Mécanique des sols. Chapitre I Caractéristiques physiques et classification Chapitre II Eau dans le sol. Chapitre III Déformations des sols

Save this PDF as:
 WORD  PNG  TXT  JPG

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Mécanique des sols. Chapitre I Caractéristiques physiques et classification Chapitre II Eau dans le sol. Chapitre III Déformations des sols"

Transcription

1 Mécanique des sols Chapitre I Caractéristiques physiques et classification Chapitre II Eau dans le sol Chapitre III Déformations des sols Chapitre IV Résistance au cisaillement des sols

2 Introduction à la mécanique des sols 1- Définition d un sol 2- Définition de la mécanique des sols 3- Domaines d application de la mécanique des sols 3.1- Fondations d ouvrages 3.2- Ouvrages mixtes 3.3- Ouvrages en sol 3.4- Milieux naturels

3 1- Définition d un sol Qu appelle-t-on sol? - Les sols peuvent être définis comme des agrégats dans lesquels les particules sont faiblement liées et peuvent être séparées par une action mécanique légère - Un sol en place est constitué de grains solides baignant dans l eau, dans l air ou dans un mélange (eau + air) Le sol est un matériau à 3 phases : solide, liquide (eau) et gaz (air)

4 1- Définition d un sol 1.1- Formation des sols D où proviennent les sols? Tout simplement des roches, mais ils peuvent contenir aussi des matières organiques Les sols ont deux origines principales : - la désagrégation des roches par altération mécanique ou physicochimique sous l effet des agents naturels - la décomposition d organismes vivants : végétaux (tourbes) ou animaux (craies). Transformation de la roche en sol

5 1- Définition d un sol 1.1- Formation des sols Suivant les types d altération, les sols résultant auront des compositions différentes. Roche la désagrégation physique et mécanique des roches consolidées donne des fragments de roche de même composition que la roche mère : gravier, sable, limon Roche la décomposition physico-chimique de la roche en place ou des fragments de roche donne Des nouveaux composés : argiles

6 1- Définition d un sol 1.2- Conclusion un sol peut contenir des fragments de roche, des particules d argile et des matières organiques les vides entre ces différents éléments, généralement appelés pores ou interstices sont remplis d eau et d air si les vides ne contiennent pas d eau, le sol est sec si tous les vides sont remplis d eau, le sol est saturé (sol sous la nappe), si les vides sont remplis d eau et d air le sol est non saturé

7 2- Définition de la mécanique des sols Qu appelle-t-on la mécanique des sol? - La mécanique des sols est l étude des propriétés physiques, hydrauliques et mécaniques des sols en vue de leur application à la construction. - La mécanique des sols est donc une science appliquée, appelée aussi géotechnique, bien que la géotechnique soit une science beaucoup plus vaste, qui englobe quatre disciplines : la mécanique des sols, la mécanique des roches, la géologie de l ingénieur et l étude des matériaux locaux.

8 2- Définition de la mécanique des sols Le travail d un mécanicien de sol, ou d un géotechnicien, se joue en effet sur un ou plusieurs des trois volets: - Déformations des sols - Résistance au cisaillement des sols - Problèmes reliés à l eau La mécanique des sols puise souvent dans d autres disciples connexes. On citera: la mécanique des roches, la géologie, géomorphologie, tectonique, minéralogie, pédologie

9 2- Définition de la mécanique des sols Historique succinct de la mécanique des sols La mécanicien des sols est une science jeune. Les premiers fondements peuvent être attribués à COULOMB (1773), mais TERZAGHI ( ) a véritablement initié la mécanique des sols moderne

10 3- Domaines d application de la mécanique des sols Les domaines d application de la mécanique des sols sont nombreux et variés. Ils concernent la profession des travaux publics, ainsi que celle du bâtiment. - Fondations d ouvrages ou bâtiments (fondation superficielles et profondes) - Ouvrages mixtes (murs de soutènement, parois moulées, ) - Ouvrages en sol (routes, voies ferrés, barrages, digues de bassins en terre, ) - Milieux naturels (versants, berges de cours d eau ou de retenues, )

11 3- Domaine d application de la mécanique des sols Les sols - supportent des ouvrages fondations superficielles, fondations profondes

12 3- Domaine d application de la mécanique des sols Les sols - supportent des ouvrages fondations superficielles, fondations profondes - sont supportés par des ouvrages murs de soutènement, rideaux de palplanches

13 3- Domaine d application de la mécanique des sols Les sols - supportent des ouvrages fondations superficielles, fondations profondes - sont supportés par des ouvrages murs de soutènement, rideaux de palplanches

14 Les sols - supportent des ouvrages fondations superficielles, fondations profondes - sont supportés par des ouvrages murs de soutènement, rideaux de palplanches - sont des ouvrages remblais (routes, digues, barrage, )

15 Les sols - supportent des ouvrages fondations superficielles, fondations profondes - sont supportés par des ouvrages murs de soutènement, rideaux de palplanches - sont des ouvrages remblais (routes, digues, barrage, )

16 Les sols - supportent des ouvrages fondations superficielles, fondations profondes - sont supportés par des ouvrages murs de soutènement, rideaux de palplanches - sont des ouvrages remblais (routes, digues, barrage, )

17 3- Domaine d application de la mécanique des sols

18 Essai d identification et de classification des sols Objectifs Terminologie de base et définitions Essais d identification des constituants des sols Classification des sols

19 1- Elément constitutifs d un sol squelette solide + eau + gaz effet de la taille libre, capillaire, adsorbée air + vapeur d'eau

20 1.1- Phase solide Roche la désagrégation physique et mécanique des roches consolidées donne des fragments de roche de même composition que la roche mère : gravier, sable, limon Roche la décomposition physico-chimique de la roche en place ou des fragments de roche donne Des nouveaux composés : argiles Dimension D des particules D > 80 μm 2 μm < D < 80 μm D < 2 μm Fractions du sol suivant la dimension des grains Fraction du sol grenue fine très fine ou argileuse Forme des grains régulière plaquette ou disque Nature des minéraux minéraux d origine minéraux d origine ou néoformés

21 1.2- Phase liquide On distingue quatre catégorie d eau: - Eau de constitution - Eau libre - Eau capillaire - Eau liée ou absorbée

22 1.3- Phase gazeuse Dans les sols non saturés, la phase gazeuse est présente dans tout ou partie des pores sous forme d un mélange d air, de vapeur d eau, de gaz carbonique et d autres gaz

23 2- Caractéristiques physiques des sols 2.1- Description Existence de trois phases définition de paramètres caractéristiques des sols Représentation schématique - volume élémentaire de sol - trois phases séparées - volumes et masses de chacune des phases

24 2- Caractéristiques physiques des sols 2.1- Description W : poids total du sol W s : poids des particules solides W w : poids de l'eau V : volume total (apparent) Vs : volume des particules solides V v V w V a : volume des vides entre les particules : volume de l'eau : volume de l'air W = W s + W w V v = V w + V a V = V s + V v = V s + V w + V a

25 2- Caractéristiques physiques des sols Paramètres dimensionnels poids volumiques Poids volumique - des grains solides : - de l eau : γ W = V Ws γ = s V w = w w s 10kN / m Wa - de l air : γ = 0 a V a 3 - du sol sec : - du sol saturé : - du sol déjaugé : γ = W s d V γ W = + γ w. V V s v = sat ' γ = γ sat γ w W V sat - total (du sol) : W γ = V

26 2- Caractéristiques physiques des sols Paramètres dimensionnels poids volumiques Ordre de grandeur -γ s = 26 à 27 kn/m 3 sable et argile -γ = 17 à 20 kn/m 3 sable 16 à 22 kn/m 3 argile -γ d = 14 à 18 kn/m3 sable 10 à 20 kn/m 3 argile -γ sat = 19 à 22 kn/m 3 sable et argile -γ = 9 à 12 kn/m 3 sable et argile

27 2- Caractéristiques physiques des sols Paramètres sans dimension caractérisation de l état du sol relations volumiques - porosité : n V = V v 0 < n <1 Ordre de grandeur de n - sable : 0,25 à 0,50 - argile : 0,20 à 0,80 - indice des vides : V e = V v s 0 < e << Ordre de grandeur de e - sable : 0,5 à 1,00 - argile : 0,3 à 1,00 - degré de saturation: - S r = 1 : sol saturé V S r = V - S r < 1 : sol non saturé - S r = 0 : sol sec w v

28 2- Caractéristiques physiques des sols Paramètres sans dimension - teneur en eau : M M caractérisation de l état du sol w w = 2 pesées : avant et après étuve à 105 C Ordre de grandeur de w - sable : 1 à 15 % - argile : 10 à 20 % s - poids total - poids solide

29 2.2- Relations entre les paramètres Paramètres indépendants Les paramètres physiques définissent l'état d'un sol - état de compressibilité poids volumique γ s = constant (26,5 kn/m 3 ) - quantité d'eau w ou S r - quantité de vides e ou n La caractérisation d'un sol nécessite 3 paramètres indépendants - utilisation d'un diagramme de phases - utilisation d'un formulaire relations entre caractéristiques physiques n e = e = n 1 + e 1 n

30

31 2.3- Détermination des caractéristiques physiques Essais d'identification - connaissance du sol - paramètres nécessaires à leur classification Teneur en eau w M M s 3 paramètres indépendants - essais en laboratoire - dispersion des mesures (plusieurs essais) w w = 2 pesées : avant et après étuve à 105 C Poids volumique γ W γ = V - poids total - poids solide détermination de W et V 2 Méthodes

32 Détermination du volume total d échantillon de sol (V) Méthode par immersion dans l eau : (échantillon non remanié) - pesée 1 (m) poids d échantillon - échantillon recouvert d une couche de paraffine ( ρ paraffine = 0,88g/cm 3 ) - pesée 2 (m p ) masse de la couche de paraffine (et son volume) - pesée 3 (hydrostatique) (m p ) volume total (échantillon + paraffine) V = Vsol+ paraffine V parafine Méthode du moule : (échantillon remanié) - remplissage d un moule jusqu à débordement - arasage à la règle essai Proctor = m p m ρ w ' p m p ρ m p

33 Poids volumique des particules solides γ s γ s W = V s s pesée a mesurer de façon précise (a) pycnomètre (b) Pesée hydrostatique Pycnomètre - sol séché puis pesé (W s ) - sol dans le récipient contenant de l'eau distillée - enlever les buller d aire - volume d'eau déplacé par le sol

34 Poids volumique des particules solides γ s

35 3- Essais d identification 3.1- Essais d identification - Sols grenus 3.2- Essais d identification - Sols fins

36 Sol grenu Sol fin ou cohérent Sol organique d > 20 µm d < 20 µm forces de pesanteur effet de surface forces entre les particules Mauvaises propriétés géotechniques Sables Argiles Propriétés géotechniques très différentes Comportement des sables dépend de l état de compacité Comportement des argile dépend de la quantité d eau

37 3.1- Essais d identification Sols grenus Comportement des sols grenus dépend du squelette solide, peu importe l état d humidité importance de la dimension des grains et de leur état de compacité - Analyse granulométrique par tamisage - Essai d équivalent de sable - Indice de densité

38 Analyse granulométrique par tamisage Granulométrie distribution massique des grains suivant leur dimension passage d une quantité de sol au travers d une série de tamis d ouverture progressivement plus petite Sol pulvérulent : tamisage - jusqu'à 40 ou 80 µm - à sec pour les gros grains - utilisation de passoires et de tamis - sous eau pour les matériaux cohérents trous circulaires mailles carrées

39 Analyse granulométrique par tamisage Courbe granulométrique représentation graphique donnant : - la masse de tamisat cumulé (en %) échelle arithmétique - le diamètre des particules échelle logarithmique

40 Analyse granulométrique par tamisage Caractéristiques de la courbe granulométrique utilisation de coefficients - Coefficient d uniformité : C u = D 60 /D 10 C u > 2 granulométrie étalée C u < 2 granulométrie uniforme ou serrée Diamètre effectif D 10 = diamètre correspondant à 10 % de passage à travers le tamis - Coefficient de courbure : C c = (D 30 ) 2 /(D 10 D 60 ) sol bien calibré : 1 < C c < 3 matériaux plus denses

41 Analyse granulométrique par tamisage Forme de la courbe granulométrique La forme de la courbe granulométrique est liée au mode de formation (origine, transport et dépôt) du sol.

42 Essais d équivalent de sable Evaluer la proportion relative d éléments fins dans un sol Essai simple et rapide appareillage élémentaire géotechnique routière Principe fraction < 5 mm lavage énergique avec solution lavante repos de l ensemble Résultat floculat gonflé par la solution (particules fines) dépôt solide (sable) au fond de l éprouvette E.S. = h h Nature Argile pure Sol plastique Sol non plastique Sable pur et propre Equivalent de sable E.S. = 0 E.S. = 20 E.S. = 40 E.S. = 100

43 Indice de densité Etat de densité dans lequel se trouve un sol pulvérulent effet important sur le comportement mécanique I D = e e max max e e min - indice des vides : - e max et e min V e = V v s Indices des vides max et min sur le matériaux Sol lâche e e max I D 0 Sol serré e e min I D 1

44 3.2- Essais d identification Sols fins Comportement des sols fins - taille des grains forces de cohésion - présence d eau changement de consistance - Analyse granulométrique par sédimentométrie - Limites d Atterberg - Limite de liquidité w L - Limite de plasticité w p - Indice de plasticité I p - Indice de consistance I c - Activité - Valeur de bleu de méthylène

45 Analyse granulométrique par sédimentométrie v γ s γ w = 18. µ d 2 v vitesse de décantation d diamètre de la particule µ viscosité dynamique du liquide utilisé (eau + défloculant) γ poids volumique du liquide utilisé A une profondeur H donnée (H = v.t) on mesure la densité de la suspension en fonction du temps t

46 Limites d Atterberg état liquide - pas de capacité portante état plastique - fortes déformations - déformations plastiques état solide (avec retrait) - déformations élastiques état solide (sans retrait) - pas de changement de volume avec la baisse de w

47 Limites d Atterberg Limite de liquidité w L Méthode de Casagrande Teneur en eau pour laquelle une entaille est refermée sur 10 mm après 25 chocs Méthode du cône de pénétration

48 Détermination de w L Limites d Atterberg

49 Limites d Atterberg Limite de liquidité w L En pratique w L = w N 25 0,121

50 Limites d Atterberg Limite de plasticité w p Teneur en eau correspondant à une limite arbitraire entre les états plastique et semisolide de la consistance d'un sol. cylindre de 3mm de diamètre se brisant en tronçons de 10 à 20 mm

51 Limites d Atterberg Limite de retrait w s - plusieurs échantillons de sol de même volume initial V 0 et de même teneur en eau initiale w i - séchage pendant des durées différentes

52 Limites d Atterberg Indice de plasticité I p I p = w L w P étendue du domaine de plasticité - domaine de travail du sol Habituellement - le plus grand possible w p < teneur en eau des sols en place < w L 0 < I P < 5 5 < I P < 30 Degré de plasticité des sols Indice de plasticité Degré de plasticité Sol non plastique Sol peu plastique 30 < I P < 50 Sol plastique 50 < I P Sol très plastique

53 Limites d Atterberg Indice de consistance I c I c = w L w I P nat Sol en place par rapport à l état liquide

54 Limites d Atterberg Ordre de grandeur Nature w L (%) w p (%) I p (%) Limon Argile limoneuse peu plastique Argiles plastiques Argile de mexico Bentonite

55 Activité A c = I p teneur en argile Nature Kaolinite Illite Montmorillonite poids < 2µ m poids total sec ( < 0,4mm) Activité 0,38 inactive 0,90 normale 7,20 très active Activité A c 0 < A c < 0,5 0,5 < A c < 0,75 0,75 < A c < 1,25 Classes d activité Dénomination inactif peu actif normal 1,25 < A c < 2 actif 2 < A c très actif

56 Valeur de bleu de méthylène Argilosité d'un sol Quantité de bleu de méthylène pouvant s'adsorber sur les particules argileuses importance de la surface spécifique Tant que le bleu de méthylène est absorbé, il ne colore pas l'eau. On le vérifie en déposant une goutte sur un papier buvard : le centre de la tache est bleu vif (argile ayant absorbé le bleu) et l'auréole de la tache reste incolore. A partir d'une certaine dose de bleu, l'auréole se colore aussi : c'est le signe que toute l'argile a épuisé sa capacité d'absorption. La quantité de bleu consommée est donc une indication de la quantité d'argile. La valeur de bleu (VBS) s'exprime par la quantité de bleu en grammes consommée par 100 grammes de fines.

57 Autres essais Analyse minéralogique Diffraction des rayons X composition minéralogique Teneur en matière organique rétention d'eau, compressibilité Teneur en carbonate de calcium

58 4- Classification des sols Classification : rattachement à un groupe de sols de caractéristiques semblables Nombreuses classifications dans différents pays - USCS - AASHTO - LPC - GTR (remblais et couches de forme)

59 4.1- Classification LCP/USCS Classification LPC à partir des résultats fournis par - la granulométrie - les caractéristiques de plasticité de la fraction fine (Atterberg)

60 4.1- Classification LCP/USCS Sols à granulométrie uniforme Classification reposant sur le diamètre moyen des grains

61 4.1- Classification LCP/USCS Sols à granulométrie non uniforme Majorité des cas Trois types de sols : - sols grenus 50 % > 80 µm - sols fins 50 % < 80 µm - sols organiques > 10 %

62 4.1- Classification LCP/USCS Sols grenus Granulométrie et limites d Atterberg

63 4.1- Classification LCP/USCS Sable Classification des sols grenus en laboratoire (plus de 50% d éléments >0,08mm) Définitions Plus de 50% des éléments > Graves 0,08 mm ont un diamètre > 2mm Plus de 50% des éléments > 0,08 mm ont un diamètre < 2mm moins de 5% d éléments < 0,08 mm Plus de 12% d éléments < 0,08 mm moins de 5% d éléments < 0,08 mm Plus de 12% d éléments < 0,08 mm Symbole LPC Gb Gm GL GA Sb Sm SL SA Conditions C u = D 60 /D 10 > 4 et 1< C Z = (D 30 ) 2 /D 10 D 60 < 3 Une des conditions de Gb n est pas satisfaite Limites d Atterberg au-dessous de la ligne A (fig.15) Limites d Atterberg au-dessus de la ligne A (fig. 15) C u = D 60 /D 10 > 6 et 1< C Z = (D 30 ) 2 /D 10 D 60 < 3 Une des conditions de Sb n est pas satisfaite Limites d Atterberg au-dessous de la ligne A (fig.15) Limites d Atterberg au-dessus Appellations Grave propre bien graduée Grave propre mal graduée Grave limoneuse Grave argileuse Sable propre bien gradué Sable propre mal gradué Sable limoneux Sable argileux de la ligne A (fig. 15) Lorsque la teneur en particules fines (<0,08 mm) est comprise entre 5 et 12%, on utilise un double symbole. Par exemple : Sb-SL.

64 4.1- Classification LCP/USCS Sols fins Limites d Atterberg critère de plasticité

65 4.1- Classification LCP/USCS Sols organiques Exemple: Von Post Teneur en matière organique (%) Désignation géotechnique 0 3 Sol inorganique 3 10 Sol faiblement organique fo Vase Sol moyenne organique mo Sol tourbeux >30 Sol très organique to Tourbe

66 5- Compactage des sols Le compactage = augmentation de la densité du sol par des opérations mécanique 1. Echantillon mis à l étuve (105 C) pendant 24 h 2. On lui ajoute un volume connu d eau 3. On compacte l échantillon dans un moule, avec une dame tombant d une hauteur connue 4. On pèse le moule et on détermine w et γ d ; on obtient un point de la courbe de compactage 5. On va au point 2 et on recommence

67 5- Compactage Influence de la teneur en eau

68 5- Compactage Influence de la nature du sol

69 5- Compactage Influence de l énergie de compactage

3- La classification des sols

3- La classification des sols Géotechnique routière 3- La classification des sols V4 FRED PORTET OLIVIER NOËL, ENSEIGNANTS À L'ENTE D'AIX-EN-PROVENCE SYLVIE NICAISE, LABORATOIRE DU CETE MÉDITERRANÉE CAROLE PORTILLO ET MATHIEU VERMEULEN,

Plus en détail

- TASSEMENT m CALCULÉ PAR LA MÉTHODE DU CHEMIN 6.2 E - NOTION DE POUSSÉE ET DE BUTÉE. - THÉORIE DE RANKINE (1860) 73 G kpa

- TASSEMENT m CALCULÉ PAR LA MÉTHODE DU CHEMIN 6.2 E - NOTION DE POUSSÉE ET DE BUTÉE. - THÉORIE DE RANKINE (1860) 73 G kpa 5.3.3 - Cas des LISTE sols DES fins saturés NOTATIONS63 UNITÉ SYMBOLE 5.3.4 - Paramètres DÉFINITION obtenus à partir de l essai CHAPITRE USUELLE œdométrique 64 Majuscules 5.4 A - TASSEMENT m CALCULÉ PAR

Plus en détail

Mécanique des sols I. Chapitre I Propriétés physiques des sols. Chapitre II Hydraulique des sols. Chapitre III Déformations des sols

Mécanique des sols I. Chapitre I Propriétés physiques des sols. Chapitre II Hydraulique des sols. Chapitre III Déformations des sols Mécanique des sols I Chapitre I Propriétés physiques des sols Chapitre II Hydraulique des sols Chapitre III Déformations des sols Chapitre I Résistance au cisaillement des sols Chapitre I Propriétés physiques

Plus en détail

Géomatériaux TD 1. Granulats. 1. Analyse granulométrique par voie sèche (sur le sable)

Géomatériaux TD 1. Granulats. 1. Analyse granulométrique par voie sèche (sur le sable) Géomatériaux TD 1 Granulats 1. Analyse granulométrique par voie sèche (sur le sable) But de l'essai L'analyse granulométrique permet de déterminer la grosseur et les pourcentages pondéraux respectifs des

Plus en détail

L infiltration. Définitions Equations de base Facteurs influençant l infiltration et Profils hydriques Ex de Modélisation à l échelle du bassin

L infiltration. Définitions Equations de base Facteurs influençant l infiltration et Profils hydriques Ex de Modélisation à l échelle du bassin Valérie Borrell Estupina FLST403 - Montpellier 2011 L infiltration Définitions Equations de base Facteurs influençant l infiltration et Profils hydriques Ex de Modélisation à l échelle du bassin 1 Définitions

Plus en détail

Technologie du béton GCI 340

Technologie du béton GCI 340 Ammar Yahia, ing., Ph.D. Génie civil. Automne 2011 Les granulats à béton - Généralités variables influençant la qualité du béton - Caractéristiques des granulats - Propriétés des granulats à béton - Essais

Plus en détail

Besoins en données «sols» dans les études de génie civil. Contributions potentielles des bases de données IGCS

Besoins en données «sols» dans les études de génie civil. Contributions potentielles des bases de données IGCS Besoins en données «sols» dans les études de génie civil Contributions potentielles des bases de données IGCS O. SCHEURER B. BARAKAT Institut polytechnique Lasalle Beauvais avec la participation de C.

Plus en détail

Titre: C réé par: D ate de création: Membre de ParisTech AIDE MÉMOIRE DE MÉCANIQUE DES SOLS. Gérard Degoutte (CGAAER) Paul Royet(Cemagref)

Titre: C réé par: D ate de création: Membre de ParisTech AIDE MÉMOIRE DE MÉCANIQUE DES SOLS. Gérard Degoutte (CGAAER) Paul Royet(Cemagref) Titre: C réé par: D ate de création: Membre de ParisTech AIDE MÉMOIRE DE MÉCANIQUE DES SOLS Gérard Degoutte (CGAAER) Paul Royet(Cemagref) Réédition 2009 Les publications de l'engref 2 A V E R T I S S E

Plus en détail

Essais de succion sur des éprouvettes de diamètre CBR

Essais de succion sur des éprouvettes de diamètre CBR Essais de succion sur des éprouvettes de diamètre CBR Relation portance - succion Jacques PARAIRE Géologue Groupe des techniques routières Laboratoire régional de Saint-Brieuc INTRODUCTION RÉSUMÉ Cet article

Plus en détail

Terrains de grands jeux en gazon synthétique & Terrains de grands jeux stabilisés mécaniquement RAPPORT D ESSAIS LABORATOIRE N R141584-A1

Terrains de grands jeux en gazon synthétique & Terrains de grands jeux stabilisés mécaniquement RAPPORT D ESSAIS LABORATOIRE N R141584-A1 RAPPORT D ESSAIS Normes NF P90112 (2008) & XP P90111 (1998) Terrains de grands jeux en gazon synthétique & Terrains de grands jeux stabilisés mécaniquement GRAVE DRAINANTE 0/20 MM JOHANN DÜRO GMBH & CO

Plus en détail

3 De la pluie aux inondations Le rôle des roches

3 De la pluie aux inondations Le rôle des roches 3 De la pluie aux inondations Le rôle des roches Cette fiche permet à l élèves de développer plusieurs connaissances et compétences du socle commun au palier 3. Parmi celles-ci, les principales sont :

Plus en détail

ealr JPL 11 2002 1 ealr JPL 11 2002 2

ealr JPL 11 2002 1 ealr JPL 11 2002 2 Sols et fondations «Je me suis vite persuadé que l expression architecturale est une chose d autant plus difficile à obtenir qu on la recherche volontairement. En conséquence, ayant abandonné tout préjugé

Plus en détail

Plan détaillé. + projet de barrage en terre + conférence sécurité des barrages

Plan détaillé. + projet de barrage en terre + conférence sécurité des barrages Plan détaillé 1. La mécanique des sols et l ingénieur 2. L objet de la mécanique des sols et les disciplines proches 3. Propriétés physiques des sols 4. Plasticité et résistance au cisaillement ; stabilité

Plus en détail

SCIENCE DES MATERIAUX DE CONSTRUCTION Travaux pratiques

SCIENCE DES MATERIAUX DE CONSTRUCTION Travaux pratiques UNIVERSITE ABOUBEKR BELKAID FACULTE DES SCIENCES DE L INGENIEUR DEPARTEMENT DE GENIE CIVIL SCIENCE DES MATERIAUX DE CONSTRUCTION Travaux pratiques Préparé Par : M. GHOMARI F. & Mme BENDI-OUIS A. ANNEE

Plus en détail

APTITUDE A L INFILTRATION SUR LE TERRITOIRE DE LA COMMUNAUTE URBAINE DE BORDEAUX

APTITUDE A L INFILTRATION SUR LE TERRITOIRE DE LA COMMUNAUTE URBAINE DE BORDEAUX Communauté urbaine de Bordeaux APTITUDE A L INFILTRATION SUR LE TERRITOIRE DE LA COMMUNAUTE URBAINE DE BORDEAUX CAHIER DES CHARGES DES RECONNAISSANCES ET ETUDES DE SOL A REALISER SEPIA CONSEILS - 53, rue

Plus en détail

ARVOR Géotechnique Ingénierie des sols et des fondations

ARVOR Géotechnique Ingénierie des sols et des fondations Classification des matériaux utilisables dans la construction des remblais et des couches de forme d infrastructures routières (NF P 11-300) Fiche : DOC-FT-01 1. Classification des sols D max Classe Sous

Plus en détail

Introduction aux Technologies du Béton (Concrete Technology)

Introduction aux Technologies du Béton (Concrete Technology) Introduction aux Technologies du Béton (Concrete Technology) Quelques définitions Un béton Granulats + colle = béton si > 8 mm mortier si < 8 mm Pâte de ciment = eau + ciment Mortier = eau + ciment + sable

Plus en détail

LOUBNA KAHLERRAS Doctorante en cotutelle de thèse entre l'université de Liège (Belgique) et l'université de Constantine (Algérie) sous la direction

LOUBNA KAHLERRAS Doctorante en cotutelle de thèse entre l'université de Liège (Belgique) et l'université de Constantine (Algérie) sous la direction LOUBNA KAHLERRAS Doctorante en cotutelle de thèse entre l'université de Liège (Belgique) et l'université de Constantine (Algérie) sous la direction de : Pr. Angélique Léonard Pr. Azzedine Belhamri Pâte

Plus en détail

Evaluation des fonctions de pédotransfert d un sol hétérogène, milieu récepteur d eau usée traitée, sur un site pilote dédié

Evaluation des fonctions de pédotransfert d un sol hétérogène, milieu récepteur d eau usée traitée, sur un site pilote dédié Thèse de Behzad NASRI Evaluation des fonctions de pédotransfert d un sol hétérogène, milieu récepteur d eau usée traitée, sur un site pilote dédié Résumé En 1998, le Ministère de l Environnement a initié

Plus en détail

w = Masse.d eau.contenue;dans.le.granulat

w = Masse.d eau.contenue;dans.le.granulat LES MODES OPERATOIRES DU LABORATOIRE GENIE CIVIL GRANULATS TENEUR EN EAU D UN GRANULAT Selon NF... Niveau: PREMIERE et TERMINALE STI GC Plusieurs méthodes de laboratoire permettent la mesure de la teneur

Plus en détail

FLUIDISATION SOLIDE - GAZ

FLUIDISATION SOLIDE - GAZ 1 FLUIDISATION SOLIDE - GAZ I/ MISE EN EVIDENCE DU PHENOMENE DE FLUIDISATION On considère une couche de particules solides sphériques identiques reposant sur une grille poreuse horizontale à l'intérieur

Plus en détail

AUCE1172 Mécanique des sols Correction des séances d'exercice. Damien Janssens

AUCE1172 Mécanique des sols Correction des séances d'exercice. Damien Janssens Correction des séances d'exercice Damien Janssens TABLE DES MATIÈRES 1 Analyse Volumétrique des sols 2 1.1 Exercice 1................................................. 2 1.2 Exercice 2.................................................

Plus en détail

Propriétés physiques des sols

Propriétés physiques des sols Propriétés physiques des sols Propriétés physiques des sols Liées à 2 notions fondamentales : la texture et la structure Comportements de l air et de l eau du sol en dépendent 1) Texture 2 définitions

Plus en détail

S-I-1V3 PRÉTRAITEMENT DES ÉCHANTILLONS POUR ANALYSES PHYSICO-CHIMIQUES ET LIXIVIATION. 1. Objet. 2. Domaine d application. 3.

S-I-1V3 PRÉTRAITEMENT DES ÉCHANTILLONS POUR ANALYSES PHYSICO-CHIMIQUES ET LIXIVIATION. 1. Objet. 2. Domaine d application. 3. 1. Objet S-I-1V3 PRÉTRAITEMENT DES ÉCHANTILLONS POUR ANALYSES PHYSICO-CHIMIQUES ET LIXIVIATION Prétraitement des échantillons de sols (y compris les sédiments), les matières utilisées sur ou dans les sols

Plus en détail

EXIGENCES A RESPECTER PAR LE DEMANDEUR/TITULAIRE

EXIGENCES A RESPECTER PAR LE DEMANDEUR/TITULAIRE REGLES DE CERTIFICATION MARQUE NF Tubes en polyéthylène pour réseaux de distribution de gaz combustibles, réseaux de distribution d'eau potable, irrigation, industrie, eau non potable et assainissement

Plus en détail

Thermique des bâtiments Généralités

Thermique des bâtiments Généralités Thermique des bâtiments Généralités Si initialement, l étude du bilan thermique des bâtiments est effectuée afin d économiser les combustibles de chauffage (fuel, gaz, charbon ou électricité), elle est

Plus en détail

Escola Tècnica Superior d Enginyers de Camins, Canals i Ports de Barcelona Univesitat Politècnica de Catalunya

Escola Tècnica Superior d Enginyers de Camins, Canals i Ports de Barcelona Univesitat Politècnica de Catalunya 3. Identification du sol. 3.1. Généralités. On a procédé à faire une identification du sol en ce qui concerne ses propriétés, indices et son état initial. Ceci pour identifier, sur un profil de 5 m de

Plus en détail

SOMMMAIRE INTRODUCTION AUX TRAVAUX PRATIQUES DE PEDOLOGIE...2 PREPARATION DES ECHANTILLONS DE TERRE...3 DETERMINATION DE L'HUMIDITE DU SOL...

SOMMMAIRE INTRODUCTION AUX TRAVAUX PRATIQUES DE PEDOLOGIE...2 PREPARATION DES ECHANTILLONS DE TERRE...3 DETERMINATION DE L'HUMIDITE DU SOL... SOMMMAIRE PAGE INTRODUCTION AUX TRAVAUX PRATIQUES DE PEDOLOGIE...2 PREPARATION DES ECHANTILLONS DE TERRE...3 DETERMINATION DE L'HUMIDITE DU SOL...5 LE PH ET LE POUVOIR TAMPON DU SOL...6 LE CALCAIRE TOTAL

Plus en détail

INTRODUCTION Les tailles des particules sédimentaires sont extrêmement diverses, depuis les fines poussières transportées par les vents de haute

INTRODUCTION Les tailles des particules sédimentaires sont extrêmement diverses, depuis les fines poussières transportées par les vents de haute INTRODUCTION Les tailles des particules sédimentaires sont extrêmement diverses, depuis les fines poussières transportées par les vents de haute altitude (sirocco par exemple) jusqu aux gigantesques blocs

Plus en détail

Etude granulométrique application aux sédiments des environnements fluviatiles actuels

Etude granulométrique application aux sédiments des environnements fluviatiles actuels Etude granulométrique application aux sédiments des environnements fluviatiles actuels Rappels Objectifs But Caractériser les tailles de particules d un sédiment en établissant la fréquence statistique

Plus en détail

6. TEXTURE DU SOL. 6.0 Définition de la texture du sol. 6.1 Essais rapides à effectuer sur le terrain pour déterminer la texture du sol

6. TEXTURE DU SOL. 6.0 Définition de la texture du sol. 6.1 Essais rapides à effectuer sur le terrain pour déterminer la texture du sol 6. TEXTURE DU SOL 6.0 Définition de la texture du sol La texture indique l'abondance relative, dans le sol, de particules de dimensions variées: sable, limon ou argile. De la texture dépendent la facilité

Plus en détail

SCIENCE DES MATERIAUX DE CONSTRUCTION Travaux pratiques

SCIENCE DES MATERIAUX DE CONSTRUCTION Travaux pratiques UNIVERSITE ABOUBEKR BELKAID FACULTE DES SCIENCES DE L INGENIEUR DEPARTEMENT DE GENIE CIVIL SCIENCE DES MATERIAUX DE CONSTRUCTION Travaux pratiques Présenté Par: M. GHOMARI F. & Mme BENDI-OUIS A. ANNEE

Plus en détail

PROBLÈME 1 : Étude de l'eau en physique

PROBLÈME 1 : Étude de l'eau en physique Banque «Agro» A - 0304 PHYSIQUE Durée : 3 h 30 L usage d une calculatrice est autorisé pour cette épreuve L usage d abaques et de tables est interdit pour cette épreuve Les trois problèmes sont indépendants

Plus en détail

ESSAIS SUR BETON FRAIS

ESSAIS SUR BETON FRAIS EIDGENÖSSISCHE TECHNISCHE HOCHSCHULE LAUSANNE POLITECNICO FEDERALE DI LOSANNA SWISS FEDERAL INSTITUTE OF TECHNOLOGY LAUSANNE INSTITUT DES MATERIAUX LABORATOIRE DE MATERIAUX DE CONSTRUCTION ÉCOLE POLYTECHNIQUE

Plus en détail

L échantillonnage au sens le plus général peut être défini comme le «processus de prélèvement ou de constitution d un échantillon».

L échantillonnage au sens le plus général peut être défini comme le «processus de prélèvement ou de constitution d un échantillon». III. C ONTROLE GRANULOMETRIQUE DES POUDRES : La granulométrie est la science de la mesure des dimensions et de la détermination de la forme des particules ou c est l ensemble des caractéristiques qui définissent

Plus en détail

LES ESSAIS PORCHET. Christophe LACHERE Responsable d agence - FONDASOL INFILTRER LES EAUX PLUVIALES LES ENJEUX DES ESSAIS DE PERMEABILITE

LES ESSAIS PORCHET. Christophe LACHERE Responsable d agence - FONDASOL INFILTRER LES EAUX PLUVIALES LES ENJEUX DES ESSAIS DE PERMEABILITE LES ESSAIS PORCHET Christophe LACHERE Responsable d agence - FONDASOL INFILTRER LES EAUX PLUVIALES LES ENJEUX DES ESSAIS DE PERMEABILITE 15 Novembre 2012 ESSAI PORCHET ESSAI DE PERMEABILITE A CHARGE CONSTANTE

Plus en détail

Annalyse granulométrique

Annalyse granulométrique ANNEXE 1 Annalyse granulométrique 1.1 INTRODUCTION L analyse granulométrique a pour but de déterminer quantitativement la distribution des particulesdesolparclassesdediamètres.lenombreetlagrandeurdesclassesdediamètresdépendront

Plus en détail

EPREUVE SPECIFIQUE FILIERE MP CHIMIE. Durée : 2 heures. Les calculatrices sont autorisées * * *

EPREUVE SPECIFIQUE FILIERE MP CHIMIE. Durée : 2 heures. Les calculatrices sont autorisées * * * SESSION 2006 EPREUVE SPECIFIQUE FILIERE MP CHIMIE Durée : 2 heures Les calculatrices sont autorisées * * * NB : Le candidat attachera la plus grande importance à la clarté, à la précision et à la concision

Plus en détail

Le traitement des sols à la chaux, éléments fondamentaux

Le traitement des sols à la chaux, éléments fondamentaux Le traitement des sols à la chaux, éléments fondamentaux Journée Technique CFMS Valorisation des Sols Fins 3 Décembre 2008 Paris Par V.Lelong Lhoist France Sommaire La chaux aérienne Le sol fin, les argiles

Plus en détail

ρ = d = (sans unité) eau Un fluide est en équilibre dans le champ de pesanteur. Dans un repère O, i, j, k avec l'axe des z orienté vers le haut,

ρ = d = (sans unité) eau Un fluide est en équilibre dans le champ de pesanteur. Dans un repère O, i, j, k avec l'axe des z orienté vers le haut, Pour mettre en mouvement un objet, déformer un objet, modifier le mouvement d'un objet ; il est nécessaire de faire subir à celui-ci une action mécanique (avec ou sans contact). Pour décrire cette action

Plus en détail

Thermodynamique de l atmosphère

Thermodynamique de l atmosphère Thermodynamique de l atmosphère 1 Introduction Notion de parcelle d air L atmosphère est composée d un ensemble de molécules. Pour la description de la plupart des phénomènes étudiés, le suivi des comportements

Plus en détail

OBJET DE L ETUDE ET NIVEAU DE PRESTATION

OBJET DE L ETUDE ET NIVEAU DE PRESTATION CE CAHIER DES CHARGES TYPE A POUR OBJECTIF DE DEFINIR LE CONTENU TECHNIQUE MINIMUM DU RAPPORT REMIS EN FIN D ETUDE AU PARTICULIER DEMANDEUR. OBJET DE L ETUDE ET NIVEAU DE PRESTATION L objet de l étude

Plus en détail

04. LAITIER, SCHISTE ROUGE, CENDREES, SCORIES,

04. LAITIER, SCHISTE ROUGE, CENDREES, SCORIES, 04. LAITIER, SCHISTE ROUGE, CENDREES, SCORIES, CENDRES VOLANTES 04.01 ESSAI DE STABILITE DES SCHISTES ROUGES DANS L EAU. 04.08 CONSTANCE DE QUALITE DES CENDRES VOLANTES (ESSAI OPTICOMPACT). 04.01 ESSAI

Plus en détail

Sédiments et nouveaux matériaux pour le Bâtiment Durable

Sédiments et nouveaux matériaux pour le Bâtiment Durable Sédiments et nouveaux matériaux pour le Bâtiment Durable Pr. M.Quéneudec-t Kint, Dr.HDR. R.M.Dheilly Ingénierie des Matériaux et Procédés - Unité de recherche EPROAD EA 4669 - SFR Condorcet CNRS 3417-7,

Plus en détail

RECOMMANDATION UIT-R P.453-7 ANNEXE 1. L indice n de réfraction radioélectrique de l'atmosphère est donné par la formule suivante: n = 1 + N 10 6 (1)

RECOMMANDATION UIT-R P.453-7 ANNEXE 1. L indice n de réfraction radioélectrique de l'atmosphère est donné par la formule suivante: n = 1 + N 10 6 (1) Rec. UIT-R P.453-7 1 RECOMMANDATION UIT-R P.453-7 Rec. UIT-R P.453-7 INDICE DE RÉFRACTION RADIOÉLECTRIQUE: FORMULES ET DONNÉES DE RÉFRACTIVITÉ (Question UIT-R 201/3) (1970-1986-1990-1992-1994-1995-1997-1999)

Plus en détail

Ce fascicule a pour objet de guider le concepteur dans l emploi des géosynthétiques utilisés pour les fonctions de filtration et de drainage des sols

Ce fascicule a pour objet de guider le concepteur dans l emploi des géosynthétiques utilisés pour les fonctions de filtration et de drainage des sols 1 2 3 4 Ce fascicule a pour objet de guider le concepteur dans l emploi des géosynthétiques utilisés pour les fonctions de filtration et de drainage des sols dans les ouvrages suivants : - ouvrages hydrauliques,

Plus en détail

Chaleur d'hydratation et fissurabilité

Chaleur d'hydratation et fissurabilité 1. Introduction Chaleur d'hydratation et fissurabilité Les réactions du ciment Portland en présence d'eau ou "hydratation" produisent des composés hydratés qui permettent de lier les différentes particules

Plus en détail

UN MANUEL D ESSAIS DE GEOTECHNIQUE

UN MANUEL D ESSAIS DE GEOTECHNIQUE UN MANUEL D ESSAIS DE GEOTECHNIQUE Mehrez KHEMAKHEM Zouheir Bouarada ISET de Sfax - BP 9 B - 3099 El Bustan Sfax - Tunisie Mail : mehrez.khemakhem@isetsf.rnu.tn Thématique : l enseignement de la géotechnique

Plus en détail

Le Poromètre Fluide Fluide : L appareil capable de caractériser les pores des membranes jusqu aux plus petits à 2 nm

Le Poromètre Fluide Fluide : L appareil capable de caractériser les pores des membranes jusqu aux plus petits à 2 nm Le Poromètre Fluide Fluide : L appareil capable de caractériser les pores des membranes jusqu aux plus petits à 2 nm 1- Introduction Marie Andrée SIRVAIN IFTS Institut de la Filtration et des Techniques

Plus en détail

I Comportement des matériaux granulaires 1. 1 Introduction 3

I Comportement des matériaux granulaires 1. 1 Introduction 3 Table des matières Introduction Générale xvi I Comportement des matériaux granulaires 1 1 Introduction 3 2 Comportement des matériaux granulaires; rappels sur l élasticité 5 2.1 Elasticité isotrope.................................

Plus en détail

Composition des couches

Composition des couches Composition des couches Divers produits chimiques sont ajoutés aux préparations de couchage, mais les composants les plus importants d une couche sont le pigment et le liant. Cette section se limitera

Plus en détail

MPS : Eaux de consommation

MPS : Eaux de consommation Activité expérimentale n 1 M. Suet 2nd Compétences travaillées Compétences S approprier : Réaliser : Mobiliser et Exploiter ses connaissances : Mettre en œuvre une démarche expérimentale : Valider : Communiquer

Plus en détail

TECHNI.CH. Rapport technique / domaine des travaux spéciaux

TECHNI.CH. Rapport technique / domaine des travaux spéciaux Page 1 / 5 Rapport technique / domaine des travaux spéciaux Contenu : Béton poreux Rédaction : Simon Rauber / élève de 3ème année à l Ecole Technique de la Construction de Fribourg Date : 18 janvier 2010

Plus en détail

Valorisation des sédiments marins par solidification/stabilisation à base de ciment et additifs dans le domaine routier

Valorisation des sédiments marins par solidification/stabilisation à base de ciment et additifs dans le domaine routier Valorisation des sédiments marins par solidification/stabilisation à base de ciment et additifs dans le domaine routier Salim MEZAZIGH 1, Ernesto SILITONGA 2 Université de CAEN, Laboratoire "Morphodynamique

Plus en détail

Comprendre la formation et la fertilité des sols

Comprendre la formation et la fertilité des sols Comprendre la formation et la fertilité des sols Un sol est constitué d'éléments minéraux et de matières organiques. Il prend naissance à partir de la roche puis évolue sous l'action du climat et de la

Plus en détail

Le ciment. volume d un liquide dont la masse volumique (ρ t ) est connue. La masse C

Le ciment. volume d un liquide dont la masse volumique (ρ t ) est connue. La masse C Le ciment TD Masse volumique absolue Objectif de l essai Il s agit de mesurer la masse volumique absolue du ciment anhydre qui varie en fonction de la composition du ciment, tout en restant comprise entre

Plus en détail

Feuille d'exercices : Diusion thermique

Feuille d'exercices : Diusion thermique Feuille d'exercices : Diusion thermique P Colin 2014/2015 1 Diusion thermique dans une barre * On considère une barre cylindrique de longueur l et de section S constituée d un matériau de conductivité

Plus en détail

Valise environnement UW600 avec ph mètre

Valise environnement UW600 avec ph mètre Valise environnement UW600 avec ph mètre Ce kit peu coûteux de mesure de l environnement facilite l analyse rapide de l eau sur place. L ensemble des tests que contient cette valise sont caractérisés par

Plus en détail

Etude expérimentale d un béton de sable de dune pour la fabrication des dalles et pré dalles armées et faiblement armées

Etude expérimentale d un béton de sable de dune pour la fabrication des dalles et pré dalles armées et faiblement armées Etude expérimentale d un béton de sable de dune pour la fabrication des dalles et pré dalles armées et faiblement armées Laid BEDADI 1,* et Mohamed Tahar BENTEBBA 2,µ 1 Laboratoire de Travaux Public du

Plus en détail

UNIVERSITE ABOUBEKR BELKAID. Responsable : Pr. GHOMARI Fouad

UNIVERSITE ABOUBEKR BELKAID. Responsable : Pr. GHOMARI Fouad UNIVERSITE ABOUBEKR BELKAID FACULTE DE TECHNOLOGIE DEPARTEMENT DE GENIE CIVIL Matériaux de Construction Responsable : Pr. GHOMARI Fouad Les méthodes de formulation du Béton Le béton est un mélange dont

Plus en détail

1 Quel est le principe d une centrale thermique?

1 Quel est le principe d une centrale thermique? Physique-Chimie Deuxième partie Le défi énergétique Chapitre 4 Conversions et gestion de l énergie (suite) Séance 9 Chapitre 4 Conversions et gestion de l énergie (suite) (correspond au chapitre 10 du

Plus en détail

5. Infiltration et écoulements

5. Infiltration et écoulements 5. Infiltration et écoulements 5.1. Définitions et paramètres descriptifs de l infiltration 5.2. Facteurs influençant l infiltration 5.3. Variation du taux d infiltration au cours d une averse 5.4. Modélisation

Plus en détail

Transfert d humidité, migration de la vapeur d eau

Transfert d humidité, migration de la vapeur d eau Transfert d humidité, migration de la vapeur d eau 1)L air avec le diagramme de Mollier. 2)Le point de rosée. 3)La valeur Sd. 4)Etude d une paroi verticale avec le diagramme de Glaser Juillet 2013 Le diagramme

Plus en détail

116 page 2 «Liposolubilité des Substances Solides et Liquides»

116 page 2 «Liposolubilité des Substances Solides et Liquides» LIGNE DIRECTRICE DE L OCDE POUR LES ESSAIS DE PRODUITS CHIMIQUES Adoptée : 12 mai 1981 «Liposolubilité des Substances Solides et Liquides» (Méthode du flacon) 1. I N T R O D U C T I O N C o n n a i s s

Plus en détail

Utilisation des courbes Pvt THERMODYNAMIQUE :CHANGEMENTS D ETAT

Utilisation des courbes Pvt THERMODYNAMIQUE :CHANGEMENTS D ETAT THERMODYNAMIQUE :CHANGEMENTS D ETAT page:1 Les changements d état que subissent les polymères lors de leur transformation sont régis par les lois de la thermodynamique Exemple : Action ou procédé thermodynamique

Plus en détail

Réf. 131 MESURE DE LA TENEUR EN MATIERE SECHE

Réf. 131 MESURE DE LA TENEUR EN MATIERE SECHE 1/9 Réf. 131 MESURE DE LA TENEUR EN MATIERE SECHE 1 Intérêt La teneur en matière sèche des tubercules (constituée essentiellement d amidon) est un facteur important qui détermine en partie la tenue à la

Plus en détail

Etude d une pompe centrifuge monocellulaire

Etude d une pompe centrifuge monocellulaire Etude d une pompe centrifuge monocellulaire Séminaire à mi-parcours du 8 au 1 février 21 Lise CEBALLOS, Paul GUILLARD, Jean-Baptiste LEPRETRE Introduction Une pompe centrifuge monocellulaire est une turbomachine,

Plus en détail

Demande d autorisation pour l installation d un dispositif d Assainissement Non Collectif

Demande d autorisation pour l installation d un dispositif d Assainissement Non Collectif Service Public d Assainissement Non Collectif 36, Grande Rue- 71340 IGUERANDE Mobile : 06.43.28.22.30. Tél. : 03.85.25.94.20. Commune de : Date de réception du dossier en mairie : Dossier transmis au SPANC

Plus en détail

Agrément général de contrôle des constructions

Agrément général de contrôle des constructions Annexe 10 Document de synthèse relatif à la paille en tant que matériau isolant. INSTITUT ALLEMAND POUR LES TECHNIQUES DE CONSTRUCTION Etablissement public (de droit allemand) 10829 Berlin, le 10 février

Plus en détail

Cours de Structures en béton Prof. André Oribasi

Cours de Structures en béton Prof. André Oribasi Cours de Structures en béton Chapitre 2 LES MATERIAUX EN PRESENCE Section 2.2 Le béton 2.2.1 Les constituants du béton 2.2.2 Les types de béton 2.2.3 La résistance à la compression 2.2.4 La résistance

Plus en détail

12 Mélanges de gaz. m = m 1 + m 2 +... + m ns = m i. n = n 1 + n 2 +... + n ns = n i. 20 mars 2003 Généralités et mélanges de gaz parfaits 320

12 Mélanges de gaz. m = m 1 + m 2 +... + m ns = m i. n = n 1 + n 2 +... + n ns = n i. 20 mars 2003 Généralités et mélanges de gaz parfaits 320 20 mars 2003 Généralités et mélanges de gaz parfaits 320 12 On s est principalement limité jusqu à présent à l étude des substances pures. Or, bon nombre de problèmes thermodynamiques font intervenir des

Plus en détail

Prospekt 66-01F. Compactage Horizontal Statique (CHS) ou Compaction Grouting

Prospekt 66-01F. Compactage Horizontal Statique (CHS) ou Compaction Grouting Prospekt 66-01F Compactage Horizontal Statique (CHS) ou Compaction Grouting Sommaire Le procédé et son marché...3 Description du procédé...4 Amélioration de sols...6 Confortement de fondations...8 Comblement

Plus en détail

PROCES VERBAL D ESSAI ref. Es0001/06 M. Nadin - Rue de la Libération à Habay-la-Neuve Construction d une maison unifamiliale

PROCES VERBAL D ESSAI ref. Es0001/06 M. Nadin - Rue de la Libération à Habay-la-Neuve Construction d une maison unifamiliale Rue de Vance, 17 Tél. :063/42.22.94 B.N.S. S.P.R.L Fax : 063/42.22.93 ESSAIS DE SOLS TVA : BE 0874.970.484 PROCES VERBAL D ESSAI ref. Es0001/06 M. Nadin - Rue de la Libération à Habay-la-Neuve Construction

Plus en détail

TRANSPORT DES MATIERES EN SUSPENSION relation avec le flux solide?

TRANSPORT DES MATIERES EN SUSPENSION relation avec le flux solide? TRANSPORT DES MATIERES EN SUSPENSION relation avec le flux solide? Amphone VONGVIXAY GCGMA-INSA UMR SAS INRA Pascal DUPONT- GCGMA-INSA Catherine GRIMALDI- UMR SAS INRA Anne-Sophie Susperregui GCGMA-INSA

Plus en détail

L «AIR HUMIDE» Requiert la lecture préalable des fiches : L'atmosphère : pression, température, structure verticale, composition de l'air.

L «AIR HUMIDE» Requiert la lecture préalable des fiches : L'atmosphère : pression, température, structure verticale, composition de l'air. L «AIR HUMIDE» Requiert la lecture préalable des fiches : L'atmosphère : pression, température, structure verticale, composition de l'air Les nuages I L air humide et la notion de pression partielle de

Plus en détail

Un terrassement par déblai consiste à enlever des terres initialement en place ;

Un terrassement par déblai consiste à enlever des terres initialement en place ; Ch-2-Les Terrassements. 1. INTRODUCTION. Les terrassements constituent les travaux de préparation de l infrastructure des ouvrages de génie civil. Ils permettent d établir la plateforme des niveaux inférieurs

Plus en détail

METHODES EN GEOSCIENCES. Date et heure Localisation des prélèvements (longitude, latitude, profondeur ) Type d environnement Description du site

METHODES EN GEOSCIENCES. Date et heure Localisation des prélèvements (longitude, latitude, profondeur ) Type d environnement Description du site METHODES EN GEOSCIENCES I : Méthodes d études sédimentologies 1 - Notes de terrain Date et heure Localisation des prélèvements (longitude, latitude, profondeur ) Type d environnement Description du site

Plus en détail

01. SOLS ET MATERIAUX DE REMBLAI

01. SOLS ET MATERIAUX DE REMBLAI 01. SOLS ET MATERIAUX DE REMBLAI 01.01 ANALYSE GRANULOMETRIQUE DES SOLS: METHODE PAR TAMISAGE ET METHODE AREOMETRIQUE 01.03 LIMITES DE LIQUIDITE ET DE PLASTICITE DES SOLS (version 05/2014 + corrections

Plus en détail

Colmatage des drains et matériaux filtrants

Colmatage des drains et matériaux filtrants CHAPITRE 12 Colmatage des drains et matériaux filtrants 12.1 INTRODUCTION Il est désastreux de constater après l installation de drains qu ils sont colmatés et que l investissementestperdu. Lecolmatagedesdrainsestinfluencéparlescaractéristiquesdusol,dudrainetles

Plus en détail

Le choix entre les différentes possibilités se faisant en fonction du prix, les éléments à prendre en compte sont : - prix du forage - installation

Le choix entre les différentes possibilités se faisant en fonction du prix, les éléments à prendre en compte sont : - prix du forage - installation Le choix entre les différentes possibilités se faisant en fonction du prix, les éléments à prendre en compte sont : - prix du forage - installation du massif de gravier - tubage (plein + crépine) - pompe

Plus en détail

TD 4 : Systèmes, paramètres d'état et transformations

TD 4 : Systèmes, paramètres d'état et transformations TD 4 : Systèmes, paramètres d'état et transformations Applications de cours Thermodynamique Application 1 : échelles de température Le physicien allemand D.G. Fahrenheit établit en 1724 son échelle de

Plus en détail

C4. La pompe à chaleur

C4. La pompe à chaleur C4. La pompe à chaleur I. BUT DE LA MANIPULATION Se familiariser avec le fonctionnement d'une pompe à chaleur et en déterminer le coefficient de performance sous différentes conditions d'utilisation. II.

Plus en détail

Les stalactites de glace fondent sous la chaleur du soleil. Pourquoi la glace fond-elle? Une canette ci!eau a été oubliée au congélateur. Pourquoi le métal s est-il déchiré? Par les froids matins d'automne,

Plus en détail

3.2 Les adjuvants. Historique. La classification. Le rôle des adjuvants. Les adjuvants modifiant l ouvrabilité du béton

3.2 Les adjuvants. Historique. La classification. Le rôle des adjuvants. Les adjuvants modifiant l ouvrabilité du béton 3.2 Les adjuvants Historique Dès les origines de la fabrication du béton de ciment Portland, commencent les recherches sur l incorporation de produits susceptibles d améliorer certaines de ses propriétés.on

Plus en détail

Instructions et exemples de pose Austroflex Multiklemm 30 / 50

Instructions et exemples de pose Austroflex Multiklemm 30 / 50 Instructions et exemples de pose Austroflex Multiklemm 30 / 50 Systèmes de panneaux pour plancher chauffant pour systèmes de construction à sec, systèmes standards de chapes et de chapes liquides Avant

Plus en détail

Faceal Oleo HD Devis technique

Faceal Oleo HD Devis technique Faceal Oleo HD Devis technique Afin de protéger et de préserver les matériaux de construction des agressions extérieurs (eau, taches, salissures, graffitis ), des traitements spécifiques sont apparus pour

Plus en détail

C - Qualité des sols et de l eau. Bilan

C - Qualité des sols et de l eau. Bilan C - Qualité des sols et de l eau Bilan 1 CAH, Solution du sol et nutrition minérale végétale Le sol est un système complexe formé : D'une fraction solide minérale faite de fragments de roche issus du sous-sol

Plus en détail

CABINET DU PREMIER MINISTRE

CABINET DU PREMIER MINISTRE RÉPUBLIQUE DE CÔTE D'IVOIRE Union - Discipline - Travail CABINET DU PREMIER MINISTRE CELLULE DE COORDINATION DE LA COOPÉRATION CÔTE D IVOIRE - UNION EUROPÉENNE INGÉNIEURS - CONSEILS B.P. 5016 Bamako (MALI)

Plus en détail

de recherches routières Guide pratique Stabilisation des sols pour couches de sous-fondation Complément au Code de bonne pratique R 74/04

de recherches routières Guide pratique Stabilisation des sols pour couches de sous-fondation Complément au Code de bonne pratique R 74/04 2 Centre de recherches routières Guide pratique Stabilisation des sols pour couches de sous-fondation Complément au Code de bonne pratique R 74/04 * Table des matières Introduction 2 1. Prélèvements d

Plus en détail

Problème de l'agrégation de chimie 1976

Problème de l'agrégation de chimie 1976 Problème de l'agrégation de chimie 1976 COMPOSITION DE CHIMIE (Durée : 6 heures) Cette épreuve comporte deux parties. La première étudie le modèle des solutions strictement régulières qui permet l'évaluation

Plus en détail

PRESSION. Rq2 : L HYDROSTATIQUE étudie les propriétés des fluides en équilibres, toutes les parties étant parfaitement immobiles (Archimède, Pascal)

PRESSION. Rq2 : L HYDROSTATIQUE étudie les propriétés des fluides en équilibres, toutes les parties étant parfaitement immobiles (Archimède, Pascal) PRESSION 1 1. GENERALITES 1.1. Définition : pression exercée par une force r F agissant uniformément et perpendiculairement à une surface de grandeur S UNITE SI : le Pascal [ Pa ] ou [ N.m -2 ] p = F S

Plus en détail

Conductivité conductimétrie

Conductivité conductimétrie Conductivité conductimétrie I. Généralités sur les milieux conducteurs Le courant électrique est dû à un mouvement d'ensemble des porteurs de charges sous l'action d'un champ électrique. Ils sont de trois

Plus en détail

GÉNÉRALITÉS. Adresse : Téléphone : Adresse : Téléphone :

GÉNÉRALITÉS. Adresse : Téléphone : Adresse : Téléphone : SPANC Tel : 03 80 24 58 79 Fax : 03 80 22 72 84 audrey.gaillard@beaune-cote-et-sud.fr Communauté d agglomération BEAUNE CHAGNY NOLAY Service Assainissement 14 rue P. Trinquet 21200 BEAUNE DEMANDE D AUTORISATION

Plus en détail

Moulage. Objectifs. Connaître les différents procédés de moulage 1-1

Moulage. Objectifs. Connaître les différents procédés de moulage 1-1 Moulage Objectifs Connaître les différents procédés de moulage 1-1 1. Généralités sur la mise en forme 1-2 2. Définitions Le Moulage : reproduire un objet au moyen d un moule. Le mot moulage définit aussi

Plus en détail

Vérification du pieu stabilisateur Données d'entrée

Vérification du pieu stabilisateur Données d'entrée Vérification du pieu stabilisateur Données d'entrée Projet Date : 28.10.2015 Paramètres (saisie pour l'étude actuelle) Matériaux et normes Structures en béton : Coefficients EN 1992-1-1 : Structures en

Plus en détail

Prestations et moyens disponibles pour vos essais

Prestations et moyens disponibles pour vos essais Prestations et moyens disponibles pour vos essais À chaque caractéristique de matériau son essai! 10 septembre 2010 Le laboratoire du Département Génie Civil de l École Normale Supérieure de Cachan a les

Plus en détail

Réduction de la résistance électrique du dioxyde d étain SnO2 par addition de dopants

Réduction de la résistance électrique du dioxyde d étain SnO2 par addition de dopants Réduction de la résistance électrique du dioxyde d étain SnO2 par addition de dopants 1/43 Table des matières Table des matières... 2 Introduction... 4 1. Objectifs... 4 2. Techniques expérimentales...

Plus en détail

DOSSIER ASSAINISSEMENT AUTONOME

DOSSIER ASSAINISSEMENT AUTONOME DOSSIER ASSAINISSEMENT AUTONOME NORMES COMPOSITION D UNE INSTALLATION AUTONOME DISTANCE ET PENTE LA FOSSE TOUTES EAUX EPANDAGE LA VENTILATION ENTRETIEN 1 1 NORMES Les installations d assainissement autonome

Plus en détail

6.3.1.1 Le présent chapitre s applique aux emballages pour le transport des matières infectieuses de la catégorie A.

6.3.1.1 Le présent chapitre s applique aux emballages pour le transport des matières infectieuses de la catégorie A. 6.3.1 Généralités Chapitre 6.3 Prescriptions relatives à la construction des emballages pour les matières infectieuses (Catégorie A) de la classe 6.2 et aux épreuves qu ils doivent subir NOTA. Les prescriptions

Plus en détail

Les nouvelles règles parasismiques (2/4)

Les nouvelles règles parasismiques (2/4) Les nouvelles règles parasismiques (2/4) 1 1. Une nouvelle réglementation 2. Le nouveau zonage 3. Conséquence de l introduction de l EC8 4. La classification des bâtiments t 5. Les données introduites

Plus en détail