Les plantes et l'eau - IV. L'agronomie de l'eau

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Les plantes et l'eau - IV. L'agronomie de l'eau"

Transcription

1 1

2 Venons en maintenant à ce qui se passe, d un point de vue hydrique, à l échelle de la parcelle avant d aborder l échelle du bassin versant. L eau de pluie (complétée éventuellement par l eau d irrigation) est en grande partie stockée dans le sol ; ce qui ne l est pas s écoule latéralement par ruissellement superficiel. L eau absorbée par le sol sert à l extraction par les racines pour entretenir l évapotranspiration réelle des plantes (voir page 4) et, secondairement, l évaporation directe de l eau à la surface du sol humide. S il y a trop d eau dans le sol par rapport à sa capacité de stockage (voir page 10), l eau percole vers la profondeur pour alimenter les nappes phréatiques (on parle le plus souvent de drainage vers la nappe bien que ce terme serve aussi pour le drainage artificiel au moyen de drains enterrés). ( Notez qu en période très sèche (1976, 2003) on peut avoir le phénomène inverse, c est-à-dire la remontée d eau par capillarité depuis la profondeur du sol). Entre deux périodes, l évolution du stock en eau du sol ( dans la partie explorée par les racines) obéit à l équation du bilan hydrique portée sur la diapositive : Variation de stock = entrées sorties : S = P (+Irr) - ETR - D On peut ainsi différencier l eau «verte» qui sert au fonctionnement des couverts végétaux (l ETR) et l eau qui alimente les aquifères de différentes nature (nappes, rivières), l eau «bleue» qui est constituée de la somme du ruissellement et du drainage* *On verra en diapo suivante qu il faut distinguer eau bleue et restitution au milieu car cette dernière prend en compte algébriquement l eau d irrigation 2

3 A l échelle du bassin versant, on retrouve les mêmes termes qui correspondent à la somme de toutes les contributions de la mosaïque du paysage. On a coutume de parler de pluie efficace (au sens hydrologique) pour la somme du ruissellement et du drainage. Le rapport de la pluie efficace à la pluie réelle est voisin de 1/3 à l échelle du territoire français (complémentaire du rapport ETR/P ~2/3 vu en page 5 de la partie IV.1. : Un peu d écophysiologie). En zone irriguée, il est important de faire la différence entre pluie efficace et restitution au milieu. En effet, si l eau d irrigation provient du bassin versant luimême (pompage de nappes, irrigation à partir de rivières non alimentées par de l eau extérieure au bassin), il faut compter négativement l irrigation dans ce terme. Ainsi, sur parcelle irriguée en zone méridionale, si la consommation en eau annuelle est supérieure aux précipitations, on peut avoir localement des restitutions au milieu négatives. 3

4 Mesurer l évapotranspiration réelle n est pas chose facile (techniques de laboratoire, à disposition de spécialistes). On va plutôt chercher à l estimer en procédant par étapes : obtenir des services météo un référentiel microclimatique (appelé ETo ou ETP) traduisant la demande atmosphérique (l offre étant la pluie), l adapter à la culture en place pour obtenir l ETM (l évapotranspiration maximale) de cette culture (hors pénurie d eau). En déduire l ETR en faisant intervenir l état hydrique du sol. L ETo, évapotranspiration de référence (autrefois appelé «évapotranspiration potentielle»), correspond à la perte d eau d un gazon ras (c est-à-dire maintenu au stade de la «montaison» à une hauteur proche de 15 cm) et bien alimenté en eau. Sa valeur (autrefois mesurée à partir de lysimètres pesables) est aujourd hui fournie par les services météorologiques au moyen de la formule de Penman Monteith. Cette formule ajoute les effets du rayonnement à ceux du pouvoir évaporant de l air obtenu par combinaison de la vitesse du vent et de l humidité de l air. A noter que l évapotranspiration de référence ne dépasse guère 6 mm/j en plein été sous nos climats, valeur pour laquelle toute l énergie radiative du jour est consommée pour réaliser cette évaporation. L ETM est déduite de l ETo par le biais du coefficient cultural (Cf. page 5) qui traduit l influence de la phénologie de la culture considérée ( toutes les cultures ne sont pas au même stade phénologique à une date donnée!!) L ETR est déduit de l ETM au moyen d une estimation de la facilité d extraction de l eau par les racines qui dépend de l humidité du sol exploité par ces racines, de la nature du sol et de la profondeur d enracinement de la culture (Cf. page 8). Il nous faudra plusieurs diapos pour venir à bout de cette question 4

5 Cette figure permet d avoir une estimation du rapport entre l ETM et ETo pour une culture en fonction de son stade phénologique, porté dans des encadrés de couleur et non pas en fonction d une date du calendrier. En l absence de culture, on garde la valeur 0,2 pour le sol nu : ceci traduit grosso modo les séquences d évaporation du sol nu, périodiquement remouillé par des pluies. Lorsque la végétation s installe, le rapport augmente avec le taux de couverture du sol par le feuillage (appelé souvent L.A.I.: Leaf area index). Lorsque cet LAI atteint et dépasse 3 (il peut aller jusqu à 6) le rapport ETM/ETo sature entre 1 et 1,1 en fonction de la hauteur des cultures (les valeurs très supérieures trouvées parfois dans certaines publications anciennes sont le fruit d effet «pots de fleurs» dus à la trop faible dimensions des essais agronomiques, dits «carrés latins», de l époque). A la maturation des organes reproducteurs, ce rapport décroît, la culture n évapotranspirant plus guère même si l eau est disponible dans le sol. 5

6 Pour matérialiser l importance de la disponibilité de l eau dans le sol, observons l évolution de l évapotranspiration de deux couverts de tomates cultivées sur du sable alluvial dans la vallée du Soraya au Portugal. Les deux champs ont été irrigués juste avant le début de l expérience, le 9/07 au matin. Sur le premier, une irrigation a lieu tous les deux jours (courbes en traits pleins), ce qui garantit un confort hydrique permanent aux tomates. Sur le second, on n irrigue plus jusqu au 16/07. On voit comment, à partir du 3 ème jour, l évapotranspiration du deuxième champ diminue par rapport à celle du premier, bien alimenté en eau : le rapport ETR/ETM est d autant plus bas que la réserve en eau du sol diminue! Dans cette expérience, les choses vont très vite car le sol sableux a une faible capacité de rétention de l eau (Cf. page 9 et suivantes). Il en irait autrement sur un sol limoneux ou argileux. 6

7 On a porté sur cette figure la réduction d évapotranspiration observée dans les mêmes circonstances au cours de plusieurs séquences. On observe que les choses se reproduisent à l identique pour une même extraction d eau. On en déduit que cette réduction est une fonction univoque de la quantité d eau restante dans le sol. 7

8 On traduit cette propriété de la façon suivante : Le rapport ETR/ETM, traditionnellement appelé «coefficient de sécheresse», varie de 0 à 1. Il est constant et égal à 1 pour une gamme d humidité qui correspond à une extraction d eau aisée pour les racines des plantes. On est dans la «réserve facilement utilisable» (RFU) Il décroît ensuite d autant plus que la quantité d eau dans le sol disponible pour les plantes diminue. On est dans la «réserve difficilement utilisable» (RDU) Le rapport RFU/RU varie, selon les conditions pédoclimatiques, de 1/3 à 2/3. 8

9 Ce graphique montre ce que représentent les termes RU (Réserve Utile), RFU (Réserve Facilement Utilisable), RDU (Réserve Difficilement Utilisable) et leurs bornes : Le sol peut être décomposé en deux parties : Le sol sec les interstices de différentes tailles qui peuvent être remplis d eau ou d air. Imaginons un sol après une forte pluie: L eau qui remplit les plus gros pores est très faiblement liée et s écoulera vers la nappe phréatique, un peu comme l eau du pot trop arrosé coule dans l assiette en bas. On appellera cette eau «eau gravifique» Après ressuyage de l eau en excès, le sol humide retiendra l eau qui est à un potentiel hydrique de moins de 0.3 bars (0.03 MPa). Ce potentiel est lié à la loi de Jurin et est d autant plus faible que les pores sont fins ( attention, il s agit d un potentiel négatif : -10 bars est inférieur à -5 bars!). Les plantes arrivent à extraire, par leurs racines, l eau liée jusqu à des potentiels voisins de -16 bars (-1.6 MPa). En dessous de ce potentiel, il reste encore de l eau dans le sol. Pour l extraire, on passera celui-ci au four et on pourra fabriquer ainsi une brique sèche! L eau du sol comporte ainsi 4 parties dont seules les deux comprises entre 0.3 bars (capacité au champ) et 16 bars (point de flétrissement permanent) sont utilisables par les plantes. 9

10 Cette figure qui présente l évolution de la relation entre potentiel hydrique et humidité du sol avec la granulométrie des constituants du sol permet de comprendre pourquoi la quantité d eau contenue dans un sol et utilisable par les plantes sera très fortement dépendante de cette granulométrie : L intervalle d humidité entre les seuils de potentiel 0.3 et 16 bars est d autant plus fort que la granulométrie d un sol est faible. 10

11 Cette figure, déduite de la précédente, permet de dire que : 1. Plus un sol est fin, plus forte est la valeur de l humidité au point de flétrissement permanent 2. Plus un sol est fin, plus forte est la valeur de l humidité à la capacité au champ 3. Plus un sol est fin, plus grand est l intervalle d humidité entre le point de flétrissement permanent et la capacité au champ. Il en résulte que, pour une même profondeur d enracinement, la réserve utile d un sol sera d autant plus grande que la granulométrie sera faible : Dans l exemple, on passera de 80mm/m pour le sable à 180mm/m pour le limon et à 220mm/m pour l argile Bien sûr, un sol réel est une combinaison de ces différents constituants et il faudra faire analyser ce sol pour déduire de sa composition sa réserve utile par mètre de profondeur (information que fournissent tous les laboratoires d analyse des sols) Nota: l intérêt de l augmentation de la réserve utile par mètre n est clair que tant que n interviennent pas les phénomènes de retrait-gonflement caractéristiques d une importante proportion d argile. Ces phénomènes compliquent fortement la gestion de l irrigation 11

12 Pour une constitution granulométrique donnée, la réserve utile d un sol dépendra fortement de la capacité d enracinement des plantes. Ainsi des céréales d hiver exploiteront le sol au moins jusqu à 1m de profondeur (à condition qu il fasse lui même au moins 1m ce qui est souvent le cas d un limon de plateau mais pas pour une arène granitique) tandis que la laitue n ira pas au-delà de 40 cm! Dans le premier cas, un limon ayant une réserve potentielle de 180 mm/m en fera sa réserve réelle (180 mm) tandis que la réserve réelle pour la laitue ne sera que de 72 mm (0.4 x 180). 12

13 Nous venons de voir l importance de l interaction entre sol, climat et culture pour le déterminisme de la quantité d eau consommée par la végétation naturelle et les cultures pour assurer leur croissance et la production d organes récoltables. Il nous faut à présent aborder la question de l eau non consommée, c est-à-dire de celle qui, à partir de la pluie, va nourrir les aquifères (nappes phréatiques), les ruisseaux et rivières et permettre les autres usages de l eau par les ruraux et les urbains. Cette eau non consommée correspond, en situation naturelle, à la somme de l eau de ruissellement et de l eau qui s infiltre en profondeur, souvent appelée «eau de drainage». Les hydrologues l appellent «pluie efficace» (attention à ce terme qui est ambigu puisque les agronomes parlent aussi de pluie efficace lorsqu ils désignent la pluie absorbée par le sol). Nous l appellerons «recharge» par raccourci de «recharge des aquifères». En situation artificielle, lorsque l action de l homme joue au travers de l irrigation, il est intéressant d utiliser le terme de «restitution au milieu» qui inclut l irrigation en valeur algébrique. Ainsi, sous une culture irriguée en zone semi aride, la restitution au milieu peut-elle être négative lorsque la dose d irrigation est supérieure aux quantités drainées et ruisselées! A l échelle du bassin versant, la restitution au milieu est la somme de celle qui se produit sur chaque élément du bassin. Elle va donc être fortement dépendante des végétations naturelles et des systèmes cultures présents sur le bassin. C est pour cette raison que l on peut lire que «la ressource en eau disponible sera dépendante de la composition du paysage». 13

14 Il est donc important d établir le lien entre systèmes de cultures, pédoclimat et recharge des aquifères. Les travaux sur cette question sont beaucoup plus récents que ceux sur la consommation en eau des cultures. La figure ci-dessus, illustre par exemple la différence de comportement en douze points du territoire français, tels que résultant du modèle STICS : d une culture pluviale d hiver et d une culture pluviale d été (partie supérieure) d une culture pluviale d été et d une culture irriguée d été ( partie inférieure) La recharge d une culture d hiver est supérieure à celle d une culture d été parce que la perte par évaporation du sol est moindre sur le cycle annuel complet. La recharge de la culture irriguée est moindre parce qu elle consomme davantage d eau ( c est parce qu en consommant plus, elle produit plus qu on l irrigue!). 14

15 La figure ci-dessus donne une hiérarchie de comportements environnementaux (en terme de recharge annuelle) pour divers couverts (systèmes de cultures), obtenus en combinant les résultats du modèle STICS (C. de Printemps, C. d hiver, C. Irriguées, Prairie, Vigne) et BILJOU (Feuillus et conifères) : Les feuillus restituent plus au milieu que les conifères car leur période de production est plus courte ; La vigne sur sol nu restitue plus que la prairie parce que l évaporation du sol est faible. Il en irait différemment de la vigne enherbée ; Les systèmes de cultures d hiver restituent plus que ceux de cultures de printemps car l évaporation du sol y est plus faible ; Les cultures irrigués consomment plus d eau donc en restituent moins au milieu ; (Nous n avons comparé ni vigne avec feuillus, ni prairies avec conifères car les résultats de cette comparaison pourraient être sujets à des biais inter-modèles, conifères et feuillus étant modélisés avec BILJOU tandis que prairies et vigne le sont avec STICS) 15

Le climat et les problèmes d eau

Le climat et les problèmes d eau CHAPITRE 3 Le climat et les problèmes d eau 3.1 INTRODUCTION Au cours des millénaires, l homme a surtout observé de l eau les phénomènes de précipitation etd écoulementdanslescoursd eau,parcequelapluieluitombaitsurlatêteetquel

Plus en détail

Des outils bien adaptés à une régie de l irrigation efficace

Des outils bien adaptés à une régie de l irrigation efficace Des outils bien adaptés à une régie de l irrigation efficace JÉRÉMIE VALLÉE, agr., Attaché de recherche - IRDA Hôtel Gouverneurs, Trois-Rivières, 17 février 2015 Plan de présentation Caractérisation du

Plus en détail

Note récapitulative sur les méthodes de diagnostic hydrique des cultures ( DHC), en zone semi-aride, appliquées au bilan hydrique agrométéorologique

Note récapitulative sur les méthodes de diagnostic hydrique des cultures ( DHC), en zone semi-aride, appliquées au bilan hydrique agrométéorologique Note récapitulative sur les méthodes de diagnostic hydrique des cultures ( DHC), en zone semi-aride, appliquées au bilan hydrique agrométéorologique (algorithme d Eagleman). S O M M A I R E 1._ RAPPELS.

Plus en détail

Programme RExHySS. -ooo- Volet 5 : Agriculture, Irrigation et pollution diffuse par les nitrates. -ooo-

Programme RExHySS. -ooo- Volet 5 : Agriculture, Irrigation et pollution diffuse par les nitrates. -ooo- Programme RExHySS -ooo- Volet 5 : Agriculture, Irrigation et pollution diffuse par les nitrates -ooo- Influence de la prise en compte de la rétroaction des prélèvements par irrigation sur le bilan hydrique

Plus en détail

État de l'eau dans le sol

État de l'eau dans le sol État de l'eau dans le sol Expressions du statut hydrique du sol A) Teneur en eau volumique θ r < θ = Vol eau / Vol tot < θ s Vol tot espace poral θ r Vol eau M eau θ s espace solide M solide sec humide

Plus en détail

Projet Miriphyque: utilisation des logiciels Macro/Cemafor pour le bassin de la Morcille. Côme Durand, mars 2014. Irstea.

Projet Miriphyque: utilisation des logiciels Macro/Cemafor pour le bassin de la Morcille. Côme Durand, mars 2014. Irstea. Projet Miriphyque: utilisation des logiciels Macro/Cemafor pour le bassin de la Morcille Côme Durand, mars 2014. Irstea. 1 Sommaire 1) Présentation 2) Travaux déjà réalisés sur le projet 3) Influence des

Plus en détail

MESSAGE CONSEIL IRRIGATION de LOT-ET-GARONNE

MESSAGE CONSEIL IRRIGATION de LOT-ET-GARONNE CLIMATOLOGIE N 05 9 juillet 2015 MESSAGE CONSEIL IRRIGATION de LOT-ET-GARONNE Réalisé en collaboration entre les techniciens de la Chambre d Agriculture de Lot-et-Garonne et de l ACMG Fin de l épisode

Plus en détail

LA GESTION DURABLE EAUX PLUVIALES. Trottoirs immergés, jardins détrempés, rues inondées, égouts saturés COMMENT GÉRER L EAU DE PLUIE?

LA GESTION DURABLE EAUX PLUVIALES. Trottoirs immergés, jardins détrempés, rues inondées, égouts saturés COMMENT GÉRER L EAU DE PLUIE? LA GESTION DURABLE des EAUX PLUVIALES Trottoirs immergés, jardins détrempés, rues inondées, égouts saturés COMMENT GÉRER L EAU DE PLUIE? www.reseau-environnement.com Qu est-ce qu une GESTION DURABLE des

Plus en détail

ECOULEMENT DE L EAU DANS LES SOLS

ECOULEMENT DE L EAU DANS LES SOLS Unité d hydrologie et d hydraulique agricole Génie rural et environnemental ECOULEMENT DE L EAU DANS LES SOLS Notes de cours provisoires année académique 2010-2011 Aurore Degré Table des matières CHAPITRE

Plus en détail

STRATEGIES DE CONDUITE DE L IRRIGATION DU MAÏS ET DU SORGHO DANS LES SITUATIONS DE RESSOURCE EN EAU RESTRICTIVE

STRATEGIES DE CONDUITE DE L IRRIGATION DU MAÏS ET DU SORGHO DANS LES SITUATIONS DE RESSOURCE EN EAU RESTRICTIVE STRATEGIES DE CONDUITE DE L IRRIGATION DU MAÏS ET DU SORGHO DANS LES SITUATIONS DE RESSOURCE EN EAU RESTRICTIVE JM.DEUMIER, B.LACROIX, A.BOUTHIER, JL.VERDIER, M.MANGIN Les cultures irriguées bénéficient

Plus en détail

Pilotage de l irrigation de l asperge par tensiomètres. Introduction

Pilotage de l irrigation de l asperge par tensiomètres. Introduction Pilotage de l irrigation de l asperge par tensiomètres RéseauATIA Réseau d'appui Technique aux Irrigants Le Réseau des conseillers irrigation des Chambres d'agriculture vous accompagne dans vos projets

Plus en détail

Cultures Pièges à Nitrate : une assurance contre les déperditions d azote par lessivage

Cultures Pièges à Nitrate : une assurance contre les déperditions d azote par lessivage 1 Cultures Pièges à Nitrate : une assurance contre les déperditions d azote par lessivage P. Courtois 3, J-P Destain 4, C. Vandenberghe 5, J.M. Marcoen 5 1. Introduction : l azote, le sol et le nitrate

Plus en détail

Synthèse de l étude des pistes en gazon des hippodromes de France Galop.

Synthèse de l étude des pistes en gazon des hippodromes de France Galop. Synthèse de l étude des pistes en gazon des hippodromes de France Galop. Document élaboré à partir de l étude Labosport (Janvier 2005) et du rapport de R. Everett (Septembre 2005). Résumé et traduction

Plus en détail

Formation Bâtiment Durable :

Formation Bâtiment Durable : Formation Bâtiment Durable : Gestion des eaux pluviales sur la parcelle Bruxelles Environnement LES CARACTÉRISTIQUES DU SOL ET DE LA PARCELLE Maggy HOVERTIN MATRIciel Objectifs de la présentation Définir

Plus en détail

LA MATIERE ORGANIQUE

LA MATIERE ORGANIQUE ITV France FERTILISATION DE LA VIGNE Un point sur les préconisations FICHE 3 LA MATIERE ORGANIQUE L objectif général est la conservation ou l amélioration du patrimoine sol, en évitant l appauvrissement

Plus en détail

Techniques culturales de captage des eaux pluviales

Techniques culturales de captage des eaux pluviales KHARMOUCH Mohamed: Ingénieur en Génie Rural Direction de l Irrigation et de l Aménagement de l Espace Agricole Techniques culturales de captage des eaux pluviales PLAN 1- L EAU RESSOURCE RARE 2- PESPECTIVES/LA

Plus en détail

NOTE DE PRESENTATION

NOTE DE PRESENTATION NOTE DE PRESENTATION Ce bulletin vise à permettre de suivre régulièrement l évolution générale des conditions agrométéorologiques prévalant dans les différentes régions du pays décade après décade, au

Plus en détail

Situations illustrées au champ et outils de diagnostic

Situations illustrées au champ et outils de diagnostic Situations illustrées au champ et outils de diagnostic Pierre MORTREUX Chambre d Agriculture du Nord Pas de Calais PROSENSOLS.EU Chantiers d arrachage de Objectifs? Contexte Sol de limon argileux sur craie

Plus en détail

ARVALIS - Institut du végétal

ARVALIS - Institut du végétal Implantation du maïs: quelles innovations pour quels bénéfices? R. LEGERE Arvalis Institut du Végétal Programme Les différents itinéraires techniques d implantation Focus sur les itinéraires très simplifiés:

Plus en détail

CHAPITRE II Expérimentations 33

CHAPITRE II Expérimentations 33 PLAN Introduction générale 1 Introduction 1 1) Présentation de notre objet d étude : la parcelle agricole 1 2) Les différents processus du bilan hydrique 1 3) Cadrage du projet de thèse par rapport aux

Plus en détail

GESTION DES EAUX PLUVIALES DANS LES PROJETS D AMENAGEMENT : GUIDE A L ATTENTION DU SERVICE URBANISME

GESTION DES EAUX PLUVIALES DANS LES PROJETS D AMENAGEMENT : GUIDE A L ATTENTION DU SERVICE URBANISME COMMUNE D AVEIZIEUX GESTION DES EAUX PLUVIALES DANS LES PROJETS D AMENAGEMENT : GUIDE A L ATTENTION DU SERVICE URBANISME Annexe 5 du rapport de diagnostic et de zonage pluvial Affaire A-11.143 Janvier

Plus en détail

Conférence d orientation du Gis Sol 5 juin 2007 INRA Paris

Conférence d orientation du Gis Sol 5 juin 2007 INRA Paris Exploitation et valorisation des données pédologiques pour l aménagement à l échelle régionale Christian THIBAULT, directeur de l environnement urbain et rural à l IAURIF Conférence d orientation du Gis

Plus en détail

BILAN HYDRIQUE ET BESOIN D IRRIGATION DE LA CEREALICULTURE EN REGION SEMI-ARIDE.

BILAN HYDRIQUE ET BESOIN D IRRIGATION DE LA CEREALICULTURE EN REGION SEMI-ARIDE. Résumé Des travaux de recherches combinant les précipitations annuelles et les températures, classent la zone d étude dans le climat méditerranéen de l étage semi-aride (Seltzer, 1949; Emberger, 1955).

Plus en détail

UTILISATEUR. Version 2011. Gérer l état organique du sol dans les exploitations agricoles SIMEOS-AMG

UTILISATEUR. Version 2011. Gérer l état organique du sol dans les exploitations agricoles SIMEOS-AMG Outil de SIMulation de l Etat Organique du Sol basé sur le modèle de calcul de bilan humique à long terme AMG de l INRA de LAON G UIDE UTILISATEUR Version 2011 Gérer l état organique du sol dans les exploitations

Plus en détail

Module pour Champs - Ecole des Producteurs

Module pour Champs - Ecole des Producteurs Module pour Champs - Ecole des Producteurs Gestion de l eau de pluie au niveau de l exploitation agricole 1 Dans les systèmes pluvieux (sans irrigation) les précipitations sont la principale source de

Plus en détail

L'ABC de la végétalisation de toiture

L'ABC de la végétalisation de toiture L'ABC de la végétalisation de toiture Des toits verts sur quels toits? Adaptable aussi bien pour les particuliers que pour les entreprises, le prêt à poser végétal de toiture Vertige bénéficie d une technique

Plus en détail

Placettes vers de terre. Protocole Fiche «Description spécifique» Fiche «Observations» www.observatoire-agricole-biodiversite.fr

Placettes vers de terre. Protocole Fiche «Description spécifique» Fiche «Observations» www.observatoire-agricole-biodiversite.fr Protocole Fiche «Description spécifique» Fiche «Observations» 13 PROTOCOLE 1/2 Les vers de terre sont de bons indicateurs de la qualité du sol. Ils sont également des acteurs indispensables de sa fertilité

Plus en détail

Implanter du maïs sans labourer

Implanter du maïs sans labourer Journées techniques sans labour 10 et 11 juin 2009 à Fruges et Thiant Implanter du maïs sans labourer clés de la réussite : levée, enracinement résultats d essais, approche économique Projet cofinancé

Plus en détail

Activités du programme AGIRE en matière de gestion des eaux pluviales

Activités du programme AGIRE en matière de gestion des eaux pluviales Activités du programme AGIRE en matière de gestion des eaux pluviales Catalogue des bonnes pratiques de gestion des eaux pluviales et de conservation des sols Atelier pour l élaboration d un catalogue

Plus en détail

Fiche HYDRAULIQUE. Pourquoi un caniveau. Pour évacuer rapidement l eau de pluie

Fiche HYDRAULIQUE. Pourquoi un caniveau. Pour évacuer rapidement l eau de pluie Fiche HYDRAULIQUE Pourquoi un caniveau Pour évacuer rapidement l eau de pluie Lors de la réalisation de grands espaces imperméabilisés, les maîtres d œuvre sont confrontés aux problèmes de l évacuation

Plus en détail

Etude de diagnostic hydrogéologique du sous sol de Clamart Quartiers Schneider et Centre ville MAI 2013

Etude de diagnostic hydrogéologique du sous sol de Clamart Quartiers Schneider et Centre ville MAI 2013 Etude de diagnostic hydrogéologique du sous sol de Clamart Quartiers Schneider et Centre ville MAI 2013 Zones d étude et problématiques Quartiers concernés par l étude 1. Centre ville 2. Schneider Quartier

Plus en détail

RESULTATS DE L ESSAI VARIETES D ORGES D HIVER EN AGRICULTURE BIOLOGIQUE CAMPAGNE 2007-2008

RESULTATS DE L ESSAI VARIETES D ORGES D HIVER EN AGRICULTURE BIOLOGIQUE CAMPAGNE 2007-2008 C.R.E.A.B. MIDI-PYRENEES CENTRE REGIONAL DE RECHERCHE ET D EXPERIMENTATION EN AGRICULTURE BIOLOGIQUE MIDI-PYRENEES RESULTATS DE L ESSAI VARIETES D ORGES D HIVER EN AGRICULTURE BIOLOGIQUE CAMPAGNE 2007-2008

Plus en détail

Ce que vous devez savoir sur le drainage agricole. Raymond Bernier ingénieur MAPAQ Outaouais

Ce que vous devez savoir sur le drainage agricole. Raymond Bernier ingénieur MAPAQ Outaouais Ce que vous devez savoir sur le drainage agricole Raymond Bernier ingénieur MAPAQ Outaouais Ce que vous devez savoir sur le drainage agricole 1. Le sol, l eau, l air et la plante 2. Le drainage : Définition

Plus en détail

Présenté par : Dr Asmae Nouira. Novembre Hanoi -2007. Journées Scientifiques Inter-Réseaux AUF

Présenté par : Dr Asmae Nouira. Novembre Hanoi -2007. Journées Scientifiques Inter-Réseaux AUF Efficacité du semis direct à contrer l érosion hydrique en milieu agricole : mise en évidence à l'aide des techniques de radioéléments, de modélisation et de mesures aux champs (MAROC-CANADA) Présenté

Plus en détail

Résumé - CHAPITRE 6 LE STOCKAGE ET SES VARIATIONS

Résumé - CHAPITRE 6 LE STOCKAGE ET SES VARIATIONS Résumé - CHAPITRE 6 LE STOCKAGE ET SES VARIATIONS Table des matières Introduction 1 Les stocks d'eau de surface 1 Les stocks d'eau souterraine 2 L'eau du sol 2 L'eau du sous-sol ou souterraine 3 Les stocks

Plus en détail

ATELIER MEDITERRANEEN SUR LES NOUVELLES TECHNOLOGIES DE RECYCLAGE DES EAUX NON CONVENTIONNELLES DANS LES CULTURES PROTEGEES

ATELIER MEDITERRANEEN SUR LES NOUVELLES TECHNOLOGIES DE RECYCLAGE DES EAUX NON CONVENTIONNELLES DANS LES CULTURES PROTEGEES ATELIER MEDITERRANEEN SUR LES NOUVELLES TECHNOLOGIES DE RECYCLAGE DES EAUX NON CONVENTIONNELLES DANS LES CULTURES PROTEGEES AGADIR DU 28 AVRIL AU 01 MAI 2008 TRAITEMENT DES EAUX USEES ET POSSIBILITES DE

Plus en détail

«Silva Cell Investir dans l infrastructure verte»

«Silva Cell Investir dans l infrastructure verte» «Silva Cell Investir dans l infrastructure verte» Silva Cell Module d enracinement pour arbres Application : - Le module Silva Cell crée un espace souterrain permettant l enracinement des arbres en ville.

Plus en détail

Les principaux sols de la plaine et des collines du Bas-Rhin

Les principaux sols de la plaine et des collines du Bas-Rhin FICHE AGRI - MIEUX août 2011 Les principaux sols de la plaine et des collines du Bas-Rhin Pourquoi est-il important de connaître les sols? ARAA Objectifs de ce document Ce document présente une synthèse

Plus en détail

Prise en compte des agricultures en zones humides au sein du 2nd pilier de la PAC

Prise en compte des agricultures en zones humides au sein du 2nd pilier de la PAC Prise en compte des agricultures en zones humides au sein du 2nd pilier de la PAC Journées mondiales des zones humides PNR de Camargue Vendredi 21 février 2014 agro-environnementale des zones humides 1.1

Plus en détail

MESSAGE CONSEIL IRRIGATION de LOT-ET-GARONNE

MESSAGE CONSEIL IRRIGATION de LOT-ET-GARONNE CLIMATOLOGIE N 03 25 juin 2015 MESSAGE CONSEIL IRRIGATION de LOT-ET-GARONNE Réalisé en collaboration entre les techniciens de la Chambre d Agriculture de Lot-et-Garonne et de l ACMG Valeurs des ETP - Réseau

Plus en détail

La santé des sols : où en sommes-nous? Éric Thibault, agr.

La santé des sols : où en sommes-nous? Éric Thibault, agr. La santé des sols : où en sommes-nous? Éric Thibault, agr. Physique vs chimie des sols Avant, l état de santé des sols était trop souvent basé sur le résultat d analyse chimique (ph, P, K, ). Maintenant,

Plus en détail

Physique du sol. Prof. Xanthoulis Dimitri. Unité d Hydrologie et Hydraulique agricole FUSAGX

Physique du sol. Prof. Xanthoulis Dimitri. Unité d Hydrologie et Hydraulique agricole FUSAGX Physique du sol Prof. Xanthoulis Dimitri Unité d Hydrologie et Hydraulique agricole FUSAGX Physique du sol Ref: Prof. MERMOUD (EPFL) Ref: Prof. MUZY (EPFL) Ref: Prof. DAUTREBANDE (FUSAGX) Physique du sol

Plus en détail

Nouvelles exigences en matière de gestion des eaux pluviales au Québec

Nouvelles exigences en matière de gestion des eaux pluviales au Québec Nouvelles exigences en matière de gestion des eaux pluviales au Québec Denis Martel, ing. M.Sc. Pôle d expertise municipale Direction régionale de l'analyse et de l'expertise Bureau de Montréal Ministère

Plus en détail

APPROCHES SIMPLIFIÉES POUR L ÉVALUATION DES PARAMÈTRES DE CONCEPTION POUR LES BASSINS DE FAIBLES DIMENSIONS. Gilles Rivard, ing. M. Sc.

APPROCHES SIMPLIFIÉES POUR L ÉVALUATION DES PARAMÈTRES DE CONCEPTION POUR LES BASSINS DE FAIBLES DIMENSIONS. Gilles Rivard, ing. M. Sc. APPROCHES SIMPLIFIÉES POUR L ÉVALUATION DES PARAMÈTRES DE CONCEPTION POUR LES BASSINS DE FAIBLES DIMENSIONS Gilles Rivard, ing. M. Sc. Québec 15 mars 2012 PRÉSENTATION Particularités des petits bassins

Plus en détail

Drainage et aménagements hydro-agricoles

Drainage et aménagements hydro-agricoles Drainage et aménagements hydro-agricoles Améliorer nos rendements grâce à l égouttement des sols Rivière-du-Loup, 9 janvier 2013 Par Yves Bédard, ing. MAPAQ, Chaudière-Appalaches UNE PARCELLE CULTIVÉE

Plus en détail

Exemple: Zone humide au bas des pentes au printemps ou après une pluie. Modèle numérique de terrain. Photo printemps 2010

Exemple: Zone humide au bas des pentes au printemps ou après une pluie. Modèle numérique de terrain. Photo printemps 2010 Exemple: Modèle numérique de terrain Photo printemps 2010 Photo : Véronique Gagnon, ing. junior. Zone humide au bas des pentes au printemps ou après une pluie Écoulement hypodermique provenant d un labour

Plus en détail

La ferme expérimentale de l ADRAO

La ferme expérimentale de l ADRAO La ferme expérimentale de l ADRAO ADRAO/WARDA 01 B.P. 2551 Bouaké 01 Côte d Ivoire Téléphone : (225) 31 63 45 14 Télécopie : (225) 31 63 47 14 Page web: http://www.warda.cgiar.org/ Création et localisation

Plus en détail

GT Airinject Rapport Final

GT Airinject Rapport Final GT Airinject Rapport Final Par Dr. John Sorochan et Kyley Dickson Présentation: Cinq études ont été complétées à l Université du Tennessee afin de mieux étudier l effet du sur le compactage du sol et pour

Plus en détail

Utilisation du modèle STICS pour quantifier la vitesse potentielle de minéralisation de l azote organique du sol sur le réseau régional Mh

Utilisation du modèle STICS pour quantifier la vitesse potentielle de minéralisation de l azote organique du sol sur le réseau régional Mh Utilisation du modèle STICS pour quantifier la vitesse potentielle de minéralisation de l azote organique du sol sur le réseau régional Mh Laure Beff, Yvon Lambert, Nicolas Beaudoin, Bruno Mary et Thierry

Plus en détail

La prévention des dommages au sol durant les opérations de récolte. Guide du superviseur de terrain

La prévention des dommages au sol durant les opérations de récolte. Guide du superviseur de terrain La prévention des dommages au sol durant les opérations de récolte Guide du superviseur de terrain Table des matières Introduction...3 Importance du sol...4 Résistance du sol...5 Planifiez en vue de protéger

Plus en détail

Jean-Claude Chazelon. Les eaux pluviales

Jean-Claude Chazelon. Les eaux pluviales Jean-Claude Chazelon Les eaux pluviales Ce cahier technique a été réalisé avec le concours de : l'agence de l'eau Adour-Garonne l'agence de l'eau Loire-Bretagne Et avec le soutien de Limoges Métropole

Plus en détail

INTEGRER LA GESTION DES EAUX PLUVIALES DANS UN PROJET D URBANISATION

INTEGRER LA GESTION DES EAUX PLUVIALES DANS UN PROJET D URBANISATION INTEGRER LA GESTION DES EAUX PLUVIALES DANS UN PROJET D URBANISATION Opérations de superficie supérieure ou égale à 1 ha et opérations de superficie inférieure à 1 ha mais comprenant au moins 3 lots Dossiers

Plus en détail

LIFE07 ENV /FR/000173. Guide d utilisation du modèle SEMEAU. Ref N : SQERRE/E&RE/R096/12_SR

LIFE07 ENV /FR/000173. Guide d utilisation du modèle SEMEAU. Ref N : SQERRE/E&RE/R096/12_SR LIFE07 ENV /FR/000173 Guide d utilisation du modèle SEMEAU Ref N : SQERRE/E&RE/R096/12_SR Juin 2012 Table des matières 1 Les spécificités du modèle développé... 1 2 Structure générale du modèle... 3 2.1

Plus en détail

Séminaire final du projet Climaster Caen 28/11/2011

Séminaire final du projet Climaster Caen 28/11/2011 Impact du changement climatique sur l'organisation du travail dans les exploitations agricoles : une analyse des jours agronomiquement disponibles (JAD) A. Joannon, C. Barbeau, G. Barbeau, V. Hallaire,

Plus en détail

Nouveau. TRIMAXX, le raccourcisseur qui en fait un MAXX.

Nouveau. TRIMAXX, le raccourcisseur qui en fait un MAXX. Coup de tonnerre dans les raccourcisseurs Nouveau. TRIMAXX, le raccourcisseur qui en fait un MAXX. Trimaxx est un nouveau raccourcisseur pour céréales à paille et féveroles doté d une formulation Son absorption

Plus en détail

Aménagements et gestion des eaux pluviales: concepts, réglementation et applications. Gilles Rivard, ing. M. Sc.

Aménagements et gestion des eaux pluviales: concepts, réglementation et applications. Gilles Rivard, ing. M. Sc. Aménagements et gestion des eaux pluviales: concepts, réglementation et applications Gilles Rivard, ing. M. Sc. FIHOQ Saint-Hyacinthe Novembre 2009 Gestion des eaux pluviales Si nous voulons que les choses

Plus en détail

Utiliser et valoriser une carte des stations

Utiliser et valoriser une carte des stations Utiliser et valoriser une carte des stations Exemple en Brie champenoise Version 1.51. Octobre 2006 Sylvain GAUDIN Partie A Les stations présentes sur la forêt et la carte des stations 1 Partie B Le choix

Plus en détail

GESTION ET VALORISATION DES CENDRES DE CHAUFFERIES BOIS

GESTION ET VALORISATION DES CENDRES DE CHAUFFERIES BOIS GESTION ET VALORISATION DES CENDRES DE CHAUFFERIES BOIS Stockage et Epandage Etude réalisée pour le compte de l ADEME par : SOLAGRO : M. Christian COUTURIER AQUASOL : M. Thierry BRASSET Coordination technique

Plus en détail

Pilotage de l'irrigation en culture hors sol du fraisier 2007/2008. J. Longuesserre HORTIS Aquitaine

Pilotage de l'irrigation en culture hors sol du fraisier 2007/2008. J. Longuesserre HORTIS Aquitaine Pilotage de l'irrigation en culture hors sol du fraisier 2007/2008 J. Longuesserre HORTIS Aquitaine Objectifs Acquérir des références plus précises sur la consommation hydrique des fraisiers en conduite

Plus en détail

ANNEXE 3 VERTE [1] [6] GÉNÉRALITÉS ANNEXE 3 : LA TOITURE VERTE LA TOITURE-JARDIN

ANNEXE 3 VERTE [1] [6] GÉNÉRALITÉS ANNEXE 3 : LA TOITURE VERTE LA TOITURE-JARDIN ANNEXE 3 LA TOITURE VERTE [1] [6] GÉNÉRALITÉS LES TYPES DE TOITURE VERTE La toiture-jardin La toiture-jardin légère La toiture végétalisée LES AVANTAGES DE LA TOITURE VERTE LES PARTICULARITÉS DE L ÉTANCHÉITÉ

Plus en détail

Cours de physique du sol

Cours de physique du sol Logo optimisé par J.-D.Bonjour, SI-DGR 13.4.93 ÉCOLE POLYTECHNIQUE FÉDÉRALE DE LAUSANNE Cours de physique du sol MAITRISE DE LA SALINITE DES SOLS Copie des transparents Version provisoire Prof. A. Mermoud

Plus en détail

Les Crastes. et Fossés. Les crastes, à quoi ça sert? L entretien : qui? comment? Usagers : les bonnes pratiques

Les Crastes. et Fossés. Les crastes, à quoi ça sert? L entretien : qui? comment? Usagers : les bonnes pratiques Les Crastes et Fossés Guide d entretien 2013/2014 Les crastes, à quoi ça sert? L entretien : qui? comment? Usagers : les bonnes pratiques L entretien par les services municipaux LA TESTE CENTRE CAZAUX

Plus en détail

La toiture compacte. Problématique des toitures plates

La toiture compacte. Problématique des toitures plates La toiture compacte Problématique des toitures plates Les toitures plates sont, du côté extérieur, toujours munies d une membrane souple d étanchéité à l eau (plus souple) qui agit fortement comme freine-vapeur

Plus en détail

Les Crédits Eau Verte

Les Crédits Eau Verte Les Crédits Eau Verte ISRIC World Soil Information Policy Brief Les Crédits Eau Verte sont un mécanisme de rémunération des services environnementaux rendus par les agriculteurs en matière de gestion de

Plus en détail

UN CONSTAT, UNE ÉVIDENCE,, UNE CERTITUDE : COUVRIR LE SOL POUR PRODUIRE DE L EAU PROPRE

UN CONSTAT, UNE ÉVIDENCE,, UNE CERTITUDE : COUVRIR LE SOL POUR PRODUIRE DE L EAU PROPRE UN CONSTAT, UNE ÉVIDENCE,, UNE CERTITUDE : COUVRIR LE SOL POUR PRODUIRE DE L EAU PROPRE Konrad Schreiber Institut de l Agriculture Durable 1 2 LA MISE À NU DES SOLS POSE D ÉNORMES PROBLÈMES ENVIRONNEMENTAUX

Plus en détail

Valeur fertilisante azotée des produits résiduaires organiques (PRO) : mieux prendre en compte la dynamique de la fourniture d azote

Valeur fertilisante azotée des produits résiduaires organiques (PRO) : mieux prendre en compte la dynamique de la fourniture d azote Valeur fertilisante azotée des produits résiduaires organiques (PRO) : mieux prendre en compte la dynamique de la fourniture d azote BOUTHIER Alain 1, TROCHARD Robert 2, PARNAUDEAU Virginie 3, NICOLARDOT

Plus en détail

Surveiller l humidité du sol pour améliorer les décisions d irrigation R. Shortt, ing., A. Verhallen et P. Fisher

Surveiller l humidité du sol pour améliorer les décisions d irrigation R. Shortt, ing., A. Verhallen et P. Fisher Surveiller l humidité du sol pour améliorer les décisions d irrigation R. Shortt, ing., A. Verhallen et P. Fisher COMMANDE N O 11-038 AGDEX 753/560 JUIN 2011 La surveillance de l humidité du sol est la

Plus en détail

Logiciel pavages drainants mode d emploi

Logiciel pavages drainants mode d emploi Logiciel pavages drainants mode d emploi FEBESTRAL a développé, en collaboration avec le Centre de Recherches Routières (CRR), un logiciel de calcul pour pavages drainants. Ce programme vous guide lors

Plus en détail

Remblais en zones humides et/ou inondables Conséquences de l inondation du remblai du CER Rouen

Remblais en zones humides et/ou inondables Conséquences de l inondation du remblai du CER Rouen Remblais en zones humides et/ou inondables Conséquences de l inondation du remblai du CER Rouen Valéry Ferber LCPC Sommaire Objectifs Tassements induits par l humidification des sols fins compactés Conception

Plus en détail

Energie et construction

Energie et construction Energie et construction Cycle technique 2014 Formations supportées par la Wallonie Les toitures vertes Les Isnes 25 février 2014 Benoît Michaux ir. Chef-Adjoint de la division Enveloppe du bâtiment et

Plus en détail

Efficience de l utilisation de l eau

Efficience de l utilisation de l eau Efficience de l utilisation de l eau L efficience de l utilisation de l eau est définie par le rendement par unité d eau. L efficience optimale est obtenue en minimisant les pertes dues à l évaporation,

Plus en détail

Valérie Roy-Fortin, agr. Bio pour tous! - 6 mars 2015

Valérie Roy-Fortin, agr. Bio pour tous! - 6 mars 2015 Valérie Roy-Fortin, agr. Bio pour tous! - 6 mars 2015 Mise en contexte Résultats des essais du CETAB+ Méthodologie; Biomasse et facteurs de variation; Rendements en maïs et corrélations avec l azote apporté;

Plus en détail

SYNDICAT INTERCOMMUNAL FIER & NOM. Station d épuration Rue Vernaies 74 230 THONES. Tél. : 04.50.32.40.48. Notice Technique

SYNDICAT INTERCOMMUNAL FIER & NOM. Station d épuration Rue Vernaies 74 230 THONES. Tél. : 04.50.32.40.48. Notice Technique SYNDICAT INTERCOMMUNAL FIER & NOM Station d épuration Rue Vernaies 74 230 THONES Tél. : 04.50.32.40.48 Notice Technique Filière Fosse septique toutes eaux - Filtre à sable vertical drainé Rejet dans un

Plus en détail

Présentation des investigations et études géotechniques

Présentation des investigations et études géotechniques Journée technique du CFMS Groupe de Travail "Fondations d éoliennes" Présentation des investigations et études géotechniques Frédéric DURAND Journée du 20 octobre 2009 1 Sommaire Préambule sur les modules

Plus en détail

Une pelouse fleurie INTRODUCTION

Une pelouse fleurie INTRODUCTION INTRODUCTION La notion de pelouse fleurie est assez récente. Elle répond, dans certaines circonstances, à une attente du public pour des aménagements plus soignés tout en ne négligeant pas une certaine

Plus en détail

Comment planter un arbre *

Comment planter un arbre * Comment planter un arbre * 1. Avant la plantation Gardez la motte de racines humide. Gardez l arbre dans un endroit ombragé jusqu à la plantation. 2. Préparez le site pour la plantation Enlevez le gazon,

Plus en détail

L entretien des. gazon. Salon DEMO VERT 15 septembre 2010 - L'entretien des gazons sportifs - Paulo Seixas

L entretien des. gazon. Salon DEMO VERT 15 septembre 2010 - L'entretien des gazons sportifs - Paulo Seixas L entretien des terrains sportifs en gazon INTRODUCTION Les sports de gazon Gazon naturel < > Gazon synthétique L entretien est essentiel : - Esthétique -Sécurité -Qualité de jeux -Longévité LA TONTE

Plus en détail

La toiture compacte. Problématique des toitures plates

La toiture compacte. Problématique des toitures plates La toiture compacte Problématique des toitures plates Les toitures plates sont, du côté extérieur, toujours munies d une membrane souple d étanchéité à l eau (plus souple) qui agit fortement comme freine-vapeur

Plus en détail

Problèmes de drainage en sols organiques: la solution par les plantes? Jacynthe Dessureault- Rompré, Ph.D Jean Caron, agr., Ph.D.

Problèmes de drainage en sols organiques: la solution par les plantes? Jacynthe Dessureault- Rompré, Ph.D Jean Caron, agr., Ph.D. Problèmes de drainage en sols organiques: la solution par les plantes? Jacynthe Dessureault- Rompré, Ph.D Jean Caron, agr., Ph.D. Présenté à St-Rémi le 4 Décembre 2014 Volets de la présentation Retour

Plus en détail

L implantation des piézomètres devra être réalisée par un hydrogéologue.

L implantation des piézomètres devra être réalisée par un hydrogéologue. Création ou réhabilitation de piézomètres pour le suivi de la nappe de la Têt dans le cadre de la surveillance de la station d épuration et d un bassin d orage Cadre de la prestation La Communauté d Agglomération

Plus en détail

Simulation physique du frottement latéral à l interface sol-pieu lors du fonçage (cas d une interaction limon acier)

Simulation physique du frottement latéral à l interface sol-pieu lors du fonçage (cas d une interaction limon acier) XI èmes Journées Nationales Génie Côtier Génie Civil Les Sables d Olonne, 22-25 juin 2010 DOI:10.5150/jngcgc.2010.081-O Editions Paralia CFL disponible en ligne http://www.paralia.fr available online Simulation

Plus en détail

MANUEL DE L UTILISATEUR INTERFACES WEB

MANUEL DE L UTILISATEUR INTERFACES WEB Siège social :177B AV Louis Lumière, 34400 Lunel, France Tél: +33 (0) 9.62.11.37.76 E-mail : contact@agriscope.fr L'interface web AGRISCOPE, est l'outil qui vous permet de consulter à partir de n'importe

Plus en détail

PEDOLOGIQUE DE LA COMMUNE DE MADIAMA

PEDOLOGIQUE DE LA COMMUNE DE MADIAMA ETUDE MORPHO-PEDOLOGIQUE PEDOLOGIQUE DE LA COMMUNE DE MADIAMA Dioni Lassana 1 et Oumar Badini 2 1 Institut d Economie Rurale (IER), Sotuba, Mali 2 Washington State University, Pullman, Washington, USA

Plus en détail

Réussir votre gazon JARDIN 02

Réussir votre gazon JARDIN 02 Réussir votre gazon JARDIN 02 1 Choisir un gazon a) Vérifier que le type de gazon souhaité correspond : à l'utilisation sport et jeux gazon anglais gazon rustique (usage intensif) résistance esthétique

Plus en détail

Notice Technique. Cette filière est adaptée aux terrains qui répondent aux caractéristiques suivantes:

Notice Technique. Cette filière est adaptée aux terrains qui répondent aux caractéristiques suivantes: SYNDICAT INTERCOMMUNAL ALEX LA BALME DE THUY DINGY SAINT CLAIR Mairie de Dingy Saint Clair 74230 DINGY SAINT CLAIR Tél. : 04.50.02.06.27 Fax : 04.50.32.12.55 Notice Technique Filière Fosse septique toutes

Plus en détail

Notice Technique. Filière fosse septique toutes eaux Filtre à sable vertical drainé (étanche ou non) Rejet dans un puits d infiltration.

Notice Technique. Filière fosse septique toutes eaux Filtre à sable vertical drainé (étanche ou non) Rejet dans un puits d infiltration. SYNDICAT INTERCOMMUNAL ALEX LA BALME DE THUY DINGY SAINT CLAIR Mairie de Dingy Saint Clair 74230 DINGY SAINT CLAIR Tél. : 04.50.02.06.27 Fax : 04.50.32.12.55 Notice Technique Filière Fosse septique toutes

Plus en détail

Gestion des eaux de pluie et de ruissellement. Réflexions et Actions menées sur le Territoire du Grand Toulouse.

Gestion des eaux de pluie et de ruissellement. Réflexions et Actions menées sur le Territoire du Grand Toulouse. Gestion des eaux de pluie et de ruissellement Réflexions et Actions menées sur le Territoire du Grand Toulouse. 22/04/2009 Introduction des techniques alternatives dans la réflexion du Grand Toulouse Pourquoi

Plus en détail

Informations techniques sur la culture de l ananas

Informations techniques sur la culture de l ananas Informations techniques sur la culture de l ananas Conditions de culture favorables (choix de la parcelle) : Sol drainant et plutôt acide. Terrain exposé au soleil. Accès à l eau pour l irrigation durant

Plus en détail

CHOIX OPTIMAL DU CONSOMMATEUR. A - Propriétés et détermination du choix optimal

CHOIX OPTIMAL DU CONSOMMATEUR. A - Propriétés et détermination du choix optimal III CHOIX OPTIMAL DU CONSOMMATEUR A - Propriétés et détermination du choix optimal La demande du consommateur sur la droite de budget Résolution graphique Règle (d or) pour déterminer la demande quand

Plus en détail

Guide technique. Assainissement non collectif d une habitation individuelle

Guide technique. Assainissement non collectif d une habitation individuelle Document réalisé avec le concours financier de l Agence de l Eau Rhône Méditerranée et Corse. Guide technique Assainissement non collectif d une habitation individuelle Schéma d implantation d un assainissement

Plus en détail

Mise à l herbe, les années se suivent!

Mise à l herbe, les années se suivent! Mise à l herbe, les années se suivent! Les vaches laitières du centre de formation ont été mises à l herbe de-nouveau un jeudi. En 2010 c était le 1 er avril, cette année ce fut le 31 mars 2011. La mise

Plus en détail

CHAPITRE 7. Action du filet en toile de jute sur la texture du substrat

CHAPITRE 7. Action du filet en toile de jute sur la texture du substrat - 186 - CHAPITRE 7 Action du filet en toile de jute sur la texture du substrat 1. INTRODUCTION En végétalisation, l'utilisation d'un matériau provisoire fixé au sol est prévue pour servir de points d'ancrages

Plus en détail

Comparative study on river basins MERGUELLIL RIVER. Water accounting, blue and green water

Comparative study on river basins MERGUELLIL RIVER. Water accounting, blue and green water Comparative study on river basins MERGUELLIL RIVER Water accounting, blue and green water Août 2005 Jean-Paul LUC Reference terms : Action 4: Water accounting, blue and green water Objectives: Apply IWMI

Plus en détail

SEMER ET ENTRETENIR UNE PELOUSE. C a s t o r a m a Outillage nécessaire page 2. La création d une pelouse page 3. L entretien exceptionnel page 6

SEMER ET ENTRETENIR UNE PELOUSE. C a s t o r a m a Outillage nécessaire page 2. La création d une pelouse page 3. L entretien exceptionnel page 6 60.02 SEMER ET ENTRETENIR UNE PELOUSE C O N S E I L C a s t o r a m a Outillage nécessaire page 2 La création d une pelouse page 3 L entretien normal page 5 L entretien exceptionnel page 6 page 1/6 OUTILLAGE

Plus en détail

IMPACT DE LA PRODUCTION DE NEIGE DE CULTURE SUR LA RESSOURCE EN EAU

IMPACT DE LA PRODUCTION DE NEIGE DE CULTURE SUR LA RESSOURCE EN EAU 2-4, Allée de Lodz 69363 LYON CEDEX 07 Lyon, octobre 2002 IMPACT DE LA PRODUCTION DE NEIGE DE CULTURE SUR LA RESSOURCE EN EAU Elise DUGLEUX Sous-Direction de la Ressource en Eau elise.dugleux@eaurmc.fr

Plus en détail

La triade «eau bleue, eau verte, eau virtuelle» et la sécurité alimentaire en Tunisie

La triade «eau bleue, eau verte, eau virtuelle» et la sécurité alimentaire en Tunisie Tunisie : la triade «eau bleue, eau verte, eau virtuelle» 65 La triade «eau bleue, eau verte, eau virtuelle» et la sécurité alimentaire en Tunisie par Monsieur Abdelkader Hamdane Ancien directeur général

Plus en détail

ETUDE DE DEFINITION DE LA FILIERE D ASSAINISSEMENT NON COLLECTIF CAHIER DES CHARGES

ETUDE DE DEFINITION DE LA FILIERE D ASSAINISSEMENT NON COLLECTIF CAHIER DES CHARGES Service : Contact Courriel: Objet Assainissement Non Collectif Sophie Ramette Vincent Brébant Cahier des charges étude de définition (D3) ETUDE DE DEFINITION DE LA FILIERE D ASSAINISSEMENT NON COLLECTIF

Plus en détail

Le fossé FICHE D ENTRETIEN LE FOSSÉ FONCTION

Le fossé FICHE D ENTRETIEN LE FOSSÉ FONCTION Le fossé Le fossé est une structure linéraire creusée pour drainer, collecter ou faire circuler des eaux de ruissellement. Il permet notamment de drainer la structure de la piste. Un fossé bien entretenu

Plus en détail

La Veille environnementale au Centre de suivi écologique (CSE) Utilisation des images d estimation des pluies dans le suivi de la campagne agricole.

La Veille environnementale au Centre de suivi écologique (CSE) Utilisation des images d estimation des pluies dans le suivi de la campagne agricole. La Veille environnementale au Centre de suivi écologique (CSE) Utilisation des images d estimation des pluies dans le suivi de la campagne agricole. Par Papa Boubacar Soumaré 12 et Massimo Martini 13 Résumé

Plus en détail

Taille des basses tiges et arbustes fruitiers Les fraisiers. Contenu LES FRAISIERS... 2. Types de fraisiers... 2. Culture... 3. Choix du site...

Taille des basses tiges et arbustes fruitiers Les fraisiers. Contenu LES FRAISIERS... 2. Types de fraisiers... 2. Culture... 3. Choix du site... 1 Contenu LES FRAISIERS 2 Types de fraisiers 2 Culture 3 Choix du site 3 Comment planter les jeunes plants? 3 Maladies 4 Oïdium 4 Botrytis 5 Multiplication des fraisiers 6 Entretien 8 (à suivre ) 8 2 LES

Plus en détail