1 Première section: La construction générale

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "1 Première section: La construction générale"

Transcription

1 AMALGAMATIONS DE CLASSES DE SOUS-GROUPES D UN GROUPE ABÉLIEN. SOUS-GROUPES ESSENTIEL-PURS. Călugăreanu Grigore comunicare prezentată la Conferinţa de grupuri abeliene şi module de la Padova, iunie 1994 RESUME Pour certaines classes de sous-groupes d un groupe abélien, par un procédé simple, on construit des nouvelles classes plus grandes, en quelque sorte des amalgamations. Le procedé est appliqué pour l amalgamations des classes des sous-groupes purs et des sous-groupes essentiels. On obtient une notion nouvelle denommée sous-groupe essentiel-pur qui, comme la verticalité d un sous-groupe (cf.[1]), est complémentaire à la neteté par raport à la pureté d un sous-groupe. Les deux notions sont comparées. 1 Première section: La construction générale Pour un groupe abélien G, soit P une propriété relative aux sous-groupes de G (e.g. pur, essentiel, net, facteur direct, pleinement invariant, large, isotype, etc.) et C(G) la classe des sous-groupes de G qui ont la propriété P. Dans la suite on7 va supposer que la propriété P est telle que l on a A C(G), A B G = A C(B) (e.g. pur, essentiel, net, etc.). Si P et Q sont deux propriétés du type spécifié, avec, pour un groupe G, C(G) et D(G) les classes des sous-groupes correspondantes, on suppose remplie pour tout groupe G la condition C(G) D(G) = {G}. Faculté de Mathématiques et Informatique, Université Babeş-Bolyai, Cluj-Napoca, Roumanie 1

2 A partir de ces deux propriétés (resp. classes) de sous-groupes on construit deux nouvelles propriétés (resp.classes) de sous-groupes plus génerales (resp. larges) comme suit: A (CD)(G) C : A C(C), C D(G) A (DC)(G) C : A D(C), C C(G) la premiere condition definissant la propriété P Q (avec la classe (CD)(G) de sous- groupes) et la deuxième, la propriété Q P (resp.la classe (DC)(G) de sous-groupes). Remarque. Les nouvelles classes introduites par amalgations contiennent les classes C(G) et D(G). En effet, A C(G) implique A (CD)(G) parce que G D(G) et symétriquement, A D(G) implique A (DC)(G) parce que G C(G). Ensuite A D(G) implique A (CD)(G) parce que A C(A) et symétriquement A C(G) implique A (DC)(G) parce que A D(A). Définition. Un sous-groupe A d un groupe G est nommé C-fermé ou P-fermé si pour tout sous-groupe B de G qui contient A, si A C(B) alors A = B (i.e. A n a pas la propriété P dans aucun autre sous-groupe de G). Le résultat général qui suit prouve qu on peut toujours caractériser les propriétés initiales à l aide des nouvelles propriétés introduites et des sousgroupes fermés (au sens de la définition précédente). THÉORÈME 1. Un sous-groupe A appartient á C(G) si et seulement si A (DC)(G) et A est D-fermé; symétriquement A D(G) si et seulement si A (CD)(G) et A est C-fermé. Démonstration. Dans la remarque précédente on a déjà vu que C(G) (DC)(G). Pour constater que tout élément de C(G) est aussi D-fermé soit A C(G) et pour A B G soit A D(B). Par les conditions initiales imposées aux classes on a: A C(G) implique A C(B) donc A C(B) D(B) = {B}. Ainsi A = B et A est D-fermé. Réciproquement, si A (DC)(G) il existe un C tel que A D(C) et C C(G); A étant D-fermé on a A = C et donc A C(G). 2

3 2 Deuxième section: Sous-groupes essentielpurs Dans ce paragraphe on va analyser un cas particulier: soit P la pureté et Q la propriété des sous-groupes d être essentiels, i.e. C(G) = {A < G A pur dans G} et D(G) = {A < G A essentiel dans G}. La condition C(G) D(G) = {G} est remplie car on sait que le seul sousgroupe pur et essentiel dans G est G lui-même. Les classes qu on obtient par amalgamation sont alors les suivantes: A est nommé pur-essentiel si il existe un sous-groupe C tel que A est pur dans C et C est essentiel dans G et A est nommé essentiel-pur si il existe un sous-groupe C tel que A est essentiel dans C et C est pur dans G. Remarques. Les sous-groupes purs et les sous-groupes essentiels sont pur-essentiels et aussi essentiel-purs, donc on introduit deux généralisations simultanées de la pureté (et aussi des sous-groupes essentiels). Dans ce cas particulier, les sous-groupes D-fermés sont les sous-groupes essentielment-fermés qui (cf.[5]) sont les sous-groupes nets. L une des classes obtenue par cette amalgamation particuliere ne donne rien d intéressant. En effet, on va démontrer dans la suite que tout sousgroupe est pur-essentiel et que les sous-groupes C-fermés, i.e. les sous-groupes pur-fermés sont exactement les sous-groupes essentiels. THÉORÈME 2. Tout sous-groupe est pur-essentiel. Démonstration. Si A est un sous-groupe de G, soit B un sous-groupe A-haut. Il suffit de prendre C = A B, car on sait que A est pur dans A B (même un facteur direct) et A B est essentiel dans G. THÉORÈME 3. Un sous-groupe est pur-fermé si et seulement si il est essentiel. Démonstration. On a vu en général (Th.1) que si A D(G), alors A est C-fermé, donc en particulier tout sous-groupe essentiel est pur-fermé. Réciproquement, si A n est pas essentiel dans G, soit O g G tel que A g = 0. Alors, comme facteur direct, A est pur dans A g, donc n est pas pur-fermé. La deuxième classe de sous-groupes obtenue par cette amalgamation est une classe intérresante, premièrement parce que c est une notion qui généralise la pureté et en second à cause du corrolaire suivant du théorème 1:un sous-groupe est pur si et seulement si il est net et essentiel-pur. 3

4 Un premier example de sous-groupe essentiel-pur dans un groupe (abélien) G est son socle S(G). En effet, S(G) est essentiel dans T (G), la partie de torsion de G, et T (G) est pur dans G. Remarque. On peut généraliser ce premier example de la facon suivante: pour un sous-ensemble X d un groupe G rappelons les constructions suivantes S(G, X) = {g G n N, n libre de carrés, ng X } P (G, X) = {g G n N : ng X }. On sait que S(G, X) et P (G, X) sont des sous-groupes de G qui contiennent X, S(G, X) P (G, X), P (G, X) est pur dans G et S(G, X)/ X = S(G/ X ), P (G, X)/ X = T (G/ X ). En plus S(G, ) = S(G, 0) = S(G) S(G, X) S(G, G) = G et P (G, ) = P (G, 0) = T (G) P (G, X) P (G, G) = G. Alors,pour tout sous-ensemble X du groupe G le sous-groupe S(G,X) est essentiel-pur. En effet, S(G, X) est essentiel dans P (G, X) parce que le socle S(P (G, X)) S(G) S(G, X) et le quotient P (G, X)/S(G, X) = T (G/ X )/S(G/ X ) est un groupe de torsion (i.e. H essentiel dans G si et seulement si S(G) H et G/H est groupe de torsion). On peut d ailleurs construire une suite croissante S(G) S 2 (G)... S n (G)... T (G), où S n (G) = {g G ord(g) libre de puissances n+1 de nombres premièrs } sont des sous-groupes essentiels-purs, parce que S n (G) = S(G, S n 1 (G)). On peut aussi démontrer que S(G, X) n est pas en général le plus petit sous-groupe essentiel-pur qui contient X. Par example si G = Z(p 2 ) pour X = S(G) = pg, S(G) est un sous-groupe essentiel-pur qui contient S(G). Mais S(G, S(G)) = S 2 (G) = G. Rappelons aussi que tout sous-groupe pur et tout sous-groupe essentiel sont essentiel-purs (un corrolaire de la première remarque de l article). Propriétés immédiates. A. Si A est essentiel dans B et B est essentiel-pur dans G alors A est essentiel-pur dans G. B. Si A est essentiel-pur dans B et B est pur dans G alors A est essentielpur dans G. C. Si B est pur dans G et A/B est essentiel-pur dans G/B alors A est essentiel-pur dans G. (En effet, si A/B est essentiel dans C/B, sous-groupe pur de G/B, on peut vérifier que A est essentiel dans C, qui est pur dans G). 4

5 Dans le reste du paragraphe on va démontrer que l intérêt de la notion de sous-groupe essentiel-pur peut être réduite aux p-groupes réduits. PROPOSITION 4.- Dans un groupe sans-torsion, chaque sous-groupe est essentiel-pur. Démonstration. Si A est un sous-groupe du groupe sans torsion G alors P (G, A) est le sous-groupe pur engendré par A (l intersection de tous les sousgroupes purs qui contiennent A) et A est essentiel dans P (G, A). En effet, P (G, A)/A = T (G/A) est groupe de torsion et S(P (G, A)) S(G) = O A. Remarque. Dans un groupe de torsion G, un sous-groupe A est essentielpur si et seulement si son socle est un sous-socle de G qui supporte un sous-groupe pur de G qui contient A. Il s ensuit que si U est un sous-socle de G qui ne supporte aucun sousgroupe pur dans G, U n est pas essentiel-pur (des tels sous-socles existent, cf.[4]).donc la propriété d être essentiel-pur n est pas triviale (comme l est la propriété d être pur-essentiel). PROPOSITION 5.- Soit G un groupe mixte. Un sous-groupe A de G est essentiel-pur si et seulement si T(A) est essentiel-pur dans T(G). Démonstration. Si A est essentiel dans G alors T (A) est encore essentiel dans T (G) (en effet 0 B T (C) implique A B 0 et alors T (A) B 0, A étant essentiel dans C et B étant contenu dans T (C)). En plus, si C est pur dans G alors T (C) est encore pur dans T (G). Réciproquement, si T (A) est essentiel dans C, alors sûrement A est aussi essentiel dans C et si C est pur dans T (G) il est aussi pur dans G (T (G) étant pur dans G). On peut donc réduire la notion générale de sous-groupe essentiel-pur à la notion correspondante dans les groupes de torsion. On peut d ailleurs continuer avec une seconde réduction classique: PROPOSITION 6.- Soit G un groupe de torsion. Un sous-groupe A est essentiel-pur dans G si et seulement si pour chaque nombre premier p, A p (la p-composante) est essentiel-pur dans G p. Démonstration. On vérifie d abord facilement q un sous-groupe A est essentiel dans C si et seulement si A p est essentiel dans C p, pour chaque nombre premier p (en effet S(C) A si et seulement si C[p] = S(C p ) A p pour chaque p). Finalement, on vérifie aisément que C est pur dans G si et seulement si C p est pur (ou p-pur) dans G p, pour chaque nombre premier p. Une troisième réduction classique peut être faite comme suit: 5

6 PROPOSITION 7.- Tout sous-groupe d un groupe divisible est essentiel-pur. Démonstration. D après un résultat classique (remontant à Kulikov) si A est un sous-groupe d un groupe divisible G, alors A est contenu comme sousgroupe essentiel dans un sous-groupe minimal divisible C de G (l enveloppe divisible) et C est pur dans G (dans un groupe divisible, pureté et divisibilité coïncident). PROPOSITION 8.- La notion générale de sous-groupe essentiel-pur peut être réduite 2à la notion correspondante pour les groupes de torsion réduits. Démonstration. Soit A un sous-groupe essentiel-pur d un groupe G i.e. A essentiel dans C et C pur dans G. D une facon canonique soit A = A 1 D(A), ou D(A) est le plus grand sous-groupe divisible de A et A 1 est réduit. Si D(C) a la même signification pour C on a A 1 D(C) = 0 (car A 1 est réduit et D(C) est la partie divisible). On peut alors choisir C 1 sous-groupe de C tel que A 1 C 1 et C = C 1 D(C) avec C 1 réduit. D une façon analogue, on peut choisir G 1 sous-groupe réduit tel que C 1 G 1 et G = G 1 D(G). On vérifie alors que A est essentiel-pur dans G si et seulement si A 1 est essentiel-pur dans G 1 (si et seulement si A 1 est essentiel dans C 1 et C 1 pur dans G 1 ). On peut en effet aisément démontrer le lemme suivant: si A = A 1 A 2 est un sous-groupe essentiel dans G = G 1 G 2 avec A i G i pour i {1,2} alors A i est essentiel dans G i pour chaque i {1,2}. Si G est un groupe de torsion, la réciproque a aussi lieu. La partie de la démonstration concernant la pureté est immédiate. On a ramene l étude de la notion de sous-groupe essentiel-pur au cas des p-groupes réduits. On pourrait essayer de continuer la réduction aux p-groupes sans éléments de hauteur infinie, car on a aussi le résultat suivant PROPOSITION 9.- Si G est un p-groupe réduit et p ω G 0, alors p ω G (le sous-groupe des éléments de hauteur infinie) n est pas essentiel-pur et ne contient pas de sous-groupes essentiel-purs. Démonstration. Rappelons la propriété: si dans un p-groupe G tout élément de G[p] est de hauteur infinie, alors G est divisible (cf.prop.(c),pp98,[3]). Soit A un sous-groupe de p ω G pour lequel il existe un sous-groupe C pur dans G tel que A est essentiel dans C. Alors A[p] = C[p] (équivalent avec A essentiel dans C) et h C p (x) = h G p (x) (car C est pur dans G) sont infinies pour tout x C[p] donc C est un sous-groupe divisible de G. On contredit donc l hypothèse G groupe réduit. 6

7 3 Troisième section : Comparaison entre essentiel-pur et vertical La notion de sous-groupe essentiel-pur introduite étant, comme la verticalité (cf.[1]), complémentaire à la neteté par raport à la pureté d un sous-groupe, il est naturel de comparer ces deux notions dans un p-groupe. THÉORÈME 10.- Tout sous-groupe essentiel-pur d un p-groupe est vertical. Démonstration. On va faire appel à des propriétés de [1]. Tout sousgroupe essentiel est aussi vertical : en effet, si A est essentiel dans C, par la proposition 1.6 [1], V n (i) : V n (C, A) V n (C, C) induite par l inclusion i de A dans C, est injective et alors V n (C, C) = 0 implique V n (C, A) = 0 donc A est vertical dans C. Si maintenant A est un sous-groupe essentiel-pur de G, A est essentiel et donc vertical dans un sous-groupe C pur de G. La propriété 2.10 ( 1) [1] implique alors que A est vertical dans G. Remarques. - La réciproque n est pas généralement vraie: si U est un sous-socle de G qui ne supporte aucun sous-groupe pur de G, alors U n est pas essentiel-pur mais U est vertical (cf.prop.2.2[1]). La première pathologie de [1] remédiée par les sous-groupes verticaux (tous les sous-socles supportent des sous-groupes verticaux) n est pas remédiée en general ni par les sousgroupes essentiel-purs. -La notion de sous-groupe essentiel-pur ne remédie pas ni l autre pathologie: en effet, les fermetures p-adiques des sous-groupes essentiel-purs ne sont pas en général essentiel-pures. Si G est un p-groupe réduit et p ω G 0 alors 0 est un sous-groupe essentiel-pur (même pur) mais, comme on l a vu plus haut, sa fermeture 0 = p ω G n est pas sous-groupe essentiel-pur. Finalement, on va metre en évidence une classe de p-groupes dans lesquels les sous-groupes essentiel-purs et les sous-groupes verticaux coïncident. THÉORÈME 11.- Dans un p-groupe borné tout sous-groupe vertical est essentiel-pur. Démonstration. Pour une plus grande clarté faisons d abord quelque rappels: (a) Soit A un sous-groupe de G et C un sous-groupe pur de G qui contient A; C est dit une enveloppe pure de A dans G si C est minimal parmi tous les sous-groupes purs de G qui contiennent A (A est nommé purifiable dans ce cas). (b) Les sous-groupes d un groupe G sont tous purifiables si et seulement 7

8 si G est une somme directe d un sous-groupe divisible et d un sous-groupe borné (cf.[4]). (c) Dénotons par U m (G, A) = (p m G)[p]/(A + p m+1 G) (p m G)[p] les invariants d Ulm relatifs de A dans G. Dans [2] on démontre (dans le cas particulier des p-groupes) que: C est l enveloppe pure de A dans G si et seulement si U m (C, A) = 0 pour tout m {0, 1,..., n} (si G est un p-groupe borné tel que p n G = 0). (d) Lemme.- Soit E = E 0 E 1... E n = 0 une suite décroissante de sous-espaces d un espace vectoriel E, F un sous-espace de E tel que pour chaque m {0,1,...,n-1} on a E m F + E m+1. Alors E = F. Démonstration. Pour m = n 1 on a E n 1 E n + F = F. Passant au quotient on obtient E m /E n 1 F/E n 1 + E m+1 /E n 1. Pour m = n 2 on obtient E n 2 /E n 1 F/E n 1 et alors E n 2 F. On continue par induction: si E 1 F alors E 0 /E 1 F/E 1 + E 1 /E 1 implique E 0 = E F. Aprés tous ces rappels, le plan de la démonstration est le suivant: si A est vertical dans G, soit C une enveloppe pure de A (elle existe dans un p-groupe borné, voir (b)). On vérifie que A[p] = C[p]. Alors A est essentiel-pur parce que son socle supporte un sous-groupe pur qui le contient, notament C. Pour vérifier A[p] = C[p] observons d abord que d apres (c) on a U m (C, A) = 0, donc (A+p m+1 C) (p m C)[p] = (p m B)[p] et encore (p m C)[p] A+p m+1 C. Il s ensuit que (p m C)[p] (A + p m+1 C)[p] = A[p] + (p m+1 C)[p], la dernière égalité étant due au fait que si A est vertical dans G et C est pur dans G, A C, alors A est vertical dans C (prop.2.10 (1),[1]). Tous ces sous-groupes sont inclus dans S(G) = G[p] donc sont des sousespaces d un espace vectoriel (sur Z(p)). Prenant F = A[p] et E m = (p m C)[p] dans (d) on obtient A[p] = C[p] le seul détail qui manquait. Note. Le professeur Khalid Benabdallah a remarqué que la classe des groupes abéliens dans lesquells les sous-groupes verticaux et les sous-groupes essentiel-purs coïncident sont exactement les groupes quasi-complets (pour lesquells les fermetures des sous-groupes purs sont aussi purs). En effet, tout sous-groupe vertical est contenu dans un sous-groupe maximal vertical et les groupes quasi-complets sont exactement ceux pour lesquells tous les sous-groupes maximal verticaux sont purs ([1]). 8

9 References [1] K.Benabdallah, B.Charles, A.Mader, Vertical subgroups of primary abelian groups, Canad. J. Math., vol.43 (1), 1991, [2] B.Charles, Orbits of invariant subspaces of algebraic linear operators, Linear Algebra and its Appl., to appear. [3] L.Fuchs, Infinite Abelian Groups, vol.1, Academic Press, [4] P.Hill,Ch.Megibben, Minimal pure subgroups in primary groups, Bull.Soc.Math.France vol.92, 1964, [5] F.Loonstra, Essential submodules and essential subdirect products, Symposia Mathematica, vol.23, 1979, , Academic Press. Contents 1 Première section: La construction générale 1 2 Deuxième section: Sous-groupes essentiel-purs 3 3 Troisième section : Comparaison entre essentiel-pur et vertical 7 9

Fiche n 2: Morphisme, sous-groupe distingué, quotient

Fiche n 2: Morphisme, sous-groupe distingué, quotient Université Lille 1 Algèbre 2010/11 M51.MIMP Fiche n 2: Morphisme, sous-groupe distingué, quotient Exercice 1 Soient G, G deux groupes et f un homomorphisme de G dans G. Montrer que si A G, alors f( A )

Plus en détail

Le produit semi-direct

Le produit semi-direct Le produit semi-direct Préparation à l agrégation de mathématiques Université de Nice - Sophia Antipolis Antoine Ducros Octobre 2007 Ce texte est consacré, comme son titre l indique, au produit semi-direct.

Plus en détail

Exercices - Polynômes : corrigé. Opérations sur les polynômes

Exercices - Polynômes : corrigé. Opérations sur les polynômes Opérations sur les polynômes Exercice 1 - Carré - L1/Math Sup - Si P = Q est le carré d un polynôme, alors Q est nécessairement de degré, et son coefficient dominant est égal à 1. On peut donc écrire Q(X)

Plus en détail

Intégration et probabilités TD1 Espaces mesurés Corrigé

Intégration et probabilités TD1 Espaces mesurés Corrigé Intégration et probabilités TD1 Espaces mesurés Corrigé 2012-2013 1 Petites questions 1 Est-ce que l ensemble des ouverts de R est une tribu? Réponse : Non, car le complémentaire de ], 0[ n est pas ouvert.

Plus en détail

Image d un intervalle par une fonction continue

Image d un intervalle par une fonction continue DOCUMENT 27 Image d un intervalle par une fonction continue La continuité d une fonction en un point est une propriété locale : une fonction est continue en un point x 0 si et seulement si sa restriction

Plus en détail

Groupoïdes quantiques mesurés : axiomatique, étude, dualité, exemples

Groupoïdes quantiques mesurés : axiomatique, étude, dualité, exemples Groupoïdes quantiques mesurés : axiomatique, étude, dualité, exemples Franck LESIEUR Mathématiques et Applications, Physique Mathématique d Orléans UMR 6628 - BP 6759 45067 ORLEANS CEDEX 2 - FRANCE e-mail

Plus en détail

Proposition. Si G est un groupe simple d ordre 60 alors G est isomorphe à A 5.

Proposition. Si G est un groupe simple d ordre 60 alors G est isomorphe à A 5. DÉVELOPPEMENT 32 A 5 EST LE SEUL GROUPE SIMPLE D ORDRE 60 Proposition. Si G est un groupe simple d ordre 60 alors G est isomorphe à A 5. Démonstration. On considère un groupe G d ordre 60 = 2 2 3 5 et

Plus en détail

Problèmes de Mathématiques Filtres et ultrafiltres

Problèmes de Mathématiques Filtres et ultrafiltres Énoncé Soit E un ensemble non vide. On dit qu un sous-ensemble F de P(E) est un filtre sur E si (P 0 ) F. (P 1 ) (X, Y ) F 2, X Y F. (P 2 ) X F, Y P(E) : X Y Y F. (P 3 ) / F. Première Partie 1. Que dire

Plus en détail

À propos des matrices échelonnées

À propos des matrices échelonnées À propos des matrices échelonnées Antoine Ducros appendice au cours de Géométrie affine et euclidienne dispensé à l Université Paris 6 Année universitaire 2011-2012 Introduction Soit k un corps, soit E

Plus en détail

I. Polynômes de Tchebychev

I. Polynômes de Tchebychev Première épreuve CCP filière MP I. Polynômes de Tchebychev ( ) 1.a) Tout réel θ vérifie cos(nθ) = Re ((cos θ + i sin θ) n ) = Re Cn k (cos θ) n k i k (sin θ) k Or i k est réel quand k est pair et imaginaire

Plus en détail

Limites finies en un point

Limites finies en un point 8 Limites finies en un point Pour ce chapitre, sauf précision contraire, I désigne une partie non vide de R et f une fonction définie sur I et à valeurs réelles ou complees. Là encore, les fonctions usuelles,

Plus en détail

Chapitre 3. Quelques fonctions usuelles. 1 Fonctions logarithme et exponentielle. 1.1 La fonction logarithme

Chapitre 3. Quelques fonctions usuelles. 1 Fonctions logarithme et exponentielle. 1.1 La fonction logarithme Chapitre 3 Quelques fonctions usuelles 1 Fonctions logarithme et eponentielle 1.1 La fonction logarithme Définition 1.1 La fonction 7! 1/ est continue sur ]0, +1[. Elle admet donc des primitives sur cet

Plus en détail

Développement décimal d un réel

Développement décimal d un réel 4 Développement décimal d un réel On rappelle que le corps R des nombres réels est archimédien, ce qui permet d y définir la fonction partie entière. En utilisant cette partie entière on verra dans ce

Plus en détail

1 Définition et premières propriétés des congruences

1 Définition et premières propriétés des congruences Université Paris 13, Institut Galilée Département de Mathématiques Licence 2ème année Informatique 2013-2014 Cours de Mathématiques pour l Informatique Des nombres aux structures Sylviane R. Schwer Leçon

Plus en détail

La filtration de Krull de la catégorie U et la cohomologie des espaces

La filtration de Krull de la catégorie U et la cohomologie des espaces ISSN 1472-2739 (on-line) 1472-2747 (printed) 519 Algebraic & Geometric Topology Volume 1 (2001) 519 548 Published: 5 Octoberber 2001 ATG La filtration de Krull de la catégorie U et la cohomologie des espaces

Plus en détail

Introduction à l étude des Corps Finis

Introduction à l étude des Corps Finis Introduction à l étude des Corps Finis Robert Rolland (Résumé) 1 Introduction La structure de corps fini intervient dans divers domaines des mathématiques, en particulier dans la théorie de Galois sur

Plus en détail

www.h-k.fr/publications/objectif-agregation

www.h-k.fr/publications/objectif-agregation «Sur C, tout est connexe!» www.h-k.fr/publications/objectif-agregation L idée de cette note est de montrer que, contrairement à ce qui se passe sur R, «sur C, tout est connexe». Cet abus de langage se

Plus en détail

Fonctions de plusieurs variables

Fonctions de plusieurs variables Module : Analyse 03 Chapitre 00 : Fonctions de plusieurs variables Généralités et Rappels des notions topologiques dans : Qu est- ce que?: Mathématiquement, n étant un entier non nul, on définit comme

Plus en détail

Groupe symétrique. Chapitre II. 1 Définitions et généralités

Groupe symétrique. Chapitre II. 1 Définitions et généralités Chapitre II Groupe symétrique 1 Définitions et généralités Définition. Soient n et X l ensemble 1,..., n. On appelle permutation de X toute application bijective f : X X. On note S n l ensemble des permutations

Plus en détail

Structures algébriques

Structures algébriques Structures algébriques 1. Lois de composition s Soit E un ensemble. Une loi de composition interne sur E est une application de E E dans E. Soient E et F deux ensembles. Une loi de composition externe

Plus en détail

* très facile ** facile *** difficulté moyenne **** difficile ***** très difficile I : Incontournable T : pour travailler et mémoriser le cours

* très facile ** facile *** difficulté moyenne **** difficile ***** très difficile I : Incontournable T : pour travailler et mémoriser le cours Exo7 Continuité (étude globale). Diverses fonctions Exercices de Jean-Louis Rouget. Retrouver aussi cette fiche sur www.maths-france.fr * très facile ** facile *** difficulté moyenne **** difficile *****

Plus en détail

De même, le périmètre P d un cercle de rayon 1 vaut P = 2π (par définition de π). Mais, on peut démontrer (difficilement!) que

De même, le périmètre P d un cercle de rayon 1 vaut P = 2π (par définition de π). Mais, on peut démontrer (difficilement!) que Introduction. On suppose connus les ensembles N (des entiers naturels), Z des entiers relatifs et Q (des nombres rationnels). On s est rendu compte, depuis l antiquité, que l on ne peut pas tout mesurer

Plus en détail

La Licence Mathématiques et Economie-MASS Université de Sciences Sociales de Toulouse 1

La Licence Mathématiques et Economie-MASS Université de Sciences Sociales de Toulouse 1 La Licence Mathématiques et Economie-MASS Université de Sciences Sociales de Toulouse 1 La licence Mathématiques et Economie-MASS de l Université des Sciences Sociales de Toulouse propose sur les trois

Plus en détail

CONJUGUÉ D'UN POINT PAR RAPPORT À UN TRIANGLE

CONJUGUÉ D'UN POINT PAR RAPPORT À UN TRIANGLE CONJUGUÉ D'UN POINT PAR RAPPORT À UN TRIANGLE Jean Luc Bovet, Auvernier L'article de Monsieur Jean Piquerez (Bulletin de la SSPMP No 86), consacré aux symédianes me paraît appeler une généralisation. En

Plus en détail

Jeux à somme nulle : le cas fini

Jeux à somme nulle : le cas fini CHAPITRE 2 Jeux à somme nulle : le cas fini Les jeux à somme nulle sont les jeux à deux joueurs où la somme des fonctions de paiement est nulle. Dans ce type d interaction stratégique, les intérêts des

Plus en détail

Construction d un cercle tangent à deux cercles donnés.

Construction d un cercle tangent à deux cercles donnés. Préparation au CAPES Strasbourg, octobre 2008 Construction d un cercle tangent à deux cercles donnés. Le problème posé : On se donne deux cercles C et C de centres O et O distincts et de rayons R et R

Plus en détail

Les calculatrices, téléphones, tablettes, ordinateurs et autres appareils électroniques similaires, ainsi que les documents sont interdits.

Les calculatrices, téléphones, tablettes, ordinateurs et autres appareils électroniques similaires, ainsi que les documents sont interdits. Les calculatrices, téléphones, tablettes, ordinateurs et autres appareils électroniques similaires, ainsi que les documents sont interdits 1 La qualité de la rédaction est un facteur important dans l appréciation

Plus en détail

Probabilités sur un univers fini

Probabilités sur un univers fini [http://mp.cpgedupuydelome.fr] édité le 7 août 204 Enoncés Probabilités sur un univers fini Evènements et langage ensembliste A quelle condition sur (a, b, c, d) ]0, [ 4 existe-t-il une probabilité P sur

Plus en détail

Intégration et probabilités TD1 Espaces mesurés

Intégration et probabilités TD1 Espaces mesurés Intégration et probabilités TD1 Espaces mesurés 2012-2013 1 Petites questions 1) Est-ce que l ensemble des ouverts de R est une tribu? 2) Si F et G sont deux tribus, est-ce que F G est toujours une tribu?

Plus en détail

Programme de mathématiques TSI1

Programme de mathématiques TSI1 Programme de mathématiques TSI1 1. PROGRAMME DE DÉBUT D ANNÉE I. Nombres complexes et géométrie élémentaire 1. Nombres complexes 1 2. Géométrie élémentaire du plan 3 3. Géométrie élémentaire de l espace

Plus en détail

Introduction à la Topologie

Introduction à la Topologie Introduction à la Topologie Licence de Mathématiques Université de Rennes 1 Francis Nier Dragoş Iftimie 2 3 Introduction Ce cours s adresse à des étudiants de Licence en mathématiques. Il a pour objectif

Plus en détail

Formules d inclusion-exclusion

Formules d inclusion-exclusion Université de Rouen L1 M.I.EEA 2011 2012 Mathématiques discrètes Formules d inclusion-exclusion Je présente ici une correction détaillée de l Exercice 5 de la Feuille d exercices 1, en reprenant le problème

Plus en détail

X-ENS PSI - 2009 Un corrigé

X-ENS PSI - 2009 Un corrigé X-ENS PSI - 009 Un corrigé Première partie.. Des calculs élémentaires donnent χ A(α) = χ B(α) = X X + et χ A(α)+B(α) = X X + 4α + 4 On en déduit que Sp(A(α)) = Sp(B(α)) = {j, j } où j = e iπ 3 Sp(A(α)

Plus en détail

Mathématiques pour l Informatique Relations binaires Jérôme Gensel

Mathématiques pour l Informatique Relations binaires Jérôme Gensel Master ICA Spécialité IHS Année 2007/2008 Mathématiques pour l Informatique Relations binaires Jérôme Gensel I) Relations binaires 1. Généralités Définition 1 : Une relation binaire d un ensemble E vers

Plus en détail

Optimisation non linéaire Irène Charon, Olivier Hudry École nationale supérieure des télécommunications

Optimisation non linéaire Irène Charon, Olivier Hudry École nationale supérieure des télécommunications Optimisation non linéaire Irène Charon, Olivier Hudry École nationale supérieure des télécommunications A. Optimisation sans contrainte.... Généralités.... Condition nécessaire et condition suffisante

Plus en détail

Espaces vectoriels et applications

Espaces vectoriels et applications Espaces vectoriels et applications linéaires 1 Définitions On parle d espaces vectoriels sur le corps R ou sur le corps C. Les définitions sont les mêmes en substituant R à C ou vice versa. Définition

Plus en détail

LA PHYSIQUE DES MATERIAUX. Chapitre 1 LES RESEAUX DIRECT ET RECIPROQUE

LA PHYSIQUE DES MATERIAUX. Chapitre 1 LES RESEAUX DIRECT ET RECIPROQUE LA PHYSIQUE DES MATERIAUX Chapitre 1 LES RESEAUX DIRECT ET RECIPROQUE Pr. A. Belayachi Université Mohammed V Agdal Faculté des Sciences Rabat Département de Physique - L.P.M belayach@fsr.ac.ma 1 1.Le réseau

Plus en détail

TIQUE DE FRANCE NILSYSTÈMES D ORDRE 2 ET PARALLÉLÉPIPÈDES

TIQUE DE FRANCE NILSYSTÈMES D ORDRE 2 ET PARALLÉLÉPIPÈDES Bulletin de la SOCIÉTÉ MATHÉMATIQUE DE FRANCE NILSYSTÈMES D ORDRE 2 ET PARALLÉLÉPIPÈDES Bernard Host & Alejandro Maass Tome 135 Fascicule 3 2007 SOCIÉTÉ MATHÉMATIQUE DE FRANCE Publié avec le concours du

Plus en détail

Cours 3. La conditionnelle: instructions si et selon Les boucles Comment raisonner sur les boucles: les invariants de boucle

Cours 3. La conditionnelle: instructions si et selon Les boucles Comment raisonner sur les boucles: les invariants de boucle Cours 3 : Instructions qui changent l ordre d exécution séquentiel 1 Cours 3 Instructions qui changent l ordre d exécution séquentiel La conditionnelle: instructions si et selon Les boucles Comment raisonner

Plus en détail

Intégration et probabilités 2012-2013. TD3 Intégration, théorèmes de convergence Corrigé. 1 Petites questions. n hésitez pas à m envoyer un mail à

Intégration et probabilités 2012-2013. TD3 Intégration, théorèmes de convergence Corrigé. 1 Petites questions. n hésitez pas à m envoyer un mail à Intégration et probabilités 212-213 TD3 Intégration, théorèmes de convergence Corrigé xercice ayant été voué à être préparé xercice 1 (Mesure image). Soient (, A, µ) un espace mesuré, (F, B) un espace

Plus en détail

Exo7. Matrice d une application linéaire. Corrections d Arnaud Bodin.

Exo7. Matrice d une application linéaire. Corrections d Arnaud Bodin. Exo7 Matrice d une application linéaire Corrections d Arnaud odin. Exercice Soit R muni de la base canonique = ( i, j). Soit f : R R la projection sur l axe des abscisses R i parallèlement à R( i + j).

Plus en détail

Cours de mathématiques

Cours de mathématiques DEUG MIAS premier niveau Cours de mathématiques année 2003/2004 Guillaume Legendre (version révisée du 3 avril 2015) Table des matières 1 Éléments de logique 1 1.1 Assertions...............................................

Plus en détail

Leçon 6. Savoir compter

Leçon 6. Savoir compter Leçon 6. Savoir compter Cette leçon est une introduction aux questions de dénombrements. Il s agit, d une part, de compter certains objets mathématiques (éléments, parties, applications,...) et, d autre

Plus en détail

Introduction aux inégalités

Introduction aux inégalités Introduction aux inégalités -cours- Razvan Barbulescu ENS, 8 février 0 Inégalité des moyennes Faisons d abord la liste des propritétés simples des inégalités: a a et b b a + b a + b ; s 0 et a a sa sa

Plus en détail

2 Opérateurs non bornés dans un espace de Hilbert

2 Opérateurs non bornés dans un espace de Hilbert 2 Opérateurs non bornés dans un espace de Hilbert 2. Opérateurs non bornés: définitions et propriétés élémentaires Soit H un espace de Hilbert et A un opérateur dans H, c est-à-dire, une application linéaire

Plus en détail

Algèbres de von Neumann et théorie ergodique des actions de groupes

Algèbres de von Neumann et théorie ergodique des actions de groupes Algèbres de von Neumann et théorie ergodique des actions de groupes Séminaire Tripode, ENS Lyon, Juin 2008. Stefaan Vaes 1/22 Sujet de l exposé 1 Introduction aux relations d équivalence dénombrables,

Plus en détail

Continuité d une fonction de plusieurs variables

Continuité d une fonction de plusieurs variables Chapitre 2 Continuité d une fonction de plusieurs variables Maintenant qu on a défini la notion de limite pour des suites dans R n, la notion de continuité s étend sans problème à des fonctions de plusieurs

Plus en détail

Mathématiques assistées par ordinateur

Mathématiques assistées par ordinateur Mathématiques assistées par ordinateur Chapitre 4 : Racines des polynômes réels et complexes Michael Eisermann Mat249, DLST L2S4, Année 2008-2009 www-fourier.ujf-grenoble.fr/ eiserm/cours # mao Document

Plus en détail

Calcul différentiel sur R n Première partie

Calcul différentiel sur R n Première partie Calcul différentiel sur R n Première partie Université De Metz 2006-2007 1 Définitions générales On note L(R n, R m ) l espace vectoriel des applications linéaires de R n dans R m. Définition 1.1 (différentiabilité

Plus en détail

Devoir à la maison : correction

Devoir à la maison : correction Calcul différentiel 2 Sous-variétés : bilan Devoir à la maison : correction Exercice 1. Un exemple de sous-variété : les structures complexes Soit E un R-espace vectoriel. Montrer que la donnée d une structure

Plus en détail

Les Algèbres de Tarski avec un nombre fini de générateurs libres

Les Algèbres de Tarski avec un nombre fini de générateurs libres Les Algèbres de Tarsi avec un nombre fini de générateurs libres Antonio Monteiro et Luisa Iturrioz Instituto de Matemática - Universidad Nacional del Sur - 1965 1 Introduction Bahía Blanca - Argentina

Plus en détail

Sur certaines séries entières particulières

Sur certaines séries entières particulières ACTA ARITHMETICA XCII. 2) Sur certaines séries entières particulières par Hubert Delange Orsay). Introduction. Dans un exposé à la Conférence Internationale de Théorie des Nombres organisée à Zakopane

Plus en détail

Le lemme d Ornstein Weiss d après Gromov

Le lemme d Ornstein Weiss d après Gromov Recent Progress in Dynamics MSRI Publications Volume 54, 2007 Le lemme d Ornstein Weiss d après Gromov FABRICE KRIEGER Dédié à Anatole Katok pour son 60 ème anniversaire RÉSUMÉ. Dans cette note on démontre

Plus en détail

SUR CERTAINS SYSTEMES D EQUATIONS AVEC CONTRAINTES DANS UN GROUPE LIBRE (*)

SUR CERTAINS SYSTEMES D EQUATIONS AVEC CONTRAINTES DANS UN GROUPE LIBRE (*) PORTUGALIAE MATHEMATICA Vol. 56 Fasc. 4 1999 SUR CERTAINS SYSTEMES D EQUATIONS AVEC CONTRAINTES DANS UN GROUPE LIBRE (*) J. Almeida and M. Delgado Résumé: Le théorème principal trouvé par Ash pour sa preuve

Plus en détail

Corrigé du baccalauréat S Polynésie juin 2004

Corrigé du baccalauréat S Polynésie juin 2004 Durée : 4 heures Corrigé du baccalauréat S Polynésie juin 4 EXERCICE Commun à tous les candidats 4 points. X suit la loi de durée de vie sans vieillissement ou encore loi eponentielle de paramètre λ ;

Plus en détail

ÉLÉMENTS D ANALYSE ET D ALGÈBRE. Pierre COLMEZ

ÉLÉMENTS D ANALYSE ET D ALGÈBRE. Pierre COLMEZ ÉLÉMENTS D ANALYSE ET D ALGÈBRE Pierre COLMEZ Pierre COLMEZ C.M.L.S., École Polytechnique, 91128 Palaiseau Cedex, France. ÉLÉMENTS D ANALYSE ET D ALGÈBRE Pierre COLMEZ TABLE DES MATIÈRES Vocabulaire Mathématique....................................................................

Plus en détail

I - PUISSANCE D UN POINT PAR RAPPORT A UN CERCLE CERCLES ORTHOGONAUX POLES ET POLAIRES

I - PUISSANCE D UN POINT PAR RAPPORT A UN CERCLE CERCLES ORTHOGONAUX POLES ET POLAIRES I - PUISSANCE D UN POINT PAR RAPPORT A UN CERCLE CERCLES ORTHOGONAUX POLES ET POLAIRES Théorème - Définition Soit un cercle (O,R) et un point. Une droite passant par coupe le cercle en deux points A et

Plus en détail

Durée de L épreuve : 2 heures. Barème : Exercice n 4 : 1 ) 1 point 2 ) 2 points 3 ) 1 point

Durée de L épreuve : 2 heures. Barème : Exercice n 4 : 1 ) 1 point 2 ) 2 points 3 ) 1 point 03 Mai 2013 Collège Oasis Durée de L épreuve : 2 heures. apple Le sujet comporte 4 pages et est présenté en livret ; apple La calculatrice est autorisée ; apple 4 points sont attribués à la qualité de

Plus en détail

Université Paris-Dauphine DUMI2E 1ère année, 2009-2010. Applications

Université Paris-Dauphine DUMI2E 1ère année, 2009-2010. Applications Université Paris-Dauphine DUMI2E 1ère année, 2009-2010 Applications 1 Introduction Une fonction f (plus précisément, une fonction réelle d une variable réelle) est une règle qui associe à tout réel x au

Plus en détail

Première partie. Préliminaires : noyaux itérés. MPSI B 6 juin 2015

Première partie. Préliminaires : noyaux itérés. MPSI B 6 juin 2015 Énoncé Soit V un espace vectoriel réel. L espace vectoriel des endomorphismes de V est désigné par L(V ). Lorsque f L(V ) et k N, on désigne par f 0 = Id V, f k = f k f la composée de f avec lui même k

Plus en détail

Induction électromagnétique

Induction électromagnétique Induction électromagnétique Sommaire I) Théorie de l induction électromagnétique..2 A. Introduction 2 B. Notion de force électromotrice 3 C. Loi de Faraday..5 D. Quelques applications.7 Spire circulaire

Plus en détail

Olivier Debarre ALGÈBRE 2 ÉCOLE NORMALE SUPÉRIEURE

Olivier Debarre ALGÈBRE 2 ÉCOLE NORMALE SUPÉRIEURE Olivier Debarre ALGÈBRE 2 ÉCOLE NORMALE SUPÉRIEURE 2012 2013 Olivier Debarre ALGÈBRE 2 ÉCOLE NORMALE SUPÉRIEURE 2012 2013 Olivier Debarre TABLE DES MATIÈRES I. Extensions de corps......................................................................

Plus en détail

Exemple 4.4. Continuons l exemple précédent. Maintenant on travaille sur les quaternions et on a alors les décompositions

Exemple 4.4. Continuons l exemple précédent. Maintenant on travaille sur les quaternions et on a alors les décompositions Exemple 4.4. Continuons l exemple précédent. Maintenant on travaille sur les quaternions et on a alors les décompositions HQ = He 1 He 2 He 3 He 4 HQ e 5 comme anneaux (avec centre Re 1 Re 2 Re 3 Re 4

Plus en détail

Deux disques dans un carré

Deux disques dans un carré Deux disques dans un carré Table des matières 1 Fiche résumé 2 2 Fiche élève Seconde - version 1 3 2.1 Le problème............................................... 3 2.2 Construction de la figure avec geogebra...............................

Plus en détail

Programmes des classes préparatoires aux Grandes Ecoles

Programmes des classes préparatoires aux Grandes Ecoles Programmes des classes préparatoires aux Grandes Ecoles Filière : scientifique Voie : Biologie, chimie, physique et sciences de la Terre (BCPST) Discipline : Mathématiques Seconde année Préambule Programme

Plus en détail

Soit la fonction affine qui, pour représentant le nombre de mois écoulés, renvoie la somme économisée.

Soit la fonction affine qui, pour représentant le nombre de mois écoulés, renvoie la somme économisée. ANALYSE 5 points Exercice 1 : Léonie souhaite acheter un lecteur MP3. Le prix affiché (49 ) dépasse largement la somme dont elle dispose. Elle décide donc d économiser régulièrement. Elle a relevé qu elle

Plus en détail

Corrigé du baccalauréat S Pondichéry 12 avril 2007

Corrigé du baccalauréat S Pondichéry 12 avril 2007 Corrigé du baccalauréat S Pondichéry 1 avril 7 EXERCICE 1 Commun à tous les candidats 4 points 1 a Les vecteurs AB et AC ont pour coordonnées AB ; ; ) et AC 1 ; 4 ; 1) Ils ne sont manifestement pas colinéaires

Plus en détail

CH.8 Décidabilité. Propriétés des langages récursifs : Fermés par complémentation, union et intersection. oui. non. oui M 1. non. oui M 2.

CH.8 Décidabilité. Propriétés des langages récursifs : Fermés par complémentation, union et intersection. oui. non. oui M 1. non. oui M 2. CH.8 Décidabilité 8.1 Les langages récursifs 8.2 La machine de Turing universelle 8.3 Des problèmes de langages indécidables 8.4 D'autres problèmes indécidables Automates ch8 1 8.1 Les langages récursifs

Plus en détail

Continuité en un point

Continuité en un point DOCUMENT 4 Continuité en un point En général, D f désigne l ensemble de définition de la fonction f et on supposera toujours que cet ensemble est inclus dans R. Toutes les fonctions considérées sont à

Plus en détail

Fonctions homographiques

Fonctions homographiques Fonctions homographiques On donne ci-dessous deux définitions des fonctions homographiques, et on montre que ces deux définitions sont équivalentes. On décrit la courbe représentative d une fonction homographique.

Plus en détail

Fonction inverse Fonctions homographiques

Fonction inverse Fonctions homographiques Fonction inverse Fonctions homographiques Année scolaire 203/204 Table des matières Fonction inverse 2. Définition Parité............................................ 2.2 Variations Courbe représentative...................................

Plus en détail

Analyse fonctionnelle Théorie des représentations du groupe quantique compact libre O(n) Teodor Banica Résumé - On trouve, pour chaque n 2, la classe

Analyse fonctionnelle Théorie des représentations du groupe quantique compact libre O(n) Teodor Banica Résumé - On trouve, pour chaque n 2, la classe Analyse fonctionnelle Théorie des représentations du groupe quantique compact libre O(n) Teodor Banica Résumé - On trouve, pour chaque n 2, la classe des n n groupes quantiques compacts qui ont la théorie

Plus en détail

Souad EL Bernoussi. Groupe d Analyse Numérique et Optimisation Rabat http ://www.fsr.ac.ma/ano/

Souad EL Bernoussi. Groupe d Analyse Numérique et Optimisation Rabat http ://www.fsr.ac.ma/ano/ Recherche opérationnelle Les démonstrations et les exemples seront traités en cours Souad EL Bernoussi Groupe d Analyse Numérique et Optimisation Rabat http ://www.fsr.ac.ma/ano/ Table des matières 1 Programmation

Plus en détail

Résolution de systèmes linéaires par des méthodes directes

Résolution de systèmes linéaires par des méthodes directes Résolution de systèmes linéaires par des méthodes directes J. Erhel Janvier 2014 1 Inverse d une matrice carrée et systèmes linéaires Ce paragraphe a pour objet les matrices carrées et les systèmes linéaires.

Plus en détail

FONCTION EXPONENTIELLE ( ) 2 = 0.

FONCTION EXPONENTIELLE ( ) 2 = 0. FONCTION EXPONENTIELLE I. Définition Théorème : Il eiste une unique fonction f dérivable sur R telle que f ' = f et f (0) =. Démonstration de l'unicité (eigible BAC) : L'eistence est admise - Démontrons

Plus en détail

Dualité dans les espaces de Lebesgue et mesures de Radon finies

Dualité dans les espaces de Lebesgue et mesures de Radon finies Chapitre 6 Dualité dans les espaces de Lebesgue et mesures de Radon finies Nous allons maintenant revenir sur les espaces L p du Chapitre 4, à la lumière de certains résultats du Chapitre 5. Sauf mention

Plus en détail

Compacité faible et Axiome du Choix Séminaire ERMIT

Compacité faible et Axiome du Choix Séminaire ERMIT Compacité faible et Axiome du Choix Séminaire ERMIT Marianne Morillon 12 et 19 février 2007 Questions Etant donné un espace normé E, on note par défaut. sa norme, B E sa boule unité large: B E := {x E

Plus en détail

Démonstrations exigibles au bac

Démonstrations exigibles au bac Démonstrations exigibles au bac On donne ici les 11 démonstrations de cours répertoriées comme exigibles dans le programme officiel. Toutes ces démonstrations peuvent donner lieu à une «restitution organisée

Plus en détail

Polynômes à plusieurs variables. Résultant

Polynômes à plusieurs variables. Résultant Polynômes à plusieurs variables. Résultant Christophe Ritzenthaler 1 Relations coefficients-racines. Polynômes symétriques Issu de [MS] et de [Goz]. Soit A un anneau intègre. Définition 1.1. Soit a A \

Plus en détail

Résolution d équations non linéaires

Résolution d équations non linéaires Analyse Numérique Résolution d équations non linéaires Said EL HAJJI et Touria GHEMIRES Université Mohammed V - Agdal. Faculté des Sciences Département de Mathématiques. Laboratoire de Mathématiques, Informatique

Plus en détail

Théorie de la mesure. S. Nicolay

Théorie de la mesure. S. Nicolay Théorie de la mesure S. Nicolay Année académique 2011 2012 ii Table des matières Introduction v 1 Mesures 1 1.1 Sigma-algèbres................................. 1 1.2 Mesures.....................................

Plus en détail

Corrigé Pondichéry 1999

Corrigé Pondichéry 1999 Corrigé Pondichéry 999 EXERCICE. = 8 = i ). D'où les solutions de l'équation : z = + i et z = z = i. a. De manière immédiate : z = z = b. Soit θ la mesure principale de arg z : cos θ = Par suite arg z

Plus en détail

Continuité et dérivabilité d une fonction

Continuité et dérivabilité d une fonction DERNIÈRE IMPRESSIN LE 7 novembre 014 à 10:3 Continuité et dérivabilité d une fonction Table des matières 1 Continuité d une fonction 1.1 Limite finie en un point.......................... 1. Continuité

Plus en détail

JEUX AVEC LES CHIFFRES DES DÉVELOPPEMENTS DÉCIMAUX DE QUELQUES RATIONNELS

JEUX AVEC LES CHIFFRES DES DÉVELOPPEMENTS DÉCIMAUX DE QUELQUES RATIONNELS JEUX AVEC LES CHIFFRES DES DÉVELOPPEMENTS DÉCIMAUX DE QUELQUES RATIONNELS Jean Luc Bovet, Auvernier Notre merveilleuse manière d écrire les nombres, due, dit-on, aux Indiens via les Arabes, présente en

Plus en détail

Théorie de la Mesure et Intégration

Théorie de la Mesure et Intégration Université Pierre & Marie Curie (Paris 6) Licence de Mathématiques L3 UE LM364 Intégration 1 & UE LM365 Intégration 2 Année 2010 11 Théorie de la Mesure et Intégration Responsable des cours : Amaury LAMBERT

Plus en détail

Exo7. Sujets de l année 2008-2009. 1 Partiel. Enoncés et corrections : Sandra Delaunay. Exercice 1 Soit A une matrice 2 2 à coefficients réels.

Exo7. Sujets de l année 2008-2009. 1 Partiel. Enoncés et corrections : Sandra Delaunay. Exercice 1 Soit A une matrice 2 2 à coefficients réels. Enoncés et corrections : Sandra Delaunay Exo7 Sujets de l année 28-29 1 Partiel Exercice 1 Soit A une matrice 2 2 à coefficients réels. On suppose a + c = b + d = 1 et a b 1. ( ) a b c d 1. Soient (x 1,x

Plus en détail

Rappels et compléments, première partie : Nombres complexes et applications à la géométrie

Rappels et compléments, première partie : Nombres complexes et applications à la géométrie Rappels et compléments, première partie : Nombres complexes et applications à la géométrie 1 Définition des nombres complexes On définit sur les couples de réels une loi d addition comme suit : (x; y)

Plus en détail

5 ème Chapitre 4 Triangles

5 ème Chapitre 4 Triangles 5 ème Chapitre 4 Triangles 1) Médiatrices Définition : la médiatrice d'un segment est l'ensemble des points équidistants des extrémités du segment (cours de 6 ème ). Si M appartient à la médiatrice du

Plus en détail

Olympiades Suisses de Mathématiques. Inéquations. Thomas Huber. Actualisé: 25 juin 2014. Table des matières

Olympiades Suisses de Mathématiques. Inéquations. Thomas Huber. Actualisé: 25 juin 2014. Table des matières Olympiades Suisses de Mathématiques Inéquations Thomas Huber Actualisé: 5 juin 04 Table des matières Transformations algébriques. Il n eiste pas de carrés négatifs Nous allons commencer ce script par la

Plus en détail

BJ - RELATIONS BINAIRES

BJ - RELATIONS BINAIRES BJ - RELATIONS BINAIRES Définitions Soit A et B deux ensembles non vides, et G une partie de A B. On dit qu un élément x de A est relié à un élément y de B par une relation binaire de graphe G, si le couple

Plus en détail

Classification des structures CR invariantes pour les groupes de Lie compacts.

Classification des structures CR invariantes pour les groupes de Lie compacts. Journal of Lie Theory Volume 14 (2004) 165 198 c 2004 Heldermann Verlag Classification des structures CR invariantes pour les groupes de Lie compacts. Jean-Yves Charbonnel et Hella Ounaïes Khalgui Communicated

Plus en détail

Filtrage stochastique non linéaire par la théorie de représentation des martingales

Filtrage stochastique non linéaire par la théorie de représentation des martingales Filtrage stochastique non linéaire par la théorie de représentation des martingales Adriana Climescu-Haulica Laboratoire de Modélisation et Calcul Institut d Informatique et Mathématiques Appliquées de

Plus en détail

Angles orientés et trigonométrie

Angles orientés et trigonométrie Chapitre Angles orientés et trigonométrie Ce que dit le programme : CONTENUS CAPACITÉS ATTENDUES COMMENTAIRES Trigonométrie Cercle trigonométrique. Radian. Mesure d un angle orienté, mesure principale.

Plus en détail

Calculabilité Cours 3 : Problèmes non-calculables. http://www.irisa.fr/lande/pichardie/l3/log/

Calculabilité Cours 3 : Problèmes non-calculables. http://www.irisa.fr/lande/pichardie/l3/log/ Calculabilité Cours 3 : Problèmes non-calculables http://www.irisa.fr/lande/pichardie/l3/log/ Problèmes et classes de décidabilité Problèmes et classes de décidabilité Nous nous intéressons aux problèmes

Plus en détail

La fonction exponentielle

La fonction exponentielle DERNIÈRE IMPRESSION LE 2 novembre 204 à :07 La fonction exponentielle Table des matières La fonction exponentielle 2. Définition et théorèmes.......................... 2.2 Approche graphique de la fonction

Plus en détail

Corrigé de l examen partiel du 30 Octobre 2009 L2 Maths

Corrigé de l examen partiel du 30 Octobre 2009 L2 Maths Corrigé de l examen partiel du 30 Octobre 009 L Maths (a) Rappelons d abord le résultat suivant : Théorème 0.. Densité de Q dans R. QUESTIONS DE COURS. Preuve. Il nous faut nous montrer que tout réel est

Plus en détail

Correction de l examen de la première session

Correction de l examen de la première session de l examen de la première session Julian Tugaut, Franck Licini, Didier Vincent Si vous trouvez des erreurs de Français ou de mathématiques ou bien si vous avez des questions et/ou des suggestions, envoyez-moi

Plus en détail

AC AB. A B C x 1. x + 1. d où. Avec un calcul vu au lycée, on démontre que cette solution admet deux solutions dont une seule nous intéresse : x =

AC AB. A B C x 1. x + 1. d où. Avec un calcul vu au lycée, on démontre que cette solution admet deux solutions dont une seule nous intéresse : x = LE NOMBRE D OR Présentation et calcul du nombre d or Euclide avait trouvé un moyen de partager en deu un segment selon en «etrême et moyenne raison» Soit un segment [AB]. Le partage d Euclide consiste

Plus en détail

Probabilités sur un univers fini

Probabilités sur un univers fini [http://mp.cpgedupuydelome.fr] édité le 10 août 2015 Enoncés 1 Proailités sur un univers fini Evènements et langage ensemliste A quelle condition sur (a,, c, d) ]0, 1[ 4 existe-t-il une proailité P sur

Plus en détail

Suites numériques 3. 1 Convergence et limite d une suite

Suites numériques 3. 1 Convergence et limite d une suite Suites numériques 3 1 Convergence et limite d une suite Nous savons que les termes de certaines suites s approchent de plus en plus d une certaine valeur quand n augmente : par exemple, les nombres u n

Plus en détail