Amélioration continue de la qualité de la prise en charge de la douleur postopératoire dans un CHU Pédiatrique.

Save this PDF as:
 WORD  PNG  TXT  JPG

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Amélioration continue de la qualité de la prise en charge de la douleur postopératoire dans un CHU Pédiatrique."

Transcription

1 Amélioration continue de la qualité de la prise en charge de la douleur postopératoire dans un CHU Pédiatrique. Dr Olivier Gall Praticien Hospitalier, Anesthésie Réanimation Bénédicte Lombart Cadre de santé, Unité de Lutte Contre la Douleur Hôpital d enfants Armand Trousseau, Paris L évaluation des pratiques professionnelles propose aujourd hui des méthodes structurées d amélioration continue de la qualité des soins (tableau 1). Le point commun entre ces différentes méthodes est d essayer de confronter la situation quotidienne à une pratique idéale (données de la littérature) et d évaluer objectivement l impact des actions entreprises. Les premiers travaux consacrés à la qualité dans le domaine de la douleur postopératoire ont été publiés au milieu des années 90 en Europe et aux Etats-Unis (1-6). A l hôpital d enfants Armand Trousseau (Paris), une démarche d amélioration de la qualité de la prise en charge de la douleur postopératoire a été engagée en Des audits se sont ensuite succédés en 1998, 2001, 2003, 2005 et Un audit est actuellement en cours d analyse. Le premier audit clinique a été réalisé, à l initiative du service d Anesthésie-Réanimation et de l unité Douleur, sur le modèle de l enquête APHP (3). Cet audit a concerné les quatre secteurs de chirurgie pédiatrique : l ORL, la maxillo-faciale, l orthopédie et la chirurgie viscérale. Un observateur extérieur a vu systématiquement tous les opérés et consulté leur dossier. Le respect des procédures a été documenté grâce aux relevés sur l information préopératoire, l évaluation de la douleur postopératoire en SSPI et en chirurgie, la rédaction et exécution de la prescription antalgique postopératoire. L observateur a évalué directement la douleur des enfants à J0 (sortie de SSPI) et à J1 (service de chirurgie) en tant que résultat patient. Les échecs d analgésie ont été définis comme une EVA > 40, un score OPS > 3 ou un score EDIN > 5 selon l âge des patients. En 1996 l audit a révélé des insuffisances importantes sur la plupart des indicateurs. Ainsi par exemple, concernant l évaluation de la douleur en SSPI, il a été retrouvé une trace écrite de l utilisation d une échelle d évaluation dans 8 % des observations ; le recours à la titration 1

2 morphinique a également été insuffisant ; en corollaire un nombre important d enfants a quitté prématurément la SSPI avec des scores de douleur élevés (27 % d échecs d analgésie à J0). L évaluation et le traitement de la douleur ont également été insuffisants dans les services de chirurgie, avec une absence quasi complète de report écrit des évaluations de la douleur dans les dossiers de soins et 23 % d échecs d analgésie à J1. Les résultats ont été présenté en réunion aux principaux acteurs et diffusés par écrit au reste de la communauté médicale et à la direction de l hôpital. Le plan d action a été focalisé sur l évaluation de la douleur et la titration morphinique en SSPI. Il a comporté une formation à l évaluation de la douleur pédiatrique à l intention des IDE de tous les services de l hôpital. Par ailleurs une nouvelle fiche de surveillance en SSPI a été élaborée, fiche dans laquelle la douleur a été identifiée comme un critère de sortie. Les modalités d administration de la morphine ont été simplifiées, en particulier grâce à la création d'une dotation de morphine pour la SSPI. Enfin, un protocole de titration en SSPI a été mis en place. Le deuxième et le troisième audit, réalisés en 1998 et en 2001 avec la même méthodologie, ont montré une amélioration sensible de l évaluation de la douleur en SSPI et dans les services de chirurgie. Il a été retrouvé une trace écrite de l utilisation d une échelle d évaluation dans 45 puis 87 % des observations en SSPI ainsi que dans 37 puis 90 % des observations dans les services de chirurgie. La progression n a pas été homogène d un service à l autre témoignant le plus souvent de l engagement d un cadre et de l équipe médicale dans la démarche. Le groupe de travail a été élargi. Les résultats de l audit ont été communiqués plus largement et repris par le CLUD sous forme d un tableau comparatif service par service. Le plan d action a été ciblé sur la mise en œuvre des techniques d analgésie les plus puissantes : PCA morphine et ALR avec cathéter de réinjection. La création d une unité mobile de douleur postopératoire a été décidée avec surveillance spécifique de l analgésie par PCA ou par cathéter péri-nerveux, de leur efficacité et du réajustement des traitements le cas échéant. Malheureusement cette unité a du interrompre son activité en raison de la difficulté pour détacher du personnel IADE du bloc opératoire. Un quatrième audit, réalisé en 2003, un an après la disparition de l unité mobile de douleur post opératoire, a montré un recul notable dans l évaluation de la douleur puisque l exhaustivité est passée de 87 à 75 % en SSPI et de 90 à 77 % dans les services de chirurgie. Cependant les prescriptions postopératoires restaient majoritairement conformes aux recommandations de pratique professionnelle : analgésie multimodale dans 83 % des cas, 2

3 traitement systématique dans 97 % des cas, suppléments antalgiques dans 51 % des cas. note Le recours aux ALR a progressé de 5 % par rapport à l enquête précédente, mais avec seulement 1 ALR avec cathéter de réinjection. L utilisation de PCA n était pas encore étendue avec une proposition de ce type d analgésie à 11 % des patients. La marge de progression dans ces deux derniers domaines restaient donc notables. En 2003 le recrutement d une IADE au sein de l unité douleur avec une activité dédiée à la prise en charge de la douleur post opératoire a permis de reprendre les objectifs d amélioration retenus précédemment. L audit réalisé en 2005 a montré une pérennisation des améliorations de la prise en charge de la douleur en SSPI avec une évaluation de la douleur et une titration morphinique qui se sont généralisées. La présence des parents en SSPI, élément primordial dans la prise en charge en pédiatrie, s est généralisée. Cependant, le taux d échec d analgésie à J1 est resté élevé à 21 %. Les hypothèses de cette stagnation sont la sous-administration de la morphine (utilisation de la nalbuphine trop majoritaire) et la faible utilisation des techniques d analgésie locorégionales. L audit de 2007 a mis en évidence une systématisation de l évaluation tant en SSPI qu en hospitalisation, accompagnée d une amélioration qualitative de celle-ci. Les outils d évaluation sont non seulement plus utilisés mais aussi mieux adaptés à l âge de l enfant et au contexte de la douleur. Des réévaluations de traitements sont également relevées dans 93% des cas où l enfant avait reçu un traitement supplémentaire pour sa douleur. Dans notre expérience, les points essentiels dans cette démarche d amélioration continue de la qualité ont été, d un point de vue structurel, le support institutionnel marqué notamment par la création d un poste d IADE référente, et d un point de vue organisationnel, l élargissement du groupe de travail aux IDE et aux équipes médicales des services de chirurgie. L évaluation de la douleur ou plus exactement l amélioration de la qualité de l évaluation de la douleur a été un point central de la démarche. Rendre le symptôme visible par une autoévaluation chiffrée est un objectif commun à tous les textes de recommandations. Les études montrent que l introduction de l évaluation douleur associée à une formation des professionnels permet d atteindre cet objectif à court terme et exerce une influence favorable sur les niveaux de douleur postopératoire des patients (5, 7). A un stade plus avancé, l évaluation doit permettre à l IDE de déclencher l administration de doses de secours. Enfin, la qualité de l évaluation et de la relation au patient dépasse le cadre de la simple évaluation 3

4 quantitative. Elle constitue même, de longue date, un moyen non pharmacologique de traitement de la douleur postopératoire (8). 4

5 Références : 1. Rawal N and Berggren L. Organization of acute pain services: a low-cost model. Pain 1994; 57: Ward SE and Gordon D. Application of the American Pain Society quality assurance standards. Pain 1994; 56: Poisson-Salomon AS, Audit de la prise en charge de la douleur postopératoire. La Presse Médicale, 1996, 25 : Miaskowski C, Crews J, Ready LB, Paul SM and Ginsberg B. Anesthesia-based pain services improve the quality of postoperative pain management. Pain 1999; 80: de Rond ME, de Wit R, van Dam FS, van Campen BT, den Hartog YM and Klievink RM. A pain monitoring program for nurses: effects on nurses' pain knowledge and attitude. J Pain Symptom Manage 2000; 19: Galinski M, Fletcher D, Gaude V, Guirimand F and Chauvin M. [Periodic evaluation of practices in postoperative pain management]. Ann Fr Anesth Reanim 2000; 19: Ravaud P, Keita H, Porcher R, Durand-Stocco C, Desmonts JM and Mantz J. Randomized clinical trial to assess the effect of an educational programme designed to improve nurses' assessment and recording of postoperative pain. Br J Surg 2004; 91: Egbert LD, Battit GE, Welch CE, Bartlett MK. Reduction of postoperative pain by encouragement and instruction of patients. A study of Doctor-Patient rapport. N Engl J Med 1964;270:

6 Tableau 1 Chemin clinique Caractéristiques check list permettant de programmer et d organiser chaque étape d un processus de soin Indiqué pour évaluer une succession de procédures (traçabilité) Revue morbidité en analgésie étude de cas, rétrospective comparer la situation quotidienne à une pratique idéale (données de la littérature) analyser les causes racines des dysfonctionnements Enquête de pratiques questionnaire, prospectif ou retrospectif évaluer une structure et des procédures recueillir l opinion des professionnels et les sensibiliser limite : déclaratif Audit clinique enquête prospective évaluer des procédures et des résultatpatients comparer la situation quotidienne à une pratique idéale (données de la littérature) limite : inapproprié pour évaluer une structure Suivi d indicateurs recueil prospectif ciblé Par exemple : nombre de patients ayant une EVA > 40, un score OPS > 3 ou un score EDIN > 5. Principales modalités d EPP d après : Référentiel prise en charge de la douleur postopératoire, HAS, Juin (http://www.has-sante.fr) suivre l impact d un plan d action au cours du temps 6

Service de douleur aiguë

Service de douleur aiguë Service de douleur aiguë Olivier.m@chu chu-toulouse.fr Quintard M. Delbos A. Keita Meyer H. ETAT DES LIEUX DE LA PRISE EN CHARGE DE LA DOULEUR POSTOPERATOIRE 8 000 000 de français sont opérés chaque année

Plus en détail

Unité mobile de Douleur Aiguë Hôpital Purpan, Toulouse

Unité mobile de Douleur Aiguë Hôpital Purpan, Toulouse Unité mobile de Douleur Aiguë Hôpital Purpan, Toulouse M. Quintard, Infirmière anesthésiste, douleur M. Olivier, Médecin anesthésiste réanimateur, algologue Unité mobile de douleur aiguë Mise en place

Plus en détail

Prise en charge de la douleur des drains thoraciques chez l enfant après chirurgie

Prise en charge de la douleur des drains thoraciques chez l enfant après chirurgie Prise en charge de la douleur des drains thoraciques chez l enfant après chirurgie Thierry Moreaux*, Nathalie Duparc**, Agnès Pasturel**, Dr Laurence Teisseyre***, Dr Chantal Wood****, Anne Gaudelet*****

Plus en détail

COMPTE-RENDU D ACCRÉDITATION DE LA POLYCLINIQUE CÔTE BASQUE SUD. 7 rue Léonce Goyetche 64500 SAINT JEAN DE LUZ

COMPTE-RENDU D ACCRÉDITATION DE LA POLYCLINIQUE CÔTE BASQUE SUD. 7 rue Léonce Goyetche 64500 SAINT JEAN DE LUZ COMPTE-RENDU D ACCRÉDITATION DE LA POLYCLINIQUE CÔTE BASQUE SUD 7 rue Léonce Goyetche 64500 SAINT JEAN DE LUZ Novembre 2003 SOMMAIRE COMMENT LIRE LE «COMPTE-RENDU D ACCREDITATION»... p.3 PARTIE 1 PRESENTATION

Plus en détail

Il n y a pas de chirurgie de haut niveau sans anesthésie de haut niveau. Il n y a pas d anesthésie de haut niveau sans chirurgie de haut niveau

Il n y a pas de chirurgie de haut niveau sans anesthésie de haut niveau. Il n y a pas d anesthésie de haut niveau sans chirurgie de haut niveau Il n y a pas de chirurgie de haut niveau sans anesthésie de haut niveau Il n y a pas d anesthésie de haut niveau sans chirurgie de haut niveau Chirurgie Ambulatoire Quelle organisation? Quel enjeu pour

Plus en détail

Expérimentation de la méthode du patient traceur au CHU de Tours

Expérimentation de la méthode du patient traceur au CHU de Tours Expérimentation de la méthode du patient traceur au CHU de Tours Professeur Patrice BEUTTER Cidàlia MOUSSIER Jeudi 12 juin Rencontre régionale qualité / Securité des soins Certification V2014 : INTRODUCTION

Plus en détail

Prise en charge en ambulatoire en Imagerie Interventionnelle

Prise en charge en ambulatoire en Imagerie Interventionnelle «Analyse de parcours patient selon la méthode du patient-traceur» Prise en charge en ambulatoire en Imagerie Interventionnelle Soazig BOHUON Dr Isabelle ROGER 26 Avril 2016 OBJECTIFS Décrire la réalisation

Plus en détail

Prise en charge de l'opéré Qui fait quoi? b-millat@chu-montpellier.fr Fédération de Chirurgie Viscérale et Digestive (FCVD)

Prise en charge de l'opéré Qui fait quoi? b-millat@chu-montpellier.fr Fédération de Chirurgie Viscérale et Digestive (FCVD) Prise en charge de l'opéré Qui fait quoi? Fédération de Chirurgie Viscérale et Digestive (FCVD) Enquête nationale sur les événements indésirables associés aux soins (ENEIS) Incidence des événements indésirables

Plus en détail

COMPTE-RENDU DE CERTIFICATION DU CENTRE HOSPITALIER DE LOCHES

COMPTE-RENDU DE CERTIFICATION DU CENTRE HOSPITALIER DE LOCHES COMPTE-RENDU DE CERTIFICATION DU CENTRE HOSPITALIER DE LOCHES 1, rue du Docteur-Martinais 37600 LOCHES SEPTEMBRE 2006 COMPORTANT LE SUIVI DES DÉCISIONS DE LA HAUTE AUTORITÉ DE SANTÉ NOVEMBRE 2007 SOMMAIRE

Plus en détail

ADDITIF AU RAPPORT DE CERTIFICATION V2010 CENTRE HOSPITALIER DE HOUDAN

ADDITIF AU RAPPORT DE CERTIFICATION V2010 CENTRE HOSPITALIER DE HOUDAN ADDITIF AU RAPPORT DE CERTIFICATION V2010 CENTRE HOSPITALIER DE HOUDAN 42 rue de paris - 78550 - Houdan OCTOBRE 2014 SOMMAIRE PREAMBULE 1. Présentation du document 2. Les niveaux de certification 1.PRESENTATION

Plus en détail

Education thérapeutique et Médecine Physique et Réadaptation

Education thérapeutique et Médecine Physique et Réadaptation Education thérapeutique et Médecine Physique et Réadaptation E Coudeyre 1,2 Cours national DES/DIU de MPR, Rouen 2009 1 Service de Médecine Physique et Réadaptation, CHU Clermont-Ferrand, Université d

Plus en détail

Cartographie des risques au bloc opératoire Pourquoi? Comment?

Cartographie des risques au bloc opératoire Pourquoi? Comment? Cartographie des risques au bloc opératoire Pourquoi? Comment? Dr JM Guérin Coordinateur des risques associés aux soins Dr A. Abdelaziz Master management des structures de santé Me S. Patenôtre Cadre du

Plus en détail

Protocole médicale : «guide d utilisation du dossier médical d obstétrique» Page 1 sur 5

Protocole médicale : «guide d utilisation du dossier médical d obstétrique» Page 1 sur 5 Protocole médicale : «guide d utilisation du dossier médical d obstétrique» Page 1 sur 5 Nom de l établissement Nom de la maternité ou du pôle procédure médicale ou qualité Guide d utilisation du dossier

Plus en détail

Certification des établissements de santé et gestion des risques au bloc opératoire

Certification des établissements de santé et gestion des risques au bloc opératoire Certification des établissements de santé et gestion des risques au bloc opératoire Journées Nationales d'etudes et de Perfectionnement (JNEP) de l'unaibode 20 mai 2015 Valérie LINDECKER - HAS 1 01 La

Plus en détail

Le parcours patient traceur comme nouvelle méthode d EPP : retour d expérience du CHU de Nantes

Le parcours patient traceur comme nouvelle méthode d EPP : retour d expérience du CHU de Nantes 3 ème Colloque hémi-régional Qualité, Risques, Evaluation -Ateliers thématiques La méthode du parcours patient-traceur dans les établissements de santé Le parcours patient traceur comme nouvelle méthode

Plus en détail

«Erreur de coté pour la réalisation d une ALR péribulbaire»

«Erreur de coté pour la réalisation d une ALR péribulbaire» «Erreur de coté pour la réalisation d une ALR péribulbaire» Lyon ICAR 2009 Dr Patrick Georges Yavordios Association ARRES ASSPRO Accredit Clinique Convert 62 avenue de Jasseron 01000 Bourg en Bresse patrick.georges.yavordios@wanadoo.fr

Plus en détail

Service d'anesthésie-réanimation Chirurgicale et Samu, Centre Hospitalier Universitaire de Rouen, 76031 Rouen, France.

Service d'anesthésie-réanimation Chirurgicale et Samu, Centre Hospitalier Universitaire de Rouen, 76031 Rouen, France. 1 Le Congrès Médecins. Conférence d actualisation 2012 Sfar. Tous droits réservés. ORGANISATION DU CIRCUIT PATIENT EN AMBULATOIRE Vincent Compère*, Véronique Fourdrinier, Bertrand Dureuil Service d'anesthésie-réanimation

Plus en détail

QUELLES ORGANISATIONS POUR LE DÉVELOPPEMENT DE LA CHIRURGIE AMBULATOIRE?

QUELLES ORGANISATIONS POUR LE DÉVELOPPEMENT DE LA CHIRURGIE AMBULATOIRE? QUELLES ORGANISATIONS POUR LE DÉVELOPPEMENT DE LA CHIRURGIE AMBULATOIRE? 36 ÈME JOURNÉES NATIONALES D ÉTUDES SUR LA STÉRILISATION REIMS 10 AVRIL 2014 Dr Gilles Bontemps Agence Nationale d Appui à la Performance

Plus en détail

Le livret de l'opéré : informations pour la préparation du patient à son domicile

Le livret de l'opéré : informations pour la préparation du patient à son domicile Le livret de l'opéré : informations pour la préparation du patient à son domicile Coordonnées CHU Angers 4 rue Larrey 49033 Angers Cedex Contacts Me Bigot Véronique IDE UPLIN 0241355935- Me Brejon Renou

Plus en détail

GROUPE DE TRAVAIL. Docteurs Martine BONNIN, Franck BOLANDARD, Lise VERNIS, Bernard LAVERGNE, Brigitte STORME, Jean-Etienne BAZIN : PHAR

GROUPE DE TRAVAIL. Docteurs Martine BONNIN, Franck BOLANDARD, Lise VERNIS, Bernard LAVERGNE, Brigitte STORME, Jean-Etienne BAZIN : PHAR HÉMORRAGIE DU POST-PARTUM PARTUM EN SALLE DE NAISSANCE : PRATIQUE DÉCLARD CLARÉE E DES MÉDECINS M ANESTHÉSISTES SISTES-RÉANIMATEURS AU SEIN DU RÉSEAU R DE SANTÉ PÉRINATALE D AUVERGNE D (RSPA) M. BAZIN

Plus en détail

L Audit Interne est une ACTIVITE indépendante et objective qui donne à une organisation une ASSURANCE sur le degré de maîtrise de ses opérations, lui

L Audit Interne est une ACTIVITE indépendante et objective qui donne à une organisation une ASSURANCE sur le degré de maîtrise de ses opérations, lui L Audit Interne est une ACTIVITE indépendante et objective qui donne à une organisation une ASSURANCE sur le degré de maîtrise de ses opérations, lui apporte ses CONSEILS pour les améliorer et contribue

Plus en détail

PROTOCOLE D ANALGESIE POSTOPERATOIRE CHEZ L ADULTE COMMUNICANT EN ORTHOPEDIE ET TRAUMATOLOGIE

PROTOCOLE D ANALGESIE POSTOPERATOIRE CHEZ L ADULTE COMMUNICANT EN ORTHOPEDIE ET TRAUMATOLOGIE Comité de lutte contre la douleur PROTOCOLE D ANALGESIE POSTOPERATOIRE CHEZ L ADULTE COMMUNICANT EN ORTHOPEDIE ET TRAUMATOLOGIE Référence : CLUD 31 Version : 1 Date de diffusion Intranet : 01/07/07 Objet

Plus en détail

RAPPORT DE L EXPÉRIMENTATION NATIONALE AUDIT CLINIQUE CIBLÉ APPLIQUÉ À LA PRISE EN CHARGE DE LA DOULEUR DE LA PERSONNE ÂGÉE

RAPPORT DE L EXPÉRIMENTATION NATIONALE AUDIT CLINIQUE CIBLÉ APPLIQUÉ À LA PRISE EN CHARGE DE LA DOULEUR DE LA PERSONNE ÂGÉE ÉVALUATION DES PRATIQUES PROFESSIONNELLES RAPPORT DE L EXPÉRIMENTATION NATIONALE AUDIT CLINIQUE CIBLÉ APPLIQUÉ À LA PRISE EN CHARGE DE LA DOULEUR DE LA PERSONNE ÂGÉE JUIN 6 Service évaluation des pratiques

Plus en détail

L article R. 4311-12 du code de la santé publique définit le champ d activité de l IADE :

L article R. 4311-12 du code de la santé publique définit le champ d activité de l IADE : RÉFÉRENTIEL D ACTIVITÉS DU MÉTIER D INFIRMIER-ANESTHÉSISTE ANNEXE I de l Arrêté du 23 juillet 2012 relatif à la formation conduisant au diplôme d État d infirmier anesthésiste BO Santé Protection sociale

Plus en détail

RAPPORT DE CERTIFICATION SUITE À VISITE CIBLÉE. 2 e PROCÉDURE. POLYCLINIQUE DU GRAND SUD 350, avenue Saint-André-de-Codols 30932 NÎMES CEDEX 9

RAPPORT DE CERTIFICATION SUITE À VISITE CIBLÉE. 2 e PROCÉDURE. POLYCLINIQUE DU GRAND SUD 350, avenue Saint-André-de-Codols 30932 NÎMES CEDEX 9 RAPPORT DE CERTIFICATION SUITE À VISITE CIBLÉE 2 e PROCÉDURE POLYCLINIQUE DU GRAND SUD 350, avenue Saint-André-de-Codols 30932 NÎMES CEDEX 9 Janvier 2009 PARTIE 1 PRÉSENTATION DE L ÉTABLISSEMENT Dates

Plus en détail

Clinicien Hospitalier CHU de Caen Secteur Orthopédie Vasculaire. Aucun lien d intérêt

Clinicien Hospitalier CHU de Caen Secteur Orthopédie Vasculaire. Aucun lien d intérêt Clinicien Hospitalier CHU de Caen Secteur Orthopédie Vasculaire Aucun lien d intérêt Dr Georges DACCACHE - 19 Octobre 2103 Lésion tissulaire ou nerveuse Individu Lésion faible Palier 1 Lésion modérée Palier

Plus en détail

Uniformisons communication

Uniformisons communication IMPACT DE LA CERTIFICATION V2014 SUR LA PHARMACIE HOSPITALIERE: Expérience du CHI de Créteil Uniformisons notre (A. DASSY communication - Pharmacien praticien hospitalier) Journée hiver Synprefh 20 janvier

Plus en détail

GESTION DES MORPHINIQUES AU BLOC OPERATOIRE

GESTION DES MORPHINIQUES AU BLOC OPERATOIRE GESTION DES MORPHINIQUES AU BLOC OPERATOIRE EXEMPLE D UNE EPP EN ANESTHESIE SUR GABRIEL MONTPIED Sandrine BAGEL Cathy PAULET PRESENTATION DU SECTEUR 16 salles pour 6 spécialités au 3 ème étage Un secteur

Plus en détail

Bilan des résultats de certification Visites initiales V2010

Bilan des résultats de certification Visites initiales V2010 Bilan des résultats de certification Visites initiales V2010 Service Certification des Etablissements de Santé Direction de l Amélioration de la Qualité et de la Sécurité des Soins Juillet 2015 Sommaire

Plus en détail

Indicateurs Qualité Résultats de l Unité de Diététique. Indicateurs issus du tableau de bord des infections nosocomiales données 2008

Indicateurs Qualité Résultats de l Unité de Diététique. Indicateurs issus du tableau de bord des infections nosocomiales données 2008 Indicateurs Qualité Résultats de l Unité de Diététique Indicateurs issus du tableau de bord des infections nosocomiales données 2008 La prévention des infections associées aux soins est un sujet complexe

Plus en détail

Causes d insatisfactions du patient pris en charge en ambulatoire

Causes d insatisfactions du patient pris en charge en ambulatoire Causes d insatisfactions du patient pris en charge en ambulatoire Michel MAILLET Unité d Anesthésie & Chirurgie Ambulatoires Hôpital Tenon, AP-HP 4 rue de la Chine; 75020 Paris Chemin Clinique Éligibilité

Plus en détail

Prothèse Totale de Genou en Ambulatoire

Prothèse Totale de Genou en Ambulatoire Prothèse Totale de Genou en Ambulatoire SFCA, Paris 11 octobre 2014 Clinique Sainte Odile Haguenau Origine Dynamique de réduction de la durée moyenne de séjour Mise en place des techniques de Récupération

Plus en détail

Le traitement médicamenteux de la douleur en soins palliatifs

Le traitement médicamenteux de la douleur en soins palliatifs Certificat interuniversitaire de soins palliatifs Université Catholique de Louvain Le traitement médicamenteux de la douleur en soins palliatifs Dr. Vincent Vandenhaute Cliniques de l Europe, Bruxelles

Plus en détail

UTILISATION DE LA METHODE ALARM POUR L ANALYSE D UN EIG

UTILISATION DE LA METHODE ALARM POUR L ANALYSE D UN EIG UTILISATION DE LA METHODE ALARM POUR L ANALYSE D UN EIG MAGALI BERNARD Réseau des PH en hygiène 26.06.13 DEFINITION D UN EIG Evénement Indésirable Grave : Tout évènement indésirable à l origine du décès,

Plus en détail

DISPOSITIF D ANNONCE : LE CONTEXTE LEGISLATIF. Amandine Potier Psychologue 3C Besançon

DISPOSITIF D ANNONCE : LE CONTEXTE LEGISLATIF. Amandine Potier Psychologue 3C Besançon DISPOSITIF D ANNONCE : LE CONTEXTE LEGISLATIF Amandine Potier Psychologue 3C Besançon I Un dispositif d annonce : pourquoi? Le 28 novembre 1998 à Paris ont lieu les premiers états généraux de patients

Plus en détail

Médecin Coordonnateur en EHPAD Le 6 Juin 2015

Médecin Coordonnateur en EHPAD Le 6 Juin 2015 Dr Corinne PLESSIS EHPAD «Les Pommeris» VALLIERES LES GRANDES et MDPH Dr Séverine DURIN EHPAD du Pays Vendômois et CH VENDOME Médecin Coordonnateur en EHPAD Le 6 Juin 2015 Dr PLESSIS - Dr DURIN Journée

Plus en détail

Rôle du Médecin du Travail. interactions avec les différentes instances

Rôle du Médecin du Travail. interactions avec les différentes instances Risques liés aux Accidents Exposant au Sang : Rôle du Médecin du Travail & interactions avec les différentes instances Dr Martine Domart-Rançon Service de Santé au Travail Hôpital Européen Georges Pompidou

Plus en détail

RESUME DU PROTOCOLE. Etude SENOTHERMES

RESUME DU PROTOCOLE. Etude SENOTHERMES RESUME DU PROTOCOLE Recherche biomédicale «Hors produit de santé» Etude SENOTHERMES VERSION 1.0 du 21/08/2013 Titre Acronyme de l étude N d enregistrement ANSM Promoteur Investigateur coordonnateur Comité

Plus en détail

Développer une culture qualité et sécurité dans les établissements de santé

Développer une culture qualité et sécurité dans les établissements de santé Développer une culture qualité et sécurité dans les établissements de santé Jeanne Loyher Octobre 2011 Un engagement Journée régionale «risques cliniques» Le groupe CLINIFUTUR s est engagé dans une démarche

Plus en détail

Stage Étudiants infirmiers Documents de référence :

Stage Étudiants infirmiers Documents de référence : Stage Étudiants infirmiers Documents de référence : La définition du métier «Infirmier» Les référentiels de formation, d activités et de compétences infirmiers 2009 Le portfolio de l étudiant Version 1,

Plus en détail

COMPTE-RENDU D ACCRÉDITATION DE L ÉTABLISSEMENT MÉDICAL DE LA TEPPE 26600 TAIN-L HERMITAGE

COMPTE-RENDU D ACCRÉDITATION DE L ÉTABLISSEMENT MÉDICAL DE LA TEPPE 26600 TAIN-L HERMITAGE COMPTE-RENDU D ACCRÉDITATION DE L ÉTABLISSEMENT MÉDICAL DE LA TEPPE 26600 TAIN-L HERMITAGE Septembre 2003 SOMMAIRE COMMENT LIRE LE «COMPTE-RENDU D ACCREDITATION»... p.3 PARTIE 1 PRESENTATION DE L ETABLISSEMENT

Plus en détail

GRILLE GENERIQUE D INVESTIGATION PAR AUDIT PROCESSUS

GRILLE GENERIQUE D INVESTIGATION PAR AUDIT PROCESSUS Méthode de visite Réalisation d un audit de processus dans le cadre des visites de certification des établissements de santé GRILLE GENERIQUE D INVESTIGATION PAR AUDIT PROCESSUS Définitions Processus :

Plus en détail

I. La politique qualité et gestion des risques de l Hôpital Local Intercommunal Soultz Issenheim.

I. La politique qualité et gestion des risques de l Hôpital Local Intercommunal Soultz Issenheim. I. La politique qualité et gestion des risques de l Hôpital Local Intercommunal Soultz Issenheim. A. Les politiques 1) La politique qualité Les démarches d évaluation et d amélioration continues de la

Plus en détail

DE LA PRISE EN CHARGE DE LA DOULEUR À L ENSEIGNEMENT CLINIQUE INFIRMIER Quelle place pour les Infirmiers Ressource Douleur?

DE LA PRISE EN CHARGE DE LA DOULEUR À L ENSEIGNEMENT CLINIQUE INFIRMIER Quelle place pour les Infirmiers Ressource Douleur? Société Française d Etude et de Traitement de la Douleur Groupe de travail Infirmier I DE LA PRISE EN CHARGE DE LA DOULEUR À L ENSEIGNEMENT CLINIQUE INFIRMIER Quelle place pour les Infirmiers Ressource

Plus en détail

Questions / Réponses

Questions / Réponses Questions / Réponses Participation au dépistage du cancer du sein : Recommandations de la HAS pour les femmes de 50 à 74 ans Quelques données sur le dépistage du cancer du sein en France en 2012 : 52 588

Plus en détail

ADDITIF AU RAPPORT DE CERTIFICATION V2010 CH GERIATRIQUE ALEXIS BOYER

ADDITIF AU RAPPORT DE CERTIFICATION V2010 CH GERIATRIQUE ALEXIS BOYER ADDITIF AU RAPPORT DE CERTIFICATION V2010 CH GERIATRIQUE ALEXIS BOYER Rue raymond sidois Bp 07-19140 - Uzerche MAI 2015 SOMMAIRE PREAMBULE 1. Présentation du document 2. Les niveaux de certification 1.PRESENTATION

Plus en détail

NOTE DE SYNTHESE ENQUÊTE REGIONALE SUR LA PRISE EN CHARGE DU TRAITEMENT PERSONNEL EN CHIRURGIE

NOTE DE SYNTHESE ENQUÊTE REGIONALE SUR LA PRISE EN CHARGE DU TRAITEMENT PERSONNEL EN CHIRURGIE NOTE DE SYNTHESE ENQUÊTE REGIONALE SUR LA PRISE EN CHARGE DU TRAITEMENT PERSONNEL EN CHIRURGIE Contexte : Le traitement personnel est défini comme l ensemble des traitements médicamenteux en cours au moment

Plus en détail

COMPTE-RENDU DE CERTIFICATION DU DU CENTRE MEDICOSOCIAL LES FLORALIES

COMPTE-RENDU DE CERTIFICATION DU DU CENTRE MEDICOSOCIAL LES FLORALIES COMPTE-RENDU DE CERTIFICATION DU DU CENTRE MEDICOSOCIAL LES FLORALIES 2, rue Descartes 93170 BAGNOLET Avril 2006 COMPORTANT LE SUIVI DES DÉCISIONS DE LA HAUTE AUTORITÉ DE SANTÉ Décembre 2006 SOMMAIRE COMMENT

Plus en détail

ADDITIF AU RAPPORT DE CERTIFICATION (APRES MESURE DE SUIVI) CENTRE HOSPITALIER

ADDITIF AU RAPPORT DE CERTIFICATION (APRES MESURE DE SUIVI) CENTRE HOSPITALIER ADDITIF AU RAPPORT DE CERTIFICATION (APRES MESURE DE SUIVI) 2 ÈME PROCÉDURE CENTRE HOSPITALIER 3, rue du Jeu de Paume 54210 SAINT NICOLAS DE PORT Juin 2008 PARTIE 1 Nom de l établissement Situation géographique

Plus en détail

TABLEAU DE BORD Indicateurs liés au management de la qualité et gestion des risques

TABLEAU DE BORD Indicateurs liés au management de la qualité et gestion des risques Source HAS Hospices Civils de Beaune Campagne Mai 2015 INDICATEURS NATIONAUX :(IPAQSS) pour les chapitres I II - III (Mesure des indicateurs tous les deux ans Résultats source HAS, en page 3 légende des

Plus en détail

Présentation de l établissement

Présentation de l établissement Méthode ALARM N. Grimaud Clinique Magdelaine 17 mai 2011 Journée inter-réseaux du CCLIN Sud-Ouest Présentation de l établissement Clinique chirurgicale de 15 lits et places (90 % ambulatoire) Installée

Plus en détail

Comment faciliter l accès aux soins des personnes avec autisme?

Comment faciliter l accès aux soins des personnes avec autisme? Comment faciliter l accès aux soins des personnes avec autisme? Saïd Acef, Directeur du réseau de santé AURA 77 Chargé de mission, MNASM Journée régionale CRAIF / AURA 77 Autisme et Soins somatiques [Paris

Plus en détail

Cas d usage Implantation et réingénierie d un logiciel de prescriptions hospitalières: Ergonomie d Usage et Ergonomie Organisationnelle

Cas d usage Implantation et réingénierie d un logiciel de prescriptions hospitalières: Ergonomie d Usage et Ergonomie Organisationnelle Cas d usage Implantation et réingénierie d un logiciel de prescriptions hospitalières: Ergonomie d Usage et Ergonomie Organisationnelle Françoise Anceaux Sylvia Pelayo PERCOTEC La demande (2004) Informatisation

Plus en détail

CRITERES D'EVALUATION ET D'AMELIORATION

CRITERES D'EVALUATION ET D'AMELIORATION Collège des Bonnes Pratiques en Réanimation Société de Réanimation de Langue Française CRITERES D'EVALUATION ET D'AMELIORATION DES PRATIQUES PROFESSIONNELLES: Proposition de programmes d EPP «clés en main»

Plus en détail

Booster la gouvernance de la santé publique

Booster la gouvernance de la santé publique Booster la gouvernance de la santé publique (Un défi de plus en plus pressant) La gouvernance de la santé influence le droit à la santé en son fondement et sa finalité. Tel que défini dans l article 12

Plus en détail

Application mobile patient : retour d expériences. Dr. A. RUFFIÉ

Application mobile patient : retour d expériences. Dr. A. RUFFIÉ Application mobile patient : retour d expériences Dr. A. RUFFIÉ Objectifs Mettre à disposition du patient d un outil facilitant la communication avec l établissement de santé pour améliorer l efficience

Plus en détail

Mortalité? Durée de séjour?

Mortalité? Durée de séjour? Surmortalité et excès s de durée e de séjours liés à la survenue d une d infection acquise en réanimation Analyse de la littérature Propositions pour le réseau REA RAISIN Dr Th. LAVIGNE pour le Comité

Plus en détail

La iatrogénie médicamenteuse. Damien LANNOY - biopharma.univ-lille2.fr - EPU pharmaciens hospitaliers

La iatrogénie médicamenteuse. Damien LANNOY - biopharma.univ-lille2.fr - EPU pharmaciens hospitaliers La iatrogénie médicamenteuse Définition (OMS, 1969) «Toute réponse néfaste et non recherchée à un médicament survenant à des doses utilisées chez l homme à des fins de prophylaxie, de diagnostic et de

Plus en détail

DéboraNUNGE, Pharmacien. Jeudi 8 octobre 2015

DéboraNUNGE, Pharmacien. Jeudi 8 octobre 2015 DéboraNUNGE, Pharmacien Jeudi 8 octobre 2015 Introduction : Nouveautés de la v2014 Avant la visite Etapes Eléments d Investigation Obligatoires La visite Déroulement Eléments investigués et questions posées

Plus en détail

COMPTE-RENDU D ACCRÉDITATION CENTRE MÉDICAL LE CHÂTEAU-DE-BASSY

COMPTE-RENDU D ACCRÉDITATION CENTRE MÉDICAL LE CHÂTEAU-DE-BASSY COMPTE-RENDU D ACCRÉDITATION CENTRE MÉDICAL LE CHÂTEAU-DE-BASSY 1, rue du Bosquet BP 85 24400 SAINT -MÉDARD-DE-MUSSIDAN Février 2005 Haute Autorité de santé SOMMAIRE COMMENT LIRE LE «COMPTE-RENDU D ACCRÉDITATION»...

Plus en détail

Haute Autorité de santé, 2 avenue du Stade-de-France 93218 Saint-Denis-la-Plaine Cedex Tél. : 01 55 93 70 00 www.has-sante.

Haute Autorité de santé, 2 avenue du Stade-de-France 93218 Saint-Denis-la-Plaine Cedex Tél. : 01 55 93 70 00 www.has-sante. MANUEL DE CERTIFICATION DES INSTALLATIONS AUTONOMES DE CHIRURGIE ESTHETIQUE ET GUIDE DE COTATION ÉDITION 2008 DIRECTION DE L AMÉLIORATION DE LA QUALITÉ ET DE LA SÉCURITÉ DES SOINS Haute Autorité de santé,

Plus en détail

Modalités techniques portant sur les enquêtes téléphoniques annuelles de mesure de la satisfaction des patients hospitalisés Sommaire

Modalités techniques portant sur les enquêtes téléphoniques annuelles de mesure de la satisfaction des patients hospitalisés Sommaire Modalités techniques portant sur les enquêtes téléphoniques annuelles de mesure de la satisfaction des patients hospitalisés Sommaire Les étapes de l enquête de mesure de la satisfaction des patients hospitalisés

Plus en détail

10.1. La prise en charge hospitalière des personnes âgées

10.1. La prise en charge hospitalière des personnes âgées 10.1. La prise en charge hospitalière des personnes âgées Une part de plus en plus importante de l activité hospitalière concerne la prise en charge des personnes âgées La patientèle âgée concentre une

Plus en détail

Référentiel de compétences du perfusionniste. Document de travail

Référentiel de compétences du perfusionniste. Document de travail Référentiel de compétences du perfusionniste 1 Document de travail Élaboré par : La Société Française de Perfusion La Société Française de Chirurgie Thoracique et Cardiovasculaire La Société Française

Plus en détail

Dr Buttard Service de cardiologie CH W.Morey Chalon sur saone.

Dr Buttard Service de cardiologie CH W.Morey Chalon sur saone. 1 Dr Buttard Service de cardiologie CH W.Morey Chalon sur saone. PLAN 1. SONDAGE 2. POURQUOI INFORMATISER LE CIRCUIT DU MEDICAMENT 3. EXPERIENCE CHALONNAISE 1. CONTEXTE 2. PRESENTATION DU LOGICIEL 3. UTILISATION

Plus en détail

HEMORROIDES. 1) Traitement chirurgical: les indications (recommandations 2001)

HEMORROIDES. 1) Traitement chirurgical: les indications (recommandations 2001) HEMORROIDES 1) Traitement chirurgical: les indications (recommandations 2001) 2) Comparaison de 2 techniques chirurgicales: Milligan-Morgan (technique conventionnelle) Vs Longo (anopexie par agrafage circulaire).

Plus en détail

Consommation d antidépresseurs et d antipsychotiques en maisons de repos Conférence de presse 12 mai 2011

Consommation d antidépresseurs et d antipsychotiques en maisons de repos Conférence de presse 12 mai 2011 Consommation d antidépresseurs et d antipsychotiques en maisons de repos Conférence de presse 12 mai 2011 Suite à l étude «Des grandes différences dans la consommation de médicaments en maisons de repos»

Plus en détail

ATTITUDE VIS-À-VIS DE SON POIDS. AUTEUR Cloë OST

ATTITUDE VIS-À-VIS DE SON POIDS. AUTEUR Cloë OST ATTITUDE VIS-À-VIS DE SON POIDS AUTEUR Cloë OST Remerciements Ce travail n aurait pas pu être réalisé sans la collaboration de nombreuses personnes. Des remerciements particuliers sont adressés : Aux participants

Plus en détail

INFIRMIER(E) EN MEDECINE D URGENCE

INFIRMIER(E) EN MEDECINE D URGENCE Yvon CROGUENNEC IADE / ENSEIGNANT SAMU 29 / CESU 29 Référentiel de Compétences Commission Infirmière Commission Soins d Urgence & Sous - Commission d Élaboration des Manifestations Scientifiques INFIRMIER(E)

Plus en détail

L éducation thérapeutique dans les réseaux. L exemple du réseau Santé Nutrition diabète 41

L éducation thérapeutique dans les réseaux. L exemple du réseau Santé Nutrition diabète 41 L éducation thérapeutique dans les réseaux L exemple du réseau Santé Nutrition diabète 41 Louisette MONIER Coordonnatrice Vincent LESIRE Directeur Qualité santenutritiondiabete41@wanadoo.fr Contexte local

Plus en détail

COMPTE-RENDU DE CERTIFICATION DE LA CLINIQUE DES BUTTES-CHAUMONT. 39-43, rue Fessart 75019 PARIS

COMPTE-RENDU DE CERTIFICATION DE LA CLINIQUE DES BUTTES-CHAUMONT. 39-43, rue Fessart 75019 PARIS COMPTE-RENDU DE CERTIFICATION DE LA CLINIQUE DES BUTTES-CHAUMONT 39-43, rue Fessart 75019 PARIS Février 2007 SOMMAIRE COMMENT LIRE LE «COMPTE-RENDU DE CERTIFICATION»... p.3 PARTIE 1 PRÉSENTATION DE L ÉTABLISSEMENT

Plus en détail

Autonomie d une infirmière en consultation des voyages et adhésion au protocole de coopération.

Autonomie d une infirmière en consultation des voyages et adhésion au protocole de coopération. Autonomie d une infirmière en consultation des voyages et adhésion au protocole de coopération. Delphine Leclerc CHU Avicenne,Bobigny 1 Déclaration d intérêts de 2012 à 2015 Intérêts financiers : 0 Liens

Plus en détail

Assises professionnelles de l infectiologie

Assises professionnelles de l infectiologie Valoriser l infectiologie transversale par l amélioration de la qualité Arnaud Pouillart Hôpitaux pédiatriques de Nice CHU-Lenval 1 Champ de l étude Activités transversales : Expertise, activité intellectuelle

Plus en détail

* Mélange équimoléculaire 50/50 d oxygène et de protoxyde d azote

* Mélange équimoléculaire 50/50 d oxygène et de protoxyde d azote Un an après la sortie du MEOPA * de la réserve hospitalière. Etat des lieux Dr Daniel Annequin Unité Fonctionnelle de lutte contre la douleur Hôpital d enfants Armand Trousseau 75012 Paris Fin 2009, l

Plus en détail

Gestion des risques a priori sur le circuit du médicament

Gestion des risques a priori sur le circuit du médicament Gestion des risques a priori sur le circuit du médicament Expérience de la Clinique du Parc de Charleville-Mézières Hélène Vanoverberghe Pharmacien Responsable Assurance Qualité Contexte institutionnel

Plus en détail

RÉSULTATS DES INDICATEURS NATIONAUX

RÉSULTATS DES INDICATEURS NATIONAUX Indicateurs de «Lutte contre les infections nosocomiales» 2013 2014 Prévention des infections nosocomiales Indicateur composite des activités de lutte contre les infections nosocomiales (ICALIN.2) Cet

Plus en détail

Amélioration du Dispositif d Annonce en Cancérologie

Amélioration du Dispositif d Annonce en Cancérologie Amélioration du Dispositif d Annonce en Cancérologie - Programme de développement continu - Date : février 2014 Auteurs : CCECQA, RCA Contacts CCECQA Sandrine DOMECQ 05 57 65 61 35 sandrine.domecq@ccecqa.asso.fr

Plus en détail

Guide pour la préparation d une feuille de route pour élaborer la Stratégie Nationale de Développement de la Statistique (SNDS)

Guide pour la préparation d une feuille de route pour élaborer la Stratégie Nationale de Développement de la Statistique (SNDS) Guide pour la préparation d une feuille de route pour élaborer la Stratégie Nationale de Développement de la Statistique (SNDS) Février 2005 1 I. INTRODUCTION La réalisation d une SNDS en général et d

Plus en détail

Comment développer la

Comment développer la 1 Comment développer la? Dr Jean-Yves CAMOUS, chef de Pôle, Centre Hospitalier de Béziers 2 Qu est-ce que la? Ce qui est admis: La est Moderne Sécurisée De qualité Meilleur marché Tendance Ce qui est peu

Plus en détail

Coopérations professionnelles. Dépistage rétinopathie diabétique par lecture différée de photographies du fond d oeil

Coopérations professionnelles. Dépistage rétinopathie diabétique par lecture différée de photographies du fond d oeil Coopérations professionnelles Ophtalmologie Dépistage rétinopathie diabétique par lecture différée de photographies du fond d oeil 1 Présentation générale Intitulé du Protocole de coopération (PC) Réalisation

Plus en détail

La programmation de l intervention a été réalisée

La programmation de l intervention a été réalisée Chirurgie ambulatoire - Grille de contrôle interne Mars 2015 tapes Item léments à investiguer Critères tape préopératoire 1 2 3 4 5 6 7 8 Les informations médicales issues de la consultation chirurgicale

Plus en détail

Étude ESPRIT Etude nationale en Soins PRImaires sur les événements indésirables

Étude ESPRIT Etude nationale en Soins PRImaires sur les événements indésirables Étude ESPRIT Etude nationale en Soins PRImaires sur les événements indésirables Ph Michel (HCL, Lyon), au nom du CCECQA (Bordeaux) Responsable des études ESPRIT, EVISA, ENEIS 2004, ENEIS 2009 et le groupe

Plus en détail

ETUDE TERRAIN Projet marketing 2 ème Année ESG 2 ème Semestre 2008. COORDINATEUR : Alain Kruger

ETUDE TERRAIN Projet marketing 2 ème Année ESG 2 ème Semestre 2008. COORDINATEUR : Alain Kruger ETUDE TERRAIN Projet marketing 2 ème Année ESG 2 ème Semestre 2008 COORDINATEUR : Alain Kruger mail : akruger@esg.fr RAPPEL DES DELAIS : Constitution des équipes et des projets Semaine du 21 janvier 2008

Plus en détail

PROFESSIONNELS DE SANTÉ? EN COLLABORATION AVEC L ONDPS SYNTHÈSE

PROFESSIONNELS DE SANTÉ? EN COLLABORATION AVEC L ONDPS SYNTHÈSE DÉLÉGATION, TRANSFERTS, NOUVEAUX MÉTIERS COMMENT FAVORISER DES FORMES NOUVELLES DE COOPÉRATION ENTRE PROFESSIONNELS DE SANTÉ? RECOMMANDATION HAS EN COLLABORATION AVEC L ONDPS SYNTHÈSE 1. INTRODUCTION 1.1.

Plus en détail

INTRODUCTION A LA GESTION DES RISQUES DANS UN ETABLISSEMENT DE SANTE. SBrosse FEMS

INTRODUCTION A LA GESTION DES RISQUES DANS UN ETABLISSEMENT DE SANTE. SBrosse FEMS INTRODUCTION A LA GESTION DES RISQUES DANS UN ETABLISSEMENT DE SANTE SBrosse FEMS PLAN 1.DEFINITION DU RISQUE EN ES 2.HISTORIQUE DE LA DEMARCHE DE GESTION DES RISQUES 3.ENJEUX SBrosse FEMS LE RISQUE La

Plus en détail

COMPTE RENDU D ACCRÉDITATION. SUIVI DES DECISIONS DU COLLEGE DE L ACCREDITATION Octobre 2002

COMPTE RENDU D ACCRÉDITATION. SUIVI DES DECISIONS DU COLLEGE DE L ACCREDITATION Octobre 2002 COMPTE RENDU D ACCRÉDITATION Octobre 2001 comportant le SUIVI DES DECISIONS DU COLLEGE DE L ACCREDITATION Octobre 2002 Clinique de la Casamance 33 boulevard des Farigoules 13675 AUBAGNE - 1/ 18- SOMMAIRE

Plus en détail

Haute Autorité de Santé PLAN CADRE LEGISLATIF RAPPORT DE L OMS. ETUDIANTS 3 eme année IFSI CHU CADRE. Législatif HAS : EPP

Haute Autorité de Santé PLAN CADRE LEGISLATIF RAPPORT DE L OMS. ETUDIANTS 3 eme année IFSI CHU CADRE. Législatif HAS : EPP PLAN ETUDIANTS 3 eme année IFSI CHU Méthodologie de l Evaluation Cadre Méthodologie : ex O2 Prélèvements Veineux Différentes Méthodes d Evaluation Exemple d Evaluation = IPAQH Douleur Troubles Nutritionnels

Plus en détail

Management pour la prévention des risques en anesthésie

Management pour la prévention des risques en anesthésie Management pour la prévention des risques en anesthésie Professeur Benoît Plaud Chu Côte de Nacre, Caen plaud-b@chu-caen.fr 5ème congrès 19-20 octobre 2006 Saint-Denis 1 Evénements indésirables graves

Plus en détail

Section des Formations et des diplômes

Section des Formations et des diplômes Section des Formations et des diplômes Rapport d évaluation de la licence professionnelle Management de produits touristiques de l Université Paris Descartes Vague D 2014-2018 Campagne d évaluation 2012-2013

Plus en détail

Certification des Etablissements de Santé en France

Certification des Etablissements de Santé en France Certification des Etablissements de Santé en France Pouvait-on faire sans elle en France? Peut-elle faire mieux? Les enjeux et les perspectives de la procédure 2014 Plan de l intervention 1. Partie 1 :

Plus en détail

ADDITIF AU RAPPORT DE CERTIFICATION (SUITE À RAPPORT DE SUIVI) CLINIQUE NOTRE DAME DE LA MERCI

ADDITIF AU RAPPORT DE CERTIFICATION (SUITE À RAPPORT DE SUIVI) CLINIQUE NOTRE DAME DE LA MERCI ADDITIF AU RAPPORT DE CERTIFICATION (SUITE À RAPPORT DE SUIVI) 2 ÈME PROCÉDURE CLINIQUE NOTRE DAME DE LA MERCI 215 Avenue Marechal Lyautey 83700 SAINT RAPHAEL Mars 2011 PARTIE 1 PRÉSENTATION DE L ÉTABLISSEMENT

Plus en détail

Promouvoir la bientraitance, un guide à destination des professionnels de santé

Promouvoir la bientraitance, un guide à destination des professionnels de santé (Nord Picardie) (Basse-Normandie) (Rhône Alpes) (Loire-Atlantique) (Franche-Comté) (Aquitaine) Promouvoir la bientraitance, un guide à destination des professionnels de santé Contexte FORAP 10 SRA Bientraitance

Plus en détail

communautaires d activité physique pour les aînés : essai randomisé Les fournisseurs de soins ont été randomisés en 2 groupes :

communautaires d activité physique pour les aînés : essai randomisé Les fournisseurs de soins ont été randomisés en 2 groupes : Inciter les professionnels de santé de première ligne à augmenter les références Fiche No 25 But de l intervention communautaires d activité physique pour les aînés : essai randomisé Ackermann RT, Deyo

Plus en détail

La lettre. Le contenu du reporting mensuel de l entreprise. Un indispensable outil de mesure de la performance financière

La lettre. Le contenu du reporting mensuel de l entreprise. Un indispensable outil de mesure de la performance financière Octobre 28 DOSSIER : Gestion d entreprise 36 Le contenu du reporting mensuel de l entreprise Olivier AVRIL Gérant Associé d Acting-finances oavril@acting-finances.com 6 25 78 11 44 35, rue Arthème Genteur

Plus en détail

Charte de Paris contre le cancer

Charte de Paris contre le cancer Charte de Paris contre le cancer français french 7 8 Profondément troublés par les répercussions importantes et universelles du cancer sur la vie humaine, la souffrance humaine, et sur la productivité

Plus en détail

RÔLE DE L IDE DANS L APPROCHE DU PATIENT DOULOUREUX

RÔLE DE L IDE DANS L APPROCHE DU PATIENT DOULOUREUX RÔLE DE L IDE DANS L APPROCHE DU PATIENT DOULOUREUX Ph.TETARD ( CH Saint Camille) M.T. GATT ( CHU Avicenne) PTETARD 2009 1 1 - LÉGISLATIONPROFESSIONNELLE A. le rôle de l infirmière est fondé sur le décret

Plus en détail

RECOMMANDATIONS NATIONALES POUR LA MISE EN ŒUVRE DU DISPOSITIF D ANNONCE DU CANCER DANS LES ÉTABLISSEMENTS DE SANTÉ

RECOMMANDATIONS NATIONALES POUR LA MISE EN ŒUVRE DU DISPOSITIF D ANNONCE DU CANCER DANS LES ÉTABLISSEMENTS DE SANTÉ RECOMMANDATIONS NATIONALES POUR LA MISE EN ŒUVRE DU DISPOSITIF D ANNONCE DU CANCER DANS LES ÉTABLISSEMENTS DE SANTÉ Mesure 40 du plan cancer Novembre 2005 Introduction Le dispositif d annonce est une mesure

Plus en détail

Organisation pharmacie clinique - site Cochin

Organisation pharmacie clinique - site Cochin Organisation pharmacie clinique - site Cochin Hôpitaux Universitaires Paris Centre Ornella CONORT Responsable Pharmacie Clinique PUI Cochin HUPC ornella.conort@cch.aphp.fr Site Cochin 1000 lits Aigus 5

Plus en détail

Amélioration de la qualité et sécurité de la prise en charge médicamenteuse dans les EHPAD

Amélioration de la qualité et sécurité de la prise en charge médicamenteuse dans les EHPAD Amélioration de la qualité et sécurité de la prise en charge médicamenteuse dans les EHPAD Rôle de l OMEDIT Bertrice LOULIERE OMEDIT Aquitaine 1 1. Présentation et missions de l OMEDIT 2 L Observatoire

Plus en détail

Stratégie de prévention des erreurs d identité et des erreurs de patients

Stratégie de prévention des erreurs d identité et des erreurs de patients Stratégie de prévention des erreurs d identité et des erreurs de patients Le bon soin au bon patient 28 MAI 2009 Annick Macrez - Bertrand Le Corre CHU Bichat Claude Bernard Deux axes Prévention des erreurs

Plus en détail