1 Première section: La construction générale

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "1 Première section: La construction générale"

Transcription

1 AMALGAMATIONS DE CLASSES DE SOUS-GROUPES D UN GROUPE ABÉLIEN. SOUS-GROUPES ESSENTIEL-PURS. Călugăreanu Grigore comunicare prezentată la Conferinţa de grupuri abeliene şi module de la Padova, iunie 1994 RESUME Pour certaines classes de sous-groupes d un groupe abélien, par un procédé simple, on construit des nouvelles classes plus grandes, en quelque sorte des amalgamations. Le procedé est appliqué pour l amalgamations des classes des sous-groupes purs et des sous-groupes essentiels. On obtient une notion nouvelle denommée sous-groupe essentiel-pur qui, comme la verticalité d un sous-groupe (cf.[1]), est complémentaire à la neteté par raport à la pureté d un sous-groupe. Les deux notions sont comparées. 1 Première section: La construction générale Pour un groupe abélien G, soit P une propriété relative aux sous-groupes de G (e.g. pur, essentiel, net, facteur direct, pleinement invariant, large, isotype, etc.) et C(G) la classe des sous-groupes de G qui ont la propriété P. Dans la suite on7 va supposer que la propriété P est telle que l on a A C(G), A B G = A C(B) (e.g. pur, essentiel, net, etc.). Si P et Q sont deux propriétés du type spécifié, avec, pour un groupe G, C(G) et D(G) les classes des sous-groupes correspondantes, on suppose remplie pour tout groupe G la condition C(G) D(G) = {G}. Faculté de Mathématiques et Informatique, Université Babeş-Bolyai, Cluj-Napoca, Roumanie 1

2 A partir de ces deux propriétés (resp. classes) de sous-groupes on construit deux nouvelles propriétés (resp.classes) de sous-groupes plus génerales (resp. larges) comme suit: A (CD)(G) C : A C(C), C D(G) A (DC)(G) C : A D(C), C C(G) la premiere condition definissant la propriété P Q (avec la classe (CD)(G) de sous- groupes) et la deuxième, la propriété Q P (resp.la classe (DC)(G) de sous-groupes). Remarque. Les nouvelles classes introduites par amalgations contiennent les classes C(G) et D(G). En effet, A C(G) implique A (CD)(G) parce que G D(G) et symétriquement, A D(G) implique A (DC)(G) parce que G C(G). Ensuite A D(G) implique A (CD)(G) parce que A C(A) et symétriquement A C(G) implique A (DC)(G) parce que A D(A). Définition. Un sous-groupe A d un groupe G est nommé C-fermé ou P-fermé si pour tout sous-groupe B de G qui contient A, si A C(B) alors A = B (i.e. A n a pas la propriété P dans aucun autre sous-groupe de G). Le résultat général qui suit prouve qu on peut toujours caractériser les propriétés initiales à l aide des nouvelles propriétés introduites et des sousgroupes fermés (au sens de la définition précédente). THÉORÈME 1. Un sous-groupe A appartient á C(G) si et seulement si A (DC)(G) et A est D-fermé; symétriquement A D(G) si et seulement si A (CD)(G) et A est C-fermé. Démonstration. Dans la remarque précédente on a déjà vu que C(G) (DC)(G). Pour constater que tout élément de C(G) est aussi D-fermé soit A C(G) et pour A B G soit A D(B). Par les conditions initiales imposées aux classes on a: A C(G) implique A C(B) donc A C(B) D(B) = {B}. Ainsi A = B et A est D-fermé. Réciproquement, si A (DC)(G) il existe un C tel que A D(C) et C C(G); A étant D-fermé on a A = C et donc A C(G). 2

3 2 Deuxième section: Sous-groupes essentielpurs Dans ce paragraphe on va analyser un cas particulier: soit P la pureté et Q la propriété des sous-groupes d être essentiels, i.e. C(G) = {A < G A pur dans G} et D(G) = {A < G A essentiel dans G}. La condition C(G) D(G) = {G} est remplie car on sait que le seul sousgroupe pur et essentiel dans G est G lui-même. Les classes qu on obtient par amalgamation sont alors les suivantes: A est nommé pur-essentiel si il existe un sous-groupe C tel que A est pur dans C et C est essentiel dans G et A est nommé essentiel-pur si il existe un sous-groupe C tel que A est essentiel dans C et C est pur dans G. Remarques. Les sous-groupes purs et les sous-groupes essentiels sont pur-essentiels et aussi essentiel-purs, donc on introduit deux généralisations simultanées de la pureté (et aussi des sous-groupes essentiels). Dans ce cas particulier, les sous-groupes D-fermés sont les sous-groupes essentielment-fermés qui (cf.[5]) sont les sous-groupes nets. L une des classes obtenue par cette amalgamation particuliere ne donne rien d intéressant. En effet, on va démontrer dans la suite que tout sousgroupe est pur-essentiel et que les sous-groupes C-fermés, i.e. les sous-groupes pur-fermés sont exactement les sous-groupes essentiels. THÉORÈME 2. Tout sous-groupe est pur-essentiel. Démonstration. Si A est un sous-groupe de G, soit B un sous-groupe A-haut. Il suffit de prendre C = A B, car on sait que A est pur dans A B (même un facteur direct) et A B est essentiel dans G. THÉORÈME 3. Un sous-groupe est pur-fermé si et seulement si il est essentiel. Démonstration. On a vu en général (Th.1) que si A D(G), alors A est C-fermé, donc en particulier tout sous-groupe essentiel est pur-fermé. Réciproquement, si A n est pas essentiel dans G, soit O g G tel que A g = 0. Alors, comme facteur direct, A est pur dans A g, donc n est pas pur-fermé. La deuxième classe de sous-groupes obtenue par cette amalgamation est une classe intérresante, premièrement parce que c est une notion qui généralise la pureté et en second à cause du corrolaire suivant du théorème 1:un sous-groupe est pur si et seulement si il est net et essentiel-pur. 3

4 Un premier example de sous-groupe essentiel-pur dans un groupe (abélien) G est son socle S(G). En effet, S(G) est essentiel dans T (G), la partie de torsion de G, et T (G) est pur dans G. Remarque. On peut généraliser ce premier example de la facon suivante: pour un sous-ensemble X d un groupe G rappelons les constructions suivantes S(G, X) = {g G n N, n libre de carrés, ng X } P (G, X) = {g G n N : ng X }. On sait que S(G, X) et P (G, X) sont des sous-groupes de G qui contiennent X, S(G, X) P (G, X), P (G, X) est pur dans G et S(G, X)/ X = S(G/ X ), P (G, X)/ X = T (G/ X ). En plus S(G, ) = S(G, 0) = S(G) S(G, X) S(G, G) = G et P (G, ) = P (G, 0) = T (G) P (G, X) P (G, G) = G. Alors,pour tout sous-ensemble X du groupe G le sous-groupe S(G,X) est essentiel-pur. En effet, S(G, X) est essentiel dans P (G, X) parce que le socle S(P (G, X)) S(G) S(G, X) et le quotient P (G, X)/S(G, X) = T (G/ X )/S(G/ X ) est un groupe de torsion (i.e. H essentiel dans G si et seulement si S(G) H et G/H est groupe de torsion). On peut d ailleurs construire une suite croissante S(G) S 2 (G)... S n (G)... T (G), où S n (G) = {g G ord(g) libre de puissances n+1 de nombres premièrs } sont des sous-groupes essentiels-purs, parce que S n (G) = S(G, S n 1 (G)). On peut aussi démontrer que S(G, X) n est pas en général le plus petit sous-groupe essentiel-pur qui contient X. Par example si G = Z(p 2 ) pour X = S(G) = pg, S(G) est un sous-groupe essentiel-pur qui contient S(G). Mais S(G, S(G)) = S 2 (G) = G. Rappelons aussi que tout sous-groupe pur et tout sous-groupe essentiel sont essentiel-purs (un corrolaire de la première remarque de l article). Propriétés immédiates. A. Si A est essentiel dans B et B est essentiel-pur dans G alors A est essentiel-pur dans G. B. Si A est essentiel-pur dans B et B est pur dans G alors A est essentielpur dans G. C. Si B est pur dans G et A/B est essentiel-pur dans G/B alors A est essentiel-pur dans G. (En effet, si A/B est essentiel dans C/B, sous-groupe pur de G/B, on peut vérifier que A est essentiel dans C, qui est pur dans G). 4

5 Dans le reste du paragraphe on va démontrer que l intérêt de la notion de sous-groupe essentiel-pur peut être réduite aux p-groupes réduits. PROPOSITION 4.- Dans un groupe sans-torsion, chaque sous-groupe est essentiel-pur. Démonstration. Si A est un sous-groupe du groupe sans torsion G alors P (G, A) est le sous-groupe pur engendré par A (l intersection de tous les sousgroupes purs qui contiennent A) et A est essentiel dans P (G, A). En effet, P (G, A)/A = T (G/A) est groupe de torsion et S(P (G, A)) S(G) = O A. Remarque. Dans un groupe de torsion G, un sous-groupe A est essentielpur si et seulement si son socle est un sous-socle de G qui supporte un sous-groupe pur de G qui contient A. Il s ensuit que si U est un sous-socle de G qui ne supporte aucun sousgroupe pur dans G, U n est pas essentiel-pur (des tels sous-socles existent, cf.[4]).donc la propriété d être essentiel-pur n est pas triviale (comme l est la propriété d être pur-essentiel). PROPOSITION 5.- Soit G un groupe mixte. Un sous-groupe A de G est essentiel-pur si et seulement si T(A) est essentiel-pur dans T(G). Démonstration. Si A est essentiel dans G alors T (A) est encore essentiel dans T (G) (en effet 0 B T (C) implique A B 0 et alors T (A) B 0, A étant essentiel dans C et B étant contenu dans T (C)). En plus, si C est pur dans G alors T (C) est encore pur dans T (G). Réciproquement, si T (A) est essentiel dans C, alors sûrement A est aussi essentiel dans C et si C est pur dans T (G) il est aussi pur dans G (T (G) étant pur dans G). On peut donc réduire la notion générale de sous-groupe essentiel-pur à la notion correspondante dans les groupes de torsion. On peut d ailleurs continuer avec une seconde réduction classique: PROPOSITION 6.- Soit G un groupe de torsion. Un sous-groupe A est essentiel-pur dans G si et seulement si pour chaque nombre premier p, A p (la p-composante) est essentiel-pur dans G p. Démonstration. On vérifie d abord facilement q un sous-groupe A est essentiel dans C si et seulement si A p est essentiel dans C p, pour chaque nombre premier p (en effet S(C) A si et seulement si C[p] = S(C p ) A p pour chaque p). Finalement, on vérifie aisément que C est pur dans G si et seulement si C p est pur (ou p-pur) dans G p, pour chaque nombre premier p. Une troisième réduction classique peut être faite comme suit: 5

6 PROPOSITION 7.- Tout sous-groupe d un groupe divisible est essentiel-pur. Démonstration. D après un résultat classique (remontant à Kulikov) si A est un sous-groupe d un groupe divisible G, alors A est contenu comme sousgroupe essentiel dans un sous-groupe minimal divisible C de G (l enveloppe divisible) et C est pur dans G (dans un groupe divisible, pureté et divisibilité coïncident). PROPOSITION 8.- La notion générale de sous-groupe essentiel-pur peut être réduite 2à la notion correspondante pour les groupes de torsion réduits. Démonstration. Soit A un sous-groupe essentiel-pur d un groupe G i.e. A essentiel dans C et C pur dans G. D une facon canonique soit A = A 1 D(A), ou D(A) est le plus grand sous-groupe divisible de A et A 1 est réduit. Si D(C) a la même signification pour C on a A 1 D(C) = 0 (car A 1 est réduit et D(C) est la partie divisible). On peut alors choisir C 1 sous-groupe de C tel que A 1 C 1 et C = C 1 D(C) avec C 1 réduit. D une façon analogue, on peut choisir G 1 sous-groupe réduit tel que C 1 G 1 et G = G 1 D(G). On vérifie alors que A est essentiel-pur dans G si et seulement si A 1 est essentiel-pur dans G 1 (si et seulement si A 1 est essentiel dans C 1 et C 1 pur dans G 1 ). On peut en effet aisément démontrer le lemme suivant: si A = A 1 A 2 est un sous-groupe essentiel dans G = G 1 G 2 avec A i G i pour i {1,2} alors A i est essentiel dans G i pour chaque i {1,2}. Si G est un groupe de torsion, la réciproque a aussi lieu. La partie de la démonstration concernant la pureté est immédiate. On a ramene l étude de la notion de sous-groupe essentiel-pur au cas des p-groupes réduits. On pourrait essayer de continuer la réduction aux p-groupes sans éléments de hauteur infinie, car on a aussi le résultat suivant PROPOSITION 9.- Si G est un p-groupe réduit et p ω G 0, alors p ω G (le sous-groupe des éléments de hauteur infinie) n est pas essentiel-pur et ne contient pas de sous-groupes essentiel-purs. Démonstration. Rappelons la propriété: si dans un p-groupe G tout élément de G[p] est de hauteur infinie, alors G est divisible (cf.prop.(c),pp98,[3]). Soit A un sous-groupe de p ω G pour lequel il existe un sous-groupe C pur dans G tel que A est essentiel dans C. Alors A[p] = C[p] (équivalent avec A essentiel dans C) et h C p (x) = h G p (x) (car C est pur dans G) sont infinies pour tout x C[p] donc C est un sous-groupe divisible de G. On contredit donc l hypothèse G groupe réduit. 6

7 3 Troisième section : Comparaison entre essentiel-pur et vertical La notion de sous-groupe essentiel-pur introduite étant, comme la verticalité (cf.[1]), complémentaire à la neteté par raport à la pureté d un sous-groupe, il est naturel de comparer ces deux notions dans un p-groupe. THÉORÈME 10.- Tout sous-groupe essentiel-pur d un p-groupe est vertical. Démonstration. On va faire appel à des propriétés de [1]. Tout sousgroupe essentiel est aussi vertical : en effet, si A est essentiel dans C, par la proposition 1.6 [1], V n (i) : V n (C, A) V n (C, C) induite par l inclusion i de A dans C, est injective et alors V n (C, C) = 0 implique V n (C, A) = 0 donc A est vertical dans C. Si maintenant A est un sous-groupe essentiel-pur de G, A est essentiel et donc vertical dans un sous-groupe C pur de G. La propriété 2.10 ( 1) [1] implique alors que A est vertical dans G. Remarques. - La réciproque n est pas généralement vraie: si U est un sous-socle de G qui ne supporte aucun sous-groupe pur de G, alors U n est pas essentiel-pur mais U est vertical (cf.prop.2.2[1]). La première pathologie de [1] remédiée par les sous-groupes verticaux (tous les sous-socles supportent des sous-groupes verticaux) n est pas remédiée en general ni par les sousgroupes essentiel-purs. -La notion de sous-groupe essentiel-pur ne remédie pas ni l autre pathologie: en effet, les fermetures p-adiques des sous-groupes essentiel-purs ne sont pas en général essentiel-pures. Si G est un p-groupe réduit et p ω G 0 alors 0 est un sous-groupe essentiel-pur (même pur) mais, comme on l a vu plus haut, sa fermeture 0 = p ω G n est pas sous-groupe essentiel-pur. Finalement, on va metre en évidence une classe de p-groupes dans lesquels les sous-groupes essentiel-purs et les sous-groupes verticaux coïncident. THÉORÈME 11.- Dans un p-groupe borné tout sous-groupe vertical est essentiel-pur. Démonstration. Pour une plus grande clarté faisons d abord quelque rappels: (a) Soit A un sous-groupe de G et C un sous-groupe pur de G qui contient A; C est dit une enveloppe pure de A dans G si C est minimal parmi tous les sous-groupes purs de G qui contiennent A (A est nommé purifiable dans ce cas). (b) Les sous-groupes d un groupe G sont tous purifiables si et seulement 7

8 si G est une somme directe d un sous-groupe divisible et d un sous-groupe borné (cf.[4]). (c) Dénotons par U m (G, A) = (p m G)[p]/(A + p m+1 G) (p m G)[p] les invariants d Ulm relatifs de A dans G. Dans [2] on démontre (dans le cas particulier des p-groupes) que: C est l enveloppe pure de A dans G si et seulement si U m (C, A) = 0 pour tout m {0, 1,..., n} (si G est un p-groupe borné tel que p n G = 0). (d) Lemme.- Soit E = E 0 E 1... E n = 0 une suite décroissante de sous-espaces d un espace vectoriel E, F un sous-espace de E tel que pour chaque m {0,1,...,n-1} on a E m F + E m+1. Alors E = F. Démonstration. Pour m = n 1 on a E n 1 E n + F = F. Passant au quotient on obtient E m /E n 1 F/E n 1 + E m+1 /E n 1. Pour m = n 2 on obtient E n 2 /E n 1 F/E n 1 et alors E n 2 F. On continue par induction: si E 1 F alors E 0 /E 1 F/E 1 + E 1 /E 1 implique E 0 = E F. Aprés tous ces rappels, le plan de la démonstration est le suivant: si A est vertical dans G, soit C une enveloppe pure de A (elle existe dans un p-groupe borné, voir (b)). On vérifie que A[p] = C[p]. Alors A est essentiel-pur parce que son socle supporte un sous-groupe pur qui le contient, notament C. Pour vérifier A[p] = C[p] observons d abord que d apres (c) on a U m (C, A) = 0, donc (A+p m+1 C) (p m C)[p] = (p m B)[p] et encore (p m C)[p] A+p m+1 C. Il s ensuit que (p m C)[p] (A + p m+1 C)[p] = A[p] + (p m+1 C)[p], la dernière égalité étant due au fait que si A est vertical dans G et C est pur dans G, A C, alors A est vertical dans C (prop.2.10 (1),[1]). Tous ces sous-groupes sont inclus dans S(G) = G[p] donc sont des sousespaces d un espace vectoriel (sur Z(p)). Prenant F = A[p] et E m = (p m C)[p] dans (d) on obtient A[p] = C[p] le seul détail qui manquait. Note. Le professeur Khalid Benabdallah a remarqué que la classe des groupes abéliens dans lesquells les sous-groupes verticaux et les sous-groupes essentiel-purs coïncident sont exactement les groupes quasi-complets (pour lesquells les fermetures des sous-groupes purs sont aussi purs). En effet, tout sous-groupe vertical est contenu dans un sous-groupe maximal vertical et les groupes quasi-complets sont exactement ceux pour lesquells tous les sous-groupes maximal verticaux sont purs ([1]). 8

9 References [1] K.Benabdallah, B.Charles, A.Mader, Vertical subgroups of primary abelian groups, Canad. J. Math., vol.43 (1), 1991, [2] B.Charles, Orbits of invariant subspaces of algebraic linear operators, Linear Algebra and its Appl., to appear. [3] L.Fuchs, Infinite Abelian Groups, vol.1, Academic Press, [4] P.Hill,Ch.Megibben, Minimal pure subgroups in primary groups, Bull.Soc.Math.France vol.92, 1964, [5] F.Loonstra, Essential submodules and essential subdirect products, Symposia Mathematica, vol.23, 1979, , Academic Press. Contents 1 Première section: La construction générale 1 2 Deuxième section: Sous-groupes essentiel-purs 3 3 Troisième section : Comparaison entre essentiel-pur et vertical 7 9

Groupes et Actions de groupes. 1 Groupes, morphismes et actions de groupes.

Groupes et Actions de groupes. 1 Groupes, morphismes et actions de groupes. Groupes et Actions de groupes On présente ici des notions de base de théorie des groupes pour l agrégation interne. 1 Groupes, morphismes et actions de groupes. Un groupe (G, ), ou plus simplement G, est

Plus en détail

Actions de groupes. Exemples et applications

Actions de groupes. Exemples et applications 4 Actions de groupes. Exemples et applications G, ) est un groupe multiplicatif et on note ou G si nécessaire) l élément neutre. E est un ensemble non vide et S E) est le groupe des permutations de E.

Plus en détail

Fiche n 2: Morphisme, sous-groupe distingué, quotient

Fiche n 2: Morphisme, sous-groupe distingué, quotient Université Lille 1 Algèbre 2010/11 M51.MIMP Fiche n 2: Morphisme, sous-groupe distingué, quotient Exercice 1 Soient G, G deux groupes et f un homomorphisme de G dans G. Montrer que si A G, alors f( A )

Plus en détail

Outils d analyse fonctionnelle Cours 5 Théorie spectrale

Outils d analyse fonctionnelle Cours 5 Théorie spectrale Outils d analyse fonctionnelle Cours 5 Théorie spectrale 22 septembre 2015 Généralités Dans tout ce qui suit V désigne un espace de Hilbert réel muni d un produit scalaire x, y. Définition Soit A une application

Plus en détail

Le produit semi-direct

Le produit semi-direct Le produit semi-direct Préparation à l agrégation de mathématiques Université de Nice - Sophia Antipolis Antoine Ducros Octobre 2007 Ce texte est consacré, comme son titre l indique, au produit semi-direct.

Plus en détail

Exercices - Polynômes : corrigé. Opérations sur les polynômes

Exercices - Polynômes : corrigé. Opérations sur les polynômes Opérations sur les polynômes Exercice 1 - Carré - L1/Math Sup - Si P = Q est le carré d un polynôme, alors Q est nécessairement de degré, et son coefficient dominant est égal à 1. On peut donc écrire Q(X)

Plus en détail

Image d un intervalle par une fonction continue

Image d un intervalle par une fonction continue DOCUMENT 27 Image d un intervalle par une fonction continue La continuité d une fonction en un point est une propriété locale : une fonction est continue en un point x 0 si et seulement si sa restriction

Plus en détail

Applications des nombres complexes à la géométrie

Applications des nombres complexes à la géométrie Chapitre 6 Applications des nombres complexes à la géométrie 6.1 Le plan complexe Le corps C des nombres complexes est un espace vectoriel de dimension 2 sur R. Il est donc muni d une structure naturelle

Plus en détail

Partie II. Supplémentaires d un sous-espace donné. Partie I. Partie III. Supplémentaire commun. MPSI B 8 octobre 2015

Partie II. Supplémentaires d un sous-espace donné. Partie I. Partie III. Supplémentaire commun. MPSI B 8 octobre 2015 Énoncé Dans tout le problème, K est un sous-corps de C. On utilisera en particulier que K n est pas un ensemble fini. Tous les espaces vectoriels considérés sont des K espaces vectoriels de dimension finie.

Plus en détail

Problèmes de Mathématiques Filtres et ultrafiltres

Problèmes de Mathématiques Filtres et ultrafiltres Énoncé Soit E un ensemble non vide. On dit qu un sous-ensemble F de P(E) est un filtre sur E si (P 0 ) F. (P 1 ) (X, Y ) F 2, X Y F. (P 2 ) X F, Y P(E) : X Y Y F. (P 3 ) / F. Première Partie 1. Que dire

Plus en détail

Algèbre Année 2007-2008 ENS Cachan Vincent Beck. Théorème de Cayley

Algèbre Année 2007-2008 ENS Cachan Vincent Beck. Théorème de Cayley Algèbre Année 2007-2008 ENS Cachan Vincent Beck Théorème de Cayley Le (ou plutôt un des nombreux) théorème(s) de Cayley assure que tout groupe G s identifie de façon naturelle à un sous-groupe du groupe

Plus en détail

Intégration et probabilités TD1 Espaces mesurés Corrigé

Intégration et probabilités TD1 Espaces mesurés Corrigé Intégration et probabilités TD1 Espaces mesurés Corrigé 2012-2013 1 Petites questions 1 Est-ce que l ensemble des ouverts de R est une tribu? Réponse : Non, car le complémentaire de ], 0[ n est pas ouvert.

Plus en détail

Cours d algèbre. M1 Mathématiques et applications. M1 Mathématiques et enseignement

Cours d algèbre. M1 Mathématiques et applications. M1 Mathématiques et enseignement Cours d algèbre M1 Mathématiques et applications M1 Mathématiques et enseignement 2012/2013 Table des matières Chapitre I. Quelques rappels sur les groupes 1 Chapitre II. Action d un groupe sur un ensemble

Plus en détail

1 Fiche méthodologique Passage d un mode de représentation d un sev à l autre

1 Fiche méthodologique Passage d un mode de représentation d un sev à l autre 1 Fiche méthodologique Passage d un mode de représentation d un sev à l autre BCPST Lycée Hoche $\ CC BY: Pelletier Sylvain Les deux modes de représentation des sous-espaces vectoriels Il existe deux modes

Plus en détail

Rappels sur les applications linéaires

Rappels sur les applications linéaires Rappels sur les applications linéaires 1 Définition d une application linéaire Définition 1 Soient E et F deux espaces vectoriels sur un même corps K et f une application de E dans F Dire que f est linéaire

Plus en détail

Relations binaires sur un ensemble.

Relations binaires sur un ensemble. Math122 Relations binaires sur un ensemble. TABLE DES MATIÈRES Relations binaires sur un ensemble. Relations d équivalence, relation d ordre. Table des matières 0.1 Définition et exemples...................................

Plus en détail

Espaces vectoriels euclidiens. Groupe orthogonal

Espaces vectoriels euclidiens. Groupe orthogonal 19 Espaces vectoriels euclidiens. Groupe orthogonal Dans un premier temps, E est un espace vectoriel réel de dimension n 1. 19.1 Espaces vectoriels euclidiens Dénition 19.1 On dit qu'une forme bilinéaire

Plus en détail

IV.1 Dual d un espace vectoriel... 77

IV.1 Dual d un espace vectoriel... 77 76 IV FORMES LINÉAIRES, DUALITÉ IV Formes linéaires, dualité Sommaire IV.1 Dual d un espace vectoriel.......... 77 IV.1.a Rappels sur les e.v................... 77 IV.1.b Rappels sur les applications linéaires........

Plus en détail

Base : une axiomatique

Base : une axiomatique Autour des groupes de réflexions Master 2 Mathématiques fondamentales Cours : Michel Broué Université Paris VII Denis Diderot TD : Vincent Beck Année 2005 2006 Base : une axiomatique a) D après (i), on

Plus en détail

Chapitre IV Bases et dimension d un espace vectoriel

Chapitre IV Bases et dimension d un espace vectoriel Chapitre IV Bases et dimension d un espace vectoriel Objectif : Nous allons voir comment fabriquer des systèmes de coordonnées pour les vecteurs d un espace vectoriel général. Dans ce chapitre désigne

Plus en détail

À propos des matrices échelonnées

À propos des matrices échelonnées À propos des matrices échelonnées Antoine Ducros appendice au cours de Géométrie affine et euclidienne dispensé à l Université Paris 6 Année universitaire 2011-2012 Introduction Soit k un corps, soit E

Plus en détail

Fonctions de plusieurs variables

Fonctions de plusieurs variables Module : Analyse 03 Chapitre 00 : Fonctions de plusieurs variables Généralités et Rappels des notions topologiques dans : Qu est- ce que?: Mathématiquement, n étant un entier non nul, on définit comme

Plus en détail

Groupe symétrique. Chapitre II. 1 Définitions et généralités

Groupe symétrique. Chapitre II. 1 Définitions et généralités Chapitre II Groupe symétrique 1 Définitions et généralités Définition. Soient n et X l ensemble 1,..., n. On appelle permutation de X toute application bijective f : X X. On note S n l ensemble des permutations

Plus en détail

AGRÉGATION INTERNE: RÉDUCTION DES ENDOMORPHISMES

AGRÉGATION INTERNE: RÉDUCTION DES ENDOMORPHISMES AGRÉGATION INTERNE: RÉDUCTION DES ENDOMORPHISMES VINCENT GUEDJ 1. Notions fondamentales 1.1. Noyau, Image. On se donne E un K-espace vectoriel de dimension finie (K = R, C principalement) et f L(E) un

Plus en détail

Un tout petit peu d homotopie

Un tout petit peu d homotopie Vincent Beck On note I = [ 0, 1 ]. Un tout petit peu d homotopie 0.1 Homotopie Définition 1 Applications homotopes. Soient X, Y deux espaces topologiques et f, g : X Y deux applications continues. On dit

Plus en détail

Structures Algébriques Groupes : exercices

Structures Algébriques Groupes : exercices Institut Galilée Université Paris XIII Structures Algébriques Groupes : exercices L3 semestre 5 2012-2013 Exercice 1 Soit (G, ) un ensemble muni d une loi de composition associative. Montrer que G est

Plus en détail

1 Notion d espace vectoriel

1 Notion d espace vectoriel Arnaud de Saint Julien - MPSI Lycée La Merci 2014-2015 1 Résumé de cours sur les espaces vectoriels et les applications linéaires Les vecteurs du plan, les nombres réels, et les polynômes à coefficients

Plus en détail

PAD - Notes de cours. S. Rigal, D. Ruiz, et J. C. Satgé

PAD - Notes de cours. S. Rigal, D. Ruiz, et J. C. Satgé ALGÈBRE PAD - Notes de cours S. Rigal, D. Ruiz, et J. C. Satgé November 23, 2006 Table des Matières Espaces vectoriels Applications linéaires - Espaces vectoriels............................... 3 -. Approche

Plus en détail

Proposition. Si G est un groupe simple d ordre 60 alors G est isomorphe à A 5.

Proposition. Si G est un groupe simple d ordre 60 alors G est isomorphe à A 5. DÉVELOPPEMENT 32 A 5 EST LE SEUL GROUPE SIMPLE D ORDRE 60 Proposition. Si G est un groupe simple d ordre 60 alors G est isomorphe à A 5. Démonstration. On considère un groupe G d ordre 60 = 2 2 3 5 et

Plus en détail

Applications linéaires

Applications linéaires Applications linéaires I) Applications linéaires - Généralités 1.1) Introduction L'idée d'application linéaire est intimement liée à celle d'espace vectoriel. Elle traduit la stabilité par combinaison

Plus en détail

Théorie des ensembles

Théorie des ensembles Théorie des ensembles Cours de licence d informatique Saint-Etienne 2002/2003 Bruno Deschamps 2 Contents 1 Eléments de théorie des ensembles 3 1.1 Introduction au calcul propositionnel..................

Plus en détail

CHAPITRE V. de U U dans Hom(F, F ) est de classe C. b dans Hom(F,F ) est de classe C, l application b b. de U U

CHAPITRE V. de U U dans Hom(F, F ) est de classe C. b dans Hom(F,F ) est de classe C, l application b b. de U U CHAPITRE V FIBRÉS VECTORIELS 1. Fibrés vectoriels 1. Cartes et atlas vectoriels Soit B une variété différentielle. Considérons un B -ensemble, c est à-dire un ensemble M muni d une application p : M B.

Plus en détail

Limites finies en un point

Limites finies en un point 8 Limites finies en un point Pour ce chapitre, sauf précision contraire, I désigne une partie non vide de R et f une fonction définie sur I et à valeurs réelles ou complees. Là encore, les fonctions usuelles,

Plus en détail

Développement décimal d un réel

Développement décimal d un réel 4 Développement décimal d un réel On rappelle que le corps R des nombres réels est archimédien, ce qui permet d y définir la fonction partie entière. En utilisant cette partie entière on verra dans ce

Plus en détail

Groupoïdes quantiques mesurés : axiomatique, étude, dualité, exemples

Groupoïdes quantiques mesurés : axiomatique, étude, dualité, exemples Groupoïdes quantiques mesurés : axiomatique, étude, dualité, exemples Franck LESIEUR Mathématiques et Applications, Physique Mathématique d Orléans UMR 6628 - BP 6759 45067 ORLEANS CEDEX 2 - FRANCE e-mail

Plus en détail

Cours de terminale S Suites numériques

Cours de terminale S Suites numériques Cours de terminale S Suites numériques V. B. et S. B. Lycée des EK 13 septembre 2014 Introduction Principe de récurrence Exemple En Mathématiques, un certain nombre de propriétés dépendent d un entier

Plus en détail

TOPOLOGIE - SÉRIE 1. x f 1 B i f(x) B i x f 1 (B i ). f 1 ( i I B i) = i I f 1 (B i ); en effet. f 1 B i = f 1 B i et f 1 (B \ B ) = A \ f 1 B ; i I

TOPOLOGIE - SÉRIE 1. x f 1 B i f(x) B i x f 1 (B i ). f 1 ( i I B i) = i I f 1 (B i ); en effet. f 1 B i = f 1 B i et f 1 (B \ B ) = A \ f 1 B ; i I TOPOLOGIE - SÉRIE 1 Exercice 1. Soit f : A B une application. Prouver que (a) A f 1 fa pour tout A A, avec égalité si f est injective; (b) ff 1 B B pour tout B B, avec égalité si f est surjective; Preuve.

Plus en détail

ŒUVRES DE LAURENT SCHWARTZ

ŒUVRES DE LAURENT SCHWARTZ ŒUVRES DE LAURENT SCHWARTZ LAURENT SCHWARTZ Sur le théorème du graphe fermé C. R. Acad. Sci. Paris Sér. A-B, 263 (1966), p. A602-A605. Extrait des Œuvres de Laurent Schwartz publiées par la Société mathématique

Plus en détail

COURS ET DM AR4 : GROUPE SYMÉTRIQUE II, ACTION DE GROUPE

COURS ET DM AR4 : GROUPE SYMÉTRIQUE II, ACTION DE GROUPE COURS ET DM AR4 : GROUPE SYMÉTRIQUE II, ACTION DE GROUPE FRANÇOIS MAUCOURANT 1. Signature d une permutation Définition 1.1. Soit σ S n une permutations, k le nombre de σ-orbites. On définit la signature

Plus en détail

Fondamentaux pour les Mathématiques et l Informatique :

Fondamentaux pour les Mathématiques et l Informatique : Université Bordeaux 1 Licence de Sciences, Technologies, Santé Mathématiques, Informatique, Sciences de la Matière et Ingénierie M1MI1002 Fondamentaux pour les Mathématiques et l Informatique Fondamentaux

Plus en détail

Université Paris 6 Année universitaire 2011-2012 Cours Groupes finis et leurs représentations Corrigé de l examen terminal du 21 mai 2012.

Université Paris 6 Année universitaire 2011-2012 Cours Groupes finis et leurs représentations Corrigé de l examen terminal du 21 mai 2012. Université Paris 6 Année universitaire 011-01 Cours Groupes finis et leurs représentations Corrigé de l examen terminal du 1 mai 01 Exercice 1 Questions de cours Soit G un groupe fini et soit p un nombre

Plus en détail

I. Polynômes de Tchebychev

I. Polynômes de Tchebychev Première épreuve CCP filière MP I. Polynômes de Tchebychev ( ) 1.a) Tout réel θ vérifie cos(nθ) = Re ((cos θ + i sin θ) n ) = Re Cn k (cos θ) n k i k (sin θ) k Or i k est réel quand k est pair et imaginaire

Plus en détail

Structures algébriques

Structures algébriques Structures algébriques 1. Lois de composition s Soit E un ensemble. Une loi de composition interne sur E est une application de E E dans E. Soient E et F deux ensembles. Une loi de composition externe

Plus en détail

1 Définition et premières propriétés des congruences

1 Définition et premières propriétés des congruences Université Paris 13, Institut Galilée Département de Mathématiques Licence 2ème année Informatique 2013-2014 Cours de Mathématiques pour l Informatique Des nombres aux structures Sylviane R. Schwer Leçon

Plus en détail

Rédigé par un élève de Terminale S à l'aide de ses livres de maths (Indice, Bordas), ses cours, toute sa peine, et son stress pour le bac! J.

Rédigé par un élève de Terminale S à l'aide de ses livres de maths (Indice, Bordas), ses cours, toute sa peine, et son stress pour le bac! J. Rédigé par un élève de Terminale S à l'aide de ses livres de maths (Indice, Bordas), ses cours, toute sa peine, et son stress pour le bac! J. FAIVRE s de cours exigibles au bac S en mathématiques Enseignement

Plus en détail

Algèbre Année 2007-2008 ENS Cachan Vincent Beck. Action de groupes

Algèbre Année 2007-2008 ENS Cachan Vincent Beck. Action de groupes Algèbre Année 2007-2008 ENS Cachan Vincent Beck Action de groupes L idée centrale de cette note est de mettre en évidence le fait fondamental suivant une action d un groupe G sur un ensemble X, «c est»

Plus en détail

(ii) pour tout x X, on a e x = x.

(ii) pour tout x X, on a e x = x. COURS DE LICENCE 2014/15 4 Groupes agissant sur un ensemble Définition 4.1. Soit G un groupe, X un ensemble non vide, S(X) le groupe des bijections de X. Une action de G sur X ou une opération de G sur

Plus en détail

Cours de Licence. Bernard Le Stum 1 Université de Rennes 1. Version du 19 janvier 2004. 1 bernard.le-stum@univ-rennes1.fr

Cours de Licence. Bernard Le Stum 1 Université de Rennes 1. Version du 19 janvier 2004. 1 bernard.le-stum@univ-rennes1.fr Géométrie Cours de Licence Bernard Le Stum 1 Université de Rennes 1 Version du 19 janvier 2004 1 bernard.le-stum@univ-rennes1.fr 2 Table des matières Table des matières 4 Introduction 5 1 Rappels d algébre

Plus en détail

Par contre, lorsque P est finie, l inclusion f(p ) P implique l égalité f(p ) = P car, f

Par contre, lorsque P est finie, l inclusion f(p ) P implique l égalité f(p ) = P car, f Université Lyon 1 Algèbre générale S.P. Groupes III I. Groupe symétrique et géométrie. On se donne un ensemble E (souvent un espace euclidien ou une partie de cet espace) et une bijection f : E E (souvent

Plus en détail

Licence de Sciences et Technologies. Fiche de cours 1 - Nombres réels.

Licence de Sciences et Technologies. Fiche de cours 1 - Nombres réels. Licence de Sciences et Technologies EM21 - Analyse Fiche de cours 1 - Nombres réels. On connaît les ensembles suivants, tous munis d une addition, d une multiplication, et d une relation d ordre compatibles

Plus en détail

* très facile ** facile *** difficulté moyenne **** difficile ***** très difficile I : Incontournable T : pour travailler et mémoriser le cours

* très facile ** facile *** difficulté moyenne **** difficile ***** très difficile I : Incontournable T : pour travailler et mémoriser le cours Exo7 Continuité (étude globale). Diverses fonctions Exercices de Jean-Louis Rouget. Retrouver aussi cette fiche sur www.maths-france.fr * très facile ** facile *** difficulté moyenne **** difficile *****

Plus en détail

Applications Bilinéaires et Formes Quadratiques

Applications Bilinéaires et Formes Quadratiques Ce cours peut être librement copié et distribué. Il est recommandé d en télécharger la version la plus récente à partir de : http://www.math.jussieu.fr/~alp. Toute remarque, correction ou suggestion doit

Plus en détail

Introduction à l étude des Corps Finis

Introduction à l étude des Corps Finis Introduction à l étude des Corps Finis Robert Rolland (Résumé) 1 Introduction La structure de corps fini intervient dans divers domaines des mathématiques, en particulier dans la théorie de Galois sur

Plus en détail

Chapitre 3. Quelques fonctions usuelles. 1 Fonctions logarithme et exponentielle. 1.1 La fonction logarithme

Chapitre 3. Quelques fonctions usuelles. 1 Fonctions logarithme et exponentielle. 1.1 La fonction logarithme Chapitre 3 Quelques fonctions usuelles 1 Fonctions logarithme et eponentielle 1.1 La fonction logarithme Définition 1.1 La fonction 7! 1/ est continue sur ]0, +1[. Elle admet donc des primitives sur cet

Plus en détail

Cours MP. Espaces vectoriels normés

Cours MP. Espaces vectoriels normés Table des matières Espaces vectoriels normés B. Seddoug. Médiane Sup, Oujda I Norme et distance 1 I.1 Définitions..................... 1 I.2 Evn produit.................... 12 I.3 Notions topologiques

Plus en détail

Corrigé de l examen partiel du 19 novembre 2011

Corrigé de l examen partiel du 19 novembre 2011 Université Paris Diderot Langage Mathématique (LM1) Département Sciences Exactes 2011-2012 Corrigé de l examen partiel du 19 novembre 2011 Durée : 3 heures Exercice 1 Dans les expressions suivantes, les

Plus en détail

De même, le périmètre P d un cercle de rayon 1 vaut P = 2π (par définition de π). Mais, on peut démontrer (difficilement!) que

De même, le périmètre P d un cercle de rayon 1 vaut P = 2π (par définition de π). Mais, on peut démontrer (difficilement!) que Introduction. On suppose connus les ensembles N (des entiers naturels), Z des entiers relatifs et Q (des nombres rationnels). On s est rendu compte, depuis l antiquité, que l on ne peut pas tout mesurer

Plus en détail

Séance de soutien PCSI2 numéro 10 : Espaces vectoriels et applications linéaires

Séance de soutien PCSI2 numéro 10 : Espaces vectoriels et applications linéaires Séance de soutien PCSI2 numéro 10 : Espaces vectoriels et applications linéaires Tatiana Labopin-Richard Mercredi 18 mars 2015 L algèbre linéaire est une très grosse partie du programme de Maths. Il est

Plus en détail

Probabilités sur un univers fini

Probabilités sur un univers fini [http://mp.cpgedupuydelome.fr] édité le 7 août 204 Enoncés Probabilités sur un univers fini Evènements et langage ensembliste A quelle condition sur (a, b, c, d) ]0, [ 4 existe-t-il une probabilité P sur

Plus en détail

Espaces vectoriels de dimension finie

Espaces vectoriels de dimension finie Chapitre 14 Espaces vectoriels de dimension finie Dans tout le chapitre K désigne R ou C. 14.1 Espaces vectoriels de dimension finie 14.1.1 Bases et dimension Ò Ø ÓÒ ½ º½ Espace vectoriel de dimension

Plus en détail

Définition et caractérisations des applications affines, en particulier par le barycentre, et si possible en coordonnées.

Définition et caractérisations des applications affines, en particulier par le barycentre, et si possible en coordonnées. Université Claude Bernard Lyon I Agrégation de Mathématiques : Algèbre & géométrie Année 2006 2007 Applications affines A ne pas rater Définition et caractérisations des applications affines, en particulier

Plus en détail

Cours élémentaire d arithmétique. Valentin Vinoles

Cours élémentaire d arithmétique. Valentin Vinoles Cours élémentaire d arithmétique Valentin Vinoles décembre 2009 Introduction «Wir müssen wissen. Wir werden wissen.» (Nous devons savoir. Nous saurons.) David Hilbert Voici un document présentant les principales

Plus en détail

Terminale S Spécialité Cours : DIVISIBILITE ET CONGRUENCES DANS.

Terminale S Spécialité Cours : DIVISIBILITE ET CONGRUENCES DANS. A la fin de ce chapitre vous devez être capable de : connaître différents procédés pour établir une divisibilité : utilisation de la définition, utilisation d identités remarquables, disjonction des cas,

Plus en détail

B03. Ensembles, applications, relations, groupes

B03. Ensembles, applications, relations, groupes B03. Ensembles, applications, relations, groupes Bernard Le Stum Université de Rennes 1 Version du 6 janvier 2006 Table des matières 1 Calcul propositionnel 2 2 Ensembles 5 3 Relations 7 4 Fonctions, applications

Plus en détail

5. Options américaines Une option américaine peut être exercée à n importe quelle instant compris entre

5. Options américaines Une option américaine peut être exercée à n importe quelle instant compris entre 5. Options américaines Une option américaine peut être exercée à n importe quelle instant compris entre 0 et l échéance N. Définition 5.1. Une option américaine est définie par une suite (h n ) n=0..n,

Plus en détail

Le corps R des nombres réels

Le corps R des nombres réels Le corps R des nombres réels. Construction de R à l aide des suites de Cauchy de nombres rationnels On explique brièvement dans ce paragraphe comment construire le corps R des nombres réels à partir du

Plus en détail

Dédié à Ky Fan, en témoignage de notre profonde admiration

Dédié à Ky Fan, en témoignage de notre profonde admiration Topological Methods in Nonlinear Analysis Journal of the Juliusz Schauder Center Volume 5, 1995, 261 269 FAMILLES SÉLECTANTES Paul Deguire Marc Lassonde Dédié à Ky Fan, en témoignage de notre profonde

Plus en détail

Espaces vectoriels 2006-2007. Agrégation interne de Mathématiques Département de Mathématiques Université de La Rochelle F.

Espaces vectoriels 2006-2007. Agrégation interne de Mathématiques Département de Mathématiques Université de La Rochelle F. Agrégation interne de Mathématiques Département de Mathématiques Université de La Rochelle 2006-2007 Espaces vectoriels Convention 1. Dans toute la suite, k désignera un corps quelconque. Définition 2.

Plus en détail

www.h-k.fr/publications/objectif-agregation

www.h-k.fr/publications/objectif-agregation «Sur C, tout est connexe!» www.h-k.fr/publications/objectif-agregation L idée de cette note est de montrer que, contrairement à ce qui se passe sur R, «sur C, tout est connexe». Cet abus de langage se

Plus en détail

Analyse et géométrie M. Alain CONNES, membre de l Institut (Académie des Sciences), professeur

Analyse et géométrie M. Alain CONNES, membre de l Institut (Académie des Sciences), professeur Analyse et géométrie M. Alain CONNES, membre de l Institut (Académie des Sciences), professeur Formules explicites, formules de trace et réalisation spectrale des zéros de la fonction zéta 1. Introduction

Plus en détail

THEORIE DES CORPS Cours de mathématiques pour Licence L3 et Master M1 Cours et Exercices corrigés 1

THEORIE DES CORPS Cours de mathématiques pour Licence L3 et Master M1 Cours et Exercices corrigés 1 THEORIE DES CORPS Cours de mathématiques pour Licence L3 et Master M1 Cours et Exercices corrigés 1 Michel Goze, Elisabeth Remm 1. Edité par Ramm Algebra Center 2 Introduction Ce cours s adresse aux étudiants

Plus en détail

APPLICATIONS LINÉAIRES

APPLICATIONS LINÉAIRES 21-10- 2007 J.F.C. A.L. p. 1 APPLICATIONS LINÉAIRES I GÉNÉRALITÉS 1. Définition et vocabulaire 2. Conséquences de la définition 3. Caractérisation II OPÉRATIONS SUR LES APPLICATION LINÉAIRES 1. Somme,

Plus en détail

TD2 Fonctions mesurables Corrigé

TD2 Fonctions mesurables Corrigé Intégration et probabilités 2012-2013 TD2 Fonctions mesurables Corrigé 0 Exercice qui avait été préparé chez soi Exercice 1. Soit (Ω, F, µ) un espace mesuré tel que µ (Ω) = 1. Soient A, B P (Ω) deux sousensembles

Plus en détail

Applications linéaires

Applications linéaires Chapitre IV Applications linéaires Révisions Définition. Soient E, deux espaces vectoriels sur le même corps commutatif est dite linéaire si quels que soient x, y E et λ,. Une application f : E f x y f

Plus en détail

1 Programme de Colles : Espaces vectoriels.

1 Programme de Colles : Espaces vectoriels. Lycée Louis le grand Année scolaire 2007/2008 Mathématiques Supérieure MPSI Semaine 12 11 mai 2009 1 Programme de Colles : Espaces vectoriels. On note K le corps R ou C. 1.1 Axiomes d espace vectoriel.

Plus en détail

CONJUGUÉ D'UN POINT PAR RAPPORT À UN TRIANGLE

CONJUGUÉ D'UN POINT PAR RAPPORT À UN TRIANGLE CONJUGUÉ D'UN POINT PAR RAPPORT À UN TRIANGLE Jean Luc Bovet, Auvernier L'article de Monsieur Jean Piquerez (Bulletin de la SSPMP No 86), consacré aux symédianes me paraît appeler une généralisation. En

Plus en détail

TABLE DES MATIÈRES. Préface...

TABLE DES MATIÈRES. Préface... TABLE DES MATIÈRES Préface......................................................... iii G. Henniart Représentations linéaires de groupes finis..... 1 1. Caractères des groupes abéliens finis.......................

Plus en détail

Extrait de cours maths 3e. Multiples et diviseurs

Extrait de cours maths 3e. Multiples et diviseurs Extrait de cours maths 3e I) Multiples et diviseurs Multiples et diviseurs Un multiple d'un nombre est un produit dont un des facteurs est ce nombre. Un diviseur du produit est un facteur de ce produit.

Plus en détail

Table des matières. 3 Suites de nombres réels 29. 3.2 Limites... 30

Table des matières. 3 Suites de nombres réels 29. 3.2 Limites... 30 Table des matières 1 Généralités 3 1.1 Un peu de logique................................. 3 1.1.1 Vocabulaire................................ 3 1.1.2 Opérations logiques............................ 4 1.1.3

Plus en détail

Arithmétique. Préambule. 1. Division euclidienne et pgcd. Exo7. 1.1. Divisibilité et division euclidienne

Arithmétique. Préambule. 1. Division euclidienne et pgcd. Exo7. 1.1. Divisibilité et division euclidienne Exo7 Arithmétique Vidéo partie 1. Division euclidienne et pgcd Vidéo partie 2. Théorème de Bézout Vidéo partie 3. Nombres premiers Vidéo partie 4. Congruences Exercices Arithmétique dans Z Préambule Une

Plus en détail

Espaces vectoriels et applications

Espaces vectoriels et applications Espaces vectoriels et applications linéaires 1 Définitions On parle d espaces vectoriels sur le corps R ou sur le corps C. Les définitions sont les mêmes en substituant R à C ou vice versa. Définition

Plus en détail

Exo7. Matrice d une application linéaire. Corrections d Arnaud Bodin.

Exo7. Matrice d une application linéaire. Corrections d Arnaud Bodin. Exo7 Matrice d une application linéaire Corrections d Arnaud odin. Exercice Soit R muni de la base canonique = ( i, j). Soit f : R R la projection sur l axe des abscisses R i parallèlement à R( i + j).

Plus en détail

X-ENS PSI - 2009 Un corrigé

X-ENS PSI - 2009 Un corrigé X-ENS PSI - 009 Un corrigé Première partie.. Des calculs élémentaires donnent χ A(α) = χ B(α) = X X + et χ A(α)+B(α) = X X + 4α + 4 On en déduit que Sp(A(α)) = Sp(B(α)) = {j, j } où j = e iπ 3 Sp(A(α)

Plus en détail

Université de Cergy-Pontoise Département de Mathématiques L1 MPI - S1. Cours de Mathématiques 1

Université de Cergy-Pontoise Département de Mathématiques L1 MPI - S1. Cours de Mathématiques 1 Université de Cergy-Pontoise Département de Mathématiques L1 MPI - S1 Cours de Mathématiques 1 Table des matières 1 Un peu de formalisme mathématique 7 1.1 Rudiments de logique........................................

Plus en détail

Mathématiques pour l Informatique Relations binaires Jérôme Gensel

Mathématiques pour l Informatique Relations binaires Jérôme Gensel Master ICA Spécialité IHS Année 2007/2008 Mathématiques pour l Informatique Relations binaires Jérôme Gensel I) Relations binaires 1. Généralités Définition 1 : Une relation binaire d un ensemble E vers

Plus en détail

Chapitre 4. Adjoints Opérateurs auto-adjoints et isométries

Chapitre 4. Adjoints Opérateurs auto-adjoints et isométries Chapitre 4 Adjoints Opérateurs auto-adjoints et isométries I. Adjoint : Cas général d une forme { bilinéaire symétrique sesquilinéaire hermitienne On suppose dans tout I que E est un espace vectoriel de

Plus en détail

CENTRALE PC 2000 ÉPREUVE DE MATH 2. Première partie

CENTRALE PC 2000 ÉPREUVE DE MATH 2. Première partie CENTRALE PC 2000 ÉPREUVE DE MATH 2 Première partie I. A. 1. La fonction x px kx 2 = x(p kx) présente un maximum pour toute valeur de p au point d abscisse x = p p2 et il vaut 2k 2k. Conclusion : J(f) =

Plus en détail

Chapitre 5: Opérateurs dans les espaces de Hilbert. Notions d opérateur adjoint

Chapitre 5: Opérateurs dans les espaces de Hilbert. Notions d opérateur adjoint Chapitre 5: Opérateurs dans les espaces de Hilbert. Notions d opérateur adjoint 18 mars 2008 1 Généralités sur les opérateurs 1.1 Définitions Soient H et H deux espaces de Hilbert sur C. Définition 1.1

Plus en détail

Examen Partiel. Un soin particulier dans la rédaction est demandé. Les astérisques indiquent l importance des questions et non pas leur difficulté.

Examen Partiel. Un soin particulier dans la rédaction est demandé. Les astérisques indiquent l importance des questions et non pas leur difficulté. UFR de Mathématiques, Université de Paris 7 DEA 1996/97 premier semestre Introduction à la cohomologie de de Rham des variétés algébriques A. Arabia & Z. Mebkhout Vendredi 6 décembre 1996 Examen Partiel

Plus en détail

Introduction à la Topologie

Introduction à la Topologie Introduction à la Topologie Licence de Mathématiques Université de Rennes 1 Francis Nier Dragoş Iftimie 2 3 Introduction Ce cours s adresse à des étudiants de Licence en mathématiques. Il a pour objectif

Plus en détail

Intégration et probabilités TD1 Espaces mesurés

Intégration et probabilités TD1 Espaces mesurés Intégration et probabilités TD1 Espaces mesurés 2012-2013 1 Petites questions 1) Est-ce que l ensemble des ouverts de R est une tribu? 2) Si F et G sont deux tribus, est-ce que F G est toujours une tribu?

Plus en détail

Suites réelles. 4 Relations de comparaison des suites 9 4.1 Encore du vocabulaire... 9. 5.2 Quelques propriétés... 13

Suites réelles. 4 Relations de comparaison des suites 9 4.1 Encore du vocabulaire... 9. 5.2 Quelques propriétés... 13 Maths PCSI Cours Table des matières Suites réelles 1 Généralités 2 2 Limite d une suite 2 2.1 Convergence d une suite....................... 2 2.2 Deux premiers résultats....................... 3 2.3 Opérations

Plus en détail

Applications linéaires

Applications linéaires Bibliothèque d exercices Énoncés L1 Feuille n 18 Applications linéaires 1 Définition Exercice 1 Déterminer si les applications f i suivantes (de E i dans F i ) sont linéaires : f 1 : (x, y) R (x + y, x

Plus en détail

UNIVERSITÉ DE CERGY Année 2012-2013 U.F.R. Économie & Gestion Licence d Économie et Mathématiques MATH104 : Mathématiques

UNIVERSITÉ DE CERGY Année 2012-2013 U.F.R. Économie & Gestion Licence d Économie et Mathématiques MATH104 : Mathématiques 1 UNIVERSITÉ DE CERGY Année 2012-201 U.F.R. Économie & Gestion Licence d Économie et Mathématiques MATH104 : Mathématiques Chapitre III : Polynômes 1 Fonctions polynômes & polynômes Définition 1. Soit

Plus en détail

La filtration de Krull de la catégorie U et la cohomologie des espaces

La filtration de Krull de la catégorie U et la cohomologie des espaces ISSN 1472-2739 (on-line) 1472-2747 (printed) 519 Algebraic & Geometric Topology Volume 1 (2001) 519 548 Published: 5 Octoberber 2001 ATG La filtration de Krull de la catégorie U et la cohomologie des espaces

Plus en détail

QUELQUES CALCULS DE LA COHOMOLOGIE DE GL N (Z) ET DE LA K-THÉORIE DE Z

QUELQUES CALCULS DE LA COHOMOLOGIE DE GL N (Z) ET DE LA K-THÉORIE DE Z QUELQUES CALCULS DE LA COHOMOLOGIE DE GL N (Z) ET DE LA K-THÉORIE DE Z PHILIPPE ELBAZ-VINCENT, HERBERT GANGL, ET CHRISTOPHE SOULÉ Résumé - Pour N = 5 N = 6, nous calculons le complexe cellulaire défini

Plus en détail

Examen - septembre 2012. Question de cours Enoncer et démontrer l inégalité de Cauchy-Schwarz dans un espace euclidien. Quel est le cas d égalité?

Examen - septembre 2012. Question de cours Enoncer et démontrer l inégalité de Cauchy-Schwarz dans un espace euclidien. Quel est le cas d égalité? Université Paris Dauphine DEMIE e année Algèbre linéaire 3 Examen - septembre 01 Le sujet comporte pages. L épreuve dure heures. Les documents, calculatrices et téléphones portables sont interdits. Question

Plus en détail

Première partie. Préliminaires : noyaux itérés. MPSI B 6 juin 2015

Première partie. Préliminaires : noyaux itérés. MPSI B 6 juin 2015 Énoncé Soit V un espace vectoriel réel. L espace vectoriel des endomorphismes de V est désigné par L(V ). Lorsque f L(V ) et k N, on désigne par f 0 = Id V, f k = f k f la composée de f avec lui même k

Plus en détail

La Licence Mathématiques et Economie-MASS Université de Sciences Sociales de Toulouse 1

La Licence Mathématiques et Economie-MASS Université de Sciences Sociales de Toulouse 1 La Licence Mathématiques et Economie-MASS Université de Sciences Sociales de Toulouse 1 La licence Mathématiques et Economie-MASS de l Université des Sciences Sociales de Toulouse propose sur les trois

Plus en détail