Institut des Reviseurs d Entreprises

Save this PDF as:
 WORD  PNG  TXT  JPG

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Institut des Reviseurs d Entreprises"

Transcription

1 Institut des Reviseurs d Entreprises Assemblée Générale 27 avril 2007 Jacques Potdevin 1. Je suis particulièrement heureux d être parmi vous ce jour et je voudrais avant tout rendre hommage aux contributions de la profession belge aux travaux de la FEE : Vice-présidence d André Kilesse Contribution active aux travaux de commission dans les domaines de la déontologie, audit, PME, reconnaissance des qualifications, accounting, assurance, etc. Accueil généreux de la profession belge dans son ensemble à chaque fois que l IFAC ou la FEE organise une manifestation d envergure en Belgique. 2. La FEE existe depuis vingt années mais ses antécédents remontent bien plus loin dans le passé. Le Groupe d Etude des Experts Comptables de la CEE, créé à la fin des années cinquante, s est réuni pendant plus de trente années dans les locaux de l Institut des Reviseurs d Entreprises. C est lui qui a influencé des textes fondateurs tels que la quatrième et la huitième directive. Peut-on aussi rappeler que son Secrétaire pendant toutes ces années était un éminent membre du Conseil de votre Institut, Monsieur Hendrick Block. 3. L époque des pionniers paraît bien lointaine et la FEE a pris ses marques non seulement auprès des Institutions européennes mais aussi internationalement. Nous sommes très attentifs au dialogue transatlantique, essentiel pour mener à bien la politique de convergence. 4. Il existe dans le monde professionnel comme dans le monde politique un grand problème de juste perception des affaires européennes. Où se prennent les décisions qui influencent notre avenir? Qui participe à la prise de décision? Mon objectif aujourd hui n est pas de me lancer dans des explications institutionnelles, forcément complexes, mais d illustrer le propos par quelques exemples liés à l actualité immédiate : La mise en œuvre de la directive audit, Le projet de la Commission en matière de simplification, Les IFRS pour PME, Les objectifs de convergence.

2 La Directive sur le Contrôle Légal 5. La directive comprend deux types de mesures. Les premières sont une harmonisation minimum qui doit se traduire dans la législation nationale. On doit se réjouir le plus souvent des textes européens qui représentent de bons compromis. Malheureusement, ce qu en font les Etats membres n est pas toujours aussi excellent. Certains se croient obligés de jouer les champions de la rigueur. C es rarement utile et cela ajoute des obstacles dans le marché intérieur. 6. Le second type de mesure a pour objectif une harmonisation plus poussée. Par exemple, l application des normes internationales d audit nous laisse très peu de place pour des déviations nationales par rapport à la norme. Si les pays européens veulent exister dans un tel contexte, ils n ont qu une seule solution : mettre tout en œuvre, notamment à travers la FEE, pour faire valoir leurs idées auprès des standard setters mondiaux. L utilité d un référentiel de normes d audit en Europe me paraît certaine. Comment pourrait-on aller de l avant dans l application des IFRS et continuer à certifier les comptes selon des normes nationales? Observons que les organismes de surveillance de la profession (oversight) développent rapidement leur coordination aux niveaux européen et mondial. Ceci est une bonne chose dans la mesure où il sera possible d éviter ainsi des procédures de surveillance redondantes. Nous devons aussi être conscients des risques de cette évolution qui au bout du chemin pourrait signifier la perte d influence des professionnels de terrain sur la normalisation. 7. D aucuns, j en suis certain, trouveront que la directive va trop loin dans l harmonisation en imposant l application des ISA. D autres jugeront que dans bien des domaines, la directive ne va pas assez loin (limitation de responsabilité ou formation). Il y a de nombreux espaces d autonomie nationale dans la directive et il est important que les instituts nationaux restent très attentifs à ce sujet. Nous avons aussi des problèmes nouveaux qui nous préoccupent et provoqueront sans doute des initiatives réglementaires. Les questions de concentration des cabinets et de liberté de choix des clients sont évidemment de ceux-là. 8. L existence d un choix suffisant pour les clients est devenue une vraie question. Les régulateurs qui imposent des règles de plus en plus sévères en matière de qualité devraient accepter que dans un tel contexte, tout cabinet qui satisfait aux contrôles de qualité doit être traité de façon équivalente. De plus, les régulateurs devraient prêter attention aux effets pervers de certaines règles en matière d incompatibilité par exemple. Le Projet Simplification 9. Nous sommes tous d accord pour dire que les contraintes administratives qui pèsent sur les PMEs sont excessives. La Commission européenne a proposé aux Etats membres de couper dans les formalités en réduisant la charge de 25%. Jusque là, nous pouvions ne pas avoir trop d inquiétudes. La suite révèlera le contraire. 2

3 Les Ministres réunis dans le Conseil compétitivité ont d abord fait observer qu ils n étaient pas concernés par ces 25%. Comme l essentiel des formalités pesant sur les PME, et d ailleurs toutes les entreprises, concerne les exigences des administrations fiscale et sociale, on peut dire que l objectif ne sera pas atteint. Deuxième problème, les services de la Commission ont adopté une approche linéaire, recherchant des simplifications dans toute forme de législation existante. Ceci les a conduits vers les directives comptabilité et audit. Le problème, c est que ces textes sont déjà très attentifs aux besoins des PME, au point que la plupart des Etats membres ne font pas usage de toutes les exemptions qu elles permettent. La comptabilité est un outil de gestion, et non une formalité administrative dont on pourrait se passer. 10. Dès que la FEE a été informée des projets de la Commission, nos groupes de travail ont étudié la question. Le problème en l espèce est qu il est difficile de faire des suggestions parce que les simplifications, si elles devaient se justifier, découleraient de la façon dont les Etats membres appliquent la directive, plus que de la directive elle-même. La définition de la PME et les conséquences que l on en tire sont des questions sensibles au plan national. Il n est pas clair qu elles soient nécessaires à l objectif de création d un marché intérieur européen. 11. La FEE a adopté une prise de position qui fut largement diffusée et présentée à la Commission et aux parlementaires européens. Nous ne sommes pas favorables à un système d audit à deux vitesses. Le risque de confusion pour les utilisateurs est évident. Par ailleurs, les tentatives faites dans plusieurs pays, dont les Etats Unis, ne sont pas convaincantes. Les Etats membres eux-mêmes ne semblent pas favorables aux mesures envisagées et qui auraient pour effet de restreindre le champ d application du contrôle légal ou de créer une exemption plus large pour les micro-entreprises. Nous devons cependant rester attentifs. Les IFRS pour SME 12. L IASB a publié récemment un exposé-sondage proposant un système de rapports financiers pour PME. Ce document a provoqué de nombreuses réactions négatives qui, dans une large mesure, découlent de mauvaises interprétations des besoins et des objectifs. Il n a jamais été question, à notre connaissance, de remplacer la quatrième directive par un nouveau référentiel comptable qui serait produit par l IASB. Par contre, il faut reconnaître qu il existe de nombreux pays dans le monde, et même en Europe, qui seraient intéressés par un référentiel comptable plus détaillé que la directive, sans pour autant être aussi développé que les IFRS. 13. Nous ne pouvons en rester à des questions de forme et de règlement. Le projet de l IASB doit être étudié au fond. La FEE s est toujours prononcée en faveur de normes fondées sur des principes. Les principes sont de plus en plus détaillés lorsqu on les décline dans le contexte de sociétés de plus grande taille. Cette approche «think small first» serait sans doute idéale si les normalisateurs étaient capables de s y plier. Une second observation doit cependant être faite. Les utilisateurs de l information financière préparée par les PME sont-ils les mêmes que les utilisateurs des états financiers 3

4 publiées par les grandes entreprises? Si la réponse devait être négative, quelles en sont les conséquences pour les règles d évaluation? L utilisation de la juste valeur n est pas seulement une difficulté technique. C est aussi une question de principe. 14. La profession ne peut pas être absente de ces débats. Nous devons tenir notre rang de professionnels de la comptabilité et ne pas abandonner le terrain aux théoriciens, qu ils soient normalisateurs ou académiques. Convergence 15. La politique suivie au plan européen et mondial depuis une dizaine d années découle d un même objectif : réduire autant que possible les divergences entre les systèmes de comptabilité et d audit, afin que les instruments de gestion des entreprises soient plus efficaces et moins coûteux. Le principal obstacle à cette évolution réside dans l action des normalisateurs nationaux. En conséquence, la solution réside aussi dans la convergence des principaux systèmes nationaux de normes, susceptibles d éliminer toute obligation de retraitement ou de réconciliation. 16. La convergence est un processus difficile. J indiquerai trois dangers : la convergence est parfois perçue comme un processus à sens unique. Il est logique de choisir le système le plus performant, mais les débats actuels sur les normes comptables révèlent que certaines susceptibilités politiques doivent être prises en compte. La convergence ne signifie par l uniformité. Dans un contexte international, il faut en effet que l information soit accessible et compréhensible pour les utilisateurs où qu ils soient établis. Ceci ne signifie pas que les normes doivent être identiques. Les réalités économiques ne sont pas les mêmes partout dans le monde. Ce point a été rappelé à plusieurs reprises par le Commissaire Charlie McCreevy. Un troisième danger est celui de débattre de la convergence dans le contexte des plus grandes sociétés, les seules qui sont dignes d intérêt aux yeux de certains, et notamment outre-atlantique, alors que l économie mondiale fonctionne grâce à un grand nombre de plus petites entités dont l organisation administrative et comptable ne peut supporter certaines sophistications. 17. La convergence est un processus difficile mais indispensable. Les négociations en cours entre la Commission Européenne et les autorités américaines déboucheront, nous l espérons, sur la reconnaissance mutuelle de l équivalence des systèmes. Ceci devrait intervenir en Le même exercice est en cours avec d autres grands pays, comme le requièrent la directive sur la transparence et la directive sur l audit. La FEE a joué un rôle actif en ces domaines ainsi qu en témoignent les conférences organisées en 2005 et 2006 sur ces sujets et les publications correspondantes. Conclusion 4

5 18. Dans tous ces grands débats, il est essentiel que la profession exprime des positions européennes communes. Dans une mesure limitée mais réelle, les institutions nationales se sont trouvées affaiblies face au développement de la mondialisation. Je ne voudrais pas exagérer le propos. Nous savons que toute directive ou règlement européen doit être approuvé par le Conseil des Ministres européens. De même, la FEE est d abord un conseil de représentants des instituts nationaux qui délibèrent par consensus. Toutefois, si nous voulons rester influents dans la politique professionnelle mondiale, nous devons le faire ensemble et après en avoir débattu entre nous. Nous devons définir des positions communes au sein de la profession et avec nos autorités de surveillance. 5

Les normes comptables applicables aux PME belges : vers un nouveau cadre européen ou mondial?

Les normes comptables applicables aux PME belges : vers un nouveau cadre européen ou mondial? Les normes comptables applicables aux PME belges : vers un nouveau cadre européen ou mondial? Ce mémoire avait pour objectif de s inscrire dans l actualité qui entourait la modernisation du droit comptable

Plus en détail

Quelques repères sur la réalité comptable dans l Union Européenne

Quelques repères sur la réalité comptable dans l Union Européenne Quelques repères sur la réalité comptable dans l Union Européenne Gîrbină Maria Mădălina L objective de notre intervention est de soumettre aux attention deux sujets d actualité pour la communauté comptable

Plus en détail

Déclaration liminaire de Mary Dawson Commissaire aux conflits d intérêts et à l éthique

Déclaration liminaire de Mary Dawson Commissaire aux conflits d intérêts et à l éthique Déclaration liminaire de Mary Dawson Commissaire aux conflits d intérêts et à l éthique Devant le Comité permanent de la procédure et des affaires de la Chambre Dans le cadre de l examen quinquennal du

Plus en détail

Les premiers contacts du directeur avec l étudiant Contexte

Les premiers contacts du directeur avec l étudiant Contexte Fiche pour les directeurs: Accepter un étudiant/ page 1 Contexte À l occasion du premier contact entre un professeur (directeur potentiel) et un étudiant à la recherche d un superviseur dans le cadre de

Plus en détail

Conférence Belgique-Allemagne Palais d Egmont, Bruxelles, le 17 avril 2012. Introduction par Monsieur Didier Reynders, Vice-premier Ministre et

Conférence Belgique-Allemagne Palais d Egmont, Bruxelles, le 17 avril 2012. Introduction par Monsieur Didier Reynders, Vice-premier Ministre et Conférence Belgique-Allemagne Palais d Egmont, Bruxelles, le 17 avril 2012 Introduction par Monsieur Didier Reynders, Vice-premier Ministre et Ministre des Affaires étrangères Je voudrais tout d abord

Plus en détail

Commentaires de la Banque Nationale

Commentaires de la Banque Nationale Commentaires de la Banque Nationale Livre blanc de l OCRCVM Modifications apportées aux règles concernant l obligation de mise à niveau des compétences et le versement direct de commissions Le 29 avril

Plus en détail

SONDAGE CNAPS - ADHÉRENTS SNES

SONDAGE CNAPS - ADHÉRENTS SNES L E S R É S U L T A T S Retrouvez le détail complet des résultats sur www.e-snes.org 4 7 R U E A R I S T I D E B R I A N D 9 2 3 0 0 L E VA L L O I S P E R R E T - T É L. 0 1 4 1 3 4 3 6 5 2 - F A X 0

Plus en détail

Contribution présentée par Madame Lise Thériault (Québec)

Contribution présentée par Madame Lise Thériault (Québec) La représentation des femmes dans les postes décisionnels; dans la haute direction des sociétés d État et de la fonction publique, et dans les entreprises privées Contribution présentée par Madame Lise

Plus en détail

Quels outils de gestion financière locale? : pour plus d instruments de gestion et moins de normes juridiques

Quels outils de gestion financière locale? : pour plus d instruments de gestion et moins de normes juridiques Quels outils de gestion financière locale? : pour plus d instruments de gestion et moins de normes juridiques Mesdames et Messieurs ; A partir des interventions développées jusqu à présent, il me paraît

Plus en détail

LE PROJET INSTITUTIONNEL : DES VALEURS A L ORGANISATION

LE PROJET INSTITUTIONNEL : DES VALEURS A L ORGANISATION LE PROJET INSTITUTIONNEL : DES VALEURS A L ORGANISATION Marcel JAEGER - Directeur Général, IRTS Montrouge / Neuilly sur Marne Je ne vais traiter que du projet d établissement ou de service, et non pas

Plus en détail

norme internationale de services connexes (ISRS) 4410 (révisée), «Missions de compilation» /DP/2009/

norme internationale de services connexes (ISRS) 4410 (révisée), «Missions de compilation» /DP/2009/ Le 24 février 2011 Par affichage sur le site Web : http://www.iaasb.org/ Objet : sur l exposé-sondage concernant la norme internationale de services connexes (ISRS) 4410 (révisée), «Missions de compilation»

Plus en détail

Norme ISA 710, Informations comparatives Chiffres correspondants et états financiers comparatifs

Norme ISA 710, Informations comparatives Chiffres correspondants et états financiers comparatifs IFAC Board Prise de position définitive 2009 Norme internationale d audit (ISA) Norme ISA 710, Informations comparatives Chiffres correspondants et états financiers comparatifs Le présent document a été

Plus en détail

Discours du Chef de projet pour ouverture PASCRENA. 17 décembre 2012. Je vous remercie d avoir bien voulu répondre par votre

Discours du Chef de projet pour ouverture PASCRENA. 17 décembre 2012. Je vous remercie d avoir bien voulu répondre par votre Discours du Chef de projet pour ouverture PASCRENA 17 décembre 2012 Salutations protocolaires Chers amis de la société civile, Je vous remercie d avoir bien voulu répondre par votre présence à cette invitation

Plus en détail

007537/EU XXIII.GP Eingelangt am 14/02/07

007537/EU XXIII.GP Eingelangt am 14/02/07 007537/EU XXIII.GP Eingelangt am 14/02/07 COMMISSION DES COMMUNAUTÉS EUROPÉENNES Bruxelles, le 14.2.2007 SEC(2007) 113 DOCUMENT DE TRAVAIL DES SERVICES DE LA COMMISSION Document accompagnant la proposition

Plus en détail

Docteur Michel Legmann

Docteur Michel Legmann 1 Docteur Michel Legmann Président Mme Nora BERRA Secrétaire d Etat aux Aînés 55 rue Saint Dominique 75007 PARIS Nos références à rappeler sur tout échange de correspondance ML/FJ/np/Exercice professionnel

Plus en détail

DIVERSITÉ Ensemble, valorisons nos différences

DIVERSITÉ Ensemble, valorisons nos différences DIVERSITÉ Ensemble, valorisons nos différences Promouvoir la Diversité en luttant contre toute forme de discrimination et en valorisant chaque individu dans le respect des différences Pourquoi? Dans un

Plus en détail

SEMINAIRE SUR LA QUALITE DE LA LEGISLATION : PERSPECTIVES ESPAGNOLES. 9 juin 2006 ALLOCUTION D OUVERTURE

SEMINAIRE SUR LA QUALITE DE LA LEGISLATION : PERSPECTIVES ESPAGNOLES. 9 juin 2006 ALLOCUTION D OUVERTURE SEMINAIRE SUR LA QUALITE DE LA LEGISLATION : PERSPECTIVES ESPAGNOLES 9 juin 2006 ALLOCUTION D OUVERTURE Claire-Françoise Durand INTRODUCTION C est pour moi un grand plaisir et un grand honneur d ouvrir

Plus en détail

Norme ISA 600, Audits d états financiers de groupe (y compris l utilisation des travaux des auditeurs des composantes) Considérations particulières

Norme ISA 600, Audits d états financiers de groupe (y compris l utilisation des travaux des auditeurs des composantes) Considérations particulières IFAC Board Prise de position définitive 2009 Norme internationale d audit (ISA) Norme ISA 600, Audits d états financiers de groupe (y compris l utilisation des travaux des auditeurs des composantes) Considérations

Plus en détail

Monsieur le Directeur Général de l Administration Pénitentiaire Belge. de Rome qui s ouvrait le 22 novembre de l année dernière et qui fut

Monsieur le Directeur Général de l Administration Pénitentiaire Belge. de Rome qui s ouvrait le 22 novembre de l année dernière et qui fut Monsieur le Président, Monsieur le Directeur Général de l Administration Pénitentiaire Belge Monsieur l Ambassadeur, Autorités, Chers Collègues, Je suis heureux de Vous rencontrer encore une fois après

Plus en détail

DE L ENTREPRENEUR À L EXPERT-COMPTABLE

DE L ENTREPRENEUR À L EXPERT-COMPTABLE Exact Online ETUDE DE CAS DE L ENTREPRENEUR À L EXPERT-COMPTABLE www.exactonline.nl 2 EXACT ONLINE CASE STUDY ACCOUNTANCY PARTAGER LES INFORMATIONS POUR GARANTIR LA CROISSANCE Le quotidien est de plus

Plus en détail

LA POSITION DE L IFAC SUR LA REGULATION PROFESSIONNELLE

LA POSITION DE L IFAC SUR LA REGULATION PROFESSIONNELLE LA POSITION DE L IFAC SUR LA REGULATION PROFESSIONNELLE Introduction 1. L économie et la société bénéficient des performances de haute qualité des experts-comptables qui contribuent à l imputation et à

Plus en détail

Le Code Buysse : Quel rôle les experts-comptables externes et les conseillers peuvent-ils jouer?

Le Code Buysse : Quel rôle les experts-comptables externes et les conseillers peuvent-ils jouer? Le Code Buysse : Quel rôle les experts-comptables externes et les conseillers peuvent-ils jouer? GÉRARD DELVAUX, Président de l IEC ERWIN VERCAMMEN, Vice-président de l IEC Notre Président et notre Vice-président

Plus en détail

Méthodes et astuces pour Mieux négocier

Méthodes et astuces pour Mieux négocier Richard Bourrelly Méthodes et astuces pour Mieux négocier, 2007 ISBN : 978-2-212-53907-3 Chapitre 3 Négocier pour gagner ou pour éviter de perdre? Dans ce chapitre vous apprendrez à : identifier les enjeux

Plus en détail

Résidences étudiantes

Résidences étudiantes SEMINAIRE DE SENSIBILISATION Résidences étudiantes Publié le 15/06/2015 Page 2 6 Introduction Comment gérer les activités festives dans nos résidences? Comment gérer les nuisances autour? Quelles solutions

Plus en détail

2.1. Le risque de révision (3 décembre 1993) 58

2.1. Le risque de révision (3 décembre 1993) 58 2. METHODOLOGIE DE LA REVISION 2.1. Le risque de révision (3 décembre 1993) 58 1. Introduction 1.1.L objectif essentiel de la révision des comptes annuels est d assurer le lecteur du fait que ce document

Plus en détail

L UE, la crise économique et le marché immobilier Quel projet d avenir?

L UE, la crise économique et le marché immobilier Quel projet d avenir? L UE, la crise économique et le marché immobilier Quel projet d avenir? Prise de position CEPI, le Conseil Européen des Professions Immobilières Contact Référence Janet K. Griffiths - janet.griffiths@cepi.eu

Plus en détail

TIRER LES LEÇONS DES ERREURS DE LA VILLE DE HAWKESBURY

TIRER LES LEÇONS DES ERREURS DE LA VILLE DE HAWKESBURY Le 30 octobre 2006 TIRER LES LEÇONS DES ERREURS DE LA VILLE DE HAWKESBURY Monsieur le maire. Lors de mes interventions au Conseil, vous m avez indiquez que je mélangeait les choses que je ne comprenais

Plus en détail

SEMINAIRE SUR LA MISE EN PLACE D UNE FISCALITE DE DEVELOPPEMENT AU SEIN DE L UEMOA

SEMINAIRE SUR LA MISE EN PLACE D UNE FISCALITE DE DEVELOPPEMENT AU SEIN DE L UEMOA UNION ECONOMIQUE ET MONETAIRE OUEST AFRICAINE ------------------------- La Commission ------------ SEMINAIRE SUR LA MISE EN PLACE D UNE FISCALITE DE DEVELOPPEMENT AU SEIN DE L UEMOA DISCOURS DE SON EXCELLENCE

Plus en détail

Principales stratégies pour les années 1999-2001

Principales stratégies pour les années 1999-2001 L ISO en bref L ISO est l Organisation internationale de normalisation. Elle est composée des organismes nationaux de normalisation de pays grands et petits, industrialisés et en développement, de toutes

Plus en détail

Vers un cadre européen des qualifications 1 (EQF) pour un apprentissage tout au long de la vie.

Vers un cadre européen des qualifications 1 (EQF) pour un apprentissage tout au long de la vie. Vers un cadre européen des qualifications 1 (EQF) pour un apprentissage tout au long de la vie. Eléments de réflexion pour répondre à la consultation de la Commission européenne 1. Remarque préliminaire

Plus en détail

GUIDE RELATIF À LA GESTION DES DROITS DU PARENT NON-GARDIEN EN MILIEU SCOLAIRE

GUIDE RELATIF À LA GESTION DES DROITS DU PARENT NON-GARDIEN EN MILIEU SCOLAIRE GUIDE RELATIF À LA GESTION DES DROITS DU PARENT NON-GARDIEN EN MILIEU SCOLAIRE à être produit par le comité des secrétaires généraux de la Montérégie et de l Estrie Mario Champagne Francine Julien Daniel

Plus en détail

Commissions d enquête

Commissions d enquête RAPPORT AU MINISTRE DE LA DÉFENSE NATIONALE AVRIL 2015 Commissions d enquête Pleins feux sur les familles 1 Constatations 2 Depuis dix ans, le Bureau de l Ombudsman se penche et produit des rapports sur

Plus en détail

Forum Panafricain de Haut niveau AIDE MEMOIRE. Centre Africain de Formation et de Recherche Administratives pour le Développement

Forum Panafricain de Haut niveau AIDE MEMOIRE. Centre Africain de Formation et de Recherche Administratives pour le Développement Centre Africain de Formation et de Recherche Administratives pour le Développement Fondation pour le Renforcement des Capacités en Afrique (ACBF) Original : français Évaluation des réformes des cours et

Plus en détail

FÉDÉRATION FRANÇAISE DES SOCIÉTÉS D ASSURANCES

FÉDÉRATION FRANÇAISE DES SOCIÉTÉS D ASSURANCES FÉDÉRATION FRANÇAISE DES SOCIÉTÉS D ASSURANCES 26, Bd HAUSSMANN, 75311 PARIS CEDEX 09 TÈLÉPHONE 01 42 47 90 00 TÉLÈCOPIE 01 42 47 93 11 - TELEX 282 588 F FEDASSU LE DÉLÉGUÉ GÉNÉRAL (1)hfe/ Coniaci : Accord

Plus en détail

4 ème Congrès de l Association des Cours constitutionnelles ayant en partage l usage du français

4 ème Congrès de l Association des Cours constitutionnelles ayant en partage l usage du français 4 ème Congrès de l Association des Cours constitutionnelles ayant en partage l usage du français Allocution de Son Excellence Monsieur Abdou DIOUF Secrétaire général de la Francophonie Paris, le 13 novembre

Plus en détail

L encadrement des sondages et l élection présidentielle (dissert.)

L encadrement des sondages et l élection présidentielle (dissert.) L encadrement des sondages et l élection présidentielle (dissert.) Table des matières Table des matières... 2 Introduction... 3 I La loi du 19 Juillet 1977 : une réglementation originelle mise en cause...

Plus en détail

Personnes handicapées mentales : Citoyens à part entière

Personnes handicapées mentales : Citoyens à part entière A N A L Y S E S 2 0 0 8-1 Personnes handicapées mentales : Citoyens à part entière Contexte Lorsque l on évoque les personnes handicapées et le vote, l on pense presque systématiquement à l accessibilité

Plus en détail

NORME INTERNATIONALE D AUDIT 220 CONTRÔLE QUALITE D UN AUDIT D ETATS FINANCIERS

NORME INTERNATIONALE D AUDIT 220 CONTRÔLE QUALITE D UN AUDIT D ETATS FINANCIERS NORME INTERNATIONALE D AUDIT 220 CONTRÔLE QUALITE D UN AUDIT D ETATS FINANCIERS Introduction (Applicable aux audits d états financiers pour les périodes ouvertes à compter du 15 décembre 2009) SOMMAIRE

Plus en détail

Introduction les éléments de la réflexion page 2 l entreprise système page 3. I - L entreprise, son fonctionnement page 4

Introduction les éléments de la réflexion page 2 l entreprise système page 3. I - L entreprise, son fonctionnement page 4 CAFE ALEES - ETHIQUE ET POUVOIR Pouvoir équitable des parties prenantes Jean-Claude MONIER Le 26/04/2012 Introduction les éléments de la réflexion page 2 l entreprise système page 3 I - L entreprise, son

Plus en détail

Montréal, le 5 juin 2006

Montréal, le 5 juin 2006 Montréal, le 5 juin 2006 Monsieur Yvon Marcoux Ministre de la Justice du Québec Édifice Louis-Philippe-Pigeon 1200, route de l'église, 9 e étage Québec (Québec) G1V 4M1 Objet : Projet de loi n o 7 Loi

Plus en détail

Une lettre de motivation efficace en 10 points

Une lettre de motivation efficace en 10 points Une lettre de motivation efficace en 10 points Exercice de style aussi difficile qu indispensable, la lettre de motivation réclame des qualités que tout le monde ne peut maîtriser : esprit synthétique,

Plus en détail

Façonnez. votre avenir. Grâce à un apprentissage professionnel chez Swisscom.

Façonnez. votre avenir. Grâce à un apprentissage professionnel chez Swisscom. Façonnez votre avenir. Grâce à un apprentissage professionnel chez Swisscom. Prêt pour le marché du travail Un apprentissage professionnel vous permet d accéder directement à la vie professionnelle en

Plus en détail

L ÉXPÉRIENCE ESTHÉTIQUE À L ÉCOLE : POINTS DE VUE D ARTISTES

L ÉXPÉRIENCE ESTHÉTIQUE À L ÉCOLE : POINTS DE VUE D ARTISTES L ÉXPÉRIENCE ESTHÉTIQUE À L ÉCOLE : POINTS DE VUE D ARTISTES Myriam Lemonchois Université de Montréal Selon Dewey (2010), l expérience esthétique est l expression et l organisation de nos désirs en fonction

Plus en détail

CONSULTATION MULTI PARTIES PRENANTES SUR L EFFICACITE DE L AIDE DISCOURS D OUVERTURE DU DSRSG/RC/HC DES NATIONS UNIES

CONSULTATION MULTI PARTIES PRENANTES SUR L EFFICACITE DE L AIDE DISCOURS D OUVERTURE DU DSRSG/RC/HC DES NATIONS UNIES CONSULTATION MULTI PARTIES PRENANTES SUR L EFFICACITE DE L AIDE Enquête 2011 combinée sur l efficacité de l aide (Déclaration de Paris) et sur l engagement international dans les États fragiles - 12 avril

Plus en détail

Architecture d entreprise gouvernementale 3.0

Architecture d entreprise gouvernementale 3.0 Avis au lecteur sur l accessibilité : Ce document est conforme au standard du gouvernement du Québec SGQRI 008-02 (SGQRI 008-03, multimédia : capsules d information et de sensibilisation vidéo) afin d

Plus en détail

Discours de M. Laurent Fabius, Ministre des Affaires étrangères et du développement international. Seul le prononcé fait foi

Discours de M. Laurent Fabius, Ministre des Affaires étrangères et du développement international. Seul le prononcé fait foi Discours de M. Laurent Fabius, Ministre des Affaires étrangères et du développement international Seul le prononcé fait foi Mesdames et messieurs les négociateurs, chers amis, Je tenais à être avec vous

Plus en détail

I. Allocution d ouverture. de Roger DEHAYBE Administrateur général de l Agence intergouvernementale de la Francophonie

I. Allocution d ouverture. de Roger DEHAYBE Administrateur général de l Agence intergouvernementale de la Francophonie I. Allocution d ouverture de Roger DEHAYBE Administrateur général de l Agence intergouvernementale de la Francophonie ALLOCUTION DE ROGER DEHAYBE Administrateur général de l Agence intergouvernementale

Plus en détail

Nouvelles logiques de travail à l hôpital : opportunité pour la profession infirmière?

Nouvelles logiques de travail à l hôpital : opportunité pour la profession infirmière? Nouvelles logiques de travail à l hôpital : opportunité pour la profession infirmière? Vers une synergie entre la direction du département infirmier et la direction des ressources humaines : pistes de

Plus en détail

Notes pour une allocution de Mme Marie-France Kenny, présidente Fédération des communautés francophones et acadienne (FCFA) du Canada

Notes pour une allocution de Mme Marie-France Kenny, présidente Fédération des communautés francophones et acadienne (FCFA) du Canada Notes pour une allocution de Mme Marie-France Kenny, présidente Fédération des communautés francophones et acadienne (FCFA) du Canada Au Forum provincial des réseaux de soutien à l immigration francophone

Plus en détail

Madame la Ministre, Messieurs les Secrétaires d Etat,

Madame la Ministre, Messieurs les Secrétaires d Etat, R E P U B L I Q U E F R A N Ç A I S E PROJET DE LOI DE MODERNISATION DE L ECONOMIE INTERVENTION EN SEANCE PUBLIQUE Monsieur le Président, GROUPE DE TRAVAIL MODERNISATION DE L ECONOMIE Madame la Ministre,

Plus en détail

GROUPE DE TRAVAIL DEPARTEMENTAL ACCUEIL DES ENFANTS DE MOINS DE TROIS ANS

GROUPE DE TRAVAIL DEPARTEMENTAL ACCUEIL DES ENFANTS DE MOINS DE TROIS ANS Document sélectionné par le groupe de travail départemental Maternelle DSDEN du Nord GROUPE DE TRAVAIL DEPARTEMENTAL ACCUEIL DES ENFANTS DE MOINS DE TROIS ANS Les collaborations Enseignants ATSEM Une spécificité

Plus en détail

IFRS 15 Le nouveau profil du chiffre d affaires Une approche intégrée pour de nouveaux enjeux

IFRS 15 Le nouveau profil du chiffre d affaires Une approche intégrée pour de nouveaux enjeux IFRS 15 Le nouveau profil du chiffre d affaires Une approche intégrée pour de nouveaux Comptabilisation du chiffre d affaires : un nouveau modèle Fin mai 2014, l IASB et le FASB ont publié une norme commune

Plus en détail

DISCOURS DU PRESIDENT DE LA SOIXANTE-CINQUIEME SESSION DE L ASSEMBLEE GENERALE M. JOSEPH DEISS

DISCOURS DU PRESIDENT DE LA SOIXANTE-CINQUIEME SESSION DE L ASSEMBLEE GENERALE M. JOSEPH DEISS DISCOURS DU PRESIDENT DE LA SOIXANTE-CINQUIEME SESSION DE L ASSEMBLEE GENERALE M. JOSEPH DEISS A L OCCASION DE LA RECEPTION OFFICIELLE FRIBOURG, OUVERT AU MONDE FRIBOURG 5 OCTOBRE 2010 Seul le discours

Plus en détail

Quels sont les avantages d une phase d audit bien préparée?

Quels sont les avantages d une phase d audit bien préparée? Faciliter l audit des comptes consolidés en 10 étapes clés Quel processus suivre pour bien préparer l audit des comptes? Comment se faire assister de l outil informatique? Quels sont les avantages d une

Plus en détail

Une formation sur la relation d aide pendant l annonce: Histoire. avec des paramédicaux du chu d Amiens

Une formation sur la relation d aide pendant l annonce: Histoire. avec des paramédicaux du chu d Amiens Une formation sur la relation d aide pendant l annonce: Histoire avec des paramédicaux du chu d Amiens La Communication et la Relation d aide: une compétence de l infirmière Situation: mise en place du

Plus en détail

Système d information : Maximiser le retour sur investissement

Système d information : Maximiser le retour sur investissement Améliorer le contrôle interne Système d information : Maximiser le retour sur investissement LAURA FREDERICK, CONSULTANTE EN TI ET GESTION DU CHANGEMENT, ECHANGE, LLC, (MARS 2002) WWW.GLOBALECHANGE.COM

Plus en détail

Procédure Le système d assurance qualité au Cégep de Trois-Rivières

Procédure Le système d assurance qualité au Cégep de Trois-Rivières Procédure Le système d assurance qualité au Cégep de Trois-Rivières Adoptée au comité de Régie interne du 1er mars 2016 1. Introduction Notre système d assurance qualité comprend déjà toutes les composantes

Plus en détail

Les défis du financement des transports

Les défis du financement des transports Les défis du financement des transports Nous sommes tous, dans le monde d aujourd hui, usagers des transports, et donc consommateurs de mobilité. Pour se rendre au travail, pratiquer un loisir, partir

Plus en détail

Rapport sur le Sommet sur l intimidation

Rapport sur le Sommet sur l intimidation Rapport sur le Sommet sur l intimidation Éducation et Développement de la petite enfance Message du ministre Au nom du ministère de l Éducation et du Développement de la petite enfance, je suis heureux

Plus en détail

Le défi démographique dans le secteur européen de l assurance Déclaration commune des partenaires sociaux européens du secteur de l assurance

Le défi démographique dans le secteur européen de l assurance Déclaration commune des partenaires sociaux européens du secteur de l assurance Le défi démographique dans le secteur européen de l assurance Déclaration commune des partenaires sociaux européens du secteur de l assurance Introduction Le vieillissement de la population et l inversion

Plus en détail

Une compagnie pour la vie

Une compagnie pour la vie 12 pages:mise en page 1 01/06/11 11:15 Page1 Une compagnie pour la vie Une compagnie pour la vie AFI ESCA : Compagnie d assurance sur la vie et de capitalisation. Entreprise régie par le code des assurances.

Plus en détail

à l école primaire Roland LATOU Hélène LE PERFF Franck MOULHIAC Page 1 sur 26

à l école primaire Roland LATOU Hélène LE PERFF Franck MOULHIAC Page 1 sur 26 à l école primaire Roland LATOU Hélène LE PERFF Franck MOULHIAC Page 1 sur 26 PREAMBULE La course longue, trop souvent associée à l endurance dont elle prend parfois le nom, occupe une place parfois insuffisante

Plus en détail

Comment utiliser les techniques d accroche?

Comment utiliser les techniques d accroche? Comment utiliser les techniques d accroche? A l issue de la lecture de ce support, vous serez capable de : Prendre en compte les objectifs et les composantes de la prise de contact, Mettre en place les

Plus en détail

Comité aviseur femmes en développement de la main-d œuvre

Comité aviseur femmes en développement de la main-d œuvre Comité aviseur femmes en développement de la main-d œuvre Avis sur le Projet de politique de l éducation des adultes dans une perspective de formation continue présenté au ministre d État à l Éducation

Plus en détail

POSITION DE LA CES. Livre Blanc sur les pensions : «Pour garantir les retraites : Ne se tromper ni sur les objectifs, ni sur les moyens» 1

POSITION DE LA CES. Livre Blanc sur les pensions : «Pour garantir les retraites : Ne se tromper ni sur les objectifs, ni sur les moyens» 1 POSITION DE LA CES Livre Blanc sur les pensions : «Pour garantir les retraites : Ne se tromper ni sur les objectifs, ni sur les moyens» 1 1. Le 16 février 2012 la Commission a publié son Livre Blanc sur

Plus en détail

Le comité d audit. Présentation du rapport du groupe de travail. Anne Gillet Direction des affaires comptables

Le comité d audit. Présentation du rapport du groupe de travail. Anne Gillet Direction des affaires comptables Le comité d audit Présentation du rapport du groupe de travail Anne Gillet Direction des affaires comptables Sommaire 1. Contexte & missions du groupe de travail 2. Les principales caractéristiques du

Plus en détail

Les lois-cadre de programmation auraient une dimension pluriannuelle, pour laquelle plusieurs options étaient offertes.

Les lois-cadre de programmation auraient une dimension pluriannuelle, pour laquelle plusieurs options étaient offertes. MICHEL CAMDESSUS Paris, le 23 juin 2010 Gouverneur Honoraire de la Banque de France MC/lh 2010-103 Monsieur le Premier Ministre, J ai l honneur de vous remettre ci-joint le rapport du groupe de travail

Plus en détail

QUEL ACCOMPAGNEMENT POUR L ENTREPRISE QUI FORME?

QUEL ACCOMPAGNEMENT POUR L ENTREPRISE QUI FORME? Contrat n FR/06/B/P/PP-152512 QUEL ACCOMPAGNEMENT POUR L ENTREPRISE QUI FORME? REUNION DU PARTENARIAT FRANÇAIS : CCCA-BTP, MINISTERE DE L EDUCATION NATIONALE, CREDIJ Paris, le 22 janvier 2008 de 10 h à

Plus en détail

Comprendre et construire les groupes. Auteure : Chantal Leclerc Éditions : Les Presses de l Université Laval, 1999

Comprendre et construire les groupes. Auteure : Chantal Leclerc Éditions : Les Presses de l Université Laval, 1999 RECENSIONS Comprendre et construire les groupes Auteure : Chantal Leclerc Éditions : Les Presses de l Université Laval, 1999 En commençant à rédiger ce commentaire, je me suis rappelé une réflexion d un

Plus en détail

Indications et outils à l intention des comités d audit

Indications et outils à l intention des comités d audit Indications et outils à l intention des comités d audit L organisation des Comptables professionnels agréés (CPA Canada) a publié de nouveaux documents en vue d aider les comités d audit à mieux surveiller

Plus en détail

10 contrats pour votre prochain Projet Logiciel Agile

10 contrats pour votre prochain Projet Logiciel Agile 10 contrats pour votre prochain Projet Logiciel Agile Auteur : Peter Stevens Son article du 29 avril 2009 : http://agilesoftwaredevelopment.com/blog/peterstev/10-agile-contracts Son blog : http://www.scrum-breakfast.com/

Plus en détail

SECRETARIAT GENERAL CONGRES CFDT 2014

SECRETARIAT GENERAL CONGRES CFDT 2014 SECRETARIAT GENERAL CONGRES CFDT 2014 Intervention de la Fédération sur le rapport d activité Marseille, le 2 juin 2014 A la lecture du rapport, ces quatre années passées peuvent donner le tournis, tant

Plus en détail

Exercer le rôle de coordonnateur local de DES ou DESC

Exercer le rôle de coordonnateur local de DES ou DESC Exercer le rôle de coordonnateur local de DES ou DESC Les missions du coordonnateur local du 3 ème cycle se sont diversifiées au cours de ces dernières années, de sorte qu il est apparu nécessaire de clarifier

Plus en détail

DÉCRET PORTANT MESURES DE SIMPLIFICATION APPLICABLES

DÉCRET PORTANT MESURES DE SIMPLIFICATION APPLICABLES DÉCRET PORTANT MESURES DE SIMPLIFICATION APPLICABLES AUX MARCHÉS PUBLICS Conformément aux orientations du Gouvernement en matière de simplification, le décret n 2014-1097 du 26 septembre 2014 portant mesures

Plus en détail

Les résultats de la grande enquête : «L énergie de l accomplissement»

Les résultats de la grande enquête : «L énergie de l accomplissement» Les résultats de la grande enquête : «L énergie de l accomplissement» «Le succès n a rien à voir avec ce que vous gagnez ou accomplissez pour vous. C'est ce que vous faites pour les autres.» Danny Thomas

Plus en détail

XII Certification ISO 22000

XII Certification ISO 22000 Avant-propos Contrairement à ce qu une analyse hâtive pourrait laisser penser, la sécurité sanitaire des aliments ne devrait pas être un facteur de différenciation pour les entreprises du secteur agroalimentaire.

Plus en détail

Echange Dossier - septembre 2001 Numéro CGT-CFDT Contacts L ARTT A la DG

Echange Dossier - septembre 2001 Numéro CGT-CFDT Contacts L ARTT A la DG Echange Dossier - septembre 2001 Numéro CGT-CFDT Contacts L ARTT A la DG Septembre 2001 : Un mois avant la mise en place «anticipée» de l ARTT, l administration n a toujours pas consulté le personnel,

Plus en détail

NORME INTERNATIONALE D AUDIT 230 DOCUMENTATION D AUDIT

NORME INTERNATIONALE D AUDIT 230 DOCUMENTATION D AUDIT Introduction NORME INTERNATIONALE D AUDIT 230 DOCUMENTATION D AUDIT (Applicable aux audits d états financiers pour les périodes ouvertes à compter du 15 décembre 2009) SOMMAIRE Paragraphe Champ d application

Plus en détail

L éthique et les élus municipaux

L éthique et les élus municipaux CAT 015M C.P. P.L. 109 Éthique et déontologie en matière municipale L éthique et les élus municipaux Faire une différence éthique Notes de présentation Commission de l aménagement du territoire Nous devons

Plus en détail

Le FMI participe activement aux efforts déployés pour surmonter la crise alimentaire mondiale

Le FMI participe activement aux efforts déployés pour surmonter la crise alimentaire mondiale Bulletin du FMI Initiative multilatérale Le FMI participe activement aux efforts déployés pour surmonter la crise alimentaire mondiale Le Bulletin en ligne Le 13 mai 2008 Le FMI examinera toutes les demandes

Plus en détail

ALLOCUTION D ISABELLE COURVILLE PRÉSIDENTE DU CONSEIL BANQUE LAURENTIENNE LORS DE L ASSEMBLÉE ANNUELLE DES ACTIONNAIRES DE LA BANQUE LAURENTIENNE

ALLOCUTION D ISABELLE COURVILLE PRÉSIDENTE DU CONSEIL BANQUE LAURENTIENNE LORS DE L ASSEMBLÉE ANNUELLE DES ACTIONNAIRES DE LA BANQUE LAURENTIENNE ALLOCUTION D ISABELLE COURVILLE PRÉSIDENTE DU CONSEIL BANQUE LAURENTIENNE LORS DE L ASSEMBLÉE ANNUELLE DES ACTIONNAIRES DE LA BANQUE LAURENTIENNE 1 er avril 2015 NOTES DE L ALLOCUTION PRONONCÉE PAR MADAME

Plus en détail

Elaborer une Stratégie de Plaidoyer

Elaborer une Stratégie de Plaidoyer Elaborer une Stratégie de Plaidoyer Tenant compte du temps et des ressources limités des responsables de mise en œuvre de programmes, les outils de la série Straight to the Point (Droit au But) de Pathfinder

Plus en détail

Certificat de compétences Projet CAPE

Certificat de compétences Projet CAPE Certificat de compétences Projet CAPE Introduction L objectif principal du projet CAPE est de «contribuer à la mise en place de critères et de compétences de référence dans le cadre de la Certification

Plus en détail

AUDITION DE DIRECTIVE RELATIVE AUX SERVICES DANS LE MARCHE INTERIEUR

AUDITION DE DIRECTIVE RELATIVE AUX SERVICES DANS LE MARCHE INTERIEUR AUDITION DE LA CONFEDERATION GENERALE DES PME SUR LA PROPOSITION DE DIRECTIVE RELATIVE AUX SERVICES DANS LE MARCHE INTERIEUR La Commission Européenne a rédigé un premier rapport sur «l état du marché intérieur

Plus en détail

QUESTIONNAIRE AUX ÉTUDIANTS COTES

QUESTIONNAIRE AUX ÉTUDIANTS COTES ÉVALUATION DE LA PREMIÈRE ANNÉE DE FORMATION EN QUESTIONNAIRE AUX ÉTUDIANTS Le questionnaire est anonyme; n inscrivez votre nom sur aucune des pages du questionnaire ni sur la feuille-réponses. Les réponses

Plus en détail

AVIS PRÉSENTÉ. à la Commission des institutions. La Réforme du mode de scrutin au Québec

AVIS PRÉSENTÉ. à la Commission des institutions. La Réforme du mode de scrutin au Québec AVIS PRÉSENTÉ à la Commission des institutions La Réforme du mode de scrutin au Québec FADOQ - Mouvement des Aînés du Québec 4545, av. Pierre-De Coubertin, C.P. 1000, Succ. M, Montréal (Québec) H1V 3R2

Plus en détail

Discours du Professeur Danuta Hübner. Cérémonie de remise des insignes "docteur honoris causa" Université de Valenciennes et du Hainaut-Cambresis

Discours du Professeur Danuta Hübner. Cérémonie de remise des insignes docteur honoris causa Université de Valenciennes et du Hainaut-Cambresis Discours du Professeur Danuta Hübner Cérémonie de remise des insignes "docteur honoris causa" Université de Valenciennes et du Hainaut-Cambresis le 25 septembre 2009 Madame la Présidente, Monsieur le Recteur,

Plus en détail

Présentation au Comité permanent de la Chambre des communes sur les finances 2007

Présentation au Comité permanent de la Chambre des communes sur les finances 2007 Présentation au Comité permanent de la Chambre des communes sur les finances 2007 Le Conseil canadien de développement social (CCDS) a le plaisir de présenter ses arguments devant le Comité permanent de

Plus en détail

Alliage Gestion. Pour réveiller votre épargne financière

Alliage Gestion. Pour réveiller votre épargne financière Alliage Gestion Pour réveiller votre épargne financière avec Alliage Gestion votre épargne financière est plus active Qu est-ce qu Alliage Gestion? Vous disposez d une épargne financière mais vous n avez

Plus en détail

Allocution de Mme Maria Luisa Fornara, Représentante de l UNICEF en Tunisie

Allocution de Mme Maria Luisa Fornara, Représentante de l UNICEF en Tunisie TUNISIE Allocution de Mme Maria Luisa Fornara, Représentante de l UNICEF en Tunisie Présentation des résultats de l'étude sur Les représentations de l enfant, de l adolescent et du jeune dans les médias

Plus en détail

Chapitre 8. Corrigés

Chapitre 8. Corrigés Chapitre 8 Corrigés 1 Question 1. Indicateurs du BSC et stratégie de domination par les coûts Le BSC doit refléter les intentions stratégiques. Par conséquent, si l entreprise choisit de s orienter plutôt

Plus en détail

L administrateur et l investisseur

L administrateur et l investisseur L administrateur et l investisseur Enjeux Désigné par l assemblée générale, le conseil doit agir dans l intérêt et pour le compte de tous les actionnaires. A long terme, l intérêt social doit nécessairement

Plus en détail

Négocier avec son employeur

Négocier avec son employeur Thierry KRIEF Négocier avec son employeur Techniques de négociation commerciales appliquées au marché de l emploi, 2008 ISBN : 978-2-212-54138-0 Cas 1 Négocier un départ quand l entreprise veut vous garder

Plus en détail

CEREMONIE OFFOCIELLE D INAUGURATION DU SCANNER A RAYON X, Prix du Meilleur Agent de la Direction Générale des Impôts

CEREMONIE OFFOCIELLE D INAUGURATION DU SCANNER A RAYON X, Prix du Meilleur Agent de la Direction Générale des Impôts CEREMONIE OFFOCIELLE D INAUGURATION DU SCANNER A RAYON X, Prix du Meilleur Agent de la Direction Générale des Impôts PORT AUTONOME D ABIDJAN, 28 MAI 2008 Discours de Monsieur le Ministre de l Economie

Plus en détail

Comment réaliser une enquête par questionnaire?

Comment réaliser une enquête par questionnaire? Comment réaliser une enquête par questionnaire? 1. L objectif d une enquête : L enquête de satisfaction est un baromètre qui permet de prendre le pouls de la clientèle. Simple et peu coûteuse, elle révèle

Plus en détail

Animation pédagogique

Animation pédagogique Animation pédagogique Proposition d un cadre de réflexion Rédaction Jean- Michel Guilhermet à partir des travaux du groupe EPS 38 - mai 2012 Page 1 Le document précise les professionnelles attendues dans

Plus en détail

Capital garanti à vie * Transmission, avancez en toute sécurité! Allianz Continuité

Capital garanti à vie * Transmission, avancez en toute sécurité! Allianz Continuité Transmission, avancez en toute sécurité! Capital garanti à vie * Allianz Continuité Assurez-vous de transmettre de manière certaine* le capital de votre choix à ceux que vous aimez. * Sous réserve que

Plus en détail

DASgroupe. Un large éventail de protections qui répondent aux besoins de vos clients VOTRE ACCÈS À LA JUSTICE

DASgroupe. Un large éventail de protections qui répondent aux besoins de vos clients VOTRE ACCÈS À LA JUSTICE DASgroupe Un large éventail de protections qui répondent aux besoins de vos clients VOTRE ACCÈS À LA JUSTICE VOTRE ACCÈS À LA JUSTICE «Le professionnalisme de DAS et son assurance de frais juridiques si

Plus en détail

Négociation: Des Positions aux Intérêts

Négociation: Des Positions aux Intérêts Négociation: Des Positions aux Intérêts Jean Gay Cemaj et Unine, Colloque du 5 décembre 2008 Plan I. Une métaphore initiale à titre de fil rouge II. De la négociation traditionnelle à la négociation «éclairée»

Plus en détail

Les Français, leurs élus et le développement durable.

Les Français, leurs élus et le développement durable. SYNTHÈSE DE L ÉTUDE Les Français, leurs élus et le développement durable. Premier Baromètre Auxilia, réalisé en partenariat avec OpinionWay Réalisé fin octobre 2013, ce baromètre portant sur les Français,

Plus en détail