Anesthésie et toxicomanie Dr Thomas CLAEYS- CHU de Caen

Save this PDF as:
 WORD  PNG  TXT  JPG

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Anesthésie et toxicomanie Dr Thomas CLAEYS- CHU de Caen"

Transcription

1 Anesthésie et toxicomanie 18 octobre 2008 Dr Thomas Claeys Pôle AR, Samu 14 - Smur CHRU de la Côte de Nacre, Caen Épidémiologie (1) 2 millions de consommateurs de produits illicites toxicomanes héroïnomanes Épidémiologie (2) Stabilité des toxicomanies graves Augmentation des consommations en milieu festif Cocaïne, Amphétamines Hallucinogènes Cannabis, Héroïne

2 Toxicomanes aux opiacés Formes de consommation Complications et problèmes anesthésiques des toxicomanes aux opiacés Héroïne IV, sniffée, fumée Morphine IV Subutex (buprénorphine), méthadone Détourné et IV Opium voie orale ou fumé Poly intoxication fréquente Alcool Sédatifs Cannabis et tabac - Cocaïne Dépendance forte et rapide Désocialisation troubles psychiâtriques Infections virales (VIH 15%, VHC 65%) et bactériennes Dénutrition, tabagisme, alcoolisme Overdose apnée mortelle Syndrome de sevrage Gestion de l analgésie péri opératoire Chirurgie d urgence Gestion des abords veineux Toxicomanes aux opiacés Actif Substitué : morphiniques de longue durée d action action peu euphorisante méthadone, morphine (Skénan, Moscontin ), codéine agonistes buprénorphine (Subutex ) agoniste partiel µ - antagoniste K Sevré : ancien toxicomane actif ou susbtitué pas de drogues illicites ± toxicomanies autorisées : tranquilisants, tabac, alcool Drogues dites «excitantes» Cocaïne Chlorhydrate de cocaïne Injectée ou sniffée Cocaïne base (crack) Fumée Amphétamines Ecstasy Speeds Complications de la cocaïne (1) Aiguës (cinétique courte) Action sympathomimétique par inhibition de recapture des catécholamines Syndrome d hyperstimulation sympathique convulsions, HTA, troubles du rythme puis coma, dépression cardio-circulatoire, hypoventilation Troubles de l excitabilité cardiaque, accidents coronariens, dissections aortiques, poussées HTA, AVC Complications de la cocaïne (2) Survenue inopinée lors d anesthésie si prise récente cachée Accidents potentialisés par hypercatécholaminémie circulante : anxiété, douleur, agitation anesthésie légère, sympathomimétiques (kétamine), catécholamines exogènes (éphédrine, adrénaline) «crack lung» : dyspnée, infiltrats pulmonaires, fièvre, éosinophilie, pneumothorax, pneumomédiastin, hémorragie alvéolaire

3 Complications de l ecstasy Coups de chaleur avec déshydratation, rhabdomyolyse, insuffisance rénale aiguë Manifestations sympathomimétiques cocaïne Hépatites fulminantes Troubles psychiques chroniques LSD et dérivés Kétamine GammaOH Drogues naturelles Champignons Belladone, Datura, Hallucinogènes Cannabis dépendance avec résines génétiquement modifiées concentrées en tétrahydrocannabinol Évaluation pré opératoire Urgence > chirurgie programmée État général et complications (infections, sepsis ) État veineux Ancienneté et importance de l intoxication Mode d administration, dernière prise Intoxications associées Dépendance, imprégnation, état de manque Traitements substitutifs Examen clinique et paraclinique (ECG, RP, ASP, BH, sérologies) Contrat de soins Stratégie de l analgésie Stratégie de prévention du sevrage Contrat de soins Établir les objectifs de l hospitalisation : En acceptant de les limiter, si le patient le désire, à ce pourquoi il consulte L équipe soignante s engage : À prévenir l état de manque À traiter la douleur et l anxiété À informer le patient (choix thérapeutiques, délais ) Le patient s engage : À la franchise lors de l interrogatoire et des soins À ne pas recourir à des produits non prescrits À accepter un certain inconfort lors des phases d adaptation thérapeutique À n e pas entrer dans une logique de chantage (1) Héroïnomane en phase aiguë d intoxication : Aucune préparation nécessaire à l intervention Pas de naloxone syndrome de sevrage puis apnée car ½ vie courte ± Collaboration de : Équipe spécialisée en toxicomanie ou de l équipe de psychiâtrie de liaison La pharmacie hospitalière

4 (2) Héroïnomane en phase de sevrage : (2) Héroïnomane en phase de sevrage : Désensibilisation récepteurs µ Désensibilisation récepteurs µ Effets antinociceptifs SEVRAGE Effets antinociceptifs Opioïdes sur NGC nombre récepteurs µ Opioïdes sur NGC nombre récepteurs µ Effets pronociceptifs Effets pronociceptifs Hyperalgésie Intervention chirurgicale sevrage (douleur + absence de motivation) (2) Héroïnomane en phase de sevrage : Morphine : Dose de substitution + Dose antalgique BZD : Potentialisation des morphiniques Anxiété, agitation Toxicomanie aux BZD (3) Héroïnomane substitué : Méthadone : PO possible dose quotidienne le matin (sevrage 30h) PO impossible dose quotidienne méthadone = dose morphine IV Buprénorphine (Subutex ) : Propriétés antagonistes + effet plafond Morphiniques de forte affinité (alfentanil, sufentanil) ALR et/ou chir peu douloureuse (EVA 4) Subutex ± buprénorphine SC AG ou chir douloureuse (EVA > 4) Morphiniques de forte affinité + titration large de morphine au réveil + analgésiques périphériques ± AINS + BZD de ½ vie longue (clorazépate = Tranxène, flunitrazépam = Rohypnol ) (4) Héroïnomane sevré : Risque de réapparition de dépendance (morphiniques de forte affinité) Privilégier l ALR Éviter les morphiniques Utiliser analgésiques non morphiniques, clonidine, NL, BZD (en évitant celles à ½ vie longue) Concours d une équipe spécialisée Si douleur importante morphine aux doses habituelles (5) Héroïne et grossesse : Poursuite de consommation et sevrage sont dangereux Substitution améliore le pronostic obstétrical? Choix du produit de substitution, traitement du sevrage du NN et à l allaitement Césarienne : Substitution maintenue ± relais morphine APD Concours d équipe spécialisée en toxicomanie

5 (6) Cocaïne et psychoanaleptiques : Manifestations CV anti-hta, ß-, anti-arythmiques Détresse respiratoire, coma : IOT + VAC Crack, «bad trips» des hallucinogènes : NL Anesthésie per opératoire Techniques d anesthésie : ALR de préférence : Type de chirurgie État psychologique du patient AG : Contexte urgence/estomac plein (effet des opiacés, stress, douleur ) Besoins de base en morphine (difficile à évaluer) besoins en morphiniques et hypnotiques ± instabilité tensionnelle remplissage, vasopresseurs Abord veineux : ± KTC ou VVP après induction par AAH Prévention des AES Filtre antibactérien et antiviral efficace sur appareil d anesthésie Patient toxicomane actif non traité Pré opératoire Estimation de la dose «réelle» quotidienne d héroïne = nombre d injections X 20 à 100mg Surveillance clinique et/ou Instrumentale (SSPI, USI) Per opératoire Post opératoire Évaluation toutes les 4h : - Sevrage - Analgésie - Surdosage Pas de douleur post opératoire, voie orale/sublinguale utilisable, accord du patient Ration de base quotidienne de morphine = dose «réelle» d héroïne x 2 ± traitement de la douleur AG ou chirurgie douloureuse AG sufentanil ou alfentanil + BZD Titration de morphine puis dose titrée/4h (SC, IM, IVSE, PO) + propacétamol + néfopam + AINS + BZD Ration de base de morphine IM ou SC fractionnée/4h ou IVSE ± BZD Retour progressif à la ration de base quotidienne Équipe spécialisée, psychiâtre Relais par substitution légale = buprénorphine haut dosage Titration de morphine par incréments de 5 à 8mg sous surveillance instrumentale ALR et/ou chirurgie peu douloureuse ALR + morphine ration de base + BZD ALR + antalgiques non morphiniques + morphine ration de base + BZD Syndrome de sevrage (1) : aux opiacés Le syndrome de sevrage apparaît de 4 heures à 12 heures après la dernière dose, et est maximal entre la 24 ème et la 72 ème heure. Le sevrage des opiacés ne met pas la vie du toxicomane en danger. Signes cliniques : Anxiété puis baillements, transpiration, larmoiement, rhinorrhée, Mydriase, pilo-érection, tremblements, douleurs musculaires, frissons, Fièvre, nausées, agitation, insomnie, HTA puis enfin vomissements, diarrhée.

6 Prévention du sevrage aux opiacés Syndrome de sevrage (2) : Évaluation de la dose de base de morphine quotidienne et relais avec la morphine Ou traitement substitutif : Dose de base de morphine + analgésie Ou traitement substitutif + analgésie Sédation (BZD) dans tous les cas Sevrage aux BZD et barbituriques : Dangereux pour le toxicomane car il peut conduire au décès. Signes prémonitoires : anxiété, insomnie, anorexie puis délire, confusion, évolution vers un état de mal convulsif. Apparition : de un à quelques jours d abstinence selon la ½ vie du produit utilisé. Poly toxicomanie fréquente des héroïnomanes : Prescription systématique de BZD et NL en association à la morphine. Syndrome de sevrage (3) Sevrage du cannabis : anorexie, nausées, insomnie, agitation. Sevrage de la cocaïne : Fatigue intense avec sommeil prolongé, faim vorace, dépression voire hallucinations. Pas de traitement particulier mais une prise en charge psychiâtrique peut s avérer nécessaire. La prise concommitante d alcool étant habituelle, un delirium tremens peut compliquer le tableau clinique et le diagnostic

Toxicomanie : les traitements de substitution aux opiacés. Définitions. Recherche de l héroïne (biologie)

Toxicomanie : les traitements de substitution aux opiacés. Définitions. Recherche de l héroïne (biologie) Toxicomanie : les traitements de substitution aux opiacés Définitions Quelques définitions Substituer, pourquoi? Médicaments utilisables La méthadone La buprénorphine (Subutex) Opiacés : alcaloïdes de

Plus en détail

Anesthésie et analgésie chez le toxicomane

Anesthésie et analgésie chez le toxicomane Anesthésie et analgésie chez le toxicomane XXVII e journée d anesthésie réanimation de Picardie AMIENS 16 juin 2010 Michel Chandon Service d anesthésie Hôpital Foch - SURESNES Substances psychoactives

Plus en détail

Alcool-drogue : même problématique? Anesthésie chez les patients dépendants de l alcool et des drogues illicites. Vocabulaire de l addiction [2]

Alcool-drogue : même problématique? Anesthésie chez les patients dépendants de l alcool et des drogues illicites. Vocabulaire de l addiction [2] Anesthésie chez les patients dépendants de l alcool et des drogues illicites Ecole des Infirmiers Anesthésistes Michel Chandon Service d anesthésie Hôpital Foch - SURESNES Alcool-drogue : même problématique?

Plus en détail

PRISE EN CHARGE EN VILLE DES PERSONNES DÉPENDANTES AUX OPIACÉS

PRISE EN CHARGE EN VILLE DES PERSONNES DÉPENDANTES AUX OPIACÉS PRISE EN CHARGE EN VILLE DES PERSONNES DÉPENDANTES AUX OPIACÉS Constance Legroux (DCEM3) QUELQUES CHIFFRES 150 000 toxicomanes en France, dont moins de Diminution de la mortalité grâce à la mise sur le

Plus en détail

La PCA de Morphine pour la douleur du Cancer

La PCA de Morphine pour la douleur du Cancer La PCA de Morphine pour la douleur du Cancer Dr Luc Brun Unité d Evaluation et de Traitement de la Douleur CHT Nouméa l.brun@cht.nc Paliers de l OMS si échec Palier 1 Non opioïdes Douleurs légères à modérées

Plus en détail

Addictions et conduites dopantes Q45. Psychiatrie adulte Module D Pr Jean Louis Senon Année Universitaire 2002-2003

Addictions et conduites dopantes Q45. Psychiatrie adulte Module D Pr Jean Louis Senon Année Universitaire 2002-2003 Addictions et conduites dopantes Q45 Psychiatrie adulte Module D Pr Jean Louis Senon Année Universitaire 2002-2003 Bibliographie Richard D., Senon J. L. : Dictionnaire des drogues et autres addictions,

Plus en détail

MONOGRAPHIE DENOMINATION DU MEDICAMENT COMPOSITION QUALITATIVE ET QUANTITATIVE FORME PHARMACEUTIQUE DONNEES CLINIQUES. Indications thérapeutiques

MONOGRAPHIE DENOMINATION DU MEDICAMENT COMPOSITION QUALITATIVE ET QUANTITATIVE FORME PHARMACEUTIQUE DONNEES CLINIQUES. Indications thérapeutiques DENOMINATION DU MEDICAMENT MONOGRAPHIE DICODIN L.P. 60 mg, comprimé à libération prolongée COMPOSITION QUALITATIVE ET QUANTITATIVE Tartrate de dihydrocodéine..60 mg Quantité correspondant à dihydrocodéine

Plus en détail

Analgésiques. ü Physiopathologie et classification

Analgésiques. ü Physiopathologie et classification ~ Réflexes ~ On n associe pas 2 antalgiques du même palier OMS. ~ On n associe pas 2 morphiniques. ~ Toujours prendre en charge la douleur +++ ü Physiopathologie et classification Il existe plusieurs types

Plus en détail

les effets secondaires des traitements de substitution et des médicaments psychotropes

les effets secondaires des traitements de substitution et des médicaments psychotropes les effets secondaires des traitements de substitution et des médicaments psychotropes Pr Paul LAFARGUE Membre de l Académie Nationale de Pharmacie 1. LES TRAITEMENTS DE SUBSTITUTION La décision d une

Plus en détail

GUIDE D AIDE A LA PRESCRIPTION DE MORPHINE PAR PCA

GUIDE D AIDE A LA PRESCRIPTION DE MORPHINE PAR PCA GUIDE D AIDE A LA PRESCRIPTION DE MORPHINE PAR PCA 1. INTRODUCTION. La PCA (patient controlled analgesia) est un système d'administration de morphine qui permet au patient de recevoir un débit continu

Plus en détail

9/ Les addictions. I. Généralités sur les addictions

9/ Les addictions. I. Généralités sur les addictions SEMESTRE 5 UE 2.6.S5 Processus psychopathologiques 9/ Les addictions I. Généralités sur les addictions Définitions Addictions = Processus dans lequel est réalisé un comportement qui peut avoir pour fonction

Plus en détail

LE RISQUE CARDIO-VASCULAIRE CHEZ LA FEMME Pourquoi sont-elles plus à risque?

LE RISQUE CARDIO-VASCULAIRE CHEZ LA FEMME Pourquoi sont-elles plus à risque? LE RISQUE CARDIO-VASCULAIRE CHEZ LA FEMME Pourquoi sont-elles plus à risque? Jean-Philippe BRETTES Hôpitaux Universitaires de Strasbourg Mourad DERGUINI Hôpital de Kouba - Alger SAERM, Alger 2015 Le risque

Plus en détail

Baclofène: RTU dans le sevrage alcoolique VIGIMED 23/06/2014

Baclofène: RTU dans le sevrage alcoolique VIGIMED 23/06/2014 Baclofène: RTU dans le sevrage alcoolique 1 Recommandation Temporaire d Utilisation (RTU) Baclofène Analogue structural de l acide gamma-aminobutyrique (GABA) Contrôle des pulsions, indifférence aux signaux

Plus en détail

Dépendances et prison

Dépendances et prison GROUPE DE TRAVAIL «RESEAU DE PRISE EN CHARGE DES DEPENDANCES Dépendances et prison I Principe général «La personne détenue a droit à des soins équivalents à ceux dont bénéficie la population générale».

Plus en détail

Prise en charge de la douleur aigue chez le patient sous Traitement de Substitution aux Opiacés Antalgiques et fonction rénale Antalgiques et

Prise en charge de la douleur aigue chez le patient sous Traitement de Substitution aux Opiacés Antalgiques et fonction rénale Antalgiques et Prise en charge de la douleur aigue chez le patient sous Traitement de Substitution aux Opiacés Antalgiques et fonction rénale Antalgiques et fonction hépatique Prise en charge de la douleur chez le malade

Plus en détail

Mésusage et addiction aux antalgiques opioïdes Point de vue de l addictologue Dr Philippe LACK Praticien Hospitalier CSAPA Hôpital Croix Rousse

Mésusage et addiction aux antalgiques opioïdes Point de vue de l addictologue Dr Philippe LACK Praticien Hospitalier CSAPA Hôpital Croix Rousse Mésusage et addiction aux antalgiques opioïdes Point de vue de l addictologue Dr Philippe LACK Praticien Hospitalier CSAPA Hôpital Croix Rousse 13/12/2013 Déclaration de conflits d intérêts Laboratoire

Plus en détail

LE MALADE DÉPENDANT Addictions : alcoolisme, toxicomanie, troubles du comportement alimentaire

LE MALADE DÉPENDANT Addictions : alcoolisme, toxicomanie, troubles du comportement alimentaire LE MALADE DÉPENDANT Addictions : alcoolisme, toxicomanie, troubles du comportement alimentaire Pr Jean Louis Senon, Dr Nemat Jaafari Dr Christelle Paillard, Dr Mélanie Voyer Faculté de Médecine Addictions

Plus en détail

Douleurs Thoraciques Stratégie d orientation

Douleurs Thoraciques Stratégie d orientation GIT octobre 2011 Douleurs Thoraciques Stratégie d orientation Dr Thomas Loeb SAMU des Hauts de Seine 92 380 Garches Douleurs thoraciques Rappel Région richement innervée Douleurs thoraciques Rappel Région

Plus en détail

Sevrage du patient alcoolodépendant

Sevrage du patient alcoolodépendant Sevrage du patient alcoolodépendant 1/17 Motivation Le 1 er temps de la prise en charge = temps de renforcement de la motivation. Objectif : proposer au patient un sevrage s il est prêt, sinon l aider

Plus en détail

TOXICOMANIE & DROGUES UTILISEES

TOXICOMANIE & DROGUES UTILISEES TOXICOMANIE & DROGUES UTILISEES L HEROINE L héroïne (ou diacétylmorphine) est un opiacé synthétisé à partir de la morphine, naturellement présente dans l OPIUM (suc du pavot somnifère). L héroïne est proche

Plus en détail

ANESTHESIE DU PATIENT ALCOOLIQUE. Dr Céline TRIBOULET-BEAU SAR III, Hôpital Saint André CHU Bordeaux DES Anesthésie-Réanimation, 04\10\06

ANESTHESIE DU PATIENT ALCOOLIQUE. Dr Céline TRIBOULET-BEAU SAR III, Hôpital Saint André CHU Bordeaux DES Anesthésie-Réanimation, 04\10\06 ANESTHESIE DU PATIENT ALCOOLIQUE Dr Céline TRIBOULET-BEAU SAR III, Hôpital Saint André CHU Bordeaux DES Anesthésie-Réanimation, 04\10\06 Anesthésie et alcoolisme INTRODUCTION RETENTISSEMENT PHYSIOLOGIQUE

Plus en détail

Allers retour entre opioïdes de substitution et opioïdes de dépendance. TDO4, Atelier 08 Jeudi 18 décembre 2014, Bruxelles

Allers retour entre opioïdes de substitution et opioïdes de dépendance. TDO4, Atelier 08 Jeudi 18 décembre 2014, Bruxelles Allers retour entre opioïdes de substitution et opioïdes de dépendance TDO4, Atelier 08 Jeudi 18 décembre 2014, Bruxelles Vignette: M. LT, 54 ans, adressé par son médecin pour problème de gestion d antalgie.

Plus en détail

TRAITEMENTS DU SEVRAGE TABAGIQUE

TRAITEMENTS DU SEVRAGE TABAGIQUE TRAITEMENTS DU SEVRAGE TABAGIQUE Docteur Annick LANTEAUME-VAILLANT Addictologue et Tabacologue Praticien hospitalier attaché Assistance publique des Hôpitaux de Marseille Mars 2009 QuickTimeª et un džcompresseur

Plus en détail

PROBLÈMES NEURO-COGNITIFS ASSOCIÉS À L ALCOOL PIERRE LAUZON MD MÉDECINE DES TOXICOMANIES CHUM FÉVRIER 2014

PROBLÈMES NEURO-COGNITIFS ASSOCIÉS À L ALCOOL PIERRE LAUZON MD MÉDECINE DES TOXICOMANIES CHUM FÉVRIER 2014 PROBLÈMES NEURO-COGNITIFS ASSOCIÉS À L ALCOOL PIERRE LAUZON MD MÉDECINE DES TOXICOMANIES CHUM FÉVRIER 2014 Aquarium. CRDM. «Cerveau fragilisé»: la somme d événements adverses en plus de l exposition à

Plus en détail

Psychopathologie des névroses Névroses d angoisse

Psychopathologie des névroses Névroses d angoisse Psychopathologie des névroses Névroses d angoisse Dr Catherine Agbokou Faculté de Médecine Paris VI, Paris Généralités Historique - Cullen (1777) : neurasthénie, hystérie, hypocondrie - Freud - névrose

Plus en détail

-Elimination urinaire.

-Elimination urinaire. Le principe du traitement de substitution consiste à remplacer l usage illégal d opiacés (généralement l usage intraveineux d héroïne, un opiacé à courte durée d action) par l usage contrôlé par une autre

Plus en détail

FORMATION INITIALE NOTIONS D ALCOOLOGIE

FORMATION INITIALE NOTIONS D ALCOOLOGIE POINTS ABORDÉS : L ALCOOLÉMIE LES EFFETS DE L ALCOOL LA DÉPENDANCE PSYCHOLOGIQUE LA DÉPENDANCE PHYSIQUE LES IDÉES REÇUES 1 L ALCOOLÉMIE : LES ÉQUIVALENCES 2 L ALCOOLÉMIE : NOMBRE DE VERRES (ÉQUIVALENTS)

Plus en détail

Utilisation des traitements symptomatiques de la douleur du cancer en ambulatoire

Utilisation des traitements symptomatiques de la douleur du cancer en ambulatoire Utilisation des traitements symptomatiques de la douleur du cancer en ambulatoire! M. Luu*, M.T. Gatt Le cancérologue est souvent sollicité par les malades cancéreux pour le soulagement de leur douleur.

Plus en détail

GROS PLAN SUR LE SEVRAGE TABAGIQUE

GROS PLAN SUR LE SEVRAGE TABAGIQUE GROS PLAN SUR LE SEVRAGE TABAGIQUE DÉSIR DES FUMEURS ET Les faits : SEVRAGE 20 à 30 % veulent continuer à fumer 70 à 80 % veulent changer : 56 % réduire leur consommation 28 % arrêter 14 % changer de cigarettes

Plus en détail

INTOXICATIONS PAR DROGUES ILLICITES (HEROINE, COCAINE, ECTASY, CANNABIS): suspecter, diagnostiquer et traiter avec les problèmes de réanimation

INTOXICATIONS PAR DROGUES ILLICITES (HEROINE, COCAINE, ECTASY, CANNABIS): suspecter, diagnostiquer et traiter avec les problèmes de réanimation INTOXICATIONS PAR DROGUES ILLICITES (HEROINE, COCAINE, ECTASY, CANNABIS): suspecter, diagnostiquer et traiter avec les problèmes de réanimation S.Garnier 50 ème séminaire interrégional de réanimation médicale

Plus en détail

Dépendance aux opioïdes Traitements basés sur la substitution

Dépendance aux opioïdes Traitements basés sur la substitution Dépendance aux opioïdes Traitements basés sur la substitution Dépendance aux opioïdes : Traitements basés sur la substitution Recommandations de l Office fédéral de la santé Publique (OFSP) de la Société

Plus en détail

I. Troubles de l anxiété

I. Troubles de l anxiété I. Troubles de l anxiété Définition : - Réponse normale à une menace ou un changement inattendu dans l environnement (situations normales, maladie psychiatrique). - Un patient atteint d un trouble de l

Plus en détail

N 73 ADDICTION AU TABAC

N 73 ADDICTION AU TABAC N 73 ADDICTION AU TABAC 1. Combien y a-t-il de fumeurs en France? (QRU) a. 20 millions de personnes b. 15 millions de personnes c. 10 millions de personnes d. 5 millions de personnes e. 7 millions de personnes

Plus en détail

Table des matières. Module 1 : «Apprentissage de l exercice médical» Question 1 I. LA RELATION MÉDECIN-MALADE 13 II. L ANNONCE D UNE MALADIE GRAVE 15

Table des matières. Module 1 : «Apprentissage de l exercice médical» Question 1 I. LA RELATION MÉDECIN-MALADE 13 II. L ANNONCE D UNE MALADIE GRAVE 15 Table des matières CHAPITRE 1: LA RELATION MÉDECIN-MALADE L ANNONCE 13 D UNE MALADIE GRAVE. L INFORMATION DU PATIENT ATTEINT DE MALADIE CHRONIQUE. LA PERSONNALISATION DE LA PRISE EN CHARGE MÉDICALE Module

Plus en détail

Les Addictions sans produit

Les Addictions sans produit Les Addictions sans produit C est l impossibilité de contrôler son comportement vis-à-vis de l activité de prédilection telles que : le sport, le sexe, le jeu (en ligne, d argent, vidéo), les achats compulsifs,

Plus en détail

Juillet 2012 n 8 CORRECTION

Juillet 2012 n 8 CORRECTION DOSSIER DU MOIS Juillet 2012 n 8 CORRECTION ANNEE 2011/2012 CORRECTION DU DOSSIER DU MOIS DE JUILLET 2012 Question 1: (11 points) Maladie de Horton (3) Maladie potentiellement grave (1) Clinique : terrain,

Plus en détail

La douleur thoracique. Pr Hervé Le Breton, Département de Cardiologie, Pôle Thoracique, vasculaire et métabolique

La douleur thoracique. Pr Hervé Le Breton, Département de Cardiologie, Pôle Thoracique, vasculaire et métabolique La douleur thoracique Pr Hervé Le Breton, Département de Cardiologie, Pôle Thoracique, vasculaire et métabolique Vendredi 28 Octobre 2011 Cause fréquente de consultation et de recours aux services de soins

Plus en détail

LES ADDICTIONS. I) Définition, typologie des usages. 1. Pratiques addictives

LES ADDICTIONS. I) Définition, typologie des usages. 1. Pratiques addictives LES ADDICTIONS I) Définition, typologie des usages. 1. Pratiques addictives Addictions aux substances psychoactives Un psychotrope (ou substance psychoactive) est un produit, qui agit sur le SNC en induisant

Plus en détail

MENTIONS LEGALES. DENOMINATION DU MEDICAMENT : TAKADOL 100 mg, comprimé effervescent sécable

MENTIONS LEGALES. DENOMINATION DU MEDICAMENT : TAKADOL 100 mg, comprimé effervescent sécable MENTIONS LEGALES DENOMINATION DU MEDICAMENT : TAKADOL 100 mg, comprimé effervescent sécable COMPOSITION QUALITATIVE ET QUANTITATIVE : Chlorhydrate de tramadol... 100 mg pour un comprimé effervescent sécable

Plus en détail

RENSEIGNEMENTS THÉRAPEUTIQUES. ATARAX SIROP 2MG/ML Sirop de chlorhydrate d hydroxyzine, USP, à 10 mg/5 ml

RENSEIGNEMENTS THÉRAPEUTIQUES. ATARAX SIROP 2MG/ML Sirop de chlorhydrate d hydroxyzine, USP, à 10 mg/5 ml RENSEIGNEMENTS THÉRAPEUTIQUES ATARAX SIROP 2MG/ML Sirop de chlorhydrate d hydroxyzine, USP, à 10 mg/5 ml ATARAX IM SOLUTION 50MG/ML Préparation injectable de chlorhydrate d hydroxyzine, USP, à 50 mg/ml

Plus en détail

Le point sur les traitements de l alcoolisme

Le point sur les traitements de l alcoolisme Le point sur les traitements de l alcoolisme 1/ Quelques définitions : L alcoolisation est le fait de boire une boisson alcoolisée. Celle-ci peut être importante ou modérée. L alcoolodépendance est à distinguer

Plus en détail

BROMAZEPAM UPC 6 mg CP quadriséc

BROMAZEPAM UPC 6 mg CP quadriséc BROMAZEPAM UPC 6 mg CP quadriséc FORME comprimé quadrisécable COMPOSITION par 1 comprimé bromazépam 6 mg Excipients : lactose monohydrate, cellulose microcristalline, talc, magnésium stéarate. INDICATIONS

Plus en détail

GUIDE DE PRESCRIPTION ET D UTILISATION DES ANTALGIQUES

GUIDE DE PRESCRIPTION ET D UTILISATION DES ANTALGIQUES GUIDE DE PRESCRIPTION ET D UTILISATION DES ANTALGIQUES PEC Douleur OPC011.00D1 Version 1 du 25.09.08 NOUVEAUTE DE LA VERSION 1 : Création OBJET : Ce guide est un document d information et d aide à : la

Plus en détail

Module 6 : 065 BASES NEUROPHYSIOLOGIQUES, ÉVALUATION D UNE DOULEUR AIGUË ET CHRONIQUE

Module 6 : 065 BASES NEUROPHYSIOLOGIQUES, ÉVALUATION D UNE DOULEUR AIGUË ET CHRONIQUE Module 6 : 065 BASES NEUROPHYSIOLOGIQUES, ÉVALUATION D UNE DOULEUR AIGUË ET CHRONIQUE Validé par le Dr Schinkel Dé nition - Une expérience sensorielle et émotionnelle désagréable, associée à un lésion

Plus en détail

GRILLE EVI - DOCUMENT D'INTERPRETATION

GRILLE EVI - DOCUMENT D'INTERPRETATION A1 GRILLE EVI - DOCUMENT D'INTERPRETATION Signes faibles d intoxication alcoolique OU pas de symptômes de sevrage et pas de facteur de risque pour un sevrage compliqué. Le patient présente des signes discrets

Plus en détail

RESUME DES CARACTERISTIQUES DU PRODUIT. MORPHINE (chlorhydrate) AGUETTANT 0,1 mg/ml, solution injectable. Chlorhydrate de morphine...

RESUME DES CARACTERISTIQUES DU PRODUIT. MORPHINE (chlorhydrate) AGUETTANT 0,1 mg/ml, solution injectable. Chlorhydrate de morphine... RCP (résumé des caractéristiques produit) Approuvé par les Autorités de Santé de : France Date d approbation : 08.06.2012 Procédure d autorisation : Nationale ANNEXE 1 RESUME DES CARACTERISTIQUES DU PRODUIT

Plus en détail

Le traitement médicamenteux de la douleur en soins palliatifs

Le traitement médicamenteux de la douleur en soins palliatifs Certificat interuniversitaire de soins palliatifs Université Catholique de Louvain Le traitement médicamenteux de la douleur en soins palliatifs Dr. Vincent Vandenhaute Cliniques de l Europe, Bruxelles

Plus en détail

MONOGRAPHIE. Chlorhydrate d hydromorphone...4 mg équivalent à hydromorphone base. 3,56 mg

MONOGRAPHIE. Chlorhydrate d hydromorphone...4 mg équivalent à hydromorphone base. 3,56 mg MONOGRAPHIE DENOMINATION DU MEDICAMENT SOPHIDONE LP 4 mg, 8 mg, 16 mg, 24 mg, gélule à libération prolongée. COMPOSITION QUALITATIVE ET QUANTITATIVE Chlorhydrate d hydromorphone....4 mg équivalent à hydromorphone

Plus en détail

Instauration et distribution d un traitement de substitution

Instauration et distribution d un traitement de substitution Instauration et distribution d un traitement de substitution Ces recommandations ne sont pas des directives. Elles se veulent avant tout une aide pour le praticien et sont à adapter en fonction de chaque

Plus en détail

La rotation des opioïdes

La rotation des opioïdes La rotation des opioïdes Prof. Omar BOUDEHANE - UNITE D EVALUATION ET DE TRAITEMENT DE LA DOULEUR - Faculté de médecine & CHU Constantine Université «3» de Constantine 9 ème Congrés de la SAETD Université

Plus en détail

NOTICE : INFORMATION DE L UTILISATEUR

NOTICE : INFORMATION DE L UTILISATEUR NOTICE : INFORMATION DE L UTILISATEUR SINUTAB 500/30 mg comprimés SINUTAB FORTE 500/60 mg comprimés Paracétamol et chlorhydrate de pseudoéphédrine Veuillez lire attentivement cette notice avant d utiliser

Plus en détail

PROTOCOLE DE SEVRAGE EN AMBULATOIRE

PROTOCOLE DE SEVRAGE EN AMBULATOIRE PROTOCOLE DE SEVRAGE EN AMBULATOIRE Objet : Sevrage d une dépendance physique à l alcool Ce protocole tient compte de la sécurité du patient qui doit être optimale à son domicile comme en milieu hospitalier.

Plus en détail

PRISE EN CHARGE DES INTOXICATIONS ETHYLIQUES AIGUES AU SERVICE DES URGENCES Site d ETAMPES

PRISE EN CHARGE DES INTOXICATIONS ETHYLIQUES AIGUES AU SERVICE DES URGENCES Site d ETAMPES PRISE EN CHARGE DES INTOXICATIONS ETHYLIQUES AIGUES AU SERVICE DES URGENCES Site d ETAMPES PR-ULI-URG-PEC-N 116 Version n 2 Créé le 01-09-2011 DIFFUSION : Urgences site d Etampes OBJET ET DEFINITION Organiser

Plus en détail

Prescription des Morphiniques

Prescription des Morphiniques Prescription des Morphiniques Dr Jean-Pierre CORBINAU - Lille Cet exposé se veut essentiellement pratique ayant pour objectif de faire passer 3 messages afin d apporter une aide dans la prescription de

Plus en détail

Prise en charge de la douleur

Prise en charge de la douleur Prise en charge de la douleur 1 Rappel des obligations La prise en charge de la douleur est une obligation légale. Loi n 2002-303 du 4 mars 2002 relative aux droits du malade et à la qualité du système

Plus en détail

8. Les connaissances

8. Les connaissances 8. Les connaissances 1 - Titration et douleur nociceptive 2 - Table équianalgésie 3 - Rotation des opioïdes 4 - Douleur et toxicomanie 5 - Douleurs et états de manque Contact : clud@marseille.fnclcc.fr

Plus en détail

TRAITEMENTS PHARMACOLOGIQUES DES ADDICTIONS : SUBSTITUTION, AIDE

TRAITEMENTS PHARMACOLOGIQUES DES ADDICTIONS : SUBSTITUTION, AIDE TRAITEMENTS PHARMACOLOGIQUES DES ADDICTIONS : SUBSTITUTION, AIDE AU SEVRAGE L addiction est une dépendance physique et/ou psychique à une substance ou à un comportement. Réussite au sevrage avec une aide

Plus en détail

Typologie des conduites addictives Principes de traitement

Typologie des conduites addictives Principes de traitement Typologie des conduites addictives Principes de traitement Jean-Dominique Favre Hôpital d instruction des armées Percy, Clamart 13 es Journées des Gens de mer, Paris, 14 mars 2008 Les éléments communs

Plus en détail

Clinicien Hospitalier CHU de Caen Secteur Orthopédie Vasculaire. Aucun lien d intérêt

Clinicien Hospitalier CHU de Caen Secteur Orthopédie Vasculaire. Aucun lien d intérêt Clinicien Hospitalier CHU de Caen Secteur Orthopédie Vasculaire Aucun lien d intérêt Dr Georges DACCACHE - 19 Octobre 2103 Lésion tissulaire ou nerveuse Individu Lésion faible Palier 1 Lésion modérée Palier

Plus en détail

Unité mobile de Douleur Aiguë Hôpital Purpan, Toulouse

Unité mobile de Douleur Aiguë Hôpital Purpan, Toulouse Unité mobile de Douleur Aiguë Hôpital Purpan, Toulouse M. Quintard, Infirmière anesthésiste, douleur M. Olivier, Médecin anesthésiste réanimateur, algologue Unité mobile de douleur aiguë Mise en place

Plus en détail

43. Troubles du sommeil de l enfant et de l adulte

43. Troubles du sommeil de l enfant et de l adulte 43. Troubles du sommeil de l enfant et de l adulte Diagnostiquer les troubles du sommeil du nourrisson, de l enfant et de l adulte Argumenter l attitude thérapeutique et planifier le suivi du patient RÉPONSES

Plus en détail

La vie quotidienne des personnes sans domicile souffrant d addictions

La vie quotidienne des personnes sans domicile souffrant d addictions La vie quotidienne des personnes sans domicile souffrant d addictions Marie Jauffret-Roustide 1 Marc-Antoine Détrez 2 1 Institut de Veille Sanitaire CERMES3 (Inserm U988) 2 Observatoire du samusocial de

Plus en détail

La Mère / Le Conjoint

La Mère / Le Conjoint 1 Journées de la SFA 2016 La Mère / Le Conjoint Exposition périnatale: de la conception au devenir de l enfant Prise en charge périnatale 23 Mars 2016 Dr Sarah COSCAS sarah.coscas@aphp.fr Dr Marion ADLER

Plus en détail

Philippe Poulain USP Polyclinique de l Ormeau 65000 Tarbes phpoulain@wanadoo.fr

Philippe Poulain USP Polyclinique de l Ormeau 65000 Tarbes phpoulain@wanadoo.fr «La méthadone pour les nuls» Philippe Poulain USP Polyclinique de l Ormeau 65000 Tarbes phpoulain@wanadoo.fr C21H27NO Méthadone Morphine MISE AU POINT SUR L UTILISATION PRATIQUE DE LA MÉTHADONE DANS LE

Plus en détail

PROTOCOLE D ANALGESIE POSTOPERATOIRE CHEZ L ADULTE COMMUNICANT EN ORTHOPEDIE ET TRAUMATOLOGIE

PROTOCOLE D ANALGESIE POSTOPERATOIRE CHEZ L ADULTE COMMUNICANT EN ORTHOPEDIE ET TRAUMATOLOGIE Comité de lutte contre la douleur PROTOCOLE D ANALGESIE POSTOPERATOIRE CHEZ L ADULTE COMMUNICANT EN ORTHOPEDIE ET TRAUMATOLOGIE Référence : CLUD 31 Version : 1 Date de diffusion Intranet : 01/07/07 Objet

Plus en détail

Dr Mounir Gazzah. Mise à jour 2015

Dr Mounir Gazzah. Mise à jour 2015 Les urgences hypertensives Dr Mounir Gazzah Mise à jour 2015 Cas N 1 Femme obèse, 52 ans HTA chronique sous traitement Consultation de routine : TA 19/11 Adressée par son médecin aux urgences pour «Pic

Plus en détail

Les idées reçues. ADIJA oct 2012. Dr C Renaud,

Les idées reçues. ADIJA oct 2012. Dr C Renaud, Les idées reçues ADIJA oct 2012 Dr C Renaud, La pollution de l air est plus mauvaise pour la santé que la fumée de tabac! VRAI - FAUX FAUX La fumée est le champion des polluants, avant les moisissures

Plus en détail

STRATEGIES THERAPEUTIQUES D AIDE AU SEVRAGE TABAGIQUE Efficacité, efficience et prise en charge financière

STRATEGIES THERAPEUTIQUES D AIDE AU SEVRAGE TABAGIQUE Efficacité, efficience et prise en charge financière AVIS DE LA HAS STRATEGIES THERAPEUTIQUES D AIDE AU SEVRAGE TABAGIQUE Efficacité, efficience et prise en charge financière Demande : Efficacité, efficience et prise en charge financière des stratégies thérapeutiques

Plus en détail

COCAÏNE crack ou free base

COCAÏNE crack ou free base COCAÏNE crack ou free base QU EST-CE QUE C EST? C La cocaïne est une substance psychoactive d'origine végétale, extraite des feuilles de cocaïer. C Une fois transformée par un procédé chimique, elle devient

Plus en détail

Recommandations du Comité de lutte contre la grippe du 6 août 2009 susceptibles d actualisation en fonction de l évolution des données.

Recommandations du Comité de lutte contre la grippe du 6 août 2009 susceptibles d actualisation en fonction de l évolution des données. FICHE PRATIQUE D UTILISATION DES ANTIVIRAUX EN EXTRAHOSPITALIER ET EN PERIODE PANDEMIQUE A. TRAITEMENT ANTIVIRAL CURATIF 1 1. Adultes et enfants de plus d un an La prescription d un traitement antiviral

Plus en détail

PRISE EN CHARGE D UNE DOULEUR ABDOMINALE AIGUE NON TRAUMATIQUE CHEZ L ADULTE ET L ADOLESCENT.

PRISE EN CHARGE D UNE DOULEUR ABDOMINALE AIGUE NON TRAUMATIQUE CHEZ L ADULTE ET L ADOLESCENT. PRISE EN CHARGE D UNE DOULEUR ABDOMINALE AIGUE NON TRAUMATIQUE CHEZ L ADULTE ET L ADOLESCENT. Régulation Phase pré-hospitalière. Accueil des Urgences. UHCD. I- REGULATION OBJECTIFS : Type d intervention

Plus en détail

Dossier 1. N 245 Diabète sucré de types 1 et 2 de l enfant et de l adulte. N 331 Coma non traumatique chez l adulte et chez l enfant

Dossier 1. N 245 Diabète sucré de types 1 et 2 de l enfant et de l adulte. N 331 Coma non traumatique chez l adulte et chez l enfant Dossier 1 N 245 Diabète sucré de types 1 et 2 de l enfant et de l adulte Complications : Diagnostiquer un diabète chez l enfant et l adulte. Identifier les situations d urgence et planifier leur prise

Plus en détail

COMMISSION DE LA TRANSPARENCE. Avis. 29 février 2012

COMMISSION DE LA TRANSPARENCE. Avis. 29 février 2012 COMMISSION DE LA TRANSPARENCE Avis 29 février 2012 Examen du dossier des spécialités inscrites pour une durée de 5 ans à compter du 21 janvier 2007 (JO du 3 octobre 2008) CHLORHYDRATE DE METHADONE AP-HP

Plus en détail

A. OMS - ASSIST V3.0, français

A. OMS - ASSIST V3.0, français A. OMS - ASSIST V3.0, français Interviewer I...I Clinique I...I Identité patient I...I Date I...I INTRODUCTION (A lire au patient. Peut être adapté au contexte local) Je vous remercie d avoir accepté de

Plus en détail

Annexe III. Modifications des rubriques concernées des Résumés des caractéristiques du produit et des notices

Annexe III. Modifications des rubriques concernées des Résumés des caractéristiques du produit et des notices Annexe III Modifications des rubriques concernées des Résumés des caractéristiques du produit et des notices Note : Ce Résumé des Caractéristiques du Produit, cet étiquetage et cette notice sont le résultat

Plus en détail

Alcool et seniors Bernard Gibour Intersecteur d Alcoologie du Hainaut CH Saint-Amand-les-Eaux A- Des spécificit cificités s liées à l âge B- Boire trop, c est c combien? C- Les modalités s du mésusage

Plus en détail

le mésusage de l' et l'usage du taba Docteur TRUFFY 16 Décembre 2009 Faulquemont AMMPPU

le mésusage de l' et l'usage du taba Docteur TRUFFY 16 Décembre 2009 Faulquemont AMMPPU Repérage et interv le mésusage de l' et l'usage du taba Docteur TRUFFY 16 Décembre 2009 Faulquemont AMMPPU Je déclare n avoir aucun lien direct ou indirect avec des entreprises ou établissements produisant

Plus en détail

Epilepsie. Catherine Lamy Service de neurologie Hôpital Sainte-Anne, Paris

Epilepsie. Catherine Lamy Service de neurologie Hôpital Sainte-Anne, Paris Epilepsie Catherine Lamy Service de neurologie Hôpital Sainte-Anne, Paris DU prise en charge des situations d urgence médico-chirurgicales Paris, novembre 2013 Les crises: un symptôme L épilepsie: une

Plus en détail

Sommaire. Préface... avant-propos... VII. Sommaire des dossiers et cas cliniques... Sommaire des conférences de consensus...

Sommaire. Préface... avant-propos... VII. Sommaire des dossiers et cas cliniques... Sommaire des conférences de consensus... Sommaire Préface... V avant-propos... VII Sommaire des dossiers et cas cliniques... Sommaire des conférences de consensus... X XI Programme de cardiologie... XII Liste des abréviations autorisées... XIV

Plus en détail

La vérité sur la cocaïne

La vérité sur la cocaïne La vérité sur la cocaïne Qu est-ce que la cocaïne? La cocaïne (coke, coco, neige), chimiquement parlant hydrochloride de cocaïne, est extraite des feuilles de la coca, un arbuste des Andes (Bolivie, Colombie

Plus en détail

La Codéine? Parlons-en INFORMER

La Codéine? Parlons-en INFORMER La Codéine? Parlons-en INFORMER Qu est-ce que la codéine? La Codéine, ou méthylmorphine, est l'un des alcaloïdes contenus dans le pavot (papaverum somniferum). La codéine est un antalgique puissant (de

Plus en détail

Carnet de suivi Lithium. Téralithe cp 250 mg Téralithe LP cp 400 mg

Carnet de suivi Lithium. Téralithe cp 250 mg Téralithe LP cp 400 mg Carnet de suivi Lithium Téralithe cp 250 mg Téralithe LP cp 400 mg Ce carnet est important Si vous le trouvez, merci de le faire parvenir à l adresse ci-dessous Nom Prénom Adresse Téléphone Mobile Date

Plus en détail

ADDICTIONS AUX DROGUES. Formation FSI du Bureau de Lutte anti-drogue Hobeich Dr Hala Kerbage Mars 2013

ADDICTIONS AUX DROGUES. Formation FSI du Bureau de Lutte anti-drogue Hobeich Dr Hala Kerbage Mars 2013 ADDICTIONS AUX DROGUES Formation FSI du Bureau de Lutte anti-drogue Hobeich Dr Hala Kerbage Mars 2013 PLAN Introduction sur les addictions Opiacés, cocaine/amphétamines, cannabis, BDZ Effets sur le comportement/intoxication

Plus en détail

GESTION DES EFFETS SECONDAIRES DES TRAITEMENTS OPIOÏDES. DU de Médecine palliative et d accompagnement Dr Sophie TOUSSAINT-MARTEL Février 2014

GESTION DES EFFETS SECONDAIRES DES TRAITEMENTS OPIOÏDES. DU de Médecine palliative et d accompagnement Dr Sophie TOUSSAINT-MARTEL Février 2014 GESTION DES EFFETS SECONDAIRES DES TRAITEMENTS OPIOÏDES DU de Médecine palliative et d accompagnement Dr Sophie TOUSSAINT-MARTEL Février 2014 Les opioïdes partagent tous globalement les mêmes effets indésirables.

Plus en détail

chez la personne âgée.

chez la personne âgée. PROMOTION DE L AMÉLIORATION DES PRATIQUES PROFESSIONNELLES dans le cadre du programme MobiQual Prévenir, évaluer, Prendre en charge La douleur chez la Personne âgée FIche pratique utilisation des opioïdes

Plus en détail

LES DIFFÉRENTS TYPES D USAGE

LES DIFFÉRENTS TYPES D USAGE L objectif de ce document est d être un outil concret, à la disposition des infirmiers(ères) pour les aider dans leur pratique quotidienne, en ce qui concerne les pratiques de consommation d alcool, de

Plus en détail

Item 66 : Thérapeutiques antalgiques

Item 66 : Thérapeutiques antalgiques Item 66 : Thérapeutiques antalgiques COFER, Collège Français des Enseignants en Rhumatologie Date de création du document 2010-2011 Table des matières ENC :...3 SPECIFIQUE :...3 I Antalgiques de niveau

Plus en détail

UN PEU? BEAUCOUP? PASSIONEMENT? A LA FOLIE? PAS DU TOUT? Rodriguez Maeva CH Angoulême. Aucun conflit d intérêt

UN PEU? BEAUCOUP? PASSIONEMENT? A LA FOLIE? PAS DU TOUT? Rodriguez Maeva CH Angoulême. Aucun conflit d intérêt UN PEU? BEAUCOUP? PASSIONEMENT? A LA FOLIE? PAS DU TOUT? Aucun conflit d intérêt Rodriguez Maeva CH Angoulême Mr B 31 ans Antécédents : AVP en 2014 dans un contexte d alcoolisation : plaies hépatique et

Plus en détail

L homme et les drogues

L homme et les drogues L homme et les drogues - PCEM 1 psychologie - Dr Perrine ADAM Service de Psychiatrie et d Addictologie Groupe Hospitalier Bichat-Claude Bernard Document : propriété de la faculté de médecinem Paris 7-7

Plus en détail

... la Cocaïne & le Crack

... la Cocaïne & le Crack l essentiel sur...... la Cocaïne & le Crack Ξ Qu est-ce que c est? La cocaïne, chef de file des stimulants, dont la consommation est en augmentation, est un alcaloïde de la feuille du cocaïer. Transformée

Plus en détail

PROGRAMME DE LA FORMATION

PROGRAMME DE LA FORMATION PROGRAMME DE LA FORMATION 1. Contenu théorique 1.1. Anatomie, physiologie et pathologies Fonction respiratoire : anatomie et physiologie ; explorations fonctionnelles ventilatoires ; examens biologiques.

Plus en détail

CHEZ LES RÉSIDENTS ATTEINTS DE LA MALADIE D ALZHEIMER

CHEZ LES RÉSIDENTS ATTEINTS DE LA MALADIE D ALZHEIMER RECOMMANDATIONS PRISE EN CHARGE MÉDICAMENTEUSE NEUROLEPTIQUES - BENZODIAZEPINES CHEZ LES RÉSIDENTS ATTEINTS DE LA MALADIE D ALZHEIMER Dr P. LEBAIN Centre Mémoire CMRR Mémorial de Caen - Septembre 2012

Plus en détail

OBSERVANCE DU TRAITEMENT HORMONAL DANS LE CANCER DU SEIN CHEZ LA PERSONNE ÂGEE

OBSERVANCE DU TRAITEMENT HORMONAL DANS LE CANCER DU SEIN CHEZ LA PERSONNE ÂGEE OBSERVANCE DU TRAITEMENT HORMONAL DANS LE CANCER DU SEIN CHEZ LA PERSONNE ÂGEE 1 Elianne DUBOIS IDE CENTRE G F LECLERC DIJON SOFOG TOULOUSE 9 octobre 2015 LA PERSONNE ÂGÉE En France, la population âgée

Plus en détail

LISEZ CE DOCUMENT POUR ASSURER UNE UTILISATION SÉCURITAIRE ET EFFICACE DE VOTRE MÉDICAMENT RENSEIGNEMENTS DESTINÉS AU PATIENT

LISEZ CE DOCUMENT POUR ASSURER UNE UTILISATION SÉCURITAIRE ET EFFICACE DE VOTRE MÉDICAMENT RENSEIGNEMENTS DESTINÉS AU PATIENT LISEZ CE DOCUMENT POUR ASSURER UNE UTILISATION SÉCURITAIRE ET EFFICACE DE VOTRE MÉDICAMENT RENSEIGNEMENTS DESTINÉS AU PATIENT N JURNISTA Comprimés de chlorhydrate d HYDROmorphone à libération prolongée

Plus en détail

AUTRES AFFECTIONS FRÉQUENTES ASTHME

AUTRES AFFECTIONS FRÉQUENTES ASTHME L asthme est une maladie inflammatoire chronique des voies aériennes, caractérisée par une obstruction bronchique variable dans le temps. Sous-diagnostiqué et insuffisamment pris en charge dans la population

Plus en détail

Item 182 : Accidents des anticoagulants

Item 182 : Accidents des anticoagulants Item 182 : Accidents des anticoagulants Date de création du document 2008-2009 Table des matières 1 Cruralgie par hématome du psoas...1 1. 1 Signes évocateurs d un hématome du psoas devant une cruralgie...

Plus en détail

15 ème Journée du Sommeil Sommeil et Nutrition 27 Mars 2015 SURVEILLANCE DES COMPORTEMENTS ALIMENTAIRES EN MEDECINE DU TRAVAIL

15 ème Journée du Sommeil Sommeil et Nutrition 27 Mars 2015 SURVEILLANCE DES COMPORTEMENTS ALIMENTAIRES EN MEDECINE DU TRAVAIL 15 ème Journée du Sommeil Sommeil et Nutrition 27 Mars 2015 SURVEILLANCE DES COMPORTEMENTS Dr Albane CHAILLOT Service de santé au travail 27/03/2015 Introduction Evaluation Prise en charge Traitement Conclusion

Plus en détail

PROBLÈMES DE SOMMEIL? TABAC, ANXIÉTÉ ET DÉPRESSION TABAC ET CANNABIS

PROBLÈMES DE SOMMEIL? TABAC, ANXIÉTÉ ET DÉPRESSION TABAC ET CANNABIS PROBLÈMES DE SOMMEIL? TABAC, ANXIÉTÉ ET DÉPRESSION TABAC ET CANNABIS LE SOMMEIL (1) Le fumeur a un sommeil tardif et plus court, avec souvent des cauchemars, et des ronflements En cas de sevrage tabagique

Plus en détail

Améliorer les pratiques de prescription des anxiolytiques et hypnotiques. Pr F. Paille Nancy

Améliorer les pratiques de prescription des anxiolytiques et hypnotiques. Pr F. Paille Nancy Améliorer les pratiques de prescription des anxiolytiques et hypnotiques Pr F. Paille Nancy Pas de liens d intérêt pour ce thème Recommandations HAS Modalités d arrêt des benzodiazépines et médicaments

Plus en détail