Relations collectives Février La couverture complémentaire des frais de santé en entreprise

Save this PDF as:
 WORD  PNG  TXT  JPG

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Relations collectives Février 2014. La couverture complémentaire des frais de santé en entreprise"

Transcription

1 La couverture complémentaire des frais de santé en entreprise La loi relative à la sécurisation de l emploi du 14 juin 2013, qui a retranscrit l ANI du 11 janvier 2013, a prévu une généralisation de la complémentaire santé des salariés. Cette disposition, qui se veut emblématique, devrait permettre à compter du 1er janvier 2016 à tous les salariés d accéder à une couverture complémentaire de remboursement des frais médicaux, financée pour moitié par les salariés et pour moitié par l employeur. Les interrogations sur l extension de la couverture santé sont nombreuses et légitimes : d une part, les salariés aujourd hui non couverts par une complémentaire santé d entreprise s interrogent sur le sort de leur système d assurance individuel et, d autre part, ce nouveau dispositif va-t-il avoir des conséquences sur les salariés déjà couverts par une complémentaire santé d entreprise? À ces interrogations s ajoutent évidemment des problématiques de fond quant au niveau des prestations qui doivent être versées aux salariés, à l égalité de traitement entre les différentes catégories de salariés, au maintien des droits en cas de départ de l entreprise, au régime social et fiscal des avantages versés et évidemment quant à la capacité d intervention des représentants du personnel sur le sujet. La complémentaire en entreprise : de quoi parle-t-on? Ce que l on nomme la protection sociale complémentaire d entreprise est un vaste sujet : il s agit de l ensemble des garanties collectives de prévoyance et de retraite instituées par les entreprises au profit de tout ou partie de leur personnel afin de compléter les prestations servies par la Sécurité sociale et par les régimes complémentaires de retraite légalement obligatoires (Code de la Sécurité sociale, art. L et L ). La prévoyance complémentaire a pour objet de garantir des risques particuliers : le risque décès, le risque incapacité et invalidité, le risque chômage, la dépendance, les risques portant atteinte à l intégrité physique de la personne (maladie et accident) ou liés à la maternité. C est cette dernière catégorie de risques que la complémentaire santé, communément appelé la mutuelle, vise à garantir par un mécanisme de remboursement de frais médicaux, pharmaceutiques et hospitaliers, dont l objectif est de prendre en charge tout ou partie de la différence entre les frais réellement engagés et le remboursement partiel de ces frais par la Sécurité sociale. Notez-le : Les règles générales applicables à la protection sociale complémentaire sont prévues à la fois par le Code de la Sécurité sociale (CSS), le Code du travail, ainsi que, pour les opérations de prévoyance, par la loi du 31 décembre 1989, dite loi Evin. À ces règles géné rales viennent s ajouter des dispositions spécifiques pour chaque catégorie d organismes assureurs, figu rant, selon le cas, dans le Code des assurances, de la Sécurité sociale ou de la mutualité. L obligation à la charge des entreprises 1- Contenu Jusqu alors, la mise en place d une complémentaire santé pouvait être facultative pour l entreprise ou lui être imposée par une convention ou un accord collectif interprofessionnel, de branche ou professionnel. Cependant, la loi relative à la sécurisation de l emploi a prévu que tous les salariés devront bénéficier d une couverture complémentaire frais de santé. Dès lors, tout employeur de droit privé, quel que soit l effectif de l entreprise, doit prévoir un dispositif de couverture complémentaire santé applicable, au plus tard, le 1er janvier 2016.

2 A-Une couverture minimale obligatoire La couverture mise en place par l entreprise devra correspondre obligatoirement, à minima, à un panier de soins prenant en charge, selon l ANI du 11 janvier 2013 : un remboursement de 100 % du tarif de la Sécurité sociale pour les consultations, actes techniques et pharmacie en ville et à l hôpital (cela signifie que les salariés amenés à consulter des médecins pratiquant des dépassements d honoraires ne seront pas pris en charge pour la fraction du dépassement) ; le forfait journalier hospitalier ; un remboursement de 125 % du tarif de la Sécurité sociale pour les prothèses dentaires ; un forfait de 100 euros/an pour l optique. (Ces 2 derniers postes ne seront pas optionnels, même si les salariés n en n ont pas l utilité). À l évidence, il s agit effectivement de prestations minimales, largement incomplètes et moins favorables que les prestations générales des assurances individuelles. Il faudra toutefois attendre un prochain décret pour connaître le niveau exact de prise en charge de ces dépenses, ainsi que la liste des dispositifs médicaux remboursés. B-La couverture obligatoire de tous les salariés Les employeurs devront couvrir tous les salariés quelle que soit la catégorie à laquelle ils appartiennent et quelle que soit la nature de leur contrat de travail. Il ne sera donc plus possible à terme de réserver cet avantage à certaines catégories, aux seuls cadres par exemple. Par ailleurs, les dispositifs de complémentaire santé doivent nécessairement respecter les principes de non-discrimination, notamment fondée sur le sexe (CCS, art. L CCS), et les principes d égalité de traitement des salariés en CDD (C. trav., art. L ) et des salariés à temps partiel (C. trav., art. L ) avec les salariées en CDI à temps plein. Il est donc interdit de réserver la complémentaire aux seuls salariés en CDI. Pour autant, il est possible d instaurer une condition d ancienneté pour le bénéfice de la complémentaire santé. Un décret conditionne à ce titre l utilisation d une durée maximale de 6 mois d ancienneté pour que l employeur bénéfice des avantages sociaux et fiscaux en matière de prévoyance complémentaire santé. C-Le financement obligatoire par l employeur L employeur assure au minimum la moitié du financement de la couverture. Cependant, les modalités spécifiques de ce financement en cas d employeurs multiples et pour les salariés à temps très partiel sont déterminées par décret à paraître. L employeur doit donc prendre en charge, à minima, 50 % de la cotisation. L employeur conserve évidemment la possibilité de prendre à sa charge un pourcentage supérieur. Il y sera parfois obligé si une convention ou accord collectif de travail le prévoit. Il est même possible, selon une jurisprudence très critiquable de la Cour de cassation, de pratiquer une prise en charge supérieure (ou de proposer des garanties supérieures) mais au seul profit d une catégorie de salariés, bien souvent, en pratique, les cadres. La prévoyance complémentaire d entreprise et l égalité de traitement Il est désormais de jurisprudence constante que les différences de traitement entre des salariés placés dans une situation identique ne sont autorisées que si elles sont justifiées par des raisons objectives dont le juge doit contrôler concrètement la réalité et la pertinence. De plus, il a été précisé que la simple référence à une catégorie professionnelle est insuffisante pour justifier une différence de traitement. Il est donc impératif de justifier pourquoi la catégorie professionnelle comporte des spécificités liées notamment aux conditions d exercice des fonctions, à l évolution de carrière ou aux modalités de rémunération (Cass. soc., 8 juin 2011, n et ). Pourtant, en matière de prévoyance complémentaire d entreprise, la Cour de cassation estime que l égalité de traitement ne s applique qu entre les salariés relevant d une même catégorie professionnelle. Dès lors, une entreprise peut mettre en place une mutuelle prévoyant un financement différent selon les catégories professionnelles en prenant en charge l intégralité des cotisations pour

3 les cadres et seulement à hauteur de 60 % pour le reste des salariés (Cass. soc., 13 mars 2013, n ). Cette position très critiquable de la Cour de cassation va à l encontre de sa propre jurisprudence en matière d égalité de traitement : un employeur peut attribuer des avantages différents en matière de prévoyance complémentaire à chacune des catégories professionnelles de son entreprise, sans justification. Les employeurs y sont même particulièrement incités dans la mesure où un décret du 9 janvier 2012 a défini des catégories objectives de salariés pour l attribution d avantages de prévoyance complémentaire, permettant de bénéficier du régime social et fiscal de faveur. Les représentants du personnel doivent donc redoubler d effort pour réintroduire le principe d égalité de traitement en matière de prévoyance d entreprise. D-Le maintien obligatoire de la couverture en cas de rupture du contrat de travail La loi du 14 juin 2013 relative à la sécurisation de l emploi a modifié le dispositif de portabilité des droits à partir du 1er juin 2014 en matière de remboursement des frais de santé. La période maximale pendant laquelle un ex-salarié bénéficiant de l assurance chômage peut conserver une prise en charge par sa complémentaire d entreprise sera allongée de 9 à 12 mois à partir du 1er juin 2014 pour les frais de santé (maladie, maternité, accident). Le maintien de la couverture est désormais gratuit pour l ancien salarié. Dès lors, tous les employeurs devront se conformer à ces obligations minimales, sans remise en cause des dispositifs plus favorables préexistants. Cela implique donc nécessairement que les représentants du personnel, dans les entreprises qui ont déjà mis en place une complémentaire santé, vérifient si le taux de couverture correspond au minimum légal, si l employeur a mis en place une couverture à adhésion obligatoire pour toutes les catégories de salariés et s il prend en charge a minima la moitié du coût de la cotisation. Attention : Il convient d être particulièrement attentif à la manière dont les garanties sont exprimées, qui peuvent être très différentes selon les contrats et, à l intérieur d un même contrat, selon le type de frais concerné. Les garanties sont le plus souvent exprimées : en pourcentage du ticket modérateur ; en pourcentage du tarif de responsabilité, appelé aussi «base Sécurité sociale» ; en pourcentage du remboursement sécurité sociale ; en pourcentage des frais réels ; forfaitairement, soit en valeur absolue, soit par référence au plafond de la Sécurité sociale ou à la valeur des points ARRCO et AGIRC. Les remboursements peuvent être additionnels aux prestations versées par la sécurité sociale ou sous déduction de celles-ci. Lorsqu il est fait mention des frais réels, la prestation est le plus souvent plafonnée. 2- La mise en oeuvre de l obligation Un dispositif de couverture complémentaire peut être créé ou modifié selon différentes modalités : une convention ou un accord collectif de branche ou professionnel ; une convention ou un accord collectif d entreprise ; un accord proposé par l employeur ratifié à la majorité des salariés ; une décision unilatérale de l employeur. La loi relative à la sécurisation de l emploi n a pas modifié ces règles. Il faut toutefois préciser que la nouvelle loi : n envisage pas la mise en oeuvre de la généralisation de la complémentaire santé par accord ratifié à la majorité des salariés ; incite fortement à une mise en oeuvre négociée de la complémentaire santé. À ce titre, un calendrier spécifique, favorisant la voie négociée, a été prévu par la nouvelle loi : des négociations devaient être engagées, avant le 1er juin 2013, au sein des branches. À compter du 1er juillet 2014, les entreprises disposant d un délégué syndical ouvriront, à leur tour, des négociations. À

4 partir du 1er janvier 2016, en cas d échec des négociations, les entreprises auront l obligation de proposer unilatéralement à leurs salariés le panier de soins minimal défini par la loi et de le financer, à minima, à hauteur de 50 %. A-La mise en oeuvre au niveau de la branche Jusqu alors, c était les conventions ou accords de branche ou professionnels qui imposaient la mise en place de garanties complémentaires aux entreprises. Généralement, les conventions et accords de branche fixent un niveau de financement à consacrer à des garanties choisies par l entreprise ou définissent ces garanties. Ils peuvent même mettre en place un véritable régime en fixant prestations et cotisations et en désignant un organisme assureur chargé de mutualiser les risques pour l ensemble des entreprises de la branche. La loi de sécurisation donne priorité à la négociation de branche pour mettre en oeuvre la généralisation de la complémentaire santé. Les négociateurs de branche ou liées par des accords professionnels devaient engager des négociations avant le 1er juin 2013 afin de permettre à tous salariés de bénéficier d une couverture collective à adhésion obligatoire en matière de remboursement complémentaire de frais occasionnés par une maladie, une maternité ou un accident (art. 1er de la loi de sécurisation de l emploi). Ces négociations, qui n ont été engagées pour le moment que dans certaines branches, devaient notamment porter sur : la définition du contenu, le niveau des garanties et la répartition de la charge des cotisations entre employeur et salariés ; les modalités de choix de l assureur ; les cas de dispenses d affiliation à l initiative du salarié ; l e délai laissé aux entreprises pour se conformer aux nouvelles obligations conventionnelles, sans excéder le 1er janvier Autrement dit, les branches peuvent créer un dispositif complet directement applicable dans les entreprises du secteur, l employeur n ayant qu à conclure un contrat avec un organisme assureur. Notez-le : L accord de branche s applique obligatoirement aux entreprises adhérentes au syndicat patronal signataire, et, en cas de procédure d extension par arrêté ministériel, à toutes les entreprises du secteur de la branche, même si elles ne sont pas adhérentes. Les représentants du personnel doivent être donc être attentifs aux résultats de ces négociations (voire renégociations) pour savoir si l employeur peut appliquer directement l accord de branche, s il doit éventuellement négocier un accord d entreprise pour mettre en oeuvre le dispositif prévu par la branche, si les dispositions de l accord de branche vont au-delà du minimum légal, etc. Il convient également de rappeler que l accord d entreprise en matière de prévoyance ne peut déroger dans un sens défavorable à l accord de niveau supérieur. B-La mise en oeuvre au niveau de l entreprise L obligation de négocier dans l entreprise Une négociation d entreprise devra intervenir à compter du 1er juillet 2014 dans les entreprises disposant d un délégué syndical. Cette négociation sera obligatoire pour toutes les entreprises qui ne seront pas couvertes par une complémentaire santé collective et obligatoire, correspondant au contenu minimal prévu par la nouvelle loi et applicable au plus tard le 1er janvier Seront considérées comme couvertes, les entreprises qui disposeront d un dispositif complet et conforme au contenu de la nouvelle loi, prévu par accord collectif (de branche ou d entreprise), décision unilatérale de l employeur voire par un accord ratifié à la majorité des salariés. Dès lors, certaines entreprises déjà couvertes pourront être obligée de négocier. Ainsi, seront dans l obligation de négocier, les entreprises : sans couverture complémentaire santé au 1er juillet 2014 ; dont l accord de branche renvoie à une mise en oeuvre de la complémentaire santé au niveau

5 de l entreprise ; ayant mis en place une couverture facultative ; qui ont mis en place une couverture obligatoire mais prévoyant des garanties inférieures à la couverture minimale prévue par la nouvelle loi ; qui ont mis en place une couverture obligatoire mais pour laquelle l employeur ne prend pas en charge la moitié des cotisations ; qui ont mis en place une couverture obligatoire mais qui ne couvre que certaines catégories de salariés. Notez-le : La négociation relative à la complémentaire santé doit intervenir selon les modalités de la NAO (C. trav., art. L à L ) et peut intervenir au niveau des établissements ou groupe d établissements distincts (art. L al. 2). Toutefois, nous militons pour une négociation au niveau central qui permet de faire respecter l égalité de traitement entre les salariés et qui renforce les organisations syndicales. Il faut également relever que la négociation de la complémentaire santé au niveau de l UES n est pas envisagée. Les règles de la NAO s appliquant, toutes les parties à la négociation doivent être d accord pour aborder la négociation à ce niveau. La mise en place unilatérale par l employeur La mise en oeuvre par décision unilatérale de l employeur sera la dernière voie possible, en particulier dans les cas où les négociations précédentes (branche ou entreprise) n auront pas abouti, soit parce que les négociations ont échoué, soit faute de négociation en l absence de délégué syndical. Autrement dit, dans toutes les entreprises non couvertes par une complémentaire conforme à la nouvelle loi à l issue des périodes de négociations évoquées précédemment, l employeur devra mettre en place unilatéralement une couverture applicable au plus tard le 1er janvier La capacité d information du CE Au titre de ses attributions économiques : le comité d entreprise (CE) est obligatoirement informé et consulté préalablement à la mise en place dans l entreprise d un régime de protection sociale complémentaire ou à la modification de celui-ci. L employeur devra donc obligatoirement informer et consulter le CE avant la mise en place de la complémentaire santé ou sa modification, et ce, quelle qu en soit la source : accord de branche, entreprise, décision unilatérale, etc. Par ailleurs, à la demande du CE ou, à défaut, des délégués du personnel, le chef d entreprise leur présente chaque année le rapport sur les comptes annuels du régime établi par l assureur (. L employeur doit également l informer trimestriellement de ses éventuels retards dans le paiement des cotisations ou primes aux assureurs. Enfin, le CE peut formuler toutes propositions de nature à améliorer les conditions dans lesquelles les salariés bénéficient des garanties collectives, et examine celles qui lui sont soumises par l employeur. Au titre des activités sociales et culturelles : les «institutions sociales de prévoyance et d entraide telles que les institutions de retraite, les sociétés de secours mutuel» figurant au nombre des activités sociales et culturelles du comité, le CE est susceptible d organiser ou de gérer la prévoyance complémentaire. Toutefois, la Cour de cassation a précisé que le CE ne peut revendiquer et donc gérer une activité obligatoire (légale ou conventionnelle) pour l employeur, ce qui est désormais le cas de la complémentaire santé. Il est donc aujourd hui impossible pour le CE de mettre en place une complémentaire santé au profit des salariés. Cet effet indirect de la nouvelle loi est cependant une solution heureuse. Il s agit en effet d une activité particulièrement risquée pour le CE dans la mesure où les coûts liés aux complémentaires santé augmentent régulièrement et où la responsabilité contractuelle est importante. En revanche, cette solution va soulever des difficultés certaines lorsque le CE aura déjà mis en place une complémentaire santé. Enfin, il faut rappeler que le CE est toujours en droit d intervenir dans le financement de la cotisation des salariés : il peut créer une subvention au profit de ces derniers qui est exonérée de cotisation par les URSSAF.

6 Le droit des salariés à la complémentaire santé Tous les employeurs ont désormais l obligation de souscrire un contrat collectif et obligatoire couvrant l intégralité des salariés de leur entreprise. Le caractère collectif de la couverture complémentaire procure certains avantages : tous les salariés versent la même cotisation, quels que soient leur situation, âge, état de santé. Les pathologies antérieures sont obligatoirement prises en charge. Le caractère obligatoire signifie que TOUS les salariés doivent adhérer obligatoirement au contrat mis en place dans l entreprise. Enfin, la mise en place d une complémentaire santé collective et obligatoire entraine l application d un régime fiscal et social spécifique. 1- Le droit à la complémentaire santé : une obligation pour le salarié A-Le principe La loi relative à la sécurisation de l emploi se donnant pour objectif de généraliser la complémentaire santé, a prévu l adhésion obligatoire des salariés. Dès lors, la complémentaire santé est désormais opposable à tous les salariés, y compris dans ses dispositions mettant à leur charge le versement d une cotisation. Par voie de conséquence, les salariés relevant d entreprises non couvertes par une complémentaire santé à ce jour, devront obligatoirement adhérer à un tel dispositif, au plus tard, le 1er janvier De surcroit, les salariés relevant d entreprises dans lesquelles une complémentaire facultative avait été mise en place, seront eux aussi contraints d adhérer. Une difficulté pourra naitre de l insuffisance de la couverture mise en place par l entreprise, qui devra cependant respecter obligatoirement la couverture minimale prévue par la loi. Les salariés qui s estimeront insuffisamment couverts par la complémentaire santé de leur entreprise, n auront d autre choix que de souscrire une sur-complémentaire santé pour améliorer les garanties et les prestations. En effet, il n est pas prévu que les salariés qui souhaitent conserver leur complémentaire santé individuelle bénéficieront d une prise en charge par leur employeur. La loi envisage toutefois des hypothèses de refus. B-Les exceptions La loi relative à la sécurisation de l emploi prévoit d ores et déjà qu il existera des exceptions à l adhésion obligatoire. Un décret à paraître devra fixer les catégories de salariés pouvant être dispensés, à leur demande, de l obligation d affiliation au régime. À ce titre, le gouvernement entend reprendre les exceptions prévues par l article R du CSS (rapport Sénat n 501, p.53). Il pourrait notamment s agir : des salariés couverts en tant qu ayant droit par le régime collectif de leur conjoint ; des apprentis et les salariés en CDD, dans des conditions différentes selon la durée de leur contrat ; des apprentis ou salariés à temps partiel pour lesquels la cotisation demandée dépasserait 10 % de leur rémunération brute ; des salariés bénéficiaires de la CMUC ou d une aide à l acquisition d une complémentaire santé ; des salariés couverts par une complémentaire individuelle jusqu à échéance de leur contrat. Par ailleurs, lorsque la complémentaire santé est mise en place par décision unilatérale de l employeur, la loi prévoit que les salariés présents dans l entreprise avant la mise en place de la garantie peuvent refuser de cotiser au régime (loi Evin du 31 déc. 1989). Ainsi, l employeur a l obligation de s assurer de l accord de chaque salarié au moment de la mise en place de la complémentaire santé. 2- Les bénéficiaires de la complémentaire santé La loi de sécurisation de l emploi fait obligation à l employeur de couvrir le salarié et lui seul. La couverture des ayants droits, conjoint et enfants, n est pas envisagée.

7 Bien évidemment, il s agit d un minimum légal, l employeur ou l accord collectif peuvent étendre la couverture aux ayants droit. Mais à défaut, il sera indispensable de souscrire un contrat spécifique pour couvrir les ayants droit du salarié en vue du remboursement complémentaire des frais de santé. Par ailleurs, le dispositif de l entreprise peut prévoir la couverture obligatoire des ayants droit. Cependant, la couverture obligatoire des ayants droit ne peut avoir pour conséquence une double couverture de ces derniers. Elle ne s applique donc pas aux ayants droit déjà pris en charge par une autre assurance obligatoire d entreprise ou de la fonction publique (exemple : lorsque les enfants sont couverts par les garanties de prévoyance d entreprise obligatoire du conjoint). Pour bénéficier de la dispense de ses ayants droit, le salarié doit en faire la demande auprès de son entreprise. Le salarié concerné doit justifier chaque année de la couverture obligatoire dont bénéficie son conjoint et/ou ses enfants. Autre hypothèse, si les deux membres d un couple travaillent dans la même entreprise prévoyant une garantie obligatoire pour les ayants droit, l un des 2 membres est affilié en propre, l autre peut l être en tant qu ayant droit. Enfin, comme évoqué précédemment, le salarié ayant droit de son conjoint devrait être dispensé de l adhésion obligatoire. 3- Le montant de la cotisation A -Montant à la charge du salarié La cotisation est librement déterminée par le contrat commercial conclu entre l entreprise et l organisme assureur qui peut être une mutuelle, une société d assurance ou une institution de prévoyance, sous réserve de certaines règles applicables à chacun de ces types d organismes. Le montant de la cotisation va dépendre de plusieurs facteurs : taille de l entreprise, nombre de salariés couverts et âge, niveau de garanties souscrit, nombre d ayants droit des salariés couverts, etc. Conformément à la loi de sécurisation, le salarié aura désormais à sa charge, au maximum, la moitié du coût de la cotisation. La loi a prévu que des modalités spécifiques de répartition du financement entre l employeur et le salarié seront prévues par décret à paraître en cas d employeurs multiples et pour les salariés «à temps très partiel». En pratique, le paiement de la cotisation par le salarié est précompté sur son salaire. B-Modification de la cotisation C est bien souvent l organisme assureur qui est à l origine de la modification de la couverture complémentaire en vue d augmenter les cotisations et/ou de baisser le niveau des prestations. Par ailleurs, sous l effet de la généralisation des complémentaires santé, les employeurs peuvent être amenés à modifier le montant de la cotisation à charge du salarié. Ce faisant, l employeur doit modifier le dispositif applicable aux salariés, les méthodes sont multiples, chacune obéissant à des règles spécifiques. Surtout, la question de la modification emporte celle du droit de refus par le salarié. Il faut alors retenir que la prévoyance complémentaire, quelle que soit sa modalité de mise en oeuvre (accord collectif, décision unilatérale, voire référendum) n est pas un élément contractuel même si cet avantage est mentionné dans le contrat de travail (Cass. soc. 4 juillet 2007 n ). Le principe de nonincorporation dans le contrat de travail autorise les modifications sans que l accord des salariés soit requis, tant en ce qui concerne la cotisation que le niveau des prestations. Toutefois, selon l Administration et la doctrine, la modification de la cotisation par décision unilatérale de l employeur obéit aux règles de la mise en place de la complémentaire santé par voie unilatérale, à savoir qu aucun salarié employé dans une entreprise avant la mise en place de garanties de prévoyance complémentaire par décision unilatérale ne peut être contraint de cotiser contre son gré (art. 11 Loi Evin). Il résulterait alors de ce principe que le salarié peut s opposer à une augmentation de sa cotisation décidée unilatéralement par l employeur. Notez-le : Il est conseillé de faire le point sur son contrat individuel afin de :

8 définir les garanties indispensables et envisager le recours à une sur-complémentaire pour des postes spécifiques, tels que l optique, le dentaire ou l hospitalisation ; de vérifier la date d échéance du contrat individuel et le délai qui doit être respecté pour une demande de modification ou de résiliation. Article rédigé par

ANI : La généralisation de la Complémentaire Santé

ANI : La généralisation de la Complémentaire Santé ANI : La généralisation de la Complémentaire Santé SOMMAIRE Les règles du contrat obligatoire Accord des partenaires sociaux.. p. 4 Le panier de soins. p. 5 Le contrat «solidaire & responsable».. p. 6

Plus en détail

regards d experts Faisons le tour de la question Généralisation de la complémentaire santé pour tous les salariés (ANI du 11 janvier 2013)

regards d experts Faisons le tour de la question Généralisation de la complémentaire santé pour tous les salariés (ANI du 11 janvier 2013) Janvier 2015 regards d experts Généralisation de la complémentaire santé pour tous les salariés (ANI du 11 janvier 2013) Faisons le tour de la question D ICI LE 1 ER JANVIER 2016, TOUTES LES ENTREPRISES,

Plus en détail

COMPLEMENTAIRE SANTE un accord interbranches pour les salariés des établissements privés d'enseignement général et agricole

COMPLEMENTAIRE SANTE un accord interbranches pour les salariés des établissements privés d'enseignement général et agricole COMPLEMENTAIRE SANTE un accord interbranches pour les salariés des établissements privés d'enseignement général et agricole Pourquoi une complémentaire santé? Aujourd hui, 84% de la population souscrit

Plus en détail

Projet de loi sur la sécurisation des emplois : les articles à suivre

Projet de loi sur la sécurisation des emplois : les articles à suivre Projet de loi sur la sécurisation des emplois : les articles à suivre Le projet de loi sur la sécurisation des emplois vient d être validé par le conseil des ministres et va prochainement atterrir sur

Plus en détail

pratiques Activités sociales et culturelles : comment sont-elles financées?

pratiques Activités sociales et culturelles : comment sont-elles financées? pratiques [comité d entreprise] Activités sociales et culturelles : comment sont-elles financées? Les activités sociales et culturelles du comité d entreprise sont principalement financées par une contribution

Plus en détail

LA NOTION DE «CATÉGORIES DE SALARIÉS» ET SES IMPACTS. Septembre 2012

LA NOTION DE «CATÉGORIES DE SALARIÉS» ET SES IMPACTS. Septembre 2012 LA NOTION DE «CATÉGORIES DE SALARIÉS» ET SES IMPACTS NOTION DE «CATÉGORIE» - APPROCHE GLOBALE Recherche d adéquation entre deux notions Catégorie de salariés Egalité de traitement vues sous deux angles

Plus en détail

ACCORD DU 25 JUIN 2015

ACCORD DU 25 JUIN 2015 MINISTÈRE DU TRAVAIL, DE L EMPLOI, DE LA FORMATION PROFESSIONNELLE ET DU DIALOGUE SOCIAL CONVENTIONS COLLECTIVES Convention collective IDCC : 3205. COOPÉRATIVES DE CONSOMMATEURS (16 octobre 2014) ACCORD

Plus en détail

Décision unilatérale de l association Espoir 54 instituant un régime de frais de santé

Décision unilatérale de l association Espoir 54 instituant un régime de frais de santé Lettre remise en main propre contre émargement à chaque salarié ou envoyée par recommandé avec demande d avis de réception Décision unilatérale de l association Espoir 54 instituant un régime de frais

Plus en détail

MINISTÈRE DU TRAVAIL, DE L EMPLOI, DE LA FORMATION PROFESSIONNELLE ET DU DIALOGUE SOCIAL CONVENTIONS COLLECTIVES

MINISTÈRE DU TRAVAIL, DE L EMPLOI, DE LA FORMATION PROFESSIONNELLE ET DU DIALOGUE SOCIAL CONVENTIONS COLLECTIVES MINISTÈRE DU TRAVAIL, DE L EMPLOI, DE LA FORMATION PROFESSIONNELLE ET DU DIALOGUE SOCIAL CONVENTIONS COLLECTIVES Brochure n 3269 Convention collective nationale IDCC : 759. POMPES FUNÈBRES ACCORD DU 5

Plus en détail

AVENANT DU 6 FÉVRIER 2015

AVENANT DU 6 FÉVRIER 2015 MINISTÈRE DE L AGRICULTURE, DE L AGROALIMENTAIRE ET DE LA FORÊT CONVENTIONS COLLECTIVES Convention collective IDCC : 8723. TRAVAUX D AMÉNAGEMENT ET D ENTRETIEN FORESTIERS (Gironde, Landes et Lot-et-Garonne)

Plus en détail

ACCORD COLLECTIF DU 20 DÉCEMBRE 2006

ACCORD COLLECTIF DU 20 DÉCEMBRE 2006 MINISTÈRE DE L EMPLOI, DE LA COHÉSION SOCIALE ET DU LOGEMENT CONVENTIONS COLLECTIVES Accord professionnel GARANTIES COLLECTIVES ET OBLIGATOIRES POUR L ENSEMBLE DES INTERMITTENTS DU SPECTACLE (20 décembre

Plus en détail

La nouvelle réglementation. Adhérez dès aujourd hui. Contacts PRO BTP

La nouvelle réglementation. Adhérez dès aujourd hui. Contacts PRO BTP La nouvelle réglementation Les solutions santé de PRO BTP Adhérez dès aujourd hui Contacts PRO BTP 2 La nouvelle réglementation 3 DSN obligatoire en mai 2015 pour certaines entreprises Rappel des obligations

Plus en détail

Convention collective de la Production. de Films d Animation. Annexe régime de prévoyance

Convention collective de la Production. de Films d Animation. Annexe régime de prévoyance Convention collective de la Production de Films d Animation Annexe régime de prévoyance OBJET : La présente annexe a pour objet de définir les conditions de prestations et de cotisations du régime de prévoyance

Plus en détail

LE POINT SUR LE DROIT INDIVIDUEL A LA FORMATION

LE POINT SUR LE DROIT INDIVIDUEL A LA FORMATION N 62 - FORMATION n 8 En ligne sur le site www.fntp.fr / extranet le 08 avril 2011 ISSN 1769-4000 L essentiel LE POINT SUR LE DROIT INDIVIDUEL A LA FORMATION Depuis sa création par l accord national interprofessionnel

Plus en détail

EPARGNE SALARIALE ASSURANCE DROIT DU DIRIGEANTS

EPARGNE SALARIALE ASSURANCE DROIT DU DIRIGEANTS repères d experts LA LETTRE D INFORMATION AUX EXPERTS COMPTABLES NUMÉRO 9 / MARS-AVRIL 2012 à la une DÉCRET N 2012-25 DU 9 JANVIER 2012 RELATIF AU CARACTÈRE COLLECTIF ET OBLIGATOIRE DES GARANTIES DE PROTECTION

Plus en détail

AVENANT N O 26 DU 5 NOVEMBRE 2007

AVENANT N O 26 DU 5 NOVEMBRE 2007 MINISTÈRE DE L AGRICULTURE ET DE LA PÊCHE CONVENTIONS COLLECTIVES Convention collective IDCC : 8822. SCIERIES AGRICOLES ET EXPLOITATIONS FORESTIÈRES (RHÔNE-ALPES, À L EXCEPTION DE LA LOIRE) (27 juin 1988)

Plus en détail

C est dans cette optique qu elle formule les observations suivantes :

C est dans cette optique qu elle formule les observations suivantes : Mars 2013 POSITION DE LA CGPME SUR LE PROJET DE LOI RELATIF A LA SÉCURISATION DE L EMPLOI DEPOSÉ SUR LE BUREAU DE L ASSEMBLÉE NATIONALE, NOTAMMENT SOUS L ANGLE DE LA CORRESPONDANCE AVEC L ACCORD NATIONAL

Plus en détail

Annexe 6 Convention Collective du Rugby Professionnel Accord relatif à la prévoyance. Saison 2014/2015

Annexe 6 Convention Collective du Rugby Professionnel Accord relatif à la prévoyance. Saison 2014/2015 Annexe 6 Convention Collective du Rugby Professionnel Accord relatif à la prévoyance Saison 2014/2015 La présente annexe a pour objet de définir, en application de l article 6.4 du chapitre 1 du Titre

Plus en détail

SOMMAIRE > LE CONTEXTE > LES ÉTAPES CLÉS > LES NÉGOCIATIONS DE BRANCHES > LES NÉGOCIATIONS D ENTREPRISE > LA DÉCISION UNILATÉRALE D ENTREPRISE

SOMMAIRE > LE CONTEXTE > LES ÉTAPES CLÉS > LES NÉGOCIATIONS DE BRANCHES > LES NÉGOCIATIONS D ENTREPRISE > LA DÉCISION UNILATÉRALE D ENTREPRISE SOMMAIRE > LE CONTEXTE > LES ÉTAPES CLÉS > LES NÉGOCIATIONS DE BRANCHES > LES NÉGOCIATIONS D ENTREPRISE > LA DÉCISION UNILATÉRALE D ENTREPRISE > LES CAS DE DISPENSES > LE PANIER DE SOIN > L ACCOMPAGNEMENT

Plus en détail

Le système de garanties collectives complémentaire obligatoire frais de santé s applique à l ensemble du personnel.

Le système de garanties collectives complémentaire obligatoire frais de santé s applique à l ensemble du personnel. ACTE DE MISE EN PLACE PAR DECISION UNILATERALE DE L EMPLOYEUR D UN REGIME COMPLEMENTAIRE COLLECTIF ET OBLIGATOIRE FRAIS DE SANTE (Modèle à adapter selon votre situation. N oubliez pas de supprimer les

Plus en détail

CERCLE DES PYRAMIDES ACTUALITES DE LA PROTECTION SOCIALE

CERCLE DES PYRAMIDES ACTUALITES DE LA PROTECTION SOCIALE CERCLE DES PYRAMIDES ACTUALITES DE LA PROTECTION SOCIALE Geneviève BERAUD-GRAVILLON Pascal MARON SPAC Actuaires Actuaires conseil 18 Février 2016 Bruno SERIZAY CAPSTAN Avocat conseil en droit social ACTUALITE

Plus en détail

Les RELAIS ASSISTANTES MATERNELLES de la Haute-Garonne vous informent

Les RELAIS ASSISTANTES MATERNELLES de la Haute-Garonne vous informent REMUNERATION DES ASSISTANTES MATERNELLES Montant Brut Net SMIC horaire 9 (au 01/01/11) Montant minimum du salaire de base pour une journée d accueil de 8 heures: SMIC x 2,25 h (fixé par la loi de 1992)

Plus en détail

Axe Informatique. Mise en place des frais de santé. Experts Solutions SAGE depuis 25 ans

Axe Informatique. Mise en place des frais de santé. Experts Solutions SAGE depuis 25 ans Mise en place des frais de santé Axe Informatique Experts Solutions SAGE depuis 25 ans Installation Paramétrage Développement Formation Support Téléphonique Maintenance AXE Mise en place des frais de santé

Plus en détail

25 MARS 2014 N 45 JANVIER FÉVRIER 2014 LES NOUVELLES DU DROIT SOCIAL EN BREF DOSSIER / LA COUVERTURE COMPLÉMENTAIRE DES FRAIS DE SANTÉ EN ENTREPRISE

25 MARS 2014 N 45 JANVIER FÉVRIER 2014 LES NOUVELLES DU DROIT SOCIAL EN BREF DOSSIER / LA COUVERTURE COMPLÉMENTAIRE DES FRAIS DE SANTÉ EN ENTREPRISE DOSSIER / LA COUVERTURE COMPLÉMENTAIRE DES FRAIS DE SANTÉ EN ENTREPRISE PAGE 2 L ACTUALITÉ DU DROIT SOCIAL COLLECTIF ET INDIVIDUEL N 45 JANVIER FÉVRIER 2014 LES NOUVELLES DU DROIT SOCIAL EN BREF Réintégration

Plus en détail

DÉCISION RELATIVE A LA MISE EN CONFORMITÉ DU RÉGIME OBLIGATOIRE FRAIS DE SANTÉ

DÉCISION RELATIVE A LA MISE EN CONFORMITÉ DU RÉGIME OBLIGATOIRE FRAIS DE SANTÉ DÉCISION RELATIVE A LA MISE EN CONFORMITÉ DU RÉGIME OBLIGATOIRE FRAIS DE SANTÉ lettre remise à chaque salarié, en application de l article l. 911-1 du code de la sécurité sociale. Après avoir débat, le

Plus en détail

AVENANT N 43 à la Convention Collective Nationale de la Restauration Rapide du 18 mars 1988 étendue par arrêté ministériel du 24 novembre 1988

AVENANT N 43 à la Convention Collective Nationale de la Restauration Rapide du 18 mars 1988 étendue par arrêté ministériel du 24 novembre 1988 AVENANT N 43 à la Convention Collective Nationale de la Restauration Rapide du 18 mars 1988 étendue par arrêté ministériel du 24 novembre 1988 RELATIF AUX MINIMA CONVENTIONNELS, A LA MISE EN PLACE D UNE

Plus en détail

CCN ASSISTANTS MATERNELS

CCN ASSISTANTS MATERNELS CONVENTION COLLECTIVE NATIONALE DES ASSISTANTS MATERNELS DU PARTICULIER EMPLOYEUR du 1 er juillet 2004 étendu le 17 décembre 2004 ANNEXE II Accord de prévoyance Préambule Cet accord détermine les conditions

Plus en détail

REGIMES DE PREVOYANCE ET DE FRAIS DE SANTE SORT SOCIAL DES CONTRIBUTIONS PATRONALES

REGIMES DE PREVOYANCE ET DE FRAIS DE SANTE SORT SOCIAL DES CONTRIBUTIONS PATRONALES INTRODUCTION REGIMES DE PREVOYANCE ET DE FRAIS DE SANTE SORT SOCIAL DES CONTRIBUTIONS PATRONALES 1. RAPPEL ANCIEN REGIME Article L. 242-1 du CSS (ancien) : «Les contributions des employeurs destinées au

Plus en détail

LOI DE SÉCURISATION DE L EMPLOI N 2013 504 du 14 juin 2013

LOI DE SÉCURISATION DE L EMPLOI N 2013 504 du 14 juin 2013 LOI DE SÉCURISATION DE L EMPLOI N 2013 504 du 14 juin 2013 Les changements concernant la protection sociale complémentaire Les dates clés 11 janv. 2013 : Signature de l Accord National Interprofessionnel

Plus en détail

LA GÉNÉRALISATION DE LA COUVERTURE SANTÉ EN ENTREPRISE

LA GÉNÉRALISATION DE LA COUVERTURE SANTÉ EN ENTREPRISE LA GÉNÉRALISATION DE LA COUVERTURE SANTÉ EN ENTREPRISE Le paysage de la protection sociale a connu des évolutions profondes depuis 2012, créant pour l employeur un ensemble d obligations difficiles à appréhender,

Plus en détail

MINISTÈRE DU TRAVAIL, DE L EMPLOI ET DU DIALOGUE SOCIAL CONVENTIONS COLLECTIVES. Convention collective nationale IDCC : 2372. DISTRIBUTION DIRECTE

MINISTÈRE DU TRAVAIL, DE L EMPLOI ET DU DIALOGUE SOCIAL CONVENTIONS COLLECTIVES. Convention collective nationale IDCC : 2372. DISTRIBUTION DIRECTE MINISTÈRE DU TRAVAIL, DE L EMPLOI ET DU DIALOGUE SOCIAL CONVENTIONS COLLECTIVES Brochure n 3316 Convention collective nationale IDCC : 2372. DISTRIBUTION DIRECTE AVENANT N 29 DU 31 JANVIER 2014 RELATIF

Plus en détail

REGIME DE PREVOYANCE MODELE DE DECISION UNILATERALE MODIFIABLE. La Société au capital de Euros dont le siège est situé à.. et représentée par.

REGIME DE PREVOYANCE MODELE DE DECISION UNILATERALE MODIFIABLE. La Société au capital de Euros dont le siège est situé à.. et représentée par. REGIME DE PREVOYANCE MODELE DE DECISION UNILATERALE MODIFIABLE La Société au capital de Euros dont le siège est situé à.. et représentée par. s engage par décision unilatérale de l employeur à mettre en

Plus en détail

HEURES SUPPLEMENTAIRES : LE PAIEMENT

HEURES SUPPLEMENTAIRES : LE PAIEMENT HEURES SUPPLEMENTAIRES : LE PAIEMENT L avenant n 2014-01 du 4 février 2014 contient des dispositions ayant pour objet de restaurer à l identique les dispositions conventionnelles dénoncées ultérieurement

Plus en détail

Portabilité des garanties santé et prévoyance Les répercussions sur vos contrats

Portabilité des garanties santé et prévoyance Les répercussions sur vos contrats Portabilité des garanties santé et prévoyance Les répercussions sur vos contrats www.harmonie-mutuelle.fr Portabilité des droits Les répercussions sur vos contrats de Complémentaire santé et Prévoyance

Plus en détail

Accord collectif de travail relatif au Compte Épargne - Temps des salariés de l AFPA

Accord collectif de travail relatif au Compte Épargne - Temps des salariés de l AFPA Accord collectif de travail relatif au Compte Épargne - Temps des salariés de l AFPA Version consolidée 1/13 Préambule La création du Compte Epargne-Temps avait été prévue par l article 23 de l accord

Plus en détail

CONVENTION COLLECTIVE NATIONALE DES ENTREPRISES DE PROPRETE REGIME FRAIS DE SANTE A DESTINATION DU PERSONNEL NON CADRE ET SERVICES ASSOCIES

CONVENTION COLLECTIVE NATIONALE DES ENTREPRISES DE PROPRETE REGIME FRAIS DE SANTE A DESTINATION DU PERSONNEL NON CADRE ET SERVICES ASSOCIES CONVENTION COLLECTIVE NATIONALE DES ENTREPRISES DE PROPRETE ET SERVICES ASSOCIES (IDCC 1810 BROCHURE 3173) REGIME FRAIS DE SANTE A DESTINATION DU PERSONNEL NON CADRE 1 CONTEXTE Les partenaires sociaux

Plus en détail

LA LETTRE JURIDIQUE ET FISCALE

LA LETTRE JURIDIQUE ET FISCALE LA LETTRE JURIDIQUE ET FISCALE N 165 5 aout 2014 SOMMAIRE P. 1 et 2 p.2 Projet de loi de financement rectificatif de la sécurité sociale pour 2014 Suppression de la règlementation relative aux sommes versées

Plus en détail

La généralisation de la complémentaire santé Guide à l attention des négociateurs de branche

La généralisation de la complémentaire santé Guide à l attention des négociateurs de branche La généralisation de la complémentaire santé Guide à l attention des négociateurs de branche www.harmonie-mutuelle.fr À partir de 2016, toutes les entreprises du secteur privé devront proposer un contrat

Plus en détail

30 jours. Sommaire. N 202 janvier 2014. L actualité de la gestion des salariés en France sélectionnée par le Secrétariat Social Securex

30 jours. Sommaire. N 202 janvier 2014. L actualité de la gestion des salariés en France sélectionnée par le Secrétariat Social Securex N 202 janvier 2014 30 jours L actualité de la gestion des salariés en France sélectionnée par le Secrétariat Social Securex Chers clients, Parce qu il n existe pas de résultat sans effort, nous mettons

Plus en détail

Mise en conformité de votre contrat

Mise en conformité de votre contrat MCEN Mutuelle des Clercs et Employés de Notaire Mise en conformité de votre contrat au 1 er janvier 2016 Nos conseillères Contrat Collectif sont à votre disposition. Alexia BRANCHU et Karine DEPREAY du

Plus en détail

MINISTÈRE DE L AGRICULTURE, DE L AGROALIMENTAIRE ET DE LA FORÊT CONVENTIONS COLLECTIVES. Accord interprofessionnel

MINISTÈRE DE L AGRICULTURE, DE L AGROALIMENTAIRE ET DE LA FORÊT CONVENTIONS COLLECTIVES. Accord interprofessionnel MINISTÈRE DE L AGRICULTURE, DE L AGROALIMENTAIRE ET DE LA FORÊT CONVENTIONS COLLECTIVES Accord interprofessionnel EXPLOITATIONS ET ENTREPRISES AGRICOLES (Sarthe) ACCORD DU 14 DÉCEMBRE 2010 RELATIF À LA

Plus en détail

12 décembre 2013 UIMM 26-07

12 décembre 2013 UIMM 26-07 12 décembre 2013 UIMM 26-07 LOI DE FINANCEMENT DE LA SECURITE SOCIALE 2014 PROJET DE LOI DE FINANCE 2014 Le contexte Article 1 er loi sécurisation de l emploi du 14 juin 2013 : Principe de généralisation

Plus en détail

Matinale réglementaire : PLFSS 2016. Matinale réglementaire Vendredi 4 Décembre 2015

Matinale réglementaire : PLFSS 2016. Matinale réglementaire Vendredi 4 Décembre 2015 Matinale réglementaire : PLFSS 2016 Matinale réglementaire Vendredi PROGRAMME DE LA MATINALE 8h30 8h45 Introduction par Christine Cauchetier Directrice MX Conseil 8h45 10h30 Intervention de Maître Caroline

Plus en détail

Mutuelle et actualités sociales (Mutuelle, entretiens, document unique)

Mutuelle et actualités sociales (Mutuelle, entretiens, document unique) Mutuelle et actualités sociales (Mutuelle, entretiens, document unique) À Corbeil-Essonnes Le 25 novembre 2015 Par Anouk Chutet 1 SOMMAIRE La mutuelle dans la branche sport Le document unique d évaluation

Plus en détail

MINISTÈRE DU TRAVAIL, DE L EMPLOI, DE LA FORMATION PROFESSIONNELLE ET DU DIALOGUE SOCIAL CONVENTIONS COLLECTIVES

MINISTÈRE DU TRAVAIL, DE L EMPLOI, DE LA FORMATION PROFESSIONNELLE ET DU DIALOGUE SOCIAL CONVENTIONS COLLECTIVES MINISTÈRE DU TRAVAIL, DE L EMPLOI, DE LA FORMATION PROFESSIONNELLE ET DU DIALOGUE SOCIAL CONVENTIONS COLLECTIVES Brochure n 3246 Convention collective nationale IDCC : 1518. ANIMATION AVENANT N 150 DU

Plus en détail

DE NOUVEAUX DROITS POUR LES SALARIÉS

DE NOUVEAUX DROITS POUR LES SALARIÉS DE NOUVEAUX DROITS POUR LES SALARIÉS Généralisation des couvertures complémentaires Santé et Prévoyance 4 Juillet 2013 Pascale ERNST, Avocat, directeur associé, Pôle de Compétences Retraite et Prévoyance

Plus en détail

ANNEXE AUX CONTRATS DE TRAVAIL À DURÉE INDÉTERMINÉE

ANNEXE AUX CONTRATS DE TRAVAIL À DURÉE INDÉTERMINÉE 7 ANNEXE AUX CONTRATS DE TRAVAIL À DURÉE INDÉTERMINÉE Il est apparu opportun au Conseil national de réactualiser ces contrats, qui constituent des contrats de travail à durée indéterminée, au regard des

Plus en détail

N 13 - NOVEMBRE 2013. social DOSSIERS. Financement de la Sécurité sociale Réforme des retraites Rappel du décret du 9 janvier 2012. www.reunica.

N 13 - NOVEMBRE 2013. social DOSSIERS. Financement de la Sécurité sociale Réforme des retraites Rappel du décret du 9 janvier 2012. www.reunica. N 13 - NOVEMBRE 2013 L INDICE social DOSSIERS Financement de la Sécurité sociale Réforme des retraites Rappel du décret du 9 janvier 2012 www.reunica.com édito Bonjour à tous, Pour ce numéro, nous vous

Plus en détail

SYNTHESE DES POSITIONS RETENUES LORS DE LA REUNION EMPLOYEUR DU 14 DECEMBRE 2010. Maître Joël FERRION Le 19/01/2011

SYNTHESE DES POSITIONS RETENUES LORS DE LA REUNION EMPLOYEUR DU 14 DECEMBRE 2010. Maître Joël FERRION Le 19/01/2011 SYNTHESE DES POSITIONS RETENUES LORS DE LA REUNION EMPLOYEUR DU 14 DECEMBRE 2010 Maître Joël FERRION Le 19/01/2011 Faut-il ou non une nouvelle convention collective? A l origine l idée de l autonomisation

Plus en détail

Centre de Gestion de la F.P.T. de la Charente

Centre de Gestion de la F.P.T. de la Charente La participation des employeurs à la protection sociale complémentaire des agents 1 Les risques concernés Les collectivités peuvent participer aux garanties en matière de : Santé -> garanties en matière

Plus en détail

1- Fin des clauses de désignation : possibilité de recommandation d un ou plusieurs organismes assureurs

1- Fin des clauses de désignation : possibilité de recommandation d un ou plusieurs organismes assureurs Paris, le 12/10/2015 AUX UNIONS DEPARTEMENTALES AUX FEDERATIONS NATIONALES Pour information aux administrateurs : - Retraite et Prévoyance - CNAV, CRAM, CRAV, CGSS Aux membres du Comité exécutif de l UCR

Plus en détail

Complétez les mentions en rouge

Complétez les mentions en rouge Complétez les mentions en rouge DECISION UNILATERALE DE L EMPLOYEUR INSTITUANT / REGULARISANT UN REGIME COLLECTIF COMPLEMENTAIRE OBLIGATOIRE DE PREVOYANCE COUVRANT LES FRAIS DE SOINS DE SANTE Document

Plus en détail

FICHE PRATIQUE La généralisation de la couverture complémentaire des frais de santé

FICHE PRATIQUE La généralisation de la couverture complémentaire des frais de santé FICHE PRATIQUE La généralisation de la couverture complémentaire des frais de santé A partir du 1 er janvier 2016, toutes les entreprises seront dans l'obligation de proposer une couverture santé minimale

Plus en détail

Code du Travail, Art. L6222-23 à L6222-33

Code du Travail, Art. L6222-23 à L6222-33 F I C H E P R A T I Q U E N 2 R E M U N E R A T I O N E T A I D E S L I E E S A U C O N T R A T D A P P R E N T I S S A G E L apprenti est titulaire d un contrat de travail de type particulier : il est

Plus en détail

Le Droit Individuel à la Formation

Le Droit Individuel à la Formation Le Droit Individuel à la Formation S O M M A I R E : Définition Bénéficiaires Conditions Procédure Déroulement Prise en charge Portabilité du DIF CDD & DIF Le C.I.F J A N V I E R 2 0 1 3 L e Droit Individuel

Plus en détail

AVENANT N 2 DU 25 OCTOBRE 2011 CHAPITRE I ER

AVENANT N 2 DU 25 OCTOBRE 2011 CHAPITRE I ER MINISTÈRE DU TRAVAIL, DE L EMPLOI ET DE LA SANTÉ CONVENTIONS COLLECTIVES Accord professionnel CAISSE D ÉPARGNE AVENANT N 2 DU 25 OCTOBRE 2011 À L ACCORD DU 24 NOVEMBRE 2005 RELATIF AUX FRAIS DE SOINS DE

Plus en détail

MINISTÈRE DE L AGRICULTURE, DE L AGROALIMENTAIRE ET DE LA FORÊT CONVENTIONS COLLECTIVES

MINISTÈRE DE L AGRICULTURE, DE L AGROALIMENTAIRE ET DE LA FORÊT CONVENTIONS COLLECTIVES MINISTÈRE DE L AGRICULTURE, DE L AGROALIMENTAIRE ET DE LA FORÊT CONVENTIONS COLLECTIVES Accord départemental PROTECTION SOCIALE COMPLÉMENTAIRE PRÉVOYANCE POUR LES SALARIÉS NON CADRES (DRÔME) ACCORD DU

Plus en détail

SANTÉ. Entreprises du Commerce de détail et de gros à prédominance alimentaire UNE NOUVELLE OFFRE AU RAYON FRAIS DE SANTÉ

SANTÉ. Entreprises du Commerce de détail et de gros à prédominance alimentaire UNE NOUVELLE OFFRE AU RAYON FRAIS DE SANTÉ SANTÉ Entreprises du Commerce de détail et de gros à prédominance alimentaire UNE NOUVELLE OFFRE AU RAYON FRAIS DE SANTÉ UNE COUVERTURE COMPLÈTE POUR VOS SALARIÉS Spécialiste de la protection sociale des

Plus en détail

La généralisation de la complémentaire santé

La généralisation de la complémentaire santé La généralisation de la complémentaire santé istya collectives 7 square Max Hymans - 75015 Paris Numéro ORIAS : 14007239 - www.orias.fr www.istyacollectives.fr Le cadre réglementaire Au plus tard le 1er

Plus en détail

CICE : IMPACTS DES MODIFICATIONS DU CALCUL DE LA REDUCTION FILLON

CICE : IMPACTS DES MODIFICATIONS DU CALCUL DE LA REDUCTION FILLON N 86 - FISCAL n 16 - SOCIAL n 31 En ligne sur le site www.fntp.fr / extranet le 2 septembre 2015 ISSN 1769-4000 CICE : IMPACTS DES MODIFICATIONS DU CALCUL DE LA REDUCTION FILLON L essentiel Le crédit d'impôt

Plus en détail

Le CDD à objet défi ni

Le CDD à objet défi ni Le CDD à objet défi ni Le syndicat au service des cadres, ingénieurs, techniciens, agents de maîtrise et forces de vente Octobre 2010 CDD à objet défini : le miroir aux alouettes! Le CDD à objet défini

Plus en détail

Prévoyance et complémentaire santé : les modifications de la loi relative à la sécurisation de l emploi

Prévoyance et complémentaire santé : les modifications de la loi relative à la sécurisation de l emploi Prévoyance et complémentaire santé : les modifications de la loi relative à la sécurisation de l emploi SYNTHESE D EXPERTS Juillet 2013 SOMMAIRE 1 Généralisation de la couverture complémentaire santé...

Plus en détail

HEURES SUPPLEMENTAIRES : NOUVELLES MESURES SOCIALES ET FISCALES

HEURES SUPPLEMENTAIRES : NOUVELLES MESURES SOCIALES ET FISCALES N 123 SOCIAL n 47 En ligne sur le site www.fntp.fr / extranet le ISSN 1769-4000 HEURES SUPPLEMENTAIRES : NOUVELLES MESURES SOCIALES ET FISCALES L essentiel La loi n 2007-1223 du 21 août 2007 en faveur

Plus en détail

MINISTÈRE DU TRAVAIL, DE L EMPLOI, DE LA FORMATION PROFESSIONNELLE ET DU DIALOGUE SOCIAL CONVENTIONS COLLECTIVES. Convention collective nationale

MINISTÈRE DU TRAVAIL, DE L EMPLOI, DE LA FORMATION PROFESSIONNELLE ET DU DIALOGUE SOCIAL CONVENTIONS COLLECTIVES. Convention collective nationale MINISTÈRE DU TRAVAIL, DE L EMPLOI, DE LA FORMATION PROFESSIONNELLE ET DU DIALOGUE SOCIAL CONVENTIONS COLLECTIVES Brochure n 3060 Convention collective nationale IDCC : 1930. MEUNERIE AVENANT N 44 DU 7

Plus en détail

Service juridique CSFV

Service juridique CSFV Service juridique CSFV LOI DE MODERNISATION DU MARCHE DU TRAVAIL : Quelles conséquences pour les conventions collectives? La loi de modernisation du marché du travail du 25 juin 2008, entrée en vigueur

Plus en détail

Questions-Réponses sur l application du protocole d accord du 4 mars 2014 sur le travail à distance

Questions-Réponses sur l application du protocole d accord du 4 mars 2014 sur le travail à distance Questions-Réponses sur l application du protocole d accord du 4 mars 2014 sur le travail à distance Questions Comment s applique l accord national lorsqu il existe un accord local sur le télétravail? Réponses

Plus en détail

TABLEAU COMPARATIF PROJET DE LOI TEMPS DE TRAVAIL (ARTICLES 16, 17 ET 18) ET COMMENTAIRES CFDT

TABLEAU COMPARATIF PROJET DE LOI TEMPS DE TRAVAIL (ARTICLES 16, 17 ET 18) ET COMMENTAIRES CFDT TABLEAU COMPARATIF PROJET DE LOI TEMPS DE TRAVAIL (ARTICLES 16, 17 ET 18) ET COMMENTAIRES CFDT PROJET DE LOI Version nor : mtsx0813468l/bleue-1 CE QUI CHANGE COMMENTAIRES DE LA CFDT ARTICLE 16 I. - L article

Plus en détail

SD 49 CFDT CHOLET RENCONTRE DU 01/10/2015. la complémentaire santé en entreprise

SD 49 CFDT CHOLET RENCONTRE DU 01/10/2015. la complémentaire santé en entreprise SD 49 CFDT CHOLET RENCONTRE DU 01/10/2015 la complémentaire santé en entreprise Introduction D ICI LE 1ER JANVIER 2016, TOUTES LES ENTREPRISES, DÈS LE 1ER EMPLOYÉ, DEVRONT METTRE EN PLACE UNE COUVERTURE

Plus en détail

MINISTÈRE DU TRAVAIL, DE L EMPLOI, DE LA FORMATION PROFESSIONNELLE ET DU DIALOGUE SOCIAL CONVENTIONS COLLECTIVES

MINISTÈRE DU TRAVAIL, DE L EMPLOI, DE LA FORMATION PROFESSIONNELLE ET DU DIALOGUE SOCIAL CONVENTIONS COLLECTIVES MINISTÈRE DU TRAVAIL, DE L EMPLOI, DE LA FORMATION PROFESSIONNELLE ET DU DIALOGUE SOCIAL CONVENTIONS COLLECTIVES Brochure n 3090 Convention collective nationale IDCC : 1527. IMMOBILIER (Administrateurs

Plus en détail

Calculer la réduction Fillon

Calculer la réduction Fillon Calculer les exonérations de charges Calculer la réduction Référence Internet Saisissez la Référence Internet dans le moteur de recherche du site www.editions-tissot.fr pour accéder à cette fiche actualisée

Plus en détail

LE VERSEMENT DE LA REMUNERATION

LE VERSEMENT DE LA REMUNERATION LE VERSEMENT DE LA REMUNERATION 1. Quels sont les modes de paiement du salaire? 2. Quelle est la méthode de calcul du salaire en cas d absence non rémunérée? 3. Comment est déterminé le salaire des salariés

Plus en détail

LA COMPLÉMENTAIRE SANTÉ COLLECTIVE

LA COMPLÉMENTAIRE SANTÉ COLLECTIVE LA COMPLÉMENTAIRE SANTÉ COLLECTIVE Qu est ce que la complémentaire santé? L'Assurance maladie ne rembourse pas intégralement les dépenses de santé (frais médicaux, chirurgicaux et d hospitalisation ).

Plus en détail

BULLETIN DE SALAIRE. Quelles sont les mentions obligatoires? Apparaissent obligatoirement sur le bulletin de paie les informations concernant :

BULLETIN DE SALAIRE. Quelles sont les mentions obligatoires? Apparaissent obligatoirement sur le bulletin de paie les informations concernant : BULLETIN DE SALAIRE Quelles sont les mentions obligatoires? Apparaissent obligatoirement sur le bulletin de paie les informations concernant : l employeur (nom, adresse, numéro d immatriculation, code

Plus en détail

ACCORD D ENTREPRISE INSTITUANT UN REGIME COLLECTIF DE REMBOURSEMENT DE FRAIS MEDICAUX AU CATP

ACCORD D ENTREPRISE INSTITUANT UN REGIME COLLECTIF DE REMBOURSEMENT DE FRAIS MEDICAUX AU CATP Caisse Régionale de CREDIT AGRICOLE MUTUEL de la TOURAINE et du POITOU ACCORD D ENTREPRISE INSTITUANT UN REGIME COLLECTIF DE REMBOURSEMENT DE FRAIS MEDICAUX AU CATP Entre les soussignés : La CAISSE REGIONALE

Plus en détail

L ASSURANCE COMPLÉMENTAIRE SANTÉ OBLIGATOIRE : SYNTHÈSE

L ASSURANCE COMPLÉMENTAIRE SANTÉ OBLIGATOIRE : SYNTHÈSE L ASSURANCE COMPLÉMENTAIRE SANTÉ OBLIGATOIRE : SYNTHÈSE P.2 INTRODUCTION P.2 ENTREPRISES CONCERNÉES P.2 MODALITÉS DE MISE EN PLACE DU RÉGIME P.2 L accord d entreprise P.3 Le référendum P.3 La décision

Plus en détail

Sommaire L accord national interprofessionnel du 11 janvier 2013 pour la compétitivité des entreprises et la sécurisation de l emploi Comment optimiser le chômage partiel et l APLD? L externalisation de

Plus en détail

ASSEMBLÉE NATIONALE 9 mai 2014 AMENDEMENT

ASSEMBLÉE NATIONALE 9 mai 2014 AMENDEMENT ASSEMBLÉE NATIONALE 9 mai 2014 ECONOMIE SOCIALE ET SOLIDAIRE - (N 1891) Commission Gouvernement Adopté AMENDEMENT présenté par le Gouvernement ---------- ARTICLE 34 N o 414 (2ème Rect) Rédiger ainsi cet

Plus en détail

ACCORD DU 16 MARS 2009. Article 1 er

ACCORD DU 16 MARS 2009. Article 1 er MINISTÈRE DU TRAVAIL, DES RELATIONS SOCIALES, DE LA FAMILLE, DE LA SOLIDARITÉ ET DE LA VILLE CONVENTIONS COLLECTIVES Accord professionnel ESTHÉTIQUE-COSMÉTIQUE ET ENSEIGNEMENT TECHNIQUE ET PROFESSIONNEL

Plus en détail

Bulletin URIOPSS n 12 Veille juridique et actualités régionales aide à domicile

Bulletin URIOPSS n 12 Veille juridique et actualités régionales aide à domicile Bulletin URIOPSS n 12 Veille juridique et actualités régionales aide à domicile Août 2008 (Rédigé le 29 août 2008) Bonjour à toutes et à tous. La loi 2002-2 a prévu que tous les établissements sociaux

Plus en détail

sociales, de la famille et de la solidarité Mise à jour 1 er juillet 2008 DDTEFP de L'AIN/SCT/AYME QUESTIONS REPONSES

sociales, de la famille et de la solidarité Mise à jour 1 er juillet 2008 DDTEFP de L'AIN/SCT/AYME QUESTIONS REPONSES QUESTIONS REPONSES sur la Convention Collective Nationale des «assistants maternels du particulier employeur» du 1 er juillet 2004 étendue par arrêté du 17 décembre 2004, la loi 2005-706 du 27 juin 2005

Plus en détail

GENERALISATION DE LA COMPLEMENTAIRE SANTE (A.N.I.)

GENERALISATION DE LA COMPLEMENTAIRE SANTE (A.N.I.) GENERALISATION DE LA COMPLEMENTAIRE SANTE (A.N.I.) FICHE INFO NUM 1 Au 1 er Janvier 2016, toutes les entreprises du secteur privé devront obligatoirement avoir mis en place une couverture santé collective

Plus en détail

Décret & circulaire de la Direction de la Sécurité sociale (DSS) Nouveau dispositif des contrats responsables

Décret & circulaire de la Direction de la Sécurité sociale (DSS) Nouveau dispositif des contrats responsables Décret & circulaire de la Direction de la Sécurité sociale (DSS) Nouveau dispositif des contrats responsables Sommaire Contexte réglementaire... 2 Les principales mesures à retenir... 3 Le calendrier de

Plus en détail

MINISTÈRE DU TRAVAIL, DE L EMPLOI, DE LA FORMATION PROFESSIONNELLE ET DU DIALOGUE SOCIAL CONVENTIONS COLLECTIVES. Convention collective

MINISTÈRE DU TRAVAIL, DE L EMPLOI, DE LA FORMATION PROFESSIONNELLE ET DU DIALOGUE SOCIAL CONVENTIONS COLLECTIVES. Convention collective MINISTÈRE DU TRAVAIL, DE L EMPLOI, DE LA FORMATION PROFESSIONNELLE ET DU DIALOGUE SOCIAL CONVENTIONS COLLECTIVES Convention collective IDCC : 783. CENTRES D HÉBERGEMENT ET DE RÉADAPTATION SOCIALE ET SERVICES

Plus en détail

4. Les sommes versées lors de la rupture du contrat à durée indéterminée : l indemnité de licenciement

4. Les sommes versées lors de la rupture du contrat à durée indéterminée : l indemnité de licenciement 4. Les sommes versées lors de la rupture du contrat à durée indéterminée : l indemnité de licenciement Tout salarié titulaire d un contrat à durée indéterminée, licencié alors qu il compte 1and ancienneté

Plus en détail

DROIT SOCIAL INTERNATIONAL ET EUROPÉEN EN PRATIQUE

DROIT SOCIAL INTERNATIONAL ET EUROPÉEN EN PRATIQUE Michel Miné Christine Boudineau Anne Le Nouvel Marie Mercat-Bruns Bruno Silhol DROIT SOCIAL INTERNATIONAL ET EUROPÉEN EN PRATIQUE, 2010 ISBNÞ: 978-2-212-54678-1 VI. MOBILITÉ DES SALARIÉS 127 Section 2.

Plus en détail

AVENANT N 42 DU 11 MAI 2010

AVENANT N 42 DU 11 MAI 2010 MINISTÈRE DU TRAVAIL, DE LA SOLIDARITÉ ET DE LA FONCTION PUBLIQUE CONVENTIONS COLLECTIVES Brochure n 3245 Convention collective nationale IDCC : 1501. RESTAURATION RAPIDE AVENANT N 42 DU 11 MAI 2010 RELATIF

Plus en détail

Mesdames et messieurs les directeurs des caisses d'assurance retraite et de la santé au travail et des caisses générales de sécurité sociale

Mesdames et messieurs les directeurs des caisses d'assurance retraite et de la santé au travail et des caisses générales de sécurité sociale Circulaire Objet : dont la date d effet est fixée à compter du 1 er janvier 2015 Référence : 2014-65 Date : 23 décembre 2014 Direction juridique et de la réglementation nationale Département réglementation

Plus en détail

Le contrat en CDD. Dans quels cas peut-on embaucher sous contrat à durée déterminée?

Le contrat en CDD. Dans quels cas peut-on embaucher sous contrat à durée déterminée? Le contrat en CDD La conclusion d un contrat à durée déterminée (CDD) n est possible que pour l exécution d une tâche précise et temporaire et seulement dans les cas énumérés par la loi. Il doit obligatoirement

Plus en détail

AVENANT N 18 DU 13 MAI 2014

AVENANT N 18 DU 13 MAI 2014 MINISTÈRE DU TRAVAIL, DE L EMPLOI ET DU DIALOGUE SOCIAL CONVENTIONS COLLECTIVES Brochure n 3348 Convention collective nationale IDCC : 2666. CONSEILS D ARCHITECTURE, D URBANISME ET DE L ENVIRONNEMENT AVENANT

Plus en détail

ACCORD D'ENTREPRISE RELATIF AU REGIME DE PREVOYANCE DES SOCIETES PEUGEOT S.A. ET PEUGEOT CITROEN AUTOMOBILES S.A.

ACCORD D'ENTREPRISE RELATIF AU REGIME DE PREVOYANCE DES SOCIETES PEUGEOT S.A. ET PEUGEOT CITROEN AUTOMOBILES S.A. ACCORD D'ENTREPRISE RELATIF AU REGIME DE PREVOYANCE DES SOCIETES PEUGEOT S.A. ET PEUGEOT CITROEN AUTOMOBILES S.A. Après avoir rappelé que: Deux accords de convergence des statuts des établissements Peugeot

Plus en détail

Quelles sont les indemnités auxquelles a droit un salarié licencié?

Quelles sont les indemnités auxquelles a droit un salarié licencié? Important! Certaines indemnités peuvent être augmentées par la convention collective ou le contrat de travail. Quelles sont les indemnités auxquelles a droit un salarié licencié? L indemnité légale de

Plus en détail

Les salariés en contrat à durée déterminée (voir ci-dessous «Dispositions spécifiques aux salariés en CDD»).

Les salariés en contrat à durée déterminée (voir ci-dessous «Dispositions spécifiques aux salariés en CDD»). Le droit individuel à la formation Synthèse Le droit individuel à la formation (DIF) a pour objectif de permettre à tout salarié de se constituer un crédit d heures de formation de 20 heures par an, cumulable

Plus en détail

ACTUALITE SOCIALE Janvier 2016

ACTUALITE SOCIALE Janvier 2016 ACTUALITE SOCIALE Janvier 2016 EDITORIAL Nous vous souhaitons une année 2016 pleine de nouveautés et de surprises le droit social y contribuera certainement. Il faut s attendre à un bel embouteillage parlementaire

Plus en détail

ACCORD NATIONAL INTERPROFESSIONNEL DU 22 MARS 2014 RELATIF A L INDEMNISATION DU CHOMAGE

ACCORD NATIONAL INTERPROFESSIONNEL DU 22 MARS 2014 RELATIF A L INDEMNISATION DU CHOMAGE ACCORD NATIONAL INTERPROFESSIONNEL DU 22 MARS 2014 RELATIF A L INDEMNISATION DU CHOMAGE Les partenaires sociaux ont abouti dans la nuit du 21 au 22 mars à un accord national interprofessionnel relatif

Plus en détail

ANNEXE 8-1. 2) Les salariés atteints d une pathologie survenue antérieurement à la date du présent accord.

ANNEXE 8-1. 2) Les salariés atteints d une pathologie survenue antérieurement à la date du présent accord. ANNEXE 8-1 Accord relatif à la prévoyance du 27 mars 1997 modifié par l avenant n 2 du 22 octobre 2001, l avenant n 3 du 25 mars 2009 et l avenant n 4 du 15 juillet 2009 Article 1 - Objet de l accord et

Plus en détail

Projet de relevé de conclusions relatif à la modernisation des droits et moyens syndicaux

Projet de relevé de conclusions relatif à la modernisation des droits et moyens syndicaux Projet de relevé de conclusions relatif à la modernisation des droits et moyens syndicaux Les Accords de Bercy sur la rénovation du dialogue social, signés le 2 juin 2008 par les ministres en charge de

Plus en détail

L ACTE SOUS SIGNATURE JURIDIQUE. Les domaines d application en matière de droit social

L ACTE SOUS SIGNATURE JURIDIQUE. Les domaines d application en matière de droit social L ACTE SOUS SIGNATURE JURIDIQUE Les domaines d application en matière de droit social Dans le domaine du droit social l acte juridique occupe une place prépondérante. La négociation est en effet un mode

Plus en détail

Avenant n 2 à l Accord Collectif National relatif aux frais de soins de santé du 24 novembre 2005 du 25.10.2011

Avenant n 2 à l Accord Collectif National relatif aux frais de soins de santé du 24 novembre 2005 du 25.10.2011 Avenant n 2 à l Accord Collectif National relatif aux frais de soins de santé du 24 novembre 2005 du 25.10.2011 Chapitre 1 : Champ d application et objet de l accord Le présent accord s applique à l ensemble

Plus en détail

Accord collectif. révisant l annexe D de la convention collective du 1 er janvier 1984 des entreprises artistiques et culturelles

Accord collectif. révisant l annexe D de la convention collective du 1 er janvier 1984 des entreprises artistiques et culturelles Accord collectif révisant l annexe D de la convention collective du 1 er janvier 1984 des entreprises artistiques et culturelles Entre les parties contractantes soussignées : Les Syndicats d employeurs

Plus en détail

Loi n 2013-504 du 14 juin 2013 relative à la sécurisation de l emploi

Loi n 2013-504 du 14 juin 2013 relative à la sécurisation de l emploi Loi n 2013-504 du 14 juin 2013 relative à la sécurisation de l emploi Généralisation de la complémentaire santé pour les salariés Portabilité des droits www.harmonie-mutuelle.fr L accès aux soins pour

Plus en détail