Chapitre XVII Les déterminants de la balance commerciale et des opérations courantes

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Chapitre XVII Les déterminants de la balance commerciale et des opérations courantes"

Transcription

1 Chapitre XVII Les déterminants de la balance commerciale et des opérations courantes Le chapitre X consacré à l optique dépenses de la comptabilité nationale nous a donné l occasion de décrire la structure du commerce extérieur de l Union européenne (tableaux 50 à 52 et 54 à 57, graphes 72 et 73 du chapitre XIII) et l importance qu occupent les échanges intra-communautaires, d une part, et les échanges intra-industriels au sein de ce commerce intra-européen, de l autre. Du point de vue de la structure du commerce mondial, les Etats- Unis, l Union européenne et le Japon représentent à eux seuls près de la moitié des exportations et des importations mondiales hors commerce intra-ue-25. L Europe et les Etats-Unis importent à peu de choses près les mêmes quantités mais au niveau des parts de marché à l exportation, l Europe domine largement les Etats-Unis. Cette différence est due à l énorme déficit de la balance commerciale des Etats-Unis qui s est creusé depuis la fin des années quatre-vingt-dix. La balance commerciale, comme la balance des paiements d ailleurs, enregistre les transactions en valeurs entre une économie et le reste du monde. Lorsque cette balance se détériore, c est-à-dire lorsque les importations croissent plus fortement que les exportations, cela peut provenir de plusieurs éléments et de leur combinaison. Le volume des importations peut s être accru, celui des exportations peut avoir diminué ; le prix des importations peut s être accru ou celui des exportations peut avoir diminué. Enfin, le taux de change peut s être modifié dans le sens d une dépréciation de la monnaie nationale ou d une dévaluation de celle-ci, rendant les importations plus coûteuses lorsqu elles sont exprimées en monnaie nationale. La balance commerciale, que l on exprime pour des raisons de simplicité sous la forme X-M, devrait par conséquent plus rigoureusement s écrire : p x *X - t x de change *p m * M où p x est le prix des exportations en devise nationale, p m est le prix des importations en devise étrangère. Dans ce chapitre, nous examinerons quelques facteurs ou mécanismes économiques qui contribuent à déterminer le solde de la balance des opérations courantes. Quatre éléments seront examinés : le volume des importations et des exportations, le prix des exportations (en ), le prix des importations (en devises étrangères), le taux de change. Un élément supplémentaire sera discuté, celui de la compétitivité. 1. VOLUME DES IMPORTATIONS ET DES EXPORTATIONS Le volume (ou la quantité) des exportations est fonction essentiellement de l évolution de la demande mondiale et de sa structure.

2 Les fluctuations conjoncturelles (récession-expansion) vont affecter à court terme l évolution des exportations. A plus long terme, l orientation de la structure des échanges commerciaux mondiaux est déterminante. On peut ainsi distinguer les échanges qui se portent sur des produits pour lesquels la demande mondiale est en expansion de ceux pour qui la demande est diminution. Si un pays a une structure de ses exportations dans laquelle les produits en récession sont dominants, son commerce extérieur profitera moins de la croissance des échanges internationaux. Dans son rapport de 2005, la Banque nationale de Belgique indiquait que les performances moyennes de la Belgique du point de vue de ses exportations étaient partiellement dues à l orientation de ses exportations, basées sur les produits semi-finis, moins porteurs en terme d évolution de la demande mondiale et surtout plus soumis à la concurrence internationale. «Depuis la moitié des années nonante, l expansion en volume des exportations de la Belgique demeure en retrait de celle du commerce international. Ce dernier est notamment soutenu par la montée en puissance, largement assise sur le développement des échanges de biens, de nouveaux pôles économiques en Asie, en Amérique latine et parmi les nouveaux Etats membres de l Union européenne. ( ) Or, la spécialisation développée par la Belgique en matière d exportations, principalement à destination des pays proches et largement constituées de produits semi-finis de moyenne technologie, ne lui permet pas de profiter pleinement de cette évolution» 1. Le contenu technologique des biens exportés détermine en grande partie le caractère progressif ou régressif d un produit : la demande mondiale en expansion est en partie une demande de produits à fort contenu technologique. De ce point de vue, la faiblesse de l Europe et de la Belgique en matière de recherche et développement constitue très certainement un handicap dans la consolidation et l expansion de son commerce extérieur. L élasticité prix de la demande mondiale est un autre facteur déterminant les volumes échangés. Les produits pour lesquels la concurrence internationale est forte, parce qu il y a de nombreux producteurs présents sur le marché, ou pour lesquels les produits de substitution sont abondants auront une élasticité prix élevée et tout mouvement de prix se traduira par des modifications des volumes exportés. Le volume des importations est essentiellement fonction de l évolution du revenu intérieur, via la propension marginale à importer. Dans les économies fortement ouvertes, comme c est le cas pour la Belgique, toute variation du revenu national se traduira par des variations importantes des importations. En effet, un taux d ouverture élevé signifie que le contenu en importations de la consommation finale, de la consommation intermédiaire et des biens de capital fixes est élevé. L effet des variations du revenu sur les quantités importées dépend, d une part, de la structure de la demande intérieure et, d autre part, de l origine de la variation du revenu. Lorsqu en 1981 le nouveau gouvernement socialiste de Pierre Mauroy décida d une augmentation du SMIC (salaire minimum intersectoriel de croissance), l augmentation de consommation des ménages français se porta massivement sur des biens importés, notamment sur les magnétoscopes, produit pour lequel la demande mondiale était en expansion et pour lequel le Japon présentait des avantages notoires en termes de prix et de qualité. Il s ensuivit rapidement une détérioration de la balance commerciale qui nécessita ensuite une correction de la politique économique de la part des gouvernements socialistes. Si une augmentation du revenu national résulte surtout de celle des investissements, l accroissement d importations se portera d abord sur des biens d investissement. 1 Banque nationale de Belgique, Rapport annuel 2005, p. 66.

3 Bien évidemment, la structure de production intérieure et sa capacité à répondre aux accroissements de la demande finale détermineront également quelle part de l accroissement de la demande finale se portera sur des biens importés. 2. PRIX DES EXPORTATIONS Les prix des exportations sont tributaires des prix intérieurs, auxquels s appliquent les différents taux de change. C est en effet le prix payé par l importateur qui détermine les quantités exportées. Les prix intérieurs sont fonction de : la composition du panier d exportations : le prix moyen des exportations dépend de l évolution des prix des différents produits composant le panier d exportations. Certains prix sont très sensibles aux fluctuations de l offre et de la demande (produits énergétiques par exemple, matières premières) ou aux conditions climatiques (produits agricoles) ; l évolution des coûts de production : salaires, coût d utilisation du capital, coût des consommations intermédiaires, notamment énergétiques ; le taux d inflation : une augmentation intérieure des prix se répercutera sur nos prix à l exportation via la transmission de l inflation par le canal des coûts de production (salaire, taux d intérêt, matières premières et autres consommations intermédiaires). Le taux de change déterminera le prix payé par l importateur. L application de droits de douane par les pays importateurs, pour l ensemble des importations ou pour certains produits pour lesquels on veut privilégier ou protéger la production intérieure va naturellement modifier le prix final payé par le consommateur final et influencer en conséquence ses décisions de consommation. 3. PRIX DES IMPORTATIONS Les prix des importations sont fonction : de l évolution des prix des partenaires commerciaux ; du taux de change : c est en effet le prix exprimé en monnaie nationale qui importe, du point de vue tant de la balance commerciale que de l élasticité-prix de la demande intérieure ; du panier des biens importés dont une partie est fort sensible aux évolutions du marché, comme c est le cas pour les prix à l exportation. La forte hausse des prix énergétiques a largement contribué à diminuer l excédent commercial ou à aggraver le déficit dans d autres cas d un grand nombre de pays non producteurs. 4. LES TERMES DE L ECHANGE Les termes de l échange sont le ratio des prix à l exportation sur les prix à l importation. Les deux prix sont exprimés en indice. Ce ratio fournit donc une indication de l évolution du prix moyen relatif des exportations par rapport à celui des importations. On parlera de détérioration des termes de l échange lorsque la valeur de l indice diminue et d amélioration lorsque sa valeur augmente. Lorsque le prix des importations évolue plus fortement que celui des exportations, cela signifiera qu une plus grande quantité de biens exportés ou une plus faible quantité de biens importés sera nécessaire pour conserver une balance commerciale inchangée. Autrement dit, une détérioration des termes de l échange implique qu il faille exporter plus pour se permettre une même quantité de biens importés, à solde commercial inchangé.

4 Termes de l échange = Indices des prix à l exportation/ Indice des prix à l importation Le tableau 71 illustre l effet des termes de l échange sur la balance commerciale hypothétique d un pays exportant du charbon et important du blé. Tableau 71 Prix, quantités et valeurs de l exportation et de l importation T 0 T 1 Indices Exportations de charbon Quantités 10MT 11MT 110 Prix Valeur 200 millions 231 millions Importations de blé Quantité 2MT 2.3MT 115 Prix Valeur 200 millions 276 millions 138 Solde de la balance 0-45 millions commerciale Termes de l échange En Belgique, de 2001 à 2005, les termes de l échange se sont dégradés comme l indique le tableau 72. Tableau 72 Prix des échanges extérieurs (pourcentage de variation par rapport à l année précédente) X biens et services 2,1-0,5-2,1 2,2 5,9 M de biens et services 2,1-1,2-2,0 2,8 6,7 Termes de l échange 0,0 0,7-0,1-0,5-0,8 Source : BNB, Rapport annuel TAUX DE CHANGE Les taux de change sont généralement exprimés en monnaie nationale : la quantité de monnaie nationale nécessaire pour acquérir une unité de devise étrangère. Un dollar valait, le 1er mars 2006, 0,84. C est ce que l on appelle le taux à l incertain. Le taux de change peut également être exprimé comme le rapport entre la monnaie nationale et la devise étrangère. C est le taux au certain. Les monnaies de l Europe continentale étaient cotées à l incertain jusqu à l introduction de l euro. Elles sont depuis cotées au certain. Exprimé de la sorte, le taux de change /$ valait 1,19 le 1er mars Les taux de change influencent la balance commerciale parce qu ils déterminent le prix en devise payé pour les importations. Une monnaie s apprécie (se déprécie) si son prix exprimé en monnaies étrangères augmente (diminue). Lorsque la monnaie s apprécie, le prix payé en monnaie nationale diminuera : nos importations seront moins coûteuses, à quantités égales. L appréciation de l euro vis-à-vis du dollar en 2004 avait permis d atténuer partiellement l effet de la hausse du prix du pétrole sur la balance commerciale. Par ailleurs, un prix plus faible aura également comme conséquence un accroissement des quantités importées. En revanche, le prix exprimé en monnaie étrangère de nos exportations sera plus élevé et par conséquent, du point de vue des quantités échangées, cela va entraîner une diminution des exportations. Une dépréciation ou une dévaluation auront l effet opposé. Lorsqu on se place au niveau des échanges avec l ensemble de nos partenaires commerciaux, il y a une multitude de taux de change : autant que de partenaires commerciaux utilisant une unité monétaire différente de l unité nationale. Il est donc utile de connaître l évolution globale de la c est ce que l on appelle le taux de change

5 effectif. Celui-ci est un indice obtenu en calculant l appréciation ou la dépréciation de la monnaie nationale par rapport aux différentes devises en pondérant par leur poids dans nos échanges commerciaux. Ce taux de change effectif estt un taux dee change nominal. En effet, e il ne tient pas compte de l évolution différenciée des prix. Si les prix ont augmenté plus fortement dans l économie nationale que dans le reste du monde, cela aura le même effet e sur les échangess qu une appréciation de la monnaie : cela diminuera les quantités de biens nationaux que le reste du monde pourra acquérir pour une même quantité de devises. Enn exprimant le taux de change (en indice) comme la valeur de l unité nationale en fonction d une d autre devise (cotation au certain), le taux de change effectif réel deviendra : Taux de change effectif réel = Taux de change effectif nominal x (p i /p x ) où p i est l indice des prix intérieurs et px l indice des prix mondiaux. La notion de taux de change réel est très utile du point dee vue de l appréciation de la compétitivité internationale d une économie. Si le taux de change effectif réel augmente, la position concurrentielle se détériore parcee que les prix des exportations deviennent plus élevés et l économie perdra des partss de marché. Si la monnaie s est appréciée (cas de l euro vis-àles prix vis du dollar en ) et que less prix intérieurs ont moins m augmenté que extérieurs, l effet perte de compétitivité sera diminué à concurrence du différentiel d inflation. Graphe 89 Cours de change effectif de l UEBL (indice = 100) ) Source : CE. (1) Moyenne pondérée du cours de change vis-à-vis dess monnaies du reste de l UE ett des pays suivants : Australie, Canada, États-Unis, Japon, Mexique, Norvège, Nouvelle-Zéland de, Suisse et Turquie. (2) Cours de change effectif nominal, déflaté par les coûts salariaux par unité produite de l ensemblee de l économie.

6 Le graphe 89 montre que le taux de change effectif de la Belgique et du Luxembourg s est apprécié fortement à partir de L euro étant constant par rapport à lui-même, le taux de change effectif réel de l UEBL face à la zone euro n est rien d autre que le rapport des taux d inflation. On voit également que l inflation dans l UEBL a été moins forte que chez les 34 principaux partenaires commerciaux de la zone euro : c est la distance entre la ligne supérieur du graphe (taux de change effectif nominal) et celle qui lui est inférieure (taux de change effectif réel). 6. LA COMPETITIVITE EXTERNE La compétitivité externe d une économie se mesure notamment par les capacités d une économie à maintenir et accroître ses parts de marché. Dans le cas d une économie très ouverte, la compétitivité externe est cruciale. Elle est fonction de plusieurs éléments La compétitivité-prix L évolution des coûts, particulièrement les coûts salariaux, est au centre de la compétitivitéprix. C est le coût salarial par unité produite qui est important, car c est lui qui détermine en partie le prix unitaire des exportations. Le coût unitaire par unité produite inclut le coût salarial et la productivité du travail : organisation du travail, niveau de qualification et compétence du facteur travail. En Belgique, depuis la dévaluation de 12,5 % du franc belge en 1983 qui avait précisément pour objectif de rétablir la balance commerciale qui était déficitaire, le contrôle de l évolution des salaires est au centre des préoccupations des pouvoirs publics et enjeu des négociations entre les syndicats et les employeurs du secteur privé. La loi sur la compétitivité (1989), qui permettait au gouvernement d intervenir dans la fixation des salaires si l évolution des coûts salariaux belges dépassait celle de nos principaux partenaires commerciaux (Pays-Bas, France et Allemagne), fut suivie par l établissement de la norme salariale qui cadenasse la négociation salariale sectorielle depuis Cette norme salariale est déterminée sur la base d un rapport annuel sur la compétitivité établi par le Conseil central de l économie. Il s agit d une limite maximale qui est fixée à l augmentation des salaires durant les deux ans de validité des accords interprofessionnels conclus entre employeurs et représentants syndicaux au niveau fédéral. Cette limite maximale inclut le mécanisme de liaison des salaires à l indice des prix. C est-à-dire que si elle est fixée à 5,4% et que le taux d inflation sur les deux ans atteint les 5%, cela laisse une marge de 0,4% pour les augmentations de salaire réel. En revanche, en supposant une inflation annuelle de 1%, 3,4% peuvent être négociés ensuite dans les secteurs d activité. L inclusion de l inflation dans la norme salariale a permis de maintenir le mécanisme d indexation automatique des salaires. Comme nous l avons indiqué dans le chapitre X, la limite de la recherche de la compétitivité par le contrôle des coûts salariaux est que si chaque pays partenaire prend des mesures identiques, on aboutit à une diminution progressive de la rémunération des salariés, du revenu national par conséquent et donc de la demande finale intérieure, ce qui se traduit par une diminution du revenu d équilibre et de l emploi. La norme salariale s inscrit bien évidemment dans le cadre de l instauration de la monnaie unique. Depuis la fixation irrévocable des parités en janvier 1999 entre l ancienne monnaie nationale et le futur euro, toute autonomie de la politique de change a été de facto supprimée, ne permettant plus des ajustements de compétitivité intra-européenne par les mécanismes de dévaluation. L arrimage du franc belge au mark allemand limitait de toute manière cette autonomie. L ajustement de la compétitivité-prix passe donc nécessairement par celui de la croissance des coûts de production.

7 L autre élément de la compétitivité prix est le taux de change, dont il vient d être indiqué qu il n est plus pertinent dans la zone euro, étendue aux nouveaux entrants. Or, plus de 80% de nos échanges commerciaux ont lieu avec les pays de la zone euro Les autres facteurs de compétitivité Les dépenses de recherche et développement conditionnent les capacités futures à développer de nouveaux produits compétitifs sur le marché européen et mondial du point de vue de leur contenu innovant en technologie et de la qualité du produit. La Belgique est en retard de ce point de vue. La spécialisation des exportations belges vers les produits semi-finis renforce le poids prépondérant de la compétitivité prix. Le niveau de qualification et de compétence de la main-d œuvre est un facteur de productivité du travail. De ce point de vue, il n y a pas de handicap belge, mais pas d avantage décisif non plus. Le renforcement du capital humain reste donc un objectif primordial dans la recherche d une meilleure compétitivité.

Royaume du Maroc. Calcul du taux de change effectif nominal et réel du dirham

Royaume du Maroc. Calcul du taux de change effectif nominal et réel du dirham Royaume du Maroc Calcul du taux de change effectif nominal et réel du dirham Constituant une sélection mensuelle des travaux menés par les cadres de la Direction de la Politique Economique Générale, les

Plus en détail

Le nouvel indice de taux de change effectif du dollar canadien

Le nouvel indice de taux de change effectif du dollar canadien Le nouvel indice de taux de change effectif du dollar canadien Janone Ong, département des Marchés financiers La Banque du Canada a créé un nouvel indice de taux de change effectif du dollar canadien,

Plus en détail

LA RÉDUCTION DU TEMPS DE TRAVAIL : UNE COMPARAISON DE LA POLITIQUE DES «35 HEURES» AVEC LES POLITIQUES D AUTRES PAYS MEMBRES DE L OCDE

LA RÉDUCTION DU TEMPS DE TRAVAIL : UNE COMPARAISON DE LA POLITIQUE DES «35 HEURES» AVEC LES POLITIQUES D AUTRES PAYS MEMBRES DE L OCDE LA RÉDUCTION DU TEMPS DE TRAVAIL : UNE COMPARAISON DE LA POLITIQUE DES «35 HEURES» AVEC LES POLITIQUES D AUTRES PAYS MEMBRES DE L OCDE par John P. Martin, Martine Durand et Anne Saint-Martin* Audition

Plus en détail

MacSim. Un logiciel pour l évaluation des politiques macro-économiques

MacSim. Un logiciel pour l évaluation des politiques macro-économiques Octobre 2012 MacSim Un logiciel pour l évaluation des politiques macro-économiques JEAN-LOUIS BRILLET, GILBERT CETTE ET IAN GAMBINI 1 LE LOGICIEL MACSIM Sommaire général Octobre 2012 Sommaire général I.

Plus en détail

Dissertation. Comment les politiques conjoncturelles européennes peuvent-elle soutenir la croissance dans la zone euro?

Dissertation. Comment les politiques conjoncturelles européennes peuvent-elle soutenir la croissance dans la zone euro? Dissertation. Comment les politiques conjoncturelles européennes peuvent-elle soutenir la croissance dans la zone euro? Document 1. L évolution des taux d intérêt directeurs de la Banque centrale européenne

Plus en détail

La révision des indices du cours du franc suisse, nominaux et réels, pondérés par les exportations

La révision des indices du cours du franc suisse, nominaux et réels, pondérés par les exportations La révision des indices du cours du franc suisse, nominaux et réels, pondérés par les exportations par Robert Fluri et Robert Müller, Direction de la statistique, Banque nationale suisse, Zurich BNS 42

Plus en détail

Les perspectives économiques

Les perspectives économiques Les perspectives économiques Les petits-déjeuners du maire Chambre de commerce d Ottawa / Ottawa Business Journal Ottawa (Ontario) Le 27 avril 2012 Mark Carney Mark Carney Gouverneur Ordre du jour Trois

Plus en détail

Chap 6 : L ouverture des économies. I. La mesure des échanges de biens et de services

Chap 6 : L ouverture des économies. I. La mesure des échanges de biens et de services Chap 6 : L ouverture des économies L ouverture des économies a permis une forte progression des échanges internationaux, notamment depuis la Seconde Guerre mondiale, même si tous les pays et les secteurs

Plus en détail

En termes de taille relative, le Canada occupe la 15 ème place parmi les économies mondiales

En termes de taille relative, le Canada occupe la 15 ème place parmi les économies mondiales Le Programme de comparaison internationale de la Banque mondiale du pouvoir d'achat : classement général des pays, 2011 Diffusé à 8 h 30, heure de l'est dans Le Quotidien, le vendredi 9 mai 2014 Le 30

Plus en détail

Annexe - Balance des paiements et équilibre macro-économique

Annexe - Balance des paiements et équilibre macro-économique Annexe - Balance des paiements et équilibre macro-économique Les échanges de marchandises (biens et services), de titres et de monnaie d un pays avec l étranger sont enregistrés dans un document comptable

Plus en détail

Tableau de bord de l industrie française

Tableau de bord de l industrie française Tableau de bord de l industrie française Mars 11 Document réalisé par Coe-Rexecode Groupe des Fédérations Industrielles - 55 av. Bosquet - 7533 Paris Cedex 7 - Tél. 1 53 59 18 6 - Fax 1 53 59 18 88 - gfi@gfi.asso.fr

Plus en détail

CONJONCTURE FRANÇAISE

CONJONCTURE FRANÇAISE CONJONCTURE FRANÇAISE Faiblesse de l investissement L amélioration récente du climat des affaires peine à se traduire par une augmentation de l activité. Dans le secteur industriel, la production reste

Plus en détail

Chapitre II ÉVOLUTION DU COMMERCE MONDIAL

Chapitre II ÉVOLUTION DU COMMERCE MONDIAL Chapitre II ÉVOLUTION DU COMMERCE MONDIAL Évolution du commerce mondial Principales caractéristiques Au cours de l année 2000, le commerce et la production au niveau mondial ont connu leur plus forte croissance

Plus en détail

Y-a-t-il vraiment un lien entre le prix du pétrole et le taux de change du dollar?

Y-a-t-il vraiment un lien entre le prix du pétrole et le taux de change du dollar? 7 mars 8- N 98 Y-a-t-il vraiment un lien entre le prix du pétrole et le taux de change du dollar? Beaucoup d observateurs avancent l idée suivante : la hausse du prix du pétrole est une conséquence du

Plus en détail

TENDANCES MONETAIRES ET FINANCIERES AU COURS DU QUATRIEME TRIMESTRE 2014

TENDANCES MONETAIRES ET FINANCIERES AU COURS DU QUATRIEME TRIMESTRE 2014 TENDANCES MONETAIRES ET FINANCIERES AU COURS DU QUATRIEME TRIMESTRE 2014 Mars 2015 1/12 D ANS une conjoncture internationale marquée par une reprise globale fragile, une divergence accrue de croissance

Plus en détail

La variation du taux de change et la compétitivité du secteur manufacturier canadien

La variation du taux de change et la compétitivité du secteur manufacturier canadien La variation du taux de change et la compétitivité du secteur manufacturier canadien Publication n o 2013-19-F Le 22 avril 2013 Mathieu Frigon Division de l économie, des ressources et des affaires internationales

Plus en détail

Guerre des devises : implications pour l investisseur canadien

Guerre des devises : implications pour l investisseur canadien Guerre des devises : implications pour l investisseur canadien 9 septembre 2014 Équipe de répartition de l actif et des devises Vincent Lépine Vice-président, Répartition de l'actif et gestion des devises

Plus en détail

4.2.1. Le Système monétaire européen : principes et résultats

4.2.1. Le Système monétaire européen : principes et résultats 4.2.1. Le Système monétaire européen : principes et résultats Introduction En 1978, le système monétaire européen (SME) succédait au serpent monétaire européen de 1972. A ce jour, il constitue l exemple

Plus en détail

Procédure des déséquilibres macroéconomiques: Bilan approfondi pour le Luxembourg

Procédure des déséquilibres macroéconomiques: Bilan approfondi pour le Luxembourg Procédure des déséquilibres macroéconomiques: Bilan approfondi pour le Luxembourg Commentaires de la Chambre des salariés 25 février 2014 Semestre européen Arsenal de six résolutions législatives («six

Plus en détail

Evolution de la Conjoncture Economique (Huit premiers mois de 2015)

Evolution de la Conjoncture Economique (Huit premiers mois de 2015) Evolution de la Conjoncture Economique (Huit premiers mois de 2015) Banque Centrale de Tunisie Août 2015 1- ENVIRONNEMENT INTERNATIONAL - Les statistiques préliminaires de la croissance dans les principaux

Plus en détail

L équilibre Macro-Economique

L équilibre Macro-Economique L équilibre Macro-Economique Jean-Pierre Damon, octobre 1985. La position de départ des théoriciens est la situation d équilibre qui permet à la totalité de la production d être soit consommée, soit utilisée

Plus en détail

Royaume du Maroc. La masse salariale et ses impacts sur les équilibres économiques et financiers

Royaume du Maroc. La masse salariale et ses impacts sur les équilibres économiques et financiers Royaume du Maroc La masse salariale et ses impacts sur les équilibres économiques et financiers Table des Matières 1. Données sur la masse salariale...2 1.1. Importance de la masse salariale...2 1.2. Aggravation

Plus en détail

TD de Macroéconomie 2011-2012 Université d Aix-Marseille 2 Licence 2 EM Enseignant: Benjamin KEDDAD

TD de Macroéconomie 2011-2012 Université d Aix-Marseille 2 Licence 2 EM Enseignant: Benjamin KEDDAD TD de Macroéconomie 2011-2012 Université d Aix-Marseille 2 Licence 2 EM Enseignant: Benjamin KEDDAD 1. Balance des paiements 1.1. Bases comptable ˆ Transactions internationales entre résident et non-résident

Plus en détail

Les perspectives mondiales, les déséquilibres internationaux et le Canada : un point de vue du FMI

Les perspectives mondiales, les déséquilibres internationaux et le Canada : un point de vue du FMI Présentation à l Association des économistes québécois Le 19 mai 25 Les perspectives mondiales, les déséquilibres internationaux et le Canada : un point de vue du FMI Kevin G. Lynch Administrateur Fonds

Plus en détail

RAPPORT TECHNIQUE CCE 2014-2415

RAPPORT TECHNIQUE CCE 2014-2415 RAPPORT TECHNIQUE CCE 2014-2415 CCE 2014-2415 Rapport technique 2014 22 décembre 2014 2 CCE 2014-2415 3 CCE 2014-2415 Le tableau 1 présente les principaux indicateurs du contexte macro-économique belge

Plus en détail

Agricultural Policies in OECD Countries: Monitoring and Evaluation 2005. Les politiques agricoles des pays de l OCDE: Suivi et évaluation 2005.

Agricultural Policies in OECD Countries: Monitoring and Evaluation 2005. Les politiques agricoles des pays de l OCDE: Suivi et évaluation 2005. Agricultural Policies in OECD Countries: Monitoring and Evaluation 2005 Summary in French Les politiques agricoles des pays de l OCDE: Suivi et évaluation 2005 Résumé Le soutien accordé aux producteurs

Plus en détail

MODÈLE D APPLICATION INTERPRÉTATION

MODÈLE D APPLICATION INTERPRÉTATION MODÈLE D APPLICATION INTERPRÉTATION DES INDICATEURS GÉNÉRALE PARTIE 1 NOTIONS THÉORIQUES Section 1 Section 2 Section 3 Section 4 Section 5 Section 6 Section 7 Section 8 Section 9 Section 10 Section 11

Plus en détail

Productivité, croissance économique, emploi (1)

Productivité, croissance économique, emploi (1) 1 http://www.asmp.fr - Académie des Sciences morales et politiques Productivité, croissance économique, emploi (1) Pierre Tabatoni de l Institut Les variations de la productivité jouent un rôle clef dans

Plus en détail

Changement de moteur

Changement de moteur (CEPII) Présentation de l économie mondiale 2008 On l attendait depuis longtemps! Le déséquilibre de la croissance et les global imbalances Chaque année, commentaire du creusement continu du déficit courant

Plus en détail

ANNEXE VII EFFETS MACROECONOMIQUES DE LA REFORME PIECE JOINTE N 2 SIMULATIONS REALISEES A PARTIR DU MODELE MACROECONOMETRIQUE MESANGE

ANNEXE VII EFFETS MACROECONOMIQUES DE LA REFORME PIECE JOINTE N 2 SIMULATIONS REALISEES A PARTIR DU MODELE MACROECONOMETRIQUE MESANGE ANNEXE VII, PJ n 2, page 1 ANNEXE VII EFFETS MACROECONOMIQUES DE LA REFORME PIECE JOINTE N 2 SIMULATIONS REALISEES A PARTIR DU MODELE MACROECONOMETRIQUE MESANGE ANNEXE VII, PJ n 2, page 2 Les simulations

Plus en détail

TD6 La balance des paiements

TD6 La balance des paiements TD6 La balance des paiements Banque de France : Balance des paiements et position extérieure de la France (http://www.banque- france.fr/fr/stat_conjoncture/balance/bdppof/bdppof.htm) en milliards d'euros

Plus en détail

ETATS-UNIS : FINANCEMENT DE LA BALANCE COURANTE

ETATS-UNIS : FINANCEMENT DE LA BALANCE COURANTE Licence AES, Relations monétaires internationales 2000-2001 Feuille de Td N 1 : La balance des paiements. ETATS-UNIS : FINANCEMENT DE LA BALANCE COURANTE Sources : Extraits d'articles publiés par : Recherche

Plus en détail

Compétitivité des exportations au Maroc

Compétitivité des exportations au Maroc Royaume du Maroc Constituant une sélection mensuelle des travaux menés par les cadres de la Direction de la Politique Economique Générale, les documents de travail engagent cependant la responsabilité

Plus en détail

Deux exemples de l impact d un choc exogène sur l évolution des prix : le prix du pétrole et la déréglementation

Deux exemples de l impact d un choc exogène sur l évolution des prix : le prix du pétrole et la déréglementation Deux exemples de l impact d un choc exogène sur l évolution des prix : le prix du pétrole et la déréglementation Deux chocs importants ont affecté le comportement des prix de détail des principaux pays

Plus en détail

Il faut un objectif de cours, avec des intérêts négatifs, afin de protéger les emplois

Il faut un objectif de cours, avec des intérêts négatifs, afin de protéger les emplois S I X M OI S APRES L AB A N D ON D U CO U R S P L A N CH E R, UN BI L AN DE L USS Berne, le 14 juillet 2015 Daniel Lampart, premier secrétaire de l USS et économiste en chef Il faut un objectif de cours,

Plus en détail

2014-2015. Perspectives économiques

2014-2015. Perspectives économiques 2014-2015 Perspectives économiques Publié par : Ministère des Finances Province du Nouveau-Brunswick Case postale 6000 Fredericton (Nouveau-Brunswick) E3B 5H1 Canada Internet : www.gnb.ca/0024/index-f.asp

Plus en détail

PROGRAMME DE COOPERATION MONETAIRE DE LA CEDEAO RAPPORT SUR LA CONVERGENCE MACROECONOMIQUE 2007 GUINEE BISSAU

PROGRAMME DE COOPERATION MONETAIRE DE LA CEDEAO RAPPORT SUR LA CONVERGENCE MACROECONOMIQUE 2007 GUINEE BISSAU AGENCE MONETAIRE DE L AFRIQUE DE L OUEST (AMAO) PROGRAMME DE COOPERATION MONETAIRE DE LA CEDEAO RAPPORT SUR LA CONVERGENCE MACROECONOMIQUE 2007 GUINEE BISSAU Freetown, juillet 2008 2 La situation économique

Plus en détail

BANQUE HSBC CANADA RÉSULTATS DU PREMIER TRIMESTRE DE 2010

BANQUE HSBC CANADA RÉSULTATS DU PREMIER TRIMESTRE DE 2010 abc Le 13 mai 2010 BANQUE HSBC CANADA RÉSULTATS DU PREMIER TRIMESTRE DE 2010 Le bénéfice net présenté attribuable aux actionnaires ordinaires s est élevé à 84 millions de $CA pour le trimestre terminé

Plus en détail

mai 2011 conjoncture internationale Faiblesse du dollar conjoncture française Dynamisme de l activité Face à l accélération de l inflation

mai 2011 conjoncture internationale Faiblesse du dollar conjoncture française Dynamisme de l activité Face à l accélération de l inflation mai 2011 N 315 la vie économique et sociale Une politique monétaire résolument favorable à la croissance, Chicago, 27 avril 2011 conjoncture internationale Faiblesse du dollar conjoncture française Dynamisme

Plus en détail

13. L inflation, ses causes et ses coûts

13. L inflation, ses causes et ses coûts 13. L inflation, ses causes et ses coûts Qu est-ce que l inflation? - L inflation est une augmentation soutenue du niveau «général» des prix. - L inflation concerne une augmentation durable du niveau moyen

Plus en détail

Le FMI conclut les consultations de 2008 au titre de l article IV avec le Maroc

Le FMI conclut les consultations de 2008 au titre de l article IV avec le Maroc Note d information au public (NIP) n 08/91 POUR DIFFUSION IMMÉDIATE Le 23 juillet 2008 Fonds monétaire international 700 19 e rue, NW Washington, D. C. 20431 USA Le FMI conclut les consultations de 2008

Plus en détail

11 AOÛT 2015 NOTE SUR L ÉCONOMIE ET LE COMMERCE LE MEXIQUE

11 AOÛT 2015 NOTE SUR L ÉCONOMIE ET LE COMMERCE LE MEXIQUE 11 AOÛT 2015 NOTE SUR L ÉCONOMIE L ÉCONOMIE MEXICAINE Mexique Principaux indicateurs, 2014 Population (en millions) 119,7 PIB (en G$ US courants) 1 282,7 PIB par habitant (en $ US courants) 10 714,8 Taux

Plus en détail

15. Une théorie macroéconomique de l économie

15. Une théorie macroéconomique de l économie 15. Une théorie macroéconomique de l économie S = I + INE Epargne nationale, investissement et investissement net à l étranger en % du PIB aux Etats-Unis Année S I INE 1960 19,4 18,7 0,7 1970 18,4 18,1

Plus en détail

10% Presque tous les secteurs de services enregistrent une forte croissance. Croissance des exportations de services financiers en 2013

10% Presque tous les secteurs de services enregistrent une forte croissance. Croissance des exportations de services financiers en 2013 Presque tous les secteurs de services enregistrent une forte croissance 9% services financiers en 2013 Presque tous les secteurs de services ont progressé en 2013. Les services financiers, qui avaient

Plus en détail

Crise financière et perspectives économiques

Crise financière et perspectives économiques Crise financière et perspectives économiques Genval, le 26 janvier 2009 Guy QUADEN Gouverneur de la Banque nationale de Belgique 2/ 19 La crise financière en bref Première phase (jusque septembre 2008)

Plus en détail

Dépenses nationales totales 3.0 3.4 2.3

Dépenses nationales totales 3.0 3.4 2.3 Chiffres clés pour l'économie belge Pourcentages de variation en volume - sauf indications contraires Dépenses de consommation finale des particuliers 2.0 2.6 1.4 Dépenses de consommation finale des pouvoirs

Plus en détail

ACTUALITÉ La AVRIL 2014

ACTUALITÉ La AVRIL 2014 La vie économique et sociale UN PACTE DE RESPONSABILITÉ ÉTALÉ DANS LE TEMPS, Paris, 8 avril 2014 CONJONCTURE INTERNATIONALE Performances inégales CONJONCTURE FRANÇAISE Soutien nécessaire à l industrie

Plus en détail

Avec Gaël Callonnec (Ademe)

Avec Gaël Callonnec (Ademe) Séminaire Développement durable et économie de l'environnement Les conséquences des politiques énergétiques sur l activité et l emploi Avec Gaël Callonnec (Ademe) Mardi 24 janvier 2012 Présentation du

Plus en détail

La demande reste bien orientée, l activité progresse par à-coups La croissance des économies avancées est restée

La demande reste bien orientée, l activité progresse par à-coups La croissance des économies avancées est restée INSEE CONJONCTURE POINT DE CONJONCTURE OCTOBRE 2015 La demande reste bien orientée, l activité progresse par à-coups La croissance des économies avancées est restée solide au deuxième trimestre 2015. L

Plus en détail

I. LES GRANDES ÉTAPES DE L INTÉGRATION ÉCONOMIQUE EUROPÉENNE

I. LES GRANDES ÉTAPES DE L INTÉGRATION ÉCONOMIQUE EUROPÉENNE I. LES GRANDES ÉTAPES DE L INTÉGRATION ÉCONOMIQUE EUROPÉENNE L intégration économique européenne ne s est pas déroulée selon un processus linéaire. Ainsi si le traité de Rome de 1957 et l Acte unique de

Plus en détail

PREMIERE PARTIE : ENVIRONNEMENT ECONOMIQUE INTERNATIONAL ET EVOLUTION ECONOMIQUE ET FINANCIERE DU PAYS

PREMIERE PARTIE : ENVIRONNEMENT ECONOMIQUE INTERNATIONAL ET EVOLUTION ECONOMIQUE ET FINANCIERE DU PAYS PREMIERE PARTIE : ENVIRONNEMENT ECONOMIQUE INTERNATIONAL ET EVOLUTION ECONOMIQUE ET FINANCIERE DU PAYS I.ENVIRONNEMENT ECONOMIQUE INTERNATIONAL I.1. VUE D ENSEMBLE Après le vif redressement enregistré

Plus en détail

1. Les exportations nettes représentent la valeur des importations moins celle des exportations.

1. Les exportations nettes représentent la valeur des importations moins celle des exportations. Thème 7 L économie ouverte Questions Vrai ou faux 1. Les exportations nettes représentent la valeur des importations moins celle des exportations. 2. L investissement net à l étranger canadien diminue

Plus en détail

Quelle part de leur richesse nationale les pays consacrent-ils à l éducation?

Quelle part de leur richesse nationale les pays consacrent-ils à l éducation? Indicateur Quelle part de leur richesse nationale les pays consacrent-ils à l éducation? En 2008, les pays de l OCDE ont consacré 6.1 % de leur PIB cumulé au financement de leurs établissements d enseignement.

Plus en détail

Chapitre 6. Le calcul du PIB, de l inflation et de la croissance économique. Objectifs d apprentissage. Objectifs d apprentissage (suite)

Chapitre 6. Le calcul du PIB, de l inflation et de la croissance économique. Objectifs d apprentissage. Objectifs d apprentissage (suite) Chapitre 6 Le calcul du PIB, de l inflation et de la croissance économique 1 Objectifs d apprentissage Faire la distinction entre le stock de capital et de la richesse et le flux de production, de revenu,

Plus en détail

Le point sur les marchés des pensions. des pays de l OCDE OCDE

Le point sur les marchés des pensions. des pays de l OCDE OCDE CONSEIL D ORIENTATION DES RETRAITES Séance plénière du 17 décembre 2013 à 14h30 «Etat des lieux sur l épargne en prévision de la retraite» Document N 13 Document de travail, n engage pas le Conseil Le

Plus en détail

Identification d Opportunités d EXportation pour les PME du Québec (IOEX) 30 janvier 2014

Identification d Opportunités d EXportation pour les PME du Québec (IOEX) 30 janvier 2014 Identification d Opportunités d EXportation pour les PME du Québec (IOEX) 30 janvier 2014 Identification d Opportunités d EXportation Questionnement Si, aujourd hui, vous voulez savoir exactement : le

Plus en détail

14. Les concepts de base d une économie ouverte

14. Les concepts de base d une économie ouverte 14. Les concepts de base d une économie ouverte Jusqu ici, hypothèse simplificatrice d une économie fermée. Economie fermée : économie sans rapport économique avec les autres pays pas d exportations, pas

Plus en détail

composition de la consommation marchande des FranÇais entre 1960 et 2010

composition de la consommation marchande des FranÇais entre 1960 et 2010 Données actualisées 1 composition de la consommation marchande des FranÇais entre 1960 et 2010 En pourcentage Nature de la dépense 1960 2010 Produits alimentaires et produits non alcoolisés 26,5 13,3 Boissons

Plus en détail

Quel est le niveau de salaire des enseignants?

Quel est le niveau de salaire des enseignants? Quel est le niveau de salaire des enseignants? Indicateur Le salaire statutaire des enseignants ayant au moins 15 ans d exercice à leur actif s établit, en moyenne, à 38 914 USD dans l enseignement primaire,

Plus en détail

Fonds d investissement Distribution au détail Définitions des catégories

Fonds d investissement Distribution au détail Définitions des catégories (Comité des normes des fonds d investissement canadiens) Fonds d investissement Distribution au détail Définitions des catégories 31 mai 2006 (avec amendements en vigueur au 1 er août 2006) Toutes les

Plus en détail

Les politiques de réduction du coût salarial en Belgique

Les politiques de réduction du coût salarial en Belgique Les politiques de réduction du coût salarial en Belgique Mars 2015 Luc Masure Plan de la présentation 1. Le Bureau fédéral du Plan 2. Cadre historique de la politique salariale et des dispositifs d exonération

Plus en détail

Chapitre 4 Comment s opère le financement de l économie mondiale?

Chapitre 4 Comment s opère le financement de l économie mondiale? CONCEPTION ET MISE EN PAGE : PAUL MILAN 18 décembre 2014 à 14:22 Chapitre 4 Comment s opère le financement de l économie mondiale? Ce chapitre ne fait plus partie du programme, mais il est conseillé de

Plus en détail

à la Consommation dans le monde à fin 2012

à la Consommation dans le monde à fin 2012 Le Crédit à la Consommation dans le monde à fin 2012 Introduction Pour la 5 ème année consécutive, le Panorama du Crédit Conso de Crédit Agricole Consumer Finance publie son étude annuelle sur l état du

Plus en détail

Les facteurs de modulation du montant de pension selon l âge de départ à la retraite et la durée validée en France et à l étranger

Les facteurs de modulation du montant de pension selon l âge de départ à la retraite et la durée validée en France et à l étranger CONSEIL D ORIENTATION DES RETRAITES Séance plénière du 25 novembre 2014 à 9 h 30 «Ages légaux de la retraite, durée d assurance et montant de pension» Document n 5 Document de travail, n engage pas le

Plus en détail

Introduction : I. Notions générales sur le régime de change : II. Le régime de change au Maroc :

Introduction : I. Notions générales sur le régime de change : II. Le régime de change au Maroc : Introduction : Il faut savoir que le choix du régime de change revêt une grande importance. Il doit s engager sur des règles de politique économique et être cohérent avec les politiques monétaire et budgétaire.

Plus en détail

La balance commerciale et la balance des opérations courantes

La balance commerciale et la balance des opérations courantes La balance commerciale et la balance des opérations courantes Dans les chapitres précédents, nous avons eu l occasion d exposer l importance primordiale du commerce extérieur aussi bien pour une petite

Plus en détail

Tableau de bord. Issu du dialogue économique entre les organisations syndicales et le MEDEF

Tableau de bord. Issu du dialogue économique entre les organisations syndicales et le MEDEF Tableau de bord Issu du dialogue économique entre les organisations syndicales et le MEDEF Septembre 2009 Sommaire Introduction...4 1 Marché du travail et emploi...7 1-1 Emploi...8 1-2 Coût du travail...14

Plus en détail

Âge effectif de sortie du marché du travail

Âge effectif de sortie du marché du travail Extrait de : Panorama des pensions 2013 Les indicateurs de l'ocde et du G20 Accéder à cette publication : http://dx.doi.org/10.1787/pension_glance-2013-fr Âge effectif de sortie du marché du travail Merci

Plus en détail

Dépenses et personnel de recherche et développement des entreprises privées en Suisse 2012

Dépenses et personnel de recherche et développement des entreprises privées en Suisse 2012 Département fédéral de l intérieur DFI Office fédéral de la statistique OFS Actualités OFS Embargo: 19.12.2013, 9:15 4 Economie nationale Neuchâtel, décembre 2013 Dépenses et personnel de recherche et

Plus en détail

Perspectives économiques 2015-2016 Octobre 2015 EDITORIAL 1

Perspectives économiques 2015-2016 Octobre 2015 EDITORIAL 1 Perspectives économiques 2015-2016 Octobre 2015 EDITORIAL 1 L économie belge s est raffermie de manière significative durant la première moitié de l année. Grâce au dynamisme de l économie américaine,

Plus en détail

Répartition des actifs des fonds de pension et des fonds de réserve publics

Répartition des actifs des fonds de pension et des fonds de réserve publics Extrait de : Panorama des pensions 2013 Les indicateurs de l'ocde et du G20 Accéder à cette publication : http://dx.doi.org/10.1787/pension_glance-2013-fr Répartition des actifs des fonds de pension et

Plus en détail

CHAPITRE 1 : LES REGIMES DE CHANGES

CHAPITRE 1 : LES REGIMES DE CHANGES CHAPITRE 1 : LES REGIMES DE CHANGES I- un bref survol historique du système monétaire international Le Système Monétaire International (SMI) représente le cadre institutionnel des échanges internationaux.

Plus en détail

2.6. Comparaison internationale de la dynamique récente des dépenses de santé

2.6. Comparaison internationale de la dynamique récente des dépenses de santé 2.6. Comparaison internationale de la dynamique récente des dépenses de santé Si les dépenses de protection sociale pendant la crise ont joué globalement un rôle de stabilisateur automatique (cf. fiche

Plus en détail

L industrie automobile au Maroc

L industrie automobile au Maroc المملكة المغربية Royaume du Maroc Département des Statistiques des Echanges Extérieurs L industrie automobile au Maroc -Performance à l export- -Décembre 203- Introduction L ouverture commerciale et la

Plus en détail

Participaient à la séance : Philippe de LADOUCETTE, président, Catherine EDWIGE, Hélène GASSIN, Yann PADOVA, Jean-Pierre SOTURA, commissaires.

Participaient à la séance : Philippe de LADOUCETTE, président, Catherine EDWIGE, Hélène GASSIN, Yann PADOVA, Jean-Pierre SOTURA, commissaires. Délibération Délibération de la Commission de régulation de l énergie du 18 juin 2015 portant avis sur le projet d arrêté relatif aux tarifs réglementés de vente de gaz naturel en distribution publique

Plus en détail

METHODOLOGIES DE CALCUL DU TAUX DE CHANGE EFFECTIF NOMINAL ET REEL DU BENIN

METHODOLOGIES DE CALCUL DU TAUX DE CHANGE EFFECTIF NOMINAL ET REEL DU BENIN 45 METHODOLOGIES DE CALCUL DU TAUX DE CHANGE EFFECTIF NOMINAL ET REEL DU BENIN Le Taux de Change Effectif Nominal (EN) d une monnaie se mesure généralement par l évolution moyenne pondérée des cours de

Plus en détail

11 SEPTEMBRE 2015 NOTE SUR L ÉCONOMIE ET LE COMMERCE LA CHINE

11 SEPTEMBRE 2015 NOTE SUR L ÉCONOMIE ET LE COMMERCE LA CHINE 11 SEPTEMBRE 2015 NOTE SUR L ÉCONOMIE L ÉCONOMIE CHINOISE Chine Principaux indicateurs, 2014 Population (en millions) 1 367,8 PIB (en G$ US courants) 10 380,4 PIB par habitant (en $ US courants) 7 589,0

Plus en détail

Québec, 22 octobre 2015

Québec, 22 octobre 2015 Québec, 22 octobre 2015 Un contexte propice à une réforme fiscale Le contexte économique et fiscal La croissance économique potentielle est appelée à être plus modeste (Pourcentage de croissance du PIB)

Plus en détail

BALANCE DES PAIEMENTS ET TAUX DE CHANGE

BALANCE DES PAIEMENTS ET TAUX DE CHANGE BALANCE DES PAIEMENTS ET TAUX DE CHANGE PREMIÈRE SECTION : VRAI OU FAUX Question 1.1 Si le taux d intérêt canadien augmente, la demande d actifs canadiens diminue. Question 1.2 Si le dollar canadien s

Plus en détail

Comment résister aux vents contraires qui freinent l activité économique au Canada

Comment résister aux vents contraires qui freinent l activité économique au Canada Comment résister aux vents contraires qui freinent l activité économique au Canada Chambre de commerce du Grand Moncton Moncton (Nouveau-Brunswick) 21 novembre 2012 Tim Lane Sous-gouverneur Banque du Canada

Plus en détail

Macroéconomie. Monnaie et taux de change

Macroéconomie. Monnaie et taux de change Macroéconomie Monnaie et taux de change Marché des changes Le taux de change de en $ correspond au nombre de $ que l on peut acheter avec un exemple: 1 = 1,25 $ (1 $ = 0,8 ) Une appréciation du taux de

Plus en détail

Le secteur bancaire suisse: une histoire à succès, mais aussi à risque

Le secteur bancaire suisse: une histoire à succès, mais aussi à risque Le secteur bancaire suisse: une histoire à succès, mais aussi à risque Le secteur bancaire génère presque 1% du produit intérieur brut (PIB) de la Suisse; il représente ainsi une branche essentielle de

Plus en détail

Tendances financières et monétaires au premier semestre 2015

Tendances financières et monétaires au premier semestre 2015 Septembre 2015 Tendances financières et monétaires au premier semestre 2015 L objet de cette revue est de présenter les principaux éléments qui caractérisent l évolution de la situation de la position

Plus en détail

ECONOTE N 18. Société Générale Département des études économiques FRANCE : POURQUOI LE SOLDE DES PAIEMENTS

ECONOTE N 18. Société Générale Département des études économiques FRANCE : POURQUOI LE SOLDE DES PAIEMENTS N 18 JUIN 213 ECONOTE Société Générale Département des études économiques FRANCE : POURQUOI LE SOLDE DES PAIEMENTS COURANTS SE DÉGRADE-T-IL DEPUIS PLUS DE 1 ANS? Le solde extérieur courant de la France

Plus en détail

La productivité du travail et le salaire moyen par tête à l horizon 2050

La productivité du travail et le salaire moyen par tête à l horizon 2050 CONSEIL D ORIENTATION DES RETRAITES Séance plénière du mercredi 26 septembre 2007 à 9 h 30 «Actualisation des projections à long terme : les hypothèses» Document N 04 Document de travail, n engage pas

Plus en détail

4. LE PORTEFEUILLE-TITRES DES ÉTABLISSEMENTS DE CRÉDIT ET LES RISQUES LIÉS À SON ÉVOLUTION

4. LE PORTEFEUILLE-TITRES DES ÉTABLISSEMENTS DE CRÉDIT ET LES RISQUES LIÉS À SON ÉVOLUTION 4. LE PORTEFEUILLE-TITRES DES ÉTABLISSEMENTS DE CRÉDIT ET LES RISQUES LIÉS À SON ÉVOLUTION L ensemble du portefeuille-titres 34 des établissements de la place a connu une croissance très importante au

Plus en détail

Chapitre 10 : La monnaie unique en Europe

Chapitre 10 : La monnaie unique en Europe Chapitre 10 : La monnaie unique en Europe I. Institutions monétaires, politique monétaire et politique de change A) Cadre institutionnel - n pays et n+1 banques centrales - SEBC (Système européen de banques

Plus en détail

COMMENT OPTIMISER SA GESTION DE DEVISES?

COMMENT OPTIMISER SA GESTION DE DEVISES? Dossier spécial Après une reprise observée en 2012 et 2013 (de l ordre de 2 et 2,5 %), l Organisation Mondiale du Commerce prévoit une croissance du commerce international de l ordre de 4 à 4,5 % en 2014.

Plus en détail

Rapport d évaluation du mécanisme du filet de sécurité des prix de détail du gaz et de l électricité

Rapport d évaluation du mécanisme du filet de sécurité des prix de détail du gaz et de l électricité Rapport d évaluation du mécanisme du filet de sécurité des prix de détail du gaz et de l électricité Mécanisme mis en place en vertu de la loi du 8 janvier 2012 portant modification de la loi du 29 avril

Plus en détail

Revenu par habitant le plus élevé de toutes les grandes économies de la région (9.670 dollars en 2007).

Revenu par habitant le plus élevé de toutes les grandes économies de la région (9.670 dollars en 2007). Sandra Fuentes-Berain Ambassadeur Ambassade du Mexique en Belgique et au Luxembourg Mission du Mexique auprès de l Union européenne. I. Introduction Mexique : 13 ème économie du monde (PIB), 8 ème importateur,

Plus en détail

RAPPORT DE LA COMMISSION AU PARLEMENT EUROPÉEN ET AU CONSEIL. Rapport de convergence 2013 relatif à la Lettonie

RAPPORT DE LA COMMISSION AU PARLEMENT EUROPÉEN ET AU CONSEIL. Rapport de convergence 2013 relatif à la Lettonie COMMISSION EUROPÉENNE Bruxelles, le 5.6.2013 COM(2013) 341 final RAPPORT DE LA COMMISSION AU PARLEMENT EUROPÉEN ET AU CONSEIL Rapport de convergence 2013 relatif à la Lettonie (élaboré conformément à l

Plus en détail

Atelier 1 - Circuit économique et comptabilité nationale

Atelier 1 - Circuit économique et comptabilité nationale Atelier 1 - Circuit économique et comptabilité nationale Fabio Panzera, MA in Economics Université de Fribourg, 08.10.2010 Question 1 Les macroéconomistes étudient toutes les questions suivantes, à l exception

Plus en détail

Simulation d impact de l augmentation des salaires du personnel de l administration publique et du SMIG et du SMAG dans le secteur privé

Simulation d impact de l augmentation des salaires du personnel de l administration publique et du SMIG et du SMAG dans le secteur privé Simulation d impact de l augmentation des salaires du personnel de l administration publique et du SMIG et du SMAG dans le secteur privé L augmentation des salaires du personnel de l administration publique

Plus en détail

LES MARCHÉS BELGE ET EUROPÉEN DE L OR

LES MARCHÉS BELGE ET EUROPÉEN DE L OR LES MARCHÉS BELGE ET EUROPÉEN DE L OR Résumé Production, consommation et commerce : faits marquants Prévisions à long terme : le remplacement de l or par les bijoux en or Sur le long terme, l UE devrait

Plus en détail

Quatrième Réunion du Conseil National du Crédit et de l Epargne 06 juillet 2010 Rabat

Quatrième Réunion du Conseil National du Crédit et de l Epargne 06 juillet 2010 Rabat Quatrième Réunion du Conseil National du Crédit et de l Epargne 06 juillet 2010 Rabat Allocution de Monsieur Abdellatif JOUAHRI Gouverneur de Bank Al-Maghrib Messieurs les Secrétaires Généraux, Messieurs

Plus en détail

Liste des tableaux. I. Évolution du commerce mondial

Liste des tableaux. I. Évolution du commerce mondial Liste des tableaux I. Évolution du commerce mondial 1. Aperçu général Tableau I.1 Croissance du volume des exportations et de la production mondiales de marchandises, 2005-2013 21 Tableau I.2 Croissance

Plus en détail

Bienvenue. Procure.ch. Jeudi 26 avril 2012. Haute école de gestion Fribourg www.heg-fr.ch. Haute école de gestion Fribourg

Bienvenue. Procure.ch. Jeudi 26 avril 2012. Haute école de gestion Fribourg www.heg-fr.ch. Haute école de gestion Fribourg Bienvenue Procure.ch Jeudi 26 avril 2012 Haute école de gestion Fribourg www.heg-fr.ch 1 ère question (thème) C est grave docteur? Les principaux indicateurs économiques En préambule.. Qu est-ce qu un

Plus en détail

Boussole. Évolution récente des marchés financiers et du marché de l emploi US. Flash Crash sur le marché obligataire

Boussole. Évolution récente des marchés financiers et du marché de l emploi US. Flash Crash sur le marché obligataire Boussole Décembre 2014 Évolution récente des marchés financiers et du marché de l emploi US Flash Crash sur le marché obligataire Hausse des cours sur le marché des actions - quand la fin est proche Les

Plus en détail

LE COMMERCE EXTÉRIEUR CHINOIS DEPUIS LA CRISE: QUEL RÉÉQUILIBRAGE?

LE COMMERCE EXTÉRIEUR CHINOIS DEPUIS LA CRISE: QUEL RÉÉQUILIBRAGE? LE COMMERCE EXTÉRIEUR CHINOIS DEPUIS LA CRISE: QUEL RÉÉQUILIBRAGE? Françoise Lemoine & Deniz Ünal CEPII Quel impact de l expansion chinoise sur l économie mondiale? Rencontres économiques, 18 septembre

Plus en détail