Consultation sur le projet de mise à jour des indicateurs PEFA, 7 août 2014

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Consultation sur le projet de mise à jour des indicateurs PEFA, 7 août 2014"

Transcription

1 Consultation sur le projet de mise à jour des indicateurs PEFA, 7 août 2014 Madame, Monsieur Le Programme «Dépenses publiques et Responsabilité financière» (PEFA), lancé en 2001, a mis en place un cadre crédible et complet pour évaluer la fonction de gestion des finances publiques (GFP). Ce cadre a été appliqué dans un grand nombre de pays depuis 2005 pays présentant des niveaux de revenus différents, des héritages administratifs différents et situés dans des régions géographiques différentes. Le Cadre PEFA continue d être pertinent et applicable dans un large éventail de contextes. Toutefois, après 9 ans sans changements de grande envergure, il est temps de l actualiser. Les Partenaires PEFA n ont aucunement l intention de changer l objectif du Cadre. La mise à jour vise plutôt à refléter les divers évènements survenus dans le paysage de la GFP au cours de la dernière décennie, consolider plusieurs domaines de lacunes reconnues et élargir la portée à de nouveaux domaines comme la stratégie budgétaire, l utilisation des informations sur la performance, l investissement public et la gestion des actifs publics. La mise à jour a donc pour objectif de renforcer la pertinence des indicateurs PEFA tout en préservant leur comparabilité au fil du temps, dans la mesure du possible. Les Partenaires PEFA s attendent à ce qu une évaluation des systèmes de GFP réalisée suivant le Cadre PEFA mis à jour fournisse une base améliorée pour le contrôle de la performance de la GFP et pour l examen et la conception des priorités de réforme à l avenir et améliore ainsi son utilité pour les gouvernements et les autres utilisateurs. Depuis la création du Cadre, les experts en GFP ont offert de nombreuses suggestions en vue de modifier divers indicateurs. Les Partenaires veulent maintenant s appuyer sur ces compétences en sollicitant les réactions au projet de mise à jour à toutes les parties intéressées : spécialistes de la GFP et gestionnaires des réformes au sein des gouvernements, praticiens GFP/PEFA, réseaux régionaux et prestataires de services d assistance technique, entités élaborant et entretenant les outils d évaluation, entités chargées d établir les normes en matière de GFP, groupes de réflexion et milieux universitaires. Dans le cadre du lancement d une consultation publique, les Partenaires PEFA ont le plaisir de présenter la version provisoire de la série d indicateurs PEFA mis à jour, accompagnée d une note sous forme de questions-réponses pour décrire l historique et le processus entrepris pour la mise à jour. Pour faire part de votre réaction un élément capital pour la finalisation de cette importante activité veuillez remplir le questionnaire succinct (ci-joint) et/ou formuler des observations ou suggestions à caractère plus général, le 31 octobre 2014 au plus tard. Les Partenaires vous remercient par avance de votre participation. 1

2 Après la fin de la période de consultation, la version provisoire du Cadre sera modifiée au besoin pour refléter les observations et garantir que le Cadre reste applicable dans un large éventail de contextes nationaux et d héritages administratifs. Le Cadre PEFA mis à jour devrait être publié en Secrétariat PEFA Le dossier de consultation comprend deux documents : La version provisoire de la mise à jour des Indicateurs PEFA aux fins de consultation du public (version en anglais) Le questionnaire des parties prenantes («Questions pour la consultation») MISE A JOUR DU CADRE DE MESURE DE LA PERFORMANCE PEFA 1 Pourquoi le Cadre est-il mis à jour? Depuis que le Cadre a été lancé en 2005, de nombreux aspects de la gestion des finances publiques (GFP) ont évolué : des aspects qui étaient auparavant considérés propres aux seules économies «avancées» sont désormais plus largement adoptés, et les «bonnes pratiques» généralement admises ont évolué. Les crises financières de ces dernières années et le nombre croissant de pays qui utilisent les recettes tirées de l extraction des ressources naturelles pour financer les dépenses publiques sont des facteurs qui ont contribué à ces développements. En outre, l expérience acquise de plus de 360 évaluations PEFA suggère des améliorations qui pourraient être apportées au Cadre afin de s assurer qu il demeure pertinent et applicable de manière générique ; qu il continuera de contribuer à la réalisation de l objectif global consistant à fournir un examen de haut niveau du système de GFP d un pays ; et qu il restera un outil fondamental pour l examen, la conception et le contrôle des réformes de la GFP dans un large éventail de pays. En tant qu un élément important de la Phase IV du Programme d examen des dépenses publiques et de la responsabilité financière (PEFA) ( ), les sept Partenaires PEFA (qui ensemble constituent le Comité directeur) ont décidé de procéder à une mise à jour globale du Cadre, pour faire en sorte qu il demeure «adapté à l objectif visé» et, plus particulièrement, que les critères d évaluation tiennent compte des bonnes pratiques. 2 Quels étaient les paramètres de la mise à jour? Au démarrage du processus de mise à jour, les Partenaires PEFA ont réitéré que le Cadre PEFA est un outil portable, autonome, fondé sur des indicateurs. Ce caractère indépendant du PEFA doit être préservé, afin qu une évaluation PEFA ne dépende jamais d un autre instrument appliqué à l avance ou de manière simultanée. En outre, les Partenaires ont déclaré qu il faudrait conserver la nature du Cadre, ainsi que la présentation et le mode de fonctionnement des 2

3 indicateurs et du Rapport sur la performance de la GFP, car ces éléments jouent un rôle de premier plan dans l acceptation et l application généralisées du Cadre. Les Partenaires ont également établi les principes ci-après pour appuyer le processus de mise à jour du Cadre : Les trois «Objectifs budgétaires» actuels (discipline budgétaire, allocation stratégique des ressources et mise à disposition efficiente des services) auxquelles la performance de la GFP vise à contribuer seront conservées (même s il est prévu de déterminer dans quelle mesure le «respect des normes financières» pourrait être considéré comme un objectif disctinct), et les Indicateurs de performance (PI) leur seront spécifiquement liés. Les mêmes critères serviront à examiner chaque PI. Toutes les propositions de modifications des PI doivent être justifiées du point de vue technique et passer ensuite un test de «comparabilité» autrement dit, toute perte de comparabilité découlant du changement proposé doit être contrebalancée par une amélioration concrète et substantielle de la pertinence ou de la qualité de l indicateur. Seront examinés ;(i) le traitement des différentes fonctions et réalisations de la GFP par d autres outils de diagnostic (notamment la disponibilité d instruments d «analyse verticale» et le lien avec ces instruments avec une orientation technique plus étroite) et (ii) l intérêt relatif de l inclusion ou de la conservation de ces fonctions et réalisations dans le Cadre PEFA. Le nombre d indicateurs pourrait changer. Toutefois, pour conserver un aperçu global, de nouvelles composantes seront préférées à de nouveaux indicateurs. Tout comme dans le Cadre actuel, aucun indicateur ne devrait comporter plus de quatre composantes. 3 Quel processus a été appliqué? Au cours des premiers mois de 2012, lors d une phase de «pré-consultation» ouverte, les parties prenantes ont été invitées à faire part de leurs avis sur la nécessité d une mise à jour du Cadre et sur un nouveau contenu éventuel à y inclure. Un atelier organisé en septembre 2012 visait à déterminer les «changements environnementaux» pouvant influencer la mise à jour du Cadre c est-à-dire les domaines dans lesquels le Cadre devait améliorer sa portée pour rester pertinent. Parallèlement, le Secrétariat a entrepris un examen détaillé des observations qui avaient été communiquées aux évaluateurs sur le terrain au cours de près de 300 applications du Cadre. Cette analyse a mis en évidence des problèmes pour un certain nombre de PI, pour lesquels : Un manque de clarté nécessitait des révisions de la formulation du Cadre ; Le calibrage entre les critères de notation n était pas clair ; La progression entre les critères de notation était incohérente ; De multiples critères étaient précisés au sein d un critère de notation, et les sous-composantes obscurcissaient l orientation d un score ; ou Aucun score ne pouvait être donné parce que les informations n étaient pas disponibles. 3

4 Le Secrétariat avait traité bon nombre de ces problèmes depuis 2006 en publiant plus de 220 «clarifications» pour faciliter l application ou l interprétation des critères de notation. Ces éléments et d autres problèmes mineurs de rédaction ont été consolidés pour servir de base au démarrage du processus de mise à jour du Cadre. Au cours de l année 2013, les Partenaires PEFA ont commandité des travaux de recherche sur un certain nombre de domaines «thématiques environnementaux», comme la transparence et la responsabilité, les recettes tirées des ressources naturelles et la gestion de l investissement public (les rapports de ces travaux sont disponibles à l adresse Les Partenaires ont également mis en place quatre Groupes de travail techniques constitués d experts chargés d examiner des groupes d indicateurs précis, dont les termes de référence consistaient à : Examiner l environnement pour mettre en évidence les domaines dans lesquels les systèmes PEFA sont sous pression (ou en évolution dans de nombreux pays c est-à-dire les changements environnementaux mentionnés plus haut) ; Examiner l impact de ces «lacunes» sur les PI affectés à l équipe ; Déterminer les difficultés éventuelles rencontrées pour fournir les prestations attendues de la part de l équipe dans les limites du temps et des ressources prévues ; Pour chaque indicateur affecté à l équipe, définir son lien avec les réalisations budgétaires ; Classer l indicateur par l élément qu il évalue (réalisation, fonction, etc.) ; Envisager le traitement de l élément par d autres outils de diagnostic, et envisager l intérêt relatif de l inclusion ou de la conservation de l élément dans le Cadre PEFA ; Appliquer les critères (publiés par le Secrétariat) pour l examen et l amélioration de chaque composante ; et Examiner le bien-fondé de la méthodologie de notation eu égard aux corrélations entre les composantes au sein de chaque PI. Les premières propositions des Groupes de travail portaient sur l inclusion de plusieurs nouveaux indicateurs, la suppression de plusieurs indicateurs et composantes et la modification du Cadre compte tenu de l évolution de ce qui représente les «bonnes pratiques généralement admises». Venaient ensuite d autres directives des Partenaires PEFA, notamment une décision de limiter à 30 le nombre de PI. Après d autres recommandations du Secrétariat et des experts techniques, les Partenaires ont décidé que le document de «Consultation sur le projet de mise à jour des indicateurs PEFA, 7 août 2014» pouvait être publié aux fins d examen par les parties prenantes. 4 Quels changements sont proposés? En ce qui concerne les indicateurs, les principales propositions sont les suivantes : Trois nouveaux indicateurs seront introduits pour couvrir les questions qui ne sont pas abordées dans le Cadre actuel : «Stratégie budgétaire crédible» (PI-CFS) «Gestion des investissements publics» (PI-PIM) 4

5 «Gestion des actifs publics» (PI-PAM) Les indicateurs des recettes publiques (PI-13, 14, 15) seront reformulés pour élargir la couverture de la prévision et de l administration des recettes publiques au-delà de l imposition. L information sur la performance sera intégrée dans le PI-23 pour compléter l information purement financière sur la prestation de services. Quatre indicateurs (PI-7, 12, 20, 22) seront restructurés. Quatre indicateurs seront supprimés : D 1, 2 et 3 : le financement des bailleurs de fonds n est pas pertinent dans certains pays, et dans ceux où il représente une proportion importante des recettes publiques, les fonds d aide devraient être analysés avec d autres sources de financement. En outre, d autres processus ont été mis en place pour contrôler la responsabilité mutuelle entre les bailleurs de fonds et les gouvernements bénéficiaires suite à la Déclaration de Paris sur l efficacité de l aide. Pour ces raisons, la gestion du financement des bailleurs de fonds sera intégrée d une manière plus générale dans les indicateurs. PI-4 : une composante est transférée à un autre indicateur, alors que l autre qui s est révélée très difficile à évaluer en raison d un manque de données chiffrées sera purement et simplement supprimée. Certaines nouvelles composantes seront ajoutées aux indicateurs actuels et une composante sera supprimée, soit un total de 88, contre 76 actuellement dans la série. De nombreux indicateurs existants seront reformulés pour éliminer/réduire les critères multiples, prendre en compte les questions de rédaction mineures, supprimer les critères négatifs et déplacer certaines composantes entre PI. Le texte explicatif des directives sera amélioré pour tous les indicateurs. Une réponse par défaut sera introduite pour la plupart des notes «D» : («ne satisfait pas aux critères pour le score «C» ou un score supérieur»). En plus de ces changements proposés pour les indicateurs, pour améliorer la qualité du rapport et faire en sorte que les principaux aspects de l évaluation soient communiqués clairement aux parties prenantes, les indications à suivre pour le format et la teneur du Rapport sur la performance de la GFP seront présentées plus en détail, avec quelques prescriptions supplémentaires : une description plus exhaustive du secteur public et des limites institutionnelles de l évaluation ; un certain nombre de tableaux de données obligatoires ; et la description des politiques de contrôle interne et un niveau élevé d analyse du mécanisme de contrôle interne 5 Ces propositions ont-elles été testées? Les Partenaires ont décidé d un processus pour tester la série d indicateurs mis à jour. Une première phase de tests consistant essentiellement en une «exploitation parallèle» des différentes éléments des indicateurs mis à jour a été réalisée dans un petit nombre de pays volontaires, et les résultats ont servi à élaborer la présente version provisoire de la série d indicateurs mis à jour. 5

6 Parallèlement au processus de consultation, une deuxième phase de tests sera menée dans les pays diversifiés du point de vue du stade de développement et de l héritage administratif. (N.B. : aucune activité entreprise dans le cadre des tests ne fera partie d une évaluation «normale» et ne répondra en conséquence aux exigences du «PEFA Check».) 6 Quelle incidence les changements proposés auront-ils sur la comparabilité au fil du temps? La série d indicateurs mis à jour élargit la couverture du système de GFP dans trois nouveaux domaines : stratégie budgétaire, gestion des actifs publics et gestion de l investissement public. S agissant de nouveaux domaines, il ne peut y avoir de comparabilité avec une évaluation préexistante La comparabilité sera affectée par les modifications apportées à plusieurs des indicateurs actuels, comme l élargissement de la portée des indicateurs de recettes publiques, l intégration des ressources des bailleurs de fonds dans l évaluation générale de la GFP et l évolution de l indicateur lié à la prestation de services en vue de prendre en compte l utilisation de l information sur la performance. Après la finalisation de la série d indicateurs mis à jour, le Secrétariat publiera pour chaque indicateur (et composante) des directives détaillées sur la mesure dans laquelle les notes de la version actuelle et de la version mise à jour des indicateurs sont comparables. Il sera également recommandé que pour la première «évaluation répétée» dans un pays utilisant la version mise à jour, les évaluateurs notent les deux séries d indicateurs la version actuelle (de janvier 2011) pour suivre les changements de performance depuis l évaluation précédente d une part et les indicateurs mis à jour d autre part, en vue d établir une référence pour assurer le suivi des changements de la performance. L essentiel des informations nécessaires pour une évaluation appuiera la notation des deux séries d indicateurs. Il est toutefois admis que certaines ressources supplémentaires peuvent être requises pour recueillir et interpréter les informations nécessaires à la notation des nouveaux indicateurs et composantes du Cadre mis à jour. 7 Quelles dispositions transitoires seront prises pour passer de la version actuelle à la version mise à jour du Cadre? Dès lors que le Comité directeur aura approuvé la version mise à jour du Cadre, toutes les évaluations devront l utiliser. Le Secrétariat annoncera une date butoir après laquelle il n appuiera que les évaluations fondées sur le Cadre mis à jour (sauf aux fins de suivre les changements de performance, lorsque la version actuelle a été utilisée pour l évaluation de «référence», voir point 6 plus haut). 8 Comment les parties prenantes seront-elles consultées? La série d indicateurs mis à jour est désormais publiée afin que chaque partie prenante fasse part de ses observations au plus tard le 31 octobre Durant cette période de consultation, les Partenaires PEFA recherchent les possibilités de liaison avec des manifestations régionales. En outre, ils organiseront des manifestations dédiées au cours desquelles des échanges de vues détaillés pourront avoir lieu. 6

7 Les enseignements tirés des réactions reçues et de la seconde phase de tests seront pris en compte pour formuler un ensemble final de recommandations au Comité directeur PEFA. La publication du Cadre mis à jour est prévue en Si vous souhaitez formuler des observations sur la mise à jour proposée des indicateurs du Cadre, veuillez répondre au questionnaire ci-joint et soumettre vos réponses au Secrétariat PEFA avant le 31 octobre P plus d informations, veuillez contacter le Secrétariat par courriel à l adresse Secrétariat PEFA 7 août

Le rôle du courtier principal

Le rôle du courtier principal AIMA CANADA SÉRIE DE DOCUMENTS STRATÉGIQUES Le rôle du courtier principal Le courtier principal (ou courtier de premier ordre) offre aux gestionnaires de fonds de couverture des services de base qui donnent

Plus en détail

ORGANISATION DES NATIONS UNIES POUR L EDUCATION, LA SCIENCE ET LA CULTURE CONVENTION SUR LA PROTECTION DU PATRIMOINE CULTUREL SUBAQUATIQUE

ORGANISATION DES NATIONS UNIES POUR L EDUCATION, LA SCIENCE ET LA CULTURE CONVENTION SUR LA PROTECTION DU PATRIMOINE CULTUREL SUBAQUATIQUE 5 MSP UCH/15/5.MSP/INF4.3 REV 15 janvier 2015 Original : anglais Distribution limitée ORGANISATION DES NATIONS UNIES POUR L EDUCATION, LA SCIENCE ET LA CULTURE CONVENTION SUR LA PROTECTION DU PATRIMOINE

Plus en détail

Cadre de mesure de la performance de la gestion des finances publiques

Cadre de mesure de la performance de la gestion des finances publiques Dépenses publiques et responsabilité financière Public Expenditure and Financial Accountability Cadre de mesure de la performance de la gestion des finances publiques Révision janvier 2011 Secrétariat

Plus en détail

ETUDE DE FAISABILITE

ETUDE DE FAISABILITE Examen des dépenses publiques et évaluation de la responsabilité financière (PEFA) ETUDE DE FAISABILITE ÉLABORATION D UN INSTRUMENT D ÉVALUATION DE LA PERFORMANCE DE L ADMINISTRATION FISCALE William Crandall

Plus en détail

Organisation des Nations Unies pour le développement industriel

Organisation des Nations Unies pour le développement industriel Organisation des Nations Unies pour le développement industriel Distr. générale 14 octobre 2014 Français Original: anglais Conseil du développement industriel Quarante-deuxième session Vienne, 25-27 novembre

Plus en détail

Manuel de l utilisateur du système en ligne pour les demandes de subvention ainsi que pour les rapports sur leur utilisation

Manuel de l utilisateur du système en ligne pour les demandes de subvention ainsi que pour les rapports sur leur utilisation Manuel de l utilisateur du système en ligne pour les demandes de subvention ainsi que pour les rapports sur leur utilisation Fonds de contributions volontaires des Nations Unies contre les formes contemporaines

Plus en détail

Recommandation de RECOMMANDATION DU CONSEIL. concernant le programme national de réforme du Luxembourg pour 2015

Recommandation de RECOMMANDATION DU CONSEIL. concernant le programme national de réforme du Luxembourg pour 2015 COMMISSION EUROPÉENNE Bruxelles, le 13.5.2015 COM(2015) 265 final Recommandation de RECOMMANDATION DU CONSEIL concernant le programme national de réforme du Luxembourg pour 2015 et portant avis du Conseil

Plus en détail

CADRE DE TRAVAIL. Mai 2008. Autorité des marchés financiers - Mai 2008 Page 1

CADRE DE TRAVAIL. Mai 2008. Autorité des marchés financiers - Mai 2008 Page 1 CADRE DE TRAVAIL Principes à suivre pour les coopératives de services financiers adoptant une approche de notation interne pour le risque de crédit et / ou une approche standard ou de mesure avancée pour

Plus en détail

Conseil d administration Genève, mars 2000 ESP. Relations de l OIT avec les institutions de Bretton Woods BUREAU INTERNATIONAL DU TRAVAIL

Conseil d administration Genève, mars 2000 ESP. Relations de l OIT avec les institutions de Bretton Woods BUREAU INTERNATIONAL DU TRAVAIL BUREAU INTERNATIONAL DU TRAVAIL GB.277/ESP/4 (Add.1) 277 e session Conseil d administration Genève, mars 2000 Commission de l'emploi et de la politique sociale ESP QUATRIÈME QUESTION À L ORDRE DU JOUR

Plus en détail

Annexe - document CA 118/9. Termes de référence. Audit fonctionnel et organisationnel de l OTIF

Annexe - document CA 118/9. Termes de référence. Audit fonctionnel et organisationnel de l OTIF Annexe - document CA 118/9 Termes de référence Audit fonctionnel et organisationnel de l OTIF Index 1 Description de l organisation... 3 2 Contexte de la mission... 4 3 Objet de la mission... 4 3.1 Objectif

Plus en détail

Opérations entre apparentés

Opérations entre apparentés exposé-sondage CONSEIL SUR LA COMPTABILITÉ DANS LE SECTEUR PUBLIC PROJET DE NORMES COMPTABLES Opérations entre apparentés Septembre 2012 DATE LIMITE DE RÉCEPTION DES COMMENTAIRES : LE 21 NOVEMBRE 2012

Plus en détail

Réformes socio-économiques

Réformes socio-économiques Réformes socio-économiques Le 27 novembre 2011, suite à la dégradation de la note belge par l agence Standard & Poor s, les six partis ont conclu, dans l urgence, un accord sur le budget et sur la réforme

Plus en détail

Définition et exécution des mandats : analyse et recommandations aux fins de l examen des mandats

Définition et exécution des mandats : analyse et recommandations aux fins de l examen des mandats Définition et exécution des mandats : analyse et recommandations aux fins de l examen des mandats Rapport du Secrétaire général Résumé Lors du Sommet mondial de septembre 2005, les dirigeants des pays

Plus en détail

CNAC. Appel à commentaires. Missions d examen. préparé par le Conseil des normes d audit et de certification

CNAC. Appel à commentaires. Missions d examen. préparé par le Conseil des normes d audit et de certification Appel à commentaires Missions d examen préparé par le Conseil des normes d audit et de certification Date limite de réception des commentaires : le 11 avril 2011 CNAC APPEL À COMMENTAIRES MISSIONS D EXAMEN

Plus en détail

RECOMMANDATION DU CONSEIL SUR LES BONNES PRATIQUES POUR AMELIORER LA SENSIBILISATION AUX RISQUES ET L'EDUCATION SUR LES QUESTIONS D'ASSURANCE

RECOMMANDATION DU CONSEIL SUR LES BONNES PRATIQUES POUR AMELIORER LA SENSIBILISATION AUX RISQUES ET L'EDUCATION SUR LES QUESTIONS D'ASSURANCE RECOMMANDATION DU CONSEIL SUR LES BONNES PRATIQUES POUR AMELIORER LA SENSIBILISATION AUX RISQUES ET L'EDUCATION SUR LES QUESTIONS D'ASSURANCE RECOMMANDATION DU CONSEIL Ces Bonnes Pratiques ont été approuvées

Plus en détail

Conseil économique et social

Conseil économique et social Nations Unies Conseil économique et social ECE/CECI/CONF.10/1 Distr. générale 23 novembre 2010 Français Original: anglais Commission économique pour l Europe Comité de la coopération et de l intégration

Plus en détail

Master en Gouvernance et management des marchés publics en appui au développement durable

Master en Gouvernance et management des marchés publics en appui au développement durable Master en Gouvernance et management des marchés publics en appui au développement durable Turin, Italie Contexte Le Centre international de formation de l Organisation internationale du Travail (CIF-OIT)

Plus en détail

Réglementation des jeux de casino

Réglementation des jeux de casino Chapitre 4 Section 4.01 Commission des alcools et des jeux de l Ontario Réglementation des jeux de casino Suivi des vérifications de l optimisation des ressources, section 3.01 du Rapport annuel 2010 Contexte

Plus en détail

Politique et critères de performance de l IFC en matière de viabilité sociale et environnementale Examen et actualisation

Politique et critères de performance de l IFC en matière de viabilité sociale et environnementale Examen et actualisation Politique et critères de performance de l IFC en matière de viabilité sociale et environnementale Examen et actualisation Vue d ensemble du Processus de consultation et de participation Société financière

Plus en détail

En quoi le chapitre 1591 est-il important pour moi?

En quoi le chapitre 1591 est-il important pour moi? Alerte info financière NCECF MAI 2015 Chapitre 1591, «Filiales» En septembre 2014, le Conseil des normes comptables (CNC) a publié le chapitre 1591, «Filiales», de la Partie II (Normes comptables pour

Plus en détail

COM (2015) 289 final

COM (2015) 289 final COM (2015) 289 final ASSEMBLÉE NATIONALE QUATORZIEME LÉGISLATURE SÉNAT SESSION ORDINAIRE DE 2014-2015 Reçu à la Présidence de l Assemblée nationale le 22 juin 2015 Enregistré à la Présidence du Sénat le

Plus en détail

Synthèse de la réunion de l IASB du mois de Décembre 2013

Synthèse de la réunion de l IASB du mois de Décembre 2013 Synthèse de la réunion de l IASB du mois de Décembre 2013 Sommaire 1. Revue post-application de la norme IFRS 3 sur les regroupements d entreprises... 2 2. Mise en équivalence : part dans les variations

Plus en détail

Deuxième problématique. Projet de code des assurances : Comment simplifier et clarifier les textes régissant l assurance automobile?

Deuxième problématique. Projet de code des assurances : Comment simplifier et clarifier les textes régissant l assurance automobile? Deuxième problématique Projet de code des assurances : Comment simplifier et clarifier les textes régissant l assurance automobile? Plan 1 ère partie: Origine et évolution de l idée du code 2 ème partie:

Plus en détail

GUIDE POUR LE SUIVI DES PROJETS, L ÉTABLISSEMENT DE RAPPORTS, LA RÉVISION ET LA PROLONGATION DE PROJETS

GUIDE POUR LE SUIVI DES PROJETS, L ÉTABLISSEMENT DE RAPPORTS, LA RÉVISION ET LA PROLONGATION DE PROJETS GUIDE POUR LE SUIVI DES PROJETS, L ÉTABLISSEMENT DE RAPPORTS, LA RÉVISION ET LA PROLONGATION DE PROJETS Pour tous les modèles de rapports, veuillez visiter le site du FNUD : http://www.un.org/democracyfund/information-grantees

Plus en détail

Lettre de mission. Services de consultant pour une évaluation à mi-parcours de la Stratégie de l UIP 2012-2017

Lettre de mission. Services de consultant pour une évaluation à mi-parcours de la Stratégie de l UIP 2012-2017 UNION INTERPARLEMENTAIRE INTER-PARLIAMENTARY UNION 5, CHEMIN DU POMMIER CASE POSTALE 330 1218 LE GRAND-SACONNEX / GENÈVE (SUISSE) Lettre de mission Services de consultant pour une évaluation à mi-parcours

Plus en détail

Programme d assurance de la qualité

Programme d assurance de la qualité Programme d assurance de la qualité Section B Section B Programme d assurance de la qualité Aperçu du Programme d assurance de la qualité... -B-1- Introduction... Programme d assurance de la qualité...

Plus en détail

1. Contexte. 2. Dresser le bilan : expériences et nouveaux développements

1. Contexte. 2. Dresser le bilan : expériences et nouveaux développements Renforcer la redevabilité mutuelle pour améliorer l efficacité et les résultats en matière de développement pour la santé : accords conclus à Nairobi par les signataires du IHP+ sur la future approche

Plus en détail

Avis n 94-02 sur la méthodologie relative aux comptes combinés METHODOLOGIE RELATIVE AUX COMPTES COMBINES

Avis n 94-02 sur la méthodologie relative aux comptes combinés METHODOLOGIE RELATIVE AUX COMPTES COMBINES CONSEIL NATIONAL DE LA COMPTABILITÉ Avis n 94-02 sur la méthodologie relative aux comptes combinés Le Conseil national de la comptabilité réuni en formation de Section des entreprises le 28 octobre 1994,

Plus en détail

Proposition liée à l utilisation des débits intermembres Comprend un cadre de travail proposé pour la correction des erreurs de paiement de facture

Proposition liée à l utilisation des débits intermembres Comprend un cadre de travail proposé pour la correction des erreurs de paiement de facture Proposition liée à l utilisation des débits intermembres Comprend un cadre de travail proposé pour la correction des erreurs de paiement de facture juillet 2012 SOMMAIRE 3 I. CONTEXTE ET PRÉSENTATION 6

Plus en détail

Bureau du surintendant des institutions financières. Audit interne des Services intégrés : Services de la sécurité et de l administration

Bureau du surintendant des institutions financières. Audit interne des Services intégrés : Services de la sécurité et de l administration Bureau du surintendant des institutions financières Audit interne des Services intégrés : Services de la sécurité et de l administration Avril 2014 Table des matières 1. Contexte... 3 2. Objectif, délimitation

Plus en détail

Notre expertise au service des personnes morales

Notre expertise au service des personnes morales ENTREPRISES Associations placements gestion sous mandat Notre expertise au service des personnes morales entreprises associations fondations mutuelles Sommaire introduction 3 qu est-ce que La gestion sous

Plus en détail

Pourquoi la responsabilité sociétale est-elle importante?

Pourquoi la responsabilité sociétale est-elle importante? Découvrir ISO 26000 La présente brochure permet de comprendre les grandes lignes de la Norme internationale d application volontaire, ISO 26000:2010, Lignes directrices relatives à la responsabilité. Elle

Plus en détail

SELECTION D UN CONSULTANT CHARGE DE LA MISE EN PLACE DES REFERENTIELS DE CONTROLE INTERNE ET DE LA MISE A JOUR DES MANUELS DE PROCEDURES DU GIM-UEMOA

SELECTION D UN CONSULTANT CHARGE DE LA MISE EN PLACE DES REFERENTIELS DE CONTROLE INTERNE ET DE LA MISE A JOUR DES MANUELS DE PROCEDURES DU GIM-UEMOA TERMES DE REFERENCE SELECTION D UN CONSULTANT CHARGE DE LA MISE EN PLACE DES REFERENTIELS DE CONTROLE INTERNE ET DE LA MISE A JOUR DES MANUELS DE PROCEDURES DU GIM-UEMOA TDR : REFERENTIELS ET PROCEDURES

Plus en détail

Cent huitième session. Rome, 10 14 octobre 2011 FINANCEMENT DES ÉVALUATIONS - MISE EN ŒUVRE DES DÉCISIONS DU CONSEIL

Cent huitième session. Rome, 10 14 octobre 2011 FINANCEMENT DES ÉVALUATIONS - MISE EN ŒUVRE DES DÉCISIONS DU CONSEIL Août 2011 F COMITÉ DU PROGRAMME Cent huitième session Rome, 10 14 octobre 2011 FINANCEMENT DES ÉVALUATIONS - MISE EN ŒUVRE DES DÉCISIONS DU CONSEIL Résumé Le présent document fait suite à une demande formulée

Plus en détail

Sondage de référence 2005 sur la satisfaction des clients du CRSH

Sondage de référence 2005 sur la satisfaction des clients du CRSH Rapport Final Conseil de recherches en sciences humaines du Canada 1 Réseau C i r c u m I n c. Conseil en gestion et en recherche 74, rue du Val-Perché Gatineau (Québec) J8Z 2A6 (819)770-2423, (819)770-5196

Plus en détail

Observatoire des Fonctions Publiques Africaines (OFPA)

Observatoire des Fonctions Publiques Africaines (OFPA) Observatoire des Fonctions Publiques Africaines (OFPA) PLACE ET RÔLE DE L ADMINISTRATION - DE LA FONCTION PUBLIQUE - DANS LA MISE EN ŒUVRE DES MISSIONS DE L ETAT ET DE LA VISION NATIONALE DE DEVELOPPEMENT

Plus en détail

Conseil économique et social

Conseil économique et social Nations Unies ECE/CECI/2015/7 Conseil économique et social Distr. générale 26 juin 2015 Français Original : anglais Commission économique pour l Europe Comité de l innovation, de la compétitivité et des

Plus en détail

MODULE 1 : INTRODUCTION A LA GESTION D UNE MUTUELLE DE SANTE

MODULE 1 : INTRODUCTION A LA GESTION D UNE MUTUELLE DE SANTE MODULE 1 : INTRODUCTION A LA GESTION D UNE MUTUELLE DE SANTE 1. L IMPORTANCE DE SYSTEME DE GESTION D UNE MUTUELLE DE SANTE Une mutuelle de santé est une organisation et de solidarité ; elle constitue un

Plus en détail

Objet: Traitement fiscal des sociétés exerçant des transactions de financement intra-groupe

Objet: Traitement fiscal des sociétés exerçant des transactions de financement intra-groupe Circulaire du directeur des contributions L.I.R. n 164/2 du 28 janvier 2011 L.I.R. n 164/2 Objet: Traitement fiscal des sociétés exerçant des transactions de financement intra-groupe 1. Définitions Par

Plus en détail

Elaboration de tableaux de bord sur l emploi (éditions 2011, 2012 et 2013)

Elaboration de tableaux de bord sur l emploi (éditions 2011, 2012 et 2013) REPUBLIQUE DU BENIN = + = + = + = MINISTERE CHARGE DE LA MICROFINANCE, DE L EMPLOI DES JEUNES ET DES FEMMES (MCMEJF) = + = + = + = + = Agence Nationale Pour l Emploi (ANPE) = + = + = + = TERMES DE REFERENCE

Plus en détail

Conseil économique et social

Conseil économique et social NATIONS UNIES E Conseil économique et social Distr. GÉNÉRALE ECE/CECI/CONF.5/1 17 mars 2009 FRANÇAIS Original: ANGLAIS COMMISSION ÉCONOMIQUE POUR L EUROPE COMITÉ DE LA COOPÉRATION ET DE L INTÉGRATION ÉCONOMIQUES

Plus en détail

Programme des Nations Unies pour l'environnement

Programme des Nations Unies pour l'environnement NATIONS UNIES EP Programme des Nations Unies pour l'environnement Distr. GÉNÉRALE UNEP/OzL.Pro/ExCom/68/12 2 novembre 2012 FRANÇAIS ORIGINAL : ANGLAIS COMITÉ EXÉCUTIF DU FONDS MULTILATÉRAL AUX FINS D APPLICATION

Plus en détail

POLITIQUE 4.4 OPTIONS D ACHAT D ACTIONS INCITATIVES

POLITIQUE 4.4 OPTIONS D ACHAT D ACTIONS INCITATIVES POLITIQUE 4.4 OPTIONS D ACHAT Champ d application de la politique Les options d achat d actions incitatives servent à récompenser les titulaires d option pour les services qu ils fourniront à l émetteur.

Plus en détail

eframe pour optimiser les reportings métiers et réglementaires

eframe pour optimiser les reportings métiers et réglementaires eframe pour optimiser les reportings métiers et réglementaires TIME WINDOW DRIVEN REPORTING POUR DES ANALYSES ET DES RAPPORTS COMPLETS ET EXACTS, À TEMPS TOUT LE TEMPS www.secondfloor.com eframe pour optimiser

Plus en détail

LA COMPTABILITÉ DU SECTEUR PRIVÉ EN PLEINE TRANSITION

LA COMPTABILITÉ DU SECTEUR PRIVÉ EN PLEINE TRANSITION Incidences du passage aux IFRS sur la comptabilité du secteur public PAR JIM KEATES, DIRECTEUR DE PROJETS, CONSEIL SUR LA COMPTABILITÉ DANS LE SECTEUR PUBLIC, L INSTITUT CANADIEN DES COMPTABLES AGRÉÉS

Plus en détail

Rapport d étape 2010

Rapport d étape 2010 Cadre de mesure de la performance de la GFP Rapport d étape 2010 Analyse des évaluations répétées et de l évolution de la performance des systèmes de GFP mesurée au moyen des indicateurs PEFA Secrétariat

Plus en détail

Info-assurance Séance d information de l IASB du 19 mars 2015

Info-assurance Séance d information de l IASB du 19 mars 2015 www.pwc.com/ca/insurance Info-assurance Séance d information de l IASB du 19 mars 2015 Puisque divers points de vue sont analysés lors des réunions de l IASB, et qu il est souvent difficile de décrire

Plus en détail

ROYAUME DU MAROC DIRECTION DU BUDGET

ROYAUME DU MAROC DIRECTION DU BUDGET ROYAUME DU MAROC DIRECTION DU BUDGET I CONTEXTE DE LA REFORME BUDGETAIRE II OBJECTIFS ET AXES DE LA REFORME BUDGETAIRE III CARACTERISTIQUES DE LA REFORME BUDGETAIRE IV FACTEURS CLES DE SUCCES 2 Modernisation

Plus en détail

Allocution de Monsieur le Ministre à l occasion du 1 er meeting sur l information financière

Allocution de Monsieur le Ministre à l occasion du 1 er meeting sur l information financière Royaume du Maroc المملكة المغربية Direction du Trésor et des finances Extérieures مديرية الخزينة و المالية الخارجية Allocution de Monsieur le Ministre à l occasion du 1 er meeting sur l information financière

Plus en détail

FLEGT Note d Information

FLEGT Note d Information Série 20 Note FLEGT Note APPLICATION DES REGLEMENTATIONS FORESTIERES, GOUVERNANCE ET ECHANGES COMMERCIAUX Directives sur le Contrôle Indépendant INTRODUCTION Le Plan d action de l UE pour l application

Plus en détail

CENTRES D APPUI À LA TECHNOLOGIE ET À L INNOVATION (CATI) GUIDE DE MISE EN ŒUVRE

CENTRES D APPUI À LA TECHNOLOGIE ET À L INNOVATION (CATI) GUIDE DE MISE EN ŒUVRE CENTRES D APPUI À LA TECHNOLOGIE ET À L INNOVATION (CATI) GUIDE DE MISE EN ŒUVRE Le programme de centres d'appui à la technologie et à l'innovation (CATI), mis en place par l'ompi, permet aux innovateurs

Plus en détail

d évaluation Objectifs Processus d élaboration

d évaluation Objectifs Processus d élaboration Présentation du Programme pancanadien d évaluation Le Programme pancanadien d évaluation (PPCE) représente le plus récent engagement du Conseil des ministres de l Éducation du Canada (CMEC) pour renseigner

Plus en détail

Plan de travail du Bureau de l audit et de la surveillance du FIDA pour 2011

Plan de travail du Bureau de l audit et de la surveillance du FIDA pour 2011 Cote du document: EB 2010/101/R.41 Point de l'ordre du jour: 17 b) Date: 9 novembre 2010 Distribution: Publique Original: Anglais F Plan de travail du Bureau de l audit et de la surveillance du FIDA pour

Plus en détail

Action 5 : Accord sur l approche du lien modifiée des régimes de PI

Action 5 : Accord sur l approche du lien modifiée des régimes de PI Projet OCDE/G20 sur l érosion de la base d imposition et le transfert de bénéfices Action 5 : Accord sur l approche du lien modifiée des régimes de PI Projet OCDE/G20 sur l érosion de la base d imposition

Plus en détail

Comité du développement et de la propriété intellectuelle (CDIP)

Comité du développement et de la propriété intellectuelle (CDIP) F CDIP/5/7 REV. ORIGINAL : ANGLAIS DATE : 21 JUILLET 2010 Comité du développement et de la propriété intellectuelle (CDIP) Cinquième session Genève, 26 30 avril 2010 PROJET RELATIF À LA PROPRIÉTÉ INTELLECTUELLE

Plus en détail

Évaluation périodique du programme MBA coop Résumé Faculté d administration

Évaluation périodique du programme MBA coop Résumé Faculté d administration Évaluation périodique du programme MBA coop Résumé Faculté d admini istration Mai 2012 1 Le programme de maîtrise en administration des affaires, cheminement coopératif (MBA Coop) de la Faculté d administration

Plus en détail

Cent quinzième session. Rome, 25-29 septembre 2006

Cent quinzième session. Rome, 25-29 septembre 2006 Août 2006 F COMITÉ FINANCIER Cent quinzième session Rome, 25-29 septembre 2006 Recommandations et décisions de la Commission de la fonction publique internationale et du Comité mixte de la Caisse commune

Plus en détail

ANNEXE A LA CIRCULAIRE SUR LE CONTROLE INTERNE ET L AUDIT INTERNE TABLE DES MATIERES

ANNEXE A LA CIRCULAIRE SUR LE CONTROLE INTERNE ET L AUDIT INTERNE TABLE DES MATIERES PPB-2006-8-1-CPA ANNEXE A LA CIRCULAIRE SUR LE CONTROLE INTERNE ET L AUDIT INTERNE TABLE DES MATIERES Introduction 0. Base légale 1. Le contrôle interne 1.1. Définition et éléments constitutifs 1.2. Mesures

Plus en détail

Recommandations avant inscription à AC JumpStart

Recommandations avant inscription à AC JumpStart Recommandations avant inscription à AC JumpStart Qu est-ce qu AC JumpStart? AC JumpStart est un programme innovateur d incubation et d encadrement soutenant l implantation d entreprises en démarrage à

Plus en détail

Septième cycle GUIDE POUR LE SUIVI DES PROJETS, L ÉTABLISSEMENT DE RAPPORTS, LA RÉVISION ET LA PROLONGATION DE PROJETS

Septième cycle GUIDE POUR LE SUIVI DES PROJETS, L ÉTABLISSEMENT DE RAPPORTS, LA RÉVISION ET LA PROLONGATION DE PROJETS Septième cycle GUIDE POUR LE SUIVI DES PROJETS, L ÉTABLISSEMENT DE RAPPORTS, LA RÉVISION ET LA PROLONGATION DE PROJETS Pour tous les modèles de rapports, veuillez visiter le site du FNUD : http://www.un.org/democracyfund/grantees/grantees_r7.html

Plus en détail

Programme statistique du Secrétariat Exécutif de la CEDEAO

Programme statistique du Secrétariat Exécutif de la CEDEAO COMMUNAUTE ECONOMIQUE DES ETATS DE L=AFRIQUE DE L=OUEST ECONOMIC COMMUNITY OF WEST AFRICAN STATES Réunion de lancement du programme de comparaison Internationale pour l Afrique Addis Abéba, 2-4 décembre

Plus en détail

MEMORANDUM POSITIONNEMENT DES ORGANISATIONS DE LA SOCIETE CIVILE SENEGALAISE SUR LA COUVERTURE MALADIE UNIVERSELLE

MEMORANDUM POSITIONNEMENT DES ORGANISATIONS DE LA SOCIETE CIVILE SENEGALAISE SUR LA COUVERTURE MALADIE UNIVERSELLE MEMORANDUM MEMORANDUM POSITIONNEMENT DES ORGANISATIONS DE LA SOCIETE CIVILE SENEGALAISE SUR LA COUVERTURE MALADIE UNIVERSELLE Novembre 2013 1. CONTEXTE DU MEMORANDUM Le Sénégal, à l image des pays de la

Plus en détail

Développement rural 2007-2013. Document d orientation

Développement rural 2007-2013. Document d orientation Développement rural 2007-2013 MANUEL RELATIF AU CADRE COMMUN DE SUIVI ET D EVALUATION Document d orientation Septembre 2006 Direction générale de l agriculture et du développement rural TABLE DES MATIÈRES

Plus en détail

E-COMMERCE VERS UNE DÉFINITION INTERNATIONALE ET DES INDICATEURS STATISTIQUES COMPARABLES AU NIVEAU INTERNATIONAL

E-COMMERCE VERS UNE DÉFINITION INTERNATIONALE ET DES INDICATEURS STATISTIQUES COMPARABLES AU NIVEAU INTERNATIONAL E-COMMERCE VERS UNE DÉFINITION INTERNATIONALE ET DES INDICATEURS STATISTIQUES COMPARABLES AU NIVEAU INTERNATIONAL Bill Pattinson Division de la politique de l information, de l informatique et de la communication

Plus en détail

III L allégement de la loi n 12-96 La loi n 12-96 contient des dispositions diverses et transitoires conçues, au départ, pour assurer l application

III L allégement de la loi n 12-96 La loi n 12-96 contient des dispositions diverses et transitoires conçues, au départ, pour assurer l application ROYAUME DU MAROC Note de présentation du projet de loi modifiant et complétant la loi n 12-96 portant réforme du Crédit Populaire du Maroc telle que modifiée et complétée Depuis la promulgation de la loi

Plus en détail

Caisse du Régime de retraite des cadres de la Ville de Québec. États financiers 31 décembre 2007

Caisse du Régime de retraite des cadres de la Ville de Québec. États financiers 31 décembre 2007 Caisse du Régime de retraite des cadres de la Ville de Québec États financiers Le 26 mai 2008 PricewaterhouseCoopers LLP/s.r.l./s.e.n.c.r.l. Comptables agréés Place de la Cité, Tour Cominar 2640, boulevard

Plus en détail

Marché à Procédure adaptée. Tierce maintenance applicative pour le portail web www.debatpublic.fr

Marché à Procédure adaptée. Tierce maintenance applicative pour le portail web www.debatpublic.fr Marché à Procédure adaptée Passé en application de l article 28 du code des marchés publics Tierce maintenance applicative pour le portail web www.debatpublic.fr CNDP/ 03 /2015 Cahier des clauses techniques

Plus en détail

Principes anti-blanchiment de Wolfsberg pour les banques correspondantes

Principes anti-blanchiment de Wolfsberg pour les banques correspondantes Principes anti-blanchiment de Wolfsberg pour les banques correspondantes 1 Préambule Le groupe de Wolfsberg d établissements financiers internationaux 1 s est accordé sur ces Principes qui constituent

Plus en détail

CFC 450 PROGRAMME DES CADRES DIRIGEANTS SYLLABUS

CFC 450 PROGRAMME DES CADRES DIRIGEANTS SYLLABUS CFC 450 PROGRAMME DES CADRES DIRIGEANTS SYLLABUS AVANT-PROPOS 1. Le Programme des cadres dirigeants (PCD) est un programme de séminaire en résidence de quatre jours et demi à l intention des officiers

Plus en détail

République de Guinée. Ministère de l Economie et des Finances. Unité de Coordination et d Exécution des Projets

République de Guinée. Ministère de l Economie et des Finances. Unité de Coordination et d Exécution des Projets République de Guinée Ministère de l Economie et des Finances Unité de Coordination et d Exécution des Projets PROJET D APPUI AU RENFORCEMENT DES CAPACITES DE GESTION ECONOMIQUE ET FINANCIERE (PARCGEF)

Plus en détail

Programme des Nations Unies pour l'environnement

Programme des Nations Unies pour l'environnement NATIONS UNIES EP Programme des Nations Unies pour l'environnement Distr. Restreinte UNEP/OzL.Pro/ExCom/40/5 19 juin 2003 FRANÇAIS ORIGINAL: ANGLAIS COMITÉ EXÉCUTIF DU FONDS MULTILATÉRAL AUX FINS D APPLICATION

Plus en détail

RECOMMANDATIONS COMMISSION

RECOMMANDATIONS COMMISSION L 120/20 Journal officiel de l Union européenne 7.5.2008 RECOMMANDATIONS COMMISSION RECOMMANDATION DE LA COMMISSION du 6 mai 2008 relative à l assurance qualité externe des contrôleurs légaux des comptes

Plus en détail

VÉRIFICATION COMPTE À FINS DÉTERMINÉES DES RÉCLAMATIONS CONTRE L IRAQ

VÉRIFICATION COMPTE À FINS DÉTERMINÉES DES RÉCLAMATIONS CONTRE L IRAQ AFFAIRES ÉTRANGÈRES ET COMMERCE INTERNATIONAL BUREAU DE L INSPECTEUR GÉNÉRAL VÉRIFICATION DU COMPTE À FINS DÉTERMINÉES DES RÉCLAMATIONS CONTRE L IRAQ SEPTEMBRE 2003 Direction de la vérification ( SIV )

Plus en détail

Guide de travail pour l auto-évaluation:

Guide de travail pour l auto-évaluation: Guide de travail pour l auto-évaluation: Gouvernance d entreprise comité d audit Mars 2015 This document is also available in English. Conditions d application Le Guide de travail pour l auto-évaluation

Plus en détail

Demande de propositions

Demande de propositions Demande de propositions Visant la reconception graphique et la conception graphique régulière de la revue Education Canada de l Association canadienne d éducation Lancée par : L Association canadienne

Plus en détail

PROMISAM - II. Formation en Suivi /Evaluation des Plans de Sécurité Alimentaire 2009

PROMISAM - II. Formation en Suivi /Evaluation des Plans de Sécurité Alimentaire 2009 Présidence de la République Commissariat à la Sécurité Alimentaire APCAM/MSU/USAID Projet de Mobilisation des Initiatives en matière de Sécurité Alimentaire au Mali Phase II (PROMISAM - II) PROMISAM -

Plus en détail

Protocole n 15 portant amendement à la Convention de sauvegarde des Droits de l'homme et des Libertés fondamentales (STCE n 213) Rapport explicatif

Protocole n 15 portant amendement à la Convention de sauvegarde des Droits de l'homme et des Libertés fondamentales (STCE n 213) Rapport explicatif Protocole n 15 portant amendement à la Convention de sauvegarde des Droits de l'homme et des Libertés fondamentales (STCE n 213) Introduction Rapport explicatif 1. La Conférence de haut niveau sur l avenir

Plus en détail

IFRS 10 États financiers consolidés

IFRS 10 États financiers consolidés IFRS 10 États financiers consolidés PLAN DE LA PRÉSENTATION Aperçu Application Dispositions transitoires Prochaines étapes Ressources PRÉSENTATEURS Alex Fisher, CPA, CA Directeur de projets, Orientation

Plus en détail

Étude d impact quantitative No 3 Risque de crédit - Instructions

Étude d impact quantitative No 3 Risque de crédit - Instructions Étude d impact quantitative No 3 Risque de crédit - Instructions Nous vous remercions de votre participation à cette étude d impact quantitative (EIQt n o 3), qui a pour but de recueillir de l information

Plus en détail

Évaluation en vue de l accréditation

Évaluation en vue de l accréditation Évaluation en vue de l accréditation Programme Executive MBA in Tourism Management (EMTM) de l Institut Universitaire Kurt Bösch Rapport final du Comité de visite de l OAQ 30 août 2005 I - Description

Plus en détail

Rapport annuel 2013 des Commissions de gestion et de la Délégation des Commissions de gestion des Chambres fédérales

Rapport annuel 2013 des Commissions de gestion et de la Délégation des Commissions de gestion des Chambres fédérales 14.004 Rapport annuel 2013 des Commissions de gestion et de la Délégation des Commissions de gestion des Chambres fédérales du 31 janvier 2014 Messieurs les Présidents, Mesdames et Messieurs, Conformément

Plus en détail

pas de santé sans ressources humaines

pas de santé sans ressources humaines Résumé Une vérité universelle : pas de santé sans ressources humaines + alliance mondiale pour les personnels de santé Résumé Objectif Le présent rapport est destiné à éclairer les débats du troisième

Plus en détail

Consultez-nous. Traiter votre plainte par la résolution locale

Consultez-nous. Traiter votre plainte par la résolution locale Consultez-nous Traiter votre plainte par la résolution locale 2 Table des matières Qu est-ce que le Bureau du directeur indépendant de l examen de la police?...3 Qu est-ce que la résolution locale?...

Plus en détail

Immobilier : le point sur la stratégie de rénovation des bâtiments à Genève

Immobilier : le point sur la stratégie de rénovation des bâtiments à Genève CONSEIL EXÉCUTIF EB136/39 Cent trente-sixième session 12 décembre 2014 Point 13.2 de l ordre du jour provisoire Immobilier : le point sur la stratégie de rénovation des bâtiments à Genève Rapport du Directeur

Plus en détail

LES ÉVÉNEMENTS INTERNATIONAUX MONTRÉALAIS Programme de soutien de Tourisme Montréal

LES ÉVÉNEMENTS INTERNATIONAUX MONTRÉALAIS Programme de soutien de Tourisme Montréal Orlando G. Cerocchi LES ÉVÉNEMENTS INTERNATIONAUX MONTRÉALAIS Programme de soutien de Tourisme Montréal :: INTRODUCTION :: OBJECTIF DU PROGRAMME :: FESTIVALS ET ÉVÉNEMENTS TOURISTIQUES ADMISSIBLES :: CHAMPS

Plus en détail

Bourse de recherche Jeff Thompson. Politique et procédures

Bourse de recherche Jeff Thompson. Politique et procédures Bourse de recherche Jeff Thompson Politique et procédures Table des matières Objet et contexte... 2 Financement... 2 Candidats admissibles... 3 Processus de sélection et d attribution de la bourse... 4

Plus en détail

NOTE D ORIENTATION 2015

NOTE D ORIENTATION 2015 NOTE D ORIENTATION 2015 Introduction 1. Le Fonds de l OIM pour le développement, créé en 2001, vient en aide aux Etats Membres en développement et à ceux dont l économie est en transition en vue de l élaboration

Plus en détail

WP SGP 17/07. 5 janvier 2007 Original : anglais. Groupe directeur de la promotion 25 janvier 2007 Londres, Angleterre

WP SGP 17/07. 5 janvier 2007 Original : anglais. Groupe directeur de la promotion 25 janvier 2007 Londres, Angleterre WP SGP 17/07 International Coffee Organization Organización Internacional del Café Organização Internacional do Café Organisation Internationale du Café 5 janvier 2007 Original : anglais F Groupe directeur

Plus en détail

Commission de Surveillance du Secteur Financier

Commission de Surveillance du Secteur Financier COMMUNIQUE DE PRESSE 13/20 PUBLICATION DU RAPPORT D ACTIVITES 2012 DE LA COMMISSION DE SURVEILLANCE DU SECTEUR FINANCIER (CSSF) Même si cela peut paraître surprenant par des temps aussi mouvementés, l

Plus en détail

Organisation des Nations Unies pour le développement industriel

Organisation des Nations Unies pour le développement industriel Organisation des Nations Unies pour le développement industriel Distr. générale 14 octobre 2014 Français Original: anglais Conseil du développement industriel Quarante-deuxième session Vienne, 25-27 novembre

Plus en détail

Résultats du Sondage sur la meilleure exécution. Avis sur les règles Avis technique RUIM et Règles des courtiers membres

Résultats du Sondage sur la meilleure exécution. Avis sur les règles Avis technique RUIM et Règles des courtiers membres Avis sur les règles Avis technique RUIM et Règles des courtiers membres Personnes-ressources : Naomi Solomon Avocate principale aux politiques, Politique de réglementation des marchés Téléphone : 416 646-7280

Plus en détail

Affaires autochtones et Développement du Nord Canada. Rapport de vérification interne

Affaires autochtones et Développement du Nord Canada. Rapport de vérification interne Affaires autochtones et Développement du Nord Canada Rapport de vérification interne Vérification du cadre de contrôle de gestion pour les subventions et contributions de 2012-2013 (Modes de financement)

Plus en détail

FICHE SYNOPTIQUE DE PRESENTATION DU PROGRAMME TACC

FICHE SYNOPTIQUE DE PRESENTATION DU PROGRAMME TACC République du Sénégal Un Peuple Un But Une Foi Ministère de la Décentralisation et des Collectivités locales Direction de la Coopération Décentralisée Programme des Nations Unies pour le Développement

Plus en détail

Réponse du Conseil d Etat à la question écrite de M. Renaud Gautier : Cartes de crédit et téléphones portables : règles et usages

Réponse du Conseil d Etat à la question écrite de M. Renaud Gautier : Cartes de crédit et téléphones portables : règles et usages Secrétariat du Grand Conseil Q 3567-A Date de dépôt: 28 juin 2004 Messagerie Réponse du Conseil d Etat à la question écrite de M. Renaud Gautier : Cartes de crédit et téléphones portables : règles et usages

Plus en détail

C O M M U N I Q U É D E P R E S S E

C O M M U N I Q U É D E P R E S S E C O M M U N I Q U É D E P R E S S E Information réglementée* Bruxelles, Paris, 30 janvier 2009 8h55 Dexia met en œuvre son plan de transformation pour consolider son redressement et devrait enregistrer

Plus en détail

MARDI 3 JUILLET 2007 à 15 H 00. À la Salle Polyvalente de Ravières

MARDI 3 JUILLET 2007 à 15 H 00. À la Salle Polyvalente de Ravières Tonnerre, le 25 juin 2007 N/Réf. : MD/RLC/CR/DB/07-0274 Objet : Réunion du Comité Syndical Madame, Monsieur, J ai l honneur de vous demander de bien vouloir assister à la réunion du Comité Syndical qui

Plus en détail