Opérateur d analyseurs à fluorescence X portatifs. Livret de renseignements sur la certification et la préparation relatives aux évaluations

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Opérateur d analyseurs à fluorescence X portatifs. Livret de renseignements sur la certification et la préparation relatives aux évaluations"

Transcription

1 Livret de préparation à l examen de RNCan Version 3 - Révisé 17/12/2010 Opérateur d analyseurs à fluorescence X portatifs Livret de renseignements sur la certification et la préparation relatives aux évaluations Droit d auteur Ressources naturelles Canada (RNCan) Gouvernement du Canada Version 3 Décembre Ressources naturelles Canada (RNCan) - i -

2 Avant-propos Note aux candidats pour la certification de RNCan comme opérateur d analyseur FRX Auteurs : Auteur original Richard V. Murphy, Ph. D. Auteurs collaborateurs Harri Maharaj, Ph. D., Julie Lachapelle, Pui Kei Yuen * La version 3 (décembre et octobre 2010) de ce livret contient des mises à jour de la version 2 (septembre 2006) qui comportent les améliorations et les changements des processus administratifs du programme de certification. * La version 2 (septembre 2006) du livret de préparation à l examen de certification des opérateurs d analyseurs à fluorescence X produit par RNCan contient des changements importants par rapport à la version 1 (juin 2004), au plan des exigences de Santé Canada et de RNCan pour les activités et la certification en fluorescence X. La modification de certaines exigences s explique par le fait que : - l évolution de la conception des analyseurs à fluorescence X a amélioré la sécurité, qu il s agisse, par exemple, de l ajout de détecteurs de la proximité de l échantillon ou de l amélioration du blindage interne. - le registre de la radioexposition des personnes qui ont porté divers dispositifs de dosimétrie depuis juillet 2004 ne montre aucune exposition approchant la limite de la dose superficielle professionnelle annuelle fixée par la CIPR à 50 rem/500 msv. Sommaire des changements de Santé Canada et RNCan 1 exigence de mettre des barrières et des panneaux de mise en garde à 1,5 mètre ÉLIMINÉE 2 exigence de porter une bague dosimètre ÉLIMINÉE* 3 réduction de 12 heures à 7 heures de la durée de la formation en classe obligatoire 4 création d un niveau 2 pour l opérateur d analyseurs à fluorescence X l opérateur de ce niveau est capable de donner de la formation au personnel de la compagnie dans le domaine de la fluorescence X 5 période de certification en fluorescence X est passée d une période mobile de 3 ans à une période fixe de 3 ans *Santé Canada n'exige plus qu un opérateur de FRX porte une bague dosimètre, cependant les règles d opération sont différentes parmi les provinces et les territoires; donc les propriétaires et les opérateurs d analyseurs doivent contacter la juridiction provinciale ou territoriale appropriée afin de déterminer les règles spécifiques en ce qui concerne les bagues dosimètres. Le programme de certification des opérateurs d analyseurs à fluorescence X portatifs (analyseurs FRX) est le fruit des efforts conjoints de Ressources naturelles Canada et de Santé Canada, conformément aux exigences de la norme internationale ISO 20807:2004, Essais non destructifs Qualification du personnel pour des

3 applications limitées en essais non destructifs. Dans le contexte de la norme ISO 20807:2004, Ressources naturelles Canada est l organisme de certification. Le présent livret de préparation à l examen de RNCan est conçu pour aider les candidats à se préparer à l examen de certification de RNCan comme opérateur d analyseurs à fluorescence X portatifs. L opérateur doit posséder des connaissances fondamentales de la théorie de la fluorescence des rayons X et de ses utilisations, ainsi que des principes et des pratiques de la radioprotection appliquée aux analyseurs à fluorescence X. Ce livret contient des renseignements sur la théorie, l utilisation, l entretien et l entreposage des appareils portatifs qui contiennent un tube à rayons X. Outre les renseignements généraux sur la radioprotection, il présente des extraits choisis et résumés de trois documents du gouvernement canadien : la Loi sur les dispositifs émettant des radiations de 1985, le Règlement sur les dispositifs émettant des radiations (amendé en 1997), partie XIV, Appareils d analyse aux rayons X, le code de sécurité 34 de Santé Canada : Les appareils de radiologie industriels : radioprotection et sécurité de La production du présent livret qui résume toutes les informations disponibles a exigé beaucoup d attention, nous tenons néanmoins à avertir le lecteur qu il pourrait y trouver des erreurs ou des omissions. Ceci dit, Ressources naturelles Canada ne pourra être tenu responsable de l exactitude des informations présentées. Nous encourageons le lecteur à consulter les autres documents donnés en référence, ainsi que tous les lois, règlements et codes de sécurité applicables. Il y trouva le texte exact dans son intégralité et les références secondaires. Ce document est protégé par la loi sur le droit d auteur. Toute utilisation, reproduction ou distribution non-autorisées seraient illégales et, donc, entraîneraient les sanctions prévues par la loi. Pour préparer votre examen, assurez-vous d utiliser la version la plus récente du livret. Pour la préparation de ce livret, Ressources naturelles Canada a reçu un appui des fabricants d appareils à fluorescence X suivants : Innov-X Systems, Metorex Inc. et Niton LLC. RNCan désire remercier les personnes suivantes, dont les suggestions se sont traduites par la version 2 de ce livret : M. Barry DeLong (GE Industrial Inspection Technologies) et M. Brian Paradis (Acuren). Pour obtenir un certificat d utilisation, veuillez communiquer avec : Ressources naturelles Canada, certification d essais non destructifs, CANMET ndt.nrcan.gc.ca Téléphone :

4 Nous conseillons à l utilisateur de contacter l organisme fédéral, provincial ou territorial responsable de la radioprotection, pour prendre connaissance des règles d exploitation en vigueur.

5 Introduction La fluorescence des rayons X («ou fluorescence X») est une technique d essais non destructifs permettant de détecter et de mesurer la concentration d éléments dans les objets. On appelle fluorescence l absorption d un rayonnement incident et sa réémission sous la forme d un rayonnement de plus basse énergie. Un exemple de fluorescence est la lumière visible émise par les tee-shirts exposés à la lumière ultraviolette invisible d une discothèque. Certains minéraux «fluorescent» : ils émettent de la lumière visible lorsqu ils sont exposés à la lumière ultraviolette. À l échelle atomique, la fluorescence de lumière visible est causée par l absorption de rayons ultraviolets causant l éjection d électrons peu énergétiques sur des couches externes des atomes. Les «trous» laissés par les électrons éjectés sont remplis par d autres électrons qui descendent des couches encore plus éloignées du noyau. Cette chute s accompagne de la libération de quantités spécifiques d énergie que nous percevons comme de la lumière visible d une couleur donnée. Le même phénomène est en jeu pour la fluorescence X, toutefois l énergie du rayonnement incident est plus élevée. Plutôt que d exposer une substance au rayonnement ultraviolet et d observer une fluorescence dans la lumière visible, on expose une substance aux rayons X et on observe la fluorescence de rayons X de moindre énergie. À l échelle atomique, la fluorescence des rayons X est causée par l éjection d un électron de haute énergie d une des couches les plus intérieures des atomes par des rayons X incidents. Le trou laissé par les électrons éjectés sont remplis par d autres électrons qui cascadent des couches externes. Cette chute libère des quantités spécifiques d énergie, sous la forme d un rayonnement X caractéristique. Les rayons X émis par fluorescence possèdent des quantités discrètes d énergie, qui résultent des niveaux d énergie des couches électroniques d un élément. Or, ces niveaux d énergie sont caractéristiques de chaque élément. Ainsi, en analysant les énergies du spectre des rayons X qu une substance émet par fluorescence, on peut déterminer quels éléments composent une substance et quelle est leur concentration. L information contenue dans le spectre peut être suffisante pour identifier la substance. Pour utiliser de façon compétente les analyseurs à fluorescence X portatifs (appareils FRX), les candidats doivent comprendre comment un analyseur de FRX fonctionne, comment l actionner, les sources potentielles d'erreur de mesure et les applications générales de FRX. Pour utiliser de façon sans risque les analyseurs à fluorescence X portatifs (appareils FRX), les candidats doivent comprendre les dangers des rayons X, savoir les principes fondamentaux de la radioprotection et appliquer les pratiques en matière sûres de travail de XRF selon les exigences réglementaires canadiennes applicables.

6 Niveaux de FRX certification et examens Toutes les questions d examen sont basées sur le contenu de ce livret de préparation à l examen de certification des opérateurs d analyseurs à fluorescence X produit par RNCan et sur les références qui y sont fournies. Il y a deux niveaux de certification pour les opérateurs d analyseurs à fluorescence X: Niveau 1 Le niveau 1 est suffisant pour effectuer la plupart des opérations en fluorescence X. Un opérateur d analyseurs à fluorescence X de niveau 1 peut être l agent de radioprotection (RSO) dans le domaine de la fluorescence X pour le compte d une compagnie (la propriétaire de l équipement). Toutefois, l opérateur d analyseurs à fluorescence X de niveau 1 qui fait fonction de RSO dans le domaine de la fluorescence X pour le compte d une compagnie ne peut donner de la formation à des employés de la compagnie afin qu ils deviennent des opérateurs d analyseurs à fluorescence X; le représentant du fabricant (un employé du fabricant) doit donner cette formation. L examen pour le niveau 1 est divisé en deux parties. Pour réussir l examen, le candidat doit obtenir une note minimale de 70 % dans chacune des parties. Partie 1 : 30 questions à choix multiples portant sur les notions de base de la théorie et de l utilisation de la fluorescence X Le candidat a 60 minutes pour faire l examen. La note de passage est de 70 %. Partie 2 : 30 questions à choix multiples portant sur les principes et les pratiques de la radioprotection s appliquant à la fluorescence X Le candidat a 60 minutes pour faire l examen. La note de passage est de 70 %. Niveau 2 Les représentants du fabricant (y compris les fournisseurs canadiens) doivent posséder la certification de niveau 2 pour être aptes à former les personnes employées par une entreprise ayant acheté un appareil à fluorescence X. Ladite entreprise peut faire appel à un employé ou une employée possédant la certification de niveau 2 pour former ses employés quant à l utilisation de cet appareil à fluorescence X particulier. Au moment du renouvellement, les membres du personnel possédant la certification de niveau 2 doivent recevoir une formation actualisée du représentant, de la représentante du fabricant ou une personne au service de la même entreprise que celle où travaille le candidat sinon ils seront rétrogradés au niveau 1. Contrairement à l opérateur de niveau 1, l opérateur de niveau 2 doit réussir un examen supplémentaire sur la radioprotection. Par conséquent, l examen pour le niveau 2 comprenne en l examen pour le niveau 1 (partie 1 et partie 2) et en une partie 3. Partie 3 : Au sujet de la radioprotection liée à la fluorescence X et du Code de sécurité 34 : 30 questions à choix multiples portant surtout sur les responsabilités des diverses parties, notamment le fabricant de l équipement, le propriétaire de l équipement, l employeur, le gestionnaire, le personnel chargé de la sécurité, les travailleurs, le RSO, l opérateur d analyseurs à fluorescence X et Santé Canada. Le candidat a 60 minutes pour faire l examen. La note de passage est de 70 %.

7 Exigences pour la certification, le renouvellement et la recertification NOTE: L'annexe 2 contient tous les formulaires nécessaires en ce qui concerne la certification, renouvellement et recertification de XRF: - demande de certification - vérification de la photo - attestation de formation en FRX - rapport d examen de la vision - RNCan code de conduite Pour être admissible à la certification FRX initiale Le candidat doit remplir le formulaire de demande de certification en fluorescence X de RNCan. Le candidat doit soumettre le formulaire vérification de la photo de RNCan dûment rempli avec deux photos. Le candidat doit fournir une preuve documentaire qu il a reçu 7 heures de formation structurée et cette preuve doit être signée par le représentant du fabricant ou par une personne qui détient un certificat d opérateur d analyseurs à fluorescence X de niveau 2 et qui est un fournisseur canadien de l analyseur à fluorescence X ou qui est employée par la compagnie pour laquelle le candidat travaille. o Les formateurs et les signataires doivent obtenir l approbation de RNCan et figurer sur une liste active de membres du personnel tenue par RNCan Le candidat doit soumettre le formulaire d acuité visuelle satisfaisante de RNCan dûment rempli. Le candidat doit soumettre une copie du Code de conduite de RNCan dûment signée. Le candidat doit payer le traitement de sa demande, l examen et l utilisation du centre d essai. Après que chaque tentative d'examen, accordent svp trois semaines pour que l'agence à l'organisme de certification en END traite les résultats d'examen et pour donne sa notification au candiate. Le candidat doit réussir les examens prévus pour une première certification. Frais pour une première certification Payables à RNCan Centre d examen Frais de traitement de la demande 250 $ Examen sur la méthode - niveau $ 50 $ Examen sur la sécurité - niveau $ 50 $ Total niveau $ 100 $ Examen sur le code 34 niveau $ 50 $ Total niveau 2 $ $ La première certification en fluorescence X est valide pour trois (3) ans à partir de la date de la délivrance de la certification.

8 Renouvellement de la certification en fluorescence X Il est possible de demander un renouvellement peu avant la date d expiration de la première certification (p.e. ~ trois ans après la première certification). Le candidat doit remplir le formulaire de demande de renouvellement en fluorescence X de RNCan. Le candidat doit soumettre le formulaire vérification de la photo de RNCan dûment rempli avec deux photos. L opérateur de niveau 2 doit fournir une preuve documentaire qu il a reçu de la formation structurée et cette preuve doit être signée par le représentant du fabricant ou une personne au service de la même entreprise que celle où travaille le candidat. L opérateur de niveau 1 est exempté de toute formation supplémentaire à l étape du renouvellement de sa certification. Le candidat doit soumettre une copie du journal des vérifications des dispositifs de sécurité selon les directives précisées au paragraphe du Code de sécurité 34. ** Le candidat doit soumettre le formulaire d acuité visuelle satisfaisante de RNCan dûment rempli. Le candidat doit présenter une copie signée du Code de conduite de RNCan. Le candidat doit payer les frais de renouvellement. Frais de renouvellement: payables à RNCan Frais de traitement de la demande: 100 $ Total: 100 $ Il faut deux (2) semaines à l'organisme de certification en END pour traiter une demande. Si le candidat est en retard pour le renouvellement, jusqu'à six mois après la date de l'expiration de sa certification, il peut faire le renouvellement avec un paiement additionnel de $50. Si plus de six mois au delà de la date de l'expiration de sa certification, le candidat ne peut pas faire le renouvellement mais doit faire la recertification. Le renouvellement prolonge la période de la certification par trois (3) ans de date d'émission de dernière certification Recertification de l opérateur d analyseurs à fluorescence X À l approche de la date de renouvellement* (p. ex., environ six ans après la première certification), le candidat ou la candidate peut faire une demande de ré-certification. Le candidat ou la candidate doit remplir un formulaire de demande de récertification de RNCan. Le candidat ou la candidate doit fournir un formulaire de vérification de photo dûment rempli de même que deux photos. L opérateur ou l opératrice possédant la certification de niveau 1 doit fournir une attestation de formation en FRX signée par un opérateur ou une opératrice

9 d analyseurs FRX possédant la certification de niveau 2, lequel est un représentant, une représentante du fabricant ou est employé par la même entreprise que le candidat ou la candidate. o Les formateurs et les signataires doivent obtenir l approbation de RNCan et figurer sur une liste active de membres du personnel tenue par RNCan L opérateur ou l opératrice possédant la certification de niveau 2 doit fournir une attestation de formation en FRX signée par un représentant, une représentante du fabricant ou une personne au service de la même entreprise que celle où travaille le candidat possédant la certification de niveau 2. o Les formateurs et les signataires doivent obtenir l approbation de RNCan et figurer sur une liste active de membres du personnel tenue par RNCan Le candidat doit soumettre une copie du journal des vérifications des dispositifs de sécurité selon les directives précisées au paragraphe du Code de sécurité 34. ** Le candidat doit soumettre le formulaire d acuité visuelle satisfaisante de RNCan dûment rempli. Le candidat doit présenter une copie signée du Code de conduite de RNCan. Le candidat doit payer le traitement de sa demande, l examen et l utilisation du centre d essai. Le candidat doit réussir aux examens de la recertification. Après que chaque tentative d'examen, accordent svp trois semaines pour que l'agence à l'organisme de certification en END traite les résultats d'examen et pour donne sa notification au candiate. Frais pour recertification Payables à RNCan Centre d examen Frais de traitement de la demande 100 $ Examen sur la sécurité - niveau $ 50 $ Total niveau $ 50 $ Examen sur le code 34 niveau $ 50 $ Total niveau 2 $ $ La recertification est valide pour trois (3) ans à partir de la date de la recertification. Un seul renouvellement est permis. Après ce renouvellement, l opérateur doit obtenir une recertification. L information importante concernant le renouvellement et le recertification. *C est la responsabilité de l opérateur d analyseurs à fluorescence X (pas RNCan) de se rendre compte de la date de l'expiration de sa certification. Quand la date de l'expiration s'approche, c est la responsabilité de candidat de s'appliquer à NRCan pour le renouvellement ou la recertification. Note : NRCan n'informera pas l'opérateur qu'il est temps pour le renouvellement ou le recertification.

10 Terminaison de Certification ** Au cas où le candidat ne pourrait pas fournir une copie du journal des vérifications des dispositifs de sécurité selon le Code de sécurité 34 (l'article 9 de la section 2.3), la certification du candidate sera terminée de manière permanente parce que c'est une violation de l'article 2 du code de conduite de RNCan, une désobéissance d un code sous lequel il travaille. En outre, la certification FRX du RSO (FRX) de la compagnie sera terminée de manière permanente parce que, sous le Code de sécurité 34 (l'article 15 de la section 2.2.1), le RSO est responsable pour conduire des examens trimestriels du journal des vérifications signé et daté de l'opérateur de FRX. C'est une violation de l'article 2 du code de conduite de RNCan, une désobéissance d un code sous lequel il travaille. Toute personne ne détenant pas la certification FRX ou dont la certification FRX est échue ne peut faire l usage d un tube à rayons X selon les analyseurs FRX. Le non-respect de cette exigence pénalisera la personne et son employeur.

11 Programme de la formation des opérateurs d analyseurs FRX La formation officielle sera offerte par un opérateur ou une opératrice d analyseurs FRX possédant la certification de niveau 2, lequel est : a) un représentant ou une représentante du fabricant d analyseurs FRX (y compris les fournisseurs canadiens) apte à former toute personne quant à l utilisation des appareils à fluorescence X dudit fabricant; b) un employé ou une employée d une entreprise ayant acheté un appareil à fluorescence X apte à former les autres employés de ladite entreprise quant à l utilisation de cet appareil à fluorescence X particulier. Toute formation doit être authentifiée par écrit par l agent ou l agente de formation. Minimum de 2 heures démonstration et pratique de l utilisation de l analyseur pour la prise de mesures précises Minimum de 2 heures - démonstration et pratique du réglage, de la manipulation, du fonctionnement, de l entretien et de l entreposage sécuritaires de l analyseur. Minimum de 3 heures pour aperçu d ensemble du matériel qui est contenu dans le livret de FRX Note: Toutes les questions d examens sont basées sur le livret de FRX. Afin de réussir aux examens de FRX, tout candidat doit étudier par lui-même tout le contenu de ce livret en plus de suivre la formation de 3 heures donnant un aperçu de ce livret. Les heures de formation recommandées pour se familiariser avec le contenu de ce livret sont celles qui sont mentionnées. THÈME TEMPS DE FORMATION RECOMMANDÉ (heures) 1. Propriétés fondamentales de la matière 1,0 2. Types de rayonnement 1,5 3. Principe de la fluorescence X 0,5 4. Analyseurs de fluorescence X 1,5 5. Sources d erreur 1,0 6. Fonctionnement des analyseurs à fluorescence X 1,0 7. Applications de la fluorescence X 1,0 8. Interaction du rayonnement avec la matière 0,5 9. Effets biologiques du rayonnement 1,5 10. Détection du rayonnement 0,5 11. Pratiques sécuritaires du travail en fluorescence X 0,5 12. Exigences réglementaires applicables 1,5 Total (heures) 12,0 Note : Certaines parties de ce livret portent la mention Référence. L examen de qualification ne contiendra aucune question portant sur les informations de référence. Nous fournissons ces informations afin d aider le candidat ou l opérateur à mieux comprendre certaines notions.

12 Table des matières Avant-propos... ii Introduction... v Niveaux de FRX certification et examens... vi Niveau 1... vi Niveau 2... vi Exigences pour la certification, le renouvellement et la recertification... vii Première certification en fluorescence X...Error! Bookmark not defined. Renouvellement de la certification en fluorescence X...viii Recertification de l opérateur d analyseurs à fluorescence X...viii L information importante concernant le renouvellement et le recertification... ix Programme de la formation des opérateurs d analyseurs FRX... xi Table des matières... Error! Bookmark not defined. 1. Propriétés fondamentales de la matière Atomes, éléments, molécules et composés Particules atomiques : propriétés des protons, électrons et neutrons Structure atomique Le numéro atomique et le nombre de masse Types de rayonnement Spectre électromagnétique Le rayonnement pénétrant : les rayons X et gamma Sources de rayons gamma (référence) Production de rayons gamma (référence)... 8 Référence Sources de rayons X Rayons X du bremsstrahlung Raies d émission caractéristiques Principes de la fluorescence X Énergies caractéristiques des rayons X émis par les éléments Analyseurs par fluorescence X (analyseurs FRX) Constituants principaux Appareil à fluorescence X Détection des rayons X Analyseur multi-canaux Difficultés : le spectre d énergie Ordinateur Élimination de l interférence spectrale provenant du fond et des chevauchements Calcul des concentrations Étalonnage Sources d erreur Erreurs systématiques et aléatoires Erreurs systématiques (biais) Erreurs aléatoires (imprécision) Exactitude, précision et biais Biais Précision... 24

13 Exactitude L écart-type (ET ou ) Référence Fonctionnement de l analyseur à fluorescence X Avantages des analyseurs à fluorescence X portatifs Limites des analyseurs à fluorescence X portatifs Éléments habituels des analyseurs Bibliothèques (pour l analyse des alliages) Paramètres instrumentaux et étalonnage Affichages Prises externes Modes d essai Paramètres fondamentaux Normalisation Compton Comparaison de spectres Étalonnage empirique Utilisation de l analyseur à fluorescence X - Généralités Applications de la fluorescence X Identification et analyse chimique des alliages Considérations sur les échantillons d alliages Alliages Réduction des erreurs Analyse des sols Échantillons de sol - Considérations Sols Réduction des erreurs Analyse des minerais Prospection et exploration Utilisations en extraction minière Considérations relatives aux échantillons de minerais Minerai Réduction des erreurs Comment obtenir des données de qualité Systèmes de mesure basés sur la performance Plan d analyse de l échantillonnage Objectifs de qualité des données - Processus Interaction du rayonnement avec la matière Ionisation Interaction du rayonnement avec la matière Unités d exposition au rayonnement : le coulomb/kg et le rœntgen Atténuation du rayonnement électromagnétique Effets biologiques du rayonnement Unités de la dose absorbée : le gray et le rad (toute substance) Unités de dose équivalente : le sievert et le rem (effets biologiques) Norme de 1990 de la CIPR relative aux limites de dose Rayonnement naturel Radiosensibilité des organes radiolésions et rétablissement Symptômes du mal des rayons Irradiation aiguë et dommages corporels Contrôle de l exposition du personnel au rayonnement Le concept d ALARA (As Low As Reasonably Achievable) Détection du rayonnement... 51

14 10.1 Les instruments de détection et de mesure du rayonnement Chambres d ionisation Tubes de Geiger-Mueller Dosimètres de poche Dosifilms [Rarement utilisés de nos jours] Contrôle des rayonnements reçus par le personnel Contrôle du rayonnement reçu par tout le corps Contrôle du rayonnement reçu par les extrémités (bague dosimètre) Les dosimètres personnels : modèle de poche et électronique Radiamètres Rapport d observation avec le radiamètre Pratiques sécuritaires du travail en FRX Caractéristiques de l analyseur FRX Étiquettes FRX Détermination des zones à accès restreint affichage et surveillance dans ces zones Temps, distance et blindage permettant de réduire l exposition au rayonnement Contrôle des analyseurs FRX lorsqu ils ne sont pas utilisés Exigences réglementaires canadiennes applicables LDER : Loi sur les dispositifs émettant des radiations de Partie XIV de l annexe II du RDER et portant sur la conception de l équipement Code de sécurité 34 : Les appareils de radiologie industriels radioprotection et sécurité Sommaire de responsabilités de sécurité de FRX Annexe 1 : Énergies (kev) des lignes K et L (Référence) Annexe 2 : Formulaires de FRX... 79

15 1. Propriétés fondamentales de la matière 1.1 Atomes, éléments, molécules et composés Notre monde physique est composé de matériaux fondamentaux appelés éléments. Élément : Désigne une substance chimique fondamentale qu on ne peut diviser en substance plus simple par les moyens chimiques. (P. ex. l hydrogène, l oxygène, le sodium, le chlore, etc.) L unité fondamentale de chaque élément est l atome. Bien qu il soit minuscule, tout atome possède l ensemble des propriétés chimiques propres à un élément. Atome : La plus petite portion de matière possédant toutes les propriétés chimiques d un élément. Il est formé d un noyau central, composé de protons chargés positivement et de neutrons électriquement «neutres» et, autour de ce noyau, d électrons en orbite portant une charge négative. Toutes les substances sont formées d une combinaison d atomes. Les atomes du même élément peuvent se combiner pour former des molécules du même élément. Ils peuvent aussi s allier à différents éléments pour former des molécules d une nouvelle substance. Molécule : La plus petite particule d une substance qui possède les propriétés physiques et chimiques qui lui sont propres. Une molécule est formée d un ou plusieurs atomes, d un ou plusieurs éléments. Exemple : Les atomes d hydrogène (H) ne se présentent pas un atome à la fois, mais se combinent avec un deuxième atome d hydrogène pour former une molécule de gaz hydrogène : H 2. Exemple : La plus petite particule d eau (H 2 O) qui peut exister est une molécule composée de deux atomes d hydrogène et d un atome d oxygène. Composé : Une substance pure, formée de deux ou plusieurs éléments qui sont liés chimiquement dans une proportion fixe et définie en masse. Exemple : L eau (H 2 O) est un composé formé par la liaison chimique de deux atomes de l élément hydrogène (H) et d un atome de l élément oxygène (O). Ainsi, 2H + O font H 2 O. - Page 1 -

16 1.2 Particules atomiques : propriétés des protons, électrons et neutrons Les composants de l atome De même que les corps sont formés d atomes, les atomes sont composés de trois particules fondamentales appelées protons, neutrons et électrons. Ces particules déterminent les propriétés, la charge électrique et la stabilité d un atome. Les protons : Ils se trouvent dans le noyau (le coeur) d un atome. Ils portent une charge électrique positive. Leur nombre dans le noyau détermine l identité de l élément. Les neutrons : Ils se trouvent dans le noyau de tout atome, excepté l hydrogène (H). Ils ne portent pas de charge électrique. Leur masse est légèrement supérieure à celle d un proton. Les électrons : De même que les planètes tournent autour du soleil, les électrons tournent autour du noyau dans des orbitales précisément espacées que l on appelle couche. Ils portent une charge électrique négative. Ils déterminent les propriétés chimiques d un atome. Leur masse est minuscule, seulement 1/1840 fois celle d un proton. 1.3 Structure atomique On peut diviser la structure d un atome en deux parties principales : le noyau et les couches électroniques qui l entourent. Le noyau : Il est au centre de l atome. Il est composé de protons et de neutrons. Il émet un champ électrique positif. Il porte presque toute la masse de l atome. Les protons et les neutrons d un noyau sont très fortement liés par les forces nucléaires. - Page 2 -

17 K L M N O Les couches électroniques : Elles encerclent le noyau d un atome à des distances fixes équivalent à des niveaux d énergie discrets et distincts; les électrons des couches les plus internes ont plus d énergie. Elles portent un nombre précis d électrons. Elles produisent un champ électrique négatif. Elles régissent les réactions chimiques. Les électrons (-) sont maintenus dans leur orbitale grâce à leur attraction électromagnétique pour les protons (+) du noyau. De même que les planètes orbitent autour du soleil, les électrons tournent autour du noyau dans des orbitales rigoureusement espacées, appelées couches. La distance entre les couches est typique de chaque élément. L énergie d un électron varie en fonction inverse de sa distance du noyau. Les électrons dans la couche la plus interne (K) sont ceux les plus fortement liés au noyau. Ils ont, ainsi, plus d énergie que les électrons des couches externes (L, M, N, O et P). Chaque couche électronique peut porter un nombre maximal d électrons : Référence : K = 2 L = 8; M = 8 ou 18; N = 8, 18 ou 32; O = 8 ou 18; P = 8. Chaque élément a sa propre configuration d électrons, couches d énergie différente. L unité d énergie utilisée à l échelle atomique est l électronvolt (ev). 1 ev = l énergie acquise par un électron traversant un potentiel de 1 volt. L électronvolt est une petite unité d énergie, c est pourquoi on utilise souvent des unités plus grosses : 1 kev = un millier d électronvolts 1 MeV = un million d électronvolts 1.4 Le numéro atomique et le nombre de masse Chaque atome d un élément possède le même nombre de protons dans son noyau. On utilise ce nombre, le numéro atomique pour désigner précisément chaque élément. Numéro atomique (Z) : Nombre de protons dans le noyau d un atome. Nombre de masse (A) : Somme du nombre de protons et de neutrons d un noyau. Masse atomique : Moyenne pondérée des nombres de masse des isotopes d un même élément. Isotopes : Se dit des atomes d un élément ayant le même numéro atomique (donc les mêmes propriétés chimiques), mais dont le nombre de masse diffère (compte différent de neutrons dans le noyau). - Page 3 -

18 2. Types de rayonnement Le rayonnement est composé d ondes invisibles ou de particules énergétiques qui peuvent affecter la santé humaine s ils sont reçus en trop grande quantité. Il existe deux types distincts de rayonnement : les rayonnements non-ionisants et ionisants. Ionisation : division d une molécule en ces atomes constituants électriquement chargés (ions), enlèvement d électrons d un atome neutre. Les ions portent une charge positive (due à un manque d électrons) ou négative (due à un surplus d électrons).chimiquement, les ions sont très réactifs et essaient de redevenir neutres en se combinant avec des ions qui portent une charge opposée. Une réaction chimique se produit lorsque des ions de deux éléments se combinent pour former un nouveau composé. Rayonnement non-ionisant : Le rayonnement non-ionisant ne porte pas suffisamment d énergie pour ioniser un atome (p. ex. entre ~4 et 25 ev sont nécessaires pour éjecter les électrons d un atome neutre). Les ondes radio, les micro-ondes, la lumière sont des formes de rayonnement non-ionisant. Bien que ces rayonnements peuvent causer des dommages biologiques, comme les brûlures, ils sont moins dangereux que le rayonnement ionisant. Rayonnement ionisant : Le rayonnement ionisant porte assez d énergie pour ioniser un atome (>4 ev). Le rayonnement ionisant constitue un souci pour la santé puisqu il peut modifier la structure chimique des cellules vivantes. Or, ces changements chimiques peuvent nuire au fonctionnement normal des cellules. Une exposition suffisante au rayonnement ionisant peut provoquer la perte des cheveux, des changements dans le sang, différentes maladies, voire la mort. Rayon gamma Il existe quatre types de rayonnement ionisant : les particules alpha, les particules bêta, les neutrons, les rayons gamma ou rayons X (analyseurs FRX) Le pouvoir de pénétration des quatre types de rayonnement diffère énormément. Particule alpha Particule bêta Neutron Rayon X - Page 4 -

19 Particule alpha Particule bêta Rayon gamma Papier Corps humain Métal Béton Les particules alpha : (référence) Formées de deux protons et de deux neutrons, elles sont massives. Elles portent deux charges positives et sont émises par les noyaux. Elles ionisent la matière en arrachant des électrons (-) aux atomes. Portée : Blindage : Danger : Les particules alpha peuvent traverser entre un ou deux pouces d air. Elles sont arrêtées par une feuille de papier ou la couche superficielle de la peau (la peau morte). Elles ne constituent pas un danger de rayonnement externe, elles sont très dangereuses si on ingère une source. Les particules bêta : Elles sont identiques aux électrons : leur masse est minuscule et elles portent une charge négative (-). Elles sont émises par les noyaux atomiques. Elles ionisent les atomes en éjectant des électrons (-) de leur orbite. Portée : Blindage : Danger : Les particules bêta peuvent traverser environ dix pieds d air. Elles sont arrêtées par un blindage de quelques millimètres de plastique, de verre ou une feuille métallique. À courte distance de leur source, elles posent un danger externe pour la peau et les yeux. Si une source est ingérée ou inhalée, le rayonnement bêta peut poser un danger aux tissus internes du corps. Les neutrons : (référence) Ils sont produits par la désintégration naturelle de certains éléments radioactifs, ainsi que dans les réacteurs nucléaires ou les accélérateurs de particules. Ils peuvent diviser les atomes par fission ce qui produit deux atomes instables, ou plus, qui se désintègreront en produisant un rayonnement ionisant composé de particules alpha et bêta et de rayons gamma. - Page 5 -

20 Certains atomes peuvent absorber les neutrons (fusion) ce qui provoque la création d un atome possiblement radioactif en fonction de l élément de départ. Portée : Blindage : Danger : Les neutrons peuvent traverser plusieurs centaines de pieds d air. Une barrière très épaisse de matériel de blindage est nécessaire pour arrêter ces particules très pénétrantes. Les meilleurs matériaux de blindage sont ceux riches en oxygène (l eau, le béton ou le plastique). Ils constituent principalement un danger externe, étant donné leur portée et leur pouvoir de pénétration. 2.1 Spectre électromagnétique On désigne sous le terme de spectre électromagnétique l ensemble de toutes les fréquences, et donc de toutes les énergies, de toutes les ondes électromagnétiques, du 60 Hz circulant dans les fils électriques jusqu aux rayons cosmiques les plus énergétiques. Fréquence (Hz) Lumière visible Énergie électrique Ondes AM Ondes FM Micro-ondes Infrarouge Ultraviolet Rayons X Rayons gamma Rayons cosmiques Énergie (kev) On se rappellera que quatre électronvolts d énergie sont nécessaires pour l ionisation. En voyageant de gauche à droite du graphique, on atteint cette quantité d énergie dans l ultraviolet. Les rayons X et gamma sont donc ionisants. 2.2 Le rayonnement pénétrant : les rayons X et gamma Les rayons X et gamma sont des ondes électromagnétiques, ou photons, de haute énergie; ils n ont ni masse ni charge électrique. - Page 6 -

Production des rayons X en imagerie par projection et en scanographie

Production des rayons X en imagerie par projection et en scanographie Production des rayons X en imagerie par projection et en scanographie D. Régent, D. Mandry, V. Croise-Laurent, A. Oliver, F. Jausset, V. Lombard RÉSUMÉ Le tube radiogène reste le facteur limitant dans

Plus en détail

Chapitre 11: Réactions nucléaires, radioactivité et fission

Chapitre 11: Réactions nucléaires, radioactivité et fission 1re B et C 11 Réactions nucléaires, radioactivité et fission 129 Chapitre 11: Réactions nucléaires, radioactivité et fission 1. Définitions a) Nucléides (= noyaux atomiques) Les nucléides renferment les

Plus en détail

Chapitre 10 : Radioactivité et réactions nucléaires (chapitre 11 du livre)

Chapitre 10 : Radioactivité et réactions nucléaires (chapitre 11 du livre) Chapitre 10 : Radioactivité et réactions nucléaires (chapitre 11 du livre) 1. A la découverte de la radioactivité. Un noyau père radioactif est un noyau INSTABLE. Il se transforme en un noyau fils STABLE

Plus en détail

Chapitre 02. La lumière des étoiles. Exercices :

Chapitre 02. La lumière des étoiles. Exercices : Chapitre 02 La lumière des étoiles. I- Lumière monochromatique et lumière polychromatique. )- Expérience de Newton (642 727). 2)- Expérience avec la lumière émise par un Laser. 3)- Radiation et longueur

Plus en détail

Les sources de lumière.

Les sources de lumière. Les sources de lumière. 1. La lumière. La lumière fait partie des ondes électromagnétiques qui vont des rayons cosmiques aux ondes radar. Ces ondes se différencient par leur longueur d onde et par l énergie

Plus en détail

Sensibilisation à la Radioprotection

Sensibilisation à la Radioprotection Sensibilisation à la Radioprotection Version du 11/2011 Xavier Fléchard/Jean-Louis Gabriel Service de Radioprotection LPC CAEN Sensibilisation à la Radioprotection 11/2011 LPC 1 Pourquoi cette sensibilisation

Plus en détail

5/ Fonctionnement du laser

5/ Fonctionnement du laser 5/ Fonctionnement du laser La longueur d onde du laser est de 532 nanomètres (532x10-9 m) soit dans le vert. Le choix de cette longueur d onde n est pas fait au hasard car la matière va interagir avec

Plus en détail

Chapitre II : Propriétés thermiques de la matière

Chapitre II : Propriétés thermiques de la matière II.1. La dilatation thermique Chapitre II : Propriétés thermiques de la matière Lorsqu on chauffe une substance, on provoque l augmentation de l énergie cinétique des atomes et des molécules, ce qui accroît

Plus en détail

La physique nucléaire et ses applications

La physique nucléaire et ses applications La physique nucléaire et ses applications I. Rappels et compléments sur les noyaux. Sa constitution La représentation symbolique d'un noyau est, dans laquelle : o X est le symbole du noyau et par extension

Plus en détail

PARTIE B : TRANSFORMATIONS NUCLEAIRES

PARTIE B : TRANSFORMATIONS NUCLEAIRES PARTIE B : TRANSFORMATIONS NUCLEAIRES (1) Chapitre 4 : Radioactivité, décroissance radioactive Pré requis : La structure de l atome et de son noyau vue en nde et en 1 ère S (composition, ordre de grandeur

Plus en détail

Parcours de visite, lycée Exposition: LA RADIOACTIVITÉ De Homer à oppenheimer

Parcours de visite, lycée Exposition: LA RADIOACTIVITÉ De Homer à oppenheimer Complétez le schéma de gestion des déchets nucléaires en vous aidant du panneau, les surfaces des cercles sont proportionnelles à leur importance Parcours de visite, lycée Exposition: LA RADIOACTIVITÉ

Plus en détail

Chapitre 6. Réactions nucléaires. 6.1 Généralités. 6.1.1 Définitions. 6.1.2 Lois de conservation

Chapitre 6. Réactions nucléaires. 6.1 Généralités. 6.1.1 Définitions. 6.1.2 Lois de conservation Chapitre 6 Réactions nucléaires 6.1 Généralités 6.1.1 Définitions Un atome est constitué d électrons et d un noyau, lui-même constitué de nucléons (protons et neutrons). Le nombre de masse, noté, est le

Plus en détail

Scanner X. Intervenant : E. Baudrier baudrier@unistra.fr

Scanner X. Intervenant : E. Baudrier baudrier@unistra.fr Scanner X Intervenant : E. Baudrier baudrier@unistra.fr Les rayons X Production des rayons X Interaction avec la matière Détection des rayons X Les scanners X Reconstruction de l image L image Ondes électromagnétiques

Plus en détail

Les rayons X. Olivier Ernst

Les rayons X. Olivier Ernst Les rayons X Olivier Ernst Lille La physique pour les nuls 1 Une onde est caractérisée par : Sa fréquence F en Hertz (Hz) : nombre de cycle par seconde Sa longueur λ : distance entre 2 maximum Sa vitesse

Plus en détail

Chapitre 5 : Noyaux, masse et énergie

Chapitre 5 : Noyaux, masse et énergie Chapitre 5 : Noyaux, masse et énergie Connaissances et savoir-faire exigibles : () () (3) () (5) (6) (7) (8) Définir et calculer un défaut de masse et une énergie de liaison. Définir et calculer l énergie

Plus en détail

1. Introduction. Quelle est la structure de la matière? L idée est vieille:

1. Introduction. Quelle est la structure de la matière? L idée est vieille: 1. Introduction échelle macroscopique échelle moléculaire La chimie est la science des propriétés et des transformations de la matière. Quelle est la structure de la matière? L idée est vieille: Demokrit

Plus en détail

Ouverture au monde quantique

Ouverture au monde quantique Ouverture au monde quantique I Les forces newtoniennes Les forces d interaction gravitationnelle et électrostatique ont une propriété commune : leur 1 valeur est proportionnelle à, où r représente la distance

Plus en détail

EXERCICES SUPPLÉMENTAIRES

EXERCICES SUPPLÉMENTAIRES Questionnaire EXERCICES SUPPLÉMENTAIRES SCP 4010-2 LE NUCLÉAIRE, DE L'ÉNERGIE DANS LA MATIÈRE /263 FORME C Version corrigée: Équipe sciences LeMoyne d'iberville, septembre 2006. QUESTION 1 (5 pts) 1. La

Plus en détail

Jauges nucléaires et sécurité au travail

Jauges nucléaires et sécurité au travail Jauges nucléaires et sécurité au travail Jauges nucléaires et sécurité au travail Jauges nucléaires et sécurité au travail INFO-9999-4 (F) Révision 2 Publié par la Commission canadienne de sûreté nucléaire

Plus en détail

Interactions des rayonnements avec la matière

Interactions des rayonnements avec la matière UE3-1 : Biophysique Chapitre 2 : Interactions des rayonnements avec la matière Professeur Jean-Philippe VUILLEZ Année universitaire 2011/2012 Université Joseph Fourier de Grenoble - Tous droits réservés.

Plus en détail

Chapitre n 6 MASSE ET ÉNERGIE DES NOYAUX

Chapitre n 6 MASSE ET ÉNERGIE DES NOYAUX Chapitre n 6 MASSE ET ÉNERGIE DES NOYAUX T ale S Introduction : Une réaction nucléaire est Une réaction nucléaire provoquée est L'unité de masse atomique est une unité permettant de manipuler aisément

Plus en détail

Complément : les gaz à effet de serre (GES)

Complément : les gaz à effet de serre (GES) Complément : les gaz à effet de serre (GES) n appel «gaz à effet de serre» un gaz dont les molécules absorbent une partie du spectre du rayonnement solaire réfléchi (dans le domaine des infrarouges) Pour

Plus en détail

cpgedupuydelome.fr -PC Lorient

cpgedupuydelome.fr -PC Lorient Première partie Modèle scalaire des ondes lumineuses On se place dans le cadre de l optique géométrique 1 Modèle de propagation 1.1 Aspect ondulatoire Notion d onde électromagnétique On considère une onde

Plus en détail

CONTRÔLE DES INSTRUMENTS DE MESURE MENTIONNÉS À L'ARTICLE R. 1333-7 DU CODE DE LA SANTÉ PUBLIQUE ET À L'ARTICLE R. 231-84 DU CODE DU TRAVAIL

CONTRÔLE DES INSTRUMENTS DE MESURE MENTIONNÉS À L'ARTICLE R. 1333-7 DU CODE DE LA SANTÉ PUBLIQUE ET À L'ARTICLE R. 231-84 DU CODE DU TRAVAIL Article ANNEXE 2 En savoir plus sur cet article... CONTRÔLE DES INSTRUMENTS DE MESURE MENTIONNÉS À L'ARTICLE R. 1333-7 DU CODE DE LA SANTÉ PUBLIQUE ET À L'ARTICLE R. 231-84 DU CODE DU TRAVAIL 1 Cadre du

Plus en détail

Équivalence masse-énergie

Équivalence masse-énergie CHPITRE 5 NOYUX, MSSE ET ÉNERGIE Équivalence masse-énergie. Équivalence masse-énergie Einstein a montré que la masse constitue une forme d énergie appelée énergie de masse. La relation entre la masse (en

Plus en détail

C - LES REACTIONS NUCLEAIRES

C - LES REACTIONS NUCLEAIRES C - LES RECTIONS NUCLEIRES Toute réaction nucléaire met en jeu la transformation spontanée ou provoquée de noyaux atomiques. C - I EQUIVLENCE MSSE ENERGIE I - 1 MISE EN EVIDENCE Les ondes électromagnétiques

Plus en détail

Atelier : L énergie nucléaire en Astrophysique Correction. Elisabeth Vangioni. Institut d Astrophysique de Paris Fleurance, 8 Août 2005

Atelier : L énergie nucléaire en Astrophysique Correction. Elisabeth Vangioni. Institut d Astrophysique de Paris Fleurance, 8 Août 2005 Atelier : L énergie nucléaire en Astrophysique Correction Elisabeth Vangioni Institut d Astrophysique de Paris Fleurance, 8 Août 2005 I. La source d énergie du Soleil : calcul de son temps de vie. Question

Plus en détail

obs.5 Sources de lumières colorées exercices

obs.5 Sources de lumières colorées exercices obs.5 Sources de lumières colorées exercices Savoir son cours Mots manquants Chaque radiation lumineuse peut être caractérisée par une grandeur appelée longueur d onde dans le vide. Les infrarouges ont

Plus en détail

Dates partiel MASC : Mardi 29/04, 8h-9h30 Documents autorisés : 3 feuilles A4 recto-verso Programme limité au premier fascicule

Dates partiel MASC : Mardi 29/04, 8h-9h30 Documents autorisés : 3 feuilles A4 recto-verso Programme limité au premier fascicule Dates partiel MASC : Mardi 29/04, 8h-9h30 Documents autorisés : 3 feuilles A4 recto-verso Programme limité au premier fascicule Déplacement d un TD : ven 18/04, 14h-15h30 (groupe II) Créneau de remplacement

Plus en détail

Chapitre 12 Physique quantique

Chapitre 12 Physique quantique DERNIÈRE IMPRESSION LE 29 août 2013 à 13:52 Chapitre 12 Physique quantique Table des matières 1 Les niveaux d énergie 2 1.1 Une énergie quantifiée.......................... 2 1.2 Énergie de rayonnement

Plus en détail

Transformations nucléaires

Transformations nucléaires I Introduction Activité p286 du livre Transformations nucléaires II Les transformations nucléaires II.a Définition La désintégration radioactive d un noyau est une transformation nucléaire particulière

Plus en détail

4. Microscopie électronique à balayage

4. Microscopie électronique à balayage 4. Microscopie électronique à balayage 4.1. Principe de formation des images en MEB 4.2. Mise en œuvre 4.3. Les différents modes d imagerie 4.4. Les différents types de contraste 4.5. Performances 4.5.1.

Plus en détail

Le but de la radioprotection est d empêcher ou de réduire les LES PRINCIPES DE LA RADIOPROTECTION

Le but de la radioprotection est d empêcher ou de réduire les LES PRINCIPES DE LA RADIOPROTECTION LES PRINCIPES DE LA RADIOPROTECTION TOUT PUBLIC 1. Source de rayonnements ionisants 2. Les différents rayonnements ionisants et leur capacité à traverser le corps humain 3. Ecran de protection absorbant

Plus en détail

Professeur Eva PEBAY-PEYROULA

Professeur Eva PEBAY-PEYROULA 3-1 : Physique Chapitre 8 : Le noyau et les réactions nucléaires Professeur Eva PEBAY-PEYROULA Année universitaire 2010/2011 Université Joseph Fourier de Grenoble - Tous droits réservés. Finalité du chapitre

Plus en détail

Comprendre l Univers grâce aux messages de la lumière

Comprendre l Univers grâce aux messages de la lumière Seconde / P4 Comprendre l Univers grâce aux messages de la lumière 1/ EXPLORATION DE L UNIVERS Dans notre environnement quotidien, les dimensions, les distances sont à l échelle humaine : quelques mètres,

Plus en détail

DM 10 : La fusion nucléaire, l énergie de l avenir? CORRECTION

DM 10 : La fusion nucléaire, l énergie de l avenir? CORRECTION Physique Chapitre 4 Masse, énergie, et transformations nucléaires DM 10 : La fusion nucléaire, l énergie de l avenir? CORRECTION Date :. Le 28 juin 2005, le site de Cadarache (dans les bouches du Rhône)

Plus en détail

Formation à la radioprotection du niveau «personnes exposées» au niveau PCR. Modèle de questionnaire d évaluation. Marc AMMERICH

Formation à la radioprotection du niveau «personnes exposées» au niveau PCR. Modèle de questionnaire d évaluation. Marc AMMERICH Formation à la radioprotection du niveau «personnes exposées» au niveau PCR Modèle de questionnaire d évaluation Marc AMMERICH Vous allez trouver un certain nombre de questions qui vont vous permettre

Plus en détail

Table des matières. Avant-propos... ix Chapitre 1 Hydrostatique... 1. Chapitre 2 Résistance des matériaux... 31. Chapitre 3 Hydrodynamique... 43.

Table des matières. Avant-propos... ix Chapitre 1 Hydrostatique... 1. Chapitre 2 Résistance des matériaux... 31. Chapitre 3 Hydrodynamique... 43. Avant-propos....................................................................................................... ix Chapitre 1 Hydrostatique.........................................................................

Plus en détail

Chapitre 4 Soudage à l arc sous gaz avec électrode de tungstène

Chapitre 4 Soudage à l arc sous gaz avec électrode de tungstène Chapitre 4 Soudage à l arc sous gaz avec électrode de tungstène Objectifs pédagogiques Après l étude de ce chapitre, vous pourrez : Différencier les effets des polarités CCDP, CCPI et c.a. sur le nettoyage

Plus en détail

POLY-PREPAS Centre de Préparation aux Concours Paramédicaux. - Section Orthoptiste / stage i-prépa intensif -

POLY-PREPAS Centre de Préparation aux Concours Paramédicaux. - Section Orthoptiste / stage i-prépa intensif - POLY-PREPAS Centre de Préparation aux Concours Paramédicaux - Section Orthoptiste / stage i-prépa intensif - 1 Suite énoncé des exos du Chapitre 14 : Noyaux-masse-énergie I. Fission nucléaire induite (provoquée)

Plus en détail

A retenir : A Z m n. m noyau MASSE ET ÉNERGIE RÉACTIONS NUCLÉAIRES I) EQUIVALENCE MASSE-ÉNERGIE

A retenir : A Z m n. m noyau MASSE ET ÉNERGIE RÉACTIONS NUCLÉAIRES I) EQUIVALENCE MASSE-ÉNERGIE CP7 MASSE ET ÉNERGIE RÉACTIONS NUCLÉAIRES I) EQUIVALENCE MASSE-ÉNERGIE 1 ) Relation d'équivalence entre la masse et l'énergie -énergie de liaison 2 ) Une unité d énergie mieux adaptée 3 ) application 4

Plus en détail

Atelier : L énergie nucléaire en Astrophysique

Atelier : L énergie nucléaire en Astrophysique Atelier : L énergie nucléaire en Astrophysique Elisabeth Vangioni Institut d Astrophysique de Paris Fleurance, 8 Août 2005 Une calculatrice, une règle et du papier quadrillé sont nécessaires au bon fonctionnement

Plus en détail

Année 2012-2013. DU Explorer et Comprendre l Univers Observatoire de Paris. Cours : Ondes et instruments chantal.balkowski@obspm.

Année 2012-2013. DU Explorer et Comprendre l Univers Observatoire de Paris. Cours : Ondes et instruments chantal.balkowski@obspm. février 2013 Année 2012-2013 DU Explorer et Comprendre l Univers Observatoire de Paris Cours : Ondes et instruments chantal.balkowski@obspm.fr Test de connaissances 1. Quelle est la caractéristique des

Plus en détail

Application à l astrophysique ACTIVITE

Application à l astrophysique ACTIVITE Application à l astrophysique Seconde ACTIVITE I ) But : Le but de l activité est de donner quelques exemples d'utilisations pratiques de l analyse spectrale permettant de connaître un peu mieux les étoiles.

Plus en détail

8/10/10. Les réactions nucléaires

8/10/10. Les réactions nucléaires Les réactions nucléaires En 1900, à Montréal, Rutherford observa un effet curieux, lors de mesures de l'intensité du rayonnement d'une source de thorium [...]. L'intensité n'était pas la même selon que

Plus en détail

Chapitre I PHENOMENE DE FLUORESCENCE ORIGINE ET PROCESSUS. * hυ hυ

Chapitre I PHENOMENE DE FLUORESCENCE ORIGINE ET PROCESSUS. * hυ hυ Rayons Rayons X Ultra-violets Infra-rouges Micro-ondes Ondes radio 1 Chapitre I PHENOMENE DE FLUORESCENCE ORIGINE ET PROCESSUS Définitions * hυ hυ La fluorescence ou luminescence est l émission d énergie

Plus en détail

- I - Fonctionnement d'un détecteur γ de scintillation

- I - Fonctionnement d'un détecteur γ de scintillation U t i l i s a t i o n d u n s c i n t i l l a t e u r N a I M e s u r e d e c o e ffi c i e n t s d a t t é n u a t i o n Objectifs : Le but de ce TP est d étudier les performances d un scintillateur pour

Plus en détail

GUIDE DE RADIOPROTECTION

GUIDE DE RADIOPROTECTION GUIDE DE RADIOPROTECTION Adopté par le conseil d administration le 9 juin 2014 par sa résolution 2014-CA599-07.05-R6451 TABLE DES MATIÈRES PRÉAMBULE... 6 ORGANIGRAMME DE LA RADIOPROTECTION À L UQTR...

Plus en détail

FUSION THERMONUCLEAIRE

FUSION THERMONUCLEAIRE FUSION THERMONUCLEAIRE Le cœur du Soleil est un plasma chaud totalement ionisé à très haute pression condition nécessaire à la réaction de fusion de l hydrogène en hélium 1 dont le bilan est : 4 1 H 4

Plus en détail

Principe et fonctionnement des bombes atomiques

Principe et fonctionnement des bombes atomiques Principe et fonctionnement des bombes atomiques Ouvrage collectif Aurélien Croc Fabien Salicis Loïc Bleibel http ://www.groupe-apc.fr.fm/sciences/bombe_atomique/ Avril 2001 Table des matières Introduction

Plus en détail

Energie nucléaire. Quelques éléments de physique

Energie nucléaire. Quelques éléments de physique Energie nucléaire Quelques éléments de physique Comment produire 1 GW électrique Nucléaire (rendement 33%) Thermique (38%) Hydraulique (85%) Solaire (10%) Vent : 27t d uranium par an : 170 t de fuel par

Plus en détail

UE 3A. Aspects fonctionnels et méthodes d étude. Dr Tristan Richard. L1 santé année universitaire 2009/10

UE 3A. Aspects fonctionnels et méthodes d étude. Dr Tristan Richard. L1 santé année universitaire 2009/10 UE 3A Organisationdesappareilset appareils et dessystèmes systèmes : Aspects fonctionnels et méthodes d étude Dr Tristan Richard L1 santé année universitaire 2009/10 Rayons X et gamma Rayonnements particulaires

Plus en détail

Expression de la Concession et de l Opposition in. La photographie scientifique Par Gérard BETTON (PUF, 1975) 04/06/2015

Expression de la Concession et de l Opposition in. La photographie scientifique Par Gérard BETTON (PUF, 1975) 04/06/2015 1 Expression de la Concession et de l Opposition in La photographie scientifique Par Gérard BETTON (PUF, 1975) 2 Concession /Opposition Compléter avec un des mots ou expressions suivantes : au lieu de

Plus en détail

Formulaire de demande de permis pour l entretien d équipement réglementé de catégorie II

Formulaire de demande de permis pour l entretien d équipement réglementé de catégorie II Partie A Demandeur A1 Type de demande Formulaire de demande de permis pour l entretien d équipement réglementé de catégorie II La partie A doit être remplie pour tous les types de demande de permis. Nouveau

Plus en détail

C3. Produire de l électricité

C3. Produire de l électricité C3. Produire de l électricité a. Electricité : définition et génération i. Définition La matière est constituée d. Au centre de l atome, se trouve un noyau constitué de charges positives (.) et neutres

Plus en détail

CAC/RCP 19-1979 Page 1 of 7 CODE D USAGES POUR LE TRAITEMENT DES ALIMENTS PAR IRRADIATION (CAC/RCP 19-1979)

CAC/RCP 19-1979 Page 1 of 7 CODE D USAGES POUR LE TRAITEMENT DES ALIMENTS PAR IRRADIATION (CAC/RCP 19-1979) CAC/RCP 19-1979 Page 1 of 7 CODE D USAGES POUR LE TRAITEMENT DES ALIMENTS PAR IRRADIATION (CAC/RCP 19-1979) INTRODUCTION On entend par irradiation des aliments le traitement des produits alimentaires par

Plus en détail

DM n o 5 TS1 2011 La fusion : énergie des étoiles, énergie d avenir. 1 Fusion dans le Soleil

DM n o 5 TS1 2011 La fusion : énergie des étoiles, énergie d avenir. 1 Fusion dans le Soleil DM n o 5 TS1 11 La fusion : énergie des étoiles, énergie d avenir 1 Fusion dans le Soleil 1.1 Le Soleil Les premiers scientifiques à s interroger sur l origine de l énergie du Soleil furent W. Thomson

Plus en détail

DIFFRACTion des ondes

DIFFRACTion des ondes DIFFRACTion des ondes I DIFFRACTION DES ONDES PAR LA CUVE À ONDES Lorsqu'une onde plane traverse un trou, elle se transforme en onde circulaire. On dit que l'onde plane est diffractée par le trou. Ce phénomène

Plus en détail

Cours CH1. Structure électronique des atomes

Cours CH1. Structure électronique des atomes Cours CH1 Structure électronique des atomes David Malka MPSI 2015-2016 Lycée Saint-Exupéry http://www.mpsi-lycee-saint-exupery.fr Table des matières 1 L atome et l élément chimique 1 1.1 Constitution de

Plus en détail

La lessive qui lave plus blanc que blanc

La lessive qui lave plus blanc que blanc La lessive qui lave plus blanc que blanc Antoine ÉLOI, antoine.eloi@ens.fr Vendredi 5 Mars 1 Intéraction Matière Rayonnement Le Rayonnement visible : Chaque couleur est caractérisée par une longueur d

Plus en détail

Compétence 3-1 S EXPRIMER A L ECRIT Fiche professeur

Compétence 3-1 S EXPRIMER A L ECRIT Fiche professeur Compétence 3-1 S EXPRIMER A L ECRIT Fiche professeur Nature de l activité : Réaliser 3 types de productions écrites (réécriture de notes, production d une synthèse de documents, production d une argumentation)

Plus en détail

Electrothermie industrielle

Electrothermie industrielle Electrothermie industrielle K. Van Reusel 1/102 I. Chauffage par résistances 1. Des fours à résistances 2. Chauffage par conduction 3. Chauffage par rayonnement infrarouge II. Techniques électromagnétiques

Plus en détail

Lycée Galilée Gennevilliers. chap. 6. JALLU Laurent. I. Introduction... 2 La source d énergie nucléaire... 2

Lycée Galilée Gennevilliers. chap. 6. JALLU Laurent. I. Introduction... 2 La source d énergie nucléaire... 2 Lycée Galilée Gennevilliers L'énergie nucléaire : fusion et fission chap. 6 JALLU Laurent I. Introduction... 2 La source d énergie nucléaire... 2 II. Équivalence masse-énergie... 3 Bilan de masse de la

Plus en détail

La Radioprotection. UE Santé Société Humanité Module Santé Publique

La Radioprotection. UE Santé Société Humanité Module Santé Publique La Radioprotection UE Santé Société Humanité Module Santé Publique La Radioprotection La radioprotection est la discipline qui coordonne les recherches, les travaux et les techniques concernant les moyens

Plus en détail

Transformations nucléaires

Transformations nucléaires Transformations nucléaires Stabilité et instabilité des noyaux : Le noyau d un atome associé à un élément est représenté par le symbole A : nombre de masse = nombre de nucléons (protons + neutrons) Z :

Plus en détail

Etude de la détection de muons. Romain COHET - Alexandre FAURE - Nicolas FOY

Etude de la détection de muons. Romain COHET - Alexandre FAURE - Nicolas FOY Etude de la détection de muons Romain COHET - Alexandre FAURE - Nicolas FOY 7 février 2011 Résumé Ce rapport est issu des mesures et travaux effectués à l Université Montpellier II dans le cadre des travaux

Plus en détail

Département de radio-oncologie. Accélérateur TrueBeam du Cégep de Sainte-Foy. Manuel de radioprotection. Table des matières :

Département de radio-oncologie. Accélérateur TrueBeam du Cégep de Sainte-Foy. Manuel de radioprotection. Table des matières : Département de radio-oncologie Accélérateur TrueBeam du Cégep de Sainte-Foy Manuel de radioprotection Table des matières : Préambule p. 2 1. Gestion et responsabilité du programme de radioprotection p.

Plus en détail

Résonance Magnétique Nucléaire : RMN

Résonance Magnétique Nucléaire : RMN 21 Résonance Magnétique Nucléaire : RMN Salle de TP de Génie Analytique Ce document résume les principaux aspects de la RMN nécessaires à la réalisation des TP de Génie Analytique de 2ème année d IUT de

Plus en détail

LE COSMODETECTEUR : UN EXEMPLE DE CHAÎNE DE MESURE

LE COSMODETECTEUR : UN EXEMPLE DE CHAÎNE DE MESURE LE COSMODETECTEUR : UN EXEMPLE DE CHAÎNE DE MESURE Enseignement : 1 ère STL Mesures et instrumentation Thème : Instrumentation : Instruments de mesure, chaîne de mesure numérique Notions et contenus :

Plus en détail

PHYSIQUE GENERALE III. Mécanique quantique. Notes du cours PHY 1222 Année académique 2006-2007

PHYSIQUE GENERALE III. Mécanique quantique. Notes du cours PHY 1222 Année académique 2006-2007 PHYSIQUE GENERALE III Mécanique quantique Auteur Jacques WEYERS Lecteur Fabio MALTONI Notes du cours PHY 1222 Année académique 2006-2007 Université catholique de Louvain, Faculté des Sciences Département

Plus en détail

BACCALAURÉAT TECHNOLOGIQUE

BACCALAURÉAT TECHNOLOGIQUE BACCALAURÉAT TECHNOLOGIQUE SCIENCES ET TECHNOLOGIES DU DESIGN ET DES ARTS APPLIQUES SESSION 2013 ÉPREUVE : PHYSIQUE-CHIMIE Durée : 2 heures Coefficient : 2 La calculatrice (conforme à la circulaire N 99-186

Plus en détail

A. Énergie nucléaire 1. Fission nucléaire 2. Fusion nucléaire 3. La centrale nucléaire

A. Énergie nucléaire 1. Fission nucléaire 2. Fusion nucléaire 3. La centrale nucléaire Énergie Table des A. Énergie 1. 2. 3. La centrale Énergie Table des Pour ce chapitre du cours il vous faut à peu près 90 minutes. A la fin de ce chapitre, vous pouvez : -distinguer entre fission et fusion.

Plus en détail

FICHE 1 Fiche à destination des enseignants

FICHE 1 Fiche à destination des enseignants FICHE 1 Fiche à destination des enseignants 1S 4 Les lampes au quotidien Type d'activité Activité documentaire Notions et contenus Différentes sources de lumière : étoiles, lampes variées, laser, DEL,

Plus en détail

LES RAYONNEMENTS IONISANTS

LES RAYONNEMENTS IONISANTS P o u r l a s a n t é a u t r a v a i l LES RAYONNEMENTS IONISANTS L'homme est soumis aux rayonnements ionisants émis par la radioactivité naturelle de l'environnement : rayonnement cosmique, rayonnement

Plus en détail

Le Soleil Les étoiles

Le Soleil Les étoiles Le Soleil Les étoiles Le soleil est une étoile paramètres: Rayon: 695997 km ~ 109 rayons terrestres Masse: 1.989 10 30 kg ~ 333000 masses terrestres Luminosité: 3.826 10 26 W Température de surface: 5770

Plus en détail

Approche documentaire : «Oscillateur optique, Laser»

Approche documentaire : «Oscillateur optique, Laser» Approche documentaire : «Oscillateur optique, Laser» Objectifs : en relation avec le cours sur les ondes, les documents suivants permettent de décrire le fonctionnement d un laser en termes de système

Plus en détail

MANUEL DE RADIOPROTECTION

MANUEL DE RADIOPROTECTION MANUEL DE RADIOPROTECTION Complexe des sciences Pierre-Dansereau (photo Claude Duchaîne) Service de la prévention et de la sécurité Septembre 2010 Remerciements : Ce texte a fait l'objet de longues discussions

Plus en détail

EXERCICE I. Altitude en mètre

EXERCICE I. Altitude en mètre EXERCICE I L exercice I est composé de 4 problèmes indépendants. La disparition des ampoules à incandescence s explique par le très mauvais rendement de cette technologie (de l ordre de 5 %). Ces ampoules

Plus en détail

INITIATION PREVENTION RADIOPROTECTION

INITIATION PREVENTION RADIOPROTECTION INITIATION PREVENTION ou la Protection contre les dangers des Rayonnements Ionisants 1 ère ETAPE Identifions le danger : la RADIOACTIVITE 1 ère ETAPE Identifions le danger : la RADIOACTIVITE Processus

Plus en détail

Energie Nucléaire. Principes, Applications & Enjeux. 6 ème - 2014/2015

Energie Nucléaire. Principes, Applications & Enjeux. 6 ème - 2014/2015 Energie Nucléaire Principes, Applications & Enjeux 6 ème - 2014/2015 Quelques constats Le belge consomme 3 fois plus d énergie que le terrien moyen; (0,56% de la consommation mondiale pour 0,17% de la

Plus en détail

Livret d accueil Radioprotection Système d Analyse par Faisceau d Ions Rapides

Livret d accueil Radioprotection Système d Analyse par Faisceau d Ions Rapides 1 Livret d accueil Radioprotection Système d Analyse par Faisceau d Ions Rapides Ce livret a pour but de vous sensibiliser et de vous informer sur les mesures de radioprotection prises autour de SAFIR

Plus en détail

Complément - Chapitre 1 Notions fondamentales

Complément - Chapitre 1 Notions fondamentales Complément - Chapitre 1 Notions fondamentales Configurations électroniques 1.a Cases quantiques La configuration électronique des atomes consiste en la répartition des électrons au sein des différentes

Plus en détail

Sensibilisation à la Sécurité LASER. Aspet, le 26/06/2013

Sensibilisation à la Sécurité LASER. Aspet, le 26/06/2013 Sensibilisation à la Sécurité LASER Aspet, le 26/06/2013 Modes d émission LASER P c P 0 P moy 0 Emission pulsée Salve ou train de N impulsions Emission continue Q i t i t Longueur d onde λ Emission continue

Plus en détail

RADIATION ALERT NOTICE D EMPLOI POUR LES COMPTEURS MONITOR 4, MONITOR 4EC, MONITOR 5 ET MC1K VEUILLEZ LIRE ATTENTIVEMENT L INTÉGRALITÉ DE CE MANUEL

RADIATION ALERT NOTICE D EMPLOI POUR LES COMPTEURS MONITOR 4, MONITOR 4EC, MONITOR 5 ET MC1K VEUILLEZ LIRE ATTENTIVEMENT L INTÉGRALITÉ DE CE MANUEL RADIATION ALERT NOTICE D EMPLOI POUR LES COMPTEURS MONITOR 4, MONITOR 4EC, MONITOR 5 ET MC1K VEUILLEZ LIRE ATTENTIVEMENT L INTÉGRALITÉ DE CE MANUEL FABRIQUÉ AUX ÉTATS-UNIS NOTICE D EMPLOI POUR LES COMPTEURS

Plus en détail

Méthode A : dosage du cadmium, chrome, cobalt, cuivre, plomb, manganèse, nickel et zinc par spectrométrie d absorption atomique avec flamme.

Méthode A : dosage du cadmium, chrome, cobalt, cuivre, plomb, manganèse, nickel et zinc par spectrométrie d absorption atomique avec flamme. S-II-2.1V1 DOSAGE DES ELEMENTS METALLIQUES EN TRACE DANS LES EXTRAITS À L EAU RÉGALE : MÉTHODE PAR ABSORPTION ATOMIQUE AVEC FLAMME ET ATOMISATION ÉLECTROTHERMIQUE (AAS/GF) 1. Objet Dosage des éléments

Plus en détail

UE 3A. Organisation des appareils et des systèmes : Aspects fonctionnels et méthodes d étude. Dr Tristan Richard. L1 santé année universitaire 2009/10

UE 3A. Organisation des appareils et des systèmes : Aspects fonctionnels et méthodes d étude. Dr Tristan Richard. L1 santé année universitaire 2009/10 UE 3 Organisation des appareils et des systèmes : spects fonctionnels et méthodes d étude Dr Tristan Richard L1 santé année universitaire 2009/10 UE 3 : Organisation des appareils et des systèmes : spects

Plus en détail

ONDES ÉLECTROMAGNÉTIQUES

ONDES ÉLECTROMAGNÉTIQUES 1. Vitesse de la lumière 1.1 Formules 1.2 Valeurs 2. Dualité onde-corpuscule 3. Types d ondes électromagnétiques et applications 4. Utilisation des rayons 4.1 La lumière visible 4.2 Les ultra-violets 4.3

Plus en détail

Du kev au GeV : La température à l assaut de la matière. E. Suraud, Univ. P. Sabatier, Toulouse

Du kev au GeV : La température à l assaut de la matière. E. Suraud, Univ. P. Sabatier, Toulouse Du kev au GeV : La température à l assaut de la matière E. Suraud, Univ. P. Sabatier, Toulouse La température, source de «désordre» ou source «d ordre»? Plan Température source de «désordre» Température

Plus en détail

ATOME = NOYAU + NUAGE ÉLECTRONIQUE

ATOME = NOYAU + NUAGE ÉLECTRONIQUE 4. Physique nucléaire a) Introduction et définitions! caractéristiques de l atome!10-10 m!10-15 m ATOME = NOYAU + NUAGE ÉLECTRONIQUE A nucléons Avec : Z protons N neutrons Z électrons Z : nombre de charge

Plus en détail

Lycée français La Pérouse TS. L énergie nucléaire CH P6. Exos BAC

Lycée français La Pérouse TS. L énergie nucléaire CH P6. Exos BAC SVOIR Lycée français La Pérouse TS CH P6 L énergie nucléaire Exos BC - Définir et calculer un défaut de masse et une énergie de liaison. - Définir et calculer l'énergie de liaison par nucléon. - Savoir

Plus en détail

Chapitre 4 - Lumière et couleur

Chapitre 4 - Lumière et couleur Choix pédagogiques Chapitre 4 - Lumière et couleur Manuel pages 64 à 77 Ce chapitre reprend les notions introduites au collège et en classe de seconde sur les sources de lumières monochromatiques et polychromatiques.

Plus en détail

DIVISION DE LYON Lyon, le 24 décembre 2014

DIVISION DE LYON Lyon, le 24 décembre 2014 RÉPUBLIQUE FRANÇAISE DIVISION DE LYON Lyon, le 24 décembre 2014 N/Réf. : CODEP-LYO-2014-058026 INSTITUT DE SOUDURE INDUSTRIE 13, rue du Vercors 69660 CORBAS Objet : Inspection de la radioprotection du

Plus en détail

Noyaux Masse - Energie

Noyaux Masse - Energie Noyaux Masse - Energie Masse et Energie. 1. Quelle relation Einstein établit-il entre la masse et l énergie? Préciser les unités. C = 2. Compléter le tableau : 3. Défaut de masse a) Choisir un noyau dans

Plus en détail

Analyse comparée du cycle de vie des fenêtres bois, aluminium et PVC Etude de cas

Analyse comparée du cycle de vie des fenêtres bois, aluminium et PVC Etude de cas Pour une éco-construction dans les règles de l art Analyse comparée du cycle de vie des fenêtres bois, aluminium et PVC Etude de cas Mars 2011 www.eti-construction.fr - 1 - RENFORCER L ENVELOPPE chap.

Plus en détail

La thermographie infrarouge

La thermographie infrarouge La thermographie infrarouge Christophe Delmotte, ir Laboratoire Qualité de l Air et Ventilation CSTC - Centre Scientifique et Technique de la Construction Définition 1 Le rayonnement électromagnétique

Plus en détail

N/Réf. : CODEP-PRS-2015-009248 Hôpital d'instruction des Armées du Val de Grâce 74 boulevard de Port Royal 75005 PARIS

N/Réf. : CODEP-PRS-2015-009248 Hôpital d'instruction des Armées du Val de Grâce 74 boulevard de Port Royal 75005 PARIS RÉPUBLIQUE FRANÇAISE DIVISION DE PARIS Paris, le 6 mars 2015 N/Réf. : CODEP-PRS-2015-009248 Hôpital d'instruction des Armées du Val de Grâce 74 boulevard de Port Royal 75005 PARIS Objet : Réf : Inspection

Plus en détail

Lumière et couleur. 2 Rayonnement polychromatique et monochromatique.

Lumière et couleur. 2 Rayonnement polychromatique et monochromatique. Chapitre 19 Sciences Physiques - BTS Lumière et couleur 1 Introduction. La lumière fait partie des ondes électromagnétiques qui vont des rayons cosmiques aux ondes radar. Ces ondes se différencient par

Plus en détail

Origine du courant électrique Constitution d un atome

Origine du courant électrique Constitution d un atome Origine du courant électrique Constitution d un atome Electron - Neutron ORIGINE DU COURANT Proton + ELECTRIQUE MATERIAUX CONDUCTEURS Électrons libres CORPS ISOLANTS ET CORPS CONDUCTEURS L électricité

Plus en détail

Radiographie Niveau 2 (accès direct)

Radiographie Niveau 2 (accès direct) Objectifs Connaître les bases du contrôle par radiographie. Mettre en œuvre des contrôles par radiographie suivant des instructions écrites. Rédiger un rapport d examen. Préparation à la certification

Plus en détail

SPECTROMETRIE D ABSORPTION ATOMIQUE

SPECTROMETRIE D ABSORPTION ATOMIQUE Chapitre IV SPECTROMETRIE D ABSORPTION ATOMIQUE I INTRODUCTION La spectrométrie d absorption atomique (AAS) est une technique décrite pour la 1 ère fois par Walsh (1955). AAS étudie les absorptions de

Plus en détail