LES TOXINES PROTEIQUES BACTERIENNES. Deux types de toxines bactériennes. Classification des toxines protéiques bactériennes

Save this PDF as:
 WORD  PNG  TXT  JPG

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "LES TOXINES PROTEIQUES BACTERIENNES. Deux types de toxines bactériennes. Classification des toxines protéiques bactériennes"

Transcription

1 LES TXINES PRTEIQUES BACTERIENNES Deux types de toxines bactériennes Romain Volmer ENVT 1) le LPS = endotoxine constituant de la membrane externe des bactéries Gram nature lipopolysaccharidique libéré pendant la croissance et les divisions bactériennes produit en grande quantité lors de la dégradation des bactéries 2) les toxines protéiques synthétisées par les bactéries Gram + et Gram - protéines de haut poids moléculaire habituellement sécrétées par les bactéries vivantes ou lors de la lyse Émile Roux Gaston Ramon Classification des toxines protéiques bactériennes Classification en fonction de : bactérie productrice de la toxine toxine diphtérique (Corynebacterium diphteriae), toxine tétanique (Clostridium tetani) type de cellule cible de la toxine action sur une variété é de type cellulaire l : cytotoxine action plus spécifique : neurotoxine, leucotoxine, hépatotoxine, entérotoxine type d activité de la toxine adénylate cyclase ( production d AMPc) de Bordetella pertussis lécithinase de Clostridium perfringens Biographies très succinctes : Emile Roux : Gaston Ramon : mécanisme d action de la toxine = classification que nous allons décrire Mécanismes d action des toxines toxines de type I : pas internalisées, agissent en se fixant sur des protéines membranaires. toxines de type II : destruction des membranes cellulaires Toxines de type I Exemple des superantigènes Structure tridimensionnelle de l association entre le superantigène SpeA1 et le TCR et le CMH II TCR toxines de type III ou toxines A-B : elles comportent deux parties A et B B = liaison à un récepteur cellulaire spécifique et internalisation A = partie enzymatique qui agit sur des protéines intracellulaires Exotoxine A de Streptococcus pyogenes (SpeA1) = superantigène SpeA1 toxines injectées : injectées directement dans les cellules eucaryotes par l appareil de sécrétion de type III des bactéries CMH II Papageorgiou et al., EMB Journal

2 Toxines de type II = toxines détruisant les membranes cellulaires Toxines de type II : activité phospholipase Fonctions : C - CH 2 C - CH C - CH 2 C - CH échappement à la réponse immunitaire H 3- + toxine H 3P 4 2 C P R H 2 C H + phospholipase RH diffusion des bactéries source de nutriments pôle hydrophile toxine liaisons hydrophobes phospholipase pôle hydrophile membrane stable membrane instable lyse cellulaire Toxines de type II : formation d un pore Toxines de type II : formation d un pore Exemple de l alpha-hémolysine de Staphylococcus aureus milieu extracellulaire : osmolarité faible toxine formant un pore ions Toxine Facteur de virulence important de S. aureus : gène chromosomique présent dans la plupart des souches de S. aureus spectre très large milieu intracellulaire : osmolarité élevée H 2 gonflement de la cellule et lyse Pouvoir pathogène in vivo : létale à dose faible (µg) dermonécrotique neurotoxique Toxines de type II : formation d un pore Exemple de l alpha-hémolysine de Staphylococcus aureus Alpha-hémolysine de Staphylococcus aureus Heptamère : structure tridimensionnelle Mécanisme d action : excrété sous forme de monomère liaison aux membranes cellulaires formation d un dun heptamère pore membranaire Engelmann, Science

3 Toxines de type III = toxines binaires ou toxines A-B Toxines en deux parties : A + B B = liaison à un récepteur cellulaire spécifique et capacité d internalisation cellulaire A = partie enzymatique qui agit sur des protéines intracellulaires Nombreuses associations possibles entre A et B Toxines de type III : mécanismes d action Trois étapes : 1. Excrétion : A et B sont excrétées ensemble ou peuvent s associer dans le milieu extracellulaire 2. Liaison cellulaire : B se fixe sur un récepteur A B S ou ou 3. Internalisation : accès de A au cytoplasme Liaison covalente ou non-covalente entre A et B Toxines de type III : toxine binaire A-B Exemple des toxines de Bacillus anthracis Toxines de type III : toxine binaire A-B Exemple des toxines de Bacillus anthracis Deux parties A enzymatiques : LF (facteur létal) : protéase qui clive des protéines importantes pour la signalisation cellulaire EF (facteur oedématogène) : adénylcyclase qui produit de l AMPc et provoque un déséquilibre hydrique Une partie B : PA (antigène protecteur) : indispensable pour la reconnaissance des récepteurs cellulaires et l internalisation de LF et EF Ces trois protéines sont codées par des gènes portés par le plasmide px1 Excrétion : LF et EF ne sont pas excrétés en même temps que PA Liaison cellulaire : Fixation de PA à son récepteur active une enzyme clivage d une partie de PA formation d un heptamère de PA fixation de LF et EF PA + LF PA + EF Toxines de type III : toxine binaire A-B Internalisation : Exemple des toxines de Bacillus anthracis Toxines injectées Injection de protéines bactériennes directement dans les cellules eucaryotes grâce à l appareil de sécrétion de type III. Appareil de sécrétion de type III : «seringue» bactérienne Abrami et al., Trends in Microbiology 2005 J.E. Galán, A. Collmer, Science 21 May

4 Comparaison endotoxine et toxines protéiques Comparaison endotoxine et toxines protéiques Endotoxines Toxines protéiques Endotoxines Toxines protéiques Composant de la paroi des bactéries Gram -, libéré lors de la lyse des bactéries et également lors de la croissance des bactéries Nature lipopolysaccharidique Composant toxique : le lipide A Produites par les bactéries bactéries Gram + et Gram vivantes ou lors de la lyse Nature protéique, habituellement poids moléculaire élevé Composant de la paroi des bactéries Gram -, libéré lors de la lyse des bactéries et également lors de la croissance des bactéries Nature lipopolysaccharidique Composant toxique : le lipide A Produites par les bactéries bactéries Gram + et Gram vivantes ou lors de la lyse Nature protéique, habituellement poids moléculaire élevé Thermostable Détruit par la chaleur Formation d anatoxines par l action dénaturante de la chaleur et du formol Thermostable Détruit par la chaleur Formation d anatoxines par l action dénaturante de la chaleur et du formol Puissant pyrogène (induit l interleukine 1) cf. soluté apyrogène = «sans LPS» Non pyrogène Puissant pyrogène (induit l interleukine 1) cf. soluté apyrogène = «sans LPS» Non pyrogène Activité toxique généralisée et non spécifique Puissant toxique, pourvu habituellement d une activité spécifique Activité toxique généralisée et non spécifique Puissant toxique, pourvu habituellement d une activité spécifique Lipide A faiblement antigénique Pas d anticorps neutralisants Fort pouvoir antigénique (cf. anatoxines) Induction d anticorps neutralisants Lipide A faiblement antigénique Pas d anticorps neutralisants Fort pouvoir antigénique (cf. anatoxines) Induction d anticorps neutralisants Toxines protéiques = Puissant toxique, pourvu habituellement d une activité spécifique Toxines puissantes : poisons biologiques les plus puissants Les neurotoxines botuliques et tétaniques Activité spécifique : Activité enzymatique de type protéase très spécifique Botulisme Toxines produites par les bactéries du genre Clostridium Clostridium botulinum produit 7 neurotoxines : 8 toxines botuliques (A-F) Botulisme Clostridium tetani produit 1 neurotoxine : 1 toxine tétanique Tétanos Étiologie : Contamination alimentaire Intoxination : maladie due à l ingestion de toxines botuliques produites par Clostridium botulinum Toxi-infection infection : ingestion de spores de Clostridium botulinum Toxines ou spores dans les cadavres d animaux qui sont consommés volontairement ou accidentellement (fourrages) par les animaux 4

5 Botulisme Tétanos Prof. W. Klee Tierärztliche Fakultät München Films disponibles : Contamination d une plaie par des spores de Clostridium tetani En condition anaérobie, multiplication de Clostridium tetani Prof. W. Klee Tierärztliche Fakultät München n Film disponible : pten/videos/v8-8-1.mpg Tétanos Botulisme et tétanos Deux affections neurologiques «opposées» : Botulisme : paralysie flasque Tétanos : paralysie spastique Et pourtant les toxines botuliques et la toxine tétanique sont très proches Dr C. Villemonte (ENVT) Mécanisme d action Les sept toxines botuliques (A à G) et la toxine tétanique ont une structure très proche : Activité enzymatique de la partie enzymatique L activité protéase très spécifique : cible + sites de clivage clivage de protéines indispensables pour le recyclage des vésicules synaptiques L H H N H C N C S S = toxines binaires : partie L : métalloprotéase dépendant du Zn 2+ partie H : H C liaison aux cellules cibles et endocytose H N translocation de L dans le cytoplasme Lacy et al., J. Mol. Biol synaptobrévine syntaxine SNAP-25 BLCAGE DE LA LIBERATIN DE NEURTRANSMETTEURS Humeau et al., Biochimie

6 La toxine botulique B et la toxine tétanique ont exactement la même cible : synaptobrévine. Elles clivent cette protéine au niveau du même résidu. Mœlle épinière Fibre musculaire Substance grise Racine dorsale Ganglion dorsal Synapse neuromusculaire Pourquoi : botulisme paralysie flasque & tétanos paralysie spastique? Racine ventrale Neurone moteur Neurone inhibiteur tétanos paralysie spastique blocage de la libération du neurotransmetteur au niveau du neurone inhibiteur central Muscle botulisme paralysie flasque blocage de la libération d acétylcholine au niveau de la jonction neuromusculaire Neurone inhibiteur Passage transynatique Applications thérapeutiques des toxines botuliques Toxine tétanique : activité au niveau de la synapse inhibitrice centrale Transport rétrograde de la toxine tétanique Toxine tétanique Vésicules synaptiques Neurone moteur Synapse neuromusculaire Toxine botulique : activité au niveau de la synapse neuromusculaire Injection (< mol) de toxine botulique : efficacité de quelques mois environ pour la toxine A traitements des contractures et douleurs musculaires blépharospasme, p strabisme traitements des atteintes du système nerveux : nerf VII, dysfonctionnement appareil urinaire transpiration axillaire excessive cosmétique 6

Chapitre n 8 : le pouvoir pathogène des bactéries

Chapitre n 8 : le pouvoir pathogène des bactéries Chapitre n 8 : le pouvoir pathogène des bactéries De nombreuses espèces microbiennes vivent sur la peau et sur les muqueuses (bouche, fosses nasales, appareil digestif, vagin ) sans exercer pour autant

Plus en détail

Relations Hôte-Micro-organismes et Virulence

Relations Hôte-Micro-organismes et Virulence Relations Hôte-Micro-organismes et Virulence Pr. B. Jaulhac Laboratoire de Bactériologie Faculté de Médecine GENERALITES L'Homme vit dans un environnement peuplé de très nombreux micro-organismes : bactéries,

Plus en détail

ANATOMIE FONCTIONNELLE DES BACTERIES. Pr.. N. MARTY Laboratoire Bactériologie CHU Rangueil

ANATOMIE FONCTIONNELLE DES BACTERIES. Pr.. N. MARTY Laboratoire Bactériologie CHU Rangueil ANATOMIE FONCTIONNELLE DES BACTERIES Pr.. N. MARTY Laboratoire Bactériologie riologie-hygiène CHU Rangueil Bactérie = cellule vivante procaryote synthèses ses cellulaires croissance et multiplication intra

Plus en détail

Thème 3-B Neurone et fibre musculaire : la communication nerveuse Chapitre 1 : Le réflexe myotatique, un exemple de commande réflexe du muscle

Thème 3-B Neurone et fibre musculaire : la communication nerveuse Chapitre 1 : Le réflexe myotatique, un exemple de commande réflexe du muscle Thème 3-B Neurone et fibre musculaire : la communication nerveuse Chapitre 1 : Le réflexe myotatique, un exemple de commande réflexe du muscle La posture, ou position de notre corps dans l espace, est

Plus en détail

constituant de la membrane externe des bactéries Gram

constituant de la membrane externe des bactéries Gram Deux types de toxines bactériennes 1) le LPS = endotoxine constituant de la membrane externe des bactéries Gram nature lipopolysaccharidique libéré pendant la croissance et les divisions bactériennes produit

Plus en détail

INTERACTIONS ENTRE L HOMME ET LES MICROORGANISMES

INTERACTIONS ENTRE L HOMME ET LES MICROORGANISMES INTERACTIONS ENTRE L HOMME ET LES MICROORGANISMES I/La flore microbienne. Les microbes peuvent aider le vivant comme être capables de le détériorer, l homme comporte 10 13 cellules et 10 14 bactéries et

Plus en détail

CHAP 1: CIBLES DES MEDICAMENTS

CHAP 1: CIBLES DES MEDICAMENTS CHAP 1: CIBLES DES MEDICAMENTS GÉNÉRALITÉS Le Code de la Santé Publique française définit le médicament comme «une substance ou composition présentée comme possédant des propriétés curatives ou préventives

Plus en détail

Etude d un réflexe à point de départ cutanée Objectifs spécifiques

Etude d un réflexe à point de départ cutanée Objectifs spécifiques Etude d un réflexe à point de départ cutanée Objectifs spécifiques Identification des éléments mis en jeu dans l acte réflexe Définir les potentiels de repos et d action Préciser l origine ionique de ces

Plus en détail

Structure de la bactérie

Structure de la bactérie Structure de la bactérie 1 Le cytoplasme Hydrogel colloïdal ADN chromosomique (1) et plasmidique 1 Le cytoplasme ARN ribosomal 10 000 à 20 000 ribosomes/bactérie 63 % ARNr 37% protéines Synthèse des

Plus en détail

La transmission de l influx nerveux

La transmission de l influx nerveux La transmission de l influx nerveux 1 1. Découverte de l activité éléctrique des neurones 2 Luigi Galvani (1737 / 1798) Montre qu un courant électrique appliqué à un nerf provoque la contraction des muscles

Plus en détail

Chapitre n 2 : La structure bactérienne

Chapitre n 2 : La structure bactérienne Chapitre n 2 : La structure bactérienne 1. Les éléments constants et facultatifs Une cellule bactérienne est composée d éléments constants, présents chez quasiment toutes les bactéries, et d éléments facultatifs,

Plus en détail

Jour nº1. Sujet 1.1. Mode d action comparé des hormones hydrosolubles et des neurotransmetteurs. Sujet 1.2. Le cycle de développement des Filicophytes

Jour nº1. Sujet 1.1. Mode d action comparé des hormones hydrosolubles et des neurotransmetteurs. Sujet 1.2. Le cycle de développement des Filicophytes Jour nº1 Sujet 1.1 Mode d action comparé des hormones hydrosolubles et des neurotransmetteurs Sujet 1.2 Le cycle de développement des Filicophytes Jour nº1 21 Sujet 1.1 2011 - Énoncé Mode d action comparé

Plus en détail

Chapitre 1 Qu est-ce qu un médicament?

Chapitre 1 Qu est-ce qu un médicament? Chapitre 1 Qu est-ce qu un médicament? Si vous voulez expliquer de façon précise l action de chaque poison, il faut alors se demander ce qui n est pas un poison? Toute substance est un poison et aucune

Plus en détail

II/ Exemple de cellules différenciées : les cellules nerveuses 1) Structure du tissu nerveux

II/ Exemple de cellules différenciées : les cellules nerveuses 1) Structure du tissu nerveux II/ Exemple de cellules différenciées : les cellules nerveuses 1) Structure du tissu nerveux Neurones et cellules gliales 2) neurone Schéma d un motoneurone Les nombreux prolongements cytoplasmiques (dendrites

Plus en détail

Chapitre I La réaction inflammatoire, une manifestation de l immunité innée. - I - Approche globale des réactions immunitaires

Chapitre I La réaction inflammatoire, une manifestation de l immunité innée. - I - Approche globale des réactions immunitaires Chapitre I La réaction inflammatoire, une manifestation de l immunité innée - I - Approche globale des réactions immunitaires Mécanismes de défense de l organisme en réponse à la pénétration de microorganismes

Plus en détail

BC4223 Mécanismes moléculaires SIGNALISATION 4.4 TRANSDUCTION PAR LES SYSTEMES PIP 2

BC4223 Mécanismes moléculaires SIGNALISATION 4.4 TRANSDUCTION PAR LES SYSTEMES PIP 2 Mise à jour: 28 03 07 BC4223 Mécanismes moléculaires SIGNALISATION 44 TRANSDUCTION PAR LES SYSTEMES PIP 2 Résumé du mécanisme Hormones impliquées Récepteur Protéine G Phospholipase C Protéine kinase C

Plus en détail

Biologie cellulaire TD 1 à 6

Biologie cellulaire TD 1 à 6 Université Joseph Fourier. Licence 1 e année Année 2008-2009 UE BIO 110 - Examen Terminal de première session janvier 2009 Biologie cellulaire TD 1 à 6 1. Les propriétés des molécules du vivant. Indiquez

Plus en détail

Réponses aux pathogènes, immunité anti-infectieuse

Réponses aux pathogènes, immunité anti-infectieuse Réponses aux pathogènes, immunité anti-infectieuse Ghislaine Sterkers et Marie-Anne Gougerot-Pocidalo I-Introduction... 2 II-Systèmes immunitaires impliqués dans la défense anti-infectieuse... 3 II-1.Immunité

Plus en détail

Structure des génomes bactériens / systèmes de mutagénèse / génomique comparative

Structure des génomes bactériens / systèmes de mutagénèse / génomique comparative Master 1 Bactério 10/01/09 8h30-10h30 RT : Stéphanie Ripert-Bernusset RL: Benjamin de Sainte Marie Structure des génomes bactériens / systèmes de mutagénèse / génomique comparative PLAN DU COURS : I- GENOME

Plus en détail

Pharmacie galénique. 4 ème année pharmacie. Chapitre 5 : Les vaccins. Page 1 sur 12

Pharmacie galénique. 4 ème année pharmacie. Chapitre 5 : Les vaccins. Page 1 sur 12 Pharmacie galénique 4 ème année pharmacie Chapitre 5 : Les vaccins Page 1 sur 12 Sommaire 1. Définition... 3 2. Classification des vaccins... 3 2.1. Vaccins bactériens... 3 2.2. Les anatoxines bactériennes...

Plus en détail

Module 1 Biologie cellulaire

Module 1 Biologie cellulaire Module 1 Biologie cellulaire Chapitre 3: Cycle cellulaire et mort des cellules eucaryotes II. Régulation du cycle cellulaire II. Régulation du cycle cellulaire 1. Acteurs 2. Moments d intervention et action

Plus en détail

Chapitre 7 : IMMUNOLOGIE

Chapitre 7 : IMMUNOLOGIE Chapitre 7 : IMMUNOLOGIE (*) Introduction Définition : SYSTEME IMMUNITAIRE (SI) : C est un ensemble d organes, de cellules et de tissus dont la fonction est la défense du corps humain, c est à dire le

Plus en détail

CHAPITRE 9 COMMUNICATION NERVEUSE. Le système nerveux forme dans l organisme un réseau de communication qui permet à la fois :

CHAPITRE 9 COMMUNICATION NERVEUSE. Le système nerveux forme dans l organisme un réseau de communication qui permet à la fois : CHAPITRE 9 COMMUNICATION NERVEUSE Le système nerveux forme dans l organisme un réseau de communication qui permet à la fois : De recueillir des informations en provenance de l environnement et des structures

Plus en détail

Synapses non obligatoires :

Synapses non obligatoires : Synapses non obligatoires : Un seul PA arrivant en zone présynaptique ne peut déclencher un PA en zone post- synaptique - Un PA génère un potentiel post synaptique excitateur (PPSE) dure 15 msec; Si un

Plus en détail

LE VIEILLISSEMENT CELLULAIRE. LE VIEILLISSEMENT DES ORGANES ET FONCTIONS.

LE VIEILLISSEMENT CELLULAIRE. LE VIEILLISSEMENT DES ORGANES ET FONCTIONS. LE VIEILLISSEMENT CELLULAIRE. LE VIEILLISSEMENT DES ORGANES ET FONCTIONS. Philippe CAILLET Département de Médecine Interne et Gériatrie. Hôpital Albert Chenevier Créteil Le vieillissement.! Détérioration

Plus en détail

CHAPITRE 1 : LE SIDA UNE MALADIE QUI TOUCHE LE SYSTEME IMMUNITAIRE

CHAPITRE 1 : LE SIDA UNE MALADIE QUI TOUCHE LE SYSTEME IMMUNITAIRE INTRODUCTION Les défenses immunitaires sont capables d identifier et d éliminer les cellules et molécules étrangères à l organisme ou celles qui le sont devenues comme les cellules cancéreuses. Les macrophages

Plus en détail

Mort cellulaire. Il existe plusieurs formes de mort cellulaire : nécrose, apoptose, autophagie, nécroapoptose,

Mort cellulaire. Il existe plusieurs formes de mort cellulaire : nécrose, apoptose, autophagie, nécroapoptose, Mort cellulaire Quelques généralités Il existe plusieurs formes de mort cellulaire : nécrose, apoptose, autophagie, nécroapoptose, Rôles physiologiques variés : morphogenèse, élaboration du système immunitaire,

Plus en détail

Les endotoxines chez la vache Un risque sous-estimé?

Les endotoxines chez la vache Un risque sous-estimé? Les endotoxines chez la vache Un risque sous-estimé? Simone Schaumberger DVM Chef Produit, Gestion du Risque Mycotoxines Nicole Reisinger Dr. vet. med. Chef Projet, Endotoxines Les endotoxines chez la

Plus en détail

TRANSFERT DE PETITES MOLECULES AU TRAVERS DE

TRANSFERT DE PETITES MOLECULES AU TRAVERS DE TRANSFERT DE PETITES MOLECULES AU TRAVERS DE LA MEMBRANE. La cellule Eucaryote a besoin d'eau, de sels minéraux et de macromolécules pour vivre (production d'énergie et source de matières premiaires.).

Plus en détail

INFECTIONS ET MICRO ORGANISMES. Docteur Jacqueline GRANDO Unité d'hygiène et d'epidémiologie Hôpital Neuro-Cardiologique - LYON

INFECTIONS ET MICRO ORGANISMES. Docteur Jacqueline GRANDO Unité d'hygiène et d'epidémiologie Hôpital Neuro-Cardiologique - LYON INFECTIONS ET MICRO ORGANISMES Docteur Jacqueline GRANDO Unité d'hygiène et d'epidémiologie Hôpital Neuro-Cardiologique - LYON Quelques généralités Infections et agents infectieux Infection = agression

Plus en détail

TRAFIC VÉSICULAIRE INTRA-CELLULAIRE

TRAFIC VÉSICULAIRE INTRA-CELLULAIRE TRAFIC VÉSICULAIRE INTRA-CELLULAIRE Rôle de la voie endo/exo-cytaire (eucaryote) Modification des molécules qui seront sécrétées vers l'extérieur Connections (indirecte) de la membrane plasmique au réticulum

Plus en détail

Le système endocrine : définitions-généralités

Le système endocrine : définitions-généralités Chapitre 01 : Introduction aux médicaments du système endocrine Page 1 sur 12 Le système endocrine : définitions-généralités Endocrinologie: Science de la régulation à distance des fonctions cellulaires

Plus en détail

EPREUVE ECRITE de BIOLOGIE

EPREUVE ECRITE de BIOLOGIE Banque Agro Veto. Session 2008 Rapport sur le concours B ENV EPREUVE ECRITE de BIOLOGIE Concours Nombre de Moyenne Ecart-type Note la plus Note la plus candidats basse haute B ENV 339 8,9 3,5 1,0 19,0

Plus en détail

Les effets de l alcool sur l embryon et le fœtus

Les effets de l alcool sur l embryon et le fœtus Les effets de l alcool sur l embryon et le fœtus I/ L alcool, ennemi du fœtus p2 II/ Les dommages causés par l alcool sur l embryon et le fœtus III/ L atteinte du système nerveux IV/ Les structures cérébrales

Plus en détail

L immunité innée: de la Clinique à la Science Fondamentale

L immunité innée: de la Clinique à la Science Fondamentale L immunité innée: de la Clinique à la Science Fondamentale RALANDISON Stéphane Association des Praticiens en Rhumatologie à Madagascar Soirée Rhumato, 28 février 2013 Introduction Habitudes pratiques:

Plus en détail

Voies de signalisation empruntées par les bactéries pathogènes pour envahir leur cellule hôte.

Voies de signalisation empruntées par les bactéries pathogènes pour envahir leur cellule hôte. Voies de signalisation empruntées par les bactéries pathogènes pour envahir leur cellule hôte. Le but étant de prendre connaissance des événements qui peuvent surgir dans une cellule au cours d une infection

Plus en détail

SCIENCES DE LA VIE ET DE LA TERRE

SCIENCES DE LA VIE ET DE LA TERRE BACCALAURÉAT GÉNÉRAL SESSION 2013 SCIENCES DE LA VIE ET DE LA TERRE Série S Durée de l'épreuve : 3h30 Coefficient : 6 ENSEIGNEMENT OBLIGATOIRE L'usage de la calculatrice n'est pas autorisé. Dès que le

Plus en détail

REGULATION DE LA GLYCEMIE

REGULATION DE LA GLYCEMIE REGULATION DE LA GLYCEMIE Approvisionnement continu en glucose cellules activité métabolique normale. Constance remarquable de la glycémie : 4-6 mmol/l (0,7-1,1 g/l) Régulation étroite. Exemple : SNC Besoins

Plus en détail

Classification des vaccins mode de préparation

Classification des vaccins mode de préparation COCHIN SAINT-VINCENT DE PAUL Classification des vaccins mode de préparation Odile Launay Centre d Investigation Clinique de vaccinologie Cochin-Pasteur DIU Physiopathologie et Thérapeutiques en maladies

Plus en détail

Copie-type Ceci n est pas une correction seulement un exemple de réponse. Partie I Le magmatisme en zone de subduction

Copie-type Ceci n est pas une correction seulement un exemple de réponse. Partie I Le magmatisme en zone de subduction Copie-type Ceci n est pas une correction seulement un exemple de réponse. Partie I Le magmatisme en zone de subduction Introduction : Les zones de subduction, domaine de convergence où la lithosphère océanique

Plus en détail

Vie et survie des parasites intracellulaires Enzymes et Métabolisme Le codage de l'information sensorielle Le coeur humain L'homéostasie glucidique

Vie et survie des parasites intracellulaires Enzymes et Métabolisme Le codage de l'information sensorielle Le coeur humain L'homéostasie glucidique BIOLOGIE ET PHYSIOLOGIE CELLULAIRES, BIOLOGIE MOLECULAIRE, LEUR INTEGRATION AU NIVEAU DES ORGANISMES OPTION A SESSION 2005 Leçons portant sur le programme de spécialité A Etudes expérimentales des fermentations

Plus en détail

LES HABITUDES ALIMENTAIRES DES 50-60 ANS : 1968-1998

LES HABITUDES ALIMENTAIRES DES 50-60 ANS : 1968-1998 TRIBUNE LES HABITUDES ALIMENTAIRES DES 50-60 ANS : 1968-1998 En 1998, une enquête* a été menée auprès de 1000 jeunes seniors français pour connaître leurs habitudes alimentaires. Les résultats ont été

Plus en détail

Chap IV La paroi 17/09/2008. La paroi bactérienne

Chap IV La paroi 17/09/2008. La paroi bactérienne Chap IV La paroi La paroi bactérienne Introduction Deux types de bactéries (G+ et G-) survivent dans l environnement malgré une forte pression osmotique interne ; elles sont généralement impliquées dans

Plus en détail

D evoir de contrôle n 3

D evoir de contrôle n 3 Lycées G aafour 2 Professeur: M E SSA O U D I M ohsen D evoir de contrôle n 3 25/04/201 2014 4 èm e èm e Sc.E xp E preuve : sciences de la vie et de la terre D urée : 2 H Coefficient : 4 Partie I (12 points)

Plus en détail

SYNAPSE ET TRANSMISSION SYNAPTIQUE TRANSMISSION SYNAPTIQUE ET SYNAPSE

SYNAPSE ET TRANSMISSION SYNAPTIQUE TRANSMISSION SYNAPTIQUE ET SYNAPSE SYNAPSE ET TRANSMISSION SYNAPTIQUE TRANSMISSION SYNAPTIQUE ET SYNAPSE Définition de la synapse: Zone de jonction entre - deux neurones - un neurone et un autre type de cellule Rôle des synapses: Assurer

Plus en détail

LE MOUVEMENT ( mécanisme ) A. Le muscle

LE MOUVEMENT ( mécanisme ) A. Le muscle LE MOUVEMENT ( mécanisme ) A. Le muscle 1. Définition : C est l organe effecteur du mouvement. a. fonction Il a 2 fonctions essentielles : - Production de force : énergie chimique transformée en énergie

Plus en détail

TABLE DES MATIERES PARTIE A BIOLOGIE MOLECULAIRE 3. LESIONS ET REPARATIONS DE L ADN 41 AVANT-PROPOS 1. LES ACIDES NUCLEIQUES 3

TABLE DES MATIERES PARTIE A BIOLOGIE MOLECULAIRE 3. LESIONS ET REPARATIONS DE L ADN 41 AVANT-PROPOS 1. LES ACIDES NUCLEIQUES 3 TABLE DES MATIERES AVANT-PROPOS XI PARTIE A BIOLOGIE MOLECULAIRE 1. LES ACIDES NUCLEIQUES 3 1.1 STRUCTURE DE LA CHAINE POLYNUCLEOTIDIQUE 4 Les bases 4 Les pentoses 5 Nucléosides et nucléotides 5 La chaîne

Plus en détail

Des pancréas artificiels à la régulation artificielle du métabolisme des hydrates de carbone

Des pancréas artificiels à la régulation artificielle du métabolisme des hydrates de carbone Des pancréas artificiels à la régulation artificielle du métabolisme des hydrates de carbone Le traitement du diabète NID doit prendre en compte la spécificité de cette maladie: il ne suffit pas de restaurer

Plus en détail

Première partie: Restitution + Compréhension (08 points)

Première partie: Restitution + Compréhension (08 points) Lycée M hamdia Année scolaire : 2011/2012 Prof : Saïd Mounir Date : 17/05/2012 Première partie: Restitution + Compréhension (08 points) EXERCIE N O 1: (4 points) : 1 : a-b 2 : b 3 : a-b 4 : d 5 : d 6 :

Plus en détail

Professeur François BERGER

Professeur François BERGER UE2 : Biologie cellulaire Chapitre 1 : L apoptose ou mort cellulaire programmée Professeur François BERGER Année universitaire 2010/2011 Université Joseph Fourier de Grenoble - Tous droits réservés. Plan

Plus en détail

RÉGULATION de la GLYCÉMIE

RÉGULATION de la GLYCÉMIE Physiologie Moléculaire Cours06 02/04/08 FEUGEAS RÉGULATION de la GLYCÉMIE I. VALEURS USUELLES ET REGULATION PHYSIOLOGIQUE : A. Valeurs et variations usuelles : glycémie à jeun (sans apport alimentaire

Plus en détail

Approfondissement des connaissances en biologie moléculaire

Approfondissement des connaissances en biologie moléculaire Approfondissement des connaissances en biologie moléculaire nicolas.glaichenhaus@unice.fr Master IADE Année 2013-2014 Plan du cours Rappels de biologie moléculaire et de biologie cellulaire Les molécules

Plus en détail

www.ma-prepa-concours.com Corrigé Biologie Berck 2009

www.ma-prepa-concours.com Corrigé Biologie Berck 2009 Première partie : QCM sur 12,5 points 1. e 2. d e f 3. a b f 4. c d f 5. a c d e 6. e 7. a c e 8. b f 9. a c d e 10. e 11. a c e 12. a e 13. b c d 14. b 15. d 16. f 17. e 18. a b c f 19. c d 20. b d f

Plus en détail

Partie 2 Premier exercice (3points) Thème 3B Neurone et fibre musculaire : la communication nerveuse

Partie 2 Premier exercice (3points) Thème 3B Neurone et fibre musculaire : la communication nerveuse Partie 2 Premier exercice (3points) Thème 3B Neurone et fibre musculaire : la communication nerveuse On s intéresse au reflexe myotatique qui nous renseigne sur l intégrité du système neuromusculaire.

Plus en détail

Les métaux lourds, un facteur de déclenchement de la SEP?

Les métaux lourds, un facteur de déclenchement de la SEP? Symposium organisé par l association Compostelle ça marche 2 et 3 novembre 2013 Les métaux lourds, un facteur de déclenchement de la SEP? Réflexion sur les métaux lourds, et soins homéopathiques et phytothérapeutiques

Plus en détail

Trisomie 21 et vieillissement Analyse des conséquences au niveau transcriptionnel et traductionnel de la surexpression des gènes SOD-1 et APP

Trisomie 21 et vieillissement Analyse des conséquences au niveau transcriptionnel et traductionnel de la surexpression des gènes SOD-1 et APP Trisomie 21 et vieillissement Analyse des conséquences au niveau transcriptionnel et traductionnel de la surexpression des gènes SOD-1 et APP INTRODUCTION La trisomie 21 Description clinique Trisomie 21

Plus en détail

Le cycle de division cellulaire. D après SVT 1èreS Collection A. Duco Eds : Belin

Le cycle de division cellulaire. D après SVT 1èreS Collection A. Duco Eds : Belin Le cycle de division cellulaire D après SVT 1èreS Collection A. Duco Eds : Belin I. Les phases du cycle cellulaire 1. L interphase Phase G1, Phase S, Phase G2 2. La mitose ou phase M Prophase, Prométaphase,

Plus en détail

Spasticité. La spasticité se définit comme une augmentation du tonus musculaire qui se traduit pas une raideur musculaire persistante,

Spasticité. La spasticité se définit comme une augmentation du tonus musculaire qui se traduit pas une raideur musculaire persistante, Spasticité Dr Nathalie Charbonnier, journaliste, Paris Spasticité et SEP La spasticité, un symptôme fréquent dans la SEP La spasticité se définit comme une augmentation du tonus musculaire qui se traduit

Plus en détail

Les bases de la transduction du signal des lymphocytes T

Les bases de la transduction du signal des lymphocytes T Frédéric VELY frederic.vely@ap-hm.fr MCU-PH Laboratoire d Immunologie - Hôpital de la Conception Lab of NK cells and Innate Immunity - Centre d Immunologie de Marseille-Luminy Les bases de la transduction

Plus en détail

Chapitre 3 LA MEMBRANE PLASMIQUE NEURONALE

Chapitre 3 LA MEMBRANE PLASMIQUE NEURONALE Chapitre 3 LA MEMBRANE PLASMIQUE NEURONALE I - GENERALITES La membrane cytoplasmique délimite le contour de toutes les cellules; elle contribue ainsi à définir la morphologie spécifique de chacune d entre

Plus en détail

Les Antibiotiques Mode d action Mécanismes de Résistance Les principales familles!"-lactamines Glycopeptides Aminosides Macrolides Quinolones

Les Antibiotiques Mode d action Mécanismes de Résistance Les principales familles!-lactamines Glycopeptides Aminosides Macrolides Quinolones Les Antibiotiques Mode d action Mécanismes de Résistance Les principales familles!"-lactamines Glycopeptides Aminosides Macrolides Quinolones Mars 2009 M. Archambaud Laboratoire Bactériologie-Hygiène CHU

Plus en détail

L analyse des dangers Une étape clef de la méthode HACCP

L analyse des dangers Une étape clef de la méthode HACCP L analyse des dangers Une étape clef de la méthode HACCP Quelques rappels de base Analyse des dangers : - Caractéristiques - Méthodologie Conclusion Un exemple : Procédé «Terrine de viande» 2 Quelques

Plus en détail

Progression CBSV (2h30/semaine : une classe de 15 élèves)

Progression CBSV (2h30/semaine : une classe de 15 élèves) Progression CBSV (2h30/semaine : une classe de 15 élèves) dates Connaissances Capacités 1.1 Les organismes vivants présentent une unité et une diversité 7/9 L observation des organismes vivants témoigne

Plus en détail

Prodrogues : Nature, Intérêts, Limites

Prodrogues : Nature, Intérêts, Limites Prodrogues : Nature, Intérêts, Limites Introduction I- Prodrogues systémiques II- Prodrogues vectorisées Conclusion Introduction Définition : Tout composé à usage thérapeutique qui doit subir une biotransformation,

Plus en détail

Méthodologie d analyse des dangers microbiologiques : cas concret sur des terrines de viande G. POUMEYROL AFSSA LERQAP

Méthodologie d analyse des dangers microbiologiques : cas concret sur des terrines de viande G. POUMEYROL AFSSA LERQAP Méthodologie d analyse des dangers microbiologiques : cas concret sur des terrines de viande G. POUMEYROL AFSSA LERQAP Importance de l analyse des dangers Connaissance de l évolution des dangers au cours

Plus en détail

www.ured-douala.com BI 125

www.ured-douala.com BI 125 II.1.2 Les Protéines membranaires 1 Répartition des protéines membranaires Alors que la bicouche lipidique détermine la structure de base des membranes biologiques, les protéines sont responsables de la

Plus en détail

Jonctions Intercellulaires et Adhérence. Jonctions Intercellulaires et Adhérence. Organismes multicellulaires. Organismes multicellulaires

Jonctions Intercellulaires et Adhérence. Jonctions Intercellulaires et Adhérence. Organismes multicellulaires. Organismes multicellulaires Jonctions Intercellulaires et Adhérence Licence de Biologie Cellulaire (L2) Module Biologie Moléculaire de la Cellule II Arnauld Sergé Organismes multicellulaires L émergence des organismes multicellulaires

Plus en détail

La différenciation cellulaire

La différenciation cellulaire La différenciation cellulaire Définitions Différenciation cellulaire : Processus par lequel une cellule peu ou pas différenciée acquiert les caractéristiques d un type cellulaire sur le plan morphologique

Plus en détail

34 -... Les molécules cytoplasmiques ayant un poids moléculaire de plus de 60 kda pénètrent dans le noyau uniquement par transport actif.

34 -... Les molécules cytoplasmiques ayant un poids moléculaire de plus de 60 kda pénètrent dans le noyau uniquement par transport actif. 32 -... Pour pouvoir pénétrer dans le noyau, les protéines nucléaires possèdent toutes au sein de leur séquence le même signal de localisation nucléaire. 33 -... Dans son état inactif, la sous-unité a

Plus en détail

UE2.1 Biologie Fondamentale

UE2.1 Biologie Fondamentale Institut de Formation en soins infirmiers Université de Bordeaux UE2.1 Biologie Fondamentale Juillet 2013 Durée de l épreuve : 45 minutes Recommandations Le sujet comporte 8 pages (page de garde comprise)

Plus en détail

Architecture bactérienne

Architecture bactérienne UE : De l'agent infectieux à l'hôte Bactériologie Date : 11/02/2011 Plage horaire : 14-16h Promo : PCEM2 Enseignant : F.Mégraud Ronéistes : POUSSOT Benjamin STEMPFER Gautier Architecture bactérienne I.

Plus en détail

Professeur François BERGER

Professeur François BERGER UE2 : Biologie cellulaire Chapitre 2 : Le cycle cellulaire Professeur François BERGER Année universitaire 2011/2012 Université Joseph Fourier de Grenoble - Tous droits réservés. Coordonnée: Activité de

Plus en détail

TYROSINES KINASES ET CANCER

TYROSINES KINASES ET CANCER I/ GÉNÉRALITÉ SUR SIGNALISATION CELLULAIRE TYROSINES KINASES ET CANCER Les cellules fonctionnent en harmonie via des transferts d information, c est la signalisation. Le signal passe directement dans la

Plus en détail

FLASH SCLÉROSE EN PLAQUES SFN - NEUROSCIENCE 2015

FLASH SCLÉROSE EN PLAQUES SFN - NEUROSCIENCE 2015 FLASH SCLÉROSE EN PLAQUES SFN - NEUROSCIENCE 2015 CHICAGO, USA - 17 AU 21 OCTOBRE par Dr Richard Macrez, Université de Caen & Hôpital de Caen CONGRES NEUROSCIENCES 2015 - CHICAGO, USA Du 17 au 21 Octobre

Plus en détail

NEUROBIOLOGIE CELLULAIRE

NEUROBIOLOGIE CELLULAIRE NEUROBIOLOGIE CELLULAIRE I- Structures nécessaires à la naissance du signal et à sa propagation C est un système d amplification qui permet un passage rapide des ions lors du PA (PA de l ordre de la ms).

Plus en détail

Neurophysiologie. Dr P Sauleau. I. Somesthésie et nociception. II. Système nerveux périphérique. III. Réflexes médullaires

Neurophysiologie. Dr P Sauleau. I. Somesthésie et nociception. II. Système nerveux périphérique. III. Réflexes médullaires Neurophysiologie Dr P Sauleau I. Somesthésie et nociception II. Système nerveux périphérique III. Réflexes médullaires IV. Cortex moteur et voies motrices V. Noyaux gris centraux et cervelet VI. Audition

Plus en détail

Mort cellulaire. Lara Chalabreysse

Mort cellulaire. Lara Chalabreysse Mort cellulaire Lara Chalabreysse 1 1/ Apoptose 2 Définition Forme de mort cellulaire Eliminer les cellules indésirables Étapes coordonnées programmées Gènes dédiés à cette tache Implications Développement

Plus en détail

Portail de la biologie de la reproduction

Portail de la biologie de la reproduction Portail de la biologie de la reproduction www.bio-courses.jimdo.com Auteurs : Yasmina ANTEUR Licence : Module : Biologie du développement Les mécanismes de différenciation cellulaire I. Introduction -

Plus en détail

Comment une cellule en G0 peut rentrer en G1

Comment une cellule en G0 peut rentrer en G1 Comment une cellule en G0 peut rentrer en G1 Les cellules-filles, dès la sortie de mitose, peuvent entrer en phase G0, stade de non division ou de «quiescence». La plupart des cellules dans un organisme

Plus en détail

BACCALAURÉAT TECHNOLOGIQUE

BACCALAURÉAT TECHNOLOGIQUE BACCALAURÉAT TECHNOLOGIQUE Série : Sciences et Technologies de Laboratoire Spécialité : Biochimie Génie biologique SESSION 2012 Épreuve de Biochimie - Biologie Durée : 4 heures Coefficient : 6 L usage

Plus en détail

Enterobacteriaceae. Escherichia coli. E. coli : observation des bactéries. Classification des Enterobacteriaceae

Enterobacteriaceae. Escherichia coli. E. coli : observation des bactéries. Classification des Enterobacteriaceae Enterobacteriaceae Classification des Enterobacteriaceae Enterobacteriaceae > 28 genres Romain Volmer ENVT 07/01/2009 http://www.uni-heidelbe erg.de r.volmer@envt.fr Escherichia souches avec pouvoirs pathogènes

Plus en détail

Chapitre 2: Les mécanismes de

Chapitre 2: Les mécanismes de Chapitre 2: Les mécanismes de l immunité I-Les anticorps: agents du maintien de l intégrité du milieu extracellulaire 1- La réaction antigène- anticorps et l élimination du complexe immun Les anticorps:

Plus en détail

thème 1 : POLE ORGANISME HUMAIN ET SON AUTONOMIE Structure et ultra structure

thème 1 : POLE ORGANISME HUMAIN ET SON AUTONOMIE Structure et ultra structure thème 1 : POLE ORGANISME HUMAIN ET SON AUTONOMIE Structure et ultra structure Chapitre n : La cellule animale L étude des cellules est la cytologie. Définition : Une cellule est l unité fonctionnelle de

Plus en détail

EPREUVE ECRITE D'ADMISSIBILITE

EPREUVE ECRITE D'ADMISSIBILITE CAPET BIOTECHNOLOGIES option biochimie - génie biologique concours interne Session 2004 EPREUVE ECRITE D'ADMISSIBILITE ETUDE SCIENTIFIQUE ET TECHNOLOGIQUE Durée : 6 heures Calculatrice interdite Aucun

Plus en détail

La découverte de médicaments en biotechnologie. Recherche ou innovation?

La découverte de médicaments en biotechnologie. Recherche ou innovation? La découverte de médicaments en biotechnologie La découverte de médicaments en biotechnologie Initiation du projet Quel type de médicament? Processus complet Quelques exemples 2 1 février 2007 Initiation

Plus en détail

LE SYSTEME ENDOMEMBRANAIRE (S.E.) Réticulum endoplasmique, Appareil de Golgi, Endosomes, Lysosomes

LE SYSTEME ENDOMEMBRANAIRE (S.E.) Réticulum endoplasmique, Appareil de Golgi, Endosomes, Lysosomes LE SYSTEME ENDOMEMBRANAIRE (S.E.) Réticulum endoplasmique, Appareil de Golgi, Endosomes, Lysosomes L. NICOD - UFR SMP Université de Franche-Comté -Système endomembranaire- PACES 2012-13 / S1 : UE2 Plan

Plus en détail

WALLON David, HANNEQUIN Didier. Réseau Alzheimer 31/01/2008

WALLON David, HANNEQUIN Didier. Réseau Alzheimer 31/01/2008 WALLON David, HANNEQUIN Didier Réseau Alzheimer 31/01/2008 Actuellement : thérapeutiques symptomatiques Intérêts à développer des thérapies étiologiques Eviter le développement de la maladie Enrayer son

Plus en détail

Immunologie de la grossesse

Immunologie de la grossesse Immunologie de la grossesse LI UE8S : Unité fœtoplacentaire Dr ANDRÉ Gwenaëlle 1 Introduction Immunité Ensemble des mécanismes permettant Reconnaître et tolérer «le soi» Reconnaître et rejeter «le non

Plus en détail

Partiel de Microbiologie L2

Partiel de Microbiologie L2 Partiel de Microbiologie L2 mai 2013 Exercice 1. Comparer la composition chimique, la structure, et la fonction des pili et des flagelles chez les bactéries (2 pts) Structure Composition chimique Structure

Plus en détail

leur solubilité dans des solutions salines leur forme leur fonction biologique leur mobilité électrophorétique ou leur coefficient de sédimentation

leur solubilité dans des solutions salines leur forme leur fonction biologique leur mobilité électrophorétique ou leur coefficient de sédimentation Les protéines peuvent être classées sur la base de: leur solubilité dans des solutions salines leur forme leur fonction biologique leur mobilité électrophorétique ou leur coefficient de sédimentation leur

Plus en détail

Chapitre 6 : Tissu nerveux. Professeur Daniel SEIGNEURIN Docteur Jean BOUTONNAT

Chapitre 6 : Tissu nerveux. Professeur Daniel SEIGNEURIN Docteur Jean BOUTONNAT UE2 : Histologie Etude des tissus Chapitre 6 : Tissu nerveux Professeur Daniel SEIGNEURIN Docteur Jean BOUTONNAT Année universitaire 2011/2012 Université Joseph Fourier de Grenoble - Tous droits réservés.

Plus en détail

SOMMAIRE. Unité1 : Science de l environnement (Ecologie)... 2 Unité2 : La reproduction chez les plantes.. 3

SOMMAIRE. Unité1 : Science de l environnement (Ecologie)... 2 Unité2 : La reproduction chez les plantes.. 3 SOMMAIRE Tronc commun scientifique Unité1 : Science de l environnement (Ecologie)....... 2 Unité2 : La reproduction chez les plantes.. 3 Tronc Commun des Lettres et Sciences humaines Unité1 : L eau : Source

Plus en détail

LES VITAMINES DÉFINITIONS ET CLASSIFICATION DES VITAMINES DÉFINITIONS ET CLASSIFICATION DES VITAMINES ATTENTES DU VOLET «VITAMINES» (2.

LES VITAMINES DÉFINITIONS ET CLASSIFICATION DES VITAMINES DÉFINITIONS ET CLASSIFICATION DES VITAMINES ATTENTES DU VOLET «VITAMINES» (2. LES VITAMINES Unité 2 - volet 4 ATTENTES DU VOLET «VITAMINES» (2.4) Différencier les vitamines lipo-solubles et les vitamines hydro-solubres et expliquer comment leur solubrité affecte leur absorption,

Plus en détail

La cellule, unité de vie

La cellule, unité de vie Chapitre 13 luminastock Fotolia.com La cellule, unité de vie Savoirs à à acquérir Savoirs à acquérir Organisation de base des cellules animales : savoir reconnaître sur un schéma fourni l organisation

Plus en détail

Travaux dirigés BIO24c Dominique Schneider Séance 4.

Travaux dirigés BIO24c Dominique Schneider Séance 4. Travaux dirigés BIO24c Dominique Schneider Séance 4. L opéron lytsr de Staphylococcus aureus code un système de régulation à deux composants qui affecte l activité peptidoglycane hydrolase et l autolyse.

Plus en détail

Clostridium difficile. Actualités diagnostiques et épidémiologiques

Clostridium difficile. Actualités diagnostiques et épidémiologiques 34èmes Journées Régionales de Formation en Hygiène Hospitalière Lyon Bron - 25 & 26 mai 2011 Clostridium difficile Actualités diagnostiques et épidémiologiques Pr Hélène Marchandin Laboratoire de Bactériologie,

Plus en détail

Le système du Complément

Le système du Complément Le système du Complément Marie-Agnès Dragon-Durey, Jean Yves Cesbron, Alain Chevailler, Christian Drouet, Béatrice Uring-Lambert I-Introduction... 2 II-Les voies d activation du Complément... 2 II-1.La

Plus en détail

Institut Supérieur d Ostéopathie de Lille

Institut Supérieur d Ostéopathie de Lille N de Table : ISO2 PATHOLOGIES INFECTIEUSES & NOTIONS D INFECTIOLOGIE 1 ère Session M. MABON 18/06/2013 (Durée : 2h) Partie 1 : QCM (10 questions) sur 20 points Chaque question peut avoir une à 5 réponses

Plus en détail

NEURONE ET FIBRE MUSCULAIRE : LA COMMUNICATION NERVEUSE

NEURONE ET FIBRE MUSCULAIRE : LA COMMUNICATION NERVEUSE Thème 6 1ère PARTIE : Mobilisation des connaissances (8 points). NEURONE ET FIBRE MUSCULAIRE : LA COMMUNICATION NERVEUSE Lors d une visite médicale permettant d établir un certificat d aptitude à la pratique

Plus en détail

Psychologie du vieillissement cognitif

Psychologie du vieillissement cognitif Psychologie du vieillissement cognitif Licence II psychologie UPMF Julien OCHS Cours 6 Julien.ochs@upmf-grenoble.fr Erratum : Gène sur chr 21 code pour le précurseur de la prot beta amyloïde (APP : amyloid

Plus en détail