Evalua&on tests diagnos&ques. Arnaud Fontanet

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Evalua&on tests diagnos&ques. Arnaud Fontanet"

Transcription

1 Evalua&on tests diagnos&ques Arnaud Fontanet

2 Résultats d un test diagnos&que Maladie «Gold standard» Test expérimental + a b a+b - c d c+d a+c b+d Evaluation tests diagnostiques. Arnaud Fontanet 2

3 Résultats d un test diagnos&que Maladie «Gold standard» Test expérimental + VP FP a+b - FN VN c+d a+c b+d Evaluation tests diagnostiques. Arnaud Fontanet 3

4 Sensibilité Maladie «Gold standard» Test expérimental + a b a+b - c d c+d a+c b+d Propor&on de vrais posi&fs détectés par le test: Sensibilité = a / (a+c) Evaluation tests diagnostiques. Arnaud Fontanet 4

5 Sensibilité Maladie «Gold standard» Test expérimental + VP b a+b - FN d c+d a+c b+d Propor&on de vrais posi&fs détectés par le test: Sensibilité = a / (a+c) Bonne sensibilité = peu de faux néga&fs Evaluation tests diagnostiques. Arnaud Fontanet 5

6 Spécificité Maladie «Gold standard» Test expérimental + a b a+b - c d c+d a+c b+d Propor&on de vrais néga&fs dits néga&fs par le test: Sensibilité = d / (b+d) Evaluation tests diagnostiques. Arnaud Fontanet 6

7 Spécificité Maladie «Gold standard» Test expérimental + a FP a+b - c VN c+d a+c b+d Propor&on de vrais néga&fs dits néga&fs par le test: Sensibilité = d / (b+d) Bonne spécificité = peu de faux- posi&fs. Evaluation tests diagnostiques. Arnaud Fontanet 7

8 Exemple: CPK et infarctus du myocarde CPK Infarctus du myocarde < Exemple adapté de Clinical Epidemiology, A basic science for clinical medicine. Sackeb DL et al. Lible, Brown and Company Sensibilité = 215/230 = 93,5% Spécificité = 114/130 = 87,7% Evaluation tests diagnostiques. Arnaud Fontanet 8

9 Compromis sensibilité / spécificité Infarctus du myocarde > CPK Evaluation tests diagnostiques. Arnaud Fontanet 9

10 Compromis sensibilité / spécificité CPK Infarctus du myocarde > Se = 97/230 = 42% Sp = 129/130 = 99% Evaluation tests diagnostiques. Arnaud Fontanet 10

11 Compromis sensibilité / spécificité CPK Infarctus du myocarde > Se = 228/230 = 99% Sp = 88/130 = 68% Evaluation tests diagnostiques. Arnaud Fontanet 11

12 Comment choisir entre les deux? Bonne sensibilité: Maladie grave (on ne veut pas laisser passer un cas) Maladie transmissible Quand les inves&ga&ons qui découleront du test sont sans danger et peu coûteuses (confirma&on d une hypertension artérielle) Bonne spécificité: Quand les inves&ga&ons qui découleront du test sont dangereuses ou coûteuses (angiographie par cathétérisa&on) Evaluation tests diagnostiques. Arnaud Fontanet 12

13 Astuce: combinaison de tests On peut parfois être amené à faire des tests en séquence: Test rapide pour le VIH qui a une très grande sensibilité, mais dont la spécificité n est pas parfaite. Un test très spécifique, mais plus complexe (type Western blot), pour ceux qui ont un résultat posi&f sur le premier test. Evaluation tests diagnostiques. Arnaud Fontanet 13

14 Valeur prédic&ve posi&ve Maladie «Gold standard» Test expérimental + a b a+b - c d c+d a+c b+d Propor&on des tests posi&fs qui sont malades: VPP = a / (a+b) Evaluation tests diagnostiques. Arnaud Fontanet 14

15 Valeur prédic&ve néga&ve Maladie «Gold standard» Test expérimental + a b a+b - c d c+d a+c b+d Propor&on des tests néga&fs qui sont indemnes: VPN = d / (c+d) Evaluation tests diagnostiques. Arnaud Fontanet 15

16 Exemple: CPK et infarctus du myocarde Infarctus du myocarde CPK < VPP = 215/231 = 93,1% VPN = 114/129 = 88.4% Evaluation tests diagnostiques. Arnaud Fontanet 16

17 Compromis sensibilité / spécificité Infarctus du myocarde > CPK Se = 97/230 = 42% Sp = 129/130 = 99% VPP = 97/98 = 99% VPN = 129/262 = 49% Evaluation tests diagnostiques. Arnaud Fontanet 17

18 Compromis sensibilité / spécificité Infarctus du myocarde Se = 228/230 = 99% CPK > Sp = 88/130 = 68% VPP = 228/270 = 84% VPN = 88/90 = 98% Evaluation tests diagnostiques. Arnaud Fontanet 18

19 Valeurs prédic&ve et prévalence Sensi&vité = 90%; spécificité = 95% Prévalence = 50% Maladie Prévalence = 1% Maladie Test Test VPP = 90/95 = 94,7% Evaluation tests diagnostiques. Arnaud Fontanet 19 VPP = 90/585 = 15,4%

20 Valeur prédic&ve (suite) La valeur prédic&ve dépend donc: De la validité du test (sensibilité et spécificité) De la prévalence de la maladie dans la popula&on Lors d un programme de dépistage, la prévalence de la maladie dans la popula&on est le plus souvent faible: à la majorité des sujets dépistés posi&fs n auront pas la maladie: faire aben&on au risque associé aux procédures qui suivront, à l anxiété générée par un dépistage posi&f, au coût Evaluation tests diagnostiques. Arnaud Fontanet 20

Evaluation d un test diagnostique - Concordance

Evaluation d un test diagnostique - Concordance Evaluation d un test diagnostique - Concordance Michaël Genin Université de Lille 2 EA 2694 - Santé Publique : Epidémiologie et Qualité des soins michaelgenin@univ-lille2fr Plan 1 Introduction 2 Evaluation

Plus en détail

Utilisation des outils de mesure de la performance des analyses de laboratoire

Utilisation des outils de mesure de la performance des analyses de laboratoire Utilisation des outils de mesure de la performance des analyses de laboratoire Christiane Claessens Laboratoire de santé publique du Québec 24 octobre 2006 Surprise! Un test de laboratoire 100% précis

Plus en détail

FACULTE DE MEDECINE D ANGERS. Polycopié de cours pour les 1 e et 2 e cycles des études médicales Préparation à l examen national classant

FACULTE DE MEDECINE D ANGERS. Polycopié de cours pour les 1 e et 2 e cycles des études médicales Préparation à l examen national classant FACULTE DE MEDECINE D ANGERS Polycopié de cours pour les 1 e et 2 e cycles des études médicales Préparation à l examen national classant Année scolaire 2007-2008 SANTE PUBLIQUE ET MEDECINE SOCIALE Responsable

Plus en détail

Tests de détection de la production d Interferon gamma : la performance et le coût Y Yazdanpanah

Tests de détection de la production d Interferon gamma : la performance et le coût Y Yazdanpanah Tests de détection de la production d Interferon gamma : la performance et le coût Y Yazdanpanah Services Universitaires des Maladies Infectieuses et Tropicales de C.H.Tourcoing LEM-CNRS, Lille; 1 Introduction

Plus en détail

Les grands principes de prévention. Corinne Alberti Unité d Épidémiologie Clinique Hôpital Robert Debré

Les grands principes de prévention. Corinne Alberti Unité d Épidémiologie Clinique Hôpital Robert Debré Les grands principes de prévention Corinne Alberti Unité d Épidémiologie Clinique Hôpital Robert Debré Introduction La plupart des médecins sont attirés par la médecine car ils essaient de guérir les malades

Plus en détail

Virologie en Pédiatrie

Virologie en Pédiatrie Virologie en Pédiatrie Pr Coumba Touré Kane ANRS-SENEGAL Introduc3on 3,4 millions d enfants en 2010 (OMS 2011) 90% de ces enfants en Afrique sub- saharienne 260 000 enfants infectés en 2012 Baisse de 52

Plus en détail

1 - Probabilités et probabilités conditionnelles. PAES Faculté de Médecine P. et M. Curie V. Morice

1 - Probabilités et probabilités conditionnelles. PAES Faculté de Médecine P. et M. Curie V. Morice Probabilités et Biostatistique 1 - Probabilités et probabilités conditionnelles Evaluation ation d'un test diagnostique PAES Faculté de Médecine P. et M. Curie V. Morice Pourquoi la biostatistique : la

Plus en détail

Virologie et hépa.tes. Journées Scientifiques du Site ANRS-SENEGAL

Virologie et hépa.tes. Journées Scientifiques du Site ANRS-SENEGAL Virologie et hépa.tes Site ANRS-SENEGAL Plan Généralités VHB VHC Conclusion 350 million infected with HBV worldwide 170 million infected with HCV worldwide HBV prevalence HCV prevalence HBV and HCV are

Plus en détail

Principe d évaluation des tests diagnostiques

Principe d évaluation des tests diagnostiques Principe d évaluation des tests diagnostiques Dr Sandra DAVID TCHOUDA Cellule d évaluation médico-économique des innovation, CHUG sdavidtchouda@chu-grenoble.fr Plan Objectif et contexte de ces études visant

Plus en détail

EVALUATION DES TESTS DE DIAGNOSTIC. Vray M Institut Pasteur 1

EVALUATION DES TESTS DE DIAGNOSTIC. Vray M Institut Pasteur 1 EVALUATION DES TESTS DE DIAGNOSTIC Vray M Institut Pasteur 1 Plan de la présentation Introduction Définition Dépistage, Diagnostique Les ¾ phases de développement d un test Phases 1, 2, 3 et 4 Les indices

Plus en détail

Tests rapides pour le dépistage et la confirma4on des infec4ons par le VIH. Marie Laure CHAIX & François SIMON. CHU Saint Louis Paris

Tests rapides pour le dépistage et la confirma4on des infec4ons par le VIH. Marie Laure CHAIX & François SIMON. CHU Saint Louis Paris Tests rapides pour le dépistage et la confirma4on des infec4ons par le VIH Marie Laure CHAIX & François SIMON CHU Saint Louis Paris les tests de diagnos?c rapide des infec?ons par VIH TEST & Treat SUD

Plus en détail

Nouvelles stratégies de dépistage du VIH. Dr Laurent Malato Laboratoire de Virologie CHU Bordeaux Pellegrin 12 Décembre 2011

Nouvelles stratégies de dépistage du VIH. Dr Laurent Malato Laboratoire de Virologie CHU Bordeaux Pellegrin 12 Décembre 2011 Nouvelles stratégies de dépistage du VIH Dr Laurent Malato Laboratoire de Virologie CHU Bordeaux Pellegrin 12 Décembre 2011 Point épidémiologique sur le VIH Dépistage du VIH en France 5 millions de sérologies

Plus en détail

La chute à domicile. Protocole d évaluation expérimentale des performances de détecteurs de chute du marché

La chute à domicile. Protocole d évaluation expérimentale des performances de détecteurs de chute du marché Evaluation expérimentale des performances de détecteurs de chute Bien vivre à domicile!... Pour la détection et l alerte en cas de chute Protocole La chute à domicile Protocole d évaluation expérimentale

Plus en détail

Les statistiques pour les «Nuls» en 2008. Professeur Sylvie Naveau Hôpital Antoine Béclère Clamart

Les statistiques pour les «Nuls» en 2008. Professeur Sylvie Naveau Hôpital Antoine Béclère Clamart Les statistiques pour les «Nuls» en 2008 Professeur Sylvie Naveau Hôpital Antoine Béclère Clamart L auteur déclare n avoir aucun conflit d intérêt Chen MS Ann Surg 2006;243:321-328 Critéres d inclusion

Plus en détail

Connaître son statut sérologique pour VHS-1,2: Un droit fondamental pour Homo sapiens sexualis?

Connaître son statut sérologique pour VHS-1,2: Un droit fondamental pour Homo sapiens sexualis? Connaître son statut sérologique pour VH-1,2: Un droit fondamental pour Homo sapiens sexualis? Les Journées l Actuel, 3 Octobre 2014 Dr Marco Andres Bergevin, MD, FRCPC Microbiologiste médical et Infectiologue

Plus en détail

Protéine S100 β et trauma1sme crânien en pédiatrie CHU de Clermont- Ferrand

Protéine S100 β et trauma1sme crânien en pédiatrie CHU de Clermont- Ferrand Protéine S100 β et trauma1sme crânien en pédiatrie CHU de Clermont- Ferrand MARSEILLE 22/03/2013 Damien Bouvier / Jean- Benoît Dauphin / Mathilde Fournier Pôle de Pédiatrie (Pr. Labbé) Laboratoire de Biochimie

Plus en détail

CONTROVERSE : IDR OU QUANTIFERON LORS D'UN CONTAGE EN EHPAD?

CONTROVERSE : IDR OU QUANTIFERON LORS D'UN CONTAGE EN EHPAD? CONTROVERSE : IDR OU QUANTIFERON LORS D'UN CONTAGE EN EHPAD? Hélène MANGEARD François MALADRY Tuberculose : infection mycobactérienne Infection mycobactérienne chronique (M. Tuberculosis ++ ou bacille

Plus en détail

EVALUATION DES TESTS DE DIAGNOSTIC. Vray M Institut Pasteur 1

EVALUATION DES TESTS DE DIAGNOSTIC. Vray M Institut Pasteur 1 EVALUATION DES TESTS DE DIAGNOSTIC Vray M Institut Pasteur 1 Plan de la présentation Introduction Définition Dépistage, D Diagnostique Les ¾ phases de développement d d un d test Phases 1, 2, 3 et 4 Les

Plus en détail

Dossier P116092 - Document DE/1 - Page 1/17 RAPPORT D ÉTUDE. MicroPHAZIR

Dossier P116092 - Document DE/1 - Page 1/17 RAPPORT D ÉTUDE. MicroPHAZIR Dossier P116092 - Document DE/1 - Page 1/17 RAPPORT D ÉTUDE Demandeur : FONDIS ELECTRONIC Quartier de l Europe 4, rue Galilée 78285 GUYANCOURT CEDEX France Date et référence de la commande : Commande n

Plus en détail

La biologie des an-phospholipides. Chris-ne Mouton Pra-cien hospitalier Laboratoire d hématologie GHS

La biologie des an-phospholipides. Chris-ne Mouton Pra-cien hospitalier Laboratoire d hématologie GHS La biologie des an-phospholipides Chris-ne Mouton Pra-cien hospitalier Laboratoire d hématologie GHS Quand rechercher un LA Indications de la recherche d un LA - Episode de TVP ou EP sans cause apparente,

Plus en détail

Le dépistage du VIH. technologies et approches. Présenté par : Marc André LeBlanc Date : jeudi 21 novembre 2013, 13 h à 14 h HNE

Le dépistage du VIH. technologies et approches. Présenté par : Marc André LeBlanc Date : jeudi 21 novembre 2013, 13 h à 14 h HNE Le dépistage du VIH au Canada : technologies et approches Présenté par : Marc André LeBlanc Date : jeudi 21 novembre 2013, 13 h à 14 h HNE Objectifs 1. Discuter des différentes technologies servant au

Plus en détail

Diagnostic biologique de l infection par le VIH La place des Tests Rapides d Orientation Diagnostique (TROD)

Diagnostic biologique de l infection par le VIH La place des Tests Rapides d Orientation Diagnostique (TROD) Diagnostic biologique de l infection par le VIH La place des Tests Rapides d Orientation Diagnostique (TROD) Séminaire de Formation Jeudi 13 et Vendredi 14 décembre 2012 Dr A.Maillard, unité de Rétrovirologie,

Plus en détail

DATATION de la GROSSESSE

DATATION de la GROSSESSE DATATION de la GROSSESSE Julia BEGLER-FONNIER Maternité CHU CAREMEAU Intérêts Améliorer le pronostic de la grossesse: Déterminer la date d accouchement; Évaluer la croissance fœtale Pouvoir interpréter

Plus en détail

Arbre à problemes et Arbres à objectifs

Arbre à problemes et Arbres à objectifs Arbre à problemes et Arbres à objectifs CAUSES D ECHEC DES ENTREPRISES NOUVELLES è Problèmes commerciaux q Marché mal ciblé q Clientèle poten3elle surévaluée q Délais de paiement clients sous évalués q

Plus en détail

Docteur Pascal Melin Hôpital de Saint Dizier UTEP CHG SAINT DIZIER CSAPA 52

Docteur Pascal Melin Hôpital de Saint Dizier UTEP CHG SAINT DIZIER CSAPA 52 Docteur Pascal Melin Hôpital de Saint Dizier UTEP CHG SAINT DIZIER CSAPA 52 Plan gouvernemental de lutte contre les drogues et les toxicomanies 2008-2011 Soutenir l application des mesures de dépistage

Plus en détail

Marion GILBERT Simon CHAUVEAU. DES pneumologie 11 avril 2014

Marion GILBERT Simon CHAUVEAU. DES pneumologie 11 avril 2014 Marion GILBERT Simon CHAUVEAU DES pneumologie 11 avril 2014 Contexte Dépistage du cancer poumon : Santé publique Par scanner injecté (low dose) : Baisse de la mortalité (-20%) : NLSTrial (USA) 2011: «The

Plus en détail

Cas clinique # 3. Patient de 46 ans Sans antécédent particulier Tabagisme occasionnel Grippe et réalisation d une tomodensitométrie thoracique

Cas clinique # 3. Patient de 46 ans Sans antécédent particulier Tabagisme occasionnel Grippe et réalisation d une tomodensitométrie thoracique Nodule pulmonaire Cas clinique # 1 Patient de 69 ans Tabac 2 paquets de cigarette par jour de 20 à 60 ans Il y a 7 ans : adénocarcinome pulmonaire (LSD) traité par radiochimiothérapie et guéri Apparition

Plus en détail

Dr Lydia GUITTET CHU de Caen

Dr Lydia GUITTET CHU de Caen Dr Lydia GUITTET CHU de Caen Taux pour 100 000 personnes années Dépistage du cancer colorectal en population générale (risque moyen) Taux d incidence du CCR 500 Population cible 450 400 350 300 250 200

Plus en détail

ECHOGRAPHIE VERSUS IRM DANS LE DIAGNOSTIC POSITIF DES LÉSIONS DE LA COIFFE DES ROTATEURS S.DRISSI, A.BEN OTHMAN, N.BEN DALI, L.REZGUI MARHOUL TUNIS.

ECHOGRAPHIE VERSUS IRM DANS LE DIAGNOSTIC POSITIF DES LÉSIONS DE LA COIFFE DES ROTATEURS S.DRISSI, A.BEN OTHMAN, N.BEN DALI, L.REZGUI MARHOUL TUNIS. ECHOGRAPHIE VERSUS IRM DANS LE DIAGNOSTIC POSITIF DES LÉSIONS DE LA COIFFE DES ROTATEURS S.DRISSI, A.BEN OTHMAN, N.BEN DALI, L.REZGUI MARHOUL TUNIS. OBJECTIFS Evaluer la fiabilité de l imagerie notamment

Plus en détail

Intérêt. Intérêt. Réalisation. Réalisation. Echographie de l Aorte Abdominale. Sessions Echographie 3 au 6 Février 2014

Intérêt. Intérêt. Réalisation. Réalisation. Echographie de l Aorte Abdominale. Sessions Echographie 3 au 6 Février 2014 Séminaire Echographie du patient aigu UNIVERSITE MONTPELLIER I / UNIVERSITE DE LA MEDITERRANEE / UNIVERSITE NICE SOPHIA ANTIPOLIS FACULTES DE MEDECINE DE MONTPELLIER NÎMES/ MARSEILLE / NICE ANNEE UNIVERSITAIRE

Plus en détail

LE DIABETE DANS LES DEPARTEMENTS D OUTRE MER CARACTERISTIQUES

LE DIABETE DANS LES DEPARTEMENTS D OUTRE MER CARACTERISTIQUES LE DIABETE DANS LES DEPARTEMENTS D OUTRE MER CARACTERISTIQUES PREVENTION SOMMAIRE EPIDEMIOLOGIE La prévalence du diabète traité est estimée en 2009 à 4,4 % de la population résidant en France soit 3 millions

Plus en détail

L interprétation du résultat des tests de laboratoire

L interprétation du résultat des tests de laboratoire LES ÉPREUVES DE LABORATOIRE utilisées en microbiologie peuvent être classées dans l une des catégories suivantes : L isolement et l identification d un germe, avec un résultat d épreuve de sensibilité

Plus en détail

Aspects microbiologiques de la borréliose de Lyme B. Jaulhac

Aspects microbiologiques de la borréliose de Lyme B. Jaulhac Aspects microbiologiques de la borréliose de Lyme B. Jaulhac Laboratoire associé au Centre National de Référence des Borrelia Laboratoire de Bactériologie Hôpitaux Universitaires de Strasbourg Diagnostic

Plus en détail

Diagnostic prénatal non invasif : Du GénotypageRhésus Fœtal au Diagnostic de la Trisomie 21

Diagnostic prénatal non invasif : Du GénotypageRhésus Fœtal au Diagnostic de la Trisomie 21 Diagnostic prénatal non invasif : Du GénotypageRhésus Fœtal au Diagnostic de la Trisomie 21 Dr. A. Levy-Mozziconacci UniteFonctionnelle de Biologie Materno-Fœtale et Centre de Médecine Fœtale, APHM, AMU,

Plus en détail

Intérêt. Intérêt. Réalisation pratique. Réalisation pratique. Application pratique. Application pratique RECHERCHE DE TVP

Intérêt. Intérêt. Réalisation pratique. Réalisation pratique. Application pratique. Application pratique RECHERCHE DE TVP DIUMUS 2014 2015 UNIVERSITE MONTPELLIER I / UNIVERSITE DE LA MEDITERRANEE / UNIVERSITE NICE SOPHIA ANTIPOLIS FACULTES DE MEDECINE DE MONTPELLIER NÎMES/ MARSEILLE / NICE ANNEE UNIVERSITAIRE 2014 2015 Techniques

Plus en détail

Données virologiques Tests Rapides d Orientation Diagnostique VIH

Données virologiques Tests Rapides d Orientation Diagnostique VIH Données virologiques Tests Rapides d Orientation Diagnostique VIH Séminaire de Formation Jeudi 21 et Vendredi 22 juin 2012 Dr A.Maillard, unité de rétrovirologie, CHU Rennes Nombre de découvertes de séropositivité

Plus en détail

Diagnostic virologiques des hépatites virales B et C. H. Barth Laboratoire de Virologie, CHU de Strasbourg

Diagnostic virologiques des hépatites virales B et C. H. Barth Laboratoire de Virologie, CHU de Strasbourg Diagnostic virologiques des hépatites virales B et C H. Barth Laboratoire de Virologie, CHU de Strasbourg Objectifs 1. Connaître pour chaque virus des hépatites la cinétique des marqueurs virologiques

Plus en détail

Dépistage et diagnostic de l infection VIH: place des autotests. Véronique Lemée Virologie CHU Rouen

Dépistage et diagnostic de l infection VIH: place des autotests. Véronique Lemée Virologie CHU Rouen Dépistage et diagnostic de l infection VIH: place des autotests Véronique Lemée Virologie CHU Rouen Diversité génétique des VIH SIVsm SIVgor SIVcpz I Au moins 13 transmissions du singe à l Homme 2 types

Plus en détail

LES IMAGES PATHOLOGIQUES en HYSTEROSCOPIE

LES IMAGES PATHOLOGIQUES en HYSTEROSCOPIE LES IMAGES PATHOLOGIQUES en HYSTEROSCOPIE 9ème congrès national de la Société Algérienne d'etude et de Recherche sur la Ménopause & 4ème congrès de la FAFEM - 7 et 8 mai 2011 -Alger -Algérie KHODJA.R DAMENE.A

Plus en détail

DPC Prise en charge des femmes à haut risque familial et/ou géné4que de cancer du sein et de l ovaire

DPC Prise en charge des femmes à haut risque familial et/ou géné4que de cancer du sein et de l ovaire DPC Prise en charge des femmes à haut risque familial et/ou géné4que de cancer du sein et de l ovaire Dr Christine Rousset-Jablonski Centre Léon Bérard, Lyon Pour les animateurs et experts Chers experts,

Plus en détail

Perspectives sur les défis du sevrage ventilatoire

Perspectives sur les défis du sevrage ventilatoire 1 de 5 Perspectives sur les défis du sevrage ventilatoire Si vous préférez obtenir cet article en version pdf, cliquez ici,.s il vous plaît. Le sevrage de la ventilation mécanique est un moment important

Plus en détail

Feuille de route. Proposition de traitement de la demande. Collège d orientation et d information : 19 mars 2015

Feuille de route. Proposition de traitement de la demande. Collège d orientation et d information : 19 mars 2015 Feuille de route Proposition de traitement de la demande La feuille de route vise à proposer au Collège une orientation méthodologique pour répondre à une demande d évaluation inscrite au programme de

Plus en détail

Définition : Le pari simple est la forme de pari la plus accessible. Il s agit d un pronostic sur le résultat d un seul

Définition : Le pari simple est la forme de pari la plus accessible. Il s agit d un pronostic sur le résultat d un seul Guide du parieur: LES DIFFERENTS TYPES DE PARIS: A) Le pari simple Définition : Le pari simple est la forme de pari la plus accessible. Il s agit d un pronostic sur le résultat d un seul et unique événement!

Plus en détail

Méthodes d apprentissage :

Méthodes d apprentissage : Méthodes d apprentissage : application au tri de complexes protéines-protéines Jérôme Azé Apprentissage: tâches Apprentissage non supervisé (Eisen, ) Apprentissage supervisé (arbres de décision, k-ppv,

Plus en détail

Tutorat du 22 0ctobre 2011

Tutorat du 22 0ctobre 2011 Tutorat du 22 0ctobre 2011 UE 4 : Evaluation des Méthodes d Analyses Appliquées aux Sciences de la Vie et de la Santé Durée : 1h Cette épreuve comprend 19 QCM : - 10 QCM à réponses multiples : il s agit

Plus en détail

Modélisation au service de la recherche en santé publique

Modélisation au service de la recherche en santé publique Modélisation au service de la recherche en santé publique Kenneth A. Freedberg, MD, MSc Massachusetts General Hospital Harvard Medical School Journées scientifiques PAC-CI 2012 16 Février 2012 Financements:

Plus en détail

Dépistage de l Infection Virale C à partir de Sang Capillaire ou de Liquide Craviculaire Performances des TRODs

Dépistage de l Infection Virale C à partir de Sang Capillaire ou de Liquide Craviculaire Performances des TRODs Dépistage de l Infection Virale C à partir de Sang Capillaire ou de Liquide Craviculaire Performances des TRODs S Chevaliez 1,2, L Poiteau 1,2, I Rosa 3, A Soulier 1,2, F Roudot- Thoraval 2,4, C Hézode

Plus en détail

Dépistage de l asthme en CE2 par administration aux enfants d un questionnaire en médecine scolaire

Dépistage de l asthme en CE2 par administration aux enfants d un questionnaire en médecine scolaire Dépistage de l asthme en CE2 par administration aux enfants d un questionnaire en médecine scolaire Isabelle Walus 1, Nicole Beydon 2,3 1 : Service de Santé Scolaire, Sous- direc5on de la Santé, DASES,

Plus en détail

Apport de la Protéine S100 dans la prise en charge du TC Léger de l'adulte aux urgences

Apport de la Protéine S100 dans la prise en charge du TC Léger de l'adulte aux urgences Apport de la Protéine S100 dans la prise en charge du TC Léger de l'adulte aux urgences Dr. Régis RIBEREAU-GAYON CHU de Bordeaux Equipe PPCT-INSERM U897 Le Traumatisme crânien léger Fréquent aux Urgences

Plus en détail

INTÉRÊT DE L ÉCHOGRAPHIE DANS

INTÉRÊT DE L ÉCHOGRAPHIE DANS INTÉRÊT DE L ÉCHOGRAPHIE DANS LES LÉSIONS DE LA COIFFE DES ROTATEURS S.DRISSI, A.BEN OTHMAN, N.BEN DALI, L.REZGUI MARHOUL TUNIS. BUTS Evaluer la fiabilité de l échographie dans les lésions de la coiffe

Plus en détail

Questions Chapitre 11 La signification statistique et la signification clinique 1

Questions Chapitre 11 La signification statistique et la signification clinique 1 Questions Chapitre 11 La signification statistique et la signification clinique 1 Formuler une hypothèse de recherche Exposer le raisonnement qui sous-tend l inférence statistique Interpréter le résultat

Plus en détail

Place de l IRM dans le diagnostic du cancer du sein

Place de l IRM dans le diagnostic du cancer du sein Place de l IRM dans le diagnostic du cancer du sein Docteur Maryannick Bryselbout, Hôpital d Aix en Provence Docteur Olivier Marpeau, Clinique de l Étoile Cancer le plus fréquent de la femme En France,

Plus en détail

Dépistage Cancer colorectal: FIT test ou recherche d ADN fécal? Emmanuel Patrice Valcin, R1 UMF CSL 29 Mai 2015

Dépistage Cancer colorectal: FIT test ou recherche d ADN fécal? Emmanuel Patrice Valcin, R1 UMF CSL 29 Mai 2015 Dépistage Cancer colorectal: FIT test ou recherche d ADN fécal? Emmanuel Patrice Valcin, R1 UMF CSL 29 Mai 2015 Introduction Cancer colorectal Très prévalent en Amérique du Nord. Cause importante de morbidité

Plus en détail

La prévention du diabète chez l obèse

La prévention du diabète chez l obèse La prévention du diabète chez l obèse Pr Paul Valensi Service d Endocrinologie Diabétologie Nutrition Hôpital Jean Verdier, Université Paris Nord, CRNH-IdF, CINFO, Bondy Evolution de la prévalence du diabète

Plus en détail

Valeur prédictive négative de l IRM : quand et comment l utiliser?

Valeur prédictive négative de l IRM : quand et comment l utiliser? Valeur prédictive négative de l IRM : quand et comment l utiliser? MRI negative predictive negative: when and how to use it? M. Asad-syed, S. Ferron, M. Boisserie-Lacroix et G. Hurtevent 3 Mots clés :

Plus en détail

1 DIM, CHU Dijon ; 2 Réseau Périnatal de Bourgogne; 3 INSERM CIC-P, CHU de Dijon ; 4 EFS Bourgogne-Franche Comté ;

1 DIM, CHU Dijon ; 2 Réseau Périnatal de Bourgogne; 3 INSERM CIC-P, CHU de Dijon ; 4 EFS Bourgogne-Franche Comté ; Quantin C 1, Benzenine E 1, Ferdynus C 2, Sediki M 3, Bardou M 3, Gouyon JB 3, Morel P 4, Sagot P 2. 1 DIM, CHU Dijon ; 2 Réseau Périnatal de Bourgogne; 3 INSERM CIC-P, CHU de Dijon ; 4 EFS Bourgogne-Franche

Plus en détail

Evaluation des coûts de dépistage d Entérocoques Résistants aux Glycopeptides : Résultats préliminaires

Evaluation des coûts de dépistage d Entérocoques Résistants aux Glycopeptides : Résultats préliminaires Evaluation des coûts de dépistage d Entérocoques Résistants aux Glycopeptides : culture versus PCR Résultats préliminaires J. Assoukpa, L. Dupraz, D. Lecointe UFHHLIN, Centre Hospitalier Sud Francilien,

Plus en détail

Polyarthrite rhumatoïde et biologie

Polyarthrite rhumatoïde et biologie Polyarthrite rhumatoïde et biologie Le point de vue de l'immunologiste Sylvain Laboratoire d'immunologie, sdubucquoi@univ univ-lille2. -lille2.fr FR et PR Définition Auto-anticorps anti-fragment Fc des

Plus en détail

TUTORAT UE 4 2014-2015 Biostatistiques Séance n 6 Semaine du 03/11/2014

TUTORAT UE 4 2014-2015 Biostatistiques Séance n 6 Semaine du 03/11/2014 TUTORAT UE 4 2014-2015 Biostatistiques Séance n 6 Semaine du 03/11/2014 Epidémiologie Mme Fabbro-Peray Séance préparée par les tuteurs du TSN QCM n 1 : Choisir la ou les proposition(s) exacte(s). A. Parmi

Plus en détail

Peut-on prédire la thrombose veineuse profonde par la clinique?

Peut-on prédire la thrombose veineuse profonde par la clinique? Peut-on prédire la thrombose veineuse profonde par la clinique? TVP et algorithme de prédiction clinique - 1 Médiocre sensibilité et spécificité des signes et symptômes cliniques Utilité démontrée de la

Plus en détail

Diagnostic microbiologique au cabinet médical et au laboratoire Nadia Liassine. 2013 - Diagnostic Microbiologique - page 1

Diagnostic microbiologique au cabinet médical et au laboratoire Nadia Liassine. 2013 - Diagnostic Microbiologique - page 1 Diagnostic microbiologique au cabinet médical et au laboratoire Nadia Liassine 2013 - Diagnostic Microbiologique - page 1 Tests rapides - définitions TDR Tests de Diagnostic Rapide. TROD Tests Rapides

Plus en détail

Pneumocystose (Evaluations)

Pneumocystose (Evaluations) Pneumocystose (Evaluations) Date de création du document 2008-2009 QCM QUESTION 1/4 : Parmi les propositions suivantes concernant la pneumocystose, la ou lesquelles sont vraies? A - La pneumocystose se

Plus en détail

A PROPOS DU CAD EN SENOLOGIE, DE L'AGRANDISSEMENT GEOMETRIQUE ET DE L'INCIDENCE DE PROFIL.

A PROPOS DU CAD EN SENOLOGIE, DE L'AGRANDISSEMENT GEOMETRIQUE ET DE L'INCIDENCE DE PROFIL. A PROPOS DU CAD EN SENOLOGIE, DE L'AGRANDISSEMENT GEOMETRIQUE ET DE L'INCIDENCE DE PROFIL. Le CAD (computer aide diagnosis) et les micro-calcifications : Les CAD sont très et les plus performants dans

Plus en détail

Interprétation et signification d un test IGRA en pratique quotidienne

Interprétation et signification d un test IGRA en pratique quotidienne La lutte antituberculeuse en 2013 Institut Pasteur Paris 19 Mars 2013 Interprétation et signification d un test IGRA en pratique quotidienne Dr Emmanuel Bergot Service de Pneumologie, CHU Côte de Nacre

Plus en détail

Le programme national de dépistage systématique du cancer du sein a été établi par

Le programme national de dépistage systématique du cancer du sein a été établi par Dépistage organisé du cancer du sein : le cahier des charges et son bilan après deux ans du Plan cancer Breast cancer screening: the protocol and its evaluation two years after the national plan for cancer

Plus en détail

Les techniques de dépistage de la fraude. Marianne Paesmans Lieveke Ameye 1

Les techniques de dépistage de la fraude. Marianne Paesmans Lieveke Ameye 1 Les techniques de dépistage de la fraude Marianne Paesmans Lieveke Ameye 1 Erreurs versus fraude Contrôle qualité des données et validation d une base de données avant analyse sont des étapes standard

Plus en détail

CROPSAV POITOU-CHARENTES. Section spécialisée domaine vétérinaire Tuberculose bovine

CROPSAV POITOU-CHARENTES. Section spécialisée domaine vétérinaire Tuberculose bovine CROPSAV POITOU-CHARENTES Section spécialisée domaine vétérinaire Tuberculose bovine Plan de la présentation La situation sanitaire Les mesures de surveillance de la tuberculose mises en place en Poitou-Charentes

Plus en détail

Arbres de Décision. Pr Roch Giorgi. roch.giorgi@univ-amu.fr

Arbres de Décision. Pr Roch Giorgi. roch.giorgi@univ-amu.fr Arbres de Décision Pr Roch Giorgi roch.giorgi@univ-amu.fr SESSTIM, Faculté de Médecine, Aix-Marseille Université, Marseille, France http://sesstim-orspaca.org http://optim-sesstim.univ-amu.fr Analyse de

Plus en détail

Glossaire des termes utiles à la lecture. critique d un article médical

Glossaire des termes utiles à la lecture. critique d un article médical Glossaire des termes utiles à la lecture critique d un article médical Ajustement... 4 Analyse de sous-groupe... 5 Analyse de survie... 5 Analyse en intention de traiter... 6 Analyse en per-protocole...

Plus en détail

Intérêt des nouvelles séquences d AngioMR dynamiques 4D dans le diagnostic des paragangliomes cervico-céphaliques

Intérêt des nouvelles séquences d AngioMR dynamiques 4D dans le diagnostic des paragangliomes cervico-céphaliques Intérêt des nouvelles séquences d AngioMR dynamiques 4D dans le diagnostic des paragangliomes cervico-céphaliques J Vicente (1), G Rénosi (1), S Tringali (2), M Gignier (1), Y Berthezène (1), C Dubreuil

Plus en détail

MIDI CONFERENCES DE L IUFRS

MIDI CONFERENCES DE L IUFRS MIDI CONFERENCES DE L IUFRS IUFRS Institut universitaire de formation et de recherche en soins Auditoire Charlotte Olivier CHUV, BH 08 27 février 2014 SOMMAIRE Contexte o Qualité des soins / Sécurité des

Plus en détail

TUTORAT UE 4 2014-2015 Biostatistiques Séance n 3 Semaine du 06/10/2014

TUTORAT UE 4 2014-2015 Biostatistiques Séance n 3 Semaine du 06/10/2014 TUTORAT UE 4 2014-2015 Biostatistiques Séance n 3 Semaine du 06/10/2014 Séance d entrainement M. Dujols M. Sabatier Séance préparée par les TS de l ATM² QCM n 1 : Une population comporte 94750 individus

Plus en détail

Stratégies de dépistage biologique des hépatites virales B et C

Stratégies de dépistage biologique des hépatites virales B et C RECOMMANDATION EN SANTÉ PUBLIQUE Stratégies de dépistage biologique des hépatites virales B et C Synthèse avis des groupes de travail et de lecture Et recommandation de la HAS mars 2011 sur La synthèse

Plus en détail

Dépistage et Sur-diagnostic. Sommes-nous victimes des progrès technologiques?

Dépistage et Sur-diagnostic. Sommes-nous victimes des progrès technologiques? Dépistage et Sur-diagnostic Sommes-nous victimes des progrès technologiques? L Ceugnart P Vennin S Taieb Lille SFSPM - MARSEILLE 2011 Sommes-nous victimes des progrès technologiques? 9 Novembre 2011 Progrès

Plus en détail

Prévenir... l alcoolisme

Prévenir... l alcoolisme Prévenir... l alcoolisme 8 Avec l alcool, faites-vous bon ménage ou mauvais usage? Vous faites bon ménage, si vous usez sans abuser (1) Consommateur ponctuel, vous ne buvez pas plus de 4 verres par occasion.

Plus en détail

Nouvelles caméras CZT cardiaques: une seconde vie pour le thallium 201?

Nouvelles caméras CZT cardiaques: une seconde vie pour le thallium 201? Symposium Covidien, Nice, 10 mai 2010 Nouvelles caméras CZT cardiaques: une seconde vie pour le thallium 201? Bernard Songy Centre Cardiologique du Nord St-Denis Thallium 201: Le thallium 201 présente

Plus en détail

25ème colloque CORATA-IBS La Rochelle 21 au 23 mai 2008

25ème colloque CORATA-IBS La Rochelle 21 au 23 mai 2008 25ème colloque CORATA-IBS La Rochelle 21 au 23 mai 2008 Session : Nouveaux marqueurs Marqueurs biologiques de la maladie d Alzheimer Partie 1 : Partie 2 : Partie 3 : Partie 4 : Généralités sur la maladie

Plus en détail

Détecter les ERV. Pourquoi? Qui? Comment?

Détecter les ERV. Pourquoi? Qui? Comment? Détecter les ERV. Pourquoi? Qui? Comment? P.-Y. Donnio Bactériologie-Hygiène, CHU de Rennes EA 1254 Microbiologie-Risques Infectieux, Université de Rennes 1 CCLIN-Ouest 32 ème Réunion Interdisciplinaire

Plus en détail

Les expériences françaises en analyse de «l exome» CFTR Laboratoire de Géné:que Moléculaire Inserm U827 MONTPELLIER Anne Bergougnoux Caroline Raynal

Les expériences françaises en analyse de «l exome» CFTR Laboratoire de Géné:que Moléculaire Inserm U827 MONTPELLIER Anne Bergougnoux Caroline Raynal Les expériences françaises en analyse de «l exome» CFTR Laboratoire de Géné:que Moléculaire Inserm U827 MONTPELLIER Anne Bergougnoux Caroline Raynal I. CFTR MASTR TM v2 Dx performance evalua:on study (Mul$plicom)

Plus en détail

Docteur Brigitte Seradour

Docteur Brigitte Seradour Dépistage du cancer du sein Docteur Brigitte Seradour Pourquoi dépister le cancer du sein? (Selon 10 principes OMS) Il s agit d une maladie grave, fréquente, détectable (phase latente) L examen de dépistage

Plus en détail

CAT DEVANT UNE BIOPSIE DU SEIN B3

CAT DEVANT UNE BIOPSIE DU SEIN B3 CAT DEVANT UNE BIOPSIE DU SEIN B3 Opinel Pierre re PA Classification des recommandations européennes des B3 (Ellis J Clin Pathol 2004) Lésion B2 B3 B4 B5 Métaplasie cylindro cubique Simple Atypique DIN1a

Plus en détail

BULLETIN TRAITEMENT Un guide complet à la santé et au bien être des7né aux personnes a9eintes du VIH/sida. Décembre 2011

BULLETIN TRAITEMENT Un guide complet à la santé et au bien être des7né aux personnes a9eintes du VIH/sida. Décembre 2011 BULLETIN TRAITEMENT Un guide complet à la santé et au bien être des7né aux personnes a9eintes du VIH/sida. Décembre 2011 CE QU IL FAUT SAVOIR SUR LE VIH ET LA MALADIE CARDIOVASCULAIRE Fonda7on des personnes

Plus en détail

MONITORING PÉRI-OPÉRATOIRE DE L'ISCHÉMIE CARDIAQUE. Dary Croft 9 mai 2013

MONITORING PÉRI-OPÉRATOIRE DE L'ISCHÉMIE CARDIAQUE. Dary Croft 9 mai 2013 MONITORING PÉRI-OPÉRATOIRE DE L'ISCHÉMIE CARDIAQUE Dary Croft 9 mai 2013 Plan Épidémiologie en chir. non-cardiaque Aspects techniques de l ECG Rappel critères ECG de l'ischémie Principe de monitoring per-op

Plus en détail

Tests rapides VIH : Comment, pour qui? Diane Descamps, Yazdan Yazdanpanah Laboratoire de Virologie, Service des Maladies Infectieuses et Tropicales Hôpital-Bichat Claude Bernard, HUPNVS UFR de Médecine

Plus en détail

COMMISSION DE LA TRANSPARENCE. Avis. 03 octobre 2012

COMMISSION DE LA TRANSPARENCE. Avis. 03 octobre 2012 COMMISSION DE LA TRANSPARENCE Avis 03 octobre 2012 Examen du dossier des spécialités inscrites pour une durée de 5 ans à compter du 31 décembre 2007 (JO du 29 avril 2009) AVLOCARDYL 40 mg, comprimé sécable

Plus en détail

Que faire devant un résultat positif, négatif ou indéterminé? Elisabeth Bouvet Atelier IGRA VIH JNI Tours 13 Juin 2012

Que faire devant un résultat positif, négatif ou indéterminé? Elisabeth Bouvet Atelier IGRA VIH JNI Tours 13 Juin 2012 Que faire devant un résultat positif, négatif ou indéterminé? Elisabeth Bouvet Atelier IGRA VIH JNI Tours 13 Juin 2012 Conclusions provisoires rapport du HCSP juillet 2011 Valeur prédictive positive des

Plus en détail

2/3 3/27/2013. DIUE / Capacité d'angiologie / DESC Médecine Vasculaire UFR Médecine Montpellier-Nîmes

2/3 3/27/2013. DIUE / Capacité d'angiologie / DESC Médecine Vasculaire UFR Médecine Montpellier-Nîmes Méthodologie, évaluation des paramètres hémodynamiques VSM = 104+/-25 cm/sec RRA = 1,19+/-0,36 VSM = 93 +/-19 cm/sec RRA = 1,08 +/- 0, 34 Echo Doppler des Artères Rénales Jean Pierre Laroche (Avignon,

Plus en détail

Comment se manifeste cette maladie? Comment repérer la séropositivité au SIDA? -> Discussion préparatoire.

Comment se manifeste cette maladie? Comment repérer la séropositivité au SIDA? -> Discussion préparatoire. I.7 Immunologie 1/4. Le SIDA Le système immunitaire est l ensemble des cellules et tissus d un individu pouvant s opposer à la pénétration et à l infection par des micro-organismes. Les moyens «de défense»

Plus en détail

L'ISCHÉMIE CARDIAQUE. Dary Croft. Hôpital du St-Sacrement 18 Février 2010

L'ISCHÉMIE CARDIAQUE. Dary Croft. Hôpital du St-Sacrement 18 Février 2010 MONITORING PÉRI-OPÉRATOIRE DE L'ISCHÉMIE CARDIAQUE Dary Croft CHA-Hôpital Hôpital Enfant-Jésus Hôpital du St-Sacrement 18 Février 2010 Plan Épidémiologie en chir. non-cardiaque Aspects techniques de l

Plus en détail

Conception de Bases de Données Relationnelles

Conception de Bases de Données Relationnelles Conception de Bases de Données Relationnelles LA NORMALISATION DES RELATIONS Najib Tounsi Idée: Comment choisir une «bonne» structure logique de données. Quelles Relations avec quels Attributs? I. Exemple

Plus en détail

MTEV Stratégie Diagnostique

MTEV Stratégie Diagnostique MTEV Stratégie Diagnostique Pr Anne LONG, Médecine Vasculaire Faculté de Médecine et de Maïeutique Lyon Sud Charles Mérieux Hôpital Edouard Herriot Mars 2015 MTEV TVP et EP : les 2 manifestations aiguës

Plus en détail

Le dépistage des risques en cours de la grossesse

Le dépistage des risques en cours de la grossesse Le dépistage des risques en cours de la grossesse DR : BOUCHOUCHA-H Le plan du cours Introduction Les risques à dépistés et les moyens de dépistage L échographie : Conclusion -iso-immunisation : GR-RH

Plus en détail

Résultats de la FIV/ICSI après 40 ans Existe- t- il des facteurs prédic=fs?

Résultats de la FIV/ICSI après 40 ans Existe- t- il des facteurs prédic=fs? Résultats de la FIV/ICSI après 40 ans Existe- t- il des facteurs prédic=fs? Strasbourg, 20 Septembre 2013 Introduc=on 2 phénomènes de société: augmenta=on de l âge moyen à la maternité et augmenta=on de

Plus en détail

SOFMER Toulouse 18-20 octobre 2012. Les bienfaits de la marche sur la santé. Jehan Lecocq

SOFMER Toulouse 18-20 octobre 2012. Les bienfaits de la marche sur la santé. Jehan Lecocq SOFMER Toulouse 18-20 octobre 2012 Les bienfaits de la marche sur la santé. Jehan Lecocq SANTÉ "La santé est un état de complet bien-être physique, mental et social, et ne consiste pas seulement en une

Plus en détail

Plan. Mise en contexte. Objectifs. Intérêts de l étude. Méthodes. Issues

Plan. Mise en contexte. Objectifs. Intérêts de l étude. Méthodes. Issues Plan Mise en contexte Objectifs Intérêts de l étude Méthodes Issues Mise en contexte Recommandations ACC/AHA pour bilan préopératoire des chirurgies de l aorte ascendante Angioscan aorte thoracique synchronisé

Plus en détail

Le VIH et votre cœur

Le VIH et votre cœur Le VIH et votre cœur Le VIH et votre cœur Que dois-je savoir au sujet de mon cœur? Les maladies cardiovasculaires représentent une des cause les plus courante de décès, elles incluent: les maladies coronariennes,

Plus en détail

Fascicule n 5. Octobre 2003

Fascicule n 5. Octobre 2003 Fascicule n 5 L OSTEOPATHE CONSULTANT DE PREMIER RANG Octobre 2003 L Osteopathe, Consultant de Premier Rang L OSTEOPATHE CONSULTANT DE PREMIER RANG Pourquoi l ostéopathe est un consultant de premier rang?

Plus en détail

Données épidémiologiques sur l infection à VIH/sida 1 er décembre 2009 Institut de Veille Sanitaire

Données épidémiologiques sur l infection à VIH/sida 1 er décembre 2009 Institut de Veille Sanitaire Données épidémiologiques sur l infection à VIH/sida 1 er décembre 2009 Institut de Veille Sanitaire Dossier de presse du 27 novembre 2009 En plus des données concernant les découvertes de séropositivité

Plus en détail

ANALYSE HISTOPATHOLOGIQUE DU THROMBUS INTRACRÂNIEN : FOCUS SUR LES LEUCOCYTES

ANALYSE HISTOPATHOLOGIQUE DU THROMBUS INTRACRÂNIEN : FOCUS SUR LES LEUCOCYTES ANALYSE HISTOPATHOLOGIQUE DU THROMBUS INTRACRÂNIEN : FOCUS SUR LES LEUCOCYTES Cyril Dargazanli Pr Vincent Costalat Dr Valérie Rigau M2 «Vaisseaux-Hémostase» Contexte Infarctus cérébral = problème majeur

Plus en détail

TD de Biochimie 4 : Coloration.

TD de Biochimie 4 : Coloration. TD de Biochimie 4 : Coloration. Synthèse de l expérience 2 Les questions posées durant l expérience 2 Exposé sur les méthodes de coloration des molécules : Générique Spécifique Autres Questions Pourquoi

Plus en détail