Consultez notre site : Rubrique "Activité Ingénieurs et Techniciens"

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Consultez notre site : www.ftm-cgt.fr Rubrique "Activité Ingénieurs et Techniciens""

Transcription

1 Supplément au Courrier de l'ufict n 223 mars 2004 Consultez notre site : Rubrique "Activité Ingénieurs et Techniciens" Sommaire L'appréciation du personnel p. 2-4 L'exemple d'ibm p. 4-5 L'exemple de Hewlett Packard p. 6 L'appréciation du personnel selon le droit du travail p. 7 Fédération des Travailleurs de la Métallurgie CGT 263 rue de Paris Case Montreuil cedex Directeur de publication : D. Gouttefarde Mensuel imprimé par nos soins Prix : 0,53 euro Abonnement annuel : 5,30 euros Commission paritaire 951 D 73 ISSN

2 L'appréciation du personne l Repères historiques et théoriques Les entreprises ont recours aux entretiens d évaluation et à la fixation d objectifs aux salariés depuis plusieurs décennies. 96 % des entreprises françaises l utilisent et 90 % des entreprises américaines l ont mis en place dès les années 80. La procédure est simple ; elle permet aux salariés de savoir ce qu attend de lui son employeur et à ce dernier d apprécier la performance de son personnel. Toutefois, depuis les années 80 aux Etats-Unis, et une décennie plus tard en France, de nombreuses entreprises sont passées d un système d évaluation des salariés par l atteinte des objectifs à un système d évaluation par les compétences. Il ne suffit plus, désormais d atteindre ou de dépasser ses objectifs, encore faut-il adopter le comportement qui convient. Les critères appréciés sont, par exemple, l autonomie du salarié, sa créativité, sa capacité à travailler en équipe ou encore son acceptation du changement. Dans un tel système, le manager apprécie les compétences du salarié auquel il attribue finalement une note qui rappelle le système de notation en usage dans le milieu scolaire. La notation individuelle est plébiscitée par les entreprises car elle facilite l attribution des augmentations aux salariés les plus méritants. Malgré des objectifs comparables, les modes d appréciation du personnel varient fortement selon les entreprises. Ils peuvent prendre la forme d une rencontre annuelle entre le manager et son subalterne, avec parfois une actualisation trimestrielle. L évaluation proprement dite peut être fondée sur un «référentiel emploi» (les compétences évaluées dépendent directement du poste occupé) ou un «référentiel liste» (les compétences évaluées sont déconnectées de l emploi ou du métier). L appréciation peut mettre l accent sur la réalisation d objectifs par le salarié ou sur des critères d ordre comportemental, parfois sur ces deux aspects simultanément. La notation finale peut être unique, comme chez IBM, ou multiple. Cependant, le lien entre la notation du salarié et sa progression de carrière ou son salaire est parfois très ténu. Une pratique récente, souvent réservée aux fonctions à haute responsabilité, consiste à pratiquer une évaluation «à 360 degrés» à laquelle participent, outre les supérieurs hiérarchiques, les autres collaborateurs et notamment les subalternes. Dans ce système, celui qui réalise ses objectifs mais n est pas apprécié de ses collaborateurs risque fort de recevoir une note basse. Il existe même une notion d évaluation «à 540 degrés» dans laquelle interviennent les clients. Les organisations syndicales ne sont pas réticentes aux méthodes d évaluation lorsqu elles permettent de détecter les salariés en difficulté et de prendre des mesures pour les aider, par exemple au moyen d actions de formation ou par la mise en place d un tutorat. Si les entretiens d évaluation s adressent essentiellement aux cadres, un nombre croissant de salariés sont aujourd hui concernés. L entretien annuel a de nombreux avantages pour les deux parties. Pour le salarié, il permet de faire valoir ses qualifications et ses actions dans l entreprise, de clarifier les missions et les objectifs, d évoquer des perspectives de carrière ou encore de débattre avec son supérieur de la situation de l entreprise. Pour la Direction, il constitue l occasion d individualiser les relations professionnelles, d étendre la négociation de gré à gré, au détriment de la négociation collective, d imposer au salarié des objectifs (individuels ou collectifs) sur lesquels il n a souvent aucune prise et de favoriser la compétition entre salariés. Le classement forcé ou forced ranking Le 10 juillet 2002, un arrêt de la Cour de cassation a rappelé que si l évaluation de l activité du salarié était parfaitement légale, l évaluation du salarié, elle, ne l était pas. Or, diverses dérives ont été dénoncées par les organisations syndicales de grandes entreprises (dont certaines ont mené des actions en justice), par la presse mais aussi par des cabinets de conseil en gestion des ressources humaines, voire par certains chefs d entreprise. La dérive des systèmes de notation du personnel a débuté aux Etats-Unis, sous la houlette du Président de General Electric, Jack Welch, l inventeur du forced ranking. Cette méthode, qui repose sur l idée que les salariés les plus mauvais doivent quitter l entreprise et s est avérée fort efficace pour General Electric, a été reprise avec plus ou moins de bonheur par de nombreuses entreprises en crise. Selon le magazine américain Fortune, au moins cinq cents grandes entreprises américaines auraient aujourd hui recours à cette méthode. En pratique, il s agit d attribuer une note aux salariés sur la base de quotas : A pour les meilleurs (20 % de l effectif), B pour les sala-

3 riés dans la moyenne (70 %) et C pour les salariés baptisés «faibles contributeurs» (10 %) dans certaines entreprises qui pratiquent cette méthode. Selon la théorie de Jack Welch, il suffit de recevoir deux fois la note la plus mauvaise pour être licencié. En France, si certains cadres reconnaissent que leur entreprise utilise un système de quotas, les directions desdites entreprises démentent systématiquement cette pratique, peut-être par honte. Il en est ainsi d Alcatel dont la direction assure qu elle ne pratique pas les quotas. Pourtant, une note interne stipule que le responsable, s il s écarte des quotas fixés, devra s en expliquer auprès de la direction. En revanche, chez Schneider Automation France, la Directrice du développement des ressources humaines du groupe explique qu elle a fait le nécessaire pour mettre fin à de telles pratiques (prétendument initiées par un cadre isolé) immédiatement après avoir été alertée par les représentants du personnel. La contestation de la notation Depuis que le forced ranking se diffuse dans les entreprises, les plaintes se sont multipliées aux Etats-Unis (contre Microsoft, Conoco, Lucent Technologies ), où le droit du travail est moins protecteur qu en France, forçant certaines entreprises à revoir leur politique de notation. Ainsi, Goodyear a abandonné son objectif de 10 % de salariés recevant la note la plus basse, la veille du dépôt d une plainte pour discrimination. Selon les plaignants, le forced ranking est devenu un «rank and yank» (classer et se débarrasser). Les avocats d anciens salariés de Ford ont prouvé qu un salarié de plus de cinquante ans avait cinq à six fois plus de risque de recevoir la plus mauvaise notation qu un salarié âgé de seulement trente ans. En fait, il semble que cette méthode de notation soit utilisée, non pour évaluer la performance des salariés mais bel et bien pour identifier, et donc licencier, les salariés indésirables ou fragiles : les salariés âgés ou dont la santé est précaire, les femmes ou encore des salariés appartenant à des minorités. A la pratique des quotas s ajoute la «théorie du maillon faible». Un salarié qui ne serait que «bon» alors que tous ses collègues seraient «très bons» recevrait, par l application des quotas, une note basse, devenant ainsi le «maillon faible». Larry Bossidy, ancien président de Honeywell, a dénoncé ce système de notation, nuisible, selon lui, à l esprit d équipe dont les entreprises ont pourtant besoin, ce qui constitue un paradoxe plus que gênant. Plus généralement, en France, les organisations syndicales dénoncent la grande variété des contenus des entretiens de motivation qui devraient pourtant servir à faire progresser les salariés. Ils sont vécus comme infantilisants, engendrant stress et méfiance vis-à-vis de l entreprise mais aussi des collègues et, surtout, privilégiant l objectif de rentabilité sur tout autre critère. L évaluation des salariés devient l étape ultime de la mise en œuvre de stratégies d entreprise qui se détournent du métier au profit de la seule rentabilité. Cependant, Si la contestation de ces pratiques se développe, les salariés, eux, sont encore réticents à remettre en cause les systèmes d évaluation, d une part parce qu ils en acceptent les principes (l entretien à 360 degrés permet de savoir ce que ses collaborateurs pensent de soi) et, d autre part, parce qu ils se sentent souvent coupables d avoir obtenu une mauvaise notation. Ainsi, dans certaines entreprises, le fait de recevoir la note la plus faible est vécue comme une maladie honteuse. La notation n est pas seule à être remise en cause. Les entretiens annuels sont également contestés pour leurs effets contre-productifs. Ils sont accusés de favoriser l opacité des méthodes de gestion du personnel. Très souvent, la différence entre le dispositif présenté officiellement et son application pratique est grande. Selon les organisations syndicales d IBM, le véritable objectif de l entretien annuel d appréciation est la gestion d un supposé sureffectif. La fixation d objectifs apparemment précis fait également débat. Comment juger un salarié sur des objectifs lorsqu il n a pas les moyens de les atteindre? L OMS dénonce d ailleurs, depuis plusieurs années, les pratiques d appréciation du personnel qui seraient responsables de l accroissement du stress et des maladies professionnelles dans le monde. L Association nationale des directeurs et cadres de la fonction personnel reconnaît que le contexte d insécurité professionnelle, «assorti de méthodes de management et de ranking particulièrement odieuses a transformé la vie professionnelle de nombre de personnes en une course effrénée et une inquiétude quotidienne.» Paradoxalement, les membres de cette même association estiment que le stress peut constituer un facteur de dynamisme. En outre, les DRH n envisagent pas de renoncer aux pratiques d évaluation car elles sont le seul outil dont ils disposent, non seulement pour obtenir une image des compétences présentes dans leur entreprise mais également pour engager le dialogue avec les salariés et connaître leur perception de l organisation. Selon les auteurs du livre L Appréciation du personnel (Editions d organisation), les paradoxes inhérents aux systèmes d évaluation du personnel s expliquent par la duplicité des objectifs. En effet, ils répondent simultanément à l ambition

4 d améliorer la performance collective de l organisation et à celle de fixer des objectifs individuels. En outre, l évaluation s inscrit généralement dans un contexte de court terme (le salarié est évalué sur la réalisation d objectifs annuels) alors qu elle devrait également avoir une perspective de long terme (le développement des compétences et des potentiels). La contestation par les syndicats Les syndicats dénoncent dans les pratiques d évaluation du personnel une tendance à la normalisation des comportements. Selon Annie Bertelle (UFMICT-Santé), avec les entretiens d appréciation du personnel, l intention du patronat «n est rien d autre que modeler les comportements des individus pour changer l atmosphère de travail, passer d une culture basée sur la contrainte, le contrôle, l obéissance et le contrat de travail à un système centré sur le soutien, l autodiscipline, la confiance et le dépassement de soi. Un système dans lequel l engagement de tout un chacun au service de l entreprise est requis.» Dans certains secteurs, comme le secteur mutualiste, l évaluation des personnels sur la base des seuls critères de rendement semble même contraire au sens de l activité de ces derniers. Certains syndicats parviennent à imposer d autres critères. Ainsi, l évaluation des agents du ministère des Finances prend en compte des critères sociaux et celle des mécaniciens d Air France est réalisée à la fois par leur hiérarchie mais également par le corps des contrôleurs. Pour les syndicats, il ne s agit pas de rejeter en bloc les systèmes d évaluation du personnel mais de tenter de les améliorer. L UGICT a présenté quelques pistes : développer l organisation du travail sur la base de normes, critères et règles de bonne pratique élaborés et validés démocratiquement dans l entreprise, redonner sa place au professionnalisme et au métier, apprécier la contribution individuelle tout en rejetant tout système de classement des individus, remettre du collectif dans les systèmes d évaluation, obtenir des recours efficaces par l intermédiaire de commissions paritaires et surtout veiller au contenu du contrat de travail qui constitue un engagement de moyens de la part de l entreprise. L exemple d IBM Le 15 avril 2002, les représentants du personnel des entreprises IBM et Hewlett-Packard ont tenu une réunion intersyndicale inédite destinée à dénoncer les dérives des systèmes de notation. Ils ont invité les salariés d Alcatel, de ST Microelectronics et d Ericsson (où des pratiques similaires ont été constatées) à les rejoindre pour alerter l opinion publique sur l utilisation des systèmes de notation par ces entreprises pour éviter de recourir à des plans sociaux. Le système d appréciation chez IBM Pour les salariés d IBM, le système d appréciation commence par la rédaction conjointe, par le salarié et son supérieur hiérarchique, d un PBC (personal business commitment, engagement professionnel personnel) par lequel le salarié s engage à atteindre des objectifs précis au cours des douze prochains mois. Le PBC doit ensuite recevoir l aval de la hiérarchie avant d être signé par les deux parties. Il peut alors servir de base au déroulement de l entretien d évaluation, ce dernier se soldant par l attribution d une note de 1 à 4. La note 1 sanctionne des résultats extraordinaires, supérieurs aux objectifs et le respect, par le collaborateur, des trois principes clés d IBM (ou «principes d actions» : «win in the marketplace» : gagner sur le marché, «execute and implement more quickly and effectively» : travailler plus rapidement et plus efficacement et «enhance teamwork» : favoriser le travail en équipe). La note 2 sanctionne des résultats conformes ou supérieurs aux objectifs du PBC et le respect des principes d actions. La note 3 sanctionne l atteinte de quelques objectifs seulement et un comportement «en retrait» par rapport aux principes d IBM. Enfin, la note 4 sanctionne des résultats insuffisants et le nonrespect des principes d actions. Un salarié recevant une note 4 ne reçoit ni prime variable annuelle (cette prime pouvant représenter jusqu à 8 % du salaire), ni augmentation de salaire, ni promotion et bénéficie, en théorie, d un délai de trois à six mois, dit «de mise en garde», pour se reprendre, avec le risque d être licencié à l issue de cette période si les insuffisances constatées perdurent. Le système d IBM en pratique Selon la direction de l entreprise, le système d appréciation individuelle a pour principal objet la reconnaissance de la compétence individuelle

5 et ses répercussions sur le salaire. Pourtant, un document de novembre 2001 intitulé Gestion de la performance et destiné aux managers d IBM donne à ces derniers quelques pistes pour identifier et gérer les «faibles contributeurs» : «Gestion des faibles contributeurs, rôle du manager en cours d année : Identifier le problème avec le collaborateur ; évaluer les résultats mesurables du PBC et le comportement professionnel ; informer d une notation potentielle ; déterminer si un facteur extérieur influe sur les résultats (maladie, problème personnel) ; envisager les solutions possibles ; décider d un plan d actions (+ calendrier) selon la gravité et la pérennité du problème : initier un entretien intermédiaire de performance pour faire part des résultats insuffisants ou des comportements professionnels inadéquats et déterminer un plan d amélioration, discuter avec le collaborateur pour comprendre les raisons de ses résultats, faire du coaching, prévoir une éventuelle formation complémentaire, discuter des alternatives à l intérieur ou à l extérieur d IBM.» Selon les syndicats d IBM, il s agit tout d abord de privilégier quelques salariés au détriment d une majorité, c est-à-dire de limiter autant que possible les augmentations collectives au profit de quelques augmentations individuelles (le système permettant de conserver un pourcentage de salariés ne recevant aucune augmentation de salaire) mais surtout de licencier. Les délégués syndicaux d IBM dénoncent une pratique de forced ranking qui se fonde sur une logique de la statistique et sur le credo : «up or out» (faites mieux ou dehors). La Direction imposerait aux managers un objectif de 4 % de salariés recevant la note la plus basse et se trouvant, de ce fait, sous la menace d un licenciement pour insuffisance professionnelle, le taux d attribution de la note 4 devenant, de fait, un objectif de management. Sont particulièrement menacés : les salariés avec lesquels la hiérarchie souhaite «régler ses comptes», les syndiqués, les temps partiels, les femmes ou encore les salariés dont la santé est fragile, les salariés âgés ou ceux de retour d absence pour longue maladie. En outre, les critères d appréciation seraient très largement subjectifs. Les syndicats dénoncent surtout une pratique qui revient à contourner la loi afin d éviter un plan social. Les salariés mal notés sont culpabilisés, démoralisés et, finalement, volontaires pour quitter l entreprise. Ce système commence également à être critiqué par les cadres chargés de l appliquer qui refusent d être rendus responsables de la politique de la direction. Des exemples montrent que les inquiétudes des syndicats sont fondées. Tout d abord, de nombreux salariés notés 4 ne bénéficient pas d une période probatoire de trois à six mois. Certains sont licenciés deux semaines après avoir pris connaissance de leur notation. Un salarié revenant d une absence pour longue maladie a reçu la note 4 seulement deux jours après avoir repris le travail et ce alors que la DRH d IBM affirme qu il est nécessaire d avoir été présent dans l entreprise au moins trois mois au cours de l année précédente pour être évalué. Un salarié a entendu son manager avouer : «J ai l ordre de te mettre la note 4». Les revendications des syndicats Les syndicats expliquent les dérives du système de notation par la crise économique que traverse IBM. Auparavant, les notes basses n étaient attribuées que dans des cas exceptionnels. Il se trouve que les salariés ayant subi une procédure de licenciement rapide après avoir reçu la note fatidique travaillent souvent dans des services correspondant à des activités nouvelles d IBM et dont la profitabilité n est pas celle attendue. Afin de se prémunir contre ces dérives, les organisations CGT et CFDT ont demandé, outre la suspension de toutes les notes 4, le maintien des augmentations collectives afin que la direction de l entreprise garantisse à tous les salariés la stabilité de leur pouvoir d achat, une garantie individuelle de reconnaissance des compétences et qualifications et, enfin, l instauration d un système de contrôle de l adéquation des objectifs et des moyens mis à leur disposition. Par ailleurs, les syndicats remarquent que la direction a affirmé, à plusieurs reprises, aux instances de représentation du personnel, que la rédaction du PBC était facultative. L Inspection du Travail a demandé des compléments d information à la direction d IBM, notamment sur l attribution d une note basse aux salariés souffrant de problèmes de santé. La direction du groupe a réfuté l existence de quotas mais reconnu fournir des «fourchettes» aux managers, à titre indicatif : de 10 à 15 % pour la note 1, de 65 à 70 % pour la note 2, de 15 à 25 % pour la note 3 et de 2 à 5 % pour la note 4. La Direction fait également valoir qu elle a créé un Comité de sages chargé de veiller à l éthique et à la cohérence des notations et assure qu il ne serait pas conforme à l éthique de l entreprise de contourner la loi. L Inspection du Travail a néanmoins constaté que, chez IBM, l âge constituait un critère déterminant dans l attribution de la note finale.

6 L exemple de Hewlett-Packard Le système d appréciation chez Hewlett-Packard La classification des salariés de Hewlett-Packard repose sur un système à cinq niveaux dans lequel le niveau 1 correspond à la note la plus basse. La Direction aurait imposé un quota de 5 % du personnel devant figurer en classe 1. Après avoir reçu cette notation, le salarié dispose de trois mois pour suivre un «plan d amélioration» à l issue duquel sa performance est de nouveau évaluée. Si l évaluation est positive, le dispositif impose simplement de poursuivre le suivi de la performance du salarié par la voie du coaching. En cas d évaluation négative, le salarié entre dans une seconde phase de trois mois dite CAP pour «plan d amélioration corrective». Cette seconde période est également sanctionnée par une évaluation de la performance. Si l évaluation est toujours négative, le salarié dispose alors d une dernière période dite «probatoire» de trois mois pour se corriger. Enfin, si la dernière évaluation demeure négative, le dispositif d appréciation prévoit une sanction qui peut aller jusqu au licenciement. En théorie, un salarié qui reçoit la note 1 dispose donc d un délai total de neuf mois pour améliorer ses performances, jalonné de rendez-vous avec sa hiérarchie. En réalité, ces salariés sont, dès le départ, considérés comme exclus et le licenciement est souvent prononcé lorsque la performance est jugée insuffisante. La contestation du dispositif Saisie par les syndicats, l Inspection du Travail a demandé à la direction de Hewlett-Packard de renoncer au caractère disciplinaire de sa méthode de classement des salariés et de traiter cette question dans le cadre des négociations annuelles obligatoires. Le délégué syndical UFICT-CGT a proposé à la direction d assortir le système d une garantie de maintien du pouvoir d achat des salariés et d une reconnaissance des qualifications individuelles par l application de grilles de classifications uniques. Plus généralement, une enquête du CHSCT a montré que, dans un tel système, le salarié culpabilisé renonce à toute contestation. En outre, le dispositif favorise l incompréhension, la dévalorisation et l épuisement du personnel mais également la méfiance entre salariés. La direction de Hewlett-Packard, par la voix de son avocat, réfute toute notion de quotas. Selon lui, la réalité des chiffres montre que l inquiétude des syndicats n est pas justifiée puisque l entreprise ne compte ni 5 % de salariés mal notés, ni 5 % de salariés licenciés pour raisons personnelles. Les syndicats rétorquent que les salariés mal notés et démotivés craquent et préfèrent démissionner sans attendre le licenciement. Les syndicats déboutés Le 25 avril 2002, le tribunal de grande instance de Grenoble a rendu le jugement suivant, après un procès intenté par l intersyndicale CFDT-CGT- FO et CFE-CGC : «En l état actuel du dossier, les reproches faits à Hewlett-Packard ne sont pas fondés. Si l angoisse des salariés est légitime, les griefs sont prématurés. Ce mode d organisation n a pas eu d incidence sur les licenciements et la preuve d un détournement de procédure n a pas été apportée». Malgré trois pièces versées au dossier par l avocat de l intersyndicale, le tribunal n a pas reconnu la pratique de quotas chez Hewlett- Packard. Les organisations syndicales ainsi déboutées ne décolèrent pas mais s inquiètent surtout de la portée d un tel jugement qui revient à légaliser l utilisation des quotas dans les entreprises françaises. Selon l'ufict-cgt, ce jugement «risque de renforcer le harcèlement des salariés par les directions en encourageant la gestion par la pression, le stress et l échec.»

7 L appréciation du personnel selon le droit du trava il La législation relative aux entretiens individuels d appréciation et à l évaluation des salariés est encore limitée. L article L121-7 du Code du Travail stipule que : «Le salarié est informé de la même manière des méthodes et techniques d évaluation professionnelle mises en œuvre à son égard. Les résultats obtenus doivent rester confidentiels. Les méthodes et techniques d aide au recrutement ou d évaluation des salariés et des candidats à un emploi doivent être pertinentes au regard de la finalité poursuivie.» Selon l article L , «Le comité d entreprise est informé et consulté préalablement à la décision de mise en œuvre dans l entreprise sur les moyens et techniques permettant un contrôle de l activité des salariés». Certains syndicats, sans saisir la justice, ont eu recours à la procédure d alerte (conformément à l article L423-5 du Code du travail) pour obtenir davantage d informations sur le système de notation, par exemple chez GE Capital Bank. La Direction de ST Microelectronics, accusée de pratiquer le forced ranking par les syndicats, a fait le nécessaire pour se démarquer d IBM dont le cas avait suscité un véritable tollé. Selon Antoine Lyon-Caen, professeur de droit du travail à Paris-X et président de l Association française de droit du travail, l arrêt de la Cour de cassation du 10 juillet 2002 permet de penser qu à l avenir, les juges n accepteront pas les systèmes d appréciation du personnel fondés sur certains critères comportementaux. Il rappelle qu une entreprise ne saurait déterminer a priori un quota de salariés incompétents car cela contredirait la notion même d évaluation individuelle. S il constate que les entreprises utilisent de plus en plus toute la palette de motifs de rupture du contrat de travail (pour raison économique, pour faute ou pour inaptitude), il estime cependant que rares sont les entreprises qui ont recours à leur système d appréciation du personnel pour gérer un éventuel sureffectif. Il est essentiel de savoir que les critères d évaluation d un salarié, pour être légaux, doivent pouvoir faire l objet d une preuve, ce qui n exclut pas d emblée les critères d évaluation qualitatifs (on peut, par exemple, apporter la preuve du comportement d un salarié jugé négatif par ses pairs). En revanche, les critères qualitatifs sont condamnables lorsqu ils reposent sur une appréciation subjective du manager. En outre, depuis 1990, date de l extension de la liste des discriminations interdites par l article L du Code du Travail, toute évaluation ou mesure de gestion fondée sur l état de santé d une personne est illégale. La Cour de cassation a, par ailleurs, confirmé que la seule insuffisance de résultats, l insuffisance de rendement horaire ou la non-réalisation d objectifs fixés unilatéralement par l employeur ne constituaient pas en soi des motifs de licenciement. Enfin, le forced ranking n est pas illégal, en France. En revanche, l utilisation de cette méthode peut être condamnable. En effet, il n est pas légitime, selon Antoine Lyon-Caen, de licencier un salarié parce qu il a obtenu la plus mauvaise notation. Il reviendra au seul juge d apprécier l existence d une faute professionnelle suffisamment lourde pour justifier un licenciement. En conclusion, les entreprises ne semblent pas près d abandonner les dispositifs d évaluation de la performance de leurs salariés. Cependant, dans le contexte du choc démographique attendu, lié aux départs massifs des salariés du baby-boom, il est probable qu elles devront modifier leur point de vue et apprendre plutôt à valoriser leurs salariés afin de les conserver.

Les attributions des délégués du personnel

Les attributions des délégués du personnel Les attributions des délégués du personnel Le délégué du personnel a pour rôle de faciliter les relations entre l employeur et l ensemble du personnel. Sa mission principale est de présenter à l employeur

Plus en détail

pratiques Comment le comité d entreprise peut-il user de son droit d alerte? Qui peut exercer le droit d alerte?

pratiques Comment le comité d entreprise peut-il user de son droit d alerte? Qui peut exercer le droit d alerte? pratiques [comité d entreprise] Comment le comité d entreprise peut-il user de son droit d alerte? Le comité d entreprise peut exercer un droit d alerte lorsqu il considère que la situation économique

Plus en détail

Candidature frauduleuse : le point de départ du délai de contestation est reporté au jour des résultats

Candidature frauduleuse : le point de départ du délai de contestation est reporté au jour des résultats Candidature frauduleuse : le point de départ du délai de contestation est reporté au jour des résultats La solution La contestation d une candidature, quels qu en soient les motifs, se rattache à la régularité

Plus en détail

MINISTÈRE DE L EMPLOI, DE LA COHÉSION SOCIALE ET DU LOGEMENT CONVENTIONS COLLECTIVES. Convention collective nationale

MINISTÈRE DE L EMPLOI, DE LA COHÉSION SOCIALE ET DU LOGEMENT CONVENTIONS COLLECTIVES. Convention collective nationale MINISTÈRE DE L EMPLOI, DE LA COHÉSION SOCIALE ET DU LOGEMENT CONVENTIONS COLLECTIVES Brochure n o 3090 Convention collective nationale IDCC : 1527. IMMOBILIER (Administrateurs de biens, sociétés immobilières,

Plus en détail

LES ENTRETIENS D EVALUATION DES SALARIES

LES ENTRETIENS D EVALUATION DES SALARIES Petit-déjeuner du cabinet du 7 octobre 2011 Petit déjeuner d information du 6 novembre 09 INTRODUCTION L évaluation des salariés revêt de multiples intérêts pour l employeur comme pour le salarié. Pour

Plus en détail

Droit du travail et choix du moment du départ à la retraite

Droit du travail et choix du moment du départ à la retraite CONSEIL D'ORIENTATION DES RETRAITES Réunion plénière «Age et travail» - 11 juin 2002 Fiche n 6 Droit du travail et choix du moment du départ à la retraite Cette note présente les conditions actuelles du

Plus en détail

pratiques Unité économique et sociale : les juges fournissent de nouvelles précisions

pratiques Unité économique et sociale : les juges fournissent de nouvelles précisions pratiques [comité d entreprise] Unité économique et sociale : les juges fournissent de nouvelles précisions Les effets de la reconnaissance d une unité économique et sociale sont progressivement affinés

Plus en détail

Proposition de deux situations d évaluation

Proposition de deux situations d évaluation Titre Propriétés Type de ressource Niveau Matière Public Description Thème Objectifs Pré-requis Outils numériques associés Mots-clés (notions) Droit STS Deuxième année Description Proposition de deux situations

Plus en détail

BIENVENUE À LA On a tous une bonne raison de rejoindre la CFDT

BIENVENUE À LA On a tous une bonne raison de rejoindre la CFDT BIENVENUE À LA On a tous une bonne raison de rejoindre la CFDT www.cfdt.fr SOMMAIRE 4 5 6 7 8 9 10 11 ADHÉRER ME REPRÉSENTER ME DÉFENDRE COTISER / VOTER Rédaction, création et réalisation graphiques :

Plus en détail

Sa mise en œuvre relève d une décision unilatérale de l entreprise, ce n est pas une obligation légale. Quand et comment le mettre en place?

Sa mise en œuvre relève d une décision unilatérale de l entreprise, ce n est pas une obligation légale. Quand et comment le mettre en place? Finalité C est un outil de management et de gestion des ressources humaines. Bien mené, il permet d échanger, de motiver, d évaluer les résultats, de fixer des objectifs et les moyens pour les atteindre.

Plus en détail

ACCORD NATIONAL INTERPROFESSIONNEL DU 19 JUILLET 2005 SUR LE TELETRAVAIL

ACCORD NATIONAL INTERPROFESSIONNEL DU 19 JUILLET 2005 SUR LE TELETRAVAIL ACCORD NATIONAL INTERPROFESSIONNEL DU 19 JUILLET 2005 SUR LE TELETRAVAIL Préambule Les partenaires sociaux européens, UNICE, UEAPME et CEEP d une part, et CES (et le comité de liaison EUROCADRES/CEC) d

Plus en détail

MATINEE RH CCI 18. 30 octobre 2014

MATINEE RH CCI 18. 30 octobre 2014 MATINEE RH CCI 18 30 octobre 2014 2 Qu est-ce que c est? Pourquoi le faire? 3 Qu est-ce c est? C est un outil de management et de gestion des ressources humaines C est un moment de dialogue privilégié

Plus en détail

RISQUES PSYCHOSOCIAUX

RISQUES PSYCHOSOCIAUX EXTRAIT PDF www.editions-tissot.fr RISQUES PSYCHOSOCIAUX 2.4 Rôle et obligations des différents acteurs au sein de l organisation 2. Les délégués du personnel - Réf. Internet : RPS.24B2 En l absence de

Plus en détail

Aide pour les formations

Aide pour les formations Aide pour les formations 1 Janvier 2008 Qu elles viennent des bases nouvelles ou des représentants syndicaux nouveaux, la Fédération souhaite répondre efficacement aux multiples demandes de formations

Plus en détail

LA GESTION DE LA FORCE DE VENTE ABORDEE SOUS L ANGLE DE LA REMUNERATION

LA GESTION DE LA FORCE DE VENTE ABORDEE SOUS L ANGLE DE LA REMUNERATION LA GESTION DE LA FORCE DE VENTE ABORDEE SOUS L ANGLE DE LA REMUNERATION Depuis quelques années, on constate une grande évolution de la fonction vente ; avec le passage de la notion de l acte de vente à

Plus en détail

FORFAIT ANNUEL EN JOURS

FORFAIT ANNUEL EN JOURS CONVENTION COLLECTIVE NATIONALE DU COMMERCE DE DÉTAIL ET DE GROS À PRÉDOMINANCE ALIMENTAIRE AVENANT N 52 DU 17 SEPTEMBRE 2015 FORFAIT ANNUEL EN JOURS Préambule Le présent accord a pour objet la fixation

Plus en détail

Cours de Master 2 Management & ressources humaines. Module III La gestion de la ressource IIIB des salariés professionnels

Cours de Master 2 Management & ressources humaines. Module III La gestion de la ressource IIIB des salariés professionnels Cours de Master 2 Management & ressources humaines Module III La gestion de la ressource IIIB des salariés professionnels Plan du cours Partie I : La fonction RH Partie II : Les déterminants d un management

Plus en détail

COMMENT LIRE L AFFICHAGE DES RÉSULTATS D UN EXERCICE D ÉQUITÉ SALARIALE?

COMMENT LIRE L AFFICHAGE DES RÉSULTATS D UN EXERCICE D ÉQUITÉ SALARIALE? COMMENT LIRE L AFFICHAGE DES RÉSULTATS D UN EXERCICE D ÉQUITÉ SALARIALE? Information à l intention des personnes salariées travaillant dans une entreprise de 10 à 49 personnes salariées La Loi sur l équité

Plus en détail

----------------------------------------------------------------------------------------------------------------- LES FORFAITS JOURS

----------------------------------------------------------------------------------------------------------------- LES FORFAITS JOURS Groupement des Métiers de l Imprimerie ----------------------------------------------------------------------------------------------------------------- JUIN 2014 NOTE N 12 LES FORFAITS JOURS (Articles

Plus en détail

MINISTÈRE DE L EMPLOI, DE LA COHÉSION SOCIALE ET DU LOGEMENT CONVENTIONS COLLECTIVES. Convention collective nationale. Convention collective nationale

MINISTÈRE DE L EMPLOI, DE LA COHÉSION SOCIALE ET DU LOGEMENT CONVENTIONS COLLECTIVES. Convention collective nationale. Convention collective nationale MINISTÈRE DE L EMPLOI, DE LA COHÉSION SOCIALE ET DU LOGEMENT CONVENTIONS COLLECTIVES Brochure n o 3265 Convention collective nationale IDCC : 1672. SOCIÉTÉS D ASSURANCES (6 e édition. Juillet 2003) Brochure

Plus en détail

ANNEXE I. Modalités de mise en place de l entretien professionnel pour les agents relevant de la fonction publique territoriale

ANNEXE I. Modalités de mise en place de l entretien professionnel pour les agents relevant de la fonction publique territoriale ANNEXE I Modalités de mise en place de l entretien professionnel pour les agents relevant de la fonction publique territoriale Le Département des Hauts-de-Seine substitue, à titre expérimental, au titre

Plus en détail

En cas de besoin, l employeur peut faire recours au travail temporaire et au personnel intérimaire, mais cette mesure doit rester exceptionnelle.

En cas de besoin, l employeur peut faire recours au travail temporaire et au personnel intérimaire, mais cette mesure doit rester exceptionnelle. AVENANT N 1 A L ACCORD DE BRANCHE DU 1 er AVRIL 1999 L arrêté du 4 juillet 2007 relatif à l'agrément de certains accords de travail applicables dans les établissements du secteur social et médico-social

Plus en détail

N 07/00481 RÉPUBLIQUE FRANÇAISE

N 07/00481 RÉPUBLIQUE FRANÇAISE COUR D APPEL DE NOUMÉA N 07/00481 RÉPUBLIQUE FRANÇAISE Président : M. THIOLET AU NOM DU PEUPLE FRANÇAIS Greffier lors des débats : Cécile KNOCKAERT Chambre sociale Arrêt du 4 Juin 2008 PARTIES EN CAUSE

Plus en détail

N 50729#02. L invention. REPèREs. de salarié. Tout ce qu il faut savoir pour déclarer une invention de salarié

N 50729#02. L invention. REPèREs. de salarié. Tout ce qu il faut savoir pour déclarer une invention de salarié N 50729#02 L invention de salarié REPèREs Tout ce qu il faut savoir pour déclarer une invention de salarié titre chapitre L invention de salarié Tout ce qu il faut savoir pour déclarer une invention de

Plus en détail

Résumé de l ouvrage : Egalité professionnelle entre les femmes et les hommes

Résumé de l ouvrage : Egalité professionnelle entre les femmes et les hommes Résumé de l ouvrage : Egalité professionnelle entre les femmes et les hommes L égalité professionnelle entre hommes et femmes est un enjeu historique. En effet, il fait l objet de toutes les attentions

Plus en détail

TELE TRAVAIL. . L employeur propose aux organisations syndicales les dispositions suivantes : -Le champ d application

TELE TRAVAIL. . L employeur propose aux organisations syndicales les dispositions suivantes : -Le champ d application COMMISSIONS PARITAIRES DES 14 et 28 janvier 2014 TELE TRAVAIL Constatant un développement anarchique de l application du télé travail dans le réseau Sécurité Sociale, la CFTC a été à l initiative de la

Plus en détail

L entretien professionnel annuel (EPA)

L entretien professionnel annuel (EPA) INSTRUCTION n 2012-43 du 21 février 2012 L entretien professionnel annuel (EPA) Emetteurs : DGA RH Direction gestion des carrières et politique de rémunération Correspondants : Marie BALLAND Isabel IBANEZ

Plus en détail

Fiche info Service Carrières

Fiche info Service Carrières Fiche info Service Carrières L entretien professionnel Thème : Déroulement de carrière février 15 Textes de référence Décret n 86-473 du 14 mars 1986 relatif aux conditions générales de notation des fonctionnaires

Plus en détail

Fiche de décryptage. L évaluation, comme acte de management. De quoi parlons-nous? Pourquoi un entretien individuel d évaluation?

Fiche de décryptage. L évaluation, comme acte de management. De quoi parlons-nous? Pourquoi un entretien individuel d évaluation? L évaluation, comme acte de management De quoi parlons-nous? Il s agit de faire le point sur l un des principaux outils de management, l entretien annuel d évaluation : rappeler quels en sont les objectifs

Plus en détail

Les sanctions disciplinaires

Les sanctions disciplinaires Les sanctions disciplinaires Définition : La sanction disciplinaire est un acte unilatéral pris par le chef d entreprise pour sanctionner le comportement fautif du salarié. L employeur a un droit de sanction

Plus en détail

La protection contre les discriminations

La protection contre les discriminations Accueil > Informations pratiques > Fiches pratiques > Egalité professionnelle / Discrimination Dernière mise à jour le 22 avril 2010 La protection contre les discriminations Synthèse Toute décision de

Plus en détail

ACCORD DU 27 SEPTEMBRE 1993 SUR L AMELIORATION DES DROITS INDIVIDUELS ET COLLECTIFS DANS LES RELATIONS DE TRAVAIL

ACCORD DU 27 SEPTEMBRE 1993 SUR L AMELIORATION DES DROITS INDIVIDUELS ET COLLECTIFS DANS LES RELATIONS DE TRAVAIL ACCORD DU 27 SEPTEMBRE 1993 SUR L AMELIORATION DES DROITS INDIVIDUELS ET COLLECTIFS DANS LES RELATIONS DE TRAVAIL PREAMBULE Au terme d une période de deux ans, les parties s accordent à estimer positive

Plus en détail

Une version Word, modifiable, de ce document peut vous être envoyée sur simple demande par mail à l adresse : observatoire-metallurgie@uimm.

Une version Word, modifiable, de ce document peut vous être envoyée sur simple demande par mail à l adresse : observatoire-metallurgie@uimm. Une version Word, modifiable, de ce document peut vous être envoyée sur simple demande par mail à l adresse : observatoire-metallurgie@uimm.com Accord national du 13 novembre 2014 relatif à la formation

Plus en détail

Cour de cassation. Chambre sociale

Cour de cassation. Chambre sociale Cour de cassation Chambre sociale Audience publique du 12 juin 2014 Pourvoi n 12-29063 Pourvoi n 13-11448 Publié au bulletin Rejet Cour de cassation Chambre sociale Audience publique du 12 juin 2014 N

Plus en détail

Pour un dialogue réussi enseignant parent parent enseignant

Pour un dialogue réussi enseignant parent parent enseignant Pour un dialogue réussi enseignant parent parent enseignant le mot du médiateur de l éducation nationale Madame, monsieur, Parent, enseignant, vous aurez l occasion, au long de l année scolaire, de vous

Plus en détail

Guide pratique de l agent évalué

Guide pratique de l agent évalué ENTRETIEN PROFESSIONNEL Guide pratique de l agent évalué CENTRE DE GESTION DU BAS-RHIN Sommaire Pourquoi ce guide? PAGE 3 Les objectifs de l entretien professionnel PAGES 4-5 Les acteurs de l entretien

Plus en détail

2. L utilisation du budget de fonctionnement par le comité d entreprise

2. L utilisation du budget de fonctionnement par le comité d entreprise 2. L utilisation du budget de fonctionnement par le comité d entreprise La loi a expressément prévu l utilisation de la subvention pour couvrir certaines dépenses. Le budget de fonctionnement doit permettre

Plus en détail

Accord salarial 2008

Accord salarial 2008 Accord salarial 2008 PRÉAMBULE En application de l article L. 2241-1 du Code du travail et de l article 42 de la convention collective de la Banque, les partenaires sociaux se sont rencontrés à trois reprises,

Plus en détail

Fiche obligation légales. Entreprises de 50 à 299 salariés. Etat du droit après la promulgation de la loi du 4 août 2014

Fiche obligation légales. Entreprises de 50 à 299 salariés. Etat du droit après la promulgation de la loi du 4 août 2014 Fiche obligation légales Entreprises de 50 à 299 salariés Etat du droit après la promulgation de la loi du 4 août 2014 pour l égalité réelle entre les femmes et les hommes Pour rendre plus effective l

Plus en détail

AVENANT N 47 portant modification de l avenant n 24 relatif au TEMPS PARTIEL DANS LA RESTAURATION RAPIDE

AVENANT N 47 portant modification de l avenant n 24 relatif au TEMPS PARTIEL DANS LA RESTAURATION RAPIDE AVENANT N 47 portant modification de l avenant n 24 relatif au TEMPS PARTIEL DANS LA RESTAURATION RAPIDE Préambule : Conformément aux dispositions de l article L.2241-13 du code du travail tel que résultant

Plus en détail

L INTERIM S ENGAGE TOUS LES JOURS CONTRE LA DISCRIMINATION. Diversité. Intégration. Compétences. Emploi. Guide juridique et pratique

L INTERIM S ENGAGE TOUS LES JOURS CONTRE LA DISCRIMINATION. Diversité. Intégration. Compétences. Emploi. Guide juridique et pratique Guide-160x230-V2 2/10/06 11:35 Page 1 L INTERIM S ENGAGE TOUS LES JOURS CONTRE LA DISCRIMINATION. Diversité Intégration Compétences Emploi Guide juridique et pratique sommaire Préambule Différence entre

Plus en détail

Convention ou accord collectif

Convention ou accord collectif ENGAGEMENT INTERNE A L ENTREPRISE DIFFERENTES METHODES DE MISE EN PLACE UN CONTRAT L article L.911-1 du Code de la sécurité sociale précise que les garanties collectives relevant de la protection sociale

Plus en détail

Améliorer la communication Transmettre l information Mener une politique d évaluation

Améliorer la communication Transmettre l information Mener une politique d évaluation Anne Kolasinski Coach de Vie certifiée Améliorer la communication Transmettre l information Mener une politique d évaluation Prendre vos fonctions Atteindre vos objectifs Améliorer vos performances Renforcer

Plus en détail

CFDT UTI Métropole N 23 - Septembre 2012

CFDT UTI Métropole N 23 - Septembre 2012 104, rue Jeanne D'Arc 59000 LILLE Tél. : 03 20 88 36 20 - Fax : 03 20 53 21 44 Email : cfdt.metropole.lilloise@orange.fr Site : www.cfdt-metropolelilloise.fr Lettre d Information Juridique CFDT UTI Métropole

Plus en détail

COMMISSION DROIT DU TRAVAIL FORMATION LE FORFAITS JOURS DANS TOUS SES ETATS

COMMISSION DROIT DU TRAVAIL FORMATION LE FORFAITS JOURS DANS TOUS SES ETATS COMMISSION DROIT DU TRAVAIL FORMATION LE FORFAITS JOURS DANS TOUS SES ETATS FONCTIONNEMENT DU FORFAIT : CONDITIONS DE SUIVI ET DE CONTRÔLE Introduction : Le forfait jours s adresse à des salariés qui disposent

Plus en détail

C O N S U L T A T I O N C H S C T

C O N S U L T A T I O N C H S C T Département Pilotage des Cadres et des Hauts Potentiels Groupe C O N S U L T A T I O N C H S C T M I S E E N Œ UV R E D E R EV U E S D E C A R RI E R E C A D R ES Mise en œuvre de revues de carrière cadres

Plus en détail

Décision du Défenseur des droits n MLD/2014-14 RESUME ANONYMISE DE LA DECISION

Décision du Défenseur des droits n MLD/2014-14 RESUME ANONYMISE DE LA DECISION Décision du Défenseur des droits n MLD/2014-14 RESUME ANONYMISE DE LA DECISION Décision relative à la présentation d observations en justice Domaine(s) de compétence de l Institution : Lutte contre les

Plus en détail

FICHE N 11 : ANALYSER LA COMPOSITION ET LA SÉLECTION DES CANDIDATURES REÇUES

FICHE N 11 : ANALYSER LA COMPOSITION ET LA SÉLECTION DES CANDIDATURES REÇUES FICHE N 11 : ANALYSER LA COMPOSITION ET LA SÉLECTION DES CANDIDATURES REÇUES De quoi s agit-il? L examen d un CV, un entretien téléphonique ou en face à face, constituent autant d étapes qui peuvent donner

Plus en détail

Le dispositif d évaluation dans la fonction publique

Le dispositif d évaluation dans la fonction publique Le dispositif d évaluation dans la fonction publique page 1 PLAN Présentation du dispositif d évaluation Enjeux de l évaluation en matière de management et de GRH page 2 L entretien professionnel en pratique

Plus en détail

Projet de résolution «Les comités d entreprise européens au cœur de la stratégie syndicale européenne»

Projet de résolution «Les comités d entreprise européens au cœur de la stratégie syndicale européenne» UNI Europa Commerce Aller de l avant MADRID 9 & 10 JUIN 2011 Projet de résolution «Les comités d entreprise européens au cœur de la stratégie syndicale européenne» (Resolution 3) Objectif stratégique 1

Plus en détail

Un entretien annuel d activité transparent pour l écoute mutuelle et le développement des savoir-faire professionnels (TALK)

Un entretien annuel d activité transparent pour l écoute mutuelle et le développement des savoir-faire professionnels (TALK) Un entretien annuel d activité transparent pour l écoute mutuelle et le développement des savoir-faire professionnels (TALK) I. Introduction Le dialogue social dans le Groupe Thales, tant au niveau des

Plus en détail

Proposition pour le site de UD CGT 35 La CGT propose la conquête d un nouveau statut du travail salarié (NSTS)

Proposition pour le site de UD CGT 35 La CGT propose la conquête d un nouveau statut du travail salarié (NSTS) Proposition pour le site de UD CGT 35 la conquête d un nouveau statut du travail salarié (NSTS) L insécurité dans et au travail est une réalité qui affecte un nombre sans cesse grandissant de salariés.

Plus en détail

L entretien professionnel annuel

L entretien professionnel annuel L entretien professionnel annuel Informations-repères pour la mise en œuvre du décret du 17 septembre 2007 et de l arrêté du 10 avril 2008 portant sur l appréciation de la valeur professionnelle des fonctionnaires

Plus en détail

La FEHAP solde notre convention collective!

La FEHAP solde notre convention collective! SANTÉ SOCIAL La FEHAP solde notre convention collective! Les négociations portant sur la révision de la convention collective, terminées ce 27 juin dernier, se sont traduites par un an de dialogue de sourds,

Plus en détail

Les motifs du licenciement

Les motifs du licenciement Chapitre 1 Les motifs du licenciement Exigence d une cause réelle et sérieuse Légalité du motif Contrôle des motifs par les tribunaux Une exception : la période d essai L a décision de l employeur de rompre

Plus en détail

CONJONCTURE ET STRATÉGIES PROFESSIONNELLES DES CADRES BAROMÈTRE SEMESTRIEL N 6

CONJONCTURE ET STRATÉGIES PROFESSIONNELLES DES CADRES BAROMÈTRE SEMESTRIEL N 6 CONJONCTURE ET STRATÉGIES PROFESSIONNELLES DES CADRES BAROMÈTRE SEMESTRIEL N 6 Juillet 11 OBJECTIF DE L ENQUÊTE Tous les six mois, l Apec interroge un échantillon représentatif de 1 cadres du secteur privé

Plus en détail

1. Les augmentations du salaire de qualification

1. Les augmentations du salaire de qualification LES FICHES OUTILS RESSOURCES HUMAINES Les augmentations du salairre de INTRODUCTION Les augmentations du salaire de base facilitent la maîtrise de la masse salariale et stimulent la motivation et la rétention

Plus en détail

Décision du Défenseur des droits MLD-2015-257. Vu la loi organique n 2011-333 du 29 mars 2011 relative au Défenseur des droits ;

Décision du Défenseur des droits MLD-2015-257. Vu la loi organique n 2011-333 du 29 mars 2011 relative au Défenseur des droits ; Paris, le 22 octobre 2015 Décision du Défenseur des droits MLD-2015-257 Le Défenseur des droits, Vu l article 71-1 de la Constitution du 4 octobre 1958 ; Vu la loi organique n 2011-333 du 29 mars 2011

Plus en détail

eprésentation du personnel dans les Associations Droit d expression et organisation collective des salariés

eprésentation du personnel dans les Associations Droit d expression et organisation collective des salariés R eprésentation du personnel dans les Associations Droit d expression et organisation collective des salariés Le droit d expression des salariés Dans toutes les entreprises (associations incluses), quel

Plus en détail

Décision du Défenseur des droits MLD-2015-083. Vu la loi organique n 2011-333 du 29 mars 2011 relative au Défenseur des droits ;

Décision du Défenseur des droits MLD-2015-083. Vu la loi organique n 2011-333 du 29 mars 2011 relative au Défenseur des droits ; Paris, le 16 avril 2015 Décision du Défenseur des droits MLD-2015-083 Le Défenseur des droits, Vu l article 71-1 de la Constitution du 4 octobre 1958 ; Vu la loi organique n 2011-333 du 29 mars 2011 relative

Plus en détail

ANNEXE N 5. Médiateur du Groupement des entreprises mutuelles d assurances (GEMA) Historique du dispositif. Description

ANNEXE N 5. Médiateur du Groupement des entreprises mutuelles d assurances (GEMA) Historique du dispositif. Description ANNEXE N 5 Médiateur du Groupement des entreprises mutuelles d assurances (GEMA) Historique du dispositif À l instar du dispositif de médiation de la FFSA, celui du GEMA, dans sa forme actuelle, découle

Plus en détail

Le travail à temps partiel : ce qui change avec la loi de sécurisation de l emploi du 14 juin 2013

Le travail à temps partiel : ce qui change avec la loi de sécurisation de l emploi du 14 juin 2013 Le travail à temps partiel : ce qui change avec la loi de sécurisation de l emploi du 14 juin 2013 1 Obligation de négocier au niveau des branches... 3 2 Durée minimale de travail... 3 2.1 Dérogations...

Plus en détail

LA DEMARCHE COMPETENCE

LA DEMARCHE COMPETENCE LA DEMARCHE COMPETENCE Chapitre 6 : Les actions de la Démarche Compétence Chapitre 6 : Les actions de la Démarche Compétence... 1 6.1. Évaluation des compétences... 2 6.1.1 Mesure des écarts entre compétences

Plus en détail

Aides à l embauche des jeunes et des seniors

Aides à l embauche des jeunes et des seniors COMMUNICATION - INFORMATION Juillet 2011 Aides à l embauche des jeunes et des seniors Des mesures visant à développer l emploi des jeunes et des salariés de plus de 45 ans viennent d être créées (Décret

Plus en détail

Salaire minimal: «autogoal» et abus de confiance dans le partenariat social

Salaire minimal: «autogoal» et abus de confiance dans le partenariat social Salaire minimal: «autogoal» et abus de confiance dans le Ernst Bachmann, Vice-président de GastroSuisse Président Commission pour le droit du travail et les affaires sociales Conférence de presse annuelle

Plus en détail

Décision du Défenseur des droits MLD-2014-70

Décision du Défenseur des droits MLD-2014-70 Décision du Défenseur des droits MLD-2014-70 RESUME ANONYMISE DE LA DECISION Décision relative au caractère discriminatoire des mentions faisant référence aux absences pour raisons de santé sur les bulletins

Plus en détail

1. La base de données économiques et sociales : un nouveau support d information

1. La base de données économiques et sociales : un nouveau support d information LOI DE SECURISATION DE L'EMPLOI AVRIL 2014 LA CONSULTATION DU COMITE D ENTREPRISE SUR LES ORIENTATIONS STRATEGIQUES ET LA BASE DE DONNEES ECONOMIQUES ET SOCIALES (BDES) Loi de sécurisation de l emploi

Plus en détail

Décision du Défenseur des droits MLD-2015-033. Vu la loi organique n 2011-333 du 29 mars 2011 relative au Défenseur des droits ;

Décision du Défenseur des droits MLD-2015-033. Vu la loi organique n 2011-333 du 29 mars 2011 relative au Défenseur des droits ; Paris, le 16 février 2015 Décision du Défenseur des droits MLD-2015-033 Le Défenseur des droits, Vu l article 71-1 de la Constitution du 4 octobre 1958 ; Vu la loi organique n 2011-333 du 29 mars 2011

Plus en détail

M. Gosselin (conseiller le plus ancien faisant fonction de président), président REPUBLIQUE FRANCAISE AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS

M. Gosselin (conseiller le plus ancien faisant fonction de président), président REPUBLIQUE FRANCAISE AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS Cour de cassation chambre sociale Audience publique du 30 mai 2012 N de pourvoi: 11-12274 Non publié au bulletin Rejet M. Gosselin (conseiller le plus ancien faisant fonction de président), président SCP

Plus en détail

Comité sectoriel de la Sécurité sociale et de la Santé Section «Sécurité sociale»

Comité sectoriel de la Sécurité sociale et de la Santé Section «Sécurité sociale» Comité sectoriel de la Sécurité sociale et de la Santé Section «Sécurité sociale» CSSS/12/273 DÉLIBÉRATION N 09/054 DU 1 ER SEPTEMBRE 2009, MODIFIÉE LE 3 NOVEMBRE 2009, LE 7 SEPTEMBRE 2010 ET LE 4 SEPTEMBRE

Plus en détail

MINISTÈRE DU TRAVAIL, DE L EMPLOI, DE LA FORMATION PROFESSIONNELLE ET DU DIALOGUE SOCIAL CONVENTIONS COLLECTIVES

MINISTÈRE DU TRAVAIL, DE L EMPLOI, DE LA FORMATION PROFESSIONNELLE ET DU DIALOGUE SOCIAL CONVENTIONS COLLECTIVES MINISTÈRE DU TRAVAIL, DE L EMPLOI, DE LA FORMATION PROFESSIONNELLE ET DU DIALOGUE SOCIAL CONVENTIONS COLLECTIVES Brochure n 3249 Convention collective nationale IDCC : 1516. ORGANISMES DE FORMATION ACCORD

Plus en détail

Jurisprudences Harcèlement moral

Jurisprudences Harcèlement moral Jurisprudences Harcèlement moral Les éléments constitutifs du délit de harcèlement Des agissements se déroulant sur une courte durée n écartent pas la qualification de harcèlement moral Rappel : l'article

Plus en détail

L INAPTITUDE MEDICALE EN PRATIQUE

L INAPTITUDE MEDICALE EN PRATIQUE L INAPTITUDE MEDICALE EN PRATIQUE Principe Cadre légal et Aspects jurisprudentiels Docteur Christophe ROSE Février 2005 SOMMAIRE NOTIONS D APTITUDE ET D INAPTITUDE INAPTITUDE TEMPORAIRE A QUELLE OCCASION

Plus en détail

MALADIE CONTROLE des ARRETS de TRAVAIL L EMPLOYEUR et la CPAM peuvent contrôler la véracité de l état de santé du salarié absent pour maladie par une visite médicale ou une contre-visite CONTRE VISITE

Plus en détail

2.3 De maintenir un climat de travail exempt d incivilité et de harcèlement.

2.3 De maintenir un climat de travail exempt d incivilité et de harcèlement. Objet : Politique concernant le harcèlement au travail En vigueur le : 2011-06-02 Mise à jour le : 2014-09-01 DIRECTIVE NO : 26 Page 1 de 5 Cette politique remplace toute autre politique antérieure concernant

Plus en détail

POLITIQUE RELATIVE AU DÉVELOPPEMENT DES RESSOURCES HUMAINES À L INTENTION DES PROFESSEURS ET DU PERSONNEL PROFESSIONNEL ET DE SOUTIEN

POLITIQUE RELATIVE AU DÉVELOPPEMENT DES RESSOURCES HUMAINES À L INTENTION DES PROFESSEURS ET DU PERSONNEL PROFESSIONNEL ET DE SOUTIEN Recueil de gestion POLITIQUE Code : 1361-00-16 Nombre de pages : 8 POLITIQUE RELATIVE AU DÉVELOPPEMENT DES RESSOURCES HUMAINES À L INTENTION DES PROFESSEURS ET DU PERSONNEL PROFESSIONNEL ET DE SOUTIEN

Plus en détail

MINISTÈRE DU TRAVAIL, DE L EMPLOI ET DE LA SANTÉ CONVENTIONS COLLECTIVES. Convention collective nationale IDCC : 1518. ANIMATION

MINISTÈRE DU TRAVAIL, DE L EMPLOI ET DE LA SANTÉ CONVENTIONS COLLECTIVES. Convention collective nationale IDCC : 1518. ANIMATION MINISTÈRE DU TRAVAIL, DE L EMPLOI ET DE LA SANTÉ CONVENTIONS COLLECTIVES Brochure n 3246 Convention collective nationale IDCC : 1518. ANIMATION AVENANT N 137 DU 26 SEPTEMBRE 2011 RELATIF AU TEMPS PARTIEL

Plus en détail

PLAN DE LA PRESENTATION

PLAN DE LA PRESENTATION 1 PLAN DE LA PRESENTATION 1 L objectif du décret 2 Rappel des obligations SST en vigueur avant le Décret 3 Ce qui va changer 4 Zoom CHSCT 5 Zoom Services Santé au travail 6 Inspection du travail 7 Conclusion

Plus en détail

ACCORD NATIONAL DU 29 JANVIER 2000 PORTANT REVISION PROVISOIRE DES CLASSIFICATIONS DANS LA METALLURGIE

ACCORD NATIONAL DU 29 JANVIER 2000 PORTANT REVISION PROVISOIRE DES CLASSIFICATIONS DANS LA METALLURGIE ACCORD NATIONAL DU 29 JANVIER 2000 PORTANT REVISION PROVISOIRE DES CLASSIFICATIONS DANS LA METALLURGIE Entre : L Union des Industries Métallurgiques et Minières, d une part, Les organisations syndicales

Plus en détail

Lancement de la campagne Entretien Professionnel (EP) 2015

Lancement de la campagne Entretien Professionnel (EP) 2015 INSTRUCTION n 2015-25 du 6 mars 2015 Lancement de la campagne Entretien Professionnel (EP) 2015 Emetteurs : Direction des Ressources humaines et des Relations sociales - Direction du Développement RH Correspondants

Plus en détail

L effectivité du droit à la qualification : objectif structurant de la réforme annoncée de la formation professionnelle.

L effectivité du droit à la qualification : objectif structurant de la réforme annoncée de la formation professionnelle. L effectivité du droit à la qualification : objectif structurant de la réforme annoncée de la formation professionnelle. 1. De l affirmation du droit à la qualification à son «effectivité». L accès à la

Plus en détail

Entretien professionnel : Guide de l évalué

Entretien professionnel : Guide de l évalué Entretien professionnel : Guide de l évalué REFERENCES JURIDIQUES Loi n 84-53 du 26 janvier 1984 portant dispositions statutaires relatives à la fonction publique territoriale notamment l article 76-1,

Plus en détail

22 octobre 2009 Climat social dans les entreprises françaises en 2009. Résultats de l enquête de l Observatoire Cegos

22 octobre 2009 Climat social dans les entreprises françaises en 2009. Résultats de l enquête de l Observatoire Cegos 22 octobre 2009 Climat social dans les entreprises françaises en 2009 Résultats de l enquête de l Observatoire Cegos Méthodologie 2 Enquête menée entre le 7 et le 18 septembre 2009 auprès : D un échantillon

Plus en détail

La Régie des rentes du Québec

La Régie des rentes du Québec La Régie des rentes du Québec La Régie des rentes du Québec est chargée d appliquer la Loi sur le régime de rentes du Québec et la Loi sur les régimes complémentaires de retraite. De plus, elle administre

Plus en détail

L'entretien est conduit par leur supérieur hiérarchique direct et donne lieu à l'établissement d'un compte rendu.

L'entretien est conduit par leur supérieur hiérarchique direct et donne lieu à l'établissement d'un compte rendu. RAPPORT AU CSFPT SUR L APPLICATION DE L ARTICLE 76-1 DE LA LOI N 86-54 DU 26 JANVIER 1984 PORTANT DISPOSITIONS STATUTAIRES RELATIVES A LA FONCTION PUBLIQUE TERRITORIALE Bilan de l expérimentation de la

Plus en détail

De la notation à l entretien professionnel : L expérimentation.

De la notation à l entretien professionnel : L expérimentation. T@mT@m/CFTC.FAE ------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------- Fédération CFTC des Fonctionnaires et agents

Plus en détail

L entretien professionnel à titre pérenne

L entretien professionnel à titre pérenne L entretien professionnel à titre pérenne Le décret n 2014-1526 du 16 décembre 2014 a définitivement substitué l entretien professionnel à la notation pour l évaluation de l ensemble des fonctionnaires

Plus en détail

Source : F. Benchemam, G. Galindo, GRH, éd. Gualino, 2006. AEI - L2 RH - Initiation à la GRH - Chapitre 4-1 D. Glaymann - 2014-2015 2

Source : F. Benchemam, G. Galindo, GRH, éd. Gualino, 2006. AEI - L2 RH - Initiation à la GRH - Chapitre 4-1 D. Glaymann - 2014-2015 2 1. Le recrutement et la gestion des carrières 2. Les conditions de travail 3. La rémunération 4. Les relations sociales 5. La formation 1. Identifier et préciser le(s) besoin(s) Faut-il recruter? Pour

Plus en détail

Le mémo du délégué du personnel.

Le mémo du délégué du personnel. Le mémo du délégué du personnel. le sommaire. 1. Champ d application 2. Ses attributions et ses rôles 3. Ses moyens d action 4. Protection Légale Préambule Afin de permettre la représentation des salariés

Plus en détail

Entretien professionnel une nouvelle obligation à ne pas négliger Revue du 10/07/2014

Entretien professionnel une nouvelle obligation à ne pas négliger Revue du 10/07/2014 Entretien professionnel une nouvelle obligation à ne pas négliger Revue du 10/07/2014 Intégré au Code du travail par la loi du 5 mars 2014 relative à la formation professionnelle, à l emploi et à la démocratie

Plus en détail

Formation et temps de travail (Publicité) Public ciblé par l accord («jeunes») Contrat de

Formation et temps de travail (Publicité) Public ciblé par l accord («jeunes») Contrat de Professionnelle Continue Les modalités d accès à la formation «Accord de Branche Syntec et ité» Qualifications inadaptés Priorités de Droit Individuel à la Plan de de Entretien Annuel Hors Plan & Hors

Plus en détail

SATISFACTION INTERROGATION ENQUÊTE SUJET CROISée DéVELOPPEMENT employeurs SENIOR / salariés VIE D ENTREPRISE SALAIRe SERVICE

SATISFACTION INTERROGATION ENQUÊTE SUJET CROISée DéVELOPPEMENT employeurs SENIOR / salariés VIE D ENTREPRISE SALAIRe SERVICE OBSERVATOIRE ENQUÊTE ANALYSE ENTREPRISE CADRE EMPLOYéS PME ACTIVITé FORMATION EMPLOI CHEF D ENTREPRISE QUESTION SATISFACTION INTERROGATION SUJET DéVELOPPEMENT SENIOR VIE D ENTREPRISE évolution ACTIon FEMMES

Plus en détail

La Vie Hospitalière et Sociale

La Vie Hospitalière et Sociale La Vie Hospitalière et Sociale CFTC - Fédération CFTC Santé Sociaux Secteur Medico-Social Supplément au journal n 288 n 2014/ 2, Paris, le 29 Janvier 2014 Tirage au duplicateur au Siège de la Fédération

Plus en détail

MINISTÈRE DU TRAVAIL, DE L EMPLOI, DE LA FORMATION PROFESSIONNELLE ET DU DIALOGUE SOCIAL CONVENTIONS COLLECTIVES. Convention collective nationale

MINISTÈRE DU TRAVAIL, DE L EMPLOI, DE LA FORMATION PROFESSIONNELLE ET DU DIALOGUE SOCIAL CONVENTIONS COLLECTIVES. Convention collective nationale MINISTÈRE DU TRAVAIL, DE L EMPLOI, DE LA FORMATION PROFESSIONNELLE ET DU DIALOGUE SOCIAL CONVENTIONS COLLECTIVES Brochure n 3015 Convention collective nationale IDCC : 1561. CORDONNERIE MULTISERVICE ACCORD

Plus en détail

On distingue traditionnellement le licenciement pour motif personnel du licenciement pour motif économique.

On distingue traditionnellement le licenciement pour motif personnel du licenciement pour motif économique. Le licenciement Le licenciement est soumis à de nombreuses lois. Il convient de pouvoir distinguer les différents motifs justifiant l'engagement d'une procédure de licenciement ainsi que les droits et

Plus en détail

GUIDE POUR L EVALUATION DES RISQUES PROFESSIONNELS

GUIDE POUR L EVALUATION DES RISQUES PROFESSIONNELS GUIDE POUR L EVALUATION DES RISQUES PROFESSIONNELS SANTE AU TRAVAIL ET MEDECINE DU TRAVAIL 41 Chemin de la Durance 13300 SALON DE PROVENCE 0 SOMMAIRE INTRODUCTION... 2 I. GENERALITES... 3 A. Définitions...

Plus en détail

Secteur Conditions de travail, Handicap et Santé au travail. Confédération Française de l'encadrement-cgc. I. Qu est-ce que l inaptitude?

Secteur Conditions de travail, Handicap et Santé au travail. Confédération Française de l'encadrement-cgc. I. Qu est-ce que l inaptitude? Secteur Conditions de travail, Handicap et Santé au travail Fiches pratiques www.cfecgc.org Confédération Française de l'encadrement-cgc L inaptitude Vous êtes salarié et êtes confronté à cette situation

Plus en détail

Droit de grève. Qu est-ce qu une grève?

Droit de grève. Qu est-ce qu une grève? Droit de grève Qu est-ce qu une grève? La grève est un droit fondamental reconnu à tous les salariés (cadres, ouvriers, employés, précaires, apprentis etc.) par la Constitution française. A ce titre, elle

Plus en détail

R ôle des représentants du personnel dans l emploi des travailleurs handicapés

R ôle des représentants du personnel dans l emploi des travailleurs handicapés R ôle des représentants du personnel dans l emploi des travailleurs handicapés QUI EST OETH? L association OETH a pour objectif la mise en œuvre de l Accord de branche relatif à l Obligation d Emploi des

Plus en détail

Les différents modes de rupture du contrat de travail & le rôle des IRP

Les différents modes de rupture du contrat de travail & le rôle des IRP FORMATION ASSISTANCE EXPERTISE CONSEIL Les différents modes de rupture du contrat de travail & le rôle des IRP Siège social : 20, rue Martin Bernard 75647 Paris Cedex 13 Tel : 01 55 56 62 18 Fax : 01 55

Plus en détail