Amélioration continue de la qualité de la prise en charge de la douleur postopératoire dans un CHU Pédiatrique.

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Amélioration continue de la qualité de la prise en charge de la douleur postopératoire dans un CHU Pédiatrique."

Transcription

1 Amélioration continue de la qualité de la prise en charge de la douleur postopératoire dans un CHU Pédiatrique. Dr Olivier Gall Praticien Hospitalier, Anesthésie Réanimation Bénédicte Lombart Cadre de santé, Unité de Lutte Contre la Douleur Hôpital d enfants Armand Trousseau, Paris L évaluation des pratiques professionnelles propose aujourd hui des méthodes structurées d amélioration continue de la qualité des soins (tableau 1). Le point commun entre ces différentes méthodes est d essayer de confronter la situation quotidienne à une pratique idéale (données de la littérature) et d évaluer objectivement l impact des actions entreprises. Les premiers travaux consacrés à la qualité dans le domaine de la douleur postopératoire ont été publiés au milieu des années 90 en Europe et aux Etats-Unis (1-6). A l hôpital d enfants Armand Trousseau (Paris), une démarche d amélioration de la qualité de la prise en charge de la douleur postopératoire a été engagée en Des audits se sont ensuite succédés en 1998, 2001, 2003, 2005 et Un audit est actuellement en cours d analyse. Le premier audit clinique a été réalisé, à l initiative du service d Anesthésie-Réanimation et de l unité Douleur, sur le modèle de l enquête APHP (3). Cet audit a concerné les quatre secteurs de chirurgie pédiatrique : l ORL, la maxillo-faciale, l orthopédie et la chirurgie viscérale. Un observateur extérieur a vu systématiquement tous les opérés et consulté leur dossier. Le respect des procédures a été documenté grâce aux relevés sur l information préopératoire, l évaluation de la douleur postopératoire en SSPI et en chirurgie, la rédaction et exécution de la prescription antalgique postopératoire. L observateur a évalué directement la douleur des enfants à J0 (sortie de SSPI) et à J1 (service de chirurgie) en tant que résultat patient. Les échecs d analgésie ont été définis comme une EVA > 40, un score OPS > 3 ou un score EDIN > 5 selon l âge des patients. En 1996 l audit a révélé des insuffisances importantes sur la plupart des indicateurs. Ainsi par exemple, concernant l évaluation de la douleur en SSPI, il a été retrouvé une trace écrite de l utilisation d une échelle d évaluation dans 8 % des observations ; le recours à la titration 1

2 morphinique a également été insuffisant ; en corollaire un nombre important d enfants a quitté prématurément la SSPI avec des scores de douleur élevés (27 % d échecs d analgésie à J0). L évaluation et le traitement de la douleur ont également été insuffisants dans les services de chirurgie, avec une absence quasi complète de report écrit des évaluations de la douleur dans les dossiers de soins et 23 % d échecs d analgésie à J1. Les résultats ont été présenté en réunion aux principaux acteurs et diffusés par écrit au reste de la communauté médicale et à la direction de l hôpital. Le plan d action a été focalisé sur l évaluation de la douleur et la titration morphinique en SSPI. Il a comporté une formation à l évaluation de la douleur pédiatrique à l intention des IDE de tous les services de l hôpital. Par ailleurs une nouvelle fiche de surveillance en SSPI a été élaborée, fiche dans laquelle la douleur a été identifiée comme un critère de sortie. Les modalités d administration de la morphine ont été simplifiées, en particulier grâce à la création d'une dotation de morphine pour la SSPI. Enfin, un protocole de titration en SSPI a été mis en place. Le deuxième et le troisième audit, réalisés en 1998 et en 2001 avec la même méthodologie, ont montré une amélioration sensible de l évaluation de la douleur en SSPI et dans les services de chirurgie. Il a été retrouvé une trace écrite de l utilisation d une échelle d évaluation dans 45 puis 87 % des observations en SSPI ainsi que dans 37 puis 90 % des observations dans les services de chirurgie. La progression n a pas été homogène d un service à l autre témoignant le plus souvent de l engagement d un cadre et de l équipe médicale dans la démarche. Le groupe de travail a été élargi. Les résultats de l audit ont été communiqués plus largement et repris par le CLUD sous forme d un tableau comparatif service par service. Le plan d action a été ciblé sur la mise en œuvre des techniques d analgésie les plus puissantes : PCA morphine et ALR avec cathéter de réinjection. La création d une unité mobile de douleur postopératoire a été décidée avec surveillance spécifique de l analgésie par PCA ou par cathéter péri-nerveux, de leur efficacité et du réajustement des traitements le cas échéant. Malheureusement cette unité a du interrompre son activité en raison de la difficulté pour détacher du personnel IADE du bloc opératoire. Un quatrième audit, réalisé en 2003, un an après la disparition de l unité mobile de douleur post opératoire, a montré un recul notable dans l évaluation de la douleur puisque l exhaustivité est passée de 87 à 75 % en SSPI et de 90 à 77 % dans les services de chirurgie. Cependant les prescriptions postopératoires restaient majoritairement conformes aux recommandations de pratique professionnelle : analgésie multimodale dans 83 % des cas, 2

3 traitement systématique dans 97 % des cas, suppléments antalgiques dans 51 % des cas. note Le recours aux ALR a progressé de 5 % par rapport à l enquête précédente, mais avec seulement 1 ALR avec cathéter de réinjection. L utilisation de PCA n était pas encore étendue avec une proposition de ce type d analgésie à 11 % des patients. La marge de progression dans ces deux derniers domaines restaient donc notables. En 2003 le recrutement d une IADE au sein de l unité douleur avec une activité dédiée à la prise en charge de la douleur post opératoire a permis de reprendre les objectifs d amélioration retenus précédemment. L audit réalisé en 2005 a montré une pérennisation des améliorations de la prise en charge de la douleur en SSPI avec une évaluation de la douleur et une titration morphinique qui se sont généralisées. La présence des parents en SSPI, élément primordial dans la prise en charge en pédiatrie, s est généralisée. Cependant, le taux d échec d analgésie à J1 est resté élevé à 21 %. Les hypothèses de cette stagnation sont la sous-administration de la morphine (utilisation de la nalbuphine trop majoritaire) et la faible utilisation des techniques d analgésie locorégionales. L audit de 2007 a mis en évidence une systématisation de l évaluation tant en SSPI qu en hospitalisation, accompagnée d une amélioration qualitative de celle-ci. Les outils d évaluation sont non seulement plus utilisés mais aussi mieux adaptés à l âge de l enfant et au contexte de la douleur. Des réévaluations de traitements sont également relevées dans 93% des cas où l enfant avait reçu un traitement supplémentaire pour sa douleur. Dans notre expérience, les points essentiels dans cette démarche d amélioration continue de la qualité ont été, d un point de vue structurel, le support institutionnel marqué notamment par la création d un poste d IADE référente, et d un point de vue organisationnel, l élargissement du groupe de travail aux IDE et aux équipes médicales des services de chirurgie. L évaluation de la douleur ou plus exactement l amélioration de la qualité de l évaluation de la douleur a été un point central de la démarche. Rendre le symptôme visible par une autoévaluation chiffrée est un objectif commun à tous les textes de recommandations. Les études montrent que l introduction de l évaluation douleur associée à une formation des professionnels permet d atteindre cet objectif à court terme et exerce une influence favorable sur les niveaux de douleur postopératoire des patients (5, 7). A un stade plus avancé, l évaluation doit permettre à l IDE de déclencher l administration de doses de secours. Enfin, la qualité de l évaluation et de la relation au patient dépasse le cadre de la simple évaluation 3

4 quantitative. Elle constitue même, de longue date, un moyen non pharmacologique de traitement de la douleur postopératoire (8). 4

5 Références : 1. Rawal N and Berggren L. Organization of acute pain services: a low-cost model. Pain 1994; 57: Ward SE and Gordon D. Application of the American Pain Society quality assurance standards. Pain 1994; 56: Poisson-Salomon AS, Audit de la prise en charge de la douleur postopératoire. La Presse Médicale, 1996, 25 : Miaskowski C, Crews J, Ready LB, Paul SM and Ginsberg B. Anesthesia-based pain services improve the quality of postoperative pain management. Pain 1999; 80: de Rond ME, de Wit R, van Dam FS, van Campen BT, den Hartog YM and Klievink RM. A pain monitoring program for nurses: effects on nurses' pain knowledge and attitude. J Pain Symptom Manage 2000; 19: Galinski M, Fletcher D, Gaude V, Guirimand F and Chauvin M. [Periodic evaluation of practices in postoperative pain management]. Ann Fr Anesth Reanim 2000; 19: Ravaud P, Keita H, Porcher R, Durand-Stocco C, Desmonts JM and Mantz J. Randomized clinical trial to assess the effect of an educational programme designed to improve nurses' assessment and recording of postoperative pain. Br J Surg 2004; 91: Egbert LD, Battit GE, Welch CE, Bartlett MK. Reduction of postoperative pain by encouragement and instruction of patients. A study of Doctor-Patient rapport. N Engl J Med 1964;270:

6 Tableau 1 Chemin clinique Caractéristiques check list permettant de programmer et d organiser chaque étape d un processus de soin Indiqué pour évaluer une succession de procédures (traçabilité) Revue morbidité en analgésie étude de cas, rétrospective comparer la situation quotidienne à une pratique idéale (données de la littérature) analyser les causes racines des dysfonctionnements Enquête de pratiques questionnaire, prospectif ou retrospectif évaluer une structure et des procédures recueillir l opinion des professionnels et les sensibiliser limite : déclaratif Audit clinique enquête prospective évaluer des procédures et des résultatpatients comparer la situation quotidienne à une pratique idéale (données de la littérature) limite : inapproprié pour évaluer une structure Suivi d indicateurs recueil prospectif ciblé Par exemple : nombre de patients ayant une EVA > 40, un score OPS > 3 ou un score EDIN > 5. Principales modalités d EPP d après : Référentiel prise en charge de la douleur postopératoire, HAS, Juin (http://www.has-sante.fr) suivre l impact d un plan d action au cours du temps 6

RÔLE DE L IDE DANS L APPROCHE DU PATIENT DOULOUREUX

RÔLE DE L IDE DANS L APPROCHE DU PATIENT DOULOUREUX RÔLE DE L IDE DANS L APPROCHE DU PATIENT DOULOUREUX Ph.TETARD ( CH Saint Camille) M.T. GATT ( CHU Avicenne) PTETARD 2009 1 1 - LÉGISLATIONPROFESSIONNELLE A. le rôle de l infirmière est fondé sur le décret

Plus en détail

La Récupération Rapide Après Chirurgie Vers la chirurgie ambulatoire pour tous?

La Récupération Rapide Après Chirurgie Vers la chirurgie ambulatoire pour tous? La Récupération Rapide Après Chirurgie Vers la chirurgie ambulatoire pour tous? Introduite dans les années 90 en chirurgie cardiaque (1) et théorisée par H Kehlet en chirurgie colique (2), la Récupération

Plus en détail

Causes d insatisfactions du patient pris en charge en ambulatoire

Causes d insatisfactions du patient pris en charge en ambulatoire Causes d insatisfactions du patient pris en charge en ambulatoire Michel MAILLET Unité d Anesthésie & Chirurgie Ambulatoires Hôpital Tenon, AP-HP 4 rue de la Chine; 75020 Paris Chemin Clinique Éligibilité

Plus en détail

Un sprint sur la route du changement ou le sprint «Dolorès»

Un sprint sur la route du changement ou le sprint «Dolorès» Un sprint sur la route du changement ou le sprint «Dolorès» Florence Lacroix 1 Infirmière en pédiatrie, ressource douleur du pôle mère enfant, clinique Sainte-Marthe, Dijon Présentation de l établissement

Plus en détail

Infiltration cicatricielle continue. Chirurgie gynécologique

Infiltration cicatricielle continue. Chirurgie gynécologique Strasbourg 13-15 Octobre 2009 Infiltration cicatricielle continue Chirurgie gynécologique 9CD502-Oct 2009 1/39 Agenda Historique Principes Bénéfices Cas particulier de la chirurgie gynécologique Césarienne

Plus en détail

La gestion du risque : un objectif primordial pour la sécurité des patients

La gestion du risque : un objectif primordial pour la sécurité des patients Hôpitaux Universitaires de Genève La gestion du risque : un objectif primordial pour la sécurité des patients F Clergue Lille, 22 juin 2006 Comment arrive un accident d anesthésie? Ce que nous disent

Plus en détail

Quels gestes et quels anesthésiques en chirurgie ambulatoire

Quels gestes et quels anesthésiques en chirurgie ambulatoire Le Congrès Infirmiers. Infirmier(e)s anesthésistes diplômé(e)s d état 2012 Sfar. Tous droits réservés. Quels gestes et quels anesthésiques en chirurgie ambulatoire N. DUFEU (PHAR) Unité de chirurgie ambulatoire

Plus en détail

Management pour la prévention des risques en anesthésie

Management pour la prévention des risques en anesthésie Management pour la prévention des risques en anesthésie Professeur Benoît Plaud Chu Côte de Nacre, Caen plaud-b@chu-caen.fr 5ème congrès 19-20 octobre 2006 Saint-Denis 1 Evénements indésirables graves

Plus en détail

HAD et Soins Palliatifs en EHPAD Contraintes réglementaires et situations possibles de collaboration

HAD et Soins Palliatifs en EHPAD Contraintes réglementaires et situations possibles de collaboration HAD et Soins Palliatifs en EHPAD Contraintes réglementaires et situations possibles de collaboration Dr Joséphine Loteteka Dr Tatiana Garcia HAD Santé Service Corpalif 93, 23 mars 2010 Sommaire Le cadre

Plus en détail

RÉSUMÉ DU FILM LA NATURE DES SOINS DOULOUREUX HISTORIQUE DE LA DÉMARCHE

RÉSUMÉ DU FILM LA NATURE DES SOINS DOULOUREUX HISTORIQUE DE LA DÉMARCHE COMMENT LES INFIRMIÈRES PEUVENT MODIFIER LES PRATIQUES MÉDICALES : L EXEMPLE DES SOINS D ABCÈS CHEZ L ENFANT EN CHIRURGIE VISCÉRALE FILM VIDÉO FINANCÉ GRÂCE À LA FONDATION CNP Danièle Jolly, Christine

Plus en détail

Intérêt de la télétransmission des données des pompes PCA pour le maintien à domicile des patients douloureux cancéreux

Intérêt de la télétransmission des données des pompes PCA pour le maintien à domicile des patients douloureux cancéreux Intérêt de la télétransmission des données des pompes PCA pour le maintien à domicile des patients douloureux cancéreux Devalois B*, Jugan C*, Prevel M*, Abbas R**, Hajage D** * CHRD Pontoise **URC Bichat

Plus en détail

L ANALGESIE AUTOCONTROLEE PAR LE PATIENT (PCA)

L ANALGESIE AUTOCONTROLEE PAR LE PATIENT (PCA) L ANALGESIE AUTOCONTROLEE PAR LE PATIENT (PCA) METHODE DE CONTROLE DE LA DOULEUR AIGUE EFFICACE ET SURE. OSWALT KE 1990 OBJECTIF : METTRE EN PLACE LA PCA CHEZ LE PLUS GRAND NOMBRE DE PATIENTS SANS AUGMENTER

Plus en détail

Projet Gestion des séjours à l APHP

Projet Gestion des séjours à l APHP Projet Gestion des séjours à l APHP Pourquoi un projet de gestion des séjours? Mieux utiliser nos capacités d hospitalisation Au service des activités programmées et non programmées Sans les opposer Anticiper

Plus en détail

Méthode d'analyse a priori : AMDEC

Méthode d'analyse a priori : AMDEC Faculté Polytechnique Méthode d'analyse a priori : AMDEC Dr Lahcen EL Hiki 25 février 2014 Plan Introduction AMDEC : définition AMDEC : terminologie Préalables au projet AMDEC AMDEC : méthodologie AMDEC

Plus en détail

Grille patient-traceur en chirurgie ambulatoire

Grille patient-traceur en chirurgie ambulatoire Grille patient-traceur en chirurgie ambulatoire Janvier 2015 La HAS est l auteur de ce document. Ce document, comme l ensemble des publications, est téléchargeable sur : www.has-sante.fr Haute Autorité

Plus en détail

PROTOCOLE d utilisation de la MORPHINE en PCA, hors traitement postopératoire

PROTOCOLE d utilisation de la MORPHINE en PCA, hors traitement postopératoire Comité de lutte contre la douleur PROTOCOLE d utilisation de la MORPHINE en PCA, hors traitement postopératoire Référence : CLUD 18 Version : 2 Date de diffusion Intranet : 23-10-2007 Objet Ce protocole

Plus en détail

DOULEURS INDUITES PAR LES SOINS

DOULEURS INDUITES PAR LES SOINS DOULEURS INDUITES PAR LES SOINS 9 ème journée mondiale des Soins Palliatifs LYON DR VIRGINIE DESSUS-CHEVREL SOINS PALLIATIFS CHLS INTRODUCTION Douleur de courte durée induite par un soignant, une thérapeutique

Plus en détail

Il permet d optimiser la prise en charge, d améliorer la qualité médicale du service rendu et d instaurer une gestion coordonnée des risques.

Il permet d optimiser la prise en charge, d améliorer la qualité médicale du service rendu et d instaurer une gestion coordonnée des risques. PROJET D ETABLISSEMENT 2009-2013 (165 LE PROJET QUALITE ET GESTION DES RISQUES Il permet d optimiser la prise en charge, d améliorer la qualité médicale du service rendu et d instaurer une gestion coordonnée

Plus en détail

LES SOINS BUCCO-DENTAIRES DANS LE CADRE DE LA PRISE EN CHARGE 10 congrès de l ANP3SM Le 20 juin 2012. C. Coquaz / Dr F. Denis /ANP3SM/20 juin 2012 1

LES SOINS BUCCO-DENTAIRES DANS LE CADRE DE LA PRISE EN CHARGE 10 congrès de l ANP3SM Le 20 juin 2012. C. Coquaz / Dr F. Denis /ANP3SM/20 juin 2012 1 [ LES SOINS BUCCO-DENTAIRES DANS LE CADRE DE LA PRISE EN CHARGE 10 congrès de l ANP3SM Le 20 juin 2012 ] C. Coquaz / Dr F. Denis /ANP3SM/20 juin 2012 1 FOCUS SUR LA SANTE BUCCO DENTAIRE DES PATIENTS HOSPITALISES

Plus en détail

Pecs blocks. DAR CHU Antoine Béclère. PARROT Adrien 03/07/2014 Staff junior

Pecs blocks. DAR CHU Antoine Béclère. PARROT Adrien 03/07/2014 Staff junior Pecs blocks PARROT Adrien 03/07/2014 Staff junior Indications Prothèse mammaire Anesthesia, 2011 The pecs block : a novel technique for providing analgesia after breast surgery: R. Blanco PAC, pacemaker

Plus en détail

DEVELOPPEMENT D'UNE ECHELLE D'EVALUATION DU RISQUE DE CONSTIPATION DES PATIENTS HOSPITALISES DESTINEE A LA PRATIQUE INFIRMIERE

DEVELOPPEMENT D'UNE ECHELLE D'EVALUATION DU RISQUE DE CONSTIPATION DES PATIENTS HOSPITALISES DESTINEE A LA PRATIQUE INFIRMIERE Valérie Berger Inf, Ph.D, Cadre Supérieur de santé CHU de Bordeaux Renée Lacomère Cadre supérieur diététicienne ARC CHU de Bordeaux Christine Germain Statisticienne USMR, pole santé publique, CHU de Bordeaux

Plus en détail

Dossier de Presse. Inauguration de l Institut Toulousain de Simulation en Santé. Mercredi 4 novembre 2015. Pavillon U 2000 Hôpital PURPAN

Dossier de Presse. Inauguration de l Institut Toulousain de Simulation en Santé. Mercredi 4 novembre 2015. Pavillon U 2000 Hôpital PURPAN Dossier de Presse Inauguration de l Institut Toulousain de Simulation en Santé Pavillon U 2000 Hôpital PURPAN Mercredi 4 novembre 2015 1 Un centre à visée régionale, nationale, voire internationale L apprentissage

Plus en détail

Organisme de formation : n 11 92 19791 92. Déclaration d activité enregistrée auprès du Préfet de région Ile de France

Organisme de formation : n 11 92 19791 92. Déclaration d activité enregistrée auprès du Préfet de région Ile de France ASCORA RISQUES MANAGEMENT CONSEIL AUDIT FORMATION 2015 Une démarche unique, globale et intégrée de management des risques créatrice de valeur Des prestations essentiellement effectuées au sein de votre

Plus en détail

{ Introduction. Proposition GIHP 05/12/2014

{ Introduction. Proposition GIHP 05/12/2014 Etude descriptive des accidents hémorragiques sous Nouveaux Anticoagulants Oraux au Service d Accueil des Urgences du CHU de Besançon entre janvier 2012 et janvier 2014 { Dr Claire KANY SAMU Besançon KEPKA

Plus en détail

Arthroscopie en chirurgie ambulatoire. Dr Nicolas Bonnevialle Hôpital Riquet

Arthroscopie en chirurgie ambulatoire. Dr Nicolas Bonnevialle Hôpital Riquet Arthroscopie en chirurgie ambulatoire Dr Nicolas Bonnevialle Hôpital Riquet Introduc*on LCA = 40 000 interven*ons par an en France 2,4% en ambulatoire en 2013 L hospitalisa*on, une spécificité (trop) française

Plus en détail

Audit Clinique Ciblé : thème :+ titre ACC Rapport

Audit Clinique Ciblé : thème :+ titre ACC Rapport Nom de l'établissement (Logo éventuel) Audit Clinique Ciblé : thème :+ titre ACC Rapport Nom du Coordonnateur :... Date :... Sommaire [à mettre à jour en fin de rédaction (cliquer dans la table avec le

Plus en détail

Protocole d utilisation du patch de fentanyl DUROGESIC

Protocole d utilisation du patch de fentanyl DUROGESIC Comité de lutte contre la douleur Protocole d utilisation du patch de fentanyl DUROGESIC Référence : CLUD 06 Version : 3 Date de diffusion Intranet : 23-10-2007 Objet Ce protocole a pour objet l initiation,

Plus en détail

POLYCLINIQUE DU COTENTIN

POLYCLINIQUE DU COTENTIN POLYCLINIQUE DU COTENTIN PROGRAMME D ACTIONS POUR LA QUALITE ET LA SECURITE DES SOINS 2013-2014 Sommaire PREAMBULE... 3 Bilan des actions 2011/2012... 4 AXE 1 : Certification de l établissement en octobre

Plus en détail

Relais de la perfusion de Catécholamines : Quelles solutions?

Relais de la perfusion de Catécholamines : Quelles solutions? Relais de la perfusion de Catécholamines : Quelles solutions? Laurent ARGAUD Réanimation Médicale Groupement Hospitalier Edouard Herriot laurent.argaud@chu-lyon.fr Incidents lors des relais de seringues

Plus en détail

PRISE EN CHARGE AMBULATOIRE DES CHIRURGIES DE L OREILLE MOYENNE

PRISE EN CHARGE AMBULATOIRE DES CHIRURGIES DE L OREILLE MOYENNE PRISE EN CHARGE AMBULATOIRE DES CHIRURGIES DE L OREILLE MOYENNE Sandrine LEPETIT, IBODE, bloc opératoire ambulatoire ORL-OPH CHU CLERMONT FERRAND La chirurgie ambulatoire Modalités d existence et d application,

Plus en détail

Consignes de remplissage - Grille de recueil - Thème DAN2

Consignes de remplissage - Grille de recueil - Thème DAN2 Généralisation 2014 d un recueil d indicateurs pour l amélioration de la qualité et de la sécurité des soins dans les établissements de santé de soins de courte durée Consignes de remplissage - Grille

Plus en détail

APPLICATION DES RECOMMANDATIONS DE LA HAUTE AUTORITE DE SANTE POUR LA PRESCRIPTION DES RADIOGRAPHIES THORACIQUES AU SERVICE D ACCUEIL DES URGENCES

APPLICATION DES RECOMMANDATIONS DE LA HAUTE AUTORITE DE SANTE POUR LA PRESCRIPTION DES RADIOGRAPHIES THORACIQUES AU SERVICE D ACCUEIL DES URGENCES APPLICATION DES RECOMMANDATIONS DE LA HAUTE AUTORITE DE SANTE POUR LA PRESCRIPTION DES RADIOGRAPHIES THORACIQUES AU SERVICE D ACCUEIL DES URGENCES Tiphaine Cassan, Dr Romain Vialle, Pr Jean-Pierre Tasu,

Plus en détail

Michèle Portas Service des urgences enfants Hôpital de la Timone

Michèle Portas Service des urgences enfants Hôpital de la Timone Michèle Portas Service des urgences enfants Hôpital de la Timone Motif fréquent de consultation (5% des admissions) Relèvent dans 60 à 90% d une pathologie médicale, digestive ou extra digestive Urgences

Plus en détail

Rapport d Evaluation des Pratiques Professionnelles 2007

Rapport d Evaluation des Pratiques Professionnelles 2007 Centre de Soins de Suite et de Réadaptation 87430 Verneuil sur Vienne Rapport d Evaluation des Pratiques Professionnelles 2007 «Analyse de la pertinence des prescriptions conditionnelles de paracétamol

Plus en détail

Le dropéridol n est pas un traitement à considérer pour le traitement de la migraine à l urgence

Le dropéridol n est pas un traitement à considérer pour le traitement de la migraine à l urgence Le dropéridol n est pas un traitement à considérer pour le traitement de la migraine à l urgence On pose fréquemment le diagnostic de migraine sévère à l urgence. Bien que ce soit un diagnostic commun,

Plus en détail

Enquêtes de Satisfaction Patients I-Satis et Enquête AP-HPen Ligne

Enquêtes de Satisfaction Patients I-Satis et Enquête AP-HPen Ligne Enquêtes de Satisfaction Patients I-Satis et Enquête AP-HPen Ligne CME 13/01/15 D.P.U.A Qualité de vie à l hôpital I. I-Satis : Enquête de satisfaction réglementaire auprès des patients hospitalisés en

Plus en détail

Pratique de la P C A (patient-controlled analgesia)

Pratique de la P C A (patient-controlled analgesia) Pratique de la PCA (patient-controlled analgesia) - M. Navez, D. Baylot Pratique de la P C A (patient-controlled analgesia) Navez M, Baylot D DAR Anesthésie Réanimation Pr Auboyer CHU ST Etienne BASES

Plus en détail

Diplôme Universitaire L Infirmier(e) de Salle de Surveillance Post-Interventionnelle (SSPI)

Diplôme Universitaire L Infirmier(e) de Salle de Surveillance Post-Interventionnelle (SSPI) Responsables: Diplôme Universitaire L Infirmier(e) de Salle de Surveillance Post-Interventionnelle (SSPI) - Pr Nathalie NATHAN-DENIZOT, service Anesthésie Réanimation, CHU Dupuytren Limoges et Faculté

Plus en détail

Ne perdez pas l avenir de vue

Ne perdez pas l avenir de vue Ne perdez pas l avenir de vue B. Braun Space GlucoseControl Innovation Les défis actuels Besoin d insulinothérapie intensive en soins intensifs Les patients très malades développent une hyperglycémie induite

Plus en détail

Colette Franssen Département d Anesthésie Réanimation CHU Sart Tilman LIEGE

Colette Franssen Département d Anesthésie Réanimation CHU Sart Tilman LIEGE Colette Franssen Département d Anesthésie Réanimation CHU Sart Tilman LIEGE La mise au point préopératoire par un anesthésiste permet de mieux planifier l organisation de la salle d opération, d éviter

Plus en détail

FMC, EPP et Accréditation : adieu! Bonjour le Développement Professionnel Continu

FMC, EPP et Accréditation : adieu! Bonjour le Développement Professionnel Continu FMC, EPP et Accréditation : adieu! Bonjour le Développement Professionnel Continu Bertrand Dureuil Pôle Réanimations R Anesthésie sie et SAMU CHU Rouen Fédération des Spécialit cialités s MédicalesM Absence

Plus en détail

La chirurgie ambulatoire en 20 questions. Avant propos

La chirurgie ambulatoire en 20 questions. Avant propos Avant propos Avec le développement de la chirurgie ambulatoire, le nombre de professionnels qui s intéressent à cette pratique est en croissance constante. Les «nouveaux intéressés» se heurtent souvent

Plus en détail

Développer le travail collaboratif IDE / AS par la formation en simulation

Développer le travail collaboratif IDE / AS par la formation en simulation Développer le travail collaboratif IDE / AS par la formation en simulation Catherine Dupuy-Maribas, Catherine Millet, Marie-Jeanne Pommier, Sophie Prissette Plan! Présentation de l IFSI! Historique du

Plus en détail

Plan. Introduction. Les Nouveaux Anticoagulants Oraux et le sujet âgé. Audit de prescription au Centre Hospitalier Geriatrique du Mont d Or

Plan. Introduction. Les Nouveaux Anticoagulants Oraux et le sujet âgé. Audit de prescription au Centre Hospitalier Geriatrique du Mont d Or Plan Introduction Les Nouveaux Anticoagulants Oraux et le sujet âgé Audit de prescription au Centre Hospitalier Geriatrique du Mont d Or Introduction NACO: une actualité brûlante! AVK: Plus forte incidence

Plus en détail

Réalisations lilloises et évaluations du dispositif CHRISTOPHE Frédérique DECOCK Nico

Réalisations lilloises et évaluations du dispositif CHRISTOPHE Frédérique DECOCK Nico Réalisations lilloises et évaluations du dispositif CHRISTOPHE Frédérique DECOCK Nico 1 Déclaration d aucun conflit d intérêt 2 UE2 : SCIENCE PHYSIQUES, BIOLOGIQUES ET MEDICALES UE 2.1 Physique, biophysique,

Plus en détail

Outils de gestion des risques a posteriori appliqués au risque infectieux

Outils de gestion des risques a posteriori appliqués au risque infectieux Outils de gestion des risques a posteriori appliqués au risque infectieux Sophie Vandesteene - ARLIN Midi-Pyrénées Introduction Événement indésirable (EI) lié aux soins : événement défavorable pour le

Plus en détail

CHIRURGIE AMBULATOIRE et traitement de la douleur

CHIRURGIE AMBULATOIRE et traitement de la douleur CHIRURGIE AMBULATOIRE et traitement de la douleur D. BERTIN*, J. MIRBEY**, C.NAMBOT*, S.SERRI* * Clinique St Vincent BESANCON ** Clinique Ste Marthe DIJON APDCA Association Pour le Développement de la

Plus en détail

COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS. 8 septembre 2010

COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS. 8 septembre 2010 COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS 8 septembre 2010 Examen du dossier de la spécialité inscrite pour une durée de 5 ans à compter du 4 juillet 2005 (JO du 14 juillet 2005) FASLODEX 250 mg/5 ml, solution

Plus en détail

Congrès des internes du 22 octobre 2010. >Dr Jean-Marc COURSIER >Direction de la Communication

Congrès des internes du 22 octobre 2010. >Dr Jean-Marc COURSIER >Direction de la Communication Congrès des internes du 22 octobre 2010 >Dr Jean-Marc COURSIER >Direction de la Communication Bilan 1 ère édition du congrès «Avenir Médecin» 644 inscrits, 506 présents (grève) Partenaires (16) : >Institutions

Plus en détail

Cf échanges mentionnés ci-dessus.

Cf échanges mentionnés ci-dessus. ! "# % &'&'(&)"* +!",,-#!, *,,",! ",+,! "#$! % & '" ( ) %( $ "%% # $ (".#/ 0%''!, 1%-#2%%$%%$%3 4%5%%6 Prescription de la pilule LEELOO chez une patiente sortant de maternité, femme allaitante. D après

Plus en détail

Service de Gastro-entérologie

Service de Gastro-entérologie Livret de présentation Service de Gastro-entérologie POLE DES SPECIALITES CHIRURGICALES Groupe hospitalier Paris Saint-Joseph 185 rue Raymond Losserand 75674 Paris cedex 14 www.hpsj.fr Téléphone Standard

Plus en détail

Les remontées du terrain. Dr Roland HAIZE Centre hospitalier PICAUVILLE

Les remontées du terrain. Dr Roland HAIZE Centre hospitalier PICAUVILLE Les remontées du terrain Dr Roland HAIZE Centre hospitalier PICAUVILLE Les programmes d Evaluation des Pratiques Professionnelles Pertinence des hospitalisations en HDT HO *Formalisation de certificats

Plus en détail

Contrôle difficile non prévu des voies aériennes: photographie des pratiques

Contrôle difficile non prévu des voies aériennes: photographie des pratiques Contrôle difficile non prévu des voies aériennes: photographie des pratiques B. Dureuil, PG. Yavordios, A. Steib Collège Français des Anesthésistes Réanimateurs (Absence de conflits d intérêts sur le sujet)

Plus en détail

Implémentation d une fonction de coordination locale de don à la Clinique Saint-Joseph de Liège

Implémentation d une fonction de coordination locale de don à la Clinique Saint-Joseph de Liège Implémentation d une fonction de coordination locale de don à la Clinique Saint-Joseph de Liège Pol Grosjean, infirmier chef des Soins Intensifs Virginie Libert, infirmière Sisu 2 ième Colloque Liégeois

Plus en détail

La gestion de la douleur postopératoire

La gestion de la douleur postopératoire La gestion de la douleur postopératoire Date de création du document 2008-2009 Table des matières * Introduction... 1 1 Comment évaluer la douleur postopératoire?...1 2 Quels sont la fréquence, l'intensité,

Plus en détail

Traumatismes vertébraux-médullaires. Vigué B, DAR Bicêtre

Traumatismes vertébraux-médullaires. Vigué B, DAR Bicêtre Traumatismes vertébraux-médullaires Vigué B, DAR Bicêtre Traumatismes vertébraux-médullaires 1- Même règles que les traumatismes crâniens Eviter : Hypoxie - Hypotension Importance de l'accueil +++ La prise

Plus en détail

LA DOULEUR INDUITE C EST PAS SOIGNANT!

LA DOULEUR INDUITE C EST PAS SOIGNANT! LA DOULEUR INDUITE C EST PAS SOIGNANT! Douleur induite Douleur induite Douleur de courte durée, causée par le soignant ou une thérapeutique dans des circonstances de survenue prévisibles et susceptibles

Plus en détail

Insuffisance cardiaque

Insuffisance cardiaque Insuffisance cardiaque Connaître son évolution pour mieux la vivre Guide d accompagnement destiné au patient et ses proches Table des matières L évolution habituelle de l insuffisance cardiaque 5 Quelles

Plus en détail

Assises professionnelles de l infectiologie

Assises professionnelles de l infectiologie Valoriser l infectiologie transversale par l amélioration de la qualité Arnaud Pouillart Hôpitaux pédiatriques de Nice CHU-Lenval 1 Champ de l étude Activités transversales : Expertise, activité intellectuelle

Plus en détail

RÉSULTATS DE L ENQUÊTE FLASH SUR LA THÉMATIQUE DE LA DOULEUR

RÉSULTATS DE L ENQUÊTE FLASH SUR LA THÉMATIQUE DE LA DOULEUR RÉSULTATS DE L ENQUÊTE FLASH SUR LA THÉMATIQUE DE LA DOULEUR 1 Profil des répondants et provenance des réponses Nombre de répondants au 20 décembre 2013 : 1 277 établissements et services. Taux de réponse

Plus en détail

Compatibilité entre gestion du temps et mesures d hygiène au bloc opératoire

Compatibilité entre gestion du temps et mesures d hygiène au bloc opératoire Compatibilité entre gestion du temps et mesures d hygiène au bloc opératoire Livio Durando, Adrienne Ghibaudo, Deborah de Keiser, Mathilde de Sevelinges, Dr Olivia Keita-Perse Contexte Mise en place successive

Plus en détail

La douleur post opératoire dans la chirurgie du rachis

La douleur post opératoire dans la chirurgie du rachis La douleur post opératoire dans la chirurgie du rachis JLAR 2008 Dr A. Lafanechère, service d anesthésie neurochirurgicale Pôle d anesthésie réanimation, Hôpital Roger Salengro, CHRU Lille La douleur post

Plus en détail

Douleur aiguë en ambulatoire

Douleur aiguë en ambulatoire Douleur aiguë en ambulatoire E. Fournier-Charrière, unité douleur, CHU, Le Kremlin-Bicêtre «Evaluation et stratégies de prise en charge de la douleur aiguë en ambulatoire chez l enfant de un mois à quinze

Plus en détail

15eme Réunion Morbi Mortalité en Anesthésie. Département d Anesthésie Réanimation Lapeyronie 04 juin 2015

15eme Réunion Morbi Mortalité en Anesthésie. Département d Anesthésie Réanimation Lapeyronie 04 juin 2015 15eme Réunion Morbi Mortalité en Anesthésie Département d Anesthésie Réanimation Lapeyronie 04 juin 2015 Commission Médicale d Établissement Méthodologie 1- Choix d un thème basé sur un cas clinique 2-

Plus en détail

Respect des précautions standards au bloc opératoire

Respect des précautions standards au bloc opératoire Respect des précautions standards au bloc opératoire Diagnostic hygiène au Centre Hospitalier de Cornouaille 1 Le contexte 2 1 Eté 2006 Enquête épidémiologique Audit des pratiques d hygiène Observations

Plus en détail

Être infirmier(e) à l AP-HP

Être infirmier(e) à l AP-HP L AP-HP déploie ses activités dans une zone urbaine où résident plus de 11,5 millions d habitants. Elle se compose de 37 hôpitaux réunis en 12 Groupes Hospitaliers et d une structure d hospitalisation

Plus en détail

CENTRE HOSPITALIER FRANCIS ROBERT Ancenis

CENTRE HOSPITALIER FRANCIS ROBERT Ancenis CENTRE HOSPITALIER FRANCIS ROBERT Ancenis Journée de la Commission de Soins Infirmiers et de Rééducation Médico- Technique 15 Novembre 2011 Unité de Chirurgie Ambulatoire Participantes : JEANIN Gisèle

Plus en détail

BLOCS ANESTHESIQUES CERVICO-FACIAUX. Dr Majdoub A ; service anesthésie réanimation de L EPS Tahar SFAR MAHDIA

BLOCS ANESTHESIQUES CERVICO-FACIAUX. Dr Majdoub A ; service anesthésie réanimation de L EPS Tahar SFAR MAHDIA BLOCS ANESTHESIQUES CERVICO-FACIAUX Dr Majdoub A ; service anesthésie réanimation de L EPS Tahar SFAR MAHDIA INTRODUCTION chirurgie otorhinolaryngologique ;domaine très variable -terrain - type de chirurgie

Plus en détail

L infirmier référent douleur.

L infirmier référent douleur. C.H.D. Vendée C.H. La Roche sur Yon / C.H. Luçon / C.H. Montaigu. L infirmier référent douleur. L étude de poste de l infirmier référent douleur au Centre Hospitalier Départemental de la Vendée. Mr. AGRES

Plus en détail

Intégration de la simulation dans une stratégie d apprentissage de la sécurité

Intégration de la simulation dans une stratégie d apprentissage de la sécurité Intégration de la simulation dans une stratégie d apprentissage de la sécurité Dr Franck Lagneau Service d anesthésie-réanimation CHU Henri MONDOR, Créteil Deux manières d aborder le sujet Apprentissage

Plus en détail

L analgésie péridurale pour un retour à domicile!

L analgésie péridurale pour un retour à domicile! Vendée L analgésie péridurale pour un retour à domicile! Une expérience partagée Mr AGRES Hugues IADE RD 85925 La Roche sur Yon Journée IRD PL B, 28 janv. 2011- REZE Le patient, La famille, L équipe soignante

Plus en détail

IFIC L Institut Francilien d Implantation Cochléaire http://www.implant-ific.org/

IFIC L Institut Francilien d Implantation Cochléaire http://www.implant-ific.org/ IFIC L Institut Francilien d Implantation Cochléaire http://www.implant-ific.org/ est un réseau de santé Ville/Hôpital. Labellisé par l Agence Régionale d Hospitalisation le 6 Juillet 2004, il est géré

Plus en détail

Fiche de jurisprudence Responsabilité pénale TGI PARIS, 3 septembre 2003 Hôpital TROUSSEAU

Fiche de jurisprudence Responsabilité pénale TGI PARIS, 3 septembre 2003 Hôpital TROUSSEAU Fiche de jurisprudence Responsabilité pénale TGI PARIS, 3 septembre 2003 Hôpital TROUSSEAU FAITS Un enfant est hospitalisé, suite à des vomissements répétés, une intolérance alimentaire et une forte déshydratation.

Plus en détail

l enfant La douleur Quelles réponses? SÉANCES THÉMATIQUES Vendredi 9 décembre 2011 Jeudi 8 décembre 2011 ATELIERS DE FORMATION

l enfant La douleur Quelles réponses? SÉANCES THÉMATIQUES Vendredi 9 décembre 2011 Jeudi 8 décembre 2011 ATELIERS DE FORMATION ASSOCIATION POUR LE TRAITEMENT DE LA DOULEUR DE L ENFANT journées La douleur de l enfant Quelles réponses? Vendredi 9 décembre 2011 SÉANCES Organisation des Nations Unies pour l'éducation, la science et

Plus en détail

L HYPNOSE et l Analgésie

L HYPNOSE et l Analgésie L HYPNOSE et l Analgésie IFSI- 2013 Dr Jean-Marc BENHAIEM Responsable D. U. d Hypnose Médicale - Paris VI, Pitié-Salpêtrière Centres d'evaluation et de Traitement de la Douleur Hôpital Ambroise Paré (92

Plus en détail

Prise en charge des métastases osseuses Approche médicamenteuse

Prise en charge des métastases osseuses Approche médicamenteuse Prise en charge des métastases osseuses Approche médicamenteuse S Lozano Hôpital Larrey 08 Octobre 2010 Les métastases osseuses Fréquentes 3 ème localisation (poumon, foie) 30 à 50% des patients 40% dans

Plus en détail

ACR Les enjeux. Sur 10 personnes présentant un ACR de cause cardiaque. 8 survies si choc électrique dans la minute

ACR Les enjeux. Sur 10 personnes présentant un ACR de cause cardiaque. 8 survies si choc électrique dans la minute ACR Les enjeux Sur 10 personnes présentant un ACR de cause cardiaque 8 survies si choc électrique dans la minute ACR Fibrillation ventriculaire ACR Cause connue, non cardiaque Hémorragie cérébro - méningée

Plus en détail

Faisabilité de l intervention l Bankart sous anesthésie générale en ambulatoire

Faisabilité de l intervention l Bankart sous anesthésie générale en ambulatoire Faisabilité de l intervention l de Bankart sous anesthésie générale en ambulatoire Ambulatory open bankart repair under a single general anesthesia : a prospective study of the immediate outcome Molina

Plus en détail

Programme 2015 du RéQua-Sanitaire. 14 octobre 2015

Programme 2015 du RéQua-Sanitaire. 14 octobre 2015 Programme 2015 du RéQua-Sanitaire 14 octobre 2015 Conception du programme Enquête de satisfaction et des attentes réalisée auprès de tous les adhérents Enquête sur les grandes orientations pressenties

Plus en détail

Ensemble, améliorons la qualité en santé

Ensemble, améliorons la qualité en santé Ensemble, améliorons la qualité en santé Table ronde 3 Chirurgie ambulatoire, vecteur de qualité et de sécurité pour le patient Président de séance Jean-Pierre Triboulet, Responsable du service chirurgie

Plus en détail

Chirurgie Ambulatoire: Les enjeux d une organisation efficace dans le changement de paradigme.

Chirurgie Ambulatoire: Les enjeux d une organisation efficace dans le changement de paradigme. Chirurgie Ambulatoire: Les enjeux d une organisation efficace dans le changement de paradigme. Pauline Viguerie Infirmière Responsable de l unité de Chirurgie Ambulatoire Clinique Médipôle Garonne HISTORIQUE

Plus en détail

Protocole d Utilisation des Opioïdes Par PCA en HAD

Protocole d Utilisation des Opioïdes Par PCA en HAD Protocole d Utilisation des Opioïdes Par PCA en HAD 1) Objet. Ce protocole a pour objet de décrire les modalités d utilisation des opioïdes injectables en PCA, en traitement symptomatique d une douleur,

Plus en détail

T3 T N 58 : : - 2009 3 2M

T3 T N 58 : : - 2009 3 2M CAS CLINIQUE Monsieur M âgé de 58 ans MOTIF D HOSPITALISATION : découverte d un nodule pulmonaire unique chez un patient avec ATCD de néoplasie pulmonaire ANTECEDENT : - pneumonectomie G en 2009 pour un

Plus en détail

Placebo controlled trial of amantadine for severe traumatic brain injury

Placebo controlled trial of amantadine for severe traumatic brain injury Placebo controlled trial of amantadine for severe traumatic brain injury Joseph T. Giacino, The New England Journal of Medicine 2012, 366 ; 9 Introduction CHU de Montpellier Bibliographie St Eloi Avril

Plus en détail

CONDITIONS DE FACTURATION D UN AVIS PONCTUEL DE CONSULTANT

CONDITIONS DE FACTURATION D UN AVIS PONCTUEL DE CONSULTANT Le C2 CONDITIONS DE FACTURATION D UN AVIS PONCTUEL DE CONSULTANT AVRIL 2012 L avis ponctuel de consultant dans le cadre du parcours de soins est un avis donné par un médecin spécialiste à la demande explicite

Plus en détail

INTERET ET APPORTS PRATIQUES D UN REGISTRE : A PROPOS DU REGISTRE DES AVK

INTERET ET APPORTS PRATIQUES D UN REGISTRE : A PROPOS DU REGISTRE DES AVK INTERET ET APPORTS PRATIQUES D UN REGISTRE : A PROPOS DU REGISTRE DES AVK PM. Mertes, A. Steib Pôle Anesthésie-Réanimations Chirurgicales-SAMU, Hôpitaux Universitaires et Université de Strasbourg, France

Plus en détail

Soirée PCA opiacés de l hôpital au domicile Au Bout du Monde le 27 octobre 2015 de 19h à 22h

Soirée PCA opiacés de l hôpital au domicile Au Bout du Monde le 27 octobre 2015 de 19h à 22h Soirée PCA opiacés de l hôpital au domicile Au Bout du Monde le 27 octobre 2015 de 19h à 22h Programme de la soirée : 19h-19h30 : Présentation des différentes PCA par les prestataires de service de PCA

Plus en détail

CONSTRUCTION du NOUVEL HOPITAL d AMIENS ASPECT MEDICAL. Jean-Pierre CANARELLI Président de la CME

CONSTRUCTION du NOUVEL HOPITAL d AMIENS ASPECT MEDICAL. Jean-Pierre CANARELLI Président de la CME CONSTRUCTION du NOUVEL HOPITAL d AMIENS ASPECT MEDICAL Jean-Pierre CANARELLI Président de la CME LES MISSIONS DES CHU FONCTIONS DE SOINS (1) Proximité,Territoire,Région Corps médical avec l ensemble des

Plus en détail

Faut-il administrer de la Protéine C activée e (PCA) aux patients atteints de choc septique? CONTRE

Faut-il administrer de la Protéine C activée e (PCA) aux patients atteints de choc septique? CONTRE Faut-il administrer de la Protéine C activée e (PCA) aux patients atteints de choc septique? CONTRE SAINT-LEGER MélanieM Réunion inter-régionale de Réanimation R MédicaleM PLAN Efficacité & essais cliniques

Plus en détail

Le bilan de la généralisation des indicateurs et les perspectives pour l amélioration de la qualité et de la sécurité des soins

Le bilan de la généralisation des indicateurs et les perspectives pour l amélioration de la qualité et de la sécurité des soins Haute Autorité de Santé Le bilan de la généralisation des indicateurs et les perspectives pour l amélioration de la qualité et de la sécurité des soins Thomas LE LUDEC Directeur délégué, Directeur de l'amélioration

Plus en détail

Infectiologue transversal : un nouveau métier?

Infectiologue transversal : un nouveau métier? Infectiologue transversal : un nouveau métier? Dr P Pavese CHU de Grenoble Avril 2014 Consultations sollicitées en infectiologie Infectiologue Médecin X part importante de l activité des infectiologues

Plus en détail

CENTRE HOSPITALIER DE CHATEAUROUX

CENTRE HOSPITALIER DE CHATEAUROUX CENTRE HOSPITALIER DE CHATEAUROUX 216, avenue de Verdun - B.P. 585-36019 CHATEAUROUX CEDEX (Indre) - Tél : 02.54.29.60.00 M/MAQGR/0001 b 2010 Centre hospitalier de CHATEAUROUX Page 1 / 20 Manuel qualité

Plus en détail

DESCRIPTION DES STRESSEURS LIÉS AUX SOINS DE FIN DE VIE CHEZ LES INFIRMIÈRES OEUVRANT EN USI

DESCRIPTION DES STRESSEURS LIÉS AUX SOINS DE FIN DE VIE CHEZ LES INFIRMIÈRES OEUVRANT EN USI DESCRIPTION DES STRESSEURS LIÉS AUX SOINS DE FIN DE VIE CHEZ LES INFIRMIÈRES OEUVRANT EN USI Céline Gélinas, inf., Ph.D., Marie-Anik Robitaille, M.A., Lise Fillion, inf., Ph.D. & Manon Truchon, Ph.D. Dans

Plus en détail

Plasma-Rich-Platelet (PRP) dans l appareil locomoteur. Dr Arniaud Denis Service de rhumatologie Hôpital St Joseph Marseille

Plasma-Rich-Platelet (PRP) dans l appareil locomoteur. Dr Arniaud Denis Service de rhumatologie Hôpital St Joseph Marseille Plasma-Rich-Platelet (PRP) dans l appareil locomoteur Dr Arniaud Denis Service de rhumatologie Hôpital St Joseph Marseille TIGER WOODS ET LE PRP Dans des revues sportives Américaines Tiger Woods : J ai

Plus en détail

Synthèse de l enquête nationale 2010 sur la prise en charge de la douleur chez des patients adultes atteints de cancer

Synthèse de l enquête nationale 2010 sur la prise en charge de la douleur chez des patients adultes atteints de cancer Douleur Synthese rapport-2012-cvt (4):32 pages 13/03/12 18:02 Mesure 19 Page 1 SOINS ET VIE DES MALADES Synthèse de l enquête nationale 2010 sur la prise en charge de la douleur chez des patients adultes

Plus en détail

Etude de la place de la prise en charge des troubles musculo-squelettiques (TMS)chroniques par acupuncture en milieu hospitalier à l AP-HP

Etude de la place de la prise en charge des troubles musculo-squelettiques (TMS)chroniques par acupuncture en milieu hospitalier à l AP-HP Etude de la place de la prise en charge des troubles musculo-squelettiques (TMS)chroniques par acupuncture en milieu hospitalier à l AP-HP Dr Annie Felten, Dr Olivier Duhamel, Dr Marie Koechlinet Dr Thierry

Plus en détail

GHMF #13 NEWSLETTER. Dec. 2011. Edito Décembre 2011

GHMF #13 NEWSLETTER. Dec. 2011. Edito Décembre 2011 GHMF NEWSLETTER #13 Dec. 2011 Edito Décembre 2011 Bientôt 2012, l heure de dresser le bilan des actions engagées sur l année 2011 pour renforcer le réseau du GHMF et valoriser l image de ses établissements.

Plus en détail

- Q1. Type d établissement ayant participé à l audit :

- Q1. Type d établissement ayant participé à l audit : Synthèse des résultats de l audit croisé et interhospitalier 2008 à propos de l isolement thérapeutique Q1. Type d établissement ayant participé à l audit : Type d établissement Nombre EPSM 4 CH Général

Plus en détail

LA FIN DE VIE EN EHPAD

LA FIN DE VIE EN EHPAD LA FIN DE VIE EN EHPAD Enquête nationale Mai à Août 2013 Observatoire National de la Fin de vie en lien avec l ANESM, la fédération française des associations de médecins coordonnateurs et le programme

Plus en détail

Evaluation des pratiques professionnelles sur le comportement et la tenue au bloc opératoire

Evaluation des pratiques professionnelles sur le comportement et la tenue au bloc opératoire Evaluation des pratiques professionnelles sur le comportement et la tenue au bloc opératoire Dr. Aurélie Fourneret-Vivier Praticien hospitalier Equipe Opérationnelle en Hygiène Centre Hospitalier Métropole

Plus en détail