Indications et stratégies des principaux examens d imagerie

Save this PDF as:
Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Indications et stratégies des principaux examens d imagerie"

Transcription

1 Indications et stratégies des principaux examens d imagerie Pr Jean- Christophe Ferré CHU Rennes, Service de Radiologie et Imagerie Médicale 6 octobre 2014

2 2 Imagerie médicale Contribution décisive au diagnostic Orientation stratégie diagnostique Suivi de l efficacité thérapeutique Traitement (radiologie interventionnelle) => Place croissante de l imagerie en médecine Mais Coûts Certaines techniques : expositions croissantes aux rayonnements ionisants => Maîtrise indispensable des indications

3 3 Objectifs Connaître : Les principales techniques d imagerie médicale Leurs inconvénients et leurs contre-indications Les contextes cliniques particuliers Les principes de la demande d un examen d imagerie Les questions à se poser avant la demande d un examen d imagerie

4 4 Plan 1 ère partie : Principales techniques d imagerie Principes Contre-indications et précautions 2 ème partie : Stratégie de demande d un examen d imagerie

5 5 Principales techniques d imagerie

6 6 Techniques d imagerie Rayons X Radiographie conventionnelle Radiographie avec contraste (arthrographie, artériographie ) Scanner Ultrasons Echographie Résonance magnétique nucléaire IRM Traceur radioactif Médecine Nucléaire : scintigraphie (TEMP et TEP)

7 7 Radiologie conventionnelle Rayons X Rayonnement ionisant Projection sur le plan du «film» radiologique de l ensemble du volume traversé par les rayons X Ex : radio thoracique, ASP (abdomen sans préparation), ostéoarticulaire Précautions Femme enceinte (Rayons X)

8 8 Radiologie avec contraste Rayons X + Contraste Contraste Air Produit contraste iodé Injection du produit de contraste dans l organe à étudier Articulation : arthrographie Colon : lavement opaque Système urinaire, par voie veineuse : urographie intra-veineuse Artères : artériographie

9 9 Produits de contraste iodé Utilisation Radiologie avec contraste (Artériographie, arthrographie ) Scanner (cf infra) Propriétés Produits radio-opaque (iode) Dans de nombreuses indications (scanner, UIV, ) : injection par voie veineuse => élimination rénale Inconvénients Risque d hypersensibilité allergique et non allergique Élimination rénale Pour le patient Pas douloureux Parfois sensation de chaleur, goût métallique dans la bouche

10 10 Produits de contraste iodé Contre-indications Hypersensibilité au produit choisi Hyperthyroïdie non traitée Précautions d emploi Femme enceinte (principe de précaution) Allaitement Insuffisance rénale Réaction d hypersensibilité Diabète (metformine arrêtée pdt 48h ) Jeûne

11 11 Artériographie cérébrale Consultation d anesthésie préalable Salle dédiée => «bloc» d imagerie Anesthésie locale du point de ponction Ponction artérielle fémorale Cathétérisme artériel sous contrôle radiologique Série d images pendant injection automatique du pdc dans l artère Compression manuelle du point de ponction 1h d examen ; 24-48h d hospitalisation

12 12 Neuroradiologie Interventionnelle Exemple : Embolisation d anévrysme cérébral Contraintes réglementaires «Bloc» d imagerie Anesthésie Générale

13 13 Scanner Scanner Scanner à rayons X Scanographie Tomoscanner Tomodensitométrie (TDM) Computed Tomography (CT) scanner (terme anglo-saxon) C est la même chose! Principe : tomodensitométrie : Mesure de la densité radiologique des volumes élémentaires d une coupe Étude de l atténuation d un faisceau de Rayons X au cours de la traversée du volume à examiner Imagerie en coupe

14 14 Scanner Rotation d un couple tube - détecteurs autour du patient Rétroprojection : calcul informatique Image : représentation de la densité du voxel

15 15 Scanner Déroulement d un examen Préparation du patient Explications, pose éventuelle d une voie veineuse Installation du patient Décubitus dorsal + souvent Coopération du patient : Immobilité, parfois apnée de qq sec Réalisation des «coupes» Parfois Injection de produit de contraste iodé par voie veineuse Lavement à l air (coloscanner) Durée moyenne min

16 16 Scanner Contre-indications Non Précautions Femme enceinte (rayons X) Si injection de produit de contraste iodé Jeûne Pace-maker-stimulateur? Nouveau FDA : Précautions Dispositifs électroniques externes ou implantés Ne pas irradier le dispositif en le laissant hors du champ Ou éviter une irradiation continue de plusieurs secondes Précautions d emploi Produits de contraste iodé Femme enceinte Allaitement Insuffisance rénale Réaction d hypersensibilité Diabète (Metformine arrêtée pdt 48h )

17 17 Scanner Pourquoi injecter un produit de contraste? Visualiser les vaisseaux : Angio- scanner Ex : angioscanner artériel du cercle artériel du cerveau Ex : Phlébo- scanner cérébral (phase veineuse)

18 18 Scanner Pourquoi injecter un produit de contraste? Visualiser les vaisseaux : Angio- scanner Ex : angioscanner de l aorte et des artères des membres inférieurs

19 19 Scanner Pourquoi injecter un produit de contraste? Caractériser une lésion injecqon IV puis temps d «imprégnaqon» Ex : au niveau cérébral Abcès cérébral Sans injection Après injection

20 20 Scanner Pourquoi injecter un produit de contraste? Caractériser une lésion InjecQon IV puis acquisi>on mul>phasique : plusieurs acquisiqons à des temps différents Ex : au niveau abdominal T=0 T=20s T=70 sec

21 21 Scanner Scanner interventionnel Ex : biopsies pulmonaire et abdominale 21

22 22 Échographie Échographie Echotomographie Ultrasonographie Ultrasonic imaging, ultrasonography, US (terme anglo-saxon) C est la même chose! Principe : ultrasonographie Exploration de l organisme à l aide d ondes ultrasonores (sonar, cétacés ) Imagerie en coupe

23 23 Échographie Principe de l échographie 1. Émission des ultrasons 2. Reflexion des ultrasons (à l interface de 2 milieux d impédance acoustiques différentes) 3. Réception 4. Calcul de l image Onde émise Onde réfléchie Interface

24 24 Échographie Sonde adaptée à l organe à étudier : Le plus proche possible de l organe à étudier transcutanée Endocavitaire (gynécologie, prostate, cardiaque transoesophagienne ) Contraintes des ultrasons : Ne passent pas dans l air (utilisation de gel) Passent très mal au travers de l os Pas de rayonnement ionisant Inocuité des ultrasons +++

25 25 Échographie Contre-indications Non Précautions Non

26 26 Échographie Déroulement d un examen Préparation du patient À jeûn si exploration abdominale Vessie pleine si exploration urologique Installation du patient (décubitus dorsal + souvent) Coopération du patient : immobilité, parfois apnée Parfois Injection de produit de contraste par voie veineuse Associé à d autre technique US : doppler / élastographie Durée moyenne min

27 27 Échographie Produit de contraste en échographie «microbulles» par voie veineuse Amélioration échogénicité du sang Contre-indications Pathologie cardiaque grave Femme enceinte Échographie hépatique Précautions Pathologie cardiaque ou respiratoire Échographie avec contraste

28 28 Échographie Doppler/Echo-doppler Détection et mesure des flux : doppler couleur, doppler énergie Etudes vasculaires Parfois injection de produit de contraste par voie veineuse Elastographie ultrasonore Pas en routine clinique Par compression ou par «ondes de cisaillement»

29 29 IRM Imagerie par Résonance Magnétique (IRM) Imagerie par RMN (résonance magnétique nucléaire) Magnetic Resonance Imaging, MRI (terme anglo-saxon) C est la même chose! Une IRM Terme anglo-saxon : MR scan (!) = un examen IRM Principe : Résonance magnétique nucléaire (RMN) Basée sur la richesse du corps en eau (H 2 0) : hydrogène (proton) Pas d irradiation +++

30 30 IRM } Principe } Principe de la Résonance magnétique nucléaire B0 B0 : champ magnétique principal B1: onde de radiofréquence (RF) T1 : temps de relaxation longitudinal (le long de Z) T2 : temps de relaxation transversal STOP!

31 31 IRM Matériel Aimant de 0,5 à 3 Tesla Environ fois le champs magnétique terrestre Antennes Émettrice (RF) Réceptrice Système informatique

32 32 IRM Contre-indications Pace-maker/ defibrillateur/neurostimulateur Eclats métalliques dans yeux «Vieux» clips vasculaires en inox «Vieilles» valves cardiaques Claustrophobie (relatif) Femme enceinte (1 er trimestre) : relatif Précautions Si injection de produit de contraste

33 IRM Déroulement d un examen Préparation du patient Explications, pose éventuelle d une voie veineuse Installation du patient Placement de l antenne au plus près de la zone à étudier Coopération du patient : Immobilité, parfois apnée Réalisation des «séquences» pondérée T1, T2, DP, Flux. Parfois Injection de produit de contraste par voie veineuse (Gadolinium) Coopération du patient pour réalisation de tâches (IRM fonctionnelle) Durée moyenne min, non douloureux mais bruyant

34 IRM 34

35 35 IRM Produits de contraste en IRM Gadolinium par voie veineuse Effet sur la relaxivité du sang et des tissus (sur le T1/sur le T2) Contre-indications Antécédent réaction d hypersensibilité au gadolinium Précautions Insuffisance rénale Femme enceinte / allaitement Indications Certaines angio-irm Caractérisation de lésions Il existe d autre produit de contraste

36 Médecine nucléaire Scintigraphie Tomoscintigraphie C est la même chose! Attention plusieurs techniques (TEP, TEMP ) Principe : Injection d un «traceur» radioactif (isotope) par voie veineuse : marquage d un organe ou d une fonction Détection du «traceur» grâce au rayonnement détectable => imagerie métabolique

37 Médecine nucléaire } Principe } Injection d un «traceur» radioactif (isotope) par voie veineuse : marquage d un organe ou d une fonction Traceur = Vecteur + Radioélément } } Vecteur : molécule choisie en fonction de l organe ou de la fonction à étudier : hormone, anticorps, médicament Radioélément (ou isotope) : émetteur du rayonnement à détecter

38 Médecine nucléaire Principe : Détection du «traceur» grâce au rayonnement détectable Rayonnement gamma : TEMP Tomographie par Emission MonoPhotonique SPECT des anglosaxons Rayonnement beta+ (positons) : TEP Tomographie par émission de positons PET des anglosaxons

39 39 Médecine nucléaire Contre-indications Femme enceinte 1 er T (relatif) Précautions Femme enceinte Allaitement

40 40 Médecine nucléaire TEP au FDG : Tumeur pulmonaire (hypermétabolisme)

41 41 Médecine nucléaire PET Scan CT PET TEP TDM = TEP + TDM (Rx) (dans le même appareil) Fusion des images métaboliques (TEP) avec les images morphologiques (TDM) Variantes : TEP-IRM, TEMP-TDM

42 42 Technique Avantages Inconvénients Radiologie TDM IRM Echographie Disponibilité Disponibilité Facilité de mise en œuvre UQlisaQon en urgence Pas d irradiaqon Imagerie mulqmodale Non invasif Pas de contre- indicaqon Rayonnements ionisants Peu informaqf Rayonnements ionisants InjecQon de produit de contraste Champs magnéqque intense InjecQon de produit de contraste Disponibilité limitée Ne passe pas l air Passe difficilement au travers de l os Médecine Nucléaire Imagerie métabolique Rayonnements ionisants InjecQon de produit de contraste Coût élévé

43 43 Stratégie de demande d examen d imagerie

44 Facteurs intervenants dans la prescription radiologique L époque et les évolutions technologiques Sinusite 1980 : Radiographies des sinus 2000 : TDM sinus low dose Douleurs abdominales 1970 : Laparotomie : échographie 2000 : scanner abdominal 44

45 45 Facteurs intervenants dans la prescription radiologique L époque et les évolutions technologiques L environnement et la disponibilité des plateaux techniques ex : IRM encéphalique non urgente : délai 3-4 mois au CHU

46 46 Facteurs intervenants dans la prescription radiologique L époque et les évolutions technologiques L environnement et la disponibilité des plateaux techniques Le niveau d expertise dans le processus hypothéticodéductif Les examens déjà réalisés Les contre-indications et les contextes cliniques particuliers

47 Facteurs intervenants dans la prescription radiologique Les contre-indications et les contextes cliniques particuliers 47 - Femme enceinte (Rayons X et IRM) - Enfant (Rayons X) - Pace-maker (IRM) - Insuffisance rénale (élimination pdt de contraste) - Hypersensibilité au produit de contraste radiologique (iode ou gadolinium)

48 48 Facteurs intervenants dans la prescription radiologique L époque et les évolutions technologiques L environnement et la disponibilité des plateaux techniques Le niveau d expertise dans le processus hypothéticodéductif Les examens déjà réalisés Les contre-indications et les contextes cliniques particuliers Les risques potentiels liés aux rayonnements ionisants

49 49 Radioprotection des patients Rayonnements ionisants de certaines techniques d imagerie : Bénéfices >> risques potentiels à l échelle du patient Réductions de ces risques : Radioprotection des patients Préoccupation majeure des radiologues et médecins nucléaires depuis nombreuses années Obligation légale depuis directive Euratom 97/43

50 50 Radioprotection des patients Obligation pour médecins demandeurs et réalisant d appliquer : Principe de justification des actes Principe de l optimisation des pratiques Justification des actes : Etablir le bénéfice net d un examen par rapport aux préjudices potentiels liés à l exposition aux rayonnements ionisants Optimisation des pratiques : Lorsqu il est justifié l examen doit être optimisé : irradiation la plus faible possible

51 51 Radioprotection des patients Classifications des actes d imagerie selon la dose de rayonnement ionisant Classe Intervalle de dose efficace (msv) Exemples 0 0 I < 1 II 1-5 III 5-10 IV > 10 Ultrasons, IRM Radio pulmonaire, Radio des membres UIV, radio du rachis Scinti du squelette, TEP-TDM du cerveau TDM thorax ou abdomen Scinti myocardique Certaines explorations en TDM, en Scinti Radiologie interventionnnelle TEP-TDM corps entier

52 52 Guide du bon usage Dans ce contexte : Sous l égide de l Haute Autorité de Santé (HAS), à la demande de l Autorité de Sureté Nucléaire Concertation prolongée de membres des Société Française de Radiologie (SFR) Société Française de Médecine Nucléaire (SFMN) Selon méthodologie stricte Rédaction du «Guide de bon usage des examens d imagerie médicale»

53 53

54 Guide du bon usage «Propositions développées selon une méthode explicite pour aider le professionnel de santé et le patient à rechercher les soins les plus appropriés dans des circonstances cliniques données» Référentiel de bonnes pratiques à l'usage des médecins qui sont amenés à demander ou à réaliser des examens d'imagerie médicale Par Situations Cliniques : pathologies ou symptômes examens recommandés

55 55 Guide du bon usage 4 Objectifs : 1. Limiter l'exposition des patients aux rayonnements ionisants 2. Améliorer la qualité des soin 3. Promouvoir l'interdisciplinarité 4. Maitriser les coûts

56 56 Guide du bon usage Méthodologie stricte basée sur l «Evidence-based medicine» analyse critique de l exhaustivité des informations disponibles avec définition d un niveau de preuve des études retenues (10 ans) permet de déterminer : Ce qui est approprié et ce qui ne l est pas (ou plus) Ce qui est démontré et ce qui ne l est pas Ce qui reste sujet à controverse. Consensus formalisé d'experts Avis des experts sur l état des pratiques Méthodologie non spécifique, applicable à de nombreux domaines de la santé

57 57 Guide du bon usage Démarche générale SELECTION DE L INFORMATION ANALYSE CRITIQUE DE L INFORMATION SYNTHESE DE L INFORMATION INTERPRETATION DE L INFORMATION Niveau de preuve Avis des professionnels RECOMMANDATIONS Gradation ou Accord

58 Niveau de preuve Niveau 1 Essais comparatifs randomisés de forte puissance Méta-analyse d essais comparatifs randomisés Analyse de décision fondée sur des études bien menées Niveau 2 Essais comparatifs randomisés de faible puissance Études comparatives non randomisées bien menées Études de cohorte Niveau 3 Études cas-témoin Niveau 4 Études comparatives comportant des biais importants Études rétrospectives Séries de cas Études épidémiologiques descriptives Preuve scientifique établie Présomption scientifique Faible niveau de preuve

59 Gradation des recommandations GRADE A GRADE B PREUVE SCIENTIFIQUE = Niveau de preuve élevé PRESOMPTION SCIENTIFIQUE = Niveau de preuve intermédiaire GRADE C Faible niveau de preuve Accord d experts AE Opinion quasi unanime des professionnels en l absence d étude

60 Guide du bon usage : exemple 60

61 61

62 62

63 63

64 64

65 65

66 66

67 67 Questions préalables à la demande d un examen d imagerie médicale Examen utile = examen dont le résultat (+ ou -) - Modifie la prise en charge du patient - Ou conforte le diagnostic du clinicien Principales questions que le demandeur doit se poser : Examen a-t-il déjà été pratiqué? Ai-je besoin de l examen? Ai-je besoin de l examen maintenant? Est-ce l examen le plus indiqué? Ai-je bien posé le problème?

68 68 Questions préalables à la demande d un examen d imagerie médicale Examen déjà pratiqué?

69 69 Questions préalables à la demande d un examen d imagerie médicale Examen déjà pratiqué? Par ex dans un autre hôpital? Dans une clinique? Aux urgences? Tout mettre en œuvre pour obtenir les résultats des examens précédents

70 70 Questions préalables à la demande d un examen d imagerie médicale Examen déjà pratiqué? Ai-je besoin de l examen? Non, si le résultat ne modifie pas la prise en charge Non, si le résultat positif est très improbable

71 71 Questions préalables à la demande d un examen d imagerie médicale Examen déjà pratiqué? Ai-je besoin de l examen? Ai-je besoin de l examen maintenant? Avant que la maladie n ait pu progresser ou guérir Résultats immédiats sont-ils de nature à influencer le traitement?

72 72 Questions préalables à la demande d un examen d imagerie médicale Examen déjà pratiqué? Ai-je besoin de l examen? Ai-je besoin de l examen maintenant? Est-ce l examen le plus indiqué? À impact clinique identique, privilégier les examens non irradiants Contexte clinique particulier (grossesse, enfant...) En accord avec le guide du bon usage des examens d imagerie Évolution rapide des techniques : ne pas hésiter à demander l avis aux radiologues ou médecins nucléaires

73 73 Questions préalables à la demande d un examen d imagerie médicale Examen déjà pratiqué? Ai-je besoin de l examen? Ai-je besoin de l examen maintenant? Est-ce l examen le plus indiqué? Ai-je bien posé le problème? Attention aux informations cliniques erronées, mauvaises formulations, aux données succinctes ou manquantes => risque important d omission de vue essentielle Ex : «demande d IRM pour déficit neurologique»

74 74 Conclusion Connaitre inconvénients et contre-indications des examens d imagerie Tenir compte des contextes cliniques particuliers Se poser les bonnes questions avant la demande d un examen d imagerie Au moindre doute prendre contact avec le radiologue ou le médecin nucléaire

Tout ce que vous avez toujours voulu savoir sur la scintigraphie osseuse et le TEP-SCAN

Tout ce que vous avez toujours voulu savoir sur la scintigraphie osseuse et le TEP-SCAN Tout ce que vous avez toujours voulu savoir sur la scintigraphie osseuse et le TEP-SCAN Docteur Antoine MONET Centre d Imagerie Fonctionnelle Clinique Saint Augustin Jeudi 25 Septembre 2008 Un peu d histoire

Plus en détail

Bases physiques de l imagerie en

Bases physiques de l imagerie en Bases physiques de l imagerie en Médecine Nucléaire (MN) Pr. Malika ÇAOUI Service de Médecine Nucléaire CHU International Cheikh Zaid Faculté de Médecine et de Pharmacie - Rabat- 02/12/2010 Pr. Malika

Plus en détail

Exposition de la population française aux rayonnements ionisants liée aux actes de diagnostic médical en 2012

Exposition de la population française aux rayonnements ionisants liée aux actes de diagnostic médical en 2012 R A P P O R T Exposition de la population française aux rayonnements ionisants liée aux actes de Pôle Radioprotection, Environnement, Déchets et Crise RESUME Ce rapport met à jour, pour l année 2012, les

Plus en détail

MODULE D EXERCICE PROFESSIONNEL NOTION MÉDICO-ÉCONOMIQUE DES DE RADIOLOGIE ET IMAGERIE MÉDICALE. Dr F Lefèvre (1-2), Pr M Claudon (2)

MODULE D EXERCICE PROFESSIONNEL NOTION MÉDICO-ÉCONOMIQUE DES DE RADIOLOGIE ET IMAGERIE MÉDICALE. Dr F Lefèvre (1-2), Pr M Claudon (2) MODULE D EXERCICE PROFESSIONNEL NOTION MÉDICO-ÉCONOMIQUE DES DE RADIOLOGIE ET IMAGERIE MÉDICALE Dr F Lefèvre (1-2), Pr M Claudon (2) 1 - SCP Radiolor 2 - CHU de Nancy MODE D EXERCICE DU PRATICIEN Choix

Plus en détail

GROUPE CLINIQUE DU MAIL

GROUPE CLINIQUE DU MAIL DOSSIER DE PRESSE GROUPE CLINIQUE DU MAIL Le centre d imagerie médicale conforte son implantation sur le site du Mail avenue Marie-Reynoard à Grenoble & présente son nouveau scanner spiralé, issu de la

Plus en détail

Résonance magnétique (IRM)

Résonance magnétique (IRM) (IRM) Le médecin a prescrit une résonance magnétique (IRM) et vous vous demandez en quoi consiste cet examen. Afin de répondre à vos questions, voici quelques informations. But de l examen Les examens

Plus en détail

Sujets présentés par le Professeur Olivier CUSSENOT

Sujets présentés par le Professeur Olivier CUSSENOT ANAMACaP Association Nationale des Malades du Cancer de la Prostate 17, bis Avenue Poincaré. 57400 SARREBOURG Sujets présentés par le Professeur Olivier CUSSENOT Place des nouvelles techniques d imagerie

Plus en détail

Le GRAND CONSEIL de la République et canton de Genève décrète ce qui suit :

Le GRAND CONSEIL de la République et canton de Genève décrète ce qui suit : Secrétariat du Grand Conseil PL 10267 Projet présenté par le Conseil d Etat Date de dépôt: 22 mai 2008 Projet de loi ouvrant un crédit au titre d'indemnité cantonale d'investissement de 3 000 000 F, pour

Plus en détail

GUIDE PATIENT - AFFECTION DE LONGUE DURÉE. La prise en charge du cancer du rein

GUIDE PATIENT - AFFECTION DE LONGUE DURÉE. La prise en charge du cancer du rein GUIDE PATIENT - AFFECTION DE LONGUE DURÉE La prise en charge du cancer du rein Novembre 2010 Pourquoi ce guide? Votre médecin traitant vous a remis ce guide pour vous informer sur le cancer du rein, son

Plus en détail

UE2 CANCEROLOGIE Place de la Médecine Nucléaire

UE2 CANCEROLOGIE Place de la Médecine Nucléaire UE2 CANCEROLOGIE Place de la Médecine Nucléaire Imagerie Imagerie de Gamma Caméra Tomographie d émission monophotoniqueou TEMP: radiopharmaceutiqueémetteurs de rayonnement Gamma Imagerie de Caméra TEP

Plus en détail

PLACE DE L IRM DANS LE BILAN D EXTENSION DU CANCER DU RECTUM. Professeur Paul LEGMANN Radiologie A - Cochin Paris

PLACE DE L IRM DANS LE BILAN D EXTENSION DU CANCER DU RECTUM. Professeur Paul LEGMANN Radiologie A - Cochin Paris PLACE DE L IRM DANS LE BILAN D EXTENSION DU CANCER DU RECTUM Professeur Paul LEGMANN Radiologie A - Cochin Paris Cancer du rectum France : 15000 décès/an : 1ère cause. Pronostic souvent réservé Métastases

Plus en détail

Médecine Nucléaire : PET-scan et imagerie hybride

Médecine Nucléaire : PET-scan et imagerie hybride Médecine Nucléaire : PET-scan et imagerie hybride Benjamin GEISSLER Centre d d Imagerie Nucléaire St-Etienne, Roanne, Le Puy en Velay 1967 2007 Principes Spécialit cialité médicale (1950) Radiologie Radiothérapie

Plus en détail

admission aux urgences

admission aux urgences Société française de neurologie RÉFÉRENTIEL D AUTO-ÉVALUATION DES PRATIQUES EN NEUROLOGIE Prise en charge hospitalière initiale des personnes ayant fait un accident vasculaire cérébral (AVC) : admission

Plus en détail

admission directe du patient en UNV ou en USINV

admission directe du patient en UNV ou en USINV Société française de neurologie RÉFÉRENTIEL D AUTO-ÉVALUATION DES PRATIQUES EN NEUROLOGIE Prise en charge hospitalière initiale des personnes ayant fait un accident vasculaire cérébral (AVC) : admission

Plus en détail

Intérêt de la TEP-FDG dans les cancers de l ovaire

Intérêt de la TEP-FDG dans les cancers de l ovaire Intérêt de la TEP-FDG dans les cancers de l ovaire T. Mognetti et F. Giammarile Introduction La TEP-FDG (Tomographie par Émission de Positons après injection de 18 F- Fluoro-2-Déoxy-Glucose) est un des

Plus en détail

Livret d accueil des stagiaires

Livret d accueil des stagiaires Livret d accueil des stagiaires SOMMAIRE : I/ Présentation du service II/Le métier de manipulateur III/ Modalités d encadrement IV/ Votre stage V/ Bilan global de votre stage I/ Présentation du service

Plus en détail

SAVOIR-FAIRE ET RADIOPROTECTION

SAVOIR-FAIRE ET RADIOPROTECTION SAVOIR-FAIRE ET RADIOPROTECTION Y-S Cordoliani pour le Groupe de travail Radioprotection de la SFR Le savoir-faire en imagerie utilisant les rayons X impose la connaissance des risques que ceux-ci peuvent

Plus en détail

Document d information dans le cadre de l installation d un cyclotron. à Saint-Louis

Document d information dans le cadre de l installation d un cyclotron. à Saint-Louis Document d information dans le cadre de l installation d un cyclotron à Saint-Louis Cancers & imagerie médicale Un progrès majeur pour une meilleure prise en charge des patients. Accroitre les possibilités

Plus en détail

Maladie de Hodgkin ou lymphome de Hodgkin

Maladie de Hodgkin ou lymphome de Hodgkin Maladie de Hodgkin ou lymphome de Hodgkin Ce que vous devez savoir Le cancer : une lutte à finir 1 888 939-3333 www.cancer.ca MALADIE DE HODGKIN Ce que vous devez savoir Même si vous entendez parler du

Plus en détail

Dr L Verzaux Pr Elisabeth Schouman-Claeys

Dr L Verzaux Pr Elisabeth Schouman-Claeys Dr L Verzaux Pr Elisabeth Schouman-Claeys Dépasser une approche normative Se mettre à la place du patient Bonne pratique, bientraitance Démarches qualité structurées Thématiques clés (dont exigences réglementaires)

Plus en détail

LE DACS RADIATION DOSE MONITOR. Le bon réflexe pour une optimisation de la dose

LE DACS RADIATION DOSE MONITOR. Le bon réflexe pour une optimisation de la dose LE DACS RADIATION DOSE MONITOR Le bon réflexe pour une optimisation de la dose Radiation Dose Monitor / QU EST-CE QU UN DACS? / Le DACS (Dose Archiving and Communication System) est à la dose ce que le

Plus en détail

Médecine nucléaire Diagnostic in vivo

Médecine nucléaire Diagnostic in vivo RADIOPROTECTION : SECTEUR MÉDICAL Médecine nucléaire Diagnostic in vivo TEP-TDM ou TEP (1) au fluor 18 et autres émetteurs de positons Définition : acte à visée diagnostique utilisant actuellement du fluor

Plus en détail

prise en charge paramédicale dans une unité de soins

prise en charge paramédicale dans une unité de soins Société française de neurologie RÉFÉRENTIEL D AUTO-ÉVALUATION DES PRATIQUES EN NEUROLOGIE Prise en charge hospitalière initiale des personnes ayant fait un accident vasculaire cérébral (AVC) : prise en

Plus en détail

Accidents des anticoagulants

Accidents des anticoagulants 30 Item 182 Accidents des anticoagulants Insérer les T1 Objectifs pédagogiques ENC Diagnostiquer un accident des anticoagulants. Identifier les situations d urgence et planifier leur prise en charge. COFER

Plus en détail

Activité 38 : Découvrir comment certains déchets issus de fonctionnement des organes sont éliminés de l organisme

Activité 38 : Découvrir comment certains déchets issus de fonctionnement des organes sont éliminés de l organisme Activité 38 : Découvrir comment certains déchets issus de fonctionnement des organes sont éliminés de l organisme 1. EXTRAITS REFERENTIELS DU BO Partie du programme : Fonctionnement de l organisme et besoin

Plus en détail

DTS IMAGERIE MÉDICALE ET RADIOLOGIE THÉRAPEUTIQUE

DTS IMAGERIE MÉDICALE ET RADIOLOGIE THÉRAPEUTIQUE DTS IMAGERIE MÉDICALE ET RADIOLOGIE THÉRAPEUTIQUE Formation sous contrat d association avec l Etat Dossier d intégration en 1 ère année ÉCOLE MASO 7, avenue des Palmiers 66000 Perpignan tél. 04 68 35 76

Plus en détail

Lymphome non hodgkinien

Lymphome non hodgkinien Lymphome non hodgkinien Ce que vous devez savoir Le cancer : une lutte à finir 1 888 939-3333 www.cancer.ca LYMPHOME NON HODGKINIEN Ce que vous devez savoir Même si vous entendez parler du cancer presque

Plus en détail

Le but de la radioprotection est d empêcher ou de réduire les LES PRINCIPES DE LA RADIOPROTECTION

Le but de la radioprotection est d empêcher ou de réduire les LES PRINCIPES DE LA RADIOPROTECTION LES PRINCIPES DE LA RADIOPROTECTION TOUT PUBLIC 1. Source de rayonnements ionisants 2. Les différents rayonnements ionisants et leur capacité à traverser le corps humain 3. Ecran de protection absorbant

Plus en détail

Quels sont les facteurs qui font augmenter les risques de cancer du rein?

Quels sont les facteurs qui font augmenter les risques de cancer du rein? Qu est-ce que le cancer du rein? L adénocarcinome rénal est le type le plus fréquent de cancer du rein 1. Le rôle des reins consiste à filtrer le sang et à évacuer les déchets de l organisme dans l urine.

Plus en détail

MODULE NATIONAL D ENSEIGNEMENT DE RADIOPROTECTION DU DES DE RADIOLOGIE

MODULE NATIONAL D ENSEIGNEMENT DE RADIOPROTECTION DU DES DE RADIOLOGIE Collège des Enseignants en Radiologie de France MODULE NATIONAL D ENSEIGNEMENT DE RADIOPROTECTION DU DES DE RADIOLOGIE Paris, 3 et 4 Février 2015 PROTECTION DES OPERATEURS EN RADIOLOGIE INTERVENTIONNELLE

Plus en détail

RECUEIL DES ACTES ADMINISTRATIFS DE LA PREFECTURE DE LA REGION D ILE DE FRANCE, PREFECTURE DE PARIS NUMERO REG-82 DU 24/05/2011 SOMMAIRE

RECUEIL DES ACTES ADMINISTRATIFS DE LA PREFECTURE DE LA REGION D ILE DE FRANCE, PREFECTURE DE PARIS NUMERO REG-82 DU 24/05/2011 SOMMAIRE DE LA PREFECTURE DE LA REGION D ILE DE FRANCE, PREFECTURE DE PARIS NUMERO REG-82 DU 24/05/2011 SOMMAIRE PREFECTURE DE LA REGION D ILE-DE-FRANCE, PREFECTURE DE PARIS SECRETARIAT GENERAL POUR LES AFFAIRES

Plus en détail

J ai l honneur de vous communiquer ci-dessous la synthèse de l inspection ainsi que les principales demandes et observations qui en résultent.

J ai l honneur de vous communiquer ci-dessous la synthèse de l inspection ainsi que les principales demandes et observations qui en résultent. RÉPUBLIQUE FRANÇAISE DIVISION DE LILLE Lille, le 5 juillet 2013 CODEP-LIL-2013-037759 AD/EL Monsieur le Dr W SCM des Docteurs V W X Y 23, Boulevard Victor Hugo 62100 CALAIS Objet : Inspection de la radioprotection

Plus en détail

UN SYSTÈME POLYVALENT D'IMAGERIE ORL ET DENTAIRE. CS 9300 / CS 9300C

UN SYSTÈME POLYVALENT D'IMAGERIE ORL ET DENTAIRE. CS 9300 / CS 9300C CS 9300 / CS 9300C UN SYSTÈME POLYVALENT D'IMAGERIE ORL ET DENTAIRE. Conçu pour de multiples applications cliniques, le système CS 9300 fournit des images panoramiques de très grande qualité, ainsi que

Plus en détail

DIPLÔME INTERUNIVERSITAIRE D ECHOGRAPHIE. Examen du Tronc Commun sous forme de QCM. Janvier 2012 14 h à 16 h

DIPLÔME INTERUNIVERSITAIRE D ECHOGRAPHIE. Examen du Tronc Commun sous forme de QCM. Janvier 2012 14 h à 16 h ANNEE UNIVERSITAIRE 2011-2012 DIPLÔME INTERUNIVERSITAIRE D ECHOGRAPHIE Examen du Tronc Commun sous forme de QCM Janvier 2012 14 h à 16 h Les modalités de contrôle se dérouleront cette année sous forme

Plus en détail

DOSES DÉLIVRÉES AUX PATIENTS EN SCANOGRAPHIE ET EN RADIOLOGIE CONVENTIONNELLE Résultats d une enquête multicentrique en secteur public

DOSES DÉLIVRÉES AUX PATIENTS EN SCANOGRAPHIE ET EN RADIOLOGIE CONVENTIONNELLE Résultats d une enquête multicentrique en secteur public R A P P O R T DOSES DÉLIVRÉES AUX PATIENTS EN SCANOGRAPHIE ET EN RADIOLOGIE CONVENTIONNELLE Résultats d une enquête multicentrique en secteur public Rapport DRPH/SER N - DIRECTION DE LA RADIOPROTECTION

Plus en détail

Nouvelles caméras CZT cardiaques: une seconde vie pour le thallium 201?

Nouvelles caméras CZT cardiaques: une seconde vie pour le thallium 201? Symposium Covidien, Nice, 10 mai 2010 Nouvelles caméras CZT cardiaques: une seconde vie pour le thallium 201? Bernard Songy Centre Cardiologique du Nord St-Denis Thallium 201: Le thallium 201 présente

Plus en détail

G U I D E - A F F E C T I O N D E L O N G U E D U R É E. La prise en charge de votre mélanome cutané

G U I D E - A F F E C T I O N D E L O N G U E D U R É E. La prise en charge de votre mélanome cutané G U I D E - A F F E C T I O N D E L O N G U E D U R É E La prise en charge de votre mélanome cutané Mars 2010 Pourquoi ce guide? Votre médecin traitant vous a remis ce guide pour vous informer sur le mélanome

Plus en détail

Rad4Med.be, premier acteur global dans le nucléaire médical

Rad4Med.be, premier acteur global dans le nucléaire médical Bruxelles, 15 octobre 2013 Communiqué de presse Rad4Med.be, premier acteur global dans le nucléaire médical La radioactivité au service de la médecine, un savoir-faire belge qui s exporte dans le monde

Plus en détail

Les bases physiques de l'imagerie radiologique

Les bases physiques de l'imagerie radiologique Les bases physiques de l'imagerie radiologique Radiographie 1895 Röentgen Découverte des propriétés des rayons X par Roentgen. Les rayons X permettent de voir uniquement l'os, le poumon et les produits

Plus en détail

Pierre OLIVIER - Médecine Nucléaire

Pierre OLIVIER - Médecine Nucléaire Diplôme Universitaire Corrélations anatomo-physio-pathologiques en imagerie thoracique 25 mai 2011 Imagerie TEP et pathologie tumorale bronchique Pierre OLIVIER - Médecine Nucléaire Détection en coincidence

Plus en détail

BIOPSIE PAR ASPIRATION Sous stéréotaxie

BIOPSIE PAR ASPIRATION Sous stéréotaxie Vous avez appris qu une anomalie a été détectée lors de votre mammographie. Afin d investiguer cette anomalie, le radiologue a pris la décision d effectuer une biopsie par aspiration sous stéréotaxie.

Plus en détail

Résultat du traitement de la varicocèle chez l'adolescent par l'association coils-sclérosants.

Résultat du traitement de la varicocèle chez l'adolescent par l'association coils-sclérosants. Résultat du traitement de la varicocèle chez l'adolescent par l'association coils-sclérosants. P. Fajadet, L. Carfagna, O. Loustau, J. Vial, J. Moscovici, J.J. Railhac, N. Sans. Radiologie Interventionnelle

Plus en détail

prise en charge médicale dans une unité de soins

prise en charge médicale dans une unité de soins Société française de neurologie RÉFÉRENTIEL D AUTO-ÉVALUATION DES PRATIQUES EN NEUROLOGIE Prise en charge hospitalière initiale des personnes ayant fait un accident vasculaire cérébral (AVC) : prise en

Plus en détail

G U I D E P A T I E N T - A F F E C T I O N D E L O N G U E D U R É E. La prise en charge du cancer du foie

G U I D E P A T I E N T - A F F E C T I O N D E L O N G U E D U R É E. La prise en charge du cancer du foie G U I D E P A T I E N T - A F F E C T I O N D E L O N G U E D U R É E La prise en charge du cancer du foie Décembre 2010 Pourquoi ce guide? Votre médecin traitant vous a remis ce guide pour vous informer

Plus en détail

La Dysplasie Ventriculaire Droite Arythmogène

La Dysplasie Ventriculaire Droite Arythmogène 1 La Dysplasie Ventriculaire Droite Arythmogène Document rédigé par l équipe pluridisciplinaire du centre de référence pour les maladies cardiaques héréditaires (Paris), en collaboration avec des patients

Plus en détail

PROCEDURE ENREGISTREMENT

PROCEDURE ENREGISTREMENT Page 1 sur 7 ANNULE ET REMPLACE LES DOCUMENTS SUIVANTS référence 04/PR/001/02/V01 04/PR/001/02/V02 04/PR/001/02/V03 04/PR/001/02/V04 04/PR/001/02/V05 04/PR/001/02/V06 04/PR/001/02/V07 04/PR/001/02/V08

Plus en détail

La maladie de Takayasu

La maladie de Takayasu La maladie Le diagnostic Le traitement, la prise en charge, la prévention Vivre avec En savoir plus Madame, Monsieur, Cette fiche est destinée à vous informer sur la maladie de Takayasu. Elle ne se substitue

Plus en détail

Évaluation (HTA) de l'imagerie 3D à faisceau conique (CBCT) pour l'imagerie dentomaxillofaciale. Emmanuel Charpentier, Anne-Florence Fay, Natalie

Évaluation (HTA) de l'imagerie 3D à faisceau conique (CBCT) pour l'imagerie dentomaxillofaciale. Emmanuel Charpentier, Anne-Florence Fay, Natalie Évaluation (HTA) de l'imagerie 3D à faisceau conique (CBCT) pour l'imagerie dentomaxillofaciale. Emmanuel Charpentier, Anne-Florence Fay, Natalie Vongmany, Antoinette Césari, Laurence Rolland-Burger, Catherine

Plus en détail

Les sciences de l ingénieur appliquées à la prise en charge du

Les sciences de l ingénieur appliquées à la prise en charge du Les sciences de l ingénieur appliquées à la prise en charge du cancer : enjeux et opportunités Début de cartographie des enjeux cliniques et technologiques gq Jean-François MENUDET, Cluster I-Care Cartographie

Plus en détail

Peut-on reconnaître une tumeur de bas-grade en imagerie conventionnelle? S. Foscolo, L. Taillandier, E. Schmitt, A.S. Rivierre, S. Bracard, CHU NANCY

Peut-on reconnaître une tumeur de bas-grade en imagerie conventionnelle? S. Foscolo, L. Taillandier, E. Schmitt, A.S. Rivierre, S. Bracard, CHU NANCY Peut-on reconnaître une tumeur de bas-grade en imagerie conventionnelle? S. Foscolo, L. Taillandier, E. Schmitt, A.S. Rivierre, S. Bracard, CHU NANCY A quoi sert l imagerie conventionnelle dans le diagnostic

Plus en détail

Leucémies de l enfant et de l adolescent

Leucémies de l enfant et de l adolescent Janvier 2014 Fiche tumeur Prise en charge des adolescents et jeunes adultes Leucémies de l enfant et de l adolescent GENERALITES COMMENT DIAGNOSTIQUE-T-ON UNE LEUCEMIE AIGUË? COMMENT TRAITE-T-ON UNE LEUCEMIE

Plus en détail

Rédaction du Plan d Organisation de la Physique Médicale (POPM)

Rédaction du Plan d Organisation de la Physique Médicale (POPM) G U I D E D E L ' A S N M E D I C A L en collaboration avec SOCIETE FRANÇAISE DE PHYSIQUE MEDICALE Rédaction du Plan d Organisation de la Physique Médicale (POPM) GUIDE Nº 20 Version du 19/04/2013 Préambule

Plus en détail

La prise en charge de l AVC ischémique à l urgence

La prise en charge de l AVC ischémique à l urgence La prise en charge de l AVC ischémique à l urgence Nathalie Bourdages, inf., B. Sc., conseillère en soins infirmiers, Direction des soins infirmiers et des regroupement clientèles, Centre hospitalier de

Plus en détail

Qu est-ce qu un sarcome?

Qu est-ce qu un sarcome? Qu est-ce qu un sarcome? Qu est-ce qu une tumeur? Une tumeur est une prolifération anormale de cellules. Les tumeurs ne devraient donc pas automatiquement être associées à un cancer. Certaines tumeurs

Plus en détail

1 La scintigraphie myocardique au Persantin ou Mibi Persantin

1 La scintigraphie myocardique au Persantin ou Mibi Persantin La scintigraphie myocardique au Persantin ou Mibi Persantin Pour mieux connaître l état de votre cœur, votre médecin vous a demandé de passer une scintigraphie myocardique au Persantin. Cette fiche explique

Plus en détail

Questionnaire / Demande d adhésion

Questionnaire / Demande d adhésion RESPONSABILITE CIVILE PROFESSIONNELLE & EXPLOITATION Questionnaire / Demande d adhésion Contrat d Assurance AXA n 4803593504 ASSURE : Nom Prénom Adresse Professionnelle Téléphone Fax Date de Naissance

Plus en détail

TRAUMATISME CRANIEN DE L ENFANT : conduite à tenir?

TRAUMATISME CRANIEN DE L ENFANT : conduite à tenir? TRAUMATISME CRANIEN DE L ENFANT : conduite à tenir? H Le Hors-Albouze Urgences pédiatriques Timone enfants Marseille Traumatismes crâniens (TC) de l enfant Grande fréquence même si incidence réelle mal

Plus en détail

TVP fémorale. Systématisation. La TVP : écho-doppler JP Laroche Unité de Médecine Vasculaire CHU Montpellier. Thrombus mobile

TVP fémorale. Systématisation. La TVP : écho-doppler JP Laroche Unité de Médecine Vasculaire CHU Montpellier. Thrombus mobile Systématisation VCI Fémorale Superf. 3/4 Iliaque Poplitée La TVP : écho-doppler JP Laroche Unité de Médecine Vasculaire CHU Montpellier Mars 2015 Fémorale Sural Difficultés et Pièges: écho-doppler Veineux

Plus en détail

Migraine et céphalées de tension: diagnostic différentiel et enjeux thérapeutiques

Migraine et céphalées de tension: diagnostic différentiel et enjeux thérapeutiques Migraine et céphalées de tension: diagnostic différentiel et enjeux thérapeutiques Dr Solène de Gaalon Service de neurologie- CHU Nantes Société française des migraines et céphalées Céphalées de tension

Plus en détail

ECHOGRAPHIE EN GYNECOLOGIE ET EN OBSTETRIQUE

ECHOGRAPHIE EN GYNECOLOGIE ET EN OBSTETRIQUE ECHOGRAPHIE EN GYNECOLOGIE ET EN OBSTETRIQUE (Diplôme Interuniversitaire National d ) 17/02/2015 avec Bordeaux, Brest, Lille, Lyon, Marseille, Nantes, Paris V et XII, Toulouse et Tours Objectifs : Formation

Plus en détail

ETAT DES LIEUX DE LA RADIOPROTECTION DANS LES SERVICES DE MEDECINE NUCLEAIRE

ETAT DES LIEUX DE LA RADIOPROTECTION DANS LES SERVICES DE MEDECINE NUCLEAIRE ETAT DES LIEUX DE LA RADIOPROTECTION DANS LES SERVICES DE MEDECINE NUCLEAIRE PENDANT LA PERIODE 2009-2011 RESUME Le bilan national des inspections des services de médecine nucléaire a été établi sur la

Plus en détail

Simulation d'un examen anthropomorphique en imagerie TEMP à l iode 131 par simulation Monte Carlo GATE

Simulation d'un examen anthropomorphique en imagerie TEMP à l iode 131 par simulation Monte Carlo GATE Simulation d'un examen anthropomorphique en imagerie TEMP à l iode 131 par simulation Monte Carlo GATE LAURENT Rémy laurent@clermont.in2p3.fr http://clrpcsv.in2p3.fr Journées des LARD Septembre 2007 M2R

Plus en détail

D O S S I E R D E P R E S S E

D O S S I E R D E P R E S S E La Fondation Lenval présente le bilan des réalisations financées grâce aux dons et lance sa campagne d information 2013 Mon ISF pour nos enfants Sommaire D O S S I E R D E P R E S S E 18 avril 2013 P 2/5

Plus en détail

Hospices cantonaux Centre Hospitalier Universitaire Vaudois DOSSIER DE PRESSE. Création du Centre romand hospitalo-universitaire de neurochirurgie

Hospices cantonaux Centre Hospitalier Universitaire Vaudois DOSSIER DE PRESSE. Création du Centre romand hospitalo-universitaire de neurochirurgie Hospices cantonaux Centre Hospitalier Universitaire Vaudois DOSSIER DE PRESSE Création du Centre romand hospitalo-universitaire de neurochirurgie 1. Le Centre romand hospitalo-universitaire de neurochirurgie

Plus en détail

Se préparer à une angiographie artérielle

Se préparer à une angiographie artérielle Se préparer à une angiographie artérielle Table des matières Sujet Page Qu est-ce que l athérosclérose?... 1 Durcissement graduel des artères (athérosclérose)... 2 Pourquoi dois-je subir une angiographie

Plus en détail

PHY113 : Cours de Radioactivité 2009-2010

PHY113 : Cours de Radioactivité 2009-2010 Cours de Radioactivité Le but de ce cours est de permettre aux étudiants qui seront amenés à utiliser des sources radioactives d acquérir les bases de la radioactivité. Aussi bien au niveau du vocabulaire

Plus en détail

Comprendre la mort cérébrale

Comprendre la mort cérébrale Comprendre la mort cérébrale Imprimeur de la Reine pour l Ontario, 2010. Adaptation et reproduction autorisées. 1 Comprendre la mort cérébrale Il est difficile d imaginer une expérience plus douloureuse

Plus en détail

L ACCÈS VEINEUX DE COURTE DURÉE CHEZ L ENFANT ET LE NOUVEAU-NÉ

L ACCÈS VEINEUX DE COURTE DURÉE CHEZ L ENFANT ET LE NOUVEAU-NÉ L ACCÈS VEINEUX DE COURTE DURÉE CHEZ L ENFANT ET LE NOUVEAU-NÉ Plan de la présentation Introduction L enfant Le cathéter court La voie veineuse centrale La voie intra-osseuse Plan de la présentation Le

Plus en détail

Veraviewepocs 3De Le Panoramique dentaire qui répond à tous vos besoins en imagerie tridimensionnelle (3D)

Veraviewepocs 3De Le Panoramique dentaire qui répond à tous vos besoins en imagerie tridimensionnelle (3D) Veraviewepocs 3De Le Panoramique dentaire qui répond à tous vos besoins en imagerie tridimensionnelle (3D) Thinking ahead. Focused on life. Veraviewepocs 3De Le générateur à Rayons X pour tous vos besoins

Plus en détail

neurogénétique Structures sensibles du crâne 11/02/10 Classification internationale des céphalées:2004

neurogénétique Structures sensibles du crâne 11/02/10 Classification internationale des céphalées:2004 11/02/10 Structures sensibles du crâne neurogénétique Cheveux Cuir chevelu Tissu sous cutané Périoste Os Dure mère Méninges molles Cerveau vaisseaux MIGRAINE:PHYSIOPATHOLOGIE MIGRAINE:PHYSIOPATHOLOGIE

Plus en détail

PRÉSENTATION DES PRINCIPALES DISPOSITIONS RÉGLEMENTAIRES DE RADIOPROTECTION APPLICABLES EN RADIOLOGIE MÉDICALE ET DENTAIRE

PRÉSENTATION DES PRINCIPALES DISPOSITIONS RÉGLEMENTAIRES DE RADIOPROTECTION APPLICABLES EN RADIOLOGIE MÉDICALE ET DENTAIRE PRÉSENTATION DES PRINCIPALES DISPOSITIONS RÉGLEMENTAIRES DE RADIOPROTECTION APPLICABLES EN RADIOLOGIE MÉDICALE ET DENTAIRE mise à jour octobre 2014 Sommaire Introduction... 4 1. Procédures de déclaration

Plus en détail

Item 182 : Accidents des anticoagulants

Item 182 : Accidents des anticoagulants Item 182 : Accidents des anticoagulants COFER, Collège Français des Enseignants en Rhumatologie Date de création du document 2010-2011 Table des matières ENC :...3 SPECIFIQUE :...3 I Cruralgie par hématome

Plus en détail

LIGNES DE CONDUITE POUR L IMAGERIE POUR LES CEPHALEES AIGUES ET CHRONIQUES NON TRAUMATIQUES

LIGNES DE CONDUITE POUR L IMAGERIE POUR LES CEPHALEES AIGUES ET CHRONIQUES NON TRAUMATIQUES Page 1 de 5 LIGNES DE CONDUITE POUR L IMAGERIE POUR LES CEPHALEES AIGUES ET CHRONIQUES NON TRAUMATIQUES INTRODUCTION Il faut être conscient qu environ 90% des céphalées rencontrées en pratique sont «primaires»,

Plus en détail

2. Personnes intervenant pour assurer la radioprotection des patients ou des travailleurs.10

2. Personnes intervenant pour assurer la radioprotection des patients ou des travailleurs.10 mise à jour octobre 2014 Sommaire Introduction...... 4 1. Procédures de déclaration et d autorisation de détention et d utilisation de générateurs électriques...... 5 1.1. Régime administratif des installations

Plus en détail

The consent form is also available in English.

The consent form is also available in English. Université McGill et hôpitaux affiliés Centre universitaire de santé McGill (CUSM) Hôpital général juif - Sir Mortimer B. Davis The Sir Mortimer B. Davis - Jewish General Hospital Centre hospitalier de

Plus en détail

Fondation PremUp. Mieux naître pour mieux vivre

Fondation PremUp. Mieux naître pour mieux vivre Fondation PremUp Mieux naître pour mieux vivre Une fondation de coopération scientifique initiée par les pouvoirs publics en 2007 6 membres fondateurs : L Assistance Publique des Hôpitaux de Paris, l Inserm,

Plus en détail

Développement d'une nouvelle interface utilisateur multi-modalité en scanner interventionnel

Développement d'une nouvelle interface utilisateur multi-modalité en scanner interventionnel Développement d'une nouvelle interface utilisateur multi-modalité en scanner interventionnel E. de Kerviler, C. de Bazelaire, P. Coulon*, S. Gotman**, J Yanof***, C. Bauer***J. Sapir**. Service de Radiologie,

Plus en détail

Ligne Dentaire. Système Dentaire Panoramique et 3D

Ligne Dentaire. Système Dentaire Panoramique et 3D Ligne Dentaire Système Dentaire Panoramique et 3D La Société Villa Sistemi Medicali est fière de présenter son nouveau panoramique Rotograph Evo 3D, un système d'imagerie dentaire avec fonctionnalité 3-en-1:

Plus en détail

Céphalées vues aux Urgences. Dominique VALADE Centre d Urgence des Céphalées Hôpital Lariboisière PARIS

Céphalées vues aux Urgences. Dominique VALADE Centre d Urgence des Céphalées Hôpital Lariboisière PARIS Céphalées vues aux Urgences Dominique VALADE Centre d Urgence des Céphalées Hôpital Lariboisière PARIS Deux Objectifs aux Urgences Identifier les céphalées à risque vital Optimiser le traitement des céphalées

Plus en détail

ENFIN, UN SYSTÈME POLYVALENT D'IMAGERIE ORL ET DENTAIRE

ENFIN, UN SYSTÈME POLYVALENT D'IMAGERIE ORL ET DENTAIRE CS 9300 ENFIN, UN SYSTÈME POLYVALENT D'IMAGERIE ORL ET DENTAIRE Conçu pour de multiples applications cliniques, le système CS 9300 fournit des images panoramiques de très grande qualité, ainsi que des

Plus en détail

Les soins infirmiers en oncologie : une carrière faite pour vous! Nom de la Présentatrice et section de l'acio

Les soins infirmiers en oncologie : une carrière faite pour vous! Nom de la Présentatrice et section de l'acio Les soins infirmiers en oncologie : une carrière faite pour vous! Nom de la Présentatrice et section de l'acio Grandes lignes Pourquoi les soins en cancérologie sont-ils un enjeu de santé important? Les

Plus en détail

LIVRET D ACCUEIL DU STAGIAIRE ETUDIANT MANIPULATEUR EN RADIOLOGIE CONVENTIONNELLE SCANNER ET IRM

LIVRET D ACCUEIL DU STAGIAIRE ETUDIANT MANIPULATEUR EN RADIOLOGIE CONVENTIONNELLE SCANNER ET IRM LIVRET D ACCUEIL DU STAGIAIRE ETUDIANT MANIPULATEUR EN RADIOLOGIE CONVENTIONNELLE SCANNER ET IRM Février 2013 LE SOMMAIRE LES MODALITES D ACCUEIL P 1 AVANT VOTRE ARRIVEE P1 A VOTRE ARRIVEE P1 LES PARTICULARITES

Plus en détail

LA LOMBALGIE CHRONIQUE : Facteurs de risque, diagnostic, prise en charge thérapeutique

LA LOMBALGIE CHRONIQUE : Facteurs de risque, diagnostic, prise en charge thérapeutique LA LOMBALGIE CHRONIQUE : Facteurs de risque, diagnostic, prise en charge thérapeutique Caroline Karras-Guillibert Rhumatologue, Hôpital Saint Joseph, Marseille La lombalgie chronique : le «mal du siècle»?

Plus en détail

IRM du Cancer du Rectum

IRM du Cancer du Rectum IRM du Cancer du Rectum quels CHOIX TECHNIQUES pour quels OBJECTIFS THERAPEUTIQUES? Frank Boudghène, T. Andre, A. Stivalet, I. Frey, L. Paslaru, V. Ganthier, M. Tassart Hopital Tenon - Université Paris

Plus en détail

Spécialiste en chirurgie

Spécialiste en chirurgie SIWF ISFM Spécialiste en chirurgie y c. formations approfondies en - chirurgie générale et traumatologie - chirurgie viscérale Programme de formation postgraduée du 1 er juillet 2006 (dernière révision:

Plus en détail

«Adaptation de la mise en œuvre des bonnes pratiques cliniques en fonction des caractéristiques de certaines recherches»

«Adaptation de la mise en œuvre des bonnes pratiques cliniques en fonction des caractéristiques de certaines recherches» Synthèse de la table ronde 2- Giens XXI -octobre 2005 «Adaptation de la mise en œuvre des bonnes pratiques cliniques en fonction des caractéristiques de certaines recherches» Pierre-Henri.Bertoye, Soizic.Courcier-Duplantier,

Plus en détail

Découvrez L INSTITUT UNIVERSITAIRE DU CANCER DE TOULOUSE

Découvrez L INSTITUT UNIVERSITAIRE DU CANCER DE TOULOUSE Découvrez L INSTITUT UNIVERSITAIRE DU CANCER DE TOULOUSE 2014 L INSTITUT UNIVERSITAIRE DU CANCER DE TOULOUSE L Institut universitaire du cancer de Toulouse (IUCT) est un nouveau modèle français d organisation

Plus en détail

Maternité et activités sportives

Maternité et activités sportives Maternité et activités sportives L obstétricien est de plus en plus souvent interrogé sur les avantages et les risques de maintenir ou de débuter une APS ou de loisir pendant la grossesse. Transformations

Plus en détail

Télémédecine, télésanté, esanté. Pr. François KOHLER kohler@medecine.uhp-nancy.fr

Télémédecine, télésanté, esanté. Pr. François KOHLER kohler@medecine.uhp-nancy.fr Télémédecine, télésanté, esanté Pr. François KOHLER kohler@medecine.uhp-nancy.fr Télémédecine : Définition et domaines «Exercice de la médecine à distance» => Implique un médecin En France : Décret n 2010-1229

Plus en détail

',5(&7,9((85$720'8&216(,/ GXMXLQ

',5(&7,9((85$720'8&216(,/ GXMXLQ ',5(&7,9((85$720'8&216(,/ GXMXLQ UHODWLYHjODSURWHFWLRQVDQLWDLUHGHVSHUVRQQHVFRQWUHOHVGDQJHUVGHVUD\RQQHPHQWVLRQLVDQWVORUV GH[SRVLWLRQVjGHVILQVPpGLFDOHVUHPSODoDQWODGLUHFWLYH(XUDWRP LE CONSEIL DE L'UNION EUROPÉENNE,

Plus en détail

Actualités s cancérologiques : pneumologie

Actualités s cancérologiques : pneumologie Actualités s cancérologiques : pneumologie PLAN Incidence / facteurs de risque Anatomie Symptômes Types de tumeurs Diagnostic / extension Classification Traitement Pronostic Pneumologie : incidence Belgique

Plus en détail

Suivi post-professionnel après exposition à l amiante

Suivi post-professionnel après exposition à l amiante AUDITION PUBLIQUE Suivi post-professionnel après exposition à l amiante TEXTE COMPLET Avril 2010 1 Les recommandations et synthèse des recommandations sont téléchargeables sur www.has-sante.fr Haute Autorité

Plus en détail

Comparaison du scanner spiralé sans contraste et de l urographie intraveineuse dans le diagnostic de la colique néphrétique

Comparaison du scanner spiralé sans contraste et de l urographie intraveineuse dans le diagnostic de la colique néphrétique ARTICLE ORIGINAL Progrès en Urologie (1999), 9, 233-238 Comparaison du scanner spiralé sans contraste et de l urographie intraveineuse dans le diagnostic de la colique néphrétique Jean-François THIBEAU

Plus en détail

Réparation de la communication interauriculaire (CIA) Informations destinées aux patients

Réparation de la communication interauriculaire (CIA) Informations destinées aux patients Réparation de la communication interauriculaire (CIA) Informations destinées aux patients Schéma du cœur avec CIA Aorte Artère pulmonaire Oreillette gauche CIA Appendice auriculaire gauche Oreillette droite

Plus en détail

Dossier thématique de la. Fondation de l'avenir. Chirurgie du futur SOMMAIRE

Dossier thématique de la. Fondation de l'avenir. Chirurgie du futur SOMMAIRE Dossier thématique de la Fondation de l'avenir Chirurgie du futur SOMMAIRE I L évolution de la chirurgie A La vidéochirurgie : une chirurgie mini-invasive 1 En quoi consiste la vidéochirurgie 2 - Les bénéfices

Plus en détail

GHUPC Projet de transformation du site Hôtel Dieu. Pr S CHAUSSADE, Dr I. FERRAND

GHUPC Projet de transformation du site Hôtel Dieu. Pr S CHAUSSADE, Dr I. FERRAND GHUPC Projet de transformation du site Hôtel Dieu Pr S CHAUSSADE, Dr I. FERRAND PREAMBULE - Déçisions du directoire de l APHP : 1) le site de l HTD ne serait pas fermé 2) le site de l HTD ne serait pas

Plus en détail

D O S S I E R D E P R E S S E

D O S S I E R D E P R E S S E La Fondation Lenval présente le bilan des réalisations financées grâce aux dons et lance sa campagne d information 2014 Mon ISF pour nos enfants D O S S I E R D E P R E S S E 16 avril 2014 Sommaire P 2/4

Plus en détail

Les maladies valvulaires

Les maladies valvulaires CENTRE CARDIO-THORACIQUE DE MONACO information du patient Les maladies valvulaires Maladies, diagnostic et traitements 1 Les maladies valvulaires ou valvulopathies Elles désignent l ensemble des maladies

Plus en détail

Chapitre 1 Evaluation des caractéristiques d un test diagnostique. José LABARERE

Chapitre 1 Evaluation des caractéristiques d un test diagnostique. José LABARERE UE4 : Biostatistiques Chapitre 1 Evaluation des caractéristiques d un test diagnostique José LABARERE Année universitaire 2011/2012 Université Joseph Fourier de Grenoble - Tous droits réservés. lan I.

Plus en détail