Activités du Groupe Stockage de produits liquides industriels. STOCKAGE de PRODUITS LIQUIDES INDUSTRIELS

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Activités du Groupe Stockage de produits liquides industriels. STOCKAGE de PRODUITS LIQUIDES INDUSTRIELS"

Transcription

1 4 Rapport annuel 2006 Activités du Groupe Stockage de produits liquides industriels STOCKAGE de PRODUITS LIQUIDES [42] INDUSTRIELS

2 [43] Rapport annuel 2006 Stockage de produits liquides industriels

3 4 Rapport annuel 2006 Activités du Groupe Stockage de produits liquides industriels LEXIQUE Additivation : Ajout aux carburants de très petites quantités de produits améliorant les performances. Bioéthanol : Éthanol d'origine agricole obtenu après transformation de céréales ou de betteraves, pouvant être incorporé directement dans l'essence. Carburéacteur : Combustible pour moteur d avion à réaction ou à turbine. Contango : Situation dans laquelle les prix à terme sont plus élevés que les prix spots, le différentiel permettant de dégager un profit à l issue de la période de stockage du produit. [44] E.E.G : Emulsion d Eau et de Gazole. En partenariat avec GECAM 0#, à Rouen, Rubis Terminal produit du gazole blanc (EEG) avec 10 % d eau, ce qui diminue les rejets dans l atmosphère. E.M.C : Ester Méthylique de Colza. E.M.H.V : Esters Méthyliques d'huiles Végétales, obtenus à partir d'une estérification d'huiles végétales (colza ou tournesol) par du méthanol. Ils s'incorporent dans le gazole. ETBE : Ether Butylique Tertiaire Ethylique généralement utilisé comme additif d essence d oxygénation dans la production de l essence du pétrole brut. Inertage : Procédé qui permet de ne provoquer aucune réaction des corps avec lesquels ils sont en contact. Mélasse : Sous-produit du raffinage de la betterave à sucre ou de la canne à sucre, matière utilisée en distillerie, en pharmacie et dans la préparation des aliments destinés au bétail, en remplacement des farines animales. Oléagineux : Ensemble des végétaux (colza, tournesol, arachide, palme) utilisés pour la production d huiles d origine agricole. Prix spot : Prix négociés au jour le jour sur le marché physique des produits pétroliers.

4 RUBIS TERMINAL c est déjà : m3 de capacité de stockage tonnes de trafic en sortie terminaux Une gamme de produits stockés allant des produits pétroliers (gazole, essence, fioul lourd) aux produits chimiques (soude, styrène, méthanol), et aux produits agro-industriels (engrais, éthanol, huiles végétales, mélasses*) L unique centre de distribution en France en 2006 d essence additivée* à l éthanol à Rouen et à Strasbourg L unique et ce sera en 2007 : producteur en France aujourd hui d une émulsion d eau dans le gazole avec son partenaire, filiale de Pirelli [45] - Des capacités nautiques accrues avec un nouveau quai pour navires de tonnes à Dunkerque et une nouvelle jetée pour navires de tonnes à Rouen - La construction de nouveaux bacs ( m 3 à Rouen, m 3 pour l éthanol à Strasbourg) - Le stockage d une gamme plus étendue de biocarburants (E5, E85 : essences avec 5 % ou 85 % d éthanol, B5, B30 : gazoles avec 5 % ou 30 % d EMHV*) - De nouveaux postes de chargement en source (un à Saint Priest et un à Strasbourg) Rapport annuel 2006 Stockage de produits liquides industriels

5 4 Rapport annuel 2006 Activités du Groupe Stockage de produits liquides industriels Depuis 1994, RUBIS a construit, par étapes, sous l égide de RUBIS TERMINAL, le premier groupe de stockage de produits liquides en France, employant aujourd hui un effectif de 185 personnes. produits liquides industriels, aussi variés que les hydrocarbures raffinés, les produits chimiques, les engrais, la mélasse* et autres produits tels que les huiles alimentaires. [46] Le métier de stockiste qu exerce RUBIS consiste à stocker, dans des installations détenues en propre, des produits qui restent la propriété des clients. En parallèle, sont fournies des prestations de services connexes telles que l additivation*, le mélange ou l enfûtage. La localisation stratégique de ses terminaux permet à RUBIS TERMINAL de détenir une position-clé dans le traitement des flux d importations et d expéditions de Ses principaux clients sont : - les hypermarchés et supermarchés pour le stockage de carburants, - les compagnies pétrolières qui optimisent leurs coûts logistiques, - les chimistes qui externalisent la fonction logistique, - et les traders, intermédiaires sur les marchés internationaux des produits pétroliers, des engrais et autres produits liquides industriels. DONNÉES CHIFFRÉES Variation (en M ) /2005 (en %) Chiffre d'affaires 172,3 182,3 5,8 % dont : stockage/prestations 56, ,4 % négoce 115,6 119,7 3,5 % Résultat Brut d'exploitation (RBE) 29,2 34,2 16,9 % Résultat Opérationnel Courant (ROC) 21,1 26,2 24,4 % Capacité d'autofinancement 19,9 22,4 12,6 % Investissements 9,5 11,1 -

6 PRODUITS PÉTROLIERS Provenance : Allemagne, Belgique, France, Grande-Bretagne, Pays-Bas, Russie. Destination : Allemagne, France, Suisse Les dépôts de RUBIS TERMINAL constituent un maillon essentiel de l économie du pétrole. A la charnière entre les fonctions d approvisionnement et de distribution, ils sont utilisés par tous les opérateurs du marché : centrales d achats de la grande distribution, opérateurs indépendants, raffineurs, traders. Le recours à des dépôts de stockage leur permet : - d organiser la distribution vers les points de consommation (stations-service et consommateurs directs), - d entreposer des produits en période contango, c est-à-dire lorsque les prix à terme sont supérieurs aux prix spot*, - d assurer la sécurité et la diversité des approvisionnements, entre les ressources locales et nationales et l importation, - de réaliser préalablement à la mise sur le marché des opérations d additivation* des produits, soit en incorporant des additifs de performance, soit par mélanges avec des biocarburants : ester méthylique d huile végétale (EMHV)* pour le gazole, ou éthanol pour l essence. [47] Le durcissement des contraintes réglementaires et la hausse des coûts induits, poussent à la poursuite de fermetures de dépôts concurrents mal positionnés ou trop petits. La massification des enlèvements sur les sites les plus sûrs, les mieux situés et les mieux équipés, profite à l ensemble des établissements du Groupe. Les efforts d investissements de mise en conformité et d adaptation des moyens de chargement consentis depuis plusieurs années se trouvent justifiés et récompensés. Le gouvernement a lancé en 2005 un plan biocarburant destiné à encourager l additivation d EMHV* (esters méthyliques produits à partir d huiles végétales de colza principalement) dans le gazole, et d éthanol ou Rapport annuel 2006 Stockage de produits liquides industriels

7 4 Rapport annuel 2006 Activités du Groupe Stockage de produits liquides industriels [48] d ETBE* (produits à partir de betteraves sucrières principalement) dans les essences. Les taux d additivation admis vont progresser de 5 % en 2005 jusqu à plus de 10 % en RUBIS TERMINAL, en concertation avec ses grands clients, a mené une politique active pour faciliter la mise en place de ces additivations sur ses sites : - Le gazole est additivé avec de l EMHV* sur les sites de Rouen, Dunkerque, Strasbourg, Brest, et Village Neuf - Après une expérience pilote d incorporation directe de bioéthanol* dans le supercarburant menée avec succès sur le terminal de Strasbourg en 2005, les clients hypermarchés ont lancé une opération de grande envergure sur le site de Rouen en 2006, où toutes les essences, soit un volume annuel de m 3, sont additivées à l éthanol. ENGRAIS LIQUIDES Provenance : Algérie, Bulgarie, Lituanie, Pologne, Roumanie, Russie Destination : Belgique, France En 2006, les expéditions se sont élevées à tonnes, soit 43 % du marché national. Le dépôt de Rouen constitue le plus gros centre d importations d engrais liquides en Europe. Les produits stockés y sont utilisés dans les zones de grande culture de la moitié nord de la France : Picardie, Beauce, Champagne-Ardenne, Berry. Dunkerque, qui participe à l approvisionnement du nord de la France, de la Champagne et du sud de la Belgique développe ses positions en s appuyant sur ses liaisons ferroviaires. - La consommation est très saisonnière et concentrée sur le printemps. II faut donc à la fois disposer de capacités de stockage importantes et des moyens de chargement proportionnés. - L'application d'engrais, avec des volumes globalement stables, tend à être plus précise et efficace. On assiste au développement de formules de mélanges associant à l'azote d'autres composants, soufrés ou phosphatés. RUBIS TERMINAL accompagne les distributeurs dans cette voie et met en place des systèmes d'additivation* et de mélange, s'orientant ainsi vers des prestations à plus forte valeur ajoutée. FIOULS LOURDS Le fioul lourd avait disparu des trafics de RUBIS TERMINAL avec le désintérêt progressif des industriels pour alimenter leurs chaudières avec ce type de combustible. Néanmoins, une utilisation subsiste dans les centrales thermiques, en appoint pour le chauffage urbain, et chez certains industriels. Les qualités requises étant de moins en moins disponibles dans les raffineries hexagonales, des capacités d importation doivent être mises en service pour en permettre l approvisionnement. En 2006, des travaux ont été engagés sur Rouen pour stocker des quantités plus importantes de fioul lourd basse teneur en soufre; par des barges dédiées, elles alimentent notamment la centrale de Porcheville. EDF, recourant davantage aux centrales thermiques, remet en service de nouvelles tranches après les avoir améliorées pour les rendre moins polluantes. L existence de moyens logistiques adaptés est essentielle pour la filière : - L'importation d'engrais fabriqués dans des zones riches en gaz, qui représente déjà plus de 50 % de la consommation, va continuer à se substituer aux productions locales et nécessitera de grosses capacités d'accueil.

8 PRODUITS CHIMIQUES Origine : Zone ARA (Amsterdam, Rotterdam, Anvers), Allemagne, Espagne, France, Grande-Bretagne, Italie, Lybie, Syrie, Suisse, Suède, Ukraine, USA, Vénézuela Destination : Allemagne, Belgique, Espagne, Estonie, France, Hongrie, Italie, Inde, Pays-Bas, Suisse Avec des sites à Dunkerque, Rouen, Villeneuve-la- Garenne en région parisienne, Salaise sur Sanne au sud de Lyon et Strasbourg, RUBIS TERMINAL offre à ses clients un véritable maillage géographique, associant des moyens fluviaux ou maritimes, ferroviaires et routiers. Le développement des biocarburants a entraîné un accroissement massif et rapide des flux d oléagineux* : Sur Dunkerque, le trafic annuel est passé en 2 ans de à tonnes. Les unités de production de biocarburant doivent en effet être approvisionnées en huiles, et font appel à des origines et des qualités de plus en plus diversifiées : l importation doit compléter la production nationale, et au colza viennent s ajouter des huiles de soja, de tournesol, de palme, ainsi que des graisses animales et des huiles de friture. Les obligations réglementaires et environnementales rendent contraignant le stockage de certains produits, y compris dans les unités de production. RUBIS TERMINAL a adapté ses outils à ces produits difficiles, en augmentant ses capacités inox, les réservoirs de petite capacité et les équipements particuliers de chauffage, d isolation, d inertage* à l azote ou à l air appauvri et de retour gaz. Grâce à cette nouvelle offre, RUBIS TERMINAL a pu offrir des solutions adaptées à ses clients, aussi bien pour la gestion à moyen terme de flux pérennes, que pour répondre à des problèmes ponctuels et urgents. AGRO-ALIMENTAIRE Origine : Argentine, Cuba, Danemark, Egypte, Gambie, Iran, Islande, Italie, Maroc, Pakistan, Pérou, Pologne, Soudan, Turquie, Ukraine Destination : Grande-Bretagne, Inde, Irlande, Italie, Pays-Bas Une part significative des capacités de Rouen et de Dunkerque est consacrée à cette famille de produits dans laquelle sont regroupés les oléagineux*, les mélasses* et des coproduits issus de l industrie du sucre, de la levure et de l amidon. Les installations de RUBIS TERMINAL, qui permettent à la fois de traiter de gros volumes et de ségréguer les qualités, offrent à ces industries l outil souple et flexible que nécessite leur activité. RUBIS TERMINAL a enregistré en 2006 une progression soutenue de ses activités de prestations de stockage (+ 9 % en trafic) dans un périmètre identique à celui de Cette performance qui a concerné essentiellement les oléagineux et les produits pétroliers s explique largement par le développement des biocarburants : des flux croissants d huiles végétales viennent approvisionner les unités de fabrication, tandis que les contraintes liées à leur incorporation aux carburants d origine fossile, nécessitent l achat et la mise en place de qualités spécifiques pour ces derniers. Par ailleurs on a assisté à une progression notable et durable des importations de fioul lourd, les qualités à très basse teneur en soufre autorisées à la consommation en Europe étant de moins en moins produites par les raffineries françaises, qui se spécialisent davantage sur la production de gazole et de carburéacteur*. [49] Rapport annuel 2006 Stockage de produits liquides industriels

9 4 Rapport annuel 2006 Activités du Groupe Stockage de produits liquides industriels CAPACITÉ GLOBALE CAPACITÉS ATTRIBUÉES SORTIES de PRODUITS RECETTES (en milliers de m 3 ) (en milliers de tonnes) (en %) (en milliers d euros) (en %) Pétrole Produits lourds Engrais Oléagineux* Mélasses * Produits chimiques TOTAL [50] ÉVOLUTION des CAPACITÉS de STOCKAGE de CARBURANTS, de GAZOLE et de FIOUL DOMESTIQUE En stockage de distribution, on observe une tendance à la concentration sur les grosses unités, avec la disparition progressive des stockages de faible capacité à trafic réduit, ne disposant pas des moyens financiers pour faire face aux investissements réglementaires de sécurité et d environnement. (en milliers de m 3 ) Nombre de terminaux Capacité Capacité moyenne 42,55 50,10 51,74 (source : Comité Professionnel du Pétrole) En façade maritime fluviale, on recense une trentaine de dépôts offrant l accès à des produits d importation totalisant une capacité de 6,5 millions de m 3 dont 15 % sont contrôlés par RUBIS. POSITION de RUBIS TERMINAL dans la LOGISTIQUE des CARBURANTS et des FIOULS Dans chaque grande zone de chalandise, RUBIS TERMINAL détient une part de marché significative face aux dépôts de la concurrence et aux gares de raffineries. Sur les 16 millions de tonnes de gazole importées en France en 2006, environ 25 % ont transité par les dépôts de RUBIS TERMINAL. DUNKERQUE Nord Pas-de-Calais Part de marché estimée 31 % Consommation de la zone * Sorties de produits 971 * ROUEN Haute Normandie Picardie Ile de France (50%) Part de marché estimée : 39 % Consommation de la zone * Sorties de produits * BREST Bretagne Part de marché estimée 23 % Consommation de la zone * Sorties de produits 811 * SAINT-PRIEST Rhône-Alpes Part de marché estimée 23 % Consommation de la zone * Sorties de produits 1 477* STRASBOURG-MULHOUSE Alsace-Lorraine Part de marché estimée 36 % Consommation de la zone * Sorties de produits * * (en milliers de tonnes) source : Comité Professionnel du Pétrole.

10 ÉVOLUTION des TRAFICS de CARBURANT et de FIOUL de RUBIS TERMINAL Sur ses zones de chalandise, RUBIS TERMINAL accroît ses parts de marché : (en milliers de tonnes) RUBIS TERMINAL (Variation annuelle) 16,5 % 6,8 % 1,6 % 7,7 % 6.4% Consommation dans les zones de chalandise des dépôts de RUBIS TERMINAL (Variation annuelle) 0 % - 0,1-6,5% 3.8% Part de marché de RUBIS TERMINAL 25 % 27% 26 % 30 % 31% PROJETS de DÉVELOPPEMENT RUBIS TERMINAL s'est concentré sur ses projets de développement en Europe du nord et sur la construction de nouvelles capacités en France : - A Rotterdam (Pays-Bas), lancement fin 2006 de la construction d une première tranche de m3 sur le site de Botlek, pour une mise en service début Ce terminal aura une activité pétrolière et chimique, et disposera à terme d une capacité de m 3. - A Rouen, construction en 2007 de deux réservoirs d une capacité totale de m3. - A Salaise-sur-Sanne, obtention en 2006 de l autorisation de stocker des acides et des déchets industriels liquides, en complément des autres produits déjà autorisés. - A Strasbourg, construction d un réservoir de m 3 pour y stocker de l éthanol ainsi qu un nouveau poste source pour les produits distillés (essence et pétrole). - Des projets d extension sont en cours pour étendre les capacités : m 3 d engrais liquides et m 3 de produits chimiques à Rouen, m 3 de gazole et de carburéacteur* à Brest, m 3 de produits chimiques à Salaise-sur-Sanne. Sur Dunkerque, il est prévu de disposer d un appontement supplémentaire pour accompagner la forte croissance du trafic d oléagineux*. Dans un marché peu dynamique, l activité de négoce a maintenu ses volumes et amélioré ses marges en 2006 tant dans le domaine traditionnel de la revente de gazole et de fioul qu au travers de l association avec le groupe PIRELLI au sein de GECAM 0# pour la commercialisation d une émulsion d eau dans le gazole (EEG)*, produit qui permet de réduire les émissions de particules et de gaz à effet de serre. [51] Rapport annuel 2006 Stockage de produits liquides industriels

11 4 Rapport annuel 2006 Activités du Groupe Stockage de produits liquides industrielstockage de produits liquides industriels Situé à Botlek, au cœur du port de Rotterdam, premier port d Europe avec un trafic de 370 millions de tonnes par an, le terminal de RUBIS offrira à terme une capacité de m3 avec un accès ferroviaire et des accès maritimes très supérieurs à ceux des autres opérateurs (trois jetées pour navires de haute mer, une jetée barge). Dans un contexte où la rapidité des opérations maritimes et la réduction des temps d escale sont des enjeux essentiels de la logistique, ce terminal disposera d un avantage compétitif décisif. Les travaux ont commencé en avril 2007 pour une livraison courant 2008 d une première tranche de m3, offrant des capacités pour stocker une très large gamme de produits pétroliers, chimiques et agroindustriels. [52] RUBIS s appuiera sur son expérience des produits pétroliers, chimiques et agro-alimentaires et son expertise dans le domaine du stockage et de l incorporation des biocarburants, pour trouver toute sa place à Rotterdam. ROTTERDAM

12 RUBIS TERMINAL : UN PIONNIER des BIOCARBURANTS A Rouen, l incorporation de biodiesel commence en 1994, lors du démarrage de la première usine Diester Industries à Compiègne. Il s agissait alors de mélanger de l ester méthylique de colza à du fioul domestique, et à du gazole réservé à des flottes de poids lourds. A partir de 1998, l incorporation prit une nouvelle dimension : en effet, la teneur en soufre du gazole ayant été réduite, il devint nécessaire de lui substituer un agent lubrifiant. Parmi les différentes solutions possibles, l additivation* du gazole avec 2 % d EMHV* s avéra l une des plus économiques et efficaces et fut mise en place dans tous les sites RUBIS. Depuis 2005, et l accélération impulsée par les pouvoirs publics sur la politique biocarburants, nos terminaux ont été adaptés pour additiver à hauteur de 5 % l ensemble des gazoles reçus, avant leur réexpédition. En 2006, m 3 d EMHV* ont été incorporés dans nos différents terminaux. Désormais massive et systématique, l incorporation de biodiesel tend à se complexifier : les origines, et la composition des EMHV* se sont diversifiées : pour compléter le colza, les producteurs utilisent désormais des huiles de tournesol, de palme et de soja, ainsi que des graisses animales et des huiles de fritures. Tous ces produits ont des propriétés, et en particulier des teneurs au froid différentes, dont il va falloir tenir compte lors de leur mélange au gazole. L autre volet du développement des biocarburants concerne l éthanol, et son incorporation dans les essences. C est un sujet plus récent, car l incorporation directe d éthanol dans l essence n est autorisée en France que depuis 2004, et plus délicat, du fait du caractère hydrophile et inflammable de l éthanol, et de l accroissement de volatilité qu amène son mélange à l essence. Ceci impose d utiliser des bases essence à basse volatilité, et de respecter scrupuleusement les taux d additivation*, pour obtenir au chargement un produit conforme à l ensemble des spécifications. Une première expérience a été menée depuis fin 2004 à Strasbourg, consistant à additiver à l éthanol le SP95 distribué par l un des principaux opérateurs du terminal. En 2005, l ensemble des acteurs de la grande distribution ont décidé de mener une expérience d envergure nationale pour appuyer l utilisation du bioéthanol, et ont choisi le terminal RUBIS de Rouen pour sa mise en œuvre. Depuis mai 2006, toutes les essences chargées à Rouen, soit m 3 par an, sont additivées à 5 % d éthanol. Enfin, c est dans nos dépôts de Strasbourg et de Rouen qu ont été réalisés depuis mi 2006 les premiers chargements en France d E85 (superéthanol), composé de 85 % d éthanol et 15 % d essence. Sur ces nouveaux marchés RUBIS entend être l acteur logistique exemplaire et innovant. [53] Rapport annuel 2006 Stockage de produits liquides industriels

13 4 Rapport annuel 2006 Activités du Groupe Stockage de produits liquides industriels Papy, ça va durer longtemps la remise de la médaille? Tu sais, je vais retrouver mes anciens collègues, alors!!! Dis Papy, après, on pourra visiter le dépôt? Décidemment, tu ne te lasses pas,toi! Tu as bien grandi! Tu viens encore pour un devoir de classe? J accompagne Papy à la remise de la médaille, mais j préfèrerais visiter le dépôt! [54] Va profiter des petits fours!!! Je m occupe de lui. On va donner à manger aux bestioles. Cette année, en chimie, on apprend la protection de la planète. Vous vous sentez concernés ici? Ah oui! Papy m a parlé des bactéries. Mais c est une de nos priorités! et depuis longtemps. RUBIS TERMINAL manipulant des produits volatils comme l essence, l éthanol ou le méthanol, a mis en place différentes mesures pour limiter les évaporations d air saturé en vapeurs d essence.

14 Avec par exemple un toit qui flotte et qui empêche le produit de s évaporer Les bacs de stockages sont des sources d évaporation du produit stocké. Un joint permet d isoler complètement le liquide du ciel gazeux du réservoir en assurant une étanchéité parfaite entre le toit flottant et la robe du réservoir. Mais comment empêcher cela? Est-ce qu on vérifie l étanchéité des écrans? Les canalisations qui transportent les produits sont étanches, mais les bacs sont des sources d évaporation principalement lors du remplissage. Pour éviter cela, les bacs peuvent être équipés d écrans flottants internes ou de toits flottants, technique utilisée pour les produits pétroliers volatils tels que les essences ou les kérosènes. Ce bac de m3 perdrait 260 tonnes par an d essences volatilisées si nous ne faisions rien! Tous les mois pour vérifier que l écran ou son joint ne sont pas abîmés, un opérateur fait une mesure d explosivité dans le ciel gazeux du bac afin de s assurer que le toit joue son rôle de protecteur de l environnement. Ceci permet également de réduire considérablement le risque d explosion ou d inflammation en supprimant toute atmosphère explosive dans le ciel du bac. [55] Ici, on remplace l air du bac par une couverture d azote qui retient le produit chimique. J ai appris en cours que l air contient 80 % d azote et qu il n est pas considéré comme un polluant. Ici aussi il y a des évaporations lorsqu ils chargent les produits? Exact, mais les vapeurs sont collectées et acheminées à l unité que tu aperçois derrière. Quand le bac est en remplissage de produits chimiques volatils, l azote est chassé hors du bac. Quand le bac est en vidange, on ajoute de l azote dans le bac. L inertage des bacs présente l avantage de supprimer l oxygène à l intérieur du ciel gazeux du réservoir. Lors du chargement, les vapeurs sont collectées par le bras vapeur et acheminées par une canalisation vers une URV à charbon actif. Ce filtre piège les molécules d essences. Ce procédé est appelé l adsortion. L air filtré ressort épuré de ses polluants. L essence liquide récupérée est renvoyée vers un bac de stockage. Chaque année, environ 450 m 3 d essences sont ainsi récupérées. Rapport annuel 2006 Stockage de produits liquides industriels

15 4 Rapport annuel 2006 Activités du Groupe Stockage de produits liquides industriels Cet endroit peut être pollué par les égouttures? Là tu soulèves le problème du traitement de l eau. RUBIS TERMINAL manipule des produits susceptibles de polluer les eaux superficielles ou souterraines. Les aires où des égouttures sont susceptibles de polluer sont toutes étanches (cuvettes de rétention, aires de chargement et déchargement des camions ou wagons, pomperies, pistes de circulations des camions). Sur ces aires étanches les eaux pluviales susceptibles d être polluées par des égouttures sont collectées et envoyées dans des bacs de stockage avant traitement. Les eaux polluées en engrais font appel à un traitement biologique qui dégrade les nitrates en azote gazeux non polluant. Alors, c est là le bac ensemencé de bactéries dont m a parlé Papy. C est ça les bestioles? [56] Tous les jours, un opérateur de RUBIS TERMINAL transfère environ 100 m 3 d eau chargée en engrais liquide dans un bac de traitement, muni d un système de chauffage autonome, pour assurer une température constante nécessaire à la vie et à la reproduction des bactéries. Sais-tu que ces bestioles consomment 100 à 200 kilos de sucre par semaine? Il faut les choyer, c est elles qui purifient l eau polluée. o Bonjour les caries! Les bactéries doivent vivre dans un milieu adapté pour trouver les éléments nutritifs nécessaires à la réalisation de la dégradation de l azote et à leur multiplication. En fonction des échantillons prélevés, l opérateur apporte les corrections nécessaires pour que la température de l eau ne soit jamais inférieure à 15 C, pour ajouter du sucre, du phosphate et du bicarbonate de soude, et pour augmenter ou diminuer l apport en oxygène dans le milieu.

16 Papy, je suis là!!, c est super! Tu vois Papy, cette eau est quasiment pure grâce aux bactéries! Tu reviens quand tu veux, ici il se passe toujours quelque chose de passsionnant. Merci pour tout Je n aurais jamais cru qu ils s investissent autant pour l environnement! C est incroyable les investissements qu ils font pour protéger l air et l eau. Mais, c est tellement important de préserver notre environnement! [57] Le groupe RUBIS depuis des années, s engage activement dans la protection de l environnement, ce qui explique que tous les investissements de RUBIS TERMINAL ont toujours une composante importante relative notamment au traitement de l air et de l eau. Ah, vous voila vous deux. Regardez, je vous ai fait une tarte au sucre. Une tarte au sucre!!! Aie! Aie! Aie! Attention aux caries!!! Ça, c est une autre histoire!!! à suivre Rapport annuel 2006 Stockage de produits liquides industriels

17 4 Rapport annuel 2006 Activités du Groupe DISTRIBUTION de GPL et de PRODUITS [58] PÉTROLIERS

18 [59] Rapport annuel 2006

19 4 Rapport annuel 2006 Activités du Groupe LEXIQUE Butane : Hydrocarbure liquéfié saturé de formule C4H10. La France est structurellement importatrice de butane. Centre emplisseur : Installation permettant le conditionnement des bouteilles de butane et de propane. Conditionné : Butane et propane distribués en bouteilles de 13 kg ou 35 kg. G.M.S. : Grandes et Moyennes Surfaces. [60] GPL : Abréviation de Gaz de Pétrole Liquéfiés. Les GPL, composés principalement de butane et de propane, sont extraits du pétrole brut par raffinage ou par simple opération de séparation sur champs. Les GPL, dépourvus d oxyde de carbone dans leur composition, constituent une énergie performante, écologique et économique. On distingue trois catégories d usage pour les GPL : combustible, carburant automobile et matière première pour la pétrochimie. Les GPL sont présents dans les secteurs économiques tels que le résidentiel (usage domestique de base : cuisson, eau chaude, chauffage), l agriculture, l industrie et la carburation. GPL-carburant : Mélange de butane et de propane pour l usage de la carburation automobile. Petit-vrac domestique : Dénomination de la clientèle dont la consommation des GPL n excède pas deux tonnes par an. Propane : Hydrocarbure liquéfié saturé, de formule C3H8. La France est structurellement importatrice de propane. Relais-vrac : Unité de stockage de vrac servant de relais logistique entre un dépôt massif d importation et la clientèle terminale. Trading GPL : Ensemble d opérations de négoce sur les Gaz de Pétrole Liquéfiés. Vrac : Dénomination pour les GPL livrés dans des réservoirs mis à la disposition de la clientèle.

20 RUBIS ÉNERGIE c est déjà : tonnes de GPL m3 de carburants et 360 m 3 de lubrifiants tonnes de bitumes 24% dans la raffinerie des Antilles 66 stations-service dans les Caraïbes 343 stations GPL-carburant en France métropolitaine [61] et ce sera en 2007: - De nouvelles capacités de stockage et des installations répondant au développement de nos activités - La transposition du Programme d Orientation sur la Politique Energétique - Un nouveau marché pour le GPL-carburant - Un positionnement sur les énergies renouvelables - Une campagne de rénovation de nos stations-service aux Antilles et Guyane françaises - L optimisation de l Espace Client Rapport annuel 2006

21 4 Rapport annuel 2006 Activités du Groupe [62] RUBIS ÉNERGIE, sous la marque VITOGAZ (1939), distribue des gaz de pétrole liquéfiés (GPL) plus connus sous les appellations de butane* et de propane*. Les GPL répondent notamment aux besoins des particuliers, industriels, agriculteurs, éleveurs et responsables de collectivités et servent à la fois à la cuisson, à la production d eau chaude sanitaire, au chauffage et s emploient dans de multiples applications techniques. RUBIS ÉNERGIE, sous la marque GAZ L, distribue du GPL-carburant (GPL-c) et est implanté dans 343 stations-service en Grandes et Moyennes Surfaces (GMS) ainsi que dans les stations-service BP distribuant du GPL-c sur le réseau routier et autoroutier français. CHIFFRES CLÉS CONSOLIDÉS (en M ) Variation 2005/2006 (en %) Chiffre d affaires consolidé 177,3 546, % Résultat Brut d Exploitation (RBE) 23,2 35,7 + 54% Résultat Opérationnel Courant (ROC) 17,9 23,9 +33 % - France 13,2 9,8-25 % - Caraïbes 0,7 8,6 ns - Afrique 4,1 5, % Capacité d autofinancement 13,5 25,3 + 87% Investissements 10,2 32,0 -

DISTRIBUTION de GPL et PRODUITS PÉTROLIERS 2005

DISTRIBUTION de GPL et PRODUITS PÉTROLIERS 2005 58 DISTRIBUTION de GPL et PRODUITS PÉTROLIERS 2005 DISTRIBUTION de GPL et PRODUITS PÉTROLIERS 2005 59 VITOGAZ vient de livrer le boulanger et moi je livre les croissants. Mais il est encore très tôt. Sais-tu

Plus en détail

Papy tu pourrais m aider à faire un devoir? Alors, on y va? Mais où?

Papy tu pourrais m aider à faire un devoir? Alors, on y va? Mais où? 42 STOCKAGE de PRODUITS LIQUIDES 2005 STOCKAGE de PRODUITS LIQUIDES 2005 43 Et n oubliez pas votre devoir! Papy tu pourrais m aider à faire un devoir? Bien sûr, de quoi s agit-il? Parfait, je te réserve

Plus en détail

Forte croissance des performances dans un contexte économique mondial déprimé et de volatilité historique des conditions d approvisionnements

Forte croissance des performances dans un contexte économique mondial déprimé et de volatilité historique des conditions d approvisionnements Faits marquants 2008 2 Faits marquants de l exercice 2008 Forte croissance des performances dans un contexte économique mondial déprimé et de volatilité historique des conditions d approvisionnements -

Plus en détail

LE SP95 E10: LA NOUVELLE ESSENCE EUROPEENNE

LE SP95 E10: LA NOUVELLE ESSENCE EUROPEENNE LE SP95 E10: LA NOUVELLE ESSENCE EUROPEENNE 0 Mars 2009 EN BREF Les raffineurs et les distributeurs français lancent en avril 2009 la future essence européenne: elle répond aux objectifs d incorporation

Plus en détail

DÉBAT NATIONAL SUR LA TRANSITION ÉNERGETIQUE

DÉBAT NATIONAL SUR LA TRANSITION ÉNERGETIQUE DÉBAT NATIONAL SUR LA TRANSITION ÉNERGETIQUE CONTRIBUTIONS PRÉLIMINAIRES DE LA FF3C AUX RÉFLEXIONS DU GROUPE DE CONTACT DES ENTREPRISES DE L ÉNERGIE Préambule La distribution d énergies hors réseaux (carburants

Plus en détail

DOSSIER DE PRESSE. Leader européen indépendant dans le stockage de produits liquides

DOSSIER DE PRESSE. Leader européen indépendant dans le stockage de produits liquides DOSSIER DE PRESSE Leader européen indépendant dans le stockage de produits liquides 2013 Rubis Terminal Leader européen indépendant dans le stockage de produits liquides Créé en 1877, RUBIS TERMINAL, filiale

Plus en détail

Energie. Panorama. Flux énergétique simplifié de la Suisse, en 2013. Reste Gaz. Pertes. Force hydraulique. Reste Gaz. Combustibles nucléaires

Energie. Panorama. Flux énergétique simplifié de la Suisse, en 2013. Reste Gaz. Pertes. Force hydraulique. Reste Gaz. Combustibles nucléaires Energie Panorama Flux énergétique Dans la nature, l énergie se présente sous forme de pétrole brut, de gaz naturel, d énergie hydraulique, d uranium, de rayonnement solaire, d énergie éolienne, etc. Avant

Plus en détail

Communiqué de presse. Terminal de stockage de GPL Jorf Lasfar : Fin des travaux d extension

Communiqué de presse. Terminal de stockage de GPL Jorf Lasfar : Fin des travaux d extension Communiqué de presse Terminal de stockage de GPL Jorf Lasfar : Fin des travaux d extension Afriquia Gaz continue d affiner sa stratégie de stockage 4 sphères pour le stockage de butane opérationnelles

Plus en détail

Les biocarburants chez TOTAL. Olivier Alexandre Directeur Recherche

Les biocarburants chez TOTAL. Olivier Alexandre Directeur Recherche Les biocarburants chez TOTAL Olivier Alexandre Directeur Recherche IFP, Panorama - 8 février 2007 2 IFP, Panorama Le contexte actuel Une demande européenne gravement déséquilibrée Doublement de la consommation

Plus en détail

BUTANE ET PROPANE UNE ÉNERGIE PERFORMANTE ET COMPÉTITIVE UNE GARANTIE POUR L ENVIRONNEMENT

BUTANE ET PROPANE UNE ÉNERGIE PERFORMANTE ET COMPÉTITIVE UNE GARANTIE POUR L ENVIRONNEMENT BUTANE ET PROPANE UNE ÉNERGIE PERFORMANTE ET COMPÉTITIVE UNE GARANTIE POUR L ENVIRONNEMENT Les gaz butane et propane sont des énergies propres, respectueuses de l environnement. Leur combustion est d excellente

Plus en détail

Quelle place pour les biocarburants parmi les carburants fossiles?

Quelle place pour les biocarburants parmi les carburants fossiles? Quelle place pour les biocarburants parmi les carburants fossiles? Journée Biocarburants 22 Janvier 2008 Benoit Engelen 3 objectifs majeurs Renforcer l indépendance énergétique du pays Réduire les gaz

Plus en détail

rubis - Rapport Financier Annuel - Document de Référence 2011

rubis - Rapport Financier Annuel - Document de Référence 2011 le scribe accroupi Entre 2620 et 2500 avant Jésus-Christ Calcaire peint, yeux incrustés de cristal de roche dans du cuivre Dimensions : 53 x 44 x 35 cm MUSéE DU LOUVRE, PARIS Photo RMN - Franck Raux 38

Plus en détail

Direction des affaires économiques : agriculture et énergie

Direction des affaires économiques : agriculture et énergie Direction des affaires économiques : agriculture et énergie 1. LE CONTEXTE NATIONAL. Augmentation des agréments de production des biocarburants défiscalisés pour atteindre le taux de 5,75% dans les essences

Plus en détail

Le bioéthanol. Le bioéthanol

Le bioéthanol. Le bioéthanol Le bioéthanol Le bioéthanol À VOS PLEINS, PRÊTS, ROULEZ!!! À VOS PLEINS, PRÊTS, ROULEZ!!! www.bioethanolcarburant.com Dossier de presse FÉVRIER 2015 Le bioéthanol en quelques mots De l énergie végétale

Plus en détail

OFP La Rochelle : Le 1 er Opérateur Ferroviaire Portuaire en exploitation!

OFP La Rochelle : Le 1 er Opérateur Ferroviaire Portuaire en exploitation! La Rochelle, le 11 octobre 2010 Dossier de presse OFP La Rochelle : Le 1 er Opérateur Ferroviaire Portuaire en exploitation! OFP La Rochelle Maritime Rail Services Afin d accompagner le développement portuaire,

Plus en détail

Repères sur la fiscalité pétrolière (DGEMP/DIREM, mise à jour février 2008)

Repères sur la fiscalité pétrolière (DGEMP/DIREM, mise à jour février 2008) Repères sur la fiscalité pétrolière (DGEMP/DIREM, mise à jour février 2008) Les taxes en vigueur en France La fiscalité sur les produits pétroliers est composée de deux éléments : les accises et la Taxe

Plus en détail

Esso S.A.F : Information trimestrielle au 31 mars 2010

Esso S.A.F : Information trimestrielle au 31 mars 2010 1- Environnement de l industrie du Raffinage-Distribution Un marché des produits pétroliers encore en repli La baisse de la demande en produits pétroliers sur le marché français observée depuis 2008, s

Plus en détail

Transport et mobilité

Transport et mobilité Transport et mobilité Migros attache une grande importance à la protection environnementale et climatique sur le plan du transport des marchandises. En 215, elle a intensifié la transition du transport

Plus en détail

FICHES THÉMATIQUES. Le commerce et la réparation automobile

FICHES THÉMATIQUES. Le commerce et la réparation automobile FICHES THÉMATIQUES Le commerce et la réparation automobile 2.1 Commerce, entretien et réparation automobile Le commerce de véhicules automobiles compte près de 24 entreprises en 4. Plus de 68 % des entreprises

Plus en détail

Culture familiale et ouverture sur le monde

Culture familiale et ouverture sur le monde > Culture familiale et ouverture sur le monde Il est dans notre culture d entreprendre, d investir dans de nouveaux projets, de croître internationalement. Location automobile à court terme CHIFFRES CLÉS

Plus en détail

Panorama des carburants fossiles et alternatifs et des véhicules en France

Panorama des carburants fossiles et alternatifs et des véhicules en France Panorama des carburants fossiles et alternatifs et des véhicules en France Rhônalpénergie-Environnement est l un des 14 partenaires du projet européen Altermotive (www.alter-motive.org) qui vise à recenser

Plus en détail

La distribution des produits pétroliers

La distribution des produits pétroliers La distribution des produits pétroliers L'industrie pétrolière et gazière en 28 En 28, les ventes de carburants automobiles des entrepositaires agréés ont diminué par rapport à 27. Le volume total vendu

Plus en détail

Céréales, Agro-Industrie Hub européen d excellence. Les solutions de l axe Seine

Céréales, Agro-Industrie Hub européen d excellence. Les solutions de l axe Seine Céréales, Agro-Industrie Hub européen d excellence Les solutions de l axe Seine HAROPA, 1er ensemble portuaire de France Le Port de Rouen, 1er Port européen d exportation de céréales, s est associé aux

Plus en détail

Réunion actionnaires. Strasbourg. 14 décembre 2011

Réunion actionnaires. Strasbourg. 14 décembre 2011 Réunion actionnaires Strasbourg 14 décembre 2011 Sommaire Général A la découverte d Edenred Stratégie Dernières tendances et perspectives 2011 Réunion actionnaires 14 décembre 2011 - Strasbourg 2 Sommaire

Plus en détail

Les énergies fossiles

Les énergies fossiles texte : Dan Strikowski énergies disponibles Les énergies fossiles Mazout, gaz, électricité, charbon La source d énergie joue un rôle prépondérant dans le choix du système de chauffage. Les trois sources

Plus en détail

Le trafic de marchandises chargées ou déchargées dans les ports français varie de 350 à 400 millions

Le trafic de marchandises chargées ou déchargées dans les ports français varie de 350 à 400 millions ACTIVITÉS ÉCONOMIQUES LITTORALES ET MARITIMES Trafic de Marchandises dans les Ports français en 211 et Évolution depuis 2 A RETENIR Economie maritime et des territoires littoraux Le trafic de marchandises

Plus en détail

Commerce intra-zone Euro : et maintenant, on va où?

Commerce intra-zone Euro : et maintenant, on va où? Commerce intra-zone Euro : et maintenant, on va où? Résumé : La création de la Zone Euro a participé au développement rapide des échanges entre ses membres. L Allemagne est l élément moteur de l essor

Plus en détail

Dossier de presse Filière bioéthanol

Dossier de presse Filière bioéthanol Dossier de presse Filière bioéthanol Pour plus d informations : France Betteraves Passions céréales Cécile Duval Tel : +33 1 44 69 41 36 Olivia Ruch Tél : + 33 1 44 31 10 36 cduval@cgb-france.fr o.ruch@passsioncereales.fr

Plus en détail

OBJECTIF FACTEUR /4. Le rôle du réseau de gaz dans la réduction des émissions de gaz à effet de serre à l horizon 2050.

OBJECTIF FACTEUR /4. Le rôle du réseau de gaz dans la réduction des émissions de gaz à effet de serre à l horizon 2050. OBJECTIF FACTEUR /4 Le rôle du réseau de gaz dans la réduction des émissions de gaz à effet de serre à l horizon 2050. Transition énergétique Le scénario GrDF GrDF exploite le réseau de distribution de

Plus en détail

La Fnac accélère sa transformation Forte progression des résultats en 2014

La Fnac accélère sa transformation Forte progression des résultats en 2014 Ivry, le 27 février 2015 La Fnac accélère sa transformation Forte progression des résultats en 2014 Accélération de la dynamique des ventes en 2014 Chiffre d affaires consolidé en croissance de +0,9% au

Plus en détail

La biomasse, source d énergie?

La biomasse, source d énergie? Paul MATHIS mathis.paul@orange.fr Editions Quae Dijon Le 11 octobre 2012 L énergie, c est quoi? L énergie, c est ce qui permet : de se chauffer, de cuire les aliments, de se déplacer, de faire marcher

Plus en détail

Projet de loi relatif à la transition énergétique pour une croissance verte. Propositions d amendements de l AFG

Projet de loi relatif à la transition énergétique pour une croissance verte. Propositions d amendements de l AFG Projet de loi relatif à la transition énergétique pour une croissance verte Propositions d amendements de l AFG 1 Sommaire : Article concerné Enjeu N Am Page Article 1 Afficher l objectif de réduction,

Plus en détail

RAPPORT FINANCIER 2013

RAPPORT FINANCIER 2013 RUBIS RAPPORT FINANCIER 2013 En ligne avec l objectif de «10 % de croissance des résultats» annoncé pour 2013, le résultat net affiche une croissance de 12 %, atteignant le niveau record de 104,7 M. Les

Plus en détail

Présentation de la Société NAFTAL

Présentation de la Société NAFTAL SOCIETE NATIONALE DE COMMERCIALISATION ET DE DISTRIBUTION DE PRODUITS PETROLIERS Filiale de SONATRACH, spa au capital social de 15 650 000 000 DA Présentation de la Société NAFTAL Mai 2014 Historique &

Plus en détail

Les biocarburants au Brésil

Les biocarburants au Brésil DIRECTION GENERALE POUR LES POLITIQUES EXTERNES DE L'UNION DIRECTION B - DEPARTEMENT THEMATIQUE - NOTE Les biocarburants au Brésil Contenu: Cette note décrit l évolution de la filière du bioéthanol au

Plus en détail

Lancement d ESTER (Electricité Solaire des Territoires) L électricité solaire compétitive

Lancement d ESTER (Electricité Solaire des Territoires) L électricité solaire compétitive Lancement d ESTER (Electricité Solaire des Territoires) L électricité solaire compétitive Communiqué de presse le 30 novembre 2011 Comment fournir au consommateur une électricité propre, de proximité et

Plus en détail

Les émissions de gaz carbonique (CO2)

Les émissions de gaz carbonique (CO2) Fiche 21 Les émissions de gaz carbonique (CO2) 1. Quelles émissions pour les différentes énergies fossiles? La quantité de CO2 produit par la combustion d une tep de combustible fossile dépend de sa composition

Plus en détail

L INDUSTRIE PÉTROLIÈRE FRANÇAISE EN 2014 ET PERSPECTIVES 2015 CONFÉRENCE DE PRESSE DU 10 MARS 2015

L INDUSTRIE PÉTROLIÈRE FRANÇAISE EN 2014 ET PERSPECTIVES 2015 CONFÉRENCE DE PRESSE DU 10 MARS 2015 L INDUSTRIE PÉTROLIÈRE FRANÇAISE EN 2014 ET PERSPECTIVES 2015 CONFÉRENCE DE PRESSE DU 10 MARS 2015 1 L ÉVÉNEMENT 2014 : FORTE BAISSE DU PRIX DU BARIL Source : UFIP avec des données Reuters 2 1 Marchés

Plus en détail

AUJOURD HUI ET DEMAIN ROULEZ MOINS CHER ET PLUS PROPRE

AUJOURD HUI ET DEMAIN ROULEZ MOINS CHER ET PLUS PROPRE DOSSIER DE PRESSE 2015 AUJOURD HUI ET DEMAIN ROULEZ MOINS CHER ET PLUS PROPRE 0,81 LE LITRE! Le GPL est le carburant le moins cher disponible à la pompe en France. Le GPL est plus économique que les carburants

Plus en détail

Le gaz naturel : une énergie qui répond aux enjeux du Grenelle de l Environnement. 4 décembre 2009

Le gaz naturel : une énergie qui répond aux enjeux du Grenelle de l Environnement. 4 décembre 2009 Le gaz naturel : une énergie qui répond aux enjeux du Grenelle de l Environnement Le Grenelle de l Environnement La genèse, les lois, les objectifs 2 Du Grenelle de l Environnement Juillet 2007 : 6 Groupes

Plus en détail

Une stratégie Bas Carbone

Une stratégie Bas Carbone Colloque UFE - Mardi 17 juin 2014 Une stratégie Bas Carbone au service de la Transition énergétique Comment réussir la Transition énergétique à moindre coût? 1 12 Contexte A la veille de la présentation

Plus en détail

Cours, prix et marges des produits pétroliers en France et dans l'union Européenne

Cours, prix et marges des produits pétroliers en France et dans l'union Européenne Cours, prix et marges des produits pétroliers en et dans l'union Européenne Cours hebdomadaire du pétrole brut spot et de l'euro Moyenne hebdo 16 oct. 15 9 oct. 15 variation Brent (en $/b) 49,62,23,61

Plus en détail

Rôle des banques centrales dans la promotion de l inclusion financière : référence au cas de l Algérie

Rôle des banques centrales dans la promotion de l inclusion financière : référence au cas de l Algérie Rôle des banques centrales dans la promotion de l inclusion financière : référence au cas de l Algérie Intervention de Mohammed Laksaci Gouverneur de la Banque d Algérie 21 e Conférence des Gouverneurs

Plus en détail

>> La bonne tenue du commerce auto se confirme, les difficultés de l après vente aussi.

>> La bonne tenue du commerce auto se confirme, les difficultés de l après vente aussi. 2 ème trimestre 20 Juillet 20 - N 21 >> La bonne tenue du commerce auto se confirme, les difficultés de l après vente aussi. Alors que 20 s annonçait comme l année de la reprise, l évolution de l activité

Plus en détail

RESULTATS 2014 Swiss Life France enregistre une bonne progression de son résultat associée à une croissance soutenue

RESULTATS 2014 Swiss Life France enregistre une bonne progression de son résultat associée à une croissance soutenue Paris, le 05/03/2015 RESULTATS 2014 Swiss Life France enregistre une bonne progression de son résultat associée à une croissance soutenue Swiss Life France annonce une progression de son résultat opérationnel

Plus en détail

PrimaGNL LE GAZ NATUREL LIQUÉFIÉ PAR PRIMAGAZ. L énergie est notre avenir, économisons-la!

PrimaGNL LE GAZ NATUREL LIQUÉFIÉ PAR PRIMAGAZ. L énergie est notre avenir, économisons-la! PrimaGNL LE GAZ NATUREL LIQUÉFIÉ PAR PRIMAGAZ L énergie est notre avenir, économisons-la! LE GNL UNE SOLUTION AUX MULTIPLES ATOUTS Avec l arrivée de PrimaGNL, le Gaz Naturel Liquéfié est désormais disponible

Plus en détail

Salon PRODEXPO SOMMAIRE 1-Communiqué de presse

Salon PRODEXPO SOMMAIRE 1-Communiqué de presse Dossier de presse Salon PRODEXPO SOMMAIRE 1- Communiqué de presse 2- Maroc-Fédération de Russie : Focus économique 3- Les atouts du Maroc agroalimentaire pour se positionner dans le marché russe. 4- Perspectives

Plus en détail

RAPPORT DE M. Jean GRENIER BIOCARBURANTS - PERSPECTIVES

RAPPORT DE M. Jean GRENIER BIOCARBURANTS - PERSPECTIVES CHAMBRE DE COMMERCE ET D INDUSTRIE DE CHALONS EN CHAMPAGNE DECEMBRE 2007 RAPPORT DE M. Jean GRENIER BIOCARBURANTS - PERSPECTIVES Après avoir rappelé quelques données actuelles concernant l émergence des

Plus en détail

LE RÔLE DES HYDROCARBURES DANS LA TRANSITION ÉNERGÉTIQUE

LE RÔLE DES HYDROCARBURES DANS LA TRANSITION ÉNERGÉTIQUE LE RÔLE DES HYDROCARBURES DANS LA TRANSITION ÉNERGÉTIQUE 1 LE RÔLE DES HYDROCARBURES DANS LA TRANSITION ÉNERGÉTIQUE : «CONSOMMER MOINS - CONSOMMER MIEUX» Évolutions du mix énergétique (Monde / Europe /

Plus en détail

Le service des essences des armées (Lettre du Président du 17 février 2005)

Le service des essences des armées (Lettre du Président du 17 février 2005) Le service des essences des armées (Lettre du Président du 17 février 2005) Le service des essences des armées (SEA) est un service interarmées relevant du Chef d Etat Major des armées et doté d un compte

Plus en détail

LE FIOUL DOMESTIQUE Une énergie en évolution. Fiche technique

LE FIOUL DOMESTIQUE Une énergie en évolution. Fiche technique Une énergie en évolution Fiche technique Edition mars 2011 sommaire Un fioul domestique p.2-3 plus respectueux de l environnement L élaboration p.4 La combustion p.5 Les caractéristiques p.6 La qualité

Plus en détail

Rapport au Ministre. sur la répercussion à la pompe de la baisse du prix du baril de pétrole brut intervenue début mai 2011

Rapport au Ministre. sur la répercussion à la pompe de la baisse du prix du baril de pétrole brut intervenue début mai 2011 REPUBLIQUE FRANÇAISE DIRECTION GENERALE DE LA CONCURRENCE, DE LA CONSOMMATION ET DE LA REPRESSION DES FRAUDES PARIS, LE 27 MAI 2011 BUREAU F1 Rapport au Ministre sur la répercussion à la pompe de la baisse

Plus en détail

SOCOFE et FLUXYS. ou la stratégie des réseaux

SOCOFE et FLUXYS. ou la stratégie des réseaux SOCOFE et FLUXYS ou la stratégie des réseaux Au centre de l Europe, la Belgique s affirme comme une véritable plaque tournante du gaz naturel. Le pays est dépourvu de cette précieuse ressource naturelle.

Plus en détail

Le Gaz Naturel désormais disponible partout en France

Le Gaz Naturel désormais disponible partout en France Le Gaz Naturel désormais disponible partout en France Le Gaz Naturel, vous y aviez déjà pensé? Vous êtes trop éloigné du réseau? (GNL). de nationalisation des secteurs de France, la vente de gaz naturel

Plus en détail

Actifs des fonds de pension et des fonds de réserve publics

Actifs des fonds de pension et des fonds de réserve publics Extrait de : Panorama des pensions 2013 Les indicateurs de l'ocde et du G20 Accéder à cette publication : http://dx.doi.org/10.1787/pension_glance-2013-fr Actifs des fonds de pension et des fonds de réserve

Plus en détail

E.ON France, troisième opérateur multi-énergies en France, acteur clé de l ouverture des marchés.

E.ON France, troisième opérateur multi-énergies en France, acteur clé de l ouverture des marchés. E.ON France, troisième opérateur multi-énergies en France, acteur clé de l ouverture des marchés. 2 3 E.ON, une dimension internationale Un grand énergéticien privé Né en 2000, le groupe E.ON est devenu

Plus en détail

3CB La Centrale à Cycle Combiné de Bayet

3CB La Centrale à Cycle Combiné de Bayet 3CB La Centrale à Cycle Combiné de Bayet Table des matières 07 3CB : une centrale nouvelle génération développée et exploitée par Alpiq 09 Historique du projet 11 Le cycle combiné : une technologie moderne,

Plus en détail

Rébus : Question : Quel est le principe de fonctionnement d une pile à combustible? Question : On dit que l hydrogène est un énergétique.

Rébus : Question : Quel est le principe de fonctionnement d une pile à combustible? Question : On dit que l hydrogène est un énergétique. ompléter la définition. Un accumulateur c est : Une pile électrique rechargeable, qui accumule de l énergie... sous forme... pour la restituer sous forme de... On dit que l hydrogène est un énergétique.

Plus en détail

Les énergies fossiles et renouvelables

Les énergies fossiles et renouvelables Les énergies fossiles et renouvelables Plan : Introduction : définition 1) En quoi consiste les deux sortes d'énergies? Sous quelle forme les trouve t-on? 2) Quels sont les avantages et les inconvénients?

Plus en détail

«Monographie de la Direction Provinciale de Mohammedia»

«Monographie de la Direction Provinciale de Mohammedia» Ministère de l Energie, des Mines, de l Eau et de l Environnement Département de l Énergie et des Mines Direction Provinciale de Mohammedia «Monographie de la Direction Provinciale de Mohammedia» Monsieur

Plus en détail

ENEREST GAZ NATUREL VEHICULE. Roulez, économisez, et préservez l environnement. Novembre 2010

ENEREST GAZ NATUREL VEHICULE. Roulez, économisez, et préservez l environnement. Novembre 2010 ENEREST GAZ NATUREL VEHICULE Roulez, économisez, et préservez l environnement Novembre 2010 Performant, écologique et économique, le GNV est une véritable alternative aux problématiques environnementales

Plus en détail

SITUATION DE LA PRODUCTION ET DES MARCHES CUNICOLES

SITUATION DE LA PRODUCTION ET DES MARCHES CUNICOLES SITUATION DE LA PRODUCTION ET DES MARCHES CUNICOLES 1. EVOLUTION DU PRIX DES MATIERES PREMIERES EN ALIMENTATION ANIMALE ET DES INDICES ALIMENT ITAVI AU MOINDRE COUT 1.1. DIMINUTION DU PRIX DES CEREALES

Plus en détail

Progression des résultats en 2015 La Fnac en position très favorable pour aborder de nouveaux défis

Progression des résultats en 2015 La Fnac en position très favorable pour aborder de nouveaux défis Ivry, le 17 février 2016 Progression des résultats en 2015 La Fnac en position très favorable pour aborder de nouveaux défis Stabilité du chiffre d affaires consolidé en 2015 Poursuite de la croissance

Plus en détail

CONTRIBUTION DES DIRIGEANTS DE GRANDS GROUPES ÉNERGÉTIQUES EUROPÉENS AU CONSEIL EUROPÉEN DES 20 ET 21 MARS 2014

CONTRIBUTION DES DIRIGEANTS DE GRANDS GROUPES ÉNERGÉTIQUES EUROPÉENS AU CONSEIL EUROPÉEN DES 20 ET 21 MARS 2014 CONTRIBUTION DES DIRIGEANTS DE GRANDS GROUPES ÉNERGÉTIQUES EUROPÉENS AU CONSEIL EUROPÉEN DES 20 ET 21 MARS 2014 La politique énergétique et climatique européenne se trouve à la croisée des chemins. Les

Plus en détail

Conférence internationale sur les Energies renouvelables et efficacité énergétique

Conférence internationale sur les Energies renouvelables et efficacité énergétique Conférence internationale sur les Energies renouvelables et efficacité énergétique Instruments novateurs en matière de politique et de financement pour les pays voisins au sud et à l est de l Union européenne

Plus en détail

Le pétrole et ses transformations

Le pétrole et ses transformations Le pétrole et ses transformations 3 Objectifs Connaître les produits dérivés du pétrole. Connaître la chaîne de transformation : du puits de pétrole à la pompe à essence. Prendre conscience des nombreuses

Plus en détail

eni, mécène exceptionnel du musée du Louvre

eni, mécène exceptionnel du musée du Louvre eni, mécène exceptionnel du musée du Louvre Le soutien à la culture dans les pays où elle opère et le lien avec les traditions et les communautés locales sont un trait distinctif d eni : l importance du

Plus en détail

Le chauffage aux granules de bois au Québec

Le chauffage aux granules de bois au Québec Le chauffage aux granules de bois au Québec Pierre-Olivier Morency, directeur Groupe granules, QWEB Colloque Agri-Énergie Shawinigan, 25 octobre 2012 Quebec Wood Export Bureau (QWEB) association d affaires

Plus en détail

Vers un nouveau modèle de société

Vers un nouveau modèle de société Vers un nouveau modèle de société Qu est-ce que la transition énergétique? L énergie est partout dans notre vie quotidienne : pour chauffer nos logements, pour faire fonctionner nos équipements, pour faire

Plus en détail

Information financière trimestrielle au 30 septembre 2012

Information financière trimestrielle au 30 septembre 2012 Information financière trimestrielle au 30 septembre 2012 Chiffre d affaires : En dépit d un contexte économique incertain, le groupe Capgemini a réalisé au 3 ème trimestre 2012 un chiffre d affaires consolidé

Plus en détail

Organisation du chapitre

Organisation du chapitre RéférenceS janvier 2013 Bilan social annuel du transport routier de marchandises (2011) Organisation du chapitre Ce chapitre décrit l activité des entreprises françaises du transport routier de marchandises

Plus en détail

Energies Renouvelables Au Sénégal. Evaluation et Résultats politiques

Energies Renouvelables Au Sénégal. Evaluation et Résultats politiques Energies Renouvelables Au Sénégal Evaluation et Résultats politiques Monsieur Louis Seck, Sénégal Ancien ministre des Energies Renouvelables Lseck2@yahoo.fr FICHE D IDENTITE DU SENEGAL PLAN DE L EXPOSE

Plus en détail

Saint-Quentin-Fallavier, une plateforme logistique exemplaire en matière de développement durable

Saint-Quentin-Fallavier, une plateforme logistique exemplaire en matière de développement durable Saint-Quentin-Fallavier, une plateforme logistique exemplaire en matière de développement durable Le Centre de Distribution de Saint-Quentin-Fallavier, l une des quatre plateformes logistiques de IKEA

Plus en détail

Dossier de presse. Imprimé sur du papier Double A. www.doubleapaper.fr

Dossier de presse. Imprimé sur du papier Double A. www.doubleapaper.fr Dossier de presse 2013 Imprimé sur du papier Double A Présentation de Double A La marque de papier Double A est fabriquée par Double A (1991) Public Company Limited, l'un des fabricants de pâte et de papier

Plus en détail

L ENERGIE Quebec. Édition 2002

L ENERGIE Quebec. Édition 2002 Édition 2002 au L ENERGIE Quebec Édition 2002 au L ENERGIE Quebec Édition 2002 Cette publication a été préparée par la Direction des politiques et des technologies de l énergie, Secteur de l énergie et

Plus en détail

TENDANCES RÉGIONALES RÉGION CORSE

TENDANCES RÉGIONALES RÉGION CORSE TENDANCES RÉGIONALES RÉGION CORSE JUILLET 2010 Tous les commentaires s appliquent à des données corrigées des variations saisonnières Les résultats des enquêtes sont désormais publiés selon la nouvelle

Plus en détail

Direction Territoriale de Strasbourg Mission Prospective et Développement BILAN DES TRAFICS 2012

Direction Territoriale de Strasbourg Mission Prospective et Développement BILAN DES TRAFICS 2012 Direction Territoriale de Strasbourg Mission Prospective et Développement BILAN DES TRAFICS 2012 Méthodologie : Pour l analyse des données reprises ci-après les sources sont les suivantes : Transport :

Plus en détail

Mission commerciale au MAROC portée par la CGPME en collaboration avec Erai Maroc

Mission commerciale au MAROC portée par la CGPME en collaboration avec Erai Maroc Mission commerciale au MAROC portée par la CGPME en collaboration avec Erai Maroc Caractéristiques du marché Cinquième puissance économique d Afrique, le Maroc est un pays émergent dynamique. Au cours

Plus en détail

COMMISSION DES COMMUNAUTES EUROPÉENNES

COMMISSION DES COMMUNAUTES EUROPÉENNES FR Cas n IV/M.1021 - COMPAGNIE NATIONALE DE NAVIGATION / SOGELFA - CIM Le texte en langue française est le seul disponible et faisant foi. RÈGLEMENT (CEE) n 4064/89 SUR LES CONCENTRATIONS Article 6, paragraphe

Plus en détail

La construction de maisons individuelles en Champagne-Ardenne en 2012

La construction de maisons individuelles en Champagne-Ardenne en 2012 DREAL Champagne- Ardenne Juin 2014 OBSERVATION ET STATISTIQUES Le logement en chiffres La construction de maisons individuelles en Champagne-Ardenne en 2012 En 2012, 2 191 permis ont été délivrés en Champagne-Ardenne

Plus en détail

Sommaire Introduction 1- Etude de la méthode a- Qu est-ce que la méthode Bilan Carbone? b- La composition d un diagnostic c- Comment établir un

Sommaire Introduction 1- Etude de la méthode a- Qu est-ce que la méthode Bilan Carbone? b- La composition d un diagnostic c- Comment établir un Sommaire Introduction 1- Etude de la méthode a- Qu est-ce que la méthode Bilan Carbone? b- La composition d un diagnostic c- Comment établir un diagnostic? d- Comment appliquer la méthode Bilan Carbone?

Plus en détail

i n f o r m a t i o n s

i n f o r m a t i o n s i n f o r m a t i o n s Paris, le 6 septembre 2005 Communiqué de Presse RESULTATS CONSOLIDES AU 30 JUIN 2005 Solides performances au 1 er semestre 2005 Le Conseil de Surveillance d Air Liquide, qui s est

Plus en détail

Carburants alternatifs: situation et perspectives

Carburants alternatifs: situation et perspectives Carburants alternatifs: situation et perspectives Laboratoire Transport et Environnement Didier Pillot INRETS, 7 janvier 2010 Éléments introductifs " Toujours plus de CO2 dans l'atmosphère en 2008 " 385

Plus en détail

A la recherche de vents porteurs

A la recherche de vents porteurs OCTOBRE 2014 A la recherche de vents porteurs Le bilan d activité des TPE-PME pour le troisième trimestre s inscrit dans le prolongement des trimestres précédents. Après avoir été un peu plus favorable

Plus en détail

Hausse du prix des hydrocarbures

Hausse du prix des hydrocarbures ISSN 1715-2682 Volume 1, numéro 2 17 août 2005 Hausse du prix des hydrocarbures Impact sur les équilibres financiers du Québec Sommaire 1. L augmentation du prix de l essence à la pompe depuis 1999 s explique

Plus en détail

ANNEXES. à la COMMUNICATION DE LA COMMISSION AU PARLEMENT EUROPÉEN ET AU CONSEIL

ANNEXES. à la COMMUNICATION DE LA COMMISSION AU PARLEMENT EUROPÉEN ET AU CONSEIL COMMISSION EUROPÉENNE Bruxelles, le 23.7.2014 COM(2014) 520 final ANNEXES 1 to 3 ANNEXES à la COMMUNICATION DE LA COMMISSION AU PARLEMENT EUROPÉEN ET AU CONSEIL L'efficacité énergétique: quelle contribution

Plus en détail

Sommaire. Sommaire... 1. 1 Bilan énergétique de la Bretagne Production et consommation... 2. 2 Potentiels d économie d énergie...

Sommaire. Sommaire... 1. 1 Bilan énergétique de la Bretagne Production et consommation... 2. 2 Potentiels d économie d énergie... La présente note propose de compiler un ensemble de données relatives à l énergie en Bretagne pour alimenter les échanges du Débat National de la Transition Energétique. Les données sont issues principalement

Plus en détail

2.3. ÉVOLUTIONS : UNE FACTURE ÉNERGÉTIQUE DE PLUS EN PLUS LOURDE

2.3. ÉVOLUTIONS : UNE FACTURE ÉNERGÉTIQUE DE PLUS EN PLUS LOURDE 2.3. ÉVOLUTIONS : UNE FACTURE ÉNERGÉTIQUE DE PLUS EN PLUS LOURDE Les graphiques ci-dessous illustrent l évolution historique de la facture énergétique régionale et de sa décomposition par acteur, par vecteur

Plus en détail

L immobilier dans l économie

L immobilier dans l économie ETUDE EN BREF Janvier 29 L immobilier dans l économie Avec 2 % de la valeur ajoutée en 27 et 45 % de l investissement, l immobilier a une place prépondérante dans l économie française. Phénomène nouveau?

Plus en détail

I. Les crédits immobiliers ont enregistré une croissance soutenue tant au niveau de la production que de l encours

I. Les crédits immobiliers ont enregistré une croissance soutenue tant au niveau de la production que de l encours NOTE RELATIVE A L ENQUETE SUR LES CREDITS IMMOBILIERS Le secteur immobilier connait un essor important sous l impulsion conjuguée des actions des pouvoirs publics et d une politique d offre de crédit plus

Plus en détail

Dossier d information: Les biocarburants

Dossier d information: Les biocarburants Dossier d information: Les biocarburants en France Contexte : une forte diésélisation liée à une taxation plus élevée de l essence millions de tonnes 40,0 35,0 30,0 25,0 20,0 15,0 10,0 5,0 Immatriculations

Plus en détail

l entretien des chaudières

l entretien des chaudières Préservez et améliorez les performances de votre installation de chauffage : l entretien des chaudières L H A B I T A T I N D I V I D U E L pour un chauffage sûr et efficace Votre logement est équipé d

Plus en détail

CERTIFICATS D ÉCONOMIES D ÉNERGIE DE LA PREMIÈRE A LA DEUXIÈME PÉRIODE

CERTIFICATS D ÉCONOMIES D ÉNERGIE DE LA PREMIÈRE A LA DEUXIÈME PÉRIODE CERTIFICATS D ÉCONOMIES D ÉNERGIE DE LA PREMIÈRE A LA DEUXIÈME PÉRIODE CEE : LE DISPOSITIF Le bilan de la première période LE BILAN DE LA PREMIÈRE PÉRIODE UNE RÉUSSITE Les vendeurs d énergie deviennent

Plus en détail

Décision n 12-DCC-160 du 14 novembre 2012 relative à l acquisition de 45 stations-service du réseau Esso par la société Delek France

Décision n 12-DCC-160 du 14 novembre 2012 relative à l acquisition de 45 stations-service du réseau Esso par la société Delek France RÉPUBLIQUE FRANÇAISE Décision n 12-DCC-160 du 14 novembre 2012 relative à l acquisition de 45 stations-service du réseau Esso par la société Delek France L Autorité de la concurrence, Vu le dossier de

Plus en détail

Décision n 11-DCC-145 du 3 octobre 2011 relative à la prise de contrôle exclusif du groupe Climater par la société Weinberg Capital Partners

Décision n 11-DCC-145 du 3 octobre 2011 relative à la prise de contrôle exclusif du groupe Climater par la société Weinberg Capital Partners RÉPUBLIQUE FRANÇAISE Décision n 11-DCC-145 du 3 octobre 2011 relative à la prise de contrôle exclusif du groupe Climater par la société Weinberg Capital Partners L Autorité de la concurrence, Vu le dossier

Plus en détail

Consommations énergétiques de Midi-Pyrénées sur la période 1990-2004

Consommations énergétiques de Midi-Pyrénées sur la période 1990-2004 Note 1 OREMIP - Novembre 2006 Bilans régionaux de consommation et de production d'énergie pour la période 1990-2004 Il convient de considérer avec précaution l ensemble des résultats étant donné qu il

Plus en détail

SOLUTIONS ENERGETIQUES. professionnelles

SOLUTIONS ENERGETIQUES. professionnelles SOLUTIONS ENERGETIQUES professionnelles Afriquia Gaz Sommaire L énergie d un leader 5 6 8 11 14 15 21 22 Afriquia Gaz, un leader gazier tourné vers l avenir Chiffres clés Une offre complète de produits

Plus en détail

La production de biocarburants estelle compatible avec la fonction nourricière de l agriculture?

La production de biocarburants estelle compatible avec la fonction nourricière de l agriculture? La production de biocarburants estelle compatible avec la fonction nourricière de l agriculture? Jean-Christophe Debar Fondation pour l agriculture et la ruralité dans le monde Les mercredis du Pavillon

Plus en détail

1. Les énergies renouvelables dans l approvisionnement énergétique 2. La politique européenne

1. Les énergies renouvelables dans l approvisionnement énergétique 2. La politique européenne L économie des énergies renouvelables en France et en Europe Frédéric Lantz Professeur Chaire de modélisation économique appliquée à l environnement et aux énergies Agenda 1. Les énergies renouvelables

Plus en détail

IMPORTEURS - EXPORTATEURS

IMPORTEURS - EXPORTATEURS Août 2013 IMPORTEURS - EXPORTATEURS Service Etudes CCI Indre Importateurs - Exportateurs Toute reproduction interdite sans l autorisation de l auteur Page 1 SOMMAIRE Page LES OPERATEURS DU COMMERCE INTERNATIONAL

Plus en détail