COMMISSION DES COMMUNAUTÉS EUROPÉENNES CREER LA CROISSANCE ET L EMPLOI : UN NOUVEAU CYCLE DE COORDINATION INTEGRE DE L EMPLOI ET DE L ECONOMIE

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "COMMISSION DES COMMUNAUTÉS EUROPÉENNES CREER LA CROISSANCE ET L EMPLOI : UN NOUVEAU CYCLE DE COORDINATION INTEGRE DE L EMPLOI ET DE L ECONOMIE"

Transcription

1 COMMISSION DES COMMUNAUTÉS EUROPÉENNES Bruxelles, le SEC (2005) 193 CREER LA CROISSANCE ET L EMPLOI : UN NOUVEAU CYCLE DE COORDINATION INTEGRE DE L EMPLOI ET DE L ECONOMIE Document d accompagnement à la Communication au Conseil européen de Printemps 2005 {COM (2005) 24} Travaillons ensemble pour la croissance et l emploi 1

2 PRODUIRE DE LA CROISSANCE ET DE L'EMPLOI: UN NOUVEAU CYCLE INTEGRE DE COORDINATION DANS LES DOMAINES DE L'ECONOMIE ET DE L'EMPLOI DANS L'UNION EUROPEENNE Le rapport Kok a souligné qu'il fallait améliorer et simplifier la gouvernance de la stratégie de Lisbonne. Il est dès lors nécessaire d'améliorer les mécanismes d'exécution. Ces mécanismes portent dans une large mesure sur la manière d'organiser le processus de coordination de l'union dans les domaines de l'économie et de l'emploi. L'approche intégrée en matière de coordination des politiques économiques et de l'emploi propose un certain nombre de changements visant à rationaliser et à simplifier le processus existant de coordination dans les domaines de l'économie et de l'emploi ainsi que le mode de présentation de rapports (voir annexes 1 et 2). Ces propositions ne remettent pas en cause le cycle de coordination existant dans les domaines de l'économie et de l'emploi, mais elles permettent d'y intégrer un certain nombre de processus existants qui portent sur des questions liées aux réformes structurelles/microéconomiques. Le point de départ consiste à élaborer des programmes d'action au niveau de l'union et à celui des États membres, qui traduisent les priorités fixées dans la communication. Cela permettra à la d'appuyer le processus de réforme dans les États membres, tout en le faisant progresser à l'échelle de l'ue. Les progrès accomplis en matière d'exécution de ces programmes d'action européens et nationaux feraient l'objet d'un suivi minutieux de la part de la et d'une évaluation lors du Conseil européen de printemps. 1. PLANIFIER DES ACTIONS AUX NIVEAUX DE L'UNION EUROPEENNE ET DES ÉTATS MEMBRES: VERS UNE APROCHE INTEGREE 1.2 Au niveau de l'union européenne Un certain nombre des mesures politiques importantes que la communication propose dans les domaines d'action essentiels doivent être prises à l'échelle de l'union, dans le cadre de ce que l'on appelle la "méthode communautaire". Ces mesures sont rassemblées dans un plan d'action de l'union qui pourrait être appelé "programme d'action de Lisbonne". L'exécution effective et efficace de ce programme sera essentielle pour asseoir la crédibilité de la nouvelle stratégie de Lisbonne. 1.3 Au niveau des États membres Il est proposé que des programmes d'action nationaux soient établis de manière à intégrer un grand nombre d'initiatives existantes et à devenir les fondements d'un système simplifié de soumission de rapports. Les grandes orientations des politiques économiques (GOPE) sont le principal instrument prévu dans le traité pour coordonner les politiques économiques dans l'union et les lignes pour l'emploi sont le principal instrument de politique de l'emploi prévu dans le traité. Ces instruments sont dès lors les outils qu'il convient logiquement d'utiliser pour orienter de manière cohérente la transposition du partenariat pour la croissance et l'emploi, et les diverses mesures qui en découlent, en initiatives politiques nationales. Sur la base des orientations contenues dans la communication relative à l'examen à mi-parcours, la communiquera une nouvelle série d'orientations dans le cadre de sa 2

3 Recommendation des GOPE en 2005 (voir annexe1). Elle fixera pareillement les priorités des politiques de l'emploi dans les lignes et recommandations pour l'emploi. L'ensemble intégré d'orientations Les GOPE et les lignes pour l'emploi seraient intégrées dans un "ensemble intégré d'orientations" composé de cinq chapitres. Outre l'introduction politique (chapitre I) et la conclusion (chapitre V), l'ensemble serait divisé en deux parties clairement distinctes. La première partie (englobant les chapitres II et III) contiendrait les GOPE (fondées sur l'article 99 du traité), qui visent à coordonner les politiques économiques. La seconde partie (chapitre IV) contiendrait les lignes pour l'emploi (fondées sur l'article 128 du traité). La première partie serait subdivisée en deux chapitres traitant respectivement des questions macroéconomiques (chapitre II) et des questions microéconomiques (chapitre III). Le chapitre IV traiterait exclusivement de l'emploi et devrait être compatible avec les GOPE, conformément au traité d'amsterdam 1. Ensemble intégré d'orientations Première partie Grandes orientations des politiques économiques Chapitre II: Macroéconomie (art. 99) Chapitre I: Introduction Chapitre III: Microéconomie Chapitre V: Conclusion Seconde partie Lignes pour l'emploi (art. 128) Chapitre IV: Emploi Il convient de noter que la surveillance budgétaire fera l'objet d'un processus distinct s'inscrivant dans le cadre du pacte de stabilité et de croissance. Compte tenu de la spécificité de ce processus, de nouveaux efforts seront accomplis pour exploiter les synergies pouvant être développées avec d'autres processus, notamment en ce qui concerne les GOPE. Après l'adoption des GOPE et des lignes pour l'emploi, les États membres se fonderaient sur celles-ci pour établir un programme d'action national unique. Les orientations et lignes laisseront aux États membres suffisamment de marge de manoeuvre pour faire face à des obligations politiques spécifiquement nationales. Le cycle de coordination des politiques économiques et de l'emploi: un nouveau départ en Le protocole du traité d'amsterdam dispose que les nouveaux instruments sectoriels que sont les lignes pour l'emploi "sont compatibles avec les grandes orientations adoptées en application de l'article 99, paragraphe 2". 3

4 En 2005, les GOPE et les lignes pour l'emploi seront adoptées sous forme d'ensemble unique après le Conseil européen de printemps pour que les États membres puissent s'en servir pour élaborer leurs programmes nationaux sur la stratégie de Lisbonne, qui doivent être présentés à l'automne. Ce sera le début d'un cycle de coordination triennal ( , voir annexes 3 à 6). L'objectif poursuivi consiste à instaurer un cadre de référence suffisamment stable dans la perspective des discussions qui auront lieu au sein du Conseil européen pour permettre à tous les acteurs de se concentrer sur l'application effective de la stratégie de Lisbonne révisée. Alors qu'une évaluation qualifiée de "légère" sera réalisée au cours des deux premières années (2006 et 2007), une évaluation plus "approfondie" est prévue pour L'évaluation "légère" sera publiée dans un rapport de situation annuel de l'ue, tandis que l'évaluation approfondie fera partie d'un rapport stratégique de l'ue (2008), qui marquera le début d'un deuxième cycle triennal. Étant donné qu'il est nécessaire de veiller à ce que les États membres arrêtent, dans le cadre de leurs programmes nationaux sur la stratégie de Lisbonne, des panoplies de mesures appropriées pour faire face aux réalités spécifiquement nationales et à ce que les États membres s'approprient davantage le processus de réforme, le nouvel ensemble de GOPE et de lignes pour l'emploi restera assez général en Il ne contiendra dès lors aucune nouvelle orientation ou recommandation spécifique à un pays. Néanmoins, les recommandations déjà spécifiquement adressées aux pays resteraient valables (implicitement) et ne seraient révisées, au besoin, qu'en 2006 sur la base des programmes nationaux sur la stratégie de Lisbonne qui seront communiqués à l'automne En effet, étant donné que les États membres adopteront leurs programmes nationaux sur la stratégie de Lisbonne à l'automne 2005, la sera en mesure de rendre compte au début 2006 des réformes programmées dans toute l'union dans son premier rapport annuel de l'ue sur l'évolution de la situation. Les rapports sur l'application effective par les États membres de leurs programmes nationaux de Lisbonne seront insérés dans le rapport annuel 2007 sur l'évolution de la situation. Le rapport stratégique de l'ue, prévu pour 2008, contiendra une évaluation approfondie de l'application de la stratégie de Lisbonne révisée ainsi que des propositions de modification détaillées s'il y a lieu. À ce stade, il pourrait être jugé nécessaire de réexaminer le processus de planification et de présentation des rapports afin d'évaluer s'il y a lieu de poursuivre la rationalisation. Conception des programmes nationaux sur la stratégie de Lisbonne Il est proposé que les programmes nationaux sur la stratégie de Lisbonne soient présentés dans un format normalisé comportant trois parties: la première partie traiterait des mesures macroéconomiques et budgétaires (nécessaires pour créer des conditions macroéconomiques saines), la deuxième serait consacrée aux politiques du marché du travail et la troisième porterait sur les questions liées aux réformes microéconomiques. Les programmes devraient rester des instruments suffisamment flexibles pour permettre aux États membres de les adapter à leurs besoins spécifiques. En ce qui concerne la partie traitant des mesures macroéconomiques, il convient de souligner que, dans le contexte actuel, les programmes de stabilité et de convergence seraient présentés à l'automne parallèlement aux programmes nationaux sur la stratégie de Lisbonne, mais ils continueraient de l'être sous forme de documents distincts centrés sur les aspects des finances publics. Le chapitre relatif à l'emploi se fonderait sur les programmes d'action nationaux existant en matière d'emploi (élaborés conformément au traité). L'intégration de ces programmes d'action dans les programmes nationaux sur la stratégie de Lisbonne devrait renforcer l'importance de l'emploi dans la nouvelle stratégie de Lisbonne. Le chapitre portant sur les mesures structurelles/microéconomiques devra être élaboré sur la base de la partie des GOPE qui traite des questions microéconomiques. Ce chapitre inclura les programmes stratégiques relatifs aux 4

5 fonds structurels, qui énoncent les priorités de chaque État membre en ce qui concerne les dépenses de l'ue dans le cadre des programmes régionaux. Ces priorités seront étroitement liées aux priorités énoncées dans la communication. Les États membres devraient s'engager à discuter ces programmes nationaux sur la stratégie de Lisbonne avec leurs partenaires sociaux et à les faire adopter par leur gouvernement au terme d'un débat au sein de leur Parlement national. Le Parlement européen devrait être étroitement associé à l'actualisation de la stratégie de Lisbonne; il devrait participer pleinement au débat et donner des orientations au Conseil et aux États membres. Étant donné que l'ensemble intégré d'orientations forme un tout, le Parlement européen devrait être invité à le commenter dans son intégralité avant qu'il soit adopté par le Conseil européen. Le Parlement pourrait, dans ce contexte, mettre à profit l'expérience qu'il a acquise en la matière en donnant des avis, au début du printemps, sur les lignes pour l'emploi, conformément à l'article 128 du traité. Conformément aux accords interinstitutionnels, les présidents du Parlement européen, du Conseil et de la devraient se réunir pour déterminer la programmation législative concernant l'application du programme communautaire sur la stratégie de Lisbonne. 2. RATIONALISER LA PRESENTATION DE RAPPORTS AUX NIVEAUX DE L'UNION EUROPEENNE ET DES ÉTATS MEMBRES 2.1 Au niveau de l'union européenne Au niveau de l'ue, il n'y aura qu'un seul rapport sur les progrès accomplis par l'union dans la réalisation des actions prévues par le programme d'action de l'ue. Ce document pourrait être fondé sur des rapports existants, tels que le rapport sur la mise en œuvre de la stratégie pour le marché intérieur, et sur des instruments de suivi, tels que le tableau d'affichage du marché intérieur. Il sera intégré dans le rapport d'avancement annuel/rapport stratégique, global, de l'union européenne (voir ci-dessous). 2.2 Au niveau des États membres La présentation de rapports nationaux sera rationalisée pour englober les aspects macroéconomiques et budgétaires, les réformes microéconomique ou structurelles et les questions d'emploi. S'agissant des rapports relatifs aux réformes structurelles, les États membres pourraient s'appuyer dans une large mesure sur les rapports nationaux existants concernant la réforme structurelle dans le cadre du processus de Cardiff. S'il y a lieu de développer davantage la présentation de rapports nationaux sur les questions macroéconomiques, la soumission de rapports en matière d'emploi peut se fonder sur ceux existants concernant les programmes d'action nationaux pour l'emploi. La résumera les progrès accomplis par les États membres en ce qui concerne leurs programmes nationaux sur la stratégie de Lisbonne dans son rapport d'avancement annuel/rapport stratégique de l'union européenne. En outre, elle réexaminera les processus de la méthode ouverte de coordination liés à la stratégie de Lisbonne, en vue de déterminer leur valeur ajoutée dans le contexte de cette stratégie renouvelée de mise en œuvre et de présentation de rapports. Cela signifie que les processus connexes de la MOC et autres processus sectoriels peuvent inspirer les programmes nationaux sur la stratégie de Lisbonne dans la mesure où ils ont directement trait à la croissance et à l'emploi. Les processus qui n'enrichiraient plus la structure renouvelée sur la stratégie de Lisbonne pourraient être maintenus à d'autres fins d'orientation politique en dehors de la stratégie de Lisbonne. 5

6 La structure de soumission des rapports reflétera celle du paquet intégré de lignes et englobera les aspects macro et microéconomiques, ainsi que les questions d'emploi. Elle permettra d'associer plus efficacement le Conseil «Compétitivité» aux discussions sur la réforme microéconomique/structurelle, tandis que le Conseil «Affaires économiques et financières» et le Conseil «Emploi et affaires sociales» se concentreraient davantage, respectivement, sur les aspects macroéconomiques et les questions d'emploi. 3. ÉLABORATION D'UN RAPPORT STRATEGIQUE, INTEGRE, POUR LE CONSEIL EUROPEEN Sur la base de ce cycle rationalisé pour la soumission des rapports, la établirait, en janvier, un rapport intégré destiné au Conseil européen de printemps, présentant les progrès accomplis concernant la stratégie de Lisbonne. Ce rapport serait structuré de la même manière que le paquet intégré de lignes et comprendrait une évaluation du programme de l'ue sur la stratégie de Lisbonne. Pendant les deux premières années du cycle triennal de coordination des politiques économique et de l'emploi, le rapport intégré serait appelé rapport d'avancement annuel de l'union européenne (examen «léger»), tandis qu'au cours de la troisième année, il serait désigné sous la dénomination de rapport stratégique de l'union européenne (examen «approfondi»). La formulerait également dans ce rapport des propositions visant à modifier, si nécessaire, les GOPE, les lignes pour l'emploi et le programme de l'ue sur la stratégie de Lisbonne. Il s'agira d'un élément de simplification important pour faire en sorte que le rapport intégré soit adopté en même temps que les propositions de la concernant les GOPE et les lignes pour l'emploi, à savoir avant le Conseil européen de printemps. Le rapport intégré engloberait l'actuel rapport de printemps de la, ainsi qu'un certain nombre de rapports sur la mise en oeuvre des lignes au niveau européen, tels que le le rapport sur la mise en œuvre des GOPE et le rapport conjoint sur l'emploi et. En outre, le rapport porterait également sur les progrès accomplis en ce qui concerne la réalisation du programme de l'ue sur la stratégie de Lisbonne. Un rapport unifié et intégré au niveau du Conseil européen permettrait une appropriation politique au plus haut niveau. Les orientations sur ces questions données par le Conseil européen se traduiraient ultérieurement par des modifications apportées aux GOPE, aux lignes pour l'emploi, ainsi qu'aux programmes nationaux et de l'ue sur la stratégie de Lisbonne. 6

7 ANNEXE 1 PROPOSITION DE PROCESSUS DE COORDINATION SIMPLIFIÉ PROCESSUS DE COORDINATION DE LISBONNE AUJOURD HUI Orientations politiques Lignes Politiques Rapports intérimaires Rapports de synthèse Évaluation de Lisbonne Conlusions des Conseils européens de printemps GOPE LDE programmes nat. de réforme (Agenda 2010) Plans d action pour l emploi Programmes de stab. & de conv. Plan d action nat. -inclusion soc. -retraites Rapports de Cardiff Rapport nat. MOC -retraites -Charte europ. Rapport annuel sur les réformes structurelles Rapport conjoint pour l emploi Rapport de mise en oeuvre des GOPE Synthèse -inclusion soc. -retraites -Charte eur. EI-Scoreboard EP-Scoreboard Rapport de printemps de la Stratégie pour le marché intérieur Rapport de mise en oeuvre de la SMI Tabl. de bord du marché intér. Rapport sur la compétitivité Rapport de printemps de la PROCESSUS DE COORDINATION DE LISBONNE SIMPLIFIÉ Orientations politiques Lignes Politiques Rapports intérimaires Rapports de synthèse Évaluation de Lisbonne Programmes nationaux sur Lisbonne GOPE LDE Programmes nationaux sur Lisbonne (prospectifs) Programmes nationaux sur Lisbonne (rétrospectifs) Partenariat pour l emploi et la croissance Rapport intérimaire annuel de l UE / Rapport stratégique de l UE Programme communautaire sur la stratégie de Lisbonne 7

8 ANNEXE 2: NOUVEAU CYCLE DE COORDINATION Proposition pour l année t JANVIER Rapport intérimaire annuel de l UE en t, fondé sur les programmes nationaux sur Lisbonne de l année t-1, dont le projet de RCE et le rapport intérimaire sur les GOPE. Proposition de la Comm. pour un paquet de lignes intégrées (LDE et GOPE) FÉVR./MARS Contribution des formations du Conseil sur l intégration des lignes -EPSSC -ECOFIN -(COMP) et PE sur l ensemble MARS Conseil européen de printemps Adoption des lignes intégrées Cycle actuel de coordination des politiques économiques et de l emploi AVRIL Le Conseil adopte les lignes intégrées; ECOFIN GOPE; EPSSC adopte les LDE Programmes nationaux sur Lisbonne (rétrospectifs/prospectifs) fondés sur les LDE & les GOPE, y compris les PAN pour l emploi Programmes de stabilité et de convergence soumis séparément La évalue la mise en oeuvre. Mise en œuvre des GOPE et des LDE. En outre, SMI (janvier) Conseil européen Orientations politiques générales GOPE, LDE + SMI (mars) Lignes intégrées GOPE, LDE + IMS (avril) Le Conseil européen lignes intégrées. GOPE, LDE + SMI. (juin) Rapport des États membres sur la mise en oeuvre: programmes de stab. et conv.(oct.-déc) et plans d action nationaux pour l emploi) La évalue la mise en oeuvre 8

9 ANNEXE 3: TRANSITION 2005 Proposition pour 2005 JANVIER MARS AVRIL JUIN Paquet de mise en oeuvre Le Conseil Proposition de Le Conseil Premiers programmes La (rapport intérimaire sur les européen de la européen nationaux sur Lisbonne GOPE, projet de RCE et SMI). printemps émet sur les lignes adopte (prospectifs) fondés sur évalue la mise un avis sur les les lignes les LDE & les GOPE, y en oeuvre lignes intégrées compris les PAN pour intégrées transmise au intégrées; l emploi Conseil et au ECOFIN PE Programmes de stabilité GOPE; et de convergence soumis EPSSC adopte séparément Cycle actuel de coordination des politiques économiques et de l emploi les LDE. Paquet de mise en œuvre: GOPE, LDE + SMI (janvier) Conseil européen Orientations politiques générales GOPE, LDE + SMI (mars) Lignes intégrées GOPE, LDE + IMS (avril) Le Conseil européen lignes intégrées. GOPE, LDE + SMI. (juin) Rapport des États membres sur la mise en oeuvre: programmes de stab. et conv.(oct.-déc) et plans d action nationaux pour l emploi) La évalue la mise en oeuvre 9

10 ANNEXE 4: TRANSITION 2006 Proposition pour 2006 JANVIER Rapport intérimaire annuel de l UE, fondé sur les programmes nationaux sur Lisbonne de 2005 (prospectifs), dont le projet de RCE et le rapport intérimaire sur les GOPE. FÉVR./MARS Contribution des formations du Conseil sur l intégration des lignes -EPSSC -ECOFIN -(COMP) et PE sur l ensemble MARS Conseil européen de printemps Adoption des lignes intégrées Proposition de la Comm. pour un paquet de lignes Cycle intégrées actuel (LDE de coordination et GOPE) des politiques économiques et de l emploi AVRIL Le Conseil adopte les lignes intégrées; ECOFIN GOPE; EPSSC adopte les LDE Programmes nationaux sur Lisbonne (rétrospectifs) fondés sur les LDE & les GOPE, y compris les PAN pour l emploi Programmes de stabilité et de convergence soumis séparément La évalue la mise en oeuvre. Paquet de mise en œuvre: GOPE, LDE + SMI (janvier) Conseil européen Orientations politiques générales GOPE, LDE + SMI (mars) Lignes intégrées GOPE, LDE + IMS (avril) Le Conseil européen lignes intégrées. GOPE, LDE + SMI. (juin) Rapport des États membres sur la mise en oeuvre: programmes de stab. et conv.(oct.-déc) et plans d action nationaux pour l emploi) La évalue la mise en oeuvre 10

11 ANNEXE 5: TRANSITION 2007 Proposition pour 2007 JANVIER Rapport intérimaire annuel de l UE, fondé sur les programmes nationaux sur Lisbonne de 2006, dont le projet de RCE et le rapport intérimaire sur les GOPE. Proposition de la Comm. pour un paquet de lignes intégrées (LDE et GOPE) FÉVR./MARS Contribution des formations du Conseil sur l intégration des lignes -EPSSC -ECOFIN -(COMP) et PE sur l ensemble du paquet MARS Conseil européen de printemps Adoption des lignes intégrées AVRIL Le Conseil adopte les lignes intégrées; ECOFIN GOPE; EPSSC adopte les LDE Programmes nationaux sur Lisbonne (rétrospectifs et prospectifs) fondés sur les LDE & les GOPE, y compris les PAN pour l emploi Programmes de stabilité et de convergence soumis séparément Cycle actuel de coordination des politiques économiques et de l emploi La évalue la mise en oeuvre. Paquet de ise en œuvre: GOPE, LDE + SMI (janvier) Conseil européen Orientations politiques générales GOPE, LDE + SMI (mars) Lignes intégrées GOPE, LDE + IMS (avril) Le Conseil européen lignes intégrées. GOPE, LDE + SMI. (juin) Rapport des États membres sur la mise en oeuvre: programmes de stab. et conv. (oct.-déc) et plans d action nationaux pour l emploi) La évalue la mise en oeuvre 11

12 ANNEXE 6: TRANSITION 2008 Proposition pour 2008 Hiver Printemps Été JANVIER FÉVR./MARS AVRIL Programmes nationaux Premier rapport stratégique MARS La Contributions Le Conseil de l UE, fondé sur les Conseil sur Lisbonne (prospectifs programmes nationaux sur des formations européen de et rétrospectifs) fondés sur évalue la mise Lisbonne de 2007, dont du Conseil sur lignes printemps les LDE & les GOPE, y en oeuvre le projet de RCE et le rapport l'intégration des Adoption des compris les PAN pour intérimaire sur les GOPE. lignes - intégrées; lignes l'emploi - EPSSC ECOFIN Proposition de la Comm. pour -ECOFIN Programmes de stabilité et un paquet de lignes intégrées - (COMP) et PE GOPE; intégrées (LDE et GOPE) de convergence soumis sur l'ensemble du EPSSC séparément paquet LDE Cycle actuel de coordination des politiques économiques et de l'emploi Conseil européen Orientations politiques générales GOE, LDE + SMI (mars) Le Conseil européen adopte les lignes intégrées. GOE, LDE + SMI (juin) Rapport des États membres sur la mise en oeure: programmes de stab. Et conv. (oct.-déc) et plans d'action nationaux pour. Paquet de l'emploi) mise en œuvre: GOPE, LDE + SMI (janvier) Lignes intégrées GOPE, LDE + IMS (avril) La évalue la mise en oeuvre - 12

E 7418 TREIZIÈME LÉGISLATURE SESSION ORDINAIRE DE 2011-2012. Le 14 juin 2012 Le 14 juin 2012

E 7418 TREIZIÈME LÉGISLATURE SESSION ORDINAIRE DE 2011-2012. Le 14 juin 2012 Le 14 juin 2012 E 7418 ASSEMBLÉE NATIONALE S É N A T TREIZIÈME LÉGISLATURE SESSION ORDINAIRE DE 2011-2012 Reçu à la Présidence de l'assemblée nationale Enregistré à la Présidence du Sénat Le 14 juin 2012 Le 14 juin 2012

Plus en détail

Conclusions du Conseil sur l'innovation dans l'intérêt des patients

Conclusions du Conseil sur l'innovation dans l'intérêt des patients Conseil de l'union Européenne PRESSE FR CONCLUSIONS DU CONSEIL Bruxelles, le 1 décembre 2014 Conclusions du Conseil sur l'innovation dans l'intérêt des patients Session du Conseil Emploi, politique sociale,

Plus en détail

NOTE Secrétariat général délégations Feuilles de route concernant la stabilité des marchés financiers

NOTE Secrétariat général délégations Feuilles de route concernant la stabilité des marchés financiers CONSEIL DE L'UNION EUROPÉENNE Bruxelles, le 15 mai 2008 (20.05) (OR. en) 9056/1/08 REV 1 TRADUCTION NON RÉVISÉE EF 27 ECOFIN 158 NOTE du: aux: Objet: Secrétariat général délégations Feuilles de route concernant

Plus en détail

DOCUMENT DE CONSULTATION

DOCUMENT DE CONSULTATION COMMISSION EUROPÉENNE Bruxelles, le 10.4.2015 C(2015) 2303 final DOCUMENT DE CONSULTATION Première phase de consultation des partenaires sociaux au titre de l article 154 du TFUE concernant une consolidation

Plus en détail

CONSEIL DE L'UNION EUROPÉENNE. Bruxelles, le 22 juin 2011 (OR. en) 11316/3/11 REV 3

CONSEIL DE L'UNION EUROPÉENNE. Bruxelles, le 22 juin 2011 (OR. en) 11316/3/11 REV 3 CONSEIL DE L'UNION EUROPÉENNE Bruxelles, le 22 juin 2011 (OR. en) 11316/3/11 REV 3 UEM 133 ECOFIN 353 SOC 500 COMPET 263 ENV 476 EDUC 143 RECH 179 ENER 180 ACTES LÉGISLATIFS ET AUTRES INSTRUMENTS Objet:

Plus en détail

E 5040 TREIZIÈME LÉGISLATURE SESSION ORDINAIRE DE 2009-2010

E 5040 TREIZIÈME LÉGISLATURE SESSION ORDINAIRE DE 2009-2010 E 5040 ASSEMBLÉE NATIONALE S É N A T TREIZIÈME LÉGISLATURE SESSION ORDINAIRE DE 2009-2010 Reçu à la Présidence de l'assemblée nationale Enregistré à la Présidence du Sénat le 20 janvier 2010 le 20 janvier

Plus en détail

LIBRE CIRCULATION DES MARCHANDISES

LIBRE CIRCULATION DES MARCHANDISES LIBRE CIRCULATION DES MARCHANDISES La libre circulation des marchandises, la première des quatre libertés fondamentales du marché intérieur, est garantie par la suppression des droits de douane et des

Plus en détail

A. DISPOSITIONS DES TRAITÉS EN MATIÈRE D'AIDES D'ETAT

A. DISPOSITIONS DES TRAITÉS EN MATIÈRE D'AIDES D'ETAT DISPOSITIONS DES TRAITÉS EN MATIÈRE D'AIDES D'ETAT DISPOSITIONS DES TRAITÉS EN MATIERE D'AIDES D'ETAT Tableau de correspondance entre l'ancienne et la nouvelle numérotation des articles suite à l'entrée

Plus en détail

DES GOUVERNEMENTS DES ETATS MEMBRES Secrétariat CONF 3980/96

DES GOUVERNEMENTS DES ETATS MEMBRES Secrétariat CONF 3980/96 CONFERENCE DES REPRESENTANTS DES GOUVERNEMENTS DES ETATS MEMBRES Secrétariat CONF 3980/96 Bruxelles, l (OR.dk) LIMITE NOTE DE TRANSMISSION Objet : Protection des consommateurs Les délégations trouveront

Plus en détail

CONSEIL DE L'UNION EUROPÉENNE. Bruxelles, le 27 février 2014 (OR. en) 5777/14 ADD 1 PV/CONS 2 ECOFIN 72. PROJET DE PROCÈS-VERBAL Objet:

CONSEIL DE L'UNION EUROPÉENNE. Bruxelles, le 27 février 2014 (OR. en) 5777/14 ADD 1 PV/CONS 2 ECOFIN 72. PROJET DE PROCÈS-VERBAL Objet: CONSEIL DE L'UNION EUROPÉENNE Bruxelles, le 27 février 2014 (OR. en) 5777/14 ADD 1 PV/CONS 2 ECOFIN 72 PROJET DE PROCÈS-VERBAL Objet: 3290 e session du Conseil de l'union européenne (AFFAIRES ÉCONOMIQUES

Plus en détail

Un plan d'investissement pour l'europe

Un plan d'investissement pour l'europe Un plan d'investissement pour l'europe Le «triangle vertueux» INVESTISSEMENT RÉFORMES STRUCTURELLES RESPONSABILITÉ BUDGÉTAIRE 1 Un plan d'investissement pour l'europe MOBILISATION DE FINANCEMENTS POUR

Plus en détail

LOLF. Les essentiels - 2005 - AMUE

LOLF. Les essentiels - 2005 - AMUE LOLF Les essentiels - 2005 - AMUE 1 Objectifs de la réforme Redonner un pouvoir de contrôle aux parlementaires. Rendre l'utilisation des moyens plus lisible. Remplacer une culture de moyens par une culture

Plus en détail

DOCUMENT DE TRAVAIL DES SERVICES DE LA COMMISSION RÉSUMÉ DE L'ANALYSE D'IMPACT. Accompagnant le document

DOCUMENT DE TRAVAIL DES SERVICES DE LA COMMISSION RÉSUMÉ DE L'ANALYSE D'IMPACT. Accompagnant le document COMMISSION EUROPÉENNE Bruxelles, le 19.12.2011 SEC(2011) 1611 final DOCUMENT DE TRAVAIL DES SERVICES DE LA COMMISSION RÉSUMÉ DE L'ANALYSE D'IMPACT Accompagnant le document Proposition de règlement du Parlement

Plus en détail

Proposition de RÈGLEMENT DU PARLEMENT EUROPÉEN ET DU CONSEIL

Proposition de RÈGLEMENT DU PARLEMENT EUROPÉEN ET DU CONSEIL COMMISSION EUROPÉENNE Bruxelles, le 12.9.2012 COM(2012) 512 final 2012/0244 (COD) Proposition de RÈGLEMENT DU PARLEMENT EUROPÉEN ET DU CONSEIL modifiant le règlement (UE) n 1093/2010 instituant une Autorité

Plus en détail

Séance commune des Conseils du mercredi 7 juillet 2004 -----------------------------------------------------------------------------

Séance commune des Conseils du mercredi 7 juillet 2004 ----------------------------------------------------------------------------- CONSEIL CENTRAL DE L'ECONOMIE CONSEIL NATIONAL DU TRAVAIL CCE 2004-743 DEF AVIS N 1.488 Séance commune des Conseils du mercredi 7 juillet 2004 -----------------------------------------------------------------------------

Plus en détail

Conclusions du Conseil sur le financement pour la croissance et le financement à long terme de l'économie européenne

Conclusions du Conseil sur le financement pour la croissance et le financement à long terme de l'économie européenne Conseil de l'union Européenne PRESSE FR CONCLUSIONS DU CONSEIL Bruxelles, le 9 décembre 2014 Conclusions du Conseil sur le financement pour la croissance et le financement à long terme de l'économie européenne

Plus en détail

DOCUMENT DE TRAVAIL DES SERVICES DE LA COMMISSION RÉSUMÉ DE L ANALYSE D IMPACT. accompagnant la

DOCUMENT DE TRAVAIL DES SERVICES DE LA COMMISSION RÉSUMÉ DE L ANALYSE D IMPACT. accompagnant la COMMISSION EUROPÉENNE Bruxelles, le 4.10.2012 SWD(2012) 291 final DOCUMENT DE TRAVAIL DES SERVICES DE LA COMMISSION RÉSUMÉ DE L ANALYSE D IMPACT accompagnant la proposition de règlement du Parlement européen

Plus en détail

Cas n COMP/M.6889 - SOGECAP/ CARDIF/ ENSEMBLE IMMOBILIER CLICHY-LA-GARENNE

Cas n COMP/M.6889 - SOGECAP/ CARDIF/ ENSEMBLE IMMOBILIER CLICHY-LA-GARENNE FR Cas n COMP/M.6889 - SOGECAP/ CARDIF/ ENSEMBLE IMMOBILIER CLICHY-LA-GARENNE Le texte en langue française est le seul disponible et faisant foi. REGLEMENT (EC) n 139/2004 SUR LES CONCENTRATIONS Article

Plus en détail

Déclaration sur le droit au développement

Déclaration sur le droit au développement Déclaration sur le droit au développement Adoptée par l'assemblée générale des Nations Unies dans sa résolution 41/128 du 4 décembre 1986 L'Assemblée générale, Ayant à l'esprit les buts et principes de

Plus en détail

Membre de la Commission européenne, chargé du Marché intérieur et des Services

Membre de la Commission européenne, chargé du Marché intérieur et des Services SPEECH/13/XXX Michel BARNIER Membre de la Commission européenne, chargé du Marché intérieur et des Services Dématérialisation de la commande publique : un levier de modernisation de l administration publique

Plus en détail

CONSEIL DE L'UNION EUROPÉENNE. Bruxelles, le 16 septembre 2013 (OR. en) 13152/13 Dossier interinstitutionnel: 2013/0282 (NLE) RECH 385 COEST 240

CONSEIL DE L'UNION EUROPÉENNE. Bruxelles, le 16 septembre 2013 (OR. en) 13152/13 Dossier interinstitutionnel: 2013/0282 (NLE) RECH 385 COEST 240 CONSEIL DE L'UNION EUROPÉENNE Bruxelles, le 16 septembre 2013 (OR. en) 13152/13 Dossier interinstitutionnel: 2013/0282 (NLE) RECH 385 COEST 240 ACTES LÉGISLATIFS ET AUTRES INSTRUMENTS Objet: DÉCISION DU

Plus en détail

Développement rural 2007-2013. Document d orientation

Développement rural 2007-2013. Document d orientation Développement rural 2007-2013 MANUEL RELATIF AU CADRE COMMUN DE SUIVI ET D EVALUATION Document d orientation Septembre 2006 Direction générale de l agriculture et du développement rural TABLE DES MATIÈRES

Plus en détail

E 6221 TEXTE SOUMIS EN APPLICATION DE L ARTICLE 88-4 DE LA CONSTITUTION PAR LE GOUVERNEMENT, À L ASSEMBLÉE NATIONALE ET AU SÉNAT.

E 6221 TEXTE SOUMIS EN APPLICATION DE L ARTICLE 88-4 DE LA CONSTITUTION PAR LE GOUVERNEMENT, À L ASSEMBLÉE NATIONALE ET AU SÉNAT. E 6221 ASSEMBLÉE NATIONALE TREIZIÈME LÉGISLATURE SÉNAT SESSION ORDINAIRE DE 2010-2011 Reçu à la Présidence de l Assemblée nationale le 4 mai 2011 Enregistré à la Présidence du Sénat le 4 mai 2011 TEXTE

Plus en détail

Recommandation de RECOMMANDATION DU CONSEIL. concernant le programme national de réforme du Luxembourg pour 2015

Recommandation de RECOMMANDATION DU CONSEIL. concernant le programme national de réforme du Luxembourg pour 2015 COMMISSION EUROPÉENNE Bruxelles, le 13.5.2015 COM(2015) 265 final Recommandation de RECOMMANDATION DU CONSEIL concernant le programme national de réforme du Luxembourg pour 2015 et portant avis du Conseil

Plus en détail

Les membres sont invités à prendre note des modifications proposées et à faire part de leurs observations éventuelles.

Les membres sont invités à prendre note des modifications proposées et à faire part de leurs observations éventuelles. COMMISSION EUROPÉENNE DG Marché intérieur INSTITUTIONS FINANCIÈRES Assurance MARKT/2519/02 FR Orig. EN Bruxelles, le 27 septembre 2002 MARKT/C2/MAAT D(2002) NOTE AUX MEMBRES DU SOUS-COMITE SOLVABILITE

Plus en détail

QUESTIONS/REPONSES SUR LE STATUT D'EXPORTATEUR AGREE DGDDI Bureau E1- septembre 2011 Statut d'exportateur agréé (EA)

QUESTIONS/REPONSES SUR LE STATUT D'EXPORTATEUR AGREE DGDDI Bureau E1- septembre 2011 Statut d'exportateur agréé (EA) Questions Quand un exportateur doit-il prendre le statut d'exportateur agréé? QUESTIONS/REPONSES SUR LE STATUT D'EXPORTATEUR AGREE DGDDI Bureau E1- septembre 2011 Statut d'exportateur agréé (EA) Réponses

Plus en détail

Dahir n 1-09-16 du 22 safar 1430 (18 février 2009) portant promulgation de la loi n 42-08 portant création de l'agence pour le développement agricole.

Dahir n 1-09-16 du 22 safar 1430 (18 février 2009) portant promulgation de la loi n 42-08 portant création de l'agence pour le développement agricole. Dahir n 1-09-16 du 22 safar 1430 (18 février 2009) portant promulgation de la loi n 42-08 portant création de l'agence pour le développement agricole. LOUANGE A DIEU SEUL! (Grand Sceau de Sa Majesté Mohammed

Plus en détail

Séminaires organisés en France Séminaires organisés au Canada Séminaires organisés au Maroc Séminaires organisés au Sénégal

Séminaires organisés en France Séminaires organisés au Canada Séminaires organisés au Maroc Séminaires organisés au Sénégal éminaires organisés en France éminaires organisés au anada éthodes et outils d élaboration des DT (global et sectoriels) dans le cadre de la réforme des finances publiques Budgétisation axée sur les objectifs

Plus en détail

Etablissement et dépôt des comptes consolidés et du rapport de gestion consolidé

Etablissement et dépôt des comptes consolidés et du rapport de gestion consolidé Département Informations micro-économiques Service Centrale des bilans boulevard de Berlaimont 14 - BE-1000 Bruxelles tél. 02 221 30 01 - fax 02 221 32 66 e-mail: centraledesbilans@nbb.be - site Internet:

Plus en détail

41/128 Déclaration sur le droit au développement

41/128 Déclaration sur le droit au développement 41/128 Déclaration sur le droit au développement L'Assemblée générale, Ayant à l'esprit les buts et principes de la Charte des Nations Unies relatifs à la réalisation de la coopération internationale en

Plus en détail

Le cadre européen des certifications pour l éducation et la formation tout au long de la vie (CEC)

Le cadre européen des certifications pour l éducation et la formation tout au long de la vie (CEC) Cadre européen des certifications Le cadre européen des certifications pour l éducation et la formation tout au long de la vie (CEC) Europe Direct est un service destiné à vous aider à trouver des réponses

Plus en détail

1. Contexte. 2. Dresser le bilan : expériences et nouveaux développements

1. Contexte. 2. Dresser le bilan : expériences et nouveaux développements Renforcer la redevabilité mutuelle pour améliorer l efficacité et les résultats en matière de développement pour la santé : accords conclus à Nairobi par les signataires du IHP+ sur la future approche

Plus en détail

Attentes liées aux prestations

Attentes liées aux prestations Appel à propositions du 26/05/2014 "Diagnostics de Sécurisation des Parcours Professionnels" Attentes liées aux prestations Projet SECURI'PASS 2.0 Cette opération bénéficie du soutien financier de l'etat,

Plus en détail

Comité réglementation et simplification du conseil national de l industrie 16 mai 2014

Comité réglementation et simplification du conseil national de l industrie 16 mai 2014 Comité réglementation et simplification du conseil national de l industrie 16 mai 2014 Transposition de l article 8 de la directive européenne 2012/27 relatif à l obligation d audit énergétique Yann MENAGER

Plus en détail

OBJET : Mise en œuvre du décret n 2004-1144 du 26 octobre 2004 relatif à l'exécution des marchés publics par carte d'achat.

OBJET : Mise en œuvre du décret n 2004-1144 du 26 octobre 2004 relatif à l'exécution des marchés publics par carte d'achat. Secrétariat général DIRECTION DE L'EVALUATION DE LA PERFORMANCE, ET DES AFFAIRES FINANCIERES ET IMMOBILIERES SOUS-DIRECTION DES AFFAIRES IMMOBILIERES SLAC/N AFFAIRE SUIVIE PAR : Pierre AZZOPARDI Tél :

Plus en détail

p.2 p.6 ... Exposé des motifs Texte du projet de règlement grand-ducal Commentaire des articles Fiche financière Fiche d'évaluation d'impact p.

p.2 p.6 ... Exposé des motifs Texte du projet de règlement grand-ducal Commentaire des articles Fiche financière Fiche d'évaluation d'impact p. ... LE GOUVERNEMENT Projet de règlement grand-ducal déterminant les conditions d'accès du public et des administrations aux informations conservées par la Centrale des bilans et le tarif applicable. 1.

Plus en détail

Comité de Bâle sur le contrôle bancaire. Charte

Comité de Bâle sur le contrôle bancaire. Charte Comité de Bâle sur le contrôle bancaire Charte Janvier 2013 La présente publication est disponible sur le site de la BRI (www.bis.org). Banque des Règlements Internationaux 2013. Tous droits réservés.

Plus en détail

Partie IV. Identifier les carences informationnelles d'une PME / PMI

Partie IV. Identifier les carences informationnelles d'une PME / PMI Partie IV. Identifier les carences informationnelles d'une PME / PMI 222 Partie IV. Identifier les carences informationnelles d'une PME / PMI Chapitre A. Représentation de l'utilisation de l'information

Plus en détail

Safety Coach. Un projet pour l'accompagnement des jeunes dans les entreprises

Safety Coach. Un projet pour l'accompagnement des jeunes dans les entreprises Safety Coach Un projet pour l'accompagnement des jeunes dans les entreprises Contenu 1 Doyens et benjamins 3 2 Objectifs 3 3 Le déroulement 4 4 Le Fonds de l'expérience professionnelle 4 5 Contact 5 Safety

Plus en détail

Série sur les Principes de Bonnes Pratiques de Laboratoire et Vérification du Respect de ces Principes Numéro 4 (version révisée)

Série sur les Principes de Bonnes Pratiques de Laboratoire et Vérification du Respect de ces Principes Numéro 4 (version révisée) Non classifié ENV/JM/MONO(99)20 ENV/JM/MONO(99)20 Or. Ang. Non classifié Organisation de Coopération et de Développement Economiques OLIS : 22-Oct-1999 Organisation for Economic Co-operation and Development

Plus en détail

Orientations sur la solvabilité du groupe

Orientations sur la solvabilité du groupe EIOPA-BoS-14/181 FR Orientations sur la solvabilité du groupe EIOPA Westhafen Tower, Westhafenplatz 1-60327 Frankfurt Germany - Tel. + 49 69-951119-20; Fax. + 49 69-951119-19; email: info@eiopa.europa.eu

Plus en détail

La contrefaçon par équivalence en France

La contrefaçon par équivalence en France BREVETS La contrefaçon par équivalence en France I. Introduction Si l'on considère une revendication de brevet qui remplit les conditions de validité au regard de l'art antérieur, le cas de contrefaçon

Plus en détail

PROTOCOLE D'ACCORD RELATIF A L'INDEMNISATION DES COMPTES EP ARGNE- TEMPS ET DES HEURES SUPPLEMENT AIRES DANS LA FONCTION PUBLIQUE HOSPIT ALIERE

PROTOCOLE D'ACCORD RELATIF A L'INDEMNISATION DES COMPTES EP ARGNE- TEMPS ET DES HEURES SUPPLEMENT AIRES DANS LA FONCTION PUBLIQUE HOSPIT ALIERE ... Liberté' Égalité' Fraternité RÉPUBLIQUE FRANÇAISE Lt"n./He/-'e de /'a,y:znte: de /'a ftanejje et dej Sjttl-Ftj PROTOCOLE D'ACCORD RELATIF A L'INDEMNISATION DES COMPTES EP ARGNE- TEMPS ET DES HEURES

Plus en détail

Projet d établissement

Projet d établissement Projet d établissement Le Lycée Expérimental de Saint-Nazaire est un établissement public assurant une formation de second cycle de l enseignement secondaire. Il regroupe des enseignants volontaires qui

Plus en détail

L 347/470 Journal officiel de l Union européenne 20.12.2013

L 347/470 Journal officiel de l Union européenne 20.12.2013 L 347/470 Journal officiel de l Union européenne 20.12.2013 RÈGLEMENT (UE) N o 1304/2013 DU PARLEMENT EUROPÉEN ET DU CONSEIL du 17 décembre 2013 relatif au Fonds social européen et abrogeant le règlement

Plus en détail

Alternatives Économiques - Hors-Série Numéro 105 - avril 2015

Alternatives Économiques - Hors-Série Numéro 105 - avril 2015 Pages 38 à 41. Pourquoi on a fait l'euro. Alternatives Économiques - Hors-Série Numéro 105 - avril 2015 - situe en 1970 le projet de créer une monnaie unique au sein de la Communauté économique européenne

Plus en détail

DEC 38/2013 QUATORZIÈME LÉGISLATURE SESSION ORDINAIRE DE 2013-2014. Le 25 novembre 2013 Le 25 novembre 2013

DEC 38/2013 QUATORZIÈME LÉGISLATURE SESSION ORDINAIRE DE 2013-2014. Le 25 novembre 2013 Le 25 novembre 2013 DEC 38/2013 ASSEMBLÉE NATIONALE S É N A T QUATORZIÈME LÉGISLATURE SESSION ORDINAIRE DE 2013-2014 Reçu à la Présidence de l'assemblée nationale Enregistré à la Présidence du Sénat Le 25 novembre 2013 Le

Plus en détail

ORGANISATION DES NATIONS UNIES POUR L EDUCATION, LA SCIENCE ET LA CULTURE CONVENTION SUR LA PROTECTION DU PATRIMOINE CULTUREL SUBAQUATIQUE

ORGANISATION DES NATIONS UNIES POUR L EDUCATION, LA SCIENCE ET LA CULTURE CONVENTION SUR LA PROTECTION DU PATRIMOINE CULTUREL SUBAQUATIQUE 5 MSP UCH/15/5.MSP/INF4.3 REV 15 janvier 2015 Original : anglais Distribution limitée ORGANISATION DES NATIONS UNIES POUR L EDUCATION, LA SCIENCE ET LA CULTURE CONVENTION SUR LA PROTECTION DU PATRIMOINE

Plus en détail

Paris, le - 6 ~IMS 2015

Paris, le - 6 ~IMS 2015 KCC A1501475 KZZ 06/03/2015 ~të~5t~é ~ud'df7ae,sli;.a/zf?aûfe Monsieur Didier MI GAUD Premier président Cour des comptes 13 rue Cambon 75001 PARIS Paris, le - 6 ~IMS 2015 Nos réf : TR/654/CMA Monsieur

Plus en détail

TABLE DES MATIERES A. DISPOSITIONS LEGALES. 1. A.R. n 38 du 27 juillet 1967 organisant le statut social des travailleurs indépendants

TABLE DES MATIERES A. DISPOSITIONS LEGALES. 1. A.R. n 38 du 27 juillet 1967 organisant le statut social des travailleurs indépendants TABLE DES MATIERES A. DISPOSITIONS LEGALES 1. A.R. n 38 du 27 juillet 1967 organisant le statut social des travailleurs 2. Loi du 9 juin 1970 portant programmation sociale en faveur des travailleurs 3.

Plus en détail

LA COMMISSION DE L'UNION ECONOMIQUE ET MONETAIRE OUEST AFRICAINE (UEMOA)

LA COMMISSION DE L'UNION ECONOMIQUE ET MONETAIRE OUEST AFRICAINE (UEMOA) UNION ECONOMIQUE ET MONETAIRE OUEST AFRICAINE La Commission ~ UEMOA RÈGLEMENT D'EXECUTION N~(t..~.:.~.9.1 RELATIF AUX REGLES PRUDENTIELLES PORTANT SUR LES RISQUES COURTS, AUX MECANISMES DE GARANTIE ET

Plus en détail

Le Cadre de Dépenses à Moyen Terme. Définition et principes généraux

Le Cadre de Dépenses à Moyen Terme. Définition et principes généraux Le Cadre de Dépenses à Moyen Terme Définition et principes généraux Définition du CDMT Le CDMT est un instrument de programmation triennal glissant permettant de placer la gestion budgétaire dans une perspective

Plus en détail

3 Les premiers résultats des plans d'actions

3 Les premiers résultats des plans d'actions 3 Les premiers résultats des plans d'actions Les résultats que nous avons obtenus en ce qui concerne les plans d'action, résultent de l'analyse de 48 entreprises seulement. Revenons sur notre échantillon.

Plus en détail

RÈGLEMENTS INTÉRIEURS ET DE PROCÉDURE

RÈGLEMENTS INTÉRIEURS ET DE PROCÉDURE L 82/56 2.6.204 RÈGLEMENTS INTÉRIEURS ET DE PROCÉDURE RÈGLEMENT INTÉRIEUR DU CONSEIL DE SURVEILLANCE PRUDENTIELLE DE LA BANQUE CENTRALE EUROPÉENNE LE CONSEIL DE SURVEILLANCE PRUDENTIELLE DE LA BANQUE CENTRALE

Plus en détail

Les réformes se poursuivent en faveur d une économie française plus compétitive et d un appui renforcé aux entreprises à l export

Les réformes se poursuivent en faveur d une économie française plus compétitive et d un appui renforcé aux entreprises à l export Les réformes se poursuivent en faveur d une économie française plus compétitive et d un appui renforcé aux entreprises à l export Depuis 2012, un ensemble d actions est engagé au service du renforcement

Plus en détail

Centre de Ressources pour les Evaluations (ERC) Guide d'utilisateur. Bureau d Evaluation, Septembre 2006

Centre de Ressources pour les Evaluations (ERC) Guide d'utilisateur. Bureau d Evaluation, Septembre 2006 Centre de Ressources pour les Evaluations (ERC) Guide d'utilisateur Bureau d Evaluation, Septembre 2006 Ce Guide d'utilisateur de l ERC est aligné avec la politique d'évaluation du PNUD et le Guide d'utilisateur

Plus en détail

Proposition de DÉCISION DU CONSEIL

Proposition de DÉCISION DU CONSEIL COMMISSION EUROPÉENNE Bruxelles, le 4.5.2015 COM(2015) 194 final 2015/0101 (NLE) Proposition de DÉCISION DU CONSEIL relative à la conclusion, au nom de l'union européenne, du protocole pour éliminer le

Plus en détail

Politique en matière de dons: procédures de mise en œuvre

Politique en matière de dons: procédures de mise en œuvre Cote du document: EB 2015/114/INF.5 Date: 10 avril 2015 Distribution: Publique Original: Anglais F Politique en matière de dons: procédures de mise en œuvre Note pour les représentants au Conseil d administration

Plus en détail

Caisse Nationale de l'assurance Maladie

Caisse Nationale de l'assurance Maladie Caisse Nationale de l'assurance Maladie des Travailleurs Salariés Sécurité Sociale Circulaire CNAMTS Mesdames et Messieurs les Médecins Conseils Régionaux Date : Monsieur le Médecin Chef de La Réunion

Plus en détail

CONFÉRENCE EUROPÉENNE DES MINISTRES DES TRANSPORTS EUROPEAN CONFERENCE OF MINISTERS OF TRANSPORT

CONFÉRENCE EUROPÉENNE DES MINISTRES DES TRANSPORTS EUROPEAN CONFERENCE OF MINISTERS OF TRANSPORT CONFÉRENCE EUROPÉENNE DES MINISTRES DES TRANSPORTS EUROPEAN CONFERENCE OF MINISTERS OF TRANSPORT DÉCLARATION DE PRINCIPES CONCERNANT L'ERGONOMIE ET LA SÉCURITÉ DES SYSTÈMES D'INFORMATION EMBARQUÉS Introduction

Plus en détail

Les politiques de réduction du coût salarial en Belgique

Les politiques de réduction du coût salarial en Belgique Les politiques de réduction du coût salarial en Belgique Mars 2015 Luc Masure Plan de la présentation 1. Le Bureau fédéral du Plan 2. Cadre historique de la politique salariale et des dispositifs d exonération

Plus en détail

ACTUALITES FISCALES. Loi de finances 2014 : les censures du Conseil Constitutionnel

ACTUALITES FISCALES. Loi de finances 2014 : les censures du Conseil Constitutionnel ACTUALITES FISCALES Loi de finances 2014 : les censures du Conseil Constitutionnel Dans sa décision n 2013-685 DC du 29 décembre 2013, le Conseil Constitutionnel a censuré plusieurs mesures fiscales prévues

Plus en détail

Critères de qualité des projets

Critères de qualité des projets s de qualité des projets Pour pouvoir mener une réfleion systématique sur la qualité des projets, on a besoin de critères. Les critères présentés ici s'appliquent à des projets d'intervention en promotion

Plus en détail

Enjeux du plan d'investissement

Enjeux du plan d'investissement Sommaire Enjeux du plan d'investissement Cibles d'investissements Calendrier 1 L'investissement en Europe a souffert durablement après la crise Source : Eurostat Formation brute de capital fixe EU-28,

Plus en détail

SOCIETE FRANCAISE EXXONMOBIL CHEMICAL S.C.A. Rapport du Président du Conseil de Surveillance

SOCIETE FRANCAISE EXXONMOBIL CHEMICAL S.C.A. Rapport du Président du Conseil de Surveillance SOCIETE FRANCAISE EXXONMOBIL CHEMICAL S.C.A. Rapport du Président du Conseil de Surveillance Procédures de contrôle interne relatives à l'élaboration et au traitement de l'information comptable et financière

Plus en détail

La balance des paiements et la position

La balance des paiements et la position La balance des paiements et la position extérieure globale selon le BPM6 1. Introduction La balance des paiements de la Belgique est l état statistique qui récapitule de façon systématique les transactions

Plus en détail

Maîtrise universitaire es Sciences en finance Master of Science (MSc) in Finance Règlement d'études

Maîtrise universitaire es Sciences en finance Master of Science (MSc) in Finance Règlement d'études UNIVERSITÉ JÀMÂJL^^ miie n P n P K I P X / P. Université L^c \j c m c V t UNIL I Université d e Lausanne d e Neuchâtei Maîtrise universitaire es Sciences en finance Master of Science (MSc) in Finance Règlement

Plus en détail

ÉCONOMIE THÈME 3: MONDIALISATION, FINANCE INTERNATIONALE ET INTÉGRATION EUROPÉENNE

ÉCONOMIE THÈME 3: MONDIALISATION, FINANCE INTERNATIONALE ET INTÉGRATION EUROPÉENNE ÉCONOMIE THÈME 3: MONDIALISATION, FINANCE INTERNATIONALE ET INTÉGRATION EUROPÉENNE Partie 3: Quelle est la place de l'union Européenne dans l'économie globale? Être capable de définir Notions à acquérir

Plus en détail

Depuis 2009, l'éducation nationale s'est déjà mobilisée pour développer des banques de stages et des outils associés.

Depuis 2009, l'éducation nationale s'est déjà mobilisée pour développer des banques de stages et des outils associés. Pôles de stages Mise en place dans les académies de pôles de stages NOR : MENE1505070C circulaire n 2015-035 du 25-2-2015 MENESR - DGESCO A2-2 Texte adressé aux rectrices et recteurs d'académie Que ce

Plus en détail

Un reporting intégré en tant qu'aide à la gestion

Un reporting intégré en tant qu'aide à la gestion Un reporting intégré en tant qu'aide à la gestion Suivi d'un reporting basé sur les indicateurs pour atteindre les objectifs Tilia Umwelt GmbH Sommaire 1. Que signifie gestion? 2. Que signifie gestion

Plus en détail

COM(2013) 737 final QUATORZIÈME LÉGISLATURE SESSION ORDINAIRE DE 2013-2014. Le 13 novembre 2013 Le 13 novembre 2013

COM(2013) 737 final QUATORZIÈME LÉGISLATURE SESSION ORDINAIRE DE 2013-2014. Le 13 novembre 2013 Le 13 novembre 2013 COM(2013) 737 final ASSEMBLÉE NATIONALE S É N A T QUATORZIÈME LÉGISLATURE SESSION ORDINAIRE DE 2013-2014 Reçu à la Présidence de l'assemblée nationale Enregistré à la Présidence du Sénat Le 13 novembre

Plus en détail

Entre les soussignés :

Entre les soussignés : PROTOCOLE D ACCORD RELATIF A L EMPLOI DES SENIORS A L UGECAM NORD-PAS-DE-CALAIS-PICARDIE Entre les soussignés : L'Ugecam Nord Pas-de-Calais Picardie représentée par son Directeur général... Monsieur Jacques

Plus en détail

Étude comparative de la rémunération des fonctionnaires des institutions européennes Résumé

Étude comparative de la rémunération des fonctionnaires des institutions européennes Résumé Étude comparative de la rémunération des fonctionnaires des institutions européennes Résumé Juin 2000 1 Sommaire 1. Introduction 1 2. Méthodologie 2 2.1 Évaluation des tâches 2 2.2 Analyse des structures

Plus en détail

TRANSPORT EN COMMUN - SERVICE DE DESCENTE ENTRE DEUX ARRÊTS VISANT EN EXCLUSIVITÉ LES FEMMES : DISCRIMINATION FONDÉE SUR LE SEXE?

TRANSPORT EN COMMUN - SERVICE DE DESCENTE ENTRE DEUX ARRÊTS VISANT EN EXCLUSIVITÉ LES FEMMES : DISCRIMINATION FONDÉE SUR LE SEXE? Cat. 2.120-2.8 TRANSPORT EN COMMUN - SERVICE DE DESCENTE ENTRE DEUX ARRÊTS VISANT EN EXCLUSIVITÉ LES FEMMES : DISCRIMINATION FONDÉE SUR LE SEXE? M e Michel Coutu, conseiller juridique Direction de la recherche

Plus en détail

la Direction des ressources humaines et des relations de travail (langue du travail ; maîtrise du français par les employé(e)s)

la Direction des ressources humaines et des relations de travail (langue du travail ; maîtrise du français par les employé(e)s) L'application de cette politique est sous la responsabilité et la coordination de la Direction générale en collaboration avec la Direction des études et la Direction de la formation continue (langue d

Plus en détail

Section 1 La Spécialité. Section 4 L unité. Section 2 L Annualité. Section 5 L Universalité. Section 3 Le caractère limitatif des crédits

Section 1 La Spécialité. Section 4 L unité. Section 2 L Annualité. Section 5 L Universalité. Section 3 Le caractère limitatif des crédits Section 1 La Spécialité Section 4 L unité Section 2 L Annualité Section 5 L Universalité Section 3 Le caractère limitatif des crédits Section 6 La Sincérité Raymond FERRETTI 2 Raymond FERRETTI 3 art. 7.I

Plus en détail

DECLARATION ISO/CEI SUR LA PARTICIPATION DES CONSOMMATEURS AUX TRAVAUX DE NORMALISATION

DECLARATION ISO/CEI SUR LA PARTICIPATION DES CONSOMMATEURS AUX TRAVAUX DE NORMALISATION ISO/CEI/GEN 01:2001 DECLARATION ISO/CEI SUR LA PARTICIPATION DES CONSOMMATEURS AUX TRAVAUX DE NORMALISATION Avant-propos Parallèlement à l'essor rapide du commerce international des biens et services,

Plus en détail

Expert principal 1: Chef d'équipe, coordonnateur de projet (expert senior)

Expert principal 1: Chef d'équipe, coordonnateur de projet (expert senior) 1.1.1 Experts principaux Ces termes de référence définissent les profils requis pour les experts principaux. Le soumissionnaire doit fournir une déclaration d'exclusivité et de disponibilité pour les experts

Plus en détail

Accord sur l égalité professionnelles entre les femmes et les hommes

Accord sur l égalité professionnelles entre les femmes et les hommes Accord sur l égalité professionnelles entre les femmes et les hommes PREAMBULE Dans le but de concrétiser les dispositions légales visant à instaurer l'égalité professionnelle entre les femmes et les hommes,

Plus en détail

Le tableau comparatif suivant reprend les principaux articles concernant le monde de l édition.

Le tableau comparatif suivant reprend les principaux articles concernant le monde de l édition. Rapport Reda, tableau comparatif Le tableau comparatif suivant reprend les principaux articles concernant le monde de l édition. Alors que Julia Reda appelait à une harmonisation hâtive et à un élargissement

Plus en détail

lj~ion DE L'EUROPE_OCCIDENT ALE Plate-forme sur les interets europeens en matiere de securite La Haye, 27 octobre 1987

lj~ion DE L'EUROPE_OCCIDENT ALE Plate-forme sur les interets europeens en matiere de securite La Haye, 27 octobre 1987 lj~ion DE L'EUROPE_OCCIDENT ALE Plate-forme sur les interets europeens en matiere de securite La Haye, 27 octobre 1987 I. Soulignant I'attachement de nos pays aux principes qui fondent nos democraties

Plus en détail

Le tableau de bord d une agence ou d une activité bancaire

Le tableau de bord d une agence ou d une activité bancaire Le tableau de bord d une agence ou d une activité bancaire Mme ASKRI Leila Mrs ZHIOU Hamza HAMDI Mourad JELIZI Walid Les thèmes 1. Définitions et concepts 2. Les composantes et la Conception d'un tableau

Plus en détail

C ) Détail volets A, B, C, D et E. Hypothèses (facteurs externes au projet) Sources de vérification. Actions Objectifs Méthode, résultats

C ) Détail volets A, B, C, D et E. Hypothèses (facteurs externes au projet) Sources de vérification. Actions Objectifs Méthode, résultats C ) Détail volets A, B, C, D et E Actions Objectifs Méthode, résultats VOLET A : JUMELAGE DE 18 MOIS Rapports d avancement du projet. Réorganisation de l administration fiscale Rapports des voyages d étude.

Plus en détail

La coopération universitaire Union Européenne Maghreb dans le cadre des programmes d éducation Tempus et Erasmus Mundus

La coopération universitaire Union Européenne Maghreb dans le cadre des programmes d éducation Tempus et Erasmus Mundus La coopération universitaire Union Européenne Maghreb dans le cadre des programmes d éducation Tempus et Erasmus Mundus Séminaire inaugural AUF Bureau Maghreb, Rabat, 25 26 juin 2012 Philippe Ruffio, Agence

Plus en détail

La fiscalité des revenus de l épargne

La fiscalité des revenus de l épargne CONSEIL D ORIENTATION DES RETRAITES Réunion plénière du 12 septembre 2002 «Retraite par répartition et compléments de retraite» Document n 9 La fiscalité des revenus de l épargne Conclusion du rapport

Plus en détail

Contrôle interne et organisation comptable de l'entreprise

Contrôle interne et organisation comptable de l'entreprise Source : "Comptable 2000 : Les textes de base du droit comptable", Les Éditions Raouf Yaïch. Contrôle interne et organisation comptable de l'entreprise Le nouveau système comptable consacre d'importants

Plus en détail

La nouvelle architecture de contrôle du secteur financier

La nouvelle architecture de contrôle du secteur financier Communication _2011_15 du 23 mars 2011 La nouvelle architecture de contrôle du secteur financier Champ d'application: Tous les établissements soumis au contrôle de la ou du CREFS. Résumé/Objectifs: La

Plus en détail

Monnaie, Banque et Marchés Financiers

Monnaie, Banque et Marchés Financiers Collection FlNANCE dirigée par Yves Simon, Professeur à l'université Paris-Dauphine, et Delphine Lautier, Professeur à l'université Paris-Dauphine Monnaie, Banque et Marchés Financiers Didier MARTEAU C

Plus en détail

MARKT/2508/02 FR Orig. EN REGIME DE SURVEILLANCE DES ENTREPRISES DE REASSURANCE A INSTAURER PAR PROCEDURE ACCELEREE

MARKT/2508/02 FR Orig. EN REGIME DE SURVEILLANCE DES ENTREPRISES DE REASSURANCE A INSTAURER PAR PROCEDURE ACCELEREE MARKT/2508/02 FR Orig. EN REGIME DE SURVEILLANCE DES ENTREPRISES DE REASSURANCE A INSTAURER PAR PROCEDURE ACCELEREE Le projet sur la surveillance de la réassurance en est maintenant à un stade où certains

Plus en détail

Organisation des Nations Unies pour l'éducation, la science et la culture Conseil exécutif ex

Organisation des Nations Unies pour l'éducation, la science et la culture Conseil exécutif ex Organisation des Nations Unies pour l'éducation, la science et la culture Conseil exécutif ex Cent vinet-sixième session 126 EX/33 PARIS, le ler avril 1987 Original anglais/français Point 8.2 de l'ordre

Plus en détail

COMITÉ DE LA RÉGLEMENTATION COMPTABLE RÈGLEMENT N 2007-07 DU 14 DÉCEMBRE 2007

COMITÉ DE LA RÉGLEMENTATION COMPTABLE RÈGLEMENT N 2007-07 DU 14 DÉCEMBRE 2007 COMITÉ DE LA RÉGLEMENTATION COMPTABLE RÈGLEMENT N 2007-07 DU 14 DÉCEMBRE 2007 relatif au traitement comptable des opérations en devises des entreprises régies par le code des assurances, des mutuelles

Plus en détail

COMMENT MAITRISER LA GESTION DES APPROVISIONNEMENTS ET DES STOCKS DE MEDICAMENTS

COMMENT MAITRISER LA GESTION DES APPROVISIONNEMENTS ET DES STOCKS DE MEDICAMENTS 1 sur 9 COMMENT MAITRISER LA GESTION DES APPROVISIONNEMENTS ET DES STOCKS DE MEDICAMENTS (L'article intégral est paru dans Gestions Hospitalières n 357 de juin-juillet 1996) Pour plus d'informations concernant

Plus en détail

Point 4a de l ordre du jour CX/GP 03/19/4

Point 4a de l ordre du jour CX/GP 03/19/4 Point 4a de l ordre du jour CX/GP 03/19/4 PROGRAMME MIXTE FAO/OMS SUR LES NORMES ALIMENTAIRES COMITE DU CODEX SUR LES PRINCIPES GENERAUX Dix-neuvième session (extraordinaire) Paris, France, 17 21 novembre

Plus en détail

Les mesures en faveur de

Les mesures en faveur de Les mesures en faveur de l attractivité Invest in France La France est une destination de premier ordre pour les investissements directs étrangers. Elle accueille sur son sol plus de 0 000 entreprises

Plus en détail

LE TELEGRAMME DU CEPLIS

LE TELEGRAMME DU CEPLIS LE TELEGRAMME DU CEPLIS Conseil Européen des Professions Libérales European Council of the Liberal Professions Europäischer Rat der Freien Berufe Le Conseil Européen des Professions Libérales Coudenberg

Plus en détail

CONSEIL DE L'UNION EUROPÉENNE. Bruxelles, le 2 juillet 2002 (OR. da/en) 10307/02 EUROPOL 46

CONSEIL DE L'UNION EUROPÉENNE. Bruxelles, le 2 juillet 2002 (OR. da/en) 10307/02 EUROPOL 46 CONSEIL DE L'UNION EUROPÉENNE Bruxelles, le 2 juillet 2002 (OR. da/en) 10307/02 EUROPOL 46 ACTES LÉGISLATIFS ET AUTRES INSTRUMENTS Objet: Initiative du Royaume du Danemark en vue de l'adoption d'un acte

Plus en détail

En outre 2 PDD sont impliqués dans le développement de politiques locales destinées à favoriser l'insertion des personnes handicapées.

En outre 2 PDD sont impliqués dans le développement de politiques locales destinées à favoriser l'insertion des personnes handicapées. PHOES Version : 2.0 - ACT id : 3813 - Round: 2 Raisons et Objectifs Programme de travail et méthodologie Dispositions financières Dispositions organisationnelles et mécanismes décisionnels Procédures de

Plus en détail