NOTICE TABLEAUX,STATUES, BUSTES, BAS-RELIEFS ET ANTIQUITÉS, E MUSÉE DE TOULOUSE. PRIX : 1 FRANC. On trouve cette Notice chez GETTJ, du Muse'e.

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "NOTICE TABLEAUX,STATUES, BUSTES, BAS-RELIEFS ET ANTIQUITÉS, E MUSÉE DE TOULOUSE. PRIX : 1 FRANC. On trouve cette Notice chez GETTJ, du Muse'e."

Transcription

1

2

3 NOTICE DES TABLEAUX,STATUES, BUSTES, BAS-RELIEFS ET ANTIQUITÉS, COMPOSANT E MUSÉE DE TOULOUSE. PRIX : 1 FRANC. On trouve cette Notice chez GETTJ, du Muse'e. Concierge

4 LE Musée de Toulouse fut ouvert, pour la première fois, en Il a été successivement enrichi d'un grand nombre de morceaux précieux, dûs à la munificence du Gouvernement, et S. M. vient de lui accorder trois tableaux peints par MM. de Boisfremont, Blondel et Langlois, et une statue en marbre, par M. Romagnesi. Cetéiablispment offre une longue suite de beaux modèles des écoles les plus célèbres. Les productions des Peintres et des Sculpteurs, auxquels la ville de Toulouse s'honore d'avoir donné le jour, y sont honorablement placés. La galerie d'antiquités, formée de l'ancien cloître, se compose d'une longue suite de monumens romains, gaulois et français, rangés chronologiquement et provenant des diverses parties du département. Pour rendre plus facile l'étude de cette série importante, la Direction du Musée a, dans sa séance du 23 septembre dernier, délibéré que l'indication des ouvrages dans lesquels ces restes précieux ont été décrits, expliqués et figurés, serait mise au bas des pages de la Notice indicative de ces objets. DIRECTION DU MUSÉE. M. le MAIRE de.la ville de Toulouse, Président. M. SUAU, Professeur à l'école spéciale des arts, membre de l'académie royale de peinture, sculpture et architecture, Vice-président. M. VlREBENT, Directeur de l'école spéciale des arts, Architecte de la ville, membre de l'académie des sciences, inscriptions et belles-lettres, et de celle de peinture, sculpture et architecture. M. JAQUEMÏN, Professeur à Fécole spéciale des arts, membre de l'académie royale de peinture, sculpture et architecture, Conservateur du Musée. M. Alexandre Du MÈGE, ex-officier du génie, membre de l'académie des scienees, inscriptions et belles-lettres, de la tocielé des Antiquaires de France, de la société des belleslettres et arts de Tours, «te., etc., Secrétaire.

5 NOTICE DES TABLEAUX, STATUES, BUSTES, BAS-RELIEFS et ANTIQUITÉS, COMPOSANT LE MUSÉE DE TOULOUSE. ECOLES D'ITALIE. (*) ANDRÉ DEL SARTO, né h Florence en 1488, mort dans la même ville en 153o, élève de PIERRS COSIMO. i.la Saiute Famille. Ce morceau, conservé depuis plus de deux siècles à Toulouse, a été constamment désigné sous le nom de- Suinte Familier d'andré. BARROCHE (FRÉDÉRIC), nè à Urbin en isist mort dans la même ville en 161a. 3. Sainte Famille. BASSANO (JACQUES DEL PONTE) ( il fut surnommé BASSANO, parce qu'il naquit dans une ville ainsi appelée) ; mort à f^enise en 1592, âgé de 8a ans; il jut d'abord élève de son père, et il se forma (*) L'étoile placée après le numéro des tableaux, annonce qu ils ont été donnés au Musée par le Gouvernement. Le signe -m désigne les copies, " As

6 ( 4 ) ensuite par l'étude des ouvrages du TITIÊJT et du PARMESAN, Des Fruits et des Légumes. BASSANO (JÉRÔME DEL PONTE), Jils et élève du précédent, nè à Bassano, mort à Venise en i^cp,, La copie placée sous le numéro précédent a été faite, par ce maître. L'adoration des Bergers, BERETINI (PIERRE), plus connu sous le nom de PIÈTRE DE CORTONE, né en 1596, mort h Rome en L'enlèvement des Sabincs. Cette copie, faite par CARLE r> : 'AMBKUH, fut donnée par le Comte Guillaume Dubarri à l'académie royale des Beaux-arts de Toulouse. * La lapidation de Saint Etienne. * Moïse foulant aux pieds la couronne de Pharaon. Thermulhis AYANT PRÉSENTÉ AU B_oi D'EGYPTE Moïse ENCORE ENFANT, LUI DIT : «O MON PÈRE! C'EST UN PRÉSENT QUE LE NIL M'A FAIT D'UNE MANIÈRE ADMIRABLE. JE L'ai JECU D'ENTRE SES BRAS ; j'ai RÉSOLU DE L'ADOPTER, ET je VOUS L'OFFRE POUR VOTRE SUCCESSEUR, PUISQUE VOUS N'AVEZ POINT DE FILS;» EN ACHEVANT CES PAROLES ELLE LE PLAÇA SUR les GENOUX DU ROI. Pharaon LE REÇUT AVEC PLAISIR, ÇT, POUR OBLIGER SAFILLE,il EMBRASSA Moïse ET PLAÇA SON DIADÈME SUR LA TÊTE DU JEUNE HÉBREU. Moïse, COMME 7111 ENFANT QUI JOUE, ÔTA LE BANDEAU ROYAL DE SON FRONT, le JETA PAR TERRE, ET MARCHA DESSUS. CETTE ACTION fut REGARDÉE COMME UN MAUVAIS PRÉSAGE, ET LE PRÊTRE qui AVAIT ANNONCÉ QUE LA NAISSANCE D'UN DESCENDANT à?israël SERAIT FUNESTE À L'EGYPTE, DEMANDAIT QUE l'onfît MOURIR Moïse SUR-LE-CHAMP". Cortone A SUPPOSÉ, AINSI que PLUSIEURS AUTRES ARTISTES, QU'AU LIEU DE DEMANDER la MORT DE L'ENFANT HÉBREU, LE PRÊTRE EGYPTIEN VOULAIT LUI-MÊME LE FRAPPER. - Conversion de Saint Paul. Ananias, DISCIPLE DES APÔTRES, AYANT ÉTÉ TROUVER, DE LA PART DU SEIGNEUR, Saul QUI ÉTAIT DANS UNE MAISON DE LA VILLE DE DAMAS, LUI DIT EN LUI IMPOSANT LES MAINS; pilon frère Saul, le SEIGNEUR Jésus qui vous EST AN-

7 paru dans le chemin par où vous, veniez, m'a envoyé vers vous aiin que vous recouvriez la vue et que vous soyez rempli du Saint-Esprit.» A l'heure même il tomba comme des écailles de ses yeux, il recouvra la Vue, et s'étaut levé, il l'ut baptisé. Actes, cliap. 9, if. 18, 19. BELLOTI (N...), mort eh France depuis peu d'années. 9. Vue du Pont Riallo, à Venise. BIBIENA (FERDINAND GALLO), né à Bologne en 1657, mort dans la même ville en Vue du Pont et du Château Saint-Ange, à Rome. 11. Port de mer décoré de beaux monumens. CAGLIARI (PAUL), voyez PAUL VERONÈSE. CANALETTO (ANTONIO CANAL, dit le) > né à V~enhe en 1697, mort en 1768, élève de BER- NARDO CANAL, son père, Peintre de décorations. ( Ecole Vénitienne; ). Bernardo Belloio et Francesco Guardi, élèves de Canaletlo, ayant suivi exactement son genre, on confond quelquefois leurs ouvrages avec lea siens. il. * Cérémonie Vénitienne. Chaque année, le jour de l'ascension, le Doge de Venise, accompagné du Sénat de cette république, montait sur un vaisseau nommé le Bucentaure, et allait épouser la mer. Alexandre III institua cette cérémonie en confirmant aux Vénitiens l'empire qu'ils prétendaient avoir sur la Mer Adriatique. GARAVAGE (MICHEL ANGEOLO AMERIGHI ou MORIGI, dit le ), né au château de Caravage dans le Milanez, en I56Q, mort en 1609 " P RT0 Ercole. ( Ecole Romaine. ) i3. * Le Martyre de Saint André. CARRACHE (ANMBA'L), ni à Bologne en i56o,; mort à Rome en A 3

8 *4. * La Vierge, Saint Jean l'evangéhsle et Saint Bartheiemi. // parait qu'une main peu habite a retouché une partie de ce tableau. i5. * Le Christ mort, soutenu par Saint Jean et par les trois Maries.»6. La Cananéenne aux pieds du Sauveur. CASTTGLIONE (GIOVANNI BEKEDETTO), né h Gênes en 1616, mort à Mantoue en 1670, élève dt GAUDENTIO FERRARI. T7. Fn Pavsage. 18. Autre Paysage. CONCA ( SEBASTIAWO ), nè à Gae'te l'an 1680 «tnort à Rome dans un âge très-avancé ; ce peintre fui élève de SOLIMÈNE. m). Le Mariage de Sainte Catherine : esquisse. CORRÉGE (ANTONIO AXEEGRI OH LIETO), né h Corregio dans le Modénais en 14î>4? m o r t dans le même lieu en I534. (Ecole de Parme. ) 20. Mariage mystique do Sainte Catherine avec l'enfant Jésus. CRESPI, dit LO SPAGKV/OLO ( GIUSEPPE-MARIA ), 72e à Bologne en i665, mort dans la même ville eh 1747, élève de DoiiEisrico CASUTI et de CARLO CIGNA NI. ( Ecole de Bologne. ) >l. * Démocrife et Heraclite. «Dèmacrite ET Heraclite, DIT MONTAIGNE, ONT ÉTÉ» DEUX PHILOSOPHES, DESQUELS LE PREMIER TROUVANT VAINE» ET RIDICULE L'HUMAINE CONDITION, NE SORTAIT EN PUBLIC» QU'AVEC UN VISAGE MOQUEUR ET RIANT. Heraclite, AYANT «PITIÉ DE CETTE MÊME CONDITION, EN PORTAIT LE VISAGE j» CONTINUELLEMENT TRISTE ET LES YEUX CHARGÉS DE LARMES.» Crespi A REPRÉSENTÉ DANS CE TABLEAU CES DEUX CÉLÈ BRES PHILOSOPHES; LE PREMIER, NÉ À ABDÈRE, MOURUT l'an S6t AVANT JÉSUS-CHRIST. Heraclite AVAIT REÇU LE JOUR À EPHÈSE. ^ DOM1NIQUIN ( DOMINICO ZAMMERI, dit le ), nè à

9 Bologne m I58I, mort, en I64I, élève de Dénia et ensuite d'.! s \ : r. H. C'ARRACHE. b.1. - La flagellation de Saint André. a3. * Sainte Cécile chantant les louanges du Sei-> gneur. éjétttf copie jut, donnée par Sa Majesté Louis XV à l'académie royale de Toulouse. 24.' La Communion de Saint Jérôme. a5. Saint Pierre délivré par un Ange< FENESI ( Paôlo ]. On ignore en quel lieu cet artiste naquit. Il est mort depuis peu d'années. 26. Paysage dans lequel l'auteur a représenté le tem«pie de Bacchus, monument existant à Rome. ' 27. Autre Paysage. FOSCHI. (FRANÇOIS). Cet habile artiste est mort il y a peu de temps. 28. L'hiver. GEORGION ( GIORGIO ÊARBARËLU, dit le ), né à Caste/franco en 1478, mort à Venise en I5II, élève de Jean BBLEIN. 29. La Résurrection de Jésus-Christ. GIORDANO ( LTJCA ), plus connu, sous le nom de Luc JORDANS, nè à Naples en i632, mort dons kl même ville en 1703, élève de I'ESPAGNOLET. I 30. Saint Jérôme. 31. Sainte Magdelaine. GIROLAMO CANDIA (M/ N...), architecte résidant à Rome. 32. Gouache faite en 1778 d'après des peintures antiques. 33. Autre idem. GUERCHIN (GIOFR ANCESCO BARBIERI, dit le), ïiè h Cento en i5ç)o, mort en.1666, élève de CRE- MONIITI et. de BENEDETTO GENNARI le vieux ; il se forma d'après les ouvrages des CARRACHES, A 4

10 (8) TT ÉTUDIA AUSSI BEAUCOUP CEUX DE MICHEL-ASET DE CAIRAVAGE. (Ecole Bolonaise. ) 34- * Les Saints Protecteurs de la ville de Modène : on distingue parmi eux Saint Sébastien et Saint Geminiani, s'bumiliant devant la Sainte Trinité. 35. * Martyre de deux Saints. 36. Copie du plafond de l'une des salles de la Villa-Ludovisi, près Rome. L'Aurore paraît dans son char; la Déssse répand, les fleurs ; la rosée la précède, et les étoiles se dissipent à son aspect. GUIDE ( Gumo Reni, DIT LE), NÉ À BOLOGNE EN I5N5, MORT DANS LA MÊME CILLE EN I64? > ÉLÈVE DE DENIS CALVART ET DE LOUIS CARRACIW. (Ecole Bolonaise.) ON. * Jésus-Christ debout tenant sa croix* 38. * APOLLON écotche MARSYAS. Cet inventeur de la flûte osa défier Apollon. Le Dieu accepta le défi, à condition que le vainqueur ferait subir le traitement qu'il voudrait nu vaincu:. Les Nîséens furent pris pour juges, et Apollon ayant obtenn leurs suffrages ; al tacha Marsyas à un arbre et l'écorcua. 3g. * D.AÇT'D et ABIGAÏL. yfo. Saint Benoît. Ai. S in te M.gdelaine. Copie de l'un des plafonds du palais Rospigliosi, à Rome. Le Dieu du jour, précédé par Phosphoms, que caractérise le flambeau qu'il tient dans ses mains, et par YAurore nui sème des fleurs, s'avance des bords de 1 l'orient; les Heures dansent autour de son char. 43. Le Crucifiement de Saint Pierre. LUCATELLI ( Asdhea ), NÉ À ROME, MORT DANS LA MÊME VILLE EN, ÉLÈVE DE PAOLO AUSSI. 44- Paysage dans lequel Lucateiai a représenté un Ange et TOBIE. 44 BIS. Autre paysage dans lequel on voit Jésus-Christ et les deux Disciples allant à Emmatis.

11 ( 9 ) LUCATELLI (N...), présumé fils du précèdent, mort depuis peu d'années. 45. Portrait de Don Ferdinand, Infant d'espagne et Duc de Parme, de Plaisance et de Guastalla. MARATÏO ( CARLO), né h. Camureno d'ancona en 1625; mort à Rome en 1713; élève d'andréa SACCHI, et surnommé Carlo délie Madone, à cause de la grande quantité de Vierges qu'd peignit. (Ecole Romaine.) 46. L'Immaculée Conception. 47. «- Saint Stanislas-Kostka. 48. La mort de Saint Joseph. MlNNlT I (N... ) ; naissance et mort inconnues. 4<). Jésus-Christ, après sa résurrection, apparaît ao^ compagne de quelques Anges. PERUGIN ( PIETRO VANTJCCI, dit le ), né à Pelouse en i44t>, mort dans la même ville en i52.4, élève de NICOLAS ALUN NO, de PIETRO DELLA FRANCESCA, et d'andréa DEL VERROCIIIO. ( Ecole Romaine. ) RAPHAËL fut élève du PERUGIN. 5o * Saint Jean l'evangéliste et saint Augustin. 51. Les quatre Evangélistes. PESARESE ( SIMONE CANTARINI, dit le ), nè a Pésaro en 1612, mort en 1648, élève de GIA- COMO PANDOLFI, de CLAUDIO RIDOLFI, et enfin du GUIDE. (Ecole Bolonaise. ) 52. Le Mariage mystique de Sainte Catherine. PîPPI ( GIULIO ), plus connu sous le nom de JULES ROMAIN, nè à Rome en i49 2, mort à Manloue en i546 ; élève de RAPHAËL. * 53. Un triomphe. PROCACCINI (CAMILLE), né à Bologne en 1546, mort à Milan en Jules-César PROCACCINI, A 5

12 son frère, est compté ou nombre des artistes qui ont illustré Vacadémie de Milan ; CARLO ANTO NIO et ERCOZ.E JUNIO PROCACCINI, se sont aussi distingués par leurs ialens. 54. * Le Mariage de Sainte Catherine. On remarque à la gauche de la Vierge un Evoque à genoux : cette figure représente le donataire de ce beau tableau. RAPHAËL, voyez SANZIO. RICCIARELLI ( DAHIEL ), plus connu sous le nom de DANIEL DE F'OLTERRE, nè à Volterrc en 15oQ, mort à Rome en 1566, élève de SODOMA, de PERUZZI et de MICHEL-ANGE BUONA- ROTTI. ( Ecole Florentine. ) 55. Descente de croix, d'après le fameux tableau peint à Fresque dans la Chapelle Massimi, à, Rome. ROSA (SALVATORE), poêle et peintre, né à Renclla, près de Nap/es, en 1615, mort à Rome en i6y3, élève de FRANCESCO FRACANZANI, d ANIELLO FALCONE et de I'ESFAGNOLET. (Ecole Napolitaine. ) 56. * Neptune menaçant les vents, ou le Quos ego... $7. Jésus-Christ arrêté dans le Jardin des Oliviers. 58. La Résurrection. 59. Sainte Magdelaine dans le désert. 60. Un Anachorète. ROSELLI ( MATTEO ), né à Florence en 1 578, mort dans la même ville en i65o, élève de GRE- GORIO PAGANI et de DOMINICO VA PASSI- GNANO. Si. * Osias, accompagné des anciens et du peuple, «reçoit Judith, qui revient du camp des ennemis,, faisant porter la tète à'holophern*.

13 SANZIO OU m SANTI (RAFAELLO), GÉNÉRALEMENT CONNU SOUS LE NOM DE RAPHAËL, NÉ À URLIN EN i483, MORT h ROME EN i5ao, ÉLÈVE DE PSRU- GIN. ( Ecole Romain#. ) 62. * Tête de Femme. 63. L'incendie du BORGO, on du Bourg-St.-Pierre à Rome. Cette copie a été peinte par CARLO MA- RATTO. 64. Le Parnasse. Autre copie par le même peintre L'Ecole d'athènes Autre copie du même tableau. 67. ATTILA-, Roi des Huns, qui se disait le fléau de Dieu et la terreur du monde, marchant contre Rome, le Pape St. LÉON accourt au-devant de lui pour l'appaiser. Ce Roi voit clans les airs Saint Pierre et Saint Paul armés de glaives, et il est intimidé par leurs regards et leurs gestes menaçans. 68. Autre copie de la même composition. 69. La dispute sur le Saint Sacrement. 70. HÊLIODORE battu de verges. On est surpris de voir le Pape JULES II, témoin d'un événement qui avait eu lieu long-temps avant la venue de Jésus-Christ. 71. Saint Pierre délivré de prison. 72. La Transfiguration. 73. Copie du même tableau. 74. Autre. 75. Saint Jean dans le désert. 76. JOSEPH racontant ses songes à ses frères. Es* tarnpe coloriée d'après l'original. SASSO FERRATO ( Gio BATISTA SALVI DA ), FI EN i6o5, MORT EN t(585. (Ecole Romaine. ) 77. La Sainte Vierge. Les fleurs que l'on toit autour ont été peintes par un autre artiste. SOLIMÈNE ( FRAKCESCO SOLIMÈKE, DÎT L'AMUTE AS

14 ( 12 ) Ciecio), nê a Nocera de Pagani en TÔ&f, mort à Naples en i^ty], élève d' ANGELO SOLIMAN A, et de FRANCESCO m MARIA. ( Ecole Napolitaine. ) m, <]8. * Portrait de Femme. TEMPESTA ( AHTOIKÈ), né à Florence en iffi, Mort dans la même ville en 1620, élève de STRADA. 79. Une bataille. TEMPESTKO (N... )'; naissance et mort inconnues. 80. Une Armée passant sur un pont. 81. Un combat. TISPCE (JEAK-BAPTISTE); ce peintre est mort depuis peu d'années. 82. Paysage dans lequel on remarque les ruines de PœsUun. 83. Tempête. TITIEN (TIZIAWO VECELLIO, dît le), né ci Cadore dans le Frioul Vénitien, en if[" r ], mort à Venise en isyô, élève de SÉBASTIEN ZVCCATI et de G10 BELLINI. (Ecole Vénitienne. ) êfy. * Les quatre âges de la vie. Cette copie fut donnée par S. M. Louis XV à l'académie royale de Toulouse. VANNI ( FRANCESCO), peintre et architecte, nê il Sienne en I565, mort vers l'an 1610 ; il fut élève de VENTURA SALIMSENI, de B. PASSAROTTI, et de G10 DE Vaccin ; il étudia sur-tout les ouvrages de BARROCIIE et du CORRÈGE. (Ecole de Sienne. ) 85. * La Vierge et des Anges. VERBECCY (PIERRE); naissance et mort inconnues. 86. Portique sous lequel on remarque un cheval blanc.

15 ( i3 ) VERRIUS ( ANTOINE ) 7 élève de PIERRE DE Colt- TONE. Ce peintre florissait à Toulouse vers le milieu du dix-septième siècle. 87. Le Mariage de la Vierge. 88. Saint Félix de Cantaliçe recevant l'enfant Jésus des mains de la Vierge. TABLEAUX ANONYMES DES ÉCOLES D' ITALIE. 89. * Lr. Déluge. 90. David tenant la tète de Goliath. 91. Le songe de Saint Joseph. 92. La Sainte Vierge et Jésus tenant la croix de Saiiiï Jean. 93. La Sainte Vierge tenant l'enfant Jésus, gzj. Tète de Vierge. 95. Sainte Famille. g6. Sainte Famille. 97. Le Mariage de Sainte Catherine. 98. Le bon Pasteur. 99. La Vierge apparaissant à St. Bernard. ( Esquisse originale. ) 100. Descente de Croix : esquisse. iot. * La Magdelaine Saint Jérôme Saint François. io4- Saint Charles Borromée Archimede Socrales Vue du Temple de Minerva-Medica Un Volcan. ). J,09. Un autre. / Tableaux pcmts au pastel Des Oiseaux morts et des Fruits.

16 ( i4 ) 111. Tableau représentant des Grenades et du Gibier Autre représentant des Fruits Autre Autre Une Cuisine Une autre * Portrait d'un noble Vénitien * Autre portrait de la même école. ÉCOLES FLAMANDE, ALLEMANDE ET HOLLANDAISE. BaVILLEBY (NICOLAS), né en 1X87; é V e v e & BEOEMAERT L'Adoration des Bergers. BLOEMAERT (ABRAHAM), né vers i564, mort en (Ecole Hollandaise.) 120. Joueur de Musette. Ce tableau est de l'école de Bloemart. BLOEMEN ( PIERRE VAK ), dit STENDAERT, né à Anvers en i65n Un Manège. Ce tableau fut donné à l'académie de Toulouse par le Comte de Caraïuan Un trompette à cheval, donnant l'aumône à un enfant Un Maréchal ferre un cheval qui se cabre, et qu'un homme s'efforce de retenir. lie l'ecole de PIERRE VAN BLOEMEN Un Maréchal ferre.un cheval blanc Un Abreuvoir. BLOEMEN ( JEAK-FRAKÇOIS VAN), surnommé Hd-

17 ( I5 ). SIZONTE', FRÈRE DU PRÉCÉDENT, NÉ À ANVERS EN i65g, MORT À ROME EN 174, Un Paysage Un autre Un autre. BBJËBAEL (PIERRE VAN), NÉ H ANVERS EN i63o Paysage dans lequel le peintre a représenté divers moriumens des environs de Rome Vue du Campo-Vaccino à Rome. BREUGHEL ( JEAN ), DIT DE VELOURS, NÉ À BRUXEL LES EN 1579, MORT À ANVERS EN 16^1 ; ÉLÈVE DE PIERRE GOE-KINVT. Ï3I. Un Paysage Un autre Un autre. BREUGHEL ( PIERRE ), DIT D'ENFER, À CAUSE DES SUJETS TERRIBLES QU'IL AIMAIT À PEINDRE. IL ÉTAIT FR DU PRÉCÈDENT Tableau représentant un Combat Autre. BRIL (MATTHIEU), NÉ À ANVERS EN i55o, MORT À ROME EN * Paysage. On y remarque VÉNUS et L'AMOUR portés sur un char. Dans le lointain on voit ADONIS attaquant un sanglier. CASKIEL (N...); NAISSANCE ET MORT INCONNUES. ] 37. Vue prise dans la Hollande Autre, IDEM. CHAMPAIGNE (PHILIPPE VAN), NÉ À'BRUXELLES EN 1602, MORT À PARIS EN La Vierge intercédant pour les âmes du Purgatoire * L'Annonciation. IJJI. * Le Crwciiicment du Sauveur,

18 ( 16 ) ï\1. * Jésus descendu de la Croix et prêt à être enseveli. i43. * LOUIS XIII donne le collier de l'ordre du Saint-Esprit à l'un des grands de sa coar. Cette cérémonie eut lieu à Fontainebleau en i633. i44 Portrait de Mansard, célèbre Architecte français. CORNEILLE, de Harlem. ( Ecole Hollandaise. ) 145. * On assure que ce tableau représente Y âge d'or; mais l'examen de cette composition prouve que l'artiste a voulu exprimer les déréglemens qui excitèrent le courroux de l'eternel. L'arche de Noé qui paraît dans le fond du tableau, annonce que la vengeance céleste va faire éprouver une punition terrible aux hommes coupables, et que les eaux vont bientôt couvrir la surface du globe. CRAYER ( GASPARD DE ), né à Anvers en 1582, mort à Gond en 166g; élève de RAPHAËL COXCIE * Job sur le fumier écoute patiemment les injures de son épouse. Ce tableau a été gravé par VAN-ROY. CUBERGER ou COEBERGER (N...); naissance et mon inconnues. * Le Christ présenté au peuple. L'artiste a choisi le moment où Pi/ate dit aux Juifs : «Le voici, je vous l'amène dehors, afin que vous sachiez que je ne le trouve coupable d'aucun crime : Voilà F Homme.» DURER (ALBERT), né à Nuremberg etv \\no, mort en i5'2g. ( Ecole Allemande ) Saint Jérôme écrivant. DYCK. (Ahtoine Vas), nè h Anvers en i5gg, mort h Londres en tg41 j élève de RUBENS. i4y. * Miracle opéré à Toulouse par St. Antoine de

19 Fadoue. Voyez l'ouvrage intitulé : Exercices de piété pour tu fis les jours de Pannée, par le P. Crnizei, 150. * Achille reconnu par Ulysse déguisé en Marchand * Le Christ aux Anges. Ce tableau a été gravé par HOLLARD. Saint Augustin en extase. EVERDINGEN ( ALDERT VAN, né h Alkmaè'rt en 1621, mort dans la même ville en 1675; élève de ROLAND SAVBRY et de PIERRE MOLYN Une Marine. FERGUSON ou FERGUISUM, né h la Haye, en Hollande, mort à Toulouse en Cet artiste aimait à peindre des ruines, dans lesquelles il plaçait des bas-reliefs imités avec un rare succès, et dessinés dans le genre antique. Victime de son insouciance et de son inconduite, il termina sa carrière dans l'hospice de Toulouse 154. La Résurrection de Lazare. C'est le seul grand tableau qu'on ail de ce peintre, qui mourut peu de temps après l'avoir ébauché : il fut terminé par CHAILI.OU, peintre de Toulouse Des Voleurs, après avoir dépouillé un passant, se moquent de lui en l'exhortant à la patience. i55 bis. Des Joueurs. FOUQU1ERES (JACQUES), né à Anvers en l58o, mort à Paris en 165g ; élève de BREUGIIEL SE VELOURS * Paysage dans lequel on remarque des voyageurs attaqués par des brigands Paysage Autre paysage. FRANCK le Jeune (FRANÇOIS), né à Anvers en i58o, mort dans la même ville en 1642 ; élève de son père FRANÇOIS FRANCK, dit le VJEUX.

20 1 9- Les cinq Sens. Ce tableau prorient du cabine de l'antiquaire BERTRAND, qui possédait un grand nombre de précieuses compositions de l'ecole Flamande. HELMONT (N... VAN].' 160. Une Tabagie. JANSSENS, ou plutôt JANSEN ( CORNEILLE ), né à Amsterdam, mort à Londres. Il fiorissaiî en Angleterre sous JACQUES I. cv et CHARLES 1." 161. * Le Couronnement d'épines. «tes soldats ayant amené Jésus dans la cour du Prétoire, le couvrirent d'un manteau de pourpre, formèrent une couronne d'épines et la lui mirent sut la tête ; puis ils le saluèrent Roi des Juifs, et lui don- "nèrent des coups de roseau.» JARDIN (RAREL DU), nè à Amsterdam en i635, mort à Vmise en 1678 ; élève de B ERG HEM Un homme assis conversant arec une femme Cin «change en animaux les compagnons d'ulysse. JORDAENS (JACQUES), né à Anvers en i5g<f, mort dans la même ville en i64- La Vierge, l'enfant Jésus et Saint Jean. K ABEL ( ADRIEN VAN DËR ), né à Rystvick, près de la Haye, en Hollande, en i63i, mort iilyùn en (Ecole Hollandaise. ) 165. Des Paysans italiens jouant à la moura Des Buveurs et des Danseurs. K.ALF (GUILLAUME ), nè à Amsterdam vers i63o, mort dans la même ville en 1693 ; élève de HENRI POT. (Ecole Hollandaise. ) 167. Une Cuisine. LAIRESSE (GÉRARD DE), nè à Liège en i64o, mort à Amsterdam en ; ilfut élève de RENIER SE LAIRESSE, son père.

21 (' >95) >6S. * Le Sauveur crucifié ; la Sainte Vierge, Saint Jean et la Magtlelaine auprès de la Croix * Saint Paul converti. LUCAS FRANÇOIS (N... ), élève de RUBUNS * Le Martyre d'un Chrétien. Des bourreaux entraînent ce Chrétien au supplice, Tandis qu'un Pontife lui montre les images des Dieux et l'exhorte à reconnaître leur puissance; mais,, inébranlable dans sa foi, le Chrétien sacrifie sans regret' sa vie. Ses yeux tournés vers le ciel y découvrent déjà les éternelles récompenses ; déjà plusieurs Anges lui portent la couronne et la palme du martyre. MARSEUS (OTTO) * Tableau qui représente dès Papillons et des Reptiles. MEULEN ( ANTOINE FRANÇOIS VAN DER ), né a Bruxelles en I634, mort à Paris en 1690; élève de PIERRE SNAGERS * Sujet tiré des campagnes de Louis le Grand. Entouré d'une partie de sa cour, et précédé par un corps de Cavalerie, le Roi s'avance vers une forteresse vivement attaquée par les Français. MIEL ou MEEL (Jean), né près d'anvers en isgg, mort à Turin en I644 5 élève de GÉRARD SE- GHERS et d'andré SACCIII Deux Buveurs s'entretenant avec la cabaretière Un Paysage Un autre Un autre Tableau de genre Autre. MIERIS le père ( FRANÇOIS VAN ) y né à Deljt, près de la Haye, en Hollande, en i635, mort à Leyden en 1681 ; élève de GÉRARD DOW. (Ecole Hollandaise. ) 179. Portrait d'un peintre.

22 ( 26 ) MILLET (FRANÇOIS), dit FRANCISQUE, né à Anvéri en 1644, mort à Paris en 1680 ; élève de LAV > RENT FRANCK* 180. Un Paysage Un autre. MIREVELT (MICHEL), né à Delft, pris de la Haye, eu Hollande, en 1068; mort dans la même ville en )64i ; il fut élève de HEOCKLAND. Le nombre des portraits peints par MLREVEET s'élève a plus de dix mille. Us sont remarquables par la vérité des tons et par le relief que l'auteur a su donner aux figures. PIERRE MIRETELT, fils de MICHEL, ayant été un parfait imitateur de la manière de son père, on confond quelquefois les productions de ces deux peintres. ( Ecole Hollandaise. ) 182. * Portrait d'homme, vu en buste, vêtu de noir et ayant une fraise. POORTER ( W. ) ; naissance et mort inconnues. ( Ecole Hollandaise. ) 183. Collatinus y après avoir vanté les vertus et les charmes de Lucrèce devant les iï!s de Tarquin, leur proposa de venir à Rome, afin de voir à quoi s'occupaient leurs épouses. L'artiste a choisi l'instant où ils trouvèrent Lucrèce travaillant avec ses femmes. QCELLINUS (ERASME), professeur de philosophie, puis élève de RCRENS, né à Anvers en 1607, morl dans la même ville en (Ecole Flamande. ) 184. * Sainte Catherine transportée sur le Mont Sina'i par des Anges * Le Martyre de Saint Laurent. REMBRANT VAN RYN (PAUL), né près de Leyde, en Hollande, en 1606, mort à Anuter-

23 ( SI > dam en 1674 ; élève de PIERRE LASTUAS et de VAN ZUANENBURG. ( Ecole Hollandaise. ) ï86. Un Vieillard lisant. Cette copie, au pastel, fut donnée à l'académie royale de Toulouse, par M. le Marquis de Bonac, membre de celle société. ROOZ ( PHILIPPE)', né à Francfort en i655, mort à Rome en 1705, élève de son père Un Berger gardant un troupeau Un tableau de genre Un autre, RUBENS (PIERRE PATTL), descendant d'une famille noble d'anvers, nê à Cologne en 1577, mort à Anvers en \&f\o, élève d'orro VENIUS * Le Christ entre les deux Larrons L'Adoration des Bergers Autre. ig3. L'Adoration des Rois. 194* * Tomiris. Tomiris, Reine des Massagètes, avait vu son fils périr en combattant contre Lyrus. Elle vainquit ensuite ce Monarque, et apprenant qu'il avait été tué, elle fit chercher le corps de ce Prince, et ordonna que la tète serait coupée et plongée en sa présence dans un vase plein de sang. «Rassasie-toi, lui dit elle, de ce dont tu lus toujours altéré.» Cette copie, faite par Nicolas de Largilièke, fut donnée par Louis X-V, à l'académie royale de peinture de Toulouse. RUfSDAAL (SALOMON), mort à Harlem en (Ecole Hollandaise.) ig5. Un Paysage. SEGHERS (DANIEL), Jésuite, né à Anvers en \ 5()o. mort dans la même ville en 1660 } élève de JE AS BREUGHEL. ÏQ6. * L'Adoration des Rois. Ce tableau a été attribué à Daniel Seghers ; on peut croire cependant qu'il est sorti de l'atelier de Géras» Seghers, son frère, né eu 1592 et mort eu i65ij

24 \ Daniel n'e»t en effet guèi-es connu que tomme péiutre de fleurs, au lieu que Gérard a composé beaucoup de tableaux de dévotion. SNAGERS (PIERRE). *97 * UnEvêque. On a attribué ce tableau à Snagers; mais quelques personnes croient, peut-être avec raison, qu'il n'a pas été peint par ce maître. VERHELST (N... ) ïg8. * Tête de Vieillard. VITELLI (N... VAK). ïgg. * Vue de la place Saint-Pierre, à Rome. VLEUGHEL ( NICOLAS DE ), né en Flandres <en 166g, mort à Rome en ijsr] Vulcain présentant à Vénus des armes pour Enèe. WALLERT (N... VAN) ; ce peintre vivait vers l'an Un tableau représentant des Fleurs et des Fruits, 302. Un autre, idem. ao3. Un autre. W1NTER (R.) 2o^- * Un Paysage. WOUVERMANS (PHILIPPE), né à Harlem en 1620, mort dans la même ville en 1668 ; élève de son père et de VISANTS. (Ecole Hollandaise. ) ao5. Des Cavaliers arrêtés devant un cabaret. WOUVERMANS (PIERRE) Des Voyageurs près d'une fontaine, et une dame do t un jeune Page retient le cheval.. acj. 1 Halte de Voyageurs.

25 OUVRAGES ANONYMES DE5 ÉCOLES FLAMANDE, ALLEMANDE ET HOLLANDAISE LA Naissance île S. Jean-Baptiste La Sainte Famille Le Baptême de Jésus-Christ. f TableaŒ ait l'dale renvoie le CHRIST, et s e V ^ ^ ^ lave les mains La Descente de Croix La Décollation de S. Jean. 2Saint Marc Tableau représentant des monumens d'architecture Autre, idem Tableau de genre. Tandis que des savans réunis s'occupent dans leur cabinet, un ignorant, caractérisé par sa tête d'âne, brise avec son bâton tous les objets de curiosté qui sont à sa portée Un Abreuvoir Une Tabagie Un Berger gardant son troupeau Un autre Berger gardant des animaux en jouant de la flûte Une Fileuse et des Hommes à genoux Un Paysage Un autre Un autre Un autre Un autre Paysage où l'on remarque une Tuilerie Autre où l'on voit des fourneaux Tableau représentant des Cerises et des Raisins.

26 ( *4 )»3i. Autre représentant des Fleurs, 232. Autre, idem Une Marine Une autre. a35. Une autre. ÉCOLE FRANÇAISE. Baptiste (JEAN FONTEÏUY), né à Caè'n en I654 5 mort à Paris en Tableau représentant des Fleurs Autre tableau du même genre. BERTIN (NICOLAS), né à Paris Tan 1667, mort dans la même ville en Ce peintre étudia successivement sous VERXANSAL père } JourE- SET et BON BOULLOGNE * Jacob de retour dans la terre de Chanaan. BERTRAND ( FRANÇOIS ), professeur de peinture et membre de l'académie royale des beaux-arts de Toulouse, naquit dans celle ville j il y mourut en g. Portrait de l'abbé Bertrand, antiquaire recommamlable, né à Limoux, mort à Toulouse eu 1808, âgé de 84 ans. BLANCHARD (JACQUES), né à Paris en 1600, mort dans la même ville en l638 ; élève de son, oncle NICOLAS BOLLERI, et ensuite de LEBLANC. H fut surnommé le Titien français. zf\o. La Purification de la Sainte Vierge. BLONDËL ( M. MERY JOSEPH ), ancien pensionnaire de l'académie de France à Rome, élève de Jd. REGNAI/LT. 24i>

27 ( a5 ) * La mort de 1 Louis XII, surnomme' le Père du Peuple. SENTANT APPROCHER SA DERNIÈRE HEURE, CE BON ROI FART VENIR L'HÉRITIER DE SON TRÔNE, François I. '" e, ET LUI DONNE SA BÉNÉDICTION, EN PRÉSENCE D'Etienne Poncher, EVÊQUE DE PARIS, DU CHEVALIER Bayard ET DU SIRE DE LA TremouiUe. LE PEUPLE, SUIVANT TFUSAGEDU TEMPS, PÉNÈTRE PRÈS DU LIT DE SON SOUVERAIN, ET TÉMOIGNE SES? REGRETS SUR LA PERTE QU'IL VA FAIRE. ( Ce TABLEAU, COM MANDÉ PAR S. EXC. IE MINISTRE DE L'INTÉRIEUR, A ÉTÉ DONNÉ AU MUSÉE DE TOULOUSE PAR S. M. LOUIS XVIII.) BOISFREMONT (Monsieur de), peintre résidant à Paris. * Ulysse, sous la forme d'un mendiant, poiu» e'prouver les sentimens de Pénélope, lui raconta ses aventures sans être reconnu ; Pénélope vervait des torrens de larmes au récit d"s malheurs d'un époux qu'elle croyait perdu pour jamais. CE BEAU TABLEAU, QUI A VALU DE JUSTES ÉLOGES h SON AUTEUR, A ÉTÉ ACHETÉ PAR LE GOUVERNEMENT EN 1817, ET ENVOYÉ AU MUSÉE DE TOULOUSE. UNE MUNIFICENCE SI BIEN "ENTENDUE,' HONORERA TOUJOURS LE MINISTRE ÉCLAIRÉ QUI PRÉSIDE- AUX PROGRÈS DES SCIENCES, DES LETTRES ET DES ARTS. BOULLOGNE (BON), né à Paris en 1649, mort dans la même ville en 1717 ; fils aine et élève de Louis BOULLOGSE. Il se distingua par des talens qui lui assurent une place honorable parmi les meilleurs artistes français Des Teclosages, ou anciens habitans de Toulouse, partent pour aller conquérir de nom elles contrées. Leurs pères, leurs épouses et leurs enfans embrassent ces généreux guerriers. L'histoire NOUS APPREND QUE LES HABITANS de LA CEL TIQUE S'ÉTAIENT TELLEMENT multipliés, QUE LEURS TERRES NE POUVAIENT PLUS LES NOURRIR, ET QIFC*Ambignt, UN DE LEURS ROIS., ENGAGEA ALORS LES JEUNES GENS à ALLER CHER CHER D'AUTRES DEMEURES. ILS PARTIRENT SOUS LA CONDUITE DE Bellovàxe ET DE Sigovèse, NEVEUX D'Ambigat. LE (P-EMÀER ENTRA EN ITALIE, et SES soldats s'établirent dans

28 (»«) «ne contrée fertile qui prit le nom de (rnule Cisalpine. Le second marcha vers la Germanie. Ce fût à celui-ci, ainsi qu'on peut s'en convaincre en lisant les Commentaires de César, que s'attachèrent les Volces-Tectosages. Le conquérant des Gaules dit en effet que de son temps une colonie de Tectosages existait près de la forêt Hercynie. L'émigration des Tectosages eut lieu sous le règne de Tarquinius Priscus, entre l'an i38 et 161 de Rome, plus cie 5oo ans avant Jésus-Christ. BOURDON (SÉBASTIEN), NÉ À MONTPELLIER EN 1616 MORT À PARIS EN 16-1 ; ÉLÈVE D'UN PEINTRE DONT NA PAS CONSERVÉ LE NOM. A44- * Le Martyre de Saint André. CAMMAS ( LAMBERT-FRANÇOIS-THE'RESE ), PEINTRE ET ARCHITECTE, NAQUIT À TOULOUSE EN 1743, T E MOURUT EN i8o4- // FUT ÉLÈVE DE GUILLAUME C A MM AS, SON PÈRE, ARCHITECTE (1) ET PEINTRE D VILLE. Cammas se distingua par des connaissances variées, par un esprit délicat et par une grande fécondité d'imagination. Il fut membre de l'académie de Saint- Luc de Rome, et professeur de celle de Toulouse. A une époque où l'on voulait substituer aux formes majestueuses des plus belles églises de Toulouse, les omemens mesquins et ridicules adoptés vers le milieu du dernier siècle, Cammas fit des projets pour la restauration de presque tous nos édilices religieux. Le dôme et l'autel de l'église des Chartreux furent décorés d'après ses dessins. Il a laissé, sur diverses parties de l'architecture, des ouvrages encore manuscrits LOUIS XVI rappelle les Parlemens qui avaient été exilés sous le règne précédent, et remet le glaive de la> justice en des mains dignes de le porter. Celte composition allégorique obtint le prix extraordinaire proposé par l'académie de Toulouse, qui voulut ainsi consacrer la mémoire (1) Cet altiste a fait construire, sur ses dessins, la façade ÀÇ i'iiôtel-de-yille de Toulouse.

29 { ^7 ) 3e l'un des premiers événemens du règne de LOUIS-AUGUSTE L'Ange gardien. CAZES ( PIERRE-JACQUES ), nê à Paris en 1676, mort dans la même ville le 28 juin H fut élève de HOUASSE et de BON BOULLUGNE La Sainle Vierge tenant sur ses genoux l'enfant Je'sus. CHALETTE (N...), né à Troyes, mort à Toulouse en i645. H fut nommé peintre de l'hotelde-ville, en Les portraits peints par cet habile artiste tiennent beaucoup du genre de PAUL VERONÈSE. Il étudia aussi la manière du CARA- VAGE. CIIALETTE se distingua comme architecte; il dessina et peignit presque toutes, les décorations placées dans les rues et sur les places pu hliques de Tuulou.se, lors de l'entrée de Louis XIII dans cette ville, le 21 novembre La Vierge tenant l'enfant Je'sus et consolant des prisonniers. a4g- Les huit Capilouls ou Magistrats municipaux de Toulouse à genoux devant Jésus-Christ en croix. Ce tableau rappelle le Jus imagink, ou le droit d'image que les Capitouls mettaient au rang de leurs privilèges. 25o. Saint Jean dans le désert. CORNEILLE ( MICHEL ), né à Paris en i6f\i, f mourut en 1708 ; il fut élève de son père. a5i. * Constantin le Grand baptisé par S. Sylvestre. COTELLE ( N... ), élève de SIMON FOUET ; nais-', snnee et mort inconnues Naissance de la Vierge. ÇOYPEL ( ANTOINE ), né à Paris en 1661, mort dans la même ville en 1722) d'abord premier, Ba

30 f antre de MONSIEUR, frère de Louis XIV, puis /anobli et nommé premier peintre de S. M. Le Duc D'ORLÉANS, devenu Régent, honora cet artiste de son amitié, et l'employa à peindre l'histoire rf'enée dans une des galeries du Palais royal. Ce Prince venait souvent voir travailler COTPEL, et prenant du goilt peur la peinture, il devint le disciple de l'artiste dont il admirait les ta/ens Les Tectosages enlèvent les trésors du temple de Delphes. On voit, dans le centre de la composition, plusieurs soldats qui emportent la statue d'apollon. Selon quelques écrivains, il paraît assuré que les Tectosages, commandés par Brennus, assiégèrent et prirent Delphes. Cicévon reproche aux peuples de la Gaule narbonnaise de descendre de ceux qui s'étaient enrichis des dépouilles des Grecs, et en particulier de celles du temple d'apollon. Dion rapporte que les llomains enlevèrent de Toulouse, du temps de Cepion, les trésors que les Gaulois avaient pillés dans le temple <le Delphes, sous la conduite de Brennus. Suivant id'autres auteurs, tous les Tectosages. périrert dans.cette expédition ; mais plusieurs historiens, et enïr'autres Justin, disent qu'après l'attaque de Delphes, les Tectosages revinrent à Toulouse, leur ancienne patrie. On place cet événement plus de zio ans avant l'ère chrétienne. COYPEL (CHARLES-ANTOINE), né à Paris en 1694, mort en 17 5a ; il fut élève de son père., jz54- Heloyse. i742. Ce tableau a été peint au pastel en CROZAT (AMBROISE), élève d'antoine FavALz, naquit à Rodez ; il y mourut vers le milieu du dixhuitième siècle. a55. Jésus-Christ porté sur des nuages Le Baptême de Jésu,s-Christ La Conversion de Saint Paul. a58. Le Père éternel. ^Sy, Zacharie.

31 ( '9 ) 2 DEFRANCE (Louis). Naissance et mort incimnimi 260. Portrait île M. Antoine Darqtiier, célèbre astrtfnome, né à Toulouse, membre de l'académie des sciences, inscriptions et belles-lettres de cette ville, correspondant de celle des sciences de Paris, auteur de plusieurs ouvrages estimés, décédé en i8o4- Ce tableau a été donne au Musée par M. le Baron de Puymaurin, directeur de la monnaie des médailles, neveu de M. Uarquier. DESPORTES ( FRANÇOIS ), nè au village de Chamj pigneullé, en Champagne, en 1661, mort à Paris en Cet artiste eut le titre de peintre des chasses de Louis XIV La Cuisine mal gardée. Cette copie a été faite par M. DÈROME ( François), peintre, né à Toulouse,»mort dans cette ville en 1815, âgé cle 75 ans. DESPAX ( JEAN - BAPTISTE ), élève d'antoine RIFALZ, né à 'Toulouse en 1709, y mourut eh Cet artiste a peut-être attisé de sa facilité, mais il a laissé cependant plusieurs ouvrages qui honoreront sa mémoire L'Annonciation L'Adoration des Bergers L'Adoration des Piois Tableau représentant le même sujet; 266. JÉSUS à table chez Simon le Pharisien Le Baptême de Jésus-Christ Jésus-Christ sur des nuages Jésus-Christ veut qu'on laisse approcher de lui, les eufans La Conversion de Saint Augustin Le Baptême de Saint Augustin La Translation des reliques de Saint Augustin. B 3

32 ( 3o ) 3^3. La Mort de Sainte Monique Saint Paul. ays. Elle admettant Elisée au nombre de ses disciples Le Prophète Jouas Elle dans le désert Elle multiplie de l'huile chez la veuve de Sarepta Elle ressuscite le fils de la veuve de Sarepta Un Ange transporte Huhacuc dans la Chaldée Elle transporté dans les Cieux Un Ange approche un charbon ardent près des lèvres du Prophète Isaïe Daniel dans la fosse aux lions Moïse montrant lès Tables de la Loi David jouant de la harpe Salomon tenant le plan du Temple Salomon sacrifiant aux faux Dieux L'Apothéose de Saint Eloi Saint Jérôme Saint François. ^391. Saint Jean prêchant dans le désert Le Martyre de Saint Maurice Le Martyre de Sainte Catherine Une Sybille Une autre. 2q6. Une («utre Une autre Portrait de Clément de Saint-Amans, antiquaire, membre de l'académie des sciences, inscriptions et belles-lettres de Toulouse, distingué sur-tout par ses connaissances numismatiques Le Triomphe de la Religion. DU LIS (COLOMBE). Naissance et mort inconnues. Il fut élève de CIIALETTE, peintre de l'ilole!- de- VMe de Toulouse. Ses ennemis ayant voulu lui contester le titre de noble, au il prenait au bas de ses tableaux, sous prétexte rpi'il avait dérogé

33 ( Si ) en embrassant la profession de peintre, il sollicita et obtint un arrêt du Conseil qui le maintint au nombre des gentilshommes, et qui, de plus, t'invita à cultiver son art, comme compatible avec la plies haute noblesse, dont il transmet les faits glorieux à la postérité Le Baptême de Jésus-Christ Hérode ordonnant île mettre l'habit blanc à JÉSUS. DURAND (N...), né à Toulouse, y mourut sous le règne de Louis XIV. // concourut, en 1661, avec PAVER pour la place de peintre de, l'ilôtelde- Ville, et fui choisi par les Capitouls. Sa vue S 1 étant affaiblie, il obtint, en récompense de ses travaux, une pension de cent écus. H peignait Vhistoire et le portrait ; mais il avait plus de talent pour ce dernier genre que pour l'autre : le seul grand tableau qu'on ait conservé de lui jusqu'au commencement de la révolution, représentait l'entrée de Louis XIV dans Toulouse. 3oi. Portrait d'un Magistrat. 3o3. Portrait d'un autre Magistrat. 3o4- Autre, idem. FA VANNE (HENRI), résidant à Paris Deux Femmes et un Enfant près d'une table, écoutant un homme qui leur parle. Petit tableau ovale. FAVR A Y ( PIERRE DE ), chevalier de Malte, mort en * Des.Femmes turques * Autre tableau représentant aussi des Femmes turques. Ces deux tableaux ont été peints à Constantinople en FAURE (M. JEAN-FRANÇOIS), membre de l'acadè- B4

34 mie royale de peinture, sculpture et architecture de Toulouse, né dans cette ville où il réside. Cet artiste est élève de UESPAX. 3o8. L'Adoration (les Bergers. Sog. Portrait de M. de Loménie de Brienne, archevêque de Toulouse, puis ministre d'état et cardinal, mort en M. de Brienne fut le bienfaiteur de son diocèse, et spécialement de la \ille de Toulouse. C'est à ce Prélat généreux que la capitale du Languedoc doit les avenues, les quais et une partie des promenades qui en font l'ornement. FAYET (FRANÇOIS), nè à Reims, mort à Toulouse \ en ' 310. L'Adoration des Bergers. 3i 1. Le repos en Egypte Saint François de Paule guérissant un possédé. FRANÇOIS ( Gui ), né au Puy en Vêlai, se distinguait à Toulouse vers le milieu du dix-septième siècle L'Adoration des Bergers. 314 La Purification de la Sainte Vierge. 3if>. Les Disciples d'etnmaiis. 3i<>. Le M riage de Sainte Catherine Li Vierge, l'enfant Jésus et Saint Jean. FiEDEAU ( AMBROISE), peintre et sculpteur, élève de SIMON VOUET, naquit à Paris vers l'an l.58g; il mourut à Toulouse l'an 1673, étant religieux Augustin Un Saint, de l'ordre de Saint Augustin, écoute un concert céleste Jésus-Christ ressuscité visite sa sainte Mère, il est accompagné de Saint Joseph, de Saint Jean, de plusieurs autres Saints et de quelques Anges La Sainte Vierge presse tendrement l'entant

35 ( 33 ) Jésus ; d'un côté est Saint Augustin à genoux, lui présentant un livre, et de l'autre Saint Jean tenant un agneau. '32i. Saint Augustin recevant l'halit monastique des mains de Saint Simplicien JÉSUS traîné par des Soldats. GAMELIN (N...), des académies de Saint-Luc de Rome, et de celle de peinture, sculpture et architecture de Toulouse ; élève du Chevalier Ri- VALZ, né à Carcassonne, mort àharbonne en Une Orgie. GAZARD (M.), élève de DE s FAX, né a Tou* louse, résidant à Versailles Une Tempête. Ce morceau a été donné au Musée par l'auteur. HOUASSE (René-ANTOINE), élève de LEBRUN, nè à Paris en i645, y mourut en La Visitation. HOU1N (N...), membre de l'académie royale dé Toulouse, mort en Tête de Vieillard peinte au pastel Tête de Femme Portrait de l'auteur. (Miniature.) JOUVEZ^ÎET (Jean), élève de son père, né à Rouen en I644? aiert à Paris en LesTectosages, ou anciens habiians de Toulouse, ayant conquis une partie de la Germanie, y bâtissent une ville ; un architecte en montre le plan au commandant, qui parait l'aire quelque observation Jésus-Christ descendu de la croix. Ce tableau a été gravé par Alexis Loir et par Dorigny. LABARTHE (JEAN), profe sseur de d/issin et de B 5

36 ( H ) perspective, membre de l'académie royale de pcirt" ture, sculpture et architecture de Toulouse, né dans cette ville en 1700, mort en ïljut élève d'antoine RIVALZ. 33. La Visitation. LABERiE ( GATJBEET), élève d'antoine RIVALZ, était nè à Toulouse, il y mourut étant professeur à l'académie en Enée allant s'opposer à la ruine de Troie, est retenu par Creuse, son épouse, et par son fils Ascagne. LACROIX, élève de VERNET Une Marine en temps calme Ene Tempête. LA FOSSE ( CHARLES ), élève de LEBRUN, nè à Paris en i&^o, y mourut en Vénus demande à Vulcain des armes pour Enée La Présentation de la Vierge au Temple. LAGPiENÉE ( N... ) aîné, membre de l'académie royale de Paris et de celle de Toulouse Coriolan transporté et comme hors de lui-même de voir à ses pieds Vèlurie, sa mère, qui l'implore en faveur des Romains, la relève en lui disant : «O ma mère, Rome est sauvée, mais votre fils est perdu!» C'est le morceau de réception de l'auteur à l'académie royale des beauxarts de Toulouse L:i Charité Romaine. Cimon, vieillard romain, fut condamné par le Sénat à mourir de faim dans un cachot; on n'en permit l'approche qu'à sa lille, qu'on avait soin de fouiller tontes les fois qu'elle entrait. La piété filiale lui inspira l'idée de présenter son sein à l'auteur de ses jours; le peu de subsistance que prit ainsi le vieillard prolongeant sa vie, on l'épia, on aperçut la cause de sa conservation, et fe Sénat lui accorda sa grâce.

37 LANGLOIS fils (M.)', élève de M. BAVIS, résidant à Paris * Alexandre le Grand cédant Campaspe, sa maltresse, ù Apelle. Ce tableau, acquis par le gouvernement, a été envoyé par S. Exc. le ministre de l'intérieur. Ainsi le Musée de Toulouse acquiert de nouvelles richesses sous la bienfaisante influence d'un ministre qui se plaît à protéger les arts. LARGILLIÈRE (NICOLAS DE), élève de GOVBEAU né à Paris en i656, mort en i -//f Portrait de la Princesse douairière de Conti Portrait de la Comtesse de Bemareau. Ce morceau a été peint en igg5. Ce portrait, ainsi que le précédent, appartient à l'école des arts * Portrait de LAIICILEIÈRE, peint par lui-même. LEBR.E ( ANDRÉ), né à Toulouse en 1629, y mourut en noo. // ne s'éloigna jamais du lieu de sa naissance, et n'eut d'autre maître que la nature La Sainte Famille Saint Jean relégué dans l'île de Palhmos L'Apothéose de Saint Martin Sainte Rose tenant l'enfant Jésus Tableau représentant les Apôtres en prière et en contemplation Un autre, idem Saint Roch soigné par un Ange Saint Pierre délivré de prison Minerve caressant un agneau et s'appuyant sur son bouclier charge îles armes de la ville de Toulouse Saint Louis, Evoque de Toulouse L'Enfant Jésus couché sur une croix La Gène. LASSAVE ( N... ). né à Toulouse, membre de /'a- B6,

38 ( 36 ) cadémie des beaux-arts de celle ville, mort depuis peu d'années à Paris Portrait de cet artiste. LEMOINE ( FRANÇOIS ), élève de TOUIIXIÈRES, né à Paris en 1688, y mourut en l'j'dn Apothéose d'hercule. Esquisse du plafond du salon d'hercule, à Versailles. Hercule est mis au rang des Dieux : tout l'olympe applaudit Jupiter, qui récompense ce héros en le présentant pour époux à Hchê, déesse de la Jeunesse; elle s'avance conduite par l'hymen : les Vices s'opposent vainement au passage de son char; les Génies de ta vertu le conduisent, et les Grâces ont déjà préparé 3a couronne de fleurs qui lui est destinée. Ce tableau a été donné aumuséepurm. me É?'//aaipoul. LOO ( CHARLES-ANDRÉ VAN), plus connu sous le nom de CARLE VAN LOO, né à Nice, en Provence, en 1705 ; mort à Paris en 1765 ; élève de BENE- DETTO Ll/Tl. * 357. Jupiter, transformé en aigle, enlève Ganimède. Cette copie a été peinte par Carie Dambrun. LOO ( CÉSAR ), fils du précédent Paysage dont le site est pris en Italie. 35g. Autre Paysage Autre, idem Autre Paysage dontle site est pris aussi enltalie Autre, idem Autre. 36/. Autre. LOYS (N...), né à Montpellier David fuyant de Jérusalem, est poursuivi par Séméi. Cet ouvrage remporta le prix au jugement de l'académie royale de peinture, sculpture et architecture de Toulouse.

39 ( 3 7 ) MANGLARD ( N... ), né à Lyon, mourut a Rome en 1760 ; il eut VERNET pour élève Une Marine. MARTIN (N... SAINT-). Naissance et mort inconnues Un Paysage Un autre. Ces deux tableaux furent donne's à l'académie des arts de Toulouse, par M. le Comte de Caraman. MICHEL ( Jean ), élève avetienne MICHEL, son père, et ensuite de F. VETROY, né à l.uzenac en i65g, mort à Toulouse en Il Jut inspecteur des mines du royaume. BERNARIJ DCTUY dit GREZ, amateur célèbre, ayant proposé une médaille d'argent pour prix à celui des artistes de Toulouse qui dessinerait le mieux une académie, MICHEL entra en lice et fut couronné. Peu de temps après il fut nommé peintre de Vlî/itcl-de-ViUe. Ce fut alors qu'il crut pouvoir faire établir une école publique de dessin ; il demanda seulement qu'on donnât des gages à un modèle vivant, et offrit d'enseigner gratuitement. Mais il ne fut pas plus heureux que Dupur vu GREZ, qid avait déjà tenté la même chose. Les amis d'antoine RIVALZ ayant suscité des désagrèmens à MICHEL, et un Capitoul l'ayant même insulté, il repoussa vivement l'injure. Pour prix de sa fermeté il fut destitué, et RIVALZ lui succéda en Les Noces de Cana. Le peintre a introduit dans sa composition le portrait de son e'pouse, sous la figure de la mariée, et celui d'un de ses fils, sous celle de l'adolescent qui tient l'urne, et qui semble dire qu'il n'y a plus de vin Une Bacchanale Saint Exupèt e, Evèque de Toulouse. -

40 37'" Ea Samaritaine JÉSUS chez Magdetainc et Marthe. MICHEL (MARGUERITE), fille du précèdent, naquit à Toulouse, et mourut dans la même ville. Le cloître supérieur et l'église des Minimes contenaie plusieurs tableaux peints par cette femme Saint Roch secouru par un Ange. On voit dans le lointain les Capitouls et les habitans de Toulouse. MIGNARD ( PIERRE ), surnommé LE ROMAIN, né à Tioyes en Champagne, en 1610, mort à Paris en i6g5 ; élève d'un peintre nommé BOUCHER, et ensuite de VOUET * h'ecce Homo. M. LANOON a donne, dans les Annales du Musée. la gravure de ce beau tableau * Trois Figures allégoriques La Vierge de Pitié. MOILON (LOUISE), vivait en i63o Un tableau représentant des Fruits. 37G. Un autre Un autre. NATOIRE ( CHARLES ), né à Nîmes en 1700, mort à Rome en Ebauche de deux tètes de femme. NEÏ.TS ( N... ) Naissance et morl inconnues Paysage où sont représentés des chasseurs Autre'. OUDRI (JEAN-BAPTISTE), directeur de la manufacture royale des tapisseries de Beauvais, né en 1686, mourut h Paris, sa patrie, le 1." mai // était élève de LARGILLIÈRE * La prise du Cerf. Accompagné de plusieurs courtisans, Louis XK

41 '(3 9) vient de forcer un cerf, et les chiens vont s'emparer de cet animal qui s'est je lé dans un étang. Oudbj a placé son portrait dans l'un îles angles de ce tableau. PADER (lin. a ire), élève de CIIALETTE, né à Toulouse, mourut dans cette ville vers le milieu du dix-septième siècle. Il étudia à Rome d'uprès les chefs-d'œuvre qui existaient dans cette ville, et fut peintre du Prince Maurice de Savoie. // a traduit de l'italien le Traité de la proportion de Lomazzo, et cet ouvrage a été imprimé à Toulouse. On a encore de lui les vies des sept plus illustres peintres nés en Italie : cet ouvrage n'a pas été publié. PADER faisait des vers avec facilite, et on a encore de lui plusieurs poèmes. L'affaiblissement de sa vue le força de quitter de bonne heure la pratique de son art. PADER (TASSEZ AN, son fils, remporta des prix aux Jeux Floraux, et se distingua par ses talens littéraires La Fuite en Egypte Le Sacrifice d'abraham Samson combattant les Philistins La Flagellation de Jésus-Christ Le Déluge. Ce tableau 1 ayant été fortement critiqué, PADER fit imprimer une apologie de cette grande composition pittoresque. PAILLET (ANTOINE), nê à Paris en 1626, y mou* rut en go. L'Annonciation. PEYRON (M. r ), membre de l'académie royale de peinture, résidant à Paris Sophonisle, fille d'asdrubal, reçoit le poison que Massinissa, Roi de Numidie, son époux., lui envoie pour ne pas la livrer à Scipion Bélisaire, ayant perdu la vue, et mendiant dans

42 ( 4O ) un village, est reconnu par un paysan qui le mène dans sa maison. «Tombez aux genoux de ce grand homme, dit le villageois a ses enfans ; sans lui, les Huns victorieux auraient peut-être saccagé nos demeures ; votre père ne vivrait plus, ou serait, ainsi que vous, dans l'esclavage.» 3o,3. Une dame Campanienne ayant étalé ses bijoux devant Cornélie, et demandant ensuite à voir ceux de la mère des Gracques ; celle-ci fait approcher ses enfans, en disant : «Vous voulez voir mes bijoux, les voilà.» 094. Alexandre approuve la vengeance de Timoclèe. PIERRE (BAPTISTE-MARTE), nè a Paris en 17i5, mort dans celle ville en SgS. L'Incrédulité de Saint Thomas. 3g6. La Mort de Saint Joseph î;8 %9 4OO 4OI 4o3 POUSSIN (NICOLAS), élève de SIMON- VOUET et de QUINTIN VARIN, né aux Andelis en 1694> mort à Rome en i663. * Saint Jean-Baptiste dans le désert. * La Sainte Famille avec des Anges. La Confirmation. La Pénitence. L'Eucharistie. Le Mariage. L'Extrêmc-Onclion. PUJOS (N...), né à Toulouse en 1738, mort à, Paris en 1788 ; ^élève de GUILLAUME CAMMAS. 4O4. Portrait de Lamhert-François-Thèrèse Cammas. (Voyez son article, page 26.) (Miniature.) RESTOUT ( JEAN-BERNARD ), eut son père pour premier maître ; il était membre des académies de Paris et de Toulouse ; il mourut à Paris en Ce peintre n'a pas su se préserver du, mauvais goût

43 de son siècle ; son dessein est maniéré, éloigné de la pureté de l'antique et peu agréable. Cependant on voit encore, avec quelque plaisir, les deux tableaux où il a représenté Jtnacrèon la coupe à la main, èt Jupiter et Jllercura chez Philemon et BaucU Ui'tgène, pour s'accoutumer à l'insensibilité' (les hommes, demande l'aumône à des statues. Ce tableau fut le morceau de réception de RESTOUT à l'académie royale de Toulouse Jupiter et Mercure chez Philemon et Baucis : esquisse. RIGAUD (HYACINTHE), né à Perpignan en i65g, mort à Paris en i"j43. La beauté de ses portraits le fit surnommer le Vandick de la France. /Î07. * Portrait du duc d'orléans, Régent du royaume. RIVALZ (JEAN-PIERRE), peintre et architecte, élève dujrère AMBROISE FREIJEAU, descendait d'une famille noble dey Toulouse. Il naquit à la Bastided'Anjou, près de Saint-Papoul, en, et mourut à Toulouse en 1706, étant ingénieur en chef des ponts et chaussées du Languedoc. Il fut admis dans l'intimité du POUSSIN, dont il étudia, avec succès, les compositions pittoresques Clémence Isaure, fondatrice de l'académie des Jeux Floraux. RIVALZ a représenté celte femme illustre tenant dans sa main des fleurs qui désignent les prix de poésie que l'académie distribue tous les ans dans l'hôlel-de-ville de Toulouse La Visitation Saint Jean donnant la Communion à la Sainte Vierge. \\ 1. Portrait de JE «-PIERRE RIVALZ. Ce tableau, qui appartient à l'école des arts, a été terminé par ANTOINE RIVALZ. RIVALZ (ANTOINE ), fils et élève du précédent, nê à Toulouse l'an i665, y mourut en 178a. Cet

44 ( 4* ) artiste, secondant par ses soins généreux l'émulation et le zèle de quelques-uns de ses élèves, prépara l'établissement de l'académie royale, de peinture, sculpture et architecture de Toulouse. R'walz aurait peut-être acquis une réputation égale à celle rie Lebrun, si, moins attaché aux. lieux qui l'avaient vu naître, il avait pu se déterminer à habiter la capitale. L'étude des ouvrages des plus célèbres peintres de l'italie, et des tableaux du Poussai, occupa Rivnlz pendant plusieurs années. Il obtint à Rome le premier prix de dessin et de composition. La rue où est située la maison où il naquit, porte maintenant le nom de Rivaîz, et le buste de ce peintre est placé parmi ceux des hommes illustres auxquels Toulouse se glorifie d'avoir donné le jour Sosthène, Roi de Macédoine, est fait prisonnier par les Tectosages. 4 r 3. Fondation de la ville il' Ancyre, actuellement Angora, par les Tectosages ou anciens habitans de Toulouse. Rivalz a suivi, dans cette belle composition, l'opinion qui attribue aux Tectosages la fondation d'ancyre. On doit cependant observer que, suivant Pausanias, Ancyre tut bâtie par JMidas, Roi de Phrygie, qui mourut, dit Eusèbe, l'an 697 avant Jésus-Christ. Les Gaulois Tectosages n'occupèrent Ancyre que l'an 241 avant notre ère, c'est-à-dire, plus de 400 ans après la fondation de cette ville : on ne peut donc pas dire qu'ils l'ont bâtie. Ancyre prit le nom de Sehasle des Tectosages. Elle fut embellie d'un grand nombre de monumeiis somptueux. Tite-Live lui donne l'épithète de JS'obilis utbs. Auguste l'éleva k la dignité de métropole de la province, et de capitale des Gaiates Littorius, Général romain, ayant été vaincu par Théodoric, Roi de Toulouse, est promené dans cette ville, monté sur un âne Raymond de Saint-Gilles reçoit du Pape Urbain une cotte d'armes ornée d'une croix Henri II, Roi d'angleterre, assiégeant Toulouse, le comte Raymond V fuit brûler les tours

45 ( 43 ) et les machines de l'ennemi, et met Henri en fuite, ainsi que Maehirin, Pioi d'ecosse Urbain il consacrant l'église de Saint Saturnin, à Toulouse Saint Louis, Evêque de Toulouse Les Protestans chassés et massacrés le 17 mai I56I. 4?.o. Un Christ. 4a 1. L'Annonciation. fyi.i. Saint Jean de Campistran. 4^3. Un Saint de l'ordre de Saint François. 4^4» Un autre. 4^5. Un autre. 4^6. In autre Un Génie. /\iq. La naissance du Dauphin, père de Louis "XVI. 42g. Portrait d'une Dame Un Homme pilant dans un mortier Deux Enfans La Religion. Fragment d'un tableau qui a été détruit Figures allégoriques. Fragment, d'un tableau qui était placé dans l'ilôtel-de-ville Portrait d'antoine Rivalz, peint par lui-même. Ce tableau appartient à l'école des arts. RIVALZ ( JEAN-PIERRE), élève d 1 ANTOINE RIVALZ, son père, et ensuite de SUBLETRAS à Rome, chevalier de l'ordre de l'éperon d'or, peintre de Vllélel-de-Ville, membre de l'académie royale de peinture, sculpture et architecture de Toulouse, de celle de peinture et sculpture de Poitiers, nê à Toulouse, y mourut en U avait fondé un prix qui devait être décerné chaque année à celui des élèves de l'académie qui aurait le mieux dessiné une figure d'après le modèle vivant. Le chevalier Rivalz a publié sur les arts dépendans du dessiu, plusieurs opuscules intéresseras, 11 légua à

46 ( 44 ) l'académie des siences de Toulouse, qui l'avait choisi pour son dessinareur, les inscriptions antiques qu'il avait recueillies dans les Pyrénées. Ce peintre n'a pas sans doute déployé autant de talens (pie son aïeul et que son père, mais on doit remarquer qu'il n'adopta jamais les principes qui avaient amené la décadence de l'école française, et qu'il fut.toujours fïdèiè aux bonnes doctrines et aux règles du vrai beau. A. sou exemple ses élèves ont soutenu l'honneur des arts dans la ville de Toulouse. 43'5. La Naissance «lu Sauveur L'Apothéose île Saint Saturnin La Naissance de Saint Jean-Baptiste Sacre d'un Grand-Maître de l'ortire de Malte. SAUVAGE (M/IV...), résidant à Paris, membre de l'académie royale de Toulouse. 43G. Tableau imitant un bas-relief île marbre blanc, et représentant un jeu d'enfans. Gest le morceau de réception de cet artiste à l'académie de Toulouse. SEVIN (PAUL-PIERRE), né à Tournon vers Pan i63o. 44. * Alexandre et Diogène. La guerre ayant été résolue contre les Perses, les Grecs choisirent Alexandre pour leur chef. Les gouverneurs des villes et les philosophes furent visiter le jeune héros, et se réjouirent avec lui de cette élection. JJiogène seul négligea ce devoir. Alexandre fut le trouver, et après l'avoir salué, lui demanda s'il n'avait pas besoin de quelque chose : Oui, lui répondit le philosophe, j'ai besoin que tu te retires un peu de mon soleil. Frappé de cette réponse, le héros dit à ses courtisans que s'il n'était pas Alexandre, il voudrait être Diogène. - ' STELLA ( JACQUES ), né à Lyon en 15g6, mort à Paris en 1657, élève de son père qxc il perdit fort jeune. Après un long séjour en Italie, contrée où Use lin d'amitié avec l'immortel POUSSIN, JACQUES STELLA revint en France, où il fut fort occupé,

47 ( 45 \ et obtint, en ^a de Saint-Michel et urf brevet de premier peintre du Roi * Jésus-Christ ressuscilé donnant la Communion à St. Pierre et à quelques'autres Saints * Le Mariage de la Vierge. M. Landon a publie', dans les Annales du Muse'e, la gravure et l'explication de ce beau tableau. Le jeune homme qui brise une baguette en regardant Marie, rappelle, dit-on, une coutume juive d'après laquelle chaque prétendant à la main d'une Vierge portait une baguette qu'il rompait devant elle lorsqu'il arrivait qu'elle épousait un autre amant. SUBLEYRAS (PIERRE), d'abord élève de son père, et ensuite d'antoine RIVALZ, né a Usez, en Languedoc, en ifiqq, mort à Rome en 174î3- Subleyras vint à Toulouse n'étant encore âgé que de seize ans. Antoine lliyalz le rexut dans son école et lui prodigua des conseils et défrfeçons. Le jeune artiste fit de grands progrès, et exécuta, sous les yeux de son maître, plusieurs tableaux pour le plafond de l'église des Pénitens blancs. Il partit pour Paris en 1724, remjîorta, deux ans après, le grand prix de peinture, et fut envoyé à Rome avec le brevet de pension^ ïiaire du Roi en 1728 : il ne fut point rappelé en France. L'ordonnance de.presque tous ses tableaux est riche, le ton de couleur suave et le pinceau délicat L'Annonciation La Circoncision Saint Pierre guérissant les malades Joseph expliquant les songes de Pharaon Le songe de Saint Joseph Tableau de nature morte où Subleyras a indiqué ses différens goûts Saint Joseph tenant l'enfant Jésus, Ce tableau a été peint à Rome. SE EUR. ( EXTSTACHE LE), né à Paris en 1617, mort dans la même ville en i655 ; iljut élève de SIMON Y~OUET,

48 C 4<"> ) 45o. * Manuè, père de Samson, offre un sacrifice à Dieu. L'Ange qui avait annoncé à l'épouse de Manuè la naissance d'un iils qui commencerait à délivrer Israël de l'oppression des Philistins, s'élève au ciel au milieu des flammes. TOURNIER (N... ), né à Toulouse vers Van i6o4; il fut élève de VALEN TIN, et a souvent déployé de grands talens. 43i. Jésus-Christ portant sa croix. 45'2. Jésus-Christ porté au tombeau. _ 453. La Vierge tenant l'enfant Jésus Judas prosterné devant Joseph Jésus-Christ descendu de la croix Constantin le Grand remporte une victoire décisive contre le tyran Maxence Martyre de Saint Etienne. TROY ( Jeanjje), fils aîné et élève de NICOLAS DE TROY, peintre de /'Hôtel- de- Ville, naquit à Toulouse vers l'an i64o. On ignore l'époque de sa mort L'Immaculée Conception. Saint Joachim etsainte Anne voi nt le Père éternel ouvrir son sein, d'où semble sortir la Sainte Vierge. TROY ( FRANÇOIS DP ), frère du précèdent, naquit à Toulouse en i(>45, et mourut à Paris en Il fut successivement élève de son père, de NICO LAS LOYR et de CLAUDE LEFÈVRE. 4^9. Magâefaine pénitente interrompt sa lecture pour entendre un concert céleste. t\co. L'Ange gardien. 4Gi. Le Songe de Saint Joseph. De Trot lut admis dans l'académie de Paris. Sou morceau de réception représente Mercure coupant la téte d'^i^r/.ï. La famille royale et tous les grands ocçupèient cet artiste. Louis XIV l'envoya en Bavière pour pendre la Dauphine. De Troy savait ajoutera la beauté des dames uout il faisait les portraits, et ce

49 talent lui procuva beaucoup de travail. Un esprit cultivé, un extérieur aimable, une probité à toute épreuve, taisaient rechercher ia société de ce peintre. VALENTIN fm OYSE ), élève de VOVET, né à Goulu mie rs, dans la Brie, en 1600, mort à Rome en i * Judith Une Bohémienne disant la bonne aventure à un jeune homme Un jeune Joueur entre deux Filous. VERDUSSEN (JEAN-PIERRE), mort à Avignon en Une Bataille Une autre Bataille. VERNET (CLAUDE-JOSEPH), nê à Avignon en 1714» mort à Paris en 178g Marine copiée par Henri, son élève. VIEN (JOSEPH-MARIE), né à Montpellier en 1716, mort à Paris en 181 o. Il eut le titre de comte et fut membre du Sénat et de l'institut, commandant de la légion d honneur, etc., etc. Ce maître habile doit être regardé comme le chef de l'école moderne. Ses leçons ont ramené le bon goût de dessin, la pureté îles formes et l'imitation de l'antique. Les distinctions les plus honorables furent la récompense des éminens services que M. VIEN rendit aux beaux-arts Figure d'étude, peinte à Rome. Ce fut le morceau de réception de cet artiste à l'académie royale de Toulouse. VIGNON (CLAUDE), né a Tours en i5g3, mort en La Résurrection Sainte Cécile touchant l'orgue Allégorie sur les dangers de la jeunesse. Une femme caresse un jeune homme à côté

50 US) _ Auquel est mi Ange qui lui indique le ciel, tandis que le Démon, qui l'a enchaîné j l'attire vers lui. VINCENT ( François-Andké), élève de VIEN, membre de 'Institut et de la légion d'honneur, né à Paris le 3o décembre ' 747 Son père, né à Genève, avait acquis quelque réputation comme peintre en miniature.«ce fut particulièrement sur la manière du Guide et du Guerchiw que le jeune Vincent forma sou style et son goût, et il testa fidèle à la direction de ses premières études. Ce peintre doit être compté au nombre de ceux qui par leur exemple et leurs leçons ont contiibué à assurer ïa gloire de l'école moiierne. I! fut membre de l'institut et de la légion d'honneur, et professeur à l'école des beaux-arts. Il mourut dans sa ville natale le 4 août Guillaume Tell, échappé des mains du cruel llerman Gésier, commandant pour l'empereur Albert dans la Suisse, punit ce barbare et délivre son pays de la tyrannie des étrangers. Des jeux allumés sur trois montagnes indiquent les signaux dont étaient convenus les cantons d'uri, de Sohwilz et d'undervald. Cet événement arriva l'an Ce tableau Fut donné par le Directoire exécutif à la ville de Toulouse. M. Tandon en a publié une gravure dans le tome second des Annales du Musée. VOLA IRE (N... ), élève de JOSEPH VERNET. 3. Eruption nocturne du Vésuve. On voit une gravure de ce tableau dans le Voyage en Sicile, par l'abbé de Suint-Non. VOLET (Simon), élève de son père, naquit à Paris eu i582, et y mourut en I6/[I. f\. L'Invention de la Croix. 5. Le Serpent d'airain. VtH ET ( Saint-Aubin), frère et élève du précédent. 6. * Saint Pierre délivré de prison. TABLEAUX

51 TABLEAUX ANONYMES DE L'ÉCOLE FRANÇAISE * -/V oè fait un sacrifice en sortant de l'arche * Daniel confond les vieillards qui calomniaient Susanne : on les arrête ; ils vont être punis L'Annonciation. 4&o. L'Annonce aux Bergers. 48i L'Adoration des Rois Le Repos en Egypte Fuite en Egypte. ( Miniature. ) 484- La Vierge, l'enfant Jésus et St. Jean, (Idem.) 485. Saint Joseph tenant l'enfant Jésus qui caresse la Vierge Le Songe de Saint Joseph JÉSUS portant sa croix La Vierge de pitié La Vierge apparaissant à Saint Bernard. 4go. Saint Jean l'evangéliste. 4gt. Le bon Pasteur. 4g2. Sainte Geneviève Guillaume, duc d'aquitaine, embrasse l'état monastique., 4g4- Les quatre Elémens. 4g5. Les Noces de Thétis et de Pelée. 4g6. Deux Vestales offrant un sacrifice. 497 Trois jeunes Filles préparant des dards au pied de Ja statue de l'amour. 4g8. Une tête de femme. 4g9- Un clair de lune Un petit Paysage Des Bhncb.isse.uses. G

52 ( 5o ) 5o3. Des Poules. 5o3. Un Jeu d'enfans. 5o4- Tableau qui représente des Fleurs Un tableau représentant des Fruits Un autre, idem Un autre Un autre Un autre tableau représentant des Fruits Un saint Vieillard annonce à Jeanne d\aça, épouse de Félix de Guzman, qu'elle aura un lils célèbre par sainteté. 11 lui montre dans un petit tableau la Vierge apparaissant à ce fils, et lui prescrivant l'établissement de la dévotion connue sous le nom de Rosaire Naissance de Dominique de Guzman, célèbre sous le nom de Saint Dominique, 512. Diego de Azebez, Evèque d'osma, ayant fait embrasser l'institut des Chanoines réguliers de Saint Augustin à son Chapitre, engagea Saint Dominique à entrer dans cette congrégation. Celui-ci quitta aussitôt la ville de Palencia après neuf ans de séjour, pour venir faire profession de la vie religieuse dans l'église d'osma. Cet événement, représenté dans le tableau placé sous le numéro 5i2, arriva l'an Bataille de Muret, livrée le 12 septembre I2i3, entre l'armée des Croisés, commandée par Simon de Montfort, et celle de Raymond VI, comte de Toulouse, dont les troupes étaient réunies à celles du Roi d'arragon, et des comtes de Foix et de Comminges. On assure que St. Dominique assista à cette bataille. Ces quatre tableaux ornaient l'église de la maison de l'inquisition, à Toulouse. On les a placés dans la galerie des antiquités, non comme objets d'art, mais simplement comme historiques Portrait de Gabrielle d'eslrées.

53 515. Portrait de RENÉ DESCARTES, célèbre Philosophe français Portrait de HENRI DESFIAI DE CINQMARS, grand écuyer de France, décapité à Lyon avec M. DE THOU, le 12 septembre I6/\I. 5J7. Portrait de HENRI 11 DE MONTMORENCI, duc de Moiilmorenci et de Damville, pair et maréchal de France, comte de Dammartin, gouverneur de la province de Languedoc, décapité dans la cour de-l'hôtel-de-ville de Toulouse, le 3o octobre i632. Abandonné par les siens à la bataille: de Castelnaudary, blessé de plusieurs coups, il fut pris par l'armée royale, après avoir enfoncé les six premiers rangs et tuant encore des soldats au septième Portrait de LOUIS XIV, surnommé le GRAND, Roi de France et de Navarre Une vue de la cité Valette, dans l'île de Malte Une autre, IDEM Des Anges. ADDITION Saint Etienne, par ANDRÉ LEBRE La Cène, par le même Portrait de PIERRE LUCAS, sculpteur, par SU BLEYRAS. S C U L P T U R E. PREMIÈRE STATUES ET DIVISION. MODÈLES. ArCIS (MARC), NÉ EN i655 À MOUSSENS, PRÈS DE LAVAUR, SELON QUELQUES-UNS, ET AU CABANIAL, SUI- C 2

54 vaut Raynal, historien de Toulouse : mort en 1739, étant doyen de l'académie de Paris, élève d'ambroise FREDEAU. Arcis fut membre de l'académie de Paris et l'un des quatre fondateurs de celle de Toulouse. Plusieurs de ses ouvrages décorent encore les maisons royales. Les villes de Montauban, de Lavaur et de Pau, conservent plusieurs statues et bas-reliefs qui attestent les talens de cet habile statuaire. Les sculptures qui ornent l'église de Saint-Jérôme ont été exécutées par Arcis. La salle du Concert est embellie par l'une des plus belles productions de cet artiste. C'est un basrelief qui représente Apollon assis sur le Parnasse au milieu des neuf Muses. Ce morceau est digne d'attirer les regards, et fait connaître tous les talens de son auteur. 1. Modèle d'une statue équestre de Louis XIV. Les captifs que l'on voit près des angles du soubassesement représentent les peu-pies vaincus par Louis le Grand. a. Le Prophète Elle. 3. Le Prophète Elisée. 4. Un Apôtre. 5. Saint Jean l'evangéliste. 6. Saint Matthieu. 7. Saint Augustin. g. Saint Albert, Patriarche de Jérusalem. 30. La Religion. 11. L'Espérance. 12. Diane.,^3. Zéphire. BACHELIER (NICOLAS), né à Toulouse vers i485, d'une famille originaire de Lucques, vivait encor en 1566 ; élève de MICHEL-AN GE. Bachelier étudia d'abord à Toulouse sous des artistes médiocres. Il partit ensuite pour l'italie, fut admis au nombre des élèves de Michel-Ange, et devint en peu d'années sculpteur distingué et architecte habile. &. son tetour dans SA patrie, vers l'an J5IO, il opéra

55 «ne révolution complète clans les arts elépendans du dessin. On ne construisit plus d'édifices dans le genre arabe, nommé si improprement gothique, et qui était suivi dans cette ville depuis le commencement du treizième siècle. Parmi les monùmens qu'il fit élever et dans lesquels il prodigua toute la richesse de l'architecture italienne, on distinguait sur-tout l'hôtel de Saint-Jory qui ne subsiste plus. On peut encore voir dans une maison située près de ia place Bourbon plusieurs fenêtres exécutées d'après les dessins de Bachelier, et formées les unas par des cariatides sculptées avec beaucoup d'habileté, les autres, par des ornemens du meilleur goût, dans lesquels on remarque des enfans dessinés quelquefois dans le genre du Donatelle, mais plus souvent dans celui demichel- Ançe. On a cru que Bachelier avait deux frères, reeommandables par leurs talens, et que l'un fut orfèvre et sculpteur : le plus bel ouvrage qu'on ait attribué à celui-ci est la châsse de Saint Georges, morceau 4 récieux qui était enrichi de bas-reliefs et de figures, 'autre, simple serrurier, avait, disait-on, exécuté en fer des ornemens d'une délicatesse extrême, quelques petites statues modelées avec art, et fait des clefs remarquables par les figures de sirènes dont il les décorait. Mais des renseignemens exacts, des recherches suivies ont démontré^que Bachelier n'eut point de frères, et que tous les ouvrages qu'on attribue à ces derniers appartiennent à Nicolas lui-même, ou ont étéfaits d'après ses dessins et sous sa direction. Dominique Bachelier, son fils, célèbre architecte et sculpteur, termina avec Souffron la construction du pont de Toulouse. Il fit élever plusieurs édifices remarquables, et entr'autres, vers 1611, l'hôtel de M. de Clary, premier président du parlement. Cette maison, ornée de sculptures, exécutées partîtes et Guepin, élèves de Nicolas Bachelier, est connue maintenant sous les noms de Maison de pierre et d'hôtel D'Aguin.»4- Un groupe d'enfans. 15. Un autre. 16. Fragment d'une statue qui tenait un livre. 17. Fragment d'une autre statue représentant UH jeune homme qui embrassait une colonne. Ces figures proviennent de l'autel de la paroisse de Saint-Etienne, au-dessus duquel BACHELIER avait représenté la mort de la Sainte Vierge. C3

56 . t 5/î ) Cet artiste avait exécuté dans le même genre la décoration du principal autel de l'église des Pères de la Trinité, le maître-autel de l'église de Notre-Dame de la Dalbude et la chapelle du Sémlcre dans la même église. On voyait aussi dans J'église des Cordeliers plusieurs bas-reliefs exécutés par cet artiste, et on y admirait particulièrement celui qui représentait la naissance de J. C. Il ne nous reste plus que quelques i'ragmens de ces morceaux précieux qui ont tous été mutilés en 179/î- 18. La Sainte Vierge. \ Ces trois statues sont les prei-t -p A! miers essais îles élèves île Ka- 19. un.veque. > C I f E L I E R. Elles ont été retou- 20. Une Sainte. ) ebées par ce maître. DARBOU (N...), né à Toulouse j mort dans cette ville vers la fin de l'an "tisle fut reçu ai membre de t académie royale de peinture, sculpture et architecture, après avoir remporté h' grand prix, 11. Louis XV, surnommé le Bien-aimé, Roi de France et de Navarre, né à Versailles le 15 février 1710, mort le 10 mai 177^- Ce fut le morceau de réception de DARBOU. DANTOINE (N...), professeur de sculpture à Montpellier, mort dans celte ville depuis peu de temps. 32. Platon. Modèle en terre cuite. Ce fut le morceau de réception de cet artiste à l'académie royale de Toulouse. DROUET (GERVAIS), élève de GUEPIN, qui luimême Tétait de BACHELIER ; on ignore T époque de sa naissance. Il vivait encore en Son épilaphe commençait, dit-on, par ce vers : En ce lieu gît Drouet dont 1rs mœurs furent Cet droites. artiste a travaillé pour l'embellissement de

57 ( 55 ) l'église de Sainte-Marie d'aucli. Il avait décoré avec beaucoup de goût l'autel de la chapelle de St. Came, dans le couvent des Jacobins de Toulouse. Le groupe représentant le martyre de St. Etienne, groupe qui est placé au-dessus de l'autel du choeur de l'église cathédrale de Toulouse, est peut-être le seul ouvrage considérable tle Drouet qui n'ait pas été mutilé pendant les premières années tle la révolution. a3. Un Ange portant les inslrumens de la passion. FKEDEAU (AMBROISE), religieux auguslin, voyez page Plusieurs petites statues et modèles sous le même numéro. G1RARDON (FRANÇOIS), sculpteur et architecte, nè à Troyes en Champagne l'an 1627, mort à Paris en inis. 25. Un Christ en ivoire. Ce morceau a été sculpté dans l'atelier de cet artiste. GUEPIN ( JOSEPH ), né h Toulouse, mort dans la même ville vers 1625 ; élève de BACHELIER. Il est auteur d'une partie des beaux morceaux dé sculpture nui décorent la première cour de V llôtclde-ville, et des figures qui ornent la façade et la cour de l'hôtel Daguin. On voyait encore de lui, à la, place Mage, la statue équestre de Loris XIII, qui décorait autrefois l'entrée de l'h êtel-de-ville. 26 Copie du Christ que fit MICHEL-ANGE pour l'église de la Minerve. LANGE (M. BERNARD), né à Toulouse, restaurateur des statues antiques du Musée royal, membre de l'académie de Toulouse, résidant à Paris; élève de feu FRANÇOIS LUCAS. 27. Esculape. Modèle,en plâtre donné à l'école des arts par l'auteur. LOLBEAU (DOMINIQUE), sculpteur, membre de l'académie des beaux-arts de Toulouse, né dans cette ville en 1706, y mourut en c 4

58 28. Jupiter prêt à lancer la foudre. Ce fut le morceau de réception île cet artiste à l'académie de Toulouse. LUCAS (PIERRE), sculpteur, ne à Toulouse l'an 1691, mort dans la même ville en î-pi ; élève d HJAHC Axas. Cet artiste est compté au nombre des fondateurs de V académie royale de Toulouse ag. Borée : modèle en terre cuite. 3o. Zéphire, idem. LUCAS (FRANÇOIS), fils et élève du précédent, né à Toulouse en 1736, moitié 17 septembre 1813, membre de l'académie royale des beaux-arts, et d l'athénée, dessinateur de l'académie des sciences professeur de sculpture à l'école spéciale des art de cette ville. M. Lucas n'eut peut-être pas l'avantage de s'élever au-dessus de la manière adoptée par les maîtres qui, pendant une partie du dix-huitième siècle, donnèrent, en quelque sorte, des lois à l'école française. Mais il eut cependant le bon esprit d'étudier et de faire étudier par ses élèves le petit nombre de plâtres, moulés sur l'antique, qui existaient alors à Toulouse. Cette attention doit mire d'autant plus ressortir le bon goût du professeur- toulousain, qu'alors presque toute la France préférait un modèle de Lemoinc ou de Pigalle, à la Vénus de Médicis et à V Apollon du Belvédère. François Lucas est auteur du grand bas-relief placé à l'embouchure du canal des deux mers, des deux statues colossales qui décorent la barrière du faubourg Saint-Cyprien, des adorateurs placés sur l'autel de l'église des Chartreux, des mausolées de M. (VL'tigny, de Puivert, etc., etc. Il avait étudié l'archaeologie avec succès, rassemblé une belle suite d'inscriptions, et formé un bon meuailler. Sa vie entière a été remplie par la culture des beaux-arts. Il distribuait chaque année des prix d'encouragement à ceux de ses élèves qui avaient le mieux sculpté, d'après l'antique, une main, un pied et une tète : on a annoncé que l'un d'eux, distingué par des succès mérités, devait élever un monument à la mémoire de san maître.

59 ( 57 ) Si. Zèphire : modèle donné au Musée par l'auteur. 3a. Statue de Louis XPI, Roi de France et de Navarre, né à Versailles le a3 août 1754, mort le 11 janvier Ce monument fut élevé en Les deux bas-reliefs placés dans les faces latérales du socle, représentent le rétablissement du. Parlement, et le sacre de Louis XVI. 33. Le Génie des arts offrant à l'eternel les cendres A'Ambroise Fredeau. NOUBEL ( FRANÇOIS ), sculpteur, membre de l'académie de Toulouse, et professeur de dessin, nè dans cette ville en 1729, mort en Orphée va redemander Euridice au monarque des enfers, et déjà les sons harmonieux de la lyre du chantre de la ïhrace appaisent la fureur de Cerbère. Ce modèle fut présenté à l'académie de Toulouse par M. Noubel, lors de son admission dans cette société. PACOT (CLAUDE), élève de Guepin, florissait à Toulouse pendant te in." siècle. 35. Statue de la Vierge. Cette figure était placée dans nne niche sur la place du Pont, en regard de celle conservée sous le n." 26. PAJOU ( AUGUSTIN), membre de l'institut et de la Légion d'honneur, nè à Paris le ig septembre 1730, mort dans la même ville le 8 mai Saint Augustin en prières : modèle en terre cuite. Ce fut le morceau de réception de cet artiste à l'académie des beaux-arts de Toulouse. PACQU1ER ( JEAN), sculpteur, nè en 1628 à Coursan, près de Narbonne, morl à Beziers en 1676, étant religieux de l'ordre des Minimes. 37. La Sainte Vierge. 38. La Religion. EENAUD (DOMINIQUE), né à Toulouse en 1732, C 5

60 MORT DANS LA MÊME VILLE EN I8O4; ÉLÈVE DU CHE VALIER lllvalz. 3g. La Vigilance : modèle en terre cuite, donnée au Musée par M. SALESSES, fille de l'auteur. me ROMAGNESl (M. r ), SCULPTEUR, RÉSIDANT À PARIS. 40. * MINERVE protégeant la France, groupe en marbre blanc. Ce beau morceau a été donné au Musée de Toulouse par S. M. Louis XV111. SCHEFFAUVERTS ( N... ) ; NAISSANCE ET MORT IN CONNUES. CET ARTISTE FLORISSAIT ENCORE EN 1790 ÉTAIT ALORS SCULPTEUR DU DUC DE WIRTEMHERG. 41. MÉLÉAGRE : modèle envoyé de Rome pour la réception de l'auteur à l'académie royale de Toulouse. SELETl, SCULPTEUR, NÉ À MILAN, MORT DEPUIS ENVI RON VINGT ANS Statue de la Vierge. SECONDE DIVISION. BUSTES ET MÉDAILLONS. ArCIS (Marc), (VOYEZ PLUS HAUT, pag. 5I.) 43. Buste en marbre blanc du président de NUPCES. 44- Buste de D'ARCIS. 45. Médaillon en marbre blanc, représentant LOUIS XIV.» ARTUS, ÉLÈVE DE BACHELIER, NÉ À TOULOUSE, Y FLORISSAIT VERS LE COMMENCEMENT ET LE MILIEU DU SEPTIÈME SIÈCLE ; IL MOURUT DANS CETTE VILLE VERS i665. // EUT PART AUX GRANDS TRAVAUX DE SON MAÎTRE, ET IL SCULPTA PLUSIEURSFIGURES DANS L'HD DE-VILLE. L'ÉGLISE DES PÉNITENS-NOIRS ÉTAIT ORNÉE

61 ( 59 ) plusieurs has-reliefs sculptés par ARTUS ; Us ont tous été détruits. 46- Deux tôles d'anges sous le même numéro. 4" Buste de Louis XIII, Roi.de France et de Navarre, surnommé le Juste, né à Fontainebleau en 1601, de HENRI IV et de Marie de Médhis, mort à Suint-Gerinain-en-Laye en I643. On a mis au-dessous une inscription, placée en 1621 sur la porte tle l'arsenal de Toulouse. BEURNÉ (M. NICOLAS-FRANÇOIS), sculpteur, résidant h Toulon:e ; élève de FRANÇOIS LUCAS. 48. Buste d'antoine de Ville, ingénieur militaire, chevalier des ordres de Saint Maurice et de Saint Lazare, né à Toulouse en isgg. De Ville est auteur île plusieurs ouvrages sur l'art îles fortifications et sur l'attaque et la défense des places. Ses découvertes le mirent an nombre des hommes célèbres de son siècle. Les travaux de l'immortel Vauban ont fait abandonner, en grande partie, les méthodes de De Ville et du comte de Pagan, son émule; néanmoins, les ouvrages de l'ingénieur toulousain jouissent encore de beaucoup d'estime, et son nom est cité avec éloge. De Ville servit d'abord dans les chevau-iégers, et assista au siège de Montauban. Il était très-bon dessinateur, et a gravé les planches de tous les ouvrages qu'il a publiés. Ce buste a été donné au Musée par M. Beurné. BRUNET ( M.' ), sculpteur, résidant à Paris. 4I). Buste de CLÉMENCE ISAURE. DANTOINE ( Voyez pag. 54. ) 5O. Médaillon représentant Nicolas-JosephMarcassus* Puyniaurin, syndic général de la province de Languedoc, membre des académies des sciences et des arts de Toulouse. Ce portrait a été donné au Musée par M. le baron de Puymaurin, direc* teur de la monnaie des médailles. DROL'ET (GERVAIS), voyez pag. 54-5J. Buste d'antoine de Lestang, membre du Par- C6

62 ( Go ) lement de Toulouse, auteur de plusieurs ouvrages historiques. GR1FFOEL-DORVAL (M. 1 ), membre de l'académie royale des beaux arts de Toulouse, élève de M. CARTELLIER. 52. Buste de Philippe PICOT DE LAVEYROUSE, ancien inaire de cette ville, membre de l'institut et de la Légion d'honneur, secrétaire perpétuel de l'académie des sciences, etc., etc., né à Toulouse, le 20 octobre 17/14 ; mort le 17 octobre Profond naturaliste, il a consacré son nom par des ouvrages nombreux et qui ont accru ie domaine de la science. Ses recherches ont particulièrement fait connaître l'histoire des plantes des Pyrénées, et lui ont mérité l'estime des savans et la reconnaissance de ses concitoyens. 53. Buste de Son A.llesse Royale MADAME EA DU CHESSE D'ANGOULÊME. GUEP1N ( Voyez plus haut, pag. 55.) 54- Buste de HENRI IV, surnommé le Grand, Roi de France et de Navarre, né le 15 décembre 1553, A'Antoine de Bourbon et de Jeanne d'albrei, assassine par Uavaillac, le 14 mai HOUDON (N...), membre de l'académie des beauxarts de Toulouse. 55. Buste de Bélisaire. LANGE (BERNARD), voyez pag Tète de Jupiter-Soleil. Ce marbre a été donné par l'auteur à l'école des arts. LEMOLVE (JEAN-BAPTISTE), sculpteur de Louis XV. 57. Buste de M. * de la Popelinière, fille de M. de Mondran. LUCAS (PIERRE), voyez pag Buste du peintre Crozai.

63 (6i) LUCAS (FRANÇOIS), VOYEZ PLUS HAUT, pag Buste de FERMÂT, mathématicien célèbre, NÉ et mort à Toulouse. Il fut l'ami de PASCAL, CYLLUY- GENS, de ROBERVALEL l'émule de.descartes. La ville de Toulouse compte ce savant an nombre de ceux qui l'ont le plus illustrée. 60. Buste À'ANDRÉ-BERNARD, religieux Augustin, né à Toulouse, déclaré Poète-laureat par HENRI VIII, Roi d'angleterre. 61. Buste du chevalier RIVALZ, peintre. MOITTE (JEAN-GUILt.AUME), MEMBRE DE LA 4." CLASSE DE L'INSTITUT, MORT À PARIS EN BÉLISAIRE : petit buste en terre cuite. MORTREUIL (N...), SCULPTEUR, NÉ À TOULOUSE, MORT DANS CETTE VILLE IL Y A ENVIRON TRENTE ANS. LE FIGURES QUI DÉCORENT LE DÔME DE L'ÉGLISE DES CHAR TREUX, AUJOURD'HUI ÉGLISE DE SAINT-PIERRE, MODELÉES PAR CET ARTISTE. 63. Buste de M. de MONDRAN, membre de l'académie des beaux-arts de Toulouse, et auteur de plusieurs projets relatifs à l'embellissement de cette ville. NOUBEL ( FRANÇOIS), VOYEZ pag Buste de GUILLAUME CAMMAS, peintre et architecte de la ville, l'un des fondateurs de l'académie royale des beaux-arts. M. G. CAMMAS est auteur de la façade du Capilole de Toulouse. PAJOU ( ATIGVJSTIN), VOYEZ pag Buste de M. /. R. PERRONET, premier ingénieur, et chef de l'école des ponts et chaussées, mort en 1794, âgé de 86 ans. Donné au Musée par M. ME de PULIGNEUX. PARANT (N...), SCULPTEUR, ÉLÈVE DE MARC ONT ÉTÉ ARCIS, NÉ À CARCASSONNE, MORT À TOULOUSE. LES FIGURES QUI DÉCORENT LA-FAÇADE DE L'IIÔTEL-DE- FAILLE, ONT ÉTÉ SCULPTÉES PAR CET ARTISTE.

64 ( * ) 66. Médaillon représentant M. Clément de St.-Amant, de Toulouse, et de celle des beaux-arts. PERU (N...,), sculpteur et architecte, né à Avignon. On ne connaît point l'époque de sa mort. 67. Buste d'antoine Rivalz. RIVALZ (ANTOINE), voyez pag. fyi, 68. Buste de J. P. Rivalz, son père. TBASABOT ( PIERRE ), maître des Jeux floraux, bachelier es lois, peintre et sculpteur, florissait à Toulouse pendant le seizième siècle. Il fut ami de Clément Marot et des plus illustres littérateurs de son temps. 6g. Buste représentant Trasabot. 70. Buste représentant Jean de Boy sonné, docteu régent à la faculté de droit de Toulouse, conseiller au parlement de Chambéri. Ce Jurisconsulte éiait ami de Marot, et en relation avec tous les savans de l'europe. Accusé de luthéranisme, il fut saisi par les inquisiteurs de Toulouse, et forcé de faire amende honorable, avec plus de vingt autres personnes, sur un échafaud dressé devant la principale porte de l'église de Saint-Etienne. Ses ouvrages manuscrits sont conservés dans la bibliothèque du Clergé de Toulouse. VIGAN ( JEAN-PIERRE ), né à Toulouse, élève de F. LUCAS, membre de l'académie royale de Toulouse, professeur de sculpture à l'école spéciule des arts. 71. Buste de François-Philippe-Antoine Garipuy, savant astronome, fondateur de l'observatoire de Toulouse, né dans cette ville eu î 711, mort le 2 avril 1782, directeur des travaux de la prbvince, membre des académies des sciences et des beauxarts de Toulouse.

65 (63 ) 2. Buste (le Louis XVI. Cet ouvrage remporta le grand prix proposé par l'académie. 3. Buste de F. Lucas, sculpteur-statuaire, donne au musée, par M. VIGAN. ; TROISIÈME BAS-RELIEFS. DIVISION. A.RCIS (MARC), voyez pag. 5i. Le Parnasse. Copie du bas-relief qui décore la salle du concert. Assis au milieu des neuf Muses, Apollon chante sur sa lyre les plaisirs et la puissance des immortels habitansde l'olympe. Les neuf sœurs applaudissent aux accens du Dieu des beaux arts. Le bas-relief original, regardé comme l'un des meilleurs ouvrages de GcArçîi, a près de 3o pieds de long. Les ligures, en général plus fortes que nature, sont modelées avec un talent qui aurait honoré les plus célèbres artistes du siècle qui vit naître Arcis. ARTUS, voyez pag. 5a La Naissance du Sauveur : bas-relief en terre cuite. Ce morceau fut donné au Musée par M. François Lucas. BACHELIER (NICOLAS), voyez pag Partie d'une façade de la maison Lasbordes, située près de la place Bourbon, exécutée en pierre et ornée d'arabesques, par BACHELIER. 77. Frise ornée d'arabesques : elle faisait partie de la décoration du collège Saint Martial. 78. Deux Génies supportant des guirlandes de laurier. 79. Médaillon en pierre, sur lequel BACHELIER a sculpté une femme vue en buste et de profil. 80. Médaillon où BACHELIER a représenté de même } en buste et de profil, un vieillard.

66 ( 64) 8i. Une tête de Chérubin. Ces cinq ligures faisaient partie de la décoration de l'une des portes de l'hôtcl-de-ville de Toulouse, démolie en 1817, lors de la construction de la nouvelle salle de spectacle. Les morceaux, placés sous n. 8a, servaient aussi à la désolation de cette porte. 83. Cariatide moulée sur une de celles de la maison Lasbordes. FREDEAU (AMBROISE), voyez pag Le Massacre des Innocens : bas-relief en terre cuite. 84 bis. Autre bas-relief semblable au précédent. 85. La Fuite en Egypte. 86. Autre bas-relief représentant le même sujet. 87. Un Jeu d'enfans. 88. Une Bacchanale. 8g. Un Jeu d'enfans. 90. Plusieurs petits bas-reliefs sous le même numéro. JULIA (JEAN-BAPTISTE), membre de Vacadémie royale des beaux-arts de Toulouse, né dans cette ville, y mourut en C'est le morceau de réception de cet artiste, auquel ou doit les ornemens du dôme de l'église de Saint-Pierre à Toulouse, lia décoré, avec beaucoup de goût, plusieurs hôtels à Paris. gi. Arabesques au milieu desquelles est représenté Apollon. LABROUE (N...), résidant à Paris, 92. La Sainte Famille. MAGNAC (N... ), né à Toulouse, mort dans cette ville il y a environ vingt-cinq ans ; élève de PAJOU. g3. Sainte Anne faisant lire la Sainte Vierge. 94 PUJET ( PIERRE-PAUL ), sculpteur, peintre et architecte, né à Marseille en 1622, y mourut en i6g4j H fut surnommé le MICHEL-ANGE FRANÇAIS. Bas-relief en marbre blanc représentant des enfans qui dansent au son du hautbois. Ce morceau précieux a été donné au Musée par M. Clausade, ingénieur en chef du. canal du midi.

67 QUATRIÈME DIVISION. MORCEAUX DE SCULPTURE MODERNE BOUT LES AUTEURS HE SOHT PAS COUSUS. 95. IjA Vénus de Médicis, petite copie en bronze. 96. La Géographie portant le Globe terrestre. 97. L'Astronomie portant une Sphère armillaire. 98. Un Ecorché. 99. Sapho : buste en marbre blanc Detrioslkènes : buste en marbre blanc Médaillon où l'on voit la tète de Persée Autre où l'on remarque celle à'andromède Médaillon représentant l'empereur Galba Autre représentant l'empereur Caligula. 1 o5. Buste de Guillaume- Taillefer, comte de Toulouse Buste de Raymond de Saint-Gilles, comte de Toulouse Buste A'E foire, comtesse de Toulouse, femme de Raymond de Saint-Gilles Buste de Guillaume, comte de Poitiers, et ensuite de Toulouse. ÏO8 bis. Busie de Phi/ippia, surnommée Mahaud, épouse du précédent Buste de Bertrand, comte de Toulouse Buste de Pierre Vidal, célèbre troubadour, né à Toulouse. lit;. Buste de Vincent Cabot, savant jurisconsulte Toulousain, auteur de plusieurs ouvrages, mort en 1626 ou Buste de Jean de Portes, conseiller au parlement, et chanoine Buste de Gabrielle Coignard, épouse du président de Mansencal, femme de lettres, qui florissait à Toulouse pendant le 16. siècle. e

68 Buste de Jean Galant, avocat et poète, né a Toulouse, mort dans cette ville eu i6o5, âgé de trente ans Buste de M." e de Pech de Calages, née à Toulouse, auteur du poème de Judith Buste du savant Spondc, évoque de Pamiers, continuateur des Annales de Baronius Buste de M. m f de Montégut, née à Toulouse, maîtresse des Jeux floraux. Ses œuvres ont été recueillies par son fils, archéologue, très-avantageusement connu par des mémoires intéressans sur nos antiquités. 11 S. Buste du célèbre Dalayrar,, né à Muret, près de Toulouse Médaillon qui représente saint Joachim et sainte Anne, près la porte dorée Médaillon où l'on voit sainte Anne et la Vierge, faisant lire l'enfant Jésus. Sculptures de la lin du i5. e siècle. IDOLES INDIENNES ET CHINOISES, ET AUTRES OBJETS DE CURIOSITÉ UNE Idole indienne Une autre Une autre Une autre. \ 125. Une autre. ( Ces quatre morceaux ont été don Une autre. / nés au Musée par M. Marragon Une autre. ' 128. Autre Idole indienne Autre Figure du même genre, mais d'une plus grande proportion. La face est dorée.

69 130. Petit Vase indien Petit Animal en pierre de lar, considéré comme une Idole chinoise. I3I. Autre Idole indienne Idole présumée être une déesse qui préside au feu Figure en bronze, qui représente un danseur indien Idole sous la forme d'un Singe. Ce morceau, pris pour antique par des personnes peu familiarisées avec les monumens, est moderne Bassin en émail de l'ancienne manufacture de Limoges ; le dessus représente MOÏSE présentant au peuple les Tables de la Loi. Dans la partie inférieure on voit AARON offrant un sacrifice Autre sur lequel on a peinlle Jugement de PARIS Une défense d'eléphant. i3g. Une autre Une autre Une autre. IÎ\2. Squelette d'eléphant, mort à Toulouse le 1. septembre i8t5, à l'âge d'environ vingt 6R ans. ' L'administration de l'école spéciale des sciences et arts de cette ville, cherchant toutes les occasions de compléter son système d'éducation gratuite relative au dessin, a posé, par l'acquisition de cette belle pièce, dont on doit la conservation à M. Béguillet, directeur des contributions directes, le premier fondement d'une salle d'ostéoîogie, qui réunira une suite intéressante et comparée de squelettes des genres les plus saillans parmi les animaux. i43. Une côte de Baleine. ï 44- Une vertèbre, IDEM. i45. Figure de TFËRCETO, placée au haut d'une colonne en bronze. Cet objet est moderne.

70 DESSINS ET GRAVURES. CaMMAS (LAMBERT-FRANÇOIS-THÉRÈSE), peintre et architecte, voyez page Dessin en perspective de divers monnmens d'architecture. DESPAX (J.-B. ), peintre, voyez page Dessin représentant la prédication de saint Jean- Baptiste. l^s. Saint Benoît dans le désert. Ces deux dessins ont été donnés au musée, par M. TAURE } de Toulouse, élève de DESPAK. GAMELIN, voyez page 33. 4g. Ulysse tue les poursuivans de Pénélope son épouse. 50. Achille traîne le cadavre d'hector autour des murs de Troie. GLEIZES (PHILIPPE), professeur de stéréotomie, né à Toulouse, mort dans cette ville en 1802, âgé de 58 ans. 51. Des ruines, dessinées à la plume. LAFAGE ( RAYMOND ), élève de J. - P. Rivalz, né à l'ile d'albi, et non à Toulouse, comme on le croit généralement. Cet artiste mourut en Astrée, indignée des forfaits des humains, s'envole dans les cieux. MENGS (RAPHAËL), peintre, né dans la Bohême en 1728, mort à Rome en 1779.

71 (;6g ) i53. La tète de saint Michel, d'après le tableau du Guide. i54- La tête de la Cenci, décapitée à Rome, sous le pontificat de Paul V. RIVALZ ( ANTOINE), peintre, voyez page 4' Ajax, traîne hors du temple Cassandre, fille de Priam et d'hécube Les Mégariens, voyant les Romains maîtres de leur ville, espérèrent de mettre les vainqueurs en désordre, en lâchant sur eux des lions que Cassius leur avait donné en garde ( il les destinait pour des jeux ) ; mais ces animaux, au lieu de courir sur les Romains, s'élancèrent sur les habitans, et en déchirèrent un grand nombre. 15^. L'amsur conduit la main de Médor, qui trace sur l'écorce d'un arbre son nom et celui d'angélique. VIDAL ( N. ), graveur, né à Toulouse, mort à Paris depuis peu d'années. i58. Paris et Hélène, estampe, d'après le tableau de M. DAVID, 1

72 ANTIQUITÉS. MONCMENS ÉGYPTIENS, ROMAINS ET GAULOIS. i. 1 SIS, symbole de la Natureet delalune, e'pouse D'OSIRIS. %. ISIS et HORUS son fils. 3. Buste D'ISIS. 4. OSIRIS, petite statue en terre vernissée. 5. OSIRIS, autre statue formée de la même matière. 6. Autre statue À!OSIRIS, ou du dieu-soleil des Egyptiens. Ce monument est en terre vernissée. *j. Autre, en porcelaine verte. 8. Statue D'OSIRIS. Ce monument est en bronze. Cj. Autre, IDEM. ïo. Autre, IDEM. 11. Autre, IDEM. ï2. Petite statue D'HORUS, ou du soleil PRINTANIER. La force fécondante du soleil est ici désignée par l'image phallique D'HORUS. i3. HARPOCRALE, dieu-soleil d'hiver, pris souvent pour le dieu du silence. I4- Le taureau APIS. Son front est orné d'un disque. 15. Autre représentation du taureau sacré des Egyptiens. 16. Bas-relief égyptien, moulé en plâtre sur un monument découvert à Carpentras. IN. Petite statue eu bronze représentant JUPITER (1). 18. Statue de MERCURE (2). (1) Voyez l'ouvrage intitulé : Monumens religieux des Volces-Tectosages, des Garumni et des CONSENTE, ou Fragment de ï Archéologie pyrénéenne, par M. Du MÈGE, pag. i56, planche 1, n. 2. (2) Même ouvrage, planche M, n. 17.

73 ( 7 ) 1 tg. Autre petite statue de Mercure. Ce monument a été découvert près du village de Pujaudran. ao. Hercule luttant contre Antèe. 21. Tète de Vénus. Ce monument en marbre blanc est d'un très-bon style. Il fut découvert dans les ruines de l'ancienne Calagorris des Convenœ, entre Martres et Cazères (i). 22. Tête de Bacchus. Ce monument a été découvert dans le même lieu que le précédent. L'un et l'autre ont été donnés au musée par M. Pulenc, ancien maire de la ville de Rieux (2). 23. Somnus. Ce bas-relief, représentant le dieu du sommeil, fut découvert près de la petite ville d'avignonet (3). 24. L'Amour tenant un papillon (4). 25. Autel élevé à la Mère des dieux, par Cneius Pompeius Probus, intendant du temple de cette déesse (5). 26. Autel consacré à la même divinité, par Antonius Flavius Athenio, d'après le voeu de Sabina, fille de Sabinus, son épouse (6). Ce beau monument provient du village de Labroquère. 27. Autel à Jupiter très-bon et très-grand (7). II fut découvert à Valcabrère, village placé sur le sol de l'ancienne Lugdunum des Convenœ. Ce monument fut découvert par M. le chevalier Rivais. 28. Monument consacré au même dieu, et provenant du même village (8). 2g. Autel consacré au Soleil et à la Lune. Ce monument a été découvert dans le village de Lunax(g). (1) Voyez l'ouvrage de M. Du MÈGE. ( s) /bui., pag. 224> planche m, n.» I. (3) Pag. 322, pl. VI, n. 6. (4) Pag. 268, pl. vi, n. 3. (5) Pag. i38, n.» 6. (6) Même page, n 0 7. (7) Pag. i58, n.o 8. (8) Même page, n. q. (g) Pag. 162, n. i5.

74 ( 7^ ) 30. Autel dédié à Hercule ll/unus d'andose, par Cn. Pompeius H)la, affranchi de Cntàus Pumpeius. Cet autel supportait autrefois une statue en argent, qui, selon l'inscription rapportée et traduite par Muntfaucon, pesait douze livres ; le savant antiquaire n'ayant pas cru devoir adopter en cette occasion l'explication la plus naturelle des sigles que l'ou voit dans cette partie de l'inscription, explication d'après laquelle cet autel aurait servi de base à une statue en argent de douze pieds de haut. Ce marbre vient de Narbonne (i). 31. Autel élevé aux Dieux des montagnes, à Diane et à Sylvain (2). 3a. Autel consacré à Minerve, par Marcus Attius Sabinianus. Ce monument a été découvert dans le lieu de Saint-Geraud, département du Gers (3). 33. Autel votif consacré aux nymphes naïades qui présidaient aux sources salutaires de Luchon, par Valeria Hellas (4). 34. Autel dédié aux mêmes nymphes, par Cassia Touta (5). Ces deux monumens appartiennent à l'académie des sciences, inscriptions et belles-lettres de Toulouse, qui les a prêtés à la direction du musée, afin de concourir à la formation d'une suite complète des antiquités découvertes dans le département. 35. Autel dédié aux nymphes de Luchon (6). 36. Autre. L'inscription est presqu'illisible. (1) Montfaueon, Antiquité expliquée, tom ) Monumens religieux des Volées- Tectosages, etc., par M. Du Mège, page 3o2, n. 32. (3) Voyez les Mélanges historiques et critiques de M. le Marquis d Orbessan, tom. 2, pag. 336, 357; Monumens 1 c t religieux des Volces-TectoSages, etc., pag. 23o, n. 3o bis. (4) Mélanges historiques et critiques de M. d Orbessan, pag 204. MILLIN, Voyage dans les Départemens du Midi, tom. ô Du MÈGE, Monumens religieux, pag. 362, n.» 79. 5) Voyez les mêmes ouvrages. 6) Du MÈGE, Monumens religieux, Î

75 ; ( 73 S Ï7. Autre, sans inscription. 38. Autre, idem. 39. Autel consacré au dieu Ahellion. 40. Autel consacré au dieu Apollus (1). Ce monument provient du village de Labroquère. 41. Autel consacré au dieu Bocr.us. Ce marbre fut découvert dans le village de Boucou (2). 42. Autel dédié à Baeserl, dieu gaulois. Ce monument a été découvert, par l'antiquaire du musée, dans le lieu nommé Notre-Uame-de-Busert (3). 43. Fragment d'un autel consacré à un dieu gaulois nommé Carricem Usser. Cet autel a été découvert dans le village de Gaud, en i8t Partie supérieure d'un autel consacré à un dieu gaulois nom mé6viru...n/zk. Ce marbre a été trouvé dans le village d'huos (4)- 45. Autel consacré au dieu Lelierennus. Ce marbre a été donné au musée de Toulouse par M. Dulac, habitant d'ardiége, lieu où le monument a été découvert (5). 46. Autel dédié à Mars Lelierennus. Ce monument était placé dans l'un des montans de la porte du cimetière de la commune d'ardiége (6). 11 a été transporté à Toulouse, ainsi que le précédent, par ordre de M. le baron Desmuusscaujc, alors préfet. 47. Autel élevé à la déesse Lahe, que l'on a mal à propos confondue avec le dieu Lelierennus. 11 paraît que son nom est celtique, et signifie haute, grande, hauteur, élévation. On pourrait conjecturer aussi qu'il vient du grec Lacis, Lapis, (i) Monumens religieux des Volccs-Tectosages, des Garumni et des Convenez, par M. Dr Mege, p. 172, iy3, n. 16. ( 1) Monumens religieux, etc, pag. 335, n. 48. (3) Monumens religieux, etc., p. 34"$, n." 67. (4) Monumens religieux, pag. 33;, n.» 5o. (5) Ibid., pag. 3âo, n. 70. (6) Ibid., pag. 352, n. u.

76 <:4) pierre (i). Ce marbré a été découvert à Castelnau depicampeau. Un tronc a été creusé dans le corps de cet autel, et il parait que les personnes pieuses y déposaient de l'argent. 48. Autel consacré aux montagnes apolbéosées, et à un dieu nommé Ace'wn. L ex-inspecteur des antiquités du département a découvert, sur le clocher du village de Monlégut, un autel dédié au dieu Aeeion. Le monument placé sous ce n. a été trouvé à Baudean, près dé Baguères de Bigorre. 4g. Autel consacré aux six arbres (sex arburibus), par Quinlus Rufus Germanus. Ce monument a été trouvé près A'Arbas, bourg situé dans l'arrondissement de Saint-Gaudens. C'est le seul autel connu qui soit consacré à un nombre fixe d'arbres (5.). 50. Fragment d'un autel, extrait des murs de l'église d'ardiége, en I8TI, par ordre de M. le baron Desmousseaux, alors préfet. Le nom de la divinité à laquelle il fut consacré a été enlevé. On ne voit plus que l'indication du personnage qui avait offert le vœu j il se nommait Lucius Valerius Campanus (3). 51. Autre fragment d'un autel votif. On ne peut plus y lire qu'une très-petite partie de l'inscription qui y fut tracée. M. Dassieu, de Valcabrère, particulier plein de zèle pour la découverte des monumens antiques, a èlonné ce fragment au musée. 52. Partie supérieure d'un autel trouvé à Larivert, près de Saint-Béat. 53. Torse en marbre blanc. Ce beau morceau a été trouvé dans l'aude, non loin de Carcassonne, ancienne ville des Tectosages. Ce monument fut donné, peu après sa découverte, à l'académie (1) Monumens religieux, etc., pag. 356, n (2) M. d'orbessan, Mélanges de littérature, tom. 3, pag 353. > Millin, Voyage, tom. \. Du Mcge, Monumens religieux, pag. 3i3, n. 4o. (3) Monumens religieux, pag. 34o, n. 54-

77 royale des beaux-arts de Toulouse, par M. le chevalier Rivalz. 54. Fragment d'une statue trouvée dans la Garonne, près de la chausse'e du moulin du Bazacle. 55. Fragment d'un bas-relief qui représente deux: femmes. L'une d'elles semble tenir un homme par les cheveux ; l'autre est armée d'une épee. Les deux morceaux précéclens, et un troisième qui existe encore dans la maison Rivalz, ont échappé à une destruction qui paraissait assurée. La chaussée du moulin du lîazacle s'étant rompue, on découvrit: <lans la rivière les ruines d'un temple magnifique. Ou en retira un grand nombre de morceaux de sculpture % des fûts de colonnes, des frises, des chapiteaux, etc., qui furent employés à bâtir le mur de soutènement du quai. J. P. Rivalz, dont nous avons parlé, pag. 41, se promenant avec Lafaille, syudic de la ville, connu par les Annales qu'il a publiées, aperçut sur le chantier plusieurs blocs de marbre sculptes. Les ouvriers lui dirent qu'ils en avaient jeté quantité de pareils dans les fondemens du nouveau mur. Ri.alz, bout me éclairé et bon citoyen, déplora la perte de ces monumens précieux, et il obtint du syndic ceux qui restaient encore. 56. Partie d'entablement ou de frise du meilleur goût. Ce beau morceau a été découvert dans les fonde- Riens de la chapelle de Sainte-Anne, démolie en On y trouva aussi une grande quantité de blocs de marbre blanc, qui avaient été liés autrefois par des crampons en bronze. On y découvrit deux colonnes. Celle qui paraissait la mieux: conservée est placée maintenant au centre du jardin du musée. 57. Arabesques qui ont fait partie d'un montant ou jambage de porte. Ce morceau, du dessin le meilleur et d'une exécution parfaite, après avoir été sans doute arraché de l'édifice dans lequel il était encastré, fut placé dans des constructions dépendantes du cloître de l'abbaye de Saint-Saturnin de Toulouse. D a

78 ( 76 ). 58. Chapiteau d'ordre corinthien, trouve' dans le cloître du monastère de la Daurade à Toulouse. 5ç). Fragmens de colonnes de diverses dimensions trouvés dans différentes parties de la ville. 6o.Colonnesàcannelures torses, provenant de l'ancien temple que les Bénédictins de Toulouse avaient transformé en église, et qui était connu dans les temps modernes sous le nom de temple de la Daurade. 61. Inscription très-mutilée, découverte à Rome au pied du mont Ccelius, et portée à Toulouse par l'abbé Capmartin de Chaupy, antiquaire. Ce monument fait mention d'une réparation exécutée par ordre des intendans des routes ( Curatoribus çlarum J. 62. Fragmens d'une inscription qui, suivant M. de Montègut (1), fut dédiée à la mémoire de Salonin\.", par Salonin 11 son frère, fils de l'empereur Gallien. 63. Colonne milliaire érigée peu de temps après la mort de Constance Chlore, Constantin le Grand, son fds, n'ayant encore que le titre de très-noble César ( nobilissimo Cœsari ). On doit fixer l'époque où ce monument fut élevé vers la fin de l'an 3o6, ou au commencement de l'an 307 de l'ère chrétienne. Cette colonne était placée à dix-neuf milles de Toulouse, sur la route qui conduisait à Narbonne. 64. Colonne milliaire consacrée à Flavius Constantinus, prince des Gaules, fils de Constantin le Grand et de Fausta. Ce monument est aussi consacré à la liberté. Les deux inscriptions dont il est chargé, quoique peu apparentes, nous apprennent que les habitans des Gaules jouissaient d'une heureuse liberté sous la protection de ce prince, qu'il rétablit le commerce, et que son avènement aux dignités (1) Voyez Mîém. de lacadémie de Toulouse, pag. 3o-34-

79 ,(11) auxquelles il avait été élevé par son père, fut le gage assuré de la paix et de la félicité publique. Cette colonne était, ainsi que la précédente, à dix-neuf milles do Toulouse, distance à laquelle se terminait le territoire de cette ville. Ces inscriptions sont gravées en sens contraires, ce qui produit un effet bizarre. Voici, selon M. Du Mège, ce qu'on peut en recueillir, i. D.N.FLAVIOCONSTANTINONOBI. CAES. C. T. XVIHI. L1BERTATI. 2. me LIBERTAT1 RF.S. FAV. DEORV. MERCES. R.*. ". AVGVRIVM PRINCIPES. N. FAVSTAE FILI. H. PACIFICVM 65. Tète représentant une femme coiffée d'une manière peu usitée dans l'antiquité, mais qui fut adoptée quelque temps par les habitans de Lngdunum Convenarum. 66. Tête dans le même genre. Elle fut découverte à Martres, près de Saint-Bertrand. M. de Sentis l'a donnée au musée de Toulouse. 67. Autre, idem. 68- Tête de femme, en marbre blanc ; trouvée à Montbrun. 69. Antre, idem. 70. Tète d'homme. 71. Autre. 72. Autre. 73. Autre, en demi-relief. Ces cinq têtes proviennent des fouilles faites dans l'ancienne Lugdununi Convenarum. 74. Deux roues d'un char antique. Ces beaux monumens en bronze furent découverts dans le village defa, non loin des bains de Rennes en Languedoc, bains qui furent connus des Romains. 75. Bout du timon d'un char. Ce monument est en bronze. D 3

80 ( :8 ). 76. Une lionne attaquant un cavalier. On croit q n e ce beau bronze a fait partie de L'extrémité de l'accoudoir ou d'un côté d'un char antique. Ce morceau a été découvert près de Revel. 77. Lampe antique, sous la forme d'un danseur. 78. Autre lampe en bronze. 79. Lampe en terre cuite. 00. Figurine en bronze. 81. Autre, qui représente un danseur. 82. Tètes en bronze, dans le style égyptien. 83. Autre, sans ornement. 84. Cachet ou lessere antique, trouvée à Toulouse. 85. Tombeau découvert à Valcabrère, dans les ruines de l'ancienne Lugdunum Cunoenarum. On remarque, dans le centre de la face la plus remarquable, un cadre circulaire, dans lequel est représenté un prêtre tenant d'une main un couteau viclimaire, et de l'autre une patère ronde. D'autres emblèmes sont sculptés dans le champ du médaillon. 86. Monument sépulcral grec, donné au musée par M. de Puymaurin, directeur de la monnaie des médailles. On voit, au centre du bas-relief qui décore ce m rbre précieux, un vieillard assis qui touche la main d'un jeune homme placé devant lui. On remarque une femme derrière le siège du vieillard. Trois mots gravés en majuscules grecques paraissent sur les têtes de ces personnages. On lit le mot Euhotilos au-dessus de celle du jeune homme, Spinteros au-dessus de celle du vieillard, et Biiulélé au-dessus de celle de la femme. On a cru reconnaître ici Spintharus de Tarente, homme distingué, cité trois fois par Plutarque, et qui fut contemporain d'epaminondas. Le jeune homme serait alors Ëuhulus, qui, suivant Pausanias, était fils àe Spintharus, et qui mourut dans l'expé iition des Athéniens contre Philippe de Macédoine, lorsqu'ils forcèrent ce conquérant à lever le siège de

81 Bizanee et de Perinthe ; événement qui date de l'an 33g avant Jésus-Christ. La femme, nommée Bulélc, était peut-être la sœur ou l'épouse d'eubulus. 87. Marbre sur lequel on lit une inscription, qui nous apprend qu'un particulier nommé Severus, iils de lierhaxis, avait élevé un monument funéraire pour Exsorata son épouse, pour Seamdus son fils, pour Anderesenis sa mère, pour Siivinus son fils, et pour Sifouta sa fille. Ce marbre a été extrait des murs de l'église de Bercugnas, en i8i5, par ordre de M. le comte de ilenmzat, alors préfet. 88. Inscription sépulcrale découverte chez les Gonsoruni., TVO.,-.. 8q. Monument consacré par Hermogenes aux Dieux mânes, à Hermelus son père, et à Mvadia Secundna sa mère... -, 00 Inscription sépulcrale romame, découverte a Ma- 9 rianac. Dans des temps modernes, on a grave une croix sur ce monument et on 1 a dégrade, tte croix sorte que l'inscription est peu apparente. Inscription consacrée â Serana, par Primulus 9 1 son fils. 92. Inscription dédiée à la mémoire d'hannarus, fils de Uannorigis, par son épouse. Le thêta 0 qui précède le nom d'hannarus indique que ce personnage avait cessé de vivre lorsque le monument fut élevé. Q3. Inscription d'un monument consacré à Sextus Juilus... préfet des ouvriers, par Sextus Juh'us... son fils. Ce marbre a été découvert près de l'amphithéâtre de Toulouse. g4- Pierre sépulcrale que Silvanohius, fils d'hottaris, avait placée sur le tombeau qu'il avait fait construire, pendant sa vie, pour lui et pour Amœna, fille de Sèmbetenis, son épouse. Ce monument a été découvert près du village de Boussens. Il a été donné au musée par madame veuve Comparait. D4

82 ( 8o ) g5. Pierre se'pulcrale que Cupitus, fils de Tolosanus, avait fait mettre sur un tombeau dans lequel étaient déposées les cendres de Tolosanus son père de Cornelia Domestiea sa mère, et de Julia Graphidis sa sœur. Ce tombeau était aussi destiné à Cupitus, aux siens et à leur postérité. On a découvert l'inscription à Toulouse, dans les champs de Feretra, lieu où existait un cimetière romain. C)6. Pierre sépulcrale quandoslenus, fils de Lia nus, avait fait placer sur un monument destiné pour lui, pour Lexeia son épouse, fille a'ombexords, et pour Julie, fille d'une autre Julie, Ce monument a été découvert à Cier-de-Rivière. 97. Urne en marbre, de Taurin Paierna. 98. Cippe sépulcral d'un gaulois nommé Anius, fils de bilahisis. 99. Urnes en terre cuite, découvertes à Vieille-Toulouse et à Toulouse Cippe sépulcral gaulois, sur lequel on a représenté en buste deux époux. Ce monument provient du village de Burgalaïs Urne eu marbre, sur laquelle on a représenté deux époux. Ce monument, découvert à Valentine en 1818, a été, ainsi que beaucoup d'autres objets de ce genre, conservé par les soins de M. Chaton, hoi loger-mécanicien à Saint-Gaudens Cippe sépulcral gaulois, trouvé à Boutx, et donné par M. le maire de cette commune. Les figures que l'on remarque sur quelques-uns de ces monumens sont d'un mauvais style, et d'une exécution encore plus désagréable ; mais on aurait tort de juger de l'état des arts, dans les temps anciens, par ces monumens, qui n'ont été travaillés que par des ouvriersqui ne connaissaient point les règles du dessin. Il y avait, près du lieu où existe actuellement la ville de Saint-Béat, une carrière de marbre, dans laquelle on taillait grossièrement des tombeaux et des urnes. C'est de là que sont venus les objets placés sous les n. s 100, 101, etc. On conserve à Saint-Béat, à Valcabrère, et dans les lieux voisins, des monumens qui

83 ( 81 ) ne le cèdent en rien aux plus remarquables de ceux qui ont été découverts en France. io3. Fragment d'une inscription trouve'e à Toulouse. Il paraît qu'elle était placée sur le tombeau qu'un romain de la tribu Voltinia, et qui était décoré du litre de questeur, avait fait construire pour lui et pour les siens. io/j. Fragmens d'un pavé en mosaïque, découvert à Toulouse en 1817, dans le lieu où existait autrefois le couvent des Templiers, et où l'on a construit maintenant le monastère de la Visitation Tombeau en marbre blanc, orné de sculptures représentant des pampres et des raisins. Ce monument, qui, dans des temps modernes, a servi à de nouvelles inhumations, a été fait pendant le 3. ou 4. siècle du christianisme. e m e 106. Tombeau orné d'arabesques ; il date à peu près de la même époque que' le précédent Tombeau en marbre. Ce monument est orné d'un bas-relief qui représente les apôtres. Sur l'un des petits côtés, on remarque Isaac à genoux devant un autel, et prêt à être sacriiié par Abraham. Le couvercle placé sur ce tombeau appartenait à un autre monument. On y remarque le chiffre de Christ, formé d'un X chi et d'un P rho Autre tombeau en marbre. Sur la face principale, on remarque un personnage qui porte un coup d'épieu à un sanglier. Le couvercle est orné d'un bas-relief, qui représente le chiffre ou monogramme de Christ placé dans une couronne de laurier ; cette couronne est supportée par deux génies ailés Tombeau en marbre, ainsi que les précédens. On y voit, sous des arceaux soutenus par de petites colonnes à cannelures torses, les apôtres tenant chacun un rouleau. Le couvercle placé sur ce monument n'en faisait pas autrefois partie ; il était placé dans le mur de l'ancienne église de la D5

84 ( 8* ) Daurade, et était connu sous le nom de TOMBEAU DE LA REINE PÉDAUQUE. On y a représenté la résurrection de Lazare, la multiplication des pains etc. Ces divers monumens sont pareils à ceux publiés par BOSIO, et autres. MONUMENS FRANÇAIS, no. Bas-relief représentant deux femmes. Elles ont les jambes croisées et paraissent être assises. L'une tient un bélier, et l'ou voit au-dessus de sa tète les mots SIGNUM ARIE/IS. Son pied droit est nu et appuyé sur une tête de lion ; le gauche est chaussé et appuyé sur le coavercle d'un tombeau. L'autre femme tient un lion ; les mots SIGNUM LEONIS sont gravés au-dessus d'elle. Son pied gauche est nu et repose sur une tête- de lion ; le droit est chaussé et placé sur le tombeau. M. Du Jtlège a retrouvé sur ce monument un emblème du cours du soleil. Le tombeau désigne la caisse dans laquelle Osiris, ou le dieu-soleil des Egyptiens, fut enfermé par Typhon^ à l'époque où le soleil paraît AVOIR perdu sa force et sa chaleur. La tête de lion ceinte d'un diadème sur laquelle repose le pied nu d'une des femmes, est l'image du soleil lorsqu'il commence à reprendre un peu de force, lorsqu'il sort en quelque manière du tombeau. Le bélier placé sur les genoux d'une femme représente le soleil dans le signe du bélier, époque à laquelle il l'ouvre en quelque sorte le cercle dë l'année, et s'unit à la nature, OU à Isis, pour la féconder. Isis est ici désignée par la femme qui porte le bélier. Le lion supporté par une femme indique l'époque des chalears solsticiales, lorsque le soleil, uni à ï Isis qui préside aux moissons, répand des torrens de feu dans l'espace La tête de lion, dépouillée d'ornetnens, sur laquelle le pied nu de cette seconde femme repose, annonce le temps où le soleil, atteignant le terme le plus court de sa carrière diurne, parait prêt à s'ensevelir dans les ténèbres, ou dans le tombeau. Les pieds chaussés placés sur le tombeau marquent, que lorsque l'hiver fait ce n tir sa rigueur, lorsque le soleil est en quelque sorte plongé dans l'ombre du cercueil, on est forcé de se couvrir avec soin.

85 ( 83 ) Ce bas-relief était placé sur l'ancien portail de l'église de Saint-Saturnin de Toulouse, et était au centre d'un calendrier tracé suivant le système de.fuies-césar; voilà pourquoi on lit sur ce lias-relief: Hoc fuit factum tempore Julii Ccesaris (i). in. B.ts-relief placé aussi autrefois sur le portail de l'église de Saint-Saturnin. 11 représente un épervier ayant une tète humaine environnée d'un nimbe et portant une crinière de lion, foulant aux pieds un mmstre fantastique, désigné par le nom île crocodile, cocodrilus, gravé près de sa tète. Ce monument hiéroglyphique, entièrement dans le style égyptien, annonce le triomphe du bon principe, ou du soleil, désigné par un épervier, sur le principe des ténèbres. ou le mauvais génie, ou Typhon, peint dans les temples de l'egypte sous la forme d'un crocodile Fragment d'un lias-relief représentant Antonius, prétendu roi de Toulouse à l'époque où saint Saturnin vint prêcher dans cette ville. Pour réfuter cette opinion, puisée dans les légendaires, il suffit de faire remarquer que lorsque Saturnin arrosa de son sang les marches du capitole de Toulouse, cette ville était sous la domination des Romains et n'avait point de roi Niche dans laquelle on voit David accordant sa harpe. n4-.statue en marbre, qui représente un roi. Sa main droite ports un vase pu ampoule; ce qui ferait penser que cette statue est celle de Cloois. La figure est adossée à une petite colonne Statue d'un saint évangéîiste. Cette figure est reconnaissable par le nimbe qui orne la tête, et par le rouleau déployé tenu par la main droite. Elle est aussi adossée à une petite colonne Statue d'une reine, idem, ïi-j. Statue d'un prophète, idem. Ces deux figures ont beaucoup souffert. (i) Monumens religieux des Volces, pag. -xl^i et suivante*.

86 m ). 118.Niche dans laquelle on voit la figure d'une reine ou d'une princesse de la première race. De la main droite elle indique le ciel, tandis que de la gauche elle lient un rouleau déployé'. Ses cheveux, partagés en longues tresses, tombent sur ses épaules. iig. Niche dans laquelle on voit la figure d'un saint personnage. TJn rouleau déployé est placé dans sa main gauche Autre niche qui contient la figure d'un roi, qui tient un rouleau Niche dans laquelle on a représenté un saint personnage. On peut présumer que c'est saint Jean l'évangéliste Autre, qui contient un personnage tenant de la main gauche un livre ouvert qu'il indique de la main droite. ia3. Niche ornée de deux colonnes, l'une ronde, l'autre octogone. On voit dans le milieu la sainte Vierge tenant l'enfant Jésus Frise sur laquelle on remarque, dans des enroulemens de feuillages, un centaure décochant une flèche contre une harpie, un coq dévorant un serpent, et un homme armé d'une lance attaquant des oiseaux Autre, sur laquelle on voit, dans des enrouîemens, un chasseur décochant une flèche contre un oiseau d'une taille démesurée ; un homme et un cerf Autre, du même style. On y a représenté une harpie, un satyre armé d'une hache, et un homme perçant avec un poignard un dragon sur lequel il est monté Autre, décorée d'enrou'einens Autre, idem Chapiteaux accouplés, sur lesquels on a représenté en plusieurs sujets toute l'histoire de Job. I3Q. Chapiteau double. L'artiste y a sculpté des su-

87 jets de fantaisie, des chasseurs poursuivant des animaux féroces, etc Chapiteau double, orné d'enroulemens, dans lesquels ou remarque des hommes et des animaux qui recueillent des pommes de pin Chapiteau double, décoré d'enroulemens de feuillages. ' 133. Chapiteau sur lequel on a représenté une histoire sainte Chapiteau sur lequel on voit Daniel dans la fosse aux lions Autre, qui représente d'un côté saint Michel terrassant l'esprit des ténèbres, taudis que les élus, guidés par un ange, marchent vers le palais du Père céleste. On voit de l'autre les démons précipitant les réprouvés dans une vaste chaudière environnée par les flammes. i3g. Autre, sur lequel on voit des anges donnant du cor. A ce son, les morts sortent de leurs tombeaux, le Christ paraît dans sa gloire, et une croix triomphante environnée d'anges brille dans les cieux Chapiteau double sur lequel on voit le Christ parlant à une femme à genoux ; la tête de cette femme est ceinte d'une auréole. On voit ensuite les saintes femmes qui vont au tombeau du Seigneur, et qui témoignent leur élonnement en trouvant le sépulcre vide Autre chapiteau qui rappelle différentes circonstances de la vie de Jésus-Christ. I3IJ. Chapiteau double sur lequel on voit le Christ prêchant ; le Christ lié et emporté par des soldats ; puis attaché à mie co'onne et flagellé. i4o. Chapiteau dont le bas-relief représente le Christ porté au tombeau, un saint pleurant, etc.. 14 Chapiteau double. On y a représenté plusieurs 1 vaisseaux à ranîes. Dans l'un on remarque un roi ; dans un autre, un comité qui frappe de verges les

88 rameurs. Dans la partie inférieure, on voit Jeux dragons Chapiteau double sur lequel on voit plusieurs sujets lii és de la vie de Jésus-Christ Fragment d!un autre chapiteau sur lequel on a représenté l'entrée de Jésus-Christ dans Jérusalem, et le Christ arrêté dans le jardin des oliviers. i44- Chapiteau orné des figures des quatre fleuves qui arrosaient le paradis terrestre, c'est-à-dire, le PHÎSOII, le GEON, le TIGRE et l'euplirate. L45. Chapiteau sur lequel on a représenté saint Michel pesant dans une balance les bonnes et les mauvaises actions d'une âme, On remarque qu'elle est réprouvée ; déjà ses pieds sont devenus crochus, et derrière elle un démon étend un rouleau sur lequel on lit : IN IGUEM IZLERNUM. i46.chapiteliusurlequelonvoitdesoiseauxfantastiqucs. i47- Autre, IDEM. '48. Chapiteau sur lequel on voit un guerrier combattant un lion. I49- Fragment d'un autre chapiteau : on y a représenté la transfiguration de Jésus-Christ Chapiteau très-fruste sur lequel on a représenté une chasse 151. Chapiteau sur lequel on a représensé la décollation de saint JEAN, le festin A'HÈRODE, etc Chapiteau sur lequel on voit des animaux tenant des instrumens de musique Fragment de chapiteau sur lequel on a représenté un musicien. 154 Chapiteau double, d'une petite dimension Chapiteau orné de plusieurs bas-reliefs, qui représentent différons traits de l'histoire du Christ Fragment d'un chapiteau sur lequel on a représenté un artiste sculptant un chapiteau. On doit regretter que ce morceau ait été mutilé.. Chapiteau placé autrefois dans un angle du cloître des Bénédiclins.de la Daurade.

89 108. Autre Autre, ifïo. Autre Autre, sur lequel on a représenté une femme peignant un enfant Chapiteau orné de figures de lion Autre, idem Chapiteau double, orné d'enroulemens. 16.'). Chapiteau sur lequel on a représenté différens traits dé L'histoire sainte. ig(). TAILLOIR-sur lequel ou a sculpté différentes scènes de la vie domestique, une école, etc Autre tailloir sur lequel on a représenté la toilette d'un prince. Les autres tailloirs que l'on a placés sur les chapiteaux sont remarquables par leur variété, et serviront A faire connaître en détail le genre d'ornement adopté dans les Compositions A rc h itect TIRA les, pendant les temps où la première race donna des lois à la France. Tous ces monumens, donnésau musée parm. Boyer- Fonfrède, ont été extraits du cloître du couvent des Bénédictins de la Daurade, démoli en 1S Groupe eu pierre, représentant en bas-relief deux apôtres. On remarque un soin extraordinaire dans les détails des ornemens et des vètemens Autre groupe du même genre, et représentant aussi deux saints personnages Attire groupe, dans le même style Autre, idem Figure seule, et qui était placée dans un angle j elle représente l'apôtre saint Thomas. Cette figure, quoique d'un style barbare, est faite néanmoins avec beaucoup de soin. Aussi l'auteur a-l-il cru devoir se faire connaître. On lit au bas de la statue l'inscription que voici : GilaheNus me fecit Figure autrefois placée dans un angle, ainsi que la précédente, et représentant un saint qui tient un livre ouvert Attire figure presque semblable.

90 1-5. Autre, qui représente l'apôtre St. André, tenant un livre dont la couverture est très-orriée. Cette FIgure servait de pendant à celle où on WlGitabertus me fecit, et l'on remarque au bas cette autre inscription : Vir non incertus me celavit Gilabertus Fragment d'un chapiteau sur lequel on a représenté plusieurs saintes femmes. Ou voit que ce morceau a été peint autrefois Chapiteau double orné d'un bas-relief, qui représente des saintes et des saints portant des sceptres terminés en fleurs de lis, symboles de pureté. Ce morceau esld'un fini précieux. On remarque que sur l'un des côtés les figures ne sont qu'ébauchées Chapiteau double sur lequel on a représenté une femme richement vêtue, recevant d'un homme, somptueusement habillé, quelques pièces d'argent; un personnage fléchissant les genoux devant un ange qui lui apparaît; la sainte Vierge tenant son divin Fils sur ses genoux ; une femme très-bien vêtue, et qui paraît effrayée en voyant un vieillard se soutenant sur une béquille et un jeune homme près d'entrer, suivant l'ordre que leur en donne un ange armé d'une épée, dans un magnifique palais, sur le sommet duquel on aperçoit une croix fleuronnée ; une femme lavant ses longs cheveux à des torrens qui s'échappent du sein des nuages ; Magdelaine p nitente et un,! saint anachorète ; un autre anachorète ou moine tenant d'une main un marteau, et soutenant de l'autre un corps mort Chapiteau double, orné d'un bas-relief qui représente liêrode témoignant sa tendresse à tlérodiade ; un bourreau tranchant la tête à saint Jean-Baptiste, et l'âme du saint martyr reçue dans les bras du Père céleste ; un bourreau remettant la tête du saint à une suivante ; celle-ci présentant la tête de saint Jean-Baptiste à Hérodiade, qui la reçoit étant assise à table avec Hérode.

91 («g) 80. Chapiteau placé jadis dans un angle de l'une des -, A ' chapelles du cloître de Saint-Etienne, et sur lequel on a sculpté un personnage qui a un cornet appliqué à chaque oreille. 81. Chapiteau dans le style des précédons. 82. Chapiteau sur lequel on a sculpté le départ des trois rois, leur arrivée, et les présens qu'ils of- ^ %' frent à la Vierge et à son Fils. Ces MONUMENS proviennent de plnsieurs chapelles situées dans le cloître de Saint-Etienne. Elles avaient été bâties pendant le neuvième siècle, et ont été démolies en i83. Monogramme de Christ, semblable aux signes de ce genre que l'on trouve sur les tombeaux m des premiers chréiiens. Celui-ci parait dater du 12. m ' ou i3. siècle; il provientde la forteresse m e que les Templiers avaient bâtie à Valcabrère. i84- Autre monogramme de Christ. Celui-ci est accompagné d'une inscription ; il était placé au-dessus - de la porte de l'église des chevaliers de Saint-Jean n de Jérusalem, à Toulouse Tombeau dont la face principale est ornée de pampres et d'écussons chargés de six besans. Au milieu, et dans un cadre circulaire, on remarque VIN guerrier à cheval, l'épée à la main L'ancien écu des armes de France, chargé de Ç'; fleurs de lis sans nombre Bas-relief qui représente la sainte Vierge tenant11 le Christ mort sur ses genoux. D'un côté, sainte Catherine portant une roue et une palme, et saint Jean tenant un livre ouvert sur lequel est couché un agneau ; de l'autre côté, un saint portant un bouclier orné d'une croix, et sous lequel est un enfant dont on ne voit que la tète et les pieds ; un peu plus loin, sainte Barbe portant une tour dans sa main gauche, et ayant la droite placée derrière la tête d'une femme agenouillée, tandis qu'en regard sainte Catherine paraît sou-

92 19 ) tenir de même la tête d'un homme â, genoux. Oa voit, dans le fond de ce monument votif, la croix et tous les instrument de la passion Médaillon dans lequel on a représenté saint Michel terrassant l'esprit des ténèbres Autre, où l'on vott un agneau tenant une banderolle. igo. Autre, IDEM Tombeau en pierre, supporté par deux lions. Ce monument est décoré de sculptures. Sur la partie principale, on remarque l'âme du défunt que des anges transportent dans les cicux. La tête placée à la droite représente le père de l'individu auquel le monument était dédié, et la tête de femme, sa mère. îga. Statue de saint Jacques, Elle provient de la petite église des Cordeliers, bâtie par JEAN DE LA TEISSAN- DIÈRE, évêque de Rieux. ig3. Notre-Dame des Grâces. ig4- Tombeau du docteur BERTRAND, savant théologien. lg5. Saint Jean et la Magtlelaine soutenant la sainte Vierge, groupe en pierre. ïg6. Saint Michel vainqueur du mauvais génie, groupe en pierre. ig7- Saint Sébastien, statue en pierre. ig8. Saint Barthelemi, IDEM. igg. Tombeau et statue sépvdcrale de RAYMOND DE FALGAR, ou DE MIREMONT, évêque de Toulouse Monument qui représente RAYMOND DE FALGAR, offrant à la sainte Vierge le plan en relief de l'église des Dominicains de Toulouse. 101\ Figures provenant de la chapelle des SEPT DOR- MANS, à Saint-Saturnin Pierre tombale d'un évêque inhumé dans la chapelle de saint Côme, située dans le cloître des religieux Dominicains Statue représentant JEAN DE LA TEISSANDIÈRE, évêque de Rieux, offrant à la Divinité le plan en relief de la petite église des Cordeliers qu'il avait fait bâtir.

93 ( 9* ) o4- Statue sépulcrale, eu marbre gris, du même r; Jean de la Teissandière. Ce monument est placé sur un sarcophage en marbre de Caunes. Les statues placées aux deux côtés de l'arc ogive représentent saint Jean et la Mugdelaine. 05. Statue de saint Louis, évoque de Toulouse. Ce ^"j prélat était entré dans l'ordre de saint François, et il en porte le costume. 06. Monument consacré aux troubadours de Toulouse. L'inscription qui y est placée est en langue romance, et l'appelle les noms de ces poètes ; les voici : Pierre Raimond, le comte Alfonse Jourdain, Geraud le Roux, Mat/de liions, ie comte Raimond V, Pierre Vidal, Dona Lombarda, Aimeric de Peguillem, Pierre Guillems, Guillaume Figucira, Geraud d'espagne, Guillaume Âmelier, Joyat, Bernard de Panassac, Guillaume de Lobra, Guillaume de Saint- Blancat, Pierre de Mejanaserra, Guillaume de Gontaut, dierre Camo, Pons de Prinhac, Bertrand de Rouaix, Denis Andrieu, Martin de Mons, Astorg de Nalhac, Guillaume de Gaillac, Etienne Jaunhac, François de Morlas ou AJorlanis, Jean Delpech, Jean Johannis, Bertrand Brousse, Antoine du Verger, Jean de Recaut, Thomas Loys, Pierre de Ruppé, Bertrand de l'hôpital, Clémence ïsaure, la dame de Villeneuve, Artus Donat, Pierre de Montlasur ou Montlasus Statue de saint Paul. 200 Mausolée de Denis de Beauvoir, chevalier. La statue est couchée sur un mausolée en brèche violette. Les statues de la Vierge et de l'ange Gabriel, placées aux extrémités du monument, représentent la salutation angélique Statue du P. Garait, historien de Toulouse. L'auréole qui désigne les saints, paraît sur la tête du / *. Ganno Monument surmonté du buste de Guillaume Molinier, chancelier du corps des Muinteneurs du gai savoir, et auteur de la Poétique des Troubadours, publiée en i356.

94 3ti. Moilumenl orné du buste A'Antoine Noguier, historien de Toulouse Débris des orneniens d'une porte de l'hôtel de ville. Vid. n. 78, 79 et 80. os 2i3. Monument sépulcral du duc de Joyeuse, mort a la bataille de Villemur. Le duc est représenté à genoux devant l'image du Christ, a 14. Monument à la mémoire du président de Manseneal, savant magistrat toulousain. Ce monument est surmonté d'une urne d'albâtre Tombeau et inscription sépulcrale de Pierre Pasr.Jial, historien, jurisconsulte et poète, né à Toulouse Colonne sépulcrale du président Dufaur de Saint- Jory, savant toulousain, auteur de divers ouvrages estimés. Ses cendres reposent dans une chapelle voisine Monument au-dessus duquel on voit la figure â genoux de Jacques de Minut, baron du Castera, auteur du livre intitulé : De la Beauté, discours divers ; avec la Paulegraphie, ou la description des beautés d'une dame toulousaine, nommée lu lelle Paide. Cette femme, célèbre par ses charmes, a été enterrée dans une chapelle de l'église des Auguslins ( aujourd'hui le musée); Ce fait est constaté par le livre des obits de cet ancien couvent (1). 21S. Tombeau et inscription sépulcrale de Guillaume de Catel, auteur de Y Histoire des Comtes de Toulouse. 21g. Monument à la mémoire de Guillaume Pliilamlre, savant commentateur de Vilruve, mort àtoulouse Epilaphe de Bernard, habitant desaint-gaudens. Dans le haut de la pierre on voit le monogramme de Christ. (1) VID. Lafaille, Ann. de Tout., T. 2, ADDIT. ET CORRECT., P.AS; ET LES Mélanges littéraires DE D'Orbessan, T. 4, P- A53.

95 ( 9 3 ) 221. Epilaphes de Jean de Curlasola, chanoine laïque, mort en 1198 ; de Bruno de Garigiis ; chanoine, mort en 1199, et de B. de Garigiis, mort en Epitaphe A A thon Coggalnis, mort le 4 <les ides de juin Pierre sépulcrale de Bernard, chanoine de Saint- Etienne, mort l'an 1161, le 7 des ides de septembre Epitaphe A'Alamande, épouse de Guillaume de Chàteauneuf, chanoinesse de Saint-Etienne, morte le 6 des calendes de janvier Son écusson est chargé de la croix des comtes de Toulouse, et celui de son mari, d'un château à trois tours Epitaphe de Ca/ven, chanoine de Saint-Saturnin, décédé en i23o Pierre sépulcrale de Bertrand de Toulouse, chanoine, mort en Epitaphe de Pierre de Prulhac, chanoine laïque ^ mort en i25o Inscription sépulcrale de Bertrand de Villeneuve, FAMILIER de l'église de Saint-Etienne ( jamiliari istius loci), décédé en t25i Epitaphe de Guillaume de Thola, ou de Tholosa, chanoine et ouvrier (oparius) de l'église de Saint- Etienne, mort en lasjt Epitaphe de Raimond Caruger, prêtre et chanoine de Saint-Etienne, décédé en Inscription sépulcrale de François de Monts, prieur d'artigat et chanoine, mort en i25i Pierre sépulcrale A'Aymeric, chanoine, chancelier et ouvrier de l'eglise de Toulouse, mort le 16 des calendes d'août On a sculpté sur ce monument le Christ dans une gloire et tenant le globe du monde ; à sa gauche, Aymeric présenté par son ange gardien ; à droite, l'âme A Aymeric, sous la forme d'un enfant, est offerte au Seigneur par un ange : dans la partie inférieure du monument, Aymeric est représenté mort.

96 ( 94 ) 233. Epitaphe rie Roger Comminges, précenteur et chanoine, décédé en Epitaphe d'arnelius de Sanars, chanoine, mort la même année que le précédent Pierre sépulcrale de Raimond de mort EN Epitaphe d'an chanoine de Saint-Saturnin, mort aussi en ^. Inscription tuniulaire de B. de Ponte, chanoine, décédé le 6 des nones d'octobre Epitaphe de B. de CrozUlis, précenteur et prieur claustral, décédé le 8 des ides de septembre ç 6 23çj. Pierre sépulcrale de Bernard At, de Ga'rdouch Inscription tuniulaire de Bertrand de Villeneuve, chanoine, mort en ' j 24 Epitaphe 1 d'arnaud Ruppê, chanoine, décédé le 3 des calendes de septembre Epitaphe de Raimond de Bartlie, grand chapelain et chanoine, mort en 1283, le 6 des ides d'avril Inscription tuniulaire placée sur la sépulture de _6. D de Caseueuve : dans le même tombeau gisait Mascarosa, fille de Cazeneuee, morte en n a 244. Epitaphe de Dominique de Orda, hypothécaire du lieu de Valcabrère en Comminges, mort le 9 des calendes de septembre l'an Ce monument a été donné par M. Dassieu, habitant de Valcabrère. n 245. Inscription sépulcrale d'arnaud Catalier, Chanoine, mort en I3ÎO. Ce personnage est représenté sur le monument Epitaphe de B. de Alava, mort en i33o. 247 * Epitaphe de Gcraud de d'o, chanoine, H^' décédé en i33i Pierre sépulcrale extraite du cloître des Dominicains. L'inscription est en patois. On a représenté sur ce monument le voile sur lequel est empreinte la face de Jésus-Christ. 13é

97 À, ( 95 ) A49- Epitaphe de GUILLAUME GARDAS, décédé le IL des calendes de septembre Epitaphe A' ARNAUD DE SAMATAN, chanoine, mort aux ides de décembre Inscription sépulcrale de GALBERLUS, mort le 4 T des nones de juin Inscription sépulcrale de GUILLAUME PIERRE, dé- H 2^ cédé le 4 des calendes de décembre Epitaphe très-fruste Epitaphe de DE MOIS 255. Epitaphe de N FLAMMARIA Epitaphe de BERNARD DE GRADUE, mort aux ca- IF itf lendes d'octobre Inscription placée jadis dans la chapelle de saint Jacques, dans l'église des Cordeliers. Cette chapelle fut construite aux dépens A'ARNAULD MARTIN, négociant, habitant de Toulouse Inscription sépulcrale de PIERRE GAYCIES. - 25G. Inscription sépulcrale ( elle est gravée sur une brique) de RAIMOND DE PENA, chanoine de Saint- ^ L>- Etienne Epitaphe de BERTRAND DE BIGOT, chanoine de TITG Saint-Etienne, mort le 10 des calendes d'avril Fragment de l'épitaphe (sur brique) de BERNARD RAIMOND, chanoine de Saint-Etienne, décédé aux calendes de juillet Epitaphe de PONS, camérier et chanoine de Saint- > 7O Saturnin, décédé le 7 des calendes de mars Inscription jadis placée au-dessus du tombeau / d'' ADALBCRT DE SAINT-DUUNIN, et de BERNARD son fils Inscription encastrée autrefois dans le mur de la chapelle de saint Barthelemi, dans l'église des Cordeliers. Celte chapelle avait été bâtie aux frais de GUILLAUME PONS, marchand de bois, à Toulouse Inscription sépulcrale de PIERRE, chapelain et ^ JY chanoine de Saint-Etienne Epitaphe A'ADEMARD D'ARGELERS, FAMILIER de l'é- 7?/ glise de Saint-Gaudens.

98 ( 96 ) 267- Pierre tombale sur laquelle est représenté Jean «lit l'evêque, mort le i. avril Cet individu e r était portier ou concierge du palais de la nouvelle cour roj'ale de Toulouse Pierre tombale sur laquelle est sculptée la figure de Pierre de Cuguran Autre pierre tombale sur laquelle on voit l'image de Guillaume Jean de Montastruc, décédé en 136o Epitaphe de Bertrand de Malhac, bourgeois de Toulouse, mort le 17 novembre i Monument sépulcral d'aynard de Bletterens. Ce magistrat fut nommé premier président du parlement de Toulouse en i444 > ^ exerça cette e t charge jusqu'à sa mort, arrivée le 10 janvier Le monument placé sous ce numéro, provient de l'église des Dominicains Epitaphe ou pierre sépulcrale de Guillaume Saralha, notaire de l'officialité de Toulouse. Ce monument lui était commun avec Huguetle son épouse. Sara/ha mourut en i463 ou Inscription sépulcrale qui date de l'an i5oo Elle est en patois. Elle fut découverte dans les fondemens de l'hospice, et a été donnée au musée par M. Barrau, charpentier Autre inscription sépulcrale en patois. 27a. Epitaphe de Malhurin de Villa, curé d'odars, mort en i5o Epitaphe de Cunona Volpilhaga, morte en i53o Inscription de la chapelle du sépulcre (an 1545) Inscriptions extraites du collège de St.-Martial Epitaphe, en vers français, de M. Faure, prieur "de la Roque Epitaphe, en vers français, de M. de Rangouse, conseiller au parlement, musicien célèbre pendant le seizième siècle Epitaphe et monument de M. de Vignaulx, conseiller au parlemeut, mort en i5gi Epitaphe de C. Fiobond, chanoine.

99 A 283. Inscription en l'honneur D'ANTOINE ORLET, qui, EN i5g3, institua la ville de Toulouse son héritière, à la charge de fonder des jeux et des prix d'éloquence et de poésie latine dans le collège de l'esquille, et de les entretenir à perpétuité Epitaphe de PIERRE MATTHIEU, historien de I * * Louis XIII, mort à Toulouse. a85. Epitaphe de BARTHELEMI SEGUELA, ecclésiastique toulousain, docteur en droit, savant dans les langues latine, grecque et hébraïque SECESSUI ET OTIO, inscription que le poète MAY- NARD, né à Toulouse, et qui fut élève de MALHERBE, avait fait placer au-dessus de la porte de sa îoaison, située dans le lieu occupé maintenant par l'école de médecine Inscription en l'honneur du savant CASAUBON Inscription placée autrefois au-dessus de la porte delà tour où était l'amphithéâtre pour les dé- Coi monslratious anatomiques : HIC LOCUS EST UBI MORS GAUDET, ETC,, ETC Epitaphe de QUEYRAIS, professeur â l'université de Toulouse, et auteur de quelques ouvrages Inscription sépulcrale de la famille OLIVIER Epitaphe de 2V... DE MONFRALM-GOZON Inscription en l'honneur de FRANÇOIS DEIROY, "ts-'u peintre célèbre, né à Toulouse. 2g3. Inscription consacrée à la mémoire de PALAPRAT, auteur du MUET, du GRONDEUR, de X AVOCAT PATELIN, etc., etc., né à Toulouse Monument sépulcral de CHALVET DÈ ROCHEMONTEIX, chevalier de Malte, commandeur de Raissac, mort en Ce monument fut consacré par HENRI- LOUIS DE CHALVET à la mémoire de son frère Monument sépulcral de CHARLES DE ROQUEFORT DE MARQUCIN, chevalier, commandeur dans le même ordre, mort en Ses neveux, JOSEPH-SÉBAS TIEN et LOUIS-HIPPOIYTE DE VARUGNE-BELESTA DE GAR- DOUCH, ont élevé ce monument.

100 (9 ) 296. Cn cor en ivoire. Ce morceau est orné de ligures. Suivant une tradition, peu certaine, ce cor aurait été donné par tharlemagne à l'église de Saint-Saturnin de Toulouse. Il était connu sous le nom de cor de Roland Autre cor en ivoire, qui était aussi conservé dans le trésor de l'église de Saint-Saturnin Débris d'un coffre en ivoire. On y a représenté plusieurs sujets du nouveau Testament Poignard dont le manche en ivoire est formé de la figure de Moïse tenant les tables de la loi. Ce morceau a été donné par le sieur Gravie Le Christ arrêté dans le jardin des oliviers, petit bas-relief La Vierge aux Anges, bronze donné par M. Cantarèle Serrure très-ancienne et ornée de figures Brique trouvée dans les fondations du couvent des religieuses de saint Saturnin, et sur laquelle on voit plusieurs empreintes d'une monnaie du i3. ou 14. *" siècle. Cette brique a été donnée me par M. Virehent, directeur de l'école des arts. 3o4 Fragment d'une brique trouvée dans les fbndemens du mur de ville, près de la tour de l'amphithéâtre. L'écu de France est représenté sur cette brique Brique sur laquelle on voit les empreintes de quelques figures Autres dans le même genre. Ces briques proviennent du même lieu que celle conservée sous le n. 3o4- So^. Monument à la mémoire de Jean-Arnaud Raimond, architecte du Roi et des états de Languedoc, membre des académies de Paris et de Toulouse, de la quatrième classe de l'institut, du conseil des bâtimens civils, architecte de l'ancien Gouvernement au palais de Sainl-Cloud, né à Toulouse le 9 avril in4 2 J mort à Paris le 28 janvier Cet habile artiste jouissait de la réputation la mieux

101 À (99) méritée. Les édifices qu'il a fait élever, et parmi LESquels il faut distinguer l'église de l'isle-en-jourdain ; son recueil manuscrit des Œuvres de Palladio ; son mémoire sur la construction du dôme de. la Jkladona délia Sainte à Venise, comparée à celle du dôme des Invalides ; son projet pour l'arc de triomphe ce l'étoile, projet publié par la veuve de l'auteur; fl'autres dessins pour la restauration du Louvre, pour l'église de la Daurade et pour le palais de justice a Toulouse; ceux qu'il a laissés pour le palais et ies prisons d'aix, pour l'église de Saint-Remi à Bordeaux, pour la restauration des antiquités de Nimes, et enfin la confection delà belle promenade du Pérou à Montpellier, tels sont les objets qui consacrent le souvenir de M. Raimond. 3o8. Monument orne' du buste de JOSEPH MAILLOT, professeur de fortifications, membre et directeur de l'académie de* arts, associé de celle des sciences, inscriptions et belles-lettres, auteur d'un savant traité sur les COSTUMES ET USAGES DES ANCIENS PEUPLES, ouvrage publié, il y a peu d'années, en trois vol. IN-^. M. MAILLOT naquit à Toulouse le 10 mars 1735, et mourut dans la même ville, âgé de 76 ans. Ce monument a été élevé par la reconnaissance. Le buste a été modelé par M. VIGAN.

102 ( ioo ) A D D I T I O N. PEINTURE. ÉCOLE FRANÇAISE. 3^4 bis. M. HENISEQUIN, élève de M. * Une bataille. DAVIS. SCULPTURE. BAS-RELIEFS. 94 bis. M. RAYNAUD, membre de la quatrième classe de l'institut. Une allégorie. ANTIQUITÉS. 98 bis. Inscription sépulcrale romaine. 98 ter. Autre. 109 bis. Fragmens d'un tombeau sur lesquels on remarque les trois jeunes hébreux dans la fournaise. 109 ter. Autres fragmens. A TOULOUSE, De l'imprimerie de JEAN-MATTHIEU DOULADOUPiE, rue Saint-Rome, n. 41

103

104

PLAN. I La vie de Michel-Ange. II Les nombreux métiers de Michel-Ange. III Les peintures les plus célèbres. IV Un exemple de sculpture : Moise

PLAN. I La vie de Michel-Ange. II Les nombreux métiers de Michel-Ange. III Les peintures les plus célèbres. IV Un exemple de sculpture : Moise PLAN I La vie de Michel-Ange II Les nombreux métiers de Michel-Ange III Les peintures les plus célèbres 1 La voûte de la Chapelle Sixtine 2 Le jugement dernier IV Un exemple de sculpture : Moise Questionnaire

Plus en détail

La vie de cour au château de Versailles avant la Révolution Française (1789)

La vie de cour au château de Versailles avant la Révolution Française (1789) La vie de cour au château de Versailles avant la Révolution Française (1789) Avant la Révolution*, la France est une monarchie avec à sa tête un monarque, le Roi de France. Lorsque Louis XIII décède en

Plus en détail

Titre Usage Livret. Chantez, priez, célébrez le Seigneur Entrée Page 3. Dieu nous accueille Entrée Page 3

Titre Usage Livret. Chantez, priez, célébrez le Seigneur Entrée Page 3. Dieu nous accueille Entrée Page 3 SOMMAIRE : Titre Usage Livret Chantez, priez, célébrez le Seigneur Entrée Page 3 Dieu nous accueille Entrée Page 3 Nous sommes le corps du Christ Entrée Page 4 Si le Père vous appelle Entrée Page 4 Je

Plus en détail

Versailles. et l antique

Versailles. et l antique Versailles et l antique 2 Lorsque Louis XIV décide en 1664 de faire agrandir le petit château construit par son père Louis XIII à Versailles, il a 26 ans. C est un jeune roi qui aime passionnément les

Plus en détail

1750 : INAUGURATION DU MUSÉE DU LUXEMBOURG, PREMIER MUSÉE OUVERT AU PUBLIC

1750 : INAUGURATION DU MUSÉE DU LUXEMBOURG, PREMIER MUSÉE OUVERT AU PUBLIC 1750 : INAUGURATION DU MUSÉE DU LUXEMBOURG, PREMIER MUSÉE OUVERT AU PUBLIC Dans la galerie Est du Palais du Luxembourg (aujourd hui l Annexe de la Bibliothèque) s ouvre le 14 octobre 1750 le Cabinet du

Plus en détail

Le Baptême de notre enfant

Le Baptême de notre enfant Le Baptême de notre enfant Baptême de notre enfant : Le à l église de Ce même jour, ils ont également reçu le baptême 1 Chers parents, Déroulement de la célébration (p 3-8) 1. Accueil et entrée dans l

Plus en détail

DIDON. Après l'assassinat de son mari Sychée, Didon part fonder Carthage sur de nouvelles terres.

DIDON. Après l'assassinat de son mari Sychée, Didon part fonder Carthage sur de nouvelles terres. DIDON Après l'assassinat de son mari Sychée, Didon part fonder Carthage sur de nouvelles terres. Didon construisant Carthage. William Turner, 1815. 155,5 cm x 23,2 cm L'oeuvre: Le beau se déplace donc

Plus en détail

Le sacre de Napoléon 1er par Jacques-Louis David. Pourquoi ce tableau est une oeuvre de propagande politique?

Le sacre de Napoléon 1er par Jacques-Louis David. Pourquoi ce tableau est une oeuvre de propagande politique? Le sacre de Napoléon 1er par Jacques-Louis David Pourquoi ce tableau est une oeuvre de propagande politique? A l'aide de ce diaporama, complète la fiche d'histoire des arts. Le travail peut se faire par

Plus en détail

www.mariemadeleine.fr

www.mariemadeleine.fr 1 LE#PELERINAGE#A#LA#SAINTE#BAUME#AU#FIL#DES#SIECLES# PersonnalitésvenuesàlasainteBaume: PAPES# EtienneIVen816 JeanVIIIen878 JeanXXIIen1316 BenoitXIIen1338 ClémentVIen1343 InnocentVIen1355 UrbainVen1367

Plus en détail

Dimanche xx 2015 Eglise de XX. Baptême de Prénom (photo) Intentions de messe :

Dimanche xx 2015 Eglise de XX. Baptême de Prénom (photo) Intentions de messe : Dimanche xx 2015 Eglise de XX Baptême de Prénom (photo) Intentions de messe : Accueil Le célébrant (prêtre ou diacre) interroge les parents : Vous présentez votre enfant au baptême, pourquoi? Que demandez-vous

Plus en détail

Des mérovingiens aux carolingiens. Clovis, roi des Francs La dynastie carolingienne La fin de l'empire carolingien

Des mérovingiens aux carolingiens. Clovis, roi des Francs La dynastie carolingienne La fin de l'empire carolingien Des mérovingiens aux carolingiens Clovis, roi des Francs La dynastie carolingienne La fin de l'empire carolingien 1 Introduction L Empire Carolingien a marqué l histoire de la France. Succédant aux Francs,

Plus en détail

Versailles : arme du pouvoir (1)

Versailles : arme du pouvoir (1) Versailles : arme du pouvoir (1) 1 2 Versailles en 1668. La galerie des glaces. 3 4 Le pavillon de chasse de Louis XIII dessiné par J.C Le Guillou. Edition Deux Coqs d or. La chambre du roi 5 Le réseau

Plus en détail

LES PROPHÈTES DE L ANCIEN TESTAMENT

LES PROPHÈTES DE L ANCIEN TESTAMENT LES PROPHÈTES DE L ANCIEN TESTAMENT L histoire de Noé La construction de l Arche Le déluge Le sacrifice L ivresse de Noé Lorenzo Ghiberti (vers 1381-1455), la porte du Paradis : histoire de Noé, 1425-1452,

Plus en détail

L HISTOIRE DU CHATEAU-MUSEE DE NEMOURS DATES ET PERSONNAGES CLEFS

L HISTOIRE DU CHATEAU-MUSEE DE NEMOURS DATES ET PERSONNAGES CLEFS L HISTOIRE DU CHATEAU-MUSEE DE NEMOURS DATES ET PERSONNAGES CLEFS Famille Villebéon Maison de Foix Maison de Navarre Maison de Médicis Maison d Armagnac Maison de Savoie Maison d Orléans Quelques dates

Plus en détail

LA BIBLE. Un cahier pour ne pas oublier ce que tu as appris à l école du dimanche. Un cahier pour s amuser et s occuper pendant les vacances.

LA BIBLE. Un cahier pour ne pas oublier ce que tu as appris à l école du dimanche. Un cahier pour s amuser et s occuper pendant les vacances. présente Cahier de vacances n 5 Juillet-Août 2015 De 6 à 11 ans LA BIBLE Un cahier pour ne pas oublier ce que tu as appris à l école du dimanche. Un cahier pour s amuser et s occuper pendant les vacances.

Plus en détail

3. Le temps des hésitations (1620-1645)

3. Le temps des hésitations (1620-1645) CHAIRE D HISTOIRE DE L ART DE LA PÉRIODE MODERNE (XVIe-XVIIIe SIÈCLES) COURS D INTRODUCTION Prof. Jan Blanc UNIVERSITÉ DE GENÈVE FACULTÉ DES LETTRES DÉPARTEMENT D HISTOIRE DE L ART 2-4. Rome et le laboratoire

Plus en détail

«Si quelqu un veut venir après moi qu il renonce à lui-même, qu il se charge chaque jour de sa croix et qu il me suive» Luc 9 : 23.

«Si quelqu un veut venir après moi qu il renonce à lui-même, qu il se charge chaque jour de sa croix et qu il me suive» Luc 9 : 23. «Si quelqu un veut venir après moi qu il renonce à lui-même, qu il se charge chaque jour de sa croix et qu il me suive» Luc 9 : 23. Pour faire suite au récit des disciples sur le chemin d Emmaüs et pour

Plus en détail

Peut-on être sans péché (ne plus jamais pécher)?

Peut-on être sans péché (ne plus jamais pécher)? Peut-on être sans péché (ne plus jamais pécher)? Guillaume B. 2014-2015 Chaque chrétien s'est déjà probablement demandé s'il était normal, après avoir reçu la foi en Jésus-Christ, de pécher, et de continuer

Plus en détail

Le grand décor peint à Rome, 1590-1660

Le grand décor peint à Rome, 1590-1660 Stéphane Loire Le grand décor peint à Rome, 1590-1660 Paris, musée du Petit Palais, 7 avril 2015 Sixte V Peretti, pape de 1585 à 1590 Sous la direction de Domenico Fontana, Décor de la chapelle Sixtine,

Plus en détail

Image et explication des symboles de la médaille :

Image et explication des symboles de la médaille : Image et explication des symboles de la médaille : Marie debout sur le globe terrestre (année 1830 de l apparition gravée dessus) : Marie a pour marchepied le globe terrestre. Que montre t-elle ainsi?

Plus en détail

Ezéchiel, homme de visions

Ezéchiel, homme de visions La Bible pour enfants présente Ezéchiel, homme de visions Ecrit par : Edward Hughes Illustré par : Lazarus Adapté par : Ruth Klassen Traduit par : Yvon l'hermitte Produit par : Bible for Children www.m1914.org

Plus en détail

Évangiles (N bleus pages 35 à 42)

Évangiles (N bleus pages 35 à 42) Évangiles (N bleus pages 35 à 42) Évangiles pages 1/5 N 12 Matthieu 28, 18-20 Évangile de Jésus Christ selon saint Matthieu Au temps de Pâques, Jésus ressuscité adressa ces paroles aux Apôtres : «Tout

Plus en détail

Évangile de Jésus-Christ selon Saint Matthieu. (Mt 5,1-12)

Évangile de Jésus-Christ selon Saint Matthieu. (Mt 5,1-12) E1 Évangile de Jésus-Christ selon Saint Matthieu (Mt 5,1-12) Quand jésus vit toute la foule qui le suivait, il gravit la montagne. Il s'assit, et ses disciples s'approchèrent. Alors, ouvrant la bouche,

Plus en détail

LIVRET DE BAPTEME. Baptême de Le 26 Décembre 2004 à 11 H 15. Pierre REMERCIEMENTS

LIVRET DE BAPTEME. Baptême de Le 26 Décembre 2004 à 11 H 15. Pierre REMERCIEMENTS LIVRET DE BAPTEME REMERCIEMENTS Nous vous remercions tous chaleureusement, d avoir été présents pour partager notre joie en ce jour inoubliable et de fête : parrain, marraine, parents, grands-parents,

Plus en détail

Pars à la découverte des différentes représentations du chien

Pars à la découverte des différentes représentations du chien Chacun cherche son chien Pars à la découverte des différentes représentations du chien Parcours assuré par le professeur Moyenne et grande sections de maternelle - CP Musée des Arts décoratifs - 39 rue

Plus en détail

Nous voici à ton 3 ème CLIC! Nous poursuivons notre découverte de l Esprit Saint

Nous voici à ton 3 ème CLIC! Nous poursuivons notre découverte de l Esprit Saint Nous voici à ton 3 ème CLIC! Nous poursuivons notre découverte de l Esprit Saint 1 Esprit Saint, que fais-tu dans le cœur des personnes? 2 Le 3 ème CLIC nous a donné des indices en provenance de la Bible

Plus en détail

Le songe de la statue. du roi Nebucadonosor

Le songe de la statue. du roi Nebucadonosor Le songe de la statue du roi Nebucadonosor http://www.bibleetnombres.online.fr/nabuchod.htm (1 sur 6)2011-02-04 18:36:03 " [...] La seconde année du règne de Nebucadonosor, Nebucadonosor eut des songes.

Plus en détail

Le jugement de Pâris et la pomme Par A. Labarrière 2 2

Le jugement de Pâris et la pomme Par A. Labarrière 2 2 Le jugement de Pâris et la pomme Par A. Labarrière 2 2 I. Origine et Protagonistes Cette légende fut narrée pour la première fois par Homère, un poète grec du 9 e siècle avant J.-C. ayant écrit l Iliade

Plus en détail

Célébration de fin d année : Une Eglise qui prie et qui célèbre Une Ecole qui prie et qui célèbre

Célébration de fin d année : Une Eglise qui prie et qui célèbre Une Ecole qui prie et qui célèbre Célébration de fin d année : Une Eglise qui prie et qui célèbre Une Ecole qui prie et qui célèbre Dernier temps fort de notre année autour de : Une Eglise qui prie et qui célèbre.nous vous proposons de

Plus en détail

Que fait l Église pour le monde?

Que fait l Église pour le monde? Leçon 7 Que fait l Église pour le monde? Dans notre dernière leçon, nous avons vu que les croyants ont des responsabilités vis-à-vis des autres croyants. Tous font partie de la famille de Dieu. Les chrétiens

Plus en détail

Du 6 au 14 août Neuvaine de préparation à la fête de l Assomption

Du 6 au 14 août Neuvaine de préparation à la fête de l Assomption Religieuses de l Assomption 17 rue de l Assomption 75016 Paris France Du 6 au 14 août Neuvaine de préparation à la fête de l Assomption U n c h e m i n d E s p é r a n c e a v e c M a r i e www.assumpta.fr

Plus en détail

Etape de visite n 9. La statue de l Ecce homo. Qu est-ce que c est?

Etape de visite n 9. La statue de l Ecce homo. Qu est-ce que c est? Etape de visite n 9 La statue de l Ecce homo. Qu est-ce que c est? Il s agit d une statue taillée dans du calcaire, presque grandeur nature (sa hauteur totale, avec le socle, est de 1,65 m). Elle a conservé

Plus en détail

JE SUIS. Voici la dernière partie de cette entrevue houleuse :

JE SUIS. Voici la dernière partie de cette entrevue houleuse : JE SUIS Le chapitre huit de l Évangile selon Jean rapporte une très vive conversation qui oppose Jésus aux pharisiens jaloux de lui et impatients de le perdre. Leur propos est de le prendre en flagrant

Plus en détail

Le château de Versailles Architecture et décors extérieurs

Le château de Versailles Architecture et décors extérieurs Le château de Versailles Architecture et décors extérieurs Les rois de France viennent régulièrement chasser à Versailles à partir du XVI ème siècle. Henri IV y amène son fils, le futur Louis XIII. Devenu

Plus en détail

LES LEGENDES DES ETOILES RACONTEES AUX ENFANTS

LES LEGENDES DES ETOILES RACONTEES AUX ENFANTS LES LEGENDES DES ETOILES RACONTEES AUX ENFANTS Depuis que les hommes racontent des histoires, de nombreuses d entre elles tentent dʹexpliquer comment le monde a été créé et pourquoi les choses sont comme

Plus en détail

LA RENAISSANCE SOUS FRANÇOIS 1 er PAR LES IMAGES POULAIN

LA RENAISSANCE SOUS FRANÇOIS 1 er PAR LES IMAGES POULAIN INTRODUCTION C est autour de l œuvre publicitaire d Auguste POULAIN, né à Pontlevoy, à la Ferme des Bordes en 1825 et fondateur de la chocolaterie de Blois, que nous vous invitons à découvrir les grands

Plus en détail

Pèlerinage à Rome. 9-14 février 2014. Nous avons commencé la journée par la visite de la basilique Saint-Pierre accompagnés de deux séminaristes.

Pèlerinage à Rome. 9-14 février 2014. Nous avons commencé la journée par la visite de la basilique Saint-Pierre accompagnés de deux séminaristes. Pèlerinage à Rome 9-14 février 2014 Lundi 10 février (Louise Forton, 5èmeB) Le lundi matin nous commençâmes par notre premier réveil en Italie. Le petit déjeuner nous surprit car ce n est pas dans nos

Plus en détail

Devoir du 06.06.2011 / 5 ème A / Histoire, les grandes découvertes

Devoir du 06.06.2011 / 5 ème A / Histoire, les grandes découvertes Devoir du 06.06.2011 / 5 ème A / Histoire, les grandes découvertes Prénom : Nom : I. Deux grandes voyages, se repérer. 7 /7 Points 1. Comment appelle-t-on les deux lieux géographiques représentés sur la

Plus en détail

Hans Christian Andersen. L Ange. Traduit du danois par D. Soldi RÊVER EN DIABLE

Hans Christian Andersen. L Ange. Traduit du danois par D. Soldi RÊVER EN DIABLE Hans Christian Andersen L Ange Traduit du danois par D. Soldi RÊVER EN DIABLE Hans Christian Andersen (1805-1875) portrait (1836) par le peintre danois Constantin Hansen (1804-1880). «CHAQUE FOIS QU UN

Plus en détail

3. Matthieu 25,31-46 C'est sur l'amour que nous serons jugés. Dieu regarde comment nous avons aimé. Dieu nous juge d'après nos solidarités vécues.

3. Matthieu 25,31-46 C'est sur l'amour que nous serons jugés. Dieu regarde comment nous avons aimé. Dieu nous juge d'après nos solidarités vécues. 1 PROPOSITIONS DE TEXTES D ÉVANGILE 1. Matthieu 5,1-12a Où se trouve le vrai bonheur? Jésus nous le dit. Évangile de Jésus Christ selon saint Matthieu Quand Jésus vit toute la foule qui le suivait, il

Plus en détail

Titre : «Ce n est pas parce que je suis un vieux pommier que je donne des vieilles pommes» (Félix Leclerc)

Titre : «Ce n est pas parce que je suis un vieux pommier que je donne des vieilles pommes» (Félix Leclerc) Pâques 5 (B) : 6 mai 2012 Cinquième Dimanche de Pâques : 6 mai 2012 Titre : «Ce n est pas parce que je suis un vieux pommier que je donne des vieilles pommes» (Félix Leclerc) Référence Biblique : 1 ère

Plus en détail

Vers toi Tim Project 2007

Vers toi Tim Project 2007 Vers toi Tu me sondes et me connaît, Tu sais tout de moi, non rien ne t est caché Chaque jour tu éclaires ma vie Tu gardes mes pas, tu me conduis Je veux te louer C est vers toi que je me tourne, Tu m

Plus en détail

Comment sous Louis XIV le «pouvoir absolu» s'affirme-t-il?

Comment sous Louis XIV le «pouvoir absolu» s'affirme-t-il? Comment sous Louis XIV le «pouvoir absolu» s'affirme-t-il? Médaille de 1664 portant la devise «Nec pliribus impar» La conversion forcée des protestants Gravure de 1686, musée Carnavalet, Paris Les audiences

Plus en détail

Les sept jours de la création Activité d éducation chrétienne inspirée du récit en Genèse, chapitre 1

Les sept jours de la création Activité d éducation chrétienne inspirée du récit en Genèse, chapitre 1 Objectifs ACTIVITÉ D ÉDUCATION CHRÉTIENNE Les sept jours de la création Activité d éducation chrétienne inspirée du récit en Genèse, chapitre 1 Après cette activité, le jeune sera capable de : Raconter

Plus en détail

L'ENTREPRISE À L'ŒUVRE

L'ENTREPRISE À L'ŒUVRE L'ENTREPRISE À L'ŒUVRE Rapprocher la culture et le monde du travail en offrant aux salariés une rencontre au quotidien avec l art, tel est le but de L Entreprise à l œuvre, opération organisée sous l égide

Plus en détail

Paroisse St-Pierre www.genvalsaintpierre.org

Paroisse St-Pierre www.genvalsaintpierre.org Paroisse St-Pierre www.genvalsaintpierre.org rue de la Station,30 B - 1332 GENVAL 02 653 84 32 Personne de référence : Abbé Salvator NTIBANDETSE 02 653 84 32 sauveur65@hotmail.com NOUS SOMMES LE PEUPLE

Plus en détail

Leçon 1-3 La Bible. 1. La Bible est appelée la Parole de Dieu. Comment savons-nous que c'est vrai?

Leçon 1-3 La Bible. 1. La Bible est appelée la Parole de Dieu. Comment savons-nous que c'est vrai? 1 www.jecrois.org Leçon 1-3 La Bible 1. La Bible est appelée la Parole de Dieu. Comment savons-nous que c'est vrai? 2. La Bible est un très vieux livre qui a été sous la garde de beaucoup de personnes,

Plus en détail

JEANNE D ARC ET LA GUERRE DE CENT ANS

JEANNE D ARC ET LA GUERRE DE CENT ANS JEANNE D ARC ET LA GUERRE DE CENT ANS Cycle et niveau Cycle 3, classe de CM1 Chapitre Le Moyen Age Objectifs Découvrir les conséquences de la rivalité opposant le Roi de France au plus puissant de ces

Plus en détail

Une chronologie historique à partir de 25 documents clés pour le cycle III. Sébastien MOISAN CPC Angoulême Sud et Préélémentaire

Une chronologie historique à partir de 25 documents clés pour le cycle III. Sébastien MOISAN CPC Angoulême Sud et Préélémentaire Une chronologie historique à partir de 25 documents clés pour le cycle III - 52 Vercingétorix rend les armes à Alesia. Lionel ROYER (1852,1926) Vercingétorix jette ses armes aux pieds de César, 1899 Huile

Plus en détail

Malte. 19 e centenaire du naufrage de saint Paul sur les côtes maltaises. Consécration de saint Publius comme premier évêque de Malte

Malte. 19 e centenaire du naufrage de saint Paul sur les côtes maltaises. Consécration de saint Publius comme premier évêque de Malte 1960 19 e centenaire du naufrage de saint Paul sur les côtes maltaises Le naufrage Consécration de saint Publius comme premier évêque de Malte Saint Paul quitte Malte 1½ p 268 3 p 269 6 p 270 Statue de

Plus en détail

Pray4belgium histoire spirituelle de Bruxelles (1): la Place Saint-Géry p. 1. La Place Saint-Géry. Les plus anciennes racines de Bruxelles

Pray4belgium histoire spirituelle de Bruxelles (1): la Place Saint-Géry p. 1. La Place Saint-Géry. Les plus anciennes racines de Bruxelles Pray4belgium histoire spirituelle de Bruxelles (1): la Place Saint-Géry p. 1 Bruxelles histoire spirituelle (1) La Place Saint-Géry Les plus anciennes racines de Bruxelles Cet article a pour but de donner

Plus en détail

Trois cheveux pour épouser Philomène

Trois cheveux pour épouser Philomène Trois cheveux pour épouser Philomène Autrefois, il y avait un homme qui était Chef. Etant Chef, il avait mis au monde une fille. Cette fille était vraiment très belle. La fille avait grandi et on l avait

Plus en détail

Le travail a été réalisé avec des tablettes par les élèves des classes de 4ème 1 et 4ème 2.

Le travail a été réalisé avec des tablettes par les élèves des classes de 4ème 1 et 4ème 2. Classe de Quatrième, Histoire La révolution française en images Comprendre le déroulement de la révolution française à travers des images Consigne : décrire avec des mots, le plus précisément possible,

Plus en détail

Module. Comment un sujet religieux est-il traité par Léonard de Vinci? Objectifs. Exercice

Module. Comment un sujet religieux est-il traité par Léonard de Vinci? Objectifs. Exercice Module Comment un sujet religieux est-il traité par Léonard de Vinci? Objectifs MÉTHODE : analyser un tableau CONNAISSANCE : saisir l évolution de la peinture religieuse au XVI e siècle La Vierge, l Enfant

Plus en détail

Une œuvre d art par dimanche LA SAINTE FAMILLE

Une œuvre d art par dimanche LA SAINTE FAMILLE Une œuvre d art par dimanche LA SAINTE FAMILLE Évangile de Jésus Christ selon saint Luc 2, 22-40. Quand arriva le jour fixé par la loi de Moïse pour la purification, les parents de Jésus le portèrent à

Plus en détail

Nuit de Noël 24 décembre 2005, 22h30. (Isaïe 9, 1-6 ; Luc 2, 1-14) Président : Guy Lapointe

Nuit de Noël 24 décembre 2005, 22h30. (Isaïe 9, 1-6 ; Luc 2, 1-14) Président : Guy Lapointe Nuit de Noël 24 décembre 2005, 22h30 (Isaïe 9, 1-6 ; Luc 2, 1-14) Président : Guy Lapointe PRÉLUDE 22h15 : Airs de Noel (orgue et hautbois) 22h30 : La chorale se place dans le jubé de l église pour les

Plus en détail

PRESENTATION DE LA FAMILLE PITHOU

PRESENTATION DE LA FAMILLE PITHOU PRESENTATION DE LA FAMILLE PITHOU 1. Généalogie des Pithou 2. Notices biographiques (Dossier réalisé par le service éducatif de la MGT)! 1 1. Généalogie des Pithou Marguerite Bazin = première épouse Pierre

Plus en détail

47 Apprenant que c'était Jésus de Nazareth, il se mit à crier: "Fils de David, Jésus, aie pitié de moi!"

47 Apprenant que c'était Jésus de Nazareth, il se mit à crier: Fils de David, Jésus, aie pitié de moi! Versets 46 Ils arrivent à Jéricho. Comme Jésus sortait de Jéricho avec ses disciples et une assez grande foule, l'aveugle Bartimée, fils de Timée, était assis au bord du chemin en train de mendier Texte

Plus en détail

Les trois brigands 1 Tomi Ungerer

Les trois brigands 1 Tomi Ungerer Les trois brigands 1 Quel est le titre de ce livre? Qui est l'auteur de ce livre? Quelle est l'édition de ce livre? A ton avis, que peut raconter cette histoire? Les trois brigands 2 Il était une fois

Plus en détail

L ÉGLISE AU MOYEN ÂGE

L ÉGLISE AU MOYEN ÂGE L ÉGLISE AU MOYEN ÂGE Compétence Comprendre l importance de l Église dans la vie des hommes au Moyen Âge. Quelle impression te donne l église dans cette photographie, par rapport aux autres constructions?

Plus en détail

Un foyer de la Renaissance italienne FLORENCE. Anne Hurard Professeure d histoire-géographie Collège André Malraux Mazan (84)

Un foyer de la Renaissance italienne FLORENCE. Anne Hurard Professeure d histoire-géographie Collège André Malraux Mazan (84) Un foyer de la Renaissance italienne FLORENCE Anne Hurard Professeure d histoire-géographie Collège André Malraux Mazan (84) Florence au temps des Médicis, Carte della catena ( carte de la chaîne) attribuée

Plus en détail

Du 18 au 23 février 2013

Du 18 au 23 février 2013 PELERINAGE A ROME Du 18 au 23 février 2013 «Au cœur de l Eglise, célébrons l année de la Foi! Accompagnateurs sprirituels : Père Bruno Feillet, Doyen de Valenciennes Mgr Denis Lecompte, Prélat de sa Sainteté.

Plus en détail

Le temple de Dieu. Ne savez-vous pas que vous êtes le temple de Dieu, et que l Esprit de Dieu habite en vous? (1 Co 3.16).

Le temple de Dieu. Ne savez-vous pas que vous êtes le temple de Dieu, et que l Esprit de Dieu habite en vous? (1 Co 3.16). LE TEMPLE DE DIEU 131 9 Le temple de Dieu Ne savez-vous pas que vous êtes le temple de Dieu, et que l Esprit de Dieu habite en vous? (1 Co 3.16). En regardant le vide dans la vie de l homme sans Dieu,

Plus en détail

Le Monastère de Saint Jean Lampadistis

Le Monastère de Saint Jean Lampadistis Le Monastère de Saint Jean Lampadistis Aucune information n est donnée sur la date de la construction du monastère, mais on peut supposer qu il a été construit au milieu du XVIe siècle. L église est l

Plus en détail

Eveil à la foi: suivre Jésus, être disciple

Eveil à la foi: suivre Jésus, être disciple Eveil à la foi: suivre Jésus, être disciple Retrouve un mot: Recopie les lettres entourées d'un cercle vert. Recopie d'abord celle qui est le plus à gauche, puis avance peu à peu vers la droite. Tu as

Plus en détail

DOSSIER DE PRESSE. L univers des images pieuses BASILIQUE SAINTE THERESE LISIEUX

DOSSIER DE PRESSE. L univers des images pieuses BASILIQUE SAINTE THERESE LISIEUX DOSSIER DE PRESSE EXPOSITION entre les pages d un missel L univers des images pieuses BASILIQUE SAINTE THERESE LISIEUX Centre d Accueil Pastoral International Tous les jours du 19 février à fin août 2011

Plus en détail

Sagrada Familia Temple Expiatoire de la Sainte Famille Barcelone

Sagrada Familia Temple Expiatoire de la Sainte Famille Barcelone Sagrada Familia Temple Expiatoire de la Sainte Famille Barcelone Antoni Gaudi 25 juin 1852 10 juin 1926 La Sagrada fut construite à l initiative d une association des dévots de Saint Joseph Puisqu il s

Plus en détail

LE MEILLEUR CHEMIN (The Better Way) LA PREEMINENCE DU CHRIST (The Preeminence of Christ)

LE MEILLEUR CHEMIN (The Better Way) LA PREEMINENCE DU CHRIST (The Preeminence of Christ) LE MEILLEUR CHEMIN (The Better Way) Leçon 1 LA PREEMINENCE DU CHRIST (The Preeminence of Christ) POINT PRINCIPAL : Jésus-Christ, l image de Dieu, est supérieur aux prophètes et aux anges. VERSET PRINCIPAL

Plus en détail

LES ECHOS DE SAINT-MAURICE Edition numérique. Paul FLEURY. Notre attachement au pape. Quelques mots pour le Carême 1947

LES ECHOS DE SAINT-MAURICE Edition numérique. Paul FLEURY. Notre attachement au pape. Quelques mots pour le Carême 1947 LES ECHOS DE SAINT-MAURICE Edition numérique Paul FLEURY Notre attachement au pape. Quelques mots pour le Carême 1947 Dans Echos de Saint-Maurice, 1947, tome 45, p. 41-44 Abbaye de Saint-Maurice 2012 Notre

Plus en détail

Parcours de visite PARTONS EN VOYAGE... (enfants de 6 à 12 ans) Parcours : intérieur du château Durée : 1h environ

Parcours de visite PARTONS EN VOYAGE... (enfants de 6 à 12 ans) Parcours : intérieur du château Durée : 1h environ Parcours de visite PARTONS EN VOYAGE... (enfants de 6 à 12 ans) Parcours : intérieur du château Durée : 1h environ BIENVENUE Voici le guide qui t accompagnera pendant la visite. C est un habitué, il connaît

Plus en détail

La promesse de Dieu à Abraham

La promesse de Dieu à Abraham La Bible pour enfants présente La promesse de Dieu à Abraham Ecrit par : Edward Hughes Illustré par : Byron Unger et Lazarus Adapté par : M. Maillot et Tammy S. Traduit par : Emmanuelle Gilger-Bedos Produit

Plus en détail

La belle histoire de l école St-Louis-de-France. 1901 : La première école dans le village de Charny

La belle histoire de l école St-Louis-de-France. 1901 : La première école dans le village de Charny La belle histoire de l école St-Louis-de-France J ai tenté de retracer pour vous l histoire de l école St-Louis-de-France. Je tiens à remercier M. Alain Boucher de la Commission scolaire des Navigateurs

Plus en détail

Prendre soin des enfants nécessiteux

Prendre soin des enfants nécessiteux Chapitre 25 Prendre soin des enfants nécessiteux Les orphelins Plus d un père qui est mort dans la foi, confiant en l éternelle promesse de Dieu, a quitté ses bien-aimés pleinement assuré que le Seigneur

Plus en détail

S E M A I N E S A I N T E

S E M A I N E S A I N T E N 20 29 mars 2015 S E M A I N E S A I N T E Des milliers, des millions de gens ce dimanche 11 janvier 2015 ont protesté, dans la dignité, contre le massacre des caricaturistes de Mahomet, le prophète.

Plus en détail

Étudier une œuvre d art avec les outils numériques.

Étudier une œuvre d art avec les outils numériques. Étudier une œuvre d art avec les outils numériques. «La Vierge du chancelier Rolin» Tableau de Jan Van Eyck, vers 1435 66 x 62 cm. Peinture à l huile sur panneaux de chêne. Musée du Louvre, Paris Dans

Plus en détail

Raphaël à Rome. Une rétrospective exceptionnelle sur les années de maturité du maître italien

Raphaël à Rome. Une rétrospective exceptionnelle sur les années de maturité du maître italien Raphaël à Rome Une rétrospective exceptionnelle sur les années de maturité du maître italien Raphaël, La Vierge a la tenture. 1514. Alte Pinakothek, Munich Exposition au Musée du Louvre Hall Napoléon Du

Plus en détail

Total vendu : 1 016 550 euros

Total vendu : 1 016 550 euros Résultats vente Tableaux anciens & du XIX e siècle Mardi 11 décembre 2007 14h Expositions publiques du vendredi 7 au dimanche 9 décembre 2007 de 11h à 19h et lundi 10 sur rendez-vous, Hôtel Dassault Commissaire

Plus en détail

COMMENT NE PAS INTERPRÉTER LA BIBLE. Auteur : Tricia Tillin Version originale anglaise : www.banner.org.uk

COMMENT NE PAS INTERPRÉTER LA BIBLE. Auteur : Tricia Tillin Version originale anglaise : www.banner.org.uk L AMOUR DE LA VÉRITÉ www.amourdelaverite.com COMMENT NE PAS INTERPRÉTER LA BIBLE Auteur : Tricia Tillin Version originale anglaise : www.banner.org.uk Un regard sur la méthode allégorique Plusieurs chrétiens

Plus en détail

Le sanctuaire céleste

Le sanctuaire céleste Chapitre 53 Le sanctuaire céleste Deux mille trois cents soirs et matins; puis le sanctuaire sera purifié. Daniel 8:14 (Segond). Ce passage biblique, fondement et clef de voûte de la foi adventiste, était

Plus en détail

L Eglise dans ses dimensions religieuse, économique, sociale et intellectuelle

L Eglise dans ses dimensions religieuse, économique, sociale et intellectuelle L Eglise dans ses dimensions religieuse, économique, sociale et intellectuelle Iconographie du template Le jugement dernier, cathédrale de Bourges Ange au sourire, cathédrale de Reims Identifie l enfer

Plus en détail

Un prêtre vint à descendre par ce chemin là ; il le vit et passa outre.pareillement un lévite, survenant en ce lieu, le vit et passa outre.

Un prêtre vint à descendre par ce chemin là ; il le vit et passa outre.pareillement un lévite, survenant en ce lieu, le vit et passa outre. Le bon Samaritain Luc 10, 25,37 E t voici quʹun légiste se leva, et lui dit pour lʹéprouver : «Maître, que dois je faire pour avoir en héritage la vie éternelle?» Il lui dit: «Dans la Loi, quʹy a t il

Plus en détail

La Neuvaine de l'assomption

La Neuvaine de l'assomption La Neuvaine de l'assomption 6 au 14 août 2012-15 août fête de l'assomption Après chaque journée, terminer par une dizaine de chapelet aux intentions de Marie. Confession et communions recommandés durant

Plus en détail

DE MONTPELLIER MEDITERRANEE METROPOLE

DE MONTPELLIER MEDITERRANEE METROPOLE Visites adaptées Publics sourds Programme 2015 / 2016 MUSEE FABRE DE MONTPELLIER MEDITERRANEE METROPOLE Le Siècle d or de la peinture napolitaine Samedi 26 septembre à 11h00 et à 16h00 Dans le cadre de

Plus en détail

NOTRE PERE JESUS ME PARLE DE SON PERE. idees-cate

NOTRE PERE JESUS ME PARLE DE SON PERE. idees-cate NOTRE PERE JESUS ME PARLE DE SON PERE idees-cate 16 1 L'EVANGILE DE SAINT LUC: LE FILS PRODIGUE. Luc 15,11-24 TU AS TERMINE LE LIVRET. PEUX-TU DIRE MAINTENANT, QUI EST LE PERE POUR TOI? Un Père partage

Plus en détail

Voyages et découvertes XVIè- XVIIIèsiècles

Voyages et découvertes XVIè- XVIIIèsiècles Voyages et découvertes XVIè- XVIIIèsiècles Le voyage de Bougainville Escale à Tahiti, avril 1768 L'île reconnue par l'anglais Wallis en 1767 est rebaptisée par les Français «Nouvelle- Cythère»enréférenceaulieudenaissancedeladéessedel'Amourdanslamythologie

Plus en détail

MON CARNET DE ROUTE Bordeaux-Italie, Échanges & visions artistiques XVII e -XX e siècles Galerie des Beaux-Arts / 7 mai 26 octobre 2015

MON CARNET DE ROUTE Bordeaux-Italie, Échanges & visions artistiques XVII e -XX e siècles Galerie des Beaux-Arts / 7 mai 26 octobre 2015 MON CARNET DE ROUTE Bordeaux-Italie, Échanges & visions artistiques XVII e -XX e siècles Galerie des Beaux-Arts / 7 mai 26 octobre 2015 Ce carnet de voyage permet de découvrir d une manière ludique l exposition

Plus en détail

11. Dans les évangiles de l enfance on mentionne l âne et le boeuf

11. Dans les évangiles de l enfance on mentionne l âne et le boeuf Qu est-ce qui est vrai? Jeu-test VRAI FAUX 1. L eau bout à 100 2. J ai soif est une dernière parole de Jésus sur la croix 3. En Méditerranée, il n y a pas de marées 4. Faire ses malles, c est partir 5.

Plus en détail

Brochure distribuée par http://espritbible.com. La Pentecôte. Shutterstock.com/Hluboki Dzianis. Ne pas jeter sur la voie publique

Brochure distribuée par http://espritbible.com. La Pentecôte. Shutterstock.com/Hluboki Dzianis. Ne pas jeter sur la voie publique La Pentecôte La Pentecôte Shutterstock.com/Hluboki Dzianis Ne pas jeter sur la voie publique 2 Une fête ancestrale Vous aimez faire la fête, vous n êtes pas le(la) seul(e) et cela ne date pas d hier. Dès

Plus en détail

Doc.1 L enfance de Louis XIV. Histoire. Histoire

Doc.1 L enfance de Louis XIV. Histoire. Histoire Doc.1 L enfance de Louis XIV Lis ces textes populaires appelés «mazarinades» (datés de 1648.) Réponds ensuite aux questions par une phrase. Texte 1 : «Va-t en dans Rome étaler Les biens qu on t a laissé

Plus en détail

Bonjour et. bienvenue,

Bonjour et. bienvenue, Bonjour et bienvenue, Me trouves-tu élégant avec ma perruque? Je suis Charles de La Fosse (1636-1716). Ce n est pas mon look qui m a rendu célèbre, mais mes talents d artiste. Fils d orfèvre, j ai eu la

Plus en détail

La Sainte Trinité Evangile : Saint Jean 16 12 15

La Sainte Trinité Evangile : Saint Jean 16 12 15 N 21 26 mai 2013 La Sainte Trinité Evangile : Saint Jean 16 12 15 - Qui pourrait prétendre étreindre dans son étroit cerveau les richesses des Connaissances humaines? Je ne sais le tout de rien Je ne sais

Plus en détail

Vu le périmètre restreint du cœur historique de Bruges et la configuration des rues, la visite se fait à pied.

Vu le périmètre restreint du cœur historique de Bruges et la configuration des rues, la visite se fait à pied. Fl 01 Clochers des villes Clochers des champs Circuit découvertes Les églises historiques de Bruges FLANDRE OCCIDENTALE Le présent document présente un guide à destination des principales églises situées

Plus en détail

Quelques exemples de croyants célibataires

Quelques exemples de croyants célibataires Périodique de matière biblique pour les jeunes - Août 2013 - Numéro 16 Quelques exemples de croyants célibataires La situation du chrétien En 1 Corinthiens 7, Paul aborde le sujet du chrétien célibataire.

Plus en détail

QUE FAIRE AVANT DE CHANTER POUR LOUER DIEU LE SAINT? Le croyant chrétien doit se poser cette question avant de chanter, adorer et louer Dieu.

QUE FAIRE AVANT DE CHANTER POUR LOUER DIEU LE SAINT? Le croyant chrétien doit se poser cette question avant de chanter, adorer et louer Dieu. QUE FAIRE AVANT DE CHANTER POUR LOUER DIEU LE SAINT? Le croyant chrétien doit se poser cette question avant de chanter, adorer et louer Dieu. Avant de chanter pour louer, adorer l Eternel Dieu Saint, le

Plus en détail

Sur les pas d un cardinal

Sur les pas d un cardinal Sur les pas d un cardinal à Villeneuve lez Avignon Je m appelle Léonard de Gif fone, j ai été nommé cardinal par le pape Clément VII. Nous sommes 24 cardinaux autour du pape. Notre rôle est de lui donner

Plus en détail

L'Evangile selon St Marc : introduction

L'Evangile selon St Marc : introduction L'Evangile selon St Marc : introduction L'Auteur St Marc était d'origine juive ; «l'evangile de Marc» ne cite pas son nom, mais au moment de l'arrestation de Jésus, en 14,51, on lit : Mc 14,51 (Jésus est

Plus en détail

LE CONCEPT DE PATRIMOINE. Sous l Ancien Régime

LE CONCEPT DE PATRIMOINE. Sous l Ancien Régime LE CONCEPT DE PATRIMOINE Sous l Ancien Régime D. Poulot, Patrimoine et musées. L Institution de la culture 1/ Le patrimoine, expression traditionnelles de la transmission et de sa profondeur mémorielle.

Plus en détail

Pèlerinages à ROME. Canonisation le 18 octobre 2015. du 16 au 20 octobre 2015. Pèlerinages

Pèlerinages à ROME. Canonisation le 18 octobre 2015. du 16 au 20 octobre 2015. Pèlerinages Pèlerinages à ROME Canonisation le 18 octobre 2015 Pèlerinages Présidé par du 16 au 20 octobre 2015 ou du 17 au 19 octobre 2015 Monseigneur Jacques HABERT Monseigneur Jean Claude BOULANGER VENDREDI 16

Plus en détail

Charlemagne, empereur carolingien

Charlemagne, empereur carolingien Charlemagne, empereur carolingien template : www.indezine.com http://tolmontstephane.ifrance.com Observe cet extrait vidéo. Pochette du DVD «L empire de Charlemagne», Gulliver Qui est Charlemagne? Quelle

Plus en détail

Parcours en histoire des arts au musée des beaux-arts de Bordeaux du XVIII e au début XIX e siècles

Parcours en histoire des arts au musée des beaux-arts de Bordeaux du XVIII e au début XIX e siècles Parcours en histoire des arts au musée des beaux-arts de Bordeaux du XVIII e au début XIX e siècles Le cartel Nom et dates de l artiste Titre de l œuvre Date de l œuvre Date d achat de l œuvre Eugène Delacroix

Plus en détail