Pr. M. Mountadar* et H. EL Bachlaoui

Save this PDF as:
 WORD  PNG  TXT  JPG

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Pr. M. Mountadar* et H. EL Bachlaoui"

Transcription

1 Caractérisation physico-chimique et granulométrique des matrices à base de sable en vue de leur utilisation dans le traitement des eaux usées domestiques de la province d El Jadida Pr. M. Mountadar* et H. EL Bachlaoui *Coordonnateur du projet Medaware à l échelle du Maroc *Responsable de l Equipe de Chimie Analytique et Sciences de l Environnement du Laboratoire de l Eau et l Environnement *Responsable de l UFR de Chimie Analytique et Sciences de l Environnement 3èmes Journée Internationales des Géosciences de l Environnement ( 8-1 juin 25)

2 Plan de l exposl exposé Introduction Partie I: Caractérisation des matrices à base de sable -Tamisage pour la caractérisation granulométrique -Caractérisation par l ICP et les RX -Détermination des vitesses d écoulement -Etude comparative et choix des filtres Partie II: Caractérisation et Traitement des Eaux Usées Conclusion Perspectives -Détermination des conditions optimales des traitements -Traitement des eaux usées sur différentes colonnes -Etude comparative

3 Objectifs Détermination des paramètres optimums de traitement des eaux usées par infiltration sur sable on jouant sur : -La Granulométrie du sable -La Composition du sable -L épaisseur du filtre et le débit

4 Introduction La filtration sur sable est l une des méthodes de traitement de l eau les plus anciennes, elle est efficace si elle est correctement appliquée. L infiltration-percolation consiste à infiltrer de manière programmée des eaux usées décantées à travers des massifs de sable Le sable sert de support à une filtration biologique

5 Avantages Faible coup de traitement Grande efficacité d élimination de la MO, MES, NH 4+, PO Exploitation simple (technologie facile à gérer)

6 PARTIE I :Caractérisation risation des Prélèvement matrices de sable Les prélèvements sont effectués le long du littoral de la zone côtière de la province d El Jadida (du Golf jusqu au Sidi Bouzid ) pour avoir les différentes compositions et granulométries possibles

7 Tamisage Effectué sur une colonne de 13 tamis (norme AFNOR) pour séparer les différentes tailles. Après la pesée de chaque fraction, les % simples et cumulées ont été déterminés.

8 % 35 3 courbe de fréquence simple (éch.3.) % courbe de fréquence cumulée (éch,3) < ta ille ( u m ) 1 taille(um) % <1 125 co urbe de frι quence sim ple (ι c h.5.),, ta ille (u m ) % courbe de fréquence cumulée (éch,5,) taille(um) courbe de f réquence simple (éch.9.) % 1 courbe de fréquence cumulée (éch,9,) < taille (um) taille(um)

9 Caractérisation risation physico-chimique chimique par l ICP et RX Désignation %SiO2 %CaO Phase minéralogiques Éch Dolomite, Calcite, Quartz éch Dolomite, Calcite, Quartz Éch Aragonite, Dolomite, Calcite, Quartz Éch Aragonite, Dolomite, Calcite, Quartz Éch Dolomite, Calcite, Quartz Éch Dolomite, Calcite, Quartz Éch Aragonite, Dolomite, Calcite, Éch Aragonite, Calcite, Quart éch Aragonite, Calcite, Quartz

10 Détermination des vitesses d éd écoulement Montage Hauteur H = 7cm Section S = 78.5 cm 2

11 Résultats 3 v ite s s e d 'é c o u le m e n t d 'e a u à tr a v e r s s a b le e n f o n c tio n d e la ta ille p o u r l'é c hantillon -1- vittesse moyenne (mm/s) 2,5 2 1,5 1,5 -, V5 V 1 V 15 V 2 ta ille ( u m ) vitesse d'écoulement d'eau à travers sable en fonction de la taille pour l'échantillon -2-2 vittesse moyenne (mm/s) 1,5 1, V5 V1 V15 V2 ta ille (u m) -,5 vitesse d'écoulement d'eau à travers sable en fonction de la taille pour l'échantillon -3- vittesse moyenne (mm/s) 1,5 1,5 -,5 V5 V1 V15 V taille (um)

12 vitesse d'écoulem ent d'eau à travers sable en fonction de la taille pour l'échantillon -4- vittesse moyenne (mm/s) 1,5 1,5 -,5 V5 V1 V15 V taille (um ),35 vitesse d'écoulement d'eau à travers sable en fonction de la taille pour l'échantillon -5- vittesse moyenne (mm/s),3,25,2,15,1,5 -, V5 V1 V15 V2 ta ille ( u m ) v ite s s e d 'é c o u le me n t d 'e a u à tra v e r s s a b le e n f o n c tio n d e la ta ille p o u r l'é c hantillo n - 6 -,4 vittesse moyenne (mm/s),35,3,25,2,15,1,5 -, V5 V 1 V 15 V 2 ta ille ( u m)

13 vitesse d'écoulement d'eau à travers sable en fonction de la taille pour l'échantillon -7- vittesse moyenne (mm/s) 1,5 1,5 -,5 V5 V1 V15 V taille (um) vitesse d'écoulem ent d'eau à travers sable en fonction de la taille pour l'échantillon 8,7 vitesse moyenne mm/s,6,5,4,3,2, V 5 V 1 V 15 V 2 taill um vitesse d'écoulement d'eau à travers sable en fonction de la taille pour l'échantillon 9 vitesse moyenne mm/s,7,6,5,4,3,2, V 5 V 1 V 15 V 2 taill um

14 vitesse d'écoulement d'eau à travers les matrices à base de sable pour les différents échantillons brutes 1,9,8,7,6,5,4,3,2,1 éch 1 ech 2 ech 3 ech 4 ech 5 ech 6 ech 7 ech 8 ech 9 v5 v1 v15 v2 échantillon

15 Les vitesses d infiltration sont fonction de: La granulométrie des grains de sable La composition physico-chimique de la matrice (% en SiO 2 et % en CaO)

16 Étude comparative: choix des filtres % SiO2 % CaO Taille des grains (µm) Temps de rétention (s) Classe A éch 3,4 et 7 Classe B éch 8 et 9 Classe C éch 1,2,5 et

METHODES EN GEOSCIENCES. Date et heure Localisation des prélèvements (longitude, latitude, profondeur ) Type d environnement Description du site

METHODES EN GEOSCIENCES. Date et heure Localisation des prélèvements (longitude, latitude, profondeur ) Type d environnement Description du site METHODES EN GEOSCIENCES I : Méthodes d études sédimentologies 1 - Notes de terrain Date et heure Localisation des prélèvements (longitude, latitude, profondeur ) Type d environnement Description du site

Plus en détail

S-I-1V3 PRÉTRAITEMENT DES ÉCHANTILLONS POUR ANALYSES PHYSICO-CHIMIQUES ET LIXIVIATION. 1. Objet. 2. Domaine d application. 3.

S-I-1V3 PRÉTRAITEMENT DES ÉCHANTILLONS POUR ANALYSES PHYSICO-CHIMIQUES ET LIXIVIATION. 1. Objet. 2. Domaine d application. 3. 1. Objet S-I-1V3 PRÉTRAITEMENT DES ÉCHANTILLONS POUR ANALYSES PHYSICO-CHIMIQUES ET LIXIVIATION Prétraitement des échantillons de sols (y compris les sédiments), les matières utilisées sur ou dans les sols

Plus en détail

J. Mater. Environ. Sci. 5 (S2) (2014) 2385-2390 EDE4 El haouti et al. ISSN : 2028-2508 CODEN: JMESCN

J. Mater. Environ. Sci. 5 (S2) (2014) 2385-2390 EDE4 El haouti et al. ISSN : 2028-2508 CODEN: JMESCN Utilisation du sable noir comme massif filtrant dans le procédé d infiltration percolation pour le traitement des eaux usées (Use of black sand as gravel in the process of infiltration percolation for

Plus en détail

Analyses physico-chimiques chimiques de particules en suspension dans l air. l Application à l identification de sources.

Analyses physico-chimiques chimiques de particules en suspension dans l air. l Application à l identification de sources. Analyses physico-chimiques chimiques de particules en suspension dans l air. l Application à l identification de sources. Frédéric LEDOUX a, Dominique COURCOT b, Emile PUSKARIC a, Antoine ABOUKAÏS b, Hélène

Plus en détail

Annalyse granulométrique

Annalyse granulométrique ANNEXE 1 Annalyse granulométrique 1.1 INTRODUCTION L analyse granulométrique a pour but de déterminer quantitativement la distribution des particulesdesolparclassesdediamètres.lenombreetlagrandeurdesclassesdediamètresdépendront

Plus en détail

Propriétés physiques des sols

Propriétés physiques des sols Propriétés physiques des sols Propriétés physiques des sols Liées à 2 notions fondamentales : la texture et la structure Comportements de l air et de l eau du sol en dépendent 1) Texture 2 définitions

Plus en détail

Technologie du béton GCI 340

Technologie du béton GCI 340 Ammar Yahia, ing., Ph.D. Génie civil. Automne 2011 Les granulats à béton - Généralités variables influençant la qualité du béton - Caractéristiques des granulats - Propriétés des granulats à béton - Essais

Plus en détail

OUTILS DE CAROTTAGE 1. SELECTION DES OUTILS 2. PARAMETRES DE FORAGE 3. ANALYSE DE L USURE DES COURONNES 4. OUTILS IMPREGNES DIAMANTES

OUTILS DE CAROTTAGE 1. SELECTION DES OUTILS 2. PARAMETRES DE FORAGE 3. ANALYSE DE L USURE DES COURONNES 4. OUTILS IMPREGNES DIAMANTES SOMMAIRE 1. SELECTION DES OUTILS 2. PARAMETRES DE FORAGE 3. ANALYSE DE L USURE DES COURONNES 4. OUTILS IMPREGNES DIAMANTES 5. OUTILS SERTIS DIAMANTES 6. OUTILS PCD (POLY-CRYSTALLINE DIAMOND) ET TSD (THERMO-STABLE

Plus en détail

COMMENT LES EAUX USEES SONT-ELLES TRAITEES DANS UN ASSAINISSEMENT NON COLLECTIF?

COMMENT LES EAUX USEES SONT-ELLES TRAITEES DANS UN ASSAINISSEMENT NON COLLECTIF? COMMENT LES EAUX USEES SONT-ELLES TRAITEES DANS UN ASSAINISSEMENT NON COLLECTIF? I LA POLLUTION QUE NOUS PRODUISONS ET SON IMPACT SUR LE MILIEU NATUREL Pollution = Introduction d éléments extérieurs non

Plus en détail

Formation «Planification, construction, exploitation et fermeture des décharges contrôlées au Maroc»

Formation «Planification, construction, exploitation et fermeture des décharges contrôlées au Maroc» Formation «Planification, construction, exploitation et fermeture des décharges contrôlées au Maroc» un projet du Programme de Gestion et de Protection de l Environnement en Maroc (PGPE) en coopération

Plus en détail

Terrains de grands jeux en gazon synthétique & Terrains de grands jeux stabilisés mécaniquement RAPPORT D ESSAIS LABORATOIRE N R141584-A1

Terrains de grands jeux en gazon synthétique & Terrains de grands jeux stabilisés mécaniquement RAPPORT D ESSAIS LABORATOIRE N R141584-A1 RAPPORT D ESSAIS Normes NF P90112 (2008) & XP P90111 (1998) Terrains de grands jeux en gazon synthétique & Terrains de grands jeux stabilisés mécaniquement GRAVE DRAINANTE 0/20 MM JOHANN DÜRO GMBH & CO

Plus en détail

Pompe calculs de hauteur

Pompe calculs de hauteur À retenir 1) Une pompe pour quoi faire? Arrosage, alimentation domestique, surpression collective, industrie, anti-incendie, transfert, relevage... 2) Où est l eau? Puits, forage, étang, rivière, bâche,

Plus en détail

Station SEPTODIFFUSEUR

Station SEPTODIFFUSEUR Station SEPTODIFFUSEUR Dispositif de traitement sur filtre à sable drainé compact Une solution compacte en assainissement non collectif sur le principe des filières traditionnelles AGRÉMENT MINISTÉRIEL

Plus en détail

PROCESSUS ET RÉACTIVITÉ : Mécanismes réactionnels de la croissance Étapes aux interfaces Réactivité en géométrie plane

PROCESSUS ET RÉACTIVITÉ : Mécanismes réactionnels de la croissance Étapes aux interfaces Réactivité en géométrie plane Journée «Réactivité des Solides Divisés» SAINT-ETIENNE - 27 Juin 2002 PROCESSUS ET RÉACTIVITÉ : Mécanismes réactionnels de la croissance Étapes aux interfaces Réactivité en géométrie plane Alain Galerie

Plus en détail

Etude expérimentale d un béton de sable de dune pour la fabrication des dalles et pré dalles armées et faiblement armées

Etude expérimentale d un béton de sable de dune pour la fabrication des dalles et pré dalles armées et faiblement armées Etude expérimentale d un béton de sable de dune pour la fabrication des dalles et pré dalles armées et faiblement armées Laid BEDADI 1,* et Mohamed Tahar BENTEBBA 2,µ 1 Laboratoire de Travaux Public du

Plus en détail

3- La classification des sols

3- La classification des sols Géotechnique routière 3- La classification des sols V4 FRED PORTET OLIVIER NOËL, ENSEIGNANTS À L'ENTE D'AIX-EN-PROVENCE SYLVIE NICAISE, LABORATOIRE DU CETE MÉDITERRANÉE CAROLE PORTILLO ET MATHIEU VERMEULEN,

Plus en détail

Cours de révision MASC

Cours de révision MASC Cours de révision MASC 1) Décrire les rayonnements émis par un matériau irradié par un faisceau de rayons X. Diffusion élastique Nom et nature du rayonnement diffusés élastiquement Caractéristiques (énergie,

Plus en détail

Exemples de Contrôles Métallurgiques sur pièces de série aprés Traitement Thermique

Exemples de Contrôles Métallurgiques sur pièces de série aprés Traitement Thermique Exemples de Contrôles Métallurgiques sur pièces de série aprés Traitement Thermique Patrick JACQUOT Laboratoire Central BODYCOTE Usine de Pusignan (69) 3ème Séminaire Bodycote Air Liquide, Lyon, 18-19

Plus en détail

Le choix entre les différentes possibilités se faisant en fonction du prix, les éléments à prendre en compte sont : - prix du forage - installation

Le choix entre les différentes possibilités se faisant en fonction du prix, les éléments à prendre en compte sont : - prix du forage - installation Le choix entre les différentes possibilités se faisant en fonction du prix, les éléments à prendre en compte sont : - prix du forage - installation du massif de gravier - tubage (plein + crépine) - pompe

Plus en détail

Formation Bâtiment Durable : Gestion des eaux pluviales sur la parcelle

Formation Bâtiment Durable : Gestion des eaux pluviales sur la parcelle Formation Bâtiment Durable : Gestion des eaux pluviales sur la parcelle Bruxelles Environnement Comment gérer les eaux de pluie dans un contexte spécifique? Maggy HOVERTIN MATRIciel S.A Objectifs de la

Plus en détail

SCIENCE DES MATERIAUX DE CONSTRUCTION Travaux pratiques

SCIENCE DES MATERIAUX DE CONSTRUCTION Travaux pratiques UNIVERSITE ABOUBEKR BELKAID FACULTE DES SCIENCES DE L INGENIEUR DEPARTEMENT DE GENIE CIVIL SCIENCE DES MATERIAUX DE CONSTRUCTION Travaux pratiques Présenté Par: M. GHOMARI F. & Mme BENDI-OUIS A. ANNEE

Plus en détail

TECHNIQUES ADAPTEES AU PETIT COLLECTIF

TECHNIQUES ADAPTEES AU PETIT COLLECTIF LES TECHNIQUES ADAPTEES AU PETIT COLLECTIF Les prétraitements Les stations compactes type boues activées Les filtres plantés de roseaux Les filtres à sable Les disques biologiques Les filtres à tourbe

Plus en détail

Pour bien accomplir l analyse expérimentale des quatre plantes citées plus haut, nous avons utilisé le matériel suivant :

Pour bien accomplir l analyse expérimentale des quatre plantes citées plus haut, nous avons utilisé le matériel suivant : 4.1. Introduction Ce chapitre a pour objectif de montrer la procédure expérimentale adoptée, afin d évaluer le pouvoir épurateur de quatre plantes macrophytes, à savoir : Phragmites communis, Bambusa sp,

Plus en détail

Organisation des enseignements Chimie en S3 et S4

Organisation des enseignements Chimie en S3 et S4 Organisation des enseignements Chimie en S3 et S4 Modules d'enseignements de Chimie M3303 : Techniques Spectroscopiques (Johan Alauzun S3) M4104 : Analyses Électrochimiques (Olivier Fontaine fin S3) et

Plus en détail

Substitution des sels d aluminium par des sels de fer

Substitution des sels d aluminium par des sels de fer Substitution des sels d aluminium par des sels de fer Retours d expériences sur plusieurs usines d eau potable Cédric HELMER, CIRSEE Pôle Eau Potable 00/00/00 Presentation title 1 Situation actuelle Risque

Plus en détail

Développement de procédés de recyclage du phosphore sous une forme valorisable en agriculture. Les enjeux du recyclage à partir d effluents chargés

Développement de procédés de recyclage du phosphore sous une forme valorisable en agriculture. Les enjeux du recyclage à partir d effluents chargés Développement de procédés de recyclage du phosphore sous une forme valorisable en agriculture Les enjeux du recyclage à partir d effluents chargés Contexte et objectif Recycler le P comme engrais phosphaté

Plus en détail

Le traitement des sols à la chaux, éléments fondamentaux

Le traitement des sols à la chaux, éléments fondamentaux Le traitement des sols à la chaux, éléments fondamentaux Journée Technique CFMS Valorisation des Sols Fins 3 Décembre 2008 Paris Par V.Lelong Lhoist France Sommaire La chaux aérienne Le sol fin, les argiles

Plus en détail

GUIDE TECHNIQUE DE L ASSAINISSEMENT NON COLLECTIF

GUIDE TECHNIQUE DE L ASSAINISSEMENT NON COLLECTIF Page 1/5 GUIDE TECHNIQUE DE L ASSAINISSEMENT NON COLLECTIF L assainissement non collectif est une technique d épuration des eaux usées domestiques simple, durable et efficace, à condition de respecter

Plus en détail

Benchmark poutre en flexion 3 points

Benchmark poutre en flexion 3 points Benchmark poutre en flexion 3 points Le benchmark consiste en un essai de flexion 3 points d une poutre en béton armé sous chargement statique afin d étudier son comportement mécanique jusqu à la rupture.

Plus en détail

TRAITEMENT DES LIXIVIATS PAR UN COUPLAGE DE PROCEDES

TRAITEMENT DES LIXIVIATS PAR UN COUPLAGE DE PROCEDES TRAITEMENT DES LIXIVIATS PAR UN COUPLAGE DE PROCEDES 1. Contexte de l étude + Objectifs 2. Caractérisation des lixiviats 3. Performances du couplage de procédés 4. Conclusion générale Étude menée au STRI/LHC

Plus en détail

Etude granulométrique application aux sédiments des environnements fluviatiles actuels

Etude granulométrique application aux sédiments des environnements fluviatiles actuels Etude granulométrique application aux sédiments des environnements fluviatiles actuels Rappels Objectifs But Caractériser les tailles de particules d un sédiment en établissant la fréquence statistique

Plus en détail

PRESENTATION. site web : http : // www. omrg.mr Email : omrg@omrg.mr

PRESENTATION. site web : http : // www. omrg.mr Email : omrg@omrg.mr PRESENTATION site web : http : // www. omrg.mr Email : omrg@omrg.mr CADRE JURIDIQUE MISSION SITUATION ACTUELLE PERSPECTIVES D AVENIR L OMRG est un établissement public à caractère administratif, placé

Plus en détail

Introduction. Introduction. Cédric HALKETT Ingénieur Expert Qualité des Eaux

Introduction. Introduction. Cédric HALKETT Ingénieur Expert Qualité des Eaux Les Réseaux de suivi de la qualité des milieux aquatiques : Présentation et perspectives d avenir Introduction Introduction 3 èmes rencontres scientifiques de l Agence de l Eau Cédric HALKETT Ingénieur

Plus en détail

Essais de succion sur des éprouvettes de diamètre CBR

Essais de succion sur des éprouvettes de diamètre CBR Essais de succion sur des éprouvettes de diamètre CBR Relation portance - succion Jacques PARAIRE Géologue Groupe des techniques routières Laboratoire régional de Saint-Brieuc INTRODUCTION RÉSUMÉ Cet article

Plus en détail

INTRODUCTION Les tailles des particules sédimentaires sont extrêmement diverses, depuis les fines poussières transportées par les vents de haute

INTRODUCTION Les tailles des particules sédimentaires sont extrêmement diverses, depuis les fines poussières transportées par les vents de haute INTRODUCTION Les tailles des particules sédimentaires sont extrêmement diverses, depuis les fines poussières transportées par les vents de haute altitude (sirocco par exemple) jusqu aux gigantesques blocs

Plus en détail

La contribution du dessalement dans la mobilisation des ressources en eau en Tunisie

La contribution du dessalement dans la mobilisation des ressources en eau en Tunisie La contribution du dessalement dans la mobilisation des ressources en eau en Tunisie Journée de l Ingénieur 2012 RESSOURCES EN EAU EN TUNISIE: REALITES ET PERSPECTIVES 10 novembre 2012, Sfax, Tunisie Préparée

Plus en détail

CARACTERISTIQUES GEOTECHNIQUES DES SOLS DE SURFACE DE LA VILLE DE MARRAKECH

CARACTERISTIQUES GEOTECHNIQUES DES SOLS DE SURFACE DE LA VILLE DE MARRAKECH CARACTERISTIQUES GEOTECHNIQUES DES SOLS DE SURFACE DE LA VILLE DE MARRAKECH GEOLOGICAL AND GEOTECHNICAL CHARACTERIZATION OF THE SOILS OF MARRAKECH CITY (MOROCCO). Houcine MANDOUR 1, Daniel LEVACHER 2,

Plus en détail

SVDU SYNDICAT NATIONAL DU TRAITEMENT ET DE LA VALORISATION DES DECHETS URBAINS ET ASSIMILES -:-:-:-:-:-:- PROTOCOLE TECHNIQUE POUR LA DETERMINATION

SVDU SYNDICAT NATIONAL DU TRAITEMENT ET DE LA VALORISATION DES DECHETS URBAINS ET ASSIMILES -:-:-:-:-:-:- PROTOCOLE TECHNIQUE POUR LA DETERMINATION Pièce-jointe n 1 SVDU SYNDICAT NATIONAL DU TRAITEMENT ET DE LA VALORISATION DES DECHETS URBAINS ET ASSIMILES -:-:-:-:-:-:- PROTOCOLE TECHNIQUE POUR LA DETERMINATION DU POTENTIEL POLLUANT DES MACHEFERS

Plus en détail

RECOMMANDATIONS SUR LE CHOIX DES EQUIPEMENTS DE FORAGE D EAU RAPPEL DES BONNES PRATIQUES

RECOMMANDATIONS SUR LE CHOIX DES EQUIPEMENTS DE FORAGE D EAU RAPPEL DES BONNES PRATIQUES RECOMMANDATIONS SUR LE CHOIX DES EQUIPEMENTS DE FORAGE D EAU RAPPEL DES BONNES PRATIQUES La conception d un forage est une étape essentielle si l on souhaite optimiser son outil de production d eau souterraine.

Plus en détail

Bachelier en Chimie Finalité Environnement

Bachelier en Chimie Finalité Environnement Haute École Louvain en Hainaut www.helha.be Année académique 2015-2016 Bachelier en Chimie Finalité Environnement HELHa Mons - Campus 159 Chaussée de Binche 7000 MONS Tél : +32 (0) 65 40 41 46 Fax : +32

Plus en détail

CORPS DE FILTRE STANDARD

CORPS DE FILTRE STANDARD CORPS DE FILTRE STANDARD STANDARD 3G Idéal pour un large éventail d applications, notamment domestiques, commerciales et industrielles Longueur 10 ou 20 Event situé sur la tête côté entrée, disponible

Plus en détail

La chloration de l eau potable. Solutions alternatives

La chloration de l eau potable. Solutions alternatives La chloration de l eau potable Solutions alternatives Inconvenients de la chloration Goût et odeur Addition d une substance chimique Formation des sous-produits Pas efficace contre les protozoaires Applications

Plus en détail

La LIBS et l analyse de process

La LIBS et l analyse de process La LIBS et l analyse de process François Fariaut Elisabeth Bouriah-Coindre Ali Fortas IVEA : 9 rue Raoul Dautry - escalier C - 91190 Gif sur Yvette 1 Plan 1. Introduction 2. Différentes techniques d analyse

Plus en détail

I Introduction à l ultrafiltration sur membranes

I Introduction à l ultrafiltration sur membranes I Introduction à l ultrafiltration sur membranes I.1 L Ultrafiltration sur membranes : une révolution pour le traitement de l eau L ultrafiltration a été développée dans les années 70 pour le traitement

Plus en détail

CHAPITRE II : CARACTÉRISTIQUES DES MATÉRIAUX UTILISÉS POUR LA CONFECTION DES BETONS ET DES MORTIES

CHAPITRE II : CARACTÉRISTIQUES DES MATÉRIAUX UTILISÉS POUR LA CONFECTION DES BETONS ET DES MORTIES CHAPITRE II : POUR LA CONFECTION DES BETONS ET DES MORTIES II.1. INTRODUCTION II.2. CIMENT PORTLAND Le ciment a utilisé dans notre travail est un ciment Portland artificiel (CPA-CEM I- 42.5), il est composé

Plus en détail

Les capteurs mesure de distance au service de l automatisation

Les capteurs mesure de distance au service de l automatisation Les capteurs mesure de distance au service de l automatisation Les capteurs de distance de SensoPart Le défi central de la mesure de distance et ce dans de nombreux domaines de l automatisation est une

Plus en détail

Minage pour la Production d enrochements Optimisation du taux de restitution par une conception adaptée du plan de tir

Minage pour la Production d enrochements Optimisation du taux de restitution par une conception adaptée du plan de tir FNTP Mercredi 12 juin prochain Journée Technique Commune GFEE - SYNDUEX. Minage pour la Production d enrochements Optimisation du taux de restitution par une conception adaptée du plan de tir Philippe

Plus en détail

LES NOUVEAUX SAFE & MAXI SAFE. CLASSE DE SÉCURITÉ 2 0,6 Ampère, consommation d énergie minimale. niveau acoustique 43* dba

LES NOUVEAUX SAFE & MAXI SAFE. CLASSE DE SÉCURITÉ 2 0,6 Ampère, consommation d énergie minimale. niveau acoustique 43* dba Certainement le meilleur de la technologie des flux laminaires de classe 1 & 2 LES NOUVEAUX SAFE & MAXI SAFE CLASSE DE SÉCURITÉ 2 0,6 Ampère, consommation d énergie minimale niveau acoustique 43* dba Laboratory

Plus en détail

Analyses de sol et interprétation 4des résultats

Analyses de sol et interprétation 4des résultats Analyses de sol et interprétation 4des résultats 4 Analyses de sol et interprétation des résultats Pour optimiser la fumure, il faut prendre en considération, en plus du besoin des plantes, différentes

Plus en détail

Solutions de traitement efficaces et faciles d entretien

Solutions de traitement efficaces et faciles d entretien Solutions de traitement efficaces et faciles d entretien Lorsqu il pleut, l eau de ruissellement se charge de polluants, de matières en suspension et d hydrocarbures. Les débris flottants sont entraînés

Plus en détail

Nanomatériaux pour applications environnementales et énergétiques

Nanomatériaux pour applications environnementales et énergétiques Nanomatériaux pour applications environnementales et énergétiques Arnaud Delebarre, Laurence Le Coq, Pascaline Pré, Albert Subrenat Ecole des Mines de Nantes Arnaud.Delebarre@emn.fr 1 La recherche au Département

Plus en détail

AQUA TECHNIQUE Parc de l Ile - 15/27, Rue du Port - 92007 NANTERRE - FRANCE Tél : 01 46 14 71 73 / Fax : 01 46 14 71 69 / Email :

AQUA TECHNIQUE Parc de l Ile - 15/27, Rue du Port - 92007 NANTERRE - FRANCE Tél : 01 46 14 71 73 / Fax : 01 46 14 71 69 / Email : AQUA TECHNIQUE Parc de l Ile - 15/27, Rue du Port - 92007 NANTERRE - FRANCE Tél : 01 46 14 71 73 / Fax : 01 46 14 71 69 / Email : info@aqua-technique.fr http://www.aqua-technique.fr http://www.aquakiosk.com

Plus en détail

Mécanique des sols. Chapitre I Caractéristiques physiques et classification Chapitre II Eau dans le sol. Chapitre III Déformations des sols

Mécanique des sols. Chapitre I Caractéristiques physiques et classification Chapitre II Eau dans le sol. Chapitre III Déformations des sols Mécanique des sols Chapitre I Caractéristiques physiques et classification Chapitre II Eau dans le sol Chapitre III Déformations des sols Chapitre IV Résistance au cisaillement des sols Introduction à

Plus en détail

LA PURIFICATION DANS LE LABORATOIRE DE SYNTHÈSE

LA PURIFICATION DANS LE LABORATOIRE DE SYNTHÈSE LA PURIFICATION DANS LE LABORATOIRE DE SYNTHÈSE CHANTAL ZEDDE SERVICE HPLC SPCMIB/ICT/PICT TOULOUSE III QUEL MOYEN D ÉVALUATION? Chromatographie sur couche mince Rapide à mettre en œuvre Faible coût Insuffisant

Plus en détail

Les Protections Collectives

Les Protections Collectives Les Protections Collectives Le risque d intoxication 4 voies de pénétration des toxiques dans l organisme. Voie pulmonaire : inhalation. Voie oculaire : projection. Voie cutanée : contact avec la peau.

Plus en détail

Evaluation des fonctions de pédotransfert d un sol hétérogène, milieu récepteur d eau usée traitée, sur un site pilote dédié

Evaluation des fonctions de pédotransfert d un sol hétérogène, milieu récepteur d eau usée traitée, sur un site pilote dédié Thèse de Behzad NASRI Evaluation des fonctions de pédotransfert d un sol hétérogène, milieu récepteur d eau usée traitée, sur un site pilote dédié Résumé En 1998, le Ministère de l Environnement a initié

Plus en détail

Filtres plantés de roseaux (1/3)

Filtres plantés de roseaux (1/3) Filtres plantés de roseaux (1/3) Cuve tampon d homogénéisation - décanteur - flottation 2 étages de filtre plantés - traitement aérobie parcelle enherbée, sillon d infiltration - traitement final Condition

Plus en détail

2/ Donner les différents traitements pour rendre l eau potable et définir le rôle de chacune des étapes.

2/ Donner les différents traitements pour rendre l eau potable et définir le rôle de chacune des étapes. II/ Traitement des eaux (CDI) 1/ Le traitement des eaux à Aix pour les rendre potables Activité TD 1/ Indiquer une station de traitement des eaux de la ville d Aix. http://www.mairie-aixenprovence.fr/article.php3?id_article=60

Plus en détail

SEMAINE DE L EAU. Matinée des techniciens. 12 février 2008. Les effluents vinicoles Règlementation et procédés de traitement Perspectives pour le Tarn

SEMAINE DE L EAU. Matinée des techniciens. 12 février 2008. Les effluents vinicoles Règlementation et procédés de traitement Perspectives pour le Tarn SEMAINE DE L EAU Matinée des techniciens 12 février 2008 Les effluents vinicoles Règlementation et procédés de traitement Perspectives pour le Tarn Marie-Anouk Bourchenin Clément Psaïla SEMAINE DE L'EAU

Plus en détail

FICHE D ÉVALUATION TECHNIQUE DU COMITÉ SUR LES TECHNOLOGIES DE TRAITEMENT EN EAU POTABLE. Degrémont NF-Azur. Niveau de développement :

FICHE D ÉVALUATION TECHNIQUE DU COMITÉ SUR LES TECHNOLOGIES DE TRAITEMENT EN EAU POTABLE. Degrémont NF-Azur. Niveau de développement : FICHE D ÉVALUATION TECHNIQUE DU COMITÉ SUR LES TECHNOLOGIES DE TRAITEMENT EN EAU POTABLE Degrémont NF-Azur Niveau de développement : EN VALIDATION À L ÉCHELLE RÉELLE Janvier 2011 1- DONNÉES GÉNÉRALES Nom

Plus en détail

Comprendre la formation et la fertilité des sols

Comprendre la formation et la fertilité des sols Comprendre la formation et la fertilité des sols Un sol est constitué d'éléments minéraux et de matières organiques. Il prend naissance à partir de la roche puis évolue sous l'action du climat et de la

Plus en détail

A. Chaala. K. Englund and M.P. Wolcott

A. Chaala. K. Englund and M.P. Wolcott COMPOSITES BOIS-PLASTIQUE S. Migneault, A. Koubaa, F. Erchiqui, Université du Québec en Abitibi-Témiscamingue A. Chaala Service de recherche et d expertise en transformation des produits forestiers (SEREX)

Plus en détail

Besoins en données «sols» dans les études de génie civil. Contributions potentielles des bases de données IGCS

Besoins en données «sols» dans les études de génie civil. Contributions potentielles des bases de données IGCS Besoins en données «sols» dans les études de génie civil Contributions potentielles des bases de données IGCS O. SCHEURER B. BARAKAT Institut polytechnique Lasalle Beauvais avec la participation de C.

Plus en détail

PLAN BALLET I II III IV V VI AMPHITHÉÂTRE - HAUT AMPHITHÉÂTRE - BAS. 2e BALCON - FACE. 1er BALCON - FACE CORBEILLE. 2e BALCON 3/4 CORBEILLE 3/4

PLAN BALLET I II III IV V VI AMPHITHÉÂTRE - HAUT AMPHITHÉÂTRE - BAS. 2e BALCON - FACE. 1er BALCON - FACE CORBEILLE. 2e BALCON 3/4 CORBEILLE 3/4 er - ÔÉ e - ÔÉ e / er / / - ÔÉ 0 0 0 0 ÉÂ - ÉÂ - e - er - / - ÔÉ er / er - ÔÉ e / e - ÔÉ eprésentation du É É er - ÔÉ É e - ÔÉ e / er / / - ÔÉ 0 0 0 0 ÉÂ - ÉÂ - e - er - / - ÔÉ er / er - ÔÉ e / e - ÔÉ

Plus en détail

Biochromatographie. Bioline

Biochromatographie. Bioline Biochromatographie Bioline Une base solide Les systèmes KNAUER LC de bio-chromatographie utilisent des instruments et des logiciels sophistiqués pour obtenir en permanence des séparations efficaces. Le

Plus en détail

Fiche de renseignement

Fiche de renseignement Demande d autorisation d assainissement individuel Fiche de renseignement REÇU EN MAIRIE Dossier N Cette fiche doit être remise au service Urbanisme de votre commune, dûment complétée et accompagnée des

Plus en détail

Intérêt de l HPTLC comme aide à l amélioration des procédés de synthèse, méthode complémentaire, alternative et orthogonale

Intérêt de l HPTLC comme aide à l amélioration des procédés de synthèse, méthode complémentaire, alternative et orthogonale Intérêt de l HPTLC comme aide à l amélioration des procédés de synthèse, méthode complémentaire, alternative et orthogonale Louise Vicard Club CCM (ex-sanofi, Neuville) Introduction La plupart du temps,

Plus en détail

L infiltration. Définitions Equations de base Facteurs influençant l infiltration et Profils hydriques Ex de Modélisation à l échelle du bassin

L infiltration. Définitions Equations de base Facteurs influençant l infiltration et Profils hydriques Ex de Modélisation à l échelle du bassin Valérie Borrell Estupina FLST403 - Montpellier 2011 L infiltration Définitions Equations de base Facteurs influençant l infiltration et Profils hydriques Ex de Modélisation à l échelle du bassin 1 Définitions

Plus en détail

Introduction aux Technologies du Béton (Concrete Technology)

Introduction aux Technologies du Béton (Concrete Technology) Introduction aux Technologies du Béton (Concrete Technology) Quelques définitions Un béton Granulats + colle = béton si > 8 mm mortier si < 8 mm Pâte de ciment = eau + ciment Mortier = eau + ciment + sable

Plus en détail

Détermination de la conductivité : méthode électrométrique

Détermination de la conductivité : méthode électrométrique Centre d'expertise en analyse environnementale du Québec MA. 115 Cond. 1.1 Détermination de la conductivité : méthode électrométrique 2015-05-08 (révision 1) Comment fonctionne la codification? MA. 203

Plus en détail

Construction d un Modèle Numérique de Terrain par stéréoscopie aérienne ou satellitaire

Construction d un Modèle Numérique de Terrain par stéréoscopie aérienne ou satellitaire Construction d un Modèle Numérique de Terrain par stéréoscopie aérienne ou satellitaire UMR TETIS Cemagref-CIRAD-ENGREF PLAN 1. IMAGES AERIENNES ET SATELLLITALES a) Images sources pour les MNT b) Modes

Plus en détail

EFFET DE LA PRESENCE DE CHARGES MINERALES SUR LA PHOTOPOLYMERISATION D UNE RESINE ACRYLIQUE

EFFET DE LA PRESENCE DE CHARGES MINERALES SUR LA PHOTOPOLYMERISATION D UNE RESINE ACRYLIQUE EFFET DE LA PRESENCE DE CHARGES MINERALES SUR LA PHOTOPOLYMERISATION D UNE RESINE ACRYLIQUE Laurence Lecamp & Philippe Lebaudy INSA de ROUEN Laboratoire Polymères Biopolymères Surfaces (PBS) UMR CNRS 627

Plus en détail

Table des matières. LIMAIR - Rapport de mesures et d'analyses

Table des matières. LIMAIR - Rapport de mesures et d'analyses Site : Plate-forme de broyage et stockage de déchets verts - SYDED 87 Localisation : commune de Saint Martin le Vieux Date : du 4 au 22 janvier 2013 Paramètres étudiés : particules en suspension PM 10

Plus en détail

La chromatographie aspects généraux

La chromatographie aspects généraux La chromatographie aspects généraux Méthode de séparation et de quantification de composés présents dans une phase homogène liquide ou gazeuse. Le principe est basé sur les équilibres successifs des composés

Plus en détail

PRECODD - Programme ECOtechnologies et Développement Durable. Programme ECOPLUIES

PRECODD - Programme ECOtechnologies et Développement Durable. Programme ECOPLUIES PRECODD - Programme ECOtechnologies et Développement Durable Programme ECOPLUIES Techniques alternatives de traitement des eaux pluviales et de leurs sous-produits : vers la maîtrise du fonctionnement

Plus en détail

OFPPT ROYAUME DU MAROC RESUME THEORIQUE & GUIDE DE TRAVAUX PRATIQUES OXYCOUPAGE ET SOUDAGE A L ARC ELECTRIQUE MODULE N :08 ELECTRICITE SECTEUR :

OFPPT ROYAUME DU MAROC RESUME THEORIQUE & GUIDE DE TRAVAUX PRATIQUES OXYCOUPAGE ET SOUDAGE A L ARC ELECTRIQUE MODULE N :08 ELECTRICITE SECTEUR : OFPPT ROYAUME DU MAROC Office de la Formation Professionnelle et de la Promotion du Travail DIRECTION R ECHERCH E ET INGENIERIE DE F ORMA TION RESUME THEORIQUE & GUIDE DE TRAVAUX PRATIQUES MODULE N :08

Plus en détail

Les avantages du tiroir CLEN

Les avantages du tiroir CLEN Les avantages du tiroir CLEN 2 fois plus rapide qu un classement traditionnel! 10 35 % de volume en plus * A volume égal, la position à plat des dossiers vous permet de stocker plus de documents. Vos documents

Plus en détail

3- PREPARATION DES ECHANTILLONS

3- PREPARATION DES ECHANTILLONS 3- PREPARATION DES ECHANTILLONS PRINCIPE... 1 ENREGISTREMENT DES ECHANTILLONS... 1 ANALYSES SUR SOL FRAIS... 2 SECHAGE... 2 TAMISAGE ET TENEUR EN ELEMENTS GROSSIERS... 4 BROYAGE... 6 REFERENCES DE BASE...

Plus en détail

Princeps, copies, génériques : quelles différences?

Princeps, copies, génériques : quelles différences? Princeps, copies, génériques : quelles différences? Pr Odile CHAMBIN UFR Pharmacie Dijon 1 Introduction 1 ère définition des génériques en 1996. Développement des génériques depuis 1998 avec le droit de

Plus en détail

C - Qualité des sols et de l eau. Bilan

C - Qualité des sols et de l eau. Bilan C - Qualité des sols et de l eau Bilan 1 CAH, Solution du sol et nutrition minérale végétale Le sol est un système complexe formé : D'une fraction solide minérale faite de fragments de roche issus du sous-sol

Plus en détail

Les techniques alternatives dans la gestion des eaux pluviales. Jean Yves VIAU Directeur Opérationnel

Les techniques alternatives dans la gestion des eaux pluviales. Jean Yves VIAU Directeur Opérationnel Les techniques alternatives dans la gestion des eaux pluviales Jean Yves VIAU Directeur Opérationnel Plan de présentation Présentation Saint Dizier environnement Les techniques alternatives La maîtrise

Plus en détail

Détermination de la qualité de la betterave sucrière par spectroscopie proche infrarouge et chimiométrie.

Détermination de la qualité de la betterave sucrière par spectroscopie proche infrarouge et chimiométrie. DOCTORAT DE L UNIVERSITE DE LILLE 1 1 Ecole Doctorale : Sciences Pour l Ingénieur (SPI) Discipline : Instrumentation et Analyses Avancées Détermination de la qualité de la betterave sucrière par spectroscopie

Plus en détail

Usine d ultrafiltration

Usine d ultrafiltration Annemasse - Les Voirons Agglomération Usine d ultrafiltration Les Eaux-Belles Etrembières Edito La production de l eau potable, soumise à des normes de plus en plus contraignantes pour le paramètre turbidité*,

Plus en détail

w = Masse.d eau.contenue;dans.le.granulat

w = Masse.d eau.contenue;dans.le.granulat LES MODES OPERATOIRES DU LABORATOIRE GENIE CIVIL GRANULATS TENEUR EN EAU D UN GRANULAT Selon NF... Niveau: PREMIERE et TERMINALE STI GC Plusieurs méthodes de laboratoire permettent la mesure de la teneur

Plus en détail

(bicarbonates ) et CO 3

(bicarbonates ) et CO 3 2/ Les eaux gazeuses LE SYSTÈME CARBONATE est l'ensemble formé par trois types de composés chimiques, qui sont : - dans l'atmosphère : le gaz carbonique (CO2) ; - dans l'eau : les composés de l'acide carbonique

Plus en détail

Validation de méthode Dosage de métaux (Cr, Cd, Pb, Ni) sous forme d aérosol dans un échantillon d air

Validation de méthode Dosage de métaux (Cr, Cd, Pb, Ni) sous forme d aérosol dans un échantillon d air Jean de Boutiny M1 STEM Validation de méthode Dosage de métaux (Cr, Cd, Pb, Ni) sous forme d aérosol dans un échantillon d air Maître de stage : Jean-Ulrich Mullot Tuteurs de stage : Aurélie Gollion, Lucien

Plus en détail

Etape n 1 étude du besoin.

Etape n 1 étude du besoin. L objet mystère Les enfants posent des questions fermées. L enseignant répond par OUI ou NON. Jusqu à ce que les élèves trouvent le sablier. Alors on peut observer plusieurs sabliers verbaliser sur sa

Plus en détail

Matériaux composites "isolant-métal" : réponses électriques, percolation, dégradation. Intérêt de la Spectroscopie d'impédance Électrique.

Matériaux composites isolant-métal : réponses électriques, percolation, dégradation. Intérêt de la Spectroscopie d'impédance Électrique. Université de Toulon et du Var Laboratoire Matériaux et Microélectronique de Provence (Groupe MMI) UMR CNRS 61 37 Matériaux composites "isolant-métal" : réponses électriques, percolation, dégradation.

Plus en détail

CARACTERISATION PHYSICO-CHIMIQUE ET ENRICHISSEMENT DES MINERAIS DE FER : «CAS DU GISEMENT D ANINI» WILAYA DE SETIF- ALGERIE.

CARACTERISATION PHYSICO-CHIMIQUE ET ENRICHISSEMENT DES MINERAIS DE FER : «CAS DU GISEMENT D ANINI» WILAYA DE SETIF- ALGERIE. CARACTERISATION PHYSICO-CHIMIQUE ET ENRICHISSEMENT DES MINERAIS DE FER : «CAS DU GISEMENT D ANINI» WILAYA DE SETIF- ALGERIE. CHAABIA Raouf. 1, BOUNOUALA Mohamed. 1 1. Laboratoire de Ressources Naturelles

Plus en détail

TRANSPORT DES MATIERES EN SUSPENSION relation avec le flux solide?

TRANSPORT DES MATIERES EN SUSPENSION relation avec le flux solide? TRANSPORT DES MATIERES EN SUSPENSION relation avec le flux solide? Amphone VONGVIXAY GCGMA-INSA UMR SAS INRA Pascal DUPONT- GCGMA-INSA Catherine GRIMALDI- UMR SAS INRA Anne-Sophie Susperregui GCGMA-INSA

Plus en détail

Mise en forme des matériaux composites

Mise en forme des matériaux composites Mise en forme des matériaux composites Michel Vincent Cemef Mines ParisTech UMR CNRS 7635 Sophia Antipolis France CACEMI CA05 15 novembre 2007 Dimensionnement des structures composites 1 Introduction &

Plus en détail

Capteur d humidité (capacitif) et capteur de température pour application en climatisation

Capteur d humidité (capacitif) et capteur de température pour application en climatisation Fiche technique 90.7020 Page 1/5 Capteur d (capacitif) et capteur de température pr application en climatisation Pr la mesure de l relative de l air et de la température Pr la mesure de la température

Plus en détail

ECOSTERYL. Présentation du procédé de décontamination par micro-ondes. Efficace, Sûr, Rentable. Table des matières

ECOSTERYL. Présentation du procédé de décontamination par micro-ondes. Efficace, Sûr, Rentable. Table des matières ECOSTERYL Présentation du procédé de décontamination par micro-ondes Efficace, Sûr, Rentable Table des matières 1 ECOSTERYL : UN PROCEDE SIMPLE ET EFFICACE POUR LA DESINFECTION... 1 2 DESCRIPTION DE L

Plus en détail

Tableaux Mensurations «Prêt à porter Femme» Campagne Nationale de Mensuration

Tableaux Mensurations «Prêt à porter Femme» Campagne Nationale de Mensuration Tableaux Mensurations «Prêt à porter Femme» Campagne Nationale de Mensuration IFTH - EDITION 2009 SOMMAIRE PRÉFACE INTRODUCTION... Page 1 RAPPELS... Page 1 CHOIX DE LA SILHOUETTE... Page 2 PRÉSENTATION

Plus en détail

ANALYSE ABC. Introduction: Classification: Construction du diagramme: Exemple: (2)

ANALYSE ABC. Introduction: Classification: Construction du diagramme: Exemple: (2) ANALYSE ABC Introduction: Le diagramme de Pareto est un moyen simple pour classer les phänomånes par ordre d importance. Ce diagramme et son utilisation sont aussi connus sous le nom de "rågle des 20/80"

Plus en détail

Présentation plans et devis

Présentation plans et devis Présentation plans et devis Production de biogaz pour l autosuffisance énergétique d une ferme porcine Préparé par Sylvain de Ladurantaye Jalil Hassaoui Khalid Ouazir Jeudi, 1 er mai 2008 1 Plan de la

Plus en détail

TRAITEMENT DE POTABILISATION DES EAUX DE SURFACE ELIMINATION DES IONS AMMONIUM

TRAITEMENT DE POTABILISATION DES EAUX DE SURFACE ELIMINATION DES IONS AMMONIUM TRAITEMENT DE POTABILISATION DES EAUX DE SURFACE ELIMINATION DES IONS AMMONIUM Conf2006/65 1 FORMES DE L AZOTE Minéral Organique Soluble Volatil Etat d oxydation : - 3 à + 5 Conf2006/65 2 L AZOTE MINERAL

Plus en détail

Direction de la production de l eau potable MISE AUX NORMES DES USINES DE PRODUCTION D EAU POTABLE (PROJET MNU)

Direction de la production de l eau potable MISE AUX NORMES DES USINES DE PRODUCTION D EAU POTABLE (PROJET MNU) Direction de la production de l eau potable MISE AUX NORMES DES USINES DE PRODUCTION D EAU POTABLE (PROJET MNU) Mise MISE aux AUX normes NORMES des usines DES (MNU) USINES (MNU) 1.0 Présentation d ensemble

Plus en détail

Spectrométrie de masse. Pr. Franck DENAT ICMUB UMR 5260 9, Av. Alain Savary BP 47870 21078 Dijon Franck.Denat@u-bourgogne.fr

Spectrométrie de masse. Pr. Franck DENAT ICMUB UMR 5260 9, Av. Alain Savary BP 47870 21078 Dijon Franck.Denat@u-bourgogne.fr Spectrométrie de masse Pr. Franck DENAT ICMUB UMR 5260 9, Av. Alain Savary BP 47870 21078 Dijon Franck.Denat@u-bourgogne.fr Spectrométrie de masse I. Généralités. Technique analytique permettant de séparer

Plus en détail

Conception pièces et outillages en injection

Conception pièces et outillages en injection Formations Techniques ( ) Conception pièces et outillages en injection Durée :... 2 x 5 jours - 70 heures Personnel concerné :... dessinateur industriel, agent de méthodes, concepteur de pièces devant

Plus en détail