Attention, risques routiers! Notre dossier complet P. 13 à supplément FORMATION 1 er semestre 2012

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Attention, risques routiers! Notre dossier complet P. 13 à 23. + supplément FORMATION 1 er semestre 2012"

Transcription

1 Le magazine de la Chambre de Métiers et de l Artisanat de l Ain + supplément FORMATION 1 er semestre 2012 N décembre 2011 Attention, risques routiers! Notre dossier complet P. 13 à 23 Retrouvez l Artisanat tous les lundis de 9 heures à 12 heures sur

2 Créateurs d Entreprise nous accompagnons vos projets Des outils adaptés à votre quotidien Un financement sur-mesure Nos solutions en matière de prévoyance Tout savoir pour constituer son dossier de création ou de reprise d entreprise et engager un partenariat financier. Lyonnaise de Banque - SA au capital de RCS Lyon - SIREN cic.fr

3 SOMMAIRE décembre 2011 ÉDITO Pierre Cormorèche Président Pourquoi pas en 2012? VIE INSTITUTIONNELLE 4 à 5 Assemblée générale Faire mieux avec moins 6 à 7 Trophées de l excellence artisanale La femme est l avenir de l homme artisan ÉCONOMIE 8 à 9 Les réponses à vos questions Zoom sur les financements des entreprises RÉGLEMENTATION 11 Les huissiers de l Ain vous informent Bail commercial : cession et souslocation Dossier EMPLOI INFOPOINTCOM 28 à à 25 Alimentation et métiers de bouche Un point sur l hygiène et la règlementation 13 à 23 Attention, risques routiers! 24 à 25 Gestion des ressources humaines Et si nous parlions ressources humaines dans l entreprise artisanale? Directeur de la publication : Pierre Cormorèche. Directeur de la rédaction : Christian Ridet. Secrétariat de rédaction : Catherine René. Rédaction : Chambre de Métiers et de l Artisanat, M&G Éditions - Chorégraphic. Éditeur : Chambre de Métiers et de l Artisanat de l Ain. Crédit photo : - M&G Éditions - Chorégraphic - CMA01 - Daniel Gillet Composition : Hervé Goyard. Impression : Imprimerie Brailly (Saint-Genis-Laval ). Parution trimestrielle, tirage : exemplaires. Distribution : Bourgogne Routage. Chambre de Métiers et de l Artisanat de l Ain : 102 BD ÉDOUARD HERRIOT - BP 123 VIRIAT BOURG-EN-BRESSE CEDEX Tél Tous les numéros peuvent être consultés sur le site Les entreprises artisanales sont aussi concernées par la sécurité routière. En effet, dans le cadre de nos activités, de très nombreux déplacements s effectuent chaque jour. Le dossier spécial de ce numéro a pour objectif de rappeler que, parmi toutes nos obligations, celleci est d une extrême importance car, souvent, elle concerne la vie d êtres humains et a des conséquences parfois dramatiques lors d accidents de la route. L année 2011 se termine avec un bilan contrasté et malheureusement pas très prometteur. Les turbulences mondiales et européennes sont toujours présentes. Malgré cela, la vie doit retrouver toute sa place. Les petites entreprises, les artisans sont habitués à «courber» l échine, à résister aux difficultés, à s adapter en permanence aux demandes des clients sera une année électorale en France et donc l occasion de nouvelles propositions soutenues par l ensemble des candidats, une opportunité, j espère, de redécouvrir et de valoriser l économie de proximité, celle portée par les artisans et leurs équipes, plus de actifs dans l Ain. Soyez assuré du soutien total de la Chambre de Métiers et de l Artisanat de l Ain afin de permettre à chacun de réussir. Je souhaite à tous une excellente année 2012 avec santé, optimisme, et réussite dans vos projets. Le Président Pierre CORMORÈCHE Certifié PEFC Ce produit est issu de forêts gérées durablement et de sources contrôlées entreprise & métiers n décembre PEFC/

4 VIE INSTITUTIONNELLE Assemblée générale de la Chambre Faire mieux avec moins 2012, une année difficile? Était-ce la dernière fois que l on voyait un préfet de l Ain présider une assemblée générale de la Chambre, puisque désormais la tutelle de l État est exercée par le Préfet de Région? Philippe Galli n a pas manqué de le noter, tout en se félicitant des relations toujours cordiales entretenues par ses services (qui voient leur effectif continuer de baisser) et les élus et services de la Chambre. Pierre Cormorèche a tenu à féliciter le représentant de l État et ses prédécesseurs pour la première place obtenue par l Ain au titre de meilleur département de France pour le service accordé aux usagers et aux partenaires. Deux points de l intervention du Préfet méritent attention. Le premier concerne la situation économique qui se dégrade et l année 2012 qui risque d être «contrariée» par une crise qui relance le chômage à la hausse. L occasion pour les artisans de serrer les coudes et les rangs et de faire en sorte que les jeunes ne soient pas victimes de ces turbulences en matière d accès à l emploi. Second sujet : la sécurité des commerces, particulièrement d actualité. Le préfet a recommandé la vigilance, le recours aux systèmes d alarme et aux conseils de la gendarmerie, tout en assurant que la fermeté des tribunaux de l Ain finissait par payer. Maussade en 2011, promise au brouillard en 2012, la conjoncture économique est incertaine et la confiance des entreprises mise à l épreuve. Pierre Cormorèche n a pas souhaité en «rajouter une couche» en concluant cette assemblée générale dynamisée par la remise des Trophées de l Excellence artisanale. Il a préféré chercher dans le paysage consulaire des raisons d espérer. La bonne tenue de l apprentissage en est une : contrats en 2011, autant qu en L Ain fait toujours un score canon que le président rêve d améliorer d une centaine de contrats supplémentaires. Autre sujet de satisfaction : les mille clients de la formation continue, avec un accent mis sur la démarche commerciale destinée à mettre du charbon dans la locomotive. Pierre Cormorèche a dressé une feuille de route qui s est voulue empreinte de réalisme pour inviter les artisans à ne pas lâcher prise, à intensifier leurs actions : innovation, éco-construction, actions collectives, démarche environnementale, diagnostics de cession et de reprise d entreprise (70 en 2011). Et d ajouter : «Pour réussir cet objectif global, nous allons bénéficier d un nouveau contrat de progrès que nous allons signer avec l État et la Région, l UPA et le réseau des Chambres de Métiers et de l Artisanat de Rhône-Alpes. Un travail important de réflexion et de propositions a été réalisé, se traduisant par l élaboration de fiches actions.» Désormais, la Chambre devra faire plus avec moins, l État et la Région continuant de réduire leurs financements, ce qui n est pas le cas du Conseil général de l Ain. Le président a regretté, au chapitre des ressources, la disparité importante dans la collecte de la taxe pour frais de Chambre. La première mise en application de ce mode de calcul pénalise l Ain. Il a aussi rappelé combien les avantages sociaux et fiscaux accordés au statut d auto entrepreneur équivalaient à une concurrence déloyale. Pour la Chambre de l Ain, 2012 sera aussi en chantier dans ses locaux avec une première tranche de travaux au printemps pour la réfection du chauffage et de la ventilation sur laquelle la commission des travaux a beaucoup planché. On en profitera aussi pour se mettre aux normes en matière d accessibilité pour les personnes handicapées. 4 entreprise & métiers n décembre 2011

5 De gauche à droite : Pierre Girod, Vincent Gaud (vice-présidents), Phillippe Galli (préfet de l Ain), Pierre Cormorèche (président), Christian Ridet (secrétaire général) et Françoise Despret (trésorière). L AG en bref Alain Louvet, boucher charcutier à Saint-Didier-sur-Chalaronne, jusqu à présent membre associé, est devenu membre titulaire après la démission de Marc Dumas (traitement des déchets à Chazey-Bons). In Extenso Rhône-Alpes sera désormais le commissaire aux comptes de la CMA. La Chambre a vu en 2011 sa certification ISO 9001 renouvelée. L assemblée a modifié le règlement intérieur de la Chambre. Un «gros toilettage» selon l expression du président, pour donner une suite logique à la régionalisation de l institution consulaire. Parmi les points mis à jour, figure le nombre d élus qui passe de 36 à 35, le renforcement du rôle de la Région et la tutelle exercée désormais par le Préfet de Région, la fiscalité décidée par l échelon régional, l apparition de la commission de prévention des conflits d intérêts, le maintien des commissions des affaires générales et des finances et de trois autres commissions facultatives (le développement économique et territoriale, la formation, les marchés publics et travaux). Hélène Carry, membre titulaire, siègera à sa demande à la commission de prévention des conflits d intérêts ; Élisabeth Jacquet à celle de la formation professionnelle. Toujours dans le cadre de la mise en place de cette commission de prévention des conflits d intérêts, une réunion d information a eu lieu en octobre avec le procureur adjoint de la République, François Blanc, pour familiariser les élus avec la notion de conflit d intérêts et l infraction pénale de prise illégale d intérêts et infractions connexes. Vincent Gaud ci-dessous a été élu à la présidence de la commission économique de la Chambre régionale de métiers et de l artisanat. Vente du bâtiment des archives (suite et fin) En achetant les locaux de la Lyonnaise de Banque, la CMA devenait aussi propriétaire d un bâtiment annexe, dit des archives, et de m 2 de terrain comprenant un grand parking. Dans un premier temps, les élus avaient décidé de vendre ce terrain à la Semcoda qui prévoyait d y construire des logements sociaux. Cette cession vient d être annulée pour permettre l achat, par Bourg-en-Bresse Agglomération, du bâtiment et de m 2 de terrain. La collectivité souhaite y installer une ressourcerie recyclerie. L acte de vente prévoit un réaménagement des accès pour les deux parties et un échange de terrain destiné aux parkings avec la CAPEB. La recette liée à cette vente améliorera le fonds de roulement et contribuera aux travaux programmés pour le chauffage et le traitement de l air. entreprise & métiers n décembre

6 VIE INSTITUTIONNELLE Trophées de l excellence artisanale La femme est l avenir de l homme artisan Comme beaucoup de femmes, elle ne se destinait pas à l entreprise artisanale ; comme beaucoup de conjointes, elle a pris une place essentielle aux côtés de son artisan de mari ; comme beaucoup de collaboratrices, elle s est engagée dans un parcours de formation qui bénéficie en priorité à l entreprise. En brandissant son trophée en forme de M (M comme métier, motivation et mouvement, rappellera le président), Sabine Gohier a rendu un bel hommage à ses copines qui l ont accompagnée dans ses mois de formation et à toutes les conjointes collaboratrices d artisan. Une aide à la transmission Ce Trophée de l excellence artisanale était un beau point d orgue pour une soirée où beaucoup de femmes ont été à l honneur, dans toutes les catégories, sauf une : celle des maîtres artisans trustée forcément par les hommes (à une exception près). Normal dans cet univers très masculin par l exercice traditionnel des métiers et le transfert de savoirs. Sabine Gohier a démontré que les rôles peuvent être également répartis, dans un souci d équilibre des responsabilités et des comptes. Sans le dire, mais en posant des actes, les femmes ont dû se battre pour en arriver là. Le parcours de formation de la lauréate ne la destinait pas à la pâtisserie chocolaterie de Lagnieu qui séduit par ses airs de modernité, mais ses talents de comptable et de gestionnaire ont donné un goût particulier à cette entreprise plus que jamais familiale et transmise de père en fils. Honneur aux femmes Cette nouvelle génération de femmes a le mérite de maintenir la tradition de la transmission et du partage mais aussi d assurer une pérennité conjugale. L artisanat devient ainsi de moins en moins un monde d hommes. Les femmes veulent y jouer un rôle, à part égale. Le message de Sabine est bien passé, nullement féministe, sincèrement militant. Son mari Sébastien a obtenu la même récompense en Chez les Gohier, c est 50/50 en matière de réussite. Pierre Cormorèche a eu raison de dire dans son propos introductif que «le fil conducteur de cette soirée porté par les différents lauréats est une image de modernité, une image d engagement dans le processus de formation continue tout en étant déjà dans la vie active, une image de volontarisme personnel porté par la passion et l envie, une image des métiers de l artisanat permettant à chacun de progresser, d être bien dans sa peau et de semer autour de lui le bon grain». Tout le portrait d une femme d artisan, monsieur le président! Les lauréats du Brevet de maîtrise Les lauréats de l ADEA Les nouveaux maîtres-artisans 6 entreprise & métiers n décembre 2011

7 Charte environnement Une beauté très nature 10 C est devenu une tradition : les Trophées de l excellence artisanale commencent par la remise de la Charte de l environnement. Dix entreprises l ont obtenue en Les salons de coiffure et d esthétique se taillent la part du lion : six récompenses qui cadrent avec les critères retenus par le jury : les actions concrètes engagées et les projets à développer. Démonstration de force qui prouve que toute entreprise peut améliorer avec des solutions simples ses performances environnementales. Les salons de coiffure le font de plus en plus sur des données communes : économies d eau et d énergie, gestion raisonnée, parfois même poussée, des déchets, et surtout recours à des gammes de produits naturels. Une vraie révolution! Après, certaines solutions adoptées ou programmées sont plus personnelles comme l utilisation de serviettes recyclables ou le refus de produits de lessive. Cette touche plus naturelle, plus respectueuse de l être humain dans le traitement et dans l environnement, a aussi des vertus pédagogiques puisque les coiffeuses (cinq femmes pour un homme, l accord au féminin s impose!) ont tout loisir d expliquer à leurs clientes en quoi elles conjuguent beauté et nature. Trait commun à tous ces professionnels de la permanente et de la coloration : une sensibilité et une démarche militante. L édition 2011 de la charte a distingué deux artisans du bois (Bois Logic et Alain Maître) qui font honneur à la construction bois et à la recherche d économies d énergie. Leur démarche est cohérente puisqu elle privilégie la proximité (les bois de nos contrées), le tri et la récupération de certains produits, et surtout un recours à la formation FEEBAT (Formation aux économies d énergies des entreprises et artisans du bâtiment). Les deux nominés ne s y sont pas engagés pour être dans l air du temps. Eux aussi sont des militants qui préfèrent les actes aux discours. La Dombes serait-elle terre d excellence pour les actions CHARTE ENVIRONNEMENT CHAMBRE DE MÉTIERS ET DE L ARTISANAT DE L AIN Attribuée à l entreprise : dont le dirigeant est : A compter du : pour une durée initiale de 3 ans BOIS LOGIC Defrance Hugues 5 octobre 2010 L obtention de la charte environnement par cette entreprise vous garantit Son effort d intégration du respect de l environnement dans son développement Validé par le comité Signature du chef d entreprise Environnement de la Chambre de Métiers et de l Artisanat de l Ain Diplome CHARTE ENVIRONNEMENT-1.indd 1 21/11/ :24:39 environnementales dans le second œuvre? À Villars, Geoffray Carrelages recherche des produits moins nocifs et moins polluants ; à Saint- André-de-Corcy, les Ets Michel Électricité veillent pour détecter et conseiller de nouvelles techniques et de nouveaux produits. L une et l autre sont membres de l APECAN (Association pour la promotion de l écoconstruction et de l aménagement naturel). Au final, la charte environnement est une agréable mise en bouche des trophées. C est aussi la preuve que chaque entreprise peut s y mettre et faire de son engagement environnemental un atout commercial agrémenté d un joli logo. Dans le cadre de l Université des Métiers, la Chambre de l Ain proposera l an prochain, en partenariat avec le CNAM, un nouveau concept permettant d obtenir le Titre d entrepreneur de la petite entreprise. Il sera basé sur la préparation d un véritable projet d entreprise personnalisé avec des sessions collectives et un accompagnement personnel. Comme chaque année, la Lyonnaise de Banque soutient la remise des trophées. L occasion pour le Président de souhaiter qu en ces temps de crise, «les banques retrouvent des valeurs d humanité et que leur réussite soit avant tout la réussite d aventures humaines». Chartes environnement, la promotion 2010 La promotion 2011 entreprise & métiers n décembre

8 ÉCONOMIE Les réponses à vos questions Zoom sur les financements des entreprises Comment accéder aux financements bancaires? Pourquoi et comment obtenir une garantie bancaire? Quels avantages offre le nouveau statut d EIRL? Le 22 novembre, la Chambre de Métiers et de l Artisanat, la Chambre de Commerce et d Industrie, la Banque de France et la SIAGI invitaient à une réunion d information apportant des réponses pratiques à toutes ces questions et ouvrant le dialogue entre artisans et banquiers. Les dispositifs de financement et leurs garanties : le sujet concerne toute entreprise, d autant plus dans le contexte actuel marqué par la crise économique. Les entreprises sont confrontées aux marges réduites, aux incertitudes. Et les banquiers peuvent leur paraître bien durs! «Le maître-mot, c est le dialogue» rappelle Pierre Cormorèche, président de la Chambre de Métiers et de l Artisanat de l Ain, en préambule de la soirée organisée par les chambres consulaires. Ouvrant les interventions, François Sauvage, directeur départemental de la Banque de France, rappelait, chiffres à l appui, qu aucun effondrement des crédits aux microentreprises et très petites entreprises (TPE) n a été constaté depuis la crise et qu en France les taux de crédit sont moins élevés que dans d autres pays européens. Mais que les taux consentis aux TPE sont souvent plus hauts que pour les grandes entreprises «car leurs risques sont plus élevés». Conseils pratiques Sur le terrain, comment obtenir des crédits adaptés aux besoins, avec des garanties équilibrées, c est-à-dire pas trop pesantes pour le chef d entreprise mais assez fortes pour rassurer le banquier? D abord, bien préparer le dossier : carte d identité de l entreprise (forme juridique, dirigeants, encours de crédits, impayés «même modestes, ils peuvent avoir une influence», positionnement sectoriel, liens commerciaux ), stratégie (business plan), situation financière, accompagnement Veiller à la cohérence du crédit recherché avec le type de besoin : emprunt à long terme pour une immobilisation, par exemple. Attention au besoin en fonds de roulement, souvent sous-estimé. «C est le motif principal de difficultés des entreprises.» Outil de pilotage pour le chef d entreprise, le compte de résultat prévisionnel est aussi un outil de communication avec le banquier. Il doit être réaliste, régulièrement actualisé, et réalisé. «C est la base de la crédibilité du chef d entreprise.» Autres outils de pilotage et de dialogue : le tableau de financement, qui permet de suivre l évolution, et le plan de trésorerie. En cas de décalage ponctuel, ne pas hésiter à aviser rapidement le banquier, afin de trouver ensemble une solution! La banque vous aide «La banque a trois rôles dans le financement d une installation ou d une reprise» explique Philippe Trouvé, directeur de Groupe Banque Populaire Bourgogne Franche-Comté, dans un exposé final «pratico-pratique» aux conseils astucieux : 1. Vous aider à mesurer la rentabilité et la solidité financière du projet, c est-à-dire à analyser la cohérence de votre résultat. 2. Vous aider à prévoir les fluctuations de trésorerie, en proposant des financements adaptés et des formules de placement diversifiées. Conseil : ne pas hésiter à demander un délai de paiement de la TVA. 3. Vous conseiller sur les meilleures solutions pour préparer le plan de financement, en vous apportant des notions clés sur les prêts. Astuces : pour un prêt immobilier, penser à mixer les taux fixe et variable ; pour alléger votre charge de la première année, demander un différé d amortissement ; prévoir des garanties «Seriez-vous prêts à prêter à votre meilleur ami sans être sûr qu il puisse vous rembourser?» ; se protéger des imprévus en assurant les «hommes clés» de l entreprise. Comment nouer et entretenir la confiance entre vous et votre banquier pour qu il vous accompagne au mieux tout 8 entreprise & métiers n décembre 2011

9 au long de la vie de votre entreprise? En l invitant à mieux la connaître, lui faire visiter vos locaux, lui communiquer régulièrement les documents comptables, lui signaler au plus tôt les découverts prévisibles Les garanties bancaires et le cautionnement mutuel Dossier bien préparé, dialogue ouvert. Quoi d autre pour donner confiance à votre banquier, sécuriser son risque et le vôtre? Une garantie bancaire ou un cautionnement mutuel. Plusieurs organismes (OSEO, SIAGI, SOCAMA, Centre Ain Actif ) en proposent. La garantie SIAGI Garantie professionnelle, la SIAGI permet à l entreprise de présenter à sa banque une demande de crédit expertisée, validée et sécurisée. «C est une garantie certaine : s il y a défaillance de l entreprise, la SIAGI paye. Il y a un vrai partage des risques entre la banque, l entreprise et la SIAGI» souligne Bérengère Fournel, directrice de Région Centre-Est SIAGI. La SIAGI est ouverte aux artisans, commerçants, TPE, associations, exploitants agricoles, quels que soient leur banque et leur objectif : création d entreprise, reprise ou développement. Elle peut être sollicitée avant même d obtenir l accord de la banque. Chaque interlocuteur peut la proposer. Elle peut compléter ou se substituer d autres sûretés. Sa modularité varie de 15 à 50 %, 60 % avec l Europe (CIP reprise et croissance), jusqu à 70 voire 80 % avec OSEO (pour une EIRL). La SOCAMA Première société de caution mutuelle en France, la SOCAMA garantit totalement ou partiellement les prêts professionnels accordés aux artisans et commerçants par la Banque Populaire. «C est une société créée par des entrepreneurs pour des entrepreneurs, dont le capital est détenu par les clients» souligne Philippe Trouvé. Exclusivité : la garantie SOCAMA bénéficie de la contre-garantie des prêts cautionnés par le Fonds européen d investissement (FEI), «gratuitement, sans surcoût pour le client et pour la banque». Elle peut être sollicitée pour un investissement courant, une reprise d entreprise (sans condition d ancienneté ou de chiffre d affaires) Outre la garantie du financement, la SOCAMA permet à ses sociétaires de disposer de 5 diagnostics personnalisés (gestion des flux, assurance, accompagnement social, approche patrimoniale, transmission reprise) avec des experts, pendant la durée du prêt. Centre Ain Actif Présent dans l Ain, le réseau France Initiative et France Active accompagne les porteurs de projet de création d entreprise. À noter : le Fonds de garantie à l initiative des femmes (FGIG) et France Active Garantie (FAG) pour les créateurs/repreneurs en situation de fragilité économique. L EIRL : pourquoi? comment? Depuis le 1 er janvier 2011, tout entrepreneur individuel, créant ou exerçant déjà une activité commerciale, artisanale, libérale ou agricole, quel que soit son chiffre d affaires, peut opter pour le statut d EIRL (entreprise individuelle à responsabilité limitée). Pourquoi? D une part, pour protéger ses biens personnels des risques liés à l activité professionnelle. Le nouveau statut sépare en effet le «patrimoine affecté» à l entreprise et le patrimoine personnel «non affecté», qui ne peut donc pas être saisi par les créanciers professionnels. «Ce statut est un vieux cheval de bataille de l artisanat. Il met sur un pied d égalité l entrepreneur individuel et le dirigeant de société» note Frédéric Puig, directeur du service RM-CFE à la Chambre de Métiers et de l Artisanat de l Ain. Autre avantage : le statut d EIRL offre le choix entre le régime de l impôt sur le revenu et celui de l impôt sur les sociétés. Les formalités sont simples. Il suffit d effectuer la déclaration d affectation du patrimoine (auprès du RCS, du répertoire des métiers ou du registre des professions libérales) et de penser à l actualiser en cas de changement (investissement matériel, local ). Petit conseil pratique : «faire une déclaration annuelle». Le régime fiscal est identique à celui de l EURL. entreprise & métiers n décembre

10 Artisans Notre union fait votre force! Partenaire de votre réussite, la Banque Populaire Bourgogne Franche-Comté est experte de vos métiers et à l écoute de vos préoccupations, avec l appui des Chambres de Métiers et de l Artisanat et de la SOCAMA (Société de Caution Mutuelle Artisanale). Aujourd hui plus que jamais, la Banque Populaire Bourgogne Franche-Comté répond à vos besoins en vous proposant des produits et services sur-mesure. Déjà plus de artisans lui font confiance, alors n attendez pas pour prendre contact avec un conseiller Banque Populaire Bourgogne Franche-Comté sur

11 RÉGLEMENTATION Les huissiers de l Ain vous informent Bail commercial : cession et sous-location La liberté de sous-louer son bail commercial et de le céder comporte des limites fixées par le statut des baux commerciaux. La cession du bail peut résulter de la vente du fonds de commerce, de l apport en société, de la fusion de sociétés, d une donation, d une décision de justice en cas de redressement judiciaire, etc. La cession de droit au bail ne doit pas être confondue avec celle du fonds de commerce dans son ensemble. Si l activité du cessionnaire n est pas autorisée par le bail, la cession est inopposable au bailleur et le bail peut être résilié judiciairement. La cession du bail doit être signifiée par acte d huissier au bailleur, sauf si le contrat de bail l en dispense. À défaut, elle est inopposable au propriétaire PUB 180x85+:Mise en page 1 16/10/09 15:50 Page 1 qui peut demander l expulsion du cessionnaire. Si le bailleur refuse la cession, le litige est porté devant le tribunal. Le bail peut prévoir l obligation pour le cédant de rester garant et solidaire de l exécution des clauses du bail. Cette obligation pour le cédant ne joue que pour le bail en cours, pas pour les renouvellements. La sous-location est interdite, sauf stipulation contraire, par le statut des baux commerciaux. Elle ne peut intervenir qu après accord express du bailleur. L autorisation contenue dans le bail n est pas suffisante, le propriétaire doit recourir à l acte de sous-location. Le locataire doit notifier son intention de sous-louer au propriétaire par acte d huissier ou éventuellement par lettre recommandée avec avis de réception, l acte d huissier de justice apportant plus de sécurité juridique que la lettre recommandée. Si la procédure n est pas respectée, le bailleur peut délivrer un congé avec refus de renouvellement sans indemnité d éviction. Le locataire principal est tenu envers son souslocataire à toutes les obligations d un bailleur. Source : Chambre départementale des huissiers L h Bail Conception : Claire Bourdais Communication Visuelle Photos : Communauté de Communes Chalaronne Centre PARC D'ACTIVITÉS Chalaronne Centre TGV Mâcon (à 25 km - 30') A6 Villefranche (à 25 km - 30') Lyon (à 45 km - 45') A40 Aéroport International de Genève (100km) Châtillon sur-chalaronne A42 Bourg (à 25 km - 25') TGV Aéroport St-Exupéry TGV Le bail commercial est conclu pour une durée de 9 années minimum. Une localisation optimale Si le bailleur ne peut donner congé Des tarifs attractifsau locataire avant l expiration du bail, le La découpe des terrains preneur a à la la possibilité demande résilier le bail à l expiration d une période triennale. Le Un bassin d'activité congé dynamique doit être donné au moins 6 mois avant l expiration de l une des premières périodes triennales. Ce délai de 6 mois est d ordre public et aucune clause contractuelle du bail ne peut y déroger en instituant un délai supérieur ou inférieur. Le congé doit être donné par acte extrajudiciaire, c est-à-dire par acte d huissier de justice. Un congé donné par lettre recommandée avec accusé de réception serait Un investissement à votre mesure nul, m La jur Si le c motiv donné tout si dehors comm les par amiab exige q doive consei justice et du p un con entreprise & métiers n décembre

12 NOUS LES PROS ON VEUT UN ASSUREUR QUI S ENGAGE Les engagements de MAAF PRO n Vous apporter l expertise d un conseiller pro n Vous faire gagner du temps n Récompenser votre fidélité n Vous simplifier la vie n Vous écouter pour nous améliorer Contactez votre Conseiller MAAF PRO au du lundi au vendredi de 8h30 à 18h30 et le samedi de 9h à 12h (appel non surtaxé + coût selon opérateur) Pour en savoir plus Connectez vous sur MAAF AU SERVICE DES PROS MAAF ASSURANCES SA - RCS NIORT /11 - Crédits photos : Getty Images - Marc Romanelli, Serge Krouglikoff, Caroline Schiff, John Burke - Création : 12 entreprise & métiers n décembre 2011

13 Qu ils aient lieu lors de l activité professionnelle ou sur le trajet domicileentreprise, les accidents de la route sont considérés comme des accidents du travail. Toute entreprise se doit d évaluer ces risques routiers et de les prévenir, en sensibilisant notamment ses salariés, en veillant à l entretien et l équipement de ses véhicules. Divers partenaires offrent leur accompagnement et leurs conseils pratiques, formations et démonstrations à l appui. Attention, risques routiers! Dossier : A. Seignemartin A. Puvilland - P. Froppier Patrick Oberto, délégué de l association PSRE La route, 50 % des accidents mortels du travail! L association PSRE regroupe une centaine d employeurs qui souhaitent échanger sur les bonnes pratiques pour «la maîtrise du risque routier en entreprise» et surtout les diffuser auprès des autres employeurs. dans l Ain est pour nous exemplaire et s appuie sur une L action convention, signée en 2007 et renouvelée en 2009 pour 2 ans, entre la Chambre de Métiers et de l Artisanat de l Ain, le Pôle sécurité routière État- Conseil Général et notre association PSRE. Bien sûr la CARSAT est systématiquement associée. L objectif est simple : réduire le nombre d accidents de la route liés au travail, pour les entreprises artisanales et les jeunes en apprentissage. Quel bilan dressez-vous de ces quatre premières années de travail? Dans l Ain, le risque routier lié au travail commence à être bien évalué. Les branches professionnelles, les centres de formation et la Chambre de Métiers ont aujourd hui intégré la prévention des risques routiers. Les acteurs de ces organismes se connaissent et commencent à échanger. Plusieurs actions de prévention sont en place ou sont expérimentées. Mais beaucoup de travail reste à faire Quel travail en priorité? Pour nous, le premier travail est de faire rentrer la gestion de ce risque dans la gestion quotidienne de l entreprise. Par exemple, former les jeunes avant de leur confier un utilitaire chargé à 3,5 t : savoir comment le charger, arrimer les charges, comprendre l impact de la charge sur le comportement du véhicule tout ce qui n est pas dans le permis B. De même, la prévention des risques, dont ceux sur la route, et les moyens mis en œuvre par l entreprise pour leur prévention doivent faire l objet d une communication systématique auprès des jeunes accueillis et des nouveaux embauchés. Quels moyens faut-il pour convaincre les artisans et les jeunes? Il faut de la ténacité et du travail d équipe. Répéter l importance de ces risques pour l entreprise et les jeunes en formation : aspect humain mais aussi responsabilité civile et pénale du chef d entreprise. Rappeler que des solutions simples à mettre en œuvre existent. Par exemple, ne pas conclure un chantier ou un beau contrat par un pot alcoolisé, vérifier les permis de conduire, faire évaluer le risque par les salariés et les impliquer dans la recherche de solutions Nous avons identifié 40 actions concrètes pour réduire le risque (voir page 23). Pour beaucoup de patrons et de salariés, ne pas téléphoner en conduisant semble au départ être la chose la plus difficile à faire et pourtant ceux qui y sont arrivés peuvent vous dire combien on est plus efficace dans son travail. En cas d accident, attention à la responsabilité pénale du patron qui appelle fréquemment ses salariés alors qu il les sait au volant. C est une démarche partenariale au long cours Nous allons renouveler la convention pour deux nouvelles années avec l objectif de fortifier le réseau d échange professionnel et de rentrer la gestion de ce risque dans le management des entreprises et des centres de formation. À terme, l idéal est que tous les apprentis connaissent le «DU», Document unique d évaluation des risques professionnels de leur entreprise, et que les accidents du travail liés à la route diminuent de 50 % dans les entreprises artisanales de l Ain. Il faudra au moins 10 ans pour atteindre cet idéal. entreprise & métiers n décembre

Stage de Préparation à l Installation 4. Les différents baux

Stage de Préparation à l Installation 4. Les différents baux Stage de Préparation à l Installation 4. 4.1. Le Bail Commercial 4.2. Convention Précaire et Bail de trois ans ans 4.3. Bail Professionnel et Bail Mixte 4.4. Pas de Porte et Droit au Bail 4.1. Le bail

Plus en détail

DE MÉTIERS ET DE L ARTISANAT DE LA HAUTE-MARNE 9, - CS 12053-52902 CHAUMONT CEDEX

DE MÉTIERS ET DE L ARTISANAT DE LA HAUTE-MARNE 9, - CS 12053-52902 CHAUMONT CEDEX L apprentissage est une forme d éducation alternée. Il a pour but de donner à des jeunes travailleurs ayant satisfait à l obligation scolaire une formation générale, théorique et pratique, en vue de l

Plus en détail

APPRENTISSAGE. Dossier de presse juillet 2014. L APPRENTISSAGE, que d avantages

APPRENTISSAGE. Dossier de presse juillet 2014. L APPRENTISSAGE, que d avantages Dossier de presse juillet 2014 L APPRENTISSAGE, que d avantages Sommaire Introduction : l apprentissage 3 Quelques chiffres 3 Les enjeux 3 Un dispositif plus simple, plus sécurisé, mieux financé 3 1. Pourquoi

Plus en détail

MANDAT DE GESTION CEGEREM Sérénité

MANDAT DE GESTION CEGEREM Sérénité MANDAT DE GESTION CEGEREM Sérénité Mandat n ENTRE LES SOUSSIGNES : 1 ) La Société D'UNE PART, Ci-après dénommée «le Mandant» ET : 2 ) La Société CEGEREM, société par actions simplifiée au capital de 100

Plus en détail

Forum de la Création Reprise d entreprise du Cher

Forum de la Création Reprise d entreprise du Cher La naissance de l idée Activité Bilan personnel Contraintes Etude de marché Le marché et la concurrence La politique commerciale Construire son projet Les moyens commerciaux Les moyens de production Les

Plus en détail

MARCHÉ PUBLIC MARCHÉ DE SERVICE Procédure adaptée

MARCHÉ PUBLIC MARCHÉ DE SERVICE Procédure adaptée MARCHÉ PUBLIC MARCHÉ DE SERVICE Procédure adaptée N 04 / 2014 DOSSIER DE CONSULTATION DES ENTREPRISES Prestations de formation Gestion d entreprise Public destinataires : Chefs d entreprises artisanales

Plus en détail

PAR THEMATIQUE. N THEME Présentation

PAR THEMATIQUE. N THEME Présentation PAR THEMATIQUE N THEME Présentation A B C D Apprentissage/alternance Formation continue Développement/ investissement Hygiène, sécurité, accessibilité Les conseillères du Service Apprentissage ont pour

Plus en détail

L Artisanat rhônalpin

L Artisanat rhônalpin L Artisanat rhônalpin Enquête de conjoncture Édito du Président Fort de plus de 119 42 entreprises en Rhône- Alpes, l Artisanat représente 1 entreprise sur 4 de la Région. Présent dans les secteurs de

Plus en détail

Responsabilité Civile et Pénale du chef d entreprise. Association Sécurité Routière en Entreprises de Maine et Loire.

Responsabilité Civile et Pénale du chef d entreprise. Association Sécurité Routière en Entreprises de Maine et Loire. Association Sécurité Routière en Entreprises de Maine et Loire Sensibilisation Responsabilité Civile et Pénale du chef d entreprise ou du délégataire 1N 2N Sommaire 1- La réglementation 1-1- La responsabilité

Plus en détail

DOSSIER DE PRESSE LA PRE-GARANTIE SIAGI & LA GARANTIE RELAIS. Dispositifs d aide au financement pour les artisans de la Manche

DOSSIER DE PRESSE LA PRE-GARANTIE SIAGI & LA GARANTIE RELAIS. Dispositifs d aide au financement pour les artisans de la Manche DOSSIER DE PRESSE LA PRE-GARANTIE SIAGI & LA GARANTIE RELAIS Dispositifs d aide au financement pour les artisans de la Manche Chambre de Métiers et de l Artisanat de la Manche Avenue Général Patton 50201

Plus en détail

Édition du 4 mars 2011 Annule et remplace l édition précédente

Édition du 4 mars 2011 Annule et remplace l édition précédente 1 Édition du 4 mars 2011 Annule et remplace l édition précédente TOUT SAVOIR SUR LE CONTRAT D APPRENTISSAGE 2 TOUT SAVOIR SUR LE CONTRAT D APPRENTISSAGE SOMMAIRE Qui peut embaucher un apprenti et quelles

Plus en détail

FAVORISER LA CROISSANCE, L EMPLOI ET L ACTIVITE

FAVORISER LA CROISSANCE, L EMPLOI ET L ACTIVITE Un ensemble de mesures conçu pour répondre aux préoccupations quotidiennes et aux besoins concrets des TPE et PME afin de : lever les freins à l emploi ; développer l activité ; faciliter la création et

Plus en détail

Guide de l apprenti. L apprentissage en CAP, BAC PRO, BTS, DCG, Mention Complémentaire en alternance avec l entreprise

Guide de l apprenti. L apprentissage en CAP, BAC PRO, BTS, DCG, Mention Complémentaire en alternance avec l entreprise Guide de l apprenti 2015 L apprentissage en CAP, BAC PRO, BTS, DCG, Mention Complémentaire en alternance avec l entreprise UN CONTRAT DE TRAVAIL «Un contrat d apprentissage est un contrat de travail» «L

Plus en détail

www.cauxseine.fr/emploi LA CRÉATION D ENTREPRISE L amorçage du projet

www.cauxseine.fr/emploi LA CRÉATION D ENTREPRISE L amorçage du projet LA CRÉATION D ENTREPRISE L amorçage du projet - Vous êtes demandeur d emploi et cherchez de nouvelles pistes. Vous avez déjà pensé créer votre propre emploi. - Vous exercez une activité professionnelle,

Plus en détail

CONVENTION DEPARTEMENTALE DE PARTENARIAT POUR LA LUTTE CONTRE LE TRAVAIL ILLEGAL DANS LE SECTEUR DU BTP DANS LE DEPARTEMENT DE L AIN

CONVENTION DEPARTEMENTALE DE PARTENARIAT POUR LA LUTTE CONTRE LE TRAVAIL ILLEGAL DANS LE SECTEUR DU BTP DANS LE DEPARTEMENT DE L AIN PREFET DE L AIN Entre : l Etat, ET: CONVENTION DEPARTEMENTALE DE PARTENARIAT POUR LA LUTTE CONTRE LE TRAVAIL ILLEGAL DANS LE SECTEUR DU BTP DANS LE DEPARTEMENT DE L AIN Représenté par le Préfet de l Ain,

Plus en détail

Chambre de métiers et de l'artisanat du CANTAL

Chambre de métiers et de l'artisanat du CANTAL Seul le prononcé fait foi Intervention de M. Marc René BAYLE, préfet du Cantal lors de l'assemblée générale de la Chambre de métiers et de l'artisanat du CANTAL à Saint-Flour le jeudi 16 juin 2011 M. le

Plus en détail

Crédits. Trésorerie, Financement, Création et Rachat d entreprise... Des solutions de crédit pointues et adaptées à vos besoins!

Crédits. Trésorerie, Financement, Création et Rachat d entreprise... Des solutions de crédit pointues et adaptées à vos besoins! Pour en savoir plus sur les solutions CRÉDITS du Crédit Mutuel, appelez votre conseiller au : Connaissez-vous Bail-Immo-Nord? Filiale spécialisée dans le Crédit Bail Immobilier, Bail Immo Nord vous apporte

Plus en détail

Édition du 10 mars 2014

Édition du 10 mars 2014 1 Édition du 10 mars 2014 LE CONTRAT D APPRENTISSAGE 2 LE CONTRAT D APPRENTISSAGE SOMMAIRE Qui peut embaucher un apprenti et quelles sont les conditions relatives au jeune? 3 Quelles sont les caractéristiques

Plus en détail

Dossier de presse. La non-assurance routière en France en 2013

Dossier de presse. La non-assurance routière en France en 2013 Dossier de presse La non-assurance routière en France en 2013 Dossier de presse Sommaire Le communiqué de presse Page 3 Quelle ampleur et quelle évolution? Page 5 Quel est le profil des non-assurés? Page

Plus en détail

Dossier de presse. Témoignage d apprentis : une voie d excellence pour trouver un emploi dans le BTP. 7 MAI 2015 Visite de l entreprise ZANETTO

Dossier de presse. Témoignage d apprentis : une voie d excellence pour trouver un emploi dans le BTP. 7 MAI 2015 Visite de l entreprise ZANETTO Dossier de presse Témoignage d apprentis : une voie d excellence pour trouver un emploi dans le BTP 7 MAI 2015 Visite de l entreprise ZANETTO Contacts : Service interministériel de la communication des

Plus en détail

Signature d une charte pour améliorer l accès au crédit des EIRL avec la Fédération Bancaire Française - Bercy > mardi 31 mai 2011.

Signature d une charte pour améliorer l accès au crédit des EIRL avec la Fédération Bancaire Française - Bercy > mardi 31 mai 2011. Signature d une charte pour améliorer l accès au crédit des EIRL avec la Fédération Bancaire Française - Bercy > mardi 31 mai 2011 Dossier de presse www.economie.gouv.fr FREDERIC LEFEBVRE, SECRÉTAIRE D

Plus en détail

L OPPBTP développe la campagne nationale pour prévenir le risque de chute de hauteur dans le secteur du BTP Travaux en hauteur : pas droit à l erreur!

L OPPBTP développe la campagne nationale pour prévenir le risque de chute de hauteur dans le secteur du BTP Travaux en hauteur : pas droit à l erreur! L OPPBTP développe la campagne nationale pour prévenir le risque de chute de hauteur dans le secteur du BTP Travaux en hauteur : pas droit à l erreur! L OPPBTP se félicite de l initiative de l Etat en

Plus en détail

Formation Repreneurs MODULE BANCAIRE

Formation Repreneurs MODULE BANCAIRE Formation Repreneurs MODULE BANCAIRE SOMMAIRE I. Un financement, pour quels besoins? II. Les apports III. Les aides financières IV. Les prêts professionnels V. Les garanties VI. Le crédit à court terme

Plus en détail

Le contrat d apprentissage

Le contrat d apprentissage Mai 2009 contrats et mesures Le contrat d apprentissage Vous recrutez un jeune tout en bénéficiant d avantages financiers. Vous le préparez à un métier de votre entreprise et à une qualification professionnelle

Plus en détail

11-1 - Entrepreneur Individuel à Responsabilité Limitée (EIRL) Avec l EIRL Artisanat, tout ce que vous risquez c est de réussir!

11-1 - Entrepreneur Individuel à Responsabilité Limitée (EIRL) Avec l EIRL Artisanat, tout ce que vous risquez c est de réussir! 11-1 - Entrepreneur Individuel à Responsabilité Limitée (EIRL) Avec l EIRL Artisanat, tout ce que vous risquez c est de réussir! Av Depuis janvier 2011, les créateurs d entreprises artisanales ou artisans

Plus en détail

Réduire le risque routier Une stratégie pour un utilitaire plus sûr

Réduire le risque routier Une stratégie pour un utilitaire plus sûr DOSSIER DE PRESSE 28 avril 2011 * Réduire le risque routier Une stratégie pour un utilitaire plus sûr Contact presse : L Assurance Maladie Risques Professionnels Marie-Eva PLANCHARD 01 72 60 22 88 marie-eva.planchard@cnamts.fr

Plus en détail

DÉVELOPPEUR D ENSEIGNE alternance ADMISSION Bac +2/3

DÉVELOPPEUR D ENSEIGNE alternance ADMISSION Bac +2/3 2009 DÉVELOPPEUR D ENSEIGNE alternance ADMISSION Bac +2/3 NEGOCIA et PROCOS se sont engagés avec succès, depuis 9 ans, dans la formation de «Développeur d enseigne». Les chiffres parlent d eux-mêmes :

Plus en détail

Contrat d objectifs et de moyens relatif au développement de l apprentissage dans la région Languedoc Roussillon 2005-2009

Contrat d objectifs et de moyens relatif au développement de l apprentissage dans la région Languedoc Roussillon 2005-2009 Contrat d objectifs et de moyens relatif au développement de l apprentissage dans la région Languedoc Roussillon 2005-2009 Vu l article 52 de la loi n 93-1313 du 20 décembre 1993 relative au travail, à

Plus en détail

Les dossiers de l enseignement scolaire. l Éducation nationale et la formation professionnelle en France

Les dossiers de l enseignement scolaire. l Éducation nationale et la formation professionnelle en France Les dossiers de l enseignement scolaire 2010 l Éducation nationale et la formation professionnelle en France ministère éducation nationale L Éducation nationale et la formation professionnelle en France

Plus en détail

STAGE DE PREPARATION A L INSTALLATION. Les relations bancaires

STAGE DE PREPARATION A L INSTALLATION. Les relations bancaires STAGE DE PREPARATION A L INSTALLATION Les relations bancaires SOMMAIRE Introduction : La banque partenaire du porteur de projet (transparence ) 1. L ouverture d un compte courant professionnel 2. Comment

Plus en détail

Article 1 : Objet de l'opération

Article 1 : Objet de l'opération Concours Création Reprise d entreprises du Parc Livradois-Forez R è g l e m e n t Article 1 : Objet de l'opération Le Parc Naturel Régional Livradois-Forez souhaite développer son action économique autour

Plus en détail

STATUTS SERVICE DE SANTE AU TRAVAIL DE MURET-31-

STATUTS SERVICE DE SANTE AU TRAVAIL DE MURET-31- STATUTS DU SERVICE DE SANTE AU TRAVAIL DE MURET-31- TITRE I - CONSTITUTION ET OBJET DE L ASSOCIATION- Article 1 Constitution-Dénomination Entre les personnes physiques ou morales qui adhèrent aux présents

Plus en détail

MARCHE PUBLIC DE PRESTATIONS DE SERVICES

MARCHE PUBLIC DE PRESTATIONS DE SERVICES MARCHE PUBLIC DE PRESTATIONS DE SERVICES DEPARTEMENT DE LA SOMME Objet de la consultation : Formation des assistants familiaux employés par le Département de la Somme. Procédure de consultation : procédure

Plus en détail

SOMMAIRE 1 LA POLITIQUE GENERALE ET LA POLITIQUE QUALITE 2 UNE ORGANISATION PROFESSIONNELLE FORTE ET GARANTE DE SES MEMBRES 3 NOTRE SMQ

SOMMAIRE 1 LA POLITIQUE GENERALE ET LA POLITIQUE QUALITE 2 UNE ORGANISATION PROFESSIONNELLE FORTE ET GARANTE DE SES MEMBRES 3 NOTRE SMQ Manuel Qualité 5 place du Rosoir 21000 DIJON Tél. : 03.80.59.65.20 Fax : 03.80.53.09.50 Mèl : contact@bfc.experts-comptables.fr www.bfc.experts-comptables.fr SOMMAIRE 1 LA POLITIQUE GENERALE ET LA POLITIQUE

Plus en détail

- Décret n 2010-1706 du 29 décembre 2010 relatif à l entrepreneur individuel à responsabilité limitée

- Décret n 2010-1706 du 29 décembre 2010 relatif à l entrepreneur individuel à responsabilité limitée La loi n 2010-658 du 15 juin 2010 relative à l entrepreneur individuel à responsabilité limitée (EIRL) : l essentiel à retenir pour procéder au dépôt de la déclaration d affectation du patrimoine auprès

Plus en détail

Décrets, arrêtés, circulaires

Décrets, arrêtés, circulaires Décrets, arrêtés, circulaires TEXTES GÉNÉRAUX MINISTÈRE DE L ÉCOLOGIE, DE L ÉNERGIE, DU DÉVELOPPEMENT DURABLE ET DE L AMÉNAGEMENT DU TERRITOIRE Arrêté du 9 juillet 2008 modifiant l arrêté du 20 décembre

Plus en détail

Suivi médical des salariés. Prévention des risques professionnels. Ateliers de sensibilisation. Interventions en entreprises. Actions "sur mesure"

Suivi médical des salariés. Prévention des risques professionnels. Ateliers de sensibilisation. Interventions en entreprises. Actions sur mesure Suivi médical des salariés Prévention des risques professionnels Ateliers de sensibilisation Interventions en entreprises Actions "sur mesure" 1 Qui sommes-nous? La mission principale de notre association

Plus en détail

PARTENAIRE DES COLLECTIVITÉS ET DES ÉTABLISSEMENTS HOSPITALIERS

PARTENAIRE DES COLLECTIVITÉS ET DES ÉTABLISSEMENTS HOSPITALIERS PARTENAIRE DES COLLECTIVITÉS ET DES ÉTABLISSEMENTS HOSPITALIERS pour la protection sociale et la performance publique Assurances et services des collectivités locales Groupe Sofaxis Groupe Sofaxis Partenaire

Plus en détail

La profession d assistant maternel

La profession d assistant maternel 26/03/09 11:45 Page 1 La profession d assistant maternel Pour en savoir plus : Conseil général d Eure-et-Loir Direction enfance et famille Service de protection maternelle et infantile 1, place Châtelet

Plus en détail

Licence professionnelle Droit, procédures, métiers du contentieux

Licence professionnelle Droit, procédures, métiers du contentieux Formations et diplômes Rapport d'évaluation Licence professionnelle Droit, procédures, métiers du contentieux Université Lumière - Lyon 2 Campagne d évaluation 2014-2015 (Vague A) Formations et diplômes

Plus en détail

LE DOCUMENT UNIQUE DE DELEGATION

LE DOCUMENT UNIQUE DE DELEGATION LE DOCUMENT UNIQUE DE DELEGATION 1 Document Unique de Délégation Un document qui permet de définir les responsabilités : civiles - pénales Des dirigeants pleinement conscients de leur périmètre de responsabilité,

Plus en détail

les principales infractions au code de la route et leurs sanctions

les principales infractions au code de la route et leurs sanctions les principales infractions au code de la route et leurs sanctions Les infractions liées à l alcoolémie En 2009, 1 200 vies auraient pu être sauvées si tous les conducteurs avaient respecté la limite légale

Plus en détail

Recruter un(e) apprenti(e) en Pays de la Loire

Recruter un(e) apprenti(e) en Pays de la Loire Recruter un(e) apprenti(e) en Pays de la Loire Édition 2012 Directeur de la publication : Jacques Auxiette Co-directeur de la publication : Marc Farré Rédaction : Direction de l apprentissage Conception

Plus en détail

... pour votre entreprise,

... pour votre entreprise, AGENT DE VOTRE ENTREPRISE... pour votre entreprise, dans la gestion de sa vie quotidienne > Diagnostic des pratiques sociales et juridiques de votre entreprise > Production et vérification de vos documents

Plus en détail

NEWSLETTER N 10 Mai à août 2011 ACTUALITE DES BAUX COMMERCIAUX

NEWSLETTER N 10 Mai à août 2011 ACTUALITE DES BAUX COMMERCIAUX Christophe DENIZOT Docteur en droit Avocat à la Cour d appel de Paris Champ de compétence baux commerciaux et professionnels NEWSLETTER N 10 Mai à août 2011 ACTUALITE DES BAUX COMMERCIAUX Jurisprudence

Plus en détail

Une entreprise : réunion en un lieu unique de moyens humains et matériels en vue de la réalisation d un objectif commun.

Une entreprise : réunion en un lieu unique de moyens humains et matériels en vue de la réalisation d un objectif commun. Mme Roumanoff Droit du travail Une entreprise : réunion en un lieu unique de moyens humains et matériels en vue de la réalisation d un objectif commun. En droit du travail il y a une différence entre personne

Plus en détail

EN 2008, LA MAT. toujours PLUS

EN 2008, LA MAT. toujours PLUS ensemble EN 2008, LA MAT vous OFFRE toujours PLUS de SERVICES! Du NOUVEAU côté PROVINCE! sommaire edito Marcel SOUFFLET, Président de La MAT 4_ 5_ 6_ 7_ TOUJOURS PLUS d avantages DÉCOUVREZ nos partenaires!

Plus en détail

9 ème Printemps de l Entreprise Artisanale

9 ème Printemps de l Entreprise Artisanale 9 ème Printemps de l Entreprise Artisanale Du 13 au 21 mars 2008 Sommaire 1. Programme du 9 ème Printemps de l Entreprise artisanale p. 2 2. «L artisanat, les métiers d une vie» p. 4 3. Le Centre d aide

Plus en détail

Au profit des apprentis du bâtiment et des travaux publics

Au profit des apprentis du bâtiment et des travaux publics DOSSIER DE PRESSE PARTENARIAT CCCA-BTP et PRO BTP Au profit des apprentis du bâtiment et des travaux publics Bernard Charpenel / CCCA-BTP Signature de la convention et point presse 10 mars 2010 0 SOMMAIRE

Plus en détail

LA RÉFORME DES BAUX COMMERCIAUX PAR

LA RÉFORME DES BAUX COMMERCIAUX PAR LA RÉFORME DES BAUX COMMERCIAUX PAR LA LOI N 2014-626 DU 18 JUIN 2014 RELATIVE À L ARTISANAT, AU COMMERCE ET AUX TRÈS PETITES ENTREPRISES DITE «LOI PINEL» Liste des mesures Modification des dispositions

Plus en détail

LA RESPONSABILITE CIVILE ET PENALE EN MATIERE DE SANTE AU TRAVAIL : BREF ETAT DES LIEUX

LA RESPONSABILITE CIVILE ET PENALE EN MATIERE DE SANTE AU TRAVAIL : BREF ETAT DES LIEUX LA RESPONSABILITE CIVILE ET PENALE EN MATIERE DE SANTE AU TRAVAIL : BREF ETAT DES LIEUX Par Michel LEDOUX Avocat Associé CABINET MICHEL LEDOUX ET ASSOCIES 10 RUE PORTALIS 75008 PARIS Tél : 01.44.90.98.98

Plus en détail

Loi n 7-2010 du 22 juin 2010 régissant l artisanat en République du Congo

Loi n 7-2010 du 22 juin 2010 régissant l artisanat en République du Congo Loi n 7-2010 du 22 juin 2010 régissant l artisanat en République du Congo L Assemblée nationale et le Sénat ont délibéré et adopté; Le Président de la République promulgue la loi dont la teneur suit :

Plus en détail

Sham, l assureur spécialiste du secteur et des acteurs de la santé, du social et du médico-social.

Sham, l assureur spécialiste du secteur et des acteurs de la santé, du social et du médico-social. Sham, l assureur spécialiste du secteur et des acteurs de la santé, du social et du médico-social. Sham accompagne les acteurs de la santé, du social et du médico-social depuis plus de 85 ans. Par son

Plus en détail

Mission jeunes entreprises

Mission jeunes entreprises Mission jeunes entreprises proposée par les experts-comptables www.entreprisecreation.com Le site des experts-comptables dédié à la création d'entreprise Pourquoi une? En vue de contribuer au développement

Plus en détail

AUTO-ÉCOLE. Création et diffusion Tous droits réservés, reproduction interdite sans autorisation de l auteur Mise à jour : 15/09/2014 1

AUTO-ÉCOLE. Création et diffusion Tous droits réservés, reproduction interdite sans autorisation de l auteur Mise à jour : 15/09/2014 1 AUTO-ÉCOLE SOMMAIRE LE MARCHÉ DE L'AUTO-ÉCOLE... 2 LA RÉGLEMENTATION DE L'AUTO-ÉCOLE... 6 L'ACTIVITÉ DE L'AUTO-ÉCOLE... 9 LES POINTS DE VIGILANCE DE L'AUTO-ÉCOLE... 12 EN SAVOIR PLUS SUR CE SECTEUR...

Plus en détail

04/02/2015. Reprendre un commerce, un restaurant, un hôtel, une entreprise de service : quels financements?

04/02/2015. Reprendre un commerce, un restaurant, un hôtel, une entreprise de service : quels financements? 04/02/2015 Reprendre un commerce, un restaurant, un hôtel, une entreprise de service : quels financements? 1 Intervenants: Gilles Fontanet- Caisse d Epargne Rhône-Alpes Naïma Riberolles- Pôle Aménagement

Plus en détail

ASSURANCES ET MANAGEMENT DES RISQUES / SANTé, social ET MéDICO-SOCIAL. Partageons plus que l assurance

ASSURANCES ET MANAGEMENT DES RISQUES / SANTé, social ET MéDICO-SOCIAL. Partageons plus que l assurance ASSURANCES ET MANAGEMENT DES RISQUES / SANTé, social ET MéDICO-SOCIAL Partageons plus que l assurance Partageons plus que l assurance Plus d accompagnement Les établissements de santé sont aujourd hui

Plus en détail

RISQUE SPORTIF, RESPONSABILITES ET ASSURANCE. Montpellier - 13 novembre 2012

RISQUE SPORTIF, RESPONSABILITES ET ASSURANCE. Montpellier - 13 novembre 2012 RISQUE SPORTIF, RESPONSABILITES ET ASSURANCE Montpellier - 13 novembre 2012 LE RISQUE SPORTIF Facteurs aggravants de risques La nature de l activité L âge des participants à l activité Le lieu de l activité

Plus en détail

Mon véhicule. «En auto ou à moto, chaque jour, je veux pouvoir me déplacer facilement.»

Mon véhicule. «En auto ou à moto, chaque jour, je veux pouvoir me déplacer facilement.» Mon véhicule «En auto ou à moto, chaque jour, je veux pouvoir me déplacer facilement.» Pour la Macif, être à vos côtés au quotidien, dans chacun de vos déplacements, est essentiel. «POUR VOUS, LA MACIF

Plus en détail

GESTION PRIVÉE GESTION DE FORTUNE. Développer harmonieusement votre patrimoine

GESTION PRIVÉE GESTION DE FORTUNE. Développer harmonieusement votre patrimoine GESTION PRIVÉE GESTION DE FORTUNE Développer harmonieusement votre patrimoine 1 Un partenaire proche, fiable, solide Développer son patrimoine nécessite une relation de proximité. Avec plus d un million

Plus en détail

Cahier des Clauses Techniques Particulières Formation Continue 2014

Cahier des Clauses Techniques Particulières Formation Continue 2014 Cahier des Clauses Techniques Particulières Formation Continue 2014 Objet du Marché Contenus formatifs des prestations Déroulement des actions de formation 1 I OBJET DU MARCHE Le présent marché a pour

Plus en détail

LA REPRISE D ENTREPRISE : LES PRECAUTIONS JURIDIQUES À PRENDRE

LA REPRISE D ENTREPRISE : LES PRECAUTIONS JURIDIQUES À PRENDRE LA REPRISE D ENTREPRISE : LES PRECAUTIONS JURIDIQUES À PRENDRE CE QUE VOUS DEVEZ SAVOIR Créer une entreprise comporte une part de risque mais la reprise d une structure déjà existante également! Les risques

Plus en détail

Chambre de métiers et de l artisanat de la Haute-Garonne LIVRET DU MAITRE D APPRENTISSAGE. Les clés pour réussir votre mission

Chambre de métiers et de l artisanat de la Haute-Garonne LIVRET DU MAITRE D APPRENTISSAGE. Les clés pour réussir votre mission Chambre de métiers et de l artisanat de la Haute-Garonne LIVRET DU MAITRE D APPRENTISSAGE Les clés pour réussir votre mission 2 L APPRENTISSAGE, UN PARCOURS «GAGNANT - GAGNANT» Côté entreprise : C est

Plus en détail

#loipinel @ministere_act. Examen en Commission des afffaires économiques au Sénat : le 2 avril 2014 Séance publique au Sénat les 15 et 16 avril 2014

#loipinel @ministere_act. Examen en Commission des afffaires économiques au Sénat : le 2 avril 2014 Séance publique au Sénat les 15 et 16 avril 2014 Principales mesures du projet de loi Artisanat, Commerce et Très petites entreprises présenté par Sylvia Pinel, ministre de l Artisanat, du Commerce et du Tourisme Examen en Commission des afffaires économiques

Plus en détail

E.I.R.L. Un nouveau statut à découvrir. Animé par : M. Yann AUBIN, expert-comptable

E.I.R.L. Un nouveau statut à découvrir. Animé par : M. Yann AUBIN, expert-comptable E.I.R.L. Un nouveau statut à découvrir Animé par : M. Yann AUBIN, expert-comptable Préambule 1. Présentation du dispositif EIRL Caractéristiques juridiques, fiscales et sociales Modalités de constitution,

Plus en détail

Créer (ou reprendre) une entreprise

Créer (ou reprendre) une entreprise OBJECTIFS Permettre d aborder la création ou la reprise d entreprise dans ses différents aspects Donner des outils et méthodes, des concepts simples et des éléments pratiques pour se lancer en toute connaissance

Plus en détail

Pourquoi et comment réaliser la synergie de collaboration entre l expert-comptable externe et l organisme financier?

Pourquoi et comment réaliser la synergie de collaboration entre l expert-comptable externe et l organisme financier? Pourquoi et comment réaliser la synergie de collaboration entre l expert-comptable externe et l organisme financier? GÉRARD DELVAUX Président de l IEC Dans cette contribution, notre Président propose une

Plus en détail

POUR EVITER TOUT RETARD DANS LE TRAITEMENT DE VOTRE DOSSIER LIRE ATTENTIVEMENT

POUR EVITER TOUT RETARD DANS LE TRAITEMENT DE VOTRE DOSSIER LIRE ATTENTIVEMENT POUR EVITER TOUT RETARD DANS LE TRAITEMENT DE VOTRE DOSSIER LIRE ATTENTIVEMENT Le POINT Alternance Apprentissage de la CCI de la NIEVRE vous propose un accompagnement personnalisé pour la sécurisation

Plus en détail

enmodesocial LES REPONSES À VOS QUESTIONS Régime de prévoyance : les impacts de la loi du 14 juin 2013

enmodesocial LES REPONSES À VOS QUESTIONS Régime de prévoyance : les impacts de la loi du 14 juin 2013 enmodesocial Le magazine des informations sociales de la Fédération Nationale de l Habillement LES REPONSES À VOS QUESTIONS Régime de prévoyance : les impacts de la loi du 14 juin 2013 octobre novembre

Plus en détail

REPRISE - CREATION D ENTREPRISE

REPRISE - CREATION D ENTREPRISE REPRISE - CREATION D ENTREPRISE Stage de préparation à l installation Une équipe de chargés de développement économique à votre écoute Vous souhaitez devenir chef d entreprise, la Chambre de Métiers et

Plus en détail

PARTIE 1 : L EXERCICE DU POUVOIR DE DECISION LORSQU IL N Y A QU UN SEUL APPORTEUR DE CAPITAUX

PARTIE 1 : L EXERCICE DU POUVOIR DE DECISION LORSQU IL N Y A QU UN SEUL APPORTEUR DE CAPITAUX CHAPITRE 11 L EXERCICE DU POUVOIR DE DECISION ET LA FORME JURIDIQUE DE L ENTREPRISE Selon la forme juridique choisie, le ou les créateurs d entreprise ont plus ou moins de pouvoir de décision. L exercice

Plus en détail

Bac Professionnel PLP Pilote de Ligne de Production

Bac Professionnel PLP Pilote de Ligne de Production Formation co-financée par le Fonds Social Européen Bac Professionnel PLP Pilote de Ligne de Production en apprentissage ou en contrat de professionnalisation en 12 ou 24 mois Diplôme de l Education Nationale

Plus en détail

DOSSIER DE PRESSE PLAN DE RELANCE DE L APPRENTISSAGE

DOSSIER DE PRESSE PLAN DE RELANCE DE L APPRENTISSAGE DOSSIER DE PRESSE PLAN DE RELANCE DE L APPRENTISSAGE Jeudi 25 juin 2015 Centre de Formation d Apprentis (CFA) d ANNONAY CONTACTS PRESSE : Cabinet du préfet Service Départemental de la Communication Interministérielle

Plus en détail

La transmission d un cabinet d EC et de CAC

La transmission d un cabinet d EC et de CAC La transmission d un cabinet d EC et de CAC Ou les cordonniers sont les plus mal chaussés! Par Nathalie GORRY et Boris SAUVAGE Avec la participation de Fabrice ZINSSNER de Gan Assurances 1 Objectifs de

Plus en détail

Dossier de Presse. Siège Social : 2, rue Jean Baptiste Pigalle 75009 PARIS Tel : 01 48 74 54 00 Fax. : 01 48 74 39 82 Site web : www.siagi.

Dossier de Presse. Siège Social : 2, rue Jean Baptiste Pigalle 75009 PARIS Tel : 01 48 74 54 00 Fax. : 01 48 74 39 82 Site web : www.siagi. Dossier de Presse Siège Social : 2, rue Jean Baptiste Pigalle 75009 PARIS Tel : 01 48 74 54 00 Fax. : 01 48 74 39 82 Site web : www.siagi.com Sommaire Présentation de la SIAGI, société de garantie de l

Plus en détail

Qu est-ce qu une SCI?

Qu est-ce qu une SCI? CHAPITRE 1 Qu est-ce qu une SCI? Aussi surprenant que cela soit, il n existe pas de définition légale de la SCI. Le terme de SCI est né de la pratique, la loi ne connaissant que les sociétés civiles en

Plus en détail

LA RESPONSABILITE DES DIRIGEANTS CLAP SUD-OUEST/VA

LA RESPONSABILITE DES DIRIGEANTS CLAP SUD-OUEST/VA LA RESPONSABILITE DES DIRIGEANTS RESPONSABILITE PEDAGOGIQUE JURIDIQUE MORALE CIVILE PENALE ETHIQUE TRIBUNAUX TRIBUNAUX MORALE CIVILS REPRESSIFS - Conscience du devoir - Instance - Police - Grande Instance

Plus en détail

RECUEIL DE LEGISLATION. S o m m a i r e PROGRAMMES DE GESTION DU BREVET DE MAÎTRISE

RECUEIL DE LEGISLATION. S o m m a i r e PROGRAMMES DE GESTION DU BREVET DE MAÎTRISE MEMORIAL Journal Officiel du Grand-Duché de Luxembourg 3735 1623 MEMORIAL Amtsblatt des Großherzogtums Luxemburg RECUEIL DE LEGISLATION A N 188 110 9 octobre 22 mai 2009 2014 S o m m a i r e PROGRAMMES

Plus en détail

Charte d organisation et de fonctionnement du service Médecine Préventive

Charte d organisation et de fonctionnement du service Médecine Préventive Charte d organisation et de fonctionnement du service Médecine Préventive 6, rue de Flacé - 71018 Mâcon Cedex Tél. 03 85 21 19 19 - Fax 03 85 21 19 10 centredegestion@cdg71.fr SOMMAIRE Propos introductif...p.

Plus en détail

ENTREPRENDRE EN SOLO

ENTREPRENDRE EN SOLO ENTREPRENDRE EN SOLO Quand une personne se lance seule dans la création d entreprise, d un point de vue juridique, elle se demande d une manière générale s il vaut mieux l exploiter sous forme individuelle

Plus en détail

Conseil économique et social

Conseil économique et social NATIONS UNIES E Conseil économique et social Distr. GÉNÉRALE ECE/TRANS/WP.1/2006/3 5 janvier 2006 FRANÇAIS Original: ANGLAIS COMMISSION ÉCONOMIQUE POUR L EUROPE COMITÉ DES TRANSPORTS INTÉRIEURS Groupe

Plus en détail

t services TPE ccompagnement une solution complète et externalisée pour sécuriser la gestion quotidienne de votre entreprise

t services TPE ccompagnement une solution complète et externalisée pour sécuriser la gestion quotidienne de votre entreprise [ ASSISTANCE ET PROTECTION ] entreprises ccompagnement t services TPE une solution complète et externalisée pour sécuriser la gestion quotidienne de votre entreprise [ ASSISTANCE ET PROTECTION ] Un accompagnement

Plus en détail

Dossier de presse. Semaine nationale de la création reprise d entreprises artisanales. Du 18 au 25 novembre 2011

Dossier de presse. Semaine nationale de la création reprise d entreprises artisanales. Du 18 au 25 novembre 2011 Dossier de presse Semaine nationale de la création reprise d entreprises artisanales Du 18 au 25 novembre 2011 2 Semaine nationale de la création reprise d entreprises artisanales - 18 au 25 novembre 2011

Plus en détail

les principales infractions au code de la route et leurs sanctions

les principales infractions au code de la route et leurs sanctions Pour connaître le nombre de points sur votre permis, connectez-vous sur le site : www.interieur.gouv.fr les principales infractions au code de la route et leurs sanctions En savoir plus? www.securite-routiere.gouv.fr

Plus en détail

Communauté d Agglomération du Grand Villeneuvois 1

Communauté d Agglomération du Grand Villeneuvois 1 Communauté d Agglomération du Grand Villeneuvois 1 Les chiffres clés de la création d entreprise 549 138 entreprises créées en France en 2011 Soit 1 nouvelle entreprise par minute 29 455 en Aquitaine 2

Plus en détail

GESTIONNAIRE DE PAIE Formation intensive à temps plein Titre certifié par l État de niveau III

GESTIONNAIRE DE PAIE Formation intensive à temps plein Titre certifié par l État de niveau III GESTIONNAIRE DE PAIE Formation intensive à temps plein Titre certifié par l État de niveau III Arrêté du 11/01/2012 publié au JO du 19/01/2012 BIENVENUE DANS LE MONDE DES POSSIBLES www.formationcontinue.groupe-igs.fr

Plus en détail

Chapitre 2 Les enfants

Chapitre 2 Les enfants Chapitre 2 Les enfants Si vous avez un ou des enfants, c est le problème capital de votre séparation. Que vous soyez marié, pacsé ou en concubinage, les enfants qui sont nés de votre union, enfants dits

Plus en détail

Nous restons à votre disposition pour vous apporter toute précision complémentaire.

Nous restons à votre disposition pour vous apporter toute précision complémentaire. Marseille, le 9 juillet 2014. Objet : obligations des employeurs Madame, Monsieur, Dans le cadre de notre mission de conseil, nous souhaitions vous rappeler certaines obligations incombant aux employeurs

Plus en détail

les principales infractions au code de la route et leurs sanctions

les principales infractions au code de la route et leurs sanctions les principales infractions au code de la route et leurs sanctions Les infractions liées à l alcoolémie CONTRAVENTION Conduite avec une alcoolémie égale ou supérieure à 0,5 et inférieure à 0,8 g/ l de

Plus en détail

Études des solutions de financement online. Dossier de presse

Études des solutions de financement online. Dossier de presse Études des solutions de financement online Dossier de presse La première plateforme en ligne de recherche de financements publics et bancaires à destination des dirigeants d entreprise Près de 6 000 aides

Plus en détail

Prix Maître d apprentissage APCMA/MNRA. Règlement du prix national 2016

Prix Maître d apprentissage APCMA/MNRA. Règlement du prix national 2016 Prix Maître d apprentissage APCMA/MNRA Règlement du prix national 2016 Article 1 - Objet Le prix «Maître d apprentissage» est organisé par l Assemblée Permanente des Chambres de Métiers et de l Artisanat

Plus en détail

FORMATION PACK CREATEUR D ENTREPRISE VALORIALE

FORMATION PACK CREATEUR D ENTREPRISE VALORIALE FORMATION PACK CREATEUR D ENTREPRISE VALORIALE 2012-2013 Intitulé de la formation : PACK CREATION D ENTREPRISE Objectifs : Connaître les mécanismes de la création d entreprise Monter son business plan

Plus en détail

financement de ses investissements? 2ème Assises FRHPA Rhône-Alpes 25-26 janvier 2012

financement de ses investissements? 2ème Assises FRHPA Rhône-Alpes 25-26 janvier 2012 Comment bien choisir le financement de ses investissements? 2ème Assises FRHPA Rhône-Alpes 25-26 janvier 2012 La détection du désir d investissement 3 2ème Assises FRHPA Rhône-Alpes 25-26 janvier 2012

Plus en détail

Gestion. Négocier son bail commercial

Gestion. Négocier son bail commercial Gestion Négocier son bail commercial Adie Conseil Gestion INTRODUCTION Le bail commercial fait l objet d un statut réglementé dont les textes sont codifiés aux articles L.145-1 et suivants et R.145-1 et

Plus en détail

PRÉSENTATION DU CABINET

PRÉSENTATION DU CABINET PRÉSENTATION DU CABINET Groupe d'expertise comptable et de conseil aux entreprises et aux particuliers, le GROUPE SF est aujourd hui composé de 3 cabinets : Le cabinet SUDESCO situé à PONT DE BEAUVOISIN

Plus en détail

RISQUE SPORTIF ET ASSURANCE

RISQUE SPORTIF ET ASSURANCE RISQUE SPORTIF ET ASSURANCE LE RISQUE SPORTIF Facteurs aggravants de risques Le lieu de l activité L âge des participants à l activité La nature de l activité LE RISQUE SPORTIF LA RESPONSABILITE CIVILE

Plus en détail

DEESBANQUE Marché des professionnels Plan de cours et programmation indicatifs des séances

DEESBANQUE Marché des professionnels Plan de cours et programmation indicatifs des séances DEESBANQUE Marché des professionnels Plan de cours et programmation indicatifs des séances 2013 Fédération Européenne des Ecoles DEESBANQUE Marché des professionnels Plan de cours et programmation indicatifs

Plus en détail

Fiche conseil LE BAIL COMMERCIAL. Explications et conseils. Nos fiches conseils ont pour objectif de vous aider à mieux appréhender les notions :

Fiche conseil LE BAIL COMMERCIAL. Explications et conseils. Nos fiches conseils ont pour objectif de vous aider à mieux appréhender les notions : LE BAIL COMMERCIAL Explications et conseils Fiche conseil Nos fiches conseils ont pour objectif de vous aider à mieux appréhender les notions : Certifié ISO 9001 Comptables Fiscales Juridiques, Sociales,

Plus en détail

Les conduites addictives

Les conduites addictives Les conduites addictives Depuis 2006, l alcool est le premier facteur d accidents au niveau national et est responsable de plus de 29 % des accidents mortels il est présent dans 9% des accidents corporels

Plus en détail