MGA802. Analyse fonctionnelle. Chapitre 1. S. Antoine Tahan, ing. Ph.D. Département de génie mécanique

Save this PDF as:
 WORD  PNG  TXT  JPG

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "MGA802. Analyse fonctionnelle. Chapitre 1. S. Antoine Tahan, ing. Ph.D. Département de génie mécanique"

Transcription

1 Analyse fonctonnelle Chaptre S. Antone Tahan, ng. Ph.D. Département de géne mécanque Ma 009

2

3 Manuel : Métrologe MEC66 Auteur : Antone Tahan, ng., Ph.D. ère édton : novembre 004 ème édton ma 009 Restrctons Ce volume est la proprété de Antone Tahan, ng.. Toute reproducton partelle ou complète de ce document par des moyens électronques, photocopes, mécanques, sonores ou autres sont strctement nterdtes sans l'autorsaton écrte par l auteur. (Lo du mars 957, artcle 40, ère alnéa). La lo du mars 957, n'autorse, aux termes des alnéas et 3 de l'artcle 4, que les copes ou reproductons strctement réservées à l'usage prvé du copste et non destnées à l'utlsaton collectve d'une part, et d'autre part, que les analyses et courtes ctatons dans un but d'exemple et d'llustraton. L auteur ne pourra pas être tenu responsable des accdents, dommages ou toutes pertes qu pourraent survenr à la sute de l'utlsaton et de l'applcaton des méthodes décrtes dans ce document. S. - Antone Tahan, ng. Ph.D. Chaptre Page 4

4 S. - Antone Tahan, ng. Ph.D. Chaptre Page 5

5 Table des matères Les ajustements... 8 Le prncpe de l enveloppe... Prncpe de la contreparte géométrque... L analyse des varatons dmensonnelles... 3 Chaîne de cotes dmensonnelles... 3 Méthodes d analyse des tolérances... 5 Indépendance et dépendance statstque... 8 Scénaro : Dstrbuton des tolérances / Synthèse des tolérances... Scénaro : Analyse d un assemblage / Analyse des varatons... Scénaro 3 : Scénaros et... 3 Foncton générale des tolérances non lnéares Calcul des tolérances géométrques de localsaton Les attaches flottantes Les attaches fxes... 4 Tolérance de co-axalté... 4 Chambrages Clavettes Fxaton gudée smple Fxaton gudée à multple enttés Vs à tête aplate (Truss Head Screws) Écrous encastrés Effet cumulatf des tolérances de poston Les applcatons MMC Les applcatons LMC... 5 Les applcatons projetées... 5 Calcul statstque des tolérances géométrques de localsaton La statstque Z... 7 S. - Antone Tahan, ng. Ph.D. Chaptre Page 6

6 S. - Antone Tahan, ng. Ph.D. Chaptre Page 7

7 Chaptre Les ajustements L ajustement est consttué par l assemblage de deux pèces de même dmenson nomnale. L ajustement est un terme général utlsé pour désgner la gamme de jeux ou de serrage pouvant résulter de l applcaton des tolérances. L ajustement avec jeu L ajustement avec jeu est une forme d ajustement tel qu l en résulte toujours un espace vde entre les pèces même à la condton maxmale de matère. L ajustement avec serrage C est la forme d ajustement tel qu l en résulte toujours un serrage entre les pèces même à la condton mnmale de matère. La pèce mâle étant plus grande que la pèce femelle. L ajustement ncertan C est la forme d ajustement pouvant présenter tantôt un jeu, tantôt un serrage. S. - Antone Tahan, ng. Ph.D. Chaptre Page 8

8 Les ajustements standardsés sont proposés par le tableau c-dessous. Pèces mobles l'une par rapport à l'autre Emplo Pèce dont le fonctonnement nécesste un grand jeu (dlataton, mauvas algnement, portées très longues, etc.) Cas ordnare des pèces tournant ou glssant dans une bague ou paler (bon grassage assuré) Alésage Arbre H6 H7 H8 H9 H c 9 d 9 e f Pèce avec gudage précs pour mouvement de fable ampltude g 5 6 Démontage et remontage possble sans détéroraton des pèces L'ajustement ne peut pas transmettre d'effort Mse en place possble à la man Mse en place au mallet h js 5 6 k 5 m 6 Pèces mmobles l'une par rapport à l'autre Démontage mpossble sans détéroraton des pèces L'ajustement peut transmettre des efforts Mse en place à la presse p 6 Mse en place à la presse ou par dlataton (vérfer que les contrantes mposées au métal ne dépassent pas la lmte élastque) s 7 u 7 x 7 z 7 S. - Antone Tahan, ng. Ph.D. Chaptre Page 9

9 S. - Antone Tahan, ng. Ph.D. Chaptre Page 0

10 Le prncpe de l enveloppe Nous rappelons au lecteur que, contrarement à la norme ISO, la norme ASME Y4.5 a chos le prncpe de l enveloppe comme valeur par défaut. Donc, sauf ndcaton contrare, un élément de talle (Feature of Sze) avec une tolérance dmensonnelle mplquera :. Prncpe de l enveloppe 3D à MMC : forme parfate à la lmte MMC (exgence d assemblablté).. Aucune dmenson ne dot pas excéder la lmte de LMC. À LMC, l exgence de l enveloppe 3D n est pas requse. Il sufft de trouver à un endrot une dmenson qu dépasse la lmte LMC pour déclarer la pèce non-conforme (exgence de résstance (Stress)). Remarque () : est exclu de cette règle, les pèces prmares (tube, feulle de métal brutes, composantes structurales brutes, pèces standards), pèces flexbles, pèces contrantes lors de l nspecton. La présence explcte d une tolérance géométrque de forme (recttude, planété ou cylndrcté) brse également le prncpe de l enveloppe. Remarque () : la présence d un modfcateur LMC sur l élément géométrque nverse le prncpe. Dans ce cas, nous applquons une enveloppe parfat à LMC et aucune dmenson ne dot excéder la lmte MMC. Pour déclarer que le prncpe que l enveloppe (forme parfate à MMC) ne sera pas applqué, le modfcateur I dot être ajouté sur la cote telle qu llustrée par la fgure c-dessous. Dans ce cas, l est recommandé d ajouter une tolérance de forme pour lmter ce défaut. Réf. : ASME Y , page 7, paragraphes.7 À ttre de référence, le tableau c-dessous résume l applcaton de ce prncpe pour ASME 4.5 et ISO 0. Par défaut Applcaton possble ASME Y4.5 ISO 0 Le prncpe de le l enveloppe est applqué S présent, le modfcateur I neutralse l exgence de l enveloppe L exgence de l enveloppe n est pas applquée Un modfcateur d enveloppe E est requs pour spécfer l exgence de l enveloppe S. - Antone Tahan, ng. Ph.D. Chaptre Page

11 Prncpe de la contreparte géométrque Les tolérances géométrques de poston et d orentaton applquées sur des éléments arbres ou alésages (mâles ou femelles) contrôlent la localsaton et l orentaton de l axe (ou du plan central) de la contreparte géométrque de l entté contrôlée. Par exemple, la poston d un trou sera, rgoureusement, la localsaton de l axe du plus grand cylndre parfat qu entre dans ce trou. Dans l absence d ndcaton contrare (modfcateur de zone projetée) l axe dot être vérfé sur une longueur égale à la longueur maxmale de l élément contrôlé. L nspecton de l axe de la contreparte géométrque mplque que les tolérances géométrques de poston et d orentaton contrôlent la localsaton dans l espace trdmensonnel. Dans le cas de pèces qu peuvent être qualfées comme mnces, l nspecton de la tolérance de poston se ramène à l nspecton du centre de chaque élément (nspecton D). Le prncpe de la contre parte géométrque est mportant dans la mesure où les défauts de forme sont mportants. S les défauts de forme sont néglgeables, l nspecton de l élément moyen (Best ft) ou de la contre parte géométre donne sensblement le même résultat. S. - Antone Tahan, ng. Ph.D. Chaptre Page

12 L analyse des varatons dmensonnelles Dans les assemblages mécanques, certanes caractérstques (géométrque ou dmensonnelle) affectent le comportement et les performances de l'assemblage plus que d'autres. Ce sont les caractérstques fonctonnelles. La fgure llustre un mécansme smple (réducteur de vtesse). L'écart X Σ n'est pas une dmenson obtenue drectement par un procédé de fabrcaton qu on maîtrse, mas plutôt le résultat d'une combnason de pluseurs dmensons de dfférentes pèces formant l'assemblage. Supposons que les requs de l assemblage nous dctes un écart postf pour garantr une bonne fonctonnalté, l est facle d'écrre dans ce cas que: X = x + x x Σ 3 x 4 x5 On peut dédure que la varaton de la dmenson d'un élément sur l'écart X Σ, donc, le fonctonnement de l'assemblage. x affecte drectement la tolérance Établr l'équaton précédente, appelée la chaîne de tolérance, et étuder la tolérance résultante d'un assemblage de pluseurs pèces est un domane d étude qu est appelé l'analyse de varaton. Chaîne de cotes dmensonnelles La fgure c-contre montre un exemple smple d un cumul de tolérances dmensonnelles en D. Nous devons calculer la dmenson y entre deux surfaces. En d autres termes, l faut connaître l espace résduel nomnal et ses écarts qu sont nduts par les tolérances de chacune des composantes. Voc les règles de calcul :. Établr un pont de départ et un pont d arrvée (donc une drecton postve);. Détermner les surfaces de contact entre les composantes; 3. Partr dans le sens contrare en cherchant le chemn le plus court qu passe par les surfaces de contacts sur des dmensons contrôlées. Pour des pèces plus complexes, quelques changements de drecton (gauche - drote) peuvent survenr; 4. Ajouter les sgnes aux valeurs nomnales ( p = + s la dmenson p = s c est l nverse); drecton postve, et x est dans la = n nom 5. Addtonner les valeurs nomnales algébrquement y = Gapnom = ( p x ) 6. Pour calculer les écarts sur y selon une approche lmte : = n ( ) Tol = Tol = p Tol Gap wc = = () Un résultat postf mplque un jeu et un résultat négatf ndquera une nterférence. S. - Antone Tahan, ng. Ph.D. Chaptre Page 3

13 Dans le cas des tolérances dtes «non balancées», les tolérances dont les valeurs en plus (+) ne sont pas égales à la valeur en mons (-). L approche de base demeure dentque à la smple dfférence qu on dot consdérer les tolérances postves et négatves séparément. Les mêmes résultats peuvent être obtenus avec le prncpe : mn MMC max LMC = n MMC ( ) Gap = p x = = n LMC ( ) Gap = p x Pour établr la nature de chaque dmenson (savor s elle forme une dmenson contenant ou une dmenson contenue), la règle à suvre est de se référer au sgne algébrque dans la chaîne des cotes; un sgne postf ndquera une dmenson contenant (dmenson femelle) et un sgne négatf ndquera une dmenson contenu (dmenson mâle). = () Exemple L équaton générale est, Y = X + X X 3 avec, p = + et p = p3 =. Dmenson Dmenson Le résultat, selon l approche lmtes (Worst Case) est une dmenson qu vare entre.75 mm et 4.5 mm. S. - Antone Tahan, ng. Ph.D. Chaptre Page 4

14 Méthodes d analyse des tolérances Peu mporte le scénaro de l analyse de la chaîne des tolérances, on dstngue deux () méthodologes pour analyser le cumul des tolérances. Méthode d analyse Mn/Max Lmtes (Worst Case) Méthode mathématque d analyse pour établr la valeur résultante dans un assemblage en utlsant les dmensons extrêmes smultanément. En d autres termes, cette méthode emplo un scénaro pessmste ; toutes les composantes peuvent théorquement arrver selon la pre confguraton (par exemple, des arbres en dmensons maxmales smultanément avec des alésages en dmensons mnmales). Méthode statstque L analyse selon la méthode statstque est effectuée pour établr la capablté d un assemblage de pluseurs composantes. Chaque composante est consdérée comme une varable ssue d un procédé de fabrcaton spécfque ayant une valeur cble et une dstrbuton statstque normale. Worst Case La dmenson nomnale résultante est la somme algébrque des dmensons nomnales des varables x. C est-à-dre, = n nom ( ) y = p x = La tolérance résultante est la somme de toutes les tolérances des varables. = n ( ) Tol = Tol = p Tol Gap wc = Statstque La moyenne résultante est la somme des moyennes des varables x. C est-à-dre, = n ( p ) µ = µ Gap = La varance du résultat Y est la somme de toutes les varances de chacune des varables. σ = n ( p σ ) = Gap = ( ) ( ) ± =± 3σ Gap ± =± 4σ Gap Gap L utlsaton des méthodes WORST CASE et STATISTIQUE Worst Case - Mn/Max La méthode est smple à utlser. Basée sur un 0 défaut théorque. Cette méthode est conservatrce. Elle consdère la possblté d obtenr smultanément toutes les composantes à leurs lmtes permses de tolérances. Statstque La méthode est plus complexe à utlser. Basée sur % défauts réels. Cette méthode est basée sur les probabltés réelles d nterférence entre les composantes. Cette dernère équaton n est valable que s, et seulement s, les varables sont consdérées comme ndépendantes. S. - Antone Tahan, ng. Ph.D. Chaptre Page 5

15 Cette méthode n a pas beson d une collecte de données. Cette méthode alloue des pettes tolérances. Le fournsseur peut utlser des calbres Go- Nogo pour la vérfcaton des pèces de producton. Ne crée pas un len drect avec les capactés des procédés de fabrcaton. À utlser durant les études prélmnares. Nécesste une collecte de données pour dentfer les capactés des procédés de fabrcaton. Cette méthode alloue des tolérances plus grandes. Elle optmse la dstrbuton de ces dernères. Le fournsseur ne peut par utlser des calbres Go-Nogo pour la vérfcaton des pèces de producton. Il dot effectuer des mesures par varable et assurer la stablté et la capablté durant la producton. Cette méthode crée un len drect avec les capactés des procédés de fabrcaton. Cette méthode est prvlégée pour fxer les tolérances des pèces de producton. S toute les dmensons x sont centrées, normales et d une capablté cohérente (RSS, Root Sum Square) T = T = p Tol Gap RSS = n ( ) (3) Il faut ben comprendre Les requs des tolérances sont dfférents selon la méthode utlsée pour les calculer. Dans le cas des tolérances Mn/Max (Worst Case), le fournsseur dot se mantenr à l ntéreur de l ntervalle des tolérances sous n mporte quelle forme. En d autres termes, l a le drot de fournr toutes les pèces dans des zones proches des lmtes acceptables (vor dessn cdessous) Par contre, des tolérances statstques mplquent pour le fournsseur des crtères statstques. C està-dre que l ensemble des pèces de producton dot se mantenr statstquement à l ntéreur des lmtes des tolérances tout en respectant les capactés de producton mposées (vor dessn cdessous). LTI But LTS 45.5 Méthode statstque modfée Pour tenr en compte de la non normalté et le décentrage des procédés, une méthode statstque modfée peut être employée. À m-chemn entre WC et ST, l s agt de pondérer avec un coeffcent C (.< C <.6). f f S. - Antone Tahan, ng. Ph.D. Chaptre Page 6

16 σ = n ( p ) µ = µ Gap = = n ( p σ ) = C Gap f = Et pour exprmer l'ntervalle d'une tolérance selon un nveau de confance préétabl: Pour détermner la valeur numérque de ( ) ( ) ± =± 3σ Gap Gap ± =± 4σ C f Gap Gap C f,nous utlsons la formule sem-emprque : ( Tol Tol ) 0.5 wc rss = + Tol rss ( n ) Pour ndquer les tolérances statstques, l faut se référer aux recommandatons du ISO TC3 : (5) (4) A ±.050 Cp.5 Cpk.0 Cc A Cpu.0 Ccu 0.3 A ±.050 Cpm.0.00 A Cpm.0 A ±.050 ±0.03 P50%.00 A P75% S. - Antone Tahan, ng. Ph.D. Chaptre Page 7

17 Exemple d un cumul de varables aléatores lnéares Consdérons les quatre (4) pèces suvantes dont la hauteur ndvduelle est caractérsée par une dstrbuton normale ayant une moyenne µ et un écart type σ. Une queston fondamentale est la suvante: quel est le résultat de la hauteur cumulatve ( H ) des quatre composantes? Et quel est l écart type (ou la varance) de cette hauteur? 3 h σ h h 3 3 h 4 µ σ µ µ σ 4 4 Pour répondre à ces deux questons, nous écrvons la hauteur ( H ) comme foncton des hauteurs de chaque composante. H = h+ h + h3+ h4 La valeur moyenne µ H de ( H ) sera donnée par la formule suvante: µ = µ + µ + µ + µ H 3 4 Pour décrre les varatons de ( H ), nous avons beson de clarfer une noton très mportante en études statstques: l ndépendance et la dépendance statstque entre varables. Indépendance et dépendance statstque Indépendance statstque On désgne deux varables (ou plus) comme ndépendantes statstquement, s l n exste aucun len ou une relaton entre elles. La fgure c-dessous llustre une ndépendance typque entre les varables X et X. Un exemple typque de deux () varables aléatores ndépendantes est quand chacune de ces dernères est ssue d un procédé dfférent chez des fournsseurs dfférents. X Corrélaton / dépendance statstque On désgne deux varables (ou plus) comme dépendantes statstquement, s l exste une quelconque relaton entre elles. La fgure c-dessous llustre deux types de corrélaton entre deux varables. Celle de gauche est typque de deux varables dtes lnéarement proportonnelles (l augmentaton de l une des varables mplque l augmentaton de l autre). Celle de drote est typque de deux varables dtes nversement proportonnelles (l augmentaton de l une est accompagnée par la dmnuton de l autre). On consdère que tous les écarts types sont calculés à partr d une étude à court terme. S. - Antone Tahan, ng. Ph.D. Chaptre Page 8

18 X X X Un exemple de ces varables peut être rencontré dans une composante de plastque ayant deux caractérstques mportantes : l épasseur et la hauteur. Le fat que ces deux dmensons soent ssues du même procédé (elles sont sujettes aux mêmes types de varatons), l augmentaton de l épasseur sera accompagnée par l augmentaton de la hauteur et vs versa. Dans ce cas, on dt que l épasseur est corrélée avec la hauteur. La foncton de covarance La covarance de deux () varables cov( X, X ) mesure l assocaton entre ces deux dernères. cov( X, X ) = ρσ X σ X Où ρ est le coeffcent de corrélaton, sa valeur numérque est entre et +. ρ = 0 Indque l absence d une corrélaton ρ = ρ = Indque une parfate corrélaton postve (une lgne drote à pente postve) entre X et X Indque une parfate corrélaton négatve (une lgne drote à pente négatve) entre X et X Une valeur typque de ρ 0.8 est consdérée comme une lmte pratque pour décder de la corrélaton entre deux () varables. 00 C C C 0 0 C3 0 ρ= ρ=0.86 S. - Antone Tahan, ng. Ph.D. Chaptre Page 9

19 C 5 C C C ρ=0.7 ρ=0 Dans le cas de deux () varables aléatores normales et ndépendantes X et X, nous pouvons utlser les équatons c-dessous pour calculer le résultat d une combnason lnéare smple entre ces deux dernères. Foncton Moyenne de Y Varance de Y Y = X + X Y = X X µ = µ + µ Y X X µ = µ µ Y X X σ = σ + σ Y X X σ = σ + σ Y X X Remarquez que les varatons résultantes sur Y sont décrtes par une somme des varances et non des écarts types. Exemple Deux brques sont superposées pour donner une hauteur totale H tot. On vous demande de trouver la moyenne de la hauteur et son écart type sous l hypothèse que les deux hauteurs X et X sont parfatement ndépendantes statstquement (ρ =0). Composantes Moyenne (po) Écart type (po) Soluton : µ Tot =.00'' +.00'' =.0'' X X µ σ σ Tot = X X σ + σ = =.0094'' H Tot S. - Antone Tahan, ng. Ph.D. Chaptre Page 0

20 Dans le cas de deux () varables aléatores normales et sgnfcatvement corrélées X et X, nous pouvons utlser les équatons c-dessous pour calculer le résultat d une combnason lnéare smple entre eux. Foncton Moyenne de Y Varance de Y Y = X + X Y = X X µ = µ + µ Y X X µ = µ µ Y X X σy = σ X + σ X + cov( X, X ) σy = σ X + σ X cov( X, X ) Exemple Sute à une analyse de données trées de l exemple précédent, un facteur de corrélaton ρ égale à 0.7 a été estmé. On vous demande de recalculer la moyenne de la hauteur et son écart type en utlsant cette nouvelle donnée. Composantes Moyenne (po) Écart type (po) Soluton : µ = =.0 Tot Cov( X, X ) = ρ σ σ = = X X σ σ σ Tot = X + X + X X cov(, ) = * =.0 Quand la corrélaton est-elle mportante? La corrélaton peut être néglgée dans l analyse Les valeurs numérques des coeffcents de corrélaton sont pettes (proches de zéro). Pratquement, on consdère la valeur de 0.5 comme lmte. Pluseurs composantes dans l assemblage avec seulement quelques corrélatons sgnfcatves. La contrbuton 3 des dmensons corrélées n est pas sgnfcatve. On dot tenr compte de la corrélaton dans l analyse Les valeurs numérques des coeffcents de corrélaton sont grandes (proches de ou de +). Pratquement, on consdère la valeur de 0.8 comme lmte. Seulement quelques composantes ntervennent dans l assemblage (de l ordre de à 4 pèces). La contrbuton des dmensons corrélées est sgnfcatve. 3 Par contrbuton, nous désgnons le pods mathématque de la dmenson sur le résultat fnal (vor chaptre 4). S. - Antone Tahan, ng. Ph.D. Chaptre Page

21 Scénaro : Dstrbuton des tolérances / Synthèse des tolérances Les dmensons formant la chaîne de cotes ont des dmensons nomnales connues. Également le résultat fnal de la chaîne et sa tolérance sont connues. Par contre, la tolérance ndvduelle de chaque composante est nconnue. En d autres termes, le clent a des exgences (tradutes par des spécfcatons) sur le résultat H Tot. Par exemple, quelles sont les spécfcatons qu on dot mposer aux composantes X et X pour s assurer de rencontrer les spécfcatons de la varable H Tot? Exemple Le Gap entre une porte d accès et la structure qu l entoure dot être égale à Quelles sont les dmensons et les tolérances du contour de la porte et de la structure pour s assurer de rencontrer les résultats recherchés? Exemple L utlsaton des boulons à tête frasée est recommandée pour encastrer les boulons sur le fuselage d un avon. Un requs d aérodynamque stpule qu on ne peut accepter des boulons qu dépassent le fuselage, par contre, on peut tolérer jusqu à.005 de dénvellaton entre la tête du boulon et la surface extéreure du fuselage. En d autres termes, l nous faut un assemblage avec un nveau relatf entre le boulon et le fuselage égale à.000 / Quelles sont les dmensons et les tolérances des têtes de boulons et des trous frasés pour assurer les requs aérodynamque? Scénaro : Analyse d un assemblage / Analyse des varatons Connassant les spécfcatons des varables X et X (moyenne et écart type), quelles sont celles de la foncton H Tot? C est le cas typque de l analyse d un assemblage exstant avec des composantes standardsées ou déjà connues. S. - Antone Tahan, ng. Ph.D. Chaptre Page

22 Scénaro 3 : Scénaros et Le clent exge des spécfcatons (mn-max) sur le résultat H Tot, Par exemple, la composante # est un produt standard (les spécfcatons de X sont mposées). Quelles sont les spécfcatons qu on dot mposer à X pour s assurer de rencontrer les spécfcatons sur H Tot? Pour ce scénaro, la foncton mathématque sera changée. Il sufft d exprmer X en foncton de X et H Tot. X = f X, HTot ) ( = H X Tot Dans ce cas, les coeffcents (P) sont égaux à p = + et H p =. X Exemple Le Gap entre une porte d auto et la structure qu l entoure dot être égale à Quelles sont les dmensons et les tolérances du contour de la porte pour s assurer de rencontrer les résultats recherchés, sachant que le contour de la structure sera le même d un modèle précédent? Dans un cas général, une chaîne de tolérances content deux () types de dmensons. Dmensons avec des tolérances préétables : c'est le cas des pèces standards que le fabrcant garantt la tolérance. Parm ces pèces, on peut cter les roulements à blles, les boulons, courroes, bagues, etc. Dmensons sans tolérance préétable : c'est le cas des pèces créées par le concepteur pour remplr une certane fonctonnalté. Même s, a pror, la tolérance peut être arbtrare dans le cas de ces pèces, les capactés des procédés de fabrcaton lmteront le chox comme nous verrons plus tard. S N représente le nombre total des pèces formant la chaîne, on peut écrre que, N = N + N Avec N S le nombre des pèces standards ou connues (tolérance préétable) et N T le nombre des pèces non tolérancées. Pour fxer les dées, prenons l'exercce suvant et analysons la dmenson fonctonnelle no qu dot être un jeu. S T On peut écrre l équaton générale avec la chaîne de tolérances pour le RÉSULTAT no comme sute : Y = + X + + X X 3 X 4 X 5 + X 6 X 7 X 8 S. - Antone Tahan, ng. Ph.D. Chaptre Page 3

23 S on consdère que : Dmensons p Produt 6.0 ± Standard.5 ± 0. + Standard ± ± Standard ± ± ± ±0. + Standard On conclut dans ce cas, N=8, N S =4 et N T =4. S. - Antone Tahan, ng. Ph.D. Chaptre Page 4

24 Étude de cas Analyse statstque de deux pèces Consdérons deux pèces (dsons pèce # et pèce #) superposées pour former une hauteur totale H Tot. On consdère également qu elles provennent de deux fournsseurs dfférents (les X et X varables sont ndépendantes). X X µ σ Étape : Foncton H Tot = f ( X = X + X, X ) H Tot Étape : Données statstques Composantes Moyenne Écart type 500 mm.0 mm 50 mm.50 mm Étape 3 : Moyenne de la foncton H Tot µ = µ + µ = = 750 mm Tot X X Étape 4 : Écart type de la foncton H Tot σ = σ + σ Tot X X =. +.5 =.66 mm Étape 5 : Lmtes Sx Sgma µ Tot ± ( 6.5 σ Tot ) 750 ± (6.5.66) Ce qu donne H maxmum = mm et H mnmum = mm Étude de cas Analyse statstque avec corrélaton Consdérons deux pèces (dsons pèce # et pèce #) superposées pour former une hauteur totale H Tot. On consdère également qu elles provennent du même fournsseur (les X et X varables sont dépendantes). Le coeffcent de corrélaton a été estmé égale à 0.8. Étape : Foncton H Tot = f ( X = X + X, X ) Étape : Données statstques Composantes Moyenne (µ) Écart type (σ) 500 mm.0 mm 50 mm.50 mm Étape 3 : Moyenne de la foncton H Tot S. - Antone Tahan, ng. Ph.D. Chaptre Page 5

25 Étape 4 : Écart type de la foncton Tot µ = + = = 750 mm Tot µ X µ X H Tot Étape 5 : Lmtes Sx Sgma (à long terme) σ = + + = µ Tot ± ( 6.5 σ Tot ) Ce qu donne H maxmum = mm et H mnmum = 74.7 mm mm Étude de cas 3 Analyse statstque sans corrélaton Consdérons l assemblage de tros pèces qu donne un Gap Y. On consdère également qu elles provennent de dfférents fournsseurs (varables ndépendantes). Étape : Foncton Y = f ( X = X + X X, X, X 3 ) 3 Étape : Données statstques Composantes Moyenne (µ) Écart type (σ) 0 mm 0.05 mm 60 mm 0. mm 3 37 mm 0.05 mm Étape 3 : Moyenne de la foncton Y Étape 4 : Écart type de la foncton Y Ce qu nous donne 0.40 mm. µ = = = 3 mm Y µ X + µ X µ X 3 σ = σ + σ + σ Y X X X 3 Étape 5 : Lmtes Sx Sgma à court terme : µ ± (4.5 σ ) Ce qu donne Y maxmum = 3.63 mm et Y mnmum =.37 mm. Y Y S. - Antone Tahan, ng. Ph.D. Chaptre Page 6

26 Étude de cas 4 Analyse statstque avec corrélaton Consdérons l assemblage de tros pèces qu donne un Gap Y. On consdère également que les varables X et X 3 sont dépendantes (pèces produtes par le même fournsseur et par le même moule). Le coeffcent de corrélaton a été estmé égale à 0.8. Étape : Foncton Étape : Données statstques ( ) Y = f( X, X, X ) =+ X X + X 3 3 Composantes Moyenne (µ) Écart type (σ) 0 mm 0.05 mm 60 mm 0. mm 3 37 mm 0.05 mm Étape 3 : Moyenne de la foncton Y µ Y = µ X + µ X µ X 3 µ Y = = 3 mm Étape 4 : Écart type de la foncton Y Ce qu nous donne 0.53 mm. σ = σ + σ + σ + ρ σσ Y X X X3 3 3 Étape 5 : Lmtes Sx Sgma à court terme : µ ± (4.5 σ ) Réponse : Y maxmum = 3.69 mm et Y mnmum =.3 mm. Y Y S. - Antone Tahan, ng. Ph.D. Chaptre Page 7

27 Exercce Un fabrcant d avon désre contrôler la dénvellaton entre la surface de tête des boulons et la surface extéreure de l avon. Pour des rasons de performances aérodynamques, cette dénvellaton dot être mantenue (selon des crtères 6σ) dans un ntervalle / Sachant que le damètre maxmal des têtes des boulons frasés est égal à , et sa dstrbuton normale possède un écart type égale à.00, on vous demande de trouver les spécfcatons nécessares pour le damètre des trous frasés dans la structure. Remarque () : l angle de tête est égal à 00 et on peut la consdérer comme pratquement constante. Remarque () : la varaton de.005 sur la profondeur, correspond à une varaton de.0 sur le damètre. S. - Antone Tahan, ng. Ph.D. Chaptre Page 8

28 Exercce. On vous demande de calculer la dmenson et la tolérance de G. Vérfer s une clarance exste avec la méthode des lmtes Worst Case. A=4./4.6 B=9.8/30.3 C=7.8 ± 0. D=48.0/48.4 E=3.4/3.6 F=5 ± 0.3 Rép : G =.05 ±.5 mm. Donc, jeu mnmal = -0. nterférence.. On vous demande de calculer la dmenson et la tolérance de G. Vérfer s une clarance exste avec la méthode statstque. Dmenson Dmenson moyenne Écart type Corrélaton A B C D E F Moyenne_G = 0.96 mm Écart_Type_G = 0.05 mm Pas d nterférence (dans un sens statstque) S. - Antone Tahan, ng. Ph.D. Chaptre Page 9

29 Foncton générale des tolérances non lnéares y = f( x, x,, x n ) Il arrve souvent que le modèle analytque de la foncton ne sot pas lnéare. Prenons l exemple c-dessous, le résultat Y sera exprmé en foncton des varables a et b d une façon non lnéare. En d autres termes l nfluence de chacune des varables se trouve modfée dans son ntervalle et ne peux plus être consdérée comme constante. C est un problème de tolérances non lnéares. Nous avons mentonné précédemment, qu en général, un problème de cumul de tolérances s exprme sous la forme d un résultant en foncton de pluseurs varables. y = f x x x n (,,, ) Cette dernère équaton peut prendre deux () formes qu sont très dfférentes par leur nature et par leur analyse. Le tableau c-dessous résume la dfférence fondamentale entre les deux cas. Tolérances lnéares La relaton f( x, x,, x n ) s exprme comme une somme algébrque lnéare de toutes les varables x. = n nom ( ) y = p x = p est le coeffcent pods de chaque varable. La valeur de ce coeffcent est égale à + ou. Tolérances non lnéares La relaton f( x, x,, x n ) s exprme comme une équaton non lnéare entre des varables x. y = f x x x n (,,, ) Cette dernère peut être confondue sous certanes hypothèses avec (lnéarsaton avec une sére de Taylor), f p x x = n nom ( ) y p x = est le coeffcent pods de chaque varable. Sa valeur n est pas nécessarement un enter. Par exemple, s Y = X ( ) X alors, P = X P = X X, Équaton générale des tolérances non lnéares Consdérons le cas général d un résultat y qu est une combnason lnéare de pluseurs varables x (le nombre des varables est égal à n ). On peut écrre, ( x x ) y = f,...,, Cette équaton peut être ramenée, sous certanes condtons, à une forme lnéare. La forme lnéare approxmatve sera dentque à celle du problème lnéare. x N y px + px + + px n n S. - Antone Tahan, ng. Ph.D. Chaptre Page 30

30 Toutefos, les valeurs de p (coeffcent pods de la dmenson x ) peuvent être égales à n mporte quel nombre réel. Le coeffcent p exprme le degré de sensblté du résultat y en foncton de la varable x. En d autres termes, p exprme le gan (postf ou négatf) accordé à la varable x. Pour dentfer les valeurs numérques de p, pluseurs méthodes sont possbles. Analytque : ayant la forme mathématque de la foncton y, les pods sont la valeur numérque de la dérvée partelle de la foncton proche du pont de fonctonnement étudé. f p x x, x,..., xn Expérmentale : par les technques de concepton d expérence. Smulaton graphque : à l ade des modeleurs (CATIA, EUCLID, ), une smulaton graphque est souvent un moyen smple, rapde et effcace pour obtenr une approxmaton des coeffcents p. Smulaton numérque : ayant la forme mathématque réelle (ou une forme équvalente), l est possble de smuler le comportement du système et obtenr ans des approxmatons numérques des valeurs de p. Analyse des tolérances non lnéares selon le Worst Case Dans le cas du Worst Case, la somme de toutes les tolérances est fate sur une base algébrque. La foncton est ramenée en forme lnare. La moyenne générale est égale à : f f f µ y µ x + µ x + + µ x x x µ pµ + p µ + + p µ y x x n xn Et la tolérance résultante dans ce cas est calculée avec la formule c-dessous. f f f Tol y Tolx + Tolx + + Tol x x x tol p tol + p tol + + p tol y X X... n Xn n n xn xn Analyse statstque des tolérances non lnéares Dans le cas statstque, la somme de toutes les tolérances est fate sur une base statstque. C està-dre, que chacune des varables est consdérée comme aléatore ayant une dstrbuton est une moyenne. La foncton y f ( x x,..., ) = x N peut être développée en sére de Taylor autour d un pont de fonctonnement x en gardant unquement les termes d ordre et. On consdère qu l 0, N R S. - Antone Tahan, ng. Ph.D. Chaptre Page 3

31 S. - Antone Tahan, ng. Ph.D. Chaptre Page 3 n exste pas de fortes non lnéartés et que le comportement de la foncton est contnu sur l ntervalle étudé. [ ] = = > = = O x x x x f x x f x x f y N j N j j N N Sous l hypothèse que le domane est relatvement pett, l équaton précédente peut être approxmée sous la forme : = > = + N j N j j N x x x x f x x f y L étude des moments statstque (espérance et varance) mplque que la valeur nomnale dot être égale à la foncton au pont nomnale ( ) xˆ ˆ f y =. En d autres termes, nous consdérons que le pont d équlbre correspond au pont nomnal. La moyenne générale (espérance) de la foncton nous donne : y x x xn x Xx n xn n f f f p p p x x x µ µ µ µ µ µ µ S les varables sont ndépendantes l équaton précédente peut être ramenée sous la forme : N y x f σ σ = = Dans le cas où les varables sont dépendants, la varance est égale à : = + = = + = N N j j j N y x f x f x f σ σ σ On défnt le coeffcent de corrélaton j ρ entre les varables x et j x comme: j j j σ σ σ ρ = On obtent la forme générale de la varance dans le cas d une étude statstque. j N N j j j N y x f x f x f σ σ ρ σ σ + = = + = =

32 Étude de cas : système d embrayage Consdérons l assemblage d un système d embrayage tel qu llustré par la fgure c-contre. Cet assemblage est composé de tros (3) dfférents éléments. Le premer est la pèce centrale (Hub), dont la dmenson fonctonnelle est nommée X : Le deuxème élément est consttué des cylndres du roulement dont le damètre est fonctonnel. Dans ce cas, et sute à un examen rapde, nous constatons que la chaîne des tolérances mplque deux () cylndres. On désgne ces varables par X et X 3. Fnalement, la cage extéreure de l assemble dont le damètre ntéreur est fonctonnel et est désgné par la varable X 4. Étape : la constructon du modèle mathématque Le résultat de cet assemblage peut être décrt par l angle de contact entre les éléments. Cet angle sera désgné comme la foncton y des varables x. En d autres termes, y = f ( x, x, x3, x4) Sans rentrer dans les détals analytques, l équaton mathématque qu reflète la relaton précédente est : y x x + + x 3 = cos x + x 3 x 4 S. - Antone Tahan, ng. Ph.D. Chaptre Page 33

33 Étape : Données statstques Composantes Moyenne (µ) Tolérance (±) 55.9 mm mm mm mm 0.56 Nous consdérons également que l angle de presson y dot être égal et mantenu dans y = 0. ± rad. Étape 3 : Moyenne (dmenson nomnale) de la foncton y Étape 4 : Coeffcents y = = p cos 0.5 rad f f f f p = p = p = p = 3 4 x x x3 x4 Après manpulatons mathématques (qu dépassent le cadre de cette formaton), on trouve que le pods de l nfluence de chaque varable (ndce de sensblté) est donné par : p = p = p3 = p = Étape 5-A : Calcul de la tolérance résultante Approche classque (Worst Case) Une fos les ndces de sensblté connus, la tolérance générale de l assemblage sera calculée par, f f f f Tol Tol + Tol + Tol + Tol y x x x3 x4 x x x3 x4 S. - Antone Tahan, ng. Ph.D. Chaptre Page 34

34 Ce qu nous donne : Tol Y = En d autres termes, le résultat y est égal à 0.5±0.035 rad. Ce derner sgnfe que les varatons sont correctes, par contre, la poston nomnale n est pas ben centrée sur la valeur cble désrée par le concepteur. Au chaptre suvant, nous tratons du problème de la dstrbuton des tolérances. Étape 5-B : Calcul de l écart type de Y Approche statstque Sous l hypothèse que nous connassons les écarts types des procédés de fabrcaton des quatre (4) composantes qu consttuent l assemblage. Composantes Moyenne (µ) Écart type (mm) y 55.9 mm mm mm mm 0.03 σ p σ + p σ + + p σ y X X n Xn σ = + + = ( ) Étape 6 : Lmtes Sx Sgma µ ± (6.5 σ ) 0.5 ± ( ) rad y y Le résultat y est égal à 0.5±0.05 rad. À comparer avec le résultat de l approche classque (Worst Case). Étude de cas : crcut électrque Consdérons un crcut électrque smple formé d une source d almentaton en tenson V et une résstance R. La lo d Ohm nous dt que la chute de tenson est égale au produt du courant I par la valeur de la résstance R. V = R I Sachant que le but de ce crcut est de générer une almentaton stable en courant et la valeur nomnale est de. Amp. La source de tenson V peut être consdérée comme une varable aléatore d une valeur nomnale de 0 volts et d un écart type égale à volt. Calculer les lmtes de contrôle (écart type) et la valeur nomnale de la résstance pour obtenr une source de courant 6s égale à. ± 0. Amp. Étape : la constructon du modèle mathématque Le résultat de cet «assemblage électrque» peut être décrt par la sorte en courant I. Cette varable sera désgné comme la foncton des varables V(tenson) et R(résstance). En d autres termes, S. - Antone Tahan, ng. Ph.D. Chaptre Page 35

35 Étape : Données statstques I = f ( V, R) = Pour trouver l écart type perms pour le courant, nous savons que les lmtes 6σ sont données par l équaton suvant. Un smple calcul nous donne que σ I =0.035 Amp. V R µ ± 6.5 σ ) I ( I Composantes Moyenne (µ) Écart type (σ) V 0 volts volt R 00 Ohm? Ohm I. Amp Amp Étape 3 : Moyenne (dmenson nomnale) de la foncton Y La valeur nomnale de la résstance R dot être égale à 00 Ohm. Étape 4 : Coeffcents P P P V R f = = V R f V = = R R Étape 5-B : Calcul de l écart type de Y Approche statstque σ P σ + P σ I V V R P P R V R = 0.0 = = ( 0.0) σ R Après manpulatons, on trouve que l écart type qu on dot respecter pour la fabrcaton des résstances dot être égale à.58 Ohms. S. - Antone Tahan, ng. Ph.D. Chaptre Page 36

36 Exercce 3 Sute à une modélsaton mathématque du phénomène d usure entre deux composantes métallques assemblées, la durée de ve Y (exprmée en nombre de cycles) pouvat être exprmée comme foncton de la clarance entre les deux () damètres X et X, et la dureté de surface D de l acer utlsé. Y = 450 D X X.66 Composantes Moyenne (µ) Tolérance (±) Écart type X 5.50 mm 0.0 mm 0.07 mm X 5.3 mm 0.08 mm 0.05 mm D 50 B 6 B. B Les fgures c-dessous, llustrent graphquement la varaton de la foncton Y (durée de ve). On vous demande de trouver, avec les données du tableau c-dessus, la valeur nomnale de Y ans que ses varatons en utlsant l approche Worst Case et l approche statstque cycles. # X - X Duret W.C. : y=.7 x 0 7 +/ x 0 7 cycles STAT : y=.7 x 0 7 +/ x % cycles S. - Antone Tahan, ng. Ph.D. Chaptre Page 37

37 Calcul des tolérances géométrques de localsaton Attache La tolérance de poston peut être vue de deux manères. La premère est que cette tolérance est une lmte pour le mouvement de la surface enveloppante d un élément. La deuxème est que cette tolérance lmte le déplacement de l axe de la contre parte géométrque de l élément. On démontre que les deux approches sont équvalentes.. Premère consdératon : 3D Dans tous les cas, l aspect trdmensonnel sera toujours applqué. Donc, l faut parler d axe et pas centre. Toutefos, dans certans cas (par exemple les feulles de métal) l épasseur est trop pette pour que l on tenne compte de l effet trdmensonnel.. Deuxème consdératon : MMC - RFS La talle (ou la dmenson, le damètre, etc.) de la surface lmte est ndépendante de la dmenson réel de l élément. Le calcul dot s effectuer avec les dmensons lmtes (MMC ou LMC) selon le prncpe de la contreparte géométrque. 3. Trosème consdératon : non cumulatf Dans le cas d un ensemble de trous dstrbués sur un patron, l analyse de la tolérance de poston, selon l approche lmte, de deux trous peut être généralsé sur l ensemble des trous. En d autres termes, cette consdératon découle du fat que nous utlsons des dmensons nomnales (dmenson de base) et des zones de tolérances dentques peut mporte le nombre des éléments étudés. 4. Quatrème consdératon : symétre des effets Il exste une symétre parfate des effets. C est-à-dre, s on rasonne sur l effet de l élément A sur l élément B, cec est parfatement équvalent au rasonnement de l effet de l élément B sur l élément A. Le tableau c-dessous résume les tros famlles d attaches. La tolérance de poston qu contrôle la dstance entre les centres des trous (hole-to-hole) est toujours calculée à partr des clarances. CL +CL = total Flottante total = + Fxe CL = total ou CL = total total = + Fxe CL = 0 = total = 0 = 0 Coordnaton physque entre les pèces S. - Antone Tahan, ng. Ph.D. Chaptre Page 38

38 Les attaches flottantes Une attache flottante, ou une fxaton flottante, se défnt comme une applcaton dans laquelle l attache passe par des trous avec du jeu dans les deux pèces ou plus. Pour détermner l effet des varatons sur la poston du trou, examnons le cas le plus fréquent, et parm les plus smples, représenté par deux pèces avec des trous en ajustement de clarance et un boulon. Ces mêmes pèces sont montrées à la fgure c-dessous. Dans cette fgure, le jeu entre le boulon et le trou dans la parte () n est pas égale à celle du trou de la parte (). La dfférence est le résultat de deux damètres dfférents, dû à une cause quelconque. On suppose que la grande parte de l attache demeure perpendculare aux surfaces des partes () et () en tout temps. Fnalement, pusque cette applcaton dépend du dégagement (jeu) des pèces destnées pour l assemblage, les trous sont crtques à leurs MMC (condton maxmale de matère). En analysant la fgure, nous constatons que la tolérance totale est égale à deux fos les mouvements qu englobent les jeux A et B pour ans amener les rebords des trous contre l attache (vor fgure). Donc, la tolérance totale est égale à deux fos (A+B), ou on peut l exprmer en forme damétrale. Mas A+B est le jeu moyen des deux () trous par rapport au boulon dans les partes () et () prses ensembles. On peut écrre que, T = ( A + B) = CL + CL (6) T où, TT est latolérance totale de poston pour les deux pèces; Quand les procédés de fabrcaton sont tels que la plus grande accumulaton d erreurs se produt d un côté seulement, des tolérances non balancées seront préférables. Par exemple, une pèce avec des trous percés aura une tolérance dfférente qu une pèce avec des trous ponçonnés (le montage et la capacté de chaque procédé étant dfférents). Assemblage des composantes multples attache flottante S plus que deux () pèces sont assemblées dans une applcaton d attaches flottantes, les tolérances assgnées devront être telles que n mporte quel groupe de pèces pourrat s agencer. Pour un tel assemblage, l faut fare le calcul pour deux pèces seulement, pus calculer chaque pèce restante de façon à ce qu elles pussent s agencer avec les deux premères. En d autres termes, nous calculons toutes les combnasons possbles entre les tros pèces. S. - Antone Tahan, ng. Ph.D. Chaptre Page 39

39 Exemple Utlsant un boulon de M0 x.5 ( MMC 0mm) avec des trous ayant pour damètre mm, calculer une tolérance de poston non balancée. Soluton Dans ce cas, les trous sont semblables, donc, T = ( H F) T T =( ) =.0 mm T La tolérance peut être dstrbuée entre les deux pèces de quelque manère que ce sot, pourvu que la somme de.0 demeure mantenue (ex., 0.7 mm pour une parte et 0.3 mm pour l autre). Exemple Une composante exstante a des trous ayant comme damètre mm avec une tolérance de postonnement spécfque de.0 mm. On vous demande de concevor une pèce qu pourra s agencer avec un boulon M0 x.5. La tolérance de postonnement de la nouvelle pèce sera 0.7 mm. Soluton De l équaton précédente, T T = =.7 T T = H + H -F.7 = H - x 0.0 H = =.0 mm Il faut noter que le damètre LMC sera détermné par des consdératons telles que la dmenson de la tête du boulon, la quantté de matère mnmal (requs de résstance), nveau de vbraton, etc. S. - Antone Tahan, ng. Ph.D. Chaptre Page 40

40 Les attaches fxes Une attache fxe se défnt comme une applcaton dans laquelle l attache est retenue dans un trou de montage d une part et passe par des trous ayant un jeu par la sute. Les attaches fxes les plus communes sont les assemblages avec des trous fletés et les assemblages avec des boulons à tête frasée. Pour détermner l effet des varatons des tolérances du postonnement du trou pour ce type d attache, examnons une applcaton typque et smple. Cette dernère est consttuée d un boulon vsé dans un trou sans regard à la matère (vor fgure). Dans ce cas, nous assurons que la tolérance totale de localsaton est égale au jeu rencontré sur un seul des deux damètres. TT = CL (7) S des tolérances non balancées sont désrées, la tolérance totale est dvsée équtablement. S l on compare l applcaton de l attache fxe à l attache flottante, la dfférence majeure dont on dot prendre note est que le trou de dégagement dot mantenant absorber tous les déplacements. De là, une tolérance d attache fxe est, numérquement parlant, la moté de la valeur d une attache flottante smlare. Ou en terme de talle de trou (H) et de talle d attache ou d élément de fxaton (F) : TT = H F TB = H F ( ) En examnant la fgure précédente, on note que le trou de dégagement est une applcaton MMC, comme dans n mporte quel trou de dégagement. Par contre, ce n est pas le cas d un trou avec un frasage. Remarque Le trou fleté, dans le cas de pèces de dfférentes hauteurs, dot être contrôlé moyennant la hauteur projetée ou la hauteur de fxaton ou les deux ensembles. S. - Antone Tahan, ng. Ph.D. Chaptre Page 4

41 Assemblage de composantes multples attache fxe S plus de deux pèces sont assemblées par une fxaton, chaque pèce possédant une ou pluseurs clarances de trou dovent être calculées pour être assemblées avec la pèce possédant le trou de montage de la fxaton. En d autres termes : on trate les pèces ndvduellement avec la pèce possédant le trou fleté ou le frasage (pèce consdérée comme fxe avec l attache). Exemple 3 Calculer les tolérances balancées et non balancées pour un boulon de M0 devant s nsérer dans un trou fleté et passant à travers un trou de damètre mm. Soluton À l ade de l équaton pour la tolérance totale : TT = H F T T = =.0 mm Les tolérances peuvent être répartes comme désré (ex. 0.4 mm pour la clarance de trou et 0.6 mm pour le trou ponçonné). Une hauteur projetée peut être spécfée pour le trou ponçonné. En utlsant l équaton des tolérances balancées :T B = 0.5(.0-0.0) = 0.5 mm Exemple 4 Calculer la tolérance de poston pour une trosème pèce possédant un trou dont le damètre est de.6 à MMC, afn de s assembler aux pèces présentées à l exemple précédent. On fat l hypothèse que la tolérance balancée est utlsée. Soluton À partr de l équaton précédente : TT = H F T T = =.6 mm T = T T - T = =. mm Tolérance de co-axalté La tolérance de co-axalté est un cas spécal de la tolérance de poston. En effet, c est le cas où le requs de poston s applque sur des éléments ayant le même axe (ou plan central) théorque. Les méthodes de calculs sont dentques aux méthodes montrées dans précédente paragraphes. Lorsque nous consdérons l effet de l excentrcté sur une fxaton (par exemple, entre le centre d'un flet et le centre du corps d'un boulon), nous abordons le concept de dmenson vrtuelle de la S. - Antone Tahan, ng. Ph.D. Chaptre Page 4

42 fxaton; cette dmenson vrtuelle est foncton de l excentrcté, E ou C, et de la dmenson MMC de la fxaton F. S la dmenson de la fxaton est rédute, tout en mantenant l excentrcté permse, la surface de fxaton s élogne de la lmte étable appelée dmenson vrtuelle. Étant donné que la dmenson vrtuelle est utlsée lors du calcul de la tolérance de poston, l espace entre ces lmtes est toujours sujet à des erreurs de fxaton. De plus, les spécfcatons ayant trat à la dmenson crtque sont utlsées, plutôt que de spécfer une valeur fxe de concentrcté. Autrefos, cela entraînat la créaton d une spécfcaton de concentrcté MMC qu état défne de telle façon que la valeur de concentrcté spécfée s applquat à une dmenson crtque MMC. Cela permettat de mantenr la dmenson vrtuelle et d augmenter la concentrcté quand la dmenson de la fxaton dmnuat. Comme l a été dt au module, les tolérances de concentrcté sont mantenant défnes comme des contrôles RFS. Donc, les tolérances de poston crtque MMC sont de nos jours le melleur outl pour défnr une telle relaton. S on a une fxaton (ou une attache qu a une excentrcté permse, E, cela affectera la relaton tolérance - clarance. En termes de dmenson MMC de la fxaton (F), l excentrcté permse (E) est : F V F = + E (8) Où C est la lmte de concentrcté (ou une tolérance de poston) (C=E) Quand nous fasons face à une stuaton où l excentrcté peut survenr, la dmenson de la fxaton peut être remplacée par une dmenson vrtuelle et n mporte quelle équaton standard de tolérances peut être utlsée. S nous utlsons une dmenson vrtuelle pour applcaton de fxaton moble, l faut prendre note que la clarance dans une seule des deux pèces peut être affectée par l excentrcté. Les valeurs moyennes d excentrcté sont souvent gnorées pour les applcatons de fxaton moble qu regroupent seulement deux pèces lorsque la fxaton peut être placée dans une poston avantageuse. Étant donné que les excentrctés sont fréquemment rencontrées avec les applcatons de fxaton, les équatons tolérance - clarance peuvent être modfées pour permettre le calcul drect en substtuant F=F v. Pratquement: T = H ( F + C) V T B = H ( F + C) Exemple 5 En se référant à la fgure de la page précédente, utlser les paramètres suvants : damètre du trou MMC =.3 mm, damètre du corps MMC = 0 mm, concentrcté du fletage par rapport au corps = 0.5 mm. Calculer une tolérance de poston balancée acceptable. Soluton À partr de l équaton précédente : T B H ( F + C).3 ( ) = = = mm S. - Antone Tahan, ng. Ph.D. Chaptre Page 43

43 Chambrages Les tolérances de poston peuvent s applquer pour des trous chambrés en fasant usage des technques dentques à celles utlsées pour une attache flottante ayant plus de deux pèces. La méthode à utlser dot être chose afn de correspondre à l applcaton (ex. attaches fxes ou mobles). Pour évaluer les excentrctés permses, nous devons utlser le concept de dmenson vrtuelle. Exemple 6 Les données sont: le damètre du corps du boulon M6 = 6 mm, la tête du boulon = 0 mm, et la concentrcté du corps par rapport à la tête = 0. mm. Dans les deux pèces, le damètre MMC du trou = 6.4 mm et le damètre MMC du chambrage = 0.7 mm. Calculez les tolérances balancées des trous et la tolérance de poston fnale du chambrage. Soluton : En utlsant l équaton des tolérances balancées, on obtent la tolérance de poston pour la clarance du trou: TB = H F = = 0.4 mm À l ade des équatons d une excentrcté, on peut calculer la tolérance de poston des chambrages: F V = F + C = = 0. mm T T =(H + H )-(F +F )=( )-( )=.0 mm T CB = T T - T = = 0.6 mm Exemple 7 En utlsant les données de l exemple 0, calculer les tolérances de poston pour la fxaton présentée c-dessous. La concentrcté du fletage par rapport au corps = 0., par rapport à la tête = 0.. Utlser une tolérance de poston de 0. pour les trous. Soluton On obtent la tolérance de poston : T T =H -(F+C)= ( ) = 0.3 mm T = T T - T = = 0. mm On calcule la tolérance du chambrage de la même façon : T T = ( ) = 0.5 mm T CB = T T - T = = 0.3 mm Exemple 8 En se référant à la fgure c-dessous et à l'exemple précédent, et en assumant l hypothèse que la dmenson du boulon est de 6 mm et que la tolérance de poston pour les trous fletés est égale à S. - Antone Tahan, ng. Ph.D. Chaptre Page 44

L'INDUCTION ON5WF (MNS)

L'INDUCTION ON5WF (MNS) 'IDUCTIO ème parte / O5WF (MS) Dans la ère parte de cet artcle, nous avons vu qu'un courant électrque donnat leu à un champ magnétque (expérence d'oersted). ous avons ensute vu comment Faraday, après avor

Plus en détail

Analyse Numérique - Projet A rendre au plus tard le jour de l examen final, en Janvier 2010.

Analyse Numérique - Projet A rendre au plus tard le jour de l examen final, en Janvier 2010. Master 1ère année de Mathématques Analyse Numérque - Projet A rendre au plus tard le jour de l examen fnal, en Janver 2010. CMI, Unversté de Provence Année 2009-2010 Ce qu vous est demandé : Rédger les

Plus en détail

CHAPITRE 2. La prévision des ventes

CHAPITRE 2. La prévision des ventes CHAPITRE La prévson des ventes C est en foncton des prévsons de ventes que l entreprse détermne la producton, les achats et les nvestssements nécessares. La prévson des ventes condtonne l ensemble de la

Plus en détail

Miroirs sphériques Dioptres sphériques. 1 Miroirs sphériques. 1.1 Introduction : focaliser la lumière. 1.2 Miroir concaves faisceau parallèle

Miroirs sphériques Dioptres sphériques. 1 Miroirs sphériques. 1.1 Introduction : focaliser la lumière. 1.2 Miroir concaves faisceau parallèle Mrors spérques Doptres spérques Nous allons mantenant aborder des systèmes optques un peu plus complexes, couramment utlsés pour produre des mages. Nous allons commencer par étuder un mror spérque de façon

Plus en détail

LES POMPES. Devant la grande diversité de situations possibles, on trouve un grand nombre de machines que l on peut classer en deux grands groupes :

LES POMPES. Devant la grande diversité de situations possibles, on trouve un grand nombre de machines que l on peut classer en deux grands groupes : Ste: http://gene.ndustrel.aa.free.fr LES POMPES Les pompes sont des apparels permettant un transfert d énerge entre le flude et un dspostf mécanque convenable. Suvant les condtons d utlsaton, ces machnes

Plus en détail

Enseignement secondaire. PHYSI Physique Programme

Enseignement secondaire. PHYSI Physique Programme Ensegnement secondare Dvson supéreure PHYSI Physque Programme 3CB_3CC_3CF_3MB_3MC_3MF Langue véhculare : franças Nombre mnmal de devors par trmestre : 1 PHYSI_3CB_3CC_3CF_3MB_3MC_3MF_PROG_10-11 Page 1

Plus en détail

V FORMATION DES IMAGES DANS L EXEMPLE DU MIROIR PLAN

V FORMATION DES IMAGES DANS L EXEMPLE DU MIROIR PLAN Chaptre V page V-1 V FORMTION DES IMGES DNS L EXEMPLE DU MIROIR PLN Le but de ce chaptre est d ntrodure la noton d mage { travers l exemple du mror plan. Vous vous êtes sûrement déjà regardé(e) dans un

Plus en détail

UNIVERSITE MONTESQUIEU BORDEAUX IV. Année universitaire 2006-2007. Semestre 2. Prévisions Financières. Travaux Dirigés - Séances n 3

UNIVERSITE MONTESQUIEU BORDEAUX IV. Année universitaire 2006-2007. Semestre 2. Prévisions Financières. Travaux Dirigés - Séances n 3 UNIVERSITE MONTESQUIEU BORDEAUX IV Lcence 3 ère année Econome - Geston Année unverstare 2006-2007 Semestre 2 Prévsons Fnancères Travaux Drgés - Séances n 3 «Les Crtères Fondamentaux des Chox d Investssement»

Plus en détail

Remboursement d un emprunt par annuités constantes

Remboursement d un emprunt par annuités constantes Sére STG Journées de formaton Janver 2006 Remboursement d un emprunt par annutés constantes Le prncpe Utlsaton du tableur Un emprunteur s adresse à un prêteur pour obtenr une somme d argent (la dette)

Plus en détail

Banque d exercices pour le cours de "mise à niveau" de statistique de M1 AgroParisTech

Banque d exercices pour le cours de mise à niveau de statistique de M1 AgroParisTech Banque d exercces pour le cours de "mse à nveau" de statstque de M1 AgroParsTech Instructons pour les exercces 1. Lorsque ren n est précsé, on suppose que la dstrbuton étudée est gaussenne. Pour les exercces

Plus en détail

Utilisation du symbole

Utilisation du symbole HKBL / 7 symbole sgma Utlsaton du symbole Notaton : Pour parler de la somme des termes successfs d une sute, on peut ou ben utlser les pontllés ou ben utlser le symbole «sgma» majuscule noté Par exemple,

Plus en détail

Chapitre 5: La programmation dynamique

Chapitre 5: La programmation dynamique Chaptre 5: La programmaton dynamque. Introducton La programmaton dynamque est un paradgme de concepton qu l est possble de vor comme une améloraton ou une adaptaton de la méthode dvser et régner. Ce concept

Plus en détail

(Licence L1 /Durée 3H) Stand d étude de l'effort tranchant dans une poutre Règle Des accroches poids

(Licence L1 /Durée 3H) Stand d étude de l'effort tranchant dans une poutre Règle Des accroches poids (Lcence L1 /Durée 3H) Objectfs : Se famlarser avec l apparel d étude de l'effort tranchant dans une poutre (les pèces consttutves, mode d emplo...) Ben matrser les étapes qu mènent à l élaboraton des dfférents

Plus en détail

Partie I: Différences finies avec centrage partiel

Partie I: Différences finies avec centrage partiel U. PARIS VI et ÉCOLE POLYTECHNIQUE 7 anver 04 Spécalté Probablté et Fnance du Master de Scences et Technologe EXAMEN DU COURS ANALYSE NUMÉRIQUE DES ÉQUATIONS AUX DÉRIVÉES PARTIELLES EN FINANCE verson 03/0/04

Plus en détail

EXEMPLES D UTILISATION DE LA TECHNIQUE DES OBSERVATIONS INSTANTANÉES.

EXEMPLES D UTILISATION DE LA TECHNIQUE DES OBSERVATIONS INSTANTANÉES. EXEMPLES D UTILISATIN DE LA TECHNIQUE DES BSERVATINS INSTANTANÉES. Chrstan Fortn, ng., Ph.D. Ergonome et hygénste du traval Centre of santé et servces socaux de la Montagne, Montréal. Résumé La technque

Plus en détail

À partir de la demi-période comprise entre les points C et D de la figure 2, mesurer u L, de la bobine. calculer et en déduire la valeur de L.

À partir de la demi-période comprise entre les points C et D de la figure 2, mesurer u L, de la bobine. calculer et en déduire la valeur de L. se 2004 ÉTUD XPÉIMNTL D'UN BOBIN (6 ponts) 1.5. On néglge dans la sute le terme fasant ntervenr r dans l'expresson de u L ans que les arronds des crêtes de l'ntensté. 1 - Détermnaton expérmentale de l'nductance

Plus en détail

Ajustement affine par les moindres carrés

Ajustement affine par les moindres carrés 1. Nveau Termnales STG et ES Ajustement affne par les mondres carrés 2. Stuaton-problème proposée Introducton à la méthode des mondres carrés. 3. Support utlsé Tableur et calculatrce. 4. Contenu mathématque

Plus en détail

Electronique TD1 Corrigé

Electronique TD1 Corrigé nersté du Mane - Faculté des Scences! etour D électronque lectronque D1 Corrgé Pour un sgnal (t) quelconque : 1 $ (t) # MOY! (t) dt 1 FF! (t) dt (t) MX MOY mpltude crête à - crête mpltude Mn Pérode t emarque

Plus en détail

DEFINITIONS ET PRINCIPES FONDAMENTAUX DE LA RDM

DEFINITIONS ET PRINCIPES FONDAMENTAUX DE LA RDM DEFINITIONS ET PRINCIPES FONDMENTUX DE L RDM 1 OJET DE L RDM PRINCIPES DE L STTIQUE.1 Défnton de l équlbre statque.1.1 Epresson du torseur des actons, moment d une force.1. Sstèmes de forces dvers 3. Les

Plus en détail

EXAMEN FINAL DE STATISTIQUES DESCRIPTIVES L1 ECO - SESSION 1 - Correction - Minimum Moyenne Ecart-type

EXAMEN FINAL DE STATISTIQUES DESCRIPTIVES L1 ECO - SESSION 1 - Correction - Minimum Moyenne Ecart-type EAME FIAL DE STATISTIQUES DESCRIPTIVES L1 ECO - SESSIO 1 - Correcton - Exercce 1 : 1) Questons à Chox Multples (QCM). Cochez la bonne réponse Classer ces statstques selon leur nature (ndcateur de poston

Plus en détail

Corrélation et régression linéaire

Corrélation et régression linéaire Corrélaton et régresson lnéare 1. Concept de corrélaton. Analyse de régresson lnéare 3. Dfférences entre valeurs prédtes et observées d une varable 1. Concept de corrélaton L objectf est d analyser un

Plus en détail

Chapitre 3: Stockage et distribution

Chapitre 3: Stockage et distribution I- Défntons Chaptre 3: Stockage et dstrbuton Réseau de desserte = Ensemble des équpements (canalsatons et ouvrages annexes) achemnant de manère gravtare ou sous presson l eau potable ssue des untés de

Plus en détail

Exercices Électrocinétique

Exercices Électrocinétique ercces Électrocnétque alculs de tensons et de courants -21 éseau à deu malles Détermner, pour le crcut c-contre, l ntensté qu 1 2 traverse la résstance 2 et la tenson u au bornes de la résstance 3 : 3

Plus en détail

Mesures en tension continue & alternative

Mesures en tension continue & alternative Manp. Elec.1' Mesures en tenson contnue & alternatve E1.1 BUT DE LA MANIPULATION Cette manpulaton vse prncpalement à vous famlarser avec les apparels & nstruments de mesure utlsés en électrcté. Vous apprendrez

Plus en détail

I. Fonctionnalités du tableur

I. Fonctionnalités du tableur Olver Coma Macro MRP pour Excel Decembre 1999 I. Fonctonnaltés du tableur I.1. Feulle «Nomenclature «Le tableur propose pluseurs optons à l ouverture du fcher. Cnq boutons apparassent à drote de la feulle

Plus en détail

N - ANNEAUX EUCLIDIENS

N - ANNEAUX EUCLIDIENS N - ANNEAUX EUCLIDIENS Dans ce qu sut A est un anneau untare, mun de deux opératons notées addtvement et multplcatvement. Le neutre de l addton est noté 0, celu de la multplcaton est noté e. On pose A

Plus en détail

MASTER ECONOMETRIE ET STATISTIQUE APPLIQUEE (ESA)

MASTER ECONOMETRIE ET STATISTIQUE APPLIQUEE (ESA) MASTER ECONOMETRIE ET STATISTIQUE APPLIQUEE (ESA) Unversté d Orléans Econométre des Varables Qualtatves Chaptre 3 Modèles à Varable Dépendante Lmtée Modèles Tobt Smples et Tobt Généralsés Chrstophe Hurln

Plus en détail

Analyses de sensibilité et Recalage de modèles thermiques spatiaux à l aide d algorithmes génétiques.

Analyses de sensibilité et Recalage de modèles thermiques spatiaux à l aide d algorithmes génétiques. Analyses de sensblté et Recalage de modèles thermques spataux à l ade d algorthmes génétques. Approches stochastques et Industre 2&3/02/2006 F.JOUFFROY/A.CAPITAINE Plan de la présentaton Contexte Modélsaton

Plus en détail

Chapitre 2 : Energie potentielle électrique. Potentiel électrique

Chapitre 2 : Energie potentielle électrique. Potentiel électrique 2 e BC 2 Energe potentelle électrque. Potentel électrque 12 Chaptre 2 : Energe potentelle électrque. Potentel électrque 1. Traval de la orce électrque a) Expresson mathématque dans le cas du déplacement

Plus en détail

La décomposition en valeurs singulières: un outil fort utile

La décomposition en valeurs singulières: un outil fort utile La décomposton en valeurs sngulères: un outl fort utle Références utles: 1- Sonka et al.: sectons 3.2.9 et 3.2.1 2- Notes manuscrtes du cours 3- Press et al: Numercal recpes * Dernère révson: Patrck Hébert

Plus en détail

Prévision des ventes des articles textiles confectionnés. B. Zitouni*, S. Msahli* * Unité de Recherches Textiles, Ksar-Hellal, Tunisie.

Prévision des ventes des articles textiles confectionnés. B. Zitouni*, S. Msahli* * Unité de Recherches Textiles, Ksar-Hellal, Tunisie. Prévson des ventes des artcles textles confectonnés B Ztoun*, S Msahl* * Unté de Recherches Textles, Ksar-Hellal, Tunse Résumé Dans cette étude, on se propose de détermner s le recours à des réseaux de

Plus en détail

Editions ENI. Excel 2013. Collection Référence Bureautique. Extrait

Editions ENI. Excel 2013. Collection Référence Bureautique. Extrait Edtons ENI Collecton Référence Bureautque Extrat Tableaux de données Tableaux de données Créer un tableau de données Un tableau de données, auss appelé lste de données (dans les ancennes versons d Excel),

Plus en détail

Solution : 1. Soit y = α + βt, l équation de la droite considérée. Le problème de régression linéaire s écrit. i=1 2(α + βt i b i )t i

Solution : 1. Soit y = α + βt, l équation de la droite considérée. Le problème de régression linéaire s écrit. i=1 2(α + βt i b i )t i Exercces avec corrgé succnct du chaptre 3 (Remarque : les références ne sont pas gérées dans ce document, par contre les quelques?? qu apparassent dans ce texte sont ben défns dans la verson écran complète

Plus en détail

Théorie des Nombres - TD1 Rappels d arithmétique élémentaire

Théorie des Nombres - TD1 Rappels d arithmétique élémentaire Unversté Perre & Mare Cure Master de mathématques 1 Année 2012-2013 Module MM020 Théore des Nombres - TD1 Rappels d arthmétque élémentare Exercce 1 : Trouver tous les enters n N tels que ϕ(n) = 6. Même

Plus en détail

Feuilles de style CSS

Feuilles de style CSS Feulles de style CSS 71 Feulles de style CSS Les standards du web Les langages du web : le HTML et les CSS Depus la verson 4 de l'html (décembre 1999), le W3C propose les feulles de style en cascade, les

Plus en détail

Optimisation du conditionnement d'air des locaux de télécommunication par utilisation de produits à changement de phase

Optimisation du conditionnement d'air des locaux de télécommunication par utilisation de produits à changement de phase Optmsaton du condtonnement d'ar des locaux de télécommuncaton par utlsaton de produts à changement de phase Davd NÖRTERSHÄUSER, Stéphane LE MASSON France Telecom R&D, 2 Avenue Perre Marzn, 2 LANNION Résumé

Plus en détail

Assistance à la saisie en milieu non structuré

Assistance à la saisie en milieu non structuré Assstance à la sase en mleu non structuré R. Gharb 1, N. Rezzoug 1, P. Gorce 1 P. Hoppenot 2, E. Colle 2 1 Laboratore ESP EA 3162 Unversté de Toulon et du Var BP 20132, 83957 La Garde gorce{rezzoug, gharb}@unv-tln.fr

Plus en détail

MODELISATION DES PROCESSUS LINEAIRES

MODELISATION DES PROCESSUS LINEAIRES MDELISATIN DES PRCESSUS LINEAIRES Dans un premer temps, nous ne consdérons que des processus partculers, supposés notamment statonnare. Cec permet de présenter un certan nombre d'outls dans un cadre relatvement

Plus en détail

C.P.G.E-TSI-SAFI Redressement non commandé 2006/2007

C.P.G.E-TSI-SAFI Redressement non commandé 2006/2007 C.P.G.E-TSI-SAFI edressement non commandé 2006/2007 edressement non commandé Introducton : es réseaux et les récepteurs électrques absorbent de l énerge sous deux formes, en contnus ou en alternatfs. Pour

Plus en détail

Schlüter -KERDI-BOARD. Support de pose, panneau d agencement, étanchéité composite (SPEC)

Schlüter -KERDI-BOARD. Support de pose, panneau d agencement, étanchéité composite (SPEC) Schlüter -KERDI-BOARD Support de pose, panneau d agencement, étanchété composte (SPEC) Schlüter -KERDI-BOARD Schlüter -KERDI-BOARD Le support de pose unversel pour carrelages Important! Qu l s agsse d

Plus en détail

LES DIMENSIONS DANS LA PERCEPTION DES INTERVALLES MUSICAUX *

LES DIMENSIONS DANS LA PERCEPTION DES INTERVALLES MUSICAUX * LES DIMENSIONS DANS LA PERCEPTION DES INTERVALLES MUSICAUX * "W.J.M. LEVELT et R. PLOMP (Insttute for Percepton R.V.O.-T.N.O., SOESTERBERG, PAYS-BAS) Introducton Il est ntéressant de savor de quelle manère

Plus en détail

Soutien : Modèle de Potts mars 2015

Soutien : Modèle de Potts mars 2015 Année 04 05 Physque Statstque hors équlbre et transtons de phase Souten : Modèle de Potts mars 05 On onsdère une varante du modèle d Isng, dte de Potts, dans laquelle les N degrés de lberté (qu on appellera

Plus en détail

Exercices d algorithmique

Exercices d algorithmique Exercces d algorthmque Les algorthmes proposés ne sont pas classés par ordre de dffculté Nombres Ecrre un algorthme qu renvoe la somme des nombre entre 0 et n passé en paramètre Ecrre un algorthme qu renvoe

Plus en détail

Application des algorithmes évolutionnaires multicritères à la conception de véhicules électriques

Application des algorithmes évolutionnaires multicritères à la conception de véhicules électriques Chaptre 5 Applcaton des algorthmes évolutonnares multcrtères à la concepton de véhcules électrques Dans ce chaptre, nous entreprenons vértablement la concepton systémque par optmsaton de véhcules électrques

Plus en détail

Identifie les données des situations (problèmes ou besoins) rencontrés en vue de leur traitement.

Identifie les données des situations (problèmes ou besoins) rencontrés en vue de leur traitement. Informatons de l'unté d'ensegnement Implantaton Cursus de ECAM Bacheler en Scences ndustrelles Pont vers le supéreur: Scences B1010 Cycle 1 Bloc 1 Quadrmestre 1 Pondératon 5 Nombre de crédts 5 Nombre d

Plus en détail

EN81-28: qu est-ce que c est? Bloqué dans l ascenseur?

EN81-28: qu est-ce que c est? Bloqué dans l ascenseur? EN81-28: qu est-ce que c est? Bloqué dans l ascenseur? www.safelne.se Pas de panque! SafeLne est à votre écoute Hsselektronk développe et fabrque des composants électronques pour ascenseurs. Les produts

Plus en détail

Cours de Calcul numérique MATH 031

Cours de Calcul numérique MATH 031 Cours de Calcul numérque MATH 03 G. Bontemp, A. da Slva Soares, M. De Wulf Département d'informatque Boulevard du Tromphe - CP22 http://www.ulb.ac.be/d Valeurs propres en pratque. Localsaton. Méthode de

Plus en détail

Champ magnétique. 1 Notions préliminaires. 1.1 Courant électrique et densité de courant

Champ magnétique. 1 Notions préliminaires. 1.1 Courant électrique et densité de courant 4 Champ magnétque 1 Notons prélmnares 1.1 Courant électrque et densté de courant Un courant électrque est défn par un déplacement de charges électrques élémentares (ex : les électrons de conducton dans

Plus en détail

Chapitre II : Introduction Thermodynamique des machines de compression (compresseurs) et de détente (turbines).

Chapitre II : Introduction Thermodynamique des machines de compression (compresseurs) et de détente (turbines). Chaptre II : Introducton hermodynamque des machnes de compresson (compresseurs) et de détente (turbnes). II. : Introducton. On s'ntéresse dans ce chaptre à l'ntroducton thermodynamque des compresseurs

Plus en détail

L algorithme PageRank de Google : Une promenade sur la toile

L algorithme PageRank de Google : Une promenade sur la toile APMEP Pour chercher et approfondr 473 L algorthme PageRank de Google : Une promenade sur la tole Mchael Esermann (*) Depus plus d une décenne Google domne le marché des moteurs de recherche sur nternet

Plus en détail

Les jeunes économistes

Les jeunes économistes Chaptre1 : les ntérêts smples 1. défnton et calcul pratque : Défnton : Dans le cas de l ntérêt smple, le captal reste nvarable pendant toute la durée du prêt. L emprunteur dot verser, à la fn de chaque

Plus en détail

Régression linéaire et incertitudes expérimentales

Régression linéaire et incertitudes expérimentales 91 e Année - N 796 Publcaton Mensuelle Jullet/Août/Septembre 1997 Régresson lnéare et ncerttudes expérmentales par Danel BEAUFILS Insttut Natonal de Recherche Pédagogque Département Technologes Nouvelles

Plus en détail

SUIVI CINETIQUE PAR ANALYSE CHIMIQUE (CORRECTION)

SUIVI CINETIQUE PAR ANALYSE CHIMIQUE (CORRECTION) Chme Termnale S Chaptre Travaux Pratques n a Correcton SUIVI CINETIQUE PAR ANALYSE CHIMIQUE (CORRECTION) 1 PRINCIPE On dose une espèce chmque (réact ou produt du système chmque) à ntervalle de temps réguler

Plus en détail

ÉCHANTILLON REPRÉSENTATIF (D UNE POPULATION FINIE) : DÉFINITION STATISTIQUE

ÉCHANTILLON REPRÉSENTATIF (D UNE POPULATION FINIE) : DÉFINITION STATISTIQUE ÉCHANTILLON REPRÉSENTATIF (D UNE POPULATION FINIE) : DÉFINITION STATISTIQUE ET PROPRIÉTÉS Léo Gervlle-Réache, Vncent Coualler To cte ths verson: Léo Gervlle-Réache, Vncent Coualler. ÉCHANTILLON REPRÉSENTATIF

Plus en détail

Montage émetteur commun

Montage émetteur commun tour au menu ontage émetteur commun Polarsaton d un transstor. ôle de la polarsaton La polarsaton a pour rôle de placer le pont de fonctonnement du transstor dans une zone où ses caractérstques sont lnéares.

Plus en détail

Economie Ouverte. Economie ouverte. Taux de change et balance courante. Le modèle Mundell-Fleming. Définition du taux de change

Economie Ouverte. Economie ouverte. Taux de change et balance courante. Le modèle Mundell-Fleming. Définition du taux de change Econome Ouverte Econome ouverte Taux de change et balance courante Taux de change et balance courante Modèle Mundell-Flemng Campus Moyen Orent Médterranée Défnton du taux de change Le taux de change est

Plus en détail

LP 46 Applications des lois de l'optique géométrique à l'appareil photographique

LP 46 Applications des lois de l'optique géométrique à l'appareil photographique LP 46 Applatons des los de l'optque géométrque à l'apparel photographque Introduton: Nous allons termner les leçons d'optque géométrque en étudant un apparel qu utlse les résultats de e domane de la physque,

Plus en détail

Université Pierre & Marie Curie (Paris 6) Licence de Mathématiques L3 UE LM364 Intégration 1 Année 2011 12. TD4. Tribus.

Université Pierre & Marie Curie (Paris 6) Licence de Mathématiques L3 UE LM364 Intégration 1 Année 2011 12. TD4. Tribus. Unversté Perre & Mare Cure (Pars 6) Lcence de Mathématques L3 UE LM364 Intégraton 1 Année 2011 12 TD4. Trbus. Échauffements Exercce 1. Sot X un ensemble. Donner des condtons sur X pour que les classes

Plus en détail

Exercices de révision pour examen #1

Exercices de révision pour examen #1 Exercces de révson pour examen #1 Queston 1. Questons théorques. a) Nommez les courants qu exstent quand une dode est en équlbre. Courants de dffuson et de drft. b) Dessnez la structure physque réelle

Plus en détail

classification non supervisée : pas de classes prédéfinies Applications typiques

classification non supervisée : pas de classes prédéfinies Applications typiques Qu est ce que le clusterng? analyse de clusterng regroupement des obets en clusters un cluster : une collecton d obets smlares au sen d un même cluster dssmlares au obets appartenant à d autres clusters

Plus en détail

Il fournit un complément d information au document du BSIF que voici :

Il fournit un complément d information au document du BSIF que voici : Préavs REMARQUE* Objet : ttre des garantes de fonds dstncts des socétés d assurance-ve qu utlsent les facteurs prescrts Catégore : Captal Date : Le présent préavs décrt une méthode factorelle alternatve

Plus en détail

Editions ENI. Excel 2013. Collection Référence Bureautique. Extrait

Editions ENI. Excel 2013. Collection Référence Bureautique. Extrait Edtons ENI Excel 2013 Collecton Référence Bureautque Extrat Tableaux de données Tableaux de données Excel 2013 Créer un tableau de données Un tableau de données, auss appelé lste de données (dans les ancennes

Plus en détail

Le choix du niveau d occultation

Le choix du niveau d occultation AVANTAGES UNIQUES Obscurcssant ou opaque Protecton thermque effcace Haute résstance mécanque Léger, durable, 100% recyclable Nouvelles versons blanc bface (B920 - B990) APPLICATIONS Stores de façades (B92,

Plus en détail

Tableau croisé dynamique

Tableau croisé dynamique Tableau crosé dynamque Tableau crosé dynamque Excel 2010 Créer un tableau crosé dynamque Un tableau crosé dynamque permet de résumer, d analyser, d explorer et de présenter des données de synthèse. S la

Plus en détail

Bien débuter avec Illustrator

Bien débuter avec Illustrator CHAPITRE 1 Ben débuter avec Illustrator Illustrator est un logcel de dessn vectorel. Cela sgnfe qu'l permet de créer des llustratons composées avec des objets décrts par des vecteurs. Une telle défnton

Plus en détail

Exercices sur la géométrie plane

Exercices sur la géométrie plane Eercces sur la géoétre plane Sot un trangle équlatéral et M un pont ntéreur au trangle n note H, K, L les projetés orthogonau respectfs de M sur les tros côtés éontrer que la soe MH + MK + ML est constante

Plus en détail

Mesure avec une règle

Mesure avec une règle Mesure avec une règle par Matheu ROUAUD Professeur de Scences Physques en prépa, Dplômé en Physque Théorque. Lycée Alan-Fourner 8000 Bourges ecrre@ncerttudes.fr RÉSUMÉ La mesure d'une grandeur par un système

Plus en détail

Hansard OnLine. Guide relatif au Unit Fund Centre

Hansard OnLine. Guide relatif au Unit Fund Centre Hansard OnLne Gude relatf au Unt Fund Centre Table des matères Page Présentaton du Unt Fund Centre (UFC) 3 Utlsaton de crtères de recherche parm les fonds 4-5 Explotaton des résultats des recherches par

Plus en détail

THERMODYNAMIQUE. Résumé de cours. Jacques Delaire ENS de Cachan

THERMODYNAMIQUE. Résumé de cours. Jacques Delaire ENS de Cachan Lcence ϕτεμ 26 27 THERMODYNAMIQUE Résumé de cours Jacques Delare ENS de Cachan 1 I INTRODUCTION I.1. Défntons Généraltés Système : ensemble de corps ou de substances qu appartennent à un domane de l espace.

Plus en détail

uur uur u ur Remarque : la superposition d'une lumière naturelle et d'une lumière totalement polarisée est une lumière partiellement polarisée.

uur uur u ur Remarque : la superposition d'une lumière naturelle et d'une lumière totalement polarisée est une lumière partiellement polarisée. T OLRITION RECTILIGNE DE L LUMIERE 1 - Descrpton de l'onde lumneuse naturelle : Une lumère naturelle résulte de la désectaton d'atomes qu émettent alors des vbratons (ou trans d'onde) de pérode de l'ordre

Plus en détail

UTILISATION DES COPULES POUR ANALYSER L IMPACT DES DEPENDANCES SUR UN PORTEFEUILLE DE CREDITS RAPPORT DE STAGE D INGENIEUR CONFIDENTIEL

UTILISATION DES COPULES POUR ANALYSER L IMPACT DES DEPENDANCES SUR UN PORTEFEUILLE DE CREDITS RAPPORT DE STAGE D INGENIEUR CONFIDENTIEL Yohan KABLA ECP - 3 EME ANNEE MAP SMF UTILISATION DES COPULES POUR ANALYSER L IMPACT DES DEPENDANCES SUR UN PORTEFEUILLE DE CREDITS RAPPORT DE STAGE D INGENIEUR CONFIDENTIEL 5 MAI NOVEMBRE 00 MAITRES DE

Plus en détail

Mesure de compatibilité et recherche de solutions régulières en contact pénalisé

Mesure de compatibilité et recherche de solutions régulières en contact pénalisé Mesure de compatblté et recherche de solutons régulères en contact pénalsé G. Vermot des Roches,3, E. Balmes,2, Hachm Ben Dha 3, Rém Lemare 4 SDTools 44, Rue Vergnaud, 7503, Pars - FRANCE {vermot,balmes}@sdtools.com

Plus en détail

Mode d emploi Duromètre portable pour métaux

Mode d emploi Duromètre portable pour métaux Mode d emplo Duromètre portable pour métaux Fabrqué en Fabrqué Susse en Susse...plus...plus de de 50 50 ans ans de de savor-fare que que vous vous pouvez mesurer!! Table des matères 1. Sécurté et responsablté

Plus en détail

Calculer le coût amorti d une obligation sur chaque exercice et présenter les écritures dans les comptes individuels de la société Plumeria.

Calculer le coût amorti d une obligation sur chaque exercice et présenter les écritures dans les comptes individuels de la société Plumeria. 1 CAS nédt d applcaton sur les normes IAS/IFRS Coût amort sur oblgatons à taux varable ou révsable La socété Plumera présente ses comptes annuels dans le référentel IFRS. Elle détent dans son portefeulle

Plus en détail

Indicateurs de compétitivité- prix et de performances à l exportation

Indicateurs de compétitivité- prix et de performances à l exportation Décembre 2009 Indcateurs de compéttvté- prx et de performances à Méthodologe Les ndcateurs présentés dans ce document vsent à mesurer en temps réel l évoluton des parts de marché des prncpaux exportateurs

Plus en détail

Ch 4 Séries statistiques à une dimension Définitions et représentation graphique

Ch 4 Séries statistiques à une dimension Définitions et représentation graphique Ch 4 Séres statstques à une dmenson Défntons et représentaton graphque Termnologe Ensemble étudé = populaton Eléments de cet ensemble = ndvdus ou untés Attrbut consdéré = caractère qu peut être qualtatf

Plus en détail

Chapitre 5. Menu de SUPPORT

Chapitre 5. Menu de SUPPORT 155 Chaptre 5. Menu de SUPPORT Ce que vous apprendrez dans ce chaptre Ce chaptre vous présentera des routnes supplémentares susceptbles de vous ader dans les analyses de données présentées dans le chaptre

Plus en détail

SIMNUM : Simulation de systèmes auto-gravitants en orbite

SIMNUM : Simulation de systèmes auto-gravitants en orbite SIMNUM : Smulaton de systèmes auto-gravtants en orbte sujet proposé par Ncolas Kelbasewcz : ncolas.kelbasewcz@ensta-parstech.fr 14 janver 2014 1 Établssement du modèle 1.1 Approxmaton de champ lontan La

Plus en détail

- Equilibre simultané IS/LM : Pour déterminer le couple d équilibre général, il convient de résoudre l équation IS = LM.

- Equilibre simultané IS/LM : Pour déterminer le couple d équilibre général, il convient de résoudre l équation IS = LM. Exercce n 1 Cet exercce propose de détermner l équlbre IS/LM sur la base d une économe dépourvue de présence étatque. Pour ce fare l convent, dans un premer temps de détermner la relaton (IS) marquant

Plus en détail

La mobilité résidentielle depuis 20 ans : des facteurs structurels aux effets de la conjoncture

La mobilité résidentielle depuis 20 ans : des facteurs structurels aux effets de la conjoncture La moblté résdentelle depus 20 ans : des facteurs structurels aux effets de la conjoncture T. Debrand C. Taffn Verson Prélmnare - Ne pas cter 10 mars 2004 Résumé : Les analyses économques sur la moblté

Plus en détail

Détection et suivi de visages par Support Vector Machine robustes aux changements d échelle

Détection et suivi de visages par Support Vector Machine robustes aux changements d échelle Détecton et suv de vsages par Support Vector Machne robustes au changements d échelle Lonel CARMINATI Drectrce de Thèse : Jenny Benos-Pneau Projet Analyse et Indeaton Vdéo lcarmna@labr.fr http://www.labr.fr/recherche/imageson/aiv/

Plus en détail

Statistiques. A) Vocabulaire. B) Caractéristiques de position et de dispersion.

Statistiques. A) Vocabulaire. B) Caractéristiques de position et de dispersion. Statstques A) Vocabulare. Poulaton et ndvdu : La oulaton est l ensemble des ndvdus sur lequel vont orter les observatons. Caractère : Le caractère est la rorété étudée. Le caractère est qualtatf s l n

Plus en détail

direction de l animation de la recherche, des études et des statistiques Numéro 176 Juillet 2013

direction de l animation de la recherche, des études et des statistiques Numéro 176 Juillet 2013 Document d études drecton de l anmaton de la recherche, des études et des statstques Numéro 176 Jullet 2013 La régonalsaton des dépenses de formaton des entreprses au ttre du plan de formaton Jérôme Lê

Plus en détail

Note méthodologique. Traitements hebdomadaires Quiestlemoinscher.com. Quelle méthode de collecte de prix? Qui a collecté les prix?

Note méthodologique. Traitements hebdomadaires Quiestlemoinscher.com. Quelle méthode de collecte de prix? Qui a collecté les prix? Note méthodologque Tratements hebdomadares Questlemonscher.com Quelle méthode de collecte de prx? Les éléments méthodologques ont été défns par le cabnet FaE onsel, socété d études et d analyses statstques

Plus en détail

PEB: EXEMPLES DE DIVISION DE PROJET

PEB: EXEMPLES DE DIVISION DE PROJET Performance Energétque des âtments > pour archtectes et bureaux d études PE: EXEMPLES DE DIVISION DE PROJET Annexes au VADE-MECUM PE Verson jun 2008 Plus d nfos : www.bruxellesenvronnement.be > professonnels

Plus en détail

SPE PSI DEVOIR LIBRE N 9 pour le 04/01/12. Phénomènes d induction et conversion électromécanique:

SPE PSI DEVOIR LIBRE N 9 pour le 04/01/12. Phénomènes d induction et conversion électromécanique: SPE PSI DEVOIR LIBRE N 9 pour le 04/01/12 Phénomènes d nducton et converson électromécanque: 1/ Inductance propre et nductance mutuelle. 11/ Défntons et proprétés : 11a/ Défnr l'nductance propre L d un

Plus en détail

TES - Accompagnement: Probabilités conditionnelles,, variable aléatoire et loi binomiale

TES - Accompagnement: Probabilités conditionnelles,, variable aléatoire et loi binomiale TS - ccompagnement: Probabltés condtonnelles,, varable aléatore et lo bnomale xercce 1 'asthme est une malade nflammatore chronque des voes respratores en constante augmentaton. n France, les statstques

Plus en détail

REDUCTION DE BASE DE DONNEES PAR LA CLASSIFICATION AUTOMATIQUE

REDUCTION DE BASE DE DONNEES PAR LA CLASSIFICATION AUTOMATIQUE INSTITUT DE LA FRANCOPHONIE POUR L INFORMATIQUE RAPPORT DU STAGE REDUCTION DE BASE DE DONNEES PAR LA CLASSIFICATION AUTOMATIQUE Sous la drecton de Pr. Georges HEBRAIL, ENST Pars Réalsé par LE Anh Tuan,

Plus en détail

Accord Entreprise. Le Guide du True-Up. Enterprise Agreement True - Up Guide

Accord Entreprise. Le Guide du True-Up. Enterprise Agreement True - Up Guide Enterprse Agreement True-Up Gude Accord Entreprse Le Gude du True-Up Enterprse Agreement True - Up Gude Le gude du True-Up dans l Accord Entreprse Table des matères Le True-Up des lcences on premse et

Plus en détail

Globalisation de l Algorithme de Nelder-Mead : Application aux Composites

Globalisation de l Algorithme de Nelder-Mead : Application aux Composites INSA de Rouen LMR - Laboratore de Mécanque UMR 638 Rapport Technque : Globalsaton de l Algorthme de Nelder-Mead : Applcaton aux Compostes Marco Antôno Luersen, Doctorant au LMR Rodolphe Le Rche, Chargé

Plus en détail

DES EFFETS PERVERS DU MORCELLEMENT DES STOCKS

DES EFFETS PERVERS DU MORCELLEMENT DES STOCKS DES EFFETS PERVERS DU MORCELLEMENT DES STOCKS Le cabnet Enetek nous démontre les mpacts négatfs de la multplcaton des stocks qu au leu d amélorer le taux de servce en se rapprochant du clent, le dégradent

Plus en détail

Mode d emploi Duromètre portable pour métaux

Mode d emploi Duromètre portable pour métaux Mode d emplo Duromètre portable pour métaux Fabrqué en Fabrqué Susse en Susse...plus...plus de de 50 50 ans ans de de savor-fare que que vous vous pouvez mesurer!! Table des matères 1. Sécurté et responsablté

Plus en détail

Généralités sur les fonctions 1ES

Généralités sur les fonctions 1ES Généraltés sur les fonctons ES GENERALITES SUR LES FNCTINS I. RAPPELS a. Vocabulare Défnton Une foncton est un procédé qu permet d assocer à un nombre x appartenant à un ensemble D un nombre y n note :

Plus en détail

Mailing. Les étapes de conception d un mailing. Créer un mailing

Mailing. Les étapes de conception d un mailing. Créer un mailing Malng Malng Word 2011 pour Mac Les étapes de concepton d un malng Le malng ou publpostage permet l envo en nombre de documents à des destnatares répertorés dans un fcher de données. Cette technque sous-entend

Plus en détail

Cours Corporate finance

Cours Corporate finance Cours Corporate fnance Eléments de théore du portefeulle Le edaf Franços Longn www.longn.fr lan Notons de rentablté Défnton odélsaton Eléments de théore du portefeulle ortefeulle Dversfcaton Le edaf Le

Plus en détail

Application de la méthode hybride RT/RS au problème d engagement des turbines "Unit Commitment"

Application de la méthode hybride RT/RS au problème d engagement des turbines Unit Commitment Applcaton de la méthode hybrde RT/RS au problème d engagement des turbnes "nt Commtment" R. D. OHAEDI S. ARIF A. HELLAL Laboratore d Analyse et de Commande des Systèmes d Énerge et Réseaux Électrques,

Plus en détail

Université de Cergy-Pontoise

Université de Cergy-Pontoise Unversté de Cergy-Pontose THESE Dscplne : Géne cvl Présentée par : Salma HASSANI-MANAI Pour obtenr le grade de DOCTEUR DE L UNIVERSITE DE CERGY-PONTOISE Sujet : ETUDE ET MODELISATION DE LA STABILITE DES

Plus en détail

1 ère S. «Thème 3 / L énergie et ses transferts» Livret 1 / Les TP

1 ère S. «Thème 3 / L énergie et ses transferts» Livret 1 / Les TP 1 ère S «Thème 3 / L énerge et ses transferts» Lvret 1 / Les TP Sommare Page 3 : Page 5 : Page 6 : Page 7 : Page 8 : Page 9 : TP/ Chaleur latente de fuson de la glace TP/ Détermnaton d une énerge de combuston

Plus en détail

POUR OBTENIR UN BON RÉSULTAT, IL EST ESSENTIEL DE SUIVRE EXACTEMENT LES INSTRUCTIONS DE POSE.

POUR OBTENIR UN BON RÉSULTAT, IL EST ESSENTIEL DE SUIVRE EXACTEMENT LES INSTRUCTIONS DE POSE. POUR OBTENIR UN BON RÉSULTAT, IL EST ESSENTIEL DE SUIVRE EXACTEMENT LES INSTRUCTIONS DE POSE. - 8h -% RH www.quck-step.com www.quck-step.com Cement

Plus en détail

Courant alternatif. Dr F. Raemy La tension alternative et le courant alternatif ont la représentation mathématique : U t. cos (!

Courant alternatif. Dr F. Raemy La tension alternative et le courant alternatif ont la représentation mathématique : U t. cos (! Courant alternatf Dr F. Raemy La tenson alternatve et le courant alternatf ont la représentaton mathématque : U t = U 0 cos (! t + " U ) ; I ( t) = I 0 cos (! t + " I ) Une résstance dans un crcut à courant

Plus en détail