Anesthésie et toxicomanie Dr Thomas CLAEYS- CHU de Caen

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Anesthésie et toxicomanie Dr Thomas CLAEYS- CHU de Caen"

Transcription

1 Anesthésie et toxicomanie 18 octobre 2008 Dr Thomas Claeys Pôle AR, Samu 14 - Smur CHRU de la Côte de Nacre, Caen Épidémiologie (1) 2 millions de consommateurs de produits illicites toxicomanes héroïnomanes Épidémiologie (2) Stabilité des toxicomanies graves Augmentation des consommations en milieu festif Cocaïne, Amphétamines Hallucinogènes Cannabis, Héroïne

2 Toxicomanes aux opiacés Formes de consommation Complications et problèmes anesthésiques des toxicomanes aux opiacés Héroïne IV, sniffée, fumée Morphine IV Subutex (buprénorphine), méthadone Détourné et IV Opium voie orale ou fumé Poly intoxication fréquente Alcool Sédatifs Cannabis et tabac - Cocaïne Dépendance forte et rapide Désocialisation troubles psychiâtriques Infections virales (VIH 15%, VHC 65%) et bactériennes Dénutrition, tabagisme, alcoolisme Overdose apnée mortelle Syndrome de sevrage Gestion de l analgésie péri opératoire Chirurgie d urgence Gestion des abords veineux Toxicomanes aux opiacés Actif Substitué : morphiniques de longue durée d action action peu euphorisante méthadone, morphine (Skénan, Moscontin ), codéine agonistes buprénorphine (Subutex ) agoniste partiel µ - antagoniste K Sevré : ancien toxicomane actif ou susbtitué pas de drogues illicites ± toxicomanies autorisées : tranquilisants, tabac, alcool Drogues dites «excitantes» Cocaïne Chlorhydrate de cocaïne Injectée ou sniffée Cocaïne base (crack) Fumée Amphétamines Ecstasy Speeds Complications de la cocaïne (1) Aiguës (cinétique courte) Action sympathomimétique par inhibition de recapture des catécholamines Syndrome d hyperstimulation sympathique convulsions, HTA, troubles du rythme puis coma, dépression cardio-circulatoire, hypoventilation Troubles de l excitabilité cardiaque, accidents coronariens, dissections aortiques, poussées HTA, AVC Complications de la cocaïne (2) Survenue inopinée lors d anesthésie si prise récente cachée Accidents potentialisés par hypercatécholaminémie circulante : anxiété, douleur, agitation anesthésie légère, sympathomimétiques (kétamine), catécholamines exogènes (éphédrine, adrénaline) «crack lung» : dyspnée, infiltrats pulmonaires, fièvre, éosinophilie, pneumothorax, pneumomédiastin, hémorragie alvéolaire

3 Complications de l ecstasy Coups de chaleur avec déshydratation, rhabdomyolyse, insuffisance rénale aiguë Manifestations sympathomimétiques cocaïne Hépatites fulminantes Troubles psychiques chroniques LSD et dérivés Kétamine GammaOH Drogues naturelles Champignons Belladone, Datura, Hallucinogènes Cannabis dépendance avec résines génétiquement modifiées concentrées en tétrahydrocannabinol Évaluation pré opératoire Urgence > chirurgie programmée État général et complications (infections, sepsis ) État veineux Ancienneté et importance de l intoxication Mode d administration, dernière prise Intoxications associées Dépendance, imprégnation, état de manque Traitements substitutifs Examen clinique et paraclinique (ECG, RP, ASP, BH, sérologies) Contrat de soins Stratégie de l analgésie Stratégie de prévention du sevrage Contrat de soins Établir les objectifs de l hospitalisation : En acceptant de les limiter, si le patient le désire, à ce pourquoi il consulte L équipe soignante s engage : À prévenir l état de manque À traiter la douleur et l anxiété À informer le patient (choix thérapeutiques, délais ) Le patient s engage : À la franchise lors de l interrogatoire et des soins À ne pas recourir à des produits non prescrits À accepter un certain inconfort lors des phases d adaptation thérapeutique À n e pas entrer dans une logique de chantage (1) Héroïnomane en phase aiguë d intoxication : Aucune préparation nécessaire à l intervention Pas de naloxone syndrome de sevrage puis apnée car ½ vie courte ± Collaboration de : Équipe spécialisée en toxicomanie ou de l équipe de psychiâtrie de liaison La pharmacie hospitalière

4 (2) Héroïnomane en phase de sevrage : (2) Héroïnomane en phase de sevrage : Désensibilisation récepteurs µ Désensibilisation récepteurs µ Effets antinociceptifs SEVRAGE Effets antinociceptifs Opioïdes sur NGC nombre récepteurs µ Opioïdes sur NGC nombre récepteurs µ Effets pronociceptifs Effets pronociceptifs Hyperalgésie Intervention chirurgicale sevrage (douleur + absence de motivation) (2) Héroïnomane en phase de sevrage : Morphine : Dose de substitution + Dose antalgique BZD : Potentialisation des morphiniques Anxiété, agitation Toxicomanie aux BZD (3) Héroïnomane substitué : Méthadone : PO possible dose quotidienne le matin (sevrage 30h) PO impossible dose quotidienne méthadone = dose morphine IV Buprénorphine (Subutex ) : Propriétés antagonistes + effet plafond Morphiniques de forte affinité (alfentanil, sufentanil) ALR et/ou chir peu douloureuse (EVA 4) Subutex ± buprénorphine SC AG ou chir douloureuse (EVA > 4) Morphiniques de forte affinité + titration large de morphine au réveil + analgésiques périphériques ± AINS + BZD de ½ vie longue (clorazépate = Tranxène, flunitrazépam = Rohypnol ) (4) Héroïnomane sevré : Risque de réapparition de dépendance (morphiniques de forte affinité) Privilégier l ALR Éviter les morphiniques Utiliser analgésiques non morphiniques, clonidine, NL, BZD (en évitant celles à ½ vie longue) Concours d une équipe spécialisée Si douleur importante morphine aux doses habituelles (5) Héroïne et grossesse : Poursuite de consommation et sevrage sont dangereux Substitution améliore le pronostic obstétrical? Choix du produit de substitution, traitement du sevrage du NN et à l allaitement Césarienne : Substitution maintenue ± relais morphine APD Concours d équipe spécialisée en toxicomanie

5 (6) Cocaïne et psychoanaleptiques : Manifestations CV anti-hta, ß-, anti-arythmiques Détresse respiratoire, coma : IOT + VAC Crack, «bad trips» des hallucinogènes : NL Anesthésie per opératoire Techniques d anesthésie : ALR de préférence : Type de chirurgie État psychologique du patient AG : Contexte urgence/estomac plein (effet des opiacés, stress, douleur ) Besoins de base en morphine (difficile à évaluer) besoins en morphiniques et hypnotiques ± instabilité tensionnelle remplissage, vasopresseurs Abord veineux : ± KTC ou VVP après induction par AAH Prévention des AES Filtre antibactérien et antiviral efficace sur appareil d anesthésie Patient toxicomane actif non traité Pré opératoire Estimation de la dose «réelle» quotidienne d héroïne = nombre d injections X 20 à 100mg Surveillance clinique et/ou Instrumentale (SSPI, USI) Per opératoire Post opératoire Évaluation toutes les 4h : - Sevrage - Analgésie - Surdosage Pas de douleur post opératoire, voie orale/sublinguale utilisable, accord du patient Ration de base quotidienne de morphine = dose «réelle» d héroïne x 2 ± traitement de la douleur AG ou chirurgie douloureuse AG sufentanil ou alfentanil + BZD Titration de morphine puis dose titrée/4h (SC, IM, IVSE, PO) + propacétamol + néfopam + AINS + BZD Ration de base de morphine IM ou SC fractionnée/4h ou IVSE ± BZD Retour progressif à la ration de base quotidienne Équipe spécialisée, psychiâtre Relais par substitution légale = buprénorphine haut dosage Titration de morphine par incréments de 5 à 8mg sous surveillance instrumentale ALR et/ou chirurgie peu douloureuse ALR + morphine ration de base + BZD ALR + antalgiques non morphiniques + morphine ration de base + BZD Syndrome de sevrage (1) : aux opiacés Le syndrome de sevrage apparaît de 4 heures à 12 heures après la dernière dose, et est maximal entre la 24 ème et la 72 ème heure. Le sevrage des opiacés ne met pas la vie du toxicomane en danger. Signes cliniques : Anxiété puis baillements, transpiration, larmoiement, rhinorrhée, Mydriase, pilo-érection, tremblements, douleurs musculaires, frissons, Fièvre, nausées, agitation, insomnie, HTA puis enfin vomissements, diarrhée.

6 Prévention du sevrage aux opiacés Syndrome de sevrage (2) : Évaluation de la dose de base de morphine quotidienne et relais avec la morphine Ou traitement substitutif : Dose de base de morphine + analgésie Ou traitement substitutif + analgésie Sédation (BZD) dans tous les cas Sevrage aux BZD et barbituriques : Dangereux pour le toxicomane car il peut conduire au décès. Signes prémonitoires : anxiété, insomnie, anorexie puis délire, confusion, évolution vers un état de mal convulsif. Apparition : de un à quelques jours d abstinence selon la ½ vie du produit utilisé. Poly toxicomanie fréquente des héroïnomanes : Prescription systématique de BZD et NL en association à la morphine. Syndrome de sevrage (3) Sevrage du cannabis : anorexie, nausées, insomnie, agitation. Sevrage de la cocaïne : Fatigue intense avec sommeil prolongé, faim vorace, dépression voire hallucinations. Pas de traitement particulier mais une prise en charge psychiâtrique peut s avérer nécessaire. La prise concommitante d alcool étant habituelle, un delirium tremens peut compliquer le tableau clinique et le diagnostic

PRISE EN CHARGE EN VILLE DES PERSONNES DÉPENDANTES AUX OPIACÉS

PRISE EN CHARGE EN VILLE DES PERSONNES DÉPENDANTES AUX OPIACÉS PRISE EN CHARGE EN VILLE DES PERSONNES DÉPENDANTES AUX OPIACÉS Constance Legroux (DCEM3) QUELQUES CHIFFRES 150 000 toxicomanes en France, dont moins de Diminution de la mortalité grâce à la mise sur le

Plus en détail

La rotation des opioïdes

La rotation des opioïdes La rotation des opioïdes Prof. Omar BOUDEHANE - UNITE D EVALUATION ET DE TRAITEMENT DE LA DOULEUR - Faculté de médecine & CHU Constantine Université «3» de Constantine 9 ème Congrés de la SAETD Université

Plus en détail

Sevrage du patient alcoolodépendant

Sevrage du patient alcoolodépendant Sevrage du patient alcoolodépendant 1/17 Motivation Le 1 er temps de la prise en charge = temps de renforcement de la motivation. Objectif : proposer au patient un sevrage s il est prêt, sinon l aider

Plus en détail

COCAÏNE crack ou free base

COCAÏNE crack ou free base COCAÏNE crack ou free base QU EST-CE QUE C EST? C La cocaïne est une substance psychoactive d'origine végétale, extraite des feuilles de cocaïer. C Une fois transformée par un procédé chimique, elle devient

Plus en détail

Prescription des Morphiniques

Prescription des Morphiniques Prescription des Morphiniques Dr Jean-Pierre CORBINAU - Lille Cet exposé se veut essentiellement pratique ayant pour objectif de faire passer 3 messages afin d apporter une aide dans la prescription de

Plus en détail

chez la personne âgée.

chez la personne âgée. PROMOTION DE L AMÉLIORATION DES PRATIQUES PROFESSIONNELLES dans le cadre du programme MobiQual Prévenir, évaluer, Prendre en charge La douleur chez la Personne âgée FIche pratique utilisation des opioïdes

Plus en détail

Claude Ecoffey Anesthésiste. Les obstacles aux opiacés

Claude Ecoffey Anesthésiste. Les obstacles aux opiacés cette image. Claude Ecoffey Anesthésiste QuickTime et un décompresseur Photo - JPEG sont requis pour visualiser Les obstacles aux opiacés Crainte liée au traitement (effets secondaires, accoutumance) Système

Plus en détail

43. Troubles du sommeil de l enfant et de l adulte

43. Troubles du sommeil de l enfant et de l adulte 43. Troubles du sommeil de l enfant et de l adulte Diagnostiquer les troubles du sommeil du nourrisson, de l enfant et de l adulte Argumenter l attitude thérapeutique et planifier le suivi du patient RÉPONSES

Plus en détail

La Codéine? Parlons-en INFORMER

La Codéine? Parlons-en INFORMER La Codéine? Parlons-en INFORMER Qu est-ce que la codéine? La Codéine, ou méthylmorphine, est l'un des alcaloïdes contenus dans le pavot (papaverum somniferum). La codéine est un antalgique puissant (de

Plus en détail

8. Les connaissances

8. Les connaissances 8. Les connaissances 1 - Titration et douleur nociceptive 2 - Table équianalgésie 3 - Rotation des opioïdes 4 - Douleur et toxicomanie 5 - Douleurs et états de manque Contact : clud@marseille.fnclcc.fr

Plus en détail

LES CONDUITES ADDICTIVES

LES CONDUITES ADDICTIVES EOM N.I LES CONDUITES ADDICTIVES I. introduction : - addiction : assuétude, asservissement, dépendance, toxicomanie. - Problème majeur de la santé publique. - Mortalité et morbidité élevées. pertes de

Plus en détail

PROTOCOLE DE SEVRAGE EN AMBULATOIRE

PROTOCOLE DE SEVRAGE EN AMBULATOIRE PROTOCOLE DE SEVRAGE EN AMBULATOIRE Objet : Sevrage d une dépendance physique aux opiacés ou apparentés Ce protocole tient compte de la sécurité du patient qui doit être optimale à son domicile comme en

Plus en détail

GUIDE DE PRESCRIPTION ET D UTILISATION DES ANTALGIQUES

GUIDE DE PRESCRIPTION ET D UTILISATION DES ANTALGIQUES GUIDE DE PRESCRIPTION ET D UTILISATION DES ANTALGIQUES PEC Douleur OPC011.00D1 Version 1 du 25.09.08 NOUVEAUTE DE LA VERSION 1 : Création OBJET : Ce guide est un document d information et d aide à : la

Plus en détail

A. OMS - ASSIST V3.0, français

A. OMS - ASSIST V3.0, français A. OMS - ASSIST V3.0, français Interviewer I...I Clinique I...I Identité patient I...I Date I...I INTRODUCTION (A lire au patient. Peut être adapté au contexte local) Je vous remercie d avoir accepté de

Plus en détail

ADDICTOLOGIE TRAITEMENT DE SUBSTITUTION AUX OPIACES TSO. Dr Philippe DUMAS

ADDICTOLOGIE TRAITEMENT DE SUBSTITUTION AUX OPIACES TSO. Dr Philippe DUMAS ADDICTOLOGIE TRAITEMENT DE SUBSTITUTION AUX OPIACES TSO Dr Philippe DUMAS Pourquoi un traitement de substitution? Quand la dépendance aux opiacés est certaine elle demande a être prise en charge. Pour

Plus en détail

Traitements de substitution aux opiacés et travail. Éric Durand Département Études et assistance médicales INRS 29 janvier 2007, CODES 93

Traitements de substitution aux opiacés et travail. Éric Durand Département Études et assistance médicales INRS 29 janvier 2007, CODES 93 Traitements de substitution aux opiacés et travail Éric Durand Département Études et assistance médicales INRS 29 janvier 2007, CODES 93 Le contexte «politique» Politique de réduction des risques infectieux

Plus en détail

PRISE EN CHARGE DES PRE ECLAMPSIES. Jérôme KOUTSOULIS. IADE DAR CHU Kremlin-Bicêtre. 94 Gérard CORSIA. PH DAR CHU Pitié-Salpétrière.

PRISE EN CHARGE DES PRE ECLAMPSIES. Jérôme KOUTSOULIS. IADE DAR CHU Kremlin-Bicêtre. 94 Gérard CORSIA. PH DAR CHU Pitié-Salpétrière. PRISE EN CHARGE DES PRE ECLAMPSIES Jérôme KOUTSOULIS. IADE DAR CHU Kremlin-Bicêtre. 94 Gérard CORSIA. PH DAR CHU Pitié-Salpétrière. 75 Pas de conflits d intérêts. Définitions Pré éclampsie Définitions

Plus en détail

Réseau Addictions des Alpes Maritimes i GT.06 Président : Dr Pierre AIRAUDI Médecin-Coordinateur : Dr Jean-Marc COHEN Soirée Scientifique RSN & GT.06 Jeudi 02/12/2010 1 PLAN petit historique R.S.N. + GT.06

Plus en détail

PROTOCOLE DE SEVRAGE EN AMBULATOIRE

PROTOCOLE DE SEVRAGE EN AMBULATOIRE PROTOCOLE DE SEVRAGE EN AMBULATOIRE Objet : Sevrage d une dépendance physique à l alcool Dans ce cas, il ne s agit pas d un sevrage simple ambulatoire. Ce protocole tient compte de la sécurité du patient

Plus en détail

Directives du Médecin cantonal concernant la prescription, la dispensation et l administration des stupéfiants destinés à la

Directives du Médecin cantonal concernant la prescription, la dispensation et l administration des stupéfiants destinés à la DEPARTEMENT DE LA SANTE ET DE L ACTION SOCIALE Directives du Médecin cantonal concernant la prescription, la dispensation et l administration des stupéfiants destinés à la prise en charge de personnes

Plus en détail

CSAPA BUS LIVRET D ACCUEIL. Coordonnées. d Accompagnement et de Prévention en Addictologie

CSAPA BUS LIVRET D ACCUEIL. Coordonnées. d Accompagnement et de Prévention en Addictologie LIVRET D ACCUEIL CSAPA BUS Centre de Soins, d Accompagnement et de Prévention en Addictologie CSAPA BUS Coordonnées 62 bis - avenue Parmentier - 75011 PARIS Téléphone bureau - 01 77 72 22 00 Fax - 01 77

Plus en détail

RÔLE DE L IDE DANS L APPROCHE DU PATIENT DOULOUREUX

RÔLE DE L IDE DANS L APPROCHE DU PATIENT DOULOUREUX RÔLE DE L IDE DANS L APPROCHE DU PATIENT DOULOUREUX Ph.TETARD ( CH Saint Camille) M.T. GATT ( CHU Avicenne) PTETARD 2009 1 1 - LÉGISLATIONPROFESSIONNELLE A. le rôle de l infirmière est fondé sur le décret

Plus en détail

Le traitement du paludisme d importation de l enfant est une urgence

Le traitement du paludisme d importation de l enfant est une urgence Le traitement du paludisme d importation de l enfant est une urgence Dominique GENDREL Necker-Enfants Malades Traiter en urgence en présence de trophozoïtes Plus de 80% des paludismes d importation en

Plus en détail

L'épreuve d'effort. Date de création du document : - Université Médicale Virtuelle Francophone -

L'épreuve d'effort. Date de création du document : - Université Médicale Virtuelle Francophone - L'épreuve d'effort Date de création du document : 2008-2009 Table des matières * Introduction... 1 1 Modalités de réalisation... 1 2 Indications...2 3 Contre-indications...3 4 Interprétation... 4 PRÉ-REQUIS

Plus en détail

Ordonnance n 1. Ordonnance n 2. Ordonnance n 3. Ordonnance n 4. Ordonnance n 5. Ordonnance n 6. Ordonnance n 7. Ordonnance n 8.

Ordonnance n 1. Ordonnance n 2. Ordonnance n 3. Ordonnance n 4. Ordonnance n 5. Ordonnance n 6. Ordonnance n 7. Ordonnance n 8. SOMMAIRE Ordonnance n 1 Remplacer un traitement antalgique de palier 2 par un antalgique de palier 3 Ordonnance n 2 Interdoses lors d un traitement par sulfate de morphine à Libération Prolongée (LP) Ordonnance

Plus en détail

Service de néonatologie, conjointement avec le département de médecine familiale, section périnatalité.

Service de néonatologie, conjointement avec le département de médecine familiale, section périnatalité. 1. CHUQ HÔPITAL SAINT-FRANÇOIS D ASSISE Service de néonatologie, conjointement avec le département de médecine familiale, section périnatalité. 2. TITRE : Nouveau-nés de mères toxicomanes 3. CLIENTÈLE

Plus en détail

NOTICE : INFORMATION DE L UTILISATEUR

NOTICE : INFORMATION DE L UTILISATEUR NOTICE : INFORMATION DE L UTILISATEUR SINUTAB 500 mg/30 mg comprimés SINUTAB FORTE 500 mg/60 mg comprimés Paracétamol et chlorhydrate de pseudoéphédrine Veuillez lire attentivement cette notice avant de

Plus en détail

SYNDROME DE SEVRAGE ALCOOLIQUE. Diane PAUL IMG 2eme Semestre 18/06/15

SYNDROME DE SEVRAGE ALCOOLIQUE. Diane PAUL IMG 2eme Semestre 18/06/15 SYNDROME DE SEVRAGE ALCOOLIQUE Diane PAUL IMG 2eme Semestre 18/06/15 CAS CLINIQUE Patient de 37 ans amené par les pompiers pour syndrome confusionnel aigu avec hallucinations associés à une crise convulsive

Plus en détail

Outil d aide à la réalisation d un sevrage alcoolique ambulatoire

Outil d aide à la réalisation d un sevrage alcoolique ambulatoire Outil d aide à la réalisation d un sevrage alcoolique ambulatoire Réalisé pour les professionnels de santé, il vise à vous aider dans la prescription et le suivi des sevrages alcooliques en ambulatoire.

Plus en détail

SOINS PALLIATIFS et REFLEXION ETHIQUE

SOINS PALLIATIFS et REFLEXION ETHIQUE Saint Didier en Velay SOINS PALLIATIFS et REFLEXION ETHIQUE Dr Pascale VASSAL, Service de médecine palliative, CHU Saint Etienne Le 16 juin 2009 4 - PRISE en CHARGE de la DOULEUR A - Évaluation de la douleur

Plus en détail

LES ANTIDEPRESSEURS. Dépression : trouble thymique (affectif) - Humeur : caractérisée par tristesse profonde ; anxiété ;chagrin

LES ANTIDEPRESSEURS. Dépression : trouble thymique (affectif) - Humeur : caractérisée par tristesse profonde ; anxiété ;chagrin I / Introduction LES ANTIDEPRESSEURS Dépression : trouble thymique (affectif) - Humeur : caractérisée par tristesse profonde ; anxiété ;chagrin - Manifestations psychologiques associées : sentiment d échec

Plus en détail

La psychiatrie dans le cinéma

La psychiatrie dans le cinéma La psychiatrie dans le cinéma Plaisir de voir, plaisir de critiquer, plaisir de débattre Prof Daniele Zullino Dr Gerard Calzada Hallucinogènes Classification des substances!! Dépresseurs du SNC Stimulants

Plus en détail

SPES / NEPALE. Date : Protocole validé et réactualisé le 13/12/2013 ETAPES PRELIMINAIRES A LA PRESCRIPTION

SPES / NEPALE. Date : Protocole validé et réactualisé le 13/12/2013 ETAPES PRELIMINAIRES A LA PRESCRIPTION RECOMMANDATION POUR LA PRESCRIPTION DE MORPHINE EN PERFUSION CONTINUE MODE PCA SPES / NEPALE Date : Protocole validé et réactualisé le 13/12/2013 N hésitez pas à utiliser les modèles d ordonnances, Pour

Plus en détail

Soirée PCA opiacés de l hôpital au domicile Au Bout du Monde le 27 octobre 2015 de 19h à 22h

Soirée PCA opiacés de l hôpital au domicile Au Bout du Monde le 27 octobre 2015 de 19h à 22h Soirée PCA opiacés de l hôpital au domicile Au Bout du Monde le 27 octobre 2015 de 19h à 22h Programme de la soirée : 19h-19h30 : Présentation des différentes PCA par les prestataires de service de PCA

Plus en détail

Drogues, toxicomanies, conduites addictives

Drogues, toxicomanies, conduites addictives Drogues, toxicomanies, conduites addictives Jean-Etienne PODIK Mots clefs Addictions, dépendance Toxicomanies Politique de réduction des risques Comportements à risques Coûts Tabac Alcool Drogues licites,

Plus en détail

Chap IV : Morphinomimétiques et antagonistes

Chap IV : Morphinomimétiques et antagonistes Toxicologie médicamenteuse Poly p 120-130 Feat Sovietik Chap IV : Morphinomimétiques et antagonistes I. Généralités Ce sont des médicaments qui ressemblent à la morphine. C est l alcaloïde le plus abondant

Plus en détail

Suboxone : Puisque vous êtes prêt à commencer un traitement

Suboxone : Puisque vous êtes prêt à commencer un traitement Suboxone : Puisque vous êtes prêt à commencer un traitement Tiré de : «Suboxone, puisque vous êtes prêt à commencer un traitement.», par Reckitt Benckiser, 2008. Le traitement par Suboxone Pour traiter

Plus en détail

L anxiété et les troubles anxieux

L anxiété et les troubles anxieux L anxiété et les troubles anxieux JOUR 2 Extrait de la présentation PowerPoint pour consultation par participants à l atelier organisé par le Service populaire de psychothérapie de Laval) avec Jorge Vasco,

Plus en détail

CANNABIS: effets et méfaits. Docteur Benoît GILLAIN UCL Unité de crise

CANNABIS: effets et méfaits. Docteur Benoît GILLAIN UCL Unité de crise CANNABIS: effets et méfaits Docteur Benoît GILLAIN UCL Unité de crise 1 Cannabis: Abréviation du nom «cannabis sativa». Toutes les composantes de la plante contiennent les substances psychoactives dont

Plus en détail

Traitements de Substitution

Traitements de Substitution Traitements de Substitution Modalités Pratiques Dr Baudouin DENIS Médecine Générale Alto 2007 L'usage d héroine est une pathologie CHRONIQUE CURE (traitement) CARE (accompagnement) La rechute fait partie

Plus en détail

COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS. 01 avril 2009

COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS. 01 avril 2009 COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS 01 avril 2009 ABSTRAL 100 microgrammes, comprimé sublingual B/10 Code CIP : 391 042 9 B/30 Code CIP : 391 043 5 ABSTRAL 200 microgrammes, comprimé sublingual B/10 Code

Plus en détail

Prescription de morphiniques chez le sujet âgé. Cas clinique

Prescription de morphiniques chez le sujet âgé. Cas clinique Prescription de morphiniques chez le sujet âgé Cas clinique Clinique 1 Me G. 71 ans. Mariée, 2 enfants Algies diffuses depuis l âge l de 14 ans. Début des douleurs par des cervicalgies et scapulalgies

Plus en détail

Comment évaluer? Douleur aiguë? Douleur chronique? Douleur continue? Circonstances d apparition? Cotation de la douleur

Comment évaluer? Douleur aiguë? Douleur chronique? Douleur continue? Circonstances d apparition? Cotation de la douleur Comment évaluer? Douleur aiguë? Douleur chronique? TEMPS Douleur paroxystique? INTENSITE LOCALISATION TYPE Douleur continue? Circonstances d apparition? Cotation de la douleur Topographie de la ou des

Plus en détail

Douleur & Addiction. Dr Nicolas AUTHIER. Congrès ANP3SM, Paris, 21 juin 2012. nauthier@chu-clermontferrand.fr

Douleur & Addiction. Dr Nicolas AUTHIER. Congrès ANP3SM, Paris, 21 juin 2012. nauthier@chu-clermontferrand.fr Douleur & Addiction Congrès ANP3SM, Paris, 21 juin 2012 Dr Nicolas AUTHIER nauthier@chu-clermontferrand.fr LIENS D INTERETS Financiers : AUCUN Amicaux : AUCUN Familiaux : AUCUN en rapport avec les médicaments

Plus en détail

Définition PCA = ACP

Définition PCA = ACP 2012 Définition PCA = ACP Technique moderne de traitement de la douleur au cours de laquelle le patient relié à une pompe, s administre lui-même ses antalgiques à la demande Historique PCA 1968 - Variabilité

Plus en détail

Migraine et Abus de Médicaments

Migraine et Abus de Médicaments Migraine et Abus de Médicaments Approches diagnostiques et thérapeutiques des Céphalées Chroniques Quotidiennes Pr D. DEPLANQUE Département de Pharmacologie médicale EA 1046, Institut de Médecine Prédictive

Plus en détail

PROTOCOLE d utilisation de la MORPHINE en PCA, hors traitement postopératoire

PROTOCOLE d utilisation de la MORPHINE en PCA, hors traitement postopératoire Comité de lutte contre la douleur PROTOCOLE d utilisation de la MORPHINE en PCA, hors traitement postopératoire Référence : CLUD 18 Version : 2 Date de diffusion Intranet : 23-10-2007 Objet Ce protocole

Plus en détail

LA MÉTHAMPHÉTAMINE LE CRYSTAL C EST QUOI

LA MÉTHAMPHÉTAMINE LE CRYSTAL C EST QUOI LA MÉTHAMPHÉTAMINE LE CRYSTAL C EST QUOI? LA MÉTHAMPHÉTAMINE est un produit stupéfiant illicite, synthétisé à partir de substances chimiques, également connu sous le nom de «crystal» ou «crystalmet», «ice»,

Plus en détail

L ANALGESIE AUTOCONTROLEE PAR LE PATIENT (PCA)

L ANALGESIE AUTOCONTROLEE PAR LE PATIENT (PCA) L ANALGESIE AUTOCONTROLEE PAR LE PATIENT (PCA) METHODE DE CONTROLE DE LA DOULEUR AIGUE EFFICACE ET SURE. OSWALT KE 1990 OBJECTIF : METTRE EN PLACE LA PCA CHEZ LE PLUS GRAND NOMBRE DE PATIENTS SANS AUGMENTER

Plus en détail

PRISE EN CHARGE INITIALE DES CEPHALEES AU SERVICE DES URGENCES SITE D ETAMPES

PRISE EN CHARGE INITIALE DES CEPHALEES AU SERVICE DES URGENCES SITE D ETAMPES PRISE EN CHARGE INITIALE DES CEPHALEES AU SERVICE DES URGENCES SITE D ETAMPES PR-ULI-URG-PEC-N 108 Version n 1 Crée le 01-02-2011 DIFFUSION : Urgences site d Etampes OBJET ET DEFINITIONS Organiser et protocoliser

Plus en détail

Traitement de l alcoolodépendance en 2012 : Quelle place pour le baclofène? Philippe Michaud, médecin addictologue, Centre Victor-Segalen, Clichy

Traitement de l alcoolodépendance en 2012 : Quelle place pour le baclofène? Philippe Michaud, médecin addictologue, Centre Victor-Segalen, Clichy Traitement de l alcoolodépendance en 2012 : Quelle place pour le baclofène? Philippe Michaud, médecin addictologue, Centre Victor-Segalen, Clichy Pourquoi des médicaments m dans l alcoolodl alcoolodépendance?

Plus en détail

Protocole de Sevrage d une dépendance à la nicotine

Protocole de Sevrage d une dépendance à la nicotine Protocole de Sevrage d une dépendance à la nicotine Avant le sevrage : Evaluation de la de la dépendance comportementale, psychologique ou physique, Autoobservation, test de Fagerstrom (Fagerstrom en annexe)

Plus en détail

Cas clinique 1. Prévention des pathologies liées à l alcool

Cas clinique 1. Prévention des pathologies liées à l alcool Cas clinique Prévention des pathologies liées à l alcool Mr E., qui est un patient âgé de 70 ans, consulte à votre cabinet pour dysfonction érectile. L'interrogatoire vous apprend qu'il ne présente pas

Plus en détail

Grossesse, addictions, VIH: projet de soins autour des femmes en grande vulnérabilité : hospitalisation à domicile.

Grossesse, addictions, VIH: projet de soins autour des femmes en grande vulnérabilité : hospitalisation à domicile. Grossesse, addictions, VIH: projet de soins autour des femmes en grande vulnérabilité : hospitalisation à domicile Hélène Heckenroth l'auteur déclare n'avoir aucun conflit d'intérêt avec l'industrie pharmaceutique

Plus en détail

La consommation d alcool : de la tentation à l addiction au dépens de. Dr Sana ABOUZAHIR Médecin généraliste 13 Novembre 2014

La consommation d alcool : de la tentation à l addiction au dépens de. Dr Sana ABOUZAHIR Médecin généraliste 13 Novembre 2014 La consommation d alcool : de la tentation à l addiction au dépens de. Dr Sana ABOUZAHIR Médecin généraliste 13 Novembre 2014 Plan Généralités Effets de l alcool sur la santé Autres effets Rôle du médecin

Plus en détail

Isabelle MAURIN (Cadre de santé au Centre Léon Bérard, Lyon)

Isabelle MAURIN (Cadre de santé au Centre Léon Bérard, Lyon) Isabelle MAURIN (Cadre de santé au Centre Léon Bérard, Lyon) Le cancer du sein Risque estimé de développer un cancer du sein selon l âge Age 30 ans 40 ans 50 ans 60 ans 70 ans 80 ans Risque estimé 1/2212

Plus en détail

Du bon usage des dispositifs transdermiques de fentanyl

Du bon usage des dispositifs transdermiques de fentanyl Du bon usage des dispositifs transdermiques de fentanyl Groupe de travail pluridisciplinaire SFAP - SFETD ARMARI-ALLA Corinne, Médecin pédiatre, Hôpital de Jour d Onco-Pédiatrie, CHU Grenoble BRUXELLE

Plus en détail

NOTICE : INFORMATION DE L UTILISATEUR

NOTICE : INFORMATION DE L UTILISATEUR NOTICE : INFORMATION DE L UTILISATEUR SUFENTA 250 µg/5 ml, solution injectable (IV ou péridurale) en ampoule Sufentanil Veuillez lire attentivement l'intégralité de cette notice avant d utiliser ce médicament.

Plus en détail

Protocole d Utilisation des Opioïdes Par PCA en HAD

Protocole d Utilisation des Opioïdes Par PCA en HAD Protocole d Utilisation des Opioïdes Par PCA en HAD 1) Objet. Ce protocole a pour objet de décrire les modalités d utilisation des opioïdes injectables en PCA, en traitement symptomatique d une douleur,

Plus en détail

Prise en charge infirmière D un polytraumatisé

Prise en charge infirmière D un polytraumatisé D un polytraumatisé v Pose d un collier cervical v Déshabillage avec découpage des vêtements si nécessaire v Pose de l 02 au masque v Prise des constantes (TA, pls, saturation, score de glasgow) v Evaluation

Plus en détail

LES TROUBLES ANXIEUX. II- Schéma explicatif :

LES TROUBLES ANXIEUX. II- Schéma explicatif : LES TROUBLES ANXIEUX INTRODUCTION I- Définitions: 1. Anxiété : w Sentiment pénible d attente d un danger imprécis crainte. 2. Troubles anxieux: w Tr n altérant pas le contact avec la réalité w Tr produisant

Plus en détail

C.A.T. devant des troubles de la conscience chez le diabétique

C.A.T. devant des troubles de la conscience chez le diabétique C.A.T. devant des troubles de la conscience chez le diabétique Dr P. ASSOUAKON SAMU EPU les jeudis du samu 27 Mai 2004 1 PLAN Introduction Généralités Régulation et prise en charge SMUR Prise en charge

Plus en détail

Initiation et suivi du traitement substitutif de la pharmacodépendance majeure aux. opiacés par buprénorphine haut dosage. Messages clés.

Initiation et suivi du traitement substitutif de la pharmacodépendance majeure aux. opiacés par buprénorphine haut dosage. Messages clés. MAP Initiation et suivi du traitement substitutif de la pharmacodépendance majeure aux Mise au point octobre 2011 opiacés par buprénorphine haut dosage Sommaire Introduction 3 Qu est-ce que la buprénorphine

Plus en détail

Drogues de rue. Plan de la présentation. Abus de substance: Définitions. Dépendance. Dépendance. Dépendance. Définitions

Drogues de rue. Plan de la présentation. Abus de substance: Définitions. Dépendance. Dépendance. Dépendance. Définitions Plan de la présentation Définitions Drogues de rue Unité de médecin familiale Septembre 2008 Dr Carol McConnery MD, CCFP,FCFP Mme Lina Castonguay, BRAS L alcool et les drogues selon la classification Statistiques

Plus en détail

La morphine. Alternatives / associations

La morphine. Alternatives / associations Douleur et cancer La morphine Alternatives / associations Tous les droits d auteurs sont réservés à l Institut UPSA de la douleur. Toute modification est interdite. Toute reproduction ou utilisation est

Plus en détail

7- Les Antiépileptiques

7- Les Antiépileptiques 7- Les Antiépileptiques 1 Définition L épilepsie est un trouble neurologique chronique caractérisé par la survenue périodique et imprévisible de crises convulsives dues à l émission de décharges électriques

Plus en détail

Information aux patients La morphine

Information aux patients La morphine Information aux patients La morphine Des réponses à vos questions La morphine, un antidouleur couramment utilisé, vous a été prescrite. Cette brochure vous informe sur son emploi, ses effets bénéfiques,

Plus en détail

Sommaire. Prologue. Préfaces

Sommaire. Prologue. Préfaces Sommaire Prologue Préfaces I. Prendre en charge les urgences cardiovasculaires 1. Principes de gestion de l'urgence cardiologique par le professionnel de santé au travail Rôle du professionnel de santé

Plus en détail

Les Pharmacodépendances

Les Pharmacodépendances Les Pharmacodépendances Addiction : assuétude, dépendance. Peut être conduite addictive, toute consommation de substance psychoactive. Il y a usage de la substance psychoactive, qui entraîne un abus en

Plus en détail

LA PRISE EN CHARGE DE LA DOULEUR EN HAD

LA PRISE EN CHARGE DE LA DOULEUR EN HAD LA PRISE EN CHARGE DE LA DOULEUR EN HAD LES REGLES D OR 1. Demander au patient s il a mal et le croire 2. Ecouter sa réponse et respecter ses choix 3. Traiter si possible les causes de la douleur 4. Evaluer

Plus en détail

MIGRAINES. Diagnostic. A rechercher aussi. Critères IHS de la migraine. Type d aura. Particularités chez l enfant. Paraclinique.

MIGRAINES. Diagnostic. A rechercher aussi. Critères IHS de la migraine. Type d aura. Particularités chez l enfant. Paraclinique. MIGRAINES Diagnostic Critères IHS de la migraine SANS AURA : 5 crises 4-72 heures sans traitement 2 caractéristiques suivantes : Unilatérales Pulsatiles Modérées ou sévères Aggravation par activités physiques

Plus en détail

SOINS PALLIATIFS ET FIN DE VIE EN E.H.P.A.D. ET À DOMICILE. Partie 2 version courte

SOINS PALLIATIFS ET FIN DE VIE EN E.H.P.A.D. ET À DOMICILE. Partie 2 version courte SOINS PALLIATIFS ET FIN DE VIE EN E.H.P.A.D. ET À DOMICILE Partie 2 version courte Mazoyer A. Formation continue des équipes ouverte aux professionnels ambulatoires Janvier 2013 EHPAD Boucard - 79 340

Plus en détail

DEFINITION. Douleur aigüe Douleur chronique Titration de la morphine PCA. Composantes de la douleur. Sensation. Emotion Cognition.

DEFINITION. Douleur aigüe Douleur chronique Titration de la morphine PCA. Composantes de la douleur. Sensation. Emotion Cognition. Douleur aigüe Douleur chronique Titration de la morphine PCA DR C. Waintrop Service d anesthésie -Réanimation Hôpital Saint-Louis, Paris 10è DEFINITION Douleur: «Expérience sensorielle et émotionnelle

Plus en détail

DEMANDE D ADMISSION EN HOSPITALISATION À DOMICILE

DEMANDE D ADMISSION EN HOSPITALISATION À DOMICILE DEMANDE D ADMISSION EN HOSPITALISATION À DOMICILE Date : / / Standard 24h/24 et 7j/7 : 0596 50 29 79 et/ou administrateur de garde : 0696 26 10 37 / 0696 33 60 11 DOCUMENTS À ENVOYER par email à pc-global@hadmartiniqueles3s.fr

Plus en détail

Sophie LIABEUF Pharmacologie Amiens

Sophie LIABEUF Pharmacologie Amiens UE 6 INITIATION À LA CONNAISSANCE DU MÉDICAMENT Sophie LIABEUF Pharmacologie Amiens Règles de prescription Informations médicales concernant le patient (ATCD, âge, ) / situation socio-économique / situation

Plus en détail

SURVEILLANCE, EFFETS SECONDAIRES, SEVRAGE DE LA SEDATION

SURVEILLANCE, EFFETS SECONDAIRES, SEVRAGE DE LA SEDATION Session ide Géraldine POUTISSOU, Nadia BOUAMARIA, Christelle MIENNE (Pole de Neurochirugie Secteur de Réanimation CHRU de Lille) Surveillance, effets secondaires, sevrage de la sédation SURVEILLANCE, EFFETS

Plus en détail

NOTICE : INFORMATIONS DESTINÉES À L UTILISATEUR. Broncho-Pectoralis Pholcodine 15 mg/300 mg sirop. Pholcodine 15 mg/15 ml ; Sulfogaïacol 300 mg/15 ml

NOTICE : INFORMATIONS DESTINÉES À L UTILISATEUR. Broncho-Pectoralis Pholcodine 15 mg/300 mg sirop. Pholcodine 15 mg/15 ml ; Sulfogaïacol 300 mg/15 ml NOTICE : INFORMATIONS DESTINÉES À L UTILISATEUR Broncho-Pectoralis Pholcodine 15 mg/300 mg sirop Pholcodine 15 mg/15 ml ; Sulfogaïacol 300 mg/15 ml Veuillez lire attentivement la notice dans son intégralité

Plus en détail

Y a-t-il un médecin dans la salle?

Y a-t-il un médecin dans la salle? Y a-t-il un médecin dans la salle? Volet médical de la toxicomanie en capsules interactives Plan Interruption brusque de la consommation de psychotrope Danger pour la santé? Des médicaments pour le maintien

Plus en détail

Les drogues au XIX et XXémé siècle

Les drogues au XIX et XXémé siècle Les drogues au XIX et XXémé siècle Définition Une drogue est un composé chimique, biochimique ou naturel. Elle permet d'altérer une ou plusieurs activités neuronales, elle peut également perturber les

Plus en détail

LES ANXIOLYTIQUES (OU TRANQUILLISANTS)

LES ANXIOLYTIQUES (OU TRANQUILLISANTS) LES ANXIOLYTIQUES (OU TRANQUILLISANTS) Définition : Médicaments de l anxiété, de l hyperémotivité, et des situations de stress. Les plus utilisés sont les benzodiazépines qui ont 5 propriétés : - myorelaxantes,

Plus en détail

Le sevrage. Micheline Claudon / Alain Eddi

Le sevrage. Micheline Claudon / Alain Eddi Le sevrage Micheline Claudon / Alain Eddi Le sevrage : principes L alcoolodépendance est caractérisée par la perte de la maîtrise de la consommation d alcool. Lorsqu un sevrage est nécessaire il faut en

Plus en détail

LA Coordination des Assuétudes du Hainaut Occidental 1

LA Coordination des Assuétudes du Hainaut Occidental 1 LA Coordination des Assuétudes du Hainaut Occidental 1 Le réseau "La C.A.H.O." se construit sur base du Décret «Assuétudes» de la Région Wallonne. Le but général de la CAHO est de permettre aux acteurs

Plus en détail

DIMETANE SANS SUCRE 133 mg / 100 ml sirop ANNEXE I RESUME DES CARACTERISTIQUES DU PRODUIT. Pholcodine... 133 mg. Pour 100 ml de sirop.

DIMETANE SANS SUCRE 133 mg / 100 ml sirop ANNEXE I RESUME DES CARACTERISTIQUES DU PRODUIT. Pholcodine... 133 mg. Pour 100 ml de sirop. RCP de DIMETANE SANS SUCRE 133 mg/100 ml sirop Mise à jour : 12 Septembre 2012 1/5 DIMETANE SANS SUCRE 133 mg / 100 ml sirop ANNEXE I RESUME DES CARACTERISTIQUES DU PRODUIT 1. DENOMINATION DU MEDICAMENT

Plus en détail

Dermohypodermite non nécrosante (érysipèle) chez un patient de plus de 70 ans

Dermohypodermite non nécrosante (érysipèle) chez un patient de plus de 70 ans SITUATION 10 Dermohypodermite non nécrosante (érysipèle) chez un patient de plus de 70 ans Centre hospitalier universitaire d Angers, service de maladies infectieuses Objectifs institutionnels Uniformiser

Plus en détail

Accidents des anticoagulants

Accidents des anticoagulants 30 Item 182 Accidents des anticoagulants Insérer les T1 Objectifs pédagogiques ENC Diagnostiquer un accident des anticoagulants. Identifier les situations d urgence et planifier leur prise en charge. COFER

Plus en détail

Intérêt. Intérêt. Réalisation. Réalisation. Echographie de l Aorte Abdominale. Sessions Echographie 3 au 6 Février 2014

Intérêt. Intérêt. Réalisation. Réalisation. Echographie de l Aorte Abdominale. Sessions Echographie 3 au 6 Février 2014 Séminaire Echographie du patient aigu UNIVERSITE MONTPELLIER I / UNIVERSITE DE LA MEDITERRANEE / UNIVERSITE NICE SOPHIA ANTIPOLIS FACULTES DE MEDECINE DE MONTPELLIER NÎMES/ MARSEILLE / NICE ANNEE UNIVERSITAIRE

Plus en détail

La grippe, ça dévaste! Campagne de vaccination contre la grippe saisonnière 2011-2012 Présentation à la direction 2011-2012

La grippe, ça dévaste! Campagne de vaccination contre la grippe saisonnière 2011-2012 Présentation à la direction 2011-2012 La grippe, ça dévaste! Campagne de vaccination contre la grippe saisonnière 2011-2012 1 Qu est-ce que la grippe? Infection virale aiguë des voies respiratoires Se propage facilement d un personne à l autre

Plus en détail

Les usagers de drogues âgés de 40 ans et plus pris en charge dans les structures de soins pour leurs problèmes d addiction

Les usagers de drogues âgés de 40 ans et plus pris en charge dans les structures de soins pour leurs problèmes d addiction Les usagers de drogues âgés de 40 ans et plus pris en charge dans les structures de soins pour leurs problèmes d addiction OFDT Note n 2010-12 Saint-Denis, le 09/08/2010 Introduction Les premières structures

Plus en détail

Fiche mémo. Contraception chez la femme à risque cardiovasculaire. Juillet 2013. Généralités. Critères d éligibilité des méthodes

Fiche mémo. Contraception chez la femme à risque cardiovasculaire. Juillet 2013. Généralités. Critères d éligibilité des méthodes Fiche mémo Contraception chez la femme à risque cardiovasculaire Juillet 2013 Cette fiche mémo fait partie d un ensemble de fiches mémo concernant la et complète plusieurs documents sur ce thème produits

Plus en détail

L HYPNOSE et l Analgésie

L HYPNOSE et l Analgésie L HYPNOSE et l Analgésie IFSI- 2013 Dr Jean-Marc BENHAIEM Responsable D. U. d Hypnose Médicale - Paris VI, Pitié-Salpêtrière Centres d'evaluation et de Traitement de la Douleur Hôpital Ambroise Paré (92

Plus en détail

PRISE EN CHARGE DU NOUVEAU-NE APRES EXPOSITION IN UTERO à des SUBSTANCES PSYCHO-ACTIVES

PRISE EN CHARGE DU NOUVEAU-NE APRES EXPOSITION IN UTERO à des SUBSTANCES PSYCHO-ACTIVES PRISE EN CHARGE DU NOUVEAU-NE APRES EXPOSITION IN UTERO à des SUBSTANCES PSYCHO-ACTIVES Marseille 1 er décembre 2011 Claude LEJEUNE (ex Néonat Hôp LOUIS MOURIER-COLOMBES) Hôpital Mère-Enfant de l Est Parisien

Plus en détail

Addictologie. Pr Romain Moirand UF Addictologie CHU de Rennes

Addictologie. Pr Romain Moirand UF Addictologie CHU de Rennes Addictologie Pr Romain Moirand UF Addictologie CHU de Rennes Définition addiction Conduites de consommation de substances psychoactives Physiopathologie simplifiée Les différents produits Définition de

Plus en détail

Principales pathologies à risque cardiovasculaire/facteurs de risque cardiovasculaires 1

Principales pathologies à risque cardiovasculaire/facteurs de risque cardiovasculaires 1 Fiche mémo Contraception chez la femme à risque cardiovasculaire Juillet 2013 Cette fiche mémo fait partie d un ensemble de fiches mémo concernant la contraception et complète plusieurs documents sur ce

Plus en détail

Situation, prise en charge

Situation, prise en charge Grippe pandémique A(H1N1) Situation, prise en charge DAUMAS Aurélie HIA LAVERAN COURS IFSI Des grippes pandémiques Groupe A Secondaires à une cassure (rôle animal) Absence d immunité collective Létalité

Plus en détail

NOTICE : INFORMATION DE L UTILISATEUR. MEPHENON 10mg/1ml, solution injectable MEPHENON 5mg, comprimés. Chlorhydrate de méthadone

NOTICE : INFORMATION DE L UTILISATEUR. MEPHENON 10mg/1ml, solution injectable MEPHENON 5mg, comprimés. Chlorhydrate de méthadone NOTICE : INFORMATION DE L UTILISATEUR MEPHENON 10mg/1ml, solution injectable MEPHENON 5mg, comprimés Chlorhydrate de méthadone Veuillez lire attentivement cette notice avant d'utiliser ce médicament car

Plus en détail

Dr Azizi Fatima MG Rabat 11/04/2013

Dr Azizi Fatima MG Rabat 11/04/2013 Dr Azizi Fatima MG Rabat 11/04/2013 Introduction L anxiété fait partie du registre émotionnel normal de l être humain Le caractère pathologique doit être évalué à partir de critères diagnostiques aussi

Plus en détail

oblitération partielle ou complète d une veine par un caillot

oblitération partielle ou complète d une veine par un caillot Plan du cours Phlébite Définition Rappel anatomique Physiopathologie de la thrombose veineuse Diagnostic Complications des phlébites Embolie pulmonaire Maladie veineuse post-phlébitique Traitement Traitement

Plus en détail

DOSSIER ADMINISTRATIF

DOSSIER ADMINISTRATIF DOSSIER ADMINISTRATIF (à faire remplir par le patient et à retourner accompagné des renseignements médicaux au Centre d Addictologie d Arzeliers Route d Arzeliers 05300 LARAGNE ) Nom : Prénom : Nom de

Plus en détail

Cas clinique. Patiente de 54 ans, origine tunisienne Diabète de type 2 diagnostiqué en 2002 devant un syndrome cardinal ATCD

Cas clinique. Patiente de 54 ans, origine tunisienne Diabète de type 2 diagnostiqué en 2002 devant un syndrome cardinal ATCD François VIDAL Cas clinique Patiente de 54 ans, origine tunisienne Diabète de type 2 diagnostiqué en 2002 devant un syndrome cardinal ATCD Dyslipidémie HTA traitée Gonarthrose bilatérale invalidante Capsulite

Plus en détail

Dijon, le 8 Octobre 2009. Grippe A / H1N1 v. Pr Ch. RABAUD

Dijon, le 8 Octobre 2009. Grippe A / H1N1 v. Pr Ch. RABAUD Dijon, le 8 Octobre 2009 Grippe A / H1N1 v Pr Ch. RABAUD On avait prévu Une grippe H5, grave, nous venant des oiseaux et d ASIE Grippe aviaire (1997) : 407 cas ; 256 décès pas de transmission interhumaine

Plus en détail