Hygiène des mains en milieu de soins PARTIE III. Moyens et méthodes pour préserver l hygiène des mains

Save this PDF as:
 WORD  PNG  TXT  JPG

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Hygiène des mains en milieu de soins PARTIE III. Moyens et méthodes pour préserver l hygiène des mains"

Transcription

1 Hygiène des mains en milieu de soins PARTIE III Moyens et méthodes pour préserver l hygiène des mains 1

2 INTRODUCTION Compliance à l hygiène des mains et sa qualité = largement tributaires : De la présence d équipements adaptés et de consommables conformes Du respect des préalables indispensables De l application rigoureuse de procédures adéquates d hygiène des mains 2

3 EQUIPEMENTS ET MATÉRIELS Les structures de soins doivent être dotées de points d eau : adaptés fonctionnels en nombre suffisant et accessibles L approvisionnement en consommables conformes doit être régulier 3

4 PRÉALABLES DE L HYGIÈNE DES MAINS (1/4) Quelles précautions avant tout acte d hygiène des mains? Ôter bijoux et montre Avoir les ongles courts, sans vernis, ni faux ongles Remonter les vêtements vers l avant bras 4

5 PRÉALABLES DE L HYGIÈNE DES MAINS (2/4) Bijoux : avant tout geste d hygiène des mains Bijoux : lavage au savon doux Bijoux : FHA 5

6 PRÉALABLES DE L HYGIÈNE DES MAINS (3/4) Alliance : avant tout geste d hygiène des mains Alliance : lavage au savon doux Alliance : FHA 6

7 PRÉALABLES DE L HYGIÈNE DES MAINS (4/4) Face externe de montre : culture 7

8 QUELS TYPES DE TECHNIQUES D HYGIÈNE DES MAINS? Lavage Simple Hygiénique Chirurgical Friction hydro-alcoolique Traitement hygiénique des mains par friction Désinfection chirurgicale des mains par friction Port de gants Propres Stériles 8

9 PROCÉDURES D HYGIÈNE DES MAINS EN FONCTION DU NIVEAU DE RISQUE Bas niveau de risque Niveau de risque intermédiaire Lavage simple ou Friction désinfectante Lavage hygiénique ou Friction désinfectante Haut niveau de risque Lavage chirurgical ou Désinfection chirurgicale des mains par friction 9

10 LAVAGE DES MAINS (1/3) Quel savon? Quelle eau? SIMPLE : Savon doux SIMPLE : Eau du réseau HYGIENIQUE : Savon antiseptique CHIRURGICAL : Savon antiseptique HYGIENIQUE : Eau du réseau CHIRURGICAL : Eau bactériologiquement maîtrisée 10

11 LAVAGE DES MAINS (2/3) Etapes essentielles 1 Le frottement 1 Le frottement 2 Le rinçage 2 Le rinçage 3 Le séchage 3 Le séchage 1 Lavage et désinfection 2 Brossage 3 Redésinfection 4 Le séchage 11

12 LAVAGE DES MAINS (3/3) Durée optimale SIMPLE : Au moins 30 secondes HYGIENIQUE Au moins une minute CHIRURGICAL Au moins 6 minutes 12

13 LAVAGE SIMPLE DES MAINS : QUAND? A l arrivée, à la fin du travail et au départ du service Dès que les mains sont sales Entre les soins et avant tout geste propre Chaque fois que l on est amené à manipuler du matériel propre Après manipulation de déchets Après être allé au WC, s être mouché ou coiffé Avant de manger ou de fumer et après 13

14 LAVAGE SIMPLE DES MAINS : COMMENT? Se mouiller les mains Prendre du savon Frotter en insistant sur les espaces interdigitaux, poignets et les cupules des ongles Rincer abondamment Sécher les mains avec un essuie mains jetable, refermer le robinet avec ce papier 14

15 LAVAGE SIMPLE DES MAINS 15

16 LAVAGE HYGIÉNIQUE DES MAINS : COMMENT? CINQ INDICATIONS Avant le contact patient Après le contact patient Après le risque d exposition à un liquide biologique Après le contact avec l environnement du patient Avant le geste aseptique

17 LAVAGE HYGIÉNIQUE DES MAINS : QUAND? SITUATIONS PARTICULIERES Avant tout acte aseptique : - pose de sonde vésicale ou pose d un cathéter - ponction lombaire Avant de mettre des gants stériles Avant toute manipulation de matériel stérile Après tout acte de soins sale ou septique Après la manipulation de tout matériel sale ou contaminé (pansements, cathéters ) Aussi fréquemment que possible dans les unités à haut risque infectieux A la sortie de la chambre d un patient porteur de BMR Avant de donner des soins à un patient fragilisé 17

18 TECHNIQUE DE LAVAGE HYGIÉNIQUE DES MAINS : COMMENT? 18

19 LAVAGE HYGIÉNIQUE DES MAINS 19

20 LAVAGE CHIRURGICAL DES MAINS : QUAND? Avant toute intervention chirurgicale Avant tout geste à haut risque infectieux nécessitant une asepsie rigoureuse : pose d un cathéter central exploration circulatoire infiltration, ponction articulaire drain thoracique endoscopie trachéotomie 20

21 LAVAGE CHIRURGICAL DES MAINS : COMMENT? Ôter les bijoux et montre, couper les ongles, mettre masque et coiffe 5 temps 21

22 ERREURS A ÉVITER APRÈS LAVAGE UNE RECONTAMINATION DES MAINS PEUT SE PRODUIRE APRÈS LAVAGE EN CAS : D essuyage des mains avec une serviette à usage multiple De fermeture du robinet à mains nues De manipulation manuelle de la poubelle ou de son couvercle 22

23 PRÉCAUTIONS À PRENDRE EN VUE D ÉVITER UNE SÉCHERESSE / IRRITATION DES MAINS EVITER : Tout excès de produit Un mouillage ou un rinçage insuffisant Le séchage par frottement avec l essuie mains à usage unique 23

24 FRICTION HYDRO-ALCOOLIQUE LES PRODUITS HYDRO-ALCOOLIQUES EN MILIEU DE SOINS 2 utilisations Traitement hygiénique des mains par friction Désinfection chirurgicale des mains par friction Antisepsie rapide des mains Friction chirurgicale des mains 24

25 QUE SONT LES PRODUITS HYDRO- ALCOOLIQUES? Ce sont des solutions ou gels hydro- alcooliques à séchage rapide, conçus spécifiquement pour la désinfection des mains Ils contiennent de l'alcool, un émollient, et parfois un autre antiseptique Ils s'appliquent par friction sans rinçage 25

26 COMPOSITION D UN PRODUIT HYDRO- Un alcool ALCOOLIQUE large spectre "antimicrobien" séchage rapide Un autre antiseptique élargit le spectre d'action prolonge l efficacité Un agent protecteur de la peau prévient le dessèchement améliore la tolérance cutanée 26

27 LES PHA : UNERÉPONSEÀLANON OBSERVANCE DE L HYGIÈNE DES MAINS LA FRICTION HYDRO ALCOOLIQUE REPRÉSENTE UNE ALTERNATIVE VALABLE : En situation d urgence En cas d accès impossible à un poste de lavage (ambulance, SAMU) En situation épidémique pour améliorer l observance En cas d intolérance aux savons désinfectants En cas d infection fongique En cas d infection virale, à condition que le produit ait fait l objet d une validation pour cet usage 27

28 POURQUOI PRIVILÉGIER LA FHA? (1/7) La FHA = une technique simple d utilisation Pas besoin d eau ni d équipement particulier Disponible en tout lieu : poche, chariot de soins 28

29 POURQUOI PRIVILÉGIER LA FHA? (2/7) LA FHA = UNE TECHNIQUE RAPIDE Friction SHA : 3 fois plus rapide que le lavage simple Friction (30 s) séchage compris Mouillage des mains lavage 1 min 30 Savonnag e (30s) FHA Pas de déplacement (proche) Pas de rinçage Déplacement ( aller au lavabo) Lavage simple Rinçage 29

30 POURQUOI PRIVILÉGIER LA FHA? (3/7) LA FHA = UNE TECHNIQUE RAPIDE Pour 16 occasions / Heure Friction PHA = 8 mn / H Lavage simple = 24 mn / H Reste 52 mn pour les soins Reste 36 mn pour les soins 30

31 POURQUOI PRIVILÉGIER LA FHA? (4/7) LA FHA = UNE TECHNIQUE EFFICACE A temps de contact égal, la friction est plus efficace que le lavage des mains même effectué avec un savon antiseptique Lavage avec savon désinfectant Désinfection par friction alcoolique Réduction de la flore transitoire Réduction de la flore permanente Réduction de la flore transitoire Réduction de la flore permanente 99,9 % 50 % 99,999 % 99 % 31

32 POURQUOI PRIVILÉGIER LA FHA? (5/7) LA FHA = UNE TECHNIQUE EFFICACE

33 POURQUOI PRIVILÉGIER LA FHA? (6/7) LA FHA : UNE TECHNIQUE BIEN TOLÉRÉE Les PHA, grâce aux émollients qu ils contiennent, causent moins d irritation et de sécheresse de la peau que le lavage des mains à l eau et au savon La tolérance dépend du respect du mode d emploi Bonne utilisation de la FHA = Meilleure tolérance cutanée 33

34 34

35 POURQUOI PRIVILÉGIER LA FHA? (7/7) LA FHA : AU FINAL, AMÉLIORATION DE L OBSERVANCE DE L HYGIÈNE DES MAINS 70% 60% Introduction des PHA 50% 40% 30% Avant Après 20% 10% 0% Taux Observance 35

36 LES LIMITES DE LA FHA Les PHA ne doivent jamais être utilisés : Sur des mains souillées Sur des mains mouillées (ou humides) Sur des mains poudrées Les PHA ne sont pas conseillés si les mains sont lésées (sensations de brûlures) Au bout d'un certain temps, les mains deviennent collantes, et nécessitent un lavage avec de l'eau 36

37 PHA : ATTENTION AUX DÉRIVES Les produits hydro-alcooliques ne doivent pas être utilisés pour la désinfection : du matériel (stéthoscope, garrot ) des surfaces ( mobilier, appareils ) des muqueuses de la peau (sauf mains!) 37

38 TRAITEMENT HYGIÉNIQUE DES MAINS PAR FRICTION : TECHNIQUE (1/3) On dépose 3 ml de la solution hydro-alcoolique (solution ou gel) dans la paume de sa main 38

39 TRAITEMENT HYGIÉNIQUE DES MAINS PAR FRICTION : TECHNIQUE (2/3) Paume contre paume Paume de la main droite sur le dos de la main gauche et inversement Paume contre paume et doigts entrelacés Dos des doigts contre paume opposée avec les doigts emboîtés 39

40 TRAITEMENT HYGIÉNIQUE DES MAINS PAR FRICTION : TECHNIQUE (3/3) Friction en rotation du pouce gauche enchâssé dans paume droite et vice versa Friction en rotation et mouvement de va et vient avec les doigts joints Friction en rotation des poignets 40

41 Paumes et faces internes doigts Dos mains et doigts Espaces interdigitaux et doigts Bords cubitaux Ongles Pouces Sans oublier les Poignets 41

42 DÉSINFECTION CHIRURGICALE DES MAINS PAR FRICTION (1/2) QUELS AVANTAGES? Alternative validée au lavage chirurgical Efficacité au moins égale si ce n est supérieure sur le plan microbiologique Léger gain de temps Meilleure tolérance cutanée Libère des contraintes pour obtenir une eau de qualité 42

43 DÉSINFECTION CHIRURGICALE DES MAINS PAR FRICTION (2/2) TECHNIQUE 43

44 Lavage simple des mains et des avant-bras au savon doux. Mouiller les mains et avant bras à l eau tiède, Verser une dose de savon, Savonner pendant 30 secondes, Brosser les ongles. Rincer abondamment mains et avant-bras. Sécher les mains avec un essuie-mains à usage unique par tamponnements. 44

45 Prendre le produit hydroalcoolique Imprégner les mains, les avant-bras et les coudes du produit Frictionner les mains, les poignets et les avant-bras (coude compris). Respecter la technique d application. Frotter jusqu au séchage complet. 45

46 Répéter l opération avec le produit désinfectant Bien frictionner les mains et les avant-bras du produit (les coudes sont exclus) Obtenir un séchage complet de la peau. 46

47 LE PORTDEGANTS(1/9) Le port de gants, constitue une mesure complémentaire au lavage des mains, il ne le remplace pas 47

48 LE PORTDEGANTS(2/9) POURQUOI? Créer une barrière entre les mains du soignant et le sang, les liquides biologiques, les sécrétions et les muqueuses Prévenir la transmission de micro- organismes tant du patient au personnel qu inversement 48

49 LE PORTDEGANTS(3/9) Le port de gants propres non stériles est nécessaire : Lorsqu on prévoit une exposition : A des matières susceptibles d être infectieuses (pus, selles, sécrétions respiratoires, exsudats de lésions cutanées ) A du sang ou à des liquides biologiques capables de transmettre des infections Et lorsque la peau des mains du soignant n est pas intacte 49

50 LE PORTDEGANTS(4/9) Le port de gants stériles est nécessaire : Si les mains entrent en contact avec des objets stériles Ou dans des conditions aseptiques, c-à-d lors : d intervention chirurgicale d accouchement de technique invasive de contacts directs avec des tissus stériles tels que plaies 50

51 LE PORTDEGANTS(5/9) RÈGLES À OBSERVER (1/2) Avoir des mains propres et bien sèches Avoir les ongles courts, sans vernis Ôter bijoux et montre Protéger toute lésion cutanée par un pansement Porter un gant adapté à sa morphologie Limiter la durée du port de gants Ne pas faire de réserve de gants dans la poche 51

52 LE PORTDEGANTS(6/9) RÈGLES À OBSERVER (2/2) Ne jamais laver ou désinfecter les gants Ôter les gants dès la fin du soin Éliminer les gants après utilisation Porter une double paire de gants pour certains actes chirurgicaux 52

53 LE PORTDEGANTS(7/9) Changer de gants Entre chaque patient Entre chaque soin de niveau différent de risque pour un même patient En cas d interruption du soin En cas de gant perforé En cas de faute d asepsie Une paire de gants = un geste = un patient 53

54 LE PORTDEGANTS(8/9) Enlever les gants, immédiatement après usage, avant tout contact avec des objets ou des surfaces propres ou un contact avec un autre patient Après avoir enlevé les gants, les mains doivent être lavées systématiquement notamment pour prévenir une irritation de la peau 54

55 55

56 LE PORTDEGANTS(9/9) Risques liés au port de gants L irritation de contact Réaction physico chimique localisée Les réactions allergiques Réponse du système immunitaire à un allergène : Protéines du latex Additifs chimiques 56

57 Le CONCLUSION mot de la fin L observance de l hygiène des mains est la première mesure de prévention des IAS L amélioration soutenue des pratiques d hygiène manuelle est associée à une réduction des IAS dont l impact économique dépasse largement les frais liés à l acquisition des agents d hygiène des mains 57

58 POUR EN SAVOIR PLUS 58

59 Merci 59

60 DIAPORAMA ELABORE PAR Dr Souilah Hélla Dr Gzara Ahlem Melle Kammoun Hayet Dr Hamza Ridha Mai

HYGIENE DES MAINS DES PROFESSIONNELS ET DES RESIDENTS

HYGIENE DES MAINS DES PROFESSIONNELS ET DES RESIDENTS 1. OBJECTIF Appliquer une hygiène des mains adaptée à chaque activité, afin d éviter la transmission croisée manuportée des micro-organismes. 2. DOMAINE D APPLICATION L ensemble des professionnels de,

Plus en détail

Quizz Hygiène des mains

Quizz Hygiène des mains Quizz Hygiène des mains Question 1 En dehors des professionnels de santé, l hygiène des mains concerne : 1. le grand public 2. les résidents 3. les visiteurs 4. les intervenants externes 5. les bénévoles

Plus en détail

"Au lieu de s ingénier à tuer les microbes dans les plaies, ne serait-il pas plus raisonnable de ne pas en introduire"? Pasteur

Au lieu de s ingénier à tuer les microbes dans les plaies, ne serait-il pas plus raisonnable de ne pas en introduire? Pasteur "Au lieu de s ingénier à tuer les microbes dans les plaies, ne serait-il pas plus raisonnable de ne pas en introduire"? Pasteur 1. 2. 3. 4. 5. 6. 7. 8. 9. 10. Historique Cadre législatif Petits rappels

Plus en détail

Pathologie infectieuse

Pathologie infectieuse Infections nosocomiales Prévention des risques Infection Pénétration dans un organisme d'un agent étranger (bactérie, virus, champignon, parasite) capable de s'y multiplier et d'y induire des lésions pathologiques.

Plus en détail

Objet : Préciser les techniques s appliquant au lavage hygiénique des mains.

Objet : Préciser les techniques s appliquant au lavage hygiénique des mains. Référence : PT/HYG/002-B Page :Page 1 sur 5 Objet : Préciser les techniques s appliquant au lavage hygiénique des mains. Résumé des modifications intervenues : Le temps de lavage des mains a été diminué.

Plus en détail

Place des PHA en EHPAD

Place des PHA en EHPAD Place des PHA en EHPAD Prévention du risque infectieux en EHPAD 2 ème Journée inter-régionale de formation et d information Rennes 15 juin 2010 Prévention du risque infectieux en EHPAD Mesures concernant

Plus en détail

C.CLIN Ouest. Hygiène des structures d hébergement pour personnes âgées. 2002. 1. Hygiène du personnel

C.CLIN Ouest. Hygiène des structures d hébergement pour personnes âgées. 2002. 1. Hygiène du personnel 1. Hygiène du personnel 11 C.CLIN Ouest. Hygiène des structures d hébergement pour personnes âgées. 2002 1. HYGIÈNE DU PERSONNEL 1.1 Précautions standard 1.2 Vestiaires du personnel 1.3 Tenue du personnel

Plus en détail

L hygiène des mains. N.ROUAH/I.POGGIOLI - Sept 2013 1

L hygiène des mains. N.ROUAH/I.POGGIOLI - Sept 2013 1 L hygiène des mains N.ROUAH/I.POGGIOLI - Sept 2013 1 Un peu d histoire I. Introduction La première pratique remonte au milieu du XIXème siècle, lorsque le Dr Semmelweiss le demande aux étudiants en médecine

Plus en détail

Prévention de la transmission des agents infectieux

Prévention de la transmission des agents infectieux PRÉVENTION DE LA TRANSMISSION CROISÉE DES MICRO-ORGANISMES Précautions standard et complémentaires Elisabeth Laprugne-Garcia CClin Sud-Est 29/04/2015 Prévention de la transmission des agents infectieux

Plus en détail

PANSEMENTS ET SOINS DE PLAIES : QUELLES PRECAUTIONS DE BASE A RESPECTER?

PANSEMENTS ET SOINS DE PLAIES : QUELLES PRECAUTIONS DE BASE A RESPECTER? PANSEMENTS ET SOINS DE PLAIES : QUELLES PRECAUTIONS DE BASE A RESPECTER? Isabelle JOZEFACKI IDE HYGIENISTE UPIN DESP Le 17 novembre 2011 3 ème journée régionale de formation destinée aux EHPAD Moyens de

Plus en détail

Guide pour la formation de nouveaux professionnels en établissements de soins CCLIN Sud Ouest

Guide pour la formation de nouveaux professionnels en établissements de soins CCLIN Sud Ouest V / LES BASES DE LA PREVENTION 35 Les règles d hygiène de base s appliquent aux patients et également à tout le personnel. Elles visent à limiter le risque de transmission croisée de micro-organismes responsables

Plus en détail

Hygiène des mains : pourquoi, comment et quand

Hygiène des mains : pourquoi, comment et quand Hygiène des mains : pourquoi, comment et quand POURQUOI? Des milliers de personnes meurent chaque jour des suites d infections acquises au cours des procédures de soins. Les germes sont principalement

Plus en détail

LE CABINET MÉDICAL DE GYNÉCOLOGIE COMMENT RÉDUIRE LA TRANSMISSION DES AGENTS INFECTIEUX

LE CABINET MÉDICAL DE GYNÉCOLOGIE COMMENT RÉDUIRE LA TRANSMISSION DES AGENTS INFECTIEUX LE CABINET MÉDICAL DE GYNÉCOLOGIE COMMENT RÉDUIRE LA TRANSMISSION DES AGENTS INFECTIEUX Daniel BLOC PH hygiéniste CHU de Tours Tout soin délivré est à risque de complication infectieuse mais la fréquence

Plus en détail

Précautions «Standard»

Précautions «Standard» Précautions «Standard» Relais Régional d Hygiène Hospitalière du Centre RHC Précautions «Standard» Définition : Précautions «Standard» : 7 recommandations générales d hygiène à appliquer pour tout patient

Plus en détail

Le respect des précautions standards dans la prévention du risque infectieux au domicile.

Le respect des précautions standards dans la prévention du risque infectieux au domicile. Le respect des précautions standards dans la prévention du risque infectieux au domicile. Frédérique SIESSE,infirmière libérale, Perpignan, Référente RVPCLR pôle Perpignan 1 La responsabilité de l infirmière

Plus en détail

PSE 2. Service Départemental d'incendie et de Secours du Calvados. Premiers secours en équipe. L hygiène et asepsie

PSE 2. Service Départemental d'incendie et de Secours du Calvados. Premiers secours en équipe. L hygiène et asepsie Premiers secours en équipe L hygiène et asepsie Service Départemental d'incendie et de Secours du Calvados hygiène et asepsie A la fin de cette partie vous serez capable d indiquer : D appliquer les règles

Plus en détail

Béatrice Allain-Cadre de santé formatrice-ifsi CHGR

Béatrice Allain-Cadre de santé formatrice-ifsi CHGR Béatrice Allain-Cadre de santé formatrice-ifsi CHGR 1 «Au lieu de s ingénier àtuer les microbes dans les plaies, ne serait-il pas plus raisonnable de ne pas en introduire»? PASTEUR Béatrice Allain-Cadre

Plus en détail

Infections liées aux soins. Guide de prévention (extraits)

Infections liées aux soins. Guide de prévention (extraits) Infections liées aux soins Guide de prévention (extraits) Technique du lavage des mains Mouiller Savonner Rincer Sécher par tamponnement Fermer le robinet avec l essuie-mains Indications du lavage des

Plus en détail

HYGIENE et ASEPSIE les principes de base exemple : réalisation d un pansement

HYGIENE et ASEPSIE les principes de base exemple : réalisation d un pansement Les règles d 'hygiène dans la réalisation d un pansement HYGIENE et ASEPSIE les principes de base exemple : réalisation d un pansement Objectif Règles visant à prévenir les risques de transmission croisée

Plus en détail

RISQUE INFECTIEUX EN MATERNITE

RISQUE INFECTIEUX EN MATERNITE RISQUE INFECTIEUX EN MATERNITE 1 Introduction 822 000 naissances en 2012 14 124 à la Réunion (2011) Infections nosocomiales en maternité Mères bébés Fréquence variable selon le mode d accouchement et le

Plus en détail

PRECAUTIONS STANDARDS

PRECAUTIONS STANDARDS JOURNEE DE FORMATION D AUTOMNE DES CORRESPONDANTS EN HYGIENE HOSPITALIERE PRECAUTIONS STANDARDS Marc PHILIPPO, PH Hygiène Hélène ZANOVELLO, IDE Hygiène 28/10/2014 1 OBJECTIFS Prévention des AES: lors de

Plus en détail

Plan. La flore cutanée La transmission manuportée Les conditions préalables à l hygiène des mains Les techniques d hygiène des mains

Plan. La flore cutanée La transmission manuportée Les conditions préalables à l hygiène des mains Les techniques d hygiène des mains Hygiène des mains 2 Plan La flore cutanée La transmission manuportée Les conditions préalables à l hygiène des mains Les techniques d hygiène des mains Le lavage simple Le lavage hygiénique ou antiseptique

Plus en détail

Précautions standard et précautions complémentaires

Précautions standard et précautions complémentaires Précautions standard et précautions complémentaires 30 janvier 2014 Journée inter-hospitalière Correspondants Para-médicaux en Hygiène Hospitalière Hélène Zanovello, IDE hygiéniste Corinne DENIS praticien

Plus en détail

Support de Formation PRECAUTIONS STANDARD destiné aux professionnels de santé

Support de Formation PRECAUTIONS STANDARD destiné aux professionnels de santé Réseau des Hygiénistes du Centre Antenne Régionale de Lutte contre les Infections Nosocomiales Support de Formation PRECAUTIONS STANDARD destiné aux professionnels de santé Version 2013 1 ère Partie CONNAISSANCES

Plus en détail

FICHES INFORMATIVES HYGIENE DU PERSONNEL

FICHES INFORMATIVES HYGIENE DU PERSONNEL LE GOUVERNEMENT DU GRAND-DUCHÉ DE LUXEMBOURG Direction de la Santé FICHES INFORMATIVES HYGIENE DU PERSONNEL Un plan d hygiène permet de garantir la propreté du personnel et éviter toutes contaminations

Plus en détail

Les nouvelles recommandations pour prévenir les infections associées aux soins

Les nouvelles recommandations pour prévenir les infections associées aux soins 1ère journée ALIAS Lille - mardi 29 mars 2011 Les nouvelles recommandations pour prévenir les infections associées aux soins Bruno Grandbastien Faculté de Médecine Henri Warembourg, Université de Lille

Plus en détail

Les Précautions. «Standard» Denis Thillard. Hygiène et prévention du risque infectieux en EHPAD 24 novembre 2009

Les Précautions. «Standard» Denis Thillard. Hygiène et prévention du risque infectieux en EHPAD 24 novembre 2009 Les Précautions «Standard» Denis Thillard 24 novembre 2009 Les précautions standard Ce sont des règles r de base à appliquer: Par tous les professionnels Pour tous les résidentsr Tous les jours l hygiène

Plus en détail

Protocoles d échanges en DP

Protocoles d échanges en DP Protocoles d échanges en DP Réalisés par Marketing Global DP Gambro Renal Products Sommaire Prévention de l infection Page 1 PD01/03 Nettoyage et désinfection pour les échanges en DP Page 2 PD02/03 Lavage

Plus en détail

Atelier Hygiène des mains : Friction, Lavage des mains

Atelier Hygiène des mains : Friction, Lavage des mains Atelier Hygiène des mains : Friction, Lavage des mains Établissements de Santé et Instituts de Formation Inter Région Sud-Ouest Aquitaine, Guadeloupe, Guyane, Limousin, Martinique, Midi-Pyrénées, Poitou-Charentes

Plus en détail

Audit des pratiques d hygiène en établissements médico-sociaux: l expérience de la région Champagne-Ardenne

Audit des pratiques d hygiène en établissements médico-sociaux: l expérience de la région Champagne-Ardenne Audit des pratiques d hygiène en établissements médico-sociaux: l expérience de la région Champagne-Ardenne Véronique Bussy-Malgrange Martine Blassiau Journée interrégionale de formation CClin-Est-Resclin,

Plus en détail

Précautions barrière vis à vis de la grippe

Précautions barrière vis à vis de la grippe Précautions barrière vis à vis de la grippe Madame Patricia Lathière en collaboration avec Madame Sophie Steunou 05/12/2006 http://www.grippeaviaire.gouv.fr/ Transmission interhumaine Par l'intermédiaire

Plus en détail

Épidémie de grippe. Définitions... 1. Les premiers symptômes de la grippe pandémique... 2. Incubation :... 2. Comment se protéger!...

Épidémie de grippe. Définitions... 1. Les premiers symptômes de la grippe pandémique... 2. Incubation :... 2. Comment se protéger!... Épidémie de grippe Table des matières Définitions... 1 Les premiers symptômes de la grippe pandémique... 2 Incubation :... 2 Comment se protéger!... 2 Mouchage, éternuements, crachat, toux... 2 Éviter

Plus en détail

Gants sous surveillance

Gants sous surveillance Gants sous surveillance Atelier «Rencontre avec l Expert» Monique Bourjault, Béatrice Croze, Christia Gheno XXIII e congrès national Société Française d Hygiène Hospitalière Lille 6 juin 2012 20/06/2012

Plus en détail

LES SOINS URINAIRES. Annie BRENET Isabelle PONCET JUIN 2014 1

LES SOINS URINAIRES. Annie BRENET Isabelle PONCET JUIN 2014 1 LES SOINS URINAIRES Annie BRENET Isabelle PONCET JUIN 2014 1 La pose de sonde vésicale Indication: La pose de sonde vésicale est un geste invasif réalisé sur prescription médicale. Les indications principales

Plus en détail

LES SOINS URINAIRES. La pose de sonde vésicale

LES SOINS URINAIRES. La pose de sonde vésicale LES SOINS URINAIRES Annie BRENET Isabelle PONCET JUIN 2014 1 La pose de sonde vésicale Indication: La pose de sonde vésicale est un geste invasif réalisé sur prescription médicale. Les indications principales

Plus en détail

Directives en matières de préventions des infections nosocomiales.

Directives en matières de préventions des infections nosocomiales. Directives en matières de préventions des infections nosocomiales. MINISTERE DE LA SANTE REPUBLIQUE DU MALI * * * * * Un Peuple- Un But- Une Foi SECRETARIAT GENERAL * * * * * * * * * * DIRECTION NATIONALE

Plus en détail

Le bon usage des gants

Le bon usage des gants Le bon usage des gants Historique Au XVI ème siècle, l obstétricien Plenck recommandait déjà l usage des gants au moment de la naissance d enfants de mère syphilitique. Cette recommandation apparaissait

Plus en détail

Le lavage des mains et son organisation. dans les entreprises alimentaires

Le lavage des mains et son organisation. dans les entreprises alimentaires Le lavage des mains et son organisation dans les entreprises alimentaires 1. Introduction 2. Emplacement du poste de lavage des mains 3. La cuvette du lavabo 4. Commande d'eau 5. Eau 6. Conditionnement

Plus en détail

Pharmacie et protocoles d urgence

Pharmacie et protocoles d urgence Pharmacie et protocoles d urgence SOMMAIRE Fiche.0 : Composition de la trousse de secours Fiche. : Soin d une petite plaie Fiche. : Soin d une petite brûlure thermique ou chimique Fiche. : Conduite à tenir

Plus en détail

Protocole Hémoculture

Protocole Hémoculture Hôpital Local Intercommunal Soultz-Issenheim N : S.PT.S.042.1 Protocole Hémoculture SERVICES DESTINATAIRES CLASSEUR 2 : CLASSEUR 3 : CLASSEUR 4 : CLASSEUR 6 : CLASSEUR 7 : CLASSEUR 11 : SERVICE DE SOINS

Plus en détail

Formation des auditeurs

Formation des auditeurs Audit «Hygiène des mains» Partie II Qualité technique des gestes d hygiène des mains Formation des auditeurs Contexte 1 L hygiène des mains : 1 ère mesure de prévention des infections associées aux soins

Plus en détail

STOP à la Transmission des microorganismes!

STOP à la Transmission des microorganismes! STOP à la Transmission des microorganismes! M.E Gengler Vendredi 25 Avril 2014 Vous avez ditstandard? Voici les «Précautions Standard» ou PS Les Précautions Standard : la Loi Respectez les «précautions

Plus en détail

AVIS 14 décembre 2011

AVIS 14 décembre 2011 COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS 14 décembre 2011 BIORGASEPT 0,5%, solution pour application cutanée Flacon de 250 ml (CIP : 360 430-7) Laboratoires BAILLEUL-BIORGA DCI Code ATC (libellé) Conditions

Plus en détail

INTRODUCTION A LA PREVENTION DE L INFECTION

INTRODUCTION A LA PREVENTION DE L INFECTION INTRODUCTION A LA PREVENTION DE L INFECTION OBJECTIFS SPECIFIQUES : EXPLIQUER L IMPORTANCE DE LA PREVENTION DE L INFECTION DANS LES SERVICES DE SOINS. DECRIRE LE CYCLE DE L INFECTION IDENTIFIER LES MOYENS

Plus en détail

Un autre regard sur les Gants. CH Villefranche S/S. 34 èmes Journées Régionales en Hygiène Hospitalière BRON 2011

Un autre regard sur les Gants. CH Villefranche S/S. 34 èmes Journées Régionales en Hygiène Hospitalière BRON 2011 CH Villefranche S/S 34 èmes Journées Régionales en Hygiène Hospitalière BRON 2011 Katherine SIMIAN, Franck MAGNIN référents en hygiène à l Unité de Consultations et de Soins Ambulatoires Dr Béatrice GRISI

Plus en détail

LES GANTS. Pour la protection de tous, personnel et patients

LES GANTS. Pour la protection de tous, personnel et patients LES GANTS Pour la protection de tous, personnel et patients Mettre des gants, pourquoi? L efficacité de la désinfection des mains par lavage ou par friction est limitée : Avant un geste nécessitant une

Plus en détail

HYGIENE B. MOERMAN 1

HYGIENE B. MOERMAN 1 HYGIENE B. MOERMAN 1 HYGIENE Hygiène Pour prévenir des infections au cours des soins, le respect d'une hygiène irréprochable est nécessaire (but : éviter l'intrusion de micro-organismes pathogènes). Une

Plus en détail

MESURES PREVENTIVES et ISOLEMENTS APPLICABLES PENDANT LE TRANSPORT DES PATIENTS. COLMU PONT A MOUSSON 10 Juin 2008 C. COSSON C.

MESURES PREVENTIVES et ISOLEMENTS APPLICABLES PENDANT LE TRANSPORT DES PATIENTS. COLMU PONT A MOUSSON 10 Juin 2008 C. COSSON C. MESURES PREVENTIVES et ISOLEMENTS APPLICABLES PENDANT LE TRANSPORT DES PATIENTS COLMU PONT A MOUSSON 10 Juin 2008 C. COSSON C. BURTIN Introduction Hygiène : Normes et réglementation (1) Hôpitaux Chapitre

Plus en détail

Guide des transports. sanitaires. terrestres

Guide des transports. sanitaires. terrestres Guide des transports sanitaires terrestres 1 Sommaire Présentation du métier d ambulancier... Pages 3 et 4 Règles et mesures d hygiène générales... Pages 5 à 7 Rappel sommaire de la réglementation... Page

Plus en détail

COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS DE LA COMMISSION. 22 juin 2005

COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS DE LA COMMISSION. 22 juin 2005 COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS DE LA COMMISSION 22 juin 2005 Examen du dossier des spécialités inscrites pour une durée de 5 ans par arrêté du 27 décembre 2000 (JO du 4 janvier 2000) POVIDONE IODEE

Plus en détail

Fiche pour les responsables des établissements d hébergement pour personnes âgées

Fiche pour les responsables des établissements d hébergement pour personnes âgées Mesures à mettre en œuvre dans les établissements d hébergement pour personnes âgées en cas de syndrome respiratoire aigu lors d une pandémie de grippe A(H1N1) Fiche pour les responsables des établissements

Plus en détail

Grippe A(H1N1) Questions- réponses à l attention des établissements et services médicosociaux pour personnes âgées

Grippe A(H1N1) Questions- réponses à l attention des établissements et services médicosociaux pour personnes âgées Grippe A(H1N1) Questions- réponses à l attention des établissements et services médicosociaux pour personnes âgées Ce jeu de questions-réponses est susceptible d évoluer en fonction de la situation épidémiologique,

Plus en détail

Description du dispositif et des accessoires spécifiques

Description du dispositif et des accessoires spécifiques Description du dispositif et des accessoires spécifiques Le PICC est un cathéter en silicone ou en polyuréthane mesurant entre 30 et 60 cm, il est radio-opaque. Les cathéters posés au DEA sont en général

Plus en détail

Comment intégrer les établissements de long séjour? Forum HH avril 2006 Monica Attinger Infirmière PCI UHPCI/Vaud

Comment intégrer les établissements de long séjour? Forum HH avril 2006 Monica Attinger Infirmière PCI UHPCI/Vaud Comment intégrer les établissements de long séjour? Forum HH avril 2006 Monica Attinger Infirmière PCI UHPCI/Vaud BUT 1 MOYEN Amélioration de la pratique de l hygiène des mains Campagne Participants: 116

Plus en détail

Entretien (nettoyage et/ou désinfection) de l'environnement direct des locaux et des lieux de vie des pennsionaires en EMS

Entretien (nettoyage et/ou désinfection) de l'environnement direct des locaux et des lieux de vie des pennsionaires en EMS SOMMAIRE Définition des niveaux de risque page 2 Plan de nettoyage d une chambre de pensionnaire à faible risque page 3 Plan de nettoyage d une chambre de pensionnaire à risque élevé page 4 Plan de nettoyage

Plus en détail

Consultez notre site Internet : www.who.int/patientsafety

Consultez notre site Internet : www.who.int/patientsafety Organisation mondiale de la santé 20 Avenue Appia CH - 1211 Genève 27 Suisse Tél. +41 (0)22 791 40 24 Fax +41 (0)22 791 13 88 E-mail : patientsafety@who.int Consultez notre site Internet : www.who.int/patientsafety

Plus en détail

Micro-organismes et voies de transmission. A. Lasheras et D. Monnin Forcomed 2008

Micro-organismes et voies de transmission. A. Lasheras et D. Monnin Forcomed 2008 Micro-organismes et voies de transmission A. Lasheras et D. Monnin Forcomed 2008 1 Microorganismes / microbes / agents infectieux? Ce sont : Des bactéries Des virus Des parasites Des champignons: filamenteux

Plus en détail

Conseils généraux avant de réaliser une infiltration

Conseils généraux avant de réaliser une infiltration Conseils généraux avant de réaliser une infiltration Références Ayral X. Les infiltrations. Les techniques. Ed JBH santé, 001. Baron D. Les gestes en rhumatologie. Montpellier, Sauramps Médical, 00. Bardin

Plus en détail

Respect des précautions standard

Respect des précautions standard Respect des précautions standard 11 e journée régionale de prévention des infections associées aux soins Jeudi 11 avril 2013 Denis THILLARD Circulaire DGS/DH n 98-249 du 20 avril 1998 : «Des précautions

Plus en détail

PREVENTION DES INFECTIONS DU SITE OPERATOIRE ET INFORMATION DU PATIENT

PREVENTION DES INFECTIONS DU SITE OPERATOIRE ET INFORMATION DU PATIENT PREVENTION DES INFECTIONS DU SITE OPERATOIRE ET INFORMATION DU PATIENT Sylvie PAGET UE 2.10 S1 2015-2016 2016 PLAN INTRODUCTION 1- Les Infections du Site Opératoire (ISO) 1-11 Epidémiologie 1-22 DéfinitionD

Plus en détail

Bruno Aucomte Catherine Briand Antoine Collin Maria Da Silva Cécile Dudognon Caroline Valois

Bruno Aucomte Catherine Briand Antoine Collin Maria Da Silva Cécile Dudognon Caroline Valois Bruno Aucomte Catherine Briand Antoine Collin Maria Da Silva Cécile Dudognon Caroline Valois IFSI Croix rouge Française de Limoges ; Février 2003 1 Sommaire 1 Généralités 3 La Flore cutanée et épidémiologie.8

Plus en détail

Recommandations pour la prévention des infections nosocomiales

Recommandations pour la prévention des infections nosocomiales Recommandations pour la prévention des infections nosocomiales Soins aux patients Octobre 2000 1. PREFACE 2. PRECAUTIONS GENERALES 2.1 Etat de la question 2.2 Recommandations 3. HYGIENE DES MAINS TABLE

Plus en détail

Skinsan scrub. Hygiène sûre pour tout le corps. Health Care. nettoyage ménageant de la peau hygiène antiseptique

Skinsan scrub. Hygiène sûre pour tout le corps. Health Care. nettoyage ménageant de la peau hygiène antiseptique Skinsan scrub Hygiène sûre pour tout le corps. nettoyage ménageant de la peau hygiène antiseptique Health Care Skinsan scrub Skinsan scrub est l hygiène antiseptique sûre et douce pour tout le corps. Skinsan

Plus en détail

Hôpital du Kremlin Bicêtre Service d anesthésie-réanimation LE CATHÉTER ARTÉRIEL (KTA)

Hôpital du Kremlin Bicêtre Service d anesthésie-réanimation LE CATHÉTER ARTÉRIEL (KTA) Hôpital du Kremlin Bicêtre Service d anesthésie-réanimation LE CATHÉTER ARTÉRIEL (KTA) SOMMAIRE Points essentiels...3 Pose du KTA, contexte urgent...4 Pose du KTA, contexte non urgent...7 Pansement du

Plus en détail

Audit de pratiques professionnelles. La ponction du liquide amniotique

Audit de pratiques professionnelles. La ponction du liquide amniotique Audit de pratiques professionnelles La ponction du liquide amniotique Journée réseau MATER 17 novembre 2011 C. Chapuis/P.Battagliotti/ ESPRI/ HCL PLA : quels sont les risques? Risque de fausse couche :

Plus en détail

PICC = nouveau matériel «Cathéter veineux central à abord périphérique»

PICC = nouveau matériel «Cathéter veineux central à abord périphérique» PICC = nouveau matériel «Cathéter veineux central à abord périphérique» Anne-Marie Béduchaud Responsable Hygiène gestion du risque Polyclinique de Poitiers/Clinique Saint Charles/HAD 18032015 Qu est ce

Plus en détail

PRECAUTIONS COMPLEMENTAIRES D HYGIENE

PRECAUTIONS COMPLEMENTAIRES D HYGIENE PRECAUTIONS COMPLEMENTAIRES D HYGIENE Complémentaires d Hygiène CHAPUIS C, Saint Genis Laval Juin 2010 Objectif Les Complémentaires d Hygiène (PCH) ont pour but de faire barrière à la diffusion d un agent

Plus en détail

L HYGIENE. Fiche connaissances pour l enseignant

L HYGIENE. Fiche connaissances pour l enseignant Fiche connaissances pour l enseignant L HYGIENE Ce qu il faut savoir Il est capital d avoir une hygiène corporelle appropriée pour éviter de tomber malade ou de rendre malade les autres. Donc on se lave

Plus en détail

Prépration cutanée de l opéré

Prépration cutanée de l opéré Prépration cutanée de l opéré Xème Journée d Hygiène Hospitalière de Bizerte. Bizerte le 3 décembre 2005 Conférence de Consensus de la Société Française d Hygiène Hospitalière 1 Définition: Ensemble de

Plus en détail

Des pilules contre tous les microbes? Programme pour les garderies

Des pilules contre tous les microbes? Programme pour les garderies Des pilules contre tous les microbes? Programme pour les garderies Partie V. Feuillets d information Février 2011 BONS MICROBES - MAUVAIS MICROBES Les bactéries sont partout et elles forment 60% de la

Plus en détail

PROJET DE VIE PROJET DE SOINS RESIDENTS PORTEURS D UNE B.M.R. EN E.H.P.A.D.

PROJET DE VIE PROJET DE SOINS RESIDENTS PORTEURS D UNE B.M.R. EN E.H.P.A.D. PROJET DE VIE PROJET DE SOINS RESIDENTS PORTEURS D UNE B.M.R. EN E.H.P.A.D. DAURIAC MARIE-CHRISTINE INFIRMIERE EQUIPE MOBILE DE GERIATRIE CH AUCH 9 JUIN 2011 Projet de vie / projet de soins Les deux projets,

Plus en détail

Premiers soins. Fiche 12 Hémorragies. A. Saignement par une plaie. Compression manuelle. Arrêter un saignement abondant.

Premiers soins. Fiche 12 Hémorragies. A. Saignement par une plaie. Compression manuelle. Arrêter un saignement abondant. Fiche 12 Hémorragies Arrêter un saignement abondant. Premiers soins A. Saignement par une plaie Attention : une hémorragie peut être masquée par les vêtements. Compression manuelle 1. Allonger le patient.

Plus en détail

LES PRECAUTIONS STANDARD EN HOSPITALISATION A DOMICILE

LES PRECAUTIONS STANDARD EN HOSPITALISATION A DOMICILE LES PRECAUTIONS STANDARD EN HOSPITALISATION A DOMICILE CONTEXTE (I) Les précautions standard ont pour but d éviter la transmission des infections nosocomiales à la fois aux patients et aux soignants. Elles

Plus en détail

Page : 1 / 7. Rédaction Vérification Validation Version 1.2. Date : Sept RRH. Dr France BORGEY Marlène ROBERT Sophie VALLET.

Page : 1 / 7. Rédaction Vérification Validation Version 1.2. Date : Sept RRH. Dr France BORGEY Marlène ROBERT Sophie VALLET. ARLIN - Basse-Normandie Procédures Page : 1 / 7 Document réalisé par l ARLIN- Basse-Normandie, utilisable par tout professionnel santé sous réserve notifier la source. PROTOCOLES Objet Décrire les différentes

Plus en détail

LAVEZ-VOUS LES MAINS AU SAVON, PLUSIEURS FOIS PAR JOUR, PENDANT 30 SECONDES.

LAVEZ-VOUS LES MAINS AU SAVON, PLUSIEURS FOIS PAR JOUR, PENDANT 30 SECONDES. LAVEZ-VOUS LES MAINS AU SAVON, PLUSIEURS FOIS PAR JOUR, PENDANT 30 SECONDES. Y France 2006-642 016 778 RCS Nanterre - Réf. 313-06280-A SI VOUS ÊTES MALADE, PORTEZ UN MASQUE* POUR PROTÉGER VOS PROCHES.

Plus en détail

Précautions complémentaires et bloc opératoire

Précautions complémentaires et bloc opératoire Précautions complémentaires et bloc opératoire Dr S LELIMOUZIN CHBA Vannes-Auray 1 Contexte Le bloc opératoire : un secteur «protégé» Un accès réglementé Tenue de bloc : pyjama, coiffe, masque chirurgical,

Plus en détail

RÈGLES D'HYGIÈNE EN CUISINE

RÈGLES D'HYGIÈNE EN CUISINE RÈGLES D'HYGIÈNE EN CUISINE Directives pour: Economes Cuistots Personnel auxiliaire cuisine Personnel auxiliaire d'entretien par Luk Wullaert Federaal Agentschap voor de Veiligheid van de Voedselketen

Plus en détail

Gestion de la crise sanitaire grippe A

Gestion de la crise sanitaire grippe A Gestion de la crise sanitaire grippe A Sommaire de la présentation Nature du risque lié au virus A H1N1 Plan gouvernemental de pandémie grippale Mesures de protection Historique de la grippe La grippe

Plus en détail

Isolement "Grippe A" H1N1

Isolement Grippe A H1N1 Isolement "Grippe A" H1N1 Rédigé par: Unité de Prévention des Infections Nosocomiales 'DESP), avec la collaboration des services de Médecine du Travail et de Maladies Infectieuses et Tropicales Validé

Plus en détail

Web-mémoire ANNEXES. de la gestion du risque infectieux associé aux soins en établissements médico-sociaux. L efficacité de l hygiène des mains

Web-mémoire ANNEXES. de la gestion du risque infectieux associé aux soins en établissements médico-sociaux. L efficacité de l hygiène des mains L efficacité de l hygiène des mains REPRÉSENTATION SCHÉMATIQUE DE L EFFICACITÉ DES DIFFÉRENTS TYPES D HYGIÈNE DES MAINS Niveau d efficacité COMPARAISON DE LA FLORE* CUTANÉE DES MAINS AVANT ET APRÈS LAVAGE

Plus en détail

PUBLICATION DU CONSEIL SUPERIEUR DE LA SANTE CSS n 8279

PUBLICATION DU CONSEIL SUPERIEUR DE LA SANTE CSS n 8279 PUBLICATION DU CONSEIL SUPERIEUR DE LA SANTE CSS n 8279 Recommandations en matière de maîtrise des infections lors de soins dispensés en dehors des établissements de soins (au domicile et/ou au sein d

Plus en détail

Limiter les douleurs liées aux soins et aux actes médicaux

Limiter les douleurs liées aux soins et aux actes médicaux Limiter les douleurs liées aux soins et aux actes médicaux Est-ce que ça va faire mal? Pour que chaque soin se déroule au mieux Les traitements utiles pour éviter ou diminuer la douleur 72 73 75 De nombreux

Plus en détail

III) LA CHAINE INFECTANTE

III) LA CHAINE INFECTANTE III) LA CHAINE INFECTANTE 3.1. LA FLORE NORMALE DE L HOMMEL Cutanée Oropharyngée Intestinale : gastrique, colique, fécale Génitale 3.2. UNE INFECTION, C EST C QUOI? Définition du dictionnaire Petit Larousse

Plus en détail

Education des patients immunodéprimés traités par immunoglobulines Copol Edith IDE, Hôpital St Louis

Education des patients immunodéprimés traités par immunoglobulines Copol Edith IDE, Hôpital St Louis Education des patients immunodéprimés traités par immunoglobulines Copol Edith IDE, Hôpital St Louis Sommaire I- Préambule II- Cas de Mme B III- Education du patient IV- Suivi à domicile V-Conclusion I.Préambule

Plus en détail

LES DIFFÉRENTES INJECTIONS

LES DIFFÉRENTES INJECTIONS 17.03.09 Mme Dicchi Soins Infirmiers II I)Les incontournables pour toute injection A)La seringue : schéma B)Désinfection du point d injection C)Pansement à la fin de l injection D)La position du patient

Plus en détail

Soins à domicile en cas de risque de contagion

Soins à domicile en cas de risque de contagion Lavage des mains Désinfection des mains Mettre un masque de protection Moyens auxiliaires Changer les draps du patient alité Retirer des gants Bandage des jambes d un patient qui doit garder le lit Lavage

Plus en détail

Hygiène des plaies chroniques. Docteur Géraldine Perceau Docteur Michel Colomb Service de Dermatologie CHU de Reims

Hygiène des plaies chroniques. Docteur Géraldine Perceau Docteur Michel Colomb Service de Dermatologie CHU de Reims Hygiène des plaies chroniques Docteur Géraldine Perceau Docteur Michel Colomb Service de Dermatologie CHU de Reims Definition : Plaie ouverte faisant suite à une altération tissulaire sans tendance à la

Plus en détail

Respectez les règles d hygiène :

Respectez les règles d hygiène : Les modes de transmission de la maladie sont les postillons, la toux, l éternuement ainsi que par l intermédiaire des mains. C est pourquoi il faut suivre scrupuleusement les consignes d hygiène. Respectez

Plus en détail

LES INFILTRATIONS DEFINITION LES QUESTIONS. Dr Patrick FERRAND Mai 2003

LES INFILTRATIONS DEFINITION LES QUESTIONS. Dr Patrick FERRAND Mai 2003 1 LES INFILTRATIONS Dr Patrick FERRAND Mai 2003 DEFINITION Sens strict = injections intra articulaires d un corticoïde. Définition élargie : «infiltrations» = toutes les injections locales d un dérivé

Plus en détail

LE LAVAGE DES MAINS EN CUISINE

LE LAVAGE DES MAINS EN CUISINE Nom : Prénom : LE LAVAGE DES MAINS EN CUISINE Situation professionnelle : Vous êtes stagiaire au centre de loisirs de Longperrier. Vous avez en charge l accueil et l animation des enfants de la petite

Plus en détail

PROGRAMME D EDUCATION INFIRMIERE

PROGRAMME D EDUCATION INFIRMIERE PROGRAMME D EDUCATION INFIRMIERE INTRODUCTION La réhabilitation respiratoire est un programme personnalisé de prise en charge, dispensé aux patients atteints d une maladie respiratoire chronique, par

Plus en détail

Précautions standard l hygiène des mains en Psychiatrie Retour d expérience

Précautions standard l hygiène des mains en Psychiatrie Retour d expérience 62350 SAINT-VENANT Précautions standard l hygiène des mains en Psychiatrie Retour d expérience L'hôpital psychiatrique Michel Fontan S. CROWYN Cadre hygiéniste EOH Saint-Venant N. BAGHDADI Infirmière hygiéniste

Plus en détail

Protocole de préparation des diffuseurs portables à destination des infirmiers libéraux dans la mucoviscidose

Protocole de préparation des diffuseurs portables à destination des infirmiers libéraux dans la mucoviscidose XXXVII èmes Journées d Hygiène Hospitalièreet de Prévention des Infections Nosocomiales Palais de la Musique et des Congrès Strasbourg 11 et 12 décembre 2014 Protocole de préparation des diffuseurs portables

Plus en détail

CIRCUIT GENERAL PREDESINFECTION STERILISATION DES DISPOSITIFS MEDCAUX

CIRCUIT GENERAL PREDESINFECTION STERILISATION DES DISPOSITIFS MEDCAUX PREDESINFECTION STERILISATION DES DISPOSITIFS MEDCAUX La ou la stérilisation du matériel propre permet d éliminer les organismes pathogènes présents et d éviter leur transmission par ce matériel à d autres

Plus en détail

Qui suis-je? hydro-alcoolique pour la désinfection des mains. Je suis un produit

Qui suis-je? hydro-alcoolique pour la désinfection des mains. Je suis un produit Qui suis-je? Je suis un produit hydro-alcoolique pour la désinfection des mains Je dois être utilisé par les professionnels de santé, les patients et les visiteurs Utilisez-moi à tout moment de la journée.

Plus en détail

La prévention et contrôle des infections: C EST L AFFAIRE DE TOUS!

La prévention et contrôle des infections: C EST L AFFAIRE DE TOUS! La prévention et contrôle des infections: C EST L AFFAIRE DE TOUS! Par Cathy Ouellet Conseillère en prévention et contrôle des infections Formation pour les bénévoles Juillet 2013 L exposition à des agents

Plus en détail

A. BOUCHER H. DALMAS 01 / 06

A. BOUCHER H. DALMAS 01 / 06 A. BOUCHER H. DALMAS 01 / 06 I / L ACCUEIL Présentation n de la chambre Voisin Emplacement lit, placard, salle de bain + emplacement affaires Fonctionnement lit, lumière, sonnette, TV,tel, radio Présentation

Plus en détail

PRELEVEMENTS SANGUINS POSE DE CATHETERS

PRELEVEMENTS SANGUINS POSE DE CATHETERS PRELEVEMENTS SANGUINS POSE DE CATHETERS CH de Saint-Quentin Mme Sylvie HAGEAUX Formation en Hygiène destinée aux EHPAD 18 juin 2014 LE PRELEVEMENT SANGUIN MATERIEL Un plateau avec : 1 garrot propre Des

Plus en détail

FICHE ETABLISSEMENT. A remplir par l EOH (praticien ou IDE hygiéniste) Nom de la personne qui remplit le questionnaire :...

FICHE ETABLISSEMENT. A remplir par l EOH (praticien ou IDE hygiéniste) Nom de la personne qui remplit le questionnaire :... Feuille n FICHE ETABLISSEMENT A remplir par l EOH (praticien ou IDE hygiéniste) Nom de la personne qui remplit le questionnaire :... Date : / / Nom de l établissement : CCLIN de rattachement Code établissement

Plus en détail

7. RAPPEL SUR LES MESURES A RESPECTER 5

7. RAPPEL SUR LES MESURES A RESPECTER 5 Code : 3/DSS UH/044 Page : 1/5 Fonction : Nom : Visa : Infirmiers (Groupe de Travail) : S Constant- M Fage- C Faubert- M Messineo- RM Rosso C Van Klersbilck Rédaction : Vérification : Approbation : IDE

Plus en détail