Équations différentielles en physique

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Équations différentielles en physique"

Transcription

1 Fiche Mathématiques pour la Physique - Équations différentielles en physique - MPSI 1 Lycée Chaptal Équations différentielles en physique On ne considère en physique en prépa (quasiment) que des équations différentielles sur une fonction g(t) de la forme a 0 g(t) + a 1 g (t) + a 2 g (t) g (n) (t) = b où n est l ordre de l équation différentielle et les coefficients {a 0, a 1, a 2,..., a n 1 } sont des coefficients constants. Remarquons que l on a rendu le coefficient devant la plus grande dérivée égal à un : on dit qu on a normalisé l équation. On considèrera toujours cette étape effectuée dans la suite. En physique en prépa, on se restreindra à n = 1 et n = 2, on verra toutefois en cours comment résoudre des équations de degrés supérieurs. De plus, on se situera dans le cas où le second membre b est également une constante, on verra là aussi plus tard comment traiter des cas différents (quelques idées sont données en annexe). Cette fiche n est qu un résumé des méthodes et résultats mais en aucun cas ne prétend se substituer à un cours de maths dont elle n a pas la rigueur. I - Méthode générale de résolution On note EDL l équation différentielle linéaire étudiée et (H) l équation homogène associée, c est-à-dire sans second membre a 0 g(t) + a 1 g (t) + a 2 g (t) g (n) (t) = 0 La méthode proposée est très générale et fonctionne pour un ordre quelconque et des coefficients {a 0, a 1, a 2,..., a n } non nécessairement constants pour peu que l équation reste linéaire. Enfin, on note CI pour Condition(s) Initiale(s). Méthode de résolution 1. On résout l équation homogène associée à l EDL. La solution homogène est notée g h (t), elle dépend d autant de paramètres (qu on déterminera au point 4) que le degré de l équation différentielle. On apprend par cœur les solutions des ordres un et deux! ; 2. On cherche UNE solution particulière g p (t) à l équation avec second membre. On cite en annexe quelques méthodes pour trouver une telle solution particulière ; 3. La solution générale est alors la somme de ces deux fonctions : g(t) = g h (t) + g p (t) ; 4. on utilise ALORS ET SEULEMENT ALORS les CI pour déterminer LA solution correspondant à notre problème. Dans le cas de la physique, c est un peu plus simple puisque les {a 0, a 1, a 2,..., a n } sont des constantes très souvent positives et que b est également une constante. Dans ce cas, g p (t) est en fait une constante : pour la déterminer, il suffit de remarquer que ses dérivées successives sont nulles et que par conséquent on a g p (t) = b a 0 Ce résultat étant vrai de façon évidente pour n importe quelle valeur de n. La vraie difficulté - si l on puit dire, car en fait il s agit d apprendre le résultat par cœur - réside dans la solution homogène de l équation. Pour cette question, on a les théorèmes des parties suivantes, dont les résultats peuvent être utilisés sans scrupules ni explications au concours et durant l année. 1

2 Fiche Mathématiques pour la Physique - Équations différentielles en physique II - Cas d un premier ordre A. Solution homogène g (t) + a 0 g(t) = 0 a pour solution g h (t) = λ e a0t Le paramètre λ sera déterminé à la fin par UNE condition initiale. La forme plus générale pour a 0 dépendant du temps est vue en maths et s écrit g (t) + a 0 (t) g(t) = 0 a pour solution g h (t) = λ e a 0 (t) dt Il existe en fait une expression plus courante en physique car plus facilement interprétable, c est la mise de l équation sous la forme suivante, où τ = 1/a 0 : g (t) + 1 τ g(t) = 0 a pour solution g h(t) = λ e t/τ L intérêt de cette forme alternative réside dans le fait que τ possède alors une interprétation physique : c est un temps caractéristique de l évolution exponentielle, facile à évaluer graphiquement de surcroît. Cette dernière forme de l équation différentielle est parfois appelée forme canonique, car à partir de celle-ci on peut donner des résultats complètement formels sans cas numériques particuliers. La solution complète est finalement g(t) = λ e t/τ + b a 0 On détermine alors complètement la solution en trouvant λ grâce à une CI. B. Allures des solutions et interprétation physique des paramètres On a les deux allures possibles suivantes, selon que l exponentielle est croissante ou décroissante (ce qui dépend des CI). Ces dessins expliquent aussi comment trouver graphiquement τ, soit par la méthode de la tangente à l origine, soit en mesurant les temps à 63% (37%), 95% (5%) ou 99% (1%). L interprétation physique de τ est alors assez simple, puisque c est un bon ordre de grandeur de la durée du régime transitoire, c est-à-dire de la «durée» de l exponentielle - puisqu en théorie, celle-ci n atteint l asymptote qu à l infini. On remarque aussi le résultat suivant qui s appliquera aussi au second ordre : La solution particulière fixe le régime permanent, la solution homogène le régime transitoire 3 2

3 Fiche Mathématiques pour la Physique - Équations différentielles en physique - MPSI 1 Lycée Chaptal En effet, le régime permanent est obtenu après quelques temps caractéristiques, classiquement trois ou cinq, lorsque la solution homogène est «devenue nulle». Il ne reste donc que la solution particulière. Celle-ci joue un rôle partiel dans le régime transitoire mais les caractéristiques de celui-ci, notamment son étendue temporelle, sont fixés par la solution homogène. Remarque : attention à la méthode de la tangente à l origine. Celle-ci correspond à l intersection de la tangente avec l asymptote et non l axe des abscisses. De plus, il faut prendre un compte un éventuel «retard» au démarrage comme le montre le dessin ci-contre. C. Identification d un premier ordre Le problème général consiste à déterminer les coefficients d une équation différentielle à partir d un relevé temporel de réponse indiciel (voir les exercices I et II du TD Régime transitoire par exemple). Ici, il s agit de trouver le seul paramètre τ et les allures précédentes montrent comment trouver celui-ci. La valeur asymptotique donne accès au second membre. On a donc accès complètement à l équation différentielle. III - Cas du second ordre A. Différentes formes canoniques Rappelons qu en général, les coefficients sont tous positifs en physique (et en SI encore plus). Entre la physique et la SI, il existe trois formes canoniques différentes de l équation homogène qui sont les suivantes : En physique g + 2γ g + 2 g = 0 ou bien g + Q g + 2 g = 0 avec immédiatement par identification Q = /(2γ) Les paramètres γ, Q et sont tous positifs et appelés respectivement coefficient de frottement γ, facteur de qualité Q et pulsation propre. Ces noms doivent être connus afin de savoir de quoi l on parle. Le facteur de qualité est sans dimension, le coefficient de frottement et la pulsation propre sont eux homogènes à des pulsations (ie d unité usuelle le radian par seconde rad.s 1 ). En SI g 2 + 2m g + g = 0 Les SIstes ont tendance à normaliser le coefficient devant g et non devant la plus grande dérivée. Le paramètre est le même mais le paramètre m, aussi noté ξ parfois selon les profs et les livres, est lui adimensionné, toujours positif et est appelé coefficient d amortissement. On peut définir également Q grâce à Q=1/(2m). Les deux formes canoniques ont leurs avantages et leurs inconvénients. Les interprétations physiques sont plus simples avec les formes des physiciens, l exploitation numérique est plus simple en forme SI. 3

4 Fiche Mathématiques pour la Physique - Équations différentielles en physique B. Solution homogène On commence par associer à l équation homogène une équation dite caractéristique valant selon la forme canonique choisie X 2 + 2γ X + 2 = 0 ou X 2 + Q X + 2 = 0 ou X m X + 1 = 0 Le principe est alors de déterminer les deux racines du polynôme qui seront les exposants de deux exponentielles dont la combinaison linéaire constituera la solution homogène. Pour cela, on calcule le discriminant du polynôme qui vaut donc respectivement = 4 ( γ 2 2 ) ou = 2 ( ) 1 Q 2 4 ou = 4 ( ω 2 m 2 1 ) 0 La nature des racines et donc des solutions dépend du signe de ce discriminant. Si > 0 ie si γ > ou si Q < 1/2 ou si m > 1 (on retient faible qualité - Q petit - ou fort amortissement - m grand), on a deux racines réelles négatives 1 que l on note X 1 et X 2 2. La solution homogène est alors g(t) = λ e X 1 t + µ e X 2 t Ces deux exponentielles tendent vers zéro à l infini puisque X 1 et X 2 sont négatives : on parle de solutions amorties ou évanescentes. Ce régime particulier de fonctionnement s appelle le Régime Apériodique. Si = 0 ie si γ = ou si Q = 1/2 ou si on m = 1, on a une racine double réelle négative X valant X = γ = /(2Q) = m et conduisant à la forme g(t) = (λt + µ) e Xt C est en fait un cas particulier du cas précédent car seule la forme de la solution change, mais celle-ci est toujours évanescente. On parle de solution amortie critique car elle va faire la frontière avec le régime suivant. Ce régime particulier de fonctionnement s appelle le Régime Apériodique Critique. Si le terme central est nul ie si γ = 0 ou si Q = ou si m = 0, on a < 0 et deux racines imaginaires pures opposées. Ce régime particulier de fonctionnement s appelle le Régime Harmonique, il n existe pas en réalité car il y a toujours des pertes d énergie (et donc un terme central) mais correspond au cas idéal d un système sans pertes. L équation différentielle s écrit alors g + 2 g = 0 et les racines sont donc + j. La solution de cette équation s écrit alors g(t) = λe jt + µe jt mais on n utilisera jamais cette forme! En effet, quelques lignes de calculs montrent que cela revient à avoir une solution de la forme (au choix) C cos ( t + φ C ) ou S sin ( t + φ S ) ou A cos ( t) + B sin ( t) où les couples (C, φ C ), (S, φ S ) et (A, B) sont déterminés par les CI. Mon conseil est de préférer cette troisième et dernière forme, encadrée - cinq cœurs. On verra pourquoi en cours et en TD surtout : celle-ci se révèle en effet très pratique à l usage pour faire des calculs simples. Les quantités φ C et φ S sont appelées phases à l origine car ce sont les valeurs de la phase des cosinus et sinus pour t = En effet, on sait en maths que le produit des racines vaut le coefficient constant du polynôme. Comme celui-ci est positif, alors les racines sont de même signe. De plus, on sait que le coefficient central vaut l opposée de la somme des racines, donc cette somme est négative, ce qui impose deux racines négatives. Ceci est un «truc» classique à connaître. 2. Selon la forme canonique considérée, ces racines sont γ + γ 2 ω 2 0, /(2Q) + (1/Q 2 4) /2 ou m + ω0 m 2 1. Calculez les pour vous entraîner, c est très formateur! 4

5 Fiche Mathématiques pour la Physique - Équations différentielles en physique - MPSI 1 Lycée Chaptal La solution est purement sinusoïdale sans amortissement (c est ce qu est censé représenter mon dessin magnifique ci-contre). C est la raison du terme «harmonique» donnant son nom au régime. De plus, on note que la pulsation de ce sinus est, donc sa fréquence (propre) est f 0 = 2π et sa période (propre) T 0 = 1 f 0 = 2π Cela conduit à l interprétation physique de la pulsation propre : La pulsation propre est la pulsation qu aurait un système idéal sans perte. Si < 0 ie si γ < ou si Q > 1/2 ou si on m < 1 (on retient bonne qualité - Q élevé - ou faible amortissement - m petit), on a deux racines complexes conjuguées de partie réelle négative. Notons ces racines X = A + j ω p, avec A < 0 donc et ω p choisie comme la solution de partie imaginaire positive. La grandeur ω p est appelée pseudo pulsation du système. Il y a plusieurs façons d exprimer la solution, tout comme pour le cas harmonique. On retiendra la suivante qui est de loin la plus pratique g(t) = [ ] C cos (ω p t) + S sin (ω p t) e At Les constantes C et S sont déterminées avec les CI après ajout de la solution particulière. Finalement, la partie oscillante ne dépend que de la partie imaginaire de la racine et la partie amortie que de la partie réelle! Le système est progressivement amorti puisque l exponentielle tend vers zéro à l infini, A étant une quantité négative. Le calcul (que vous pouvez et devez faire, pour vérifier que vous savez calculer des racines de polynômes de degré deux!) montre pour chacune des trois formes canoniques les résultats suivants : A = γ et ω p = ( ) ( ) 2 γ 2 soit g(t) = C cos ω02 γ 2 t + S sin ω02 γ 2 t e γt A = ω 0 2Q et ω p = 1 1 soit g(t) = C cos 4Q2 ( 1 1 ) 4Q 2 t + S sin ( 1 1 ) 4Q 2 t e t/2q A = m et ω p = 1 m2 soit g(t) = C cos ( 1 m2 t ) + S sin ( 1 m2 t ) e mω0 t Ces résultats ne sont pas à connaître! Vous aurez en général des valeurs numériques donc vous ferez le calcul directement sur les coefficients proposées. Si vous deviez malgré tout traiter un cas général, vous verrez que cela revient à faire ce que l on vient de calculer en choisissant un cas particulier de régime pour mener les calculs.je vous donne les expressions pour que vous puissiez les rechercher pour vous entraîner. Si vous savez traiter ceux-là, vous savez tout faire. Remarquons également en regardant les différentes expressions de ω p que cette pulsation est forcément inférieure à, la fréquence propre f 0 est donc elle-même supérieure la pseudo fréquence f p et la période propre est inférieure à la pseudo-période T p. Ce régime particulier de fonctionnement s appelle le régime pseudo-périodique ou pseudo-oscillant. Remarque : on rencontrera parfois des systèmes avec des coefficients non positifs et par conséquent d autres types de solutions, comme les solutions explosives pour lesquelles on trouve au moins une exponentielle croissante et donc tendant vers l infini pour un temps infini. La solution générale est alors comme d habitude la somme de la solution homogène déterminée et de la solution particulière. Notons qu il faut alors DEUX CI pour définir la solution unique et que ces deux CI correspondent en la donnée pour une même valeur de t de la valeur de la fonction et de sa dérivée. On donne ainsi souvent g (0) et g(0) mais donner g(0) et g(1) peut ne servir à rien. Attention donc. 5

6 Fiche Mathématiques pour la Physique - Équations différentielles en physique Quelques propriétés importantes à connaître : On montre en maths que de tous les régimes apériodiques, celui qui dure la moins longtemps et donc arrive le plus vite en régime permanent est le régime critique. Ceci est illustré sur la figure de la partie identification, la courbe apériodique critique étant celle de régime transitoire court. Dans le cas du régime pseudo-périodique, on a vu que les caractéristiques oscillatoires de la solution ne dépendent que de la partie imaginaire des racines. De même, les caractéristiques de l amortissement ne dépendent que de la partie réelle des racines. Ce résultat hors programme est très pratique à connaître : on montre que le nombre d oscillations visibles pour un régime pseudo oscillant est de l ordre de Q. Si vous voyez 8 oscillations et que vous calculez Q = 8, c est donc que vous ne vous êtes probablement pas trompé! C. Identification d un second ordre Tout d abord, et on le montrera en TP expérimentalement, un second ordre en régime apériodique est très difficile à distinguer d un premier ordre. Cela peut se voir autour de t = 0, en zoomant, car la pente d un premier ordre est très sèche ce qui est rarement le cas d un second ordre. Mais même ce critère ne permet pas de conclure en réalité. On sait juste que si la pente n est pas sèche, c est forcément un second ordre (voir figure ci-dessous). Dans ce cas, on assimile en général le système à un premier ordre et on utilise les méthodes précédentes pour le premier ordre (tangente à l origine ou temps de réponse à x%). On montre que si le discriminant de l équation caractéristique est assez grand, on a alors deux racines très écartées donc l une rend l exponentielle très négligeable devant l autre ce qui explique cette allure d ordre un. On montre aussi que plus le discriminant est grand et plus cette racine s approche de Q, plus précisément Si 1, on a g(t) g 0 e Qt g 0 e t/2m g 0 e 2 t/2γ Ainsi, on peut trouver en mesurant un τ de premier ordre une valeur approchée Q par exemple. Cela ne sert pas à grand chose... 6

7 Fiche Mathématiques pour la Physique - Équations différentielles en physique - MPSI 1 Lycée Chaptal L identification trouve vraiment son utilité dans le cas d un système pseudopériodique. On cherche alors à déterminer trois paramètres. Le plus facile à déterminer utilise la valeur asymptotique de la représentation temporelle qui donne accès au second membre de l équation différentielle puisque g = g p = b/a 0. Ensuite, on cherche qui intervient dans toutes les formes canoniques, et enfin un paramètres parmi Q, m ou γ selon la forme canonique retenue. De toutes façons, déterminer l un de ses trois paramètres permet de trouver les deux autres. On va montrer comment déterminer et γ, donc notre première forme canonique. On déduit alors les autres formes canoniques en utilisant le fait que Q = /(2γ) et m = γ/. Première étape : on mesure la pseudo-période T p 3 du signal. Celle-ci s évalue soit entre deux passages de la fonction par l asymptote OU entre deux extrema de même nature (deux max ou deux min). Toutefois, il faut préférer les passages par l asymptote car ceux-ci ont une dérivée plus grande et il est donc plus facile d évaluer la valeur de leurs positions, alors que l écart entre les max ou les mins, sont, par définition, les lieux où les dérivées sont nulles et donc où il est le plus difficile d évaluer la position car ce sont des zones quasi plates (d autant plus avec un amortissement faible). Sur le dessin ci-dessous, l évaluation entre les max et min n est pas représentée. On a mesuré T p donc la pseudo-fréquence f p = 1/T p et la pseudo-pulsation ω = 2πf p. Seconde étape : on relève les valeurs de deux points de la courbe espacés d une pseudo période T p (que l on vient de mesurer). On calcule alors la quantité suivante, appelée décrément logarithmique [ ] g(t) g δ = ln g(t + T p ) g La forme des solutions vues plus haut montre 4 alors que l on a δ = γt p Puisqu on a mesuré T p et δ, on a γ. Enfin, puisque ω p vaut par définition 2 γ 2, on obtient également et c est fini! 3. Celle-ci est appelée pseudo période car le signal n est pas périodique! Parler de période n a donc pas de sens. 4. En effet, la partie oscillante prend la même valeur entre deux instants espacés de T p par définition. Le rapport ne laisse donc apparaître que celui des parties amorties, c est-à-dire e γ t par e γ (t+tp) qui conduit à e γ Tp et enfin à l expression proposée en prenant le logarithme. 7

8 Fiche Mathématiques pour la Physique - Équations différentielles en physique IV - Remarques complémentaires A. Autres méthodes de recherches d une solution particulière Vous les verrez en maths, mais retenez les trois essentielles : On cherche une solution évidente : ça paraît idiot, mais parfois il y en a alors que les méthodes suivantes ne sont pas très efficaces! On cherche une solution particulière «sous la forme du second membre». C est la méthode utilisée précédemment, puisque si le second membre est constant, on a vu qu il existait une solution particulière constante. Par exemple, si le second membre est un polynôme, on cherchera une solution sous la forme d un polynôme. Si c est un sinus, on cherchera une solution sous la forme d un sinus, etc... On utilise la méthode de séparation de variables. Je vous renvoie à votre cours de maths pour le principe mais celle-ci est rarement utilisé en prépa en physique. B. Méthode de la séparation de variables Cette méthode, très utile en physique et assez souvent utilisée, permet de résoudre un certain nombre d équation du premier ordre non linéaire. Je précise bien du premier ordre : on ne parviendra pas à l utiliser pour un ordre différent. On part d une équation dans laquelle la dérivée première est écrite dg/dt. Le principe est de réunir d un côté de l égalité «tout ce qui dépend de g» et de l autre «tout ce qui dépend de t», en manipulant les dt et dg comme s il s agissaient de nombres. Le plus simple pour comprendre la méthode est de l observer sur un exemple. Soit à résoudre g 2g 2 = 0. On ne précise pas les CI car le problème des CI pour une équation non linéaire est un point compliqué. On récrit l équation sous la forme dg dt 2g2 = 0 soit dg dt = 2g2 puis dg g 2 = 2dt Ainsi, à une constante additive K près, 1/g = 2t + K et enfin en prenant l inverse g(t) = 1 2t + K Bref, ça marche même si cela ressemble à du bidouillage et permet parfois de résoudre des équations pas évidentes du tout! C est une méthode à retenir. V - Quelques équations différentielles avec CI à résoudre - avec solutions! 1. (1 + x 2 ) y + 4xy = 0 avec y(0) = 1 ; 2. y + xy = x avec y(0) = 0 ; 3. yy = x : cette équation étant non linéaire, les règles sur les CI sont plus compliquées et il n y a pas unicité forcément. Trouver deux solutions vérifiant y(0) = 0 par exemple ici. 4. xy y = x 3 avec y(1) = 0 ; 5. y + 2y 3y = 0 avec y(0) = 1, y (0) = 1 ; 6. 2y + 12y + 10y = 5 avec y(0) = 0, y (0) = 0 ; 7. y + y + y = x 2 avec y(0) = 2, y (0) = 0. Les solutions sont 1 1. (1 + x 2 ) 2 ; 2. 1 e x2 /2 ; 3. y = + x ; 4. x3 x 2 ( ) 3 7. t 2 2t + e [2 t/2 cos 2 t + 2 ( )] 3 3 sin 2 t. ; 5. e x + e 3x 2 ; 6. 5e x + e 5x ; 8

Premier ordre Expression de la fonction de transfert : H(p) = K

Premier ordre Expression de la fonction de transfert : H(p) = K Premier ordre Expression de la fonction de transfert : H(p) = K + τ.p. K.e τ K.e /τ τ 86% 95% 63% 5% τ τ 3τ 4τ 5τ Temps Caractéristiques remarquables de la réponse à un échelon e(t) = e.u(t). La valeur

Plus en détail

Chapitre 1 Régime transitoire dans les systèmes physiques

Chapitre 1 Régime transitoire dans les systèmes physiques Chapitre 1 Régime transitoire dans les systèmes physiques Savoir-faire théoriques (T) : Écrire l équation différentielle associée à un système physique ; Faire apparaître la constante de temps ; Tracer

Plus en détail

Oscillations libres des systèmes à deux degrés de liberté

Oscillations libres des systèmes à deux degrés de liberté Chapitre 4 Oscillations libres des systèmes à deux degrés de liberté 4.1 Introduction Les systèmes qui nécessitent deux coordonnées indépendantes pour spécifier leurs positions sont appelés systèmes à

Plus en détail

TP 7 : oscillateur de torsion

TP 7 : oscillateur de torsion TP 7 : oscillateur de torsion Objectif : étude des oscillations libres et forcées d un pendule de torsion 1 Principe général 1.1 Définition Un pendule de torsion est constitué par un fil large (métallique)

Plus en détail

Chapitre 0 Introduction à la cinématique

Chapitre 0 Introduction à la cinématique Chapitre 0 Introduction à la cinématique Plan Vitesse, accélération Coordonnées polaires Exercices corrigés Vitesse, Accélération La cinématique est l étude du mouvement Elle suppose donc l existence à

Plus en détail

Fonctions de plusieurs variables

Fonctions de plusieurs variables Module : Analyse 03 Chapitre 00 : Fonctions de plusieurs variables Généralités et Rappels des notions topologiques dans : Qu est- ce que?: Mathématiquement, n étant un entier non nul, on définit comme

Plus en détail

Continuité et dérivabilité d une fonction

Continuité et dérivabilité d une fonction DERNIÈRE IMPRESSIN LE 7 novembre 014 à 10:3 Continuité et dérivabilité d une fonction Table des matières 1 Continuité d une fonction 1.1 Limite finie en un point.......................... 1. Continuité

Plus en détail

Chapitre 3 Les régimes de fonctionnement de quelques circuits linéaires

Chapitre 3 Les régimes de fonctionnement de quelques circuits linéaires Chapitre 3 Les régimes de fonctionnement de quelques circuits linéaires 25 Lechapitreprécédent avait pour objet l étude decircuitsrésistifsalimentéspar dessourcesde tension ou de courant continues. Par

Plus en détail

Chapitre 3. Quelques fonctions usuelles. 1 Fonctions logarithme et exponentielle. 1.1 La fonction logarithme

Chapitre 3. Quelques fonctions usuelles. 1 Fonctions logarithme et exponentielle. 1.1 La fonction logarithme Chapitre 3 Quelques fonctions usuelles 1 Fonctions logarithme et eponentielle 1.1 La fonction logarithme Définition 1.1 La fonction 7! 1/ est continue sur ]0, +1[. Elle admet donc des primitives sur cet

Plus en détail

Exercices Alternatifs. Une fonction continue mais dérivable nulle part

Exercices Alternatifs. Une fonction continue mais dérivable nulle part Eercices Alternatifs Une fonction continue mais dérivable nulle part c 22 Frédéric Le Rou (copleft LDL : Licence pour Documents Libres). Sources et figures: applications-continues-non-derivables/. Version

Plus en détail

Exercices Alternatifs. Une fonction continue mais dérivable nulle part

Exercices Alternatifs. Une fonction continue mais dérivable nulle part Eercices Alternatifs Une fonction continue mais dérivable nulle part c 22 Frédéric Le Rou (copyleft LDL : Licence pour Documents Libres). Sources et figures: applications-continues-non-derivables/. Version

Plus en détail

Nombre dérivé et tangente

Nombre dérivé et tangente Nombre dérivé et tangente I) Interprétation graphique 1) Taux de variation d une fonction en un point. Soit une fonction définie sur un intervalle I contenant le nombre réel a, soit (C) sa courbe représentative

Plus en détail

Représentation géométrique d un nombre complexe

Représentation géométrique d un nombre complexe CHAPITRE 1 NOMBRES COMPLEXES 1 Représentation géométrique d un nombre complexe 1. Ensemble des nombres complexes Soit i le nombre tel que i = 1 L ensemble des nombres complexes est l ensemble des nombres

Plus en détail

3 Approximation de solutions d équations

3 Approximation de solutions d équations 3 Approximation de solutions d équations Une équation scalaire a la forme générale f(x) =0où f est une fonction de IR dans IR. Un système de n équations à n inconnues peut aussi se mettre sous une telle

Plus en détail

Complément d information concernant la fiche de concordance

Complément d information concernant la fiche de concordance Sommaire SAMEDI 0 DÉCEMBRE 20 Vous trouverez dans ce dossier les documents correspondants à ce que nous allons travailler aujourd hui : La fiche de concordance pour le DAEU ; Page 2 Un rappel de cours

Plus en détail

SYSTEMES LINEAIRES DU PREMIER ORDRE

SYSTEMES LINEAIRES DU PREMIER ORDRE SYSTEMES LINEIRES DU PREMIER ORDRE 1. DEFINITION e(t) SYSTEME s(t) Un système est dit linéaire invariant du premier ordre si la réponse s(t) est liée à l excitation e(t) par une équation différentielle

Plus en détail

F411 - Courbes Paramétrées, Polaires

F411 - Courbes Paramétrées, Polaires 1/43 Courbes Paramétrées Courbes polaires Longueur d un arc, Courbure F411 - Courbes Paramétrées, Polaires Michel Fournié michel.fournie@iut-tlse3.fr http://www.math.univ-toulouse.fr/ fournie/ Année 2012/2013

Plus en détail

Développements limités, équivalents et calculs de limites

Développements limités, équivalents et calculs de limites Développements ités, équivalents et calculs de ites Eercice. Déterminer le développement ité en 0 à l ordre n des fonctions suivantes :. f() e (+) 3 n. g() sin() +ln(+) n 3 3. h() e sh() n 4. i() sin(

Plus en détail

1 radian. De même, la longueur d un arc de cercle de rayon R et dont l angle au centre a pour mesure α radians est α R. R AB =R.

1 radian. De même, la longueur d un arc de cercle de rayon R et dont l angle au centre a pour mesure α radians est α R. R AB =R. Angles orientés Trigonométrie I. Préliminaires. Le radian Définition B R AB =R C O radian R A Soit C un cercle de centre O. Dire que l angle géométrique AOB a pour mesure radian signifie que la longueur

Plus en détail

Exercices - Fonctions de plusieurs variables : corrigé. Pour commencer

Exercices - Fonctions de plusieurs variables : corrigé. Pour commencer Pour commencer Exercice 1 - Ensembles de définition - Première année - 1. Le logarithme est défini si x + y > 0. On trouve donc le demi-plan supérieur délimité par la droite d équation x + y = 0.. 1 xy

Plus en détail

Automatique Linéaire 1 Travaux Dirigés 1A ISMIN

Automatique Linéaire 1 Travaux Dirigés 1A ISMIN Automatique Linéaire 1 Travaux Dirigés Travaux dirigés, Automatique linéaire 1 J.M. Dutertre 2014 TD 1 Introduction, modélisation, outils. Exercice 1.1 : Calcul de la réponse d un 2 nd ordre à une rampe

Plus en détail

Chapitre 2 Le problème de l unicité des solutions

Chapitre 2 Le problème de l unicité des solutions Université Joseph Fourier UE MAT 127 Mathématiques année 2011-2012 Chapitre 2 Le problème de l unicité des solutions Ce que nous verrons dans ce chapitre : un exemple d équation différentielle y = f(y)

Plus en détail

Union générale des étudiants de Tunisie Bureau de l institut Préparatoire Aux Etudes D'ingénieurs De Tunis. Modèle de compte-rendu de TP.

Union générale des étudiants de Tunisie Bureau de l institut Préparatoire Aux Etudes D'ingénieurs De Tunis. Modèle de compte-rendu de TP. Union générale des étudiants de Tunisie Modèle de compte-rendu de TP Dipôle RC Ce document a été publié pour l unique but d aider les étudiants, il est donc strictement interdit de l utiliser intégralement

Plus en détail

Angles orientés et fonctions circulaires ( En première S )

Angles orientés et fonctions circulaires ( En première S ) Angles orientés et fonctions circulaires ( En première S ) Dernière mise à jour : Jeudi 01 Septembre 010 Vincent OBATON, Enseignant au lycée Stendhal de Grenoble (Année 006-007) Lycée Stendhal, Grenoble

Plus en détail

Automatique Linéaire 1 1A ISMIN

Automatique Linéaire 1 1A ISMIN Automatique linéaire 1 J.M. Dutertre 2014 Sommaire. I. Introduction, définitions, position du problème. p. 3 I.1. Introduction. p. 3 I.2. Définitions. p. 5 I.3. Position du problème. p. 6 II. Modélisation

Plus en détail

Equations différentielles linéaires à coefficients constants

Equations différentielles linéaires à coefficients constants Equations différentielles linéaires à coefficients constants Cas des équations d ordre 1 et 2 Cours de : Martine Arrou-Vignod Médiatisation : Johan Millaud Département RT de l IUT de Vélizy Mai 2007 I

Plus en détail

Exercices - Polynômes : corrigé. Opérations sur les polynômes

Exercices - Polynômes : corrigé. Opérations sur les polynômes Opérations sur les polynômes Exercice 1 - Carré - L1/Math Sup - Si P = Q est le carré d un polynôme, alors Q est nécessairement de degré, et son coefficient dominant est égal à 1. On peut donc écrire Q(X)

Plus en détail

Correction de l examen de la première session

Correction de l examen de la première session de l examen de la première session Julian Tugaut, Franck Licini, Didier Vincent Si vous trouvez des erreurs de Français ou de mathématiques ou bien si vous avez des questions et/ou des suggestions, envoyez-moi

Plus en détail

La fonction exponentielle

La fonction exponentielle DERNIÈRE IMPRESSION LE 2 novembre 204 à :07 La fonction exponentielle Table des matières La fonction exponentielle 2. Définition et théorèmes.......................... 2.2 Approche graphique de la fonction

Plus en détail

Chapitre 6. Fonction réelle d une variable réelle

Chapitre 6. Fonction réelle d une variable réelle Chapitre 6 Fonction réelle d une variable réelle 6. Généralités et plan d étude Une application de I dans R est une correspondance entre les éléments de I et ceu de R telle que tout élément de I admette

Plus en détail

I - PUISSANCE D UN POINT PAR RAPPORT A UN CERCLE CERCLES ORTHOGONAUX POLES ET POLAIRES

I - PUISSANCE D UN POINT PAR RAPPORT A UN CERCLE CERCLES ORTHOGONAUX POLES ET POLAIRES I - PUISSANCE D UN POINT PAR RAPPORT A UN CERCLE CERCLES ORTHOGONAUX POLES ET POLAIRES Théorème - Définition Soit un cercle (O,R) et un point. Une droite passant par coupe le cercle en deux points A et

Plus en détail

TOUT CE QU IL FAUT SAVOIR POUR LE BREVET

TOUT CE QU IL FAUT SAVOIR POUR LE BREVET TOUT E QU IL FUT SVOIR POUR LE REVET NUMERIQUE / FONTIONS eci n est qu un rappel de tout ce qu il faut savoir en maths pour le brevet. I- Opérations sur les nombres et les fractions : Les priorités par

Plus en détail

Fonctions de deux variables. Mai 2011

Fonctions de deux variables. Mai 2011 Fonctions de deux variables Dédou Mai 2011 D une à deux variables Les fonctions modèlisent de l information dépendant d un paramètre. On a aussi besoin de modéliser de l information dépendant de plusieurs

Plus en détail

1 Complément sur la projection du nuage des individus

1 Complément sur la projection du nuage des individus TP 0 : Analyse en composantes principales (II) Le but de ce TP est d approfondir nos connaissances concernant l analyse en composantes principales (ACP). Pour cela, on reprend les notations du précédent

Plus en détail

Calcul intégral élémentaire en plusieurs variables

Calcul intégral élémentaire en plusieurs variables Calcul intégral élémentaire en plusieurs variables PC*2 2 septembre 2009 Avant-propos À part le théorème de Fubini qui sera démontré dans le cours sur les intégrales à paramètres et qui ne semble pas explicitement

Plus en détail

Fonctions de plusieurs variables, intégrales multiples, et intégrales dépendant d un paramètre

Fonctions de plusieurs variables, intégrales multiples, et intégrales dépendant d un paramètre IUFM du Limousin 2009-10 PLC1 Mathématiques S. Vinatier Rappels de cours Fonctions de plusieurs variables, intégrales multiples, et intégrales dépendant d un paramètre 1 Fonctions de plusieurs variables

Plus en détail

Donner les limites de validité de la relation obtenue.

Donner les limites de validité de la relation obtenue. olutions! ours! - Multiplicateur 0 e s alculer en fonction de. Donner les limites de validité de la relation obtenue. Quelle est la valeur supérieure de? Quel est le rôle de 0? - Multiplicateur e 0 s alculer

Plus en détail

Comparaison de fonctions Développements limités. Chapitre 10

Comparaison de fonctions Développements limités. Chapitre 10 PCSI - 4/5 www.ericreynaud.fr Chapitre Points importants 3 Questions de cours 6 Eercices corrigés Plan du cours 4 Eercices types 7 Devoir maison 5 Eercices Chap Et s il ne fallait retenir que si points?

Plus en détail

Dérivation : cours. Dérivation dans R

Dérivation : cours. Dérivation dans R TS Dérivation dans R Dans tout le capitre, f désigne une fonction définie sur un intervalle I de R (non vide et non réduit à un élément) et à valeurs dans R. Petits rappels de première Téorème-définition

Plus en détail

Fonctions de plusieurs variables

Fonctions de plusieurs variables Maths MP Exercices Fonctions de plusieurs variables Les indications ne sont ici que pour être consultées après le T (pour les exercices non traités). Avant et pendant le T, tenez bon et n allez pas les

Plus en détail

Bac Blanc Terminale ES - Février 2011 Épreuve de Mathématiques (durée 3 heures)

Bac Blanc Terminale ES - Février 2011 Épreuve de Mathématiques (durée 3 heures) Bac Blanc Terminale ES - Février 2011 Épreuve de Mathématiques (durée 3 heures) Eercice 1 (5 points) pour les candidats n ayant pas choisi la spécialité MATH Le tableau suivant donne l évolution du chiffre

Plus en détail

I. Polynômes de Tchebychev

I. Polynômes de Tchebychev Première épreuve CCP filière MP I. Polynômes de Tchebychev ( ) 1.a) Tout réel θ vérifie cos(nθ) = Re ((cos θ + i sin θ) n ) = Re Cn k (cos θ) n k i k (sin θ) k Or i k est réel quand k est pair et imaginaire

Plus en détail

Notes du cours MTH1101 Calcul I Partie II: fonctions de plusieurs variables

Notes du cours MTH1101 Calcul I Partie II: fonctions de plusieurs variables Notes du cours MTH1101 Calcul I Partie II: fonctions de plusieurs variables Guy Desaulniers Département de mathématiques et de génie industriel École Polytechnique de Montréal Automne 2014 Table des matières

Plus en détail

IV- Equations, inéquations dans R, Systèmes d équations

IV- Equations, inéquations dans R, Systèmes d équations IV- Equations, inéquations dans R, Systèmes d équations 1- Equation à une inconnue Une équation est une égalité contenant un nombre inconnu noté en général x et qui est appelé l inconnue. Résoudre l équation

Plus en détail

Bien lire l énoncé 2 fois avant de continuer - Méthodes et/ou Explications Réponses. Antécédents d un nombre par une fonction

Bien lire l énoncé 2 fois avant de continuer - Méthodes et/ou Explications Réponses. Antécédents d un nombre par une fonction Antécédents d un nombre par une fonction 1) Par lecture graphique Méthode / Explications : Pour déterminer le ou les antécédents d un nombre a donné, on trace la droite (d) d équation. On lit les abscisses

Plus en détail

Optimisation non linéaire Irène Charon, Olivier Hudry École nationale supérieure des télécommunications

Optimisation non linéaire Irène Charon, Olivier Hudry École nationale supérieure des télécommunications Optimisation non linéaire Irène Charon, Olivier Hudry École nationale supérieure des télécommunications A. Optimisation sans contrainte.... Généralités.... Condition nécessaire et condition suffisante

Plus en détail

STATIQUE GRAPHIQUE ET STATIQUE ANALYTIQUE

STATIQUE GRAPHIQUE ET STATIQUE ANALYTIQUE ÉCOLE D'INGÉNIEURS DE FRIBOURG (E.I.F.) SECTION DE MÉCANIQUE G.R. Nicolet, revu en 2006 STATIQUE GRAPHIQUE ET STATIQUE ANALYTIQUE Eléments de calcul vectoriel Opérations avec les forces Equilibre du point

Plus en détail

Représentation des Nombres

Représentation des Nombres Chapitre 5 Représentation des Nombres 5. Representation des entiers 5.. Principe des représentations en base b Base L entier écrit 344 correspond a 3 mille + 4 cent + dix + 4. Plus généralement a n a n...

Plus en détail

Partie 1 - Séquence 3 Original d une fonction

Partie 1 - Séquence 3 Original d une fonction Partie - Séquence 3 Original d une fonction Lycée Victor Hugo - Besançon - STS 2 I. Généralités I. Généralités Définition Si F(p) = L [f(t)u (t)](p), alors on dit que f est l original de F. On note f(t)

Plus en détail

t 100. = 8 ; le pourcentage de réduction est : 8 % 1 t Le pourcentage d'évolution (appelé aussi taux d'évolution) est le nombre :

t 100. = 8 ; le pourcentage de réduction est : 8 % 1 t Le pourcentage d'évolution (appelé aussi taux d'évolution) est le nombre : Terminale STSS 2 012 2 013 Pourcentages Synthèse 1) Définition : Calculer t % d'un nombre, c'est multiplier ce nombre par t 100. 2) Exemples de calcul : a) Calcul d un pourcentage : Un article coûtant

Plus en détail

Exercices Alternatifs. Quelqu un aurait-il vu passer un polynôme?

Exercices Alternatifs. Quelqu un aurait-il vu passer un polynôme? Exercices Alternatifs Quelqu un aurait-il vu passer un polynôme? c 2004 Frédéric Le Roux, François Béguin (copyleft LDL : Licence pour Documents Libres). Sources et figures: polynome-lagrange/. Version

Plus en détail

Exercices Alternatifs. Quelqu un aurait-il vu passer un polynôme?

Exercices Alternatifs. Quelqu un aurait-il vu passer un polynôme? Exercices Alternatifs Quelqu un aurait-il vu passer un polynôme? c 2004 Frédéric Le Roux, François Béguin (copyleft LDL : Licence pour Documents Libres). Sources et figures: polynome-lagrange/. Version

Plus en détail

Suites numériques 4. 1 Autres recettes pour calculer les limites

Suites numériques 4. 1 Autres recettes pour calculer les limites Suites numériques 4 1 Autres recettes pour calculer les limites La propriété suivante permet de calculer certaines limites comme on verra dans les exemples qui suivent. Propriété 1. Si u n l et fx) est

Plus en détail

Chafa Azzedine - Faculté de Physique U.S.T.H.B 1

Chafa Azzedine - Faculté de Physique U.S.T.H.B 1 Chafa Azzedine - Faculté de Physique U.S.T.H.B 1 Définition: La cinématique est une branche de la mécanique qui étudie les mouements des corps dans l espace en fonction du temps indépendamment des causes

Plus en détail

Utiliser des fonctions complexes

Utiliser des fonctions complexes Chapitre 5 Utiliser des fonctions complexes Construire une formule conditionnelle avec la fonction SI Calculer un remboursement avec la fonction VPN Utiliser des fonctions mathématiques Utiliser la fonction

Plus en détail

Exprimer ce coefficient de proportionnalité sous forme de pourcentage : 3,5 %

Exprimer ce coefficient de proportionnalité sous forme de pourcentage : 3,5 % 23 CALCUL DE L INTÉRÊT Tau d intérêt Paul et Rémi ont reçu pour Noël, respectivement, 20 et 80. Ils placent cet argent dans une banque, au même tau. Au bout d une année, ce placement leur rapportera une

Plus en détail

Notions d asservissements et de Régulations

Notions d asservissements et de Régulations I. Introduction I. Notions d asservissements et de Régulations Le professeur de Génie Electrique doit faire passer des notions de régulation à travers ses enseignements. Les notions principales qu'il a

Plus en détail

Exercice 1 Trouver l équation du plan tangent pour chaque surface ci-dessous, au point (x 0,y 0,z 0 ) donné :

Exercice 1 Trouver l équation du plan tangent pour chaque surface ci-dessous, au point (x 0,y 0,z 0 ) donné : Enoncés : Stephan de Bièvre Corrections : Johannes Huebschmann Exo7 Plans tangents à un graphe, différentiabilité Exercice 1 Trouver l équation du plan tangent pour chaque surface ci-dessous, au point

Plus en détail

Chapitre 2/ La fonction de consommation et la fonction d épargne

Chapitre 2/ La fonction de consommation et la fonction d épargne hapitre 2/ La fonction de consommation et la fonction d épargne I : La fonction de consommation keynésienne II : Validations et limites de la fonction de consommation keynésienne III : Le choix de consommation

Plus en détail

Introduction à l étude des Corps Finis

Introduction à l étude des Corps Finis Introduction à l étude des Corps Finis Robert Rolland (Résumé) 1 Introduction La structure de corps fini intervient dans divers domaines des mathématiques, en particulier dans la théorie de Galois sur

Plus en détail

Angles orientés et trigonométrie

Angles orientés et trigonométrie Chapitre Angles orientés et trigonométrie Ce que dit le programme : CONTENUS CAPACITÉS ATTENDUES COMMENTAIRES Trigonométrie Cercle trigonométrique. Radian. Mesure d un angle orienté, mesure principale.

Plus en détail

Exo7. Limites de fonctions. 1 Théorie. 2 Calculs

Exo7. Limites de fonctions. 1 Théorie. 2 Calculs Eo7 Limites de fonctions Théorie Eercice Montrer que toute fonction périodique et non constante n admet pas de ite en + Montrer que toute fonction croissante et majorée admet une ite finie en + Indication

Plus en détail

Chapitre 2 Les ondes progressives périodiques

Chapitre 2 Les ondes progressives périodiques DERNIÈRE IMPRESSION LE er août 203 à 7:04 Chapitre 2 Les ondes progressives périodiques Table des matières Onde périodique 2 2 Les ondes sinusoïdales 3 3 Les ondes acoustiques 4 3. Les sons audibles.............................

Plus en détail

* très facile ** facile *** difficulté moyenne **** difficile ***** très difficile I : Incontournable T : pour travailler et mémoriser le cours

* très facile ** facile *** difficulté moyenne **** difficile ***** très difficile I : Incontournable T : pour travailler et mémoriser le cours Exo7 Continuité (étude globale). Diverses fonctions Exercices de Jean-Louis Rouget. Retrouver aussi cette fiche sur www.maths-france.fr * très facile ** facile *** difficulté moyenne **** difficile *****

Plus en détail

Mesure d angles et trigonométrie

Mesure d angles et trigonométrie Thierry Ciblac Mesure d angles et trigonométrie Mesure de l angle de deux axes (ou de deux demi-droites) de même origine. - Mesures en degrés : Divisons un cercle en 360 parties égales définissant ainsi

Plus en détail

ÉVALUATION FORMATIVE. On considère le circuit électrique RC représenté ci-dessous où R et C sont des constantes strictement positives.

ÉVALUATION FORMATIVE. On considère le circuit électrique RC représenté ci-dessous où R et C sont des constantes strictement positives. L G L G Prof. Éric J.M.DELHEZ ANALYSE MATHÉMATIQUE ÉALUATION FORMATIE Novembre 211 Ce test vous est proposé pour vous permettre de faire le point sur votre compréhension du cours d Analyse Mathématique.

Plus en détail

Exercices - Nombres complexes : corrigé. Formes algébriques et trigonométriques, module et argument

Exercices - Nombres complexes : corrigé. Formes algébriques et trigonométriques, module et argument Formes algébriques et trigonométriques, module et argument Exercice - - L/Math Sup - On multiplie le dénominateur par sa quantité conjuguée, et on obtient : Z = 4 i 3 + i 3 i 3 = 4 i 3 + 3 = + i 3. Pour

Plus en détail

Correction du Baccalauréat S Amérique du Nord mai 2007

Correction du Baccalauréat S Amérique du Nord mai 2007 Correction du Baccalauréat S Amérique du Nord mai 7 EXERCICE points. Le plan (P) a une pour équation cartésienne : x+y z+ =. Les coordonnées de H vérifient cette équation donc H appartient à (P) et A n

Plus en détail

Cercle trigonométrique et mesures d angles

Cercle trigonométrique et mesures d angles Cercle trigonométrique et mesures d angles I) Le cercle trigonométrique Définition : Le cercle trigonométrique de centre O est un cercle qui a pour rayon 1 et qui est muni d un sens direct : le sens inverse

Plus en détail

8.1 Généralités sur les fonctions de plusieurs variables réelles. f : R 2 R (x, y) 1 x 2 y 2

8.1 Généralités sur les fonctions de plusieurs variables réelles. f : R 2 R (x, y) 1 x 2 y 2 Chapitre 8 Fonctions de plusieurs variables 8.1 Généralités sur les fonctions de plusieurs variables réelles Définition. Une fonction réelle de n variables réelles est une application d une partie de R

Plus en détail

Fonction réciproque. Christelle MELODELIMA. Chapitre 2 :

Fonction réciproque. Christelle MELODELIMA. Chapitre 2 : UE4 : Evaluation des méthodes d analyses appliquées aux sciences de la vie et de la santé Analyse Chapitre 2 : Fonction réciproque Christelle MELODELIMA Année universitaire 2011/2012 Université Joseph

Plus en détail

SOMMAIRE. 1. Préambule...2. 2. Le calendrier...2. 3. Trajectoire d un objet lancé...6. 4. Régression linéaire...9

SOMMAIRE. 1. Préambule...2. 2. Le calendrier...2. 3. Trajectoire d un objet lancé...6. 4. Régression linéaire...9 SOMMAIRE 1. Préambule...2 2. Le calendrier...2 3. Trajectoire d un objet lancé...6 4. Régression linéaire...9 5. Calcul de commissions par tranches...12 6. Base de données...16 7. Valeur cible...19 ATTENTION

Plus en détail

aux différences est appelé équation aux différences d ordre n en forme normale.

aux différences est appelé équation aux différences d ordre n en forme normale. MODÉLISATION ET SIMULATION EQUATIONS AUX DIFFÉRENCES (I/II) 1. Rappels théoriques : résolution d équations aux différences 1.1. Équations aux différences. Définition. Soit x k = x(k) X l état scalaire

Plus en détail

Dérivation CONTENUS CAPACITÉS ATTENDUES COMMENTAIRES

Dérivation CONTENUS CAPACITÉS ATTENDUES COMMENTAIRES Capitre 4 Dérivation Ce que dit le programme : CONTENUS CAPACITÉS ATTENDUES COMMENTAIRES Dérivation Nombre dérivé d une fonction en un point. Tangente à la courbe représentative d une fonction dérivable

Plus en détail

Limites finies en un point

Limites finies en un point 8 Limites finies en un point Pour ce chapitre, sauf précision contraire, I désigne une partie non vide de R et f une fonction définie sur I et à valeurs réelles ou complees. Là encore, les fonctions usuelles,

Plus en détail

MESURE ET PRECISION. Il est clair que si le voltmètre mesure bien la tension U aux bornes de R, l ampèremètre, lui, mesure. R mes. mes. .

MESURE ET PRECISION. Il est clair que si le voltmètre mesure bien la tension U aux bornes de R, l ampèremètre, lui, mesure. R mes. mes. . MESURE ET PRECISIO La détermination de la valeur d une grandeur G à partir des mesures expérimentales de grandeurs a et b dont elle dépend n a vraiment de sens que si elle est accompagnée de la précision

Plus en détail

DÉRIVÉES. I Nombre dérivé - Tangente. Exercice 01 (voir réponses et correction) ( voir animation )

DÉRIVÉES. I Nombre dérivé - Tangente. Exercice 01 (voir réponses et correction) ( voir animation ) DÉRIVÉES I Nombre dérivé - Tangente Eercice 0 ( voir animation ) On considère la fonction f définie par f() = - 2 + 6 pour [-4 ; 4]. ) Tracer la représentation graphique (C) de f dans un repère d'unité

Plus en détail

* très facile ** facile *** difficulté moyenne **** difficile ***** très difficile I : Incontournable

* très facile ** facile *** difficulté moyenne **** difficile ***** très difficile I : Incontournable Eo7 Fonctions de plusieurs variables Eercices de Jean-Louis Rouget Retrouver aussi cette fiche sur wwwmaths-francefr * très facile ** facile *** difficulté moenne **** difficile ***** très difficile I

Plus en détail

NOMBRES COMPLEXES. Exercice 1 :

NOMBRES COMPLEXES. Exercice 1 : Exercice 1 : NOMBRES COMPLEXES On donne θ 0 un réel tel que : cos(θ 0 ) 5 et sin(θ 0 ) 1 5. Calculer le module et l'argument de chacun des nombres complexes suivants (en fonction de θ 0 ) : a i( )( )(1

Plus en détail

Dérivation : Résumé de cours et méthodes

Dérivation : Résumé de cours et méthodes Dérivation : Résumé de cours et métodes Nombre dérivé - Fonction dérivée : DÉFINITION (a + ) (a) Etant donné est une onction déinie sur un intervalle I contenant le réel a, est dérivable en a si tend vers

Plus en détail

Capes 2002 - Première épreuve

Capes 2002 - Première épreuve Cette correction a été rédigée par Frédéric Bayart. Si vous avez des remarques à faire, ou pour signaler des erreurs, n hésitez pas à écrire à : mathweb@free.fr Mots-clés : équation fonctionnelle, série

Plus en détail

Automatique des systèmes linéaires continus

Automatique des systèmes linéaires continus MINISTERE DE L ENSEIGNEMENT SUPERIEUR ET DE LA RECHERCHE SCIENTIFIQUE UNIVERSITE DES SCIENCES ET DE LA TECHNOLOGIE D ORAN-M B- FACULTE DE GENIE ELECTRIQUE DEPARTEMENT D AUTOMATIQUE Polycopié de : Automatique

Plus en détail

TD1 Signaux, énergie et puissance, signaux aléatoires

TD1 Signaux, énergie et puissance, signaux aléatoires TD1 Signaux, énergie et puissance, signaux aléatoires I ) Ecrire l'expression analytique des signaux représentés sur les figures suivantes à l'aide de signaux particuliers. Dans le cas du signal y(t) trouver

Plus en détail

Cours Fonctions de deux variables

Cours Fonctions de deux variables Cours Fonctions de deux variables par Pierre Veuillez 1 Support théorique 1.1 Représentation Plan et espace : Grâce à un repère cartésien ( ) O, i, j du plan, les couples (x, y) de R 2 peuvent être représenté

Plus en détail

Premier principe : bilans d énergie

Premier principe : bilans d énergie MPSI - Thermodynamique - Premier principe : bilans d énergie page 1/5 Premier principe : bilans d énergie Table des matières 1 De la mécanique à la thermodynamique : formes d énergie et échanges d énergie

Plus en détail

Etude de fonctions: procédure et exemple

Etude de fonctions: procédure et exemple Etude de fonctions: procédure et exemple Yves Delhaye 8 juillet 2007 Résumé Dans ce court travail, nous présentons les différentes étapes d une étude de fonction à travers un exemple. Nous nous limitons

Plus en détail

1.1.1 Signaux à variation temporelle continue-discrète

1.1.1 Signaux à variation temporelle continue-discrète Chapitre Base des Signaux. Classi cation des signaux.. Signaux à variation temporelle continue-discrète Les signaux à variation temporelle continue sont des fonctions d une ou plusieurs variables continues

Plus en détail

SUIVI CINETIQUE PAR SPECTROPHOTOMETRIE (CORRECTION)

SUIVI CINETIQUE PAR SPECTROPHOTOMETRIE (CORRECTION) Terminale S CHIMIE TP n 2b (correction) 1 SUIVI CINETIQUE PAR SPECTROPHOTOMETRIE (CORRECTION) Objectifs : Déterminer l évolution de la vitesse de réaction par une méthode physique. Relier l absorbance

Plus en détail

OM 1 Outils mathématiques : fonction de plusieurs variables

OM 1 Outils mathématiques : fonction de plusieurs variables Outils mathématiques : fonction de plusieurs variables PCSI 2013 2014 Certaines partie de ce chapitre ne seront utiles qu à partir de l année prochaine, mais une grande partie nous servira dès cette année.

Plus en détail

Cours 7 : Utilisation de modules sous python

Cours 7 : Utilisation de modules sous python Cours 7 : Utilisation de modules sous python 2013/2014 Utilisation d un module Importer un module Exemple : le module random Importer un module Exemple : le module random Importer un module Un module est

Plus en détail

Cours de Systèmes Asservis

Cours de Systèmes Asservis Cours de Systèmes Asservis J.Baillou, J.P.Chemla, B. Gasnier, M.Lethiecq Polytech Tours 2 Chapitre 1 Introduction 1.1 Définition de l automatique Automatique : Qui fonctionne tout seul ou sans intervention

Plus en détail

FONCTIONS DE PLUSIEURS VARIABLES (Outils Mathématiques 4)

FONCTIONS DE PLUSIEURS VARIABLES (Outils Mathématiques 4) FONCTIONS DE PLUSIEURS VARIABLES (Outils Mathématiques 4) Bernard Le Stum Université de Rennes 1 Version du 13 mars 2009 Table des matières 1 Fonctions partielles, courbes de niveau 1 2 Limites et continuité

Plus en détail

Circuits RL et RC. Chapitre 5. 5.1 Inductance

Circuits RL et RC. Chapitre 5. 5.1 Inductance Chapitre 5 Circuits RL et RC Ce chapitre présente les deux autres éléments linéaires des circuits électriques : l inductance et la capacitance. On verra le comportement de ces deux éléments, et ensuite

Plus en détail

Les indices à surplus constant

Les indices à surplus constant Les indices à surplus constant Une tentative de généralisation des indices à utilité constante On cherche ici en s inspirant des indices à utilité constante à définir un indice de prix de référence adapté

Plus en détail

ALGORITHMIQUE II NOTION DE COMPLEXITE. SMI AlgoII

ALGORITHMIQUE II NOTION DE COMPLEXITE. SMI AlgoII ALGORITHMIQUE II NOTION DE COMPLEXITE 1 2 Comment choisir entre différents algorithmes pour résoudre un même problème? Plusieurs critères de choix : Exactitude Simplicité Efficacité (but de ce chapitre)

Plus en détail

Seconde Généralités sur les fonctions Exercices. Notion de fonction.

Seconde Généralités sur les fonctions Exercices. Notion de fonction. Seconde Généralités sur les fonctions Exercices Notion de fonction. Exercice. Une fonction définie par une formule. On considère la fonction f définie sur R par = x + x. a) Calculer les images de, 0 et

Plus en détail

Baccalauréat S Antilles-Guyane 11 septembre 2014 Corrigé

Baccalauréat S Antilles-Guyane 11 septembre 2014 Corrigé Baccalauréat S ntilles-guyane 11 septembre 14 Corrigé EXERCICE 1 6 points Commun à tous les candidats Une entreprise de jouets en peluche souhaite commercialiser un nouveau produit et à cette fin, effectue

Plus en détail

Université Paris-Dauphine DUMI2E 1ère année, 2009-2010. Applications

Université Paris-Dauphine DUMI2E 1ère année, 2009-2010. Applications Université Paris-Dauphine DUMI2E 1ère année, 2009-2010 Applications 1 Introduction Une fonction f (plus précisément, une fonction réelle d une variable réelle) est une règle qui associe à tout réel x au

Plus en détail

avec des nombres entiers

avec des nombres entiers Calculer avec des nombres entiers Effectuez les calculs suivants.. + 9 + 9. Calculez. 9 9 Calculez le quotient et le rest. : : : : 0 :. : : 9 : : 9 0 : 0. 9 9 0 9. Calculez. 9 0 9. : : 0 : 9 : :. : : 0

Plus en détail

A. N(p) B + C p. + D p2

A. N(p) B + C p. + D p2 Polytech Nice ELEC3 T.P. d'electronique TP N 7 S ACTIFS DU SECOND ORDRE 1 - INTRODUCTION Un quadripôle est dit avoir une fonction de transfert en tension, du second ordre, lorsque le rapport tension de

Plus en détail