Les grands syndromes. Endoscopie trachéo-bronchique. Professeur D. ANTHOINE CHU de NANCY

Save this PDF as:

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Les grands syndromes. Endoscopie trachéo-bronchique. Professeur D. ANTHOINE CHU de NANCY"

Transcription

1 Les grands syndromes Endoscopie trachéo-bronchique Professeur D. ANTHOINE CHU de NANCY 1

2 Endoscopie souple avec pince et brosse (fibroscopie) 2

3 Endoscopie Arbre bronchique normal Bifurcation trachéobronchique 3

4 Endoscopie Aspect normal du lobe moyen et du LID 4

5 Endoscopie Endoscopie laryngée Cancer végétant d une corde vocale 5

6 Endoscopie Trachéopathie d Aschoff (Trachéopathia ostéoplastica) Schéma endoscopique et coupe histologique Notez ici l abondance du cartilage bronchique 6

7 Endoscopie Papillomatose hémorragique endo- trachéale 7

8 Endoscopie Endoscopie endotrachéale Cancer épidermoïde végétant du tiers inférieur de la trachée 8

9 Endoscopie Endoscopie bronchique Elargissement notable de l éperon trachéo- bronchique Carcinome bronchique à petites cellules 9

10 Endoscopie Cancer bronchique végétant de type épidermoïde sténosant le tronc souche gauche 10

11 Endoscopie Cancer bronchique végétant de type épidermoïde de la lobaire moyenne 11

12 Endoscopie Endoscopie bronchique Aspect caractéristique d un cancer végétant de type épidermoïde du tronc souche droit (aspect en «névé») 12

13 Endoscopie Volumineux bourgeons endo-bronchiques de type épidermoïde 13

14 Endoscopie Carcinome bronchique épidermoïde à forme végétante. 14

15 Endoscopie Cancer bronchique de type épidermoïde à forme plurimamelonnée. 15

16 Endoscopie Tumeur endobronchique maligne à forme végétante, hémorragique. Cette image confirme le caractère sémiologique essentiel de l hémoptysie. 16

17 Cytologie endobronchique Cancer épidermoïde différencié mature Cellule «têtard» caractéristique (Tatpole cell) 17

18 Endoscopie Endoscopie endobronchique Carcinome bronchique microcellulaire Rétrécissement concentrique de la lumière bronchique dû à l envahissement sous-muqueux 18

19 Endoscopie Endoscopie trachéobronchique Cancer micro-cellulaire Aspect dit en «museau de tanche» au niveau de l extrémité inférieure de la trachée 19

20 Endoscopie Endoscopie endobronchique Cancers microcellulaires Aspect dit en «museau de tanche» 20

21 Cytologie endobronchique Cancer micro-cellulaire Aspect en «grains d avoine» caractéristique 21

22 Endoscopie En haut : cancer bronchique épidermoïde végétant (aspect en «névé» En bas : cancer bronchique micro-cellulaire infiltrant 22

23 Endoscopie Bronchographie lipiodolée : défect du tronc intermédiaire dû à la présence du carcinoïde bronchique 23

24 Endoscopie Photo endo-bronchique Enorme carcinoïde obstruant totalement l orifice de la bronche lobaire moyenne Le carcinoïde bronchique, considéré en général comme une tumeur bénigne, se présente comme une tumeur lisse et régulière ( aspect de «cerise» endobronchique) 24

25 Endoscopie Endoscopie bronchique Autre image de carcinoïde volumineux 25

26 Endoscopie Coupe histologique Cylindrome bronchique Il s agit ici d une autre variété de tumeur endobronchique bénigne 26

27 Coupes histologiques Lipome endo-bronchique Il s agit là aussi d une autre variété de tumeur bronchique bénigne 27

28 Endoscopie RT de face et de profil droit : atélectasie du lobe moyen coupe histologique : amyloïdose bronchique 28

29 Endoscopie Endoscopie bronchique «Bronche cardiaque» au cours d une insuffisance ventriculaire gauche, qui s est manifestée par des crachats hémoptoïques. 29

30 Endoscopie Tuberculose bronchique végétante, confirmée par la biopsie, située au niveau de l arbre bronchique droit 30

31 Endoscopie Endoscopie bronchique Fistules bronchiques post-pneumonectomie dues à des «lâchages» de sutures 31

32 Autofluorescence endobronchique Professeur D. ANTHOINE et Docteur O. MENARD CHU de NANCY Les clichés histologiques sont empruntés à l article du Professeur L. THIBERVILLE paru dans Imagerie des Cancers broncho-pulmonaires Astrazeneca 2004) 32

33 L auto-fluorescence en fibroscopie bronchique Il s agit d une nouvelle technique de dépistage précoce des anomalies de la muqueuse bronchique (états pré néoplasiques ou néoplasiques au début) 33

34 L auto-fluorescence endobronchique La technique est celle de toute endoscopie bronchique : Soit anesthésie générale Soit locale après prémédication importante Coût du matériel : actuellement à

35 L auto-fluorescence en fibroscopie bronchique Rappel des stades successifs de dégénérescence bronchique : 1 - Stades de «bas grades de malignité» : a - hyperplasie cellulaire (cellules normales) b - métaplasie cellulaire (cellules modifiées) c - dysplasie légère et modérée (apparition des premiers critères de malignité). 35

36 Dysplasie légère Coupe histologique de biopsie bronchique au niveau d une zone suspecte en fluorescence. 36

37 L auto-fluorescence en fibroscopie bronchique 2 Stades de «hauts grades de malignité : a - dysplasie sévère b - carcinome «in situ» ou intraépithélial c - carcinome invasif Cette classification concerne les carcinomes épidermoïdes 37

38 Dysplasie sévère Coupe histologique de biopsie bronchique au niveau d une zone suspecte en fluorescence. 38

39 Carcinome in-situ Coupe histologique de biopsie bronchique au niveau d une zone suspecte en fluorescence. 39

40 L auto-fluorescence endobronchique Principe de la technique : On illumine la muqueuse bronchique à l aide d une lumière blanche de 442 nm. On induit alors une autofluorescence de cette muqueuse. Il y a excitation des fluorophores. Les zones suspectes sont hypo-fluorescentes et apparaissent en vert foncé. 40

41 L auto-fluorescence endobronchique Ce phénomène est dû à la diminution des fluorophores dans la zone incriminée.(baisse de 20% de la fluorescence). On biopsie au niveau des zones suspectes. La sensibilité de cette technique va de 60 à 98%. La spécificité de 50 à 75%. 41

42 L auto-fluorescence endobronchique Cette technique en cours de développement s applique aux populations à «hauts risques» : Fumeurs Professions exposées (fer, amiante) Rendement : on découvre ainsi 10% de lésions de «haut grade» de malignité 60% de lésions de «bas grade» 42

43 L auto-fluorescence endobronchique Elle permet aussi le dépistage d anomalies endobronchiques au cours des cancers oesophagiens ou ORL Cette technique peut être couplée à d autres techniques (PET-SCAN) Les biopsies effectuées permettent de faire des recherches de marqueurs mutants, ou immunohistochimiques. 43

44 L auto-fluorescence endobronchique Autres indications de cette technique : En préopératoire d un cancer bronchique unilatéral, Recherche de lésions controlatérales à traiter. Dans la surveillance d un cancer bronchique traité, recherche de l apparition secondaire d autres lésions. 44

45 L auto-fluorescence endobronchique Il y a peu de faux négatifs. Les «faux positifs» peuvent s observer au niveau des zones hémorragiques, des zones de remaniements inflammatoires (BPCO par exemple) 45

46 L auto-fluorescence endobronchique Les examens itératifs ont montré Que les lésions de «bas grade» étaient peu évolutives. Que celles de «haut grade» (dysplasies sévères et cancer «in situ») pouvaient régresser après arrêt de l exposition toxique. 46

47 L autofluorescence endobronchique Conduite à tenir : Les lésions de «bas grade» doivent être surveillées tous les deux ans Les lésions de «haut grade» doivent être revues à 3 mois : si elles persistent ou s aggravent, il faut les traiter (cryothérapie ou PDT). 47

48 Autofluorescence bronchique LSD: aspect normal 48

49 Autofluorescence bronchique Pyramide basale gauche: aspect normal 49

50 Autofluorescence bronchique Plancher lobaire supérieur droit 50

51 Autofluorescence bronchique LSG: pétéchies (artefacts) 51

52 Autofluorescence bronchique Hyper vascularisation de l éperon de la LSD 52

53 Autofluorescence bronchique Éperon entre les basales du lobe inférieur gauche 53

54 Autofluorescence bronchique Dysplasie sévère de l éperon lobe moyen/ LID 54

55 Autofluorescence bronchique Carcinome in-situ du LID 55

56 Autofluorescence bronchique Lobaire supérieure gauche : Carcinome in-situ 56

57 Autofluorescence bronchique lobaire supérieure gauche Carcinome invasif 57

58 Autofluorescence bronchique Tronc intermédiaire. Extrémité inférieure Cancer invasif 58

59 Autofluorescence bronchique Tumeur du tronc intermédiaire avec aspect normal du LID 59

60 Laser endobronchique Light Amplification by Stimulated Emission of Radiation 60

61 Laser endobronchique 61

62 Laser endobronchique schémas techniques 62

63 Laser endobronchique Traitement par LASER YAG d un cancer épidermoïde végétant obstruant la lumière du tronc souche droit. 63

64 Laser endobronchique Traitement par LASER YAG d un cancer épidermoïde végétant obstruant la lumière du tronc souche droit 64

65 Laser endobronchique Traitement par LASER YAG d un cancer épidermoïde végétant obstruant la lumière de la bronche lobaire supérieure droite. 65

66 Laser endobronchique Traitement par LASER YAG d un cancer épidermoïde végétant obstruant la lumière du tronc intermédiaire droit. 66

PET- SCAN ou TEP. Son intérêt actuel en Cancérologie thoracique Professeur D. ANTHOINE CHU de NANCY et Docteur F. VAYLET Hôpital du Val-de-Grâce

PET- SCAN ou TEP. Son intérêt actuel en Cancérologie thoracique Professeur D. ANTHOINE CHU de NANCY et Docteur F. VAYLET Hôpital du Val-de-Grâce PET- SCAN ou TEP Son intérêt actuel en Cancérologie thoracique Professeur D. ANTHOINE CHU de NANCY et Docteur F. VAYLET Hôpital du Val-de-Grâce (certains de ces clichés proviennent de la monographie Astrazeneca

Plus en détail

Endoscopie bronchique et pathologies cancéreuses. Dr Rival Dr Pernet / Dr Polio Pneumologie CHUB

Endoscopie bronchique et pathologies cancéreuses. Dr Rival Dr Pernet / Dr Polio Pneumologie CHUB Endoscopie bronchique et pathologies cancéreuses Dr Rival Dr Pernet / Dr Polio Pneumologie CHUB Historique Début du siècle : bronchoscopie rigide Fin des années 60 : premières endoscopies souples Aujourd

Plus en détail

DES Pneumologie. Valéry Trosini-Désert- GH Pitié Salpêtrière 11 décembre 2015

DES Pneumologie. Valéry Trosini-Désert- GH Pitié Salpêtrière 11 décembre 2015 DES Pneumologie Valéry Trosini-Désert- GH Pitié Salpêtrière 11 décembre 2015 Nouvelles techniques en endoscopie bronchique concernent: 1. La pathologie tumorale 2. La pathologie non tumorale Pathologie

Plus en détail

APPLICATIONS DE LA MICROSCOPIE CONFOCALE A L ENDOSCOPIE DIGESTIVE. Thierry BARRIOZ CHU de POITIERS

APPLICATIONS DE LA MICROSCOPIE CONFOCALE A L ENDOSCOPIE DIGESTIVE. Thierry BARRIOZ CHU de POITIERS APPLICATIONS DE LA MICROSCOPIE CONFOCALE A L ENDOSCOPIE DIGESTIVE Thierry BARRIOZ CHU de POITIERS 3 L endomicroscopie confocale est une nouvelle technique d endoscopie diagnostique, faisant partie des

Plus en détail

Appareil respiratoire Conduite a tenir devant un nodule pulmonaire CONDUITE A TENIR DEVANT UN NODULE PULMONAIRE

Appareil respiratoire Conduite a tenir devant un nodule pulmonaire CONDUITE A TENIR DEVANT UN NODULE PULMONAIRE Appareil respiratoire Conduite a tenir devant un nodule pulmonaire 21/10/2013 LEONART Valérie L3 F. BARLESI 6 pages CONDUITE A TENIR DEVANT UN NODULE PULMONAIRE Plan A. Définition et Physiopathologie I.

Plus en détail

LESIONS ACR3 EN MAMMOGRAPHIE ET ECHOGRAPHIE: définition, conduite àtenir. Dr M GAYET, Dr M FONSECA, Dr V CALMELS CHU Bicêtre

LESIONS ACR3 EN MAMMOGRAPHIE ET ECHOGRAPHIE: définition, conduite àtenir. Dr M GAYET, Dr M FONSECA, Dr V CALMELS CHU Bicêtre LESIONS ACR3 EN MAMMOGRAPHIE ET ECHOGRAPHIE: définition, conduite àtenir Dr M GAYET, Dr M FONSECA, Dr V CALMELS CHU Bicêtre Définition ACR 3: Anomalie probablement bénigne Risque de malignité inférieur

Plus en détail

INTÉRÊT DE LA CYTOPONCTION DANS L EXPLORATION DES NODULES FROIDS DE LA THYROÏDE

INTÉRÊT DE LA CYTOPONCTION DANS L EXPLORATION DES NODULES FROIDS DE LA THYROÏDE 5 ÈME CONGRÈS NATIONAL 01 AU 03 OCTOBRE 2015 INTÉRÊT DE LA CYTOPONCTION DANS L EXPLORATION DES NODULES FROIDS DE LA THYROÏDE DR SAADAOUI.E ; DR DJILALI AIAD.k CHU SIDI BELABBES - SERVICE ORL INTRODUCTION

Plus en détail

TRAITEMENT ENDOSCOPIQUE DES CANCERS BRONCHIQUES. Bertrand DELCLAUX Centre Hospitalier de Troyes

TRAITEMENT ENDOSCOPIQUE DES CANCERS BRONCHIQUES. Bertrand DELCLAUX Centre Hospitalier de Troyes TRAITEMENT ENDOSCOPIQUE DES CANCERS BRONCHIQUES Bertrand DELCLAUX Centre Hospitalier de Troyes 1) Techniques endoscopiques 1.1) Bronchoscopie rigide 1.2) Thermocoagulation de haute fréquence 1.3) Cryothérapie

Plus en détail

Cas clinique cancer du poumon

Cas clinique cancer du poumon 10 e Forum National de l Omnipraticien El Hamma, Alger 21 & 22 Mai 2014 Cas clinique cancer du poumon Dr F.Ait Daoud Pr.H.Mahfouf SOMUR.EPH ROUIBA Homme 59 ans, sans antécédents pathologiques particuliers,

Plus en détail

Docteur Antoine MONET Centre d Imagerie Fonctionnelle Clinique Saint Augustin - Bordeaux. Jeudi 25 Septembre 2008

Docteur Antoine MONET Centre d Imagerie Fonctionnelle Clinique Saint Augustin - Bordeaux. Jeudi 25 Septembre 2008 Docteur Antoine MONET Centre d Imagerie Fonctionnelle Clinique Saint Augustin - Bordeaux Jeudi 25 Septembre 2008 Indications oncologiques Indications issues des SOR (standards, options et recommandations).

Plus en détail

Les différents types de cancers et leurs stades. Dr Richard V Oncologie MédicaleM RHMS Baudour et Erasme La Hulpe 1/12/07

Les différents types de cancers et leurs stades. Dr Richard V Oncologie MédicaleM RHMS Baudour et Erasme La Hulpe 1/12/07 Les différents types de cancers et leurs stades Dr Richard V Oncologie MédicaleM RHMS Baudour et Erasme La Hulpe 1/12/07 CARCINOGENESE multiple steps, accumulation d altd altérations continuum lésionnel

Plus en détail

Dépistage du cancer colorectal. Paul Wiesel gastroentérologue FMH Lausanne www.drpaulwiesel.ch

Dépistage du cancer colorectal. Paul Wiesel gastroentérologue FMH Lausanne www.drpaulwiesel.ch Dépistage du cancer colorectal Paul Wiesel gastroentérologue FMH Lausanne www.drpaulwiesel.ch Des rectorragies hémorroïdaires? découverte de 5 minuscules polypes à 32 ans 16 ans plus tard quelques polypes

Plus en détail

Antiagrégants plaquettaires : prise en compte des risques thrombotique et hémorragique lors d une endoscopie bronchique chez le coronarien

Antiagrégants plaquettaires : prise en compte des risques thrombotique et hémorragique lors d une endoscopie bronchique chez le coronarien SYNTHÈSE DE LA RECOMMANDATION DE BONNE PRATIQUE Antiagrégants plaquettaires : prise en compte des risques thrombotique et lors d une endoscopie bronchique chez le coronarien Les antiagrégants plaquettaires

Plus en détail

Thierry PONCHON. Quelles sont les indications des colorations en endoscopie? Colorations chimiques ou virtuelles

Thierry PONCHON. Quelles sont les indications des colorations en endoscopie? Colorations chimiques ou virtuelles Thierry PONCHON Quelles sont les indications des colorations en endoscopie? Colorations chimiques ou virtuelles Connaître les différentes colorations Connaître les indications et leur niveau de preuve

Plus en détail

Marion GILBERT Simon CHAUVEAU. DES pneumologie 11 avril 2014

Marion GILBERT Simon CHAUVEAU. DES pneumologie 11 avril 2014 Marion GILBERT Simon CHAUVEAU DES pneumologie 11 avril 2014 Contexte Dépistage du cancer poumon : Santé publique Par scanner injecté (low dose) : Baisse de la mortalité (-20%) : NLSTrial (USA) 2011: «The

Plus en détail

La prescription d un examen d imagerie thoracique doit être raisonnée et motivée Le problème à résoudre doit être clairement exprimé :

La prescription d un examen d imagerie thoracique doit être raisonnée et motivée Le problème à résoudre doit être clairement exprimé : Indications des examens d imageried en pathologie thoracique Partie 1 M El Hajjam et P Lacombe La prescription d un examen d imagerie thoracique doit être raisonnée et motivée Le problème à résoudre doit

Plus en détail

CANCER DE LA PROSTATE

CANCER DE LA PROSTATE CANCER DE LA PROSTATE Il peut se présenter sous la forme d une tumeur localisée (circonscrite à la prostate) ou sous une forme évoluée, avec des métastases ganglionnaires et osseuses. La prostate est une

Plus en détail

Définitions : tumeur. Une tumeur : prolifération anormale de cellules (bénigne ou maligne). Peut toucher tous les tissus vivants.

Définitions : tumeur. Une tumeur : prolifération anormale de cellules (bénigne ou maligne). Peut toucher tous les tissus vivants. Les tumeurs Définitions : tumeur Une tumeur : prolifération anormale de cellules (bénigne ou maligne). Peut toucher tous les tissus vivants. Définitions : tumeur bénigne Tumeur bénigne : -néoformation

Plus en détail

Seules les trisomies 13, 18 et 21 sont concernées dans le test génétique non invasif.

Seules les trisomies 13, 18 et 21 sont concernées dans le test génétique non invasif. 1 Normalement, chaque individu a dans chacune de ces cellules 23 paires de chromosomes numérotées de 1 à 22, la 23ème paire étant la paire des chromosomes sexuels. Une des anomalies chromosomiques les

Plus en détail

N1: ganglions métastatiques hilaires ou péri-bronchiques homolatéraux

N1: ganglions métastatiques hilaires ou péri-bronchiques homolatéraux Bilan d extension ganglionnaire du cancer bronchique B Padovani, D Ducreux, S Stolear, A Ocelli, E Giordana, L Mondot, S Chanalet, CP Raffaelli, P Carrier Extension ganglionnaire Élément essentiel de l

Plus en détail

J. Maladie du sein. Sommaire 01 J 02 J 03 J 04 J 05 J 06 J 07 J 08 J 09 J 10 J 11 J 12 J 13 J 14 J 15 J 16 J 17 J 18 J 19 J

J. Maladie du sein. Sommaire 01 J 02 J 03 J 04 J 05 J 06 J 07 J 08 J 09 J 10 J 11 J 12 J 13 J 14 J 15 J 16 J 17 J 18 J 19 J J. Maladie du sein Sommaire 1 J 2 J 3 J 4 J 5 J 6 J 7 J 8 J 9 J 1 J 11 J 12 J 13 J 14 J 15 J 16 J 17 J 18 J 19 J Dépistage : femmes de moins de 4 ans sans risque génétique... 1 Dépistage : femmes de 4-49

Plus en détail

CANCER DE L OESOPHAGE

CANCER DE L OESOPHAGE - 1/6- Lundi 19/03/07 13h30>15h30 UF : affections digestives Les pathologies en digestif Dr Cabasset CANCER DE L OESOPHAGE I/ EPIDEMIOLOGIE : L incidence dans le monde varie de 1 à 160 pour 100 000. En

Plus en détail

Quelques messages et points clés.

Quelques messages et points clés. Quelques messages et points clés. 40 On répétera que ce test n est pas un caryotype, que c est un test qui est réalisé à partir d un ADN qui provient de cellules trophoblastiques, donc on s attend dans

Plus en détail

CHIRURGIE DANS LES CANCERS DU SEIN

CHIRURGIE DANS LES CANCERS DU SEIN CHIRURGIE DANS LES CANCERS DU SEIN FORMATION IDE ONCOLOGIE-HÉMATOLOGIE «Connaissance de la maladie cancéreuse» T. de Lapparent, unité de pathologie mammaire, CHBM PLAN Définitions Place de la chirurgie

Plus en détail

Massage et cancer Partie 1

Massage et cancer Partie 1 http://blog.cliniquealtermed.com/massage et cancer partie 1/407 Massage et cancer Partie 1 Publié le 5 septembre 2011 par Johanne Roussy Au cours de ma pratique, j entends souvent de nombreux commentaires

Plus en détail

Le médiastin est classiquement divisé en 3 compartiments. 1: Médiastin antérieur 2: Médiastin moyen 3: Médiastin postérieur

Le médiastin est classiquement divisé en 3 compartiments. 1: Médiastin antérieur 2: Médiastin moyen 3: Médiastin postérieur LE MEDIASTIN: DU PLUS SIMPLE AU PLUS COMPLIQUE D.Ducreux, A Ocelli, S Stolear, E Giordana, L Mondot, B Padovani CHU Nice, Hôpital Pasteur Le médiastin est classiquement divisé en 3 compartiments 1: Médiastin

Plus en détail

PATHOLOGIE MAMMAIRE. Plan de cours I RAPPEL STRUCTURAL. II - MOYENS D ETUDE A - Aspiration à l aiguille fine : orientation diagnostique

PATHOLOGIE MAMMAIRE. Plan de cours I RAPPEL STRUCTURAL. II - MOYENS D ETUDE A - Aspiration à l aiguille fine : orientation diagnostique 1 Plan de cours I RAPPEL STRUCTURAL II - MOYENS D ETUDE A - Aspiration à l aiguille fine : orientation diagnostique B - Ponction à l aiguille tournante (drill biopsie) ou tranchante (trucut) C - Tumorectomie

Plus en détail

SONDES DE SPÉCIALITÉS

SONDES DE SPÉCIALITÉS SONDES DE SPÉCIALITÉS SONDES DE SPECIALITES 2 SONDES MICROLARYNGEES Utilisation, service rendu: Anesthésie ORL (pour les chirurgies du larynx) : encombrement minimal pour ne pas gêner le chirurgien Spécificités

Plus en détail

Les tumeurs osseuses

Les tumeurs osseuses Janvier 2014 Fiche tumeur Prise en charge des adolescents et jeunes adultes Les tumeurs osseuses LE SARCOME D EWING Auteurs L OSTEOSARCOME Dr Perrine MAREC-BERARD Tous droits réservés. Reproduction interdite.

Plus en détail

CONDUITE A TENIR DEVANT UN NODULE DE LA THYROIDE

CONDUITE A TENIR DEVANT UN NODULE DE LA THYROIDE CONDUITE A TENIR DEVANT UN NODULE DE LA THYROIDE * Groupe médico-chirurgical 25 avenue Jean MEDECIN 0600 NICE FREDERIC BRACCINI L attitude à adopter devant la découverte d un nodule thyroïdien revient

Plus en détail

Dépistage, caractérisation, bilan d'extension

Dépistage, caractérisation, bilan d'extension UE : Biopathologie moléculaire, cellulaire et tissulaire Imagerie des cancers Date : 08/02/12 Promo : PCEM2 Plage horaire : 16h-17h Enseignant : Pr. Trillaud. H Ronéistes : ASSIER Cécilia ceciliaassier@gmail.com

Plus en détail

Quelle conduite chirurgicale faut-il tenir devant un Polype Adénomateux«Transformé»? Philippe Lasser

Quelle conduite chirurgicale faut-il tenir devant un Polype Adénomateux«Transformé»? Philippe Lasser Quelle conduite chirurgicale faut-il tenir devant un Polype Adénomateux«Transformé»? Philippe Lasser Adénome «Transformé» Adénome présentant un foyer localisé ou étendu d un adénocarcinome superficiel,

Plus en détail

Diagnotic différentiel

Diagnotic différentiel CEC Labial Lésion ulcérée plus ou moins infiltrante, saignotante persistante: biopsie+++ 90% de cancers de la lèvre Plus fréquent sur la lèvre inférieure H>F Après 60 ans 2 étiologies Chéliite actinique

Plus en détail

CARCINOME BASO CELLULAIRE

CARCINOME BASO CELLULAIRE CARCINOMES CARCINOME BASO CELLULAIRE Développé au dépend des kératinocytes En France :70 cas/100 000 hab/an.facteur causal= exposition solaire+++, 85% surviennent sur des zones photoexposées Ne métastase

Plus en détail

III CRITERES POUR CHOISIR UN COUPLE DE FLUOROPHORES

III CRITERES POUR CHOISIR UN COUPLE DE FLUOROPHORES Page : 17/ 77 III CRITERES POUR CHOISIR UN COUPLE DE FLUOROPHORES Le choix d un couple donneur-accepteur dépend de la technique utilisée (FRET, TR- FRET, BRET, etc.) et des molécules disponibles pour ces

Plus en détail

FROTTIS CERVICO-UTERIN EN MILIEU LIQUIDE : QUELS AVANTAGES PRATIQUES POUR LE PRATICIEN?

FROTTIS CERVICO-UTERIN EN MILIEU LIQUIDE : QUELS AVANTAGES PRATIQUES POUR LE PRATICIEN? FROTTIS CERVICO-UTERIN EN MILIEU LIQUIDE : QUELS AVANTAGES PRATIQUES POUR LE PRATICIEN? M. Courtade-Saïdi, L. Collin, J. Aziza UF d Histologie-Cytologie - Service d Anatomie Pathologique et Histologie-Cytologie

Plus en détail

Recherche petit animal en pratique A quoi ça sert? L Fournier Hôpital Européen Georges Pompidou Laboratoire de Recherche en Imagerie, UMR970

Recherche petit animal en pratique A quoi ça sert? L Fournier Hôpital Européen Georges Pompidou Laboratoire de Recherche en Imagerie, UMR970 Recherche petit animal en pratique A quoi ça sert? L Fournier Hôpital Européen Georges Pompidou Laboratoire de Recherche en Imagerie, UMR970 Deux objectifs différents 1. Améliorer l imagerie des cancers

Plus en détail

Donner de la vie aux années ou rajouter des années à la vie?

Donner de la vie aux années ou rajouter des années à la vie? Donner de la vie aux années ou rajouter des années à la vie? «Rôle des inhibiteurs de l angiogenèse dans le traitement et la prise en charge des cancers avancés de la prostate.» Résumé du Symposium ABBOTT

Plus en détail

Le carcinome mammaire chez l'homme est exceptionnel, représentant environ 1 % de l'ensemble des cancers mammaires.

Le carcinome mammaire chez l'homme est exceptionnel, représentant environ 1 % de l'ensemble des cancers mammaires. Le carcinome mammaire chez l'homme est exceptionnel, représentant environ 1 % de l'ensemble des cancers mammaires. Environ 300 hommes par an sont diagnostiqués comme ayant un cancer du sein. L'âge moyen

Plus en détail

Outil Interactif Pédagogique En Coloscopie Virtuelle: O.Suaud, J.N. Dacher, C. Savoye Collet Radiologie Centrale

Outil Interactif Pédagogique En Coloscopie Virtuelle: O.Suaud, J.N. Dacher, C. Savoye Collet Radiologie Centrale Outil Interactif Pédagogique En Coloscopie Virtuelle: Les Images Pièges au quotidien O.Suaud, J.N. Dacher, C. Savoye Collet Radiologie Centrale CHU Charles Nicolle, Rouen-France Introduction La coloscopie

Plus en détail

radiologiques afin d approcher leur nature bénigne ou maligne

radiologiques afin d approcher leur nature bénigne ou maligne Microcalcifications mammaires :comment s en sortir? J El Azizi El Alaoui, R Latib, B Benayada, L Jroundi, I Chami, N Boujida Service d Imagerie Médicale Institue d Oncologie Rabat Maroc Introduction L

Plus en détail

Diagnostic et traitement des lésions néoplasiques du tube digestif

Diagnostic et traitement des lésions néoplasiques du tube digestif Diagnostic et traitement des lésions néoplasiques du tube digestif Frédéric Prat, Hôpital Cochin, Université Paris-Descartes, Paris Euro-Pharmat, Lyon, octobre 2011 Méthodes et outils pour le DIAGNOSTIC

Plus en détail

Néoplasie intraépithéliale vulvaire (NIV)

Néoplasie intraépithéliale vulvaire (NIV) Néoplasie intraépithéliale vulvaire (NIV) Avertissement Ces renseignements ont été préparés par L Hôpital d Ottawa et ne visent pas à remplacer les conseils d un fournisseur de soins de santé qualifié.

Plus en détail

CONCEPT DU GANGLION SENTINELLE

CONCEPT DU GANGLION SENTINELLE 1 CONCEPT DU GANGLION SENTINELLE En 1994, GIULIANO (Annal of Surgery) applique le concept du ganglion sentinelle dans la prise en charge chirurgicale du cancer du sein. Les bénéfices attendus sont : -

Plus en détail

Recommandations de prise en charge mammaire des femmes porteuses d une mutation BRCA1 ou BRCA2

Recommandations de prise en charge mammaire des femmes porteuses d une mutation BRCA1 ou BRCA2 Recommandations de prise en charge mammaire des femmes porteuses d une mutation BRCA1 ou BRCA2 AUTOEXAMEN MAMMAIRE non préconisé si demande de la patiente : se rapprocher du gynécologue pour apprentissage

Plus en détail

amiante RISQUES POUR LA SANTE Informations à destination des Mairies de l Ain Dr P. POROT ASTBTP DE L AIN

amiante RISQUES POUR LA SANTE Informations à destination des Mairies de l Ain Dr P. POROT ASTBTP DE L AIN amiante RISQUES POUR LA SANTE Informations à destination des Mairies de l Ain Dr P. POROT ASTBTP DE L AIN L amiante, roche fibreuse, comprend 2 groupes: -Les serpentines, dont la chrysotile («amiante blanc»),

Plus en détail

KCE Report 194 & 226 Cancer de la prostate localisé 1 1. ALGORITHME

KCE Report 194 & 226 Cancer de la prostate localisé 1 1. ALGORITHME KCE Report 194 & 226 Cancer de la prostate localisé 1 1. ALGORITHME 2 Cancer de la Prostate Localisé KCE Report 194 & 226 2. RECOMMANDATIONS Le rapport scientifique contenant plus d information de base

Plus en détail

Tumeurs du foie. Item 151. GRANDVALLET Céline DCEM3

Tumeurs du foie. Item 151. GRANDVALLET Céline DCEM3 Tumeurs du foie Item 151 GRANDVALLET Céline DCEM3 - Le foie peut être le siège de différentes tumeurs : bénignes ou malignes. - Les différents examens d imagerie sont des outils performants qui nous permettent

Plus en détail

TUMEURS DU BAS APPAREIL URINAIRE

TUMEURS DU BAS APPAREIL URINAIRE 1 Plan de cours I - TUMEURS PRIMITIVES DE LA VESSIE c1 - Tumeurs papillaires non infiltrantes c2 - Tumeurs papillaires infiltrantes c3 - Carcinome in-situ en muqueuse plane D - Pronostic : II - TUMEURS

Plus en détail

Surveillance. Éléments de la surveillance. Principe : alternance. Examen d imagerie. Examen clinique. Le suivi post thérapeutique en ville

Surveillance. Éléments de la surveillance. Principe : alternance. Examen d imagerie. Examen clinique. Le suivi post thérapeutique en ville Le suivi post thérapeutique en ville Surveillance Docteur Elisabeth LUPORSI Centre Alexis Vautrin-CHU 25 mai 2012 Strasbourg CNGOF Quelle indications? Quel rythme? Que surveiller? Quand changer l hormonothérapie?

Plus en détail

EPILATION DEFINITIVE AU LASER ET A LA LAMPE FLASH

EPILATION DEFINITIVE AU LASER ET A LA LAMPE FLASH EPILATION DEFINITIVE AU LASER ET A LA LAMPE FLASH Technique : Quelque soit le type de poil, l épilation peut être définitive. Diverses techniques peuvent être utilisées, que ce soit le laser ND Yag (épilation

Plus en détail

Limiter les douleurs liées aux soins et aux actes médicaux

Limiter les douleurs liées aux soins et aux actes médicaux Limiter les douleurs liées aux soins et aux actes médicaux Est-ce que ça va faire mal? Pour que chaque soin se déroule au mieux Les traitements utiles pour éviter ou diminuer la douleur 72 73 75 De nombreux

Plus en détail

ETUDE DE L ORGANISATION CELLULAIRE

ETUDE DE L ORGANISATION CELLULAIRE METHODES D ETUDE DE LA CELLULE ETUDE DE L ORGANISATION CELLULAIRE Techniques morphologiques 1 Les microscopes Les microscopes utilisent la déviation d un flux ondulatoire de particules, soit non chargées

Plus en détail

EN L ATTEINTE THORACIQUE AU COURS DE LA GRIPPE A H1N1

EN L ATTEINTE THORACIQUE AU COURS DE LA GRIPPE A H1N1 ASPECTSENIMAGERIEDE EN L ATTEINTE THORACIQUE AU COURS DE LA GRIPPE A H1N1 Hantous-Zannad S., Trabelsi S., Ridène I., Zidi A, Baccouche I., Belkhouja K., Ben Romdhane K., Besbes M., Ghedira H., Ben Miled-M

Plus en détail

LE CANCER DU COLON et du RECTUM

LE CANCER DU COLON et du RECTUM LE CANCER DU COLON et du RECTUM Quelle fréquence et gravité en France? Comment le dépister? Comment le prévenir? Qui est à risque? Service de Gastro Entérologie Nutrition Hôpital Rangueil CHU de Toulouse

Plus en détail

CANCER DU SEIN QUELLES MODALITÉS DE DÉPISTAGE, POUR QUELLES FEMMES?

CANCER DU SEIN QUELLES MODALITÉS DE DÉPISTAGE, POUR QUELLES FEMMES? CANCER DU SEIN QUELLES MODALITÉS DE DÉPISTAGE, POUR QUELLES FEMMES? Chaque année, près de 49 000 cas de cancer du sein sont détectés et 11 900 femmes décèdent des suites de cette maladie. Pourtant, détecté

Plus en détail

Cancers de l hypopharynx

Cancers de l hypopharynx Cancers de l hypopharynx A- GENERALITES 1) Epidémiologie Cancer fréquent et de pronostic grave du fait de son évolution insidieuse et de son caractère lymphophile. C est quasiment toujours un carcinome

Plus en détail

Intérêts et limites de la cytoponction à l aiguille fine de la thyroïde

Intérêts et limites de la cytoponction à l aiguille fine de la thyroïde Dr Monique RIVES-ANZIEU Dr Bernard ANZIEU Dr Carole MUSSO-RIGAL OCCITANIE PATHOLOGIE Intérêts et limites de la cytoponction à l aiguille fine de la thyroïde I - Introduction Intérêts : - geste simple,

Plus en détail

Atelier 1: Oncogénétique. O. Cohen-Haguenauer, M. Albiter, N. Espié, L. Cahen-Doidy

Atelier 1: Oncogénétique. O. Cohen-Haguenauer, M. Albiter, N. Espié, L. Cahen-Doidy Atelier 1: Oncogénétique O. Cohen-Haguenauer, M. Albiter, N. Espié, L. Cahen-Doidy 2 Cas clinique Mme L C Historique Patiente âgée de 61 ans 1998 -Traitement conservateur d un CLI (carcinome lobulaire

Plus en détail

Prise en charge des nodules thyroïdiens. Dr Béatrice Godouet-Getti 21 Novembre 2013

Prise en charge des nodules thyroïdiens. Dr Béatrice Godouet-Getti 21 Novembre 2013 Prise en charge des nodules thyroïdiens Dr Béatrice Godouet-Getti 21 Novembre 2013 Recommandations Américaines 2009, Européennes 2010, Françaises 2011 Généralités sur les nodules thyroïdiens Nodules cliniques

Plus en détail

Les Signes évocateurs de cancer ORL

Les Signes évocateurs de cancer ORL Les Signes évocateurs de cancer ORL J. Carvalho, A. Dupret-Bories, Ph. Schultz Service d ORL et chirurgie cervico-faciale Hôpital de Hautepierre Objectifs : savoir reconnaître précocement un cancer ORL

Plus en détail

Infection par le HPV, papillomavirus

Infection par le HPV, papillomavirus Page 1 sur 6 Infection par le HPV, papillomavirus humain Les différents stades de l'infection par HPV jusqu'au développement de lésions malignes. Les sérotypes HPV, oncogènes, retrouvés dans quasiment

Plus en détail

IRM Mammaire Quelles indications en 2014? Dr Marie Hélène CARACO

IRM Mammaire Quelles indications en 2014? Dr Marie Hélène CARACO IRM Mammaire Quelles indications en 2014? Dr Marie Hélène CARACO 1 Introduction a IRM : imagerie de l angiogénèse tumorale améliore la sensibilité de détection (> 90 %) par contre faible spécificité (70

Plus en détail

IRM mammaire : quelles indications?

IRM mammaire : quelles indications? JIM.fr 05 mars 2015 IRM mammaire : quelles indications? Centre d imagerie médicale JURAS, Paris Service de radiodiagnosic, Hôpital René Huguenin, Institut CURIE L'IRM améliore la détection des tumeurs

Plus en détail

Cancers du larynx. Bilan initial d un patient présentant un cancer du larynx

Cancers du larynx. Bilan initial d un patient présentant un cancer du larynx Cancers du larynx Bilan initial d un patient présentant un cancer du larynx - Examen clinique ORL : laryngoscopie indirecte, fibroscopie avec étude de la mobilité laryngée +++, palpation des aires ganglionnaires

Plus en détail

Le cancer colorectal et son dépistage

Le cancer colorectal et son dépistage Qu est-ce-que c est? Le cancer colorectal est une tumeur maligne de la muqueuse du côlon ou du rectum. Le côlon et le rectum constituent la dernière partie du tube digestif. La majorité des cancers colorectaux

Plus en détail

Les macrobiopsies mammaires sous guidage échographique : à propos de 424 cas le mammotome HH Ronan Plantade, Centre Nice Europe/NICE Journées

Les macrobiopsies mammaires sous guidage échographique : à propos de 424 cas le mammotome HH Ronan Plantade, Centre Nice Europe/NICE Journées Les macrobiopsies mammaires sous guidage échographique : à propos de 424 cas le mammotome HH Ronan Plantade, Centre Nice Europe/NICE Journées Françaises de Radiologie Paris, 10-15 Octobre 2005 L objectif

Plus en détail

Sarcomes des tissus mous Liposarcome Pr. Philippe PELISSIER

Sarcomes des tissus mous Liposarcome Pr. Philippe PELISSIER Liposarcome Pr. Philippe PELISSIER Service de Chirurgie Plastique Centre F.X. Michelet CHU de Bordeaux www.e-plastic.fr Cellule adipeuse Source de cellules souches Source de facteurs de croissance Possibilité

Plus en détail

ZOOM ENDOSCOPIQUE (Non codé)

ZOOM ENDOSCOPIQUE (Non codé) COLORATION ET/OU TATOUAGE DE LA PAROI DU TUBE DIGESTIF, AU COURS D'UNE ENDOSCOPIE DIAGNOSTIQUE (code : HZHE004 sous-chapitre : 18.02.07.03) ZOOM ENDOSCOPIQUE (Non codé) MAI 2006 Service évaluation des

Plus en détail

Adénopathies tuberculeuses Tuberculose ganglionnaire

Adénopathies tuberculeuses Tuberculose ganglionnaire Adénopathies tuberculeuses Tuberculose ganglionnaire Rappel anatomique Les adénopathies médiastinales tuberculeuses sont : Parfois unilatérales (latéro-trachéales ) Le plus souvent bilatérales et asymétriques

Plus en détail

Pathologies pleuro-pulmonaires liées à l amiante

Pathologies pleuro-pulmonaires liées à l amiante Pathologies pleuro-pulmonaires liées à l amiante Pathologies pulmonaires Non cancéreuses Asbestose Fibrose pulmonaire Cancéreuses Carcinome broncho-pulmonaire Eric VAN AERDE 2 Pathologies pleurales Non

Plus en détail

mise au point - LES CRITERES DE LUGANO - Marie Luporsi IHN médecine nucléaire

mise au point - LES CRITERES DE LUGANO - Marie Luporsi IHN médecine nucléaire mise au point - LES CRITERES DE LUGANO - Marie Luporsi IHN médecine nucléaire Plus de 25 sous types de lymphomes: 65% de lymphomes agressifs 35% de lymphomes indolents Age moyen au diagnostic pour LMNH:

Plus en détail

Dépistage du cancer du sein, le modèle de préven6on contre dit par les faits SFTG 27/04/2012 Drs Duperray / Junod (aucun conflit d intérêt)

Dépistage du cancer du sein, le modèle de préven6on contre dit par les faits SFTG 27/04/2012 Drs Duperray / Junod (aucun conflit d intérêt) Dépistage du cancer du sein, le modèle de préven6on contre dit par les faits SFTG 27/04/2012 Drs Duperray / Junod (aucun conflit d intérêt) Modèle théorique jus6fiant le dépistage : la taille de l image

Plus en détail

I. Stratégie diagnostique face à une anomalie clinique du sein

I. Stratégie diagnostique face à une anomalie clinique du sein STRATÉGIE DIAGNOSTIQUE FACE À UNE ANOMALIE CLINIQUE OU INFRACLINIQUE DU SEIN I. Stratégie diagnostique face à une anomalie clinique du sein 1. Anomalie à la palpation (ou à l inspection : capiton, rétraction

Plus en détail

Un dépistage précoce. est-il possible ou envisageable. pour le cancer primitif du poumon?

Un dépistage précoce. est-il possible ou envisageable. pour le cancer primitif du poumon? Un dépistage précoce est-il possible ou envisageable pour le cancer primitif du poumon? Cancer primitif du poumon une fréquence majeure 40 000 nouveaux cas / an en France 2e cancer chez l'homme (après

Plus en détail

Tumeurs primitives de la plèvre Mésothéliome malin Collège Français des Pathologistes (CoPath)

Tumeurs primitives de la plèvre Mésothéliome malin Collège Français des Pathologistes (CoPath) Tumeurs primitives de la plèvre Mésothéliome malin Collège Français des Pathologistes (CoPath) 2013 1 Table des matières Préambule... 3 1. Prérequis... 3 2. Mésothéliome malin... 3 2.1. Généralités...

Plus en détail

Impression de documents avec Optymo

Impression de documents avec Optymo Impression de documents avec Optymo Notes de lecture : dans ce document, les textes soulignés font référence aux libellés des fenêtres ou aux libellés associés à des boutons d Optymo. Les textes en caractères

Plus en détail

Bulletin d information N 10

Bulletin d information N 10 Bulletin d information N 10 Vous trouverez ci- dessous des précisions sur les évolutions ou corrections mises à votre disposition ce Jeudi 20 Janvier 2005 au matin. 1. L ECRAN BAV A mi-février 2005, l

Plus en détail

Gynécologue et médecin de famille

Gynécologue et médecin de famille Gynécologue et médecin de famille Tous les deux ans dès 50 ans, les femmes sont invitées à faire une mammographie de dépistage dans le cadre d un programme lorsque leur canton ou région en dispose. Le

Plus en détail

Cancer de l Endomètre : Désescalade chirurgicale

Cancer de l Endomètre : Désescalade chirurgicale Cancer de l Endomètre : Désescalade chirurgicale Pr Raffaèle FAUVET Service de Gynécologie Obstétrique CHU CAEN Cancer de l endomètre - Cancer gynécologique le plus fréquent (13,6/100.000 femmes) - 3 ème

Plus en détail

Recommandations régionales Prise en charge des carcinomes cutanés

Recommandations régionales Prise en charge des carcinomes cutanés Recommandations régionales Prise en charge des carcinomes cutanés - décembre 2009 - CARCINOMES BASOCELLULAIRES La chirurgie : traitement de référence et de 1 ère intention Classification clinique et histologique

Plus en détail

LE CANCER DU RECTUM. Quelle stratégie de prise en charge initiale? Théo Martin Moreau

LE CANCER DU RECTUM. Quelle stratégie de prise en charge initiale? Théo Martin Moreau LE CANCER DU RECTUM Quelle stratégie de prise en charge initiale? Théo Martin Moreau RAPPELS SUR LE CANCER DU RECTUM: Incidence: 12000 nouveaux cas par an (1/3 des CCR). Adénocarcinomes dans 95% des cas.

Plus en détail

Chaque année, près de 49 000 cas de cancers du sein sont détectés et 11 900 femmes

Chaque année, près de 49 000 cas de cancers du sein sont détectés et 11 900 femmes AIDE À LA PRATIQUE Cancer du sein Quelles modalités de dépistage, pour quelles femmes? Chaque année, près de 49 000 cas de cancers du sein sont détectés et 11 900 femmes décèdent des suites de cette maladie.

Plus en détail

KEMENN LABO. Développement photo et portfolio. Kemenn labo est une solution de développement photos en ligne.

KEMENN LABO. Développement photo et portfolio. Kemenn labo est une solution de développement photos en ligne. KEMENN LABO Développement photo et portfolio Kemenn labo est une solution de développement photos en ligne. Cette solution regroupe 2 parties, une partie «développement photos simple» et une partie «portfolio».

Plus en détail

Bilan d une toux chronique (> 8 semaines)

Bilan d une toux chronique (> 8 semaines) Bilan d une toux chronique (> 8 semaines) Auteur : A. Taytard (Mis à jour le 16/12/2007) www.respir.com La démarche diagnostique repose sur l'interrogatoire, l'examen clinique et la pratique d'une radiographie

Plus en détail

Importance de la stadification médiastinale en cas de cancer du poumon ONCOLOGIE THORACIQUE

Importance de la stadification médiastinale en cas de cancer du poumon ONCOLOGIE THORACIQUE ONCOLOGIE THORACIQUE Peer-reviewed article Stadification ganglionnaire médiastinale du cancer du poumon: nouveaux concepts Kurt G. Tournoy Oncologie thoracique, Onze-Lieve-Vrouw Ziekenhuis Aalst; Universiteit

Plus en détail

Ordonnance sur la transplantation d organes, de tissus et de cellules d origine humaine

Ordonnance sur la transplantation d organes, de tissus et de cellules d origine humaine Ordonnance sur la transplantation d organes, de tissus et de cellules d origine humaine (Ordonnance sur la transplantation) Modification du 10 septembre 2008 Le Conseil fédéral suisse arrête: I L ordonnance

Plus en détail

LES CIGARETTES LÉGÈRES SONT-ELLES MOINS NOCIVES?

LES CIGARETTES LÉGÈRES SONT-ELLES MOINS NOCIVES? LS IGATTS LÉGÈS SONT-LLS MOINS NOIVS? Journaliste : M. D. Duterte VM productions, 1999 Durée : 01 min 9 s Ainsi donc, les fumeurs qui se donnaient bonne conscience en fumant des cigarettes légères ont

Plus en détail

Programme Mammographie. Les examens complémentaires

Programme Mammographie. Les examens complémentaires Programme Mammographie Les examens complémentaires Le saviez-vous? Les différents examens complémentaires à une mammographie de dépistage servent bien souvent à exclure un cancer. Une intervention chirurgicale

Plus en détail

L hyperméthylation des gènes suppresseurs de tumeur comme marqueur en cancérologie

L hyperméthylation des gènes suppresseurs de tumeur comme marqueur en cancérologie L hyperméthylation des gènes suppresseurs de tumeur comme marqueur en cancérologie Florence de Fraipont UF Cancérologie Biologique et Biothérapie, pôle de Biologie, CHU Grenoble Définitions Méthodes d

Plus en détail

Règlementation Thermique des Bâtiments Neufs

Règlementation Thermique des Bâtiments Neufs Fiche d application RT2005 : Bâtiments accolés Date Modification Version 15/10/2008 3 06/06/2012 Fiche pour RT2005 4 Préambule Cette fiche d application apporte des précisions sur la prise en compte des

Plus en détail

Outil d autoévaluation pour améliorer la qualité d un service de garde en milieu scolaire

Outil d autoévaluation pour améliorer la qualité d un service de garde en milieu scolaire Outil d autoévaluation pour améliorer la qualité d un service de garde en milieu scolaire Matériel disponible et marche à suivre Description des questionnaires Il y a six types de questionnaires d évaluation

Plus en détail

Référentiel SFORL Société Française ORL & CCF

Référentiel SFORL Société Française ORL & CCF Référentiel Société Française ORL & CCF THEME : BILAN PRETHERAPEUTIQUE DES CARCINOMES DES VADS BUT DE LA DEMARCHE : ce référentiel concerne l optimisation du bilan pré thérapeutique des carcinomes épidermoïdes

Plus en détail

Initiative pour l'information sur les cancers fémmes

Initiative pour l'information sur les cancers fémmes Initiative pour l'information sur les cancers fémmes Coordonné par l Institut europeén de la santé des femmes www.eurohealth.ie Cancer et Génétique Le cancer du sein est le cancer le plus fréquent chez

Plus en détail

Item 5 : Scintigraphie thyroïdienne

Item 5 : Scintigraphie thyroïdienne Item 5 : Scintigraphie thyroïdienne Date de création du document 2008-2009 Table des matières 1 Indications...1 2 Aspects techniques... 2 3 Les pièges... 3 4 Résultats attendus... 4 5 Légendes des illustrations...5

Plus en détail

FONCTIONS FINANCIÈRES

FONCTIONS FINANCIÈRES FONCTIONS FINANCIÈRES Les fonctions financières d Excel permettent de calculer des mensualités, des taux d intérêts, des durées, etc. À chaque fois, il faudra faire très attention au niveau de la durée

Plus en détail

Sommaire : LES CANCERS DU SEIN. 1-Qu est- ce qu un cancer? 2-Qu est -ce qu un cancer du sein? 3- Les facteurs de risque.

Sommaire : LES CANCERS DU SEIN. 1-Qu est- ce qu un cancer? 2-Qu est -ce qu un cancer du sein? 3- Les facteurs de risque. LES CANCERS DU SEIN Ne donnez pas votre sein au cancer! Sommaire : 1-Qu est- ce qu un cancer? 2-Qu est -ce qu un cancer du sein? 3- Les facteurs de risque. 4-Le dépistage : Les symptômes. Ce dépliant est

Plus en détail

Rôle du pathologiste dans le diagnostic des cancers

Rôle du pathologiste dans le diagnostic des cancers UE : Biopathologie Oncologie Date : 23 mars 2011 Promo : PCEM2 Plage horaire : 16h-18h Enseignant : M.Coindre Ronéistes : de LABARRE Marie (marie.delabarre40@laposte.net) ALLOUCHE Justine (justine_ptitezoe@hotmail.fr)

Plus en détail

GLANDE MAMMAIRE CHEZ LA FILLETTE ET L ADOLESCENTE

GLANDE MAMMAIRE CHEZ LA FILLETTE ET L ADOLESCENTE GLANDE MAMMAIRE CHEZ LA FILLETTE ET L ADOLESCENTE TROIS ÉTAPES ESSENTIELLES dans le développement de la glande mammaire la vie embryonnaire la puberté la lactahon LA PATHOLOGIE est presque toujours BÉNIGNE

Plus en détail

Objectif 6 : Conforter l avance de la France dans la médecine personnalisée

Objectif 6 : Conforter l avance de la France dans la médecine personnalisée Objectif 6 : Conforter l avance de la France dans la médecine personnalisée Si les conditions physiques telles que l âge, les antécédents, mais aussi des facteurs sociaux, psychiques et culturels influencent

Plus en détail