INTEGRITE DANS LE SECTEUR DE L EAU

Save this PDF as:
 WORD  PNG  TXT  JPG

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "INTEGRITE DANS LE SECTEUR DE L EAU"

Transcription

1 INTEGRITE DANS LE SECTEUR DE L EAU DISPOSITIF DE CONTRÔLE INTERNE ET DE GESTION DES RISQUES COMME CADRE DE L INTEGRITE Expérience de l ONEE-Branche Eau DAO 1 Mostafa ETTOURKI Direction Audit et Organisation

2 En 2012: Regroupement de l office National de l Electricité et l Office National de l Eau Potable -crée un champion dans la production, le transport et la distribution à l Echelle Nationale et Internationale (Afrique) -Vision stratégique intégrée eau /énergie -Profiter de l effet de synergie de présence territoriale et de disponibilité de compétences complémentaires 2

3 Effectif Branche Eau 8400 Nombre d abonnés directs Gros clients distributeurs Chiffre d affaires 1.8 millions Repartis sur 650 villes 14 sociétés de distribution Publics et prives 4.5 milliards DH taux d accès en milieu rural Nombre de Stations d Epuration Plus de 90% 70 Nombre de Laboratoires 100 3

4 Objectifs du dispositif de contrôle interne Le dispositif de contrôle interne est mis en place au sein de l Office pour assurer : Le respect des directives, lois et règlements La réalisation des objectifs et l optimisation des ressources La sécurité des actifs et la continuité du service La fiabilité des informations DAO 4

5 Principes fondateurs du système de contrôle interne Le management des risques, épousant les objectifs stratégiques et opérationnels est le substratum du dispositif de contrôle interne ; Le management des risques et le contrôle interne sont l affaire de tous ; La responsabilisation par un système de délégation approprié, des attributions claires et des procédures couvrant l ensembles des activités ; Le développement d une culture de contrôle interne dans le cadre d une politique qualité intégrée à tous les niveaux de l organisation. DAO 5

6 Politique RH DISPOSITIFDE MAITRISE GLOBALE DES RISQUES ET DE CONTRÔLE INTERNE / Planification Management des risques Audit Interne Management des projets Achats Activités industrielles Comptabilité-Finances Conformité et veille juridique Système d Information Contrôle de gestion Qualité/Sécurité/Environnement Evaluation Audit externe Contrôle externe Activités commerciales Communication organisation

7 Descriptif et rôle des trois lignes de maitrise Des activités de contrôles définies et mises en œuvre par les opérationnels ; Un dispositif structuré et coordonné par la deuxième ligne de maîtrise ; Une évaluation globale et indépendante du dispositif conduite par la troisième ligne. DAO 7

8 La première ligne de maîtrise est constituée par les managers opérationnels, responsables de l évaluation et de la maitrise des risques, notamment par la mise en œuvre d un dispositif de contrôle adéquat, portant sur les processus dont ils ont la charge. Cette première ligne permet la maîtrise des activités au jour le jour en mettant en œuvre les pratiques les plus efficaces de gestion des risques au niveau de chaque processus et en communiquant les informations appropriées à la deuxième ligne de maitrise. 8

9 La deuxième ligne de maîtrise est constituée des services fonctionnels responsables de domaines d expertise et des fonctions dédiées à l animation du dispositif global de maîtrise des risques (fonctions de gestion des risques, organisation, conformité, contrôle de gestion, contrôle des opérations...). Ces fonctions disposent d une expertise et d un savoir-faire pour l analyse des organisations et de compétences essentielles en matière d activités de contrôle et de maîtrise des risques. 9

10 La deuxième ligne de maîtrise a pour objectif la structuration et la maintenance du dispositif de maîtrise des activités de l entreprise, notamment en : Assistant les opérationnels dans l identification et l évaluation des principaux risques relevant de leur domaine d expertise ; Proposant des politiques et des procédures par domaine d activité ; Contribuant avec les opérationnels à la conception des contrôles les plus pertinents; Développant les meilleurs pratiques et les échanges (benchmarks) ; Observant et en rendant compte du fonctionnement effectif des processus. 10

11 En tant que troisième ligne de maîtrise des activités, les fonctions indépendantes d audit interne, d évaluation et de diagnostic organisationnel, et à travers une approche fondée sur le risque, fournissent une assurance globale à la direction générale de l entreprise et aux instances de gouvernance. Cette assurance globale couvre l efficacité des deux premières lignes de maîtrise. 11

12 Spécifiés du CI de la Branche Eau Les principales fonctions de la 2eme et la 3eme ligne de maitrise sont regroupées à la Direction de l Audit et de l Organisation (DAO) à savoir: 2eme ligne de maitrise : l organisation, la qualité, le management des risques; 3eme ligne de maitrise: audit interne, évaluation, diagnostic organisationnel, audit qualité. Pilotage par processus : mise en place d un effet miroir Central/ Régional et rôle accru des pôles et des organes de contrôle. DAO 12

13 Instruments du contrôle interne Organigramme : Une structure organisationnelle évolutive en adéquation avec ses orientations stratégiques. Statut du personnel : Il comporte les règles de gestion et les dispositions réglementaires qui garantissent les droits de ce personnel en matière de conditions d emploi, de rémunération, d avancement et de discipline et qui définissent également ses obligations professionnelles Contractualisation : L Office dispose de son propre outil de contractualisation interne entre la direction générale et l ensemble des directions centrales et régionales. La déclinaison des engagements globaux de l entreprise, contenus dans le contrat programme et dans le plan de développement de l Office Manuel des procédures : L office dispose d un manuel de procédures couvrant l ensemble de ses domaines d activités et sont établies à travers l outil informatique ISIMAN 13

14 Instruments du contrôle interne Cartographie des risques L office a achevé une étude stratégique portant sur le management des risques, qui a permis de mettre en place une cartographie des risques adossée à la cartographie des processus couvrant ainsi l ensemble des activités. Politique qualité intégrée La politique qualité et la démarche qui en découle, entamée à l Office depuis 2004 vont dans le sens du renforcement des synergies déjà existants entre le management qualité et la gestion des risques. Système comptable Le système comptable de l Office est conçu conformément aux principes du CGNC et soumis annuellement à l audit externe. Il s articule, entre autres, autour de plusieurs procédures couvrant tous les cycles comptables de l Office Système d information Le système d information a été développé dans l esprit de fiabiliser et sécuriser l information, améliorer la productivité et réduire les coûts. Il couvre la majorité des activités clés de l office : planification, gestion des projets, stocks, gestion des données d exploitation, la qualité des eaux, achats, comptabilité et finances, ressources humaines. 14

15 ORGANISATION DE L ONEE-Branche Eau: Effet Miroir Central/ Régional 15

16 Principaux acteurs internes : La Direction Générale La Direction Audit et Organisation L Agence Contrôle des Opérations Organes de CI La Direction Approvisionnement et Marchés La Direction Financière La Direction Commerciale et Marketing La Direction Contrôle de Gestion et Système d Information La Direction Affaires Juridiques et Action Foncière. Acteurs externes : Le Conseil d Administration Le Comité d Audit Le contrôleur d Etat L auditeur externe. 16

17 Illustration «processus Achats» Les dispositifs décrits ci-dessus, est concrètement mis en place au niveau du processus achat par: Le domaine achats est régi par un règlement approuvé par le conseil d administration qui fixe les conditions et formes de passation des marchés ainsi que les modalités relatives à leur gestion et à leur contrôle ; Le manuel de délégation de signature assure d une part une définition claire des rôles et responsabilités et d autre part, veille à une séparation des fonctions d autorisation, d exécution, d enregistrement et de règlement. La Direction des Approvisionnements et Marchés (DAM) permet une séparation entre la commande et l achat ; et veille à la réalisation des achats dans le respect des procédures et réglementation en vigueur ; L accompagnement de la politique de décentralisation progressive des achats par un contrôle à priori et à postériori ; Le contrôle de la DAM est aussi systématique pour toutes les opérations dérogatoires à la procédure d appel d offres (marché négocié, moins disant non retenu etc ). Indépendance de la commission de jugement : le président et les membres des commissions de jugement sont désignés par le Directeur Général pour une période de 6 mois. Le président et son suppléant ne peuvent appartenir à l entité responsable de l opération à réaliser. DAO 17

18 Illustration «processus Achats» Normalisation du processus d achat notamment à travers : l établissement et la mise à jour des procédures d achat et des CPS types, l agence de contrôle des opérations rattachée directement au DG, est chargée de veiller, tant au vu de la loi et réglementation en vigueur, qu aux procédures internes, à la régularité des opérations de dépenses, Accompagnement et suivi des projets financés par les partenaires, notamment les bailleurs de fonds et l assistance technique d appui. Les opérations d achats font également l objet de mission d audit interne : - systématique pour tout les marchés > 5MDHS conclut à partir de 2007 ; - par échantillonnage pour les marchés < 5MDHS. DAO 18

19 Actions de maitrise des achats Niveau gouvernance ommandes d investissement Comité de suivi CP omité strategie et Investissement CBIF Contrôle de Gestion F Achats long Circuit de contrôle des achats

20 Merci pour votre attention 20

21 SYSTÈME DE MANAGEMENT DES RISQUES Démarche d établissement de la cartographie des risques Management des risques : traitement et suivi Principaux résultats DAO 21

22 UNE DEMARCHE PARTICIPATIVE ET MOBILISATRICE Le relevé des différents risques selon les deux approches a été fait sur la base d une démarche participative impliquant les différentes entités touchant tous les processus et ayant mobilisé plus de 200 responsables et cadres de l office à travers l organisation de plus de 70 ateliers de travail avec l appui des experts, et a demandé la mobilisation de plusieurs équipes KPMG/SINEQUA et l DAO. L ensemble des risques relevés ont été identifiés, évalués, et classés par ordre de priorité suite à un référentiel (application développée par cabinet SINEQUA) qui comprend : l univers des risques (Stratégiques, Financiers, Opérationnels, Périls) ; les grilles d évaluation des risques (- La probabilité d occurrence : probabilité qu un risque survienne -Les impacts : ensemble des conséquences engendrées par la survenance des risques); les grilles d évaluation des éléments de maîtrise (Chaque élément de maîtrise recensé est noté selon une échelle, indépendamment des risques, sur trois niveaux : (+ : bien maîtrisé ); (+/-(moyennement maitrisé) ;(- non maîtrisé);

23 APPROCHES ADOPTEES VISANT L IDENTIFICATION ET L EVALUATION DE L ENSEMBLE DES RISQUE Dans le cadre du diagnostic général du système de contrôle interne, une cartographie des risques a été réalisée sur la base de Deux approches : Approche Top Down : recensement des risques par le management à partir d une vision d ensemble de l entreprise, de ses objectifs, ses activités; Approche Bottom Up : inventaire des risques à partir de la description des processus opérationnels et supports principalement. Cartographie Top Down Cartographie Bottom Up Risques non identifi és ascendant Inventaire Inventaire et et évaluation évaluation des des risques risques bruts bruts et et des r ésiduels actions de maîtrise (Entretiens directions ) (Entretiens directions ) Rapprochement Rapprochement Des Des diff diff érentes érentes cartographies cartographies Risques non identifi és descendant Inventaire Inventaire et et évaluation évaluation des des risques risques bruts bruts et et des r ésiduels actions De maîtrise (Entretiens terrain ou (Entretiens terrain Atelier) ou ateliers

24 L UNIVERS DES RISQUES Données comptables et financières Accès au financement Liquidité Croissance interne Croissance interne Informations financières Financement Taux Reprise d activité Recherche & Dévt Développement Adéquation offre/marché FINANCIERS Economique politique et réglementaire Juridique et fiscal Concurrence Environnement Tutelles et régulateurs Communication Externe STRATEGIQUES PERILS Exploitation Catastrophes naturelles Risques majeurs Accidents industriels Crise sanitaire Gouvernance Parties Prenantes Terrorisme Carrières et compétences Climat social Matériels Gestion des ressources OPERATIONNELS Contractualisation Partenaires commerciaux Connaissanc e des besoins client Sécurité au travail Bâtiment Fiabilité des équipements Défaillance Respect des procédures Réalisation des opérations Pilotage de l activité Fraude Fiabilité des données Erreur humaine Fraude interne Fraude externe

25 Cartographie des processus

26 Les grilles d évaluation des risques L évaluation des risques prend en compte deux critères : - La probabilité d occurrence : probabilité qu un risque survienne; - Les impacts : ensemble des conséquences engendrées par la survenance des risques; - L évaluation de ces différents éléments a été fait à partir d échelles sur 5 niveaux en faisant abstraction des éléments de maîtrise. PROBABILITE Activités récurrentes Activités ponctuelles 1 Rare <2% 1 en 37 ans 2 Occasionnel 2 à 5% 1 en 10 ans 3 Possible 5 à 15% 1 en 5 ans 4 Fréquent 15 à 30% 1 en 2 ans 5 Très fréquent >30% 1 en 1 an

27 Matrice de priorisation des risques : permet d identifier les risques prioritaires qui seront à traiter dans les plans d actions. en comparant pour chaque risque, son niveau de risque brut et son niveau de maîtrise La matrice de priorisation permet d identifier des périmètres au sein desquels des actions de maîtrise différenciées seront à mettre en œuvre. Zones 1 et 2 où les actions de maîtrise doivent être impérativement renforcées et sur lesquelles vont porter les plans d actions. Zone 4 ou les actions de maîtrise sont fortes et sur lesquelles va porter le testing. Zone5 d incertitude entre les risques prioritaires et non prioritaires qu il convient de surveiller Zone6 ne nécessite pas d action immédiate particulière Zone d optimisation possible La zone 3 est une zone d optimisation possible. La zone 5 est une zone d incertitude entre les risques prioritaires et non prioritaires qu il convient de surveiller. La zone 6 ne nécessite pas d action immédiate particulière.

Les Etablissements Publics face à la réduction du délai de clôture

Les Etablissements Publics face à la réduction du délai de clôture Mémorandum n 1 Secteur Public Les Etablissements Publics face à la réduction du délai de clôture Mars 2012 Sommaire Pratiques et Tendances 2 - Le Baromètre Grant Thornton / Association des Agents Comptables.

Plus en détail

GESTION, FINANCES ET COMPTAPILITE Module 1 : Elaboration, Analyse économique et financière des projets Minimum requis par session

GESTION, FINANCES ET COMPTAPILITE Module 1 : Elaboration, Analyse économique et financière des projets Minimum requis par session Objectifs pédagogiques GESTION, FINANCES ET COMPTAPILITE Module 1 : Elaboration, Analyse économique et financière des projets Minimum par Analyser les procédures de préparation et de montage des projets.

Plus en détail

Le ministère a sollicité l appui du PNUD pour la mise a disposition d un Conseiller Technique international pour la mise en œuvre de cette stratégie :

Le ministère a sollicité l appui du PNUD pour la mise a disposition d un Conseiller Technique international pour la mise en œuvre de cette stratégie : Termes de référence du conseiller technique principal du Ministère de l Eau, de l Assainissement et de l Hydraulique Villageoise (MEAHV) 1. Contexte et justification Le principal défi du MEAHV réside dans

Plus en détail

# 03 PRATIQUE DU CONTROLE INTERNE Définition, responsabilités et mise en œuvre chez Handicap International

# 03 PRATIQUE DU CONTROLE INTERNE Définition, responsabilités et mise en œuvre chez Handicap International Série : politiques et bonnes pratiques # 03 PRATIQUE DU CONTROLE INTERNE Définition, responsabilités et mise en œuvre chez Handicap International Direction générale fédérale Service Redevabilité & qualité

Plus en détail

Atelier AMRAE A10. Le commissaire aux comptes («CAC») et la gestion des risques

Atelier AMRAE A10. Le commissaire aux comptes («CAC») et la gestion des risques Atelier AMRAE A10 Le commissaire aux comptes («CAC») et la gestion des risques Intervenants Modérateur Gilles de Courcel Président de la Commission Evaluation de la CNCC Associé Ricol-Lasteyrie Alain Gravier

Plus en détail

MISSION DES AUDITS. Fiche d organisation fonctionnelle n 2 : Préparer une mission d audit

MISSION DES AUDITS. Fiche d organisation fonctionnelle n 2 : Préparer une mission d audit MISSION DES AUDITS Fiche d organisation fonctionnelle n 2 : Préparer une mission d audit Novembre 2011 Sommaire Objectifs de la fiche d organisation fonctionnelle 3 Domaine d application 3 Responsable

Plus en détail

RAPPORT DE TRANSPARENCE EXCO FIDOGEST

RAPPORT DE TRANSPARENCE EXCO FIDOGEST RAPPORT DE TRANSPARENCE EXCO FIDOGEST Exercice clos le 31 Août 2014 Sommaire Préambule 11 Présentation du réseau EXCO et de KRESTON INTERNATIONAL LTD 22 Présentation du Cabinet EXCO FIDOGEST Conclusion

Plus en détail

Communication sur le Progrès 2014 du Groupe EDF Energies Nouvelles

Communication sur le Progrès 2014 du Groupe EDF Energies Nouvelles Communication sur le Progrès 2014 du Groupe EDF Energies Nouvelles Lancée en 2000 par l Organisation des Nations Unies, le Pacte Mondial est une initiative destinée à rassembler les entreprises, les organismes

Plus en détail

Programme type à personnaliser

Programme type à personnaliser Programme type à personnaliser Module 1... 2 Présentation Phase 1 Phase 2 Module 2.... 5 Présentation Module 2.1 Module 2.2 Module 2.3 Module 2.4 Module 2.5 Module 2.6 Module 2.7 Module 2.8 Module 2.9

Plus en détail

Master Administration des Entreprises

Master Administration des Entreprises Ce descriptif de cours est donné à titre indicatif et est susceptible d être modifié selon les besoins de formation des étudiants. Objectifs de la formation en gestion La mention «Management et» a pour

Plus en détail

BDO Secteur Public. Novembre 2012

BDO Secteur Public. Novembre 2012 BDO Secteur Public Novembre 2012 SOMMAIRE 1. Le réseau BDO Page 3 2. BDO Secteur Public Page 7 3. Votre contact Page 12 Page 2 Le réseau BDO BDO conjugue l expertise et les moyens d un grand réseau international

Plus en détail

Charte de l audit interne

Charte de l audit interne Charte de l audit interne Adoptée par le Comité d audit le 24 mai 2012 CORPORATION DE L ÉCOLE DES HAUTES ÉTUDES COMMERCIALES DE MONTRÉAL CHARTE DE L AUDIT INTERNE 1. ÉNONCÉ DE PRINCIPE L audit interne

Plus en détail

Présentation du projet associatif

Présentation du projet associatif Présentation du projet associatif Notre projet associatif : une volonté politique, une longue démarche participative Face aux transformations profondes et rapides de la société française dans son ensemble

Plus en détail

Charte de l audit interne

Charte de l audit interne Charte de l audit interne Adoptée par le Comité d audit le 24 mai 2012 Mise à jour : 19 mai 2016 CORPORATION DE L ÉCOLE DES HAUTES ÉTUDES COMMERCIALES DE MONTRÉAL CHARTE DE L AUDIT INTERNE 1. ÉNONCÉ DE

Plus en détail

ISCAE-CASABLANCA LISTE DES FORMATIONS DISPENSEES

ISCAE-CASABLANCA LISTE DES FORMATIONS DISPENSEES ISCAE-CASABLANCA LISTE DES FORMATIONS DISPENSEES ANNEE UNIVERSITAIRE 2014-2015 A. La Grande Ecole Les conditions d accès Le concours est ouvert aux : 1. Elèves des classes préparatoires, âgés de 22 ans

Plus en détail

LE CAHIER DE CHARGE DE LA FORMATION : COMMENT PASSER UNE COMMANDE DE FORMATION A UN CABINET ET L EVALUER?

LE CAHIER DE CHARGE DE LA FORMATION : COMMENT PASSER UNE COMMANDE DE FORMATION A UN CABINET ET L EVALUER? DESCRIPTIFS DES SEMINAIRES Du 20 au 22 Mai (03 jours) LE CAHIER DE CHARGE DE LA FORMATION : COMMENT PASSER UNE COMMANDE DE FORMATION A UN CABINET ET L EVALUER? Brève présentation du Le cahier des charges

Plus en détail

PERFORMANCE DURABLE ET MANAGEMENT SOCIO-ÉCONOMIQUE

PERFORMANCE DURABLE ET MANAGEMENT SOCIO-ÉCONOMIQUE PERFORMANCE DURABLE ET MANAGEMENT SOCIO-ÉCONOMIQUE Grégoire DE PRÉNEUF Directeur-Associé, Deuzzi, www.deuzzi.fr (France) 1. PARADOXES DE LA CROISSANCE DU SECTEUR DES SERVICES EN INGÉNIERIE INFORMATIQUE

Plus en détail

I. Contexte. Termes de références Mission n 12INI135 TCHAD / MISSION D EXPERTISE TECHNIQUE DANS LE DOMAINE FIDUCIAIRE Demandeur : HCNC

I. Contexte. Termes de références Mission n 12INI135 TCHAD / MISSION D EXPERTISE TECHNIQUE DANS LE DOMAINE FIDUCIAIRE Demandeur : HCNC Termes de références Mission n 12INI135 TCHAD / MISSION D EXPERTISE TECHNIQUE DANS LE DOMAINE FIDUCIAIRE Demandeur : HCNC I. Contexte Le Tchad a bénéficié de quatre subventions sous la Série 8 du Fonds

Plus en détail

6 ème Trophée Finance & Gestion 2016. 02 juin 2016 [lieu à définir]

6 ème Trophée Finance & Gestion 2016. 02 juin 2016 [lieu à définir] 6 ème Trophée Finance & Gestion 2016 02 juin 2016 [lieu à définir] Merci de retourner le Dossier complet avant le 31 mars 2016 à l'adresse e-mail suivante : cotedazur@dfcg.com I - REGLEMENT Article 1 -

Plus en détail

Politique Achats. Fournisseurs Clients Internes Conditions Achats Prix Acteurs du processus Achats. p. 1/8

Politique Achats. Fournisseurs Clients Internes Conditions Achats Prix Acteurs du processus Achats. p. 1/8 Politique Achats Fournisseurs Clients Internes Conditions Achats Prix Acteurs du processus Achats p. 1/8 Fournisseurs Objectifs Principes / Moyens Indicateurs / Preuves Améliorer le niveau de qualité fourni.

Plus en détail

GRH1: Etre Responsable Formation

GRH1: Etre Responsable Formation 10 FORMATION ET DEVELOPPEMENT DES COMPETENCES GRH1: Etre Responsable Formation - Présenter les enjeux et politiques de la fonction de responsable - Avoir une vision globale du métier et de ses évolutions

Plus en détail

Le pilotage des établissements d Enseignement supérieur et de recherche

Le pilotage des établissements d Enseignement supérieur et de recherche Le pilotage des établissements d Enseignement supérieur et de recherche Présentation des enseignements de l étude Colloque EY du 3 décembre 2014 Notes 1 SOMMAIRE 1 Méthodologie de l étude et profils des

Plus en détail

Formation. «Chef d entreprise, votre métier c est diriger!» Saint-Gaudens Novembre 2014 janvier 2015

Formation. «Chef d entreprise, votre métier c est diriger!» Saint-Gaudens Novembre 2014 janvier 2015 Formation «Chef d entreprise, votre métier c est diriger!» Saint-Gaudens Novembre 2014 janvier 2015 Vous souhaitez sécuriser votre activité? Évaluer rapidement la rentabilité de vos produits et services

Plus en détail

Consulting Offre de services

Consulting Offre de services Consulting Offre de services 2016 Sommaire 1 Présentation du cabinet 2 Offre de services Consulting 3 Référence clés 2 1 Présentation du cabinet BROME est un cabinet de conseil en management et systèmes

Plus en détail

Comprendre et articuler les différentes solutions d accompagnement partenaires du Chantier Présidentiel La France S engage

Comprendre et articuler les différentes solutions d accompagnement partenaires du Chantier Présidentiel La France S engage ADASI - Association de Développement de l Accompagnement à la Stratégie et à l Innovation de l intérêt général Comprendre et articuler les différentes solutions d accompagnement partenaires du Chantier

Plus en détail

TERMES DE REFERENCE POUR LE RECRUTEMENT DU CABINET D AUDIT EXTERNE DU PROJET PAI-STATFIN

TERMES DE REFERENCE POUR LE RECRUTEMENT DU CABINET D AUDIT EXTERNE DU PROJET PAI-STATFIN TERMES DE REFERENCE POUR LE RECRUTEMENT DU CABINET D AUDIT EXTERNE DU PROJET PAI-STATFIN 1. CONTEXTE 1.1 Le Groupe de la Banque Africaine de Développement appuie le Gouvernement de la République Démocratique

Plus en détail

du plan stratégique 2010-2014 de l AERES (document ad dopté lors du Conseil de l Agence du 8 décembre 2011)

du plan stratégique 2010-2014 de l AERES (document ad dopté lors du Conseil de l Agence du 8 décembre 2011) Actualisation du plan stratégique 2010-2014 de l AERES décembre 2011 (document ad dopté lors du Conseil de l Agence du 8 décembre 2011) SOMMAIRE Une actualisation du plan stratégique 2010-2014, indispensable

Plus en détail

SESSIONS NATIONALES Calendrier 2015

SESSIONS NATIONALES Calendrier 2015 SESSIONS NATIONALES Calendrier 2015 ENDA ECOPOP Complexe Sicap POINT E - Immeuble B, 2ème Etage Avenue Cheikh Anta DIOP Téléphone : +221 33 859 64 11 - Fax : +221 33 860 51 33 Email : ecopop@endatiersmonde.org

Plus en détail

TERMES DE REFERENCE RENFORCEMENT DES CAPACITES DES CADRES DE L ADMINISTRATION DANS LE DOMAINE DE LA LOGISTIQUE

TERMES DE REFERENCE RENFORCEMENT DES CAPACITES DES CADRES DE L ADMINISTRATION DANS LE DOMAINE DE LA LOGISTIQUE REPUBLIQUE TUNISIENNE MINISTERE DU TRANSPORT *** DIRECTION GENERALE DE LA LOGISTIQUE ET DU TRANSPORT MULTIMODAL TERMES DE REFERENCE RENFORCEMENT DES CAPACITES DES CADRES DE L ADMINISTRATION DANS LE DOMAINE

Plus en détail

Appui conseil pour les organisations sociales et solidaires

Appui conseil pour les organisations sociales et solidaires Appui conseil pour les organisations sociales et solidaires PRESENTATION DU PROJET Coup de Pousse est une agence de Conseil orientée vers les petites et moyennes organisations agissant dans le secteur

Plus en détail

GO Consulting. Conseil en Stratégie et Management. www.goconsulting.ma

GO Consulting. Conseil en Stratégie et Management. www.goconsulting.ma GO Consulting Conseil en Stratégie et Management 2015 www.goconsulting.ma 1 Agenda Présentation du cabinet Pourquoi nous? Métiers du cabinet Références significatives Management du cabinet Votre contact

Plus en détail

Atelier OSE. Etude prospective métiers et compétences du Management de l énergie

Atelier OSE. Etude prospective métiers et compétences du Management de l énergie Atelier OSE Etude prospective métiers et compétences du Management de l énergie Présentation Le CUEEP Littoral - Service Formation continue, apprentissage et VAE de l ULCO - Le CUEEP a des activités: -

Plus en détail

2 Au-delà de cette dimension interne, l orientation de la gestion vers les résultats vise à mieux éclairer les décisions de politiques publiques en fournissant des informations pertinentes sur les coûts

Plus en détail

TERMES DE REFERENCE POUR L AUDIT EXTERNE DES PROJETS FINANCÉS PAR LE GROUPE DE LA BANQUE AFRICAINE DE DÉVELOPPEMENT

TERMES DE REFERENCE POUR L AUDIT EXTERNE DES PROJETS FINANCÉS PAR LE GROUPE DE LA BANQUE AFRICAINE DE DÉVELOPPEMENT Annexe 4 TERMES DE REFERENCE POUR L AUDIT EXTERNE DES PROJETS FINANCÉS PAR LE GROUPE DE LA BANQUE AFRICAINE DE DÉVELOPPEMENT 1. CONTEXTE 1.1 Le Groupe de la Banque africaine de développement (la Banque)

Plus en détail

Politique relative à la gestion des risques

Politique relative à la gestion des risques SECRÉTARIAT GÉNÉRAL Règlements, directives, politiques et procédures Politique relative à la gestion des risques Adoption Instance/Autorité Date Résolution Conseil d administration 8 décembre 2014 380-CA-5766

Plus en détail

OFFRE DE SERVICES. Conseils & services aux entreprises

OFFRE DE SERVICES. Conseils & services aux entreprises OFFRE DE SERVICES Conseils & services aux entreprises strategie operationnelle transformation des organisations management des systèmes d information pilotage de projets SYNERIA CONSULTING PRESENTATION

Plus en détail

«Gîtes de France Horizon 2015» Synthèse du Projet d Orientation Stratégique 2007-2015

«Gîtes de France Horizon 2015» Synthèse du Projet d Orientation Stratégique 2007-2015 «Gîtes de France Horizon 2015» Synthèse du Projet d Orientation Stratégique 2007-2015 Synthèse de présentation du projet Horizon 2015 approuvée par le Conseil d Administration Fédéral Gîtes de France du

Plus en détail

BC 05.03.02. Le management environnemental : Guide de lecture de la norme ISO 14001,

BC 05.03.02. Le management environnemental : Guide de lecture de la norme ISO 14001, BC 05.03.02 Le management environnemental : Guide de lecture de la norme ISO 14001, Spécialité(s) : Toutes concernées Disciplines concernées : Toutes spécialités Titre : Guide de lecture de la norme NF

Plus en détail

La gestion du risque

La gestion du risque La gestion du risque Enjeux Le risque est consubstantiel à l entreprise. Sans prise de risque, l entreprise ne peut assurer une rentabilité décente pour ses actionnaires. Mais, comme des exemples récents

Plus en détail

Energie et compétitivité économique Profitez de la dérèglementation du marché pour raisonner en coût global

Energie et compétitivité économique Profitez de la dérèglementation du marché pour raisonner en coût global 02 avril 2015 Energie et compétitivité économique Profitez de la dérèglementation du marché pour raisonner en coût global l opportunité de raisonner global Dérégulation incertitudes opportunités Nouvelles

Plus en détail

Lettre de cadrage Plan d action triennal 2012-2014

Lettre de cadrage Plan d action triennal 2012-2014 Mars 2012 Lettre de cadrage Plan d action triennal 2012-2014 Les huit orientations Le projet stratégique, voté en juin 2011 par les adhérents du Syneas, liste les huit orientations qui doivent guider l

Plus en détail

Schéma directeur du Système d information et du numérique de l Université de Caen Basse Normandie

Schéma directeur du Système d information et du numérique de l Université de Caen Basse Normandie Schéma directeur du Système d information et du numérique de l Université de Caen BasseNormandie Dans son projet de développement stratégique 20122016 adopté par le Conseil d Administration du 4 novembre

Plus en détail

Licence de Gestion Syllabus de l année 3

Licence de Gestion Syllabus de l année 3 Le descriptif de cours est donné à titre indicatif et est susceptible d être modifié selon les besoins de formation des étudiants. Il prend appui sur le référentiel de compétences en licence (MESR 2012).

Plus en détail

Le Développement et la Perspective de la Réforme du Système de Santé en Chine

Le Développement et la Perspective de la Réforme du Système de Santé en Chine Le Développement et la Perspective de la Réforme du Système de Santé en Chine Ministre de la Santé de la République Populaire de Chine CHEN Zhu (Le 12 avril 2012) Contenu du rapport Cadre général de la

Plus en détail

OPIIEC, le 5 mars 2010 Secteur des Etudes et du Conseil

OPIIEC, le 5 mars 2010 Secteur des Etudes et du Conseil OPIIEC, le 5 mars 00 Secteur des Etudes et du Conseil Observatoire Paritaire des métiers de l Informatique, de l Ingénierie, des Etudes et du Conseil Aire de mobilité Consultant senior en Emploi type de

Plus en détail

Directeur Achats. Évaluation et pilotage des risques. Vers des pratiques éthiques et sociétales. Guy Elien Directeur conseil Clarans consulting

Directeur Achats. Évaluation et pilotage des risques. Vers des pratiques éthiques et sociétales. Guy Elien Directeur conseil Clarans consulting 16 e Conférence Annuelle Directeur Achats Évaluation et pilotage des risques. Vers des pratiques éthiques et sociétales. Dii conférences Guy Elien Directeur conseil Clarans consulting Paris, 19 février

Plus en détail

APPEL A PROPOSITION 2015 RECHERCHE ET INNOVATION DANS LE SECTEUR PRIVE

APPEL A PROPOSITION 2015 RECHERCHE ET INNOVATION DANS LE SECTEUR PRIVE APPEL A PROPOSITION 2015 RECHERCHE ET INNOVATION DANS LE SECTEUR PRIVE Dispositif : RECHERCHE ET INNOVATION DANS LE SECTEUR PRIVE (1.1.B) Fonds européen concerné : FEDER Objectif spécifique : Augmenter

Plus en détail

SODITECH INGENIERIE Société anonyme Capital : 1 901 788,29 Siège social : 1 bis allée des gabians Cannes la Bocca (06150) 403 798 168 RCS Cannes

SODITECH INGENIERIE Société anonyme Capital : 1 901 788,29 Siège social : 1 bis allée des gabians Cannes la Bocca (06150) 403 798 168 RCS Cannes SODITECH INGENIERIE Société anonyme Capital : 1 901 788,29 Siège social : 1 bis allée des gabians Cannes la Bocca (06150) 403 798 168 RCS Cannes RAPPORT DU PRESIDENT DU CONSEIL D ADMINISTRATION AU TITRE

Plus en détail

Rapport du Président sur le gouvernement d entreprise et le contrôle interne

Rapport du Président sur le gouvernement d entreprise et le contrôle interne 54 Le contrôle Rapport du Président sur le gouvernement d entreprise et le contrôle interne Préambule Conformément aux dispositions de l article L. 235-37 du Code commerce et conformément à la loi du 3

Plus en détail

Optimiser les initiatives S&OP des entreprises agroalimentaires

Optimiser les initiatives S&OP des entreprises agroalimentaires Optimiser les initiatives S&OP des entreprises agroalimentaires Anticiper et prendre les meilleures décisions au regard des contraintes économiques et organisationnelles, tels sont les challenges quotidiens

Plus en détail

TERMES DE REFERENCE Mission n 14INI122

TERMES DE REFERENCE Mission n 14INI122 TERMES DE REFERENCE Mission n 14INI122 I. Informations générales Intitulé de la mission Renforcement des capacités de la Pharmacie Nationale d Approvisionnement dans le suivi des appels d offres internationaux

Plus en détail

LE GROUPEMENT DES EXPERTS ET CONSULTANTS DE COTE D IVOIRE

LE GROUPEMENT DES EXPERTS ET CONSULTANTS DE COTE D IVOIRE LE GROUPEMENT DES EXPERTS ET CONSULTANTS DE COTE D IVOIRE Loi n 60-315 du 21 septembre 1960 relative aux associations Présentation générale et contribution aux Ateliers sur le commerce des services Groupement

Plus en détail

ANNEXE I RÉFÉRENTIEL PROFESSIONNEL DES DIRECTEURS D ÉTABLISSEMENT OU DE SERVICE D INTERVENTION SOCIALE. Contexte de l intervention

ANNEXE I RÉFÉRENTIEL PROFESSIONNEL DES DIRECTEURS D ÉTABLISSEMENT OU DE SERVICE D INTERVENTION SOCIALE. Contexte de l intervention ANNEXE I RÉFÉRENTIEL PROFESSIONNEL DES DIRECTEURS D ÉTABLISSEMENT OU DE SERVICE D INTERVENTION SOCIALE Contexte de l intervention Les directeurs d établissements ou de services d intervention sociale orientent,

Plus en détail

L initiative PME à l Agence spatiale européenne

L initiative PME à l Agence spatiale européenne l iniative pme L initiative PME à l Agence spatiale européenne F. Doblas & N. Bougharouat Bureau de la Politique industrielle, Section des Relations industrielles, ESA, Paris L initiative PME de l ESA

Plus en détail

MINISTERE DES AFFAIRES SOCIALES ET DE LA SANTE

MINISTERE DES AFFAIRES SOCIALES ET DE LA SANTE MINISTERE DES AFFAIRES SOCIALES ET DE LA SANTE Secrétariat général des ministères chargés des affaires sociales Direction générale de l offre de soins Sous-direction du pilotage de la performance des acteurs

Plus en détail

Guide de rédaction. Plan d affaires d une entreprise ou d un projet d économie sociale

Guide de rédaction. Plan d affaires d une entreprise ou d un projet d économie sociale Guide de rédaction Plan d affaires d une entreprise ou d un projet d économie sociale Table des matières LA PRÉSENTATION DU PROJET 1.1. Le résumé du projet 1.2. L utilité sociale du projet 1.3. Le lien

Plus en détail

Termes de Référence et Etendue des Services REPUBLIQUE DEMOCRATIQUE DU CONGO CELLULE INFRASTRUCTURES

Termes de Référence et Etendue des Services REPUBLIQUE DEMOCRATIQUE DU CONGO CELLULE INFRASTRUCTURES Termes de Référence et Etendue des Services REPUBLIQUE DEMOCRATIQUE DU CONGO MINISTERE DE L AMENAGEMENT DU TERRITOIRE, URBANISME, HABITAT, INFRASTRUCTURES, TRAVAUX, PUBLICS ET RECONSTRUCTION. CELLULE INFRASTRUCTURES

Plus en détail

accompagne l ambition du Secteur Public

accompagne l ambition du Secteur Public accompagne l ambition du Secteur Public 1 ORCOM SECTEUR PUBLIC Réformes institutionnelles, évolutions règlementaires, contraintes budgétaires, le secteur public relève le défi et ORCOM met à sa disposition

Plus en détail

Les pratiques commerciales des cabinets d expertise comptable vontelles

Les pratiques commerciales des cabinets d expertise comptable vontelles Les pratiques commerciales des cabinets d expertise comptable vontelles changer? 1 1. Stratégies commerciales des cabinets : un état des lieux difficile à réaliser 2. Les cabinets doivent-ils élaborer

Plus en détail

TITRE DE DIRIGEANT DES ORGANISATIONS EDUCATIVES SCOLAIRES ET/OU DE FORMATION RÉFÉRENTIEL D ACTIVITÉS ET RÉFÉRENTIEL DE CERTIFICATION

TITRE DE DIRIGEANT DES ORGANISATIONS EDUCATIVES SCOLAIRES ET/OU DE FORMATION RÉFÉRENTIEL D ACTIVITÉS ET RÉFÉRENTIEL DE CERTIFICATION TITRE DE DIRIGEANT DES ORGANISATIONS EDUCATIVES SCOLAIRES ET/OU DE FORMATION RÉFÉRENTIEL D ACTIVITÉS ET RÉFÉRENTIEL DE CERTIFICATION Organisation du Référentiel d Activités et de Compétences Le référentiel

Plus en détail

INSTRUCTION N 008 RELATIVE A L ORGANISATION DU CONTROLE INTERNE DES COOPERATIVES D EPARGNE ET DE CREDIT ET DES INSTITUTIONS DE MICRO FINANCE

INSTRUCTION N 008 RELATIVE A L ORGANISATION DU CONTROLE INTERNE DES COOPERATIVES D EPARGNE ET DE CREDIT ET DES INSTITUTIONS DE MICRO FINANCE INSTRUCTION N 008 RELATIVE A L ORGANISATION DU CONTROLE INTERNE DES COOPERATIVES D EPARGNE ET DE CREDIT ET DES INSTITUTIONS DE MICRO FINANCE La Banque Centrale du Congo, Vu la loi n 005 du 07 mai 2002

Plus en détail

IFRS 15 Le nouveau profil du chiffre d affaires Une approche intégrée pour de nouveaux enjeux

IFRS 15 Le nouveau profil du chiffre d affaires Une approche intégrée pour de nouveaux enjeux IFRS 15 Le nouveau profil du chiffre d affaires Une approche intégrée pour de nouveaux Comptabilisation du chiffre d affaires : un nouveau modèle Fin mai 2014, l IASB et le FASB ont publié une norme commune

Plus en détail

Le Système de Management de l Energie ISO 50001

Le Système de Management de l Energie ISO 50001 Le Système de Management de l Energie ISO 50001 Opérateur international de services organisé autour de 4 grands domaines de compétences : Normalisation Edition de solutions et services d information Evaluation

Plus en détail

Démarche qualité à l ENISE

Démarche qualité à l ENISE 9 ème école inter-organismes qualité en recherche et en enseignement supérieur du 7 au 9 septembre 2011 Démarche qualité à l ENISE Michel SAUZET Directeur des Rela

Plus en détail

CODEC. Le Collectif des Directeurs d Ecole. Direction de l Enseignement Elémentaire REPUBLIQUE DU SENEGAL MINISTERE DE L'EDUCATION

CODEC. Le Collectif des Directeurs d Ecole. Direction de l Enseignement Elémentaire REPUBLIQUE DU SENEGAL MINISTERE DE L'EDUCATION REPUBLIQUE DU SENEGAL Un Peuple - Un But - Une Foi MINISTERE DE L'EDUCATION Direction de l Enseignement Elémentaire Le Collectif des Directeurs d Ecole CODEC Mai 2006 Le Sénégal est en train de mettre

Plus en détail

SELECTION DE CONSULTANT DOSSIER DE DEMANDE DE PROPOSITIONS

SELECTION DE CONSULTANT DOSSIER DE DEMANDE DE PROPOSITIONS SELECTION DE CONSULTANT DOSSIER DE DEMANDE DE PROPOSITIONS MISSION ASSISTANCE TECHNIQUE PERFECTIONNEMENT DES PROCEDURES DE GESTION DES RH ET ELABORATION DES OUTILS NECESSAIRES RMCR MALI FEVRIER 2016 Avec

Plus en détail

Enseignement supérieur - Recherche

Enseignement supérieur - Recherche 254 Enseignement supérieur - Recherche Le domaine fonctionnel Enseignement supérieur Recherche regroupe les emplois qui concourent à l enseignement supérieur et à la recherche. 255 CADRE DE DIRECTION EN

Plus en détail

Le nouveau positionnement du cadre de santé: Du virtuel au réel

Le nouveau positionnement du cadre de santé: Du virtuel au réel Le nouveau positionnement du cadre de santé: Du virtuel au réel MC Chauvancy CSS IFCS Rennes Mai 2012 COPY RIGHT PTILUC Le nouveau positionnement du cadre de santé Du virtuel au réel Approche législative

Plus en détail

Qu est-ce que l initiative MACH?

Qu est-ce que l initiative MACH? Qu est-ce que l initiative MACH? Un outil pour le développement d une chaîne d approvisionnement de calibre mondial 10 L initiative MACH: Est un programme pour accélérer la transformation de la chaîne

Plus en détail

Maroc : le défi de la production de nouvelles compétences

Maroc : le défi de la production de nouvelles compétences La réforme r de santé au Maroc : le défi de la production de nouvelles compétences A. Belghiti Alaoui, L. Albert, S. Boivin Contexte Système de santé en transition : démographique, épidémiologique et politique

Plus en détail

Procédure d agrément des Centres ou Organismes de Formation aux Travaux Sous Tension

Procédure d agrément des Centres ou Organismes de Formation aux Travaux Sous Tension 1 Procédure d agrément des Centres ou Organismes de Formation aux Travaux Sous Tension 2015-020-CTST-PRO-1 Approbation du 5 juin 2015 Annule et remplace l édition du 3 octobre 2014 2 Sommaire 1. Préambule...

Plus en détail

POLITIQUE DE GESTION DES RISQUES DE LA SOCIÉTÉ DE LA PLACE DES ARTS DE MONTRÉAL

POLITIQUE DE GESTION DES RISQUES DE LA SOCIÉTÉ DE LA PLACE DES ARTS DE MONTRÉAL POLITIQUE DE GESTION DES RISQUES DE LA SOCIÉTÉ DE LA PLACE DES ARTS DE MONTRÉAL Septembre 2010 Adoptée : Rés. CA 2010-29 Modifiée : Rés. CA 2012-36 1 TABLE DE MATIÈRES POLITIQUE DE GESTION DES RISQUES

Plus en détail

Rapporteur : Louis VILLARET RAPPORT 1.2 ADMINISTRATION GENERALE EVALUATION DES POLITIQUES PUBLIQUES : RESEAU REVMED PARTICIPATION AU RESEAU REVMED, RESEAU MEDITERRANEEN DE COLLECTIVITES POUR L EVALUATION

Plus en détail

Cartographie de compétences d un entrepreneur

Cartographie de compétences d un entrepreneur Cartographie de compétences d un entrepreneur Mission générale L entrepreneur définit la stratégie générale de l entreprise et supervise sa mise en œuvre Principales activités L entrepreneur fixe les objectifs

Plus en détail

Planification Mise en œuvre Evaluation Programmation Suivi TRF Grille d évaluation

Planification Mise en œuvre Evaluation Programmation Suivi TRF Grille d évaluation 1- La place du Suivi dans un cycle de projet Le suivi est un processus continu prenant en compte la dimension dynamique du cycle de projet. Le contexte change, l exécution des activités modifie la réalité

Plus en détail

ROYAUME DU MAROC COUR DES COMPTES

ROYAUME DU MAROC COUR DES COMPTES ROYAUME DU MAROC COUR DES COMPTES Synthèse du rapport relatif au contrôle de la gestion de L Office marocain de la propriété industrielle et commerciale (OMPIC) Janvier 2016 SYNTHESE Présentation L Office

Plus en détail

LA CONDUITE DE PROJETS DE RENOVATION URBAINE

LA CONDUITE DE PROJETS DE RENOVATION URBAINE 1 LA CONDUITE DE PROJETS DE RENOVATION URBAINE Financement de l ingénierie par l ANRU et la Caisse des Dépôts et Consignations L Agence distingue trois niveaux dans la conduite d un projet : Le pilotage

Plus en détail

Utilisez Solvabilité II comme une opportunité d amélioration : le projet du groupe Unipol

Utilisez Solvabilité II comme une opportunité d amélioration : le projet du groupe Unipol Utilisez Solvabilité II comme une opportunité d amélioration : le projet du groupe A propos du groupe : Gruppo Finanziaro S.p.A. est une holding et une société de services, cotée à la Bourse de Milan.

Plus en détail

DIRECTEUR DU PROJET D APPUI À LA GOUVERNANCE INSTITUTIONNELLE (PAGI)

DIRECTEUR DU PROJET D APPUI À LA GOUVERNANCE INSTITUTIONNELLE (PAGI) REPUBLIQUE DE MADAGASCAR GROUPE DE LA BANQUE AFRICAINE DE DEVELOPPEMENT TERMES DE RÉFÉRENCE POUR LE RECRUTEMENT DU DIRECTEUR DU PROJET D APPUI À LA GOUVERNANCE INSTITUTIONNELLE (PAGI) I. Contexte et Justification

Plus en détail

Étude des coûts de l administration et de la gestion à l OMS : recommandations préliminaires

Étude des coûts de l administration et de la gestion à l OMS : recommandations préliminaires A COMITÉ DU PROGRAMME, DU BUDGET ET DE L ADMINISTRATION DU CONSEIL EXÉCUTIF Dix-septième réunion Point 3.1 de l ordre du jour provisoire EBPBAC17/INF./2 17 janvier 2013 Étude des coûts de l administration

Plus en détail

La collecte et le traitement des données sur les Entreprises et la Banque de France

La collecte et le traitement des données sur les Entreprises et la Banque de France La collecte et le traitement des données sur les Entreprises et la Banque de France Yves Nachbaur Directeur des Entreprises Rabat, le 30 Mars 2012 1. La Banque de France et le suivi des Entreprises : quel

Plus en détail

RAPPORT DE TRANSPARENCE Exercice clos le

RAPPORT DE TRANSPARENCE Exercice clos le RAPPORT DE TRANSPARENCE Exercice clos le Exco. Reproduction interdite sans autorisation écrite préalable. Sommaire Préambule 11 Présentation du réseau EXCO et de KRESTON INTERNATIONAL LTD 22 Présentation

Plus en détail

REFERENTIEL DU CQPM. TITRE DU CQPM : Préventeur santé-sécurité au travail et environnement

REFERENTIEL DU CQPM. TITRE DU CQPM : Préventeur santé-sécurité au travail et environnement COMMISION PARITAIRE NATIONALE DE L EMPLOI DE LE METALLURGIE Qualification : Catégorie : C Dernière modification : 05/06/2012 REFERENTIEL DU CQPM TITRE DU CQPM : Préventeur santé-sécurité au travail et

Plus en détail

ANNEXE I. RÉFÉRENTIEL DES ACTIVITÉS PROFESSIONNELLES (arrêté du 3 septembre 1997)

ANNEXE I. RÉFÉRENTIEL DES ACTIVITÉS PROFESSIONNELLES (arrêté du 3 septembre 1997) ANNEXE I RÉFÉRENTIEL DES ACTIVITÉS PROFESSIONNELLES (arrêté du 3 septembre 1997) L hôtellerie-restauration, au sens large du terme, regroupe l ensemble des activités qui répondent aux besoins de la clientèle

Plus en détail

Campus TKPF. Centre de compétences. Synthèse du projet

Campus TKPF. Centre de compétences. Synthèse du projet Campus TKPF Centre de compétences Synthèse du projet 1 UN ESPACE D INFORMATION, D ORIENTATION, D ACCOMPAGNEMENT & DE VALORISATION DE SON PARCOURS PROFESSIONNEL UNE INGENIERIE INTEGREE DU SYSTEME FORMATION

Plus en détail

L'audit informatique au service du contrôle interne

L'audit informatique au service du contrôle interne L'audit informatique au service du contrôle interne Compte-rendu de la Rencontre Autour d un verre du 11 octobre 2010 Conférence de Gina Gullà-Menez rapportée par Martine Otter Gina Gullà-Menez, Directeur

Plus en détail

IXERP France. Cabinet de conseil en stratégie & Management des systèmes d information

IXERP France. Cabinet de conseil en stratégie & Management des systèmes d information IXERP France Cabinet de conseil en stratégie & Management des systèmes d information IXERP FRANCE, cabinet de conseil en stratégie et management des systèmes d information IXERP France a été créé en 2009

Plus en détail

REFERENTIEL. Manager en stratégie et développement Titre Bac+5 certifié niveau I par l Etat (J.O du 14 Avril 2012 - code 310)

REFERENTIEL. Manager en stratégie et développement Titre Bac+5 certifié niveau I par l Etat (J.O du 14 Avril 2012 - code 310) REFERENTIEL Manager en stratégie et développement Titre Bac+5 certifié niveau I par l Etat (J.O du 14 Avril 2012 - code 310) REFERENTIEL DE FORMATION " MANAGER EN STRATEGIE ET DEVELOPPEMENT " TITRE CERTIFIE

Plus en détail

PRÉSENTATION DE L OFFRE DE FORMATION FUSIONS. 4 décembre 2014

PRÉSENTATION DE L OFFRE DE FORMATION FUSIONS. 4 décembre 2014 PRÉSENTATION DE L OFFRE DE FORMATION FUSIONS 4 décembre 2014 Accompagnement des regroupements par l Amue + Conférence à Rennes le 28 mai 2015 : "coordination territoriale : anticiper les changements".

Plus en détail

La matrice Indicateurs ou

La matrice Indicateurs ou La matrice Indicateurs ou Un outil simple pour bien démarrer sa démarche ISO 9001:2000 Actions Services Qualité Philippe Engrand / Consultant Associé - Auditeur ICA philippe. engrand @ as-qualite. com

Plus en détail

Responsable du département. Production / Infrastructures

Responsable du département. Production / Infrastructures Page 1 sur 9 Nom Fonction REDACTEUR VERIFICATEUR APPROBATEUR Martine Véniard Directeur du système d information Directeur du personnel Direction générale Date 1/01/2016 Signature Sources : Répertoire des

Plus en détail

LE DISPOSITIF INSTITUTIONNEL DE MISE EN ŒUVRE DE L ECOWAP/PDDAA

LE DISPOSITIF INSTITUTIONNEL DE MISE EN ŒUVRE DE L ECOWAP/PDDAA LE DISPOSITIF INSTITUTIONNEL DE MISE EN ŒUVRE DE L ECOWAP/PDDAA Niamey les 27, 28 et 29 Avril 2011 Plan de la présentation 1. Le contexte 2. Le dispositif institutionnel global 3. L Agence régionale pour

Plus en détail

de la part des membres de la holding afin que l intégration des sociétés entrantes se déroule pour le mieux et concrétise les synergies.

de la part des membres de la holding afin que l intégration des sociétés entrantes se déroule pour le mieux et concrétise les synergies. Chapitre 2 LA HOLDING : COHÉSION ET SYNERGIE La trentaine de membres s organisent autour de pôles de compétences nommés directions fonctionnelles du Groupe : Direction financière, Direction commerciale,

Plus en détail

La gestion des Ressources Humaines: Un pilier pour réformer un système de fonction publique dépassé.

La gestion des Ressources Humaines: Un pilier pour réformer un système de fonction publique dépassé. Stronger health systems. Greater health impact. La gestion des Ressources Humaines: Un pilier pour réformer un système de fonction publique dépassé. Dr Florence D. Guillaume Mr Uder Antoine, CPA Date (month/day/year)

Plus en détail

MEMORADUM DE BONNE GOUVERNANCE

MEMORADUM DE BONNE GOUVERNANCE MEMORADUM DE BONNE GOUVERNANCE En application de la circulaire PPB-2007-6-CPB-CPA relative aux attentes prudentielles de la CBFA en matière de bonne gouvernance des établissements financiers. Ce document

Plus en détail

La classification des salariés

La classification des salariés La classification des salariés Cette Fiche pratique vous propose de vous présenter la grille de classification des salariés introduite par le chapitre 9 de la Convention collective nationale du sport (CCNS).

Plus en détail

MINISTÈRE DES AFFAIRES SOCIALES, DE LA SANTÉ ET DES DROITS DES FEMMES SANTÉ. Personnel

MINISTÈRE DES AFFAIRES SOCIALES, DE LA SANTÉ ET DES DROITS DES FEMMES SANTÉ. Personnel MINISTÈRE DES AFFAIRES SOCIALES, DE LA SANTÉ ET DES DROITS DES FEMMES Direction générale de l offre de soins Sous-direction des ressources humaines du système de santé Bureau des ressources humaines hospitalières

Plus en détail

MANAGER des VENTES MAGASINS REUNION ou GUYANE. Magasin de 1200m² qui existe depuis novembre 2013, équipe de 7 personnes.

MANAGER des VENTES MAGASINS REUNION ou GUYANE. Magasin de 1200m² qui existe depuis novembre 2013, équipe de 7 personnes. LA SOCIETE Notre client, CAFOM, acteur majeur du secteur de la grande distribution spécialisée dans l équipement de la maison (meubles et décoration) recherche son : MANAGER des VENTES MAGASINS REUNION

Plus en détail

NOS SEMINAIRES. Catalogue des séminaires et certificats Page 1

NOS SEMINAIRES. Catalogue des séminaires et certificats Page 1 NOS SEMINAIRES Catalogue des séminaires et certificats Page 1 - COMPTABILITE FINANCIERE MF 100 MF 101 MF 102 MF 103 MF 104 MF 105 MF 106 MF 107 MF 108 MF 109 MF 110 MF 111 MF 112 MF 113 MF 114 MF 115 MF

Plus en détail

COFOR SANTE. Une ACTUALITÉ en ACCRÉDITATION SANTÉ (contenu de nos interventions pages suivantes)

COFOR SANTE. Une ACTUALITÉ en ACCRÉDITATION SANTÉ (contenu de nos interventions pages suivantes) COFOR SANTE Des interventions* en : - Communication - Management - Relation client - Qualité - Gestion Une ACTUALITÉ en ACCRÉDITATION SANTÉ (contenu de nos interventions pages suivantes) * cf. nos programmes

Plus en détail