27/09/11. Réseaux et Protocoles. L3 informatique UdS. Chapitre 2 La couche physique. La couche physique : principe. La couche physique : principe (2)

Save this PDF as:
 WORD  PNG  TXT  JPG

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "27/09/11. Réseaux et Protocoles. L3 informatique UdS. Chapitre 2 La couche physique. La couche physique : principe. La couche physique : principe (2)"

Transcription

1 Chapitre 2 La couche physique Plan Transmission du signal affaiblissement, bande passante, bruit, débit maximal Codage, modulation, synchronisation Multiplexage Supports de transmission 2011 Réseaux et Protocoles Chap. 2 1 La couche physique : principe Comment transmettre des informations Emetteur canal Récepteur Émetteur possède l information son, image, données informatiques information stockée en mémoire ou produite en temps réel (micro, webcam, logiciel ) Analogique ou numérique (digitale) Engendre un signal sur le canal (support) 2011 Réseaux et Protocoles Chap. 2 2 La couche physique : principe (2) Comment transmettre des données Onde transmise sur un canal Ondes électriques Support métallique Ondes radio Canal sans fil (air, espace) Ondes lumineuses Fibre optique Ondes acoustiques Milieu sous-marin Comment une onde est-elle transmise? Quelles sont les contraintes sur la transmission? => L objectif est que le récepteur reconstitue l information 2011 Réseaux et Protocoles Chap

2 1. Concepts de la transmission de données Petit rappel sur les séries de Fourier 1.1. Série de Fourier : décomposition d une fonction périodique en une somme de sinusoïdes de fréquences différentes fréquence temporelle exprimée en hertz (Hz) Propriété : soit g(t) une fonction périodique quelconque de période T. Elle peut se décomposer en une suite potentiellement infinie de fonctions sinusoïdes (harmoniques) : 2011 Réseaux et Protocoles Chap. 2 4 Série de Fourier g(t) = 1/2 c + (a n sin (2πnft) + b n cos (2πnft)) n 1 f = 1/T fréquence fondamentale du signal g(t) c représente la composante continue a n et b n sont les coefficients de Fourier, et représentent les amplitudes respectives des sinus et cosinus de rang n chaque terme de rang n est une harmonique du signal de fréquence n*f (f = fréquence fondamentale) Inversement, a n b n et c peuvent se calculer en fonction de g(t) 2011 Réseaux et Protocoles Chap. 2 5 Calcul des coefficients T a n = 2/T g(t) sin(2πnft)dt 0 T b n = 2/T g(t) cos(2πnft)dt 0 T c = 2/T g(t) dt Réseaux et Protocoles Chap

3 Exemple (Tanenbaum Chap 2.1.2) Transmettre 1 octet («b» en ASCII) 2011 Réseaux et Protocoles Chap. 2 7 a n = (cos (πn /4) - cos (3πn /4) + cos(6πn /4) - cos (7πn /4))/πn b n = (sin (3π n /4) - sin (πn /4) + sin(7πn /4) - sin (6π n /4))/πn c = 3/4 Première harmonique ( n = 1) a 1 = 2 /2*π b 1 = (1-2 /2 )/π harmo1(t) = 3/8 + a 1 sin (2πft) + b 1 cos (2πft) 2011 Réseaux et Protocoles Chap harmonique 2011 Réseaux et Protocoles Chap

4 2 harmoniques 2011 Réseaux et Protocoles Chap harmoniques 2011 Réseaux et Protocoles Chap harmoniques 2011 Réseaux et Protocoles Chap

5 16 harmoniques 2011 Réseaux et Protocoles Chap Bande passante un canal fait subir des déformations aux signaux affaiblissement (diminution amplitude) décalage de phase (retard) bruit (blanc ou non) Pour certains canaux, les signaux sont transmis avec des affaiblissements d amplitude négligeable jusqu à une fréquence f c, dite fréquence de coupure. Fréquences > f c fortement atténuées bande passante : intervalle des fréquences que le canal transmet «sans» affaiblissement plus souvent affaiblissement inférieur à un seuil, exemple 3 db => bande passante à n db 2011 Réseaux et Protocoles Chap Bande passante (2) Relation entre bande passante du canal et signal transmis : l affaiblissement dû au canal s applique indépendamment à chaque harmonique du signal pour qu un signal soit correctement transmis sur un canal il faut que la plage des fréquences correspondant aux principales harmoniques du signal soit comprise dans la bande passante du canal => signal adapté au canal 2011 Réseaux et Protocoles Chap

6 1.3. Relation débit et harmoniques D = 1/T : débit binaire en bits/sec (b/s) T : période du bit pour un débit binaire de D b/s : le temps nécessaire pour transmettre un caractère (octet) est 8/D sec (au moins une transition par caractère) fréquence de l harmonique fondamentale : D/8 Hz une liaison téléphonique analogique possède une bande passante fixée à environ 3000Hz intervalle des fréquences de la voix [300Hz,3400Hz] 2011 Réseaux et Protocoles Chap Relation débit et harmoniques (2) le nombre d harmoniques effectivement transmises sera approximativement : 3000/(D/8) quand D augmente, le nombre d harmoniques permettant de reconstituer le signal diminue Cas extrême si D > : aucune harmonique reçue Conclusion: limiter la largeur de la bande passante limite le débit binaire maximum sur un canal 2011 Réseaux et Protocoles Chap Rapidité de modulation débit binaire: D= 1/T b/s (T= durée du bit) rapidité de modulation : R = 1/Δ bauds Δ = moment élémentaire Δ : plus petit intervalle pendant lequel le signal reste constant R : nombre de fois où le signal change d état par seconde Exemples T = 1 µs, Δ = 1 µs => D = R = bit par moment élémentaire T = 1 µs, Δ = 0,5 µs, D = 10 6 b/s, R = 2D = 2*10 6 bauds 2 moments élémentaires par bit (ex code Manchester) T= 1 µs, Δ = 8 µs, D = 10 6 b/s, R = D/8 = 1, bauds 8 bits par moment élémentaire code à 2 8 = 256 niveaux 2011 Réseaux et Protocoles Chap

7 1.5. Théorème d échantillonnage Claude Shannon, Harry Nyquist Théorème : R max = 2 H R = fréquence d échantillonnage H = bande passante du canal si un signal quelconque est appliqué à l entrée d un filtre passe-bas ayant une bande passante H, le signal ainsi filtré peut être entièrement reconstitué en effectuant un échantillonnage de ce signal à une cadence égale à 2H Exemple : si canal téléphonique de 4000 Hz => voix échantillonnée 8000 fois/sec 2011 Réseaux et Protocoles Chap Débit maximum d un canal Conséquence du théorème de Nyquist signal comporte un nombre V de valeurs (états) significatifs (V = valence du signal), le débit binaire maximum est : D max = 2H log 2 V Exemple : BP du canal = Hz, V=2 (signal bivalent) => D max = b/s V=4 (signal quadrivalent) => D max = b s signal multivalent : optimisation de l utilisation de la bande passante D max est-il limité? 2011 Réseaux et Protocoles Chap Débit maximum d un canal (2) Cas des canaux bruités : S/N : rapport signal sur bruit S : énergie du signal N : énergie des bruits et parasites exprimé en décibels : 10 log 10 S/N (db) Exemple : S/N = 10 => 10 db S/N = 1000 => 30 db Th de Shannon : D max = H*log 2 (1 + S/N) (max théorique) Exemple : Pour H= Hz S/N = 30dB => D max ~ 30Kb/s, S/N = 10dB => D max ~ 10Kb/s 2011 Réseaux et Protocoles Chap

8 1.6. Débit maximum d un canal (3) Définition : BP à n décibels : intervalle de fréquence où affaiblissement < n décibels Affaiblissement du signal : Aff = 10 log 10 Pe/Pr Pe : puissance du signal émis Pr : puissance du signal reçu Exemple : affaiblissement de 3 db : 10 log 10 Pe/Pr = 3 db => Pe/Pr = 2 pour une BP à n db la fréquence de coupure fc correspond au point où Pe/Pr = n db réseau téléphonique : BP [300, 3400] à 3 db Note1 : BP liaison ADSL beaucoup plus élevée (distance faible) Note2 : c est pour cela que tout le monde ne peut avoir l ADSL 2011 Réseaux et Protocoles Chap Codage et modulation transmission en bande de base pas de décalage de fréquence entre signal «informatique» et signal transmis transmission en large bande ou transposition de fréquence «modulation» du signal (modems) transposition de fréquence autour de la fréquence de la porteuse 2011 Réseaux et Protocoles Chap Transmission en bande de base code NRZ (Non Retour à Zéro) 2 niveaux : 1 codé +a, 0 codé -a Pendant t [0, T B ] (T B = durée bit = Δ ) +a -a Δ spectre du signal : puissance maximale au voisinage de la fréquence 0 coupure des basses fréquences problème des longues suites de 0 ou 1 (signal continu) => perte de synchronisation => nécessité de codes à transition 2011 Réseaux et Protocoles Chap

9 2.1. Transmission en bande de base (2) code biphase ou Manchester 1 -> +a t [0, T B /2 ], -a t [T B /2, T B ] 0 -> -a t [0, T B /2 ], +a t [T B /2, T B ] Δ = T B / a -a T B = 2Δ valeur moyenne du signal nulle spectre s étale deux fois plus que pour le NRZ transition en milieu de bit Avantage : élimine le problème de synchronisation Inconvénient : occupation plus grande de la bande passante 2011 Réseaux et Protocoles Chap Transmission en bande de base (3) Code biphase (ou Manchester) différentiel codage fait par rapport au bit précédent 1 -> une transition (en milieu de bit) 0 -> deux transitions (en début et milieu de bit) même spectre et mêmes propriétés que le code biphase Insensible aux erreurs de polarité a -a T B = 2Δ 2011 Réseaux et Protocoles Chap Transmission en bande de base (3) Code bipolaire 3 niveaux -a, 0, +a Δ = T B 0 codé 0 t [0, T B ] 1 codé alternativement +a, -a Problème synchronisation si longues suites de 0 +a 0 -a a 0 -a T B = Δ T B = Δ 2011 Réseaux et Protocoles Chap

10 2.1. Transmission en bande de base (4) codes BHDn (bipolaires à haute densité) suites de n 0 consécutifs remplacées par des séquences de remplissage Remplissage détecté en réception par viol d alternance Plus n est grand plus le code est symétrique n=3 +a 0 -a T B = Δ 2011 Réseaux et Protocoles Chap Transmission en bande de base (4) Conclusion codes bipolaires occupent la même BP que les NRZ, mais possèdent 3 niveaux, ce qui augmente leur sensibilité au bruit 2011 Réseaux et Protocoles Chap Transmission en large bande transmission par transposition de fréquence (ou modulation) Principe : le signal entrant est modulé par une porteuse sinusoïdale de la forme : s(t) = A sin (2π f 0 t + φ) A est l amplitude de la porteuse f 0 est la fréquence de la porteuse φ est la phase de la porteuse quand on module le signal entrant par la porteuse on fait varier un (ou une combinaison) de ces trois paramètres A, f 0, φ 2011 Réseaux et Protocoles Chap

11 2.2. Transmission en large bande (2) Modulation d amplitude. Ex : 1 -> A sin (2π f 0 t ) t [0, T B ] 0 -> A/2 sin (2π f 0 t ) Inconvénient : l amplitude est sensible aux bruits Modulation de fréquence. Ex : 1 -> A sin (2π f 0 t ) t [0, T B ] 0 -> A sin (2π f 1 t ) Inconvénient : s étale davantage sur la bande passante 2011 Réseaux et Protocoles Chap Transmission en large bande (3) Modulation de phase 1 -> A sin (2π f 0 t ) 0 -> A sin (2π f 0 t + π) très utilisée dans la transmission de données binaires Modulation combinée les modems élaborés permettent de regrouper n bits par (=> signal de valence 2 n ) exemple : 8 niveaux phase et 2 niveaux amplitude valence 16, 4 bits par moment (D = 4 R) 2011 Réseaux et Protocoles Chap Ex : modems téléphoniques Avis V.21 (années 80) débit de 300 b/s rapidité de modulation de 300 bauds modulation de fréquence transmission asynchrone, exploitation full duplex Avis V.34 (années 90) débit de b/s rapidité de modulation 3200 bauds (valence 2 9 ) modulation de phase + amplitude transmission synchrone, exploitation full duplex 2011 Réseaux et Protocoles Chap

12 3. La synchronisation bit un coupleur de communication doit sérialiser l info à l émission et la désérialiser à la réception le récepteur doit échantillonner le signal reçu : à la bonne fréquence (1/Δ) à la bonne phase (par ex. au milieu de Δ) la synchronisation bit peut être maintenue en permanence : transmission synchrone rétablie pour chaque caractère : transmission asynchrone rétablie à chaque trame, ex : ethernet half-duplex 2011 Réseaux et Protocoles Chap Transmission asynchrone Ex : Transmission asynchrone par caractère synchronisation maintenue pendant la durée d émission (réception) d un caractère Code à 2 niveaux (actif et repos) caractère encadré par bits START et STOP bit START : fait passer la ligne de repos à actif bit STOP : remet la ligne à l état de repos Quand START est détecté par le récepteur, H R fait échantillonnage par bit nombre de bits du caractère connu décalage d horloge négligeable pendant 1 caractère intervalle entre deux caractères quelconque Pas nécessairement un multiple de la durée bit 2011 Réseaux et Protocoles Chap Transmission synchrone l horloge du récepteur est (re-)synchronisée en permanence sur celle de l émetteur Remarque : montre à quartz qui avance de 1 par an => 1 / => à 1 Mb/s, 2 bits de décalage par seconde le signal de synchronisation est transmis sur une ligne séparée (ex. entre ordinateur et modem) véhiculée dans le signal (ex: codes à transition Manchester) Horloge Données NRZ Données Manchester 2011 Réseaux et Protocoles Chap

13 3.2. Transmission synchrone il faut aussi assurer la synchronisation trame synchronisation au niveau des groupes de bits (blocs, trames) : où commence la prochaine trame? Ex : Fanion HDLC (protocole de liaison) Délimite les débuts et fins de trame Problème de tranparence Dans la trame un zéro ajouté après 5 «1» consécutifs ( pas de fanion) retiré en réception préambule Ethernet permet de décoder les informations même si les premiers bits sont perdus 2011 Réseaux et Protocoles Chap Retour sur le codage Codage pour les transmissions haut-débit synchrones Nombre de transitions suffisant (synchro bit) Synchro trame : séquence spéciale (différente des données) Codes 4B5B : principe Chaque groupe de 4 bits de données codé par une suite de 5 bits Donc 16 des 32 combinaisons possibles utilisées par les données Choisies pour éviter les longues suites de 0 Certaines des 16 combinaisons restantes Délimitent les trames Avantage : synchro bit et synchro trame par le même code Utilisé par ethernet 100Mb/s (100 basetx) Inconvénient : fréquence bit signal 1,25 fois fréquence bit données Remarque : pour Manchester c est 2 fois 2011 Réseaux et Protocoles Chap Multiplexage 5.1. Types de multiplexage le multiplexage consiste à partager un même support physique entre plusieurs utilisateurs/communications Largement utilisé dans la plupart des réseaux Partage = diminution des coûts Multiplexage en fréquence FDMA : Frequency Division Multiple Access (AMRF) partage la bande passante du support en un nombre de canaux (ou sous-bandes) plus étroits, affectés chacun à un utilisateur Multiplexage temporel TDMA : Time Division Multiple Access (AMRT) affecte à tour de rôle à chaque utilisateur la totalité de la bande passante pendant un instant (partage dans le temps) 2011 Réseaux et Protocoles Chap

14 5.1. Types de multiplexage (2) Multiplexage temporel statique les intervalles de temps (IT) sont affectés à chaque utilisateur de façon rigide et invariable dans le temps pas nécessaire d identifier les émetteurs Multiplexage temporel statistique Les IT sont affectées aux émetteurs qui en ont besoin Nécessite d identifier les émetteurs Multiplexage par code CDMA Code Division Multiple Access Chaque émetteur a un code et utilise les n fréquences Ex : Téléphonie mobile US Multiplexage hybride Ex : GSM : fréquentiel + temporel 2011 Réseaux et Protocoles Chap Multiplexage : Principes de base le multiplexeur est un équipement permettant d utiliser une voie haute vitesse VHV pour écouler le trafic en provenance de plusieurs voies basse vitesse VBV efficacité d un multiplexeur e = Σ d i / D d i : débit utile de la i ème voie basse vitesse D : débit maximum sur la voie haute vitesse e < 1 : cas du multiplexage statique e 1 : cas du multiplexage statistique MUX VHV VBV 1 MUX VBV n 2011 Réseaux et Protocoles Chap Multiplexage fréquentiel le multiplexeur module les signaux de chaque voie basse vitesse avec une porteuse différente la transmission sur la voie haute vitesse se fait en transposition de fréquence avec une porteuse f i pour chaque voie basse vitesse i Ex en modulation de fréquence : 0, 1 de la voie i codés par f i + Δ f, f i - Δ f Exemple (ancien) sur le réseau téléphonique analogique : bande passante des voies basse vitesse : 4000 Hz = 3100 Hz + 2* 450 Hz (espaces inter-bande) la bande passante de la voie haute vitesse est découpée en canaux de 4000Hz groupe primaire = 12 canaux entre 60 khz et 108 khz Gr. secondaire = 5 groupes primaires khz 60 voies Gr. tertiaire = 5 groupes secondaires, 300 voies Gr. quaternaire = 3 gr. tertiaires, 900 voies 2011 Réseaux et Protocoles Chap

15 5.3. Multiplexage fréquentiel (2) Exemples ADSL (téléphonie analogique + canaux numériques) GSM plusieurs canaux (fréquences) par cellule Fréquences différentes cellules adjacentes BP d un canal ~200 khz 124 canaux montants entre MHz (idem descendant) DWDM Dense Wavelength Division Multiplexing Fibre optique Fréquence <=> longueur d onde λ Ex: 160 λ à 2,4 Gb/s 2011 Réseaux et Protocoles Chap GSM Fréquences GSM (en 900 MHz) F u (n) = 890, 2 + 0, 2 (n - 1) MHz F d (n) = 935, 2 + 0, 2 (n - 1) MHz u : montant, d : descendant, 1 n 124 entre station de base et mobile écartement de 200 KHz 124 fréquences partagées entre opérateurs espace découpé en cellules fréquences différentes dans cellules voisines Réutilisation dans l espace = Multiplexage «géographique» 2011 Réseaux et Protocoles Chap Multiplexage temporel Multiplexage temporel statique (TDMA) le temps est découpé en tranches fixes (IT, slots) qui sont allouées cycliquement aux voies basse vitesse on envoie cycliquement trames de longueur L sur VHV D = débit VHV => on envoie D/L trames / sec une trame est divisée en IT de λ i bits, avec Σ λ i = L Débit VBV i = 1 slot par trame = λ i * D/L slot trame Réseaux et Protocoles Chap

16 5.4. Multiplexage temporel (2) Une partie de la bande passante réservée à la signalisation Allocation des IT Pendant une période, IT allouée à une communication communication téléphonique Synchronisation, En général signalisation hors bande : un ou plusieurs IT sont réservés à la signalisation verrouillage de la trame : permet de délimiter le début de la trame (caractère de synchronisation) le multiplexeur récepteur vérifie qu entre deux caractères de verrouillage il y a une trame de longueur L prise de synchronisation entre les multiplexeurs Note : désynchronisation trame => «mélange» des VBV 2011 Réseaux et Protocoles Chap Multiplexage temporel statique Téléphonie numérique MIC : Modulation par Impulsions et Codage Transmission de voix numérisée sur des réseaux téléphoniques numériques conversion de signaux analogiques en signaux numériques (CODEC) R = 8000 Hz (R = 2H) => Δ = 125 µs les voies basse vitesse ont un débit de : 64 kbps = 8000 * 8 = R log 2 V ( V = 2 8 = 256) le débit normalisé sur la voie haute vitesse est : 2,048 Mb/s (32 * ) 30 IT contiennent des données utiles (voix) 2 IT sont réservées à la signalisation une voie MIC (VHV) transporte donc 30 voies téléphoniques (VBV) Possibilité d une hiérarchie de multiplexage 2011 Réseaux et Protocoles Chap Ex : Multiplexage temporel GSM Pour une fréquence (montante ou descendante) temps découpé en slots (577 µs) 148 bits dont 114 de données 8 slots regroupés en trame (durée 4,615 ms) donc débit par canal logique (1 slot de chaque trame) 114/ 4,615 = 24,7 kb/s débit de données 26 trames regroupées en multitrame trame 12 utilisée pour le contrôle (hors bande) La station de base alloue aux mobiles fréquence (FDMA) et slot (TDMA) 2011 Réseaux et Protocoles Chap

17 Multiplexage temporel statistique les IT sont alloués dynamiquement aux voies qui en ont besoin gain d efficacité un codage particulier doit permettre d identifier les voies Principe : le contenu de chaque voie active est précédé d un entête n de la voie concernée Longueur des données transférées aucune place n est allouée aux voies inactives codage des données transparent efficacité > 1 si d i moyen < D HV < d i max Rem : pour des applications informatiques, en général : d i moyen << d i max 2011 Réseaux et Protocoles Chap Multiplexage temporel statistique (2) si tous les canaux entrants deviennent actifs simultanément alors le débit global ne peut pas être écoulé. Le multiplexeur doit : stocker une partie de l information pour la retransmettre plus tard => mémoire tampon Et/ou bloquer le trafic sur une ou plusieurs voies entrantes contrôle de flux Ex : protocole XON / XOFF Risque de perte si débordement mémoire tampon Conclusion : le MT statistique offre de meilleures performances mais retard de transmission plus important et variable (gigue) risque de pertes 2011 Réseaux et Protocoles Chap Multiplexage temporel statistique (3) Multiplexage dans les réseaux à commutation de paquets ou de trames Possibilité que d i max = D HV pas de distinction VHV VBV Tant que d i moyen < D HV Capacité mémoire importante Ex : Commutateur de trames ethernet Routeurs paquets IP 2011 Réseaux et Protocoles Chap

18 Conclusion multiplexage Multiplexage fréquentiel : n introduit aucun retard de transmission totalement transparent aux codes Peut mixer des flux hétérogènes : vidéo analogique, data, efficacité faible (pour des flux variables) Multiplexage temporel : introduit un retard systématique de transmission MT statique : Retard limité (longueur trame) efficacité bonne, autour de 90%, si débits constants MT statistique : retard variable, pertes si débordement mémoire très bonne efficacité si débits variables 2011 Réseaux et Protocoles Chap Conclusion multiplexage (2) Multiplexage mixte (ex GSM, câble, ) Premier niveau fréquentiel Deuxième niveau temporel Implantation Multiplexage fréquentiel et temporel statique généralement par matériel couche physique Multiplexage temporel statistique peut être fait par logiciel implantable dans les couches supérieures Liaison (exemple méthodes de contrôle d accès des LAN) Réseau (exemple réseaux IP) Transport (multiplexage des connexions TCP, ) 2011 Réseaux et Protocoles Chap Supports de transmission avec guide physique (câble) câbles métalliques, fibres optiques sans guide physique ondes radio ou lumineuses (IR), ultrason caractéristiques des supports bande passante affaiblissement sensibilité aux bruits Coût du support, des équipements d extrémité, de l installation 2011 Réseaux et Protocoles Chap

19 6.1. Câbles métalliques à paires torsadées Paire torsadée : deux conducteurs en cuivre enroulés de façon hélicoïdale réseau téléphonique ou réseaux locaux signaux analogiques ou binaires câbles UTP (Unshielded Twisted Pair) : câbles de catégorie 3 : 4 paires (ex. 10 Base T Ethernet) câbles de catégorie 5 : mieux adaptés aux transmissions à haut débit (ex. anneau à jeton, ethernet 100BaseT: 100 Mb/s)) câbles catégorie 5e, 6, câbles STP (Shielded Twisted Pair) Chaque paire est blindée séparément 2011 Réseaux et Protocoles Chap Ex : câble 4 paires torsadées Source : wikipedia Prise RJ Réseaux et Protocoles Chap PC câblage systématique prise bureau local câblage/brassage Câblage fixe Commutateur routeur rocade 2011 Réseaux et Protocoles Chap

20 6.2. Câbles coaxiaux (1) composés de deux conducteurs métalliques imbriqués (tresse, coeur) séparés par un isolant large bande passante excellente immunité aux bruits câbles coaxiaux en bande de base transmission de signaux numériques hauts débits (jusqu à 2 Gb/s sur 1 km) ex. Ethernet 10 Base 5 («thick Ethernet») 10 Mb/s sur 500m Vue en coupe Gaine Tresse Isolant Ame 2011 Réseaux et Protocoles Chap Câbles coaxiaux (2) câbles coaxiaux en large bande transmission de signaux en transposition de fréquences fréquences de 300 MHz à 450 MHz distances proches de 100 km canaux de transmission utilisés pour la TV analogique, le son numérisé ou les données très utilisés dans les MAN (réseaux de TV par câble) Multiplexage en fréquence Canaux TV analogique, TV numérique, internet, téléphonie (triple play sur le câble) 2011 Réseaux et Protocoles Chap Fibres optiques (1) bits transmis sous forme d impulsions lumineuses : 1 : impulsion, 0 : absence d impulsion lumière : onde de fréquence ~ Hz bande passante de potentiel énorme (terabit/s) système formé de 3 composants : support de transmission de la lumière (fibre optique) dispositifs d émission et réception de l onde lumineuse : LED (Light Emitting Diode), laser en émission photodiode ou phototransistor en réception système de transmission en général unidirectionnel Câble optique : au moins deux fibres 2011 Réseaux et Protocoles Chap

21 6.3. Fibres optiques (2) Fibre composée de couches concentriques Cœur transmet signal utile Indice de réfraction constant (fibre à saut d indice) Ou indice de réfraction variable (gradient d indice) Gaine (cladding) d indice de réfraction plus faible protection Signal : Propagation directe dans le cœur Signaux réfléchis sur la gaine => retard gaine coeur gaine 2011 Réseaux et Protocoles Chap Fibres optiques (3) fibre multimode : plusieurs rayons (modes) se propagent dans la fibre Retard, interférence => débit limité moins coûteux Diamètre (gradient d indice) : Cœur 50 à 62,5 µm Gaine 125 à 150 µm fibre monomode : un seul rayon (mode direct) se propage dans la fibre meilleur débit distances plus longues (y compris intercontinentales) Diamètre Cœur 10 µm Gaine 125 µm Possibilité de multiplexage (D)WDM (Dense) Wavelength Division Multiplexing 2011 Réseaux et Protocoles Chap Fibres optiques (3) Exemple de connecteurs optiques : ST et SC Source Wikipédia 2011 Réseaux et Protocoles Chap

22 6.4. Ondes sans support (1) Transmission sans fil ondes radioélectriques ou lumineuses suivant fréquence Radio électriques omnidirectionnelles diffusion basses fréquences : forte atténuation en fonction de la distance hautes fréquences : propagation en ligne droite tendance à rebondir sur les obstacles Réseaux GSM, Wifi 2011 Réseaux et Protocoles Chap Ondes sans support (2) Faisceaux hertziens ondes électromagnétiques de courte longueur d onde (microondes) se propagent en ligne droite antennes paraboliques directionnelles émetteur et récepteur doivent être alignés tours hertziennes fréquences > 800 MHz en transmission de données hauts débits Liaisons satellitaires Satellite géostationnaires GEO (36000 km altitude) Fixes/sol, long délais de propagation Satellites à défilement (constellations, LEO, MEO) Délais plus faibles, changement de satellite 2011 Réseaux et Protocoles Chap Ondes lumineuses ondes infra-rouges (IR) communications à faible portée/débit omnidirectionnelles ne traversent pas les obstacles meilleure sécurité contre écoutes indiscrètes utilisées dans RL sans fil à l intérieur des bâtiments Faisceau laser Faisceau lumineux en ligne droite peu coûteuses, large bande passante sensibles aux perturbations météorologiques Longueur d onde absorbée par l eau 2011 Réseaux et Protocoles Chap

23 Conclusion supports Transmissions sur câble Paires torsadées pour LAN Paire téléphonique (ADSL), coaxial (TV) pour accès Fibres optiques pour réseaux LAN haut débit ou liaisons des MAN ou WAN (câbles trans-océaniques) Transmissions sans fil Faisceaux hertziens : moins coûteux que les fibres optiques sites difficilement accessibles, liaisons mobiles temporaires Réseaux locaux sans fil (Wifi, Bluetooth) Réseaux cellulaires (GPRS, UMTS) Réseaux satellite (large couverture) 2011 Réseaux et Protocoles Chap

Couche physique Médias et équipements

Couche physique Médias et équipements Couche physique Médias et équipements Concepts de base - Unité de mesures Terminologie - Convention Différents types de média : Cuivre - Fibre Optique Hertzien Equipements des différentes couches : répéteur,

Plus en détail

Transmissions et Protocoles

Transmissions et Protocoles 1 Médium de transports Transmissions et Protocoles Nathalie Mitton EQUIPE PROJET POPS Lille Nord Europe 2011 Nathalie Mitton Transmissions et Protocoles 2011-2 Définitions Les médias physiques Médiums

Plus en détail

RESEAUX. Supports de transmission Câble coaxial. Supports de transmission Fibre optique. Supports de transmission. Supports de transmission

RESEAUX. Supports de transmission Câble coaxial. Supports de transmission Fibre optique. Supports de transmission. Supports de transmission RESEAUX Câble coaxial Cœur de cuivre Isolant Tresse conductrice Gaine protectrice isolante Bonne résistance aux bruits Support encombrant. Télévision et téléphone. 1 Base 2 (1MHz sur 2m) 1 Base 5 (1MHz

Plus en détail

La Couche Physique. Couche 1 (OSI ou TCP/IP) ASR2 - Février 2008 Couche physique 1

La Couche Physique. Couche 1 (OSI ou TCP/IP) ASR2 - Février 2008 Couche physique 1 La Couche Physique Couche 1 (OSI ou TCP/IP) ASR2 - Février 2008 Couche physique 1 I. Introduction Rôle de cette couche : Transmettre un flot de bits d'information d'une machine à une autre. L'étude de

Plus en détail

Université de La Rochelle. Réseaux TD n 6

Université de La Rochelle. Réseaux TD n 6 Réseaux TD n 6 Rappels : Théorème de Nyquist (ligne non bruitée) : Dmax = 2H log 2 V Théorème de Shannon (ligne bruitée) : C = H log 2 (1+ S/B) Relation entre débit binaire et rapidité de modulation :

Plus en détail

Technologies des réseaux tout optique

Technologies des réseaux tout optique École Nationale des Sciences Appliquées Tétouan- Génie des Systèmes de Télécommunications et Réseaux GSTR3 Module: Complément Télécoms Technologies des réseaux tout optique Pr. Mounir Arioua m.arioua@ieee.org

Plus en détail

Ethernet. Djoumé SALVETTI - djoume.salvetti@upmc.fr. 22 juin 2007. Problème : Comment faire pour communiquer à plus de 2?

Ethernet. Djoumé SALVETTI - djoume.salvetti@upmc.fr. 22 juin 2007. Problème : Comment faire pour communiquer à plus de 2? Ethernet Djoumé SALVETTI - djoume.salvetti@upmc.fr 22 juin 2007 Introduction Problème : Comment faire pour communiquer à plus de 2? Table des matières 1 Topologie de réseau 2 2 Adressage 3 3 Support physique

Plus en détail

Communications Numériques par Fibre Optique

Communications Numériques par Fibre Optique Université Mohammed Premier École Nationale des Sciences Appliquées d Oujda Cours de la 5 ème Année : Cycle d Ingénieurs Module 5M4 Version 1.0 (Septembre 2009) Communications Numériques par Fibre Optique

Plus en détail

LES CARACTERISTIQUES DES SUPPORTS DE TRANSMISSION

LES CARACTERISTIQUES DES SUPPORTS DE TRANSMISSION LES CARACTERISTIQUES DES SUPPORTS DE TRANSMISSION LES CARACTERISTIQUES DES SUPPORTS DE TRANSMISSION ) Caractéristiques techniques des supports. L infrastructure d un réseau, la qualité de service offerte,

Plus en détail

LES SUPPORTS PHYSIQUES

LES SUPPORTS PHYSIQUES LES SUPPORTS PHYSIQUES Dans le domaine des télécommunications et réseaux plusieurs types de supports physiques sont utilisés, les plus courants étant: 1. Le coaxial 2. La paire torsadée TP Twisted Pair

Plus en détail

M1 Informatique 2015/16. E. Godard. Couche Physique

M1 Informatique 2015/16. E. Godard. Couche Physique Réseaux M1 Informatique 215/16 E. Godard Aix-Marseille Université Couche Physique Plan Plan 7 OSI Application TCP/IP Application 6 5 Presentation Session Not present in the model 4 3 2 1 Transport Network

Plus en détail

La couche physique. La couche physique. Débit et temps d émission. Vitesse et temps de propagation. 1.Notions de débit, vitesse et bande passante

La couche physique. La couche physique. Débit et temps d émission. Vitesse et temps de propagation. 1.Notions de débit, vitesse et bande passante La couche physique La couche physique 1.Notions de débit, vitesse et bande passante 4 2 1 Transport Réseau Liaison Physique Protocoles Frontière du sous-réseau Physique 2.Accès multiples: différentes solutions

Plus en détail

Encodage d une donnée numérique sur un signal numérique

Encodage d une donnée numérique sur un signal numérique Encodage d une donnée numérique sur un signal numérique 1 4 critères à considérer Spectre du signal: chaque méthode utilise des fréquences différentes. Interférences et distorsions dépendent des fréquences.

Plus en détail

Stella MARC-ZWECKER. Téléinformatique 1. Comment transmettre les données. Chapitre 2 La couche physique

Stella MARC-ZWECKER. Téléinformatique 1. Comment transmettre les données. Chapitre 2 La couche physique Chapitre 2 La couche physique Comment transmettre les données Signal transmis sur un canal Onde électrique Support métallique Onde radio Canal sans fil Onde lumineuse Fibre optique Comment une onde est-elle

Plus en détail

Base Théorique. Transformation de Fourier : Réseaux Informatiques Alain Bouju (abouju@univ-lr.fr)

Base Théorique. Transformation de Fourier : Réseaux Informatiques Alain Bouju (abouju@univ-lr.fr) Base Théorique Transformation de Fourier : #" $! Nyquist Bande passante Limites Théoriques, sans bruit, niveaux, % &(' +* #" $! -, ) Shanon Bande passante, bruit blanc, &/.rapport signal sur bruit, % &('

Plus en détail

Sommaire. Communications numériques AIR 2 Quelques systèmes de communications. Sommaire. Multiplexage. Laurent Oudre laurent.oudre@univ-paris13.

Sommaire. Communications numériques AIR 2 Quelques systèmes de communications. Sommaire. Multiplexage. Laurent Oudre laurent.oudre@univ-paris13. Communications numériques AIR 2 Quelques systèmes de communications Laurent Oudre laurent.oudre@univ-paris13.fr Université Paris 13, Institut Galilée Ecole d ingénieurs Sup Galilée Parcours Informatique

Plus en détail

Année 2010-2011. Transmission des données. Nicolas Baudru mél : nicolas.baudru@esil.univmed.fr page web : nicolas.baudru.perso.esil.univmed.

Année 2010-2011. Transmission des données. Nicolas Baudru mél : nicolas.baudru@esil.univmed.fr page web : nicolas.baudru.perso.esil.univmed. Année 2010-2011 Réseaux I Transmission des données Nicolas Baudru mél : nicolas.baudru@esil.univmed.fr page web : nicolas.baudru.perso.esil.univmed.fr 1 Plan 1 Notions de signaux 2 Caractéristiques communes

Plus en détail

Chapitre 1 : Introduction aux réseaux informatiques

Chapitre 1 : Introduction aux réseaux informatiques Chapitre 1 : Z:\Enseignements2007-2008\REPR\Cours\1.fm - 19 janvier 2008 15:07 Plan - 1. Introduction p16-2. Structure des réseaux p17-3. Les supports de communication p19-4. Caractéristiques de la liaison

Plus en détail

Chapitre I. Notions de base. Septembre 2008 I. Notions de base 1. But du chapitre. Connaître types de réseaux PAN, LAN, MAN, et WAN.

Chapitre I. Notions de base. Septembre 2008 I. Notions de base 1. But du chapitre. Connaître types de réseaux PAN, LAN, MAN, et WAN. Chapitre I Notions de base Septembre 2008 I. Notions de base 1 But du chapitre Connaître types de réseaux PAN, LAN, MAN, et WAN. Connaître les différentes topologies (bus, anneau, étoile, maillée) et leurs

Plus en détail

Chapitre 3 Supports physiques

Chapitre 3 Supports physiques Chapitre 3 Supports physiques IUT A Service Direction 19 août 2004 1 1. Paires torsadées Fils de cuivre isolés dans une gaine plastique regroupés en paires qui s entortillent (se torsadent) Débits normalisés

Plus en détail

2. Couche physique (Couche 1 OSI et TCP/IP)

2. Couche physique (Couche 1 OSI et TCP/IP) 2. Couche physique (Couche 1 OSI et TCP/IP) 2.1 Introduction 2.2 Signal 2.3 Support de transmission 2.4 Adaptation du signal aux supports de transmission 2.5 Accès WAN 2.1 Introduction Introduction Rôle

Plus en détail

UE 503 L3 MIAGE. Initiation Réseau et Programmation Web La couche physique. A. Belaïd

UE 503 L3 MIAGE. Initiation Réseau et Programmation Web La couche physique. A. Belaïd UE 503 L3 MIAGE Initiation Réseau et Programmation Web La couche physique A. Belaïd abelaid@loria.fr http://www.loria.fr/~abelaid/ Année Universitaire 2011/2012 2 Le Modèle OSI La couche physique ou le

Plus en détail

TD3 Caractéristiques dynamiques d un capteur

TD3 Caractéristiques dynamiques d un capteur TD3 Caractéristiques dynamiques d un capteur 3.1- Caractérisations temporelles 3.1.1- Introduction : réponse d une sonde de température Pt100 Un four est a une température θ F =100 C supérieure à la température

Plus en détail

Transmission de données. A) Principaux éléments intervenant dans la transmission

Transmission de données. A) Principaux éléments intervenant dans la transmission Page 1 / 7 A) Principaux éléments intervenant dans la transmission A.1 Equipement voisins Ordinateur ou terminal Ordinateur ou terminal Canal de transmission ETTD ETTD ETTD : Equipement Terminal de Traitement

Plus en détail

Télécommunications «mobiles»

Télécommunications «mobiles» Télécommunications «mobiles» G. Beuchot 1 Présentation G. Beuchot 2 Apparition aux USA en 1940 en Europe vers 1955 (France 1956) Radiocom 2000 : 1986 / NMT450 (SFR): 1989 Type Analogique - bandes 200 et

Plus en détail

Supports de transmission

Supports de transmission Supports de transmission La paire torsadée 3-2 La paire torsadée - suite - L écrantage: on entoure toutes les paires d un même câble d une tresse métallique ou d un feuillard fin en aluminium Blindage:

Plus en détail

Types de modulation analogique

Types de modulation analogique Modulation analogique et porteuse. Les capacités de transport de l information augmente avec la fréquence de la porteuse de l onde électromagnétique: Modulation: T B : période de la modulation. T porteuse

Plus en détail

Fonctions de la couche physique

Fonctions de la couche physique La Couche physique 01010110 01010110 Couche physique Signal Médium Alain AUBERT alain.aubert@telecom-st-etienne.r 0 Fonctions de la couche physique 1 1 Services assurés par la couche physique Transmettre

Plus en détail

RESEAU NUMERIQUE SYNCHRONE

RESEAU NUMERIQUE SYNCHRONE POSITIONNEMENT DES OPERATEURS Internet FRAD X25 ATM 1 TELECOMS : QUELLES SOLUTIONS APPORTER? RESEAU ANALOGIQUE RESEAU NUMERIQUE PLESIOCHRONE RESEAU NUMERIQUE SYNCHRONE 2 1 COMPRENDRE L EXPLOITATION D UN

Plus en détail

Institut Supérieur d Informatique de Tunis

Institut Supérieur d Informatique de Tunis Institut Supérieur d Informatique de Tunis Chapitre 1 Réseaux radio mobiles : évolution vers 3G Enseignante responsable : Dr. Sonia BEN REJEB CHAOUCH Module : Réseaux nouvelles générations Groupes : Mastère

Plus en détail

LA COUCHE PHYSIQUE EST LA COUCHE par laquelle l information est effectivemnt transmise.

LA COUCHE PHYSIQUE EST LA COUCHE par laquelle l information est effectivemnt transmise. M Informatique Réseaux Cours bis Couche Physique Notes de Cours LA COUCHE PHYSIQUE EST LA COUCHE par laquelle l information est effectivemnt transmise. Les technologies utilisées sont celles du traitement

Plus en détail

Les techniques de multiplexage

Les techniques de multiplexage Les techniques de multiplexage 1 Le multiplexage et démultiplexage En effet, à partir du moment où plusieurs utilisateurs se partagent un seul support de transmission, il est nécessaire de définir le principe

Plus en détail

Téléinformatique. Cours 2: Couche Physique. Couche physique (1) Quels supports de transmission pour les données?

Téléinformatique. Cours 2: Couche Physique. Couche physique (1) Quels supports de transmission pour les données? Téléinformatique Antoine Gallais, Maître de Conférences Université Louis Pasteur, Département Informatique Equipe Réseaux et Protocoles du LSIIT Antoine.Gallais@dpt-info.u-strasbg.fr http://clarinet.u-strasbg.fr/~gallais

Plus en détail

Correction CCNA1 Chap4

Correction CCNA1 Chap4 Correction CCNA1 Chap4 1. Question Quelle couche du modèle OSI a la responsabilité de spécifier la méthode d encapsulation utilisé pour un type spécifique de media? physique transport application liaison

Plus en détail

Téléinformatique! Réseaux Locaux

Téléinformatique! Réseaux Locaux Téléinformatique! Réseaux Locaux AS - 2010/2011 Thomas Morsellino IUT Bordeaux 1 (Dépt. Info) Réseau 2 n Réseau : ensemble d ordinateurs/boîtiers reliés entre eux par un support de transmission : ces éléments

Plus en détail

GENERALITES SUR LA TRANSMISSION DES DONNEES. Document réalisé par : M.MEZARI Rezak Email : mezabdrezak@yahoo.fr

GENERALITES SUR LA TRANSMISSION DES DONNEES. Document réalisé par : M.MEZARI Rezak Email : mezabdrezak@yahoo.fr GENERALITES SUR LA TRANSMISSION DES DONNEES Document réalisé par : M.MEZARI Rezak Email : mezabdrezak@yahoo.fr Août 006 TABLE DES MATIERES 1 Rappels de théorie du signal 3 1.1. Notion du signal 3 1.. Rappels

Plus en détail

Introduction aux réseaux mobiles

Introduction aux réseaux mobiles Mooc Introduction aux réseaux mobiles Mooc Supports de cours Année 2014 Xavier Lagrange, Alexander Pelov, Gwendal Simon Table des matières Semaines 4-5 : Le concept cellulaire..............................

Plus en détail

I. TRANSMISSION DE DONNEES

I. TRANSMISSION DE DONNEES TD I. TRANSMISSION DE DONNEES 1. QU'EST-CE QU'UN CANAL DE TRANSMISSION? 1.1 Rappels Une ligne de transmission est une liaison entre les deux machines. On désigne généralement par le terme émetteur la machine

Plus en détail

Cours de téléinformatique et protocoles de communication

Cours de téléinformatique et protocoles de communication Cours de téléinformatique et protocoles de communication Professeur : Mme Stella Marc-Swecker Université Louis Pasteur Strasbourg Page 1 sur 24 Chapitre 1 - Introduction aux réseaux informatiques... 3

Plus en détail

La fibre optique. L'essentiel. L'Internet de demain

La fibre optique. L'essentiel. L'Internet de demain La fibre optique L'essentiel L'Internet de demain Alben21 - Tous droits réservés - Edition 2012 Constituée d'un cœur entouré d'une gaine réfléchissante, la fibre optique est un "tuyau" très fin dans lequel

Plus en détail

ADSL. Étude d une LiveBox. 1. Environnement de la LiveBox TMRIM 2 EME TRIMESTRE LP CHATEAU BLANC 45120 CHALETTE/LOING NIVEAU :

ADSL. Étude d une LiveBox. 1. Environnement de la LiveBox TMRIM 2 EME TRIMESTRE LP CHATEAU BLANC 45120 CHALETTE/LOING NIVEAU : LP CHATEAU BLANC 45120 CHALETTE/LOING THEME : ADSL BAC PROFESSIONNEL MICRO- INFORMATIQUE ET RESEAUX : INSTALLATION ET MAINTENANCE ACADÉMIE D ORLÉANS-TOURS 2 EME TRIMESTRE NIVEAU : TMRIM Étude d une LiveBox

Plus en détail

Physique Transmission et stockage de l information Chap.22

Physique Transmission et stockage de l information Chap.22 TS Thème : Agir Activités Physique Transmission et stockage de l information Chap.22 I. Transmission de l information 1. Procédés physique de transmission Une chaîne de transmission peut se schématiser

Plus en détail

Université Montpellier II. Bibliographie sur le cours UMSIE115

Université Montpellier II. Bibliographie sur le cours UMSIE115 Bibliographie sur le cours UMSIE115 Auteurs Titre Editeur D. BATTU Télécommunications, Principes, Infrastructures et services Dunod Informatiques P. LECOY Technologie des Télécoms Hermes C. SERVIN Télécoms

Plus en détail

Source Canal Récepteur

Source Canal Récepteur Cours n 18 : Traitement, transmission et stockage de l information Introduction Suivre en direct à la télévision une compétition sportive qui se déroule à l autre bout du monde, envoyer un mail à un ami,

Plus en détail

Traitement du signal et Applications cours 6

Traitement du signal et Applications cours 6 Traitement du signal et Applications cours 6 Master Technologies et Handicaps 1 ère année Philippe Foucher 1 Introduction Potentialités du traitement du signal sont énormes Mais traitement du signal n

Plus en détail

Architecture. des réseaux. Synthèse de cours. exercices corrigés. Synthex. collection. Danièle DROMARD Dominique SERET.

Architecture. des réseaux. Synthèse de cours. exercices corrigés. Synthex. collection. Danièle DROMARD Dominique SERET. Informatique Synthèse de cours & exercices corrigés Architecture des réseaux L exposé des principales caractéristiques des réseaux : protocoles, architectures de communication, réseaux locaux, TCP/IP Une

Plus en détail

WAN (Wide Area Network) : réseau à l échelle d un pays, généralement celui des opérateurs. Le plus connu des WAN est Internet.

WAN (Wide Area Network) : réseau à l échelle d un pays, généralement celui des opérateurs. Le plus connu des WAN est Internet. 1 Définition Réseau (informatique) : ensemble d ordinateurs et de terminaux interconnectés pour échanger des informations numériques. Un réseau est un ensemble d'objets interconnectés les uns avec les

Plus en détail

Numérisation du Signal Conversion Analogique / Numérique (CAN)

Numérisation du Signal Conversion Analogique / Numérique (CAN) Audio-vidéo Numérisation du Signal Conversion Analogique / Numérique (CAN) Objectif Cette présentation reprend les notions de base : Signal analogique Caractéristiques des signaux analogiques Échantillonnage

Plus en détail

Couche Accès réseau : Ethernet

Couche Accès réseau : Ethernet Couche Accès réseau : Ethernet Technologie Ethernet Principe de fonctionnement du Half Duplex Trame Ethernet Composition - Adresse matérielle Encapsulation des trames Ethernet Domaine de collision d un

Plus en détail

Réseaux locaux. Chapitre 5. Exercice

Réseaux locaux. Chapitre 5. Exercice Chapitre 5 Réseaux locaux Exercices No Exercice Ethernet, partage d un canal 1. Soit un groupe de N stations partageant un canal à 56 kb/s selon le protocole ALOHA pur. Chaque station émet une trame de

Plus en détail

Notes de cours de réseaux : Partie I. Christian Attiogbé Faculté des sciences et des techniques de Nantes Christian.Attiogbe@univ-nantes.

Notes de cours de réseaux : Partie I. Christian Attiogbé Faculté des sciences et des techniques de Nantes Christian.Attiogbe@univ-nantes. C. A. 1999/2000 Cours-Réseaux 1 Réseaux informatiques : télécoms & réseaux architectures et concepts fondamentaux Notes de cours de réseaux : Partie I (Novembre 1999, maj : 01/ 2001, 01/2002, 01/2004)

Plus en détail

Les télécommunications par ondes hertziennes datent d un peu plus d un siècle :

Les télécommunications par ondes hertziennes datent d un peu plus d un siècle : Un peu d Histoire Les télécommunications par ondes hertziennes datent d un peu plus d un siècle : 1831 : Découverte de l induction par Michael Faraday (1791 1867) : Production d effets électriques à distance

Plus en détail

Le câble coaxial. d diélectrique ou air. - Deux conducteurs concentriques - Diélectrique entre les 2 conducteurs

Le câble coaxial. d diélectrique ou air. - Deux conducteurs concentriques - Diélectrique entre les 2 conducteurs conducteur intérieur conducteur extérieur d diélectrique ou air D - Deux conducteurs concentriques - Diélectrique entre les 2 conducteurs - Deux impédances 50 Ω et 75 Ω 1 Les principaux types de câbles

Plus en détail

Sommaire. Communications numériques Introduction. Sommaire. Laurent Oudre laurent.oudre@univ-paris13.fr

Sommaire. Communications numériques Introduction. Sommaire. Laurent Oudre laurent.oudre@univ-paris13.fr Communications numériques Introduction Laurent Oudre laurent.oudre@univ-paris13.fr Université Paris 13, Institut Galilée Ecole d ingénieurs Sup Galilée Parcours Informatique et Réseaux Alternance - 2ème

Plus en détail

Chapitre 2 : communications numériques.

Chapitre 2 : communications numériques. Chapitre 2 : communications numériques. 1) généralités sur les communications numériques. A) production d'un signal numérique : transformation d'un signal analogique en une suite d'éléments binaires notés

Plus en détail

Architectures et Protocoles des Réseaux

Architectures et Protocoles des Réseaux L ADSL - Introduction (1/4) Chapître 5 - Les réseaux xdsl Année 2008-2009 Claude Duvallet Université du Havre UFR des Sciences et Techniques Courriel :Claude.Duvallet@gmail.com Pendant très longtemps,

Plus en détail

Cisco Certified Network Associate

Cisco Certified Network Associate Cisco Certified Network Associate Version 4 Notions de base sur les réseaux Chapitre 8 01 Quelle couche OSI est responsable de la transmission binaire, de la spécification du câblage et des aspects physiques

Plus en détail

COMPOSANTS ET COUCHES

COMPOSANTS ET COUCHES COMPOSANTS ET COUCHES Dans ce chapitre nous nous intéressons d'une part aux composants des réseaux - physiques, - logiques, ainsi qu'à l'architecture des réseaux, essentiellement la - topologie, - conception

Plus en détail

De la modulation OFDM à WiMAX

De la modulation OFDM à WiMAX S olutions COMMUNICATIONS RADIO De la modulation OFDM à WiMAX Les techniques de communication sans fil sont aujourd hui accessibles à tous. De nombreux standards sont opérationnels, les performances s

Plus en détail

Transmission de l information Éléments de base

Transmission de l information Éléments de base Transmission de l information Éléments de base Georges Arhodakis 2002, Georges Arhodakis - Université Paris 8 1 Ce support est constitué de la reproduction de documents utilises pendant le cours; il ne

Plus en détail

Chaine de transmission

Chaine de transmission Chaine de transmission Chaine de transmission 1. analogiques à l origine 2. convertis en signaux binaires Échantillonnage + quantification + codage 3. brassage des signaux binaires Multiplexage 4. séparation

Plus en détail

Partie 2 : transmission des données. Nicolas Baudru mél : page web : nicolas.baudru.esil.perso.univmed.

Partie 2 : transmission des données. Nicolas Baudru mél : page web : nicolas.baudru.esil.perso.univmed. 1 Réseaux I Partie 2 : transmission des données Nicolas Baudru mél : nicolas.baudru@esil.univmed.fr page web : nicolas.baudru.esil.perso.univmed.fr 2 Plan 1 Notions de signaux 2 Supports de transmission

Plus en détail

Cours des réseaux Informatiques (2010-2011) rziza@fsr.ac.ma

Cours des réseaux Informatiques (2010-2011) rziza@fsr.ac.ma Cours des réseaux Informatiques (2010-2011) Rziza Mohammed rziza@fsr.ac.ma Le modèle de référence OSI Couche physique Plan Bases théoriques Bases théoriques Supports de transmission Techniques de transmission

Plus en détail

Généralités sur LES RESEAUX DE TRANSMISSION NUMERIQUE. Un réseau est.. de tout types..

Généralités sur LES RESEAUX DE TRANSMISSION NUMERIQUE. Un réseau est.. de tout types.. Généralités sur LES RESEAUX DE TRANSMISSION NUMERIQUE. I Définitions Un réseau est.. de tout types... Les réseaux permettent d offrir des services aussi bien aux entreprises qu aux particuliers (gestion

Plus en détail

Réseaux informatiques

Réseaux informatiques PC / Réseau Réseaux informatiques Ethernet, WiFi, Bluetooth Objectif Cette présentation reprend les notions de base : Réseaux locaux et étendus Éléments du réseau local, topologie Réseau Ethernet Sous-couches

Plus en détail

Réseaux informatiques

Réseaux informatiques Réseaux informatiques Définition d un réseau Objectifs des réseaux Classification des réseaux Normalisation des réseaux Topologies des réseaux Mise en œuvre des réseaux Le matériel Les normes logiciels

Plus en détail

La couche physique. La couche physique. Débit et temps d émission. Vitesse et temps de propagation. 1.Notions de débit, vitesse et bande passante

La couche physique. La couche physique. Débit et temps d émission. Vitesse et temps de propagation. 1.Notions de débit, vitesse et bande passante La couche physique La couche physique 1.Notions de débit, vitesse et bande passante 4 2 1 Transport Réseau Liaison Physique Protocoles Frontière du sous-réseau Physique 2.Accès multiples: différentes solutions

Plus en détail

EP 2 023 534 A1 (19) (11) EP 2 023 534 A1 (12) DEMANDE DE BREVET EUROPEEN. (43) Date de publication: 11.02.2009 Bulletin 2009/07

EP 2 023 534 A1 (19) (11) EP 2 023 534 A1 (12) DEMANDE DE BREVET EUROPEEN. (43) Date de publication: 11.02.2009 Bulletin 2009/07 (19) (12) DEMANDE DE BREVET EUROPEEN (11) EP 2 023 34 A1 (43) Date de publication: 11.02.09 Bulletin 09/07 (1) Int Cl.: H04L 12/26 (06.01) (21) Numéro de dépôt: 08160731.9 (22) Date de dépôt: 18.07.08

Plus en détail

2. Couche physique (Couche 1 OSI et TCP/IP)

2. Couche physique (Couche 1 OSI et TCP/IP) 2. Couche physique (Couche 1 OSI et TCP/IP) 2.1 Introduction 2.2 Signal 2.3 Support de transmission 2.4 Adaptation du signal aux supports de transmission 2.5 Accès WAN 2.1 Introduction Introduction Rôle

Plus en détail

NOTIONS FONDAMENTALES SUR LES RÉSEAUX CHAP. 2 MODÈLES OSI ET TCP/IP

NOTIONS FONDAMENTALES SUR LES RÉSEAUX CHAP. 2 MODÈLES OSI ET TCP/IP BTS I.R.I.S NOTIONS FONDAMENTALES SUR LES RÉSEAUX CHAP. 2 MODÈLES OSI ET TCP/IP G.VALET Nov 2010 Version 2.0 Courriel : genael.valet@diderot.org, URL : http://www.diderot.org 1 LE BESOIN D UN MODÈLE Devant

Plus en détail

Réseau. IUT Informatique Bordeaux1 ~ ASR2 Réseau [Janvier 2010]

Réseau. IUT Informatique Bordeaux1 ~ ASR2 Réseau [Janvier 2010] 4. Réseaux locaux Réseau Réseau : ensemble d ordinateurs/boîtiers reliés entre eux par des supports de transmission : ces éléments communiquent entre eux à partir de règles appelées protocoles. Caractéristiques

Plus en détail

Université Mohammed Premier École Nationale des Sciences Appliquées d Oujda

Université Mohammed Premier École Nationale des Sciences Appliquées d Oujda Université Mohammed Premier École Nationale des Sciences Appliquées d Oujda Cours de la 5 ème Année : Cycle d Ingénieurs Module 5M4 Version 1.0 (Septembre 2009) Réseaux sans fil Ch I : Généralité sur les

Plus en détail

Chapitre 1 : Introduction aux réseaux informatiques

Chapitre 1 : Introduction aux réseaux informatiques Chapitre 1 : Z:\Polys\Internet RES0\01.Intro.fm - 9 janvier 2014 10:10 Plan - 1. Introduction p16-2. Structure des réseaux informatiques p17-3. Les supports de communication p19-4. Caractéristiques de

Plus en détail

xdsl Digital Suscriber Line «Utiliser la totalité de la bande passante du cuivre»

xdsl Digital Suscriber Line «Utiliser la totalité de la bande passante du cuivre» xdsl Digital Suscriber Line «Utiliser la totalité de la bande passante du cuivre» Le marché en France ~ 9 millions d abonnés fin 2005 ~ 6 millions fin 2004 dont la moitié chez l opérateur historique et

Plus en détail

Réseaux et Services sur Réseaux DUT SRC 1 ère année

Réseaux et Services sur Réseaux DUT SRC 1 ère année IUT Béziers Victor Lomné Réseaux et Services sur Réseaux DUT SRC 1 ère année 3. Réseaux : couche physique 3.1. Modes de communication et de liaison 3.2. Principes de transmission 3.3. Supports de transmission

Plus en détail

Fonction de la couche physique

Fonction de la couche physique Ce cours est construit à partir d un certains nombres de support de cours disponibles sur le net. Riveil, Cousin, Grimaud sont les principales sources d inspiration. L usage de ce composite ne peut être

Plus en détail

Sous-couche MAC. Construction et reconnaissance de trame Contrôle d erreurs Contrôle de flux. TCP/UDP IP LLC MAC Physical.

Sous-couche MAC. Construction et reconnaissance de trame Contrôle d erreurs Contrôle de flux. TCP/UDP IP LLC MAC Physical. Méthodes d accès au support de transmission dans les réseaux filaires et sans fils (MAC : Medium Access Control) M1 Info - Cours de Réseaux Z. Mammeri Méthodes MAC M1 Info Z. Mammeri - UPS 1 1. Généralités

Plus en détail

2. DIFFÉRENTS TYPES DE RÉSEAUX

2. DIFFÉRENTS TYPES DE RÉSEAUX TABLE DES MATIÈRES 1. INTRODUCTION 1 2. GÉNÉRALITÉS 5 1. RÔLES DES RÉSEAUX 5 1.1. Objectifs techniques 5 1.2. Objectifs utilisateurs 6 2. DIFFÉRENTS TYPES DE RÉSEAUX 7 2.1. Les réseaux locaux 7 2.2. Les

Plus en détail

Mesure de constantes universelles : c

Mesure de constantes universelles : c Manipulation Bac. Math. Constantes universelles : c 1 Mesure de constantes universelles : c 1. But de la manipulation Le but de la manipulation est la mesure de la constante universelle : valeur de la

Plus en détail

les capteurs dans un système d'acquisition

les capteurs dans un système d'acquisition Les capteurs les capteurs dans un système d'acquisition Fonction d'un capteur Caractérisation des capteurs Catégories de capteurs Les Capteurs de position Les différents types de détection Jauge de contrainte

Plus en détail

1. Introduction (3h) 2. Couche Physique (3h) 3. Couche Liaison (3h) 4. Couche d'accès au Médium (3h) 5. Couche Réseau (9h) 6. Couche Transport (6h)

1. Introduction (3h) 2. Couche Physique (3h) 3. Couche Liaison (3h) 4. Couche d'accès au Médium (3h) 5. Couche Réseau (9h) 6. Couche Transport (6h) Réseaux et Transmission de Données 4 - Couche MAC Maîtrise EEA Olivier Fourmaux Basé sur la 3éme édition du livre du Pr. A. S. Tanenbaum : Computer Networks Plan du cours de RTD 1. Introduction (3h) 2.

Plus en détail

DS de Spécialité n o 6 Téléphone portable et ondes radio

DS de Spécialité n o 6 Téléphone portable et ondes radio DS de Spécialité n o 6 Téléphone portable et ondes radio. Les ondes électromagnétiques pour communiquer Le téléphone portable fonctionne comme une radio. Lors d une communication, la voix est convertie

Plus en détail

Ch. 2 : Emetteur en Bande de Base

Ch. 2 : Emetteur en Bande de Base Ch. 2 : Emetteur en Bande de Base 1 1) Les codes en ligne 1-1) Principe des codes en ligne Codes en ligne binaire On suppose que le message numérique est constitué d une suite d éléments binaires α k,

Plus en détail

Câbles de cuivre. Câbles symétriques

Câbles de cuivre. Câbles symétriques Câbles de cuivre Câbles symétriques La paire torsadée Est constituée de 2 conducteurs torsadés ensemble Impédance 1 caractéristique constante sur toute sa longueur Les quartes Une quarte est constituée

Plus en détail

R&T1 R2 TD1 Equipements de niveaux 1 et 2

R&T1 R2 TD1 Equipements de niveaux 1 et 2 R&T1 R2 TD1 Equipements de niveaux 1 et 2 1. Introduction 1.1 Contraintes d'un répéteur Quel type de contrainte un répéteur apporte-t-il dans un réseau? 1.2 Remplacement d'un répéteur par un pont Un pont

Plus en détail

ETHERNET FAST ETHERNET GIGABIT ETHERNET

ETHERNET FAST ETHERNET GIGABIT ETHERNET ETHERNET FAST ETHERNET GIGABIT ETHERNET Jean-François L haire Diapositives commentées AVANT... Câblage en coaxial 1980: Signature de l'accord entre: INTEL DIGITAL XEROX - Micro-processeurs - Ordinateurs

Plus en détail

Le code RC5. A Généralités sur le rayonnement infrarouge

Le code RC5. A Généralités sur le rayonnement infrarouge A Généralités sur le rayonnement infrarouge Le spectre de la lumière blanche révèle toute l étendue des radiations lumineuses visibles qui le composent : Chaque radiation se caractérise par sa longueur

Plus en détail

Transmission FM sur fibre optique

Transmission FM sur fibre optique Transmission FM sur fibre optique L utilisation d une fibre optique permet de transporter un signal sur de grandes distances avec une très bonne immunité aux parasites. Le signal optique qui y transite

Plus en détail

STI 15 Édition 3 /Juin 2002

STI 15 Édition 3 /Juin 2002 STI 15 Édition 3 /Juin 2002 Spécifications Techniques d Interface pour le réseau de France Télécom Directive 1999/5/CE Caractéristiques des interfaces d accès du service MultiLAN Résumé : Ce document présente

Plus en détail

4. Les réseaux locaux

4. Les réseaux locaux 4. Les réseaux locaux 4.1 Types des réseaux 4.2 Modèle en couches et réseaux locaux 4.3 Topologie et câblage 4.4 Méthodes d accès au médium CSMA/CD Anneau à jeton Caractéristiques «Réseau» Réseau : ensemble

Plus en détail

Cours MRIM: Etude des supports de transmission. la fibre optique

Cours MRIM: Etude des supports de transmission. la fibre optique Cours MRIM: Etude des supports de transmission la fibre optique Page 2/35 1 - Généralités La lumière est une onde électromagnétique, de longueur d onde λ, qui se propage dans un milieu transparent et isolant

Plus en détail

Modem fibre optique ODW-631

Modem fibre optique ODW-631 Modem fibre optique ODW-631 RS-422/485 vers Fibre Optique, application point à point L ODW-631 est conçu pour des connexions point à point entre réseaux et équipements dotés d'une interface RS-422/485.

Plus en détail

Laser à Cascade Quantique. génération du rayonnement THz par excitation optique des transitions inter-bandes

Laser à Cascade Quantique. génération du rayonnement THz par excitation optique des transitions inter-bandes Laser à Cascade Quantique étudié par spectroscopie THz ultrarapide, et génération du rayonnement THz par excitation optique des transitions inter-bandes Présentation : Simon SAWALLICH Date : Mercredi 14/04/2008

Plus en détail

Les Réseaux : Quelques Notions de base. Cycle de formation Ramage 2 Mars 2011

Les Réseaux : Quelques Notions de base. Cycle de formation Ramage 2 Mars 2011 Les Réseaux : Quelques Notions de base Cycle de formation Ramage 2 Mars 2011 1 Agenda Concepts et introduction aux réseaux Les Réseaux Locaux Internet Le Web Les Réseaux longue distance Exercices pratiques

Plus en détail

ETUDE DE LA COMMUNICATION Entre le système de gestion de l irrigation et la station météorologique

ETUDE DE LA COMMUNICATION Entre le système de gestion de l irrigation et la station météorologique ETUDE DE LA COMMUNICATION Entre le système de gestion de l irrigation et la station météorologique Cette troisième partie a pour but - déterminer le type de liaison série - paramétrer le port série de

Plus en détail

Réseaux Informatiques

Réseaux Informatiques Réseaux Informatiques Site web: Ou bien : http://elkharki.africa-web.org/ Plan : Partie I : Réseaux Informatiques Cours +TD +TP Partie II : Administration système et réseau sous Windows 2000 Professionnel

Plus en détail

Chapitre 8. Multiplexage : utilisation de la largeur de bande 08-1

Chapitre 8. Multiplexage : utilisation de la largeur de bande 08-1 Chapitre 8 Multiplexage : utilisation de la largeur de bande 08-1 Contenu Multiplexage fréquentiel Multiplexage temporel synchrone Multiplexage temporel statistique Lignes d abonnés numériques asymétriques

Plus en détail

LIAISON SERIE MODBUS

LIAISON SERIE MODBUS LIAISON SERIE MODBUS 1. INTRODUCTION AU BUS DE TERRAIN MODBUS :... 2 1.1. Généralités :... 2 1.2. Principe général :... 2 2. LIAISON SERIE RS485 :... 3 2.1. Transmission série asynchrone :... 3 2.2. Transmission

Plus en détail

Fibres et télécommunications. La dispersion chromatique.

Fibres et télécommunications. La dispersion chromatique. TP A 1 Fibres et télécommunications. La dispersion chromatique. Version du 2 juillet 2013 Les questions P1 à P5 doivent être préparées avant la séance. Sommaire 1 Préparation de la séance de Travaux Pratiques........

Plus en détail