Evalua&on tests diagnos&ques. Arnaud Fontanet

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Evalua&on tests diagnos&ques. Arnaud Fontanet"

Transcription

1 Evalua&on tests diagnos&ques Arnaud Fontanet

2 Résultats d un test diagnos&que Maladie «Gold standard» Test expérimental + a b a+b - c d c+d a+c b+d Evaluation tests diagnostiques. Arnaud Fontanet 2

3 Résultats d un test diagnos&que Maladie «Gold standard» Test expérimental + VP FP a+b - FN VN c+d a+c b+d Evaluation tests diagnostiques. Arnaud Fontanet 3

4 Sensibilité Maladie «Gold standard» Test expérimental + a b a+b - c d c+d a+c b+d Propor&on de vrais posi&fs détectés par le test: Sensibilité = a / (a+c) Evaluation tests diagnostiques. Arnaud Fontanet 4

5 Sensibilité Maladie «Gold standard» Test expérimental + VP b a+b - FN d c+d a+c b+d Propor&on de vrais posi&fs détectés par le test: Sensibilité = a / (a+c) Bonne sensibilité = peu de faux néga&fs Evaluation tests diagnostiques. Arnaud Fontanet 5

6 Spécificité Maladie «Gold standard» Test expérimental + a b a+b - c d c+d a+c b+d Propor&on de vrais néga&fs dits néga&fs par le test: Sensibilité = d / (b+d) Evaluation tests diagnostiques. Arnaud Fontanet 6

7 Spécificité Maladie «Gold standard» Test expérimental + a FP a+b - c VN c+d a+c b+d Propor&on de vrais néga&fs dits néga&fs par le test: Sensibilité = d / (b+d) Bonne spécificité = peu de faux- posi&fs. Evaluation tests diagnostiques. Arnaud Fontanet 7

8 Exemple: CPK et infarctus du myocarde CPK Infarctus du myocarde < Exemple adapté de Clinical Epidemiology, A basic science for clinical medicine. Sackeb DL et al. Lible, Brown and Company Sensibilité = 215/230 = 93,5% Spécificité = 114/130 = 87,7% Evaluation tests diagnostiques. Arnaud Fontanet 8

9 Compromis sensibilité / spécificité Infarctus du myocarde > CPK Evaluation tests diagnostiques. Arnaud Fontanet 9

10 Compromis sensibilité / spécificité CPK Infarctus du myocarde > Se = 97/230 = 42% Sp = 129/130 = 99% Evaluation tests diagnostiques. Arnaud Fontanet 10

11 Compromis sensibilité / spécificité CPK Infarctus du myocarde > Se = 228/230 = 99% Sp = 88/130 = 68% Evaluation tests diagnostiques. Arnaud Fontanet 11

12 Comment choisir entre les deux? Bonne sensibilité: Maladie grave (on ne veut pas laisser passer un cas) Maladie transmissible Quand les inves&ga&ons qui découleront du test sont sans danger et peu coûteuses (confirma&on d une hypertension artérielle) Bonne spécificité: Quand les inves&ga&ons qui découleront du test sont dangereuses ou coûteuses (angiographie par cathétérisa&on) Evaluation tests diagnostiques. Arnaud Fontanet 12

13 Astuce: combinaison de tests On peut parfois être amené à faire des tests en séquence: Test rapide pour le VIH qui a une très grande sensibilité, mais dont la spécificité n est pas parfaite. Un test très spécifique, mais plus complexe (type Western blot), pour ceux qui ont un résultat posi&f sur le premier test. Evaluation tests diagnostiques. Arnaud Fontanet 13

14 Valeur prédic&ve posi&ve Maladie «Gold standard» Test expérimental + a b a+b - c d c+d a+c b+d Propor&on des tests posi&fs qui sont malades: VPP = a / (a+b) Evaluation tests diagnostiques. Arnaud Fontanet 14

15 Valeur prédic&ve néga&ve Maladie «Gold standard» Test expérimental + a b a+b - c d c+d a+c b+d Propor&on des tests néga&fs qui sont indemnes: VPN = d / (c+d) Evaluation tests diagnostiques. Arnaud Fontanet 15

16 Exemple: CPK et infarctus du myocarde Infarctus du myocarde CPK < VPP = 215/231 = 93,1% VPN = 114/129 = 88.4% Evaluation tests diagnostiques. Arnaud Fontanet 16

17 Compromis sensibilité / spécificité Infarctus du myocarde > CPK Se = 97/230 = 42% Sp = 129/130 = 99% VPP = 97/98 = 99% VPN = 129/262 = 49% Evaluation tests diagnostiques. Arnaud Fontanet 17

18 Compromis sensibilité / spécificité Infarctus du myocarde Se = 228/230 = 99% CPK > Sp = 88/130 = 68% VPP = 228/270 = 84% VPN = 88/90 = 98% Evaluation tests diagnostiques. Arnaud Fontanet 18

19 Valeurs prédic&ve et prévalence Sensi&vité = 90%; spécificité = 95% Prévalence = 50% Maladie Prévalence = 1% Maladie Test Test VPP = 90/95 = 94,7% Evaluation tests diagnostiques. Arnaud Fontanet 19 VPP = 90/585 = 15,4%

20 Valeur prédic&ve (suite) La valeur prédic&ve dépend donc: De la validité du test (sensibilité et spécificité) De la prévalence de la maladie dans la popula&on Lors d un programme de dépistage, la prévalence de la maladie dans la popula&on est le plus souvent faible: à la majorité des sujets dépistés posi&fs n auront pas la maladie: faire aben&on au risque associé aux procédures qui suivront, à l anxiété générée par un dépistage posi&f, au coût Evaluation tests diagnostiques. Arnaud Fontanet 20

Master Sciences, Technologies, Santé Mention Santé Publique

Master Sciences, Technologies, Santé Mention Santé Publique Master Sciences, Technologies, Santé Mention Santé Publique Épidémiologie d'intervention À partir de l'édition Arnette 1992, épuisée François DABIS Jacques DRUCKER Alain MOREN Chapitre VI Dépistage Sauf

Plus en détail

Evaluation d un test diagnostique - Concordance

Evaluation d un test diagnostique - Concordance Evaluation d un test diagnostique - Concordance Michaël Genin Université de Lille 2 EA 2694 - Santé Publique : Epidémiologie et Qualité des soins michaelgenin@univ-lille2fr Plan 1 Introduction 2 Evaluation

Plus en détail

Dépistage. Arnaud Fontanet

Dépistage. Arnaud Fontanet Dépistage Arnaud Fontanet Histoire naturelle de la maladie Début Posi:vité des tests «biologique» de dépistage Début des symptômes Décès Phase pré- clinique détectable Dépistage. Arnaud Fontanet Principes

Plus en détail

Utilisation des outils de mesure de la performance des analyses de laboratoire

Utilisation des outils de mesure de la performance des analyses de laboratoire Utilisation des outils de mesure de la performance des analyses de laboratoire Christiane Claessens Laboratoire de santé publique du Québec 24 octobre 2006 Surprise! Un test de laboratoire 100% précis

Plus en détail

Valeur informationnelle d un signe : Sensibilité, spécificité, valeurs prédictives

Valeur informationnelle d un signe : Sensibilité, spécificité, valeurs prédictives I. Introduction Valeur informationnelle d un signe : A. La démarche diagnostique La démarche pour aboutir à un diagnostic est la suivante : Le médecin accueille dans son cabinet un patient qui se plaint

Plus en détail

Cours n 4. Marqueur diagnostique

Cours n 4. Marqueur diagnostique UE11 Biomédecine Quantitative Cours du Jeudi 21/02/13 Jérome Lambert Ronéotypeur: Vincent Marmouset Ronéolectrice: Charlotte Maestracci Cours n 4 Marqueur diagnostique Ronéo 5 Biomédecine Quantitative

Plus en détail

Évaluation d'une procédure de diagnostic et de dépistage. Julien Mancini Master EISIS Mars 2006

Évaluation d'une procédure de diagnostic et de dépistage. Julien Mancini Master EISIS Mars 2006 Évaluation d'une procédure de diagnostic et de dépistage Julien Mancini Master EISIS Mars 2006 Test diagnostique? Anamnèse Signe clinique Examen complémentaire : biologique, radiologique Test diagnostique

Plus en détail

Evaluation des procédures diagnostiques. Objectifs pédagogiques. Faculté de Médecine Montpellier-Nîmes. Evaluation des procédures diagnostiques

Evaluation des procédures diagnostiques. Objectifs pédagogiques. Faculté de Médecine Montpellier-Nîmes. Evaluation des procédures diagnostiques Evaluation des procédures diagnostiques Objectifs pédagogiques Evaluer un signe, un examen, une décision médicale en calculant leur sensibilité et leur spécificité, leurs valeurs prédictives positives

Plus en détail

Aux Etats Unis dans les années 60, soixante diagnos;cs de carcinome du vagin à cellules claires ont été rapportés chez des jeunes femmes de moins de

Aux Etats Unis dans les années 60, soixante diagnos;cs de carcinome du vagin à cellules claires ont été rapportés chez des jeunes femmes de moins de Exercices LCA Exercice # 1 Aux Etats Unis dans les années 60, soixante diagnos;cs de carcinome du vagin à cellules claires ont été rapportés chez des jeunes femmes de moins de 22 ans. Une revue de la liférature

Plus en détail

Tests de détection de la production d Interferon gamma : la performance et le coût Y Yazdanpanah

Tests de détection de la production d Interferon gamma : la performance et le coût Y Yazdanpanah Tests de détection de la production d Interferon gamma : la performance et le coût Y Yazdanpanah Services Universitaires des Maladies Infectieuses et Tropicales de C.H.Tourcoing LEM-CNRS, Lille; 1 Introduction

Plus en détail

Schémas d étude. Dr Julien Mancini Laboratoire d Enseignement et de Recherche sur le Traitement de l Information Médicale

Schémas d étude. Dr Julien Mancini Laboratoire d Enseignement et de Recherche sur le Traitement de l Information Médicale Schémas d étude Dr Julien Mancini julien.mancini@univmed.fr Laboratoire d Enseignement et de Recherche sur le Traitement de l Information Médicale Faculté de Médecine de Marseille, Université de la Méditerranée

Plus en détail

FACULTE DE MEDECINE D ANGERS. Polycopié de cours pour les 1 e et 2 e cycles des études médicales Préparation à l examen national classant

FACULTE DE MEDECINE D ANGERS. Polycopié de cours pour les 1 e et 2 e cycles des études médicales Préparation à l examen national classant FACULTE DE MEDECINE D ANGERS Polycopié de cours pour les 1 e et 2 e cycles des études médicales Préparation à l examen national classant Année scolaire 2007-2008 SANTE PUBLIQUE ET MEDECINE SOCIALE Responsable

Plus en détail

Principes des études diagnostiques

Principes des études diagnostiques Contexte Principes des études diagnostiques Caroline Elie URC Paris Centre Hôpital Necker symptômes 1 2 Démarche diagnostique Objectifs d une étude diagnostique Symptômes, histoire de la maladie, ATCD,

Plus en détail

Évaluation Diagnostique. Cours P2 Ph. Ravaud

Évaluation Diagnostique. Cours P2 Ph. Ravaud Évaluation Diagnostique Cours P2 Ph. Ravaud Test diagnostic Ce peut être : Un signe clinique subjectif (caractéristiques cliniques d une céphalée) ou objectif (aspect clinique d une éruption). Un test

Plus en détail

Les grands principes de prévention. Corinne Alberti Unité d Épidémiologie Clinique Hôpital Robert Debré

Les grands principes de prévention. Corinne Alberti Unité d Épidémiologie Clinique Hôpital Robert Debré Les grands principes de prévention Corinne Alberti Unité d Épidémiologie Clinique Hôpital Robert Debré Introduction La plupart des médecins sont attirés par la médecine car ils essaient de guérir les malades

Plus en détail

1 - Probabilités et probabilités conditionnelles. PAES Faculté de Médecine P. et M. Curie V. Morice

1 - Probabilités et probabilités conditionnelles. PAES Faculté de Médecine P. et M. Curie V. Morice Probabilités et Biostatistique 1 - Probabilités et probabilités conditionnelles Evaluation ation d'un test diagnostique PAES Faculté de Médecine P. et M. Curie V. Morice Pourquoi la biostatistique : la

Plus en détail

Les limites des tests usuels dans les analyses diagnostiques

Les limites des tests usuels dans les analyses diagnostiques Les limites des tests usuels dans les analyses diagnostiques Yohann.Foucher@univ-nantes.fr Equipe d Accueil 4275 "Biostatistique, recherche clinique et mesures subjectives en santé", Université de Nantes

Plus en détail

Tests de dépistage biologiques : Sensibilité, spécificité, valeur prédictive

Tests de dépistage biologiques : Sensibilité, spécificité, valeur prédictive Tests de dépistage biologiques : Sensibilité, spécificité, valeur prédictive Le test de dépistage Un bon test de dépistage doit : être fiable et reproductible être facile à appliquer et à accepter par

Plus en détail

Principe d évaluation des tests diagnostiques

Principe d évaluation des tests diagnostiques Principe d évaluation des tests diagnostiques Dr Sandra DAVID TCHOUDA Cellule d évaluation médico-économique des innovation, CHUG sdavidtchouda@chu-grenoble.fr Plan Objectif et contexte de ces études visant

Plus en détail

EVALUATION DES TESTS DE DIAGNOSTIC. Vray M Institut Pasteur 1

EVALUATION DES TESTS DE DIAGNOSTIC. Vray M Institut Pasteur 1 EVALUATION DES TESTS DE DIAGNOSTIC Vray M Institut Pasteur 1 Plan de la présentation Introduction Définition Dépistage, Diagnostique Les ¾ phases de développement d un test Phases 1, 2, 3 et 4 Les indices

Plus en détail

Virologie en Pédiatrie

Virologie en Pédiatrie Virologie en Pédiatrie Pr Coumba Touré Kane ANRS-SENEGAL Introduc3on 3,4 millions d enfants en 2010 (OMS 2011) 90% de ces enfants en Afrique sub- saharienne 260 000 enfants infectés en 2012 Baisse de 52

Plus en détail

CONTROVERSE : IDR OU QUANTIFERON LORS D'UN CONTAGE EN EHPAD?

CONTROVERSE : IDR OU QUANTIFERON LORS D'UN CONTAGE EN EHPAD? CONTROVERSE : IDR OU QUANTIFERON LORS D'UN CONTAGE EN EHPAD? Hélène MANGEARD François MALADRY Tuberculose : infection mycobactérienne Infection mycobactérienne chronique (M. Tuberculosis ++ ou bacille

Plus en détail

La biologie des an-phospholipides. Chris-ne Mouton Pra-cien hospitalier Laboratoire d hématologie GHS

La biologie des an-phospholipides. Chris-ne Mouton Pra-cien hospitalier Laboratoire d hématologie GHS La biologie des an-phospholipides Chris-ne Mouton Pra-cien hospitalier Laboratoire d hématologie GHS Quand rechercher un LA Indications de la recherche d un LA - Episode de TVP ou EP sans cause apparente,

Plus en détail

Chapitre 8. Exercices dirigés (utilisation de WinEpiscope) Tests de dépistge. Exercices.

Chapitre 8. Exercices dirigés (utilisation de WinEpiscope) Tests de dépistge. Exercices. Chapitre 8 Exercices dirigés (utilisation de WinEpiscope) Tests de dépistge Exercices 1 er exercice : énoncé Dépistage d une maladie : on utilise une technique dont le résultat est positif chez 50 % des

Plus en détail

UE 4 Séance 3: EPIDEMIOLOGIE

UE 4 Séance 3: EPIDEMIOLOGIE UE 4 Séance 3: EPIDEMIOLOGIE 1 SOMMAIRE I. INTRODUCTION II. LES BIAIS III. LES INDICATEURS IV. EPIDEMIOLOGIE OBSERVATIONNELLE V. EPIDEMIOLOGIE EXPERIMENTALE VI. CONCLUSION VII. EXERCICES 2 I. INTRODUCTION

Plus en détail

Cours n 4 Marqueur diagnostique

Cours n 4 Marqueur diagnostique UE11 Biomédecine Quantitative Jeudi 20 Février 2014 de 13h30 à 15h30 Pr Lambert Ronéotypeur : Mathilde Berti Ronéolecteur : Elsa Manzi Cours n 4 Marqueur diagnostique Introduction La reproductibilité La

Plus en détail

Le Diagnostic. Marqueurs, Stratégies, Evaluation

Le Diagnostic. Marqueurs, Stratégies, Evaluation Le Diagnostic Marqueurs, Stratégies, Evaluation Pr Roch Giorgi roch.giorgi@univ-amu.fr SESSTIM, Faculté de Médecine, Aix-Marseille Université, Marseille, France http://sesstim-orspaca.org http://optim-sesstim.univ-amu.fr/

Plus en détail

La chute à domicile. Protocole d évaluation expérimentale des performances de détecteurs de chute du marché

La chute à domicile. Protocole d évaluation expérimentale des performances de détecteurs de chute du marché Evaluation expérimentale des performances de détecteurs de chute Bien vivre à domicile!... Pour la détection et l alerte en cas de chute Protocole La chute à domicile Protocole d évaluation expérimentale

Plus en détail

Actualités de l infec0on VIH / Sida

Actualités de l infec0on VIH / Sida Actualités de l infec0on VIH / Sida Il faut dépister Docteur Philippe ARSAC Service de médecine interne Consulta;on de dépistage anonyme et gratuite du VIH Hépa;tes - IST CHR Orléans @fmc36 Villedieu-

Plus en détail

Indicateurs : définitions et estimations

Indicateurs : définitions et estimations Indicateurs : définitions et estimations Dr Julien MANCINI Laboratoire d Enseignement et de Recherche sur le Traitement de l Information Médicale Faculté de Médecine de Marseille, Université de la Méditerranée

Plus en détail

Protéine S100 β et trauma1sme crânien en pédiatrie CHU de Clermont- Ferrand

Protéine S100 β et trauma1sme crânien en pédiatrie CHU de Clermont- Ferrand Protéine S100 β et trauma1sme crânien en pédiatrie CHU de Clermont- Ferrand MARSEILLE 22/03/2013 Damien Bouvier / Jean- Benoît Dauphin / Mathilde Fournier Pôle de Pédiatrie (Pr. Labbé) Laboratoire de Biochimie

Plus en détail

Tests rapides pour le dépistage et la confirma4on des infec4ons par le VIH. Marie Laure CHAIX & François SIMON. CHU Saint Louis Paris

Tests rapides pour le dépistage et la confirma4on des infec4ons par le VIH. Marie Laure CHAIX & François SIMON. CHU Saint Louis Paris Tests rapides pour le dépistage et la confirma4on des infec4ons par le VIH Marie Laure CHAIX & François SIMON CHU Saint Louis Paris les tests de diagnos?c rapide des infec?ons par VIH TEST & Treat SUD

Plus en détail

Indications et interprétation d un test de diagnostic rapide chez l enfant A. MARTINOT 1, I. PRUVOST 1, F. DUBOS 1

Indications et interprétation d un test de diagnostic rapide chez l enfant A. MARTINOT 1, I. PRUVOST 1, F. DUBOS 1 Chapitre 13 Indications et interprétation d un test de diagnostic rapide chez l enfant A. MARTINOT 1, I. PRUVOST 1, F. DUBOS 1 Points essentiels Les tests de diagnostic rapide (TDR) sont des examens complémentaires

Plus en détail

Virologie et hépa.tes. Journées Scientifiques du Site ANRS-SENEGAL

Virologie et hépa.tes. Journées Scientifiques du Site ANRS-SENEGAL Virologie et hépa.tes Site ANRS-SENEGAL Plan Généralités VHB VHC Conclusion 350 million infected with HBV worldwide 170 million infected with HCV worldwide HBV prevalence HCV prevalence HBV and HCV are

Plus en détail

Nouvelles stratégies de dépistage du VIH. Dr Laurent Malato Laboratoire de Virologie CHU Bordeaux Pellegrin 12 Décembre 2011

Nouvelles stratégies de dépistage du VIH. Dr Laurent Malato Laboratoire de Virologie CHU Bordeaux Pellegrin 12 Décembre 2011 Nouvelles stratégies de dépistage du VIH Dr Laurent Malato Laboratoire de Virologie CHU Bordeaux Pellegrin 12 Décembre 2011 Point épidémiologique sur le VIH Dépistage du VIH en France 5 millions de sérologies

Plus en détail

INTERROGATION D EPIDEMIOLOGIE APPLIQUEE AUX SCIENCES VETERINAIRES

INTERROGATION D EPIDEMIOLOGIE APPLIQUEE AUX SCIENCES VETERINAIRES Nom Prénom : 1/8 N matricule : N odre : INTERROGATION D EPIDEMIOLOGIE APPLIQUEE AUX SCIENCES VETERINAIRES 3 e BACCALAUREAT EN MEDECINE VETERINAIRE 26 janvier 2007 [1 ère session Formulaire B] Espace réservé

Plus en détail

Pièges en sérologie infec/euse

Pièges en sérologie infec/euse Pièges en sérologie infec/euse R. Lienhard FAMH Microbiologie Formation continue SNM, 28 avril 2011 Buts Ø Présenter la sérologie et ses paramètres Ø Présenter les tests et leurs qualifica/ons Ø Définir

Plus en détail

Introduction : La Démarche diagnostique

Introduction : La Démarche diagnostique PERFORMANCES D UN TEST DIAGNOSTIQUE «Malgré les précisions atomiques des balances modernes, on n'arrive pas encore à mesurer le poids exact de la solitude.» Georges Raby, Extrait du «Les Dents longues»

Plus en détail

BNP: ASPECTS PHYSIOLOGIQUES ET INTERET CLINIQUE. Docteur Souheil Omar Service de Biochimie Clinique CHU La Rabta

BNP: ASPECTS PHYSIOLOGIQUES ET INTERET CLINIQUE. Docteur Souheil Omar Service de Biochimie Clinique CHU La Rabta BNP: ASPECTS PHYSIOLOGIQUES ET INTERET CLINIQUE Docteur Souheil Omar Service de Biochimie Clinique CHU La Rabta 29-10- 2010 ASPECTS PHYSIOLOGIQUES IDENTIFICATION Nom: NP (Natriuretic peptide) Prénom: B

Plus en détail

Aspects microbiologiques de la borréliose de Lyme B. Jaulhac

Aspects microbiologiques de la borréliose de Lyme B. Jaulhac Aspects microbiologiques de la borréliose de Lyme B. Jaulhac Laboratoire associé au Centre National de Référence des Borrelia Laboratoire de Bactériologie Hôpitaux Universitaires de Strasbourg Diagnostic

Plus en détail

Les statistiques pour les «Nuls» en 2008. Professeur Sylvie Naveau Hôpital Antoine Béclère Clamart

Les statistiques pour les «Nuls» en 2008. Professeur Sylvie Naveau Hôpital Antoine Béclère Clamart Les statistiques pour les «Nuls» en 2008 Professeur Sylvie Naveau Hôpital Antoine Béclère Clamart L auteur déclare n avoir aucun conflit d intérêt Chen MS Ann Surg 2006;243:321-328 Critéres d inclusion

Plus en détail

Connaître son statut sérologique pour VHS-1,2: Un droit fondamental pour Homo sapiens sexualis?

Connaître son statut sérologique pour VHS-1,2: Un droit fondamental pour Homo sapiens sexualis? Connaître son statut sérologique pour VH-1,2: Un droit fondamental pour Homo sapiens sexualis? Les Journées l Actuel, 3 Octobre 2014 Dr Marco Andres Bergevin, MD, FRCPC Microbiologiste médical et Infectiologue

Plus en détail

Dossier P116092 - Document DE/1 - Page 1/17 RAPPORT D ÉTUDE. MicroPHAZIR

Dossier P116092 - Document DE/1 - Page 1/17 RAPPORT D ÉTUDE. MicroPHAZIR Dossier P116092 - Document DE/1 - Page 1/17 RAPPORT D ÉTUDE Demandeur : FONDIS ELECTRONIC Quartier de l Europe 4, rue Galilée 78285 GUYANCOURT CEDEX France Date et référence de la commande : Commande n

Plus en détail

Marion GILBERT Simon CHAUVEAU. DES pneumologie 11 avril 2014

Marion GILBERT Simon CHAUVEAU. DES pneumologie 11 avril 2014 Marion GILBERT Simon CHAUVEAU DES pneumologie 11 avril 2014 Contexte Dépistage du cancer poumon : Santé publique Par scanner injecté (low dose) : Baisse de la mortalité (-20%) : NLSTrial (USA) 2011: «The

Plus en détail

Les nouveaux outils de prévention. contre l infection par le VIH

Les nouveaux outils de prévention. contre l infection par le VIH Les nouveaux outils de prévention contre l infection par le VIH Journée Régionale d Infectiologie Faculté de Médecine - Nancy 11 octobre 2014 Dr Laurence Boyer PH - Service des Maladies Infectieuses et

Plus en détail

Diagnostic biologique de l infection par le VIH La place des Tests Rapides d Orientation Diagnostique (TROD)

Diagnostic biologique de l infection par le VIH La place des Tests Rapides d Orientation Diagnostique (TROD) Diagnostic biologique de l infection par le VIH La place des Tests Rapides d Orientation Diagnostique (TROD) Séminaire de Formation Jeudi 13 et Vendredi 14 décembre 2012 Dr A.Maillard, unité de Rétrovirologie,

Plus en détail

QUALITÉS DIAGNOSTIQUES DES TESTS BIOLOGIQUES

QUALITÉS DIAGNOSTIQUES DES TESTS BIOLOGIQUES QUALITÉS DIAGNOSTIQUES DES TESTS BIOLOGIQUES DIAGNOSTIC QUALITY OF BIOLOGICAL TESTS Par Christine MÉDAILLE 1 (Communication présentée le 17 mars 2011) RÉSUMÉ L interprétation du résultat d un test biologique,

Plus en détail

ECHOGRAPHIE VERSUS IRM DANS LE DIAGNOSTIC POSITIF DES LÉSIONS DE LA COIFFE DES ROTATEURS S.DRISSI, A.BEN OTHMAN, N.BEN DALI, L.REZGUI MARHOUL TUNIS.

ECHOGRAPHIE VERSUS IRM DANS LE DIAGNOSTIC POSITIF DES LÉSIONS DE LA COIFFE DES ROTATEURS S.DRISSI, A.BEN OTHMAN, N.BEN DALI, L.REZGUI MARHOUL TUNIS. ECHOGRAPHIE VERSUS IRM DANS LE DIAGNOSTIC POSITIF DES LÉSIONS DE LA COIFFE DES ROTATEURS S.DRISSI, A.BEN OTHMAN, N.BEN DALI, L.REZGUI MARHOUL TUNIS. OBJECTIFS Evaluer la fiabilité de l imagerie notamment

Plus en détail

EVALUATION DES TESTS DE DIAGNOSTIC. Vray M Institut Pasteur 1

EVALUATION DES TESTS DE DIAGNOSTIC. Vray M Institut Pasteur 1 EVALUATION DES TESTS DE DIAGNOSTIC Vray M Institut Pasteur 1 Plan de la présentation Introduction Définition Dépistage, D Diagnostique Les ¾ phases de développement d d un d test Phases 1, 2, 3 et 4 Les

Plus en détail

Dépistage : éléments quantitatifs justifiant de sa mise en place et de son évaluation

Dépistage : éléments quantitatifs justifiant de sa mise en place et de son évaluation 27/04/2016 MARANDEL Marina D1 CR : CHAPON Julie BQ Professeur CHAUDET 16 pages Dépistage : éléments quantitatifs justifiant de sa mise en place et de son évaluation Plan A. Définition B. Mesure de la performance

Plus en détail

Traitement de l Embolie Pulmonaire en ambulatoire. Dr Mathieu Ar5foni Service de médecine interne-vasculaire

Traitement de l Embolie Pulmonaire en ambulatoire. Dr Mathieu Ar5foni Service de médecine interne-vasculaire Traitement de l Embolie Pulmonaire en ambulatoire Dr Mathieu Ar5foni Service de médecine interne-vasculaire mathieu.ar5foni@chu-nantes.fr Introduc5on L embolie pulmonaire (EP) et la thrombose veineuse

Plus en détail

1er dépistage sans antécédent de mammo Analogique Numérique Numérique Technologie Toutes. Tranches d'âge DR CR Inconnue technologies

1er dépistage sans antécédent de mammo Analogique Numérique Numérique Technologie Toutes. Tranches d'âge DR CR Inconnue technologies 1er dépistage sans antécédent de mammo 2011-2012 Analogique Numérique Numérique Technologie Toutes Tranches d'âge DR CR Inconnue technologies N01- Nombre de femmes dépistées 50-54 ans 144 438 989 0 1571

Plus en détail

DATATION de la GROSSESSE

DATATION de la GROSSESSE DATATION de la GROSSESSE Julia BEGLER-FONNIER Maternité CHU CAREMEAU Intérêts Améliorer le pronostic de la grossesse: Déterminer la date d accouchement; Évaluer la croissance fœtale Pouvoir interpréter

Plus en détail

dépistage de masse organisé du cancer colorectal dans le Haut-Rhin ADECA 68

dépistage de masse organisé du cancer colorectal dans le Haut-Rhin ADECA 68 dépistage de masse organisé du cancer colorectal dans le Haut-Rhin ADECA 68 Objectifs généraux de la soirée Vous motiver et vous mobiliser Vous apporter les éléments épidémiologiques locaux Objectifs pédagogiques

Plus en détail

Le pa&ent engourdi Est- ce un AIT??? Marie- Chris&ne Camden MD FRCPC CHU de Québec Hôpital de l Enfant- Jésus 11 septembre 2015

Le pa&ent engourdi Est- ce un AIT??? Marie- Chris&ne Camden MD FRCPC CHU de Québec Hôpital de l Enfant- Jésus 11 septembre 2015 Le pa&ent engourdi Est- ce un AIT??? Marie- Chris&ne Camden MD FRCPC CHU de Québec Hôpital de l Enfant- Jésus 11 septembre 2015 Conflits d intérêts poten&els À &tre de conférencière Bristol- Myers Squibb

Plus en détail

Les tests diagnostiques : ce dont on parle.

Les tests diagnostiques : ce dont on parle. Les tests diagnostiques : ce dont on parle. Claudine Schwartz Le dépistage de nombreuses pathologies repose en partie, mais en partie seulement, sur les résultats d un ou plusieurs tests. Dans un monde

Plus en détail

Intérêt. Intérêt. Réalisation. Réalisation. Echographie de l Aorte Abdominale. Sessions Echographie 3 au 6 Février 2014

Intérêt. Intérêt. Réalisation. Réalisation. Echographie de l Aorte Abdominale. Sessions Echographie 3 au 6 Février 2014 Séminaire Echographie du patient aigu UNIVERSITE MONTPELLIER I / UNIVERSITE DE LA MEDITERRANEE / UNIVERSITE NICE SOPHIA ANTIPOLIS FACULTES DE MEDECINE DE MONTPELLIER NÎMES/ MARSEILLE / NICE ANNEE UNIVERSITAIRE

Plus en détail

Diagnostic Virologique du VIH

Diagnostic Virologique du VIH Diagnostic Virologique du VIH Pr S. Fafi-Kremer Institut de Virologie, CHU de Strasbourg Séminaire de Formation Jeudi 14 Novembre 2013 1 Objectifs Comprendre la cinétique des marqueurs de l infection par

Plus en détail

Prévalence et déterminants de la fibrose hépa5que par méthode non invasive en popula5ons vulnérables «La collabora5on IeDEA West Africa»

Prévalence et déterminants de la fibrose hépa5que par méthode non invasive en popula5ons vulnérables «La collabora5on IeDEA West Africa» Prévalence et déterminants de la fibrose hépa5que par méthode non invasive en popula5ons vulnérables «La collabora5on IeDEA West Africa» Dr Judicaël Tine Site ANRS-SENEGAL Contexte (1) Fibrose hépa5que

Plus en détail

Le dépistage du VIH. technologies et approches. Présenté par : Marc André LeBlanc Date : jeudi 21 novembre 2013, 13 h à 14 h HNE

Le dépistage du VIH. technologies et approches. Présenté par : Marc André LeBlanc Date : jeudi 21 novembre 2013, 13 h à 14 h HNE Le dépistage du VIH au Canada : technologies et approches Présenté par : Marc André LeBlanc Date : jeudi 21 novembre 2013, 13 h à 14 h HNE Objectifs 1. Discuter des différentes technologies servant au

Plus en détail

Dr Lydia GUITTET CHU de Caen

Dr Lydia GUITTET CHU de Caen Dr Lydia GUITTET CHU de Caen Taux pour 100 000 personnes années Dépistage du cancer colorectal en population générale (risque moyen) Taux d incidence du CCR 500 Population cible 450 400 350 300 250 200

Plus en détail

les étapes de la démarche médicale

les étapes de la démarche médicale les étapes de la démarche médicale points d'intérêt cliniques malade en cause, environnement,relation avec le médecin la médecine fondée sur le niveau de preuve (EBM; evidence = preuve) niveau de preuve

Plus en détail

Diagnostic prénatal non invasif : Du GénotypageRhésus Fœtal au Diagnostic de la Trisomie 21

Diagnostic prénatal non invasif : Du GénotypageRhésus Fœtal au Diagnostic de la Trisomie 21 Diagnostic prénatal non invasif : Du GénotypageRhésus Fœtal au Diagnostic de la Trisomie 21 Dr. A. Levy-Mozziconacci UniteFonctionnelle de Biologie Materno-Fœtale et Centre de Médecine Fœtale, APHM, AMU,

Plus en détail

Données virologiques Tests Rapides d Orientation Diagnostique VIH

Données virologiques Tests Rapides d Orientation Diagnostique VIH Données virologiques Tests Rapides d Orientation Diagnostique VIH Séminaire de Formation Jeudi 21 et Vendredi 22 juin 2012 Dr A.Maillard, unité de rétrovirologie, CHU Rennes Nombre de découvertes de séropositivité

Plus en détail

RÉSUMÉ La biopsie des ganglions sentinelles dans le cadre du traitement du cancer du sein : indications et contre-indications

RÉSUMÉ La biopsie des ganglions sentinelles dans le cadre du traitement du cancer du sein : indications et contre-indications RÉSUMÉ La biopsie des ganglions sentinelles dans le cadre du traitement du cancer du sein : indications et contre-indications Mars 2012 Une production de l Institut national d excellence en santé et en

Plus en détail

Chapitre 3. Présentation du logiciel WinEpiscope 2.0.

Chapitre 3. Présentation du logiciel WinEpiscope 2.0. Chapitre 3 Présentation du logiciel WinEpiscope 2.0. Thrusfield et al. WIN EPISCOPE 2.0: improved epidemiological software for veterinary medicine. Vet Rec., 2001 (18), 567-572. 16/01/2006 Claude Saegerman

Plus en détail

DIAGNOSTIC DIFFÉRENTIEL MALADIE D ALZHEIMER / DÉMENCE FRONTO-TEMPORALE

DIAGNOSTIC DIFFÉRENTIEL MALADIE D ALZHEIMER / DÉMENCE FRONTO-TEMPORALE DIAGNOSTIC DIFFÉRENTIEL MALADIE D ALZHEIMER / DÉMENCE FRONTO-TEMPORALE Jean-François HORN U678 Objectif! Proposer un outil automatique d aide au diagnostic, permettant de différencier 2 pathologies, à

Plus en détail

Chapitre 2. Les tests de diagnostic : validation, utilisation, limites et interprétation. Page 1

Chapitre 2. Les tests de diagnostic : validation, utilisation, limites et interprétation. Page 1 Chapitre 2 Les tests de diagnostic : validation, utilisation, limites et interprétation 17/04/2006 Claude Saegerman 1 Attentes de l utilisateur (vétérinaire) concernant les résultats d analyse Estimation

Plus en détail

Intérêt. Intérêt. Réalisation pratique. Réalisation pratique. Application pratique. Application pratique RECHERCHE DE TVP

Intérêt. Intérêt. Réalisation pratique. Réalisation pratique. Application pratique. Application pratique RECHERCHE DE TVP DIUMUS 2014 2015 UNIVERSITE MONTPELLIER I / UNIVERSITE DE LA MEDITERRANEE / UNIVERSITE NICE SOPHIA ANTIPOLIS FACULTES DE MEDECINE DE MONTPELLIER NÎMES/ MARSEILLE / NICE ANNEE UNIVERSITAIRE 2014 2015 Techniques

Plus en détail

L interprétation du résultat des tests de laboratoire

L interprétation du résultat des tests de laboratoire LES ÉPREUVES DE LABORATOIRE utilisées en microbiologie peuvent être classées dans l une des catégories suivantes : L isolement et l identification d un germe, avec un résultat d épreuve de sensibilité

Plus en détail

2 examens de MN en pratique courante. - TEP-TDM au 18 Fluoro-deoxyglucose (FDG) - Scintigraphie aux leucocytes marqués

2 examens de MN en pratique courante. - TEP-TDM au 18 Fluoro-deoxyglucose (FDG) - Scintigraphie aux leucocytes marqués 2 examens de MN en pratique courante - TEP-TDM au 18 Fluoro-deoxyglucose (FDG) - Scintigraphie aux leucocytes marqués - Scintigraphie au Citrate de Gallium 67 Principes, avantages et inconvénients 2 Mécanisme

Plus en détail

LE DIABETE DANS LES DEPARTEMENTS D OUTRE MER CARACTERISTIQUES

LE DIABETE DANS LES DEPARTEMENTS D OUTRE MER CARACTERISTIQUES LE DIABETE DANS LES DEPARTEMENTS D OUTRE MER CARACTERISTIQUES PREVENTION SOMMAIRE EPIDEMIOLOGIE La prévalence du diabète traité est estimée en 2009 à 4,4 % de la population résidant en France soit 3 millions

Plus en détail

Consentement éclairé et pratique obstétricale

Consentement éclairé et pratique obstétricale Consentement éclairé et pratique obstétricale Michel Boulvain Unité de développement en obstétrique Département de Gynécologie et d Obstétrique Hôpitaux Universitaires de Genève Introduction Connaissances

Plus en détail

INTÉRÊT DE L ÉCHOGRAPHIE DANS

INTÉRÊT DE L ÉCHOGRAPHIE DANS INTÉRÊT DE L ÉCHOGRAPHIE DANS LES LÉSIONS DE LA COIFFE DES ROTATEURS S.DRISSI, A.BEN OTHMAN, N.BEN DALI, L.REZGUI MARHOUL TUNIS. BUTS Evaluer la fiabilité de l échographie dans les lésions de la coiffe

Plus en détail

Dépistage de l Infection Virale C à partir de Sang Capillaire ou de Liquide Craviculaire Performances des TRODs

Dépistage de l Infection Virale C à partir de Sang Capillaire ou de Liquide Craviculaire Performances des TRODs Dépistage de l Infection Virale C à partir de Sang Capillaire ou de Liquide Craviculaire Performances des TRODs S Chevaliez 1,2, L Poiteau 1,2, I Rosa 3, A Soulier 1,2, F Roudot- Thoraval 2,4, C Hézode

Plus en détail

Docteur Pascal Melin Hôpital de Saint Dizier UTEP CHG SAINT DIZIER CSAPA 52

Docteur Pascal Melin Hôpital de Saint Dizier UTEP CHG SAINT DIZIER CSAPA 52 Docteur Pascal Melin Hôpital de Saint Dizier UTEP CHG SAINT DIZIER CSAPA 52 Plan gouvernemental de lutte contre les drogues et les toxicomanies 2008-2011 Soutenir l application des mesures de dépistage

Plus en détail

Cas clinique # 3. Patient de 46 ans Sans antécédent particulier Tabagisme occasionnel Grippe et réalisation d une tomodensitométrie thoracique

Cas clinique # 3. Patient de 46 ans Sans antécédent particulier Tabagisme occasionnel Grippe et réalisation d une tomodensitométrie thoracique Nodule pulmonaire Cas clinique # 1 Patient de 69 ans Tabac 2 paquets de cigarette par jour de 20 à 60 ans Il y a 7 ans : adénocarcinome pulmonaire (LSD) traité par radiochimiothérapie et guéri Apparition

Plus en détail

Les examens de laboratoire : comment les interpreter? Exemple : les marqueurs tumoraux. Michèle BERTHIER : SCOR GLOBAL LIFE

Les examens de laboratoire : comment les interpreter? Exemple : les marqueurs tumoraux. Michèle BERTHIER : SCOR GLOBAL LIFE Les examens de laboratoire : comment les interpreter? Exemple : les marqueurs tumoraux Michèle BERTHIER : SCOR GLOBAL LIFE Présentation faite en collaboration avec le Dr Gabriela BUFFET, Médecin-Conseil

Plus en détail

Recherche à visée diagnostique Particularités organisationnelles et méthodologiques Gilles Chatellier Unité d Epidémiologie et de Recherche Clinique

Recherche à visée diagnostique Particularités organisationnelles et méthodologiques Gilles Chatellier Unité d Epidémiologie et de Recherche Clinique Recherche à visée diagnostique Particularités organisationnelles et méthodologiques Gilles Chatellier Unité d Epidémiologie et de Recherche Clinique HEGP Paris 1 Les principales étapes d un projet Idée

Plus en détail

Dépistage du cancer du col utérin : intérêts du frottis

Dépistage du cancer du col utérin : intérêts du frottis Dépistage du cancer du col utérin : intérêts du frottis Yves Aubard Cancer du col 1 Introduction Troisième cancer de la femme à l échelon mondial Dans de nombreux pays en voie de développement Le premier

Plus en détail

Biais de confusion Diagnos/c. Arnaud Fontanet

Biais de confusion Diagnos/c. Arnaud Fontanet Biais de confusion Diagnos/c Arnaud Fontanet Rôle des biais Me9ent en danger la validité de l étude. Peuvent être à l origine de fausses associa/ons si le biais affecte simultanément l exposi/on et la

Plus en détail

PARTIE I GÉNÉRALITÉS À PROPOS DES EXAMENS COMPLÉMENTAIRES

PARTIE I GÉNÉRALITÉS À PROPOS DES EXAMENS COMPLÉMENTAIRES PARTIE I GÉNÉRALITÉS À PROPOS DES EXAMENS COMPLÉMENTAIRES Module 1 ITEM 4. Évaluation des examens complémentaires dans la démarche médicale Éléments entrant en jeu dans le choix d un examen complémentaire

Plus en détail

Prévenir... l alcoolisme

Prévenir... l alcoolisme Prévenir... l alcoolisme 8 Avec l alcool, faites-vous bon ménage ou mauvais usage? Vous faites bon ménage, si vous usez sans abuser (1) Consommateur ponctuel, vous ne buvez pas plus de 4 verres par occasion.

Plus en détail

Polyarthrite rhumatoïde et biologie

Polyarthrite rhumatoïde et biologie Polyarthrite rhumatoïde et biologie Le point de vue de l'immunologiste Sylvain Laboratoire d'immunologie, sdubucquoi@univ univ-lille2. -lille2.fr FR et PR Définition Auto-anticorps anti-fragment Fc des

Plus en détail

Préface de l Ouvrage. Présentation de la Collection. Global ECN : des fiches complètes et synthétiques pour réussir l ECN

Préface de l Ouvrage. Présentation de la Collection. Global ECN : des fiches complètes et synthétiques pour réussir l ECN Préface de l Ouvrage Présentation de la Collection Global ECN : des fiches complètes et synthétiques pour réussir l ECN Les sujets de santé publique décrivent l environnement dans lequel les médecins,

Plus en détail

LV FUNCTION. SSFP sequence. TR ms. SR 1.3 x 1.3 mm

LV FUNCTION. SSFP sequence. TR ms. SR 1.3 x 1.3 mm LV FUNCTION EDI 109 ml (62 ml/m2) ESI 41 ml (23 ml/m2) SV= 68 ml (40 ml/m2) HR= 75/mn CO=68x75=5100 ml/mn LVEF=(EDI- ESI)/EDI= 63% LV Mass(ED)=105 g/m2 SSFP sequence TR 30-35 ms SR 1.3 x 1.3 mm Henri

Plus en détail

La Préven*on Combinée

La Préven*on Combinée La Préven*on Combinée Concepts et pra*ques Popula*ons et individus Préven*on générale et sexuelle La préven*on qu est ce que c est? C est un ensemble de méthodes des*nées à éviter la contamina*on par une

Plus en détail

ARN non codant et bioinformatique

ARN non codant et bioinformatique ARN non codant et bioinformatique Gènes? Deux types de gènes: gènes codant pour des protèines gènes à ARN Les familles d ARNs ARN ARNs codant ARNs non codants ARNm Ribozymes ARNs traduction Petits ARNs

Plus en détail

Principes des études diagnostiques

Principes des études diagnostiques Principes des études diagnostiques Caroline Elie URC/CIC Paris Centre Hôpital Necker 1 Contexte symptômes 2 Démarche diagnostique Symptômes, histoire de la maladie, ATCD, examens complémentaire Probabilité

Plus en détail

l infection par le VIH Elisabeth BOUVET Hôpital Bichat Paris JNI Juin 2009

l infection par le VIH Elisabeth BOUVET Hôpital Bichat Paris JNI Juin 2009 Tests Interferon ( IGRA) dans l infection par le VIH Peut on les utiliser? Elisabeth BOUVET Hôpital Bichat Paris JNI Juin 2009 Population générale TB maladie 1/3 population mondiale infectée par BK Répartition

Plus en détail

Évaluation des méthodes de dépistage

Évaluation des méthodes de dépistage Évaluatin des méthdes de dépistage 1. INTRODUCTION 2 2. MESURE DE LA PERFORMANCE D'UN TEST DIAGNOSTIQUE 2 2.1. Identificatin des malades 2 2.2. Identificatin des nn-malades 3 2.3. Exemple 3 2.3.1. Chix

Plus en détail

Diagnostic microbiologique au cabinet médical et au laboratoire Nadia Liassine. 2013 - Diagnostic Microbiologique - page 1

Diagnostic microbiologique au cabinet médical et au laboratoire Nadia Liassine. 2013 - Diagnostic Microbiologique - page 1 Diagnostic microbiologique au cabinet médical et au laboratoire Nadia Liassine 2013 - Diagnostic Microbiologique - page 1 Tests rapides - définitions TDR Tests de Diagnostic Rapide. TROD Tests Rapides

Plus en détail

Arbre à problemes et Arbres à objectifs

Arbre à problemes et Arbres à objectifs Arbre à problemes et Arbres à objectifs CAUSES D ECHEC DES ENTREPRISES NOUVELLES è Problèmes commerciaux q Marché mal ciblé q Clientèle poten3elle surévaluée q Délais de paiement clients sous évalués q

Plus en détail

Etude européenne ERSPC. Samuel Golshani

Etude européenne ERSPC. Samuel Golshani Etude européenne ERSPC Samuel Golshani 1 Contexte Le cancer de la prostate est le 2 e Objectif de la prostate, grâce à un dépistage basé sur le taux de PSA. la nécessité du dépistage. Méthode Entre 1990

Plus en détail

Valeur de la TEP/TDM au 18 FDG dans les de cancer du sein par élévation des marqueurs tumoraux et impact sur la prise en charge des patients.

Valeur de la TEP/TDM au 18 FDG dans les de cancer du sein par élévation des marqueurs tumoraux et impact sur la prise en charge des patients. Valeur de la TEP/TDM au 18 FDG dans les suspicions de récidive r de cancer du sein par élévation des marqueurs tumoraux et impact sur la prise en charge des patients. Laurence Champion, Myriam Wartski,,

Plus en détail

Dépistage et diagnostic de l infection VIH: place des autotests. Véronique Lemée Virologie CHU Rouen

Dépistage et diagnostic de l infection VIH: place des autotests. Véronique Lemée Virologie CHU Rouen Dépistage et diagnostic de l infection VIH: place des autotests Véronique Lemée Virologie CHU Rouen Diversité génétique des VIH SIVsm SIVgor SIVcpz I Au moins 13 transmissions du singe à l Homme 2 types

Plus en détail

Apport de la Protéine S100 dans la prise en charge du TC Léger de l'adulte aux urgences

Apport de la Protéine S100 dans la prise en charge du TC Léger de l'adulte aux urgences Apport de la Protéine S100 dans la prise en charge du TC Léger de l'adulte aux urgences Dr. Régis RIBEREAU-GAYON CHU de Bordeaux Equipe PPCT-INSERM U897 Le Traumatisme crânien léger Fréquent aux Urgences

Plus en détail

Comment explorer une douleur thoracique. Pascal Guéret Hôpital Henri Mondor Université Paris Est Créteil (UPEC)

Comment explorer une douleur thoracique. Pascal Guéret Hôpital Henri Mondor Université Paris Est Créteil (UPEC) Comment explorer une douleur thoracique Pascal Guéret Hôpital Henri Mondor Université Paris Est Créteil (UPEC) Stra@fica@on du risque Caractéris@ques cliniques de la douleur thoracique (typique, atypique,

Plus en détail

Principe d évaluation des tests diagnostiques

Principe d évaluation des tests diagnostiques Principe d évaluation des tests diagnostiques Dr Sandra DAVID TCHOUDA Cellule d évaluation médico-économique des innovations, CHUG sdavidtchouda@chu-grenoble.fr Plan Rappel LCA / Objectif et contexte de

Plus en détail

Méthodes d apprentissage :

Méthodes d apprentissage : Méthodes d apprentissage : application au tri de complexes protéines-protéines Jérôme Azé Apprentissage: tâches Apprentissage non supervisé (Eisen, ) Apprentissage supervisé (arbres de décision, k-ppv,

Plus en détail