Institut des Reviseurs d Entreprises

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Institut des Reviseurs d Entreprises"

Transcription

1 Institut des Reviseurs d Entreprises Assemblée Générale 27 avril 2007 Jacques Potdevin 1. Je suis particulièrement heureux d être parmi vous ce jour et je voudrais avant tout rendre hommage aux contributions de la profession belge aux travaux de la FEE : Vice-présidence d André Kilesse Contribution active aux travaux de commission dans les domaines de la déontologie, audit, PME, reconnaissance des qualifications, accounting, assurance, etc. Accueil généreux de la profession belge dans son ensemble à chaque fois que l IFAC ou la FEE organise une manifestation d envergure en Belgique. 2. La FEE existe depuis vingt années mais ses antécédents remontent bien plus loin dans le passé. Le Groupe d Etude des Experts Comptables de la CEE, créé à la fin des années cinquante, s est réuni pendant plus de trente années dans les locaux de l Institut des Reviseurs d Entreprises. C est lui qui a influencé des textes fondateurs tels que la quatrième et la huitième directive. Peut-on aussi rappeler que son Secrétaire pendant toutes ces années était un éminent membre du Conseil de votre Institut, Monsieur Hendrick Block. 3. L époque des pionniers paraît bien lointaine et la FEE a pris ses marques non seulement auprès des Institutions européennes mais aussi internationalement. Nous sommes très attentifs au dialogue transatlantique, essentiel pour mener à bien la politique de convergence. 4. Il existe dans le monde professionnel comme dans le monde politique un grand problème de juste perception des affaires européennes. Où se prennent les décisions qui influencent notre avenir? Qui participe à la prise de décision? Mon objectif aujourd hui n est pas de me lancer dans des explications institutionnelles, forcément complexes, mais d illustrer le propos par quelques exemples liés à l actualité immédiate : La mise en œuvre de la directive audit, Le projet de la Commission en matière de simplification, Les IFRS pour PME, Les objectifs de convergence.

2 La Directive sur le Contrôle Légal 5. La directive comprend deux types de mesures. Les premières sont une harmonisation minimum qui doit se traduire dans la législation nationale. On doit se réjouir le plus souvent des textes européens qui représentent de bons compromis. Malheureusement, ce qu en font les Etats membres n est pas toujours aussi excellent. Certains se croient obligés de jouer les champions de la rigueur. C es rarement utile et cela ajoute des obstacles dans le marché intérieur. 6. Le second type de mesure a pour objectif une harmonisation plus poussée. Par exemple, l application des normes internationales d audit nous laisse très peu de place pour des déviations nationales par rapport à la norme. Si les pays européens veulent exister dans un tel contexte, ils n ont qu une seule solution : mettre tout en œuvre, notamment à travers la FEE, pour faire valoir leurs idées auprès des standard setters mondiaux. L utilité d un référentiel de normes d audit en Europe me paraît certaine. Comment pourrait-on aller de l avant dans l application des IFRS et continuer à certifier les comptes selon des normes nationales? Observons que les organismes de surveillance de la profession (oversight) développent rapidement leur coordination aux niveaux européen et mondial. Ceci est une bonne chose dans la mesure où il sera possible d éviter ainsi des procédures de surveillance redondantes. Nous devons aussi être conscients des risques de cette évolution qui au bout du chemin pourrait signifier la perte d influence des professionnels de terrain sur la normalisation. 7. D aucuns, j en suis certain, trouveront que la directive va trop loin dans l harmonisation en imposant l application des ISA. D autres jugeront que dans bien des domaines, la directive ne va pas assez loin (limitation de responsabilité ou formation). Il y a de nombreux espaces d autonomie nationale dans la directive et il est important que les instituts nationaux restent très attentifs à ce sujet. Nous avons aussi des problèmes nouveaux qui nous préoccupent et provoqueront sans doute des initiatives réglementaires. Les questions de concentration des cabinets et de liberté de choix des clients sont évidemment de ceux-là. 8. L existence d un choix suffisant pour les clients est devenue une vraie question. Les régulateurs qui imposent des règles de plus en plus sévères en matière de qualité devraient accepter que dans un tel contexte, tout cabinet qui satisfait aux contrôles de qualité doit être traité de façon équivalente. De plus, les régulateurs devraient prêter attention aux effets pervers de certaines règles en matière d incompatibilité par exemple. Le Projet Simplification 9. Nous sommes tous d accord pour dire que les contraintes administratives qui pèsent sur les PMEs sont excessives. La Commission européenne a proposé aux Etats membres de couper dans les formalités en réduisant la charge de 25%. Jusque là, nous pouvions ne pas avoir trop d inquiétudes. La suite révèlera le contraire. 2

3 Les Ministres réunis dans le Conseil compétitivité ont d abord fait observer qu ils n étaient pas concernés par ces 25%. Comme l essentiel des formalités pesant sur les PME, et d ailleurs toutes les entreprises, concerne les exigences des administrations fiscale et sociale, on peut dire que l objectif ne sera pas atteint. Deuxième problème, les services de la Commission ont adopté une approche linéaire, recherchant des simplifications dans toute forme de législation existante. Ceci les a conduits vers les directives comptabilité et audit. Le problème, c est que ces textes sont déjà très attentifs aux besoins des PME, au point que la plupart des Etats membres ne font pas usage de toutes les exemptions qu elles permettent. La comptabilité est un outil de gestion, et non une formalité administrative dont on pourrait se passer. 10. Dès que la FEE a été informée des projets de la Commission, nos groupes de travail ont étudié la question. Le problème en l espèce est qu il est difficile de faire des suggestions parce que les simplifications, si elles devaient se justifier, découleraient de la façon dont les Etats membres appliquent la directive, plus que de la directive elle-même. La définition de la PME et les conséquences que l on en tire sont des questions sensibles au plan national. Il n est pas clair qu elles soient nécessaires à l objectif de création d un marché intérieur européen. 11. La FEE a adopté une prise de position qui fut largement diffusée et présentée à la Commission et aux parlementaires européens. Nous ne sommes pas favorables à un système d audit à deux vitesses. Le risque de confusion pour les utilisateurs est évident. Par ailleurs, les tentatives faites dans plusieurs pays, dont les Etats Unis, ne sont pas convaincantes. Les Etats membres eux-mêmes ne semblent pas favorables aux mesures envisagées et qui auraient pour effet de restreindre le champ d application du contrôle légal ou de créer une exemption plus large pour les micro-entreprises. Nous devons cependant rester attentifs. Les IFRS pour SME 12. L IASB a publié récemment un exposé-sondage proposant un système de rapports financiers pour PME. Ce document a provoqué de nombreuses réactions négatives qui, dans une large mesure, découlent de mauvaises interprétations des besoins et des objectifs. Il n a jamais été question, à notre connaissance, de remplacer la quatrième directive par un nouveau référentiel comptable qui serait produit par l IASB. Par contre, il faut reconnaître qu il existe de nombreux pays dans le monde, et même en Europe, qui seraient intéressés par un référentiel comptable plus détaillé que la directive, sans pour autant être aussi développé que les IFRS. 13. Nous ne pouvons en rester à des questions de forme et de règlement. Le projet de l IASB doit être étudié au fond. La FEE s est toujours prononcée en faveur de normes fondées sur des principes. Les principes sont de plus en plus détaillés lorsqu on les décline dans le contexte de sociétés de plus grande taille. Cette approche «think small first» serait sans doute idéale si les normalisateurs étaient capables de s y plier. Une second observation doit cependant être faite. Les utilisateurs de l information financière préparée par les PME sont-ils les mêmes que les utilisateurs des états financiers 3

4 publiées par les grandes entreprises? Si la réponse devait être négative, quelles en sont les conséquences pour les règles d évaluation? L utilisation de la juste valeur n est pas seulement une difficulté technique. C est aussi une question de principe. 14. La profession ne peut pas être absente de ces débats. Nous devons tenir notre rang de professionnels de la comptabilité et ne pas abandonner le terrain aux théoriciens, qu ils soient normalisateurs ou académiques. Convergence 15. La politique suivie au plan européen et mondial depuis une dizaine d années découle d un même objectif : réduire autant que possible les divergences entre les systèmes de comptabilité et d audit, afin que les instruments de gestion des entreprises soient plus efficaces et moins coûteux. Le principal obstacle à cette évolution réside dans l action des normalisateurs nationaux. En conséquence, la solution réside aussi dans la convergence des principaux systèmes nationaux de normes, susceptibles d éliminer toute obligation de retraitement ou de réconciliation. 16. La convergence est un processus difficile. J indiquerai trois dangers : la convergence est parfois perçue comme un processus à sens unique. Il est logique de choisir le système le plus performant, mais les débats actuels sur les normes comptables révèlent que certaines susceptibilités politiques doivent être prises en compte. La convergence ne signifie par l uniformité. Dans un contexte international, il faut en effet que l information soit accessible et compréhensible pour les utilisateurs où qu ils soient établis. Ceci ne signifie pas que les normes doivent être identiques. Les réalités économiques ne sont pas les mêmes partout dans le monde. Ce point a été rappelé à plusieurs reprises par le Commissaire Charlie McCreevy. Un troisième danger est celui de débattre de la convergence dans le contexte des plus grandes sociétés, les seules qui sont dignes d intérêt aux yeux de certains, et notamment outre-atlantique, alors que l économie mondiale fonctionne grâce à un grand nombre de plus petites entités dont l organisation administrative et comptable ne peut supporter certaines sophistications. 17. La convergence est un processus difficile mais indispensable. Les négociations en cours entre la Commission Européenne et les autorités américaines déboucheront, nous l espérons, sur la reconnaissance mutuelle de l équivalence des systèmes. Ceci devrait intervenir en Le même exercice est en cours avec d autres grands pays, comme le requièrent la directive sur la transparence et la directive sur l audit. La FEE a joué un rôle actif en ces domaines ainsi qu en témoignent les conférences organisées en 2005 et 2006 sur ces sujets et les publications correspondantes. Conclusion 4

5 18. Dans tous ces grands débats, il est essentiel que la profession exprime des positions européennes communes. Dans une mesure limitée mais réelle, les institutions nationales se sont trouvées affaiblies face au développement de la mondialisation. Je ne voudrais pas exagérer le propos. Nous savons que toute directive ou règlement européen doit être approuvé par le Conseil des Ministres européens. De même, la FEE est d abord un conseil de représentants des instituts nationaux qui délibèrent par consensus. Toutefois, si nous voulons rester influents dans la politique professionnelle mondiale, nous devons le faire ensemble et après en avoir débattu entre nous. Nous devons définir des positions communes au sein de la profession et avec nos autorités de surveillance. 5

Considérations sur la crise et le marché intérieur 1

Considérations sur la crise et le marché intérieur 1 Considérations sur la crise et le marché intérieur 1 Auteurs : Jacques Potdevin : Président de la Fédération des Experts comptables Européens (FEE - Federation of European Accountants 2 ) de 2007 à 2008.

Plus en détail

Un nouveau départ pour servir l économie nationale

Un nouveau départ pour servir l économie nationale LA PROFESSION COMPTABLE ALGERIENNE : LA LOI 10/01 DU 29 JUIN 2010 Un nouveau départ pour servir l économie nationale Ali MAZOUZ, Expert Comptable et Commissaire aux Comptes. La loi sur la profession comptable

Plus en détail

XIE SEMINAIRE CILEA SEVILLE AVRIL 2005 Sixième session : Les normes comptables internationales et les PME

XIE SEMINAIRE CILEA SEVILLE AVRIL 2005 Sixième session : Les normes comptables internationales et les PME XIE SEMINAIRE CILEA SEVILLE AVRIL 2005 Sixième session : Les normes comptables internationales et les PME Intervention de Monsieur William NAHUM Le droit comptable français face au référentiel IAS/IFRS

Plus en détail

Philippe Arraou Vice Président Conseil Supérieur Ordre des Experts-comptables

Philippe Arraou Vice Président Conseil Supérieur Ordre des Experts-comptables Comptabilité des PME en France Philippe Arraou Vice Président Conseil Supérieur Ordre des Experts-comptables Principe général MEMES OBLIGATIONS COMPTABLES POUR TOUS Applicables à toutes les entreprises

Plus en détail

Norme ISA 220, Contrôle qualité d un audit d états financiers

Norme ISA 220, Contrôle qualité d un audit d états financiers IFAC Board Prise de position définitive 2009 Norme internationale d audit (ISA) Norme ISA 220, Contrôle qualité d un audit d états financiers Le présent document a été élaboré et approuvé par le Conseil

Plus en détail

Rapport du Groupe de travail intergouvernemental d experts des normes internationales de comptabilité et de publication sur sa trentième session

Rapport du Groupe de travail intergouvernemental d experts des normes internationales de comptabilité et de publication sur sa trentième session Nations Unies Conférence des Nations Unies sur le commerce et le développement Distr. générale 27 novembre 2013 Français Original: anglais TD/B/C.II/ISAR/68 Conseil du commerce et du développement Commission

Plus en détail

L expérience du Maroc dans le processus d adoption des normes comptables internationales IAS/IFRS

L expérience du Maroc dans le processus d adoption des normes comptables internationales IAS/IFRS ROYAUME DU MAROC Ministère de l Economie et des Finances Direction des Entreprises Publiques et de la Privatisation L expérience du Maroc dans le processus d adoption des normes comptables internationales

Plus en détail

Projet de loi concernant la réorganisation du Registre de Commerce et des Sociétés ainsi que la comptabilité et les comptes annuels des entreprises.

Projet de loi concernant la réorganisation du Registre de Commerce et des Sociétés ainsi que la comptabilité et les comptes annuels des entreprises. Monsieur le Ministre de la Justice Ministère de la Justice 16, boulevard Royal L-2934 Luxembourg Luxembourg, 28 avril 2000 Projet de loi concernant la réorganisation du Registre de Commerce et des Sociétés

Plus en détail

«COMPTABILITE, CONTROLE, AUDIT ET GESTION DES COUTS DANS LA GLOBALISATION ET LA NORMALISATION»

«COMPTABILITE, CONTROLE, AUDIT ET GESTION DES COUTS DANS LA GLOBALISATION ET LA NORMALISATION» APPEL A COMMUNICATION 14-16 JUIN 2010 - LYON, FRANCE 2 EME CONGRES TRANSATLANTIQUE «COMPTABILITE, CONTROLE, AUDIT ET GESTION DES COUTS DANS LA GLOBALISATION ET LA NORMALISATION» Les communications en anglais,

Plus en détail

Norme ISA 510, Audit initial Soldes d ouverture

Norme ISA 510, Audit initial Soldes d ouverture IFAC Board Prise de position définitive 2009 Norme internationale d audit (ISA) Norme ISA 510, Audit initial Soldes d ouverture Le présent document a été élaboré et approuvé par le Conseil des normes internationales

Plus en détail

Objet : Nouvel exposé-sondage ES/2011/6, Produits des activités ordinaires tirés de contrats avec des clients

Objet : Nouvel exposé-sondage ES/2011/6, Produits des activités ordinaires tirés de contrats avec des clients Le 5 mars 2012 Affiché sur le site Web http://www.iasb.org/ Objet : Nouvel exposé-sondage ES/2011/6, Produits des activités ordinaires tirés de contrats avec des clients Madame, Monsieur, L Association

Plus en détail

CHARTE DES PETITES, MOYENNES ENTREPRISES ET DE L ARTISANAT EN REPUBLIQUE DEMOCRATIQUE DU CONGO

CHARTE DES PETITES, MOYENNES ENTREPRISES ET DE L ARTISANAT EN REPUBLIQUE DEMOCRATIQUE DU CONGO 1 REPUBLIQUE DEMOCRATIQUE DU CONGO MINISTERE DES PETITES ET MOYENNES ENTREPRISES CHARTE DES PETITES, MOYENNES ENTREPRISES ET DE L ARTISANAT EN REPUBLIQUE DEMOCRATIQUE DU CONGO Kinshasa, le 24 août 2009

Plus en détail

Plan d action de l Institut des Réviseurs d Entreprises concernant l application de la norme ISQC-1 11.08.2014

Plan d action de l Institut des Réviseurs d Entreprises concernant l application de la norme ISQC-1 11.08.2014 Plan d action de l Institut des Réviseurs d Entreprises concernant l application de la norme ISQC-1 11.08.2014 Considérations générales 1. Le Conseil de l IRE est soucieux des difficultés rencontrées par

Plus en détail

Intergovernmental Working Group of Experts on International Standards of Accounting and Reporting (ISAR)

Intergovernmental Working Group of Experts on International Standards of Accounting and Reporting (ISAR) Intergovernmental Working Group of Experts on International Standards of Accounting and Reporting (ISAR) 31st SESSION 15-17 October 2014 Room XVIII, Palais des Nations, Geneva Friday, 17 October 2014 Morning

Plus en détail

Réviseur d entreprises Expert-comptable Conseil fiscal Conseil financier

Réviseur d entreprises Expert-comptable Conseil fiscal Conseil financier Réviseur d entreprises Expert-comptable Conseil fiscal Conseil financier Connected for success Parmi les principaux cabinets en Belgique, RSM Belgium est une société d audit, d expertise et de conseil

Plus en détail

Passage aux normes internationales d audit 1

Passage aux normes internationales d audit 1 . Passage aux normes internationales d audit 1 Par STEPHEN SPECTOR, M.A., FCGA Le présent article de Stephen Spector sur le passage aux normes internationales d audit est affiché dans le Reper. Introduction

Plus en détail

Cadre de référence des normes d indépendance canadiennes Mai 2015

Cadre de référence des normes d indépendance canadiennes Mai 2015 Cadre de référence des normes d indépendance canadiennes Mai 2015 Points saillants Le Groupe de travail sur l indépendance 1 (GTI) du Comité sur la confiance du public (CCP) de la profession canadienne

Plus en détail

Objet : Exposé-sondage de l IASB : Instruments financiers : Pertes de crédit attendues ES/2013/3

Objet : Exposé-sondage de l IASB : Instruments financiers : Pertes de crédit attendues ES/2013/3 Le 24 juin 2013 Affiché sur le site : www.ifrs.org Objet : Exposé-sondage de l IASB : Instruments financiers : Pertes de crédit attendues ES/2013/3 Madame, Monsieur, L Association des comptables généraux

Plus en détail

ORDRE DES PROFESSIONNELS COMPTABLES DU BURUNDI «OPC»

ORDRE DES PROFESSIONNELS COMPTABLES DU BURUNDI «OPC» ORDRE DES PROFESSIONNELS COMPTABLES DU BURUNDI «OPC» Par Pierre-Claver NZOHABONAYO SECRETAIRE GENERAL ORDRE DES PROFESSIONNELS COMPTABLES «OPC» 1. OBJECTIFS Dès sa création, l OPC vise une régulation articulée

Plus en détail

REGLEMENT N 01/2009/CM/UEMOA INSTITUANT UN CONSEIL PERMANENT DE LA PROFESSION COMPTABLE DANS L UNION ECONOMIQUE ET MONETAIRE OUEST AFRICAINE (UEMOA)

REGLEMENT N 01/2009/CM/UEMOA INSTITUANT UN CONSEIL PERMANENT DE LA PROFESSION COMPTABLE DANS L UNION ECONOMIQUE ET MONETAIRE OUEST AFRICAINE (UEMOA) UNION ECONOMIQUE ET MONETAIRE OUEST AFRICAINE ----------------------- Le Conseil des Ministres --------------- REGLEMENT N 01/2009/CM/UEMOA INSTITUANT UN CONSEIL PERMANENT DE LA PROFESSION COMPTABLE DANS

Plus en détail

Norme ISA 800, Audits d états financiers préparés conformément à des référentiels à usage particulier Considérations particulières

Norme ISA 800, Audits d états financiers préparés conformément à des référentiels à usage particulier Considérations particulières IFAC Board Prise de position définitive 2009 Norme internationale d audit (ISA) Norme ISA 800, Audits d états financiers préparés conformément à des référentiels à usage particulier Considérations particulières

Plus en détail

3. NORMES RELATIVES A LA CERTIFICATION DES COMPTES ANNUELS CONSOLIDES

3. NORMES RELATIVES A LA CERTIFICATION DES COMPTES ANNUELS CONSOLIDES 3. NORMES RELATIVES A LA CERTIFICATION DES COMPTES ANNUELS CONSOLIDES Considérant que la révision des comptes consolidés doit s exercer conformément aux normes générales de révision; que ses caractéristiques

Plus en détail

La communication de l Expert-Comptable en Europe. Conférence

La communication de l Expert-Comptable en Europe. Conférence La communication de l Expert-Comptable en Europe Conférence INTERVENANTS Jean-Claude SPITZ Vice-Président du Conseil Supérieur de l Ordre des Experts-Comptables André KILESSE Vice-Président FEE [Fédération

Plus en détail

connaître votre entreprise

connaître votre entreprise Au-delà des chiffres connaître votre entreprise accounting - auditing - consulting Un service fiable et sur mesure pour votre activité À propos de Baker Tilly Belgium Baker Tilly Belgium réunit sous un

Plus en détail

Norme ISA 620, Utilisation par l auditeur des travaux d un expert de son choix

Norme ISA 620, Utilisation par l auditeur des travaux d un expert de son choix IFAC Board Prise de position définitive 2009 Norme internationale d audit (ISA) Norme ISA 620, Utilisation par l auditeur des travaux d un expert de son choix Le présent document a été élaboré et approuvé

Plus en détail

Quand on se lève le matin, que la journée s annonce, on ne peut savoir comment elle va se dérouler ni comment elle se terminera, on ne vit pas seul

Quand on se lève le matin, que la journée s annonce, on ne peut savoir comment elle va se dérouler ni comment elle se terminera, on ne vit pas seul Quand on se lève le matin, que la journée s annonce, on ne peut savoir comment elle va se dérouler ni comment elle se terminera, on ne vit pas seul dans un bocal et, les gestes à poser, les démarches à

Plus en détail

la Directive «Services» 2006/123/CE

la Directive «Services» 2006/123/CE la Directive «Services» 2006/123/CE présentation du 22 février 2008 pour la Ville et les Communes de la Région de Bruxelles-Capitale Van De Sande J.M. SPF Economie DG Potentiel économique Président de

Plus en détail

Révision du «Cadre conceptuel» de l IASB : PROPOSITIONS POUR UNE COMPTABILITE PLUS PRUDENTE ET CENTREE SUR LE «BUSINESS MODEL»

Révision du «Cadre conceptuel» de l IASB : PROPOSITIONS POUR UNE COMPTABILITE PLUS PRUDENTE ET CENTREE SUR LE «BUSINESS MODEL» Révision du «Cadre conceptuel» de l IASB : PROPOSITIONS POUR UNE COMPTABILITE PLUS PRUDENTE ET CENTREE SUR LE «BUSINESS MODEL» La représentation de l activité des entreprises, dans les normes comptables

Plus en détail

International Business Services Accompagner les sociétés étrangères en France. Audit Expertise comptable Conseil

International Business Services Accompagner les sociétés étrangères en France. Audit Expertise comptable Conseil International Business Services Accompagner les sociétés étrangères en France International business Services Une ligne dédiée Barrières de la langue, environnement règlementaire complexe et évolutif,

Plus en détail

IFRS 8 Les secteurs opérationnels, un enjeu de communication financière et de comptabilité de gestion?

IFRS 8 Les secteurs opérationnels, un enjeu de communication financière et de comptabilité de gestion? IFRS 8 Les secteurs opérationnels, un enjeu de communication financière et de comptabilité de gestion? Lionel ESCAFFRE Commissaire aux Comptes Professeur associé à l Université d Angers Chercheur associé

Plus en détail

PRESENTATION DU CADRE DE REFERENCE 2010 A LA COMMISSION DE DROIT COMPTABLE 12 Juillet 2010

PRESENTATION DU CADRE DE REFERENCE 2010 A LA COMMISSION DE DROIT COMPTABLE 12 Juillet 2010 COMMISSION DES MISSIONS COMPTABLES PRESENTATION DU CADRE DE REFERENCE 2010 A LA COMMISSION DE DROIT COMPTABLE 12 Juillet 2010 Joëlle LASRY/Guy ZERAH CREATIVE WORK Page 1 PRESENTATION GENERALE Le Conseil

Plus en détail

1 - Quels sont les principaux obstacles rencontrés à la mise en accessibilité?

1 - Quels sont les principaux obstacles rencontrés à la mise en accessibilité? 1 Audition de Claire-Lise Campion C.E.S.E. 30 avril 2014 Seul le prononcé fait foi 1 - Quels sont les principaux obstacles rencontrés à la mise en accessibilité? Rappel : la loi du 11 février 2005 prévoit

Plus en détail

CONSEIL SUPERIEUR DES INDEPENDANTS ET DES PME

CONSEIL SUPERIEUR DES INDEPENDANTS ET DES PME CONSEIL SUPERIEUR DES INDEPENDANTS ET DES PME F REGL PROF - Qualifications prof. A2 Bruxelles, 26 mai 2011 MH/JC/JP A V I S sur LA REFORME DE LA DIRECTIVE RELATIVE A LA RECONNAISSANCE DES QUALIFICATIONS

Plus en détail

AVIS DU CONSEIL DE L INSTITUT DES REVISEURS D ENTREPRISES DU 23 JUIN 2004

AVIS DU CONSEIL DE L INSTITUT DES REVISEURS D ENTREPRISES DU 23 JUIN 2004 AVIS DU CONSEIL DE L INSTITUT DES REVISEURS D ENTREPRISES DU 23 JUIN 2004 CONCERNANT LA PROPOSITION DE DIRECTIVE DU PARLEMENT EUROPEEN ET DU CONSEIL CONCERNANT LE CONTRÔLE LEGAL DES COMPTES ANNUELS ET

Plus en détail

devant le Conseil de surveillance de la normalisation comptable

devant le Conseil de surveillance de la normalisation comptable VERSION DÉFINITIVE Allocution prononcée par Anthony Ariganello, CGA Président-directeur général CGA-Canada devant le Conseil de surveillance de la normalisation comptable Toronto (Ontario) Le 20 octobre

Plus en détail

Norme ISA 320, CARACTERE SIGNIFICATIF LORS DE LA PLANIFICATION ET DE LA REALISATION D UN AUDIT

Norme ISA 320, CARACTERE SIGNIFICATIF LORS DE LA PLANIFICATION ET DE LA REALISATION D UN AUDIT Norme internationale d audit (ISA) Norme ISA 320, CARACTERE SIGNIFICATIF LORS DE LA PLANIFICATION ET DE LA REALISATION D UN AUDIT La présente Norme internationale d audit (ISA) publiée en anglais par l

Plus en détail

(Du 18 octobre 2006) Monsieur le Président, Mesdames, Messieurs,

(Du 18 octobre 2006) Monsieur le Président, Mesdames, Messieurs, Réponse du Conseil communal à la question écrite N o 06-803 déposée le 11 août 2006 par M. Philippe Ribaux relative aux normes comptables internationales IPSAS (Du 18 octobre 2006) Monsieur le Président,

Plus en détail

Entreprises à capital fermé, OSBL et régimes de retraite

Entreprises à capital fermé, OSBL et régimes de retraite Entreprises à capital fermé, OSBL et régimes de retraite Juillet 2013 En bref Les bulletins En bref offrent un condensé des plus récentes nouvelles et publications provenant des normalisateurs en ce qui

Plus en détail

DISCOURS YVES NICOLAS Journée PE PME Mardi 8 juillet 2014

DISCOURS YVES NICOLAS Journée PE PME Mardi 8 juillet 2014 DISCOURS YVES NICOLAS Journée PE PME Mardi 8 juillet 2014 Mesdames et Messieurs les Présidents, Mesdames et Messieurs les Animateurs, Chères consœurs, chers confrères, Chers amis, C est avec grand plaisir

Plus en détail

BUELENS, MATHAY & ASSOCIATES RAPPORT DE TRANSPARENCE

BUELENS, MATHAY & ASSOCIATES RAPPORT DE TRANSPARENCE BUELENS, MATHAY & ASSOCIATES RAPPORT DE TRANSPARENCE 2013 TABLE DES MATIÈRES 1. INTRODUCTION... 3 2. STRUCTURE JURIDIQUE ET PROPRIETE... 3 3. RESEAU... 4 4. GESTION... 4 5. SYSTEME DE CONTROLE QUALITE

Plus en détail

Norme ISA 805, Audit d états financiers isolés et d éléments, de comptes ou de postes spécifiques d un état financier Considérations particulières

Norme ISA 805, Audit d états financiers isolés et d éléments, de comptes ou de postes spécifiques d un état financier Considérations particulières IFAC Board Prise de position définitive 2009 Norme internationale d audit (ISA) Norme ISA 805, Audit d états financiers isolés et d éléments, de comptes ou de postes spécifiques d un état financier Considérations

Plus en détail

Quatrième session de la Conférence des États parties (du 7 au 9 septembre 2011, Siège des Nations Unies à New York)

Quatrième session de la Conférence des États parties (du 7 au 9 septembre 2011, Siège des Nations Unies à New York) Quatrième session de la Conférence des États parties (du 7 au 9 septembre 2011, Siège des Nations Unies à New York) 8 septembre: Conférence des États parties De 10h à 13h : Table ronde 2. Garantir une

Plus en détail

COMMUNIQUE DE PRESSE

COMMUNIQUE DE PRESSE COMMUNIQUE DE PRESSE DAUGE et ASSOCIES et FIDELIO groupes d audit, d expertise comptable et de conseil se rapprochent afin de constituer un nouvel acteur indépendant Les groupes d audit, d expertise comptable

Plus en détail

Norme ISA 200, Objectifs généraux de l auditeur indépendant et réalisation d un audit conforme aux Normes internationales d audit

Norme ISA 200, Objectifs généraux de l auditeur indépendant et réalisation d un audit conforme aux Normes internationales d audit IFAC Board Prise de position définitive 2009 Norme internationale d audit (ISA) Norme ISA 200, Objectifs généraux de l auditeur indépendant et réalisation d un audit conforme aux Normes internationales

Plus en détail

Introduction à la comptabilité financière

Introduction à la comptabilité financière PARTIE 1 Introduction à la comptabilité financière Chapitre 1 Chapitre 2 Chapitre 3 Chapitre 4 D une approche patrimoniale et juridique à une approche économique et financière... 3 Les tableaux de synthèse

Plus en détail

Notes pour une allocution de M. Nicolas Marceau, ministre des Finances et de l Économie. Gouvernement du Québec

Notes pour une allocution de M. Nicolas Marceau, ministre des Finances et de l Économie. Gouvernement du Québec Cabinet du ministre Notes pour une allocution de M. Nicolas Marceau, ministre des Finances et de l Économie Gouvernement du Québec Lancement de la Mutuelle de microfinance (Québec) Québec Le 14 mai 2013

Plus en détail

L évaluation du climat des affaires au Maroc

L évaluation du climat des affaires au Maroc L évaluation du climat des affaires au Maroc Conférence sur le lancement de la publication de l OCDE Maroc : stratégie de développement du climat des affaires AGENDA Organisée par Le Programme MENA-OCDE

Plus en détail

Norme ISA 230, Documentation de l audit

Norme ISA 230, Documentation de l audit IFAC Board Prise de position définitive 2009 Norme internationale d audit (ISA) Norme ISA 230, Documentation de l audit Le présent document a été élaboré et approuvé par le Conseil des normes internationales

Plus en détail

Solvabilité 2, pour une meilleure protection des assurés européens

Solvabilité 2, pour une meilleure protection des assurés européens Solvabilité 2, pour une meilleure protection des assurés européens Solvabilité II, contrats responsables, normes IFRS, fiscalité : conséquences de ces normes sur le devenir des opérateurs et des couvertures

Plus en détail

Présentation de la consolidation

Présentation de la consolidation Chapitre I Présentation de la consolidation Établir les comptes consolidés d un groupe consiste à présenter son patrimoine, sa situation financière et les résultats de l ensemble des entités qui le constituent

Plus en détail

avis CCE 2015-0600 Transposition de la nouvelle directive comptable

avis CCE 2015-0600 Transposition de la nouvelle directive comptable avis CCE 2015-0600 Transposition de la nouvelle directive comptable CCE 2015-0600 DEF Transposition de la nouvelle directive comptable Bruxelles 18.03.2015 2 CCE 2015-0600 DEF Saisine Par sa lettre du

Plus en détail

- Excellence, Monsieur le Président le Président de la République ; - Monsieur le Premier Ministre ;

- Excellence, Monsieur le Président le Président de la République ; - Monsieur le Premier Ministre ; CEREMONIE OFFICIELLE D INAUGURATION DU SCANNER A RAYON X, PORT AUTONOME D ABIDJAN, 28 MAI 2008 Discours de Monsieur le Ministre de l Economie et des Finances - Excellence, Monsieur le Président le Président

Plus en détail

25. Contrôle 1. Quelles sociétés ne sont pas tenues de nommer un commissaire? 2. Qui peut être commissaire et qui le nomme?

25. Contrôle 1. Quelles sociétés ne sont pas tenues de nommer un commissaire? 2. Qui peut être commissaire et qui le nomme? Le gérant de la SPRL 71 25. Contrôle 1. Quelles sociétés ne sont pas tenues de nommer un commissaire? L article 141 C. soc. définit les sociétés qui ne sont pas tenues de nommer un commissaire. En pratique,

Plus en détail

Page 2. Une façon simple pour améliorer la trésorerie de l entreprise

Page 2. Une façon simple pour améliorer la trésorerie de l entreprise Page 2 1. Qui je suis? Tout d abord, si vous ne me connaissez pas encore, permettez-moi de me présenter. Après tout qu estce qui me donne l autorité pour vous parler? Quelles preuves avez-vous que je peux

Plus en détail

FICHE. La profession comptable et le cadre conceptuel 1 LA PROFESSION COMPTABLE. A La diversité des statuts. 1) La profession comptable salariée

FICHE. La profession comptable et le cadre conceptuel 1 LA PROFESSION COMPTABLE. A La diversité des statuts. 1) La profession comptable salariée La profession comptable et le cadre conceptuel FICHE 1 1 LA PROFESSION COMPTABLE A La diversité des statuts 1) La profession comptable salariée Il existe deux types de contrats de travail : Le contrat

Plus en détail

Intergovernmental Working Group of Experts on International Standards of Accounting and Reporting (ISAR)

Intergovernmental Working Group of Experts on International Standards of Accounting and Reporting (ISAR) Intergovernmental Working Group of Experts on International Standards of Accounting and Reporting (ISAR) 31st SESSION 15-17 October 2014 Room XVIII, Palais des Nations, Geneva Friday, 17 October 2014 Morning

Plus en détail

Audit & Analyse Cabinet d expertise comptable et de commissariat aux comptes

Audit & Analyse Cabinet d expertise comptable et de commissariat aux comptes Boulevard Youssef Ibn Tachfine, résidence Côte d Or, n 22, Tanger-Maroc Tél. : +212 (0) 539.32.50.39. Fax : +212 (0) 539.32.53.72. Email : m.lahyani@audit-analyse.com Site : Mohamed LAHYANI Expert-comptable

Plus en détail

Charte d éthique et de comportement

Charte d éthique et de comportement Charte d éthique et de comportement Préambule Le groupe BDO France, membre à part entière du réseau international BDO, effectue des missions de nature variées dans les domaines de l audit, du conseil financier

Plus en détail

Rapport de transparence Groupe JOYE

Rapport de transparence Groupe JOYE Rapport de transparence Groupe JOYE Préambule 1. Références aux textes Conformément à l article R 823-211 du Code de commerce, les commissaires aux comptes désignés auprès de personnes ou d entités faisant

Plus en détail

Desk Chine en France Votre lien privilégié avec la Chine

Desk Chine en France Votre lien privilégié avec la Chine Desk Chine en France Votre lien privilégié avec la Chine Pourquoi la France est-elle le pays à privilégier pour s implanter en Europe? * La France est l une des grandes économies de la zone euro : Deuxième

Plus en détail

Norme ISA 260, Communication avec les responsables de la gouvernance

Norme ISA 260, Communication avec les responsables de la gouvernance IFAC Board Prise de position définitive 2009 Norme internationale d audit (ISA) Norme ISA 260, Communication avec les responsables de la gouvernance Le présent document a été élaboré et approuvé par le

Plus en détail

1 Conseil Supérieur de l Ordre des Experts-Comptables Commission de Droit comptable et Délégués régionaux et Groupe Ad hoc IAS et PME 6 octobre 2008 2 Ordre du jour Actualité des règles comptables françaises

Plus en détail

Micro conférence. Comment générer de nouvelles missions avec une stratégie marketing pertinente?

Micro conférence. Comment générer de nouvelles missions avec une stratégie marketing pertinente? Micro conférence Comment générer de nouvelles missions avec une stratégie marketing pertinente? Intervenants Georges Crampette Expert comptable Cabinet Crampette Sylvain Lherm Sonia Piasentin Direction

Plus en détail

Prévoyance en Suisse Le point de vue des assureurs-vie. Andreas Zingg Président de la Commission pour les Questions sociales de l ASA

Prévoyance en Suisse Le point de vue des assureurs-vie. Andreas Zingg Président de la Commission pour les Questions sociales de l ASA Prévoyance en Suisse Le point de vue des assureurs-vie Andreas Zingg Président de la Commission pour les Questions sociales de l ASA Prévoyance en Suisse Le point de vue des assureurs-vie Concept des 3

Plus en détail

Mémoire de l Institut canadien des actuaires à l Association internationale des contrôleurs d assurance (AICA)

Mémoire de l Institut canadien des actuaires à l Association internationale des contrôleurs d assurance (AICA) Mémoire de l Institut canadien des actuaires à l Association internationale des contrôleurs d assurance (AICA) Septembre 2012 Document 212074 This document is available in English 2012 Institut canadien

Plus en détail

QUALIFICATION PROFESSIONNELLE. Audition du 21 février 2011 Consultation publique Bruxelles. La perspective des Médecins. Professeur Robert NICODEME

QUALIFICATION PROFESSIONNELLE. Audition du 21 février 2011 Consultation publique Bruxelles. La perspective des Médecins. Professeur Robert NICODEME QUALIFICATION PROFESSIONNELLE Audition du 21 février 2011 Consultation publique Bruxelles La perspective des Médecins Professeur Robert NICODEME 1 Conseil National de l Ordre des Médecins Le Conseil National

Plus en détail

Cession de fonds de commerce et notification fiscale source : UCM et Guichet

Cession de fonds de commerce et notification fiscale source : UCM et Guichet Cession de fonds de commerce et notification fiscale source : UCM et Guichet Guichet d Economie Locale de Schaerbeek Fondé par M. Etienne Noël, Échevin de l Economie et de l Emploi et avec le soutien du

Plus en détail

TABLE DES MATIÈRES. Introduction CHAPITRE CHAPITRE

TABLE DES MATIÈRES. Introduction CHAPITRE CHAPITRE TABLE DES MATIÈRES Introduction 1 Le diagnostic financier des sociétés et des groupes... 1 I. L analyse du risque de faillite... 2 A. L analyse fonctionnelle... 2 B. L analyse dynamique du risque de faillite

Plus en détail

Nos principales conclusions sont les suivantes :

Nos principales conclusions sont les suivantes : Conclusion g é nérale Les IFRS sont inadaptés à une comptabilité fiscale Le règlement «IFRS 2005» contient une disposition optionnelle permettant aux États membres d autoriser ou d imposer l application

Plus en détail

Norme internationale d information financière 1 Première application des Normes internationales d information financière

Norme internationale d information financière 1 Première application des Normes internationales d information financière IFRS 1 Norme internationale d information financière 1 Première application des Normes internationales d information financière Objectif 1 L objectif de la présente Norme est d assurer que les premiers

Plus en détail

IFAC Board. Prise de position définitive. Norme internationale de contrôle qualité (ISQC)

IFAC Board. Prise de position définitive. Norme internationale de contrôle qualité (ISQC) IFAC Board Prise de position définitive 2009 Norme internationale de contrôle qualité (ISQC) Norme ISQC 1, Contrôle qualité des cabinets réalisant des missions d audit ou d examen d états financiers, ainsi

Plus en détail

LE TELEGRAMME DU CEPLIS

LE TELEGRAMME DU CEPLIS LE TELEGRAMME DU CEPLIS Conseil Européen des Professions Libérales European Council of the Liberal Professions Europäischer Rat der Freien Berufe Le Conseil Européen des Professions Libérales 4 Rue Jacques

Plus en détail

PME Finance 29 avril 2014

PME Finance 29 avril 2014 PME Finance 29 avril 2014 http://www.pmefinance.org/9587-crowdfunding-analyse-du-projet-d-ordonnance.html Crowdfunding : le projet d'ordonnance se précise Très attendu, le projet d'ordonnance de simplification

Plus en détail

ACTUALITÉS DU DROIT ET DE LA DÉONTOLOGIE Droit des Affaires Comptabilité Déontologie des avocats. 7-9 mai 2015

ACTUALITÉS DU DROIT ET DE LA DÉONTOLOGIE Droit des Affaires Comptabilité Déontologie des avocats. 7-9 mai 2015 ACTUALITÉS DU DROIT ET DE LA DÉONTOLOGIE Droit des Affaires Comptabilité Déontologie des avocats 7-9 mai 2015 Contexte Le droit est une discipline qui subit de perpétuels changements. Le droit des affaires,

Plus en détail

Madame la Présidente, Monsieur le Directeur général, Mesdames et Messieurs les Délégués,

Madame la Présidente, Monsieur le Directeur général, Mesdames et Messieurs les Délégués, Madame la Présidente, Monsieur le Directeur général, Mesdames et Messieurs les Délégués, Le Ministre belge de la Coopération au développement, monsieur Armand De Decker, aurait bien voulu être des nôtres

Plus en détail

AVIS DE RECRUTEMENT. - Cinq (05) directions d appui rattachées au Commissaire Général :

AVIS DE RECRUTEMENT. - Cinq (05) directions d appui rattachées au Commissaire Général : MINISTERE DE L ECONOMIE ET DES FINANCES REPUBLIQUE TOGOLAISE Travail-Liberté-Patrie AVIS DE RECRUTEMENT Dans le cadre de la mise en place de l Office Togolais des Recettes (OTR), le Ministre de l Economie

Plus en détail

Le réviseur d entreprises : une valeur ajoutée pour votre PME. une valeur ajoutée pour votre PME. Entreprendre 2010

Le réviseur d entreprises : une valeur ajoutée pour votre PME. une valeur ajoutée pour votre PME. Entreprendre 2010 Le réviseur d entreprises : une valeur ajoutée pour votre PME 31.03.2010 Entreprendre 2010 Le réviseur d entreprises : une valeur ajoutée pour votre PME Jean NICOLET 31.03.2010 Membre de la Commission

Plus en détail

La normalisation comptable

La normalisation comptable La normalisation comptable CHAPITRE 1 L ensemble des règles comptables s applique à toute entité (personne physique ou morale) soumise à l obligation légale d établir des comptes annuels. 1 Sources des

Plus en détail

NORME INTERNATIONALE D AUDIT 320 CARACTERE SIGNIFICATIF LORS DE LA PLANIFICATION ET DE LA REALISATION D UN AUDIT

NORME INTERNATIONALE D AUDIT 320 CARACTERE SIGNIFICATIF LORS DE LA PLANIFICATION ET DE LA REALISATION D UN AUDIT NORME INTERNATIONALE D AUDIT 320 CARACTERE SIGNIFICATIF LORS DE LA PLANIFICATION Introduction (Applicable aux audits d états financiers pour les périodes ouvertes à compter du 15 décembre 2009) SOMMAIRE

Plus en détail

Rapport d étape Examen des hauts fonctionnaires de l Assemblée législative le 7 juillet 2011

Rapport d étape Examen des hauts fonctionnaires de l Assemblée législative le 7 juillet 2011 A. Examen Rapport d étape Examen des hauts fonctionnaires de l Assemblée législative le 7 juillet 2011 En mai 2011, le président de l Assemblée législative du Nouveau-Brunswick a officiellement chargé

Plus en détail

CHAPITRE 1 : LA PROFESSION COMPTABLE

CHAPITRE 1 : LA PROFESSION COMPTABLE CHAPITRE 1 : LA PROFESSION COMPTABLE I. Organisation de la profession comptable Profession comptable Comptable s salariés Comptable s libéraux Comptable s publics A. Comptables salariés 1. La profession

Plus en détail

Mardi 15 octobre 2013 00h00

Mardi 15 octobre 2013 00h00 Communiqué de presse Sondage CSA - Europ Assistance 7 ème baromètre Santé & Société Les opinions des Américains sur leurs systèmes de santé se dégradent tandis que celles des Européens restent très hétérogènes

Plus en détail

Formation «IFRS et US GAAP : points communs et divergences»

Formation «IFRS et US GAAP : points communs et divergences» Formation «IFRS et US GAAP : points communs et divergences» REFERENCE : 108 1. Objectif général Comprendre les principales différences entre les IFRS et les US GAAP. Savoir identifier et retraiter les

Plus en détail

ASSOCIATION DES COMPTABLES GÉNÉRAUX ACCRÉDITÉS DU CANADA. Norme de formation Professionnelle continue Version 1.1

ASSOCIATION DES COMPTABLES GÉNÉRAUX ACCRÉDITÉS DU CANADA. Norme de formation Professionnelle continue Version 1.1 ASSOCIATION DES COMPTABLES GÉNÉRAUX ACCRÉDITÉS DU CANADA Norme de formation Professionnelle continue Version 1.1 Association des comptables généraux accrédités du Canada 100 4200 North Fraser Way Burnaby

Plus en détail

PERTINENCE DE LA RÉVISION Étude sur l utilité de l audit en Suisse [1]

PERTINENCE DE LA RÉVISION Étude sur l utilité de l audit en Suisse [1] RETO EBERLE CHRISTIAN JAAG CHRISTIAN BACH PERTINENCE DE LA RÉVISION Étude sur l utilité de l audit en Suisse [1] La Chaire d audit et de contrôle interne de l Université de Zurich, avec le concours de

Plus en détail

Se doter d'un avantage concurrentiel au Canada : l'affaire de tous

Se doter d'un avantage concurrentiel au Canada : l'affaire de tous Se doter d'un avantage concurrentiel au Canada : l'affaire de tous Allocution de Nancy Hughes Anthony Présidente et chef de la direction Association des banquiers canadiens Prononcée devant Le Cercle de

Plus en détail

CONTRIBUTION À LA CONSULTATION NATIONALE SUR LE RENFORCEMENT DE LA COMPÉTITIVITÉ JURIDIQUE DE LA PLACE DE PARIS. Paris, le 26 mai 2011

CONTRIBUTION À LA CONSULTATION NATIONALE SUR LE RENFORCEMENT DE LA COMPÉTITIVITÉ JURIDIQUE DE LA PLACE DE PARIS. Paris, le 26 mai 2011 CONTRIBUTION À LA CONSULTATION NATIONALE SUR LE RENFORCEMENT DE LA COMPÉTITIVITÉ JURIDIQUE DE LA PLACE DE PARIS Paris, le 26 mai 2011 Monsieur Michel PRADA, Inspecteur Général des Finances honoraire, a

Plus en détail

NAUTISME ESPACE ATLANTIQUE 2 - N.E.A. 2 Figueira Da Foz Portugal 23 février 2010 Commission Environnement

NAUTISME ESPACE ATLANTIQUE 2 - N.E.A. 2 Figueira Da Foz Portugal 23 février 2010 Commission Environnement NAUTISME ESPACE ATLANTIQUE 2 - N.E.A. 2 Figueira Da Foz Portugal 23 février 2010 Commission Environnement La certification environnementale portuaire : Analyse de L Association des Ports de Plaisance de

Plus en détail

Carcassonne 2007 Réformes des marchés de financement : Opportunités pour les Coopératives d HLM

Carcassonne 2007 Réformes des marchés de financement : Opportunités pour les Coopératives d HLM Carcassonne 2007 Réformes des marchés de financement : Opportunités pour les Coopératives 00 Depuis 15 ans nos prospectives accompagnent l unification européenne du droit et de la finance (Société coopérative

Plus en détail

TABLEAU COMPARATIF DES PRINCIPALES DISPOSITIONS DE LA LOI SARBANES - OXLEY (USA), DE LA LOI SUR LA

TABLEAU COMPARATIF DES PRINCIPALES DISPOSITIONS DE LA LOI SARBANES - OXLEY (USA), DE LA LOI SUR LA TABLEAU COMPARATIF DES PRINCIPALES DISPOSITIONS DE LA LOI SARBANES - OXLEY (USA), DE LA LOI SUR LA SECURITE FINANCIERE (FRANCE) ET DE LA LOI RELATIVE AU RENFORCEMENT DE LA SECURITE DES RELATIONS FINANCIERES

Plus en détail

RAPPORT DE TRANSPARENCE 2014

RAPPORT DE TRANSPARENCE 2014 1/8 RAPPORT DE TRANSPARENCE 2014 (données mises à jour le 19 janvier 2015) Table des matières 1. Introduction 2. Structure juridique, capital et actionnariat 3. Réseau «DGST» - dispositions juridiques

Plus en détail

Art. 2. Les vérificateurs environnementaux, tels que définis à l article 2, point 20) du règlement (CE), relèvent du régime suivant :

Art. 2. Les vérificateurs environnementaux, tels que définis à l article 2, point 20) du règlement (CE), relèvent du régime suivant : Projet de loi portant certaines modalités d application et sanction du règlement (CE) no 1221/2009 du Parlement européen et du Conseil du 25 novembre 2009 concernant la participation volontaire des organisations

Plus en détail

1 La fonction comptable dans l entreprise

1 La fonction comptable dans l entreprise 1 La fonction comptable dans l entreprise 1.0. les entreprises sont tenues de tenir une comptabilité: a. pour des raisons fiscales b. dite de gestion c. dite financière d. comme moyen de preuve 1.1. la

Plus en détail

La gouvernance dans les grandes associations et fondations

La gouvernance dans les grandes associations et fondations La gouvernance dans les grandes associations et fondations Institut Français des Administrateurs Evaluer son Conseil d administration 7 rue Balzac 75008 PARIS Tel. : 01 55 65 81 32 - email : contact@ifa-asso.com

Plus en détail

Section 404 de la loi SOX : Quel impact sur les entreprises européennes cotées sur le marché américain?

Section 404 de la loi SOX : Quel impact sur les entreprises européennes cotées sur le marché américain? Section 404 de la loi SOX : Quel impact sur les entreprises européennes cotées sur le marché américain? Geoffrey Lallement, Consultant Senior «La falsification et la fraude détruisent le capitalisme et

Plus en détail

22 avril 2009. l investissement responsable de la maif

22 avril 2009. l investissement responsable de la maif Charte 22 avril 2009 l investissement responsable de la maif objectifs considération sur l investissement responsable les axes d engagement l investissement responsable de la maif /// Préambule La MAIF

Plus en détail

Normes comptables internationales

Normes comptables internationales ASSOCIATION DES COMPTABLES GÉNÉRAUX ACCRÉDITÉS DU CANADA Normes comptables internationales Arguments en faveur de leur utilisation au Canada Table des matières Sommaire...3 Introduction...5 L adoption

Plus en détail

C O N V E N T I O N POUR L AIDE A DOMICILE

C O N V E N T I O N POUR L AIDE A DOMICILE C O N V E N T I O N POUR L AIDE A DOMICILE Entre les soussignées, La CAISSE D'ASSURANCE RETRAITE ET DE LA SANTE AU TRAVAIL MIDI-PYRENEES ci-dessous dénommée la «Caisse», dont le siège est actuellement

Plus en détail

Intervention de Marisol Touraine. Ministre des affaires sociales, de la santé et des droits des femmes

Intervention de Marisol Touraine. Ministre des affaires sociales, de la santé et des droits des femmes 1 Intervention de Marisol Touraine Ministre des affaires sociales, de la santé et des droits des femmes Conseil d administration du régime social des indépendants Jeudi 25 juin 2015 Monsieur le Ministre,

Plus en détail

Déclaration liminaire de Mary Dawson Commissaire aux conflits d'intérêts et à l'éthique

Déclaration liminaire de Mary Dawson Commissaire aux conflits d'intérêts et à l'éthique Déclaration liminaire de Mary Dawson Commissaire aux conflits d'intérêts et à l'éthique Devant le Comité permanent de l'accès à l'information, de la protection des renseignements personnels et de l'éthique

Plus en détail