Décision n 96-D-78 du 3 décembre 1996 relative à des pratiques en matière d honoraires mises en oeuvre par le barreau de Tarascon-sur-Rhône

Save this PDF as:
 WORD  PNG  TXT  JPG

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Décision n 96-D-78 du 3 décembre 1996 relative à des pratiques en matière d honoraires mises en oeuvre par le barreau de Tarascon-sur-Rhône"

Transcription

1 RÉPUBLIQUE FRANÇAISE Décision n 96-D-78 du 3 décembre 1996 relative à des pratiques en matière d honoraires mises en oeuvre par le barreau de Tarascon-sur-Rhône Le Conseil de la concurrence (commission permanente), Vu la lettre enregistrée le 10 août 1992 sous le numéro F 504, par laquelle la Confédération syndicale du cadre de vie a saisi le Conseil de la concurrence de pratiques en matière d honoraires mises en oeuvre par les barreaux de Quimper, Rennes et Tarascon-sur-Rhône ; Vu l ordonnance n du 1er décembre 1986 modifiée, relative à la liberté des prix et de la concurrence et le décret n du 29 décembre 1986 modifié, pris pour son application ; Vu la loi n du 31 décembre 1971, portant réforme de certaines professions judiciaires et juridiques, modifiée, et le décret n du 27 novembre 1991 ; Vu les observations présentées par l Ordre des avocats du barreau de Tarascon-sur-Rhône, par la Confédération syndicale du cadre de vie et par le commissaire du Gouvernement ; Vu les autres pièces du dossier ; Le rapporteur, le rapporteur général, le commissaire du Gouvernement et les représentants de la Confédération syndicale du cadre de vie et de l Ordre des avocats du barreau de Tarascon-sur- Rhône entendus ; Adopte la décision fondée sur les constatations (I) et les motifs (II) ci-après exposés. Par lettre susvisée, la Confédération syndicale du cadre de vie a saisi le Conseil de la concurrence de pratiques en matière d honoraires mises en oeuvre par différents barreaux. La présente décision a trait aux pratiques relevées dans le ressort du barreau de Tarascon-sur-Rhône.

2 I - CONSTATATIONS A. La profession d avocat La profession d avocat est régie par la loi du 31 décembre 1971, modifiée, portant réforme de certaines professions judiciaires et juridiques. La profession est constituée en barreaux établis auprès des tribunaux de grande instance. Chaque barreau est doté de la personnalité civile et est administré par un conseil de l Ordre. Les membres du conseil de l Ordre sont élus pour trois ans, au scrutin secret, par tous les avocats inscrits au tableau du barreau, par les avocats stagiaires ayant prêté serment avant le 1er janvier de l année au cours de laquelle a lieu l élection et par les avocats honoraires ressortissant dudit barreau. A sa tête est élu pour deux ans un bâtonnier ; il représente le barreau dans tous les actes de la vie civile. Il lui revient de prévenir ou, le cas échéant, de concilier les différends d ordre professionnel entre les membres du barreau et d instruire toute réclamation formée par les tiers. Les missions du conseil de l Ordre sont définies par l article 17 de la loi précitée. Il a vocation à traiter de toutes questions intéressant l exercice de la profession et à veiller à l observation des devoirs des avocats ainsi qu à la protection de leurs droits. Il est en particulier tenu «d arrêter et, s il y a lieu, de modifier les dispositions du règlement intérieur, de statuer sur l inscription au tableau des avocats d exercer la discipline de maintenir les principes de probité, de désintéressement, de modération et de confraternité sur lesquels repose la profession et d exercer la surveillance que l honneur et l intérêt de ses membres rendent nécessaires de veiller à ce que les avocats soient exacts aux audiences et se comportent en loyaux auxiliaires de la justice». Sur réquisition du procureur général, toute délibération ou décision du conseil de l Ordre étrangère aux attributions qui lui sont reconnues ou contraires aux dispositions législatives ou réglementaires est annulée par la cour d appel. Les délibérations ou décisions du conseil de l Ordre de nature à léser les intérêts professionnels d un avocat peuvent également, à la requête de l intéressé, être déférées à la cour d appel. De même, les décisions du conseil de l Ordre relatives à une inscription au barreau ou sur la liste du stage, à l omission ou au refus d omission du tableau ou de la liste du stage sont susceptibles d être déférées à la cour d appel par le procureur général ou par l intéressé. Selon les articles 22 et suivants de la loi du 31 décembre 1971, le conseil de l Ordre, siégeant en conseil de discipline, a la faculté de poursuivre et de réprimer les infractions et fautes commises par les avocats inscrits au barreau ou sur la liste du stage. Il intervient d office, à la demande du procureur général ou à l initiative du bâtonnier. Le conseil de l Ordre peut suspendre provisoirement de ses fonctions l avocat qui fait l objet d une poursuite pénale ou disciplinaire. Dans les mêmes conditions ou à la requête de l intéressé, il peut mettre fin à cette suspension. Les décisions du conseil de l Ordre en matière disciplinaire peuvent être déférées à la cour d appel par l avocat intéressé ou par le procureur général. Toute juridiction estimant qu un avocat a commis à l audience un manquement aux obligations que lui impose son serment peut saisir le procureur général en vue de poursuivre cet avocat devant le conseil de l Ordre dont il relève. Par application de l article 1 er de l ordonnance du 1er décembre 1986, le montant des honoraires demandés par l avocat est librement déterminé. A l exception de la tarification de la postulation et des actes de procédure qui est régie par les dispositions sur la procédure civile, l article 10 de la loi 2

3 du 31 décembre 1971 prévoit que «les honoraires de consultations, d assistance, de conseil, de rédaction d actes juridiques sous seing privé et de plaidoirie sont fixés en accord avec le client. A défaut de convention entre l avocat et son client, l honoraire est fixé selon les usages, en fonction de la situation de fortune du client, de la difficulté de l affaire, des frais exposés par l avocat, de sa notoriété et des diligences de celui-ci. Toute fixation d honoraires, qui ne le serait qu en fonction du résultat judiciaire, est interdite. Est licite la convention qui, outre la rémunération des prestations effectuées, prévoit la fixation d un honoraire complémentaire en fonction du résultat obtenu ou du service rendu». Les différends susceptibles de survenir entre l avocat et son client quant au montant et au recouvrement des honoraires sont réglés par les articles 174 et suivants du décret du 27 novembre Les réclamations sont soumises au bâtonnier par toute partie, sans condition de forme. Selon l article 175 du même décret, le bâtonnier accuse réception de la réclamation. Sa décision doit être prise dans un délai de trois mois. A défaut, il lui appartient de saisir le premier président de la cour d appel. Selon l article 176 du décret, la décision du bâtonnier est susceptible d un recours devant le premier président de la cour d appel. La décision du bâtonnier, non déférée au premier président de la cour d appel, peut être rendue exécutoire par ordonnance du président du tribunal de grande instance à la requête de l avocat ou de la partie. L article 183 du décret du 27 novembre 1991 prévoit enfin que «toute infraction aux règles professionnelles, tout manquement à la probité expose l avocat qui en est l auteur à des sanctions disciplinaires». Enumérées à l article 184 du décret, ces sanctions, qui vont de l avertissement au blâme, à l interdiction temporaire -qui ne peut excéder trois années-, à la radiation du tableau ou de la liste du stage, ou au retrait de l honorariat, sont prononcées par le conseil de l Ordre sous le contrôle de la cour d appel. Au total, la loi reconnaît au client un droit de contestation que le bâtonnier est appelé à régler et tout manquement au devoir de modération dans le montant des honoraires demandés est susceptible de donner lieu à une action disciplinaire de la part du conseil de l Ordre. B. Les faits à qualifier L Ordre des avocats du barreau de Tarascon-sur-Rhône a établi en date du 11 avril 1994, un document intitulé «Charte des avocats du barreau de Tarascon en matière d honoraires». Dans son préambule, le document précise que «les avocats du barreau de Tarascon, conscients de l évolution de la rémunération de l avocat, ont recherché, dans l intérêt de leurs clients, à rendre leurs honoraires clairs, explicables et prévisibles». Il est également indiqué qu «en publiant ce barème indicatif d honoraires, l ordre des avocats de Tarascon [a] entend[u] répondre aux souhaits des usagers du droit et des pouvoirs publics qui veulent davantage de transparence». Le préambule du document rappelle par ailleurs «que les honoraires de l avocat sont libres, qu ils sont fixés d un commun accord entre l avocat et son client, que cet accord prendra de préférence la forme d une convention écrite, qu en cas de contestation d honoraires, le litige est soumis, conformément aux textes en vigueur, au bâtonnier de l ordre Les honoraires de l avocat s apprécient en fonction des éléments suivants : la notoriété, l expérience ou la spécialisation de l avocat, la nature et la complexité de l affaire, l importance du travail de recherche et de synthèse, le résultat obtenu et les services rendus, le coût de fonctionnement du cabinet, la valeur des sommes en litige, la rapidité d intervention, la situation économique du client.» 3

4 Sous la rubrique «les modalités de calcul de l honoraire», le document indique que «selon l accord des parties et la nature du dossier, l honoraire peut être calculé suivant les méthodes suivantes : la convention d honoraires en fonction du temps passé, la convention d honoraires sur forfait, l honoraire de résultat». S agissant de la convention d honoraires sur forfait, il est précisé que «l avocat et son client conviennent d un honoraire fixe et définitif. Les diligences couvertes par cet honoraire doivent être précisément indiquées dans la convention. L ordre des avocats du barreau de Tarascon publie à cet effet le montant des honoraires usuellement pratiqués après délibération du Conseil de l Ordre». Sous l intitulé «le barème indicatif du barreau de Tarascon», concernant une quarantaine de prestations de services juridiques, le document donne soit des fourchettes, soit des montants minimums d honoraires ; exceptionnellement un montant unitaire, sans maximum ni minimum, est mentionné. Certaines des mentions contenues dans le barème sont ci-après reproduites : «COUR D APPEL Affaires civiles de F HT à F HT Affaires sociales de F HT à F HT Affaires pénales de F HT à F HT Affaires commerciales de F HT à F HT TRIBUNAL de GRANDE INSTANCE Affaires d état de F HT à F HT Chambre du Conseil de F HT à F HT Divorce de F HT à F HT PENAL Instructions à partir de F HT Assises à partir de F HT la journée TRIBUNAL DE COMMERCE de F HT à F HT Procédures collectives à partir de F HT CONSEIL de PRUD HOMMES de F HT à F HT TRIBUNAL D INSTANCE Loyers et baux ruraux minimum F HT maximum F HT TRIBUNAL ADMINISTRATIF Action devant le tribunal administratif à partir de F HT Commission de retrait de permis de conduire de F HT à F HT REDACTION d ACTES Vente de fonds de commerce à partir de F HT Constitution de sociétés à partir de F HT Rédaction de baux à partir de F HT ASSISTANCE à EXPERTISE F HT de l heure + frais déplacement CONSULTATIONS TOUTES MATIERES Orales à partir de 400 F HT Ecrites à partir de F HT». 4

5 Par ailleurs, il est précisé dans le même document qu «en matière de transaction réalisée avec le concours de l avocat, les honoraires sont dûs selon le barème indicatif. Le barème sera révisé avant le 31 décembre de chaque année» et que «le présent barème sera porté à la connaissance de monsieur le procureur général, à toutes les autorités judiciaires qu il appartiendra, aux avocats du barreau de Tarascon-sur-Rhône ainsi qu à toutes les personnes intéressées». En ce qui concerne «l honoraire de résultat», le document comporte enfin les indications ci-après reproduites : «Il suppose que l affaire confiée à l avocat soit terminée et le résultat obtenu. Il doit être envisagé dès l origine entre le client et son avocat et ne peut faire l objet que d une déclaration d intention. Il s applique sur le gain obtenu grâce au concours de l avocat. A titre indicatif, il peut être calculé hors taxe sur les bases suivantes : de F HT à F HT 10 % de F HT à F HT 8 % de F HT à F HT 6 % de F HT à F HT 4 % au-delà de F HT 2 %». Par procès-verbal d audition du 30 novembre 1995 le bâtonnier de l Ordre des avocats du barreau de Tarascon-sur-Rhône a déclaré que la charte a été établie par le conseil de l Ordre qui «a nommé deux rapporteurs qui ont procédé à un examen de la situation en matière d honoraires ; ainsi ont-ils interrogé différents cabinets et barreaux». Il a également rappelé que «le document était destiné au bâtonnier, saisi en matière de taxation ; il a été communiqué au procureur général ; il a enfin été mis à la disposition des avocats ne serait-ce que pour leur rappeler les principes essentiels en matière de détermination des honoraires. Il devait faciliter les rapports entre avocats et clients concernant les modes de détermination du prix des prestations. Le document n a été ni renouvelé, ni actualisé». Par procès-verbal d audition en date du 27 mai 1994, l un des membres du barreau de Tarascon, Maître Allier, a déclaré «pratique(r ) des honoraires qui sont sensiblement inférieurs à ceux figurant sur le barème de l ordre des avocats». De son côté, par une attestation, conforme aux dispositions de l article 202 du nouveau code de procédure civile, datée du 22 février 1996, la secrétaire de l Ordre des avocats du barreau de Tarascon a déclaré «les dossiers de taxation d honoraires qui passent nécessairement entre mes mains font apparaître que la plupart des confrères non seulement n appliquent pas le barème indicatif établi par l Ordre mais encore sont fréquemment en dessous de ce barème». Dans ses observations écrites à la suite du rapport, le conseil de l Ordre du barreau de Tarascon-sur-Rhône a enfin fait observer «qu aucun des avocats chez lesquels les enquêteurs ont exercé leur droit de communication n appliquait le barème indicatif et que de surcroît tous pratiquaient des prix inférieurs à ce dernier». II - SUR LA BASE DES CONSTATATIONS QUI PRECEDENT, LE CONSEIL, Sur les pratiques constatées, Considérant que l Ordre des avocats du barreau de Tarascon-sur-Rhône a établi et diffusé auprès de ses membres un document intitulé «Charte des avocats du barreau de Tarascon en matière d honoraires» comportant la liste d une quarantaine de prestations susceptibles d être fournies dans le cadre de diverses procédures et pour lesquelles sont indiqués soit des fourchettes d honoraires, 5

6 soit des montants minimums, soit exceptionnellement un montant d honoraires ; que, si le document est présenté comme un «barème indicatif» visant à «répondre aux souhaits des usagers du droit et des pouvoirs publics qui veulent davantage de transparence», il comporte la mention selon laquelle «En matière de transaction réalisée avec le concours d un avocat, les honoraires sont dus selon le barème indicatif» et donne une liste de prestations assorties de leur tarification qui comporte des montants minimaux ; qu ainsi les consultations «toutes matières» sont facturées «à partir de 400 F HT» ou «à partir de F HT» selon qu elles sont orales ou écrites ; que l "assistance à expertise" est facturée «1 000 F HT de l heure plus les frais de déplacement» ; que le document en cause comporte également des mentions du type «pénal instruction à partir de F H.T. ; assises à partir de F H.T. la journée ; tribunal de commerce procédures collectives à partir de F H.T. ; rédaction d actes : ventes de fonds de commerce à partir de F H.T. ; constitution de sociétés à partir de F H.T. ; rédaction de baux à partir de F H.T» ; que, de ce fait, un tel barème était de nature à inciter les membres du barreau à déterminer leurs prix en considération des indications tarifaires qu'il comportait plutôt qu'en tenant compte des critères de gestion propres à leur cabinet ; Considérant que si l'ordre soutient que le document en cause reproduisait un état du «montant des honoraires usuellement pratiqués», celui-ci ne peut être identifié à une mercuriale qui aurait été établie par recueil de données dans les différents cabinets ; qu'en effet, le représentant de l'ordre a également indiqué qu «aucun des avocats chez lesquels les enquêteurs ont exercé leur droit de communication n appliquait le barème indicatif et de surcroît tous pratiquaient des prix inférieurs à ce dernier» ; que, pour sa part, la secrétaire de l Ordre a déclaré que «les dossiers de taxations d honoraires font apparaître que la plupart des confrères non seulement n appliquent pas le barème indicatif établi par l Ordre, mais encore sont fréquemment en dessous de ce barème» ; Considérant qu il est soutenu par l Ordre que, par l établissement du document en cause, il a cherché à «satisfaire aux prescriptions légales» ; que les indications contenues dans la «charte» devaient permettre au bâtonnier et à ses délégataires de faire application en cas de contestations d honoraires des dispositions des articles 174 et suivants du décret du 27 novembre 1991 ; qu il est également avancé que «le conseil de l Ordre n a en cela que satisfait à une obligation légale prévue par l article 10 de la loi du 31 décembre 1971 qui dispose qu' «à défaut de convention entre l avocat et son client l honoraire est fixé selon les usages» ; qu il est enfin avancé que l article 35 de la loi n du 10 juillet 1991 relative à l aide juridique fait état de la possibilité qui est laissée à tout barreau d établir «une méthode d évaluation des honoraires» ; Mais, considérant que, si le bâtonnier et ses délégataires doivent disposer d informations pour faire application des articles 174 et suivants du décret précité, il n était nullement nécessaire de diffuser ces informations à l ensemble des membres du barreau ; que si l article 10 de la loi du 31 décembre 1971 stipule que l honoraire est, à défaut de convention, «fixé selon les usages», ce même article précise que l honoraire «est fixé selon les usages, en fonction de la situation de fortune du client, de la difficulté de l affaire, des frais exposés par l avocat, de sa notoriété et des diligences de celui-ci» ; que, si l article 35 de la loi du 10 juillet 1991 laisse à tout barreau la possibilité d établir «une méthode d évaluation des honoraires», cette disposition ne l autorise nullement à établir et diffuser des barèmes d honoraires ; Considérant que l'ordre soutient encore que, par la diffusion du document en cause, il aurait cherché dans «l intérêt [des] clients à rendre [les] honoraires clairs explicables et prévisibles» et à «répondre aux usagers du droit qui veulent davantage de transparence» ; que, toutefois, si le document en cause comporte la mention «Le présent barème sera porté à la connaissance de 6

7 Monsieur le Procureur Général, à toutes les autorités judiciaires qu il appartiendra, aux avocats du barreau de Tarascon ainsi qu à toutes les personnes intéressées», la secrétaire de l Ordre a déclaré qu " il n entr(ait) pas dans (ses) attributions de donner des indications sur le coût d une procédure et [qu elle avait] toujours renvoyé les demandeurs à se mettre en rapport avec l avocat de leur choix choisi sur le tableau" ; qu'ainsi, alors même que la diffusion d'un tel barème auprès des justiciables ne serait pas de nature à justifier une concertation en matière d'honoraires, il est constant que le document en cause n a fait l objet d aucune diffusion auprès des justiciables et qu ainsi il ne pouvait «faciliter les rapports entre avocats et clients concernant les modes de détermination du prix des prestations» ; Considérant qu il résulte de tout ce qui précède que la «charte» ci-dessus analysée, établie par l Ordre des avocats du barreau de Tarascon-sur-Rhône et qui a été diffusée auprès de ses membres, est constitutive d une action concertée ayant eu pour objet et ayant pu avoir pour effet de fausser le jeu de la concurrence ; qu elle est, dès lors, prohibée par les dispositions de l article 7 de l ordonnance du 1er décembre 1986 ; Sur les sanctions, Considérant qu aux termes de l article 13 de l ordonnance du 1er décembre 1986 : «Le Conseil de la concurrence peut ordonner aux intéressés de mettre fin aux pratiques anticoncurrentielles dans un délai déterminé ou imposer des conditions particulières. Il peut infliger une sanction pécuniaire applicable soit immédiatement, soit en cas d inexécution des injonctions. Les sanctions pécuniaires sont proportionnées à la gravité des faits reprochés, à l importance du dommage causé à l économie et à la situation de l entreprise ou de l organisme sanctionné. Elles sont déterminées individuellement pour chaque entreprise ou organisme sanctionné et de façon motivée pour chaque sanction. Le montant maximum de la sanction est, pour une entreprise, de 5 p. 100 du montant du chiffre d affaires hors taxes réalisé en France au cours du dernier exercice clos. Si le contrevenant n est pas une entreprise, le montant maximum est de dix millions de francs Le Conseil de la concurrence peut ordonner la publication de sa décision dans les journaux ou publications qu il désigne, l affichage dans les lieux qu il indique et l insertion de sa décision dans le rapport établi sur les opérations de l exercice par les gérants, le conseil d administration ou le directoire de l entreprise. Les frais sont supportés par la personne intéressée» ; Considérant qu il convient, par application de l article 13 ci-dessus rappelé, de prévenir la poursuite de telles pratiques en enjoignant à l Ordre des avocats du barreau de Tarascon-sur-Rhône de ne plus élaborer ni diffuser de barème d honoraires et d'en informer tous les membres du barreau ; Considérant que, pour apprécier le dommage à l économie, il y a lieu de retenir que le document en cause donnait des indications d honoraires, comportant notamment des montants minimums, pour une liste d une quarantaine de prestations concernant de nombreuses procédures devant les différentes juridictions ; Considérant que la gravité des pratiques doit s apprécier en tenant compte de la circonstance que le document intitulé «Charte des avocats du barreau de Tarascon en matière d honoraires» a été diffusé à l ensemble des membres du barreau de Tarascon-sur-Rhône ; que, par ailleurs, le ministère d avocat est, s agissant de différentes procédures, obligatoire ; qu enfin le conseil de l Ordre des avocats du barreau de Tarascon-sur-Rhône ne pouvait ignorer les dispositions de l ordonnance du 1er décembre 1986 ; 7

8 Considérant que, pour l année 1995, les ressources de l Ordre des avocats du barreau de Tarasconsur-Rhône se sont élevées à francs ; qu en fonction des éléments tels qu appréciés cidessus, il y a lieu d infliger à l'ordre des avocats du barreau de Tarascon-sur-Rhône une sanction pécuniaire de francs, Décide : Article 1er. - Il est établi que l Ordre des avocats du barreau de Tarascon-sur-Rhône a enfreint les dispositions de l article 7 de l ordonnance du 1er décembre Article 2. - Il est enjoint à l Ordre des avocats du barreau de Tarascon-sur-Rhône, d une part, de ne plus élaborer ni diffuser de «Charte en matière d honoraires» et, d autre part, d adresser, dans un délai de deux mois à compter de sa notification, la copie de la présente décision, par lettre recommandée avec demande d avis de réception, à l ensemble des avocats constituant le barreau de Tarascon-sur-Rhône. Article 3. - Il est infligé au barreau de Tarascon-sur-Rhône une sanction pécuniaire de francs. Délibéré, sur le rapport de M. André-Paul Weber, par M. Barbeau, président, MM. Cortesse, viceprésident, et Rocca, membre, désigné en remplacement de M. Jenny, empêché. Le rapporteur général, Marie PICARD Le président, Charles BARBEAU Conseil de la concurrence 8

Décision n 05-D-56 du 21 octobre 2005 relative à des pratiques mises en œuvre par le barreau d'évry

Décision n 05-D-56 du 21 octobre 2005 relative à des pratiques mises en œuvre par le barreau d'évry RÉPUBLIQUE FRANÇAISE Décision n 05-D-56 du 21 octobre 2005 relative à des pratiques mises en œuvre par le barreau d'évry Le Conseil de la concurrence (Commission Permanente), Vu la lettre, enregistrée

Plus en détail

Conditions Générales d intervention

Conditions Générales d intervention Claudine EUTEDJIAN Docteur en Droit Nathalie MOULINAS LE GO I.A.E. de PARIS Avocats au Barreau de TARASCON Cabinet d Avocats Sud-Juris Conditions Générales d intervention Le Cabinet est libre d accepter

Plus en détail

ROF 2003_005. Loi. sur la profession d avocat (LAv) Le Grand Conseil du canton de Fribourg. Décrète: du 12 décembre 2002

ROF 2003_005. Loi. sur la profession d avocat (LAv) Le Grand Conseil du canton de Fribourg. Décrète: du 12 décembre 2002 Loi du 12 décembre 2002 Entrée en vigueur :... sur la profession d avocat (LAv) Le Grand Conseil du canton de Fribourg Vu la loi fédérale du 23 juin 2000 sur la libre circulation des avocats (loi sur les

Plus en détail

Loi n 46-942 du 7 mai 1946 instituant l Ordre des géomètres-experts

Loi n 46-942 du 7 mai 1946 instituant l Ordre des géomètres-experts Loi n 46-942 du 7 mai 1946 instituant l Ordre des géomètres-experts Modifiée par la loi n 85-704 du 12 juillet 1985, par la loi n 85-1408 du 30 décembre 1985, par la loi n 87-998 du 15 décembre 1987, par

Plus en détail

Les parties ayant été régulièrement averties du jour de l audience ; Après avoir entendu au cours de l audience publique du 24 novembre 2009 :

Les parties ayant été régulièrement averties du jour de l audience ; Après avoir entendu au cours de l audience publique du 24 novembre 2009 : Cour Administrative d Appel de Bordeaux 6 ème chambre (formation à 3) 22 décembre 2009 Rejet Sources : - http://www.legifrance.gouv.fr Références au greffe : - Pourvoi n 08BX02277 Références de publication

Plus en détail

Décision n 96-D-02 du 9 janvier 1996 relative à des pratiques constatées sur le marché de l'imprimerie de labeur dans le département de l'ain

Décision n 96-D-02 du 9 janvier 1996 relative à des pratiques constatées sur le marché de l'imprimerie de labeur dans le département de l'ain RÉPUBLIQUE FRANÇAISE Décision n 96-D-02 du 9 janvier 1996 relative à des pratiques constatées sur le marché de l'imprimerie de labeur dans le département de l'ain Le Conseil de la concurrence (commission

Plus en détail

N 1957 ASSEMBLÉE NATIONALE

N 1957 ASSEMBLÉE NATIONALE N 1957 ASSEMBLÉE NATIONALE CONSTITUTION DU 4 OCTOBRE 1958 QUATORZIÈME LÉGISLATURE Enregistré à la Présidence de l Assemblée nationale le 21 mai 2014. TEXTE DE LA COMMISSION DES LOIS CONSTITUTIONNELLES,

Plus en détail

REPUBLIQUE FRANCAISE --- AU NOM DU PEUPLE FRANÇAIS

REPUBLIQUE FRANCAISE --- AU NOM DU PEUPLE FRANÇAIS Cour de discipline budgétaire et financière Première section Arrêt du 11 octobre 2013, «Maison de retraite intercommunale de Champcevrais» N 191-701 REPUBLIQUE FRANCAISE --- AU NOM DU PEUPLE FRANÇAIS LA

Plus en détail

Décrets, arrêtés, circulaires

Décrets, arrêtés, circulaires Décrets, arrêtés, circulaires TEXTES GÉNÉRAUX MINISTÈRE DE L ÉCONOMIE, DE L INDUSTRIE ET DU NUMÉRIQUE Ordonnance n o 2015-1033 du 20 août 2015 relative au règlement extrajudiciaire des litiges de consommation

Plus en détail

LOI Loi n 71-1130 du 31 décembre 1971 portant réforme de certaines professions judiciaires et juridiques. Version consolidée au 6 février 2013

LOI Loi n 71-1130 du 31 décembre 1971 portant réforme de certaines professions judiciaires et juridiques. Version consolidée au 6 février 2013 Le 6 février 2013 LOI Loi n 71-1130 du 31 décembre 1971 portant réforme de certaines professions judiciaires et juridiques Version consolidée au 6 février 2013 Titre Ier : Création et organisation de la

Plus en détail

Loi relative à l exercice et à l organisation de la profession de médecin

Loi relative à l exercice et à l organisation de la profession de médecin République du Cameroun /p.48/ /p.49/ Loi relative à l exercice et à l organisation de la profession de médecin Loi N 90-36 du 10 août 1990 Loi N 90-36 du 10 août 1990 Relative à l exercice et à l organisation

Plus en détail

LE BÂTONNIER : CHEF DES SERVICES DE L ORDRE. Rapport de Madame le Bâtonnier Marie-Laure VIEL, Membre du Bureau de la Conférence des Bâtonniers

LE BÂTONNIER : CHEF DES SERVICES DE L ORDRE. Rapport de Madame le Bâtonnier Marie-Laure VIEL, Membre du Bureau de la Conférence des Bâtonniers LE BÂTONNIER : CHEF DES SERVICES DE L ORDRE Rapport de Madame le Bâtonnier Marie-Laure VIEL, Membre du Bureau de la Conférence des Bâtonniers Séminaire des Dauphins Les 11 et 12 décembre 2015 Les fonctions

Plus en détail

PHOVOIR. www.geometre-expert.fr RECUEIL DES TEXTES PROFESSIONNELS

PHOVOIR. www.geometre-expert.fr RECUEIL DES TEXTES PROFESSIONNELS PHOVOIR www.geometre-expert.fr RECUEIL DES TEXTES PROFESSIONNELS JANVIER 2013 SOMMAIRE > POUR FAIRE UNE RECHERCHE PAR MOT-CLÉ, TAPEZ VOTRE MOT OU SÉRIE DE MOTS DANS DANS LE CHAMP DE RECHERCHE

Plus en détail

CONSEIL DE LA CONCURRENCE

CONSEIL DE LA CONCURRENCE CONSEIL DE LA CONCURRENCE Décision n 00-MC-04 du 5 avril 2000 relative à des pratiques de la Chambre syndicale Fnaim de l'immobilier de la Côte-d Or sur le marché des transactions immobilières Le Conseil

Plus en détail

N 3116 ASSEMBLÉE NATIONALE LETTRE RECTIFICATIVE

N 3116 ASSEMBLÉE NATIONALE LETTRE RECTIFICATIVE N 3116 ASSEMBLÉE NATIONALE CONSTITUTION DU 4 OCTOBRE 1958 TREIZIÈME LÉGISLATURE Enregistré à la Présidence de l Assemblée nationale le 26 janvier 2011. LETTRE RECTIFICATIVE au projet de loi (n 2494) relatif

Plus en détail

REPUBLIQUE FRANCAISE AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS

REPUBLIQUE FRANCAISE AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS Cour Administrative d Appel de Bordeaux N 07BX00650 Inédit au recueil Lebon M. LEDUCQ, président Mme Evelyne BALZAMO, rapporteur M. ZUPAN, commissaire du gouvernement SCP CHARREL ET ASSOCIÉS, avocat(s)

Plus en détail

«Art. L. 444-3. Le tarif de chaque prestation est arrêté conjointement par les ministres de la justice et de l économie.

«Art. L. 444-3. Le tarif de chaque prestation est arrêté conjointement par les ministres de la justice et de l économie. ASSEMBLÉE NATIONALE 7 juin 2015 CROISSANCE, ACTIVITÉ ET ÉGALITÉ DES CHANCES ÉCONOMIQUES - (N 2765) Adopté AMENDEMENT N o SPE607 (Rect) présenté par M. Ferrand, rapporteur général, Mme Untermaier, rapporteure

Plus en détail

Commission des Agents sportifs Formation disciplinaire

Commission des Agents sportifs Formation disciplinaire Commission des Agents sportifs Formation disciplinaire La Commission s est réunie, en formation disciplinaire, le 11 avril 2014 à 11h30 au siège de la Fédération française d athlétisme (FFA) 33 Avenue

Plus en détail

RÉPUBLIQUE FRANÇAISE

RÉPUBLIQUE FRANÇAISE RÉPUBLIQUE FRANÇAISE AU NOM DU PEUPLE FRANÇAIS, LA COUR DE DISCIPLINE BUDGÉTAIRE ET FINANCIÈRE siégeant à la Cour des comptes, en audience non publique, a rendu l arrêt suivant : LA COUR, Vu le titre Ier

Plus en détail

RECUEIL DE LEGISLATION. A N 278 30 décembre 2011. S o m m a i r e EXERCICE DE LA PROFESSION D AVOCAT

RECUEIL DE LEGISLATION. A N 278 30 décembre 2011. S o m m a i r e EXERCICE DE LA PROFESSION D AVOCAT MEMORIAL Journal Officiel du Grand-Duché de Luxembourg 4945 MEMORIAL Amtsblatt des Großherzogtums Luxemburg RECUEIL DE LEGISLATION A N 278 30 décembre 2011 S o m m a i r e EXERCICE DE LA PROFESSION D AVOCAT

Plus en détail

1. Les dispositions des articles 56, 56-1, 57 et 59 du code de procédure pénale, telles qu applicables à l époque des faits, se lisent comme suit :

1. Les dispositions des articles 56, 56-1, 57 et 59 du code de procédure pénale, telles qu applicables à l époque des faits, se lisent comme suit : CINQUIÈME SECTION DÉCISION SUR LA RECEVABILITÉ de la requête n o 45827/07 présentée par Mathieu JACQUIER contre la France La Cour européenne des droits de l homme (cinquième section), siégeant le 1 er

Plus en détail

Organisation et fonctionnement des Tribunaux administratifs

Organisation et fonctionnement des Tribunaux administratifs S O M M A I R E Organisation et fonctionnement des Tribunaux administratifs Page 1 CHAPITRE I Dispositions générales page 1 CHAPITRE II Organisation et compétence page 1 CHAPITRE III Procédures page 2

Plus en détail

Modifications du Code de l arbitrage en matière de Sport (entrée en vigueur le 1.1.2012)

Modifications du Code de l arbitrage en matière de Sport (entrée en vigueur le 1.1.2012) Modifications du Code de l arbitrage en matière de Sport (entrée en vigueur le 1.1.2012) S5 Les membres du CIAS sont désignés pour une période renouvelable de quatre ans. Les nominations doivent avoir

Plus en détail

Le recours devant les juridictions administratives

Le recours devant les juridictions administratives LA DISCIPLINE La procédure disciplinaire Le recours devant les juridictions administratives Après la décision du directeur interrégional (ou après que le délai d un mois sans réponse de sa part est passé),

Plus en détail

Aide juridictionnelle

Aide juridictionnelle Procédure de recouvrement de l indemnité allouée sur le fondement de l article 37 de la loi n 91-647 du 10 juillet 1991 Association régie par la loi du 1 er juillet 1901 169, rue de Rennes F 75006 PARIS

Plus en détail

REPUBLIQUE FRANCAISE AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS

REPUBLIQUE FRANCAISE AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS Conseil d État N 364551 ECLI:FR:CESSR:2013:364551.20130311 Mentionné dans les tables du recueil Lebon Mme Laurence Marion, rapporteur M. Bertrand Dacosta, rapporteur public FOUSSARD ; SCP BOULLOCHE, avocat(s)

Plus en détail

LE RÔLE DE L AVOCAT DANS LA PROCEDURE PARTICIPATIVE Par Alain Provansal, Avocat honoraire au barreau de Marseille, Ancien Président de l'aappe

LE RÔLE DE L AVOCAT DANS LA PROCEDURE PARTICIPATIVE Par Alain Provansal, Avocat honoraire au barreau de Marseille, Ancien Président de l'aappe LE RÔLE DE L AVOCAT DANS LA PROCEDURE PARTICIPATIVE Par Alain Provansal, Avocat honoraire au barreau de Marseille, Ancien Président de l'aappe L avocat du début à l issue de la Convention de Procédure

Plus en détail

Epreuve n 1 : Réglementation professionnelle et. déontologie de l expert-comptable et du commissaire aux comptes

Epreuve n 1 : Réglementation professionnelle et. déontologie de l expert-comptable et du commissaire aux comptes DIPLOME D EXPERTISE COMPTABLE Session de novembre 2012 Epreuve n 1 : Réglementation professionnelle et déontologie de l expert-comptable et du commissaire aux comptes Durée : 1 heure Aucune documentation

Plus en détail

LOI Loi n 91-647 du 10 juillet 1991 relative à l aide juridique NOR: JUSX9100049L. Version consolidée au 27 janvier 2016

LOI Loi n 91-647 du 10 juillet 1991 relative à l aide juridique NOR: JUSX9100049L. Version consolidée au 27 janvier 2016 Le 27 janvier 2016 LOI Loi n 91-647 du 10 juillet 1991 relative à l aide juridique NOR: JUSX9100049L Version consolidée au 27 janvier 2016 Article 1 Modifié par LOI n 2014-1654 du 29 décembre 2014 - art.

Plus en détail

Décision n 2010-72/75/82 QPC du 10 décembre 2010. M. Alain D. et autres

Décision n 2010-72/75/82 QPC du 10 décembre 2010. M. Alain D. et autres Les Cahiers du Conseil constitutionnel Cahier n 30 Décision n 2010-72/75/82 QPC du 10 décembre 2010 M. Alain D. et autres La Cour de cassation a renvoyé au Conseil constitutionnel, le 22 septembre 2010,

Plus en détail

BULLETIN OFFICIEL DU MINISTÈRE DE LA JUSTICE n 98 (1 er avril 30 juin 2005)

BULLETIN OFFICIEL DU MINISTÈRE DE LA JUSTICE n 98 (1 er avril 30 juin 2005) BULLETIN OFFICIEL DU MINISTÈRE DE LA JUSTICE n 98 (1 er avril 30 juin 2005) 3 Circulaires de la direction des affaires civiles et du sceau Signalisation des circulaires du 1 er avril au 30 juin 2005 Décret

Plus en détail

3 ) d enjoindre au CNFPT d organiser de nouvelles élections, dans un délai de deux mois à compter de la notification du jugement à intervenir ;

3 ) d enjoindre au CNFPT d organiser de nouvelles élections, dans un délai de deux mois à compter de la notification du jugement à intervenir ; TRIBUNAL ADMINISTRATIF DE PARIS N 1431317, 1500865/5-1 Union Syndicale SUD des SDIS de France et des DOM-TOM M. Guiader Rapporteur M. Martin-Genier Rapporteur public RÉPUBLIQUE FRANÇAISE AU NOM DU PEUPLE

Plus en détail

A R R E T. En cause : les questions préjudicielles relatives à l'article 532 du Code judiciaire, posées par le Tribunal de première instance d'anvers.

A R R E T. En cause : les questions préjudicielles relatives à l'article 532 du Code judiciaire, posées par le Tribunal de première instance d'anvers. Numéro du rôle : 4723 Arrêt n 8/2010 du 4 février 2010 A R R E T En cause : les questions préjudicielles relatives à l'article 532 du Code judiciaire, posées par le Tribunal de première instance d'anvers.

Plus en détail

Arrêt du 17 juin 2014, «Société de valorisation foncière et immobilière (SOVAFIM)» REPUBLIQUE FRANCAISE --- AU NOM DU PEUPLE FRANÇAIS

Arrêt du 17 juin 2014, «Société de valorisation foncière et immobilière (SOVAFIM)» REPUBLIQUE FRANCAISE --- AU NOM DU PEUPLE FRANÇAIS Cour de discipline budgétaire et financière Première section Arrêt du 17 juin 2014, «Société de valorisation foncière et immobilière (SOVAFIM)» N 193-696 -------------- REPUBLIQUE FRANCAISE --- AU NOM

Plus en détail

Or, la cour de cassation a rejeté cet argument en considérant que :

Or, la cour de cassation a rejeté cet argument en considérant que : LE DÉPÔT OBLIGATOIRE DES FONDS EN CARPA COMMENTAIRE SUR L ARRÊT DE LA CHAMBRE CRIMINELLE DE LA COUR DE CASSATION DU 23 MAI 2013 ET SUR L ARRÊT DE LA COUR D APPEL DE DOUAI DU 5 MAI 2012 L arrêt de la cour

Plus en détail

LE DÉPÔT OBLIGATOIRE DES FONDS EN CARPA

LE DÉPÔT OBLIGATOIRE DES FONDS EN CARPA LE DÉPÔT OBLIGATOIRE DES FONDS EN CARPA COMMENTAIRE SUR L ARRÊT DE LA CHAMBRE CRIMINELLE DE LA COUR DE CASSATION DU 23 MAI 2013 ET SUR L ARRÊT DE LA COUR D APPEL DE DOUAI DU 5 MARS 2012 L arrêt de la cour

Plus en détail

Dispositions générales

Dispositions générales Loi (9326) sur la commission de surveillance des professions de la santé et des droits des patients (K 3 03) Le GRAND CONSEIL de la République et canton de Genève décrète ce qui suit : Titre I Dispositions

Plus en détail

Décision du Défenseur des droits MSP-2015-110

Décision du Défenseur des droits MSP-2015-110 Paris, le 28 avril 2015 Décision du Défenseur des droits MSP-2015-110 Le Défenseur des droits, Vu l article 71-1 de la Constitution du 4 octobre 1958 ; Vu la loi organique n 2011-333 du 29 mars 2011 relative

Plus en détail

MESURES CONSERVATOIRES ET RECOUVREMENT TRANSFRONTALIER L INTERVENTION DU JUGE

MESURES CONSERVATOIRES ET RECOUVREMENT TRANSFRONTALIER L INTERVENTION DU JUGE MESURES CONSERVATOIRES ET RECOUVREMENT TRANSFRONTALIER L INTERVENTION DU JUGE Evoquer le rôle du juge dans une matière transfrontalière suppose que soit préalablement abordée la double question de la compétence

Plus en détail

Bulletin officiel n 4482 du 8 moharrem 1418 (15 mai 1997)

Bulletin officiel n 4482 du 8 moharrem 1418 (15 mai 1997) Bulletin officiel n 4482 du 8 moharrem 1418 (15 mai 1997) Dahir n 1-97-65 du 4 chaoual 1417 (12 février 1997) portant promulgation de la loi n 53-95 instituant des juridictions de commerce Titre I : TABLE

Plus en détail

Décrets, arrêtés, circulaires

Décrets, arrêtés, circulaires Décrets, arrêtés, circulaires TEXTES GÉNÉRAUX MINISTÈRE DE L ÉCONOMIE, DE L INDUSTRIE ET DU NUMÉRIQUE Décret n o 2015-1382 du 30 octobre 2015 relatif à la médiation des litiges de la consommation NOR :

Plus en détail

Accompagner. Le greffier du TC assure le secrétariat de la commission électorale.

Accompagner. Le greffier du TC assure le secrétariat de la commission électorale. Mars 2008 Elections des juges du Tribunal de Commerce Aspects pratiques Accompagner I. Organes de l élection Commission électorale (chargée de l établissement de la liste du Collège électoral) Cette commission

Plus en détail

TABLEAU COMPARATIF - 3 - Texte adopté par l Assemblée nationale en première lecture. Dispositions en vigueur. Texte du projet de loi

TABLEAU COMPARATIF - 3 - Texte adopté par l Assemblée nationale en première lecture. Dispositions en vigueur. Texte du projet de loi - 3 - TABLEAU COMPARATIF Projet de loi pour une Ré numérique Projet de loi pour une Ré numérique Projet de loi pour une société numérique Amdt COM-81 et ss-amdt COM-413 TITRE I ER TITRE I ER TITRE I ER

Plus en détail

REPUBLIQUE FRANCAISE AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS

REPUBLIQUE FRANCAISE AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS Cour administrative d appel de Douai N 11DA01951 Inédit au recueil Lebon M. Nowak, président M. Hubert Delesalle, rapporteur M. Moreau, rapporteur public SELARL LÉTANG &ASSOCIÉS, avocat(s) 1re chambre

Plus en détail

JURIDIC ACCESS. Le droit pour les professionnels de santé F9. ETRE ASSISTE D UN AVOCAT : OUI MAIS COMMENT?

JURIDIC ACCESS. Le droit pour les professionnels de santé F9. ETRE ASSISTE D UN AVOCAT : OUI MAIS COMMENT? Comme vous le savez, vous êtes libre de choisir l avocat que vous désirez. Attention! Il est conseillé de trouver un avocat spécialisé dans le type de droit qui intéresse, selon votre affaire (exemple

Plus en détail

AVANT-PROJET DE LOI DE SAUVEGARDE DES ENTREPRISES. TITRE I er. Dispositions modifiant le livre VI du Code de commerce. Art. 1 er.

AVANT-PROJET DE LOI DE SAUVEGARDE DES ENTREPRISES. TITRE I er. Dispositions modifiant le livre VI du Code de commerce. Art. 1 er. 1 AVANT-PROJET DE LOI DE SAUVEGARDE DES ENTREPRISES TITRE I er Dispositions modifiant le livre VI du Code de commerce Art. 1 er Le Livre VI du code de commerce est modifié conformément aux dispositions

Plus en détail

REPUBLIQUE FRANCAISE AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS

REPUBLIQUE FRANCAISE AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS Conseil d État N 295358 Mentionné dans les tables du recueil Lebon 3ème et 8ème sous-sections réunies M. Martin, président Mme Anne Egerszegi, rapporteur M. Glaser Emmanuel, commissaire du gouvernement

Plus en détail

Commentaire. Décision n 2013-368 QPC du 7 mars 2014. Société Nouvelle d exploitation Sthrau hôtel

Commentaire. Décision n 2013-368 QPC du 7 mars 2014. Société Nouvelle d exploitation Sthrau hôtel Commentaire Décision n 2013-368 QPC du 7 mars 2014 Société Nouvelle d exploitation Sthrau hôtel (Saisine d office du tribunal pour l ouverture de la procédure de liquidation judiciaire) Le Conseil constitutionnel

Plus en détail

Association X XXX X F-XXXXX Xxx

Association X XXX X F-XXXXX Xxx Siège : X Association X XXX X F-XXXXX Xxx Document Unique de Délégation XXXX Directeur La présente délégation est consentie en application des dispositions de l article L. 315-17 du Code de l Action Sociale

Plus en détail

Conditions générales 2010/2011

Conditions générales 2010/2011 Conditions générales 2010/2011 SCP Berger avocats 36, av. Amans-Rodat 12000 Rodez MAJ 22/11/2010 RCS RODEZ 389 879 099 Table des matières I N T R O D U C T I O N 2 CHAPITRE 1 Dossiers classiques 4 CHAPITRE

Plus en détail

Accord national sur la mise en œuvre des Certificats de Qualification Professionnelle (CQP) Préambule

Accord national sur la mise en œuvre des Certificats de Qualification Professionnelle (CQP) Préambule Accord national sur la mise en œuvre des Certificats de Qualification Professionnelle (CQP) Préambule Depuis plusieurs années, convaincue du rôle important de la formation professionnelle dans l évolution

Plus en détail

COMMUNE DE FERNEY-VOLTAIRE CAHIER DES CHARGES

COMMUNE DE FERNEY-VOLTAIRE CAHIER DES CHARGES COMMUNE DE FERNEY-VOLTAIRE CAHIER DES CHARGES MARCHE PUBLIC DE FOURNITURES DE PRESTATIONS DE SERVICES JURIDIQUES : CONSEIL ET REPRESENTATION EN JUSTICE Article 1 - Objet du contrat 1-1 Présentation Le

Plus en détail

JUGEMENT REPUBLIQUE FRANCAISE AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS

JUGEMENT REPUBLIQUE FRANCAISE AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS A Centre hospitalier de la Risle (Département de l Eure) 027 047 999 Centre des finances publiques de Pont-Audemer Exercices 2005 à 2007 Jugement n 2012-0011 Audience publique du 22 juin 2012 Lecture publique

Plus en détail

REPUBLIQUE FRANCAISE AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS

REPUBLIQUE FRANCAISE AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS Conseil d État statuant au contentieux N 286316 Mentionné aux Tables du Recueil Lebon M. Jean-Pierre Jouguelet, Rapporteur M. Boulouis, Commissaire du gouvernement M. Martin, Président 7ème et 2ème sous-sections

Plus en détail

TRIBUNAL ADMINISTRATIF DE VERSAILLES sl

TRIBUNAL ADMINISTRATIF DE VERSAILLES sl TRIBUNAL ADMINISTRATIF DE VERSAILLES sl N 1303891 M. X. Mme Ozenne Rapporteur Mme Syndique Rapporteur public RÉPUBLIQUE FRANÇAISE AU NOM DU PEUPLE FRANÇAIS Le Tribunal administratif de Versailles (3 ème

Plus en détail

Commentaire. Décision n 2011-200 QPC du 2 décembre 2011. Banque Populaire Côte d Azur. (Pouvoir disciplinaire de la Commission bancaire)

Commentaire. Décision n 2011-200 QPC du 2 décembre 2011. Banque Populaire Côte d Azur. (Pouvoir disciplinaire de la Commission bancaire) Commentaire Décision n 2011-200 QPC du 2 décembre 2011 Banque Populaire Côte d Azur (Pouvoir disciplinaire de la Commission bancaire) Le Conseil constitutionnel a été saisi le 23 septembre 2011 par le

Plus en détail

REPUBLIQUE FRANCAISE AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS

REPUBLIQUE FRANCAISE AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS Conseil d État N 296948 Mentionné dans les tables du recueil Lebon 7ème et 2ème sous-sections réunies M. Martin, président M. Alban de Nervaux, rapporteur M. Dacosta Bertrand, commissaire du gouvernement

Plus en détail

CHARTE DE LA MEDIATION BANCAIRE DU CREDIT AGRICOLE CENTRE-EST

CHARTE DE LA MEDIATION BANCAIRE DU CREDIT AGRICOLE CENTRE-EST CHARTE DE LA MEDIATION BANCAIRE DU CREDIT AGRICOLE CENTRE-EST La médiation bancaire est régie par le Code de la consommation (en particulier les articles L. 151-1 à L. 157-2) et le Code monétaire et financier

Plus en détail

REPUBLIQUE FRANCAISE AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS

REPUBLIQUE FRANCAISE AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS Cour de cassation chambre commerciale Audience publique du 23 octobre 2012 N de pourvoi: 11-23521 Publié au bulletin Rejet M. Espel (président), président Me Blondel, SCP Gatineau et Fattaccini, avocat(s)

Plus en détail

CHARTE DE LA MEDIATION BANCAIRE DU CREDIT AGRICOLE MUTUEL PYRENEES GASCOGNE

CHARTE DE LA MEDIATION BANCAIRE DU CREDIT AGRICOLE MUTUEL PYRENEES GASCOGNE CHARTE DE LA MEDIATION BANCAIRE DU CREDIT AGRICOLE MUTUEL PYRENEES GASCOGNE La médiation bancaire est régie par le Code de la consommation (en particulier les articles L. 151-1 à L. 157-2) et le Code monétaire

Plus en détail

MINISTERE DES AFFAIRES ETRANGERES

MINISTERE DES AFFAIRES ETRANGERES MINISTERE DES AFFAIRES ETRANGERES CIRCULAIRE N 2005-100 /FAE/SFE/AC DU 1 ER MARS 2005 RELATIVE AUX MEDECINS, AVOCATS ET AUTRES PERSONNES EXTERIEURES AU SERVICE PUBLIC CONSULAIRE NOR : MAEF0410068C 1. La

Plus en détail

C. et D. PELLOUX & M. LETOUBLON Société d Avocats au Barreau d ANNECY CONDITIONS GENERALES D INTERVENTION 2015

C. et D. PELLOUX & M. LETOUBLON Société d Avocats au Barreau d ANNECY CONDITIONS GENERALES D INTERVENTION 2015 C. et D. PELLOUX & M. LETOUBLON Société d Avocats au Barreau d ANNECY CONDITIONS GENERALES D INTERVENTION 2015 Le Cabinet facture des honoraires destinés à couvrir l ensemble de ses charges (personnel,

Plus en détail

L examen des contrats - L étendue de la mission du conseil départemental

L examen des contrats - L étendue de la mission du conseil départemental Pascale Mathieu Secrétaire générale Jean-François Dumas Délégué du président aux affaires juridiques Mathilde Guest Conseillère juridique Ns. Ref. : DJA/PM/MG/ n 1/ 2012.09.06 L examen des contrats - L

Plus en détail

ART. 11 DE LA LOI DU 31 DECEMBRE 1971 MODIFIEE

ART. 11 DE LA LOI DU 31 DECEMBRE 1971 MODIFIEE ART. 11 DE LA LOI DU 31 DECEMBRE 1971 MODIFIEE Nul ne peut accéder à la profession d avocat s il ne remplit les conditions suivantes : 1 - Être français, ressortissant d un État membre des Communautés

Plus en détail

RAPPORT DE ME LAURENT PETTITI. Ancien membre du conseil de l ordre. Décembre 2005. La déontologie des membres et anciens membres du Conseil de l Ordre

RAPPORT DE ME LAURENT PETTITI. Ancien membre du conseil de l ordre. Décembre 2005. La déontologie des membres et anciens membres du Conseil de l Ordre RAPPORT DE ME LAURENT PETTITI Ancien membre du conseil de l ordre Décembre 2005 La déontologie des membres et anciens membres du Conseil de l Ordre La mission dévolue par l article 17 de la loi du 31 décembre

Plus en détail

REPUBLIQUE FRANCAISE AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS

REPUBLIQUE FRANCAISE AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS Cour Administrative d Appel de Nantes N 12NT00637 Inédit au recueil Lebon 1ère Chambre M. PIOT, président Mme Valérie COIFFET, rapporteur Mme WUNDERLICH, rapporteur public GUILLOUX, avocat(s) lecture du

Plus en détail

LA PROCEDURE DISCIPLINAIRE. Rapport de Monsieur le Bâtonnier Armand Marx Membre de la Conférence des Bâtonniers

LA PROCEDURE DISCIPLINAIRE. Rapport de Monsieur le Bâtonnier Armand Marx Membre de la Conférence des Bâtonniers LA PROCEDURE DISCIPLINAIRE Rapport de Monsieur le Bâtonnier Armand Marx Membre de la Conférence des Bâtonniers Séminaire des Dauphins Les 11 et 12 décembre 2015 Préambule L essence même de la profession

Plus en détail

RÉPUBLIQUE FRANÇAISE AU NOM DU PEUPLE FRANÇAIS TRIBUNAL ADMINISTRATIF DE PARIS (7ème Section 1 ère Chambre)

RÉPUBLIQUE FRANÇAISE AU NOM DU PEUPLE FRANÇAIS TRIBUNAL ADMINISTRATIF DE PARIS (7ème Section 1 ère Chambre) N 1020470 M. Raymond AVRILLIER RÉPUBLIQUE FRANÇAISE AU NOM DU PEUPLE FRANÇAIS TRIBUNAL ADMINISTRATIF DE PARIS (7ème Section 1 ère Chambre) M. Roussel, Rapporteur M. Le Broussois, Rapporteur public Audience

Plus en détail

STATUTS. Version du 1 er juillet 2013. Nom de fichier V.O. 1 er septembre 2008 1 à 10 ST200809.pdf 1 1 er juillet 2013 3 à 10 ST201307.

STATUTS. Version du 1 er juillet 2013. Nom de fichier V.O. 1 er septembre 2008 1 à 10 ST200809.pdf 1 1 er juillet 2013 3 à 10 ST201307. FÉDÉRATION FRANÇAISE DE TAROT http://www.fftarot.fr Allée des TEPPES ----------- 71380 OSLON Téléphone : 03 85 93 66 15 Télécopie : 03 85 93 66 25 Mail : webmaster@fftarot.fr STATUTS Version du 1 er juillet

Plus en détail

Bulletin Officiel de la Concurrence de la Consommation et de la Répression des Fraudes

Bulletin Officiel de la Concurrence de la Consommation et de la Répression des Fraudes Bulletin Officiel de la Concurrence de la Consommation et de la Répression des Fraudes Retour au sommaire N 8 du 26 septembre 2006 Arrêt de la cour d appel de Paris (1 re chambre, section H) en date du

Plus en détail

CONSEIL DE DISCIPLINE PROCEDURE DISCIPLINAIRE COMMISSION DES RECOURS

CONSEIL DE DISCIPLINE PROCEDURE DISCIPLINAIRE COMMISSION DES RECOURS DOCUMENTATION DISCIPLINE 05 49 44 57 96 http://www.cgtlaborit.fr CONSEIL DE DISCIPLINE PROCEDURE DISCIPLINAIRE COMMISSION DES RECOURS DOCUMENT EDITE PAR LE SYNDICAT CGT DU C.H Henri LABORIT Année 2006

Plus en détail

POLITIQUE RELATIVE À LA VÉRIFICATION DES ANTÉCÉDENTS JUDICIAIRES FEUILLE DE ROUTE

POLITIQUE RELATIVE À LA VÉRIFICATION DES ANTÉCÉDENTS JUDICIAIRES FEUILLE DE ROUTE CODE D IDENTIFICATION POL15-020 TITRE : POLITIQUE RELATIVE À LA VÉRIFICATION DES ANTÉCÉDENTS JUDICIAIRES DATE D ENTRÉE EN VIGUEUR AUTORISATION REQUISE 2 février 2015 Administrateur RESPONSABLE DU SUIVI

Plus en détail

La sécurisation des conditions d exécution du contrat de sous-traitance

La sécurisation des conditions d exécution du contrat de sous-traitance La sécurisation des conditions d exécution du contrat de sous-traitance Livret à destination des encadrants présents sur le terrain Pourquoi ce livret? La spécificité des entreprises de l industrie des

Plus en détail

Règlement applicable à la procédure administrative concernant l enregistrement abusif de noms de domaine

Règlement applicable à la procédure administrative concernant l enregistrement abusif de noms de domaine ANNEXE V Règlement applicable à la procédure administrative concernant l enregistrement abusif de noms de domaine Définitions Article premier I. DISPOSITIONS GÉNÉRALES Aux fins du présent règlement, on

Plus en détail

«LA MEDIATION AU SERVICE DES BANQUES, DES ASSURANCES ET DES ENTREPREPRISES : INTERETS AU NIVEAU ECONOMIQUE INTERNE ET INTERNATIONAL»

«LA MEDIATION AU SERVICE DES BANQUES, DES ASSURANCES ET DES ENTREPREPRISES : INTERETS AU NIVEAU ECONOMIQUE INTERNE ET INTERNATIONAL» 1 ER FORUM DE MEDIATION BEYROUTH 26, 27 ET 28 JUIN 2008 «LA MEDIATION AU SERVICE DES BANQUES, DES ASSURANCES ET DES ENTREPREPRISES : INTERETS AU NIVEAU ECONOMIQUE INTERNE ET INTERNATIONAL» Silvestre TANDEAU

Plus en détail

REGLEMENT LA COMMISSION DE DEONTOLOGIE ET DE CONCILIATION DE L AMG

REGLEMENT LA COMMISSION DE DEONTOLOGIE ET DE CONCILIATION DE L AMG ASSOCIATION DES MEDECINS DU CANTON DE GENEVE REGLEMENT de LA COMMISSION DE DEONTOLOGIE ET DE CONCILIATION DE L AMG adopté par son Conseil le septembre 0 et entré en vigueur à cette date AMG Rue Micheli-du-Crest

Plus en détail

MARCHE DE PRESTATIONS DE SERVICES JURIDIQUES

MARCHE DE PRESTATIONS DE SERVICES JURIDIQUES CAHIER DES CHARGES SIMPLIFIE MARCHE DE PRESTATIONS DE SERVICES JURIDIQUES N PA 2011/17 CONSEIL JURIDIQUE ET REPRESENTATION EN JUSTICE POUR LA VILLE DE CLAYE-SOUILLY Etablie en application du Code des marchés

Plus en détail

MINISTÈRE DES AFFAIRES SOCIALES ET DE LA SANTÉ SANTÉ. Direction de la sécurité sociale

MINISTÈRE DES AFFAIRES SOCIALES ET DE LA SANTÉ SANTÉ. Direction de la sécurité sociale SANTÉ Professions de santé MINISTÈRE DE LA JUSTICE _ MINISTÈRE DES OUTRE-MER _ Direction de la sécurité sociale _ MINISTÈRE DES AFFAIRES SOCIALES ET DE LA SANTÉ _ Circulaire interministérielle DSS n o

Plus en détail

CELLULE JURIDIQUE LA PROCEDURE DEVANT LE CONSEIL DE PRUD HOMMES

CELLULE JURIDIQUE LA PROCEDURE DEVANT LE CONSEIL DE PRUD HOMMES COMMISSION DE DEVELOPPEMENT ACCOMPAGNEMENT DES CLUBS CELLULE JURIDIQUE LA PROCEDURE DEVANT LE CONSEIL DE PRUD HOMMES En cas de litige survenu en cours l exécution du contrat de travail lequel oppose :

Plus en détail

Vu la requête, enregistrée le 21 septembre 2011, présentée pour Mme M.H. [ ], par Me Jorion, avocat ; Mme M.H. demande au tribunal :

Vu la requête, enregistrée le 21 septembre 2011, présentée pour Mme M.H. [ ], par Me Jorion, avocat ; Mme M.H. demande au tribunal : TRIBUNAL ADMINISTRATIF DE CERGY-PONTOISE N 1110539 Mme M. H. M. Mulot Rapporteur M. Merenne Rapporteur public RÉPUBLIQUE FRANÇAISE AU NOM DU PEUPLE FRANÇAIS Le Tribunal administratif de Cergy-Pontoise,

Plus en détail

Loi concernant la profession d'avocat (Version en vigueur jusqu'au 31 août 2009)

Loi concernant la profession d'avocat (Version en vigueur jusqu'au 31 août 2009) Loi concernant la profession d'avocat (Version en vigueur jusqu'au 31 août 2009) du 3 septembre 2003 Le Parlement de la République et Canton du Jura, vu la loi fédérale du 23 juin 2000 sur la libre circulation

Plus en détail

Cour de cassation. Chambre sociale

Cour de cassation. Chambre sociale Cour de cassation Chambre sociale Audience publique du 12 juin 2014 Pourvoi n 12-29063 Pourvoi n 13-11448 Publié au bulletin Rejet Cour de cassation Chambre sociale Audience publique du 12 juin 2014 N

Plus en détail

Traduction réalisée grâce au soutien du ministère français des affaires étrangères

Traduction réalisée grâce au soutien du ministère français des affaires étrangères Traduction réalisée grâce au soutien du ministère français des affaires étrangères Mandature 2012-2014 2 Avant-propos La profession d avocat est une profession libérale et indépendante. Cette indépendance,

Plus en détail

RÉPUBLIQUE FRANÇAISE AU NOM DU PEUPLE FRANÇAIS LA CHAMBRE,

RÉPUBLIQUE FRANÇAISE AU NOM DU PEUPLE FRANÇAIS LA CHAMBRE, Jugement n 2015-0011 Audience publique du 9 juillet 2015 Jugement prononcé le 30 juillet 2015 Commune de Pithiviers (Loiret) 045 044 252 Exercices 2008 à 2013 RÉPUBLIQUE FRANÇAISE AU NOM DU PEUPLE FRANÇAIS

Plus en détail

REGLEMENT INTERIEUR APPLICABLE AUX STAG IAIRES EN FORMATION A L AFERTES Année 2014-2015

REGLEMENT INTERIEUR APPLICABLE AUX STAG IAIRES EN FORMATION A L AFERTES Année 2014-2015 REGLEMENT INTERIEUR APPLICABLE AUX STAG IAIRES EN FORMATION A L AFERTES Année 2014-2015 Article 1 : OBJET Le présent règlement est établi conformément aux dispositions des articles du Code du Travail relatifs

Plus en détail

L EXTRADITION LOI N 71-77 DU 28 DECEMBRE 1971 RELATIVE A L EXTRADITION TITRE PREMIER : LES CONDITIONS DE L EXTRADITION

L EXTRADITION LOI N 71-77 DU 28 DECEMBRE 1971 RELATIVE A L EXTRADITION TITRE PREMIER : LES CONDITIONS DE L EXTRADITION L EXTRADITION LOI N 71-77 DU 28 DECEMBRE 1971 RELATIVE A L EXTRADITION TITRE PREMIER : LES CONDITIONS DE L EXTRADITION Article premier En l absence de traités, les conditions, la procédure et les effets

Plus en détail

REPUBLIQUE FRANCAISE AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS

REPUBLIQUE FRANCAISE AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS Cour administrative d appel de Douai N 10DA01327 Inédit au recueil Lebon 2e chambre - formation à 3 M. Mortelecq, président Mme Perrine Hamon, rapporteur M. Minne, rapporteur public COIN, avocat(s) lecture

Plus en détail

M. Couzinet Président Le Tribunal adm inistratif d'amiens. M -Tm y. Le président du tribunal Rapporteur public

M. Couzinet Président Le Tribunal adm inistratif d'amiens. M -Tm y. Le président du tribunal Rapporteur public TRIBUNAL ADMINISTRATIF D'AMIENS N 1003418 RÉPUBLIQUE FRANÇAISE M AU NOM DU PEUPLE FRANÇAIS M. Couzinet Président Le Tribunal adm inistratif d'amiens M -Tm y. Le président du tribunal Rapporteur public

Plus en détail

Le GRAND CONSEIL de la République et canton de Genève décrète ce qui suit :

Le GRAND CONSEIL de la République et canton de Genève décrète ce qui suit : Secrétariat du Grand Conseil PL 8433 Projet présenté par les députés: M mes et MM. Françoise Schenk-Gottret, Christian Brunier, Fabienne Bugnon, Esther Alder, Bernard Clerc, Rémy Pagani et Christian Grobet

Plus en détail

REPUBLIQUE FRANCAISE AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS

REPUBLIQUE FRANCAISE AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS Cour Administrative d Appel de Marseille N 06MA01524 Inédit au recueil Lebon M. GUERRIVE, président Mme Sylvie CAROTENUTO, rapporteur Mme BUCCAFURRI, commissaire du gouvernement SELARL BURLETT PLENOT SUARES

Plus en détail

Approche globale de la tranquillité publique LEXIQUE DES TERMES JURIDIQUES

Approche globale de la tranquillité publique LEXIQUE DES TERMES JURIDIQUES Approche globale de la tranquillité publique LEXIQUE DES TERMES JURIDIQUES 1 Action en justice C est la possibilité de réclamer en justice le respect ou la reconnaissance d un droit. Désigne également

Plus en détail

Numéro du rôle : 2763. Arrêt n 154/2004 du 22 septembre 2004 A R R E T

Numéro du rôle : 2763. Arrêt n 154/2004 du 22 septembre 2004 A R R E T Numéro du rôle : 2763 Arrêt n 154/2004 du 22 septembre 2004 A R R E T En cause : le recours en annulation de l article 25 de la loi du 7 février 2003 portant diverses dispositions en matière de sécurité

Plus en détail

La protection contre les discriminations

La protection contre les discriminations Accueil > Informations pratiques > Fiches pratiques > Egalité professionnelle / Discrimination Dernière mise à jour le 22 avril 2010 La protection contre les discriminations Synthèse Toute décision de

Plus en détail

injonction faite à l'université Lille III d'intégrer une étudiante dans l'un des trois masters 2

injonction faite à l'université Lille III d'intégrer une étudiante dans l'un des trois masters 2 injonction faite à l'université Lille III d'intégrer une étudiante dans l'un des trois masters 2 Article juridique publié le 13/11/2015, vu 899 fois, Auteur : SCP Arents-Trennec avocats TRIBUNAL ADMINISTRATIF

Plus en détail

RÉPUBLIQUE FRANÇAISE --------- AU NOM DU PEUPLE FRANÇAIS,

RÉPUBLIQUE FRANÇAISE --------- AU NOM DU PEUPLE FRANÇAIS, Cour de discipline budgétaire et financière Première section Arrêt du 20 décembre 2007, Secrétariat d'état aux petites et moyennes entreprises, au commerce et à l'artisanat, Direction de l'artisanat, gestion

Plus en détail

RÈGLEMENT N 98-08 RELATIF À L OFFRE AU PUBLIC D INSTRUMENTS FINANCIERS

RÈGLEMENT N 98-08 RELATIF À L OFFRE AU PUBLIC D INSTRUMENTS FINANCIERS RÈGLEMENT N 98-08 RELATIF À L OFFRE AU PUBLIC D INSTRUMENTS FINANCIERS Homologué par arrêté du 22 janvier 1999 paru au Journal officiel du 2 mars 1999 Modifié par les règlements n 2000-09, 2001-02, 2002-01,

Plus en détail

BULLETIN OFFICIEL DU MINISTÈRE DE LA JUSTICE

BULLETIN OFFICIEL DU MINISTÈRE DE LA JUSTICE Circulaire du 31 octobre 2013 relative à la présentation des dispositions de la loi n 2013-711 du 5 août 2013 et du décret n 2013-958 du 25 octobre 2013 relatives à la mise en œuvre du droit à l interprétation

Plus en détail

SECTION DES ASSURANCES SOCIALES DU CONSEIL NATIONAL DE L'ORDRE DES MEDECINS

SECTION DES ASSURANCES SOCIALES DU CONSEIL NATIONAL DE L'ORDRE DES MEDECINS Dossier n 3747 M. Francis H Masseur-kinésithérapeute Séance du 8 octobre 2003 Lecture du 27 novembre 2003 LA SECTION DES ASSURANCES SOCIALES DU CONSEIL NATIONAL DE L ORDRE DES MEDECINS, Vu, enregistrés

Plus en détail

LA PROCÉDURE PRUD HOMALE

LA PROCÉDURE PRUD HOMALE LA PROCÉDURE PRUD HOMALE Le conseil de Prud hommes est compétent pour juger des litiges nés à l occasion du contrat de travail. La procédure comprend deux phases distinctes : la tentative de conciliation

Plus en détail

AU NOM DU PEUPLE FRANÇAIS JUGEMENT

AU NOM DU PEUPLE FRANÇAIS JUGEMENT Université d Orléans 045 098 982 Exercices 2009 à 2010 Audience publique du 2 avril 2013 Jugement n 2013-0006 Lecture publique en date du 30 avril 2013 AU NOM DU PEUPLE FRANÇAIS JUGEMENT LA CHAMBRE RÉGIONALE

Plus en détail