Relations Hôte-Micro-organismes et Virulence

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Relations Hôte-Micro-organismes et Virulence"

Transcription

1 Relations Hôte-Micro-organismes et Virulence Pr. B. Jaulhac Laboratoire de Bactériologie Faculté de Médecine GENERALITES L'Homme vit dans un environnement peuplé de très nombreux micro-organismes : bactéries, virus, champignons L'Homme (= cellules) héberge : bactéries (surtout dans le tube digestif) 1

2 RELATIONS FONCTIONNELLES BACTERIES - HOMME 1. Absence de croissance 2. Commensalité ou saprophytisme : -> pas d'effet bénéfique ou nocif pour l'hôte 3. Symbiose : -> effet bénéfique pour les deux parties 4. Parasitisme : -> préjudice pour l'hôte pathogénicité POURQUOI UNE BACTERIE EST-ELLE PATHOGENE? Facteurs propres à la bactérie Facteurs de virulence Facteurs propres à l hôte Moyens de défense de l hôte Des bactéries habituellement saprophytes peuvent devenir pathogènes chez des sujets immunodéprimés = Exemple Staph à coag neg Des bactéries considérées comme habituellement "pathogènes" peuvent exister chez des sujets sains = porteurs sains exemple : N. meningitidis 2

3 Relations entre bactéries et cellules : Bactéries «parasites» extra-cellulaires EXEMPLES Staphylococcus Streptococcus Vibrio cholerae Bordetella pertussis Bactéries «parasites» intra-cellulaires facultatifs EXEMPLES Mycobacterium tuberculosis Legionella pneumophila Listeria monocytogenes Brucella melitensis 3

4 Bactéries «parasites» intra-cellulaires obligatoires EXEMPLES Chlamydia trachomatis Rickettsia conorii Anaplasma phagocytophilum Coxiella burnetii Facteurs d adhésion PROTEINES DE SURFACE : Portées par des pili Exemple : pili des E. coli uropathogènes Non portées par des pili Exemples : protéines «d opacité» de N. gonorrhoeae, Osp de Borrelia 4

5 Facteurs d adhésion ROLES DES PROTEINES DE SURFACE : Maintien et multiplication bactérienne à la surface des cellules d un organe-cible Résister au balayage des muqueuses par les sécrétions Etape préalable à une éventuelle pénétration intracellulaire Substances agressives TOXINES : -> Protéiques (ou exotoxines) -> Lipopolysaccharidiques (LPS ou endotoxine) ENZYMES : PRODUITS DU METABOLISME BACTERIEN : ->amines, du ph, etc. 5

6 Actions des toxines Soit directe = agressive -> par destruction cellulaire Soit indirecte -> en stimulant de façon inadéquate le système immunitaire ou d autres cellules de l hôte (manipulation du fonctionnement cellulaire) Soit directe et indirecte 1. Toxines protéiques (exotoxines) Protéines à activité biologique délétère pour l organisme ou les cellules Sécrétion active vers l extérieur des bactéries (= exotoxines) Parfois externalisation seulement à l occasion de la lyse bactérienne (toxines de Clostridium) Modes d action très divers 6

7 1 er Mode d action : Destruction membranaire Effet : destruction de la membrane cellulaire et/ou (faible dose) stimulation inadéquate des cellules Exemples : leucocidine de Staphylococcus aureus, cytolysines de Clostridium spp. 2 e M.A. : ADP-ribosylation de molécules de la machinerie cellulaire NAD + -> acide nicotinique + ADP-ribose et L ADP-ribose est transféré sur une molécule-cible dépendant de la toxine impliquée Effet : inactivation ou activation permanente de la molécule-cible, i.e. de molécules de la machinerie cellulaire : protéines Ras, Rab impliquées dans le trafficking cellulaire ou de facteurs d élongation de la synthèse protéique Exemple : toxines cholérique, diphtérique, pertussique, toxines C2 et C3 de C. botulinum 7

8 Toxine ADP-ribosylante Cible Effet - Toxine diphtérique - Exotoxine A de P. aeruginosa - Toxine cholérique - Toxine LT (E. coli) - Toxine pertussique EF-2 Protéines G Inhibition de la synthèse protéique Découplage entre G-protéines et récepteurs membranaires associés - Toxine C2 de C. botulinum Actine Inhibition de polymérisation de l actine 3 e M.A. : Enzymes protéolytiques spécifiques de cible Effet : destruction sélective de certaines molécules Exemple : toxines tétanique, botulinique, exfoliatine de Staph aureus, métalloprotéases de Vibrio cholerae ou de Bacteroides fragilis 8

9 4 e M.A. : Superantigènes Effet : stimulation polyclonale simultanée d un pourcentage important de lymphocytes T avec libération exagérée de cytokines -> choc toxique : ->Toxine du syndrome de choc toxique de Staphylococcus aureus, -> entérotoxines des Staphylococcus aureus -> exotoxines pyrogènes de Streptococcus pyogenes 9

10 2. Endotoxine bactérienne Endotoxines : activité biologique liée structuralement à la membrane externe des bactéries à Gram négatif. L activité biologique est associée au lipopolysaccharide constitutif de cette membrane externe : toxicité due au composé lipidique (lipide A) immunogénicité (antigène O) est associée au composé polysaccharidique. -> Responsable d activité inflammatoire : active le complément par la voie alterne. -> Participe ainsi à la pathogénicité des infections à bactéries à Gram négatif. 10

11 Fonction de la membrane externe des bactéries à Gram négatif Barrière de perméabilité aux grosses molécules (> 700 Da) (exemple : les sels biliaires) et aux composés hydrophobes de l environnement Empêche la destruction des bactéries par des composés sériques du complément et par les cellules phagocytaires Rôle dans l adhérence aux cellules épithéliales, dans la résistance à la phagocytose (colonies smooth/rough) et dans les variations antigéniques 11

12 La majeure partie de l endotoxine reste associée à la paroi bactérienne jusqu à la destruction de la bactérie (autolyse, ou lyse externe due au complément, au lysozyme ou à la phagocytose) Activité biologique moins spécifique et souvent moins puissante que celle des exotoxines protéiques Virulence associée au Lipide A Lors d une infection, le LPS libéré par les bactéries à Gram négatif se lie d abord à des protéines plasmatiques : -> les «LPS-binding proteins» Ce complexe interagit avec le récepteur CD14 des monocytes et macrophages et d autres récepteurs des cellules endothéliales 12

13 Virulence clinique associée au lipide A In vivo, l injection d endotoxine ou de lipide A se traduit par : fièvre leucopénie coagulation intravasculaire disséminée (CIVD) hypotension, choc, voire décès La rapidité du décès du sujet infecté dépend : de la dose d endotoxine injectée de la voie d administration de l espèce animale Virulence moléculaire associée au Lipide A L interaction avec les monocytes et macrophages est responsable de : production de cytokines (IL-1, IL-6, IL-8 TNF, PAF), d où production de prostaglandines et de leucotriènes activation des macrophages avec accroissement de la phagocytose et de la cytotoxicité, libération d enzymes lysosomiales, d IL-1 (fièvre), de TNF alpha, d autres cytokines activation du complément (C3a, C5a) activation de la coagulation (facteur XII) activation de la fibrinolyse et des kinines le LPS est aussi un mitogène des lymphocytes B : -> différenciation polyclonale 13

14 Résumé sur l endotoxine Activité biologique portée par le LPS Constituant de la membrane externe des bactéries à Gram négatif exclusivement Rôle biologique essentiellement dû au lipide A (= partie lipidique du LPS) Leucopéniant Pyrogène Toxique (choc, diarrhée, hémorragie intestinale) Détection par gélification d un lysat d amoebocytes Rôle antigénique de la partie polysaccharidique de la molécule (antigène somatique ou antigène O) Activité très renforcée par les superantigènes 14

15 APTITUDE A SURVIVRE CHEZ L HÔTE Résistance aux moyens de défense de l hôte : Adhésion Action sur les phagocytes professionnels modification de : nombre (destruction) chimiotactisme (capsule, streptolysine O) de la fonction des macrophages ou granulocytes (rupture des phagosomes, blocage de la fusion phagolysosomiale, évitement des mécanismes tueurs O 2 -dépendants) Action sur les défenses humorales : destruction ou stratégies d échappement (destruction de C5a ou d IgA1, mimétisme moléculaire, variations antigéniques) Capacité à se multiplier chez l hôte : Par exemple en captant les ressources en fer de l hôte Grands types d infections Prédominance de l aspect invasif : Streptococcus pneumoniae Prédominance de l aspect agressif : Clostridium tetani Corynebacterium diphtheriae Mixité des deux aspects : Staphylococcus aureus Bacilles à Gram négatif (Entérobactéries) 15

16 Objectifs Virulence = adhésion + subst agress + résist moyens défense Adhésion à cellules-cibles : pour multiplication ou prélude à pénétration Substances agressives : Toxines protéiques à action directe et/ou indirecte (destr mb, ADPribosylation, protéolyse spécif, superag, autres) Endotoxine portée par LPS des BGN (lipide A). Stimule monocytes, Mφ, d où fièvre, leucopénie, CIVD, hta, choc. Potentialisé par supag Enzymes, produits de dégradation cellulaire et métab bactérien Aptitude à survivre chez l Hôte : Résistance aux moyens de défense Capacité à se multiplier chez l hôte (ex : captation du fer) Parasitisme extra cellulaire ou intracellulaire facultatif ou obligatoire : Selon les agents infectieux, prédominance d un mécanisme 16

INTERACTIONS ENTRE L HOMME ET LES MICROORGANISMES

INTERACTIONS ENTRE L HOMME ET LES MICROORGANISMES INTERACTIONS ENTRE L HOMME ET LES MICROORGANISMES I/La flore microbienne. Les microbes peuvent aider le vivant comme être capables de le détériorer, l homme comporte 10 13 cellules et 10 14 bactéries et

Plus en détail

1985 2005 : Un bilan des infections acquises dans les laboratoires médicauxm

1985 2005 : Un bilan des infections acquises dans les laboratoires médicauxm 1985 25 : Un bilan des infections acquises dans les laboratoires médicauxm Kathy FaberBouillaut Directeur de thèse : Dr A. Leprince, INRS Dpt EAM Forum St Jacques 7 octobre 26 Sommaire Introduction de

Plus en détail

Si active. Fragment ( si fragment ) Dans le cas de complexe, on écrit le complexe sous un seul nom. Ex : complexe des molécules 1, 4 et 2 : C 1,4,2

Si active. Fragment ( si fragment ) Dans le cas de complexe, on écrit le complexe sous un seul nom. Ex : complexe des molécules 1, 4 et 2 : C 1,4,2 Le complément I_ Généralités A. Découverte Les anticorps ont été découverts en 1890. La fixation d'anticorps ne suffit pas à détruire l'antigène. Pfeiffer et Bordet ont démontré qu'un système complémentaire

Plus en détail

CHAPITRE 5.3 : LES ACTEURS DE L IMMUNITÉ

CHAPITRE 5.3 : LES ACTEURS DE L IMMUNITÉ CHAPITRE 5.3 : LES ACTEURS DE L IMMUNITÉ Les mécanismes de reconnaissance et d élimination des molécules du non soi font intervenir un système diffus d organes, de tissus, de cellules et de molécules qui

Plus en détail

Numéro d Étudiant. Série de Problèmes 4 Date de remise : Seulement remettre vos réponses sur la feuille de réponse fournie

Numéro d Étudiant. Série de Problèmes 4 Date de remise : Seulement remettre vos réponses sur la feuille de réponse fournie Nom : Numéro d Étudiant Série de Problèmes 4 Date de remise : Seulement remettre vos réponses sur la feuille de réponse fournie 1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 11 12 13 14 15 16 17 18 19 20 21 22 23 24 1. Lequel

Plus en détail

Ordonnance sur les déclarations de médecin et de laboratoire

Ordonnance sur les déclarations de médecin et de laboratoire Ordonnance sur les déclarations de médecin et de laboratoire Modification du 15 décembre 2003 Le Département fédéral de l intérieur arrête: I L ordonnance du 13 janvier 1999 sur les déclarations de médecin

Plus en détail

Captation, Apprêtement et Présentation de l antigène. Laurence Guglielmi laurence.guglielmi@univ-montp1.fr

Captation, Apprêtement et Présentation de l antigène. Laurence Guglielmi laurence.guglielmi@univ-montp1.fr Captation, Apprêtement et Présentation de l antigène Laurence Guglielmi laurence.guglielmi@univ-montp1.fr 1 Cellules Présentatrices d Antigène (CPA) Cellules dendritiques Monocytes / Macrophages Lymphocytes

Plus en détail

Le système du Complément

Le système du Complément Le système du Complément Marie-Agnès Dragon-Durey, Jean Yves Cesbron, Alain Chevailler, Christian Drouet, Béatrice Uring-Lambert I-Introduction... 2 II-Les voies d activation du Complément... 2 II-1.La

Plus en détail

28 Complément et inflammation

28 Complément et inflammation 28 Complément et inflammation Introduction Le complément est un système de protéines sériques qui comporte une trentaine de constituants, solubles et membranaires. Il est impliqué dans la réponse innée

Plus en détail

Chapitre 2: Les mécanismes de

Chapitre 2: Les mécanismes de Chapitre 2: Les mécanismes de l immunité I-Les anticorps: agents du maintien de l intégrité du milieu extracellulaire 1- La réaction antigène- anticorps et l élimination du complexe immun Les anticorps:

Plus en détail

Transport des matières infectieuses par voie terrestre en Suisse

Transport des matières infectieuses par voie terrestre en Suisse Transport des matières infectieuses par voie terrestre en Suisse Dr Pascal Cherpillod (PhD) Pascal.cherpillod@hcuge.ch Tél. : 022/372 40 89 Fax : 022/372 40 88 Laboratoire de Virologie, Service des maladies

Plus en détail

HYGIENE HOSPITALIERE

HYGIENE HOSPITALIERE HYGIENE HOSPITALIERE 1 ) Données microbiologiques de base 2 ) L hygiène à l hôpital 3 ) Les infections nosocomiales MK 1ère année 2012 Dr. Catherine VALLET 1 1 ) Les agents infectieux MK 1ère année 2009

Plus en détail

RÉSUMÉ DES CARACTÉRISTIQUES DU PRODUIT

RÉSUMÉ DES CARACTÉRISTIQUES DU PRODUIT Page 1 sur 6 RÉSUMÉ DES CARACTÉRISTIQUES DU PRODUIT Mis à jour : 11/04/2006 1. DENOMINATION DU MEDICAMENT RIFAMYCINE CHIBRET 1000 000 UI POUR CENT, collyre en solution 2. COMPOSITION QUALITATIVE ET QUANTITATIVE

Plus en détail

COUSIN Fabien KERGOURLAY Gilles. 19 octobre 2007. de l hôte par les. Master 2 MFA Responsable : UE Incidence des paramètres environnementaux

COUSIN Fabien KERGOURLAY Gilles. 19 octobre 2007. de l hôte par les. Master 2 MFA Responsable : UE Incidence des paramètres environnementaux COUSIN Fabien KERGOURLAY Gilles 19 octobre 2007 Inhibition des défenses de l hôte par les bactéries pathogènes Master 2 MFA Responsable : UE Incidence des paramètres environnementaux Gwennola ERMEL I Détection

Plus en détail

Chapitre 2 Les défenses de l organisme : le fonctionnement du système immunitaire

Chapitre 2 Les défenses de l organisme : le fonctionnement du système immunitaire Chapitre 2 Les défenses de l organisme : le fonctionnement du système immunitaire Problème n 1 : Comment le corps réagit-il lors d une infection? Rappel : une infection se caractérise par la multiplication

Plus en détail

Stage de formation 17 & 18 mars 2014. NetBioDyn et la modélisation des réactions immunitaires. Conférences. Ateliers. Institut français de l Éducation

Stage de formation 17 & 18 mars 2014. NetBioDyn et la modélisation des réactions immunitaires. Conférences. Ateliers. Institut français de l Éducation Stage de formation 17 & 18 mars 2014 Conférences Institut français de l Éducation Ateliers École normale supérieure de Lyon (site Monod) nihil est sine ratione NetBioDyn et la modélisation des réactions

Plus en détail

Immunité et grossesse

Immunité et grossesse MODULE de MAIEUTIQUE Unité foetoplacentaire (Coordonateur Pr Janky) Immunité et grossesse Dr. Nadia Prisant 1 Points essentiels : Le système immunitaire, à travers ses deux principales composantes, l immunité

Plus en détail

Développement du système immunitaire à la naissance

Développement du système immunitaire à la naissance Développement du système immunitaire à la naissance Sabine Le Gouvello Pierre Bongrand, Guislaine Carcelain, Alain Chevailler, Elodie Crétel, Ghislaine Sterkers. I.Introduction... 2 II.Immunité anti-infectieuse...

Plus en détail

les protéines et le fonctionnement des cellules

les protéines et le fonctionnement des cellules les protéines et le fonctionnement des cellules marcel.dellanoce@free.fr 1 / 9 marcel.dellanoce@free.fr les protéines et le fonctionnement des cellules 1 assurer la structure et l'organisation des tissus

Plus en détail

Explorations des réponses Immunitaires. L3 Médecine

Explorations des réponses Immunitaires. L3 Médecine 2012 Explorations des réponses Immunitaires L3 Médecine Rappel sur les réponses Immunitaires DIFFERENTS TYPES DE REPONSES IMMUNITAIRES Naturelle = innée Adaptative Non spécifique Spécifique Immédiate Barrière

Plus en détail

II. Les lymphocytes T cytotoxiques (T8) : agents du maintien de l'intégrité des populations cellulaires Doc 1 page 396. exercice 3 page 407.

II. Les lymphocytes T cytotoxiques (T8) : agents du maintien de l'intégrité des populations cellulaires Doc 1 page 396. exercice 3 page 407. PB : Comment sont éliminées les cellules reconnues comme étrangères. (infectées, cancéreuses, greffées.) L'organisme dispose d'autres moyens de défense que les anticorps pour se débarasser d'un intrus.

Plus en détail

Guide des vaccinations Édition 2012. Direction générale de la santé Comité technique des vaccinations

Guide des vaccinations Édition 2012. Direction générale de la santé Comité technique des vaccinations Guide des vaccinations Édition 2012 Direction générale de la santé Comité technique des vaccinations 351 Principes et bases immunologiques de la vaccination GÉNÉRALITÉS DÉFINITION ET OBJECTIFS GÉNÉRAUX

Plus en détail

Chapitre 5 : lutter contre l infection

Chapitre 5 : lutter contre l infection Chapitre 5 : lutter contre l infection Mais, que dois-je savoir? Pour rattraper un cours manquant, retrouve-le sur le site du collège dans la rubrique «enseignements» : Contrat-élève 3 ème Chapitre 5 :

Plus en détail

Formation pour les représentants d usagers Sablé sur Sarthe mai 2010

Formation pour les représentants d usagers Sablé sur Sarthe mai 2010 Basse-Normandie Bretagne Centre Pays de la Loire Formation pour les représentants d usagers Sablé sur Sarthe mai 2010 CCLIN Ouest Antenne Régionale Pays de la Loire Visibles au microscope optique (de

Plus en détail

Vaccins du futur Atelier «Croisière dans l archipel des nouveaux vaccins»

Vaccins du futur Atelier «Croisière dans l archipel des nouveaux vaccins» Vaccins du futur Atelier «Croisière dans l archipel des nouveaux vaccins» Bernard Duval Institut National de Santé Publique du Québec 18 avril 2002 Objectifs Grands axes de la réponse immunitaire Conjugaison

Plus en détail

spores, inactive métaboliquement infection nosocomiale digestive fréquente

spores, inactive métaboliquement infection nosocomiale digestive fréquente Infection digestive à Clostridium difficile Clostridium difficile bacille anaérobie gram+, non invasif spores, inactive métaboliquement (résistance / récidive) pathogénicité liée à la production de deux

Plus en détail

Table des matières. Remerciements, x Avant-Propos, xi Abréviations, xii Guide de l utilisateur, xvi

Table des matières. Remerciements, x Avant-Propos, xi Abréviations, xii Guide de l utilisateur, xvi Table des matières v Remerciements, x Avant-Propos, xi Abréviations, xii Guide de l utilisateur, xvi 1 L immunité innée, 1 Les obstacles externes à l infection, 1 Les cellules phagocytaires tuent les micro-organismes,

Plus en détail

Adhérence des bactéries aux biomatériaux

Adhérence des bactéries aux biomatériaux Adhérence des bactéries aux biomatériaux DU Tissus calcifiés, biomatériaux et implantologie dentaire 13 décembre 2013 Dr Marie KEMPF Laboratoire de Bactériologie Etats physiologiques des bactéries Bactéries

Plus en détail

Biofilms, cariologie et muqueuse

Biofilms, cariologie et muqueuse Biofilms, cariologie et muqueuse Les biofilms en résumé Maladies infectieuses (Rapport OMS 1998) - 43% des décès dans les pays pauvres - 5 % dans les pays riches - (3 ème cause de mortalité en France)

Plus en détail

Les défenses de notre organisme

Les défenses de notre organisme Les défenses de notre organisme Intro : Si nos barrières naturelles ou nos moyens de prévention n'ont pas pu empêcher une contamination, notre corps dispose d'un «système» assurant la défense de notre

Plus en détail

TOXIC SHOCK SYNDROME DESC REANIMATION MEDICALE

TOXIC SHOCK SYNDROME DESC REANIMATION MEDICALE TOXIC SHOCK SYNDROME DESC REANIMATION MEDICALE TOXIC SHOCK SYNDROME Généralités Syndrome du à une sécrétion d exotoxine Staphylocoques, Streptocoque groupe A Manifestations cliniques non liées au lieu

Plus en détail

Question 2 : Décrivez deux fonctions effectrices des anticorps. Illustrez par un schéma.

Question 2 : Décrivez deux fonctions effectrices des anticorps. Illustrez par un schéma. Bio II - Ex. IV Question 1 : Lors d une réponse inflammatoire (ex. blessure de la peau avec une aiguille souillée par des bactéries), A) préciser les rôles respectifs des neutrophiles, des mastocytes,

Plus en détail

Immunointervention (introduction) DFGSM3 2012 2013 Pr Michel Abbal

Immunointervention (introduction) DFGSM3 2012 2013 Pr Michel Abbal Immunointervention (introduction) DFGSM3 2012 2013 Pr Michel Abbal Généralités En introduction aux interventions de : M. Pasquet : vaccinations (enfant) et TTT par Ig P. Massip : vaccinations (adulte)

Plus en détail

LES INFECTIONS NOSOCOMIALES ET LEUR PREVENTION PAR L HYGIENE HOSPITALIERE

LES INFECTIONS NOSOCOMIALES ET LEUR PREVENTION PAR L HYGIENE HOSPITALIERE LES INFECTIONS NOSOCOMIALES ET LEUR PREVENTION PAR L HYGIENE HOSPITALIERE DCEM 1 Professeur Michel Drancourt Michel.drancourt@univmed.fr Années 2012-2013 http://www.mediterranee-infection.com/ DEFINITION

Plus en détail

MENTIONS LEGALES LONGUES AZITHROMYCINE WIN 500 mg Boite de 3 comprimés pelliculés

MENTIONS LEGALES LONGUES AZITHROMYCINE WIN 500 mg Boite de 3 comprimés pelliculés Azithromycine (DCI) dihydraté FORME ET PRESENTATION : Comprimé pelliculé. Boite de 3. COMPOSITION : Azithromycine 500 mg (sous forme d Azithromycine dihydraté). Excipients q.s.p. un comprimé pelliculé.

Plus en détail

Activité 29 : Les mécanismes de l immunité acquise permettant l élimination d antigènes circulants et la destruction des cellules infectées

Activité 29 : Les mécanismes de l immunité acquise permettant l élimination d antigènes circulants et la destruction des cellules infectées Activité 29 : Les mécanismes de l immunité acquise permettant l élimination d antigènes circulants et la destruction des cellules infectées Partie I : A l aide des informations du logiciel Immunologie

Plus en détail

L IMMUNITE ADAPTATIVE PROLONGEMENT DE L IMMUNITE INNEE

L IMMUNITE ADAPTATIVE PROLONGEMENT DE L IMMUNITE INNEE Chap 13 Ts spécifique thème 3 L IMMUNITE ADAPTATIVE PROLONGEMENT DE L IMMUNITE INNEE 4 semaines - Acteurs du système immunitaire Photo lymphocytes au contact cellule cancéreuse http://artic.ac-besancon.fr/svt/act_ped/svt_lyc/eva_bac/s-bac2005/images/ltc.jpg

Plus en détail

Infections et déficit immunitaire secondaire (DIS) dans la LLC. A-t-on des armes thérapeutiques utiles?

Infections et déficit immunitaire secondaire (DIS) dans la LLC. A-t-on des armes thérapeutiques utiles? Infections et déficit immunitaire secondaire (DIS) dans la LLC. A-t-on des armes thérapeutiques utiles? Au cours du dernier congrès de la Société Française d Hématologie s est tenue une séance dédiée à

Plus en détail

Chap. 5 : LA MENACE MICROBIENNE

Chap. 5 : LA MENACE MICROBIENNE Chap. 5 : LA MENACE MICROBIENNE e Au XVII siècle, l invention du microscope a permis d observer des êtres vivants de toute petite taille: les micro-organismes (ou microbes). Comment les microbes déclenchent-ils

Plus en détail

BACCALAURÉAT TECHNOLOGIQUE

BACCALAURÉAT TECHNOLOGIQUE BACCALAURÉAT TECHNOLOGIQUE Série : Sciences et Technologies de Laboratoire Spécialité : Biochimie Génie biologique SESSION 2012 Épreuve de Biochimie - Biologie Durée : 4 heures Coefficient : 6 L usage

Plus en détail

Les infections nosocomiales

Les infections nosocomiales Basse-Normandie Bretagne Centre Pays de la Loire Les infections nosocomiales Formation pour les représentants d usagers Caen 30 mai 2011 CCLIN Ouest Antenne Régionale Basse Normandie Les relations entre

Plus en détail

MALADIES AERODIFFUSEES

MALADIES AERODIFFUSEES MALADIES AERODIFFUSEES Les maladies aérodiffusées sont responsables d environ 25 à 50% de toute la pathologie qui demande une intervention chirurgicale. Une grande partie de celles-ci se caractérisent

Plus en détail

Des microbes et des hommes : une guerre sans fin? Bernard Vray 19 septembre 2011

Des microbes et des hommes : une guerre sans fin? Bernard Vray 19 septembre 2011 Des microbes et des hommes : une guerre sans fin? Bernard Vray 19 septembre 2011 1 Plan de l exposé 1. Introduction 2. Aux origines du vivant 3. Infections et effets pathogènes 4. Les mécanismes de défense

Plus en détail

Les agents infectieux

Les agents infectieux Les agents infectieux Les bactéries, virus, champignons, parasites, agents transmissibles non conventionnels, L écologie microbienne, Les mécanismes d action des agents infectieux sur l organisme humain

Plus en détail

Coqueluche. Argenton-sur-Creuse 17 mars 2010. E. Denes Service de Maladies Infectieuses CHU Limoges

Coqueluche. Argenton-sur-Creuse 17 mars 2010. E. Denes Service de Maladies Infectieuses CHU Limoges Coqueluche Argenton-sur-Creuse 17 mars 2010 E. Denes Service de Maladies Infectieuses CHU Limoges Histoire Passage de l'animal à l'homme Bordetella bronchiseptica B. pertussis & B. parapertussis Description

Plus en détail

Immunologie de la grossesse

Immunologie de la grossesse Immunologie de la grossesse LI UE8S : Unité fœtoplacentaire Dr ANDRÉ Gwenaëlle 1 Introduction Immunité Ensemble des mécanismes permettant Reconnaître et tolérer «le soi» Reconnaître et rejeter «le non

Plus en détail

Punaise de lits. Nuisance émergente. Journées Techniques CS3D 5 et 6 octobre 2010 BORDEAUX. Cimex lectularius. Pascal DELAUNAY

Punaise de lits. Nuisance émergente. Journées Techniques CS3D 5 et 6 octobre 2010 BORDEAUX. Cimex lectularius. Pascal DELAUNAY Journées Techniques CS3D 5 et 6 octobre 2010 BORDEAUX Punaise de lits Cimex lectularius Nuisance émergente Entomologie- Parasitologie-Mycologie CHU de Nice 45 40 35 30 25 20 15 10 5 0 Nombre de références

Plus en détail

Espace Charles Louis HAVAS 1, rue des Huissiers - 92220 NEUILLY Métro ligne 1, station Pont de Neuilly

Espace Charles Louis HAVAS 1, rue des Huissiers - 92220 NEUILLY Métro ligne 1, station Pont de Neuilly 1 Vendredi 25 janvier 2008 : Espace Charles Louis HAVAS 1, rue des Huissiers - 92220 NEUILLY Métro ligne 1, station Pont de Neuilly 2 Immunité et exposition aux rayonnements ionisants Professeur Michel

Plus en détail

IMMUNOGENETIQUE 1) INTRODUCTION LA VACCINATION

IMMUNOGENETIQUE 1) INTRODUCTION LA VACCINATION IMMUNOGENETIQUE LA VACCINATION 1) INTRODUCTION Certaines maladies sont contagieuses, elles peuvent être contractées par rapport à un sujet malade, et ceci par la transmission d un agent infectieux. Le

Plus en détail

"Maladie causée par la multiplication d'un micro-organisme chez une personne".

Maladie causée par la multiplication d'un micro-organisme chez une personne. LES INFECTIONS Définition d une Maladie Infectieuse chez l'homme : "Maladie causée par la multiplication d'un micro-organisme chez une personne". Il s agit de la rupture d un équilibre qui correspond au

Plus en détail

Génération d anticorps monoclonaux par immunisation génique

Génération d anticorps monoclonaux par immunisation génique Génération d anticorps monoclonaux par immunisation génique Gen2Bio 2010 Saint-Malo, mardi 30 mars 2010 Un partenariat Demandeur PADAM In Cell Art Projet Anticorps monoclonaux Gen2Bio 2010 Saint-Malo,

Plus en détail

Éviter une réponse inappropriée

Éviter une réponse inappropriée Une réponse immunitaire "efficace" Quelques rappels : Mécanismes de protection Implication du système immunitaire dans l homéostasie de l organisme Élimination de cellules en apoptose Relations potentielles

Plus en détail

Punaise de lits. Nuisance émergente. Cimex lectularius. Pascal DELAUNAY. CHU de Nice. Parasitologie-Mycologie. Pascal DELAUNAY

Punaise de lits. Nuisance émergente. Cimex lectularius. Pascal DELAUNAY. CHU de Nice. Parasitologie-Mycologie. Pascal DELAUNAY Punaise de lits Cimex lectularius Nuisance émergente Parasitologie-Mycologie CHU de Nice 1947 1999 2009 Ectoparasite Hématophage chez les 2 sexes Adultes et larves ressemblent à un confetti brun ou beige

Plus en détail

SURVEILLANCE DES SALARIES MANIPULANT DES DENREES ALIMENTAIRES

SURVEILLANCE DES SALARIES MANIPULANT DES DENREES ALIMENTAIRES SURVEILLANCE DES SALARIES MANIPULANT DES DENREES ALIMENTAIRES Dr Virginie NAEL Service de Santé au travail du personnel hospitalier CHU Nantes 44èmes journées FMC ANMTEPH / SOHF - Lausanne - Septembre

Plus en détail

Analyses bactériologiques alimentaires

Analyses bactériologiques alimentaires LABORATOIRE DÉPARTEMENTAL D' ANALYSES Analyses bactériologiques alimentaires 1 - Présentation lozere.fr Les analyses consistent à vérifier la conformité des produits alimentaires selon des critères bactériologiques

Plus en détail

Méningites infectieuses

Méningites infectieuses Méningites infectieuses Etiologies et conduites à tenir Stéphane Erouart MISP Cécile Lecocq IDESP Sommaire Agents causaux Précautions standard Infections invasives à méningocoque Définition Validation

Plus en détail

Immunité anti-tumorale

Immunité anti-tumorale Immunité anti-tumorale Professeur M GUENOUNOU Laboratoire d Immunologie & Microbiologie UFR de Pharmacie 51100 REIMS 1- Cellules tumorales - Une tumeur est une prolifération clonale issue d une cellule

Plus en détail

Au capital de 851 000 Siège social : 30 chemin des Mouilles 69290 GREZIEU LA VARENNE SIRET : 497 802 165 000 17 TVA intracee : FR 3649780216500017

Au capital de 851 000 Siège social : 30 chemin des Mouilles 69290 GREZIEU LA VARENNE SIRET : 497 802 165 000 17 TVA intracee : FR 3649780216500017 1 CATALOGUE MATERIELS ET CONSOMMABLES Janvier 2013 Au capital de 851 000 Siège social : 30 chemin des Mouilles 69290 GREZIEU LA VARENNE SIRET : 497 802 165 000 17 TVA intracee : FR 3649780216500017 Port

Plus en détail

Le rôle de l endocytose dans les processus pathologiques

Le rôle de l endocytose dans les processus pathologiques UE7 Cours n 9 C. LAMAZE 24.11.11 Elise GODEAU (partie1) Guillaume MERGENTHALER (partie2) Le rôle de l endocytose dans les processus pathologiques SOMMAIRE : I. L endocytose à récepteurs : la voie des clathrines

Plus en détail

Analyse microbiologique d'un produit polymicrobien

Analyse microbiologique d'un produit polymicrobien Thème Analyse microbiologique d'un produit polymicrobien 2 1 La démarche de l analyse microbiologique La recherche d une flore particulière 3 Dénombrement d une flore d un produit microbien Chapitre1

Plus en détail

Ecole Centrale Paris Année 2009-2010 1 ère année. Cours «Biologie». Vendredi 28 mai 2010

Ecole Centrale Paris Année 2009-2010 1 ère année. Cours «Biologie». Vendredi 28 mai 2010 Ecole Centrale Paris Année 2009-2010 1 ère année. Cours «Biologie». Vendredi 28 mai 2010 Contrôle des Connaissances. 2 ème session) (Durée : 1h30, tous documents autorisés, ordinateur interdit) Important

Plus en détail

Partie 1 : Immunologie

Partie 1 : Immunologie Partie 1 : Immunologie Le maintien de l'intégrité de l'organisme Video 1 Video 1 bis Quelques rappels... 1. L'infection microbienne : 2. Les premières défenses : 3. La défense par les lymphocytes : Chapitre

Plus en détail

Microbiologie BIOL 3253. Étude de la structure microbienne: microscopie et préparation des échantillons

Microbiologie BIOL 3253. Étude de la structure microbienne: microscopie et préparation des échantillons Microbiologie BIOL 3253 Étude de la structure microbienne: microscopie et préparation des échantillons Les lentilles et la déviation de la lumière Quand un rayon lumineux passe d un milieu à un autre,

Plus en détail

9 Examen cytochimique et bactériologique d un liquide céphalo-rachidien (LCR)

9 Examen cytochimique et bactériologique d un liquide céphalo-rachidien (LCR) 49 49 9 Examen cytochimique et bactériologique d un liquide céphalo-rachidien (LCR) Plan du chapitre 1 Contextes 2 Objectifs 1-Ensemencer d urgence systématiquement 2- Classer le LCR en fonction de la

Plus en détail

Comprendre la formule sanguine complète (FSC)

Comprendre la formule sanguine complète (FSC) Comprendre la formule sanguine complète (FSC) Notre mission Ce que vous devez savoir Dispensateur de services de première ligne et de services spécialisés, le CSSS du Suroît a la responsabilité de maintenir

Plus en détail

IMMUNOLOGIE. La spécificité des immunoglobulines et des récepteurs T. Informations scientifiques

IMMUNOLOGIE. La spécificité des immunoglobulines et des récepteurs T. Informations scientifiques IMMUNOLOGIE La spécificité des immunoglobulines et des récepteurs T Informations scientifiques L infection par le VIH entraîne des réactions immunitaires de l organisme qui se traduisent par la production

Plus en détail

Risques infectieux et protection de l organisme.

Risques infectieux et protection de l organisme. Risques infectieux et protection de l organisme. L œil humain ne peut pas voir les objets dont la taille est inférieure à 0.1 mm Tous ces êtres vivants dont taille est inférieure à 0.1 mm sont appelés

Plus en détail

Séquence 10. Le maintien de l intégrité de l organisme : quelques aspects de la réaction immunitaire. Sommaire

Séquence 10. Le maintien de l intégrité de l organisme : quelques aspects de la réaction immunitaire. Sommaire Séquence 10 Le maintien de l intégrité de l organisme : quelques aspects de la réaction immunitaire Sommaire Chapitre 1. Pré-requis Chapitre 2. La réaction inflammatoire, un exemple de réponse innée Chapitre

Plus en détail

Un regard sur la vaccination équine

Un regard sur la vaccination équine Un regard sur la vaccination équine Les chevaux doivent-ils vraiment être vaccinés? La réponse est OUI, sans la moindre hésitation! Aujourd hui encore, les vaccins représentent le moyen le plus efficace

Plus en détail

Ce sont les mêmes : Virus A (H1N1) est stable.

Ce sont les mêmes : Virus A (H1N1) est stable. SAISON 2011/2012 Quels virus en 2011/2012 Ce sont les mêmes : Virus A (H1N1) Virus A (H3N2) Virus B Virus A (H1N1) est stable. Les 3 types de virus de la grippe Virus grippal Type A Type B Type C Espèces

Plus en détail

RISQUE INFECTIEUX ET PROTECTION DE L ORGANISME. Chapitre 1 : Le risque infectieux

RISQUE INFECTIEUX ET PROTECTION DE L ORGANISME. Chapitre 1 : Le risque infectieux RISQUE INFECTIEUX ET PROTECTION DE L ORGANISME Chapitre 1 : Le risque infectieux Qu est ce qu un microbe? Comment les microbes peuvent-ils nous rendre malade? Microbe : virus et microorganismes unicellulaires

Plus en détail

La digestion chimique

La digestion chimique SBI3U La digestion chimique Les aliments sont réduits mécaniquement en particules plus petites ils sont soumise à l action de substances chimiques et des enzymes les molécules complexes deviennent des

Plus en détail

Travaux dirigés de Microbiologie Master I Sciences des Génomes et des Organismes Janvier 2015

Travaux dirigés de Microbiologie Master I Sciences des Génomes et des Organismes Janvier 2015 Andrew Tolonen atolonen@genoscope.cns.fr Travaux dirigés de Microbiologie Master I Sciences des Génomes et des Organismes Janvier 2015 A- Généralités I- La vie sur terre telle que nous la connaissons ne

Plus en détail

Quel est le risque infectieux?

Quel est le risque infectieux? Conflits d intérêts de l orateur (en rapport avec le thème de la conférence) Participation à des actions de formation organisés par des industriels (symposium, congrès, ateliers): Oui Immunosuppresseurs

Plus en détail

DIAGNOSTIC BACTERIOLOGIQUE D UNE PNEUMONIE A PNEUMOCOQUE

DIAGNOSTIC BACTERIOLOGIQUE D UNE PNEUMONIE A PNEUMOCOQUE DIAGNOSTIC BACTERIOLOGIQUE D UNE PNEUMONIE A PNEUMOCOQUE Un homme de 70 ans, éthylo-tabagique, vous consulte pour une fièvre à 39 C d apparition brutale associée à des frissons, une toux, des expectorations

Plus en détail

ECUE 2 (L 1 -S 2 ) : Microbiologie générale Microbiologie générale

ECUE 2 (L 1 -S 2 ) : Microbiologie générale Microbiologie générale Unité d enseignement UE 8 : Biologie Moléculaire - Microbiologie ECUE 2 (L 1 -S 2 ) : Microbiologie générale Microbiologie générale 1h30 de cours et 1h15 de Travaux pratiques Un examen écrit ; un examen

Plus en détail

Résultats d une analyse de sang effectué sur un enfant atteint d une déficience innée

Résultats d une analyse de sang effectué sur un enfant atteint d une déficience innée Chap. 7- Doc. 2 Déterminez le rôle et l origine des lymphocytes Pour cela : - Comparez la quantité de lymphocytes chez un enfant bulle et chez un individu normal. - Mettez en relation le nombre de lymphocytes

Plus en détail

TRANSMISSION DES VIRUS ET CYCLE DE MULTIPLICATION

TRANSMISSION DES VIRUS ET CYCLE DE MULTIPLICATION TRANSMISSION DES VIRUS ET CYCLE DE MULTIPLICATION II. 1 Généralités II.2 Transmission des Virus II.3 Grandes étapes de Cycle de Multiplication Attachement Pénétration Réplication Libération II. 1 Généralités

Plus en détail

Et Amoéba partenaire pour la solution biologique

Et Amoéba partenaire pour la solution biologique La solution biologique pour lutter contre les légionelles et les amibes dans l eau. Et Amoéba partenaire pour la solution biologique 30/03/2012 1 Présentation de la technologie Explication de la phase

Plus en détail

La Pandémie du SIDA. Taux de prévalence du VIH/sida chez les adultes âgés entre 15 et 49 ans à la fin de 1999, Source : ONUSIDA, juin 2000.

La Pandémie du SIDA. Taux de prévalence du VIH/sida chez les adultes âgés entre 15 et 49 ans à la fin de 1999, Source : ONUSIDA, juin 2000. La Pandémie du SIDA Taux de prévalence du VIH/sida chez les adultes âgés entre 15 et 49 ans à la fin de 1999, Source : ONUSIDA, juin 2000. Adultes Région/Pays infectés (%) afrique subsaharienne 8,57 antilles

Plus en détail

TSSIBG Immunoglobulines et récepteurs pour l'antigène des lymphocytes B et T

TSSIBG Immunoglobulines et récepteurs pour l'antigène des lymphocytes B et T 14/10/2013 MARIANI Natacha L2 TSSIBG G. Pommier 8 pages TSSIBG Immunoglobulines et récepteurs pour l'antigène des lymphocytes B et T Immunoglobulines (Ig/AC) Récepteurs pour l'antigène des lymphocytes

Plus en détail

. CHARACHON (Mise ligne 06/11/09 LIPCOM-RM) Faculté de Médecine Montpellier-Nîmes

. CHARACHON (Mise ligne 06/11/09 LIPCOM-RM) Faculté de Médecine Montpellier-Nîmes 2 ème cycle MIA infections (item 86) Année Universitaire 2009-2010 infections infections Bronchites - Bronchiolites Pneumopathies bactériennes et virales Surinfection de BPCO (Coqueluche Tuberculose Mycoses

Plus en détail

De quelle maladie souffre chaque patient?

De quelle maladie souffre chaque patient? De quelle maladie souffre chaque patient? FT1 : identifier des pathologies à partir d antibiogrammes VERSION ELEVES ( Tâche réalisée à partir d informations trouvées sur le site www.e-bug.eu) Contexte

Plus en détail

Damien AMOUYEL Service d immunologie CHRU Lille Novembre 2012. Les pathologies liées au déficit en protéines du complément

Damien AMOUYEL Service d immunologie CHRU Lille Novembre 2012. Les pathologies liées au déficit en protéines du complément + Damien AMOUYEL Service d immunologie CHRU Lille Novembre 2012 Les pathologies liées au déficit en protéines du complément + Rappels sur le complément n Ensemble de protéines plasmatiques et membranaires

Plus en détail

NOCOSPRAY CARACTÉRISTIQUES TECHNIQUES UN FONCTIONNEMENT TRÈS SIMPLE DE MULTIPLES OPTIONS PERMETTANT DE S ADAPTER À CHAQUE SITUATION

NOCOSPRAY CARACTÉRISTIQUES TECHNIQUES UN FONCTIONNEMENT TRÈS SIMPLE DE MULTIPLES OPTIONS PERMETTANT DE S ADAPTER À CHAQUE SITUATION NOCOSPRAY Notre concept est né de l association Nocospray + Nocolyse (machine/produit) pour une désinfection automatisée sous forme gazeuse. Il permet de traiter de façon automatisée l air et les surfaces

Plus en détail

Cycle de réplication. Webinaire présenté par : Michael Bailey, directeur, Réalisation des programmes Date : 6 février 2014, de 13 h à 14 h (HNE)

Cycle de réplication. Webinaire présenté par : Michael Bailey, directeur, Réalisation des programmes Date : 6 février 2014, de 13 h à 14 h (HNE) Cycle de réplication virale du VIH Webinaire présenté par : Michael Bailey, directeur, Réalisation des programmes Date : 6 février 2014, de 13 h à 14 h (HNE) Pourquoi est-ce important de comprendre le

Plus en détail

Lait cru. à chauffer avant consommation! Brochure informative à l attention des consommateurs

Lait cru. à chauffer avant consommation! Brochure informative à l attention des consommateurs Brochure informative à l attention des consommateurs Une édition du Comité scientifique de l Agence alimentaire Lait cru à chauffer avant consommation! 1 Editeur responsable Prof. Em. dr. Pharm. C. Van

Plus en détail

1 C.CLIN Sud-Est mai 2003

1 C.CLIN Sud-Est mai 2003 1 C.CLIN Sud-Est mai 2003 Conduite à tenir en cas de suspicion de toxi-infection alimentaire collective (TIAC) en établissement de santé - Arrêté du 29 septembre 1997 fixant les conditions d hygiène applicables

Plus en détail

Les germes pathogènes dans l industrie agroalimentaire

Les germes pathogènes dans l industrie agroalimentaire Les germes pathogènes dans l industrie agroalimentaire VÉRONIQUE ZULIANI ET PASCAL GARRY CTSCCV, 7 avenue du Général de Gaulle, 94704 Maisons-Alfort Cedex Avec l aimable autorisation de la revue "Salles

Plus en détail

Flore commensale, opportuniste, saprophyte, les réservoirs de microorganismes à l hôpital, les infections nosocomiales

Flore commensale, opportuniste, saprophyte, les réservoirs de microorganismes à l hôpital, les infections nosocomiales 23/04/2014 ROZALEN William L2 Agents infectieux, hygiène, aspects généraux Professeur P.E. Fournier Relecteur 2 6 pages Flore commensale, opportuniste, saprophyte, les réservoirs de microorganismes à l

Plus en détail

Prestations de services Analyses Agroalimentaire

Prestations de services Analyses Agroalimentaire Prestations de services Analyses Agroalimentaire EURL WANYLAB Laboratoire de contrôle de la qualité et de conformité Autorisé par Décision du Ministère du Commerce N 52/2011 du 12/09/2011. Ecole de formation

Plus en détail

PARTIE II : RISQUE INFECTIEUX ET PROTECTION DE L ORGANISME. Chapitre 1 : L Homme confronté aux microbes de son environnement

PARTIE II : RISQUE INFECTIEUX ET PROTECTION DE L ORGANISME. Chapitre 1 : L Homme confronté aux microbes de son environnement PARTIE II : RISQUE INFECTIEUX ET PROTECTION DE L ORGANISME Chapitre 1 : L Homme confronté aux microbes de son environnement I- Les microbes dans notre environnement Qu est-ce qu un microbe? Où se trouvent-ils?

Plus en détail

DES VÊTEMENTS POUR PROTÉGER DES INFECTIONS

DES VÊTEMENTS POUR PROTÉGER DES INFECTIONS DES VÊTEMENTS POUR PROTÉGER DES INFECTIONS Photo : Aide humanitaire et protection civile dans l'ue Un contrôle médical strict et la protection de ceux qui entrent en contact avec des agents biologiques

Plus en détail

LES DIARRHEES AIGUES DE L'ENFANT

LES DIARRHEES AIGUES DE L'ENFANT LES DIARRHEES AIGUES DE L'ENFANT I/ Introduction- Généralités très fréquent, courant 1 des causes de mortalité infantile la plus fréquente 1 des premières causes de mortalité infantile dans le tiers- monde

Plus en détail

2ème PARTIE RISQUE INFECTIEUX ET PROTECTION DE L ORGANISME. Chapitre 1 : L Homme face aux micro-organismes

2ème PARTIE RISQUE INFECTIEUX ET PROTECTION DE L ORGANISME. Chapitre 1 : L Homme face aux micro-organismes 2ème PARTIE RISQUE INFECTIEUX ET PROTECTION DE L ORGANISME Chapitre 1 : L Homme face aux micro-organismes Louis Pasteur (1822-1895) : un des acteurs clés de la découverte des micro-organismes photographié

Plus en détail

L homme et les microbes, une histoire commune. Pr Frédéric Bauduer Université Bordeaux Segalen PACES - UE 7B Année universitaire 2011-2012

L homme et les microbes, une histoire commune. Pr Frédéric Bauduer Université Bordeaux Segalen PACES - UE 7B Année universitaire 2011-2012 L homme et les microbes, une histoire commune Pr Frédéric Bauduer Université Bordeaux Segalen PACES - UE 7B Année universitaire 2011-2012 1 Les différents types de microbes Virus (dépendants des cellules

Plus en détail

Surveillance des toxi-infections alimentaires collectives

Surveillance des toxi-infections alimentaires collectives Surveillance des toxi-infections alimentaires collectives Données de la déclaration obligatoire, 2013 En 2013, 1 346 foyers de toxi-infections alimentaires collectives (TIAC) ont été déclarés en France,

Plus en détail

INSECTICIDE BIO KILL

INSECTICIDE BIO KILL INSECTICIDE BIO KILL Contenu de l information : Pourquoi lutter contre les insectes? La lutte moderne contre les insectes Présentation du concept BIO KILL Quelle est la toxicité des insecticides? À propos

Plus en détail

Les bases de la transduction du signal des lymphocytes T

Les bases de la transduction du signal des lymphocytes T Frédéric VELY frederic.vely@ap-hm.fr MCU-PH Laboratoire d Immunologie - Hôpital de la Conception Lab of NK cells and Innate Immunity - Centre d Immunologie de Marseille-Luminy Les bases de la transduction

Plus en détail