Cour de cassation de Belgique

Save this PDF as:
 WORD  PNG  TXT  JPG

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Cour de cassation de Belgique"

Transcription

1 2 OCTOBRE 2014 C F/1 Cour de cassation de Belgique Arrêt N C F ING NON-LIFE BELGIUM, société anonyme dont le siège social est établi à Etterbeek, cours Saint-Michel, 70, demanderesse en cassation, représentée par Maître Bruno Maes, avocat à la Cour de cassation, dont le cabinet est établi à Bruxelles, rue de Loxum, 25, où il est fait élection de domicile, contre AG INSURANCE, société anonyme dont le siège social est établi à Bruxelles, boulevard Emile Jacqmain, 53, défenderesse en cassation,

2 2 OCTOBRE 2014 C F/2 représentée par Maître Antoine De Bruyn, avocat à la Cour de cassation, dont le cabinet est établi à Bruxelles, rue de la Vallée, 67, où il est fait élection de domicile, en présence de 1. N. D. et 2. R. V., parties appelées en déclaration d arrêt commun. I. La procédure devant la Cour Le pourvoi en cassation est dirigé contre l arrêt rendu le 12 mars 2013 par la cour d appel de Liège. Le 7 août 2014, l avocat général Thierry Werquin a déposé des conclusions au greffe. Le conseiller Michel Lemal a fait rapport et l avocat général Thierry Werquin a été entendu en ses conclusions. II. Le moyen de cassation La demanderesse présente un moyen libellé dans les termes suivants : Dispositions légales violées - articles 1239 et 1242 du Code civil ; - article 1138, 2, du Code judiciaire ; - articles 41 et 58 de la loi du 25 juin 1992 sur le contrat d assurance terrestre ;

3 2 OCTOBRE 2014 C F/3 - article 20, 1, de la loi hypothécaire du 16 décembre 1851, modifié par la loi du 7 mars 1929 ; - principe général du droit dit principe dispositif. Décisions et motifs critiqués L arrêt condamne la demanderesse à payer à la défenderesse la somme de ,61 euros hors la taxe sur la valeur ajoutée, majorée d intérêts moratoires, sur la base des motifs suivants : «Discussion 1. Il ressort des pièces soumises à l appréciation de la cour [d appel] qu une mission d expertise fut confiée à F. L., commandant des pompiers de Tournai et donc tiers indépendant aux divers intérêts en présence. Cet expert avait pour mission de réaliser un examen des causes du sinistre ; sa désignation fait suite à une réunion du 25 mai 2007 à laquelle ont participé madame V., propriétaire, monsieur F. P., du bureau des experts B., expert privé de madame V., le fils de monsieur V., locataire du bâtiment, monsieur J.- C. D. P. et madame B., experts privés des locataires, monsieur P., inspecteur de la [demanderesse], couvrant les locataires dans le cadre du contrat contenu. 2. Après réunion de toutes les parties, notamment le 14 août 2007, l expert L. a, le 3 septembre 2007, déposé un rapport où il conclut à une responsabilité des locataires dans le sinistre, mentionnant comme cause de l incendie une machine à café de type industriel. 3. Une réunion d expertise se tiendra encore le 3 septembre 2007 en présence des locataires, de leurs experts privés et de F. P., du bureau d expertise B., et ce, afin d arrêter contradictoirement le dommage au montant de euros pour le bâtiment, euros pour les déblais et démolitions, euros de forfait pour le chômage immobilier et 142 euros de frais de préservation.

4 2 OCTOBRE 2014 C F/4 4. [La défenderesse] demande en vertu des articles 1731 et suivants du Code civil la condamnation des locataires à lui rembourser ses débours et ce, en leur qualité de responsables du sinistre survenu. 5. En vertu de l article 1733 du Code civil, le preneur répond de l incendie, à moins qu il prouve que celui-ci s est déclaré sans sa faute. Ainsi, le preneur supporte la charge de la preuve que l incendie s est déclaré sans sa faute. Il faut constater qu en l espèce, les locataires restent en défaut de renverser la présomption légale de responsabilité mise à leur charge. En effet, les locataires tentent, par la production du constat de l expert s.p.r.l. JCD, qu ils ont unilatéralement consulté, du 16 mai 2007, de conclure que le sinistre proviendrait de l état de l installation électrique de l immeuble et demandent l écartement du rapport de l expert L., lequel conclut que l origine de l incendie se trouve dans une défectuosité d un appareil électrique appartenant aux locataires (machine à café). Il faut cependant constater que le rapport vanté par les locataires est un rapport unilatéral, non soumis à l expert L. et non produit devant le premier juge. Les locataires contestent le caractère contradictoire de l expertise dressée par l expert L. La cour [d appel] ne peut suivre cette argumentation dès lors qu il ressort de la pièce 11 du dossier de [la défenderesse] que l expert a bien été désigné de commun accord par toutes les parties comme expert indépendant pour désigner la ou les causes du sinistre. Il faut encore constater que les experts privés des locataires ont assisté aux opérations d expertise de F. L. et bénéficiaient donc, à tout le moins, d un mandat apparent pour ce faire (les locataires contestent vainement que leurs experts n avaient de mandat qu au niveau de l évaluation du dommage et non des causes du sinistre). La cour [d appel] constate donc que le courrier rédigé et adressé à l expert L. le 2 juillet 2007 et en copie aux experts des locataires, et non contesté par ces derniers ou leurs conseils techniques, est un fait précis et univoque permettant de conclure que les locataires ont marqué leur accord pour l accomplissement d une expertise par F. L. quant aux causes du sinistre.

5 2 OCTOBRE 2014 C F/5 Ainsi, une expertise judiciaire s avère sans pertinence dès lors que les parties ont déjà procédé à une expertise amiable contradictoire, laquelle est parfaitement motivée quant aux causes de l incendie. Les locataires contestent encore les montants réclamés mais s abstiennent d émettre la moindre critique à l égard de l évaluation à laquelle il fut procédé contradictoirement. C est tout aussi sans fondement que les locataires contestent les intérêts moratoires réclamés. Tout au plus faut-il préciser qu à l égard de l assureur subrogé, sa créance en intérêts moratoires ne peut être due qu à partir des différentes dates des versements et non à dater de l incendie. 6. L article 58 de la loi sur les assurances terrestres dispose que, dans la mesure où l indemnité due à la suite de la perte ou de la détérioration d un bien n est pas entièrement appliquée à la réparation ou au remplacement de ce bien, elle est affectée au paiement des créances privilégiées ou hypothécaires, selon le rang de chacune d elles. Néanmoins, le paiement de l indemnité fait à l assuré libère l assureur si les créanciers dont les privilèges ne font pas l objet d une publicité n ont pas au préalable formé opposition. Le 5 juin 2007, [la défenderesse] a, par voie recommandée, signifié à [la demanderesse] son opposition en ses mains. [La défenderesse] a, le 18 septembre 2007, versé à son assurée, propriétaire du bâtiment, la somme de ,61 euros. À ce titre, [la défenderesse] est donc subrogée à son assurée jusqu à due concurrence et peut, à son profit, invoquer les droits du bailleur. Cependant, [la demanderesse] a ignoré l opposition formée en ses mains et a indemnisé ses assurés, les locataires, le 10 septembre 2007 et le 17 octobre Faisant état de l adage qui paie mal, paie deux fois, en d autres termes [de] l article 1239 du Code civil, [la défenderesse] réclame à [la demanderesse] ses débours.

6 2 OCTOBRE 2014 C F/6 [La demanderesse] s oppose à cette demande en soutenant que [la défenderesse] aurait dû former opposition par voie judiciaire dès lors qu elle a effectué le paiement contesté en vertu d une décision judiciaire l y condamnant. Cette allégation ne peut être retenue. Il est en effet admis que les créanciers privilégiés (tel le bailleur ou son assureur qui lui est subrogé) ne doivent pas recourir à la saisie-arrêt organisée par les articles 1445 et suivants du Code judiciaire. [La demanderesse] soutient également en vain qu il n est pas établi que l indemnité versée aux locataires n aurait pas été appliquée à la réparation ou au remplacement du bien. On note que les locataires n ont jamais prétendu avoir réinvesti l indemnité en tout ou en partie dans le bâtiment et qu au surplus, interrogés spécifiquement quant à ce par la cour [d appel], les locataires ont admis n avoir pas réinvesti la moindre somme perçue au titre d indemnité dans le bâtiment sinistré. [La demanderesse] soutient aussi qu on ne peut lui reprocher d avoir mal payé dès lors que ce paiement lui fut ordonné par jugement du 12 novembre Il faut cependant constater, à la lecture des conclusions rédigées par [la demanderesse] dans la cause aboutissant à sa condamnation au paiement des indemnités à ses assurés, que cette dernière s est gardée d expliciter de manière claire et exhaustive la situation qui était la sienne quant à l opposition formée par [la défenderesse]. C est à tort que [la demanderesse] soutient que [la défenderesse] ne pourrait se prévaloir d un privilège en application de l article 20 de la loi hypothécaire, limitant ce privilège à la valeur des meubles qui garnissent le bien pour le recouvrement des loyers de deux années échues. Ce faisant, [la demanderesse] oublie que l article 20 précise également que le même privilège a lieu pour les réparations locatives et pour tout ce qui concerne l exécution du bail.

7 2 OCTOBRE 2014 C F/7 C est tout aussi à tort que [la demanderesse] expose que l opposition n est pas régulière dès lors qu elle a été réalisée à une époque où [la défenderesse] n avait pas encore indemnisé son assurée. Il faut en effet constater que ce qui importe c est que, lorsque [la demanderesse] a indemnisé ses assurés en dépit de l opposition, à ce moment, [la défenderesse] avait indemnisé son assurée et était subrogée dans ses droits. C est donc à bon droit que cette dernière se prétend créancière de [la demanderesse] par l effet combiné de l article 58 de la loi sur les assurances terrestres et des articles 1239 et 1242 du Code Civil (adage : qui paie mal, paie deux fois ). S agissant du montant réclamé, il faut réitérer qu un constat contradictoire a été dressé quant au montant du dommage. Les demandes de [la défenderesse] seront donc accueillies sous réserve de la solidarité demandée, laquelle ne peut être retenue dès lors qu elle n est prévue ni conventionnellement ni légalement». Griefs Première branche 1. L article 58 de la loi sur le contrat d assurance terrestre dispose : «Dans la mesure où l'indemnité due à la suite de la perte ou de la détérioration d'un bien n'est pas entièrement appliquée à la réparation ou au remplacement de ce bien, elle est affectée au paiement des créances privilégiées ou hypothécaires, selon le rang de chacune d'elles. Néanmoins, le paiement de l'indemnité fait à l'assuré libère l'assureur si les créanciers dont le privilège ne fait pas l'objet d'une publicité n'ont pas au préalable formé opposition». Le procédé mis en place par cette disposition légale consiste en une subrogation réelle. La destruction d un bien qui est grevé d un privilège ou

8 2 OCTOBRE 2014 C F/8 d une hypothèque pourrait entraîner la perte du droit de préférence, dont l assiette a disparu. Le droit de préférence se reporte ainsi sur l indemnité d assurance. Il ressort, par ailleurs, de l article 20, 1, de la loi hypothécaire que le privilège du bailleur porte sur «le prix de tout ce qui garnit la maison louée», autrement dit sur le prix du contenu de l immeuble loué. Enfin, en vertu de l article 1239 du Code civil, il appartient au solvens de déterminer l accipiens qui a qualité pour recevoir le paiement, sous peine de devoir payer une seconde fois s il s est trompé à cet égard ( Qui paie mal, paie deux fois ). Selon l article 1242 du Code civil, le payement fait par le débiteur à son créancier, au préjudice d une saisie ou d une opposition, n est pas valable à l égard des créanciers saisissants ou opposants : ceux-ci peuvent, selon leur droit, le contraindre à payer de nouveau, sauf, en ce cas seulement, son recours contre le créancier. 2. La demanderesse a, dans ses conclusions additionnelles d appel, contesté l application de l article 58 de la loi sur le contrat d assurance terrestre compte tenu de l absence de preuve de la non-application de l indemnité d assurance à la réparation ou au remplacement du bien perdu ou détérioré : «Ainsi, il convient d établir la condition absolue d application de la disposition visée, étant le fait que l indemnité due à la suite de la perte ou de la détérioration du bien n a pas entièrement été appliquée à la réparation ou au remplacement de ce bien ; La [demanderesse] relève dans ce contexte que la mention par la [défenderesse] de l absence de reconstruction de l immeuble qu elle assurait au moyen des indemnités versées par la [demanderesse] à ses assurés procède d une analyse erronée des rapports existant entre les parties [ ] C est [le contenu du bien immobilier] et lui seul qui constitue le bien assuré dont la réparation ou le remplacement est visé par la disposition évoquée, la couverture souscrite auprès de la [demanderesse] ne concernant pas l immeuble en tant que tel».

9 2 OCTOBRE 2014 C F/9 3. L arrêt considère cette condition légale comme remplie en se fondant sur l absence de réinvestissement de l indemnité perçue par les locataires, parties appelées en déclaration d arrêt commun, dans le bâtiment sinistré : «[La demanderesse] soutient également en vain qu il n est pas établi que l indemnité versée aux locataires n aurait pas été appliquée à la réparation ou au remplacement du bien. On note que les locataires n ont jamais prétendu avoir réinvesti l indemnité en tout ou en partie dans le bâtiment et qu au surplus, interrogés spécifiquement quant à ce par la cour [d appel], les locataires ont admis n avoir pas réinvesti la moindre somme perçue au titre d indemnité dans le bâtiment sinistré». 4. Il ressort ainsi de l arrêt que la cour d appel a admis la subrogation réelle, soit le transfert du privilège du bailleur, qui existait sur le bien détruit, sur l indemnité d assurance. Elle a, pour ce faire, pris en considération la non-application de l indemnité d assurance à la réparation du bâtiment. Or, le bien visé par le législateur dont il y a lieu de vérifier si l indemnité a servi à sa réparation ou reconstruction doit être entendu au sens de ce qui constitue l assiette du créancier privilégié, soit en l espèce, puisqu il est question de l assiette du bailleur, tout ce qui garnit l immeuble loué, et non au sens de l immeuble lui-même. En admettant que le privilège du bailleur puisse se reporter sur l indemnité d assurance due par la demanderesse envers ses assurés, pour ensuite décider que la défenderesse, subrogée aux droits de son assurée (bailleur), a régulièrement exercé l opposition entre les mains de la demanderesse et que, cette dernière ayant indemnisé ses assurés «en dépit de l opposition», c est «à bon droit» que la défenderesse se prétend créancière de la demanderesse, sans vérifier si l indemnité d assurance a été appliquée à la réparation ou au remplacement de ce qui garnissait l immeuble loué (soit le contenu de l immeuble), l arrêt viole l article 58 de la loi sur le contrat

10 2 OCTOBRE 2014 C F/10 d assurance terrestre, l article 20, 1, de la loi hypothécaire, modifié par la loi du 7 mars 1929, ainsi que les articles 1239 et 1242 du Code civil. Deuxième branche 1. En vertu de l article 41, alinéa 1 er, de la loi sur le contrat d assurance terrestre, l'assureur qui a payé l'indemnité est subrogé, jusqu à concurrence du montant de celle-ci, dans les droits et actions de l'assuré ou du bénéficiaire contre les tiers responsables du dommage. La subrogation suppose que l assureur ait effectué le paiement d une indemnité et elle ne peut avoir effet qu au moment du paiement effectif. à lui : L article 58 de la loi sur le contrat d assurance terrestre dispose, quant «Dans la mesure où l'indemnité due à la suite de la perte ou de la détérioration d'un bien n'est pas entièrement appliquée à la réparation ou au remplacement de ce bien, elle est affectée au paiement des créances privilégiées ou hypothécaires, selon le rang de chacune d'elles. Néanmoins, le paiement de l'indemnité fait à l'assuré libère l'assureur si les créanciers dont le privilège ne fait pas l'objet d'une publicité n'ont pas au préalable formé opposition». Le procédé mis en place par cette disposition légale consiste en une subrogation réelle. La destruction d un bien qui est grevé d un privilège ou d une hypothèque pourrait entraîner la perte du droit de préférence, dont l assiette a disparu. Le droit de préférence se reporte ainsi sur l indemnité d assurance. Enfin, en vertu de l article 1239 du Code civil, il appartient au solvens de déterminer l accipiens qui a qualité pour recevoir le paiement, sous peine de devoir payer une seconde fois s il s est trompé à cet égard («Qui paie mal, paie deux fois»). Selon l article 1242 du Code civil, le payement fait par le

11 2 OCTOBRE 2014 C F/11 débiteur à son créancier, au préjudice d une saisie ou d une opposition, n est pas valable à l égard des créanciers saisissants ou opposants : ceux-ci peuvent, selon leur droit, le contraindre à payer de nouveau, sauf, en ce cas seulement, son recours contre le créancier. 2. En vue de contester la régularité de l opposition de la défenderesse formée entre les mains de la demanderesse, [celle-ci] a soutenu que la défenderesse n avait pas encore effectué de paiement au moment de ladite opposition, de sorte qu elle n était pas encore à ce moment subrogée dans les droits du bailleur : «En l espèce, il ressort des éléments produits aux débats par la [défenderesse] elle-même que le paiement de son assuré n est intervenu qu en date du 18 septembre 2007 ; [ ] [la défenderesse] ne disposait d aucun droit subrogatoire [à la date du 5 juin 2007] qui lui aurait permis de former valablement opposition entre les mains [de la demanderesse]». 3. L arrêt rejette ce moyen de défense en ces termes : «Le 5 juin 2007, [la défenderesse] a, par voie recommandée, signifié à [la demanderesse] son opposition en ses mains. [La défenderesse] a, le 18 septembre 2007, versé à son assurée, propriétaire du bâtiment, la somme de ,61 euros. À ce titre, [la défenderesse] est donc subrogée à son assurée jusqu à due concurrence et peut, à son profit, invoquer les droits du bailleur. Cependant, [la demanderesse] a ignoré l opposition formée en ses mains et a indemnisé ses assurés, les locataires, le 10 septembre 2007 et le 17 octobre 2007 [ ] C est tout aussi à tort que [la demanderesse] expose que l opposition n est pas régulière dès lors qu elle a été réalisée à une époque où [la défenderesse] n avait pas encore indemnisé son assurée. Il faut en effet constater que ce qui importe c est que, lorsque [la demanderesse] a indemnisé ses assurés en dépit de l opposition, à ce moment, [la défenderesse] avait indemnisé son assurée et était subrogée dans ses droits».

12 2 OCTOBRE 2014 C F/12 Ce faisant, l arrêt accorde implicitement mais certainement un effet rétroactif à la subrogation puisqu il lui fait produire des effets quant à l examen de la régularité de l opposition de la défenderesse signifiée le 5 juin 2007 entre les mains de la demanderesse et, partant, à une date antérieure à sa naissance, acquise seulement le 18 septembre 2007, au moment du paiement de la défenderesse à son assurée. Ayant constaté que la défenderesse avait signifié son opposition entre les mains de la demanderesse le «5 juin 2007» et que le paiement de la défenderesse à son assurée n a eu lieu que le «18 septembre 2007», soit postérieurement à l opposition précitée, l arrêt n a pu légalement décider que ladite opposition était régulière ni, partant, que la défenderesse se prétend «à bon droit» créancière de la demanderesse. L arrêt, ce faisant, viole les articles 41 et 58 de la loi sur le contrat d assurance terrestre ainsi que les articles 1239 et 1242 du Code civil. Troisième branche Il ressort des pièces auxquelles la Cour peut avoir égard que la défenderesse a demandé la condamnation notamment de la demanderesse à payer un montant de ,61 euros, soit euros représentant le montant hors la taxe sur la valeur ajoutée et 2.386,61 euros correspondant à la taxe sur la valeur ajoutée sur ledit montant, outre des intérêts. L arrêt condamne notamment la demanderesse à payer à la défenderesse la somme de «45.773,61 euros hors la taxe sur la valeur ajoutée», outre des intérêts. Ce faisant, l arrêt adjuge plus qu il n a été demandé. L arrêt viole, partant, l article 1138, 2, du Code judiciaire et le principe dispositif. Pour autant que la Cour considère qu il s agit d une erreur matérielle, il y a lieu en ce cas à rectification.

13 2 OCTOBRE 2014 C F/13 III. La décision de la Cour Quant à la deuxième branche : Aux termes de l article 58, alinéa 1 er, de la loi du 25 juin 1992 sur le contrat d assurance terrestre, dans la mesure où l indemnité due à la suite de la perte ou de la détérioration d un bien n est pas entièrement appliquée à la réparation ou au remplacement de ce bien, elle est affectée au paiement des créances privilégiées ou hypothécaires, selon le rang de chacune d elles. L article 58, alinéa 2, de cette loi dispose que, néanmoins, le paiement de l indemnité fait à l assuré libère l assureur si les créanciers dont le privilège ne fait pas l objet d une publicité n ont pas au préalable formé opposition. En vertu de l article 41, alinéa 1 er, de la même loi, l'assureur qui a payé l'indemnité est subrogé, jusqu à concurrence du montant de celle-ci, dans les droits et actions de l'assuré ou du bénéficiaire contre les tiers responsables du dommage. Il suit de ces dispositions que, si le paiement de l indemnité d assurance au créancier privilégié par l assureur de celui-ci opère la subrogation de l assureur dans les droits et actions de ce créancier, avant ledit paiement, seul le créancier privilégié peut valablement former opposition au paiement d une indemnité d assurance due au preneur par son propre assureur. L arrêt constate que «[la défenderesse] [ ] est l assureur incendie d un immeuble [ ] donné en location par son assurée», que «[la demanderesse] [ ] assure en incendie et périls connexes le contenu dudit immeuble», appartenant aux locataires, qu «un [ ] incendie est intervenu le 19 avril 2007», que la défenderesse demande «la condamnation [ ] de [la demanderesse] à lui payer le somme de euros hors la taxe sur la valeur ajoutée» et que «l expert [ ] conclut à une responsabilité des locataires dans le sinistre».

14 2 OCTOBRE 2014 C F/14 L arrêt relève que, «le 5 juin 2007, [la défenderesse] a, par voie recommandée, signifié à [la demanderesse] son opposition en ses mains», que «[la défenderesse] a, le 18 septembre 2007, versé à son assurée, propriétaire du bâtiment, la somme de ,61 euros», et considère que «[la défenderesse] est donc subrogée à son assurée jusqu à due concurrence et peut, à son profit, invoquer les droits du bailleur». Il constate que «[la demanderesse] a ignoré l opposition formée en ses mains et a indemnisé ses assurés, les locataires, le 10 septembre 2007 et le 17 octobre 2007». L arrêt considère que «c est [ ] à tort que [la demanderesse] expose que l opposition n est pas régulière dès lors qu elle a été réalisée à une époque où [la défenderesse] n avait pas encore indemnisé son assurée», au motif que «ce qui importe c est que, lorsque [la demanderesse] a indemnisé ses assurés en dépit de l opposition, à ce moment, [la défenderesse] avait indemnisé son assurée et était subrogée dans ses droits». L arrêt, qui déduit de ces énonciations que «c est à bon droit que [la défenderesse] se prétend créancière de [la demanderesse]», viole les dispositions visées au moyen, en cette branche. Le moyen, en cette branche, est fondé. Il n y a pas lieu d examiner les autres branches du moyen, qui ne sauraient entraîner une cassation plus étendue. Et la demanderesse a intérêt à ce que le présent arrêt soit déclaré commun aux parties appelées à la cause devant la Cour à cette fin. Par ces motifs, La Cour Casse l arrêt attaqué, sauf en tant qu il reçoit l appel ; Déclare le présent arrêt commun à N. D. et R. V. ;

15 2 OCTOBRE 2014 C F/15 Ordonne que mention du présent arrêt sera faite en marge de l arrêt partiellement cassé ; fond ; Réserve les dépens pour qu il soit statué sur ceux-ci par le juge du Renvoie la cause, ainsi limitée, devant la cour d appel de Mons. Ainsi jugé par la Cour de cassation, première chambre, à Bruxelles, où siégeaient le président de section Christian Storck, les conseillers Didier Batselé, Martine Regout, Michel Lemal et Sabine Geubel, et prononcé en audience publique du deux octobre deux mille quatorze par le président de section Christian Storck, en présence de l avocat général Thierry Werquin, avec l assistance du greffier Patricia De Wadripont. P. De Wadripont S. Geubel M. Lemal M. Regout D. Batselé Chr. Storck

Cour de cassation de Belgique

Cour de cassation de Belgique 21 MARS 2014 C.13.0477.F/1 Cour de cassation de Belgique Arrêt N C.13.0477.F J. B., avocat au barreau de Bruxelles, agissant en qualité de curateur à la faillite de la société privée à responsabilité limitée

Plus en détail

Cour de cassation de Belgique

Cour de cassation de Belgique 20 AVRIL 2012 C.11.0608.F/1 Cour de cassation de Belgique Arrêt N C.11.0608.F BARCHON METAL VANNERUM, société anonyme dont le siège social est établi à Flémalle, Grand Route, 1, demanderesse en cassation,

Plus en détail

Cour de cassation de Belgique

Cour de cassation de Belgique 21 FÉVRIER 2014 C.13.0277.F/1 Cour de cassation de Belgique Arrêt N C.13.0277.F 1. AU FIL DES JOURS, société privée à responsabilité limitée dont le siège social est établi à Wavre, rue de Nivelles, 71,

Plus en détail

Cour de cassation de Belgique

Cour de cassation de Belgique 16 JUIN 2014 C.13.0527.F/1 Cour de cassation de Belgique Arrêt N C.13.0527.F A. M., demanderesse en cassation, représentée par Maître Paul Alain Foriers, avocat à la Cour de cassation, dont le cabinet

Plus en détail

Cour de cassation de Belgique

Cour de cassation de Belgique 22 JUIN 2015 S.15.0003.F/1 Cour de cassation de Belgique Arrêt N S.15.0003.F ALLIED CLEANERS SERVICES ET/OU ACS, société anonyme dont le siège social est établi à Uccle, chaussée de Waterloo, 1377/2, demanderesse

Plus en détail

Cour de cassation de Belgique

Cour de cassation de Belgique 19 FÉVRIER 2015 F.14.0061.F/1 Cour de cassation de Belgique Arrêt N F.14.0061.F ÉTAT BELGE, représenté par le ministre des Finances, dont le cabinet est établi à Bruxelles, rue de la Loi, 12, en la personne

Plus en détail

Cour de cassation de Belgique

Cour de cassation de Belgique 11 SEPTEMBRE 2015 C.14.0365.F/1 Cour de cassation de Belgique Arrêt N C.14.0365.F 1. SOCIÉTÉ DE L INDUSTRIE MUSICALE - MUZIEKINDUSTRIE MAATSCHAPPIJ, société civile ayant adopté la forme de la société coopérative

Plus en détail

Cour de cassation de Belgique

Cour de cassation de Belgique 16 OCTOBRE 2013 P.13.0790.F/1 Cour de cassation de Belgique Arrêt N P.13.0790.F AXA BELGIUM, société anonyme, dont le siège est établi à Watermael- Boitsfort, boulevard du Souverain, 25, partie intervenue

Plus en détail

Cour de cassation de Belgique

Cour de cassation de Belgique 12 MAI 2014 S.12.0136.F/1 Cour de cassation de Belgique Arrêt N S.12.0136.F A. W., demanderesse en cassation, représentée par Maître Johan Verbist, avocat à la Cour de cassation, dont le cabinet est établi

Plus en détail

Cour de cassation de Belgique

Cour de cassation de Belgique 27 NOVEMBRE 2015 D.15.0011.F/1 Cour de cassation de Belgique Arrêt N D.15.0011.F B. H., demandeur en cassation, représenté par Maître Johan Verbist, avocat à la Cour de cassation, dont le cabinet est établi

Plus en détail

Cour de cassation de Belgique

Cour de cassation de Belgique 21 MAI 2010 C.09.0340.F/1 Cour de cassation de Belgique Arrêt N C.09.0340.F C. A., demandeur en cassation, représenté par Maître Pierre Van Ommeslaghe, avocat à la Cour de cassation, dont le cabinet est

Plus en détail

Cour de cassation de Belgique

Cour de cassation de Belgique 19 FEVRIER 2010 C.09.0118.F/1 Cour de cassation de Belgique Arrêt N C.09.0118.F SOCIETE FEDERALE DE PARTICIPATIONS ET D INVESTISSEMENT, en abrégé ci-dessous «S.F.P.I.», société anonyme d intérêt public

Plus en détail

Cour de cassation de Belgique

Cour de cassation de Belgique 24 JUIN 2004 C.02.0416.N/1 Cour de cassation de Belgique Arrêt N C.02.0416.N D. S. A., Me Bruno Maes, avocat à la Cour de cassation, contre ALKEN-MAES, société anonyme, Me Philippe Gérard, avocat à la

Plus en détail

Tribunal de première instance de Bruxelles - Jugement du 8 novembre 2006

Tribunal de première instance de Bruxelles - Jugement du 8 novembre 2006 Tribunal de première instance de Bruxelles - Jugement du 8 novembre 2006 Exercices d'imposition 1998 à 2002 Arrêt Avocats: Maître Nathalie Hollasky, loco Maître Gérard van den Berg - pour les requérants

Plus en détail

M. Gridel (conseiller doyen faisant fonction de président), président

M. Gridel (conseiller doyen faisant fonction de président), président Cour de cassation chambre civile 1 Audience publique du 20 mars 2014 N de pourvoi: 12-26518 ECLI:FR:CCASS:2014:C100333 Publié au bulletin M. Gridel (conseiller doyen faisant fonction de président), président

Plus en détail

Cour de cassation de Belgique

Cour de cassation de Belgique 14 OCTOBRE 2011 C.11.0035.F/1 Cour de cassation de Belgique Arrêt N C.11.0035.F T. R. N, demanderesse en cassation, représentée par Maître John Kirkpatrick, avocat à la Cour de cassation, dont le cabinet

Plus en détail

Cour de cassation de Belgique

Cour de cassation de Belgique 9 DECEMBRE 2005 C.04.0135.F/1 Cour de cassation de Belgique Arrêt N C.04.0135.F V. V., aux bons soins de Maître Vincent Colson, domicilié à Verviers, rue des Martyrs, 24, demandeur en cassation, admis

Plus en détail

SCP Lyon-Caen, Fabiani et Thiriez, SCP Peignot et Garreau, avocat(s) REPUBLIQUE FRANCAISE AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS

SCP Lyon-Caen, Fabiani et Thiriez, SCP Peignot et Garreau, avocat(s) REPUBLIQUE FRANCAISE AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS Cour de cassation chambre civile 3 Audience publique du 17 mars 2010 N de pourvoi: 09-12196 Non publié au bulletin Rejet M. Lacabarats (président), président SCP Lyon-Caen, Fabiani et Thiriez, SCP Peignot

Plus en détail

Me Blondel, SCP Baraduc et Duhamel, SCP Odent et Poulet, avocat(s) REPUBLIQUE FRANCAISE AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS

Me Blondel, SCP Baraduc et Duhamel, SCP Odent et Poulet, avocat(s) REPUBLIQUE FRANCAISE AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS Cour de cassation chambre civile 2 Audience publique du 11 juillet 2013 N de pourvoi: 12-24722 ECLI:FR:CCASS:2013:C201244 Publié au bulletin Cassation Mme Flise (président), président Me Blondel, SCP Baraduc

Plus en détail

Me Ricard, SCP Célice, Blancpain et Soltner, SCP Gatineau et Fattaccini, avocat(s) REPUBLIQUE FRANCAISE AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS

Me Ricard, SCP Célice, Blancpain et Soltner, SCP Gatineau et Fattaccini, avocat(s) REPUBLIQUE FRANCAISE AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS Cour de cassation chambre civile 1 Audience publique du 30 mai 2012 N de pourvoi: 11-13087 Non publié au bulletin Rejet M. Charruault (président), président Me Ricard, SCP Célice, Blancpain et Soltner,

Plus en détail

Mme Bignon (conseiller doyen faisant fonction de président), président. SCP Garreau, Bauer-Violas et Feschotte-Desbois, SCP Odent et Poulet, avocat(s)

Mme Bignon (conseiller doyen faisant fonction de président), président. SCP Garreau, Bauer-Violas et Feschotte-Desbois, SCP Odent et Poulet, avocat(s) Cour de cassation chambre civile 1 Audience publique du 24 septembre 2014 N de pourvoi: 13-21339 ECLI:FR:CCASS:2014:C101057 Non publié au bulletin Rejet Mme Bignon (conseiller doyen faisant fonction de

Plus en détail

Cour de cassation de Belgique

Cour de cassation de Belgique C.02.0239.F/1 Cour de cassation de Belgique Arrêt N C.02.0159.F CLOVIS MATTON, société anonyme dont le siège social est établi à Avelgem (Kerkhove), Kaaistraat, 5, inscrite au registre du commerce de Courtrai

Plus en détail

REPUBLIQUE FRANCAISE AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS

REPUBLIQUE FRANCAISE AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS Cour de cassation chambre civile 3 Audience publique du 11 février 2014 N de pourvoi: 13-11197 ECLI:FR:CCASS:2014:C300194 Non publié au bulletin Rejet M. Terrier (président), président Me Foussard, SCP

Plus en détail

Cour de cassation de Belgique

Cour de cassation de Belgique 17 MARS 2014 C.12.0317.F/1 Cour de cassation de Belgique Arrêt N C.12.0317.F TRADART INSTITUT, société de droit suisse, dont le siège est établi à Genève (Suisse), rue du Perron, 1, demanderesse en cassation,

Plus en détail

Cour de cassation de Belgique

Cour de cassation de Belgique 5 SEPTEMBRE 2014 C.13.0453.N/1 Cour de cassation de Belgique Arrêt N C.13.0453.N CRELAN, s.a., Me Johan Verbist, avocat à la Cour de cassation, contre A.V.S. I. La procédure devant la Cour Le pourvoi en

Plus en détail

Cour de cassation de Belgique

Cour de cassation de Belgique 13 JUIN 2014 C.11.0595.F/1 Cour de cassation de Belgique Arrêt N C.11.0595.F IMMOBILIÈRE CHRISTIAENS, société anonyme dont le siège social est établi à Comines-Warneton (Warneton), chemin du Bon Coin,

Plus en détail

SCP Baraduc, Duhamel et Rameix, SCP Boulloche, SCP Piwnica et Molinié, avocat(s) REPUBLIQUE FRANCAISE AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS

SCP Baraduc, Duhamel et Rameix, SCP Boulloche, SCP Piwnica et Molinié, avocat(s) REPUBLIQUE FRANCAISE AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS Cour de cassation chambre civile 3 Audience publique du 28 janvier 2015 N de pourvoi: 13-27397 ECLI:FR:CCASS:2015:C300101 Publié au bulletin Rejet M. Terrier (président), président SCP Baraduc, Duhamel

Plus en détail

AUDIENCE PUBLIQUE ORDINAIRE DU 12 FEVRIER 2014. Monsieur TRAORE BAKARY, Président;

AUDIENCE PUBLIQUE ORDINAIRE DU 12 FEVRIER 2014. Monsieur TRAORE BAKARY, Président; REPUBLIQUE DE CÔTE D IVOIRE ------------------- COUR D APPEL D ABIDJAN --------------- TRIBUNAL DE COMMERCE D ABIDJAN --------------- RG N 31/2014 ------------- JUGEMENT CONTRADICTOIRE DU 12/02/2014 Affaire

Plus en détail

Cour de cassation de Belgique

Cour de cassation de Belgique 28 OCTOBRE 2015 P.15.0573.F/1 Cour de cassation de Belgique Arrêt N P.15.0573.F I. SOCIETE DE TRANSPORTS INTERCOMMUNAUX BRUXELLOIS, dont le siège est établi à Bruxelles, rue Royale, 76, représentée par

Plus en détail

Cour de cassation de Belgique

Cour de cassation de Belgique 28 MAI 2015 D.14.0029.F/1 Cour de cassation de Belgique Arrêt N D.14.0029.F S. G., demandeur en cassation, représenté par Maître Pierre Van Ommeslaghe, avocat à la Cour de cassation, dont le cabinet est

Plus en détail

REPUBLIQUE FRANCAISE AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS

REPUBLIQUE FRANCAISE AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS Cour de cassation chambre commerciale Audience publique du 6 novembre 2007 N de pourvoi: 05-21527 Publié au bulletin Cassation Mme Favre, président M. Salomon, conseiller apporteur M. Mellottée (premier

Plus en détail

REPUBLIQUE FRANCAISE AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS

REPUBLIQUE FRANCAISE AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS Cour de cassation chambre criminelle Audience publique du 18 février 2014 N de pourvoi: 12-87629 ECLI:FR:CCASS:2014:CR00011 Publié au bulletin Cassation partielle M. Louvel (président), président Me Le

Plus en détail

Cour de cassation de Belgique

Cour de cassation de Belgique 4 DECEMBRE 2009 C.09.0007.F/1 Cour de cassation de Belgique Arrêt N C.09.0007.F G. C., demanderesse en cassation, représentée par Maître Jacqueline Oosterbosch, avocat à la Cour de cassation, dont le cabinet

Plus en détail

LA FIXATION DE LA VALEUR DES ACTIONS PAR UN TIERS EVALUATEUR : CONSTITUTIONNELLE OU NON?

LA FIXATION DE LA VALEUR DES ACTIONS PAR UN TIERS EVALUATEUR : CONSTITUTIONNELLE OU NON? LA FIXATION DE LA VALEUR DES ACTIONS PAR UN TIERS EVALUATEUR : CONSTITUTIONNELLE OU NON? Certaines expertises conduites durant les procédures judiciaires peuvent donner lieu à la question prioritaire de

Plus en détail

COUR DE CASSATION DE BELGIQUE

COUR DE CASSATION DE BELGIQUE 10 MARS 2003 S.02.0085.F/1 COUR DE CASSATION DE BELGIQUE Arrêt N S.02.0085.F B. M.. demandeur en cassation, représenté par Maître Johan Verbist, avocat à la Cour de cassation, dont le cabinet est établi

Plus en détail

SCP Célice, Blancpain et Soltner, SCP Fabiani et Luc-Thaler, SCP Gatineau et Fattaccini, avocat(s) REPUBLIQUE FRANCAISE AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS

SCP Célice, Blancpain et Soltner, SCP Fabiani et Luc-Thaler, SCP Gatineau et Fattaccini, avocat(s) REPUBLIQUE FRANCAISE AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS Le : 09/12/2014 Cour de cassation chambre civile 1 Audience publique du 26 novembre 2014 N de pourvoi: 13-23033 ECLI:FR:CCASS:2014:C101394 Non publié au bulletin Cassation partielle Mme Batut (président),

Plus en détail

Mme Bignon (conseiller doyen faisant fonction de président), président REPUBLIQUE FRANCAISE AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS

Mme Bignon (conseiller doyen faisant fonction de président), président REPUBLIQUE FRANCAISE AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS Le : 17/07/2014 Cour de cassation chambre civile 1 Audience publique du 9 juillet 2014 N de pourvoi: 13-19130 ECLI:FR:CCASS:2014:C100860 Publié au bulletin Rejet Mme Bignon (conseiller doyen faisant fonction

Plus en détail

REPUBLIQUE FRANCAISE AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS. LA COUR DE CASSATION, CHAMBRE SOCIALE, a rendu l arrêt suivant :

REPUBLIQUE FRANCAISE AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS. LA COUR DE CASSATION, CHAMBRE SOCIALE, a rendu l arrêt suivant : Le : 23/10/2014 Cour de cassation chambre sociale Audience publique du 8 octobre 2014 N de pourvoi: 13-15769 ECLI:FR:CCASS:2014:SO01767 Publié au bulletin Rejet M. Frouin (président), président SCP Célice,

Plus en détail

REPUBLIQUE FRANCAISE AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS. LA COUR DE CASSATION, DEUXIÈME CHAMBRE CIVILE, a rendu l arrêt suivant :

REPUBLIQUE FRANCAISE AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS. LA COUR DE CASSATION, DEUXIÈME CHAMBRE CIVILE, a rendu l arrêt suivant : Cour de cassation chambre civile 2 Audience publique du 15 septembre 2011 N de pourvoi: 10-21269 Non publié au bulletin Rejet M. Loriferne (président), président SCP Célice, Blancpain et Soltner, SCP Defrenois

Plus en détail

CHAMBRE DE RECOURS DES ECOLES EUROPEENNES (1 ère section) Décision du 28 juin 2012

CHAMBRE DE RECOURS DES ECOLES EUROPEENNES (1 ère section) Décision du 28 juin 2012 Recours 12/08 CHAMBRE DE RECOURS DES ECOLES EUROPEENNES (1 ère section) Décision du 28 juin 2012 Dans l affaire enregistrée sous le n 12-08 ayant pour objet un recours introduit le 29 février 2012 pour

Plus en détail

Cour de cassation de Belgique

Cour de cassation de Belgique 19 JUIN 2009 C.08.0362.N/1 Cour de cassation de Belgique Arrêt N C.08.0362.N O.W. R., Me Willy van Eeckhoutte, avocat à la Cour de cassation, contre AXA BELGIUM, société anonyme. I. La procédure devant

Plus en détail

REPUBLIQUE FRANCAISE AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS. LA COUR DE CASSATION, DEUXIÈME CHAMBRE CIVILE, a rendu l arrêt suivant :

REPUBLIQUE FRANCAISE AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS. LA COUR DE CASSATION, DEUXIÈME CHAMBRE CIVILE, a rendu l arrêt suivant : Cour de cassation chambre civile 2 Audience publique du 23 février 2012 N de pourvoi: 11-10202 Non publié au bulletin Cassation partielle M. Loriferne (président), président SCP Boré et Salve de Bruneton,

Plus en détail

Audience publique de la Cour de cassation du Grand-Duché de Luxembourg du jeudi, quatorze juillet deux mille onze.

Audience publique de la Cour de cassation du Grand-Duché de Luxembourg du jeudi, quatorze juillet deux mille onze. N 57 / 11. du 14.7.2011. Numéro 2879 du registre. Audience publique de la Cour de cassation du Grand-Duché de Luxembourg du jeudi, quatorze juillet deux mille onze. Composition: Marie-Paule ENGEL, présidente

Plus en détail

Audience publique de la Cour de cassation du Grand-Duché de Luxembourg du jeudi, six juin deux mille treize.

Audience publique de la Cour de cassation du Grand-Duché de Luxembourg du jeudi, six juin deux mille treize. N 45 / 13. du 6.6.2013. Numéro 3184 du registre. Audience publique de la Cour de cassation du Grand-Duché de Luxembourg du jeudi, six juin deux mille treize. Composition: Georges SANTER, président de la

Plus en détail

Pourvoi : n 043/2010/PC du 30 avril 2010

Pourvoi : n 043/2010/PC du 30 avril 2010 ORGANISATION POUR L HARMONISATION EN AFRIQUE DU DROIT DES AFFAIRES O.H.A.D.A ---------- COUR COMMUNE DE JUSTICE ET D ARBITRAGE C.C.J.A ---------- Première Chambre ------- Audience publique du 23 juillet

Plus en détail

Cour de cassation. Chambre sociale

Cour de cassation. Chambre sociale Cour de cassation Chambre sociale Audience publique du 12 juin 2014 Pourvoi n 12-29063 Pourvoi n 13-11448 Publié au bulletin Rejet Cour de cassation Chambre sociale Audience publique du 12 juin 2014 N

Plus en détail

REPUBLIQUE FRANCAISE AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS

REPUBLIQUE FRANCAISE AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS Cour de cassation chambre civile 3 Audience publique du 20 novembre 2013 N de pourvoi: 12-29021 ECLI:FR:CCASS:2013:C301362 Publié au bulletin Cassation M. Terrier, président M. Pronier, conseiller apporteur

Plus en détail

Sur le premier moyen :

Sur le premier moyen : Assurance sur la vie Procédure fiscale - Contrôle des déclarations de succession - Procédure de répression des abus de droit Cass. com., 26 octobre 2010, N de pourvoi: 09-70927, Non publié au bulletin

Plus en détail

AUDIENCE PUBLIQUE ORDINAIRE DU 14 NOVEMBRE 2014

AUDIENCE PUBLIQUE ORDINAIRE DU 14 NOVEMBRE 2014 REPUBLIQUE DE COTE D IVOIRE ----------------- COUR D APPEL D ABIDJAN ----------------- TRIBUNAL DE COMMERCE D ABIDJAN ------------------- RG 2002/2014 ------------- JUGEMENT CONTRADICTOIRE ET DE DEFAUT

Plus en détail

TRIBUNAL DE PREMIÈRE INSTANCE DE BRUXELLES

TRIBUNAL DE PREMIÈRE INSTANCE DE BRUXELLES R.G. n 2009/11673/A Divorce Au fond Contradictoire TRIBUNAL DE PREMIÈRE INSTANCE DE BRUXELLES EN CAUSE DE: Monsieur X, domicilié à Bruxelles, rue de..., demandeur originaire, défendeur sur reconvention,

Plus en détail

SCP Boré et Salve de Bruneton, SCP Potier de La Varde et Buk-Lament, avocat(s) REPUBLIQUE FRANCAISE AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS

SCP Boré et Salve de Bruneton, SCP Potier de La Varde et Buk-Lament, avocat(s) REPUBLIQUE FRANCAISE AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS Cour de cassation chambre civile 1 Audience publique du 5 décembre 2012 N de pourvoi: 11-24659 Non publié au bulletin Cassation partielle M. Charruault (président), président SCP Boré et Salve de Bruneton,

Plus en détail

SCP Monod, Colin et Stoclet, SCP Nicolaý, de Lanouvelle et Hannotin, avocat(s) REPUBLIQUE FRANCAISE AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS

SCP Monod, Colin et Stoclet, SCP Nicolaý, de Lanouvelle et Hannotin, avocat(s) REPUBLIQUE FRANCAISE AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS Cour de cassation chambre civile 3 Audience publique du 8 octobre 2014 N de pourvoi: 13-18150 ECLI:FR:CCASS:2014:C301167 Non publié au bulletin Rejet M. Terrier (président), président SCP Monod, Colin

Plus en détail

SCP Monod, Colin et Stoclet, SCP Potier de La Varde et Buk-Lament, avocat(s) REPUBLIQUE FRANCAISE AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS

SCP Monod, Colin et Stoclet, SCP Potier de La Varde et Buk-Lament, avocat(s) REPUBLIQUE FRANCAISE AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS Le : 22/06/2015 Cour de cassation chambre civile 3 Audience publique du 15 octobre 2014 N de pourvoi: 13-18343 ECLI:FR:CCASS:2014:C301240 Non publié au bulletin Cassation partielle M. Terrier (président),

Plus en détail

Cour de cassation de Belgique

Cour de cassation de Belgique 7 JANVIER 2015 P.14.0769.F/1 Cour de cassation de Belgique Arrêt N P.14.0769.F T A prévenue, demanderesse en cassation, ayant pour conseils Maîtres Marc Preumont, avocat au barreau de Namur, et David Ribant,

Plus en détail

JUGEMENT N 2012-0030 REPUBLIQUE FRANCAISE AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS LA CHAMBRE REGIONALE DES COMPTES D'AQUITAINE, POITOU- CHARENTES

JUGEMENT N 2012-0030 REPUBLIQUE FRANCAISE AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS LA CHAMBRE REGIONALE DES COMPTES D'AQUITAINE, POITOU- CHARENTES Maison de retraite «Séguin» à Cestas Rapport n 2012-0358 Audience publique du 12 décembre 2012 Lecture en séance publique du 06 février 2013 Trésorerie de Pessac (033 041 976) (département de la Gironde)

Plus en détail

SCP Ghestin, SCP Nicolaý, de Lanouvelle et Hannotin, SCP Odent et Poulet, avocat(s) REPUBLIQUE FRANCAISE AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS

SCP Ghestin, SCP Nicolaý, de Lanouvelle et Hannotin, SCP Odent et Poulet, avocat(s) REPUBLIQUE FRANCAISE AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS Le : 30/10/2012 Cour de cassation chambre civile 2 Audience publique du 4 octobre 2012 N de pourvoi: 11-25324 Non publié au bulletin Rejet M. Loriferne (président), président SCP Ghestin, SCP Nicolaý,

Plus en détail

Cour de cassation de Belgique

Cour de cassation de Belgique 8 JANVIER 2015 C.13.0267.F/1 Cour de cassation de Belgique Arrêt N C.13.0267.F G. S., demandeur en cassation, représenté par Maître Pierre Van Ommeslaghe, avocat à la Cour de cassation, dont le cabinet

Plus en détail

Tribunal de première instance de Bruxelles - Jugement du 7 février 2007 - Rôle n 2005/6797/A -

Tribunal de première instance de Bruxelles - Jugement du 7 février 2007 - Rôle n 2005/6797/A - Tribunal de première instance de Bruxelles - Jugement du 7 février 2007 - Rôle n 2005/6797/A - Exercices d'imposition 1998 et 1999 Domicile fiscal exorbitant du droit commun et RDT Arrêt Avocats: Maître

Plus en détail

La société civile immobilière Saint-Etienne et M. et Mme Aime demandent à la

La société civile immobilière Saint-Etienne et M. et Mme Aime demandent à la ld COUR ADMINISTRATIVE D APPEL DE LYON N 12LY00100 ------------------ Société civile immobilière Saint-Etienne et M. et Mme Aime M. Bourrachot Président M. Segado Rapporteur RÉPUBLIQUE FRANÇAISE AU NOM

Plus en détail

Cour de cassation de Belgique

Cour de cassation de Belgique 8 JANVIER 2015 C.14.0268.F/1 Cour de cassation de Belgique Arrêt N C.14.0268.F ELECTRABEL CUSTOMER SOLUTIONS, société anonyme dont le siège social est établi à Bruxelles, boulevard Simon Bolivar, 34, demanderesse

Plus en détail

Monsieur TRAORE BAKARY, Président ;

Monsieur TRAORE BAKARY, Président ; REPUBLIQUE DE CÔTE D IVOIRE ------------------- COUR D APPEL D ABIDJAN --------------- TRIBUNAL DE COMMERCE D ABIDJAN --------------- RG N 2318/2014 ------------- JUGEMENT CONTRADICTOIRE DU 03/11/2014

Plus en détail

REPUBLIQUE FRANCAISE AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS

REPUBLIQUE FRANCAISE AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS Cour de cassation chambre civile 2 Audience publique du 5 février 2015 N de pourvoi: 13-28468 ECLI:FR:CCASS:2015:C200192 Non publié au bulletin Rejet Mme Flise (président), président SCP Baraduc, Duhamel

Plus en détail

ASSIGNATION VISA DE L'ARTICLE 47 DU CODE DE PROCEDURE CIVILE

ASSIGNATION VISA DE L'ARTICLE 47 DU CODE DE PROCEDURE CIVILE ASSIGNATION VISA DE L'ARTICLE 47 DU CODE DE PROCEDURE CIVILE L An Deux Mille DIX et le A la demande de : Monsieur Christian NOGUES, né le né le 3 mai 1956 à Chambéry (73), de nationalité française, demeurant

Plus en détail

Rep.N 2011/1442 COUR DU TRAVAIL DE BRUXELLES. Règlement collectif de dettes Admissibilité. CH.H., domiciliée à [xxx],

Rep.N 2011/1442 COUR DU TRAVAIL DE BRUXELLES. Règlement collectif de dettes Admissibilité. CH.H., domiciliée à [xxx], 1e feuillet Rep.N 2011/1442 COUR DU TRAVAIL DE BRUXELLES ARRET AUDIENCE PUBLIQUE EXTRAORDINAIRE DU 17 MAI 2011 12e Chambre Règlement collectif de dettes Admissibilité EN CAUSE DE : CH.H., domiciliée à

Plus en détail

COUR DE CASSATION R É P U B L I Q U E F R A N Ç A I S E. Audience publique du 14 janvier 2016 Cassation partielle Mme BATUT, président

COUR DE CASSATION R É P U B L I Q U E F R A N Ç A I S E. Audience publique du 14 janvier 2016 Cassation partielle Mme BATUT, président CIV. 1 FB COUR DE CASSATION Audience publique du 14 janvier 2016 Cassation partielle Mme BATUT, président o Pourvoi n W 14-28.227 o Arrêt n 24 FS-P+B R É P U B L I Q U E F R A N Ç A I S E AU NOM DU PEUPLE

Plus en détail

Cour de cassation de Belgique

Cour de cassation de Belgique 23 SEPTEMBRE 2015 P.14.0238.F/1 Cour de cassation de Belgique Arrêt N P.14.0238.F 1. M. K. A.H., 2. M. K. A. S., 3. M. K. A. R., 4. M. K. A. M., 5. Z.B. S. A. M., 6. M. K. A. M., 7. M. K. A.S., 8. M. K.

Plus en détail

COUR DE CASSATION DE BELGIQUE

COUR DE CASSATION DE BELGIQUE 10 FEVRIER 2003 S.02.0068.F/1 COUR DE CASSATION DE BELGIQUE Arrêt N S.02.0068.F L. V. demanderesse en cassation, représentée par Maître Cécile Draps, avocat à la Cour de cassation, dont le cabinet est

Plus en détail

Cour de cassation de Belgique

Cour de cassation de Belgique 6 MARS 2014 C.12.0184.N/1 Cour de cassation de Belgique Arrêt N C.12.0184.N A. J., Me Michel Mahieu, avocat à la Cour de cassation, contre D. V. E. I. LA PROCÉDURE DEVANT LA COUR Le pourvoi en cassation

Plus en détail

REPUBLIQUE FRANCAISE AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS. LA COUR DE CASSATION, CHAMBRE SOCIALE, a rendu l arrêt suivant :

REPUBLIQUE FRANCAISE AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS. LA COUR DE CASSATION, CHAMBRE SOCIALE, a rendu l arrêt suivant : Cour de cassation chambre sociale Audience publique du 16 février 2012 N de pourvoi: 10-21300 Publié au bulletin Rejet M. Lacabarats (président), président Me de Nervo, SCP Célice, Blancpain et Soltner,

Plus en détail

COUR DE CASSATION R E P U B L I Q U E F R A N C A I S E. Audience publique du 6 octobre 2011 Cassation sans renvoi M. CHARRUAULT, président

COUR DE CASSATION R E P U B L I Q U E F R A N C A I S E. Audience publique du 6 octobre 2011 Cassation sans renvoi M. CHARRUAULT, président CIV. 1 MF COUR DE CASSATION Audience publique du 6 octobre 2011 Cassation sans renvoi M. CHARRUAULT, président Pourvoi n o B 10-18.142 Arrêt n o FS-P+B+I R E P U B L I Q U E F R A N C A I S E AU NOM DU

Plus en détail

REPUBLIQUE FRANCAISE AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS

REPUBLIQUE FRANCAISE AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS Le : 12/08/2012 Cour d appel d Aix-en-Provence 11e chambre a Audience publique du 25 septembre 2009 N de RG: 07/11318 COUR D APPEL D AIX EN PROVENCE 11o Chambre A ARRÊT AU FOND DU 25 SEPTEMBRE 2009 No

Plus en détail

REPUBLIQUE FRANCAISE AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS. LA COUR DE CASSATION, PREMIÈRE CHAMBRE CIVILE, a rendu l arrêt suivant :

REPUBLIQUE FRANCAISE AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS. LA COUR DE CASSATION, PREMIÈRE CHAMBRE CIVILE, a rendu l arrêt suivant : Cour de cassation chambre civile 1 Audience publique du 4 novembre 2015 N de pourvoi: 14-23662 ECLI:FR:CCASS:2015:C101218 Publié au bulletin Cassation partielle Mme Batut (président), président SCP Lesourd,

Plus en détail

SCP Boré et Salve de Bruneton, SCP Delaporte, Briard et Trichet, avocat(s) REPUBLIQUE FRANCAISE AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS

SCP Boré et Salve de Bruneton, SCP Delaporte, Briard et Trichet, avocat(s) REPUBLIQUE FRANCAISE AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS Cour de cassation chambre civile 3 Audience publique du 23 mai 2012 N de pourvoi: 11-17183 Publié au bulletin Rejet M. Terrier (président), président SCP Boré et Salve de Bruneton, SCP Delaporte, Briard

Plus en détail

REPUBLIQUE FRANCAISE AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS. LA COUR DE CASSATION, CHAMBRE COMMERCIALE, a rendu l'arrêt suivant :

REPUBLIQUE FRANCAISE AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS. LA COUR DE CASSATION, CHAMBRE COMMERCIALE, a rendu l'arrêt suivant : Juridiction: Cour de cassation Formation: Chambre commerciale Date de la décision: mardi 12 juin 2012 N : 11-18978 Inédit au bulletin Solution: Rejet Président: M. Petit (conseiller doyen faisant fonction

Plus en détail

REPUBLIQUE FRANCAISE AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS. LA COUR DE CASSATION, siégeant en CHAMBRE MIXTE, a rendu l arrêt suivant :

REPUBLIQUE FRANCAISE AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS. LA COUR DE CASSATION, siégeant en CHAMBRE MIXTE, a rendu l arrêt suivant : Le : 14/05/2014 Cour de cassation chambre mixte Audience publique du 21 mars 2014 N de pourvoi: 12-20002 12-20003 ECLI:FR:CCASS:2014:MI00278 Publié au bulletin Cassation M. Lamanda (premier président),

Plus en détail

Cour de cassation. Chambre civile 1. Audience publique du 26 juin 2013. N de pourvoi: 12-13.757 ECLI:FR:CCASS:2013:C100714. Publié au bulletin

Cour de cassation. Chambre civile 1. Audience publique du 26 juin 2013. N de pourvoi: 12-13.757 ECLI:FR:CCASS:2013:C100714. Publié au bulletin Cour de cassation Chambre civile 1 Audience publique du 26 juin 2013 N de pourvoi: 12-13.757 ECLI:FR:CCASS:2013:C100714 Publié au bulletin Cassation partielle M. Charruault (président), président SCP Hémery

Plus en détail

CHAMBRE DE RECOURS DES ECOLES EUROPEENNES (2éme section) Décision du 20 janvier 2011

CHAMBRE DE RECOURS DES ECOLES EUROPEENNES (2éme section) Décision du 20 janvier 2011 Recours 10/67 CHAMBRE DE RECOURS DES ECOLES EUROPEENNES (2éme section) Décision du 20 janvier 2011 Dans l affaire enregistrée au greffe de la Chambre sous le no 10/67 ayant pour objet un recours introduit

Plus en détail

SUR LA RECEVABILITÉ. de la requête No 19043/91 présentée par T. T. contre la France

SUR LA RECEVABILITÉ. de la requête No 19043/91 présentée par T. T. contre la France SUR LA RECEVABILITÉ de la requête No 19043/91 présentée par T. T. contre la France La Commission européenne des Droits de l'homme (Première Chambre), siégeant en chambre du conseil le 12 janvier 1994 en

Plus en détail

Le Président a mis l' affaire en délibéré et a indiqué aux parties la date à laquelle le jugement serait rendu.

Le Président a mis l' affaire en délibéré et a indiqué aux parties la date à laquelle le jugement serait rendu. Extrait des Minutes du Greffe du Tribunal d'instance de Nancy DU 23 OCTOBRE 2007 RÉPERTOIRE N 865/2007 Code n 56 c TRIBUNAL D'INSTANCE DE NANCY JUGEMENT DU VINGT TROIS OCTOBRE DE L'AN DEUX MILLE SEPT EN

Plus en détail

REPUBLIQUE FRANCAISE AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS

REPUBLIQUE FRANCAISE AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS Cour administrative d appel de Douai N 11DA01951 Inédit au recueil Lebon M. Nowak, président M. Hubert Delesalle, rapporteur M. Moreau, rapporteur public SELARL LÉTANG &ASSOCIÉS, avocat(s) 1re chambre

Plus en détail

REPUBLIQUE FRANCAISE AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS

REPUBLIQUE FRANCAISE AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS Cour de cassation chambre civile 3 Audience publique du 11 février 2014 N de pourvoi: 12-35323 ECLI:FR:CCASS:2014:C300208 Non publié au bulletin Cassation partielle M. Terrier (président), président SCP

Plus en détail

P O L I C E G L O B A L E 2 0 0 0 INCENDIE ET RISQUES DIVERS RISQUES AGRICOLES

P O L I C E G L O B A L E 2 0 0 0 INCENDIE ET RISQUES DIVERS RISQUES AGRICOLES P O L I C E G L O B A L E 2 0 0 0 INCENDIE ET RISQUES DIVERS RISQUES AGRICOLES CONDITIONS ADMINISTRATIVES (CA 01 /éd.:01/03/2013) 1. QUELLES SONT LES OBLIGATIONS DU PRENEUR ET DE L ASSURE? A) Lors de la

Plus en détail

13 Madame S a formé un pourvoi en cassation contre cet arrêt devant le Högsta domstolen (cour suprême).

13 Madame S a formé un pourvoi en cassation contre cet arrêt devant le Högsta domstolen (cour suprême). Isabelle Chaumont Avocate Au Barreau de Lyon Lettre d actualité Mars 2008 DROIT DES PERSONNES ET DE LA FAMILLE DROIT DE LA CONSOMMATION DROIT BANCAIRE RECOUVREMENT DE CREANCES CIVILES ET COMMERCIALES PROCEDURES

Plus en détail

REPUBLIQUE FRANCAISE AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS. LA COUR DE CASSATION, PREMIÈRE CHAMBRE CIVILE, a rendu l arrêt suivant :

REPUBLIQUE FRANCAISE AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS. LA COUR DE CASSATION, PREMIÈRE CHAMBRE CIVILE, a rendu l arrêt suivant : Cour de cassation chambre civile 1 Audience publique du 5 février 2014 N de pourvoi: 12-23467 ECLI:FR:CCASS:2014:C100111 Publié au bulletin Cassation M. Charruault (président), président SCP Masse-Dessen,

Plus en détail

REPUBLIQUE FRANCAISE AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS

REPUBLIQUE FRANCAISE AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS Cour de cassation chambre commerciale Audience publique du 23 octobre 2012 N de pourvoi: 11-23521 Publié au bulletin Rejet M. Espel (président), président Me Blondel, SCP Gatineau et Fattaccini, avocat(s)

Plus en détail

Rapports n s 2013-599-0 et 2014-043-0 REPUBLIQUE FRANÇAISE AU NOM DU PEUPLE FRANÇAIS. LA COUR DES COMPTES a rendu l arrêt suivant :

Rapports n s 2013-599-0 et 2014-043-0 REPUBLIQUE FRANÇAISE AU NOM DU PEUPLE FRANÇAIS. LA COUR DES COMPTES a rendu l arrêt suivant : COUR DES COMPTES ------ SIXIEME CHAMBRE ------ TROISIEME SECTION ------ Arrêt n 70057 AGENCE TECHNIQUE DE L INFORMATION SUR L HOSPITALISATION (ATIH) Exercices 2002 à 2011 REPUBLIQUE FRANÇAISE Rapports

Plus en détail

CINQUIÈME SECTION DÉCISION

CINQUIÈME SECTION DÉCISION CINQUIÈME SECTION DÉCISION Requête n o 29395/09 SOCIÉTÉ CRT FRANCE INTERNATIONAL contre la France La Cour européenne des droits de l homme (cinquième section), siégeant le 3 mars 2015 en une chambre composée

Plus en détail

TRIBUNAL DU CONTENTIEUX

TRIBUNAL DU CONTENTIEUX TRIBUNAL DU CONTENTIEUX ADMINISTRATIF DES NATIONS UNIES Cas n : UNDT/GVA/2010/076 Jugement n : UNDT/2011/166 Date : 21 septembre 2011 Original : français Devant : Greffe : Greffier : Juge Jean-François

Plus en détail

RÉPUBLIQUE FRANÇAISE AU NOM DU PEUPLE FRANÇAIS LA CHAMBRE,

RÉPUBLIQUE FRANÇAISE AU NOM DU PEUPLE FRANÇAIS LA CHAMBRE, Jugement n 2015-0011 Audience publique du 9 juillet 2015 Jugement prononcé le 30 juillet 2015 Commune de Pithiviers (Loiret) 045 044 252 Exercices 2008 à 2013 RÉPUBLIQUE FRANÇAISE AU NOM DU PEUPLE FRANÇAIS

Plus en détail

RÉPUBLIQUE FRANÇAISE

RÉPUBLIQUE FRANÇAISE COUR D APPEL DE NOUMÉA N 07/418 Présidente : Mme FONTAINE RÉPUBLIQUE FRANÇAISE AU NOM DU PEUPLE FRANÇAIS Greffier lors des débats : Cécile KNOCKAERT Chambre sociale Arrêt du 20 Août 2008 PARTIES DEVANT

Plus en détail

Audience publique du 5 novembre 2014 Cassation partielle Mme BATUT, président

Audience publique du 5 novembre 2014 Cassation partielle Mme BATUT, président CIV. 1 MF COUR DE CASSATION Audience publique du 5 novembre 2014 Cassation partielle Mme BATUT, président Pourvoi n o J 13-25.820 Arrêt n o F-P+B R É P U B L I Q U E F R A N Ç A I S E AU NOM DU PEUPLE

Plus en détail

n o 231.194 du 12 mai 2015

n o 231.194 du 12 mai 2015 CONSEIL D ÉTAT, SECTION DU CONTENTIEUX ADMINISTRATIF A R R Ê T n o 231.194 du 12 mai 2015 209.616/XV-2328 En cause : la commune de Schaerbeek, ayant élu domicile chez Mes J. BOURTEMBOURG et N. FORTEMPS,

Plus en détail

REPUBLIQUE FRANCAISE AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS

REPUBLIQUE FRANCAISE AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS Cour Administrative d Appel de Bordeaux N 07BX00650 Inédit au recueil Lebon M. LEDUCQ, président Mme Evelyne BALZAMO, rapporteur M. ZUPAN, commissaire du gouvernement SCP CHARREL ET ASSOCIÉS, avocat(s)

Plus en détail

REPUBLIQUE FRANCAISE AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS

REPUBLIQUE FRANCAISE AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS Conseil d État N 364551 ECLI:FR:CESSR:2013:364551.20130311 Mentionné dans les tables du recueil Lebon Mme Laurence Marion, rapporteur M. Bertrand Dacosta, rapporteur public FOUSSARD ; SCP BOULLOCHE, avocat(s)

Plus en détail

Or, la cour de cassation a rejeté cet argument en considérant que :

Or, la cour de cassation a rejeté cet argument en considérant que : LE DÉPÔT OBLIGATOIRE DES FONDS EN CARPA COMMENTAIRE SUR L ARRÊT DE LA CHAMBRE CRIMINELLE DE LA COUR DE CASSATION DU 23 MAI 2013 ET SUR L ARRÊT DE LA COUR D APPEL DE DOUAI DU 5 MAI 2012 L arrêt de la cour

Plus en détail

LE DÉPÔT OBLIGATOIRE DES FONDS EN CARPA

LE DÉPÔT OBLIGATOIRE DES FONDS EN CARPA LE DÉPÔT OBLIGATOIRE DES FONDS EN CARPA COMMENTAIRE SUR L ARRÊT DE LA CHAMBRE CRIMINELLE DE LA COUR DE CASSATION DU 23 MAI 2013 ET SUR L ARRÊT DE LA COUR D APPEL DE DOUAI DU 5 MARS 2012 L arrêt de la cour

Plus en détail

J U G E M E N T REPUBLIQUE FRANÇAISE AU NOM DU PEUPLE FRANÇAIS. VU le code général des collectivités territoriales ;

J U G E M E N T REPUBLIQUE FRANÇAISE AU NOM DU PEUPLE FRANÇAIS. VU le code général des collectivités territoriales ; CHAMBRE RÉGIONALE DES COMPTES DE PROVENCE-ALPES-CÔTE D'AZUR 2 ème section Jugement n 2012-0006 Commune de Saint Jean Cap Ferrat (Alpes-Maritimes) Exercices 2007 à 2009 Rapport n 2012-0022 Audience publique

Plus en détail

N 21 / 08. du 22.5.2008. Numéro 2500 du registre.

N 21 / 08. du 22.5.2008. Numéro 2500 du registre. N 21 / 08. du 22.5.2008. Numéro 2500 du registre. Audience publique de la Cour de cassation du Grand-Duché de Luxembourg du jeudi, vingt-deux mai deux mille huit. Composition: Marc SCHLUNGS, président

Plus en détail

Maître Christophe LENOIR loco Maître Roland FORESTINI - pour la requérante. Maître Nicolas BERCHEM loco Maître Dominique LEONARD - pour l Etat Belge

Maître Christophe LENOIR loco Maître Roland FORESTINI - pour la requérante. Maître Nicolas BERCHEM loco Maître Dominique LEONARD - pour l Etat Belge Tribunal de Ière Instance de Bruxelles Jugement du 5 novembre 2004 - Rôle n 2000/11722/A Exercice d'imposition 1994 Note : Ou de l imputation d un remboursement d impôts sur une dette d impôts contestée

Plus en détail

Cour de cassation de Belgique

Cour de cassation de Belgique 17 DECEMBRE 2007 S.07.0017.F/1 Cour de cassation de Belgique Arrêt N S.07.0017.F A. S., demandeur en cassation, admis au bénéfice de l assistance judiciaire par décision du bureau d assistance judiciaire

Plus en détail