CONJONCTURE INTERNATIONALE

Save this PDF as:
 WORD  PNG  TXT  JPG

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "CONJONCTURE INTERNATIONALE"

Transcription

1 CONJONCTURE INTERNATIONALE Chute des cours des matières premières Le marché boursier chinois a plongé de façon spectaculaire ces dernières semaines. Cette correction fait suite à plusieurs trimestres d envolée accélérée des cours. Le poids de l émission d actions dans le financement de l économie est faible (moins de 3 %) mais ce mouvement suffit à affecter la confiance des investisseurs partout dans le monde. Après une période d euphorie liée à la mise en œuvre de politiques monétaires largement accommodantes, les marchés financiers européens, japonais et américains ont en effet chuté à leur tour à la fin août. Ces ajustements s opèrent alors que les symptômes de bulles financières devenaient de plus en plus prégnants. Dans les pays émergents, la fuite des capitaux favorise le repli des devises, notamment asiatiques. En fait, le ralentissement chinois, amorcé depuis plusieurs années, s accentue. Le rythme d une croissance proche de 7 % en 2015 semble désormais hors de portée. Dans ce contexte, les autorités prennent de nombreuses mesures de soutien, dont la dévaluation du yuan décidée courant août. Celle-ci apparaît symbolique puisqu elle aura probablement peu d effet sur les exportations mais constitue une étape pour une éventuelle plus grande convertibilité par rapport aux principales devises. La conséquence la plus immédiate de la nouvelle donne en Chine est le retournement à la baisse des cours des matières premières, notamment des métaux (cuivre, aluminium) dont le pays est le principal consommateur. Les prix du pétrole rechutent également même si ce mouvement est surtout lié à l abondance de l offre mondiale. Le Brent a ainsi cédé environ 25 % en dollars ces dernières semaines, retombant sur un plus bas depuis Dans ce contexte, la crise grecque, qui avait atteint son paroxysme à la mi-juillet avant qu un accord n intervienne au prix de la mise en œuvre de mesures drastiques, concentre moins l attention. Pour autant, le problème de la soutenabilité de la dette publique en Grèce n est en rien réglé. PAGE 2

2 Conjoncture internationale LA SYNTHÈSE La croissance américaine redémarre après un début d année atone, atteignant 3,7 % l an au deuxième trimestre. La demande des ménages reste vigoureuse et les dépenses des entreprises augmentent graduellement. Pour autant, la remontée des taux directeurs devient moins pressante selon le Président de la Réserve fédérale de New York, compte tenu des turbulences financières intervenues récemment. Au Canada, une récession technique est enregistrée en raison de la moindre activité dans les provinces pétrolières, alors que le pays avait connu une progression moyenne du PIB de 2,5 % l an depuis La conjoncture japonaise déçoit. La production industrielle inscrit un niveau équivalent à celui de la fin de l an passé et la consommation des ménages a chuté de 0,8 % au printemps après la timide progression des trimestres précédents. Les pressions inflationnistes, temporaires car liées à la remontée du taux de TVA en avril 2014, laissent place à une augmentation marginale des prix de détail. Les salaires nominaux repartent même à la baisse : - 0,6 % sur un an en juillet. En Europe, le rebond de l activité est engagé dans la plupart des pays. Il reste globalement modeste. L Espagne se distingue par son dynamisme de sorte que le taux de chômage se réduit progressivement (- 3,4 points en deux ans, à 22,2 % en juillet 2015). Le secteur immobilier, balayé par la crise de 2009, reprend quelques couleurs, favorisant l interruption de la baisse des prix des logements. En Allemagne, les exportations de marchandises ont franchi pour la première fois le seuil des 100 milliards d euros en mai puis en juin dernier, tirées par la vigueur de la demande de toutes les grandes zones. L indice du climat des affaires est élevé, sans atteindre ses points hauts des premiers mois de l an passé. Enfin, après l accord intervenu entre la Grèce et les pays de la zone euro à la mi-juillet, le troisième plan d aide (environ 85 milliards d euros sur trois ans) a été avalisé à la mi-août. Dans la foulée, le Premier ministre a présenté sa démission et convoqué de nouvelles élections. Dans le monde émergent, les économies d Europe centrale font mieux que résister (Pologne entre autres) alors que les pays fragilisés (Brésil et Russie) continuent de souffrir. Le solde d opinions des industriels sur leur activité future se situe désormais sous son plus bas de 2009 au Brésil et les immatriculations automobiles ont plongé d environ 30 % au cours des dixhuit derniers mois. En Russie, la flambée des prix alimentaires liée à l embargo des pays occidentaux réduit le pouvoir d achat des ménages dont les dépenses en biens ont cédé près de 10 % depuis la fin Dans ce contexte, les autorités monétaires ont de nouveau réduit leur taux directeur, pour la cinquième fois depuis le début Par ailleurs, le régime de croissance est désormais installé sous la barre des 5 % l an en Indonésie compte tenu d une progression timide des investissements, mais aussi du recul des ventes à l étranger pour le troisième trimestre consécutif. PAGE 3

3 Conjoncture internationale ACTUALITÉ 1. ÉTATS-UNIS : REDÉMARRAGE DE L ACTIVITÉ Interruption de la baisse depuis un an et demi 102 début 2010 = 100 Après une progression marginale au premier trimestre (+ 0,6 % l an), le PIB s est raffermi de 3,7 % l an au second. Ce résultat est nettement meilleur que celui annoncé lors de la première estimation parue à la fin juillet (+ 2,3 %). La croissance du premier semestre est donc estimée à 2,2 % l an en regard de 1,4 % en zone euro Dépenses des administrations publiques Source : Bureau of Economic Analysis La demande des entreprises américaines, qui avait peu évolué fin début 2015, accélère légèrement. Les investissements non résidentiels ont en effet augmenté de 3,2 % l an au deuxième trimestre, malgré la contraction des dépenses réalisées à la fois dans l extraction minière liée à la faiblesse des cours pétroliers et dans les biens d équipement de communication. Parallèlement, le rebond de plus de 5 % l an du volume des exportations de biens et services efface quasiment le recul intervenu lors des trois premiers mois de l année, face à une vive décélération des achats à l étranger. Le déficit extérieur reste conséquent, à 520 milliards de dollars en rythme annuel. Enfin, après l aléa très favorable du premier trimestre, la contribution des stocks a légèrement soutenu l activité. Dans le secteur public, la baisse des dépenses a laissé place à une hausse au printemps (+ 2,6 % l an). Ce mouvement s explique uniquement par la progression de celles opérées par les États et collectivités (un peu plus de 40 % du total). En conséquence, le déficit des administrations ressort à 4 % du PIB contre 4,5 % en début d exercice et 5 % tout au long de Hausse sensible depuis ,0 % du revenu disponible 25,5 25,0 24,5 24,0 23,5 23,0 22,5 Encours des crédits à la consommation 22, Source : Federal Reserve La demande des ménages fait mieux que résister. Leurs investissements en logements affichent une hausse de près de 8 % en rythme annuel au deuxième trimestre 2015, après + 10 % lors des deux précédents. Dans ce contexte, le moral des promoteurs inscrit un plus haut depuis une décennie. Dans le même temps la consommation reste vigoureuse, grimpant de plus de 3 % l an et tirée par les achats de biens durables. Le pouvoir d achat des revenus après impôts continue de s accroître quoiqu à un rythme moins vif que précédemment et le taux d épargne des Américains se réduit (- 0,4 point en un trimestre). À 4,8 %, ce dernier s établit à un niveau équivalent à celui qui avait été observé en moyenne en 2013 puis en Si les salaires nominaux n accélèrent pas, l emploi se maintient sur une pente favorable. En août, les effectifs salariés non agricoles ont augmenté de , après environ lors des trois mois précédents. Dans ces conditions, la durée moyenne du chômage est retombée à 28 semaines contre un pic de l ordre de 40 semaines en Pour mémoire, elle atteignait environ 17 semaines avant le déclenchement de la crise de Selon les statistiques fournies par le Bureau of Labor Statistics, la productivité horaire du travail progresse timidement : + 0,7 % entre les deuxièmes trimestres 2014 et 2015, compte tenu d une avance de la valeur ajoutée (+ 3,3 %) légèrement supérieure à celle des heures travaillées (+ 2,6 %). PAGE 4

4 Conjoncture internationale 2. ZONE EURO : CROISSANCE MODESTE 110 moyenne depuis = Stabilisation Climat des affaires Source : Commission européenne Proche de la moyenne de long terme 86 % 84 Taux d'utilisation des capacités de production dans l'industrie Selon la première estimation pour le deuxième trimestre 2015, la croissance du PIB est ressortie à 0,3 % dans la zone euro. Un léger ralentissement est donc enregistré en regard de + 0,4 % observé en début d année. Les performances sont contrastées selon les pays, la Finlande renouant à peine avec la croissance après plusieurs trimestres de stagnation tandis que l activité en Espagne demeure vigoureuse (+ 1 % après + 0,9 %). Le retour d une expansion très modérée est confirmé en Italie (+ 0,3 %) et l Allemagne fait légèrement mieux qu en début d année (+ 0,4 % après + 0,3 %). La France fait figure d exception parmi les grands pays, les bons résultats du premier trimestre (+ 0,7 %) ayant été suivis d une stagnation. La reprise dans la zone monétaire reste donc poussive, les inquiétudes de ces dernières semaines en provenance des pays émergents - notamment de la Chine - ne laissant pas entrevoir de nette amélioration ces prochains trimestres. Dans ce sens, l indice du sentiment économique est resté stabilisé en août, plafonnant depuis le mois de mars légèrement au-dessus de sa moyenne de longue période. Le moral des ménages s inscrit en repli depuis quelques mois, alors qu il était revenu début 2015 à son niveau de l été Du côté des entreprises, l amélioration se poursuit dans le secteur des services, l indicateur ayant retrouvé son niveau moyen de ces vingt-cinq dernières années en juillet. Dans le commerce de détail, le climat des affaires est au plus haut depuis le début Les difficultés demeurent en revanche dans la construction, où l indice - malgré un léger redressement en fin de période - se situe encore franchement en retrait. La situation dans l industrie est stabilisée depuis le début de l année. Les perspectives de production sont bien orientées, bénéficiant de l affermissement des carnets de commandes, en lien avec la vigueur de la demande extra-européenne. L enquête trimestrielle réalisée par la Commission dans l industrie manufacturière fournit quelques indications complémentaires sur la situation dans le secteur. Au troisième trimestre, le taux d utilisation des capacités de production s inscrit à 81,1 % dans la zone euro, niveau proche de celui de la mi-2011 et qui reste assez bas dans l absolu. L estimation du nombre de mois d activité assurés par les commandes enregistrées lors du sondage s établit pour sa part au plus haut, à 3,8 mois, en progression continue depuis plus de deux ans Source : Commission européenne Le retour de la confiance des acteurs économiques peine donc à se renforcer, ce qui se traduit in fine par un reflux modeste du taux de chômage. Le ratio se situe sous la barre des 11 % de la population active, après avoir atteint un point haut au printemps 2013, à 12,1 %. Bien que la situation reste hétérogène au sein des différents pays de l union monétaire, le contraste est saisissant en regard de l évolution enregistrée au Royaume-Uni ou aux États-Unis. En effet, le taux de chômage a reculé de deux points depuis l été 2013 dans les deux économies, pour s inscrire désormais aux alentours de 5-5,5 %. PAGE 5

5 Conjoncture internationale ACTUALITÉ 3. ALLEMAGNE : EXCÉDENT BUDGÉTAIRE Forte contribution du commerce extérieur à la croissance au printemps 0,8 point Après une hausse de 0,3 % au premier trimestre 2015, le PIB s est accru de 0,4 % au printemps. L activité a principalement bénéficié du dynamisme des ventes à l étranger, la demande intérieure ayant pour sa part apporté une contribution négative à la croissance (- 0,3 point, après + 0,5 point en début d année). 0,6 0,4 0,2 0-0,2-0,4-0, Source : Destatis La consommation des ménages a continué de ralentir au printemps pour le deuxième trimestre consécutif. Leurs dépenses se sont en effet accrues de seulement 0,2 %, après + 0,4 % en début d année et + 1 % à la fin de l an passé. Une explication à cette évolution est la disparition progressive de l impact de la chute des prix du pétrole de la fin Les dépenses publiques s inscrivent également en légère hausse (+ 0,3 %). Dans le même temps, les investissements repartent à la baisse (- 0,4 % après + 1,7 % en début d année), tirés par le repli des dépenses en construction. Les investissements en machines et équipements restent pour leur part quasiment stables après deux trimestres de forte progression, et les dépenses dans les autres produits (dont celles en R&D) continuent de croître à un rythme dynamique (+ 0,7 %). Enfin, la variation de stocks a pesé sur l activité à hauteur de - 0,4 point. Interruption de la dégradation du climat des affaires = Situation courante Perspectives à six mois Source : Ifo Du côté du commerce extérieur, les évolutions ont été plus favorables à l économie allemande. Les exportations se sont accrues de 2,2 % au printemps, tandis que les importations n augmentaient que de 0,8 %, ce qui s est traduit par une contribution positive de 0,7 point à la croissance, au plus haut depuis la fin La bonne santé de l économie allemande a de nouveau contribué aux bons résultats sur le front budgétaire. Sur les six premiers mois de l année, un excédent de 21,1 milliards d euros (1,4 % du PIB) a ainsi été dégagé par l ensemble des administrations publiques selon une première estimation. Les recettes ont augmenté à un rythme soutenu (+ 3,7 % sur un an), tandis que les dépenses progressaient plus modérément (+ 2,1 %). Le solde est ressorti à 10,5 milliards pour le gouvernement fédéral, à 2,6 milliards pour les États, à 4,2 milliards pour les municipalités et à 3,7 milliards pour la Sécurité sociale. Sur le total, 5 milliards proviennent de la vente de fréquences de téléphonie mobile. Les premiers indicateurs conjoncturels pour le troisième trimestre sont pour le moment relativement bien orientés. Le climat des affaires mesuré par l indice Ifo s est inscrit en hausse pour le deuxième mois consécutif en août (+ 0,3 point après + 0,5) retrouvant son niveau du début d année. Il a bénéficié d une franche amélioration du sentiment sur la situation courante (+ 1,5 point en deux mois) tandis que les perspectives à six mois restent stabilisées sous leur point haut de mars dernier. PAGE 6

6 Conjoncture internationale 4. GRÈCE : MULTIPLES REBONDISSEMENTS La Grèce se plie aux demandes de ses partenaires européens La dette grecque approcherait les 200 % d ici % du PIB Après de multiples réunions de l Eurogroupe, de sommets de chefs d État et de négociations entre institutions, la crise grecque a atteint son point d orgue avec l organisation d un référendum début juillet : une forte majorité d électeurs grecs s est déclarée opposée aux conditions proposées par la Banque centrale européenne, la Commission européenne et le FMI en échange de la poursuite du programme d aide à Athènes. Cependant, alors que le pays n avait pu honorer des échéances de remboursements au FMI fin juin, le risque était qu un tel scénario se reproduise vis-à-vis de la BCE courant juillet, ce qui aurait entraîné une crise bancaire avec in fine une probabilité très élevée de sortie de la zone euro. Ainsi, après une nouvelle série de négociations, le gouvernement grec a accepté les conditions de ses créanciers en échange de la reprise de l assistance financière : hausse de la TVA, création d un fonds indépendant chargé des privatisations, réforme des retraites, etc. En contrepartie, un plan d investissement de près de 35 milliards d euros d ici 2020 a été validé par la Commission européenne et des discussions sur un allégement de la charge de la dette pourraient avoir lieu une fois l ensemble des réformes votées. Cet accord ne représente toutefois qu une étape pour enrayer la crise. En effet, un troisième plan d aide a été décidé, renvoyant à la table des négociations l ensemble des acteurs concernés. Le climat plus apaisé a permis de valider le versement en trois ans de 86 milliards d euros à Athènes en échange de nouvelles réformes de libéralisation et d efforts budgétaires. La première tranche devrait servir à honorer les prochaines échéances de remboursements et à recapitaliser les banques du pays. Les mesures votées par le Parlement grec ont cependant fortement divisé la majorité en place, entraînant la démission du Premier ministre courant août. Cet énième rebondissement se traduira par la tenue de nouvelles élections d ici peu, le pays se retrouvant à nouveau dans l instabilité politique. Alors qu à la fin 2014 une franche amélioration de la situation économique était attendue dans le pays, ces évènements ont complètement modifié la donne. Le FMI a révisé ses prévisions de croissance pour 2015, de + 2,9 % en octobre 2014 à + 2,5 % en avril 2015 puis + 0 % fin juin. La dette, qui devait avoir touché un maximum en 2014 à 177,1 % du PIB, ne refluerait pas avant , après avoir atteint le seuil des 200 % du PIB Source : FMI La production industrielle s infléchit à la baisse en fin de période après un léger redressement entre octobre 2014 et mars 2015, tout comme les exportations de marchandises. Les dépenses des ménages sont également à la peine, les ventes de détail étant stabilisées sur un palier depuis près de deux ans, à un niveau inférieur de près de 40 % à celui de début Ces indicateurs mensuels tranchent avec l estimation de croissance du PIB du deuxième trimestre, qui serait ressortie à + 0,9 %, résultat probablement lié à des aléas favorables. Dans le même temps, le taux de chômage reste malgré tout modérément orienté à la baisse selon Eurostat, à 25 % de la population active en mai (dernier point connu), contre un pic de 27,9 % à l été PAGE 7

7 Conjoncture internationale ACTUALITÉ 5. CHINE : MESURES DE RELANCE Une baisse est enregistrée dans certains secteurs 25 variation sur un an en % mm3m Production industrielle Source : National Bureau of Statistics La chute brutale du marché boursier à partir de la fin juin (qui a succédé à une période de plusieurs mois d emballement) a semé le trouble sur la solidité de l économie chinoise, à l heure où la croissance est moins dynamique que dans un passé récent. Les interventions des autorités, via des mesures techniques d urgence, ont temporairement interrompu le mouvement à la mi-juillet, avant qu une nouvelle correction à la baisse ne s engage. La Banque centrale a par ailleurs décidé de la mise en œuvre de multiples mesures de relance : dévaluation du yuan, réduction des taux d intérêt (la cinquième en l espace de huit mois), injection de capitaux dans deux grandes institutions financières, fin de limitation de prêts aux banques par rapport aux dépôts, etc. L expansion est installée sur un rythme de l ordre de 7 % l an depuis plusieurs trimestres (même si certains indicateurs mensuels suggèrent une avance nettement inférieure). Celui-ci est inférieur de 2,5 points à ceux enregistrés en , en raison notamment du vif freinage des dépenses d investissement : + 11,2 % en valeur en juillet 2015 contre + 25 % trois ans et demi auparavant. Après une période de surinvestissement (en particulier en 2008), des surcapacités sont apparues : selon une note publiée par le Service économique régional de Pékin en juin dernier, 19 des 29 principaux secteurs industriels en sont affectés : industrie lourde, construction mais aussi des secteurs plus récents comme celui des panneaux solaires Excédent de l ordre de 2 % % du PIB Solde de la balance courante Source : OCDE L autre composante de la demande interne, la consommation des ménages, cesse de ralentir. Les ventes de détail progressent en effet de 10,5 % en glissement annuel en valeur chaque mois depuis le début 2015 (contre environ 16 % au printemps 2014). En revanche, les achats d automobiles se replient depuis le record historique de janvier-février derniers. L inflation demeure sous contrôle mais l augmentation des salaires se tempère : + 9,5 % l an passé contre près de 15 % courant Sur le marché immobilier, les ventes de logements s accroissent légèrement après la baisse sensible intervenue en 2014 puis lors des premiers mois de 2015, tandis que les prix sont globalement stables dans les soixante-dix plus grandes villes du pays. L excédent de la balance courante, qui avait atteint un maximum de 10 % du PIB en 2007, s est nettement réduit les années suivantes, avant de s inscrire dans une fourchette comprise entre 1,5 et 2,5 % à partir de Celui de la balance des biens reste confortable : 4,6 % du PIB en 2014, compte tenu d une progression de 6 % en dollars des exportations et d une quasi-stagnation des achats à l étranger. Selon les statistiques mensuelles publiées par les Douanes, les premières comme les seconds se sont retournés à la baisse au premier semestre Le solde calculé pour les autres postes que celui des biens est négatif : le déficit de la balance des revenus et transferts est récent, alors que celui des services est observé depuis Ce dernier s accentue même, représentant 1,5 % du PIB l an dernier. Les flux d investissements directs chinois vers l étranger montent en puissance. Ils ont ainsi atteint 80 milliards de dollars l an dernier (source : State Administration of Foreign Exchange) contre 73 milliards en 2013 et une moyenne de 52 milliards entre 2008 et Ils restent encore nettement inférieurs aux flux entrants (290 milliards, soit 22 % de ceux réalisés dans le monde) mais devraient continuer de se renforcer ces prochaines années. PAGE 8

8 Conjoncture internationale REPÈRES STATISTIQUES CROISSANCE variation annuelle en % (prév.) États-Unis 2,2 2,4 2,0 Japon 1,6-0,1 1,0 Allemagne 0,1 1,6 1,8 Royaume-Uni 1,7 2,8 2,2 France 0,7 0,2 1,2 PIB EMPLOI, CHÔMAGE Durée annuelle effective du travail des salariés (heures) Taux de chômage Taux d activité des ans Taux d activité des ans États-Unis 7,4 55,0 64,4 Japon 4,0 42,6 69,4 Allemagne 5,3 50,9 67,4 Royaume-Uni 7,5 61,7 62,6 France 10,3 37,6 49,1 OCDE 7,9 47,3 57,9 Source : OCDE -1 Âge effectif moyen de sortie du marché du travail (moyenne ) France Royaume-Uni Allemagne États-Unis Japon Temps partiel ( % de l emploi) Sources nationales Emploi administr. publiques ( % de l emploi total) 2013 H F États-Unis ,3 15,2 Japon ,1 66,7 21,9 7,9 Allemagne ,1 61,6 22,4 10,2 Royaume-Uni ,7 63,2 24,5 17,5 France , ,0 22,8 OCDE 64,2 63,1 16,8 14,6 TAUX DE CHÔMAGE 12 en % de la population active États-Unis Royaume-Uni Japon France Allemagne Source : OCDE Source : Eurostat PAGE 9

9 Conjoncture internationale ACTUALITÉ REPÈRES STATISTIQUES TAUX D INTÉRÊT Euro-devises à 3 mois août 2015 Emprunts d État à 10 ans août 2015 États-Unis 0,2 % 0,3 % 0,3 % États-Unis 2,4 % 2,5 % 2,2 % Zone Euro 0,2 % 0,2 % -0,1 % France 2,2 % 1,7 % 1,0 % Japon 0,0 % 0,1 % 0,1 % Japon 0,7 % 0,6 % 0,4 % TAUX DE CHANGE 1 = août 2015 $ US 1,33 1,33 1,11 0,85 0,81 0,71 Yen 129,6 140,4 137,2 PÉTROLE En $ par baril août 2015 Brent 108,7 99,7 47,8 PRIX À LA CONSOMMATION variation annuelle en % (prév.) 6 variation sur États-Unis 1,5 1,6 0,1 Japon 0,4 2,7 1,0 4 un an en % États-Unis Royaume-Uni Allemagne 1,5 0,9 0,5 2 Royaume-Uni 2,6 1,5 0,2 France 0,9 0,5 0,4 0-2 Allemagne Japon France ADMINISTRATIONS PUBLIQUES Sources nationales en % du PIB Dépenses Solde Dette (prév.) (prév.) (prév.) États-Unis 38,7 38,2 37,6-5,6-4,9-4,2 109,2 110,1 111,4 Japon 42,3 42,7 42,4-8,5-7,8-7,1 220,3 226,0 229,2 Allemagne 44,3 43,9 43,7 0,1 0,7 0,6 77,1 74,7 71,5 Royaume-Uni 45,5 44,4 43,2-5,7-5,7-4,5 87,3 89,4 89,9 France 57,0 57,2 56,9-4,1-4,0-3,8 92,3 95,0 96,4 UE 28 48,6 48,1 47,4-3,2-2,9-2,5 87,3 88,6 88,0 OCDE 41,9 41,4 40,9-4,2-3,7-3,1 110,3 113,8 114,6 Sources : Commission européenne et OCDE PAGE 10

La crise a accentué les pertes de parts de marché des pays développés au profit des pays émergents

La crise a accentué les pertes de parts de marché des pays développés au profit des pays émergents Compétitivité de l industrie manufacturière Faits marquants en 28-29 - La crise accentue les pertes de parts de marché des pays développés face aux pays émergents - La «compétitivité-coût» de l industrie

Plus en détail

CROISSANCE NULLE ET INFLATION FAIBLE EN FRANCE SEPTEMBRE 2014

CROISSANCE NULLE ET INFLATION FAIBLE EN FRANCE SEPTEMBRE 2014 CROISSANCE NULLE ET INFLATION FAIBLE EN FRANCE SEPTEMBRE 2014 CROISSANCE PIB Consommation des ménages 102 début 2008 = 100 104 101 102 100 100 99 99 08 09 10 11 12 13 14 98 105 Investissements des entreprises

Plus en détail

PROJECTIONS MACROÉCONOMIQUES POUR LA ZONE EURO ÉTABLIES PAR LES SERVICES DE LA BCE

PROJECTIONS MACROÉCONOMIQUES POUR LA ZONE EURO ÉTABLIES PAR LES SERVICES DE LA BCE Encadré PROJECTIONS MACROÉCONOMIQUES POUR LA ZONE EURO ÉTABLIES PAR LES SERVICES DE LA Sur la base des informations disponibles au 23 août 2013, les services de la ont réalisé des projections concernant

Plus en détail

MEDEF Actu-Eco. Semaine du 7 au 11 janvier 2013 n 102 SOMMAIRE

MEDEF Actu-Eco. Semaine du 7 au 11 janvier 2013 n 102 SOMMAIRE MEDEF Actu-Eco Semaine du 7 au 11 janvier 2013 n 102 SOMMAIRE FRANCE 1. Production industrielle en novembre 2012 : +0,2% sur un mois, -2,2% en moyenne mobile sur trois mois 2. Marché du logement en novembre

Plus en détail

avril 2011 conjoncture internationale Succession de chocs conjoncture française Se comparer pour s améliorer Remontée de l emploi intérimaire

avril 2011 conjoncture internationale Succession de chocs conjoncture française Se comparer pour s améliorer Remontée de l emploi intérimaire avril 2011 N 314 la vie économique et sociale des infrastructures dévastées, Kesennuma, 25 mars 2011 conjoncture Succession de chocs conjoncture française Se comparer pour s améliorer emploi Remontée de

Plus en détail

Développements. Internationaux

Développements. Internationaux Développements Internationaux Pétrole et matières premières Le cours de l or noir a baissé à nouveau Au quatrième trimestre 2015, le cours du Brent a fluctué autour de 45 $ par baril en moyenne. L offre

Plus en détail

DIVERGENCES DES PERFORMANCES EUROPÉENNES DÉCEMBRE 2013

DIVERGENCES DES PERFORMANCES EUROPÉENNES DÉCEMBRE 2013 DIVERGENCES DES PERFORMANCES EUROPÉENNES DÉCEMBRE 2013 MONDE PIB 108 106 Pays développés début 2007 = 100 104 États-Unis 102 100 98 96 94 92 Japon Royaume-Uni Zone euro 90 2007 2008 2009 2010 2011 2012

Plus en détail

NOTE SUR LA POLITIQUE MONETAIRE

NOTE SUR LA POLITIQUE MONETAIRE NOTE SUR LA POLITIQUE MONETAIRE Septembre 2014 Note sur la Politique Monétaire Quatrième trimestre 2014 0 www.brh.net Avant-propos La Note sur la Politique Monétaire analyse les développements récents

Plus en détail

La reprise se grippe Au cours de l été 2011, le climat conjoncturel s est nettement

La reprise se grippe Au cours de l été 2011, le climat conjoncturel s est nettement INSEE CONJONCTURE POINT DE CONJONCTURE La reprise se grippe Au cours de l été 2011, le climat conjoncturel s est nettement détérioré dans l ensemble des économies avancées. Ainsi, en France, le climat

Plus en détail

Les rendez-vous économiques et financiers

Les rendez-vous économiques et financiers Les rendez-vous économiques et financiers Les banques centrales au pilotage de l économie?... ou l Art du «Policy-mix» Novembre 2014 Prévisions 2014 & 2015 d Amundi 2014 2015 0,8% 1,3% 7,4% 7,1% Une Croissance

Plus en détail

Tableau de bord de l industrie française

Tableau de bord de l industrie française Tableau de bord de l industrie française Mars 7 Document réalisé par Coe-Rexecode Groupe des Fédérations Industrielles - 98 Paris La Défense cedex - Tél. 47 7 6 6 - Fax 47 7 6 8 Coe-Rexecode - 9 avenue

Plus en détail

CHAPITRE I : ENVIRONNEMENT INTERNATIONAL

CHAPITRE I : ENVIRONNEMENT INTERNATIONAL CHAPITRE I : ENVIRONNEMENT INTERNATIONAL L activité économique mondiale en 2013 s est caractérisée par une reprise progressive dans les pays avancés, bien qu à des degrés variables selon les pays. Dans

Plus en détail

La situation économique espagnole est très préoccupante et le

La situation économique espagnole est très préoccupante et le FICHE PAYS ESPAGNE : VERS UNE DÉCENNIE PERDUE? Danielle Schweisguth Département analyse et prévision La situation économique espagnole est très préoccupante et le spectre de la décennie perdue japonaise

Plus en détail

Chiffre d affaires du 1 er trimestre 2012 en hausse de 3,7%, à 10,2 milliards d euros. Croissance interne : +0,9%

Chiffre d affaires du 1 er trimestre 2012 en hausse de 3,7%, à 10,2 milliards d euros. Croissance interne : +0,9% Chiffre d affaires du 1 er trimestre 2012 en hausse de 3,7%, à 10,2 milliards d euros. Croissance interne : +0,9% Paris, le 3 mai 2012. Prix de vente : +2,4%, avec une contribution positive de tous les

Plus en détail

Conjoncture de l industrie française à l automne 2015

Conjoncture de l industrie française à l automne 2015 Conjoncture de l industrie française à l automne 2015 Denis Ferrand Directeur Général de Coe-Rexecode 26 Novembre 2015 Agenda 1 3 faits marquants du paysage économique mondial pour l industrie 2 L activité

Plus en détail

CONJONCTURE FRANÇAISE

CONJONCTURE FRANÇAISE CONJONCTURE FRANÇAISE Faiblesse de l investissement L amélioration récente du climat des affaires peine à se traduire par une augmentation de l activité. Dans le secteur industriel, la production reste

Plus en détail

EN NORD PAS-DE-CALAIS

EN NORD PAS-DE-CALAIS FÉVRIER 2015 LES ENTREPRISES EN NORD PAS-DE-CALAIS BILAN 2014 ET PERSPECTIVES 2015 Sommaire CONTEXTE CONJONCTUREL... 3 SYNTHÈSE... 4 INDUSTRIE... 5 RAPPEL DU CONTEXTE CONJONCTUREL RÉGIONAL 2013 ET 2014...

Plus en détail

TABLEAU DE BORD ASF La production des établissements de crédit spécialisés en 2012

TABLEAU DE BORD ASF La production des établissements de crédit spécialisés en 2012 TABLEAU DE BORD ASF La production des établissements de crédit spécialisés en 2012 L ASF (Association Française des Sociétés Financières) regroupe l ensemble des établissements de crédit spécialisés :

Plus en détail

Fiches synthétiques des principales économies développées et émergentes

Fiches synthétiques des principales économies développées et émergentes Fiches synthétiques des principales économies développées et émergentes CENTRE ETUDES & PROSPECTIVE DU GROUPE ALPHA Fiches pays Économies développées - Europe Zone euro... 2 Allemagne... 5 France... 8

Plus en détail

PRÉVISIONS ÉCONOMIQUES 2003

PRÉVISIONS ÉCONOMIQUES 2003 Bruxelles, le 10 mars 2003 Bureau fédéral du Plan /03/HJB/bd/2027_f PRÉVISIONS ÉCONOMIQUES 2003 La reprise très prometteuse de l économie mondiale au cours du premier semestre 2002 ne s est pas confirmée

Plus en détail

La croissance mondiale (Croissance du PIB - Volume, en % ) Perspectives 2011 : la croissance contrainte par les politiques économiques

La croissance mondiale (Croissance du PIB - Volume, en % ) Perspectives 2011 : la croissance contrainte par les politiques économiques Economie et Marchés : Bilan 2010 et Perspectives 2011 Paris, le 27 décembre 2010 ECONOMIE Tendances 2010 : poursuite de la reprise dans les pays développés, signes de surchauffe dans certains pays émergents

Plus en détail

Tendances monétaires et financières au cours des neuf premiers mois de 2013

Tendances monétaires et financières au cours des neuf premiers mois de 2013 Alger, le 26 décembre 2013 Tendances monétaires et financières au cours des neuf premiers mois de 2013 Introduction L objet de cette note est d analyser les principales tendances financières et monétaires

Plus en détail

Espagne: Une Reprise Fragile

Espagne: Une Reprise Fragile Focus OFP 28 Aout 2015 Frédéric Mackel (33) 1 85 08 13 73 f.mackel@oaksfieldpartners.com Timothée Sohm-Quéron t.sohm@oaksfieldpartners.com Chloe-Elizabeth Challier chloeelizabeth.challier@esade.edu Introduction

Plus en détail

MEDEF Actu-Eco. Semaine du 3 au 7 décembre 2012 SOMMAIRE

MEDEF Actu-Eco. Semaine du 3 au 7 décembre 2012 SOMMAIRE MEDEF Actu-Eco Semaine du 3 au 7 décembre 212 SOMMAIRE FRANCE 1. Prix des appartements anciens au 3 ème trimestre 212 : -,5% sur un an, première baisse depuis fin 29, tensions persistantes à Paris 2. Crédits

Plus en détail

Lente amélioration de la conjoncture

Lente amélioration de la conjoncture Conjoncture économique - 1 e trimestre 214 USA JPN EUR PIB PIB et Baromètre PIB Baromètre conjoncturel Marche des affaires Perspectives - NE Emploi Entrée de commandes Production Exportations Chômage Lente

Plus en détail

MEDEF Actu-Eco. Semaine du 10 au 14 mars 2014 n 153 SOMMAIRE

MEDEF Actu-Eco. Semaine du 10 au 14 mars 2014 n 153 SOMMAIRE MEDEF Actu-Eco Semaine du 1 au 14 mars 214 n 153 SOMMAIRE FRANCE 1. Production industrielle en janvier 214 : +,7% sur un mois, +,4% en moyenne mobile sur trois mois 2. Balance commerciale en janvier 214

Plus en détail

Commerce intra-zone Euro : et maintenant, on va où?

Commerce intra-zone Euro : et maintenant, on va où? Commerce intra-zone Euro : et maintenant, on va où? Résumé : La création de la Zone Euro a participé au développement rapide des échanges entre ses membres. L Allemagne est l élément moteur de l essor

Plus en détail

FRANCE. France. La croissance devrait se redresser avec l amélioration des perspectives dans la zone euro Glissement annuel en % 4 France Zone euro

FRANCE. France. La croissance devrait se redresser avec l amélioration des perspectives dans la zone euro Glissement annuel en % 4 France Zone euro FRANCE La croissance économique devrait gagner en vigueur en 215 et 216. La baisse des prix de l énergie, l amélioration des conditions financières, le ralentissement de l assainissement budgétaire, le

Plus en détail

OBSERVATION ET STATISTIQUES

OBSERVATION ET STATISTIQUES COMMISSARIAT GénéRAl au développement durable n 599 Janvier 5 Conjoncture de l immobilier Résultats au troisième trimestre OBSERVATION ET STATISTIQUES logement - CONSTRuCTION La conjoncture immobilière

Plus en détail

Publication du Bulletin BCL 2014/1

Publication du Bulletin BCL 2014/1 COMMUNIQUÉ DE PRESSE Luxembourg, le 20 mars 2014 Publication du Bulletin BCL 2014/1 Le présent communiqué comporte un survol de la situation macroéconomique, une brève présentation des projections d inflation

Plus en détail

La situation économique et financière de Taiwan en 2015

La situation économique et financière de Taiwan en 2015 La situation économique et financière de Taiwan en 215 Résumé L économie taiwanaise a progressé de 3,74% en 214, plus forte croissance des économies avancées en Asie. Le commerce extérieur, la consommation

Plus en détail

Avertissement. Signes conventionnels utilisés

Avertissement. Signes conventionnels utilisés Avertissement Sauf mention contraire, les données «France» concernent la France métropolitaine et les Départements d outre-mer hors Mayotte. Les sites internet www.insee.fr et http://epp.eurostat.ec.europa.eu

Plus en détail

Après la reprise de 2010 et le ralentissement de 2011 et 2012,

Après la reprise de 2010 et le ralentissement de 2011 et 2012, FICHE PAYS AMÉRIQUE LATINE : EN QUÊTE D UN NOUVEAU SOUFFLE Département analyse et prévision Après la reprise de 2010 et le ralentissement de 2011 et 2012, la croissance repart depuis quelques trimestres,

Plus en détail

Études. Les résultats des établissements de crédit en 2000 et au premier semestre 2001

Études. Les résultats des établissements de crédit en 2000 et au premier semestre 2001 Les résultats des établissements de crédit en 2000 et au premier semestre 2001 La rentabilité des établissements de crédit français a continué de progresser en 2000 et, malgré un infléchissement, s est

Plus en détail

Le secteur du bâtiment

Le secteur du bâtiment Le secteur du bâtiment 1. La construction neuve La forte accélération du décrochage de l activité observée depuis la fin 2008 avait cédé à une stabilisation du rythme de recul à partir du troisième trimestre

Plus en détail

Les crédits à l habitat renouent avec la croissance contrairement aux crédits à la consommation

Les crédits à l habitat renouent avec la croissance contrairement aux crédits à la consommation 1 Numéro 201, juin 2013 Les crédits à l habitat renouent avec la croissance contrairement aux crédits à la consommation I) Immobilier : un premier trimestre en forte croissance Une partie de la croissance

Plus en détail

TABLEAU DE BORD ASF. L activité des établissements spécialisés en 2014

TABLEAU DE BORD ASF. L activité des établissements spécialisés en 2014 TABLEAU DE BORD ASF L activité des établissements spécialisés en 2014 Février 2015 Le financement des investissements des entreprises et des professionnels Le financement des investissements d équipement

Plus en détail

La crise 2008/2009 a-t-elle redistribué les cartes du commerce mondial? Une analyse croisée par secteurs et pays Conférence de presse Paris - 17 mai

La crise 2008/2009 a-t-elle redistribué les cartes du commerce mondial? Une analyse croisée par secteurs et pays Conférence de presse Paris - 17 mai La crise 2008/2009 a-t-elle redistribué les cartes du commerce mondial? Une analyse croisée par secteurs et pays Conférence de presse Paris - 17 mai 2011 La crise 2008/2009 a-t-elle redistribué les cartes

Plus en détail

MEDEF Actu-Eco. Semaine du 5 au 9 novembre 2012 SOMMAIRE

MEDEF Actu-Eco. Semaine du 5 au 9 novembre 2012 SOMMAIRE MEDEF Actu-Eco Semaine du 5 au 9 novembre 2012 SOMMAIRE FRANCE ZONE EURO 1. Crédits nouveaux au secteur privé en septembre 2012 : tassement pour les entreprises, contraction pour les ménages 2. Déficit

Plus en détail

L évolution du marché des Fonds à fin Janvier

L évolution du marché des Fonds à fin Janvier L évolution du marché des Fonds à fin Janvier Le marché des fonds de droit français débute cette nouvelle année sur une formidable progression de +4,6% de son niveau d encours, l équivalent de 35,7 milliards

Plus en détail

Enquêtes mensuelles. Indicateurs du Climat des Affaires

Enquêtes mensuelles. Indicateurs du Climat des Affaires Tendances régionales La conjoncture en Midi-Pyrénées Décembre 215 La production industrielle a légèrement progressé dans l ensemble des secteurs. Les carnets de commandes sont toujours jugés de bon niveau.

Plus en détail

Après neuf trimestres consécutifs de baisse du PIB, le dernier

Après neuf trimestres consécutifs de baisse du PIB, le dernier FICHE PAYS ITALIE : UNE LUEUR AU BOUT DU TUNNEL? Département analyse et prévision Après neuf trimestres consécutifs de baisse du PIB, le dernier trimestre de 2013 apporte une lueur d espoir à l Italie.

Plus en détail

Prix Evolution générale 2010 2014 L évolution année par année PRIX

Prix Evolution générale 2010 2014 L évolution année par année PRIX Prix Panorama Evolution générale 2010 2014 De 2010 à 2014, l indice suisse des prix à la consommation (IPC) a reculé de 0,7%. Du côté des producteurs et importateurs, l indice des prix de l offre totale

Plus en détail

Evolution de la Conjoncture Economique (Premier semestre 2015)

Evolution de la Conjoncture Economique (Premier semestre 2015) Evolution de la Conjoncture Economique (Premier semestre 215) Banque Centrale de Tunisie Juillet 215 1- ENVIRONNEMENT INTERNATIONAL 1-1. Croissance Economique - La Banque Mondiale a révisé, au mois de

Plus en détail

DIFFICILE SORTIE DE CRISE POUR L INDUSTRIE MARS 2014 FRANÇAISE

DIFFICILE SORTIE DE CRISE POUR L INDUSTRIE MARS 2014 FRANÇAISE DIFFICILE SORTIE DE CRISE POUR L INDUSTRIE MARS 2014 FRANÇAISE ENQUÊTES DE CONJONCTURE 115 moyenne de long terme = 100 3.00 58 110 variation sur un an en % 2.50 56 105 100 95 PIB (échelle de droite) 2.00

Plus en détail

Graphiques 1 Répartition par type d instrument des placements financiers des ménages français

Graphiques 1 Répartition par type d instrument des placements financiers des ménages français Focus n 1 1 juillet 1 L épargne des ménages français : davantage drainée par les produits réglementés qu orientée par les mécanismes de marché En flux annuels, l épargne des ménages se situe en France

Plus en détail

Points. forts DES ÉCHANGES ATONES ET UN DÉFICIT COMMERCIAL QUI SE RENFORCE BILAN. De la Polynésie française COMMERCE EXTÉRIEUR 2013,

Points. forts DES ÉCHANGES ATONES ET UN DÉFICIT COMMERCIAL QUI SE RENFORCE BILAN. De la Polynésie française COMMERCE EXTÉRIEUR 2013, Points 7 forts BILAN 213 INSTITUT DE LA STATISTIQUE DE LA POLYNÉSIE FRANÇAISE 213, DES ÉCHANGES ATONES ET UN DÉFICIT COMMERCIAL QUI SE RENFORCE La balance commerciale de la Polynésie française continue

Plus en détail

OBSERVATION ET STATISTIQUES

OBSERVATION ET STATISTIQUES COMMISSARIAT Général au développement durable n 58 Juillet Conjoncture de l immobilier Résultats au premier trimestre OBSERVATION ET STATISTIQUES logement - CONSTRuCTION La conjoncture immobilière au premier

Plus en détail

Note mensuelle de conjoncture wallonne

Note mensuelle de conjoncture wallonne Note mensuelle de conjoncture wallonne Mai 2014 L IWEPS est un institut scientifique public d aide à la prise de décision à destination des pouvoirs publics. Par sa mission scientifique transversale, il

Plus en détail

ECO France. Perspectives 2007 CROISSANCE & ÉPARGNE-CRÉDIT. Contexte macro-économique : croissance au potentiel, sans plus

ECO France. Perspectives 2007 CROISSANCE & ÉPARGNE-CRÉDIT. Contexte macro-économique : croissance au potentiel, sans plus Direction des Études Économiques Trimestriel N 11 Janvier 2007 Perspectives 2007 CROISSANCE & ÉPARGNE-CRÉDIT Contexte macro-économique : croissance au potentiel, sans plus Après un premier semestre exceptionnel,

Plus en détail

L a situation économique de Taiwan au 2ème semestre 2015

L a situation économique de Taiwan au 2ème semestre 2015 L a situation économique de Taiwan au ème semestre 1 Résumé L économie taiwanaise subit un ralentissement prononcé au ème trimestre, qui conduit le gouvernement à diviser par deux sa prévision de croissance

Plus en détail

Evolution de la Conjoncture Economique (Huit premiers mois de 2015)

Evolution de la Conjoncture Economique (Huit premiers mois de 2015) Evolution de la Conjoncture Economique (Huit premiers mois de 2015) Banque Centrale de Tunisie Août 2015 1- ENVIRONNEMENT INTERNATIONAL - Les statistiques préliminaires de la croissance dans les principaux

Plus en détail

internationale, nationale et vendéenne Petit-déjeuner de l OESTV - Vendredi 11 juillet 2014

internationale, nationale et vendéenne Petit-déjeuner de l OESTV - Vendredi 11 juillet 2014 Regards sur la conjoncture internationale, nationale et vendéenne Petit-déjeuner de l OESTV - Vendredi 11 juillet 2014 CONJONCTURE INTERNATIONALE & NATIONALE Reprise lente en ZONE EURO et à rythmes variables

Plus en détail

DISSERTATION. SUJET Quels sont les effets d une politique de relance face à un choc de demande négatif?

DISSERTATION. SUJET Quels sont les effets d une politique de relance face à un choc de demande négatif? DISSERTATION Il est demandé au candidat : - de répondre à la question posée par le sujet ; - de construire une argumentation à partir d'une problématique qu'il devra élaborer ; - de mobiliser des connaissances

Plus en détail

Projections économiques pour la Belgique

Projections économiques pour la Belgique Projections économiques pour la Belgique Décembre 215 Banque nationale de Belgique Tous droits réservés. La reproduction de cette publication, en tout ou en partie, à des fins éducatives et non commerciales

Plus en détail

Avant et après les chocs pétroliers : l économie française de 1949 à 2012

Avant et après les chocs pétroliers : l économie française de 1949 à 2012 Avant et après les chocs pétroliers : l économie française de 1949 à 212 Ronan Mahieu* L économie française s est beaucoup transformée depuis l après-guerre, avec à la fois des évolutions lentes et continues

Plus en détail

L actualité en 12 graphiques

L actualité en 12 graphiques Point de conjoncture de la Région Ile-de-France L actualité en 12 graphiques Unité La croissance de la zone euro devrait accélérer progressivement en 2015 et s affermir en 2016 sous l effet de la baisse

Plus en détail

Evolution de la Conjoncture Economique (Premier Trimestre 2015)

Evolution de la Conjoncture Economique (Premier Trimestre 2015) Evolution de la Conjoncture Economique (Premier Trimestre 215) Banque Centrale de Tunisie Avril 215 1- Environnement International 1-1. Croissance Economique - Selon les prévisions du Fonds monétaire international

Plus en détail

B) La problématique à court et moyen terme

B) La problématique à court et moyen terme Atelier 1B «La globalisation des marchés financiers, tendances et enjeux pour le Canada» Sujet : La marginalisation du Canada sur les scènes économique et financière mondiales. Ses conséquences probables

Plus en détail

Intervention économique 20 novembre 2013

Intervention économique 20 novembre 2013 20 novembre 2013 Au troisième trimestre le PIB a reculé de 0,1% après une hausse de 0,5 % au deuxième trimestre. Pour l année 2013, la croissance est estimée à 0,1 %, soit la deuxième année consécutive

Plus en détail

Le 4 ème trimestre 2015 et les tendances récentes

Le 4 ème trimestre 2015 et les tendances récentes Le 4 ème trimestre 2015 et les tendances récentes Le tableau de bord de l Observatoire L ensemble des marchés Les taux des crédits immobiliers aux particuliers ENSEMBLE DES MARCHÉS - Prêts bancaires (taux

Plus en détail

Observatoire Crédit Logement / CSA du Financement des Marchés Résidentiels Tableau de bord mensuel Mars 2016

Observatoire Crédit Logement / CSA du Financement des Marchés Résidentiels Tableau de bord mensuel Mars 2016 Observatoire Crédit Logement / CSA du Financement des Marchés Résidentiels Tableau de bord mensuel Mars 2016 Avertissement : les indicateurs mensuels repris dans le «Tableau de bord» ne deviennent définitifs

Plus en détail

Evolution de la Conjoncture Economique Au cours du premier trimestre 2015

Evolution de la Conjoncture Economique Au cours du premier trimestre 2015 Evolution de la Conjoncture Economique Au cours du premier trimestre 215 Banque Centrale de Tunisie Mars 215 1- ENVIRONMENT INTERNATIONAL - L environnement économique international a été marquée, ces derniers

Plus en détail

AMBASSADE DE FRANCE EN ALLEMAGNE SERVICE ÉCONOMIQUE RÉGIONAL

AMBASSADE DE FRANCE EN ALLEMAGNE SERVICE ÉCONOMIQUE RÉGIONAL AMBASSADE DE FRANCE EN ALLEMAGNE SERVICE ÉCONOMIQUE RÉGIONAL La Ministre Conseillère pour les Affaires Economiques Berlin, le 31 octobre 2014 Dossier suivi par Lucie Petit Relu par Nicolas Studer NOTE

Plus en détail

RAPPORT 2011 EVOLUTION ECONOMIQUE ET MONETAIRE EN ALGERIE

RAPPORT 2011 EVOLUTION ECONOMIQUE ET MONETAIRE EN ALGERIE 101 RAPPORT 2011 EVOLUTION ECONOMIQUE ET MONETAIRE EN ALGERIE Mai 2012 Bank of Algeria RAPPORT 2011 EVOLUTION ECONOMIQUE ET MONETAIRE EN ALGERIE SOMMAIRE INTRODUCTION... p.4 CHAPITRE I : ENVIRONNEMENT

Plus en détail

et les tendances récentes

et les tendances récentes Le 1 er trimestre 2016 Le 1 trimestre 2016 et les tendances récentes Le tableau de bord de l Observatoire L ensemble Lensemble des marchés Les taux des crédits immobiliers aux particuliers ENSEMBLE DES

Plus en détail

TENDANCES RÉGIONALES RÉGION LIMOUSIN

TENDANCES RÉGIONALES RÉGION LIMOUSIN TENDANCES RÉGIONALES RÉGION LIMOUSIN Août 29 Tous les commentaires s'appliquent à des données corrigées des variations saisonnières. LIMOUSIN Tendances régionales Août 29 Page 1 sur 8 Vue d ensemble de

Plus en détail

juin 2012 La zone euro à l épreuve Dégradation du climat des affaires Hausse du chômage de longue durée

juin 2012 La zone euro à l épreuve Dégradation du climat des affaires Hausse du chômage de longue durée juin 2012 N 327 la vie économique et sociale Épilogue de la bulle immobilière, Madrid, 29 mai 2012 conjoncture internationale La zone euro à l épreuve conjoncture française Dégradation du climat des affaires

Plus en détail

NOTRE SCENARIO. Les dividendes de la baisse des prix pétroliers se font attendre. juin 2015. Conjoncture économique Conjoncture financière

NOTRE SCENARIO. Les dividendes de la baisse des prix pétroliers se font attendre. juin 2015. Conjoncture économique Conjoncture financière NOTRE SCENARIO Les dividendes de la baisse des prix pétroliers se font attendre Conjoncture économique Conjoncture financière juin 2015 Philippe Brossard David Hennequin Synthèse Les dividendes de la baisse

Plus en détail

Executive summary. Observatoire du crédit aux sociétés non financières 2016-05-27. observatoire du crédit. Liens:

Executive summary. Observatoire du crédit aux sociétés non financières 2016-05-27. observatoire du crédit. Liens: Observatoire du crédit aux sociétés non financières boulevard de Berlaimont 14 BE-1000 Bruxelles Tel. +32 2 221 26 99 Fax +32 2 221 31 97 TVA BE 0203.201.340 RPM Bruxelles 2016-05-27 Liens: observatoire

Plus en détail

La croissance de l emploi et des salaires ravive les possibilités d une hausse des taux de la Réserve fédérale

La croissance de l emploi et des salaires ravive les possibilités d une hausse des taux de la Réserve fédérale 19 novembre 2015 La croissance de l emploi et des salaires ravive les possibilités d une hausse des taux de la Réserve fédérale Faits saillants Aux États Unis, la croissance du PIB réel a été de 1,5 %

Plus en détail

1 La situation économique et financière 10

1 La situation économique et financière 10 Sommaire 1 La situation économique et financière 10 1.1 La situation économique dans la zone euro 12 1.1.1 Les taux d intérêt à court terme 12 1.1.2 Les rendements des titres publics à long terme 13 1.1.3

Plus en détail

Plus de la moitié des exportations de marchandises des économies en développement sont destinées à d autres économies en développement

Plus de la moitié des exportations de marchandises des économies en développement sont destinées à d autres économies en développement Plus de la moitié des exportations de marchandises des économies en développement sont destinées à d autres économies en développement Exportations des pays en développement, 2013 Pays de destination Vers

Plus en détail

2010 Analyse conjoncturelle de l économie et de l industrie de la construction résidentielle Service du développement des affaires et des

2010 Analyse conjoncturelle de l économie et de l industrie de la construction résidentielle Service du développement des affaires et des 2010 Analyse conjoncturelle de l économie et de l industrie de la construction résidentielle Analyse conjoncturelle de l économie et de l industrie de la construction résidentielle Prévisions économiques

Plus en détail

juillet/août 2012 conjoncture internationale Baisse des cours du pétrole conjoncture française Croissance faible Relèvement anticipé du Smic

juillet/août 2012 conjoncture internationale Baisse des cours du pétrole conjoncture française Croissance faible Relèvement anticipé du Smic juillet/août 2012 N 328 la vie économique et sociale Des avancées sur la solidarité entre états européens, Bruxelles, 29 juin 2012 conjoncture internationale Baisse des cours du pétrole conjoncture française

Plus en détail

Panorama du marché du crédit à la consommation en Europe en 2014

Panorama du marché du crédit à la consommation en Europe en 2014 Panorama du marché du crédit à la consommation en Europe en 2014 Pour la 8 ème année consécutive, Crédit Agricole Consumer Finance publie son étude annuelle sur l état du marché du crédit à la consommation

Plus en détail

REPUBLIQUE TUNISIENNE MINISTERE DES FINANCES RAPPORT SUR LA DETTE PUBLIQUE ANNEE 2008

REPUBLIQUE TUNISIENNE MINISTERE DES FINANCES RAPPORT SUR LA DETTE PUBLIQUE ANNEE 2008 REPUBLIQUE TUNISIENNE MINISTERE DES FINANCES RAPPORT SUR LA DETTE PUBLIQUE ANNEE 2008 D.G.G.D.C.F Juin 2009 Table des matières 1- Environnement International et National 1.1 Environnement International

Plus en détail

La Mensuelle Eco - N 33 - Novembre 2015

La Mensuelle Eco - N 33 - Novembre 2015 - N 33 - Novembre 2015 L essentiel YT-MAHM 24/11/2015 Le 13 novembre, l INSEE publiait les chiffres de la croissance française au 3 ème trimestre. L Histoire retiendra de cette date des évènements d une

Plus en détail

Les crédits nouveaux à l habitat des ménages : tendances récentes

Les crédits nouveaux à l habitat des ménages : tendances récentes Les crédits nouveaux à l habitat des ménages : tendances récentes Sylvain Gouteron et Évelyne Fam Direction des Statistiques monétaires et financières Service des Analyses et Statistiques monétaires Du

Plus en détail

Allemagne. Développements internationaux. Dé- L instauration d un salaire minimum doperait la croissance en début d année

Allemagne. Développements internationaux. Dé- L instauration d un salaire minimum doperait la croissance en début d année Dé- L activité est restée atone au troisième trimestre 2014 en Allemagne (+0,1 % après -0,1 %) : la consommation des ménages a été dynamique, mais l investissement a de nouveau reculé. Au quatrième trimestre,

Plus en détail

LA CONSTRUCTION NEUVE DE LOGEMENTS BILAN 1996 ET PRÉVISIONS POUR 1997

LA CONSTRUCTION NEUVE DE LOGEMENTS BILAN 1996 ET PRÉVISIONS POUR 1997 LA CONSTRUCTION NEUVE DE LOGEMENTS BILAN 1996 ET PRÉVISIONS POUR 1997 L activité des marchés immobiliers résidentiels a connu une nouvelle dégradation en 1996 ( 4,2 %). Le logement individuel et le logement

Plus en détail

de travail n 44 La compétitivité française en 2013 Les parts de marché à l exportation de l économie française sont stables depuis 2011

de travail n 44 La compétitivité française en 2013 Les parts de marché à l exportation de l économie française sont stables depuis 2011 Document de travail n 44 La compétitivité française en 013 Les parts de marché à l exportation de l économie française sont stables depuis 011 La qualité des produits français est reconnue mais leurs prix

Plus en détail

rapport CCE 2015-0841

rapport CCE 2015-0841 rapport CCE 2015-0841 La conjoncture économique dans l industrie alimentaire et des boissons mars 2015 CCE 2015-0841 Rapport sur la conjoncture économique dans l'industrie alimentaire et des boissons

Plus en détail

Point mensuel de conjoncture

Point mensuel de conjoncture 28/09/2015 Point mensuel de conjoncture REPUBLIQUE DU SENEGAL Un Peuple - Un But Une Foi MINISTERE DE L ECONOMIE DES FINANCES ET DU PLAN DIRECTION GENERALE DE LA PLANIFICATION ET DES POLITIQUES ECONOMIQUES

Plus en détail

Après une année 2012 de fort ralentissement, voire de récession

Après une année 2012 de fort ralentissement, voire de récession FICHE PAYS PECO : LE DANGER RUSSE Marion Cochard Département analyse et prévision Après une année 2012 de fort ralentissement, voire de récession pour certains pays de la zone, la croissance a repris progressivement

Plus en détail

économique PERSPECTIVES ÉCONOMIQUES : QUE NOUS RÉSERVE 2011? DÉCEMBRE 2010 JANVIER 2011 Canada États-unis Les taux d'intérêt

économique PERSPECTIVES ÉCONOMIQUES : QUE NOUS RÉSERVE 2011? DÉCEMBRE 2010 JANVIER 2011 Canada États-unis Les taux d'intérêt DÉCEMBRE JANVIER 211 économique PERSPECTIVES ÉCONOMIQUES : QUE NOUS RÉSERVE 211? Au passage d une année à l autre, il est de mise de s interroger sur ce que nous réserve la nouvelle année. Après la solide

Plus en détail

Intensification de l activité dans la zone euro

Intensification de l activité dans la zone euro Patrick McGuire +41 61 28 8921 patrick.mcguire@bis.org 2. Marché bancaire Les achats de titres du secteur public ont soutenu l activité au troisième trimestre 22. Les banques de la zone déclarante BRI

Plus en détail

L Agroindicateur. Revenu d un milliard : un nouveau seuil? Septembre 2015

L Agroindicateur. Revenu d un milliard : un nouveau seuil? Septembre 2015 L Agroindicateur Septembre 2015 Revenu d un milliard : un nouveau seuil? La conjoncture 2015 permet d envisager que le revenu net total des entreprises agricoles québécoises devrait se situer autour d

Plus en détail

Année 2013. Baisse des échanges en 2013, après un fort ralentissement l année précédente

Année 2013. Baisse des échanges en 2013, après un fort ralentissement l année précédente http://lekiosque.finances.gouv.fr Année 2013 Les échanges, qui avaient nettement ralenti en 2012, se replient en 2013. Le recul des exportations (-1,3 %, après +3,1 %) est marqué pour certains biens intermédiaires,

Plus en détail

Point de conjoncture

Point de conjoncture Point de conjoncture Mars 2013 COMMENTAIRE DE LA CGPME Le 22 février dernier, la Commission européenne a rendu son verdict. Dans ses prévisions d hiver, elle estime à 0,1 % la croissance française pour

Plus en détail

Chapitre XVII Les déterminants de la balance commerciale et des opérations courantes

Chapitre XVII Les déterminants de la balance commerciale et des opérations courantes Chapitre XVII Les déterminants de la balance commerciale et des opérations courantes Le chapitre X consacré à l optique dépenses de la comptabilité nationale nous a donné l occasion de décrire la structure

Plus en détail

Malgré des échanges peu dynamiques, le déficit commercial se réduit grâce à la baisse des importations d énergie

Malgré des échanges peu dynamiques, le déficit commercial se réduit grâce à la baisse des importations d énergie Malgré des échanges peu dynamiques, le déficit commercial se réduit grâce à la baisse des importations d énergie Au premier semestre, les importations diminuent (-1,2%), tandis que les exportations sont

Plus en détail

Observatoire Crédit Logement /CSA du Financement des Marchés Résidentiels Tableau de bord mensuel Avril 2015

Observatoire Crédit Logement /CSA du Financement des Marchés Résidentiels Tableau de bord mensuel Avril 2015 Observatoire Crédit Logement /CSA du Financement des Marchés Résidentiels Tableau de bord mensuel Avril 2015 Avertissement : les indicateurs mensuels repris dans le «Tableau de bord» ne deviennent définitifs

Plus en détail

1. L environnement financier et macroeconomique international, europeen et national

1. L environnement financier et macroeconomique international, europeen et national 1. L environnement financier et macroeconomique international, europeen et national 1 L environnement financier et macroeconomique international, europeen et national 10 1.1 L environnement macroéconomique

Plus en détail

Conjoncture économique en Loir-et-Cher

Conjoncture économique en Loir-et-Cher Février 0 - N Conjoncture économique en Loir-et-Cher Résultats de l enquête menée entre le er et le 8 février 0 Analyse réalisée sur la base de réponses exploitables La Chambre de et d' de Loir-et-Cher

Plus en détail

La construction neuve de logements Bilan 1998 et prévisions pour 1999

La construction neuve de logements Bilan 1998 et prévisions pour 1999 La construction neuve de logements Bilan 1998 et prévisions pour 1999 En 1998, avec un chiffre d affaires proche de 109 milliards de francs, selon les estimations du ministère de l Équipement, des Transports

Plus en détail

BALANCE DES PAIEMENTS DE LA TUNISIE 2008

BALANCE DES PAIEMENTS DE LA TUNISIE 2008 BALANCE DES PAIEMENTS DE LA TUNISIE Septembre 2009 SOMMAIRE Pages Introduction 5 Evolution de l environnement international et de la conjoncture nationale 6 Les échanges et les paiements extérieurs de

Plus en détail

ECO France. Perspectives 2007 2008 CROISSANCE & ÉPARGNE-CRÉDIT. Contexte macro-économique : la croissance, défi du nouveau quinquennat

ECO France. Perspectives 2007 2008 CROISSANCE & ÉPARGNE-CRÉDIT. Contexte macro-économique : la croissance, défi du nouveau quinquennat Direction des Études Économiques Perspectives 2007 2008 CROISSANCE & ÉPARGNE-CRÉDIT Trimestriel N 12 Avril 2007 Contexte macro-économique : la croissance, défi du nouveau quinquennat En 2006, l économie

Plus en détail

Prévisions économiques 2010-2011

Prévisions économiques 2010-2011 Bureau fédéral du Plan Avenue des Arts 47-49, 1000 Bruxelles http://www.plan.be BUDGET ECONOMIQUE Institut des Comptes Nationaux Prévisions économiques 2010-2011 Septembre 2009 Reproduction autorisée,

Plus en détail

comme l atteste la nouvelle progression du taux de croissance annuel de l agrégat étroit M1 qui s est établi à 4,5 % en juillet, après 3,5 % en juin.

comme l atteste la nouvelle progression du taux de croissance annuel de l agrégat étroit M1 qui s est établi à 4,5 % en juillet, après 3,5 % en juin. Paris, le 6 septembre 2012 BANQUE CENTRALE EUROPÉENNE CONFÉRENCE DE PRESSE 6 SEPTEMBRE 2012 DÉCLARATION INTRODUCTIVE Mesdames et messieurs, le vice-président et moi-même sommes très heureux de vous accueillir

Plus en détail