Les plantes et l'eau - IV. L'agronomie de l'eau

Save this PDF as:
 WORD  PNG  TXT  JPG

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Les plantes et l'eau - IV. L'agronomie de l'eau"

Transcription

1 1

2 Venons en maintenant à ce qui se passe, d un point de vue hydrique, à l échelle de la parcelle avant d aborder l échelle du bassin versant. L eau de pluie (complétée éventuellement par l eau d irrigation) est en grande partie stockée dans le sol ; ce qui ne l est pas s écoule latéralement par ruissellement superficiel. L eau absorbée par le sol sert à l extraction par les racines pour entretenir l évapotranspiration réelle des plantes (voir page 4) et, secondairement, l évaporation directe de l eau à la surface du sol humide. S il y a trop d eau dans le sol par rapport à sa capacité de stockage (voir page 10), l eau percole vers la profondeur pour alimenter les nappes phréatiques (on parle le plus souvent de drainage vers la nappe bien que ce terme serve aussi pour le drainage artificiel au moyen de drains enterrés). ( Notez qu en période très sèche (1976, 2003) on peut avoir le phénomène inverse, c est-à-dire la remontée d eau par capillarité depuis la profondeur du sol). Entre deux périodes, l évolution du stock en eau du sol ( dans la partie explorée par les racines) obéit à l équation du bilan hydrique portée sur la diapositive : Variation de stock = entrées sorties : S = P (+Irr) - ETR - D On peut ainsi différencier l eau «verte» qui sert au fonctionnement des couverts végétaux (l ETR) et l eau qui alimente les aquifères de différentes nature (nappes, rivières), l eau «bleue» qui est constituée de la somme du ruissellement et du drainage* *On verra en diapo suivante qu il faut distinguer eau bleue et restitution au milieu car cette dernière prend en compte algébriquement l eau d irrigation 2

3 A l échelle du bassin versant, on retrouve les mêmes termes qui correspondent à la somme de toutes les contributions de la mosaïque du paysage. On a coutume de parler de pluie efficace (au sens hydrologique) pour la somme du ruissellement et du drainage. Le rapport de la pluie efficace à la pluie réelle est voisin de 1/3 à l échelle du territoire français (complémentaire du rapport ETR/P ~2/3 vu en page 5 de la partie IV.1. : Un peu d écophysiologie). En zone irriguée, il est important de faire la différence entre pluie efficace et restitution au milieu. En effet, si l eau d irrigation provient du bassin versant luimême (pompage de nappes, irrigation à partir de rivières non alimentées par de l eau extérieure au bassin), il faut compter négativement l irrigation dans ce terme. Ainsi, sur parcelle irriguée en zone méridionale, si la consommation en eau annuelle est supérieure aux précipitations, on peut avoir localement des restitutions au milieu négatives. 3

4 Mesurer l évapotranspiration réelle n est pas chose facile (techniques de laboratoire, à disposition de spécialistes). On va plutôt chercher à l estimer en procédant par étapes : obtenir des services météo un référentiel microclimatique (appelé ETo ou ETP) traduisant la demande atmosphérique (l offre étant la pluie), l adapter à la culture en place pour obtenir l ETM (l évapotranspiration maximale) de cette culture (hors pénurie d eau). En déduire l ETR en faisant intervenir l état hydrique du sol. L ETo, évapotranspiration de référence (autrefois appelé «évapotranspiration potentielle»), correspond à la perte d eau d un gazon ras (c est-à-dire maintenu au stade de la «montaison» à une hauteur proche de 15 cm) et bien alimenté en eau. Sa valeur (autrefois mesurée à partir de lysimètres pesables) est aujourd hui fournie par les services météorologiques au moyen de la formule de Penman Monteith. Cette formule ajoute les effets du rayonnement à ceux du pouvoir évaporant de l air obtenu par combinaison de la vitesse du vent et de l humidité de l air. A noter que l évapotranspiration de référence ne dépasse guère 6 mm/j en plein été sous nos climats, valeur pour laquelle toute l énergie radiative du jour est consommée pour réaliser cette évaporation. L ETM est déduite de l ETo par le biais du coefficient cultural (Cf. page 5) qui traduit l influence de la phénologie de la culture considérée ( toutes les cultures ne sont pas au même stade phénologique à une date donnée!!) L ETR est déduit de l ETM au moyen d une estimation de la facilité d extraction de l eau par les racines qui dépend de l humidité du sol exploité par ces racines, de la nature du sol et de la profondeur d enracinement de la culture (Cf. page 8). Il nous faudra plusieurs diapos pour venir à bout de cette question 4

5 Cette figure permet d avoir une estimation du rapport entre l ETM et ETo pour une culture en fonction de son stade phénologique, porté dans des encadrés de couleur et non pas en fonction d une date du calendrier. En l absence de culture, on garde la valeur 0,2 pour le sol nu : ceci traduit grosso modo les séquences d évaporation du sol nu, périodiquement remouillé par des pluies. Lorsque la végétation s installe, le rapport augmente avec le taux de couverture du sol par le feuillage (appelé souvent L.A.I.: Leaf area index). Lorsque cet LAI atteint et dépasse 3 (il peut aller jusqu à 6) le rapport ETM/ETo sature entre 1 et 1,1 en fonction de la hauteur des cultures (les valeurs très supérieures trouvées parfois dans certaines publications anciennes sont le fruit d effet «pots de fleurs» dus à la trop faible dimensions des essais agronomiques, dits «carrés latins», de l époque). A la maturation des organes reproducteurs, ce rapport décroît, la culture n évapotranspirant plus guère même si l eau est disponible dans le sol. 5

6 Pour matérialiser l importance de la disponibilité de l eau dans le sol, observons l évolution de l évapotranspiration de deux couverts de tomates cultivées sur du sable alluvial dans la vallée du Soraya au Portugal. Les deux champs ont été irrigués juste avant le début de l expérience, le 9/07 au matin. Sur le premier, une irrigation a lieu tous les deux jours (courbes en traits pleins), ce qui garantit un confort hydrique permanent aux tomates. Sur le second, on n irrigue plus jusqu au 16/07. On voit comment, à partir du 3 ème jour, l évapotranspiration du deuxième champ diminue par rapport à celle du premier, bien alimenté en eau : le rapport ETR/ETM est d autant plus bas que la réserve en eau du sol diminue! Dans cette expérience, les choses vont très vite car le sol sableux a une faible capacité de rétention de l eau (Cf. page 9 et suivantes). Il en irait autrement sur un sol limoneux ou argileux. 6

7 On a porté sur cette figure la réduction d évapotranspiration observée dans les mêmes circonstances au cours de plusieurs séquences. On observe que les choses se reproduisent à l identique pour une même extraction d eau. On en déduit que cette réduction est une fonction univoque de la quantité d eau restante dans le sol. 7

8 On traduit cette propriété de la façon suivante : Le rapport ETR/ETM, traditionnellement appelé «coefficient de sécheresse», varie de 0 à 1. Il est constant et égal à 1 pour une gamme d humidité qui correspond à une extraction d eau aisée pour les racines des plantes. On est dans la «réserve facilement utilisable» (RFU) Il décroît ensuite d autant plus que la quantité d eau dans le sol disponible pour les plantes diminue. On est dans la «réserve difficilement utilisable» (RDU) Le rapport RFU/RU varie, selon les conditions pédoclimatiques, de 1/3 à 2/3. 8

9 Ce graphique montre ce que représentent les termes RU (Réserve Utile), RFU (Réserve Facilement Utilisable), RDU (Réserve Difficilement Utilisable) et leurs bornes : Le sol peut être décomposé en deux parties : Le sol sec les interstices de différentes tailles qui peuvent être remplis d eau ou d air. Imaginons un sol après une forte pluie: L eau qui remplit les plus gros pores est très faiblement liée et s écoulera vers la nappe phréatique, un peu comme l eau du pot trop arrosé coule dans l assiette en bas. On appellera cette eau «eau gravifique» Après ressuyage de l eau en excès, le sol humide retiendra l eau qui est à un potentiel hydrique de moins de 0.3 bars (0.03 MPa). Ce potentiel est lié à la loi de Jurin et est d autant plus faible que les pores sont fins ( attention, il s agit d un potentiel négatif : -10 bars est inférieur à -5 bars!). Les plantes arrivent à extraire, par leurs racines, l eau liée jusqu à des potentiels voisins de -16 bars (-1.6 MPa). En dessous de ce potentiel, il reste encore de l eau dans le sol. Pour l extraire, on passera celui-ci au four et on pourra fabriquer ainsi une brique sèche! L eau du sol comporte ainsi 4 parties dont seules les deux comprises entre 0.3 bars (capacité au champ) et 16 bars (point de flétrissement permanent) sont utilisables par les plantes. 9

10 Cette figure qui présente l évolution de la relation entre potentiel hydrique et humidité du sol avec la granulométrie des constituants du sol permet de comprendre pourquoi la quantité d eau contenue dans un sol et utilisable par les plantes sera très fortement dépendante de cette granulométrie : L intervalle d humidité entre les seuils de potentiel 0.3 et 16 bars est d autant plus fort que la granulométrie d un sol est faible. 10

11 Cette figure, déduite de la précédente, permet de dire que : 1. Plus un sol est fin, plus forte est la valeur de l humidité au point de flétrissement permanent 2. Plus un sol est fin, plus forte est la valeur de l humidité à la capacité au champ 3. Plus un sol est fin, plus grand est l intervalle d humidité entre le point de flétrissement permanent et la capacité au champ. Il en résulte que, pour une même profondeur d enracinement, la réserve utile d un sol sera d autant plus grande que la granulométrie sera faible : Dans l exemple, on passera de 80mm/m pour le sable à 180mm/m pour le limon et à 220mm/m pour l argile Bien sûr, un sol réel est une combinaison de ces différents constituants et il faudra faire analyser ce sol pour déduire de sa composition sa réserve utile par mètre de profondeur (information que fournissent tous les laboratoires d analyse des sols) Nota: l intérêt de l augmentation de la réserve utile par mètre n est clair que tant que n interviennent pas les phénomènes de retrait-gonflement caractéristiques d une importante proportion d argile. Ces phénomènes compliquent fortement la gestion de l irrigation 11

12 Pour une constitution granulométrique donnée, la réserve utile d un sol dépendra fortement de la capacité d enracinement des plantes. Ainsi des céréales d hiver exploiteront le sol au moins jusqu à 1m de profondeur (à condition qu il fasse lui même au moins 1m ce qui est souvent le cas d un limon de plateau mais pas pour une arène granitique) tandis que la laitue n ira pas au-delà de 40 cm! Dans le premier cas, un limon ayant une réserve potentielle de 180 mm/m en fera sa réserve réelle (180 mm) tandis que la réserve réelle pour la laitue ne sera que de 72 mm (0.4 x 180). 12

13 Nous venons de voir l importance de l interaction entre sol, climat et culture pour le déterminisme de la quantité d eau consommée par la végétation naturelle et les cultures pour assurer leur croissance et la production d organes récoltables. Il nous faut à présent aborder la question de l eau non consommée, c est-à-dire de celle qui, à partir de la pluie, va nourrir les aquifères (nappes phréatiques), les ruisseaux et rivières et permettre les autres usages de l eau par les ruraux et les urbains. Cette eau non consommée correspond, en situation naturelle, à la somme de l eau de ruissellement et de l eau qui s infiltre en profondeur, souvent appelée «eau de drainage». Les hydrologues l appellent «pluie efficace» (attention à ce terme qui est ambigu puisque les agronomes parlent aussi de pluie efficace lorsqu ils désignent la pluie absorbée par le sol). Nous l appellerons «recharge» par raccourci de «recharge des aquifères». En situation artificielle, lorsque l action de l homme joue au travers de l irrigation, il est intéressant d utiliser le terme de «restitution au milieu» qui inclut l irrigation en valeur algébrique. Ainsi, sous une culture irriguée en zone semi aride, la restitution au milieu peut-elle être négative lorsque la dose d irrigation est supérieure aux quantités drainées et ruisselées! A l échelle du bassin versant, la restitution au milieu est la somme de celle qui se produit sur chaque élément du bassin. Elle va donc être fortement dépendante des végétations naturelles et des systèmes cultures présents sur le bassin. C est pour cette raison que l on peut lire que «la ressource en eau disponible sera dépendante de la composition du paysage». 13

14 Il est donc important d établir le lien entre systèmes de cultures, pédoclimat et recharge des aquifères. Les travaux sur cette question sont beaucoup plus récents que ceux sur la consommation en eau des cultures. La figure ci-dessus, illustre par exemple la différence de comportement en douze points du territoire français, tels que résultant du modèle STICS : d une culture pluviale d hiver et d une culture pluviale d été (partie supérieure) d une culture pluviale d été et d une culture irriguée d été ( partie inférieure) La recharge d une culture d hiver est supérieure à celle d une culture d été parce que la perte par évaporation du sol est moindre sur le cycle annuel complet. La recharge de la culture irriguée est moindre parce qu elle consomme davantage d eau ( c est parce qu en consommant plus, elle produit plus qu on l irrigue!). 14

15 La figure ci-dessus donne une hiérarchie de comportements environnementaux (en terme de recharge annuelle) pour divers couverts (systèmes de cultures), obtenus en combinant les résultats du modèle STICS (C. de Printemps, C. d hiver, C. Irriguées, Prairie, Vigne) et BILJOU (Feuillus et conifères) : Les feuillus restituent plus au milieu que les conifères car leur période de production est plus courte ; La vigne sur sol nu restitue plus que la prairie parce que l évaporation du sol est faible. Il en irait différemment de la vigne enherbée ; Les systèmes de cultures d hiver restituent plus que ceux de cultures de printemps car l évaporation du sol y est plus faible ; Les cultures irrigués consomment plus d eau donc en restituent moins au milieu ; (Nous n avons comparé ni vigne avec feuillus, ni prairies avec conifères car les résultats de cette comparaison pourraient être sujets à des biais inter-modèles, conifères et feuillus étant modélisés avec BILJOU tandis que prairies et vigne le sont avec STICS) 15

Outils de gestion de l irrigation

Outils de gestion de l irrigation L EAU, SOURCE DE QUALITÉ ET DE RENDEMENT Le vendredi 10 février 2006, Hôtel Mortagne, Boucherville Outils de gestion de l irrigation Jean CARON, professeur Physique et hydrodynamique des sols Université

Plus en détail

L infiltration. Définitions Equations de base Facteurs influençant l infiltration et Profils hydriques Ex de Modélisation à l échelle du bassin

L infiltration. Définitions Equations de base Facteurs influençant l infiltration et Profils hydriques Ex de Modélisation à l échelle du bassin Valérie Borrell Estupina FLST403 - Montpellier 2011 L infiltration Définitions Equations de base Facteurs influençant l infiltration et Profils hydriques Ex de Modélisation à l échelle du bassin 1 Définitions

Plus en détail

MODE D EMPLOI DU LOGICIEL DE CALCUL DES RESEAUX D IRRIGATION EN ASPERSSION PAR COUVERTURE MOBILE Irri-Tech V 2.0

MODE D EMPLOI DU LOGICIEL DE CALCUL DES RESEAUX D IRRIGATION EN ASPERSSION PAR COUVERTURE MOBILE Irri-Tech V 2.0 MODE D EMPLOI DU LOGICIEL DE CALCUL DES RESEAUX D IRRIGATION EN ASPERSSION PAR COUVERTURE MOBILE Irri-Tech V 2.0 Samir YAHIAOUI 1 Abde latif NAIT MOHAND 2 Sarra BATEL 3 1,2, LGEE Ecole Nationale Supérieure

Plus en détail

profondeur d enracinement (mm)

profondeur d enracinement (mm) En fait, il n existe pas de relation clairement établie entre la RU et la RFU, on estime en gros que la RFU = 2/3 RU comme l indique le tableau de la figure 23. Si on ne dispose pas des mesures d humidité

Plus en détail

Pour une meilleure utilisation de l eau de pluie

Pour une meilleure utilisation de l eau de pluie Pour une meilleure utilisation de l eau de pluie Patrick Haubrechts haubrechtsp@bluewin.ch L écologie n est ni une doctrine, ni une idéologie, c est une pratique. Page 1 de 15. recupeau.doc Modifié 16.11.2006

Plus en détail

Le climat et les problèmes d eau

Le climat et les problèmes d eau CHAPITRE 3 Le climat et les problèmes d eau 3.1 INTRODUCTION Au cours des millénaires, l homme a surtout observé de l eau les phénomènes de précipitation etd écoulementdanslescoursd eau,parcequelapluieluitombaitsurlatêteetquel

Plus en détail

Appareils perméables en pavés de béton 04.12

Appareils perméables en pavés de béton 04.12 Appareils perméables en pavés de béton 04.12 Avant-propos Les informations fournies ici ont été compilées en toute connaissance de cause. Néanmoins, des erreurs sur le contenu ne sauraient être exclues.

Plus en détail

Diagnostic de ruissellement et d érosion des produits phytopharmaceutiques. Guide de terrain

Diagnostic de ruissellement et d érosion des produits phytopharmaceutiques. Guide de terrain Diagnostic de ruissellement et d érosion des produits phytopharmaceutiques Guide de terrain Introduction La réalisation d un diagnostic approfondi est indispensable pour proposer des solutions spécifiques

Plus en détail

5. Infiltration et écoulements

5. Infiltration et écoulements 5. Infiltration et écoulements 5.1. Définitions et paramètres descriptifs de l infiltration 5.2. Facteurs influençant l infiltration 5.3. Variation du taux d infiltration au cours d une averse 5.4. Modélisation

Plus en détail

Le drainage agricole : problèmes, diagnostic et solutions

Le drainage agricole : problèmes, diagnostic et solutions Le drainage agricole : problèmes, diagnostic et solutions Victor Savoie, ingénieur agricole MAPAQ, Centre-du-Québec, Nicolet Photo : Véronique Gagnon, Club agroenvironnement Bois-Francs Le drainage agricole

Plus en détail

Couverts associés au colza Premiers résultats

Couverts associés au colza Premiers résultats Le 29 juillet 21 Couverts associés au colza Premiers résultats AVERTISSEMENT LA NOTE QUI SUIT CORRESPOND AUX PREMIERS RESULTATS PARTIELS DE DEUX ANNEES D ESSAIS REALISES EN SEMIS DIRECT DANS UN CONTEXTE

Plus en détail

APTITUDE A L INFILTRATION SUR LE TERRITOIRE DE LA COMMUNAUTE URBAINE DE BORDEAUX

APTITUDE A L INFILTRATION SUR LE TERRITOIRE DE LA COMMUNAUTE URBAINE DE BORDEAUX Communauté urbaine de Bordeaux APTITUDE A L INFILTRATION SUR LE TERRITOIRE DE LA COMMUNAUTE URBAINE DE BORDEAUX CAHIER DES CHARGES DES RECONNAISSANCES ET ETUDES DE SOL A REALISER SEPIA CONSEILS - 53, rue

Plus en détail

Essais de succion sur des éprouvettes de diamètre CBR

Essais de succion sur des éprouvettes de diamètre CBR Essais de succion sur des éprouvettes de diamètre CBR Relation portance - succion Jacques PARAIRE Géologue Groupe des techniques routières Laboratoire régional de Saint-Brieuc INTRODUCTION RÉSUMÉ Cet article

Plus en détail

Les toitures vertes et la gestion de l'eau

Les toitures vertes et la gestion de l'eau Les toitures vertes et la gestion de l'eau K. De Cuyper CSTC Contenu de la présentation 1. L étude «toitures vertes» du CSTC 2. Capacité de rétention à long terme 3. L effet retard lors d averses intenses

Plus en détail

3 De la pluie aux inondations Le rôle des roches

3 De la pluie aux inondations Le rôle des roches 3 De la pluie aux inondations Le rôle des roches Cette fiche permet à l élèves de développer plusieurs connaissances et compétences du socle commun au palier 3. Parmi celles-ci, les principales sont :

Plus en détail

OBJET DE L ETUDE ET NIVEAU DE PRESTATION

OBJET DE L ETUDE ET NIVEAU DE PRESTATION CE CAHIER DES CHARGES TYPE A POUR OBJECTIF DE DEFINIR LE CONTENU TECHNIQUE MINIMUM DU RAPPORT REMIS EN FIN D ETUDE AU PARTICULIER DEMANDEUR. OBJET DE L ETUDE ET NIVEAU DE PRESTATION L objet de l étude

Plus en détail

RÉSULTATS D INVENTAIRE FORESTIER RÉSULTATS STANDARDS. Les résultats des campagnes d inventaire 2009 à 2013

RÉSULTATS D INVENTAIRE FORESTIER RÉSULTATS STANDARDS. Les résultats des campagnes d inventaire 2009 à 2013 RÉSULTATS D INVENTAIRE FORESTIER RÉSULTATS STANDARDS Les résultats : B51 - Champagne humide Les résultats des campagnes d inventaire 2009 à 2013 Table des matières 1 Le territoire... 4 Surface par occupation

Plus en détail

EAUX PLUVIALES. sable

EAUX PLUVIALES. sable 1.Généralités EAUX PLUVIALES Des dispositifs doivent reprendre les eaux de ruissellement pour éviter la submersion des voies; la formation du ruissellement est due en milieu urbain à l'imperméabilisation

Plus en détail

TECHNI.CH. Rapport technique / domaine des travaux spéciaux

TECHNI.CH. Rapport technique / domaine des travaux spéciaux Page 1 / 5 Rapport technique / domaine des travaux spéciaux Contenu : Béton poreux Rédaction : Simon Rauber / élève de 3ème année à l Ecole Technique de la Construction de Fribourg Date : 18 janvier 2010

Plus en détail

UTILISATION DES PRODUITS PHYTOSANITAIRES

UTILISATION DES PRODUITS PHYTOSANITAIRES UTILISATION DES PRODUITS PHYTOSANITAIRES Avant-propos: Le sol est un milieu vivant et fragile en constante évolution. On pourra l améliorer ou le détruire en fonction des actions que l on effectuera sur

Plus en détail

COMPTE RENDU Journée formation

COMPTE RENDU Journée formation COMPTE RENDU Journée formation Agriculture de conservation des sols Profils de sol 1. Vincent Etchebarne à St Jean le Vieux prairie 2. Alain Claverie à Behasque sol nu / couverts multiples 3. Bernard Hourquebie

Plus en détail

Partie A : revenu disponible des ménages. construction d une courbe de Lorenz

Partie A : revenu disponible des ménages. construction d une courbe de Lorenz Correction TD n 4 Math-SES Courbe de Lorenz Objectif du TD : réinvestissement des connaissances de statistiques, étude des inégalités de répartition des revenus disponibles et comparaison avec la répartition

Plus en détail

Analyses de sol et interprétation 4des résultats

Analyses de sol et interprétation 4des résultats Analyses de sol et interprétation 4des résultats 4 Analyses de sol et interprétation des résultats Pour optimiser la fumure, il faut prendre en considération, en plus du besoin des plantes, différentes

Plus en détail

LES SUITES DE LA REFORME DE LA TAXE PROFESSIONNELLE : LES PROPOSITIONS DES ASSOCIATIONS DE MAIRES ET DE PRESIDENTS D EPCI

LES SUITES DE LA REFORME DE LA TAXE PROFESSIONNELLE : LES PROPOSITIONS DES ASSOCIATIONS DE MAIRES ET DE PRESIDENTS D EPCI le 9 avril 2010 LES SUITES DE LA REFORME DE LA TAXE PROFESSIONNELLE : LES PROPOSITIONS DES ASSOCIATIONS DE MAIRES ET DE PRESIDENTS D EPCI Le présent document a pour objet de proposer les aménagements nécessaires

Plus en détail

PIIA-25 - TERRAINS EN PENTE, FLANCS ET SOMMETS DE MONTAGNES

PIIA-25 - TERRAINS EN PENTE, FLANCS ET SOMMETS DE MONTAGNES Mise à jour le 9 mai 2011 (règl. (2008)-106-3) Mise à jour le 6 août 2012 (page de présentation) PIIA-25 - TERRAINS EN PENTE, FLANCS ET SOMMETS DE MONTAGNES Votre projet se situe dans une partie de notre

Plus en détail

L eau souterraine. point au 18 mai 2006. Jacques VARET Direction de la Prospective

L eau souterraine. point au 18 mai 2006. Jacques VARET Direction de la Prospective L eau souterraine point au 18 mai 2006 Jacques VARET Direction de la Prospective Les ressources en eau et la demande de l humanité > Planète terre : 97% d eau salée 3 % d eau douce dont : 77,2 % : glaciers

Plus en détail

Des outils bien adaptés à une régie de l irrigation efficace

Des outils bien adaptés à une régie de l irrigation efficace Des outils bien adaptés à une régie de l irrigation efficace JÉRÉMIE VALLÉE, agr., Attaché de recherche - IRDA Hôtel Gouverneurs, Trois-Rivières, 17 février 2015 Plan de présentation Caractérisation du

Plus en détail

La Photographie Principes G.Loichot

La Photographie Principes G.Loichot La Photographie Principes G.Loichot Introduction La principale chose à laquelle il faut penser en photographie, c est à la lumière. C est elle qui traverse l objectif et qui vient «s écraser» sur le capteur

Plus en détail

Le choix entre les différentes possibilités se faisant en fonction du prix, les éléments à prendre en compte sont : - prix du forage - installation

Le choix entre les différentes possibilités se faisant en fonction du prix, les éléments à prendre en compte sont : - prix du forage - installation Le choix entre les différentes possibilités se faisant en fonction du prix, les éléments à prendre en compte sont : - prix du forage - installation du massif de gravier - tubage (plein + crépine) - pompe

Plus en détail

DossierDéveloppement. durable

DossierDéveloppement. durable La forêt est une ressource économique dont l exploitation contribue à l enrichissement collectif. L enjeu de l utilisation de toute ressource naturelle renouvelable est évidemment d en faire une gestion

Plus en détail

IMPLANTER OU MAINTENIR DES BANDES ENHERBÉES EN BORDURE DE COURS D EAU ET DE PLAN D EAU RÉHABILITER LES TÊTES DE FORAGE NON CONFORMES

IMPLANTER OU MAINTENIR DES BANDES ENHERBÉES EN BORDURE DE COURS D EAU ET DE PLAN D EAU RÉHABILITER LES TÊTES DE FORAGE NON CONFORMES IMPLANTER DES CULTURES INTERMÉDIAIRES PIÈGES À NITRATES (CIPAN) Afin d'éviter le lessivage des nitrates en excès après la récolte, il est indispensable d implanter une CIPAN (moutarde, phacélie, seigle

Plus en détail

Programme RExHySS. -ooo- Volet 5 : Agriculture, Irrigation et pollution diffuse par les nitrates. -ooo-

Programme RExHySS. -ooo- Volet 5 : Agriculture, Irrigation et pollution diffuse par les nitrates. -ooo- Programme RExHySS -ooo- Volet 5 : Agriculture, Irrigation et pollution diffuse par les nitrates -ooo- Influence de la prise en compte de la rétroaction des prélèvements par irrigation sur le bilan hydrique

Plus en détail

Calcul des plafonds du bulletin

Calcul des plafonds du bulletin Calcul des plafonds du bulletin Fonctionnement et appel des plafonds sur le bulletin Lors du calcul du bulletin, les plafonds de la Sécurité Sociale, de la retraite, des congés spectacles, critères essentiels

Plus en détail

Communication en Conseil des Ministres. Plan de gestion de la rareté de l eau

Communication en Conseil des Ministres. Plan de gestion de la rareté de l eau Communication en Conseil des Ministres Plan de gestion de la rareté de l eau Bilan de l année 2005 De septembre 2004 à septembre 2005, la France a connu une sécheresse s étendant sur un large croissant

Plus en détail

Les zones humides. de la Montagne Noire audoise

Les zones humides. de la Montagne Noire audoise Les zones humides de la Montagne Noire audoise DÉCEMBRE 2013 Les zones humides, que l on appelle sagnes dans nos montagnes, font l objet depuis les années 90 en France de différentes politiques publiques

Plus en détail

MESSAGE CONSEIL IRRIGATION de LOT-ET-GARONNE

MESSAGE CONSEIL IRRIGATION de LOT-ET-GARONNE CLIMATOLOGIE N 07 07 août 2014 MESSAGE CONSEIL IRRIGATION de LOT-ET-GARONNE Réalisé en collaboration entre les techniciens de la Chambre d Agriculture de Lot-et-Garonne et de l ACMG Pluies localement abondantes,

Plus en détail

STOCKAGE ET ELEVAGE DES VINS LA CLIMATISATION : SES ATOUTS ET SES LIMITES

STOCKAGE ET ELEVAGE DES VINS LA CLIMATISATION : SES ATOUTS ET SES LIMITES STOCKAGE ET ELEVAGE DES VINS LA CLIMATISATION : SES ATOUTS ET SES LIMITES Jean-Michel MARON Chambre d Agriculture de la Gironde Service vin ARTICLE AVENIR AGRICOLE AQUITAIN 09 mai 2003 Ce printemps très

Plus en détail

Essais sur clapet anti-odeur STINK-SHIELD

Essais sur clapet anti-odeur STINK-SHIELD EN-CAPE 14.021 C V0 Xavier FAURE, Emmanuel MORNET et Dominique ORDITZ Département Climatologie Aérodynamique Pollution Epuration TABLE DES MATIERES 1. INTRODUCTION 1 2. BANC D ESSAI DE CYCLAGE 1 3. CONFIGURATIONS

Plus en détail

Sondes capacitives : l efficience de l irrigation passe avant tout par une optimisation de l état structural des sols

Sondes capacitives : l efficience de l irrigation passe avant tout par une optimisation de l état structural des sols Sondes capacitives : l efficience de l irrigation passe avant tout par une optimisation de l état structural des sols Éric FAURE / Sébastien CLAVÉ Chambre d Agriculture de Vendée Le réseau de sondes implanté

Plus en détail

Utiliser les outils de suivi des stocks 1

Utiliser les outils de suivi des stocks 1 Utilisation de l historique 1. A quoi sert un stock? Un stock est une quantité de produits immobiles, dans l attente d être consommés, c est à dire soit transformés, soit vendus. Ce stock provient de la

Plus en détail

Numéro du Projet LIFE : LIFE05ENV/F/000082

Numéro du Projet LIFE : LIFE05ENV/F/000082 Numéro du Projet LIFE : LIFE05ENV/F/000082 Amélioration des performances du séchage des Tuiles et Briques par récupération de la chaleur latente de condensation de l eau afin de réduire les émissions de

Plus en détail

On transporte le recyclage

On transporte le recyclage Mathématique, 1 er cycle du secondaire SAA5 On transporte le recyclage Situation d aide à l apprentissage Gilles Coulombe Consignes Réalisez les 10 tâches de la situation; Utilisez la calculatrice au besoin

Plus en détail

II. LA DIVERSITE DE L'OCCUPATION DU TERRITOIRE

II. LA DIVERSITE DE L'OCCUPATION DU TERRITOIRE II. LA DIVERSITE DE L'OCCUPATION DU TERRITOIRE A. DEMOGRAPHIE 1. Evolution démographique 1.1. Dynamisme démographique 1.2. Structure de la population 1.3. Structure des ménages 2. Hypothèses d'évolution

Plus en détail

Physique du Bâtiment Inertie thermique int. Capacité thermique

Physique du Bâtiment Inertie thermique int. Capacité thermique Inertie d un matériau et d une paroi Les deux propriétés d un matériau qui interviennent dans la caractérisation de l inertie sont : - la masse volumique en kg/m 3, - la chaleur spécifique en J/(kg.K)

Plus en détail

Demande d autorisation pour l installation d un dispositif d Assainissement Non Collectif

Demande d autorisation pour l installation d un dispositif d Assainissement Non Collectif Service Public d Assainissement Non Collectif 36, Grande Rue- 71340 IGUERANDE Mobile : 06.43.28.22.30. Tél. : 03.85.25.94.20. Commune de : Date de réception du dossier en mairie : Dossier transmis au SPANC

Plus en détail

Protocole de Test d Ebullition de l Eau Comparatif

Protocole de Test d Ebullition de l Eau Comparatif Protocole de Test d Ebullition de l Eau Comparatif Ce protocole a été mis au point pour trouver une alternative aux tests internationaux qui ont fixé un postulat non compatible avec la variabilité des

Plus en détail

ESTIMATION DU MONTANT DES GARANTIES FINANCIERES DE REMISE EN ETAT

ESTIMATION DU MONTANT DES GARANTIES FINANCIERES DE REMISE EN ETAT PIECE 4 ESTIMATION DU MONTANT DES GARANTIES FINANCIERES DE REMISE EN ETAT Pièce 4 - Estimation du montant des garanties financières - Page 2 SOMMAIRE 1. CADRE REGLEMENTAIRE... 5 2. EVALUATION DU MONTANT

Plus en détail

Propriétés physiques des sols

Propriétés physiques des sols Propriétés physiques des sols Propriétés physiques des sols Liées à 2 notions fondamentales : la texture et la structure Comportements de l air et de l eau du sol en dépendent 1) Texture 2 définitions

Plus en détail

Eau de pluie de toitures végétalisées: qualité, rétention et effet retard. Karel De Cuyper

Eau de pluie de toitures végétalisées: qualité, rétention et effet retard. Karel De Cuyper Colloque toitures végétalisées Paris 05/12/2007 Eau de pluie de toitures végétalisées: qualité, rétention et effet retard Karel De Cuyper Centre Scientifique et Technique de la Construction CSTC Belgique

Plus en détail

Leçon N 16 Création d un album de photo avec ALBELLI 2 ème partie

Leçon N 16 Création d un album de photo avec ALBELLI 2 ème partie Leçon N 16 Création d un album de photo avec ALBELLI 2 ème partie 2 Préparation Le travail le plus important pour créer un album de photo c est la préparation. 2.1 Choisir les photos. Dans un premier temps

Plus en détail

Effet de Stockage Thermique sur la Performance d'une Serre Tunnel sous Climat Saharien

Effet de Stockage Thermique sur la Performance d'une Serre Tunnel sous Climat Saharien Effet de Stockage Thermique sur la Performance d'une Serre Tunnel sous Climat Saharien Salah BEZARI 1*, Amor BOUHDJAR 2 1 Unité de Recherche Appliquée en Energies Renouvelables, URAER, Centre de Développement

Plus en détail

Polypipe. Solutions Eaux Pluviales. Polystorm

Polypipe. Solutions Eaux Pluviales. Polystorm Polypipe Solutions Eaux Pluviales BC-POLY Octobre 2015 Polystorm Structure alvéolaire ultra légère inspectable et hydrocurable pour la rétention et l infiltration des Eaux Pluviales Polystorm Polystorm

Plus en détail

Entretien des cours d'eau et fossés 1. Aspects réglementaires

Entretien des cours d'eau et fossés 1. Aspects réglementaires Entretien des cours d'eau et fossés 1. Aspects réglementaires La police de l'eau - Pourquoi une police de l'eau? Les directives européennes, la loi sur l'eau de 2006 et le Grenelle de l'environnement ont

Plus en détail

Synthèse de l article :

Synthèse de l article : Les connectivités longitudinale et latérale des cours d eau sont souvent évoquées comme élément important de la fonctionnalité des cours d eau. Par contre la connectivité verticale avec la nappe d eau

Plus en détail

Baccalauréat STL Biotechnologies juin 2014 Polynésie Correction

Baccalauréat STL Biotechnologies juin 2014 Polynésie Correction Baccalauréat STL Biotechnologies juin 014 Polynésie Correction EXERCICE 1 Les trois parties de cet exercice peuvent être traitées de manière indépendante. Les résultats seront arrondis, si nécessaire,

Plus en détail

Cinquième partie Waldenburg 2012. 41 slides Le modèle général de transformateur saturable La modélisation de la gamme FLEX et FLEX+

Cinquième partie Waldenburg 2012. 41 slides Le modèle général de transformateur saturable La modélisation de la gamme FLEX et FLEX+ Cinquième partie Waldenburg 2012 41 slides Le modèle général de transformateur saturable La modélisation de la gamme FLEX et FLEX+ 1 La conception d une SMPS La conception d une SMPS est un exercice difficile.

Plus en détail

Y a-t-il infiltration verticale sous drainage agricole? Conséquence pour la recharge de la nappe de Brie

Y a-t-il infiltration verticale sous drainage agricole? Conséquence pour la recharge de la nappe de Brie Y a-t-il infiltration verticale sous drainage agricole? Conséquence pour la recharge de la nappe de Brie TOURNEBIZE Julien, CLEMENT Rémi, GUERIN Alain, ANSART Patrick, CHAUMONT Cédric, MOREAU Sylvain,

Plus en détail

LES ESSAIS PORCHET. Christophe LACHERE Responsable d agence - FONDASOL INFILTRER LES EAUX PLUVIALES LES ENJEUX DES ESSAIS DE PERMEABILITE

LES ESSAIS PORCHET. Christophe LACHERE Responsable d agence - FONDASOL INFILTRER LES EAUX PLUVIALES LES ENJEUX DES ESSAIS DE PERMEABILITE LES ESSAIS PORCHET Christophe LACHERE Responsable d agence - FONDASOL INFILTRER LES EAUX PLUVIALES LES ENJEUX DES ESSAIS DE PERMEABILITE 15 Novembre 2012 ESSAI PORCHET ESSAI DE PERMEABILITE A CHARGE CONSTANTE

Plus en détail

Données pluviométriques et critères de conception

Données pluviométriques et critères de conception 1. Infiltration Les ouvrages doivent permettre l infiltration d au moins 6 mm de pluie (ou davantage si les conditions de sol le permettent). 2. Traitement local Lorsqu un traitement local est exigé, les

Plus en détail

C O M P T A B I L I T E A N A L Y T I Q U E D E X P L O I T A T I O N

C O M P T A B I L I T E A N A L Y T I Q U E D E X P L O I T A T I O N Lamine LAKHOUA Lic. ès Sciences Commerciales et Industrielles C O M P T A B I L I T E A N A L Y T I Q U E D E X P L O I T A T I O N Maturité Suisse I M P O R T A N T Ce document est un support de cours.

Plus en détail

Evaluation des fonctions de pédotransfert d un sol hétérogène, milieu récepteur d eau usée traitée, sur un site pilote dédié

Evaluation des fonctions de pédotransfert d un sol hétérogène, milieu récepteur d eau usée traitée, sur un site pilote dédié Thèse de Behzad NASRI Evaluation des fonctions de pédotransfert d un sol hétérogène, milieu récepteur d eau usée traitée, sur un site pilote dédié Résumé En 1998, le Ministère de l Environnement a initié

Plus en détail

Qu est-ce que le respect du vivant?

Qu est-ce que le respect du vivant? Le respect de l environnement Qu est-ce que le respect du vivant? JE DÉCOUVRE QU EST-CE QUI EST VIVANT? Tu sais déjà que les animaux, les végétaux et les champignons sont des êtres vivants. Ils ont tous

Plus en détail

CAHIER DES CHARGES MOBILIER

CAHIER DES CHARGES MOBILIER CAHIER DES CHARGES MOBILIER Ce modèle de cahier des charges est à modifier suivant les besoins spécifiques de la médiathèque concernée et à adapter à la demande de la commune. A OBJET DE LA CONSULTATION

Plus en détail

Ce projet se base sur le fait que les images numériques sont composées de pixels (plus ou moins nombreux selon le contexte).

Ce projet se base sur le fait que les images numériques sont composées de pixels (plus ou moins nombreux selon le contexte). Externat Notre Dame Accompagnement personnalisé (Tle S) Période n 2 Ce projet se base sur le fait que les images numériques sont composées de pixels (plus ou moins nombreux selon le contexte). A chaque

Plus en détail

Principales caractéristiques de la population du territoire du CSSS de Saint-Léonard et Saint-Michel

Principales caractéristiques de la population du territoire du CSSS de Saint-Léonard et Saint-Michel Principales caractéristiques de la population du territoire du CSSS de Saint-Léonard et Saint-Michel Synthèse des données sociodémographiques de 2011 Le document Principales caractéristiques de la population

Plus en détail

Bienvenue Congrès 2007 AAPQ

Bienvenue Congrès 2007 AAPQ Bienvenue Congrès 2007 AAPQ LE PHYTOTRAITEMENT Le Roseau Épurateur et les systèmes MRP Une solution pour La gestion des eaux sanitaires et pluviales Présenté par Jean Pichette ing. et Robert Lapalme M.

Plus en détail

Comment se détermine le taux de change entre deux monnaies? (résumé du cours - le 12 octobre 2015 )

Comment se détermine le taux de change entre deux monnaies? (résumé du cours - le 12 octobre 2015 ) Comment se détermine le taux de change entre deux monnaies? (résumé du cours - le 12 octobre 2015 ) Le taux de change donne le prix des monnaies entre elles. Comment se fixe ce prix? Pourquoi peut- il

Plus en détail

S entraîner à VMA en ski de fond

S entraîner à VMA en ski de fond S entraîner à VMA en ski de fond Qu est ce que la VMA? La Vitesse Maximale Aérobie correspond à la vitesse associée à la consommation maximale d oxygène, c'est-à-dire à VO2max. On entend parler aussi de

Plus en détail

Comprendre la formation et la fertilité des sols

Comprendre la formation et la fertilité des sols Comprendre la formation et la fertilité des sols Un sol est constitué d'éléments minéraux et de matières organiques. Il prend naissance à partir de la roche puis évolue sous l'action du climat et de la

Plus en détail

MATH & MANIPS OU COMMENT INTEGRER DES MANIPULATIONS DANS LES CLASSES POUR FAVORISER L'APPRENTISSAGE DES GRANDEURS ET DE LA PROPORTIONNALITE

MATH & MANIPS OU COMMENT INTEGRER DES MANIPULATIONS DANS LES CLASSES POUR FAVORISER L'APPRENTISSAGE DES GRANDEURS ET DE LA PROPORTIONNALITE MATH & MANIPS OU COMMENT INTEGRER DES MANIPULATIONS DANS LES CLASSES POUR FAVORISER L'APPRENTISSAGE DES GRANDEURS ET DE LA PROPORTIONNALITE Marie-France Guissard, Valérie Henry, CREM, FUNDP Pauline Lambrecht,

Plus en détail

Formation Bâtiment Durable : Gestion des eaux pluviales sur la parcelle Bruxelles Environnement

Formation Bâtiment Durable : Gestion des eaux pluviales sur la parcelle Bruxelles Environnement Formation Bâtiment Durable : Gestion des eaux pluviales sur la parcelle Bruxelles Environnement Les moyens mis à disposition du concepteur Frederic LUYCKX, architecte Objectifs de la présentation Initier

Plus en détail

Présentation synthétique de la BDEA

Présentation synthétique de la BDEA Présentation synthétique de la BDEA Rakotondrainibe Herivelo-Avril 2011 1. Présentation générale La Bdea est un outil informatique pour le stockage puis le partage avec tous les acteurs du secteur Eau,

Plus en détail

Chapitre 3 : Vers une agriculture durable

Chapitre 3 : Vers une agriculture durable Chapitre 3 : Vers une agriculture durable Au XXI siècle, on prévoit une population de 9 milliards d êtres humains. Nourrir la population est donc un défi majeur. Cf. cours de seconde : problèmes de la

Plus en détail

Chaire de recherche du Canada sur la dynamique des contaminants microbiens dans les sources d'approvisionnement en eau

Chaire de recherche du Canada sur la dynamique des contaminants microbiens dans les sources d'approvisionnement en eau Chaire de recherche du Canada sur la dynamique des contaminants microbiens dans les sources d'approvisionnement en eau Impacts et adaptations aux changements climatiques des infrastructures municipales

Plus en détail

Etiquette énergétique des fenêtres. Pourquoi? Objectif

Etiquette énergétique des fenêtres. Pourquoi? Objectif Pourquoi? La directive européenne 2010 / 30 / EU du 19 mai 2010 étend l'affichage énergétique à tous les composants d'un bâtiment qui influent sur les consommations énergétiques. Au même titre que les

Plus en détail

EFFETS DES AMENAGEMENTS ANTI EROSIFS SUR LA PROTECTION DES ROUTES ET LA FLUIDITE DU TRANSPORT TERRESTRE

EFFETS DES AMENAGEMENTS ANTI EROSIFS SUR LA PROTECTION DES ROUTES ET LA FLUIDITE DU TRANSPORT TERRESTRE REPUBLIQUE TUNISIENNE Ministère de l agriculture est des ressources hydrauliques Direction générale de l aménagement et de la conservation des terres EFFETS DES AMENAGEMENTS ANTI EROSIFS SUR LA PROTECTION

Plus en détail

Module 26 : Techniques de modélisation

Module 26 : Techniques de modélisation Module 26 : Techniques de modélisation 26.0 Introduction Ce module enseigne une série de techniques qui constituent une trousse à outils bien pratique quand il s agit de construire des modèles dans Excel

Plus en détail

La gestion de crise. 1- Qu est-ce qu une situation de crise? 2- Quels sont les éléments identifiant une crise?

La gestion de crise. 1- Qu est-ce qu une situation de crise? 2- Quels sont les éléments identifiant une crise? Guide de l action associative : le SDAGE Loire Bretagne 2010 2015 / La gestion quantitative La 1- Qu est-ce qu une situation de crise? Nous sommes en situation de crise hydrique lorsque l on descend en

Plus en détail

LA GESTION DURABLE EAUX PLUVIALES. Trottoirs immergés, jardins détrempés, rues inondées, égouts saturés COMMENT GÉRER L EAU DE PLUIE?

LA GESTION DURABLE EAUX PLUVIALES. Trottoirs immergés, jardins détrempés, rues inondées, égouts saturés COMMENT GÉRER L EAU DE PLUIE? LA GESTION DURABLE des EAUX PLUVIALES Trottoirs immergés, jardins détrempés, rues inondées, égouts saturés COMMENT GÉRER L EAU DE PLUIE? www.reseau-environnement.com Qu est-ce qu une GESTION DURABLE des

Plus en détail

RÉSULTATS D INVENTAIRE FORESTIER RÉSULTATS STANDARDS. Les résultats des campagnes d inventaire 2009 à 2013

RÉSULTATS D INVENTAIRE FORESTIER RÉSULTATS STANDARDS. Les résultats des campagnes d inventaire 2009 à 2013 RÉSULTATS D INVENTAIRE FORESTIER RÉSULTATS STANDARDS Les résultats : Hautes-Alpes Les résultats des campagnes d inventaire 2009 à 2013 Table des matières 1 Le territoire... 4 Surface par occupation du

Plus en détail

OLYMPIADES DES GEOSCIENCES

OLYMPIADES DES GEOSCIENCES SESSION 2009 OLYMPIADES DES GEOSCIENCES ACADEMIES DE CRETEIL, LILLE, ORLEANS-TOURS, PARIS & VERSAILLES Proposition de corrigé et barème. Exercice : Hydrates de méthane Saisie d informations Interprétations

Plus en détail

La gestion des eaux pluviales

La gestion des eaux pluviales La gestion des eaux pluviales Prévenir les impacts des pluies intenses : le réseau d égout n est pas un trou noir Juin 2014 Partie I La place des infrastructures vertes 1 Charge hydraulique : la vitesse

Plus en détail

Conseil économique et social

Conseil économique et social Nations Unies ECE/CTCS/WP.7/2015/15 Conseil économique et social Distr. générale 14 septembre 2015 Français Original : anglais Commission économique pour l Europe Comité directeur des capacités et des

Plus en détail

MESSAGE CONSEIL IRRIGATION de LOT-ET-GARONNE

MESSAGE CONSEIL IRRIGATION de LOT-ET-GARONNE MESSAGE CONSEIL IRRIGATION de LOT-ET-GARONNE Réalisé en collaboration entre les techniciens de la Chambre d Agriculture de Lot-et-Garonne et de l ACMG N 08 14 août 2014 CLIMATOLOGIE Encore des Pluies localement

Plus en détail

Phase de «décumulation» : quelle approche?

Phase de «décumulation» : quelle approche? Phase de «décumulation» : quelle approche? Avril 2012 Forum International d Epargne Retraite Allocation Globale & ALM Les différents étapes de l épargne 2 Phase de restitution En phase de restitution,

Plus en détail

GOUTTIÈRES (GUIDE D INSTALLATION)

GOUTTIÈRES (GUIDE D INSTALLATION) Dans le cadre de l amélioration de la gestion des eaux pluviales sur son territoire, la Ville de Magog a adopté en septembre 2014 une réglementation concernant les gouttières des bâtiments de son territoire

Plus en détail

Modifications fiscales de 2017 touchant. L assurance-vie EN DÉTAIL. La vie est plus radieuse sous le soleil

Modifications fiscales de 2017 touchant. L assurance-vie EN DÉTAIL. La vie est plus radieuse sous le soleil 1 Modifications fiscales de 217 touchant l assurance-vie EN DÉTAIL offre une protection, mais certains L assurance-vie contrats permettent en plus d accumuler de l épargne de façon fiscalement avantageuse.

Plus en détail

2. LES PROBLEMES SPECIFIQUES DES RESEAUX D IRRIGATION GRAVITAIRE

2. LES PROBLEMES SPECIFIQUES DES RESEAUX D IRRIGATION GRAVITAIRE LA REGULATION DES RESEAUX D IRRIGATION GRAVITAIRE 1. INTRODUCTION La technique de l irrigation gravitaire consiste à arroser les cultures en faisant ruisseler l eau à la surface du sol. C était la seule

Plus en détail

Autre information requise pour les terrains de golf

Autre information requise pour les terrains de golf Version 05-04-07 Page 1 de 7 Autre information requise pour les terrains de golf Conformément au paragraphe 5(2) du Règlement sur les études d impact sur l environnement de la Loi sur l assainissement

Plus en détail

Annexe. au mémoire présenté par. BCT Consultation Inc. dans le cadre des consultations publiques sur la. Loi sur l équité salariale

Annexe. au mémoire présenté par. BCT Consultation Inc. dans le cadre des consultations publiques sur la. Loi sur l équité salariale Annexe au mémoire présenté par BCT Consultation Inc. dans le cadre des consultations publiques sur la Loi sur l équité salariale Mars 2003 AVANT-PROPOS Cette annexe se veut un document complémentaire au

Plus en détail

Prévention et lutte contre les inondations. Appel à projets. Département du Finistère Gestion innovante des eaux de ruissellement

Prévention et lutte contre les inondations. Appel à projets. Département du Finistère Gestion innovante des eaux de ruissellement Prévention et lutte contre les inondations Appel à projets Département du Finistère Gestion innovante des eaux de ruissellement Pour une gestion innovante des eaux de ruissellement Le Conseil général s

Plus en détail

Chapitre 7: La croissance économique (I)

Chapitre 7: La croissance économique (I) Chapitre 7: La croissance économique (I) Nous ne considérons plus un modèle statique - les quantités de ressources croissent: les entreprises investissent et du capital productif s accumule. Qu est-ce

Plus en détail

Fiche conseil. Nom du Document : FAITES LE BILAN A L HEURE DES COMPTES OU COMMENT LIRE SON BILAN ET INTERPRETER SON SON RESULTAT

Fiche conseil. Nom du Document : FAITES LE BILAN A L HEURE DES COMPTES OU COMMENT LIRE SON BILAN ET INTERPRETER SON SON RESULTAT FAITES LE BILAN A L HEURE DES COMPTES OU COMMENT LIRE SON BILAN ET INTERPRETER SON RESULTAT Fiche conseil Nos fiches conseils ont pour objectif de vous aider à mieux appréhender les notions : Comptables

Plus en détail

La conservation des légumes d hiver

La conservation des légumes d hiver La conservation des légumes d hiver L optimisation de la conservation des légumes d hiver est importante afin de limiter les pertes, étaler la commercialisation et proposer une diversité de légumes jusqu

Plus en détail

ARTILLERIE ET PHYSIQUE DANS UN JEU VIDÉO

ARTILLERIE ET PHYSIQUE DANS UN JEU VIDÉO ARTILLERIE ET PHYSIQUE DANS UN JEU VIDÉO Stranger, Niavok 29 octobre 2015 Table des matières 1 Introduction 5 2 Un peu de contexte 7 3 L artillerie antiaérienne à l époque des guerres mondiales 9 4 16.7ms

Plus en détail

ISDND Les Parrines. Bilan hydrique du site (modèle MOBYDEC)

ISDND Les Parrines. Bilan hydrique du site (modèle MOBYDEC) ISDND Les Parrines Bilan hydrique du site (modèle MOBYDEC) 1 Méthodologie Le modèle utilisé pour réaliser le bilan hydrique du site est MOBYDEC (Modèle Global de Bilan Hydrique de Décharge), développé

Plus en détail

MANUFACTURIER DE BLOC DE BÉTON

MANUFACTURIER DE BLOC DE BÉTON FACTEURS DE SÉLECTION GRANULAT TRUE LITE Le granulat True Lite est, comme son nom l indique, un matériau réellement léger, une véritable innovation pour l industrie de la construction. True Lite est un

Plus en détail

Explication des différents procédés de récolte réalisés sur le territoire de la zec. 2270 rue Léon- harmel,bureau 240, Québec (Qc) G1N 4L2

Explication des différents procédés de récolte réalisés sur le territoire de la zec. 2270 rue Léon- harmel,bureau 240, Québec (Qc) G1N 4L2 Explication des différents procédés de récolte réalisés sur le territoire de la zec 1 2270 rue Léon- harmel,bureau 240, Québec (Qc) G1N 4L2 Table des matières Avant les traitements... 4 1. Les coupes partielles...

Plus en détail

Ou t i l s d a n a l y s e d e l e v o l u t io n d e s

Ou t i l s d a n a l y s e d e l e v o l u t io n d e s Ou t i l s d a n a l y s e d e l e v o l u t io n d e s c h a r g e s d e p e r s o n n e l Jacques GROLIER Directeur du Master d Économie et de Gestion des Établissements Sanitaires et Sociaux Université

Plus en détail

Habitat et confort Isolation

Habitat et confort Isolation Isolation Français p 1 Maquette isolation phonique et thermique Version : 9009 Habitat et confort 1 Présentation du concept 1.1 Introduction La maquette isolation phonique et thermique a été conçue par

Plus en détail