POURQUOI ET COMMENT JE PRESCRIS DE LA VITAMINE D AUX PERSONNES AGEES

Save this PDF as:
 WORD  PNG  TXT  JPG

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "POURQUOI ET COMMENT JE PRESCRIS DE LA VITAMINE D AUX PERSONNES AGEES"

Transcription

1 POURQUOI ET COMMENT JE PRESCRIS DE LA VITAMINE D AUX PERSONNES AGEES Dr JM BRISSEAU Service de Médecine Aigue Gériatrique Pôle de Gérontologie Clinique Médecin Consultant en Médecine Interne CHU de NANTES ACTUALITES THERAPEUTHIQUES-Nantes-3 décembre 2011

2

3 Quelles sont les valeurs recommandées de 25(OH)D circulante? NB: c est dans les carences profondes que l on peut rencontrer une ostéomalacie

4 Il faut libeller l ordonnance de la façon suivante: «dosage de 25-(OH)-vitamine D (D2+D3)» (B80) NB: la 1,25(OH)2 est la forme active de la vitamine D mais c est la 25-OH-vit.D qui reflète le stock

5 Pourquoi corriger une hypovitaminose D chez le sujet âgé?

6 In: Ger Psychol Neuropsychiatr Vieil 2011;9(3)

7 Action de la vitamine D sur le risque fracturaire La vitamine D agit d une part sur le métabolisme phosphocalcique et la densité minérale osseuse. D autre part, elle stimule la synthèse protéique dans le muscle par liaison directe à un récepteur intracellulaire et favorise l entrée du calcium dans les fibres musculaires. Ainsi, elle permettrait d augmenter la force musculaire et donc de diminuer le risque de chute et en conséquence le risque de fracture

8 Arch Intern Med 2009 ; 169 :

9 Méthode 12 études randomisées vitamine D vs placebo Fractures non vertébrales (n= ) Fractures hanche (n = ) Observance au traitement : dose x % observance : dose moyenne reçue Arch Intern Med 2009 ; 169 :

10

11 Ainsi, plus les concentrations en 25(OH)D sont basses, plus la vitesse de marche est abaissée et la capacité à se relever altérée Action de la vitamine D au niveau du SNC dans le contrôle postural Une hypovitaminose D plus marquée est associée à un nombre de marqueurs de fragilité plus importants Déficit en vitamine D et altération des fonctions cognitives?

12 KE Broe. J Am Geriatr Soc. 2007;55: sujets (âge moyen : 89 ans) 200 IU, 400 IU, 600 IU, 800 IU/j ou placebo pendant 5 mois Nombre de chutes Placebo 11 / % 200 UI 15 / % 400 UI 15 / % 600 UI 15 / % 800 UI 5 / %

13 KE Broe. J Am Geriatr Soc. 2007;55: UI vs placebo 0,28 [0,11-0,75] Seules les doses les plus élevées sont efficace sur le risque chute

14 La supplémentation en vitamine D est un préalable nécessaire à un traitement de fond de l ostéoporose et à son efficacité

15 Les effets «non classiques» de la vitamine D Un déficit en vitamine D est associé à une augmentation du risque relatif de développer différents cancers Un déficit en vitamine D est associé à un risque accru d événements cardiovasculaires La vitamine D est un puissant immunomodulateur et qui semble bénéfique dans un certain nombre de pathologies auto-immunes et infections La vitamine D pourrait jouer un rôle dans le métabolisme glucidique et la sensibilité à l insuline Rôle de la vitamine D dans les pathologies périodontales, la fibromyalgie?,la douleur chronique? l arthrose?

16 Chez qui effectuer un dosage de 25-OH-vitamine D?

17 Dans les circonstances suivantes: -sujet chuteur ou syndrome de désadaptation psychomotrice -ostéoporose avérée -myalgies inexpliquées (ostéomalacie) -sujets dits à profil fragile (sarcopénie, troubles de l équilibre et de la marche, perte de poids) -découverte biologique d une insuffisance rénale, d une hypocalcémie et/ou d une hypophosphorémie. -sujet devant recevoir une corticothérapie ou sous corticothérapie au long cours, ou sous traitement anti-aromatase ou sous analogues de la GnRH Un sujet âgé en institution ou «en confinement domiciliaire» peut être traité sans dosage préalable de 25-OH-vitamineD car il recevra un traitement d entretien au long cours

18 Quels sont les apports quotidiens conseillés? ui/j 2000 ui/j International Osteoporosis Fundation position statement. Osteoporos Int. 2010;21: !! Pour les autorités sanitaires, la supplémentation actuellement recommandée en France est de seulement 400 ui/j pour les plus de 65 ans

19

20 " Les posologies fortes ( ou ui, une à deux fois par an) ne sont pas recommandées dans l état actuel des connaissances

21 ex. Uvedose :1 ampoule ui tous les 2 mois ex.2 à 3 gouttes de Stérogyl (400 u par goutte) ou3 à 4 gouttes de Zyma D (300 u par goutte) _forme associée hebdomadaire biphosphonate et vit.d : ex.fosavance 70/5600

22

23

24

25 Et la supplémentation calcique?

26 800 à 900mg /j de calcium suffisent si les stocks de Vitamine D sont normaux.

27 Si apports alimentaires insuffisants: si 1 ou 2 produits laitiers/j : 500mg/j de calcium per os si 0 produit laitier/j: calcium per os 500 mg x 2/j en dehors des repas

28 Pour la pratique,on retiendra Prévalence très élevé de l hypovitaminose D en gériatrie Effets bénéfiques de la supplémentation adaptée sur les morbidités osseuses et non osseuses, tel la réduction du risque de chutes et de fractures Le seuil de normalité de 25 OH D sérique se situe aux alentours de 30 ng/ml Apport quotidien conseillé d au moins 800 à 1000 UI de vitamine D3 per os Le risque de surdosage en vit D est très rare avec les recommandations actuelles

29 Je vous remercie de votre attention

VITAMINE D ET FRACTURES OSSEUSES

VITAMINE D ET FRACTURES OSSEUSES VITAMINE D ET FRACTURES OSSEUSES Dr Cédric Annweiler Service de Gérontologie Clinique CeAnnweiler@chu-angers.fr for Ageing, Balance and Cognition research group VITAMINE D - GENERALITES VITAMINE (1922)

Plus en détail

Du dosage de la vitamine D à la réadaptation du protocole de correction des carences dans le pôle EHPAD/USLD du CHRU de Brest

Du dosage de la vitamine D à la réadaptation du protocole de correction des carences dans le pôle EHPAD/USLD du CHRU de Brest Du dosage de la vitamine D à la réadaptation du protocole de correction des carences dans le pôle EHPAD/USLD du CHRU de Brest Journées communes de la SGOC et de la SBG Le 18 juin 2010 V. Mercier, N. Le

Plus en détail

Prise en charge de la ménopause

Prise en charge de la ménopause Prise en charge de la ménopause Z. SADI Maternité CHU Mustapha Alger 5ème FORUM Est de l Omnipraticien Oum El Bouaghi, le 4 Novembre 2010 La ménopause signifie littéralement arrêt des règles. En fait,

Plus en détail

hypovitaminose D en pratique? Service de Rhumatologie

hypovitaminose D en pratique? Service de Rhumatologie Comment corriger une hypovitaminose D en pratique? Dr ROSTOM Samira Service de Rhumatologie hôpital El Ayachi. CHU Rabat-Salé Introduction positionnement problème Vitamine D métabolisme osseux rôle éventuel

Plus en détail

COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS. 21 septembre 2005

COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS. 21 septembre 2005 COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS 21 septembre 2005 FOSAVANCE, comprimé (Boîte de 4 et 12) Laboratoires MERCK SHARP & DOHME-CHIBRET alendronate monosodique, cholécalciférol (vitamine D3) Liste I Date

Plus en détail

Vitamine D. Système D? Dr Gilles Tanguy DMG Clermont-Ferrand Jumga 2010

Vitamine D. Système D? Dr Gilles Tanguy DMG Clermont-Ferrand Jumga 2010 Vitamine D Système D? Dr Gilles Tanguy drtanguygilles@orange.fr DMG Clermont-Ferrand Jumga 2010 La vitamine D C est quoi le problème? Sujet à la mode de plus en plus de publication Sur Pubmed: 2844 en

Plus en détail

Jeudi 14 juin 2007 LINUT. Dr Damien COYRAL Rhumatologue - Clinique CHENIEUX

Jeudi 14 juin 2007 LINUT. Dr Damien COYRAL Rhumatologue - Clinique CHENIEUX Jeudi 14 juin 2007 LINUT Dr Damien COYRAL Rhumatologue - Clinique CHENIEUX Introduction l Ostéoporose : maladie diffuse du squelette caractérisée par une diminution de la résistance osseuse conduisant

Plus en détail

Les médecins généralistes recherchent-ils l'hypovitaminose D chez l'adulte et le sujet âgé, la préviennent-ils, la corrigent-ils?

Les médecins généralistes recherchent-ils l'hypovitaminose D chez l'adulte et le sujet âgé, la préviennent-ils, la corrigent-ils? Les médecins généralistes recherchent-ils l'hypovitaminose D chez l'adulte et le sujet âgé, la préviennent-ils, la corrigent-ils? Enquête un jour donné. Marie Benque Faculté de Médecine PARIS DESCARTES

Plus en détail

COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS. 29 novembre 2006

COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS. 29 novembre 2006 COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS 29 novembre 2006 BONVA 3 mg solution injectable en seringue pré-remplie Boîte de 1 seringue pré-remplie en verre de 3 ml avec 1 aiguille : 376 871.8 Boîte de 4 seringues

Plus en détail

La supplémentation en vitamine D pendant la grossesse

La supplémentation en vitamine D pendant la grossesse La supplémentation en vitamine D pendant la grossesse Florence TREMOLLIERES Centre de Ménopause M et de Maladies Osseuses MétaboliquesM Hôpital Paule de Viguier Toulouse Origine et métabolisme m de la

Plus en détail

Ostéoporose. Traitements. Formation. Résorption

Ostéoporose. Traitements. Formation. Résorption Traitements Formation Résorption Traitements Formation Résorption Anti-ostéoclastiques : hyporésorbants : - calcium/vitamine D - estradiol - SERMs - biphosphonates - strontium - ostéoprotégérine ou Ac

Plus en détail

INFORMATION : SOCIETE FRANCAISE DE RHUMATOLOGIE (Juillet 2013)

INFORMATION : SOCIETE FRANCAISE DE RHUMATOLOGIE (Juillet 2013) INFORMATION : SOCIETE FRANCAISE DE RHUMATOLOGIE (Juillet 2013) DOSAGE DE LA VITAMINE D QUELLES INDICATIONS DE VALEURS SUR LES COMPTES-RENDUS De nombreuses études scientifiques observationnelles et interventionnelles

Plus en détail

NOTICE : INFORMATION DE L UTILISATEUR

NOTICE : INFORMATION DE L UTILISATEUR Dénomination du médicament Encadré NOTICE : INFORMATION DE L UTILISATEUR CLASTOBAN 800 mg, comprimé pelliculé Clodronate disodique Veuillez lire attentivement l'intégralité de cette notice avant de prendre

Plus en détail

acide zolédronique Autre nom(s): Zometa MD Présentation: Solution incolore pour injection mélangé dans les (plus) grands sacs de

acide zolédronique Autre nom(s): Zometa MD Présentation: Solution incolore pour injection mélangé dans les (plus) grands sacs de Fiche d'information sur les médicaments (acide zo lé dro ni que) Ce document fournit des renseignements généraux à propos de votre médicament. Il ne remplace pas les conseils de votre équipe de spécialistes

Plus en détail

EPREUVE DE DOSSIERS partie numéro 2

EPREUVE DE DOSSIERS partie numéro 2 DOSSIER N 6 ENONCE Une femme de 64 ans, 1,62 m, 46 kg, a consulté pour des lombalgies apparues brutalement, il y a six jours, alors qu'elle portait un cageot. Elle avait depuis deux ans, une lombalgie

Plus en détail

Phosphore. Parathormone

Phosphore. Parathormone Phosphore Calcium Parathormone Vitamine D Dossier médical Troubles du métabolisme minéral dans la Maladie Rénale Chronique Docteur Guillaume JEAN Centre NephroCare Tassin-Charcot vous présente sa revue

Plus en détail

Nutrition - dénutrition du concept à l assiette

Nutrition - dénutrition du concept à l assiette 2 ème Journée Universitaire de Médecine d Auvergne Générale Nutrition - dénutrition du concept à l assiette Dr Gilles Tanguy chargé d enseignement Dénutrition protéino-énergétique de la PA Les concepts

Plus en détail

Utilité clinique du dosage de la vitamine D

Utilité clinique du dosage de la vitamine D TEXTE COURT DU RAPPORT D ÉVALUATION TECHNOLOGIQUE Utilité clinique du dosage de la vitamine D Octobre 2013 Service évaluation des actes professionnels Ce texte court est téléchargeable sur : www.has-sante.fr

Plus en détail

SUIVI DU STATUT EN VITAMINE D

SUIVI DU STATUT EN VITAMINE D SUIVI DU STATUT EN VITAMINE D PHYSIOLOGIE DE LA VITAMINE D ET INTERÊTS CLINIQUES Leila LAMANUZZI, PhD Métabolisme de la Vitamine D http://www.jci.org Volume 116 Number 8 August 2006 2/60 Métabolisme de

Plus en détail

Supplémentation en calciumvitamine D et risque fracturaire

Supplémentation en calciumvitamine D et risque fracturaire Supplémentation en calciumvitamine D et risque fracturaire Etude WHI (Women s Health Initiative) Columbus, Ohio New England Journal of Medecine, Fev 06 Introduction L ostéoporose est responsable de 300000

Plus en détail

NOTICE D-CURE CONTENU DE CETTE NOTICE

NOTICE D-CURE CONTENU DE CETTE NOTICE NOTICE D-CURE Veuillez lire attentivement l intégralité de cette notice avant d utiliser ce médicament. Elle contient des informations importantes pour votre traitement/votre maladie. Si vous avez d autres

Plus en détail

Soirée AIH du 13 fevrier 2015 L ostéoporose en Hématologie

Soirée AIH du 13 fevrier 2015 L ostéoporose en Hématologie Soirée AIH du 13 fevrier 2015 L ostéoporose en Hématologie Laurent Frenzel MD, PhD Immuno-hématologie Adulte Centre de traitement de l hémophile et troubles de l hémostase Centre National de Référence

Plus en détail

EFFICACITÉ D UN PROGRAMME D ÉDUCATION THÉRAPEUTIQUE CHEZ LES PATIENTS ATTEINTS D OSTÉOPOROSE

EFFICACITÉ D UN PROGRAMME D ÉDUCATION THÉRAPEUTIQUE CHEZ LES PATIENTS ATTEINTS D OSTÉOPOROSE EFFICACITÉ D UN PROGRAMME D ÉDUCATION THÉRAPEUTIQUE CHEZ LES PATIENTS ATTEINTS D OSTÉOPOROSE MARIE-ANNE SCHAAD INFIRMIÈRE SPÉCIALISTE CLINIQUE DIRECTION DES SOINS HUG PR T. CHEVALLEY F. MERMINOD M. TOMCIK

Plus en détail

Table des matières. Nutriments, micronutriments et équilibre alimentaire

Table des matières. Nutriments, micronutriments et équilibre alimentaire Table des matières Liste des tableaux... XIII I Nutriments, micronutriments et équilibre alimentaire 1 Les glucides... 3 Les différents types de glucides... 3 Classification biochimique (3). Classification

Plus en détail

ORDONNANCE COLLECTIVE

ORDONNANCE COLLECTIVE ORDONNANCE COLLECTIVE Directions DSIPP-DAM-DSAPL Service Service de gastroentérologie Personne habilitée Infirmière clinicienne de gastroentérologie Pharmaciens communautaires exerçant au Québec Numéro

Plus en détail

Atelier 1: Comment utiliser les feuilles de Moringa dans un cadre nutritionnel et mädical?

Atelier 1: Comment utiliser les feuilles de Moringa dans un cadre nutritionnel et mädical? Atelier 1: Comment utiliser les feuilles de Moringa dans un cadre nutritionnel et mädical? Restitution des travaux de groupe 1 RÄsultats attendus 2 Ätablissement de normes avec une gamme de variation acceptable

Plus en détail

(ah SPARE ah gin aze)

(ah SPARE ah gin aze) Fiche d'information sur les médicaments asparaginase (ah SPARE ah gin aze) Ce document fournit des renseignements généraux à propos de votre médicament. Il ne remplace pas les conseils de votre équipe

Plus en détail

NOTICE. ZYMAFLUOR 0,50 mg, comprimé. Veuillez lire attentivement l'intégralité de cette notice avant de prendre ce médicament.

NOTICE. ZYMAFLUOR 0,50 mg, comprimé. Veuillez lire attentivement l'intégralité de cette notice avant de prendre ce médicament. NOTICE ANSM Mis à jour le : 03/07/2015 Dénomination du médicament ZYMAFLUOR 0,50 mg, comprimé Encadré Veuillez lire attentivement l'intégralité de cette notice avant de prendre ce médicament. Gardez cette

Plus en détail

Cas clinique N 2 M Laroche

Cas clinique N 2 M Laroche Cas clinique N 2 M Laroche Mme R., 66 ans, 1,58 m, 46 kg, consulte pour des lombalgies apparues brutalement, il y a 8 jours, alors qu elle soulevait son chat. Elle souffre de façon importante, assise,

Plus en détail

La vitamine D à tous âges, mais pour quoi faire?

La vitamine D à tous âges, mais pour quoi faire? La vitamine D à tous âges, mais pour quoi faire? FMC Pédiatrie Tours Espace Malraux jeudi 30 mai 2013 F Despert CHU Clocheville Tours La vitamine D : ses actions, anciennes et nouvellement connues Vitamine

Plus en détail

Ostéoporose : quels sont mes risques?

Ostéoporose : quels sont mes risques? Ostéoporose : quels sont mes risques? Surtout les femmes! De quoi s agit-il? L ostéoporose est une maladie de l os qui associe une diminution de la densité de l os et des perturbations de son architecture

Plus en détail

NOTICE. FLUOSTEROL 0,25 mg/800 U.I./dose, solution buvable

NOTICE. FLUOSTEROL 0,25 mg/800 U.I./dose, solution buvable NOTICE ANSM Mis à jour le : 26/02/2007 Dénomination du médicament Encadré FLUOSTEROL 0,25 mg/800 U.I./dose, solution buvable Veuillez lire attentivement cette notice avant de prendre ce médicament. Elle

Plus en détail

Plan. Vitamine D, dosage et substitution: Indications. Cas N 1: Mr A. Cas N 2: Mme A 13/01/2011

Plan. Vitamine D, dosage et substitution: Indications. Cas N 1: Mr A. Cas N 2: Mme A 13/01/2011 Plan Vitamine D, dosage et substitution: Indications Sarra Inoubli Le Roy colloque du 12.01.2011 Présentation de 2 cas Epidémiologie Conclusion Cas N 1: Mr A Patient Ivoirien de 47 ans, sans domicile fixe.

Plus en détail

Que savez-vous de la ménopause?

Que savez-vous de la ménopause? Que savez-vous de la ménopause? La ménopause est synonyme de bouleversements dans la vie affective et physique de la femme. Quels en sont les symptômes et les conséquences? Faut-il suivre des traitements

Plus en détail

NOTICE. ZYMAFLUOR 1 mg, comprimé. Veuillez lire attentivement l'intégralité de cette notice avant de prendre ce médicament.

NOTICE. ZYMAFLUOR 1 mg, comprimé. Veuillez lire attentivement l'intégralité de cette notice avant de prendre ce médicament. NOTICE Mis à jour : 11/10/2011 Dénomination du médicament ZYMAFLUOR 1 mg, comprimé Encadré Veuillez lire attentivement l'intégralité de cette notice avant de prendre ce médicament. Gardez cette notice,

Plus en détail

- info EXPLORATION DU STATUT MARTIAL ÉVALUATION DU COMPARTIMENT CIRCULANT : Fer sérique

- info EXPLORATION DU STATUT MARTIAL ÉVALUATION DU COMPARTIMENT CIRCULANT : Fer sérique EXPLORATION DU STATUT MARTIAL - info NUMERO 5 2013 ÉVALUATION DU COMPARTIMENT CIRCULANT : Fer sérique Son dosage isolé est SANS INTÉRÊT, il ne se justifie que couplé à celui de la transferrine qui permet

Plus en détail

Livret d information aux patients ayant une ostéoporose et traités par ACIDE ZOLÉDRONIQUE. Acide zolédronique 5 mg solution pour perfusion

Livret d information aux patients ayant une ostéoporose et traités par ACIDE ZOLÉDRONIQUE. Acide zolédronique 5 mg solution pour perfusion Livret d information aux patients ayant une ostéoporose et traités par ACIDE ZOLÉDRONIQUE Acide zolédronique 5 mg solution pour perfusion Source : www.ansm.sante.fr V1 10/2013 1/6 Sommaire - Qu est-ce

Plus en détail

Facteurs favorisants. L âge dans les infections urinaires. L infection urinaire: Recommandations 2009

Facteurs favorisants. L âge dans les infections urinaires. L infection urinaire: Recommandations 2009 Le bon usage des antibiotiques dans les infections urinaires du sujet âgé Dr F. LECOMTE CHIC QUIMPER L infection urinaire: Recommandations 2009 Classification IU simples ou non compliquées (AP) Cystite

Plus en détail

I. Polyarthrite rhumatoïde

I. Polyarthrite rhumatoïde I. Polyarthrite rhumatoïde Définition : - maladie systémique courante - maladie inflammatoire chronique - polyarthrite bilatérale Épidémiologie : - 1 % de la population - ratio femme/homme de 3 / 1 Etiologie

Plus en détail

Mes liens d intérêts

Mes liens d intérêts Mes liens d intérêts 1 Spécialiste en médecine générale en activité Membre des commissions de bonnes pratiques, et de parcours de soins et maladies chroniques de la HAS Je déclare n avoir aucun lien, direct

Plus en détail

Notice : information du patient. Nicardipine

Notice : information du patient. Nicardipine Notice-Etiquetage Approuvé par les Autorités de Santé de : France Date d approbation Notice Etiquetage 10.01.2014 Date d approbation RCP 10.01.2014 Procédure d autorisation : Nationale Notice : information

Plus en détail

Moi ou mon enfant sous cortisone

Moi ou mon enfant sous cortisone Moi ou mon enfant sous cortisone Quelles conséquences? Isabelle Koné-Paut Pédiatrie Générale, Rhumatologie CHU de Bicêtre 94270 Le Kremlin-Bicêtre La cortisone, une hormone H H Organe 1 Organe 2 H Sang

Plus en détail

Revolade. eltrombopag. Qu est-ce que Revolade? Dans quel cas Revolade est-il utilisé? Résumé EPAR à l'intention du public

Revolade. eltrombopag. Qu est-ce que Revolade? Dans quel cas Revolade est-il utilisé? Résumé EPAR à l'intention du public EMA/33466/2016 EMEA/H/C/001110 Résumé EPAR à l'intention du public eltrombopag Le présent document est un résumé du rapport européen public d'évaluation (EPAR) relatif à. Il explique de quelle manière

Plus en détail

Calcium et Vitamine D :

Calcium et Vitamine D : Calcium et Vitamine D : Avantages et risques pour les os de la personne âgée Alimentation médicalisée et plaisir de manger en EMS CHUV, 3 mars 2016 Dr Olivier Lamy. Service de Médecine Interne et Centre

Plus en détail

PROGRAMME RSI~Diabète

PROGRAMME RSI~Diabète MON PARCOURS PRÉVENTION diabète PROGRAMME RSI~Diabète Vous aider à prendre en charge votre diabète Support patients www.rsi.fr/diabete Qu est-ce que le diabète? Le diabète se caractérise par une hyperglycémie

Plus en détail

Calcium + Vitamine D3:

Calcium + Vitamine D3: DIRECTIVES INCLUSES Calcium + Vitamine D3: O S T É O P O R O S E Introduction L ostéoporose est le terme médical utilisé pour désigner la situation dans laquelle depuis un certain temps notre corps perd

Plus en détail

DR VALÉRIE FOUSSIER. Diabète de type 1

DR VALÉRIE FOUSSIER. Diabète de type 1 Introduction Le diabète de type 1 et 2 concerne 3 millions de personnes en 2011 avec une prépondérance marquée pour le diabète de type 2. Véritable épidémie, cette maladie est un problème de santé publique,

Plus en détail

La douleur qu est-ce que c est?

La douleur qu est-ce que c est? La douleur qu est-ce que c est? Le plus souvent la douleur signale une blessure, une fracture, une maladie Dans ce cas, la douleur est nécessaire, elle est là pour nous alerter. Un signal d alarme Il permet

Plus en détail

1. QU EST-CE QUE DOLIPRANE 1000 mg, gélule ET DANS QUELS CAS EST-IL UTILISÉ?

1. QU EST-CE QUE DOLIPRANE 1000 mg, gélule ET DANS QUELS CAS EST-IL UTILISÉ? NOTICE : INFORMATION DE L UTILISATEUR DOLIPRANE 1000 mg paracétamol gélule Veuillez lire attentivement cette notice avant de prendre ce médicament. Elle contient des informations importantes pour votre

Plus en détail

Les Paramètres Biologiques et Leurs Variations Physiologiques Pendant La Grossesse Dr Karim.LALLALI Médecin Biologie Clinique CHU Bicêtre France JUIN

Les Paramètres Biologiques et Leurs Variations Physiologiques Pendant La Grossesse Dr Karim.LALLALI Médecin Biologie Clinique CHU Bicêtre France JUIN Les Paramètres Biologiques et Leurs Variations Physiologiques Pendant La Grossesse Dr Karim.LALLALI Médecin Biologie Clinique CHU Bicêtre France JUIN 2012 1 - Augmentation du poids : L augmentation du

Plus en détail

2. Comment peuvent-elles expliquer la gravité accrue des affections cardiovasculaires chez le sujet âgé?

2. Comment peuvent-elles expliquer la gravité accrue des affections cardiovasculaires chez le sujet âgé? Fondamentale juin 2011 Traiter TROIS questions parmi les SIX suivantes. Une question par copie 1. Quelles sont les conséquences de la restriction calorique chez l'animal et chez l'homme? Quelles sont les

Plus en détail

1. QU EST-CE QUE DOLIPRANE 1000 mg, comprimé effervescent sécable ET DANS QUELS CAS EST- IL UTILISÉ?

1. QU EST-CE QUE DOLIPRANE 1000 mg, comprimé effervescent sécable ET DANS QUELS CAS EST- IL UTILISÉ? NOTICE : INFORMATION DE L UTILISATEUR DOLIPRANE 1000 mg paracétamol comprimé effervescent sécable Veuillez lire attentivement cette notice avant de prendre ce médicament. Elle contient des informations

Plus en détail

PROCEDURE DE PREVENTION, DE DEPISTAGE ET DE PRISE EN CHARGE DE DE L HYPOVITAMINOSE D

PROCEDURE DE PREVENTION, DE DEPISTAGE ET DE PRISE EN CHARGE DE DE L HYPOVITAMINOSE D Rédaction : Dr R.ABADIE Méd Co Date d application 17/10/2014 PROCEDURE DE PREVENTION, DE DEPISTAGE ET DE PRISE EN CHARGE DE DE L HYPOVITAMINOSE D Nb de pages : 10 Date de création 04 / 06 / 2011 Vérification

Plus en détail

Les examens de laboratoire : comment les interpreter? Exemple : les marqueurs tumoraux. Michèle BERTHIER : SCOR GLOBAL LIFE

Les examens de laboratoire : comment les interpreter? Exemple : les marqueurs tumoraux. Michèle BERTHIER : SCOR GLOBAL LIFE Les examens de laboratoire : comment les interpreter? Exemple : les marqueurs tumoraux Michèle BERTHIER : SCOR GLOBAL LIFE Présentation faite en collaboration avec le Dr Gabriela BUFFET, Médecin-Conseil

Plus en détail

Peut- on prévenir l ostéoporose? SKHETTABI Service de médecine interne. CHU Sétif université Ferhat Abbas- Sétif

Peut- on prévenir l ostéoporose? SKHETTABI Service de médecine interne. CHU Sétif université Ferhat Abbas- Sétif Peut- on prévenir l ostéoporose? SKHETTABI Service de médecine interne. CHU Sétif université Ferhat Abbas- Sétif Introduction Ostéoporose: faible masse osseuse et détérioration du tissu osseux Fragilité

Plus en détail

Rétention urinaire et personnes âgées

Rétention urinaire et personnes âgées Rétention urinaire et personnes âgées Docteur Anne Marie Mathieu Chef de service Hôpital Corentin Celton AP-HP La rétention urinaire complète est une urgence diagnostique et thérapeutique. Risque vital

Plus en détail

LIVRET D INFORMATION DES PATIENTS AYANT UNE OSTÉOPOROSE ET TRAITÉS PAR ACIDE ZOLÉDRONIQUE 5 mg

LIVRET D INFORMATION DES PATIENTS AYANT UNE OSTÉOPOROSE ET TRAITÉS PAR ACIDE ZOLÉDRONIQUE 5 mg LIVRET D INFORMATION DES PATIENTS AYANT UNE OSTÉOPOROSE ET TRAITÉS PAR ACIDE ZOLÉDRONIQUE 5 mg Ce document s inscrit dans le cadre du Plan de Gestion des Risques des spécialités Acide Zolédronique 5 mg,

Plus en détail

Suspicion de maladie d Alzheimer chez une femme de 75 ans

Suspicion de maladie d Alzheimer chez une femme de 75 ans Enoncé Suspicion de maladie d Alzheimer chez une femme de 75 ans Vous recevez en consultation Mme D., âgée de 75 ans, accompagnée de son fils. Celui-ci vous explique qu il craint que sa mère n ait la maladie

Plus en détail

N'oubliez pas de vous procurer votre carnet d'information et de suivi auprès de votre médecin, de votre biologiste ou de votre pharmacien.

N'oubliez pas de vous procurer votre carnet d'information et de suivi auprès de votre médecin, de votre biologiste ou de votre pharmacien. REPUBLIQUE FRANÇAISE Avril 2009 Questions / Réponses Traitement anticoagulant oral par anti-vitamine k (AVK) Vous recevez un traitement anticoagulant oral par antivitamine K. Ce traitement vous est indispensable

Plus en détail

DERMALGIES de niveau T7 effets d une suppléméntation en ZINC

DERMALGIES de niveau T7 effets d une suppléméntation en ZINC DERMALGIES de niveau T7 effets d une suppléméntation en ZINC Brigitte HOUSSIN PARIS L idée de Bernard ROSA ZINC Dermalgie T7 latérale bilatérale 1 Superoxydismutase (SOD) et ZINC Rôle antioxydant SOD à

Plus en détail

OSTEOPOROSE. Dr TSINGAING KAMGAING Jacques Gynécologue-Obstétricien Hôpital Général de Douala. 25 JUIN 2004 Ostéoporose 1

OSTEOPOROSE. Dr TSINGAING KAMGAING Jacques Gynécologue-Obstétricien Hôpital Général de Douala. 25 JUIN 2004 Ostéoporose 1 OSTEOPOROSE Dr TSINGAING KAMGAING Jacques Gynécologue-Obstétricien Hôpital Général de Douala 25 JUIN 2004 Ostéoporose 1 PLAN 1- Définition 2- Prévalence 3- Facteurs de risques 4- Classification 5- Pathogenèse

Plus en détail

- 1 - POUR MIEUX COMPRENDRE LE SYNDROME POST-POLIO

- 1 - POUR MIEUX COMPRENDRE LE SYNDROME POST-POLIO - 1 - POUR MIEUX COMPRENDRE LE SYNDROME POST-POLIO Association Polio Québec Visitez notre site internet : www.polioquebec.org Appelez-nous : 514-489-1143 / 1-877-765-4672 Écrivez-nous : association@polioquebec.org

Plus en détail

Introduction p 3. Le GRIO p 14

Introduction p 3. Le GRIO p 14 SSIER DO P RES 20 14 S E DE 20 14 DOSSIER DE PRESSE Introduction p 3 1. Les déterminants de la croissance osseuse p 4 - La croissance osseuse s accélère à la puberté - Le pic de masse osseuse est génétiquement

Plus en détail

Donner de la vie aux années ou rajouter des années à la vie?

Donner de la vie aux années ou rajouter des années à la vie? Donner de la vie aux années ou rajouter des années à la vie? «Rôle des inhibiteurs de l angiogenèse dans le traitement et la prise en charge des cancers avancés de la prostate.» Résumé du Symposium ABBOTT

Plus en détail

Comment couvrir les besoins nutritionnels spécifiques des seniors?

Comment couvrir les besoins nutritionnels spécifiques des seniors? Comment couvrir les besoins nutritionnels spécifiques des seniors? Magali Jacobs Cellule de Recherche et d Expertise Diététique de l Intitut Paul Lambin (CeRED-IPL) Plan de l exposé «Senior»? Prévention

Plus en détail

Le corps humain contient 2 à 4 grammes de zinc, les plus fortes concentrations se trouvant dans la prostate et certaines parties de l œil.

Le corps humain contient 2 à 4 grammes de zinc, les plus fortes concentrations se trouvant dans la prostate et certaines parties de l œil. Zinc EN BREF Introduction Le zinc (Zn) est un oligoélément essentiel à toutes les formes de vie et que l on trouve dans près de 100 enzymes spécifiques. Après le fer, le zinc est l oligoélément le plus

Plus en détail

NOTICE. UVESTEROL D 1500 UI/ml, solution buvable

NOTICE. UVESTEROL D 1500 UI/ml, solution buvable ANSM - Mis à jour le : 27/09/2012 Dénomination du médicament Encadré NOTICE UVESTEROL D 1500 UI/ml, solution buvable Veuillez lire attentivement cette notice avant de prendre ce médicament. Elle contient

Plus en détail

Les critères de dénutrition sont pris en défaut chez le patient obèse

Les critères de dénutrition sont pris en défaut chez le patient obèse Les critères de dénutrition sont pris en défaut chez le patient obèse Nombre d années de vie perdue Grover SA et al Lancet Diabetes Endocrinol. 2015 Feb;3(2):114-22 Dénutrition Définition ANAES 2003 La

Plus en détail

EXPLORATIONS BIOLOGIQUES THYROÏDIENNES

EXPLORATIONS BIOLOGIQUES THYROÏDIENNES EXPLORATIONS BIOLOGIQUES THYROÏDIENNES Etienne Mollet 1 RAPPEL PHYSIOLOGIQUE Les HT sont synthétisées dans les vésicules thyroïdiennes à partir d un acide aminé (la tyrosine) et d atomes d iode en nombre

Plus en détail

15 ème Journée du Sommeil Sommeil et Nutrition 27 Mars 2015 SURVEILLANCE DES COMPORTEMENTS ALIMENTAIRES EN MEDECINE DU TRAVAIL

15 ème Journée du Sommeil Sommeil et Nutrition 27 Mars 2015 SURVEILLANCE DES COMPORTEMENTS ALIMENTAIRES EN MEDECINE DU TRAVAIL 15 ème Journée du Sommeil Sommeil et Nutrition 27 Mars 2015 SURVEILLANCE DES COMPORTEMENTS Dr Albane CHAILLOT Service de santé au travail 27/03/2015 Introduction Evaluation Prise en charge Traitement Conclusion

Plus en détail

Questionnaire adressé aux aidants de personnes mentalement handicapées vivant à domicile

Questionnaire adressé aux aidants de personnes mentalement handicapées vivant à domicile Questionnaire adressé aux aidants de personnes mentalement handicapées vivant à domicile Besoins des aidants 1. Actuellement, êtes vous au bénéfice d une aide à domicile dans la prise en charge de la personne

Plus en détail

Prescription des IPP en Gériatrie. Journée interrégionale du DESC de Gériatrie 28 mars 2008 Dr SEITE Florent

Prescription des IPP en Gériatrie. Journée interrégionale du DESC de Gériatrie 28 mars 2008 Dr SEITE Florent Prescription des IPP en Gériatrie Journée interrégionale du DESC de Gériatrie 28 mars 2008 Dr SEITE Florent Inhibiteurs de la pompe à protons Mécanisme d action : Inhibition de H+/K+ ATPase diminution

Plus en détail

Aide-mémoire personnel

Aide-mémoire personnel Aide-mémoire personnel L Aide-mémoire personnel sert d accompagnement au Guide de référence pour les patients et les familles, conçu pour les personnes aux prises avec le cancer du rein et leur famille.

Plus en détail

ET CORTICOTHERAPIE AU LONG COURS. M Maamar, M Aouni, M Adnaoui Service de Médecine Interne

ET CORTICOTHERAPIE AU LONG COURS. M Maamar, M Aouni, M Adnaoui Service de Médecine Interne OSTEOPOROSE ET CORTICOTHERAPIE AU LONG COURS M Maamar, M Aouni, M Adnaoui Service de Médecine Interne CHU Ibn Sina Rabat MAROC INTRODUCTION O 1950, corticoïdes chez une PR sévère éè 1ère cause d ostéoporose

Plus en détail

Carence en vitamine D après chirurgie bariatrique 14ème meeting d Endocrinologie-Diabétologie Endocrinologues du Sud Marocain

Carence en vitamine D après chirurgie bariatrique 14ème meeting d Endocrinologie-Diabétologie Endocrinologues du Sud Marocain Carence en vitamine D après chirurgie bariatrique 14ème meeting d Endocrinologie-Diabétologie Endocrinologues du Sud Marocain Cécile Ciangura Paris 1. Vitamine D et obésité Vitamine D et obésité Relation

Plus en détail

Arthrite chronique juvénile associée à une maladie cœliaque

Arthrite chronique juvénile associée à une maladie cœliaque Arthrite chronique juvénile associée à une maladie cœliaque I. Lustenberger 1 *, P. Wiesel 2, A. K. So 1, J. C. Gerster 1. 1 Service de Rhumatologie et Réhabilitation, Hospices CHUV, Lausanne, Suisse 2

Plus en détail

LES MATINALES DE LA FONDATION

LES MATINALES DE LA FONDATION LES MATINALES DE LA FONDATION «Alimentation, quoi de neuf chez les seniors? Bien s alimenter pour bien vieillir» Conférence du Docteur Carol SZEKELY, Chef de Pôle AGE HUPNVS Hôpital Charles Richet à Villiers-le-Bel

Plus en détail

La Musculation, à quoi ça sert?

La Musculation, à quoi ça sert? La Musculation, à quoi ça sert? Pour l entretien physique et le bien-être La musculation «pour se sentir bien», pour être en forme, en bonne santé, diminuer la perception des douleurs Pour être plus efficace

Plus en détail

NOTICE : INFORMATION DE L UTILISATEUR. Calcium/Vitamine D3

NOTICE : INFORMATION DE L UTILISATEUR. Calcium/Vitamine D3 NOTICE 1 NOTICE : INFORMATION DE L UTILISATEUR Steovit D 3 citron 1000 mg/800 U.I. comprimés à croquer Calcium/Vitamine D3 Veuillez lire attentivement cette notice avant de prendre ce médicament. Elle

Plus en détail

LIVRET D INFORMATION SUR LA CHIMIOTHERAPIE ORALE

LIVRET D INFORMATION SUR LA CHIMIOTHERAPIE ORALE Centre de Coordination Régional d Hématologie du Limousin LIVRET D INFORMATION SUR LA CHIMIOTHERAPIE ORALE Document d information pour les patients La chimiothérapie orale La chimiothérapie orale est un

Plus en détail

Place du MG dans la PEC de la maladie d Alzheimer. Recommandation de la HAS Décembre 2011 Dr Azizi Fatima

Place du MG dans la PEC de la maladie d Alzheimer. Recommandation de la HAS Décembre 2011 Dr Azizi Fatima Place du MG dans la PEC de la maladie d Alzheimer Recommandation de la HAS Décembre 2011 Dr Azizi Fatima Nous vivons dans des sociétés vieillissantes Les démences un réel problème de santé mondial. le

Plus en détail

Table des matières. I. ÉPIDÉMIOLOGIE 13 A. Données démographiques 13 B. Données socio-économiques 14

Table des matières. I. ÉPIDÉMIOLOGIE 13 A. Données démographiques 13 B. Données socio-économiques 14 Table des matières CHAPITRE 1 VIEILLISSEMENT NORMAL : ASPECTS BIOLOGIQUES, FONCTIONNELS ET RELATIONNELS. DONNÉES ÉPIDÉMIOLOGIQUES ET SOCIOLOGIQUES. PRÉVENTION DU VIEILLISSEMENT PATHOLOGIQUE 13 Module 5.

Plus en détail

Prise en charge nutritionnelle en orthogériatrie. Michel Vanbergen Service de Diététique 30 avril 2015

Prise en charge nutritionnelle en orthogériatrie. Michel Vanbergen Service de Diététique 30 avril 2015 Prise en charge nutritionnelle en orthogériatrie Michel Vanbergen Service de Diététique 30 avril 2015 Avant-propos Fractures < chutes Fracturé est le chuteur malheureux Conséquences physiques: fractures,

Plus en détail

Vitamine D: Questions et réponses Juin 2012

Vitamine D: Questions et réponses Juin 2012 Vitamine D: Questions et réponses Juin 2012 Apport 1. Quand parle-t-on d un apport suffisant en vitamine D? Pour déterminer l apport en vitamine D d une personne, on mesure les substances 25- hydroxy-vitamine

Plus en détail

Vous aussi, protégez-vous contre la grippe. La grippe? Nous sommes vaccinés.

Vous aussi, protégez-vous contre la grippe. La grippe? Nous sommes vaccinés. Vous aussi, protégez-vous contre la grippe La grippe? Nous sommes vaccinés. Qu est-ce qu une grippe? La grippe, provoquée par le virus Influenza, est une maladie virale qui, dans certaines circonstances,

Plus en détail

LE RISQUE INFECTIEUX EN GÉRIATRIE DR C LAFFITTE PH CHIELVR

LE RISQUE INFECTIEUX EN GÉRIATRIE DR C LAFFITTE PH CHIELVR LE RISQUE INFECTIEUX EN GÉRIATRIE DR C LAFFITTE PH CHIELVR Hygiène et prévention du risque infectieux en EHPAD CHU le 24 novembre 2009 Le risque infectieux en gériatrie Les particularités en gériatrie

Plus en détail

NOTICE : INFORMATION DE L UTILISATEUR. PROPYLTHIOURACILE 50 mg, comprimés. Propylthiouracile

NOTICE : INFORMATION DE L UTILISATEUR. PROPYLTHIOURACILE 50 mg, comprimés. Propylthiouracile NOTICE : INFORMATION DE L UTILISATEUR PROPYLTHIOURACILE 50 mg, comprimés Propylthiouracile Veuillez lire attentivement cette notice avant d utiliser ce médicament. - Gardez cette notice. Vous pourriez

Plus en détail

suppléments naturels Le caractère distinctif des femmes ne se manifeste pas uniquement au niveau de notre apparence physique.

suppléments naturels Le caractère distinctif des femmes ne se manifeste pas uniquement au niveau de notre apparence physique. suppléments naturels POUR LA FEMME Le caractère distinctif des femmes ne se manifeste pas uniquement au niveau de notre apparence physique. Les besoins de notre organisme et nos complexités émotionnelles

Plus en détail

NOTICE : INFORMATION DE L UTILISATEUR. FERCAYL 100mg/2ml Solution injectable / pour perfusion. Fer (élément) sous forme de complexe fer dextran

NOTICE : INFORMATION DE L UTILISATEUR. FERCAYL 100mg/2ml Solution injectable / pour perfusion. Fer (élément) sous forme de complexe fer dextran NOTICE : INFORMATION DE L UTILISATEUR FERCAYL 100mg/2ml Solution injectable / pour perfusion Fer (élément) sous forme de complexe fer dextran Ce médicament fait l objet d une surveillance supplémentaire

Plus en détail

ANEPF Troubles thyroïdiens 25/10/02 10:20 Page 57. Chapitre 2. Troubles thyroïdiens

ANEPF Troubles thyroïdiens 25/10/02 10:20 Page 57. Chapitre 2. Troubles thyroïdiens ANEPF Troubles thyroïdiens 25/10/02 10:20 Page 57 Chapitre 2 Troubles thyroïdiens ANEPF Troubles thyroïdiens 25/10/02 10:20 Page 58 Chapitre 2 : Troubles thyroïdiens Deuxième Partie INTRODUCTION Les troubles

Plus en détail

Hépatites virales. Dépistage et suivi, à partir de cas cliniques. Dr Jean-Dominique Poveda Laboratoire Cerba

Hépatites virales. Dépistage et suivi, à partir de cas cliniques. Dr Jean-Dominique Poveda Laboratoire Cerba Hépatites virales Dépistage et suivi, à partir de cas cliniques Dr Jean-Dominique Poveda Laboratoire Cerba Journées de Biologie Clinique Necker Institut Pasteur 2010 Mercredi 20 janvier 20 Difficultés

Plus en détail

Thérapie anti-âge. Revitalisation cellulaire

Thérapie anti-âge. Revitalisation cellulaire Thérapie anti-âge Revitalisation cellulaire La qualité du fonctionnement de notre organisme diminue avec l âge, en particulier les systèmes physiologiques importants tels que : Le système immunitaire,

Plus en détail

Les hypoglycémies du diabétique. Pr Régis Coutant, Angers

Les hypoglycémies du diabétique. Pr Régis Coutant, Angers Les hypoglycémies du diabétique Pr Régis Coutant, Angers Définitions (1) Glycémie inférieure à une valeur entraînant : une réponse détectable des hormones contre régulatrices (#70 mg/dl chez le sujet normal)(épinéphrine,

Plus en détail

VOLUME 2 Aspects cliniques

VOLUME 2 Aspects cliniques VOLUME 2 Aspects cliniques Chapitre 1 Urgences Urgences 154 Urgences C. Melon, D. Van Pee Situation de rupture brutale d équilibre - physique - mental - social Données statistiques - 15% des gens admis

Plus en détail

RENCONTRES FRANCILIENNES EN ONCOGERIATRIE

RENCONTRES FRANCILIENNES EN ONCOGERIATRIE RENCONTRES FRANCILIENNES EN ONCOGERIATRIE Mme S. 86 ans. Antécédents : HTA, FA paroxystique, AVC avec cécité monoculaire droite séquellaire, Asthme, Hypercholestérolémie, Chirurgie de la cataracte de OG

Plus en détail

Dr Ian Champagne Podiatre

Dr Ian Champagne Podiatre Souffrez-vous de douleurs aux chevilles, genoux, hanches, bas du dos ou au cou? Avez-vous des crampes, des engourdissements ou des brûlements aux pieds ou aux orteils? Éprouvez-vous de la douleur au talon

Plus en détail

Le paracétamol. Antalgique

Le paracétamol. Antalgique Le paracétamol Antalgique La douleur Présentation La douleur est un mécanisme physiologique ayant pour fonction principale l alerte. Elle informe le cerveau de l existence d une menace. La peau, les muscles

Plus en détail

Prévention des chutes des personnes âgée à Domicile

Prévention des chutes des personnes âgée à Domicile Prévention des chutes des personnes âgée à Domicile Dr D. Mengue Semaine bleue 2013 «CODERPA 89» États des lieux plan Quelques chiffres intéressants Les engagements publics pour prévenir la chute chez

Plus en détail

La douleur chronique non cancéreuse en soins de première ligne : Portrait de la situation

La douleur chronique non cancéreuse en soins de première ligne : Portrait de la situation PROGRAMME - VOLET 2A La douleur chronique non cancéreuse soins de première ligne : Portrait de la situation CORRIGÉ QUESTIONNAIRE À L INTENTION DES PROFESSIONNELS Chercheures : Lyne Lalonde, Ph. D. Faculté

Plus en détail