Protection des lacs et cours d eau : l importance de choisir une installation septique performante

Save this PDF as:
 WORD  PNG  TXT  JPG

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Protection des lacs et cours d eau : l importance de choisir une installation septique performante"

Transcription

1 Protection des lacs et cours d eau : l importance de choisir une installation septique performante Présenté par Roger Lacasse, ing., M.Sc.A. Marc a Poulin St-Hyacinthe, le 10 avril 2008 CRE Montérégie

2 INTRODUCTION Au Québec, plus de 1.4 millions d habitants assujettis au Q.2.r,8 Ceci équivaux à +100 milliards de litres d eaux usées/année 50% sont incorrectement traitées ou pas traitées du tout Cela représente le cumul des villes de :

3 Boucherville 39,780 Brossard 72,707 Chambly 23,123 Drummondville 68,841 Gatineau 247,526 Granby 60,617 Magog 24,322 Rimouski 43,097 Rivière Du Loup 18,995 Saguenay 146,641

4 Ste-Julie 29,710 Ste-Thérèse 25,781 St-Eustache 42,944 Ste-Hyacinthe 52,713 St-Jérôme 65,048 Shawinigan 52,865 Sherbrooke 150,751 Sorel-tracy 34,728 Terrebonne 96,795 Trois-Rivières 128,941 Victoriaville 41,316

5 INTRODUCTION Au cours des dernières années, les problèmes vécus au Québec au niveau de la qualité de l eau des lacs et rivières sont sans cesse grandissants Présence d algues bleu-vert (cyanobactéries) en grande croissance depuis 2004

6 INTRODUCTION Lacs et cours d eau du Québec touchés par les cyanobactéries 300 Nombre de cas observés Lacs et rivières

7 INTRODUCTION Ces problèmes ont entraîné une prise de conscience brutale pour les riverains de l importance de protéger ce fragile écosystème (lacs et cours d eau) La protection de l environnement est dans ce contexte associée à un investissement permettant de protéger la valeur des propriétés comparativement à une dépense imposée que l on essaie de reporter ou d éviter Protection de l environnement = maintien de la valeur des propriétés

8 INTRODUCTION Le problème de contamination des lacs et cours d eau par les cyanobactéries est causé par des apports excessifs en phosphore provenant de différentes sources reliées aux activités humaines: Engrais épandus sur les sols ou les pelouses Installations septiques défectueuses Rejets d eaux usées municipales ou industrielles non conformes Dénaturalisation des bandes riveraines favorisant le ruissellement Pollution diffuse (ex: agriculture, golf ) Contamination par les cyanobactéries reliée aux activités humaines

9 INTRODUCTION Bien que l apport en nutriments (phosphore et azote) dans les lacs, associé aux installations septiques localisées en périphérie, ne représente qu une partie du problème, l intervention à ce niveau est prioritaire pour deux raisons: plus grande simplicité et efficacité d intervention (contrairement aux pollutions diffuses agricoles par exemple) impact significatif de ces déversements sur la qualité de l eau à proximité des rives. Importance d une installation septique conforme et performante

10 INSTALLATION SEPTIQUE Comment choisir une installation septique performante qui va contribuer à la protection du lac ou du cours d eau à proximité et au maintien de la valeur des propriétés? Quels sont les facteurs les plus importants?

11 INSTALLATION SEPTIQUE Regardons de plus près en quoi consiste une installation septique / les types de système Fosse septique Champ d épuration Utilisation du sol pour le traitement Accumulation des résidus dans le sol = colmatage progressif Système temporaire (10 à 15 ans)

12 INSTALLATION SEPTIQUE Système aéré à culture fixée ou non Fosse septique Traitement biologique Polissage par le sol Réduction des charges appliquées sur le sol Variation des performances (Q intermittents, surcharges) Durée limitée du polissage par le sol

13 INSTALLATION SEPTIQUE Biofiltration BIOFILTRE Fosse septique Traitement biologique Filtre Polissage par le sol Faibles charges appliquées sur le sol Filtre = stabilité des performances (Q intermittents, surcharges) Longue durée du polissage par le sol

14 INSTALLATION SEPTIQUE Dans quelles conditions une installation septique pourra-t-elle protéger le mieux le lac ou le cours d eau localisé à proximité? C est en utilisant le sol dans les meilleures conditions possibles Comment?

15 INSTALLATION SEPTIQUE En évitant son colmatage pour une utilisation à long terme = présence d un filtre BIOFILTRE Fosse septique Traitement biologique Filtre Polissage dans le sol Pourquoi?

16 IMPORTANCE DU SOL Il est reconnu dans la littérature que le sol naturel peut contribuer de façon positive à la rétention du phosphore Une étude réalisée à l Université Laval (Pellerin et al., 2006) a démontré que les sols du Québec peuvent être catégorisés en 3 classes - faible capacité: 1,46 gp/kg de sol - moyenne capacité: 3,04 gp/kg de sol - haute capacité: 5,66 gp/kg de sol Le sol permet la rétention du phosphore

17 INSTALLATION SEPTIQUE Étude réalisée par Premier Tech à 25 sites d installations septiques dans les régions de la Beauce, de Québec et du Bas-St-Laurent confirment les mêmes résultats - 0,94 à 5,74 gp/kg de sol / moyenne de 2,90 gp/kg de sol Facteurs d influence - profondeur de l échantillon - sols déjà fertilisés avec du phosphore (gazon) - aucune relation avec la perméabilité du sol

18 INSTALLATION SEPTIQUE Le phosphore est retenu dans le sol parce qu il réagit avec le Fer et l Aluminium naturellement présents Pour s assurer de l efficacité du sol à long terme, il faut - éviter son colmatage (l eau doit pénétrer facilement) - assurer son aération - éviter qu il soit saturé d eau Le sol est efficace à long terme s il est bien protégé

19 ÉTUDE RÉALISÉE Une première étude a été réalisée de 2003 à 2007 pour démontrer l efficacité du sol naturel avec une installation septique de type «Biofiltre» L étude a été réalisée en Virginie et dirigée par le Dr Rubin de l Université de la Caroline du Nord

20 DESCRIPTION DE L ÉTUDE Suivi des performances à 20 sites résidentiels différents (une mesure à chaque mois durant 18 mois consécutifs) Étude réalisée dans des sols comparables à ceux du Québec Type de sol Virginie Perméabilité (min/cm) Québec (Q-2,r.8) Type de sol Perméabilité (min/cm) I 6 Très perméable 4 II III > 6 et 18 > 18 et 35 Perméable 4 et < 25 IV > 35 et 47 Peu perméable 25 et < 45

21 DESCRIPTION DE L ÉTUDE Installation à chaque site comprenant une fosse septique suivi d un biofiltre et d une zone d infiltration Biofiltre Fosse septique Prélèvement des Zone d infiltration échantillons d eau à 30 cm dans le sol Échantillonnage à 30 cm sous le biofiltre

22 RÉSULTATS OBTENUS Débit d alimentation Débit moyen pour les 20 résidences égal à 590 L/d (équivalent à la famille moyenne au Québec, soit 2,3 personnes x 270 L/pers-d) Débit supérieur à la capacité du système dans certains cas (jusqu à 3000 L/d vs capacité du système de 1440 L/d) Débits d eaux usées produits par les 20 résidences en Virginie comparables à ceux du Québec Quelques sites abusés

23 RÉSULTATS OBTENUS Après 40 mois de suivi en conditions réelles Paramètres Effluent FS Qualité de l eau à 30 cm dans le sol Rendement Normes Phosphore (mg/l) 7 ± 1 0,12 ± 0,04 98% 1,0 Azote (mg/l) 45 ± 32 8 ± 7 84% 10 Coliformes fécaux. (UFC/100 ml) > 99% (4,2 log) 200 Aucune influence du type de sol

24 DISCUSSION Résultats globaux Excellente efficacité de la combinaison d un Biofiltre et d une couche de 30 cm de sol naturel Met en évidence l importance de réserver le sol naturel pour le polissage d un effluent ayant subi un niveau élevé et stable de traitement (Tchobanouglos, 2003)

25 DISCUSSION Plusieurs éléments sont impliqués La stabilité des performances d un Biofiltre en toutes conditions (protection du sol pour son usage à long terme): - Résidences secondaires (occupation 2-3 jours par semaine) - Résidences saisonnières (absences prolongées) - Fortes charges (fortes occupations typiques des chalets et résidences secondaires) Système individuel = débits intermittents et fortes charges

26 DISCUSSION Plusieurs éléments sont impliqués (suite) L efficacité de systèmes de traitement individuels dans ces conditions de débits intermittents et de surcharges a été évaluée: - Étude réalisée par Veolia Eau en France depuis le début de technologies sont comparées: certaines sont basées sur des Biofiltres et d autres non

27 ÉVALUATION DE TECHNOLOGIES Veolia Eau a élaboré un protocole d essais qui tient compte des variations observées dans les résidences individuelles: - plus grande occupation la fin de semaine - absence de 3 semaines - grande occupation durant les vacances (3 sem.) - faible occupation durant 2 semaines (50%) - 3 pannes électriques d une journée

28 ÉVALUATION DE TECHNOLOGIES Technologies Biofiltre à base de tourbe Filtre à sable Filtre à base de textile Filtre à zeolithe Filtre à sable avec septo diffuseur Cultures fixées aérées Système aéré MES (mg/l) 7 ± 3 7 ± 6 13 ± ± 9 15 ± ± ± 30 DBO 5 (mg/l) 5 ± 3 6 ± 4 8 ± 3 11 ± 5 13 ± 9 19 ± 9 45 ± 33

29 ÉVALUATION DE TECHNOLOGIES MES (mg/l) 12 semaines Cultures fixées aérées (sans filtre) MES = 15 mg/l Biofiltre MES = 15 mg/l

30 ÉVALUATION DE TECHNOLOGIES Les résultats présentés permettent de constater que la présence d un Biofiltre assure la protection du sol récepteur en contrôlant l émission de particules dans le sol (MES) à des valeurs très faibles Avec un Biofiltre, on peut donc utiliser le sol à long terme pour retenir le phosphore

31 DISCUSSION Pour un Biofiltre à base de tourbe d autres facteurs interviennent Comme l humus d un sol naturel, la tourbe utilisée comme milieu filtrant libère graduellement des composés qui facilitent la réaction du Phosphore avec le Fer et l Aluminium déjà présents dans le sol

32 DISCUSSION Pour un Biofiltre à base de tourbe d autres facteurs interviennent (suite) Libération d acides humiques et fulviques MF Gravier Sol Effet bénéfique sur le sol en augmentant la disponibilité du Fe et de l Al pour réagir avec le P

33 DISCUSSION Pour un Biofiltre à base de tourbe d autres facteurs interviennent (suite) La tourbe qui est un sol contient naturellement du Fer et de l Aluminium qui est libéré dans l effluent du filtre lors du passage des eaux à traiter, ce qui vient accroître la quantité de Fer et d Al dans le sol pour réagir avec le phosphore (dopage du sol)

34 DISCUSSION Pour un Biofiltre à base de tourbe d autres facteurs interviennent (suite) Faible ph au démarrage MF Ajout de Fer dans le sol (dopage) Augmente son efficacité à retenir le Phosphore Gravier Sol

35 DISCUSSION Pour un Biofiltre à base de tourbe d autres facteurs interviennent (suite) Régularisation du débit La tourbe a une forte capacité de rétention de l eau (agit comme une éponge) qui permet de contrôler le débit d eau qui s infiltre dans le sol (éviter la saturation du sol et assurer son aération)

36 DISCUSSION Pour un Biofiltre à base de tourbe d autres facteurs interviennent (suite) Aération intégrée O 2 O 2 O 2 O 2 O 2 Alimentation pulsée mouillage / drainage aération du sol

37 LONGÉVITÉ Quelle est la durée de vie de l approche? Comment peut-on l évaluer? 1- Quantité de Phosphore contenue dans les eaux usées d une résidence: - nombre d occupants: selon Statistiques Canada 91% des familles comptent 5 personnes ou moins - le type d occupation: résidence principale / secondaire / saisonnière - quantité de phosphore produit: selon l EPA une personne produit en moyenne 1,5 g de Phosphore par jour (en tenant compte des savons sans phosphate)

38 LONGÉVITÉ Qu elle est la durée de vie de l approche? Comment peut-on l évaluer? 2- Capacité du sol à retenir le Phosphore: - quantité de sol sollicitée (surface d application x épaisseur de sol) -classes de sol: 1,5 à 5,7 g Phosphore/kg de sol Les simulations réalisées sur la base des critères précédents indiquent une durée de vie de plus de 20 ans dans la majorité des situations

39 CONCLUSION Les études réalisées en Virginie et en France démontrent un potentiel intéressant du système constitué d un «Biofiltre suivi de 30 cm de sol» pour assurer l enlèvement à long terme du Phosphore, de l azote et des coliformes fécaux L étude réalisée en France démontre l importance d un BIOFILTRE pour protéger le sol naturel et assurer son utilisation à long terme Les travaux se poursuivent pour une optimisation de l approche afin de maximiser sa longévité

40 Merci! Questions? ECOFLO

L ÉPURATION DES EAUX USÉES RÉSIDENTIELLES : Les dispositifs d épuration des eaux usées (no 3)

L ÉPURATION DES EAUX USÉES RÉSIDENTIELLES : Les dispositifs d épuration des eaux usées (no 3) L ÉPURATION DES EAUX USÉES RÉSIDENTIELLES : Les dispositifs d épuration des eaux usées (no 3) Agenda de présentation 1. La fosse septique et ses accessoires 2. Les éléments épurateurs (classique, modifié,

Plus en détail

Révision de la numérotation des règlements

Révision de la numérotation des règlements Révision de la numérotation des règlements Veuillez prendre note qu un ou plusieurs numéros de règlements apparaissant dans ces pages ont été modifiés depuis la publication du présent document. En effet,

Plus en détail

Bande enherbée étroite et travail réduit de sol pour contrôler la pollution diffuse en milieu agricole

Bande enherbée étroite et travail réduit de sol pour contrôler la pollution diffuse en milieu agricole COLLOQUE EN AGROENVIRONNEMENT «Des outils d intervention à notre échelle» Le 24 février 2005, Drummondville Bande enherbée étroite et travail réduit de sol pour contrôler la pollution diffuse en milieu

Plus en détail

PROGRAMME DE MISE AUX NORMES DES INSTALLATIONS SEPTIQUES 2013 2014

PROGRAMME DE MISE AUX NORMES DES INSTALLATIONS SEPTIQUES 2013 2014 PROGRAMME DE MISE AUX NORMES DES INSTALLATIONS SEPTIQUES 2013 2014 Plan présentation Présentation publique le 25 juin 2013 du sommaire du rapport du groupe Hémisphère (été 2012) Critères de classification

Plus en détail

GOUTTIÈRES (GUIDE D INSTALLATION)

GOUTTIÈRES (GUIDE D INSTALLATION) Dans le cadre de l amélioration de la gestion des eaux pluviales sur son territoire, la Ville de Magog a adopté en septembre 2014 une réglementation concernant les gouttières des bâtiments de son territoire

Plus en détail

Station SEPTODIFFUSEUR

Station SEPTODIFFUSEUR Station SEPTODIFFUSEUR Dispositif de traitement sur filtre à sable drainé compact Une solution compacte en assainissement non collectif sur le principe des filières traditionnelles AGRÉMENT MINISTÉRIEL

Plus en détail

Bienvenue Congrès 2007 AAPQ

Bienvenue Congrès 2007 AAPQ Bienvenue Congrès 2007 AAPQ LE PHYTOTRAITEMENT Le Roseau Épurateur et les systèmes MRP Une solution pour La gestion des eaux sanitaires et pluviales Présenté par Jean Pichette ing. et Robert Lapalme M.

Plus en détail

Ce que nous allons voir

Ce que nous allons voir Enviro--Septic Enviro MD Système de traitement sans énergie pour l assainissement non--collectif non Septembre 2010 Ce que nous allons voir Description d Enviro-Septic Comment nous l avons mis à l essai

Plus en détail

Présentation du rapport d éd. programme IS-Eau. 3 juillet 2010. 7 août t 2010

Présentation du rapport d éd. programme IS-Eau. 3 juillet 2010. 7 août t 2010 Présentation du rapport d éd étude Roche et séance s d information d sur le programme IS-Eau 3 juillet 2010 7 août t 2010 Présence d algues d bleues Présence accrue de plantes aquatiques Disparition des

Plus en détail

Problématique de l évacuation et du traitement des eaux usées des résidences isolées en Abitibi-Témiscamingue

Problématique de l évacuation et du traitement des eaux usées des résidences isolées en Abitibi-Témiscamingue Colloque sur la gestion de l eau en Abitibi-Témiscamingue Samedi le 17 janvier 2004 Problématique de l évacuation et du traitement des eaux usées des résidences isolées en Abitibi-Témiscamingue Annie Bérubé

Plus en détail

Bioréacteur à membrane

Bioréacteur à membrane Bioréacteur à membrane Une qualité exceptionnelle de rejet L effluent produit par Ecoprocess TM MBR satisfait les exigences de qualité les plus strictes en matière de rejet, incluant la désinfection, la

Plus en détail

sur l'évacuation et le traitement des eaux usées des résidences isolées en bref

sur l'évacuation et le traitement des eaux usées des résidences isolées en bref LE RÈGLEMENT sur l'évacuation et le traitement des eaux usées des résidences isolées en bref consultants en environnement et génie civil Le Groupe POLY-TECH - janvier 2006 Table des matières Note au lecteur...

Plus en détail

BILAN 2009-2010 : RÉSULTATS DU RELEVÉ SANITAIRE DES INSTALLATIONS SEPTIQUESINDIVIDUELLES ET CARACTÉRISATION DES BANDES RIVERAINES

BILAN 2009-2010 : RÉSULTATS DU RELEVÉ SANITAIRE DES INSTALLATIONS SEPTIQUESINDIVIDUELLES ET CARACTÉRISATION DES BANDES RIVERAINES BILAN 2009-2010 : RÉSULTATS DU RELEVÉ SANITAIRE DES INSTALLATIONS SEPTIQUESINDIVIDUELLES ET CARACTÉRISATION DES BANDES RIVERAINES DANS LE CADRE DU PROGRAMME DE PROTECTION DES LACS NOVEMBRE 2011 RÉSUMÉ

Plus en détail

4. FILTRES À SABLE OU À GRAVIER

4. FILTRES À SABLE OU À GRAVIER 4. FILTRES À SABLE OU À GRAVIER L utilisation de filtres à sable pour traiter des eaux usées domestiques est connue depuis très longtemps; elle était déjà pratiquée dans le Massachusetts vers la fin des

Plus en détail

Évaluation de performance des ouvrages municipaux d assainissement des eaux pour l année 2013

Évaluation de performance des ouvrages municipaux d assainissement des eaux pour l année 2013 Rapport Ouvrages de surverse et stations d épuration Évaluation de performance des ouvrages municipaux d assainissement des eaux pour l année 213 Juillet 214 Rédaction João Fernandes Viana Moreira, ing.,

Plus en détail

L ÉPURATION DES EAUX USÉES RÉSIDENTIELLES :

L ÉPURATION DES EAUX USÉES RÉSIDENTIELLES : L ÉPURATION DES EAUX USÉES RÉSIDENTIELLES : L inspection, le diagnostic et la classification d une installation septique dans le cadre d un relevé sanitaire (no 4) Agenda de présentation 1. Base de données

Plus en détail

Pour tout renseignement sur les algues bleu-vert :

Pour tout renseignement sur les algues bleu-vert : Ce papier contient 100 % de fibres recyclées après consommation Pour tout renseignement sur les algues bleu-vert : Téléphone : Région de Québec : 418 644-4545 Région de Montréal : 514 644-4545 Ailleurs

Plus en détail

Différentes techniques d épuration

Différentes techniques d épuration Différentes techniques d épuration Le lagunage naturel Les caractéristiques de cette technique sont tirées du document technique FNDAE n 22, Filières d épuration adaptées aux petites collectivités, Ministère

Plus en détail

CH3 : UNE GESTION OBLIGATOIRE DES NAPPES D EAU

CH3 : UNE GESTION OBLIGATOIRE DES NAPPES D EAU CH3 : UNE GESTION OBLIGATOIRE DES NAPPES D EAU INTRODUCTION L'eau est une ressource finie, recyclable et inégalement répartie. Elle est une ressource indispensable aux êtres vivants et aux activités humaines.

Plus en détail

2/ Donner les différents traitements pour rendre l eau potable et définir le rôle de chacune des étapes.

2/ Donner les différents traitements pour rendre l eau potable et définir le rôle de chacune des étapes. II/ Traitement des eaux (CDI) 1/ Le traitement des eaux à Aix pour les rendre potables Activité TD 1/ Indiquer une station de traitement des eaux de la ville d Aix. http://www.mairie-aixenprovence.fr/article.php3?id_article=60

Plus en détail

Guide de réalisation de relevé sanitaire des dispositifs d évacuation et de traitement des eaux usées

Guide de réalisation de relevé sanitaire des dispositifs d évacuation et de traitement des eaux usées Guide de réalisation de relevé sanitaire des dispositifs d évacuation et de traitement des eaux usées Michel Morissette, ingénieur Ministère du Développement durable, de l Environnement et des Parcs Avril

Plus en détail

Chapitre 12 Secteur L Avenir Lac Saint-Pierre

Chapitre 12 Secteur L Avenir Lac Saint-Pierre Chapitre 12 Secteur L Avenir Lac Saint-Pierre Figure 12.1 Secteur L Avenir Lac Saint-Pierre Chapitre 12 : Secteur L Avenir Lac Saint-Pierre 213 12.1 Indices de qualité de l eau Ce secteur du bassin compte

Plus en détail

Plan de protection et/ou d aménagement de la frayère à éperlans de la rivière du Loup

Plan de protection et/ou d aménagement de la frayère à éperlans de la rivière du Loup Zone d Intervention Prioritaire du Sud-de-l Estuaire Rapport technique Plan de protection et/ou d aménagement de la frayère à éperlans de la rivière du Loup Présenté au Programme d Intendance des Habitats

Plus en détail

SEPTIQUES Deuxième campagne expérimentale

SEPTIQUES Deuxième campagne expérimentale 317.E Juin 2014 NORMALISATION - CERTIFICATION - MANAGEMENT DE LA QUALITÉ Évaluation de la performance épuratoire des FOSSES SEPTIQUES Deuxième campagne expérimentale Lionel Monfront - Kévin Diochin RAPPORT

Plus en détail

Rapport. Sur la campagne d échantillonnage. De l eau des lacs de Saint-Alphonse-Rodriguez. Juillet et août 2005

Rapport. Sur la campagne d échantillonnage. De l eau des lacs de Saint-Alphonse-Rodriguez. Juillet et août 2005 Rapport Sur la campagne d échantillonnage De l eau des lacs de Saint-Alphonse-Rodriguez Juillet et août 2005 On n'hérite pas la terre de ses ancêtres, on l'emprunte à ses enfants Antoine de Saint-Exupery

Plus en détail

Conférence Web sur la catégorisation des débordements et sur la validation des formulaires de suivi dans le système SOMAE

Conférence Web sur la catégorisation des débordements et sur la validation des formulaires de suivi dans le système SOMAE 1 Conférence Web sur la catégorisation des débordements et sur la validation des formulaires de suivi dans le système SOMAE Daniel Drolet, ing. Direction des eaux municipales Direction générale des politiques

Plus en détail

Analyse de qualité de l eau 2012. Calcul de l Indice de qualité bactériologique et physico-chimique. 7 stations dans les MRC des Basques et de Matane

Analyse de qualité de l eau 2012. Calcul de l Indice de qualité bactériologique et physico-chimique. 7 stations dans les MRC des Basques et de Matane Analyse de qualité de l eau 212 Calcul de l Indice de qualité bactériologique et physico-chimique 7 stations dans les MRC des Basques et de Matane Entre août et octobre 212, l OBVNEBSL a procédé a des

Plus en détail

, l ARLN recommande à tous les riverains de consulter l étude originale, disponible sur son site arln.org

, l ARLN recommande à tous les riverains de consulter l étude originale, disponible sur son site arln.org L Association des résidants du Lac Nicolet (ARLN) a récemment mandaté un organisme dédié à la protection de l environnement des lacs, nommé RAPPEL, pour établir un diagnostic du bassin versant du lac.

Plus en détail

La réglementation métropolitaine sur l assainissement des eaux

La réglementation métropolitaine sur l assainissement des eaux La réglementation métropolitaine sur l assainissement des eaux visant la réduction des déversements de contaminants dans les ouvrages d assainissement Alain Rousseau, ing., M.Sc.A. Conseiller en recherche

Plus en détail

ÉTUDE D IMPACT ÉCONOMIQUE DU PROJET DE RÈGLEMENT MODIFIANT LE RÈGLEMENT SUR L ÉVACUATION ET LE TRAITEMENT DES EAUX USÉES DES RÉSIDENCES ISOLÉES

ÉTUDE D IMPACT ÉCONOMIQUE DU PROJET DE RÈGLEMENT MODIFIANT LE RÈGLEMENT SUR L ÉVACUATION ET LE TRAITEMENT DES EAUX USÉES DES RÉSIDENCES ISOLÉES ÉTUDE D IMPACT ÉCONOMIQUE DU PROJET DE RÈGLEMENT MODIFIANT LE RÈGLEMENT SUR L ÉVACUATION ET LE TRAITEMENT DES EAUX USÉES DES RÉSIDENCES ISOLÉES 30 OCTOBRE 2013 Cette publication a été réalisée par : Geneviève

Plus en détail

Substitution des sels d aluminium par des sels de fer

Substitution des sels d aluminium par des sels de fer Substitution des sels d aluminium par des sels de fer Retours d expériences sur plusieurs usines d eau potable Cédric HELMER, CIRSEE Pôle Eau Potable 00/00/00 Presentation title 1 Situation actuelle Risque

Plus en détail

Assainissement des eaux usées

Assainissement des eaux usées Assainissement des eaux usées Secteurs municipal, commercial, communautaire, institutionnel et industriel Solutions adaptées, économiques et durables offrant des performances incomparables L Avantage Premier

Plus en détail

TECHNIQUES ADAPTEES AU PETIT COLLECTIF

TECHNIQUES ADAPTEES AU PETIT COLLECTIF LES TECHNIQUES ADAPTEES AU PETIT COLLECTIF Les prétraitements Les stations compactes type boues activées Les filtres plantés de roseaux Les filtres à sable Les disques biologiques Les filtres à tourbe

Plus en détail

(c.q-2, r.22) En bref (version 2011)

(c.q-2, r.22) En bref (version 2011) (c.q-2, r.22) En bref (version 2011) 2008 2 NOTE AU LECTEUR Cet ouvrage se veut une aide à la compréhension du règlement provincial, utilisé par les municipalités du Québec et les consultants qui effectuent

Plus en détail

Relevé sanitaire des installations septiques autonomes au lac Sept-Îles

Relevé sanitaire des installations septiques autonomes au lac Sept-Îles 23 mai 2015 Relevé sanitaire des installations septiques autonomes au lac Sept-Îles L installation septique et vous 1. Pourquoi? 2. Pour qui? 3. Comment? 4. Quel est le problème? 5. Des solutions? 6. Le

Plus en détail

Rapport de l ANFR sur les expérimentations concernant la compatibilité TNT/LTE autour de 790 MHz

Rapport de l ANFR sur les expérimentations concernant la compatibilité TNT/LTE autour de 790 MHz Rapport de l ANFR sur les expérimentations concernant la compatibilité TNT/LTE autour de 790 MHz 1. Introduction Afin de compléter les études de compatibilité entre la bande numérique télévisuelle et la

Plus en détail

Bioréacteur à membrane HUBER VRM Ultrafiltration sur membrane rotative

Bioréacteur à membrane HUBER VRM Ultrafiltration sur membrane rotative Bioréacteur à membrane HUBER VRM Ultrafiltration sur membrane rotative VRM Membrane rotative d ultrafiltration Membranes plaques pour le traitement des eaux La solution du futur conçue pour répondre aux

Plus en détail

Ville de Lac-Sergent Lac-Sergent, QC

Ville de Lac-Sergent Lac-Sergent, QC ÉTUDE DE FAISABILITÉ Ville de Lac-Sergent Lac-Sergent, QC Collecte et traitement décentralisé des eaux usées Révision R01 Projet 13-765 Janvier 2015 Ville de Lac-Sergent Lac Sergent, Québec N/Réf. : 13-765

Plus en détail

Analyses de sol et interprétation 4des résultats

Analyses de sol et interprétation 4des résultats Analyses de sol et interprétation 4des résultats 4 Analyses de sol et interprétation des résultats Pour optimiser la fumure, il faut prendre en considération, en plus du besoin des plantes, différentes

Plus en détail

APTITUDE A L INFILTRATION SUR LE TERRITOIRE DE LA COMMUNAUTE URBAINE DE BORDEAUX

APTITUDE A L INFILTRATION SUR LE TERRITOIRE DE LA COMMUNAUTE URBAINE DE BORDEAUX Communauté urbaine de Bordeaux APTITUDE A L INFILTRATION SUR LE TERRITOIRE DE LA COMMUNAUTE URBAINE DE BORDEAUX CAHIER DES CHARGES DES RECONNAISSANCES ET ETUDES DE SOL A REALISER SEPIA CONSEILS - 53, rue

Plus en détail

APPROVISIONNEMENT EN EAU

APPROVISIONNEMENT EN EAU APPROVISIONNEMENT EN EAU Pourquoi est-ce un problème prioritaire? Deux raisons principales font de l approvisionnement en eau un enjeu important pour le territoire du COBAMIL. D abord, l eau brute destinée

Plus en détail

Pour tout renseignement sur les algues bleu-vert :

Pour tout renseignement sur les algues bleu-vert : Ce papier contient 30 % de fibres recyclées après consommation. Pour tout renseignement sur les algues bleu-vert : Téléphone : Région de Québec : 418 644-4545 Région de Montréal : 514 644-4545 Ailleurs

Plus en détail

Au Québec, en 2001, on comptait

Au Québec, en 2001, on comptait QUALITÉ DE L EAU EN MILIEU AGRICOLE Les pesticides dans la culture de la pomme de terre Au Québec, en 2001, on comptait 19 000 hectares en culture de pommes de terre. En plus des fertilisants, plusieurs

Plus en détail

Améliorer la santé mentale en entreprise

Améliorer la santé mentale en entreprise Améliorer la santé mentale en entreprise Considérer les facteurs individuels et organisationnels dans une approche globale et intégrée de prévention Dans ce document Que nous apprend la plus importante

Plus en détail

L ASSAINISSEMENT INDIVIDUEL DES EAUX USEES. Centre d Hygiène et de Salubrité Publique Direction de la Santé - Polynésie française

L ASSAINISSEMENT INDIVIDUEL DES EAUX USEES. Centre d Hygiène et de Salubrité Publique Direction de la Santé - Polynésie française L ASSAINISSEMENT INDIVIDUEL DES EAUX USEES Centre d Hygiène et de Salubrité Publique Direction de la Santé - Polynésie française 1. Le cadre réglementaire La délibération 87-48AT du 29 avril 87 modifiée

Plus en détail

Evaluation des fonctions de pédotransfert d un sol hétérogène, milieu récepteur d eau usée traitée, sur un site pilote dédié

Evaluation des fonctions de pédotransfert d un sol hétérogène, milieu récepteur d eau usée traitée, sur un site pilote dédié Thèse de Behzad NASRI Evaluation des fonctions de pédotransfert d un sol hétérogène, milieu récepteur d eau usée traitée, sur un site pilote dédié Résumé En 1998, le Ministère de l Environnement a initié

Plus en détail

S.P.A.N.C. Service Public d Assainissement Non Collectif

S.P.A.N.C. Service Public d Assainissement Non Collectif S.P.A.N.C. Service Public d Assainissement Non Collectif DÉPARTEMENT DE LA DORDOGNE Date de dépôt du dossier : Cadres réservés au S.P.A.N.C. DEMANDE D INSTALLATION D UN DISPOSITIF D ASSAINISSEMENT NON

Plus en détail

SUIVI DE LA QUALITE DE L EAU DES FORAGES DE LA ZONE AEROPORTUAIRE DE BAMAKO (Juillet décembre 2009)

SUIVI DE LA QUALITE DE L EAU DES FORAGES DE LA ZONE AEROPORTUAIRE DE BAMAKO (Juillet décembre 2009) 1 MINISTERE DE L ENERGIE ET DE L EAU --------------------- LABORATOIRE NATIONAL DES EAUX REPUBLIQUE DU MALI Un Peuple Un But Une Une Foi SUIVI DE LA QUALITE DE L EAU DES FORAGES DE LA ZONE AEROPORTUAIRE

Plus en détail

(Ré)concilier bétail et qualité des cours d eau Impact de l accès non contrôlé du bétail au cours d eau

(Ré)concilier bétail et qualité des cours d eau Impact de l accès non contrôlé du bétail au cours d eau (Ré)concilier bétail et qualité des cours d eau Impact de l accès non contrôlé du bétail au cours d eau Nicolas Mayon (PNHSFA) 8 e Rencontre entre Acteurs de la Rivière Houffalize 17 octobre 2014 Impacts

Plus en détail

réalité. Les projets installés vont définir une généralisation du procédé pour en faire un produit universel. PROJET

réalité. Les projets installés vont définir une généralisation du procédé pour en faire un produit universel. PROJET Site pilote Mise en pratique d une théorie sur un site dit «pilote 1» : Par la mise en place d un procédé innovant, fosses biologiques, visant à supprimer les systèmes conventionnels actuels (une fosse,

Plus en détail

Les installations septiques pour les courtiers immobiliers

Les installations septiques pour les courtiers immobiliers Les installations septiques pour les courtiers immobiliers Présenté par Joël Badertscher, conseiller en environnement MRC des Pays-d en-haut Les installations septiques pour les courtiers immobiliers Plan

Plus en détail

L ÉPURATION DES EAUX RÉSIDENTIELLES : Portrait de l industrie et cadre réglementaire (no 1)

L ÉPURATION DES EAUX RÉSIDENTIELLES : Portrait de l industrie et cadre réglementaire (no 1) L ÉPURATION DES EAUX RÉSIDENTIELLES : Portrait de l industrie et cadre réglementaire (no 1) Agenda de présentation 1. Définitions et principes élémentaires 2. L industrie de l assainissement décentralisé

Plus en détail

Québec, le 6 novembre 2012

Québec, le 6 novembre 2012 Québec, le 6 novembre 2012 1 L'aquaresponsabilité municipale Une approche intégrée Englobe toutes les actions réalisées par une ville Pour garantir : la gestion responsable de la ressource eau sur son

Plus en détail

Le drainage agricole : problèmes, diagnostic et solutions

Le drainage agricole : problèmes, diagnostic et solutions Le drainage agricole : problèmes, diagnostic et solutions Victor Savoie, ingénieur agricole MAPAQ, Centre-du-Québec, Nicolet Photo : Véronique Gagnon, Club agroenvironnement Bois-Francs Le drainage agricole

Plus en détail

La fosse septique : Performances, entretien et utilisation

La fosse septique : Performances, entretien et utilisation La fosse septique : Performances, entretien et utilisation Schéma d un ANC Eaux usées Fosse septique Epandage Ou Lit filtrant drainé Infiltration ou rejet 5,2 millions de fosses septiques en France Ce

Plus en détail

OBJET DE L ETUDE ET NIVEAU DE PRESTATION

OBJET DE L ETUDE ET NIVEAU DE PRESTATION CE CAHIER DES CHARGES TYPE A POUR OBJECTIF DE DEFINIR LE CONTENU TECHNIQUE MINIMUM DU RAPPORT REMIS EN FIN D ETUDE AU PARTICULIER DEMANDEUR. OBJET DE L ETUDE ET NIVEAU DE PRESTATION L objet de l étude

Plus en détail

M i n i s t è r e d e s R e s s o u r c e s e n E a u PRESENTATION DE L UNITE PILOTE DE TRAITEMENT DES EAUX USEES DU VIEUX KSAR DE TEMACINE

M i n i s t è r e d e s R e s s o u r c e s e n E a u PRESENTATION DE L UNITE PILOTE DE TRAITEMENT DES EAUX USEES DU VIEUX KSAR DE TEMACINE M i n i s t è r e d e s R e s s o u r c e s e n E a u PRESENTATION DE L UNITE PILOTE DE TRAITEMENT DES EAUX USEES DU VIEUX KSAR DE TEMACINE Siège Social : Carrefour de Sidi- Arcine, route de Baraki, BP

Plus en détail

Assainissement : des roseaux pour les particuliers : assainissement par filtres à roseaux phragmite

Assainissement : des roseaux pour les particuliers : assainissement par filtres à roseaux phragmite http://www.univers-nature.com/habitat-sain/assainissement-filtre-a-roseaux-particuliers.html Assainissement : des roseaux pour les particuliers : assainissement par filtres à roseaux phragmite Depuis le

Plus en détail

PRÉAMBULE. Il est référé au titre et au préambule du présent règlement pour valoir comme s ils étaient ici récités au long.

PRÉAMBULE. Il est référé au titre et au préambule du présent règlement pour valoir comme s ils étaient ici récités au long. CANADA PROVINCE DE QUÉBEC DISTRICT DE CHICOUTIMI VILLE DE SAGUENAY RÈGLEMENT NUMÉRO VS-R-2010-57 AYANT POUR OBJET LE CONTRÔLE DES INSTALLATIONS SEPTIQUES SUR LE TERRITOIRE DE LA VILLE DE SAGUENAY (12306-07-001)

Plus en détail

ASSAINISSEMENT DU HAMEAU DE LA MARTELIERE COMMUNE DE SAINT-JULIEN-EN-VERCORS MARCHE DE MAITRISE D ŒUVRE - PROGRAMME DE L OPERATION AVRIL 2013

ASSAINISSEMENT DU HAMEAU DE LA MARTELIERE COMMUNE DE SAINT-JULIEN-EN-VERCORS MARCHE DE MAITRISE D ŒUVRE - PROGRAMME DE L OPERATION AVRIL 2013 DEPARTEMENT DE LA DRÔME DIRECTION DE L ENVIRONNEMENT SERVICE GESTION DE L EAU Cellule d Assistance Technique ASSAINISSEMENT DU HAMEAU DE LA MARTELIERE COMMUNE DE SAINT-JULIEN-EN-VERCORS MARCHE DE MAITRISE

Plus en détail

Verts. Domicile et chalet. Bon nombre de Néo-Brunswickois et Néo- Guide de référence pour une «vie verte» destiné aux propriétaires riverains

Verts. Domicile et chalet. Bon nombre de Néo-Brunswickois et Néo- Guide de référence pour une «vie verte» destiné aux propriétaires riverains Domicile et chalet Verts Guide de référence pour une «vie verte» destiné aux propriétaires riverains Bon nombre de Néo-Brunswickois et Néo- Brunswickoises demeurent dans des résidences et des chalets saisonniers

Plus en détail

Introduction. Introduction. Introduction. Les aménagements hydro-agricoles: un outil important pour améliorer la

Introduction. Introduction. Introduction. Les aménagements hydro-agricoles: un outil important pour améliorer la Les aménagements hydro-agricoles: un outil important pour améliorer la qualité de l eaul Introduction Les pratiques de conservation des sols, un outil précieux pour réduire l érosion! Ghislain Poisson,

Plus en détail

L Assainissement des eaux usées Zones collectif / non collectif. Les Obligations réglementaires. Rôle et actions entre Police de l eau / SPANC

L Assainissement des eaux usées Zones collectif / non collectif. Les Obligations réglementaires. Rôle et actions entre Police de l eau / SPANC L Assainissement des eaux usées Zones collectif / non collectif Les Obligations réglementaires Rôle et actions entre Police de l eau / SPANC 1 Un Outil fondamental Le ZONAGE d assainissement Eaux Usées

Plus en détail

FICHE D ÉVALUATION TECHNIQUE DU COMITÉ SUR LES TECHNOLOGIES DE TRAITEMENT EN EAU POTABLE. Degrémont NF-Azur. Niveau de développement :

FICHE D ÉVALUATION TECHNIQUE DU COMITÉ SUR LES TECHNOLOGIES DE TRAITEMENT EN EAU POTABLE. Degrémont NF-Azur. Niveau de développement : FICHE D ÉVALUATION TECHNIQUE DU COMITÉ SUR LES TECHNOLOGIES DE TRAITEMENT EN EAU POTABLE Degrémont NF-Azur Niveau de développement : EN VALIDATION À L ÉCHELLE RÉELLE Janvier 2011 1- DONNÉES GÉNÉRALES Nom

Plus en détail

Air chaud par le plafond : une solution à l élimination du chauffage périphérique

Air chaud par le plafond : une solution à l élimination du chauffage périphérique Air chaud par le plafond : une solution à l élimination du chauffage périphérique Présenté par : Caroline Duphily, ing., P.Eng., M.Sc.A., CMVP CTGN 12 novembre 2012 Au salon mais pas au bureau? Les systèmes

Plus en détail

Fiche technique. Le Service de l aménagement du territoire et de l urbanisme Édité le 29 octobre 2015 Page 1 sur 5

Fiche technique. Le Service de l aménagement du territoire et de l urbanisme Édité le 29 octobre 2015 Page 1 sur 5 Le présent document donne des informations sur les normes applicables à la construction ou la modification d une installation septique pour un usage résidentiel de six chambres à coucher ou moins et qui

Plus en détail

AESEQ Carrefour de l eau express 2015. Installations septiques : ventilation, eaux parasites et usage d additifs. Par : Christian VÉZINA, ing.

AESEQ Carrefour de l eau express 2015. Installations septiques : ventilation, eaux parasites et usage d additifs. Par : Christian VÉZINA, ing. AESEQ Carrefour de l eau express 2015 Installations septiques : ventilation, eaux parasites et usage d additifs Par : Christian VÉZINA, ing. Objectifs de la conférence À la fin de cette conférence le participant

Plus en détail

3 De la pluie aux inondations Le rôle des roches

3 De la pluie aux inondations Le rôle des roches 3 De la pluie aux inondations Le rôle des roches Cette fiche permet à l élèves de développer plusieurs connaissances et compétences du socle commun au palier 3. Parmi celles-ci, les principales sont :

Plus en détail

Diagnostic des installations d assainissement non collectif

Diagnostic des installations d assainissement non collectif BIENVENUE Diagnostic des installations d assainissement non collectif Présentation de la mission LA SEYNE SUR MER Mardi 17 mai 2011 1. Missions du SPANC 2. Un peu de technique 3. Le diagnostic 4. Et après

Plus en détail

Plan de gestion des milieux humides et hydriques:

Plan de gestion des milieux humides et hydriques: Plan de gestion des milieux humides et hydriques: intégration de paramètres «urbains» dans l évaluation de la valeur écologique Juin 2013 Par Virginie Dumont, biol. 1 Plan de présentation 1. Règlementation

Plus en détail

L étang de Vendres. mars 2011

L étang de Vendres. mars 2011 7 L étang de Vendres mars 2011 1. INTRODUCTION 123 2. SUIVI HYDROLOGIQUE DU FIL MED 126 2.1. Température de l eau 126 2.2. Salinité 126 2.3. Oxygène dissous 128 3. DIAGNOSTIC DE L EUTROPHISATION 128 3.1.

Plus en détail

Prairies de la série La qualité de l eau, ça compte!).

Prairies de la série La qualité de l eau, ça compte!). Agriculture and Agri-Food Canada Agriculture et Agroalimentaire Canada LE BIOLOGIQUE DE L EAU SOUTERRAINE Décembre 1997 ***-*** **-** QU EST-CE QUE LE BIOLOGIQUE DE L EAU? L eau utilisée à des fins de

Plus en détail

Fraise Suivi de 3 sites pilotes pour le recyclage des solutions nutritives 2015

Fraise Suivi de 3 sites pilotes pour le recyclage des solutions nutritives 2015 Fraise Suivi de 3 sites pilotes pour le recyclage des solutions nutritives 2015 Daniel IZARD, Chambre d Agriculture de Vaucluse (84) Catherine TAUSSIG, APREL. Essai rattaché à l action n 04.2015.07 : Fraise,

Plus en détail

Commentaires et questions sur le projet de règlement modifiant le Q-2, r.22

Commentaires et questions sur le projet de règlement modifiant le Q-2, r.22 Commentaires et questions sur le projet de règlement modifiant le Q-2, r.22 À : Carole Jutras, Direction des politiques de l'eau, MDDEFP L AISPEQ est partenaire de la Faculté de santé publique de l Université

Plus en détail

COMMENT LES EAUX USEES SONT-ELLES TRAITEES DANS UN ASSAINISSEMENT NON COLLECTIF?

COMMENT LES EAUX USEES SONT-ELLES TRAITEES DANS UN ASSAINISSEMENT NON COLLECTIF? COMMENT LES EAUX USEES SONT-ELLES TRAITEES DANS UN ASSAINISSEMENT NON COLLECTIF? I LA POLLUTION QUE NOUS PRODUISONS ET SON IMPACT SUR LE MILIEU NATUREL Pollution = Introduction d éléments extérieurs non

Plus en détail

Année Internationale de l Eau Douce

Année Internationale de l Eau Douce Démystifier la Qualité de l'eau Démystifier la Qualité de l'eau Jean-François Goulet, d.t.a. Groupe Horticole Ledoux inc. Ste-Hélène de Bagot. (40) 79-2222. 2003 Année Internationale de l Eau Douce Démystifier

Plus en détail

Bilan et perspectives Plan d intervention des algues bleu vert 2007 2017 Linda Tapin Forum national sur les lacs 13 juin 2014

Bilan et perspectives Plan d intervention des algues bleu vert 2007 2017 Linda Tapin Forum national sur les lacs 13 juin 2014 Bilan et perspectives Plan d intervention des algues bleu vert 2007 2017 Linda Tapin Forum national sur les lacs 13 juin 2014 Plan de la présentation 2 1. Contexte 2. Bilan des réalisations et des retombées

Plus en détail

Guide de conception et d installation, d utilisation et d entretien, de dépannage et de réparation

Guide de conception et d installation, d utilisation et d entretien, de dépannage et de réparation Guide de conception et d installation, d utilisation et d entretien, de dépannage et de réparation Système Enviro-Septic MD Modèle ESP-TS Classe II Niveau de traitement secondaire Domaine d application

Plus en détail

RÈGLEMENT 489 SUR LE CONTRÔLE DE L ÉROSION. Codification administrative juin 2010

RÈGLEMENT 489 SUR LE CONTRÔLE DE L ÉROSION. Codification administrative juin 2010 CANADA PROVINCE DE QUÉBEC VILLE DE LAC-BROME RÈGLEMENT 489 SUR LE CONTRÔLE DE L ÉROSION Codification administrative juin 2010 que la ville de Lac-Brome a le pouvoir d adopter des règlements pour améliorer

Plus en détail

Comprendre la formation et la fertilité des sols

Comprendre la formation et la fertilité des sols Comprendre la formation et la fertilité des sols Un sol est constitué d'éléments minéraux et de matières organiques. Il prend naissance à partir de la roche puis évolue sous l'action du climat et de la

Plus en détail

SEMAINE DE L EAU. Matinée des techniciens. 12 février 2008. Les effluents vinicoles Règlementation et procédés de traitement Perspectives pour le Tarn

SEMAINE DE L EAU. Matinée des techniciens. 12 février 2008. Les effluents vinicoles Règlementation et procédés de traitement Perspectives pour le Tarn SEMAINE DE L EAU Matinée des techniciens 12 février 2008 Les effluents vinicoles Règlementation et procédés de traitement Perspectives pour le Tarn Marie-Anouk Bourchenin Clément Psaïla SEMAINE DE L'EAU

Plus en détail

2013-2018 PROGRAMME D APPUI EN AGROENVIRONNEMENT VOLET 1 POUR LES EXPLOITATIONS AGRICOLES

2013-2018 PROGRAMME D APPUI EN AGROENVIRONNEMENT VOLET 1 POUR LES EXPLOITATIONS AGRICOLES 2013-2018 PROGRAMME D APPUI EN AGROENVIRONNEMENT VOLET 1 POUR LES EXPLOITATIONS AGRICOLES ADOPTER DES PRATIQUES AGROENVIRONNEMENTALES : UN PLUS POUR VOTRE ENTREPRISE! INTERVENTIONS SOUTENUES 1 À HAUTEUR

Plus en détail

Le secteur du bâtiment

Le secteur du bâtiment Le secteur du bâtiment 1. La construction neuve La forte accélération du décrochage de l activité observée depuis la fin 2008 avait cédé à une stabilisation du rythme de recul à partir du troisième trimestre

Plus en détail

Service public d assainissement Non collectif

Service public d assainissement Non collectif Service public d assainissement Non collectif Création de l installation : Adresse : Commune : Propriétaire : L assainissement non collectif (ou individuel ou autonome) est un dispositif qui doit assurer

Plus en détail

Gestion des rejets de substances prioritaires à. l échelle des bassins. versants. Jean-Marc BRIGNON INERIS Direction des Risques Chroniques SEMINAIRE

Gestion des rejets de substances prioritaires à. l échelle des bassins. versants. Jean-Marc BRIGNON INERIS Direction des Risques Chroniques SEMINAIRE SEMINAIRE Les substances chimiques dangereuses de la DCE : vers des outils opérationnels pour la fixation des VLE locales et la gestion à l échelle des bassins Gestion des rejets de substances prioritaires

Plus en détail

Des outils d analyse spatiale pour la gestion des milieux humides en appui à la planification territoriale et l intervention

Des outils d analyse spatiale pour la gestion des milieux humides en appui à la planification territoriale et l intervention Des outils d analyse spatiale pour la gestion des milieux humides en appui à la planification territoriale et l intervention Richard Fournier et coll.* Département de géomatique appliquée Université de

Plus en détail

Les besoins en recherche et développement dans le domaine de l eau potable au Québec

Les besoins en recherche et développement dans le domaine de l eau potable au Québec Salon des technologies environnementales du Québec 2002 Les besoins en recherche et développement dans le domaine de l eau potable au Québec Christian Bouchard, Jean Sérodes, Manuel Rodriguez Groupe de

Plus en détail

IMPLANTER OU MAINTENIR DES BANDES ENHERBÉES EN BORDURE DE COURS D EAU ET DE PLAN D EAU RÉHABILITER LES TÊTES DE FORAGE NON CONFORMES

IMPLANTER OU MAINTENIR DES BANDES ENHERBÉES EN BORDURE DE COURS D EAU ET DE PLAN D EAU RÉHABILITER LES TÊTES DE FORAGE NON CONFORMES IMPLANTER DES CULTURES INTERMÉDIAIRES PIÈGES À NITRATES (CIPAN) Afin d'éviter le lessivage des nitrates en excès après la récolte, il est indispensable d implanter une CIPAN (moutarde, phacélie, seigle

Plus en détail

Démystifions les engrais naturels

Démystifions les engrais naturels Démystifions les engrais naturels Journée sur les méthodes BIO LOGIQUES en horticulture ornementale 22 janvier 2009 Martin Trépanier, Ph.D., agr. Centre de Recherche en Horticulture La fertilisation des

Plus en détail

PCAA Programme canadien d adaptation agricole

PCAA Programme canadien d adaptation agricole PCAA Programme canadien d adaptation agricole Rapport final Impact de la date et de la source d eau d irrigation sur la salubrité de la laitue romaine en terre noire Projet 6448 Institut de recherche et

Plus en détail

Contenu du décret «boues» n 97-1133 du 8 décembre 1997 relatif à l épandage des boues issues du traitement des eaux usées

Contenu du décret «boues» n 97-1133 du 8 décembre 1997 relatif à l épandage des boues issues du traitement des eaux usées Contenu du décret «boues» n 97-1133 du 8 décembre 1997 relatif à l épandage des boues issues du traitement des eaux usées Art 1 : objet = définir les conditions d épandage sur sols agricoles, forestiers

Plus en détail

LES ASPECTS TECHNIQUES

LES ASPECTS TECHNIQUES LES ASPECTS TECHNIQUES La réalisation d un dispositif d assainissement non collectif devra être conforme au DTU 64.1 XP P 16-603 (mars 2007). Le prétraitement : Le système de prétraitement retient les

Plus en détail

Indice de densité numérique au Canada: un guide pour la transformation numérique

Indice de densité numérique au Canada: un guide pour la transformation numérique Indice de densité numérique au Canada: un guide pour la transformation numérique Indice de densité numérique au Canada: un guide pour la transformation numérique L étude d Accenture menée en 2014 sur la

Plus en détail

Acquisition et perte de compétences en littératie au cours de la vie.

Acquisition et perte de compétences en littératie au cours de la vie. SOMMAIRES EN LANGAGE SIMPLE Acquisition et perte de compétences en littératie au cours de la vie. Sommaire par T. Scott Murray Quel est le sujet de cette étude? Ce rapport, préparé par Doug Willms de l

Plus en détail

Nouveaux regards sur la ville : Solutions techniques innovantes. Les filières compactes de l assainissement autonome

Nouveaux regards sur la ville : Solutions techniques innovantes. Les filières compactes de l assainissement autonome Nouveaux regards sur la ville : Solutions techniques innovantes Les filières compactes de l assainissement autonome 1. Contexte réglementaire Arrêté du 7 septembre 2009 fixant les prescriptions techniques

Plus en détail

Essais comparatifs d Aluthermo Quattro et de laine de verre en pose dans une simulation de combles

Essais comparatifs d Aluthermo Quattro et de laine de verre en pose dans une simulation de combles Essais comparatifs d Aluthermo Quattro et de laine de verre en pose dans une simulation de combles Contact technique Thibault Boulanger Contact facturation Julien Thiry ELIOSYS sa ELIOSYS sa Boulevard

Plus en détail

Service Public d Assainissement Non Collectif

Service Public d Assainissement Non Collectif Service Public d Assainissement Non Collectif Demande d installation d un dispositif d assainissement autonome Date de la demande : / /20 IDENTIFICATION : Demandeur : Nom, Prénom :... Adresse :... Ville

Plus en détail

Tranchées filtrantes FICHE TECHNIQUE. Introduction. Définition

Tranchées filtrantes FICHE TECHNIQUE. Introduction. Définition FICHE TECHNIQUE Tranchées filtrantes Introduction Cette fiche présente l utilisation de tranchées filtrantes pour améliorer le drainage de surface et réduire les problèmes d érosion au champ. Les informations

Plus en détail

1. Présentation de l entreprise 2. Microémulsion et Turbotransducteur (Turbotransducer ) 3. Principe physique 4. Méthodes d application 5.

1. Présentation de l entreprise 2. Microémulsion et Turbotransducteur (Turbotransducer ) 3. Principe physique 4. Méthodes d application 5. 1. Présentation de l entreprise 2. Microémulsion et Turbotransducteur (Turbotransducer ) 3. Principe physique 4. Méthodes d application 5. Secteurs d application 6. Dernière génération: le Bio-végétal

Plus en détail

Traitement et reutilisation des eaux grises

Traitement et reutilisation des eaux grises Traitement et reutilisation des eaux grises Chris Zurbrugg, Stefan Diener, Antoine Morel Eawag: L Institut de Recherche de l Eau du Domaine des EPF Eaux grises définition et caractéristiques Eaux grises

Plus en détail