CONSULTATION SUR SUR LE LE DECRET FIXANT LA LA METHODOLOGIE D IDENTIFICATION DES L ARENH - REPONSE DE L UNIDEN REPONSE DE - L UNIDEN

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "CONSULTATION SUR SUR LE LE DECRET FIXANT LA LA METHODOLOGIE D IDENTIFICATION DES L ARENH - REPONSE DE L UNIDEN REPONSE DE - L UNIDEN"

Transcription

1 Paris, le 14 mars 2014 CONSULTATION SUR SUR LE LE DECRET FIXANT LA LA METHODOLOGIE D IDENTIFICATION DES COUTS DES COUTS DU NUCLEAIRE DU NUCLEAIRE HISTORIQUE HISTORIQUE ET DE DETERMINATION DETERMINATION DU PRIX DU DE PRIX L ARENH DE L ARENH - REPONSE DE - L UNIDEN REPONSE DE L UNIDEN Résumé Tout d abord sur la méthode, l UNIDEN déplore que, sur un sujet aussi majeur et stratégique, portant jusqu en 2025, une consultation soit menée au pas de charge, en trois semaines seulement, alors même que la date prévue par la loi est déjà passée et qu il n existe pas de calendrier légal imposant une telle précipitation. Par ailleurs, depuis la date à laquelle le prix de l ARENH a été fixé à 42 /MWh, soit il y a un peu moins de trois ans, la compétitivité des industriels électro-intensifs s est dégradée de façon extrêmement inquiétante : o Vis à vis de leurs concurrents européens, avec par exemple un prix tout compris de l électricité inférieur de 35% en 2015 pour les industriels électro-intensifs allemands, l écart se creusant pour des horizons de temps plus lointains. o Et de façon encore plus préoccupante par rapport à la concurrence hors Union Européenne (Amérique du Nord notamment). Par conséquent, dès lors que l un des objectifs de l ARENH est de faire bénéficier les consommateurs français, électro-intensifs en particulier, de la compétitivité de la production nucléaire historique française, les points principaux suivants doivent être pris en compte dans le décret : o La période de régulation ne correspondant pas à la période d amortissement des investissements, les consommateurs industriels français ne peuvent admettre de payer des coûts sans en obtenir le bénéfice associé : Soit seule la quote-part des coûts (Valeur Nette comptable et investissements) bénéficiant à la période se terminant en 2025 est prise en compte dans le prix de l ARENH. Soit une garantie est donnée aux consommateurs industriels qu ils bénéficieront de la rente ainsi créée après o La rémunération au coût moyen pondéré du capital des coûts de démantèlement faisant l objet d une couverture par des actifs dédiés n est en aucun cas justifiée. o L opérateur historique doit être fortement incité, par des mécanismes concrets, à maîtriser et optimiser ses investissements et ses coûts de production sur toute la période de régulation. En outre, les industriels ont un grand besoin de visibilité sur leurs coûts. Ainsi, comme demandé à de nombreuses reprises par l UNIDEN, une projection pluriannuelle du prix sur 5 ans est absolument nécessaire. En combinant ces différents éléments, il semblerait que 42 /MWh soit bien un plafond sur la période de régulation. UNIDEN - Siège social : 17 rue de l Amiral Hamelin, Paris - Adresse postale : 17 rue de l Amiral Hamelin, Paris Cedex 16 T : + 33 (0) F : + 33 (0) Association Loi 1901 fondée en SIRET N Code APE 9499Z - RCS de Paris

2 La forte dégradation de la compétitivité des industriels électro-intensifs français Depuis la date à laquelle le prix de l ARENH a été fixé à 42 /MWh, soit il y a un peu moins de trois ans, la compétitivité des industriels électro-intensifs s est dégradée de façon extrêmement inquiétante : Par rapport à l Allemagne : o En effet, en mai 2011, le prix de marché de gros allemand year-ahead, se situait à environ 60 /MWh, niveau qui était déjà partiellement compensé par des mesures spécifiques en faveur des consommateurs électro-intensifs. Or, aujourd hui, ce prix de marché n est plus que de 36 /MWh, avant déduction de la compensation du CO 2 indirect auquel les industriels allemands exposés aux fuites de carbone ont droit. En tenant compte de cette compensation, le prix de l électron compensé du CO 2 en Allemagne en 2015 est de l ordre de 32 /MWh. o En ajoutant à cet écart l ensemble des dispositifs mis en œuvre outre-rhin en faveur de l industrie, et avec un ARENH à 42 /MWh, l avantage compétitif de l Allemagne sur le prix tout compris de l électricité pour 2015 est aujourd hui de 35%. o Cette situation est d autant plus préoccupante qu à des horizons plus lointains les prix de marché allemands sont encore plus bas (calendar allemand 2017 compensé du CO 2 de l ordre de 30 /MWh), creusant cet écart, alors même que le prix de l ARENH constitue un plancher pour les prix de marché calendaire français. Par rapport au reste de l Europe : o Dans le même temps d autres pays européens ont pris des mesures fortes en faveur des consommateurs industriels électro-intensifs, comme les Pays- Bas, rendant maintenant le consommateur industriel électro-intensif français alimenté à l ARENH moins compétitif que son concurrent néerlandais! o De façon plus générale, les prix de gros ont fortement chuté sur l ensemble des marchés européens et devraient rester durablement bas, du fait de la transition énergétique allemande et de la situation américaine. Par rapport au reste du monde : Pour nombre de consommateurs industriels électro-intensifs français qui sont soumis à une compétition mondiale, la situation est encore plus critique, par exemple par rapport à l Amérique du Nord : o Gaz de schiste à l origine de prix de l électricité très bas aux Etats-Unis. o Accès privilégié à de l hydraulique au Canada (prix tout compris de l ordre de 30 $ CAN/MWh). Dans le même temps, les excellents résultats financiers d EDF sur le périmètre français, alors même que l ensemble des autres opérateurs européens est dans une situation difficile, et bien que les tarifs réglementés de vente jaune et bleu ne couvrent pas le prix actuel de l ARENH, sont là pour témoigner que les 42 /MWh ne sont pas sous-estimés, bien au contraire. Des points énoncés ci-avant il ressort que, dès lors que l un des objectifs de l ARENH est de faire bénéficier les consommateurs français, électro-intensifs en particulier, de la compétitivité de la production nucléaire historique française, les points suivants doivent être concrètement traités dans le décret. 2

3 Les coûts à prendre en compte avant 2025 & la question de la rente post-2025 Les 15/40ème des coûts de démantèlement faisant l objet d une couverture par des actifs dédiés sont intégrés dans la base d actifs, et entièrement remboursés et rémunérés en L UNIDEN considère qu ils ne devraient pas être vus comme du capital immobilisé et qu ainsi leur rémunération au coût moyen pondéré du capital n est en aucun cas justifiée. Parce que le barycentre des 40 ans de durée de vie du parc nucléaire existant se situe bien au-delà de 2025 et que les investissements qui seraient réalisés avant 2025 pour le prolongement de la durée de vie auront une valeur résiduelle après cette date, il est inconcevable d intégrer l intégralité de ces investissements et de la valeur nette comptable dans le prix de l ARENH. Seule la quote-part bénéficiant à la période se terminant en 2025 peut être considérée. Si cela n était pas le cas, se poserait alors la question de la rente après 2025 : Les consommateurs industriels français ne peuvent admettre de supporter tous les coûts avant 2025 sans en avoir aucun bénéfice garanti en retour après 2025 : il est donc primordial de se positionner dès à présent pour une date au-delà de 2025 ; Le décret en consultation serait fortement fragilisé au regard des règles de la concurrence européenne. La nécessité d une régulation robuste Une partie importante de la composante relative aux investissements est sur une base déclarative d EDF : le décret en consultation ne peut en aucun cas être un chèque en blanc fait à l opérateur historique. Une régulation particulièrement robuste, portant sur la vérification des montants, doit ainsi être mise en place. Elle pourrait être confiée à une «mission permanente de contrôle des coûts de l électricité nucléaire» instaurée au sein d une structure existante, telle que la CRE, assistée de l ASN, cette dernière devant aussi se constituer une compétence en termes de coûts. L exemple de ce qui est mis en œuvre en Belgique, avec la CREG et l agence fédérale de contrôle nucléaire, est très intéressant de ce point de vue. La maîtrise des coûts et les obligations de performance du parc nucléaire historique Le monopole exclusif d EDF sur la production nucléaire française lui confère une obligation de performance, en matière notamment de taux d utilisation du parc et de coût de production. Si ces deux obligations ne sont pas remplies, le monopole n est pas justifiable. De ce fait il est primordial qu EDF soit incité à maitriser et réduire ses coûts, avec des objectifs de rentabilité et des engagements à respecter comme tous les autres opérateurs électriques ou tout industriel en situation de concurrence, au bénéfice de la communauté, en premier lieu du consommateur final. Une régulation incitative portant sur l ensemble des coûts pris en compte dans le calcul du prix de l ARENH * devrait être mise en place. Une approche du type de celle retenue pour le compte de régulation des charges et produits (CRCP) du TURPE devrait être retenue à minima, avec par exemple un incitation du type bonus/malus, complétée par l introduction dans la formule de calcul de «Key Performance Indicators» (KPI) découlant de benchmarks et faisant référence aux meilleures pratiques mondiales dans le domaine. La définition des objectifs et le pilotage de cette régulation pourrait être confiée à la mission permanente précitée. * Coût du combustible, coûts de personnel, autres coûts d exploitation et de maintenance, affectation des coûts des fonctions centrales, investissements de quelque nature que ce soit, niveau de production, avec par exemple un niveau de production cible. 3

4 Concernant le niveau de production d électricité nucléaire, les récents résultats financiers d EDF montrent, par exemple, qu un arbitrage important entre cette production et celle d origine hydraulique est effectué par l opérateur historique, ce que l UNIDEN ne conteste en aucun cas. Cependant, si le niveau de la production réelle était pris en compte dans le calcul du prix de l ARENH, cet arbitrage aurait un impact majeur sur le calcul du prix de l ARENH au détriment du consommateur final. Un niveau de production-cible, correspondant aux meilleures pratiques mondiales dans ce domaine doit par conséquent être retenu. Ainsi, augmenter le taux d utilisation du parc nucléaire de 78% à 90% représente une hausse de production de 60 TWh/an, soit de l ordre de 2 milliards de valeur créée, équivalents à une baisse de plus de 4 /MWh du coût de la production nucléaire. Les enjeux sont donc considérables. Le coût moyen pondéré du capital (CMPC) Sur la question de la rémunération des capitaux et coûts prévisionnels liés aux charges pesant à long terme, l UNIDEN considère que c est à l Etat plutôt qu à la CRE de décider de la rémunération qu il attend du parc nucléaire historique et que c est donc à lui de fixer le niveau du coût moyen pondéré du capital : Ce taux de rémunération doit être certes représentatif de la nature de l'activité mais il doit également intégrer le fait que de tels montants d investissement devraient se financer avec une dette significative et conduire donc à un CMPC résultant bien inférieur à celui envisagé. C'est un paramètre crucial de la formule de prix et il devrait donc faire l'objet d une décision de l Etat, sur avis - public - d une autorité comptable internationale indépendante de premier rang. A titre d exemple, travailler dans une vision de long terme sur une base du type OAT + x% serait cohérent avec les deux données ci-dessous provenant d EDF : La récente émission d EDF à cent ans à un taux de 6% (sur des courbes de benchmarks Grande-Bretagne et Etats-Unis plus élevées que la courbe de taux européenne), La récente publication de résultats d EDF pour arrêter le taux d actualisation des engagements de long terme (à 4,5%). La rétroactivité Le prix de l ARENH doit réellement rendre compte de la compétitivité du parc nucléaire historique. Par conséquent, sa surévaluation depuis juillet 2011 doit être corrigée. En effet, une partie des coûts pris en compte dans la proposition de méthodologie de calcul du prix de l ARENH a déjà été provisionnée depuis le 1er juillet 2011, notamment si l on compare le prix de 42 /MWh aux calculs de la commission Champsaur en 2011 ( /MWh en moyenne sur ) et à la délibération de la CRE du 11 mai 2011 (fourchette de 36 à 39 /MWh), ce qui doit être pris en compte dans le calcul du prix futur : la provision doit être intégralement déduite du prix à venir. Des conditions spécifiques pour les industriels électro-intensifs Le prix de l ARENH, défini comme une fourniture nucléaire historique et dédiée à des consommations de base, devrait plus particulièrement refléter cette utilisation des centrales nucléaires en base, en particulier pour les consommateurs industriels électro-intensifs qui ont un profil de consommation de base et ne sont pas à l origine des surcoûts de modulation du parc nucléaire (taux d utilisation dégradé, suivi de charge, hausse des coûts de maintenance...). Les industriels électro-intensifs ne devraient donc pas avoir à supporter ces coûts et devraient pouvoir bénéficier d un ARENH spécifique dans lequel les coûts liés à la modulation des centrales nucléaires ne seraient pas pris en compte. 4

5 Le besoin de visibilité sur le prix En outre, les industriels ont un grand besoin de visibilité sur leurs coûts. Ainsi, tel que demandé inlassablement par l UNIDEN (depuis 2003, lors de la commission Champsaur, lors de la consultation sur la loi NOME et lors des premiers décrets d application) une projection pluriannuelle du prix sur une durée de 5 ans est absolument nécessaire. Autres points majeurs à traiter dans la future loi de transition énergétique La question du plafonnement des volumes d ARENH n est pas dans le champ du décret mais il est important que les industriels ne soient pas plafonnés : le plafonnement en volume devrait être supprimé pour les électro-intensifs. Le code de l énergie ouvre la possibilité de faire participer des industriels au financement des investissements de prorogation de la durée de vie des centrales nucléaires, permettant d une part d avoir accès à des droits de tirage de long terme et, d autre part, de réduire le coût du financement et donc du prix de l énergie électrique. L UNIDEN demande que ces deux dispositifs soient mis en œuvre dans la future loi de transition énergétique. L UNIDEN représente les industries consommatrices d énergie présentes en France, pour lesquelles la maîtrise des coûts énergétiques, en particulier l électricité, constitue un facteur essentiel de compétitivité. Les 41 membres de l UNIDEN représentent environ 70% de la consommation énergétique industrielle en France et sont présents dans l agro-alimentaire, l automobile, la chimie, les ciments et chaux, l électronique, les métaux, le papier, le verre 5

Commission de régulation de l énergie

Commission de régulation de l énergie Commission de régulation de l énergie Délibération du 19 juillet 2012 portant avis sur le projet d arrêté relatif aux tarifs réglementés de vente de l électricité NOR : CRER1230117V Participaient à la

Plus en détail

La commercialisation de l électricité

La commercialisation de l électricité N 33 La commercialisation de l électricité Un marché de la fourniture qui bénéficie de la baisse des prix de marché de gros Depuis l ouverture totale des marchés de l électricité en 2007, les tarifs réglementés,

Plus en détail

HOPITECH 2011. Loi NOME, quels sont les nouveaux enjeux?

HOPITECH 2011. Loi NOME, quels sont les nouveaux enjeux? 1 HOPITECH 2011 Loi NOME, quels sont les nouveaux enjeux? 1. Présentation de la Loi NOME 2. La constitution du prix pour un consommateur: - Sensibilité aux prix de marché - Sensibilité à la variation du

Plus en détail

1. Présentation de l UNIDEN et de la problématique des électro-intensifs

1. Présentation de l UNIDEN et de la problématique des électro-intensifs COMMISSION D ENQUETE DU SENAT «SUR LE COUT REEL DE L ELECTRICITE AFIN D EN DETERMINER L IMPUTATION AUX DIFFERENTS AGENTS ECONOMIQUES» 1. Présentation de l UNIDEN et de la problématique des électro-intensifs

Plus en détail

LE MARCHE FRANCAIS ET EUROPEEN DE L ELECTRICITE. Conférence Centrale Energie, 19 Janvier 2011

LE MARCHE FRANCAIS ET EUROPEEN DE L ELECTRICITE. Conférence Centrale Energie, 19 Janvier 2011 LE MARCHE FRANCAIS ET EUROPEEN DE L ELECTRICITE Conférence Centrale Energie, 19 Janvier 2011 SOMMAIRE 01. Les enjeux du marché de électricité 02. L ouverture du marché de l électricité en Europe 03. Le

Plus en détail

ÉLECTRICITÉ La loi Nome place la CRE au cœur du dispositif concurrentiel

ÉLECTRICITÉ La loi Nome place la CRE au cœur du dispositif concurrentiel I ÉLECTRICITÉ La loi Nome place la CRE au cœur du dispositif concurrentiel Source : Commission de Régulation de l Énergie (CRE) 1/2 Nous reproduisons ci-après et dans le numéro suivant le chapitre du rapport

Plus en détail

Fin des tarifs réglementés : quelles perspectives pour les entreprises?

Fin des tarifs réglementés : quelles perspectives pour les entreprises? Fin des tarifs réglementés : quelles perspectives pour les entreprises? mardi, janvier 13, 2015 http://blog-energie.groupeonepoint.com/?p=484 En un tweet... La fin des tarifs réglementés est inéluctable

Plus en détail

Rapport sur les tarifs réglementés de vente d électricité

Rapport sur les tarifs réglementés de vente d électricité Rapport sur les tarifs réglementés de vente d électricité Juillet 2015 Cadre juridique Les analyses du présent rapport s inscrivent dans le cadre des dispositions législatives et réglementaires en vigueur.

Plus en détail

Réglementés d électricité

Réglementés d électricité Fin des Tarifs Réglementés d électricité Bienvenue dans un monde nouveau 7 RepÈres pour vous y retrouver sommaire 1 2 3 4 5 6 7 Quels sont les sites concernés par la fin des tarifs? 1 Q uels sont les sites

Plus en détail

PREMIER TRIMESTRE CHIFFRE D AFFAIRES ET FAITS MARQUANTS

PREMIER TRIMESTRE CHIFFRE D AFFAIRES ET FAITS MARQUANTS 2013 PREMIER TRIMESTRE CHIFFRE D AFFAIRES ET FAITS MARQUANTS 1 Avertissement Cette présentation ne constitue pas une offre de vente de valeurs mobilières aux Etats-Unis ou tout autre pays. Aucune assurance

Plus en détail

Conférence RICS + ADI

Conférence RICS + ADI Conférence RICS + ADI Loi NOME et Immobilier 22/01/2015 Sommaire 1 Le marché de l Electricité 2 3 4 La loi NOME L achat sur le marché libre Les impacts sur l immobilier 5 Annexes Copyright Allianz SE 15-01-22

Plus en détail

Club de l automation. EDF et les démarches d éco-efficacité-énergétique. 31 mars 2011

Club de l automation. EDF et les démarches d éco-efficacité-énergétique. 31 mars 2011 Club de l automation EDF et les démarches d éco-efficacité-énergétique 31 mars 2011 Agenda Présentation synthétique du groupe EDF et l efficacité énergétique Le dispositif CEE Zoom sur Netseenergy 2 -

Plus en détail

PRESENTATION DE MARCHE ALLIZÉ PLASTURGIE

PRESENTATION DE MARCHE ALLIZÉ PLASTURGIE PRESENTATION DE MARCHE ALLIZÉ PLASTURGIE GUILLAUME FREMONT 06 58 26 64 45 AVRIL 2015 Selectra 66, rue Sébastien Mercier 75015 Paris contact@selectra.info 01 71 70 96 16 06 98 81 75 16 : LEADER DE L INFO

Plus en détail

TITRE DE LA PRÉSENTATION

TITRE DE LA PRÉSENTATION PRÉSENTATION FIN DES TARIFS RÉGLEMENTÉS DE VENTE DIRECTION D ÉLECTRICITÉ COMMUNICATION COMMERCE POUR LES SITES AYANT UNE PUISSANCE SOUSCRITE SUPERIEURE A 36 KVA ARTS & METIERS GP ENERGIE 16 MARS 2015 TITRE

Plus en détail

Compétences en énergies. Gazelec en Région Atelier Electricité. Guillaume Benali Team Manager Projets internationaux

Compétences en énergies. Gazelec en Région Atelier Electricité. Guillaume Benali Team Manager Projets internationaux Compétences en énergies Gazelec en Région Atelier Electricité Guillaume Benali Team Manager Projets internationaux Cité Internationale - Centre de Congrès de Lyon, le 18 mars 2014 Ordre du jour 11:00 12:30

Plus en détail

Contribution des industries chimiques

Contribution des industries chimiques Contribution des industries chimiques au débat national sur la transition énergétique Les entreprises de l industrie chimique sont des acteurs clés de la transition énergétique à double titre. D une part,

Plus en détail

Suppression des tarifs réglementés de vente pour les clients non domestiques

Suppression des tarifs réglementés de vente pour les clients non domestiques Suppression des tarifs réglementés de vente pour les clients non domestiques Bordeaux 18 juin 2015 Sommaire 1. Préambule : Rôle des différents acteurs 2. Fin des TRV 3. La sortie des TRV : comment faire?

Plus en détail

L achat d électricité

L achat d électricité Bienvenue 1 L achat d électricité Journée d actualité du 17 avril 2014 Christian PONCELET Chargé de mission auprès de la Direction générale Responsable du groupement Achat Electricité (2004/2013) SIPPEREC

Plus en détail

La perspective de «windfall profits» (profits indus) pour les électriciens allemands

La perspective de «windfall profits» (profits indus) pour les électriciens allemands UNIDEN UNION DES INDUSTRIES UTILISATRICES D'ENERGIE 19.04.04 DIRECTIVE «QUOTAS D EMISSION» : COMMENT EVITER DE DESASTREUSES CONSEQUENCES? La mise en œuvre de la Directive «Quotas d émission», via son impact

Plus en détail

Suppression des tarifs réglementés de vente pour les clients non domestiques

Suppression des tarifs réglementés de vente pour les clients non domestiques Suppression des tarifs réglementés de vente pour les clients non domestiques CCI La Roche sur Yon 16 juin 2015 Sommaire 1. Préambule : Rôle des différents acteurs 2. Fin des TRV 3. La sortie des TRV :

Plus en détail

L'ouverture à la concurrence

L'ouverture à la concurrence [Extrait] CONSOMMATION ET CONCURRENCE RÉGLEMENTATION Services en réseaux L'ouverture à la concurrence Article du bureau Économie des réseaux, de la direction de la Prévision et de l analyse économique.

Plus en détail

Pierre-Marie ABADIE. Directeur de l énergie. CLUB ENERGIE & DEVELOPPEMENT - 6ème colloque

Pierre-Marie ABADIE. Directeur de l énergie. CLUB ENERGIE & DEVELOPPEMENT - 6ème colloque Pierre-Marie ABADIE Directeur de l énergie CLUB ENERGIE & DEVELOPPEMENT - 6ème colloque Paris, 13 janvier 2009 Pierre-Marie ABADIE MEEDDAT/DGEC/Direction de l énergie Introduction En régime de monopole

Plus en détail

LA PERFORMANCE ENERGETIQUE DES ENTREPRISES Enjeux économiques et réglementaires

LA PERFORMANCE ENERGETIQUE DES ENTREPRISES Enjeux économiques et réglementaires LA PERFORMANCE ENERGETIQUE DES ENTREPRISES Enjeux économiques et réglementaires 1 Partie 1 - L énergie : une problématique globale et durable Des enjeux politiques, économiques et réglementaires : De l

Plus en détail

Bilan électrique français ÉDITION 2014

Bilan électrique français ÉDITION 2014 Bilan électrique français ÉDITION 2014 Dossier de presse Sommaire 1. La baisse de la consommation 6 2. Le développement des ENR 8 3. Le recul de la production thermique fossile 9 4. La baisse des émissions

Plus en détail

Participaient à la séance : Olivier CHALLAN BELVAL, Hélène GASSIN, Jean-Pierre SOTURA et Michel THIOLLIERE, commissaires.

Participaient à la séance : Olivier CHALLAN BELVAL, Hélène GASSIN, Jean-Pierre SOTURA et Michel THIOLLIERE, commissaires. Délibération Délibération de la Commission de régulation de l énergie du 25 avril 2013 portant décision sur l évolution automatique de la grille tarifaire de GrDF au 1 er juillet 2013 Participaient à la

Plus en détail

Suppression des tarifs réglementés de vente pour les clients non domestiques. CCI Lorient 02 avril 2015

Suppression des tarifs réglementés de vente pour les clients non domestiques. CCI Lorient 02 avril 2015 Suppression des tarifs réglementés de vente pour les clients non domestiques CCI Lorient 02 avril 2015 Sommaire 1. Calendrier de la fin des TRV et conséquence 2. Les dispositifs d information 3. L offre

Plus en détail

FIN DES TARIFS RÉGLEMENTÉS DE VENTE D ÉLECTRICITÉ. EDF Collectivités vous accompagne

FIN DES TARIFS RÉGLEMENTÉS DE VENTE D ÉLECTRICITÉ. EDF Collectivités vous accompagne FIN DES TARIFS RÉGLEMENTÉS DE VENTE D ÉLECTRICITÉ EDF Collectivités vous accompagne QUE PRÉVOIT LA LOI? Dans le cadre de l ouverture à la concurrence du marché français de l énergie, les conditions d application

Plus en détail

L évolution en niveau des tarifs réglementés s accompagne d évolutions de la structure des tarifs, sur l ensemble des couleurs tarifaires.

L évolution en niveau des tarifs réglementés s accompagne d évolutions de la structure des tarifs, sur l ensemble des couleurs tarifaires. Délibération Délibération de la Commission de régulation de l énergie du 25 juillet 2013 portant avis sur le projet d arrêté relatif aux tarifs réglementés de vente de l électricité Participaient à la

Plus en détail

Les transitions énergétiques en France: quelques éléments pour le débat actuel

Les transitions énergétiques en France: quelques éléments pour le débat actuel Les transitions énergétiques en France: quelques éléments pour le débat actuel Jacques PERCEBOIS Directeur du CREDEN (Art-Dev, UMR CNRS) Professeur à l Université Montpellier I Président de la Commission

Plus en détail

FIN DES TARIFS RÉGLEMENTÉS DE VENTE D ÉLECTRICITÉ SANS VOULOIR VOUS FROISSER

FIN DES TARIFS RÉGLEMENTÉS DE VENTE D ÉLECTRICITÉ SANS VOULOIR VOUS FROISSER FIN DES TARIFS RÉGLEMENTÉS DE VENTE D ÉLECTRICITÉ SANS VOULOIR VOUS FROISSER ÉLECTRICITÉ, J ACHÈTE! L ÉLECTRICITÉ, nécessaire à tous, est présente partout avec ses usages éclairage (dont éclairage public),

Plus en détail

Le coût du nucléaire EPR. Benjamin Dessus Global Chance 14 mai 2013

Le coût du nucléaire EPR. Benjamin Dessus Global Chance 14 mai 2013 Le coût du nucléaire EPR Benjamin Dessus Global Chance 14 mai 2013 Des caractéristiques très particulières Densité de puissance considérable : 5000 MW th dans un faible volume (500 000 logements), La création

Plus en détail

Préparer la fin des tarifs réglementés électricité

Préparer la fin des tarifs réglementés électricité Préparer la fin des tarifs réglementés électricité Les solutions de GDF SUEZ Réunion Allizé plasturgie PACA, 2 Avril 2015 Sommaire GDF SUEZ, producteur d électricité Contexte actuel : la fin des TRV d

Plus en détail

LE PRIX DE L ÉLECTRICITÉ

LE PRIX DE L ÉLECTRICITÉ INC document ÉTUDE Novembre 2010 LE PRIX DE L ÉLECTRICITÉ Cette étude fait le point sur le prix de l électricité. Elle explique les différentes composantes du tarif réglementé et expose les évolutions

Plus en détail

Une approche globale et intégrée

Une approche globale et intégrée COHERENCE ENERGIES Une intervention indépendante au cœur c de la transition énergétique des territoires COHERENCE ENERGIES 42 rue Agache 59840 PERENCHIES Tel. : 03 20 00 38 72 Email : contact@coherence-energies.fr

Plus en détail

Commentaire de la décision n 2010-601 DC du 4 février 2010

Commentaire de la décision n 2010-601 DC du 4 février 2010 Les Cahiers du Conseil constitutionnel Cahier n 28 Commentaire de la décision n 2010-601 DC du 4 février 2010 Loi relative à l entreprise publique La Poste et aux activités postales Le projet de loi relatif

Plus en détail

Introduction... 3 Le marché de l électricité... 4

Introduction... 3 Le marché de l électricité... 4 SOMMAIRE Introduction... 3 Le marché de l électricité... 4 Le marché de détail de l électricité... 4 1. Introduction... 4 2. Les segments de clientèle et leur poids respectif... 5 3. Etat des lieux au

Plus en détail

Participaient à la séance : Philippe de LADOUCETTE, président, Christine CHAUVET, Catherine EDWIGE, Yann PADOVA et Jean-Pierre SOTURA, commissaires.

Participaient à la séance : Philippe de LADOUCETTE, président, Christine CHAUVET, Catherine EDWIGE, Yann PADOVA et Jean-Pierre SOTURA, commissaires. Délibération Délibération de la Commission de régulation de l énergie du 28 mai 2015 portant décision sur l évolution au 1 er août 2015 des tarifs d utilisation d un réseau public d électricité dans le

Plus en détail

DE NOUVEAUX SERVICES POUR LES ENTREPRENEURS

DE NOUVEAUX SERVICES POUR LES ENTREPRENEURS DE NOUVEAUX SERVICES POUR LES ENTREPRENEURS SOMMAIRE EDF ENTREPRISES, AU SERVICE DE LA PERFORMANCE DES ENTREPRENEURS Deux énergies, un interlocuteur unique Pages - Simplifier votre gestion Pages -7 Votre

Plus en détail

Le rôle-clé de l énergie nucléaire pour renforcer la sécurité économique de la France et de l Union européenne

Le rôle-clé de l énergie nucléaire pour renforcer la sécurité économique de la France et de l Union européenne Le rôle-clé de l énergie nucléaire pour renforcer la sécurité économique de la France et de l Union européenne La Société Française d Energie Nucléaire (SFEN) est le carrefour français des connaissances

Plus en détail

Ouverture des marchés de l énergie et facturation de l électricité

Ouverture des marchés de l énergie et facturation de l électricité Ouverture des marchés de l énergie et facturation de l électricité Collectivités : Préparez-vous aux nouvelles conditions d achat de votre électricité MERCREDI 5 NOVEMBRE 2014 - CLERMONT-FERRND 1 Février

Plus en détail

L électricité verte, un produit comme les autres?

L électricité verte, un produit comme les autres? La traçabilité de l électricité verte : enjeux et opportunités du dispositif de certificats verts Jérôme Simon Dirigeant Fondateur Watt Value, France Conférence EFE «Energie solaire photovoltaïque» 24

Plus en détail

Le contenu en CO2 du kwh électrique : Avantages comparés du contenu marginal et du contenu par usages sur la base de l historique.

Le contenu en CO2 du kwh électrique : Avantages comparés du contenu marginal et du contenu par usages sur la base de l historique. Final le 08/10/2007 Le contenu en CO2 du kwh électrique : Avantages comparés du contenu marginal et du contenu par usages sur la base de l historique. - NOTE DETAILLEE - 1- Le contexte Le calcul du contenu

Plus en détail

Statistiques de l Energie Electrique en France. www.rte-france.com

Statistiques de l Energie Electrique en France. www.rte-france.com 2010 Statistiques de l Energie Electrique en France Juin 2011 www.rte-france.com Statistiques de l énergie électrique en France En 2010, la consommation intérieure nationale d électricité a atteint 513,2

Plus en détail

Comment aborder la fin des tarifs réglementés de vente? ÉLECTRICITÉ. Guide pratique à destination des entreprises

Comment aborder la fin des tarifs réglementés de vente? ÉLECTRICITÉ. Guide pratique à destination des entreprises Comment aborder la fin des tarifs réglementés de vente? ÉLECTRICITÉ Guide pratique à destination des entreprises L énergie est notre avenir, économisons-la! Comprendre pour mieux choisir Avec la disparition

Plus en détail

Influence du marché du gaz sur le marché de l électricité suisse

Influence du marché du gaz sur le marché de l électricité suisse Influence du marché du gaz sur le marché de l électricité suisse Document connaissances de base, état: octobre 2013 1. Synthèse Le gaz naturel influence le marché de l électricité uniquement à travers

Plus en détail

Quel avenir pour la filière charbon française?

Quel avenir pour la filière charbon française? Quel avenir pour la filière charbon française? E-CUBE Strategy Consultants est un cabinet de conseil de Direction Générale exclusivement dédié aux enjeux énergétiques et environnementaux. Nous combinons

Plus en détail

1. Cadre en vigueur pour l évolution du tarif péréqué d utilisation des réseaux publics de distribution de gaz naturel de Veolia Eau

1. Cadre en vigueur pour l évolution du tarif péréqué d utilisation des réseaux publics de distribution de gaz naturel de Veolia Eau Délibération Délibération de la Commission de régulation de l énergie du 15 mai 2014 portant décision sur l évolution automatique de la grille tarifaire du tarif péréqué d utilisation des réseaux publics

Plus en détail

TROISIÈME TRIMESTRE CHIFFRE D'AFFAIRES ET FAITS MARQUANTS

TROISIÈME TRIMESTRE CHIFFRE D'AFFAIRES ET FAITS MARQUANTS 2013 TROISIÈME TRIMESTRE CHIFFRE D'AFFAIRES ET FAITS MARQUANTS 1 Avertissement Cette présentation ne constitue pas une offre de vente de valeurs mobilières aux Etats-Unis ou tout autre pays. Aucune assurance

Plus en détail

Production électrique : la place de l énergie éolienne

Production électrique : la place de l énergie éolienne Production électrique : la place de l énergie éolienne I Production électrique : principes de base L énergie électrique n est pas un fluide que l on pourrait «mettre en conserve», l énergie électrique

Plus en détail

«Action 2016» : le plan d actions stratégique d AREVA pour améliorer sa performance

«Action 2016» : le plan d actions stratégique d AREVA pour améliorer sa performance «Action 2016» : le plan d actions stratégique d AREVA pour améliorer sa performance Présentation détaillée du plan «Action 2016» le mardi 13 décembre 2011 Perspectives financières : o Pertes opérationnelles

Plus en détail

La place des énergies renouvelables dans la transition juste - Le rôle des pouvoirs publics

La place des énergies renouvelables dans la transition juste - Le rôle des pouvoirs publics 29 novembre 2013 COLLOQUE La place des énergies renouvelables dans la transition juste - Le rôle des pouvoirs publics Par David CLARINVAL Député fédéral Bourgmestre de Bièvre Le rôle des pouvoirs publics

Plus en détail

Les émissions de gaz carbonique (CO2)

Les émissions de gaz carbonique (CO2) Fiche 21 Les émissions de gaz carbonique (CO2) 1. Quelles émissions pour les différentes énergies fossiles? La quantité de CO2 produit par la combustion d une tep de combustible fossile dépend de sa composition

Plus en détail

La production d hydrogène : un moyen de stockage de l énergie

La production d hydrogène : un moyen de stockage de l énergie La production d hydrogène : un moyen de stockage de l énergie Philippe BOUCLY Conseiller Spécial à GRTgaz CHERBOURG 1 er Vice Président de l AFHYPAC 26 Mars 2014 1 GRTgaz dispose du plus long réseau de

Plus en détail

Efficacité énergétique. Concilier performance économique et environnementale

Efficacité énergétique. Concilier performance économique et environnementale Efficacité énergétique Concilier performance économique et environnementale Points abordés Pourquoi économiser l énergie? Réglementation énergétique : contrainte ou opportunité? Engager une démarche de

Plus en détail

Disparition des tarifs réglementés de vente pour les clients - ayant une puissance souscrite supérieure à 36 kva en électricité ; - non domestiques

Disparition des tarifs réglementés de vente pour les clients - ayant une puissance souscrite supérieure à 36 kva en électricité ; - non domestiques Disparition des tarifs réglementés de vente pour les clients - ayant une puissance souscrite supérieure à 36 kva en électricité ; - non domestiques ayant une consommation supérieure à 30 000 kwh par an

Plus en détail

Énergie, technologie et politique climatique : les perspectives mondiales à l horizon 2030 MESSAGES CLÉS

Énergie, technologie et politique climatique : les perspectives mondiales à l horizon 2030 MESSAGES CLÉS Énergie, technologie et politique climatique : les perspectives mondiales à l horizon 2030 MESSAGES CLÉS Le scénario de référence L'étude WETO (World energy, technology and climate policy outlook) présente

Plus en détail

L introduction de la concurrence dans le système électrique français : Etat de lieux et perspectives

L introduction de la concurrence dans le système électrique français : Etat de lieux et perspectives CONTROLE GENERAL ECONOMIQUE ET FINANCIER Mission placée auprès d EDF 22 30, avenue de Wagram 75382 PARIS CEDEX 08 Télécopie : 01 40 42 75 87 PARIS, LE 30 janvier 2013 NOTE L introduction de la concurrence

Plus en détail

Rapport Bilan d Emission de gaz à effet de serre (BEGES)

Rapport Bilan d Emission de gaz à effet de serre (BEGES) Rapport Bilan d Emission de gaz à effet de serre (BEGES) Exercice 2013-2014 Rapport Bilan d Emission de gaz à effet de serre (BEGES)... 1 Exercice 2013-2014... 1 1. Description de la personne morale concernée...

Plus en détail

Prix et incitations : les impacts sur les consommations d énergie des ménages

Prix et incitations : les impacts sur les consommations d énergie des ménages Prix et incitations : les impacts sur les consommations d énergie des ménages François MOISAN Directeur exécutif de la stratégie et de la recherche Directeur scientifique ADEME Agence de l environnement

Plus en détail

Observatoire des marchés

Observatoire des marchés SOMMAIRE Introduction... 3 Le marché de l électricité... 4 Le marché de détail de l électricité... 4 1. Introduction... 4 2. Les segments de clientèle et leur poids respectif... 5 3. Etat des lieux au

Plus en détail

Impact de la politique énergétique sur la compétitivité des industries françaises

Impact de la politique énergétique sur la compétitivité des industries françaises Impact de la politique énergétique sur la compétitivité des industries françaises Recommandations pour une politique énergétique qui soutienne la compétitivité industrielle Janvier 2013 Basé à Paris et

Plus en détail

L énergie photovoltaïque risque-t-elle vraiment de conduire à une hausse de la facture d électricité des Français?

L énergie photovoltaïque risque-t-elle vraiment de conduire à une hausse de la facture d électricité des Français? L énergie photovoltaïque risque-t-elle vraiment de conduire à une hausse de la facture d électricité des Français? Une grande partie de l argumentation sur laquelle se fonde le rapport de l IGF (mission

Plus en détail

Comparaison des prix des sources d électricité par rapport au nucléaire

Comparaison des prix des sources d électricité par rapport au nucléaire Comparaison des prix des sources d électricité par rapport au nucléaire Xavier Desgain, conseiller politique à Ecolo et chercheur-associé à étopia 22 novembre 2006 5 Page 2 1 Le nucléaire a très largement

Plus en détail

Une approche globale et intégrée

Une approche globale et intégrée eole-direct.com SOBRIÉTÉ ET EFFICACITÉ ÉNERGÉTIQUE o Analyse et amélioration énergétique de bâtiment : audit sur site, méthodes d investigation (infrarouge, campagne de mesure ) o Aide à la conception

Plus en détail

Evolution du système d échange de quotas de CO2

Evolution du système d échange de quotas de CO2 Evolution du système d échange de quotas de CO2 DREAL PACA Service Prévention Risques Unité Risques Chroniques et Sanitaires Un système européen (EU ETS) Elément central de la politique européenne climatique

Plus en détail

L énergie nucléaire au sein du mix énergétique belge

L énergie nucléaire au sein du mix énergétique belge L énergie nucléaire au sein du mix énergétique belge 1. Sécurité d approvisionnement Le taux de dépendance énergétique de la Belgique est plus important que la moyenne européenne. Ainsi en 2011, le taux

Plus en détail

Conférence de presse UFE. Colloque UFE 17 juin 2014

Conférence de presse UFE. Colloque UFE 17 juin 2014 Conférence de presse UFE Colloque UFE 17 juin 2014 Objectif : Réussir la transition énergétique au moindre coût A la veille des analyses du projet de loi de programmation sur la Transition énergétique,

Plus en détail

Assistance à la gestion des contrats de fourniture d électricité et de gaz Dans le contexte défini par la loi NOME Et la loi de la consommation 1 Suppression des TRV d électricité 2 Gestion tarifaire de

Plus en détail

Compte d exploitation de la prévoyance professionnelle 2014. Compte d exploitation de la prévoyance professionnelle 2014

Compte d exploitation de la prévoyance professionnelle 2014. Compte d exploitation de la prévoyance professionnelle 2014 Compte d exploitation de la prévoyance professionnelle Compte d exploitation de la prévoyance professionnelle Allianz Suisse Vie Compte d exploitation 1 Compte d exploitation de la prévoyance professionnelle

Plus en détail

Commission d'enquête sur le coût t réelr de l'électricit l'imputation aux différents agents économiques

Commission d'enquête sur le coût t réelr de l'électricit l'imputation aux différents agents économiques Commission d'enquête sur le coût t réelr de l'électricit lectricité afin d'en déterminer d l'imputation aux différents agents économiques Conférence de presse du 18 juillet 2012 La mise en place de la

Plus en détail

COMPTE RENDU. Atelier-débat avec les clients éligibles. 15 mai 2002 *** INTRODUCTION. par M. Thierry TUOT, Directeur Général

COMPTE RENDU. Atelier-débat avec les clients éligibles. 15 mai 2002 *** INTRODUCTION. par M. Thierry TUOT, Directeur Général Paris, le 5 juin 2002 COMPTE RENDU Atelier-débat avec les clients éligibles 15 mai 2002 *** INTRODUCTION par M. Thierry TUOT, Directeur Général Ce deuxième atelier était destiné à permettre aux clients

Plus en détail

Les messages clés du scénario énergétique développé par le CIRED et le RAC dans le cadre du projet européen ENCI- Lowcarb

Les messages clés du scénario énergétique développé par le CIRED et le RAC dans le cadre du projet européen ENCI- Lowcarb Les messages clés du scénario énergétique développé par le CIRED et le RAC dans le cadre du projet européen ENCI- Lowcarb Contact : Meike Fink - Chargée de mission climat & énergie - meike@rac-f.org -

Plus en détail

Disparition des tarifs réglementés de vente pour les clients non domestiques - ayant une puissance souscrite supérieure à 36 kva en électricité ; -

Disparition des tarifs réglementés de vente pour les clients non domestiques - ayant une puissance souscrite supérieure à 36 kva en électricité ; - Disparition des tarifs réglementés de vente pour les clients non domestiques - ayant une puissance souscrite supérieure à 36 kva en électricité ; - ayant une consommation supérieure à 30 000 kwh par an

Plus en détail

Dossier de presse 18 avril 2013. Le marché de gros du gaz naturel, facteur de compétitivité pour l industrie

Dossier de presse 18 avril 2013. Le marché de gros du gaz naturel, facteur de compétitivité pour l industrie 18 avril 2013 Le marché de gros du gaz naturel, facteur de compétitivité pour l industrie 1 Le marché de gros du gaz naturel, facteur de compétitivité pour l industrie PARTIE I Un marché de gros du gaz

Plus en détail

FIXAGE. Les fonds de pension en Europe : remise en cause des promesses passées

FIXAGE. Les fonds de pension en Europe : remise en cause des promesses passées FIXAGE Les fonds de pension en Europe : remise en cause des promesses passées Intervention de Stéphane BONIN Deauville, le 20 septembre 2012 Journées d étude de l Institut des Actuaires et du SACEI 11,

Plus en détail

PREMIER MINISTRE LE HAUT COMMISSAIRE À LA JEUNESSE ANNEXE 2 : MODELE DE CONVENTION (PLURI)ANNUELLE D OBJECTIFS

PREMIER MINISTRE LE HAUT COMMISSAIRE À LA JEUNESSE ANNEXE 2 : MODELE DE CONVENTION (PLURI)ANNUELLE D OBJECTIFS PREMIER MINISTRE LE HAUT COMMISSAIRE À LA JEUNESSE ANNEXE 2 : MODELE DE CONVENTION (PLURI)ANNUELLE D OBJECTIFS Le modèle de convention annexé à la circulaire du Premier ministre n 5193/SG du 16 janvier

Plus en détail

La nouvelle frontière du marché de taux en euro? Réflexion sur une OAT à 50 ans. Février 2005

La nouvelle frontière du marché de taux en euro? Réflexion sur une OAT à 50 ans. Février 2005 La nouvelle frontière du marché de taux en euro? Réflexion sur une OAT à 50 ans 1. Le besoin d obligations à très long terme 2. L opinion des investisseurs 3. L approche de l AFT 1 1. Le besoin d obligations

Plus en détail

Consultation publique

Consultation publique Consultation publique Paris, le 10 juillet 2014 Consultation publique de la Commission de régulation de l énergie sur la méthodologie d appréciation des coûts d investissement et d exploitation d un moyen

Plus en détail

Les chemins commerciaux de l Electricité

Les chemins commerciaux de l Electricité Les chemins commerciaux de l Electricité L Electricité est Un produit à la fois comme un autre Il fait l objet d une concurrence entre fournisseurs Il nécessite des moyens de productions et des réseaux

Plus en détail

Mon auto-bilan. Sommaire. Rapport de synthèse des consommations énergétiques. Code postal 83300 Code NAF de l établissement 1039B

Mon auto-bilan. Sommaire. Rapport de synthèse des consommations énergétiques. Code postal 83300 Code NAF de l établissement 1039B Mon auto-bilan Rapport de synthèse des consommations énergétiques Entreprise Confitures du Var Code postal 83300 Code NAF de l établissement 1039B Contrats analysés Contrat élec: Jaune Base Contrat Gaz:

Plus en détail

ENJEUX ENERGETIQUES. Le Monde et la France. L énergie dans les territoires

ENJEUX ENERGETIQUES. Le Monde et la France. L énergie dans les territoires ENJEUX ENERGETIQUES Le Monde et la France L énergie dans les territoires * Bernard LAPONCHE (Données statistiques : Enerdata) 1 Monde : Consommation d énergie primaire (2008 : 12,2 milliards de tep) Energies

Plus en détail

FIXAGE. Le risque de taux en assurance-vie : Modélisation stochastique et fair value

FIXAGE. Le risque de taux en assurance-vie : Modélisation stochastique et fair value FIXAGE Le risque de taux en assurance-vie : Modélisation stochastique et fair value Petit-déjeuner du 9 janvier 2003 animé par Michel PIERMAY et Arnaud COHEN FIXAGE 11, avenue Myron Herrick 75008 Paris

Plus en détail

Le gaz et ses réseaux vecteurs de la transition énergétique

Le gaz et ses réseaux vecteurs de la transition énergétique Le gaz et ses réseaux vecteurs de la transition énergétique 1 Le gaz et les réseaux gaziers : des solutions pour => Réduire les émissions de CO 2 liées à la production électrique et thermique -30 %par

Plus en détail

Choix d un fournisseur d électricité et de gaz pour les clients résidentiels wallons

Choix d un fournisseur d électricité et de gaz pour les clients résidentiels wallons Commission wallonne pour l Energie Choix d un fournisseur d électricité et de gaz pour les clients résidentiels wallons Chastre, le 13 mars 2007 1. Ouverture du marché 3. Electricité verte Olivier SQUILBIN

Plus en détail

Association locale Que Choisir de RENNES 8 place du Colombier 35000 RENNES 18 mai 2010

Association locale Que Choisir de RENNES 8 place du Colombier 35000 RENNES 18 mai 2010 Electrisons le Bonus-malus Conférence de presse Association locale Que Choisir de RENNES 8 place du Colombier 35000 RENNES 18 mai 2010 1 La consommation des équipements électriques explose Budget annuel

Plus en détail

Points de repère n 4 8ème session du Forum économique et financier franco-vietnamien. Assistance Technique France. 17-18 novembre 2009 à Ha Long

Points de repère n 4 8ème session du Forum économique et financier franco-vietnamien. Assistance Technique France. 17-18 novembre 2009 à Ha Long Points de repère n 4 8ème session du Forum économique et financier franco-vietnamien Assistance Technique France public experts in economics & finan La politique vietnamienne de l énergie dans une stratégie

Plus en détail

RAPPORT DE LA DIRECTRICE GÉNÉRALE SUR LA SITUATION DE LA CAISSE D ASSURANCE-MALADIE. Résumé

RAPPORT DE LA DIRECTRICE GÉNÉRALE SUR LA SITUATION DE LA CAISSE D ASSURANCE-MALADIE. Résumé Conseil exécutif Cent quatre-vingt-sixième session 186 EX/26 Rev. PARIS, le 3 mai 2011 Original anglais Point 26 de l'ordre du jour provisoire RAPPORT DE LA DIRECTRICE GÉNÉRALE SUR LA SITUATION DE LA CAISSE

Plus en détail

TRELISSAC 9 Mars 2015

TRELISSAC 9 Mars 2015 RÉUNION DES ELUS La Fin des Tarifs Réglementés de Vente L'accès des élus au Système d'information Géographique du SDE 24 Les bornes de recharge pour véhicules électriques TRELISSAC 9 Mars 2015 Groupement

Plus en détail

LA TRANSITION ÉNERGÉTIQUE DE LA WALLONIE

LA TRANSITION ÉNERGÉTIQUE DE LA WALLONIE Février 2014 LA TRANSITION ÉNERGÉTIQUE DE LA WALLONIE DANS LE CADRE DE LA JUSTE TRANSITION Lydie Gaudier Cette note n a pas l ambition d être exhaustive car le sujet est trop vaste pour être synthétisé

Plus en détail

Bilan d'émissions de gaz à effet de serre de GAMBRO en France

Bilan d'émissions de gaz à effet de serre de GAMBRO en France GAMBRO Industries ZI de 7, Avenue Lionel Terray 69 883 Cedex Bilan de gaz à effet de serre de GAMBRO en France Installations Classées pour la Protection de l'environnement Bilan Année 2011 (année de référence)

Plus en détail

LES NOUVELLES CONTRAINTES POUR LE MIX ELECTRIQUE EN FRANCE. Jacques PERCEBOIS Directeur du CREDEN Professeur à l Université de Montpellier I

LES NOUVELLES CONTRAINTES POUR LE MIX ELECTRIQUE EN FRANCE. Jacques PERCEBOIS Directeur du CREDEN Professeur à l Université de Montpellier I LES NOUVELLES CONTRAINTES POUR LE MIX ELECTRIQUE EN FRANCE Jacques PERCEBOIS Directeur du CREDEN Professeur à l Université de Montpellier I Ecole Polytechnique/ Coriolis 19 novembre 2012 SOMMAIRE 1) Prolonger

Plus en détail

Les points abordés. 1 Du monopole à la concurrence. 2 Le nouveau paysage énergétique. 3 L achat d électricité et de gaz par la collectivité

Les points abordés. 1 Du monopole à la concurrence. 2 Le nouveau paysage énergétique. 3 L achat d électricité et de gaz par la collectivité Bienvenue Les points abordés 1 Du monopole à la concurrence 2 Le nouveau paysage énergétique 3 L achat d électricité et de gaz par la collectivité 2 Du monopole à la concurrence : acte I A l origine, l

Plus en détail

RENOVATION ENERGETIQUE

RENOVATION ENERGETIQUE RENOVATION ENERGETIQUE DES BATIMENTS DU TERTIAIRE : IL FAUT AGIR! Par le pôle Ecologie de Terra Nova Le 25 octobre 2013 La rénovation énergétique des bâtiments est une condition sine qua non de la réussite

Plus en détail

Commentant le niveau d activité du groupe sur l année 2012, Luc Oursel, Président du Directoire d AREVA, a déclaré :

Commentant le niveau d activité du groupe sur l année 2012, Luc Oursel, Président du Directoire d AREVA, a déclaré : Au 31 décembre 2012 : Croissance du chiffre d affaires à 9 342 M (+ 5,3 % vs. 2011), tirée par les activités nucléaires et renouvelables Carnet de commandes renouvelé sur l année 2012 à 45,4 Mds grâce

Plus en détail

Le gaz de schiste «pertubateur» du marché de l électricité? Jacques PERCEBOIS Directeur du CREDEN Professeur à l Université de Montpellier I

Le gaz de schiste «pertubateur» du marché de l électricité? Jacques PERCEBOIS Directeur du CREDEN Professeur à l Université de Montpellier I Le gaz de schiste «pertubateur» du marché de l électricité? Jacques PERCEBOIS Directeur du CREDEN Professeur à l Université de Montpellier I CLUB DE NICE 5/12/2012 Le gaz naturel dans l Union Européenne

Plus en détail

Association Dossier de demande de subvention 2015

Association Dossier de demande de subvention 2015 Association Dossier de demande de subvention 2015 A adresser au plus tard le 30 DECEMBRE 2014 à : Monsieur le Président du Conseil Général Hôtel du Département 1 rue du Pont Moreau CS 11096 57036 METZ

Plus en détail

ÉVALUATION ÉCONOMIQUE DES VÉHICULES À FAIBLE ÉMISSION DE CO2

ÉVALUATION ÉCONOMIQUE DES VÉHICULES À FAIBLE ÉMISSION DE CO2 ÉVALUATION ÉCONOMIQUE DES VÉHICULES À FAIBLE ÉMISSION DE CO2 Mars 2013 1 ÉVALUATION ÉCONOMIQUE DES VÉHICULES À FAIBLE ÉMISSION DE CO2 Remerciements Analyse technologique : Nikolas Hill, expert en technologies

Plus en détail

Le marché du solaire. en France et dans le monde

Le marché du solaire. en France et dans le monde N 3-12 juin 2007 Stratégie & études Le marché du solaire photovoltaïque en France et dans le monde État des lieux, rentabilité financière des systèmes et perspectives de développement de la filière. Cet

Plus en détail

COMPRENDRE LE CONTENU GAZ À EFFET DE SERRE DE L ÉLECTRICITÉ.

COMPRENDRE LE CONTENU GAZ À EFFET DE SERRE DE L ÉLECTRICITÉ. COMPRENDRE LE CONTENU GAZ À EFFET DE SERRE DE L ÉLECTRICITÉ. LE CO 2 AU CŒUR DE L ENVIRONNEMENT EDF est très impliqué dans la réduction des émissions de gaz à effet de serre. EDF s engage à une communication

Plus en détail

Lancement d ESTER (Electricité Solaire des Territoires) L électricité solaire compétitive

Lancement d ESTER (Electricité Solaire des Territoires) L électricité solaire compétitive Lancement d ESTER (Electricité Solaire des Territoires) L électricité solaire compétitive Communiqué de presse le 30 novembre 2011 Comment fournir au consommateur une électricité propre, de proximité et

Plus en détail