Les Protéines Fluorescentes. Tounsia Aït-Slimane, UMRS 938, CDR Saint-Antoine CHU Saint-Antoine

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Les Protéines Fluorescentes. Tounsia Aït-Slimane, UMRS 938, CDR Saint-Antoine CHU Saint-Antoine"

Transcription

1 Les Protéines Fluorescentes Tounsia Aït-Slimane, UMRS 938, CDR Saint-Antoine CHU Saint-Antoine

2 Sondes fluorescentes et méthodes d imagerie en biologie : GFP, EGFP, BFP, CFP, YFP, dsred, mrfp1, Hc Red, PA-GFP, timer, Greening, Kaede,, phluorins, PRIM, BiFC, etc FRET, FRAP, FLIP, FLIM, BRET, FLASH, FLAP, CALI, SPT, SMT, FCS, functionalized AFM, etc...)

3 Histoire de la révolution GFP!!! 1962 Découverte de la GFP O. Shimomura 1992 Clonage du gène codant pour la GFP D. Prasher 1994 Expression dans d autres organismes (C. elegans et E.coli) M. Chalfie

4 Histoire de la révolution GFP!!! 1996 Optimisation de l usage des codons. Augmentation de la thermo-stabilité. (Yang et al.) Amélioration de la maturation à 37 C Elimination d un intron pour utilisation dans les plantes (Haseloff et al.).variants spectraux de la GFP.GFP like protein (Dsred) R. Tsien S A. Lukyanov

5 GFP : une protéine fluorescente par transfert d'énergie La fluorescence de la GFP dépend de la photo-protéine AEQUORIN. Isolée, cette protéine, en présence de calcium et d oxygène; émet de la lumière bleue. En complexe, elle excite la GFP, par transfert d énergie non radiatif, laquelle émet ensuite de la fluorescence verte.

6 GFP: La structure La GFP est une petite protéine constituée de 238 acides aminés, organisés en 11brins β antiparallèles et une hélice α centrale. On parle d une structure en «β-can». Les extrémités N-terminal et C-terminal sont accessibles pour la fusion avec d autres protéines. 11 brins β antiparallèles Structure en «β-can» Ormo M, Cubitt AB, Kallio K, Gross LA, Tsien RY, Remington SJ Yang F, Moss LG, Phillips GN Jr. Science Sep 6;273(5280): Nat Biotechnol Oct;14(10):

7 GFP: Formation du chromophore Le chromophore se forme après cyclisation et oxydation de trois acides aminés de l hélice centrale. Le repliement de la protéine et l oxydation du chromophore se font en 20 min.

8 Spectre de la GFP Le pic prédominant d excitation de la GFP sauvage est à 400 nm, avec un pic mineur à 475 nm. Dans la forme mutée EGFP, le pic prédominant d excitation est à 488. GFP wt E-GFP

9 GFP: Propriétés biochimiques La GFP est très stable Elle tolère: - des températures jusqu à 65 C - un ph de 5,5 à 12,2 - traitement avec 8M d urée, 1% SDS Elle est résistante à un traitement prolongé avec des protéases Elle conserve son chromophore après fixation aldéhydique Elle forme des dimères La forme monomérique n est pas fluorescente La fluorescence ne nécessite ni substrat ni co-facteur Dans le chromophore le remplacement de Ser 65 par Thr 65 conduit au mutant GFP65T excitable à 490 nm et 6 fois plus fluorescent.

10 Variants de la GFP et autres protéines spontanément fluorescentes

11 Les premiers mutants... EBFP ECFP EGFP EYFP EBFP ECFP EGFP EYFP

12 La «Cyan Fluorescent Protein»: CFP Excitation 433 nm Emission 476 nm RQ: 0,40

13 «Yellow Fluorescent Protein»: YFP Excitation 515 nm Emission 529 nm RQ: 0,61 Fluorescence relative Longueur d onde (nm)

14 Amélioration de la YFP (D après S. Bolte)

15 DsRed, une autre protéine fluorescente rouge Matz et al. Nature Biotech (1999) 17:963

16 DsRed, une autre protéine fluorescente rouge Fluorescence relative Excitation 556 nm Emission 583 nm RQ: 0,79 Longueur d onde (nm)

17 DsRed, une autre protéine fluorescente rouge The biggest difference between green fluorescent protein and it's red analog, DsRed, is that the chromophore of DsRed has an extra double bond (drawn in yellow) which extends the chromophores conjugation and causes the red-shift.

18 La DsRed pose problème!! Transfectée dans les cellules, la Dsred forme des oligomères, ce qui limite son utilisation comme «traceur» comme sa «rivale» GFP. De multiples mutations Forme tétramérique forme monomérique La RFP monomérique ne s agrège plus mais a un rendement quantique très faible (0,25) comparée à la forme oligomérique (0,79).

19 EBFP Caractéristiques spectrales des protéines autofluorescentes ECFP EGFP EYFP DsRed mrfp1 HcRed EBFP ECFP EGFP EYFP DsRed mrfp1 HcRed UV bleu vert jaune orange rouge Longueur d onde excitation (nm) UV bleu vert jaune orange rouge IR Longueur d onde emission (nm) Ex (nm) Em (nm) ε (M -1. cm -1 ) Φ F brillance (ε. Φ; UA) pka Remarque wtgfp neutre , ,5 Aequorea victoria wtgfp phénolate , ~9 400 Aequorea victoria EBFP , bleu ECFP , cyan EGFP , ,5 vert EYFP , ,9 jaune Venus YFP , ,0 insensible Cl -1 DsRed ; DsRed , ,7 Discosoma striata mrfp , ,5 DsRed monomère HcRed1 ; HcRed-2A faible Heteractis crispa fluorescéine , ,3

20 Applications utilisant la GFP et ses mutants Les vecteurs Localisation et colocalisation Quantification Localisation dynamique

21 Anciens et nouveaux vecteurs contenant de la GFP * Enhanced Fluorescent Protein Vectors * Promoterless Enhanced Fluorescent Protein Vectors * N-Terminal Enhanced Fluorescent Protein Vectors * C-Terminal Enhanced Fluorescent Protein Vectors * IRES Bicistronic Enhanced Fluorescent Protein Vectors * pgfp Variant Vectors * Destablized GFP Vectors * Fluorescent Timer

22 Vecteur d expression eucaryote (exemple) T1/2 > 24 h

23 Vecteur GFP destabilisée.. T1/2 = 2h

24 Ready to use GFP-tagged organelle markers

25 Localisation et colocalisation «simples» TATA-Box binding protein and GFP from D. Piston

26 Exemple de marquage avec les différentes protéines fluorescentes

27 Des animaux de toutes les couleurs!!!

28 Suivre l évolution d une tumeur grâce aux protéines fluorescentes Real-time, whole-body imaging of U87-RFP human glioma growing in the brain of a nude mouse

29 Variants de la GFP ayant de nouvelles propriétés «magiques» Timer DsRed Greening PA-GFP Kaede phluorins PRIM BiFC

30 La famille des GFP-Timer Principe Ces molécules contiennent des mutants de GFP dont le spectre d émission change en fonction du temps. Vertes (émission à 500 nm) dans les premières heures suivant leur biosynthèse, elles deviennent rouges (émission à 580nm) à des temps plus tardifs. Cette propriété est liée à des changements de conformation dus à la maturation de la protéine GFP en fonction du temps. Ce type d outil permet donc de «dater» un événement cellulaire, comme par exemple la séquence temporelle de l expression de gènes impliqués dans le développement embryonnaire

31 Fluorescent Timer Timer = mutant E5 de DsRed (drfp583) Val105-Ala et Ser197-Thr 2h 5h 10h Fluorescent Timer changes from green to red over time. Panel A. Freshly purified Fluorescent Timer protein fluoresces at 500 nm (green), immediately after isolation from overnight E. coli culture. 48 hr after isolation, it fluoresces at 580 nm (red). NB : excitation 280nm. Panel B. Green-red emission measured over time. Terskikh A, et al. Science (2000) 290: h Time Expression de hsp-e5 dans l embryon de C. elegans

32 Fluorescent Timer et trafic intracellulaire les premiers seront les derniers

33 PA-GFP : la GFP photo-activable La wt-gfp est présente sous deux formes : neutre (pic majeur d absorption à 397nm) et anionique (pic mineur d absorption à 475nm) La mutation T203H sur wt-gfp supprime le pic mineur d absorption Symboles pleins : avant illumination UV à 413nm Symboles vides : après illumination UV à 413nm wt-gfp PA-GFP Spectre d émission après excitation à 475nm Patterson & Lippincott-Schwartz Science (2002) 297:1873

34 la GFP photo-activable : applications Pre-activation 0 sec. Post-activation Cellule Cos7 transfectée par lgp120-pa-gfp colocalisation avec Lamp-2 (lysosomes) 10 sec. Post-activation 20 min. Même expérience en présence de Nocodazole lgp120-pa-gfp Rhod. albumin Merged zoom

35 Autres mutants de la GFP : phluorins Principe La forme monomérique de la GFP sauvage présente un pic d excitation maximale à 395 nm et un pic d excitation secondaire à 475 nm, ces deux excitations conduisant à une émission unique à 510 nm. De nombreuses variantes de phluorin existent: le rapport d émission de fluorescence à 510 nm après excitation soit à 395 nm, soit à 475 nm, change de manière proportionnelle à la concentration en ions H+. Les applications sont nombreuses et permettent par exemple de mesurer en temps réel l exocytose de vésicules synaptiques, en transfectant une chimère de la synaptobrévine (une protéine associée à la membrane des vésicules synaptiques) et d une phluorin dans des cellules neuronales. Cette chimère présentera un profil d émission différent selon que la vésicule intracellulaire (ph acide) a ou n a pas fusionné avec la membrane plasmique (ph 7,4). Les changements de profil d émission traduiront les événements de fusion à la membrane.

36 Autres mutants de la GFP : phluorins Wt GFP Ratiometric phluorin Ratiometric phluorin GPI-GFP cellubrevin- GFP Ecliptic phluorin TGN38- GFP Miesenbock, G., D. A. De Angelis, and J. E. Rothman Nature. 394:

37 Autres mutants de la GFP : phluorins Wt GFP Ratiometric phluorin Ecliptic phluorin Action Potential firing Endocytosis reacidification VAMP Ecliptic phiuorin H + Rothman JE, Ryan TA, Bioph. J, 2000

38 PRIM : «proximity imaging» Principe La forme monomérique de la GFP sauvage présente un pic d excitation maximale à 395 nm et un pic d excitation secondaire à 475 nm, ces deux excitations conduisant à une émission unique à 510 nm. Lorsque la GFP passe de la forme monomérique à une forme dimérique, ou lorsque deux GFP sont en étroite interaction, le spectre d absorption de la GFP change radicalement, puisque le pic maximal d excitation est alors à 475 nm et l excitation à 395 nm devient secondaire. En effectuant des mesures ratiométriques de la fluorescence récupérée après une excitation aux deux longueurs d onde, il est possible de mesurer la «proximité», c est-à-dire en pratique l homo-oligomérisation d une molécule qui aura été couplée à la GFP sauvage. En développant cette technique, le groupe de James Rothman a pu mettre ainsi en évidence la formation de clusters de protéines dans des microdomaines lipidiques, ou la dimérisation d une protéine particulière, l immunophiline (FKBP).

39 PRIM : «proximity imaging» (1) - FK FK1012 Effet de FK 1012 sur les propriétés spectrales et la dimérisation de FKBP-GFP DE ANGELIS D A., MIESENBOCK G, ZEMELMAN B V., AND ROTHMAN J. E. Proc. Natl. Acad. Sci. USA Vol. 95, pp , 1998 FKBP + rapamycin ----> monomer (immunophilin) FKBP + FK > dimer

40 PRIM : «proximity imaging» (2) FKBP-GFP expression in HeLa cells

41 PRIM : «proximity imaging» (3)

42 BiFC :Bimolecular Fluorescence Complementation Permet d étudier les interactions entre deux protéines Deux «hemi-»molécules non fluorescentes Une molécule fluorescente spécifique efficace Hu et al. Mol. Cell (2002) 9: Pas de changement des propriétés spectrales

Fluorochromes et protéines fluorescentes

Fluorochromes et protéines fluorescentes Fluorochromes et protéines fluorescentes Susanne Bolte Formation microscopie photonique CNRS 2010 Quelques rappels sur la fluorescence La fluorescence est l absorption moléculaire d énergie lumineuse à

Plus en détail

La fluorescence, les fluorophores

La fluorescence, les fluorophores La fluorescence, les fluorophores Taille d observation et techniques de microscopies électron photon 0.1 1

Plus en détail

PROTEINES FLUORESCENTES POUR L EXPLORATION CELLULAIRE

PROTEINES FLUORESCENTES POUR L EXPLORATION CELLULAIRE PROTEINES FLUORESCENTES POUR L EXPLORATION CELLULAIRE Catherine Leclerc, Chargée de recherche CNRS Marc Moreau, Directeur de recherche CNRS Centre de Biologie du Développement, UMR 5547, Université Paul

Plus en détail

CELLULAIRE. FORMATION pour le LBFA

CELLULAIRE. FORMATION pour le LBFA CYTOMÉTRIE TRIE EN FLUX ET MICROSCOPIE CONFOCALE: 2 TECHNIQUES COMPLÉMENTAIRES MENTAIRES POUR L EXPLORATION L DU FONCTIONNEMENT CELLULAIRE FORMATION pour le LBFA Cécile COTTET 2006 3 sessions : I- Pré

Plus en détail

Microscopie Multiphotonique

Microscopie Multiphotonique Microscopie Multiphotonique Philippe Guillaud 2014 Université Pierre et Marie Curie Paris 6 Principaux problèmes rencontrés en microscopie confocale La dégradation rapide des échantillons biologiques et

Plus en détail

Les appareillages des Spectrométrie optique

Les appareillages des Spectrométrie optique ATELIERS DE BIOPHOTONIQUE Les appareillages des Spectrométrie optique 1. Spectroscopies optiques conventionnelles Spectrophotomètre, Spectrofluorimètre, 2. Analyse Spectrale en Microscopie de fluorescence

Plus en détail

Microscopie Confocale. Principes de base & Applications en Biologie Cellulaire

Microscopie Confocale. Principes de base & Applications en Biologie Cellulaire Université Paris Descartes L3 - Licence Professionnelle «Industries chimiques et Pharmaceutiques Option Biotechnologie» Microscopie Confocale Principes de base & Applications en Biologie Cellulaire Bruno

Plus en détail

Microscopies plein champs 3D & 3D n couleurs+temps

Microscopies plein champs 3D & 3D n couleurs+temps Microscopies plein champs 3D & 3D n couleurs+temps Dr Fabrice Cordelières, IR2 CNRS Institut Curie - Section de recherche/ CNRS UMR 146 Plateforme d'imagerie Cellulaire Bâtiment 112 - Centre universitaire

Plus en détail

Dr E. CHEVRET UE2.1 2013-2014. Aperçu général sur l architecture et les fonctions cellulaires

Dr E. CHEVRET UE2.1 2013-2014. Aperçu général sur l architecture et les fonctions cellulaires Aperçu général sur l architecture et les fonctions cellulaires I. Introduction II. Les microscopes 1. Le microscope optique 2. Le microscope à fluorescence 3. Le microscope confocal 4. Le microscope électronique

Plus en détail

Introduction à la microscopie confocale

Introduction à la microscopie confocale Introduction à la microscopie confocale Sylvette CHASSEROT-GOLAZ Unité CNRS UPR 2356, Strasbourg Principe de la microscopie confocale La microscopie confocale est l'une des percées les plus notables de

Plus en détail

POPULATION D ADN COMPLEXE - ADN génomique ou - copie d ARNm = CDNA

POPULATION D ADN COMPLEXE - ADN génomique ou - copie d ARNm = CDNA POPULATION D ADN COMPLEXE - ADN génomique ou - copie d ARNm = CDNA Amplification spécifique Détection spécifique Clonage dans des vecteurs Amplification in vitro PCR Hybridation moléculaire - hôte cellulaire

Plus en détail

1 er sujet : ancre GPI et association aux rafts (64 points)

1 er sujet : ancre GPI et association aux rafts (64 points) Université Joseph Fourier - Grenoble I Année 2007-2008 Epreuve de BIO121 1 ère session mai 2008 Durée : 2 heures Les documents, la calculette et le téléphone portable ne sont pas autorisés. Total des points

Plus en détail

Imagerie biologique. CARDINET RémyR LARRAUFIE Pierre MASSUÉ Cyriac 24/09/2009

Imagerie biologique. CARDINET RémyR LARRAUFIE Pierre MASSUÉ Cyriac 24/09/2009 Imagerie biologique Etude d articles d scientifiques CARDINET RémyR LARRAUFIE Pierre MASSUÉ Cyriac 24/09/2009 Imagerie biologique Quelques éléments de biologie cellulaire Etude d article d : Limitation

Plus en détail

Etude théorique de Processus de Processus Photophysiques dans des Protéines Fluorescentes

Etude théorique de Processus de Processus Photophysiques dans des Protéines Fluorescentes ORSAY N d'ordre : 9847 Université Paris Sud 11 Faculté des sciences d'orsay Etude théorique Etude théorique de Processus de Processus Photophysiques dans des Protéines dans des Protéines Fluorescentes

Plus en détail

Étude théorique de l extinction de fluorescence des protéines fluorescentes : champ de forces, mécanisme moléculaire et modèle cinétique

Étude théorique de l extinction de fluorescence des protéines fluorescentes : champ de forces, mécanisme moléculaire et modèle cinétique Étude théorique de l extinction de fluorescence des protéines fluorescentes : champ de forces, mécanisme moléculaire et modèle cinétique Gabriella Jonasson To cite this version: Gabriella Jonasson. Étude

Plus en détail

La biophotonique pour l étude de la dynamique et des interactions moléculaires dans le noyau

La biophotonique pour l étude de la dynamique et des interactions moléculaires dans le noyau Plan: Introduction: Dynamique des réseaux de régulation Cellules uniques vs ensemble de cellules La biophotonique pour l étude de la dynamique et des interactions moléculaires dans le noyau Mesure de dynamique

Plus en détail

Application à l astrophysique ACTIVITE

Application à l astrophysique ACTIVITE Application à l astrophysique Seconde ACTIVITE I ) But : Le but de l activité est de donner quelques exemples d'utilisations pratiques de l analyse spectrale permettant de connaître un peu mieux les étoiles.

Plus en détail

Nouvelles techniques d imagerie laser

Nouvelles techniques d imagerie laser Nouvelles techniques d imagerie laser Les chimistes utilisent depuis longtemps les interactions avec la lumière pour observer et caractériser les milieux organiques ou inorganiques. La présence, dans la

Plus en détail

Chapitre 02. La lumière des étoiles. Exercices :

Chapitre 02. La lumière des étoiles. Exercices : Chapitre 02 La lumière des étoiles. I- Lumière monochromatique et lumière polychromatique. )- Expérience de Newton (642 727). 2)- Expérience avec la lumière émise par un Laser. 3)- Radiation et longueur

Plus en détail

Correction ex feuille Etoiles-Spectres.

Correction ex feuille Etoiles-Spectres. Correction ex feuille Etoiles-Spectres. Exercice n 1 1 )Signification UV et IR UV : Ultraviolet (λ < 400 nm) IR : Infrarouge (λ > 800 nm) 2 )Domaines des longueurs d onde UV : 10 nm < λ < 400 nm IR : 800

Plus en détail

Comprendre l Univers grâce aux messages de la lumière

Comprendre l Univers grâce aux messages de la lumière Seconde / P4 Comprendre l Univers grâce aux messages de la lumière 1/ EXPLORATION DE L UNIVERS Dans notre environnement quotidien, les dimensions, les distances sont à l échelle humaine : quelques mètres,

Plus en détail

La recherche d'indices par fluorescence

La recherche d'indices par fluorescence La recherche d'indices par fluorescence Ces sources d éclairage à haute intensité permettent, en fluorescence, la mise en évidence d indices qui ne sont pas visibles ou peu à l oeil nu. Ex : empreintes

Plus en détail

Microscopie de fluorescence Etat de l art

Microscopie de fluorescence Etat de l art Etat de l art Bibliométrie (Web of sciences) CLSM GFP & TPE EPI-FLUORESCENCE 1 Fluorescence Diagramme de JABLONSKI S2 S1 10-12 s Excitation Eex Eem 10-9 s Émission Courtoisie de C. Spriet

Plus en détail

Microscopie de fluorescence

Microscopie de fluorescence Microscopie de fluorescence François MICHEL PhD La microscopie pour débutants (ou pas) Partie 2 Imagerie de fluorescence Ce qui vous attend (encore) Fluorescence?? Microscopie à épi-fluorescence Résolution

Plus en détail

Structure quantique cohérente et incohérente de l eau liquide

Structure quantique cohérente et incohérente de l eau liquide Structure quantique cohérente et incohérente de l eau liquide Prof. Marc HENRY Chimie Moléculaire du Solide Institut Le Bel, 4, Rue Blaise Pascal 67070 Strasbourg Cedex, France Tél: 03.68.85.15.00 e-mail:

Plus en détail

Photoactivatable Probes for Protein Labeling

Photoactivatable Probes for Protein Labeling Photoactivatable Probes for Protein Labeling THÈSE N O 4660 (2010) PRÉSENTÉE LE 26 MARS 2010 À LA FACULTÉ SCIENCES DE BASE LABORATOIRE D'INGÉNIERIE DES PROTÉINES PROGRAMME DOCTORAL EN CHIMIE ET GÉNIE CHIMIQUE

Plus en détail

Séquence 9. Étudiez le chapitre 11 de physique des «Notions fondamentales» : Physique : Dispersion de la lumière

Séquence 9. Étudiez le chapitre 11 de physique des «Notions fondamentales» : Physique : Dispersion de la lumière Séquence 9 Consignes de travail Étudiez le chapitre 11 de physique des «Notions fondamentales» : Physique : Dispersion de la lumière Travaillez les cours d application de physique. Travaillez les exercices

Plus en détail

Le vivant est complexe: - 30 millions de types d organismes - 100 000 protéines différentes chez l homme

Le vivant est complexe: - 30 millions de types d organismes - 100 000 protéines différentes chez l homme Introduction Le vivant est complexe: - 30 millions de types d organismes - 100 000 protéines différentes chez l homme Informatique: - stocker les données - éditer les données - analyser les données (computational

Plus en détail

Ce document a été mis en ligne par le Canopé de l académie de Bordeaux pour la Base Nationale des Sujets d Examens de l enseignement professionnel.

Ce document a été mis en ligne par le Canopé de l académie de Bordeaux pour la Base Nationale des Sujets d Examens de l enseignement professionnel. Ce document a été mis en ligne par le Canopé de l académie de Bordeaux pour la Base Nationale des Sujets d Examens de l enseignement professionnel. Ce fichier numérique ne peut être reproduit, représenté,

Plus en détail

Partie Observer : Ondes et matière CHAP 04-ACT/DOC Analyse spectrale : Spectroscopies IR et RMN

Partie Observer : Ondes et matière CHAP 04-ACT/DOC Analyse spectrale : Spectroscopies IR et RMN Partie Observer : Ondes et matière CHAP 04-ACT/DOC Analyse spectrale : Spectroscopies IR et RMN Objectifs : Exploiter un spectre infrarouge pour déterminer des groupes caractéristiques Relier un spectre

Plus en détail

TP 2: LES SPECTRES, MESSAGES DE LA LUMIERE

TP 2: LES SPECTRES, MESSAGES DE LA LUMIERE TP 2: LES SPECTRES, MESSAGES DE LA LUMIERE OBJECTIFS : - Distinguer un spectre d émission d un spectre d absorption. - Reconnaître et interpréter un spectre d émission d origine thermique - Savoir qu un

Plus en détail

Les technologies motrices de l'immunologie

Les technologies motrices de l'immunologie Les technologies motrices de l'immunologie 2ème Partie Imagerie : Molécules et cellules en action I. Les progrès de l imagerie. II. Cellules et molécules immunitaires en action. 18/05/2010 1 Imagerie :

Plus en détail

Introduction à l immunocytochimie. Pierre Gounon CCMA Faculté des Sciences 06108 Nice Cedex 2

Introduction à l immunocytochimie. Pierre Gounon CCMA Faculté des Sciences 06108 Nice Cedex 2 Introduction à l immunocytochimie Pierre Gounon CCMA Faculté des Sciences 06108 Nice Cedex 2 istorique et développements Origine: Albert. Coons, 1941 qui utilise la fluorescéine Introduction des marquages

Plus en détail

La PCR en temps réel

La PCR en temps réel La PCR en temps réel Hôpital La Rabta Tunis 6 juin 2013 Dr Sabine Favre-Bonté Maître de Conférences, Université Claude Bernard Lyon 1 UMR CNRS 5557 Ecologie Microbienne Equipe Multi-résistance environnementale

Plus en détail

Mesures de PAR. Densité de flux de photons utiles pour la photosynthèse

Mesures de PAR. Densité de flux de photons utiles pour la photosynthèse Densité de flux de photons utiles pour la photosynthèse Le rayonnement lumineux joue un rôle critique dans le processus biologique et chimique de la vie sur terre. Il intervient notamment dans sur les

Plus en détail

Leica MZ FLIII. Stéréomicroscope pour fluorescence un exemple lumineux de la technologie innovatrice de Leica.

Leica MZ FLIII. Stéréomicroscope pour fluorescence un exemple lumineux de la technologie innovatrice de Leica. Leica MZ FLIII Stéréomicroscope pour fluorescence un exemple lumineux de la technologie innovatrice de Leica. Leica MZ FLIII Observer en 3 dimensions L étude des organismes vivants, de leurs fonctions

Plus en détail

ANTICORPS POLYCLONAUX ANTI IMMUNOGLOBULINES

ANTICORPS POLYCLONAUX ANTI IMMUNOGLOBULINES L OUTIL IDEAL POUR TOUTES LES DETECTIONS IMMUNOCHIMIQUES pour toutes les techniques immunodosages (EIA/ELISA) dot/ westernblot immunohistochimie immunocytochimie cytométrie en flux quel que soit le système

Plus en détail

Spectrophotométrie - Dilution 1 Dilution et facteur de dilution. 1.1 Mode opératoire :

Spectrophotométrie - Dilution 1 Dilution et facteur de dilution. 1.1 Mode opératoire : Spectrophotométrie - Dilution 1 Dilution et facteur de dilution. 1.1 Mode opératoire : 1. Prélever ml de la solution mère à la pipette jaugée. Est-ce que je sais : Mettre une propipette sur une pipette

Plus en détail

Fluorescent ou phosphorescent?

Fluorescent ou phosphorescent? Fluorescent ou phosphorescent? On entend régulièrement ces deux termes, et on ne se préoccupe pas souvent de la différence entre les deux. Cela nous semble tellement complexe que nous préférons rester

Plus en détail

TD de Biochimie 4 : Coloration.

TD de Biochimie 4 : Coloration. TD de Biochimie 4 : Coloration. Synthèse de l expérience 2 Les questions posées durant l expérience 2 Exposé sur les méthodes de coloration des molécules : Générique Spécifique Autres Questions Pourquoi

Plus en détail

Carbone. Carbone. Paramètres : Carbone

Carbone. Carbone. Paramètres : Carbone Carbone Carbone Carbone En dehors des nombreux procédés qui ont déjà largement progressé en matière d élimination de l azote et des phosphates, la fonction principale d une station d épuration réside dans

Plus en détail

Production d une protéine recombinante

Production d une protéine recombinante 99 Production d une protéine recombinante Lic. B. PIRSON Lic. J-M. SERONT ISICHt - Mons Production de la protéine recombinante GFP (Green Fluorescent Protein d Aequoria victoria) par une bactérie ( E.

Plus en détail

Cahier de texte de la classe 1 ère 4 - SVT

Cahier de texte de la classe 1 ère 4 - SVT Cahier de texte de la classe 1 ère 4 - SVT DATE SEQUENCE lundi 12 : revoir la fiche méthodologique «utiliser le microscope optique» (disponible sur le site du lycée) Lundi 12 1 er contact avec les élèves.

Plus en détail

IMMUNOLOGIE. La spécificité des immunoglobulines et des récepteurs T. Informations scientifiques

IMMUNOLOGIE. La spécificité des immunoglobulines et des récepteurs T. Informations scientifiques IMMUNOLOGIE La spécificité des immunoglobulines et des récepteurs T Informations scientifiques L infection par le VIH entraîne des réactions immunitaires de l organisme qui se traduisent par la production

Plus en détail

TEMPÉRATURE DE SURFACE D'UNE ÉTOILE

TEMPÉRATURE DE SURFACE D'UNE ÉTOILE TEMPÉRATURE DE SURFACE D'UNE ÉTOILE Compétences mises en jeu durant l'activité : Compétences générales : Etre autonome S'impliquer Elaborer et réaliser un protocole expérimental en toute sécurité Compétence(s)

Plus en détail

pka D UN INDICATEUR COLORE

pka D UN INDICATEUR COLORE TP SPETROPHOTOMETRIE Lycée F.BUISSON PTSI pka D UN INDIATEUR OLORE ) Principes de la spectrophotométrie La spectrophotométrie est une technique d analyse qualitative et quantitative, de substances absorbant

Plus en détail

Le rôle de l endocytose dans les processus pathologiques

Le rôle de l endocytose dans les processus pathologiques UE7 Cours n 9 C. LAMAZE 24.11.11 Elise GODEAU (partie1) Guillaume MERGENTHALER (partie2) Le rôle de l endocytose dans les processus pathologiques SOMMAIRE : I. L endocytose à récepteurs : la voie des clathrines

Plus en détail

Cours 5. Transmission et remaniement de l information génétique. http://rna.igmors.u-psud.fr/gautheret/cours/

Cours 5. Transmission et remaniement de l information génétique. http://rna.igmors.u-psud.fr/gautheret/cours/ Cours 5 Transmission et remaniement de l information génétique http://rna.igmors.u-psud.fr/gautheret/cours/ 1 Plan Rappels sur la réplication de l ADN Le cycle cellulaire et ses contrôles La mitose Recombinaisons

Plus en détail

Université Victor Segalen Bordeaux 2 UFR Science de la Vie

Université Victor Segalen Bordeaux 2 UFR Science de la Vie Université Victor Segalen Bordeaux 2 UFR Science de la Vie Licence Professionnelle «Techniques et Applications en Biologie Cellulaire et Biologie Moléculaire» Examen 2006-2007 UE1 : «Technologies en Biologie

Plus en détail

FLUORESCENCE ET TESTS FONCTIONNELS Association Française aise de Cytométrie. 18 janvier 2007

FLUORESCENCE ET TESTS FONCTIONNELS Association Française aise de Cytométrie. 18 janvier 2007 FLUORESCENCE ET TESTS FONCTIONNELS Association Française aise de Cytométrie trie Journée e Thématique 18 janvier 2007 Cécile COTTET Laboratoire de Bioénerg nergétique Fondamentale et Appliquée e - Inserm

Plus en détail

De la lumière vive aux horloges de l esprit

De la lumière vive aux horloges de l esprit CETES OMMEIL de Liège De la lumière vive aux horloges de l esprit Estimation 62 du temps (sec) 59 56 Vigilance Bonne Mauvaise Humeur Bonne Mauvaise Fréquence cardiaque Température 78 73 68 36 9 36 7 36

Plus en détail

Si la source se rapproche alors v<0 Donc λ- λo <0. La longueur d onde perçue est donc plus petite que si la source était immobile

Si la source se rapproche alors v<0 Donc λ- λo <0. La longueur d onde perçue est donc plus petite que si la source était immobile Red shift or blue shift, that is the question. a) Quand une source d onde se rapproche d un observateur immobile, la longueur d onde λ perçue par l observateur est-elle plus grande ou plus petite que λo

Plus en détail

Université Bordeaux Segalen - PACES 2012-2013 ED UE9s Avril 2013

Université Bordeaux Segalen - PACES 2012-2013 ED UE9s Avril 2013 Sélectionner les propositions exactes Université Bordeaux Segalen - PACES 2012-2013 ED UE9s Avril 2013 QCM 1 La plupart des techniques de biologie moléculaire repose sur le principe de complémentarité

Plus en détail

AGREGATION DE BIOCHIMIE GENIE BIOLOGIQUE

AGREGATION DE BIOCHIMIE GENIE BIOLOGIQUE AGREGATION DE BIOCHIMIE GENIE BIOLOGIQUE CONCOURS EXTERNE Session 2005 TRAVAUX PRATIQUES DE BIOCHIMIE PHYSIOLOGIE ALCOOL ET FOIE L éthanol, psychotrope puissant, est absorbé passivement dans l intestin

Plus en détail

EXERCICE I : Où il est question de lumière (8 points) PARTIE A. Figure 2

EXERCICE I : Où il est question de lumière (8 points) PARTIE A. Figure 2 EXERCICE I : Où il est question de lumière (8 points) PARTIE A 1. Figure 2 D On observe sur l'écran un étalement du faisceau laser, perpendiculaire à la direction du fil, constitué d'une tache centrale

Plus en détail

Microscopie de fluorescence

Microscopie de fluorescence Rev : 21/01/2015 Microscopie de fluorescence La microscopie pour débutants (ou pas) Partie 2 François MICHEL PhD Quelques images en fluorescence Ce qui vous attend (encore) Fluorescence?? Microscopie à

Plus en détail

Les techniques de préparation des coupes pour les microscopies optique et électronique

Les techniques de préparation des coupes pour les microscopies optique et électronique Université Mohammed V-Agdal Faculté des Sciences de Rabat Laboratoire de Zoologie et de Biologie générale Les techniques de préparation des coupes pour les microscopies optique et électronique Histologie-Embryologie

Plus en détail

Les OGM. 5 décembre 2008. Nicole Mounier

Les OGM. 5 décembre 2008. Nicole Mounier Les OGM 5 décembre 2008 Nicole Mounier Université Claude Bernard Lyon 1 CGMC, bâtiment Gregor Mendel 43, boulevard du 11 Novembre 1918 69622 Villeurbanne Cedex OGM Organismes Génétiquement Modifiés Transfert

Plus en détail

Partec: l innovation en marche depuis 40 ans Principes des appareils de Cytométrie en Flux. Pascal Brunou, David Bastien Partec France

Partec: l innovation en marche depuis 40 ans Principes des appareils de Cytométrie en Flux. Pascal Brunou, David Bastien Partec France 1968 2008 Partec: l innovation en marche depuis 40 ans Principes des appareils de Cytométrie en Flux Pascal Brunou, David Bastien Partec France en Allemagne et partout dans le Monde Société basée à Münster

Plus en détail

Conception assistée par ordinateur de molécules thérapeutiques

Conception assistée par ordinateur de molécules thérapeutiques Conception assistée par ordinateur de molécules thérapeutiques D. Gilis Bioinformatique génomique et structurale Faculté des sciences appliquées Université Libre de Bruxelles Objectif: illustrer en quoi

Plus en détail

ATELIER IMAGEJ. Différentes applications vous sont proposées pour apprendre à utiliser quelques fonctions d ImageJ :

ATELIER IMAGEJ. Différentes applications vous sont proposées pour apprendre à utiliser quelques fonctions d ImageJ : Différentes applications vous sont proposées pour apprendre à utiliser quelques fonctions d ImageJ : 1. ANALYSE QUANTITATIVE D UN GEL D ELECTROPHORESE... 2 2. NUMERATION DE COLONIES BACTERIENNES SUR UNE

Plus en détail

L amélogénèse Dr Cuisinier

L amélogénèse Dr Cuisinier L amélogénèse Dr Cuisinier Lorsque la première couche de dentine est formée l'email se forme. L'amélogénèse est la synthèse et la sécrétion des molécules de la matrice de l'émail, la minéralisation de

Plus en détail

Indicateur d'unité Voyant Marche/Arrêt

Indicateur d'unité Voyant Marche/Arrêt Notice MESURACOLOR Colorimètre à DEL Réf. 22020 Indicateur d'unité Voyant Marche/Arrêt Indicateur Etalonnage Bouton Marche/Arrêt Indicateur de sélection de la longueur d'onde Indicateur de mode chronomètre

Plus en détail

Module Physico-chimie

Module Physico-chimie Université Paris XII-Val de Marne ENPC Université Paris 7 Module Physico-chimie chimie Chap. 2.4. Équilibres de complexation D. Thévenot & B. Aumont thevenot@cereve.enpc.fr aumont@lisa.univ-paris12.fr

Plus en détail

Niveau 2 nde THEME : L UNIVERS. Programme : BO spécial n 4 du 29/04/10 L UNIVERS

Niveau 2 nde THEME : L UNIVERS. Programme : BO spécial n 4 du 29/04/10 L UNIVERS Document du professeur 1/7 Niveau 2 nde THEME : L UNIVERS Physique Chimie SPECTRES D ÉMISSION ET D ABSORPTION Programme : BO spécial n 4 du 29/04/10 L UNIVERS Les étoiles : l analyse de la lumière provenant

Plus en détail

Dosages à réactifs marqués

Dosages à réactifs marqués Dosages à réactifs marqués Principe = réaction Ag-Ac un des deux réactifs (Ag ou Ac) est marqué par un traceur Différentes méthodes selon que le traceur est radioactif (RIA), enzymatique (EIA) ou luminescent

Plus en détail

Stress osmotique et activation des MAP Kinases ERK1/2 chez les hépatocytes de turbot, Scophthalmus maximus

Stress osmotique et activation des MAP Kinases ERK1/2 chez les hépatocytes de turbot, Scophthalmus maximus Stress osmotique et activation des MAP Kinases ERK1/2 chez les hépatocytes de turbot, Scophthalmus maximus : implication des voies de signalisation intracellulaire du processus de RVD. Audrey Fouchs Confrontées

Plus en détail

Développement d un traitement pour l ataxie de Friedreich. Dr. Jacques P. Tremblay Université Laval Québec, Canada

Développement d un traitement pour l ataxie de Friedreich. Dr. Jacques P. Tremblay Université Laval Québec, Canada Développement d un traitement pour l ataxie de Friedreich Dr. Jacques P. Tremblay Université Laval Québec, Canada Ataxie de Friedreich Maladie héréditaire Transmission récessive Liée au chromosome 9 Due

Plus en détail

Mise en pratique : Etude de spectres

Mise en pratique : Etude de spectres Mise en pratique : Etude de spectres Introduction La nouvelle génération de spectromètre à détecteur CCD permet de réaliser n importe quel spectre en temps réel sur toute la gamme de longueur d onde. La

Plus en détail

Les sol-gel hybrides photoréticulables : importance de l optimisation de l étape photochimique pour l obtention de revêtements performants

Les sol-gel hybrides photoréticulables : importance de l optimisation de l étape photochimique pour l obtention de revêtements performants Les sol-gel hybrides photoréticulables : importance de l optimisation de l étape photochimique pour l obtention de revêtements performants Céline Croutxé-Barghorn Département de Photochimie Générale, CNRS-UMR

Plus en détail

UE 2 Biologie cellulaire Endocytose- Exocytose 22/09/2011

UE 2 Biologie cellulaire Endocytose- Exocytose 22/09/2011 UE 2 Biologie cellulaire Endocytose- Exocytose 22/09/2011 Hicham Bouhlal Laboratoire d Immunologie UFR Médecine, Amiens hicham.bouhlal@u- picardie.fr 009/2010 PCEM 1 Biologie Cellulaire P. Lemarchand IntroducKon

Plus en détail

INSTRUMENTS DE MESURE

INSTRUMENTS DE MESURE INSTRUMENTS DE MESURE Diagnostique d impulsions lasers brèves Auto corrélateur à balayage modèle AA-10DD Compact et facile d emploi et de réglage, l auto corrélateur AA-10DD permet de mesurer des durées

Plus en détail

Cellules procaryotes Service histologie Pr.k.mebarek

Cellules procaryotes Service histologie Pr.k.mebarek Cellules procaryotes Service histologie Pr.k.mebarek I) Les cellules procaryotes II) Les cellules eucaryotes o 1) Caractéristiques générales des cellules eucaryotes o 2) Organisation des cellules eucaryotes

Plus en détail

PLATE-FORME DE MICROSCOPIE ÉLECTRONIQUE À TRANSMISSION

PLATE-FORME DE MICROSCOPIE ÉLECTRONIQUE À TRANSMISSION PLATE-FORME DE MICROSCOPIE ÉLECTRONIQUE À TRANSMISSION Dr. Mohamed SENNOUR Responsable de la plate-forme JOURNÉE PLATES-FORMES EVRY, GÉNOCENTRE 25 juin 2013 Contexte et historique 2000 : constitution du

Plus en détail

Programme ENVIRHOM-Santé Nouvelles données expérimentales

Programme ENVIRHOM-Santé Nouvelles données expérimentales Programme ENVIRHOM-Santé Nouvelles données expérimentales Isabelle Dublineau Pôle RadioProtection de l Homme Présentation CLI Cadarache Commission Environnement St Paul-Lez-Durance 23 Octobre 2013 Effets

Plus en détail

ÉCOLES NORMALES SUPÉRIEURES ÉCOLE NATIONALE DES PONTS ET CHAUSSÉES CONCOURS D ADMISSION SESSION 2013 FILIÈRE BCPST COMPOSITION DE BIOLOGIE

ÉCOLES NORMALES SUPÉRIEURES ÉCOLE NATIONALE DES PONTS ET CHAUSSÉES CONCOURS D ADMISSION SESSION 2013 FILIÈRE BCPST COMPOSITION DE BIOLOGIE ÉCOLES NORMALES SUPÉRIEURES ÉCOLE NATIONALE DES PONTS ET CHAUSSÉES CONCOURS D ADMISSION SESSION 2013 FILIÈRE BCPST COMPOSITION DE BIOLOGIE Épreuve commune aux ENS de Cachan, Lyon, Paris et de l ENPC Durée

Plus en détail

ULBI 101 Biologie Cellulaire L1. Le Système Membranaire Interne

ULBI 101 Biologie Cellulaire L1. Le Système Membranaire Interne ULBI 101 Biologie Cellulaire L1 Le Système Membranaire Interne De la nécessité d un SMI Le volume augmente comme le cube de la dimension linéaire, alors que la surface n'est augmentée que du carré Une

Plus en détail

EXERCICE 2 : SUIVI CINETIQUE D UNE TRANSFORMATION PAR SPECTROPHOTOMETRIE (6 points)

EXERCICE 2 : SUIVI CINETIQUE D UNE TRANSFORMATION PAR SPECTROPHOTOMETRIE (6 points) BAC S 2011 LIBAN http://labolycee.org EXERCICE 2 : SUIVI CINETIQUE D UNE TRANSFORMATION PAR SPECTROPHOTOMETRIE (6 points) Les parties A et B sont indépendantes. A : Étude du fonctionnement d un spectrophotomètre

Plus en détail

Cahier de texte de la classe 1 ère 3 - SVT

Cahier de texte de la classe 1 ère 3 - SVT Cahier de texte de la classe 1 ère 3 - SVT DATE SEQUENCE jeudi 8 : revoir la fiche méthodologique «utiliser le microscope optique» (disponible sur le site du lycée) Jeudi 8 1 er contact avec les élèves.

Plus en détail

Nanovecteurslipidiques bimodaux pour l imagerie in vivo

Nanovecteurslipidiques bimodaux pour l imagerie in vivo Nanovecteurslipidiques bimodaux pour l imagerie in vivo Aurélie Jacquart 1, I. Texier-Nogues 1, F. Mittler 1, F. Navarro 1, R. Boisgard 2, F. Ponce 3, D. Camporese 4, J. Boutet 5 1 CEA-LETI, Minatec-Campus,

Plus en détail

INTRODUCTION À LA SPECTROSCOPIE

INTRODUCTION À LA SPECTROSCOPIE INTRODUCTION À LA SPECTROSCOPIE Table des matières 1 Introduction : 2 2 Comment obtenir un spectre? : 2 2.1 Étaller la lumière :...................................... 2 2.2 Quelques montages possibles

Plus en détail

La prise de note en PACES

La prise de note en PACES La prise de note en PACES En PACES, la plupart des profs ne dictent pas. Il faut donc aller vite dans sa prise de note tout en restant clair et compréhensible par soi-même (pour les autres ce n est pas

Plus en détail

Mieux comprendre les fluorochromes pour la microscopie

Mieux comprendre les fluorochromes pour la microscopie La Microscopie confocale Formation Permanente, CNRS, Gif-sur-Yvette octobre 2009 Mieux comprendre les fluorochromes pour la microscopie Spencer BRWN et Christel PUJL*, «Dynamique de la compartimentation

Plus en détail

PHOTO PLAISIRS. La Lumière Température de couleur & Balance des blancs. Mars 2011 Textes et Photos de Bruno TARDY 1

PHOTO PLAISIRS. La Lumière Température de couleur & Balance des blancs. Mars 2011 Textes et Photos de Bruno TARDY 1 PHOTO PLAISIRS La Lumière Température de couleur & Balance des blancs Mars 2011 Textes et Photos de Bruno TARDY 1 Blanc Infrarouge Flash Température Lumière RVB Couleur chaude Couleur Couleur Couleur Incandescente

Plus en détail

Laboratoire de Photophysique et de Photochimie Supra- et Macromoléculaires (UMR 8531)

Laboratoire de Photophysique et de Photochimie Supra- et Macromoléculaires (UMR 8531) Unité Mixte du CNRS (UMR8531) Institut de Chimie Directeur : Keitaro NAKATANI (PU ENS Cachan) Courrier électronique : nakatani@ppsm.ens-cachan.fr http://www.ppsm.ens-cachan.fr Problématique générale :

Plus en détail

BACCALAURÉAT GÉNÉRAL

BACCALAURÉAT GÉNÉRAL BACCALAURÉA GÉNÉRAL SUJE PHYSIQUE-CHIMIE Série S DURÉE DE L ÉPREUVE : 3 h 30 COEFFICIEN : 6 L usage d'une calculatrice ES autorisé Ce sujet ne nécessite pas de feuille de papier millimétré Ce sujet comporte

Plus en détail

ENSEIGNEMENT DE BIOLOGIE CELLULAIRE : BIOLOGIE MOLÉCULAIRE

ENSEIGNEMENT DE BIOLOGIE CELLULAIRE : BIOLOGIE MOLÉCULAIRE ENSEIGNEMENT DE BIOLOGIE CELLULAIRE : BIOLOGIE MOLÉCULAIRE UNIVERSITÉ DES ANTILLES-GUYANE PREMIÈRE ANNÉE COMMUNE DES ETUDES DE SANTÉ DR MARYSE ETIENNE-JULAN-OTTO Gènes VI B. LEWIN DeBoeck Université BIBLIOGRAPHIE

Plus en détail

SVE 222 & PCL-442. Fascicule de Travaux Pratiques

SVE 222 & PCL-442. Fascicule de Travaux Pratiques SVE 222 & PCL-442 Fascicule de Travaux Pratiques 2014-2015 Institut Supérieur de l Education et de la Formation Continue Bassem Jamoussi & Radhouane Chakroun 1 Sommaire PCL 442/SVE222 - TP N 1 : Etude

Plus en détail

CHAPITRE 3 LA SYNTHESE DES PROTEINES

CHAPITRE 3 LA SYNTHESE DES PROTEINES CHAITRE 3 LA SYNTHESE DES ROTEINES On sait qu un gène détient dans sa séquence nucléotidique, l information permettant la synthèse d un polypeptide. Ce dernier caractérisé par sa séquence d acides aminés

Plus en détail

trie en flux : Principes

trie en flux : Principes La Cytométrie trie en flux : Principes Gérald Grégori Laboratoire de Microbiologie, de Géochimie et d 'Ecologie Marines CNRS UMR 6117 163 Avenue de Luminy - Case 901- Bât TPR1, 13288 Marseille cedex 9

Plus en détail

5.5.5 Exemple d un essai immunologique

5.5.5 Exemple d un essai immunologique 5.5.5 Exemple d un essai immunologique Test de grossesse Test en forme de bâtonnet destiné à mettre en évidence l'hormone spécifique de la grossesse, la gonadotrophine chorionique humaine (hcg), une glycoprotéine.

Plus en détail

TYPAGE HLA CROSSMATCH ANTICORPS ANTI-HLA

TYPAGE HLA CROSSMATCH ANTICORPS ANTI-HLA 16/11/12 TYPAGE HLA CROSSMATCH ANTICORPS ANTI-HLA Chantal GAUTREAU LABORATOIRE HLA S E R V I C E D I M M U N O L O G I E E T D H I S T O C O M PAT I B I L I T É, A P - H P, HÔPITAL SAINT LOUIS, PARIS,

Plus en détail

ANALYSE SPECTRALE. monochromateur

ANALYSE SPECTRALE. monochromateur ht ANALYSE SPECTRALE Une espèce chimique est susceptible d interagir avec un rayonnement électromagnétique. L étude de l intensité du rayonnement (absorbé ou réémis) en fonction des longueurs d ode s appelle

Plus en détail

UviLight XTW Spectrophotomètre UV-Vis

UviLight XTW Spectrophotomètre UV-Vis Enseignement Agro-alimentaire Sciences Chimie Recherche Laboratoires de référence UviLight XTW Spectrophotomètre UV-Vis Accédez aux meilleures performances grâce à des spécificités optiques supérieures

Plus en détail

SUIVI CINETIQUE PAR SPECTROPHOTOMETRIE (CORRECTION)

SUIVI CINETIQUE PAR SPECTROPHOTOMETRIE (CORRECTION) Terminale S CHIMIE TP n 2b (correction) 1 SUIVI CINETIQUE PAR SPECTROPHOTOMETRIE (CORRECTION) Objectifs : Déterminer l évolution de la vitesse de réaction par une méthode physique. Relier l absorbance

Plus en détail

1. L ADN et l information génétique. l ADN l information génétique est contenue dans l ADN. traduction. comment fait-on une protéine?

1. L ADN et l information génétique. l ADN l information génétique est contenue dans l ADN. traduction. comment fait-on une protéine? 1. L ADN et l information génétique l ADN l information génétique est contenue dans l ADN (ADN) (ARN) 1 2 A G T C U comment fait-on une protéine? traduction l information génétique est organisée par triplets

Plus en détail

A chaque couleur dans l'air correspond une longueur d'onde.

A chaque couleur dans l'air correspond une longueur d'onde. CC4 LA SPECTROPHOTOMÉTRIE I) POURQUOI UNE SUBSTANCE EST -ELLE COLORÉE? 1 ) La lumière blanche 2 ) Solutions colorées II)LE SPECTROPHOTOMÈTRE 1 ) Le spectrophotomètre 2 ) Facteurs dont dépend l'absorbance

Plus en détail

Chapitre II PHÉNOMÈNES RADIATIFS: PROPRIÉTÉS D EMISSION. f AB = mc 2 e 2. β 1 k(υ)dυ N

Chapitre II PHÉNOMÈNES RADIATIFS: PROPRIÉTÉS D EMISSION. f AB = mc 2 e 2. β 1 k(υ)dυ N 1 Chapitre II PHÉNOMÈNES RADIATIFS: PROPRIÉTÉS D EMISSION Compte tenu des règles de sélection une émission peut être observée si un gap d énergie important existe entre l état fondamental et un des états

Plus en détail

METHODES DE SEPARATION DE PROTEINES : PURIFICATION DE LA GST PAR AFFINITE AU GLUTATHION

METHODES DE SEPARATION DE PROTEINES : PURIFICATION DE LA GST PAR AFFINITE AU GLUTATHION Laboratoire de Physiologie Végétale Université de Neuchâtel (2005) Travaux pratiques METHODES DE SEPARATION DE PROTEINES : PURIFICATION DE LA PAR AFFINITE AU GLUTATHION INTRODUCTION: Les protéines tiennent

Plus en détail

Séquence 2. Étudiez le chapitre 4 de chimie des «Notions fondamentales»

Séquence 2. Étudiez le chapitre 4 de chimie des «Notions fondamentales» Séquence 2 Consignes de travail Étudiez les chapitres 3 de physique et de chimie des «Notions fondamentales» Physique : Ondes électromagnétiques Chimie : Classification périodique des éléments chimiques

Plus en détail