Traduit par : Raymond LEGEAIS. Doyen honoraire de la Faculté de Droit et des Sciences sociales de l'université de Poitiers

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Traduit par : Raymond LEGEAIS. Doyen honoraire de la Faculté de Droit et des Sciences sociales de l'université de Poitiers"

Transcription

1 CODE DE PROCEDURE PENALE ESPAGNOL Traduit par : Raymond LEGEAIS Doyen honoraire de la Faculté de Droit et des Sciences sociales de l'université de Poitiers

2 AVERTISSEMENT Cette traduction a été faite sur le texte du code à jour des réformes jusqu'à la fin de juin Parmi les problèmes d'équivalence rencontrés, il nous paraît important de souligner tout particulièrement : - La terminologie relative aux juridictions : certaines dénominations espagnoles, traditionnelles pour un grand nombre de hautes juridictions, comportent, le terme "Audiencias". Nous avons ainsi repris en français "Audiences nationales", "Audiences provinciales"... Si l'originalité de l'organisation judiciaire espagnole est ainsi rappelée à l'attention, nous pensons qu'il est cependant suffisamment clair pour un lecteur que ce sont des juridictions qui sont dénommées par de telles expressions. - La terminologie relative aux décisions judiciaires : l'article 141 du code de procédure pénale espagnol classe les décisions judiciaires en providencias, autos, sentencias. Si le terme français de jugement paraît bien convenir pour le terme espagnol sentencia, il paraît difficile d'utiliser notre terme "ordonnance" à la fois pour "providencia" et pour "auto". Le terme "auto", d'ailleurs à sens multiple dans la langue juridique espagnole, paraît correspondre au "decreto" italien et au "Beschluss" allemand. En attendant qu'une réflexion unificatrice puisse être conduite permettant de choisir en français un terme à la fois précis et bien approprié, nous avons traduit "auto" par "décision" en plaçant après ce mot une astérisque (*) pour que l'on sache que décision (*) dans le texte français correspond à "auto" du texte espagnol, dans les cas où "auto" y est utilisé au sens de décision judiciaire portant sur l'un des points précisés à l'article 141 du code. 2

3 Tables des matières LIVRE I Dispositions générales... 7 TITRE I Préliminaires... 7 Chapitre I Règles générales... 7 Chapitre II Questions préjudicielles... 7 TITRE II Compétence des juges et tribunaux en matière pénale... 8 Chapitre I Règles qui déterminent la compétence... 8 Chapitre II Questions de compétence entre les juges et les tribunaux ordinaires Chapitre III Des conflits négatifs et de ceux qui s'élèvent entre juges ou tribunaux spécialisés ainsi que des recours en plainte contre les autorités administratives TITRE III Des récusations et des excuses de magistrats, juges, assesseurs et auxiliaires des juges et tribunaux - de l'abstention du ministère public Chapitre I Dispositions générales Chapitre II De l'instruction des récusations de juges d'instruction et de magistrats 18 Chapitre III De l'instruction des récusations de juges municipaux Chapitre IV... De la récusation des auxiliaires des justices municipales et des tribunaux Chapitre V Des excuses et récusations des assesseurs Chapitre VI De l'abstention du ministère public TITRE IV Des personnes à qui appartient l'exercice des actions qui naissent des délits et des contraventions TITRE V Des droits de la défense et de l'assistance judiciaire gratuite dans les procédures pénales TITRE VI De la forme pour rendre les ordonnances, décisions* et jugements et de la manière de résoudre les désaccords Chapitre I De la forme pour rendre les ordonnances, décisions(*) et jugements Chapitre II De la manière de mettre fin aux désaccords TITRE VII Des notifications, citations et assignations TITRE VIII Des requêtes, des commissions rogatoires et des mandements TITRE IX Des délais judiciaires TITRE X Des recours contre les décisions des tribunaux et des juges d'instruction

4 TITRE XI Des frais de justice TITRE XII Des obligations des juges et des tribunaux relatives aux statistiques judiciaires TITRE XIII Des sanctions disciplinaires LIVRE II De l'instruction préparatoire TITRE I De la dénonciation TITRE II De la plainte TITRE III De la police judiciaire TITRE IV De l'instruction Chapitre I De l'instruction préalable et des autorités compétentes pour y procéder Chapitre II Des formalités de l'instruction TITRE V De la preuve du délit et de la recherche du délinquant Chapitre I De l'inspection oculaire Chapitre II Du corps du délit Chapitre III De l'identité du délinquant et des circonstances qui se rapportent à sa personne Chapitre IV Des dépositions des personnes poursuivies Chapitre V Des dépositions de témoins Chapitre VI De la confrontation des témoins et des inculpés Chapitre VII De l'expertise TITRE VI De la citation, de l'arrestation et de la détention provisoire Chapitre I De la citation Chapitre II De l'arrestation Chapitre III De la détention provisoire Chapitre IV De l'exercice des droits de la défense, de l'assistance de l'avocat et de la condition des personnes gardées à vue et de celles mises en détention préventive 108 TITRE VII De la liberté provisoire de l'inculpé TITRE VIII De l'entrée et de la perquisition dans un lieu clos, de l'examen des livres et documents, et de l'interception ainsi que de l'ouverture de la correspondance écrite et télégraphique TITRE IX Des cautions et des saisies TITRE X De la responsabilité civile des tiers TITRE XI De la clôture de l'instruction et du non-lieu Chapitre I De la clôture de l'instruction

5 Chapitre II Du non-lieu TITRE XII Dispositions générales concernant les titres précédents LIVRE III Du débat oral TITRE I De la qualification du délit TITRE II Des questions préalables TITRE III Du déroulement du débat oral Chapitre I De la publicité des débats Chapitre II Des pouvoirs du président du tribunal Chapitre III... Du mode d'administration des preuves pendant le débat oral Section première De l'aveu des accusés et des personnes civilement responsables Section deuxième De l'interrogation des témoins Section troisième Du rapport d'expertise Section quatrième De la preuve littérale et de l'inspection oculaire Section cinquième Dispositions communes aux quatre sections précédentes Chapitre IV De l'accusation, de la défense et du jugement Chapitre V De la suspension du débat oral LIVRE IV Des procédures spéciales TITRE I Du mode de procéder lorsque est accusé un sénateur ou un député, membre des Cortes TITRE II De la procédure préalable nécessaire pour mettre en œuvre la responsabilité pénale des juges et magistrats TITRE III De la procédure abrégée pour des délits déterminés Chapitre I Dispositions générales Chapitre II De la préparation du débat oral Chapitre III Du débat oral Chapitre IV De l'exécution des jugements TITRE IV De la procédure pour les délits d'injure et de calomnie contre les particuliers 176 TITRE V De la poursuite contre les délits commis au moyen de l'impression, de la gravure ou de tout autre moyen mécanique de publication TITRE VI De la procédure d'extradition

6 TITRE VII De la procédure contre les auteurs d'infractions absents LIVRE V Des voies de recours, d'appel, de cassation et de révision TITRE I Des recours d'appel contre les jugements et certaines décisions (*) TITRE II Du recours en cassation Chapitre I Des recours en cassation pour violation de la loi et pour vice de forme Section première De l'admissibilité du recours Section deuxième De la préparation du recours Section troisième Du recours de plainte en cas de refus de l'expédition demandée pour former le recours en cassation Section quatrième De l'introduction du recours Section cinquième De l'instruction du recours Section sixième De la décision sur le recours Chapitre II Des recours en cassation pour vice de forme Chapitre III De l'introduction, de l'instruction et du jugement du recours en cassation pour violation de la loi et pour vice de forme Chapitre IV Du recours en cassation dans les affaires où la peine de mort a été prononcée TITRE III Du recours en révision LIVRE VI De la procédure pour le jugement des contraventions LIVRE VII De l'exécution des jugements Dispositions finales

7 LIVRE I Dispositions générales TITRE I Préliminaires Chapitre I Règles générales Article 1. - Aucune peine ne sera infligée pour des faits punissables dont la répression incombe à la juridiction ordinaire qu'en conformité avec les dispositions du présent code ou des lois spéciales, et en vertu d'un jugement rendu par le juge compétent. Article 2. - Toutes les autorités et tous les fonctionnaires qui interviennent dans la procédure pénale veilleront, dans les limites de leur compétence respective, à relever et à apprécier les circonstances à charge comme à décharge concernant la personne soupçonnée d'avoir commis l'infraction; ils devront avertir celle-ci, à moins de disposition expresse, de ses droits et des recours qu'elle peut exercer, tant qu'elle ne se trouvera pas assistée d'un défenseur. Chapitre II Questions préjudicielles Article 3. - En règle générale, les tribunaux chargés de la justice pénale ont également compétence, aux seuls effets de la répression, pour trancher les questions préjudicielles civiles et administratives invoquées à propos des faits poursuivis, lorsque de telles questions apparaissent si intimement liées au fait punissable qu'il est raisonnablement impossible de les en séparer. Article 4. - Cependant, si la question préjudicielle est déterminante de la culpabilité ou de l'innocence, le tribunal saisi de l'infraction suspendra le procès jusqu'à ce soit tranchée la question par celui dont elle relève; mais il peut fixer un délai qui n'excède pas deux mois, pour que les parties saisissent le juge ou le tribunal compétent pour les questions civiles ou le contentieux administratif. Si à l'expiration du délai, l'intéressé ne justifie pas l'avoir utilisé, le tribunal saisi de l'infraction mettra fin à la suspension et le procès continuera. Le ministère public sera partie lors de ces procédures. Article 5. - Nonobstant les dispositions des deux articles qui précèdent, les questions civiles préjudicielles portant sur la validité d'un mariage ou la suppression de l'état civil seront toujours déférées au juge ou au tribunal de la compétence de qui elles relèvent, et leur décision servira de base à celle du tribunal saisi de l'infraction.

8 Article 6. - Le tribunal saisi de l'infraction pourra trancher la question civile préjudicielle concernant le droit de propriété sur un immeuble ou un autre droit réel, lorsque ces droits se fondent sur un acte authentique ou sur des faits de possession incontestés. Article 7. - Lorsque le tribunal statuant au pénal doit trancher des questions préjudicielles, conformément aux articles précédents, il appliquera selon les cas les règles du droit civil ou du droit administratif. TITRE II Compétence des juges et tribunaux en matière pénale Chapitre I Règles qui déterminent la compétence Article 8. - La juridiction en matière pénale ne peut jamais être prorogée. Article 9. - Les juges et tribunaux compétents pour connaître d'une affaire déterminée, ont également cette compétence pour tous les incidents qui s'y rattachent, pour effectuer toute mesure permettant de la mener à son terme, ainsi que pour l'exécution des jugements. Article Relève de la juridiction ordinaire la connaissance des causes et procédures pénales, à l'exception des cas que les lois réservent au Sénat, aux cours martiales et aux tribunaux maritimes, ainsi qu'aux autorités administratives ou de police. Article La connaissance des affaires pour les délits où sont impliquées à la fois des personnes coupables relevant de la juridiction ordinaire et d'autres relevant d'un statut particulier appartiendra à la juridiction ordinaire, sous réserve des exceptions expressément prévues dans les lois relatives à la compétence d'une autre juridiction. Article Nonobstant les dispositions de l'article précédant, la juridiction ordinaire sera toujours compétente pour instruire les affaires concernant les délits dont ceux qui relèvent d'un statut particulier sont les auteurs. Cette compétence se limitera aux premiers actes d'information, et, ceux-ci étant accomplis, la juridiction ordinaire fera parvenir le dossier au juge ou au tribunal qui doit connaître de l'affaire conformément aux lois et mettra à sa disposition les personnes arrêtées et les objets saisis. La juridiction ordinaire interrompra ses diligences dès qu'il lui sera connu que la juridiction spécialement compétente procède à une instruction pour le même délit. 8

9 Les ordonnances de dessaisissement que rendent les juges d'instruction de la juridiction ordinaire sont susceptibles d'appel devant l'audience. Pendant que s'instruit et se décide le recours en appel, on respectera les dispositions de l'article 22, paragraphe 2, pour l'application desquelles, ainsi que pour l'instruction du recours, le double des pièces approprié sera délivré. Article Sont considérées comme actes d'information initiale: la consignation des preuves de l'infraction qui peuvent disparaître, l'acte d'appréhender et de garder à vue une personne dans la mesure où il conduit à établir le délit et à identifier le délinquant, l'arrestation, le cas échéant, des responsables présumés du délit et les actes de protection des personnes lésées ou ayant éprouvé un préjudice du fait de l'infraction, des membres de leur famille ou d'autres personnes, pouvant être prises à cet effet les mesures préventives prévues à l'article 544 bis de la présente loi. Article En dehors des cas que, de manière expresse et limitative, la Constitution et les lois attribuent à des juges et tribunaux déterminés, seront compétents: Premièrement. Pour la connaissance et le jugement des contraventions, le juge d'instruction. Cependant connaîtra des procédures pour les contraventions prévues aux articles 626, 630, 632 et 633 du code pénal, le juge de paix du lieu où elles ont été commises. Les juges de paix connaîtront aussi des procédures pour les contraventions définies à l'article 620, 1 et 2, du code pénal, sauf quand la personne lésée est l'une des personnes auxquelles se réfère l'article 153 du même code. Deuxièmement. Pour l'instruction des délits, le juge d'instruction de l'arrondissement où le délit aura été commis et le juge central d'instruction pour les délits que la loi détermine. Troisièmement. Pour la connaissance et le jugement des affaires pour délits que la loi punit d'une peine privative de liberté qui ne dépasse pas cinq ans ou d'une peine d'amende, quel que soit son montant, ou de toutes autres peines différentes, qu'elles soient prononcées seules ou qu'il s'agisse de peines cumulatives ou alternatives, dès lors que leur durée ne dépasse pas dix ans, de même que pour la connaissance et le jugement des contraventions, qu'elles soient ou non incidentes, imputables aux auteurs de ces délits ou à d'autres personnes, quand la connaissance de la contravention ou sa preuve a un lien avec ces délits, le juge pour les affaires pénales de la circonscription où le délit a été commis ou le juge central pour les affaires pénales dans le domaine qui lui est propre. Toutefois, aux conditions de compétence du juge qui doit connaître des affaires pénales, si le délit est de ceux attribués au tribunal avec jury, la connaissance et le jugement reviendront à celui-ci. 9

10 Quatrièmement. Pour la connaissance et le jugement des affaires dans les autres cas, l'audience provinciale de la circonscription où le délit a été commis ou la chambre des affaires pénales de l'audience nationale. Toutefois, aux conditions de compétence de l'audience provinciale, si le délit est de ceux qui sont attribués au tribunal avec jury, la connaissance et le jugement reviendront à celui-ci. Article Lorsqu'on ignore le lieu où une contravention ou un délit a été commis, les juges et tribunaux compétents pour connaître de l'affaire et la juger seront selon les cas: 1. Celui du territoire municipal, de l'arrondissement ou de la circonscription où ont été découvertes les preuves matérielles du délit. 2. Celui du territoire municipal, du district ou de la circonscription où l'auteur présumé de l'infraction a été appréhendé. 3 Celui de la résidence de l'auteur présumé. 4 Tout autre juge ou toute autre juridiction qui a eu connaissance du délit. Si un conflit de compétence s'élève entre juges ou tribunaux, la préférence sera donnée en suivant l'ordre où ils sont retenus dans les numéros qui précèdent. Dès que se trouve connu le lieu où a été commis le délit, le dossier sera transféré au juge ou au tribunal de la circonscription concernée, et les personnes arrêtées ainsi que les objets saisis seront mis à sa disposition. Article C'est la juridiction ordinaire qui sera compétente pour juger les auteurs de délits connexes, dès lors que l'un d'eux en relève, même si les autres relèvent de statuts particuliers. Les dispositions du paragraphe précédant s'entendent, sans préjudice des exceptions expressément prévues pour des délits déterminés, au présent code ou dans les lois spéciales, et notamment dans les lois pénales pour temps de guerre et dans celles concernant la mer pour les infractions qui y sont prévues. Article Sont considérés comme délits connexes: 1. Ceux qui sont commis simultanément par deux ou plusieurs personnes agissant en réunion, dès lors qu'elles sont soumises à des juges différents ou des tribunaux différents ordinaires ou des tribunaux spécialisés, ou qui peuvent l'être en raison de la nature du délit. 2. Ceux qui sont commis par deux ou plusieurs personnes dans des lieux ou en des temps différents, s'il y a eu concert préalable. 3. Ceux qui ont été commis comme moyens pour perpétrer les autres ou faciliter leur exécution. 10

11 4. Ceux qui ont été commis pour procurer l'impunité pour d'autres délits. 5. Les différents délits qui sont imputés à une personne lorsqu'on les invoque dans la procédure exercée pour l'un quelconque d'entre eux, s'ils avaient une analogie ou une relation entre eux, de l'appréciation du tribunal, et s'ils n'ont pas encore été jugés jusqu'alors. Article Les juges et tribunaux ont compétence pour connaître des affaires pour délits connexes, dans l'ordre suivant: 1. Celui du territoire sur lequel a été commis le délit pour lequel est prévue la plus forte peine. 2. Celui qui aura le premier commencé la procédure dans les cas où pour les délits est prévue une peine égale. 3. Celui que l'audience compétente en matière criminelle ou le Tribunal suprême désigne dans leurs cas respectifs, quand les procédures auront commencé en même temps ou qu'on ne peut savoir laquelle a commencé d'abord. Chapitre II Questions de compétence entre les juges et les tribunaux ordinaires Article Pourront revendiquer leur compétence et la défendre: 1. Les juges municipaux en tout état du procès, et les parties depuis la citation jusqu'à l'acte de comparution. 2. Les juges d'instruction pendant l'instruction. 3. Les Audiences compétentes pour les affaires pénales pendant l'instruction du procès. 4. Le ministère public en tout état de la cause. 5. L'accusateur particulier, avant de formuler sa première demande après qu'il se soit constitué. 6. L'inculpé et la partie civile, soit qu'elle figure comme demanderesse, soit qu'elle comparaisse comme responsable, dans les trois jours qui suivent celui où les pièces lui sont communiquées pour qualification. Article Sont des supérieurs hiérarchiques pour statuer sur les questions de compétence, dans les formes que déterminent les articles suivants: 1. A l'égard des juges municipaux du même district, le juge d'instruction. 11

12 2. A l'égard des juges d'instruction d'une même circonscription, l'audience pour les affaires pénales. 3. A l'égard des Audiences pour les affaires pénales du même territoire, l'audience du territoire en assemblée plénière. 4. A l'égard des Audiences de territoire, ou quand il y a conflit de compétence entre une Audience pour les affaires pénales et la chambre pour les affaires pénales d'une Audience de territoire, le Tribunal suprême. Lorsque tels des juges ou tribunaux mentionnés aux n s 1., 2. et 3. n'ont pas de supérieur commun immédiat, c'est celui qui apparaît commun selon l'ordre hiérarchique qui décidera de la compétence; s'il n'y en a pas, ce sera le Tribunal suprême. Article Le Tribunal suprême ne pourra soulever ni susciter de conflits de compétence et aucun juge ou tribunal, non plus qu'une partie, ne pourra en soulever contre lui. Lorsqu'un juge ou tribunal est venu à connaître d'une affaire dont la connaissance était réservée au Tribunal suprême, celui-ci ordonne à celuilà, d'office, sur réquisition du ministère public ou sur requête d'une partie, de s'abstenir de tout acte de procédure et de transmettre les pièces dans le délai de deux jours, pour statuer à leur vue. Le Tribunal suprême pourra cependant autoriser, dans la même décision, et jusqu'à ce qu'il statue sur la compétence, que soient poursuivis les actes d'information dont l'urgence ou la nécessité auront été manifestes. Il n'est pas ouvert de recours contre la décision du Tribunal suprême. Article Si deux ou plusieurs juges d'instruction se considèrent comme compétents pour instruire une affaire, si à la première communication, ils ne s'accordent pas sur la compétence, ils rendront compte au supérieur compétent en lui remettant copie des pièces à la vue desquelles celui-ci décidera aussitôt et sans recours ultérieur lequel des juges doit instruire. Tant que la décision n'est pas prise, chacun des juges d'instruction continuera d'effectuer les actes d'information nécessaires pour établir le délit et tous autres qu'il considère comme d'urgence avérée. Lorsque le conflit aura été tranché par le supérieur de qui il relève, le juge d'instruction qui cesse d'instruire transmettra les pièces concernant les actes effectués et les objets saisis au juge déclaré compétent, dans les deux jours à compter de celui où il a reçu la décision du supérieur de cesser d'instruire. 12

13 Article Si pendant l'instruction préalable ou à toute autre phase de l'instruction d'un procès pénal, le ministère public ou l'une des parties considère que le juge qui instruit n'a pas compétence pour instruire la cause, ils pourront porter leur réclamation devant le tribunal supérieur duquel elle relève et celui-ci, ayant pris les informations qu'il estime nécessaires, décidera aussitôt et sans recours ultérieur. Dans tous les cas on observera ce qui est prévu au deuxième alinéa de l'article précédent. Article L'instruction terminée, toute question de compétence soulevée suspendra la procédure jusqu'à ce qu'elle ait été tranchée. Article Le juge ou le tribunal qui se considère comme compétent devra revendiquer sa compétence. De même il se désistera en faveur du juge ou du tribunal compétent, s'il considère que la connaissance de l'affaire ne lui revient pas, même s'il n'y a pas eu jusqu'alors sur ce point de réclamation, ni des intéressés, ni du ministère public. Les décisions par lesquelles les juges municipaux ou les juges d'instruction se désisteront en faveur d'un autre juge ou d'une autre juridiction pourront être l'objet d'appel, et ce qui est prévu au dernier alinéa de l'article 12 sera observé dans ce cas. Contre les décisions des Audiences le recours en cassation pourra être exercé. Article Le ministère public et les parties soulèveront les conflits de compétence soit par requête d'inhibition, soit par déclinatoire. Le recours à l'un de ces moyens exclut l'autre de manière absolue, tant pendant que l'on instruit sur la compétence qu'une fois que celle-ci est déterminée. La requête d'inhibition sera invoquée devant le juge ou le tribunal qui se considère comme compétent. Le déclinatoire le sera devant le juge ou le tribunal qui se considère comme incompétent. Article Le juge municipal devant qui est présentée la requête d'inhibition, après avoir entendu le ministère public quand ce n'est pas lui qui l'a présentée, décidera dans un délai de deux jours s'il la considère ou non comme fondée. La décision qui rejette la requête peut faire l'objet d'appel devant le juge d'instruction compétent, avec effet dévolutif et suspensif. Article Si le juge municipal estime qu'il y a lieu de requérir l'inhibition, il délivrera un ordre dans lequel il consignera les motifs de sa décision. 13

14 Cet ordre sera obligatoirement transmis dans les vingt-quatre heures. Article Le juge municipal qui a reçu la requête d'inhibition, ayant entendu le ministère public, décidera dans un délai de deux jours s'il se désiste ou s'il retient sa compétence. Dans le premier cas, il transmettra au juge requérant, dans les vingt-quatre heures qui suivent, les pièces relatives aux actes effectués. S'il retient sa compétence, il le fera savoir dans le même délai en exposant les motifs de sa décision. Article Les pièces ayant été reçues par le juge requérant, celuici déclarera, sans plus de formalités et dans les vingt-quatre heures, s'il persiste à se reconnaître compétent ou s'il y renonce. Dans le premier cas, il fera connaître le jour même au juge requis d'avoir à remettre les pièces au juge ou au tribunal qui doit trancher le conflit de compétence conformément aux dispositions de l'article 20, en transmettant les siennes dans les vingt-quatre heures qui suivent. Dans le second cas, il avisera dans le même délai le juge requis pour que celui-ci puisse continuer à connaître de l'affaire. Les décisions que prennent les juges requis en acquiesçant à la requête d'inhibition pourront faire l'objet d'appel devant le juge d'instruction compétent. Il en sera de même pour les décisions que prennent les juges requérants lorsqu'ils se désistent de la requête d'inhibition. Article Lorsque les pièces seront parvenues à la juridiction appelée à déterminer la compétence, et qu'aura été entendu dans les deux jours le ministère public, la décision sera prise dans les trois jours qui suivront le jour où le ministère public a transmis son avis. Le recours en cassation est ouvert contre la décision du tribunal ou de l'audience. Aucun recours n'est ouvert contre la décision du Tribunal suprême. Article Lorsqu'un déclinatoire de compétence est présenté à un juge municipal, celui-ci décidera dans les deux jours, après avoir entendu le ministère public, s'il y accède ou s'il le rejette. La décision par laquelle il refuse de se considérer comme incompétent peut faire l'objet d'un appel, à effet dévolutif et suspensif, devant la juridiction à laquelle il revient de déterminer la compétence, et celle-ci instruira le recours dans la forme prévue à l'alinéa 1 de l'article précédent. Le recours en cassation est ouvert contre la décision. 14

15 Article Devant les tribunaux pour les affaires pénales, la requête d'inhibition sera présentée dans un mémoire signé d'un avocat. Dans l'acte celui qui le présente exposera qu'il n'a pas eu recours au déclinatoire. Si le contraire s'est produit, il sera condamné aux dépens, même si la compétence est déterminée d'une manière qui lui est favorable ou bien qu'il se soit ensuite désisté. Article Le tribunal devant qui est présentée la requête d'inhibition entendra le lendemain ou le surlendemain, selon l'importance de l'affaire, le ministère public, quand ce n'est pas lui qui en est l'auteur, de même que les autres parties au procès desquelles il pourra en même temps savoir que est le tribunal saisi pour qu'il y ait la réquisition et, à sa vue, il décidera dans les deux jours que soit établi un ordre d'inhibition reconnaissant l'incompétence ou qu'il n'y a pas lieu à cela. Article Contre la décision qui rejette la requête d'inhibition, seul le recours en cassation est ouvert. Article Avec l'ordre d'inhibition sera joint une expédition du mémoire dans lequel était formulée la requête, ce qui a été exposé par le ministère public et par les parties s'il y a lieu, la décision prise et tout ce que le tribunal peut encore considérer comme pertinent pour fonder sa compétence. L'expédition sera dressée et transmise dans un délai d'un à trois jours, selon l'importance de l'affaire, délai qui ne peut être prorogé. Article Le tribunal requis accusera immédiatement réception et, après avoir entendu le ministère public, l'accusateur particulier s'il y en a un, les personnes visées aux articles 118 et 520 qui se seront constituées, et celles qui figurent comme parties civiles, dans un délai qui ne pourra excéder vingt-quatre heures pour chacun, rendra une décision par laquelle il accédera à la requête d'inhibition ou considérera qu'il n'y a pas lieu de le faire. Contre la décision par laquelle le tribunal se désistera, seul le recours en cassation sera possible. Article Si la décision par laquelle le tribunal s'est dessaisi a fait l'objet d'un acquiescement ou lorsqu'elle est devenue exécutoire, l'affaire sera renvoyée, dans un délai de trois jours, au tribunal qui a adressé la requête d'inhibition, avec assignation des parties; les personnes poursuivies, les preuves matérielles de l'infraction et les biens saisis seront mis à sa disposition. Article S'il y a rejet de la proposition d'inhibition, la décision sera communiquée au tribunal requérant, avec la copie de ce qui a été exposé par le ministère public et par les parties ainsi que de tout ce que peut encore apparaître utile. 15

16 La copie sera établie et transmise dans les trois jours. Dans l'ordre même de transmission, il sera exigé que le tribunal requérant précise immédiatement, pour que soit continuée la procédure, s'il ne persiste pas dans sa demande d'inhibition, ou que, dans l'autre cas, il transmette l'affaire à qui il revient de déterminer la compétence. Article Ayant reçu l'ordre prévu à l'article précédent, le tribunal qui aura proposé l'inhibition statuera sans plus de formalités dans un délai de deux jours. Contre la décision renonçant à l'inhibition seul le recours en cassation sera possible. Article Si la décision par laquelle le tribunal renonce à l'inhibition fait l'objet d'un acquiescement ou devient exécutoire, ce tribunal en fera communication dans un délai de vingt-quatre heures à la juridiction à qui était proposée l'inhibition, en lui remettant en temps utile toutes les pièces concernant ce qu'il a accompli pour leur jonction au dossier. Article Si le tribunal requérant maintient sa compétence, il le fera savoir dans un délai de vingt-quatre heures à celui à qui il a proposé l'inhibition pour qu'il transmette les pièces au tribunal à qui il revient de trancher, en le faisant lui pour ce qu'il a instruit lui-même. Article Les questions de compétence seront tranchées par le tribunal dans les trois jours suivant celui où le ministère public aura transmis l'avis qu'il formulera dans un délai de deux jours. Contre ces décisions, lorsqu'elles proviendront des Audiences territoriales le recours en cassation sera ouvert. Contre celles prononcées par le Tribunal suprême il n'y aura aucun recours. Article Le tribunal qui tranche le conflit pourra condamner au paiement des dépens causés par la requête d'inhibition les parties qui l'auront présentée ou combattue avec une témérité certaine, en déterminant éventuellement dans quelle proportion elles devront les payer. S'il n'y a pas eu de condamnation spéciale aux dépens, ceux qui auront été causés par les questions de compétence seront considérés comme exposés d'office. Article On instruira les déclinatoires de la même manière que les questions préalables. 16

17 Chapitre III Des conflits négatifs et de ceux qui s'élèvent entre juges ou tribunaux spécialisés ainsi que des recours en plainte contre les autorités administratives Article Lorsque la question de compétence qui s'élèvera entre deux ou plusieurs juges ou tribunaux sera un conflit négatif, tous refusant d'entendre l'affaire, le juge ou le tribunal supérieur et éventuellement le Tribunal suprême la tranchera en suivant pour cela les mêmes formes que celles prescrites pour les autres conflits de compétence. Article Dans le cas d'un conflit de compétence négatif entre la juridiction ordinaire et la juridiction compétente lorsqu'il y a privilège de juridiction, c'est la juridiction ordinaire qui commencera ou continuera l'affaire. Article abrogé Article abrogé Article abrogé Article abrogé TITRE III Des récusations et des excuses de magistrats, juges, assesseurs et auxiliaires des juges et tribunaux - de l'abstention du ministère public Chapitre I Dispositions générales Article Les magistrats, juges et assesseurs, quel que soit leur grade et leur rang dans la hiérarchie, ne pourront être récusés que pour un motif légitime. Article Pourront seuls exercer la récusation dans les affaires criminelles: le représentant du ministère public; l'accusateur particulier ou ceux qui le représentent légalement pour ses droits et actions; les personnes qui se trouvent dans la situation prévue aux articles 118 et 520; les personnes civilement responsables pour délit ou contravention. Article Sont des motifs légitimes de récusation: 17

18 1. La parenté de consanguinité ou l'alliance jusqu'au quatrième degré avec l'une des personnes mentionnées à l'article précédent. 2. La parenté ou l'alliance jusqu'au second degré avec l'avocat de l'une des parties qui sont engagées dans le procès. 3. Le fait d'être ou d'avoir été dénoncé ou accusé comme auteur, complice ou receleur, pour un délit, ou comme auteur d'une contravention. 4. Le fait d'avoir été défenseur de l'une des parties, d'avoir comme avocat émis un avis sur le procès ou l'une de ses incidences, ou d'être intervenu dans ce procès ou dans l'une de ses incidences comme ministère public, expert ou témoin. 5. Le fait d'avoir été dénonciateur ou accusateur privé à l'égard de celui qu'on récuse. 6. Le fait d'être ou d'avoir été tuteur ou curateur de l'une des parties en cause. 7. Le fait d'avoir été en tutelle ou sous l'assistance de l'une des personnes mentionnées au numéro précédent. 8. Le fait d'avoir un procès en cours avec celui qu'on récuse. 9. Le fait d'avoir un intérêt direct ou indirect dans l'affaire. 10. L'amitié intime. 11. L'inimitié manifeste. 12. Le fait d'avoir instruit dans le procès. Article Les magistrats et les juges qui entrent dans l'un des cas exprimés à l'article précédent se dessaisiront de la connaissance de l'affaire sans attendre d'être récusés. Contre ce désistement, il n'y aura aucun recours. De la même façon, ils se dessaisiront, sans qu'un recours soit possible, lorsqu'étant l'objet d'une récusation quelle qu'en soit la forme, ils estimeront que le motif invoqué est légitime. Dans l'un et l'autre cas ils ordonneront de transmettre les pièces à celui qui doit les remplacer. Article La récusation pourra être proposée en tout état de cause, mais jamais après l'ouverture du débat oral, à moins que le motif de récusation ne soit apparu postérieurement. Chapitre II De l'instruction des récusations de juges d'instruction et de magistrats Article La récusation se fera par mémoire écrit signé d'un avocat, d'un avoué et de l'auteur de la récusation s'il sait signer et se 18

19 trouve au lieu de la cause. Ce dernier devra en faire la confirmation devant le juge ou le tribunal. Si son auteur n'est pas présent, la récusation ne sera signée que de l'avocat et de l'avoué. Dans tous les cas il faudra que soit exprimé dans le mémoire, de manière concrète et claire, le motif de récusation. Article Nonobstant les dispositions de l'article qui précède, la personne poursuivie, si elle est soumise à une interdiction de communiquer, pourra effectuer verbalement la récusation lorsqu'on recevra sa déposition ou faire appeler le juge par l'intermédiaire du directeur de la prison pour le récuser. Dans ce cas le juge d'instruction devra se présenter accompagné du greffier, qui constatera par procès-verbal la demande de récusation et le motif sur lequel elle se fonde. Si la récusation a été refusée, on avertira la personne qui l'a faite qu'elle pourra la renouveler une fois levée l'interdiction de communiquer. Article La décision admettant ou rejetant la récusation sera motivée et il suffira de la notifier à l'avoué de son auteur, bien que celui-ci se trouve dans la ville où se poursuit le procès et qu'il ait signé l'acte de récusation. Article Si celui qui est récusé ne se désiste pas, parce qu'il considère qu'il n'est pas concerné par le motif allégué pour la récusation, on ordonnera d'établir un dossier distinct. Celui-ci contiendra le mémoire original de récusation et la décision de refus de dessaisissement, une copie de l'un et de l'autre restant dans le dossier du procès lui-même. Article Pendant l'instruction du dossier séparé celui qui est récusé ne pourra avoir de rôle ni dans l'affaire, ni dans la procédure incidente relative à la récusation, et il sera remplacé par la personne à qui cela revient en vertu de la loi. Si celui qui est récusé est un juge d'instruction, il devra néanmoins, sous sa responsabilité, effectuer les actes urgents qui ne peuvent être différés, en attendant que son successeur prenne en charge la poursuite de l'instruction. Article La récusation n'arrêtera pas le cours de l'affaire. Il en ira autrement si l'incident sur la récusation n'a pas été réglé alors que les parties sont citées pour l'examen d'une question, pour un autre incident ou pour que se tienne le débat oral. Article Instruiront le dossier disjoint de récusation: Quand la personne récusée est le président ou un président de chambre de l'audience territoriale ou du Tribunal suprême, le président 19

20 de chambre le plus ancien; et si la personne récusée est le président de chambre le plus ancien, le président de chambre le plus ancien après lui. Quand la personne récusée est le président d'une Audience pour les affaires pénales, le magistrat le plus ancien de la chambre pour les affaires pénales de l'audience territoriale. Quand la personne récusée est un magistrat de l'audience pour les affaires pénales ou de l'audience territoriale ou du Tribunal suprême, le magistrat le plus ancien de la chambre ou du tribunal dont elle relève; et si cette personne est la plus ancienne, le magistrat le plus ancien après elle. Si en conséquence de la récusation d'un ou de plusieurs magistrats des Audiences pour les affaires pénales, il ne reste pas dans ces juridictions un nombre suffisant de membres pour former la juridiction, l'instruction du dossier disjoint de récusation sera confiée au magistrat le dernier arrivé à la chambre pour les affaires pénales de l'audience territoriale. Quand la personne récusée est le juge d'instruction, le dossier de récusation le concernant sera instruit par le magistrat dernier arrivé à l'audience. Article Le dossier disjoint ayant été formé, on entendra l'autre ou les autres parties qu'il y aura dans l'affaire, dans un délai de trois jours pour chacune, qui ne pourra être prorogé que de deux jours lorsque, de l'appréciation du tribunal, il y aura un juste motif pour cela. Article A l'expiration du délai prévu à l'article précédent, et de sa prorogation éventuelle, l'affaire ayant été reprise sans qu'il y ait besoin d'une demande de l'auteur de la récusation, on recueillera la preuve concernant la procédure incidente de récusation, lorsque il y aura en cause une question de fait, et ce pendant huit jours, durant lesquels on administrera ce qui aura été sollicité par les parties et considéré comme pertinent. Article Contre la décision par laquelle les Audiences ou le Tribunal suprême admettront la preuve ou la refuseront, aucun recours ultérieur ne sera ouvert. Article Lorsque, parce qu'il s'agit d'une question de droit, il n'y a pas lieu à recueillir de preuve pour la procédure incidente de récusation ou lorsque le délai prévu par l'article 65 se sera écoulé, on fera citer les parties en fixant le jour d'examen. Article Statueront sur les incidents de récusation: Quand la personne récusée est le président ou un président de chambre de l'audience territoriale ou du Tribunal suprême, la juridiction en formation plénière. On procédera de la même façon quand les 20

N 107 S É N AT PROJET DE LOI ADOPTÉ PAR LE SÉNAT. tendant à simplifier la procédure applicable. en matière de contraventions.

N 107 S É N AT PROJET DE LOI ADOPTÉ PAR LE SÉNAT. tendant à simplifier la procédure applicable. en matière de contraventions. PROJET DE LOI adopté le 27 mai 1971. N 107 S É N AT SECONDE SESSION ORDINAIRE DE 1970-1971 PROJET DE LOI ADOPTÉ PAR LE SÉNAT tendant à simplifier la procédure applicable en matière de contraventions. Le

Plus en détail

Loi organique relative à la Haute Cour

Loi organique relative à la Haute Cour Loi organique relative à la Haute Cour Dahir portant loi organique n 1-77-278 du 24 chaoual 1397 (8 octobre 1977) relative à la Haute Cour (1) Louange à Dieu Seul! (Grand Sceau de Sa Majesté Hassan II)

Plus en détail

LOIS D'APPLICATION DU STATUT ITALIE

LOIS D'APPLICATION DU STATUT ITALIE LOIS D'APPLICATION DU STATUT Coopération des états membres ITALIE Dispositions relatives à la coopération avec le Tribunal international pour juger les personnes présumées responsables de violations graves

Plus en détail

Loi du 20 décembre 2002 portant protection des conseillers en prévention (MB 20.1.2003)

Loi du 20 décembre 2002 portant protection des conseillers en prévention (MB 20.1.2003) Loi du 20 décembre 2002 portant protection des conseillers en prévention (MB 20.1.2003) Article 1 er.- La présente loi règle une matière visée à l'article 78 de la Constitution. Chapitre I er.- Champ d'application,

Plus en détail

TRIBUNAL ADMINISTRATIF DE DIJON RÉPUBLIQUE FRANÇAISE AU NOM DU PEUPLE FRANÇAIS. Président. Tribunal administratif de Dijon Le président du Tribunal,

TRIBUNAL ADMINISTRATIF DE DIJON RÉPUBLIQUE FRANÇAISE AU NOM DU PEUPLE FRANÇAIS. Président. Tribunal administratif de Dijon Le président du Tribunal, TRIBUNAL ADMINISTRATIF DE DIJON N 1102334 RÉPUBLIQUE FRANÇAISE M. M. Président M. 5 T ' Rapporteur public AU NOM DU PEUPLE FRANÇAIS Tribunal administratif de Dijon Le président du Tribunal, Audience du

Plus en détail

LOI 311.11 d'application du Code pénal suisse (LVCP)

LOI 311.11 d'application du Code pénal suisse (LVCP) Adopté le 26.11.1973, entrée en vigueur le 01.01.1974 - Etat au 01.01.2007 (abrogé) LOI 311.11 d'application du Code pénal suisse (LVCP) du 26 novembre 1973 LE GRAND CONSEIL DU CANTON DE VAUD vu le projet

Plus en détail

LES JURIDICTIONS PÉNALES FRANÇAISES

LES JURIDICTIONS PÉNALES FRANÇAISES LES JURIDICTIONS PÉNALES FRANÇAISES Les juridictions pénales jugent les infractions à la loi pénale. Ces infractions sont définies dans le code pénal. Il existe en France, trois types d'infractions, définies

Plus en détail

J.O n 223 du 26 septembre 2000 page 15158

J.O n 223 du 26 septembre 2000 page 15158 J.O n 223 du 26 septembre 2000 page 15158 Textes généraux Ministère des affaires étrangères Décret no 2000-940 du 18 septembre 2000 portant publication de la convention d'entraide judiciaire en matière

Plus en détail

M. ------------------ AU NOM DU PEUPLE FRANÇAIS

M. ------------------ AU NOM DU PEUPLE FRANÇAIS N 1300371 TRIBUNAL ADMINISTRATIF DE CAEN ------------------ RÉPUBLIQUE FRANÇAISE M. ------------------ AU NOM DU PEUPLE FRANÇAIS DB M. M ondésert juge des référés Le juge des référés, Audience du 20 mars

Plus en détail

Loi n 53-95 instituant des juridictions de commerc e

Loi n 53-95 instituant des juridictions de commerc e Dahir n 1-97-65 (4 chaoual 1417) portant promulgat ion de la loi n 53-95 instituant des juridictions de commerce (B.O. 15 mai 1997). Loi n 53-95 instituant des juridictions de commerc e Titre Premier :

Plus en détail

REMUNERATION AIDE JURIDICTIONNELLE

REMUNERATION AIDE JURIDICTIONNELLE REMUNERATION AIDE JURIDICTIONNELLE Le montant de la rétribution «Aide Juridictionnelle» est déterminé par le nombre d unités de valeur «UV» affectées à la procédure et prévues par l article 90 du décret

Plus en détail

PROJET DE CONSEIL DE LA RÉPUBLIQUE. authentique de ce projet de loi, dont je vous prie de vouloir N 368

PROJET DE CONSEIL DE LA RÉPUBLIQUE. authentique de ce projet de loi, dont je vous prie de vouloir N 368 N 368 CONSEIL DE LA RÉPUBLIQUE SESSION ORDINAIRE DE 1957-1958 Annexe au procès-verbal de la séance du 20 mars 1958. PROJET DE LOI ADOPTÉ PAR L'ASSEMBLÉE NATIONALE portant amnistie dans les Territoires

Plus en détail

Décrets, arrêtés, circulaires

Décrets, arrêtés, circulaires Décrets, arrêtés, circulaires TEXTES GÉNÉRAUX MINISTÈRE DE LA JUSTICE Décret n o 2004-1158 du 29 octobre 2004 portant réforme de la procédure en matière familiale NOR : JUSC0420832D Le Premier ministre,

Plus en détail

TRIBUNAL ADMINISTRATIF DE TOULON N 1200083 ------------------ RÉPUBLIQUE FRANÇAISE M. .. _. AU NOM DU PEUPLE FRANÇAIS M. Pnvat Magistrat désigné

TRIBUNAL ADMINISTRATIF DE TOULON N 1200083 ------------------ RÉPUBLIQUE FRANÇAISE M. .. _. AU NOM DU PEUPLE FRANÇAIS M. Pnvat Magistrat désigné TRIBUNAL ADMINISTRATIF DE TOULON N 1200083 ------------------ RÉPUBLIQUE FRANÇAISE M... _. AU NOM DU PEUPLE FRANÇAIS M. Pnvat Magistrat désigné Audience. du 10 janvier 2013 Le Tribunal administratif de

Plus en détail

Règles et pratiques de l'expertise médicale pour les juridictions civiles et administratives

Règles et pratiques de l'expertise médicale pour les juridictions civiles et administratives Règles et pratiques de l'expertise médicale pour les juridictions civiles et administratives Dr M.Segondy Introduction L'expertise médicale : Les différents acteurs La déontologie Epertise en matière civile

Plus en détail

La justice et vous. Les acteurs de la Justice. Les institutions. S informer. Justice pratique. Vous êtes condamné

La justice et vous. Les acteurs de la Justice. Les institutions. S informer. Justice pratique. Vous êtes condamné La justice et vous Les acteurs de la Justice Les institutions S informer Justice pratique Vous êtes condamné VOUS ÊTES CONDAMNÉ PÉNALEMENT Le juge a statué sur votre cas et vous a condamné. Que vous reste-il

Plus en détail

Décrets, arrêtés, circulaires

Décrets, arrêtés, circulaires Décrets, arrêtés, circulaires TEXTES GÉNÉRAUX MINISTÈRE DE LA JUSTICE ET DES LIBERTÉS Décret n o 2010-148 du 16 février 2010 portant application de la loi organique n o 2009-1523 du 10 décembre 2009 relative

Plus en détail

Loi d'application de la loi fédérale sur la poursuite pour dettes et la faillite

Loi d'application de la loi fédérale sur la poursuite pour dettes et la faillite Loi d'application de la loi fédérale sur la poursuite pour dettes et la faillite Modification du Propositions de la ème commission parlementaire (en caractères gras et italiques) Le Grand Conseil du canton

Plus en détail

LOI N 2004-045 du 14 janvier 2005. (JO n 2966 du 25.04.05, p.3450) CHAPITRE PREMIER DE LA PREVENTION DES INFRACTIONS

LOI N 2004-045 du 14 janvier 2005. (JO n 2966 du 25.04.05, p.3450) CHAPITRE PREMIER DE LA PREVENTION DES INFRACTIONS LOI N 2004-045 du 14 janvier 2005 relative à la prévention et la répression des infractions en matière de chèques (JO n 2966 du 25.04.05, p.3450) CHAPITRE PREMIER DE LA PREVENTION DES INFRACTIONS Article

Plus en détail

ACCUSATOIRE ACTION CIVILE AMNISTIE APPEL ARRET ASSIGNATION ASTREINTE AUDIENCE AVOCAT AVOUE AYANT CAUSE

ACCUSATOIRE ACTION CIVILE AMNISTIE APPEL ARRET ASSIGNATION ASTREINTE AUDIENCE AVOCAT AVOUE AYANT CAUSE A ACCUSATOIRE désigne une procédure dans laquelle les parties ont l initiative du procès et de son déroulement (* à rapprocher d INQUISITOIRE qui désigne une procédure conduite à l initiative d une l autorité

Plus en détail

COUVERTURE Document mis en distribution le 3 juillet 2001 N o 3161 ASSEMBLÉE NATIONALE CONSTITUTION DU 4 OCTOBRE 1958 ONZIÈME LÉGISLATURE Enregistré à la Présidence de l Assemblée nationale le 19 juin

Plus en détail

TITRE IIIBIS OBLIGATIONS DES TRANSPORTEURS RELATIVES A L'ACCES DES ETRANGERS AU TERRITOIRE

TITRE IIIBIS OBLIGATIONS DES TRANSPORTEURS RELATIVES A L'ACCES DES ETRANGERS AU TERRITOIRE TITRE IIIBIS OBLIGATIONS DES TRANSPORTEURS RELATIVES A L'ACCES DES ETRANGERS AU TERRITOIRE Article 74/2 1er.- Est puni d'une amende de 3000 EUR par passager transporté: 1 le transporteur aérien, public

Plus en détail

Introduction. Une infraction est un comportement interdit par la loi pénale et sanctionné d une peine prévue par celle-ci. (1)

Introduction. Une infraction est un comportement interdit par la loi pénale et sanctionné d une peine prévue par celle-ci. (1) Vous êtes victime Introduction Vous avez été victime d une infraction (1). C est un événement traumatisant et vous vous posez sûrement de nombreuses questions : Quels sont mes droits? Que dois-je faire

Plus en détail

Avis concernant le projet de loi relatif aux extraits de Casier judiciaire délivrés aux particuliers.

Avis concernant le projet de loi relatif aux extraits de Casier judiciaire délivrés aux particuliers. 3000213 ROYAUME DE BELGIQUE Bruxelles, le Adresse : Rue Av. Haute, de la 139, porte B-1000 de Hal, Bruxelles 5-8, B-1060 Bruxelles Tél.: Tél.: +32(0)2/213.85.40 +32(0)2/542.72.00 E-mail E-mail : commission@privacycommission.be

Plus en détail

Service pénal Fiche contrevenant

Service pénal Fiche contrevenant Service pénal Fiche contrevenant SOMMAIRE : 1 Vous avez été verbalisé(e), vous recevez une amende forfaitaire : concernant le paiement concernant la contestation 2 Vous êtes poursuivi devant la juridiction

Plus en détail

Références LEXIQUE JURIDIQUE A FICHE 19. Références Juridiques 318

Références LEXIQUE JURIDIQUE A FICHE 19. Références Juridiques 318 FICHE 19 Références LEXIQUE JURIDIQUE A ACTE EXTRA-JUDICIAIRE Acte établi généralement par un huissier. Par exemple, un commandement de payer. ACTION EN JUSTICE Pouvoir de saisir la justice. ACTION PUBLIQUE

Plus en détail

Loi d'application de la loi fédérale sur la poursuite pour dettes et la faillite

Loi d'application de la loi fédérale sur la poursuite pour dettes et la faillite - - 8. Loi d'application de la loi fédérale sur la poursuite pour dettes et la faillite du 0 juin 996 Le Grand Conseil du canton du Valais vu l'article premier du chiffre II de la loi fédérale sur la poursuite

Plus en détail

Section I : Les centres régionaux de formation professionnelle d'avocats Sous-section 1 : Organisation. Article 42 Chaque centre régional de

Section I : Les centres régionaux de formation professionnelle d'avocats Sous-section 1 : Organisation. Article 42 Chaque centre régional de Section I : Les centres régionaux de formation professionnelle d'avocats Sous-section 1 : Organisation. Article 42 Chaque centre régional de formation professionnelle est doté d'un conseil d'administration

Plus en détail

2 les prestations d'un expert nommé en justice ou désigné comme tel par les parties en exécution d'une décision judiciaire ordonnant l'expertise;

2 les prestations d'un expert nommé en justice ou désigné comme tel par les parties en exécution d'une décision judiciaire ordonnant l'expertise; Page 1 of 7 Taxe sur la Valeur Ajoutée >> Commentaire TVA III.- Opérations visées Numéro 18/1125 La réquisition doit bien entendu porter sur une prestation prévue par le C.TVA pour être visée par l'art.

Plus en détail

16. CONVENTION SUR LA RECONNAISSANCE ET L'EXÉCUTION DES JUGEMENTS ÉTRANGERS EN MATIÈRE CIVILE ET COMMERCIALE 1. (Conclue le premier février 1971)

16. CONVENTION SUR LA RECONNAISSANCE ET L'EXÉCUTION DES JUGEMENTS ÉTRANGERS EN MATIÈRE CIVILE ET COMMERCIALE 1. (Conclue le premier février 1971) 16. CONVENTION SUR LA RECONNAISSANCE ET L'EXÉCUTION DES JUGEMENTS ÉTRANGERS EN MATIÈRE CIVILE ET COMMERCIALE 1 (Conclue le premier février 1971) Les Etats signataires de la présente Convention, Désirant

Plus en détail

Décision n 2006-17 D du 16 mars 2006. Dossier documentaire Source : services du Conseil constitutionnel 2006

Décision n 2006-17 D du 16 mars 2006. Dossier documentaire Source : services du Conseil constitutionnel 2006 C o n s e i l c o n s t i t u t i o n n e l Décision n 2006-17 D du 16 mars 2006 Demande tendant à la déchéance de plein droit de M. Jean-François MANCEL, Député Dossier documentaire Source : services

Plus en détail

TRIBUNAL ADMINISTRATIF DE MONTPELLIER N 1004210 RÉPUBLIQUE FRANÇAISE AU NOM DU PEUPLE FRANÇAIS. M. Zimmermann Juge des référés Le juge des référés,

TRIBUNAL ADMINISTRATIF DE MONTPELLIER N 1004210 RÉPUBLIQUE FRANÇAISE AU NOM DU PEUPLE FRANÇAIS. M. Zimmermann Juge des référés Le juge des référés, TRIBUNAL ADMINISTRATIF DE MONTPELLIER NP N 1004210 RÉPUBLIQUE FRANÇAISE AU NOM DU PEUPLE FRANÇAIS M. Zimmermann Juge des référés Le juge des référés, Ordonnance du 22 octobre 2010 Vu la renuête. enregistrée

Plus en détail

Numéro du rôle : 286. Arrêt n 41/91. du 19 décembre 1991 A R R E T

Numéro du rôle : 286. Arrêt n 41/91. du 19 décembre 1991 A R R E T Numéro du rôle : 286 Arrêt n 41/91 du 19 décembre 1991 A R R E T En cause : la question préjudicielle posée par le bureau d'assistance judiciaire du tribunal de première instance de Mons par décision du

Plus en détail

Loi sur l aide juridique et sur la prestation de certains autres services juridiques (L.R.Q., c. A-14; 2010, c.12, a. 30 et a. 37)

Loi sur l aide juridique et sur la prestation de certains autres services juridiques (L.R.Q., c. A-14; 2010, c.12, a. 30 et a. 37) RÈGLEMENT CONCERNANT LE TARIF DES HONORAIRES ET LES DÉBOURS DES AVOCATS DANS LE CADRE DE LA PRESTATION DE CERTAINS SERVICES JURIDIQUES ET CONCERNANT LA PROCÉDURE DE RÈGLEMENT DES DIFFÉRENDS Loi sur l aide

Plus en détail

ORDONNANCE 67-013 1967-06-09 PR/MJ ORDONNANCE PORTANT CODE DE PROCÉDURE PÉNALE

ORDONNANCE 67-013 1967-06-09 PR/MJ ORDONNANCE PORTANT CODE DE PROCÉDURE PÉNALE ORDONNANCE 67-013 1967-06-09 PR/MJ Table des matières ORDONNANCE PORTANT CODE DE PROCÉDURE PÉNALE Livre Premier : Dispositions préliminaires et dispositions communes Titre premier : Dispositions préliminaires

Plus en détail

N 1203709 RÉPUBLIQUE FRANÇAISE

N 1203709 RÉPUBLIQUE FRANÇAISE TRIBUNAL ADMINISTRATIF DE RENNES YS/LD N 1203709 RÉPUBLIQUE FRANÇAISE Mme M. Simon Magistrat désigné Audience du 21 mai 2013 Lecture du 18 juin 2013 AU NOM DU PEUPLE FRANÇAIS Le Tribunal administratif

Plus en détail

Ils interrogent les auteurs présumés des infractions et recueillent leurs explications.

Ils interrogent les auteurs présumés des infractions et recueillent leurs explications. DÉCRET du 6 août 1959 portant le Code de procédure pénale. CHAPITRE 1 er DE LA POLICE JUDICIAIRE CHAPITRE II DE L'INSTRUCTION Section 1 Dispositions générales Section II Du mandat de comparution et du

Plus en détail

REPUBLIQUE FRANCAISE AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS

REPUBLIQUE FRANCAISE AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS Cour de cassation chambre criminelle Audience publique du Thursday 6 February 1975 N de pourvoi : 74-91949 Publié au bulletin Cassation PDT M. COMBALDIEU, président RPR M. CHAPAR, conseiller rapporteur

Plus en détail

HAGUE CONFERENCE ON PRIVATE INTERNATIONAL LAW CONFÉRENCE DE LA HAYE DE DROIT INTERNATIONAL PRIV

HAGUE CONFERENCE ON PRIVATE INTERNATIONAL LAW CONFÉRENCE DE LA HAYE DE DROIT INTERNATIONAL PRIV HAGUE CONFERENCE ON PRIVATE INTERNATIONAL LAW CONFÉRENCE DE LA HAYE DE DROIT INTERNATIONAL PRIV CONVENTION RELATIVE A LA PROCÉDURE CIVILE (Conclue le premier mars 1954) Les Etats signataires de la présente

Plus en détail

VOTRE PLAINTE À LA RÉGIE DE L ÉNERGIE GUIDE PRATIQUE À L INTENTION DU CONSOMMATEUR

VOTRE PLAINTE À LA RÉGIE DE L ÉNERGIE GUIDE PRATIQUE À L INTENTION DU CONSOMMATEUR VOTRE PLAINTE À LA RÉGIE DE L ÉNERGIE GUIDE PRATIQUE À L INTENTION DU CONSOMMATEUR QUELQUES RÈGLES DE BASE L EXAMEN DE VOTRE DOSSIER Vous avez produit une demande à la Régie et vous demandez à celle-ci

Plus en détail

NÉGOCIATION DE PLAIDOYER

NÉGOCIATION DE PLAIDOYER NÉGOCIATION DE PLAIDOYER En vigueur le : 1992-05-15 Révisée le : 1995-08-31 / 2004-09-08 / 2006-01-20 / 2008-01-11 / 2008-09-08 / 2008-10-20 / 2008-11-17 / 2009-03-31 / 2009-08-21 / 2010-07-20 / 2011-03-31

Plus en détail

Aide juridicionnelle et honoraires d'avocat : combien paye l'etat?

Aide juridicionnelle et honoraires d'avocat : combien paye l'etat? Aide juridicionnelle et honoraires d'avocat : combien paye l'etat? Article juridique publié le 30/05/2009, vu 54113 fois, Auteur : coolover Le système de l'aide juridictionnelle a pour objet de prendre

Plus en détail

Loi de programme 67-1174 du 28 Décembre 1967 relative à la restauration des monuments historiques et à la protection des sites

Loi de programme 67-1174 du 28 Décembre 1967 relative à la restauration des monuments historiques et à la protection des sites Loi de programme 67-1174 du 28 Décembre 1967 relative à la restauration des monuments historiques et à la protection des sites Titre I er : Monuments historiques Art. 1 er. - Est approuvé, dans la limite

Plus en détail

Application de l'entente sur l'entraide judiciaire entre la France et le Québec, Loi assurant l', L.R.Q. c - A-20.1

Application de l'entente sur l'entraide judiciaire entre la France et le Québec, Loi assurant l', L.R.Q. c - A-20.1 Application de l'entente sur l'entraide judiciaire entre la France et le Québec, Loi assurant l', L.R.Q. c - A-20.1 Dernière mis à jour: avril 2007 L.R.Q., chapitre A-20.1 Loi assurant l'application de

Plus en détail

3. En cas de silence des présentes règles sur une quelconque question de procédure, le

3. En cas de silence des présentes règles sur une quelconque question de procédure, le Annexe A Règles de procédure de la Commission ontarienne d examen Principe général 1. Les présentes règles doivent recevoir une interprétation large afin d'assurer la résolution équitable de chaque affaire

Plus en détail

FRANCE. Exécuter une décision de justice en France en application du règlement Bruxelles I

FRANCE. Exécuter une décision de justice en France en application du règlement Bruxelles I FRANCE Exécuter une décision de justice en France en application du règlement Bruxelles I Le règlement 44/2001 du 22 décembre 2000 concernant la compétence judiciaire, la reconnaissance et l exécution

Plus en détail

Vu la requête, enregistrée le 15 mars 2013, présentée pour M., par Me Glon, avocat ;

Vu la requête, enregistrée le 15 mars 2013, présentée pour M., par Me Glon, avocat ; TRIBUNAL ADMINISTRATIF D'ORLÉANS mr N 1300785 RÉPUBLIQUE FRANÇAISE M. M. Durand Magistrat désigné AU NOM DU PEUPLE FRANÇAIS Mme Loisy Rapporteur public Audience du 28 juin 2013 Lecture du 11 juillet 2013

Plus en détail

ARTICLE 90 DU DECRET 91-1266 DU 19 DECEMBRE 1991 MODIFIE

ARTICLE 90 DU DECRET 91-1266 DU 19 DECEMBRE 1991 MODIFIE ARTICLE 90 DU DECRET 91-1266 DU 19 DECEMBRE 1991 MODIFIE Réf. Art.90 du 20/01/2001 au 31/12/2001 01/01/2002 S DES MISSIONS DE BASE D2012-349 D2001-52 D2001-512 D2003-853 D2004-1406 D2007-1151 D2008-1486

Plus en détail

PRINCIPAUTÉ DE MONACO. Loi n 1.343 du 26 décembre 2007 justice et liberté portant modification de certaines dispositions du Code de procédure pénale.

PRINCIPAUTÉ DE MONACO. Loi n 1.343 du 26 décembre 2007 justice et liberté portant modification de certaines dispositions du Code de procédure pénale. PRINCIPAUTÉ DE MONACO Loi n 1.343 du 26 décembre 2007 justice et liberté portant modification de certaines dispositions du Code de procédure pénale. ALBERT II PAR LA GRACE DE DIEU PRINCE SOUVERAIN DE MONACO

Plus en détail

Code de l'éducation. Article L131-1 En savoir plus sur cet article...

Code de l'éducation. Article L131-1 En savoir plus sur cet article... Page 1 sur 5 Code de l'éducation Version consolidée au 31 mars 2011 Partie législative Première partie : Dispositions générales et communes Livre Ier : Principes généraux de l'éducation Titre III : L'obligation

Plus en détail

- 57 - TABLEAU COMPARATIF. Texte du projet de loi. Projet de loi relatif à la protection pénale de la propriété littéraire et artistique sur internet

- 57 - TABLEAU COMPARATIF. Texte du projet de loi. Projet de loi relatif à la protection pénale de la propriété littéraire et artistique sur internet - 57 - TABLEAU COMPARATIF Projet de loi relatif à la protection pénale de la propriété littéraire et artistique sur internet Projet de loi relatif à la protection pénale de la propriété littéraire et artistique

Plus en détail

La Justice et vous. Les acteurs de la Justice. Les institutions. S informer. Justice pratique. Vous êtes victime. Ministère de la Justice

La Justice et vous. Les acteurs de la Justice. Les institutions. S informer. Justice pratique. Vous êtes victime. Ministère de la Justice La Justice et vous Les acteurs de la Justice Les institutions S informer Justice pratique Ministère de la Justice Vous êtes victime Vous pouvez, en tant que victime d une infraction, déposer une plainte

Plus en détail

La responsabilité civile et pénale du professeur des écoles débutant La loi Article 1 382 du Code civil Article 1 383 du Code civil

La responsabilité civile et pénale du professeur des écoles débutant La loi Article 1 382 du Code civil Article 1 383 du Code civil La responsabilité civile et pénale du professeur des écoles débutant La loi Article 1 382 du Code civil "Tout fait quelconque de l'homme qui cause à autrui un dommage oblige celui par la faute duquel il

Plus en détail

Article 1. a) fausse monnaie;

Article 1. a) fausse monnaie; Arrêté royal n 22 du 24 OCTOBRE 1934 relatif à l'i nterdiction judiciaire faite à certains condamnés et aux faillis d'exercer certaines fonctions, professions ou activités Article 1. Sans préjudice des

Plus en détail

JURIDICTIONS DE COMMERCE

JURIDICTIONS DE COMMERCE JURIDICTIONS DE COMMERCE Version consolidée en date du 17 mars 2011 DAHIR N 1-97-65 DU 4 CHAOUAL 1417 (12 FEVRIER 1997) PORTANT PROMULGATION DE LA LOI N 53-95 INSTITUANT DES JURIDICTIONS DE COMMERCE 1

Plus en détail

RÉPUBLIQUE ET CANTON DU JURA

RÉPUBLIQUE ET CANTON DU JURA RÉPUBLIQUE ET CANTON DU JURA TRIBUNAL CANTONAL COUR CIVILE CC 104 / 2013 Président : Jean Moritz Juges : Daniel Logos et Pierre Broglin Greffière : Nathalie Brahier ARRET DU 23 DECEMBRE 2013 en la cause

Plus en détail

Décrets, arrêtés, circulaires

Décrets, arrêtés, circulaires Décrets, arrêtés, circulaires TEXTES GÉNÉRAUX MINISTÈRE DE LA JUSTICE ET DES LIBERTÉS Décret n o 2010-391 du 20 avril 2010 modifiant le décret n o 67-223 du 17 mars 1967 pris pour l application de la loi

Plus en détail

CONSIDÉRATIONS SUR LA MISE EN ŒUVRE DES DÉCISIONS DE LA COUR CONSTITUTIONNELLE

CONSIDÉRATIONS SUR LA MISE EN ŒUVRE DES DÉCISIONS DE LA COUR CONSTITUTIONNELLE Nicolae Cochinescu Juge à la Cour constitutionnelle de la Roumanie CONSIDÉRATIONS SUR LA MISE EN ŒUVRE DES DÉCISIONS DE LA COUR CONSTITUTIONNELLE 1. Conformément à l article 146 de la Constitution de la

Plus en détail

Vu la Constitution, notamment son article 26,

Vu la Constitution, notamment son article 26, Loi n 6-79 organisant les rapports contractuels entre les bailleurs et les locataires des locaux d'habitation ou à usage professionnel promulguée par le Dahir n 1-80-315 (17 safar 1401) (B.O. 21 janvier

Plus en détail

TITRE IER DISPOSITIONS GENERALES

TITRE IER DISPOSITIONS GENERALES ASSEMBLEE DE LA POLYNESIE FRANCAISE ----- NOR : SAA0402629DL DELIBERATION N 2005-13 APF DU 13 JANVIER 2005 portant modification de la délibération n 2001-200 APF du 4 décembre 2001 portant code de procédure

Plus en détail

REPUBLIQUE FRANCAISE AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS

REPUBLIQUE FRANCAISE AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS Le : 24/10/2012 Cour Administrative d Appel de Bordeaux N 07BX02490 Inédit au recueil Lebon 3ème chambre (formation à 3) Mme FLECHER-BOURJOL, président Mme Françoise LEYMONERIE, rapporteur M. VIE, commissaire

Plus en détail

30 AVRIL 1999 - Loi relative à l'occupation des travailleurs étrangers (M.B. 21 mai 1999) - coordination officieuse au 1 er juillet 2011

30 AVRIL 1999 - Loi relative à l'occupation des travailleurs étrangers (M.B. 21 mai 1999) - coordination officieuse au 1 er juillet 2011 30 AVRIL 1999 - Loi relative à l'occupation des travailleurs étrangers (M.B. 21 mai 1999) (coordination officieuse au 1 er juillet 2011 ; modifié par l arrêté royal du 20 juillet 2000 introduction de l

Plus en détail

TRIBUN AL AD M INISTRATIF DE BORDEAUX. Le vice-président, juge des référés

TRIBUN AL AD M INISTRATIF DE BORDEAUX. Le vice-président, juge des référés 27/07 2011 16:36 FAX 0556995879 TRIBUNAL AOMIN BORDEAUX (g) 003/007 N _ TRIBUN AL AD M INISTRATIF DE BORDEAUX bm R ÉPU BLIQ U E FRANÇAISE M. M, Chemin Vice-président Juge des référés Audience du 27 juillet

Plus en détail

TRIBUNAL ADMINISTRATIF DE STRASBOURG ms

TRIBUNAL ADMINISTRATIF DE STRASBOURG ms TRIBUNAL ADMINISTRATIF DE STRASBOURG ms N 1201552 RÉPUBLIQUE FRANÇAISE M. Devillers M agistrat désigné Audience du 20 février 2013 Lecture du 27 mars 2013 AU NOM DU PEUPLE FRANÇAIS Le Tribunal administratif

Plus en détail

Règlement de procédure

Règlement de procédure 1 janvier 2011 Règlement de procédure du Tribunal administratif de la Banque des Règlements Internationaux Chapitre I: Dispositions générales Champ d'application Article 1 1. Le présent règlement («le

Plus en détail

L. 08-04-1965 M.B. 15-04-1965

L. 08-04-1965 M.B. 15-04-1965 Docu 20148 p.1 Loi relative à la protection de la jeunesse L. 08-04-1965 M.B. 15-04-1965 TITRE I. - PROTECTION SOCIALE Articles 1 er à 6. - [ ] Abrogés par D. 04-03-1991 (1) TITRE II - PROTECTION JUDICIAIRE

Plus en détail

PERMIS D ENVIRONNEMENT MAINTIEN ET SANCTIONS. 1. Généralités 2. Inspections du permis 3. Mesures de contrainte 4. Sanctions

PERMIS D ENVIRONNEMENT MAINTIEN ET SANCTIONS. 1. Généralités 2. Inspections du permis 3. Mesures de contrainte 4. Sanctions PERMIS D ENVIRONNEMENT MAINTIEN ET SANCTIONS 1. Généralités 2. Inspections du permis 3. Mesures de contrainte 4. Sanctions 1. GÉNÉRALITÉS Le décret du 11 mars 1999 relatif au permis d environnement, vise

Plus en détail

28 MAI 1956 - O.R.U. nº 41/78. Etablissements dangereux, insalubres ou incommodes. (B.O.R.U., 1956, p. 442).

28 MAI 1956 - O.R.U. nº 41/78. Etablissements dangereux, insalubres ou incommodes. (B.O.R.U., 1956, p. 442). 28 MAI 1956 - O.R.U. nº 41/78. Etablissements dangereux, insalubres ou incommodes. (B.O.R.U., 1956, p. 442). Article: 1 Les établissements repris dans la liste annexée à la présente ordonnance et rangés

Plus en détail

Titre I Des fautes de Gestion

Titre I Des fautes de Gestion Base de données Loi n 85-74 du 20 Juillet 1985 relative à la définition et à la sanction des fautes de gestion commises à l égard de l Etat, des établissements publics administratifs, des collectivités

Plus en détail

Statut du Tribunal Etudiant de. Règlement des différends internationaux (TERDI)

Statut du Tribunal Etudiant de. Règlement des différends internationaux (TERDI) !!! Statut du Tribunal Etudiant de Règlement des différends internationaux (TERDI) TERDI Bruxelles, le 2 février 2015 Les membres du Centre de droit international de l Université Libre de Bruxelles, Constatant

Plus en détail

Code de procédure civile. Livre Ier : Dispositions communes à toutes les juridictions. Chapitre Ier : Les principes directeurs du procès.

Code de procédure civile. Livre Ier : Dispositions communes à toutes les juridictions. Chapitre Ier : Les principes directeurs du procès. Code de procédure civile Livre Ier : Dispositions communes à toutes les juridictions Titre Ier : Dispositions liminaires. Chapitre Ier : Les principes directeurs du procès. Section I : L'instance. Article

Plus en détail

Décision n 2010 621 DC. Dossier documentaire

Décision n 2010 621 DC. Dossier documentaire Décision n 2010 621 DC Résolution tendant à adapter le chapitre XI bis du règlement du Sénat aux stipulations du traité de Lisbonne concernant les parlements nationaux Dossier documentaire Source : services

Plus en détail

AU NOM DU PEUPLE FRANÇAIS. M. Truy Le Tribunal adm inistratif d'amiens Rapporteur public La présidente du tribunal,

AU NOM DU PEUPLE FRANÇAIS. M. Truy Le Tribunal adm inistratif d'amiens Rapporteur public La présidente du tribunal, TRIBUNAL ADMINISTRATIF D'AMIENS N 1200818 M. RÉPUBLIQUE FRANÇAISE M me Corouge Présidente AU NOM DU PEUPLE FRANÇAIS M. Truy Le Tribunal adm inistratif d'amiens Rapporteur public La présidente du tribunal,

Plus en détail

I. - Texte du projet de loi

I. - Texte du projet de loi Projet de loi portant réforme de l exécution des peines et modifiant : - le Code d instruction criminelle ; - le Code pénal ; - la loi modifiée du 7 mars 1980 sur l organisation judiciaire, et - la loi

Plus en détail

TARIF 312.03.1 des frais judiciaires pénaux (TFJP)

TARIF 312.03.1 des frais judiciaires pénaux (TFJP) Adopté le 07.10.2003, entrée en vigueur le 01.11.2003 - Etat au 01.01.2011 (abrogé) TARIF 312.03.1 des frais judiciaires pénaux (TFJP) du 7 octobre 2003 LE TRIBUNAL CANTONAL DU CANTON DE VAUD vu l'article

Plus en détail

CODE DE PROCEDURE PENALE. Loi N 35/61 du 5 juin 1961, portant institution d'un code de procédure pénale,

CODE DE PROCEDURE PENALE. Loi N 35/61 du 5 juin 1961, portant institution d'un code de procédure pénale, CODE DE PROCEDURE PENALE Loi N 35/61 du 5 juin 1961, portant institution d'un code de procédure pénale, complétée par la loi N 25/62 du 21 novembre 1962 (article 162, D) L'Assemblée nationale a délibéré

Plus en détail

Convention portant loi uniforme sur la formation des contrats de vente internationale des objets mobiliers corporels

Convention portant loi uniforme sur la formation des contrats de vente internationale des objets mobiliers corporels Convention portant loi uniforme sur la formation des contrats de vente internationale des objets mobiliers corporels (La Haye, 1er juillet 1964) Les Etats signataires de la présente Convention, Désirant

Plus en détail

Art. I. Les articles 275 à 294 du code civil sont abrogés et remplacés par les dispositions suivantes: -

Art. I. Les articles 275 à 294 du code civil sont abrogés et remplacés par les dispositions suivantes: - Loi du 6 février 1975 relative au divorce par consentement mutuel et aux seconds mariages et portant modification de certaines dispositions en matière de divorce pour cause déterminée et de séparation

Plus en détail

et rangés en deux classes ne pourront être érigés, transformés, déplacés ni exploités qu'en vertu d'un permis dit d'exploitation.

et rangés en deux classes ne pourront être érigés, transformés, déplacés ni exploités qu'en vertu d'un permis dit d'exploitation. ORDONNANCE 41-48 DU 12 FEVRIER 1953 SUR LES ETABLISSEMENTS DANGEREUX, INSALUBRES OU INCOMMODES. Article 1 er Les établissements repris dans la liste annexée à la présente ordonnance et rangés en deux classes

Plus en détail

République française. Tribunal de Grande Instance de Paris

République française. Tribunal de Grande Instance de Paris Ministère Public Extra 1«de»«* mlmtujt» **m ts n n j?e o u lf,b u n a î Gs'snds in sta n c e d e PARIS û République française Au nom du Peuple français Tribunal de Grande Instance de Paris 23eme chambre

Plus en détail

Code Disciplinaire. Commission Disciplinaire de Première Instance Commission Disciplinaire d Appel Règlement de Fonctionnement

Code Disciplinaire. Commission Disciplinaire de Première Instance Commission Disciplinaire d Appel Règlement de Fonctionnement Code Disciplinaire Commission Disciplinaire de Première Instance Commission Disciplinaire d Appel Règlement de Fonctionnement Version 17/05/2013 STATUTS F.I.J. : ANNEXE 1 : CODE DISCIPLINAIRE de la FIJ

Plus en détail

No. A-070027/95-00353 GATINEAU, le 27 janvier 1995 D É C I S I O N

No. A-070027/95-00353 GATINEAU, le 27 janvier 1995 D É C I S I O N C A N A D A Province de Québec District de Hull Cour Municipale Ville de Gatineau No. A-070027/95-00353 GATINEAU, le 27 janvier 1995 SOUS LA PRÉSIDENCE DE : L'Honorable RAYMOND SÉGUIN LA CORPORATION MUNICIPALE

Plus en détail

REPUBLIQUE FRANCAISE. Contentieux n A.2009.002 et A.2009.007

REPUBLIQUE FRANCAISE. Contentieux n A.2009.002 et A.2009.007 REPUBLIQUE FRANCAISE 1 COUR NATIONALE DE LA TARIFICATION SANITAIRE ET SOCIALE Contentieux n A.2009.002 et A.2009.007 Président : M. DURAND-VIEL Rapporteur : Mme WOLF Commissaire du gouvernement : Mme PICARD

Plus en détail

COMMISSION DE CONCILIATION REGLEMENT DE PROCEDURE DE LA COMMISSION DE CONCILIATION CONSTRUCTION

COMMISSION DE CONCILIATION REGLEMENT DE PROCEDURE DE LA COMMISSION DE CONCILIATION CONSTRUCTION COMMISSION DE CONCILIATION BOUWUNIE CONFEDERATION CONSTRUCTION FAB NAV TEST-ACHATS REGLEMENT DE PROCEDURE DE LA COMMISSION DE CONCILIATION CONSTRUCTION 1. Dispositions générales Article 1 La Commission

Plus en détail

TRIBUNAL ADMINISTRATIF DE NANTES

TRIBUNAL ADMINISTRATIF DE NANTES 1 TRIBUNAL ADMINISTRATIF DE NANTES N 1505324 M. E M. Yann Livenais Juge des référés Ordonnance du 7 juillet 2015 RÉPUBLIQUE FRANÇAISE AU NOM DU PEUPLE FRANÇAIS Le juge des référés Vu la procédure suivante

Plus en détail

BULLETIN OFFICIEL DU MINISTÈRE DE LA JUSTICE ET DES LIBERTÉS

BULLETIN OFFICIEL DU MINISTÈRE DE LA JUSTICE ET DES LIBERTÉS Circulaire SG/SADJPV du 1er mars 2010 relative à la présentation du principe de continuité de l aide juridictionnelle en cas d examen de la question prioritaire de constitutionnalité par le Conseil d Etat,

Plus en détail

TRIBUNAL ADMINISTRATIF DE NICE N 0700854 RÉPUBLIQUE FRANÇAISE. Mme M AU NOM DU PEUPLE FRANÇAIS. M. BADIE Président-rapporteur

TRIBUNAL ADMINISTRATIF DE NICE N 0700854 RÉPUBLIQUE FRANÇAISE. Mme M AU NOM DU PEUPLE FRANÇAIS. M. BADIE Président-rapporteur TRIBUNAL ADMINISTRATIF DE NICE N 0700854 Mme M M. BADIE Président-rapporteur M. DIEU Commissaire du gouvernement RÉPUBLIQUE FRANÇAISE AU NOM DU PEUPLE FRANÇAIS Le Tribunal administratif de Nice, 1ère chambre,

Plus en détail

COUR SUPÉRIEURE DU QUÉBEC

COUR SUPÉRIEURE DU QUÉBEC COUR SUPÉRIEURE DU QUÉBEC CHAMBRE COMMERCIALE DIRECTIVES GÉNÉRALES Montréal, le 26 septembre 2013 1. Instance commerciale Constitue une instance commerciale, instruite en Chambre commerciale, toute instance

Plus en détail

L du 31 mai 1999 (Mém. n 77 du 21 juin 1999, p.1681)

L du 31 mai 1999 (Mém. n 77 du 21 juin 1999, p.1681) Domiciliation des sociétés Loi du 31 mai 1999 régissant la domiciliation des sociétés et - modifiant et complétant certaines dispositions de la loi modifiée du 10 août 1915 concernant les sociétés commerciales;

Plus en détail

Intitulé du lot : Protection juridique

Intitulé du lot : Protection juridique CAHIER DES CLAUSES TECHNIQUES PARTICULIERES Date limite de réception des offres : 16 octobre 2015 à 12 h. MARCHE D ASSURANCE VILLE DE SEES Lot n 3 Intitulé du lot : Protection juridique LOT n 3 : Protection

Plus en détail

I. - RÈGLEMENT DE L'INSTRUCTION PRÉPARATOIRE EN MATIÈRE CRIMINELLE

I. - RÈGLEMENT DE L'INSTRUCTION PRÉPARATOIRE EN MATIÈRE CRIMINELLE Extrait de la circulaire crim 2000-14F1/11-12-2000 de la Directiondes affaires criminelles et des grâces, présentant les dispositions de la loi du 15 juin 2000 renforçant la présomption d'innocence et

Plus en détail

VU les observations et pièces produites par M. X, enregistrées les 12 février et 19 mars 2015 au greffe de la chambre ;

VU les observations et pièces produites par M. X, enregistrées les 12 février et 19 mars 2015 au greffe de la chambre ; RAPPORT N 2015-117 JUGEMENT N 2015-0018 COMMUNAUTE DE COMMUNES DE BALBIGNY TRESORERIE DE BALBIGNY AUDIENCE PUBLIQUE DU 3 JUIN 2015 CODE N 042205985 DELIBERE DU 3 JUIN 2015 EXERCICES 2008 A 2012 LECTURE

Plus en détail

N 125 SÉNAT PROJET DE LOI. concernant la centralisation de la documentation relative à la circulation routière. (Texte définitif.)

N 125 SÉNAT PROJET DE LOI. concernant la centralisation de la documentation relative à la circulation routière. (Texte définitif.) PROJET DE LOI adopté le 12 juin 1970. SECONDE N 125 SÉNAT SESSION ORDINAIRE DE 1969-1970 PROJET DE LOI concernant la centralisation de la documentation relative à la circulation routière. (Texte définitif.)

Plus en détail

LOIS ET DECRETS PUBLIES DANS LA FEUILLE OFFICIELLE

LOIS ET DECRETS PUBLIES DANS LA FEUILLE OFFICIELLE LOIS ET DECRETS PUBLIES DANS LA FEUILLE OFFICIELLE Feuille officielle numéro 50, du 7 juillet 2006 Délai référendaire: 16 août 2006 Loi sur l'assistance pénale, civile et administrative (LAPCA) Le Grand

Plus en détail

Le placement judiciaire des mineurs

Le placement judiciaire des mineurs 46 Dossier forum 205 Le placement judiciaire des mineurs Âperçu de la procédure Le placement fait partie de l arsenal des mesures que peut prendre le tribunal de la jeunesse à l égard des mineurs. L article

Plus en détail

AEFE: les recours administratifs et les recours en contentieux au Tribunal Administratif des agents

AEFE: les recours administratifs et les recours en contentieux au Tribunal Administratif des agents AEFE: les recours administratifs et les recours en contentieux au Tribunal Administratif des agents L. 78-753 du 17/07/1978 L. 2000-321 du 12/04/2000 D. 2005-1755 du 30/12/2005 Le contrat signé avec l'aefe

Plus en détail

RECOURS ADMINISTRATIF SUITE A RETRAIT DE POINT OU/ET INVALIDATION DU PERMIS DE CONDUIRE

RECOURS ADMINISTRATIF SUITE A RETRAIT DE POINT OU/ET INVALIDATION DU PERMIS DE CONDUIRE RECOURS ADMINISTRATIF SUITE A RETRAIT DE POINT OU/ET INVALIDATION DU PERMIS DE CONDUIRE Article juridique publié le 28/10/2011, vu 4167 fois, Auteur : Maître HADDAD Sabine I- L intérêt du recours administratif

Plus en détail

OBSERVATIONS SUR LA DERNIERE REFORME DE LA PROCEDURE CIVILE

OBSERVATIONS SUR LA DERNIERE REFORME DE LA PROCEDURE CIVILE 1 OBSERVATIONS SUR LA DERNIERE REFORME DE LA PROCEDURE CIVILE Le Décret n 2010-1165 du 1er octobre 2010 relatif à la conciliation et à la procédure orale en matière civile, commerciale et sociale est entré

Plus en détail

- La mise en cause d une personne déterminée qui, même si elle n'est pas expressément nommée, peut être clairement identifiée ;

- La mise en cause d une personne déterminée qui, même si elle n'est pas expressément nommée, peut être clairement identifiée ; E-réputation : la poursuite et les sanctions des propos injurieux ou diffamatoires sur internet Article juridique publié le 15/07/2014, vu 4483 fois, Auteur : MAITRE ANTHONY BEM L'injure et la diffamation

Plus en détail