Rapport sur la Nutrition et la Mortalité dans la commune I de Bamako Mali du 28 mars 2011 au 12 avril 2011

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Rapport sur la Nutrition et la Mortalité dans la commune I de Bamako Mali du 28 mars 2011 au 12 avril 2011"

Transcription

1 Rapport sur la Nutrition et la Mortalité dans la commune I de Bamako Mali du 28 mars 2011 au 12 avril 2011 Mars-avril 2011

2 SOMMAIRE Résumé du rapport 1. Introduction 2. Présentation de d enquête 3. Contexte spécifique 4. Sélection des participants 5. Définition du ménage 6. Traitement et analyse des données 7. Résultats principaux 8. Recommandations I. INTRODUCTION 1.1 Contexte général Contexte spécifique 10 Liste des structures sanitaires: 11 Personnel sanitaire de la commune : 11 II. OBJECTIFS DE L ENQUETE 2.1 Objectif général Objectif spécifique 12 RAPPORT SUR LA NUTRITION ET LA MORTALITE DANS LA COMMUNE I DE BAMAKO MALI DU 28 MARS 2011 AU 12 AVRIL INTRODUCTION PRESENTATION DE L ENQUETE SELECTION DES PARTICIPANTS DEFINITION DU MENAGE... 5 Après avoir rentrer les 308 sections d énumérations et les données de population correspondant à la commune I dans le logiciel ENA, nous avons déterminés qu avec le temps de prise des données anthropométriques (20mn), de remplissage du questionnaire CAP pour les ménages impairs (40mn), plus le temps de délimitation des Section d énumérations avec les agents de l INSTAT, chaque équipe ne pouvait visiter que 15 ménages par jour Méthode EPI modifiée PROCEDURES A SUIVRE CHAQUE MATIN AVANT LE DEBUT DE LA COLLECTE DES DONNEES PROCEDURES A SUIVRE UNE FOIS ARRIVEE DANS LA ZONE D ENQUETE PROCEDURES A SUIVRE DANS LE MENAGE PROCEDURES A SUIVRE LORSQUE LA COLLECTE DES DONNEES EST TERMINEE DANS LA ZONE D ENQUETE... 16

3 CAS PARTICULIERS CONSIDERATIONS ETHIQUES FORMULAIRE E DE COLLECTE DES DONNEES POUR ENQUETE AVEC CALCUL DU TAUX DE MORTALITE (UNE FEUILLE PAR MENAGE) Résumé du rapport 1. INTRODUCTION La prise en charge de la malnutrition aigüe au niveau des structures sanitaires est définie par le protocole national. Cependant la qualité du service dépend de la présence d agents sanitaires dans les Centres de Santé Communautaire (CSCOM) et Centres de Santé de Référence (CSRF) mais aussi de leur formation et de leur sensibilisation à la problématique de la malnutrition. Ceci est révélateur d un besoin réel de renforcement du système en place qui, pour l instant, n est pas satisfaisant dans la PEC de la malnutrition. Ce renforcement passera par la bonne disponibilité des intrants thérapeutiques, des médicaments, du matériel anthropométrique, l amélioration de la capacité de gestion des intrants, la formation du personnel, et l instauration d un système d assurance qualité. L intervention proposée par la CRF intègre ces actions de renforcement d accès aux soins et de qualité de la prise en charge. Le dépistage actif et le suivi des référencements sont des activités qui seront mise en place en vue d une détection précoce et d un traitement de qualité de la malnutrition. conditions liées à l eau, l assainissement et l hygiène pourraient être envisagées dans les zones identifiées afin de développer une approche intégrée de lutte contre la malnutrition. 2. PRESENTATION DE L ENQUETE La dernière enquête MICS donne des résultats de 7,5 de malnutrition aigue globale dont 1,6% de malnutrition aigue sévère sur toutes les communes de Bamako. L objectif de cette enquête est de mieux connaitre les prévalences sur les communes 1, 2 et 5 ainsi que les pratiques d hygiène, de sevrage et les habitudes alimentaires des ménages sélectionnés L enquête sera réalisée par la CRF et CRM selon la méthodologie SMART (protocole du Mali) et selon les dernières données statistiques du recensement 2009 de INSTAT Une enquête CAP sur les habitudes et pratiques des ménages aura lieue en même temps afin de pouvoir établir un lien entre éventuelles mauvaises pratiques de soin et malnutrition L objectif principal de cette enquête est d évaluer la situation nutritionnelle des enfants âgés de 6 à 59 mois pour contribuer à une meilleure prise en charge des problématiques nutritionnelles. Les objectifs spécifiques de l enquête sont : - Déterminer la prévalence de la malnutrition (aigue, chronique, insuffisance pondérale) par anthropométrie chez les enfants de 6 à 59 mois

4 - Evaluer le taux de mortalité de la population globale. - Déterminer les pratiques de soins et habitudes des ménages Cette enquête sera conduite selon la méthodologie SMART (Standardized Monitoring and Assessment of Relief and Transitions), une méthodologie permettant la réalisation d enquête nutritionnelle standardisée, simplifiée, rapide et transparente et permettant l amélioration de la qualité des donnes anthropométriques. La méthodologie SMART est accompagnée du logiciel ENA (Emergency Nutrition Assessment) ainsi que d un Questionnaire CAP qui ne sera posé qu aux ménages numérotés impairs ( 1,3,5,7,9,11,13,15) 3. Contexte spécifique de la commune I La Superficie de la commune est de 34,26 km 2, soit 12,83% de la superficie totale du District de Bamako. Population selon le dernier recensement de 2009 et représente ménages Elle est située à l Est du District de Bamako sur la rive gauche du fleuve Niger et comprends 9 quartiers répartis en 10 aires de santé dans une à cheval sur 2 quartiers (ASACOKOSSA). Elle est limitée au Nord et à l Est par le cercle de Kati ; au Sud par le fleuve Niger ; à l Ouest par la Commune II (le marigot de Korofina limitant les deux collectivités). Le relief de la Commune I est caractérisé par des plateaux et des collines de type granitique avec un sol accidenté de type latéritique, ce qui représente quelques difficultés pour l aménagement d infrastructures d assainissement tandis que sa végétation est de type soudano-sahélien dominée par les grands arbres comme les Caïlcédrats, les Karités, les Manguiers, etc. Le climat de type tropical est caractérisé par : o Une Saison Sèche : froide de Novembre à Janvier et chaude de Février à Mai o et une Saison des Pluies : de Juin à Octobre. L enquête aura lieu du 25 mars 2011 au 15 avril La commune I a été choisie en fonction de son fort taux de migration et sa localisation en bordure du cercle de Kati (zone péri urbaine) et qui accueille beaucoup de patients domiciliés à Kati tels le quartier de Sangarebougou situé à Kati mais dont le CSREF est situé à 14km. 4. SELECTION DES PARTICIPANTS Etant donne qu il est impossible de mesurer toute la population, seules 30 grappes représentant 501 enfants ont fait l objet de mesures anthropométriques, 480 ménages ont répondus au questionnaire de mortalité avec une période rétrospective de 120 jours et 240 ménages ont répondus au questionnaire CAP. Chaque équipe préalablement formée et ayant réussi au test de standardisation se verra attribuer une liste de grappes à enquêter. Cet échantillon de population sélectionné de manière aléatoire sera suffisant pour représenter l ensemble de la population. Les ménages impairs (1,3,5,7,9,11,13 et 15) rempliront le questionnaire CAP en plus des données anthropométriques. Le choix des participants se fera en deux étapes : Sélection des grappes : Les responsables de l enquête choisiront au hasard les 30 grappes à enquêter parmi l ensemble des 311 Section d Enumération de la commune 1 (Chaque grappe

5 retenue devra être visitée et enquêtée par l équipe à qui elle a été attribuée. Aucune grappe ne pourra être substituée à une autre. Sélection des ménages : Les ménages seront également choisis au hasard suivant la méthodologie EPI avec l aide des agents délimitateurs de l INSTAT (Institut national des statistiques) selon le dernier recensement de DEFINITION DU MENAGE Il est important de définir clairement un ménage car d une part il constitue l unité de sondage et d autre part les enquêteurs doivent savoir à qui s adresser le jour de l enquête, c'est-à-dire connaitre les critères d inclusion et de non inclusion afin de ne pas fausser l échantillon. La définition retenue selon le protocole du Mali est la suivante : Définition INSTAT pour l enquête MICS «ensemble de personnes qui vivent le plus souvent sous le même toit, qui mangent ensemble, qui puisent dans le même stock et qui reconnaissent l autorité d un seul chef comme chef de ménage» 6. TRAITEMENT ET ANALYSE DES DONNEES Cette phase s est déroulée en plusieurs étapes, vérification des fiches, double saisie journalière et nettoyage des données à l aide du logiciel ENA. L analyse des données s est faite selon les standards OMS Les résultats NCHS seront données en annexe 7. RESULTAT PRINCIPAUX Les données anthropométriques principales (prévalence de la malnutrition aiguë globale et de la malnutrition aiguë sévère exprimées en z-scores et/ou œdèmes et intervalle de confiance à 95%). MAG: 9,2 % (6,8-12,2 95% I.C.) MAS : 1,2 % (0,6-2,5 95% I.C.) taux de mortalité (TBM et TM-5 et intervalle de confiance à 95%) TBM : 0,25 (0,14-0,46) (95 % IC) TM-5 : 0,00 (0,00-0,00) (95 % IC) 8. RECOMMENDATIONS Améliorer la formation pratique de tout le personnel des CSREF,CSCOM, Centre de santé et PMI ainsi que les relais communautaires sur le dépistage et le traitement de la malnutrition. Le Dr Habiba, responsable de la nutrition de la commune I recommande un accompagnement pratique de 2 jours pour les formations et un passage dans chaque structure une fois par mois pour vérifier les acquis. Former les personnels au passage NCHS/WHO après validation du protocole national Former et avoir une équipe n intervenant que dans les communes de Kati,limitrophe avec la commune I (Sangarébougou) Renforcer la prévention et la prise en charge de la malnutrition modérée par des actions de sensibilisation surtout sur les pratiques d allaitement et de sevrage, des démonstrations culinaires et des produits enrichis pour les enfants de 0 à 5 ans. Accompagnement psychosocial pour les familles ayant des enfants malnutris pour surtout éviter les abandons au niveau des URENAS, URENAM

6 Renforcer les actions de prévention et de dépistages dans les quartiers plus vulnérables de la commune I (Bankoni, Sikoroni, Kouloubani)

7 ABREVIATIONS ET SIGLES : ASACO : Association de Santé Communautaire ASACKO NORD: Association Santé Communautaire de Korofina Nord ASACOBA : Association de Santé Communautaire Banconi ASACOBOUL : Centre de Santé Communautaire Boulkassoumbougou ASACODJAN: Association de Santé Communautaire de Djanguinébougou ASACODJE : Association de Santé Communautaire de Djelibougou ASACODOU : Association de Santé Communautaire de Doumanzana ASACOFADI : Association de Santé Communautaire de Fadjiguila ASACOKOSSA : Association de Santé Communautaire de Korofina Sud ASACOMSI : Association de Santé Communautaire de Sikoroni CAP: Connaissances, attitudes et pratiques CDQ : Comité de Développement des quartiers CI : Commune I COFEPE : Coopérative des Femmes pour le Développement de l Environnement CPES : Consultation préventive des enfants sains CSCOM : Centre de santé communautaire CSREF : Centre de santé de référence GIE : Groupement d Intérêt Economique IDE : Infirmier diplômé d Etat INSTAT : Institut national de la statistique PEV : Programme Elargi de Vaccination PF : Planification familiale

8 I. Introduction 1.1 Contexte général Bamako, capitale du Mali, compte moins de 2 millions d habitants (Institut National de la Statistique 2010) 1. Cette ville connaît une des croissances urbaines les plus élevées d'afrique dû à un taux de fécondité élevé 5,4 en 2009 mais qui a diminué depuis les chiffres de( l EDS en 2006) qui étaient de 6,1 et un taux de migration rurale-urbaine important (EDS 2006) 2. Les ménages vivent dans des conditions d habitat et d environnement très dégradées dans les communes connaissant cette rapide augmentation. Grace au taux de couverture en vitamine A (100% selon les chiffres de l UNICEF) Les enfants de moins de 5 ans vivants à Bamako souffrent moins de carence en vitamine A, cause majeure de cécité, et sont pour 67,3% dont 2,1% d entre eux catégorisés comme étant anémiés 1 Institut national de la statistique (Mali) Résultats provisoires Consulté le 10 avril 2011

9 sévères(mics 2010). Ils souffrent aussi fréquemment de paludisme, diarrhée, et d infections respiratoires aiguës. Les conditions d habitat, un faible accès à l eau, l assainissement et l hygiène et la haute densité de population sont des facteurs favorisants ces taux de morbidité élevés. Ces taux de morbidité associés à la malnutrition et à un accès limité à la santé expliquent aussi le taux de mortalité infantile élevé (50/1000 naissances vivantes), et chez les enfants de moins de 5 ans (101/1000naissances vivantes). L Enquête par Grappes à Indicateurs Multiples et des Dépenses du Ménage (MICS/ELIM) du Mali a été menée en 2009/2010 par la Cellule de Planification Statistique (CPS) du secteur Santé, Développement Social et Promotion de la Famille en collaboration avec l Institut National de la Statistique (INSTAT) du Ministère de l Economie et des Finances. L appui financier et technique a été fourni par le Fonds des Nations Unies pour l enfance (UNICEF), la Banque Mondiale, l USAID, la Coopération Suédoise et l Union Européenne. MICS est un programme international d enquête auprès des ménages développé par l UNICEF. MICS/ELIM Mali a été menée dans le cadre du quatrième cycle global des études MICS (MICS4). MICS fournit des informations actualisées relatives à la situation des enfants et des femmes et mesure les indicateurs clés permettant aux pays de suivre les progrès vers l atteinte des Objectifs du Millénaire pour le Développement (OMD) et d autres engagements convenus au niveau international. MICS/ELIM Mali a également pour but de mesurer les résultats du Cadre Stratégique pour la Croissance et la Réduction de la Pauvreté (CSCRP ), des Plans Sectoriels de la Santé (PRODESS II), de l Education (PRODEC-PISE), de l Eau et Assainissement, de l UNDAF ainsi que d autres engagements nationaux. La collecte des données de Bamako a démarré le 4 Décembre 2009 et s est achevée le 21 janvier Le rapport préliminaire de l enquête MICS n ayant pu donner que des résultats globaux sur toutes les communes de Bamako et afin d affiner les résultats pour les communes I et V considérées comme les plus vulnérables, la Croix Rouge Malienne en partenariat avec la Croix Rouge Française a décidé d évaluer dans un premier temps la situation nutritionnelle des enfants de 6 à 60 mois via une enquête de type SMART, d acquérir une meilleure connaissance des pratiques de soins et d hygiène et d évaluer les structures sanitaires des communes pour pouvoir, dans un deuxième temps intervenir sur la prise en charge et la prévention de la malnutrition chez l enfant de moins de 5 ans. Il sera aussi prévu de réaliser une enquête nutritionnelle SMART en fin d intervention afin d évaluer l impact du programme. La commune II sera utilisée comme zone de contrôle où aucune intervention n aura lieue mais sera incluse dans les deux enquêtes afin de pouvoir évaluer statistiquement l impact de l intervention sur l état nutritionnel des enfants en évitant les biais et facteurs de confusion possibles. La prise en charge de la malnutrition aigüe au niveau des structures sanitaires est définie par le protocole national. Cependant la qualité du service dépend de la présence d agents sanitaires dans les Centres de Santé Communautaire (CSCOM) et Centres de Santé de Référence (CSREF) mais aussi de leur formation et de leur sensibilisation à la problématique de la malnutrition. Ceci est révélateur d un besoin réel de renforcement du système en place qui, pour l instant, n est pas satisfaisant dans la PEC de la malnutrition. Ce renforcement passera par la bonne disponibilité des intrants thérapeutiques, des médicaments, du matériel anthropométrique, l amélioration de la capacité de gestion des intrants, la formation du personnel, et l instauration d un système d assurance qualité. L intervention proposée par la CRF intègre ces actions de renforcement d accès aux soins et de qualité de la prise en charge. Le dépistage actif et le suivi des référencements sont des activités qui seront mise en place en vue d une détection précoce et d un traitement de qualité de la malnutrition. Il est important d associer à la prise en charge de la malnutrition des approches préventives qui auront des impacts sur la malnutrition à moyen terme. Ces approches préventives se baseront sur des activités de changement comportemental en lien avec les pratiques d allaitement et d alimentation de complément du jeune enfant. Compte tenu des déficiences en micronutriment très importantes en zones urbaines et périurbaines, il serait à envisager d intégrer dans les activités de

10 prévention des ateliers de préparation culinaires qui permettraient de valoriser des recettes à bonne valeur nutritionnelle en micronutriments. La CRF prévoit à travers cette intervention de développer la nutrition à assise communautaire par la formation des volontaires de la Croix- Rouge malienne au dépistage, sensibilisation et à la prévention de la malnutrition. Enfin, sur la base des résultats d analyse des données collectées, des interventions visant à améliorer les pratiques et les conditions liées à l eau, l assainissement et l hygiène pourraient être envisagées dans les zones identifiées afin de développer une approche intégrée de lutte contre la malnutrition. Etat nutritionnel des enfants de moins de 5 ans du rapport MICS 2010 sur la commune de Bamako Pourcentage des enfants de moins de 5 ans par état nutritionnel selon les 3 indices anthropométriques, Bamako 2010 ; Insuffisance pondérale Retard de croissance Malnutrition aigue Poids pour âge Taille pour âge Poids pour taille % en % en % en % en % en dessous dessous % en dessous dessous dessous de -2 ET de -3 ET dessous de -3 de -2 ET ET de -2 ET de -3 ET Caractéristique Sociodémographique (Globale) (Sévère) (Globale) (Sévère) (Globale) (Sévère) Sexe Masculin Féminin Bamako Etat nutritionnel des enfants de moins de 5 ans de l enquête SMART 2011 des communes I, II et V (NCHS 1977) Pourcentage des enfants de moins de 5 ans par état nutritionnel selon les 3 indices anthropométriques dans les communes I, II et V de Bamako ; Insuffisance pondérale Retard de croissance Malnutrition aigue Communes Commune I Masculin Féminin Global Poids pour âge Taille pour âge Poids pour taille % en % en % en % en % en dessous dessous % en dessous dessous dessous de -2 ET de -3 ET dessous de -3 de -2 ET ET de -2 ET de -3 ET (Globale) (Sévère) (Globale) (Sévère) (Globale) (Sévère) 22 14,5 18,2 3,7 2 2,8 16,7 8,6 12,6 Commune II Masculin 11,3 1,7 7,4 0,9 6,5 0 Féminin Global 14,3 12,8 0,4 1,1 10,1 8,8 3 1,9 6,8 6,6 0 0 Commune V Masculin 10,3 0,9 9 2,1 6 0 Féminin Global 15, ,4 10,3 9,7 2,4 2,3 10,7 8,4 0,8 0,4 2 2,7 2,4 8,6 9 8,8 0,8 0 0,4

11 Etat nutritionnel des enfants de moins de 5 ans de l enquête SMART 2011 des communes I, II et V (OMS 2006) Pourcentage des enfants de moins de 5 ans par état nutritionnel selon les 3 indices anthropométriques dans les communes I, II et V de Bamako ; Insuffisance pondérale Retard de croissance Malnutrition aigue Communes Commune I Masculin Féminin Global Poids pour âge Taille pour âge Poids pour taille % en % en % en % en % en dessous dessous % en dessous dessous dessous de -2 ET de -3 ET dessous de -3 de -2 ET ET de -2 ET de -3 ET (Globale) (Sévère) (Globale) (Sévère) (Globale) (Sévère) 15,9 10,2 13 3,3 1,6 2,4 21,2 12,1 16,8 Commune II Masculin 8,2 1,7 12,5 1,7 6,9 0 Féminin Global 10,1 9,2 0,4 1,1 11,4 12 4,2 3 6,8 6,8 0,4 0,2 Commune V Masculin 6,9 1,3 12 3,9 4,7 0 Féminin Global 10,3 8,6 0,8 1 14,2 13,2 3,6 3,7 9,9 7,4 0,8 0,4 5,7 3,1 4,4 9,8 8,6 9,2 2 0,4 1,2 1.2 Contexte spécifique La Superficie de la commune est de 34,26 km 2, soit 12,83% de la superficie totale du District de Bamako. Population selon le dernier recensement de 2009 et représente ménages et une densité moyenne de 9048 habitants/km 2 en Elle est située à l Est du District de Bamako sur la rive gauche du fleuve Niger et comprends 9 quartiers répartis en 10 aires de santé dans une à cheval sur 2 quartiers (ASACOKOSSA). La commune I a été choisie en fonction de son fort taux de migration et sa localisation en bordure du cercle de Kati (zone péri urbaine) et qui accueille beaucoup de patients domiciliés à Kati tels le quartier de Sangarébougou situé à Kati mais dont le CSREF est situé à 14km. Elle est limitée au Nord et à l Est par le cercle de Kati ; au Sud par le fleuve Niger ; à l Ouest par la Commune II (le marigot de Korofina limitant les deux collectivités). Le relief de la Commune I est caractérisé par des plateaux et des collines de type granitique avec un sol accidenté de type latéritique, ce qui représente quelques difficultés pour l aménagement d infrastructures d assainissement tandis que sa végétation est de type soudano-sahélien dominée par les grands arbres comme les Caïlcédrats, les Karités, les Manguiers, etc.

12 Le climat de type tropical est caractérisé par : o Une Saison Sèche : froide de Novembre à Janvier et chaude de Février à Mai o et une Saison des Pluies : de Juin à Octobre. Liste des structures sanitaires de la commune I COMMUNE I CSREF ASACKO NORD ASACOBA ASACOBOUL 1 ASACOBOUL 2 ASACODIAN ASACODJE ASACODOU ASACOFADJI ASACOKOSA ASACOMSI SOTUBA CENTRE DE SANTE CATHOLIQUE DE NAFADJI CENTRE DE SANTE CHERIFLA Personnel sanitaire de la commune I Communes Catégories, Personnel, secteur Total Médecins Assistant medical IDE SF Inf Obst Inf 1 er cycle Autre Matrone Aide Soignant Relais Communautaire Source : Traitement des données de l enquête sur l évaluation des structures sanitaires (CSCOM,CSREF) dans le district de Bamako mars 2011 Personnel socio-sanitaires des communes I, II et V Communes Catégories, Personnel, secteur Total Médecins Assistant Médical IDE SF Inf Obst Inf 1 er cycle Autre Matrone Aide Soignant Relais Communa utaire Commune Commune Commune Total Source : Traitement des données de l enquête sur l évaluation des structures sanitaires (CSCOM, CSREF) dans le district de Bamako mars 2011

13 II. Objectifs de l enquête 2.1 Objectif général Evaluer la situation nutritionnelle des enfants de 6 à 59 mois et la mortalité rétrospective dans la commune I de Bamako 1.1 Objectif spécifique Déterminer la prévalence de la malnutrition aigue chez les enfants de 6 à 59 mois Déterminer la prévalence du retard de croissance chez les enfants de 6 à 59 mois Déterminer la prévalence du déficit pondéral chez les enfants de 6 à 59 mois Déterminer le taux de mortalité rétrospective de la population en général et le taux spécifique de mortalité rétrospective chez les enfants de moins de 5 ans sur une période de rappel de 120 jours. III Méthodologie 3.1 Type d enquête L enquête à eu lieue du 28 mars 2011 au 12 avril 2011 et seules 30 grappes x 15 ménages représentant 501 enfants ont fait l objet de mesures anthropométriques, 480 ménages ont répondus au questionnaire de mortalité avec une période rétrospective de 120 jours et 240 ménages ont répondus au questionnaire CAP. Chaque équipe préalablement formée et ayant réussi au test de standardisation se verra attribuer une liste de grappes à enquêter. Cet échantillon de population sélectionné de manière aléatoire sera suffisant pour représenter l ensemble de la population. Les ménages impairs (1,3,5,7,9,11,13 et 15) rempliront le questionnaire CAP en plus des données anthropométriques. Le choix des participants se fera en deux étapes : Sélection des grappes : Les responsables de l enquête choisiront au hasard les 30 grappes à enquêter parmi l ensemble des 308 Section d Enumération de la commune 1 (Chaque grappe retenue devra être visitée et enquêtée par l équipe à qui elle a été attribuée. Aucune grappe ne pourra être substituée à une autre. Sélection des ménages : Les ménages seront également choisis au hasard suivant la méthodologie EPI avec l aide des agents délimitateurs de l INSTAT (Institut national des statistiques) selon le dernier recensement de Procédure d échantillonnage et taille de l échantillon pour les données anthropométriques Après avoir rentrer les 308 sections d énumérations et les données de population correspondant à la commune I dans le logiciel ENA, nous avons déterminés qu avec le temps de prise des données anthropométriques (20mn), de remplissage du questionnaire CAP pour les ménages impairs (40mn), plus le temps de délimitation des Section d énumérations avec les agents de l INSTAT, chaque équipe ne pouvait visiter que 15 ménages par jour. Nous avons choisi la méthodologie EPI n ayant pas la liste exacte des ménages et pas le temps nécessaire au dénombrement

14 Méthode EPI modifiée Comment sélectionner le premier ménage dans la zone? 1. Aller au centre de la section d énumération accompagné d un agent de l INSTAT. 2. Tirer une direction au hasard en lançant un crayon en l air (lancer le crayon horizontalement). 3. Suivre la direction indiquée par la pointe du crayon (en ligne droite). 4. Marcher dans cette direction jusqu à l extrémité de la zone. 5. Une fois à l extrémité, tirer une nouvelle direction au hasard en lançant le crayon en l air de la même manière. 6. Suivre la direction indiquée par la pointe du crayon jusqu'à l autre extrémité de la zone en comptant les ménages tout au long de la ligne droite que l on doit suivre (compter les ménages les plus proches de la ligne sur la droite et sur la gauche) et en inscrivant le numéro de chacune sur sa porte, à l aide d une craie. 7. Arrivés à cette dernière extrémité, choisir au hasard (les yeux fermés) un numéro compris entre 1 et le nombre de ménages comptés dans la table de chiffres aléatoires. 8. Le chiffre obtenu représente le premier ménage à visiter. Par exemple, si le nombre de ménages comptés est 47, on choisit un numéro au hasard à partir de la table de chiffres aléatoires entre 1 et 47. Si le numéro 10 est choisi par exemple, il faut retourner au 10 ème ménage indiqué par la craie et y effectuer l enquête. Mais, si le chiffre choisi est plus grand que 47 par exemple, on recommence jusqu'à ce que l on obtienne un chiffre entre 1 et 47 sur la table de chiffres aléatoires.. Figure 1 : Sélection du premier ménage dans la section d énumération Comment sélectionner le deuxième ménage à enquêter dans la zone? Après avoir visité le premier ménage, on choisit le prochain ménage sur la droite en sortant de la porte (on choisit le ménage le plus proche de celui qu on vient de quitter sur la droite). Après chaque ménage enquêté, il faut toujours se rendre au prochain ménage à droite jusqu'à ce qu on ait le nombre suffisant de ménages à enquêter, c'est-à-dire 15 ménages.

15 S il n y a plus de ménages à notre droite et qu il nous faut plus de ménages à enquêter, il faut retourner à l extrémité de la zone la plus proche et recommencer les étapes à partir de l extrémité de la zone. Tirer une nouvelle direction au hasard en lançant le crayon en l air. Suivre la direction indiquée par la pointe du crayon jusqu'à l autre extrémité de la zone en comptant les ménages tout au long de la ligne droite que l on doit suivre et en inscrivant le numéro de chacun sur sa porte, à l aide d une craie. Arrivés à cette dernière extrémité, choisir au hasard (les yeux fermés) un numéro compris entre 1 et le nombre de ménages comptés dans la table de chiffres aléatoires. Le chiffre obtenu représente le prochain ménage à enquêter. 3.3 Procédures d enquête PROCEDURES A SUIVRE CHAQUE MATIN AVANT LE DEBUT DE LA COLLECTE DES DONNEES 1. S assurer que les appareils anthropométriques (balance, toise, périmètre brachial) fonctionnent bien et qu ils sont bien nettoyés. 2. Calibrer la balance à l aide d un poids étalon (minimum 5 kg). 3. Calibrer la toise à l aide d un bâton de 87 cm. 4. Enregistrer les résultats dans la fiche de standardisation des outils anthropométriques. 5. Vérifier et apporter tout le matériel nécessaire (check-list). 6. L itinéraire de chaque jour est à discuter dès le soir précédent afin d anticiper au mieux chaque départ. 7. Dans la mesure du possible, les habitants doivent être prévenus de l arrivée de l équipe d enquête afin que les enfants concernés soient présents le jour de l enquête. PROCEDURES A SUIVRE UNE FOIS ARRIVEE DANS LA ZONE D ENQUETE 1. Rencontrer le chef de la zone (ou son représentant) afin de lui expliquer les objectifs et le déroulement de l enquête. 2. Expliquer que les enfants malnutris sévères seront référés au niveau de la structure de santé la plus proche prenant en charge la malnutrition aiguë. 3. Procéder à la sélection des ménages à enquêter en suivant les instructions. 4. Procéder à l enquête dans tous les ménages tirés au sort, sans substituer un ménage par un autre. En cas d absence ou d indisponibilité, prendre rendez-vous et repasser en fin de journée. Lors du deuxième passage, si la réalisation de l entretien ou des mesures n est toujours pas possible, noter la raison sur le questionnaire et passer au ménage suivant. PROCEDURES A SUIVRE DANS LE MENAGE 1- Rencontrer le chef de famille et lui expliquer brièvement le but de la visite. (Ex. Bonjour, nous sommes venus pour l enquête. Nous menons une enquête pour évaluer la situation nutritionnelle dans votre commune. Je voudrais, si vous le permettez, m entretenir avec vous et vous poser quelques questions sur ce sujet. Toutes les informations que nous allons recueillir resteront confidentielles).demander son consentement éclairé. 2- Demander les carnets de vaccination, carnet de santé ou une pièce d état civil des enfants âgés entre 0 et 59 mois. L âge des enfants sera répertorié en mois à moins que la date de naissance précise soit disponible sur différents documents officiels (carnet de santé, carte de vaccination, acte de

16 naissance ou carte de baptême). Lorsque la date de naissance n est pas confirmée par une preuve officielle, le calendrier des événements sera utilisé. Le calendrier des événements locaux comprend les dates d éligibilité (en mois) des enfants dans l enquête, afin de permettre la détermination de l âge. Seront inclus dans l enquête tous les enfants de 6 à 59 mois, c'est à dire nés entre le 29 mars 2006 et le 29 septembre Administrer le questionnaire mortalité au chef du ménage ou à la mère des enfants. 4- Administrer le questionnaire CAP aux ménages numérotés impairs 5- Les mesureurs installent le matériel anthropométrique. 6- Prendre les mesures anthropométriques (poids, taille, périmètre brachial et recherche des œdèmes) en binôme. 7- Le mesureur annonce à haute voix les mesures, l assistant les répète et le chef d équipe les inscrit sur le questionnaire. 8- Le chef d équipe calcule l indice Poids/Taille et référer l enfant si nécessaire. 9- Lorsque les questionnaires sont remplis et que tous les enfants éligibles ont été mesurés, remercier les membres et se rendre au ménage suivant. PROCEDURES A SUIVRE LORSQUE LA COLLECTE DES DONNEES EST TERMINEE DANS LA ZONE D ENQUETE 1. S assurer que les ménages où il y avait des enfants absents aient été revisites. 2. S assurer que tout le matériel est présent. 3. S assurer que le questionnaire ait été bien rempli et qu il ne manque pas de données. 4. Amener au statisticien les données anthropométriques et les questionnaires 5. Retourner dans les ménages où il y a des données incomplètes, manquantes ou aberrantes 6. Vérifier que tous les enfants malnutris ont été référés. 7. Vérifier le rapport de plausibilité donné par le statisticien et analyser la qualité des données. 8. Réunir l équipe pour faire un débriefing de la grappe (problèmes rencontrés, encouragements, amélioration de la qualité des données, ). 9. Remercier le chef du village/secteur pour sa collaboration. CAS PARTICULIERS Impossibilité de visiter un ménage sélectionné Si les occupants d un ménage refusent de participer à l enquête ou si pour une autre raison importante il est vraiment impossible d enquêter un ménage (ménage vide, inaccessible ), il faudra écrire dans le cahier de notes le numéro du ménage et une note indiquant que ce dernier n a pas pu être visité. Passer au prochain ménage en suivant les règles Ne pas remplacer un ménage par un autre. Ménage sans enfants Si les enquêteurs arrivent dans un ménage et qu ils constatent qu il n y a pas d enfants âgés entre 6 et 59 mois, ils devront écrire dans le cahier de notes le numéro de la famille et une note indiquant qu il n y avait pas d enfants âgés de 6 à 59 mois dans ce ménage. Ne pas le noter sur le questionnaire anthropométrique. Ce ménage ne sera pas remplacé par un autre sauf cas particulier du CAP (voir cidessus) Enfant absent Chaque enfant absent et remplissant les critères d éligibilité est inclus sur le questionnaire anthropométrique. A l exception des mesures anthropométriques, toutes les autres données du questionnaire seront renseignées en posant les questions à la mère ou à la personne en charge de

17 l enfant (sexe de l enfant, âge de l enfant, ). 1- Demander la raison pour laquelle l enfant est absent. 2- Si l enfant se trouve proche de la maison, envoyer quelqu un pour le chercher. 3- S il est prévu que l enfant revienne à la maison avant que l équipe ne quitte la zone d enquête, l équipe devra revenir visiter le ménage à la fin de la journée afin de prendre les mesures anthropométriques de l enfant absent. Il est quand même nécessaire de remplir tout de suite le questionnaire pour cet enfant et de mesurer les autres enfants présents âgés de 6 à 59 mois. 4- Si l enfant n est toujours pas présent à la fin de la journée, il sera considéré comme définitivement absent. Le chef d équipe devra noter dans la section «commentaires» du questionnaire anthropométrique que l enfant est absent. Les enfants absents sont à comptabiliser chaque jour de l enquête. Un taux d absentéisme de moins de 5% sera toléré pour l enquête. Enfant dans un centre de santé ou un centre nutritionnel Si un enfant est hospitalisé lors de l enquête, il devra être mesuré par l équipe d enquêteurs à la fin de la journée au centre de santé, si le centre se trouve à moins de 1 km. Les enquêteurs devront alors prendre les informations auprès du ménage permettant d identifier l enfant au niveau du centre (nom, prénom, sexe et âge). S il est impossible de visiter le centre, les enquêteurs disposeront des numéros de téléphone des différents centres de la zone d enquête afin de pouvoir collecter, si possible, le poids et la taille de l enfant à distance. Le chef d équipe devra noter dans la section «commentaires» du questionnaire anthropométrique que l enfant était au moment de l enquête dans un centre de santé. Enfant handicapé Les enfants handicapés seront inclus dans l enquête en récoltant les données suivantes ; âge, sexe, poids, recherche des œdèmes bilatéraux. Si la difformité physique empêche de mesurer la taille ou le PB, ces données seront considérées comme manquantes. Toutefois, pour ne frustrer personne, il est parfois bon de prendre quand même les mesures mais éviter de mesurer les enfants trop malades ou perturbés. L handicap devra être mentionné dans la section «commentaires» du questionnaire anthropométrique. Ménage vide Si le ménage à visiter est vide, les enquêteurs demanderont aux voisins où se trouvent les habitants et si au sein de ce ménage, il y des enfants éligibles (enfants de 6 a 59 mois). Si les habitants du ménage seront de retour avant que les enquêteurs ne quittent le village et si au sein de ce ménage il y a un ou plusieurs enfants éligibles, ils devront retourner à ce ménage pour y administrer le questionnaire anthropométrique. Si la cause de l absence du ménage est inconnue, le chef d équipe devra noter dans le carnet de note que le ménage était vide au moment de l enquête. Ce ménage ne sera pas remplacé par un autre. Il est important que l équipe vérifie elle-même si le ménage est vide. 3.4 Formation et supervision Au total 24 enquêteurs pour les 3 communes enquêtées ont participé à la formation qui a duré 3 jours. A l issue de celle-ci, on a pu retenir les meilleurs candidats pour mener l enquête ( 7 chefs d équipe et 14 enquêteurs) les autres candidats ont été mis en liste d attente pour remplacer les premiers en cas de nécessité. La session de formation a porté sur les généralités: l historique et la justification de l évaluation, la présentation du protocole, des questionnaire et des outils de l enquête, une introduction à la méthodologie, au processus de planification et aux éléments de nutrition et de mortalité, l échantillonnage, compréhension des indices nutritionnels, estimation de l âge avec un calendrier des événements, prise des mesures, et des exercices pratiques d application sur la méthodologie et les questionnaires ainsi que des jeux de rôles.

18 Le planning et le manuel des enquêteurs ont été distribués à tous les participants et ils ont procédé eux même à l élaboration du calendrier des évènements. Un test écrit de compréhension portant sur la formation a été posé à tous les participants Tout au long de la formation des enquêteurs, une attention particulière a été accordée à la qualité de la prise des mesures et à l obtention d informations de qualité. 2 superviseurs étaient déjà formés. Test de standardisation Les candidats ont été répartis en deux groupes. L exactitude des mesures (calcul de la variation entre les mesures de chaque candidat et la moyenne des mesures de deux personnes de référence) la précision (calcul de la variation entre deux mesures répétées par le même candidat) ont pu être évaluées. Pour permettre une sélection objective des candidats, il a été décidé de considérer à la fois les résultats partiels du test de standardisation et le remplissage des questionnaires de la pré enquête et les résultats du test de connaissance et les 7 chefs d équipes ont été choisis selon ces critères. Pré-enquête Un pré test portant à la fois sur les questionnaires anthropométriques, de mortalité et du questionnaire cap ont eu lieu dans la commune I de Bamako. IV Données recueillies 4.1 Données anthropométriques Le questionnaire de l enquête se composait de 3 parties : une partie identification et composition du ménage (mortalité), une partie anthropométrie, une partie sur les aspects socio économiques et pratiques de soins. Seuls les ménages impairs se sont vu poser le questionnaire sur les habitudes et pratiques de soins Tous les ménages se sont vus attribuer le même questionnaires de mortalité, qu il y ait ou non des enfants éligibles pour les mesures anthropométriques. Les données anthropométriques ont été recueillies chez les enfants de 6 à 59 mois (taille, poids, œdèmes, âge sexe et périmètre brachial). Le poids a été mesuré avec une précision de 100 g à l aide de balances électroniques SECA UNISCALE. Les balances étaient tarées avec un poids de 5kg chaque matin avant la première utilisation. Les enfants devaient être légèrement habillés ou nus. Ceux ne pouvant se tenir debout seul ont été pesés grâce à la fonction de double pesée de la balance. La taille des enfants, évaluée à l aide d un bâton, a été mesurée avec une précision de 0,1 cm à l aide de toises UNICEF. Les enfants de moins de 87 cm ont été mesurés couchés, les enfants de plus de 87 cm ont été mesurés debout. La présence d œdèmes bilatéraux a été évaluée sur les membres inférieurs. Si l empreinte du doigt formait un godet après une pression de 3 secondes sur le dessus du pied, l œdème était considéré comme présent. La présence ou l absence d œdèmes sur les deux pieds a été enregistrée sur le questionnaire. Le périmètre brachial a été mesuré chez tous les enfants L estimation de l âge des enfants a été faite sur base des documents officiels (carnet de santé ou acte de naissance). En l absence d un de ces deux documents, l âge a été estimé à l aide d un calendrier d évènements. Le calendrier était composé d'évènements saisonniers tels que le début ou la fin de la saison des pluies et celle des récoltes ainsi que les dates des fêtes religieuses ou traditionnelles régionales. Mortalité rétrospective: La partie du questionnaire relative à la mortalité rétrospective a été utilisée dans tous les ménages sélectionnés, qu il y ait des enfants de moins de 5 ans ou non et il a permis

19 d estimer le nombre de personnes présentes au moment de l enquête, le nombre de personnes parties et arrivées au cours de la période de rappel, le nombre de décès et de naissances qui ont eu lieu au cours de la période de rappel. 4.2 Considérations éthiques Les autorités de chaque commune ont été contactées et informées avant l arrivée des équipes d enquête, dans leurs localités. Le consentement libre et éclairé de participation à l enquête sera demandé à chaque chef de ménage ou à son représentant en cas d absence de ce dernier. La même procédure sera suivie auprès des mères, pour la prise de mesures anthropométriques sur le (les) enfant(s). 4.3 Résultats de la morbidité Les questions de morbidité ont été posées sur le questionnaire CAP et n ont concernés que 8 ménages sur les 15 que constituaient une grappe et la question était : de quelles maladies votre enfant a-t-il souffert au cours des 2 dernières semaines? Enfant souffrant de fièvre Effectifs Pourcentage Pourcentage valide Pourcentage cumulé Valide Oui 61 25,5 25,6 25,6 Non ,1 74,4 100,0 Total ,6 100,0 Manquante Système 1,4 manquant Total ,0 Enfant souffrant de maladies respiratoires Effectifs Pourcentage Pourcentage valide Pourcentage cumulé Valide Oui 46 19,2 19,3 19,3 Non ,3 80,7 100,0 Total ,6 100,0 Manquante Système 1,4 manquant Total ,0 Enfant souffrant de diarrhée Effectifs Pourcentage Pourcentage valide Pourcentage cumulé Valide Oui 18 7,5 7,6 7,6 Non ,1 92,4 100,0 Total ,6 100,0 Manquante Système 1,4 manquant Total ,0

20 4.4 Statut de couverture vaccinale Les questions ont été posées sur le questionnaire CAP et n ont concernés que 8 ménages sur les 15 que constituaient une grappe. Le carnet de vaccination ou de santé a été demandé aux personnes interrogées Vaccination contre la rougeole Effectifs Pourcentage Pourcentage valide Pourcentage cumulé Valide Oui ,7 84,7 84,7 Non 36 15,1 15,3 100,0 Total ,7 100,0 Manquante Système 3 1,3 manquant Total ,0 Vaccination contre le BCG Effectifs Pourcentage Pourcentage valide Pourcentage cumulé Valide Oui ,9 98,3 98,3 Non 4 1,7 1,7 100,0 Total ,6 100,0 Manquante Système 1,4 manquant Total ,0 Vaccination contre le Tétanos Effectifs Pourcentage Pourcentage valide Pourcentage cumulé Valide Oui ,8 86,5 86,5 Non 32 13,4 13,5 100,0 Total ,2 100,0 Manquante Système 2,8 manquant Total ,0 Vaccination contre la méningite Effectifs Pourcentage Pourcentage valide Pourcentage cumulé Valide Oui ,9 88,2 88,2 Non 28 11,7 11,8 100,0 Total ,6 100,0 Manquante Système 1,4 manquant Total ,0

Rapport sur la Nutrition et la Mortalité dans la commune V de Bamako Mali du 28 mars 2011 au 12 avril 2011

Rapport sur la Nutrition et la Mortalité dans la commune V de Bamako Mali du 28 mars 2011 au 12 avril 2011 Rapport sur la Nutrition et la Mortalité dans la commune V de Bamako Mali du 28 mars 2011 au 12 avril 2011 Mars-avril 2011 SOMMAIRE Résumé du rapport 1. Introduction 2. Présentation de d enquête 3. Contexte

Plus en détail

RAPPORT DE L ENQUETE NUTRITIONNELLE NATIONALE AVEC LA METHODOLOGIE SMART

RAPPORT DE L ENQUETE NUTRITIONNELLE NATIONALE AVEC LA METHODOLOGIE SMART République d Haïti Ministère de la Santé Publique et de la Population RAPPORT DE L ENQUETE NUTRITIONNELLE NATIONALE AVEC LA METHODOLOGIE SMART Mars 2012 wfp.org/fr Programme Alimentaire Mondial RAPPORT

Plus en détail

Décembre 2012. Résumé exécutif Enquête Multisectorielle Nutrition, Sécurité Alimentaire et Eau Hygiène et Assainissement Zone de Santé de Nyunzu

Décembre 2012. Résumé exécutif Enquête Multisectorielle Nutrition, Sécurité Alimentaire et Eau Hygiène et Assainissement Zone de Santé de Nyunzu Décembre 2012 Résumé exécutif Enquête Multisectorielle Nutrition, Sécurité Alimentaire et Eau Hygiène et Assainissement Zone de Santé de Nyunzu Province du Katanga République Démocratique du Congo Financé

Plus en détail

RAPPORT ANTHROPOMETRIQUE

RAPPORT ANTHROPOMETRIQUE REPUBLIQUE DU CONGO Unité* Travail* Progrès ------------------------- RAPPORT ANTHROPOMETRIQUE (Projet) Rédigé par GNIMI Christophe, Nutritionniste Et KIBANGOU Hugues Saturnin, Statisticien Table des matières

Plus en détail

RÉPUBLIQUE DU MALI DIRECTION NATIONALE DE LA SANTE (INSTAT) Enquête Nutritionnelle Anthropométrique et de Mortalité Rétrospective, Mali 2013

RÉPUBLIQUE DU MALI DIRECTION NATIONALE DE LA SANTE (INSTAT) Enquête Nutritionnelle Anthropométrique et de Mortalité Rétrospective, Mali 2013 RÉPUBLIQUE DU MALI MINISTÈRE de l ECONOMIE ET DES FINANCES MINISTERE DE LA SANTÉ ET DU BUDGET ========= ========= INSTITUT NATIONAL DE LA STATISTIQUE DIRECTION NATIONALE DE LA SANTE (INSTAT) (DN/DNS) Enquête

Plus en détail

Les principaux types de malnutrition et les déficiences en micronutriments. Direction de la Nutrition

Les principaux types de malnutrition et les déficiences en micronutriments. Direction de la Nutrition Les principaux types de malnutrition et les déficiences en micronutriments Direction de la Nutrition PLAN Les causes de la malnutrition Les différents types de malnutrition Les déficiences en micronutriments

Plus en détail

Les indices anthropométriques

Les indices anthropométriques Les indices anthropométriques Construction, enjeux et analyse statistique Gilles CAPON UR 106 - «Nutrition, Alimentation, Sociétés» Institut de recherche pour le développement Plan Concepts Calcul des

Plus en détail

Rapport d Enquête Nutritionnelle Anthropométrique. Zone de Santé de Sandoa. Province du Katanga. République Démocratique Du Congo.

Rapport d Enquête Nutritionnelle Anthropométrique. Zone de Santé de Sandoa. Province du Katanga. République Démocratique Du Congo. Rapport d Enquête Nutritionnelle Anthropométrique Zone de Santé de Sandoa Province du Katanga République Démocratique Du Congo Juillet 2008 Financée par : SOMMAIRE REMERCIEMENTS... 3 RESUME... 4 INTRODUCTION...

Plus en détail

Kayes, le 09 Avril 2013

Kayes, le 09 Avril 2013 «Rapport de Dépistage de masse dans les structures de santé de la zone d intervention du projet CRM & CRF dans les districts sanitaires de Kayes et Yélimané» «Appui à la prévention et la prise en charge

Plus en détail

ARRET SUR IMAGES Région du Kanem, Tchad Mission au cœur d une crise nutritionnelle

ARRET SUR IMAGES Région du Kanem, Tchad Mission au cœur d une crise nutritionnelle ARRET SUR IMAGES Région du Kanem, Tchad Mission au cœur d une crise nutritionnelle Cela fait maintenant une journée que je suis dans le Kanem. Je suis en mission dans cette partie Nord du pays pour quelques

Plus en détail

Rapport d enquête nationale Nutrition Niger, mai/juin 2011

Rapport d enquête nationale Nutrition Niger, mai/juin 2011 République du Niger DN/MSP Rapport d enquête nationale Nutrition Niger, mai/juin 2011 Rapport final juillet 2011 Table des matières Liste des sigles et abréviations... 5 Liste des tableaux... 6 Liste des

Plus en détail

Cadre Infirmier Service Pédiatrie/URENI Ecole - MALI

Cadre Infirmier Service Pédiatrie/URENI Ecole - MALI Cadre Infirmier Service Pédiatrie/URENI Ecole - MALI L ASSOCIATION ALIMA The Alliance for International Medical Action (ALIMA) est une organisation médicale internationale, fondée en 2009. ALIMA a pour

Plus en détail

DÉCISIONS À PRENDRE AVANT DE COMMENCER

DÉCISIONS À PRENDRE AVANT DE COMMENCER CHAPITRE 2 DÉCISIONS À PRENDRE AVANT DE COMMENCER Ce chapitre s adresse aux directeurs de programme, à leurs partenaires nationaux, aux coordinateurs d enquête et au personnel technique. Il vous aidera

Plus en détail

SANTÉ DE L ENFANT 9 9.1 CARACTÉRISTIQUES DE L ACCOUCHEMENT. Soumana HAROUNA et Ibrahim CHAIBOU

SANTÉ DE L ENFANT 9 9.1 CARACTÉRISTIQUES DE L ACCOUCHEMENT. Soumana HAROUNA et Ibrahim CHAIBOU SANTÉ DE L ENFANT 9 Soumana HAROUNA et Ibrahim CHAIBOU Au cours de la troisième enquête démographique et de santé et à indicateurs multiples, on a enregistré, pour tous les enfants nés au cours des cinq

Plus en détail

Organisation Mondiale de la Santé EUROPEAN COMMISSION HUMANITARIAN AID OFFICE (ECHO)

Organisation Mondiale de la Santé EUROPEAN COMMISSION HUMANITARIAN AID OFFICE (ECHO) BUREAU OMS TCHAD Sous bureau d Abéché Organisation Mondiale de la Santé EUROPEAN COMMISSION HUMANITARIAN AID OFFICE (ECHO) Rapport de formation en nutrition des Responsables des Centres de Santé (RCS)

Plus en détail

Activités sanitaires- région de Kidal

Activités sanitaires- région de Kidal Mission Mali 1 Activités sanitaires- région de Kidal 1 S1 à S20 Année 2013 Médecins du Monde - Belgique 2 Plan de l exposé» Contexte» Réponse à l Urgence Sanitaire» Etat des lieux» Paquet d activités mené

Plus en détail

La qualité des données analysée à partir de la Chartre africaine de la statistique (CAS)

La qualité des données analysée à partir de la Chartre africaine de la statistique (CAS) Atelier AFRISTAT-INSEE - Produire les indicateurs statistiques nécessaires au suivi des OMD Du 4 au 8 juillet 2011 à Libourne. La qualité des données analysée à partir de la Chartre africaine de la statistique

Plus en détail

MARS 2012. rapport d analyse. étude de la situation nutritionnelle des enfants vus par Médecins du Monde à Mayotte

MARS 2012. rapport d analyse. étude de la situation nutritionnelle des enfants vus par Médecins du Monde à Mayotte rapport d analyse MARS 2012 rapport d analyse étude de la situation nutritionnelle des enfants vus par Médecins du Monde à Mayotte introduction w La malnutrition se définit par des apports inférieurs ou

Plus en détail

MALNUTRITION DES ENFANTS AU SAHEL (AFRIQUE) APRIL 2010

MALNUTRITION DES ENFANTS AU SAHEL (AFRIQUE) APRIL 2010 MALNUTRITION DES ENFANTS AU SAHEL (AFRIQUE) APRIL 2010 On sait avec certitude que des dizaines de milliers de familles vivant dans la partie ouest du Sahel sont en situation d extrême détresse à cause

Plus en détail

DOCUMENT DE METHODOLOGIE ENQUETE SUR LES CONDITIONS DE VIE EN HAITI

DOCUMENT DE METHODOLOGIE ENQUETE SUR LES CONDITIONS DE VIE EN HAITI DOCUMENT DE METHODOLOGIE ENQUETE SUR LES CONDITIONS DE VIE EN HAITI Il existe actuellement très peu d indicateurs sociaux pour apprécier objectivement le niveau de vie en Haïti. Les données de base disponibles

Plus en détail

RECRUTEMENT D UN CONSULTANT Etude Besoin et Coûts Malnutrition, Niger TERMES DE REFERENCES

RECRUTEMENT D UN CONSULTANT Etude Besoin et Coûts Malnutrition, Niger TERMES DE REFERENCES RECRUTEMENT D UN CONSULTANT Etude Besoin et Coûts Malnutrition, Niger TERMES DE REFERENCES Consultant pour le suivi et l évaluation d une étude nationale sur l évaluation des besoins et des coûts nécessaires

Plus en détail

KIT DE FORMATIO POUR E QUÊTES SM RT

KIT DE FORMATIO POUR E QUÊTES SM RT KIT DE FORMATIO POUR E QUÊTES SM RT Kit de Formation Septembre 2007 iamey, iger Table des Matières Table des Matières... 1 INTRODUCTION... 3 Objectifs... 3 Table des matières... 4 Liste des contacts...

Plus en détail

LIBERIA RENFORCEMENT DU SYSTÈME INTÉGRÉ DE GESTION ET DE PRÉVENTION DE LA MALNUTRITION DANS LE GRAND MONROVIA

LIBERIA RENFORCEMENT DU SYSTÈME INTÉGRÉ DE GESTION ET DE PRÉVENTION DE LA MALNUTRITION DANS LE GRAND MONROVIA LIBERIA RENFORCEMENT DU SYSTÈME INTÉGRÉ DE GESTION ET DE PRÉVENTION DE LA MALNUTRITION DANS LE GRAND MONROVIA Compte tenu des niveaux élevés de sous-nutrition infantile (aiguë et chronique) et d insécurité

Plus en détail

Rapport Principal Enquête à Indicateurs Multiples (MICS) au Cameroun 2000

Rapport Principal Enquête à Indicateurs Multiples (MICS) au Cameroun 2000 Rapport Principal Enquête à Indicateurs Multiples (MICS) au Cameroun 2000 Ministère de l Economie et des Finances Gouvernement du Cameroun UNICEF 28/05/02 1 TABLES DE MATIERES Avant-propos et remerciements

Plus en détail

Vue d ensemble de la prise en charge à base communautaire de la malnutrition aiguë (PCMA)

Vue d ensemble de la prise en charge à base communautaire de la malnutrition aiguë (PCMA) Vue d ensemble de la prise en charge à base communautaire de la malnutrition aiguë (PCMA) 1 Module 1. Objectifs d apprentissage Discuter de la malnutrition aiguë et des mesures à prendre en réponse Identifier

Plus en détail

Catégorie, secteur de programme et produit Afrique Amériques Asie du Sud-Est Europe Méditerrannée orientale Bureaux de pays.

Catégorie, secteur de programme et produit Afrique Amériques Asie du Sud-Est Europe Méditerrannée orientale Bureaux de pays. x de x de x de x de x de 1 - Maladies transmissibles 1.1. VIH/SIDA Pacifique occidental Siège x de 1.1.1 Mise en œuvre et suivi de la Stratégie mondiale du secteur de la santé sur le VIH/sida 2011-2015

Plus en détail

La région du Centre-Sud en chiffres

La région du Centre-Sud en chiffres MINISTĖRE DE L ÉCONOMIE ET DES FINANCES BURKINA FASO Unité - Progrès - Justice La région du Centre-Sud en chiffres Edition 2014 Géographie GÉOGRAPHIE ET ORGANISATION ADMINISTRATIVE 0rganisation administrative

Plus en détail

Coordination du Cluster Nutrition - Mali Compte-Rendu de la Réunion du 10 JUILLET 2013

Coordination du Cluster Nutrition - Mali Compte-Rendu de la Réunion du 10 JUILLET 2013 Le Mercredi 10 Juillet 2013 entre 09h et 11h, s est tenue dans la salle Déniba de l UNICEF, la 13 ème réunion de l année 2013 de Coordination du CLUSTER Nutrition Mali. Elle a été présidée par Mme Anne

Plus en détail

des droits! Tous les enfants ont Convention des droits de l enfant Pour en savoir plus, rendez-vous sur www.unicef.fr

des droits! Tous les enfants ont Convention des droits de l enfant Pour en savoir plus, rendez-vous sur www.unicef.fr Tous les enfants ont des droits! Tous les enfants du monde ont les mêmes droits, quels que soient le pays où ils vivent, la couleur de leur peau, leur religion, leur sexe Le droit d avoir un nom, une famille,

Plus en détail

Bénin. Enquête Démographique et de Santé 2006. Rapport de synthèse

Bénin. Enquête Démographique et de Santé 2006. Rapport de synthèse Bénin Enquête Démographique et de Santé 2006 Rapport de synthèse Ce rapport résume les principaux résultats de l Enquête Démographique et de Santé (EDSB-III), réalisée au Bénin du 3 août au 18 novembre

Plus en détail

Ameliorer la Nutrition au Moyen d Approches Multisectorielles Santé

Ameliorer la Nutrition au Moyen d Approches Multisectorielles Santé Ameliorer la Nutrition au Moyen d Approches Multisectorielles Santé Les liens entre la dénutrition et la santé La dénutrition est la cause de mortalité infantile la plus importante dans la plupart des

Plus en détail

SANTÉ DE LA MÈRE ET L ENFANT

SANTÉ DE LA MÈRE ET L ENFANT ALIBORI 57 ATACORA 37 SANTÉ DE LA MÈRE ET L ENFANT DONGA 53 BORGOU 36 Enquête Démographique et de Santé du Bénin 2011 2012 (EDSB-IV) COLLINES 53 ZOU 62 PLATEAU 29 Décès d enfants de moins d un an pour

Plus en détail

Evaluation Multisectorielle RRM dans le Groupement de Minime, Bouar, Nana-Mambéré Rapport préliminaire

Evaluation Multisectorielle RRM dans le Groupement de Minime, Bouar, Nana-Mambéré Rapport préliminaire Evaluation Multisectorielle RRM dans le Groupement de Minime, Bouar, Nana-Mambéré Rapport préliminaire Date : L évaluation multisectorielle s est déroulée du 26 au 28/08/2015. Zone d évaluation : Localité

Plus en détail

MINISTERE DE LA SANTE PUBLIQUE ET DE LA POPULATION (MSPP) Unité d Etudes et de Programmation (UEP) ANNUAIRE STATISTIQUE 2012

MINISTERE DE LA SANTE PUBLIQUE ET DE LA POPULATION (MSPP) Unité d Etudes et de Programmation (UEP) ANNUAIRE STATISTIQUE 2012 MINISTERE DE LA SANTE PUBLIQUE ET DE LA POPULATION (MSPP) Unité d Etudes et de Programmation (UEP) ANNUAIRE STATISTIQUE 2012 Septembre 2013 REMERCIEMENTS Le Ministère de la Santé Publique et de la Population

Plus en détail

Indicateurs du Recensement Général de la Population et de l Habitation - 1 -

Indicateurs du Recensement Général de la Population et de l Habitation - 1 - INDICATEURS DU RECENSEMENT GENERAL DE LA POPULATION ET DE L HABITATION BENIN 2002 CHITOU FATAHI Intitulé ETAT DE LA POPULATION Effectif de population par sexe Densité de population Taille moyenne des ménages

Plus en détail

GORGOL : MAURITANIE NOVEMBRE 2013

GORGOL : MAURITANIE NOVEMBRE 2013 GORGOL : MAURITANIE NOVEMBRE 2013 REMERCIEMENTS La Croix Rouge Française, le Comité Local du Croissant Rouge Mauritanien et le Coverage Monitoring Network tiennent à adresser leurs remerciements à toutes

Plus en détail

Projet de suivi et plaidoyer budgétaire des fonds alloués aux politiques de gratuité des soins de santé dans le cercle de Kati

Projet de suivi et plaidoyer budgétaire des fonds alloués aux politiques de gratuité des soins de santé dans le cercle de Kati Projet de suivi et plaidoyer budgétaire des fonds alloués aux politiques de gratuité des soins de santé dans le cercle de Kati Termes de référence de l étude sur la mobilisation, la gestion et l impact

Plus en détail

Suivi de la situation des enfants et des femmes. Enquête par grappes à indicateurs multiples 2011-2012

Suivi de la situation des enfants et des femmes. Enquête par grappes à indicateurs multiples 2011-2012 TUNISIE Suivi de la situation des enfants et des femmes Enquête par grappes à indicateurs multiples 2011-2012 Ministere du Developpement et de la Cooperation Internationale - MDCI Institut National de

Plus en détail

République Démocratique du Congo

République Démocratique du Congo République Démocratique du Congo Enquête par grappes à indicateurs multiples MICS - 1 Résultats préliminaires Septembre, 1 2 République Démocratique du Congo ENQUETE PAR GRAPPES A INDICATEURS MULTIPLES

Plus en détail

Rapport de Réunion. Cluster Santé Mali. Du 13 Novembre 2013 à la. Direction Nationale de la Santé. Mercredi, 13 novembre 2013 DATE HORAIRE 14H30 17H45

Rapport de Réunion. Cluster Santé Mali. Du 13 Novembre 2013 à la. Direction Nationale de la Santé. Mercredi, 13 novembre 2013 DATE HORAIRE 14H30 17H45 Cluster Santé Mali Rapport de Réunion Du 13 Novembre 2013 à la Direction Nationale de la Santé DATE Mercredi, 13 novembre 2013 HORAIRE 14H30 17H45 LIEU Direction Nationale de la Santé (DNS) Salle de réunion

Plus en détail

RAPPORT DE MISSION INTER-CLUSTER (WASH, SANTE, NUTRITION) REGION DE TOMBOUCTOU 19 ET 20 AOUT 2013

RAPPORT DE MISSION INTER-CLUSTER (WASH, SANTE, NUTRITION) REGION DE TOMBOUCTOU 19 ET 20 AOUT 2013 Hôpital de Tombouctou, URENI OBSERVATIONS GÉNÉRALES Les partenaires étatiques ont une vision globale et spécifique (par secteur) de la situation de leur Région, et font preuve d une réelle volonté de mettre

Plus en détail

AXES STRATÉGIQUES PRINCIPES GÉNÉRAUX

AXES STRATÉGIQUES PRINCIPES GÉNÉRAUX FRANÇAIS (FR) AXES STRATÉGIQUES PRINCIPES GÉNÉRAUX Au regard des principes généraux des axes stratégiques, la Fondation Rotary considère que : 1. Elle a pour objectifs d optimiser le traitement des dossiers

Plus en détail

Décision d'aide humanitaire d urgence F9 (FED9) Intitulé : Aide humanitaire en faveur des populations maliennes affectées par la crise nutritionnelle

Décision d'aide humanitaire d urgence F9 (FED9) Intitulé : Aide humanitaire en faveur des populations maliennes affectées par la crise nutritionnelle EUROPEAN COMMISSION DIRECTION GENERALE DE L'AIDE HUMANITAIRE - ECHO Décision d'aide humanitaire d urgence F9 (FED9) Intitulé : Aide humanitaire en faveur des populations maliennes affectées par la crise

Plus en détail

LES OMD EN CHIFFRES. Par Raulin Lincifort CADET INTRODUCTION

LES OMD EN CHIFFRES. Par Raulin Lincifort CADET INTRODUCTION 1 LES OMD EN CHIFFRES Par Raulin Lincifort CADET INTRODUCTION Faisant suite à la Déclaration du Millénaire, le bureau du PNUD en Haïti s est attelé à faire la promotion des Objectifs du Millénaire pour

Plus en détail

Mesure de la Mortalité, du Statut Nutritionnel et de la Sécurité Alimentaire en Situations de Crise LE PROTOCOL SMART. Version 1

Mesure de la Mortalité, du Statut Nutritionnel et de la Sécurité Alimentaire en Situations de Crise LE PROTOCOL SMART. Version 1 Mesure de la Mortalité, du Statut Nutritionnel et de la Sécurité Alimentaire en Situations de Crise LE PROTOCOL SMART Version 1 Version Finale (Jan 2005) Traduit de l anglais par Action contre la Faim

Plus en détail

Z I G U I N C H O R SITUATION ECONOMIQUE ET SOCIALE REGIONALE 2013. Service Régional de la Statistique et de la Démographie de Ziguinchor

Z I G U I N C H O R SITUATION ECONOMIQUE ET SOCIALE REGIONALE 2013. Service Régional de la Statistique et de la Démographie de Ziguinchor Z I G U I N C H O R REPUBLIQUE DU SENEGAL Un Peuple Un But Une Foi ------------------ MINISTERE DE L ECONOMIE, DES FINANCES ET DU PLAN ------------------ AGENCE NATIONALE DE LA STATISTIQUE ET DE LA DEMOGRAPHIE

Plus en détail

Médecin Responsable volet hospitalier - Koulikouro - MALI

Médecin Responsable volet hospitalier - Koulikouro - MALI Médecin Responsable volet hospitalier - Koulikouro - MALI L ASSOCIATION ALIMA The Alliance for International Medical Action (ALIMA) est une organisation médicale internationale, fondée en 2009. ALIMA a

Plus en détail

COLLOQUE SCIENTIFIQUE «DYNAMIQUES RURALES A MADAGASCAR : PERSPECTIVES SOCIALES, ECONOMIQUES ET DEMOGRAPHIQUES» ANTANANARIVO 23-24 AVRIL 2007

COLLOQUE SCIENTIFIQUE «DYNAMIQUES RURALES A MADAGASCAR : PERSPECTIVES SOCIALES, ECONOMIQUES ET DEMOGRAPHIQUES» ANTANANARIVO 23-24 AVRIL 2007 COLLOQUE SCIENTIFIQUE «DYNAMIQUES RURALES A MADAGASCAR : PERSPECTIVES SOCIALES, ECONOMIQUES ET DEMOGRAPHIQUES» ANTANANARIVO 23-24 AVRIL 2007 Colloque organisé conjointement par : l Institut National de

Plus en détail

Le système de protection sociale en santé en RDC

Le système de protection sociale en santé en RDC REPUBLIQUE DEMOCRATIQUE DU CONGO MINISTERE DE L EMPLOI, DU TRAVAIL ET DE LA PREVOYANCE SOCIALE Le système de protection sociale en santé en RDC 13/09/2013 1 I. Contexte national Plan II. Mesures de protection

Plus en détail

Formations professionnelles en Afrique de l Ouest

Formations professionnelles en Afrique de l Ouest FOR MER SOL IDARI TÉ & & ACCO MPAG NER AFRIQUE DÉ VELO PPEME NT formations métiers Pour répondre au bon moment et de manière adaptée à une urgence nutritionnelle, pour faire face aux défis de l accès à

Plus en détail

ACCÈS AUX SYSTÈMES ET SOINS DE SANTÉ PRIMAIRE

ACCÈS AUX SYSTÈMES ET SOINS DE SANTÉ PRIMAIRE ACTION INTERNATIONALE Novembre 2009 N 3 Accès aux systèmes et soins de santé primaire Emetteur : DROI p.1/6 ACCÈS AUX SYSTÈMES ET SOINS DE SANTÉ PRIMAIRE Un défi pour améliorer l accès à des services de

Plus en détail

La sécurité alimentaire et nutritionnelle au Niger

La sécurité alimentaire et nutritionnelle au Niger La sécurité alimentaire et nutritionnelle au Niger Saint Brieuc le mercredi 17 avril 2013 Ir. Ludovic Andres Sécurité alimentaire et nutritionnelle au Niger 1. Le GRAP 3A 2. La sécurité alimentaire nutritionnelle

Plus en détail

Coordination du CLUSTER Nutrition - Mali

Coordination du CLUSTER Nutrition - Mali Le Mercredi 4 Décembre 2013 entre 09h et 11h, s est tenue dans la salle Grenier de l UNICEF, la 24 ème réunion de l année 2013 de Coordination du CLUSTER Nutrition Mali. Elle a été présidée par Dr Ibrahima

Plus en détail

Rapport de l atelier de formation : Mesurer et interpréter la malnutrition Burkina Faso, 10-15 Décembre 2007

Rapport de l atelier de formation : Mesurer et interpréter la malnutrition Burkina Faso, 10-15 Décembre 2007 BURKINA FASO Unité Progrès - Justice DGPSA/MAHRH Programme CE-FAO de Sécurité Alimentaire «l Information pour l Action» Rapport de l atelier de formation : Mesurer et interpréter la malnutrition Burkina

Plus en détail

Coordination du Cluster Nutrition - Mali Compte-Rendu de la Réunion du 27 JUIN 2012

Coordination du Cluster Nutrition - Mali Compte-Rendu de la Réunion du 27 JUIN 2012 Le mercredi 27 juin 2012 entre 09h et 11h, s est tenue dans la grande salle Deniba de l UNICEF, la 13 ème réunion de la Coordination du CLUSTER Nutrition Mali. Elle a été présidée par Albert Tshiula, Coordinateur

Plus en détail

SUIVI PAR LE MONITORING DE LA MISE EN ŒUVRE DE L INITIATIVE DE BAMAKO : L EXPERIENCE DU DISTRICT DE HOUNDE

SUIVI PAR LE MONITORING DE LA MISE EN ŒUVRE DE L INITIATIVE DE BAMAKO : L EXPERIENCE DU DISTRICT DE HOUNDE SUIVI PAR LE MONITORING DE LA MISE EN ŒUVRE DE L INITIATIVE DE BAMAKO : L EXPERIENCE DU DISTRICT DE HOUNDE NACOULMA D.*, PETITJEAN F.*, SANOU A.* RESUME Un monitoring semestriel a été réalisé dans les

Plus en détail

Cluster Nutrition. UNICEF/Mali 12 mars 2015

Cluster Nutrition. UNICEF/Mali 12 mars 2015 Cluster Nutrition UNICEF/Mali 12 mars 2015 1 1 LA COUVERTURE DANS LES PROGRAMMES PCIMA 2 IMPACT DU PROGRAMME PCIMA, MALI IMPACT = couverture x efficacité Lien entre l efficacité et la couverture : un cercle

Plus en détail

O L D A SITUATION ECONOMIQUE ET SOCIALE REGIONALE 2013. Service Régional de la Statistique et de la Démographie de Kolda

O L D A SITUATION ECONOMIQUE ET SOCIALE REGIONALE 2013. Service Régional de la Statistique et de la Démographie de Kolda REPUBLIQUE DU SENEGAL Un Peuple Un But Une Foi ------------------ MINISTERE DE L ECONOMIE, DES FINANCES ET DU PLAN ------------------ AGENCE NATIONALE DE LA STATISTIQUE ET DE LA DEMOGRAPHIE ------------------

Plus en détail

SCHEMA DIRECTEUR DU SYSTEME NATIONAL D INFORMATION SANITAIRE ET SOCIALE (SNISS) Dr. DIABATE

SCHEMA DIRECTEUR DU SYSTEME NATIONAL D INFORMATION SANITAIRE ET SOCIALE (SNISS) Dr. DIABATE SCHEMA DIRECTEUR DU SYSTEME NATIONAL D INFORMATION SANITAIRE ET SOCIALE (SNISS) Dr. DIABATE Historique- Rappel (1/2) Avant 1960 : Collecte des données sur : grandes endémies, vaccinations, accouchements

Plus en détail

Dossier jeunes 16 18 ans

Dossier jeunes 16 18 ans Dossier jeunes 16 18 ans Dossier de candidature N Retiré le : Remis le : A retourner impérativement avant le : SIARCE Chantiers Citoyens 2015 16 18 ans Identité du jeune : JOINDRE LA PHOTOCOPIE DE LA CARTE

Plus en détail

Plan stratégique de l UNHCR pour la nutrition et la sécurité alimentaire 2008-2012

Plan stratégique de l UNHCR pour la nutrition et la sécurité alimentaire 2008-2012 Plan stratégique de l UNHCR pour la nutrition et la sécurité alimentaire 2008-2012 PLAN STRATÉGIQUE DE L UNHCR POUR LA NUTRITION ET LA SÉCURITÉ ALIMENTAIRE 2008-2012 Table of contents Résumé d orientation...iv

Plus en détail

Dossier Jeunes 18 25 ans

Dossier Jeunes 18 25 ans Dossier Jeunes 18 25 ans Dossier de candidature N Retiré le : Remis le : A retourner impérativement avant le : SIARCE Chantiers Citoyens 2015 18 25 ans Identité du jeune : JOINDRE LA PHOTOCOPIE DE LA CARTE

Plus en détail

Evaluation de la Dissémination du Niger. d amélioration des soins obstétricaux et

Evaluation de la Dissémination du Niger. d amélioration des soins obstétricaux et URC/HCI : PROTOCOLE DE RECHERCHE ET D EVALUATION Evaluation de la Dissémination du Niger au Mali des meilleures pratiques de la mise en œuvre du collaboratif d amélioration des soins obstétricaux et néonataux

Plus en détail

PRESENTATION CELLULE FILETS SOCIAUX

PRESENTATION CELLULE FILETS SOCIAUX PRESENTATION CELLULE FILETS SOCIAUX Nom du projet: PROJET FILETS SOCIAUX Secteur: Rural Autorité de Tutelle: Cabinet du Premier Ministre PRINCIPES DE BASE DE LA PROTECTION SOCIALE : Définitions et concepts

Plus en détail

RAPPORT D EVALAUATION DE LA PRISE EN CHARGE DE LA MANUTRITION AIGUE BURKINA FASO KATUMWA BAGUNDA CELESTIN ET DAVID RIZZI

RAPPORT D EVALAUATION DE LA PRISE EN CHARGE DE LA MANUTRITION AIGUE BURKINA FASO KATUMWA BAGUNDA CELESTIN ET DAVID RIZZI RAPPORT D EVALAUATION DE LA PRISE EN CHARGE DE LA MANUTRITION AIGUE BURKINA FASO KATUMWA BAGUNDA CELESTIN ET DAVID RIZZI 15 AU 26 MARS 2010 Remerciements... 3 Acronymes... 4 1 Introduction... 5 1.1 Objectifs

Plus en détail

LISTE DES TABLEAUX ET DES GRAPHIQUES

LISTE DES TABLEAUX ET DES GRAPHIQUES LISTE DES TABLEAUX ET DES GRAPHIQUES Page CHAPITRE 1 PRÉSENTATION DU PAYS, OBJECTIFS ET MÉTHODOLOGIE DE L ENQUÊTE Tableau 1.1 Résultats de l enquête ménage et de l enquête individuelle...11 CHAPITRE 2

Plus en détail

Fiche Contenu 12-1 : Vue d ensemble de la gestion du personnel

Fiche Contenu 12-1 : Vue d ensemble de la gestion du personnel Fiche Contenu 12-1 : Vue d ensemble de la gestion du personnel Rôle dans le système de gestion de la qualité Le personnel constitue la ressource la plus importante du laboratoire. Des personnes intègres,

Plus en détail

CARACTÉRISTIQUES DES MÉNAGES 2

CARACTÉRISTIQUES DES MÉNAGES 2 CARACTÉRISTIQUES DES MÉNAGES 2 Sani OUMAROU et Abdoullahi BEIDOU Ce chapitre porte sur les caractéristiques sociodémographiques de la population des ménages (structure par âge et sexe, taux de fréquentation

Plus en détail

Chantiers BRISFER 2015

Chantiers BRISFER 2015 Fiche d identité : JOINDRE LA PHOTOCOPIE DE LA CARTE D IDENTITE-OU DU PASSEPORT.. Photo Nom, prénom : Date de naissance : Age : Adresse : Code postal : Ville : Coordonnées o Tél : o Email : Diplôme : Merci

Plus en détail

PROGRAMME D APPUI À LA PRÉVENTION, AU DÉPISTAGE ET À LA PRISE EN CHARGE DE LA MALNUTRITION AIGÜE AU NIVEAU COMMUNAUTAIRE

PROGRAMME D APPUI À LA PRÉVENTION, AU DÉPISTAGE ET À LA PRISE EN CHARGE DE LA MALNUTRITION AIGÜE AU NIVEAU COMMUNAUTAIRE PROGRAMME D APPUI À LA PRÉVENTION, AU DÉPISTAGE ET À LA PRISE EN CHARGE DE LA MALNUTRITION AIGÜE AU NIVEAU COMMUNAUTAIRE DISTRICT SANITAIRE DE COMMUNE II - BAMAKO / MALI 16 JANVIER 15 FEVRIER 2015 Ghislaine

Plus en détail

Rapport de résultats et d impact

Rapport de résultats et d impact Rapport de résultats et d impact «L énergie solaire, un moteur pour le centre de santé de Kerela» au Mali Le personnel du CSCOM de Kerela avec le nouveau réfrigérateur solaire Pays : Lieu d intervention

Plus en détail

Nouveauté - Nouvelles modalités d inscription

Nouveauté - Nouvelles modalités d inscription Nouveauté - Nouvelles modalités d inscription A compter de la rentrée 2015, la commune a décidé de se doter d un nouveau système de réservation par Internet. Conformément au règlement, chaque famille qui

Plus en détail

INDICATEURS ET CATEGORIES STANDARD POUR UN MEILLEUR REPORTING DE LA PCMA

INDICATEURS ET CATEGORIES STANDARD POUR UN MEILLEUR REPORTING DE LA PCMA INDICATEURS ET CATEGORIES STANDARD POUR UN MEILLEUR REPORTING DE LA PCMA EDITION AVRIL 2015 Ce document est adapté du guide de l utilisateur MRP (Système de reporting minimal), Avril 2012 Est conforme

Plus en détail

TEST DE DÉPISTAGE DE L IMMUNITÉ CONTRE LE

TEST DE DÉPISTAGE DE L IMMUNITÉ CONTRE LE TEST DE DÉPISTAGE DE L IMMUNITÉ CONTRE LE 14 TÉTANOS ET LA ROUGEOLE 14.1 INTRODUCTION Soumaïla MARIKO Comme on l a déjà précisé au chapitre 1, des tests de dépistage de l immunité contre le tétanos et

Plus en détail

Territoires de Bagata, Popokabaka, KasongoLunda (Bandundu), Lubutu (Maniema) et Lodja (Kasaï-Oriental)

Territoires de Bagata, Popokabaka, KasongoLunda (Bandundu), Lubutu (Maniema) et Lodja (Kasaï-Oriental) Enquêtes de couverture de la PCIMA utilisant la méthodologie SLEAC (Evaluation de l Accessibilité et de la Couverture à base de LQAS Simplifié) et la méthodologie SQUEAC (Evaluation Semi-Quantitative de

Plus en détail

Étude du surpoids, de l obésité et des facteurs associés au surpoids chez les élèves de 6 ème scolarisés dans les collèges publics du département de

Étude du surpoids, de l obésité et des facteurs associés au surpoids chez les élèves de 6 ème scolarisés dans les collèges publics du département de Étude du surpoids, de l obésité et des facteurs associés au surpoids chez les élèves de 6 ème scolarisés dans les collèges publics du département de la Haute-Savoie Septembre 2003 Rédacteurs Karine Mantey

Plus en détail

TERMES DE REFERENCE Mission n 13INI142

TERMES DE REFERENCE Mission n 13INI142 TERMES DE REFERENCE Mission n 13INI142 I. Informations générales Intitulé de la mission Composante Thématique(s) Bénéficiaire(s) Pays Subventions FM concernées Montant de la subvention Durée totale des

Plus en détail

DURANT UN VOYAGE SCOLAIRE. LA FICHE DE LIAISON SANITAIRE.

DURANT UN VOYAGE SCOLAIRE. LA FICHE DE LIAISON SANITAIRE. KEEZAM Simplifie l organisation des séjours enfants et ados. www.keezam.fr Fiche Enseignants Nombre de pages : 5 LA SANTÉ DES ÉLÈVES DURANT UN VOYAGE SCOLAIRE. LA FICHE DE LIAISON SANITAIRE. Cette fiche

Plus en détail

OBJECTIFS DE LA FORMATION

OBJECTIFS DE LA FORMATION PRESENTATION DU PROGRAMME DE FORMATION DES ACTEURS MEDICAUX HUMANITAIRES DE LA VIM S CHARGES DES INTERVENTIONS D ASSISTANCES HUMANITAIRE DANS LES SITUATIONS DES URGENCES EPIDEMIOLOGIQUES, DES CATASTROPHES

Plus en détail

Progammes ACF «coupons alimentaires» pour soutenir les ménages vulnérables urbains de Portau-Prince. Enjeux, enseignements et perspectives

Progammes ACF «coupons alimentaires» pour soutenir les ménages vulnérables urbains de Portau-Prince. Enjeux, enseignements et perspectives Progammes ACF «coupons alimentaires» pour soutenir les ménages vulnérables urbains de Portau-Prince et Gonaïves Enjeux, enseignements et perspectives PROGRAMME SECURITE ALIMENTAIRE Atelier Coupons Alimentaires

Plus en détail

Enquête Démographique et de Santé du Mali EDSM-V 2012-2013

Enquête Démographique et de Santé du Mali EDSM-V 2012-2013 Enquête Démographique et de Santé du Mali EDSM-V 2012-2013 Rapport Préliminaire INFO-STAT Cellule de Planification et de Statistiques (CPS) Ministère de la Santé Institut National de la Statistique (INSTAT)

Plus en détail

Aide à la réduction de la Mortalité Maternelle et Néonatale: Participation Communautaire Cas de «Dar Al Oumouma»

Aide à la réduction de la Mortalité Maternelle et Néonatale: Participation Communautaire Cas de «Dar Al Oumouma» Royaume du Maroc Ministère de la santé Direction de la Population المملكة المغربية وزارة الصحة مديرية السكان Aide à la réduction de la Mortalité Maternelle et Néonatale: Participation Communautaire Cas

Plus en détail

PLAN D ACTION QUADRIENNAL Première année 2004 2005

PLAN D ACTION QUADRIENNAL Première année 2004 2005 Objectif global : Appropriation et mise en œuvre de la stratégie d ARCHI 2010 au niveau national. Objectif du projet : Renforcement des activités de santé à base communautaire du CRM. Indicateurs Sources

Plus en détail

ASSURANCE MALADIE ET STRATEGIES DE PROTECTION SOCIALE EN AFRIQUE FRANCOPHONE (Cas du RWANDA) Kigali novembre décembre 2005

ASSURANCE MALADIE ET STRATEGIES DE PROTECTION SOCIALE EN AFRIQUE FRANCOPHONE (Cas du RWANDA) Kigali novembre décembre 2005 ASSURANCE MALADIE ET STRATEGIES DE PROTECTION SOCIALE EN AFRIQUE FRANCOPHONE (Cas du RWANDA) Kigali novembre décembre 2005 1 Travail réalisé par : 1. Dr Innocent GAKWAYA : RAMA 2. Dr Charles RUDAKUBANA

Plus en détail

INSCRIPTION 2015-2016 SECTEUR MATERNEL ACCUEIL DE LOISIRS MERCREDI ACCUEIL PERISCOLAIRE

INSCRIPTION 2015-2016 SECTEUR MATERNEL ACCUEIL DE LOISIRS MERCREDI ACCUEIL PERISCOLAIRE Réservé à l administration Dossier n : Date de saisie : Par : Dossier Validé Dossier Saisi NOM : PRENOM : AGE : Ecole fréquentée : Classe (rentrée 2015) : INSCRIPTION 2015-2016 SECTEUR MATERNEL ACCUEIL

Plus en détail

INTERPRETER UN RAPPORT ACTUARIEL Sélection des hypothèses actuarielles dans le contexte africain Par Papa Babou NDIAYE, Directeur des Etudes

INTERPRETER UN RAPPORT ACTUARIEL Sélection des hypothèses actuarielles dans le contexte africain Par Papa Babou NDIAYE, Directeur des Etudes INTERPRETER UN RAPPORT ACTUARIEL Sélection des hypothèses actuarielles dans le contexte africain Par Papa Babou NDIAYE, Directeur des Etudes IPRES_SENEGAL Responsabilité d un administrateur Les évaluations

Plus en détail

JOURNEE MONDIALE DE LA STATISTIQUE

JOURNEE MONDIALE DE LA STATISTIQUE JOURNEE MONDIALE DE LA STATISTIQUE SYSTÈME D INFORMATION GÉOGRAPHIQUE : OUTIL D ANALYSE & DE REPRESENTATION STATISTIQUE Présentation lors des portes ouvertes du 21-22-23 Octobre 2015 «MEILLEURES STATISTIQUES

Plus en détail

Conseil économique et social

Conseil économique et social Nations Unies Conseil économique et social ECE/CES/GE.41/2009/12 Distr. générale 19 août 2009 Français Original: anglais Commission économique pour l Europe Conférence des statisticiens européens Groupe

Plus en détail

PLAN STRATÉGIQUE DE NUTRITION 2013-2018. La nutrition au coeur du développement durable en Haïti MINISTÈRE DE LA SANTÉ PUBLIQUE ET DE LA POPULATION

PLAN STRATÉGIQUE DE NUTRITION 2013-2018. La nutrition au coeur du développement durable en Haïti MINISTÈRE DE LA SANTÉ PUBLIQUE ET DE LA POPULATION REPUBLIQUE D HAITI MINISTÈRE DE LA SANTÉ PUBLIQUE ET DE LA POPULATION UNITÉ DE COORDINATION DE PROGRAMME NATIONAL D ALIMENTATION ET DE NUTRITION UCPNANu La nutrition au coeur du développement durable en

Plus en détail

Mesure de l état de Santé de la population Item 71 ECN. ECN - Item 71 - objectifs. Introduction. Faculté de Médecine Montpellier-Nîmes.

Mesure de l état de Santé de la population Item 71 ECN. ECN - Item 71 - objectifs. Introduction. Faculté de Médecine Montpellier-Nîmes. Mesure de l état de Santé de la population Item 71 ECN P. Fabbro-Peray Unité d épidémiologie clinique CHU Nîmes 2009-2010 Plan du cours Item 71 ECN - Objectifs Introduction Indicateurs démographiques de

Plus en détail

GUIDE UNIQUE DE MISE EN ŒUVRE ET DE GESTION DU PROCESSUS DE CIBLAGE DES MENAGES PLUS PAUVRES

GUIDE UNIQUE DE MISE EN ŒUVRE ET DE GESTION DU PROCESSUS DE CIBLAGE DES MENAGES PLUS PAUVRES REPUBLIQUE DU BENIN COMITE SOCLE DE PROTECTION SOCIALE GUIDE UNIQUE DE MISE EN ŒUVRE ET DE GESTION DU PROCESSUS DE CIBLAGE DES MENAGES PLUS PAUVRES Banque mondiale, Mai 2014 1 Table des matières Contenu

Plus en détail

Définition et prévalence de la dénutrition. Dépistage et intervention

Définition et prévalence de la dénutrition. Dépistage et intervention Dépistage de la dénutrition ou de son risque, outil pour suivre les ingesta Isabelle Demierre Sandro Mascaro Contenu: Définition et prévalence de la dénutrition Causes de la dénutrition Dépistage et intervention

Plus en détail

3 mars 2014 Journée internationale de l ouïe & des soins auditifs

3 mars 2014 Journée internationale de l ouïe & des soins auditifs 3 mars 2014 Journée internationale de l ouïe & des soins auditifs Comment CBM envisage les soins auditifs permettant d éviter une perte de l audition Cette année, le thème retenu par l'organisation mondiale

Plus en détail

Formations professionnelles en Afrique de l Ouest

Formations professionnelles en Afrique de l Ouest FOR MER SOL IDARI TÉ & & ACCO MPAG NER AFRIQUE DÉ VELO PPEME NT formations métiers Pour répondre au bon moment et de manière adaptée à une urgence nutritionnelle, pour faire face aux défis de l accès à

Plus en détail

UNICEF/97-0627/Lemoyne

UNICEF/97-0627/Lemoyne UNICEF/97-0627/Lemoyne Pourquoi il est important de communiquer et d utiliser les informations sur LA VACCINATION La vaccination Chaque année, 1,7 million d enfants meurent de maladies qui auraient pu

Plus en détail

Portrait. Recueil d histoires sur la survie, le développement et la protection de l enfant Août 2009

Portrait. Recueil d histoires sur la survie, le développement et la protection de l enfant Août 2009 Portrait Recueil d histoires sur la survie, le développement et la protection de l enfant Août 2009 L accélération de la survie, du développement et de la protection de l enfant à risque Trahantsoa : un

Plus en détail

Population 2001 (en millions): 31.0. Densité au mile carré: 34. Taux brut de natalité, naissances pour 1000 habitants: 25

Population 2001 (en millions): 31.0. Densité au mile carré: 34. Taux brut de natalité, naissances pour 1000 habitants: 25 A lgérie PROFIL DÉMOGRAPHIQUE Capitale: Alger Superficie, en miles carrés: 919,591 Revenu national brut par habitant, 1999 (US$): 4,840 Population 2001 (en millions): 31.0 Densité au mile carré: 34 Taux

Plus en détail

République Islamique de Mauritanie. Honneur Fraternité Justice BANQUE MONDIALE

République Islamique de Mauritanie. Honneur Fraternité Justice BANQUE MONDIALE République Islamique de Mauritanie Honneur Fraternité Justice BANQUE MONDIALE Enquête de diagnostic de la gouvernance dans les secteurs des transports, du bâtiment et des travaux publics (BTP) et de la

Plus en détail

Réalisation d une étude épidémiologique

Réalisation d une étude épidémiologique Réalisation d une étude épidémiologique Dr A.TIBICHE, Médecin Epidémiologiste, Service d Epidémiologie et de Médecine Préventive, CHU de Tizi-Ouzou. Introduction La réalisation d une étude épidémiologique

Plus en détail