Jean-Michel Porret. Déconstruction et reconstruction du narcissisme à l adolescence

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Jean-Michel Porret. Déconstruction et reconstruction du narcissisme à l adolescence"

Transcription

1 Déconstruction et reconstruction du narcissisme à l adolescence

2 1. Remarques introductives 1.1. Il est indéniable que, depuis Freud, des progrès ont été accomplis dans la compréhension du narcissisme de l être humain. Certaines études psychanalytiques postfreudiennes consacrées au narcissisme ont contribué à en approfondir et à en clarifier la notion. Je ne les mentionnerai pas ici. Pour une revue critique de ces études, je renvoie le lecteur au chapitre 2 de mon ouvrage Les narcissismes (2008). Toutefois, il faut reconnaître que le narcissisme reste difficile à circonscrire, comme d autres concepts psychanalytiques d ailleurs. Et s il est déjà difficile à cerner chez l adulte, en dehors des turbulences du développement, il l est encore davantage chez l adolescent(e). Un tel constat pourrait inciter à rendre immédiatement les armes. Avant de s y résoudre éventuellement, il vaut mieux commencer par tenter de comprendre ce qui rend le narcissisme difficile à circonscrire malgré l unité qu il est censé constituer dans le moi et qu il est supposé conférer au moi. Il me semble qu on est à même d invoquer au moins deux raisons à cela. La première est que, si le narcissisme fait partie exclusivement du moi, il n est de toute façon pas rapportable à une composante qui serait aisément localisable à l intérieur de cette instance qu est le moi. Au contraire, il est formé de plusieurs composantes qui sont réparties dans les différents secteurs (inconscient, préconscient, conscient) du moi

3 92 La deuxième raison est que les composantes du narcissisme ne sont pas de même nature. Le narcissisme comprend des éléments hétérogènes, il est pluridimensionnel. Et cela, en prenant appui sur la seule position qui vaille, c est-à-dire sur la position freudienne de 1915 qui estime que le narcissisme s enracine fondamentalement dans le fonctionnement des pulsions, qu il tire son origine de celui-ci (cf. S. Freud, 1915, p. 181). En bref, le problème réside dans le fait que les composantes du narcissisme ne sont saisissables qu en fonction de certains paramètres qui les spécifient. Ces paramètres correspondent à quatre oppositions qui sont dénommables par des adjectifs substantivés : premièrement, l opposition entre le primaire et le secondaire ; deuxièmement, l opposition entre le quantitatif et le qualitatif ; troisièmement, l opposition entre l auto-érotique et l autodestructeur ; quatrièmement, l opposition entre le sexualisé et le désexualisé. Je dis cela d emblée pour éviter tout malentendu et pour, malheureusement, ruiner dans l œuf l espoir qu on attende de cet article qu il fournisse une vision simple du narcissisme, un savoir foncièrement pragmatique, utilitaire, en sacrifiant à l esprit du temps, à l esprit des temps soit-disant modernes. À mon avis, il n existe pas de salut pour essayer de comprendre ce qu est le narcissisme en dehors de la prise en compte de ces quatre oppositions ; à moins de faire l impasse sur la complexité du phénomène, ce à quoi je me refuse Maintenant, à la fois paradoxalement embarrassé et armé par ces difficultés, je dois préciser l angle de vue depuis lequel je vais traiter la question.

4 Mon exposé se bornera à montrer : a) d abord, en quoi la puberté psychique et les conflits pubertaires désorganisent, déconstruisent, le narcissisme du moi qui a été établi normalement à la période de latence ; b) ensuite, comment le travail psychique inhérent au processus d adolescence qui fait suite à la puberté psychique est chargé de parvenir à reconstruire le narcissisme malmené par celle-ci. On gardera à l esprit tout au long de ce trajet que le processus psychique d élaboration à l adolescence n est jamais linéaire, qu il ne se produit pas sans heurts et sans régressions, souvent profondes, mais temporaires dans le meilleur des cas. Il me paraît comporter inéluctablement en son cours des ratés momentanés qui sont imputables soit à des épisodes de désorganisation de ce qui a pu être réorganisé peu antérieurement, soit à des réorganisations sur un mode pathologique qui ne sauraient être obligatoirement définitives. On le sait, cela complique beaucoup les choses, car c est ce qui rend quasi impossible de déterminer à court terme si l on est encore dans une évolution potentiellement favorable ou si l on est en train de basculer dans le domaine d une pathologie durable Je me centrerai dans ce qui suit sur le «narcissisme individuel» de l adolescent(e). Cette formulation tautologique est utilisée par opposition à ce que d aucuns ont appelé le «narcissisme familial» et le «narcissisme collectif», formulations qui s avèrent pour le moins être proches de l oxymore. Avant eux, Freud avait parlé, à quelques reprises dans son œuvre et en prenant plus de précautions, de «narcissisme des petites différences». Il l avait rattaché principalement au penchant, originel et autonome, de l être humain à agresser ses semblables et à l issue et à la caution que la formation de groupes sociaux donnait et donne toujours à cette agression dirigée vers d autres groupes sociaux. Ces notions de «narcissisme familial» et de «narcissisme collectif» devraient être examinées en tant que variétés éventuelles du «narcissisme des petites différences» et dans l axe des effets positifs et négatifs qu elles peuvent avoir sur le «narcissisme indi- 10

5 viduel». Je suis évidemment obligé de renoncer à me lancer ici dans une telle exploration qui m entraînerait trop loin. Cependant, il fallait que je mentionne ces notions pour souligner qu elles ne recouvrent pas, du moins pas totalement, le rôle que joue l environnement parental et extra-familial dans la reconstruction du narcissisme malmené de l adolescent(e) Cas de figure de la déconstruction du narcissisme à l adolescence Je vais aborder la déconstruction à travers divers cas de figure qui ne s excluent nullement entre eux, qui se présentent régulièrement chez un même sujet. Si ces cas de figure sont à mon avis les principaux, il importe de signaler qu ils n épuisent pas la question et que d autres sont susceptibles de venir s y ajouter La reconflictualisation du narcissisme primaire inhérente aux moments de désintrication pulsionnelle Même si une intrication pulsionnelle suffisante a eu lieu auparavant, il se produit au cours de l adolescence des régressions pulsionnelles temporaires qui se traduisent par une désintrication des pulsions de destruction d avec les pulsions érotiques. Cette régression des pulsions ne manque pas de se répercuter sur le moi. Elle provoque une reconflictualisation du narcissisme primaire où s opposent à nouveau, comme dans la prime enfance, les deux versants de celui-ci, à savoir le narcissisme érotique et le narcissisme autodestructeur. Il y a donc conflit entre eux. Rappelons brièvement à quoi correspondent ces deux expressions en tenant compte de la proposition d A. Green, en 1983 dans Narcissisme de vie / Narcissisme de mort, d interpréter ce que Freud a dit du narcissisme en 1914 en fonction de la seconde dualité pulsionnelle que ce même Freud a introduite en Le narcissisme érotique résulte de l investissement du moi par les pulsions érotiques, de l orientation de celles-ci sur le moi qu elles prennent pour objet. Le narcissisme autodestructeur (ou mortifère) découle de l infiltration du moi par les pulsions de des-

6 truction libres, désintriquées, qui cherchent à abolir l investissement du moi par les pulsions érotiques et à réduire au niveau le plus près possible de zéro les tensions que cet investissement crée dans le moi ; on voit là les effets du principe de nirvana qui régit les pulsions de destruction. On constate que ces deux versants du narcissisme primaire font intervenir une dimension quantitative, exclusivement. Le conflit entre eux peut soit basculer provisoirement d un côté ou de l autre, soit être résolu malencontreusement par clivage. De nombreuses manifestations cliniques en témoignent. Je n en retiendrai qu une au passage, à titre d exemple, les sentiments de vide. Ils nous sont communiqués couramment par les adolescents qui se plaignent du déplaisir, voire de la souffrance, qu ils leur causent. Mais, ce qui nous frappe souvent est que, simultanément et paradoxalement, ces mêmes adolescents revendiquent leur existence. Cela n est pas étranger au fait que ces sentiments de vide sont l expression d une négativation de la force des pulsions érotiques qui ont investi le moi, qui l ont pris pour objet. Une telle négativation provient de l action des pulsions de destruction libres ayant envahi le moi et ayant remporté le combat qu elles mènent contre les effets des pulsions érotiques dans le moi. Les sentiments de vide dont il est question portent donc la marque de la prédominance, au mieux provisoire, du narcissisme autodestructeur sur le narcissisme érotique. On se rend compte que la domination du narcissisme autodestructeur fait peser le risque d un auto-désinvestissement du moi, la menace d un désinvestissement du moi par lui-même, le danger d un évanouissement ou d un anéantissement du moi orchestré par ses soins, si je puis dire. Dans cette situation, le processus d adolescence aura pour tâche de ré-instaurer le primat de l intrication pulsionnelle dont le retentissement sur le moi sera d y assurer la suprématie du narcissisme érotique qui aura domestiqué le narcissisme autodestructeur. Il est probable que la ré-instauration du primat de l intrication pulsionnelle nécessite le concours des objets externes, comme dans l enfance où c est l activité de rêverie de la mère qui semble favoriser cette intrication pulsionnelle du côté de l enfant. Mais quel est l équivalent de l activité de rêverie de 95 10

7 la mère à l adolescence, comment les objet externes facilitent-ils l intrication pulsionnelle chez l adolescent(e)? Le retour du conflit d ambivalence narcissique À d autres moments, on assiste à des régressions temporelles à l analité. Celle-ci ont des incidences sur le narcissisme secondaire du moi. À part le conflit d ambivalence objectale, resurgit le conflit d ambivalence narcissique qui engage d autres composantes du narcissisme que les précédentes. Ce conflit oppose le narcissisme positif (amour du moi pour lui-même) et le narcissisme négatif (haine du moi pour lui-même). Karl Abraham ( , p. 280) a été, sauf erreur, le premier à employer ces deux expressions à propos de la mélancolie ; il avait repéré dans le tableau de cette affection que le narcissisme positif et le narcissisme négatif se font face sans nuance ni médiation. Un tel conflit nous met en présence de la dimension qualitative du narcissisme, secondaire en l occurrence, et cette dimension qualitative affective est bien entendu sous-tendue par la dimension quantitative de l investissement. Le conflit d ambivalence narcissique est aussi à même de pencher transitoirement d un côté ou de l autre et également d être résolu fâcheusement par clivage. Cependant, même quand il bascule provisoirement du côté du narcissisme négatif, il n y a pas de négativation de l investissement, le moi conserve son investissement de lui-même, fût-il sous une forme négative désagréable, source de déplaisir. Là, le moi n a aucune propension à désinvestir son organisation. Le processus psychique d adolescence aura la charge d assurer le dépassement de ce conflit d ambivalence narcissique et de procéder à l intégration du narcissisme négatif au sein du narcissisme positif devenu prédominant. à suivre...

LES BASES DE LA MÉTAPSYCHOLOGIE

LES BASES DE LA MÉTAPSYCHOLOGIE Chapitre 1 LES BASES DE LA MÉTAPSYCHOLOGIE I. RAPPEL THÉORIQUE Le terme Métapsychologie désigne le cadre théorique que Freud a élaboré et enrichi tout au long de sa vie. La métapsychologie constitue la

Plus en détail

Approche psychanalytique des addictions

Approche psychanalytique des addictions Approche psychanalytique des addictions Notions de base Perspectives historiques Dr.I.Gothuey, UAS Notions psychanalytiques de base L inconscient La théorie de l inconscient Le ça, le moi et le surmoi

Plus en détail

«La capacité à être seul», WINNICOTT

«La capacité à être seul», WINNICOTT «La capacité à être seul», WINNICOTT La capacité d être seul est un signe des plus importants de la maturité du développement affectif. On repère chez le sujet ce qu il éprouve dans des situations de solitude,

Plus en détail

LES MECANISMES DE DEFENSE

LES MECANISMES DE DEFENSE LES MECANISMES DE DEFENSE Table des matières Table des matières 3 I - GENERALITES, DEFINITION 7 A. GENERALITES, DEFINITION...7 II - LES PRINCIPAUX MECANISMES DE DEFENSE 9 A. le refoulement :...9 B. la

Plus en détail

«Lalangue qui, cette jouissance, la civilise si j ose dire *»?

«Lalangue qui, cette jouissance, la civilise si j ose dire *»? Carlos Guevara «Lalangue qui, cette jouissance, la civilise si j ose dire *»? La phrase du titre de mon exposé est de Lacan, le signe d interrogation est de moi. Cette phrase, vous pouvez la trouver dans

Plus en détail

Richard Abibon. «Le sujet reçoit de l Autre son propre message sous une forme inversée»

Richard Abibon. «Le sujet reçoit de l Autre son propre message sous une forme inversée» Richard Abibon «Le sujet reçoit de l Autre son propre message sous une forme inversée» Cette formule, on la trouve presque telle quelle dans l «Ouverture de ce recueil» qui introduit les «Ecrits» de Lacan.

Plus en détail

Comment se déroule le droit de visite et d hébergement d un parent en cas de fixation de la résidence habituelle chez l autre parent?

Comment se déroule le droit de visite et d hébergement d un parent en cas de fixation de la résidence habituelle chez l autre parent? Comment se déroule le droit de visite et d hébergement d un parent en cas de fixation de la résidence habituelle chez l autre parent? Lorsque l enfant vit au domicile de l un de ces parents, ce qui est,

Plus en détail

FORMATIONS en PSYCHANALYSE et PSYCHOTHERAPIE

FORMATIONS en PSYCHANALYSE et PSYCHOTHERAPIE I. F. A. P. P. Institut de Formation A la Psychanalyse et la Psychothérapie analytique AIX-en-PROVENCE - MARSEILLE - ORANGE FORMATIONS en PSYCHANALYSE et PSYCHOTHERAPIE RESPONSABLE DES FORMATIONS : Philippe

Plus en détail

GRETA M2S. Métiers de la Santé et du Social. Le salarié et ses droits à la formation

GRETA M2S. Métiers de la Santé et du Social. Le salarié et ses droits à la formation GRETA M2S Métiers de la Santé et du Social Le salarié et ses droits à la formation Le DIF Droit individuel à la formation ))) Qu est-ce que c est? Le DIF permet au salarié de négocier avec son employeur,

Plus en détail

Chap 5 : Renforcer l efficacité relationnelle

Chap 5 : Renforcer l efficacité relationnelle Chap 5 : Renforcer l efficacité relationnelle I. Communiquer avec efficacité A. Intégrer les processus d influence sociale 1. La personnalité Les métaprogrammes sont les traits de personnalité qui, gravés

Plus en détail

Lucile Cognard. S identifier à son symptôme

Lucile Cognard. S identifier à son symptôme Lucile Cognard S identifier à son symptôme Dans notre milieu analytique, l expression est connue : «s identifier à son symptôme». D où vient-elle, que recouvre-t-elle? C est la question que je me suis

Plus en détail

Retrouver sa JOIE DE VIVRE et RECONSTRUIRE SA VIE

Retrouver sa JOIE DE VIVRE et RECONSTRUIRE SA VIE Retrouver sa JOIE DE VIVRE et RECONSTRUIRE SA VIE après une SÉPARATION Premier pas vers la guérison Marie-Soleil Cordeau Coach en bien-être amoureux «Le bien-être amoureux est à la portée de tous. Ça commence

Plus en détail

VAGINISME. Quelques pistes pour avancer?

VAGINISME. Quelques pistes pour avancer? VAGINISME Quelques pistes pour avancer? Vaginisme Pendant longtemps, pénétration vaginale quasi impossible car trop douloureuse : brûlures. Et même pas de nom pour ça. Un jour : un mot. VAGINISME. Vaginisme

Plus en détail

Formation Postgraduée en Psychothérapie Psychanalytique de l Arc Jurassien (FPPP-AJ)*

Formation Postgraduée en Psychothérapie Psychanalytique de l Arc Jurassien (FPPP-AJ)* Séminaire Psychanalytique de l Arc Jurassien Formation Postgraduée en Psychothérapie Psychanalytique de l Arc Jurassien (FPPP-AJ)* Direction : SPJBB Dr Laslo Pataki Psychiatre et psychothérapeute FMH 2713

Plus en détail

Un écrivain dans la classe : pour quoi faire?

Un écrivain dans la classe : pour quoi faire? Un écrivain dans la classe : pour quoi faire? Entretien avec Philippe Meirieu réalisé pour l ARALD - Quel est votre sentiment sur la présence des écrivains dans les classes? Il me semble que ce n est pas

Plus en détail

Violence hors-père Histoire, histoire, le père, la violence Didier Grimault

Violence hors-père Histoire, histoire, le père, la violence Didier Grimault Violence hors-père Histoire, histoire, le père, la violence Didier Grimault La violence est de retour, si tant est qu elle ne nous ait jamais quitté. Les réflexions qui suivent sont extraites d un travail

Plus en détail

Affirmation de soi, confiance en soi, estime de soi

Affirmation de soi, confiance en soi, estime de soi Affirmation de soi, confiance en soi, estime de soi Estime de soi MOI Affirmation de soi AUTRES Confiance en soi ACTION Contexte Règles fondamentales de la communication 1) On ne peut pas décider, par

Plus en détail

A vertissement de l auteur

A vertissement de l auteur A vertissement de l auteur Attention, ce livre n est pas à mettre entre toutes mains ; il est strictement déconseillé aux parents sensibles. Merci à Madame Jeanne Van den Brouck 1 qui m a donné l idée

Plus en détail

Compte rendu de la conférence sur la prévention des conduites à risques chez l adolescent (05/12/2003)

Compte rendu de la conférence sur la prévention des conduites à risques chez l adolescent (05/12/2003) Compte rendu de la conférence sur la prévention des conduites à risques chez l adolescent (05/12/2003) INTERVENTION DE MARIE CHOQUET Le suicide est la 2 ième cause de mortalité des 16/25 ans. On compte

Plus en détail

ÁREA 3. CUADERNOS DE TEMAS GRUPALES E INSTITUCIONALES (ISSN 1886-6530) Nº 16 - Invierno 2012

ÁREA 3. CUADERNOS DE TEMAS GRUPALES E INSTITUCIONALES (ISSN 1886-6530) Nº 16 - Invierno 2012 ÁREA 3. CUADERNOS DE TEMAS GRUPALES E INSTITUCIONALES (ISSN 1886-6530) www.area3.org.es Nº 16 - Invierno 2012 Le divorce : Les conséquences de la perte du couple amoureux parental dans la psyché familiale

Plus en détail

Conseil de sécurité. Nations Unies S/2005/723

Conseil de sécurité. Nations Unies S/2005/723 Nations Unies S/2005/723 Conseil de sécurité Distr. générale 17 novembre 2005 Français Original: anglais Lettre datée du 16 novembre 2005, adressée au Président du Conseil de sécurité par le Représentant

Plus en détail

XXVII- Dissolution Le séminaire de Caracas 12 au 15 juillet 1980

XXVII- Dissolution Le séminaire de Caracas 12 au 15 juillet 1980 J.LACAN gaogoa < > XXVII- Dissolution Le séminaire de Caracas 12 au 15 juillet 1980 Version rue CB note Ouverture de la rencontre de Caracas Je n ai pas la bougeotte. La preuve en est que j ai attendu

Plus en détail

DON DU VIVANT SITUATION(E) AMBIGUE(S)

DON DU VIVANT SITUATION(E) AMBIGUE(S) DON DU VIVANT SITUATION(E) AMBIGUE(S) Société Francophone de Dialyse Université d ÉTÉ BICHAT 19 juin 2015 Chantal RAIMBAULT Psychologue Transplantations Rénales Transplantations cardiaques CHRU de TOURS

Plus en détail

APPREHENDER LES RISQUES PSYCHO-SOCIAUX

APPREHENDER LES RISQUES PSYCHO-SOCIAUX APPREHENDER LES RISQUES PSYCHO-SOCIAUX Comment définir les RPS? Plus simple alors!!!! L agent demande, au travail aussi, à être considéré comme «une personne globale». La socialisation dans les relations

Plus en détail

La période de Latence et l Adolescence Cours de psychologie. I.F.S.I. École Rockefeller - 2012 A. NEGRO-MOREL

La période de Latence et l Adolescence Cours de psychologie. I.F.S.I. École Rockefeller - 2012 A. NEGRO-MOREL La période de Latence et l Adolescence Cours de psychologie I.F.S.I. École Rockefeller - 2012 A. NEGRO-MOREL 1 Latence et Adolescence Deux périodes de la vie humaine et de l évolution psychique de l enfant

Plus en détail

Chapitre 3 : Névrose phobique

Chapitre 3 : Névrose phobique Chapitre 3 : Névrose phobique I. Sémiologie. La phobie est une crainte angoissante, une peur qui est bien spécifique et plus précisément déclenchée par un objet, une situation ou une personne dite phobogène.

Plus en détail

Quand le corps devient objet de l autre

Quand le corps devient objet de l autre Quand le corps devient objet de l autre (Hypersexualisation, pornographie, prostitution à l heure des technologies de l information et de la communication) Robert Courtois Clinique Psychiatrique Universitaire

Plus en détail

Circulaire n 108. OBJET: Régulation des travaux à domicile dans l enseignement fondamental

Circulaire n 108. OBJET: Régulation des travaux à domicile dans l enseignement fondamental Bruxelles, le 13 mai 2002 Circulaire n 108 OBJET: Régulation des travaux à domicile dans l enseignement fondamental En sa séance du 27 mars 2001, le Parlement de la Communauté française a adopté le décret

Plus en détail

Comment remplir une demande d AVS Remplir les dossiers administratifs quand on a un enfant autiste et TED (3) : demander une AVS

Comment remplir une demande d AVS Remplir les dossiers administratifs quand on a un enfant autiste et TED (3) : demander une AVS Comment remplir une demande d AVS Remplir les dossiers administratifs quand on a un enfant autiste et TED (3) : demander une AVS Intégration était le maître mot de la loi de 75, scolarisation est ce lui

Plus en détail

Réponse et temps de réponse aux items en psychométrie. R. Trouillet M.C.F. H.D.R. Lab. Epsylon EA4556

Réponse et temps de réponse aux items en psychométrie. R. Trouillet M.C.F. H.D.R. Lab. Epsylon EA4556 Réponse et temps de réponse aux items en psychométrie R. Trouillet M.C.F. H.D.R. Lab. Epsylon EA4556 Thérapies psychodynamiques Levy & Ablond (2009). Handbook of Evidence-Based Psychodynamic Psychotherapy..

Plus en détail

L action, 3. Philosophie des SCHS séance 7

L action, 3. Philosophie des SCHS séance 7 L action, 3 Philosophie des SCHS séance 7 M. Cozic 3. le causalisme et ses difficultés analyse causaliste de l action intentionnelle un événement E est une action s il existe une description de E sous

Plus en détail

Victime D Anorexie, Elle A Failli Mourir

Victime D Anorexie, Elle A Failli Mourir VICTIME D ANOREXIE, Alors que le nombre de personnes souffrant d obésité ne cesse de croître dans la société nord-américaine, certaines personnes sont atteintes d un trouble alimentaire qui se situe à

Plus en détail

Annexe au document intitulé Communication relative à certaines questions de politique concernant le Bureau de Procureur : renvois et communications

Annexe au document intitulé Communication relative à certaines questions de politique concernant le Bureau de Procureur : renvois et communications Annexe au document intitulé Communication relative à certaines questions de politique concernant le Bureau de Procureur : renvois et communications La présente annexe au document de politique du Procureur

Plus en détail

Névroses Q266. Psychiatrie adulte Module D Pr Jean Louis Senon Année Universitaire 2002-2003

Névroses Q266. Psychiatrie adulte Module D Pr Jean Louis Senon Année Universitaire 2002-2003 Névroses Q266 Psychiatrie adulte Module D Pr Jean Louis Senon Année Universitaire 2002-2003 Plans et objectifs Hystérie Névrose d angoisse Phobies TOC PTSD Diagnostic d une conversion hystérique Diagnostic

Plus en détail

Les grands-parents ont-ils le droit de voir leurs petitsenfants même en cas de conflit aigu avec les parents?

Les grands-parents ont-ils le droit de voir leurs petitsenfants même en cas de conflit aigu avec les parents? Les grands-parents ont-ils le droit de voir leurs petitsenfants même en cas de conflit aigu avec les parents? Oui. Sauf si l intérêt de l enfant nécessite l absence de tous contacts avec ses grands-parents.

Plus en détail

Contribution à la Consultation nationale des acteurs du soutien à la parentalité

Contribution à la Consultation nationale des acteurs du soutien à la parentalité Contribution à la Consultation nationale des acteurs du soutien à la parentalité dans le cadre de la «Mobilisation pour la petite enfance et la parentalité», menée par le Ministère délégué chargé de la

Plus en détail

Relation soignant-soigné au cœur de la psychologie médicale

Relation soignant-soigné au cœur de la psychologie médicale 19 Relation soignant-soigné au cœur de la psychologie médicale RENCONTRE, TRANSFERT ET CONTRE-TRANSFERT La notion de transfert découle des travaux de la psychanalyse (S. Freud) où ont été décrits des mouvements

Plus en détail

LES CROYANCES LIMITANTES

LES CROYANCES LIMITANTES 1998 Séminaire de Robert DILTS LES CROYANCES LIMITANTES Les 3 domaines les plus courants de croyances limitantes sont ceux qui concernent le manque d espoir (ce n est pas possible), le manque de confiance

Plus en détail

Situation n o 10 Absences répétées dégradant l ambiance

Situation n o 10 Absences répétées dégradant l ambiance Absences répétées dégradant l ambiance La majorité des collaborateurs de votre équipe se plaignent des absences répétées d un de leurs collègues LA SITUATION : CONTEXTE ET ÉVÉNEMENTS Depuis plusieurs mois

Plus en détail

Relation soignant / soigné

Relation soignant / soigné Relation soignant / soigné 3 métiers impossibles selon Freud : gouverner soigner éduquer Car met les personnes dans une situation de dépendance et d autorité Relation = activité ou une situation dans laquelle

Plus en détail

Enjeux psychologiques de la greffe pour le donneur et le receveur

Enjeux psychologiques de la greffe pour le donneur et le receveur Enjeux psychologiques de la greffe pour le donneur et le receveur Jessica FRIPPIAT Psychologue clinicienne Service d Hémato-oncologie Unité de Psychologie Hôpital Universitaire des enfants Reine Fabiola

Plus en détail

Parinet Formation Pour Humaniser les Relations

Parinet Formation Pour Humaniser les Relations Parinet Formation Pour Humaniser les Relations Stages de développement personnel Formation à la relation d aide & Consultations individuelles Adultes, adolescents, enfants, couples Programme 2012-2013

Plus en détail

Ne vas pas en enfer!

Ne vas pas en enfer! Ne vas pas en enfer! Une artiste de Corée du Sud emmenée en enfer www.divinerevelations.info/pit En 2009, une jeune artiste de Corée du Sud qui participait à une nuit de prière a été visitée par JésusChrist.

Plus en détail

Annie Claude Sortant-Delanoë. L angoisse, nécessité logique entre jouissance et désir

Annie Claude Sortant-Delanoë. L angoisse, nécessité logique entre jouissance et désir Annie Claude Sortant-Delanoë L angoisse, nécessité logique entre jouissance et désir À sa naissance, l enfant est un organisme dont le cri exprime un besoin. Ce cri n a aucune intention de signification.

Plus en détail

OPINION DISSIDENTE DE M. WOLFRUM

OPINION DISSIDENTE DE M. WOLFRUM OPINION DISSIDENTE DE M. WOLFRUM [Traduction] 1. J ai voté en faveur des points 1 à 3 et du point 5 du dispositif de l arrêt, mais contre le point 4 dudit dispositif. Je considère la caution de 8 millions

Plus en détail

Olivier GRONDIN, Maître de Conférences Psychologie Clinique, Psychologue clinicien. Département de Psychologie

Olivier GRONDIN, Maître de Conférences Psychologie Clinique, Psychologue clinicien. Département de Psychologie Olivier GRONDIN, Maître de Conférences Psychologie Clinique, Psychologue clinicien. Département de Psychologie 1. Anxiété de séparation 2. Phobie spécifique 3. Phobie sociale 4. Anxiété généralisée 5.

Plus en détail

Les besoins et les attentes de la personne

Les besoins et les attentes de la personne CHAPITRE Les besoins et les attentes de la personne aux différents âges Les rythmes de vie > Les besoins et les attentes de la personne TDmémo OBJECTIFS > Repérer et justifier les besoins et les attentes

Plus en détail

La saisie-arrêt conservatoire Suite à une facture non contestée

La saisie-arrêt conservatoire Suite à une facture non contestée La saisie-arrêt conservatoire Suite à une facture non contestée Note Ce dossier s adresse aux indépendants, dirigeants de petites et moyennes entreprises, ainsi qu à leurs conseillers. Les termes abordés

Plus en détail

L affirmation de soi et la communication

L affirmation de soi et la communication DialogUnil 1 L affirmation de soi et la communication 1. La démarche d affirmation de soi La démarche d affirmation de soi s étaye sur plusieurs considérations. D abord sur le fait que l image de soi,

Plus en détail

Qu est-ce que la croissance économique? Quels sont ses moteurs?

Qu est-ce que la croissance économique? Quels sont ses moteurs? Qu est-ce que la croissance économique? Quels sont ses moteurs? En ces temps de crise économique et de crise des dettes souveraines (ou publiques), tous les hommes politiques de gauche comme de droite

Plus en détail

Siréas asbl Service International de Recherche, d Education et d Action Sociale

Siréas asbl Service International de Recherche, d Education et d Action Sociale Siréas asbl Service International de Recherche, d Education et d Action Sociale Année 2005 DOCUMENT n 1 Analyses et études LE DIVORCE INTERNATIONAL EN BELGIQUE Rue de la croix, 22 1050 Bruxelles Téléphone

Plus en détail

Mention «Psychologie»

Mention «Psychologie» Diplôme Bac + 3 Parcours - - - - - Contacts UFR LLSHS Lettres, Langues, Sciences Humaines et des Sociétés /lshs/ Secrétariat Licence "Psychologie" - Bureau C313 : tél.: 01 49 40 44 65 / 31 66 Contact formation

Plus en détail

SOUS RÉSERVE DE MODIFICATIONS

SOUS RÉSERVE DE MODIFICATIONS DÉCLARATION AUX MÉDIAS POUR LA PUBLICATION DU Rapport annuel 2013-2014 par François Boileau Commissaire aux services en français de l Ontario Jeudi 10 juillet 2014 11 h 00 Salle des médias Édifice de l

Plus en détail

Que fait l Église pour le monde?

Que fait l Église pour le monde? Leçon 7 Que fait l Église pour le monde? Dans notre dernière leçon, nous avons vu que les croyants ont des responsabilités vis-à-vis des autres croyants. Tous font partie de la famille de Dieu. Les chrétiens

Plus en détail

De quoi l assistance est-elle le minimum?

De quoi l assistance est-elle le minimum? De quoi l assistance est-elle le minimum? Soin, politique et relations sociales Frédéric WORMS Pour Frédéric Worms, l assistance ne doit pas s approcher seulement en termes quantitatifs, comme une prestation

Plus en détail

MODULE 5 Rôle de l équipe soignante dans l information du patient

MODULE 5 Rôle de l équipe soignante dans l information du patient MODULE 5 Rôle de l équipe soignante dans l information du patient Catherine Tourette-Turgis Maître de conférences en sciences de l éducation Responsable du master en éducation thérapeutique à l université

Plus en détail

Guide à l intention des familles AU COEUR. du trouble de personnalité limite

Guide à l intention des familles AU COEUR. du trouble de personnalité limite Guide à l intention des familles AU COEUR du trouble de personnalité limite À propos du trouble de personnalité limite Ce document a été élaboré en 2001 par madame France Boucher, infirmière bachelière,

Plus en détail

Intervention auprès d une femme Inuite : du soin au travail de traduction

Intervention auprès d une femme Inuite : du soin au travail de traduction Intervention auprès d une femme Inuite : du soin au travail de traduction Résumé Ce texte fait partie d une banque de 50 récits de pratiques d intervention en itinérance qui ont été réalisés avec quatre

Plus en détail

Professeur Thierry BOUGEROL

Professeur Thierry BOUGEROL UE7 - Santé Humanité Société Chapitre 2 : Développement psychologique : personnalité et tempérament Professeur Thierry BOUGEROL Année universitaire 2010/2011 Université Joseph Fourier de Grenoble - Tous

Plus en détail

S affirmer dans l entreprise

S affirmer dans l entreprise S affirmer dans l entreprise Cours du 3 décembre 2012 Philippe BARAN Objectifs Gérer les situations de stress et de tension Gérer les conflits S affirmer et développer sa confiance en soi 2 2 2 Gérer le

Plus en détail

troubles comportementaux aigus et/ou cognitifs tous les intervenants de l entreprise Prise en charge immédiate sur le lieu de travail.

troubles comportementaux aigus et/ou cognitifs tous les intervenants de l entreprise Prise en charge immédiate sur le lieu de travail. Introduction Les troubles comportementaux aigus et/ou cognitifs concernent tous les intervenants de l entreprise : dangerosité du salarié pour lui-même et pour autrui, risque de désorganisation de l activité

Plus en détail

Clinique narrative Education thérapeutique

Clinique narrative Education thérapeutique Clinique narrative Education thérapeutique Nadine ESNAULT Infirmière consultante GRIEPS Doctorante UCO Angers, CREN Nantes - 1 Constats sanitaires Beaucoup de maladie non guérissable, l éducation est appelée

Plus en détail

Expérimentation Watt & Moi. 16 ème assises de l énergie - Bordeaux 2015 28 janvier 2015

Expérimentation Watt & Moi. 16 ème assises de l énergie - Bordeaux 2015 28 janvier 2015 Expérimentation Watt & Moi 16 ème assises de l énergie - Bordeaux 2015 28 janvier 2015 Watt & Moi, une expérimentation de mise à disposition des données Linky aux consommateurs GRANDLYON HABITAT et ERDF

Plus en détail

Développement durable et gouvernement d entreprise : un dialogue prometteur

Développement durable et gouvernement d entreprise : un dialogue prometteur Thierry WIEDEMANN-GOIRAN Frédéric PERIER François LÉPINEUX Développement durable et gouvernement d entreprise : un dialogue prometteur Préface de Frédéric Tiberghien Président de l ORSE (Observatoire sur

Plus en détail

1. Introduction. 2. Définition et tâches. Point fort Travail social en entreprise

1. Introduction. 2. Définition et tâches. Point fort Travail social en entreprise Point fort Travail social en entreprise 1. Introduction C est un plaisir pour moi de présenter à Actualité sociale la notion, les tâches et le contenu du service social d entreprise, car je suis convaincu

Plus en détail

COMMENT PARLER DES LIVRES QUE L ON N A PAS LUS?

COMMENT PARLER DES LIVRES QUE L ON N A PAS LUS? Né dans un milieu où on lisait peu, ne goûtant guère cette activité et n ayant de toute manière pas le temps de m y consacrer, je me suis fréquemment retrouvé, suite à ces concours de circonstances dont

Plus en détail

ANALYSE D IMPACT DES ARTICLES 24 ET 25 DU RÈGLEMENT DIRECTION DES RESSOURCES HUMAINES

ANALYSE D IMPACT DES ARTICLES 24 ET 25 DU RÈGLEMENT DIRECTION DES RESSOURCES HUMAINES ANALYSE D IMPACT DES ARTICLES 24 ET 25 DU RÈGLEMENT CONCERNANT LES CONDITIONS DE TRAVAIL DES CADRES SUR LE SYSTÈME DE RÉMUNÉRATION DES CADRES DIRECTION DES RESSOURCES HUMAINES DE L AQESSS FÉVRIER 2008

Plus en détail

Manque de reconnaissance. Manque de contrôle

Manque de reconnaissance. Manque de contrôle CONTRE-VALEURS 7 octobre 2014 Les contre-valeurs représentent ce que l on cherche à fuir. Elles nous motivent négativement en ce sens où elles incarnent des situations que nous évitons ou que nous cherchons

Plus en détail

LE TEMPS samedi 31 janvier 2015

LE TEMPS samedi 31 janvier 2015 LE TEMPS samedi 31 janvier 2015 Abus d écrans, responsabilité de parents Par Rinny Gremaud Les enfants peinent à décoller de leurs tablettes, téléphones ou ordinateurs. Et les adultes? Quel exemple donnent-ils?

Plus en détail

Plan et résumé de l intervention de Jean-Philippe Dunand

Plan et résumé de l intervention de Jean-Philippe Dunand Faculté de droit Prof. Jean-Philippe Dunand Prof. Pascal Mahon Avenue du 1 er -Mars 26 CH-2000 Neuchâtel Tél. ++41 32 718.12.00 Fax ++41 32 718.12.01 Centre d étude des relations de travail (CERT) Neuchâtel,

Plus en détail

Office fédéral de la justice Unité Droit pénal international. 3003 Bern. Berne, le 10 novembre

Office fédéral de la justice Unité Droit pénal international. 3003 Bern. Berne, le 10 novembre Office fédéral de la justice Unité Droit pénal international 3003 Bern Berne, le 10 novembre Approbation et mise en œuvre de la convention du 25 octobre 2007 du Conseil de l Europe sur la protection des

Plus en détail

Les principales étapes du développement de l enfant et de l adolescent

Les principales étapes du développement de l enfant et de l adolescent Les principales étapes du développement de l enfant et de l adolescent Présentation Caroline Loechleiter - Psychologue scolaire Formation des AVS du Bas-Rhin mars 2013 Partie 1: Psychologie du développement

Plus en détail

Traduire dans l aide sociale

Traduire dans l aide sociale Traduire dans l aide sociale Droits des personnes de langue étrangère et obligations de l état Résumé Jörg Künzli, docteur en droit et professeur, LL.M., avocat, Berne Alberto Achermann, docteur en droit,

Plus en détail

PLAN DE LA CONFERENCE

PLAN DE LA CONFERENCE «LA PLACE DE CHACUN DANS LA FAMILLE» PLAN DE LA CONFERENCE Introduction : Relativité des modèles familiaux en fonction des époques et des lieux, nous nous centrerons sur l ici et maintenant. Evolutions

Plus en détail

Les restructurations internes

Les restructurations internes Mois AAAA Mois AAAA Mise à jour décembre 2010 En bref Cette fiche a pour objet de présenter les enjeux des restructurations internes ayant des incidences sur l emploi (licenciement, modification du contrat

Plus en détail

APPRENDRE LA CHIMIE EN ZEP

APPRENDRE LA CHIMIE EN ZEP Résumé du rapport de recherche destiné au Centre Alain Savary, INRP APPRENDRE LA CHIMIE EN ZEP Martine Méheut, Olivier Prézeau INRP, Centre Alain Savary Apprendre la chimie en ZEP Résumé 1 Dans une perspective

Plus en détail

L ENFANT ET LA PEUR D APPRENDRE

L ENFANT ET LA PEUR D APPRENDRE L ENFANT ET LA PEUR D APPRENDRE Serge Boimaré / Editions Dunod Il y a toujours une souffrance quand on ne répond pas aux attentes de l école. Les grandes difficultés d apprentissages doivent amener à une

Plus en détail

C R É D I T A G R I C O L E A S S U R A N C E S. Des attitudes des Européens face aux risques

C R É D I T A G R I C O L E A S S U R A N C E S. Des attitudes des Européens face aux risques C R É D I T A G R I C O L E A S S U R A N C E S Observatoire Ipsos-LogicaBusiness Consulting/Crédit Agricole Assurances Des attitudes des Européens face aux risques Fiche technique Ensemble : 7245 répondants

Plus en détail

FORMATION CONTINUE. Diplômes d Université et Formations Qualifiantes Année universitaire 2015-2016. Informations rentrée 2015-2016

FORMATION CONTINUE. Diplômes d Université et Formations Qualifiantes Année universitaire 2015-2016. Informations rentrée 2015-2016 Informations rentrée 2015-2016 UFR d Études psychanalytiques FORMATION CONTINUE Diplômes d Université et Formations Qualifiantes Année universitaire 2015-2016 L UFR d Études psychanalytiques de l Université

Plus en détail

Le deuil au féminin. Maria Tuiran Rougeon. Introduction

Le deuil au féminin. Maria Tuiran Rougeon. Introduction Le deuil au féminin Maria Tuiran Rougeon Introduction Lors du séminaire à l étude 1 il y a trois ans, nous avons pris la mesure de la cure analytique en tant qu acte. Acte qui est censé nous mener à un

Plus en détail

Conseil d administration 325 e session, Genève, 29 octobre-12 novembre 2015 GB.325/INS/11

Conseil d administration 325 e session, Genève, 29 octobre-12 novembre 2015 GB.325/INS/11 BUREAU INTERNATIONAL DU TRAVAIL Conseil d administration 325 e session, Genève, 29 octobre-12 novembre 2015 GB.325/INS/11 Section institutionnelle INS Date: 30 octobre 2015 Original: anglais ONZIÈME QUESTION

Plus en détail

L'ANALYSE DE LA DEMANDE DANS LA RELATION

L'ANALYSE DE LA DEMANDE DANS LA RELATION L'ANALYSE DE LA DEMANDE DANS LA RELATION D ACCOMPAGNEMENT 1. INTRODUCTION. Le présent article fait suite à une intervention de Guy Amoureux, directeur associé du cabinet Initiales Réseau Pluridis et professeur

Plus en détail

La sexualité féminine textes de Freud 1931-1932

La sexualité féminine textes de Freud 1931-1932 1 La sexualité féminine textes de Freud 1931-1932 J ai découpé ces courts exposés de Freud «sur la sexualité féminine» écrit en 1931 et 1932 en quatre parties : une première partie où Freud s attache au

Plus en détail

II.5. l inflammation protumorale

II.5. l inflammation protumorale II.5. l inflammation protumorale L une de ses missions est de favoriser la reconstruction des tissus lésés. Les macrophages sécrètent des : enzymes MMP Facteurs de croissance EGF Cet aspect de l inflammation

Plus en détail

Transcription Webémission Questionner pour favoriser l amélioration de l apprentissage

Transcription Webémission Questionner pour favoriser l amélioration de l apprentissage Transcription Webémission Questionner pour favoriser l amélioration de l apprentissage 00 : 00 ANIMATEUR : Bienvenue à cette série de quatre vidéos portant sur l évaluation du rendement. Depuis de nombreuses

Plus en détail

PSYCHOTHÉRAPIES DES AUTEURS DE VIOLENCES SEXUELLES. Pr Jean Louis Senon Master Pro criminologie

PSYCHOTHÉRAPIES DES AUTEURS DE VIOLENCES SEXUELLES. Pr Jean Louis Senon Master Pro criminologie PSYCHOTHÉRAPIES DES AUTEURS DE VIOLENCES SEXUELLES Pr Jean Louis Senon Master Pro criminologie Définition Une psychothérapie est un traitement actif par des moyens psychologiques (Senon, 1995) «toute utilisation

Plus en détail

Problèmes de rejet, de confiance, d intimité et de loyauté

Problèmes de rejet, de confiance, d intimité et de loyauté Chapitre 7 Problèmes de rejet, de confiance, d intimité et de loyauté Il y a en moi un désir profond d avoir une relation longue et pleine de sens avec quelqu un, mais cela me fait peur, parce que si vous

Plus en détail

Méthodologie de l exposé

Méthodologie de l exposé CHAPITRE 1 Méthodologie de l exposé >1. Préparation de l exposé L exposé est un moment fort de l épreuve d admission au concours d entrée en institut de formation d aides-soignants ou d auxiliaires de

Plus en détail

L ADMINISTRATION DES BIENS D AUTRUI EN DROIT FRANÇAIS La fiducie-gestion

L ADMINISTRATION DES BIENS D AUTRUI EN DROIT FRANÇAIS La fiducie-gestion Conférence TOKYO 14 novembre 2011 L ADMINISTRATION DES BIENS D AUTRUI EN DROIT FRANÇAIS La fiducie-gestion Introduction La fiducie a été introduite en droit français par la loi n 2007-211 du 19 février

Plus en détail

Collaborer à l éducation de l enfant Assurer la protection des mineurs

Collaborer à l éducation de l enfant Assurer la protection des mineurs Collaborer à l éducation de l enfant Assurer la protection des mineurs Séminaires de formation organisés par le SPJ, la DGEO et le SESAF Département de la formation, de la jeunesse et de la culture 2 Sommaire

Plus en détail

Le JEU en Psychomotricité. Plan de cours

Le JEU en Psychomotricité. Plan de cours Université Pierre et Marie Curie Le JEU en Psychomotricité. Plan de cours Psychomotricité deuxième année 2003-2004 Fabien Joly Mise à jour : 24 novembre 2003 2/6 Le JEU en Psychomotricité. Plan de cours

Plus en détail

Notes pour l allocution de M. Luc Boulanger Directeur exécutif Association québécoise des consommateurs industriels d électricité (AQCIE)

Notes pour l allocution de M. Luc Boulanger Directeur exécutif Association québécoise des consommateurs industriels d électricité (AQCIE) Notes pour l allocution de M. Luc Boulanger Directeur exécutif Association québécoise des consommateurs industriels d électricité (AQCIE) (Le texte lu fait foi) Montréal 18 octobre 2007 Salutations d usage,

Plus en détail

Fiche n 1 : La recherche sur lʼembryon

Fiche n 1 : La recherche sur lʼembryon Fiche n 1 : La recherche sur lʼembryon L autorisation de la recherche sur l embryon est un enjeu majeur pour l innovation thérapeutique Toute recherche sur l embryon humain est actuellement interdite,

Plus en détail

«phénomènes élémentaires, et psychose»

«phénomènes élémentaires, et psychose» Département Psychanalyse et psychiatrie (Ville-Evrard) Propédeutique à la Section clinique de Paris-Ile-de-France INSTITUT DU CHAMP FREUDIEN UFORCA UNIVERSITÉ POPULAIRE JACQUES LACAN Déclaration d agrément

Plus en détail

Aujourd hui, pas un seul manager ne peut se dire à l abri des conflits que ce soit avec ses supérieurs, ses collègues ou ses collaborateurs.

Aujourd hui, pas un seul manager ne peut se dire à l abri des conflits que ce soit avec ses supérieurs, ses collègues ou ses collaborateurs. MANAGERS : COMMENT PRENEZ-VOUS EN CHARGE LES CONFLITS? AUTO-EVALUEZ-VOUS! Dans un contexte économique morose et qui perdure, nous sommes confrontés à un grand nombre de difficultés et de frustrations.

Plus en détail

A l attention de tous les pratiquants d enduro Loisir Entrainement - Compétition

A l attention de tous les pratiquants d enduro Loisir Entrainement - Compétition A l attention de tous les pratiquants d enduro Loisir Entrainement - Compétition Table des matières 1. Avant propos 2. Nouvelles règles pour l enduro 3. Obligation d assurer un véhicule à moteur 4. Assurance

Plus en détail

> En 2009, 2 996 Informations Préoccupantes (IP) concernent 4 101 enfants parisiens, dont 467 de moins de 6 ans.

> En 2009, 2 996 Informations Préoccupantes (IP) concernent 4 101 enfants parisiens, dont 467 de moins de 6 ans. L enfant en danger Repérage de l enfance en danger > En 2009, 2 996 Informations Préoccupantes (IP) concernent 4 101 enfants parisiens, dont 467 de moins de 6 ans. L accueil d urgence > 216 enfants de

Plus en détail

HOPITAL MERE-ENFANT DE L EST PARISIEN. Premier Service de soins de suite périnatals à Paris

HOPITAL MERE-ENFANT DE L EST PARISIEN. Premier Service de soins de suite périnatals à Paris HOPITAL MERE-ENFANT DE L EST PARISIEN Premier Service de soins de suite périnatals à Paris Etablissement privéparticipant au service public hospitalier. Organisme gestionnaire: Association HORIZONS Siège

Plus en détail

Protection juridique de l enfant en situation difficile

Protection juridique de l enfant en situation difficile Protection juridique de l enfant en situation difficile INTRODUCTION I- MESURES DE PROTECTION DES ENFANTS EN DANGER MORAL ET LES ORGANES JUDICIAIRES COMPETENTS II- SITUATION JURIDIQUE DES ENFANTS ABANDONNES

Plus en détail