Les syndromes démentiels chez le sujet âgé. Dr Ch. Arbus CHU Purpan

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Les syndromes démentiels chez le sujet âgé. Dr Ch. Arbus CHU Purpan"

Transcription

1 Les syndromes démentiels chez le sujet âgé Dr Ch. Arbus CHU Purpan

2 Modifications neuro-psychologiques liées au vieillissement (1)! Modifications macroscopiques " Atrophie corticale! Modifications histologiques " Mort cellulaire (apoptose) " Plaques séniles, DNF (hippocampes)! Modifications neurochimiques " Baisse des neurotransmetteurs " Diminution des récepteurs

3 Modifications neuro-psychologiques liées au vieillissement (2)! Modifications vasculaires! Modifications des performances intellectuelles " Vieillissement cognitif hétérogène (intelligence fluide intelligence cristallisée) " Mémoire, fonctions exécutives ++! Importance du contexte culturel, psychoaffectif et sensoriel " Effets positifs d un maintien des intérêts intellectuels " Soutien familial et social " Déprivation sensorielle Vieillissement cérébral = fragilité = sensibilité aux agressions

4 Démences - généralités! La démence n est pas une maladie mais un syndrome! Le plus souvent secondaire à un processus pathologique neurodégénératif touchant le cerveau! La maladie d Alzheimer est la démence la plus fréquente - Problème majeur de santé publique! Définition: " détérioration globale des fonctions cognitives avec niveau de conscience normal et " impact sur le fonctionnement (activités de la vie quotidienne! Processus irréversible

5 Maladie d Alzheimer

6 Un peu d histoire! Alois Alzheimer ( ) " Né a Marktbreit (Bavière) " Diplômé en 1887 " Sujet de sa thèse : les glandes productrices de cérumen! " Neuropathologiste et psychiatre " Décède à Breslau des suites d une endocardite

7 Un peu d histoire! Le premier cas " Frau Augusta D, 51 ans " Examen microscopique du cerveau " Découverte des plaques séniles " Publication du cas en 1906 " Kraepelin propose que le nom d Alzheimer soit associé à la maladie en 1912

8 Frau Augusta D! 26 novembre 1901 " Comment vous appelez vous? " Auguste " Votre nom de famille? " Auguste " Comment s appelle votre mari? " Auguste, je crois " Votre mari? " Ah bon, mon mari? " Êtes vous mariée? " A Auguste

9 Épidémiologie (OPEPS) 2004 : cas en France 2020 : cas 2040 : cas nouveaux cas par an 2004 : 24,3 millions (71 % dans les pays industrialisés) 2040 : 81,1 millions

10 Prévalence (2) Prévalence (%) 40,00 35,00 30,00 25,00 20,00 15,00 10,00 5,00 0,00 Prévalence de la MA en fonction de l'age Age

11 La maladie d Alzheimer diagnostic (1)! Clinique : " Syndrome démentiel de la MA : " Altération de la mémoire et d au moins une autre fonction intellectuelle (langage, praxie, gnosie ou fonctions exécutives) ayant un retentissement sur la vie professionnelle, familiale ou sociale, sur les activités de la vie quotidiennes. " d évolution lente et progressive en dehors de toute pathologie neurologique aiguë

12 La maladie d Alzheimer diagnostic (2)! Plusieurs fonctions cognitives: " La mémoire " Le langage " Les «savoirs faire» ou praxies " Les «reconnaissances» ou gnosies " Les fonctions dites exécutives: jugement, programmation, stratégie! Etudiée par la neuropsychologie

13 La maladie d Alzheimer une altération de la mémoire

14 La maladie d Alzheimer diagnostic (3) La mémoire: les différents types de mémoire! Mémoire à court terme/de travail! Mémoire à long terme: " déclarative: " épisodique (mémoire des expériences et événements personnels,spécifiques à un endroit et un moment donné): elle est atteinte dans la maladie d alzheimer " sémantique (mémoire propre à un groupe culturel comprenant les connaissances générales relatives aux objets aux concepts,aux mots et à leur signification,sans spécification temporelle et spatiale). " non déclarative (procédurale)

15 Mémoire à long terme

16 La mémorisation: La maladie d Alzheimer diagnostic (4) 1. L encodage: perturbé lors des troubles attentionnels (comme dans la dépression,la confusion) 2. Le stockage: perturbée à la suite des lésions hippocampiques, comme dans: Les encéphalites: limbiques, herpétiques, La maladie d Alzheimer. 3. La récupération: perturbée en cas de dysfonctionnement exécutif, comme dans: La démence fronto-temporale; La démence sous-cortico frontale;la dépression et Le vieillissement normal.

17 ! La famille du malade raconte qu il oublie les faits récents, alors qu il se souvient des évènements du passé. Le patient oublie par exemple le gaz sur le feu, perd des objets,oublie la date du jour,les visites et les appels qu il a reçu.! Au début il peut exister une plainte mnésique spontanée de la part du malade

18 La maladie d Alzheimer une altération de la mémoire et une atteinte des fonctions instrumentales : le syndrome apraxo-aphaso-agnosique

19 La maladie d Alzheimer diagnostic (5) Les gestes et savoir-faire:! Apraxie: " trouble acquis du comportement gestuel intentionnel consécutif à une déficience de programmation de l activité motrice volontaire.

20 ! La famille du malade raconte qu il ne sait plus faire ce qu il faisait avant (couture, jardinage, cuisine, conduite, musique), qu il ne fait plus rien, qu il a abandonné toutes ces activités de loisirs, ou qu il se trompe dans des gestes «simples»! Au début certaines activités de la vie quotidienne sont atteintes (laver le linge,cuisiner, se déplacer pour faire les courses,prendre ses médicaments par exemple (IADL)! A un stade plus avancé ce sont les activités de base de la vie quotidienne qui sont perturbées (se laver,s habiller,manger,être continent,aller aux toilettes et marcher)

21 La maladie d Alzheimer diagnostic (6) Les «savoir reconnaître»! Agnosie: " perte de la capacité à identifier les stimuli de l environnement à travers une modalité perceptive en l absence de tout trouble sensoriel élémentaire, " L agnosie visuelle peut intéresser les objets, les couleurs, les visages

22 ! La famille du malade raconte qu il se perd en voiture ou à pied car il ne reconnaît pas les rues, qu il ne reconnaît pas ses proches, qu il ne reconnaît pas le goût des aliments, qu il ne se reconnaît pas dans un miroir.! Le patient présente une «anosognosie» : c est à dire la non reconnaissance du fait qu il est malade. «laissez moi tranquille, tout va bien, je ne suis pas malade, c est normal que la mémoire flanche à mon âge,je ne m occupe plus du calendrier»

23 La maladie d Alzheimer diagnostic (7) Le langage:! Aphasie: atteinte du langage. " L aire de Broca est associée à la production du langage. " L aire de Wernicke est associée à la compréhension " Elles sont connectées par un faisceau de fibres nerveuses appelé faisceau arqué.

24 La maladie d Alzheimer diagnostic (8) Le langage est l une des fonctions traitée de manière asymétrique par le cerveau Il est dans l hémisphère gauche chez environ 90% des droitiers et 70% des gauchers. C est l hémisphère gauche qui permet de comprendre le sens des mots et des phrases. C est l hémisphère droit qui s occupe de la connotation émotionnelle des mots.

25 ! Le malade utilise des mots tiroirs «le truc» «le bidule» «le chose». Il se trompe de mot : par exemple le «capuchon» pour le «bouchon», le «couteau» pour le «ciseau».il ne comprend plus les phrases complexes, ne lit plus le langage écrit.! Le malade a un manque du mot, il cherche ses mots.

26 La maladie d Alzheimer une altération de la mémoire une atteinte des fonctions instrumentales (le syndrome apraxo-aphaso-agnosique) et une atteinte des fonctions éxecutives

27 La maladie d Alzheimer diagnostic (9)! Atteinte des fonctions exécutives: " Fonctions intégratrices recouvrant l ensemble des processus cognitifs nécessaires à la réalisation de tâches complexes " Capacité à penser de façon abstraite, à planifier, initier, organiser dans le temps, contrôler et arrêter un comportement complexe. (Lobe frontal)

28 Le malade n arrive plus à construire un raisonnement adapté, à avoir une pensée abstraite, symbolique, Il ne parvient plus à adapter son comportement en fonction des événements, à juger des choses Il ne parvient plus à faire des projets les planifier et les exécuter.

29 Au total Le retentissement sur l autonomie est grand et se traduit, par exemple, par les faits suivants: -Le patient ne paie plus ses factures -Les aliments dans le réfrigérateur sont périmés car non consommés -Le patient a une tenue vestimentaire négligée ou sale. -Le patient ne prend plus ses médicaments.

30 Les facteurs de risque! L âge! Les antécédents familiaux de maladie d Alzheimer! Le sexe féminin! Le faible niveau d éducation! Les facteurs de risque cardiovasculaires (hypertension artérielle, hypercholestérolémie, diabète tabagisme, hypercholestérolémie, surpoids, sédentarité)! allèle epsilon 4 de l ApolipoproteineE

31 Maladie d Alzheimer! Anatomopathologie: plaques séniles et dégénérescences neurofibrillaires! Les plaques séniles sont localisées dans le cortex! DNF de topographie sélective et progression particulière! Forme familiale: très rare! Forme sporadique plus de 95 % des malades

32 Physiopathologie de la maladie d Alzheimer! Les lésions entraînent la mort synaptique et donc la perte neuronale! En particulier mort des neurones cholinergiques! Autres déficits en neuromédiateurs

33 Histoire naturelle! Phase pré-clinique C'est la phase pendant laquelle les lésions cérébrales s'installent sans traduction clinique. Sa durée est évaluée à ans.! Phase pré-démentielle Durée approximative va de 3 à 5 ans. (Notion de déficit cognitif léger, MCI)! Phase démentielle L'autonomie du patient est altérée. Les troubles mnésiques se renforcent.. Un syndrome aphasoapraxo-agnosique est installé +/ compliqué de troubles psycho-comportementaux

34 La maladie d Alzheimer Présentation clinique variable Délai entre le début des symptômes et la consultation (Knopman, 2000) Phase pré clinique Début des signes Diagnostic Complications: dépendance troubles psycho-compo. dénutrition chutes Décès

35 Diagnostic différentiel! Vieillissement normal! Dépression! Confusion! Autres pathologies neurodégénératives (DCL,DFT,Parkinson,PSP, DCB, etc)

36 Les troubles psycho-comportementaux Messages : # Indissociables de l altération cognitive au cours de l évolution de la maladie - Précoces ou tardifs - Résistants +++ # Prévalence élevée : # proche de 70 % en population générale # de 90 % à 100 % en institution # Perturbateurs pour certains : # À l origine de la décision du placement # Principale source de fardeau pour l aidant # Difficiles à comprendre et à intégrer dans l expression du processus neurodégénératif

37 Troubles psychologiques et comportementaux dans la MA : Classification (2)! Symptômes comportementaux " Agressivité " Cris " Opposition " Agitation " Déambulation " Deshinibition sexuelle " Comportements automatiques! Symptômes psychologiques " Anxiété " Humeur dépressive " Hallucinations " Idées délirantes

38 Autres complications de la maladie! Dénutrition! Chute! Troubles de la marche et de l équilibre! Complications neurologiques (épilepsie,syndrome extrapyramidal)

39 Traitement de la maladie d Alzheimer L objectif de la prise en charge des malades est de favoriser l utilisation des capacités restantes et de prévenir l apparition des complications Cette prise en charge est à la fois pharmacologique et non pharmacologique.

40 Le plan de soin d aide et de suivi : les objectifs! Maintenir l autonomie fonctionnelle en préservant l utilisation des capacités restantes.! Détecter, prévenir et traiter les complications psychiatriques et comportementales de la maladie à l aide de mesures pharmacologiques et non pharmacologiques.! Prévenir les chutes et leurs conséquences! Prévenir la perte de poids! Évaluer le «fardeau» de l aidant pour éviter son épuisement. Assurer le soutien de l aidant tout au long de la maladie.

41 Le plan de soin d aide et de suivi : les objectifs! Prendre en charge les autres pathologies associées et leurs conséquences! Éviter le placement en urgence et préparer l entrée en EHPAD.! Considérer les aspects éthiques de la maladie.

PLAN A. INTRODUCTION... 2 B. CLASSEMENT DES DEMENCES... 2 C. EVOLUTION DES DEMENCES... 5 D. CONCLUSION... 5

PLAN A. INTRODUCTION... 2 B. CLASSEMENT DES DEMENCES... 2 C. EVOLUTION DES DEMENCES... 5 D. CONCLUSION... 5 1 DEMENCES DES PERSONNES AGEES PLAN A. INTRODUCTION... 2 I. Historique... 2 II. Les démences :... 2 a) Définition... 2 b) Epidémiologie... 2 B. CLASSEMENT DES DEMENCES... 2 I. Les démences dégénératives...

Plus en détail

Le syndrome de Benson. F Etcharry-Bouyx

Le syndrome de Benson. F Etcharry-Bouyx Le syndrome de Benson F Etcharry-Bouyx Atrophie corticale Postérieure n Benson, 1988 n Origine dégénérative n Cortex occipital avec extension L atrophie corticale postérieure = syndrome de Benson n Atrophie

Plus en détail

Qu est-ce que la maladie d Alzheimer? Repérer les premiers signes. Envisager ou établir un diagnostic. Comment évolue la maladie?

Qu est-ce que la maladie d Alzheimer? Repérer les premiers signes. Envisager ou établir un diagnostic. Comment évolue la maladie? LA MALADIE D ALZHEIMER Que savons-nous en 2010? Dans le cadre de la XVIIème journée de mobilisation internationale organisée le 21 septembre, l Equipe Mobile d Intervention Gériatrique du Centre Hospitalier

Plus en détail

LES ÉVALUATIONS RELIÉES À L IDENTIFICATION DES TROUBLES ACTIVITÉS 3.6.1 3.6.2 3.6.3

LES ÉVALUATIONS RELIÉES À L IDENTIFICATION DES TROUBLES ACTIVITÉS 3.6.1 3.6.2 3.6.3 Des compétences professionnelles partagées en santé mentale et en relations humaines: la personne au premier plan LES ÉVALUATIONS RELIÉES À L IDENTIFICATION DES TROUBLES ACTIVITÉS 3.6.1 3.6.2 3.6.3 LES

Plus en détail

La maladie d Alzheimer

La maladie d Alzheimer La maladie d Alzheimer et les maladies apparentées Symptômes / évolution / diagnostic / traitements France Alzheimer, un réseau d associations partout en France au service des personnes malades et de leur

Plus en détail

Mild Cognitive Impairment (MCI) ou Déficit Cognitif Léger

Mild Cognitive Impairment (MCI) ou Déficit Cognitif Léger Mild Cognitive Impairment (MCI) ou Déficit Cognitif Léger Réunion du 19/11/2010 Équipe de Neuropsychologie Service de Neurologie CHU Rouen CHU_ Hôpitaux de Rouen - page 1 Historique du MCI 1837 : Pritchard

Plus en détail

PROBLEMES DANS LA VIE QUOTIDIENNE

PROBLEMES DANS LA VIE QUOTIDIENNE PROBLEMES DANS LA VIE QUOTIDIENNE FORMATION POUR LES AIDANTS FAMILIAUX MUTUALITE FRANCAISE 25/09/2008 Dr AUGUSTE Nicolas LE SOMMEIL TRAINE AU LIT, REFUSE DE SE LEVER Perte d initiative Occasionnel ou habituel?

Plus en détail

CMémoire LA DEMARCHE NEUROPSYCHOLOGIQUE. C. BAUDU Hôpital Pasteur Service de Psychiatrie Pavillon M1A

CMémoire LA DEMARCHE NEUROPSYCHOLOGIQUE. C. BAUDU Hôpital Pasteur Service de Psychiatrie Pavillon M1A CMémoire LA DEMARCHE NEUROPSYCHOLOGIQUE C. BAUDU Hôpital Pasteur Service de Psychiatrie Pavillon M1A VIELLISSEMENT COGNITIF NORMAL Approche neuropsychologique globale: Ralentissement du traitement de l

Plus en détail

Langage et Aphasies. Paul Broca (1824-1880)

Langage et Aphasies. Paul Broca (1824-1880) Langage et Aphasies Paul Broca (1824-1880) I- Le langage et son évaluation Donnez le nom d un objet servant à mesurer les angles. Langage : quelques erreurs «Une table, non..une chaise, non.» «Un tatu..tabuba..non

Plus en détail

Les mécanismes de la récupération neurologique. PPradat-Diehl DU de Rehabilitation neuropsychologique 2007

Les mécanismes de la récupération neurologique. PPradat-Diehl DU de Rehabilitation neuropsychologique 2007 Les mécanismes de la récupération neurologique PPradat-Diehl DU de Rehabilitation neuropsychologique 2007 Introduction Plasticité cérébrale / Récupération après lésion cérébrale Récupération spontanée

Plus en détail

Médecine Nucléaire et démences : TEMP de perfusion et TEP au FDG. Mathieu Chastan

Médecine Nucléaire et démences : TEMP de perfusion et TEP au FDG. Mathieu Chastan Médecine Nucléaire et démences : TEMP de perfusion et TEP au FDG Mathieu Chastan Démence OMS : Syndrome associant dégradation de la mémoire, du raisonnement, du comportement et de l aptitude à réaliser

Plus en détail

DU de réhabilitation neuropsychologique Paris 6. La stimulation cognitive

DU de réhabilitation neuropsychologique Paris 6. La stimulation cognitive DU de réhabilitation neuropsychologique Paris 6 La stimulation cognitive Emilie Wenisch Psychologue CMMR-IDF Hôpital Broca Stimulation Cognitive : terminologie SC : terme vaste «Ateliers mémoire» Pratiquée

Plus en détail

Troubles Cognitifs et Démences : Dépistage et Evaluation

Troubles Cognitifs et Démences : Dépistage et Evaluation Séminaire de Capacité de GériatrieG Troubles Cognitifs et Démences : Dépistage et Evaluation Claire LEISSING-DESPREZ Psychologue-Neuropsychologue Centre Hospitalier Émile Roux Assistance Publique Hôpitaux

Plus en détail

Troubles de la mémoire : Neuropsychologie et Psychiatrie

Troubles de la mémoire : Neuropsychologie et Psychiatrie Troubles de la mémoire : Neuropsychologie et Psychiatrie 2004-2005 COURS A L'HÔPITAL CHARLES FOIX DANS L'AMPHITHEATRE JEAN VIGNALOU SESSION I. ASPECTS FONDAMENTAUX ET METHODOLOGIE 25 27 Novembre 2004 Jeudi

Plus en détail

Hébergement des Malades Jeunes - solution 18 - Florence Pasquier, Bruno Dubois, Didier Hannequin

Hébergement des Malades Jeunes - solution 18 - Florence Pasquier, Bruno Dubois, Didier Hannequin Hébergement des Malades Jeunes - solution 18 - Florence Pasquier, Bruno Dubois, Didier Hannequin 1 Hébergement des malades jeunes Evaluer les besoins en hébergement quantitatifs et qualitatifs - si des

Plus en détail

Un événement organisé par :

Un événement organisé par : Le samedi 13 mars 2010 Place Antonin Poncet Lyon (2 ème ) Un événement organisé par : 1 Contexte général 2 Nos objectifs 3 L événement 4 Les thématiques 2010 5 Les organisateurs 6 Les associations contactées

Plus en détail

FORMATION 03/04/2014 CONSEIL GENERAL DIJON

FORMATION 03/04/2014 CONSEIL GENERAL DIJON DYSPRAXIES / TAC FORMATION 03/04/2014 CONSEIL GENERAL DIJON Diaporama réalisé par Julie LAPREVOTTE, ergothérapeute - D.U. en Neuropsychologie - Certificat Post Grade en Intégration Sensorielle - D.U. PATA

Plus en détail

Repérage, démarche diagnostique, identification de signes d alerte et stratégie de prise en charge

Repérage, démarche diagnostique, identification de signes d alerte et stratégie de prise en charge Repérage, démarche diagnostique, identification de signes d alerte et stratégie de prise en charge Démarche et objectifs Une démarche de santé publique à l initiative de la Direction générale de la Santé

Plus en détail

U N A F T C. Synthèse de la définition du handicap cognitif 1

U N A F T C. Synthèse de la définition du handicap cognitif 1 32 rue de la Colonie 75013 PARIS Tél : 01 53 80 66 03 Fax : 0153 80 66 04 Email : secretariat@traumacranien.org site internet : www.traumacranien.org U N A F T C U n i on N ationale d es A s s ociations

Plus en détail

Ce qu est la neuropsychologie

Ce qu est la neuropsychologie Neuropsychologie et troubles d apprentissage Francine Lussier Ph.D., neuropsychologue CÉNOP-FL et CRAN 858-6484 cenopfl@cenopfl.com Ce qu est la neuropsychologie La neuropsychologie est l étude de la relation

Plus en détail

TITRE DE L ACTIVITE : LES PERTURBATIONS DE LA PERCEPTION VISUELLE

TITRE DE L ACTIVITE : LES PERTURBATIONS DE LA PERCEPTION VISUELLE TITRE DE L ACTIVITE : LES PERTURBATIONS DE LA PERCEPTION VISUELLE Thème(s) concerné(s): La Terre dans l Univers, la vie et l évolution du vivant Enjeux planétaires contemporains Corps humain et santé Niveau(x)

Plus en détail

Du concept de fragilité à l évaluation gériatrique médico-psycho-sociale

Du concept de fragilité à l évaluation gériatrique médico-psycho-sociale Du concept de fragilité à l évaluation gériatrique médico-psycho-sociale EQUIPE MOBILE GERIATRIQUE ETRE-INDRE @FMC 36 Jeudi 12 juin 2014 «La Gourmandine» Villedieu-sur-Indre Mme Christine MOREAUX, infirmière

Plus en détail

Le bilan neuropsychologique du trouble de l attention. Ania MIRET Montluçon le 4-12- 2009

Le bilan neuropsychologique du trouble de l attention. Ania MIRET Montluçon le 4-12- 2009 Le bilan neuropsychologique du trouble de l attention Ania MIRET Montluçon le 4-12- 2009 Introduction L attention est une fonction de base dont l intégrité est nécessaire au bon fonctionnement cognitif

Plus en détail

Les troubles non moteurs de la maladie de Parkinson. Comprendre la maladie de Parkinson

Les troubles non moteurs de la maladie de Parkinson. Comprendre la maladie de Parkinson Les troubles non moteurs de la maladie de Parkinson Comprendre la maladie de Parkinson La maladie de Parkinson se définit classiquement par des troubles moteurs. Néanmoins, de nombreux autres symptômes,

Plus en détail

Remerciements à Madame Françoise Jauzein, de l INRP, pour l aide précieuse qu elle a apporté.

Remerciements à Madame Françoise Jauzein, de l INRP, pour l aide précieuse qu elle a apporté. Pierre Breton, Professeur de SVT, formateur, Lycée Henri Wallon, Valenciennes Académie de Lille Utilisation du logiciel Eduanatomist EduAnatomist est un logiciel de visualisation d'images de neuroimagerie.

Plus en détail

Rôle du psycho gériatre d un réseau gérontologique

Rôle du psycho gériatre d un réseau gérontologique Rôle du psycho gériatre d un réseau gérontologique Evaluation et prise en charge des troubles du comportement chez les patients difficiles, opposant et en auto-exclusion sociale avec comme exemple type

Plus en détail

L expertise en droit commun. Maître Daniel Bernfeld Docteur Anne Peskine

L expertise en droit commun. Maître Daniel Bernfeld Docteur Anne Peskine L expertise en droit commun Maître Daniel Bernfeld Docteur Anne Peskine Les règles de procédure Principe du contradictoire Principe de l imputabilité La mission, toute la mission, rien que la mission Place

Plus en détail

PERSONNE AGEE AUX URGENCES. Dr O.DROUIN Court Séjour Gériatrique CH VERDUN

PERSONNE AGEE AUX URGENCES. Dr O.DROUIN Court Séjour Gériatrique CH VERDUN PERSONNE AGEE AUX URGENCES Dr O.DROUIN Court Séjour Gériatrique CH VERDUN ET NON PAS URGENCES DE LA PERSONNE AGEE QUELQUES BANALITES TOUJOURS BONNES A PRECISER L âge n est pas une pathologie L âge de l

Plus en détail

6 Sommes-nous (les malades) tous égaux face à cette pathologie?

6 Sommes-nous (les malades) tous égaux face à cette pathologie? 6 Sommes-nous (les malades) tous égaux face à cette pathologie? Sans doute NON car la chronicisation des symptômes n est pas vécue de façon identique selon que le malade a en lui les ressources nécessaires

Plus en détail

DÉFICIENCE INTELLECTUELLE

DÉFICIENCE INTELLECTUELLE DÉFICIENCE INTELLECTUELLE DÉFICIENCE INTELLECTUELLE La personne ayant une déficience intellectuelle rencontre des défis au niveau cognitif, psychomoteur ou social qui limitent souvent son développement

Plus en détail

STIMULATION MAGNETIQUE REPETITIVE TRANSCRANIENNE

STIMULATION MAGNETIQUE REPETITIVE TRANSCRANIENNE STIMULATION MAGNETIQUE REPETITIVE TRANSCRANIENNE M. LEBLANC, G. VALERO, A. COSTANTINI, G. CABELGUEN. SERVICE DE NEUROPHYSIOLOGIE CLINIQUE DR.GUEGUEN Centre Hospitalier Sainte Anne.75014 PARIS HISTORIQUE

Plus en détail

LA COMMOTION CÉRÉBRALE

LA COMMOTION CÉRÉBRALE LA COMMOTION CÉRÉBRALE Philippe Fait, PhD, ATC, CAT(C) Thérapeute du Sport Agréé, Professeur-Chercheur à l UQTR Fondateur de la clinique Cortex Médecine & Réadaptation Séminaire St-Joseph, le 14 avril

Plus en détail

Ontologie des instruments pour le partage du résultat d'explorations cognitives et comportementales en neuroimagerie

Ontologie des instruments pour le partage du résultat d'explorations cognitives et comportementales en neuroimagerie Software technologies for integration of process and data in medical imaging Ontologie des instruments pour le partage du résultat d'explorations cognitives et comportementales en neuroimagerie Bénédicte

Plus en détail

La prise en charge diététique de la maladie d Alzheimer

La prise en charge diététique de la maladie d Alzheimer La prise en charge diététique de la maladie d Alzheimer http://www.carevox.fr/comment-lutter-contre-la-maladie-d-alzheimer.html 1. Les Conséquences de la maladie d Alzheimer sur l alimentation Phases Capacités

Plus en détail

N 59. Connaître les bases des classifications des troubles mentaux de l enfant à la personne âgée

N 59. Connaître les bases des classifications des troubles mentaux de l enfant à la personne âgée N 59. Connaître les bases des classifications des troubles mentaux de l enfant à la personne âgée Auteur : J.-A. M. Relecteurs : C. Q., C. L. Statistiques ECN 2008, dossier 4 2008, dossier 7 2010, dossier

Plus en détail

La conduite automobile chez les sujets âgés

La conduite automobile chez les sujets âgés La conduite automobile chez les sujets âgés Des conducteurs de plus en plus âgés Le taux de motorisation des ménages augmente 30% en 1960 80% actuellement En 1960: 10% des conducteurs avaient plus de 60

Plus en détail

«SOINS AUX PERSONNES AGEES : Cadre juridique et administratif des prises en charge chez la personne âgée»

«SOINS AUX PERSONNES AGEES : Cadre juridique et administratif des prises en charge chez la personne âgée» «SOINS AUX PERSONNES AGEES : Cadre juridique et administratif des prises en charge chez la personne âgée» intéresser, l entendre, et transformer en soins de vie ce qu elle veut nous dire qu elle soit atteinte

Plus en détail

GERONTOLOGIE / GERIATRIE. (Cours de M. Muzzio Ecole de Psychologues Praticiens, Paris 2002)

GERONTOLOGIE / GERIATRIE. (Cours de M. Muzzio Ecole de Psychologues Praticiens, Paris 2002) GERONTOLOGIE / GERIATRIE (Cours de M. Muzzio Ecole de Psychologues Praticiens, Paris 2002) I)- LE ROLE DU PSYCHOLOGUE EN GERIATRIE A)- Généralités B)- L évaluation neuro-psychologique C)- L aide au diagnostic

Plus en détail

DOSSIER ACCUEIL TEMPORAIRE

DOSSIER ACCUEIL TEMPORAIRE ASSOCIATION SAINT-JOSEPH Association Loi 1901 Reconnue d Intérêt Général www.association-saint-joseph.fr contact@association-saint-joseph.fr Association adhérente à la DATE : 09 2014 DOSSIER ACCUEIL TEMPORAIRE

Plus en détail

CONDUITE AUTOMOBILE ET SCLEROSE EN PLAQUES

CONDUITE AUTOMOBILE ET SCLEROSE EN PLAQUES CONDUITE AUTOMOBILE ET SCLEROSE EN PLAQUES Monsieur GARCIA Auto école CER Blanquefort Moniteur spécialisé dans le handicap Mademoiselle TITE Centre Tour de Gassies (Bruges) Ergothérapeute Docteur FAUCHER

Plus en détail

Rôles et Limites des UCC

Rôles et Limites des UCC Rôles et Limites des UCC Lille - Journée Mondiale Alzheimer 2015 Dr Jean ROCHE CHRU de Lille jean.roche@chru-lille.fr Origine des troubles du comportement dans les M.A.M.A. Facteurs Psychologiques Facteurs

Plus en détail

Dossier médico-social en ligne

Dossier médico-social en ligne Réseau d Aide au diagnostic, à la Prise en charge des Détériorations cognitives et de Maladies neurologiques chroniques en Franche-Comté et au niveau National Dossier médico-social en ligne Une équité

Plus en détail

MASTER (LMD) METIERS DE LA SANTE ASSOCIES A LA RECHERCHE CLINIQUE

MASTER (LMD) METIERS DE LA SANTE ASSOCIES A LA RECHERCHE CLINIQUE MASTER (LMD) METIERS DE LA SANTE ASSOCIES A LA RECHERCHE CLINIQUE RÉSUMÉ DE LA FORMATION Type de diplôme : Master (LMD) Domaine ministériel : Sciences, Technologies, Santé Mention : BIOLOGIE SANTE Spécialité

Plus en détail

NECO Pr Nicole Fiori NEUROSCIENCES COGNITIVES DU LANGAGE

NECO Pr Nicole Fiori NEUROSCIENCES COGNITIVES DU LANGAGE Université Paris-Descartes M2 RECHERCHE PSYCHOLOGIE COGNITIVE NECO Pr Nicole Fiori NEUROSCIENCES COGNITIVES DU LANGAGE Ouvrage recommandé : Fiori N. (2006). Les Neurosciences Cognitives. Armand Colin,

Plus en détail

Perte de poids, Dénutrition D et maladie d Alzheimer.

Perte de poids, Dénutrition D et maladie d Alzheimer. Perte de poids, Dénutrition D et maladie d Alzheimer. Anne Ghisolfi-Marque Introduction L évolution de la MA est entachée de complications qui conditionnent la qualité de vie complications nutritionnelles

Plus en détail

Les déficiences auditives

Les déficiences auditives Les déficiences auditives Le système auditif est un système très perfectionné qui permet à l individu à la fois d être en alerte constante au niveau de son environnement, de recevoir et de traiter les

Plus en détail

Présentation de. l Equipe Spécialisée Alzheimer SMD LYON

Présentation de. l Equipe Spécialisée Alzheimer SMD LYON Présentation de l Equipe Spécialisée Alzheimer SMD LYON Soins d accompagnement et de réhabilitation auprès de personnes atteintes de la maladie d Alzheimer Marie PONCET-JEANNE, Psychologue / Coordinatrice

Plus en détail

Epilepsies : Parents, enseignants, comment accompagner l enfant pour éviter l échec scolaire?

Epilepsies : Parents, enseignants, comment accompagner l enfant pour éviter l échec scolaire? Epilepsies : Parents, enseignants, comment accompagner l enfant pour éviter l échec scolaire? L épilepsie concerne plus de 500 000 personnes en France, dont la moitié sont des enfants ou des adolescents.

Plus en détail

Première table ronde : Définition, épidémiologie, physiopathologie

Première table ronde : Définition, épidémiologie, physiopathologie Première table ronde : Commotion cérébrale, définitions et généralités Pr. Philippe DECQ, Professeur des universités, praticien hospitalier, service neurochirurgie, Groupe hospitalier Henri Mondor de Créteil;

Plus en détail

Cognition musicale / musique et mémoire

Cognition musicale / musique et mémoire Cours Magistral Licence 2 Cognition musicale / musique et mémoire 4 et 6 Novembre 2013 Laura Ferreri LEAD (2 étage AAFE), bureau 215 lf.ferreri@gmail.com cognition musicale musique Comment peut-on définir

Plus en détail

DOCUMENT D INFORMATION POUR LES PROFESSIONNELS DE SANTE

DOCUMENT D INFORMATION POUR LES PROFESSIONNELS DE SANTE DOCUMENT D INFORMATION POUR LES PROFESSIONNELS DE SANTE Actes d ergothérapie et de psychomotricité susceptibles d être réalisés pour la réadaptation à domicile des personnes souffrant de la maladie d Alzheimer

Plus en détail

L évolution du langage chez les jeunes enfants

L évolution du langage chez les jeunes enfants L évolution du langage chez les jeunes enfants De la difficulté au trouble Animation pédagogique-brigitte Lavallée 1 Avant-propos La maîtrise du langage, élément fondamental de la réussite scolaire de

Plus en détail

Sommaire. Prologue. Préfaces

Sommaire. Prologue. Préfaces Sommaire Prologue Préfaces I. Prendre en charge les urgences cardiovasculaires 1. Principes de gestion de l'urgence cardiologique par le professionnel de santé au travail Rôle du professionnel de santé

Plus en détail

Hébergement des personnes atteintes de maladie Alzheimer (ou apparentée) de moins de 60 ans

Hébergement des personnes atteintes de maladie Alzheimer (ou apparentée) de moins de 60 ans Formation Participative Hébergement des personnes atteintes de maladie Alzheimer (ou apparentée) de moins de 60 ans Florence Pasquier, Florence Lebert Hébergement des malades jeunes Mesure 18 confiée au

Plus en détail

La migraine. Foramen ovale perméable. Infarctus cérébral (surtout chez la femme)

La migraine. Foramen ovale perméable. Infarctus cérébral (surtout chez la femme) La migraine 1/Introduction : Céphalée primaire (sans lésion sous-jacente). Deux variétés principales: Migraine sans aura (migraine commune). Migraine avec aura (migraine accompagnée). Diagnostic: interrogatoire

Plus en détail

Quel rôle pour le pédiatre face aux troubles des apprentissages de l enfant?

Quel rôle pour le pédiatre face aux troubles des apprentissages de l enfant? Quel rôle pour le pédiatre face aux troubles des apprentissages de l enfant? Journée de formation PLURADYS 26 novembre 2010 Dr Jean-Louis GUIMAS Pédiatre Dijon Le pédiatre, médecin de l enfance Dès la

Plus en détail

LIVRET D ACCUEIL (Service Spécialisé Alzheimer)

LIVRET D ACCUEIL (Service Spécialisé Alzheimer) LIVRET D ACCUEIL (Service Spécialisé Alzheimer) SOMMAIRE 1 DISPOSITIONS GENERALES... 3 1.1 PRESENTATION DU SERVICE SPECIALISE ALZHEIMER... 3 1.2 MISSIONS DU SERVICE... 3 1.3 LE PERSONNEL... 4 2 - FONCTIONNEMENT...

Plus en détail

Jouons ensemble : une expérience de jeu dramatique en Accueil de Jour auprès de patients atteints de troubles cognitifs

Jouons ensemble : une expérience de jeu dramatique en Accueil de Jour auprès de patients atteints de troubles cognitifs Jouons ensemble : une expérience de jeu dramatique en Accueil de Jour auprès de patients atteints de troubles cognitifs Julia Chaperon To cite this version: Julia Chaperon. Jouons ensemble : une expérience

Plus en détail

La dyspraxie visuo-spatiale

La dyspraxie visuo-spatiale 1 La dyspraxie visuo-spatiale 2 Définition Dyspraxie visuo-spatiale Introduction La plus fréquente des dyspraxies Association d un trouble du geste de nature dyspraxique et d un trouble visuo-spatial Pathologie

Plus en détail

la maladie d Alzheimer

la maladie d Alzheimer Prévenir... les difficultés de vie avec un proche atteint de la maladie d Alzheimer 27 La maladie d Alzheimer n est pas la maladie d une seule personne 800 000 français sont atteints par la maladie d Alzheimer

Plus en détail

VENDREDI 26 AVRIL 2013 HÔPITAL DE LA TIMONE MARSEILLE DOSSIER DE PRESSE SOMMAIRE

VENDREDI 26 AVRIL 2013 HÔPITAL DE LA TIMONE MARSEILLE DOSSIER DE PRESSE SOMMAIRE INAUGURATION DE L'HÔPITAL DE JOUR EN NEURO-ONCOLOGIE, SCLÉROSE EN PLAQUES ET DOULEUR CHRONIQUE ET DU CENTRE D ÉVALUATION ET DU TRAITEMENT DE LA DOULEUR VENDREDI 26 AVRIL 2013 HÔPITAL DE LA TIMONE MARSEILLE

Plus en détail

Données brutes des consultations mémoire régionales à partir des données de la Banque Nationale Alzheimer (BNA) en 2010.

Données brutes des consultations mémoire régionales à partir des données de la Banque Nationale Alzheimer (BNA) en 2010. Données brutes des consultations mémoire régionales à partir des données de la Banque Nationale Alzheimer (BNA) en 2010. En 2010, 30 sites de consultations mémoire sont repérés avec 16 labellisations.

Plus en détail

L ACTIVITE PHYSIQUE DES SENIORS UN ENJEU DE PREVENTION

L ACTIVITE PHYSIQUE DES SENIORS UN ENJEU DE PREVENTION L ACTIVITE PHYSIQUE DES SENIORS UN ENJEU DE PREVENTION Docteur CASCUA Stéphane Médecin du Sport ACTIVITE PHYSIQUE et SEDENTARITE Activité physique Dépense > 2000 kcal/semaine Plus de 30 mn de marche active/jour

Plus en détail

1ST2S Biophysiopathologie : Motricité et système nerveux. 2012-2013. La physiologie neuro-musculaire :

1ST2S Biophysiopathologie : Motricité et système nerveux. 2012-2013. La physiologie neuro-musculaire : La physiologie neuro-musculaire : Introduction : Le neurone possède 3 propriétés indispensables pour assurer sa fonction au sein de l organisme : -l excitabilité : capacité à répondre à un stimulus -la

Plus en détail

Isabelle MAURIN (Cadre de santé au Centre Léon Bérard, Lyon)

Isabelle MAURIN (Cadre de santé au Centre Léon Bérard, Lyon) Isabelle MAURIN (Cadre de santé au Centre Léon Bérard, Lyon) Le cancer du sein Risque estimé de développer un cancer du sein selon l âge Age 30 ans 40 ans 50 ans 60 ans 70 ans 80 ans Risque estimé 1/2212

Plus en détail

Le bilan multidisciplinaire : contenu. M.C. Nassogne Service de Neurologie Pédiatrique Cliniques universitaires Saint-Luc

Le bilan multidisciplinaire : contenu. M.C. Nassogne Service de Neurologie Pédiatrique Cliniques universitaires Saint-Luc Le bilan multidisciplinaire : contenu M.C. Nassogne Service de Neurologie Pédiatrique Cliniques universitaires Saint-Luc Bilan multidisciplinaire Evaluation par différents intervenants du développement

Plus en détail

Quel(s) diagnostic(s)? Quels examens? Quelle prise en charge?

Quel(s) diagnostic(s)? Quels examens? Quelle prise en charge? Cas clinique Patiente de 70 ans Pas d'antécédent Après un cours de danse : troubles du comportement, désorientation temporo-spatiale, questions répétées à son mari Examen clinique : amnésie antérograde,

Plus en détail

Dr Marie-Anne Dumont

Dr Marie-Anne Dumont Dr Marie-Anne Dumont Bulles d espace «La vieillesse est une période inévitable et naturelle de la vie humaine caractérisée par une baisse des fonctions physiques, de la perte du rôle social joué comme

Plus en détail

Leçons à tirer du rapport d activité d une UCC: expérience de l UCC de l Hôpital Broca

Leçons à tirer du rapport d activité d une UCC: expérience de l UCC de l Hôpital Broca producti Leçons à tirer du rapport d activité d une UCC: expérience de l UCC de l Hôpital Broca Hermine Lenoir Unité Cognitivo-Comportementale CMRR Broca, Paris XIII (Pôle de Gérontologie- Pr. A.S. Rigaud)

Plus en détail

La consommation d alcool : de la tentation à l addiction au dépens de. Dr Sana ABOUZAHIR Médecin généraliste 13 Novembre 2014

La consommation d alcool : de la tentation à l addiction au dépens de. Dr Sana ABOUZAHIR Médecin généraliste 13 Novembre 2014 La consommation d alcool : de la tentation à l addiction au dépens de. Dr Sana ABOUZAHIR Médecin généraliste 13 Novembre 2014 Plan Généralités Effets de l alcool sur la santé Autres effets Rôle du médecin

Plus en détail

LA DOULEUR : PRISE EN CHARGE NON- MÉDICAMENTEUSE

LA DOULEUR : PRISE EN CHARGE NON- MÉDICAMENTEUSE LA DOULEUR : PRISE EN CHARGE NON- MÉDICAMENTEUSE REMALDO Equipe de rééducation-hlsom Octobre 2011 ETUDE DE CAS: MONSIEUR F DESCRIPTION M F est âgé de 80 ans, il est entouré par sa famille, diagnostic posé

Plus en détail

Maladie d Alzheimer et démence apparentée : Intérêt de la réhabilitation à domicile?

Maladie d Alzheimer et démence apparentée : Intérêt de la réhabilitation à domicile? UNIVERSITE DU DROIT ET DE LA SANTE - LILLE 2 FACULTE DE MEDECINE HENRI WAREMBOURG Année : 2013 THESE POUR LE DIPLOME D'ETAT DE DOCTEUR EN MEDECINE Maladie d Alzheimer et démence apparentée : Intérêt de

Plus en détail

Préface Page 3. La maladie en quelques mots Page 4 à 5. 1 - Doutes et interrogations Page 6 à 7. 2 - Le diagnostic. Page 8

Préface Page 3. La maladie en quelques mots Page 4 à 5. 1 - Doutes et interrogations Page 6 à 7. 2 - Le diagnostic. Page 8 SOMMAIRE Préface Page 3 La maladie en quelques mots Page 4 à 5 1 - Doutes et interrogations Page 6 à 7 2 - Le diagnostic. Page 8 3 - Les aides Page 9 à 11 3.1 - Le soutien à domicile (ménage, courses,

Plus en détail

Les aménagements. pour la scolarisation. d un enfant avec TED. en classe ordinaire

Les aménagements. pour la scolarisation. d un enfant avec TED. en classe ordinaire Les aménagements pour la scolarisation d un enfant avec TED en classe ordinaire Armande Perrier Enseignante spécialisée - SMPEA Peyre-Plantade Villa Saint Georges - Montpellier 2008 Fonctionnement cognitif

Plus en détail

LES TROUBLES DE LA PAROLE ET DU LANGAGE

LES TROUBLES DE LA PAROLE ET DU LANGAGE Document à destination des personnels de l enseignement supérieur. Mieux appréhender l arrivée d un(e) étudiant(e) en situation de handicap. LES TROUBLES DE LA PAROLE ET DU LANGAGE 1 Fiche pratique «Handicap»

Plus en détail

La Maladie d Alzheimer Autres Démences. Il n est pas normal d oublier. ni d oublier que l on oublie... MAIS. Toute plainte de Mémoire n est pas une

La Maladie d Alzheimer Autres Démences. Il n est pas normal d oublier. ni d oublier que l on oublie... MAIS. Toute plainte de Mémoire n est pas une La Maladie d Alzheimer Autres Démences Dr Jean ROCHE Consultation Mémoire Clinique de Gériatrique CHU de Lille jean.roche@chru chru-lille.fr Il n est pas normal d oublier ni d oublier que l on oublie...

Plus en détail

ALD 8 DIABÈTE DE TYPE 1 DE L ENFANT ET DE L ADOLESCENT

ALD 8 DIABÈTE DE TYPE 1 DE L ENFANT ET DE L ADOLESCENT ALD 8 DIABÈTE DE TYPE 1 DE L ENFANT ET DE L ADOLESCENT GUIDE MÉDECIN -1- SOMMAIRE INTRODUCTION... 3 GUIDE MEDECIN ALD 8 - DIABETE DE TYPE 1 DE L ENFANT ET DE L ADOLESCENT... 4 I. BILAN INITIAL... 4 I.1.

Plus en détail

Dysphasies : Aspects rééducatifs. Rééducation des Dysphasies. Principes de la rééducation des dysphasies. Grands axes de la rééducation

Dysphasies : Aspects rééducatifs. Rééducation des Dysphasies. Principes de la rééducation des dysphasies. Grands axes de la rééducation Dysphasies : Aspects rééducatifs des Dysphasies Florence George : Orthophoniste CERTA CHU Timone - Marseille Précoce préserver l appétence à la communication Intensive : au moins 3 fois par semaine Accompagnement

Plus en détail

Bourse IPSEN/SOFMER 2005

Bourse IPSEN/SOFMER 2005 Page 1 sur 6 Bourse IPSEN/SOFMER 2005 Les lauréats de la bourse IPSEN/SOFMER sont cette année les Dr Patrick Dehail et Dr Jacques Luaute Les prix ont été remis lors de l assemblée générale de la SOFMER

Plus en détail

Association France - DFT

Association France - DFT Association France - DFT Dégénérescences Fronto-Temporales Pour nous contacter Nous écrire Association France - DFT 41, rue de Richelieu 75001 Paris Nous adresser un mail Le site internet www.dft-france.org

Plus en détail

Le bilan diagnostique Kinésithérapique

Le bilan diagnostique Kinésithérapique Le bilan diagnostique Kinésithérapique «La kinésithérapie prévient, réduit, restaure ou compense les mouvements pathologiques au niveau des déficiences, des limitations fonctionnelles, incapacités et des

Plus en détail

MIEUX CONNAÎTRE LES HANDICAPS, ADAPTER SON COMPORTEMENT

MIEUX CONNAÎTRE LES HANDICAPS, ADAPTER SON COMPORTEMENT MIEUX CONNAÎTRE LES HANDICAPS, ADAPTER SON COMPORTEMENT Chaque handicap est différent. Si la classification des handicaps en grandes familles peut, au premier abord, paraître réductrice, elle a cependant

Plus en détail

Les neurosciences : un défi scientifique majeur

Les neurosciences : un défi scientifique majeur NEUROSCIENCES Les neurosciences : un défi scientifique majeur Comprendre comment fonctionne le cerveau, à l'échelle des molécules, des cellules mais aussi des réseaux : c'est ce défi scientifique majeur

Plus en détail

Traumatisme crânien ou traumatisme cranio-cérébral Trouble de santé neurologique Aide-mémoire

Traumatisme crânien ou traumatisme cranio-cérébral Trouble de santé neurologique Aide-mémoire Définition La notion de traumatisme crânien ou traumatisme crânio-cérébral (TCC) couvre les traumatismes du neurocrâne (partie haute du crâne contenant le cerveau) et du cerveau. La Société de l'assurance

Plus en détail

L hôpital de jour ( HDJ ) en Hôpital général Intérêt d une structure polyvalente? Dr O.Ille Centre hospitalier Mantes la Jolie, Yvelines

L hôpital de jour ( HDJ ) en Hôpital général Intérêt d une structure polyvalente? Dr O.Ille Centre hospitalier Mantes la Jolie, Yvelines L hôpital de jour ( HDJ ) en Hôpital général Intérêt d une structure polyvalente? Dr O.Ille Centre hospitalier Mantes la Jolie, Yvelines Hôpital de jour (HDJ) Permet des soins ou examens nécessitant plateau

Plus en détail

Programme d enseignement Service de neurologie Hôtel-Dieu de Lévis

Programme d enseignement Service de neurologie Hôtel-Dieu de Lévis Programme d enseignement Service de neurologie Hôtel-Dieu de Lévis Service de neurologie Le service de neurologie de l Hôtel-Dieu de Lévis opère dans un Centre Hospitalier Affilié à l Université Laval,

Plus en détail

Calendrier des formations INTER en 2011

Calendrier des formations INTER en 2011 Calendrier des formations INTER en 2011 THEMES Liste des formations INTER MOTIVEZ ET DYNAMISEZ VOS EQUIPES 98 % de participants satisfaits et se sentant reconnus à la sortie de nos formations! L environnement

Plus en détail

Les pertes de mémoire chez les patients âgés déments: caractéristiques et propositions d aide

Les pertes de mémoire chez les patients âgés déments: caractéristiques et propositions d aide Les pertes de mémoire chez les patients âgés déments: caractéristiques et propositions d aide Professeur Eric Salmon Centre de la Mémoire (www.cmchuliege.be) Service de Neurologie CHU de Liège Démence:

Plus en détail

Maladie d Alzheimer et maladies apparentées : diagnostic et prise en charge

Maladie d Alzheimer et maladies apparentées : diagnostic et prise en charge Maladie d Alzheimer et maladies apparentées : diagnostic et prise en charge Décembre 2011 Dépistage Traitements médicamenteux spécifiques Conduite à tenir devant un trouble cognitif (évaluation initiale)

Plus en détail

Approche clinique: que faire devant une suspicion de retard mental?

Approche clinique: que faire devant une suspicion de retard mental? Approche clinique: que faire devant une suspicion de retard mental? Dr Nathalie MEÏER, CH Carcassonne. Soirée de la SOFOMEC «Le handicap mental : de l enfant à l adulte», 3 Juin 2010 Les approches cliniques

Plus en détail

Le logiciel EduAnatomist.

Le logiciel EduAnatomist. Le logiciel EduAnatomist. Les travaux de l équipe ACCES (Actualisation Continue des Connaissances des Enseignants en Sciences) de l INRP restent, hélas, largement méconnus des enseignants de SVT. Pourtant,

Plus en détail

«Le Chemin d Éole», une Maison d accueil spécialisée dotée d une unité dédiée aux patients souffrant de la Chorée de Huntington

«Le Chemin d Éole», une Maison d accueil spécialisée dotée d une unité dédiée aux patients souffrant de la Chorée de Huntington «Le Chemin d Éole», une Maison d accueil spécialisée dotée d une unité dédiée aux patients souffrant de la Chorée de Huntington Géré par l institut Camille Miret (association d intérêt général à but non

Plus en détail

Mémoire humaine Mécanismes neurophysiologiques de la mémoire

Mémoire humaine Mécanismes neurophysiologiques de la mémoire Mémoire humaine Mécanismes neurophysiologiques de la mémoire Master de Psychologie (M1) Fabrice Guillaume - année 2008-2009 1. Substrats neurophysiologiques de la mémoire 1 Substrats neurophysiologiques

Plus en détail

DU MOUVEMENT CONTRE LES CHUTES, QUELLE PRISE EN CHARGE EN EHPAD? Expérience chiffrée sur les ateliers équilibre, marche et gym douce

DU MOUVEMENT CONTRE LES CHUTES, QUELLE PRISE EN CHARGE EN EHPAD? Expérience chiffrée sur les ateliers équilibre, marche et gym douce DU MOUVEMENT CONTRE LES CHUTES, QUELLE PRISE EN CHARGE EN EHPAD? Expérience chiffrée sur les ateliers équilibre, marche et gym douce EPMS EBREUIL - VAL de SIOULE EHPAD - UPHV - FOYER de VIE 14, rue des

Plus en détail

5317 Assistance à la personne à domicile. Fiches descriptives

5317 Assistance à la personne à domicile. Fiches descriptives Formation professionnelle et technique et formation continue Direction de la formation continue et du soutien 5317 Assistance à la personne à domicile Fiches descriptives Reconnaissance des acquis et des

Plus en détail

Formation initiale des bénévoles

Formation initiale des bénévoles Formation initiale des bénévoles Le vieillissement normal et pathologique Les bénévoles vont découvrir / renforcer leurs connaissances liées au vieillissement des personnes en situation normale (manifestations

Plus en détail

LE CERVEAU ET LA MEMOIRE. Jean-Marc Devaud. Centre de Recherches sur la Cognition Animale CNRS-Université Paul Sabatier Toulouse

LE CERVEAU ET LA MEMOIRE. Jean-Marc Devaud. Centre de Recherches sur la Cognition Animale CNRS-Université Paul Sabatier Toulouse LE CERVEAU ET LA MEMOIRE Jean-Marc Devaud Centre de Recherches sur la Cognition Animale CNRS-Université Paul Sabatier Toulouse LE CERVEAU ET LA MEMOIRE Qu est-ce-que la mémoire? «LA» MEMOIRE N EXISTE PAS,

Plus en détail

Equipe ACCES Neurosciences

Equipe ACCES Neurosciences Equipe ACCES Neurosciences Programme de 1 ère S : Référentiel : Le cortex sensoriel et la plasticité du système nerveux central (illustration grâce { des images d activation du cortex somesthésique ou

Plus en détail

mentale Monsieur Falize la création et l utilisation d imagerie interactive, les associations noms-visages, la méthode des lieux.

mentale Monsieur Falize la création et l utilisation d imagerie interactive, les associations noms-visages, la méthode des lieux. Pr Anne-Marie Ergis le vieillissement entraîne le déclin d un certain nombre de fonctions cognitives, comme la vitesse de traitement, les ressources attentionnelles, la mémoire de travail, la mémoire épisodique

Plus en détail

Atelier Cognisud. Contribution à PIRSTEC pour un appel d offre ANR

Atelier Cognisud. Contribution à PIRSTEC pour un appel d offre ANR Atelier Cognisud Contribution à PIRSTEC pour un appel d offre ANR Ces notes sont une contribution à la réflexion dans le cadre de PIRSTEC, faite par le réseau Cognisud suite à un atelier organisé le Jeudi

Plus en détail