Mécanique des sols. Chapitre I Caractéristiques physiques et classification Chapitre II Eau dans le sol. Chapitre III Déformations des sols

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Mécanique des sols. Chapitre I Caractéristiques physiques et classification Chapitre II Eau dans le sol. Chapitre III Déformations des sols"

Transcription

1 Mécanique des sols Chapitre I Caractéristiques physiques et classification Chapitre II Eau dans le sol Chapitre III Déformations des sols Chapitre IV Résistance au cisaillement des sols

2 Introduction à la mécanique des sols 1- Définition d un sol 2- Définition de la mécanique des sols 3- Domaines d application de la mécanique des sols 3.1- Fondations d ouvrages 3.2- Ouvrages mixtes 3.3- Ouvrages en sol 3.4- Milieux naturels

3 1- Définition d un sol Qu appelle-t-on sol? - Les sols peuvent être définis comme des agrégats dans lesquels les particules sont faiblement liées et peuvent être séparées par une action mécanique légère - Un sol en place est constitué de grains solides baignant dans l eau, dans l air ou dans un mélange (eau + air) Le sol est un matériau à 3 phases : solide, liquide (eau) et gaz (air)

4 1- Définition d un sol 1.1- Formation des sols D où proviennent les sols? Tout simplement des roches, mais ils peuvent contenir aussi des matières organiques Les sols ont deux origines principales : - la désagrégation des roches par altération mécanique ou physicochimique sous l effet des agents naturels - la décomposition d organismes vivants : végétaux (tourbes) ou animaux (craies). Transformation de la roche en sol

5 1- Définition d un sol 1.1- Formation des sols Suivant les types d altération, les sols résultant auront des compositions différentes. Roche la désagrégation physique et mécanique des roches consolidées donne des fragments de roche de même composition que la roche mère : gravier, sable, limon Roche la décomposition physico-chimique de la roche en place ou des fragments de roche donne Des nouveaux composés : argiles

6 1- Définition d un sol 1.2- Conclusion un sol peut contenir des fragments de roche, des particules d argile et des matières organiques les vides entre ces différents éléments, généralement appelés pores ou interstices sont remplis d eau et d air si les vides ne contiennent pas d eau, le sol est sec si tous les vides sont remplis d eau, le sol est saturé (sol sous la nappe), si les vides sont remplis d eau et d air le sol est non saturé

7 2- Définition de la mécanique des sols Qu appelle-t-on la mécanique des sol? - La mécanique des sols est l étude des propriétés physiques, hydrauliques et mécaniques des sols en vue de leur application à la construction. - La mécanique des sols est donc une science appliquée, appelée aussi géotechnique, bien que la géotechnique soit une science beaucoup plus vaste, qui englobe quatre disciplines : la mécanique des sols, la mécanique des roches, la géologie de l ingénieur et l étude des matériaux locaux.

8 2- Définition de la mécanique des sols Le travail d un mécanicien de sol, ou d un géotechnicien, se joue en effet sur un ou plusieurs des trois volets: - Déformations des sols - Résistance au cisaillement des sols - Problèmes reliés à l eau La mécanique des sols puise souvent dans d autres disciples connexes. On citera: la mécanique des roches, la géologie, géomorphologie, tectonique, minéralogie, pédologie

9 2- Définition de la mécanique des sols Historique succinct de la mécanique des sols La mécanicien des sols est une science jeune. Les premiers fondements peuvent être attribués à COULOMB (1773), mais TERZAGHI ( ) a véritablement initié la mécanique des sols moderne

10 3- Domaines d application de la mécanique des sols Les domaines d application de la mécanique des sols sont nombreux et variés. Ils concernent la profession des travaux publics, ainsi que celle du bâtiment. - Fondations d ouvrages ou bâtiments (fondation superficielles et profondes) - Ouvrages mixtes (murs de soutènement, parois moulées, ) - Ouvrages en sol (routes, voies ferrés, barrages, digues de bassins en terre, ) - Milieux naturels (versants, berges de cours d eau ou de retenues, )

11 3- Domaine d application de la mécanique des sols Les sols - supportent des ouvrages fondations superficielles, fondations profondes

12 3- Domaine d application de la mécanique des sols Les sols - supportent des ouvrages fondations superficielles, fondations profondes - sont supportés par des ouvrages murs de soutènement, rideaux de palplanches

13 3- Domaine d application de la mécanique des sols Les sols - supportent des ouvrages fondations superficielles, fondations profondes - sont supportés par des ouvrages murs de soutènement, rideaux de palplanches

14 Les sols - supportent des ouvrages fondations superficielles, fondations profondes - sont supportés par des ouvrages murs de soutènement, rideaux de palplanches - sont des ouvrages remblais (routes, digues, barrage, )

15 Les sols - supportent des ouvrages fondations superficielles, fondations profondes - sont supportés par des ouvrages murs de soutènement, rideaux de palplanches - sont des ouvrages remblais (routes, digues, barrage, )

16 Les sols - supportent des ouvrages fondations superficielles, fondations profondes - sont supportés par des ouvrages murs de soutènement, rideaux de palplanches - sont des ouvrages remblais (routes, digues, barrage, )

17 3- Domaine d application de la mécanique des sols

18 Essai d identification et de classification des sols Objectifs Terminologie de base et définitions Essais d identification des constituants des sols Classification des sols

19 1- Elément constitutifs d un sol squelette solide + eau + gaz effet de la taille libre, capillaire, adsorbée air + vapeur d'eau

20 1.1- Phase solide Roche la désagrégation physique et mécanique des roches consolidées donne des fragments de roche de même composition que la roche mère : gravier, sable, limon Roche la décomposition physico-chimique de la roche en place ou des fragments de roche donne Des nouveaux composés : argiles Dimension D des particules D > 80 μm 2 μm < D < 80 μm D < 2 μm Fractions du sol suivant la dimension des grains Fraction du sol grenue fine très fine ou argileuse Forme des grains régulière plaquette ou disque Nature des minéraux minéraux d origine minéraux d origine ou néoformés

21 1.2- Phase liquide On distingue quatre catégorie d eau: - Eau de constitution - Eau libre - Eau capillaire - Eau liée ou absorbée

22 1.3- Phase gazeuse Dans les sols non saturés, la phase gazeuse est présente dans tout ou partie des pores sous forme d un mélange d air, de vapeur d eau, de gaz carbonique et d autres gaz

23 2- Caractéristiques physiques des sols 2.1- Description Existence de trois phases définition de paramètres caractéristiques des sols Représentation schématique - volume élémentaire de sol - trois phases séparées - volumes et masses de chacune des phases

24 2- Caractéristiques physiques des sols 2.1- Description W : poids total du sol W s : poids des particules solides W w : poids de l'eau V : volume total (apparent) Vs : volume des particules solides V v V w V a : volume des vides entre les particules : volume de l'eau : volume de l'air W = W s + W w V v = V w + V a V = V s + V v = V s + V w + V a

25 2- Caractéristiques physiques des sols Paramètres dimensionnels poids volumiques Poids volumique - des grains solides : - de l eau : γ W = V Ws γ = s V w = w w s 10kN / m Wa - de l air : γ = 0 a V a 3 - du sol sec : - du sol saturé : - du sol déjaugé : γ = W s d V γ W = + γ w. V V s v = sat ' γ = γ sat γ w W V sat - total (du sol) : W γ = V

26 2- Caractéristiques physiques des sols Paramètres dimensionnels poids volumiques Ordre de grandeur -γ s = 26 à 27 kn/m 3 sable et argile -γ = 17 à 20 kn/m 3 sable 16 à 22 kn/m 3 argile -γ d = 14 à 18 kn/m3 sable 10 à 20 kn/m 3 argile -γ sat = 19 à 22 kn/m 3 sable et argile -γ = 9 à 12 kn/m 3 sable et argile

27 2- Caractéristiques physiques des sols Paramètres sans dimension caractérisation de l état du sol relations volumiques - porosité : n V = V v 0 < n <1 Ordre de grandeur de n - sable : 0,25 à 0,50 - argile : 0,20 à 0,80 - indice des vides : V e = V v s 0 < e << Ordre de grandeur de e - sable : 0,5 à 1,00 - argile : 0,3 à 1,00 - degré de saturation: - S r = 1 : sol saturé V S r = V - S r < 1 : sol non saturé - S r = 0 : sol sec w v

28 2- Caractéristiques physiques des sols Paramètres sans dimension - teneur en eau : M M caractérisation de l état du sol w w = 2 pesées : avant et après étuve à 105 C Ordre de grandeur de w - sable : 1 à 15 % - argile : 10 à 20 % s - poids total - poids solide

29 2.2- Relations entre les paramètres Paramètres indépendants Les paramètres physiques définissent l'état d'un sol - état de compressibilité poids volumique γ s = constant (26,5 kn/m 3 ) - quantité d'eau w ou S r - quantité de vides e ou n La caractérisation d'un sol nécessite 3 paramètres indépendants - utilisation d'un diagramme de phases - utilisation d'un formulaire relations entre caractéristiques physiques n e = e = n 1 + e 1 n

30

31 2.3- Détermination des caractéristiques physiques Essais d'identification - connaissance du sol - paramètres nécessaires à leur classification Teneur en eau w M M s 3 paramètres indépendants - essais en laboratoire - dispersion des mesures (plusieurs essais) w w = 2 pesées : avant et après étuve à 105 C Poids volumique γ W γ = V - poids total - poids solide détermination de W et V 2 Méthodes

32 Détermination du volume total d échantillon de sol (V) Méthode par immersion dans l eau : (échantillon non remanié) - pesée 1 (m) poids d échantillon - échantillon recouvert d une couche de paraffine ( ρ paraffine = 0,88g/cm 3 ) - pesée 2 (m p ) masse de la couche de paraffine (et son volume) - pesée 3 (hydrostatique) (m p ) volume total (échantillon + paraffine) V = Vsol+ paraffine V parafine Méthode du moule : (échantillon remanié) - remplissage d un moule jusqu à débordement - arasage à la règle essai Proctor = m p m ρ w ' p m p ρ m p

33 Poids volumique des particules solides γ s γ s W = V s s pesée a mesurer de façon précise (a) pycnomètre (b) Pesée hydrostatique Pycnomètre - sol séché puis pesé (W s ) - sol dans le récipient contenant de l'eau distillée - enlever les buller d aire - volume d'eau déplacé par le sol

34 Poids volumique des particules solides γ s

35 3- Essais d identification 3.1- Essais d identification - Sols grenus 3.2- Essais d identification - Sols fins

36 Sol grenu Sol fin ou cohérent Sol organique d > 20 µm d < 20 µm forces de pesanteur effet de surface forces entre les particules Mauvaises propriétés géotechniques Sables Argiles Propriétés géotechniques très différentes Comportement des sables dépend de l état de compacité Comportement des argile dépend de la quantité d eau

37 3.1- Essais d identification Sols grenus Comportement des sols grenus dépend du squelette solide, peu importe l état d humidité importance de la dimension des grains et de leur état de compacité - Analyse granulométrique par tamisage - Essai d équivalent de sable - Indice de densité

38 Analyse granulométrique par tamisage Granulométrie distribution massique des grains suivant leur dimension passage d une quantité de sol au travers d une série de tamis d ouverture progressivement plus petite Sol pulvérulent : tamisage - jusqu'à 40 ou 80 µm - à sec pour les gros grains - utilisation de passoires et de tamis - sous eau pour les matériaux cohérents trous circulaires mailles carrées

39 Analyse granulométrique par tamisage Courbe granulométrique représentation graphique donnant : - la masse de tamisat cumulé (en %) échelle arithmétique - le diamètre des particules échelle logarithmique

40 Analyse granulométrique par tamisage Caractéristiques de la courbe granulométrique utilisation de coefficients - Coefficient d uniformité : C u = D 60 /D 10 C u > 2 granulométrie étalée C u < 2 granulométrie uniforme ou serrée Diamètre effectif D 10 = diamètre correspondant à 10 % de passage à travers le tamis - Coefficient de courbure : C c = (D 30 ) 2 /(D 10 D 60 ) sol bien calibré : 1 < C c < 3 matériaux plus denses

41 Analyse granulométrique par tamisage Forme de la courbe granulométrique La forme de la courbe granulométrique est liée au mode de formation (origine, transport et dépôt) du sol.

42 Essais d équivalent de sable Evaluer la proportion relative d éléments fins dans un sol Essai simple et rapide appareillage élémentaire géotechnique routière Principe fraction < 5 mm lavage énergique avec solution lavante repos de l ensemble Résultat floculat gonflé par la solution (particules fines) dépôt solide (sable) au fond de l éprouvette E.S. = h h Nature Argile pure Sol plastique Sol non plastique Sable pur et propre Equivalent de sable E.S. = 0 E.S. = 20 E.S. = 40 E.S. = 100

43 Indice de densité Etat de densité dans lequel se trouve un sol pulvérulent effet important sur le comportement mécanique I D = e e max max e e min - indice des vides : - e max et e min V e = V v s Indices des vides max et min sur le matériaux Sol lâche e e max I D 0 Sol serré e e min I D 1

44 3.2- Essais d identification Sols fins Comportement des sols fins - taille des grains forces de cohésion - présence d eau changement de consistance - Analyse granulométrique par sédimentométrie - Limites d Atterberg - Limite de liquidité w L - Limite de plasticité w p - Indice de plasticité I p - Indice de consistance I c - Activité - Valeur de bleu de méthylène

45 Analyse granulométrique par sédimentométrie v γ s γ w = 18. µ d 2 v vitesse de décantation d diamètre de la particule µ viscosité dynamique du liquide utilisé (eau + défloculant) γ poids volumique du liquide utilisé A une profondeur H donnée (H = v.t) on mesure la densité de la suspension en fonction du temps t

46 Limites d Atterberg état liquide - pas de capacité portante état plastique - fortes déformations - déformations plastiques état solide (avec retrait) - déformations élastiques état solide (sans retrait) - pas de changement de volume avec la baisse de w

47 Limites d Atterberg Limite de liquidité w L Méthode de Casagrande Teneur en eau pour laquelle une entaille est refermée sur 10 mm après 25 chocs Méthode du cône de pénétration

48 Détermination de w L Limites d Atterberg

49 Limites d Atterberg Limite de liquidité w L En pratique w L = w N 25 0,121

50 Limites d Atterberg Limite de plasticité w p Teneur en eau correspondant à une limite arbitraire entre les états plastique et semisolide de la consistance d'un sol. cylindre de 3mm de diamètre se brisant en tronçons de 10 à 20 mm

51 Limites d Atterberg Limite de retrait w s - plusieurs échantillons de sol de même volume initial V 0 et de même teneur en eau initiale w i - séchage pendant des durées différentes

52 Limites d Atterberg Indice de plasticité I p I p = w L w P étendue du domaine de plasticité - domaine de travail du sol Habituellement - le plus grand possible w p < teneur en eau des sols en place < w L 0 < I P < 5 5 < I P < 30 Degré de plasticité des sols Indice de plasticité Degré de plasticité Sol non plastique Sol peu plastique 30 < I P < 50 Sol plastique 50 < I P Sol très plastique

53 Limites d Atterberg Indice de consistance I c I c = w L w I P nat Sol en place par rapport à l état liquide

54 Limites d Atterberg Ordre de grandeur Nature w L (%) w p (%) I p (%) Limon Argile limoneuse peu plastique Argiles plastiques Argile de mexico Bentonite

55 Activité A c = I p teneur en argile Nature Kaolinite Illite Montmorillonite poids < 2µ m poids total sec ( < 0,4mm) Activité 0,38 inactive 0,90 normale 7,20 très active Activité A c 0 < A c < 0,5 0,5 < A c < 0,75 0,75 < A c < 1,25 Classes d activité Dénomination inactif peu actif normal 1,25 < A c < 2 actif 2 < A c très actif

56 Valeur de bleu de méthylène Argilosité d'un sol Quantité de bleu de méthylène pouvant s'adsorber sur les particules argileuses importance de la surface spécifique Tant que le bleu de méthylène est absorbé, il ne colore pas l'eau. On le vérifie en déposant une goutte sur un papier buvard : le centre de la tache est bleu vif (argile ayant absorbé le bleu) et l'auréole de la tache reste incolore. A partir d'une certaine dose de bleu, l'auréole se colore aussi : c'est le signe que toute l'argile a épuisé sa capacité d'absorption. La quantité de bleu consommée est donc une indication de la quantité d'argile. La valeur de bleu (VBS) s'exprime par la quantité de bleu en grammes consommée par 100 grammes de fines.

57 Autres essais Analyse minéralogique Diffraction des rayons X composition minéralogique Teneur en matière organique rétention d'eau, compressibilité Teneur en carbonate de calcium

58 4- Classification des sols Classification : rattachement à un groupe de sols de caractéristiques semblables Nombreuses classifications dans différents pays - USCS - AASHTO - LPC - GTR (remblais et couches de forme)

59 4.1- Classification LCP/USCS Classification LPC à partir des résultats fournis par - la granulométrie - les caractéristiques de plasticité de la fraction fine (Atterberg)

60 4.1- Classification LCP/USCS Sols à granulométrie uniforme Classification reposant sur le diamètre moyen des grains

61 4.1- Classification LCP/USCS Sols à granulométrie non uniforme Majorité des cas Trois types de sols : - sols grenus 50 % > 80 µm - sols fins 50 % < 80 µm - sols organiques > 10 %

62 4.1- Classification LCP/USCS Sols grenus Granulométrie et limites d Atterberg

63 4.1- Classification LCP/USCS Sable Classification des sols grenus en laboratoire (plus de 50% d éléments >0,08mm) Définitions Plus de 50% des éléments > Graves 0,08 mm ont un diamètre > 2mm Plus de 50% des éléments > 0,08 mm ont un diamètre < 2mm moins de 5% d éléments < 0,08 mm Plus de 12% d éléments < 0,08 mm moins de 5% d éléments < 0,08 mm Plus de 12% d éléments < 0,08 mm Symbole LPC Gb Gm GL GA Sb Sm SL SA Conditions C u = D 60 /D 10 > 4 et 1< C Z = (D 30 ) 2 /D 10 D 60 < 3 Une des conditions de Gb n est pas satisfaite Limites d Atterberg au-dessous de la ligne A (fig.15) Limites d Atterberg au-dessus de la ligne A (fig. 15) C u = D 60 /D 10 > 6 et 1< C Z = (D 30 ) 2 /D 10 D 60 < 3 Une des conditions de Sb n est pas satisfaite Limites d Atterberg au-dessous de la ligne A (fig.15) Limites d Atterberg au-dessus Appellations Grave propre bien graduée Grave propre mal graduée Grave limoneuse Grave argileuse Sable propre bien gradué Sable propre mal gradué Sable limoneux Sable argileux de la ligne A (fig. 15) Lorsque la teneur en particules fines (<0,08 mm) est comprise entre 5 et 12%, on utilise un double symbole. Par exemple : Sb-SL.

64 4.1- Classification LCP/USCS Sols fins Limites d Atterberg critère de plasticité

65 4.1- Classification LCP/USCS Sols organiques Exemple: Von Post Teneur en matière organique (%) Désignation géotechnique 0 3 Sol inorganique 3 10 Sol faiblement organique fo Vase Sol moyenne organique mo Sol tourbeux >30 Sol très organique to Tourbe

66 5- Compactage des sols Le compactage = augmentation de la densité du sol par des opérations mécanique 1. Echantillon mis à l étuve (105 C) pendant 24 h 2. On lui ajoute un volume connu d eau 3. On compacte l échantillon dans un moule, avec une dame tombant d une hauteur connue 4. On pèse le moule et on détermine w et γ d ; on obtient un point de la courbe de compactage 5. On va au point 2 et on recommence

67 5- Compactage Influence de la teneur en eau

68 5- Compactage Influence de la nature du sol

69 5- Compactage Influence de l énergie de compactage

Escola Tècnica Superior d Enginyers de Camins, Canals i Ports de Barcelona Univesitat Politècnica de Catalunya

Escola Tècnica Superior d Enginyers de Camins, Canals i Ports de Barcelona Univesitat Politècnica de Catalunya 3. Identification du sol. 3.1. Généralités. On a procédé à faire une identification du sol en ce qui concerne ses propriétés, indices et son état initial. Ceci pour identifier, sur un profil de 5 m de

Plus en détail

Mécanique des sols I. Chapitre I Propriétés physiques des sols. Chapitre II Hydraulique des sols. Chapitre III Déformations des sols

Mécanique des sols I. Chapitre I Propriétés physiques des sols. Chapitre II Hydraulique des sols. Chapitre III Déformations des sols Mécanique des sols I Chapitre I Propriétés physiques des sols Chapitre II Hydraulique des sols Chapitre III Déformations des sols Chapitre IV Résistance au cisaillement des sols Chapitre III Déformations

Plus en détail

Résumé - CHAPITRE 6 LE STOCKAGE ET SES VARIATIONS

Résumé - CHAPITRE 6 LE STOCKAGE ET SES VARIATIONS Résumé - CHAPITRE 6 LE STOCKAGE ET SES VARIATIONS Table des matières Introduction 1 Les stocks d'eau de surface 1 Les stocks d'eau souterraine 2 L'eau du sol 2 L'eau du sous-sol ou souterraine 3 Les stocks

Plus en détail

ECOULEMENT DE L EAU DANS LES SOLS

ECOULEMENT DE L EAU DANS LES SOLS Unité d hydrologie et d hydraulique agricole Génie rural et environnemental ECOULEMENT DE L EAU DANS LES SOLS Notes de cours provisoires année académique 2010-2011 Aurore Degré Table des matières CHAPITRE

Plus en détail

Les sols, terreau fertile pour l EDD Fiche activité 3 Que contient un sol?

Les sols, terreau fertile pour l EDD Fiche activité 3 Que contient un sol? Les sols, terreau fertile pour l EDD Fiche activité 3 Que contient un sol? Introduction La vie végétale et animale, telle que nous la connaissons, n'existerait pas sans la terre fertile qui forme à la

Plus en détail

Remblais en zones humides et/ou inondables Conséquences de l inondation du remblai du CER Rouen

Remblais en zones humides et/ou inondables Conséquences de l inondation du remblai du CER Rouen Remblais en zones humides et/ou inondables Conséquences de l inondation du remblai du CER Rouen Valéry Ferber LCPC Sommaire Objectifs Tassements induits par l humidification des sols fins compactés Conception

Plus en détail

les remblais en cendres volantes derrière culées d'ouvrages d'art

les remblais en cendres volantes derrière culées d'ouvrages d'art les remblais en cendres volantes derrière culées d'ouvrages d'art par E. PRANDI Ingénieur des Ponts et Chaussées chargé de l'arrondissement de l'ouest et du Laboratoire Régional d'autun Il est difficile

Plus en détail

Risque associé au retrait gonflement des sols argileux et marneux.

Risque associé au retrait gonflement des sols argileux et marneux. Risque associé au retrait gonflement des sols argileux et marneux. Expérimentation combinant essais mécaniques et approche microstructurale Myriam Duc, Aurélie Maloula, Lamis Makki Laboratoire Central

Plus en détail

CHAPITRE V FONDATIONS PROFONDES GCI 315 MÉCANIQUE DES SOLS II

CHAPITRE V FONDATIONS PROFONDES GCI 315 MÉCANIQUE DES SOLS II INTRODUCTION - GÉNÉRALITÉ Un pieu est un élément structural mince et profilé mis en place par fonçage ou battage et utilisé pour transmettre des charges en profondeur lorsque l utilisation de fondations

Plus en détail

Gisements et production

Gisements et production Plan du cours Page 1 Thème Gisements et production Source Pétrole et gaz naturel, pages 24-25, 26-27 Objectif Les élèves apprendront que la porosité désigne le pourcentage de trous (pores) dans la roche.

Plus en détail

COURS ET EXERCICES DE MECANIQUE DES SOLS

COURS ET EXERCICES DE MECANIQUE DES SOLS COURS ET EXERCICES DE MECANIQUE DES SOLS Khaled MEFTAH Maître assistant Première version : Septembre 2008 Cours Mecanique des sol 0 Khaled MEFTAH SOMMAIRE Chapitres Intitulés Pages 1 Les sols : Structure

Plus en détail

Tuyaux de grands diamètres en PVC

Tuyaux de grands diamètres en PVC Tuyaux de grands diamètres en PVC Les canalisations plastiques: Une solution efficace La solution canalisations plastiques, tubes et raccords en PVC, garantit une étanchéité absolue et une résistance excellente

Plus en détail

PROCEDURE POUR LA REALISATION DES SEUILS EN GABIONS

PROCEDURE POUR LA REALISATION DES SEUILS EN GABIONS PROCEDURE POUR LA REALISATION DES SEUILS EN GABIONS Les phases à suivre pour la réalisation d un seuil en gabions sont ordonnées selon une régulière succession des travaux. Néanmoins dans des conditions

Plus en détail

Mardi 18 juin 2013 Limoges

Mardi 18 juin 2013 Limoges Construire en terre : passé, présent futur! Pascal MAILLARD - Responsable Projets R&D Mardi 18 juin 2013 Limoges 1 Sommaire Historique et techniques de construction Construire en terre aujourd hui Caractérisation

Plus en détail

Présentation des investigations et études géotechniques

Présentation des investigations et études géotechniques Journée technique du CFMS Groupe de Travail "Fondations d éoliennes" Présentation des investigations et études géotechniques Frédéric DURAND Journée du 20 octobre 2009 1 Sommaire Préambule sur les modules

Plus en détail

Améliorations et renforcements de sol à l arrière des quais

Améliorations et renforcements de sol à l arrière des quais 3ème Conférence Magrébine en Ingénierie Géotechnique CMIG 2013 Améliorations et renforcements de sol à l arrière des quais Thierry Hermges Serge Lambert Karim Boudersa www.keller-france.com Keller Fondations

Plus en détail

Etude expérimentale et numérique de la Sédimentation/Consolidation de sols à très forte teneur en eau

Etude expérimentale et numérique de la Sédimentation/Consolidation de sols à très forte teneur en eau Etude expérimentale et numérique de la Sédimentation/Consolidation de sols à très forte teneur en eau Gilbert LE BRAS (IUT de st nazaire, Dépt. Génie Civil) Alain ALEXIS (GeM) 1/42 Introduction Domaine

Plus en détail

Étude d'un appareillage de compactage statique et de mesure de la perméabilité des sols fins argileux

Étude d'un appareillage de compactage statique et de mesure de la perméabilité des sols fins argileux Étude d'un appareillage de compactage statique et de mesure de la perméabilité des sols fins argileux Belkacem MOUSSAI Docteur Laboratoire de géotechnique Gérard DIDIER Docteur-Ingénieur Maître de conférences

Plus en détail

DOCUMENTATION TECHNIQUE. Le traitement des sols à la chaux et/ou aux liants hydrauliques pour l exécution des remblais et des couches de forme

DOCUMENTATION TECHNIQUE. Le traitement des sols à la chaux et/ou aux liants hydrauliques pour l exécution des remblais et des couches de forme DOCUMENTATION TECHNIQUE Routes n 89 Septembre 2004 Le traitement des sols à la chaux et/ou aux liants hydrauliques pour l exécution des remblais et des couches de forme Le traitement des sols en place

Plus en détail

5 STATIQUE. 5.1 Généralités

5 STATIQUE. 5.1 Généralités 5.1 Généralités 5.1.1 Introduction Pour remplir sa mission en tant que conduite d'évacuation il faut qu'une conduite réponde également aux exigences de statique. La statique possède une influence sur le

Plus en détail

Hydrogéologie [idʀoʒeɔlɔʒi] : science qui étudie

Hydrogéologie [idʀoʒeɔlɔʒi] : science qui étudie Eau souterraine [o sutɛʀɛñ] : Eau sous tension hydrostatique présente dans les vides interconnectés de la zone de saturation. Cette eau émerge à la surface sous forme de sources et pénètre dans des puits.

Plus en détail

Systèmes de soutènement

Systèmes de soutènement FrankiFoundations Belgium Systèmes de soutènement Synthèse des techniques approche b Ir M.Bottiau FrankiFoundations Belgium DeputyGeneral M ABEF President Systèmes de soutènement Dimensionnement: en cours

Plus en détail

Consolidation des argiles. CUI Yu-Jun ENPC-CERMES, INSTITUT NAVIER

Consolidation des argiles. CUI Yu-Jun ENPC-CERMES, INSTITUT NAVIER Consolidation des argiles CUI Yu-Jun ENPC-CERMES, INSTITUT NAVIER Plan Introduction Argiles Phénomène de consolidation Essais de consolidation Equation de la consolidation Degré de consolidation et facteur

Plus en détail

Déformabilité des sols. Tassements. Consolidation

Déformabilité des sols. Tassements. Consolidation Déformabilité des sols. Tassements. Consolidation par Jean-Pierre MAGNAN Ingénieur en chef des Ponts et Chaussées Directeur technique au Laboratoire Central des Ponts et Chaussées, Paris Professeur de

Plus en détail

Transfert de vapeur d eau

Transfert de vapeur d eau S8-Transfert Hygrothermique 1. Problématique Humidité dans les logements L air contenu dans les logements contient toujours de la vapeur d eau. A l intérieur ceci est dû en partie par l activité humaine

Plus en détail

Apport des méthodes géophysiques pour la caractérisation de zones fuyardes d une digue de canal

Apport des méthodes géophysiques pour la caractérisation de zones fuyardes d une digue de canal Apport des méthodes géophysiques pour la caractérisation de zones fuyardes d une digue de canal DL Lyon : G. Bièvre DL Autun : A. Brach, D. Goutaland, M. Massardi, G. Monnot David GOUTALAND CETE de Lyon

Plus en détail

Matériel de laboratoire

Matériel de laboratoire Matériel de laboratoire MATERIAUX UTILISE... 1 L'APPAREILLAGE DE LABORATOIRE... 1 a) Les récipients à réaction... 2 b) La verrerie Graduée... 2 MATERIEL DE FILTRATION... 6 FILTRATION SOUS VIDE AVEC UN

Plus en détail

Compte-rendu de laboratoire. Mesure de densité par rayons gamma, tests et validation

Compte-rendu de laboratoire. Mesure de densité par rayons gamma, tests et validation PROJET DE MAITRISE Comportement hydromécanique des boues de traitement Compte-rendu de laboratoire Mesure de densité par rayons gamma, tests et validation Présenté à : Michel Aubertin Greg Kennedy Par

Plus en détail

Source: www.almohandiss.com

Source: www.almohandiss.com CHAPITRE I 1 PRÉSENTATION ET OBJECTIFS DU COURS DE GÉOTECHNIQUE... 2 2 DÉFINITION DES ROCHES ET DES SOLS... 5 3 FORMATION DES SOLS... 5 3.1 DÉSAGRÉGATION PHYSIQUE ET MÉCANIQUE DES ROCHES...6 3.2 ALTÉRATION

Plus en détail

ANNEXE 1 REGLEMENT 894-14 CAHIER DES NORMES DE CONSTRUCTION ROUTIÈRE CHEMINS MUNICIPAUX

ANNEXE 1 REGLEMENT 894-14 CAHIER DES NORMES DE CONSTRUCTION ROUTIÈRE CHEMINS MUNICIPAUX ANNEXE 1 REGLEMENT 894-14 MUNICIPALITÉ DE CHELSEA 100, chemin Old Chelsea, Chelsea (Québec) J9B 1C1 Tél.: (819) 827-1124 Télécopieur : (819) 827-2672 Courriel : info@chelsea.ca CAHIER DES NORMES DE CONSTRUCTION

Plus en détail

Granulométrie, humidité résiduel et ph d un sol

Granulométrie, humidité résiduel et ph d un sol Granulométrie, humidité résiduel et ph d un sol ECHANTILLONNAGE ET ANALYSE Echantillonnage : Echantillonnage et préparation des échantillons de sol en vue de l analyse (Norme X 31-100 et Normes NF X 31-101

Plus en détail

SONDAGE A LA PELLE MECANIQUE PM01 sondage OBJET EXTENSION STATION D EPURATION DU VABRE OPERATEUR D. VINCONT X LIEU 83 - BRIGNOLES MACHINE TRACTO-PELLE Y CLIENT REGIE DES EAUX DU PAYS BRIGNOLAIS GODET (cm)

Plus en détail

Simulation physique du frottement latéral à l interface sol-pieu lors du fonçage (cas d une interaction limon acier)

Simulation physique du frottement latéral à l interface sol-pieu lors du fonçage (cas d une interaction limon acier) XI èmes Journées Nationales Génie Côtier Génie Civil Les Sables d Olonne, 22-25 juin 2010 DOI:10.5150/jngcgc.2010.081-O Editions Paralia CFL disponible en ligne http://www.paralia.fr available online Simulation

Plus en détail

bs Lucane Sàrl Liste de prix 2015

bs Lucane Sàrl Liste de prix 2015 LISTE de PRIX 2015 page 00 ACOUSTIQUE et PHYSIQUE DU BÂTIMENT 3 10 ESSAIS SUR BETON FRAIS 4 20 ESSAIS DE RESISTANCE SUR BETON DURCI 5 30 ESSAIS PHYSIQUES SUR BETON DURCI 6 40 ESSAIS CHIMIQUES POUR BETON

Plus en détail

Demi-Journée CFMS 14 Mars 2007 «Colonnes ballastées»

Demi-Journée CFMS 14 Mars 2007 «Colonnes ballastées» Demi-Journée CFMS 14 Mars 2007 «Colonnes ballastées» Le point de vue du Contrôleur Technique Patrick BERTHELOT patrick.berthelot@fr.bureauveritas.com Dans l intérêt des entreprises et des Hommes Le contrôle

Plus en détail

RESERVOIR SOUTERRAIN, TYPE ECODEPUR, MODELE RSH

RESERVOIR SOUTERRAIN, TYPE ECODEPUR, MODELE RSH RESERVOIR SOUTERRAIN, TYPE ECODEPUR, MODELE RSH PRESENTATION Le réservoir souterrain horizontal, type ECODEPUR, modèle RSH est fabriqué en Polyéthylène Linéaire avec additif anti-uv, par système de rotomoulage,

Plus en détail

UNIVERSITÉE KASDI MERBAH OUARGLA

UNIVERSITÉE KASDI MERBAH OUARGLA UNIVERSITÉE KASDI MERBAH OUARGLA FACULTE DES SCIENCES APPLIQUÉES Département de Génie des Procédés Phénomènes de transferts Travaux pratiques de mécanique des fluides CHAOUCH Noura et SAIFI Nadia 2013

Plus en détail

PROPRIETES SUPERFICIELLES ET INTERFACIALES DES LIANTS. Didier Lesueur Montréal, 16 novembre 2005

PROPRIETES SUPERFICIELLES ET INTERFACIALES DES LIANTS. Didier Lesueur Montréal, 16 novembre 2005 PROPRIETES SUPERFICIELLES ET INTERFACIALES DES LIANTS Didier Lesueur Montréal, 16 novembre 2005 Les Propriétés Superficielles et Interfaciales des Liants Surfaces et interfaces Caractérisation des interfaces

Plus en détail

EXPERIENCES AMUSANTES SUR L EAU

EXPERIENCES AMUSANTES SUR L EAU EXPERIENCES AMUSANTES SUR L EAU Projet Comenius Regio Fiches réalisées par les élèves de 4 ème de l Enseignement Agricole Promotions 2011-2012 / 2012-2013 Expériences amusantes sur L EAU 1 Table des matières

Plus en détail

La santé des sols : où en sommes-nous? Éric Thibault, agr.

La santé des sols : où en sommes-nous? Éric Thibault, agr. La santé des sols : où en sommes-nous? Éric Thibault, agr. Physique vs chimie des sols Avant, l état de santé des sols était trop souvent basé sur le résultat d analyse chimique (ph, P, K, ). Maintenant,

Plus en détail

RÔLES DE LA MICROSTRUCTURE ET DE LA COMPOSITION MINERALOGIQUE DE SOLS ARGILEUX DU BASSIN DE PARIS SUR LEUR SENSIBILITE AU RETRAIT - GONFLEMENT

RÔLES DE LA MICROSTRUCTURE ET DE LA COMPOSITION MINERALOGIQUE DE SOLS ARGILEUX DU BASSIN DE PARIS SUR LEUR SENSIBILITE AU RETRAIT - GONFLEMENT RÔLES DE LA MICROSTRUCTURE ET DE LA COMPOSITION MINERALOGIQUE DE SOLS ARGILEUX DU BASSIN DE PARIS SUR LEUR SENSIBILITE AU RETRAIT - GONFLEMENT ROLES OF MICROSTRUCTURE AND MINERALOGICAL COMPOSITION OF CLAY

Plus en détail

Performances énergétiques. La conduction. La transmission thermique. Les phénomènes physiques concernés. Diagnostiquer avant de rénover

Performances énergétiques. La conduction. La transmission thermique. Les phénomènes physiques concernés. Diagnostiquer avant de rénover Performances énergétiques Diagnostiquer avant de rénover Claude CRABBÉ PRINCIPES DE BASE DE LA PHYSIQUE DU BATIMENT Architecture & Climat UCL IA concept Les phénomènes physiques concernés. La transmission

Plus en détail

Directives concernant le traitement de l'eau des installations de chauffage à eau chaude

Directives concernant le traitement de l'eau des installations de chauffage à eau chaude Traitement de l'eau - Annexe 1-1/8 Directives concernant le traitement de l'eau des installations de chauffage à eau chaude Comme il n existe pas d eau pure pour le transfert thermique, il faut veiller

Plus en détail

Chapitre 4 Statique des fluides

Chapitre 4 Statique des fluides Chapitre 4 Statique des fluides Un fluide est corps liquide (état compact et désordonné) ou gazeux (état dispersé et désordonné). On ne s intéresse ici qu à une partie de la statique des fluides : la notion

Plus en détail

TESTEUR DE BRASABILITE MENISCO ST78

TESTEUR DE BRASABILITE MENISCO ST78 4 / 6 avenue Eiffel 78420 Carrieres sur seine Tél : 01 30 15 20 00 Fax : 01 30 15 20 01 www.metronelec.com TESTEUR DE BRASABILITE MENISCO ST78 Utilisable avec tous types d alliage (avec ou sans plomb)

Plus en détail

Essais de charge sur plaque

Essais de charge sur plaque Page No.: 1 L essai de charge sur plaque est exécuté entre autres dans des galeries d exploration ou dans des puits, mais il peut aussi être exécuté à la surface en appliquant un poids mort ou en chargeant

Plus en détail

REMBLAI D ACCES A UN OUVRAGE D ART SUR SOLS COMPRESSIBLES

REMBLAI D ACCES A UN OUVRAGE D ART SUR SOLS COMPRESSIBLES REMBLAI D ACCES A UN OUVRAGE D ART SUR SOLS COMPRESSIBLES Rabah ARAB AFITEX 13 15 rue louis Blériot 8300 Champhol France Tél. : 00 33 (0) 37 18 01 54 Fax : 00 33 (0) 37 18 01 60 Email : rabah.arab@afitex.com

Plus en détail

Apport des méthodes géophysiques pour la caractérisation de zones fuyardes d une digue de canal

Apport des méthodes géophysiques pour la caractérisation de zones fuyardes d une digue de canal Apport des méthodes géophysiques pour la caractérisation de zones fuyardes d une digue de canal CETE de Lyon DL Lyon : G. Bièvre DL Autun : A. Brach, D. Goutaland, M. Massardi, G. Monnot Page 1/16 Introduction

Plus en détail

TUBES PVC assainissement SOTRALYS

TUBES PVC assainissement SOTRALYS Application Les tubes PVC SOTRALYS CR4 et CR8 sont utilisés pour les réseaux PVC d'assainissement gravitaire, les eaux vannes et eaux pluviales. Présentation > Tubes en PVC-U à parois structurées, coloris

Plus en détail

Source : www.almohandiss.com INTRODUCTION ET GENERALITES

Source : www.almohandiss.com INTRODUCTION ET GENERALITES INTRODUCTION ET GENERALITES I. INTRODUCTION La décomposition du titre de cette matière laisse deviner qu il doit s agir de l étude du mouvement de l eau dans le sol : - Hydraulique : Etude des écoulements

Plus en détail

Justification des traitements anti-liquéfaction

Justification des traitements anti-liquéfaction GUIDE AFPS/CFMS «Procédés d amélioration et de renforcement de sols sous actions sismiques» Justification des traitements anti-liquéfaction Serge LAMBERT Keller Fondations Spéciales Journée Technique AFPS-CFMS

Plus en détail

Sols industriels. Texte de soumission

Sols industriels. Texte de soumission Sols industriels 6.2. 1 Nous vous conseillons volontiers pour l élaboration de soumissions en fonction de l ouvrage. Vous trouverez d autres exécutions sur notre site Web. Préparation du support... Fraisage

Plus en détail

Technologie des contacteurs gaz liquide : cas des colonnes à plateaux et à garnissage. M. Prévost

Technologie des contacteurs gaz liquide : cas des colonnes à plateaux et à garnissage. M. Prévost Technologie des contacteurs gaz liquide : cas des colonnes à plateaux et à garnissage M. Prévost Version V2/ nov 2006 Structure du cours Partie 1 : Introduction Partie 2 : Mise en contact de Gaz et de

Plus en détail

L'apport du logiciel ANGELINE aux études géotechniques de tracés

L'apport du logiciel ANGELINE aux études géotechniques de tracés L'apport du logiciel ANGELINE aux études géotechniques de tracés Hervé HAVARD Directeur adjoint Laboratoire Régional des Ponts et Chaussées d'angers Gilles SINOIR Technicien supérieur Division Informatique

Plus en détail

ÉTUDE GÉOTECHNIQUE N/DOSSIER : D-14303 18 FÉVRIER 2014

ÉTUDE GÉOTECHNIQUE N/DOSSIER : D-14303 18 FÉVRIER 2014 ÉTUDE GÉOTECHNIQUE Réfection du pont pédestre Sentier des Pionniers, boulevard des Grives Gatineau, Québec N/DOSSIER : D-14303 18 FÉVRIER 2014 Distribution : M. Lawrence Yamera, P.Eng. CCN 1 copie PDF

Plus en détail

Le présent document annule et remplace le cahier des charges du DTU 13.1 «Travaux de fondations superficielles» de février 1968.

Le présent document annule et remplace le cahier des charges du DTU 13.1 «Travaux de fondations superficielles» de février 1968. Document Technique Unifié ISBN ISBN 2-86891-116-1 DTU 13.11 mars 1988 DTU P 11-211 fondations superficielles cahier des clauses techniques Le présent document annule et remplace le cahier des charges du

Plus en détail

Transport, entreposage, mise en place et contrôle de tuyaux en béton et en béton armé

Transport, entreposage, mise en place et contrôle de tuyaux en béton et en béton armé Informations Informations générales 1. Généralités De manière générale, le transport, l entreposage, la mise en place et le contrôle de tuyaux sont soumis au respect des dispositions énoncées dans la version

Plus en détail

SUITES DONNÉES AUX DEMANDES DE DÉROGATIONS AUX NORMES ET MÉTHODES D ESSAIS DANS LE CADRE DE L AGRÉMENT LABOROUTE.

SUITES DONNÉES AUX DEMANDES DE DÉROGATIONS AUX NORMES ET MÉTHODES D ESSAIS DANS LE CADRE DE L AGRÉMENT LABOROUTE. LABOROUTE 5 avril 2002 SUITES DONNÉES AUX DEMANDES DE DÉROGATIONS AUX NORMES ET MÉTHODES D ESSAIS DANS LE CADRE DE L AGRÉMENT LABOROUTE. I Présentation Dans le cadre des audits de certification Laboroute,

Plus en détail

Pilonneuses vibrantes Atlas Copco Plus d'impact, plus facile à utiliser

Pilonneuses vibrantes Atlas Copco Plus d'impact, plus facile à utiliser Pilonneuses vibrantes Atlas Copco Plus d'impact, plus facile à utiliser 2 Guide de sélection Exigez plus Travaillez plus rapidement... La gamme de matériel de compactage d'atlas Copco vous permettra d'atteindre

Plus en détail

technologie de séchage

technologie de séchage technologie de séchage we process the future Technologie de traitement LA TÂCHE Dans tous les domaines de l industrie, le séchage constitue une étape nécessaire du processus de traitement. Tous les produits

Plus en détail

TRAVAUX DE CORRECTION DES IMPACTS ENVIRONNEMENTAUX AU BARRAGE DE LORIGUILLA MºMA-01 ÉTAT PRÉALABLE ET EMPLACEMENT ÉTAT FINAL PROJETÉ

TRAVAUX DE CORRECTION DES IMPACTS ENVIRONNEMENTAUX AU BARRAGE DE LORIGUILLA MºMA-01 ÉTAT PRÉALABLE ET EMPLACEMENT ÉTAT FINAL PROJETÉ MºMA-01 DONNÉES ADMINISTRATIVES TRAVAUX DE CORRECTION DES IMPACTS ENVIRONNEMENTAUX AU BARRAGE DE LORIGUILLA DONNÉES DE GESTION PROJET DE LICITATION Budget de base de licitation: 2.666.351,66 Délai d exécution:

Plus en détail

Notice Technique. Filière fosse septique toutes eaux Filtre à sable vertical drainé (étanche ou non) Rejet dans un puits d infiltration.

Notice Technique. Filière fosse septique toutes eaux Filtre à sable vertical drainé (étanche ou non) Rejet dans un puits d infiltration. SYNDICAT INTERCOMMUNAL ALEX LA BALME DE THUY DINGY SAINT CLAIR Mairie de Dingy Saint Clair 74230 DINGY SAINT CLAIR Tél. : 04.50.02.06.27 Fax : 04.50.32.12.55 Notice Technique Filière Fosse septique toutes

Plus en détail

SEPTODIFFUSEUR. station. Agrément nº 2011-015

SEPTODIFFUSEUR. station. Agrément nº 2011-015 AIDE À LA MISE EN ŒUVRE Ce document est une aide à la mise en place des stations. Il détaille la composition des filières, leurs implantations et donne des conseils de pose à travers des exemples de chantier.

Plus en détail

TECHNIQUE DU FROID ET DU CONDITIONNEMENT DE L AIR

TECHNIQUE DU FROID ET DU CONDITIONNEMENT DE L AIR TECHNIQUE DU FROID ET DU CONDITIONNEMENT DE L AIR Tâche T6.2 : Analyser l installation, diagnostiquer Compétence C1.2 : Interpréter, analyser, décoder Thème : S4 : Approche scientifique et technique des

Plus en détail

1) Explications (Expert) :

1) Explications (Expert) : 1) Explications (Expert) : Mesures expérimentales : Dans nos conditions d expérience, nous avons obtenu les résultats suivants : Les dimensions des récipients sont : 1) bocal vide : épaisseur de verre

Plus en détail

Traitement et amélioration des sols aux liants ou additifs

Traitement et amélioration des sols aux liants ou additifs Journée technique «CFMS FNTP» Traitement et amélioration des sols aux liants ou additifs Ouvrages en terre Préparation des matériaux traités Daniel GANDILLE SPTF / entreprise GUINTOLI 1 PRESENTATION 1

Plus en détail

ek-i- I Influence du pourcentage de concassé sur la portance d'une chaussée à partir d'essais en laboratoire ling Transports

ek-i- I Influence du pourcentage de concassé sur la portance d'une chaussée à partir d'essais en laboratoire ling Transports CANQ TR 1481 34 Broch. im".0011 ek-i- I 34 Influence du pourcentage de concassé sur la portance d'une chaussée à partir d'essais en laboratoire Ministère des Transports 930, Chemin Ste-Foy Ce étage Québec

Plus en détail

Panneaux de fibres. soit du feutrage de ces fibres et de leurs propriétés adhésives intrinsèques soit de l addition aux fibres d un liant synthétique.

Panneaux de fibres. soit du feutrage de ces fibres et de leurs propriétés adhésives intrinsèques soit de l addition aux fibres d un liant synthétique. Panneaux derivés du bois Panneaux de fibres Definition Caractéristiques Fabrication Références normatives Spécifications Marquage C.E Certification Acquis environnementaux Définition : Panneau dit de "

Plus en détail

Exercices MathSpé PC 2012-2013. Chapitre T.6 : Les diagrammes binaires liquide-vapeur

Exercices MathSpé PC 2012-2013. Chapitre T.6 : Les diagrammes binaires liquide-vapeur Chapitre T.6 : Les diagrammes binaires liquide-vapeur Exercice 1 : Le diagramme binaire isobare du mélange binaire formé par le propan-2-ol (noté 2) et du 2-méthylpropan-2-ol (noté 1) est donné ci-dessous.

Plus en détail

L énergie grâce à l eau ça coule de source!

L énergie grâce à l eau ça coule de source! Bacheliers en Electromécanique Implantation de Seraing L énergie grâce à l eau ça coule de source! Mars 2013 - Quai Van Beneden Par B. Jansen, A. Hay, F. Laureiro, V. Rosso, E. Simon et F. Simonis Contact:

Plus en détail

NOTICE D INSTALLATION ET D ENTRETIEN DES CUVES A ENTERRER 1600 et 2650 LITRES

NOTICE D INSTALLATION ET D ENTRETIEN DES CUVES A ENTERRER 1600 et 2650 LITRES NOTICE D INSTALLATION ET D ENTRETIEN DES CUVES A ENTERRER 1600 et 2650 LITRES Cuve à enterrer 1600 L Cuve à enterrer 2650 L Afin de garantir le bon fonctionnement et la longévité de votre installation,

Plus en détail

Notice Technique. Cette filière est adaptée aux terrains qui répondent aux caractéristiques suivantes:

Notice Technique. Cette filière est adaptée aux terrains qui répondent aux caractéristiques suivantes: SYNDICAT INTERCOMMUNAL ALEX LA BALME DE THUY DINGY SAINT CLAIR Mairie de Dingy Saint Clair 74230 DINGY SAINT CLAIR Tél. : 04.50.02.06.27 Fax : 04.50.32.12.55 Notice Technique Filière Fosse septique toutes

Plus en détail

SOLS MEUBLES : SOLS FINS ARGILEUX COHÉRENTS

SOLS MEUBLES : SOLS FINS ARGILEUX COHÉRENTS INFORMATIONS TECHNIQUES T 1 Mutuelle des architectes français assurances OCTOBRE1996 SOLS MEUBLES : SOLS FINS ARGILEUX COHÉRENTS 1 - INTRODUCTION Ces sols fins argileux cohérents sont caractérisés par

Plus en détail

SYNDICAT INTERCOMMUNAL FIER & NOM. Station d épuration Rue Vernaies 74 230 THONES. Tél. : 04.50.32.40.48. Notice Technique

SYNDICAT INTERCOMMUNAL FIER & NOM. Station d épuration Rue Vernaies 74 230 THONES. Tél. : 04.50.32.40.48. Notice Technique SYNDICAT INTERCOMMUNAL FIER & NOM Station d épuration Rue Vernaies 74 230 THONES Tél. : 04.50.32.40.48 Notice Technique Filière Fosse septique toutes eaux - Filtre à sable vertical drainé Rejet dans un

Plus en détail

26110 NYONS - Téléphone : Le 66 et le 988 à NYONS

26110 NYONS - Téléphone : Le 66 et le 988 à NYONS MAIRIE DE NYONS 26110 NYONS - Téléphone : Le 66 et le 988 à NYONS SONDAGE DE RECONNAISSANCE EN VUE DE L'IMPLANTATION DU NOUVEAU CIMETIERE DANS LE QUARTIER DE LA ROCHETTE - NYONS [26] par J. PUTALLAZ BUREAU

Plus en détail

État de l'eau dans le sol

État de l'eau dans le sol État de l'eau dans le sol Expressions du statut hydrique du sol A) Teneur en eau volumique θ r < θ = Vol eau / Vol tot < θ s Vol tot espace poral θ r Vol eau M eau θ s espace solide M solide sec humide

Plus en détail

Les parois de chambres froides

Les parois de chambres froides Les parois de chambres froides présentation de : Illustrations de sources diverses. 1 Objectifs du cours Identifier les modes de transferts Réaliser un bilan thermique pour un échangeur un mur un container

Plus en détail

Utilisation de PUNR comme matériaux de substitution des matériaux naturels de drainage utilisés sur les installations de stockage de déchets

Utilisation de PUNR comme matériaux de substitution des matériaux naturels de drainage utilisés sur les installations de stockage de déchets Utilisation de PUNR comme matériaux de substitution des matériaux naturels de drainage utilisés sur les installations de stockage de déchets rnaud BUDK SIT France 132 rue des 3 Fontanot 92758 Nanterre

Plus en détail

PROCEDURE DE POSE ET D ENTRETIEN DES SEPARATEURS D HYDROCARBURES COALISATOR-GG. Table des matières

PROCEDURE DE POSE ET D ENTRETIEN DES SEPARATEURS D HYDROCARBURES COALISATOR-GG. Table des matières Table des matières 1 Identification et description des séparateurs... 1 2 Conditions d utilisation... 4 3 Installation... 4 4 Mise en service... 6 5 Maintenance et exploitation... 6 1 Identification et

Plus en détail

technostuk G.G. mortiers de jointoiement 11/12 128 TECHNOSTUK G.G.

technostuk G.G. mortiers de jointoiement 11/12 128 TECHNOSTUK G.G. technostuk G.G. 11/12 128 TECHNOSTUK G.G. mortiers de jointoiement Mortier de jointoiement pour joints de 4 à 20 mm. La protection active de Microshield system aide à prévenir la croissance de bactéries,

Plus en détail

Transferts thermiques 1

Transferts thermiques 1 Transferts thermiques Introduction. Modes de transmission de la chaleur Conduction thermique. Loi de Fourier. Conductivité thermique Resistance thermique. Coefficient de transfert thermique La convection.

Plus en détail

DIMENSIONNEMENT DE FONDATIONS MIXTES SUR PIEUX BATTUS POUR UNE CENTRALE ELECTRIQUE A GAZ EN TUNISIE

DIMENSIONNEMENT DE FONDATIONS MIXTES SUR PIEUX BATTUS POUR UNE CENTRALE ELECTRIQUE A GAZ EN TUNISIE TERRASOL Rhône Alpes c/o Setec Immeuble l Orient 10 place charles Béraudier 69428 Lyon Cedex 3 France Tél. : +33 4 27 85 49 35 Fax : +33 4 27 85 49 36 Mèl : lyon@terrasol.com Site internet : www.terrasol.com

Plus en détail

LES LIANTS HYDRAULIQUES. Hamdi Boualem ENSSMAL

LES LIANTS HYDRAULIQUES. Hamdi Boualem ENSSMAL LES LIANTS HYDRAULIQUES Hamdi Boualem ENSSMAL Le ciment Le ciment est une matière pulvérulente, formant avec l eau ou avec une solution saline une pâte plastique liante, capable d agglomérer, en durcissant,

Plus en détail

Quel est le lien entre toutes ces énergies????

Quel est le lien entre toutes ces énergies???? Quel est le lien entre toutes ces énergies???? Comment l Homme utilise l énergie lumineuse? A. Une inégale répartition de l énergie solaire en fonction de la latitude Manuel Nathan seconde Répartition

Plus en détail

DESTINATAIRE DOCUMENT

DESTINATAIRE DOCUMENT DESTINATAIRE DOCUMENT i 3, Construction Bas de Delmas d un Hôpital - Port-au-Prince, à Saint-Michel-De-L Atalaye Haïti HT - Rapport 6110 d étude - Tél. +509 géotechnique 36 49 45 27 E-mail : info@geotechsol.com

Plus en détail

Sécheresse géotechnique et construction, retours d expérience

Sécheresse géotechnique et construction, retours d expérience Sécheresse géotechnique et construction, retours d expérience CFMS, CFGI 18 janvier 2007 Catherine Jacquard Sommaire pathologie des constructions: Méthodologie d étude Etude statistique de la pathologie:études

Plus en détail

Extrait : DTU 26-1 Travaux d enduits de mortiers Avril 2008

Extrait : DTU 26-1 Travaux d enduits de mortiers Avril 2008 3 Liants 3.1 Ciments Les ciments Portland (CEM I) et ciments Portland composés (CEM II) doivent être conformes à la norme NF EN 197-1. NOTE 1 La marque NF-Liants hydrauliques, ou son équivalent dans les

Plus en détail

catalogue technique Vérifiez la qualité, la performance et la conformité de vos adhésifs

catalogue technique Vérifiez la qualité, la performance et la conformité de vos adhésifs catalogue technique Vérifiez la qualité, la performance et la conformité de vos adhésifs un éventail de tests complet pour évaluer la qualité de vos adhésifs Pouvoir adhésif, résistance du support, qualité

Plus en détail

GLOBUS NUES Récupération et stockage d'eau

GLOBUS NUES Récupération et stockage d'eau CUVES à ENTERRER GLOBUS NUES Récupération et stockage d'eau 1 CARACTÉRISTIQUES GÉNÉRALES Avec de l eau de récupération (eaux de pluie, de source ), vous pouvez économiser jusqu à 50 % de votre consommation

Plus en détail

Formulation et détermination du type de liants hydrocarbonés et mixte à froid et en centrale. Alan Carter, ÉTS

Formulation et détermination du type de liants hydrocarbonés et mixte à froid et en centrale. Alan Carter, ÉTS et détermination du type de liants hydrocarbonés et mixte à froid et en centrale Formation sur le retraitement à froid des chaussées souples Montréal, 4-6 décembre 2007 Plan de la présentation Méthode

Plus en détail

50.01 DETERMINATION DES COEFFICIENTS DE COMPRESSIBILITE M 1 et M 2.

50.01 DETERMINATION DES COEFFICIENTS DE COMPRESSIBILITE M 1 et M 2. 50. Terrassements 50.01 DETERMINATION DES COEFFICIENTS DE COMPRESSIBILITE M 1 et M 2. 50.02 REGULARITE DE SURFACE RELEVEE A LA REGLE DE TROIS METRES OU A L AIDE D UN GABARIT APPROPRIE. 50.03 ESSAI DE PENETRATION

Plus en détail

Échanges thermiques entre une fondation résidentielle et les sols en conditions hydrostatiques

Échanges thermiques entre une fondation résidentielle et les sols en conditions hydrostatiques Échanges thermiques entre une fondation résidentielle et les sols en conditions hydrostatiques Mémoire Dominique Beaulieu Maîtrise en génie civil Maître ès sciences (M. Sc.) Québec, Canada Dominique Beaulieu,

Plus en détail

LES EAUX USÉES. L évacuation des eaux usées. Les eaux vannes (EV) : eaux provenant des cuvettes de WC.

LES EAUX USÉES. L évacuation des eaux usées. Les eaux vannes (EV) : eaux provenant des cuvettes de WC. L évacuation des eaux usées Les eaux vannes (EV) : eaux provenant des cuvettes de WC. Les eaux ménagères (EM) : eaux provenant de la cuisine (évier, lave-vaisselle) et de la salle de bains (lavabo, baignoire,

Plus en détail

LES EFFETS DE LA SECHERESSE SUR LES CHAUSSEES A FAIBLE TRAFIC DANS LA REGION CENTRE

LES EFFETS DE LA SECHERESSE SUR LES CHAUSSEES A FAIBLE TRAFIC DANS LA REGION CENTRE Journées Nationales de Géotechnique et de Géologie de l'ingénieur - JNGG' 6 Lyon (France) LES EFFETS DE LA SECHERESSE SUR LES CHAUSSEES A FAIBLE TRAFIC DANS LA REGION CENTRE Yasmina BOUSSAFIR Laboratoire

Plus en détail

6. Le poids et la masse

6. Le poids et la masse 111 6. 6.1. Mise en contexte Pourquoi les astronautes peuvent-ils porter plus facilement leur équipement sur la Lune que sur la Terre? Formule une hypothèse! Dans le langage courant tu dis : «Mon poids

Plus en détail

P = F S S.BINET FORCES PRESSANTES 1/5. relation Pression / Force / Surface. forces pressantes : Les solides : Cas n 1 : cas n 2 :

P = F S S.BINET FORCES PRESSANTES 1/5. relation Pression / Force / Surface. forces pressantes : Les solides : Cas n 1 : cas n 2 : ACTIVITE 1 : relation Pression / Force / Surface. forces pressantes : Les solides : Cas n 1 : cas n 2 : Mousse Mousse 1. Placez la masse sur le morceau de mousse. Que se passe t-il à l équilibre? La mousse

Plus en détail

Transfert thermique. La quantité de chaleur échangée entre deux systèmes se note Q et s exprime en Joule *J+

Transfert thermique. La quantité de chaleur échangée entre deux systèmes se note Q et s exprime en Joule *J+ Chapitre 22 Sciences Physiques - BTS Transfert thermique 1 Généralités 1.1 Température La température absolue est mesuré en Kelvin [K]. La relation de passage entre C et K est : T [K] = [ C ]+ 273,15 Remarque

Plus en détail

Techniques de Construction en Terre Myriam Olivier, CEREMA

Techniques de Construction en Terre Myriam Olivier, CEREMA Les 6èmes journées de l immobilier Plein feu sur l Eco-construction : «Construire mieux et moins cher» Vers un nouveau modèle de développement économique durable 11 & 12mars 2014 - UTICA, Tunis Techniques

Plus en détail

Extraction, séparation et identification d espèces chimiques

Extraction, séparation et identification d espèces chimiques Extraction, séparation et identification d espèces chimiques Préambule : Depuis la plus haute Antiquité, l homme utilise des colorants, des parfums et des arômes. Ceux-ci ont d abord été extraits de produits

Plus en détail

Ministère des Travaux Publics Transports et Communications (MTPTC) Conception et réalisation QUELQUES REGLES POUR CONSTRUIRE DES MAISONS PLUS SOLIDES

Ministère des Travaux Publics Transports et Communications (MTPTC) Conception et réalisation QUELQUES REGLES POUR CONSTRUIRE DES MAISONS PLUS SOLIDES (MTPTC) Validation Conception et réalisation QUELQUES REGLES POUR CONSTRUIRE DES MAISONS PLUS SOLIDES où peut-on construire une maison? 2 NON NON NON ne pas construire sous une falaise ne pas construire

Plus en détail