

Optimisation du cycle de cuisson d une pièce en caoutchouc.

Optimisation du cycle de cuisson d une pièce en caoutchouc. Optimisation du cycle de cuisson d une pièce en caoutchouc. Abdulrhaman EL LABBAN 1, Pierre MOUSSEAU *1, Jean Luc BAILLEUL 2, Rémi DETERRE 1 1 GEPEA ERT OPERP, UMR CNRS 6144, IUT de Nantes, 2 av du Prof.

Plus en détail

TD Thermodynamique. Diffusion de particules

TD Thermodynamique. Diffusion de particules TPC2 TD Thermodynamique Diffusion de particules Exercice n o 1 : Diffusion du CO 2 On observe la diffusion du CO 2 dans l air, en régime stationnaire, à l intérieur d un tube de longueur L = 0, 25 m et

Plus en détail

DOSSIER TECHNIQUE. APPAREIL DE CHAUFFAGE ADDITIONNEL WEBASTO Thermo Top S

DOSSIER TECHNIQUE. APPAREIL DE CHAUFFAGE ADDITIONNEL WEBASTO Thermo Top S DOSSIER TECHNIQUE APPAREIL DE CHAUFFAGE ADDITIONNEL WEBASTO Thermo Top S 1 PRESENTATION ET FONCTIONNEMENT 1.1 Mise en situation 1.2 Principe de fonctionnement 1.3 Chronogramme de fonctionnement 1.4 Régulation

Plus en détail

MACHINE DE STIRLING. TSt 1 1 THEORIE. 1.1 Thermodynamique - grandeurs dʼétat

MACHINE DE STIRLING. TSt 1 1 THEORIE. 1.1 Thermodynamique - grandeurs dʼétat TSt 1 MACHINE DE STIRLING 1 THEORIE 1.1 Thermodynamique - grandeurs dʼétat La thermodynamique est lʼétude, à lʼaide dʼun nombre limité de grandeurs macroscopiques, de systèmes formés dʼun très grand nombre

Plus en détail

4 THÉORIE CINÉTIQUE DES GAZ. 4.1 Échelles d observations et fluctuations

4 THÉORIE CINÉTIQUE DES GAZ. 4.1 Échelles d observations et fluctuations 4 THÉORIE CINÉTIQUE DES GAZ 4.1 Échelles d observations et fluctuations On s intéresse à un volume V de gaz très grand : qq m 3 dans les conditions normales de température et de pression. Au sein de ce

Plus en détail