E T L E Q U I L I B R E L A L I B E R T E D E C H O I X D U T E R R I T O I R E

Save this PDF as:
 WORD  PNG  TXT  JPG

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "E T L E Q U I L I B R E L A L I B E R T E D E C H O I X D U T E R R I T O I R E"

Transcription

1 C H A P I T R E S E C O N D L A L I B E R T E D E C H O I X D U T E R R I T O I R E E T L E Q U I L I B R E H a b i t a t, s e r v i c e s, é q u i p e m e n t s e t a r c h i t e c t u r e d u t e r r i t o i r e : l e s m o y e n s d e l a c r o i s s a n c e SCOT de la Communauté d Agglomération de la presqu île de Guérande - Atlantique Rapport de Présentation Pièce n Diagnostic - Page 148

2 L H A B I T A T E T L E L O G E M E N T U N E F O R T E E V O L U T I O N D U P A R C D E L O G E M E N T S L A C C R O O I S S E M E N T D U P A R C D E R E S I D E N C E S P R I N C I P A L E S L A S T A B I L I T E A P P A R E N T E D U P A R C D E R E S I D E N C E S S E C O N D A I R E S U N T A U X D E V A C A N C E T R E S F A I B L E U N E A M E L I O R A T I O N C O N T I N U E D U P A R C U N E C O N S T R U C T I O N N E U V E S O U T E N U E L U T I L I S A T I O N D E S L O G E M E N T S P R O D U I T S L E S N O U V E A U X H A B I T A N T S E T L E S B E S O I N S I N T E R N E S A U T E R R I T O I R E U N E F A I B L E D I V E R S I T E D U P A R C D E R E S I D E N C E S P R I N C I P A L E S C O N C L U S I O N : L E D E B U T D U N E I N F L E X I O N V E R S U N P A R C E Q U I L I B R E I N D I C A T E U R S SCOT de la Communauté d Agglomération de la presqu île de Guérande - Atlantique Rapport de Présentation Pièce n Diagnostic - Page 149

3 L H A B I T A T E T L E L O G E M E N T L habitat et le logement se situent dans un diagnostic de SCOT à l articulation : des problématiques de démographie (les habitants constituent des ménages, composés d une ou plusieurs personnes, qui, par construction, sont en nombre égal à celui des logements du moins pour «la population des ménages» prise en compte par les recensements et qui ne comprend ni les personnes sans domicile ni les gens du voyage ) : il y a de façon évidente un lien population/habitat qui est à l origine de toutes les hypothèses quantitatives du SCOT. des problématiques d attractivité, car c est avant tout sur le plan résidentiel que celle-ci se manifeste : le territoire, ce sont les habitants qui y résident. L attractivité économique, essentielle également, n a pas les mêmes effets sur les équipements publics, la population, les besoins sociaux des problématiques économiques, car, outre l impact de l activité de construction sur l économie, et la liaison habitat/emploi, la réalité résidentielle crée ce que l on a coutume d appeler «l économie résidentielle», qui n est pas toujours aisée à distinguer de «l économie productive», mais qui constitue de nos jours la majeure partie de l économie locale. La question fondamentale pour un SCOT consiste à isoler les facteurs résidentiels de l attractivité du territoire (offre, qualité, quantité, prix, solvabilité, etc ) pour permettre au PADD de jouer sur ces éléments, et d analyser les besoins quantitatifs et qualitatifs à moyen terme, afin de lancer des hypothèses de consommation d espace liée à ces besoins résidentiels. Dans ce domaine, il faut souligner le rôle du «desserrement résidentiel», c est-à-dire de la diminution tendancielle du nombre de personnes par logement, qui se traduit par un très fort besoin de logements nouveaux, ne serait-ce que pour garder la population à son niveau actuel. SCOT de la Communauté d Agglomération de la presqu île de Guérande - Atlantique Rapport de Présentation Pièce n Diagnostic - Page 150

4 U n e f o r t e é v o l u t i o n d u p a r c d e l o g e m e n t s Deux périodes peuvent être observées : De 1990 à 1999, le parc a connu une progression globale moyenne de 22 %, largement supérieure à celle du département 44 (15 %). Le moteur de la progression est pour l essentiel constitué du littoral et des deux villes principales avec une forte production de résidences secondaires (+ 28 %). Le parc de résidences principales progressait plus modestement (+19 %). Celui des logements vacants, fortement mobilisé, diminuait de 17 %. De 1999 à 2007, le parc a évolué sur un rythme toujours soutenu mais avec une répartition plus équilibrée entre résidences principales et résidences secondaires, ainsi qu un redéploiement géographique de la croissance vers le secteur rétro-littoral Cette inflexion vers les résidences principales et vers le rétro-littoral représente une des mutations fondamentales du territoire pour la période la plus récente. Cette inflexion est, certes, la conséquence d une raréfaction foncière sur le littoral, mais également d une évolution de la politique des communes et de la communauté d agglomération, qui s est notamment traduite dans les PLU approuvés récemment et qui traduisent un début de réorientation de la politique d habitat, en prolongement du PLH adopté en 2006 et dans le cadre de l application de la Loi littoral. Si elle n est pas en mesure de modifier la physionomie générale de l habitat du territoire, qui reste profondément marquée par son caractère littoral et tourné vers les résidences secondaires, et par un taux d urbanisation élevé dans le sud du territoire (les surfaces urbanisées représentent plus de 70 % de la surface totale au Pouliguen, 54 au Croisic), elle implique une évolution profonde du mode de production des logements et peut à ce titre être considérée comme un «fait porteur d avenir». SCOT de la Communauté d Agglomération de la presqu île de Guérande - Atlantique Rapport de Présentation Pièce n Diagnostic - Page 151

5 L a c c r o i s s e m e n t d u p a r c d e r é s i d e n c e s p r i n c i p a l e s Selon le recensement, le parc de résidences principales représente en 2007 près de 46,44 % du parc. Cette proportion est le produit : D un gain de 16,79 % en 7 ans (1999/2007) avec nouveaux logements permanents. D une construction de résidences principales nouvelles essentiellement centrée sur le littoral et dans les deux villes principales du territoire, notamment à Guérande. Dans les communes littorales, elle correspond à l arrivée de ménages retraités qui ont, soit transformé leur résidence secondaire en principale, soit utilisé un logement neuf. Ces communes bénéficient également de diverses opérations présentant une plus grande mixité de logements U n e s t a b i l i t é a p p a r e n t e d u p a r c d e r é s i d e n c e s s e c o n d a i r e s Représentant un peu plus de 50 % du parc de logements, les résidences secondaires connaissent deux évolutions parallèles : Une progression continue sur le littoral, mais avec un rythme annuel qui diminue: + 3,9 % entre 1990 et 1999, + 1,5 % les sept années suivantes. Un ralentissement du rythme également perceptible dans les deux communes immédiatement situées en retrait de la côte : Guérande et Saint Molf (+ 3.8 % et +1.5 % par an dans la décennie 90) Une diminution sensible dans les communes périurbaines et rétro-littorales où la pression de la demande en logements a induit des changements d affectation et une reconversion des résidences secondaires en résidences principales. SCOT de la Communauté d Agglomération de la presqu île de Guérande - Atlantique Rapport de Présentation Pièce n Diagnostic - Page 152

6 U n t a u x d e l o g e m e n t s v a c a n t s t r è s f a i b l e d e 3 % Il traduit une extrême tension du marché, qui ne permet pas une bonne rotation dans les logements et confirme la très forte mobilisation de l ensemble du parc existant en réponse à la pression de la demande. Ce taux, en baisse sensible (chaque année, un peu moins de 20 logements sont utilisés pour permettre la rotation des ménages et l animation du marché) est donc avant tout un indicateur de la difficulté des nouveaux arrivants à se loger au sein du territoire. U n e a m é l i o r a t i o n c o n t i n u e d u p a r c d e l o g e m e n t s Le nombre de logement sans confort a fortement diminué et ne représentait plus que 1% du parc de Ce résultat a été obtenu grâce à la participation des aides publiques à cet effort de réhabilitation avec deux opérations programmées d amélioration de l habitat (OPAH), qui ont montré : Les besoins d amélioration pour les propriétaires occupants qui ont de faibles ressources Les besoins en adaptation de logements pour les personnes âgées La difficulté de conventionner des logements dans un contexte de loyers libres élevés notamment saisonniers La forte diminution des logements vacants récupérables. SCOT de la Communauté d Agglomération de la presqu île de Guérande - Atlantique Rapport de Présentation Pièce n Diagnostic - Page 153

7 U n e c o n s t r u c t i o n n e u v e s o u t e n u e Le diagnostic de l étude PLH réalisé en 2003 constatait que depuis une quinzaine d année, le nombre total de logements construits chaque année avait progressivement diminué de 200 logements ; le rythme est ainsi passé de à moins de 876. Pour autant, l indice de construction prend des proportions parfois incroyables : 13 pour mille habitants entre 1999 et 2007 (et 10 pour les seules résidences principales de Cap Atlantique). Sources : DRE Pays de la Loire-fichier Sitadel-logements commencés Le rythme global de la production fixé dans le Programme Local de l Habitat est de 850 logements chaque année pendant 6 ans, soit au total Or le nombre de logements commencés atteint 1194 en 2004, 1005 en 2005, 914 en L u t i l i s a t i o n d e s l o g e m e n t s p r o d u i t s Une forte baisse de la consommation par les résidences secondaires : elles représentent 27 % des besoins en logements produits. C est une diminution majeure par rapport à la décennie passée (67 %). Le phénomène de desserrement a impliqué la consommation du quart des logements produits sur l ensemble du territoire de Cap Atlantique. SCOT de la Communauté d Agglomération de la presqu île de Guérande - Atlantique Rapport de Présentation Pièce n Diagnostic - Page 154

8 L autre moitié permet l accueil d une population nouvelle, soit une croissance d environ 930 habitants chaque année. Cependant la capacité d accueil s est concentrée : - dans les communes périurbaines et rétro-littorales (91 % de la construction neuve dévolue aux nouveaux habitants) ; - dans les deux pôles urbains, 52 %, et plus particulièrement à Guérande ; - elle n a concerné qu un quart du volume produit dans les communes littorales.(sources : DRE Pays de la Loire-fichier Sitadel-logements autorisés) Les nouveaux habitants et les besoins internes au territoire Globalement, la masse de constructions nouvelles de 1990 à 2007 a été le fait d accédants venus pour 42 % de leur commune de résidence et 21 % d autres communes du territoire. Les nouveaux arrivants sont donc majoritairement issus de Cap Atlantique et l effort constructif du territoire, pour ce qui est des résidences principales, est donc plutôt centré sur la satisfaction des besoins internes, contrairement à ce qui est souvent allégué. Des différences géographiques sont cependant remarquables : Le littoral et les villes maintiennent leurs accédants à la propriété (42 à 45 %) et attirent les ménages extérieurs au territoire La zone rétro-littorale maintient ses habitants, attire les habitants des communes littorales et urbaines qui ne peuvent acheter dans leur commune d'origine et accueillent aussi des ménages extérieurs L on assiste donc à un véritable «chassé-croisé» à l extérieur et au sein du territoire : des habitants extérieurs viennent sur le littoral et à Guérande, tandis que des habitants du littoral et de Guérande vont s installer dans le rétro-littoral. Cette donnée, fondamentale pour la compréhension du fonctionnement du territoire, conduit à deux constats : SCOT de la Communauté d Agglomération de la presqu île de Guérande - Atlantique Rapport de Présentation Pièce n Diagnostic - Page 155

9 Celui de l importance de ces mouvements internes et externes, qui confirme l analyse effectuée à propos des reclassements fonciers (cf. chapitre «aménagement de l espace») et tend à montrer le bouleversement interne du territoire, l utilisation différenciée de ses espaces, et donc l intégration progressive de Cap Atlantique dans «l économie de flux», de biens et de services, mais également de personnes, dans un contexte de pression foncière en net renforcement Sens général des mouvements résidentiels (résidences principales) 1999/2007 Celui de la place des besoins internes au territoire : indépendamment de la redistribution des acquéreurs entre communes de Cap Atlantique, redistribution essentiellement liée aux coûts fonciers qui s échelonnent vers le nord-est à partir du littoral, le desserrement résidentiel (tendance à la diminution du nombre d occupants par logement) et les besoins d acquisition des résidents crée une demande importante qu il ne faut pas négliger et que la planification devra prendre en compte pour mesurer l effort constructif à réaliser, comme le montre le tableau ci-dessous : Mouvements internes Mouvements externes SCOT de la Communauté d Agglomération de la presqu île de Guérande - Atlantique Rapport de Présentation Pièce n Diagnostic - Page 156

10 Compte-tenu des résidences secondaires, dont le nombre et la proportion sont cependant en nette diminution, les besoins actuels en-dehors de l accueil de population permanente nouvelle représentent 52 % de la construction neuve et l accueil de populations nouvelles 48 %. Cette répartition est relativement équilibrée et montre à la fois l ampleur des évolutions (baisse des résidences secondaires) et le «point mort» du territoire (nombre de logements permettant de maintenir une population constante) qui se situe désormais pour Cap Atlantique autour de 450 logements par an. Cependant, si l essor de la construction neuve, essentiellement individuelle, a permis l accroissement de la population, la rapidité de cette reprise ne va pas sans poser à terme de questions relatives : A l insertion de ces ménages dans le nouveau lieu d habitation et aux besoins en services et équipements que cette installation va nécessairement générer La diffusion d une logique urbaine jusqu aux limites nord de Cap Atlantique, qui s est accompagnée d une véritable explosion du marché foncier A une certaine uniformisation des nouveaux quartiers A la nécessité de l action publique pour diversifier une offre de logements et aménager des quartiers en lien avec le projet urbain de la commune. U n e f a i b l e d i v e r s i t é d u p a r c d e r é s i d e n c e s p r i n c i p a l e s En 1999, la proportion de propriétaires-occupants était proche de 70 %. L évolution depuis 1999 confirme et renforce le territoire de Cap Atlantique comme une zone d accession privilégiée, malgré un léger renforcement récent du locatif privé. D autre part, le territoire fait très peu l objet d opérations en accession sociale (ou à coût maîtrisé). La diversité du parc et des constructions récentes est donc faible, ce qui recèle d importantes conséquences : D e s d i f f i c u l t é s p o u r l a c c e s s i o n à l a p r o p r i é t é La hausse des prix s étend géographiquement : depuis 1999, globalement le marché de la vente est en augmentation chaque année d environ 10 %. Les prix des maisons ont doublé en 15 ans. Le bâti ancien à restaurer est quasi inexistant. SCOT de la Communauté d Agglomération de la presqu île de Guérande - Atlantique Rapport de Présentation Pièce n Diagnostic - Page 157

11 Cette hausse est due : à la profonde attractivité du territoire (en termes de qualité et de cadre de vie, cette notion intégrant aussi bien les paysages, le caractère intime et préservé de nombre de communes, l ambiance de sécurité et de tranquillité des lieux, etc ) à la raréfaction des terrains à bâtir sur les communes littorales, raréfaction aggravée par les délais de passage des projets devant la Commission des Sites (ce passage n étant plus nécessaire à partir du moment où le SCOT sera approuvé) à l acquisition par une clientèle extérieure à la région (surtout parisienne) qui dispose d un budget nettement supérieur à celui des acheteurs locaux à des éléments liés au fonctionnement du marché immobilier (par exemple : multiplication des agences immobilières sur la côte) à l absence de politique de maîtrise foncière ou de maîtrise publique de production de logements. L a f a i b l e s s e d u p a r c l o c a t i f En 1999, parcs privé et public confondus représentent 27,4 % des résidences principales, soit logements. Ce parc est composé pour l essentiel de logements locatifs privés : logements pour logements locatifs HLM. U n m a r c h é l o c a t i f p r i v é t e n d u e t o n é r e u x La proportion de construction à vocation locative privée reste très faible (marginale) au regard des logements commencés : 7 % des logements de 1999 à Globalement, l offre reste inférieure à la demande. Paradoxalement, certains logements locatifs neufs peinent à trouver preneur, en raison de loyers de plus en plus élevés et de nombreuses garanties pour loyers impayés, demandées par les propriétaires. De plus, l offre est souvent déséquilibrée et inadaptée à la demande (manque de T3-T4 dans les communes littorales, par exemple), en raison des dispositifs d amortissement fiscal des biens destinés à la location, qui privilégient les petits logements. Cette difficulté locative constitue un handicap social, mai également économique : le développement d entreprises ou l implantation d entreprises venant de l extérieur est freiné par la pénurie de logements locatifs qui jouent en règle général le rôle de «logements-tampon» favorisant la mobilité des actifs. U n e t y p o l o g i e l i é e à l a p r é d o m i n a n c e d u l o g e m e n t i n d i v i d u e l En 2008, dernière année connue (source : SITADEL), 65 % des constructions commencées étaient des logements individuels (purs ou groupés), les logements collectifs ne représentant que 19 % du total. SCOT de la Communauté d Agglomération de la presqu île de Guérande - Atlantique Rapport de Présentation Pièce n Diagnostic - Page 158

12 A la faiblesse de la diversité des modes de financement s ajoute donc une prédominance de la forme urbaine du «lotissement de maisons individuelles», qui est en outre le mode le plus consommateur d espace à l échelle de tout le territoire. U n p a r c p u b l i c i n s u f f i s a n t p o u r j o u e r u n r ô l e m o d é r a t e u r Selon les données fournies par les 5 principaux bailleurs, le territoire en compte 1716, non compris les foyers d hébergement des personnes âgées, soit 5,53 % du parc de Résidences principales en Le PLH prévoit un rythme de production de 15 % de la production de logements soit 128 logements locatifs sociaux (LLS) chaque année. Sources : DRE Pays de la Loire-fichier Sitadel-logements autorisés Le nombre de logements autorisés pour les sociétés HLM atteint 132 logements locatifs depuis 4 ans : 75 en 2003, 37 en 2004, 6 en 2005 et 14 en Il faut tenir compte des rythmes de mise en œuvre du PLH, mais les objectifs supposent une mobilisation forte. Le taux de rotation dans le parc public qui propose des loyers plus accessibles est faible et la demande locative extrêmement importante. Les petits logements ne représentent que 20% du parc socialo total, soit une offre plutôt limitée en direction des jeunes actifs qui s installent. SCOT de la Communauté d Agglomération de la presqu île de Guérande - Atlantique Rapport de Présentation Pièce n Diagnostic - Page 159

13 U n e d i f f i c u l t é à r é p o n d r e a u x b e s o i n s d e s c l i e n t è l e s s p é c i f i q u e s La «monoculture» du logement individuel en accession rend difficile d offre une solution aux besoins des catégories spécifiques de la populations, parmi les quels il faut notamment citer les jeunes, et notamment les jeunes travailleurs, pour lesquels presque aucune solution adaptée n existe sur le territoire. Non seulement les besoins de décohabitation sont mal assurés, mais encore la mobilité des jeunes actifs venant de l extérieur pour occuper un emploi sur le territoire est rendue difficile par l absence de structures ad hoc les saisonniers, très nombreux en particulier sur le littoral, c est-à-dire là où les loyers sont les plus chers et les logements vacants l été presque inexistants. Plusieurs projets existent, mais cette question conditionne dans une large part la capacité de l industrie touristique à assumer une mutation et un e adaptation aux nouvelles demandes. les personnes âgées, dont le nombre ira croissant. Si l hébergement collectif institutionnel est fortement présent dans le territoire, encore qu en volume nettement inférieur aux besoins (cf. chapitre «équipements et services» du présent diagnostic), il faut noter l importance des besoins dans deux domaines : l adaptation des logements classiques aux besoins des personnes âgées et à leur mobilité spécifique, dans un contexte où nombre de personnes âgées recherchent des logements plus proches des centres et des commerces et services le logement spécifique des personnes âgées dans le secteur social, actuellement totalement absent dans le territoire. Il faut noter à ce propos que la demande est forte, en raison du vieillissement des personnes susceptibles de bénéficier de logements sociaux, mais également d une demande d origine externe de personnes logées hors du territoire dans des logements locatifs sociaux et désireuses de s installer sur place. Notons enfin, que le SCOT doit être compatible avec le schéma départemental d accueil des gens du voyage, adopté en application de la Loi du 5 juillet 2007 relative à l accueil des gens du voyage. Dans ce cadre, les villes de Guérande et de La Baule-Escoublac envisagent de créer des aires d accueil des gens du voyage d une capacité, respectivement, de 15 et de 20 places. Ces nouveaux emplacements sont prévus au contrat passé pour l équipement de la presqu île avec le Département de Loire-Atlantique. A ces emplacements permanents s ajoute une aire de grand passage saisonnière, à Guérande (au lieu-dit «Kermoulin»), d une superficie de 4,8 hectares. SCOT de la Communauté d Agglomération de la presqu île de Guérande - Atlantique Rapport de Présentation Pièce n Diagnostic - Page 160

14 L h a b i t a t e t l e l o g e m e n t : c o n c l u s i o n L e d é b u t d u n e i n f l e x i o n v e r s u n p a r c é q u i l i b r é L é v o l u t i o n d u p a r c d e l o g e m e n t s Le parc de logements de Cap Atlantique est avant tout caractérisé par un taux de construction très élevé, en diminution cependant depuis le début du siècle. Cette diminution contraste avec celle, inverse, de la CARENE qui augmente le nombre de ses livraisons de logements et prévoit de les augmenter encore plus. L environnement résidentiel de Cap Atlantique risque donc d évoluer tandis que la composition interne des nouveaux logements de Cap Atlantique se modifie profondément, avec moins de résidences secondaires et de logements sur la côte. Ces évolutions sont à la fois le produit de circonstances externes (raréfaction des fonciers, application de la Loi littoral, etc ) et de la volonté des collectivités qui ont traduit leurs objectifs en ce domaine dans le PLH et dans les PLU récemment élaborés ou modifiés. L e s b e s o i n s f u t u r s e t l e s q u e s t i o n s p o s é e s a u S C O T Dans ces conditions, le «volet logement» du SCOT conduit donc à une double réflexion : La tension foncière est élevée, dans tout le territoire, ce qui rend faible la capacité de mutation du parc (vacance faible, possibilité de transformation de locaux en logements presque inexistante, division de logements également rare, etc ). Dés lors, les besoins doivent de traduire par des constructions neuves, qui doivent prendre en compte la demande de résidences secondaires qui, en toute hypothèse, restera forte dans les années à venir. Pour faire face aux besoins, à population constante, il faut autour de 450 logements nouveaux par an et la programmation du SCOT devra nécessairement tenir compte de cette donnée. La diversification du parc est un enjeu fondamental, en termes de financement (social, accession sociale, accession libre), en termes de statut d occupation (locatif libre, social, propriété occupante), en termes de répartition au sein du territoire, en termes de pluralité des publics (pour répondre aux besoins des différentes catégories : jeunes, personnes âgées, jeunes couples, ménages avec des revenus différenciés, etc ) et en termes de formes urbaines (logements individuels, groupés, collectifs). Cette question touche à l attractivité du territoire et à son dynamisme économique, la disponibilité effective de logements étant une condition de l implantation des entreprises). SCOT de la Communauté d Agglomération de la presqu île de Guérande - Atlantique Rapport de Présentation Pièce n Diagnostic - Page 161

15 L h a b i t a t e t l e l o g e m e n t : l e s i n d i c a t e u r s E v o l u t i o n g l o b a l e d u p a r c d e l o g e m e n t s indice de construction par commune évolution du nombre des résidences secondaires par commune évolution du volume du renouvellement (transformation, division,destruction, etc ) par commune évolution du nombre moyen d occupants par résidence principale par commune C r i t è r e s q u a l i t a t i f s évolution du nombre de logements collectifs et individuels (par commune) évolution du nombre de logements locatifs libres et sociaux (par commune) nombre de demandes de logements sociaux (par commune) évolution de la typologie des logements (nombre de pièces, par commune) évolution du confort des logements (par commune) évolution du prix des terrains à bâtir SCOT de la Communauté d Agglomération de la presqu île de Guérande - Atlantique Rapport de Présentation Pièce n Diagnostic - Page 162

1 VOLET HABITAT - LOGEMENT. Synthèse du volet Habitat - logement

1 VOLET HABITAT - LOGEMENT. Synthèse du volet Habitat - logement 1 VOLET HABITAT - LOGEMENT Synthèse du volet Habitat - logement 2 VOLET HABITAT - LOGEMENT I / Contexte général... 3 A. Les caractéristiques du parc de logement en France... 3 B. Les caractéristiques du

Plus en détail

Construction neuve : 710 logements par an

Construction neuve : 710 logements par an Le point mort de 1999 à 2007 : récapitulatif de l affectation des logements neufs Construction neuve : 710 logements par an Renouvellement 121 logements par an (17% de la construction neuve) Evolution

Plus en détail

Principales missions opérationnelles : Logement social

Principales missions opérationnelles : Logement social LOGEMENT SOCIAL - Nombre d offices communautaires d HLM ou OPAC gérés : aucun - Autres organismes gestionnaires de logements sociaux : 2 Offices publics de l Habitat (Département de Loire-Atlantique et

Plus en détail

Production foncière, activité du logement neuf et de l aménagement en Ile-de-France

Production foncière, activité du logement neuf et de l aménagement en Ile-de-France Production foncière, activité du logement neuf et de l aménagement en Ile-de-France Colloque Ile-de-France Libérer du foncier : un geste solidaire en faveur du logement au Conseil Régional d Ile-de-France

Plus en détail

LA CONSTRUCTION NEUVE DE LOGEMENTS BILAN 1996 ET PRÉVISIONS POUR 1997

LA CONSTRUCTION NEUVE DE LOGEMENTS BILAN 1996 ET PRÉVISIONS POUR 1997 LA CONSTRUCTION NEUVE DE LOGEMENTS BILAN 1996 ET PRÉVISIONS POUR 1997 L activité des marchés immobiliers résidentiels a connu une nouvelle dégradation en 1996 ( 4,2 %). Le logement individuel et le logement

Plus en détail

Depuis 2005 et l extension à l ancien sans travaux, le prêt à 0% connaît un succès sans précédent, alors que l ancien dispositif s essoufflait.

Depuis 2005 et l extension à l ancien sans travaux, le prêt à 0% connaît un succès sans précédent, alors que l ancien dispositif s essoufflait. Préambule Évoquée de façon générale dans la note de cadrage initiale (étude n 1 «L Habitat dans l Allier Constats et Enjeux» mars 2007), l accession sociale à la propriété (ou l accession aidée) fait ici

Plus en détail

3. Morphologie urbaine et consommation d espace

3. Morphologie urbaine et consommation d espace 3. Morphologie urbaine et consommation d espace Historique du développement de la commune La commune de Pouliguen, avec les limites administratives que nous connaissons aujourd hui, est véritablement née

Plus en détail

Le parc, la demande, les attributions de logements locatifs sociaux dans le grand Sud

Le parc, la demande, les attributions de logements locatifs sociaux dans le grand Sud Le parc, la demande, les attributions de logements locatifs sociaux dans le grand Sud Les Avirons, Étang Salé, Saint Louis, Cilaos, Entre Deux, Le Tampon, Saint Pierre, Petite Île, Saint Joseph, Saint

Plus en détail

par Vincent Chriqui, Directeur général du Centre d analyse stratégique

par Vincent Chriqui, Directeur général du Centre d analyse stratégique Paris, le 15 février 2012 Présentation de la Note d analyse «Les aides au logement des ménages modestes» Mercredi 15 février 2012 par Vincent Chriqui, Directeur général du Centre d analyse stratégique

Plus en détail

Programme Local de. l Habitat 2010-2015. «Note de suivi et d actualisation - 2013» Conférence intercommunale du logement

Programme Local de. l Habitat 2010-2015. «Note de suivi et d actualisation - 2013» Conférence intercommunale du logement Conférence intercommunale du logement 03/02/2015 Rives de l Orne Hémicycle Programme Local de l Habitat 2010-2015 «Note de suivi et d actualisation - 2013» PARTIE I : Bilan annuel des objectif de production

Plus en détail

Etude Habitat - Cadre de vie Foncier

Etude Habitat - Cadre de vie Foncier Bassin de vie de Lanta - Caraman Etude Habitat - Cadre de vie Foncier Diagnostic et enjeux septembre 2011 Sommaire Evolutions démographiques et économiques Dynamiques démographiques et économiques Mobilités

Plus en détail

DE L HABITAT DIAGNOSTIC DU MORBIHAN. 20, bd de Sébastopol 75.004 PARIS. 2 bis avenue Gambetta 41.000 BLOIS GUY TAIEB CONSEIL

DE L HABITAT DIAGNOSTIC DU MORBIHAN. 20, bd de Sébastopol 75.004 PARIS. 2 bis avenue Gambetta 41.000 BLOIS GUY TAIEB CONSEIL PRÉFECTURE ET CONSEIL GÉNÉRAL DU MORBIHAN PLAN DÉPARTEMENTAL DE L HABITAT DIAGNOSTIC GUY TAIEB CONSEIL D é v e l o p p e m e n t lo c a l e t h a b i t a t 20, bd de Sébastopol 75.004 PARIS 2 bis avenue

Plus en détail

Economie, emploi, services à la population

Economie, emploi, services à la population Elaboration de la charte fondatrice du PNR du Doubs Horloger Economie, emploi, services à la population Partage du diagnostic 9 juillet 2015 LE CADRE DE TRAVAIL Objectifs : Partager / compléter et spatialiser

Plus en détail

Chapitre 2 : mise à jour du diagnostic urbain et architectural

Chapitre 2 : mise à jour du diagnostic urbain et architectural Chapitre 2 : mise à jour du diagnostic urbain et architectural 59 2. Analyse urbaine à l échelle globale : 2.1. Analyse des morphologies urbaines : mise à jour de l analyse urbaine Immeubles Maison de

Plus en détail

La mobilité résidentielle : parcours dominants et tendances nouvelles

La mobilité résidentielle : parcours dominants et tendances nouvelles 6 La mobilité résidentielle : parcours dominants et tendances nouvelles Orha Nord-Pas-de-Calais 54 Les Cahiers de l Orha - Avril 24 La mobilité résidentielle : parcours dominants et tendances nouvelles

Plus en détail

Le logement locatif social sur le territoire de l Espace Sud

Le logement locatif social sur le territoire de l Espace Sud Lettre N 1 Le logement locatif social sur le territoire de l Espace Sud Mars 2015 Avant-propos Tout Établissement Public de Coopération Intercommunale (EPCI) disposant d un Programme Local de l Habitat

Plus en détail

Consommation d espace en Haute-Loire

Consommation d espace en Haute-Loire Direction Départementale des Territoires (DDT) HAUTE-LOIRE PRÉFET DE LA HAUTE-LOIRE Rapport Juin 2013 Consommation d espace en Haute-Loire Mission connaissance des Territoires INDICATEURS CARTOGRAPHIQUES

Plus en détail

Synthèse de l étude des marchés locaux de l'habitat dans la Manche

Synthèse de l étude des marchés locaux de l'habitat dans la Manche Synthèse de l étude des marchés locaux de l'habitat dans la Manche Le contexte Selon le dernier recensement de l INSEE, avec une population de 492 563 habitants au 1er janvier 2006, la population du département

Plus en détail

Le panel de l enquête

Le panel de l enquête Afin de mieux cerner globalement la demande des entreprises de Loire-Atlantique en matière d implantation économique, la CCI Nantes St-Nazaire a réalisé une enquête auprès des chefs d entreprise sur leurs

Plus en détail

LA CRÉATION DE LOGEMENTS PAR CHANGEMENT DE DESTINATION DE LOCAUX

LA CRÉATION DE LOGEMENTS PAR CHANGEMENT DE DESTINATION DE LOCAUX LA CRÉATION DE LOGEMENTS PAR CHANGEMENT DE DESTINATION DE LOCAUX Au sein de la construction neuve, la création de issus d'un changement de destination de locaux a progressé régulièrement entre 199 et 25

Plus en détail

L Office Public de l habitat de la Corse du Sud et le développement du logement locatif social

L Office Public de l habitat de la Corse du Sud et le développement du logement locatif social L Office Public de l habitat de la Corse du Sud et le développement du logement locatif social L Office Public de l habitat de la Corse du Sud dans son contexte d intervention L office est le seul opérateur

Plus en détail

POUR UN LOGEMENT PLUS ACCESSIBLE. Vers une société plus humaine

POUR UN LOGEMENT PLUS ACCESSIBLE. Vers une société plus humaine POUR UN LOGEMENT PLUS ACCESSIBLE Vers une société plus humaine Budget 2003-2004 Pour un logement plus accessible ISBN 2-550-40544-7 Dépôt légal Bibliothèque nationale du Québec, 2003 Date de parution :

Plus en détail

PROGRAMME LOCAL DE L HABITAT de la Communauté de Communes Maremne Adour Côte Sud (MACS) PLH DE MACS. Programme Local de l habitat DIAGNOSTIC

PROGRAMME LOCAL DE L HABITAT de la Communauté de Communes Maremne Adour Côte Sud (MACS) PLH DE MACS. Programme Local de l habitat DIAGNOSTIC PROGRAMME LOCAL DE L HABITAT de la Communauté de Communes Maremne Adour Côte Sud (MACS) PLH DE MACS Programme Local de l habitat DIAGNOSTIC Sommaire 1 UN TERRITOIRE EN MUTATION ACCÉLÉRÉE, CONFRONTÉ AUJOURD

Plus en détail

Population. 1. Une faible croissance démographique. Un poids démographique important au Nord-Est parisien

Population. 1. Une faible croissance démographique. Un poids démographique important au Nord-Est parisien #1 2 1 Globalement, la ville connaît une relative stagnation de sa population, qui s explique en grande partie par un solde migratoire négatif. Toutefois, les moyennes statistiques démographiques n'ont

Plus en détail

Le marché de la profession comptable

Le marché de la profession comptable DOSSIER Le marché de la profession comptable NOVEMbre 2010 Sic 290 15 DOSSIER Les perspectives de développement de la profession passent plus par l élargissement des missions aux clients actuels que par

Plus en détail

Pau et le Grand Pau vivent plutôt bien leur éloignement aux grands centres de décision.

Pau et le Grand Pau vivent plutôt bien leur éloignement aux grands centres de décision. Les enjeux du territoire Le développement de Pau, de son agglomération et maintenant du Grand Pau rappelle celui de villes, d agglomérations et d aires urbaines sensiblement comparables, avec des logiques

Plus en détail

L OCCUPATION DU PARC SOCIAL BAS-RHINOIS à L'ÉPREUVE DES PARCOURS RÉSIDENTIELs

L OCCUPATION DU PARC SOCIAL BAS-RHINOIS à L'ÉPREUVE DES PARCOURS RÉSIDENTIELs DE L ADEUs L OCCUPATION DU PARC SOCIAL BAS-RHINOIS à L'ÉPREUVE DES PARCOURS RÉSIDENTIELs 95 DéCEMBRE 2012 modes de vie Le logement social est un maillon essentiel dans les parcours résidentiels des ménages.

Plus en détail

La construction neuve de logements Bilan 1998 et prévisions pour 1999

La construction neuve de logements Bilan 1998 et prévisions pour 1999 La construction neuve de logements Bilan 1998 et prévisions pour 1999 En 1998, avec un chiffre d affaires proche de 109 milliards de francs, selon les estimations du ministère de l Équipement, des Transports

Plus en détail

TOUFFLERS OPERATION D AMENAGEMENT A VOCATION D HABITAT RUE DES DEPORTES DOSSIER DE CONCERTATION 2015

TOUFFLERS OPERATION D AMENAGEMENT A VOCATION D HABITAT RUE DES DEPORTES DOSSIER DE CONCERTATION 2015 TOUFFLERS OPERATION D AMENAGEMENT A VOCATION D HABITAT RUE DES DEPORTES DOSSIER DE CONCERTATION 2015 SOMMAIRE I- Inscrire le projet dans les politiques de la MEL II- Enjeux du projet III- Diagnostic du

Plus en détail

Etude statistique de la production de maisons individuelles en secteur aménagé et en diffus en France Métropolitaine

Etude statistique de la production de maisons individuelles en secteur aménagé et en diffus en France Métropolitaine Etude statistique de la production de maisons individuelles en secteur aménagé et en diffus en France Métropolitaine Adequation - Caron Marketing - SNAL / UMF - Novembre 2010 1 Objectifs de l étude et

Plus en détail

ATELIER COMMERCE ATELIER DEMOGRAPHIE

ATELIER COMMERCE ATELIER DEMOGRAPHIE ATELIER COMMERCE 1. La vitalité des centres-villes et centres-bourgs ruraux Difficulté de restauration mises aux normes Préserver le commerce local Maintien de l artisanat et des services Maintien du lien

Plus en détail

Conférence de presse 16 janvier 2013

Conférence de presse 16 janvier 2013 Conférence de presse 16 janvier 2013 Sommaire 1- Les attentes des Français en matière de logement par rapport à leur commune 2- Immoprêt : bilan 2013 et projets 2014 3- Marché : constats 2013 4 - Perspectives

Plus en détail

Dérouler les implications du droit au logement opposable.

Dérouler les implications du droit au logement opposable. Haut comité pour le logement des personnes défavorisées Note de synthèse du 13 e rapport (mars 2008) Dérouler les implications du droit au logement opposable. Adoptée dans l urgence en début d année 2007,

Plus en détail

De la nécessité de produire du logement locatif social en Haute- Savoie...

De la nécessité de produire du logement locatif social en Haute- Savoie... De la nécessité de produire du logement locatif social en Haute- Savoie... Les pros de l'aménagement "Construction de logements : regards croisés d'acteurs" Mardi 28 avril 2015 SOMMAIRE Constat et enjeux

Plus en détail

Cerema, jeudi 26 mars 2015

Cerema, jeudi 26 mars 2015 Stratégie et mobilisation des outils de politiques foncières pour la production de logement Cerema, jeudi 26 mars 2015 Des outils pour peser sur les charges foncières Direction Habitat et Dynamique Urbaine

Plus en détail

Difficulté d accès au logement des jeunes et attractivité de l Île-de-France. Rencontre du CRIES Île-de-France 17 juin 2015 Hélène Joinet

Difficulté d accès au logement des jeunes et attractivité de l Île-de-France. Rencontre du CRIES Île-de-France 17 juin 2015 Hélène Joinet Difficulté d accès au logement des jeunes et attractivité de l Île-de-France Rencontre du CRIES Île-de-France 17 juin 2015 Hélène Joinet 1 L île-de-france, une des métropoles les plus jeunes d Europe Jeunesse

Plus en détail

Évaluation de l impact économique des résidences secondaires et analyse de leur mise en marché

Évaluation de l impact économique des résidences secondaires et analyse de leur mise en marché Nombre de résidences secondaires par commune en 2006 5 000 à 30 241 (73) 1 000 à 5 000 (325) 100 à 1 000 (3588) 30 à 0à 100 (9811) 30 (22816) Évaluation de l impact économique des résidences secondaires

Plus en détail

ADIL 33. ETUDE en 2012. Accédants à la propriété en difficulté

ADIL 33. ETUDE en 2012. Accédants à la propriété en difficulté ADIL 33 ETUDE en 2012 Accédants à la propriété en difficulté Agence Départementale d Information Logement - 105 avenue Emile Counord 33300 BORDEAUX ETUDE en 2012 ACCEDANTS A LA PROPRIETE EN DIFFICULTE

Plus en détail

Le pays Cœur de Flandre : un territoire structuré sous l influence grandissante de la métropole lilloise

Le pays Cœur de Flandre : un territoire structuré sous l influence grandissante de la métropole lilloise Avril 2006 Le pays Cœur de Flandre : un territoire structuré sous l influence grandissante de la métropole lilloise Le pays Cœur de Flandre compte plus de 115 000 habitants en 1999 (125 000 en incluant

Plus en détail

Loyers Hlm, droit au logement et mixité sociale

Loyers Hlm, droit au logement et mixité sociale Haut Comité pour le logement des personnes défavorisées - avril 2012 Note établie à partir des données du Répertoire des logements locatifs des bailleurs sociaux, fournies par le Service de l observation

Plus en détail

Le marché foncier des Côtes d Armor Observatoire des terrains à bâtir en lotissement en 2014

Le marché foncier des Côtes d Armor Observatoire des terrains à bâtir en lotissement en 2014 Le marché foncier des Côtes d Armor Observatoire des terrains à bâtir en lotissement en 2014 OBSERVATOIRE DE L ACCESSION SOCIALE Sommaire La production de lotissements en 2014 p.2 Les lots vendus en 2014

Plus en détail

Document d orientation PLH de Nîmes Métropole 2013-2018

Document d orientation PLH de Nîmes Métropole 2013-2018 Document d orientation PLH de Nîmes Métropole 2013-2018 version du Conseil communautaire du 16 décembre 2013 Communauté d agglomération de Nîmes Métropole 3 Rue du Colisée, 30900 Nîmes Tél.: 04 66 02 55

Plus en détail

Les constructions récentes se concentrent le long des axes structurants et en bord de Seine

Les constructions récentes se concentrent le long des axes structurants et en bord de Seine 58 P r o g r a m m e l o c a l d e l h a b i t a t D i a g n o s t i c F é v r i e r 2 0 1 2 Peu de grands logements dans les communes limitrophes de Paris Les petits logements sont surreprésentés dans

Plus en détail

Le commerce de proximité dans l Intra Muros Eléments de diagnostic

Le commerce de proximité dans l Intra Muros Eléments de diagnostic Le commerce de proximité dans l Intra Muros Eléments de diagnostic Problématique : Depuis 2004, on observe une perte de dynamisme commercial sur le secteur de l Intra-Muros avec une augmentation du nombre

Plus en détail

Le parc locatif social sur la Communauté d Agglomération du Calaisis Caractéristiques du parc locatif social

Le parc locatif social sur la Communauté d Agglomération du Calaisis Caractéristiques du parc locatif social LE LOGEMENT SOCIAL SUR LA COMMUNAUTE D AGGLOMERATION DU CALAISIS I II Le parc locatif social sur la Communauté d Agglomération du Calaisis Caractéristiques du parc locatif social Les chiffres clés de la

Plus en détail

Bilan éco Bilan éc nomique onomique Bilan éc

Bilan éco Bilan éc nomique onomique Bilan éc Bilan économique Bilan économique 2009 BASSIN D EMPLOI VENDÉE OUEST Après une année 2009 éprouvante, l économie vendéenne semble enfin s engager sur le chemin de la reprise Après avoir débuté dans un climat

Plus en détail

L'ÉVOLUTION DE LA CONSTRUCTION DE LOGEMENTS

L'ÉVOLUTION DE LA CONSTRUCTION DE LOGEMENTS 5 note n 5, septembre 25 L'ÉVOLUTION DE LA CONSTRUCTION DE LOGEMENTS AU LUXEMBOURG ENTRE 197 ET 22 I I NTRODUCTION Ce 5ème numéro de la Note de l Observatoire a comme objet l analyse de la production de

Plus en détail

ETABLISSEMENT PUBLIC FONCIER

ETABLISSEMENT PUBLIC FONCIER ETABLISSEMENT PUBLIC FONCIER Smaf PROGRAMME FONCIER 13 2009-20 -2013 QUINQUENN UENNAL SOMMAIRE 1. L Etablissement 2. Documents de planification 3. Outils fonciers 4. Bilan du programme 2004-2008 5. Programmation

Plus en détail

La promotion immobilière privée

La promotion immobilière privée La promotion immobilière privée La promotion immobilière privée en Bretagne Romantique est peu active, comme dans l ensemble des territoires périurbains. Les promoteurs restent prudents à lancer de nouveaux

Plus en détail

OPERATION DE RESTAURATION IMMOBILIERE COMMUNAUTE D AGGLOMERATION DU GRAND RODEZ

OPERATION DE RESTAURATION IMMOBILIERE COMMUNAUTE D AGGLOMERATION DU GRAND RODEZ OPERATION DE RESTAURATION IMMOBILIERE COMMUNAUTE D AGGLOMERATION DU GRAND RODEZ Table des matières Préambule... 3 L Opération Programmée d Amélioration de l Habitat et de Renouvellement Urbain du centre

Plus en détail

Communauté d'agglomération de Reims

Communauté d'agglomération de Reims Communauté d'agglomération de Reims Une déprise démographique LA DÉMOGRAPHIE Population Population Population Population variation variation variation en 1982 en 1990 en 1999 en 2007 1982/1990 1990/1999

Plus en détail

PROGRAMME LOCAL DE L HABITAT

PROGRAMME LOCAL DE L HABITAT Communauté de Communes du Pays de Lesneven - Côte des Légendes PROGRAMME LOCAL DE L HABITAT Première partie DIAGNOSTIC 09-CLG-n 207 Agence de DEveloppement et d'urbanisme du Pays de Brest 24 rue Coat ar

Plus en détail

CHARTE D ATTRIBUTIONS DES LOGEMENTS DE SARTHE HABITAT

CHARTE D ATTRIBUTIONS DES LOGEMENTS DE SARTHE HABITAT CHARTE D ATTRIBUTIONS DES LOGEMENTS DE SARTHE HABITAT Préambule : Conformément au IV de l article R441-9 du Code de Construction et de l Habitation, le Conseil d Administration de Sarthe Habitat définit

Plus en détail

Note de synthèse du rapport de la Banque Mondiale sur la stratégie du secteur de l'habitat au Maroc Juillet 1996

Note de synthèse du rapport de la Banque Mondiale sur la stratégie du secteur de l'habitat au Maroc Juillet 1996 Royaume du Maroc Direction des Etudes et des Prévisions financières Note de synthèse du rapport de la Banque Mondiale sur la stratégie du secteur de l'habitat au Maroc Juillet 1996 Document de travail

Plus en détail

ADIL 33. ETUDE en 2013. Accédants à la propriété en difficulté

ADIL 33. ETUDE en 2013. Accédants à la propriété en difficulté ADIL 33 ETUDE en 2013 Accédants à la propriété en difficulté Agence Départementale d Information Logement - 105 avenue Emile Counord 33300 BORDEAUX Sommaire ADIL 33 - ETUDE en 2013 Accédants à la propriété

Plus en détail

Les communes de des quartiers aux profils

Les communes de des quartiers aux profils Les communes de des quartiers aux profils Les quartiers qui composent les cinq communes de l Ouest présentent des caractéristiques très contrastées : des zones denses d habitat social quasiment saturées,

Plus en détail

Présentation du Prêt à Taux Zéro (PTZ) 2016

Présentation du Prêt à Taux Zéro (PTZ) 2016 Présentation du Prêt à Taux Zéro (PTZ) 2016 Historique Le prêt à taux zéro renforcé, PTZ+, était entré en vigueur le 1 er janvier 2011. Il visait à favoriser l accession à la propriété. Réservé aux primo-accédants,

Plus en détail

Panorama du marché hôtelier parisien

Panorama du marché hôtelier parisien OFFICE DU TOURISME ET DES CONGRÈS DE PARIS, AOUT 215 1 Sommaire Introduction..... 3 1. Evolution du nombre d hôtels à Paris par catégorie depuis 199.. 4 Un besoin de chambres supplémentaires en 22...5

Plus en détail

2013/6098 PROJET DE DELIBERATION AU CONSEIL MUNICIPAL DU 20 DECEMBRE 2013

2013/6098 PROJET DE DELIBERATION AU CONSEIL MUNICIPAL DU 20 DECEMBRE 2013 2013/6098 Direction de l'aménagement Urbain PROJET DE DELIBERATION AU CONSEIL MUNICIPAL DU 20 DECEMBRE 2013 Commission Urbanisme - Développement Durable - Cadre de Vie et Environnement du 4 décembre 2013

Plus en détail

Q0Z-Employés de la banque et des assurances. Synthèse

Q0Z-Employés de la banque et des assurances. Synthèse Q0Z-Employés de la banque et des assurances Synthèse Après avoir baissé au cours de la première moitié des années 1990, les effectifs d employés de la banque et des assurances se sont stabilisés pour à

Plus en détail

Vues d'estuaire SOCIAL. Economie. Habitat. environnement. mobilité. [année 2012]

Vues d'estuaire SOCIAL. Economie. Habitat. environnement. mobilité. [année 2012] Vues d'estuaire SOCIAL Economie Habitat environnement mobilité [Un marché immobilier diversifié et attractif] [Carene, Cap Atlantique, Loire et Sillon, Pont-Château Saint-Gildas, Pornic, Sud Estuaire]

Plus en détail

ETUDE LOGEMENT GLOBALE

ETUDE LOGEMENT GLOBALE ETUDE LOGEMENT GLOBALE SYNTHESE DU DIAGNOSTIC Avril 2016 Siège social : Espace Eiffel 18-20, rue Tronchet 69006 Lyon Tél. 04 72 00 87 87 fax. 04 78 27 70 72 www.adequation-france.com SAS au capital de

Plus en détail

LOGEMENT : L ÉVOLUTION DU POUVOIR D ACHAT DES PRIMO-ACCÉDANTS

LOGEMENT : L ÉVOLUTION DU POUVOIR D ACHAT DES PRIMO-ACCÉDANTS LOGEMENT LOGEMENT : L ÉVOLUTION DU POUVOIR D ACHAT DES PRIMO-ACCÉDANTS Le «pouvoir d achat immobilier» des ménages est un concept important pour l analyse des marchés du logement. Dans cet article, Ingrid

Plus en détail

EVOLUTION DU PARC DE LOGEMENTS

EVOLUTION DU PARC DE LOGEMENTS . - SITUATION DU LOGEMENT COMARAISON AVEC LA CROISSANCE DÉMOGRAHIQUE EVOLUTION DU ARC DE LOGEMENTS L analyse du parc de logements et de son évolution permet de connaître la manière dont celui-ci répond

Plus en détail

cher logement: les enjeux de financement du logement social

cher logement: les enjeux de financement du logement social cher logement: les enjeux de financement du logement social 07 février 2014 par Jean-Philippe GASPAROTTO 60 ans après l appel de l abbé Pierre, ce n est pas un hasard si plus de 80 % des ménages français

Plus en détail

Consommations énergétiques de Midi-Pyrénées sur la période 1990-2004

Consommations énergétiques de Midi-Pyrénées sur la période 1990-2004 Note 1 OREMIP - Novembre 2006 Bilans régionaux de consommation et de production d'énergie pour la période 1990-2004 Il convient de considérer avec précaution l ensemble des résultats étant donné qu il

Plus en détail

Les salariés des TPE-PME

Les salariés des TPE-PME Les salariés des Les ouvriers, qualifiés et non qualifiés, sont majoritaires dans les (50%) et TPE (42,5%), comme dans les grandes (49,1%). Les ouvriers représentent un salarié sur deux dans les Les concentrent

Plus en détail

A qui profite le logement cher?

A qui profite le logement cher? A qui profite le logement cher? L envolée des loyers et des prix immobiliers a rendu l accès au logement de plus en plus difficile, avec des coûts fixes qui grèvent fortement le pouvoir d achat des locataires.

Plus en détail

II. LA DIVERSITE DE L'OCCUPATION DU TERRITOIRE

II. LA DIVERSITE DE L'OCCUPATION DU TERRITOIRE II. LA DIVERSITE DE L'OCCUPATION DU TERRITOIRE A. DEMOGRAPHIE 1. Evolution démographique 1.1. Dynamisme démographique 1.2. Structure de la population 1.3. Structure des ménages 2. Hypothèses d'évolution

Plus en détail

Logement. Parc des logements en essor. Des logements de petite taille à Bordeaux. À Bordeaux, la moitié des logements ont plus de 30 ans

Logement. Parc des logements en essor. Des logements de petite taille à Bordeaux. À Bordeaux, la moitié des logements ont plus de 30 ans Logement En 1999, le parc des logements de l agglomération bordelaise est de 362 900, avec environ 7% de logements vacants, très peu de résidences secondaires, et 91 % d habitations principales. Parc des

Plus en détail

Programme Local de l Habitat Diagnostic SOMMAIRE. Préambule... 5 1 Présentation du territoire... 7 2 Des éléments de contexte à prendre en compte...

Programme Local de l Habitat Diagnostic SOMMAIRE. Préambule... 5 1 Présentation du territoire... 7 2 Des éléments de contexte à prendre en compte... SOMMAIRE Préambule... 5 1 Présentation du territoire... 7 2 Des éléments de contexte à prendre en compte... 8 2.1 Le Schéma de Cohérence Territoriale... 8 2.2 Une politique départementale en pleine évolution...

Plus en détail

Méthodologie. Observatoire de l Habitat. Le marché privé du logement du Pays de Châlons-en-Champagne AUDC, décembre 2008. Immobilier et Lamy.

Méthodologie. Observatoire de l Habitat. Le marché privé du logement du Pays de Châlons-en-Champagne AUDC, décembre 2008. Immobilier et Lamy. 2 Méthodologie Cet état des lieux du marché privé du logement a été réalisé à partir d entretiens avec un certain nombre d agents immobiliers de Châlons-en-Champagne de septembre à décembre 2008 1. Des

Plus en détail

Schéma de Développement Commercial - aire urbaine de Toulouse

Schéma de Développement Commercial - aire urbaine de Toulouse Observatoire Départemental de l'équipement Commercial de la Haute-Garonne Schéma de Développement Commercial aire urbaine de Toulouse Pour un commerce durable dans la Ville Un document de référence pour

Plus en détail

PLAN LOCAL D URBANISME P.A.D.D PLAN LOCAL D URBANISME - PLAN LOCAL D URBANISME - UCEL 10 F EVRIER 2010 - Les orientations générales

PLAN LOCAL D URBANISME P.A.D.D PLAN LOCAL D URBANISME - PLAN LOCAL D URBANISME - UCEL 10 F EVRIER 2010 - Les orientations générales 1 COMMUNE D UCEL PLAN LOCAL D URBANISME PLAN LOCAL D URBANISME DEPARTEMENT : CANTON : COMMUNE : Ardèche Vals les Bains Ucel P.A.D.D ( Projet d A ménagement et de Développement D urable) Les orientations

Plus en détail

Programme Local de l Habitat 2014-2020. Communauté d Agglomération du Grand Angoulême Tome 2 Orientations stratégiques

Programme Local de l Habitat 2014-2020. Communauté d Agglomération du Grand Angoulême Tome 2 Orientations stratégiques Programme Local de l Habitat 2014-2020 Communauté d Agglomération du Grand Angoulême Tome 2 Orientations stratégiques 1 La phase d orientations stratégiques Une ligne directrice pour 2014-2020 avec pour

Plus en détail

Édito. Michel Le MAOULT. Vice-Président en charge de la politique de l Habitat

Édito. Michel Le MAOULT. Vice-Président en charge de la politique de l Habitat Édito Pour «réussir» la ville, il faut construire et rénover pour répondre aux besoins de la population dont les revenus sont différents. C est l ambition affichée de ce Programme Local de l Habitat, que

Plus en détail

La solvabilité des ménages de Caen la mer

La solvabilité des ménages de Caen la mer AUCAME Caen Normandie SERVAT O hab No ita t v em IRE OB b re 2 0 1 5 La solvabilité des ménages de Caen la mer face au marché immobilier local Novembre 2015 Sommaire Le logement : premier poste de dépenses

Plus en détail

Impact du coût du logement sur le budget des ménages selon leur niveau de vie en 1996 et en 2006

Impact du coût du logement sur le budget des ménages selon leur niveau de vie en 1996 et en 2006 La Note de l Observatoire de l Habitat N 11 Impact du coût du logement sur le budget des ménages selon leur niveau de vie en 1996 et en 2006 Introduction 1 Entre 1996 et 2006, le coût des logements s est

Plus en détail

Communauté d agglomération de Caen la mer Programme Local de l Habitat 2010-2015

Communauté d agglomération de Caen la mer Programme Local de l Habitat 2010-2015 Communauté d agglomération de Caen la mer Programme Local de l Habitat 2010-2015 Règlement précisant le champ d application, les modalités de calcul et les conditions de versements des aides financières

Plus en détail

Les crédits au logement consentis aux ménages en 1998

Les crédits au logement consentis aux ménages en 1998 Les crédits au logement consentis aux ménages en Les crédits nouveaux à l habitat mis en force 1 en ont atteint 341,93 milliards de francs en données brutes 2, contre 307,9 milliards en 1997 (+ 11,1 %).

Plus en détail

Royaume du Maroc Ministère de l Habitat de l Urbanisme Et de la Politique de la Ville AGENCE URBAINE DE MARRAKECH

Royaume du Maroc Ministère de l Habitat de l Urbanisme Et de la Politique de la Ville AGENCE URBAINE DE MARRAKECH Royaume du Maroc Ministère de l Habitat de l Urbanisme Et de la Politique de la Ville AGENCE URBAINE DE MARRAKECH Appel d Offres Ouvert n 17/2012 Du 19/12/2012 à 9h30mn Etude Foncière relative à l aire

Plus en détail

Le secteur du bâtiment

Le secteur du bâtiment Le secteur du bâtiment 1. La construction neuve La forte accélération du décrochage de l activité observée depuis la fin 2008 avait cédé à une stabilisation du rythme de recul à partir du troisième trimestre

Plus en détail

LA CONSTRUCTION EN ILE-DE-FRANCE ET DANS TROIS REGIONS DE PROVINCE

LA CONSTRUCTION EN ILE-DE-FRANCE ET DANS TROIS REGIONS DE PROVINCE LA CONSTRUCTION EN ILEDEFRANCE ET DANS TROIS REGIONS DE PROVINCE Institut d Aménagement et d Urbanisme de la Région d ÎledeFrance 15, rue Falguière 7574 PARIS CEDEX 15 Tél. : 1 77 49 77 49 Télécopie :

Plus en détail

Programme Local de l Habitat 2015-2020. Une politique ambitieuse dans un contexte difficile

Programme Local de l Habitat 2015-2020. Une politique ambitieuse dans un contexte difficile Programme Local de l Habitat 2015-2020 Une politique ambitieuse dans un contexte difficile 1 Qu est ce qu un P.L.H.? Le Programme Local de l Habitat (P.L.H.) est un document d orientation et de planification

Plus en détail

COHESION ENTRE LES TERRITOIRES ET LES GENERATIONS

COHESION ENTRE LES TERRITOIRES ET LES GENERATIONS Une partie de la population asnièroise connaît des difficultés croissantes, en matière d accès au logement et à l emploi. Cette évolution s aggrave, (voir la fiche Lutte contre les exclusions). La Ville

Plus en détail

ORPI. septembre 2012

ORPI. septembre 2012 ORPI Conférence de presse de rentrée 18 septembre 2012 Bilan et faits marquants du premier semestre 2012 National La France : un marché au point mort Aucune chute brutale des prix à espérer De fortes tensions

Plus en détail

Lettre de l Observatoire de l Habitat Programme Local de l Habitat du Val Maubuée

Lettre de l Observatoire de l Habitat Programme Local de l Habitat du Val Maubuée Champs-sur-Marne, Croissy-Beaubourg, Emerainville, Lognes, Noisiel, Torcy Lettre de l Observatoire de l Habitat Programme Local de l Habitat du Val Maubuée L édito En 2011, l observatoire de l habitat

Plus en détail

Prof i ls régionaux du Nouveau - Bru nswick FAITS SAILLANTS ET MISES À JOUR. Région économique du Nord-Est

Prof i ls régionaux du Nouveau - Bru nswick FAITS SAILLANTS ET MISES À JOUR. Région économique du Nord-Est Prof i ls régionaux du Nouveau - Bru nswick FAITS SAILLANTS ET MISES À JOUR Région économique du Nord-Est Profils régionaux du Nouveau-Brunswick : Faits saillants et mises à jour Région économiques du

Plus en détail

OFFRES ET PRIX DE LOCATION DES

OFFRES ET PRIX DE LOCATION DES 4 note n 4, mars 2005 OFFRES ET PRIX DE LOCATION DES LOGEMENTS EN 2003-2004 I E DITORIAL I NTRODUCTION Selon l enquête «ménages» réalisée par le CEPS/Instead en 2003, le parc locatif représente moins de

Plus en détail

Note de conjoncture sur le logement dans le département de l'ain / Evolutions et tendances

Note de conjoncture sur le logement dans le département de l'ain / Evolutions et tendances Direction Départementale de l'equipement Ain Service Politique Ville Habitat Mars 2009 Note de conjoncture sur le logement dans le département de l'ain Evolutions et tendances Mars 2009 www.ain.developpement-durable.gouv.fr

Plus en détail

Boigny sur Bionne. Bou. Chanteau. Chécy. Combleux. Fleury les Aubrais. Ingré. Mardié. Marigny les Usages. Olivet. Orléans. Ormes.

Boigny sur Bionne. Bou. Chanteau. Chécy. Combleux. Fleury les Aubrais. Ingré. Mardié. Marigny les Usages. Olivet. Orléans. Ormes. Boigny sur Bionne Bou Chanteau Chécy Combleux Fleury les Aubrais Ingré La Chapelle Saint Mesmin Mardié Marigny les Usages Olivet Orléans Ormes Saint Cyr en Val Saint Denis en Val Saint Jean le Blanc Saint

Plus en détail

Les crédits à l habitat renouent avec la croissance contrairement aux crédits à la consommation

Les crédits à l habitat renouent avec la croissance contrairement aux crédits à la consommation 1 Numéro 201, juin 2013 Les crédits à l habitat renouent avec la croissance contrairement aux crédits à la consommation I) Immobilier : un premier trimestre en forte croissance Une partie de la croissance

Plus en détail

En 2011, 483 000 enfants de

En 2011, 483 000 enfants de Octobre 13 N 411 Une diversité des familles à, avec plus de foyers monoparentaux qu ailleurs et moins de familles Population A, 32 enfants de moins de 25 ans, soit 7 % des enfants parisiens, vivent dans

Plus en détail

Beaulieu-les-Fontaines. Plan Local d Urbanisme

Beaulieu-les-Fontaines. Plan Local d Urbanisme Beaulieu-les-Fontaines Plan Local d Urbanisme Orientation d aménagement et de programmation M.T. Projets 9 Rue du Château Mouzin 51420 Cernay-les-Reims www.mt-projets.com En application des articles L.

Plus en détail

EVOLUTION DU PARC DE LOGEMENTS

EVOLUTION DU PARC DE LOGEMENTS . - SITUATION DU LOGEMENT COMARAISON AVEC LA CROISSANCE DÉMOGRAHIQUE EVOLUTION DU ARC DE LOGEMENTS L analyse du parc de logements et de son évolution permet de connaître la manière dont celui-ci répond

Plus en détail

Convention de partenariat entre Nantes Métropole et les maitres d ouvrage sociaux membres de l Union Sociale pour l Habitat des Pays-de-la-Loire

Convention de partenariat entre Nantes Métropole et les maitres d ouvrage sociaux membres de l Union Sociale pour l Habitat des Pays-de-la-Loire Convention de partenariat entre Nantes Métropole et les maitres d ouvrage sociaux membres de l Union Sociale pour l Habitat des Pays-de-la-Loire Entre : Nantes Métropole Communauté urbaine, représentée

Plus en détail

Commune de Saint-Martin-de-Castillon

Commune de Saint-Martin-de-Castillon Commune de Saint-Martin-de-Castillon AXE 1 - Maîtriser l étalement urbain AXE 2 - Renforcer l attractivité résidentielle des centres AXE 3 - Améliorer l accessibilité des villes et villages résidentielle

Plus en détail

La face cachée des «Tanguy»

La face cachée des «Tanguy» La face cachée des «Tanguy» Les jeunes en hébergement contraint chez leurs parents 05 DÉCEMBRE 2015 La face cachée des «Tanguy» Dans le film d Etienne Chatiliez, le jeune «Tanguy» se complaît jusqu à un

Plus en détail

La construction de logements neufs dans l agglomération nantaise et l aire urbaine. Analyses 2001-2007

La construction de logements neufs dans l agglomération nantaise et l aire urbaine. Analyses 2001-2007 La construction de logements neufs dans l agglomération nantaise et l aire urbaine Analyses 2001-2007 Nantes Métropole et l aire urbaine de Nantes Nantes Métropole - AURAN Le contexte général Une année

Plus en détail

PLAN LOCAL D URBANISME DE ROQUES-SUR-GARONNE

PLAN LOCAL D URBANISME DE ROQUES-SUR-GARONNE PLAN LOCAL D URBANISME DE ROQUES-SUR-GARONNE ORIGINAL EAU & ENVIRONNEMENT AGENCE DE PAU Hélioparc 2 Avenue Pierre Angot 64053 PAU CEDEX 9 Tel. : +33 (0)5 59 84 23 50 Fax : +33 (0)5 59 84 30 24 COMMUNE

Plus en détail