Stratégies thérapeutiques de la Douleur Chronique. D. BENMOUSSA Centre de Traitement de la Douleur département d Anesthésie Réanimation CPMC- Alger

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Stratégies thérapeutiques de la Douleur Chronique. D. BENMOUSSA Centre de Traitement de la Douleur département d Anesthésie Réanimation CPMC- Alger"

Transcription

1 Stratégies thérapeutiques de la Douleur Chronique D. BENMOUSSA Centre de Traitement de la Douleur département d Anesthésie Réanimation CPMC- Alger

2 Le traitement de la douleur chronique Adapté Intensité de la douleur et non pas à la gravité de la maladie Mécanisme physiopathologique de la douleur Nécessité Évaluation régulière de la douleur résiduelle Objectifs Soulagement du malade Amélioration de la qualité de vie Limiter l handicap

3 Organisation Mondiale de la Santé Concept thérapeutique pour le traitement de la douleur cancéreuse Efficacité prouvée dans 90% des cas Condition de respecter les règles de prescription Résultats satisfaisants Appliqué pour tous types de douleurs

4 Prise en charge thérapeutique Mécanismes physiopathologiques de la douleur Intensité de la douleur Traitement des effets secondaires

5 Mécanismes de la Douleur Excès de Nociception Neuropathique Psychogène Antalgiques Palier I Palier II Palier III +/- Co Antalgiques Antalgiques spécifiques Antidépresseurs Antiépileptiques Psychothérapie Psychotropes

6 Traitement des douleurs Nociceptives Antalgiques Médicaments capables de diminuer ou d abolir la perception des sensations douloureuses sans entraîner de perte de conscience Co-Antalgiques Médicaments utilisés pour augmenter l efficacité thérapeutique des antalgiques

7 Paliers de l OMS Intensité de la douleur Palier I Antalgiques non opioïdes Paracétamol Acide acétyl salicilique AINS ± Coantalgiques Douleurs faibles EVA=1à 3 Palier II Opioïdes faibles Dextropropoxyphène Codéine Tramadol Buprénorphine ± Coantalgiques Douleurs modérées EVA= 3 à 7 Palier III Opioïdes forts Morphine Oxycodone Hydomorphone Fentanyl ± Coantalgiques Douleurs sévères EVA = 7 à 10

8 Antalgiques du palier I Douleurs Faibles à modérées EVA = 1 à 3 peuvent être associés au palier II et III

9 Palier I Paracétamol Antalgique antipyrétique Utilisé en 1 ère intention : Bonne tolérance Mécanisme d action périphérique et central Posologie: 1000mg toutes les 4 à 6 heures chez l adulte 60 mg /kg /j chez l enfant Dose maximale 4 g /j car risque de toxicité hépatique Métabolisme hépatique & Élimination : urinaire Effets secondaires rares: réactions cutanées, prurit CI: insuffisance hépatique, insuffisance rénale

10 Palier I Acide acétylsalicylique Antalgique Anti inflammatoire, antipyrétique, anti agréguant plaq. Mécanisme d action antalgique : Inhibition de la production des prostaglandines et des thromboxanes Posologie: 500 à 1000 mg toutes les 4 à 6 h, Dose maximale 4 g/j Effet antalgique: 2 à 3 g / j Effet anti inflammatoire: plus de 3 g / j Effet anti agrégant plaquettaire: 160 à 300 mg / j Métabolisme: plasmatique & Élimination : urinaire Effets secondaires: saignement, troubles gastriques C I: Hémorragies digestives, ulcères digestifs, Insuffisance rénale

11 Palier I Anti Inflammatoire Non Stéroïdien Action Antalgique par le biais du système sérotoninergique et ou dopaminergique Action Anti inflammatoire par inhibition de la synthèse des prostaglandines Indication essentielle : les douleurs liées à l inflammation Effets secondaires Troubles digestifs, rénaux, allergiques, hématologiques Précaution d emploi Ulcères ou hémorragies digestives, insuffisance rénale

12 AINS à demi vie courte (< à 6 h ) DCI N. Com Posologie Nb de prises Dose max/j Kétoprofène Profénid mg mg Ibuproféne Brupfen mg mg Acide nuflimique Nifluril mg mg Diclofénax Voltaréne mg AINS à demi vie intermédiaire Naproxéne sodique Apranax 750 mg mg AINS à demi vie longue ( > 24 h ) Piroxicam Feldéne mg 1 40 mg AINS à libération prolongée Indométacine Indocid mg Diclofénac Voltaréne 100 mg mg Kétoproféne Profénid 200 mg mg

13 Palier I Noramidopyrine Dérivée de la pyrazolone Action Antalgique rapide et puissante Souvent associée à un antispasmodique Indication : Douleurs viscérales intenses Posologie: 1 à 4 g /j en 3à 4 prises. Effets secondaires Agranulocytose immuno-allergique mortelle (>10% des cas) Collapsus cardio-vasculaire Bronchospasme D où prescription de noramidopyrine déconseillée

14 Antalgiques du palier II Analgésiques opiacés à action morphinique faible utilisés seul ou en association avec le palier 1 et les co-antalgiques Non associables entre eux Douleurs modérées : EVA = 3 à 7

15 Palier II Dextropropoxyphène Antalgique agoniste mu sans propriété antipyrétique Souvent associé au paracétamol Effet analgésique 10 fois < la morphine Peu toxicomanogène aux doses thérapeutiques Posologie : 120 à 300 mg/24h Durée d action : 4h 6h Demi-vie: 8 à 10 heures Métabolisme hépatique Élimination: urinaire Effets indésirables : somnolence, nausées, constipation, réactions allergiques, hypoglycémies, hépatites cholestatiques, cardio-toxicité CI: insuffisance rénale sévère, grossesse, allaitement

16 Palier II Codéine Analgésique central morphinique agoniste mu Famille des alcaloïdes de l'opium Souvent associé au paracétamol Efficacité antalgique par transformation hépatique en morphine Effet antalgique: 5 à 10 fois plus faible que celui de la morphine Posologie: 30 à 60 mg toutes les 4 à 6 h Durée d action: 4 à 6 h Métabolisme: hépatique & Élimination: urinaire Effets secondaires: nausées, vomissements, constipation somnolence, vertiges, bronchospasme CI: insuffisance respiratoire, grossesse et allaitement

17 Palier II Tramadol Analgésique central Effet opioïde agoniste mu et Effet monoaminergique par inhibition de la recapture de la noradrénaline et de la sérotonine Posologie: forme immédiate 50 à 100mg toutes les 4 à 6 h forme prolongée 100 à 200 mg toutes les 12 h Dose max:400 mg / J Equianalgésie : 100mg tramadol = 10mg morphine IV Métabolisme hépatique & Élimination: rénale Demi vie : 5 à 7 heures Effets secondaires : T. digestifs, vertiges, sécheresse buccale, sueurs, confusion, hypotension CI: insuffisance hépatique, insuffisance respiratoire, enfant < 15ans, grossesse, allaitement

18 Palier II Buprénorphine Analgésique central agoniste mu partiel et antagoniste kappa Effet plafond «important» Dose > 7μg /kg = effets secondaires Présentation et Posologie : forme sublinguale: 3 à 15 glossettes en 3 prises par jour forme injectable rarement utilisée dans la douleur chronique ampoule 1 ml = 0,3 mg toutes les 6 à 8h Délai d action : 10 à 15 mn Durée d'action: 6 à 8 heures Métabolisme : hépatique & Élimination : 2/3 fécale et 1/3 urinaire Effets secondaires : vertige, lipothymie, sueur, asthénie, hallucination CI: insuffisance respiratoire, insuffisance hépatique

19 Antalgiques du palier III Douleurs intenses à très intenses EVA = 7 à 10 cancéreuses ou non cancéreuses

20 Palier III Morphine orale LI Spécialités Délai d'a Durée d A Présentation Chlorhydrate 1/2heure 4 heures amp. 10, 20, 50,100,250 (mg) Sévredol 1/2heure 4 heures cp.sec : 10,20 (mg) Actiskénan 1/2heure 4 heures Gél: 5, 10, 20, 30 (mg) Intérêt : Équilibration rapide Gestion des accès douloureux Moins de surdosage Indications: Titration Douleurs instables Soins douloureux Malade «fragile» Posologie : 5 à 10 mg toutes les 4 heures Adaptation des doses : 24 à 48 heures

21 Palier III Morphine orale LP Spécialités Présentation Administration Moscontin cp.non sec. (mg) 10,30,60,100,200 Toutes les 12 h Skénan gel. (mg) 10,30,60,100, 200 Toutes les 12 h Kapanol gel. (mg) 20,50,100 Toutes les 24 h Intérêt : Facilité de prescription Facilite la compliance (2 prises/24h) Indications : Après Titration Malade bien équilibré Dose initiale : 30mg / 12h 10 mg / 12h patient fragile Adaptation des doses : 48 à 72 heures

22 Titration de la morphine Morphine LI : 10 mg toutes les 4 heures + interdoses de 10mg en cas d accès douloureux. Réévaluer la dose de base tous les jours puis répartir la dose titrée en 2 prises par 24 h de Morphine LP Morphine LP : 30 mg toutes les 12 h + interdoses de 10 mg de morphine LI en cas d accès douloureux. Réévaluer la dose de base tous les jours puis répartir la dose totale en 2 prises par 24 h de morphine LP Morphine à libération prolongée : 30 mg toutes les 12h Si la douleur persiste augmentation de 30 à 50 % toutes les 24h Titration plus longue

23 Palier III Le chlorhydrate d hydromorphone Dérivé semi-synthétique de la morphine Agoniste pur actif sur les récepteurs mu et delta Caractéristiques pharmacologiques proche de la morphine Métabolisme: hépatique & élimination: urinaire et fécale Présentation: Sophidone Gélules à libération prolongée 4 mg, 8 mg, 16 mg et 24 mg Durée d action : 12 h Équianalgésie: 4 mg de Sophidone = 30 mg de Moscontin Efficacité et Effets secondaires : Pas de différence majeure avec la morphine

24 Palier III Le chlorhydrate d oxycodone Opioïde Agoniste des récepteurs mu Métabolisme: hépatique Élimination : urinaire Présentation : Forme LP : OxyContin Cp 10mg,20mg, 40mg,80mg Forme suppositoire: Eubine 20mg Durée d action : 12h Équianalgésie 30mg d Oxycontin = 60 mg de Moscontin

25 Palier III Fentanyl transdermique, Durogesic Agoniste morphinique pur, 100 fois plus puissant que la morphine Présentation: Patchs à 25, 50, 75, 100 µg /h. Avantage: permet une pénétration régulière du principe actif pendant 3 jours et assure un contrôle continu de la douleur Posologie: un patch tout les 3 jours Administration simple, excellente biodisponibilité et stabilité des concentrations sériques Indication: Douleur chroniques cancéreuses intenses ou rebelles aux autres antalgiques, en cas de douleurs stables cad sans paroxysmes fréquents justifiant une voie injectable

26 Palier III Fentanyl transmuqueux Citrate de fentanyl -Actiq Dispositif dont 25 % de la dose agit dés la 5 ème min et 75 % est déglutie avec la salive puis absorbée au niveau gastro-intestinal Indication: accès douloureux paroxystique d un traitement de fond par la morphine Posologie :200 μg à frotter pendant 1 mn jusqu à dissolution complète, renouvelable 15 mn après sans dépasser 2 unités pour le traitement de même accès douloureux

27 Effets secondaires des morphiniques Somnolence Survient au début du traitement et disparaît en quelques jours Nausées, vomissements Constipation Sécheresse de la bouche Sueurs Prurit Dépression respiratoire

28 Prise en charge de la constipation Traitement pharmacologique non spécifique Recours aux laxatifs non irritants Lactulose Duphalac Macrogol 3350 Forlax Traitement non pharmacologique Règles hygiéno-diététiques bonne hydratation, activité physique, mobilisation

29 Prise en charge des Nausées - Vomissements Utilisation d antiémétiques habituels Métoclopramide: Primpéran Étopimazine: Vogaléne. Dompéridone Motilium, Chlorpromazine Largactyl Halopéridol Haldol

30 Traitement de la dépression respiratoire Détresse respiratoire Apparaît en cas d administration de dose très rapidement élevée Elle est exceptionnelle quand on augmente les doses de façon progressive d où l intérêt de la titration Correction efficace par le Naloxone

31 Les Co-Antalgiques

32 Co-antalgiques Les corticostéroïdes Large place dans le traitement des douleurs Agit sur les processus inflammatoires Indications: Douleurs spécifiques rhumatologiques douleurs en traumatologie Métastases osseuses Lymphoedèmes

33 Co-Antalgiques Myorelaxants Diminuent les réflexes médullaires polysynaptiques qui génèrent des contractions musculaires réflexes souvent douloureuses Posologie: Tétrazépam - Myolastan : 50 mg par jour en 1 prise Baclofène Liorésal : 30 mg par jour en 3 prises

34 Co-Antalgiques Biphosphonates Analogues des pyrophosphates Puissants inhibiteurs de la résorption osseuse Réduction du risque de fractures, douleur osseuse et hypercalcémie Indication : douleurs des métastases osseuses Posologie : Pamidronate : 60 à 90 mg IV en perfusion en 2 h / 3 à 4 semaines Zolédronate: 4 mg IV en perfusion de 15 à 30minutes/ 4 semaines Effets indésirables : troubles digestifs,symptômes pseudogrippaux

35 Traitement des Douleurs Neuropathiques

36 Antidépresseurs Efficacité Tolérence Tricycliques Amitriptiline: Laroxyl Inhibiteurs mixtes Duloxétine Inhibiteurs recapt. sérotonine Fluoxétine Prozac +/- +++ Action par blocage de la recapture de la sérotonine et noradrénaline Permettant de renforcer les contrôles inhibiteurs descendants Doses Antalgiques < doses Antidépressives Posologie: Amitriptyline = 10 à 250 mg /j avec en moyenne 75 mg/j Débuter avec des petites doses de 5 à 10 mg le soir à augmenter progressivement Effets secondaires: somnolence, sécheresse de la bouche

37 Antiépileptiques Gabapentine = Neurontin 1200 à 3600 / j en 3 prises Prégabaline = Lyrica 300 à 600 mg en deux prises Efficacité la plus documentée Agissent sur les sous unités α2λ des canaux calciques impliqués dans les mécanismes de sensibilité centrale Effet sur la qualité de vie, l anxiété et le sommeil Délai d action: 1 semaine Effets indésirables transitoires: vertiges, somnolence, céphalées, sécheresse buccale,oedèmes périphériques et prise de poids

38 Autres antiépileptiques Carbamazépine: Tégrétol Posologie : 100 mg à 400mg / 6 à 8 Indiquée surtout pour la névralgie du trijumeau Tolérance médiocre Effets secondaires nombreux = troubles cognitifs au long court Clonazépam = Rivotril Posologie: 0,5 mg à 2 mg / 8 h Pas d effet prouvé sur la douleur Propriétés hypnotiques et anxiolytiques

39 Opioïdes Action efficace sur la douleur neuropathique Nécessite de fortes doses Traitement de première intention Pas d opiaces forts Seul le tramadol peut être prescrit surtout douleur mixte

40 Autres traitements Les anesthésiques locaux patches de Lidocaine douleur étendue limitée ( douleur post zostérienne) Capsaïcine en patch ou en créme Cannabinnoides Spray

41 Traitement interventionel Administration d analgésiques par voie intrathécale Techniques de neurostimulation Stimulation électrique transcutanée: TENS Cordonale postérieure ou stimulation médullaire Thalamique Corticale Traitement chirurgical dans les formes réfractaires Interruption des voies de la douleur Rééducation Réhabilitation d un membre

42 Traitement de la Douleur Psychogène Psychothérapie Thérapie cognitivo comportementale Relaxation Permet au patient de mieux contrôler sa douleur et de faire face aux situations susceptibles de majorer sa douleur Hypnose Psychotropes Action sur les structures sous corticales de la composante affective Action directe sur la neuromédiation centrale de la douleur

43 EN PRATIQUE

44 Douleur Nociceptive Douleur légère à modérée : EVA = 1-3 Palier I Paracétamol AINS Aspirine Évaluation de l efficacité du TRT : 48H Douleur NON Surveillance régulière OUI Douleur modérée à sévére : EVA = 4-7 Codéïne Palier II Dextropropoxyphène Tramadol Buprénorphine Évaluation de l efficacité du TRT : 48H Douleur OUI NON Surveillance régulière Douleur intense à extrême : EVA = 8 à 10 Palier III : Morphiniques

45 Analgésie Insuffisante Effets Indésirables ROTATION DES OPIOIDES Changer de morphinique Changer de voie d administration Morphine LP 60 mg Fentanyl** Durogésic 25 µg/h Hydromorphone* Sophidone 8 mg Oxycodone*** Oxycontin 30 mg

46 Douleur Neuropathique Antidépresseur tricyclique Amitriptiline Anti épileptiques Gabapentine - Prégabaline une semaine Évaluation de l efficacité du TRT Persistance de la douleur ou effets secondaire importants Non Surveillance Réévaluation régulière Oui Morphiniques fortes doses Anesthésiques locaux Blocs neurolytiques Neurochirurgie

47 CONCLUSION La prise en charge de la douleur est à la portée de tout médecin généraliste ou spécialiste La connaissance des mécanismes physiopathologiques est indispensable car elle conditionne la conduite thérapeutique La douleur peut être soulagée par des moyens pharmacologiques simples à condition de respecter les règles de prescription

48 Règles de prise en charge thérapeutique des douleurs (1) 1. Utiliser le produit adapté au type de douleur et à son intensité 2. Respecter une hiérarchie dans la prescription des antalgiques en choisissant en première intention le moins toxique 3. Utiliser une voie d administration appropriée à l état du patient en privilégiant la voie orale sauf urgence 4. Administrer les antalgiques à intervalle régulier et non à la demande 5. Connaître la pharmacologie des produits : intervalle entre chaque prise, dose minimale efficace, dose plafond

49 Règles de prise en charge thérapeutique des douleurs (2) 6. Associer des médicaments synergiques (antalgiques / corticoïdes) 7. Prévenir et corriger les effets secondaires 8. Éviter les associations inappropriées (morphine/ buprénorphine) 9. Envisager tous les moyens thérapeutiques : médicamenteux et non médicamenteux (psychothérapie, chirurgie, rééducation), contacter une structure de prise en charge de la douleur rebelle si nécessaire 10.Réévaluer régulièrement l efficacité du traitement et assurer une adaptation individuelle. Respecter les contre-indications, expliquer et détailler la prescription pour favoriser l'observance

50 La prise en charge de la douleur est une obligation éthique et majeure pour tout médecin

GUIDE DE PRESCRIPTION ET D UTILISATION DES ANTALGIQUES

GUIDE DE PRESCRIPTION ET D UTILISATION DES ANTALGIQUES GUIDE DE PRESCRIPTION ET D UTILISATION DES ANTALGIQUES PEC Douleur OPC011.00D1 Version 1 du 25.09.08 NOUVEAUTE DE LA VERSION 1 : Création OBJET : Ce guide est un document d information et d aide à : la

Plus en détail

chez la personne âgée.

chez la personne âgée. PROMOTION DE L AMÉLIORATION DES PRATIQUES PROFESSIONNELLES dans le cadre du programme MobiQual Prévenir, évaluer, Prendre en charge La douleur chez la Personne âgée FIche pratique utilisation des opioïdes

Plus en détail

Prise en charge des métastases osseuses Approche médicamenteuse

Prise en charge des métastases osseuses Approche médicamenteuse Prise en charge des métastases osseuses Approche médicamenteuse S Lozano Hôpital Larrey 08 Octobre 2010 Les métastases osseuses Fréquentes 3 ème localisation (poumon, foie) 30 à 50% des patients 40% dans

Plus en détail

La rotation des opioïdes

La rotation des opioïdes La rotation des opioïdes Prof. Omar BOUDEHANE - UNITE D EVALUATION ET DE TRAITEMENT DE LA DOULEUR - Faculté de médecine & CHU Constantine Université «3» de Constantine 9 ème Congrés de la SAETD Université

Plus en détail

Le malade cancéreux douloureux à son domicile. Traitements symptomatiques. Antalgiques et co analgésiques

Le malade cancéreux douloureux à son domicile. Traitements symptomatiques. Antalgiques et co analgésiques Le malade cancéreux douloureux à son domicile Traitements symptomatiques Antalgiques et co analgésiques Généralités Le cancer est le plus souvent douloureux Aux stades précoces : douleur modérée à sévère

Plus en détail

LA PRISE EN CHARGE DE LA DOULEUR EN HAD

LA PRISE EN CHARGE DE LA DOULEUR EN HAD LA PRISE EN CHARGE DE LA DOULEUR EN HAD LES REGLES D OR 1. Demander au patient s il a mal et le croire 2. Ecouter sa réponse et respecter ses choix 3. Traiter si possible les causes de la douleur 4. Evaluer

Plus en détail

La morphine. Alternatives / associations

La morphine. Alternatives / associations Douleur et cancer La morphine Alternatives / associations Tous les droits d auteurs sont réservés à l Institut UPSA de la douleur. Toute modification est interdite. Toute reproduction ou utilisation est

Plus en détail

LES MÉDICAMENTS ANTALGIQUES

LES MÉDICAMENTS ANTALGIQUES LES MÉDICAMENTS ANTALGIQUES LES PALIERS DE L OMS L Organisation Mondiale de la Santé (OMS) a établi une échelle des analgésiques selon l intensité de la douleur évaluée. L International Association for

Plus en détail

Prescription des Morphiniques

Prescription des Morphiniques Prescription des Morphiniques Dr Jean-Pierre CORBINAU - Lille Cet exposé se veut essentiellement pratique ayant pour objectif de faire passer 3 messages afin d apporter une aide dans la prescription de

Plus en détail

Dr Pascale DINAN, Le 25 Février 2009.

Dr Pascale DINAN, Le 25 Février 2009. Dr Pascale DINAN, Le 25 Février 2009. Déclaration sur la promotion des droits des patients en Europe, OMS, 1994 : «Les patients ont le droit d être soulagés de la douleur, dans la mesure ou le permettent

Plus en détail

Les traitements médicamenteux utilisés en soins palliatifs : prise en charge de la douleur chez l enfant. Journée du réseau oncopédiatrique

Les traitements médicamenteux utilisés en soins palliatifs : prise en charge de la douleur chez l enfant. Journée du réseau oncopédiatrique Les traitements médicamenteux utilisés en soins palliatifs : prise en charge de la douleur chez l enfant Journée du réseau oncopédiatrique 17/09/2010 Introduction Démarche de soins palliatifs : substitue

Plus en détail

Ordonnance n 1. Ordonnance n 2. Ordonnance n 3. Ordonnance n 4. Ordonnance n 5. Ordonnance n 6. Ordonnance n 7. Ordonnance n 8.

Ordonnance n 1. Ordonnance n 2. Ordonnance n 3. Ordonnance n 4. Ordonnance n 5. Ordonnance n 6. Ordonnance n 7. Ordonnance n 8. SOMMAIRE Ordonnance n 1 Remplacer un traitement antalgique de palier 2 par un antalgique de palier 3 Ordonnance n 2 Interdoses lors d un traitement par sulfate de morphine à Libération Prolongée (LP) Ordonnance

Plus en détail

SOINS PALLIATIFS et REFLEXION ETHIQUE

SOINS PALLIATIFS et REFLEXION ETHIQUE Saint Didier en Velay SOINS PALLIATIFS et REFLEXION ETHIQUE Dr Pascale VASSAL, Service de médecine palliative, CHU Saint Etienne Le 16 juin 2009 4 - PRISE en CHARGE de la DOULEUR A - Évaluation de la douleur

Plus en détail

Guide d utilisation des opioïdes forts

Guide d utilisation des opioïdes forts Guide d utilisation des opioïdes forts Dr R. Duclos coordinatrice du réseau douleur Sarthe responsable unité douleur CHG Le Mans expert des SOR douleur «la douleur que l on supporte le mieux? celle des

Plus en détail

Comment évaluer? Douleur aiguë? Douleur chronique? Douleur continue? Circonstances d apparition? Cotation de la douleur

Comment évaluer? Douleur aiguë? Douleur chronique? Douleur continue? Circonstances d apparition? Cotation de la douleur Comment évaluer? Douleur aiguë? Douleur chronique? TEMPS Douleur paroxystique? INTENSITE LOCALISATION TYPE Douleur continue? Circonstances d apparition? Cotation de la douleur Topographie de la ou des

Plus en détail

LES ANTALGIQUES. Règles de prescription et de surveillance. Dr Pierre DELASSUS. Équipe Mobile Douleur et Soins Palliatifs CHU de Caen

LES ANTALGIQUES. Règles de prescription et de surveillance. Dr Pierre DELASSUS. Équipe Mobile Douleur et Soins Palliatifs CHU de Caen LES ANTALGIQUES Règles de prescription et de surveillance Dr Pierre DELASSUS Équipe Mobile Douleur et Soins Palliatifs CHU de Caen Règles de prescription des antalgiques 1. Chercher la cause de la douleur

Plus en détail

Claude Ecoffey Anesthésiste. Les obstacles aux opiacés

Claude Ecoffey Anesthésiste. Les obstacles aux opiacés cette image. Claude Ecoffey Anesthésiste QuickTime et un décompresseur Photo - JPEG sont requis pour visualiser Les obstacles aux opiacés Crainte liée au traitement (effets secondaires, accoutumance) Système

Plus en détail

Utilisation pratique de la morphine en gériatrie. Dr JM BRISSEAU Médecine Aigue Gériatrique Consultant en Médecine Interne CHU de Nantes

Utilisation pratique de la morphine en gériatrie. Dr JM BRISSEAU Médecine Aigue Gériatrique Consultant en Médecine Interne CHU de Nantes Utilisation pratique de la morphine en gériatrie Dr JM BRISSEAU Médecine Aigue Gériatrique Consultant en Médecine Interne CHU de Nantes ACTUALITES THERAPEUTIQUES 7 Décembre 2013 Les opioïdes forts comprennent:

Plus en détail

Les douleurs neuropathiques

Les douleurs neuropathiques Les douleurs neuropathiques Dr LALLIER Emmanuelle Hôpital Louis Pasteur DOLE 1 Thérapeutiques médicamenteuses (1) : les traitements locaux Cibles d actions : décharges ectopiques et sensibilisation des

Plus en détail

Nouveaux Antalgiques disponibles en 2010

Nouveaux Antalgiques disponibles en 2010 Nouveaux Antalgiques disponibles en 2010 Docteur Laurent FIGNON Soins de Support Service d Oncologie CHR Bon-Secours - 2010 Douleur et Cancer 320.000 nouveaux cas de Cancer par an (2005) 56% des patients

Plus en détail

DEFINITION DE LA DOULEUR

DEFINITION DE LA DOULEUR DEFINITION DE LA DOULEUR Selon l IASP International Association for the Study of Pain «La douleur est une expérience sensorielle et émotionnelle désagréable, liée à une lésion tissulaire présente ou potentielle

Plus en détail

COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS. 01 avril 2009

COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS. 01 avril 2009 COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS 01 avril 2009 ABSTRAL 100 microgrammes, comprimé sublingual B/10 Code CIP : 391 042 9 B/30 Code CIP : 391 043 5 ABSTRAL 200 microgrammes, comprimé sublingual B/10 Code

Plus en détail

Aide mémoire. Traitements médicamenteux de la douleur nociceptive. Equipes ressources du département :

Aide mémoire. Traitements médicamenteux de la douleur nociceptive. Equipes ressources du département : Equipes ressources du département : Consultations d évaluation et de traitement de la douleur : CH Chartres : 02 37 30 38 13 consult-douleur@ch-chartres.fr CH Dreux : 02 37 51 50 63 Douleur aiguë : douleuraigue@ch-dreux.fr

Plus en détail

Soirée FMC GRASSE. Dr Casini Isabelle. Dr Fignon Laurent. Responsable TERDASP 06. Praticien Hospitalier 21/11/12

Soirée FMC GRASSE. Dr Casini Isabelle. Dr Fignon Laurent. Responsable TERDASP 06. Praticien Hospitalier 21/11/12 Soirée FMC GRASSE Dr Casini Isabelle Responsable TERDASP 06 Dr Fignon Laurent Praticien Hospitalier Alpes Maritimes Ouest BASSIN DE POPULATION: Total (62 communes) 556 000 habitants Plus de 75 ans 11.48%

Plus en détail

LES ANTALGIQUES EN GERIATRIE

LES ANTALGIQUES EN GERIATRIE Définition de la douleur selon l IASP LES ANTALGIQUES EN GERIATRIE La douleur est une sensation désagréable et une expérience émotionnelle en lien à une lésion tissulaire présente ou potentielle ou décrite

Plus en détail

Évaluation de la douleur

Évaluation de la douleur Douleurs aigues Cas clinique n 1 Madame B âgée de 45 ans vient aux urgences pour une douleur abdominale aigue flanc droit évoluant depuis 2H avec un épisode de vomissement. Pas de troubles urinaires. Antécédents:

Plus en détail

M.PARRAD DU/Capacité 24 janvier 2013. Douleur : évaluation, prise en charge

M.PARRAD DU/Capacité 24 janvier 2013. Douleur : évaluation, prise en charge M.PARRAD DU/Capacité 24 janvier 2013 Douleur : évaluation, prise en charge Définition douleur «Expérience sensorielle et émotionnelle désagréable, liée à une lésion tissulaire présente ou potentielle ou

Plus en détail

8. Les connaissances

8. Les connaissances 8. Les connaissances 1 - Titration et douleur nociceptive 2 - Table équianalgésie 3 - Rotation des opioïdes 4 - Douleur et toxicomanie 5 - Douleurs et états de manque Contact : clud@marseille.fnclcc.fr

Plus en détail

EVALUATION ET TRAITEMENT DE LA DOULEUR DU PATIENT EN CANCEROLOGIE Docteur C. CIAIS. ( Partie II )

EVALUATION ET TRAITEMENT DE LA DOULEUR DU PATIENT EN CANCEROLOGIE Docteur C. CIAIS. ( Partie II ) EVALUATION ET TRAITEMENT DE LA DOULEUR DU PATIENT EN CANCEROLOGIE Docteur C. CIAIS ( Partie II ) Quelques points pratiques. Pour adapter la posologie, on peut s'aider du nombre de prises d'inter-doses.

Plus en détail

Les médicaments de la douleur. Nicolas MARIE Pharmacien IFSI CHGR UE «Pharmacologie et thérapeutiques» Année 2014-2015

Les médicaments de la douleur. Nicolas MARIE Pharmacien IFSI CHGR UE «Pharmacologie et thérapeutiques» Année 2014-2015 Les médicaments de la douleur Nicolas MARIE Pharmacien IFSI CHGR UE «Pharmacologie et thérapeutiques» Année 2014-2015 Plan 1. Définitions Rappels 2. Les médicaments du palier I 3. Les médicaments du palier

Plus en détail

Du bon usage des dispositifs transdermiques de fentanyl

Du bon usage des dispositifs transdermiques de fentanyl Du bon usage des dispositifs transdermiques de fentanyl Groupe de travail pluridisciplinaire SFAP - SFETD ARMARI-ALLA Corinne, Médecin pédiatre, Hôpital de Jour d Onco-Pédiatrie, CHU Grenoble BRUXELLE

Plus en détail

La prise en charge de la douleur

La prise en charge de la douleur 39 ème Forum Médical Lyonnais La prise en charge de la douleur Réseau de coordination de soins palliatifs à domicile Dr Jacky SAUSSAC Samedi SEPR 1. 2. 3. 4. 5. 6. 7. 8. 9. La législation La douleur Les

Plus en détail

CAPACITE DE GERIATRIE

CAPACITE DE GERIATRIE TRAITEMENT DE LA DOULEUR CHEZ LE SUJET AGE CAPACITE DE GERIATRIE 11.03.2009 Dr Françoise ESCOUROLLE-PELTIER Unité de Soins Palliatifs - Équipe Mobile Hôpital BRETONNEAU CONSEQUENCES DE LA PRISE EN CHARGE

Plus en détail

Cas Clinique. Douleurs cancéreuses

Cas Clinique. Douleurs cancéreuses Cas Clinique Douleurs cancéreuses Monsieur Bernard D., âgé de 45 ans, a été admis dans le Centre d évaluation et de traitement de la douleur courant juillet 2000 en raison de douleurs intenses, d origine

Plus en détail

TRAITEMENT DE LA DOULEUR CHEZ LE SUJET AGE

TRAITEMENT DE LA DOULEUR CHEZ LE SUJET AGE TRAITEMENT DE LA DOULEUR CHEZ LE SUJET AGE CAPACITE DE GERIATRIE 11.03.2009 Dr Françoise ESCOUROLLE-PELTIER Unité de Soins Palliatifs - Équipe Mobile Hôpital BRETONNEAU CONSEQUENCES DE LA PRISE EN CHARGE

Plus en détail

Protocole d Utilisation des Opioïdes Par PCA en HAD

Protocole d Utilisation des Opioïdes Par PCA en HAD Protocole d Utilisation des Opioïdes Par PCA en HAD 1) Objet. Ce protocole a pour objet de décrire les modalités d utilisation des opioïdes injectables en PCA, en traitement symptomatique d une douleur,

Plus en détail

Utilisation des nouveaux opioïdes en Soins Palliatifs

Utilisation des nouveaux opioïdes en Soins Palliatifs Med Pal 2002; 1: 69-87 Masson, Paris, 2002, Tous droits réservés Guillemette Laval, Unité de Recherche et de Soutien en Soins Palliatifs, CHU, Grenoble, Marie-Laure Villard, Unité de Recherche et de Soutien

Plus en détail

Prescription de morphiniques chez le sujet âgé. Cas clinique

Prescription de morphiniques chez le sujet âgé. Cas clinique Prescription de morphiniques chez le sujet âgé Cas clinique Clinique 1 Me G. 71 ans. Mariée, 2 enfants Algies diffuses depuis l âge l de 14 ans. Début des douleurs par des cervicalgies et scapulalgies

Plus en détail

DEFINITION DE LA DOULEUR SELON L I.A.S.P.

DEFINITION DE LA DOULEUR SELON L I.A.S.P. DEFINITION DE LA DOULEUR SELON L I.A.S.P. «La douleur est une expérience sensorielle et émotionnelle désagréable associée à des lésions tissulaires réelles ou possibles ou décrites comme si ces lésions

Plus en détail

PRISE EN CHARGE DE LA DOULEUR CANCÉREUSE

PRISE EN CHARGE DE LA DOULEUR CANCÉREUSE Réseau Ville-Hôpital de Cancérologie du Val-de-Marne Ouest Guide pratique PRISE EN CHARGE DE LA DOULEUR CANCÉREUSE Guide pratique PRISE EN CHARGE DE LA DOULEUR CANCÉREUSE INTRODUCTION Ce guide pratique

Plus en détail

Le plus difficile est de savoir penser ces douleurs

Le plus difficile est de savoir penser ces douleurs LES INTERDOSES LES DOULEURS PAROXYSTIQUES LES DOULEURS INCIDENTES L INSUFFISANCE DU TRAITEMENT DE BASE (CONTINU) LES DOULEURS QUI POURRAIENT SURVENIR LA VIGILANCE LE DIAGNOSTIC DIFFERENTIEL AVEC DOULEURS

Plus en détail

Antalgiques / Généralités (I)

Antalgiques / Généralités (I) Antalgiques / Généralités (I) Antalgiques = Analgésiques Schéma : physiologie de la douleur 1 2 3 4 5 6 Antalgiques / Généralités (II) Types de douleurs : Douleurs non spécifiques >> Antalgiques classiques

Plus en détail

Docteur Nathalie ATTARD

Docteur Nathalie ATTARD Les Antalgiques Docteur Nathalie ATTARD Antalgiques de niveau 2 Placés entre le paracétamol et les opioïdes forts jugés d efficacité intermédiaire représentés par des médicaments associant du paracétamol

Plus en détail

Traitement de la douleur

Traitement de la douleur Traitement de la douleur La douleur n est pas une fatalité, elle se prévient et elle se traite. Céline Moch Interne en pharmacie Cours infirmier 17 octobre 2012 Quelques données épidémio La France : Mauvaise

Plus en détail

janvier 2010 Dr R. SCHWALD

janvier 2010 Dr R. SCHWALD Prise en charge pluridisciplinaire de la douleur en soins palliatifs de l adulte à domicile Formation Aspan janvier 2010 Dr R. SCHWALD 1. Évaluation de la douleur 2.Traitement de la douleur Sommaire Principes

Plus en détail

Protocole de prise en charge des EFFETS INDESIRABLES des MORPHINIQUES chez l ENFANT

Protocole de prise en charge des EFFETS INDESIRABLES des MORPHINIQUES chez l ENFANT Comité de lutte contre la douleur Protocole de prise en charge des EFFETS INDESIRABLES des MORPHINIQUES chez l ENFANT Référence : CLUD 20 Version : 2 Date de diffusion Intranet : 23-10-2007 Objet Ce protocole

Plus en détail

TRAITEMENT MEDICAMENTEUX DE LA DOULEUR CHEZ LE SUJET AGE

TRAITEMENT MEDICAMENTEUX DE LA DOULEUR CHEZ LE SUJET AGE TRAITEMENT MEDICAMENTEUX DE LA DOULEUR CHEZ LE SUJET AGE CAPACITE DE GERIATRIE Dr Françoise ESCOUROLLE-PELTIER USP EMD-SP Présidente CLUD-SP Hôpitaux Universitaires Paris Nord Val de Seine - Hôpital BRETONNEAU

Plus en détail

Prise en charge de la douleur. Dr Nathalie Nisenbaum Réseau Arc en Ciel 10 octobre 2006

Prise en charge de la douleur. Dr Nathalie Nisenbaum Réseau Arc en Ciel 10 octobre 2006 Prise en charge de la douleur Dr Nathalie Nisenbaum Réseau Arc en Ciel octobre 6 EVALUATION DE LA DOULEUR Définition de la douleur association internationale d étude de la douleur (IASP 979) La douleur

Plus en détail

SPES / NEPALE. Date : Protocole validé et réactualisé le 13/12/2013 ETAPES PRELIMINAIRES A LA PRESCRIPTION

SPES / NEPALE. Date : Protocole validé et réactualisé le 13/12/2013 ETAPES PRELIMINAIRES A LA PRESCRIPTION RECOMMANDATION POUR LA PRESCRIPTION DE MORPHINE EN PERFUSION CONTINUE MODE PCA SPES / NEPALE Date : Protocole validé et réactualisé le 13/12/2013 N hésitez pas à utiliser les modèles d ordonnances, Pour

Plus en détail

SOULAGER LES DOULEURS ÉVOLUTIVES INTENSES : UN SUJET D'ACTUALITÉ (*) Première partie : Considérations générales

SOULAGER LES DOULEURS ÉVOLUTIVES INTENSES : UN SUJET D'ACTUALITÉ (*) Première partie : Considérations générales 113 Bull. Soc. Pharm. Bordeaux, 1999, 138, 113-120 SOULAGER LES DOULEURS ÉVOLUTIVES INTENSES : UN SUJET D'ACTUALITÉ (*) Dr. Benoît BURUCOA (1) Première partie : Considérations générales Les douleurs liées

Plus en détail

Avis 19 mars 2014. Laboratoire GRUNENTHAL. HAS - Direction de l'evaluation Médicale, Economique et de Santé Publique 1/12 Avis 2

Avis 19 mars 2014. Laboratoire GRUNENTHAL. HAS - Direction de l'evaluation Médicale, Economique et de Santé Publique 1/12 Avis 2 COMMISSION DE LA TRANSPARENCE Avis 19 mars 2014 RECIVIT 67 microgrammes, comprimé sublingual B/15 en plaquette thermoformée en polyamide aluminium PVC/aluminium (CIP : 34009 276 556 3-0) B/15 en plaquette

Plus en détail

Prise en charge de la douleur Instauration d un traitement antalgique Dr Stéphane Moreau

Prise en charge de la douleur Instauration d un traitement antalgique Dr Stéphane Moreau Prise en charge de la douleur Instauration d un traitement antalgique Dr Stéphane Moreau Service Hématologie Clinique et Thérapie Cellulaire CHRU Limoges Introduction DEFINITION «une expérience sensorielle

Plus en détail

RECOMMANDATIONS POUR LA PRISE EN CHARGE DE LA DOULEUR AIGUË

RECOMMANDATIONS POUR LA PRISE EN CHARGE DE LA DOULEUR AIGUË RECOMMANDATIONS POUR LA PRISE EN CHARGE DE LA DOULEUR AIGUË Ce fascicule tient à mettre à la disposition des médecins du CHV (ainsi que du personnel paramédical) une mise à jour D un rappel pharmacologique

Plus en détail

PROTOCOLE d utilisation de la MORPHINE en PCA, hors traitement postopératoire

PROTOCOLE d utilisation de la MORPHINE en PCA, hors traitement postopératoire Comité de lutte contre la douleur PROTOCOLE d utilisation de la MORPHINE en PCA, hors traitement postopératoire Référence : CLUD 18 Version : 2 Date de diffusion Intranet : 23-10-2007 Objet Ce protocole

Plus en détail

et Personne âgée Douleur Dr Marie-Guy Depuydt mg-depuydt@chru-lille.fr

et Personne âgée Douleur Dr Marie-Guy Depuydt mg-depuydt@chru-lille.fr Douleur et Personne âgée Dr Marie-Guy Depuydt mg-depuydt@chru-lille.fr Service de médecine interne et gériatrie Pr Dewailly Hôpital gériatrique les Bateliers Cas clinique : Madame Dubois âgée de 82 ans

Plus en détail

Pharmacothérapie de la douleur

Pharmacothérapie de la douleur Pharmacothérapie de la douleur Comment utiliser les différentes formes de médicaments? Conseils pratiques à l officine 1 Paracétamol en forme mono Toxicité gastrique peu probable Hépatotoxicité: intoxication

Plus en détail

DU soins palliatifs module pédiatrique

DU soins palliatifs module pédiatrique Cas clinique Stratégie thérapeutique antalgique en phase progressive de la maladie DU soins palliatifs module pédiatrique Novembre 2012 D Orbach, Département de pédiatrie adolescents-jeunes adultes. Institut

Plus en détail

Prise en charge de la douleur en dermatologie : les opioïdes forts

Prise en charge de la douleur en dermatologie : les opioïdes forts Annales de dermatologie et de vénéréologie (2011) 138, 524 529 CLINIQUE Prise en charge de la douleur en dermatologie : les opioïdes forts Management of pain in dermatology: Opioid therapy M.-L. Sigal

Plus en détail

Toujours évaluer l observance du traitement. La mémoire de la douleur peut être plus dommageable que son expérience initiale.

Toujours évaluer l observance du traitement. La mémoire de la douleur peut être plus dommageable que son expérience initiale. La mémoire de la douleur peut être plus dommageable que son expérience initiale. Des mécanismes conservés à travers les âges permettent à de brefs stimuli nociceptifs de modifier de manière persistante

Plus en détail

MEDICAMENTS DE LA DOULEUR (de palier II et III)

MEDICAMENTS DE LA DOULEUR (de palier II et III) MEDICAMENTS DE LA DOULEUR (de palier II et III) UE Neurosensoriel-Pharmacologie Michel ANDREJAK 19/09/2013 L3 Antalgiques/Analgésiques Médicaments capables diminuer ou d abolir la perception des sensations

Plus en détail

DEFINITION. Douleur aigüe Douleur chronique Titration de la morphine PCA. Composantes de la douleur. Sensation. Emotion Cognition.

DEFINITION. Douleur aigüe Douleur chronique Titration de la morphine PCA. Composantes de la douleur. Sensation. Emotion Cognition. Douleur aigüe Douleur chronique Titration de la morphine PCA DR C. Waintrop Service d anesthésie -Réanimation Hôpital Saint-Louis, Paris 10è DEFINITION Douleur: «Expérience sensorielle et émotionnelle

Plus en détail

ANNEXE I RESUME DES CARACTERISTIQUES DU PRODUIT

ANNEXE I RESUME DES CARACTERISTIQUES DU PRODUIT ANNEXE I RESUME DES CARACTERISTIQUES DU PRODUIT 1. DENOMINATION DU MEDICAMENT 2. COMPOSITION QUALITATIVE ET QUANTITATIVE 3. FORME PHARMACEUTIQUE 4. DONNEES CLINIQUES 4.1. Indications thérapeutiques Chez

Plus en détail

Les antalgiques- Cours IFSI, 2 ème année Mardi 24 novembre 2009 Module rhumato-ortho V. SERVANT, interne en pharmacie hospitalière

Les antalgiques- Cours IFSI, 2 ème année Mardi 24 novembre 2009 Module rhumato-ortho V. SERVANT, interne en pharmacie hospitalière Les antalgiques- analgésiques Cours IFSI, 2 ème année Mardi 24 novembre 2009 Module rhumato-ortho V. SERVANT, interne en pharmacie hospitalière RAPPELS - 1 Les 3 types de douleurs : Par excès de nociception

Plus en détail

Les douleurs: mécanisme, évaluation et traitements

Les douleurs: mécanisme, évaluation et traitements Les douleurs: mécanisme, évaluation et traitements Dr Nathalie Nisenbaum 17 avril 2008 Définition de la douleur association internationale d étude de la douleur (IASP 1979) La douleur est une expérience

Plus en détail

SOINS PALLIATIFS : GUIDE D UTILISATION DES OPIACÉS

SOINS PALLIATIFS : GUIDE D UTILISATION DES OPIACÉS SOINS PALLIATIFS : GUIDE D UTILISATION DES OPIACÉS Présenté par : Dr Réal Villemure Département clinique de médecine générale Le 8 janvier 2002 SOINS PALLIATIFS : GUIDE D'UTILISATION DES OPIACÉS Ce que

Plus en détail

Définition PCA = ACP

Définition PCA = ACP 2012 Définition PCA = ACP Technique moderne de traitement de la douleur au cours de laquelle le patient relié à une pompe, s administre lui-même ses antalgiques à la demande Historique PCA 1968 - Variabilité

Plus en détail

Eléments majeurs du traitement de la douleur CEM FLM LILLE

Eléments majeurs du traitement de la douleur CEM FLM LILLE Eléments majeurs du traitement de la douleur DUSP:14 mars 2013 CEM FLM LILLE Dr Jacques DEBRIL Législation en rapport avec la douleur Chartre du malade hospitalisé (relative aux droits des personnes hospitalisées

Plus en détail

Quelle pharmacopée antalgique en 2013 aux urgences pédiatriques. Yves Meymat, SAR 3 anesthésie pédiatrique, CHU de Bordeaux

Quelle pharmacopée antalgique en 2013 aux urgences pédiatriques. Yves Meymat, SAR 3 anesthésie pédiatrique, CHU de Bordeaux Quelle pharmacopée antalgique en 2013 aux urgences pédiatriques Yves Meymat, SAR 3 anesthésie pédiatrique, CHU de Bordeaux Pas de conflit d intérêt à déclarer Des principes : 1. Evaluation objective rapide

Plus en détail

LA DOULEUR DU CANCER

LA DOULEUR DU CANCER LA DOULEUR DU CANCER Marie Claire BEPOIX et Michel DROUART Pôle SOINS DE SUPPORT Equipe Mobile d Accompagnement d et de Soins Palliatifs CH PONTARLIER Définitions La douleur est une expérience sensorielle

Plus en détail

www.lesjeudisdeleurope.org

www.lesjeudisdeleurope.org I) Les médicaments oraux Les médicaments délivrés par voie orale ont pour avantages essentiels leur facilité d usage et leur disponibilité en officine, mais également la connaissance de ces produits acquise

Plus en détail

Médicaments antalgiques :

Médicaments antalgiques : Institut Central des Hôpitaux Valaisans Division www.ichv.ch : Comment les administrer? Quel suivi? Dr Johnny Beney SUVA, Clinique Romande de réadaptation, Sion, Plan Pharmacocinétique Galénique Médicaments

Plus en détail

COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS. 13 janvier 2010

COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS. 13 janvier 2010 COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS 13 janvier 2010 INSTANYL 50 microgrammes/dose, solution pour pulvérisation nasale B/1 flacon (10 doses) (CIP : 397 118 7) INSTANYL 100 microgrammes/dose, solution pour

Plus en détail

OPIACES & DOSES EQUIANALGESIQUES. Extrait de la liste des médicaments de la PIC. Édition juin 2015

OPIACES & DOSES EQUIANALGESIQUES. Extrait de la liste des médicaments de la PIC. Édition juin 2015 OPIACES & DOSES EQUIANALGESIQUES Extrait de la liste des médicaments de la PIC Édition juin 2015 3. Opiacés Particularités Dose orale equival. à 10 mg de morphine 1 buprénorphine codéine fentanyl Agoniste/antagoniste

Plus en détail

SPÉCIFICITÉS ET PRISE EN CHARGE DE LA DOULEUR CANCÉREUSE CHEZ L ADULTE

SPÉCIFICITÉS ET PRISE EN CHARGE DE LA DOULEUR CANCÉREUSE CHEZ L ADULTE SPÉCIFICITÉS ET PRISE EN CHARGE DE LA DOULEUR CANCÉREUSE CHEZ L ADULTE Dr Cécile BESSET Equipe Mobile de Soins Palliatifs CHRU Besançon 23/01/2015 DÉFINITION, GÉNÉRALITÉS «Expérience sensorielle et émotionnelle

Plus en détail

Les opioïdes. Aude Ferran. Avril 2010

Les opioïdes. Aude Ferran. Avril 2010 Les opioïdes Aude Ferran Avril 2010 Introduction Analgésiques centraux = diminuent ou suppriment la douleur par un effet au niveau du système nerveux central (moelle épinière ou cerveau) Introduction Opioïdes

Plus en détail

Bien vous soigner. avec des médicaments disponibles sans ordonnance. juin 2008. Douleur. de l adulte

Bien vous soigner. avec des médicaments disponibles sans ordonnance. juin 2008. Douleur. de l adulte Bien vous soigner avec des médicaments disponibles sans ordonnance juin 2008 Douleur de l adulte Douleur de l adulte Ce qu il faut savoir La douleur est une expérience sensorielle et émotionnelle désagréable,

Plus en détail

DU de MEDECINE PALIATIVE ET D ACCOMPAGNEMENT

DU de MEDECINE PALIATIVE ET D ACCOMPAGNEMENT DU de MEDECINE PALIATIVE ET D ACCOMPAGNEMENT Traitements antalgiques médicamenteux Grands principes d utilisation Dr Sophie TOUSSAINT- MARTEL 6 et 7 février 2014 DOULEURS PAR EXCES DE NOCICEPTION La plupart

Plus en détail

COMMISSION DE LA TRANSPARENCE. AVIS DE LA COMMISSION Réunion n 22 du 4 juin 1997

COMMISSION DE LA TRANSPARENCE. AVIS DE LA COMMISSION Réunion n 22 du 4 juin 1997 - 322 - COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS DE LA COMMISSION Réunion n 22 du 4 juin 1997 DUROGESIC 25 microgrammes/heure, dispositif transdermique, 2,5 mg/10 cm2, sachet (B/5) DUROGESIC 50 microgrammes/heure,

Plus en détail

Soirée PCA opiacés de l hôpital au domicile Au Bout du Monde le 27 octobre 2015 de 19h à 22h

Soirée PCA opiacés de l hôpital au domicile Au Bout du Monde le 27 octobre 2015 de 19h à 22h Soirée PCA opiacés de l hôpital au domicile Au Bout du Monde le 27 octobre 2015 de 19h à 22h Programme de la soirée : 19h-19h30 : Présentation des différentes PCA par les prestataires de service de PCA

Plus en détail

La Codéine? Parlons-en INFORMER

La Codéine? Parlons-en INFORMER La Codéine? Parlons-en INFORMER Qu est-ce que la codéine? La Codéine, ou méthylmorphine, est l'un des alcaloïdes contenus dans le pavot (papaverum somniferum). La codéine est un antalgique puissant (de

Plus en détail

Hôpital Henri Mondor. Version 2

Hôpital Henri Mondor. Version 2 Hôpital Henri Mondor Version 2 Comité de Lutte contre la Douleur Novembre 2003 Cette deuxième version du livret douleur a pour objectif de présenter les principales règles de prise en charge de la douleur

Plus en détail

étude et prise en charge de la douleur en médecine physique et réadaptation Les douleurs par excès de nociception PRISE EN CHARGE DE LA DOULEUR

étude et prise en charge de la douleur en médecine physique et réadaptation Les douleurs par excès de nociception PRISE EN CHARGE DE LA DOULEUR étude et prise en charge de la douleur en médecine physique et réadaptation Session de mai 2009 Docteur Jean Paul DIDELOT PRISE EN CHARGE DE LA DOULEUR Le but recherché est que tous les patients soient

Plus en détail

Protocole d utilisation du patch de fentanyl DUROGESIC

Protocole d utilisation du patch de fentanyl DUROGESIC Comité de lutte contre la douleur Protocole d utilisation du patch de fentanyl DUROGESIC Référence : CLUD 06 Version : 3 Date de diffusion Intranet : 23-10-2007 Objet Ce protocole a pour objet l initiation,

Plus en détail

Comment bien manier les antalgiques?

Comment bien manier les antalgiques? Comment bien manier les antalgiques? Dr Barbara Tourniaire Pédiatre, Unité fonctionnelle de lutte contre la douleur Hôpital d'enfants Armand Trousseau, Assistance publique Hôpitaux de Paris Règles générales

Plus en détail

PRISE EN CHARGE DE LA DOULEUR A DOMICILE. PAR les infirmières libérales

PRISE EN CHARGE DE LA DOULEUR A DOMICILE. PAR les infirmières libérales PRISE EN CHARGE DE LA DOULEUR A DOMICILE PAR les infirmières libérales Pour un suivi bien orchestré de l hôpital à la ville Prise de conscience par les équipes que tout ne s arrête pas à la porte de l

Plus en détail

A. Définitions des paliers I, II et III. B. Autres traitements C. Les anesthésiques locaux D. Le MEOPA

A. Définitions des paliers I, II et III. B. Autres traitements C. Les anesthésiques locaux D. Le MEOPA TRAITEMENTS MEDICAMENTEUX DE LA DOULEUR Monsieur Racine Traitement médicamenteux de la douleur Promotion DU 2012-20132013 Date d intervention : avril 2013 «Ce document est la propriété de son (ses) auteur(s)

Plus en détail

APPROCHE DE LA PRISE EN CHARGE DE LA DOULEUR NEUROPATHIQUE EN MEDECINE GENERALE

APPROCHE DE LA PRISE EN CHARGE DE LA DOULEUR NEUROPATHIQUE EN MEDECINE GENERALE APPROCHE DE LA PRISE EN CHARGE DE LA DOULEUR NEUROPATHIQUE EN MEDECINE GENERALE Céline Poncin-Mattioda Président: Pr GEORGE Bernard Directeur: Pr HUAS Dominique INTRODUCTION La douleur est le motif de

Plus en détail

Version 2.0 Juillet 2004

Version 2.0 Juillet 2004 Version 2.0 Juillet 2004 «La douleur ne grandit pas l homme, elle le diminue» René LERICHE (1879-1956). EVALUATION / ANAMNESE (Rôle infirmier : décret du 11 février 2002, art.2) Buts - quantifier la douleur

Plus en détail

Fentanyl dans tous ses états. A. Muller

Fentanyl dans tous ses états. A. Muller Fentanyl dans tous ses états A. Muller Echelle thérapeutique de l O.M.S pour le traitement des douleurs par excès de nociception, 1986 FENTANYL Antalgiques non opioïdes pour douleurs faibles coantalgiques

Plus en détail

IATRIE DOULEUR PSYCHIATRIE DOULEUR PSYCHIATRIE DOU UR PSYCHIATRIE DOULEUR PSYCHIATRIE DOULEUR PSYCHIA

IATRIE DOULEUR PSYCHIATRIE DOULEUR PSYCHIATRIE DOU UR PSYCHIATRIE DOULEUR PSYCHIATRIE DOULEUR PSYCHIA IATRIE PSYCHIATRIE PSYCHIATRIE DOU UR PSYCHIATRIE PSYCHIATRIE PSYCHIA IE ResCLUD PSYCHIATRIE Champagne-Ardenne PSYCHIATRIE DOULEU YCHIATRIE PSYCHIATRIE PSYCHIATR ULEUR PSYCHIATRIE PSYCHIATRIE PS IATRIE

Plus en détail

Item 66 Thérapeutiques antalgiques, médicamenteuses et non médicamenteuses Christophe Trivalle, Sylvie Lefebvre-Chapiro

Item 66 Thérapeutiques antalgiques, médicamenteuses et non médicamenteuses Christophe Trivalle, Sylvie Lefebvre-Chapiro 2 Item 66 Thérapeutiques antalgiques, médicamenteuses et non médicamenteuses Christophe Trivalle, Sylvie Lefebvre-Chapiro I. TRAITEMENT DES DOULEURS NOCICEPTIVES II. TRAITEMENT DES DOULEURS NEUROGÈNES

Plus en détail

LA DOULEUR EN CANCEROLOGIE

LA DOULEUR EN CANCEROLOGIE COLORDSPA LA DOULEUR EN CANCEROLOGIE Jf villard chr metz-thionville Définition de la douleur (IASP) La douleur est une expérience sensorielle et émotionnelle désagréable, liée à une atteinte tissulaire

Plus en détail

LES ANTALGIQUES DÉFINITION (OMS) RAPPEL SUR LA DOULEUR PHYSIOLOGIE DE LA DOULEUR. Définition

LES ANTALGIQUES DÉFINITION (OMS) RAPPEL SUR LA DOULEUR PHYSIOLOGIE DE LA DOULEUR. Définition Définition LES ANTALGIQUES DÉFINITION (OMS) RAPPEL SUR LA DOULEUR Trois dimensions : - Une dimension affective et émotionnelle. - Une dimension sensorielle. - Une dimension cognitive. PHYSIOLOGIE DE LA

Plus en détail

DENOMINATION DU MEDICAMENT

DENOMINATION DU MEDICAMENT DENOMINATION DU MEDICAMENT Matrifen 12 microgrammes/heure, dispositif transdermique Matrifen 25 microgrammes/heure, dispositif transdermique Matrifen 50 microgrammes/heure, dispositif transdermique Matrifen

Plus en détail

Narcotiques utilisés pour le traitement de la douleur Version 4.3

Narcotiques utilisés pour le traitement de la douleur Version 4.3 Narcotiques utilisés pour le traitement de la douleur Version 4.3 Stratégie visant à limiter les tailles et les types de conditionnement disponibles dans les pharmacies publiques. 1. Introduction Le document

Plus en détail

Douleur aiguë en ambulatoire

Douleur aiguë en ambulatoire Douleur aiguë en ambulatoire E. Fournier-Charrière, unité douleur, CHU, Le Kremlin-Bicêtre «Evaluation et stratégies de prise en charge de la douleur aiguë en ambulatoire chez l enfant de un mois à quinze

Plus en détail

PCA : Analgésie Autocontrôlée par le Patient

PCA : Analgésie Autocontrôlée par le Patient PCA : Analgésie Autocontrôlée par le Patient Unité de traitement de la douleur Hôpital Saint-Louis, Paris Mai 2005 PCA : Analgésie Autocontrôlée par le Patient Brigitte George Marie-Cécile Douard Marie-Laure

Plus en détail

La douleur post opératoire dans la chirurgie du rachis

La douleur post opératoire dans la chirurgie du rachis La douleur post opératoire dans la chirurgie du rachis JLAR 2008 Dr A. Lafanechère, service d anesthésie neurochirurgicale Pôle d anesthésie réanimation, Hôpital Roger Salengro, CHRU Lille La douleur post

Plus en détail

une maladie handicapante

une maladie handicapante Qualité de vie une maladie handicapante Altération de la qualité de vie Pendant la crise et en inter-crise+++ A prendre en compte pour l instauration du traitement de fond Evaluer le handicap du migraineux

Plus en détail

Douleur en médecine générale

Douleur en médecine générale Douleur en médecine générale P. Carrère, J. Hélène-Pelage, F. Gane-Troplent. UAG 2012 Douleur en médecine générale 1. Introduction 2. Cadre déontologique et légal 3. Bases neurophysiologiques 4. Évaluation

Plus en détail